Docstoc

Place aux livres

Document Sample
Place aux livres Powered By Docstoc
					 Compte rendu


« Place aux livres »

      [s.a.]
      Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, n° 54, 1998, p. 44-49.




Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante :
http://id.erudit.org/iderudit/7954ac

Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.



Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique

d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html




Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents

scientifiques depuis 1998.

Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca




                                                                                               Document téléchargé le 30 September 2011 08:51
           ce t^ccx ttistcô
                                                                                                        naire du gouvernement québécois dans la
                                                                                                        Société générale de financement, l'une des
                                                                                                        institutions issue de la Révolution tranquille.
                                                                                                        Il renforce aussi sa situation en faisant l'ac-
                                                                                                        quisition defilialesdans les domaines de l'as-
                                                                                                        surance vie (La Sauvegarde), de la fiducie (la
                                                                                                        Société de fiducie du Québec), des assuran-
                                                                                                        ces générales (La Sécurité) et des fonds mu-
                                                                                                        tuels (Les Placements collectifs inc.), et en
                                                                                                        devenant actionnaire important de la Banque
                                                                                                        provinciale. Le Mouvement Desjardins s'en-
                                                                                                        gage encore plus directement dans l'investis-
                                                                                                        sement en acquérant Vachon inc. et en créant
                                                                                                        sa propre société d'investissement. Par toutes
                                                                                                        ces mesures, il contribue au renforcement
<2-ntre 1848 et 1910, plus de 15 000 Canadiens                                                          du contrôle québécois de l'économie.
français partirent à la ruée vers l'or, surtout en
                                                                                                                L'ouvrage de Pierre Poulin possède
Californie et au Klondike, mais aussi en Beauce.
                                                     Pierre Poulin. Histoire du Mouvement               toutes les qualités des deux premiers volu-
<3es aventuriers pouvaient voyager pendant un        Desjardins. Tome III, De la caisse locale          mes de la série. Maîtrisant parfaitement son
an avant d'atteindre les sites d'exploitation, ou    au complexe financier (1945-1971).                 sujet, l'auteur est en même temps un excel-
alors mourir en chemin. Ceux qui franchissaient      Montréal, Éditions Québec Amérique, 1998,          lent vulgarisateur. Le livre se démarque ce-
l'étape du voyage passeraient ensuite plusieurs      479 p. (Collection «Desjardins»).                  pendant des deux autres par l'iconographie,
années au loin pour revenir parfois fortunés,                                                           à la fois plus variée et plus vivante. Le détou-
parfois pauvres ou malades.


                                                     T      ous les Québécois de plus de 35 ans         rage des portraits contribue aussi pour beau-
Jeanne Pomerleau retrace le périple de ces                  se souviennent du message publici-          coup à l'amélioration de la présentation vi-
gens ordinaires. Elle raconte leurs aventures               taire dans lequel la petite Marie-Josée     suelle.
vers la fortune, ou l'infortune, dans un volume      Taillefer scandait d'un air espiègle : «pop-sac-           Les années récentes ont encore été as-
enrichi de nombreuses photographies.                 à-vie-sau-sec-fi-co-pin». Derrière chacune de      sez peu étudiées par les historiens. Le troi-
                                                     ces syllabes se cachait une composante du          sième tome de l'histoire du Mouvement Des-
                                                     vaste complexe financier qu'est devenu le          jardins apporte un nouvel éclairage sur une
                                                     Mouvement Desjardins à la fin des années           période charnière de l'histoire du Québec,
                                                     1970. Le troisième tome de l'histoire de l'ins-    celle des baby-boomers, de la société de
                                                     titution mise sur pied par Alphonse Desjar-        consommation, de la Révolution tranquille.
                                                     dins au début du siècle retrace les différen-
                                                     tes étapes de cette véritable épopée amorcée       Jacques Saint-Pierre
                                                     à la fin de la Deuxième Guerre mondiale avec
                                                     la création de la Société d'assurance des cais-
                                                     ses populaires et, en 1949, de l'Assurance-
                                                     vie Desjardins.
                                                             A l'image de l'histoire du Québec, celle
                                                     du Mouvement Desjardins s'accélère au dé-
                                                     but des années I960. Jusque-là, les impéra-
                                                     tifs de la sécurité financière dominent les
                                                     préoccupations des dirigeants. L'urbanisa-
                                                     tion amène les caisses à répondre à de nou-
                                                     veaux besoins, notamment le prêt hypothé-
                                                     caire qui favorise l'accès à la propriété aux
                                                     classes moyennes. Par contre, les caisses
      LES CHERCHEURS D'OR                            hésitent beaucoup à se lancer dans le crédit
                                                     à la consommation, où les compagnies de fi-
                                                     nance font des affaires d'or en prêtant à des
Disponible en librairie ou envoyer un chèque ou      taux d'intérêt très élevés. Les nouvelles aspi-
mandat postal au montant de 18,95 $ (taxe et ma-     rations des Québécois sont révélées aux diri-
nutention incluses)à :
                                                     geants du mouvement par une vaste enquête
Éditions J.-C. Dupont, 2700, rue Mont-Joli,
Sainte-Foy, QC, G1V1C8 (418) 659-1321                sociologique sur les comportements écono-          Allan Greer. Habitants et patriotes. La
                                                     miques des familles salariées, commandée en        Rébellion de 1837 dans les campagnes du
       (Vous pouvez photocopier ce coupon)           1956 à deux chercheurs de l'Université Laval.      Bas-Canada. Montréal, Les Éditions Boréal,
                                                     Ce diagnostic conduit à un assouplissement         1997, 370 p.
                                                     de la politique du crédit après I960.
                                                             Le Mouvement Desjardins subit égale-

                                                                                                        O
                                                                                                               n croyait que tout avait été dit sur les
                                                     ment de fortes pressions pour accroître sa                événements de 1837-1838. Le livre
                                                     participation au développement économique                 de l'historien Allan Greer offre une
                                                     du Québec. Il y répond en devenant parte-          lecture si rafraîchissante de cet épisode que


44                                                                                                           CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54, ÉTÉ 1998
                                                                                                        r     rtlCC          lltlX

nous avons l'impression de découvrir un
nouvel aspect de l'histoire du Québec! Cette
situation tient principalement à l'intérêt ma-
nifesté par l'auteur pour la société rurale
canadienne-française et ses traditions politi-
ques et culturelles d'avant 1837. En exa-
minant ainsi la vie communautaire rurale,
l'auteur espérait «contribuer à une meilleure
compréhension de l'insurrection». Les résul-
tats sont loin d'être décevants.
        C'est ainsi qu'il a mis l'accent sur des
institutions comme la milice et la paroisse
en plus de prêter une attention particulière
à certains aspects de la culture populaire
comme le charivari et la fête de mai «qui of-
frent des modèles d'action collective contre
les représentants locaux du régime colonial».
Cette approche permet de mieux cerner l'en-                L'élément central de cette analyse est           Vennat Pierre. Les héros oubliés. L'histoire
gagement des habitants dans le conflit spécia-     d'évaluer comment «Turc», journaliste, po-               inédite des militaires canadiens-français
lement au cours des mois d'été et d'automne        lémiste et pamphlétaire perçoit la relation              de la Deuxième Guerre mondiale. Tome 1 :
 1837, de loin l'épisode le plus important en      savoir/pouvoir dans la formation d'une cul-              De la mobilisation au raid de Dieppe.
ce qui a trait à leur participation.               ture canadienne-française. L'étude s'intéresse           Montréal, Les Éditions du Méridien, 1997,
        L'ouvrage comprend deux parties dont       à ses idées retrouvées dans ses chroniques,              350 p.
la première est consacrée à des sujets quali-      publiées entre 1914-1933 dans La Presse,
                                                   La Patrie, dans ses pamphlets (les cahiers

                                                                                                            A
fiés d'essentiels pour comprendre le rôle des                                                                      u cours de la Deuxième Guerre mon-
paysans dans la révolte (situation de la Ré-       de Turc), de la même époque. On y décou-                        diale, plusieurs ont attendu en vain
bellion dans un contexte international, sur-       vre les luttes et les résistances à la formation                le retour d'êtres chers. Pour sa part,
vol de la structure sociale et de l'économie       de la culture canadienne-française et des su-            l'auteur, Pierre Vennat, y a perdu son père,
agricole des campagnes au début du XIXe siè-       jets qui s'y rattachent. Il se préoccupe des             le lieutenant André Vennat. Ce journaliste de
cle, coutumes canadiennes-françaises, mon-         problèmes culturels qu'il considère aigus au             carrière, nous présente les vraies raisons qui
tée du parti et du mouvement patriotes). La        Québec : la paresse intellectuelle et l'enva-            ont poussé tant d'hommes à aller combattre
seconde partie de l'ouvrage est constituée         hissement par la culture anglophone, surtout             les ennemis de la liberté. De plus, il rend
d'épisodes de l'année 1837 apparaissant dans       américaine. L'idée maîtresse de ses inter-               hommage à ceux qu'il appelle les «héros
un ordre plus ou moins chronologique               ventions est d'éduquer le peuple dans le but             oubliés», ces personnes qui ont donné leur
(conflit Français/Anglais, participation fémi-     de le grandir sur les plans culturel et intel-           vie pour cette cause.
nine, reconstitution révolutionnaire des com-      lectuel. Il veut préserver et améliorer la qua-                  Ce livre, qui constitue le premier tome
munautés locales, tendances antiféodales,          lité de la langue de ses compatriotes.                   d'une série de trois, est construit de façon
affrontements armés et répression). Parmi                  Sur le plan idéologique, il navigue              chronologique. Il débute avec la mobilisa-
ces thèmes, celui consacré au rôle des fem-        constamment entre les courants libéraux et               tion des forces armées canadiennes au dé-
mes est particulièrement intéressant.              conservateurs.                                           but des tensions et se termine en 1942 avec le
Écrit dans un langage clair, ponctué d'exem-               Six chapitres permettent au lecteur de           raid de Dieppe. Cette périodisation nous per-
ples pertinents et explorant de nouvelles          réaliser comment Victor Barbeau a modelé                 met de bien comprendre l'entrée en guerre
sources documentaires, cet ouvrage a toutes        l'opinion publique à l'égard de la littérature,          du Canada.
les qualités pour intéresser les passionnés        du théâtre, du cinéma et de la langue fran-                      Pierre Vennat nous présente l'origine
d'histoire.                                        çaise. Le chapitre 1 présente Victor Barbeau             des différents régimenLs engagés dans le con-
                                                   sur les plans personnel et professionnel, les            flit. Par la suite, il nous expose les premières
                                                   chapitres 2 et 3, ses idées sur les conditions           actions du gouvernement canadien dans sa
Michèle Jean                                       économiques, politiques et sociales qui in-              préparation à la guerre et l'implication des
                                                   fluencent la culture canadienne-française.               troupes dans les batailles. Le livre nous fait
                                                   Dans les chapitres 4 et 5, nous découvrons               connaître des hommes, comme le major abbé
Michèle Martin. Victor Barbeau, pionnier           ses idées sur les activités culturelles : le théâ-       C.-E. Chartier, qui grâce à leurs antécédents
de la critique culturelle journalistique.          tre et la littérature. Enfin, le dernier chapitre        militaires vont être d'un grand apport pour
Sainte-Foy, Les Presses de l'Université Laval,     livre sa vision critique concernant la culture           l'armée canadienne. On y découvre même
1997, 228 p.                                       populaire et la culture d'élite.                         des familles entières qui s'impliquent dans
                                                           «Discipliner les goûts des publics, les          le conflit comme les Pérusse ou encore les
                                                                                                            Bédard.

C
      e volume est le fruit d'une recherche        activités des artistes et des producteurs, les
      approfondie sur le développement de          interventions des gouvernements et les com-                      Un petit reproche que l'on peut adres-
      la critique culturelle journalistique au     portements individuels, voilà le rôle que                ser à l'auteur, c'est que l'ensemble de ces in-
Québec. Avant Victor Barbeau (sous le pseu-        s'est donné Turc» (p.199).                               formations proviennent d'une seule source,
donyme de Turc), né le 17 août 1894 et dé-                                                                  le journal La Presse de Montréal où il exerce
cédé le 19 juillet 1994, cette critique était                                                               son métier de journaliste. Il aurait été inté-
plutôt timide et n'existait pas de façon systé-                                                             ressant de voir ce qui a été écrit sur le sujet
matique.                                           Laval Lavoie                                             dans les autres quotidiens.


CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54, ÉTÉ 1998                                                                                                                      45
                    id
          *cc & u x Lev ic$

                                                                                                      C
       Construit de façon simple, le livre nous    comme le faisait autrefois le Journal du Bo-              'est en 1946 que Lionel Groulx fondait
permet de bien suivre le déroulement de la         réal Express pour notre histoire du Canada.               l'Institut d'histoire de l'Amérique fran-
mobilisation des forces armées canadiennes                  Les éléments qui composent l'ouvrage             çaise (IHAF) et l'année suivante que
et leur participation au conflit. De plus, les     ne se limitent pas au contenu des œuvres et        paraissait le premier numéro de la Revue
nombreuses anecdotes que comporte le li-           sont souvent anecdotiques, mais la vie et les      d'histoire de l'Amérique française (RHAF),
vre le rendent fort agréable. C'est avec inté-     déboires des vedettes du cinéma font aussi         également lancé à son initiative. Pour souli-
rêt que j'attends la sortie des tomes suivants.    partie de cette histoire.                          gner son cinquantenaire, la revue présente,
                                                            Nous ne pouvons par ailleurs que nous     dans ce numéro spécial dirigé par Jacques
Philippe Allard                                    réjouir des quelques passages où il est ques-      Rouillard, des articles faisant le point sur dif-
                                                   tion de certains aspects de l'industrie du ci-     férentes questions historiographiques. Réunis
                                                   néma québécois. Signalons quelques exem-           sous le titre «Les pratiques de l'histoire de
                                                   ples choisis : «Record du monde battu à            l'Amérique française depuis 50 ans», ces tex-
                                                   Montréal» (p. 102), à propos de la recons-         tes ont fait l'objet de communications présen-
                                                   truction du cinéma Ouimetoscope (qui con-          tées lors du 50e congrès de l'IHAF qui s'est
                                                   tenait 1 200 places) en 1907 ; «La Belle Pro-      tenu en octobre 1997 autour de la même thé-
                                                   vince ne se console pas d'être en Amérique»        matique et nous invitent à réfléchir sur les
                                                   (p. 806), à propos du succès du film Le            transformations de la discipline historique au
                                                   Déclin de l'empire américain de Denys              cours de ce demi-siècle.
                                                   Arcand.                                                     L'article de Patrice Régimbald, qui
                                                            Évidemment, des esprits mesquins          ouvre ce numéro, de même que celui de
                                                   pourraient formuler à cet ouvrage monu-            Ronald Rudin, qui le suit, s'intéressent au
                                                   mental le reproche que l'on a régulièrement        développement de la discipline historique
                                                   servi à toutes les histoires du cinéma qui ont     au Québec entre les années 1920 et I960.
                                                   précédé : ce Livre n'épuise pas le sujet et ne     Régimbald examine les lieux où se faisait
                                                   dit pas tout sur tout. C'est exactement le re-     l'histoire avant son entrée dans le système
Jacques Legrand et Pierre L'Herminier (sous        proche qu'on avait naguère adressé aux             universitaire francophone dans les années
la direction de). Chronique du cinéma.             ouvrages en plusieurs tomes de Mitry et Sa-         1940. Rudin, lui, s'attarde à l'action de Lionel
Bassillac (France), Éditions Chronique,            doul. Depuis, personne n'osait s'aventurer         Groulx, comme directeur de l'Institut et de
 1997, 984 p.                                      sur ce terrain. De plus, l'abondance des pho-      la revue. Il nous le présente non seulement
                                                   tos fait en sorte que plusieurs d'entre elles      comme un propagandiste du nationalisme
                                                   nous semblent beaucoup trop petites. Mais il       canadien-français, mais aussi comme un

D
         epuis les ouvrages majeurs de Jean
         Mitry et de Georges Sadoul, qui           serait difficile de produire à un prix aussi       historien «désireux de faire œuvre scienti-
         avaient publié une Histoire du cinéma     modique un ouvrage d'un tel luxe.                  fique» (p. 201). Les cinq textes suivants font
en plusieurs tomes il y a plus de 40 ans, plus              On ne peut que se réjouir de cette ini-   état du développement de certains champs
personne ne semblait oser aborder de front         tiative, qui incitera beaucoup de néophytes à      de spécialisation en histoire au cours des
l'évolution du septième art. On remarquait,        s'intéresser à ce domaine. Cette Chronique         30 dernières années. Ils tentent de les situer
bien sûr, des ouvrages circonscrits dans les       du cinéma demeurera sans doute la porte            en regard de courants historiographiques
périodes et les lieux (par exemple, une étude      d'entrée la plus accessible pour s'initier à       particuliers ou s'interrogent sur leur con-
sur l'histoire du cinéma français contempo-        l'histoire du cinéma.                              tribution à l'explication historique globale.
rain, une histoire du cinéma américain du-                                                            Ainsi, Real Bélanger prône un retour à une
rant telle guerre, etc.), mais plus de ces am-     Yves Laberge                                       histoire politique renouvelée, c'est-à-dire
bitieux ouvrages généraux voulant couvrir                                                             ouverte au politique tout autant qu'à la poli-
toute l'histoire du cinéma mondial.                                                                   tique. Gérard Bouchard signale quant à lui
        Cette gigantesque Chronique du ci-                                                            certains des paradoxes qui ont marqué le
néma nous permet de suivre les grandes éta-                                                           développement de l'histoire sociale et s'in-
pes de l'histoire du cinéma, du Moyen-                                                                terroge sur la place de ses historiens dans la
Age (!) à 1996 inclusivement, non au moyen                                                            construction de la mémoire historique collec-
d'un texte continu, mais plutôt, comme il se                                                          tive et dans les débats sociaux actuels. Andrée
doit, par l'image. Il s'agit en effet de la plus                                                      Lévesque trace un bilan assez positif des
riche iconographie que l'on puisse imaginer                                                           avancées de l'histoire des femmes et de son
sur le sujet : une quantité innombrable de                                                            intégration à l'enseignement et à la produc-
photos, d'affiches, d'extraits de films, de por-                                                      tion d'ouvrages de synthèse. Yvan Lamonde
traits de vedettes, datant de toutes les épo-                                                         précise ce que recoupe l'histoire culturelle
ques. Les textes d'accompagnement, car il y                                                           québécoise, tout en démontrant l'influence
en a aussi, sont rédigés avec la collaboration                                                        des débats historiographiques sur son évolu-
des plus importants spécialistes français :                                                           tion. Il la situe également dans l'ensemble de
Vincent Pinel, Freddy Buache, Claude Beylie,                                                          l'historiographie internationale. Enfin, Jean
Barthélémy Amengual et plusieurs autres.                                                              Roy, s'attarde à l'influence de l'historiogra-
Les courts articles nous présentent chrono-                                                           phie religieuse française sur les recherches
logiquement une multitude d'événements re-                                                            québécoises dans ce même domaine.
                                                   Les pratiques de l'histoire de l'Amérique
liés à l'histoire du cinéma au sens large (an-     française depuis 50 ans. Numéro spécial de                Par la diversité des questions abor-
nonces de projets de tournage, naissance et        la Revue d'histoire de l'Amérique fran-            dées, la richesse des bilans proposés et la va-
décès de cinéastes, remises de prix), un peu       çaise, vol. 51, n° 2, (automne 1997), 319 p.       riété des points de vue exprimés, le cinquan-


 46                                                                                                        CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54, ÉTÉ 1998
                                                                                                       r L&cc ^ccx
tième numéro de la RHAF s'avère une réfé-           d'espace cultivable et de la disparition ra-
rence indispensable pour ceux et celles qui         pide des petites industries locales sur le ter-
s'intéressent à l'histoire et aux transforma-       ritoire de la réserve huronne. Un texte du
tions de la discipline. Il marquera très cer-       géographe Christian Morissonneau, publié en
tainement une étape importante dans l'his-          1970, complète la première tranche du vo-
toire de la revue.                                  lume et situe dans la territorialité le déve-
                                                    loppement de la réserve.
Denyse Baillargeon                                          La seconde partie du livre est consti-
                                                    tuée de quatre textes, publiés après l'Arrêt
                                                    Sioui. Trois d'entre eux ont d'ailleurs servi
                                                    à documenter des procédures juridiques. Le
                                                    sociologue Denys Delâge situe le village de
                                                    Lorette dans un contexte particulier, celui des
                                                    réseaux d'alliance des premières nations
                                                    après la Conquête et il soutient que les Hu-
                                                    rons auraient été des agents de perception
                                                    pour les «Blancs». Dans un long texte, Cor-         l'idéologie marxiste, que l'auteur utilise
                                                    nelius J. Jaenen dresse une histoire des Hu-        habilement afin d'analyser notre histoire en
                                                    rons, en tenant compte du statut particulier        fonction des luttes de classes et de luttes na-
                                                    de ce groupe au sein des Sept nations (feux)        tionales. Il en résulte un ouvrage rigoureux,
                                                    du Canada avant et après 1760. Reconnais-           quoique engagé socialement. La traduction
                                                    sant la valeur du traité de Murray, Jaenen in-      française est excellente, et l'annexe biblio-
                                                    siste sur la question des droits territoriaux       graphique présentant les ouvrages publiés
                                                    des Amérindiens en opposition avec le prin-         depuis la parution originale en I960 est très
                                                    cipe des réserves amérindiennes. Conscient          pertinente. Il y a quelques gravures et car-
                                                    du fait que le contexte juridique actuel in-        tes, concentrées au début du livre.
Denis Vaugeois (sous la direction de).              fluence la réécriture de l'histoire amérin-                La première partie de l'ouvrage est as-
Les Hurons de Lorette. Sillery, Septentrion,        dienne, Alain Beaulieu s'interroge sur la           sez sommaire. On y décrit le mode de vie des
1996,346 p.                                         compréhension qu'avaient les autorités co-          Amérindiens avant l'arrivée des Européens.
                                                    loniales et les Hurons au moment de la ré-          La lecture marxiste de ces sociétés offre ici le
                                                    daction du traité de Murray. Dans un texte

D
         ans La fin des alliances franco-                                                               portrait de sociétés toutes communales, sauf
         indiennes. Enquête sur un sauf-            rédigé spécialement pour cet ouvrage, l'his-        pour les peuples prospères de pêcheurs de
         conduit de 1760 devenu un traité en        torien Marcel Trudel, à la lumière de ses           saumon de la côte Ouest, qui amorçaient
1990, un ouvrage publié en 1995, l'histo-           recherches sur l'histoire des modalités qui         une transition vers l'esclavagisme.
rien Denis Vaugeois analysait un document           entourent la signature des traités, ne cache               Dans les chapitres suivants, on voit
étonnant, le traité de Murray, et surtout les       pas sa surprise quant à l'interprétation qu'on      le contact entre les sociétés communales
diverses interprétations de ce document, dont       a faite d'un sauf-conduit, signé par James          autochtones et les sociétés féodales, comme
l'original était jusque-là resté introuvable.       Murray.                                             la France, ou même capitalistes, comme
Dans Les Hurons de Lorette, l'historien pré-                Dans ce recueil, l'historien Denis          l'Angleterre et la Hollande. C'est cet angle de
sente un recueil de sept textes traitant de ce      Vaugeois a regroupé des textes qui illustrent
groupe d'Amérindiens, et, ô surprise, nous          bien le débat entourant la nature du traité de
fait part de la découverte, en 1996, de l'ori-      Murray. On peut donc considérer ce livre
ginal du traité de Murray, daté du 5 septem-        comme une suite à son ouvrage précédent
bre 1760 et conservé aux Archives nationa-
les du Québec à Québec.
                                                    sur la fin des alliances franco-indiennes.                (Collectophiley
        Divisé en deux parties, cet ouvrage est     Yves Hébert
en quelque sorte une brève anthologie rela-
tive aux Hurons de Lorette. La première par-                                                             LA S E U L E L I B R A I R I E
tie comprend trois textes rédigés avant l'Ar-       Stanley Bréhaut Ryerson. Les origines                     AU Q U É B E C
rêt Sioui, rendu le 24 mai 1990 par le juge         du Canada (réédition et traduction).                       SPÉCIALISÉE DANS LA VENTE D E
                                                                                                                 H V R E S D E R É F É R E N C E AUX
Antonio Lamer, lequel reconnaissait comme           Montréal, VLB éditeur, 1997, 386 p.                       COLLECTIONNEURS
un traité une copie du document mentionné
plus haut. L'un de ces textes, écrit et publié

                                                    I
                                                        l aura fallu attendre 37 ans avant que la
en 1901-1902 par le sociologue Léon Gérin
(1863-1951), dresse un portrait des Hurons
                                                         première partie du livre de Stanley
                                                         Bréhaut Ryerson, The Founding of Ca-
                                                                                                             UN niiwiMmatrii
de Lorette et décrit les transformations so-        nada. Beginnings to 1815, ne soit traduite           (Catalogue sur demande)
ciales et les conditions défavorables en ce qui     en français. Il s'agit pourtant d'une synthèse       Art, Antiquité, Jouets
a trait au travail et à la propriété individuelle   majeure, qui méritait d'être connue d'un plus         Objets de collection
qui ont joué sur leur destin. Dans l'œuvre du       large public francophone. Ce qu'on retire de
sociologue Jean-Charles Falardeau (1914-            la lecture de ce livre, ce ne sont pas des faits             COLLECTOR H ILE
                                                                                                                  3 6 0 1 Rue M o n s e l e t ,
1989), l'éditeur a choisi un mémoire de             nouveaux, mais plutôt une interprétation               Montréal-Nord, Quebec. H1H 2A7
                                                                                                                  T e l : (514) 9S5-03S5
baccalauréat présenté à l'Université Laval en       originale de l'histoire du Canada, des origi-          1-800-567-0297 (Ext. de M o n t r é a l )
1939 qui traite également des problèmes             nes à 1815. Cette interprétation repose sur                   F a x : (514) 9 5 5 - 0 3 5 7



CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54. ÉTÉ 1998                                                                                                                      47
             :e a^u^x t c v t c ô
lecture qui est intéressant. À rencontre de        nauté juive, voici que se font enfin entendre       veloppement d'une cinquantaine de pages
Guy Frégault, seize ans avant lui, dans La         quelques notes discordantes qui contribue-          sur la «Formation de la communauté juive
civilisation de ta Nouvelle-France (1944),         ront peut-être à renouveler le débat. Loin de       du Québec», l'auteur aborde la question des
Ryerson insiste sur le fait que «le système sei-   se contenter de répliquer platement à ceux          relations entre les Juifs et le système scolaire
gneurial, dans la colonie comme en France,         qui font des Québécois francophones des             public ainsi que la formation de «Mouve-
était un système d'exploitation féodale, dont      brutes viscéralement antisémites, les livres de     ments scolaires juifs à Montréal». Lexique,
la pierre angulaire était le droit qu'avait le     Medresh, Corcos et Anctil entreprennent de          chronologie et bibliographie viennent ajouter
seigneur de s'approprier le travail non ré-        remettre les pendules à l'heure, pour le bé-        encore à la qualité et à l'utilité de l'ouvrage.
munéré du censitaire».                             néfice de tous, afin que les méchantes lan-                 Enfin, une étude de l'histoire juive
        Plus loin, l'auteur nous raconte com-      gues ne trouvent pas dans méconnaissance            montréalaise serait sans doute incomplète
ment l'évêque et les jésuites réussirent à an-     du grand public un terrain fertile pour les         sans une incursion dans son imaginaire col-
nuler une représentation du Tartuffe de            préjugés.                                           lectif. Cette expérience, Pierre Anctil la tente
Molière, mise en scène par les officiers de la             C'est d'abord grâce à la réédition des      et la réussit avec brio. Dans Tur Malka
garnison. Le récit de la Conquête, de l'indé-      mémoires d'Israël Medresh que les lecteurs          («montagne du roi» en araméen), ce spécia-
pendance américaine et de ses conséquen-           peuvent s'initier au monde juif québécois.          liste de l'histoire juive québécoise nous ap-
ces, puis de l'établissement du pouvoir bri-       Journaliste au Keneder Odler durant les pre-        prend d'abord l'importance déterminante
tannique au Canada suivent.                        mières années de ce siècle, Medresh publia          que revêt le mont Royal dans la culture juive
        L'auteur conclut par la Guerre de 1812,    en 1947 un recueil dans lequel il dépeignait        montréalaise : «De ce sommet tout proche
alors que les États-Unis tentèrent d'envahir le    le Montréal juif d'autrefois tel qu'il appa-        et pourtant difficilement accessible, on aurait
Canada. Il montre le rôle de ce conflit en         raissait dans les années 1905-1918. Pour la         pu croire que se dégageait une aura de mys-
tant que constructeur de l'identité cana-          première fois rééditées et traduites du yid-        ticisme et de piété transcendante, un peu à
dienne. Cette guerre est aussi une belle oc-       dish, les courtes chroniques sont un docu-          l'image des collines entourant la Jérusalem
casion d'étudier les sociétés américaine et        ment précieux qui, tout en étant d'un abord         du roi David. Constatant au fil des jours sa
canadienne ainsi que les tensions qui les          et d'une lecture faciles, s'avère très éclairant.   présence immuable, les Juifs sentaient peut-
traversent.                                        En effet, l'auteur, qui n'a évidemment pas          être moins lourdement les peines de leur exil
        Les origines du Canada est un livre        écrit sous l'influence des pénibles débats ac-      montréalais».
passionnant, qui offre une vision différente       tuels, nous fournit une œuvre dépourvue de                  Mais bien plus que les simples flâne-
de notre histoire.                                 volonté polémique qui se contente de dé-            ries qu'annonce le titre de ce recueil, les neuf
                                                   crire clairement et simplement des épisodes         articles qu'il comporte abordent systémati-
Georges Lemieux                                    significatifs de la vie quotidienne judéo-          quement les enjeux les plus importants de
                                                   montréalaise. Ainsi, par exemple, sans nier         l'histoire juive d'ici, du XVIIIe siècle à nos
                                                   qu'à une certaine époque, une partie de l'élite     jours. Parmi les titres les plus intéressants,
                                                   francophone ait tenu des propos et posé des         notons entre autres les chapitres intitulés
                                                   actes antisémites, Medresh affirme que, gé-         «A. M. Klein : du poète et de ses rapports
                                                   néralement, les Canadiens français ne fai-          avec le Québec français» et «André Lauren-
                                                   saient pas preuve d'un tel racisme. Au con-         deau et le grand virage identitaire de la Ré-
                                                   traire : «Durant la période de la grande            volution tranquille».
                                                   migration, les Juifs fraîchement arrivés furent
                                                   très bien accueillis par les francophones des       François Robichaud
                                                   villes et des bourgades (shtetlekh) de la pro-
                                                   vince de Québec. Quand les Juifs immigrants
                                                   se rendaient dans les petites localités             Rudy Le Cours. À la découverte des vins et
                                                    (derfer) pour vendre des marchandises sur          des boissons artisanales du Québec.
                                                   un mode itinérant, la plupart du temps ils ne       Montréal, Les Éditions de l'Homme, 1998,
                                                   rencontraient que des francophones. Les mar-        192 p.
                                                   chands canadiens-français qui résidaient sur
                                                   place recevaient les Juifs avec bienveillance et    Richard Bizier et Roch Nadeau. Le guide
                                                   communiquaient avec eux par gestes. Les             Bizier et Nadeau. Le répertoire des res-
                                                   francophones faisaient même tout ce qui était       taurants et des adresses gourmandes du
 Israël Medresh. Le Montréaljuif d'autre-
                                                   en leur pouvoir pour faciliter le difficile la-     Québec. Montréal, Les Éditions de l'Homme,
fois. Traduction et présentation par Pierre
                                                   beur des "pedlers". Grâce à cette ouverture         1997, 496 p.
 Anctil. Sillery, Septentrion, 1997, 272 p.
                                                   face aux étrangers et cette coopération de la
                                                   part des francophones, plusieurs marchands                erdu? Embarrassé? Frustré?... Si vous

                                                                                                       P
Ariette Corcos. Montréal, les Juifs et l'école.
                                                   itinérants juifs purent cesser ce type d'acti-            prenez la route des vacances au Qué-
Sillery, Septentrion, 1997, 305 p.
                                                   vité assez vite, et ils purent s'établir dans de          bec, cet été ou cet automne, il est par-
                                                   petites villes pour y ouvrir un magasin au          fois préférable d'avoir un minimum de pré-
Pierre Anctil. TurMalka -.flâneries sur les
                                                   milieu d'un voisinage amical».                      paration avant le départ pour éviter les mau-
cimes de l'histoire juive montréalaise.
Sillery, Septentrion, 1997, 199 P-                        Par ailleurs, parler de l'histoire d'une     vaises surprises. Et c'est fou le nombre de
                                                   communauté, ne commande-t-il pas aussi              guides touristiques qui nous tendent la main
                                                   que l'on s'intéresse à son éducation? C'est         pour nous aider à faire notre itinéraire. On

E
     n dépit du concert de diffamations qui
     s'élève d'ordinaire contre les Québé-         ce que fait Ariette Corcos dans un ouvrage          vous suggère toutefois de consulter attenti-
     cois francophones lorsqu'on aborde la         traitant de la communauté juive dans ses            vement le guide qui correspond à vos goûts
question de leurs rapports avec la commu-          rapports à l'école québécoise. Après un dé-         et passions avant de l'acquérir.


 48                                                                                                         CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54, ÉTÉ 1998
                                                                                                           r ttlCC          stUj,X
                                                                                                                    Volumineux, Le guide Bizier et Nadeau
                      RudyUCur                                                                              répertorie plus de 550 restaurants, 525
                                                                                                            adresses gourmandes et 250 attraits touristi-
                                                                                                            ques. Dans cet ouvrage qui couvre un grand
                                                                                                            nombre de villes du Québec groupées par
                         ,,VlNSl                                                                            région, on trouve une vaste sélection de res-
                                                                                                            taurants «toqués» par les auteurs en fonc-
              J «M*                     I                                                                   tion de la qualité des plats, de la carte des
        H BOISSONS!                                                                                         vins, du service, de l'ambiance et du prix.
               ; ARTISANALES                                                                                Pour chaque région, des centaines de bouti-
                                                                                                            ques, d'épiceries fines, de boucheries, de
                                                                                                            poissonneries, de chocolateries et de pâtis-
                                                                                                            series sont aussi recensées et commentées...
                                                                                                            Très appétissant! Ce guide, rempli d'infor-
                                                                                                            mations pratiques et utiles pour faire des
                                                                                                            découvertes gourmandes, souffre cependant
                                                                                                            du temps qui passe, car il est difficile d'être
                                                                                                            constamment à jour dans un secteur aussi
                                                         qu'un court texte racontant tantôt l'histoire      changeant et mouvementé que le monde de
        Journahste WLa Presse, Rudy Le Cours             des lieux, tantôt celle des gens qui œuvrent       la restauration.
a réalisé un guide pour qui aime découvrir               à la propriété, constituent l'essentiel de ce              Pour ne pas crier famine quand la bise
des produits originaux fabriqués ici. Le vin,            guide. L'ouvrage se termine par un «petit          sera venue, prenez votre vélo, votre auto
le cidre, l'hydromel, les boissons à base de             lexique», un index alphabétique établi selon       ou... le train et visitez les producteurs et les
fruiLs ou de sève d'érable, autant de produits           le genre de produit et une bibliographie com-      boutiques gourmandes en faisant provision
élaborés de manière artisanale par plus de               mentée. Humble, l'auteur dit de son livre qu'il    de bonne chère que sollicite votre appétit.
66 producteurs sont recensés et classés par              «n'a rien de l'ouvrage savant. C'est un petit      Perdu?... Suivez le guide!
région touristique. Une carte géographique               guide qui se veut utile [...].» Peut-être, mais
situant les propriétés visitées par l'auteur             c'est bien fait, agréable à consulter, abon-       Martin Beaulieu
ouvre chaque chapitre. Le nom, l'adresse et              damment illustré et indispensable pour
le numéro de téléphone des propriétaires, la             faire ses provisions afin de recevoir amis
liste et le prix des produits offerts, ainsi             ou parents lors des froides soirées d'hiver.


                               LE           SYMPOSIUM
                                  DE LA NOUVELLE PEINTURE
                                         AU CANADA
                              d u 31 j u i l l e t au 6 s e p t e m b r e   1998

                              F A I R E
                                     LES ARTISTES INVITÉS:
                                     Wanda Koop             Winnipeg
                                     Rita Letcndre          Toronto
                                     Suzellc Levasseur      Montréal
                                     Alberto Castro Li'nero Mexico

           OUVERT TOUS LES JOURS DE 12 h 00 A 16 h 00
               23, rue Ambroise-Fafard (418) 435-3681
   Subventionne par                                     nunications du Québec




                                                                                       C'est dans cette maison, constmite pour Alphonse Desjardins
                                                                                      vers 1883, que fut élaboré le grand projet coopératif bien connu
                                                                                       aujourd'hui. Retrouvez-y de nombreux souvenirs sur la vie et
                                                                                          l'œuvre du fondateur des caisses populaires Desjardins.

                                                                                                Centre d'interprétation ouvert à l'année.
                                                                                                             Entrée gratuite.
                                                                                                                                          6, rue du Mont-Marie
                                                                                     f ^ O SOCIÉTÉ HISTORIQUE                          Lévis (Québec) C6V 1V9
                                                                                     k % J V ALPHONSE-DESJARDINS                                 1418)835-2090
                                                                                                                                        1-800-463-481012090)



CAP-AUX-DIAMANTS, N° 54, ÉTÉ 1998                                                                                                                      49

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:4
posted:10/2/2011
language:French
pages:7