Docstoc

sida

Document Sample
sida Powered By Docstoc
					                                                                                                             1



PREFACE

Comme stipulé dans les Termes de Référence de la Revue faisant objet de ce document
de rapport, le travail a consisté à faire une analyse des interventions prévues dans le Plan
Stratégique de lutte contre le SIDA chez les jeunes durant la période allant de 2001 à
2005. En d’autres termes l’objectif de cette Revue était de relever les points saillants du
plan stratégique dans la lutte contre le SIDA chez les jeunes, les accomplissements
majeurs et de ressortir les orientations/recommandations, les stratégies, les leçons
acquises pour les futures interventions (future Plan Stratégique 2005-2009).

La production de ce document a bénéficié la contribution des nombreuses personnes et
organismes. Nous citons notamment le MIJESPOC, l’UNICEF et l’ONUSIDA pour leur
appui à la fois technique et financier. Le CNJR présente à ces trois Institutions ses
sincères remerciements, et plus particulièrement à leur personnel attaché à la lutte contre
le SIDA chez les Jeunes.
Le CNJR tient également à remercier tout son staff technique qui a fourni au Consultant
National les informations nécessaires, malgré les multiples occupations quotidiennes.
Nous ne pouvons pas oublier les importants apports des autres partenaires dont la liste est
en annexe du présent rapport, qui se sont disponibilisés et ont contribué à formulation des
recommandations et impressions sur les accomplissements du CNJR durant les cinq
dernières années.

D’autre part, nos remerciements sont adressés à tous les Responsables et Coordinateurs
des CPLS, des FOJAS et des Clubs Anti SIDA pour avoir accepté d’échanger sur l’outil
de collecte des données, conçu pour cette fin et les informations y relatives. La collecte
des informations s’est passée dans les Provinces sélectionnées à savoir Byumba, Butare,
Kibungo, MVK, Ruhengeri et Umutara.




                                                              La Direction du Conseil National de la
                                                              Jeunesse du Rwanda ( CNJR)




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             2



RESUME

Durant les cinq ans passés, de façon générale, le Conseil National des Jeunes s’est
focalisé sur les activités de plaidoyer, de sensibilisation et de VCT. Fondé sur son mandat
à la fois politique et technique, le CNJR devrait mobiliser les jeunes pour qu’ils
s’imprègnent de leur rôle dans les affaires du Pays.
Après la lecture du Plan Stratégique et des contacts menés, les facteurs favorisant
l’infection à VIH chez les jeunes sont en généralement liés à la pauvreté, avec un accent
particulier axé sur un besoin accru des activités Génératrices des revenus, à l’insuffisance
des connaissances sur la Santé Reproductive des Adolescents (SRA) ; durant les cinq
années précédentes, le CNJR a fait un plaidoyer dans le sens de la construction d’autant
des Centres d’encadrement des Jeunes que des Provinces, mais les moyens restent
limités. C’est une activité à la fois en cours et continue. D’autres facteurs sont le
problème d’éducation et les jeunes non scolarisés tendant à être majoritaires, le viol (Les
jeunes filles et jeunes femmes sont toujours violentées sexuellement avec un risque
permanent d’infection à VIH), et le problème de drogues, surtout la consommation
précoce des boissons traditionnelles alcoolisées. Quelques cas d’autres drogues (chanvre)
sont aussi cités comme des réalités criantes. L’ICT a été promue par le CNJR comme
stratégie à encourager afin d’ouvrir les orizons des jeunes. D’autre part, les représentants
des jeunes interviewés ont reporté qu’après la visualisation de ces pratiques sexuelles,
certains jeunes se cherchent des partenaires (copin/es) pour satisfaire à leurs besoins
sexuels, il faudrait vérifier si les jeunes n’y apprennent pas prématurément des pratiques
sexuelles. Enfin c’est l’insuffisance des causeries entre parents et Enfants sur la sexualité.
Ceci apparaît être un autre besoin crucial de planification.

Un autre élément important à noter après la lecture du Plan Stratégique et des rapports
des cinq années précédentes, c’est le fait que le CNJR a tablé ses interventions sur
beaucoup d’objectifs stratégiques (11) et sans budget prévisionnel. Selon les
Gestionnaires du CNJR, la priorité était de donner d’abord aux jeunes une orientation
stratégique convenue avec le PNLS. Au début, ce plan a semblé dépasser les moyens du
Conseil. Pour des raisons stratégique et réaliste le prochain Plan Stratégique ne doit pas
dépasser Cinq axes Stratégiques.

L’une des recommandations de la présente revue porte sur la prise en compte des axes
stratégique suivants dans la prochaine planification:
- Mobiliser les jeunes à s’abstenir ou carrément utiliser les préservatifs (masculin et
féminin)
- Mener des activités de surveillance du VIH chez les jeunes en planifiant les
études/enquêtes quantitatives avec la collaboration du TRAC.
- Plaider pour la prise en charge des enfants et des jeunes infectés et affectés par le
VIH/SIDA, avec un accent particulier sur l’appui nutritionnel, les activités génératrices
des revenus, etc.
- Renforcer les centres multi- disciplinaires des jeunes et promouvoir les activités
génératrices de revenus, prévention de VIH/SIDA/IST, éducation sur la santé de la
reproduction, des activités récréatives, (à l’exemple des Centres appuyés par FNUAP à


            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             3



Cyangugu, Kibuye et Umutara ou alors le Centre « Dushishoze » appuyé par PSI à
Butare ).

Pour ce qui est des accomplissement par rapport à ce qui avait été planifié, la revue a
constaté que presque toutes les interventions planifiées ont été initiées et réalisées soit par
les Partenaires ayant la jeunesse comme cible, soit par le CNJR, soit par les structures
décentralisées du CNJR. L’ensemble des accomplissements s’estime donc à (92,1 %)
mais faute des ressources, le début d’un certain nombre d’interventions a été retardé
(62,85 %), soit vingt deux interventions sur les trente cinq planifiées et réalisées. De tous
ces accomplissements, il y a eu treize interventions réalisées à temps sur les trente cinq s
(environ 37,15 %).

Quant aux raisons de non réalisation à temps, les gestionnaires des Programmes
(nationaux et Provinciaux) ont avancé les suivantes :

1- L’Insuffisance des financements attribués au CNJR
2- Un volume de travail non proportionnel au nombre des agents du CNJR. Durant 3 ans,
    trois staffs Permanents du niveau central se sont occupés à la fois de la planification,
    la conception des projets et le suivi des interventions. C’est vers Novembre 2003
    qu’ils ont été appuyés par les 12 Coordinateurs recrutés par les fonds du GF.
3- De 2001 a 2005, il y a eu manque de formation de perfectionnement des agents
4- Il a été remarqué également l’insuffisance de base des données systématiques
permettant une orientation des Interventions.

Pour ce qui est des meilleures pratiques (best practices), les VCTs surtout ceux organisés
en fin 2004 ont été cités comme les meilleures pratiques (best practice), très
impressionnant par le systeme de ticket modérateur. Une deuxième meilleure pratique est
le financement avec MAP d’environ 36 micro-projets agricoles générateurs des revenus
des jeunes. Ces activités sont à encourager et à dupliquer pour la future planification
quinquennale.

Pour ce qui est des souhaits/recommandations des jeunes à l’attention de la prochaine
planification, (liées par ailleurs aux multiples contraintes en annexe), en gros il a été
recommandé cinq (5) éléments importants à retenir: Qu’un Programme de lutte contre la
pauvreté chez les jeunes soit mise en place (Activités génératrices des revenus en
l’occurence), que les jeunes soient initiés dans la planification et le Suivi des
interventions pour rassurer la pérénité, qu’il se fasse un appui financier & technique au
CNJ pour garantir l’impact de ses interventions auprès des jeunes, que le CNJR soit
fourni par un staff sufffisant qualifié et enfin que les formations en Santé Reproductive
des Adolescents soient renforcées et cela à travers les Centres des Jeunes.




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             4



CHAPITRE I : INTRODUCTION
Parmi les Pays situés en Afrique Centrale se trouve le Rwanda avec une superficie de
26.338 Km2 et une population actuelle composée de 8.128.553 habitants (Dernier
recensement Général de la Population et de l’habitat). Les Pays limitrophes du Rwanda
sont l’Uganda au Nord, la Tanzanie à l’Est, la RDC à l’Ouest et le Burundi au Sud. Il est
composé de 12 Provinces avec 106 Districts.
Le Rwanda est caractérise par une population jeune. Les jeunes selon la définition utilisée
au Rwanda sont ceux âgés de 10 à 35 ans et les adolescents sont ceux de 10 à 19 ans puis
ceux de 10 à 24 ans. Au Rwanda les jeunes de moins de 15 ans vont jusqu'à 45 %, et 35
% de la population nationale sont entre 10 et 35 ans. L’espérance de vie à la naissance est
de 41,9 ans pour les hommes et de 46,8 ans pour les femmes.

Le contexte du Rwanda est alarmant. C’est un Pays qui a été endommagé par le génocide
de 1994, qui ravagé des vies humaines et engendré un grand nombre d’orphelins. Sa
population vit dans une extrême pauvreté, une grande dépendante; mais aussi dans une
disparition des différentes structures sociales et économiques. Animée par cette
vulnérabilité généralisée, en particulier la jeunesse du Rwanda, le Gouvernement d’Union
Nationale a crée en 1999 une Structure des Jeunes nommée << Conseil National des
Jeunes >> institutionnalisée par la Constitution du 04 Juin 2003 par son article 188, une
loi qui précise sa nature et son fonctionnement ; ceci pour parier à des problèmes
spécifiques de la jeunesse en particulier. La Jeunesse Rwandaise est toujours butée à
beaucoup de problèmes dont la pauvreté, l’ignorance, les phénomènes culturels,
l’environnement structurel des jeunes non proportionnel à leurs besoins, le marché
d’emploi non rassurant, le problème de santé très virulent à leur égard (dont le VIH et la
santé de la reproduction) etc.

Pour ce qui est de la situation épidémiologique des jeunes, les chiffres sont très parlants.
En 1997, les Jeunes de 12-14 ans avaient une séroprévalence de 4,1 %, ceux d’entre 15 -
18 ans avaient été estimés à 5,5 % et ceux d’entre 20 et 25 ans avaient une séroprévalence
de 13,6 %. A cette date l’estimation de la prévalence des jeunes ne peut qu’être fondée
sur la dernière surveillance sentinelle du TRAC (rapport de 2003-2004) et sur certains
VCTs organisées par le CNJR. Il est stipulé dans ce rapport du TRAC que les jeunes
d’autres Villes du Rwanda exceptés Kigali se retrouvent dans une séroprévalence d’entre
4,6 & 10,7 % pour ceux de 15 à 19 ans, (qui donne une séroprévalence moyenne de 7,1
%). Pour ceux de 20 à 24 ans la séroprévalence du VIH est entre 3,8 & 6,0 % (ce qui
donne une moyenne de 4,8 %).

En milieu rural où se trouve la majorité de la population Rwandaise, c’est entre 1,7 et
5,6 % pour ceux de 15 et 19 ans (avec une moyenne de 3,1) et la prévalence est entre 1,9
et 3,4 % pour ceux de 20 à 24 ans (la séroprévalence moyenne étant de 2,0 %).
Le rapport des VCTs ponctuels tel que organisés par le CNJR en 2005 dans toutes les
Provinces, donne une indication actuelle de la prévalence des jeunes qui s’estime en
général à 7,7 % (réf annexe 11).




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                              5



Pour trouver des solutions aux besoins et problèmes des jeunes au Rwanda, le CNJR a
aligné sa planification d’une part sur les conventions internationales à travers le MDG et
l’UNGASS et d’autre part sur les priorités nationales à travers notamment le PRSP et le
Plan Multisectoriel de lutte contre le SIDA.

C’est dans ce cadre qu’à sa création le Conseil National de la Jeunesse du Rwanda a mis
sur place une Planification Stratégique 2000-2002, appuyé par le Ministère ayant la
jeunesse dans ses attributions. Il a basé sa vocation sur les objectifs ci-après:

- Rassembler la jeunesse en vue de lui donner une éducation civique et culturelle Rwandaise.
- Conscientiser la jeunesse a réaliser des projets productifs pour leur développement et celui du
  Pays.
- Soutenir et renforcer les capacités des Associations des jeunes et des coopérations des jeunes.
- Soutenir et défendre l’intérêt de la jeunesse au niveau des instances de prise de décisions.
- Conscientiser la Jeunesse à la lutte contre le SIDA et d’autres pandémies.
- Renforcer le partenariat de la Jeunesse Rwandaise an niveau national et International.

A mi-parcours, la première planification a été revue et engendrée celle de 2001-2005.
Cette dernière Planification Stratégique, objet de la présente revue a poussé les
gestionnaires des Programmes des Jeunes à statuer sur les objectifs ci-dessous :
1- Relever les progrès et les réalisations connus depuis 2001 dans la lutte contre le SIDA
chez les jeunes.
2– Proposer des stratégies et activités indispensables pour la planification future
3– Montrer les leçons et conclusions obtenues apres l’analyse des activités des 5 ans
précédentes, tout en considérant que les efforts de réalisation des activités de l’année 005
ne seraient considérés qu’à environ 50 % , la revue ayant commencé avec le début du 3 e
trimestre. Les activités de cette Revue ont duré 1 mois (du 22 Août au 22 Septembre
2005).

CHAPITRE II : ASPECTS METHODOLOGIQUES

Procédure
La Revue dont il est question est une recherche analytique et comparative, fondée sur la
technique d’interview simple et pas forcement structurée, la technique de discussion avec
des petits groupes des jeunes et de discussion avec les Partenaires et Bailleurs.
Elle était axée sur des données qualitatives, s’appuyant sur l’approche documentaire.
Pendant trois jours le Consultant a donc interviewé 19 Partenaires-clés ayant appuyé de
près ou de loin la Planification stratégiques du CNJR. D’autre part, et compte tenu du
temps alloué à la revue (4 semaines seulement), pendant 6 jours le Consultant a visité les
bénéficiaires (Clubs/Associations) dans des Provinces sélectionnées conjointement par le
CNJR, l’UNICEF. Le Conseil National de la Jeunesse étant le commanditaire de la
Revue et l’UNICEF ayant disponibilisé les fonds relatifs à la dite Revue.




             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             6



Collecte des données
Pour collecter les données relatives à cette revue, un outil (voir annexe 7) a été rempli par
les gestionnaires des Clubs des Jeunes et utilisé pour cet exercice. Il contient des
directives générales à savoir: les facteurs favorisant l’infection à VIH, les 10
interventions et meilleures pratiques de l’année, les besoins et contraintes rencontrées et
les souhaits des jeunes. Cet entretien entre le Consultant et jeunes de chacun d’au moins
trois Clubs sélectionnés par Provinces ne dépassait pas 2 heures de temps. Comme
mentionné dans le paragraphe précédent, la collecte des données s’est faite aussi auprès
d’une quinzaine des Partenaires-clés visités pour situer la revue dans les attentes de ces
derniers et leurs commentaires sur les accomplissements et les opportunités éventuelles.

Un autre outil de collecte des données en annexé à ce rapport. Le total des personnes
rencontrées et/ou contactées est de 47 (soit 23 des Gestionnaires des programmes en
Provinces, 19 Représentants des Partenaires et 5 Responsables du CNJR).

Exploitation
L’outil d’analyse contient des questions simples sur le Suivi des Programmes
relativement aux Axes stratégiques de lutte contre le SIDA 2001-2005, les Activités
planifiées annuellement, le statut de chaque activité, les résultats atteints, les Partenaires,
les contraintes et recommandations. Cet outil d’analyse était basé pratiquement sur
l’exploitation des documents de planification et des rapports. Aux résultats sortis de cette
exploitation se sont ajoutées les données collectées chez les Partenaires et les Jeunes
bénéficiaires du programme de lutte contre le VIH/SIDA.


CHAPITRE III : RECAPITULATIF DES ENJEUX DE LA PLANIFICATION
               STRATEGIQUE 2001-2005 DE LUTTE CONTRE LE SIDA
                        CHEZ LES JEUNES

A. Historique et Description
La version finale du Plan Stratégique 2001-2005 Stratégique est un produit d’une révision
du premier Plan Stratégique de 2000-2002, un document dont la conception a été inspiré
par la Conférence Internationale de Kigali du 15-20 Novembre 1999 et de la Conférence
Nationale de Kigali du 29 Novembre -2 Décembre 1999 à ISANO.

Cette nouvelle planification stratégique revisée a été produite par le Conseil National de
la Jeunesse(CNJR)en 2001, dans l’atelier du 22 au 23 Février 2001 au Centre Pastoral St
Paul à Kigali. Elle était en générale composée par une série de Onze objectifs
stratégiques. Ces stratégies se traduisaient en objectifs spécifiques. L’ensemble
d’interventions était aux environs d’une quarantaine.
Il apparait évident qu’à la naissance de la Commission Nationale de Lutte contre le
SIDA(CNLS) et du nouveau Plan Stratégique national 2002-2005, le CNJR à travers son


            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             7



Plan Stratégique s’est adapté à cette nouvelle politique stratégique de lutte contre le
SIDA vers 2003; sutout à la venue de MAP et GF.


B. Eléments forts du Plan Stratégique de lutte contre le SIDA chez les
jeunes 2001-2005 du Conseil National de la Jeunesse.
I. La problématique décrite était liée sur les causes suivantes :

 1. La faiblesse du système d’ Information- Education- Communication (IEC) aux jeunes
 2. La nécessité des messages appropriés et méthodologie/stratégies de leur transmission
 3. Les tabous liés le VIH/SIDA
 4. La Culture
 5. Les déséquilibres en rapport avec le genre
 6. L’exploitation sexuelle des jeunes
 7. La déficience de l’éducation familiale
 8. La pauvreté
 9. La défaillance des systèmes moraux et religeux
10. Le défaut et mauvais usage du préservatif
11. L’existence des ISTs parmi les jeunes
12. Le désespoir et fatalisme
13. Le non respect des droits de la personne humaine.

II. L’objectif général : << Réduire l’infection du VIH chez les jeunes >>

III. Les Objectifs spécifiques :

 1. Informer, éduquer et mobiliser la jeunesse et la sociéte sur le VIH/SIDA
 2. Renforcer les capacités et mécanismes de prévention chez les jeunes
 3. Mobiliser les jeunes filles et les femmes à renforcer leur role dans la lutte contre le
    SIDA.
 4. Améliorer la situation socio-économique des jeunes en vue de réduire l’infection et
    l’impact du VIH/SIDA.
 5. Disponibiliser le condom et renforcer son usage
 6. Permettre une large connaissance du statut sérologique et amener les séropositifs à
    assumer leur état.
 7. Réhabiliter les jeunes séropositifs ou malades et renforcer leur cadre de solidarité
 8. Assister les familles dans leur entretien de leurs patients.
 9. Plaider pour la disponibilite et l’accessibilité des ARVs, le traitement des ISTs et IOs
10. Dévélopper les services psycho-sociaux.
11. Renforcer la collaboration régionale des jeunes dans la lutte contre le SIDA




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                   8



IV. Interventions/activités planifiées

Tout en considérant que parmi ces interventions il existe des interventions continues qui
s’étendent sur tous les 5 ans (voir Chap IV, section D pour le statut des interventions),
voici la répartition de planification par année :

60,5 % de toutes les interventions du Plan Stratégique étaient prévues en 2001.
66,6 % de toutes les interventions du Plan Stratégique étaient prévues en 2002.
60,5 % de toutes les interventions du Plan Stratégique étaient prévues en 2003.
57,8 % de toutes les interventions du Plan Stratégique étaient prévues en 2004.
52,6 % de toutes les interventions du Plan Stratégique étaient prévues en 2005.

V. Les partenaires et Bailleurs prévus pour l’appui à l’exécution du Plan Stratégique
  du CNJR sont les suivants :

Ministères       Institutions     Agences    ONGs            ONGs/Associations
                 gouvernementales Onusiennes Internationales Locales
MIJESPOC         PNLS                                                                          Centre Iwacu
                                                FNUAP                JHU
MINISANTE        CNLS                                                                          Confessions
                                                OMS                  PSI                       Religieuses
                 Universités et                                                                Forum des ONGs
MINADEF          Instituts Supérieurs           UNESCO               CRIS                      luttant contre le
                                                                                               SIDA
                 ORINFOR                        FAO                  GLIA
MINEDUC                                                                                        ANSP+
                 TV Rwandaise                   PAM                  -
MIGEPROFE                                                                                      AGEER
                 Police Nationale               UNICEF               -
MINALOC                                                                                        SOF
                 Assemblée                      PNUD                 -
MINAGRI          Nationale                                                                     ONAPO
-                Organisations des              ONUSIDA              -                         -
                 Femmes
-                Autorités                      -                    -                         -
                 Administratives
-                                               -                    -                         -
                 Médias
-                                               -                    -                         -
                 PPPMER
-                                               -                    -                         -
                 ARBEF
-                                               -                    -                         -
                 Les Pharmacies




             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             9



CHAP. IV RESULTATS D’ANALYSE DE L’EXECUTION DU PLAN
               STRATEGIQUE 2001-2005

A. Planification

Comme dit précédemment, à la naissance de la CNLS et du nouveau Plan Stratégique
national 2002-2005, le CNJR a trouvé l’opportunité de s’adapter à la nouvelle politique
de lutte contre le SIDA quand les fonds MAP et GF lui ont été accordés en 2003. Sinon la
planification initiale s’est faite sur base de l‘orientation faite par la PNLS et des priorités
identifiées chez les jeunes, (référence faite aux recommandations de la réunion de
ISANO en 2000 et de la réunion tenue au Centre Pastoral St Paul de Février 2001).
Nous pouvons avouer que le CNJR a essayé d’apprêter leurs Plans d’Actions annuels,
fruits des réunions restreintes de planifications. Ceci est un indicateur d’un préalable de
planification acceptable; ce qui est un effort louable au compte du CNJR. Par contre, les
meilleures données viennent des études des besoins (needs assesment). Il a été constaté
que certains planificateurs ne prévoient pas cette étape importante.

Dans le cas particulier du CNJR, la planification doit être uniforme d’une année à une
autre; soit elle est fondée sur les mois, soit sur les trimestres ; l’expérience nous ayant
prouvé qu’une bonne planification est mensuelle car elle facilite un suivi rigoureux.
Une autre technique ayant été pensée par le CNJR mais bien sûr avec une nécessité
d’amélioration, c’est la consolidation du plan d’action annuel fondée sur les ressources
disponibles. Il en est de même pour l’actualisation du plan d’action annuel. Les efforts
devraient être conjugués sur cet aspect.

B. Exécution

1. Plan d’exécution :

Il est urgent que le CNJR dévéloppe de façons habituelle des plans d’exécution des
interventions planifiées qui généralement indique comment le plan d’action sera exécuté.
Dans le passé, il n’a pas été évident d’avoir des tels plans, excepté les plans d’exécution
qui ont commencé avec fin de l’année 2003 et début 2004 avec la venue de MAP et de
GF. Rappellons que même avec cela, il y a nécessité d’avoir pour tout le CNJR des plans
d’exécution consolidés.
Ce genre de plan doit être soit hebdomadaire, soit mensuel soit trimestriel ou alors
semestriel selon le niveau de l’Institution. Pour une exécution rapide allant avec la vitesse
de l’épidémie, le CNJR devrait tabler l’exécution de ses interventions sur des plans
hebdomadaires pour le staff du siège et mensuels pour les staffs des Provinces et de
districts.




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             10




2. Début des interventions

Si nous devons commencer par le niveau périphérique, l’analyse des rapports a montré
que la date de début des interventions telles que planifiées n’a pas été souvent respectée.
Nous y reviendrons dans le chapitre manifestant le tableau des statuts des Interventions.
Les interviews faites auprès des gestionnaires des FOJAS et des Clubs Anti SIDA dans
les six Provinces nous ont orienté vers les mêmes observations. Ce qui fait que dans
beaucoup des FOJAS dont les plans d’action ont été confectionnés en Janvier, plus de 60
% d’activités démarraient          vers la fin du            troisième trimestre,ì¥Á 5@
             ø ¿                                ¦”




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                            11


bjbjÏ2Ï2




           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                           12


u¤   -X   -X   Š                           ›                                          õ                 ÿÿ
         ÿÿ                                 ÿÿ                                                   ˆ          ø
      ø     ø                         ø                    h                    h                     h     4
             Z
           ¾K                        ¾K                  ¾K          h         &L           $ ì¥Á 5@
      ø ¿                                             ¦”




     Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                            13


bjbjÏ2Ï2




           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                              14


       u¤    -

  -X        Š              ›                                          õ                    ÿÿ
  ÿÿ                          ÿÿ                                ˆ          ø              ø
      ø               ø               h             h               h      4
      Z             ¾K               ¾K             ¾K      h      &L      $ apé dans les
derniers 18 mois de son Plan Stratégique quand les Projets MAP et GF se sont engagés à
fournir des ressources pour le suivi des interventions. Normalement il devrait avoir à la
création du CNJR une ressource humaine reglémentant le début effectif des interventions
et leur fin. Ceci pourrait renforcer le rôle du CNJR et de ses structures décentralisées pour
bien coordonner/suivre et évaluer, dont l’opérationnalité s’est remarquée depuis
2003. Dès lors le CNJR a initié les FOJAs, les Clubs Anti SIDA les Mouvements des
Jeunes et Associations des Universitaires.

C. Suivi des Programmes

1. Outils

La disponibilité des outils simplifiés aux niveaux central et périphérique est un élément
capital d’un bon suivi des Programmes et d’une bonne évaluation des résultats/impact. Il
est attendu dans le future au sein du CNJR un système de Suivi et Evaluation pour
approfondir ces notions. Toutefois, dans la sphère des outils de suivi des programmes et
d’évaluation des résultats et particulièrement pour améliorer le bon fonctionnement du
CNJR et de ses organes décentralisés, la présente revue a remarqué qu’il y a besoin de
renforcer et augmenter le nombre des outils, cette fois-ci comme partie prenante de tout
un système de Suivi et Evaluation.

Ce qui fait que la base des données au CNJR sera gérée par un staff ayant des attributions
spécifiques. Cette base des données est, en principe, issue des éléments quantitatifs,
remplis sur les outils décrits dans le paragraphe précédent. Pour cette raison, la qualité
des données rapportées (qualitatives et quantitatives) pourrait être améliorée.




2. Rapportage

Au début de l’exécution du Plan Stratégique, le CNJR s’est buté à un problème de la
présence des outils/canevas différents selon la préférence des Bailleurs. Avec
l’insuffisance du staff technique (dont l’absence d’un Chargé de Suivi et Evaluation),
certains retards de rapportage se sont remarqués. Les Gestionnaires du CNJR ont avoué
que la situation s’est améliorée, surtout avec les mouvements des fonds de GF et MAP.

Pour la vitesse et le respect du temps des interventions, la revue a constaté que l’existence
d’un système de Suivi et Evaluation mais aussi de staff formel y relatif sont une condition




             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                               15


sine qua none pour franchir cette étape. En revanche, constitué en gros par les
volontaires, le CNJR a tout de même fourni des efforts à ce niveau.

D. Extrants et Statut des Interventions sortis du Plan Stratégique 2001-2005

Ref à l’annexe 9, la revue a constaté que les réalisations ont été faites à 92,1 %, la plupart
ayant débuté en 2003. Les Gestionnaires Nationaux du CNJR ont fait remarqué qu’au
départ les Bailleurs ne se sont pas vite engagés. Il a fallu donc beaucoup de plaidoyer au
début de l’exécution du Plan Stratégique. Par l’insuffisance des ressources, il y a eu des
inteventions qui ont été rétardées (62,85 %), soit vingt deux interventions sur les trente
cinq planifiées et réalisées. Le reste des activités (37,15 %), fruit de beaucoup d’efforts,
ont été réalisées à temps, soit treize interventions sur les trente cinq réalisées.
La plupart de ces réalisations ont été possibles en 2003, 2004 et 2005 où le CNJR a
récupéré le retard avec les fonds de GF et de MAP. Les efforts sont en général
satisfaisants. Nous pensons que le plaidoyer pour le prochain Plan Stratégique devra aider
à faire mieux dans la lutte contre le SIDA chez les jeunes afin d’éviter surtout les retards
dans le démarrage des activités.

E. Evaluation des résultats/impact

Après tout ce temps de l’exécution du Plan Stratégique, trois indicateurs des résultats et
impact sont à mesurer. Le premier résultat attendu des interventions du CNJR est le
changement de comportement des jeunes en matière de sexualité face au SIDA ; parce
qu’on sait qu’au Rwanda l’hétérosexualité est la cause première d’infection à VIH. Le
second résultat serait naturellement l’usage du condom par les jeunes qui ne peuvent pas
s’abstenir. Si nous pouvons continuer la liste des indicateurs des bonnes interventions
durant la période du Plan Stratégique, il était attendu de mesurer un troisième indicateur
d’impact, relatif à la séroprévalence réduite ou à la rigueur stabilisée, parmi les jeunes
de 14 à 35 ans.

Fondé sur ces trois indicateurs prioritaires, séléctionnés par l’analyste, nous avons trouvé
qu’il y a encore un chemin à parcourir. Voici ci-dessous quelques données.
Le CNJR a distribué en 2004 environ 335.800 condoms, ceux vendus et distribués par
PSI étaient de 1,255,248 condoms. Mais le rapport du MTR de la CNLS restitué le
28/01/2005 parle de 7.592.395 condoms vendus par PSI de 2002 à fin 2004.

Pendant quatre mois de l’année 2005 (cfr dernier rapport des VCTs), 76.420 jeunes de
tous les sexes se sont fait dépister volontairement et leur statut sérologique est arrivé à
7,70 %. Parmi les jeunes filles 40.510 se sont fait dépister et ont bénéficié du
Counselling; 6,90 % étant séropositives. Parmi les jeunes garçons, 34.861 se sont fait
dépister, 6,29 % se sont retrouvés seropositifs).

D’une façon ou d’une autre, ceci est l’une de mesures de nos trois indicateurs aboutissant
à un impact tangible. Les jeunes ont changé de comportement en se faisant dépister, en
achetant les condoms mais il y en a qui sont infectés, surtout en milieux ruraux. Beaucoup d’entre
les jeunes font encore des rapports sexuels non protégés. Selon l’enquête de 2004 sur
l’acceptabilité et l’utilisation des préservatifs, seuls 16,5 % des jeunes affirment qu’ils l’utilisent.


              Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                              16

Les résultats de DHS+ au niveau national, vont confirmer les 7,7 % des séropositifs sortis de ce
dépistage volontaire de nos jeunes et les grossesses non désirées connues par ci par là. A ce
dernier propos des grossesses non désirées, les chiffres nous montrent que 7 % des adolescents
âgées de 15 à 19 ans sont enceintes ou déjà mères (*1). Raison pour laquelle le Gouvernement a
élaboré une Politique nationale de Santé de la Reproduction, qui s’adresse spécifiquement aux
adolescents et aux jeunes âgés de 10 à 24 ans (*1b).

Il sera également nécessaire de comparer les résultats de la dernière BSS de 2000 au changement
à remarquer présentement chez les jeunes. Cette BSS dit que l’usage de condom masculin par les
jeunes parmi la tranche d’âge de 15 à 19 ans est encore un besoin. Rien que dans cette tranche
d’âge, 10 % des jeunes sexuellement actifs des 2 sexes ont déclarés avoir utilisé au moins une fois
le condom au cours de leur vie. Le rapport de cette enquête stipule que par rapport à l’âge, le taux
est de 4 % chez les jeunes de 15 ans contre 14 % chez ceux âgés de 19 ans. Que le taux
d’utilisation augmente avec le niveau d’instruction : 7 % des garçons et 8 % des filles n’ayant
jamais été à l’école ont déclaré avoir utilisé un condom au cours de leur vie contre 10 % des
garçons et filles ayant fréquenté l’école primaire et contre 19 % des garçons et 15 % des filles
ayant atteint le niveau de l’école secondaire*2. Ces taux d’utilisation ne sont pas très
satisfaisants; également la séroprévalence des jeunes ruraux (majoritaires au Rwanda) n’est pas
satisfaisante et nécessite des efforts considérables dans les prochaines interventions *3.

Même si la véracité des résultats a besoin d’être confirmée par le DHS+, ces VCTs organisés
entre Avril et Juillet 2005 par le CNJR en collaboration avec MAP donnent une certaine
indication que le SIDA au Rwanda traverse de plus en plus les frontières des Villes vers les
villages. Voici quelques illustrations: le District rural de Ruhunda dans Kibungo est signe parlant
où 7,7 % des jeunes de 14 à 35 ans sont infectés, celui de Rwinkwavu a 7,8 % et la Ville de
Rwamagana a 9,6 %. Il en est de même que pour l’Umutara avec 19, 8 % et Gikongoro avec 7,2
%. Tous ces endroits vivent de façon semi rurale.

F. Ressources Humaines

Après inventaire du nombre minime du staff du CNJR dans le Programme de lutte contre le
SIDA, la revue du Plan Stratégique 2001-2005 a constaté que le CNJR dans son Programme de
lutte contre le SIDA, a œuvré seulement avec trois staffs permanents, qui ont tout fait depuis
2001.




En revanche, voici ci-dessous l’équipe minimale des agents que devrait avoir le
CNJ correspondante à son mandat et qui, à notre avis serait réaliste :
Un Secrétaire Exécutif de niveau A0 pour le plaidoyer et la coordinnation nationale
Un Chef de Département chargé des Programmes (Mob Soc & Plaidoyer) de niveau A0
Un Chef de Département chargé des Programmes (Adm & Fin) de niveau A0
Un Chef de Département chargé des Programmes (M&E) de niveau A0
Un Chef de Département chargé des Programmes (Planif) de niveau A0
Un Chef de Section chargé de la Comptabilité de niveau A1 au moins
Un Chef de Section chargé de la Caisse de niveau A1 au moins.
N.B : Nous trouvons, par conséquent, qu’il faudrait une Assistance technique à côté de Chaque
Chef de Département (cfr no H).


             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                  17


(*1) cfr rapport EDS 2000
(*1b) Politique Nationale de Santé de la Reproduction 2003
(*2) cfr dernier BSS de 2000
(*3) cfr rapport des VCTs


G. Budget et financement

La disponibilité des fonds disponibles est un facteur prépondérant pour l’exécution des
interventions. Elle conditionne le processus du staffing, elle est par ailleurs le fondement du
processus de consolidation du PA. Le problème relevé avec le CNJR a été une quasi-incertitude
de financement. Au début de la mise en application du Plan Stratégique, 63 % d’activités
n’avaient pas de promesse sur le financement*4. Une hypothèse est le fait qu’en 2001
l ‘élaboration du Plan Stratégique du CNJR est venue au moment de l’absence de politique
actualisée de lutte contre le SIDA et de plaidoyer national, pendant la période de transition entre
la dissolution du PNLS et la création de la CNLS.

D’autre part, comme nous l’avons souligné dans le point B du présent chapitre, les
conditionnalités ont été l’une des raisons de l’insuffisance de financement, où les priorités du
CNJR n’ont pas été nécessairement celles des Partenaires/Bailleurs. Il y a beaucoup d’activités
qui ont commencé réellement vers la fin du troisième, peut–être parce que la plupart des
Partenaires/Bailleurs du CNJR commencent leurs années fiscales en Sept/Octobre, a conclu
l’Analyste. Certes, mais le CNJR étant un Organe permanent, les prévisions budgétaires devraient
couvrir plus d’une année au début de l’exécution du Plan Stratégique.
Vraisemblablement, les Partenaires qui ont tâché d’être permanents dans leur appui au
CNJR sont : le Gouvernement, l’UNICEF, PACFA (2002), le FNUAP (2003) appuyés plus tard
par Global Fund (2003-2005) et la Banque Mondiale à travers MAP (2003-2005).

Sans beaucoup de commentaires pour ce qui concerne les promesses faites par ces quelques
Partenaires, voici en annexe 10 ce que la revue a pu détecter. Avec les chiffres disponibles, rien
que les 3 premières années montrent que le CNJR a reçu une moyenne de 13 % de son budget
annuel, alors que les Programmes SIDA commençaient.

Mis à part le problème d’insuffisance des ressources humaines dont il faut reconnaitre du côté du
CNJR, tout le monde peut constater combien la tâche du CNJR a été difficile, surtout au début du
Plan Stratégique 2001-2005. Les données comptables trouvées à la Direction des Finances du
CNJR montrent qu’en 2001, sur un budget total de 406.534 $ soit environ 211.397.680 Frw, le
CNJR n’a recu et utilisé que 24.863.025 Frw (11,7 %). En 2002 les éléments budgétaires
retrouvés manifestent que sur le budget du CNJR extrapolé d’environ 161.897.000 Frw, il a pu

avoir 25.408.400 Frw (15,6%). En 2003, la somme débloquée et utilisée était de 29.734.220 Frw
sur un budget de 234.496.950 Frw (soit 13 %). En 2004, la somme utilisée était de 309.393.848
Frw. En 2005, jusqu’en mi-Septembre 2005, le CNJR en a utilisé 166.674.671 Frw, (51 %) par
rapport au budget total estimé à 325.567.280 Frw. Cette année, les fonds promis par les
Partenaires sont de 387.285.628 Frw.
(*4) soit vingt quatre activités sur les trente huit planifiées


H. Assistance Technique




                 Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                18


A côté de l’appui du Gouvernement et de l’UNICEF, le CNJR a manqué de l’Assistance
Technique pour appuyer ses interventions de lutte contre le SIDA. En principe, les autres
Institutions ayant le mandat similaire que le CNJR bénéficient toujours d’une Assistance
Technique pour appuyer les Cadres qui y oeuvrent et qui sont sensés passer la plupart de
leur travail dans des réunions techniques et les plaidoyer. Depuis que le CNJR appuie
dans la lutte contre le SIDA, la revue a détecté très peu d’endroits où des Assistances
techniques ont été faites en faveur de cette Institution des Jeunes. Seule la coopération
Canadienne (par le canal de COODY Institute) a apporté des appuis ponctuels de 6 mois
avec des stagiaires en 2002, 2003 et 2004 (4 jeunes stagiaires étaient envoyés à chaque
appui).

Tout compte fait en Juillet 2003, un agent ICT a été attaché au CNJR par le Projet
GF/VCT Intégré. En Juillet 2004, un autre agent (Secrétaire Comptable) a également été
accordé par le même Projet. En Mai 2005, CDC en collaboration avec Tulane University
a fait une Assistance Technique en apportant un agent pour une année renouvelable, pour
les activités de planification et Suivi des programmes. Au début de Juillet 2005, G.F a
finalement apporté un appui d’un agent pour la supervision des aspects de la Tuberculose
pour une année renouvelable.


CHAP. V. FORCES, FAIBLESSES ET LECONS APPRISES

A. Tableau récapitulatif des forces et faiblesses

A la lecture du présent tableau, que le lecteur ne soit pas surpris de voir qu’il n’y a pas de
lien direct entre les éléments de la première colonne et ceux de la deuxième. Nous avons
sous-tendu tous ces éléments par une approche similaire à SWOT tout en conservant leur
substance venue des Partenaires et des jeunes bénéficiaires du Programme SIDA du
CNJR La première montre les aspects positifs dans les programmes des jeunes et
certaines facilités qui peuvent rendre faciles les initiatives des jeunes. La deuxième
souligne carrément les obstacles connus dans ces programmes.




Forces/Opportunités                                                Faiblesses/Contraintes/problèmes
1. Le CNJR est une Institution Gouvernementale qui                 1. L’utilisation des condoms reste un casse-tête. Les jeunes
rassure la pérennité du Programme.                                 des milieux ruraux sont encore freinés par l’ignorance et
                                                                   quelques facteurs culturels et religieux.
2. Les programmes de lutte contre le SIDA sont de plus             2. Les programmes de lutte contre la Pauvreté sont encore
en plus bien accueillis par tous les partenaires.                  nouveaux.
3. Le CNJR fonctionne comme un Umbrella des                        3. Le budget alloué aux activités de lutte contre le SIDA
interventions des jeunes dans le domaine du VIH. En                chez les Jeunes au Rwanda a été insignifiant au départ et
Juillet 2005, le CNJR venait de démarrer ses activités de          les retards d’exécutions sont venus de là, pour la plupart
lutte contre la Tuberculose.                                       des cas.



              Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                19

4. Le CNJR a des structures décentralisées uniques qui             4. Il y a insuffisance de capacité de planification chez les
peuvent faciliter la communication vers les bénéficiaires          structures décentralisées
& une fonctionnalité des programmes des Jeunes.
5. Les Counseilling et Testing Volontaires sont de plus            5. Les Centres de VCT restent peu nombreux par rapport à
en plus sollicités. Le ticket modérateur étant une                 la demande
originalité à dupliquer dans les autres programmes et
partout au Rwanda

6. Les opportunités comme MAP, VCT Intégré, UNIDO                  6. Il s’est posé un problème d’insuffisance de formations,
(United National Industrial Organisation) restent des              particulièrement pour les activités génératrices des revenus
forces des jeunes à continuer à exploiter pour les                 alors que c’est une préoccupation dans la gestion des
activités génératrices des revenus, les frais de                   programmes des jeunes.
scolarisations, les mutuelles de santé….
7. Généralement, le plaidoyer pour les fonds relatifs aux          7. La planification des mesures des résultats/impact et ses
enquêtes et études devrait aboutir aux bons résultats à            outils reste un besoin.
cause entre autre de la représentativité des jeunes au
Parlément.
8. L’existance des structures de CNF facilite d’atteindre          8. Le CNJR n’arrive pas encore à coordonner les
les jeunes filles.                                                 interventions des jeunes comme il le faut car les
                                                                   intervenants ne se font pas manifester pour enregistrement.


9. Les FOSAs à tous les niveaux du Rwanda peuvent                  9. Les Centres des Jeunes pour les activités sportives sont
être maximisées par les jeunes pour la prise en charge à           très peu nombreux.
la fois des ISTs ou IOs/SIDA
10. Le dynamisme, le nombre élevé et le volontariat des            10. Inexistance de système et de Plan de Suivi et
jeunes sont une opportunité sans égard à exploiter                 Evaluation des programmes. Risque de duplication par les
(jusqu’à 25 ans les jeunes sont estimés à 65 %).                   Partenaires.
11. Les Jeunes sont de plus en plus informés et ils                11. Il y a une mobilité des membres du CNJR surtout
répondent à la sensibilisation (exemple : VCT)                     quand ils changent de statut marital ou quand ils vont au
                                                                   delà l’âge des jeunes (35 ans).
12. L’approche des pairs éducateurs manifeste une                  12. La décentralisation systématique et effective des
certaine enthousiasme des jeunes qui traitent avec des             interventions a été retardée au début.
personnes de leur génération.
13. L’existence de deux permanents grands Bailleurs                13. Les agents du siège ne sont pas motivés par leurs bas
plus flexibles que les autres à savoir MAP et GF peut              salaires; il y a manque d’espace & de matériel bureautique
rassurer les programmes des jeunes.                                suffisants.




B. Leçons apprises et commentaires

Le parcours du Plan Stratégique nous a amené à fournir beaucoup de leçons mais en voici
les principales :

Dorénavant, il est indispensable de noter que le CNJR est une Institution importante,
raison pour laquelle le Gouvernement l’a instituée en 2003 avec un mandat contenant une
vision qui incarne un Bien-Etre des jeunes rwandais.




              Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             20


Pour ce qui concerne la pérennité du Programme de lutte contre le SIDA chez les jeunes,
il y a un espoir se trouvant dans 2 sphères: La volonté politique et les Partenaires
nationaux et internationaux. Le Parlement du Rwanda siège avec deux députés
ressortissants de la Jeunesse, ce qui est un appui politique considérable et sans équivoque.
Il est évident qu’à ce niveau là il ne devait pas avoir de problème de plaidoyer ni de vote
du budget minimal à cansacrer aux programmes des Jeunes.

Il se remarque quelques difficultés liées aux ressources de fonctionnement qui font que le
nombre des agents impliqués dans les interventions soit petit et dont les rémunérations ne
sont pas satisfaisantes.

Les opportunités au Rwanda actuellement manifestent un intérêt que les Partenaires
attachent à la jeunesse mais la plupart des Partenaires axés sur les jeunes ont commencé à
s’engager en début de 2003, d’autres en 2004 et en 2005. Ceci est un apport
supplémentaire sur ceux du Gouvernement, de PACFA, et de UNICEF, trois acteurs
inventoriés par la revue pour avoir aidé le CNJR à tenir le coup au début de ses
interventions.

La communication pour attendre les jeunes à travers le CNJR n’est pas redoutable. Les
jeunes sont représentés jusqu’au niveau des cellules du Rwanda. Il est évident que les
jeunes commencent à s’adonner à leur programme de lutte contre le SIDA surtout dans
les composantes de dépistage et des Activités génératrices des revenus.
L’existence des ARVs a motivé les jeunes à se faire tester, il est urgent de penser aux
programmes de prise en charge des jeunes infectés.

Il est grand temps de planifier les interventions d’impact. Les jeunes ont manifesté qu’ils
peuvent fréquenter facilement les Centres de dépistages, il faut savoir concrètement ce
que ces Centres produisent au point de vue << Bien-être social des jeunes >> et au point
de vue << comportemental >>. Cette leçon se confirme quand on sait que les programmes
de lutte contre le SIDA chez les jeunes se multiplient de plus en plus.


Une répartition des zones d’interventions a commencé à se faire par le CNJR (voir
annexe 12) mais elle nécessite une délicatesse (finesse) dans la prochaine planification:
UNICEF est plus dans 5 Provinces à savoir Ruhengeri, Byumba, Kigali Ngali, Butare,
Gisenyi tandis que FNUAP s’est trouvé dans 3 Provinces à savoir Cyangugu, Kibuye,
Umutara.
MAP est plus dans 5 Provinces à savoir Byumba, Kibuye, Kibungo, Gikongoro,
Ruhengeri.
BAD veut aller dans 6 Provinces notamment Umutara, Gikongoro, Cyangugu, Gisenyi,
Kigali Ngali, Ruhengeri.
GLOBAL FUND lui a appuyé dans Gisenyi, MVK, Kigali Ngali, Umutara, Cyangugu,
Gikongoro.
PACFA: Gisenyi, Byumba, Kigali Ngali, Ruhengeri et MVK.
PSI : Butare, Kibungo, Ruhengeri,




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             21


N.B : Il y a des partenaires qui opèrent partout comme PSI ou Global Fund compte tenu
de la nature des interventions.

CHAP VI. OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS

Après échanges avec les Partenaires, les Fojas, les Responsables des Clubs Anti-SIDA et
les CPLS, après analyse documentaire et des interventions en général, la revue relève de
façon combinée les stratégies et recommandations suivantes :

 RECOMMANDATION 1

Planification:

L’une des recommandations de la présente revue concerne les axes indispensables dans le
prochain Plan Stratégique ; ils sont les suivants:
- Continuer à mobiliser les jeunes à se prévenir contre l’infection à VIH.
- Organiser des activités de surveillance du VIH chez les jeunes (études/enquêtes
quantitatives).
- Privilégier la prise en charge des jeunes infectés et affectés
- Organiser des activités récréatives (Augmenter le nombre des Centres des Jeunes).

  N.B :
  1) Focaliser la planification sur les activités de Coordination, Suivi et Evaluation (cfr
   Annexe des recommandations).
  2) Le prochain Plan Stratégique doit obligatoirement engendrer son Plan Opérationnel
  3) Ce Plan Opérationnel doit contenir un budget prévisionnel de 5 ans qui va être objet de
  plaidoyer auprès des Bailleurs des fonds.


RECOMMANDATION 2
Exécution

Les interventions proprement dites devraient inclure ce qui suit:
CCC-IEC (relativement aux connaissances, attitudes et comportements des jeunes)
Un minimum de 20 % doit être inclus dans le PA du CNJR en général et de chaque FOJA
en particulier pour ces activités. Raison principale : << Il faut sauver les séropositifs >>
qui représentent 89 % au Rwanda. Ici il est recommandé une série d’activités d’IEC/CCC
relatives à la Santé Reproductive des plus Jeunes filles et garçons pour les prévenir sur le
VIH et autres ISTs. La revue recommande aussi des interventions de portée publique
pour éradiquer les mauvaises pratiques traditionnelles Rwandaises.

Surveillance de l’épidémie chez les jeunes
Organiser des études/enquêtes quantitatives ciblant les jeunes.

Prise en charge des jeunes infectés et affectés




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             22


Coût : Plaider pour la réduction, voir même la suppression des charges liées à la prise en
charge des jeunes.
Nutrition : Organiser une distribution des compléments nutritionnels pour les jeunes
séropositifs les plus démunis.
AGR : Initier des programmes des jeunes qui génèrent des fonds
Pédiatrie : Plaider pour le traitement gratuit des très jeunes (enfants) séropositifs et ceux
ayant des IOs.

Activités récréatives et Centres des jeunes socio-éducatifs

Qu’il y ait construction d’au moins un Centre multidisciplinaire par Province
(indépendant/privé, public ou para-étatique) à la fois pour les activités de VCT, SRA….et
favorisant les initiatives et la créativité des jeunes dans la lutte contre la pauvreté.

Coordination, Suivi et Evaluation

- Décentraliser les fonds du CNJ vers les FOJAS pour la coordination, le Suivi et
l’Evaluation effectifs (préparer les manuels des procédures et de déblocage des fonds).
- Négocier directement les fonds chez les Partenaires par les FOJAS ; c’est une issue à
formaliser pour l’autonomie effective de ces structures décentralisées.
- Des réunions ou plates formes avec les intervenants et Partenaires/Bailleurs sont
indispensables
- Plaider pour l’acquisition de 2 staffs supplémentaires à affecter au niveau des Fojas
(comptable et Chargé des Programmes)
- Les signatures des protocoles doivent se faire en présence du Foja bénéficaire
- Planifier et budgétiser des études des besoins pour chaque planification pour garantir
l’insertion des souhaits des premiers beneficiaires.
- Il faut mettre en place des mécanismes de coordination axée sur le réseau (network)
relevant la couverture des interventions et évitant leur duplication.
- Planifier et budgétiser des réunions de consolidation et actualisation des PA pour
responsabiliser chaque responsable de Département et confirmer les apports (inputs) des
Bailleurs. C’est ici ou certaines activités du PA doivent être rejetées du PA, reportées ou
abandonnées après consessus. Et c’est ici ou on fait rendez-vous aux différents
responsables parce que ils seront évalués sur base de leur planification.


 RECOMMANDATION 3

Suivi des Programmes :

Le rapport doit être unique par année, même s’il y a beaucoup des Bailleurs. Et le format
de rapports est unique à tous les niveaux du CNJR. Il en est de même de la collecte du
CNJ qui nécessite une systématisation fondée sur les outils y relatifs à élaborer, laquelle
collecte devra générer une Base des données opérationnelle.

 RECOMMANDATION 4



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             23



Evaluations des résultats/impact

Des enquêtes et études doivent être planifiées et tablées sur les besoins des jeunes. C’est
le Plan de S&E qui devra préciser cette planification.

 RECOMMANDATION 5


Ressources Humaines

Un Organe de Coordination et de Suivi des programmes comme le CNJR ne peut
qu’avoir des ressources humaines conséquentes. Pour sa fonctionnalité professionnelle et
universellement acceptable, la revue suggère 7 Cadres permanents comme il est stipulé à
la section F du Chapitre IV du présent rapport.

 RECOMMANDATION 6


Assistance Technique

Comme la politique actuelle du Gouvernement est de rendre petites les équipes/unités de
gestion étatiques (dont le CNJR), la seule solution sera de trouver des Assistants
Techniques (expatriés ou nationaux) payés par les fonds des coopérations multilatérales
ou bilatérales. La revue recommande que soit attaché un Assistant Technique à chaque
Chef de Progrramme/Département (Assistance ponctuelle ou permanemte). Plus
précisement la revue recommande que les Partenaires se partagent ses départements lors
de l’approbation du prochain Plan Stratégique 2005-2009 du CNJR.
Ex : UNICEF = Mobilisation Sociale, Global Fund = Planification, Banque Mondiale =
appui au Gouvernement pour ce qui de l’Administration, USAID/PEPFAR = S & E des
programes etc.




RECOMMANDATION 7


Budget et Financement

Qu’un budget minimal de 50 % du total des interventions des Jeunes au Rwanda soit
alloué aux Programmes du VIH/SIDA, avec une contribution permanente du
Gouvernement (en terme de pourcentage annuel venant du trésor public). C’est pour la
simple raison que le bénévolat des jeunes nécessite un minimum du côté de l’Eat
(exemple : la prise en charge de toutes les réunions du CNJR et de ses structures



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             24


décentralisées). L’on ne peut oublier que c’est dans cette partie du budget
Gouvernemental d’où viennent les rémunérations des agents.


CONCLUSION

La lutte contre le SIDA chez les Jeunes s’est faite une solide fondation au Rwanda à
travers les structures décentralisées du CNJR appelées FOJAS. Cette fondation s’appuie
sur les Clubs Anti SIDA dans les milieux scolarisés ou non scolarisés. Le niveau central a
le Programme SIDA qui charpente les interventions au niveau national. Au point de vue
structurel il y a lieu d’espérer la pérenité de la lutte contre le SIDA chez les Jeunes

Le problème reste la petitesse de l’équipe gérant ces interventions, qui n’est pas de la
taille voulue et qui doit avoir la vitesse de croisière de l’épidémie. D’autre part, il y a près
de 30 mois seulement que les Partenaires ont manifesté l’intérêt d’appui à ce secteur en
lachant petit à petit les ressources matérielles et financières. Que la volonté politique
continue à plaider pour les jeunes, l’avenir du Rwanda et que les Partenaires n’arrêtent
pas à compatir avec la jeunesse infectée et affectée. Car, fondé sur les ressources
accordées au Programme des Jeunes (près de 30 % du budget total du Secteur), la revue
du Plan Stratégique 2001-2005 a trouvé des résultats satisfaisants et encourageants. Au
point de vue plaidoyer, sensibilisation et mobilisation en l’occurrence, tout ce qui a été
fait durant les années précédentes avoisine ce qui était attendu.




REFERENCES

1. Programme National de lutte contre le SIDA (PNLS), rapport 1997.
2. Programme National de lutte contre le SIDA (PNLS) en collaboration avec Family
  Health International /IMPACT-Rwanda, BSS 2000.
3. ONAPO/Rwanda, EDS 2000.
4. Commission Nationale de lutte contre le SIDA (CNLS), Cadre Stratégique 2002-2006.
5. Commission Nationale de lutte contre le SIDA (CNLS), PNM 2002-2006.
6. Ministère de la Santé, Plan Stratégique du Secteur Santé 2005-2009.
7. Ministère des Finances et de la Planification Economique, Recensement Général
 de la Population et de l’habitat du Rwanda, Août 2002.



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             25


 8. Rapport final des VCTs, CNJ 2005.
 9. Rapport de PSI, 2005.
10. Rapport TRAC de 2003-2004.
11. Etude des facteurs influençant l’acceptabilité et l’utilisation du préservatif dans la
    Jeunesse Rwandaise : Etude CAP, 2004.
12. Déclarations d’UNGASS, 25-27 Juin 2001, New York.




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             26




                                                ANNEXES




Annexe 1

LOI N° 24/2003 DU 14/08/2003 DETERMINANT LE FONCTIONNEMENT ET
L’ORGANISATION DU CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE DU RWANDA

Nous, KAGAME Paul,
Président de la République ;

L’ASSEMBLEE NATIONALE DE TRANSITION A ADOPTE ET NOUS
SANCTIONNONS, PROMULGUONS LA LOI DONT LA TENEUR SUIT ET




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                              27


ORDONNONS QU’ELLE SOIT PUBLIEE AU JOURNAL OFFICIEL DE LA
REPUBLIQUE DU RWANDA.

L’Assemblée Nationale de Transition, réunie en sa séance du 8 juillet 2003 ;
Vu la Constitution de la République du Rwanda, spécialement en ses articles 62, 90, 93,
108, 188 et 201 ;

ADOPTE :

CHAPITRE PREMIER : DES DISPOSITIONS GENERALES

Article premier :
La présente loi détermine le fonctionnement et l’organisation du Conseil National de la
Jeunesse.

Article 2 :
Le Conseil National de la Jeunesse est doté de la personnalité juridique et de l’autonomie
de gestion administrative et financière. Il est placé sous la tutelle du Ministre ayant la
jeunesse dans ses attributions.

CHAPITRE II : DU SIEGE ET DE LA MISSION

Article 3 :
Le Conseil National de la Jeunesse a son siège dans la Ville de Kigali, la Capitale de la
République du Rwanda. Il peut être transféré en tout autre lieu de la République du
Rwanda sur demande de l’ Assemblée Générale.

Article 4 :
Le Conseil National de la Jeunesse constitue un forum d’échange d’idées entre les jeunes
en vue de contribuer à leur développement ainsi qu’à celui du pays.

Article 5 :
Le Conseil National de la Jeunesse est chargé de :
1° rassembler les jeunes, les former à l’éducation civique et les initier à la
  culture rwandaise, aux sports et loisirs;
2° sensibiliser les jeunes aux activités de production visant à contribuer à leur
  Développement et à celui du pays ;
3° soutenir les associations des jeunes et leur chercher des appuis ;
4° initier les jeunes à résoudre eux-mêmes leurs problèmes, les inciter et les
  préparer à faire partie des organes de prise de décision ;
5° plaider en faveur des jeunes auprès des organes de prise de décisions en
   rapport avec la jeunesse et faciliter leur participation au processus de
   décisions de ces organes afin que les problèmes auxquels ils font face soient
    pris en considération ;
6° sensibiliser les jeunes à éviter tout ce qui peut les entraîner dans des futilités ;
7° former les jeunes à la science et à la technologie et les initier à créer des



             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             28


   emplois;
8° collaborer avec ceux qui ont dans leurs attributions, les activités visant à
   promouvoir la jeunesse ;
9° sensibiliser les jeunes à se protéger contre le VIH/SIDA et autres
   pandémies ;
10° nouer les relations entre la jeunesse du Rwanda et celle des pays étrangers ;
11° nouer les relations entre les structures organisationnelles de la jeunesse et les
    autres organisations.

CHAPITRE III : DES ORGANES, DU CONSEIL NATIONAL DE LA
JEUNESSE, DE LEUR STRUCTURE ET DE
LEURS ATTRIBUTIONS

Article 6 :
Le Conseil National de la Jeunesse est composé de trois (3) organes suivants :
1° L’Assemblée Générale ;
2° Le Comité Exécutif ;
3° Le Secrétariat Permanent ;

L’Assemblée Générale et le Comité Exécutif sont à l’échelon national, de la Province et
de la Ville de Kigali, du District et de la Ville, du Secteur et de la Cellule.
L’organe de Secrétariat Permanent est à l’échelon national, de la Province et de la Ville
de Kigali.


Section première : De l’Assemblée Générale

Article 7 :
L’Assemblée Générale de chaque échelon est chargée de :
1° examiner et adopter le plan d’actions ;
2° adopter le projet du budget annuel ;
3° examiner et adopter le rapport annuel du Comité Exécutif ;
4° résoudre les problèmes qui lui sont soumis ;
5° élire les membres du Comité Exécutif et pourvoir à leur remplacement ;
6° superviser le fonctionnement du Comité Exécutif ainsi que celui du
   Secrétariat Permanent ;
7° arrêter son Règlements d’ordre intérieur.

Article 8 :
L’Assemblée Générale à l’échelon national est l’organe suprême du Conseil National de
la Jeunesse.
Elle est composée :
1° des membres du Comité Exécutif au niveau national ;

2° des membres des Comités Exécutifs au niveau de la Province et de la Ville de
   Kigali ;



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                29


3° des délégués du Forum National des Elèves et Etudiants.

Article 9 :
L’Assemblée Générale au niveau de la Province et de la Ville de Kigali, est composée :
1° des membres du Comité Exécutif au niveau de la Province et de la Ville de
  Kigali ;
2° des membres des Comités Exécutifs au niveau du District et de la Ville ;
3° des membres du Comité Exécutif du Forum National des Elèves et
   Etudiants au niveau de la Province et de la Ville de Kigali.

Article 10:
L’Assemblée Générale au niveau du District et de la Ville est composée :
1° des membres du Comité Exécutif au niveau du District et de la Ville ;
2° des membres des Comités Exécutifs au niveau du Secteur ;
3° des membres du Comité Exécutif du Forum National des
  Elèves et Etudiants au niveau du District et de la Ville.

Article 11:
L’Assemblée Générale au niveau du Secteur est composée :

1° des membres du Comité Exécutif au niveau du Secteur ;
2° des membres des Comités Exécutifs au niveau de la cellule.

Article 12 :
L’Assemblée Générale au niveau de Cellule est constituée de tous les jeunes résidant
dans la Cellule.

Article 13 :
Au niveau de la Cellule, l’Assemblée Générale ordinaire se réunit une fois les six mois ;
elle se réunit une fois par an aux autres niveaux. Elle est convoquée et présidée par le
Coordinateur ou en cas d’absence, par le Coordinateur Adjoint.
L’Assemblée Générale ordinaire peut se réunir en session extraordinaire chaque fois que
de besoin à la convocation du Coordinateur, de sa propre initiative ou à la demande
écrite d’un tiers (1/3) des membres du Comité Exécutif de chaque niveau. Dans ce cas,
elle statue uniquement sur les questions à l’ordre du jour.

Article 14 :

L’Assemblée Générale de chaque organe ne se réunit valablement que si plus de la moitié
de ses membres sont présents.
Les décisions de l’Assemblée Générale sont prises à la majorité absolue des voix des
membres présents.
En cas d’impossibilité de siéger pour manque de quorum exigé, l’Assemblée Générale au
niveau de Cellule est convoquée pour la deuxième fois endéans huit (8) jours et se réunit
sans tenir compte du quorum.




               Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                30


Elle prend ses décisions à la majorité simple des voix des membres présents.

Article 15 :

L’Assemblée Générale ou le Comité Exécutif peut inviter à ses réunions toute personne
jugée capable de l’aider à mieux remplir sa mission. La personne ainsi invitée n’a pas
droit au vote.

Section II : Du Comite Exécutif

Article 16 :
L’Assemblée Générale à partir du niveau de la Cellule jusqu’au niveau national élit en
son sein un Comité Exécutif composé de douze (12) personnes.

Article 17 :
Les membres du Comité Exécutif à partir du niveau de Cellule jusqu’au niveau national sont élus pour un
mandat de cinq ans (5) renouvelable une fois seulement.

Un arrêté du Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions détermine le mode d’élection des membres du
Comité Exécutif, les modalités de remplacement ainsi que leurs attributions.

Article 18 :
Le Comité Exécutif est composé, à chaque niveau, des personnes suivantes :

1° un Coordinateur ;
2° un Coordinateur Adjoint ;
3° un Secrétaire ;
4° un Conseiller chargé des finances ;
5° un Conseiller chargé de l’éducation, de la science et de la technologie ;
6° un Conseiller chargé de la culture, des sports et loisirs ;
7° un Conseiller chargé des questions de gendre ;
8° un Conseiller chargé des questions des adolescents ;
9° un Conseiller chargé de la santé ;
10° un Conseiller chargé de l’information ;
11° un Conseiller chargé de la production et du bien–être de la jeunesse.
12° un Conseiller chargé de la coopération.

Article 19 :
Le Comité Exécutif est chargé de :

1° mettre en exécution les décisions de l’Assemblée Générale ;
2° mettre en place un système approprié de coordination des activités de toutes
   les structures de la jeunesse ;
3° préparer à l’intention de l’Assemblée Générale tous les documents
   nécessaires en vue de l’accomplissement de sa mission ;
4° plaider en faveur de la jeunesse dans les organes de prise de décisions ;
5° élaborer le budget et le soumettre à l’Assemblée Générale ;
6° assurer le suivi de la gestion du patrimoine du Conseil National de la
   Jeunesse ;
7° faire chaque année le rapport de ses activités et le soumettre à l’Assemblée
   générale et au Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions ;
8° assurer toute autre tâche lui confiée par l’Assemblée Générale.




               Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                 31

Article 20 :
Le Coordinateur du Comité Exécutif au niveau national est le Représentant Légal du Conseil National de la
Jeunesse.

Article 21 :
Le Coordinateur du Comité Exécutif est remplacé en cas d’absence par le Coordinateur Adjoint.

Article 22 :
Le Comité Exécutif à chaque niveau, se réunit une fois par trimestre et chaque fois que de besoin sur
invitation du Coordinateur, de sa propre initiative ou sur demande d’un tiers (1/3) de ses membres. Pour se
réunir, le quorum requis est de deux tiers (2/3) de ses membres. Les décisions sont prises à la majorité
absolue des voix des membres présents.

Section III : Du Secrétariat Permanent

Article 23 :
Le Secrétariat Permanent au niveau National, de la Province et de la Ville de Kigali, assure la gestion
journalière du Conseil National de la jeunesse.

Le Secrétariat Permanent est dirigé par un Secrétaire Exécutif nommé conformément aux lois et règlements
régissant les agents de l’Etat. Ses attributions sont déterminées par Arrêté du Ministre ayant la jeunesse
dans ses attributions.

Article 24 :
L’organisation et le fonctionnement du Secrétariat Permanent sont déterminés par Arrêté du Ministre ayant
la jeunesse dans ses attributions.




Article 25 :
Les attributions et les droits des agents du Conseil National de la Jeunesse sont régis par le Statut Général
de la Fonction Publique, la présente loi, les Arrêtés du Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions ainsi
que le Règlement d’Ordre Intérieur du Conseil National de la Jeunesse.

Section IV : Du Forum National des Elèves et Etudiants

Article 26 :
Un Arrêté du Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions détermine l’organisation et le fonctionnement
du Forum National des Elèves et Etudiants.

CHAPITRE IV : DU PATRIMOINE

Article 27 :
Le patrimoine du Conseil National de la Jeunesse est composé des biens mobiliers et immobiliers.

Il provient :

1° du budget de l’Etat ;
2° des dons et legs ;
3° des cotisations de la jeunesse ;
4° des revenus provenant des activités des organes du Conseil National de la
   Jeunesse.

Article 28 :



                Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                32

Le Conseil National de la Jeunesse peut créer des établissements et des fonds qui lui permettent de remplir
sa mission. Les règlements y relatifs sont déterminés par l’Assemblée Générale au niveau national, et
approuvés par l’Arrêté du Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions, sur demande du Comité Exécutif
au niveau national.

CHAPITRE V : DU CONTROLE

Article 29 :
Le contrôle du patrimoine du Conseil National de la Jeunesse est assuré par l’Auditeur Général des
Finances de l’Etat.

Article 30 :
L’Assemblée Générale au niveau national nomme des Commissaires aux Comptes chargés de vérifier tous
les six mois l’utilisation du patrimoine et la mise en application des programmes d’activités du Conseil
National de la Jeunesse conformément aux dispositions du Règlement d’Ordre Intérieur.

Les Commissaires aux comptes font rapport à l’Assemblée Générale et réservent copie au Comité Exécutif
et au Ministre ayant la jeunesse dans ses attributions.

CHAPITRE VI : DES DISPOSITIONS FINALES

Article 31 :
Toutes les dispositions légales antérieures contraires à la présente loi sont abrogées.

Article 32 :
La présente loi entre en vigueur le jour de sa publication au Journal Officiel de la République du Rwanda.
Kigali, le………….….

                                            Le Président de la République
                                                  KAGAME Paul

                                                   Le Premier Ministre
                                                   MAKUZA Bernard

                             Le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture
                                            BAYIGAMBA Robert

                             Le Ministre des Finances et de la Planification Economique

                                                   KABERUKA Donald

                   Le Ministre de la Fonction Publique, de la Formation Professionnelle, des Métiers et du
                                                  Travail

                                           BUMAYA Habib André

                           Le Ministre de l’Administration Locale, de l’Information
                                               et des Affaires Sociales
                                              BAZIVAMO Christophe

                             Le Ministre de l’Education, de la Science, de la Technologie
                                        et de la Recherche Scientifique
                                     Prof. MURENZI Romain




               Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                            33

                                  Vu et scellé du Seau de la République :

                       Le Ministre de la Justice et des Relations Institutionnelles

                                           MUCYO Jean de Dieu




Annexe 2


               Organigramme du Conseil National des Jeunes




           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             34



           CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE

                         ASSEMBLEE GENERALE

                                 COMITE EXECUTIVE


                         SECRETARIAT EXECUTIF

                       SECRETARIAT PROVINCIAUX

                          SOJ DISTRICT=FOJAS


    SOJ SECTEUR=Association/Club Anti Sida et Mouvements


               SOJ CELLULE=Association/Club et Mouvements




Annexe 3


           Agenda convenu entre le Consultant, le CNJ et l’UNICEF



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             35



                Activités (activities)                                        Jours de travail (days)
     Revue documentaire en rapport avec le sujet et                          4 jours : 22-27/8/05
      élaboration des outils de collecte (desk review)
     Développement des outils (tool development).
     Réunion avec les partenaires-clés (Meeting with                         3 jours :
      partners).                                                              29-31/08/05
     Pré-test des outils de travail (Tool pré-test)
     Etablissement des rendez-vous (Appointement                             5 jours:
      making).                                                                1er-3/09/05 &
     Descentes sur terrain pour échanges et collecter des                    5-9/08/05
      données/observations des bénéficiaires (Field visits)
     Analyse du Plan Stratégique (Strategic Plan                             6 jours :
      analysis/review)                                                        9-10/08
     Rédaction du premier draft de la revue (Draft                           & 12-15 /09/05
      redaction).
      Réunion de restitution du 1er draft.                                    1 jour :
                                                                              16/09/05

     Finaliser le document de Revue du Plan Stratégique                      5 Jours :
     Transmission du document final.                                         17/09/05
                                                                              & 19-22/09/05




Annexe 4


  Les Provinces sélectionnées pour les visites et les personnes rencontrées/contactées



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                            36

                            MUTARA, le 5 Septembre 2005
                Noms                       Adresse/Fonction
1. Mlle Solange NTIZIREMBO                 Club Anti SIDA
2. Mr Eugene MURAMUZA                      Club Anti SIDA
3. Mr John NGABONZIZA                      Club Anti SIDA
4. Mr Geoffry MUGISHA                      Coordinateur du FOJA
5. Mr Eugide                               Animateur de la CPLS
                            KIBUNGO, 6 Septembre 2005
1. Mr Jean de Dieu MBONYUMUGENZI           Club Anti SIDA
2. Mr Michel MWISENEZA                     Club Anti SIDA
3. Mr Jean de Dieu                         Coordinateur du FOJA
4. Mgr Josias SENDEGEYA                    Président CPLS
                            BYUMBA, le 7 Septembre 2005
1. Mr Emmanuel KWIZERA                     Club Anti SIDA
2. Mlle Marie Pierrette UWAMURERA          Club Anti SIDA
3. Mr Alexandre MUHIZI                     Club Anti SIDA
4. Mr Bernard NSNGIYUNVA                   FOJA
5. Mr Claude SHIRIMUMPU                    CPLS
                             BUTARE, le 8 Septembre 2005
1. Mr Line NKEJIMANA                       Club Anti SIDA
2. Mr Firmin RUTAYINTARE                   Club Anti SIDA
3. Mr Chrysostome MUGABO                   FOJA
                             RUHENGERI, le 9 Septembre 2005
1. Mr Eustache MUNYANEZA                   Coordinateur du FOJA
2. Mr Patrick UWINEZA                      Club Anti SIDA
3. Mr Désiré MUSONI                        Club Anti SIDA
4. Mr Focas UWIMANA                        FOJA
                             MVK le 12 Septembre 2005
1. Mr Alexis RUTAYISIRE                                    FOJA
2. Mr Emmanuel SHEMA                                       Coordinateur FOJA




Annexe 5

                         Liste des Partenaires rencontrées/contactés




           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                               37

                                         AGENCES ONUSIENNES

Institution                                                   Staff/Responsable
FNUAP                                                         Mr Marc RAMAEKERS
ONUSIDA                                                       Mme Caroline MANLAN
PNUD                                                          Mme Beltilde
UNICEF                                                        Dr Jane MUITA
                                                              Mme Bernardine MUKAKIZIMA

                      AUTRES AGENCES DE DEVELOPPEMENT ET FONDATIONS

USAID                                                         Mme Nancy FITCH
                                                              Mr Simon
PACFA                                                         Mr Alphonse
                                                              Mme Cecile

                             INSTITUTIONS GOUVERNEMENTALES/PROJETS

MIJESPOC                                                      Mr David NSENGA
CNLS                                                          Mlle Lidy
                                                              Mr Jean Pierre AYINGOMA
GLOBAF FUND                                                   Mme Solange SHENGERO
MAP                                                           Dr Thomas KARENGERA
                                                              Mr Canisius
PNILT                                                         Dr Michel GASANA

                            ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

PSI                                                           Mme Camilla
WORLD RELIEF                                                  Dr K. Gwan ESTHER
CROIX ROUGE                                                   Mr Fidèle GAKUBA
RCLS                                                          Mr Stanis NGARUKIYE




Annexe 6

                            REVUE DU PLAN STRATEGIQUE 2001-2005 DE
                            LUTTE CONTRE LE SIDA CHEZ LES JEUNES
                                             (Outil de collecte des données)


              Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                              38



1. Identité/Nom du partenaire/Bailleur : …………………………………………………………

2. Lieu d’intervention : ……………………………………………………………………………

3. Domaines d’intervention :

IEC/CCC
Dans le renforcement des capacités de Mécanismes et stratégies de Communication
Dans la culture, Education et Genre
Dans le cadre de lutte contre la Pauvreté
Dans l’utilisation du Condom, sa commercialisation et usage
Dans les activités de VCT
Dans la recherche des droits des jeunes
Dans l’assistance des familles des jeunes atteints du VIH/SIDA et l’entretien de leurs parents
(Désespoir et fatalisme)
Plaidoyer pour les ARVs le traitement des ISTs & Prise en charge des jeunes
Collaboration régionale des jeunes dans la lutte contre le SIDA.
Autres (a préciser)………………………………………………………………………………….

4. Année début d’appui aux interventions des jeunes:………………………………………………..

5. Progrès remarqués :
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………….
6. Contraintes/Problèmes (défis) identifiés dans le partenariat et autres:
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………….
7. Souhaits/Recommandations pour la future planification
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..
8. Opportunités
…………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………..
Date :

                                      Le CNJR vous remercie.



Annexe 7

          REVUE DU PLAN STRATEGIQUE 2001-2005 DE LUTTE CONTRE LE
                                   SIDA CHEZ LES JEUNES
                                   (Outil de collecte des données)


             Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             39



Introduction

Cet outil est un instrument conçu en général pour voir l’état d’avancement des
activités des bénéficiaires du CNJ et en particulier ressortir les accomplissements
importants dans ce Secteur pour les activités de lutte contre le SIDA. Il est évident
que les contraintes et les souhaits des jeunes doivent y apparaître.

Comment l’utiliser ?

La collecte des données relatives à tous les points dont il est question ici se fera dans
une sorte des Groupes de discussion mais pas nécessairement dirigés ou les jeunes
des 6 Provinces sélectionnées par le CNJ, l’UNICEF seront rassemblés par le Conseil
National des Jeunes.

Chaque bénéficiaire (Club anti-SIDA/Association ou autre bénéficiaire du CNJ,
devra indiquer dans les colonnes prévues des données brèves et concises. 4 colonnes
sont à remplir. La 1ere colonne est relative aux facteurs favorisant l’infection des
jeunes, la 2e est relative aux interventions/activites comme 10 meilleures pratiques
(best practices), la 3e est relative aux besoins/problèmes urgents nécessitant
beaucoup d’attentions et la 4e est relative aux souhaits/recommandations des jeunes
pour la future planification strategique. La colonne en rapport avec les interventions
doit être bien remplie car elle détiendra 10 éléments importants d’accomplissement
des activités par an (10 major achievements per year).

C’est sur la combinaison de ces éléments avec ceux issus de l’analyse de l’exécution
du PS, les observations des Partenaires et Bailleurs que le Consultant va se fonder
pour ressortir les points saillants du Plan Stratégique prochain pour les jeunes.




Facteurs favorisant Meilleures                      Contraintes, besoins et Souhaits et recommandations
la contamination    interventions                   problèmes urgents
                    (activités) 2001                -
                    -                               -
                    -



            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                             40



Facteurs favorisant Meilleures                      Contraintes, besoins et Souhaits et recommandations
la contamination    interventions                   problèmes urgents
                    (activités) 2002                -
                    -                               -
                    -

Facteurs favorisant Meilleures                      Contraintes, besoins et Souhaits et recommandations
la contamination    interventions                   problèmes urgents
                    (activités) 2003                -
                    -                               -
                    -

Facteurs favorisant Meilleures                      Contraintes, besoins et Souhaits et recommandations
la contamination    interventions                   problèmes urgents
                    (activités) 2004                -
                    -                               -
                    -

Facteurs favorisant Meilleures                      Contraintes, besoins et Souhaits et recommandations
la contamination    interventions                   problèmes urgents
                    (activités) 2005                -
                    -                               -
                    -




Annexe 8

       REVUE DU PLAN STRATEGIQUE 2001-2005 DE LUTTE CONTRE LE
                                    SIDA CHEZ LES JEUNES
                                      (Outil d’analyse des données)


            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                            41


Introduction
Cet outil est un instrument conçu en général pour voir l’état d’avancement des
activités des bénéficiaires du CNJ et en particulier ressortir les accomplissements
importants dans ce Secteur pour les activités de lutte contre le SIDA, les contraintes
et les souhaits de planification des jeunes.

Comment l’utiliser ?
La collecte des données relatives à tous les points dont il est question ici se fera de
manière à ce que le Consultant puisse avoir dans chaque colonne des éléments
figurant dans les phrases qui suivent.

Voici les Colonnes proprement dites :
La 1ere colonne est relative aux objectifs du Plan Stratégique 01-05
La 2e est relative aux interventions planifiées
La 3e est relative aux statuts des interventions dans l’exécution
La 4e est relative aux résultats atteints, la 5e aux partenaires impliqués dans
l’intervention
La 6e aux contraintes rencontrées et
La 7e colonne aux souhaits et recommandations des jeunes.

Objectifs spécifiques du Plan

Les Axes ci-dessous sont ceux prévus dans le Plan Stratégique et ils traduisent les
objectifs spécifiques :

Axe N0 1 : IEC, messages des jeunes, méthodes de communication (IEC/CCC )
Axe N0 2 : Renforcement des capacités de mécanismes de prévention (Mécanismes et
stratégies de Communication)
Axe N0 3 : Mobiliser les jeunes filles et femmes a renforcer leur rôle dans la lutte
contre le SIDA(dans le Cadre des aspects de Culture, Education et Genre)
Axe N0 4 : Améliorer la situation socio-économique des jeunes pour réduire
         l’infection et l’impact du VIH/SIDA( dans le cadre de lutte contre la Pauvreté)
Axe N0 5 : Disponibiliser les condoms et renforcer son usage (Condom, sa
commercialisation et usage)
Axe N0 6 : Permettre une large connaissance du statut sérologique et amener les
PVVs a assumé leur état (VCT)
Axe N0 7 : Réhabiliter les jeunes PVV et renforcer leur cadre de solidarité (droits des
jeunes)
Axe N0 8 : Assister les familles des jeunes atteints du VIH/SIDA dans l’entretien de
leurs parents (Désespoir et fatalisme)
Axe N0 9 : Plaider pour l’acquisition des ARV et traitement des STIs (Plaidoyer et tabou
sur le SIDA et Prise en charge des jeunes).
Axe N0 10 : Développer les services psychosociaux en faveur des séropositifs et
malades du SIDA


           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                42


Axe N0 11 : Renforcer la collaboration régionale des jeunes dans la lutte contre le
SIDA.

Axe     Activité           Statut          Résultat        Partenaire Contraintes             Recommandations
        planifiée          R,RT, RR        atteint         Bailleur
        2001
        -
        -
        -
Axes    Activité           Statut          Résultat        Partenaire Contraintes             Recommandations
        planifiée          R,RT, RR        atteint         Bailleur
        2002
        -
        -
        -
Axes    Activité           Statut          Résultat        Partenaire Contraintes             Recommandations
        planifiée          R,RT, RR        atteint         Bailleur
        2003
        -
        -
Axes    Activité           Statut          Résultat        Partenaire Contraintes             Recommandations
        planifiée          R,RT, RR        atteint         Bailleur
        2004
        -
        -
        -
Axes    Activité           Statut          Résultat        Partenaire Contraintes             Recommandations
        planifiée          R,RT, RR        atteint         Bailleur
        2005
        (1er semest)
        -
        -
              R= Réalisée, RT= Réalisée à Temps, RR= Réalisée en retard




           Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                                                    43




Annexe 9

                                                           Statut des Interventions détaillé


                                                         Année         Année réelle       Réalisées        Réalisées à   Réalisées   Partenaires     Résultats/Observations
                                                         prévue pour   d’exécution          (R)           temps          en retard   impliquées
                                                         l’exécution                                        (RT)           (RR)
Obj 1 : Informer, éduquer et
mobiliser la jeunesse et la société
sur le VIH/SIDA.
Réaliser une revue de la base des données                                                                                            GF/VCT I ,      Faute de moyen, l’exécution n’a
disponible sur la prévalence de l’infection à VIH des    2001, 2002     2004                                                         CDC-PEPFAR      été possible qu’en 2004 avec les
MSTs et                                                                                                                                              initiatives de GF et grâce à l’appui
                                                                                                                                                     technique de CDC/PEPFAR
Conduire des études et enquetes en vue d’améliorer                                                                                   JHU, FHI
la base des données sur les MSTs et de l’infection à     2001, 2002    2001/2004                                                     MINISANTE,      Une enquête CAP sur 238 Enfants
VIH dans la population générale et dans la jeunesse                                                                                  MIJESPOC,       de la rue a été réalisée en 2001
en particulier. Produire une situation de référence et                                                                               MSF/Belgique,   grâce du financement de JHU.
des mises à jour semestrielles.                                                                                                      GF-VCT I ,      Une autre enquête CAP a été faite
                                                                                                                                                     par MSF en 2002 auprès des
                                                                                                                                                     30.143 élèves des classes de 5è et
                                                                                                                                                     6è primaires. Avec GF-VCT, 2
                                                                                                                                                     autres études ont été faites en
                                                                                                                                                     2004 dans 7 Prov: 1 sur les
                                                                                                                                                     besoins des Assoc. des jeunes et 1
                                                                                                                                                     sur l’accessibilté + utilisation des
                                                                                                                                                     condoms.
Mener une campagne nationale d’information et de         2001, 2002     2003/2004/5                                                  MAP, Medias,    Activité possible à l’arrivée des
mobilisation pour le dépistage volontaire                                                                                            VCT I, WR       ARVs dans les milieux scolarisé
                                                                                                                                                     et non scolarisé.
Produire et mettre en place des programmes                                                                                           FNUAP, MAP      Démarrage du programme de
d’enseignement portant sur l’éducation sexuelle, la      2001          2003/2004                                                     MIJESPOC,       SRA avec beaucoup de Centres
sanaté sexuelle, la reproduction , les MSTs et le                                                                                    UNICEF, WR      des jeunes initiés. 778 jeunes des
VIH/SIDA pour le système éducatif formel et non                                                                                                      Centres encadrés par FNUAP ont
formel.                                                                                                                                              été en SR en 2004 .En 2005, 30
                                                                                                                                                     Parents de Kigali Ngali ont été
                                                                                                                                                     formés en SRA + 32 Animateurs
                                                                                                                                                     de 3 Ecoles secondaires. Avec
                                                                                                                                                     UNICEF aussi dans les 5 Prov.




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                                44




Préparer des messages sur les MSTs et le VIH/SIDA         2001, 2002    2004/2005                                  FNUAP,         En 2004, il y a eu multiplication
dans la jeunesse pour diffusion dans les médias.                                                                   Médias, MAP,   et distribution des 120 cassettes
                                                                                                                   MINISANTE
Céer pour les jeunes un espace d’expression sur les       2001, 2002,                                              JHU, Medias,   cette intervention a commencé
MSTs et le VIH/SIDA à la radio et la TV.                  2003, 2004,   2002                                       ORINFOR,       précisement en Mars 2002 avec
                                                          2005                                                     PACFA          les émissions aux radios Rwanda,
                                                                                                                                  VOA.. et elles continuent à se
                                                                                                                                  faire. PACFA a facilté la création
                                                                                                                                  en 2005 des Clubs d’écoutes dans
                                                                                                                                  2 Provinces + la distribution des
                                                                                                                                  radios aux pairs éducateurs. PSI a
                                                                                                                                  atteint 1050 jeunes dans 7
                                                                                                                                  émissions « Radio Abajene ».
Produire des supports déstinés à orienter les             2001, 2002,                                              FHI/Impact,    Un document a été confectionné
décideurs et les autorités morales dans les messages      2003, 2004,   2003/5                                     WR, CNLS,      en collaboration avec FHI/Impact.
qu’ils adressent à leurs publics                          2005                                                     MAP            En fin 2004, 3.750 ont été
                                                                                                                                  multipliés et distribués.
Identifier, sensibiliser et mobiliser les Jeunes          2002, 2003,   2002                                       PACFA,         à travers les visites faites avec
porteurs du VIH à apporter un message de vie              2004, 2005                                               ANSP+,         PACFA au CHK en 2002
positive avec la maladie                                                                                           MIJESPOC


                                                                                                                   JHU,           Ici se sont opérées ce que JHU a
Organiser des conférences-débats publics dans les         2001, 2002,   2001/2                                     MIJESPOC,      appelé Town Meetings, 1.086
centres urbains et ruraux                                 2003, 2004,                                              MAP            jeunes ont été touchés en 2001/2.
                                                          2005
Obj 2 : Renforcer les capacités et
mécanismes de prévention chez les
jeunes.
Préparer et transmettre un message anti SIDA aux          2001, 2002,                                              JHU,           Avec MAP en 2004, il y avait
groupes marginalisés des jeunes et mener des              2003, 2004,   2001/2                                     MIJESPOC,      540 Pairs àducateur formés pour
campagnes de sensibilisation                              2005                                                     Police         assurer le continium de
                                                                                                                   Nationale,     sensibilisation chez les jeunes.
                                                                                                                   MAP, PSI       645 radios ont été distribuées aux
                                                                                                                                  jeunes dans le cadre du << Projet
                                                                                                                                  listners-club >>. Jusqu’en 2005,
                                                                                                                                  PSI a formé au total 455.380 pairs
                                                                                                                                  éducateurs dans 12 Provinces.
Mener des actions de redynamisation d’éducation           2001/2002     2002/4                                     UNICEF,        Avec UNICEF, en 2004 dans 5
familiale en vue d’inculquer aux enfants des valeurs                                                               PACFA,         Prov, formation d’environ 250
posittives et une culture forte, saine par la parole et                                                            MIJESPOC,      formateurs des
par l’exemple.                                                                                                     MAP, WR        formateurs/animateurs + En
                                                                                                                   ProFemme       2004, dans 5 Prov avec MAP 5
                                                                                                                                  Conférences-débats ont été




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                               45



                                                                                                                                 organisées (Kibuye, Byumba,
                                                                                                                                 Kibungo, Gikongoro, Ruhengeri).
                                                                                                                                 La Lutte contre la polygamie a
                                                                                                                                 été appuyée par Profemme a
                                                                                                                                 Ruhengeri
Mener une enquête auprès des jeunes et accueillir
leur appréciation sur l’éducation religieuse et leurs   2003           Non réalisée
suggestions pour qu’elles produisent un impact
meilleur sur le comportement des jeunes dans le
domaine de la sexualité
Créer un lobby en vue de la mise sur pied d’une                                                                    Police        2 réunions ont été faites en
police de protection des mineurs et des bonnes          2001           2003/2004                                   Nationale,    collaboration avec MINALOC
moeurs                                                                                                             MINALOC
Mener des actions en vue de sensibiliser les jeunes
sur le danger de l’alcoolisme et de la consommation     2002           2002/4                                      JHU, UNICEF   Pour contrecarrer les problemes
de drogues.                                                                                                                      des jeunes contre l’alcoolisme et
                                                                                                                                 les drogues, de 2002 à la fin de
                                                                                                                                 2004, 896 Clubs Anti SIDA
                                                                                                                                 venaient d’être créés dans les
                                                                                                                                 écoles et 1.634 en déhors des
                                                                                                                                 écoles (crf rapprt CNJ 2004).
                                                                                                                                 Avec UNICEF en 2004, 150
                                                                                                                                 jeunes ont été bénéficiaires des
                                                                                                                                 sensibilisations des dangers du
                                                                                                                                 VIH/SIDA à Ruhengeri, 200 à
                                                                                                                                 Byumba, 300 à Butare.
Concevoir et mettre en oueuvre un programme                                                                        AGEER,        Avec PACFA en 2005, dans ce
d’animation et d’activités socio-éducatives des         2001           2001/4/5                                    Eglises,      cadre certains Centres des Jeunes
jeunes de tous les milieux et de tous les                                                                          MIJESPOC,     ont été réhabilités dans 4 endroits
environnements. Généraliser les Clubs Anti SIDA                                                                    MINEDUC,      du Rwanda, équipés et salaires
dans les écoles et en milieu non scolaire,                                                                         PACFA, PSI,   payés (Gisenyi, Nyamata, Kabuga
particulièrement en milieu rural.                                                                                  FNUAP,        et Byumba). FNUAP en a encadré
                                                                                                                   UNICEF        3 de Cyangugu, Kibuye et
                                                                                                                                 Umutara. Dans le Centre
                                                                                                                                 Dushishoze, 160.444 jeunes ont
                                                                                                                                 été atteints par PSI. Les Centres
                                                                                                                                 de Kibungo, Butare et Ruhengeri
                                                                                                                                 viennent t récemment d’être
                                                                                                                                 réhabilités par PSI
                                                                                                                                  Avec MAP en 2004 il y a eu
                                                                                                                                 organisation d’environ 60
                                                                                                                                 compétitions socioculturelles et
                                                                                                                                 sportives ayant touché environ
                                                                                                                                 28.500 jeunes. Avec UNICEF,
                                                                                                                                 1.752 jeunes Centres des Jeunes
                                                                                                                                 de Kabuga et Nyamata ont été




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                                   46



                                                                                                                                     touchés+55 entraîneurs sportifs
                                                                                                                                     formés dans Kgl Ngali. Dans les
                                                                                                                                     écoles et en sport, l’UNICEF s’est
                                                                                                                                     impliquée

Objectif 3 : Mobiliser les jeunes filles
et femmes à renforcer leur rôle dans
la lutte contre le SIDA.

Organiser des campagnes de sensibilisation des                                                                      PACFA            Activité rendue possible avec les
jeunes filles et femmes pour les amener à participer   2002             2002                                                         fonds de PACFA. Mais celle-ci a
activivement dans la lutte contre le VIH/SIDA                                                                                        été accompagnée par une
                                                                                                                                     scolarisation à nombre égal entre
                                                                                                                                     des jeunes filles et des jeunes
                                                                                                                                     garçons.
Préparer les formations des formateurs en faveur des                                                                UNICEF,          Pour les formations, elles ont été
leaders des jeunes filles et femmes sur le VIH/SIDA    2002             2004                                        PACFA,           soutenues en gros par ces
                                                                                                                    MIGEPROFE,       partenaires se trouvant dans la
                                                                                                                    Associations     colonne précédente. La
                                                                                                                    des Etudiants,   scolarisation à Ruhengeri a été
                                                                                                                    MAP, Global      appuyée par Global Hope
                                                                                                                    Hope fondation   fondation d’Atlanta
Mener des enquêtes auprès des jeunes orphelins                                                                      MAP,             Ça n’a pas été des enquêtes
démunis, non scolarisés et descolarisés, recuiellir    2002              2004                                       Associations     comme tel mais les FOJAS l’ont
leurs souhaits quant aux activités génératrices des                                                                 des Jeunes,      fait avec MAP. Beaucoup de
revenus, étudier des micro-projets à leur intention,                                                                MIJESPOC,        micro-projets (48) ont trouvé des
évaluaer leur participation dans le financement,                                                                    PNUD-CNLS        financements. Il y a d’autres
mobiliser les appuis requis pour la mise en œuvre de                                                                                 Associations ayant été financées à
micro-projets.                                                                                                                       travers le Projet PNUD-CNLS.
Objectif 4 : Améliore la situation
socio-économique des jeunes en vue
de réduire l’infection et l’impact du
VIH/SIDA.
Faciliter aux jeunes l’accès au crédit agricole et     2001, 2002,                                                  MAP              MAP a pu faciliter l’acquisition
d’élevage                                              2003, 2004,      2004                                                         des grains pour les Jeunes ayant
                                                       2005                                                                          des initiatives.agricoles (36 Assoc
                                                                                                                                     au total)
Renforcer les moyens financiers propres des jeunes     2001, 2002,                                                  UNICEF, MAP      Ajoutées à ces 36 Associations,
                                                       2003, 2004,      2004                                        Coopérations     MAP a financé aussi 12 autres
                                                       2005                                                         Holandaise et    Assoc des jeunes PVVs ce qui
                                                                                                                    Francaise,       donne 48 Associations ayant
                                                                                                                    WR/USAID         bénéficié l’appui financier de




                   Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                           47



                                                                                                                              MAP. A Ruhengeri,
                                                                                                                              1.400.000Fr/district ont été
                                                                                                                              accordés par les hollandais pour
                                                                                                                              les banques des jeunes. A
                                                                                                                              Byumba c’était UNICEF (ref
                                                                                                                              intervention 4).


Améliore la technique et la technologie de              2002, 2003,                                                MAP/VCT    302 leaders des Assciations ont
transformation et conservation des produits             2004, 2005     2004/5                                                 été formés en gestion des AGR ,
agricoles                                                                                                                     le VCT a appuyé dans
                                                                                                                              l’acquisition des salaires pour
                                                                                                                              coordonner ces 48 initiatives
                                                                                                                              sélectionnées comme best
                                                                                                                              practices par le CNJ (4 assoc/Prov
                                                                                                                              ont reçu 1million de Frw pour
                                                                                                                              achat des chevres ) .
Objectif 5 : Disponibiliser le condom
et renforcer son usage.
Promouvoir l’approvisionnement du pays en               2001, 2002,
préservatif féminin                                     2003, 2004,    Non réalisée
                                                        2005
Mener une campagne auprès de l’entreprise qui                                                                      CAMERWA,   En 2004 autour de 335.800
commercialise le condom masculin en vue d’une           2002           2004                                        PSI        condoms masculins ont été
distribution qui couvre l’ensemble du pays                                                                                    distribués par le CNJR et le PSI
                                                                                                                              en a distribué 1.1255.248 depuis
                                                                                                                              l’ouverture du Centre Dushishoze.

Préparer minitieusement et mener une campagne                                                                                 Cette activité a commencé avec le
nationale de sensibilisation des jeunes au recours à    2001, 2002,    2001-2005                                              début du Plan Stratégique. PSI lui
l’auto-protection par le condom. La campagne            2003, 2004,                                                JHU, PSI   seul a atteint 111.682 jeunes dans
comportera un volet d’explication auprès des            2005                                                                  l’IEC avec la Ciné-mobile. La
groupes opposés pour des raisons diverses au                                                                                  MTR nationale parlent de plus de
condom. Elle sera menée de préférence dans                                                                                    7 millions vendus par PSI depuis
l’envirronnement habituel des jeunes concernés                                                                                2002 jusqu’en 2004.
Objectif 6 : Permettre une large
connaissance du statut sérologique
et amener les séropositifs à assumer
leur état.

Mettre sur pied à l’échelle nationale un réseau serré                                                              MAP, PSI   Avec les 118 VCT appuyés grace
de services de couselling et de sensibilisation au      2001, 2002,    2004                                                   aux tickets modérateurs payés par
dépistage volontaire des MSTs et du VIH/SIDA            2003, 2004,                                                           MAP 68.416 ont été dépistés. PSI




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                                48



pour la jeunesse                                          2005                                                                    a atteint 14.421 jeunes dans son
                                                                                                                                  VCT de Butare.




Organiser des sessions d’informations visantà :                                                                     MAP,          460 pairs éducateurs ont été
Eclairer la population saine et celle porteuse du         2001, 2002,    En 2004                                    UNICEF        formés avec le financement MAP
virus sur les dures réalités du VIH/SIDA, dénoncer        2003, 2004,                                                             entre autre pour cette mission
les idées fausses, les préjugés et les superchéries des   2005                                                                    (rapport 2004), les 250 animateurs
charlatants, montrer qu’avec une bonne hygiène de                                                                                 formés par UNICEF également
vie et un bon entretient, un séropositif peut                                                                                     dans ses 5 Provinces (Gisenyi,
prolonger ses jours dans des conditions                                                                                           Ruhengeri, Byumba, Butare,
supportables.                                                                                                                     Kigali Ngali).




Organiser des cérémonies publiques déstinées à                                                                      PACFA,         Les Kids ligues ont servi à cela;
rendre hommage aux jeunes séropositifs qui ont le         2001, 2002,   2004/5                                      UNICEF        UNICEF a touché environ 6000
courage de se déclarer et de témoigner dans le but        2003, 2004,                                                             jeunes en 2004 dans les activités
de faire prendre conscience à leurs concitoyens de la     2005                                                                    sportives. Cette activité continue
gravité du VIH/SIDA                                                                                                               en 2005.
Objectif 7 : Réhabiliter les jeunes
séropositifs ou malades et renforecer
leur cadre de solidarité.
Organiser des campagnes de promotion des droits                                                                     JHU, ANSP+,   Pour cette activitée, 50
du séropositif en tant que personne humaine à part        2001, 2002,   2001/2002                                   UNICEF, WR    Associations et Mouvements des
entière et personne humaine en circonstances              2003, 2004,                                                             jeunes ont été sensibilsés en 2002.
difficiles (vulnérables). En d’autres termes, les         2005                                                                    En 2005, avec UNICEF, 360
devoirs des personnes saines, sur le plan matériel                                                                                leaders ont été sensiblisés sur les
comme sur le plan moralet affectif                                                                                                droits des séropositifs, 24.000
                                                                                                                                  jeunes enfants de 10 à 16 ans ont
                                                                                                                                  été mobilisés sur les droits des
                                                                                                                                  enfants dans les marches, 20.000
                                                                                                                                  dans le sport.
Promouvoir la constitution d’associations de                                                                        MAP           Parmi les Associations des PVVs
séropositifs et malades du SIDA, les appuyer              2001, 2002,    2004                                                     existant au Rwanda, au moins 1
techniquement, matériellement et moralement               2003, 2004,                                                             association des jeunes PVVs par
                                                          2005                                                                    Province a été mise en place.




                   Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                               49



Objectif 8 : Assister les familles dans
l’entretient de leurs patients.


Appuyer et conseiller les familles sur : la conduite à                                                             UNICEF, MAP   Les 250 formateurs des
tenir à l’égard et leurs malades, notamment la            2002, 2003,   2005                                                     animateurs avec UNICEF ont sevi
considération qu’ils doivent leur témoigner,              2004, 2005                                                             à cela. Egalement les pairs
l’alimentation à leur procurer, les distractions à leur                                                                          éducateurs formés dans les cadres
assurer.                                                                                                                         de MAP.
Assurer les familles démunies pour qu’elles puissent      2002, 2003,   2003                                       MAP           Ç’a été des visites à domicile
entretenir convenablement leurs malades                   2004, 2005                                                             organisées par les FOJAs et les
                                                                                                                                 Associations de PVVs.


Objectif 9 : Plaider pour la
disponibilité et l’accessibilité des
ARVs et le traitement des MSTs et
IOs.
Plaider pour le renforcement des structures                                                                        PACFA,        Faite en collaboration avec tous
sanitaires,   équipements      de     laboratoire  e      2002, 2003,   2004                                       CNLS-MAP,     ces 3 Partenaires, il a été
l’approvisionnement en produits d’analyse pour un         2004                                                     VCT           question d’approvisionner d’abord
dépistage précose des MSTs, de l’infection à VIH et                                                                              les 118 structures sanitaires
des affections opportunistes et en informer les JVV+                                                                             (VCTs) en produits de laboratoire

Plaider pour l’augmentation, l’approvionnement et                                                                  PACFA,
l’amélioration d’acquisition des produits de              2002, 2003,   2004                                       CNLS-MAP,
                                                                                                                                 C’a été dans le même esprit que
traitement du SIDA et des MSTs et des infections          2004                                                     VCT
                                                                                                                                 l’intervention précédente, mais ici
opportunistes, notamment en acccroissant les
                                                                                                                                 cela s’est fait dans le sens de
allocations budgétaires y affectées et en mettant en
                                                                                                                                 plaidoyer relatif aux produits
œuvre des mesures incitatives pharmaceutiques qui
                                                                                                                                 pharmaceutiques.
prennent des initiatives dans ce sens.
Objectif 10 : Dévélopper les services
psycho-sociaux spécifiques en faveur
des jeunes séropositifs & malades.

Elaborer une politique claire en cette matière            2002          Non réaliée
Renforcer les capacités institutionnelles des                                                                      MAP           C’est toujours avec les fonds
structures responsables : accroissement des effectifs,    2001, 2002,                                                            MAP. C’est le rôle des pairs
formations dans le domaine du counselling et des          2003, 2004,   2004                                                     éducateurs formés et qui ont eu un




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                                                               50



techniques de laboratoirepour le diagnostic des       2005                                                                       vélo chacun(ref commentaires
MSTs et du VIH/SIDA                                                                                                              précédents).
Objectif     11 :     Renforcer la
collaboration régionale des jeunes
dans la lutte contre le SIDA.
Préparer des séminaires régionaux des jeunes sur la   2001, 2002,                                                  CNJR et ses   La préparation et l’exécution de la
pandémie du VIH/SIDA                                  2003, 2004,      2001/2002/3                                 Partenaires   2è Conférence Panafricaine sur le
                                                      2005                                                                       SIDA organisée du 22 Mai au 3
                                                                                                                                 Juin 2003.

Elaborer un plan stratégique et un plan d’action      2001, 2002       2004                                        ONUSIDA,      1 Plan Stratégique 2005-2010 a
commun de lutte contre le SIDA chez les jeunes de                                                                  FNUAP, PAYA   été élaboré en 2004.
la région
Préparer des voyages d’études vers les pays de la     2001, 2002,                                                  MIJESPOC,     3 voyages d’étude ont
région ayant montré de bonnes expériences dqns la     2003, 2004,       2001/2002                                  FNUAP, PAYA   été organisés pour aller voir les
lutte contre le SIDA                                  2005                                                                       meilleures pratiques : en Uganda,
                                                                                                                                 en Tanzanie et au Kenya.




                  Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                          51



Annexe 10

                 Budget de lutte contre le SIDA chez les Jeunes 2001-2005

                                              Fonds promis (en Frw)
Partenaires/Budget 2001                      2002                  2003             2004                     2005
                           211.397.680 Fr    (22.000.000 Fr)    (234.496.950 Fr)    (22.126.000 Fr)          (325.867.280 Fr)
Gouvernement                      -                 -                  -
                                                                                    91.298.459               101.538.128

UNICEF                            -          9.192.700          21.918.613          9.034.000                 18.585.500

Banque Mondiale                   -                 -           23.670.428          120.310.361              163.212.000
(MAP)
Global Fund (VCT                  -                 -           98.728.175                 -                 103.950.000
Intégré)
FNUAP                             -                 -           5.224.038                  -                        -

PACFA                             -          16.215.700 5.016.800                          -                        -

PSI                                                                                 3.240.000

                                              Fonds utilisés (en Frw) jusqu’au 22/9/05

Partenaires/Fonds           2001             2002               2003                2004                     2005
Gouvernement                       -
                                             20.000.000 10.198.134                  65.956.553               42.931.359

UNICEF                             -         9.192.700          18.160.563            12.792.050                    -

Banque Mondiale                    -                -           9.295.248           119.974.312 72.747.600
(MAP)
Global Fund                        -                -                  -            104.402.453 45.229.212
(VCT Intégré)
FNUAP                              -                -           5.224.038               3.028.480              5.766.500

PACFA                              -                -           5.016.800                   -                      -


PSI                                                                                 3.240.000




            Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                  52



             Annexe 11


      SYNTHESE DES VCTs DES JEUNES AVRIL-JUILLET 2005


No PROVINCES            Nombre des jeunes testes                  Nombre des jeunes                       Taux de
                                                                  VIH+                                    prévalence
                        Filles       Garçons         Total        Filles Garçons Total
1    GISENYI            4.685        3.998           8.683        239    124      363                     4,1 %
2    RUHENGERI          4.261        4.230           8.491        173    118      291                     3,4
3    BYUMBA             2.959        2.700           5.659        185    93       278                     4,9
4    BUTARE             4.096        3.605           7.701        371    304      675                     8,7
5    CYANGUGU           3.160        3.309           6..469       35     70       105                     1,6
6    KIGALI             3.993        3.001           6.994        135    106      241                     3,4
     NGALI
7    KIBUYE             4.126        3.789           7.915        308        574             882          11,1
8    UMUTARA            1.347        1.189           2.536        269        234             503          19,8
9    GIKONGORO          2.842        2.736           5.578        240        162             402          7,2
10   KIBUNGO            5.074        3.316           8.390        343        184             527          6,2
11   KIGALI             1.651        1.365           3.016        437        220             657          21,79
     VILLE
12   GITARAMA           1.191 1.083                  2.274 69     41                         110   5
     TOTAL              40.510 34.861                76.420 2.797 2.193                      5.323 7,7%




         Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                53



  Annexe 12


      Répartition des interventions selon les Partenaires par Provinces


PROVINCES                                     PARTENAIRES
BUTARE            UNICEF                  PSI
BYUMBA            UNICEF                                     PACFA                   MAP
CYANGUGU          FNUAP                                      BAD                                           GF
KIBUNGO                                   PSI                PACFA                   MAP
KIBUYE            FNUAP                                                              MAP
KIGALI NGALI      UNICEF                                     PACFA                                         GF
                                                             BAD
GIKONGORO                                                    BAD                     MAP                   GF
GITARAMA                                                     PACFA
GISENYI           UNICEF                                     PACFA, BAD                                    GF
MVK                                                          PACFA                                         GF
RUHENGERI         UNICEF                  PSI                PACFA, BAD              MAP
UMUTARA                                                                                                    GF




          Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005
                                                                                                                  54




                               ERRATA

P.46     Budget de lutte contre le SIDA chez les jeunes

Un contact avec PACFA a été fait par le Consultant après restitution du présent rapport
en date du 7 Octobre 2005 afin de voir s’il n’y a rien d’oublier, d’autant plus que ce
Projet s‘est excusé à la restitution. Pour des raisons de gestion directe des fonds par
PACFA(**), le bénéficiaire étant le CNJR, le lecteur de ce rapport doit être informé sur
les éléments ci-dessous ne figurant pas dans la comptabilité du CNJR :

En 2002
PACFA a reçu de l’USAID 10.786.211 Frw et 6.338.650 Frw ont été utilisés dans le
cadre du Projet « Spread the Word not the virus ». D’autre part, il a reçu 23.480.000 Frw
et 18.334.450 Frw ont été utilisés dans le cadre du Projet « Sensibilisation des jeunes en
milieu rural ».

En 2003
PACFA a également reçu de l’USAID 11.180.811 Frw et 10.497.425 Frw ont été utilisés
dans le cadre du Projet « Spread the Word not the virus» puis PACFA a reçu 5.145.550 et
3.360.000 ont été utilisés dans le cadre du Projet « Sensibilisation des jeunes en milieu
rural ».

En 2004
PACFA a également reçu de l’UNICEF 31.800.000 Frw et les 31.800.000 Frw ont été
utilisés dans les activités des Centres des Jeunes puis PACFA a reçu de l’USAID
21.761.123 Frw dans le cadre du Projet « Club des Auditeurs » et 10.897.870 Frw ont été
utilisés dans ce même cadre.

En 2005
Au mois de Mars, PACFA a également reçu de l’ONUSIDA 39.914.904 Frw pour appui
aux Centres des Jeunes mais au moment où nous finalisions ce rapport le bilan financier
n’était pas disponible.




(**) C’est ce que par exemple le PNUD appelle payement direct (ligne budgétaire DEX)




                 Revue finale du Plan Stratégique du Conseil National de la Jeunesse du Rwanda, Août- Sept 2005

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:12
posted:9/14/2011
language:French
pages:54