Accueil - Herrikoa by jizhen1947

VIEWS: 7 PAGES: 36

									                          DOSSIER                        DE FINANCEMENT

             Création d'entreprise
Intitulé du dossier :




               HERRIKOA SA au capital de 2.514.743 € - RCS BAYONNE B 320 432 222 - 1, Donzac karrika - BP 412 - BAIONA CEDEX
                                           P R E A M B U L E

Bienvenue !

Vous avez décidé de créer une entreprise , félicitations !

HERRIKOA, qui se propose d'être l'un de vos partenaires privilégiés, a conçu ce dossier dans le but de vous permettre de
juger de la faisabilité et de la viabilité du projet
Ce dossier doit être compris comme un outil d'aide à la réflexion et à la préparation de votre projet. Sa rédaction ne doit pas
être considérée comme une corvée mais comme un travail nécessaire et utile car l'effort de rédaction va vous obliger à
clarifier vos idées et donc à affiner votre projet.
Ce dossier se veut également un support de communication qui doit vous permettre de convaincre vos futurs partenaires,
en particulier les financeurs potentiels. Il doit permettre au lecteur de :
* comprendre rapidement de quoi il s'agit,
* savoir qui est le promoteur du projet,
* évaluer la valeur de la préparation du projet,
* prendre position sur le projet
Il devra donc être clair, complet, concis, soigné et rédigé dans un style simple et facilement compréhensible pour susciter un
intérêt favorable chez le lecteur.
La partie économique a pour objet de présenter le ou les créateurs, les produits ou services proposés, le marché, le
positionnement concurrentiel, la politique commerciale, les moyens à mettre en œuvre.

La partie financière se propose de répondre aux questions suivantes :
* Quels sont les capitaux nécessaires pour lancer le projet et pourrais-je les réunir ?
* L'activité prévue va-t-elle sécréter suffisamment de produits pour couvrir les charges ?
* La solidité financière de l'entreprise prévue grâce au plan de financement initial se poursuivra-t-elle au fur et à mesure du
  développement de l'affaire ?

* le plan de financement initial vous permettra de répondre à la première question
* le compte de résultat prévisionnel, de répondre à la deuxième
* le plan de financement à 3 ans, à la troisième.

L'expérience prouve que beaucoup d'échecs auraient pu être évités avec un minimum de réflexion.

Les principales causes de défaillances sont :
* Prévisions trop optimistes du chiffre d'affaires, entraînant une surcapacité en investissement et en personnel,
* Déséquilibre du plan de financement,
* carences de gestion : mauvaise appréciation des besoins de l'entreprise, des coûts de revient …,
* manque de fonds propres


Pour donner à votre entreprise de bonnes chances de succès, faîtes donc preuve d'un maximum de réalisme et de bon sens
dans toutes vos prévisions !

Ce dossier ne constitue pas un cadre rigide, certaines questions peuvent ne pas vous concerner. Bien entendu vous
l'adapterez à votre projet. Par contre, nous vous conseillons de respecter l'ordonnancement des differentes étapes que nous
vous proposons dans ce dossier.
Si vous éprouvez quelques difficultés ou si certains points ne vous paraissent pas suffisamment clairs, n'hésitez surtout pas à
nous contacter.
tél Herrikoa : 05-59.25.37.30     Fax : 05-59.25.30.34
mail Herrikoa

Pour connaître les modalités d'intervention d'Herrikoa , reportez-vous à :
modalités d'intervention d'Herrikoa

Enfin, si vous souhaitez de plus amples informations sur la création d'entreprise, vous pouvez consulter les sites de l'Agence
Pour la Création d'Entreprise (APCE) et de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bayonne Pays-Basque.
Site APCE
Site CCI


Et maintenant, à vous de jouer !
Présentation du ou des porteur(s) de projet

1e r p o r t e u r

Nom                                                                                           Prénom

Adresse

Date de naissance                                            Lieu de naissance                                  Département

Situation de famille                                       Régime matrimonial                   Situation immobilière

Personne(s) à charge (nbre)                                Activité du conjoint

Diplôme                                                          Qualification

Situation professionnelle actuelle                                                                                  Depuis le

                                                                                  Juridique                Comptabilité
Stages suivis dans la perpective de créer une entreprise
                                                                                  Technique                Commerce

                                                                                  Gestion                  Autre

Fonction(s) prévue(s) dans la nouvelle entreprise


2ème porteur

Nom                                                                                           Prénom

Adresse

Date de naissance                                            Lieu de naissance                                  Département

Situation de famille             Concubin(e)               Régime matrimonial                   Situation immobilière

Personne(s) à charge (nbre)                                Activité du conjoint

Diplôme                                                          Qualification

Situation professionnelle actuelle                                                                                  Depuis le

                                                                                  Juridique                Comptabilité
Stages suivis dans la perpective de créer une entreprise
                                                                                  Technique                Commerce

                                                                                  Gestion                  Autre

Fonction(s) prévue(s) dans la nouvelle entreprise


3ème porteur

Nom                                                                                           Prénom

Adresse

Date de naissance                                            Lieu de naissance                                  Département

Situation de famille             Célibataire
                                 Concubin(e)               Régime matrimonial                   Situation immobilière

Personne(s) à charge (nbre)                                Activité du conjoint

Diplôme                                                          Qualification

Situation professionnelle actuelle                                                                                  Depuis le

                                                                                  Juridique                Comptabilité
Stages suivis dans la perpective de créer une entreprise
                                                                                  Technique                Commerce

                                                                                  Gestion                  Autre

Fonction(s) prévue(s) dans la nouvelle entreprise
Le        projet

I - Description du projet                                II - Raison du choix de cette activité




Secteur d'activité


III - L'entreprise
Raison sociale prévue                                    Forme juridique prévue

Capital social prévu                                                 Code NAF

Adresse

Expert-comptable prévu               Oui                  Commissaire aux comptes prévu                    Oui

                                     Non                                                                   Non

Si oui : nom, adresse, téléphone                         Si oui : nom, adresse, téléphone




Si non, pourquoi ?




Le      produit          et        son     marché

Description du produit ou du service proposé




Définition du marché




Localisation du marché

       Local                               Régional       National                                International




Caractéristiques générales et perspectives d'évolution
  Estimation des ventes par type de clientèle
        Type de clientèle           %                  Type de clientèle   %
  Particuliers                                  Grande ditribution
  Administrations                               Centrales d'achats
  Pme-Pmi                                       Grossistes
  Entreprises industrielles                     Détaillants
  Collectivités locales                         Autres
  Associations



  Caractéristiques de l'offre




  Principaux concurrents




  Politique                   commerciale

Politique de produit




  Politique de prix




  Politique de distribution




  Politique de communication
                                   CHIFFRE D'AFFAIRES                 PREVU

pour en savoir plus



  Unité monétaire retenue ( € ou K€)   €


                            I-CHIFFRES D'AFFAIRES ANNUELS PREVUS


                      1er exercice :          Durée :   18 mois                     €   D%


                  2ème exercice :             Durée :   12 mois                     €

                  3ème exercice :             Durée :   12 mois                     €




                      II-EVOLUTION DU CHIFFRE D'AFFAIRES MENSUEL


Chiffre d'affaires mensuel du 1er exercice                 Conseil          €

                                                                  Total :       0




Chiffre d'affaires mensuel du 2ème exercice                                 €

                                                                  Total :       0



Chiffre d'affaires mensuel du 3ème exercice                                 €

                                                                  Total :       0
                                                          MOYENS D'EXPLOITATION

                                                                                                                               Unité monétaire retenue :             €



N                                  Description sommaire




                                                                                Apport
                                                                                                            1er exercice
ou                                                                                                                                          2ème exercice      3ème exercice
O    N = neuf ; O = occasion                                                                  Début         complément      Total
                                                             voir apports en nature
 Taux d'amortissements                                         voir amortissement


I-ACHAT
                      Investissements totaux hors crédit-bail                                       0               0               0                  0                  0



II - C R E D I T B A I L
 Terrains                      superficie :                   Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

 Bâtiments                     superficie :                   Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

 Matériels et outillages                                      Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

 Matériel de transport                                        Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

 Matériel informatique et logiciels                           Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

 Matériel et mobilier de bureau                               Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

                                                              Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

                                                              Coût d'acquisition :                                                      0
                                                                                         Loyer de crédit-bail annuel :

                           Investissements totaux en crédit-bail                                        0               0               0                  0                  0
                                                            Loyers de crédit-bail annuels :                                         0                  0                  0


III - L O C A T I O N



IV - M O Y E N S H U M A I N S


                                                                                                                            0.0%                0.0%               0.0%
                                                    COMPTE                        DE          RESULTAT                   PREVISIONNEL




                                                                                                                    1er exercice           2ème exercice           3ème exercice
pour en savoir plus sur le compte de résultat                                                                       €              %         €            %          €            %
                                                                                                                Durée en mois      18    Durée en mois    12     Durée en mois    12

                                                                         Chiffre d' affaires                              0     100.0              0     100.0             0     100.0
Production stockée et immobilisée
Subventions d'exploitation
Divers (....................................................................................................)
                                                                                  Total produits
                                                                                                       variation du Chiffre d'affaires

Achat de marchandises                                                                                      V                       0.0                    0.0                     0.0
Variation de stock de marchandises                                                                         V
Achat des matières 1° et consommables                                                                      V                       0.0                    0.0                     0.0
Variation de stock de matières 1° et consommables                                                          V
Transport et frais accessoires d'achats                                                                    V
            Coût d'achat des matières et marchandises consommées                                                          0        0.0             0      0.0              0      0.0

                                                                                   Marge brute                             0       0.0              0     0.0               0     0.0
                                                                                 Taux de marge brute du secteur

Sous traitance                                                                                             V                       0.0                    0.0                     0.0
Loyer et charges locatives                                                                                 F              0        0.0             0      0.0              0      0.0
Crédit bail                                                                                                F              0        0.0             0      0.0              0      0.0
Energie (eau-gaz-électricité)                                                                              V                       0.0                    0.0                     0.0
Fournitures et petit équipement                                                                            F                       0.0                    0.0                     0.0
Entretien et réparations                                                                                   F                       0.0                    0.0                     0.0
Assurances                                                                                                 F                       0.0                    0.0                     0.0
Frais de formation, documentation                                                                          F                       0.0                    0.0                     0.0
Commissions sur ventes                                                                                     V                       0.0                    0.0                     0.0
Honoraires                                                                                                 F                       0.0                    0.0                     0.0
Publicité                                                                                                  V                       0.0                    0.0                     0.0
Transports sur ventes                                                                                      V                       0.0                    0.0                     0.0
Déplacements                                                                                               F                       0.0                    0.0                     0.0
Frais postaux et télécommunication                                                                         F                       0.0                    0.0                     0.0
Commissions bancaires                                                                                      F                       0.0                    0.0                     0.0
Divers (...............................................................................................)   F                       0.0                    0.0                     0.0
                                                                            Charges externes                               0       0.0              0     0.0               0     0.0

                                                                               Valeur ajoutée                              0       0.0              0     0.0               0     0.0
                                                                              Taux de valeur ajoutée du secteur

Impôts et taxes                                                                                            F                       0.0                    0.0                     0.0
Charges salariales                                                                                         F              0        0.0             0      0.0              0      0.0
Intérimaires                                                                                               V                       0.0                    0.0                     0.0
                                                              Total charges de personnel                                   0       0.0              0     0.0               0     0.0

                                                       Excédent brut d'exploitation                                        0       0.0              0     0.0               0     0.0

Amortissements                                                                                             F              0        0.0             0      0.0              0      0.0
Provisions                                                                                                 F                       0.0                    0.0                     0.0

                                                                Résultat d' exploitation                                   0       0.0              0     0.0               0     0.0

Intérêts sur emprunts & compte-courants                                                                    F                       0.0                    0.0                     0.0
Intérêts sur court terme                                                                                   F                       0.0                    0.0                     0.0
                                                              Charges financières totales                                 0        0.0             0      0.0              0      0.0

                                                                           Résultat courant                                0       0.0              0     0.0               0     0.0

Quote-part des subventions d'investissement virée au résultat                                                                      0.0                    0.0                     0.0
Impôts sur bénéfices                                                                                                               0.0                    0.0                     0.0

                                                                           Bénéfice ou perte                               0       0.0              0     0.0               0     0.0

                                                                           Autofinancement                                 0       0.0              0     0.0               0     0.0
                       DETERMINATION DU POINT MORT                            €           %              €          %              €            %

                                               Charges fixes totales                0     0.0                 0     0.0                  0      0.0

                                          Marge sur coûts variables        100.0%                    100.0%                     100.0%

                                                       Point mort                   0                         0                          0
                                           % C.A. prévu/Point mort




                                    SIMULATIONS DE CHIFFRES D'AFFAIRES ET DE RESULTATS


Avec le niveau des charges de structure que vous avez défini, c'est-à-dire le montant des charges fixes, vous pouvez mesurer l'incidence d'un
chiffre d'affaires inférieur aux prévisions sur le niveau de votre résultat et de la capacité d'autofinancement.
             (exemple : si je ne réalise que 50% des ventes prévues, quel sera le résultat final ? Quid de la capacité d'autofinancement ?)


Une fois renseigné le plan de financement à 3 ans, vous pourrez également en mesurer les conséquences sur le niveau de la trésorerie.


                          Rappel des chiffres d'affaires prévus :        1er exercice             2ème exercice      D       3ème exercice      D
                                                                              €                        €                          €

                                                                                     0                         0                         0

                       Si le taux de réalisation des ventes est de :
                                                Chiffre d'affaires =
                                                          Résultat =
                                                Autofinancement =
                                                          BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

pour en savoir plus sur le besoin en fonds de roulement

Veuillez préciser le taux de tva appliqué sur les ventes                          19.6%               Ces données sont indispensables pour le calcul du
Veuillez préciser le taux de tva appliqué sur les achats                                              Besoin en Fonds de Roulement



 I-EMPLOIS DE FONDS

A - Délais de paiement que vous pensez consentir à vos clients
pour en savoir plus sur les conditions de réglement
Vous devez renseigner les deux premières colonnes, la troisième fait apparaître automatiquement le résultat obtenu.
Exemple : 40% des clients régleront à 30 jours et 60% à 60 jours. Vous devez renseigner le tableau comme suit :
                      Nombre               %             Délai          calculé automatiquement san aucune
                      de jours          clients          moyen          intervention de votre part
1ère ligne               30               40               12
2ème ligne               60               60               36
                      Délai moyen de réglement :          48 j          de Chiffre d'affaires TTC (les factures sont TTC)
Si vous obtenez des acomptes ou si des clients payent avant livraison,mettre le nombre de jours de la 1ère colonne en négatif

                  1er exercice                           Secteur                                2ème exercice                         Secteur                               3ème exercice                  Secteur
    Nombre                %             Délai                                     Nombre               %            Délai                                      Nombre              %           Délai
    de jours           clients          moyen                                     de jours          clients         moyen                                      de jours         clients        moyen
      60 j              100              60




 Délai moyen de réglement :              60 j                              Délai moyen de réglement :                 0j                                  Délai moyen de réglement :            0j




B - Evaluation des stocks en montant hors taxe en :                           €
                     1er exercice                                                                  2ème exercice                                                               3ème exercice

               Marchandises :                                                             Marchandises :                                                             Marchandises :


         Durée de stockage :                                                        Durée de stockage :                                                         Durée de stockage :

         Matières premières :                                                       Matières premières :                                                        Matières premières :


         Durée de stockage :                                                        Durée de stockage :                                                         Durée de stockage :
             Produits en cours :                                                      Produits en cours :                                                         Produits en cours :
                 Produits finis :                                                             Produits finis :                                                            Produits finis :




 II - R E S S O U R C E S

C - Délais de paiement que vous pensez obtenir de vos fournisseurs
(même mode opératoire que pour les clients)
                  1er exercice                           Secteur                                2ème exercice                         Secteur                               3ème exercice                  Secteur
    Nombre               %              Délai                                     Nombre              %             Délai                                      Nombre             %            Délai
    de jours        fournisseurs        moyen                                     de jours       fournisseurs       moyen                                      de jours      fournisseurs      moyen




 Délai moyen de réglement :               0j                               Délai moyen de réglement :                 0j                                  Délai moyen de réglement :            0j




 III - B E S O I N O U D E G A G E M E N T D E F O N D S D E R O U L E M E N T

Tous les éléments qui suivent sont calculés automatiquement à partir des données que vous avez précédemment renseignées.
   pour en savoir plus sur la méthode de calcul du B F R

 1 - Exprimé en nombre de jours de chiffre d'affaires hors taxes

                           1er exercice                                                                  2ème exercice                                                             3ème exercice

                Crédit clients :         72 j                                                Crédit clients :         0j                                              Crédit clients :          0j
    Stocks de marchandises :              0j                                  Stocks de marchandises :                0j                                    Stocks de marchandises :            0j
         Stocks de matières :             0j                                         Stocks de matières :             0j                                         Stocks de matières :           0j
             Stocks d'encours :           0j                                          Stocks d'encours :              0j                                          Stocks d'encours :            0j
          Stocks de produits :            0j                                         Stocks de produits :             0j                                         Stocks de produits :           0j
         Crédit fournisseurs :            0j                                        Crédit fournisseurs :             0j                                        Crédit fournisseurs :           0j

                BESOIN :                 72 j                                                BESOIN :                 0j                                              BESOIN :                  0j

   DEGAGEMENT :                           0j                                DEGAGEMENT :                              0j                                   DEGAGEMENT :                         0j


2 - Exprimé en montant :            €

                           1er exercice                                                                  2ème exercice                                                             3ème exercice

                BESOIN :                          0                                          BESOIN :                       0                                         BESOIN :                         0




   DEGAGEMENT :                                   0                         DEGAGEMENT :                                    0                              DEGAGEMENT :                                0
                               P L A N           D E      F I N A N C E M E N T DE DEPART

  pour en savoir plus sur le plan de financement de départ

A l'exception de la trésorerie complémentaire nécessaire, les montants des besoins sont calculés automatiquement à partir des données
que vous avez précédemment renseignées aux chapitres "moyens d'exploitation" et "B.F.R."
Le montant de la trésorerie complémentaire nécessaire est également calculé automatiquement. Voir explications dans :                       pour en savoir plus

                                         Nota : le total des ressources doit être égale au total des besoins !!

                                                BESOINS                                                                         €                     %

  Investissements hors crédit-bail                                                                 voir détail                          0

  Investissements en crédit-bail                                                                   voir détail                          0

  Besoin en fonds de roulement                                                                                                          0

  Trésorerie complémentaire nécessaire                                                                                                  0

  Ajustement ( à justifier )
                                                                          TOTAL DES BESOINS                                             0            100%



                                           RESSOURCES                                                                           €                     %

  Apports en capital versés                                                                                                             0


  Apports en compte courants associés bloqués plus de 3 ans                                                                             0




                                                                                                   Obtenu ?                 Montant               quote-part
                                Organisme - type d'aide
                                                                                                Oui      En cours             €                     financée




  Primes et subventions d'investissement                                                                                                0

                                                                                                Fonds propres                           0

                                                                                                                                                                  0


  Apports en compte courants associés ordinaires                                                                                        0




  Obligations convertibles                                                                                                              0

  Titres participatifs                                                                                                                  0

  Avances remboursables                                                                                                                 0

  Emprunts                                                                                                                              0

  Crédit-bail                                                                                                                           0

                                                                                        Capitaux empruntés                              0

                                                                  TOTAL DES RESSOURCES                                                  0            100%
                                              P L A N       D E     F I N A N C E M E N T                   A   3 ANS

pour en savoir plus sur le plan de financement à 3 ans

                            Il sagit d'un plan de financement avant utilisation de concours bancaires à court terme (découvert, esc

                                                                                             1er exercice
                                   BESOINS
                                                                                             €

Investissements hors crédit-bail                                      voir détail                 0

Investissements en crédit-bail                                        voir détail                 0

                                                                Constitution                      0
Besoin en fonds de roulement
                                                                Accroissement

Pertes de démarrage - autofinancemen négatif                                                      0

Remboursement du capital des avances remboursables
Remboursement du capital des comptes courants d'associés
Remboursement du capital des emprunts
Distribution de dividendes

                                                   TOTAL DES BESOINS                              0



                                                                                             1er exercice
                              RESSOURCES
                                                                                             €

Autofinancement                                                                                   0

Apports en capital                                                                                0

Apports en compte courants associés bloqués plus de 3 ans                                         0

Primes et subventions d'investissement                                                            0

Apports en compte courants associés ordinaires                                                    0

Obligations convertibles                                                                          0

Titres participatifs                                                                              0

Avances remboursables                                                                             0

Emprunts                                                                                          0

Crédit bail                                                                                       0

Dégagement de fonds de roulement                                                                  0

                                           TOTAL DES RESSOURCES                                   0

                                                         Solde annuel               €             0

                                               Trésorerie cumulée                   €             0
                                                Trésorerie / chiffre d'affaires h.t.
                                                En jours de chiffre d'affaires h.t.




                                                                                                 €

Fonds de roulement                                                                FR                 0

Besoin en fonds de roulement                                                     BFR                 0
                                              taux de couverture du BFR par le FR

Trésorerie nette                                                                  TN                 0




Détail des concours bancaires à court terme                                pour en savoir plus
Banque :                                                              Obtenu ?            montant
                           Type de concours                        Oui      En cours             €
escompte
crédit de mobilisation
crédit d'exploitation
découvert ou facilité de caisse
crédits export


                                                                                Total                0

Banque :                                                              Obtenu ?            montant
                           Type de concours                        Oui      En cours             €
escompte
crédit de mobilisation
crédit d'exploitation
découvert ou facilité de caisse
crédits export


                                                                                Total                0

Banque :                                                              Obtenu ?            montant
                           Type de concours                        Oui      En cours             €
escompte
crédit de mobilisation
crédit d'exploitation
découvert ou facilité de caisse
crédits export


                                                                                Total                0

Montant total                                                                                        0

                                                                  Taux d'utilisation
                                         SIMULATIONS DE CHIFFRES D'AFFAIRES ET PLAN DE FINANCEMENT

En fonction de tous les éléments que vous avez précédemment définis, vous pouvez mesurer l'incidence d'un chiffre d'affaires infé
la trésorerie de votre entreprise.


                                                                                       1er exercice
                                                                                            €

                                      Si le taux de réalisation des ventes est de :




                                          le solde annuel de trésorerie sera de :
                                                     et la trésorerie cumulée de :
                                          soit en jours de chiffre d'affaires h.t. :
A N C E M E N T              A   3 ANS



de concours bancaires à court terme (découvert, escompte,…).

              1er exercice               2ème exercice         3ème exercice
                             %           €            %        €           %

                                              0                     0

                                              0                     0


                                              0                     0

                                              0                     0




                         100%                 0     100%            0     100%



              1er exercice               2ème exercice         3ème exercice
                             %           €            %        €           %

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                                              0                     0

                         100%                 0     100%            0     100%

                                              0                     0

                                              0                     0
         €                       €

             0                       0

             0                       0


             0                       0




Taux             Garanties données
annuel




Taux             Garanties données
annuel




Taux             Garanties données
annuel
D'AFFAIRES ET PLAN DE FINANCEMENT

 vez mesurer l'incidence d'un chiffre d'affaires inférieur aux prévisions sur le niveau de




                                      2ème exercice                3ème exercice
                                            €                            €
                                                                                         FICHE DE SYNTHESE




dossier :


INVESTISSEMENTS REALISES

                                 Montant              Durée
Type d'intervention                                                          Taux                 Conditions
                                   €            différé         totale

Capital                                 0

Compte courant                          0

Obligation convertible                  0

Titre participatif                      0

                     Total              0




RENDEMENT FINANCIER ATTENDU

                  Années            1             2               3           4           5           6

Dividendes

Prix de cession

Revenuss / C.C.

Revenus / O.C.A.

Revenus / T.P.

                             0              0             0              0          0         0            0

     Taux de rentabilité :                                Coefficient :                  Cotation Herrikoa :




VALEUR DU PROJET

                Utilité territoriale                                             Economie
      Pour la zone             Pour le Pays Basque            Valeur ajoutée produite    Emplois générés
***   ***   ***   ***
HE DE SYNTHESE




                                 Type de     Obtenu ?
Conditions                                                   Taux   Durée   Conditions
                                 Garantie   Oui   en cours

                              Caution


                              Sofaris


                              Fonds 64


                              Autre                                 2 ans




                  7




                          0




             de 0 à ***

             Rendement
              financier
  Sofaris
Fonds 64
 Caution
   Autre
                                                             COMPRENDRE


Activité
Quantifier son activité n'est pas un luxe mais une nécessité absolue, souvent difficile. Soyez réaliste : ne présentez pas de chiffres que vous ne
puissiez expliquer.

C'est le point d'entrée de votre étude financière. Les études de marché ont vérifié la pertinence de votre projet, vous avez confronté vos produits, votre
activité, avec l'offre de la concurrence, et toutes ces études vous ont éclairé sur les hypothèses de chiffre d'affaires que vous pourriez réaliser.
Apportez beaucoup d'attention à la prévision de votre chiffre d'affaires, formulez plusieurs hypothèses : pessimiste, moyenne, optimiste car l'activité
conditionne tous les autres paramètres de votre étude financière.
De la prévision de votre activité dépendront en effet les moyens à mettre en œuvre : les charges d'exploitation, le personnel, les investissements en
matériel, en bâtiments et les moyens financiers.
C'est la comparaison de ce qui est produit et vendu avec le coût des moyens nécessaires pour y parvenir qui permettra d'apprécier la viabilité de votre
projet.
Un constat : 90% des créateurs d'entreprises ne réalisent pas leurs prévisions la première année. Les deux principales causes du non respect des
objectifs sont :
* mauvaise appréciation du temps nécessaire au véritable démarrage commercial de l'entreprise. Il est fréquent qu'aucune vente ne soit réalisée pendant
le ou les tous premiers mois et il n'est pas rare que 70 à 80% du chiffre d'affaires de la première année soit réalisé les six derniers mois et que le total
ne représente que 40 à 50% de ce qui était prévu.
* mauvaise gestion du temps qui pousse le créateur à s'occuper, de façon beaucoup plus importante que prévu, de problèmes administratifs ou de
gestion courante (recrutement, recherche de financement …).

Le plus gros problème du non respect des hypothèses n'est pas tellement la non réalisation du chiffre d'affaires mais bien plutôt le coût du
surdimensionnement de l'affaire qui en découle. En effet, beaucoup de charges fixes accompagent une création et celles-ci tomberont régulièrement,
quoi qu'il arrive et une baisse du chiffre d'affaires ne pourra que très difficilement s'accompagner d'une action pour les réduire. Dès lors, deux cas se
présentent. Celui de l'entreprise qui a prévu large et s'est dotée de financements suffisants pour tenir le coup et l'autre, plus fréquent, où rien n'était
prévu pour supporter un "décollage" plus lent que prévu. Alors commence la course aux banques, amis .... Autant de temps qui n'est pas consacré au
développement des ventes qui justement en aurait bien besoin. La plupart de ces scénarios se terminent mal, avec beaucoup de rancune et
d'incompréhension de la part des créateurs, pourtant seuls responsables des erreurs de prévisions.
Pour quantifier l'activité, le premier travail consiste à mesurer avec le maximum de réalisme le nombre d'unités qui pourra effectivement être vendu
et donc se traduire en chiffre d'affaires.

Dans un deuxième temps, une étude complète des charges permettra d'avoir une idée du prix de revient qui n'est cependant pas le prix de vente
En effet, une fois ces deux éléments connus, la tentation est grande de diviser les uns par les autres et d'établir ainsi son prix de vente, en augmentant
un peu le chiffre obtenu pour aboutir à un résultat positif
Mais le prix ainsi obtenu peut s'avérer trop fort et inacceptable pour la clientèle ou trop faible, privant ainsi l'entreprise de marges supplémentaires
possibles. Le prix de vente n'est donc pas fixé par un simple calcul mais surtout par le marché.

Réussir sa création, c'est d'abord facturer au prix du marché et ensuite couvrir ses charges. Ces deux conditions sont complémentaires et
indissociables.
retour

Amortissements
Il serait anormal de faire supporter le coût d'acquisition d'une usine par le résultat d'un seul exercice comptable, alors que cette usine va servir pendant
vingt ans ! Si tel était le cas, on imagine aisément les conséquences sur les comptes de l'entreprise qui comptabiliserait dans ses charges l'acquisition
d'un bâtiment de plusieurs millions d'euros ! Les amortissements sont utilisés pour répartir ce coût d'acquisition sur les vingt années d'utilisation. Ils
sont la constatation forfaitaire et comptable de sa dépréciation dans le temps.
Cette constatation s'opère chaque année sous forme de dotations, enregistrées dans les charges dans le compte de résultat. Par ailleurs, leur
accumulation dans le bilan, en réduction de la valeur d'acquisition des immobilisations, permet de traduire la dépréciation progressive de ces
immobilisations du fait de l'usure ou de l'obsolescence
La dotation aux amortissements n'est qu'une écriture comptable, elle ne se traduit pas par une sortie d'argent. Dans le compte de résultat, elle constitue
une charge déductible du résultat imposable. Le fisc contrôle donc de près les conditions dans lesquelles les entreprises amortissent leurs
immobilisations

1/ La durée d'amortissement
La durée d'amortissement est en principe fixée en fonction de la durée probable d'utilisation du bien. En pratique, les entreprises doivent se conformer
aux usages en vigueur dans leur profession.
A titre indicatif, voici les fourchettes de durées et taux d'amortissements les plus couramment retenues pour une utilisation normale :
Nature du bien neuf                                Durée d'amortissement               Taux
Bâtiments                                                   20 à 50 ans                 2 à 5%
Agencements, aménagements et installations             10 à 20 ans                 5 à 10%
Matériel et outillage                                       5 à 10 ans                 10 à 20%
Matériel de transport                                       4 à 5 ans                 20 à 25%
Matériel de bureau                                          5 à 10 ans                 10 à 20%
Matériel informatique                                       3 à 5 ans                  20 à 33,33%
Mobilier divers                                              10 ans                    10%
Frais d'établissement                                       1 à 5 ans                 20 à 100%
Brevets, marques, modèles                                  5 ans au moins            =<20%
Les logiciels peuvent faire l'objet d'un amortissement accéléré sur 12 mois. Cet amortissement exceptionnel est facultatif.
Les terrains ne sont pas amortissables, sauf exception, et les biens acquis d'occasion le sont sur leur durée de vie résiduelle prévisible.
Le seuil au delà duquel l'amortissement des véhicules de tourisme n'est pas fiscalement déductible est de 18 300 euros.

2/ Amortissement linéaire ou dégressif ?
L'amortissement linéaire, comme son nom l'indique, est constant dans le temps. La dotation annuelle s'obtient en divisant le coût d'acquisition hors
taxe du bien par le nombre d'années d'utilisation. Pour la première année, la dotation est réduite prorata temporis à compter du jour de la mise en
service du bien.

L'amortissement dégressif permet d'amortir davantage les premières années de détention du bien mais entraîne des dotations inférieures à celles
obtenues par un calcul en linéaire, les dernières années. L'intérêt de cette formule est de diminuer l'impôt sur les bénéfices des premières années car
elle permet un accroissement des charges déductibles. Il démarre à compter du 1er jour du mois d'acquisition ou de la fabrication du bien.
Pour le calcul de l'amortissement dégressif, on majore le taux d'amortissement linéaire en le multipliant par un coefficient :
* de 1,25 pour une durée d'amortissement de 3 à 4 ans,
* de 1,75 pour une durée d'amortissement de 5 à 6 ans,
* de 2,25 pour une durée d'amortissement de plus de 6 ans.
Le taux d'amortissement dégressif obtenu est appliqué à la valeur résiduelle du bien, amortissements précédents déduits. A noter que l'amortissement
linéaire sur la durée restante reprend dès qu'il est plus favorable que le dégressif.
Attention : tous les biens ne peuvent pas être amortis en dégressif. Sont notamment exclus :
- les biens achetés d'occasion
- les biens amortissables en moins de 3 ans,
- les véhicules de tourisme et les camionnettes de moins de 2 tonnes

3/ Quelle politique d'amortissement ?
Il faut tout d'abord savoir que l'entreprise doit pratiquer au minimum l'amortissement linéaire sur les durées d'usage, sur tous les biens amortissables,
même si cela conduit à constater une perte.
Amortir rapidement - durée courte et dégressif si possible - cela diminue le résultat et, si celui-ci reste néanmoins positif et est imposable, cela se
traduit par une diminution de l'impôt sur les bénéfices à payer.
Amortir lentement, et en linéaire, cela majore le résultat, et donc éventuellement le résultat imposable, au départ.
Le choix va donc dépendre des perspectives de résultat et de la situation de l'entreprise vis-à-vis de l'impôt sur les bénéfices.
Retour

Apports des associés
Le terme Apports regroupe l'ensemble des financements apportés par les associés (créateurs + autres associés dont Herrikoa)
Ces financements peuvent être apportés en numéraire (somme d'argent) ou en nature.
Ces apports peuvent être en capital ou en compte courant.
Les apports en capital se matérialisent par des parts sociales dans les SARL ou des actions dans le SA et SAS au nom des associés. Les apports en
compte courant constituent pour l'entreprise une dette à rembourser aux associés.
Le capital social d'une société est le montant mis définitivement à la disposition de l'entreprise, à sa constitution ou ensuite, au cours du temps, par les
associés qui reçoivent en échange des parts sociales ou des actions.
Le capital social minimum exigé par la loi est de 37 000 euros dans les SAS et SA ne faisant pas appel public à l'épargne. Par contre, aucun capital
social minimal n'est exigé dans la SARL, il est fixé librement par les statuts.
voir compte courant d'associé
Retour

Apports en nature dans le capital
L'apport en nature est l'apport d'un bien autre que de l'argent. Ce peut être un bien corporel (immeuble, matériel …) ou incorporel (fonds de commerce,
brevet …).
Chaque apport en nature doit faire l'objet d'une évaluation dans les statuts.

En principe, l'évaluation des apports en nature fait l'objet d'une procédure spéciale qui nécessite l'intervention d'un commissaire aux apports chargé
d'apprécier la valeur de ces apports. Mais les futurs associés ne sont pas tenus de retenir l'évaluation faite par le commissaire aux apports. Dans les
SARL, ils peuvent, en outre, décider à l'unanimité de ne pas recourir à son intervention lorsqu'aucun apport en nature n'a une valeur supérieure à 7 500
euros et que la valeur totale de l'ensemble des apports en nature n'excède pas la moitié du capital social.
Toutefois, lorsqu'ils ont décidé de retenir une valeur différente de celle proposée par le commissaire aux apports - une valeur supérieure en pratique -
ou de renoncer à son intervention, les futurs associés sont, pendant 5 ans, solidairement responsables à l'égard des tiers de la valeur attribuée aux
apports en nature.
Retour aux moyens d'exploitation
Retour


Avances remboursables
Les avances remboursables sont des aides publiques qui prennent la forme de prêts remboursables sans intérêt et avec un franchise de remboursement.
Formule utilisée notamment par l'ANVAR (Agence Nationale pour la Valorisation de la Recherche) pour le financement de l'innovation dont l'avance
n'est remboursable qu'en cas de succès commercial du produit qui en a bénéficié, ainsi que par le Conseil Régional d'Aquitaine pour l'aide au
financement d'investissement.
Consulter le site de l'ANVAR
Consulter le site du Conseil Régional d'Aquitaine
Retour

Besoin en fonds de roulement ( B F R )
Cette notion de besoin en fonds de roulement est fondamentale car elle correspond au besoin de capitaux permanents qui sont nécessaires pour
financer l'exploitation courante.
Dans le cadre de son exploitation courante en effet, l'entreprise est amenée à faire des avances de fonds (stockage matières, marchandises, en-cours de
production, produits finis ….) avant de vendre ses produits. La durée du cycle d'exploitation (fabrication-commercialisation) est plus ou moins longue
et pendant ce temps il faudra payer les salaires et autres charges diverses avant de commencer à vendre. Il va sans dire que plus ce cycle est long et
plus les besoins financiers augmentent. De plus, il est souvent d'usage d'accorder des délais de paiement aux clients, ce qui génère aussi des besoins
financiers. Ceux-ci pourront être atténués par des ressources provenant principalement, des délais de paiement qu'elle obtiendra elle-même de ses
fournisseurs.
De ces observations, il en résulte qu'en règle générale, l'entreprise devra faire face à des remboursements de dettes avant d'avoir encaissé les
recettes prévues. Un tel processus peut entraîner à terme la rupture de trésorerie et la cessation de paiements. D'où la nécessité d'un "fonds de
réserve".

Le besoin en fonds de roulement est la différence entre les besoins et les ressources liés au cycle d'activité. Cette grandeur s'analyse comme étant le
besoin de financement permanent lié à l'exploitation auquel l'entreprise devra faire face pour assurer la couverture du décalage de trésorerie qui
existera constamment entre les dépenses et les recettes d'exploitation. Il gonflera avec la croissance du chiffre d'affaires.
Ce besoin doit être financé par des capitaux permanents : s'il paraît naturel de financer un investissement par des fonds propres ou des dettes à long
terme, il doit en être de même du besoin en fonds de roulement qui représente une "masse d'argent " immobilisée qu'il faut considérer comme un
"investissement financier" nécessaire au fonctionnement de l'entreprise.

Bien comprendre ce mécanisme simple, c'est s'éviter cette trop fréquente et douloureuse interrogation : comment se fait-il que j'ai tant de
problèmes financiers alors que mon activité est suffisante et rentable ?

Déterminer le montant du besoin financier d'exploitation (appelé communément Besoin en Fonds de Roulement) et en maîtriser l'évolution suppose de
bien connaître chacune de ses composantes qui sont, pour l'essentiel :
* en emplois : - le montant des stocks de marchandises, matières, en-cours, produits finis dont l'entreprise devra disposer à tout moment
                  en tenant compte des cadences d'approvisionnement, des contraintes de fabrication et du niveau d'activité,
                - le montant des créances clients en attente de règlement évaluées TTC. Ce montant est bien sûr fonction de l'importance du
                 chiffre d'affaires et des délais de paiement consentis aux clients.
- en ressources : le montant des dettes fournisseurs en attente de règlement évaluées TTC qui est fonction du volume des achats et des
                    délais de paiement obtenus des fournisseurs.
Il faut donc s'interroger sur chacun de ces éléments et prévoir, de façon réaliste :
- quel sera son poids par rapport au chiffre d'affaires,
- avec quel délai il sera encaissé ou payé
Pour cela, il faut avoir préalablement établi son compte de résultat prévisionnel, déterminé la durée du cycle d'exploitation et estimé les délais de
paiement à consentir aux clients et ceux qu'il sera possible d'obtenir des fournisseurs. Cela implique de bien connaître son "métier" et la situation de
l'entreprise sur son marché. Il faut donc se référer aux normes de la profession en ce qui concerne les stocks comme en ce qui concerne les pratiques en
matière de réglement des clients et des fournisseurs. Ensuite, le chiffrage n'est qu'une question de méthode.
Ajoutons que, lorsque les délais de stockage et les conditions de règlement des fournisseurs et des clients ne varient pas d'une année sur l'autre, ce
besoin financier (BFR) évolue parallélement au chiffre d'affaires.
Retour

La méthode de calcul du BFR retenue ici consiste :
1- d'une part, à traduire toutes ses composantes en une unité commune, le "jour de chiffre d'affaires hors taxes"
L'intérêt de cette approche, outre la facilité des calculs ultérieurs, c'est que grâce à cette unité commune, on prend conscience du fait que les différentes
composantes du BFR ne pèsent pas du tout le même "poids financier".
2- d'autre part, à déterminer le montant du BFR le plus élevé de l'année. Pour cela, on ne prendra donc pas comme base de calcul le chiffre d'affaires
annuel mais le chiffre d'affaires mensuel le plus élevé de l'année.
Cette méthode de calcul permet d'éviter de mauvaises surprises. Car il n'est pas rare que le BFR réel soit une fois et demi à deux fois supérieur aux
prévisions ! Il est vrai que celles-ci ne tiennent pas toujours compte de l'impact de la croissance du chiffre d'affaires qui fait que le BFR de fin
d'exercice est trés supérieur au BFR moyen calculé sur la base du chiffre d'affaires de l'année.
Rien d'étonnant dans ces conditions à ce que la plupart des entreprises créées connaissent une importante crise de trésorerie, le plus souvent entre le
dixième et le dix-huitième mois, c'est-à-dire juste au moment où leur activité a enfin décollé !.
Et cette passe difficile peut conduire l'entreprise au dépôt de bilan, si le créateur n'a pas la possibilité d'injecter des fonds supplémentaires.
Retour


Compte courant d'associés
Un apport en compte courant consiste pour l'associé à prêter des fonds à l'entreprise qu'il laissera temporairement à sa disposition et qui seront
comptablisés en dettes.
On distingue :
1/ Les comptes courants bloqués
Les compte courants bloqués devront être incorporés au capital de l'entreprise dans un délai de 5 ans à compter de la date de dépôt et sont indisponibles
pour l'associé jusqu'à leur incorporation au capital.


1/ Les comptes courants non bloqués
Un compte courant non bloqué permet à l'associé de récupérer tout ou partie de son montant à n'importe quel moment.
Les comptes courants sont normalement rémunérés, mais les intérêts correspondants ne sont déductibles du résultat imposable de l'entreprise que sous
certaines conditions.
Les apports en compte courant sont portés dans les ressources du plan de financement alors que les remboursements en capital figureront dans les
besoins. Les intérêts constituent quant à eux des charges financières inscrites dans le compte de résultat.
Retour à comptes courants bloqués
Retour à comptes courants non bloqués

Compte de résultat
Est-ce que mon projet est viable ou non ?

C'est le compte de résultat qui permet de répondre à cette question. Cette viabilité s'appréciera en opposant ce qui est produit et vendu, qu'il s'agisse
de biens ou de services, avec les charges qu'engendrera l'activité. La différence, appelée résultat, devra bien sûr être positive, sinon tout de suite, du
moins dans un délai acceptable car la finalité de l'activité d'une entreprise est de générer du profit, condition indispensable à sa survie et à son
développement. Un créateur ne saurait se lancer dans l'aventure sans avoir évalué la capacité de son entreprise à dégager du profit.
Le compte de résultat récapitule l'ensemble des produits et des charges de l'exercice d'une entreprise. A côté des produits encaissables et des
charges décaissables appelées communément recettes et dépenses, il existe également des produits et des charges qui n'entraînent pas de rentrées ou de
sorties d'argent, comme, par exemple, les dotations aux amortissements.
Attention !   Ne sous estimez pas vos charges courantes.
On constate régulièrement un écart de plus de 20% entre les prévisions et la réalité pour un même niveau d'activité.
Il faudra donc pour chacune des trois années :
* ne rien oublier et valoriser correctement toutes les charges de fonctionnement
* évaluer la dotation aux amortissements pour les investissements achetés
* calculer également les charges financières induites par le "financement externe".
Tous les montants sont à porter hors taxes
Construisez un compte de résultat cohérent. Commencez par le bâtir hors charges financières. En fonction des financements définis dans le plan de
financement de départ et celui à 3 ans, vous y incoporerez ultérieurement les intérêts sur comptes courants et emprunts ainsi que les agios sur les
crédits bancaires à court terme.
Le tableau Compte de résultat qui vous est proposé dans ce dossier identifie :
* les charges qui augmentent ou diminuent avec le volume d'activité ( exemple: achats de marchandises, de matières, frais de transports,
commissions sur ventes,etc) qualifiées de charges variables (V).
* et les charges indépendantes du volume d'activité. Il en va ainsi des loyers, assurances, charges de personnel, amortissements, etc, et plus
généralement des charges liées à la structure de l'entreprise, qualifiées de charges fixes (F).
Cette distinction permet de faire ressortir le point mort appelé également seuil de rentabilité, c'est-à-dire le minimum de chiffre d'affaires que
l'entreprise devra impérativement réaliser pour au moins couvrir l'ensemble de ses charges sans faire de perte. Au-dessous de ce niveau d'activité,
l'entreprise accusera des pertes, au-delà, elle générera des profits.

Pour que ce seuil de rentablité soit le plus bas possible, limitez au maximum les charges fixes.
Parmi les différents indicateurs que met en évidence le compte de résultat, accordez une attention particulière à l'évolution de la valeur ajoutée qui
mesure la productivité, à l'excédent brut d'exploitation qui mesure la rentabilité d'exploitation et à la capacité d'autofinancement qui indique
l'épargne dégagée en interne par l'entreprise et donc sa capacité à se créer ses propres ressources financières, c'est à dire à se financer et se
développer.

On ne saurait trop souligner l'importance que revêt cette notion de capacité d'autofinancement. Par simplification on la calcule de la façon suivante :
   CAF = Résulat net + Dotation aux Amortissements

Car nous considérons que les provisions correspondent à des montants probablement perdus. En conséquence, elles ne sont pas intégrées dans le calcul.
L'autofinancement net doit être distingué de la capacité d'autofinancement car on en retranche la part des bénéfices distribuée aux associés en
rémunération de leurs apports en capital. Cette part distribuée s'appelle dividendes.
Retour

Conditions de règlement
Les conditions de règlement se composent de quatre volets :
* le délai de paiement,
* l'escompte de règlement,
* le mode de règlement,
* les acomptes éventuels

1/ Les délais de paiement
Ils sont extêmement variés et s'échelonnenent du paiement avant livraison - exemple de la vente par correspondance - aux 120 jours fin de mois le 10.
Il y a des pratiques en vigueur dans chaque métier, et de notables exceptions à ces règles théoriquement incontournables !
Il convient en tout état de cause de bien connaître ces pratiques, puis d'être extrêmement précis lors des négociations; par exemple, un règlement à 60
jours ne signifie rien, si l'on n'est pas plus précis :
- s'agit-t-il d'un règlement à 60 jours de date de facture ?
- d'un règlement à 60 jours fin de mois ?
- ou bien d'un règlement à 60 jours le 10, ce qui signifie à 60 jours de fin de mois de livraison, le 10 du mois suivant ?
Les conséquences sont différentes. Exemple d'une facture émise le 05 d'un mois
* dans le cas d'un paiement à 60 jours de date de facture, le délai réel de paiement sera de 60 jours après la date de la facture,
* dans le cas d'un paiement à 60 jours fin de mois, date de facture, le délai réel de paiement sera de 85 jours après la date de la facture,
* dans le cas d'un paiement à 60 jours fin de mois le 10, date de facture, le délai réel de paiement sera de 95 jours après la date de la
  facture
Il y a 35 jours de délai de paiement supplémentaire dans le dernier cas !
Si votre entreprise se finance à 9% en crédits à court terme, c'est l'équivalent d'un point de marge ! (35 jours sur le montant TTC à 9% = 35/360 x
9% x 1,196 = 1,05%)
On peut atteindre le summum dans l'aberration des conditions de règlement que l'on trouve encore dans certaines professions. Quel délai réel de
paiement est accordé à un client avec les conditions suivantes : 90 jours fin de mois le 20, valeur 25, date de facturation quand la facture est émise le
26 ?

Valeur 25, date de facturation, signifie que toute facture non reçue chez le client avant le 25 du mois est réputée reçue le 25 du mois suivant.
Résultat : le délai accordé est donc de 144 jours !
2/ L'escompte de règlement
L'escompte de règlement consiste en une réduction de prix en contrepartie d'une diminution du délai de paiement. Comptablement, l'escompte de
règlement est considéré comme frais financier chez le fournisseur qui l'accorde, et produit financier chez le client qui en bénéficie. Pour un client dont
la trésorerie est à l'aise, c'est souvent le meilleur placement financier possible.
Faut-il offrir ou accepter l'escompte de règlement ?
Cela dépend bien sûr de son niveau, et il faut faire le calcul lors de chaque transaction. Si un client présente un risque d'insolvabilité, cela vaut peut-
être la peine de lui offrir un taux d'escompte intéressant pour réduire votre risque d'impayé.

3/ Le mode de paiement
Le mode de paiement peut être le chèque, la traite ou le billet à ordre, le virement ou le prélèvement.
Le prélèvement automatique n'est utilisé que dans le cas de prestations répétitives, dont le montant est régulier ou connu d'avance.
La traite est le mode de paiement le plus souple et qui facilite le plus la mobilisation de la créance auprès d'une banque. Mais encore faut-il que le
client la retourne après acceptation.
Le billet à ordre pose le même problème de date de réception : il n'est pas rare de recevoir le B.O. du client juste avant, voire après, l'échéance
théorique !
Le chèque est le plus fiable - peu d'impayés - mais le moins facile à maîtriser, le client ayant l'initiatice de son émission.
Le virement, enfin, est le mode de paiement le moins pénalisant en terme de dates de valeur, mais aussi le plus imprévisible, puisque l'on est prévenu
du paiement que lorsque le compte bancaire est crédité.
Date de valeur : c'est la date à laquelle une opération est réputée prise en compte par la banque pour le calcul des intérêts débiteurs. Elle peut être
antérieure à la date d'opération effective, par exemple dans le cas d'un paiement de chèque ou postérieure dans le cas de remise de chèques ou d'effets.
Les dates de valeur font partie des conditions qu'il faut négocier avec sa banque.
Retour

Crédits à court terme
Appelés aussi concours de trésorerie, les crédits à court terme sont utilisés pour couvrir des besoins de trésorerie provisoires, résultant d'une
insuffisance de fonds de roulement.
Ils peuvent revêtir de très nombreuses modalités, mais on peut les regrouper en deux grandes catégories : les crédits "en blanc" et les crédits de
mobilisation de créances commerciales.

1/ les crédits en blanc
Le plus connu, et le plus utilisé par les entreprises en création, est le découvert, technique de financement à court terme qui consiste à laisser passer le
compte bancaire de l'entreprise en dessous de zéro (compte "débiteur"). C'est le crédit le plus souple que l'on puisse utiliser, puisque l'on paye les agios
exactement en fonction de l'utilisation que l'on en fait.
C'est aussi le crédit le plus cher ! (attention à la subtilité de la commission du plus fort découvert qui s'ajoute aux intérêts proprement dits appelés
"intérêts débiteurs")
Plus limitée dans le temps, la facilité de caisse ne dépasse pas un mois et n'est accordée que dans l'attente d'une rentrée d'argent
identifiée.Techniquement, elle fonctionne comme le découvert par la possibilité de laisser votre compte en banque passer débiteur (négatif) jusqu'au
montant autorisé. Son coût est similaire. Il est cependant plus facile d'obtenir une facilité de caisse, pour un motif précis, qu'un découvert, qui, lui, est
accordé sans objet spécifique et pour une durée plus longue.
Les crédits de trésorerie par billets ne sont en général pas à la portée de l'entreprise en création ni les crédits spots.
Par contre, les entreprises dont l'activité est saisonnière et dont les besoins financiers d'exploitation connaissent de fortes variations au cours de l'année,
peuvent obtenir un crédit de campagne, dont la particularité est qu'il doit impérativement être remboursé au moins un mois dans l'année, une fois
encaissées les ventes de la saison.
Tous ces crédits "en blanc" présentent pour le banquier un risque certain, puisqu'ils n'apportent aucune garantie par leur fonctionnement propre. La
seule garantie du banquier c'est que l'entreprise se développe. Il faut donc que le projet soit très crédible et très bien "vendu" au banquier pour qu'il
accorde ce type de concours.
Pour limiter son risque, le banquier peut éventuellement demander une caution personnelle du ou des créateurs, surtout si ceux-ci ont un patrimoine en
dehors de l'entreprise.
Caution : acte juridique par lequel une personne - particulier ou société - garantit le respect des engagements pris par une autre personne. Un banquier
peut par exemple demander la caution personnelle du dirigeant de l'entreprise, en garantie du remboursement d'un crédit qu'il accorde. Si l'entreprise ne
peut assurer ce remboursement, le dirigeant devra le faire à sa place, sur ses biens personnels.

2/ Les crédits de mobilisation de créances commerciales
Le plus connu est l'escompte (il s'agit de l'escompte des effets de commerce, à ne pas confondre avec l'escompte de règlement dont il est question dans
les conditions de paiement).
L'opération d'escompte consiste pour un banquier à avancer à l'entreprise la somme que lui doit un de ses clients dans quelques semaines, sous
déduction d'agios. En contrepartie, l'entreprise lui remet la traite qui matérialise sa créance sur le client. A l'échéance de la traite, le banquier se fait
payer directement par le client et obtient ainsi de lui le remboursement de son avance. A noter qu'en cas d'impayé à l'échéance, le banquier réclame le
remboursement à l'entreprise : c'est donc l'entreprise qui conserve le risque d'impayé.
C'est ce mécanisme de remboursement direct par le client de l'entreprise, renforcé par un support juridique efficace, qui diminue très sensiblement le
risque du banquier. En effet, sauf incident à l'échéance, celui-ci est sûr d'être payé, si le client est solvable.
Il accordera donc beaucoup plus facilement une autorisation d'escompte qu'une autorisation de découvert, surtout lorsque les clients de l'entreprise en
création sont de bonne qualité.

L'inconvénient de l'escompte, c'est sa relative rigidité : l'entreprise ne peut utiliser ce crédit que pour des montants et des durées correspondant
exactement aux effets qu'elle remet en banque, traites émises par elle et acceptées par le client ou billets à ordre émis par le client. Lorsqu'on
escompte un effet, c'est pour son montant total et jusqu'à son échéance. De plus la durée minimum du crédit par escompte est de 10 jours.
Par ailleurs, pour pouvoir escompter, il faut avoir les effets en portefeuille. Or, il s'écoule un délai assez long - plusieurs semaines en général - entre
l'envoi d'une traite au client et son retour d'acceptation, ou entre l'émission de la facture et la réception du billet à ordre émis par le client. Cela rend
parfois illusoire l'autorisation d'escompte obtenue du banquier, lorsque toutes les traites sont "dehors".
Pour pallier cet inconvénient, et autoriser en plus la mobilisation auprès du banquier des ventes payables par chèque ou par virement, d'autres formes
de crédit de mobilisation des créances commerciales ont été mises au point. Parmi elles, la plus utilisée, est le crédit Dailly (du nom du sénateur qui a
proposé la loi qui lui sert de support juridique).

Le Dailly fonctionne comme un découvert qui serait garanti par le transfert à la banque d'un ensemble de créances commerciales que détient
l'entreprise sur ses clients. Concrétement, dès que les factures sont émises, l'entreprise peut établir un bordereau récapitulant ces factures et le céder à
sa banque. Celle-ci permettra alors, dans la limite de l'autorisation consentie préalablement, que le compte en banque de l'entreprise passe "débiteur".

Attention : il se peut que le banquier prévienne directement le client de l'entreprise que la créance lui a été cédée, en lui demandant de la lui régler
directement. Cette procédure de notification est tout à fait normale, même si elle n'est pas toujours du meilleur effet d'un point de vue commercial.

Tous ces crédits à court terme font, en général, l'objet d'une autorisation annuelle, qui est reconsidérée à réception des bilans de l'entreprise. Il est
donc impératif de prévoir ses besoins pour une année au moins, ce qui impose la nécessité d'établir régulièrement un plan de trésorerie.
Agio : terme bancaire pour désigner les frais financiers que supporte l'entreprise lors d'un crédit à court terme : agios d'escompte, agios de découvert.
Ils devront figurer dans les charges financières du compte de résultat.
A noter qu'il est difficile d'obtenir plus de l'équivalent d'un mois de chiffre d'affaires TTC de concours bancaires à court terme.
Retour au plan de financement à 3 ans
Retour au détail des concours bancaires

Emprunts
Les emprunts sont les moyens de financement bancaires à moyen et long terme destinés à financer l'achat d'immobilisations (bâtiments, matériel,
outillage, installations, mobilier) pour leur prix hors taxe. Ils constituent pour l'entreprise des dettes remboursables selon un échéancier déterminé. Leur
montant dépendra du niveau des fonds propres de l'entreprise et de sa capacité de remboursement.
En règle générale, le montant des emprunts ne peut pas excéder le montant des fonds propres. Mais cette règle varie en fonction des garanties que vous
pouvez fournir. Celles-ci peuvent être liées à l'objet du financement - matériel revendable en cas d'échec - ou à l'appui d'un organisme de garantie
comme la Sofaris par exemple ou d'une garantie personnelle (caution). Si ces garanties sont bonnes vous pouvez espérer obtenir jusqu'à deux fois le
montant des fonds propres. Ce ratio endettement/fonds propres est appelé capacité d'emprunt.
Si le non respect de cette règle fait obstacle, le recours au crédit-bail peut être une solution.
L'octroi de prêts est également conditionné par la capacité de remboursement de l'entreprise. On ne saurait trop insister sur l'importance de cette
notion. Il faut se souvenir que tout remboursement d'emprunt comporte des intérêts, en plus du capital emprunté.
Il en résulte deux règles importantes :
* l'endettement à long et moyen terme ne doit pas excéder le total de la capacité d'autofinancement des 3 premières années,
* les remboursements annuels du capital emprunté ne doivent pas dépasser 50% de la capacité d'autofinacement prévue pour l'année.
Les prêts accordés par les banques sont en principe limités à 70-80% du montant HT des biens à financer. Le reste doit obligatoirement être financé par
des fonds propres.
La durée de l'emprunt doit être équivalente à la durée d'utilisation du bien à financer. Selon la nature des besoins à financer, cette durée varie de 5 à 20
ans.
Les emprunts peuvent être remboursés de différentes façons. Les deux plus fréquentes sont :

1/ le remboursement par annuités constantes
C'est la technique la plus couramment utilisée : le montant payé à chaque échéance, généralement mensuelle ou trimestrielle, qui inclut les intérêts et
le remboursement du capital, est constant sur toute la durée du prêt.
Dans ce cas là, la part de l'annuité consacrée au remboursement du capital est croissante avec le temps et la part des intérêts décroissante.

2/ le remboursement en capital constant
Dans cette technique, le montant du prêt est remboursé par fractions égales sur la durée du prêt. Les intérêts sont calculés sur le capital restant dû, qui
est égal au prêt initial diminué des remboursements effectués. Il diminuent donc parallèlement au principal de l'emprunt. Il en résulte que le montant
total payé par échéance n'est pas constant, il ira en diminuant sur la durée du prêt.
Dans les deux cas, il est possible d'obtenir une franchise, qui est un différé ou un report de remboursement :
* soit du capital, seuls les intérêts étant payés pendant le délai de la franchise ;

* soit des intérêts et du capital (plus difficile à obtenir), les intérêts de la période de franchise venant alors s'ajouter au capital nominal emprunté.
Le délai de franchise va généralement de trois mois à deux ans.


Lors de l'établissement des prévisions financières, le versement de l'emprunt sera porté dans les ressources du plan de financement et les
remboursements en capital dans les besoins. Seuls les intérêts dûs devront figurer dans les charges financières du compte de résultat prévisionnel.
Caution : acte juridique par lequel une personne - particulier ou société - garantit le respect des engagements pris par une autre personne. Un banquier
peut par exemple demander la caution personnelle du dirigeant de l'entreprise, en garantie du remboursement d'un crédit qu'il accorde. Si l'entreprise ne
peut assurer ce remboursement, le dirigeant devra le faire à sa place, sur ses biens personnels.
Retour

Fonds de roulement

L'excédent des capitaux permanents (fonds propres + capitaux empruntés) sur les immobilisations nettes de l'entreprise est appelé fonds de roulement.
Cet excédent constitue la ressource permanente et disponible qui sera consacré au financement du besoin financier d'exploitation (BFR).

Il constitue une garantie de la liquidité de l'entreprise, une sorte de coussin de sécurité financière. Plus il est important, plus grande est cette garantie.

En toute hypothèse, le fonds de roulement nécessaire au démarrage doit être compris, selon le type d'activité, entre 1 et 2 mois de chiffre d'affaires
prévisionnel de la 1ère année. Le montant imposé par Herrikoa s'élève à 15% du chiffre d'affaires annuel hors taxe prévu pour la première année.
Le montant éventuellement manquant pour remplir cette condition s'inscrira automatiquement dans la rubrique "trésorerie complémentaire" du plan de
financement de départ.
voir besoin en fonds de roulement
voir plan de financement de départ


Moyens d'exploitation
Il est impératif de bien mesurer l'ensemble des moyens en équipements, en personnel et des autres moyens notamment incorporels et financiers qu'il
faut rassembler pour pouvoir lancer et mener son activité.
Trois types d'investissement sont possibles :
 - les investissements corporels. Il concernent tous les matériels et équipements, les terrains, bâtiments, mobiliers, véhicules … Ce sont souvent les
principaux ;
- les investissements incorporels, représentés par les brevets, les fonds de commerce, les logiciels, les frais d'établissement, etc …;

- les investissements financiers qui sont essentiellement les dépôts et cautionnements, les prises de participation et les prêts accordés par l'entreprise.
Cela amène trois questions suivantes : que choisir, quand investir et comment les financer.
1 - Que choisir ?

La première règle, pour des raisons de coût évidentes, est d'aller vers l'utile et l'indispensable en n'oubliant pas que les matériels d'occasion existent.
la deuxième règle est de bien dimensionner son investissement en ayant à l'esprit qu'il n'est pas fait pour une courte période. IL doit correspondre aux
besoins immédiats mais aussi futurs.
Choisir juste nécessite donc anticipation et réflexion. Cela renforce encore la nécessité d'une prévision précise et justifiée de l'activité.
2 - Quand investir ?
Démarrer avec le nécessaire, établir un calendrier de l'évolution de l'activité et programmer ses investissements en conséquence est la bonne solution.
Des investissements prématurés peuvent coûter très cher.
3 - Quel financement ?

La troisième question qui se pose est de savoir si l'entreprise doit détenir la pleine propriété du bien ou au contraire ne s'en assurer que l'usage.
L'entreprise, pour s'assurer la disposition d'un immeuble ou d'un équipement a le choix entre trois solutions, qui présentent chacune des avantages et
des inconvénients :
1/ Acheter
2/ Louer
3/ Leaser, c'est à dire prendre le bien en crédit-bail.
1/ Acheter
L'achat permet à l'entreprise d'être pleinement propriétaire du bien. C'est la solution à priori la plus simple et s'avère souvent, mais pas toujours, la plus
avantageuse. C'est d'ailleurs la solution favorite des entreprises .
Les inconvénients majeurs sont : d'une part on ne peut que très difficilement revenir en arrière une fois l'investissement réalisé, ce qui réduit la
flexibilité de l'entreprise; d'autre part, il faut rassembler les capitaux nécessaires à leur financement.
Les comptables utilisent un terme générique pour les investissements dont l'entreprise est propriétaire : les immobilisations. On peut définir les
immobilisations comme des biens destinés à rester durablement dans l'entreprise. Il faut donc pour chaque immobilisation estimer la durée d'utilisation
dans l'entreprise compte tenu des dépréciations dues à l'usure, à l'évolution des techniques.
Ces dépréciations sont constatées comptablement au moyen de l'amortissement, qui consiste à répartir la valeur d'origine de l'immobilisation sur le
nombre d'années de son utilisation.
voir amortissements
2/ Louer
La location élimine le problème du financement . L'avantage est donc évident au plan de la trésorerie. Il peut être aussi important en terme de
souplesse, si toutes les précautions sont prises dans le choix des termes du contrat de location.
En effet, la location permet plus facilement de changer de matériel, lorsque celui-ci devient obsolète, l'entreprise n'ayant pas à se soucier d'une revente
éventuelle.
En contrepartie, comme la location est un service, elle a son prix. Sur la durée d'utilisation du bien, il est vraisemblable que le coût total de la location
sera supérieur au coût d'acquisition.
3/ Prendre le bien en crédit-bail
Le crédit-bail est un mode de financement spécifique. L'organisme de crédit-bail achète le matériel et le loue à l'entreprise. Le contrat signé fixe la
durée et le montant des loyers, et à son terme, offre au locataire la possibilité d'acquérir le matériel pour un prix convenu.
Cette formule est intermédiaire entre les deux précédentes, puisqu'elle combine une période de location, pendant laquelle l'entreprise n'est pas
propriétaire du bien mais l'utilise comme bon lui semble, et une possibilité d'acquisition en fin de contrat, pour une valeur résiduelle le plus souvent
minime.
Les loyers de crédit-bail comprennent à la fois l'amortissement du bien et les frais financiers correspondant à son financement.
Les avantages de cette formule sont multiples :
* le crédit-bail permet un financement à 100% du montant de l'investissement, ce qui n'est pas le cas des prêts, en règle générale.
* les loyers de crédit-bail, qui s'inscrient en charges dans le compte de résultat, permettent un amortissement plus rapide des biens achetés de cette
façon. Pour une entreprise qui paie l'impôt sur les sociétés, cela en retarde le paiement.
* si les conditions du contrat sont bien négociés, l'entreprise peut en sortir par anticipation, en achetant le bien.
* enfin, les biens acquis en crédit-bail ne sont pas inclus dans le bilan de l'entreprise, puisqu'elle n'en est pas propriétaire, ce qui limite l'endettement
apparent.
Pour une entreprise qui paie l'impôt sur les sociétés, compte tenu de l'avantage fiscal évoqué plus haut, le coût du crédi-bail est comparable au coût
d'un financement par emprunt.
La limite d'utilisation du crédit-bail, c'est que les organismes spécialisés dans ce type de financement sont réticents pour financer des investissements
très spécifiques. Car cette formule repose en grande partie sur la garantie réelle que représente pour le crédit-bailleur la possibilité de revendre ou de
louer à une autre entreprise le bien qui fait l'objet du contrat.
Une fois analysés les avantages et les inconvénients de chaque formule, comment faire le choix ?
Deux critères doivent principalement vous guider dans votre réflexion :
- Quelle solution assure la plus grande souplesse à l'entreprise ?
- la solution retenue protège-t-elle correctement notre patrimoine ?
Retour

Plan de financement de départ
Le plan de financement de départ indique les capitaux à réunir pour pouvoir lancer le projet dans de bonnes conditions.
Il se présente sous la forme d'un tableau comprenant deux parties :
* dans la partie de gauche, les besoins de financement durables qu'engendre la création de l'entreprise et qui comprennent les frais d'établissement,
les investissements incorporels et corporels, les versements de dépôts et cautionnements ainsi que le besoin en fonds de roulement représentant l'argent
qui sera "immobilisé" en permanence dans les stocks et dans le crédit accordé constamment aux clients après prise en compte du crédit consenti par les
fournisseurs.
Les investissements sont à retenir pour leur prix hors taxes.
* dans la partie de droite, le montant des ressources financières durables qu'il faut apporter à l'entreprise pour financer la totalité de ces besoins. Elles
se regroupent en deux catégories :
          - tout d'abord les fonds propres, c'est-à-dire les sommes apportées par les associés sous forme d'apports en capital et en compte
            courant s'ils sont l'objet d'un blocage aux quelles s'ajoutent les primes et subventions d'investissement éventuelles.
          - ensuite les ressources externes, en principe de nature bancaire, qu'il faudra emprunter.
Il en résulte un premier équilibre à respecter : les totaux des deux colonnes doivent être égaux.
Le deuxième équilibre à respecter c'est que tout investissement doit être financé par une ressource d'une durée équivalente à son utilisation.
Le troisième équilibre à respecter c'est que les fonds propres doivent être suffisants. A l'idéal, leur montant doit être au moins égal au montant des
capitaux empruntés.
Pourquoi cet équilibre ?
* des fonds propres suffisants dès le départ permettent de faire face aux éventuelles impasses de trésorerie dues aux aléas du démarrage et aux à-coups
d'activité qui touchent la plupart des créations. Ils doivent financer les pertes de démarrage qu'il n'est pas rare de constater,

* le montant de ce qu'il sera possible de demander aux banquiers dépendra directement du montant des fonds propres. C'est le levier de l'endettement.
Et de plus, un rapport endettement/fonds propres faible vous permettra de limiter vos garanties financières personnelles (caution, etc),

* une trop grande dépendance à l'égard des banques est dangereuse sur bien des points. Outre le fait que trop de dettes entraîne trop de frais financiers,
un endettement excessif peut avoir pour conséquence de diminuer votre marge de manœuvre et donc votre pouvoir de décision dans l'entreprise.

Les fonds propres sont "l'assurance-vie" de l'entreprise, gage de pérennité et d'indépendance par rapport aux établissements financiers.

Attention ! La majorité des échecs des jeunes entreprises est due au manque de fonds propres.
Ouvrir son capital n'équivaut pas forcément à la perte du pouvoir. Pour la plupart des créateurs, être maître chez soi est synonyme de 99% du capital.
C'est une erreur car il y a différents seuils de pouvoir dans l'entreprise. Pour une société anonyme, la majorité absolue se situe à 66,67%, la majorité
relative à 50, 01% et la minorité de blocage à 33,34%. Pour une SARL, les chiffres sont un peu différents : 50,01% pour la majorité relative et 25,01%
pour la minorité de blocage.
En résumé, le plan de financement, c'est un peu la charpente du projet. Il faut donc toujours se préserver une marge de sécurité car dans la majorité des
cas, en raison des décalages de trésorerie dues au besoin en fonds de roulement et aux aléas du démarrage, l'entreprise est contrainte, souvent dans de
très mauvaises conditions, à aller à la quête de capitaux complémentaires non prévus à l'origine (mais les banquiers-pompiers sont rares !). C'est
pourquoi le plan de financement de départ doit faire ressortir un fonds de roulement représentant au minimum 10 % du chiffre d'affaires
annuel hors taxe prévu pour la première année.
Le montant éventuellement manquant pour remplir cette condition s'inscrira automatiquement au niveau des besoins dans la rubrique
"trésorerie complémentaire".
De plus, les fonds propres devront représenter, au minimum, un tiers du total des ressources durables.
Il est entendu que la capacité d'autofinancement prévisionnelle n'est pas prise en compte dans ces différents calculs.
voir définition du fonds de roulement
voir définition du besoin en fonds de roulement
Retour

Plan de financement à 3 ans
Une bonne structure financière est une des conditions de longue vie pour les nouvelles entreprises.
Complèment indispensable du plan de financement de départ, le plan de financement à 3 ans permet de vérifier si la structure financière de la nouvelle
entreprise se maintient et même s'améliore, malgré de nouveaux besoins durables de financement apparaissant dans le temps. Il permet d'anticiper
l'évolution de sa trésorerie en fin de chacune des trois années
C'est sur la base du plan de financement que le créateur va déterminer le niveau de capital nécessaire et le recours à l'emprunt indispensable au
développement de l'entreprise.
Comment établir ce document ?
Le plan de financement ne peut être construit que par tâtonnement. La démarche générale de son élaboration, qui est une démarche itérative, peut se
schématiser de la manière suivante :
1ère étape
A partir de votre prévision d'activité, détermination des besoins à financer qui comprennent les investissement projetés et le Besoin en Fonds de
Roulement.
2ème étape
A partir de cette même prévision d'activité, détermination de la ressource interne de l'entreprise, à savoir sa capacité d'autofinancement prévisionnelle
ou éventuellement des pertes de démarrage qui constitueront dans ce cas un besoin de financement.
3ème étape
Détermination de l'impasse ou de l'excédent en résultant.
4ème étape
Choix des moyens de financement correspondants pour assurer l'équilibre global : augmentation des apports des associés (capital - compte courants),
recours à l'emprunt, recours au crédit-bail en tenant compte des incidences sur les emplois - remboursements en capital des comptes courants et des
emprunts, dividendes à verser aux associés - ou sur les diminutions de ressources prévisionnelles (intérêts sur comptes courants et sur emprunts,
redevances de crédit-bail. Il restera après à déterminer les besoins de crédit bancaire à court terme.
  Le tableau qui vous est proposé dans ce dossier reprend automatiquement, pour la première année, le contenu du plan de financement de départ et
  calcule, automatiquement aussi, pour les trois années :
   - les investissements complémentaires calculés à partir des données relatives aux moyens d'exploitation préalablement renseignées,
  - le besoin en fonds de roulement ou éventuellement le dégagement de fonds de roulement et leur évolution,
   - la capacité d'autofinancement ou les pertes de démarrage prévues à partir des données figurant dans le compte de résultat prévisionnel
     que vous aurez modifiées pour tenir compte des nouveaux éléments tels que les intérêts des financements externes ou les redevances de
     crédit bail.
  Pour chacune des trois années, Il ne vous restera plus qu'à y incorporer, au niveau des besoins, les remboursements du capital des avances
  remboursables, des comptes courants et des emprunts ainsi que les éventuels versements de dividendes prévus, et les nouvelles ressources
  complémentaires prévues, sans oublier les incidences que ces financements peuvent entraîner au niveau des charges financières du compte de résultat
  avec, pour conséquence, une diminution de la capacité d'autofinancement.
  Un fois incorporé tous ces éléments, le plan de financement permet d'anticiper l'évolution de la trésorerie de l'entreprise en fin d'exercice, sur les trois
  années et, éventuellement, d'évaluer les crédits bancaires à court terme à solliciter sans oublier de tenir compte de leur coût dans le compte de résultat
  qui viendra diminuer la capacité d'autofinancement.
  Si les besoins de crédits bancaires à court terme sont trop importants, le projet doit être remanié et sa structure financière adaptée en
  conséquence.
  Voir crédits bancaires à court terme
  Retour au plan de financement à 3 ans

  Modalités d'intervention d'Herrikoa

  Des fonds propres suffisants sont à la fois un gage de pérennité pour une entreprise et le meilleur levier pour obtenir des crédits bancaires
  Herrikoa contribue à leur renforcement :
  * par une participation directe, minoritaire (maxi 40% des droits de vote) et temporaire (maxi 7 ans) au capital de l'entreprise
  * par un apport complémentaire en compte courant d'associé rémunéré et remboursable entre 3 et 5 ans
  * à diffrérents stades de la vie de l'entreprise : création, développement, restructuration, transmission
  * dans toutes entreprises implantées en Pays Basque, ayant adopté la forme juridique de SARL, SA, SAS (classiques ou en SCOP), qu'elles aient une
  activité artisanale, commerciale, de services ou industrielle.
  Dans la mesure du possible, Herrikoa peut également intervenir par souscription d'obligations convertibles en actions et titres participatifs (ces
  derniers étant légalement réservés au secteur coopératif)
  Quelque soit son mode d'intervention, Herrikoa limite sa contribution financière globale, qui ne peut excéder la somme de 75 000 euros par dossier et
  150 000 euros par entreprise, au montant total des apports des associés autres que les partenaires financiers.

  Retour

  Conditions financières de l'intervention d'Herrikoa

  Deux temps :
  1 - avant l'intervention
  2 - à l'entrée

  Deux contraintes :
  1 - des coûts directs, instantanés
  2 - et/ou des engagements (assurance, contre-garantie, caution, hypothèque, ….)

1 er temps : avant l'intervention de HERRIKOA
Coût :

A - Non présentation du dossier pourtant terminé, ajournement, Refus.
- Aucun frais, aucun coût.

B - Accord de Herrikoa :
Participation avec TVA aux frais liés à l'étude, à la formulation du projet, à l'expertise des documents, à l'envoi des dossiers aux membres du Comité
Technique :
A votre choix , 2 possibilités :
 '- une charge : 230 euros HT (275 TTC)
ou
 '- un investissement , un acte de coopération territoriale, une contribution à l'effort collectif de développement économique du Pays Basque
  par la souscription de deux actions de la société Herrikoa, soit un montant de euros.


2 ième temps : Entrée de HERRIKOA
Coût :
* le coût facturé, sans TVA, pour le montage technique, juridique, administratif et financier est égal à 2% du montant TOTAL de l'intervention de
Herrikoa pouvant regrouper :
o      notre prise de participation au capital de l'entreprise
o      la mise en place d'une avance en compte courant d'associé
o      la mis en place de titres participatifs, prêts participatifs, obligations convertibles en Actions …


Engagements, garanties apportés :
Herrikoa , comme tout organisme financier tente de se prémunir contre le risque d'irrecouvrabilité partielle ou totale de l'argent avancé.
Pour cela, nous privilégions la recherche d'une contre garantie auprès d'organismes spécialisés pour protéger l'intégralité de notre intervention ( capital,
prêt en compte courant…). Selon l'activité de l'entreprise, deux Fonds de garantie sont sollicités et consultés :

                                                           1 - FONDS 64                                                     2 - SOFARIS
Activité concernée                              Industrie et services à l'industrie                                   Quasi toute activité
Coût                                                         gratuit                                         0,30% par an sur le montant total de l'encours
Hauteur de la couverture             50% du montant total de l'intervention                     50 à 70% (création) du montant total de l'intervention
Durée                                                        5 ans                                                          de 7 à 10 ans


En conditions particulières, ces organismes peuvent être amenés à demander que le responsable de l'entreprise contracte auprès de son assurance
personnelle une "D I T".

Dans le cas où ces deux fonds nous opposent un Refus de contre garantie :
* Herrikoa ne demande jamais de caution personnelle pour sa participation en capital mais seulement pour ses autres apports :
    au delà d'une intervention de 15 000 euros ( hors capital), Herrikoa peut être amené à solliciter une caution personnelle du gérant et/ou
    des associés salariés
    Retour au préambule
    Retour

								
To top