; Haut débit les accès alternatifs
Documents
Resources
Learning Center
Upload
Plans & pricing Sign in
Sign Out
Your Federal Quarterly Tax Payments are due April 15th Get Help Now >>

Haut débit les accès alternatifs

VIEWS: 9 PAGES: 39

  • pg 1
									Les accès sans fils et satellitaires pour
 résidentiels : Mythes et/ou réalités ?




               KASMI Farid
           CHELALI Mohamed
         DESS I.I.R option Réseaux
          UCBL – décembre 2003
KASMI Farid
CHELALI Mohamed




1 INTRODUCTION

De nouveaux outils offrent désormais la possibilité de marier mouvement et
communication de l’information. Les systèmes d’information peuvent désormais être
opérationnels sur des terrains que les techniques antérieures ne permettaient pas
d’atteindre.

L’évolution actuelle des organisations tend vers quatre axes :

   -   La mobilité avec l’emploi de personnels itinérants équipés d’ordinateurs
       portables.
   -   La communication avec l’utilisation de moyens téléphoniques modernes (
       téléphones portables, télécopieurs, modems miniatures, etc.… )
   -   Le « temps réel » avec la disposition de l’information immédiate et le souci de
       diminution des délais.
   -   La qualité du système d’information et des prestations rendues par
       l’entreprise.


Les réseaux sans fils permettent aux acteurs de l’organisation de communiquer en
temps réel avec le système d’information indépendamment de leur position
géographique. Ils donnent ainsi, une image d’efficacité et de qualité de l’entreprise.

Jusqu’à présent le développement des réseaux sans fils était freine par une
législation contraignante. La libération des fréquences occupées par les militaires est
en cours de réalisation. Le déroulement de cette de cette libération de fréquences
est identique à celui déjà rencontré dans d’autres applications de la radio
transmission comme les radios libres ou la Citizen Band.

Actuellement certains produits, conformes aux nouvelles normes européennes, en
sont à la période d’autorisation au cas par cas. D’autres, s’appuyant sur des
spécifications françaises de transmission de données, sont déjà bien implantés dans
certaines organisations.

L’ensemble des besoins en communications sans fils d’une organisation nécessite
souvent la cohabition de plusieurs systèmes et technologies différents. Il n’existe
donc pas un système universel de réseau sans fil, mais plusieurs systèmes ayant
chacun leur place dans l’organisation. Nous développerons dans un premier temps
les différentes techniques utilisables, puis nous exposerons en seconde partie les
avantages et inconvénients de ces technologies.




                                          2
KASMI Farid
CHELALI Mohamed




1 INTRODUCTION ........................................................................................ 2
2 LES COMPOSANTS D’UN RESEAU SANS FILS ................... 4
  2.1 CARACTERISTIQUES D’UN RESEAU SANS FILS ............................. 4
  2.2 LES TECHNIQUES UTILISEES .............................................................. 5
     2.2.1       La radio ............................................................................................... 5
     2.2.2       Les micro-ondes ............................................................................... 7
     2.2.3       Les infrarouges ................................................................................. 7
     2.2.4       Le laser ............................................................................................... 7
     2.2.5       Avantages et inconvénients de ces techniques ........................ 7
3 LES ACCES ALTERNATIFS : LES RESEAUX SANS FILS9
  3.1 LES RESEAUX SANS FILS ..................................................................... 9
     3.1.1       Quelques technologies de réseaux sans fil ...............................10
  3.2 SATELLITE ...............................................................................................22
  3.3 QUELQUES TECHNOLOGIES EMERGENTES ..................................24
     3.3.1       Les connexions à laser ..................................................................25
     3.3.2       Le WADSL ........................................................................................25
     3.3.3       L'UWB ................................................................................................27
     3.3.4       La Mesh radio...................................................................................27
     3.3.5       La BLOR ............................................................................................28
     3.3.6       Le WIMUS .........................................................................................28
     3.3.7       Le couplage Satellite/Wi-Fi ...........................................................29
     3.3.8       Autres perspectives ........................................................................29
  3.4 TABLEAU RECAPITULATIF ...................................................................30
4 QUELQUES EXEMPLES D’APPLICATIONS CONCRETS 32
  4.1 HAUT DEBIT PAR SATELLITE : LA PREMIERE OFFRE VRAIMENT
  ACCESSIBLE AUX PARTICULIERS, ...............................................................32
  4.2 LA NORME 802.11 DANS LA PRESSE .............................................35
5 CONCLUSION ...........................................................................................39




                                                           3
KASMI Farid
CHELALI Mohamed



2 LES COMPOSANTS D’UN RESEAU SANS FILS


2.1 Caractéristiques d’un réseau sans fils


L’absence de câbles est l’atout majeur de ces techniques. Par contre, l’énergie
transmise n’est plus alors guidée par un support et sa propagation peut être arrêtée
par des obstacles ou, à l’inverse, en traversant des parois, poser des problèmes
d’interférences et de confidentialité.

Les réseaux sans fils peuvent être divisés en deux catégories suivant leur mode de
propagation :

   -    Le mode point à point permet de transmettre des informations entre deux
        points fixes, en concentrant ces transmissions sur un « fil imaginaire » entre
        ces deux points.
   -    Le mode omnidirectionnel ou les transmissions s’effectuent dans toutes les
        directions de l’espace.

La distance maximale à laquelle un système peut transmettre et recevoir des
données s’appelle la portée. Les données sont transmises avec un certain débit
exprimé en baud ou bit par seconde.

Le tableau suivant classe les techniques disponibles en deux groupes suivant leur
mode de propagation.

                                  Point à point               Omnidirectionnel
       Portée                     Grande (km)                 Faible
       Vitesse                    Elevée                      Basse
       Interférences              Rares                       Fréquentes
       Confidentialité            Bonne                       - Mauvaise
                                                              -Diffusion des informations
       Utilisation                Pont entre deux réseaux     - Gestion de nombreux
                                                              terminaux
                                                              - Réseau de PC
       Technologies               - Laser                     - Radio
                                  - Satellite                 - Infrarouges
                                  - Infrarouges               - Micro-ondes
                                  - Micro-ondes
                                  - Radio




                                           4
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

2.2 Les techniques utilisées

2.2.1 La radio


La radio consiste en une émission d’ondes électromagnétiques servant de porteuse
à la transmission des données. Le codage s’effectue en modulant l’amplitude ou la
fréquence de cette porteuse.

Ces ondes ont la particularité d’être indépendantes d’un support physique et peuvent
pénétrer la matière. Leur présence en quantité abondante dans l’atmosphère est
source de nombreuses perturbations.
En France, l’utilisation des ondes hertziennes comme support de transmission de
données est fortement réglementée.

Le choix des fréquences utilisées posent un problème de compatibilité entre les
différents pays. En effet, selon le pays, ces fréquences peuvent être réservées pour
des utilisations militaires ou des services de secours (SAMU, pompiers) qui ne
peuvent souffrir d’interférences.

Voici ce que l’on trouve sur le site de l’ART (Autorité de Réglementation des
Télécoms) :
Les réseaux locaux radioélectriques (RLR) appelés aussi " RLAN " (pour Radio Local
Area Networks) sont constitués d'équipements de transmission de données à large
bande permettant différents types d'applications sans fil.
Une norme a été élaborée au niveau européen pour des équipements fonctionnant
dans la bande de fréquences 2,4 GHz : l'ETS 300 328. Cette norme d'application
volontaire (chaque Etat peut décider ou non de la transposer, pour tout ou partie,
dans son droit national) constitue la base d'une recommandation des administrations
européennes des postes et télécommunications (CEPT), tendant à harmoniser le
régime d'autorisation des équipements concernés afin de favoriser leur
développement en Europe.
En France, la bande de fréquences concernée (plus précisément la bande de
fréquences 2446,5 MHz - 2483,5 MHz), est utilisée par le Ministère de la défense,
qui y a déployé récemment de nouveaux équipements, ce qui ne permet pas d'ouvrir
la totalité de la bande de fréquences aux équipements RLR et impose certaines
contraintes dues à la coordination avec les Forces Armées.
Les contraintes sont de trois ordres :




                                          5
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

- en terme de fréquences : limitation à la bande de fréquences 2446,5 MHz - 2483,5
MHz;
- en terme de formalité administrative : demande individuelle d'établissement (voir
formulaire ci-contre);
- en terme d'implantation : les autorisations sont limitées aux communes des unités
urbaines de plus de 50 000 habitants et font l'objet d'une procédure simplifiée; dans
les autres cas les demandes sont traitées au cas par cas et sont soumises à un
accord du Ministère de la défense (il convient pour ces demandes de joindre
notamment un plan précisant l'implantation envisagée au sein de la commune
concernée).
La procédure de délivrance des autorisations est précisée dans le schéma ci-
dessous.




L'étude confiée en 1996 au cabinet de conseil Basic 2000 a dressé un état du
marché prospectif des réseaux locaux radioélectriques (RLR) ou " RLAN " en France
et en Europe, l'évaluation des perspectives pour Hiperlan (bandes 5 GHz et 17 GHz)
et le bilan comparatif de l'environnement réglementaire en Europe.
A ce stade, cette évolution reste toutefois soumise à un accord préalable des forces
armées. En revanche s'agissant des réseaux locaux radioélectriques à haute
performance (Hiperlan), un régime d'autorisation sans délivrance d'une licence
individuelle va être prochainement établi pour l'utilisation d'équipement fonctionnant
dans la bande de fréquence 5,15 - 5,25 GHz.




                                          6
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
Une émission radio couvre une cellule dont la taille varie en fonction de la puissance
utilisée. Pour des surfaces supérieures à celle d’une cellule, il faut utiliser plusieurs
émetteurs et mettre en œuvre des algorithmes complexes pour assurer la continuité
de la transmission lors des changements de cellules.


2.2.2 Les micro-ondes


Les micro-ondes sont des ondes radios de fréquence élevée. Le codage se fait par
modulation de fréquence. Leur utilisation est actuellement interdite en France.


2.2.3 Les infrarouges


Il s’agit d’une émission lumineuse, diffuse ou focalisée, dont la longueur d’onde se
situe dans la plage des infrarouges (870-950 nm). Cette émission obéit aux lois
physiques de la lumière (diffraction, réfraction, absorption, réflexion).
La faible portée de cette technique lui assure une utilisation de plein droit et une
confidentialité des données.
Elle impose, par contre, la nécessité pour le transmetteur et le récepteur, d’être à vue
l’un de l’autre.
Leur présence de façon naturelle dans l’atmosphère est une source importante de
perturbations.
C’est une technique très gourmande en énergie, limitant ainsi les portées obtenues
par les émetteurs installés sur des terminaux portables.


2.2.4 Le laser


Le laser se présente sous forme d’un faisceau de lumière polarisée, de longueur
d’onde unique et de forte puissance. La longueur d’onde utilisée en transmission de
données est proche de la limite supérieure des infrarouges.
Les techniques de codage sont identiques à celle de l’infrarouge. Cette méthode est
limitée à la transmission de données de point à point.
Ce faisceau est particulièrement peu sensible aux perturbations extérieures et
permet des débits très élevées (plus de 50Mbits/sec).


2.2.5 Avantages et inconvénients de ces techniques


Le tableau ci-dessous regroupe les avantages et inconvénients de différentes
techniques.
Les techniques radioélectriques ont une utilisation plus souple que les infrarouges
(moins de contraintes) mais leur utilisation est fortement réglementée en France.



                                           7
    KASMI Farid
    CHELALI Mohamed
    Les infrarouges offrent de bons débits, mais les contraintes liées aux lois physiques
    de la lumière limitent leur champ d’utilisation.



                                                    0ndes                  Ondes
                                                    radioélectriques       Lumineuses
Support        Radio              Micro-ondes       Infrarouge             Laser
Fréquences     10^3-10^10         10^8-10^10        10^10-10^14            10^14-10^15
Avantages      -Communication     -Immunité     aux -fiable                -immunité        aux
                  Non limitée par perturbations                            perturbations
                  les
                  infrastructures -Hauts débits                            -hauts débits

              -Atteint différentes
              distances, suivant
              la fréquence et la
              puissance
Inconvénients -sensibilité     aux -faible distance   -distance        de -visibilité directe
              perturbations                           transmission
                                   -non autorisé en   limitée          -consommation
              -législation         France                              énergétique
              contraignante                           -ne traverse pas élevée
                                                      les murs

                                                      -consommation
                                                      énergétique élevée




                                             8
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

3 LES ACCES ALTERNATIFS : LES RESEAUX SANS FILS

Les réseaux haut débit permettent, grâce à l'évolution des techniques, d'accélérer le
transport des données, facilitant ainsi les communications et créant de nouveaux
usages.

Ces réseaux de télécommunications sont constitués de backbones- ou dorsales -
généralement câblés en fibre optique, qui assurent le transport des données sur de
longues distances. On parle souvent d'autoroutes de l'information. Dans une
architecture d'interconnexion hiérarchique, ces réseaux centraux servent de base à
l'interconnexion d'autres réseaux de moindre taille, dits réseaux de desserte.


Entre ces réseaux hiérarchisés et l'abonné, la liaison s'effectue le plus souvent par le
réseau filaire (paire de cuivre) de France Télécom. Le raccordement de l'abonné au
réseau s'appelle la boucle locale ou "dernier kilomètre" (au 1er janvier 2001,
France Télécom a perdu son privilège de propriétaire unique de la boucle locale
utilisée pour les liaisons téléphoniques).


Les réseaux de la plupart des opérateurs alternatifs n'atteignant pas le client final, les
opérateurs (Cegetel, 9 Télécom, LD-Com, etc...) doivent louer à France Télécom le
passage sur le "dernier kilomètre" entre le premier commutateur de l'opérateur et le
domicile de l'abonné. L'enjeu est de taille pour l'ensemble des opérateurs : trouver le
meilleur moyen d'aboutir directement au domicile ou à l'entreprise au meilleur prix,
sans devoir déployer de nouveaux réseaux particulièrement coûteux. D'où l'intérêt de
développer de nouvelles technologies d'accès au dernier kilomètre.

Parallèlement aux technologies les plus répandues - xDSL (transmission par fil de
cuivre de la ligne téléphonique), réseau câblé (transmission par câble coaxial),
boucle locale radio (transmission par antenne d'ondes hertziennes) - commencent à
apparaître des technologies dites alternatives qui, ne nécéssitant pas la mise en
place d'infrastructures très lourdes, suscitent de plus en plus l'intérêt des territoires.
Ces multiples technologies d'accès sont destinées à cohabiter, en fonction des zones
géographiques, des réseaux préexistants et des contraintes techniques liées aux
services offerts.


3.1 Les réseaux sans fils


Les réseaux sans fil sont des réseaux utilisant des ondes hertziennes et pouvant
établir une liaison entre plusieurs équipements mobiles. Un réseau de type Wireless
permet de connecter entre eux plusieurs ordinateurs de tous types à un réseau
commun, pour un débit théorique allant actuellement jusqu'à 54Mbps et une sécurité
assurée par de nombreux mécanismes.




                                            9
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
La limitation du développement des réseaux sans fils est, outre la sécurité,
essentiellement due aux contraintes légales imposées par l'Autorité de Régulation
des Télécommunications qui réglemente en France l'utilisation des fréquences radio.
Sont concernés le lieu d'émission, la puissance des émetteurs et la restriction
d'utilisation de certaines bandes (notamment les fréquences utilisées par l'armée).
Depuis juin 2002, on perçoit cependant un début d'assouplissement dans la
réglementation française. Cet assouplissement devrait se poursuivre en 2003 et
2004.




3.1.1 Quelques technologies de réseaux sans fil



3.1.1.1 Réseaux WPAN

      WPAN (Wireless Personal Area Network) : Un WPAN est un réseau
      sans fil individuel. Ce type de réseau concerne surtout des connexions
      entre appareils proches, ou la constitution de micro réseaux, tous
      situés autour d'une personne ou d'un point fixe. C'est le cas par
      exemple avec certains PDA, le téléphone mobile, baladeur MP3....
      (Atica 06/2002).
      Très en vogue avec le développement de Bluetooth, ces réseaux
      devraient, avec le temps, augmenter leurs débits et leurs portées. En
      revanche, au niveau domestique, l'utilisation du réseau électrique
      (CPL) s'affirme comme un grand concurrent des WPAN.

      technologies: le protocole le plus connu est Bluetooth(802.15) ;
      HomeRF(Home Radio Fréquency) ; les technologies de réseaux
      domestiques(Domotique News 2002)




3.1.1.1.1 Bluetooth



Bluetooth (la Dent Bleue) est un standard porté par Ericsson depuis 1994.
Cette technologie sans fil peut "transférer" des données, exactement comme
la norme 802.11b, mais aussi de la voix.




                                        10
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
Cependant, contrairement au 802.11b cette technologie ne s'appuie pas sur
les protocoles Ethernet et IP. De plus, les équipementiers associés utilisent le
FHSS, une technologie de modulation permettant des débits moins élevés
que la technologie de modulation DDDS utilisée par le WIFI.

caractéristiques :

                 o   utilisation : interconnexion de proximité (lecteurs code
                      barre sans fil) ; interconnexion d'outils nomades (PDA, PC
                      portable et téléphone GPRS)
                 o   type de terminaux : ordinateur, téléphone, PDA, capteur,
                      véhicule, lecteur de code barre
                 o   débit maximum : théorique atteint : 1 Mb/s ; débit réel :
                      720 Kb/s
                 o   portée : rayon d'action de 10 à 30 mètres
                 o   fréquence : 2400 à 2483,5 MHz
                 o   avantages : consomme très peu d'énergie électrique ;
                      bonne gestion de la communication de la voix ;
                      équipements de taille réduite ; technologie adaptée à la
                      mobilité ; coût de plus en plus faible
                 o   inconvénients : mise en réseau limitée à 7 périphériques ;
                      faible portée ; débit limité

             réglementation :
              Bluetooth et Hiperlan : l'Autorité de régulation des
              télécommunications précise les conditions d'utilisation des
              équipements Lire le communiqué (ART juillet 2001)

              perspectives :
              La technologie Bluetooth semble d'ores et déjà restreinte à la
              connexion des différents terminaux de l'utilisateur (une
              imprimante, un Palm et un PC par exemple), faisant simplement
              communiquer les objets entre eux. Sa portée et son débit (10
              mètres et 1Mbit/s) ne lui permettent pas de rivaliser avec le Wi-fi,
              basé sur les protocoles Ethernet et IP, et destiné à servir à
              l'extension des réseaux.
              La puce liée à cette technologie est de moins en moins chère et
              la majorité des constructeurs l'intègrent déjà dans leurs appareils
              (la norme est promue par plus de 1000 industriels).
              Une norme Bluetooth 2 est en cours de spécification : elle
              devrait permettre d'atteindre un débit théorique de 2 à 10
              Mbits/s.




                                           11
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
3.1.1.1.2 Home RF



       HomeRF (Home Radio Fréquency) est une norme dérivée des normes
       802.11 et DECT, lancée en 1998 par le Home Radio Frequency
       Working Group, consortium qui comprenait à l'origine Compaq, IBM,
       HP, Intel et Microsoft. Ces deux dernières sociétés se sont
       désengagées depuis. De même que Bluetooth, HomeRF travaille au
       niveau physique dans la bande des 2,4 GHz, avec la technologie
       FHSS, à raison de 50 sauts de fréquence par seconde. Le débit
       nominal est de 1,6 Mbps (soit 1 Mbps réel), mais les débits peuvent
       atteindre 10 Mbps dans la version 2.

       caractéristiques :

             utilisation: essentiellement dans le domaine domestique
             débit maximum : théorique atteint : 10 Mb/s ; débit réel de 3 à 4
              Mb/s, partagé entre les différents utilisateurs
             portée : rayon d'action de 50 à 100 mètres
             fréquence : de 2400 à 2483,5 MHz
             avantages : simplicité d'usage et souplesse d'utilisation ;
              transmission de la voix
             inconvénients : peu de produits existent à ce jour ; cette
              technologie est en perte de vitesse ; pas de soutien au niveau
              des constructeurs ; pas d'estampille de l'IEEE (Institute of
              Electrical and Electronics Engineers)

       la fin de HomeRF
       En janvier 2003, la dissolution du groupe de travail HomeRF est
       annoncée ainsi que la fermeture prochaine de son site web. Seul
       Bluetooth, soutenu par des équipementiers européens et japonais
       semble désormais en mesure de rivaliser avec Wi-Fi, pour des usages
       néanmoins plus "mobiles".

3.1.1.2 Réseaux WLAN
       WLAN (Wireless Local Area Network) : Un réseau Wlan permet de raccorder
       des appareils situés dans une même zone de couverture et dotés d'une
       interface réseau sans fil. Ce type de réseau peut être utilisé dans les maisons
       ou les entreprises. Dans le cadre d'une implantation libre de bornes d'accès
       dans des lieux de passage ou des espaces publics (universités, cafés, hôtels,
       aéroports, bibliothèques...), on parle de "hot spots". Les bornes d'accès sont
       connectées à un réseau filaire existant et donc à l'internet. Si le réseau
       dispose de plusieurs bornes d'accès, l'utilisateur peut alors faire du "roaming ",
       c'est-à-dire se déplacer d'une zone de couverture à une autre, tout en restant
       connecté au réseau (Atica 06/2002)




                                           12
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
      A lire, l'article de 01.Net sur les avantages et inconvénients des Wlan dans les
      entreprises : "WLAN : l'onde radio gagne les entreprises" (30/08/2002), et
      celui de ZDNet sur les avantages et inconvénients du Wlan par rapport au
      filaire : "WLAN : les arguments pour franchir le pas" (20/09/2002)

      technologies: les plus connues et déjà sur le marché : Wi-Fi (802.11b) et la
      technologie 802.11a; d'autres normes sont en préparation : la 802.11.g et la
      norme européenne ETSI Hiperlan2 ; ainsi que des normes complémentaires
      en cours de développement : la 802.11e permettra de définir des classes de
      services ; la 802.11i améliorera la sécurité.


3.1.1.2.1 Wi-Fi (802.11b)



      Surnommé "Wireless Fidelity", le terme Wi-Fi ne recouvre aucune signification
      technologique et vient d'une analogie à Hi-fi (High Fidelity). Cette certification
      assure que les matériels de différents fabricants sont bien interopérables,
      c'est-à-dire utilisables avec n'importe quelle carte réseau ou point d'accès,
      sans se soucier des marques. (ZDNet 15/04/2002)
      C'est actuellement la principale technologie WLAN.

      origine
      La norme Wi-Fi est le nom commercial de la technologie IEEE 802.11b.Ce
      standard découle du protocole Ethernet permettant la construction de réseau
      dans la bande de fréquence de 2,4 GHz. Fruit d'un des groupes de travail de
      l'IEEE, (Institute for Electronics and Electrical Engineering) en 1999, Wi-Fi ne
      représente qu'une certification décernée par la WECA(Wireless Ethernet
      Compatibility Alliance), l'association fondée entre autres par Cisco, 3Com et
      Nokia, chargée de certifier la conformité des produits estampillés Wi-Fi. Lire
      l'article (ZDNet 15/04/2002)

      caractéristiques :

          o   utilisation : réseaux informatiques (réseau local d'entreprise ou
              domestique) ; hots spots, possibilité d'extension dans le cadre d'un
              déploiement de réseau WMAN
          o   type de terminaux : ordinateur, portable, PDA
          o   débit maximum théorique : jusqu'à 11 Mb/s (selon la qualité de la
              réception) ; réel : de 3 à 6 Mb/s (remarque : le 802.b+ peut atteindre un
              débit maximum de 22Mb/s)
          o   portée : de 100 à 400 mètres en terrain dégagé et 30 mètres en
              environnement de bureau. Des distances pouvant aller jusqu'à 40km
              peuvent être atteintes avec des antennes directionnelles et une
              puissance d'émission supérieure à la norme autorisée
          o   fréquence : de 2400 à 2483,5 MHz
          o   sécurité : protocole WEP et mécanismes d'authentification (SSID,
              adresse MAC ...)



                                          13
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
        o   avantages : installation simple et rapide ; pas de soucis de câblage ;
            facilité d'utilisation ; réseau facilement extensible et prix toujours plus
            bas
        o   inconvénients : au-delà de 400m à découvert, chute du débit à 1 Mbps ;
            débit partagé entre tous les utilisateurs du réseau ; consommation
            électrique importante ; failles de sécurité
        o   mise en place d'un réseau sans-fil : des bornes d'accès et des
            antennes suffisent à créer un réseau arrosant à des débits maximums
            de 11 mégabits par seconde (Mbit/s) (3 fois plus élevés qu'une
            connexion ADSL) les ordinateurs présents dans la zone de couverture
            et équipés d'une carte Wi-fi

                   cartes, points d'accès, kits...
                   guide technique pour l'installation d'un réseau Wi-fi
     sécurité :
     La sécurité est basée sur le protocole WEP (Wireless encryption protocol) qui
     assure un niveau de cryptage de 64 ou 128 bits. De nombreuses attaques ont
     cependant été identifiées sur ce protocole(Isaac.cs.berkeley 08/2001). Des
     mécanismes d'authentification (adresse MAC, login/password) sont également
     disponibles. Ces solutions présentent cependant des faiblesses.
     Une étudemenée par des chercheurs américains révèle que le module
     802.11x censé mieux sécuriser les réseaux sans fil de type 802.11 est déjà
     une proie de choix pour les pirates. Les chercheurs détaillent deux types
     d'attaques très sérieuses.Lire l'article (ZDNet 19/02/2002)

        o   Les problèmes de sécurité avec les réseaux sans-fil 802.11 et les
            solutions pour se protéger. (Hervé Schauer 23/04/2002)


     La solution actuellement la plus sécurisée est la création d'un VPN (Virtual
     Private Network), indépendante de la technologie. Mais cette solution
     provoque une baisse sensible des débits.

        o   Panorama des solutions VPN (Journal du Net 12/07/2002)


     EAP, un standard émergeant dans le domaine de la sécurité sans fil, semble
     également donner aux services informatiques un moyen de prévenir le
     piratage de clés de cryptage et d'empêcher les utilisateurs d'installer des
     points d'accès non autorisés. Cependant, c'est un standard ouvert ce qui
     signifie que les constructeurs peuvent implémenter des solutions différentes
     pas forcément compatibles.

        o   EAP: quatre solutions pour sécuriser les WLAN (ZDNet 15/10/2002)


     Dans un proche avenir, la norme 802.11i devrait permettre de résoudre ces
     problèmes et garantir une meilleure sécurité.




                                         14
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
     réglementation :
     Si en Europe 13 canaux peuvent être utilisés par les périphériques 802.11b, la
     loi française limite leur nombre à 4, les risques d'interférence entre des points
     d'accès trop proches les uns des autres sont donc plus élevés. Dans
     l'Hexagone, l'utilisation de la bande de fréquence 2,4 GHz est très
     reglémentée. Autorisée en intérieur, elle est interdite sur la voie publique. En
     clair, cela signifie que si la création d'un réseau sans fil s'avère possible dans
     un espace privé comme un immeuble, elle demeure interdite dans la rue.
     (ZDNet 15/04/2002)

     Le cadre réglementaire pour les installations RLAN (ART avril 2002)
     Demande de licence de réseau local radioélectrique (RLAN) fonctionnant
     dans la bande 2,4 GHz (ART 26/09/01)
     Un dossier sur la gestion du spectre des fréquences radioélectriques pour Wi-
     Fi (Télécom.gouv 8/07/02)


        o   juin 2002 : l'ART rend public un plan d'action visant à assouplir les
            conditions d'utilisation des réseaux sans fil. Elle assouplit la
            réglementation de la bande des 2,4GHz pour 38 départements. En
            Aquitaine, seuls les départements de la Dordogne et des Pyrénées-
            Atlantiques sont autorisés sous certaines conditions à utiliser cette
            fréquence.
            Ce début d'assouplissement dans la réglementation française devrait
            se poursuivre en 2003 avec la fourniture de services de
            télécommunications au public, et en 2004 avec l'utilisation jusqu'à
            10mW sur toute la bande 2,4GHz, en intérieur comme en extérieur,
            pour tous les départements.

        o   en octobre 2002, lors d'un colloque sur le Wi-Fi organisé à l'Assemblée
            Nationale par la Mission Ecoter, un membre de l'ART annonce que les
            collectivités locales peuvent enfin être assimilées à des opérateurs de
            télécommunications, à titre expérimental, pour ouvrir des réseaux Wi-Fi
            dans leur ville ou département. Et cela pour une durée renouvelable de
            trois ans, à condition qu'elles en fasse la demande avant la fin
            décembre 2002.
            Les associations n'ont pas droit à cette dérogation.Lire l'article (ZDNet
            17/10/02)
            L'assouplissement de la législation, promis par l'ART laisse penser que
            le déploiement des "hot spots" - l'implantation libre de bornes d'accès
            dans des lieux de passage (aéroports, cafés, bibliothèques,
            universités,...) - sera important à partir de 2003.
            Pour Réseaux et Télécoms, "L'Etat tente de récupérer discrètement le
            WLAN au bénéfice unique des opérateurs commerciaux" (Réseaux et
            Télécoms 9/10/02)




                                         15
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
        o   en novembre 2002, l'ART rend publiques les lignes directrices fixant les
            conditions d'expérimentation de réseaux RLAN ouverts au public. Les
            professionnels peuvent déployer sans autorisation des bornes "hots
            spots" dans 38 départements (bornes d'accès sans fil dans les lieux de
            passage du public : gares, aéroports, centres d'affaires, …et réseaux
            privés d'entreprises) ; les personnes physiques et les associations
            peuvent tester le Wi-Fi grâce à une licence gratuite qui leur est délivrée
            pour une durée de 18 mois et leur permet d'utiliser le réseau à
            l'intérieur comme à l'extérieur des bâtiments. Le monde des opérateurs
            de hots spots s'organise (01.Net 8/11/02)
            Face au nombre considérable de questions que ces nouvelles
            directives soulèvent, l'ART publie une liste de FAQ sur les RLAN

        o   en février 2003, l'ART prend la décision de libéraliser l’usage des
            réseaux Wi-fi dans 58 départements

        o   en juillet 2003 : depuis le 25 juillet 2003, l'ART a considérablement
            assoupli les règles de déploiements des réseaux sans fil sur le territoire
            français. L'assouplissement des conditions techniques d'utilisation de la
            bande 2,4 GHz est désormais étendue à tous les départements. Pour
            cette bande de fréquence, l'ART ne délivre ni licence, ni autorisation :
            une simple déclaration suffit. Les nouvelles dispositions de l'ART.

     réglementation générale :

     en intérieur : de 2400 GHz à 2483,5 GHz pour une émisssion de
     puissance inférieure à 100mW et de 5150 GHz à 5350 GHz pour une
     puissance inférieure à 200mW (si DFS/TPC ou équivalent ou
     puissance < à 100mW si DFS uniquement)

     en extérieur : de 2400 GHz à 2454 GHz pour une émisssion de puissance
     inférieure à 100mW et de 2454 GHz à 2483,5 GHz pour une puissance
     inférieure à 10mW. La bande 5 GHz est toujours interdite en extérieur.
     déploiement (en local) :
     Le Palais des Congrès de Paris accueille l'un des premiers déploiements hot
     spot en France Lire l'article (01.Net 11/07/2002)
     Lors de l'Université d'Eté de la Communication d'Hourtin en août 2002, de
     nombreux stands installés sous des tentes en toile ont demandé l'autorisation
     d'émettre à l'ART.

     A l'occasion du World Telecommunications Congress, qui s'est tenu du 22 au
     27 septembre 2002 à Disneyland Paris, Netinary, une société marseillaise a
     déployé deux hot-spots Wi-Fi. Lire l'article(Journal du Net 30/09/2002)

     ADP Telecom, filiale d'Aéroports de Paris, s'apprête à tester la mise en place
     de réseaux Wi-Fi. L'expérimentation devrait avoir lieu à l'aéroport Charles-de-
     Gaulle vers la fin 2002. Lire l'article (01.Net 23/10/02)

     Les cafés branchés constituent, après les aéroports et les hôtels, les autres
     lieux incontournables pour l'Internet sans fil. Lire l'article(01.Net 23/10/02)


                                         16
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

      perspectives :
      En 2001, 16% du parc des PC des entreprises est mobile. Selon certaines
      études, ce taux devrait atteindre 50% en 2005.
      Au vu des possibilités offertes, certains prédisent déjà que la technologie
      802.11b pourrait être une alternative à la téléphonie de troisième génération
      (3G), dont fait partie l'UMTS. En équipant les lieux publics de points d'accès
      on pourrait facilement accéder à l'internet sans passer par le réseau 3G et ses
      coûteuses licences. (ZDNet 26/09/01)

      Il se pourrait que le 802.11b soit enterré par son successeur direct, le
      802.11g qui utiliserait les mêmes technologies mais permettrait de
      transmettre 54 Mbit/s. Mais le Wi-fi devra surtout faire face à son
      concurrent direct, le 802.11a, qui utilise une fréquence différente
      (5GHz) et offre un débit de 54 Mbit/s. La "transposition" du 802.11a en
      Europe a donné naissance à Hyperlan2, qui ajoute, lui, la possibilité de
      roaming (liaison) avec les réseaux GPRS et UMTS. (01.Net
      10/05/2002)




3.1.1.2.2 802.11a




      Le 802.11a, la "Wi-Fi rapide" utilise la fréquence 5 GHz. Ce standard
      (normalisé par l'IEEE) est très en vogue aux Etats-Unis(News.com 21/08/02),
      mais il est très peu répandu en Europe et en France. Les fréquences ne se
      chevauchant pas avec le Wi-Fi (2,4 GHz), il est donc possible de faire
      cohabiter les deux technologies.

      caractéristiques:

         o   utilisation : réseaux informatiques
         o   débit maximum : débit théorique : 54Mb/s (remarque : des solutions
             proriétaires proposent un débit de 74Mb/s (Linksys) et de 100Mb/s
             (Orinoco))
         o   fréquence : de 5150 MHz à 5350 MHz et de 5470 Mhz à 5725 MHz
         o   portée : de 20 à 30 mètres
         o   avantages : débits supérieurs
         o   inconvénients : matériel non compatible avec le 802.11b (fréquence
             différente) ; réglementation stricte




                                         17
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
      réglementation
      Conformément aux décisions de la CEPT (The European Conference
      of Postal and Telecommunications Administrations), l'utilisation des
      fréquences de la bande 5150 MHz-5350 MHz est autorisée à l'intérieur
      des bâtiments avec une puissance maximale de 200 mW, et interdite
      en extérieur. La bande 5470 MHz-5725 MHz n'est pas ouverte
      aujourd'hui.
      Proxim lance un nouveau protocole de réseau sans fil 802.11a Lire
      l'article(Courrier informatique 27/09/02)



3.1.1.2.3 Hiperlan




      Hiperlan, protocole initié et normalisé par l'ETSI (European
      Telecommunication Standard Institute), est un standard essentiellement
      européen. Il se décline en deux versions, Hiperlan1 et Hiperlan2 qui
      coexistent. Hiperlan1 ne verra probablement pas le jour et restera une norme.
      Hiperlan2 est incompatible avec le Wi-Fi car il n'utilise pas la même bande de
      fréquences. Ce standard utilise la bande de fréquences proche de 5GHz. Le
      débit théorique offert par Hiperlan1 est proche de 20 Mb/s et celui d'Hiperlan2
      proche de 54 Mb/s. La zone de couverture est sensiblement identique à celle
      du Wi-Fi.

      caractéristiques :

          o   utilisation : réseaux informatiques
          o   débit maximum : débit théorique : 20Mb/s pour Hiperlan1 et 54 Mb/s
              pour Hiperlan2
          o   fréquence : 5GHz
          o   portée : jusqu'à100m, mais 50m pour une qualité optimale
          o   avantages : niveau de sécurité supérieur au Wi-FI, possibilité de liaison
              (roaming) avec les réseaux GPRS et UMTS ; gère la qualité de service
              ; permet de différencier les flux
          o   inconvénients : norme uniquement européenne; émission non autorisée
              en extérieur
          o   réglementation:
              bande des 5GHz.: l'Autorité de régulation des télécommunications
              précise les conditions d'utilisation des équipements Lire le communiqué
              (ART juillet 2001)


3.1.1.3 Réseaux WMAN




                                          18
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
   WMAN (Wireless Metropolitan Area Network) ou Réseaux métropolitains : Ce
   type de réseau utilise le même matériel que celui qui est nécessaire pour
   constituer un WLAN mais peut couvrir une plus grande surface comme un réseau
   urbain, ce qui permet à tous les habitants d'une ville d'être connecté entre eux. Si
   ce genre de réseau est interdit en France, il se développe aux États-Unis (Atica
   06/2002)

      technologies 802.16 (nouveau standard pour les réseaux métropolitains sans
      fils) ; propriétaires pour la BLR (Boucle Locale Radio) utilisant les protocoles
      LMDS (26GHz) et MMDS (3,5GHz) ; 802.11 ; Tetra : Standard de
      radiocommunication professionnel approuvé par l'ETSI et généralement utilisé
      pour la communication d'entreprise et la communication entre les forces de
      sécurité. (Ofcom 09/2001)
      déploiement :
      L'association Provence Wireless a réussi à mettre en place un dispositif
      d'accès boucle locale Wi-Fi. Cette expérimentation a été interrompue parce
      que contraire au cadre réglementaire en vigueur. Elle a tout de même montré
      ses capacités...

      L'agglomération de La Rochelle a, quant à elle, décidé de jouer une partition
      totalement libérée des contraintes règlementaires en faisant installer par Cisco
      70 liaisons point à point utilisant la technologie Wi-Fi sur son territoire...
      Présentation du projet (Cisco 12/02/2002)

      La Côte-d'Or innove avec le Wi-Fi... : pas de travaux de génie civil, une
      installation éclair (moins de 15 jours !), un débit garanti pouvant aller jusqu'à 6
      Mbit/s en réception... et une première : un projet d'accès collectif à l'internet
      haut débit par satellite, distribué aux entreprises via un réseau Wi-Fi, pour une
      petite zone artisanale située près de Dijon. (OTV 06/2002)




3.1.1.4 Réseaux de téléphonie mobile


      technologies : GSM, GPRS, EDGE, UMTS

      Le marché des applications voix et données lié au déploiement des
      réseaux UMTS demeure aujourd'hui difficile à évaluer, mais des
      projections récentes à l'horizon 2010 permettent d'illustrer le potentiel
      très significatif du marché des réseaux mobiles :

            les taux de pénétration en téléphone mobile pourraient dépasser
             à terme le seuil des 100% comme l'illustre la poursuite de la
             croissance dans les pays avancés ;
            70% du traffic voix pourrait s'effectuer via les réseaux mobiles ;


                                          19
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
             la messagerie et l'indication du positionnement sont des marchés
              à exploiter
             les revenus liés au transfert des données représenteraient plus
              de 60% des revenus des opérateurs (Télécoms et Multimédia
              09/2002)

       Il est désormais courant d'entendre parler de hauts débits sur les
       mobiles. Il faut bien préciser que les technologies comme le WAP
       (Wireless Access Protocol) ou le GPRS (GSM Packet Radio System)
       reposent sur la même architecture que le GSM. Le WAP ne permet
       nullement d'augmenter les débits puisqu'il ouvre seulement l'accès à
       des services de type Internet. Le GPRS permet la transmission en
       mode paquet, théoriquement jusqu'à 115 kbit/s, mais dans la pratique
       des débits de pointe à 40 kbit/s semblent plus réalisables.

       Le développement du marché n'attend plus que celui des services.

       Sur les mobiles, les hauts débits ne peuvent donc être envisagés qu'à
       partir du déploiement des mobiles de troisième génération (UMTS). Et
       encore les débits promis par l'UMTS (jusqu'à 2 Mbit/s) ne seront-ils
       atteints que pour les réseaux les plus en pointe. Et les incertitudes
       pesant sur le marché réel de l'UMTS ne permettent pas de déterminer
       si les opérateurs seront incités à offrir de telles capacités. Les réseaux
       de téléphonie mobile accusent donc un certain retard par rapport aux
       autres, dans le domaine des hauts débits. (Jean-Charles Bourdier /
       Ministère de l'Economie sept 2000)



3.1.1.4.1 GPRS

Le GPRS (General Packet Radio Service) est un service de transmission des
données en mode "paquet" (textes, sons, images) qui est offert sur les réseaux GSM
(norme maintenant adoptée dans plus de 150 pays, avec près de 200 millions
d'utilisateurs), avec une rapidité quatre fois plus grande. Le mode paquet est un peu
semblable à la technique ATM. En reliant un micro-ordinateur à un terminal
GSM/GPRS, ou en insérant une carte PC GSM/GPRS dans cet ordinateur, on a
accès à toute la gamme des applications supportées par l'internet. Le GPRS peut
être associé aux réseaux domestiques (WPAN) tels que Bluetooth pour l'envoi
d'images couleur, par exemple, sur PDA.

S'agissant d'un service en mode paquet, le GPRS est facturé au volume de données
transmises et non au temps de connexion comme c'est le cas pour les services GSM
en mode "circuit". De ce fait, il est possible de maintenir des connexions
permanentes.
L'installation de l'infrastructure GPRS implique quelques modifications des
technologies de routage et de logiciel, mais aucune modification des stations
centrales, ce qui en fait une technologie plus facile a déployer.

caractéristiques :


                                           20
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
débit descendant /ascendant :théorique atteint : 171,2 Kbits/s ; débit réel jusqu'à 115
kbit/s dans les deux sens
fréquence : de 900 à 1800Mhz
limite technique : bande partagée avec tous les utilisateurs de GSM
zones géographiques privilégiées :zones couvertes par le réseau GSM
avantages : déploiement rapide et peu coûteux
perspectives :
L'ouverture des réseaux GPRS s'est déroulée en juin 2002. Le décollage du marché
devrait apparaître en 2003 avec l'essor de la messagerie multimédia. Mais la
complexité des logiciels GSM/GPRS conduira probablement à limiter le nombre de
fonctions disponibles sur les terminaux compatibles, laissant là une ouverture pour la
technologie 3G (UMTS)

3.1.1.4.2 UMTS


      L'évolution technologique introduite par le GPRS se poursuit avec
      l'UMTS. L'UMTS (Universal Mobile Telecommunications Service) est
      une des trois normes de mobiles de 3ème génération (3G) qui s'inscrit
      dans un contexte mondial d'intéropérabilité et qui permettra à la fois la
      téléphonie mobile (commutation de circuits) et le transport de données
      (images vidéo en direct, visioconférence mobile, etc.) avec un débit
      théorique de 2 Mbit/s. Si l'UMTS tient ses promesses (?) il pourrait
      permettre la convergence de la téléphonie, de l'internet et de la
      télévision avec la mobilité. (La Fing 31/10/2001)

      caractéristiques :

             débit descendant / ascendant : jusqu'à 2 Mbit/s en voie
              descendante (pourrait être porté à 10Mbit/s en mode paquets)
             fréquence : 2 GHz
             limite technique : bande partagée avec tous les utilisateurs de
              l'UMTS
             zones géographiques privilégiées: zones couvertes par le réseau
              UMTS
             économie : à définir : un réseau entier doit être mis en place
             avantages : réseau sécurisé ; qualité de service minimale
              assurée ; offre multi-services ; couverture étendue ;
              normalisation au niveau mondial ;
             inconvénients : investissement en infrastructures colossal ;
              licence coûteuse (coût de la licence en France : 619MEUR) ;
              date de disponibilité du réseau et des équipements incertaine
              (2004 - 2005 ?) ; extrême complexité des logiciels




                                          21
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
           perspectives :
            Selon un rapport de Forrester Research, les opérateurs
            européens de 3G resteront dans le rouge jusqu'en 2014. En
            Europe, seuls 10% des utilisateurs de téléphones mobiles
            utiliseront la technologie UMTS en 2007, ce qui reporterait
            jusqu'en 2014 au plus tôt le délai de rentabilité....



3.2 Satellite

     Le fait de passer par l'espace pour transporter des flux de données
     date d'une quinzaine d'années.
     Le satellite est en relation permanente avec une station terrestre qui lui
     envoie les informations à partir d'une dorsale internet. L'utilisateur est
     en relation directe ou indirecte avec le satellite. (Mission Internet Alpes
     du Sud 05/2002)

           En mode direct - 2 voies ou accès bidirectionnel-, l'utilisateur
            envoie ses requêtes par le satellite. Il est en communication bi-
            directionnelle avec le satellite. Cette solution semble adaptée
            aux grandes entreprises ou institutions prêtes à entreprendre un
            investissement important. Sur le segment marché de masse
            (résidentiel, TPE, PME), il est émergent.

           En mode indirect - ou accès unidirectionnel -, les informations
            émises par l'usager sont transmises par une ligne téléphonique
            terrestre (modem/RTC ou numéris).Cela ne constitue pas
            aujourd'hui une solution d'accès haut débit. L'accès
            unidirectionnel par satellite avec voie de retour DSL vient
            seulement d'être lancée et n'est pas significative

     Trois types de solutions satellitaires peuvent être envisagées pour un
     accès, quel qu'il soit, aux applications internet (Télécoms et
     Multimédias 09/2002) :

           Les satellites géostationnaires (GEO) : les plus utilisés mais ils
            présentent un temps de transfert des données assez long (250
            ms) dû à leur situation éloignée de la Terre (36.000 kms). Ils ne
            couvrent pas les zones polaires.
           Les satellites en moyenne orbite (MEO) : altitude environ 10
            000 km. Il faut de 10 a 15 satellites pour couvrir la terre.




                                         22
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
           Les satellites en couche basse (LEO) : situés à une distance
            comprise entre quelques centaines de kilomètres et 2000 kms,
            ils permettent des débits duplex de faible valeur partout dans le
            monde (ex : Skybridge). Le délai de propagation est compris
            entre 10 et 20 ms. Cependant, un grand nombre de satellites est
            nécessaire pour couvrir l'ensemble du globe, ce qui entraîne des
            problèmes de basculement entre satellites.

     Il existe une nouvelle solution d'accès aux services de
     télécommunication et de radiodiffusion par voie hertzienne depuis un
     avion ou un ballon dirigeable : les plates-formes stratosphériques.
     Cette dernière solution est en cours d'expérimentation.

           Les plates-formes stratosphériques : placées à 20 ou 40kms
            d'altitude, elles distribuent des débits de l'ordre de 155Mbits/s
            dans un rayon de 80km (ex : HAPS) A lire (Bakom.ch 6/09/2001)

     Quelques grands opérateurs de l'industrie satellitaire (3G generation
     01/2002)




     caractéristiques :

           utilisation : internet haut débit ; vidéo à la demande ; services
            de diffusion ; voix ; télévision
           débit descendant / ascendant : 1 transpondeur a une capacité
            de 34 Mb/s à partager entre l'ensemble des utilisateurs, c'est
            pourquoi les offres commerciales sont plus limitées. Pour une
            offre bi-directionnelle le débit maximum en voie descendante est
            de 2 Mb/s et en voie montante de 320 Kb/s. Pour une offre uni-
            directionnelle le débit proposé peut atteindre 8 Mb/s en voie
            descendante, la voie remontante se fait via un modem
            téléphonique.
           portée : couverture mondiale
           protocoles : TCP/IP sur DVB ou ATM
           économie : repose sur l'acquisition de paraboles et de
            décodeurs
           avantages : couverture globale, quelle que soit la situation
            géographique de l'abonné (urbaine, rurale ou isolée) avec le
            même niveau de service ; rapidement déployable ; solution
            d'accès bidirectionnelles complémentaires aux solutions
            terrestres ADSL, pour l'accès haut débit ; solution qualité/prix
            performante pour les applications point à multipoint ; solution
            adaptée au monde rural et éventuellement péri-urbain
           inconvénients : bande passante partagée, voie retour à faible
            débit, coût élevé limitant cette technologie à l'usage
            professionnel ; temps de latence important ; taux d'erreurs élevé,
            ce qui impose l'emploi de mécanismes de correction d'erreur.


                                        23
KASMI Farid
CHELALI Mohamed



     perspectives

     Les nombreux travaux qui sont menés sur ce sujet laissent présager de
     l'apparition de voies de retour plus performantes pour ces systèmes,
     soit grâce à des paraboles plus perfectionnées, soit en utilisant des
     voies de retour alternatives comme le GPRS par exemple.

     Deux normes récentes pourraient développer cette technologie et en
     abaisser les coûts. Outre l'UDLR (Unidirectional link routing) qui indique
     comment harmoniser totalement la liaison satellite avec la voie de
     retour terrestre, c'est surtout le standard DVB-RCS (Digital video
     broadcasting - return channel via satellite) qui s'avère le plus
     prometteur. Adoptée en 2001, cette norme permet de se passer
     totalement d'une connexion terrestre complémentaire. Le satellite
     fonctionne alors dans les deux sens. (Le Temps 07/2002)

     déploiement :

     En France, les offres commencent à affluer. Après i-sat et son offre
     bidirectionnelle, c'est au tour de Netsystemd'arriver sur le marché
     français. Lire l'article (Journal du Net 12/09/2002).En novembre 2002,
     le hollandais Aramiska propose ses offres d’accès internet par satellite
     pour entreprises. Lire l'article (Neteconomie 13/11/2002)

     Parmi les expérimentations du haut débit par satellite dans les zones
     rurales en cours, citons Ugine en Savoie, Auch en Midi Pyrénées, les
     Alpes du Sud , Privas en Ardèche. Lire (Le Monde Interactif 13/11/02)



3.3 Quelques technologies émergentes

     The Economist identifie quatre technologies émergentes sans fil qui
     pourraient transformer le paysage dans les années à venir : les
     antennes intelligentes (amélioration des capacités des stations de
     bases) ; les Mesh Networks (chaque récepteur radio devient un relai
     pour les ondes) ; les réseaux Ad hoc(les appareils connectés aux
     réseaux sont comme des routeurs) ; les transmissions UWB (Ultra
     wideband) qui atteignent 100 Mbps, mais pour l'instant seulement sur
     des distances très courtes. Lire l'article (The Economist 20/06/2002)




                                        24
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
     D'autres technologies pourraient bien se présenter comme solution
     alternative, mais certaines d'entre elles sont toujours en phase
     d'expérimentation

           les connexions à laser,
           le WADSL,
           l'UWB
           la Mesh radio,
           la BLOR,
           le Wimus



3.3.1 Les connexions à laser


     Quoique ne rentrant pas dans le domaine des connexions radios, les
     connexions à laser - appelées aussi FSOW (Free Space Optical
     Wireless) - sont un autre moyen de communiquer sans fil. Elles sont le
     plus souvent utilisées pour offrir un canal de communication entre deux
     bâtiments implantés en zone urbaine. La bande passante garantie peut
     aller jusqu'à 2,5Gbits et la distance maximale entre deux points est de
     2 kilomètres en zone tempérée, et plus dans des zones sèches. Elles
     peuvent aussi être utilisées comme épine dorsale d'un réseau et être
     associées à des équipements radio, comme c'est le cas dans
     l'expérience menée par une communauté de la Sarthe pour sa boucle
     locale. Du point de vue technique, l'installation d'une dorsale laser est
     beaucoup plus simple et moins coûteuse qu'un câblage de fibres
     optiques. Les connexions à laser ne sont pas encore soumises à la
     réglementation de l'ART. (Atica 26/06/2002)

     caractéristiques :

           utilisation : communication entre deux bâtiments en zone
            urbaine ; liaisons points à points des entreprises
           débit : entre 1Mb/s et 2,5Gb/s
           fréquence : 350 Thz = 690 nanomètres (domaine du rouge
            visible)
           portée maximale : une dizaine de kilomètres en vue directe
            (selon offre)
           avantages : mise en place rapide ; pas de génie civil
           inconvénients : possibilités de perturbations météo (problèmes
            en cas de brouillard dense) ; équipements en vue directe



3.3.2 Le WADSL




                                        25
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
Le WADSL est un système radio ne nécessitant que des émetteurs et des antennes
réceptrices. Il utilise une technologie MMDS (multimedia microwave diffusion system)
pour une connexion à internet que l'on peut qualifier de "boucle Locale Radio
Asymétrique IP à Très Haut Débit", en voie descendante uniquement, les données
émises par l'abonné devant être transmises par une autre technologie (RTC,
Numéris, ADSL, GPRS...). Ce type de technologie est semblable à du satellite uni-
directionnel où les données IP sont encapsulées dans un format MPG. Le WADSL
permet d'atteindre des débits de l'ordre de 5Gb/s par cellule et utilise les fréquences
3.4 à 4.2 Ghz (ART), 10.7 à 12.7 Ghz (ART, CSA) ou 40.5 à 42.5 Ghz (ART,CSA).
Actuellement, seule la société MDS propose ce type de solution dont l'unique
utilisation française se situe en Ardèche. Dans son offre elle propose également le
logiciel "Hyperboost" qui permet d'accélérer d'un facteur 1000 les débits remontant.
Premières expérimentations en Ardèche en WADSL sur la bande 3,7 GHz en
partenariat avec France Télécom Lire l'article (L'Atelier 27/05/2002)


caractéristiques :

             utilisation : connexion à internet, transmission de vidéos, voix,
              données...
             débit maximum : 5Gb/s par canaux donc 50Mb/s théoriques
              pour internet
             portée : rayon d'action de 100Kms suivant la fréquence utilisée
             coût : récepteur 400 (antenne réceptrice, démodulateur,
              logiciel Hyperboost) + prix d'un abonnement classique à internet
                  o émetteur de 15 000 à 60 000 suivant le nombre de
                      sations clientes à couvrir
             fréquences : de 3.4 à 4.2 Ghz, de 10.7 à 12.7 Ghz ou de 40.5 à
              42.5 Ghz
             sécurité : les trames sont adressées à une adresse IP et une
              adresse MAC particulière ; les données peuvent être cryptées
              dans un VPN
             avantages : ce service ne fait pas concurrence aux opérateurs ;
              il nécessite seulement une licence de diffusion comme une radio
              ou une TV locale. Le CSA les délivre pour le 42 Ghz. Le coût du
              récepteur peut être partagé sur une zone avec l'utilisation du Wi-
              Fi par exemple.

inconvénients : faible voie de retour ; le test en Ardèche ne s'est pas renouvelé
avec d'autres opérateurs




                                          26
KASMI Farid
CHELALI Mohamed




3.3.3 L'UWB

     L'UWB (Ultra Large Bande), technique d'étalement de spectre pour les
     applications sans fil à très haut débit (100 Mbits/s), constitue un excellent
     candidat, bas coût (suppression des étages RF) et basse consommation, pour
     les réseaux domestiques sans fil, capables d'offrir des accès sans fil à des
     services multimédias haut débit. Les autorités européennes (CE et Eureka)
     ont validé plusieurs projets européens sur l'UWB, donnant ainsi le top départ
     de la conception d'une nouvelle génération d'interface radio. (Leti -Cea
     05/2002)

     Le principe de la technologie est d'envoyer des séries de courts signaux
     électriques à basse puissance sur toute la bande de fréquence et non sur une
     fréquence particulière. L'appareil recevant les signaux doit être exactement à
     la même fréquence que l'émetteur. Ce qui apporte une sécurité
     supplémentaire. Le fait d'utiliser toute la bande de fréquence permet
     également de contourner certains obstacles.
     caractéristiques :

           débit maximum : 60Mb/s - inférieur au système radio actuel
           fréquence : occupe plusieurs GHz du spectre des fréquences
            (plus de 2GHz)
           portée :10 mètres
           avantages : la technologie utilisant toute la bande de fréquence,
            tous les obstacles sont contournés ; pourrait être employé pour
            le développement de la téléphonie mobile
           inconvénients : l'utilisation de toute la bande peut brouiller les
            systèmes GPS (risque de crash d'avion par exemple) et les
            satellites (météo par exemple) ; encore en phase
            d'expérimentation (produits prévus d'ici 12 mois à 2 ans)

        o   perspectives :
            Selon une étude d'In-Stat/MDR, la bataille pour la suprématie sur le
            marché des réseaux domestiques sans fil entre l'ultrawideband (UWB)
            et le 802.11x devrait commencer dès 2003, date de la
            commercialisation des premiers produits UWB par Intel, Cisco,
            Motorola, Sony. Et l'UWB pourrait créer la surprise...




3.3.4 La Mesh radio



                                        27
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
      A Cardiff, au pays de Galles, une centaine de foyers chanceux ont déjà
      un aperçu gratuit du futur. Ils sont les premiers au monde à profiter d’un
      nouveau mode de connexion sans fil à très haut débit, la "mesh radio"
      [système maillé], qui leur permet de voir des vidéos à la carte, de
      participer à des vidéoconférences ou de télécharger à la vitesse de 4
      mégabits par seconde. Lire l'article(La Fing 11/09/02)

      Le principe : l'Accès Point (AP) est relié filairement à l'internet. Les
      machines qui ne sont pas situées dans la zone de couverture d'un AP
      ne peuvent pas s'y raccorder. La solution est qu'elles se raccordent aux
      stations voisines qui feront le lien avec l'AP. Toutes les stations clientes
      sont émettrices. Avantage : les stations peuvent emprunter la meilleure
      route pour rejoindre l'AP, ce qui limite les coupures.



      carctéristiques

             débit maximum : 4Mb/s
             portée : un kilomètre ou plus
             fréquence : 28GHz




3.3.5 La BLOR



Pascal de Rienzo, consultant informatique, a imaginé la BLOR (Boucle Locale
Optique Radio) en s’appuyant sur des technologies existantes mais concurrentes
dans un autre domaine d’application. La première idée est de remplacer la fibre
optique par une transmission optique atmosphérique qui, jusque là, servait à relier
des bâtiments d’une même société. En soumettant cette idée au fabricant, il a été
confirmé qu’il était possible de « chaîner » plusieurs transmetteurs et ainsi de créer
une boucle de transmission haut débit ( jusqu'à 1Gb/s). La boucle ainsi mise en
place, il ne restait plus qu’à raccorder les abonnés et c’est là qu’un concurrent,
spécialisé dans la transmission par radio, vient boucler l’architecture. En plaçant un
transmetteur radio sur chacun des maillons de la chaîne optique, il est alors possible
d’arroser une zone d’un rayon maximum de 5 km (limite juridique d’amplification
20db) avec un débit maximum de 9Mb/s. Schéma de fonctionnement




3.3.6 Le WIMUS


                                          28
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
     Le WIMUS (Wireless Multimedia System) est né d'un Groupement
     d'Intérêt Economique créé par Thales, Thomson, Nextream afin de
     commercialiser une solution d'accès haut débit sans fil pour diffuser
     des contenus enrichis (télévision interactive, vidéo à la demande,
     Internet...). Cette technologie utilise des liens radio bi-directionnels
     couplés à des antennes semblables aux stations BLR mais avec des
     fréquences différentes. Le développement de cette technologie est
     prévu pour 2005. L'équipement pour l'abonné consistera en une
     antenne fixée sur son antenne de télévision et un modem à brancher
     sur le téléviseur et l'ordinateur.

     caractéristiques :

           utilisation : internet, TV/vidéo, téléphonie (VoIP)
           portée : 2,5km à 5km (selon antenne)
           débit : de 5 à 7 Mb/s (prévision)
           fréquence : entre 40,5 GHz et 43,5 GHz (possibilité de 600
            canaux)
           norme : DAVIC
           protocole : de liaison sans fil basé sur le protocole IP
           coût : du matériel client : de 400 à 800
           avantages : permet de fournir des services semblables aux
            technologies câble et satellite (voix, data, image, vidéo...) ;
            solution plus directionnelle que le Wi-Fi ; le nombre élevé de
            canaux (600) réduit le risque d'interférences ; bonne résistance
            aux intempéries
           inconvénients : mêmes contraintes et zones d'ombres que la
            BLR ; équipements en vue directe ; pas de mobilité des
            équipements ; nécessité de 4 stations pour couvrir 360°.

     présentation : http://www.thomson.net/frv/fr/06/c02/020425.htm

3.3.7 Le couplage Satellite/Wi-Fi


     La solution de couplage satellite + Wi-Fi décrite par Didier Lebrun,
     indépendant, consiste à établir une liaison bi-directionnelle par satellite
     en un lieu central du village et à relier celui-ci aux maisons alentours
     par des liaisons Wifi sous réserve de leur autorisation. Le faible coût de
     ces technologies permet de fournir des débits équivalents à ceux de
     l'ADSL, pour un prix équivalent, moyennant un investissement initial de
     l'ordre de 1500 . L'équilibre budgétaire peut être atteint à partir d'une
     dizaine d'usagers dans un rayon de 1 à 3 km.

           La solution de desserte à haut débit des villages excentrés
            (Quartier Rural 12/2002)



3.3.8 Autres perspectives

                                         29
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
L'Ethernet sans fil à 200 Mbit/s
Alors que le 802.11a (d'un débit maximum de 54 Mbit/s) peine à s'imposer en
France, le Centre de recherche technique de Finlande a développé, avec d'autres
chercheurs européens, un modem atteignant 200 Mbit/s. Mais cette technologie ne
supporte que les courtes distances (moins de 10m) et est sensible aux obstacles -
Lire l'article (01.Net 10/09/2002)

3.3.8.1 Les technologies de Quatrième génération

Dans un futur proche, la 4G (Quatrième génération) réalisera la convergence des
standards actuels de télécommunications : Digital Video Broadcast (DVB), UMTS,
réseaux sans fil WLAN ou xDSL (Digital Suscriber Lune). Les ordinateurs,
téléphones portables, assistants personnels etc. pourront ainsi échanger avec des
débits de plusieurs dizaines de Mbits/s des données audio et vidéo. Parmi les
techniques les plus prometteuses pour la 4G figurent les systèmes MC-CDMA (Multi-
Carrier Code Division Multiple Access), déjà étudiés par le Léti qui a lancé plusieurs
actions dans ce domaine : mise en place d'une plate-forme, création d'une
bibliothèque de blocs de base, contribution à l'élaboration des standards... (Leti -Cea
05/2002)
Alors que l'Europe se demande encore comment financer l'UMTS, au Japon, NTT
DoCoMo réalise une expérience de transmission mobile avec des taux de transfert
de 100 Mbits/s en téléchargement. Lire l'article (VNUnet 11/10/02)...



3.3.8.2 Les Antennes intelligentes

L'utilisation d'un réseau d'antennes intelligentes (réception/émission sélective des
signaux dans des directions choisies), couplé avec des traitements Multi-Utilisateurs,
permet des gains de capacité spectaculaires. La démonstration en a été faite dans le
cadre du projet européen IST ASILUM, coordonné par le Léti, en utilisant la nouvelle
norme UMTS. Compte tenu des progrès des processeurs de traitement numérique et
de l'intégration des étages RF, l'utilisation à moyen terme de ces antennes
intelligentes sur des téléphones mobiles peut être envisagée à un coût de mise en
oeuvre raisonnable.




3.4 Tableau récapitulatif


Technologie            portée                     débit                 fréquence
  Bluetooth       de 10 à 30 mètres     théorique atteint : 1 Mb/s   de 2400 à 2483,5
                                          débit réel : 720 Kb/s            MHz


                                          30
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

  HomeRF      de 50 à 100 mètres     théorique atteint : 10 Mb/s    de 2400 à 2483,5
                                      débit réel : de 3 à 4 Mb/s          MHz
   Wi-Fi           de 30m en         théorique atteint : 11 Mb/s de 2400 à 2483,5
               environnement de       débit réel : de 3 à 6 Mb/s       MHz
                     bureau          (22Mb/s pour le 802.11b+)
               de 100 à 400m en
                terrain dégagé
  802.11a      de 20 à 30 mètres      débit théorique : 54Mb/s       de 5150 MHz à
                                                                       5350 MHz
  Hiperlan       50m pour une        théorique atteint : 20Mb/s      de 5150 MHz à
                qualité optimale         pour Hipperlan1               5350 MHz
                    à100m             54 Mb/s pour Hiperlan2
   GPRS       zones couvertes par     théorique atteint : 171,2        de 900 à
                le réseau GSM                   Kbits/s                1800Mhz
                                    réel, jusqu'à 115 kbit/s dans
                                            les deux sens
   UMTS       zones couvertes par     jusqu'à 2 Mbit/s en voie           2 GHz
                le réseau UMTS             descendante
                                     jusqu'à 10Mbit/s en mode
                                              paquets
  Satellite   couverture mondiale offre bi-directionnelle - débit          -
                                       maximum : en voie
                                   descendante 2Mb/s et en
                                    voie montante 320 Kb/s
                                    ofrre uni-directionnelle -
                                    débit maximum : en voie
                                  descendante 8Mb/s et voie
                                     remontante via modem
                                          téléphonique.
  Courant      réseau électrique     de 5 à 45 Mbits/s selon la            -
 Porteur en     d'un même site      configuration des bâtiments
   Ligne
   Laser         une dizaine de      entre 10Mbits et 2,5Gbits             -
               kilomètres en vue
                    directe
  WADSL        rayon d'action de      débit théorique atteint :     de 3.4 à 4.2 Ghz
                100Kms selon la               50Mb/s                 de 10.7 à 12.7
               fréquence utilisée                                    Ghz de 40.5 à
                                                                       42.5 Ghz
   UWB             10 mètres          débit maximum : 60Mb/s             occupe
                                                                      plusieursGHz
                                                                     fréquences de
                                                                      plus de 2GHz
  WIMUS       de 2 à 3 kilomètres           très haut débit ?       bande de 3GHz
                                                                     dans la bande


                                       31
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

                                                                        des 40GHz
     BLR        de 4 à 10 kilomètres    45Mbits en descendant et     3,5GHz - 26GHz
                                          10Mbits en remontant




4 QUELQUES EXEMPLES D’APPLICATIONS CONCRETS



4.1 Haut débit par satellite : la première offre vraiment

     accessible aux particuliers,

L'italien Netsystem, en partenariat avec Yahoo!, vient de lancer en France des accès
Internet par satellite. Tous les détails de ces forfaits destinés aux "exclus" du haut
débit. (11/10/2002)


Depuis quelques semaines, l'italien Netsystem propose en France des forfaits haut
débit par satellite. C'est une solution très attendue par tous les internautes qui, en
raison de leur localisation géographique, ne peuvent accéder à l'ADSL ou au câble. Il
existait bien en France quelques offres satellitaires, mais elles étaient plutôt
réservées aux entreprises ou à un public féru d'informatique.

Avant de "plonger", il faut tout de même savoir que Netsystem est en phase de
rodage et que l'entreprise ne compte qu'un petit millier d'abonnés français. Prudence,
donc d'autant qu'à L'Internaute nous n'avons encore reçu aucun témoignage de la
part d'abonnés Netsystem (cliquez ici pour nous faire part de votre expérience). Ceci-
dit, la formule a fait ses preuves en Italie avec 45 000 clients et devrait logiquement
se développer en France. Voici en tout cas tous les détails de cette offre d'un
nouveau genre.

Comment ça marche




                                          32
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

  Sachez tout d'abord qu'il vous faut conserver votre fournisseur d'accès habituel (et
donc continuer de le payer). Toutes les requêtes, e-mails ou surf, passent par votre
modem classique. Elle sont reçues par votre FAI et envoyées sur le réseau.
Jusqu'ici, tout est "normal".
   Netsystem récupère vos requêtes sur Internet et les transmet, en temps réel et en
haut débit, au satellite Astra.
   Le satellite envoie ces informations sur votre parabole. Elles sont "lues"
instantanément par un modem spécial relié à l'antenne satellitaire.


Débit
C'est l'un des gros avantages de cette formule par rapport à une connexion par
modem classique. La capacité peut aller jusqu'à 300 kbps, 640 kbps ou même 1000
kbps selon le forfait souscrit. A titre de comparaison, une ligne ADSL classique
affiche 512 kpbs. Attention : le débit n'est pas au maximum toute la journée, il varie
selon les heures.


Matériel nécessaire
 Une parabole. Elle doit mesurer au moins 80 cm de diamètre et pointer sur le
satellite Astra 1G (position : 19.2° Est). Si, par exemple, vous disposez d'un
abonnement Canalsatellite, votre parabole est déjà correctement orientée. Si par
contre vous êtes chez TPS, il faudra équiper votre antenne d'une deuxième tête.
Coût de l'opération, environ 30 euros.
 Une carte ou un modem spécial. Pour recevoir les information de la parabole,
deux options : soit une carte DVB (Digital Video Broadcasting) que vous installez
dans votre PC, soit un modem spécial dit "satellitaire" qui se branche sur le port
USB. Ce matériel est inclus dans les forfaits proposés par Netsystem.
 Un modem classique. Un modèle téléphonique ordinaire est nécessaire pour la
connexion avec le fournisseur d'accès "terrestre" que vous devez conserver.
 Le PC. Il doit "tourner" sous Windows 98 SE (deuxième édition), Windows NT,
Windows 2000, Windows Millennium ou XP. Le processeur doit au moins être un
Pentium II 300. Bref, un PC relativement récent fait l'affaire pour peu qu'il soit équipé
d'un connecteur PCI ou d'un port USB.


Les prix des forfaits
  Le forfait "Yahoo! Sat ADSLPlus". Pour ce forfait, au débit maximum de 300 kbps,
il vous en coûtera 36 euros par mois + l'achat du modem satellite. En faisant la
moyenne, le coût total se monte à 45,75 euros par mois (engagement d'un an).
Vous disposez d'un mois d'essai à l'issue duquel vous pouvez résilier ou continuer.
Une réduction est consentie si vous payez une année à l'avance. A noter : si vous
optez pour la carte DVB plutôt que pour le modem satellite, l'abonnement revient à
33 euros par mois. Tous les détails de ce forfait sur le site de Netsystem

 Le forfait "Yahoo! Sat ADSLPro". Vous bénéficiez d'un débit supérieur qui peut
aller jusqu'à 640 kbps. Coût mensuel moyen, modem satellite inclus : 50,75 euros
par mois. Des réductions sont accordées, là aussi, si vous choisissez la carte plutôt
que le modem ou si vous payez un an d'avance. Tous les détails de ce forfait sur le


                                           33
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
site de Netsystem

 L'option "Effetto Notte". Pour 9 euros par mois, vous bénéficiez d'une capacité de
téléchargement de 1mb/seconde, de 2 heures à 9 heures du matin. Si vous avez
souscrit un forfait annuel, cette option vous coûtera 90 euros par an (deux mois
offerts). Tous les détails de cette option sur le site de Netsystem


En résumé...
Avantages                                     Inconvénients
 La seule solution pour bénéficier du           Cher... Si l'on ajoute les équipements, le
haut débit si vous n'êtes "couvert" ni par le forfait classique, le forfait satellite et
câble ni par l'ADSL                           l'option "Effeto Note", la facture peut
 Des débits parfois supérieurs au câble dépasser les 70 euros par mois (460
et à l'ADSL classique (abonnement "Sat francs)
ADSL Pro")                                      On ne peut pas regarder la télé et
 Pas de limitation de téléchargement          surfer en même temps, sauf à installer
 On peut recevoir gratuitement les            une deuxième tête sur sa parabole (coût :
chaînes télé et radio diffusées par le        30 euros environ).
satellite Astra grâce à la carte DVB.           Il faut souscrire un forfait illimité
 Pas besoin de changer d'adresse e-           auprès d'un FAI "terrestre" pour bénéficier
mail puisque l'on garde son FAI.              d'un accès sans limite de temps. Coût :
                                              entre 15 et 25 euros/mois selon les
                                              fournisseurs.
                                                La ligne téléphonique est occupée
                                              pendant le surf.
                                                Certaines incompatibilités avec AOL,
                                              en fonction des versions. "En voie de
                                              résolution", affirme-t-on chez Netsystem.




                                            34
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

4.2 La norme 802.11 dans la presse


Réseaux & Télécoms : articles de l’année 2000
802.11b : des promesses à confirmer
« Compaq, Cisco, 3Com, Proxim : quatre réseaux sans fil prêts à l'emploi répondant
aux recommandations 802.11b ont travaillé de concert. L'apparente liberté de choix
offerte par leur garantie d'interopérabilité est fortement restreinte par une absence
totale d'outils d'administration inter plates-formes. […]
Au sein de la déjà ancienne norme 802.11, quelques appareils d'origine diverse
acceptaient déjà de dialoguer, mais dans un mode si dégradé qu'il n'était pas
rentable d'espérer une certaine interopérabilité. Le Weca (Wireless Ethernet
Compatibility Alliance) allait-il gommer ces disparités ? La réponse est toute en
nuances : oui et non. Oui, tous les équipements frappés du sceau 11b acceptent
d'être intégrés dans un même réseau. Non, il n'est pas humainement possible de
gérer un parc réellement hétérogène, faute de logiciels d'administration unifiés, d'API
communes, de procédures d'installation semblables, d'interfaces physiques normées.
[…]

Si, en architecture cuivre, l'installation d'un hub ou d'un routeur peut s'accommoder
d'une armoire ou d'une étagère proche de la baie de brassage, la mise en place d'un
point d'accès, quant à elle, est bien plus complexe. Le comportement de l'Ethernet
sans fil nouvelle génération ne semble apporter aucune amélioration par rapport à
l'ancien 802.11. A ce sujet, 3Com offre une documentation très didactique et précise,
qui recommande de bien dégager le concentrateur des masses métalliques et
propose d'accrocher l'AP au plafond du local. Faux plafond obligatoire donc, pour y
acheminer à la fois les câbles d'alimentation et de liaison RJ45. Encore faut-il
disposer d'une prise secteur dans l'immédiate proximité de l'AP. 3Com, toujours,
propose un boîtier d'alimentation de l'AP via le câble Ethernet, solution élégante mais
exigeant un câblage propre. […]

Lorsque quatre clients tentent de joindre un serveur, le débit maximal dépasse
rarement 3 Mbit/s. Viennent ensuite les brouillages extérieurs. Les connecteurs
PCMCIA des ordinateurs portables tenant, le plus souvent, dans un mouchoir de
poche, il est vain d'espérer faire cohabiter une carte 802.11b et une extension
Bluetooth. Aucune transmission n'est alors possible. Deux portables équipés
respectivement d'une carte Bluetooth et 802.11b se perturbent mutuellement s'ils
sont placés côte à côte, et la distance minimale entre les deux émetteurs doit
dépasser un bon mètre pour éliminer toute perturbation électromagnétique - ce qui
ne résout pas les problèmes de collision. Viennent enfin les interférences hors
bande. Celles des téléphones cellulaires en harmonique 3, brèves, peu destructrices,
mais qui provoquent quelques nack lors de transmissions de fichiers. […]
Comme, dans le cadre des interfaces d'administration, rien ne donne accès à un
contrôle approfondi des paramètres de cryptage, il a été impossible d'utiliser le mode
Wep en mode hétérogène. Au sein d'une même marque, les protocoles de sécurité
fonctionnent sans problème mais dégradent sensiblement les taux de transmission.
L'usage d'un tunnel logiciel associé à une couche de compression s'avère bien plus
rentable, tant sur le plan de l'interopérabilité que sur celui de l'efficacité.




                                          35
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
Le prix de l'interopérabilité
« Partant du principe que le suffixe "b" signifie interopérable, on peut légitimement
espérer ne plus tenir compte de l'origine des équipements et acheter les
équipements 802.11b comme on le ferait avec un adaptateur Base-T. Liberté
d'autant plus appréciable que les tarifs varient presque du simple au double d'un
constructeur à l'autre : près de 1 500 francs pour une carte PCMCIA chez 3Com ou
Compaq, un peu moins de 3 000 francs chez Cisco. Les prix des points d'accès sont
aussi très fluctuants, de 7 000 à 10 000 francs. Ce qui conduit chaque administrateur
à choisir un mode de fonctionnement particulier : soit jouer la carte de
l'interopérabilité en ne recherchant que les équipements les moins chers, soit n'opter
que pour une seule marque afin de tirer le meilleur parti des fonctions propriétaires
du réseau si les applications utilisées exigent une bande passante élevée. »

Quand 802.11b fait l’unanimité
« La norme de réseau local sans fil 802.11b pénètre le tissu économique français.
Avec 11 Mbit/s de débit et 100 m de portée, elle facilite la mobilité des personnes et
peut même relier des bâtiments distants. […]
Internet fleurit au Printemps
« Les magasins Printemps développent le commerce électronique interactif. […] Le
vendeur porte une caméra capable de diffuser sur le web. Monté sur des rollers, il a
dans les mains un PC portable et, sur l'épaule, une webcam. […]
"A l'ouverture, nos webcamers dialoguaient avec les clients via GSM. Nous avions un
accord avec un opérateur." Mais l'homme au parler franc explique qu'ils ont dû
abandonner ce mode de transmission : "Le système, instable, coupait les
communications et n'acceptait pas d'appels simultanés. Le débit de 9,6 kbit/s, trop
lent, générait des files d'attente trop longues." Le webcamer transmet de la vidéo et
du texte. Bruno Teboul se tourne alors vers une technologie de réseau local sans fil
et teste la solution Airconnect 802.11b de 3Com, disponible en France depuis
septembre 2000. Avec 11 Mbit/s de débit et 100 m de portée, elle correspond mieux
à ses attentes. Trois jours de test ont suffi pour prouver que la technologie
remplissait son rôle. Cinquante-cinq points d'accès sont déposés dans les faux
plafonds des trois magasins afin de fournir une couverture sans trou du service. […]
La portée promise est là, et la liaison fonctionne d'un étage à l'autre. Sur le papier,
chaque station de base peut supporter jusqu'à soixante-trois clients simultanés. »




                                          36
KASMI Farid
CHELALI Mohamed
EM Lyon : Une installation sans fil à retordre
Un réseau sans fil couvre les 25 000 m2 du campus de l'école lyonnaise. […]
Deux bornes ont été installées sur 400 m2 pour tester la solution Waveport 2,
802.11b, avec trente postes. Résultat, dans les escaliers, dans les ascenseurs, entre
les salles de cours, ça marche ! Trente bornes au total ont donc été implantées sur
quatre étages et alimentent deux cents postes. La portée théorique est de 300 m,
mais, soumis à une obligation de haute qualité de service fixée par l'école, Yannick
Bouchet a installé les bornes suivant un maillage très fin (tous les 10 m environ). […]
Autre avantage, le débit de 11 Mbit/s supporte des applications de netmeeting ou
d'e-learning. […]
"Pour trente postes, le coût de mise en oeuvre est moitié moindre", souligne Yannick
Bouchet. […]
"Nous avons toujours besoin d'un réseau filaire pour échanger de gros débits (100
Mbit/s), pour des applications vidéo par exemple, et nous avons conservé aussi des
bornes à infrarouge pour les utilisateurs qui ne sont pas équipés pour le mobile." Le
réseau sans fil est totalement complémentaire du réseau filaire. […] »
Mairie de Lescar : Adieu Numéris, et vive le sans-fil !
« Une mairie béarnaise opte pour une solution Aironet de Cisco.
[…] Après l'étude de différentes options techniques pour remplacer ses liaisons
Numéris, comme les faisceaux hertziens ou la pose de fibre optique entre les
bâtiments, la mairie de Lescar a choisi une solution 802.11b parce qu'elle était la
plus économique. "Au moment de l'étude, courant 1998, nous avons éliminé l'option
fibre optique en raison de son coût par mètre de 40 francs, hors pose et hors
équipements, trop prohibitif. Quant aux solutions de liaisons Transfix ou de faisceaux
hertziens à 2 Mbit/s proposées par France Télécom, il fallait compter des frais
d'installation de 72 000 francs toutes taxes comprises, et un coût variant entre 48
000 et 80 000 francs toutes taxes comprises par an et par site !", s'insurge Carole
Nozères. En comparaison, les produits Aironet étaient si compétitifs que la mairie a
décidé de relier ses neuf sites distants pour une addition de 285 000 francs toutes
taxes comprises. La gamme de ponts Aironet 340 de Cisco, utilisés par la mairie,
promet ainsi, en théorie et selon les antennes, une portée de 5,5 km à 11 Mbit/s,
voire de 10,5 km à 2 Mbit/s ! […]
Côté installation, elle est simple si on respecte quelques contraintes : absence
d'obstacle entre deux antennes et distance maximale de 30 m entre l'antenne
installée sur le toit et le pont Aironet 340. Ensuite, il suffit de raccorder les ponts au
réseau local via une interface RJ45 Ethernet à 10 Mbit/s. "L'installation complète d'un
équipement sur un site dure environ une journée. Mais avant de s'engager, il est
important de vérifier l'aspect juridique, car les réseaux sur la bande de fréquence 2,4
GHz sont réglementés par l'arrêté ministériel du 24 juillet 1995. Certaines communes
ne peuvent installer ce type de solution, car l'armée se réserve le droit d'utiliser cette
bande..."

Le Monde Informatique : 14 février 2001
Les failles de sécurité des WLAN aux normes 802.11
« Les réseaux sans fil au standard 802.11 ne sont pas sûrs. […] Le protocole WEP
pêche surtout par le fait qu’il n’assure pas la sécurisation de la distribution des clés
d’encryptage. […] Seul 3Com prétend proposer une solution d’individualisation des
clés. Le hic, c’est que l’on quitte la norme. […] A noter que les utilisateurs d’un
réseau 802.11 voient leur débit utile réduit de 20% si le cryptage est réalisé par un
logiciel. Il convient d’utiliser des cartes qui assurent le cryptage au niveau matériel. »


                                            37
KASMI Farid
CHELALI Mohamed

Études: attention aux désillusions des services Wi-Fi

La faible couverture des réseaux Wi-Fi comme le prix des prestations devraient
entraîner une rapide désillusion des utilisateurs. Environ 40000 "hot spots"
seront ouverts en 2005 en Europe. Dans le monde, la croissance annuelle est
estimée à 57%.
Le nombre de réseaux publics sans fil à la norme 802.11 (Wi-Fi) a beau être en
augmentation constante, attention aux effets seconds d'une frénésie incontrôlée.
C'est la constatation faite ces jours-ci par les sociétés d'études américaines Gartner
et IDC, qui ont publié leurs projections sur le nombre de "hot spots" accessibles au
public et ce qu'il faut en attendre.

En Europe, Gartner estime le nombre de ces hot spots à 829 fin 2002, et s'attend à
une multiplication par vingt cette année (15308), pour représenter fin 2005 environ
39009 points de connexion. Ces réseaux sont actuellement déployés dans des lieux
précis (hôtels, aéroports et gares). Il n'y a donc pas de maillage permettant une large
couverture.

Pour autant, le cabinet d'études estime que leur nombre ne croît pas suffisamment
rapidement, alors que les attentes des utilisateurs sont très fortes. «Le nombre de
hot spots Wi-Fi publics en Europe devrait augmenter considérablement, mais il est
irréaliste à court terme de s'attendre à un accès internet par réseau sans fil avec une
couverture étendue», estiment Ian Keene et Jason Chapman, les deux analystes
chargés du secteur pour Gartner.
«Une nouvelle ruée vers l'or technologique»
De son côté, IDC, qui a publié ses projections mondiales le 19 juin dernier, prévient
d'emblée sur le risque d'un emballement général qui ressemblerait à la "bulle
internet" (éclatée en 2000). «Sous de nombreux aspects, le marché des hot spots
ressemble à une nouvelle ruée vers l'or technologique», indique Keith Waryas,
chargé des études des "services sans fil" pour IDC. «Il est indispensable de rappeler
que ce marché est encore jeune et plein d'incertitudes. La plupart des "business
models" n'ont pas été mis à l'épreuve, et le paysage concurrentiel est encore très
flou.»

IDC estime que le nombre de hot spots dans le monde, sur les cinq prochaines
années (2002-2007), tendrait à augmenter en moyenne de 57% par an, de quoi
satisfaire une population d'adeptes qu'il chiffre à 25 millions fin 2007.

Les opérateurs mettent en avant la possibilité d'utiliser le réseau téléphonique mobile
(mode GPRS) entre deux hot spots. Or, le fait que les utilisateurs ne puissent pas se
connecter en Wi-Fi où ils veulent et quand ils veulent devrait entraîner une
importante «désillusion», estime Gartner.

Enfin, les utilisateurs vont être confrontés à des prix «qu'ils ne sont pas prêts à
payer», conclut la société d'études. En France, chez Orange, des cartes prépayées
Wi-Fi sont vendues au prix de 15 euros pour deux heures de communication. Pour
les abonnés de l'opérateur mobile de France Telecom, le "Forfait PC entreprise",
incluant à l'origine des communications GPRS, offre désormais également 10 heures
de Wi-Fi. Il en coûte 50 euros HT par mois.


                                          38
KASMI Farid
CHELALI Mohamed




                    5 CONCLUSION


                     Demain, nous serons encore plus mobiles qu'aujourd'hui, cela ne
                     fait aucun doute. Il est difficile cependant de savoir quelle va être
                     l'orientation exacte des télécommunications, car même si leur
                     évolution est très liée à celle de la technologie, c'est l'utilisateur
qui va décider des choix finaux. Si on veut réussir à faire adhérer l'ensemble des
personnes à ce nouveau mode de vie - car c'en est un - il faut que la technologie soit
plus conviviale. Il semble essentiel de développer un langage universel permettant
d’accéder à ces outils de communication. Les perspectives marketing et
organisationnelles permettent d’imaginer que les réseaux sans fils sont aux réseaux
d’ordinateurs ce que la TSF était à la télégraphie.

Leur souplesse d’installation et d’utilisation, leur adéquation à l’évolution des
organisations et leurs fonctionnalités font d’eux les réseaux du vingt et unième siècle.
Néanmoins, ils devront pour pouvoir s’imposer, résoudre les problèmes liés aux
faibles débits et à la limitation du nombre de terminaux gérés.

Dans un monde qui bouge et qui communique, ces réseaux deviennent un enjeu
stratégique pour les entreprises et le grand public.

L’utilisateur dispose dès aujourd’hui d’un large choix de techniques et d’architectures
de réseaux sans fils. Ces différents réseaux sont compatibles entre eux (passerelles
parfois nécessaires) et permettent ainsi de composer le réseau sans fil le mieux
adapté à l’organisation.

La fiabilité et la sécurité de ces réseaux semblent satisfaisantes, néanmoins ils
nécessiteront de bons applicatifs et des performances homogènes sur l’ensemble du
site pour être acceptés par l’utilisateur.

Les réseaux sans fils permettent aux systèmes d’information de s’adapter à la
fonction de l’utilisateur en offrant une plus grande souplesse et une meilleure
disponibilité des informations, indépendamment de la situation géographique. Tous
les acteurs mobiles du grand public qui, jusqu’à présent ne pouvaient communiquer
que par téléphonie mobile, vont enfin avoir accès en « temps réel » au système
d’information.

Enfin selon Bill Gates, « A la fin de notre siècle, il n’y aura plus que deux types
d’infrastructure : Les réseaux sans fils à 10Mbits/s et les réseaux en fibre optique à
100Mbits/s » (Le monde informatique, 1993). Pour le patron de Microsoft, qui s’est
toujours passionné pour les produits d’avant-garde, les réseaux sans fils sont promis
à un bel avenir.




                                            39

								
To top