ppt_Prevention_des_troubles_du_langage-1

Document Sample
ppt_Prevention_des_troubles_du_langage-1 Powered By Docstoc
					            Prévention
     des Troubles du Langage




   Fédération Nationale des Orthophonistes
Prévention des troubles du langage

            le langage
              le développement du langage
              les troubles du langage

            la prévention des troubles
            le rôle du professionnel de la
             petite enfance
Les composantes du langage

ARTICULATION
Les composantes du langage

        ARTICULATION


             Capacité à articuler
              les sons de façon
                permanente et
                 systématique
Nécessite
    des mouvements précis:

  - de la mâchoire inférieure
  - de la langue
  - des lèvres
  - des joues
  - du voile du palais
Troubles de l’articulation
           Impossibilité à articuler
            correctement un son de façon
            permanente et systématique

           [f/v] [ch/j] [s/z] [k] [r] [l]……
           Articulation approximative
            (sigmatisme, schlintement…)
           Absence        (radio = adio, chapeau = apeau,
            cacao = ao)
           Remplacement           (chat = ta, chou = sou,
            joue = zoue)
Causes:
     Mauvaise audition          (déficit auditif):
      l ’enfant n ’entend pas ou pas bien
     Mauvaise perception des sons
      (déficit auditivo-perceptif) : l’enfant ne peut
      différencier deux sons voisins qui se
      ressemblent
     Maladresses motrices de la zone
      bucco-linguale: l’enfant ne réalise pas
      bien les mouvements
     Immaturité psycho-affective                 :
      l’enfant refuse de grandir
Les composantes du langage

    PAROLE   Capacité à ordonner
                   les sons


                   ti tro nette

                   trotinette
Troubles de la parole
       la forme du mot ne peut être
        correctement reproduite
          omissions (vabo)


         inversions   (valabo)

         confusions   (bababo)

         ajouts   (lavalbo)
Causes:
     Problème de perception auditive
     Mauvaise structuration de la
      perception du temps
     Mauvaise structuration de la
      chronologie des sons
     Difficultés motrices diverses
     Attention auditive labile
     Immaturité psycho-affective
     Refus de grandir….
Bégaiement
        Trouble de la communication qui
         affecte la parole qui se traduit par:

        des répétitions de sons, de syllabes
         ou de mots
        des blocages plus ou moins
         importants des différents muscles
        des troubles associés :blocages
         respiratoires, tension du corps dans sa
         globalité, fixité du regard, sueurs,
         tics…
Quelques chiffres

        600 000 personnes bègues

        10% sont soignées
        1% de la planète est bègue
        3 hommes contre 1 femme
        3 enfants bègues sur 4
        peuvent être soignés
Apparition
        du bégaiement

          27% avant 3 ans

          68% entre 3 et 7 ans

          5% après 7 ans
                      (L.Rustin 1992)
Facteurs 3 P        (A.M.Simon 2002)




         qui Prédisposent

         qui Précipitent le trouble

         qui font Perdurer
Facteurs qui Prédisposent

          facteurs constitutionnels à
           la personne

          ils peuvent être d’origine
           génétique
Facteurs constitutionnels
    neuro-psychologiques
      dominance hémisphérique
      processus auditifs centraux
      processus moteurs

    linguistiques
      troubles de l'acquisition de la parole
      difficultés d’évocation

    psychologiques
      souffrance de la petite enfance
      traits de personnalité : caractère volontariste, anxieux
Facteurs qui font perdurer:
            liés à l’environnement
    Parents :
      exigence quant à la qualité de la parole
      pression temporelle exercée au jour le jour (rythme
       des activités)
      visées éducatives excessives (apprentissages,
       hygiène, ordre, politesse...)
      communication familiale limitée

    Difficultés affectives :
      changement de nourrice, d'école…
      fratrie : problèmes relationnels
      tension familiale (conflits, séparations…)
Facteurs qui précipitent
    Evénements de la vie quotidienne :
      déménagement
      naissance d'un puîné (changement de lit)
      scolarisation
      séparation
      accident, choc
      tout traumatisme affectif (conflits
       parentaux, deuil...)
      toutes sources de tension...
Passage à la chronicité
           Efforts de l’enfant qui bégaie pour
            "bien parler ", au delà de ses capacités
            (du moment)
           Réactions et attitudes de
            l'entourage (parents essentiellement)
            devant l'apparition de ce trouble:
            fausse indifférence, voire déni ou
            conseils répétés
           Réaction de l’enfant aux
            comportements de son entourage
            quand il bégaie (colères ou repli)
Trois attitudes nocives

          Reproches (après 5-6ans)
          Conseils d’élocution
          Fausse indifférence


                 Extrait de Le Huche S., Le Huche
                  F.,(1991), Bégaiement, Paris, A.D.R.V.
Reproches          (ou moqueries ou appel à
la volonté):

       Cette attitude est nocive parce qu'elle
        oriente l’enfant qui bégaie vers l'effort
        de parole
       L'effort pour mieux parler est
        paradoxalement le principal élément
        responsable de l'évolution du bégaiement
        vers la chronicité
       Cette attitude est souvent le résultat de
        la culpabilité ressentie par les parents
Conseils :

     « Calme-toi. Parle moins vite. Respire.
      Articule. Prends ton temps »

     Cette attitude de conseils est nocive car elle
      oriente l’enfant qui bégaie vers la prise en
      charge volontaire du détail d'exécution de sa
      parole, ce qui en compromet le caractère
      naturel et spontané.
     Les parents très désemparés donnent ces
      conseils pour lutter contre leur inquiétude
Fausse indifférence:
     Ne pas prêter attention aux accidents de
      parole, faire comme s'ils n'existaient pas, en
      attendant "patiemment" que l’enfant ait
      terminé.

     Cette attitude - pourtant souvent recommandée
      - totalise les inconvénients des deux
      précédentes. Elle conduit celui qui bégaie à
      s'efforcer de fabriquer à l’avance ce qu’il
      voudrait dire dans le contexte d'une
      communication dénaturée par le non-dit
    Signes d’appel
   répétitions, prolongations, blocages des sons
   répétitions de mots, de parties de phrases
   reprise d’énoncés
   mouvements accompagnateurs : grimaces, mouvements
    de la tête, dilatation des narines...
   hypertonie, blocages inspiratoires lors de la prise de
    parole
   comportement ou modification du comportement:
    colères, timidité, retrait, docilité excessive...
   comportement verbal : refus ou repli, parole à minima
   antécédents de bégaiement dans la famille
   persistance de bégaiement au-delà de 6-8 mois
     Conseils à l'entourage:

          Soyez attentif à ce que l’enfant qui
           bégaie vous dit plutôt qu’à la façon dont
           il le dit
          Maintenez un contact normal et naturel
          Faites baisser tous types de tension ou
           pression



25
 Les composantes du langage
LANGAGE
          Capacité à organiser
          les mots pour transmettre
          un message


« vu carte tu la as »

« tu as vu la carte? »
Un enfant d’intelligence normale:
        réagit aux bruits    à la naissance
        gazouille            vers 3 mois
        rit aux éclats       vers 4 mois
        imite des sons ou    vers 6 mois
         des intonations
        comprend de          vers 8 mois
         petites phrases
        utilise des mots-    vers 12 mois
         phrases
        utilise 50 mots
                              vers 18 mois
Donc, avant l’âge de 2ans...
          il s’est exercé à produire des sons, des
           intonations, des mots
          il a commencé à associer des mots à
           des situations
          il en est venu à comprendre le sens des
           phrases simples
          il a appris à échanger verbalement avec
           les autres
          il a appris qu’en parlant, il peut obtenir
           ce qu ’il désire
          il utilise le langage comme moyen de
           communication
Et surtout, vers 3 ans:
           il comprend tout le langage
           il a une parole intelligible, sans
            déformation importante
           il utilise des phrases avec sujet-verbe-
            complément
           il possède un vocabulaire de plus de
            300 mots
           il pose des questions
           il utilise le « je »
           il aime écouter des histoires
           il commence à raconter ce qu’il a fait
            ou vu
Et vers 4 ans:
         il maîtrise la plupart des « petits
          mots »
         il parle avec plus de précision du temps
         il commence à exprimer plusieurs idées
          dans une même phrase
         il parle facilement de catégories
          d’objets
         il commence à exprimer la relation de
          cause à effet des événements
         il commence à maîtriser la séquence
          des événements dans le temps
         il aime s’amuse avec les mots
Langage oral
      3ans: le langage est en place
      4 ans: 88% des enfants
       maîtrisent tous les sons
      3/5 ans: 60% à 65% n ’ont pas
       de problèmes, 20 à 25%
       présentent un léger retard et
       nécessitent des conseils, 10%
       présentent des troubles du
       langage
             source: TDP 81 - Pierre Ferrand
Quand faire consulter
                un enfant?


             à 3 ans et demi
             à 4 ans
Troubles du langage
          Incapacité à choisir et à
           ordonner les mots

          le vocabulaire est incomplet,
           impropre
          la forme grammaticale est
           inadaptée, absente
          le retard de langage peut être
           plus ou moins grave
Il peut se traduire par:
          une absence totale de langage
          une absence totale de phrases
          un jargon
          des mots simples juxtaposés
          des verbes non conjugués
          un langage sans grammaire
          un mauvais ou un non emploi des
           pronoms personnels et/ou mots outils
          des troubles de la compréhension
          souvent accompagné d ’un retard de
           parole
Dysphasie
         Il s’agit d’un trouble grave du
          développement du langage qui
          n ’est pas lié à:
           un déficit auditif
           une malformation des organes
            phonatoires
           un déficit intellectuel
           une lésion cérébrale acquise
           un trouble de la personnalité
           une carence éducative ou
            affective
Signes d’appel
           Evolution du langage, du babil
            (absence ou arrêt du babil, absence de
            langage, arrêt du développement
            langagier, parole inintelligible)
           Comportement ou modification du
            comportement (colères, instabilité,
            inattention…)
           Comportement verbal ne répond
            pas quand on le sollicite, ne suit pas les
            consignes
           Anamnèse du dossier médical
Dépistage précoce
          Repérage des troubles et
           pathologies de la communication
           au moyens d ’outils spécifiques validés,
           exécutés soit par des orthophonistes, soit par
           d’autres professionnels de la petite enfance :
           observation, outils spécifiques


          Dépistage orthophonique (TDP81)

          Bilans orthophoniques précoces
           prescrits par les médecins
des documents
d’information
édités par la
FNO
pour les professionnels
pour les parents
Objectif Langage

Livret d’information conçu au
début des années 90 par les
orthophonistes du SOMM 54
(Ercolani, Malingreÿ et coll.)
financé depuis dans de
nombreux départements par le
Conseil Général, la CPAM, les
mutuelles etc.
Objectif
Langage

à distribuer dans les lieux de
naissance et de garde des
enfants, ainsi que dans les
lieux de consultation pré et
post natale.

Objectif Langage existe aussi en turc
et sous forme de film-vidéo.
 Parents,
 votre enfant
 apprend
 à parler.


Livret d’information
destiné aux parents.
FNO
Parents,
comment bien
préparer
votre enfant
au langage.


Livret d’information
destiné aux parents.
FNO
L’information
sur
Internet
Informations pour le
grand public et les
professionnels de la
petite enfance sur le
langage, ses troubles
et comment les
prévenir.
La prévention des troubles
du langage: une question
de partenariat...
En prévention,
   le partenariat, c’est:
           Mettre en commun des
            compétences spécifiques
           Partager l’information et une
            culture commune
           Coordonner les actions de
            manière cohérente
           Assurer le suivi
           Engager des études
            épidémiologiques
Au centre
   de ce partenariat:




           l’enfant
              et
         ses parents
Le rôle du personnel
      de la petite enfance
          le bien-être de l’enfant
          la stimulation au langage
          le repérage des difficultés
           éventuelles
          les conseils aux parents
          l’adaptation aux difficultés
          le signalement à l’équipe
          le respect de l’enfant...
     Le bien-être de l’enfant

   l’environnement : décoré, agréable, investi ...
   l’accueil : personnalisé, importance de nommer l ’enfant
    par son prénom
   l’atmosphère : chaleureuse, cordiale...
   la disponibilité : réelle, sans faux-semblant...
   l’écoute : attentive à ce qui vient de l’enfant (sons,
    paroles, mimiques, gestes …)
« Oh le beau gâteau!
     Regardez le beau gâteau!
           Allez, on souffle les bougies..
                 Un, deux, trois..
                       Bravo! »
Favoriser le langage par
       l’observation de l’enfant
       des attitudes favorables
       la qualité de la relation
       l’ajustement du registre de parole
       la mise en place des éléments
        fondateurs du langage
       l’utilisation de tous supports à la
        communication
Observation de l’enfant

        quand
        comment
        à propos de quoi
        pour quoi
        avec qui

            communique-t-il?
Importance

     de reconnaître les amorces de
      communication de chaque enfant
     de répondre individuellement à chaque
      enfant
     d’y répondre de façon adaptée
     d’être attentif au message émis
     de reconnaître l’enfant comme « être
      communicant »
Tentatives de
          communication
          sourires        bruitages

          mouvements      écholalie
           du corps
                           gestes
          mimiques
                           mots,
          sons             phrases...
Attitudes favorables
         écoute            reformulation
         réponse            positive
          immédiate         dénomination
         ajustement        questions
         imitation          adéquates
         tour de rôle      encouragements
         émission          enthousiasme
          d’hypothèses      plaisir partagé...
« Mais c’est mon bébé ça!
          Oh! qu’il est beau mon bébé…
                tut! tut! tut! Sur le nez!
Réponses immédiates

    Aux pleurs : 1ère communication de l’enfant

    Aux gestes de l’enfant (demandes, dons,
     pointage…)

    Aux signes de l’enfant qui traduisent son
     impatience, ses émotions...
Ajustement
  du registre de parole

          énoncés brefs, séparés par de
           longues pauses
          vocabulaire simple, dans contexte
          structures simples et correctes
          discours redondant
          débit lent
          bain de langage...
...Ajustement
       du registre de parole

            exagération de la prosodie
            utilisation d’un timbre plus élevé
            prononciation et accentuation
             exagérées
            utilisation mimiques expressives
                      – Ferguson, 1964
Emission d’une hypothèse
    « ato » dit l’enfant

    « tu veux le gâteau ou le bateau? »
     demande l’adulte

    selon la réaction de l’enfant, l’adulte
     confirme « ah, tu veux le gâteau! »
Reformulation
             « zi » dit l’enfant

             « ah, tu as vu les
              bougies..., tu vas
              souffler les bougies »
              reformule l’adulte
Dénomination
          « c’est le chien...tu vois le
           chien ? » dit l’adulte « il est
                     beau ce chien... le
                     chien aboie »
Questions adéquates

   Utilisation de questions ouvertes pour
    permettre à l’enfant de donner une réponse
    autre que oui/non

   « qu’est-ce qui t’est arrivé? » demande l’adulte
    « bé » dit l’enfant « ah! tu es tombé » reprend
    l’adulte
La qualité de la relation

         est d’une importance

                 fondamentale
« Conversations »
      adulte / enfant

    Dans des séquences routinières

      toilette
      habillage
      repas
      jeux
      promenade…
Adulte et enfant
           deux acteurs à part
                            entière
Mise en place
        du regard
        de l’attention conjointe
        de l’orientation au son
        de la demande non verbale
        de l’imitation
        des tours de rôle
        des productions sonores
        de la compréhension...
Le regard
        il met en contact avec l’enfant
        il permet de faire connaissance
        il permet l’interaction
             Veillez à mettre votre visage dans
              le champ visuel de l’enfant
             Saisissez toute occasion pour
              établir un contact par son biais
             Captez tout signal...
L’attention conjointe
          elle permet à l’enfant de
           découvrir et explorer le monde
           environnant

          Montrez à l’enfant un objet qu’il
           aime bien
          Amenez le à orienter son regard
           sur l’objet
          Félicitez le
          Parlez à l’enfant de l’objet...
L’orientation au son
          elle permet de découvrir le
           monde sonore, la parole et le
           langage adressés à l’enfant

          Amenez l’enfant à réagir aux
           bruits qui l’entourent
          Présentez une grande variété de
           sons
          Amenez l’enfant à tourner la tête
           du côté d’où provient le son...
L’imitation
         elle est la base de la construction
          du langage

         Faites ce que l’enfant fait
         Produisez les sons que l’enfant
          produit
         Dites ce que l’enfant dit
         Imitez le aussi longtemps qu’il
          faut
« Mmm! que c’est bon!!!
     Allez encore une cuillère
           ouvre ta petite bouche!
Le tour de rôle
        caractéristique importante du
         dialogue

        Imitez l’enfant
        Arrêtez-vous et montrez lui que
         c’est à lui d’intervenir
        Invitez le à participer à
         l’échange avec vos yeux, votre
         corps dans sa totalité, le geste...
Les productions sonores
         nécessitent une maturation
          motrice

         Amenez l’enfant à muscler ses
          lèvres et ses joues
         Faites des bruitages variés
         Imitez les bruits de la vie
          quotidienne, les cris d ’animaux
         Chantez des comptines...
La compréhension
         l’enfant doit comprendre le
          langage qui lui est adressé
         Commentez vos actions, celles de
          l’enfant
         Nommez les objets
         Amenez l’enfant à reconnaître et
          à réagir à son prénom
         Apprenez lui les gestes
          conventionnels
         Donnez lui des petites consignes
          simples...
Utilisation de tous les supports
           à la communication

            jeux de nourrice, comptines
            chansons, musique
            livres, images, photos
            danse, activités corporelles
            jeux divers
            activités créatrices...
4 styles de conversation
            chez l’enfant


          le style   sociable
          le style   réticent
          le style   indépendant
          le style   passif
Rôle de l’adulte
           dans les interactions

            la metteuse en scène
            l’amuseuse
            la chronomètre
            la spectatrice silencieuse
            la toute prévenante
            l’attentive et sensible...
Le repérage des difficultés

          Observation
          Connaissance du développement
          Questionnaire 18 mois
          DIALOGORIS
          PEL 92
          DPL3
          ERTL4
Dialogoris 0/4: outil de prévention
    Outil de prévention      Pour aider
    primaire et secondaire    les professionnels de la
    conçu par:                 petite enfance, chargés
                               d’effectuer des bilans de
   Docteur Colombo,           santé réguliers, à mieux
    médecin de PMI             cerner le développement
   Françoise Ercolani,        langagier des enfants de 0
    Paulette Antheunis et      à 4 ans; un accent
    Stéphanie Roy,             particulier est mis sur la
    orthophonistes             tranche d’âge 0/2 ans.
PEL 92
Pré-Evaluation
du Langage pour
les 3 - 4 ans
protocole
bilingue
créole-français
E. Ezelin et coll.
Guadeloupe
PEL 92
une
iconographie
adaptée à la
culture et à la
spécificité
créoles
DPL 3
Dépistage et Prévention Langage à 3 ans
F. Coquet et B. Maetz
DPL 3
des épreuves d ’observation
adaptées à l’enfant de 3 ans
ERTL 4
Epreuve de Repérage des Troubles du
Langage à 4 ans - B. Roy et Ch. Maeder
ERTL 4
protocole
rapide de
repérage
destiné aux
médecins et à
la P.M.I.
Le PER 2000   Version modernisée du TDP 81, le
              PER 2000 comprend les épreuves
              suivantes:
              - audition
              reproduction de structures
              rythmiques
              - aptitudes instrumentales hors
              langage
              - aptitudes auditivo-perceptives
              - articulation des phonèmes
              - parole
              - langage oral (compréhension et
              complexité syntaxique du discours)
Le bilinguisme
Le bilan orthophonique

               Un entretien



     Une anamnèse à recueillir
Le bilan orthophonique

       Des tests à appliquer,
      analyser et interpréter.
    Le bilan orthophonique

Un diagnostic à poser



Un projet thérapeutique
       à proposer
Merci de votre attention
Merci à la crèche Méditerrannée de Nice


               si vous souhaitez plus
                d ’explications, n’hésitez pas à
                poser des questions

               fno@wanadoo.fr
               www.orthophonistes.fr