Docstoc

ALSACE '

Document Sample
ALSACE ' Powered By Docstoc
					                                                                                       ALSACE                    '




               Bas-Rhin (67)

    Bischwiller                             PROTO                                                                                                 Gambsheim
    1'    GRAVIÈRE ORSA GRANULATS                                                                                                                 ►   CARRIÈRE VELTZ-VIX
          o Cause du chantier :                         ► Description technique                      Bronze final IIIB et recouvre celle du           o Cause du chantier :
            Extension de gravière.
                                                        Sondage effectué sur une surface de          Hallstatt C, D2-D3. Déjà en 1998, un               Extension de gravière.
          o Aménageur :                                                                                                                               o Aménageur :
            ORSA Granulats.                             3 ha. La surface décapée est d'environ       diagnostic, effectué au sud-ouest de la            Veltz-Vix.
          o Début de l'opération :                      6,3 %.                                       gravière, avait mis en évidence une              o Début de l'opération :
            13/11/2000.                                                                              occupation humaine au Hallstatt. Les               28/11/2000.
          o Fin prévue :                                                                                                                              o Fin prévue :
            16/11/2000.                                 ► Résultats                                  deux sites sont éloignés de moins de               01/12/2000.
          o Contact :                                   Aucune structure ou signe d'aménage-         500 m. Ainsi, si l'état de l'étude ne per-       o Contact :
            F. Schneikert, base Afan, 10, rue           ment lié à un habitat n'a été observé.       met pas d'affirmer qu'il s'agit d'un seul          F. Schneikert, base Afan, 10, rue
            d'Altkirch, 67100 Strasbourg.                                                                                                               d'Altkirch, 67100 Strasbourg.
          o Responsable :
                                                        Néanmoins, la présence d'une couche          et même site, la probabilité reste néan-         o Responsable :
            François Schneikert.                        anthropique de nature détritique est         moins élevée, ce qui nous donnerait                François Schneikert.
          o Équipe de recherche :                       d'un grand intérêt. En effet, elle signale   une première idée de son extension.              o Équipe de recherche :
            J.-L. Isselé.                                                                                                                               J.-L. Isselé.
          o Suivi scientifique :
                                                        une activité humaine, sans qu'on puisse      Aussi, nous pouvons supposer qu'un               o Suivi scientifique :
            M. Lasserre/SRA Alsace.                     en préciser la nature, en périphérie sud     site d'habitat en liaison avec cette               M. Lasserre/SRA Alsace.
                                                        de la zone de sondage. Cette activité ne     couche détritique se développe au sud
                                                        semble pas antérieure à la période du        de la gravière.                              ► Description technique
                                                                                                                                                  Sondages réalisés sur une surface de
                                                                                                                                                  4 ha. La surface décapée est de 7 %.
                                                  PRÉ
    {Molsheim                                   PROTO
                                                                                                                                                  ► Résultats
    e -   WASSELNHEIMERSTRASSE, RIEDWEG, KELLERAECKE (ZA, 3E TRANCHE)                                                                             Le diagnostic a permis de mettre en évi-
                                                                                                                                                  dence une zone de combustion et deux
          o Cause du chantier :                         des quelques structures protohisto-          restes osseux, découverts dans le niveau     fossés distincts qui convergent vers le
            Extension d'une zone d'activité             riques repérées dans cette zone, toutes      de lehm en dehors de ces aménagements,       plan d'eau, mais aucun mobilier n'y est
            artisanale.
          o Aménageur :                                 concentrées au même endroit. Leur            marquaient par ailleurs la présence          associé. Ils ont donc un intérêt tout à
            Communauté urbaine de                       fouille a pu être réalisée dans le cadre     d'autres structures dont les contours        fait relatif pour l'instant. Leur pertinence
            Strasbourg.                                 même de l'opération.                         n'ont cependant pas été repérés. Le          pourrait être tout autre s'ils devaient
          o Début de l'opération :
            04/12/2000.
                                                                                                     matériel, rare et peu significatif, n'a      être en relation avec les deux sites du
          Ci Fin prévue :                                 >   Résultats                              apporté qu'une datation approximative,       haut Moyen Âge qui se développent au
            15/12/2000.                                 Les 8 ha sondés de la terrasse lcrssique     entre le Néolithique récent et l'âge du      sud-ouest.
          o Contact :
            M. Châtelet , 3, rue du Fil, 67000
                                                        en bordure de la vallée de la Bruche         Bronze moyen. Parmi ce mobilier, il faut
            Strasbourg ; téL : 03 88 22 39 27;          n'ont révélé qu'une petite implantation      noter la présence d'une valve de moule
            madeleinechateletewanadoo.fr                pré ou protohistorique. Les structures,      d'eau douce denticulée. Quelques obser-
          o Responsable :                                                                            vations ont pu être faites également sur
            Madeleine Châtelet.
                                                        en grande partie érodées, sont regrou-
          o Équipe de recherche :                       pées dans la moitié orientale du secteur     la topographie ancienne du secteur. En
            O. Zumbrun, É. Boés (anthropo.),            sur une surface de 900 m2. Elles se com-     plusieurs endroits, de petits vallons fos-
            P Girard (DAO).                                                                          siles ont été repérés, attestant un relief
          o Suivi scientifique :
                                                        posent d'un silo, d'une " fente " (fosse
            M. Lasserre/SRA Alsace.                     étroite de fonction inconnue), d'une         autrefois plus mouvementé. La présence
                                                        petite fosse circulaire, pouvant corres-     dans leur comblement de céramiques
    ► Description technique                             pondre à un trou de poteau, et d'une         néolithiques ou protohistoriques et de
    Diagnostic en tranchées ayant couvert               inhumation en position repliée sans          quelques fragments de poteries romaines
    au total un peu plus de 8 ha. Une                   aucun dépôt funéraire. Quelques              ont autorisé à dater leur colmatage de
    fenêtre de 900 m2 a été ouverte autour              concentrations de céramiques et de           la période historique.


o   Archéopages n°4 • Juillet 2001
La Wantienau                         PROTO                                                    Strasbourg                                Mut ,


► LOTISSEMENT KIRCHACKER                                                                      ► 4-6, RUE DE SOLENCE

   o Cause du chantier :                                                                        o Cause du chantier :
     Projet immobilier                         par une urne cinéraire et par la céra-             Construction d'un parking.
   0 Aménageur :                                                                                o Aménageur :
     Afulk.
                                               mique prélevée dans le comblement du
                                                                                                  SCI Nouvelle et Wiro.
   Ci Début de l'opération :                   chenal. Il est relativement homogène et          o Début de l'opération : 08/01/2001.
     20/11/2000.                               ses caractéristiques permettent de l'at-         o Fin prévue : 22/01/2001.
   o Fin prévue :                                                                               o Contact : R. Nilles, 73, rue de
     24/11/2000.
                                               tribuer à la période culturelle de la fin
                                                                                                  l'École, 67230 Wittemheim.
   o Contact :                                 de La Tène C-début de La Tène Dl                 o Responsable :
     F. Schneikert, base Afan, 10, rue         (180/150-100 av. J.-C.). Pour la première          Richard Nilles.
     d'Altkirch, 67100 Strasbourg.
   o Responsable :
                                               fois, un col d'amphore Dressel lA a été          o Équipe de recherche :
                                                                                                  P. Girard (DAO).
     François Schneikert.                      trouvé au nord de Strasbourg. La situa-          o Suivi scientifique :
   o Équipe de recherche :                     tion stratigraphique des 2 fossés et la            SRA Alsace.
     J.-L. Isselé.
   o Suivi scientifique :
                                               situation contextuelle des trous de poteau
     M. Lasserre/SRA Alsace.                   permet de les associer au même horizon         ► Description technique
                                               chronologique. Ainsi, nous serions en          Suivi des terrassements, décapage puis
► Description technique                        présence d'une implantation indigène           dégagement des vestiges bâtis sur une
Le sondage a été effectué sur une sur-         de la fin de la période gauloise à laquelle    superficie de 200 m2, soit la totalité du
face de 3,7 ha. 7% de la surface a été         peut être associée une petite nécropole        parking privé.
décapée.                                       dont la proximité, voire l'imbrication,
                                               mérite d'être soulignée. Cette période         ► Résultats
► Résultats                                    reste peu représentée en Alsace. En            Les recherches, motivées au démarrage
Le diagnostic a permis de mettre en évi-       dehors des deux puits d'Eckbolsheim et         par l'éventualité d'une découverte d'un
dence une série de 9 trous de poteau,          de Holtzheim, auxquels sont associées          tronçon de l'enceinte du quartier de la
dont 6 peuvent être associés à un petit        quelques fosses, le deux seuls sites d'ha-     Krutenau construite au début du xv' s.,
bâtiment de plan rectangulaire à pan           bitat d'envergure connus en Alsace ont         ont en fait concerné pour l'essentiel des
coupé, un chenal dépotoir, une urne            été fouillés à Vendenheim " Le Bateliers ",    bâtiments appartenant à la caserne des
cinéraire, 2 fossés et 3 fosses (?) isolées.   en 1998, et à Matzenheim " Lotissement         Canonniers installée dans ce secteur à
Le mobilier est constitué essentiellement      les Berges du Panama ", en 1999.               partir de la fin du xvne s.




                                                                    f      AU VE. RG N 1111.

            Allier (03)
                                                                                      Per
bpalisse                                       Lapalisse                              Mm

 ► AVENUE JEAN-MACÉ                             ► CHEZ MOULIN

   o Cause du chantier :                           o Cause du chantier :                      ► Description technique                           nord-ouest de la nécropole. Lexamen
     Construction d'un supermarché.                  Aménagement du contournement
   o Aménageur :
                                                                                              La nécropole mérovingienne de ce site             du mobilier a permis de mette en évi-
                                                     de la commune (RN7).
     SCI Saint-Prix du Berthier                    o Aménageur : DDE.                         a été fouillée préventivement en 1996             dence une ancienne phase d'occupa-
   o Début de l'opération :                        o Début de l'opération : 16/01/2001.       (cf. Sud-en-Chantier n° 13). Une modi-            tion des lieux attribuable à la période
     18/12/2000.                                   o Fin prévue : 19/01/2001.                 fication de l'emprise du futur tracé a            campaniforme. Ces données complè-
   o Fin prévue :                                  o Contact :
     20/12/2000.                                     S. Liégard, 29, La Grande Rue,           nécessité la réalisation d'une interven-          tent celles issues de la fouille de
   o Contact :                                       03500 Montord.                           tion complémentaire sur 200 m 2       .           quelques structures en creux lors de
     S. Liégard, 29, La Grande Rue,                o Responsable : Sophie Liégard.                                                              l'évaluation d'une ZAC (en septembre
     03500 Montord.                                o Équipe de recherche :
   o Responsable :                                   A. Fourvel (dessin.).                    ► Résultats                                       2000), à moins de 500 m à l'ouest du
     Sophie Liégard.                               o Suivi scientifique :                     Le décapage a mis au jour quelques                présent site.
   o Équipe de recherche :                           V Lallemand/SRA Auvergne.                tombes mérovingiennes dans la partie
     A. Fourvel (topo.).
   0 Suivi scientifique :
   V Lallemand/SRA Auvergne.


► Description technique                         Molinet                               `ll n
Sondages systématiques à 6 % sur un ter-
rain de 1,5 ha situé en périphérie des ate-     ► PISTE DE LA RCEA, LE PAQUIER DES JONCS
liers de potiers antiques du site de Lubié.                                                                                                     ► Description technique
                                                   o Cause du chantier :                         o Contact :
                                                     Aménagement d'une piste.                      S. Liégard, 29, La Grande Rue,
                                                                                                                                                Évaluation par sondages systématiques
► Résultats                                        0 Aménageur :                                   03500 Montord.                               de l'emprise d'une piste provisoire amé-
Découverte d'indices d'occupations indé-             DDE.                                        o Responsable : Sophie Liégard.                nagée entre le tracé de la RCEA (route
terminées, de fossés, d'une incinération           0 Début de l'opération :                      o Équipe de recherche :
                                                     25/01/2001.
                                                                                                                                                Centre-Europe-Atlantique) et la zone
                                                                                                   A. Fourvel (topo.).
et d'un four. Ces vestiges étant menacés           0 Fin prévue :                                o Suivi scientifique :                         d'emprunt de la Génerie à Chassenard.
par les travaux envisagés, une fouille pré-          13/02/2001.                                   V Lallemand/SRA Auvergne.                    Le tracé couvre 1,2 km, soit une super-
ventive devrait porter sur cette parcelle.                                                                                                      ficie de 2,5 ha.


                                                                                                                                                              Juillet 2001 • Arche: pages r•re
                                                                                                                                                                                                 ce
                                                                       AUVERGNE
►   Résultats                                                                                                             10 m
Trois sites ont été découverts : au           sites ne seront ni fouillés ni détruits.
Paquier-des-Joncs, une occupation             Ils seront protégés avant remblaie-
néolithique et mérovingienne ; à La           ment de la piste. Le premier, plus                                                                                  • ••
Rozière, une exploitation rurale du           modeste, a été fouillé à la fin de                                     /-
bas Moyen Âge ; au Grand-Pré, une             l'évaluation. Il recelait une cin-                                                 •             $         •        •
exploitation rurale du bas Moyen              quantaine de structures mérovin-                                                                     •          •       •   •   •
Âge, un habitat protohistorique et            giennes en creux (habitat et amé-                                                                              e•
des bàtiments gallo-romains ou                nagements annexes) et quelques
mérovingiens. Les deux derniers               témoins de mobilier néolithique.

                                                                                                                 I                   4
                                                                                                                                         .--


                                                             Molinet/Piste de la RCEA,                                            /                     ••
                                                                 Le Paquier des Joncs                                            0             • •                        • •
                                                           Structures mérovingiennes.
                                                               Dessin A. Fourvel/Afan.                               • •

Saint-Didier-la-Forêt                   MÉD

► ABBAYE SAINT-GILBERT


    o Cause du chantier :
                                              de cette abbaye de l'ordre des Prémon-
      Réaménagement de la salle               trés fondée au milieu du xie s., actuelle
      capitulaire et du chauffoir en salle    propriété abritant un restaurant.
      de réception.
    o Aménageur :
      Privé.                                  ► Résultats
    o Début de l'opération : 13/11/2000.      Les anciens niveaux de sols et les éven-
    o Fin prévue :
      17/11/2000.
                                              tuelles couches archéologiques ont déjà
    o Contact :                               été détruits, probablement lors des tra-
      S. Liégard, 29, La Grande Rue,          vaux effectués par les anciens proprié-
      03500 Montord.
    o Responsable :
                                              taires. La présente intervention a néan-
      Sophie Liégard.                         moins permis de découvrir un sarco-
    o Équipe de recherche :                   phage trapézoïdal abritant une sépul-
      A. Fourvel (dessin.).
    o Suivi scientifique :
                                              ture qui pourrait être celle du quatrième
      V Lallemand/SRA Auvergne.               abbé (Étienne). l'inhumation, non
                                              menacée par les travaux, n'a pas été
► Description technique                       fouillée. l'emplacement du sarcophage
Suivi des terrassements préalables à la       devra faire l'objet d'un marquage dans                                                                         Saint-Didier-la-Forêt/
réfection des sols dans la salle capitu-      le nouveau sol de la salle capitulaire.                                                                        Abbaye Saint-Gilbert
laire (100 m2) et le chauffoir (100 m 2)                                                                                                                     Salle capitulaire.
                                                                                                                                                             Cl. S. Liégard/Afan.




       Haute-Loire (43)

{spalem
► NÉCROPOLE TUMULAIRE DES LACS

    o Cause du chantier :                                                                 vestiges se répartissent sur environ
      Projet d'extension d'une carrière de
                                              ► Description technique                                                                                  seur de la rubéfaction ne peut corres-
      basalte.                                Évaluation complémentaire sur une           1 000 m2 : murs, drains et autres bou-                       pondre ni à des cultures sur brûlis ni à
    o Aménageur :                             parcelle attenante à un groupe de tumu-     tasses modernes, rares éléments mobi-                        des destructions par le feu de souches
      Carrière Blanchon.                                                                  lier résiduels (bas Moyen Âge ou                             en place ou arrachées. Cet horizon se
                                              lus protohistoriques, menacée par l'ex-
    o Début de l'opération :
      02/04/ 2001.                            tension de la carrière de basalte. Des      époque moderne) ; présence de la                             rapporterait plutôt à un feu de forêt.
    o Fin prévue : 20/04/2001.                sondages, effectués en 1999, avaient        couche rubéfiée protohistorique sur                          Une analyse des espèces représentées
    O Contact :                               révélé une couche fortement rubéfiée        quasiment toute la surface décapée :                         (charbons : vérifier l'hypothèse d'une
      F Blaizot, Afan Rhône-Alpes-
      Auvergne, 12, rue Louis-Maggionni,      (datation sur charbons du Bronze            horizon lacunaire, formant des plages                        forêt) et une analyse sur lames minces
      69500 Bron ; tél. : 06 85 30 52 30 ;    moyen). Un décapage a été réalisé sur       irrégulières surmontées ponctuellement                       de la couche brûlée sont engagées afin
      fblaizot@hotmail.com                    2 200 m'autour des sondages positifs        d'une couche charbonneuse. Quelques                          de préciser les modalités de destruction
    o Responsable :
      Frédérique Blaizot.                     afin de vérifier l'hypothèse d'aires de     tessons sont compatibles avec la date                        par le feu (acte volontaire dans l'objec-
    o Équipe de recherche :                   crémation.                                  '4C (aucune forme). Eabsence totale                          tif d'une déforestation, incendie acci-
      P Pouenat, É. Thévenin, P. Combes                                                   d'esquilles osseuses et d'aires rubéfiées,                   dentel).
      (topo., dessin).
    o Suivi scientifique :                    ► Résultats                                 délimitées ou individualisées, invalide
      P Vergain/SRA Auvergne.                 Le socle basaltique remontant sous la       l'hypothèse de bûchers funéraires asso-
                                              terre végétale en plusieurs endroits, les   ciés aux ensembles tumulaires. Eépais-

Archéopages n°4 • Juillet 2001
                                                              BASSE—NORMANDIE

        Calvados (14)

Bernières-sur-Mer                     pRo,„
                                                                                                                                                                                              C.)
► CHEMIN DE LA GRANDE VOIE

   o Cause du chantier :
                                                 la mer, à une altitude moyenne de               ment, un système parcellaire. La fouille      ensembles funéraires ont été mis au jour.
      Projet immobilier                          11 m NGE Le site se développe sur le ver-       a confirmé les rapprochements entre           Le premier est une vaste nécropole asso-
   o Aménageur : Schema.                         sant d'un paléovallon, au relief modéré,        structures, proposés lors de la phase de      ciant enclos circulaire et inhumations
   o Début de l'opération : 04/12/2000.
   o Fin prévue : 08/01/2001.
                                                 orienté nord-sud. Ce secteur correspond         diagnostic, et a mis en évidence des inter-   (une quinzaine de tombes). Le second,
   o Contact : C. Marcigny, 13, quai             à la frange littorale de la plaine de Caen,     ruptions dans le système parcellaire,         découvert lors du diagnostic, est repré-
      Letoumeur, 14520 Port-en-Bessin ;          zone d'openfield aujourd'hui labourée. La       ménageant ainsi des accès de parcelles à      senté par un cercle. Deux datations ' 4C,
      tél.: 06 07 76 32 91.
                                                 fouille a uniquement concerné les struc-        parcelles. Les fossés principaux sont         effectuées sur les tombes de la nécropole
   0 Responsable : Cyril Marcigny.
   o Équipe de recherche :                       tures datées de l'âge du Bronze. Dissé-         orientés, dans le sens de la pente du ter-    (en cours de réalisation au laboratoire de
      É. Gaumé et E. Ghesquière (étude           minées sur toute la surface du projet           rain, selon deux axes perpendiculaires        Lyon I, sous la direction del Evin), per-
      lithique), D. Giazzon (DAO),
      L. Ménager (dessin).
                                                 d'aménagement, elles sont essentielle-          (grossièrement nord-sud/est-ouest). Le        mettront de caler plus précisément la
   rr Suivi scientifique :                       ment représentées par des enclos circu-         mobilier céramique, peu abondant, est         position chronologique de la zone funé-
      C. Billard/SRA Basse-Normandie.            laires associés à des sépultures et à des       difficile à caler ; cependant, la présence    raire. La mise en évidence d'un réseau de
                                                 fossés, à l'exception de quelques fosses,       de cordons digités et de décors de can-       fossés dessinant un probable système par-
► Description technique                          difficiles à distinguer du limon encais-        nelures sous la lèvre des récipients est      cellaire daté de l'âge du Bronze à Bernières
La réalisation d'un lotissement a néces-         sant, où ont été prélevés de nombreux           semblable à la céramique mise au jour à       est un des points les plus intéressants de
sité la réalisation d'un diagnostic archéo-      silex taillés. Les données acquises à l'is-     Tatihou (phase 1) et à Réville et datés de    cette étude. Les archéologues britanniques
logique en septembre 2000. Suite à la            sue de la fouille ne modifient pas les résul-   l'âge du Bronze ancien. Un profil globu-      et néerlandais ont depuis de longues
découverte d'un parcellaire daté de l'âge        tats du diagnostic. La fouille des rares        laire en bouteille évoque aussi le début      années mis en évidence ce type d'occu-
du Bronze, une seconde opération, sous           zones accessibles (5 % de la zone détruite      de l'âge du Bronze. (assemblage lithique      pation. Les comparaisons archéologiques
la forme de 7 petites fenêtres de déca-          par le lotissement) a cependant permis          pose les mêmes problèmes. On doit rete-       ne manquent donc pas. Le type de par-
page, d'une vingtaine à une centaine de          de mieux saisir le tracé de certains des        nir du débitage entrepris sur le site qu'il   cellisation mis en évidence à Bemières
m2, a été programmée par le service              fossés du parcellaire et d'approcher la         tend vers une production presque exclu-       semble, pour l'instant et en l'absence de
régional de l'Archéologie de manière à           chronologie des structures. En l'absence        sive d'éclats peu réguliers. La recherche     véritables fouilles extensives, proche des
appréhender certains des éléments                de fouilles exhaustives, la datation de l'en-   de produits allongés ne représente en effet   exemples du sud de l'Angleterre, des
constitutifs des parcelles avant l'implan-       semble reste cependant conjecturale et          que 2 % de l'assfmblage. Les nucléus sont     Pays-Bas et de l'Allemagne du Nord,
tation définitive des constructions.             ne repose que sur quelques artefacts Le         nombreux sur le site. Aucun stigmate de       caractérisés par la présence de petites sur-
                                                 réseau de fossés, tel qu'il peut être resti-    préparation particulier n'y a été relevé,     faces carrées ou rectangulaires aux limites
► Résultats                                      tué à partir des éléments du diagnostic         ce qui évoque un mode de débitage             régulières délimitées par des talus de terre
Le gisement est situé au lieu-dit Le Grand       (rapprochement analogique des struc-            opportuniste et dispendieux. Ce type de       ou de pierre. Le mobilier est peu abon-
Parc, le long du chemin de la Grande             tures, similitude de comblement, de pro-        production, nécessitant une maîtrise tech-    dant et renvoie à une datation comprise
Voie. Il est implanté à 750 m de la côte         fil et d'orientation), dessine un ensemble      nique limitée, est caractéristique du début   entre la fin du iii` millénaire et l'âge du
actuelle, sur le placier littoral incliné vers   d'enclos accolés ou, plus vraisemblable-        de la période protohistorique. Deux           Bronze moyen.




Louvigny                                 ANT

► LONG COUR

   o Cause du chantier :
                                                 viron 4 ha, en friche au moment de l'in-        a donc pu être repérée lors des sondages.     sigillée Drag. 37 (forme 8 de la typolo-
     Projet immobilier                           tervention.                                     Ils sont constitués de dalles calcaires       gie de Lezoux), une assiette tripode, plu-
   o Aménageur : Schema.                                                                         émoussées plus ou moins jointives, sur        sieurs pots à cuire globulaires en pâte
   o Début de l'opération : 06/11/2000.
                                                 ► Résultats                                     lesquelles devaient reposer les soubas-       grise. Cet assemblage peut être daté de
   o Fin prévue : 01/12/2000.
   o Contact :                                   Les données acquises à l'issue des tra-         sements. Restitué, le bâtiment mesure         la fin du i" s. ou de la première moitié
     C. Marcigny, 13, quai Letourneur,           vaux se rattachent à un ensemble de             12 m de long pour une largeur de 5 m          du rt s. Un chemina été identifié à l'ouest
     14520 Port-en-Bessin •
                                                 structures fossoyées. Le mobilier archéo-       (superficie de 60 m 2). Autour du bâti-       du bâtiment, directement sous le niveau
     tél.: 06 07 76 32 91.
   o Responsable : Cyril Marcigny.
                                                 logique recueilli est constitué de plu-         ment plusieurs trous de poteau et des         de terre végétale. Il est formé d'un dôme
   o Équipe de recherche :                       sieurs récipients céramiques datés de           zones empierrées ont été mis au jour,         de galets, provenant de la grave alluviale,
     É. Gaumé, D. Giazzon (DAO),                 l'époque gallo-romaine. Les vestiges de         témoignant d'une certaine densité de l'oc-    délimité par deux petits fossés bordiers
     E. Ghesquière.
   ce Suivi scientifique :                       l'époque antique couvrent la moitié sep-        cupation. La présence de nombreuses           comblés de limon argileux brun. Sans
      C. Billard/SRA Basse-Normandie.            tentrionale de la zone sondée. Les restes       tuiles à l'aplomb de ces structures ren-      renouveler une problématique actuelle-
                                                 immobiliers en particulier sont relative-       force cette impression de densité. Deux       ment en cours de définition, cette occu-
► Description technique                          ment nombreux : des fossés, un bâti-            structures de combustion ont aussi été        pation présente l'intérêt de proposer le
La réalisation d'une zone d'aménagement          ment, des trous de poteau, plusieurs            partiellement explorées lors des son-         plan d'un ensemble qui complète les
a nécessité un diagnostic archéologique          structures de combustion et un chemin           dages : une fosse d'accès dans une tran-      données acquises lors des dernières
puis une fouille (troisième phase d'une          ont été identifiés. Le bâtiment est déli-       chée et un four complet (fosse d'accès-       fouilles de sauvetage sur la déviation de
opération débutée par A. Hérard et               mité par quatre solins de pierre inscrits       alandier-chambre de cuisson) au nord          Bayeux, à Ifs et à Fleury-sur-Orne. La
V Carpentier en 1999). Le gisement est           dans l'horizon B. Les difficultés de lec-       du bâtiment. Le mobilier céramique,           poursuite des aménagements de la ZAC
situé au sud de l'agglomération caen-            ture rencontrées à ce niveau stratigra-         découvert dans la fosse d'accès et à l'em-    au nord du site permettra à terme d'ap-
naise, le long de la RD212, de Caen à            phique limitent considérablement l'in-          bouchure de la chambre de cuisson, est        préhender la vocation exacte des
Thury-Harcourt. la parcelle concernée            terprétation des principales composantes        abondant. On note en particulier la pré-      constructions mises au jour à Louvigny.
occupe une surface rectangulaire d'en-           architecturales. Seule la base des solins       sence d'un fragment de bol en céramique

                                                                                                                                                               Jun& 2001 • Archéopages r•4
                                                                    BOURGOGNE

       Côte-d'Or (21)                         Saône-et-Loire (71)

(hevigny-Saint-Sauveur                       Autun                                  ANr

► ZAC EXCELLENCE 2000                        ► 8, RUE BERNARD-RENAULT

  o Cause du chantier :
                                               o Cause du chantier :                       semble en effet correspondre à un axe
    Extension de la ZAC.
                                                 Construction de 2 immeubles               viaire gallo-romain.
  o Aménageur :                                  locatifs.
    SEMAAD (Société d'économie
                                               o Aménageur : CCHB.
    mixte d'aménagement de                                                                 ► Résultats
                                               0 Début de l'opération :
    l'agglomération dijonnaise).
                                                  19/02/2001.                              Cette opération a permis de reconnaître
  0 Début de l'opération :                                                                                                                     AutunM, rue Bernard-Renault
    01/02/2001.
                                               0 Fin prévue :                              l'occupation gallo-romaine sur toute la             Chapiteau corinthien Augustéen.
                                                 06/03/2001.
  0 Fin prévue :
                                               0 Contact :
                                                                                           surface de la parcelle, à -1,30 m sous le           Cl. F. Devevey/Afan.
    31/05/2001.                                  F. Devevey, 11, av. de la Gare,           niveau actuel. Les niveaux mis au jour
  0 Contact :
    Y Virlogeux, base Afan, rue
                                                  71600 Paray-le-Monial ;                  correspondent à des zones d'habitat, un
                                                 tél. : 06 81 50 02 07;
    Aristide-Berges, 21800 Sennecey-             fredarcheo@miniteLnet                     atelier de tabletterie (fabrication
    lès-Dijon ; tél. : 03 80 32 02 70.                                                     d'épingles), et une aire ouverte (por-
                                               0 Responsable :
  o Responsable :
    Yvan Virlogeux.
                                                 Frédéric Devevey.                         tique ?). Les niveaux rencontrés sont
                                               o Équipe de recherche :
  0 Resp. de secteur :                            Y Amrane (DAO), C. Dubuc (relevés).
                                                                                           datés des me et ive s. de n. è. Une couche
    C. Card, F Jeudy, P Nowicki,
                                               0 Suivi scientifique :                      d'incendie est postérieure à l'année 352
    L. Staniaszek.
  o Équipe de recherche :
                                                 N. Lambert/SRA Bourgogne.                 (monnaie de Magnence). Les niveaux
                                               o Collaborateurs :
    E. Belay, A. Couilloud, F Devevey,           Service archéologique de la ville
                                                                                           d'abandon ont par ailleurs livré un cha-
    F. Ducreux, F Gaucher, L Humbert,            d'Autun, M. Kasprzyk (étude des           piteau corinthien attribuable à la période
    C. Jaquy, F. Krolikowski,
    D. Lamotte, A. de Mecquenem,
                                                 céram. à parois fines), D. Lamotte        Augustéenne.
                                                  (identification des marbres).
    S. Mentelé, V Merle, B. Picandet,
    P. Quenton, A. Wawrzyniak,
     Y Amrane (DAO), R Noguès (topo.),       ► Description technique                                    Autun/8, rue Bernard-Renault
    S. Rotillon (géomorpho.).                L'opération s'est déroulée en milieu                     Atelier de tabletterie (fin    ne s.).
                                                                                                                                                                                         0
  o Suivi scientifique :
    J.-P. Giraud, L. Françoise-dit-          urbain, sur un terrain qui n'avait jamais                        Dessin F. Gaucher/Afan.                          o           •   a
                                                                                                           a : ébauches de la matrice                o
    Miret/SRA Bourgogne.                     été réoccupé intensivement depuis la
                                                                                                          b, c, d, e : matrices cassées                                              o
                                             fin du Ive s. Le site est implanté dans le          g, h : ébauches cassées d'épingles
► Description technique                      quart nord-ouest de la ville antique                 (les traces de ciseaux sont encore
Sur les 40 ha sondés au cours de l'été       d'Augustodunum, dans un îlot qui se                                            bien visibles)
                                                                                                                                                          °
                                                                                                                                                                       j       k
dernier, 15 font actuellement l'objet        développait en bordure ouest du cardo                                       j, k, I : épingles    g           h
d'un décapage extensif et d'une fouille.     maximus. La rue Bernard-Renault
Compte tenu de la grande surface à trai-
ter et du peu de temps imparti (4 mois),
le terrassement est assuré par l'emploi
simultané de 3 pelles mécaniques et de
6 bulldozers.                                           Yonne (89)                                                                                        CENTRE
► Résultats
Plusieurs installations gallo-romaines
                                             Monéteau                              pRo,„
s'organisent autour d'une ferme indi-        ► ZAC MACHERIN, LA GRANDE SOURÉE                                                                            Eure-et-Loir (28)
gène de la fin de l'époque gauloise,
matérialisée notamment par un vaste             0 Cause du chantier :                      nération du Bronze final a été fouillée
enclos quadrilatéral d'environ 1 ha de            Aménagement d'une ZAC.
                                                0 Aménageur : Commune.
                                                                                           en laboratoire et complète d'autres                 le Boullay-Mivoye
superficie. Une zone, de surface équi-
valente, riche en mobilier, conserve les
                                                0 Début de l'opération : 04/01/2001.
                                                0 Fin prévue : 24/04/2001.
                                                                                           structures en creux du BF IIa fouillées
                                                                                           sur le site. D'autres structures (tombes,           le Boullay-Thierry                        A .1

témoins d'un habitat de La Tène                 o Contact : B. Poissonnier, rue            fosses et fossés) représentent probable-            ► DÉVIATION DE LA RN154
                                                  Casse-Toupie, 87260 Pierre-
ancienne. Eensemble des vestiges mis              Buffière ; tél. : 05 55 00 45 98 ;       ment l'extension occidentale de la
au jour se situe chronologiquement                poiskay@hotmail.com                      nécropole gauloise fouillée précédem-                    0 Cause du chantier : Aménagement
entre le ve s. av. J.-C. et le s. de n. è.      0 Responsable :                            ment à Monéteau/Sur Macherin.                              de 2 x 2 voies (RN154).
                                                  Bertrand Poissonnier                                                                              o Aménageur : DDE.
et offre l'occasion exceptionnelle d'une        o Équipe de recherche :                                                                             0 Début de l'opération : 23/10/2000.
étude diachronique sur une grande sur-            R. Bevilacqua, Y Amrane (DAO),
                                                                                           Monéteau/ZAC Macherin,                                   o Fin prévue : 20/02/2001.
face, du début de la période gauloise             L. Humbert (anthropo.), P Noguès
                                                                                           La Grande Sourée                                         0 Responsable : Gérard Guillier.
                                                  (topo ), C. Chaussé (géomorpho.).                                                                 o Équipe de recherche : P François.
au Bas-Empire romain.                           o Suivi scientifique :
                                                                                           Fouille en laboratoire d'une
                                                                                           incinération du Bronze final.                            o Suivi scientifique : SRA Centre.
                                                  J.-P. Giraud, M. Prestreau/SRA
                                                  Bourgogne.                               Cl. L. Humbert/Afan.
                                                                                                                                                   • Description technique
                                             lb- Description technique                                                                         Sondages mécaniques de part et d'autre
                                             Évaluation en sondages mécaniques                                                                 du linéaire actuel.
                                             d'une surface de 8 ha. En outre, un son-
                                             dage profond de 2,50 m a été réalisé                                                              •    Résultats
                                             pour la géomorphologie.                                                                           Dix indices de sites, parfois ponctuels
                                                                                                                                               (simple fosse, fossé de parcellaire antique,
                                             ► Résultats                                                                                       voie romaine), ont été mis au jours sur
                                             La majorité des terrains sondés présente                                                          5,5 km. Cinq indices relèvent de la Pro-
                                             une densité de vestiges faible. Une inci-                                                         tohistoire et cinq de la période antique.

Archéopages n°4 • Juillet 2001
                                                                           DOM—TOM

          Martinique

Saint-Pierre      ►   HABITATION PERRINELLE                                         CONTEMI'



                                                                                                                                                    Saint-Pierre/
                                                                                                                                                    Habitation
   o Cause du chantier :                                                                                                                            Perrinelle
     Fouille programmée.
                                                • Description technique
                                                                                                                                                    Ancien village
   o Aménageur : Conseil régional.             Cette troisième campagne correspond
                                                                                                                                                    d'esclaves.
   o Début de l'opération : 20/11/2000.        à l'extension de la fouille amorcée en                                                               Cl. S. Veuve/Afan.
   0 Fin prévue : 28/02/2001.                  1997 sur l'ancien village d'esclaves. La
   0 Contact : S. Veuve, 9, rue                                                                sans matériel autre que des chaînes,            drant un bassin, descendait dans le vil-
     Constantin-Sylvestre, 97200 Fort-         surface fouillée est de 1 000 m2 .
     de-France ; tél. : 05 96 71 62 02 ;
                                                                                               auraient pu servir d'étables pour des           lage. Mais la main d'ceuvre rejoignait
     veuve@wanadoo.fr
                                                • Résultats                                    animaux. Quant aux autres, elles ont            son lieu de travail en empruntant un
   o Responsable : Serge Veuve.                                                                livré un abondant matériel céramique,           souterrain s'ouvrant à l'arrière d'une des
   0 Équipe de recherche :
                                               Malgré les 5 à 6 m d'épaisseur de
     É. Eustache, C. Logoltat, R. Misat,       couches volcaniques (éruption de 1902)          des monnaies et quelques statuettes de          cases. Ce dernier débouchait dans la
     L. Ratin, G. Vemet, L. Vigné.             recouvrant les vestiges et de déblais           vierges et de saints du xix' s. La ques-        galerie souterraine issue de la cave de
   o Suivi scientifique :                                                                      tion de la circulation entre les différentes    l'aile nord du château. A son extrémité,
     O. Kayser/SRA Martinique.
                                               divers déposés sur le sol, les principaux
                                               objectifs ont pu être atteints. Huit cases      composantes de l'habitation a été réso-         un escalier menait à la cour nord du
   o Collaborateurs : G. Kieffer
     (géo.-volcano.)/univ. Blaise Pascal       d'esclaves (puis d'ouvriers libres), s'ajou-    lue : dans l'axe central du château, ins-       château qui conduisait aux bâtiments
     et UPRESA 6042 CNRS.
                                               tant aux quatre autres fouillées en 1997,       crit entre les cases, un superbe escalier       industriels et aux champs de canne à
                                               ont été dégagées. Deux d'entre elles,           en pierre, en forme de fer à cheval enca-       sucre.




                                                         HAUTE—NORMANDIE
             Eure (27)                           Seine-Maritime (76)
                                                                                                                                       PRÉ

Aubevoye                               ANT     Mauquenthy        ►   LE FOND DE RANDILLON
                                                                                                                                     PROTO
                                                                                                                                       ANT

   LE CHEMIN VERT
                                                                                               le biais de tranchées linéaires. Le dia-        tout d'industrie lithique et de céramique.
                                                  o Cause du chantier :                        gnostic a permis de mettre en évidence          Des structures en creux sont probable-
   0 Cause du chantier :                            Construction d'un hippodrome.
     Construction de 53 pavillons.                0 Aménageur :                                cinq occupations chronologiquement              ment présentes, comme semblent le lais-
   0 Aménageur : Siloge.                            Conseil général de la Seine-               bien distinctes. Dans les tranchées 1, 2,       ser apparaître des colorations plus
   o Début de l'opération :                         Maritime.
                                                                                               3, 15 et 16, ont été mis au jour de petits      sombres de l'horizon archéologique. Un
     15/01/2001.                                  0 Début de l'opération :
   0 Fin prévue : 26/01/2001.                       11/2000.                                   assemblages lithiques du Paléolithique          enclos fossoyé et des structures domes-
   o Contact : L. Aubry, base Afan,               o Fin prévue : 01/2001.                      moyen, constitués d'une dizaine de              tiques, compris entre la seconde moitié
     19, rue du Noyer, 35000 Rennes.              o Contact :                                  pièces concentrées sur une moyenne              du i s. et le milieu du il' s. ap. J.-C.,
   0 Responsable : Laurent Aubry.                   B. Aubry, 22, rue Nétien, 76000
                                                    Rouen, ; : 06 71 04 59 72.
                                                                                               de 4 m2 chacun. Ce phénomène peut               sont localisés sur la marge est de l'em-
   0 Équipe de recherche : P. Cocherel.
   o Suivi scientifique :                         o Responsable :                              être observé globalement sur une sur-           prise (tranchées 19, 20, 22, 23 et 32).
     D. Pitte/SRA Haute-Normandie.                  Bruno Aubry.                               face de 1,5 ha. L'industrie repose direc-       Emprise de l'hippodrome englobe inté-
                                                  o Équipe de recherche :
                                                    D. Lépinay (DAO), V Pommier
                                                                                               tement sur un limon orangé grume-               gralement l'enclos gallo-romain. Un
► Description technique                             (topo.).                                   leux. Il est recouvert par un loess récent.     réseau de parcellaire, situé plus à l'ouest
Évaluation complémentaire sur une sur-            0 Suivi scientifique :                       Une petite série lithique (à peine dix          du projet, est certainement à mettre en
face d'environ 3,5 ha. 3 500 m 2 ont été            R Fajon/SRA Haute-Normandie.
                                                  o Collaborateur :
                                                                                               pièces, notamment une pointe Feder-             relation avec cette unité. Un abondant
sondés.                                             J.-P. Lautridou (géomorpho.)/CNRS          messer) est issue de la tranchée 5. Cou-        mobilier céramique, mis au jour dans
                                                    Caen.                                      verture de la tranchée 14 a permis de           l'un des fossés de l'enclos, témoigne
► Résultats                                                                                    lire une coupe dont la base de la stra-         d'une occupation conséquente du site.
Le temps imparti nous a permis de              ► Description technique                         tigraphie laisse entrevoir un horizon           Une monnaie en bronze de Postume a
dégager partiellement l'extrémité des          topération se déroule en deux phases            probablement tardiglaciaire. Dans le            été trouvée dans le décapage de la tran-
deux ailes de la pars rustica d'une villa,     de diagnostic ; la seconde aura lieu dans       même environnement, un important                chée 24. Quelques éléments de céra-
partiellement repérée en 1989 par pros-        le courant de l'année 2001. Situé à 33          niveau archéologique a été reconnu              mique mérovingienne sont présents
pection aérienne. La pars urbana, située       km au nord-est de Rouen, le projet              (tranchées 5, 6, 7, 8 et 9, US 5) : il s'agit   dans le comblement d'une mare et d'un
en retrait dans la parcelle voisine, n'a       actuel porte sur une surface de 45 ha.          d'une riche industrie lithique légère-          fossé au sein de l'enclos gallo-romain.
pas été touchée durant cette opération.        Actuellement, près des deux tiers de            ment patinée associée à de rares élé-           Les parcelles non sondées situées à
Les quelques observations de terrain           l'emprise sont sondés. Le tiers restant         ments de céramique grossière. Proba-            l'ouest offriront la possibilité de connaître
faites sur l'aile orientale de la villa nous   n'est pas encore acquis par l'aménageur.        blement contemporain de ces vestiges,           l'étendue maximale de l'occupation du
montrent l'existence d'au moins deux                                                           un groupe de trous de poteau apparaît           Paléolithique moyen mais aussi de déve-
états de construction successifs. Un bâti-     ► Résultats                                     dans la tranchée 7. Cet ensemble mobi-          lopper la connaissance du parcellaire
ment isolé, de plan quadrangulaire, mis        Le site occupe le fond d'un vaste talweg        lier et ces quelque huit structures en          gallo-romain et peut-être de reconnaître
au jour en périphérie, semble faire par-       (vallée sèche) de 700 m de large, orienté       creux sont proches des industries cam-          une seconde occupation antique,
tie d'une de ces phases de remaniement.        est-ouest. Les formations superficielles        paniformes, voire de l'âge du Bronze.           comme le suggèrent quelques éléments
Cette opération a également permis             observées montrent le dépôt de loess            Des lambeaux de sol du Néolithique              de céramique et de verre gallo-romains
d'établir un plan partiel mais plus            récents sur des coulées de bief à silex.        récent (?) etiou final ont été rencontrés       ramassés en surface. Des tegulae sont
détaillé de la villa.                          Près de 13 000 m2 ont été ouverts par           (tranchées 17, 21 et 25). 11 s'agit avant       également à signaler.

                                                                                                                                                               Juillet 2001 • Archéopages n•4
                                                                   ÎLE—DE—FRANCE
           Essonne (91)                          Seine-et-Marne (77)

Viry-Châtillon                                  heusaint                              PROTO
                                                                                        ANT

a.- ÉGLISE SAINT-DENIS                          ► LES QUARANTE-CINQ ARPENTS

     o Cause du chantier :                         0 Cause du chantier :                      de poteau. Le projet d'aménagement            fouillé appartient à la partie agricole
       Reprise en sous-rouvre.                       Plantation d'une allée de tilleuls.
                                                                                              abandonné, le terrain est demeuré en          d'une villa gallo-romaine. Peu de mon-
     o Aménageur : Commune.                        o Aménageur :
     o Début de l'opération : 04/12/2000.            EPA Sénart.                              culture mais le site est resté bien pré-      naies ont été trouvées lois de cette inter-
     o Fin prévue : 31/01/2001.                    o Début de l'opération :                   sent dans les mémoires puisque des            vention. Selon E Pilon, en charge de
     o Contact : E. du Bouêtiez,                     02/01/2001.                              prospections pédestres successives réa-
       31, rue Delizy, 93500 Pantin.
                                                                                                                                            leur étude, cela renforce l'hypothèse de
                                                   0 Fin prévue : 02/02/2001.
     o Responsable :                               o Contact :
                                                                                              lisées au cours de ces dix dernières          dépôts monétaires et écarte celle d'un
       Emmanuelle du Bouétiez.                       C. Marcille, 4, rue René-Villermé,       années ont permis d'y retrouver envi-         lieu de culte.
     o Équipe de recherche :                         75011 Paris ; téL : 01 43 79 72 07.      ron 700 monnaies gauloises et gallo-
       L. Grancha, P Lawrence.                     0 Responsable :
     o Suivi scientifique :                          Catherine Marcille.                      romaines. Un nouveau projet de l'EPA,
       N. le Meur/SRA île-de-France.               o Équipe de recherche :                    une allée de tilleuls délimitant le " Carré
                                                     G. Buret, X. Peixoto, V Delattre         Sénart ", a donné l'occasion de fouiller
                                                     (antropo.), J. Durand et I. Pasquier
► Description technique                              (mise au net des minutes de
                                                                                              une partie de ce site. Une tranchée de
À l'extérieur de l'église : tranchée de 2 m          fouilles), N. Lecerf (tamisage),         diagnostic (A. Prié, mai 2000) a permis
de large, le long de la façade ouest et d'une        P. Lenhardt et H. Tasman (relevé,        de localiser la zone à décaper. Cette der-
                                                     dessin du plan masse), V Matteme
partie de la façade nord. À l'intérieur :            (carpo.), V Pissot (céram.), J.-H.
                                                                                              nière, longue de 200 m, a été limitée
tranchée de 1,20 m de large, le long de              Yvinec (archéozoo.).                     par le projet à 30 m de large.
la façade ouest. Soit un total de 38 m2 .          o Suivi scientifique:
                                                     P Ouzoulias/SRA île-de-France.
                                                   o Collaborateurs :
                                                                                              ► Résultats
► Résultats                                          F. Pilon (étude des monnaies);           Les structures retrouvées sont, pour la
Plus de 80 inhumations médiévales et                 D. Gérard, F Mazerel et d'autres         période gauloise ou gallo-romaine pré-
                                                     membres du Gérame (groupement
modernes ont été découvertes. Seules                 d'études et de recherches
                                                                                              coce, trois incinérations dont une est
deux sépultures possédaient des vases                archéologiques de Melun-Sénart et        accompagnée d'un dépôt de céramique
à encens (xte-xiir s.). On observe : une             de l'Essonne).                           et d'un petit oiseau. Pour le Haut-
forte densité d'enfants à l'angle des deux                                                    Empire, ce sont des fossés qui délimi-
façades sous la gouttière ; la présence         ► Description technique                       tent de part et d'autre la zone d'occu-
de sépultures antérieures à la construc-        Ce site a été mis en évidence en 1990         pation de 120 m de large, des fosses
tion du bas-côté nord (d'époque indé-           par un diagnostic réalisé à la demande        peu profondes mais relativement riches
terminée) ; du mobilier carolingien rési-       de l'État, à l'emplacement d'un lac dont      en mobilier, un large puits et enfin une
duel dans les niveaux inférieurs.               l'aménagement était projeté par l'EPA         cave maçonnée bien conservée. Le sol          Lieusaint/Les Quarante-Cinq Arpents
                                                de Melun-Sénart. Les six tranchées            de cette cave est aménagé d'un puisard        Cave gallo-romaine avec escalier,
                                                effectuées avaient révélé la présence de      12 nature et la répartition des structures    puisard et meule posée sur le sol.

    Seine-et-Marne (77)                         murs, de fossés, de fosses et de trous        permettent de penser que le secteur           Cl. F. Mazerel/Gérame.




heusaint
e-   CARRÉ SÉNART,                              Lieusaint    ►   ZAC DE LA PYRAMIDE, LOT C4                                       PROTO

     LA CHARDONNIÈRE (ZONE D)
                                                   o Cause du chantier :                      ► Description technique                       IP>   Résultats
                                                     Projet de construction d'un              Suite à une opération de diagnostic           l'eggentiel des vestiges est caractéris-
                                                     lotissement de 30 maisons.
     0 Cause du chantier :                                                                    archéologique positive (Drwila, août          tique d'un site d'habitat compris prin-
       Travaux d'urbanisation.                     0 Aménageur : SCI des Hauldres-
                                                     Lieusaint, Domaines Féréal, Groupe       2000), le service régional de l'Archéo-       cipalement entre le Hallstatt final et La
     o Aménageur : EPA Sénart.
     o Début de l'opération : 01/2001.
                                                     Georges- V.                              logie a décidé de procéder à une opé-         Tène ancienne (800 à 300 av. J.-C). La
     o Fin prévue 03/2001.
                                                   0 Début de l'opération   :
                                                                                              ration de fouille sur le secteur où est       portion du site qui a été mise au jour
                                                     02/01/2001.
     o Contact : F Schweitzer,
                                                   o Fin prévue : 16/03 2001.                 concentré le plus grand nombre de ves-        concerne des structures en creux
       1, rue des Morillons,
       75015 Paris.                                0 Contact :                                tiges. Ainsi, 3 900 m 2 ont été fouillés      (fosses, fossés). Les traces d'occupation
                                                     É. Broine, base Afan, 32, rue Delizy,                                                  peuvent être interprétées comme appar-
     0 Responsable :
                                                     93694 Pantin cedex ;       : 01 41 83
                                                                                              sur les 14 631 m2 de l'emprise totale de
       Florence Schweitzer.
                                                     68 80 ;fax: 0148455802;                  la parcelle.                                  tenant à des vestiges d'unités de stoc-
     o Équipe de recherche :                         afan.base.pantin@wanadoo.fr                                                            kage (silos, greniers sur poteaux de bois)
       D. Adrot, M. Diamonika, L. Jeand'Heur
       (topo), I. Pasquier (DAO).                  o Responsable : Éric Broine.                                                             délimitées par un parcellaire. Le type
                                                   0 Resp. de secteur :
     o Suivi scientifique:                           L Boulenger
                                                                                                                                            et la nature des découvertes ont conduit
       P Ouzoulias/SRA île-de-France.
                                                   o Équipe de recherche :
                                                                                              Lieusaint/ZAC de la Pyramide, lot C4
                                                                                                                                            à développer des études paléoenviron-
                                                                                              Céramique du Hallstatt.
                                                     N. Gomes, H. Jeand'heur,
                                                                                              Dessin M. Belarbi/Afan.
                                                                                                                                            nementales.
•    Description technique                           N. Lecerf, D. Poulain, M. Viré,
                                                     G. Auxiette (ostéo.), M. Boulen
Opération d'archéologie préventive sur               (palyno.), C. Cammas et F Marti
7 300 m2 qui fait suite à un sondage                 (micromorpho.), V Delattre
préliminaire.                                        (anthropo.), G. Drwila (étude des
                                                     silex), V Matteme (carpo.),
                                                     B. Robert (céramo.).
► Résultats                                        o Suivi scientifique :
Mise au jour d'une occupation rurale                 P. Ouzoulias/SRA ile-de-France.
du Haut-Empire : construction légère               o Collaborateurs :
                                                     1. Figueiral (anthraco.)/lnstitut de
sur poteaux et bâtiment avec radier,                 botanique, UMR 5059, Montpellier;
associés à un système de parcellaires et             S. Martin (malaco.)/IMEP Marseille.
de fossés de drainage.

Archéocages    are • Juillet 2001
   Val-de-Marne (94)

Créteil   ►   LE FIEF, ZAC DÉMÉNITROUX
                                                                                                             •
                                                                                                                                                          •
                                                                                                                                                   je
                                                                                                                                               -110.
                                                    ► Résultats
                                                    Deux fossés d'un enclos de 51 m de côté
                                                    ont livré un mobilier attribuable à La
                                                                                                                                                                     ib.
                                                                                                                                                 bâtiment 1 1111('
                                                    Tène C2-D1 (céramiques, amphores ita-
                                                    liques, monnaies). La partie nord du
                                                    décapage révèle des niveaux d'occupa-
                                                    tion antique et du haut Moyen Âge asso-
                                                    ciés à la périphérie d'une mare. l'habitat
                                                                                                                                                         •
                                                                                                                                                         .     p
                                                    du Xr s. se développe sur 125 m le long
Créteil/Le Fief, ZAC Déménitroux                    d'un axe de circulation ancien, repris en
Vue de bâtiments du xr s.                                                                                                  s
Cl. L. Daguzon/Afan.
                                                    partie par la voirie actuelle. Il peut être
                                                    divisé en trois secteurs distincts. L'en-
   0 Cause du chantier :
                                                    semble le plus complet comprend trois
     Construction de logements sociaux.             bâtiments sur poteaux, entourés d'une
   o Aménageur :                                    quinzaine de silos, dont un de grande                          20m
     SA HLM Pans et région parisienne.
   o Début de l'opération :
                                                    capacité (4 m3), et deux fonds de cabane.
     04/09/2000.                                    Mentionnons également la présence
   o Fin prévue :                                   inhabituelle d'une sépulture de cervidé
     29/12/2001.
                                                    et celle d'une fosse contenant deux indi-                auo   •.   trou de poteau               Créteil/Le Fief, ZAC Déménitroux
   o Contact :                                                                                                                                       Plan d'une unité du xie s.
     F Gentili, base Afan/Sdavo, abbaye             vidus rejetés simultanément pèle-mêle                                                            Dessin F. Gentili/Afan.
     de Maubuisson, 95310 Saint-Ouen-               (sépulture de relégation, charnier ?).
     l'Aumône, fgentili@woddnet.fr
   o Responsable :
                                                    Celles-ci font actuellement l'objet d'une
     François Gentili.                              datation HC.
   o Resp. de secteur :
     L. Daguzon (étude proto.).
   o Équipe de recherche :
     C. Carrière, P Lemaître, M. Rayati,
     A. Rhabi, N. Warmé, H. Guy
     (anthropo.), J.-H. Yvinec
     (archéozoo.).
   o Suivi scientifique : A. Bulard,
      T Bonin/SRA île-de-France.


► Description technique
Une évaluation, faisant suite à la décou-
verte de vestiges du haut Moyen Âge
lors des travaux de terrassement, a per-
                                                                                                                                                                                                 Créteil/
mis la mise au jour des vestiges d'un                                                                                                                                                            Le Fief, ZAC
enclos de l'âge du Fer et d'un habitat                                                                                                                                                           Déménitroux
rural du xi' s. La surface décapée est              Créteil/Le Fief, ZAC Déménitroux                                                                                                             Vue
de 4 100 m2 pour près de 200 struc-                 Potin gaulois attribué aux Meldes.
                                                                                                                                                                                                 d'ensemble
tures archéologiques.                               Cl. L. Daguzon/Afan.                                                                                                                         du site.
                                                                                                                                                                                                 Cl. N.
                                                                                                                                                                                                 Warmé/Afan.




                                                    LANGUEDOC—ROUSSILLON 7

            Aude (11)

Narbonne                               \   .1r lt

   7, BD DU DOCTEUR-LACROIX

   o Cause du chantier :                                                                          fondeur des vestiges (deux sondages de     mitée au sud par un rempart des xtr-
     Projet immobilier                                 o Équipe de recherche :                    4 x 2 m, un sondage de 11 x 2 m).          )(ni' s. (non retrouvé, faute d'accès
   o Aménageur :                                         S. Barbey.
     Privé.                                            o Suivi scientifique :                                                                pour la réalisation d'une des tran-
   0 Début de l'opération :                              D. Orsaud/SRA Languedoc-                 ► Résultats                                chées), surplombé par le rempart du
     11/12/2000.                                         Roussillon.                              Une occupation médiévale (à - 2,50 m)      xvie s. dont une portion d'élévation
   0 Fin prévue :                                                                                 a été mise au jour. Elle est caractéri-    est conservée en bordure sud de la
     15/12/2000.
   o Contact :
                                                    ► Description technique                       sée par un angle de murs comblés par       parcelle sondée. Cette enceinte, réem-
     C. Jandot, rue de l'Escarieras,                Une étude historique avec observation         un remblai contenant de la vaisselle       ployant des pierres de taille de monu-
     34650 Lunas.                                   des élévations a été menée. Les son-          de table de qualité attribuée au pre-      ments antiques démantelés, arbore
   o Responsable :
     Céline Jandot.
                                                    dages étaient destinés à reconnaître la       mier quart du xve s. Cette occupation,     une frise présentant des éléments de
                                                    nature du sous-sol et à préciser la pro-      intégrée à la ville médiévale, est déli-   décor.

                                                                                                                                                                Juillet 2001 • Archéopages n'a
                                                    LANGUEDOC—ROUSSILLON

                   Gard (30)
                                             Pieu                                             Pue

    Nîmes                                 PROTO
                                            ANT     Nîmes                                     ANT
                                                                                              MED

    ► MAS DES ABEILLES II                               ZAC DU KM DELTA H

       0 Cause du chantier :                           o Cause du chantier :
         Projet immobilier                               Construction d'une ZAC.                    semaines a eu lieu en plusieurs temps.       la culture de Ferrières (3 000 av. J.-C.
       o Aménageur :                                   o Aménageur : Senim.                         Il s'inscrit en amont de la seconde          environ), sont très diverses ("cave-silo"
         Conseil régional.                             o Début de l'opération :
       0 Début de l'opération :                          13/12/2000.                                tranche d'un projet qui couvre une           profonde, structure de stockage, dépo-
         08/12/2000.                                   o Fin prévue : 16/01/2001.                   superficie de 18,5 ha. La première inter-    toir, foyer démantelé, sépulture...).
       0 Fin prévue :                                  o Contact :                                  vention porte sur environ 4,6 ha, éva-       Elles se répartissent sur une superfi-
         22/01/2001.                                     J.-Y. Breuil, base Afan, 927, av.
       0 Contact :                                       Joliot-Curie, 30000 Nîmes ;
                                                                                                    lués à hauteur de 6,5 %. La zone dia-        cie de 8 000 m2 . Il y a ici l'opportu-
         A. Dumont, 168, av. de la Gare, Le              tél. : 04 66 68 05 99 ; jean-yves-         gnostiquée se situe au sud-est du centre     nité rare de pouvoir enfin rassembler
         Concorde, 83700 Saint-Raphaël.                  breuil@wanadoo.fr                          de l'agglomération nîmoise, dans la          des données sur un habitat de plaine
       0 Responsable :                                 0 Responsable :
         Aurélie Dumont.                                 Jean-Yves Breuil.
                                                                                                    plaine de la Vistrenque, au lieu-dit Car-    Ferrières et de compléter les connais-
       0 Resp. de secteur :                            0 Resp. de secteur :                         salade.                                      sances d'une culture essentiellement
         M. Piskorz, L. Vidal.                           R Vidal.                                                                                connue en garrigues et plutôt dans le
       o Équipe de recherche :                         o Équipe de recherche :
         F. Audouit (topo.), R Chevillot                 J.-L. Aurand, S. Barberan et
                                                                                                    ► Résultats                                  domaine funéraire.
         (géomorpho.), G. Gomez, V Lelièvre              C. Geodon (céramo.), S. Lancelot           Parmi le potentiel archéologique             Le second site est une occupation
         (info.).                                        (dessin du mobilier), V Lelièvre           important révélé par ce diagnostic,          antique assez difficile à structurer car
       o Suivi scientifique :                            (DAO), P Séjalon.
                                                                                                    deux sites méritent l'attention. Le pre-     essentiellement caractérisée par des
         C. Pellecuer/SRA Languedoc-                   o Suivi scientifique :
         Roussillon.                                     C. Pellecuer/SRA Languedoc-                mier est un gisement du Néolithique          structures fossoyées très riches en
       o Collaborateur :                                 Roussillon.                                final représenté par un ensemble assez       matériaux divers et céramiques. [ho-
         C. Raynaud (identification du                                                              dense de structures en creux encais-         rizon chronologique qui se dégage du
         matériel céram.)/CNRS.
                                                    ► Description technique                         sées dans des dépôts limoneux fins et        mobilier tend à montrer une occupa-
                                                    Assujetti à la disponibilité des terrains,      clairs (loess colluvionnés). Ces struc-      tion continue du Haut-Empire, du
                                                                                                                                                                (?)

    ► Description technique                         le diagnostic archéologique de 3                tures, dont une majorité se rattache à       Bas-Empire et du haut Moyen Âge.
    Sondages   .




    ► Résultats
    Cette évaluation archéologique, au              Rodilhan                                  PRÉ
    lieu-dit Careiron et Resquier (Mil-
                                                    ► MOULIN DE L'HÔPITAL
    haud), a révélé l'existence d'une longue
    occupation avec la présence de ves-
    tiges remontant au Néolithique final               0 Cause du chantier :
                                                                                                    ► Description technique                      ancien à proximité. [adoption de tech-
                                                         Construction de la déviation
    et au premier âge du Fer dans la par-                RD135.                                     Décapage de deux secteurs, couvrant          niques de fouille appropriées et d'un
    tie sud du terrain, et, à l'extrémité nord         o Aménageur : DDE.                           une superficie totale d'environ 600 m 2 .    tamisage à l'eau systématique sur le ter-
    du site, l'établissement d'un habitat              o Début de l'opération : 05/11/2000.                                                      rain n'a permis d'explorer qu'une faible
                                                       0 Fin prévue : 09/12/2000.
    gallo-romain qui perdure jusqu'à                   o Contact :                                  ► Résultats                                  partie de la zone décapée. La structure
    l'époque médiévale. Dans le cadre de                 A. Haslert, 27, boulevard Guynemer,        Les résultats de la campagne d'évalua-       la mieux conservée est une cuvette cir-
    la recherche régionale sur la Vistrinque,            30400 Villeneuve-les-Avignon ;             tion laissaient supposer l'existence d'une   culaire, d'un diamètre moyen de 1,50 m,
                                                         tél.: 04 90 25 79 99.
    la discussion est ouverte à propos de              o Responsable : Anne Haslert.                occupation datée du Néolithique ancien,      comblée de pierres chauffées, sans trace
    la nature même de cet habitat, de son              o Équipe de recherche :                      matérialisée par des foyers empierrés. Il    de charbon.
    évolution chronologique et de son rôle               C. Georjon (céramo.), B. Poisblaud         s'est révélé que ces structures devaient
                                                         (ind. lithique), P Vidal.
    dans la création du village médiéval               o Suivi scientifique :                       en réalité être attribuées à une occupa-
    de Milhaud.                                          C. Pellecuer/SRA Languedoc-                tion mésolithique et que la confusion
                                                         Roussillon ; M. Célié (chargé de la        avait été générée par la présence d'un
                                                         ville de Nîmes)/Afan.
                                                                                                    épandage de céramique du Néolithique


             Hérault (34)

    (lermont-Ilmult                    PEYRE PLANTADE
                                                                                          PROTO
                                                                                            ANT



       0 Cause du chantier :                              P. Ecard, C. Jandot, Y Manniez,                 (zoologie), C. Jorda (géomorpho.),
         Construction de l'autoroute A75.                 P Rascalou, Z. Sekhart                          S. Lecomte (gestion administrative),    ► Description technique
       0 Aménageur : DDE.                                 M. Vecchione.                                   P Rascalou (céramo.), S. Raux          Les travaux conditionnés par le tracé
                                                        o Équipe de recherche :                           (étude mobilier verre).
       0 Début de l'opération : 25/04/2000.
                                                                                                        o Suivi scientifique : A. Chartrain/
                                                                                                                                                 de l'autoroute A75 ont porté sur les
       0 Fin prévue : 11/08/2000.                         S. Aïssa, S. Barbey, V Belbenoit,
       0 Contact : H. Pomarèdes et P Vidal,               G. Colomer, M. Compan, E. Henry,                SRA Languedoc-Roussillon               parties orientales et méridionales de
         base Afan A75, 7 rue Branly, ZA Les              B. Houix, S. Laisné, J.-L. Laval,             cr Collaborateurs :                      l'agglomération antique de Peyre Plan-
                                                          R. Lis franc, C. Noret, J. Planchon,            B. Devillers (géomorpho.), A. Dietch
         Aires, 34120 Pézenas ; tél. : 04 67                                                                                                     tade. En 1998, deux campagnes de dia-
         98 05 01 ;fax:0467981366 ;                       P Pliskine, I. Remy, H. Rodéano,                (carpo.), C. Olive (entomo.)/univ. ;
         afan.base.pezenas@wanadoo.fr                     G. Sanchez, R. Thiebaux, V Tripeau,             G. Fédière (mat construction),         gnostic ont été engagées sur une dizaine
       0 Responsables :                                   D. Boudry (gestion technique),                  D. Peyric (malaco.)/assoc. ;           d'hectares. En 1999, les premières
         Hervé Pomarèdes (suivi                           C. Cammas (micromorpho.), X.                    M. Feugère (étude objets)/UMR          fouilles ont été réalisées (S. Barbey) sur
         scientifique) et Philippe Vidal.                 Chadefaux (topo.), L. Cordier                    154 ; P Garmy/UMR 154,
       o Resp. de secteur :                               (dessin, info.), L. Fabre (anthraco.,           PCR lodévois ; L. Schneider/LAMM,      près de 4 500 m2 , au sud de l'agglo-
         V Bel, F Cavalin, A. Dumont,                     coord. paléo-env.), V Forest                    PCR lodévois.                          mération, préalablement à la construc-
                                                                                                                                                 tion d'un ouvrage d'art. En 2000, les


Q   Archéopages e•4 •   Juillet 2001
▪   décapages complémentaires ont cou-            une partie de colonne aujourd'hui             de Nîmes à Toulouse. À partir de la fin       production illustrent quant à elles les
    vert près de 2,5 ha et ont permis de          détruite. On y découvre journellement         des années 1970, les membres du               nouvelles infrastructures économiques
    dégager la partie orientale de l'agglo-       des médailles romaines. Ce sol converti       Groupe de recherche et d'études du            du nouveau centre de peuplement
    mération et ses abords. Cette interven-       en champs et en vignes est jonché de          Clermontais ont engagé une sur-               auquel on peut rattacher d'importants
    tion est la dernière du programme de          fragments de terre cuite rougeâtre, de        veillance systématique des charruages         terroirs, plusieurs zones de ressources
    fouille portant sur la section autorou-       débris d'amphores et de ces tuiles à          effectués sur ces tènements permettant        vivrières ainsi que plusieurs habitats
    tière Clermont-l'Hérault-Pézenas. Paral-      rebords que les Romains employaient           de préciser la chronologie du site et sa      périphériques. Enfin, on note la pré-
    lèlement à cette étude, les études en         dans les tombeaux. On y voit encore           superficie avoisinant 12 ha.                  sence de divers contextes plus tardifs
    postfouille et les études spécialisées des    aujourd'hui plusieurs puits de construc-                                                    qui nous laisse envisager une plus
    autres chantiers fouillés (linéaire de        tion romaine, des parties assez consi-        Les recherches sur le tracé de l'autoroute    longue occupation du site. En témoi-
    20 km) se poursuivent : La Quintarié          dérables d'aqueducs souterrains ont été       A75                                           gnent un groupe d'inhumations de la
    à Clermont-l'Hérault (H. Pomarèdes),          découverts lors des défrichements... "        La première grande découverte à               fin du rv' s. ap. J.-C. et une série d'amé-
    Vareilles (S. Mauné/CNRS), l'Ermitage         Une cinquantaine d'années plus tard,          prendre en considération est celle d'une      nagements agricoles datés des vr-
    (O. Ginouvez), Puech-Haut à Paulhan           l'abbé L Vinas réfute l'opinion de Mazel      voie restée inaccessible lors des dia-        vd s. ap. J.-C.
    (A. Vignaud), Soumaltre Sud (R Ther-          en signalant d'autres sites " qui ont livré   gnostics. Son tracé, sommairement
    not) et Mas de Pascal à Aspiran               des vestiges aussi éloquents que ceux         orienté nord-sud, va permettre la via-        Les problématiques majeures
    (A. Pezin).                                   de Peyre Plantade et qui donc pour-           bilisation de cette partie de l'agglomé-      Bien que les vestiges soient très mal
                                                  raient désigner eux aussi le forum ". Il      ration. Un carrefour est visible au nord      conservés (faible enfouissement, labours
    ► Résultats                                   faut cependant attendre le début du           de l'habitat, marqué par une construc-        profonds), leur multitude, leur diver-
    Historique des recherches                     xx' s. et les travaux d'E. Bonnet pour        tion circulaire de " signal " ; au moins      sité et leur répartition laissent augurer
    tagglomération de Peyre Plantade appa-        que de nouvelles données soient appor-        deux ruelles, limitant trois îlots, sont      des recherches que l'on tentera d'insé-
     raît comme l'un des sites majeurs du         tées à la connaissance du site.               attestées à l'intérieur de celui-ci. Ce       rer dans un cadre diachronique (Ir av.
    Lodévois. Depuis le début du xor s., il       Depuis les années 1950, les découvertes       réseau de circulation, perçu à grande         J.-C.-vr ap. J.-C.). (évolution de l'ag-
    a fait l'objet d'un grand nombre de           sont allées se multipliant. Eérudit local     échelle, constitue l'ossature des quar-       glomération (antécédents, organisation,
    découvertes mais pas de fouilles dignes       G. Combarnous interprète l'établisse-         tiers orientaux de l'agglomération et de      devenir) sera privilégiée et mise en rela-
    de ce nom, et ce, jusqu'en 1998. Les          ment de Peyre Plantade comme un site          ses abords. Sur leurs marges, une tombe       tion avec son environnement anthro-
    premières découvertes sont mention-           de carrefour, information dont on peut        à incinération, des traces de plantation      pique et paléoécologique. Par ailleurs,
    nées dès 1824 dans la statistique du          tirer parti pour envisager qu'il ait eu       de vignes et de probables abreuvoirs          il s'agira de déterminer quelles furent
    département de l'Hérault. M. Mazel,           une importante activité artisanale et         (bâtis tels des lavognes) sont percep-        les orientations économiques majeures
    collaborateur de H. Creusé de Lesser,         commerciale.                                  tibles. Plus au sud, à proximité du ruis-     de l'établissement en tentant de cerner
    réalise une notice sur le Forum Neronis,      l'un des chemins, d'axe grossièrement         seau du Rhonel, d'autres installations        au mieux les périodes de mutation mar-
    mentionné par Pline, en associant cette       nord-sud, correspondrait au tracé de la       artisanales nécessitant un important          quées, éventuellement, par de nou-
    localité au quartier de Peyre Plantade.       voie antique de Cessero-Luteva-Conda-         approvisionnement en eau ont égale-           velles activités et par de nouveaux inves-
    Pour l'auteur, il ne fait guère de doute      tomagus portée sur l'itinéraire de la table   ment été édifiées (puits, bassins, drains,    tissements.
     que Luteva (Lodève), capitale des Lute-      de Peutinger. l'autre axe du carrefour,       moulin). Ces vestiges forment donc un         Les résultats de ces travaux devraient
     vani, est un site distinct de Forum Nero-    cette fois-ci est-ouest, chemin dit de        important ensemble qui semble actif           contribuer aux recherches en cours sur
     nis. À titre d'argument, M. Mazel relate     Saint-Martin sur le cadastre napoléo-         dès le milieu du Ir s. av. J.-C. et qui se    l'histoire du peuplement et de l'écono-
    les nombreuses découvertes dont il a          nien, correspondrait à la via publica mer-    développe jusqu'au début du ur s. ap.         mie du Lodévois (PCR, resp. P Garmy,
    eu connaissance : " remplacement de           catorum de Clermont à Gignac, men-            J.-C. (abandon de l'oppidum voisin de         L. Schneider) comme sur celles enga-
    forum Neronis existe à un quart de lieue      tionnée dans une charte de 1140 (car-         La Ramasse, au ur s. av. J.-C., peut nous     gées, en Languedoc-Roussillon, sur les
    à l'orient de Clermont en Lodévois...         tulaire de Gellone, 172). Selon G. Com-       permettre de mieux cerner les raisons         agglomérations et habitats groupés
    Ce quartier s'appelle Peyro Plantado, et      barnous, cet itinéraire médiéval péren-       du développement de cet habitat de            (PCR, resp. J.-L. Fiches).
    des vieillards se rappellent y avoir vu       niserait le tracé de la voie antique dite     " plaine ". La voie et les installations de



    Montpellier                          Toures                                                   Pyrénées-Orientales (66)
    • ZAC SAINT-CHARLES I
                                                                                                Perpignan                              MOD

       o Cause du chantier :                                                                    • PLACE DE CATALOGNE
         Aménagement d'une ZAC.                   dage manuel de 6 m2, sur une surface
       o Aménageur :                              totale de 890 m2 .
         SERM Montpellier                                                                          o Cause du chantier : Construction
       o Début de l'opération : 08/01/2001.                                                           d'un parking souterrain.                ► Description technique
       o Fin prévue : 31/01/2001.                 ► Résultats                                      o Aménageur : Commune.                     Évaluation suivie d'une opération com-
                                                                                                   o Début de l'opération : 10/07/2000.
       o Contact : V. Bel, 3, rue de l'Église,    Dans un contexte périurbain, proche              o Fin prévue : 15/03/2001.
                                                                                                                                              prenant une phase de carottages et une
         26130 Saint-Paul-Trois-Châteaux ;
         tél. : 06 73 48 28 38 ;                  d'une ancienne porte de la ville médié-          o Contact :                                phase de fouilles. Quatre sondages de
         afan.base.nimes@wanadoo.fr               vale et de chemins anciens, l'évaluation            V Rouppert, 190, chemin des             diagnostic (256 m2 au total, compre-
                                                                                                      Pertuades, 06200 Golfe-Juan ; tél. :
       o Responsable : Valérie Bel.               archéologique a mis en évidence des                 04 93 95 41 81;
                                                                                                                                              nant une coupe transversale de 27 m
       o Équipe de recherche :
         F. Audouit (topo.), S. Barberan
                                                  traces de mise en culture au Néoli-                 rouppert@cra.cnrs.fr                    de long) ont été répartis sur l'emprise
         (céramo.), F Blaizot (anthropo.),        thique, à l'âge du Fer, à l'époque               o Responsable : Vanesse Rouppert.          du projet (3 128 m2) en fonction d'im-
                                                  romaine et au cours du Moyen Âge,                o Resp. de secteur :
         L. Jallot (néo.), C. Jorda
                                                                                                      O. Dayrens, L. Lautier.
                                                                                                                                              pératifs techniques, de sécurité et de
         (géomorpho.), A. Recolin (info.),
         P. Séjalon.
                                                  ainsi qu'un chemin creux probablement            o Équipe de recherche :                    choix scientifiques. Une nouvelle sur-
       o Suivi scientifique :                     antique. Par ailleurs, les sondages ont             F. Audouit et C. Bioul (topo.),         face, réduite, d'environ 43 m 2 en fond
                                                  permis de retrouver les fondations de               C. Jorda (géomorpho.), S. Lancelot
         A. Chartrain/SRA Languedoc-
                                                                                                      (dessin. DAO).
                                                                                                                                              de tranchée, a été décapée et fouillée.
         Roussillon.
       o Collaborateurs :
                                                  différentes constructions édifiées à par-        ce Suivi scientifique :
         P.-Y. Genty, M.-S. Granjouan/SRA         tir du milieu du xviir s. pour l'agran-             T Odiot/SRA Languedoc-                      Résultats
         Languedoc-Roussillon.                    dissement de l'Hôpital général, fondé               Roussillon et P. Alessandri             Le site est compris dans l'interfluve créé
                                                                                                      (coond.)/Afan.
                                                  à la fin du mir s. Une partie de l'em-           o Collaborateurs :                         par la Têt et la Basse, ancienne île Notre-
    ► Description technique                       prise est notamment occupée par les                 A. Catafau/univ. de Perpignan ;         Dame, au nord-ouest de la ville médié-
    Diagnostic archéologique comprenant           vestiges de cet hôpital, dont l'utilisation         F. Loppe (étudiant)/univ. de            vale, sur le tracé des anciennes fortifi-
                                                                                                      Provence.
    la réalisation de tranchées et d'un son-      est attestée de 1777 à 1967.                                                                cations Vauban. Une étude documen-

                                                                                                                                                             Juillet 2001 • Archéopages n"4
                                                       7 LANGUEDOC—ROUSSILLON
          taire préalable (E Raynaud) avait per-         dès la fin du xve s., et d'éléments de for-   mis, d'une part, de vérifier la fiabilité     une occupation du xe- xie s., hormis sur
          mis de rassembler et d'analyser divers         tifications du wu' s. (fossé, remblais,       du plan en relief de Perpignan (élaboré       le faubourg des Tanneries, dans l'im-
          documents concernant l'aménagement,            mur, chemin couvert), que l'on s'at-          peut-être en 1686, au plus tard en            médiate périphérie de la ville de Perpi-
          en 1683, du rempart bastionné de la            tendait à découvrir. Plusieurs traces         1701), d'autre part, de comparer les          gnan, ainsi que par la volonté de col-
          Ville Neuve, construit en partie sous la       d'inondations successives, liées aux          résultats enrichis de l'étude documen-        lecter des données paléoenvironne-
          place. Ce rempart avait été finalement         débordements de la Têt et de la Basse,        taire à ceux révélés par le terrain. Ainsi,   mentales, notamment, dans la pers-
C—)       démoli à partir de 1904. Lévaluation a         ont également été diagnostiquées. Ces         les données archéologiques confirment         pective de la création d'un 51G sur la
          permis la reconnaissance d'une occu-           différents témoins des activités natu-        globalement les sources écrites et ico-       ville de Perpignan.
          pation rurale (ou périurbaine), lâche à        relle et humaine s'inscrivent au cours        nographiques. Les fouilles ont été
          partir du X' s., qui s'intensifie sensible-    de sept phases liées au fonctionnement        notamment motivées par la rareté des
          ment à l'époque moderne, notamment             du site. Lintervention a en outre per-        informations disponibles concernant


                                                  MtD
          Perpignan                               Mon

          ► RUE LAZARE-ESCARGUEL (PLACE JEAN-JAURÈS)

             o Cause du chantier :                                                                                                s. et l'époque
               Opération immobilière avec
                                                         fouillés jusqu'au substrat, en raison du      entre, au plus tôt, le                        décrochements dans le parcellaire sug-
               remembrement de parcelles.                commencement des travaux avant l'éva-         actuelle. Toutefois, les vestiges enfouis     gèrent certains remembrements pour
             0 Aménageur :                               luation archéologique. Des vestiges en        ne permettent pas de suivre l'évolution       les parcelles étudiées, notamment la
               SCI La Roussillonnaise, Nîmes.                                                          de cet habitat pendant la période allant      réunion de parcelles " accotées " pour
             0 Début de l'opération :
                                                         élévation, dont l'étude n'a pas fait à pro-
               07/08/2000.                               prement parler l'objet de cette opéra-        du xvir au xvar s. Les sondages effec-        constituer chacune des deux parcelles
             0 Fin prévue :                              tion, ont également été en partie détruits    tués ont apporté des renseignements           actuelles (parcelles 90 et 91 du cadastre
               31/08/2000.                               juste avant l'intervention (un plafond        ponctuels sur la nature des matériaux         de Perpignan), sans doute au xvie-
             o Contact :
               V Rouppert, 190, chemin des               voûté notamment). Deux sondages               de construction utilisés dans les habi-       )(via' s., les parcelles médiévales étant
               Pertuades, 06200 Golfe-Juan ; tél. :      mécaniques (8,20 m2 au total) ont été         tations perpignanaises médiévales, sur        probablement à l'origine non-traver-
               04 93 95 41 81;                           réalisée à l'emplacement des deux exca-       leur mise en oeuvre et surtout sur le pro-    santes.
               rouppert@cra.cnrs.fr
             o Responsable :
                                                         vations prévues. Des tronçons de murs         cessus d'urbanisation de la ville au          L'absence de niveaux d'occupation
               Vanessa Rouppert.                         ayant été découverts en limite des tran-      Moyen Âge. Ils montrent une certaine          antérieurs au xiv' s. dans un secteur
             o Coordinateur :                            chées diagnostiquées, un décapage             pérennité du parcellaire dans ce secteur      de la ville médiévale compris dans l'en-
               Patrice Alessandri.
             0 Resp. de secteur :
                                                         général du secteur ouvert a été réalisé       de la ville (notamment pour la trame          ceinte de la fin du xie s. permet d'en-
               L. Lautier.                               afin d'avoir le plus d'informations pos-      nord-est/sud-ouest, perpendiculaire au        visager deux hypothèses possibles. La
             o Équipe de recherche :                      sibles visibles en plan et de se faire une   cours d'eau voisin et aux lignes de           première serait celle de remettre en
               C. Bioul (topo.), V Lelièvre (Info.),
               R. Pellé (bâti).
                                                          idée d'au moins une des organisations        pentes) et ce, depuis l'origine des           question le tracé du rempart du xile s.
             o Suivi scientifique :                       antérieures de l'espace.                     constructions. Une construction non           tel qu'il est généralement proposé pour
                T Odiot/SRA Languedoc-                                                                 datée, interprétée comme étant un canal       le secteur concerné. La seconde, sans
               Roussillon.                                                                             d'évacuation d'eau, est probablement          doute plus conforme à ce qu'a pu être
             o Collaborateur :                           ► Résultats
               C. Puig/assoc. archéo. des                La parcelle sondée est située sur la berge    liée à la morphologie en " lanière " et à     la réalité, serait d'envisager un espace
               Pyrénées-Orientales.                      droite de la Basse, à proximité des tra-      la fonction d'assainissement du parcel-       non loti avant le mye s., à l'intérieur
                                                         cés supposés des deuxième et troisième        laire mis en place dès le mi' s., dans ce     et proche de ce rempart. Cet espace
          ► Description technique                        enceintes de la ville médiévale, au coeur     secteur originellement humide de la           pourrait alors correspondre à une par-
          Sur les 500 m2 au sol concernés par le         du vieux centre de Perpignan. Loccu-          ville, qui le restera jusqu'aux travaux,       tie des terres libres acquises par le
          projet immobilier, seuls 56 m'ont été          pation du site se présente sous la forme      à partir du xix' s. surtout, notamment        Temple ou l'abbaye de Fontfroide entre
          évalués, dont seulement environ 8 m 2          d'habitations urbaines se succédant           de canalisation des cours d'eau. Des           le xie et le xar s.




                                                                                7 LIMOUSIN

                     Corrèze (19)

          [arrondie                                MUD

           • ÉGLISE

                                                                                                        ► Description technique                      mères recoupant les différents niveaux
              o Cause du chantier :                          0 Contact :
                Abaissement du niveau de sol de la             J. Roger, 33, quartier Pasteur,
                                                                                                        Deux sondages ont été réalisés : le pre-     de circulation dans la nef. 5 niveaux au
                nef.                                           23600 Boussac.                           mier, à la jonction d'une chapelle sud ;     moins ont été repérés. Ils se caractéri-
              o Aménageur :                                  o Responsable :                            le second, recoupant la nef au niveau        sent soit par des sols en terre battue,
                Commune.                                       Jacques Roger.
              0 Début de l'opération :                       o Équipe de recherche :                    de ses piliers.                              soit par des pavages de pierres locales
                22/01/2001.                                    J.-P. Chaumeil.                                                                       de petits calibres. Les niveaux les plus
              0 Fin prévue :                                 o Suivi scientifique :                     ► Résultats                                  anciens correspondent à la construc-
                26/01/2001.                                    P. Conte/SRA Limousin.
                                                                                                        Ces sondages ont permis la localisation      tion de la nef, probablement entre le xi'
                                                                                                        d'une dizaine de sépultures, ces der-        et le mn' s.


      o    Archéopages n°4 • Juillet 2001
                                                                                                                                   PRE

Saint-Pardoux-l'Ortigier, (hanteix, Saint-Germain-les-Vergnes                                                                   PROTO
                                                                                                                                  ANT

► NOUVEAU TRACÉ RD                9

      o Cause du chantier :                        o Contact :                              ► Description technique                      dent à des occupations temporaires,
        Construction d'une liaison routière          A. Toledo i Mur, 44, rue Rhin-et-      Campagne de prospection et d'évalua-         toutes près d'un ruisseau. Elles sont
        (autoroute A89-A20).                         Danube, 87280 Limoges ; tél. : 05      tion sur 4,5 km du nouveau tracé de la       attribuables au Néolithique-Bronze
      o Aménageur :                                  55 35 25 24.
        Conseil général.                           0 Responsable :
                                                                                            RD9.                                         ancien, à la fin de l'âge du Fer et à
      0 Début de l'opération :                       Assumpcio Toledo i Mur.                                                             l'époque gallo-romaine. Il s'agit de
        22/01/2001.                                o Equipe de recherche :                  ► Résultats                                  quelques structures en creux associées
      o Fin prévue :                                 R. Brouté, A. d'Agostino (topo.),
        20/02/2001.                                  F. Milor (géol.).                      Quatre indices de sites et trois sites ont   à un peu de mobilier.
                                                                                            été repérés. Les trois sites correspon-




                                                                     f     LORRAINE

      Meurthe-et-Moselle (54)

Mon
► FORÊT DOMANIALE DE HAYE (CARREFOUR DES SIX BORNES)

                                                l'objet d'une étude particulière, suite     sur une profondeur d'environ 1,20 m,         l'état fossile sans érosion apparente ;
      o Cause du chantier :                     aux effets de la tempête de fin décembre    ont permis d'étudier sa stratigraphie.       seules quatre bandes de tassement
        Dégâts forestiers suite à la tempête
        de décembre 1999.
                                                99. Une prospection visuelle a été          Sur la première coupe sud de 19 m, le        apparaissent au niveau du passage des
      o Aménageur :                             menée sur les nombreux chablis des          cheminement apparaît légèrement en           mues de chariot. Les talus de la voie de
        ONE                                     grands arbres déracinés sur ces zones       creux par rapport aux accotements            2 m ont été confortés par des blocs plats
      0 Début de l'opération :
        27/11/2000.
                                                sensibles. Un zonage de densité a été       marqués par des lignes de talus empier-      agencés en gradins. Les fossés latéraux
      0 Fin prévue :                            réalisé sur un secteur de 200 m sur         rés. Les vestiges de la voie affleurent      ont une largeur de 4 m et sont profonds
        30/11/2000.                             75 m.                                       sous une faible couche de terre              de 0,90 m. Le dénivelé d'origine entre
      0 Contact :                                                                           humique forestière. Il s'agit d'une voie     le haut de la voie et le fond des fossés
        J.-D. Laffite, SRA Lorraine, 6, place
        de Chambre, 57045 Metz ;                ► Résultats                                 aménagée avec des remblais de graviers       fait 1,20 m. Lemprise de l'ensemble,
        téL : 06 84 63 04 98.                   Deux zones archéologiques d'occupa-         et de sables calcaires et des empierre-      voie et fossés, atteint 19 m et son état
      o Responsable :                           tion d'époque gallo-romaine ont été         ments de cailloux calcaires indurés et       de conservation est remarquable sur
        Jean-Denis Laffite.
      o Suivi scientifique :                    définies par la présence d'un mobilier      usés par le passage. La zone de circu-       plusieurs centaines de mètres. Cette
        M. Leroy/SRA Lorraine ;                 abondant des r et le s. Elles corres-       lation fait 5 à 6 m de large entre deux      voie possède les caractéristiques des
        E. Dambrine et J.-L. Dupouey            pondent, dans un premier cas, à deux        lignes de pierriers latéraux inclus dans     grandes voies régionales. Elle emprunte
        (écosystèmes forestiers)/INRA
        Champenoux.
                                                aires d'habitat intégrées dans un enclos    les talus distants de 10,50 m. Deux fos-     cependant un axe secondaire de circu-
      0 Collaborateurs :                        avec des traces de murs de bâtiment         sés primitifs, datant de la mise en oeuvre   lation qui vient de la plaine du Xain-
        P. Bahr (écosystèmes forestiers),       rectangulaire et, dans un deuxième cas,     du chemin et de sa première phase de         tois, au sud de la vallée de la Moselle,
        B. Pollier (relevés GPS, carto.)/INRA
        Champenoux ; P. Loué et J.-
                                                à un système de terrasses occupées par      circulation, probablement au cours du        traverse le plateau de Haye, du sud au
                                                de l'habitat en matériaux légers, au        F' s., et un fossé parcellaire, en contre-   nord sur 15 km, et rejoint la confluence
        L. Martin/ONF, D. Steinbach
        (patrimoine forestier)/ONF.             contact d'une grande voie fossile. Celle-   bas de l'ensemble, ont été relevés. Il a     de la Moselle avec la Meurthe, au nord
                                                ci a été relevée sur un premier tronçon     été remarqué que les pierriers latéraux      de l'agglomération nancéenne.
lb-   Description technique                     de 600 m selon un axe très rectiligne       ont peu à peu empiété sur la zone de
Cette opération s'insère dans le cadre          bordé de talus empierrés. Quelques ter-     circulation ; que la partie basse de la
de l'inventaire des sites de parcellaires       rasses, contemporaines de cet aména-        voie s'est surcreusée au cours des temps
gallo-romains du SRA de Lorraine et de          gement, forment des lots parcellaires       et que les deux parcelles de part et
l'étude de l'INRA (écosystèmes fores-           d'environ 120 m sur 255 m. Un               d'autre de cette voie sont d'anciens
tiers) sur l'impact des anciens terroirs        deuxième tronçon sur 500 m suit le          champs labourés (sole de labour, paléo-
agraires sur la forêt actuelle, avec pour       même axe de circulation, mais en situa-     sol gallo-romain fossile). Sur la
but de vérifier la datation et la déter-        tion de voie surélevée bordée de deux       deuxième coupe nord de 23 m, le che-
mination de certaines structures archéo-        grands fossés latéraux. Une prospec-        minement apparaît en surélévation,
logiques fossiles en milieu forestier. Elles    tion systématique de la surface de cir-     bordé par deux grands fossés latéraux.
font actuellement l'objet d'un relevé sys-      culation de la voie au détecteur de         Ce tronçon possède toutes les caracté-
tématique de grande ampleur pris en             métaux a permis de recueillir des mon-      ristiques d'une voie romaine surélevée
charge par l'INRA à l'échelle de la forêt       naies du ire s. et surtout une hipposan-    pour en améliorer le drainage. Son
domaniale de Haye. Il s'agit essentiel-         dale trouvée dans son empierrement          radier empierré est constitué d'un lit de
lement de structures empierrées                 superficiel. On a également constaté        pierres calcaires calées, installé sur une
linéaires, d'enclos, de limites de par-         que la voie a do être fréquentée durant     couche de limons argileux gris com-
celles, de terrasses aménagées et de            le Moyen Âge jusqu'à l'époque moderne       pactés. Lempierrement est lui-même
réseaux de chemins rectilignes. Cer-            (fers à cheval des xvi'-xvir s.). Par       recouvert par le même type de sédi-
tains secteurs, plus denses en traces           ailleurs, deux tranchées de vérification,   ments très compactés. Le niveau supé-



                                                                                                                                                                                         •
d'habitats d'époque antique, ont fait           pratiquées au moyen d'une tractopelle       rieur de circulation, large de 6 m, est à

                                                                                                                                                        Juillet 2001 • Arehéopages n•4
                                                                              LORRAINE

          Moselle (57)

Augny et (uvry                          A:: I
                                        MED                                                      Florange
• CORVÉE LA BARRE                                                                                ► SAINTE-AGATHE (LOTISSEMENT DU MILLÉNAIRE)

   0 Cause du chantier : Construction
                                                seraient attribuables au tu' s. Des réfec-          0 Cause du chantier :
     du contournement sud de Metz.              tions des parties empierrées de la voie ont           Projet immobilier                        ► Description technique
                                                                                                    0 Aménageur :                              Fouille en une seule phase sur environ
   o Aménageur : DDE.                           été mises en évidence et datées par des               Concept immobilier
   0 Début de l'opération : 02/10/2000.
   0 Fin prévue : 15/11/2000.
                                                monnaies aux alentours de 275 et de la              0 Début de l'opération :                   2 ha.
   o Contact :        Laffite, SRA              période constantinienne. Une fibule du                01/10/2000.
     Lorraine, 6, place de Chambre,             tF s. a été trouvée dans le fossé d'emprise         0 Fin prévue :
                                                                                                      22/12/2000.
                                                                                                                                               ► Résultats
     57000 Metz ; tél. : 06 84 63 04 98.
                                                occidental. Cependant, cet axe stratégique          0 Contact :                                Occupation gallo-romaine du F' s. mais
   o Responsable : Jean-Denis Laffite.
   o Équipe de recherche : X Antoine,           est attesté par un fragment de borne mil-             P. Chopelain, 28, rue Buffon, 21000      essentiellement occupation de la
                                                                                                      Dijon.                                   période mérovingienne (bâtiment sur
     F Gérard, L. Mocci, F. Schembri,           liaire, dédiée à l'empereur Trajan-Dèce,
     A. Lefebvre (anthropo.), T Le Saint-                                                           o Responsable :
     Quino (topo.).
                                                aux environs de 250, et par une autre                 Patrick Chopelain.                       poteaux plantés, silos, fosses) et, dans
   0 Suivi scientifique :                       borne de Domitien datée de 83 ; son éta-            o Équipe de recherche :                    la partie basse du site, des x'-xne s.
     M. Seilly/SRA Lorraine.                    blissement remonterait au début du P s.,              J.-J. Bigot, A. Bressoud,                (puits, structures en bois). La stagna-
                                                                                                      M. Châtelet, J.-C. Daul, J. Franck,
                                                mais d'importants travaux d'aménage-                  C. Jacquy, F. Jack); E. Klein,           tion d'eau dans la partie basse du site a
► Description technique                         ment et d'empierrement ont été effectués              F. Isselé, T Le Saint-Quino (topo),      permis une exceptionnelle conserva-
Le projet routier de la rocade sud de Metz      sous Claude et Néron. Les terrassements               J.-H. Yvinec (faune), V Matteme et       tion des éléments organiques : troncs
                                                                                                      S. Rotillon (géomorpho., cargo.).
traverse en biais le tracé antique de la        romains ont nivelé des sols et des fosses           o Suivi scientifique :
                                                                                                                                               d'arbres, planches avec tenon et mor-
grande voie impériale Lyon-Trèves, orien-       protohistoriques et néolithiques installés            P. Thion/SRA Lorraine.                   taise, écuelle en bois, grains, noyaux de
tée nord-sud. Un décapage archéologique         antérieurement. Cet axe de cheminement              o Collaborateurs :                         prunes, noix, insectes, feuilles, etc. Envi-
                                                                                                      C. Roche (archéoentomo.)/Cravo ;
a pu être réalisé sur une superficie de         antique a également perduré pendant le                W. Tegel (dendrochrono.)/Labo. fün
                                                                                                                                               ron une tonne de prélèvements a été
4 050 m2 ; il a permis de suivre ses ves-       Moyen Âge sous le toponyme de "la Ruelle              Holzanalyse.                             recueillie pour l'étude de l'aspect envi-
tiges bien conservés sur 150 m de long.         Ferrée " ; une prospection métallique a en                                                     ronnemental qui offre un très grand
                                                effet permis de recueillir des éléments                                                        potentiel.
► Résultats                                     d'hipposandales, mais aussi des fers à che-
Les vestiges de la voie ont été repérables      val du haut et du bas Moyen Âge.
sur une large bande d'environ 40 m com-
prenant une voie empierrée, une piste,
deux fossés d'emprise associés à deux
autres fossés agraires. taxe de la voie est               Vosges (88)
rectiligne et divisé en deux ou trois bandes
de circulation distinctes. Il existe un che-
min empierre de galets de la Moselle large      Soulosse-sous-Saint-Élophe               ►    LA CHARMÉE                               ANT
de 3,50 m à 4,50 m, avec des ornières très
profondes ; il est destiné vraisemblable-
ment au passage des chariots lourds, sur           o Cause du chantier :                         ► Résultats                                   cours de son histoire. Les couches sont
                                                     Recalibrage d'un chemin rural
le côté est. Celui-ci est accolé à un                d'exploitation suite au
                                                                                                 La première coupe, longue de 22,50 m,         constituées à la base de matériaux bruts,
deuxième chemin, large de 10 à 15 m                  remembrement.                               a été réalisée perpendiculairement à          de plaquettes calcaires en deux niveaux
environ, qui correspond à une piste nive-          0 Aménageur :                                 l'axe de la voie jusqu'à la dalle calcaire    compactés formant le noyau de la
                                                     DDA/Association foncière de
lée composée de sable et de graviers, com-           Soulosse.
                                                                                                 géologique. La voie est constituée par        chaussée limité par des blocs sur les
portant ponctuellement des traces d'or-            o Début de l'opération :                      un talus rehaussé artificiellement par        bords (sur 0,90 m d'épaisseur). Elles
niérage. Sur son flanc ouest, l'érosion a            04/12/2000.                                 rapport au terrain géologique. Elle a été     sont recouvertes, de manière débor-
                                                   o Fin prévue :                                tracée, à cet endroit, en léger dévers        dante, par au moins deux autres
pu entamer une partie de sa surface sur              08/12/2000.
environ 10 à 12 m de large, à moins que            0 Contact :                                   dans un faible versant du plateau (déni-      niveaux de sable et de gravier calcaire
cette bande ouest n'ait pas reçu de nivel-           J.-D. Laffite, SRA Lorraine, 6, place       velé naturel d'l m sur 22 m). Elle paraît     damés ayant l'aspect de la chaux (sur
                                                     de Chambre, 57000 Metz ;
lement particulier ; il pourrait alors s'agir        tél. : 06 84 63 04 98.
                                                                                                 donc plus haute du côté ouest. Sa lar-        1,20 m d'épaisseur). Le talutage latéral
d'un espace de circulation destiné plus            o Responsable :                               geur est d'environ 15 m à la base des         est assuré par des couches damées de
particulièrement aux piétons ou aux cava-            Jean-Denis Laffite.                         talus latéraux, soit 50 pedes romains         sable de calcaire ou de chaux. Le ter-
liers. La circulation est contenue entre           o Équipe de recherche :                       d'emprise extérieure, et de 5,30 m sur        rain d'origine, sur lequel a été établie la
                                                     A. Glad.
deux fossés d'emprise profonds et larges           0 Suivi scientifique   :
                                                                                                 la partie sommitale, soit 18 pedes, qui       voie, n'a pas subi de terrassement per-
de 3 m, distants extérieurement l'un de              O. Caumont/SRA Lorraine.                    correspond au plan de circulation de la       ceptible ; il est même scellé par la pre-
l'autre de 35 à 36 m, valeurs qui rappel-                                                        voie. Le talus du côté occidental a entre     mière couche de remblai de pierraille.
lent que l'actus romain (35,4 m) a été          ► Description technique                          2 et 3 m de dénivelé par rapport au ter-      On a pu ainsi constater la présence d'un
employé comme mesure de l'expropria-            Le recalibrage de la partie supérieure           rain dominé par la voie ; celui du côté       paléosol antérieur, formé par la couche
tion destinée à la voie impériale. Ces deux     de l'ancienne voie romaine, encore uti-          oriental, entre 1 et 2 m en fonction du       d'argile rouge de décalcification, qui a
fossés sont doublés chacun, sur l'exté-         lisée en tant que chemin rural, a                pendage du terrain naturel. La strati-        été marqué par le passage de chariots
rieur, par un fossé agraire de plus petit       entraîné la réalisation d'une fouille en         graphie révèle la présence de niveaux         ayant laissé des traces d'ornières bien
module, en limite de propriété des              coupe de la structure surélevée de la            successifs de recharge en quatre grandes      nettes. Au niveau de la première coupe,
champs attenant à la voie. Deux tombes          voirie, en deux points distants d'envi-          séquences de remblais, mais il est dif-       on a également noté, en bordure de ce
d'enfants ont pu être détectées, en limite      ron 300 m. Il s'agit de la grande voie           ficile de pouvoir distinguer s'il s'agit de   chemin primitif, la présence d'une ter-
de fouille, en bordure du fossé oriental        impériale reliant Lyon à Trèves, bien            niveaux déposés successivement, au            rasse de parcelle cultivée ayant piégé
d'emprise. Les individus, âgés d'environ        visible et conservée sur plusieurs kilo-         cours de la progression des travaux           des charbons de bois, associée à un
3 et 5 ans, ont été inhumés en coffre ou        mètres sur le plateau calcaire au nord           d'élévation du niveau de circulation, ou      fossé latéral. Mais l'absence de mobi-
en cercueil de bois, avec un dépôt de céra-     du village de Soulosse, l'ancien vices et        bien de couches de recharge pour              lier archéologique n'a pas permis de
miques pour chacun. Ces inhumations             castrum de Solimariaca.                          rehausser la voie en plusieurs étapes au      préciser une chronologie pour toutes           ►
Archéopages n°4 • Juillet 2001
▪   ces unités stratigraphiques. Aucun fossé     le terrain naturel est presque plan et       matériaux calcaires au mètre linéaire          semble-t-il, la surface de circulation
    latéral à la voie n'a été trouvé de chaque   que les talus latéraux sont presque iden-    pour constituer un tel ouvrage visible         antique réduite à moins de 3 m sans
    côté, la voie et les talus étant suffisam-   tiques. Létat de conservation de cette       dans cette conformation sur environ            vraiment l'éroder. Cette voie est connue
    ment surélevés pour éliminer les pro-        voie est remarquable et certainement         3 km (20 000 m3 au km). Une cou-               sur la Table de Peutinger et repérée au
    blèmes de drainage. Au niveau de la          dû à la solidité de la réalisation du sys-   verture de terre végétale ancienne, de         niveau du virus de Solimariaca avec la
    deuxième coupe, longue de 24 m, on           tème drainant interne et au compac-          surface et sur les talus, révèle que la voie   découverte de deux bornes milliaires
    retrouve quasiment les mêmes consta-         tage des matériaux accumulés pour            antique a été durablement recouverte           dédiées à Flavius Crispus et à Flavius
    tations et les mêmes valeurs de largeur      bâtir ce chemin-talus. On a estimé qu'il     par une haie boisée après son abandon.         Claudius Constantinus.
    que pour la précédente, à ceci près que      faut compter en moyenne 20 m 3 de            Le chemin rural actuel emprunte,




                                                             7 MIDI—PYRÉNÉES 7
                Tarn (81)

    (astres
    ► PLACE DE LA 32E DIVISION D'INFANTERIE


      o Cause du chantier :                         o Équipe de recherche :                   • Description technique                        par une rue. Ce changement provoque
        Projet immobilier avec parking                P Caillat, F Collecte (topo),           Suite aux sondages d'évaluation de mai         une réorganisation du cimetière (dont
        souterrain.                                   S. Duchesne, J. Hernandez,
      o Aménageur :                                   V Geneviève (numismatique), M.-
                                                                                              2000, une fouille en milieu urbain a été       la partie septentrionale a été fouillée) et
        SEM.                                          H. Jamois, C. Landreau, L.-             réalisée sur 2 600 m2 d'emprise.               l'agrandissement du couvent. Détruit
      o Début de l'opération :                        A. Lelouvier, G. Pertusot, S. Puech,                                                   par les protestants, le couvent a été
        13/06/2000.                                   N. Schmutz, A. Vignet.
      0 Fin prévue :                                0 Suivi scientifique :                    ► Résultats                                    presque entièrement épierré. Une
        13/07/2001.                                   M. Bantre/SRA Midi-Pyrénées.            Les fouilles ont confirmé l'existence de       caserne de maréchaussée occupe cet
      o Contact :                                   o Collaborateurs : Q. Cases               l'aile orientale du couvent des Corde-         espace au s. Les tombes de la salle
        J. Catalo, 58, rue des Pavillons,             (sculpture)/univ. Paris i ; N. Portet
        81000 Albi.                                   (mobilier métal.)/doctorant unie de
                                                                                              liers dans sa configuration médiévale.         capitulaire et de la galerie du cloître des
      0 Responsable :                                 Toulouse ; labo. Archéologies           D'abord ceint d'un fossé, le couvent est       Cordeliers n'ont pu être fouillées dans
        Jean Catalo.                                  (radiographies pour restauration        intégré à l'agglomération à la fin du          le temps imparti.
      o Resp. de secteur :                            des objets); labo. Archéolabs
        P. Marlière (anthropo.).                      (datation radiocarbone) ;
                                                                                              xne s. La zone située entre les bâtiments
                                                      A. Rayssiguier et C. Viers/Cerac.       conventuels et le rempart est occupée




                                                   7 NORD—PAS—DE—CALAIS
                Nord (59)                                                                                                                    Ilargnies
                                                                                                                                             ► FÂCHE DE LA QUERSONNIÈRE
    {trceungt                                                                                                                                   o Cause du chantier :
    ► COUTURE DE LA PAIRÉE                                                                                                                        Construction du gazoduc "Les
                                                                                                                                                  Marches du Nord-Est ".
                                                                                                                                                0 Aménageur : GDF
                                                                                                                                                0 Début de l'opération : 01/12/2000.

      0 Cause du chantier :
                                                 ► Description technique                      ou " lingots " dans le remplissage des            o Fin prévue 31/12/2000.
                                                 Cette opération fait suite aux sondages                                                        o Contact : L. Blondiau, 518 rue
        Construction du gazoduc                                                               fosses. Le matériel céramique décou-                Saint-Fuscien, 80000 Amiens.
        " Les Marches du Nord-Est ".             réalisés (G. Billand/Afan) sur le tracé      vert a permis d'enrichir le corpus céra-          o Responsable : Lydie Blondiau.
      0 Aménageur :
        GDF
                                                 du gazoduc.                                  mique de la région ainsi que de com-              o Resp. de secteur : Isabelk CattedoU

      0 Début de l'opération :                                                                pléter les données de la diffusion de cer-        o Équipe de recherche :
                                                                                                                                                  É. Dubois, P. Dubois.
        01/12/2000.                              ► Résultats                                  taines productions. D'après les éléments          o Suivi scientifique : G. Fosse,
      o Fin prévue :
        31/12/2000.
                                                 Un décapage de 1 500 m' a permis de          découverts, nous supposons que cet                  D. Roger/SRA Nord-Pas-de-Calais.

      0 Contact :                                mettre au jour un établissement rural        établissement est occupé au cours du
        L. Blondiau, 518 rue Saint-Fuscien,      antique. Ce dernier doit appartenir au          s. et au début du in' s.                    ► Description technique
        80000 Amiens.
                                                 vicus Duronum mentionné sur l'itiné-                                                        Cette opération fait suite aux sondages
      o Responsable :
        Lydie Blondiau.                          raire d'Antonin. La présence de la voie                                                     réalisés (G. Billand/Afan) sur le tracé
      o Équipe de recherche :                    romaine, l'axe Bavay-Reims, mais éga-                                                       du gazoduc.
        R. Debiak, É. Dubois, P Dubois,
                                                 lement la proximité d'une source et d'un
        D. Gaillard, J.-M. Lemaitre,
        J.-P. Roussel, Y Créteur (topo.),        petit ruisseau ont favorisé cette implan-                                                    - Résultats
        R. Clotuche (étude céram.).              tation de type mansio ou village mar-                                                       Un décapage de 1 200 in' a permis de
      0 Suivi scientifique   :                   ché. Des fosses, des trous de poteau,                                                       mettre au jour un établissement rural
        G. Fosse, D. Roger/SRA Nord-Pas-
        de-Calais.                               des fossés et une mare ont été retrou-                                                      antique de type ferme indigène (fosses,
                                                 vés. La particularité réside dans la pré-                                                   fosses planchéiées, trous de poteau, fos-
                                                 sence de scories, de barres de métal brut                                                   sés parcellaires).

                                                                                                                                                            Juillet 2001 • Archéopages n'4
                                                            NORD—PAS—DE—CALAIS
Larouillies                               r\ •   La Longueville                                 s     Saint Hilaire sur Helpe                    ANT

► ENTRE LES DEUX CHAUSSÉES                       ► LE CHAMP DE L'ÉPINETTE                             ► LA GARDE DE DOMPIERRE
                                                                                                                                                        s   Description technique
      0 Cause du chantier :                            o Cause du chantier :                             o Cause du chantier :                         Cette opération fait suite aux sondages
        Construction du gazoduc                          Construction du gazoduc                             Construction du gazoduc
        "Les Marches du Nord-Est ".                      "Les Marches du Nord-Est ".                         " Les Marches du Nord-Est ".
                                                                                                                                                       réalisés (G. Billand/Afan) sur le tracé
      0 Aménageur : GDF                                0 Aménageur : GDF                                 0 Aménageur :                                 du gazoduc.
      0 Début de l'opération : 01/12/2000.             0 Début de l'opération : 01/12/2000.                  GDF
      0 Fin prévue : 31/12/2000.                       o Fin prévue : 31/12/2000.                        0 Début de l'opération       :

      0 Contact :                                      o Contact : L. Blondiau, 518 rue                      01/12/2000.                               ••• Résultats
        L. Blondiau, 518 rue Saint-Fuscien,              Saint-Fuscien, 80000 Amiens.                    0 Fin prévue :                                Un décapage de 607 m 2 a permis de
        80000 Amiens.                                  0 Responsable : Lydie Blondiau.                       31/12/2000.                               mettre au jour une petite nécropole à
      0 Responsable :                                  o Équipe de recherche : D. Gaillard,              0 Contact :
                                                                                                                                                       incinération de cinq tombes datées du
        Lydie Blondiau.                                  J.-M. Lemaitre, .1.-P. Roussel.                     L Blondiau, 518 rue Saint-Fuscien,
      o Équipe de recherche :                          0 Suivi scientifique : G. Fosse,                      80000 Amiens.                                s. Le choix d'implantation de ce gise-
        É. Dubois,      Roussel.                         D. Roger/SRA Nord-Pas-de-Calais.                0 Responsable     :                           ment, à la croisée d'une voie romaine
      o Suivi scientifique : G. Fosse,                                                                       Lydie Blondiau.                           et de l'Helpe majeure, est judicieux. Le
        D. Roger/SRA Nord-Pas-de-Calais.                                                                 0 Resp. de secteur       :

                                                 ► Description technique                                     Isabelle Catteddu.                        mobilier issu de ces incinération est
                                                 Cette opération fait suite aux sondages                 o   Équipe de recherche      :                exclusivement de la céramique gallo-
•••   Description technique                                                                                  É. Dubois, P Dubois, D. Gaillard,         belge de provenance locale, bien qu'au-
Cette opération fait suite aux sondages          réalisés (G. Billand/Afan) sur le tracé                           Lemaitre, .1.-P. Roussel,
                                                 du gazoduc.                                                 R. Clotuche (étude céram.),               cun atelier ne soit connu à proximité.
réalisés (G. Billand/Afan) sur le tracé
                                                                                                             Y Créteur (topo.).                        12 découverte de ces sépultures apporte
du gazoduc.                                                                                              o Suivi scientifique     :                    de nouvelles informations sur le mobi-
                                                 ► Résultats                                                 G. Fosse, D. Roger/SRA Nord-Pas-
                                                                                                                                                       lier du sud de la Nervie dont cette par-
► Résultats                                      Un décapage de 1 330 m 2 a permis                           de-Calais.
                                                                                                                                                       tie n'a fait que très peu l'objet de fouilles
Un décapage de 1 500 in 2 a permis de            de mettre au jour un établissement
                                                                                                                                                       archéologiques.
mettre au jour un petit établissement            rural antique de type ferme indigène
rural antique (fosses, trous de poteau,          (fosses, trous de poteau, fossés, mare
fossés, mare).                                   empierrée...).



      Pas-de-Calais (62)
                                                                     PROVENCE—ALPES—CÔTE D'AZUR
Blendeques
•     LE Bois RICHEBÉ

      0 Cause du chantier :
        Construction d'une clinique.
                                                         Bouches-du-Rhône (13)
      0 Aménageur    :

        SCI des Pipiers.
      0 Début de l'opération : 13/11/2000.
      0 Fin prévue : 03/02/2001.
      o Contact :
                                                 Les Baux-de-Provence                           MÉD
                                                                                                MOD

        L Sauvage, base Afan, 518, rue           ► LE CHÂTEAU
        Saint-Fuscien, 80000 Amiens ;
        tél. : 03 22 45 70 46 ;
        sauvagedel@wanadoo.fr
      o Responsable : Laurent Sauvage.
                                                       0 Cause du chantier :
                                                                                                      Une première équipe de 2 personnes               puis d'une salle couverte en berceau.
      0 Équipe de recherche :                                                                         est intervenue pendant une semaine en
        P Bura, N. Boucneau, M. Canonne,
                                                         Dégagements et restauration                                                                   Lune et l'autre ont fait l'objet de divi-
        B. Coquelle, J.-M. Favier,
                                                         d'espaces pour ouvrir de nouveaux            novembre 2000 pour relever et analy-             sions successives avec des modifica-
                                                         secteurs au circuit touristique.
        P Ladureau, J.-C. Routier,
                                                       0 Aménageur :
                                                                                                      ser certaines maçonneries préalable-             tions dans les circulations. Peu d'élé-
        C. Benoit et Y Creteur (topo.),                                                               ment à leur réfection. Une seconde
      o Suivi scientifique   :
                                                         MH.                                                                                           ments permettent pour le moment de
        Y Desfossés/SRA Nord-Pas-de-                   0 Début de l'opération     :                   équipe de 2 personnes est intervenue             dater ces états. Par contre, le nettoyage
                                                         11/2000.
        Calais.                                                                                       pendant 3 semaines en janvier 2001               des secteurs décaissas en 1993 sans sur-
                                                       0 Fin prévue :
                                                         03/2001.                                     pour la surveillance du décaissement             veillance archéologique montrent que,
 s     Description technique                           o Contact :                                    des remblais d'une grande salle. A cette         par endroits, le bâti ne repose pas direc-
                                                         O. Maufras, 17, rue du Portalet,
Fouille extensive (1,5 ha) suite à un dia-               30190 Saint-Chaptes ;
                                                                                                      occasion, les maçonneries et la strati-          tement sur le rocher mais sur des rem-
gnostic (M. Barré, printemps 2000) et                    tél. 06 85 43 28 91;                         graphie des remblais ont été analysés            blais et que les tranchées de construc-
à une évaluation (N. Souppart, été                       odile.maufras@wanadoo.fr                     pour préciser la forme des différents            tion y sont conservées.
2000), avant construction du projet                    o Responsable :
                                                         Odile Maufras.
                                                                                                      états des espaces nord-occidentaux du
d'aménagement.                                         o Équipe de recherche :
                                                                                                      château médiéval et moderne.
                                                         P Chapon (dessin), D. Rollin
                                                         (dessin, info.), F Parent (céramo.).
► Résultats                                                                                           ► Résultats
                                                       o Suivi scientifique   :
Fouille d'un établissement rural occupé                  C. Landuré/SRA Provence-Alpes-               Cette intervention a permis d'observer
du F' au id s. ap. J.-C. Deux états prin-                Côte-d'Azur.                                 les vestiges de deux états antérieurs à
cipaux ont été mis en évidence. Aucune                                                                la phase principale de construction du
occupation antérieure n'a été reconnue.          •••   Description technique                          château et de son donjon au mn' s. Les
Aucune occupation postérieure jusqu'à            Opération de surveillance de décaisse-               vestiges castraux antérieurs au xne s.
l'époque moderne (aménagements par-              ments et d'analyses ponctuelles du bâti              n'étaient jusqu'à présent attestés sur le
cellaires) n'a été observée. Le plan du          sur le château des Baux-de-Provence                  site que dans la chapelle Sainte-Cathe-
second état d'occupation est relative-           dans le cadre d'un projet de restaura-               rine. Par ailleurs, on cerne mieux doré-
ment complet bien que passablement               tion et d'aménagement de circulation                 navant la succession au nord-ouest du
dégradé.                                         mené par les MH (M. Botton, ACMH).                   château d'une grande salle à arcades

Archlopages n•4 • Juillet 2001
                                         PRÉ

Gardanne                              PROTO
                                        ANT
                                                                                                               PAYS—DE—LA—LOIRE
• ZI AVON


    0 Cause du chantier :                        ► Résultats
      Extension de la zone industrielle.         La fouille faisait suite à une campagne         Loire-Atlantique (44)
    0 Aménageur :
      Société d'économie mixte de
                                                 d'évaluation (P. Boissinot) qui avait
      l'agglomération de Gardanne.
    o Début de l'opération : 05/02/2001.
                                                 permis la découverte d'une occupation
                                                 datée du Néolithique moyen. Trois silos
                                                                                                Guérande    —     ENSEMBLE DU TERRITOIRE COMMUNAL                                 TOUTES

    o Fin prévue : 04/03/2001.
    o Contact : A. Hasler, 27 boulevard
                                                 et un ensemble de trous de poteau, ne
      Guynemer, 30400 Villeneuve-les-            dessinant aucun plan cohérent, se rap-            0 Cause du chantier   :
                                                                                                                                             ► Résultats
      Avignon ; tél. : 04 90 25 79 99.           portent à cette occupation. L'examen                Établissement d'une carte               Si cette dernière phase n'a pas fait l'ob-
    o Responsable : Anne Hasler.
                                                 du mobilier céramique autorise une                  archéologique détaillée.                jet de sondages de vérification sur des
    o Équipe de recherche :                                                                        0 Début de l'opération : 08/2000.
      J.-L. Charlot, C. Jorda                    attribution au Chasséen récent. Un                o Fin prévue : 02/2001.
                                                                                                                                             parcelles constructibles, l'utilisation des
      (géomorpho.), M. Maurin, N. Nin,           autre secteur du chantier a révélé                o Contact : C. Devais, Afan,              autres moyens d'investigation (lecture
      R. Pasquini, A. Richier, B. Sillano.
                                                 diverses structures en creux (cuvettes,             6, rue Monteil, 44000 Nantes ;          des clichés aériens au 1/5 000, pros-
    o Suivi scientifique :                                                                           tél. : 06 71 04 59 71.
      J. Buisson-Catil, C. Landuré/SRA           trous de poteau). Les tessons récoltés            o Responsable : Christophe Devais.
                                                                                                                                             pections, recherches en archives,
      Provence-Alpes-Côte-d'Azur.                au niveau du décapage semblent pou-               o Équipe de recherche :                   enquêtes orales) a permis d'engranger
                                                 voir être attribués au début de l'âge du            S. Leray (prospection, traitement       une trentaine de nouvelles références
                                                                                                     informatique des données), D. Prost
•   Description technique                        Bronze. Enfin, des traces agraires                  (dessin).
                                                                                                                                             archéologiques devant s'ajouter aux 120
Ouverture de quatre décapages couvrant           d'époque antique ont été repérées sur             o Suivi scientifique :                    sites déjà recensés sur la commune.
une superficie totale de près de 2 300 m 2   .   l'ensemble du terrain.                              L. 011ivier/SRA Pays-de-la-Loire.       Lachèvement de ces recherches devrait
                                                                                                                                             permettre la réalisation d'une synthèse
                                                                                                ► Description technique                      du site de Guérande pris globalement,
                                         ANT
                                                                                                Troisième et dernier volet d'une étude       dont la chronologie s'étend sans hiatus
                                                                                                entamée en 1996. Bien que concernant         du Mésolithique à l'époque moderne.
Saint-Andiol                            Mto
                                        Moo                                                     l'ensemble du territoire communal, la
► ÉGLISE SAINT-VINCENT
                                                                                                dernière campagne a porté principale-
                                                                                                ment sur la partie nord de Guérande,
                                                                                                la moins connue jusqu'ici.
                                                 de fixation de l'habitat médiéval, à l'ori-
    o Cause du chantier :
      Mise en place d'un drain
                                                 gine du village moderne. Dans les son-
      périphérique.                              dages, le substratum géologique est
    o Aménageur :                                atteint à 60-70 cm de profondeur sous                    Sarthe (72)
      Commune et MH.
    O Début de l'opération :
                                                 le sol actuel. Il est recouvert par un hori-                                                                                        PRÉ
                                                 zon limoneux de 30 à 60 cm d'épais-
      06/11/2000.
    o Fin prévue :                               seur, drainant des artefacts brassés :         kommoy        -   LES TRUBERDIÈRES
                                                                                                                                                                                   PROTO
                                                                                                                                                                                     ANT
      17/11/2000.
    o Contact :
                                                 éclats de silex, céramique gallo-romaine.
      R. Themot, base Afan, Bât. Le              Les aménagements mis au jour, issus                                                         des traces de production, des scories,
      Mozart, 24 av. de la Grande-               des périodes allant de l'Antiquité au             o Cause du chantier :                     attribuables à la fin de l'âge du Fer ou
      Bégude, 13770 Venelles ;
      tél. : 04 42 54 25 23;
                                                 Moyen Âge et jusqu'à la période                     Aménagement d'une ZAC.
                                                                                                                                             au début de la période gallo-romaine,
                                                                                                   o Aménageur
      afan.base.venelles@wanadoo.fr              moderne, se juxtaposent en surface de                            :

                                                                                                     Communauté de communes de               qui ont été mises en évidence, mais les
    o Responsable :                              cette couche anthropisée, faiblement                " l'Orée de Bercé-Bélinois ".           artefacts liés à cette activité apparais-
      Robert Themot.
    o Équipe de recherche :
                                                 recouverte. Une fosse, contenant des              o Début de l'opération : 20/07/2000.
                                                                                                                                             sent en position secondaire et la possi-
                                                                                                   o Fin prévue : 19/12/2000.
      F Audouit (topo., info.),                  fragments de céramique sigillée sud-                                                        bilité qu'ils soient liés à la présence
                                                                                                   0 Contact :
      X. Chadefaux (PAO), J.-C. Meffre           gauloise, a été vue devant la façade ouest          S. Vacher, 5 rue d'Aligre, 17 230       d'une voie semble, dans l'état actuel de
    o Suivi scientifique :
                                                 de l'église. La période médiévale est               Marans ; tél. : 06 71 04 59 73.
                                                                                                                                             nos connaissances, la plus plausible. Le
      C. Landuré/SRA Provence-Alpes-
      Côte-d'Azur.                               caractérisée par la présence de sépul-            o Responsable :
                                                                                                                                             matériel lithique, présent sur les indices
                                                                                                     Stéphane Vacher.
                                                 tures en coffre de pierre ou en pleine            o Équipe de recherche :                   de sites des Truberdières 2, 3 et 4, est
go- Description technique                        terre réparties sur les trois côtés son-            F Le Boucher, F Melec (topo.).
                                                                                                                                             constitué essentiellement de mobilier
                                                 dés. Parmi ces inhumations, celle d'un            o Suivi scientifique :
Réalisation de 6 sondages dans l'em-                                                                 A. De Saulce/ SRA Pays-de-la-           en silex, les pièces découvertes ne per-
prise du drain projeté, représentant             nouveau-né et d'un enfant sont à signa-             Loire.                                  mettant pas actuellement de définir une
27 m2 de surface, soit 45 % de la sur-           ler, posant le problème de la vocation                                                      attribution chronologique précise
face affectée par le projet.                     du cimetière. De puissantes fondations         ► Description technique                      (Paléolitique, Néolithique). Dans les
                                                 ont été dégagées au sud, probablement          La future ZAC (19 ha) s'inscrit dans un      trois secteurs où des concentrations
• >- Résultats                                   associées au prieuré évoqué dans les           projet plus vaste regroupant trois ZAC       significatives ont été découvertes, des
Le potentiel archéologique de la com-            textes. Eorientation de ces murs, reprise      à proximité de la voie d'accès à l'auto-     structures ont été mises en évidence. Il
mune de Saint-Andiol est mal connu.              par le mur gouttereau sud et le clocher        route A28.                                   s'agit de trous de poteau, de fosses, de
Situé dans la plaine de la Durance et            de l'église, semble expliquer la dissy-                                                     fossés droits à interruption (Les Tru-
marqué par la présence de marais, le             métrie du plan de celle-ci, attestant de       ► Résultats                                  berdières 2) et d'enclos circulaires (Les
secteur a livré des indices d'occupation         phases de construction successives de          La première phase de sondage a révélé        Truberdières 4). Sur ce dernier indice,
antique au nord-est du village actuel.           l'ensemble. La fonction cémétériale            quatre indices de sites et de nombreux       nous sommes en présence d'au moins
Deux itinéraires anciens (médiévaux et           semble abandonnée avant la fin du              sondages positifs caractérisés soit par      3 enclos funéraires attribuables, par leur
probablement antiques), liés au fran-            Moyen Âge, période à laquelle l'église         de petites quantités de matériel, essen-     taille d'environ 5 m de diamètre, à la
chissement de gués sur la rivière (Bom-          est fortifiée. La construction de cha-         tiellement lithique, soit par des struc-     fin de l'âge du Bronze ou au début du
pas et Cavaillon), se croisent près de           pelles latérales et d'une sacristie, entre     tures isolées. Le fort potentiel archéo-     Hallstatt.
l'église Saint-Vincent. Celle-ci, datée de       le début de la période moderne et le           logique, déjà connu en raison des nom-       L'extension du site de l'étang du Cru-
la fin du xir s. et fortifiée au mye s., est,    >tue s., modifie la volumétrie initiale en     breux indices de sites appréhendés à         chet, fouillé lors des travaux de l'auto-
à l'origine, une église prieurale, fondée        empiétant sur les vestiges de l'occupa-        proximité de la zone d'intervention, a       route A28, n'était pas accessible et sera
par les bénédictins de Saint-Victor de           tion médiévale.                                été confirmé. Pour la métallurgie du fer,    sondée lors de la deuxième phase d'in-
Marseille. Le prieuré a constitué le point                                                      indice de site des Truberdières 1, ce sont   tervention.

                                                                                                                                                            Juillet 2001 • Archéopages n°4
Ce)
                                                                     PAYS—DE—LA—LOIRE
                Vendée (85)

      (ommequiers                                                                                                                                       la Gaubretière
      • LA GÎTE                                                                                                                                         ► ROUSSELIÈRE

         o Cause du chantier :                                                                                                                             o Cause du chantier :
           Station de lagunage des " Pierres        •    Résultats                                      tiellement conservé. L'ensemble des                  Construction de l'autoroute A87.
           Folles " en relation avec un abattoir    Le site a été découvert lors d'une pros-            structures localisées dans ce potentiel            o Aménageur : ASE
           de volailles.                                                                                                                                   0 Début de l'opération : 05/02/2001.
         0 Aménageur :
                                                    pection mécanique par sondages. Il                  enclos lors de la prospection ne permet            o Fin prévue : 03/03/2001.
           SA Peridy.                               s'agit de structures formant deux                   pas de définir une organisation attri-             o Contact : A. Valais, 9, rue Volney,
         0 Début de l'opération :                   ensembles distincts. Le premier cor-                buable à un schéma classique. De plus,               53200 Château-Gontier;
           19/09/2000.                                                                                                                                       tél.: 02 43 07 60 99.
         0 Fin prévue :
                                                    respond à l'angle nord-est d'un enclos              la présence de mobilier gallo-romain en            o Responsable :
           27/09/2000.                              de type ferme indigène ; son étendue                petite quantité dans certaines structures            Alain Valais.
         0 Contact :                                sur l'emprise est de 1 400 m 2 . Le maté-           pourrait indiquer un déplacement du                o Équipe de recherche :
           S. Vacher, 5 rue d'Aligre, 17 230                                                                                                                 F. Doucet, F Guérin, F. Mercier;
           Marans ; tél. : 06 71 04 59 73.
                                                    riel associé permet de le dater de la fin           site dans le temps vers cette zone. Le               C. Rumiano.
         0 Responsable :                            de l'occupation de La Tène moyenne à                matériel regroupe 373 artefacts, notam-            o Suivi scientifique :
           Stéphane Vacher                          finale ; une création plus ancienne pour            ment 319 tessons de céramique indi-                  SRA Pays-de-la-Loire.
         o Équipe de recherche :
                                                    la mise en place de l'établissement ne              gène mais aussi 33 fragments d'am-
           O. Ezzano, P Leblanc (topo.).
         o Suivi scientifique :                     peut pas étre rejetée. Le second                    phore, 10 tessons gallo-romains, 4 frag-        ► Description technique
           P Lenoble/SRA Pays-de-la-Loire.          ensemble regroupe des structures ne                 ments d'os et 2 objets en pierre.               Évaluation d'un indice de site repéré en
                                                    présentant pas une organisation aussi                                                               prospection mécanique.
      ► Description technique                       claire que l'ensemble précédent. Il peut
      Station d'épuration s'étendant sur            s'agir d'un enclos doublé sur son côté                                                              ► Résultats
      2,1 ha à proximité d'un dolmen de type        sud-ouest par une voie de circulation,                                                              Réseau fossoyé de La Tène et quelques
      angevin.                                      un talus ou un niveau d'occupation par-                                                             structures en creux du haut Moyen Âge.




                                                                                        PICARDIE 7"
                   Oise (60)

      Verneuil-enlaidie                LA PETITE REMISE                                      PROTO



         0 Cause du chantier :                          0 Responsable :                                 ► Résultats                                     ensuite le tamiser. Cette technique per-
           Aménagement d'un parc                          Stéphane Gaudefroy.                           La nécropole a été décapée sur une sur-         mettra de reconnaître la répartition des
           technologique (Alata).                       o Équipe de recherche :                         face de 900 m2 afin d'en reconnaître les        ossements dans chaque structure. Ces
         0 Aménageur :                                    P. Hébert.
           Syndicat technologique Alata.                o Suivi scientifique :                          limites. Au total, 13 tombes ont été décou-     ossements représentent à chaque fois une
         o Début de l'opération :                         M. Le Bolloch/SRA Picardie.                   vertes. Il s'agit de petites fosses d'environ   petite partie des restes incinérés. Une seule
           05/02/2001.
                                                                                                        1 m de diamètre qui contiennent                 tombe est une urne funéraire.
         o Fin prévue :
           16/02/2001.                              ► Description technique                             quelques esquilles d'os brûlés jetés en vrac
         0 Contact :                                l'intervention fait suite à la découverte d'une     avec un sédiment cendreux. La fouille a
           S. Gaudefroy, base Afan, 526, rue        nécropole à incinérations au cours de son-          consisté à prélever l'ensemble du sédi-
           de Lombards, 60680 Le Fayel ;
           tél.: 03 44 37 02 93.                    dages réalisés sur une surface de 13 ha.            ment par paves de 5 cm d'épaisseur pour




                                                                   POITOU—CHARE\ TES
              Charente (16)

      (haSSenon       ► LOTISSEMENT          LES ACACIAS                                          ANT



         o Cause du chantier :
                                                                                                                                                        ► Description technique
                                                        o Responsable :                                      Poitou-Charentes.
           Construction d'un lotissement.                 Frédéric Veyssière (info.).                      o Collaborateurs :                           Lopération archéologique s'est dérou-
         o Aménageur : Commune.                         o Équipe de recherche :                              F Blanchet/SRA Poitou-Charentes ;          lée en deux temps : une première phase
         o Début de l'opération : 15/01/2001.             J.-F. Deschamps (lavage et                              Morisson (numismate);                 d'évaluation archéologique, suivie
         o Fin prévue : 29/01/2001.                       conditionnement du mobilier),                      F Moulin (médiatrice du
         o Contact :                                      C. Fondeville (topo., info.), W. O'yl              patrimoine)/Conseil général de la          immédiatement par une fouille de sau-
           F. Veyssière, 31, Les Mirabelles,              (topo.), C. Souiller.                              Charente ;      Perrin (prosp.             vetage. tévaluation archéologique a été
           31140 Launaguet.                             o Suivi scientifique :                               aérienne); C. Vemou (étude du              menée par une équipe de deux per-
                                                          J.-E. Baratin, V Dujarilin/SRA                     mobilier).
                                                                                                                                                        sonnes durant une semaine et renfor-


  o   Archéopages n°4 • Jullet 2001
cée le dernier jour par un topographe.       a été limitée à une semaine avec une         grandes voies de communication, et un              pondre à une portion de voirie orien-
Cette équipe a effectué le suivi des déca-   équipe de deux personnes et une jour-        sanctuaire gallo-romain, à l'origine               tée nord-ouest/sud-est, a été installé
pages de la voirie du lotissement (envi-     née de topographe.                           d'une agglomération secondaire. Deux               dans le courant du er s. puis abandonné
ron 1 000 m2) et les sondages archéo-                                                     ensembles de structures (petits fossés             à partir de la seconde moitié du le s. Le
logiques. À l'issue de cette évaluation      ► Résultats                                  et empierrement) ont été mis au jour.              mobilier céramique, relativement
archéologique positive, le service régio-    Le contexte archéologique antique de         Les quatre petits fossés, éléments de              important, témoigne d'une occupation
nal de l'Archéologie a décidé de mettre      la commune est très riche. Chassenon         parcellaire et/ou de drainage antique,             sur place ou à proximité immédiate.
en place une fouille de sauvetage            antique, le Cassinomagus de la Table de      sont situés dans la partie méridionale
urgente, mais avec des moyens                Peutinger, était à la fois une bourgade      et orientale de la parcelle. Un aména-
minimes : l'intervention sur le terrain      routière, située à l'intersection de         gement empierré, pouvant corres-



SOYdUX • LA COMBE DU BRESSOUR                                                      ANT


   0 Cause du chantier :                     tiques a été menée sur une tranche du        rement bien délimité, du côté du talus,                   s av. J.-C.), sans plus de préci-
     Contournement est d'Angoulême.
   o Aménageur :
                                             contournement est d'Angoulême, soit          par de gros blocs. La mise en place de             sion. Ce tracé antique, orienté nord-
     Conseil général.                        3,5 km à sonder. Un seul site a été          cette voie a impliqué le recoupage des             sud, est perpendiculaire à ce qui a été
   o Début de l'opération :                  localisé.                                    couches de colluvions déposées dans                identifié comme étant la voie romaine
     27/11/2000.
   o Fin prévue :
                                                                                          le vallon. La largeur totale du chemin             reliant Angoulême à Périgueux (l'ac-
     15/12/2000.                              • Résultats                                 est d'environ 6 m. La couche recou-                tuelle RD 939). Le chemin gallo-
   o Contact :                               La voie gallo-romaine longe le vallon        vrant la chaussée contenait de nom-                romain de la Combe du Bressour est
     A. Toledo i Mur, 14, rue du
                                             de la Combe du Bressour ; elle a été         breux fragments de tegulae et d'im-                un axe secondaire, partant de ce réseau
     Commet, 87000 Limours ;
     base.afan.limoges@wanadoo.fr            suivie sur 140 m de long. Laménage-          brices et quelques fragments céra-                 principal, qui permet de rejoindre le
   0 Responsable :                           ment comporte une seule couche de            miques dont un de céramique sigillée.              cours de l'Anguienne. Il est probable
     Assumpcio Toledo i Mur                  recharge dont l'épaisseur varie et atteint   Une fibule et une plaquette en bronze
   o Resp. de secteur :
                                                                                                                                             que cette voie vicinale desservait éga-
     F. Milor (géol.).                       par endroit 0,80 m. Côté ouest, elle         ainsi que des fragments céramiques                 lement des habitats ou des agglomé-
   o Suivi scientifique :                    s'appuie sur les couche de colluvion-        épars étaient piégés parmi les blocs de            rations dont nous ignorons à présent
     V Dujardin/SRA Poitou-Charentes.        nement préexistants, tandis que du           l'empierrement. Lensemble du mobi-                 la localisation.
                                             côté oriental, elle présente un profil       lier archéologique permet de situer la
• Description technique                      en talus. La chaussée, large de 2 m en       construction de la voie dans la four-
Une campagne de sondages systema-            moyenne, est formée par un empier-           chette chronologique du Haut-Empire




                                                                  RHÔNE-ALPES 7
          Drôme (26)
                                                                                                               Livron/Château de Livron
                                                                                                               Tour des Raspaux (mir s.).
Livroo                                MÊID
                                      Mou                                                                                        Cl. Afan.


• CHÂTEAU DE LIVRON


   o Cause du chantier :                     ► Résultats                                  la collégiale Saint-Prix, consacrée en
     Projet d'aménagement d'un jardin        Le château de Livron (daté du xiE s.)        1493 ; elle est localisée sur le côté ouest
     archéologique au pied du château        est situé sur un promontoire de cal-         du rempart, vraisemblablement en
     et réalisation de sentiers pédestres
     sur le site avec mise en valeur des     caire et domine la vallée de la Drôme        dehors du bourg primitif. La courtine
     remparts.                               d'une centaine de mètres. La fortifica-      sud, conservée très partiellement près
   0 Aménageur :                             tion urbaine (datée du mu' s.) englobe       de la tour des Raspaux, mesure envi-
     District aménagement du Val de
     Drôme et Commune.
                                             le château ainsi que le bourg primitif       ron 4 m de haut pour une largeur
   o Début de l'opération : 30/01/2001.      d'un rempart crénelé sur le pourtour         variant de 1,80 m à 2,50 m. Sur le flanc
   o Fin prévue : 05/02/2001.                est, ouest et nord et d'un rempart à         ouest, des portions de la fortification
   o Contact : M. Goy, Afan Rhône-
     Alpes-Auvergne, 12, rue Louis
                                             redans sur le flanc sud. Une seule tour      servent de murs de soutènement au
     Maggiorini, 69500 Bron ;                de l'enceinte médiévale est conservée,       cimetière actuel. À proximité du som-
     tél.: 04 72 14 16 60.                   la tour des Raspaux ou tour du Diable,       met du rocher, la base d'un mur semi-
   0 Responsable :
     Michel Goy.
                                             selon la tradition écrite du xixe s. Près    circulaire a été repérée. Cet élément
   o Suivi scientifique :                    de la tour des Raspaux, sur le côté est      pourrait appartenir au donjon médié-               château sen de garnison pour de nom-
     J. Tardieu/SRA Rhône-Alpes.             des fortifications, un fossé avait été       val ou à l'enceinte. Les différentes               breux régiments à la fin du xvr s. Une
                                             creusé pour assurer une meilleure            sources documentaires (fin xve-fin                 citerne est construite à cette époque
► Description technique                      défense à cette partie de la ville facile-   xvr s.) consultées apportent des ren-              pour le ravitaillement en eau, car les
Prospection pédestre sur le site de l'an-    ment accessible. Cité comme castrum          seignements tant sur la construction,              seuls points d'eau accessibles sont
cien château médiéval pour repérer les       en 1157, le château semble avoir eu          les moyens et la provenance des maté-              situés en dehors des remparts. Les for-
vestiges des remparts. Campagne pho-         pour origine une fondation épiscopale ;      riaux de construction, que sur les répa-           tifications sont consolidées à nouveau
tographique et analyse architecturale        il s'agit d'une résidence des évêques        rations effectuées sur les fortifications          après les guerres de religion entre 1582
des murs en élévation. En complément         comtes de Valence qui possédaient, en        de Livron. Forteresse protestante pen-             et 1590, puis l'enceinte urbaine est
de cette étude, une recherche docu-          1286, une aula episcopali à côté du          dant les guerres de religion, la ville subit       démolie à partir de 1623 sur ordre de
mentaire en archives a été réalisée.         donjon. 1:église ancienne en ruines est      un siège meurtrier en 1574-1575. Le                Louis XIII et le château est rasé en 1633.

                                                                                                                                                            Juillet 2001 •   Archeopages n'4
                                                                    RHÔNE—ALPES
            Rhône (69)

Anse                             PRE - PROTO
                                  ANT - MED    Saint-Priest
► LA CITADELLE                                 le- LES HAUTS DE FEUILLY, ZONE 1

   o Cause du chantier :                          0 Cause du chantier :
     Projet immobilier.                             Lotissement pavillonnaire.
   o Aménageur :                                  0 Aménageur :
     Francelot.                                     Société d'équipement du Rhône et
   0 Début de l'opération :                         de Lyon.
     28/11/2000.                                  0 Début de l'opération :
   0 Fin prévue :                                   13/09/2000.
     27/01/2001.                                  0 Fin prévue de l'opération :
   o Contact :                                      15/01/2001.
     C. Coquidé, base Afan, 12, rue               0 Contact :
     Louis-Maggioini, 69500 Bron.                   P. Jacquet, Afan Rhône-Alpes-
   o Responsable :                                  Auvergne, 12 rue Louis-Maggiorini,
     Catherine Coquidé.                             69500 Bron ;
   0 Équipe de recherche :                          pierrajacqueffilwanadoo.fr
     M. Guyon, J-J. Grizeaud (DAO),               0 Responsable :
     S. Saintot (étude céram.).                     Pierre Jacquet.
   o Suivi scientifique :                         o Équipe de recherche :
     R. Royet/SRA Rhône-Alpes.                      T Bouquin, C. Ettrich, L. Kuntz,
                                                    S. Saintot, R. Sirven, O. Franc
                                                    (géomorpho.).
 > Description technique                          o Suivi scientifique :                                                                     Saint-Priest/Les Hauts de
                                                                                             galets, couvrant plus de 1 200 m 2 , inter-
Évaluation d'une emprise de 13 ha                   J. Chastel/SRA Rhône-Alpes.                                                              Feuilly, zone 1
                                                  o Collaborateur :                          prétée comme une zone de rejet de
située sur le versant oriental des monts                                                                                                     Fosse F55 en cours de
                                                    R. March/CNRS, UMR 6566.                 vidanges de foyers domestiques. Une             fouille. Sur chaque éclat on
d'Or et la plaine de la Saône au nord de
                                                                                             zone de 180 m'a fait l'objet d'une fouille      trace une flèche indiquant la
Lyon.
                                                                                             et d'un relevé systématique (12 500 éclats      direction du nord, avant
                                                                                             de galets). Au centre de cette zone, un         prélèvement, numérotation
••• Résultats                                                                                                                                et conditionnement en
                                                                                             radier compact d'éclats constitue sans
Cette campagne a permis de mettre en                                                                                                         sachets individuels.
                                                                                             nul doute un aménagement volontaire.            Cl. P. Jacquet/Afan.
valeur l'important potentiel archéolo-
                                                                                             Sa relative imperméabilité et sa localisa-
gique de l'emprise où plusieurs sites,
                                                                                             tion en fond de cuvette en font un pos-         collaboration avec l'UMR 6566 du
de la Préhistoire au Moyen Âge, ont été
                                                                                             sible bassin de rétention d'eau, à usage        CNRS, en suivant un protocole destiné
mis au jour. Chronologiquement, on
                                                                                             indéterminé (abreuvoir à bétail ?).             à préparer une série d'analyses posté-
note : des témoins remaniés du Paléo-
                                                                                             — La transition Bronze final llb-Hallstatt      rieures : micromorphologie des com-
lithique supérieur qui s'insèrent dans
                                                                                             C, matérialisée par une batterie de cinq        blements, évaluation des températures
un relief ancien discordant avec l'ac-
                                                                                             fosses de combustion à pierres chauf-           et conditions de cuisson, nature des com-
tuel, une occupation néolithique
                                                                                             fantes, sans autre structure associée. Cette    bustibles, identification des denrées
conservée en bas de versant, une occu-
                                                                                             batterie présente de fortes similitudes         cuites... La fouille a été menée par passes
pation protohistorique indéterminée
                                                                                             avec nombre d'autres exemples régio-            mécaniques de 3-5 cm d'épaisseur, avec,
(âge du Bronze) en pied de versant, le                                       ,               naux se rapportant à cette même période.        à chaque étape, restitution graphique par
passage d'une voie antique (voie de            Saint-Priest/Les Hauts de                     Les fosses rectangulaires, partiellement        prise de vue numérique, prélèvement de
l'Océan ?) le long de l'actuelle route         Feuilly, zone 1
                                                                                             arasées, d'environ 1,60 m sur 1,10 m,           sédiment, relevé altimétrique et prélè-
nationale, un habitat contemporain de          Fosse F55 après fouille. La
                                                                                             ont des parois verticales et un fond plat.      vement individuel de tous les éclats de
cette voie, stratigraphié et bien conservé,    berme centrale, après relevé
                                               graphique, sera consolidée et                 Le comblement comprend une couche               galets Une berme centrale cruciforme a
et, enfin, un site rural médiéval en bout
                                               prélevée en vue d'analyses                    charbonneuse, une couche de galets ther-        été conservée puis déposée en fin de
de plateau. Divers aménagements de             micromorphologiques.                          mofractés et un comblement d'abandon            fouille. l'étude à venir aura pour objec-
l'espace rural ont de plus été observés        Dessin P. Jacquet/Afan.                       limoneux. Le terrain encaissant a subi          tif d'alimenter un certain nombre de pro-
depuis l'Antiquité, voire la Protohis-
                                                                                             une forte oxydation due à la combus-            blématiques liées à ces fosses : fonction,
toire.
                                               ► Description technique                       tion. La fouille de ces fosses s'est faite en   conditions d'utilisation, synchronie...
                                               Cette opération de fouille préventive
                                               fait suite à des sondages, réalisés en
                                               1999, qui avaient révélé la présence de
                                               vestiges protohistoriques dispersés sur
                                               une parcelle de 5 ha. Un décapage a été
                                               effectué sur plusieurs secteurs (surface
                                               totale : 6 500 m2) sur une profondeur
                                               moyenne d'1,20 m.

                                               ► Résultats
                                               Deux principales phases d'occupation
                                               ont été mises en évidence :
                                               — Le Bronze final I-11a, représenté par
                                               une vaste aire d'épandage d'éclats de



                                                Saint-Priest/Les Hauts de Feuilly, zone 1
                                                    Relevé planimétrique d'un niveau de
                                                   décapage de la fosse de combustion
                                                                 F55. Cl. P. Jacquet/Afan.



Arehéopages n°4 • Juillet 2001

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:22
posted:8/28/2011
language:French
pages:19