Read the full speech - Key Speeches by EuropeanUnion

VIEWS: 28 PAGES: 10

									José Manuel Durão Barroso

President of the European Commission




             A MODERN SOCIAL EUROPE
                 FOR THE GLOBAL AGE




Congress of the European Trade Union Confederation
Seville, 21 May 2007
Ladies and gentlemen,


Es un placer de estar aquí con ustedes, en Sevilla. Esta ciudad ocupa un lugar particular en el corazón
de Europa. Su eco universal honra a todo nuestro continente. Ciudad de las artes y el conocimiento
con miras a la modernidad, Sevilla, tan cerca de mi país, Portugal, es un magnífico ejemplo de la
grandeza de Andalucía y de España. Su historia y su modernidad, esta es tambien nuestra idea de
Europa.


Mis primeras palabras son para Andalucía, palabras de comprensión y solidaridad con los 1.600
trabajadores de Delphi y sus familias.


Soy consciente del drama humano que representa la perspectiva de perder el empleo, especialmente
en una zona fuertemente industrial como Puerto Real.


Me satisface constatar que las autoridades españolas, y en especial la Junta de Andalucía, ya se han
movilizado para encontrar soluciones y dar una perspectiva de futuro a los afectados.


La Comisión europea ha seguido de cerca este tema. Ya en el mes de marzo, mi colega Vladimir
Spidla, Comisario de empleo, recibió personalmente a las autoridades autonómicas y municipales
precisamente para discutir el caso de Delphi.


Confiamos en que estos esfuerzos comunes permitan encontrar una salida satisfactoria para todos. La
Comisíon está a disposición de las autoridades españolas - como de las autoridades portuguesas
porque hay tambien un problema identico para 500 trabajadores de Guarda - para aprovechar al
máximo los instrumentos y ayudas comunitarias disponibles, y en particular el Fondo social europeo.


Aunque naturalmente es indispensable encontrar respuestas para situaciones de despido colectivo
come la de Delphi, es igualmente importante para Europa mejorar su capacidad de hacer frente a los
fenómenos de restructuración.


Todos los países europeos deben mejorar la competitividad de sus empresas y su capacidad de
adaptación al cambio. Y ningún país puede realizar este esfuerzo en solitario: es una tarea común de
la Unión europea.


I thank you, and particularly the Secretary General, John Monks, for inviting me here to speak to you.


We meet at a time of change and real opportunity.


                                                    2
Looking back, we can see what fifty years of European Union has brought to Europeans: prosperity,
yes, but also a prosperity governed by solidarity both between and within the nations of Europe. One
of the things of which the EU can be most proud is how prosperity has been shared – no region has
been left behind, living standards have risen in all Member States.


My main message today is that the solidarity which has helped make such a success of the last 50
years can serve us well for the next 50 years.


I just said we were meeting at a time of change. Europe is at last recovering. The economy is
bouncing back.


Forecasts for growth in the EU have been raised recently to 2.9%. Growth is expected to remain
buoyant next year. And growth gives governments choices they would not otherwise have. It allows
them to invest in health, in education, in childcare and in pensions.


Growth brings convergence, with the less prosperous member states catching up.


Growth also brings jobs. The EU is expected to create almost 9 million new jobs over the period
2006-2008.


Unemployment is expected to fall to 6.7% in 2008. This is still too high – but it is the lowest figure in
more than a decade.


At the same time, women’s participation in the labour market is also increasing, the woman
employment rate has increased by more than 5 percentage points from 51.1 in 1997 to 56.3 in 2005.
And the same is true for older workers, for the same period, the older employment rate has increased
from 35.7 to 42.5. All showing how full employment is the best tool for social cohesion.


All of this is feeding a growing mood of optimism. We need to take advantage of this new mood. I
see real momentum towards a solution of the Union's political dilemmas and a new Treaty settlement.
I think there is now recognition of a point I have made for some time; growth and jobs is a European
agenda – the advances in European integration are made when people are confident; and confidence
requires growth and jobs.




                                                    3
I also believe that this new confidence gives us – the EU, the Member States and the social partners –
an opportunity to shape our social policies and actions to anticipate and prepare for changes in the
future.


Managing change is not easy – particularly not when Europeans are worried about the future. And the
truth is that Europeans, today, alongside high levels of personal life satisfaction, feel that life in future
will not be as good for their children as it has been for them.


Again, most Europeans are content with their social models, but a majority also worry about its
sustainability - nearly two thirds in France and Germany, and half in Britain.


What is shaping these attitudes? Why are Europeans not as confident about the future as they are
about the present?


I perceive an underlying fear of change. Recent decades have seen fundamental changes in Europe's
working landscape:


- First, the switch to service employment and the decline of mass manufacturing has led to the
disappearance of old industrial jobs. These jobs provided security and self respect to a generation of
working people in the post war era. New jobs have not managed to create this sense of security and
self respect.


- Second, recent years have also seen widespread company restructuring in the face of increasing
competitive pressures.


Economic change is not going to stop. If we’re honest, whether we like it or not, the pace of change
will quicken - not slow. Science and technology advance ever more rapidly. Competition will
increase.


Change is no longer something that we can expect just once in a generation. It is now the norm, not
the exception.


We need to embrace change in our societies as a source of dynamism, not as a threat. We need to
equip ourselves to adapt to change.


How?




                                                      4
First we need a good understanding of changing social realities and attitudes. Just as we need to
understand the dynamics of the economy we need to understand our societies in order to make better
policies.


The social models of the past were built on the foundations of a mass manufacturing industrial society
and a male breadwinner welfare state.


The social challenges of our societies today are now quite different: the knowledge economy, the
consumer society, the changing shape of family life. At the same time, our welfare states, faced with
an ageing demography, have problems of sustainability, equity between the generations and
difficulties in adjusting to new social risks.


We need to understand these challenges. We need to look at:
- the main trends – like demographical change and the search for work-life balance
- the main problems – like child poverty, family breakdown, the marginalisation of the young, the
lack of integration of minorities.


That is why, in our Citizens Agenda a year ago, we announced that the Commission would conduct a
stocktaking exercise of Europe’s social reality. We launched a wide ranging public consultation on
social issues in February and I would urge you to contribute your views.

En attendant, pour nous donner les moyens de nous adapter au changement, nous devons tirer parti de
la mondialisation.


Lorsque je rencontre des dirigeants et des relais d'opinion hors d'Europe et que je leur parle du
pessimisme général des Européens face à la mondialisation, je vois bien leur perplexité !


Eux ont le sentiment que le changement offre à une majorité d’Européens une foule de possibilités
nouvelles.


Les exportations européennes vers la Chine se sont envolées, en passant d’environ 20 à 52 milliards
d'euros. La Chine représente aujourd'hui près de 5 % de nos exportations.


L’Union européenne est et doit rester un moteur de l'ouverture de l’économie et de la société. Les
marchés ouverts offrent de nouveaux débouchés aux entreprises et stimulent le potentiel d’innovation
et de croissance. Nous savons ce qu’il faut faire pour que l’ouverture économique produise de la
croissance. Nous l’avons fait par le passé, et nous continuons à le faire aujourd’hui.



                                                    5
Ce que nous voulons, c’est favoriser des modèles d’ouverture qui ne contrarient pas le marché
intérieur. C’est-à-dire une Europe qui protège sans être protectionniste. Une Europe de la cohésion.


Mais soyons clairs! Pour garantir la cohésion sociale, nous avons besoin d'une Europe ouverte.
L'Union européenne reste le premier destinataire de l'investissement direct étranger. L'Europe est le
premier exportateur et le deuxième importateur au monde. Et nous savons tous que pour exporter, il
faut importer. On voit bien que, dans ce contexte, fermer l'Europe et tomber dans le protectionnisme
reviendraient à réduire les possibilités de croissance de l'économie et de l'emploi dans notre Union.
Ce serait aller à l'encontre de l'intérêt de nos travailleurs. Mais s'il est vrai que l'ouverture économique
offre des possibilités de croissance, il n'est pas moins vrai qu'elle accentue des changements sociaux
qui peuvent être difficiles.


Beaucoup rendent Bruxelles responsable de ce qu’ils perçoivent comme les causes immédiates du
problème – la nouvelle concurrence, de Chine ou d’ailleurs, qui détruit leurs emplois, les
délocalisations, la sous-traitance ou encore l’arrivée de travailleurs migrants dans la foulée de
l’élargissement de l’Europe.


Je pourrais citer des dizaines d’études économiques qui démontrent que, dans l’ensemble, l’Europe
profite équitablement de l’économie ouverte, que les travailleurs migrants rendent les économies plus
dynamiques et que les pertes d’emplois liées aux délocalisations et à la sous-traitance sont largement
surestimées. L'observatoire européen des restructurations a montré que 77 % des réductions d'effectifs
planifiées dans le cadre des restructurations prévues entre 2002 et 2004 étaient dues à des
restructurations internes, et que 7 % seulement étaient imputables à des délocalisations. Ce sont des
faits objectifs.


Mais lorsque leur propre emploi est supprimé et qu’ils ne voient pas d’issue, les travailleurs sont à
juste titre préoccupés. Et il faut le reconnaître: si le changement fait toujours des gagnants, il fait aussi
des perdants. Ces perdants méritent des mesures concrètes de solidarité sociale, et surtout pas un
haussement d'épaule de l’Europe.


C'est pourquoi une de mes premières initiatives de Président de la Commission européenne a été de
proposer la création d'un Fonds d'ajustement à la mondialisation. Une mesure certes peu
spectaculaire, mais qui symbolise la solidarité dont l'Union peut et doit faire preuve.


J'ai aussi à cœur de faciliter et d'encourager la responsabilité sociale des entreprises.




                                                      6
Il faut réexaminer les règles qui gouvernent les relations entre employeurs et travailleurs, le cadre
d'information, de consultation et de représentation du personnel, et les obligations des entreprises à
l’égard des collectivités plus larges dans lesquelles elles exercent leurs activités.


La question essentielle n’est pas de savoir à qui appartient une entreprise, mais quelles responsabilités
sociales implique cette propriété. Et il est évident que le combat actuel qu'implique la croissance de la
pression compétitive demande de la part des entreprises, mais aussi des responsables politiques, une
attention particulière à la juste répartition des efforts d'adaptation, ainsi qu'à la juste répartition des
bénéfices de la croissance.


Enfin, nous devons continuer à développer nos modèles sociaux européens pour qu'ils servent les
intérêts des citoyens. Nous avons besoin de politiques sociales modernes qui offrent à tous la
possibilité de saisir leur chance ou de prendre un nouveau départ. Pour aider chacun à s'aider lui-
même.


En d'autres termes, nos modèles doivent être assez solides pour offrir la sécurité, mais aussi assez
souples pour répondre à l'évolution rapide de l'économie. Ils doivent donner aux Européens les
moyens d’exploiter les possibilités qu’ouvre la nouvelle économie des services et de la connaissance.


Il faut donc placer le potentiel humain au centre de nos efforts. C’est exactement ce que vise la
flexicurité.


Je n’entrerai pas dans les détails, puisque le Commissaire chargé de l'emploi, des affaires sociales et
de l'égalité des chances, Vladimir Spidla, développera lui-même ce point. Mais je tiens à dire que la
flexicurité doit proposer aux travailleurs de nouvelles formes de sécurité – des compétences, la
capacité de trouver un nouvel emploi, l'assurance d'un dispositif de sécurité. À bien des égards, elle
reflète la philosophie du mouvement ouvrier depuis ses débuts, qui met l'accent sur des systèmes
modernes de sécurité sociale, une aide au revenu adéquate et la formation des travailleurs.
Aujourd'hui, le changement est la condition de la sécurité. C'est un système qui peut fonctionner ici
en Europe.


Mais il suppose que nous fassions certaines choses différemment. Prenons le dialogue social: il faut
plus de dialogue social, non seulement au niveau national, mais aussi au niveau européen. Prenons
l'enseignement : –30 % des travailleurs de l'Union n’ont aucune qualification. Il faut leur donner des
compétences qui leur permettront de saisir les possibilités qui s’offrent, tout au long de leur vie. Mais
il faut aussi prendre de nouvelles initiatives originales pour favoriser l'excellence qui nourrira la




                                                     7
croissance de demain. C'est l'objectif que poursuivent les initiatives européennes dans les domaines
des technologies, de la recherche et de l'innovation.


Il n’est pas toujours facile, dans l’Union actuelle à 27 États membres dont les niveaux de vie et de
productivité sont très différents, d'affirmer un modèle social européen uniforme, mais nous pouvons
et devons tout faire pour garantir cette vocation sociale européenne.


Dans les domaines où des normes ont été fixées – comme la santé et la sécurité sur le lieu de travail,
l’égalité entre les hommes et les femmes, la libre circulation des personnes et la lutte contre les
discriminations –, la Commission veille à leur application effective dans toute l’Union.


Au moment où la libre circulation des travailleurs devient une réalité plus tangible dans les États
membres, nous devons réfléchir sérieusement à la façon de protéger les travailleurs migrants contre
l’exploitation, en garantissant en même temps les principales sources de notre marché du travail.


La semaine dernière, la Commission européenne a présenté une proposition de directive qui prévoit
des sanctions, y compris pénales, à l’encontre des employeurs de travailleurs migrants en séjour
irrégulier dans l’Union européenne. Nous ne pouvons pas tolérer les violations des droits
fondamentaux liées au travail illégal, qui s’apparentent parfois à des conditions proches de
l’esclavage. Nous n'acceptons pas le dumping social. Et c’est pourquoi la Commission a également
publié une communication sur les migrations circulaires et les partenariats pour la mobilité avec nos
voisins et d’autres pays, qu’il convient de promouvoir. Ces mesures s’inscrivent dans une politique
européenne globale et équilibrée qui soutient l’immigration légale, lutte contre l’immigration
clandestine et contribue à notre programme de développement. Au-delà, il s’agit bien de renforcer le
respect des droits fondamentaux et d'assurer que l'immigration ne soit pas utilisée contre les garanties
sociales qui sont au cœur de notre modèle européen de société.


Ce sont quelques exemples des questions que nous devons aborder ensemble, au niveau européen. Je
ne suis pas convaincu que nous sommes en train d’assister à un «nivellement par le bas». Depuis que
les nouveaux États membres ont rejoint l’Union, nous constatons plutôt un «rattrapage par le haut»,
ce qui est particulièrement clair dans le progrès social des nouveaux États membres.


L’histoire de l’Union n’a pas été celle de la concurrence sociale, mais celle de la convergence
économique et sociale, qui a permis aux moins avancés de rattraper leur retard. C’est une de nos
grandes réussites de ces cinquante dernières années.




                                                    8
Je voudrais saisir l’occasion pour rendre hommage aux syndicats européens, qui ont toujours su
maintenir le cap de la défense des valeurs européennes. J'en veux pour preuve votre propre
organisation et la façon dont les syndicats des États membres plus anciens ont su accueillir les
syndicats des nouveaux États membres. Vous avez toujours été fidèles à notre combat partagé contre
les nationalismes, toutes les formes d’exclusion, le racisme et la xénophobie. Vous avez aussi
accompagné notre volonté d’avancer vers la libre circulation des travailleurs et toujours réussi à éviter
de faire de l’Union un bouc-émissaire des difficultés qui sont très souvent créées par les autorités
nationales.


Car les syndicats européens ont bien compris que notre projet social européen s’appuie sur un socle
de valeurs communes aux racines profondes et sur la défense des droits et des libertés de nos
citoyens.


Notre projet social européen, ce n’est ni celui des économies en croissance rapide d’Asie, ni celui des
sociétés capitalistes plus avancées qui n’ont pas toujours su s’occuper des laissés pour compte. Notre
projet social européen, c’est bien celui de l’économie ouverte, de la société ouverte et de la
responsabilité sociale. Nous nous adapterons au changement, oui, mais « à l’européenne », c’est-à-
dire en restant fidèles à nos principes et à ce que nous sommes.


Pour conclure, je suis convaincu que nous avons eu raison de mettre l'accent sur la croissance et
l'emploi dans le cadre de la stratégie de Lisbonne. Les cyniques ont sous-estimé les effets de ces
réformes. Or ces réformes ont contribué à relancer la croissance et l'emploi, et, au bout du compte, à
améliorer la vie des travailleurs.


Maintenant, il faut engager un débat de fond sur l’Europe sociale que nous voulons construire sur ces
bases solides. Nous pouvons être fiers de ce que les modèles sociaux européens ont accompli.


Aujourd’hui, il ne s’agit pas de démanteler les acquis, mais de moderniser nos modes de
fonctionnement.


J’espère que notre futur règlement institutionnel garantira le volet social de l’action de l’Union.
J’espère que nous parviendrons à un traité qui puisse garantir les principes et les immenses avancées
de la charte des droits fondamentaux. Pour notre part, nous l’avons dit, nous soutenons les valeurs et
les normes de cette charte. C’est bien le modèle européen que nous voulons !




                                                    9
Sur ce chemin, je suis certain que la Confédération européenne des syndicats sera un partenaire actif
aux côtés de la Commission. Rien de ce dont je vous ai parlé aujourd'hui n'est possible sans
partenariat. Et aucun partenariat n'est possible en Europe sans les syndicats.


La solidarité, qui est au cœur des valeurs syndicales et du partenariat social, est une valeur
européenne fondamentale. Elle est au coeur de ce que l’Europe a accompli ces dernières années, et de
ce que nous chercherons à accomplir à l’avenir. Qu’il s’agisse de la lutte contre le changement
climatique ou de l'aide au développement en faveur de l’Afrique, l'idée de solidarité reste centrale
dans les défis de l'Europe au 21e siècle.


La déclaration de Berlin l’a exprimé clairement : « Ce n'est qu'ensemble que nous pourrons préserver
notre idéal européen de société dans l'intérêt de tous les citoyens de l'Union européenne. Ce modèle
européen concilie réussite économique et solidarité sociale. »


À nous tous de démontrer ensemble que notre vision sociale partagée peut permettre à l’Europe de
devenir une Europe sociale moderne à l’ère de la mondialisation.

Merci




                                                   10

								
To top