Docstoc

Le (DOC)

Document Sample
Le (DOC) Powered By Docstoc
					Sommaire

1    Le.top.des.réseaux - l'architecture revisitée par le virtuel .............................................................................. 3
2    Le.top.des.réseaux - la beauté en ligne ........................................................................................................... 4
3    Le.top.des.réseaux - magazines branchés ....................................................................................................... 4
4    Le.top.des.réseaux - Santé et travail ............................................................................................................... 5
5    Le.top.des.réseaux - Des annuaires plus ou moins complets ......................................................................... 6
6    Le.top.des.réseaux - Trucs et astuces pour moteurs de recherche .................................................................. 6
7    Le.top.des.réseaux - Sites consacrés à l'humour ............................................................................................ 7
8    Le.top.des.réseaux - Perfectionnement de sites Web ..................................................................................... 7
9    Le.top.des.réseaux - Sites consacrés à l'amour. .............................................................................................. 8
10     Le.top.des.réseaux - Choisir son marchand en ligne .................................................................................. 8
11     Le.top.des.réseaux - Services et gadgets pour tous .................................................................................... 9
12     Le.top.des.réseaux - la gestion de la relation client (CRM) ....................................................................... 9
13     Le.top.des.réseaux - le e-management ..................................................................................................... 10
14     Le.top.des.réseaux - Informations pour start-up ....................................................................................... 10
15     Le.top.des.réseaux - Doper ses connexions .............................................................................................. 11
16     Le.top.des.réseaux- comprendre la pénurie des compétences high-tech. ................................................. 11
17     Le.top.des.réseaux - la formation des talents ........................................................................................... 12
18     Le.top.des.réseaux - les festivals du film Internet .................................................................................... 12
19     Le.top.des.réseaux - La création numérique japonaise en ligne ............................................................... 13
20     Le.top.des.réseaux - un tour d'horizon des sites de cyber-travail ............................................................. 14
21     Le.top.des.réseaux - la Chine en quelques sites ....................................................................................... 15
22     Le.top.des.réseaux - Aide à la création de pages perso ............................................................................ 15
23     Le.top.des.réseaux.- Le gratuit ................................................................................................................. 16
24     Le.top.des.réseaux - Sport et nouvelles technologies ............................................................................... 17
25     le.top.des.réseaux - Les ressources iconographiques ............................................................................... 17
26     GeForce 256, le premier processeur graphique ........................................................................................ 18
27     Le Web animé se démocratise .................................................................................................................. 19
28     Le.top.des.réseaux - Projets pour le continent africain ............................................................................ 20
29     Les différentes normes audionumériques ................................................................................................. 21
30     Le.top.des.réseaux - Terminaux d'accès ................................................................................................... 22
31     Traces de surf ........................................................................................................................................... 22
32     Le.top.des.réseaux - Les traqueurs de nouvelles en tous genres .............................................................. 23
33     Monter et numériser ses vidéos ................................................................................................................ 24
34     Des utilitaires pour faciliter la navigation sur la Toile ............................................................................. 25
35     Le.top.des.réseaux - Des sites dédiés au WAP sur le Web ...................................................................... 27
36     Le.top.des.réseaux - Un tour d'horizon des sites de Web-tv .................................................................... 27
37     Windows Millennium Edition met plus de multimédia sur votre PC ...................................................... 28
38     Et l'ordinateur apprit à lire ........................................................................................................................ 29
39     Bienvenue dans l'arène des jeux en ligne ................................................................................................. 30
40     Le.top.des.réseaux - L'actualité des jeux vidéos ...................................................................................... 31
41     Le.top.des.réseaux - les jeux en ligne ....................................................................................................... 32
42     Bienvenue dans l'arène des jeux en ligne ................................................................................................. 33
43     Vidéo : la révélation du format DivX ....................................................................................................... 34
44     Apple redonne des couleurs à l'iMac ........................................................................................................ 35
45   Le.top.des.réseaux - Les cités numériques sur le Web ............................................................................. 36
46   Comment choisir sa carte graphique ........................................................................................................ 36
47   Du bon usage des newsgroups .................................................................................................................. 37
48   Le.top.des.réseaux - a bas Big Brother ..................................................................................................... 39
49   La boucle locale radio, le dernier maillon ................................................................................................ 39
50   Le.top.des.réseaux - Brevetabilité des logiciels ....................................................................................... 40
51   Le.top.des.réseaux - Les réseaux scientifiques ......................................................................................... 41
52   Des paquets cryptés pour sécuriser le paiement sur le Web ..................................................................... 42
53   Le.top.des.réseaux - Les logiciels d'échange de fichiers .......................................................................... 43
54   Le.top.des.réseaux - la France a la mémoire numérique qui flanche ....................................................... 44
55   Le.top.des.réseaux - Télévision interactive .............................................................................................. 44
56   A quoi sert l'heure Internet ? .................................................................................................................... 45
57   Le.top.des.réseaux - De futiles nouvelles (quelques newsletter).............................................................. 46
58   Firewall, l'arme anti-pirates ...................................................................................................................... 47
59   La techno se fait son cinéma .................................................................................................................... 48
60   Le.top.des.réseaux - Le robot ................................................................................................................... 49
61   Le streaming pour la diffusion en temps réel de fichiers multimédias..................................................... 50
62   Le.top.des.réseaux - démocratie et nouvelles technologies ...................................................................... 51
63   Les différentes interfaces du PC ............................................................................................................... 51
64   Guide des vacances sur internet ............................................................................................................... 53
65   Les révisions du bac ................................................................................................................................. 55
66   Fête de la musique .................................................................................................................................... 56
67   Bourse en ligne ......................................................................................................................................... 63
68   Le guide webcam ...................................................................................................................................... 65
69   Guide de l’emploi ..................................................................................................................................... 71
70   Les types de jeux ...................................................................................................................................... 87
1 Le.top.des.réseaux - l'architecture revisitée par le virtuel
L'architecture trouve une nouvelle force avec le Web. Recherches, échanges, mais aussi prévisions de futures constructions et aménagements de l'espace.
Edition du mercredi 14 juin 2000


Cinq écoles d'architecture en ligne, cinq enseignements de pointe
alterego.arch.ethz.ch/


Zurich. L' ETH (Eidgenössiche Technische Hoschschule) a remporté le Lapin d'or pour son site Web en 1998.
L'un des exemples les plus radicaux de la révolution en cours : travail en réseau et en groupe, non seulement
pour les étudiants mais aussi pour les enseignants, afin de développer des projets mêlant dans des univers en 3
dimensions architecture et médias, espaces réels et virtuels. Une seule difficulté- les textes sont pour la plupart
en allemand.
www.arch.usyd.edu.au/kcdc/index.html


Sydney. Sciences cognitives, intelligence artificielle, travail en réseau, campus virtuel... L'école d'architecture a
développé un projet méthodologique global, s'intéresse aussi aux effets de l'informatique sur les éléments
structurels  et    techniques       de   la      construction,      et    met   ses     recherches       en     ligne
(www.arch.usyd.EDU.AU/kcdc/journal/).
www.uiah.fi/projects/tilastudio/studio99/index.htm
Helsinki. L'une des premières écoles d'architecture à avoir institué le suivi des études en ligne. Les étudiants,
qui installent leurs projets au fur et à mesure de leurs développement, sont ainsi critiqués simultanément au sein
de l'école et par des enseignants extérieurs.
architecture.mit.edu/faculty/mitchell.html
Cambridge, Etats-Unis. L'une des entrées possibles sur l'obligé et volumineux site du Massachusetts Institute of
Technology (MIT) : la page de William Mitchell, qui est l'un des premiers à pointer du doigt les conséquences
innombrables des développements de l'informatique et des réseaux, non seulement sur l'espace urbain, mais sur
l'intégralité de notre environnement.
Des pages d'architecture sur le Web
www.softroom.com
Ce site propose les constructions virtuelles probablement les mieux définies du Web. Style épuré et grande
luminosité des pièces, le propos est d'illustrer comment on peut s'inspirer des constructions virtuelles pour bâtir
dans le monde réel. Wallpaper Magazine, la plus "tendance" des revues londoniennes, apprécie ses concepts
projects. Textes en anglais.
www.architecturemag.com/May00/design/computer.asp
Cette page présente le projet du Guggenheim virtuel, production de l'agence d'architectes Asymptote, qui se
veut l'équivalent, mais en virtuel, du Musée Guggenheim de Bilbao, conçu comme un "vrai musée", avec
accrochages, galeries à thème. Hélas, on doit se contenter de lire les descriptions, sans pouvoir visiter le lieu.
Par ailleurs, le site propose d'autres enquêtes du plus grand intérêt, notamment une description de l'EMP de
Gehry, à Seattle, qui ouvre cet été. Textes en anglais.
www.ntticc.or.jp/event/tangible/projects/
Assembler des triangles ayant des caractéristiques à la fois physiques et digitales, c'est le défi qu'essaie de
relever cette page. L'internaute peut créer des formes très variées en 2, voire 3 dimensions. Textes en anglais.
www.hangerhouse.com/
Voilà la maison modulable pensée pour l'an 2020. Tous les produits que nous utiliserons dans vingt ans, de la
cafetière au lave-linge. Les formes sont assez extravagantes, mais la maison ressemble à une cabane au Canada.
Cette page est très riche, en revanche le site est long à charger et la définition manque de finesse. Textes en
anglais.
www.arcenreve.com
La page "atelier pédagogique" du site d'"arc en rêve, centre d'architecture" tente de sensibiliser les enfants à
l'architecture. "Apprendre à aimer l'architecture en proposant des situations d'expérience. Découvrir le champ
du design- Jouer à construire ensemble, parcourir sa ville", peut-on y lire. Hormis cette page, le site français
est plutôt pauvre.
www.lemonde.fr/article/0,2320,dos-3451-61948-QUO-1--,00.html
Cette page propose une collection de sites d'architecture sélectionnés par Le Monde Interactif dans le
supplément Le meilleur du Net paru le 19 mai dernier. En vedette, le site aleph.kubos.org, un des plus riches du
Web français sur le sujet.
www.labiennale.org
Sur le site de la Biennale de Venise (la manifestation ouvre ses portes le 18 juin au public pour quatre mois), il
est déjà possible de voir les projets des architectes invités.
Une sélection d'Odile Fillion et Olivier Escriva




2 Le.top.des.réseaux - la beauté en ligne
La beauté sur le Web passe par des photos de mode, des vidéos de créateurs ou encore des animations en flash.
Edition du mercredi 28 février 2001


www.kenzo.com
C'est le magazine en ligne que vient de sortir la marque de prêt-à-porter Kenzo, en partenariat avec l'agence The
Link, filiale du groupe Havas Advertising. Des bulles et la couleur sang de bœuf déjà vue sur Panoplie, des
vidéos, du son... Eric Brac de la Perrière, chef du projet chez The Link, assure que l'inspiration vient de
l'exposition sur la Beauté en Avignon, l'été dernier. Derrière le site, une équipe de huit personnes de chez The
Link, qui le font vivre en l'alimentant d'une vingtaine de nouveaux articles par mois. Dans un tout autre genre,
www.center-of-the-world.com, également un site de support commercial, , du porno-fantastique sur le thème du
film du même nom produit par la société britannique Hi-res.
www.stanza.co.uk
C'est le site développé par Steve Tanza, qui se définit comme un artiste digital, musicien, vidéaste, graphiste, et
architecte tout à la fois. Beaucoup de sons, composés exclusivement pour la Toile, ce qui est encore rare. Stanza
a également développé une œuvre spécifique pour le Net, " The Central City ", à l'adresse :
www.thecentralcity.co.uk, qui a été primée lors du festival Cynet art 2000 de Dresde, en Allemagne, en
novembre 2000 (site festival: www.body-bytes.de).
www.mulleras.com
Il s'agit des vidéos " mini@tures " du site du couple de danseurs-chorégraphes français Didier et Magali
Mulleras (lancé en fin d'année 1998, qui a aussi été primé au festival Cynet art 2000 de Dresde). Dans un genre
encore plus contemplatif, le site www.8081.com dont seule la " vallée " a été développée. Cinq Turinois sont à
l'origine de ce projet, à regarder calé dans son fauteuil. L'équipe travaille à partir d'images satellites fournies par
l'observatoire de Palerme et en coopération avec l'université d'Alicante.
www.thedesignersrepublic.com
Ce site est la référence des férus de design. Sur ce créneau, il faut aussi citer les sites japonais, massivement
présents et parmi les plus inventifs, pour beaucoup encore marqués par l'esthétique kung-fu ou manga. Pêle-
mêle : www.sountain.com, monté par Yosuke Abe, designer de 27 ans, et le projet " love ", fait par Atom
(www.atomicattack.com, un site hong-kongais) sur la page d'accueil du site. Ou www.shift.jp.org, le site du
magazine        Shift,    spécialisé    dans      le     graphisme.       Citons       aussi,     en      français,
www.praktica.net/fr/pages/homepage/homepage.php3, le portail des webdesigners.
www.wadmag.com
Belles photos, petites animations en Flash et extraits musicaux en ligne. Très urbain, très parisien aussi et
encore peu fourni. Ou www.anatomique.com, le magazine du site de vente en ligne lancé par les frères Lanvin -
issus de la famille de Jeanne, la couturière - qui poursuivent depuis presque un an cette expérience avec belles
photos de mode et artistes invités.
3 Le.top.des.réseaux - magazines branchés
Ils sont arrogants, précurseurs, et surtout terriblement branchés. Ces magazines ont trouvé leur place sur le Web, et explorent les nouvelles tendances
technologiques.
Edition du mercredi 18 octobre 2000


Spoon
Spoon défend le droit au snobisme : ce magazine british possède une web-TV et affiche parfois en page
d'accueil des femmes fatales qui boivent du Coca en canette et promènent leur pitbull au bout d'un foulard Yves
Saint Laurent. Son manifeste : "Nous cultivons une certaine idée de la différence visuelle." Moyennant quoi,
Spoon se distingue par une certaine élégance désinvolte, arrogante, voire méprisante. C'est agaçant, mais ça fait
du bien.
www.spoon-magazine.com/
www.spoon-magazine.com/VOL4/ (accès aux archives)
Wad
Wad, le magazine des modes et des cultures urbaines, trace l'itinéraire des enfants branchés. Dans un Jeu de
l'oie parisien, le site dresse le portrait en images de la génération tribale, celle qui affiche son look comme les
parures des anciens Papous. A chacun son style ! Wad donne les bonnes adresses dans un guide de la sape
"urbanwear" et "club-addict", qui reprend le credo de Maffesoli, sociologue des nouvelles tribus : les sauvages
du bitume fréquentent les mêmes boutiques et bars pour afficher leur refus de la griffe. La mode, oui. Mais la
leur !
www.wadmag.com
Visionaire
Cette publication limitée consacrée aux artistes, stylistes et photographes de l'époque, possède désormais un
site, alors foncez : "A Tokyo, le magazine se vend avant même qu'il ne soit édité" (Vogue). A New York, c'est
"la source d'inspiration" indispensable des créateurs (Esquire). A Londres, "on lit sa page de crédits comme un
nouveau Who's Who" (Sunday London Times). Le magazine Face avoue lui aussi : "Visionaire est le magazine
dont toutes les fashion victims rêvaient. Malgré tout, c'est un truc génial."
www.visionaireworld.com
Fuking Fashion Machine
Idéal pour préparer un shopping londonien ultra-tendance ! F.UK (Fashion United Kingdom) est un quotidien
de la mode hype qui annonce les dernières nouveautés high-tech et les collections de jeunes stylistes sous le
slogan "Fuck your wardrobe" : fichez-vous de votre garde-robe ! Jouez avec votre image ! "Portez les
vêtements comme vous le sentez et sentez les vêtements que vous portez-"
www.widemedia.com/fashionuk
Nippon fripon
Gratuit et qui tient dans la poche, Minimix est un bijou franco-japonais qui rassemble les dernières infos
branchées de Tokyo : stylisme, graphisme, dance-floor, mode, shopping, tout y est ! Petit mais pointu, il
explore dans ses numéros le thème du rond ou du métissage à travers le texte et l'image. Des jeunes prometteurs
y participent. Eko Sato, sa créatrice hyper-douée, passe son temps sur Japan Airlines à la recherche des futurs
talents.
www.minimix.org




4 Le.top.des.réseaux - Santé et travail
Ces sites proposent des contacts avec des médecins du travail, font le point sur les accidents et les maladies dus au travail.
Edition du mercredi 7 février 2001


www.anact.fr
Le site de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) fait le lien entre la santé et le
travail. Sa collection "Etudes et documents" est disponible en téléchargement gratuit, et propose ainsi des
dossiers dans de nombreux secteurs (technologies de l'information et de la communication, mais aussi
manutention, agriculture, industrie...). Le réseau que fédère l'Anact met au service des entreprises plus de 130
intervenants destinés à offrir leurs compétences.
www.inrs.fr
L'Institut national de recherche et de sécurité s'occupe de la prévention des accidents du travail et des maladies
professionnelles. La rubrique des dossiers donne un panorama assez large des risques dans de nombreuses
situations, avec un exposé minutieux des normes légales en la matière.
www.meditrav.com
Le site des médecins du travail francophones s'est donné pour vocation de réunir toutes les informations
concernant la médecine et le travail. Législation, normes, formations, dossiers, matériels... : le site frôle
l'exhaustivité, et les renseignements fournis sont accessibles au grand public.
europe.osha.eu.int/home/fr
L'Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail centralise les données et "coordonne depuis 1997 un
réseau avec les points focaux de tous les Etats membres de l'Union". Son conseil d'administration regroupe des
représentants des gouvernements et de la Commission, des organisations d'employeurs et de travailleurs de tous
les Etats. Peut-être un embryon d'harmonisation européenne des conditions de travail.
Une sélection de Yann Bernal
5 Le.top.des.réseaux - Des annuaires plus ou moins complets
Retrouver un ami, chercher l'adresse d'un fournisseur ou d'un restaurant est désormais possible sur le Web. Mais attention, tous les annuaires n'offrent pas la
même qualité de service.
Edition du mercredi 21 février 2001


www.annuairemail.voila.fr/?ergonomie=pagesjaunes
L'annuaire d'e-mails des Pages jaunes est très complet. Il garantit un minimum de confidentialité, en masquant
l'adresse e-mail recherchée lors de l'envoi du message. C'est alors à la personne ainsi contactée de répondre et
de donner son adresse mail. L'inscription volontaire demeure un préalable, et explique le faible taux de requêtes
satisfaites.
french.whowhere.lycos.com/
Lycos aide à la recherche d'une adresse e-mail à partir d'un nom et d'une information complémentaire (ville,
pays, société...). La recherche se heurte là encore au nombre limité d'inscrits.
fr.people.yahoo.com/
Le géant de l'Internet offre un service d'annuaire, avec possibilité de recherche avancée grâce à un certain
nombre de champs à remplir correspondant à des informations. L'avantage de Yahoo dans ce domaine est sans
conteste son statut de pionnier sur la Toile.
fr.bigfoot.com
Cet annuaire prétend avoir "le recueil d'adresses de courrier électronique et de listings de pages blanches le plus important".
Peut-être est-ce vrai, tellement les homonymes pullulent.
www.chez.com/guides/annuaire
L'annuaire a sélectionné des fournisseurs d'adresses e-mails gratuites et personnelles sur le Web francophone,
protégées par un mot de passe et consultables depuis tout ordinateur connecté à Internet. Des sites chargés de la
redirection du courrier sur la boîte habituelle à partir d'une adresse différente sont également proposés.
www.iaf.net
L'Internet @ddress.finder est un annuaire canadien qui comprend près de 7 millions d'adresses e-mail et se
décline en néerlandais, français, allemand, italien et portugais.
6 Le.top.des.réseaux - Trucs et astuces pour moteurs de recherche
Affiner vos recherches sur le Web avec ces sites qui proposent de nombreuses astuces pour mieux chercher.
Edition du mercredi 28 mars 2001


www.abondance.com
C'est le site des outils de recherche par excellence. Des trucs et des astuces, de l'actualité, des études
comparatives et une newsletter gratuite tous les vendredis. A noter le " générateur de mots-clés " pour faciliter
les recherches des internautes : définissez votre recherche en plusieurs mots, Abondance vous donnera la
manière la plus directe d'y parvenir.

www.linternaute.com
Propose des astuces pour accélérer et approfondir vos recherches. Pour les trouver, cliquez tout simplement sur
la rubrique " Astuce ".

www.wired.com/news
Un site en anglais qui propose des infos sous la forme d'articles non dépourvus d'humour. Classé par rubriques
(culture, technique, business), vous pouvez par exemple y piocher des infos sur les termes les plus recherchés
sur Lycos.
www.google.com/intl/fr/help.html
Propose des astuces pour optimiser l'utilisation de Google. Une page qui explique que l'on n'a pas du tout les
mêmes résultats si l'on clique sur " j'ai de la chance " ou " recherche Google ", les deux petites cases en dessous
de l'encadré blanc où vous tapez votre mot.

www.multimania.com/soshg/unmoteur.htm
Etude comparative des meilleurs moteurs de recherche, présentée sous la forme d'un tableau. Cette présentation
limpide vous amène à choisir judicieusement entre les différents moteurs en fonction du thème de votre
recherche.
7 Le.top.des.réseaux - Sites consacrés à l'humour
Parmi cette sélection, des sites qui ridiculisent la nouvelle économie et son langage particulier si souvent incompréhensible.
Edition du mercredi 28 février 2001


www.kasskooye.net
Il y a un an, alors que les start-up brassaient du bitoubi et que l'ancienne économie découvrait les vertus de
l'incubation, l'équipe de Kasskooye lance le " OO Spirit ". Avec lui, les Netboys peuvent accéder à un kit de
survie, parce qu'il n'y a " rien de plus embarrassant que de perdre 22 millions de francs parce qu'un
investisseur se rend compte que vous connaissez encore moins Internet que lui ". Inutile de dire que, depuis,
Kasskooye accumule des records " astonichants " qui font de lui " l'un des leaders du business market-to-
market ".
www.vakooler.com
Quelle start-up va couler aujourd'hui ? Faites vos pronostics, rien ne va plus. Le principe de départ est simple :
le boursicoteur amateur doit miser ses kopecks virtuels sur des sociétés, mais avec pour finalité de perdre son
argent, si possible rapidement. En prime, tous les jours, il pourra s'informer : les vraies mauvaises nouvelles en
provenance de la Netéconomie sont collectées et référencées. Les morts récentes de To Luna, Clust and Co. y
ont été annoncées et débattues sur le forum.
www.quellesconnes.com
Si vous avez toujours rêvé de vous faire des amies " poofs ", d'en savoir plus sur les " niou djeunz tendances ",
sur la mode de la " kagool ", ou de découvrir comment devenir la " choochoote " du big boss, faites une halte
ici... On l'aura deviné rien qu'à son titre, Quellesconnes est une parodie vigoureuse des portails au féminin.
Surfant allégrement sur la " nénette économie ", le site regorge aussi de précieux conseils pour effectuer ses
premiers pas dans le monde obscur de la programmation...
www.upian.com
Longtemps en sommeil, Upian s'est réveillé à Noël dernier pour nous régaler avec une galette multimédia dont il a le secret... Les
amateurs ont ainsi découvert Utoys, jeu parodique tout en Flash du cybermagasin Etoys. Souvent, l'équipe s'inspire de l'actualité
pour créer ses jeux : nombreux sont ceux qui se sont brûlé la souris en essayant d'éteindre la paillote Chez Francis
; l'affaire Méry a donné naissance à la " Merycam " ; quant à la " dictée magique ", elle convient aux " élus d'âge préscolaire ". A la clé :
un emploi fictif.
www.lamaisonquelouefrancis.com
N'en voilà une maison qu'elle en est bien jolie : normal, Francis la loue pour les vacances. Ceux qui sont
intéressés pourront mieux faire connaissance avec le propriétaire, et aussi avec sa maman, puisque ce grand
garçon, célibataire, habite encore avec elle. Juste une précision : La Maison Une est une parodie - réussie - de
page perso, mise en scène par un comparse d'Edouard Baer.
8 Le.top.des.réseaux - Perfectionnement de sites Web
Des ressources pour insérer audio et vidéo et pour accroître les technologies utilisées dans son site.
Edition du mercredi 8 novembre 2000


www.multimania.fr
Les membres de la communauté Multimania peuvent désormais créer et diffuser leurs propres contenus audio et
vidéo directement sur le site. Suite à un partenariat avec RealNetworks, l'éditeur du logiciel RealPlayer,
Multimania entend donc ne pas rater le train du haut débit en se constituant une base de contenus adaptés à
l'Internet grande vitesse. Une plate-forme technique est disponible sur le site pour s'initier à la créations de
fichiers sonores et vidéo.
www.8cs.com
Eight Cylinders est une start-up américaine qui propose un ensemble de technologies pour animer les sites Web
en trois dimensions. Le moteur développé par 8Cs est actuellement en cours d'expérimentation par plusieurs
entreprises qui souhaitent développer des contenus multimédias à haut débit sur Internet.
www.oven.com
La Web agence new-yorkaise Oven Digital s'est taillé une solide réputation dans la réalisation de sites en
exploitant au maximum les possibilités offertes par la technologie. L'entreprise va prochainement participer à la
réalisation d'une plate-forme qui permettra à plusieurs possesseurs de téléphone portable de jouer ensemble à
distance.



9 Le.top.des.réseaux - Sites consacrés à l'amour.
Si le romantisme n'est pas votre fort, cette sélection peut vous aider à développer votre côté "fleur bleue", et même vous inciter à écrire quelques poèmes.
Edition du mercredi 28 février 2001


www.superamour.com
Ce site adopte le ton et le fond d'un magazine féminin. Outre des annonces, l'internaute peut apprendre à dire "
Je t'aime " en cinquante-trois langues, consulter une bibliographie (d'Ovide à Apollinaire), une discographie
(d'Only You à Je t'aime moi non plus), et moult citations, lettres et poèmes amoureux. L'amoureuse trouve aussi
un mode d'emploi pour rédiger sa déclaration, des conseils par rapport au plaisir féminin, à la contraception, au
sida, des fiches pratiques sur le pacs ou les mariages selon les religions. Dans la partie " Actualités ", on trouve
des articles moins roses sur la condition des adolescentes maghrébines en France, ou plus insolites sur
l'existence d'un bordel fréquenté par les femmes en Australie..., et, bien sûr, une rubrique " Astrologie ".
www.europeangastronomy.com/fr/frame-2.html
Un site à consommer sans modération pour les complexés qui ont peur de " ne pas être à la hauteur ". Cette
rubrique compile des recettes aphrodisiaques pour gourmets. Non pas les produits exotiques introuvables,
comme la corne de rhinocéros ou le pénis d'ours, mais ceux qu'on trouve au quotidien, tels que l'artichaut,
l'asperge, la vanille et le chocolat- " Il existe un lien entre la nourriture et l'amour : c'est la notion de
gourmandise ", peut-on lire en préambule. Et pas la peine de se priver : selon des experts du site, les minces
auraient une libido moins prononcée que ceux ou celles qui ont 5 kg de trop !
www.geocities.com/Paris/9828/index2.html
Il s'agit du site perso de la douce Chantal, décidée à offrir un espace d'expression à la romance, qu'elle s'alarme
de voir en voie de disparition. Baptisé Seductura (séductrice en espagnol) Palace, il vaut surtout pour son
graphisme, d'un romantisme gothique unique en son genre. Le contenu mélange poncifs lyriques et conseils
pratiques pour aider à se mettre dans l'ambiance (dîners aux chandelles, bains coquins...).
www.skim.com
Développé par une marque suisse, Skim.com vient en aide aux introvertis. Le site, comme l'indique son slogan,
" Dress to communicate ", propose une collection de vêtements personnalisés, sur lesquels est imprimé en gros
un nombre unique, correspondant à votre adresse électronique sur ce site. Les badauds avisés n'auront dès lors
plus qu'à noter ce numéro pour vous contacter, en toute discrétion, sur Skim.com... Il y a déjà plus de 40 000
boîtes ouvertes sur le site.
www.groonk.com
Sur ce site d'annonces, on est plus dans l'humour vache que dans l'amour guimauve. L'équipe de Groonk nous
affirme que " les agences matrimoniales n'ont que 5 % de réussite et 50% des annonces de rencontres sont
fausses, libellées par les officines qui les publient..., les autres 50 % étant soit mal écrites, soit mal perçues ".
Selon Groonk, les femmes qui passent des annonces sont submergées de propositions, alors que les hommes
n'ont, pour les non-menteurs, que très peu de réponses. Sur ces conseils, les annonces " best of " postées sur le
site sont drôles et directes...
10 Le.top.des.réseaux - Choisir son marchand en ligne
Des comparatifs et des informations sur les cyber-marchands pour mieux choisir en toute sécurité.
Edition du mercredi 4 avril 2001


www.webmarchand.com
Ce site vise à l'exhaustivité. Il propose aux sites marchands de s'inscrire, du moment qu'ils assurent la livraison
en France, proposent le paiement en ligne et possèdent une version du site en français. Il a été racheté par
Leguide.com, accessible sur sa page d'accueil, qui utilise ses données pour décerner des " étoiles " aux sites,
proposer " les meilleures promotions du Web ", des pistes juridiques au consommateur lésé et un " consoforum
", défouloir des cyberconsommateurs sur les sites.
www.kelkoo.com
Kelkoo.com, start-up dans laquelle ont investi notamment France Télécom et BNP Paribas, et qui a défrayé la
chronique " capital-risque " de l'été dernier en levant 200 millions de francs, est un guide d'achat complet, qui
mise sur son moteur de recherche et de comparaison des prix, le Kelkoo Sniffer, développé par Bull et l'Inria.
Les cybermarchands rémunèrent Kelkoo pour le trafic que ce dernier leur amène. Dans le même genre, mais
moins complets, www.tooboo.com ou www.acheter-moins-cher.com.
www.achetenligne.com
Ce site, très clair pour le cyberconsommateur débutant, propose une sélection de 340 sites marchands, tous
sécurisés, classés par catégorie de produits, et répertoriés selon leur degré de qualité (ergonomie du site,
identification claire du marchand, paiement sécurisé), avec une fiche descriptive assez complète.
www.fevad.com
Si vous désirez faire vos achats sur Internet en toute sécurité, allez faire un tour à la Fédération des entreprises
de vente à distance (Fevad), qui vise à promouvoir le commerce en ligne en le rendant fiable. Ce site vous
indiquera le chemin à suivre avant de donner votre numéro de Carte bleue, ou encore les mesures à prendre en
cas de problème.

11 Le.top.des.réseaux - Services et gadgets pour tous
Sonneries gratuites, envois gratuits de SMS, logos ou bien encore nouveaux modèles de portables sont disponibles en ligne.
Edition du mercredi 30 mai 2001


www.kiwee.fr
Ce site de services SMS est sans doute le plus visité en France (le nombre de SMS gérés par mois dépasserait le
million) et aussi le plus complet. Outre les fonctions de personnalisation du mobile (logos, sonneries et
annonces de répondeur), on peut envoyer des SMS textuels ou accompagnés d'une image ou de musique,
classer et archiver ses SMS et entrer dans des forums de tchatche SMS. Le système de paiement se fait avec une
monnaie, les vitamines, que l'on peut acheter mais aussi gagner en répondant à des quiz ou en parrainant des
amis.
www.planetesms.com
Ce site compte une vaste bibliothèque de 2200 logos (personnages de BD, télé, films et dessins animés, logos
marques et clubs de sport) et sonneries (techno, génériques, variété française, rap, pop espagnole ou anglaise...)
à télécharger pour 10 francs l'unité, avec aussi un classement par ordre alphabétique et un moteur de recherche.
www.genie.fr
Pour attirer les internautes, ce site leur permet d'envoyer 250 SMS par jour partout dans le monde gratuitement,
alors que chez les opérateurs classiques, Itineris, SFR et Bouygues Télécom, ils coûtent 1 franc.
www.mobiquid.com
Vous écoutez la radio ou la télé et aimeriez savoir qui chante cette chanson ? Il vous suffit d'appeler Mobiquid
au 01 56 91 09 10, et de coller votre téléphone 30 secondes au poste. Le logiciel de reconnaissance musicale va
identifier l'air et vous envoyer les références par SMS avec une proposition d'achat du CD. Sur le site,
l'internaute pourra archiver les références demandées, consulter les programmes de radio... et envoyer des SMS
musicaux.
12 Le.top.des.réseaux - la gestion de la relation client (CRM)
Des ressources essentielles pour développer la gestion de la relation client. Les sites donnent des conseils ou bien encore des exemples
américains, très en avance sur le domaine.
Edition du mercredi 4 octobre 2000


www.crmcenter.com
Le portail de la CRM (Customer Relationship Management, gestion de la relation client). Il propose de
nombreux services pour suivre l'actualité de celle-ci en France : les nouveautés logicielles, les dernières
entreprises équipées, les offres d'emplois, un glossaire, une newsletter hebdomadaire, les événements, une
revue de presse. Mais rien n'est en accès libre. L'inscription est gratuite, à condition évidemment de laisser au
site un nom, un numéro de téléphone et le nom d'un employeur.
www.planeteclient.com
Il s'agit d'un site très professionnel qui sait mettre son contenu en valeur avec une hiérarchisation de celui-ci
(les communiqués de presse en bas à gauche, l'édito en haut à gauche et les dernières nouvelles en haut à
droite). Les entrepreneurs curieux de leur état d'avancement sur le chemin de l'eCRM pourront répondre au
questionnaire "Evaluez votre maturité". Il est même possible de poser des questions à des gourous du centre
d'appels ou du marketing "one-to-one".
www.infosmd.com
L'actualité du marketing direct. Ce site s'adresse avant tout aux spécialistes du marketing; mais l'internaute
"tout-venant", s'il est vraiment curieux des us et coutumes de cette profession, y trouvera aussi son compte,
notamment s'il consulte les "Astuces et conseils". Où il apprendra comment supprimer les doublons sur une
base de données clients, ou comment une entreprise qui vend des biens d'équipement pour la maison, en
constante recherche de nouveaux fichiers de comportement à louer ou à échanger, peut être informée des
nouveautés.
www.crm-forum.com
Un site américain bien utile pour surveiller ce qui bouge aux Etats-Unis, pays très en avance dans le concept du
client roi. Comme sur les sites français, des actualités, des forums de discussion, la livraison des dernières
études de marché d'analystes.
Nourri des études du Centre d'expertises sur les progiciels (CXP), ce site abrite une base de données très
importante des progiciels existant en France (12 000 descriptifs de produits mis à jour en permanence),
notamment en matière de gestion de la relation client. Les éditeurs y sont recensés en fonction de leur offre et
de leurs secteurs économiques d'intervention. Des adresses utiles de prestataires de services sont également
consultables, ainsi qu'un carnet d'adresses des grands utilisateurs de progiciels en France.
13 Le.top.des.réseaux - le e-management
Quelques pistes de formation aux théories de management en ligne, mais aussi des conseils, des réflexions, des comptes-rendus de colloques.
Edition du mercredi 29 novembre 2000


www.dauphine.fr/crepa/cahierrecherche.htm
Le Crepa (Centre de recherche économique pure et appliquée) propose, entre autres, un DEA e-management :
concepts et méthodes, sous la responsabilité de Michel Kalika, professeur à l'université Paris-Dauphine.
www.ifrance.com/management3w/
L'Institut des relations humaines propose quelques pistes de réflexion sur l'e-management.
www.e-rh.org
Ce site a pour objectif d'être l'interface entre professionnels des ressources humaines et s'intéresse à toute
nouvelle analyse et réflexion sur la fonction. A l'appui : de nombreux extraits de colloques, journées
thématiques et études mis à disposition par un ensemble d'institutions et d'organismes publics et/ou privés.
www.altis.fr
Altis, conseil en management du groupe Cap Gemini Ernst & Young, propose un état de l'art du management et
des services en ligne associés. De nombreux thèmes sont abordés en relation avec le management à l'heure des
technologies de l'information. Le site propose, entre autres, une sélection de sites Web et une base de données
rassemblant les synthèses d'ouvrages et articles de management internationaux parus récemment.
www.iae.univ-aix.fr/programmes/mti.htm
L'Institut d'administration des entreprises accueille un DESS management et technologies de l'information.Le
but de ce diplôme est de former des cadres de haut niveau capables d'appliquer des méthodes de management à
l'heure des technologies de l'information. Conditions d'admission : être titulaire d'un titre d'ingénieur ou d'un
diplôme de grande école de gestion, ou d'une maîtrise.
Une sélection de Catherine Rollot
14 Le.top.des.réseaux - Informations pour start-up
Connaître les conditions d'aide aux jeunes entreprises, et les ressources pratiques à consulter en ligne.
Edition du mercredi 13 décembre 2000


www.apce.com
L'Agence pour la création d'entreprises entend rassurer les entrepreneurs potentiels en offrant des conseils et
informations de base ventilés dans des rubriques : "Créer ou reprendre une entreprise"; "Etudes et statistiques" ;
"Journal de la créativité et de l'initiative" ; "Où s'informer" ; "Toute l'actualité" ; "Forum" et "Annonces".
www.up-e.com
La "première Bourse des start-up" se présente comme un annuaire à plusieurs entrées. L'annuaire des projets de
subdivise en genres de sites (éditoriaux, services, e-commerce...), localisation géographique et tranches de
montants recherchés. Toute une gamme de services est également offerte aux apprentis aventuriers de la
Netéconomie.
www.anvar.fr
L'Agence nationale de valorisation de la recherche a pour mission d'apporter des financements et des conseils
aux PME qui relèvent le défi technique, commercial et financier de l'innovation. Depuis sa création, en 1979,
plus de 20000 entreprises ont bénéficié de cette aide.
www.business-angels.com
Ce site foisonne d'informations liées à l'actualité des nouvelles technologies ou sous la forme de conseils
pratiques concernant les business plans et les stratégies financières de start-up. Toutes les étapes de la création
de l'entreprise sont ainsi suivies dans l'incubateur virtuel qu'est la "boîte à outils".
www.dotcomfailures.com
C'est le cimetière référence, en anglais. "Kill 'em while they're down" : l'exergue donne le ton du site, qui se
délecte, avec force détails (statistiques, paris, forums...), de la disparition de start-up. Rumeurs et commérages
anonymes sur des signes avant-coureurs de faillite sont également à l'honneur.
Une sélection de Yann Bernal
15 Le.top.des.réseaux - Doper ses connexions
Connaître les astuces des mesures d'audience, les utiliser ou les déceler chez les sites concurrents.
Edition du mercredi 24 janvier 2001


www.statisticator.com
Ce cyber-justicier de la statistique dénonce le recours au gonflement des chiffres par certaines sociétés. Il
s'attaque ainsi au mythe des "millions de pages vues", ressort psychologique destiné à attirer d'autres millions,
sonnants et trébuchants ceux-là, venus de la publicité. Pourtant, le site est ambigu : d'un côté, il donne les
"vraies" statistiques de sites accusés de malhonnêteté, et, de l'autre, il présente un "Tricheur Tool Kit", qui
propose des techniques comme le Moreclic.
www.scatlaws.com/voirprog.php3?prog=antipub
Cette page résolument anti-pub offre le logiciel du même nom gratuitement : il permet de fermer les fenêtres
qui apparaissent lors de la navigation. Une économie de clics qui se traduit en gain de vitesse de chargement
des pages.
www.fly.to/moreclic
Simple comme un clic : vous pouvez télécharger gratuitement sur cette page un outil de dopage des connexions,
à raison de 200 par heure. Comme l'explique Statisticator, "vous lui donnez une page Web comme un os à
ronger et le petit Moreclic va utiliser tous les proxies qu'il connaît pour la visiter. Chaque proxy étant
considéré comme un visiteur différent, votre nombre de visiteur progresse lentement mais sûrement".
www.headstrong.de/software-webclicker.shtml
L'outil WebClicker fonctionne sur le même principe que Moreclic, en activant, sur 4 URL au plus, un
maximum de 4 proxies qui cliqueront sur les bannières publicitaires tout en étant reconnus comme des visiteurs
différents. Pour 10 dollars, une version est disponible sans limitation d'URL ni de proxies.
www.plus75.com/fr
Le slogan est alléchant : "Webmasters, gagnez 75 % de visites supplémentaires !" La technique est celle dite du
pop-up, qui consiste à majorer la fréquentation des sites de manière artificielle. Il s'agit d'un réseau de sites,
membres de Plus75, qui s'envoient mutuellement leurs visiteurs. Ainsi, lorsque l'un d'eux quitte un site
quelconque membre de ce réseau, une fenêtre s'ouvre avec le site d'un autre membre. De plus, un système
d'affiliation permet de gagner 10 % des ouvertures des sites filleuls.
Une sélection de Yann Bernal
16 Le.top.des.réseaux- comprendre la pénurie des compétences high-tech.
Des chiffres et des mesures

Des rapports très précis sur les difficultés de trouver du personnel spécialisé en nouvelles technologies.
Edition du mercredi 6 décembre 2000


>www.premier-ministre.gouv.fr/ DOSSIERS/CISI2000/releve.doc
Cette page détaille les mesures prises à l'issue du troisième comité interministériel sur la société de l'information (CISI), tenu le 10
juillet 2000 et qui s'est donné, entre autres, comme objectif d'accroître le nombre de professionnels des technologies de l'information,
par le renforcement des filières de formation de haut niveau et l'accueil facilité d'étudiants et de professionnels étrangers.
>www.noie.gov.au/projects/ecommerce/skills/ paper_internat_backgrnd_99.htm
Cette étude en anglais du Bureau australien pour l'économie de l'information, menée en avril 1999, recense les
problèmes de qualification dans les TIC (technologies de l'information et de la communication) et les réponses
des gouvernements (Etats-Unis, Canada, Union européenne, Irlande, Royaume-Uni, Singapour et Japon).
>www.cereq.fr
Le site du Centre d'études et de recherches sur les qualifications offre une documentation en ligne assez
complète, portant sur la formation et l'emploi dans toutes leurs dimensions (insertion, savoirs et compétences,
certification, diplômes, évolution des métiers, politiques publiques d'emploi...). Les responsables des secteurs
d'action et les chargés de mission sont joignables par courrier électronique.
>www.microsoft.com/europe/skillsgap
Ce rapport en anglais effectué en 1998 par l'institut d'études IDC recense les difficultés liées aux compétences
dans les TIC, en insistant sur l'écart croissant entre l'offre et la demande de main-d'œuvre hautement qualifiée,
et le coût que cela génère.
Une sélection de Yann Bernal
17 Le.top.des.réseaux - la formation des talents
Quelques formations universitaires ou privées dans le domaine du multimédia, du graphisme, et de la création artistique.
Edition du mercredi 14 février 2001


www.ina.fr
L'Institut national de l'audiovisuel s'est mis au goût du Net en organisant des formations en productions
audiovisuelles et multimédias. L'INA Formation propose 150 formations différentes dans 9 filières, dont
nouveaux médias numériques, micro-informatique appliquée à l'audiovisuel ou montage, postproduction, effets
spéciaux, 3D.
imac.u-paris2.fr
L'Institut IMAC (Ingénierie du multimédia et architecture de la communication) offre une formation de haut
niveau dans le multimédia. Il délivre un diplôme d'ingénieur d'Etat et un autre de maîtrise en sciences et
techniques.
hypermedia.univ-paris8.fr/
Le département hypermédias de l'université Paris-VIII-Saint-Denis délivre une maîtrise des sciences et
techniques "hyperdocuments multimédias", un DESS "réalisation multimédia et édition électronique", un DEA
"enjeux sociaux et technologies de la communication" et un mastère européen en gestion d'entreprise
multimédia et audiovisuelle.
www.eesati.fr/
L'Ecole supérieure de l'image d'Angoulême, dont une partie se trouve à Poitiers, doit sa réputation, bien
évidemment, à la tenue annuelle du Festival international de la bande dessinée. Plutôt axée sur les métiers du
graphisme, l'école prépare à un diplôme national d'arts et techniques et à un troisième cycle.
www.ecole-multimedia.com
"Former pour informer" : tel est le slogan de cette école du troisième arrondissement parisien. La formation est
surtout orientée vers les jeunes qui se destinent à l'illustration de presse.
La formation des talents


18 Le.top.des.réseaux - les festivals du film Internet
Tour de monde de tous les festivals de film sur Internet. La plupart proposent des consultations en ligne des œuvres des candidats.
Edition du mercredi 21 mars 2001
www.internet-film.org
Le site du FIFI, quand il fonctionne, permet de visionner les différentes créations des lauréats des précédentes
éditions (1999 et 2000) du festival lillois. Egalement la liste de la sélection officielle, mais sans les URL.
www.flashfilmfestival.com
Le festival organisé deux fois l'an à San Francisco par Macromédia, l'éditeur de Flash, est une plate-forme très
recherchée par les équipes d'animation du monde entier, car il met particulièrement bien en valeur les œuvres
des lauréats et leur assure ainsi une large visibilité.
www.primefilm.com
Le Prime Film Festival (deuxième édition) est un festival du court-métrage sur Internet. Les internautes
découvrent les films sur leur écran d'ordinateur, via le site, et votent du 11 avril au 3 octobre à raison d'un film
par mois parmi neuf proposés. Seule la cérémonie de clôture (à Paris) n'est pas virtuelle.
www.thebitscreen.com
The Bit Screen est un festival mondial (localisé à Philadelphie et lancé en 1998 par la francophile Nora Barry)
réservé aux très courts métrages uniquement diffusés sur le Web. Des créations à la limite du cinéma
traditionnel, du clip musical et du dessin animé.
www.thesync.com
Ce site, lancé en 1997 propose une des palettes de films vidéo les plus riches du Web. The Sync a son festival
en ligne. Pour les participants, pas de date limite d'envoi : les films qui n'ont pas plu aux internautes sont
remplacés par les nouveaux arrivés.

19 Le.top.des.réseaux - La création numérique japonaise en ligne
Le Japon est très présent sur la toile, par le biais de dessinateurs de mangas, mais aussi par la présence d'animations, des plus sérieuses aux
plus folkloriques.
Edition du mercredi 13 juin 2001


www.yugop.com
Yugo Nakamura n'est pas seulement un artiste numérique : son œuvre donne à l'internaute toute la maîtrise de
l'espace artistique. La sobriété apparente du site cache une créativité digne des plus beaux du genre. Adepte de
la technologie Flash, Nakamura la développe en seize animations originales. Le site Yugop se joue des mots,
des lignes et des formes pour mieux capter notre attention.
www.brenten.free.fr
Un bel hommage rendu au célèbre dessinateur de mangas, Masamune Shirow. L'homme n'a pas cessé, au cours
de sa vie, de raconter le futur et le virtuel sous des formes fascinantes. Il s'est ensuite tourné vers l'animation, et
a conçu entre autres le fameux Ghost in the Shell, animation qui prend sa place dans un futur où les réseaux
informatiques transforment profondément la société. Le dessin conçu par ordinateur est maintenant l'une de ses
activités, même si certains de ses fans regrettent cet élan de modernité.
www.shift.jp.org
Ce mensuel en langue anglaise présente une sélection d'œuvres numériques japonaises. Muni de la technologie
Shockwave, qui permet de visualiser des animations du plus bel effet, le site donne également des rendez-vous,
présente des CD-ROM ou encore des expositions. Un méli-mélo d'œuvres originales que l'on peut souvent
consulter en ligne.
www.minimix.org
Minimix est un magazine franco-nippon dont le design ne manque pas de charme. Sa version Web alterne les sujets parisiens et les
sujets japonais, passant des critiques de disques aux " poupées " nippones, égéries de la " Japan touch ". Voir notamment la page "
Baby-Dolls ", où sont réconciliées femmes françaises et japonaises.
www.animeland.com
Animeland a aussi sa version papier. Mais ici, l'animation est le sujet principal du magazine, des mangas pour
enfants des années 1980 au Festival du film d'animation d'Annecy. Les forums drainent des spécialistes du
genre, ou de simples fans à la recherche de documents vidéo. Chaque mois, le magazine consacre une rubrique
spéciale au Japon, présentant des artistes, des livres ou encore des expositions.
www.torisukoshiro.com
Tout dessin devient mobile dans ce site où l'artiste Koshiro Torisu présente ses animations semblables à des
mini-dessins animés interactifs. De nombreuses œuvres qui mêlent l'humour avec les sujets les plus sérieux.
Voir notamment la conception très originale de la clinique du futur, ou l'itinéraire très spécial d'un garde du
corps... Le site - en anglais et en japonais - est régulièrement mis à jour. Les archives sont donc très fournies,
avec toujours le même but affiché par le créateur : vous rendre heureux.

20 Le.top.des.réseaux - un tour d'horizon des sites de cyber-travail
Réflexions et publications ne manquent pas de se développer face au nouvelles formes de travail sur Internet. Un point sur les sites de droit les plus au point
sur ce thème.
Edition du mercredi 9 février 2000


Anact
L'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) rassemble,sur son site, l'actualité du
monde du travail en France et à l'étranger. Plusieurspublications comme Travail & Changement et Les Cahiers de
l'Anact sontdisponibles en ligne, ainsi que la dernière enquête ministérielle sur les conditions detravail (1998).
De nombreux liens, classés par thèmes ou par secteurs d'activité,couvrent une large partie des ressources du
Web sur le sujet. Une page est égalementconsacrée à l'impact des nouvelles technologies sur le travail.
www.anact.fr/index.html
Netslaves
Un webzine qui porte un méchant coup de projecteur sur la face cachée de l'Internetbusiness. "On en a eu assez de
l'image idéaliste de l'industrie du Netque donnent les médias. La vérité, c'est que les acteurs des nouvelles technologies
del'information sont souvent dans des situations précaires, et doivent faire face à despratiques illégales ou iniques ", explique Bill
Lessard, coauteur de Netslaves.
Le site regorge d'histoires vraies et étonnantes sur les pratiques de l'Internetbusiness, et recèle un kit de survie à
l'intention des travailleurs en ligne. Netslaves,le livre, coécrit par Steve Baldwin et Bill Lessard, est également
en vente sur ce site.(En anglais).
www.disobey.com/netslaves/
Ubi Free
"Syndicat virtuel" créé par des employés de la société Ubi SoftEntertainment. Le site Ubi Free dénonçait
emplois précaires et conditions de travail ausein du grand groupe de production de jeux vidéo. Le but avoué de
cetteréalisation : pousser la direction, soucieuse de préserver son image, à un vraidialogue social. Aujourd'hui le
site n'est plus actualisé, mais reste accessible à titred'archives ou d'exemples.
www.multimania.com/ubifree/
ATMQ
L'Association des travailleurs du multimédia au Québec (ATMQ) a pour objectif derassembler les différentes
professions du secteur afin de faire respecter leurs droits.Dans ce but, la page Web de l'association appelle tous
les acteurs de la profession às'exprimer en ligne afin d'établir une réelle prise de conscience des
difficultésauxquelles sont confrontés les travailleurs du multimédia et, à terme, les fédérer.
www.prontomail.com/prontomail/users/laplume
Washtech
La Washington Alliance for Technology Workers (Washtech) rassemble des travailleursemployés dans le
domaine des nouvelles technologies, afin de faire entendre leur voix ausein des différentes assemblés
législatives ou professionnelles, et, de manièregénérale, défendre leurs intérêts. (En anglais).
www.washtech.org
Legalis.net
Legalnet suit l'actualité juridique des nouvelles technologies de l'informationet du monde numérique. On
trouve, classées par thèmes, les différentes jurisprudencesrelatives à l'informatique, et notamment celles qui
sont dédiées à Internet. Yfigurent également des décisions, des commentaires et des conseils juridiques,
ainsiqu'une page de liens détaillant les ressources juridiques du Web francophone.
www.legalis.net/legalnet/
D&NT
Droit et nouvelles technologies. Une équipe de juristes et d'informaticiens unissentleurs compétences pour
traiter les questions juridiques que pose l'évolution desnouvelles technologies.

www.droit-technologie.org
Une sélection réalisée par Eric Nunès
21 Le.top.des.réseaux - la Chine en quelques sites
Des sites en français qui permettent de découvrir la Chine, son actualité, sa situation économique ou ses informations touristiques. Egalement
des ressources pour les entreprises désirant s'implanter dans le pays.
Edition du mercredi 31 mai 2000


La Chine en quelques sites des sites français

www.france-chine.com
Un site dédié au commerce franco-chinois. Consultation de fiches techniques de plusieurs centaines
d'entreprises et d'annonces sur la Chine, Taïwan et Hongkong, offres de vente, d'achat ou de coopération, ce site
est d'une exhaustivité rare. Il est même proposé au visiteur d'ajouter sa société à la liste d'entreprises
correspondant à son secteur d'activité.Ce site fait également le point de façon très complète sur l'actualité
chinoise. En outre, et ce n'est pas négligeable, 265 sites sont répertoriés. Tous ont trait à la Chine et sont classés
en catégories comme les assurances, l'import-export, les banques- Un site incontournable pour toute personne
s'intéressant au commerce franco-chinois.

www.dree.org/chine
Site de la mission économique et financière de l'ambassade de France en Chine. Moins complet que le
précédent en ce qui concerne les entreprises, mais riche pour les informations pratiques nécessaires aux
Français voulant investir ou tout simplement s'implanter dans l'empire du Milieu. On retrouve, sur ce site, une
actualité chinoise très détaillée dans les domaines économique et financier, ainsi qu'une large présentation des
économies provinciales et de la présence française dans le pays.Point fort : les très nombreuses informations
juridiques et pratiques sur des domaines aussi variés que la scolarisation, le contrat de travail ou
l'investissement.des sites en anglais

www.virtualchina.com
Site "libre" édité depuis New York et qui affiche clairement son objectif : ouvrir la Chine sur l'Ouest tant sur le
plan du commerce que sur celui de la culture. On retrouve essentiellement des actualitéstrès variées (e-business,
art, shopping-). C'est le côté généraliste et moderne qui fait la force de ce site. Aucune information pratique n'y
est donnée (cela n'est pas sa vocation), mais son ouverture et son ton changent du discours des sites très
officiels. Attention, tout le contenu de ce site est en anglais.

gochina.about.com/culture/gochina/mbody.htm
China for visitors, un site idéal pour le tourisme dans ce pays. Les actualités, les cartes, les informations sur les
villes et les régions, sur les spécialités culinaires et culturelles... tout y est pour ne pas voyager idiot. Les
informations pratiques depuis l'aéroport d'origine jusqu'à l'hôtel de destination peuvent y être trouvées soit
directement, soit via un des nombreux liens proposés. Des données importantessur les cultures régionales sont
également fournies, ce qui fait de ce site un vrai guide touristique. un site d'origine chinoise

www.china.org.cn
Ce site du China Internet Information Center existe en version anglaise et en version chinoise. Son atout
principal est, sans aucun doute,ses innombrables informations, bien classées. Du politique à la culture, en
passant par l'économie, ou de l'histoire de la Chine à la présentation de ses provinces jusqu'au fonctionnement
de l'administration, toutes les informations institutionnelles y sont présentes. Les liens sont, eux aussi,
multiples, et les articles de presse sur la Chiney sont nombreux.Une sélection d'Olivier Escriva
22 Le.top.des.réseaux - Aide à la création de pages perso
Trouver les meilleurs conseils pour construire un site esthétique et fonctionnel.
Edition du mercredi 11 octobre 2000


www.aidenet.com/pageperso0.htm
L'internaute trouvera sur ce site "personnel et à but non lucratif" tous les conseils élémentaires pour créer ses
propres pages. Un lexique HTML (hyper text markup language), le langage le plus simple pour commencer à
développer des pages Web soi-même. Pour ceux que cela rebute, un mode d'emploi original et détaillé des
logiciels d'édition HTML les plus courants est également disponible. Des fonds d'écran, icônes et images
animées libres de droits sont également disponibles.
progweb.free.fr
La page personnelle de Nicolas Vivien - un étudiant en électronique - propose de véritables cours en ligne,
organisés en plusieurs leçons, qu'il est possible de télécharger. Au programme : le HTML, mais également des
langages plus élaborés (Java, etc.).
www.scripts-france.net
Sur cette page perso, Laurent Séguin et Thomas Durand proposent des scripts - des petits programmes en marge
de la page Web sont disponibles pour rendre les pages plus attractives. En Java ou en CGI (common gateway
interface), ces petits programmes ajoutent des fonctionnalités qu'il n'est pas possible de réaliser avec le HTML
(animations interactives, etc.). Chaque script proposé est accompagné de ses lignes de code, pour, à terme, être
capable de programmer soi-même ses animations.
perso.wanadoo.fr/laurent.naintre
Le site de Laurent Naintre centralise plus de 200 logiciels gratuits, dont certains se révèlent utiles à la création,
à la maintenance et à la mise en ligne de pages personnelles. Des logiciels d'édition HTML ou encore de FTP
(file transfert protocol) sont disponibles sur cette page perso, qui propose de plus une série de liens intéressants
vers des sites proposant des scripts de Java ou de CGI.
www.domaine-achat.com
www.intersites-France.com
Pour ceux qui veulent affecter à leurs pages un nom de domaine propre, ces deux sites proposent une assistance
pour l'achat d'un nom de domaine. L'utilisateur est guidé, étape par étape, de la recherche d'un nom de domaine
aux solutions d'hébergement du site.
www.multimania.fr/webmaster
A l'image de tous les hébergeurs (Wanadoo, Free, Freesbee, Worldonline, Club Internet, Liberty Surf, etc.),
Multimania propose sur son site un atelier de création de pages Web. Banque d'images, scripts et sélection de
sites perso très réussis complètent les cours de programmation en HTML. Une logithèque est en outre mise à la
disposition des internautes et de nombreux utilitaires sont téléchargeables.
Une sélection de Stéphane Foucart




23 Le.top.des.réseaux.- Le gratuit
Le Web n'a pas perdu son fonctionnement originel, et regorge encore de ressources gratuites, de dictionnaires de langues à de multiples jeux
en ligne.
Edition du mercredi 20 septembre 2000


www.iconbazaar.com
Fonds d'écran, icônes, GIF animés, images, boutons- Ce site comprend des centaines de visuels organisés par thèmes : symboles,
objets, drapeaux, lettrines ou encore personnalités, pour ne siter que 5 des 27 entrées thématiques.
www.mp3.com
Ce site permet de télécharger sans risque et gratuitement des fichiers au format MP3. Plus de 100 000 chansons
libres de droits sont accessibles depuis une indexation comprenant 16 genres musicaux répertoriés. Si la langue
anglaise est un frein à votre navigation, vous pouvez consulter son homologue français, www.francemp3.com.
www.yourdictionary.com
Face à la diversité et au nombre des dictionnaires en ligne, on citera le plus universel, The Web of On-line
Dictionaries de Robert Beard, rebaptisé yourDictionary.com, véritable portail qui se veut le pont vers plus de
800 ouvrages de référence, dans près de 230 langues.
www.free.fr
Fournisseur d'accès Internet gratuit, Free joue la qualité et la transparence. Sans être parmi les plus rapides, la
connexion est permanente et stable. Son serveur de newsgroups est parmi les mieux fournis, avec plus de 35
000 forums. Le portail affiche un "état du réseau" informant l'internaute des problèmes de connexion et de
saturation des serveurs du fournisseur.
www.goa.com
Plate-forme de jeux de France Télécom, Goa offre gratuitement La 4ème Prophétie, un jeu de rôle en ligne se
déroulant dans un monde médiéval-fantastique en constante évolution. Le jeu complet est disponible en
téléchargement. Bientôt gratuits, également, une dizaine de jeux de plateau et de carte, dont certains bien
français, comme la belote et le taro.
Une sélection de Marlène Duretz et Hai Nguyen



24 Le.top.des.réseaux - Sport et nouvelles technologies
De véritables propositions d'entraînement consultables en ligne, et des détails sur de nombreuses pratiques sportives.
Mis à jour le jeudi 7 septembre 2000


Projet Savoir-Sport www.savoir-sport.org
Le projet Savoir-Sport a pour but de fournir aux entraîneurs de sportifs des fichespratiques sur des thèmes en
relation avec l'amélioration des performances.Le site est en libre accès. Il est enrichi régulièrement par les
entraîneurs.Les fiches sont classées en cinq catégories : analyse de la performance, préparationà la
performance, gestion de la compétition, technologies appliquées àla performance sportive, et santé de l'athlète.
La Cité des sciences
www.cite-sciences.fr/webmag/juilletaout/
Le magazine de la Cité des Sciences de La Villette, à Paris, propose dans son éditionde juillet-août un dossier
complet sur le sport : ses pratiques, ses dérives,son évolution, ses acteurs. Au menu, des données chiffrées, des
interviewsvidéo, des actualités nationales et internationales, pour faire le point à quelquesjours de Jeux
olympiques de Sydney.
Sportlogiciel www.sportlogiciel.com
Créé par Patrick Dupuy, un ancien éducateur de l'Insep (Institut national du sportet de l'éducation physique), ce
site est consacré à l'informatique appliquéeaux sports. Plus précisément, à tous les logiciels qui permettent de
mesureret d'améliorer les performances des sportifs, à l'image de Cardlog, qui fournitdes analyses sur la
fréquence cardiaque. Présents aussi sur ce site des informationssur l'usage des technologies dans le sport, des
présentations de matériels,ainsi qu'un forum de discussion.
Mavic www.mavic.com/fre/home.htm
Depuis l'invention du dérailleur, le cyclisme fait bon ménage avec la technologie.Le constructeur de pièces
détachées pour vélos Mavic est un bon exemple de cesentreprises qui cherchent constamment à optimiser les
performances des cyclistes.Pour les passionnés, il présente sur la Toile ses dernières innovationsavec photos et
explications à la clé.
Une sélection établie par Guillaume Fraissard
25 le.top.des.réseaux - Les ressources iconographiques


Le meilleur des ressources iconographiques sur le Web
Trouver des images sur Internet, pour décorer un site Web, ou pour agrémenter ses documents.
Edition du mercredi 6 octobre 1999


www.chez.com/tf
En 1997, Tendance floue, un collectif de dix photographes, mettait en place une structure de diffusion
d'archives photographiques via Internet. Le monde du travail, l'éducation, le social, la ville, la santé... tous les
thèmes de la vie quotidienne sont abordés. Le résultat de leur travail offre une idée intéressante des perspectives
artistiques que peut ouvrir la photographie numérique.
www.corbisimages.com
Créé par le PDG de Microsoft, Bill Gates, Corbis Images a récemment racheté l'agence photographique Sygma.
Plus de 1,4 million de photographies y sont disponibles, dont 28 000 sont libres de droits.
www.spacephotos.com
Images inédites de l'éclipse de Soleil du 11 août, de la mission Apollo 11 sur la Lune, des différentes planètes
du système solaire ou encore des grandes stations orbitales, cette photothèque astronomique et spatiale en ligne
contient plus de 20 000 clichés en format numérique. En outre, les internautes peuvent commander des
reproductions d'images de la NASA, de l'ESA ou des grands télescopes répartis sur l'ensemble du globe
terrestre.
biodidac.bio.uottawa.ca
Afin de favoriser l'enseignement de la biologie, l'université canadienne d'Ottawa a créé une banque d'images
numériques. De la botanique à la zoologie, plusieurs milliers d'images peuvent être téléchargées gratuitement
depuis le site. Chaque internaute est invité à enrichir la base de données en envoyant ses contributions. Un
usage collectif de la photographie ouvert par la numérisation.
Un choix de Stéphane Mandard


26 GeForce 256, le premier processeur graphique
Mis à jour le mardi 12 septembre 2000


Peu connu du public, Nvidia, fondeur de circuits graphiques, est un des leaders du secteur. Ses circuits sont
intégrés à bon nombre de cartes graphiques 2D/3D que distribuent les grands noms du multimédia, comme
Asustek, Guillemot, CreativeLabs, Elsa, etc. Cette petite entreprise, basée à Santa Clara en Californie, vient de
lancer un nouveau circuit, le GeForce 256, dont les performances dépassent de loin les produits concurrents, y
compris les circuits Voodoo de 3Dfx qui étaient jusqu'à récemment la référence en matière de 3D. Le GeForce
256 est le premier GPU (Graphics Processing Unit -un processeur graphique) disponible dans le commerce.
Jusqu'ici, c'est l'unité centrale de l'ordinateur, le processeur (Pentium, Celeron, AMD K-6, Cyrix) qui effectue
les calculs de l'affichage 3D, la carte graphique centralise quant à elle les données et affiche l'image à l'écran.
Désormais, les cartes graphiques équipées du GeForce 256 exécutent à la fois les calculs et l'affichage. A lui
tout seul, ce processeur graphique, indépendamment du processeur central, gère tout ce qui est lié à l'affichage,
aux fonctions 3D, aux textures, aux couleurs…
Pour résumer, une configuration à base de Pentium II 300 et une configuration à base de Pentium II 500, toutes
deux équipées d'une carte graphique GeForce 256, afficheront, en principe, à peu près les mêmes performances
en 3D avec les jeux exploitant la technologie GPU, puisque ce n'est plus leur processeur qui calcule l'affichage,
mais leur circuit graphique. En réalité, il y aura toujours un écart de performance entre une configuration haut
de gamme et entrée de gamme, mais il sera moins important par rapport à un circuit graphique classique. Le
dernier produit de Nvidia va ainsi révolutionner le marché de l'informatique ludique, s'accordent déjà à dire les
développeurs de jeux. En effet, jusqu'ici, ce sont les jeux, notamment les jeux de combat et de duels en 3D
comme Quake II et III, Heretic II, Half-Life, Kingpin, qui réclament toujours plus de puissance, tant au niveau
du processeur central que de la carte graphique. L'arrivée du GeForce change la donne. Les éditeurs vont
pouvoir proposer des jeux de plus en plus beaux, à l'affichage proche du réalisme photographique.
Le GeForce 256 est un véritable bijou technologique. Il intègre 23 millions de transistors gravés grâce à une
technologie 0.22 microns (et en technologie 0.18 microns au début de l'année prochaine). Il est capable de
générer 15 millions de triangles (les calculs 3D) à la seconde. A titre comparatif, un Pentium III 550, le haut de
gamme des processeurs Intel, intègre 9,5 millions de transistors gravés en technologie 0.25 microns et génère
seulement 4 millions de triangles à la seconde. Bref, ce processeur graphique est plus complexe qu'un Pentium
III. Le GeForce comprend au total quatre unités de calcul de l'affichage 3D: un Rendering Engine (plaquage des
textures sur la surfaces des objets) en 256 bits, un moteur de transformation géométrique, un moteur d'éclairage
et un Setup Engine (traitement des triangles).
Le GeForce est effectivement le premier produit grand public à intégrer des moteurs de transformation
géométrique et d'éclairage. Ces moteurs existaient déjà, mais on ne les trouvaient que sur les cartes graphiques
des stations destinées aux professionnels, et à un prix inabordable (à partir de 15000 francs pour la carte et 50
000 francs pour la station). Sans entrer dans le jargon technique, grosso modo, ce type de moteurs calcule les
transformations à appliquer aux polygones des objets lorsque ces derniers bougent dans un environnement 3D
(mouvement de translation, de rotation, agrandissement et réduction). Quand au moteur d'éclairage dynamique,
il calcule les effets d'éclairage sur les objets en mouvement (ombre, réflexion de la lumière, etc).
En France, la société Guillemot lancera courant octobre une carte graphique équipée du GeForce 256, baptisée
3D Prophet. Cette carte intègre 32 Mo de mémoire et un Ramdac cadencé à 350 Mhz. " C'est la meilleure carte
graphique qui soit… ", affirme le communiqué de presse de Guillemot. La performance a un prix : la 3D
Prophet coûtera 2 190 francs ttc l'unité dans le commerce. Asustek, CretativeLabs, Elsa offriront également des
produits à base de GeForce pour un prix plus ou moins élevé. Asustek se démarque en proposant une carte
intégrant carrément 128 Mo de mémoire, et compte sur ce produit haut de gamme pour attaquer le marché des
stations graphiques professionnelles.
Seul problème : les jeux 3D exploitant les nouvelles technologies du GeForce n'existent pas actuellement dans
le commerce. Il sont encore à l'état de développement. Quake III, tant attendu par les joueurs en réseau, et
Shadowman ne seront disponibles qu'en novembre. Et une dizaine de titres suivront en décembre. Quel intérêt
alors à débourser maintenant 2190 francs pour une carte 3D Prophet ? "Ce produit est destiné avant tout aux "
hard-gamers ", des joueurs passionnés qui veulent la meilleure des technologies et qui veulent prendre un peu
d'avance sur les jeux à venir", résume un porte-parole de Guillemot.
H. Ng.
27 Le Web animé se démocratise
Grâce à la technologie Flash, les sites Internet ressemblent à des fims interactifs
Edition du mercredi 11 octobre 2000


Voilà quelques années déjà que le Web est passé à l'heure du Flash.
Macromédia, la société éditrice de cette technologie qui permet de produire des pages Web visuellement
dynamiques et foncièrement interactives, est arrivée à faire de son produit phare un véritable standard.
Aujourd'hui, près de 92 % des internautes sont équipés de Flash Player, le module de lecture qui permet
l'affichage sur les navigateurs de ces pages pas comme les autres. Et lors de leurs pérégrinations sur la Toile, ils
rencontrent de plus en plus souvent des sites qui ont rapidement mesuré l'impact pratique, esthétique, et
promoteur de cette technologie qui met définitivement un terme à l'apparence figée du contenu Web.
Le rendu d'un site Flash s'apparente en effet à un film interactif dans lequel il est possible d'inclure des menus
déroulants, des icônes animées, de la musique ou des sons. Une bonne maîtrise du logiciel éditeur proposé par
Macromédia permet également la création de véritables jeux 3D en ligne, d'animations 2D ludiques ou
professionnelles, le tout sur la base d'une technologie évolutive souple et légère. Parmi les avantages de cette
technologie, la rapidité avec laquelle les pages Flash animées s'affichent sur vos navigateurs. Ce petit miracle
tient au mode de téléchargement spécifique à ce nouveau standard : l'internaute visualise les premières images
de l'animation tandis qu'en tâche de fond, le téléchargement des suivantes se poursuit.
La démocratisation de Flash vient de franchir un pas supplémentaire avec le récent lancement de la version 5 du
logiciel par Macromédia. Elle présente la particularité d'être largement plus accessible que ne l'était la
précédente version. Plus besoin d'être en effet un développeur confirmé pour pouvoir en quelques clics réaliser
une animation digne de ce nom. Flash 5 comprend une multitude de nouveaux outils intuitifs, des fenêtres de
prévisualisation, une aide en ligne agrémentée de captures d'écran explicatives.
Si l'aventure vous tente mais que le prix de vente de ce logiciel vous rebute (2 990 F HT), prenez le temps de
télécharger la version de démonstration proposée sur le site de Macromédia. Le programme - d'une dizaine de
mégaoctets - vous sera délivré en échange de quelques renseignements. L'installation de ce dernier sur votre
ordinateur (Mac ou PC) ne vous prendra que quelques minutes. Elle ne requiert aucune connaissance
particulière. Cette version donne accès à toutes les fonctions du logiciel pendant trente jours : de quoi vous faire
une petite idée de ses capacités.
L'interface de Flash 5 n'est pas sans rappeler celle d'un autre produit à succès de Macromédia : l'éditeur HTML
Dreamweaver. On retrouve en haut, à l'horizontale, la traditionnelle barre de fonctions « Fichiers », « Edition
»... à gauche, la palette d'outils graphiques, au centre une page vierge prête à accueillir votre inspiration du
moment. Pour monter une animation, il vous suffira de créer une suite d'images, et de programmer, le plus
simplement du monde, leur affichage successif dans le temps.
Les outils intuitifs contenus dans la palette graphique tels que le pinceau, le crayon ou encore le stylo vous
permettront de laisser libre cours à votre imagination. Vous pourrez animer des graphiques translucides,
superposer des objets vectoriels transparents sur des images, inclure des animations au format QuickTime 4, du
streaming vidéo, et surtout des sons. Car, grande nouveauté, Flash 5 rend possible l'utilisation de MP3 en fond
sonore sur vos pages sans pour autant monopoliser la bande passante de vos visiteurs. Une nouvelle
fonctionnalité qui, c'est à espérer, saura rapidement remplacer sur le Web le triste jeu mécanique des partitions
Midi. Le logiciel est livré accompagné d'un volumineux manuel et inclut des didacticiels plutôt réussis qui vous
aideront à progresser rapidement dans l'apprentissage des fonctions principales.
En dépit de ces efforts, toutefois, Flash 5 reste avant tout un outil au service des professionnels de la création
Web. Même si son interface a été simplifiée, certaines fonctionnalités comme la possibilité de développer des
applications Web à l'aide d'une nouvelle syntaxe semblable à celle du JavaScript nécessitent un minimum de
connaissances en matière de programmation. Les professionnels y trouveront sans aucun doute leur compte,
d'autant qu'il est possible désormais d'importer des fichiers FreeHand ou Fireworks, ou encore de personnaliser
les raccourcis clavier.
Pratique également, la bibliothèque intégrée qui offre aux utilisateurs une interface de gestion des éléments
plutôt performante. Elle permet d'afficher les différents composants de manière hiérarchique, d'utiliser des
fonctions de tri par nom, par type ou date de création. Flash 5 donne par ailleurs la possibilité aux créateurs de
tester leur rendu en simulant l'accès par un modem. Il est possible de choisir un débit et de détecter ainsi les
éventuels problèmes que les internautes sont susceptibles de rencontrer lors du chargement des pages.
Pour ce qui est enfin de la configuration requise, il vous faudra, sous Windows 95 ou 98, être doté d'un
processeur d'une puissance supérieure ou égale à 133 Mhz, disposer d'une mémoire vive d'au moins 32 Mo, de
40 Mo d'espace disque, d'un moniteur 256 couleurs acceptant la résolution 800 x 600. Cette même
configuration est également requise pour les utilisateurs de Macintosh à partir de l'interface MacOS 8.5. Un
logiciel qui n'a pas fini de faire des émules de par le Web.
www.macromedia.com
William Berg
28 Le.top.des.réseaux - Projets pour le continent africain
Divers organismes se penchent sur l'appropriation des nouvelles technologies par le continent africain. Nombreux documents concernant son
développement.
Edition du mercredi 9 mai 2001


http://www.anais.org/
Créé à la suite de la déclaration finale de la conférence de Genève sur l'Afrique et les nouvelles technologies de
l'information, en octobre 1996, le réseau Anais a pour but de favoriser l'appropriation des technologies de
l'information par les Africains. Composé d'institutions, d'associations et d'entreprises africaines et européennes,
Anais entend notamment faciliter le développement d'outils de maîtrise technique et sociale des nouvelles
technologies par les Africains. De nombreuses ressources documentaires sont disponibles sur le site : une base
de données traitant des usages sur le continent africain, des dossiers d'information sur les politiques et les
stratégies d'information en Afrique, ou sur le développement des nouvelles technologies dans les différents
Etats du continent.
http://www.bamako2000.org/
Du 21 au 26 février 2000, Bamako, la capitale du Mali, a réuni tout ce que la société de l'information africaine
et internationale compte d'acteurs : pouvoirs publics, collectivités locales, secteur privé, monde associatif,
milieu universitaire..., afin de faire le point sur les usages des nouvelles technologies pour le développement
local, au Sud et au Nord. Cette rencontre a débouché sur la Déclaration de Bamako 2000, programme d'action
pour le développement d'Internet en Afrique. Le site rassemble une somme impressionnante de textes et de
discours sur le potentiel que représente Internet pour l'Afrique.
http://www.syfia.com/
Syfia International est une agence de presse qui compte une soixantaine de journalistes francophones africains,
canadiens, asiatiques et européens dans une trentaine de pays, et dispose de cinq agences régionales au Bénin,
au Burkina Faso, au Cameroun, au Sénégal et à Madagascar. Véritable mine d'informations sur le continent
africain, le site les regroupe par thèmes : de l'agriculture à la santé, en passant par les droits de l'homme.
L'internaute trouvera en outre de nombreux articles sur les usages sociaux, économiques ou politiques d'Internet
dans la population africaine.
http://www.tsfworld.org/
Créée par Laurent Bardin, jeune ingénieur en informatique, Technologie sans frontière est une association à but
non lucratif qui a décidé de donner l'accès au Réseau aux lycéens du Zoulouland, la région la plus pauvre
d'Afrique du Sud. L'association, qui regroupe une dizaine de bénévoles, fait le tour des entreprises françaises
pour récupérer du matériel informatique et commencera à équiper cinq lycées d'Ulundi, la capitale du
Zoulouland, à partir de juillet 2001. Jusqu'en octobre, l'équipe formera enseignants et lycéens aux rudiments de
l'informatique et du Web. Car le but de l'association est de mettre en place, via une diffusion par satellite
assurée par la société Comm Time Cast, des projets d'enseignement des technologies de l'information et de la
communication.
http://www.africanti.org/
Africa'nti est un projet associant des organismes de recherche européens et africains. Son objet : observer
l'insertion et l'impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) en Afrique. Destiné à la
fois au grand public et aux professionnels, le site offre de nombreux articles et études sur le développement des
TIC et leurs usages sur le continent, ainsi qu'une sélection de liens vers des sites d'associations ou d'institutions
qui militent dans ce sens.
Une sélection de Stéphane Mandard


29 Les différentes normes audionumériques
De la simple stéréo aux ambiances les plus sophistiquées, le son se décline sur votre PC
Edition du mercredi 18 octobre 2000


Accompagnant l'explosion du DVD-vidéo, l'apparition du format MP3 et la sophistication toujours plus grande
des jeux, le son est devenu un élément primordial dans la configuration des ordinateurs : en dehors des
entreprises, il n'est plus de PC qui ne soit équipé d'une carte son et d'enceintes permettant de reproduire depuis
la simple stéréo jusqu'à une ambiance sonore digne des meilleures salles de cinéma.
Le principal reproche adressé à la stéréo, qui date tout de même de 1958, est le manque de profondeur sonore.
Les laboratoires américains Dolby ont donc inventé d'abord le Dolby Surround ou Prologic, système analogique
compressé apportant à la stéréo classique deux canaux supplémentaires, qui permettent le branchement d'une
paire d'enceintes arrière (malheureusement en mono) pour les ambiances sonores, et une voix centrale utilisée
pour les dialogues des films. Il est par exemple utilisé par les chaînes de télévision françaises avec la norme
Nicam L, et on le retrouve sur les cassettes vidéo. Les limites qualitatives du Surround ont disparu avec
l'arrivée au début des années 90 du Dolby Digital, inspiré des équipements utilisés dans les salles de cinéma :
entièrement numérique, il apporte non seulement la stéréo aux enceintes arrière, mais possède également un
canal réservé aux fréquences graves.
Une installation Dolby Digital 5.0 comportera donc cinq enceintes alimentées par leur propre canal, les deux
stéréos avant classiques, la voix centrale et deux enceintes stéréo arrière ; la version 5.1 y ajoutera un caisson de
graves. Le Dolby Digital nécessite cependant la présence d'un décodeur qui, dans le cas d'un ordinateur, sera
intégré aux enceintes, alors qu'il se trouve dans l'amplificateur d'une chaîne haute-fidélité. Ce système reste
néanmoins compatible avec une restitution plus simple, stéréo ou même mono. Son principal défaut : une forte
compression des données, afin de faire passer tous les canaux dans le même flux.
Dernière évolution en date, le DTS ou Digital Theater System, qui commence seulement à arriver sur le marché
: si le format est identique au Dolby Digital 5.1 pour le nombre de voies, la qualité sonore est encore meilleure
grâce à une bande passante plus large qui permet des taux de compression du signal moins élevés. Quant au
THX de George Lucas (le créateur de La Guerre des étoiles), il s'agit seulement d'un label de qualité.
Les cartes son pour PC ont progressé de pair avec les normes sonores et ont atteint une qualité telle qu'il est
aujourd'hui possible de se passer de chaîne hi-fi classique. Toutes capables de lire ou d'enregistrer le son avec
une qualité équivalente à celle du CD, grâce à des convertisseurs audio en progrès constant, elles se
différencient par leur puissance de traitement et par leurs possibilités de connexion.
A l'image d'une carte vidéo, une carte son intègre son propre processeur, le DSP (Digital Signal Processor), qui
va prendre en charge les effets spéciaux tels que la spatialisation du son ou les sorties vers plusieurs canaux
(comme pour le Dolby Digital) et décharger de ces tâches le processeur central de l'ordinateur.
Côté connecteurs, chaque carte possède au moins une entrée microphone et une deuxième entrée (line-in, dans
le jargon informatique) pour lecteur de CD externe ou magnétophone, ainsi qu'une sortie (line-out) pour
brancher enceintes, casque ou amplificateur externe. Toutes ces prises analogiques sont de style mini-jack. En
plus de la prise joystick, qui permet de brancher une manette de jeu ou un synthétiseur MIDI. Egalement, un
connecteur interne permet de relier le lecteur de CD-ROM à la carte et d'écouter ses CD-audio sur l'ordinateur.
Les cartes de milieu de gamme, aux alentours de 500 francs, comprennent souvent une deuxième sortie line-out
permettant le branchement d'une seconde paire d'enceintes, et parfois une sortie numérique (appelée S/PDIF,
pour Sony/Philips Digital Interface Format) qui évite de passer par la conversion du signal analogique en
permettant le branchement direct d'un DAT (Digital Audio Tape) ou d'un système d'enceintes compatibles
Dolby Digital. Quant aux cartes haut de gamme, qui peuvent atteindre 2000 francs, elles proposent en plus des
boîtiers de connecteurs indépendants qui multiplient le nombre d'entrées et sorties et permettent donc le
raccordement d'autant de sources ou d'instruments - ces cartes s'adressent surtout aux musiciens professionnels.
La qualité a aussi changé côté enceintes, avec l'irruption sur le marché informatique de constructeurs tels
qu'Altec Lansing ou Yamaha, qui se cantonnaient jusque-là dans la haute-fidélité. Si l'on peut trouver
d'honnêtes enceintes à poser de chaque côté de l'écran, la qualité passe au minimum par l'achat d'un kit de deux
enceintes avec un caisson de graves. Cette configuration suffira à ceux qui souhaitent écouter leurs CD-audio
ou fichiers MP3 tout en travaillant. Les amateurs de jeux opteront, eux, pour des systèmes à quatre voix, utiles
pour entendre l'ennemi ou la voiture concurrente arriver dans le dos.
Les mordus de DVD-vidéo et de cinéma à la maison choisiront une installation Dolby Digital avec ses cinq
enceintes et son caisson de graves, pour s'immerger au mieux dans les ambiances sonores et autres effets
spéciaux. Mais, pour les enceintes comme pour n'importe quelle chaîne hi-fi, la fiche technique ne signifie pas
grand-chose : il faudra écouter avant d'acheter. Reste que si le mélomane averti restera fidèle à la chaîne haute-
fidélité classique, dont les éléments sont conçus uniquement pour la restitution la plus fidèle possible de la
musique, l'ordinateur a pour lui l'avantage de ses usages multiples et d'un excellent rapport qualité-prix.
Anthony Owen



30 Le.top.des.réseaux - Terminaux d'accès
Les moyens pour accéder au web se diversifient et se multiplient. Des accès adaptés à tous les publics, comme les aveugles, mais aussi à des lieux divers,
comme dans les avions.
Edition du mercredi 8 novembre 2000


http://www.cyberdeck.net/
Internet gratuit dans les lieux publics (métro, universités, centres commerciaux...) : Cyberdeck propose un
terminal d'accès public et gratuit. Les services habituels sont offerts aux passants sur un écran de 42 pouces :
bureau virtuel, recherche d'informations et achats en ligne sécurisés. Ces nouveaux terminaux grand public- 270
sont déjà en place - seront déployés dans les lieux fortement fréquentés.
http://www.telecom.gouv.fr/
Une ergonomie destinée aux aveugles et aux mal-voyants : le Réseau national de recherche en
télécommunications dévoile le "web-visi". Ce terminal dispose d'une interface ergonomique alliant "toucher
sensoriel", écran tactile, systèmes de reconnaissance et de synthèse vocale pour faciliter accès et navigation sur
la Toile.
http://www.com1-services.com/
Le site de la société Com One présente le "Domonet", un décodeur à même de transformer un simple téléviseur
en terminal d'accès à Internet, sans achat d'autre matériel. Citée par les responsables de Come One, une étude
menée par un cabinet d'études américain prévoit que, à échéance de quelques années, "16 % des accès à Internet
se feront à partir de plates-formes autres que les PC, la télévision arrivant en tête".
http://www.iw.com/
Ce site en anglais référence plusieurs sociétés ayant investi le marché de l'Internet "tout-terrain", présentes au
"Fall Internet World Show", tenu à New York. Il y est par exemple proposé un accès Internet spécifique aux
avions, des supports de la taille d'une calculatrice, des terminaux d'accès sans fil, etc.



31 Traces de surf
Presque anodins, les cookies sont omniprésents et se comportent souvent en véritables mouchards. L'encadrement de leur utilisation se met en place.
Lentement.
Mis à jour le jeudi 3 mai 2001


Le problème de la collecte des données personnelles des utilisateurs, sur Internet, trouve en partie son origine
dans un ou plusieurs petits fichiers apparemment inoffensifs, enregistrés sur le disque dur de l'ordinateur du
surfeur, en général à son insu : les cookies. A première vue, rien de plus anodin, pourtant, que ces fichiers. Ils
ne contiennent que du texte et ne sont pas exécutables ; ils ne peuvent donc pas générer de trou de sécurité sur
l'ordinateur de l'internaute, ni véhiculer de virus. Leur "perversité" se situe à un autre niveau.
Sur Internet, pour qu'une connexion s'établisse, le navigateur de l'utilisateur (le "client", en langage
informatique) envoie une requête à un serveur pour lui demander telle ou telle page : c'est le rôle de l'adresse
URL, qui désigne le site et la localisation de la page (par exemple, www.unsite.com/lapageenquestion.html) ;
celle-ci lui est expédiée en retour, le tout grâce au protocole HTTP. Le ou les cookies sont insérés dans les en-
têtes de ces échanges.
Lorsqu'un surfeur accède pour la première fois à un site qui emploie des cookies, le serveur du site lui envoie,
en même temps que la page demandée, un ou plusieurs petits fichiers "mouchards"; qui vont être stockés dans
un répertoire du disque dur, et qu'il sera seul, en principe, à pouvoir lire et modifier par la suite. En principe, car
un bogue de Microsoft Explorer, révélé il y a un an, permet de tromper le navigateur quant au nom du serveur
avec lequel il est en contact, et donc de lire la totalité des cookies enregistrés par l'ordinateur "client". Plus tard,
si le surfeur retourne sur le même site, son navigateur va reconnaître le nom de domaine, et il va
automatiquement joindre à la requête de la page une ligne contenant tous les noms de cookies qui y sont
associés. Le serveur recevra ainsi toutes les informations qu'il avait déposées, sans même avoir besoin de les
réclamer. Il pourra à sa guise les modifier ou les compléter, avant de les renvoyer à l'utilisateur en même temps
que la réponse à sa requête.
Un cookie comprend six informations au maximum : un nom qui le désigne (par exemple, le nombre de visites
précédentes), associé à une valeur, sa date d'expiration, le nom de domaine du site émetteur, avec en plus le
chemin éventuel de la page qui a émis le cookie, et enfin un paramètre booléen (oui / non) qui précise si
l'application requiert une connexion sécurisée. Les informations collectées peuvent servir à comptabiliser le
nombre de visites, à enregistrer la date de la dernière venue, les pages vues, mais aussi, dans le cas d'un site
commercial, les produits déjà achetés, ou ceux auxquels le surfeur s'est intéressé, et, s'il a rempli un
questionnaire en ligne, tous les renseignements qu'il y aura laissés : nom, adresse mail et date de naissance sont
des exemples courants.
Une application "innocente" de cette technique peut consister à personnaliser un portail en fonction de critères
que le surfeur aura explicitement choisis au cours d'une de ses visites précédentes. Une application beaucoup
plus pernicieuse consistera à personnaliser une page d'accueil en fonction des goûts qu'il aura révélés à son
insu, ou en fonction de ses caractéristiques : bon client (achats nombreux), amateur de musique (visite
systématique des pages qui y sont consacrées), etc. Les agences de marketing en ligne sont extrêmement
friandes de ces données, qui leur permettent d'établir le profil de leur clientèle, et de cibler au plus juste leurs
messages publicitaires, en croisant à l'occasion ces données avec d'autres informations. La société DoubleClick,
par exemple, qui vend de la publicité en ligne à un grand nombre de sociétés sur Internet, s'est construit une
gigantesque base de données grâce au recoupement des informations laissées par les internautes sur les
différents sites. Car les pages réellement visitées ne sont pas seules à émettre des cookies ; les bannières
publicitaires, correspondant en général à un tout autre site, en envoient aussi.
Preuve de l'importance du problème, la Charte européenne des droits fondamentaux, proclamée à Nice en
décembre 2000, a pris en compte la protection des données à caractère personnel, en lui consacrant son article
8. Plusieurs textes ont d'ailleurs déjà commencé à encadrer les possibles dérives liées à ces usages d'Internet.
Parmi les principaux, la directive européenne sur la protection des données personnelles, adoptée en 1995 par
l'Union européenne, et la Convention pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des
données à caractère personnel, élaborée dès 1981 par le Conseil de l'Europe. La France, pour sa part, va
accueillir à Paris, en septembre 2001, la 23e Conférence internationale des commissaires à la protection des
données personnelles. Elle dispose, avec la France, d'un organisme explicitement consacré à la lutte contre ces
abus : pour limiter les risques de perte de toute intimité comportementale, la Commission nationale de
l'informatique et des libertés (CNIL) propose en ligne un site extrêmement pédagogique pour informer des
dangers et inciter à la vigilance. Afin que jamais la technique ne dicte au droit de renoncer à protéger tout un
chacun, du plus " branché" au plus fragile.
Martine Bernis
32 Le.top.des.réseaux - Les traqueurs de nouvelles en tous genres
On les appelle des "hoax", et leurs sources ne sont pas toujours faciles à retrouver…Laissez faire ces spécialistes qui décèlent toutes les intox
du réseau.
Edition du mercredi 23 mai 2001


http://www.hoaxbuster.com/
Elu meilleure ressource française grand public aux Clics d'or, ce site vérifie les canulars hexagonaux du Web
(avec notamment une rubrique spéciale " Loft Story ") et renseigne aussi sur les vrais virus informatiques. Il
donne dans la pédagogie avec la définition des divers types de rumeurs et de leurs dangers, et publie des
interviews de chercheurs sur le sujet ou de victimes de fausses informations qui apportent un démenti.
http://www.urbanlegends.about.com/
Ce site de référence américain de démontage de rumeurs recense tous les us et abus d'informations, des colis
bleus envoyés contenant une éponge imbibée de poison aux courriels proposant d'offrir gratuitement des
paquets d'actions de start-up non existantes. Les " hoaxes " (" intox ") sont classés par rubriques (accidents,
animaux, célébrités, fantômes, crime, alimentation, horreur, santé, virus, etc.).
hoaxbusters.ciac.org
Ce service public du bureau des " incidents de sécurité informatique " du département à l'énergie américain vise
à l'exhaustivité avec un moteur de recherche sur toutes les " intox ", et regorge de conseils pratiques sur la façon
de reconnaître un " hoax " et d'agir en cas de doute sur la véracité d'une information.
www.netsquirrel.com/combatkit
Ce site propose un " kit de combat " contre les fausses infos de tous bords sous la forme de modèles de lettres
de réponses selon la catégorie de l'intox (virus, maladies, pétitions de soutien, super-affaires...) à copier-coller
du site et à renvoyer à l'expéditeur de la rumeur.
vmyths.com
Spécialisé dans les avertissements contre les faux virus et autres " légendes urbaines ", ce site est alimenté par
un " gourou " américain du secteur, Rob Rosenberger. Outre une liste des intox par ordre alphabétique, le site
décerne bons et mauvais points aux éditeurs de logiciels pare-feu et de sécurité (qu'il refuse en tant
qu'annonceurs).
Les traqueurs de nouvelles en tous genres
Une sélection de Gaëlle Macke


33 Monter et numériser ses vidéos
Edition du mercredi 5 juillet 2000


C'est l'été ! Et chacun sort son caméscope pour mémoriser ses vacances. Mais quefaire de ces rushs,
représentant parfois des dizaines d'heures d'images ? Monterun vrai film en utilisant son micro-ordinateur, qui
fait office, dans ce cas,de table de montage. Ensuite, le cameraman a tout intérêt à sauvegarder le toutsur un
support numérique afin d'en profiter avec la même qualité dans plusieursdizaines d'années. Pour ce faire, il
existe plusieurs supports de stockage possibles.
Aujourd'hui, un format vidéo amateur comme la cassette mini-DV (Digital Vidéo) offredes images d'une qualité
très proche de celle obtenue par les caméras professionnelles.Avec ce format numérique, le vidéo amateur peut
remiser ses filmsde vacances et autres événements familiaux une fois qu'ils ont été montés. Maissa bande
magnétique est un support réputé fragile. En outre, du fait de leursprix encore élevés, on trouve assez rarement
dans les foyers des caméscopes numériquesDV, et quasiment pas de magnétoscopes DV, qui permettraient de
lire facilementsur n'importe quel téléviseur les films en vidéo numérique.
En définitive, la solution serait l'adoption des supports optiques du type CD-R (disque compact réenregistrable),
DVD-RAM (disque optique réengistrable pouvantcontenir 5,2 gigaoctets de données, format soutenu
principalement par Toshiba)ou DVD + Rw (4,7 gigaoctets de données, format soutenu par Sony et Philips),
dontles lecteurs sont montés sur des micro-ordinateurs équipés de puissantes cartesgraphiques, couplées à des
ensembles de logiciels dédiés au montage virtuelen format DV. La gravure sur disque optique offre bien des
avantages, comme lalongévité du support, la possibilité de regarder ses films sur n'importe quelmicro récent,
voire sur un téléviseur de salon. Sans oublier la possibilité dedistribuer ces réalisations plaquées sur CD à un
ami ou proche parent.
Les solutions de montage virtuel sont aujourd'hui abordables, compatibles avec lecoût d'un PC grand public. La
création de vidéo en MPEG 1 ou MPEG 2 exige unecarte de capture vidéo MPEG 1 voire MPEG 2, pour
obtenir la qualité DVD (DigitalVersatile Disk). Et aussi des logiciels. La majorité des programmes de
montagevirtuel, tels qu' Adobe Première, Final Cut Pro, I-Movie, sont des applicationscomplètes et puissantes
pour le montage des images, mais ne suffisent pas àfinaliser l'intégralité d'un film en MPEG 2. Il faut
généralement, à la suite dumontage, compiler ses images de vacances avant de les convertir au format vidéodu
DVD. Des logiciels comme Vitec MPEG Toolbox 2, Darin DVPMEG5 ou Ligos LSX3.0 s'en chargent
parfaitement et s'interfacent facilement avec un logiciel demontage.
Pour le grand public, il existe des solutions complètes comme le pack RT 2000 ducanadien Matrox, comprenant
une carte graphique G400, une carte de capture vidéoet quatre logiciels qui couvrent l'ensemble des besoins en
montage, traitementdu son, effets spéciaux, et édition en DVD-vidéo. Avec la solution RT 2000, onpeut choisir
son taux de compression, s'il sera fixe ou variable selon les séquences,et même rajouter une interactivité
sommaire autour de la vidéo, avec parexemple des menus d'accès directs aux séquences à l'intérieur du film, des
commentairesécrits sur le film tournéý Il ne reste plus ensuite qu'à enregistrerle fichier MPEG 2 sur son disque
dur, puis entamer la phase de gravure pour enfaire un DVD.
Côté gravure, plusieurs solutions s'offrent au féru de vidéo. Le format MPEG 1 permetde graver jusqu'à une
heure de film sur CD-R dans une qualité légèrement supérieureà celle du VHS, la cassette vidéo classique. Les
logiciels livrés avecles graveurs gèrent souvent ce standard de compression. Si tel n'est pas le cas,il faut faire
appel à de petits programmes peu coûteux comme Easy CD Creator(Adaptec) ou WinOnCD (Cequadrat),
disponibles en téléchargement sur la Toile.Pour l'amateur qui réalise quelques films par an, le CD-R et le
MPEG 1 sont debons moyens de sauvegarder ses montages, car le coût de revient est modique etla
manipulation simple. De plus, en finalisant ainsi ses films, on obtient unvidéo-CD lisible sur la plupart des
platines DVD de salon. La seule véritable limiteest alors la durée, puisque, en MPEG 1, on ne peut stocker
guère plus de60 minutes sur un CD. Et si l'on avait voulu créer le même film en MPEG 2surCD-R, on ne serait
parvenu à graver que 15 minutes de vidéoenviron.
Le MPEG 2, plus gourmand en gigaoctets, est la voie royale de la mise sur disqueoptique de ses vidéos. D'une
part, ce format offre en effet une qualité d'imagebien supérieure aux meilleurs standards vidéo analogique grand
public Hi-8 ouS-VHS. Dans le cas d'une compression MPEG 2, le vidéaste doit envisager l'usagede la gravure
sur DVD-RAM ou DVD + Rw.
Beaucoup plus accessible que le DVD-R, dont les rares graveurs professionnels sontvendus autour de 30 000
francs et les disques autour de 600 francs, les graveursde DVD-RAM ou de DVD + Rw coûtent 3 000 à 4 000
francs, tandis qu'un disqueDVD-RAM revient à moins de 300 francs. Ces supports ont en plus l'immense
avantaged'être réenregistrables, alors que le DVD-R ne supporte qu'une seule copie.Enfin, les 5,2gigaoctets
contenus sur un DVD-RAM offrent au total 150 minutesde vidéo MPEG 2, ce qui est largement suffisant pour
numériser, par exemple, desimages de vacances.
En fait, jusqu'à présent, le seul frein à l'essor des DVD-RAM ou DVD + Rw tient aufait qu'ils ne peuvent être
lus par les DVD-Vidéo de salon. Il faut absolumentun graveur idoine monté sur PC ou un des rares lecteurs de
salon de DVD-R compatibles.Cela limite quasiment ces supports optiques au monde de la micro-
informatique.Heureusement, la prochaine génération de lecteurs de DVD-Vidéo de salonà sortir en fin d'année
et la future console de jeu de Sony, la PlayStation2, offriront la possibilité de lire des DVD-RAM.
Marc Bourhis




34 Des utilitaires pour faciliter la navigation sur la Toile
Tout s'explique Contrer la lenteur du Web grâce à de petits logiciels
Mis à jour le mardi 26 septembre 2000


Une navigation trop lente, des fichiers difficiles à télécharger, des outils de recherche inadaptésý Le World
Wide Web - la Toile - mérite souvent son surnom de « World Wide Wait ».
Heureusement, une quantité de logiciels utilitaires, le plus souvent gratuits, peuvent aider l'internaute à mieux
exploiter toutes les richesses de la Toile. Dans ce domaine, plus question de mastodontes de l'édition comme
Microsoft et consorts. Ici c'est le paradis du « shareware » (contributiel) et du « freeware » (graticiel), de petits
logiciels que l'on peut télécharger. Dans le cas du shareware, vous devez « normalement » acheter la licence à
l'issue d'une phase d'évaluation si vous souhaitez le conserver. Un freeware est, lui, entièrement gratuit. Une
fois téléchargé, il est à vous. Revue de détail de ces différents outils.
L'aide au téléchargement
Si vous êtes un adepte du téléchargement de gros fichiers (MP3, MPEG-4, démos de jeuxý), vous avez très
certainement déjà été confronté à une interruption alors que celui-ci était pratiquement achevé. Pour éviter ces
désagréments, des utilitaires vous permettent de reprendre un téléchargement interrompu ou encore de le
programmer à l'heure souhaitée. Le programme Getright peut ainsi gérer tous vos téléchargements. Vous entrez
le nom du fichier à télécharger et l'adresse du site où le trouver, et Getright se charge du reste. Enorme avantage
: il permet de reprendre un téléchargement interrompu. Avec lui, plus besoin de recommencer deux heures de
téléchargement pour un stupide « plantage ».
Si vous téléchargez une multitude de fichiers en même temps, préférez Go!Zilla. Il vous permet, entre autres
fonctions, de programmer le début d'un téléchargement ou d'une série de téléchargements aux heures les plus
favorables en termes d'encombrement de réseau. Go!zilla est par ailleurs capable, lorsqu'un fichier est
disponible sur plusieurs sites, de récupérer celui-ci depuis le serveur offrant la meilleure vitesse de
téléchargement. Très pratique pour les gros téléchargeurs, qui ne peuvent plus s'en passer. De plus, ce logiciel
est gratuit. En revanche, son concurrent Getright affiche en permanence une bande publicitaire.
Les « aspirateurs de sites »
Un site au contenu riche et informatif vous intéresse beaucoup et vous voulez l'examiner en profondeur.
Seulement, cela risque de prendre beaucoup de temps et votre facture téléphonique s'en ressentira forcément.
Au lieu de rester connecté à Internet pendant des heures, il est possible de télécharger tout ou partie d'un site sur
le disque dur de votre ordinateur grâce à un aspirateur de sites. Ensuite, hors connexion donc, vous pouvez
naviguer à loisir sur le site en question avec votre navigateur habituel.
Avec l'aspirateur TeleportPro, il suffit d'entrer l'adresse du site à télécharger et le répertoire dans lequel vous
voulez l'enregistrer. Ce logiciel vous offre, en outre, la possibilité de choisir les éléments que vous souhaitez
aspirez : les sons, les images, les textes, les vidéos ou le site en entier. Avec le module Teleport Scheduler, il est
même possible de programmer le moment auquel doit s'effectuer le téléchargement. Dans ce cas, TeleportPro se
connectera puis se déconnectera automatiquement à la fin de celui-ci. La plupart des aspirateurs permettent de
mettre à jour la sauvegarde du site en n'enregistrant que les fichiers nouveaux ou modifiés. Très pratique pour
les sites qui sont mis à jour régulièrement.
Les logiciels de recherche
Trouver des informations sur le Web revient parfois à chercher une aiguille dans un meule de foin. Une
recherche exhaustive implique de passer au crible plusieurs moteurs de recherche. Cette tâche longue et
fastidieuse n'est pas toujours concluante. Pour gagner du temps et obtenir des informations plus pertinentes, la
solution consiste à faire appel à un métamoteur, qui interroge simultanément plusieurs moteurs de recherche.
Copernic, par exemple, propose désormais une interface entièrement en français. Dans sa version gratuite, le
logiciel permet d'accéder à 85 moteurs de recherche regroupés dans une dizaine de domaines : le Web, le Web
francophone, les groupes de discussion, les adresses de courrier électronique... Pour les férus de recherche, une
version payante de Copernic permet de consulter 55 domaines, donnant ainsi accès à quelque 610 moteurs de
recherche. Tous les moteurs ne fonctionnant pas suivant les mêmes règles syntaxiques, Copernic adapte la
requête aux exigences de chacun d'entre eux de façon transparente pour l'utilisateur, qui se contente de préciser
s'il souhaite obtenir les documents contenant tous les mots, au moins un des mots ou l'expression exacte.
Copernic fournit alors des résultats par ordre de pertinence, supprime les doublons et les liens désuets (voir sur
la liste des moteurs de recherche sur le site interactif.lemonde.fr).
Grâce à un système de cache intelligent et à la possibilité de ne pas afficher les publicités, les accélérateurs Web
réduisent le temps de chargement des pages. Net Accelerator optimise ainsi la gestion du cache des navigateurs
Internet Explorer et Netscape Communicator. Il ouvre en mémoire de nouvelles fenêtres de votre navigateur,
lesquelles restent invisibles à l'écran, pour télécharger des pages Web par anticipation. Ainsi, quand vous
appelez une page, le navigateur ne va plus la chercher sur Internet mais localement sur votre ordinateur. Si,
entre-temps, des changements sont intervenus, NetSonic, un autre accélérateur, vous avertit quand des pages
méritent d'être rafraîchies. L'une des autres caractéristique intéressante de NetSonic est la fonction IntelliFetch.
Alors que vous êtes en train de visualiser une page Web, il charge par avance le texte de toutes les pages en
relation avec celle qui est affichée. Il suffit ensuite de cliquer sur le lien en question pour visualiser la page, qui
s'affiche ainsi immédiatement.
www.copernic.com/fr
www.gozilla.com
www.getright.com
www.tenmax.com/teleport/pro/home.htm
www.imsisoft.com
Sylvie Fonmarty
35 Le.top.des.réseaux - Des sites dédiés au WAP sur le Web
Pour tout savoir sur ce nouveau moyen de communiquer, ces sites rivalisent en explications et ressources.
Edition du mercredi 7 juin 2000


http://www.lewap.com/
Un site complet dédié au WAP. L'actualité de cette nouvelle technologie y tient une place importante.
Conférences, nouveautés et lettre d'information gratuite, rien n'échappe à ce portail. Le site propose également
des explications et des conseils pratiques sur le fonctionnement du WAP. Des services WAP sont également
accessibles, comme l'ajout de son site ou l'envoi d'un mail. Enfin, le point fort du site : de très nombreux liens
avec les sociétés développant des applications et des services WAP, mais aussi avec les sites permettant de
créér son site WAP ou proposant un répertoire de portails WAP existants. Une valeur sûre parmi les sites dédiés
au WAP.
http://www.waponthenet.com/
Moins complet que le précédent, ce site a cependant d'autres atouts, au premier rang desquels son annuaire de
portails consacrés au WAP. Un annuaire des plus complets. Par ailleurs, waponthenet est un des seuls sites à
proposer une analyse critique des marques et modèles de téléphones mobiles accessibles au WAP, avec les
avantages et les inconvénients de chaque modèle. Les explications techniques sur le WAP sont claires. En
outre, comme sur nombre de sites Web dédiés au WAP, on peut ici ajouter son site WAP, discuter dans un
forum ou faire du shopping.
http://www.journalduwap.com/
Un site très régulièrement actualisé. L'actualité du WAP et des nouvelles technologies y est suivie de près. Là
encore, l'internaute trouve une présentation du WAP ainsi qu'un annuaire de plus de 300 sites traitant du Wap.
Une sélection "journalduwap" est cependant proposée. Chose rare, ce site affiche également de nombreuses
offres d'emplois et annonces toujours en rapport avec le WAP ou les technologies afférentes. Un forum de
discussion dans lequel il est possible d'échanger avec des acteurs du WAP est aussi accessible.
http://www.bewoopi.com/
Intitulé "le Web dans votre mobile", ce site a été l'un des premiers à offrir des services nouveaux aux
"wapnautes". La start-up française bewoopi.com a d'abord offert la possibilité de consulter et répondre aux
mails, puis un service de traduction accessible depuis votre portable en 13 langues. Ce portail offre en outre un
bouquet de services et met à disposition de ses membres (inscription gratuite) un agenda, des blocs-notes, un
service de gestion de compte en banque, de consultation boursière ou encore un dictionnaire. Le site propose
aussi des liens vers d'autres portails dédiés au WAP et présente les mobiles compatibles.
http://www.wapfr.com/
Un site Web pour créer son site WAP. Le service est gratuit. Ce portail donne toutes les informations
nécessaires sur le WAP pour ne pas partir dans l'inconnu. Les connectés disposent de news et d'un forum de
discussion. Mais le principal intérêt du site est son aspect pédagogique. Des exemples de sites WAP sont
donnés ainsi que de nombreuses explications pour créer son site, installer des images- Pour les problèmes le
plus fréquemment rencontrés, des solutions sont proposées sous forme de questions-réponses.
Une sélection d'Olivier Escriva
36 Le.top.des.réseaux - Un tour d'horizon des sites de Web-tv
La télévision en ligne n'a pas encore trouvé son public, mais multiplie les projets. Des programmes spécialisés aux projets citoyens, les Web-
tv révolutionnent la programmation classique des chaînes hertziennes.
Edition du mercredi 19 janvier 2000


www.comfm.fr/tv/live
Françaises et américaines, mais également allemandes, espagnoles, japonaises ou encorepéruviennes ou
chypriotes, toutes les télévisions du monde - ou presque - qui selaissent regarder sur le Net sont répertoriées,
par pays d'émission, sur ce site. Unguide interactif qui permettra à chaque télénaute de trouver chaîne à son
goût.
www.canalweb.net
Incontournable. Avec plus de 2 000 heures de programmes diffusés depuis sacréation, en juillet 1998,
CanalWeb s'est imposé comme l'un des leaders de latélévision sur Internet. Cinéma, musique, sciences,
nouvelles technologies, jeux,actualités... Dix canaux thématiques proposent, en direct ou en différé, près
d'unecentaine de programmes chaque jour. Réalisés par des professionnels ou de simplesparticuliers, ces
programmes traitent aussi bien des meilleurs coups de bridge que desderniers sujets d'actualité abordés dans Le
Monde diplomatique.
progress-tv.com
A l'instar d'un bouquet numérique par satellite, Progress-tv regroupe troischaînes thématiques conçues et
animées par des professionnels de l'audiovisuel.Médecine-TV, la première chaîne médicale francophone sur
Internet, propose desretransmissions d'opérations chirurgicales ou des débats entre médecins sur desmaladies
rares. Les autres chaînes du bouquet, Cinema-TV et Musique-TV, sontrespectivement consacrées aux dernières
sorties cinématographiques sur le grand écranet aux artistes qui font l'actualité de la chanson internationale.
http://www.citoyenne-tv.net/
Télévision qui se veut "axée sur les activités citoyennes et la vie de laCité", La Citoyenne occupe une place à
part sur la Toile française,puisqu'elle entend donner la parole aux acteurs de la vie sociale, autrement dit :vous
et moi. Pour cela, ses reporters - tous bénévoles - sillonnent Paris, la provinceet parfois l'Europe, pour faire part
aux internautes des meilleures initiativesassociatives, de manifestations culturelles ou de rencontres ayant trait
aux enjeux de lasociété de l'information. Par ailleurs, de nombreuses rubriques consacrées à la vie duWeb ou
aux associations alimentent quotidiennement la chaîne, qui revendique plus de 4500télénautes différents par
mois.
www.freespeech.org
Pour les anglophones. Basée aux Etats-Unis, FreeSpeech (libre parole) offre un bonexemple de traitement
alternatif, corrosif et militant de l'information. Caméranumérique au poing, ses limiers donnent la parole à tous
ceux que les médiasaudiovisuels traditionnels boudent, des paysans du Chiapas aux militants des
associationsqui défilaient à Seattle en décembre 1999 pour contester l'Organisation mondiale ducommerce
(OMC).
www.tf1.fr
A l'instar de TF1, les grandes chaînes de télévision hertzienne investissent la Toile.A petits pas, il est vrai. La
plupart d'entre elles ne permettent que de visionner leursjournaux, avec une qualité rarement irréprochable. La
Une exploite cependant un peu plusles potentialités du Web, en permettant aux internautes de composer eux-
mêmes lesommaire de leur journal en sélectionnant uniquement les reportages qu'ils désirentregarder.
Une sélection de Stéphane Mandard

37 Windows Millennium Edition met plus de multimédia sur votre PC
Tout s'explique: Le dernier-né des systèmes d'exploitation de Microsoft se veut plus simple pour surfer et jouer
Edition du mercredi 13 septembre 2000

Le 14 septembre, Microsoft présente en France Windows Millennium Edition - ou Windows ME -, le
successeur de ses systèmes d'exploitation Windows 95 et 98. L'objectif de l'éditeur est de rendre plus simples «
les jeux, les surfs de qualité sur Internet et la découverte des nouveaux loisirs multimédias que sont la photo
numérique et la vidéo ». Avec, en toile de fond, la volonté de faire du micro-ordinateur du particulier un objet
aussi convivial que possible .
L'interface graphique de Windows Millenium Edition n'a pas subi de profonde mutation par rapport à Windows
95 ou Windows 98. Une fois le système d'exploitation lancé, le menu Démarrer est toujours à sa place et les
fonctions principales sont affichées aux mêmes endroits. Au rang des nouveautés, l'utilisateur remarquera donc
simplement l'apparition de nouvelles icônes pour le Poste de travail ou encore la Corbeille.
C'est parmi les accessoires et utilitaires multimédias que Windows ME innove. La nouvelle mouture du
système d'exploitation offre effectivement d'autres fonctionnalités qui permettent au grand public de découvrir
les nouveaux loisirs numériques, comme la possibilité de faire du montage vidéo. Tout nouveau est l'utilitaire
Windows Movie Maker, qui permet de faire de l'importation et de l'édition de vidéos personnelles de votre
Caméscope analogique ou numérique. Vous pouvez les agrémenter de commentaires, de bruitages ou de
graphismes au gré de vos envies. Ensuite, Windows Movie Maker peut vous aider à partager vos réalisations et
à les envoyer à des amis ou à des proches, par courrier électronique ou en les éditant sur un site Web. Bien
entendu, Windows ME s'est aussi mis à l'heure de la photo numérique. Vous connectez votre appareil
numérique à votre PC, et Windows ME lance un assistant, simplifiant l'importation et le stockage de vos images
numériques dans un dossier appelé Mes Images. Le système détecte la plupart des appareils existants.
Désormais, l'utilisateur a la possibilité de visualiser des vignettes de ses photos, de les agrandir pour les voir
plus en détail ou encore de les arranger en un véritable diaporama.
L'audio, non plus, n'a pas été oublié. Windows ME offre la possibilité de créer et d'indexer une bibliothèque de
fichiers audio de qualité CD, que vous pourrez stocker sur votre disque dur. Le lecteur Windows Media Player,
dans sa version 7, permet aussi de visualiser et d'écouter vos contenus multimédias. A vous aussi la
personnalisation de votre expérience musicale, en regardant par exemple des vidéos évoluant au rythme de
votre musique ou en modifiant l'apparence de votre lecteur en lui attribuant un nouvel habillage graphique.
Tous ces utilitaires multimédias, comme les éditeurs de vidéos ou de photos numériques, existent déjà sur le
marché. Développés et commercialisés par des entreprises spécialisées dans ces domaines respectifs, ils sont
parfois plus complets et plus puissants que les outils de Windows ME. Sauf que, dans le cas de Windows ME,
ils sont intégrés au système. L'utilisateur ne paie que le prix de celui-ci. Une mise à jour de Windows ME à
partir de Windows 95 ou de Windows 98 coûte respectivement 490 et 790 francs, et une version pleine, 1 690
francs. Une bonne affaire pour le consommateur lorsqu'on sait que le prix d'un logiciel de montage vidéo grand
public ou semi-professionnel varie entre 300 et 1 500 francs.
C'est au niveau de la compatibilité des matériels que le passage à Windows ME se justifie. D'une part, le
nouveau système d'exploitation reconnaît les derniers périphériques et les nouvelles cartes mères. Il intègre
également un nouveau support pour les futurs appareils Universal Plug & Play de la domotique. A l'avenir, par
exemple, il sera facilement possible de copier-coller les programmes TV d'un site Web vers votre
magnétoscope ou votre lecteur DVD-ROM par l'intermédiaire du PC.
En principe donc, et cela dès que les appareils seront disponibles, vous pourrez connecter toute la maison avec
Windows ME : le système d'exploitation détecte automatiquement et partage, sur votre réseau personnel, toutes
les ressources disponibles, comme les imprimantes et autres périphériques de la domotique tels que micro-
ondes ou appareils de chauffage. Vous pourrez alors régler la température de votre maison à distanceý Pour
l'heure, vous avez toujours la possibilité de profiter de cette fonction réseau pour connecter deux ordinateurs
familiaux et leur faire partager un accès à Internet.
Fort de ces caractéristiques, Windows ME représente une évolution, pas une révolution. Sans être plus stable
que les versions précédentes, le nouveau système d'exploitation bénéficie d'une meilleure protection. Une
fonction empêche la suppression ou l'altération de fichiers critiques, quelle qu'en soit la cause. L'outil System
Restore peut ramener le système d'exploitation à l'état dans lequel il était juste avant un bogue ou un blocage
important.
Alors, faut-il adopter vers Windows ME ? Sachez que tous les assembleurs de PC proposent Windows ME en
standard sur leurs machines. « Lorsque Windows 98 était sorti, on disait que ce n'était qu'une évolution par
rapport à Windows 95, et pourtant, six mois plus tard, tout le monde avait Windows 98 installé sur son
PC.Dans six mois, on aura tous Windows ME », commente un utilisateur sur le forum de discussion
alt.windows-me. Difficile de résister à un standardý
Hai Nguyen



38 Et l'ordinateur apprit à lire




Tout s'explique. Tous les secrets de l'OCR, ou l'impression à l'envers

Edition du mercredi 31 mai 2000

Pour comprendre le principe d'une application de reconnaissance de caractères ou OCR pour Optical Character Recognition, il suffit
d'imaginer une imprimante qui fonctionnerait à l'envers. Un système d'OCR a ainsi pour vocation de générer, à partir d'un document
original sur papier, un texte enregistré sous forme électronique, comme s'il venait d'être saisi au clavier.Pour la capture et la
numérisation du document, n'importe quel scanner convient, même un modèle d'entrée de gamme. Il incombe ensuite à un logiciel
spécialisé, le logiciel d'OCR, d'effectuer l'analyse de l'image scannée pour la transformer en texte.L'idée d'apprendre la lecture à une
machine ne date pas d'hier. Les premiers systèmes d'OCR, qui ont fait leur apparition dans les années 50, n'étaient capables de
reconnaître qu'une seule police de caractères et dans une seule taille.Les logiciels se sont ensuite perfectionnés et ont commencé à
pouvoir traiter des documents plus complexes. Au début des années 80, l'OCR prend son envol puis se démocratise au milieu des
années 90. La puissance des micro-ordinateurs rend alors ce type d'application accessible au plus grand nombre. Tandis que l'on
assiste à des vagues de fusions et d'acquisitions chez les éditeurs, les prix des scanners et des logiciels chutent. L'OCR grand public
est née.D'une utilisation très simple, les logiciels d'OCR exploitent des techniques très élaborées pour réussir à convertir efficacement
l'image d'un caractère en son équivalent binaire, compréhensible par l'ordinateur. La numérisation étant assurée par le scanner, la
fonction du logiciel se limite à l'analyse d'une gigantesque matrice de points, naturellement noirs ou blancs ou préalablement convertis
si l'image est en couleurs.Les logiciels d'OCR exploitent deux techniques de base pour reconnaître un caractère : l'application de
modèles et l'analyse des caractéristiques. Les modèles sont des échantillons de dessins de caractères que le logiciel sait reconnaître.
Il compare ces modèles à l'image de chaque groupe de points rencontré jusqu'à trouver une correspondance exacte, ce qui lui permet
d'identifier le caractère. Cette technique, assez rapide, fonctionne bien pour des documents imprimés avec des polices de caractères
et des tailles relati vement standards, connues et répertoriées par le logiciel. Avec la méthode d'analyse des carac téristiques, le
logiciel tente d'identifier les caractères en analysant leur forme, indépendamment de la taille ou de la police de caractères. Une lettre «
a » minuscule est, par exemple, composée d'un cercle, d'une ligne verticale accolée à droite et d'un arc de cercle au- dessus et au
milieu. S'il détecte une combinaison ayant cette apparence, le logiciel identifie alors la partie de l'image comme une lettre « a
».Certains logiciels s'appuient également sur des méthodes d'analyse plus évoluées, qui font appel à des techniques d'intelligence
artificielle basées sur des réseaux neuronaux. Le logiciel OmniPage Pro utilise ainsi des algorithmes prédictifs qui lui perm ettent de
reconnaître un mot sans qu'il soit nécessaire d'identifier tous ses caractères. Le moteur fait appel à plusieurs algorithmes de
reconnaissance simultanément. Ils génèrent chacun une hypothèse qui est ensuite pondérée pour obtenir une probabilité. Le moteur
analyse même l'historique des prédictions des algorithmes, afin de déterminer quels sont les plus efficaces dans telle ou telle situation
particulière. Leur crédibilité, et donc le poids qui leur est accordé, évolue au fur et à mesure de la reconnaissance.En complément de
ces différentes techniques de reconnaissance pure, les logiciels d'OCR tentent d'améliorer leur efficacité en intervenant avant et après
le travail du moteur. Avant, en appliquant à l'image numérisée un traitement graphique pour ajuster l'orientation, délimiter les régions
ne contenant pas de texte et éliminer les points parasites. Après, en soumettant le texte résultant à un moteur de correction
orthographique, afin d'éliminer les erreurs de reconnaissance les plus flagrantes. Au final, le taux de reconnaissance peut atteindre,
selon certains éditeurs, 99 % en moyenne.De tels scores sont généralement obtenus avec des documents sortis sur imprimante laser
avec des polices de caractères standards. La reconnaissance de journaux ou de documents « exotiques » est bien moindre. Quant à
l'écriture manuscrite, elle est encore difficilement déchiffrée. Mais dans quelques années l'évolution de la puissance de calcul des
ordinateurs devrait permettre aux logiciels de reconnaissance de caractères de déchiffrer sans peine un texte manuscrit.Jean-Marc
Gimenez



39 Bienvenue dans l'arène des jeux en ligne
Les sites de jeux en réseau séduisent de plus en plus de joueurs. Quelques conseils pratiques pour les guerriers virtuels...
Mis à jour le mardi 31 octobre 2000

Le succès des jeux vidéo en ligne est indéniable. Tous ceux qui ont essayé le mode multijoueur le confirmeront
: il n'existe rien de plus stimulant, du moins à l'échelle de l'informatique ludique, que de se mesurer à des
adversaires humains, lesquels sont dotés d'une intelligence et d'un comportement que jamais un ordinateur ne
parviendra à reproduire. Face au joueur, d'autres joueurs, avec des réflexes tout aussi humains. Ils vous
poursuivent à la trace, tirent dans le dos, attendent en embuscadeý Les stratégies déployées par un joueur sont
imprévisibles et varient d'une personne à l'autre ; à l'inverse, celles d'une machine demeurent désespérément
identiques. C'est là toute la force du mode multijoueur. Un plaisir qui exige toutefois un minimum
d'investissement en temps et en argent.
Du temps, il en faut sans arrêt pour optimiser son PC, sa « machine de combat », en mettant à jour les pilotes
des périphériques et les patches (rustines) des jeux. Et de l'argent aussi, parce que la jouabilité du jeu en réseau
repose sur une configuration puissante et si possible un accès haut débit à l'Internet. De mémoire de joueur,
l'histoire, celle du jeu en réseau et en ligne, a commencé en 1993. A Mesquite, une bourgade perdue au fin fond
du Texas, une bande de développeurs aux cheveux longs - les frères Adrian et John Carmark et leur copain John
Romero - créaient Doom, un jeu de combat à la première personne intégrant un mode multijoueur qui autorise
quatre joueurs à s'affronter dans une partie en réseau local (protocole IPX, l'Internetwork Packet Exchange de
Novell ). A l'université de l'Illinois, Jay Cotton et Scott Coleman mettaient alors au point Kali, un logiciel qui
permet de jouer à Doom sur Internet avec le protocole IP (Internet Protocol). Le jeu en ligne prenait son essor...
Aujourd'hui, avec la généralisation d'Internet, se développent des sites Web comme Goa ou Zonejeux, des
plates-formes de jeux accessibles en ligne et totalement gratuites, qui permettent aux joueurs aux quatre coins
de France et aussi du monde de se rencontrer. De même, tous les récents jeux vidéo, que ce soient les jeux de
combat, comme Quake 3, Half-Life ou Unreal Tournament, ou les jeux de stratégie en temps réel, comme Age
of Empires ou Starcraft, pour ne citer que les plus populaires, intègrent un mode multijoueur compatible avec le
protocole IP. Rien de plus simple, désormais, que de jouer sur ces plates-formes : le joueur se connecte au site,
s'inscrit, se rend dans la salle de son jeu favori, et le voilà propulsé dans une arène d'adversaires à sa mesure.
Le jeu en ligne repose sur trois composantes principales : le client, le serveur et la connexion entre les deux. Le
client est le PC de l'utilisateur, sur lequel ce dernier va lancer son jeu favori. Le serveur est la machine sur
laquelle est hébergée la partie que va rejoindre le client. En général, la plate-forme de jeu fait office de serveur.
Enfin, la connexion, soit l'accès à Internet. Une partie en ligne dure entre trente minutes et trois heures. A moins
de bénéficier de l'Internet à haut débit facturé au forfait - soit le câble ou l'ADSL (Asymetric Digital Subscriber
Line) - la note de téléphone risque fort d'être indigeste. Surtout, une meilleure bande passante est synonyme de
jouabilité.
Tout joueur en ligne qui se respecte a deux hantises, le « ping » et le « lag », car la fluidité du jeu en dépend. Le
ping, qui se mesure en milli secondes (ms), est le temps que met une information à faire un aller-retour entre le
client et le serveur. Plus il est élevé, moins la connexion est de qualité. Le lag est le temps écoulé entre la
commande d'une action et son exécution. Il s'explique souvent par un mauvais ping. Bref, mauvais ping et
mauvais lag sont synonymes de ralentissement du jeu et, donc, de défaite. C'est tout simple : avec une mauvaise
fluidité, votre voiture fait du sur-place, alors vos adversaires foncent à toute vitesse ; vous appuyez sur la
détente en même temps que l'adversaire, mais son missile vous touche avantý Avec le haut débit, on obtient (en
tapant ping suivi de l'adresse du serveur dans une fenêtre DOS) en général un ping de 50 à 80 ms, contre plus
de 200 ms via un modem analogique.
Egalement, les jeux vidéo comptent parmi les applications informatiques les plus gourmandes en ressources.
Les conditions de jeu s'améliorent en fonction de la puissance du processeur, de la mémoire vive et surtout des
performances de la carte graphique. Ainsi, les « hardcore gamers » , les accros du jeu vidéo, n'hésitent pas à
dépenser des fortunes pour acquérir la carte graphique la plus récente, et donc la plus puissante, pour obtenir
une meilleure fluidité d'affichage dans les jeux en 3D.
A titre d'exemple, les « hardcore gamers » ne jurent aujourd'hui que sur les cartes graphiques Voodoo 5 de
3Dfx et GeForce et Geforce GTS de Nvidia, des produits commercialisés entre 1 500 et 3 000 francs. Mais la
performance justifie son prix. Elle se mesure au nombre d'images à la seconde qu'affiche l'écran pendant le jeu.
Le minimum acceptable par les joueurs en réseau est de 60 images à la seconde, à une résolution de 1024 x 768
x 32 pixels, le standard actuel. En dessous de 60 images, l'affichage risque d'être saccadé lors des scènes
complexes. Du coup, le joueur bénéficiant d'un meilleur taux d'affichage garde un avantage certain.
L'intérêt du jeu en ligne justifie, cependant, quelques dépenses. Car, au-delà du jeu proprement dit, le plaisir
réside aussi dans le fait d'appartenir à une véritable communauté virtuelle, constituée de gens de tous âges et de
tous horizons, mais réunis autour de la même passion : s'entretuer virtuellement !
www.goa.com
www.zonejeux.fr
Hai Nguyen
40 Le.top.des.réseaux - L'actualité des jeux vidéos


De l'actualité, des démos et des tests
Des critiques de jeux, des tests et des démonstrations sont proposés par ces sites spécialisés dans le jeu vidéo.
Edition du mercredi 22 novembre 2000


http://www.gamespot.fr/
La nouvelle version de ce site (grâce au renfort de Consoles.GameSpot.fr) offre la possibilité de jouer sur PC
(liens bleus) comme sur console (liens verts). La richesse de sa logithèque, disponible au téléchargement (plus
de 500 démos jouables et 300 patches), et l'accent mis sur l'information (galeries d'images, trucs et astuces,
dernier test) en font le site leader.
http://www.jeuxvideo.com/
Véritable encyclopédie des jeux vidéo, ce site présente également un certain intérêt éditorial. L'actualité y est
suivie de près et assez étoffée. La partie magazine regroupe une multitude d'informations en tout genre (tests,
dossiers, sorties...). L'interactivité n'est pas oubliée : dialogue, forums, petites annonces sont disponibles pour
un échange permanent entre passionnés.
http://www.joystick.fr/
Interviews, reportages, dossiers... le célèbre mensuel propose une approche journalistique complète du monde
des jeux. L'équipe éditoriale se démarque par sa connaissance pointue du "matos" et par l'abondance de brèves
liées à l'actualité.
http://www.overgame.com/
Ce site à l'habillage futuriste détaille les sorties du mois et l'actualité du jour, tout en s'arrêtant sur des avant-
premières et des tests sur la "une". Un service permet des achats groupés de jeux afin d'en faire baisser les prix,
avec plus de 50% de réduction par rapport au prix "objectif".
Une sélection de Yann Bernal


41 Le.top.des.réseaux - les jeux en ligne
Sélection de jeux en ligne, de l'ambiance moyenâgeuse aux jeux de combats en équipe. Certains nécessitent l'achat de CD-Rom au préalable.
Edition du mercredi 16 mai 2001

Le Monde interactif vous propose une sélection des principaux sites dédiés aux jeux en ligne.
Action, réflexion
FOG
Londres, fin du XIXe siècle, sa Tamise et, bien sûr, son inévitable brouillard. L'ambiance est posée, elle est
propice aux forfaits criminels, dont la trace se perd derrière l'épais voile du fog. Rejoignez-y des communautés
de détectives qui tentent d'aider Scotland Yard dans ses mystérieuses investigations.
http://www.fogmysteries.com/

Venise
Magnifiques décors de la Venise du XVIe siècle pour ce jeu de négociation entièrement en ligne.
http://www.venise.net/

Carnage
Counter-Strike, Unreal Tournament, Quake
Les jeux d'action sont sans conteste les vedettes des jeux en réseau et en ligne. Leur noms, Counter Strike,
Unreal Tournament ou Quake 3. Leur principe est simplissime : seul ou en équipe, vous devez tirer sur tout ce
qui ressemble de près ou de loin à un ennemi. Vos armes, des lance-roquettes, des tronçonneuses et autres fusils
laser. Différentes solutions existent pour jouer à plusieurs. La première consiste à installer le CD-ROM du jeu –
ou à en télécharger une version –- et ensuite choisir l'option multi-joueurs, qui permet soit de faire une partie en
réseau avec des collègues de bureau, soit de rencontrer des joueurs par le biais d'Internet. La deuxième solution
consiste à se rendre sur une " gaming zone " et à s'inscrire dans l'une des nombreuses salles réservées à ces jeux
d'action particulièrement musclés.
http://www.goa.com/

Mondes persistants
Everquest
S'unir pour survivre. Ce pourrait être en quelque sorte la devise de ce jeu de rôles en ligne, où l'on ne peut
progresser qu'en coalition. Graphismes en 3D, vue subjective, sensation d'immersion ont contribué entre autres
à faire de ce jeu l'un des hits du réseau.
http://www.everquest.com/

Ultima Online
Un graphisme un peu moins soigné qu'Everquest, certes, mais un scénario tout aussi haletant. Très apprécié
également des accros de cet univers médiéval, la possibilité de dialoguer en direct avec les autres joueurs. A
noter que, si le jeu est en anglais, un mode d'emploi en français est disponible depuis la page d'accueil. Les
amateurs d'ambiance médiévale pourront aussi se brancher sur la 4 e Prophétie, jeu présent en français sur
Goa.com.
http://www.uo.com/
42 Bienvenue dans l'arène des jeux en ligne
Les sites de jeuxen réseau séduisent de plus en plus de joueurs. Quelques conseils pratiques pour les guerriers virtuels...
Edition du mercredi 25 octobre 2000

Le succès des jeux vidéo en ligne est indéniable. Tous ceux qui ont essayé le mode multijoueur le confirmeront
: il n'existe rien de plus stimulant, du moins à l'échelle de l'informatique ludique, que de se mesurer à des
adversaires humains, lesquels sont dotés d'une intelligence et d'un comportement que jamais un ordinateur ne
parviendra à reproduire. Face au joueur, d'autres joueurs, avec des réflexes tout aussi humains. Ils vous
poursuivent à la trace, tirent dans le dos, attendent en embuscadeý Les stratégies déployées par un joueur sont
imprévisibles et varient d'une personne à l'autre ; à l'inverse, celles d'une machine demeurent désespérément
identiques. C'est là toute la force du mode multijoueur. Un plaisir qui exige toutefois un minimum
d'investissement en temps et en argent.
Du temps, il en faut sans arrêt pour optimiser son PC, sa « machine de combat », en mettant à jour les pilotes
des périphériques et les patches (rustines) des jeux. Et de l'argent aussi, parce que la jouabilité du jeu en réseau
repose sur une configuration puissante et si possible un accès haut débit à l'Internet. De mémoire de joueur,
l'histoire, celle du jeu en réseau et en ligne, a commencé en 1993. A Mesquite, une bourgade perdue au fin fond
du Texas, une bande de développeurs aux cheveux longs - les frères Adrian et John Carmark et leur copain John
Romero - créaient Doom, un jeu de combat à la première personne intégrant un mode multijoueur qui autorise
quatre joueurs à s'affronter dans une partie en réseau local (protocole IPX, l'Internetwork Packet Exchange de
Novell ). A l'université de l'Illinois, Jay Cotton et Scott Coleman mettaient alors au point Kali, un logiciel qui
permet de jouer à Doom sur Internet avec le protocole IP (Internet Protocol). Le jeu en ligne prenait son essor...
Aujourd'hui, avec la généralisation d'Internet, se développent des sites Web comme Goa ou Zonejeux, des
plates-formes de jeux accessibles en ligne et totalement gratuites, qui permettent aux joueurs aux quatre coins
de France et aussi du monde de se rencontrer. De même, tous les récents jeux vidéo, que ce soient les jeux de
combat, comme Quake 3, Half-Life ou Unreal Tournament, ou les jeux de stratégie en temps réel, comme Age
of Empires ou Starcraft, pour ne citer que les plus populaires, intègrent un mode multijoueur compatible avec le
protocole IP. Rien de plus simple, désormais, que de jouer sur ces plates-formes : le joueur se connecte au site,
s'inscrit, se rend dans la salle de son jeu favori, et le voilà propulsé dans une arène d'adversaires à sa mesure.
Le jeu en ligne repose sur trois composantes principales : le client, le serveur et la connexion entre les deux. Le
client est le PC de l'utilisateur, sur lequel ce dernier va lancer son jeu favori. Le serveur est la machine sur
laquelle est hébergée la partie que va rejoindre le client. En général, la plate-forme de jeu fait office de serveur.
Enfin, la connexion, soit l'accès à Internet. Une partie en ligne dure entre trente minutes et trois heures. A moins
de bénéficier de l'Internet à haut débit facturé au forfait - soit le câble ou l'ADSL (Asymetric Digital Subscriber
Line) - la note de téléphone risque fort d'être indigeste. Surtout, une meilleure bande passante est synonyme de
jouabilité.
Tout joueur en ligne qui se respecte a deux hantises, le « ping » et le « lag », car la fluidité du jeu en dépend. Le
ping, qui se mesure en milli secondes (ms), est le temps que met une information à faire un aller-retour entre le
client et le serveur. Plus il est élevé, moins la connexion est de qualité. Le lag est le temps écoulé entre la
commande d'une action et son exécution. Il s'explique souvent par un mauvais ping. Bref, mauvais ping et
mauvais lag sont synonymes de ralentissement du jeu et, donc, de défaite. C'est tout simple : avec une mauvaise
fluidité, votre voiture fait du sur-place, alors vos adversaires foncent à toute vitesse ; vous appuyez sur la
détente en même temps que l'adversaire, mais son missile vous touche avantý Avec le haut débit, on obtient (en
tapant ping suivi de l'adresse du serveur dans une fenêtre DOS) en général un ping de 50 à 80 ms, contre plus
de 200 ms via un modem analogique.
Egalement, les jeux vidéo comptent parmi les applications informatiques les plus gourmandes en ressources.
Les conditions de jeu s'améliorent en fonction de la puissance du processeur, de la mémoire vive et surtout des
performances de la carte graphique. Ainsi, les « hardcore gamers » , les accros du jeu vidéo, n'hésitent pas à
dépenser des fortunes pour acquérir la carte graphique la plus récente, et donc la plus puissante, pour obtenir
une meilleure fluidité d'affichage dans les jeux en 3D.
A titre d'exemple, les « hardcore gamers » ne jurent aujourd'hui que sur les cartes graphiques Voodoo 5 de
3Dfx et GeForce et Geforce GTS de Nvidia, des produits commercialisés entre 1 500 et 3 000 francs. Mais la
performance justifie son prix. Elle se mesure au nombre d'images à la seconde qu'affiche l'écran pendant le jeu.
Le minimum acceptable par les joueurs en réseau est de 60 images à la seconde, à une résolution de 1024 x 768
x 32 pixels, le standard actuel. En dessous de 60 images, l'affichage risque d'être saccadé lors des scènes
complexes. Du coup, le joueur bénéficiant d'un meilleur taux d'affichage garde un avantage certain.
L'intérêt du jeu en ligne justifie, cependant, quelques dépenses. Car, au-delà du jeu proprement dit, le plaisir
réside aussi dans le fait d'appartenir à une véritable communauté virtuelle, constituée de gens de tous âges et de
tous horizons, mais réunis autour de la même passion : s'entretuer virtuellement !
www.goa.com
www.zonejeux.fr
Hai Nguyen



43 Vidéo : la révélation du format DivX
Grâce au DivX, l'internaute peut compresser fortement des séquences vidéo sans altérer leur qualité
Edition du mercredi 8 novembre 2000

Une fois encore la technologie indépendante bouscule le monde industriel, ne lui laissant à ce jour que trois
options : innover, s'adapter ou décliner. Après le MP3, le standard de compression audio facilitant l'échange de
morceaux musicaux sur le Net, voici que le DivX, s'empare de la Toile. Ce nouveau format permet de
compresser les séquences vidéo de 10 % à 20 % de leur taille réelle sans pour autant altérer leur qualité. Une
technologie rendue accessible à tous par Jérôme Rota, Montpelliérain de 27 ans, hacker à ses heures perdues,
qui offre de nouvelles perspectives aux internautes dotés de connexion à haut débit.
Grâce au DivX, il est désormais possible de convertir des vidéos DVD en fichiers de taille réduite et de les
échanger via le Net. Un internaute disposant d'une connexion à haut débit peut alors télécharger un film en
quelques heures contre quelques jours il y a peu. L'industrie du film saura-t-elle, à l'instar de celle du disque,
profiter de ce nouveau modèle de diffusion et faire respecter les droits d'auteur des artistes qu'elle promeut ? La
question reste posée. A cette heure, le DivX commence à se faire connaître, et il y a fort à parier qu'il ne faudra
pas attendre longtemps avant qu'apparaissent des logiciels d'échange de fichiers de type Napster ou Scour
dédiés à ce nouveau format.
C'est le détournement de l'usage traditionnel du CD audio au début des années 80 qui va sonner le départ des
recherches en matière de compression vidéo. Le CD devient en effet un nouveau support de stockage de
données, appelé CD-ROM. Très vite, l'idée d'y inclure de la vidéo, en plus du son et des fichiers en tout genre,
s'est imposée. Le problème lié à ce type de fichiers tient essentiellement à leur taille : un CD-ROM ne peut
contenir que 640 mégaoctets de données quand un standard hollywoodien nécessite plusieurs gigaoctets. Afin
d'augmenter la durée des vidéos pouvant être incluses sur ce type de support, les recherches se sont orientées
vers la mise au point de formats de compression.
En 1992, le Moving Picture Experts Group (MPEG) lance une norme pour la compression vidéo à destination
des CD-ROM : le MPG-1. Un format révolutionnaire, à l'époque, au rendu malgré tout limité : la taille du
fichier vidéo résultant de la compression MPG-1 a la particularité d'être inversement proportionnelle à sa
qualité et à sa taille d'affichage. En 1994, dans la perspective du développement de la télévision numérique, est
élaboré un nouveau format de compression, baptisé MPG-2.
Le progrès est alors plus que notable. Ce format permet d'obtenir une qualité proche des normes de diffusion
télévisuelle, tout en compressant fortement l'image. Il a accompagné, en 1995, la naissance du DVD (pour
Digital Versatile Disk), un nouveau type de disque optique prévu pour être lu sur des appareils de salon et
pouvant contenir deux couches de données sur chacune de ses faces, soit près de 17 gigaoctets.
Reste que les données vidéo contenues dans les DVD et leurs dérivés informatiques, les DVD-ROM (DVD
pouvant être lus à partir d'un ordinateur équipé d'une carte de décompression MPG-2 et d'un lecteur approprié)
sont encore difficilement exploitables sur un ordinateur, du fait de leur taille encore considérable et de l' «
encryption » dont ils font l'objet. Car ce n'est un secret pour personne, la plupart des fichiers vidéo contenus
dans les DVD sont cryptés : impossible par conséquent de les lire après les avoir copiés sur son disque dur.
De cette constatation et de la nouvelle version de MPG-4, élaborée par Microsoft sur la base de la technologie
du Moving Picture Experts Group, est né le DivX, élaboré par des hackers. C'est un logiciel codec (codeur-
décodeur) vidéo performant, semblable au codec original du MPG-4, à ce détail près qu'il ne tient aucun compte
des limitations incluses dans les fichiers vidéo DVD censées protéger le copyright des œuvres. C'est que les
initiateurs du DivX surfaient il y a peu encore sur la déferlante underground du Net. Jérôme Rota, surnommé «
Gej » sur la Toile, flirterait depuis l'âge de 14 ans avec plusieurs groupes de hackers. Pour tout dire, le DivX
résulterait même d'une étroite collaboration du Montpelliérain avec un pirate allemand resté dans l'ombre et ré
pondant au surnom de « Max Morice ». Des origines somme toute troubles, qui permettent difficilement de
faire la part entre l'innovation et le piratage.
Quoi qu'il en soit, force est de constater que le DivX est aujourd'hui déjà largement diffusé sur le Net.
Nombreux sont les sites qui proposent le codec en téléchargement. Sur le Net, on trouve des versions pour PC,
Mac ou Linux. Parallèlement, nombre de logiciels encodeurs ont vu le jour. Ils permettent à tout un chacun de
créer à partir de n'importe quel DVD son propre film compressé, de le graver sur un simple CD-ROM, et
surtout de l'échanger via le Net.
Jérôme Rota, pour sa part, poursuit son bonhomme de chemin. Il vient de fonder une société basée à San Diego
en Californie et appelée Project Mayo (1). Aidé par quelques acolytes anonymes ( le site garde le secret sur
leurs identités respectives et n'indique que leurs pseudonymes), il travaille à l'élaboration de la prochaine
génération de DivX, le « DivX Deux ». L'objectif annoncé est clair : optimiser le codec... peut-être en
s'affranchissant de la technologie Microsoft ?
Pour l'heure, la première version de DivX fonctionne. En plus, elle est simple d'accès. Afin de lire un fichier
DivX avec le lecteur Windows Media Player dans Windows 95/98/ME, il vous suffit de télécharger le codec sur
le site officiel, de cliquer avec le bouton droit de la souris sur le fichier « .inf » fourni et de choisir la procédure
« Installer ». Le codec s'intègre alors automatiquement dans le logiciel de lecture Windows Media Player, lui
donnant la possibilité de lire les fichiers DivX. Une manipulation simple et rapide pour un rendu performant.
William Berg



(1) www.projectmayo.com
44 Apple redonne des couleurs à l'iMac
Le Macworld de New York donne l'occasion à Steve Jobs, patron d'Apple de dévoiler les dernières nouveautés de la marque
Mis à jour le jeudi 20 juillet 2000

C’est une habitude. Apple profite du mois de juillet et de son traditionnel rendez-vous du MacWorld de New
York pour lancer de nouveaux produits et publier ses résultats trimestriels.
Steve Jobs, co-fondateur et directeur général de la marque à la célèbre pomme, a ainsi annoncé mercredi 19
juillet, deux nouvelles versions plus performantes de ses ordinateurs professionnels PowerMac, équipés
notamment de deux processeurs. Jobs a expliqué que ces deux nouveaux modèles Powermac constituaient la
première expérience de Macintosh en matière d'ordinateur bi-processeur. Ces deux modèles seront équipés de
microprocesseurs PowerPC cadencés à 400 ou 500 mégahertzs. «Tous deux seront proposés à des tarifs
comparables à ceux des ordinateurs dotés d'un unique processeur», a-t-il ajouté.
Le patron d'Apple a également dévoilé une nouvelle souris optique, sans boule mobile, et un nouveau clavier
professionnel. Par ailleurs, es ordinateurs Powermac seront équipés d'une connexion Ethernet Gigabit capable
de transmettre jusqu'à 128 méga-octets de données par seconde, une caractéristique essentielle pour les
professionnels de l'images et de la vidéo travaillant en réseau.
Au cours du même discours, Jobs a également levé le voile sur les nouvelles couleurs de l’ordinateur vedette de
la marque, l’iMac. Apple abandonne le registre «fruitier» de la ligne précédente (myrtille, raisin…) et se tourne
vers des teintes «terriennes» tout droit sorties d'un catalogue de mode. Les nouveaux iMac se déclinent en
«indigo», «sauge», «graphite»et «neige».
Leurs prix s'étalent de 799 dollars, pour le premier modèle, à 1 499 dollars pour la version la plus performantes.
Ils sont d'ores et déjà disponibles, à l'exception du premier prix, dont la mise en vente devra attendre septembre.
La veille, l'entreprise avait annoncé une hausse de ses résultats et de son bénéfice d'exploitation pour le
troisième trimestre, ajoutant que le bénéfice net s'orientait à la baisse en raison des importants investissements
réalisés l'an passé. Au deuxième trimestre de l’année 2000, le groupe a gagné 163 millions de dollars contre
105 pour la même période en 1999. En un an les revenus d’Apple sont passés de 1,5 à 1,8 milliards de dollars.
Apple a ajouté que, malgré la croissance des ventes, le succès des iMac restait un peu en deçà de ses attentes,
phénomène dû, selon l'entreprise, au fait que les clients potentiels ont préféré attendre la toute dernière version.
Avec AFP
45 Le.top.des.réseaux - Les cités numériques sur le Web
Les villes incluent de plus en plus souvent les nouvelles technologies dans la vie municipale. Des exemples de projets électroniques.
Edition du mercredi 6 juin 2001


www.villes-internet.net/pages/initiat.htm
C'est le site de l'association à l'origine de la création du label " Ville Internet ", sur le modèle de celui de " Ville
fleurie ". Mais le site propose surtout la carte des villes Internet, qui répertorie 250 portails municipaux
français. Des sites " vitrine touristique " à ceux de Caen ou de Toulouse, où il est déjà possible d'utiliser des
téléformulaires.
http://www.telecomville.org/
Une porte d'entrée sur la problématique des TIC dans la cité, proposée par l'Observatoire des
télécommunications dans la ville, qui regroupe associations nationales d'élus, Datar, délégation
interministérielle à la ville, et France Télécom. Il est ainsi possible d'y retrouver la description des projets des
cités numériques françaises les plus connues, mais aussi l'actualité multimédia des communes rurales.
http://www.ci.seattle.wa.us/
Voici un bel exemple de vie électronique municipale à l'américaine. Le site de la ville de Seattle a été primé
l'année dernière par le webmagazine Government Technology Magazine. Il impressionne en effet par sa
richesse. Maquetté comme un site de média en ligne, il offre l'accès à près d'une centaine de sites Web, ceux de
toutes les associations et des administrations municipales.
TVSea, la télévision municipale en ligne, a retransmis plus de 400 événements
municipaux en l'an 2000.
www.digitalcity.gr.jp/index-e.html
Sur le mode du projet " Helsinki Arena 2000 ", qui s'est clos l'année dernière, voici un exemple de laboratoire
de la ville digitale venu de l'Est. L'expérience a été lancée en octobre 1998, entre un laboratoire du japonais
NTT et l'université de Kyoto, se terminera en septembre prochain. Intéressant aussi le lien qui recense d'autres
expérimentations du même genre dans le monde (www.digitalcity.gr.jp/rel_link-e.html).


46 Comment choisir sa carte graphique




Tout s'explique - Pour jouer sur votre PC avec encore plus de plaisir

Mis à jour le lundi 29 janvier 2001

LES GÉNÉRATIONS de puces graphiques défilent tous les six mois. Pour occuper les différents segments du
marché, les fabricants déclinent leurs produits dans plusieurs gammes, contribuant à une profusion et une
certaine confusion chez le consommateur. Les prix varient de 400 à 3 000 francs (61 à 457 euros), voire plus
pour les dernières cartes graphiques haut de gamme. Les fabricants se sont mis d'accord pour appliquer un seul
principe commercial : plus le produit est récent, plus il est performant et cher. Mais faut-il débourser 3 000
francs pour jouer ? Premièrement, tout dépend de l'état de votre PC. Et, deuxièmement, de vos jeux préférés.
Pour commencer, vérifier le port vidéo sur la carte mère. C'est le connecteur sur lequel est fixée la carte
graphique. Est-il AGP ou PCI ? Si votre machine est antérieure à 1998, le port (également appelé « bus ») est
obligatoirement PCI. Et, dans ce cas, ce sont une série de 5 ou 6 connecteurs semblables qui permettent
d'installer les carte son, carte graphique, carte réseau, etc. Le connecteur AGP (Accelerated Graphic Port) est,
lui, unique. Développé par Intel, l'AGP autorise un débit maximal de transfert de données bien plus élevé :
jusqu'à 528 Mbit/s pour l'AGP 2X et 1 Go/s pour l'AGP 4X, contre 133 Mbit/s pour le PCI.
Les constructeurs privilégient désormais l'AGP, devenu le standard de l'accélération graphique, tout en
promettant toujours d'adapter leurs dernières générations de chips graphiques au format PCI. Le problème est
que ces produits PCI sortent six mois plus tard que leurs équivalents AGP et coûtent parfois plus cher que ces
derniers. Deux solutions s'offrent aux détenteurs de « vieilles » machines : se contenter d'une carte graphique
d'une génération précédente ou changer de machine.
Les possesseurs de port AGP seront confrontés, eux, à un choix difficile devant les nombreux produits
disponibles aux noms exotiques : Xentor, Annilator, Radeon, All-in-Wonder, Prophet...
S'il existe beaucoup de cartes graphiques, nombre d'entre elles sont architecturées autour de puces développées
par trois principaux constructeurs : ATI, Nvidia et Matrox. Offrant une netteté irréprochable en 2D mais
légèrement à la traîne en 3D, les cartes G200 et G400 de Matrox sont plus appréciées des utilisateurs de
Photoshop que des joueurs. Ce sont ATI et Nvidia qui sont, pour l'heure, les rois de l'accélération graphique 3D.
Ils se disputent le marché haut de gamme, celui des joueurs passionnés, ceux-là mêmes qui dépensent des
milliers de francs tous les six mois pour mettre à jour leur configuration.
C'est là que le choix de la carte graphique dépend du type de jeux préféré. Les jeux vidéo ne se résument pas
seulement au combat en 3D, du genre Quake 3 Arena ou Unreal Tournament, où la jouabilité dépend en grande
partie de la vitesse d'affichage. Sur les plates-formes de jeux en réseau, comme Goa.com ou Zonejeux.com, les
passionnés de jeux stratégiques sont tout aussi nombreux. Des produits comme Age of Empires ou Starcraft
s'affichent en 2D. A ce niveau, toutes les cartes se valent, les chips graphiques ayant atteint les limites de
l'accélération 2D.
Aujourd'hui, la différence de performance et de prix se justifie en 3D, sur les jeux de combat, de simulation
d'avion ou de voiture. Elle se mesure au nombre d'images à la seconde qu'affiche l'écran pendant le jeu. Le
minimum acceptable par les joueurs en réseau est de 60 images à la seconde, à une résolution de
1 024 × 768 × 32 pixels (laquelle est bien adaptée aux écrans de 17 pouces). En dessous de 60 images,
l'affichage risque d'être saccadé lors des scènes complexes ou lors des parties en réseau.
Pour connaître les performances en images à la seconde de chaque produit, consultez les sites spécialisés dans
les tests de chips graphiques, tels que tomhardware.com ou hardware.fr. ATI et Nvidia affirment que leurs
nouvelles chips, respectivement Radeon et GeForce 2 GTS, affichent entre 60 et 80 images à la seconde sur la
majorité des jeux 3D. En France, Guillemot, Elsa Asustek et Leadtek sont les principaux distributeurs de cartes
équipées du GeForce 2, des produits dérivés en entrée de gamme (Geforce MX, environ 1000 francs), en milieu
de gamme (Geforce GTS 2, 2000 francs) et en haut de gamme (Geforce GTS 2 pro et Geforce GST 2 Ultra,
respectivement 3000 et 4000 francs).
ATI, de son côté, s'est hissé quasiment au même niveau de performance que Nvidia, grâce à son dernier chip
Radeon. Le constructeur occupe un segment multimédia original en proposant des produits à tout faire : ses All-
In-Wonder sont de véritables couteaux suisses aux multiples fonctions, de la capture vidéo à la lecture DVD et
à la télévision, tout en affichant de très bonnes performances en 3D. Là aussi, le constructeur canadien décline
sa gamme en trois secteurs: la simple Radeon équipée de 32 Mo de mémoire dédiée (entre 1200 et 1600 francs),
la Radeon All-In-Wonder (2500 francs) et la Radeon Vivo (entrée et sortie vidéo) équipée de 64 Mo de
mémoire (3000 francs).Le choix repose donc, avant tout, sur le budget que s'est fixé le joueur.
Hai Nguyen




47 Du bon usage des newsgroups


Tout s'explique: Usenet, abréviation de User Network, rassemblent des dizaines de milliers de tableaux blancs
virtuels surlesquels des millions de personnes débattent publiquement.
Edition du mercredi 6 septembre 2000

La découverte d'Internet passe, le plus souvent, par les sites qui affichent uneinterface graphique conviviale et
facile d'accès. Vient ensuite le courrier électronique,pour communiquer rapidement et à moindres frais avec le
reste du monde. Mais un pan entier du Réseau demeure encore inconnu du grand public : Usenet, abréviation de
User Network, le réseau des forums de discussion thématiques(newsgroups). Des dizaines de milliers de
tableaux blancs virtuels sur lesquels des millions de personnes débattent publiquement et librement.
Né aux Etats-Unis à la fin des années 70, Usenet faisait appel au protocole de communicationUUCP (Unix -to-
Unix Copy Protocol) pour transférer des données entredes universités américaines. C'est au milieu des années
80 que les administrateursdes newsgroups ont adopté le NNTP (Network News Transport Protocol),
compatibleavec l'IP (Internet Protocol). Les puristes aiment, toutefois, rappeler que Usenet n'est pas Internet,
puisqu'il est techniquement possible d'accéderaux forums de discussion en n'utilisant pas le protocole IP.
La création d'un nouveau forum proposé par un « usenaute » est soumis au vote. Un ou plusieurs modérateurs -
des bénévoles et « usenautes » de longue date - recueillentles suffrages, puis publient la liste des votants et les
résultats. Si la proposition recueille 80 « oui » de plus que de « non » et que les « oui» représentent plus des
trois quarts des suffrages exprimés, le nouveau forum est validé et hébergé sur un serveur. La distribution des
messages dudit forum se fait d'un serveur à un autre pour se répandre en temps réel dans le mondeentier.
Pour accéder aux newsgroups, il est préférable d'avoir une connexion Internet. Les fournisseurs d'accès Internet,
sans exception, proposent, avec leur kit de connexion, un accès à un serveur Usenet. Comme logiciel de lecture,
utilisez Outlook Express ou Netscape Messenger, les logiciels de courrier électronique fournis avec les
navigateurs Internet Explorer et Netscape Communicator, qui permettent également de « poster » sur les forums
de discussion. Les initiés préféreront Forté Free Agent, qui permet de télécharger en ligne les messages selon
des critères prédéfinis et de les lire hors connexion.
Entre anarchie et ordre
De l'avis des « usenautes », ce n'est pas tant l'accès aux newsgroups qui est difficile, mais leur utilisation. «
Quand on est utilisateur chevronné d'Usenet, on n'apprécie pas d'être mêlé au vulgum pecus du monde réel ou
d'Internet. Usenet est un monde à part, avec des règles à part, un balancement incertain entrel'anarchie et l'ordre,
entre la démocratie et l'autocratie, entre la rigueuret le laisser-aller, entre le commerce et le bénévolat, entre le
réel et l'irréel», commente Michel Guillou, coordinateur académique à Versailleset l'un des modé rateurs de
fr.usenet.forums.annonces, où sont annoncés les résultats des votes de création de nouveaux forums.
Facilement identifiable par son nom, un forum est un espace mis à disposition pourdiscuter d'un sujet
particulier. N'y lancez pas une discussion sur un tout autresujet. En cas de doute, il existe dans chaque forum
une FAQ (Frequently Asked Questions ou foire aux questions) récapitulant toutes les informations
indispensables avant de commencer toute discussion. A l'origine, les forums étaient constitués de huit
hiérarchies, auxquelles se sont ajoutées des milliers desous-hiérarchies. Les huit principales hiérarchies sont «
comp. » pour l'informatique,« rec. » pour les loisirs, « sci. » pour les sciences, « soc. » pour les discussions sur
la société, « talk. » pour les débats, « news. » pour lesinformations sur Usenet, « humanities. » sur les arts et les
lettres et « misc.» pour divers. La hiérarchie secondaire « fr. » englobe aujourd'hui quelque 300 forums
francophones. La plus consultée et aussi la plus controversée des hiérarchies secondaires est « alt. », réservée
aux sujets alternatifs.
Respecter la netiquette
Reste à connaître la netiquette, les règles de comportement et d'écriture pour s'exprimersur Usenet. « Suivre ces
règles et ces conseils, que l'usage a établis, augmente la qualité des échanges et, ainsi, consolide la
coopération entreles contributeurs », rappellent les modérateurs Corinne Gaçon et Philippe Ladame dans un
document sur fr.usenet.reponses. Vous voilà mis en garde : le moindre faux pas, et Usenet devient très vite
hostile ! Le titre de votre article doit être suffisamment explicite afin que les autres « usenautes » se décident à
télécharger votre article. Il est recommandé d'éviter les caractèresaccentués dans les sujets des messages, à
cause d'éventuelles incompatibilités avec les logiciels de lecture anglophones.
Pour répondre, utilisez l'option « Répondre au groupe » de manière que la contribution vienne s'insérer dans le
« fil » de la conversation, c'est-à-dire l'empilement des messages. N'écrivez jamais en lettres capitales ! Cela
équivaut à crierlors d'une conversation. N'attachez pas de fichier joint à votre message, sauf sur les alt.binaries,
où les fichiers image et son sont autorisés. Le tutoiement est courant sur Usenet, le vouvoiement peut y être
interprété comme un signe de défiance. La communauté utilise aussi les trombines (« smileys »),indiquant que
le propos en question doit être prise au second degré. Sur Usenet,la plus courante des trombines est :-). Le
sourire convivial. A vous de contribuersur les quelque 50 000 forums de la planète.
fr.bienvenue
fr.bienvenue.questions
fr.usenet.reponses
Hai Nguyen
48 Le.top.des.réseaux - a bas Big Brother
Protection de la vie privée, confidentialité des données personnelles ont trouvé des défenseurs actifs, tant au niveau institutionnel
qu'associatif.
Edition du mercredi 1er novembre 2000


http://www.cnil.fr/
Site de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, autorité administrative indépendante chargée
de protéger la vie privée et de veiller au respect de la loi informatique et libertés. Une rubrique intitulée "Vos
traces sur Internet" explique en détail comment l'internaute est pisté sur la Toile. L'anonymat n'est pas la règle
sur Internet et l'absence de traces l'est encore moins, démontre la CNIL.
http://www.iris.sgdg.org/
L'objectif d'Iris (Imaginons un réseau Internet solidaire) est de "favoriser la défense et l'élargissement des droits
de chacun à la libre utilisation des réseaux électroniques, notamment en termes de production, de mise à
disposition et de circulation des contenus-" L'association estime que le projet européen de loi sur la
cybercriminalité menace les droits de l'internaute.
http://www.privacyinternational.org/
Créée en 1990, Privacy International est une organisation internationale des droits de
l'homme spécialisée dans la défense des libertés individuelles. Son site, réactualisé en
permanence, dénonce toutes les tentatives de surveillance des citoyens mis en place par
les gouvernements. Très informatif.
http://www.assembleenationale.fr/
Le rapport d'information sur le système d'interception Echelon, rédigé par la commission
de la défense nationale et des forces armées, est publié dans son intégralité sur le site de
l'Assemblée nationale. Confirmant l'existence de ce système de surveillance électronique
américano-britannique, le rapport français note que l'outil a été détourné de sa vocation
militaire initiale pour une utilisation d'espionnage économique.


49 La boucle locale radio, le dernier maillon
Une nouvelle technologie concurrencera bientôt le réseau filaire traditionnel pour la téléphonie et les accès Internet
Edition du mercredi 6 décembre 2000

Le secteur des télécommunications est en pleine effervescence. Alors que le marché de la téléphonie mobile,
stimulé par une forte croissance, prépare son réseau de troisième génération, une petite révolution est en marche
pour les liaisons sédentaires des entreprises et des foyers français. La star du moment, c'est la boucle locale, ce
segment d'un réseau de télécommunications aussi baptisé le « dernier kilomètre », qui relie l'abonné à son
opérateur.
A partir du 1er janvier 2001, les opérateurs alternatifs auront totalement accès à cette boucle locale : ils
pourront louer à France Télécom son infrastructure terrestre afin de raccorder leurs propres clients. On appelle
cela le « dégroupage », ultime étape de la libéralisation du marché des télécoms, qui va permettre le
développement de la concurrence sur les communications téléphoniques locales et les accès à Internet. Et ce
n'est pas tout, car la boucle locale est en passe de se dédoubler pour devenir aussi aérienne. Une nouvelle
technologie va ainsi bientôt permettre de relier abonnés et opérateurs par liaison hertzienne : c'est la boucle
locale radio (BLR pour les initiés).
Le principe d'un réseau de boucle locale radio est, en gros, le même que celui d'un réseau cellulaire de
téléphonie mobile. Sauf qu'ici le client est fixe. Comme avec une liaison filaire, la liaison radio permet
d'acheminer des informations dans les deux sens, en émission et en réception. La mise en place d'une liaison de
boucle locale radio implique l'installation d'une antenne chez l'abonné et le déploiement de stations de base
radio côté opérateur. Le réseau sans fil ainsi constitué est de type « point à multipoint ». Chaque station gère les
échanges d'informations - voix ou données - avec les clients de sa zone de couverture, qui varie entre 4 et 10
kilomètres en fonction de la bande de fréquence utilisée. Les stations de base sont reliées au central de
communications de l'opérateur par radio, satellite ou liaison terrestre.
C'est ce central qui assure l'interface avec les autres réseaux de communication publics ou privés, pour la
téléphonie comme pour les échanges de données, notamment les accès au Réseau. Pour ces derniers, le débit
offert par la BLR est alléchant. Il peut atteindre 2 mégabits par seconde, une valeur élevée par rapport aux
offres commerciales des liaisons terrestres concurrentes. Ce niveau de débit devrait toutefois être réservé aux
entreprises. Pour les particuliers, il pourrait se situer au même niveau que l'offre grand public de son concurrent
filaire ADSL, soit 512 kilobits par seconde. Certains opérateurs devraient aussi proposer des offres couplées
téléphonie plus accès Internet, avec un débit de données moins élevé (64 kilobits par seconde). Cela dit,
technologie radio oblige, les mauvaises conditions météorologiques sont susceptibles de dégrader
ponctuellement la qualité de la liaison.
Côté calendrier, les premières offres commerciales de liaison par boucle locale radio devraient être disponibles
dans le courant de 2001. L'Autorité de régulation des télécommunications (ART) a déjà attribué les licences aux
opérateurs et les arrêtés d'autorisation ont été publiés au Journal officiel en septembre 2000. Une anicroche a
perturbé le déploiement de la BLR, lorsque certains opérateurs retenus au niveau régional se sont désistés. Un
nouvel appel à candidatures a toutefois été récemment lancé.
Les acteurs sont donc presque tous en place : deux opérateurs nationaux (FirstMark Communications France et
Fortel), auxquels sont attribuées les bandes de fréquence de 3,5 GHz et 26 GHz, deux opérateurs par région en
26 GHz et deux opérateurs pour chaque département d'outre-mer en 3,5 GHz. En tout point du territoire
métropolitain, il sera par conséquent possible de choisir entre quatre fournisseurs (les deux nationaux et les
deux régionaux), une situation propre à stimuler fortement la concurrence. FirstMark Communications France,
l'un des deux opé rateurs BLR nationaux, promet d'ores et déjà des économies d'environ 35 % par rapport aux
tarifs de France Télécom.
Outre ses attraits économiques, la boucle locale radio est très intéressante pour les accès à Internet. Les laissés-
pour-compte du haut débit sont directement concernés. En effet, dans certaines régions à faible densité de
population ou dans les villes de taille moyenne, les accès par câble ou par liaison ADSL ne sont pas
actuellement disponibles, et ne risquent guère de l'être un jour. Certaines zones rurales, notamment, ne seront
pas desservies par des technologies filaires à haut débit. Les accès satellite, un moment envisagés pour combler
ce déficit de couverture, ne sont pas aujourd'hui économiquement viables, surtout lorsque la voie de retour
s'effectue par le réseau téléphonique.
La boucle locale radio est ainsi une solution de choix, d'autant que, pour les opérateurs, elle est beaucoup moins
coûteuse à déployer que des solutions terrestres. Le génie civil nécessaire au déploiement des stations de base
est réduit et assez rapide à mettre en œuvre. FirstMark Communications France compte ainsi déployer son
réseau d'ici deux ans et demi pour couvrir, à l'horizon 2004, près de 60 % de la population française. De plus, la
présence de quatre opérateurs sur une zone géographique donnée augmente d'autant le potentiel de couverture
de la technologie, même si une certaine concentration est logiquement prévisible.
Pour la couverture comme pour une situation de saine concurrence, que les futurs utilisateurs de la boucle radio
locale soient rassurés. L'Autorité de régulation des télécommunications veille au grain. Elle n'hésiterait sans
doute pas à sanctionner les opérateurs qui manqueraient à leurs obligations ou aux promesses qui leur ont
permis d'être sélectionnés.
Jean-Marc Gimenez
50 Le.top.des.réseaux - Brevetabilité des logiciels
Des explications sur un débat complexe qui opposent de nombreux organismes et associations. Un sujet notamment décrié par les partisans
du logiciel libre.
Edition du mercredi 15 novembre 2000


http://www.aful.org/
L'Association francophone des utilisateurs de Linux et des logiciels libres est en pointe dans le combat contre la
jurisprudence décidée par l'Office européen des brevets (OEB). Elle défend Linux, le premier système
d'exploitation d'origine non Microsoft. L'AFUL connaît des soutiens non négligeables : la proposition de loi
Bloche-Cohen-Le Déaut-Paul sur les standards ouverts et le droit à la compatibilité reprend ses exigences.
Articles, livres blancs et explications pédagogiques à l'attention des novices du Web sont disponibles sur ce
site.
http://www.breese.fr/
Ce site de conseils en propriété industrielle s'insurge contre le logiciel libre, "idéologie contraire à l'esprit
d'entreprise". Défendant ses clients, le cabinet d'avocats a construit un dossier fourni et orienté sur un produit
"immatériel" mais pas "irréel". Il constate que ce sont souvent des agents de la fonction publique qui renoncent
à leurs droits de propriété industrielle, alors que ceux-ci appartiennent théoriquement à leurs employeurs. Le
modèle libre favoriserait quelques start-up éditrices de logiciels qui n'auraient pas de frais en recherche-
développement. Un exposé minutieux s'applique à démonter l'argumentaire des partisans du logiciel libre.
http://www.brevets-logiciels.com/
Les partisans de la brevetabilité font aussi entendre leur voix sur la Toile. En plus de l'actualité, ce site propose
toute une série d'articles et de liens pour se faire une idée sur ce sujet complexe et passionnel.
http://www.inpi.fr/
L'Institut national de la propriété industrielle (INPI) propose un site pédagogique qui s'évertue à expliciter le
jargon juridique concernant les brevets. Toutefois, s'il ne brevette pas de solutions logicielles pures, l'INPI le
fait pour des "procédés originaux qui nécessitent l'utilisation combinée de logiciels et de matériels
informatiques". Il délivre aussi toute une série d'informations pratiques dans un langage clair.
51 Le.top.des.réseaux - Les réseaux scientifiques
Beaucoup de chercheurs utilisent aujourd'hui la toile pour collaborer à travers des réseaux, et des programmes de recherche. Petit aperçu.
Edition du mercredi 27 juin 2001


Internet 2
Plus de 180 universités américaines, regroupées au sein de l'Ucaid (University Corporation for Advanced
Internet Development), travaillent aujourd'hui au sein d'Internet 2, réseau privé fondé en 1996. A l'origine, les
chercheurs ont voulu cet accès haut débit pour faciliter les recherches et permettre des développements
d'applications parfois très lourdes. L'encombrement d'Internet rendait ces tests impossibles. Aujourd'hui, la
chirurgie coopérative ou encore la télé-immersion (technologie tridimensionnelle) sont au nombre de ses
applications. Soutenu par des entreprises privées, le projet a pu voir le jour grâce au réseau Abilène développé
par Qwest, mais aussi avec le réseau VBNS, qui permet un accès " très haut débit ". Des accords de coopération
se sont mis en place, notamment avec le réseau Renater, développé en France. De son côté, le Canada a mis en
place le réseau Canarie.
http://www.internet2.edu/
www.internet2.edu/abilene
http://www.vbns.net/
http://www.renater.fr/
http://www.canarie.ca/

Calcul distribué
Le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) pilote Datagrid, le premier projet européen de
calcul intensif par réseau lancé en 2000. Fondé sur le GRID (grille de calcul), ce projet devrait permettre de
mettre en place un réseau plus adapté à la masse des informations circulant sur le Web. Il s'inspire d'autres
expériences exposées dans des forums spécifiques.
http://www.eu-datagrid.org/
www.gridforum.org/

Décryptage de données
Le projet seti@home est une expérimentation scientifique qui se réalise exclusivement sur Internet, entre trois
millions d'utilisateurs connectés en réseau. Le projet SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) vise à
repérer et identifier des signaux extraterrestres. Depuis le lancement de cette expériences pionnière, d'autres
projets sont nés, faisant appel à tous les PC. Pour modéliser le climat ou analyser des données sur le cancer, par
exemple.
setiathome.ssl.berkeley.edu
www.intel.com/cure
Une sélection de Caroline Halazy
52 Des paquets cryptés pour sécuriser le paiement sur le Web
Edition du mercredi 21 juin 2000

Tous les acteurs du Net sont d'accord : le premier frein au commerce électroniqueest psychologique. La crainte
de confier son numéro de carte de crédit à un commerçantà l'autre bout du monde est forte. Les chiffres liés aux
contestationsdes paiements par carte renforcent les réticences de l'internaute : sur une basede 100 transactions
par carte de crédit contestées que signalent les banquesfrançaises, 85 % proviennent de l'étranger (dont 80 %
sont issues des transactionsréalisées sur la Toile) et 15 % sont d'origine française.
Modification du montant des achats et marchands volatils pour le consommateur, vrais-fauxnuméros de cartes
bancaires pour le commerçant, les préjudices touchentles deux parties concernées, de même que les banques,
qui doivent rembourserl'une ou l'autre. Si le risque est minime, il existe. Afin de restaurer la confiancedans les
transactions en ligne, les organisations de gestion des cartes,les banques, en partenariat avec les industriels et
les opérateurs du Net, développentdes solutions de paiement sécurisé.
Intégré aux navigateurs Web les plus répandus, Internet Explorer et Netscape Navigator,le protocole SSL
(Secure Socket Layers) représente le moyen de paiementle plus utilisé. Il est très facile d'emploi, puisqu'il suffit
à l'internaute d'indiquerson numéro de carte bancaire dans un champ de formulaire affiché surla page Web du
site marchand. Les informations échangées entre l'internaute etle commerçant transitent par un canal sécurisé.
Le SSL est bien adapté aux transactionsd'un petit montant, et donc aux achats de détail. Jusqu'à
aujourd'hui,aucun pirate n'a réussi à intercepter les informations, c'est-à-dire le numérode carte bancaire.
C'est au niveau du serveur du site marchand que se trouve le maillon faible. En effet,si le canal de transmission
est sécurisé, les données ne le sont pas. Lesnuméros de cartes de crédit restent « en clair» sur l'ordinateur du
commerçant.Il suffit aux pirates de pénétrer dans le système pour obtenir des milliers denuméros valides. Bref,
la technologie SSL, peu onéreuse à mettre en place, n'estpas la solution idéale. Elle n'est pas totalement sûre
pour l'internaute, quidoit déposer son numéro de carte sur la Toile. Le commerçant, lui, n'est pasjuridiquement
protégé contre les risques d'impayés car, dans un contexte international,les transactions sont révocables.
MasterCard et Visa ont donc développé le protocole SET (Secure Electronic Transaction),un standard de
sécurisation avec codage de l'information. Les données circulentsur un canal sécurisé et les références de la
carte bancaire sont encryptées.Enfin, un certificat digital accompagne la transaction, permettant
l'authentificationdu porteur de la carte. La solution SET rassure le commerçant. Selonl'usage français,
l'authentification valide le paiement, donc son irrévocabilité.
L'objectif étant d'avoir sur la Toile un degré de confiance égal à celui atteintdans les magasins, il faut offrir au
consommateur le même environnement : un lecteurde carte à puce sur lequel il rentrera ses coordonnées.
Aujourd'hui, lesbanques testent la solution C-SET (Chip-Secure Electronic Transaction), un modede transaction
SET qui nécessite un lecteur externe de carte.
En France, C-SET est mise en oeuvre par Cyber-COMM, start-up soutenue par les grandesbanques.
Concrètement, le porteur introduit sa carte bancaire dans un lecteurrelié à son PC et compose son code
confidentiel. La carte va elle-même contrôlerl'exactitude de ce code et vérifier l'identité numérique entre le code
saisiet celui stocké sur la puce. Après l'identification du titulaire, la carte àpuce signe la transaction et transmet
ces données au lecteur sécurisé, qui vales chiffrer et les envoyer vers les serveurs bancaires.
Outre ses capacités d'affichage du montant du paiement, le lecteur sécurisé de Cyber-COMMpermet d'héberger
les techniques cryptographiques, de chiffrer le codeet le numéro de série de la carte, et de signer
numériquement les transactions.Les informations sont envoyées à un logiciel de paiement installé sur le
PC.C'est ce logiciel qui va dialoguer, en utilisant les protocoles SET, avec les serveursdes banques ou des sites
marchands. Ce système permet à l'internaute dedéclencher lui-même, par la composition de son code
confidentiel sur le lecteur,l'authentification de sa carte. De la même façon, les informations contenuessur la
puce sont protégées et restent sous le contrôle exclusif du porteur. Enfin,l'écran d'affichage du lecteur permet au
titulaire de vérifier que les donnéesque va signer sa carte sont bien celles qu'il a lui-même entrées.
Voilà de quoi rassurer le consommateur en ligne. La solution Cyber-COMM est en voiede déploiement, et plus
de 2 000 sites marchands français seront équipés dece moyen de paiement en 2002. En attendant, reste
l'assurance. Ainsi, le site Fia-Net, financé en partie par Axa Courtage, propose des contrats assurant les
internautes contretous les détournements une fois le numéro de la carte bancaire déposé sur un site.
Hai Nguyen




53 Le.top.des.réseaux - Les logiciels d'échange de fichiers
Après la vague Napster, d'autres systèmes se sont mis en place pour permettre l'échange de fichiers. Certains demandent plus de
connaissances techniques de la part des utilisateurs.
Edition du mercredi 25 octobre 2000


freenet.project.free.fr
Freenet apparaît comme une nouvelle forme de réseau d'échange. Il rend possible la publication et la collecte
d'informations dans un anonymat quasi complet et garantit la disponibilité des documents quelle que soit la
demande. Le code du serveur Freenet initial, écrit en Java, rend théoriquement son utilisation possible sous
Mac, Linux et Windows. Toutefois, l'installation du logiciel nécessite un minimum de manipulations. Et
notamment, sous Windows, la décompression du programme et la frappe de quelques lignes de commandes
DOS. A réserver donc aux initiés.
gnutella.wego.com
Incontrôlable, Gnutella risque, au rythme de son développement, de donner plus encore de fil à retordre aux
instances chargées du contrôle du respect des droits d'auteur. Et pour cause : contrairement à Napster, Gnutella
ne fonctionne pas sur la base d'un serveur centralisant les requêtes et pouvant faire l'objet d'une fermeture sur
décision judiciaire. Le logiciel est autonome. Il scanne les adresses IP des internautes connectés à la recherche
des fichiers médias demandés et donne lieu à un échange de poste à poste. Cette application fonctionne sur la
plupart des systèmes d'exploitation, dont Linux.
http://www.imesh.com/
Moteur de recherche multimédia, iMesh permet de trouver des fichiers audio, vidéo et graphiques, ainsi que des
applications et des documents localisés sur les ordinateurs de ses utilisateurs. Pour pouvoir procéder à leur
téléchargement, l'installation d'une interface disponible sur le site est nécessaire.
http://www.napster.com/
Le plus connu et le plus médiatisé. Son principe de fonctionnement est relativement simple. Plutôt que de
rassembler une multitude de fichiers sur un même serveur afin de les mettre à disposition des internautes,
Napster va chercher les MP3 directement sur les disques des utilisateurs interconnectés. L'interface proposée
permet de lancer une recherche sur un auteur ou le titre d'une chanson, Napster scanne ensuite les MP3 présents
chez les utilisateurs du Réseau, avant d'afficher une liste de fichiers disponibles correspondant à la requête.
Lors du premier lancement, un mot de passe à définir est demandé afin de vous connecter au serveur commun
permettant la mutualisation des ressources musicales : une prise en main somme toute simple, qui a largement
contribué au succès du logiciel.
http://www.scour.com/
Comme pour Napster, il faut choisir un mot de passe, fournir quelques renseignements et indiquer son
répertoire dédié aux MP3 avant de pouvoir lancer une recherche dans la communauté des connectés.
L'affichage des réponses se fait dans une fenêtre. Pour chaque occurrence est indiqué le nom du fichier, sa
taille, le débit de la connexion de l'ordinateur qui l'héberge, etc. Dépassant le cadre du MP3, Scour autorise
ainsi l'indexation et l'échange d'images et de fichiers vidéo.
William Berg
54 Le.top.des.réseaux - la France a la mémoire numérique qui flanche
La difficulté de la recherche d'archives sur Internet est confirmée par ces sites qui proposent des procédures de recherche, des témoignages
d'archivistes et des bulletins d'information.
Edition du mercredi 14 mars 2001


http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/
Pour rompre avec la pratique du secret d'Etat, la Révolution a créé les Archives nationales. C'est donc
logiquement que cette administration s'ouvre à Internet. En franchissant virtuellement le seuil de l'hôtel de
Soubise, s'offre notamment la possibilité d'avoir accès au bulletin d'information sur l'archivage des documents
électroniques.
europa.eu.int/ISPO/dlm
Pour améliorer l'accès aux archives en Europe, le site du DLM forum propose des liens permettant d'accéder
aux procédures et dispositions en vigueur pour l'accès aux archives dans les Etats membres et ailleurs (Australie
et Etats-Unis). Ce forum multidisciplinaire est un centre de réflexion sur les problèmes de gestion, de stockage
et de récupération des données lisibles par machine (DLM), où se retrouvent régulièrement administrations
publiques, services nationaux d'archives ainsi que représentants de l'industrie et de la recherche.
www.multimania.com/archivistes
Le site de l'Association des archivistes français (AAF) propose échanges d'expériences, actualités sur la
formation et la profession, études de cas. Avec notamment, sur la page d'accueil, une enquête (janvier 2001) sur
les tableaux de gestion d'archives, qui permettent de déterminer, pour chaque catégorie de document, la durée
d'utilité pour le producteur et le sort final au terme de cette durée (destruction ou conservation historique).
55 Le.top.des.réseaux - Télévision interactive
Tout ce qu'il faut savoir sur la télévision de demain. Des ressources pour comprendre le numérique hertzien, et la place du net à la télévision.
Edition du mercredi 10 janvier 2001


http://www.telesatellite.com/
Site du magazine mensuel spécialisé du même nom. L'internaute y trouve l'actualité de la télévision par satellite
renouvelée quotidiennement, un tour d'horizon des offres des bouquets satellite, des conseils concernant
l'acquisition d'un décodeur numérique. Il s'agit d'un vrai portail qui renvoie également vers d'autres sites
consacrés au sujet.
http://www.sonovision.com/
Ce site du magazine professionnel de l'audiovisuel distille chaque jour des informations sur le monde de la
production audiovisuelle sous l'angle principalement technique. Une rubrique "interactif" suit de près l'actualité
des applications dédiées à la télévision.
http://tvntfrance.free.fr/
Lancé sur le Web le 1er avril 2000 et réalisé par Taz Productions, ce site est sans doute l'un des mieux informés
sur la télévision numérique terrestre. Les termes techniques concernant cette nouvelle technologie de diffusion
télévisuelle y sont expliqués, et l'actualité y est suivie de semaine en semaine avec sérieux. Les services
interactifs que
l'on trouvera sur la télévision numérique terrestre font bien sûr partie des thèmes
abordés.
http://www.comfm.fr/
Des news sur les webTV, les radios et aussi les grilles complètes des programmes, des services- diffusés sur les
chaînes françaises de télévision par satellite.
www.internet-film.org/digima14mars01.htm
Le Forum international du Digima a donné lieu à un débat sur la télévision interactive, entre des acteurs de ce
nouveau média. La discussion, instructive, porte sur son développement amorcé et sur son rôle de creuset
potentiel d'une convergence avec les autres médias, le Net au premier chef.
http://www.satellifax.com/
Lettre professionnelle payante destinée aux professionnels de l'audiovisuel qui diffuse quotidiennement, y
compris par e-mail, des informations sur la télévision par satellite et les services interactifs. Sur abonnement,
donc, mais avec la possibilité de recevoir gratuitement par mail les titres du numéro courant ou de consulter sur
le Web des anciens numéros dans leur intégralité.
http://www.par-sat.com/
Un site complet distillant quelques informations chaque semaine avec une forte dominante autour de
l'interactivité par satellite. Toutes les offres Internet par satellite y sont, par exemple, décrites.
http://www.generation-satellite.com/
Un petit portail sur les nouvelles technologies où l'on trouve un peu d'"actu", des forums sur les bouquets
satellite et leurs services interactifs, ainsi qu'un mini-guide des bouquets satellite TPS et CanalSatellite.
Informations, forums, petites annonces...


56 A quoi sert l'heure Internet ?
Internet réussira-t-il à nous faire oublier le temps des fuseaux ?
Edition du mercredi 28 juin 2000

L'expression est attribuée au président d'Intel, Andy Grove, lorsqu'il lança, en1995 : « The world now runs on
Internet time » (le monde tourne désormaisà l'heure Internet). Sans trop savoir pourquoi ni comment, Internet
accélère son temps et l'économie qui lui est propre. Les événements se produisent plus rapidement dans le
cybermonde que dans le monde « réel ».
Créer une société, lever des fonds, la développer, se faire coter en Bourse, racheterd'autres entreprisesý De cette
course-poursuite est née l'expression «yeardog » : comme pour les chiens, il faut multiplier les durées par 7
surInternet. Une entreprise en ligne qui a survécu un an serait âgée de sept ans dansle monde réel, et donc en
droit d'entrer en Bourse et d'accumuler des profits mirobolants... L'Internet Time est palpable dans sa
subjectivité, mais les horloges de nos ordinateurs n'ont toujours pas trouvé le nouveau méridien d'un fuseau
horaire unique.
Le Greenwich Electronic project
C'est encore l'heure GMT (Greenwich Mean Time) ou sa version moderne, l'UTC (UniversalTime
Coordinated), qui font la loi. Chacun fait ses petits calculs dans son coin pour arranger un rendez-vous en
direct.
C'est en 1884 que les grands pays commerçants du monde ont accordé leur confiance à l'Observatoire royal de
Greenwich, dans la banlieue de Londres. Une heure de référence établie du fait de la puissance commerciale
Britannique de l'époque. Et, une fois de plus, c'est le commerce - dans sa version électronique - qui apoussé le
premier ministre Tony Blair à soumettre l'idée du projet Greenwich ElectronicTime (GET) en décembre 1999.
Depuis, pas de nouvellesý
à la recherche du temps unique
Lancé par Swatch en octobre 1998, le concept du temps Internet est fondé sur deux éléments : l'absence de
fuseau horaire et l'absence de frontière géographique. Le principe est de diviser 24 heures en 1000 battements
ou « beats » pour établir un temps de référence commun à toute la planète. Chaque beat équivaut à
86,4secondes, soit 1 minute et 26,4 secondes. Comme il faut bien un point de départ,la société propose un
nouveau méridien basé à Bienne, en Suisse, où se trouvele siège du groupe. D'où l'acronyme BMT, Bien Mean
Time. Ainsi, le temps BMTva de 000 à 999, et le moment 500 équivaut à midi à l'heure hivernale de l'Europe
centrale. Et comment avoir connaissance de l'heure Internet ? En consultant bien sûr le site de l'horloger - on
peut télécharger un module gratuit à intégrer dans ses pages Web. A défaut d'avoir toujours une connexion
Internet sous la main, il faut avoir une montre Swatch au poignet.
Accueillie favorablement à sa sortie, l'invention s'est heurtée au scepticisme des internautes, qui ont manifesté
leur incrédulité sur les forums : « Swatch cherche à imposer un standard comme Microsoft»; « Les fuseaux
horaires avaient un sens quand on restait dans un même lieu. Mais je me rends compte maintenantque je vis à
l'heure de CNN plutôt qu'à celle du fuseau horaire dans lequel je me trouve ». Le site de la télévision
d'information américaine avait adopté le BMT dès sa sortie.
Si l'horloger suisse a tenté un coup double, marketing et conceptuel, la recherche d'une uniformisation du temps
sur Internet ne date pas d'hier. On voit régulièrement apparaître sur le Web des « normes » qui tentent de
s'imposer. Au hasard des rencontres, on trouve ainsi le temps « .net » ou l'« i-time », qui, chacun à sa façon,
proposent une nouvelle unité de temps et un fuseau horaire de référence. Sans grand succès.
Synchronisez-vous !
Pour les entreprises connectées en réseau, le partage de fichiers peut poser desproblèmes très concrets. Un
fichier partagé est à la date de l'ordinateur qui l'a créé, pas à celle du serveur sur lequel il est déposé. Si la
station et le serveur ne sont pas synchronisés, on peut avoir des documents dont la date de modificationest
toujours plus récente ou plus ancienne. C'est le même problème avec le courrier électronique, où l'on peut
recevoir un e-mail avant qu'il ne soitparti ! Même si cela ne supprime pas les fuseaux horaires, au moins peut-
onrégler ses montres sur un même beat.
Pour « distribuer » le temps sur la Toile, on a donc inventé le protocole NTP (pourNetwork Time Protocol),
sorte d'horloge parlante du Web. Quelques serveurs officiels et déclarés sont pourvus de récepteurs radio. Ils
décodent les signaux radio de transmission de l'heure par les sites officiels pour les redistribuer ensuite sur la
Toile.
A partir de là, les sociétés existant sur plusieurs fuseaux horaires peuvent utiliser des logiciels spécifiques pour
gérer l'information en fonction des situations géographiques de l'émetteur et des utilisateurs. Malgré un besoin
des entreprises de gérer leurs flux d'informations, l'équivalent d'un Greenwhich Mean Time(heure GMT) ne
s'est jamais imposé sur Internet. Si la notion d'espace est supprimée par la connexion en réseau, le cyberespace
n'a pas trouvé son équivalent en cyber-temps. L'internaute possède bien le don d'ubiquité, avec la possibilité de
se déplacer simultanément sur des serveurs du monde entier. Mais, devantson écran d'ordinateur, le temps reste
une notion bien réelleý, ne serait-cequ'avec le temps d'affichage de certains sites ! Si l'espace n'apparaît
jamais(qui s'amuse à localiser les serveurs de ses sites favoris ?), le temps de l'internautemontre les limites à la
virtualisation.
Le temps prend alors une valeur marchande particulière. Sur Internet, les fournisseurs d'accès français peuvent
acheter des « volumes » de temps de connexion à France Télécom, pour les revendre à leurs abonnés.
L'opérateur historique est un grossiste, les fournisseurs deviennent nos détaillants de temps. Plus que jamais,le
temps est de l'argent, comme avec ces propositions intrigantes où l'internaute est payé à l'heure pour surfer - et
se faire bombarder de publicités.
Julien Pot (Canal+)
57 Le.top.des.réseaux - De futiles nouvelles (quelques newsletter)
Votre boîte aux lettres sera rythmée par ces newsletters, lettres d'information aux sujets variées
Edition du mercredi 11 avril 2001


Marmiton.org
Une " cooking list " particulièrement conviviale, qui dépose chaque semaine quatre délicieuses recettes dans
votre boîte électronique. Au menu, par exemple : ravioles de Saint-Jacques au sabayon et au comté, papillotes
de lapin sauce rose, gigot en croûte d'herbes et aux légumes confits, et, pour le dessert, bavarois aux mangues !
Le site vaut lui aussi le coup d'œil (Clic d'or 2001 dans sa catégorie).
Axeria.com
Sur le site officiel de Casimir, abonnez-vous à La Gazette de Casimir, la seule lettre mensuelle où l'on parle de
gloubi et de boulga ! Réservée aux " Casimirus de 7 à 77 ans ", c'est un moyen pratique d'être prévenu des
apparitions télé et de la parution d'articles sur le gros héros de " L'Ile aux enfants ".
Paragraphes.com
Illuminer ses journées avec des pensées d'auteur, c'est possible ! Un groupe d'anciens étudiants a eu la bonne
idée de regrouper sur un site le bon millier de citations qui sommeillaient dans des carnets poussiéreux. Et,
désormais, vous pourrez en profiter tous les jours dans votre boîte à lettres électronique.
Ridearth.com
Le site du champion olympique Edgar Grospiron fait parvenir à tout " rider " qui se respecte des infos sur les
sports de glisse (snow-board, ski, surf,skate-board...). L'occasion de renforcer les liens entre les membres de la
communauté des sports de la glisse sur la terre, la mer ou ailleurs.
Herodote.net
L'histoire à dose homéopathique... et sympathique : chaque jour (ou presque) l'animateur du site vous envoie le
récit d'un événement historique, dont c'est la date anniversaire. Quelque 5 000 abonnés sont déjà séduits !
58 Firewall, l'arme anti-pirates
Pour protéger les PC connectés sur Internet contre les intrus, les logiciels pare-feu jouent les gendarmes
Edition du mercredi 22 novembre 2000

Tout PC connecté à Internet est une cible potentielle pour les hackers. Plus souvent curieux que
malintentionnés, ces pirates modernes sont des milliers à scruter quotidiennement le réseau mondial à la
recherche d'une faille de sécurité, généralement au hasard et sans but précis. Leur objectif : accéder aux
données stockées sur le disque dur des PC ou sur les serveurs de fichiers d'une entreprise. Sans le savoir, des
millions d'internautes ont déjà subi leurs attaques. La plupart se sont révélées infructueuses ; mais, pour ceux
dont les ordinateurs étaient mal configurés ou infectés par un virus de type « ver » ou « cheval de Troie », le
hacker est très certainement parvenu à ses fins.
Fatalité ? Non, car la parade existe, même en cas d'infection virale : c'est le « firewall ».Aussi appelé « pare-feu
» ou « coupe-feu », il s'agit d'un dispositif de protection logiciel (associant parfois du matériel) qui bloque les
attaques en provenance du Réseau. Par ricochet, il complète aussi l'action des logiciels antivirus. Longtemps
destiné aux entreprises, le firewall intéresse aujourd'hui les particuliers, surtout ceux qui dis posent d'une
connexion permanente au Réseau par câble ou liaison ADSL (Asymmetric Digital Subscriber Line) et sont par
conséquent plus vulnérables.
Quelle que soit sa forme - une « boîte noire » connectée à un réseau d'entreprise, un logiciel embarqué dans un
équipement de réseau ou une simple application sous Windows -, le pare-feu a pour fonction de filtrer les
informations qui transitent entre l'espace à protéger (un PC ou un réseau local) et le monde extérieur (tout
réseau externe, Internet en tête). Pour cela, le logiciel analyse tous les paquets de données transmis ou reçus
dans la zone qu'il protège et réagit en fonction de règles définies à l'avance. Ces règles lui permettent soit de
bloquer les échanges qui ont été explicitement interdits, soit d'interdire tous les échanges, sauf ceux qui ont été
explicitement autorisés.
Cette dernière méthode est plus sûre mais plus contraignante, car il faut indiquer au pare-feu quels sont les
services réseau et Internet réputés sains et fiables susceptibles d'être utilisés sur le PC. Cela peut se faire une
fois pour toutes, lors de l'établissement des règles initiales, ou à chaque alerte de blocage, en mode
d'apprentissage. Pour faciliter la mise en service des firewalls personnels, des règles sont souvent
préprogrammées pour autoriser, par défaut, les paquets de données liés aux différentes sessions de navigation
sur le Web ou ceux qui correspondent à des échanges entre le logiciel de courrier électronique et le serveur de
messagerie du fournisseur d'accès.
Pour tout le trafic Internet, le filtrage au niveau du paquet s'opère en fonction du protocole Internet (IP), c'est-à-
dire l'adresse réseau de l'émetteur ou du destinataire, du type d'informations contenues dans le paquet et du port
de communication utilisé (défini par un nombre de 0 à 65535). Un paquet sortant sur le port 80 signifie, par
exemple, un accès sur un site Web, l'adresse du destinataire étant celle du site. Ce paquet sera logiquement
autorisé, tout comme les autres paquets sortants sur le port 80. En revanche, un paquet entrant sur le port 7597
devra être refusé, ce port étant connu pour être la porte d'entrée créée par le virus Qaz (qui a permis récemment
à un pirate de pénétrer dans le réseau interne de Microsoft). Dans ce cas, l'adresse IP de l'émetteur est très
certainement celle d'un hacker en herbe, en quête d'un PC à visiter.
Le firewall sait aussi effectuer un filtrage en fonction des applications qui émettent les paquets. Il peut ainsi
n'autoriser les services de courrier électronique (habituellement sur les ports 25 et 110) qu'au seul logiciel de
messagerie. En complément, pour parfaire la sécurité, on pourra limiter ces échanges au seul destinataire
cohérent, le serveur de messagerie, identifié par son adresse IP fixe et connue à l'avance. Le pare-feu peut
également être programmé pour interdire les échanges avec certains sites Web, jouant ainsi le rôle de logiciel de
contrôle d'accès. Enfin, certains firewalls offrent des fonctions supplémentaires de sécurité, absentes des
logiciels de navigation, comme l'interdiction de cookies émanant de certains sites ou le blocage sélectif
d'applets Java et de contrôles ActiveX, parfois hôtes de virus responsables de trous de sécurité.
Les pare-feu personnels destinés aux particuliers coûtent quelques centaines de francs. Ils sont commercialisés
par des spécialistes de la sécurité des réseaux ainsi que par les éditeurs traditionnels de logi ciels antivirus,
comme Network Associates ou Symantec. On trouve également sur Internet des firewalls en version
d'évaluation, voire gratuits, pour un usage personnel, comme Zone Alarm, édité par Zone Labs
(www.zonelabs.com) et réputé pour sa simplicité d'utilisation. Installer puis utiliser un pare-feu est ainsi
aujourd'hui à la portée de tout internaute prudent qui souhaite mettre son PC à l'abri de visiteurs indélicats.
Faut-il, pour autant, en adopter un systématiquement, dès lors que l'on utilise Internet ? Pas si sûr. Car, si tout
PC est potentiellement vulnérable, il vaut mieux souvent parfaire la configuration du système pour boucher les
éventuels trous de sécurité plutôt que de pousser les hackers au crime. Un firewall n'est en effet pas invisible :
quand il bloque un trafic réseau malveillant, l'auteur de l'attaque en est indirectement informé. Ne recevant pas
de réponse, il se doute qu'un pare-feu est à l'œuvre, ce qui pourrait lui laisser à penser qu'il y a quelque chose
d'important à protéger. Et ainsi, par défi ou par curiosité, il pourrait être incité à renforcer son attaque...
Jean-Marc Gimenez




59 La techno se fait son cinéma
« Mix » dýimages accompagnant la musique des fêtes techno, la pratique du Vjaying pourrait donner naissance à une nouvelle forme dýécriture visuelle
Edition du mercredi 1er novembre 2000

Avec l'émergence des DJ, la musique électronique a redéfini la fonction
même de l'artiste au sein du dispositif de création. Une révolution
visuelle du même acabit semble se profiler avec la pratique du Vjay (ou
Vjaying). Cette pratique artistique popularisée par le succès des « raves
» (fêtes techno) à la fin des années 80 consiste à mixer des images
issues de sources et de supports visuels différents.
A l'image du « sampling » (échan tillonnage) pour la création mu sicale,
le Vjaying applique un des postulats de départ de l'art numérique de ce
début de siècle : la réap propriation ludique de la techno logie. Un
matériel réduit, quelques connaissances techniques, beaucoup de
créativité, et il est possible de se produire devant un public large en court-circuitant les réseaux traditionnels de
la distribution. Les moyens de diffusion sont divers : mixages issus de sources vidéo, animation, Super 8, 3D...
la tentation d'une écriture interactive
A base d'un matériel vidéo assez simple, le Vjaying improvise une projection d'images mixées, libérée des
contraintes de la production audiovisuelle classique, à partir de sources diverses et variées. Avec les
performances sans cesse améliorées des ordinateurs en termes de gestion de la vidéo numérique, la révolution
de la musique est donc en train de s'appliquer au terrain de l'audiovisuel. Et, si la plupart de ces mixes d'images
de soirées techno tentent maladroitement de coller au paysage sonore en accumulant le plus souvent les clichés
estampillés « cyber », une nouvelle écriture est pourtant en train de naître.
Beaubourg, septembre 2000. Le duo anglais Coldcut présente un concert où la musique et l'image tiennent la
même place au sein de la performance scénique du groupe. Grâce à Vjamm, un logiciel qu'ils ont développé
eux-mêmes, Coldcut mélange habilement des « samples » sonores et visuels, construisant une narration
véritablement multimédia.
Même si l'aspect ludique des « samples » choisis confine quelquefois au cliché (images de skateurs ou d'autres
sports de glisse), la tentative d'écriture interactive est bien présente. Pour prendre l'exemple des DJ et des
musiciens de la culture électronique, cette culture dite du « mix » (mixage de sons) incarne un réel changement,
une mutation du mode d'expression artistique lui-même. Nous sommes à l'âge de la recombinatoire et de
l'échantillonnage, et la génération des artistes qui utilisent le mixage simultané de sons et d'images n'a en cela
rien inventé. Mais elle cumule, met en réseau, ouvre les portes d'une nouvelle écriture du numérique par sa
capacité à mélanger sons et images non comme simple illustration d'une performance mais bien comme une
œuvre à part entière.
Ce « ciné-médium » emprunte d'ailleurs beaucoup au cinéma, mais également à l'art contemporain et au mur
d'images si cher à l'art vidéo. Les Vj [Vjay] de demain se trouvent donc à la croisée de ces différentes cultures.
Monteur improvisateur, manipulateur du réel cinématographique en temps réel, le cinéaste Vj se permet en
quelque sorte d'accueillir, dans ses travaux, l'exigence du montage cinéma dans une construction émotionnelle.
Une forme évoluée du Vjaying ressemblerait peut-être en cela à un film ouvert où chacun pourrait entrer et
sortir à sa guise...
Eloigné du diktat habituel du scénario de long métrage et réconcilié avec ces moments de poésie picturale que
le cinéma n'offre presque plus, tel serait le futur de ce ciné-médium. Seul peut-être Julien Donkey Boy, le
dernier film de Harmony Korine, esquisse ce que pourrait donner une des formes ultimes d'un mariage hybride
entre mixage d'images et narration cinémato graphique.
Un cinéma de l'improvisation perpétuelle
Certes, ces nouvelles technologies ouvrent de nouveaux espaces aux artistes de l'image, mais il serait
présomptueux de leur attribuer plus de pouvoir artistique qu'elles n'en ont en réalité. Les logiciels utilisés par
les Vj ne doivent être perçus que comme des outils. Il paraît effectivement impossible d'agir avec ces nouveaux
médias comme si de rien n'était, comme si, par exemple, cent ans de cinéma s'étaient évaporés et que les arts
plastiques dits traditionnels étaient définitivement enterrés sous prétexte d'archaïsme culturel.
Le Vjaying n'existe qu'à travers ces héritages. Cinéphile d'un genre résolument nouveau, le Vj marque son
travail de l'empreinte du vidéoclip et de l'ordinateur, mais ne doit en aucun cas renier l'histoire sémantique du
cinéma.
Rien n'a donc changé depuis l'apparition de ces nouveaux supports, mais tout est à
activer. Déclencher une réaction en chaîne en quelque sorte, comme le font depuis des
années les musiciens électroniques. Serait-il injuste, pour un cinéaste, aujourd'hui de «
jouer » des images comme on « joue » des « samples » lors d'une performance
acoustique ? La nécessité se fait ainsi jour de la naissance d'un nouvel art : le cinéma de
l'improvisation perpétuelle, directement inspiré du Vjaying.
G. So. & J. Du.


60 Le.top.des.réseaux - Le robot
Les créateurs de robots présentent leurs créations sur leurs sites. Explications, décorticages des éléments, et histoires de ces passionnés.
Edition du mercredi 20 décembre 2000


www.citeweb.net/spidy
Deux étudiants en école d'ingénieurs ont eu l'idée de se concocter un robot à six pattes proche de l'araignée,
naturellement dénommé Spider. Ils en décomposent ici sa fabrication, qui mêle électronique et informatique, à
l'usage des amateurs.
http://home.nordnet.fr/~vpiette/
Dans le gotha des robots, il y aura désormais le... Golgot, une machine autonome se déplaçant sur des chenilles
et dont la tâche consiste principalement, selon son concepteur Jean-François Pelu, à "atteindre la partie la plus
éclairée de la pièce pour se recharger avec ses cellules solaires". Pas de mode d'emploi ici, mais des
caractéristiques générales.
http://www.lynxmotion.com/
Ce site en anglais vend des robots en kit. Plusieurs types de facture plutôt classique y sont proposés (du bras
armé d'une pince à l'araignée), sans que leur utilisation soit néanmoins explicite. Quelques notions basiques de
robotique sont requises pour la construction de tels joujoux.
www.ai.univ-paris8.fr/~aa/
La page personnelle d'Arab Ali Cherif, de l'université Paris-VIII, montre ses créations à l'aide de belles photos :
robots marcheurs, roulants, réactifs et même chercheurs de café !
http://www.robotik.com/
La Coupe de France de robotique, parrainée par l'émission de télévision "E=M6", est présentée sur ce site à
travers des photos et des vidéos de combats de robots, selon des thèmes variés (conquête des cimes, basket-ball,
football, châteaux forts, ping-pong).
http://5lair.free.fr/menu/accueil/accueil.htm
Ouvrant sur Aibo, le concepteur du site expose ses robots, agrémentés de commentaires sur la conception, de
caractéristiques, de photos et de vidéos. On fait ainsi connaissance avec Fredo, Legobot, Servobot et Little
Brother (ce dernier étant encore en projet).
http://fribotte.free.fr/robot/index.html
Un club de passionnés de robotique, Fribotte, expose tout le cheminement qui l'a conduit à concevoir Blanche-
Manège et les sept nains motorisés, pour la Coupe de France E=M6 de cette année. L'histoire se lit comme un
roman documenté et illustré.
Faites-le vous-même
Une sélection de Yann Bernal



61 Le streaming pour la diffusion en temps réel de fichiers multimédias


La technologie du streaming permet de traiter les données avant qu'elles soient toutes téléchargées
Tout s'explique
Edition du mercredi 14 juin 2000

Depuis le temps qu'on nous en parle, la réception d'une web-télé sur nos ordinateurs devrait être déjà une
réalité. Et pourtant, d'une émission au format « timbre-poste », on passe aujourd'hui encore maladroitement au
format « carte de crédit ». Quelques petits centimètres carrés, soit quelques pixels difficilement gagnés sur nos
fenêtres des lecteurs RealPlayer (RealNetworks), QuickTime (Apple) et Windows Media Player (Microsoft),
les trois grands standards qui règnent actuellement sur la Toile.
Mais ne nous inquiétons pas trop vite. Notre impatience est à la hauteur d'un marché colossal qui propulse les
nouvelles technologies. Comment ne pas lorgner sur la vidéo à la demande (et payante avec le pay per view),
l'information en direct, les radios en continuý? Bref, tous les fichiers multimédias en temps réel, créés avec une
dose d'interactivité et adaptés au support Internet. Au cýur de cette révolution, une seule technologie : le
streaming.
Ce dernier est un mode de diffusion en continu, permettant de traiter les données avant qu'elles soient
entièrement téléchargées. Autrement dit, il n'est plus nécessaire d'enregistrer un film sur son disque dur avant
de pouvoir le regarder. Pendant que vous suivez le début du programme, l'ordinateur continue à le télécharger
pour vous restituer la suite en toute fluidité.
Ce petit miracle est possible grâce au buffer - aussi appelé « mémoire tampon » -, qui est la mémoire vive
générée pour le lecteur multimédia. Sur une page Web, lorsque vous activez le lien d'une vidéo (ou d'un fichier
son), le serveur à l'autre bout de votre connexion va déclencher l'animation, localisée sur un serveur dédié à ce
type de fichier. Votre ordinateur et ce serveur commencent alors un dialogue afin de toujours alimenter le
buffer.
L'information circulant par petits paquets sur Internet, ces derniers n'empruntent pas tous un même trajet pour
arriver chez vous. Et, forcément, ils arrivent dans le désordre. Non seulement votre lecteur multimédia doit
réordonner l'ensemble, mais informer aussi le serveur de l'état de la réception. Si un paquet d'informations s'est
perdu en route, quelque part sur le Réseau, le stream se détériore et la vidéo réceptionnée se fige ou se saccade.
Il faut attendre une « re-bufferisation » (bien connue des internautes !) pour que la diffusion reparte. Pour
l'audio (musique, voixý), certains lecteurs sont capables de combler l'information perdue. Si la fin d'un mot est
« mangée », le lecteur amoindrit ce défaut en créant une liaison avec le mot suivant.
Dans la pratique, le streaming est capricieux : la qualité de diffusion d'une vidéo est dépendante du débit du
réseau de télécommunication. Avec un modem classique, même de dernière génération à 56 K, la lecture de
vidéo en continu reste bien souvent inaccessible. Ainsi, la compression du son étant plus aboutie que celle de
l'image, à la lecture d'une vidéo, on s'expose trop souvent à une désynchronisation (les dialogues sont en avance
par rapport aux jeux d'acteurs).
Le volume d'informations nécessaire à une vidéo dépend de la taille de l'image, de sa définition et de son
rafraîchissement. Plus la qualité est bonne, plus la demande de bande passante se fait sentir. Une vidéo de 160 x
120 pixels (5,64 x 4,23 centimètres), à raison de 15 images par seconde (la télévision est à 25 images par
seconde), peut être lue par un modem 56 K. Avec une connexion ADSL ou câble à 512 K, on peut multiplier la
fenêtre par quatre avec une résolution de 320 x 240 pixels (11,29x 8,47 centimètres). Mais une telle qualité
dépend une fois de plus du Réseau.
Malgré ces barrières technique et physique, le streaming est promis à un bel avenir, en partie grâce à
l'interactivité dont il est capable. Dernière technologie en vogue, le langage SMIL (Synchronized Multimedia
Integration Language, recommandé par le W3C, qui gère les standards Internet), qui fonctionne sur les lecteurs
RealPlayer et QuickTime : le concepteur d'une vidéo peut enfin orchestrer et créer des passerelles avec le
logiciel de navigation qui l'intègre. Le concept est assez efficace: une vidéo qui tourne peut déclencher
l'ouverture de fenêtres complémentaires, de sons ou d'animations. Le clip d'une chanson peut ainsi être
accompagné de ses textes synchronisés ou des photos du tournage.
Reste que la meilleure des interactivités est celle que l'on développe avec les internautes en leur proposant
d'intervenir lors d'une émission en direct. Bien sûr, cela peut se faire avec du texte dans un forum, mais
également en créant des duplex avec la diffusion, parallèlement à l'émission en cours, des images des Webcam
qui interviennent en direct. Encore un concept très simple et peu onéreux que seul le streaming permet
aujourd'hui.
Julien Pot (Canal+)




62 Le.top.des.réseaux - démocratie et nouvelles technologies
Quelques réflexions pour faire passer la France à la démocratie électronique. Entre autres, le projet des villes Internet répertorie les initiatives
les plus innovatrices.
Edition du mercredi 23 mai 2001


http://vmyths.com/
On connaissait le label Ville fleurie. Depuis maintenant deux ans, les plus branchées des municipalités
françaises peuvent également se voir gratifier de celui de Ville Internet. Placé sous le haut patronage du
ministère de la ville, l'association entend favoriser l'appropriation des nouvelles technologies par les citoyens.
http://www.democratieactive.org/
Association créée et gérée par six jeunes citoyens français, Démocratie active s'est donné pour vaste mission de
" renforcer la démocratie en utilisant Internet ". Outre un " journal de la démocratie ", le site offre des forums
de discussions, invite à des " e-manifestations " et organise des conférences-débats.
http://www.prisma-eu.net/
Prisma est un projet de recherche qui s'inscrit dans le cadre du Programme pour la société de l'information de la
Commission européenne. Le but de ce travail est d'analyser l'impact que les nouvelles technologies auront sur
les gouvernements européens et d'offrir des scénarios pour le passage à la démocratie électronique

63 Les différentes interfaces du PC
Chaque connecteur d'un PC sert à brancher un périphérique. Explications pour s'y retrouver dans ce labyrinthe de fils et de prises.
Mis à jour le vendredi 29 septembre 2000

Dans un micro-ordinateur, les composants s'échangent les informations entre eux.
L'unité centrale renferme donc une carte mère sur laquelle sont disposés les composants internes : processeur,
mémoire vive, disque dur, carte graphique, carte son... Ils sont fixés à des connecteurs, appelés aussi ports, qui
leur servent d'interface de communication. Chaque composant dispose de son propre port : le processeur, selon
le modèle, est posé sur un port Slot 1 ou Socket; la carte graphique sur le port AGP, la carte son sur le port
PCI... A moins qu'il ne souhaite changer de processeur ou de carte graphique pour faire évoluer sa machine,
l'utilisateur de base n'aura pas à ouvrir son boîtier. En principe donc, il ne sera pas confronté à la complexité des
interfaces internes de son PC.
Le problème se pose pour les périphériques externes : clavier, souris, modem, imprimante, scanner... Et, comme
les composants internes, les périphériques externes disposent chacun d'une interface dédiée. C'est pourquoi
l'arrière d'un micro-ordinateur est une véritable vitrine de connecteurs qui déroute souvent le néophyte. Le
nombre et la diversité de ces ports s'expliquent par l'évolution du PC. Une génération crée des connecteurs, la
suivante innove, elle aussi, mais doit intégrer les connecteurs précédents pour rester compatible avec le matériel
plus ancien... Aujourd'hui, la majorité des PC grand public sont à la norme ATX. Imposée par Intel, numéro un
des processeurs et des « chipsets » (composants qui gèrent la carte mère), cette norme exige la présence et la
disposition dans l'ordre d'un port clavier, d'un port souris, de deux ports USB (Universal Serial Bus), d'un port
parallèle, de deux ports série.
Les port souris et port clavier, comme leur nom l'indique, permettent de relier ces deux incontournables
périphériques à l'unité centrale du PC. Jusqu'en 1987, la souris se connectait via un port série. Mais, avec la
généralisation du modem qui occupe un port série, ce dernier, dont le nombre est limité à deux, devient rare.
IBM a imaginé alors une nouvelle interface pour la souris, appelée PS/2, et dont le connecteur est de type mini-
DIN. Visuellement, c'est un petit connecteur rond à cinq broches. Depuis le début de la micro-informatique, le
clavier utilisait déjà un connecteur DIN à cinq broches. IBM n'a pas hésité à transformer l'interface DIN en
mini-DIN de même format que la souris PS/2. L'utilisation du même connecteur pour la souris et le clavier
permet de réduire les coûts de fabrication de la carte mère mais aussi des périphériques. En revanche,
l'utilisateur se trompe souvent en intervertissant la souris et le clavier sur ces deux mini-DIN physiquement
identiques. Pour lui éviter de tels déboires, les assembleurs de PC identifient désormais chaque port par une
couleur, violet pour le clavier, vert pour la souris.
Après les mini-DIN, le connecteur le plus utilisé encore à l'heure actuelle est certainement le port parallèle, sur
lequel se branche l'imprimante, autre périphérique indispensable dans l'usage bureautique d'un PC. Cependant,
il peut aussi servir à relier d'autres périphériques externes, tels que scanner, lecteur de CD-ROM, sauvegarde de
Zip... La plupart des PC ne sont équipés que d'un seul port parallèle, un connecteur à vingt-cinq trous (appelé
DB25). A l'origine, la vitesse de transmission maximale était de l'ordre de 150 Ko/s. Au fur et à mesure des
améliorations, le port parallèle de type EPP (Enhanced Parallel Port) atteint aujourd'hui un débit de 2 Mo/s. Il
fonctionne en mode bidirectionnel permettant une communication à deux voies entre l'imprimante connectée et
le micro-ordinateur. Celui-ci peut ainsi connaître l'état du périphérique - par exemple, pour savoir s'il est éteint
ou allumé. Plus récent encore est le port parallèle de type ECP (Extended Capacity Port), qui améliore la
rapidité ainsi que les communications bidirectionnelles.
Quant à l'interface série, qui servait initialement d'interface à la souris et ensuite au modem, elle est appelée à
disparaître. Pour assurer une certaine compatibilité avec les anciens périphériques, les constructeurs continuent
à pro poser sur leurs machines deux ports série, reconnaissables à leur connecteur à neuf broches (DB9). Mais
la généralisation des modems internes ou externes sur port USB met un terme à son existence. L'USB,
justement, est en passe de venir le port universel. L'interface standard qui sert à brancher tous les périphériques,
de l'imprimante au scanner, à la manette de jeu, à l'appareil photo numérique, sans oublier le modem, le clavier
ou encore la souris...
Développé par Intel voilà quatre ans, l'USB se présente, à l'arrière de l'unité centrale du PC ou parfois de
l'écran, sous la forme de deux ou de quatre connecteurs plats femelles. Cette interface a de quoi séduire.
D'abord, son taux de transfert : 12 Mo/s aujourd'hui, et bientôt 480 Mo/s avec l'USB 2.0, qui devrait apparaître
l'année prochaine. Un débit largement suffisant pour n'importe quel périphérique. Elle est Hot Plug and Play,
c'est-à-dire que la connexion et déconnexion peut s'effectuer « à chaud » sans que l'utilisateur ait à éteindre et à
redémarrer sa machine. Son connecteur peut délivrer une alimentation électrique de 2,5 W, ce qui permet à
certains périphériques comme les modems d'être directement autoalimentés par le PC.
Enfin, en théorie, un seul connecteur USB est capable de gérer jusqu'à cent vingt-sept périphériques : il suffit de
les enchaîner les uns après les autres par l'intermédiaire de « hubs » (boîtiers équipés d'entrées et de sorties
USB). Aujourd'hui, pratiquement tous les périphériques existent en version USB. Et, preuve de l'universalité et
également de l'efficacité de cette nouvelle interface venue du monde PC, Apple l'a adoptée sur ses iMac.
H. Ng.
Toutes les informations ci-dessus proviennent du monde interactif
– attention aux copyrights

64 Guide des vacances sur internet
      Vous trouverez ci-après une liste de sites qui vous permettront d'organiser vos vacances d'été
                                   ou même un week-end sur internet.
     Avant de partir
     http://www.dfae.diplomatie.fr/voyageurs/etrangers/avis/conseils/default.asp
     http://www.medisite.fr/voyages/
     http://www.traveling-doctor.com/docvac/FR/sommaire/
     http://www.fortunecity.com/oasis/paris/200/ : Site très complet proposant de nombreuses informations
     (plans, guides, transports, musées, récits de voyages...) sur la plupart des pays européens.


     Voyage
      AVIONS:                               BATEAUX:
      http://www.abcvoyage.com/             http://www.brittanyferries.fr/
      http://www.degriftour.fr/             http://www.corsicaferries.com/
      http://www.airfrance.fr/              http://www.sncm.fr/
      http://www.air-liberte.fr/
      http://www.ualfrance.fr/              TRAINS:
      http://www.nouvelles-frontieres.fr/   http://www.eurotunnel.com/
      http://www.degriftour.fr/             http://www.sncf.fr/
      http://www.inter-resa.com/fr          http://www.thalys.com/
      http://www.travelprice.com/
      http://www.promovac.com/              PREPARER SON ITINERAIRE:
      http://www.tiss.com/                  http://www.mappy.fr/direct/mappy/accueil



     Hébergement
      Clubs, villages de vacances
      http://www.aquaticamp.com/
      http://www.clubmed.fr/
      http://locations.pierre-vacances.fr/
      http://www.renouveau.asso.fr/
      http://www.vvf-vacances.fr/
      Campings
      http://www.francecom.com/aft/camping
      http://www.eutraco.com/camping/index.htm
      http://www.camping-france.com/
      http://www.francecom.com/aft/sites.et.paysages
      Gites
      http://www.gites-net.com/
      http://www.gites-de-france.fr/fr/index.htm
      http://www.gites.net/selection
      Hotels
      http://www.francehotelreservation.com/
      http://www.hotelscie.fr/balladins
      http://www.campanile.fr/
      http://www.hotelscie.fr/climatdefrance
      http://www.premiereclasse.fr/
      http://www.123france.com/europe/france/paris/hotels/paris.htm
http://www.sofitel.com/
http://www.logis-de-france.fr/
http://www.relaischateaux.fr/site/fr/home
http://www.hotelscie.fr/traditiondefrance
http://www.hrs.de/
http://www.iyhf.org/home_fr.html
Auberge de jeunesse
http://www.fuaj.org/
http://www.fuaj.fr/



Tourisme
Organismes de tourisme, offices de tourismes
http://www.tourism-office.org/
http://www.tourisurf.com/
http://www.vacancesonline.com/
http://www.webtour.tm.fr/
http://www.uniterre.com/
Guides touristiques
http://www.club-internet.fr/travel/index_fr.html
http://www.club-internet.fr/routard
http://www.lonelyplanet.fr/
http://www.michelin-travel.com/
http://www.travelfirst.com/
http://www.parisbalades.com/
http://www.abm.fr/
http://www.tourisme.fr/
http://www.voyagez.com/
http://www.filfog.com/



Cartes et atlas
http://www.ign.fr
http://www.ismap.com/
http://www.atlasgeo.net/
Méteo
http://www.meteo.fr/
http://www.meteoconsult.fr/
http://fr.weather.yahoo.com/
http://meteo.voila.fr/Meteo/voila
Pour un depaysement total
http://www.antilles-info-tourisme.com/ Vous trouverez pleins d'informations pour organiser votre séjour
dans les Antilles.
http://www.st-barths.com/ Site très intéressant sur toutes les activités possibles à Saint Barthélémy.
Vous trouverez également des conseils pratiques (où se loger ?, où rencontrer des gens ?…)
http://www.wsf.fr/seychelles Véritable mine d'informations, vous pourrez trouver sur ce site tout ce qui
vous sera nécessaire pour le logement, le voyage, les activités, les restaurants.
http://www.skifrance.fr/ (tout pour un séjour dans une station de ski française)
http://www.ilesdumonde.com/ (tout sur toutes les îles du monde)
L'univer sous marin
http://ww.info-plongee.com/
http://www.lemondebleu.com/
http://www.heures-saines.gp/ (Guadeloupe)
http://www.ultramarina.com/ (les Maldives)
http://www.andamanscuba.com/ (la Thaïlande)



Accessoire indispensable
Surtout, si vous partez en vacances au soleil, n'oubliez pas de mettre de la crème solaire dans
     vos valises ! Et n'hésitez pas à consultez les sites suivants qui vous donneront des conseils pour
     bronzer en toute sécurité et pour garder votre hâle le plus longtemps possible.
     http://www.clarins.fr/
     http://www.napenet.org/scf_fren.html
     http://club-internet.fr/securite-solaire
     http://www.ffme.fr/medical/soleil.htm
     LES RENCONTRES Vous avez la possibilité de rencontrer des gens sur internet : des correspondants,
     des professionnels du voyages… même peut-être l'âme sœur !
     http://www.reseaucontact.com/ (club de rencontre gratuit)
     LES CARNAVALS http://www.carnaval.com/



     Les thalassothérapies
     Pourquoi ne pas profiter des vacances pour prendre un peu de temps pour soi et pour
     se détendre ?
     http://www.thalasso-europe.com/ est un annuaire qui réunit un grand nombre de centres de
     thalassothérapie. Les liens permettent un accès direct vers les sites existants.
     http://www.hydro-net.com/ vous révèle tous sur les bienfaits de l'eau. Site très complet.
     http://www.mer-et-sante.asso.fr/ vous dit tout sur les thalassothérapies.
     http://www.thalatel.com/ vous informe sur toutes les cures de thalassothérapie mais également sur les
     centres qui les proposent.
     Les centres spécialisés
     http://www.thalasso.net/ un centre spécialisé dans les soins du dos.
     http://www.thalasso.com/ vous trouverez des informations sur 9 centres dont un spécialisé dans les
     cures postnatales.
     http://www.thermes-st-jean.com/ propose des cures antitabac.
     Des vacances sportives...
     u pourquoi ne pas profiter des vacances pour s'éclater et faire monter son taux d'adrénaline ?
     http://www.boutique-aventure.com/ une vraie mine !!! Vous trouverez tout pour partir faire du VTT, du
     4x4, du kayak… un peu partout dans le monde.
     http://www.terdav.com/propose également un tas de séjours sportifs dans le monde entier. Il y en a pour
     tous les goûts.
     Pour les sportifs confirmés :
     http://www.elf-adventure.com/fr/index.asp fan de parapente, roller, VTT, etc. ? N'hésitez pas une minute
     de plus à aller sur ce site et vous y trouverez votre bonheur. Grande compétition avec un aspect
     humanitaire…
     http://www.raidgauloises.com/ grand raid qui offre des disciplines nombreuses et variées.
     Pour les débutants :
     http://www.chez.com/raidsnature si vous êtes débutants et que vous souhaitez partir à l'aventure,
     connectez-vous sur ce site…




65 Les révisions du bac
     Site Généraux:
     http://www.annabac.com Hatier propose des sujets type pour réussir son bac. Les devoirs rendus par
     les lycéens internautes sont corrigés par des enseignants. Chaque semaine, de nouveaux sujets sont
     proposés on-line pour toutes les sections et matières.
     http://www.corrigesbac.com/ En direct dès le 14 juin, retrouvez les corrigés du Bac et des aides à la
     révision : annales, sujets les plus probables, bac blanc, conseils...
     A noter, un espace de communication avec des enseignants et des étudiants.
     http://perso.wanadoo.fr/lycee_bossuet.lannion/bac.htm Ce site offre la possibilité d'accéder à un très
     large panel de sites généralistes
     http://glandeurs.citeglobe.com/ SOS glandeurs peut vous aider à réviser votre bac : fiches et cours de
     français, philosophie, maths, histoire-géo ou physique (pour le Bac général et l'oral de français)
     Philosophie
     http://perso.infonie.fr/mper/Frames/present.htm Leçon de philosophie à usage des élèves des classes
     de Terminale.
     Le site comporte un enseignement sur toutes les notions, les oeuvres et les principaux auteurs
     (programme des Terminales L, ES et S).
     http://mapage.noos.fr/philosophie Deux profs de philosophie exposent conseils et méthodologie pour la
     dissertation ainsi que des cours avec plans de cours et exemples de sujets traités.
     http://www.philagora.net/bacindex.htm Préparation au bac grâce à des simulations de sujets corrigés.
     http://gambacorta.com/bac/philo Quelques fiches succinctes de philo pour le Bac L, S et ES session
     1999,
     par Tiziano Gambacorta.
     Lettres
     http://www.lettres.net C'est le site de référence de la langue française par excellence : ensemble de
     compléments utiles pour les cours, dont conseils méthodologiques pour le Bac de français.
     http://www.chez.com/bacfrancais Mise à disposition de fiches de révisions et biographies d'auteurs pour
     préparer le Bac Français
     http://www.bac-de-francais.8k.com/ Préparez l'oral et l'écrit en retrouvant des conseils pour la
     dissertation et le commentaire composé.
     Sciences
     http://www.maths.net D'excellentes fiches de mathématiques de la sixième à Bac+2.
     http://perso.wanadoo.fr/physique.chimie Enseignement de soutien en sciences physiques et chimie pour
     la préparation du baccalauréat série S. Les leçons, volontairement concises, sont suivies d'exercices
     corrigés et de problèmes à résoudre que les élèves peuvent envoyer à la correction.
     http://perso.wanadoo.fr/aurelie Site de référence (Claude Raclot) proposant des exercices interactifs en
     téléchargement : animations, graphiques évoluant en fonction des données, exercices corrigés et
     rappels de cours.
     http://perso.club-internet.fr/pcampio1 Ce site est proposé par Philippe Campion, enseignant en sciences
     physiques : résumés de cours très pratiques et séries de six exercices corrigés sont accessibles.
     http://phys.free.fr/ Cours de physique et de chimie, TP, exercices interactifs de physique chimie... (à
     noter des démos en applets java !)
     Histoire Géographie
     http://gambacorta.com/bac Quelques fiches succinctes d'histoire-géo pour les séries L, S et ES session
     1999, par Tiziano Gambacorta
     http://members.nbci.com/_XMCM/GuerreFroide/index.html Dominique Bischof et Eric Desautels vous
     récapitulent tous les éléments de cette période. De l'armement nucléaire aux espionnages et complots,
     de Berlin à Cuba, de la naissance de l'ONU à la course vers l'espace, tout y est.
     http://perso.wanadoo.fr/pascal.boyries/pedago/carto/carto.htm Le site a pour objet de réfléchir et de
     s'exercer à la réalisation d'une carte de géographie pour le bac d'histoire-géographie.
     http://www.multimania.com/ourcentury Rétrospective du XXème siècle en un clin d'œil, par ses dates
     marquantes, ses personnalités, ses tendances. A utiliser pour un rappel général.
     Langues étrangères
     http://www.todayinenglish.com/inscription/identification.asp Proposant un espace d'apprentissage (
     audio / écrit ), ce site est destiné à un public ayant déjà acquis un niveau intermédiaire ou avancé en
     anglais. Attention, la consultation de ce site n'est possible qu'après abonnement payant.
     http://www.englishpage.com/ Cours d'anglais comprenant aussi bien des exercices et des rappels que
     des cours gratuits.
     http://www.alglave.com/ Grammaire allemande en ligne par Eric Alglave. Cible : élèves et étudiants, de
     la 6ème aux classes prépas.
     http://www.multimania.com/orfanses Grammaire allemande par Jean-Paul Cronimus. Grammaire,
     exercices de grammaire et de vocabulaire allemands (tous niveaux). Mise à disposition d'un panel de
     sites allemands pour pratiquer.


66 Fête de la musique
     Pour que vous puissiez profiter pleinement de cet événement qui célèbre le premier jour de l'été,
     nous avons sélectionné pour vous les meilleurs sites sur la fête de la musique. Ainsi, le jour
     venu, que vous soyez musicien, spectateur ou simplement désireux de vous initier à la musique,
     vous serez prêt !
Les bons plans de Voila
                                          Grâce à ce site, vous pourrez connaître un nombre
                                          pléthorique d 'adresses et de dates où sont organisées des
                                          manifestations le jour de la fête de la musique : à Paris, en
                                          Ile de France ou dans 40 villes de France ! Les
                                          renseignements sont classés par arrondissement dans les
                                          grandes villes ce qui rend l'information claire et accessible
                                          à tous. Pour les globe-trotteurs, vous pouvez trouver des
                                          renseignements sur 9 villes d' Europe.

                                          Les + : ce site propose un large panel de villes

                                          Les - : peu de précision sur le style de musique proposé.
La chaine MCM

                                          Cette adresse vous donne accès à une carte de France
                                          sur laquelle sont référencées toutes les régions. En
                                          cliquant sur la région qui vous intéresse, vous trouverez
                                          des adresses de sites qui vous renseigneront sur les
                                          concerts et autres manifestations prévues.
                                          Attention, certaines régions ne sont pas encore
                                          complétées; cependant, ce site vous donne accès au site
                                          officiel de la fête de la musique sur lequel vous pouvez
                                          choisir un programme plus précis.


La Fête de la Musique dans votre région
                                          Le site officiel de cette manifestation vous propose de
                                          choisir le programme de votre région, de votre
                                          département ou de votre ville. Vous pouvez également
                                          choisir un style de musique, un lieu ou un horaire. A votre
                                          disposition également, les manifestations qui ont lieu en
                                          Europe et dans le monde.

                                          Les + : vous pouvez obtenir un programme précis de votre
                                          ville
                                          Les - : mais il vaut mieux que vous habitiez dans une
                                          grande ville ! Pour ceux qui veulent en savoir plus sur
                                          l'histoire de la fête, vous pouvez consulter l'historique.
                                          Cette rubrique propose des fichiers animés de la fête de la
                                          musique de 1999. le site offre également un
                                          organigramme expliquant le rôle des institutions
                                          gouvernementales dans l'organisation et la promotion de
                                          l'événement.
La Fête de la Musique en Allemagne
                                          Si vous êtes de passage à Berlin le 21 juin, rendez-vous
                                          tout de suite sur le site officiel de la fête de la musique
                                          berlinoise! Vous y découvrirez un programme précis de la
                                          manifestation qui vous permettra de sélectionner les
                                          musiques de votre choix (jazz, world, pop, dance, klassik,
                                          punk, techno). Pour les curieux, le site propose également
                                          les programmes des années précédentes et des
                                          statistiques de fréquentation.

                                          Les + : clarté, fluidité
                                          Les - : si vous ne comprenez pas la langue de Goethe, il
                                          vous faudra décrypter le programme !
                                          clin d'oeil : vous pourrez acheter en ligne "le véritable t-
                                          shirt officiel de la fête de la musique berlinoise"!
La Fête de la Musique à Carrboro (USA)
                                         Ce site est dédié à Carrboro, une ville de Caroline du Nord
                                         qui, à l'instar de la fête de la musique française, a mis en
                                         place un festival. Il offre un programme complet des
                                         manifestations proposées le 21 juin, ainsi qu'un historique
                                         de la fête et un plan de la ville. La fête étant organisée par
                                         une association, le site détaille la vie du site et de
                                         l'association.
                                         NB : site entièrement rédigé en anglais.

                                         Les - : il y a manque de clarté
La Fête de la Musique en Suisse
                                  Ce site ludique montre les efforts consacrés à la promotion
                                  de la fête de la musique en Suisse et en particulier dans
                                  cette ville. Avec un logo qui rappelle le logo français officiel
                                  et des animations " Flash ", ce site se détache du lot. Très
                                  complet, il offre des adresses, des indications
                                  géographiques et un plan afin de satisfaire tous les publics.
                                  Les programmes sont référencés par lieu et un descriptif
                                  complet des artistes est à votre disposition. Pour les
                                  nostalgiques ou les artistes, les affiches des années
                                  précédentes sont exposées. Enfin, les lauréats du
                                  concours se sont vus attribuer 1000 F afin de réaliser une
                                  maquette destinée à favoriser leur diffusion.

                                  Les + : site ludique et complet

                                  Les - : il faut toujours revenir à la page d'index pour
                                  accéder à une nouvelle rubrique. Le site était conçu pour
                                  l'année 2000 et n'a pas été réactualisé pour 2001.


La musique dans le Monde
                                  Ce site exclusivement parisien s'est consacré à la diffusion
                                  d'un programme sur un thème précis : la musique du
                                  monde. Les rendez-vous sont classés par quartier et
                                  proposent donc des chorales, des concerts d'associations
                                  etc.. Du gospel au rap en passant par le rock et la techno, il
                                  y en a pour tous les goûts ! Le site propose un lien vers le
                                  site officiel.

                                  Les + : grande variété des manifestations

                                  Les - : manque de lisibilité ( présentation, horaires)


Sortir à Lyon
                                  Si vous vous trouvez à Lyon ce soir là, n'hésitez pas à
                                  consulter ce site afin d'obtenir des adresses. Si vous
                                  désirez des informations plus précises sur l'emplacement
                                  géographique, cliquez sur "voir le plan" et tapez l'adresse
                                  de l'endroit où vous désirez vous rendre.

                                  Les + : synthétique et pratique

                                  Les - : site peu ludique et présentation
                                  plutôt fade


Sortir à Toulouse
Grâce à ce site, vous pouvez vous procurer le programme
de toutes les manifestations de Toulouse et des environs.

Les + : bonne description des animations proposées et
bonne lisibilité

Les - : site réservé à un public
majoritairement adulte
Les concerts du Jardin du Luxembourg (Paris)



                                       Descriptif des concerts qui auront lieu au jardin du
                                       Luxembourg.

                                       Les + : programmes bien décrits et variés

                                       Les - : présentation austère



Le programme de Radio France
                                       Pour accompagner la célébration, le site de Radio France
                                       propose le détail des programmes musicaux de Fip avant
                                       et pendant l'événement. Par ailleurs, on peut y trouver un
                                       résumé des émissions précédentes dédiées à un artiste
                                       précis. Deux concerts sont organisés à cette occasion le
                                       15 et le 22 juin au studio Charles TRENET (des
                                       informations complémentaires sont disponibles sur le site
                                       de Radio France)

                                       Les + : clair, illustré et commenté

                                       Les - : nécessite de passer par la page d'accueil pour
                                       accéder à ces informations. En cliquant sur l'adresse ci-
                                       dessus, vous arriverez sur le site de Radio France, il vous
                                       faudra alors descendre un peu et cliquer sur l'image " 20
                                       ans pour la fête de la musique " afin d'accéder à ces
                                       rubriques.
Participez à La Fête de la Musique
                                        Grâce à cette rubrique, ceux qui désirent participer à
                                        l'événement pourront :
                                        - exposer leur projet
                                        - annoncer leur concert
                                        - trouver des réponses à leurs questions telles que : "où
                                        jouer, comment prendre contact avec d'autres groupes "
                                        etc. - Egalement à leur disposition, un mode d'emploi
                                        spécifique à Paris et aux différentes régions rappelant
                                        quelques précautions à prendre.
                                        - Enfin, si vous avez des questions plus générales
                                        concernant l'administration, vous pouvez vous référer à la
                                        rubrique "esprit de la fête>FAQ". -

                                        Les + : répond aux questions fondamentales que peuvent
                                        se poser les artistes qui veulent participer à la fête de la
                                        musique.

                                        Les - : si vous avez des questions plus précises, il vous
                                        faudra contacter une personne du site ou de votre ville
La Foire aux questions sur IRMA


                                        Ce site également partenaire de l'événement répond de la
                                        même façon aux questions pratiques des musiciens grâce
                                        à une foire aux questions. Celle-ci peut venir compléter la
                                        Foire Aux Questions proposée sur le site officiel.

                                        Les + : les réponses fournies sortent un peu de l'ordinaire

                                        Les - : style plutôt austère




Vous aimeriez beaucoup participer, mais vous ne savez pas jouer, prenez le temps de consulter
ces sites qui vous prépareront à la fête de la musique 2002.

S'initier à la musique...
                                                                  Ce site est idéal pour une
                                                                  initiation courte (entre 15 et 20
                                                                  minutes) et gratuite aux divers
                                                                  domaines de la musique : solfège,
                                                                  chant,      rap,    musique    de
                                                                  chambre…

                                                                  Les + : vous pouvez vous initier à
                                                                  un instrument ou aux techniques
                                                                  musicales rapidement

                                                                  Les - : comme toute méthode
                                                                  rapide, on reste un peu sur sa
                                                                  faim.
Apprenez avec toutpourlamusique.com
                                                                         Ce site vous propose dans sa
                                                                         rubrique "apprendre et s'informer
                                                                         méthode en ligne" un large échantillon
                                                                         de sites proposant des initiations à la
                                                                         musique payantes ou gratuites. Le
                                                                         site est complet et convient à tous les
                                                                         niveaux.

                                                                         Les + : D'une part, le site vous
                                                                         propose des résumés des sites
                                                                         d'initiation qu'il contient. D'autre part,
                                                                         vous pourrez lire les commentaires
                                                                         d'autres internautes, concernant les
                                                                         sites en question, sous la rubrique
                                                                         "popularité" .

                                                                         Les - : les rubriques sont tassées au
                                                                         bas de la page et confèrent au site un
                                                                         manque de clarté
     L'éveil musical pour le tout petits avec bopdoowap.com
                                                                    Si vous cherchez un site adapté aux plus
                                                                    petits comme aux plus grands, ce site vous
                                                                    conviendra. Un éveil musical est proposé
                                                                    aux tout petits ( à partir de 4 ans).
                                                                    Quelques démonstrations gratuites sur
                                                                    plusieurs instruments sont proposées mais
                                                                    nécessiteraient     parfois     davantage
                                                                    d'information. Enfin, des cours payants
                                                                    sont disponibles.

                                                                    Les + : ce site ludique convient plutôt aux
                                                                    enfants car il allie amusement et
                                                                    apprentissage.

                                                                    Les - : manque d'informations concernant
                                                                    la   méthode   à     suivre   lors   des
                                                                    démonstrations
     Apprendre la musique aux enfants avec musicalis.fr



                                                             Site exclusivement destiné aux enfants (à partir
                                                             de 4 ans) qui nécessite le plug-in Flash. Il permet
                                                             de découvrir tout en s'amusant, les rythmes, les
                                                             bases de la lecture musicale et de l'écriture des
                                                             notes.

                                                             Les + : ce site ludique est une bonne introduction
                                                             à la musique




67 Bourse en ligne
     Les acteurs du marché :
      Avant de se lancer tête baissée dans le "cyberboursicotage ", il convient de bien identifier les différents
     acteurs et l'étendue de leurs offres. On distingue principalement trois grandes catégories
     d'intermédiaires :
     Les sociétés de bourse dites "traditionnelles " qui sont le prolongement d'un réseau physique ayant
     plusieurs années d'existence. Leur apparition sur Internet ne résulte que de la transition logique d'un
     support obsolète, le Minitel, vers un support en devenir, Internet.
     Les sociétés de bourse issues des banques, comme Fimatex, une filiale de la Société Générale, ou
même Euraxfin (groupe Banques Populaires), se rapproche sensiblement du modèle précédent.
Les discounts brokers, qui sont les nouveaux venus, incarnent véritablement la "génération Internet " du
toujours plus vite, toujours moins cher (loi de Moore). Le contrecoup de cette baisse des prix se
répercute souvent sur la qualité du service.
Alors que les prix ont tendance à s'uniformiser, le service devient un des principaux enjeux pour fidéliser
les internautes. Avantage aux sociétés de bourse traditionnelles ? Ce n'est pas évident devant la
prolifération de nouveaux services proposés par les discount brokers ou disponibles gratuitement sur le
réseau. En fait, pour l'instant, l'internaute semble être plus préoccupé par l'accès aux places financières
internationales.


Les tarifs :
Il est impératif de bien discerner son profil, avant de choisir son prestataire de service. En effet, selon la
taille de votre portefeuille et votre rythme de passation d'ordres, tel type d'offre sera plus adaptée qu'un
autre et inversement, tel type d'offre sera à proscrire. Concrètement, pour qui a un rythme de passation
d'ordres soutenu, l'offre des discount brokers se révèle la mieux adaptée, puisque les frais sont calculés
en pourcentage de la somme déplacée. Inversement, dans le cas d'ordres particulièrement volumineux il
est préférable de s'orienter vers un courtier forfaitaire. Il ne faut néanmoins pas négliger les droits de
garde et un éventuel abonnement.


Où trouver les informations ?
 La différence entre une donnée et une information c'est que cette dernière à potentiellement un prix.
http://www.boursier.com/ Analyse du CAC 40 à midi et à la clôture. Conseils quotidiens
http://www.boursorama.fr/ Site incontournable, qui recense tous les indices, les communiqués de
presse, les courbes de valeurs.
http://www.edubourse.com/ Fonctionnement de la bourse, des commentaires de séance, des
dépêches…
http://www.finace-net.com/ Tous les cours avec un retard de 15 mn.
http://www.firstinvest.com/ Actualité sur les sociétés
http://www.journaldesfinances.com/ Informations sur les valeurs + commentaire clôture.
http://www.latribune.fr/Informations souvent payantes
http://www.lavf.com/ Guide de la bourse (débutants).
http://www.lerevenu.com/ Informations + dossiers sur l'assurance-vie.
http://www.lesechos.fr/ Site du journal économique Les Echos.
http://www.topfinance.com/ Moteur de recherche consacré à la finance on-line.
De plus pour ceux qui jouent de manière assidue sur le NASDAQ et le NYSE, le site de la SEC
(Securities and Exchange Commission), l'organisme chargé de réguler le marché boursier américain,
regorge d'informations pertinentes.
http://www.sec.gov/
Une autre source d'information passe par les sites des sociétés elles-même : elles y indiquent leurs
résultats semestriels officiels, ainsi que les détails de leur stratégie à long terme avec plus ou moins de
précision (l'actionnaire est roi). Les forums spécialisés demeurent aussi une source non négligeable
d'informations. Le site Boursorama, par exemple, propose pour chaque valeur un forum. Attention, tout
de même à ne pas se laisser abuser par des petits malins qui profitent des forums pour désinformer les
"cyberboursicoteurs" en herbe.


Récapitulatifs
- Choisissez un discount broker si votre rythme de passation d'ordres est soutenu et inversement
choisissez une société de bourse traditionnelle ou issue d'une banque pour les conseils
d'investissements et les passations d'ordres volumineux.
- Essayez de recouper vos informations entre différentes sources (forums, magazines…).
- Évitez l'emprunt pour spéculer sur une valeur (l'effet de levier comporte certains risques
- Limitez les passations d'ordres si vous n'êtes pas day-trader mais, privilégiez plutôt le moyen et long
terme pour gagner de l'argent
- Concentrez-vous sur un secteur qui vous est familier. Surtout ne pas se disperser !
68 Le guide webcam
       Pour faire ses premiers pas sur le territoire méconnu de la vidéo sur le Web, rien de tel que la
     célèbre WebCam. Branchée sur votre PC, elle permet déjà de créer des courriers électroniques
     agrémentés de petits films , d'organiser de véritables séances de visioconférence, par Internet
     ou bien encore de s'essayer à l'astronomie.
                      LE MATERIEL DONT VOUS AVEZ BESOIN

                       ENVOYER IMAGES            ET    VIDEOS      N'IMPORTE       OU    PAR      COURRIER
                       ELECTRONIQUE
                       Exemple

                       DECOUVRIR LA VISIOPHONIE
                       Mode d'emploi : NET MEETING
                       Où trouver ce logiciel ?
                       Comment vérifier si Net Meeting est déjà installé sur votre ordinateur ?
                       Comment l'installer ?

                       SURVEILLER VOTRE MAISON OU VOTRE APPARTEMENT GRACE AUX
                       LOGICIELS DE SURVEILLANCE
                       Mode d'emploi
                       Comment créer votre page perso ?
                       Les logiciels de surveillance

                       DECOUVREZ OU REDECOUVREZ L'ASTRONOMIE
                       Savez-vous qu'il est possible de faire de l'observation et de la prise de vue du ciel
                       depuis une simple webcam ?
                       Mode d'emploi

                       QUELQUES LIENS




     Pour utiliser une WebCam, il n'est pas nécessaire de posséder un PC extrêmement performant :
     Il vous suffit simplement de posséder 1 ordinateur sous Windows 98, animé par un processeur Céléron
     à 300 MHz, doté de 32 Mo de mémoire vive, d'un port USB disponible et d'un lecteur de CD-ROM. Ainsi
     vous pouvez déjà envoyer des courriers électroniques agrémentés de petits films ou bien pratiquer la
     visioconférence sur Internet. Ensuite, on branche le câble de la webcam sur le port (USB), on met le
     CD-ROM d'installation (fourni avec la webcam) dans le PC, et c'est parti.

     Cependant, si vous souhaitez parler en même temps que votre interlocuteur, il est impératif de disposer
     d'une carte son Full Duplex (on la trouve facilement dans la grande distribution des PC)




     Les vidéo-messages : d'un seul clic, envoyez les vidéos du petit dernier réalisées avec votre
     webcam, aux membres de votre famille ou amis qui ont une adresse email …
     Vous trouverez presque toujours cette fonction sur votre interface de lecture/capture vidéo.
Exemple d'interface : (modèle de webcam de la marque Logithèque)




(Technique consistant à transmettre en temps réel à la fois le son et l'image) grâce à un logiciel
de visioconférence, le plus connu étant Net Meeting.


Mode d'emploi : NET MEETING
Logiciel édité par Microsoft , c'est un outil de visiophonie et de partage via internet ou un intranet. Il
permet de connecter deux personnes entre elles pour dialoguer. Même si vous ne possédez pas de
webcam, ni de micro, vous pouvez tout de même vous connecter et trouver quelqu'un avec qui discuter
(en tapant au clavier).


Où trouver ce logiciel ?
Il est livré avec Windows depuis la version 95. Il est peut-être même déjà installé sur votre ordinateur.
Net Meeting (3 ) est fourni avec Windows 98 seconde édition. Les versions de Windows livrées avec
internet explorer 4 sont équipées de la version 2. Net meeting 3 est disponible sur le net à cette adresse
:
http://www.microsoft.com/france/netmeeting/default.asp           ou     par        Windows          update:
http://www.windowsupdate.microsoft.com/


Comment vérifier si Net Meeting est déjà installé sur votre ordinateur :
Aller sur le bouton démarrer > Programmes > Accessoires > Outils Internet ou >Communications. C'est
là qu'il s'installe par défaut. S'il n'est pas là, vérifiez encore une fois dans le panneau de configuration,
sous 'Ajout / Suppression de programmes', 'Installation de Windows' et regardez dans la liste des
logiciels installés. S'il ne s'y trouve pas, il vous faut l'installer. Vous pouvez le trouver sur le CD de
Windows ou encore sur le site de Microsoft à l'adresse suivante :
http://www.microsoft.com/ms.htm


Comment l'installer :
Vous cliquez dessus et vous lancez l'installation, le logiciel se décompacte, il demandera un endroit ou
l'installer, et il va créer des raccourcis. Une fois installé, plusieurs champs apparaîtront et il vous faudra
les renseigner pour le configurer.



Première étape

Remplir les champs concernant votre identité (nom, prénom, email..) Vous pouvez tout à fait mettre ce
que vous voulez mais sachez cependant que ces informations seront présentes dans les annuaires
dédiés à la visioconférence.




Deuxième étape :

Préciser si vous voulez être connecté à un annuaire dès le lancement du logiciel et si vous voulez
apparaître dans l'annuaire.




Troisième étape :

Renseigner le modèle de la webcam que vous utilisez, si vous n'en avez pas d'installée, il faudrait
penser à la mettre en place.
Quatrième étape :

Vous allez passer une série de tests pour régler le micro, la vitesse du modem… Suivez les instructions
à l'écran.

Une fois que vous avez réglé tous les paramètres demandés, vous avez fini d'installer le logiciel . Pour
l'utiliser, vous devez redémarrer votre ordinateur et lancer l'application.



La fenêtre ci-dessous apparaîtra et vous permettra de pratiquer la visioconférence avec vos amis ou
avec les personnes présentes dans les annuaires (serveur ILS) de visioconférence (Une liste de
serveurs "ils" est en ligne à cette adresse: http://www.netmeeting-zone.com/) :

                                       1. L'adresse de la personne que l'on contacte

                                       2. Si la personne a une webcam, c'est à cet endroit qu'elle
                                          apparaît.
                                       3. Pour appeler la personne qu'on a mis en 1.

                                       4. Pour raccrocher.

                                       5. Pour afficher l'annuaire

                                       6. Nom des correspondants avec qui on est en ligne

                                       7. Pour partager un programme

                                       8. Pour le Chat

                                       9. Le tableau Blanc pour dessiner

                                       10. Pour le transfert de fichiers

                                       11. Pour démarrer la vidéo

                                       12. Pour l'incrustation d'image

                                       13. Pour régler le volume.



Iconographie:
Icônes principales




   Plus besoin de demander qui a emprunté vos affaires ou qui s'est servi dans la boîte à
biscuits, le coupable est pris la main dans le sac.
Vous voulez surveiller votre chat et savoir ce qu'il fait de ses journées, une solution simple vous
permettra de tout connaître sur les occupations de votre félin préféré.
Si vous possédez une webcam et que vous avez une connexion à haut débit de type ADSL ou
Câble, vous pouvez profiter de votre connexion permanente pour surveillez votre maison ou
votre appartement à distance.


Mode d'emploi :
Avant tout vous devez vous créer une page perso. Ensuite vous devez télécharger le logiciel vous
permettant de réaliser la surveillance.


Comment créer votre page perso :
De nombreux sites proposent des guides et des explications pour créer sa propre page perso, que l'on
soit novice ou internaute averti, vous trouverez ci-dessous une liste de liens choisis qui vous permettront
de trouver la méthode qui vous convient le mieux.
http://www.cedhart.ch/fr/install.htm
http://perso.wanadoo.fr/vincent.zemb/
http://www.linternaute.com/communiq/pperso/ppersointro.shtml
http://www.tripod.fr/build/builder.html
http://michelhubin.multimania.com/CONSEILS/pc_8.htm
http://membres.tripod.fr/fredo95/index-2.html
http://www.etud.insa-tlse.fr/fr.page.php3?r=reseau&f=aide-pages
http://www.libertysurf.com/aide/pagesperso.html
http://www.thelin.net/laurent/web/


Les logiciels de surveillance :
Aujourd'hui, les derniers modèles de webcam proposent déjà cette fonctionnalité. Le logiciel de
surveillance vidéo Digital Radar II™ (inclus dans la Webcam Logitech QuickCam Web Refresh que vous
trouverez pour la somme de 400 F environ. ) détecte presque tout ce qui bouge.

Si vous possédez déjà une webcam et qu'elle n'est pas équipée de ce type de logiciel, vous pouvez
néanmoins l'optimiser dans ce sens en téléchargeant cette application :

- Webcam Alarm (1.01) :
Taille : 2.841 Mo
Version d'évaluation : Prix de la licence : 149 F, essai limité à 15 minutes de détection renouvelables
Environnements : Windows 95, Windows 98
Langue : Français
Besoin : Pentium 120, 16 Mo de mémoire, webcam
Le logiciel Webcam Alarm transforme votre webcam en détecteur de présence. Ainsi, il surveille et
enregistre les images seulement lorsqu'il y a un mouvement. En cas d'intrusion, il vous prévient et vous
pouvez à distance visualiser l'image de votre webcam.
D'autres informations ainsi que le fichier d'aide complet de cette application sont disponibles sur le site
de l'auteur (http://www.webcamalarm.com/).
- Webcam32" (6.0.1) :
Taille : 3.23 Mo
Version d'évaluation : Prix de la licence : 300 F, essai limité à 30 minutes de détection renouvelables
Environnements : Windows NT/95/98/2000
Langue : Anglais
Besoin : 486 CPU ou plus, 16 Mo de RAM 4 Mo de place sur le DD
Ce logiciel est, de loin, le plus populaire des logiciels utilisant les webcams. Il est capable de transférer
aussi bien les séquences enregistrées en AVI qu'au format RealPlayer. Il est disponible sur le site de
l'auteur (http://www.surveyor.com/webcam32_software.html), vous pouvez aussi le trouver en
shareware (http://telecharger.01net.com/windows/Internet/communication/fiches/1673.html)




Savez-vous qu'il est possible de faire de l'observation et de la prise de vue du ciel depuis une
simple webcam ?

C 'est une solution peu onéreuse pour débuter et très facile à mettre en œuvre même pour le néophyte.
       Bien sûr il n'est pas question, ici de prendre des images du ciel profond (galaxies, nébuleuses, ...). Le
       principal intérêt de la webcam est de s'entraîner pour une somme modique.
       Moyennant une petite modification une webcam peut tout à fait être utilisées à des fins " astronomiques
       " mais il faut garder à l'esprit que cette opération annulera la garantie du constructeur.


       Mode d'emploi :
       Vous trouverez ci-dessous quelques adresses de sites où sont détaillées les manipulations pour
       modifier et adapter votre webcam afin de pratiquer l'observation des astres :
       http://perso.wanadoo.fr/jf.mourron/
       http://www.astrosurf.org/astrocam
       http://www.astrocam.org/




        Une webcam, comment ça marche ?
        http://www.webcamvideo.com/regards/lien/comment.htm
        Comment installer une webcam ?
        http://www.cedhart.ch/fr/index.htm
        Guide Webcam
        http://expansivepc.multimania.com/Achat/Guide/webcam.htm
        Installer une webcam sur son site web
        http://web-az.virtualave.net/Webcam/corps_webcam.html


69 Guide de l’emploi
Que ce soit une annonce passée sur Internet ou dans la presse, la démarche est la même. Vous devez renvoyer votre
CV et votre lettre de motivation. Nous allons voir ci-après les éléments à changer par rapport à une candidature
spontanée par exemple.


 La lettre de motivation:
 Il n'y a pas beaucoup de changements par rapport à une lettre " normale ".
Précisez bien la date d'envoi du courrier. Vous pouvez indiquer le nom de la personne à qui est adressée la lettre s'il
est mentionné dans l'annonce et n'oubliez pas de noter la référence de l'annonce, cela permettra un traitement de
votre demande plus rapide.
Vous pouvez également préciser dans à quel endroit vous avez trouvé l'annonce : adresse du site Internet, titre du
magazine, du journal ainsi que la date de parution.
Attention ! Ne mettez pas plus d'une semaine après la date de parution pour envoyer votre candidature.
Ne jamais perdre l'annonce de vue lors de la rédaction et créer un lien entre l'annonce et votre lettre. Terminer la lettre
avec un paragraphe de conclusion, dans lequel vous suggérez un entretien, et une formule de politesse.
Faire une copie de l'annonce et la joindre, dans un dossier, à une copie du CV et de votre lettre de motivation afin de
conserver toutes les informations utiles lors d'un futur entretien.


 Le CV:
Il n'y a pas beaucoup d'éléments à modifier dans le CV lorsqu'on répond à une annonce. Pour l'accroche, reprenez de
manière détournée l'intitulé de l'annonce et insistez d'avantage sur les points exigés dans l'annonce afin de les mettre
en valeur.




Dans la lettre de motivation, vous expliquez simplement ce qui vous motive pour solliciter ce poste.
Elle est généralement manuscrite (sauf, bien sûr, si vous l'envoyez par e-mail) et doit être adaptée à l'entreprise.
Une lettre de motivation comporte trois parties :
l'entreprise et son activité : dites quelques mots sur l'entreprise, cela montre au recruteur votre intérêt pour sa société
et pour le poste.
Vous et vos compétences : développez trois à quatre compétences présentées sur votre CV et justifiez-les par votre
expérience.
Vous dans l'entreprise : ce que vous pouvez apporter à l'entreprise.


Mise en page
En haut à gauche, indiquez vos nom, prénom et adresse.
En haut à droite, indiquez le nom et l'adresse de l'entreprise (il est conseillé de prendre contact par téléphone avec
l'entreprise pour demander à qui vous devez envoyer votre courrier, vous indiquez donc ici le nom et la fonction de la
personne).
Datez votre courrier (exemple : Paris, le 7 février 2001).
Indiquez l'objet (facultatif) : demande de stage ou si votre lettre fait référence à une annonce : votre annonce du
07/02/2001 ou encore lettre de motivation…
La dénomination : elle est suivie d'une virgule.
Lorsque vous ne savez pas à qui envoyer la lettre, envoyez-la au service des Ressources Humaines et indiquez " à
l'attention du Directeur des Ressources Humaines ". La dénomination sera alors Madame, Monsieur.
Lorsque vous avez le nom de la personne : indiquez le sur l'enveloppe ainsi que la fonction de cette personne. Pour la
dénomination, indiquez uniquement Madame s'il s'agit d'une femme ou Monsieur s'il s'agit d'un homme.
Terminez la lettre par une petite conclusion : par exemple : " Je reste à votre disposition pour tout entretien ou
renseignement complémentaire et vous prie d'agréer, (insérer ici la même dénomination que celle utilisée au début de
la lettre), l'expression de mes salutations distinguées. "
Une lettre de motivation ne doit pas faire plus d'une page, donc soyez bref et séparez bien vos idées dans des
paragraphes bien distincts. Allez droit au but et ne cherchez pas l'originalité à tout prix.
NB : Pour vous aider à rédiger votre lettre de motivation ou votre CV, vous pouvez consulter les sites suivants :
http://www.go.tm.fr
http://www.wanadoo.fr/go/emploi/index.html
http://www.orc.fr
http://www.lesechos.fr/emploi/index.html
http://www.eric-ecrivainpublic.fr/cadre.htm (propose de rédiger et de mettre votre CV et votre lettre de motivation en
page à partir de notes que vous aurez envoyé par mail puis vous renvoie tout dans votre boite aux lettres électronique,
vous n'aurez plus qu'à imprimer et le tour sera joué !!!)


Attention à votre écriture
En effet, sachez que souvent, lorsque vous envoyez une lettre de motivation manuscrite (c'est-à-dire dans la plupart
des cas !!!), elle peut être transmise à un graphologue qui va étudier votre écriture et dégager certains éléments de
votre personnalité, le but étant de trouver le ou la candidat(e) qui correspond le mieux au poste. Attention, nous ne
vous conseillons pas de changer d'écriture mais simplement de respecter quelques règles.
L'aspect le plus important est la lisibilité. Un recruteur ne peut pas se permettre de perdre du temps, c'est pourquoi s'il
n'arrive pas à déchiffrer votre lettre, elle va aller tout droit sur la pile des "ELIMINES". Appliquez-vous de manière à
pouvoir être lu(e) sans difficultés. Tous les éléments comptent… donc envoyez votre lettre sur un papier blanc, propre
et non froissé.
Evitez toutes les fantaisies inutiles : ne faites pas de ronds sur les i par exemple. Votre écriture doit être naturelle sinon
le graphologue risque de ne rien pouvoir déduire de votre personnalité. Pour cela, n'écrivez pas plus de trois lettres à
la suite, faîtes une pause avant de faire les suivantes.
La signature est également un élément qui retient particulièrement l'attention des graphologues. Prenez l'habitude de
signer en bas à droite de votre lettre quelques lignes en dessous de votre texte. Votre signature doit avoir à peu près
la taille de votre écriture au sein de la lettre et doit toujours être montante, le graphologue pourrait, dans le cas
contraire, en déduire que vous êtes déprimé(e).
La mise en page compte beaucoup également. Les marges doivent être respectées (3 centimètres environ). Utilisez
une feuille blanche sans lignes et écrivez en noir ou en bleu. Il est préférable d'utiliser un stylo-plume mais si vous
n'êtes pas à l'aise, utilisez un stylo qui vous permet d'écrire sans être " ralenti ". Attention aux stylos qui fuient.
Vous trouverez quelques conseils supplémentaires sur la graphologie à l'adresse suivante :
http://193.252.92.211/emploi_partenaires/wanadoo/index_dossier.html


Et au niveau de la loi ?
Un recruteur peut effectuer une étude graphologique à partir de votre lettre mais vous devez en être informé(e). Si
vous n'êtes pas retenu(e), vous avez le droit d'obtenir les conclusions écrites de l'étude de votre écriture.
Si l'entreprise refuse, contactez la CNIL :
Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés
21 rue Saint Guillaume
75340 Paris
téléphone : 01.45.48.39.39.




        Liste des sites
        Vous êtes chef d'entreprise ou DRH ?




       Vous trouverez ci-après une liste de sites qui proposent de consulter des annonces, des offres
       d'emplois dans tous les domaines partout en France, en Europe et même dans le monde !


        Liste des sites:
       http://www.apec.asso.fr/ site de l'Association Pour l'Emploi des Cadres.
       http://www.cadremploi.fr/ ce site propose les offres d'emploi des cabinets de recrutement et donne la
       possibilité au candidat de déposer son CV.
       http://www.cadresonline.com/fr/index.htm plus de 3000 offres d'emploi dans tous les domaines. Vous
       trouverez également quelques tests à faire…
       http://www.demain.fr/ environ 2000 offres d'emploi ou de stage.
       http://www.apr-job.com/ vous permet de consulter plus de 2000 offres d'emploi remises à jour
       régulièrement.
       http://www.webexpat.com/ pour tous ceux qui veulent partir travailler à l'étranger, dépôt de CV.
       http://www.michaelpage.fr/ site français du leader pour le recrutement des cadres.
       http://www.init-emploi.tm.fr/ vous pouvez consulter les offres et les demandes d'emploi classées par
       région, mais également publier votre CV.
       http://www.libe.fr/travail/index.html toutes les annonces du journal " Libération ".
       http://www.parisienpa.com/ toutes les annonces du quotidien " Le Parisien ".
       http://www.recrut.com/ vous trouverez un grand nombre d'offres d'emplois remises à jour.
       http://www.alphacdi.com offres concernant les nouvelles technologies : informatique, Internet, intranet…
       http://www.courseauxemplois.com site géré par le magazine Rebondir. Il s'adresse aux demandeurs
       d'emplois comme aux recruteurs et propose 300 offres d'emplois dans tous les domaines.
       http://www.afij.org site consacré à l'emploi des jeunes diplômés.


        Vous êtes chef d'entreprise ou DRH ?
       Sachez que la plupart des sites ci-dessus vous donnent la possibilité de passer une annonce pour un
       besoin de personnel. Alors n'hésitez pas à aller vous connecter !!!



      Ce n'est pas si compliqué mais il faut apporter beaucoup de soin et de rigueur pour que votre CV soit
      retenu parmi la montagne de CV que le recruteur aura reçus (soit par mail, soit par courrier postal) ! Le CV
      est le reflet de votre personnalité, alors ne copier pas celui du voisin, vous ne sauriez pas le défendre
      devant l'employeur.


       Le CV est généralement composé de 5 parti:es :
             l'état civil du candidat : nom, prénom, adresse et numéro de téléphone (indispensable, si un
              recruteur veut vous rencontrer, il vous contactera par téléphone !), l'âge, la situation familiale
      (marié(e), célibataire, nombre d'enfants…), la nationalité. Pour les hommes de moins de 26 ans, il
      est important de préciser si vous êtes ou non " dégagé des obligations militaires ". Et pour finir, la
      mobilité géographique indique au recruteur si vous êtes prêt(e) à vous déplacer. Indiquez :
      "mobilité nationale" ou "mobilité internationale"…
     entre l'état civil et l'expérience professionnelle, il est conseillé d'ajouter une accroche qui mettra en
      valeur soit une compétence, une expérience importante dans le domaine pour lequel vous
      postulez, le poste que vous voulez occuper ou votre projet professionnel… A vous de trouver ce
      qui retiendra le plus l'attention du recruteur pour qu'il vous accorde sa préférence.
     l'expérience professionnelle : c'est une des parties les plus importantes de votre CV, elle est
      donc à soigner particulièrement (sans pour autant négliger les autres parties !). Deux
      présentations sont possibles : soit une présentation chronologique : il faut alors que vous mettiez
      vos différentes expériences professionnelles de la plus récente à la moins récente ; soit une
      présentation thématique : vous devez présenter vos activités de la plus importante à la moins
      importante. N'oubliez pas de préciser les dates de ces expériences, les années suffisent mais il
      est possible de préciser le nombre de mois pour un stage par exemple. Bien préciser les fonctions
      occupées et le nom de l'employeur (le nom de l'entreprise suffit).
     la formation : dans cette rubrique, vous pouvez indiquer les différentes formations que vous avez
      suivies au sein d'une entreprise mais surtout vos études. Si la liste de diplômes obtenus est
      longue, inutile de préciser que vous avez le Brevet des Collèges !!! C'est également dans cette
      rubrique que vous pouvez intégrer les langues ainsi que votre niveau (notions ; lu, écrit, parlé ;
      courant, bilingue).
     la rubrique "Divers" : ici, vous pouvez donner toutes les informations que vous voulez indiquer.
      Bien sûr, vous pouvez parler de vos passe-temps mais de manière précise : n'indiquez pas lecture
      mais plutôt le genre de lecture que vous aimez : policier, science-fiction, littérature du XVème, du
      XVIème… Vous pouvez aussi indiquer si vous avez votre permis de conduire, si vous êtes un
      membre actif d'une association, etc.
     Remarque : vous pouvez ajouter votre photo (faite chez un photographe) en haut à droite mais ce
      n'est pas obligatoire, il ne faut pas que cela vous desserve.




Les quelques réglés d'or:
     N'indiquez jamais " Curriculum Vitae " sur votre CV !
     Attention ! Ne faites pas de fautes d'orthographe ou de grammaire (faîtes relire votre CV à
      plusieurs personnes pour vous en assurer).
     N'oubliez jamais que le CV est votre premier contact avec le recruteur, c'est un outil de
      communication, vous devez donc passer un message. Le temps moyen de consultation d'un
      CV dépassant rarement les 30 secondes, soyez convaincant !
     Surtout, METTEZ-VOUS EN VALEUR !!! Vous pouvez mettre les éléments qui vous
      paraissent important en gras ou en majuscules. Cela rendra la communication plus facile.
     N'envoyez jamais un CV manuscrit, froissé, abîmé, tâché… il irait directement à la
      poubelle.
     Ne signez pas votre CV, n'indiquez pas vos prétentions de salaires, vos appartenances
      politiques ou syndicales…
     Indiquez bien toutes vos coordonnées et vérifiez-les, il serait vraiment dommage qu'un
      recruteur, particulièrement intéressé par votre candidature, ne puisse pas vous le faire
      savoir !
     Ne faîtes pas trop d'extravagances, votre CV sera sur papier blanc format A4 (21 cm x
      29,7 cm). Si vous envoyez votre CV par e-mail, faîtes attention au format du document. En
      effet, il est préférable de choisir un document Word (version 6 ou 7) mais le mieux reste le
      format RTF. De plus, ne faîtes pas une mise en page trop compliquée, elle risquerait de ne
      pas être conservée et cela pourrait vous nuire.
     Ne racontez pas tout, vous devez, si vous décrochez l'entretien d'embauche, pouvoir
      donner des informations complémentaires à celles indiquées dans votre CV,
     Dans la mesure du possible, dans la rubrique " expérience professionnelle ", chiffrez au
      maximum vos actions (si vous avez créé une base de données de 100 000 clients, ce n'est
      pas la même chose qu'une de 25 !),
     Sachez qu'un recruteur est susceptible de vous poser des questions sur tous les éléments
      mentionnés dans votre CV. Donc si vous avez indiqué que vous adorez la lecture de
       romans policiers, il faut que vous soyez capable de lui dire les 2 ou 3 derniers romans que
       vous avez lu… surtout s'il est lui aussi passionné !
      Ne surchargez pas votre CV avec des informations inutiles (si vous avez beaucoup
       d'expériences professionnelles, ce n'est pas la peine de préciser tous les petits boulots que
       vous avez fait lorsque vous étiez étudiant !)
      Actuellement, les candidatures par mail sont bien appréciées par les recruteurs des grandes
       entreprise.


Un CV doit-il être original ?
Le temps passé par un recruteur sur un CV étant tellement court, n'est-il pas possible de faire
sortir son CV du lot en le rendant original ? Attention, il faut tout de même rester prudent. Cela
dépend du poste que vous souhaitez obtenir. Si vous postulez pour une place de secrétaire ou
d'ingénieur et que vous faites un CV qui ressemblerait à une œuvre de Picasso… cela risque plus
de surprendre le recruteur que de l'attirer ! Cela peut être à double tranchant !
En effet, tous les recruteurs ne sont pas réceptifs à l'originalité de la même façon. Si vous rédigez
votre CV sur une feuille de format différent du A4 traditionnel, certains recruteurs vont être attirés
par le côté original et d'autres vont être agacés par le fait que votre CV ne rentre pas correctement
dans sa pile de feuilles. Cependant vous pouvez utiliser un papier plus épais ou glacé ou très
légèrement coloré (ivoire par exemple).
Vous pouvez également faire preuve d'originalité en suscitant la curiosité du recruteur en ne
détaillant que très peu vos expériences passées. L'humour est à manipuler avec précaution.
De plus sachez que si vous attirez l'attention sur votre CV, il faut que le contenu en vaille la
peine… et si le recruteur a été séduit par votre demande, il faut que vous soyez à la hauteur lors de
l'entretien d'embauche d'autant plus qu'il sera encore plus exigent qu'avec une autre personne !
Notons pour finir que les principales qualités exigées pour un CV sont la Clarté, la Concision et la
Rigueur.
Si vous mettez votre CV sur le net, il est conseillé de faire une première page avec l'essentiel :
votre état civil, éventuellement une photo et un résumé de votre expérience ou ce que vous
pourriez apporter à un employeur puis de créer des liens hypertextes pour aller vers les autres
rubriques (formation, expérience, divers). Vous pouvez aussi proposer une version en langue
étrangère.


Publier un CV sur Internet
       Plusieurs possibilités s'offrent à vous sur Internet, vous pouvez :

      laisser votre CV sur le net, de nombreux sites vous proposent ce service,
      ou consulter les offres d'emplois suivant le secteur, la région, le salaire, le poste que vous
       désirez…

       Ou mettre son CV sur le net ?
       http://www.jobpilot.fr/ vous permet de publier votre CV sur Internet, de le modifier et de le retirer
       comme vous le souhaitez grâce à un mot de passe, vous avez également la possibilité de
       consulter des offres d'emplois.
       http://www.monster.fr/ possibilité de rédiger puis déposer votre CV, de gérer vos lettres de
       motivations…
       http://www.kornferry.com/ (en anglais) CV pour l'international. L'un des leaders mondiaux du
       recrutement. La filiale française recrute essentiellement le top du management.
       http://www.lerucher.com/ ce site offre un grand nombre de possibilités : déposer son CV, consulter
       les 2000 offres d'emplois régulièrement remises à jour, évaluer son niveau d'anglais…
       http://www.nt-jobs.com/ comme les autres, ce site permet de déposer son CV gratuitement, de le
       gérer et de le retirer comme on le désire mais également de consulter les offres d'emplois.
       http://www.hc-ornicar.com/ vous pouvez mettre votre CV en ligne sur le site de H & C Consultants
       mais également regarder les annonces.
69.1 Téléphoner gratuitement sur Internet
La téléphonie sur Internet ou VoIP (pour Voice over Internet Protocol), encore à l'abri des feux de l'actualité,
est en train de se structurer. BRANCHEZ-VOUS! a souhaité faire un point succinct sur un sujet d'avenir et de
nature à intéresser ses lecteurs.
Le téléphone sur Internet, tout le monde en parle depuis longtemps, mais force est de constater que ce n'est pas
encore entré dans les mœurs. Cette pratique devrait toutefois se répandre, grâce au développement de réseaux
de fibres optiques (une fibre optique peut véhiculer 40 000 conversations simultanées!) par des firmes encore
peu connues du grand public, telles que Broadwing, société texane possédant déjà pas loin de 30 000 km de
réseau optique, et qui vient de signer un partenariat d'envergure avec Zeroplus.com, fournisseur de téléphonie
sur Internet.
Bien sûr, la grande idée derrière tout cela, c'est la gratuité, encore que, nous le verrons ci-dessous, celle-ci a ses
limites. En effet, la téléphonie par Internet a encore besoin, au moins localement, du réseau téléphonique
classique (et payant), ainsi que l'explique Net2Phone sur son site: le système opère «en utilisant les réseaux
téléphoniques publics commutés pour une portion minimale de l'appel, et en ayant recours à Internet pour
couvrir les plus grandes distances possibles».
Cette mutation inquiète en tout cas les compagnies de téléphone classiques (les «telcos»), dont les lobbies sont
très actifs aux États-Unis, où a lieu depuis quelques mois un débat autour du «Internet Access Charge
Prohibition Act of 2000», texte visant à garantir que la Federal Communications Commission (FCC)
n'imposera jamais de charges aux sociétés opérant de la téléphonie par le Net.
Deux approches de la VoIP existent: d'abord, d'un ordinateur à un autre, et ensuite, d'un ordinateur à un
téléphone classique. Enfin, participant de ces deux modes, la téléphonie Internet sans ordinateur commence à
apparaître.
PC-to-PC, ou d'un ordinateur à un autre.

C'est le principe le plus répandu à l'heure actuelle, gratuit, en dehors du coût de l'abonnement et de l'accès à
Internet: de Paris à Papeete ou de Sydney à Montréal, le coût de l'appel sera le même, c'est-à-dire nul pour une
connexion par câble. Il est né du chat ou bavardage par écrit en direct, le système le plus ancien. On y a ensuite
ajouté la possibilité de converser, grâce à un micro et à un casque (ou des haut-parleurs). Certaines solutions
offrent même aujourd'hui la possibilité de joindre l'image à la parole, en se filmant à l'aide d'une webcam (à
partir de 80 à 100 $CAN / 400 à 500 FF)*.
Sans vouloir être exhaustifs, nous vous présentons quelques solutions dans cette catégorie, sans nous étendre,
car elles sont aujourd'hui assez connues.
 Microsoft NetMeeting

Gratuit, fourni avec Windows.

Vidéoconférence possible avec une webcam.

 Netscape Conference

Prix : n.c.

 CuSeeMe

Permet de deux à douze internautes de se parler et de se voir en même temps.

Prix: 49,99 $US (env. 75 $CAN / 375 FF)*.

 Intel VideoPhone

Conversations vocales à deux avec Vidéo.
Livré avec un PC Pentium III ou une WebCam Intel.
 ICQPhone

Nouveau, inclus dans la version Beta 2000b de ICQ.
Permet également le PC-to-Phone avec Net2Phone.
Gratuit.
PC-to-Phone, ou d'un ordinateur vers un téléphone

Une partie de la communication emprunte le réseau de téléphonie du pays où l'appel aboutit, même si l'appelant
se trouve dans la même zone locale que le destinataire. Aux États-Unis ou au Canada, les appels locaux étant
gratuits, cela n'a pas d'importance. Mais un appel, par exemple vers la France, comportera un coût facturé par
France Telecom, pour l'utilisation de son réseau. Vers d'autres pays, le coût peut-être plus élevé. La gratuité
n'est donc pas toujours possible.
Les opérateurs de services téléphoniques proposent en général des tarifs attractifs variables selon les
destinations, incluant ces coûts, obligeant l'utilisateur à avoir un compte chez le fournisseur et à l'alimenter.
Là encore, sans prétendre offrir un catalogue complet, nous vous indiquons quelques ténors du marché.
Attention, la plupart du temps, ça ne fonctionne pas sur Mac. En principe, un modem 28.8 Kbps suffit, mais
c'est un minimum. Beaucoup offrent les deux services PC-to-PC et PC-to-Phone.
 Net2Phone
Pour tout savoir: FAQ.
Logiciel: Net2Phone pro, s'installe sur l'ordinateur - Gratuit – Pas de version Mac.
- PC-to-Phone: De n'importe où (Internet oblige) vers à peu près partout.
Paiement par compte préalimenté chez Net2Phone.
Tarifs*: Voir tables tarifaires – Attention, prudence, les tarifs publiés s'adressent aux nouveaux abonnés. En
principe inférieurs à 0,1 $US (env. 0,15 $CAN / 0,75 FF) entre Amérique et Europe de l'ouest.
- PC-to-PC: Gratuit, illimité, partout.
Note: Net2Phone vient de racheter Aplio (téléphones spécifiques à Internet), laissant penser téléphoner sans PC sera
proposé prochainement.
Service Net2Fax disponible.
 ZeroPlus
Pour tout savoir: FAQ.
Logiciel: A télécharger gratuitement – Ne fonctionne pas avec Mac.
- PC-to Phone: A peu près partout – Paiement par compte prépayé.
Extrait des tarifs*:
Vers la France: 0,09 $US (env. 0,135 $CAN / 0,68 FF)
Vers Canada et USA : 0,039 $US (env. 0,06 $CAN / 0,30 FF)
- PC-to-PC: Gratuit, illimité, partout.
- Phone-to-PC: Uniquement depuis les USA – Par compte prépayé.

 Callrewards
Pour tout savoir: FAQ.
Logiciel : Gratuit.

- PC-to Phone: Pour l'instant, uniquement vers USA, Canada et Royaume-Uni.
Tarif: Gratuit, sur la base de points gagnés par le parrainage d'amis, le clic sur des bannières, la lecture de
courriels publicitaires, la participation à des enquêtes…
- PC-to-PC: Gratuit, illimité, partout.

 Deltathree
Pour tout savoir: Info produit.
Logiciel: Gratuit.

- PC-to Phone: De partout vers à peu près partout.
Mode de paiement: par compte prépayé.
Extrait des tarifs*:
Vers la France : 0,13 $US (env. 0,20 $CAN / 0,99 FF)
De France vers USA/Canada : 0,21 $ (env. 0,31 $CAN / 1,50 FF).
Canada – USA : 0,069 $ (env. 0,11 $CAN / 0,55 FF).
- PC-to-PC: Non disponible.

 Wowring
Langue: Anglais, Espagnol.
Pour tout savoir: FAQ.
Logiciel: Applet Java, s'installe une première fois puis s'exécute à chaque «Log in» sur le site – PC
uniquement.
Procédure d'appel: Accès au site nécessaire.

- PC-to Phone: Appels depuis partout, uniquement vers États-Unis, Canada, France, Allemagne,
Hong-Kong et Grande Bretagne - Ne fonctionne pas vers les cellulaires GSM européens.
Tarif : GRATUIT (Bannière publicitaire), temps illimité.
- PC-to-PC: Non disponible.


 Hottelephone
Langue: Anglais.
Pour tout savoir: FAQ.
Logiciel: Applet Java, s'installe une première fois puis s'exécute en cliquant sur «Place call» sur le
site de Hottelephone – Mac non supporté.
Procédure d'appel: Accès au site nécessaire.

       - PC-to Phone: Appels depuis partout vers environ 30 pays, mais probablement pas vers les
       cellulaires GSM européens.
       Tarif: GRATUIT (Bannières publicitaires), temps illimité.
       - PC-to-PC: Non disponible.


 PhoneFree
Langue: Anglais.
Pour tout savoir: Help et FAQ.
Logiciel: Logiciel multifonctions, appelé «centre de communications», s'installe gratuitement sur
l'ordinateur et permet tous types de communication, du Chat au PC-to-Phone en passant par la
video.

       - PC-to Phone: De partout vers le monde entier.
       Mode de paiement: Carte prépayée virtuelle, autrement dit un compte préalimenté.
       Extrait des tarifs*:
       Vers la France : 0,08 $US (env. 0,12 $CAN / 0,60 FF).
       Vers Canada/USA : 0,07 $US (env. 0,11 $CAN / 0,55 FF).
          - PC-to-PC: Par le logiciel ci-dessus – Gratuit.




Par Internet sans PC



Cette troisième voie (l'avenir ?) est encore embryonnaire. Il s'agit de la possibilité de téléphoner d'un téléphone
Internet (téléphone IP) à un autre, les appareils étant connectés au réseau Internet directement. Aucun PC n'est
requis. Néanmoins ce mode s'apparente complètement au mode PC-to-PC dans le principe, puisqu'il emprunte
de bout en bout le réseau Internet.

Plusieurs choix techniques sont possibles. En voici quelques illustrations.
 Aplio.com
L'Aplio / Phone 2.0 est un boîtier qui s'intercale entre le téléphone standard et la prise murale de votre
téléphone. Il vous permet de parler directement dans votre téléphone habituel, sauf qu'il appelle votre
fournisseur Internet et achemine vos paroles à travers le Web. En revanche, l'Aplio / Pro n'a plus besoin du
raccordement téléphonique et se connecte directement à une connexion rapide type Câble, ADSL ou même à un
réseau local.
Prix respectifs: 199 $US et 239,99 $US (env. 300 et 360 $CAN / 1500 et 1800 FF)*.
Coût d'utilisation identique à celui d'un appel PC-to-PC, c'est-à-dire gratuit, hors coût d'accès à Internet.
 IPStar, identique au Rite-Phone. Le principe de l'appareil est le même que celui de l'Aplio.
Celui-ci permet toutefois d'appeler en mode PC-to-Phone, mais il y aura alors un coût (compte ou carte
prépayée). A noter que tous les fournisseurs de téléphonie par Internet ne permettent pas l'usage d'un tel
appareil. En mode PC-to-PC (téléphone IP à téléphone IP), le coût reste gratuit.
Prix : 249 $US (env. 375 $CAN / 1875 FF)*.
 Carte interne NetConnect
Le principe est le même mais la mise en oeuvre diffère légèrement: il s'agit d'une carte téléphonique Internet,
adaptable dans l'ordinateur, permettant de profiter de sa connexion Internet avec un téléphone standard. Il faut
certes un ordinateur, mais il ne sert qu'à accueillir la carte enfichable à laquelle on branche l'appareil.
Pour tout savoir: FAQ.
Prix environ 149 $US (env. 225 $CAN, 1250FF, 187€)*.
Nous n'avons pas trouvé lors de cette étude de pur téléphone Internet sans carte ou boitier intermédiaire, mais
nul doute que ce type d'équipement ne saurait tarder à apparaître. Nous vous en reparlerons.
En marge de ce dossier, mais pour rester dans la téléphonie gratuite, il est bon aussi de recommander la visite
de certains sites qui vous permettront de téléphoner à moindre prix, dont un bon exemple est celui de
Broadpoint, même s'il ne s'agit pas précisément de téléphonie Internet. Le système économique en est celui de
certains fournisseurs PC-to-Phone: c'est la publicité qui paie l'appel. L'utilisateur a un compte personnel chez le
fournisseur qu'il recharge de la façon suivante : chaque message publicitaire de 15 secondes entendu le crédite
de deux minutes de conversation. Le dépassement du temps alloué est bien sûr payant.
Vous pouvez aussi pour compléter ce bref panorama visiter le site de «Momo», consacré à la gratuité, et qui,
entre autres choses, présente un aperçu assez exhaustif de la question.
Bonnes conversations!
* Les tarifs des communications PC-to-Phone sont à la minute, mentionnés ici à titre indicatif sur la base des tables affichées sur les
sites des fournisseurs et sujets à modification sans préavis de la part des opérateurs – Les conversions monétaires sont approximées
sur une base indicative de 1 $US pour 1,50 $CAN, de 1 $CAN pour 5 FF et de 1€ pour 6,55957 FF.


Philippe RIONDEL
Dossier réalisé par
Publié dans BRANCHEZ-VOUS! le 17 octobre 2000
Vous voulez réagir sur ce dossier? Faites-le maintenant dans notre forum Internet
69.2 Le Bogue de l'an 2000
Que se passera-t-il à partir du 31 décembre 1999 à minuit? Si personne ne le sait vraiment, tout le monde
connaît le problème: une histoire de chiffres. Dans les sociétés ultra-informatisées, ce sera le premier
événement du 21e siècle. Comment s'y prépare-t-on? Que pourrait-il se passer? Ce dossier est entièrement
consacré à ce qui pourrait devenir la première légende informatique...
Le site du gouvernement fédéral canadien
Le site du gouvernement français
Le site du gouvernement belge
President's Council on Year 2000 Conversion
Le site officiel du gouvernement américain. (A)
Le bogue: glossaire anglais/français
Pour connaître la terminologie exacte des termes relatifs au bogue.
Le Crédit commercial de France
Informations, conseils aux entreprises et aux particuliers.
Doit-on craindre l'an 2000?
Un document très fouillé par Jean-François Colonna de l'École Polytechnique de Paris.
SOS 2000
Consommateurs, méfiez-vous des produits non conformes à l'an 2000. Par Industrie-Canada.
Le kit de survie au bogue
De l'information de base aux solutions. Tout sur le bogue... Par le Centre de commerce électronique
Fortune1000.
Le bogue de l'an 2000
Un site qui propose un abonnement à une liste de diffusion sur l'actualité du bogue.
Deux chiffres vous manquent...
Entrevues, liens. Un dossier signé Webdo.
Association internationale de transport aérien
Les avions voleront-ils en l'an 2000? (A)
Army Y2K Website
Le site officiel de l'armée américaine. (A)
Catholic 2000
Parce que le bogue est aussi un problème spirituel... (A)
Y2K Stuff
Des cadeaux aux couleurs du bogue. (A)
U.S. Departement of Transportation
Compagnies aériennes: Volera, volera pas? (A)
Dossier réalisé par Gildas Meneu
Publié dans BRANCHEZ-VOUS! le 06 juillet 1999
Vous voulez réagir sur ce dossier? Faites-le maintenant dans notre forum Internet

69.3 Virus et antivirus
Vous en connaissez quelques uns de nom: PrettyPark, Sonic, ICQGreetings, South Park, Melissa,
Chernobyl, I Love You, et plus récemment Anne Kournikova. Ce sont quelques uns des virus (ou les
noms populaires qui les désignent) qui ont fait la une de l'actualité ces derniers mois.

L'éditeur de solutions de sécurité McAfee recense 53000 souches de virus et on estime qu'il s'en crée chaque
mois entre 300 et 500. Il est quasiment impossible d'y échapper, et un jour ou l'autre, on se trouve face à l'un
d'eux: les spécialistes ont calculé que chaque mois, 31 ordinateurs sur 1000 sont atteints par un virus.
Pour vous épargner de faire partie de cette douloureuse statistique, BRANCHEZ-VOUS! a décidé de vous aider
à y voir plus clair sur cet inquiétant sujet. Rassurez-vous, rien de très technique: juste quelques notions
élémentaires, présentées de façon simplifiée, qu'il est bon de connaître pour savoir ce que sont les virus,
comment ils débarquent un beau matin sur votre ordinateur et comment facilement éviter les dégâts, par
quelques bons réflexes. Avec pour finir un tableau comparatif des principaux antivirus du marché. Certains sont
gratuits et sont aussi performants que les autres, vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas vous protéger.
Quelques définitions
Ces trois termes sont ceux que vous lisez ou entendez le plus souvent. En voici une brève explication.
Virus: C'est un programme informatique qui se réplique par lui-même au sein d'un même ordinateur en
infectant d'autres fichiers, c'est-à-dire en se cachant dans leur code. Il s'exécute lorsqu'on va ouvrir ou exécuter
le fichier. Il est rarement amical.
Cheval de Troie ou Trojan (horse): Comme son illustre ancêtre, le Trojan s'infiltre sur le disque dur pour y
effectuer des actions néfastes une fois à l'intérieur, dès qu'on exécutera son fichier porteur. Parmi toutes ces
actions, une catégorie de Cheval de Troie, le Backdoor, peut ouvrir la porte à son concepteur en émettant un
message à l'intention de celui-ci, lui permettant de prendre le contrôle à distance de l'ordinateur, ou d'y placer
d'autres modules aux tâches les plus diverses. En principe, le Trojan en tant que tel, ne se reproduit pas, sauf à
cumuler les caractéristiques d'un Trojan et d'un ver.
Ver ou worm: Un ver se propage à l'insu de l'internaute vers d'autres destinations, Internet ou intranet, en se
servant des adresses de courriel contenues dans le carnet d'adresses. Il se répand tel quel, sans infecter d'autres
fichiers, contrairement aux virus qui infectent le code d'autres fichiers et qui s'exécuteront à chaque ouverture
des dits fichiers.
Un virus est souvent à la fois ver et Trojan.
Haut de page - Plan



Les risques
Si les virus sont souvent destructeurs, ils peuvent aussi servir à espionner de l'intérieur un ordinateur. En gros,
ils peuvent tout faire, du plus bénin au plus grave:
 afficher simplement un message narquois,
 surcharger jusqu'à l'engorgement le disque dur,
 affecter la mémoire et ralentir l'ordinateur,
 supprimer certains types de fichiers, graphiques par exemple,
 effacer des fichiers plus fondamentaux comme les fichiers du système d'exploitation, empêchant alors la
machine de redémarrer,
 carrément reformater le disque dur, ce qui occasionnera la perte de toutes les données (les sauvegardes ont du
bon).
Certains Trojan, appelés Backdoor ou Backorifice, peuvent aussi donner le contrôle de l'ordinateur à un tiers, ce
qui lui permet
 de lire tous les fichiers, confidentielles ou non (comme les codes secrets ou numéros de comptes bancaires)
 de faire exécuter à l'ordinateur toutes les tâches que l'utilsateur lui même pourrait faire.
Haut de page - Plan



Comment ils se propagent
Autrefois, les virus se propageaient souvent par échanges de disquettes. Aujourd'hui, la plupart du temps, c'est
par courriel qu'arrivent les virus, mais aussi par téléchargement d'un fichier sur Internet.
Il est important de bien comprendre qu'un courriel en soi n'est qu'un fichier texte, inoffensif par nature. Le
danger se situe dans le fichier attaché (ou fichier joint), en principe matérialisé par un trombone. Ce fichier
peut-être un document sans danger ou un fichier exécutable, c'est à dire qu'une action sera effectuée si on
l'ouvre (en le double-cliquant, par exemple): un virus ne se lance jamais seul, c'est quand on ouvre le fichier le
contenant qu'il se déclenche.
Ces fichiers exécutables portent des noms de fichier se terminant en principe par .EXE, .COM, .BAT, .VBS,
.SCR et parfois même .DOC ou .XLS (ces documents, supposément passifs peuvent comporter des macros, qui
elles sont actives). Pour tromper l'utilisateur, ces virus se cachent parfois dans des fichiers à double extension,
comme «TrucMuche.GIF.VBS» ou «ChoseBidule.MPG.EXE». Cela veut passer pour un fichier .GIF ou
.MPG sans danger, alors que c'est en fait un .VBS ou un .EXE.
Pour inciter l'internaute à cliquer sur le fichier suspect, celui-ci a souvent un nom ou un objet attractif, comme
NakedWife ou Anna Kournikova. De plus, s'étant propagé depuis le carnet d'adresses d'une relation, il semble
être envoyé par un ami, incitant à relâcher sa prudence. En fait, le courriel a probablement été expédié à son
insu. Même le copain qui fait suivre une bonne plaisanterie par courriel peut ignorer que le fichier (et son
ordinateur probablement) est infecté.
Et oui, les virus savent se rendre séduisants: rappelez vous des Sirènes d'Ulysse (ça tombe bien, non, après le
Cheval de Troie?) qui charmaient les marins de leurs voix mélodieuses pour mieux les attirer sur les récifs.
Pour être complet, certains virus, comme Bymer peuvent arriver tout seuls par le réseau, pour peu que le disque
dur soit partagé. C'est rarissime, mais ce n'est pas une raison pour ignorer leur existence.
Les utilisateurs utilisant Windows et Outlook Express sont plus exposés, car il y a, par la loi du nombre, plus de
gens susceptibles de créer ce genre de menaces dans ce monde là d'une part, et plus d'utilisateurs
inexpérimentés. Mais, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, les mondes Linux ou Mac ne sont pas
à 100% exempts de risques.
Haut de page - Plan



Quelques réflexes de base à acquérir
Vous avez pris peur à la lecture de ce qui est ci-dessus? Tant mieux, vous lirez avec plus de concentration ce
qui suit.
Que faire devant toutes ces menaces? Idéalement, se munir d'un bon antivirus et le mettre à jour régulièrement:
la majeure partie des éditeurs offre en principe des mises à jour (gratuites) plusieurs fois par semaine! Nous
vous invitons à vous reporter au panorama des solutions anti-virus plus bas dans cette page.
Mais avant de parler d'antivirus, il y a des réflexes de bon sens à acquérir:
 Toujours se méfier d'un nom de fichier attaché ou d'un objet de courriel trop attractif. Rien que ça devrait
mettre la puce à l'oreille.
 Ne jamais ouvrir un fichier joint dont le nom se termine par .EXE, .COM, .BAT, .VBS ou .SCR, sauf à être
absolument, totalement et complètement sûr de son contenu (en principe, personne n'a de raison de vous
envoyer ce genre de fichiers, vous n'en avez aucune de les ouvrir: direction corbeille, sans lire). Et rester
prudent vis à vis des fichiers .DOC, .XLS ou .PPS, qui peuvent contenir des macros en Visual Basic.
 Ne jamais faire confiance a priori à l'expéditeur, même si c'est sa maman.
 Ne pas mettre dans sa bouche, pardon, dans son lecteur de disquettes, une disquette dont on ne sait pas où
elle a traîné.
 Sauvegarder régulièrement ses fichiers important, car même avec la plus extrême vigilence, le pire peut
arriver.
 Et installer un antivirus.
Haut de page - Plan



Comment fonctionne un anti-virus?
Pour rester très schématique disons que l'antivirus cherche dans les fichiers présents sur le disque dur ou qui
sont ouverts ou transférés des signatures, c'est à dire des chaînes de caractères spécifiques à chacun d'eux. C'est
pourquoi il importe de mettre à jour les fichiers de définition des virus aussi souvent que possible, de façon à ce
que son antivirus reconnaisse les dernières signatures apparues.
Il y a deux fonctions essentielles dans un antivirus. Premièremement la fonction de scan, qui permet, sur
demande à l'utilisateur, de vérifier son disque dur à la recherche d'un virus qui pourrait déjà y être présent.
Idéalement, ce Scan doit être effectué une fois par semaine.
Et puis une fonction résidente ou permanente, c'est à dire qui fonctionne dès le lancement de l'ordinateur (le
Boot) jusqu'à son extinction. Cette fonction opère en arrière plan, ou en tâche de fond, c'est-à-dire de façon
transparente. Sans rentrer dans les détails, elle surveille toute l'activité du PC: elle analyse de façon dynamique
les fichiers entrant et sortant de l'ordinateur, que ce soit par disquette, courriel ou téléchargement. Elle inspecte
aussi tous les exécutables (applications) à leur lancement, afin d'être sûre qu'ils ne déclenchent pas un virus
dont ils seraient porteurs.
Enfin, si un virus est détecté, l'antivirus propose en principe de le «nettoyer».
Un bon antivirus doit posséder les deux fonctionalités.
Haut de page - Plan



Principaux anti-virus (par ordre alphabétique)
Longtemps, le marché n'a compté que 3 grands acteurs: McAfee, Norton AntiVirus et Thunderbytes. Si les
deux premiers restent les préférés du grand public, le troisième semble avoir disparu du marché. Et à côté de
cela, beaucoup d'éditeurs d'antivirus sont apparus aux yeux du grand public depuis une couple d'années. Voici
une liste non exhaustive des éditeurs proposant des solutions pour les particuliers.
NOTE: Ce comparatif sommaire repose sur les informations figurant sur les sites des éditeurs. Les informations n'y étant pas
présentées de façon
uniforme et toujours claires, quelques erreurs ont pu se glisser ci-dessous. Nous nous en excusons par avance. Les prix et conditions
sont ceux en vigueur au 10 mars 2001 et sont sujets à changement.
AVG
       Infos virus:   ---
       Version(s):    AVG 6.0 Free edition (réservée aux non-Européens!), avec fonctionnalités complètes - AVG 6.0 Anti-virus system pour l'Europe
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          AVG 6.0 Free Edition: Gratuit - AVG 6.0 Antivirus system: 49,95 DEM / env. 170 FF
       Langue:        Anglais. Autres langues disponbles dans la version standard payante pour les Européens.
       MàJ
       définitions    Gratuites, sur le site
       de virus:
       Origine:       Brno, Tchécoslovaquie et Placerville, Californie, États-Unis
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95
       supporté(s):
       Support
                      néant avec Free Edition.
       technique:
       Note:          Version d'évaluation 30 jours pour les Européens


Haut de page - Plan



Command
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    Command AntiVirus for Windows 95/98, for Windows 2000 Workstation, etc. v4.61
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          24.95 $US / env. 38 $CAN / env. 175 FF
       Langue:        Anglais
       Mise à Jour: gratuites, automatiques depuis le logiciel ou manuelles sur le site
       Origine:       Jupiter, Floride, États-Unis
       OS
                      DOS, Windows toutes versions, Linux, OS/2...
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          Version d'évaluation 30 jours disponible.


Haut de page - Plan



F-Secure
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    F-Secure antivirus for Workstations 5.21 for Win 9x/NT/2000 ou 4.09 for Linux
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
                      PC: 720,00 FF / 109,76 euros / env. 160 $CAN
       Prix:          - Linux: 720,00 FF / 109,76 euros / env. 160 $CAN
                      - Palm: 105 FF / 16,01 euros / env. 23 $CAN
       Langue:        Site en français (en partie), logiciel en anglais
                      automatiques, dès qu'on est connecté
       Mise à Jour:
                      à Internet (LiveUpdate)
                      Espoo, Finlande
       Origine:

       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95, Linux, Palm OS depuis v.2.0
       supporté(s):

       Support        ---
       technique:

       Note:          Fonctionne de façon centralisée en réseau. Idéal PME.


Haut de page - Plan



Frisk F-Prot
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    F-Prot for Windows v3.08c
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          25 $US / env. 39 $CAN / env. 180 FF
       Langue:        Anglais
       Mise à Jour: depuis la page d'accueil du site, pour un an seulement dans le prix d'achat
       Origine:       Reykjavik, Islande
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          Version d'évaluation disponible - Module résident pour NT/2000 pas encore disponible.


Haut de page - Plan



Kaspersky Lab.
       Infos virus:   env. 44000 virus recensés
       Version(s):    Kaspersky Anti-Virus (AVP) 3.5.1.6
       Mode
                      Téléchargement ou commande hors ligne
       d'acquisition:
       Prix:          Gratuit en téléchargement - Gamme complète de produits à partir de 19,95 $US / env. 31 $CAN / env. 140 FF
       Langue:        Anglais
       Mise à Jour: semi-automatiques, gratuites, sur le site de l'éditeur, quotidiennes, hebdomadaires
       Origine:       Cambridge, Royaume Uni
       OS
                      Windows toutes versions, Linux, FreeBSD,etc.
       supporté(s):
       Support
                      de néant à illimité selon versions
       technique:
       Note:          Solutions pour PC individuel ou pour PCs en réseau.


Haut de page - Plan



InnoculateIT Personal Edition (Computer Associates)
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    ---
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          Gratuit pour l'édtion personnelle
       Langue:        Anglais
       Mise à Jour: gratuites et quotidiennes si il y a lieu
       Origine:       New York, États-Unis
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          ---


Haut de page - Plan



McAfee Clinic VirusScanOnLine (Network associates)
       Infos virus:   53 000 virus recensés.
       Version(s):    pas de version avec VirusScanOnLine, le logiciel évoluant en permanence et étant mis à jour si nécessaire.
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          (il faut plutôt parler d'abonnement, ici) 29,95 $US par an (24,95 $US la première année)
       Langue:        Anglais
                    automatiques, lorsqu'on est connecté à Internet, gratuites et quotidiennes si nécessaire. A noter que les mises à jour des fichiers de
       Mise à Jour: définitions sont également diffusées gratuitement pour les versions 4.x et 5.x de VirusScan (achetées en magasin), mais doivent être
                    téléchargées manuellement.
       Origine:       Sunnyvale, Californie, États-Unis
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95. Support Mac apparemment abandonné
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          ---


Haut de page - Plan



Norman
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    Norman Virus Control 5.0
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          59,50 $US/ env. 92 $CAN / env. 420 FF / env. 64 euros
       Langue:        Anglais - Autres langages à venir, mises à jour gratuites
       Mise à Jour: gratuites pendant un an, automatiques depuis le logiciel (Norman update Utility).
       Origine:       Lysaker, Norvège
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95
       supporté(s):
       Support
                      par courriel, un an
       technique:
       Note:          ---


Haut de page - Plan



Norton Antivirus (Symantec)
       Infos virus:   Ici
       Version(s):    Norton AntiVirus 2001 7.0
       Mode
                      Téléchargement - Boutique
       d'acquisition:
       Prix:          PC: 61,74 $CAN / 331,16 FF / 50,49 euros - MAC: 108,11 $CAN
       Langue:        Français, sauf librairie d'info virus, en anglais
       Mise à Jour: automatiques, dès qu'on est connecté à Internet (LiveUpdate)
       Origine:       Cupertino, Californie, États-Unis (Est ce pour ça qu'ils sont seuls à supporter Mac? :-))
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95, Mac
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          visiter cette page d'humour en forme de virus


Haut de page - Plan



Panda Software
       Infos virus:   plus de 50 000 virus
                      ActiveScan, solution gratuite en ligne: recherche les virus sur le disque dur, mais pas de fonction résidente. Une surveillance dynamique
       Version(s):
                      nécessite une solution antivirus complète comme Panda AV pour Windows - Panda AV pour Linux
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          ActiveScan: gratuit - Panda AV Platinum: Win: 29,95 $US / env. 46$CAN / env. 210FF en téléchargement - Linux: gratuit (Beta)
       Langue:        Site en français. Logiciel: à vérifier
       Mise à Jour: semi-automatiques, gratuites, quotidiennes si nécessaire
       Origine:       Espagne
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95, Linux
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          Version d'évaluation disponible.


Haut de page - Plan



Sophos
       Note:          cité pour mémoire, non évalué, car s'adresse aux entreprises


Haut de page - Plan



Trend Micro
       Infos virus:   Ici
                      Free Virus Scan: permet juste de vérifier son disque dur et de détecter la présence de virus. Pour protéger en temps réel le PC (Internet,
       Version(s):
                      courriels...), il faut PC-Cillin 2000
       Mode
                      Téléchargement
       d'acquisition:
       Prix:          Free Virus Scan: Gratuit - PC-Cillin: 29,95 $US / env. 46$CAN / env. 210FF
       Langue:        Anglais
       Mise à Jour: automatiques, depuis le logiciel
       Origine:       Tokyo, Japon
       OS
                      Windows toutes versions, depuis 95
       supporté(s):
       Support
                      ---
       technique:
       Note:          Version d'évaluation 30 jours disponible


Haut de page - Plan
Pour clore ce sujet, une petite histoire vécue: j'ai mis sept ans avant d'avoir mon premier virus. Parce que j'ai
observé les règles de prudence. Mais quelle joie, le jour ou mon anti-virus a affiché une fenêtre m'informant
qu'il en avait attrappé un! Ce virus était Pretty Park et il me venait d'un de mes meilleurs amis, qui ignorait que
ce qu'il m'avait envoyé était «plombé». C'est ce jour là qu'on réalise qu'on n'est pas à l'abri et qu'on se dit
combien on est content d'avoir un bon anti-virus: que se serait-il passé sans cela? Malheureusement, la petite
fenêtre d'alerte s'ouvre de plus en plus souvent....
Si vous souhaitez en savoir plus sur les menaces par virus et sur la sécurité en général, nous ne saurions trop
vous conseiller une petite visite à ce site, en français, Secusys, tenu par un groupe de Linuxiens bénévoles et
passionnés. Il se révélera très instructif et très bien documenté.
Haut de page - Plan



Dossier réalisé par Philippe Riondel.
Dossier réalisé par
Publié dans BRANCHEZ-VOUS! le 10 mars 2001
Vous voulez réagir sur ce dossier? Faites-le maintenant dans notre forum Internet



70 Les types de jeux
Doom-like
Doom est le nom d’un jeu, véritable révélateur du genre. Le premier Doom-like est Wolfenstein 3D (développé
par Id Software en mai 1992). L’idée est basique: détruire le plus d’ennemis possibles. Plusieurs critères
permettent de reconnaître un Doom-like: caméra subjective, graphisme en 3D, simplicité du scénario, seul
contre tous. Les titres les plus célèbres: Unreal, Half-Life, Quake. Autre dénomination pour ce style: Kill’em
All.
RPG
Abréviation de Role Playing Game (jeu de rôle). Le RPG est l’adaptation sur ordinateur de jeux tel que le
classique Dungeon and Dragon. Le précurseur du genre est Bard’s Tale (sur Commodore 64). L’objectif de ces
jeux est de faire évoluer un personnage ou un groupe à travers un scénario complexe, tout en faisant progresser
les caractéristiques de son «héros». Le RPG se différencie des autres genres par: des scénarios fleuves et non
linéaires, la loi des séries (9 volets pour Ultima, 5 pour King’s Quest et 3 pour Bard’s Tales), l’environnement
dans lequel évolue le jeu (généralement Heroic Medieval Fantasy). Les titres les plus célèbres sont Baldur’s
Gate et Ultima. Le jeu en réseau donne une dimension nouvelle au RPG avec des titres exclusivement
développés pour l’Internet, dont Ultima Online et Asheron‘s Call.
Aventure
Genre dans lequel le joueur évolue à travers un scénario linéaire. Le premier jeu d’aventure est Dubbed
Mystery House (développé par Sierra Online à la fin des années 70). C’est l’un des secteurs les plus prolifiques
du monde des jeux. Très diversifié, il a tout de même certains points communs qui le différencient des autres
genres, et notamment du RPG: graphismes soignés en 2D et souvent divisés en panneaux statiques, nécessité de
résoudre des énigmes pour progresser dans l’intrigue, peu ou pas d’action. Depuis 1992, 332 jeux d’aventure
ont été publiés en France. Myst, la saga des Monkey Islands, les deux Fantasmagoria ou encore Blade Runner
sont parmi les plus vendus.
Action
Genre qui fait le lien entre le Doom-like et l’aventure. La série des Tomb Raider (lancé par Core Design en
1996) a récemment défini les contours d’un style jusque-là fourre-tout. Le jeu d’action doit être en temps réel,
si possible en 3D, comporter des énigmes à résoudre, un scénario solide, des personnages attachants. Si Les
aventures de Lara Croft ont défini le genre, des jeux tels que la saga des Final Fantasy, Prince of Persia 3D et la
trilogie des Resident Evil lui ont donné ses lettres de noblesse.
Shoot’em Up
A l’instar des Doom-like, le but d’un shoot-em-up est de détruire le plus d’ennemis possible. C’est le plus
ancien des genres de jeux vidéo. Le Space Invader (développé par Taito en 1978) des origines a fait des émules.
Le principe est toujours le même: aux commandes d’un vaisseau ou de tout autre véhicule, le joueur se balade
de tableaux en tableaux avec pour mission de détruire tous les ennemis du niveau. Plusieurs critères contribuent
au shoot’em up: un scénario quasi inexistant, graphismes en 2D (de plus en plus de 3D), progression par
tableaux. Parmi les nombreux émules de Space Invaders, les plus récents sont les trois Descent.
Stratégie
Genre qui englobe toutes les simulations qui demandent aux joueurs de développer des stratégies soit militaires,
soit économiques, soit un mélange de ces deux composantes. SimCity (développé en 1989 par Maxis) est le jeu
qui a révélé le genre. Mais le plus ancien titre reste Incunabula (sorti en 1984 et développé par Avalon Hill).
Les caractéristiques d’un jeu de stratégies sont la gestion en temps réel (à l’exception notable de Civilization),
des missions à remplir pour progresser dans le jeu, et la destruction ou domination des parties adverses. Le jeu
de stratégie comporte certains des titres les plus vendus actuellement, tels qu’Age of the Empire (gestion des
empires dans l’Antiquité), Civilization (gestion d’une nation à travers les âges), ou encore la trilogie Caesar
(gestion de l’empire romain).
Simulation
Le joueur se met à la place d’un personnage ou d’une entité dont il simulera les activités. Les simulations de
vol, tel que Flight Simulator (développé en 1988 par Microsoft), ont posé les jalons du genre. Par la suite, ce
type de jeu s’est décliné dans différents secteurs: sport, guerre, aérospatial. Les clés de la simulation résident
dans le temps réel, le réalisme (souvent associé à la complexité de la prise en main), le scénario découpé en
missions. Dans la ludothèque très garnie de ce secteur, Wing Commander (simulation de vol militaire), la saga
des Fifa (simulation de foot), Rogue Spear (simulation de troupes d’assaut anti-terroristes), Homeworld
(simulation de guerre spatiale) et Battlezone (simulation de combat) font figure de référence.
Arcade
Genre qui regroupe les titres qui, à l’origine, étaient développés pour les salles de jeux vidéo. Pacman (créé à
l’origine par l’université de sciences appliquées de Rapperswill en Suisse) est le logiciel qui a ouvert la voie.
L’arcade repose sur des principes simples: pas de scénario construit, une progression par niveaux et tableaux,
des graphismes généralement en 2D. Rayman et Pandémonium (l’un des rares jeux d’arcade en 3D) sont les
récents avatars les plus populaires du genre. L’arcade est aussi appelé jeu de plateforme.

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:258
posted:9/18/2011
language:French
pages:88