Introduction Vers la fin des années 80_ les industriels ont

Document Sample
Introduction Vers la fin des années 80_ les industriels ont Powered By Docstoc
					Introduction :


Vers la fin des années 80, les industriels ont lancé un nouveau produit : le téléphone portable.
Sans se soucier une seule seconde de ses effets sur la santé, leur seul objectif était de vouloir profiter
d’un nouveau marché économique gigantesque. Or, depuis la fin des années 90, les dangers de la
téléphonie mobile sont connus, scientifiquement prouvés par plusieurs centaines d’études, études qui
sont parfaitement connues des opérateurs, des industriels, et des gouvernements. La stratégie des
industriels, appuyés par les autorités publiques, est de dissimuler ces études au reste de la
population, et ce afin de profiter encore du marché. Pour se faire, les industriels, aidés par les
rapports officiels, nient en bloque toutes les évidences, rejetant systématiquement les études
gênantes, et rangeant les plaintifs dans la catégorie des malades psychologiques. La volonté des
autorités publiques, partout au travers du monde, est de ne surtout pas inquiéter la population sur
des spéculations, basées sur des études « peu fiables » car « critiquées » ou « ne faisant pas
l’unanimité ».


Tout comme pour le tabac et l’amiante, dont les effets néfastes furent connus dès les années 50 et
30, puis interdits seulement en 2007 et 1997 (Loi Evin), les téléphones portables et leurs réseaux ne
seront sans doute remis en question et modifiés que le jour où le coût généré par les problèmes de
santé publique surpassera le bénéfice des industriels. Et compte tenu de la très large diffusion de ce
produit, c’est une véritable catastrophe qui est à prévoir dans les années à venir, aussi bien en
termes de santé publique qu’en termes d’économie. Car c’est une véritable pollution qui s’est mise en
place avec ces produits, une pollution invisible, inodore, mais qui a de réels impactes sur la santé.
Alors que les bénéfices colossaux engendrés ainsi que le côté pratique du téléphone portable rendent
la quasi-totalité de la population aveugle à ces dangers, seul quelques rares groupes industriels ont
sentis le vent tourner, c’est notamment le cas des assureurs.
En effet, aujourd’hui, la quasi totalité des compagnies d’assurances, qui se sont sérieusement
penchée sur la question, refusent d’assurer les opérateurs, et ainsi de payer pour les conséquences à
venir. Donc en cas de procès aux opérateurs pour problèmes sanitaires, ceux-ci ne seront pas
couverts.
Mais plus graves, certaines mutuelles commencent à se pencher sur la question. Si l’arrivée de la
téléphonie de 3ème génération (baptisée UMTS), prévue pour 2007, provoque des cancers en série
plusieurs années après, et que ceux-ci ne sont pas remboursés à 100%, étant donné le coup de
traitement d’un cancer croisé avec la réalité de plus en plus concrète d’un effondrement de la sécurité
sociale, ce phénomène pourrait bien entraîner une croissance plus que significative du taux de
mortalité, que ce soit en France ou dans le monde entier.
__________________________________________________________________


Quelques données numériques et techniques :
En France, près de 4 français sur 6 utilise un portable. Voici les chiffres officiels des opérateurs :
Fin 1990 ------------------ 0,28 millions d’abonnés
Fin 1995 ------------------ 1,3
Fin 1996 ------------------ 2,46
Fin 1997 ------------------ 5,82
Fin 1998 ------------------ 11,21
Fin 1999 ------------------ 20,6
Fin 2000 ------------------ 29,68
Fin 2001 ------------------ 35,92
Fin 2003 ------------------ 42,2
Fin 2005 ------------------ 45,4
Fin 2006 ------------------ 47,2 en France ------------------ 2,6 milliards dans le monde .
2007 ---------------------- 48,92 en France ----------------- 3 milliards dans le monde .
En Grande-Bretagne, en avril 2006, le nombre d’abonnés est de 65,1 millions .
Aux USA, à la même date, il est de 208,2 millions .
Fin 2007 ------------------ Estimation de 3,6 milliards avec l’ouverture de la Chine sur ce marché .
Le marché des téléphones portables est donc un marché en expansion gigantesque, qui génère des
bénéfices colossaux de l’ordre de plusieurs centaines de milliards de dollars par ans, et les actions des
opérateurs ne sont pas prêtes de baisser de sitôt, sauf en cas de désastre sanitaire, ce qui pourrait
littéralement créer un nouveau crack boursier. Au-delà des risques sanitaires, c’est donc aussi notre
système économique international tout entier qui est lui-aussi mis en jeux par les dangers du
téléphone portable.
__________________________________________________________________


Les antennes relais :


Principe :
Pour fonctionner, un téléphone n'émet pas sur une distance suffisante. Il y a donc besoin d'une
antenne relais, en général située sur des immeubles ou sur des pylônes de 30 à 40 mètres de
hauteur. Et des antennes relais, en France, il y en a plus de 33 000 début 2006. Il y en a plusieurs au
même endroit, car les opérateurs se chamaillent et ne veulent pas prêter leur réseau. Chacun a donc
décidé de créer son propre réseau GSM, il y a donc 3 opérateurs, et 3 types d'antennes (900 MHz, 1,8
GHz, et UMTS) = 9, et chaque antenne est triangulaire car faîte de 3 émetteurs = 3x9 = 27, ce qui
augmente d'autant le nombre d'antennes, et donc l'intensité des radiations.
Ces antennes communiquent soit directement, soit par satellite, avec un serveur téléphonique, une
sorte d'ordinateur spécial qui s'occupe d'orienter l’appel vers un satellite, une autre antenne relais, un
autre téléphone, et si l'appel n'aboutie pas, ce serveur stocke le message sur une section mémoire,
celle-ci constituant votre répondeur. Lorsque l’on approche son portable près d’un dispositif qui
traduit les ondes électromagnétiques en ondes sonores, comme des enceintes ou des écouteurs, l’on
peut entendre des petits bips. Ces bips sont dus à l'envoi et à la réception d'ondes
électromagnétiques avec l'antenne relais. L'onde émise de l'antenne relais au portable est appelée «
onde porteuse ».
L'antenne relais oriente et dirige le faisceau de l'onde porteuse toujours en direction du portable, elle
n’émet pas de manière sphérique mais de manière conique triangulaire, ce qui permet une grosse
économie d'énergie. Pour se faire, l’antenne relais garde donc un contact permanent avec le
téléphone portable tant que celui-ci est allumé et dans une zone captant le réseau. Emplacement des
antennes : http://www.anfr.fr/ (Base de données --> Cartoradio)
Lors d’un déplacement, c'est le changement d'antenne relais qui provoque souvent des coupures.
C’est le cas lorsqu'on téléphone dans un train.
Lorsque le portable est allumé, entre dans une zone de réseau, ou n’est pas dans une zone de réseau,
il émet à intervalles régulières des ondes très fortes afin d’ « appeler » l’antenne relais la plus proche.
L’intensité diminue ensuite lorsqu’il est en liaison avec l’antenne. Il enverra ensuite toutes les 3 à 5
minutes des impulsions afin de signaler les changements de position.
En pratique donc, les films dans lesquels les bandits se cachent ne sont pas réalisables réellement,
car n'importe qui ayant sur lui un téléphone portable allumé peut-être localisé sur quelques mètres
près à tout moment.
C'est la recherche à haute intensité d'une antenne relais non présente qui provoque des perturbations
des instruments de bords dans les avions ainsi que dans les hôpitaux dont on a éloigné les antennes.
Les micro-ondes entrent alors en conflits avec les champs électromagnétiques des puces
électroniques, et peuvent provoquer le dérèglement des appareillages de positionnement, ou des
appareils de réanimation.


Time-Division Multiplexing :
Une antenne peut émettre plusieurs ondes porteuses (selon sa taille jusqu'à plusieurs centaines), et
chaque onde porteuse peut traiter jusqu'à 8 portables en même temps : le téléphone portable est
donc en attente les 7/8ème du temps, mais comme cela va très vite, l’oreille humaine ne réalises rien
et perçoit une conversation continue.
Ce système de traitement de 8 portables les uns après les autres s'appelle le time-division
multiplexing, ou multiplexage temporel en français. Il existe 2 normes de protocole informatique de
communication concernant les portables :
GSM pour l'Europe, et ANSI-41 pour les USA. Donc en France, on parle de réseau GSM.
Ces normes sont des protocoles électrotechniques qui permettent de gérer les appels, le codage
numérique des données analogiques, les réorientations vers les antennes, voir le transit par satellites,
la mise en attente et le stockage des messages répondeurs, etc. Ces 2 normes utilisent le
multiplexage temporel, on parle d’ « ondes pulsées ».
Et ces ondes pulsées ont des effets bien plus dangereux que les ondes continues.


Des antennes relais en infraction :
Actuellement, les installations des opérateurs de téléphonie mobile sont pour un peu plus de 50% en
infraction totale avec la loi :
Infraction avec le Code de l’Urbanisme
Infraction avec le plan d’occupation des sols
Infraction avec le Code des postes et télécommunications
Concrètement, cela se traduit :
- par l’absence de déclarations de travaux lors de la construction des pylônes afin d’éviter toute
protestation,
- par une violation du plan d’occupation des sols qui met un plafond à 8 mètres de haut sur certaines
zones habités, alors que les antennes en font 30 à 40,
- par le non respect de certaines prescriptions de la DIREN qui autorise 35 mètres maximums,
50% des antennes relais sont reconnus par la justice comme étant à 100% en infraction totale avec
la loi. Tout le démontre, les enquêtes de gendarmerie, les commissions d’experts, toutes les
personnes auditionnées. Comment réagissent les opérateurs ?
Ils utilisent 2 moyens qui ont faits leurs preuves : l’usure, et l’argent.
En premier lieu, les opérateurs interjettent systématiquement appel à chaque décision de justice
insatisfaisante et utilisent la lenteur inhérente au système pour gagner du temps.
En second lieu, les procureurs, malgré les charges accumulés, classent mystérieusement toutes les
affaires d’antennes de téléphonie comme « sans suite ».
Bon nombre de maires ont pris des arrêtés municipaux afin d’encadrer l’implantation de ces antennes,
mais ces arrêtés ont mystérieusement tous été cassés par les tribunaux jusqu’ici. Environ 60 maires
sont actuellement en procès contre les opérateurs rien que dans le sud de la France, et ce depuis des
années.
Jean-François Mattéi, professeur de pédiatrie, membre du comité d’éthique jusqu’en 1997, et ministre
de la santé, avait été l’instigateur d’une proposition de loi limitant les antennes relais près des écoles
et des hôpitaux, permettant à certaines communes de refuser leurs implantation, etc. bref, une loi
allant réellement dans le sens de la protection du public. Une fois dans son fauteuil de ministre en
2002, il a lui aussi retourné sa veste, et l’on a plus jamais entendu parler de ce projet de loi .


Et la santé dans tout cela ?
La téléphonie mobile s'est considérablement développé ces 10 dernières années, notamment grâce
aux progrès de l'électronique, à tel point qu'elle supplante aujourd’hui le téléphone fixe dans certains
pays scandinaves. Pourtant, jamais aucune étude scientifique n’a été ordonnée par les industriels afin
de connaître ses effets sur la santé avant la mise en vente. Serions-nous tous des cobayes ?
Les portables sont apparus en 1984 aux USA, et les études ont commencé 10 ans plus tard, toujours
aux USA, et ce à la suite des premiers procès accusant les portables d’être responsables de cancers
cérébraux.
Aujourd’hui, malgré la négation persistante des autorités concernant cette évidence, le doute
s’installe de plus en plus dans l’esprit de la population.
Ce bouche-à-oreilles de peur croissante concernant les antennes relais a conduit les opérateurs à les
dissimuler, sous la forme d’antennes de télévision, ou en les camouflant dans des « boitiers blancs »,
ce qui rend leur détection difficile, le tout en déclarant que ces antennes avaient été éloignées des
lieux d’habitation, ce qui est totalement faux , bien entendu. Car ces antennes relais se multiplient de
plus en plus, quelque soient les zones, habitées ou non, les opérateurs préparent en effet
l’avènement de la 3G pour 2007, c'est-à-dire l’UMTS (pour Universal Mobile Telecomunications
System) aussi appelé 3GSM, un protocole d’échanges à haut débit remplaçant le GSM actuel qui
permettra de s’échanger bien plus de données beaucoup plus vite. Seul problème, cette 3G nécessite
2 à 3 fois plus d’antennes que les 20 000 de 2005 avec des intensités 2 à 3 fois plus élevées.
__________________________________________________________________


Un peu de physique :


Voici quelques connaissances de base à savoir afin de comprendre les méfaits du portable .


L’eau :
- Le corps humain est composé à 60% d'eau pour un adulte, 70% pour un enfant.
- Une molécule d'eau est par nature polarisée négative sur les 2 paires d'électrons délocalisés de
l'Oxygène, et positive sur les 2 atomes d'Hydrogène.
2 charges positives, et 2 charges négatives, molécule tétrapolaire.
Cela veut dire que dans un champ électrique, toutes les molécules d'eau vont s’orienter dans le même
sens :
Ce sont ces charges qui permettent aux molécules d'eau de s'échanger des protons (les H
s'échangent entre les molécules), et de créer ainsi des liaisons hydrogènes, ce qui permet à l'eau de
garder sa cohérence (tensio-activité). C'est aussi ce qui donne à l'eau des propriétés uniques en
matière d'états (les points de passages aux états solides liquide et gaz sont très proches) et des
propriétés uniques en matière de thermodynamique (l'eau peut stocker une énorme quantité de
chaleur).
Les ondes électromagnétiques :
Une onde électromagnétique est faîte de photons. Plus on augmente la fréquence (donc l'énergie) de
cette onde, plus sa longueur d'onde diminue, cette relation est illustrée par la formule suivante : E =
h x nu
E : Energie en Joules
h : Constante de Planck = 6,626068 × 10exp-34 m² kg/s
nu : Fréquence en Hertz (1/s)
C’est l’ énergie électrique en Joules que peut créer le photon via interaction photo-électrique .
En pratique : on note l'énergie en KeV ou MeV . avec l’équivalence 1eV = 1,6*10exp-19 Joules .
Longueur d'onde basse (notée Lambda) Energie forte (eV)  Fréquence forte (Hz) . Longueur
d'onde élevée  Energie faible  Fréquence faible .


Rayons gamma ---------------- (< 0,01 nm) ------------ (> 100KeV)
Rayons X ------------------------ (0,1 - 0,01 nm) -------- (10 - 100 KeV)
Rayons Ultra-violets ---------- (0,4 µm - 0,1 nm) ----- (1 KeV - 10 KeV)
Spectre de la lumière visible (0,8 - 0,4 µm) ---------- (1eV - 1 KeV)
Infrarouges -------------------- (5 cm - 0,8 µm) ------- (10exp-3 eV - 1 eV)
Micro-ondes ------------------- (10 cm - 5cm) --------- (≈ 10exp-3 eV) ----- (900 MHz à 1,8 GHz)
Radar/Télévision/Radio FM (10 cm - quelques m) --- (10exp-5 - 10exp-3 eV)


La fréquence est calculée par la formule : nu = c / lambda
nu : fréquence en Hz (1/s)
c : vitesse de la lumière (3*10exp8 m/s)
lambda : longueur d'onde en mètres


Par exemple, pour la radio, on obtient une fréquence de l'ordre de 100 MHz ( 100 Méga Hertz = 100
millions d’impulsions électromagnétiques / secondes ) .
C'est cette fréquence que nous réglons afin de capter les différentes stations radios, Ex : 94,90 MHz
= 94.90 sur la bande FM.


Pour le téléphone portable, la fréquence se situe entre 900 MHz et 1800 MHz, donc à moitié sur les
ondes radios, à moitié sur les micro-ondes (sur la Bande L des micro-ondes pour être précis, voir le
site http://fr.wikipedia.org/wiki/Micro-onde).


Les micro-ondes sont situées juste entre les infrarouges et les ondes radios :
Une micro-onde est une onde qui se définie par une longueur d'onde allant de 30 centimètres (1 GHz)
à 1 millimètre (300 GHz) de manière commune, en pouvant aller jusqu'à 1000 GHz pour des
applications plus privées, soit 1 THz.
Il existe beaucoup d'appareils qui utilisent les micro-ondes :
- Four micro-ondes
- Les GPS des satellites (les micro-ondes traversent très bien l'atmosphère)
- Les radars à très longue portée (astronomie)
- Les radars aéronautiques dans les tours de contrôle des aéroports
- Les transmetteurs vidéo sans-fil qu'on utilise pour surveiller les bébés !
- Le Wi-Fi, le Bluetooth, et le téléphone portable .


Principe du four à micro-ondes
Le magnétron du four à micro-onde lance sur les aliments un champ électromagnétique de forte
intensité, donc de très haute fréquence. Une onde électromagnétique inverse périodiquement sa
polarité électrique et magnétique selon sa fréquence. Ainsi, les molécules d'eau s'orientent dans un
sens, dans l'autre, dans un sens, dans l'autre, bref, elles se mettent à tourner, et le frottement de
ces molécules qui tournent sur elles-mêmes produit de la chaleur, et c’est ainsi que chauffe la soupe.
Donc plus un aliment contient d'eau, plus il chauffe vite. L'avantage du four à micro-ondes, c'est que
les micro-ondes sont cantonnées dans le four via les plaques métalliques situées sur les côtés. On ne
se fait donc pas « irradier » en chauffant nos aliments. On appel ce principe celui de la cage de
Faraday.
Toutes les micro-ondes, aussi appelées ondes à hyper-fréquence, ou ondes à haute fréquence,
produisent donc de la chaleur lorsqu'elles traversent un corps qui contient de l'eau, que ce corps soit
vivant ou mort. Ces micro-ondes produisent donc des altérations ou destructions de tissus lorsqu'elles
échauffent un corps vivant.
A faible dose, l'eau se met à chauffer, puis dénature et lèse l'ADN, mais surtout les protéines, ce qui
provoque des mutations, et ce qui abouti à la mise en œuvre de mécanismes de réparation cellulaire.
Lorsque la réparation échoue, la cellule entre en apoptose, c'est-à-dire une mort cellulaire
programmée, un suicide cellulaire, dans laquelle la cellule se dissocie en vésicules (corps
apoptotiques) sans créer d’inflammation, puis sera digérée par le système immunitaire.
Parfois, lorsque la réparation échoue et que l’ADN est suffisamment lésé pour empêcher les
mécanismes d’apoptose, la cellule devient folle et entre dans un mécanisme de cancérisation
(Altération de gènes codant dits "suppresseurs de tumeurs" codant pour des proteines de régulation
anti-tumorale, tel que le gène de la P53).
A forte dose, l'eau augmente son volume en s'agitant, puis fait exploser la cellule, tout comme la
viande explose dans un four à micro-ondes.
Cette explosion est une mort cellulaire accidentelle, nommée nécrose, qui provoque une réaction
inflammatoire due aux composants internes de la cellule libérés dans le milieu interstitiel, et cette
inflammation résultante peut-être la cause de maux de têtes.
Cet effet thermique des micro-ondes est proportionnel à l'intensité de l'onde, et s'exprime en Volts /
mètres dans le système MKSA, soit en J / s . A
= m² . kg / s3 . A
= µW / m² = unité parfois elle aussi employée.


Les ELF :
Les antennes relais des portables n'émettent pas que des micro-ondes, mais aussi des ondes à très
basses fréquences, que l'on appel ELF pour Extremly Low Frequency. Ces ondes ont une fréquence de
3 à 30 Hz et une longueur d'onde de 100 000 à 10 000 Km.
Ces ELF sont un résidu d’ondes dû au Time-Division Multiplexing, c'est une perte d'énergie inévitable
inhérente à cette méthode, qui se justifie scientifiquement que par des calculs mathématiques très
complexes. Les ELF sont les ondes utilisées par l’armée pour transmettre des données sous-marines,
les sous-marins communiquent donc grâce à elles, car l'eau atténue les ondes à haute fréquence.


__________________________________________________________________


Normes internationales corrompues :


Il y a 2 aspects dans la nocivité des micro-ondes :
1 - L'aspect thermique des micro-ondes, c’est l’effet four à micro-ondes, qui provoque un
échauffement de notre oreille, puis des structures sous-jacentes de plus en plus profondes, le lobe
temporal, etc.
2 - L'aspect des effets athermiques, effets comparables à celui des ELF.


1 - Aspect thermique
Toutes les normes internationales concernant les micro-ondes ne tiennent compte que de cet effet
thermique, aucun effet athermique n’est reconnu par les industriels.
Il n'existe aucune législation ou comité officiel concernant ces normes, elles ont été fixées par un
organisme issu des groupes industriels. Cet organisme se nomme ICNIRP pour International
Commission on Non-Ionizing Radiation Protection, soit Commission Internationale de Protection
contre les Rayonnements Non Ionisants. Nous entrons ici dans le lobbying total. Il est totalement
exclu de parler une seule seconde d'impartialité ou d'objectivité scientifique à propos de l'ICNIRP.
L'ICNIRP n'est en réalité qu'une organisation pseudo-scientifique chargée de servir les intérêts des
majors.
Concernant les micro-ondes, les normes fixées par l’ICNIRP vont de 41 V/m pour le 900 MHz à 58
V/m pour le 1,8 GHz. Les gens ne doivent donc pas être exposés trop longtemps à 41 V/m pour les
téléphones à 900 MHz et 58 V/m pour les 1800 MHz = 1,8 GHz.
Ces normes ont été établies par l'ICNIRP concernant des études qu'ils auraient eux-mêmes faîtes,
aucune de ces normes n'a subit une quelconque approbation de la communauté scientifique. En fait,
bien au contraire.
L'OMS et la commission européenne ont approuvé ces seuils sous pression des industriels, alors que
le parlement européen, lui, les a rejetées.
Le parlement européen s'est appuyé sur d'autres études indépendantes qui préconisaient la limite
maximum de 1 V/m en se basant sur le principe de précaution afin d'étudier des hypothèses sur de
graves effets à long terme tels que cancers variés, fausses couches, malformations génétiques, etc. !
Ce seuil de 41 V/m est fortement critiqué et partout dans le monde, tous les scientifiques ou
organismes indépendants préconisent des seuils inférieurs à 1 V/m.
Le canton de Salzbourg, en Autriche, a d’ailleurs expérimenté l’utilisation des portables à des niveaux
d'ondes porteuses et de portables bien inférieurs à l'ICNIRP, et elle a fournit les recommandations
suivantes en observant les effets sur sa population globale :
- 1000 µW/m² = 0,6 V/m en 1998
- 1 µW/m² = 0,02 V/m en intérieur
et 10 µW/m² = 0,06 V/m en extérieur en 2002
car elle a conclue que ce seuil était le seuil réel d’apparition du « syndrome des micro-ondes ». (Voir
le site de l’ARA : http://www.alerte.ch/)
L’utilisation de ce seuil n’a pas montré de perturbations notables sur l’utilisation des portables, mais
un tel abaissement de la charge de l'onde requiert de très coûteuses modifications du réseau, que
naturellement les industries refusent.
En Belgique, le 29 avril 2001, le Conseil Supérieur de l'Hygiène a recommandé des normes 200 fois
inférieures aux 41 V/m de l'ICNIRP.
(Voir le rapport : www.awt.be/contenu/tel/mob/antennes_GSM_norme_Alvoet.pdf)
Maintenant voici quelques chiffres réels mesurés officiellement pour les besoins d’un documentaire de
Joaquina Ferreira datant de Janvier 2005 (à 23 minutes et 5 secondes), recueillant des témoignages
sur la nocivité des téléphones portables :
- En habitant sous une antenne relais, l’on est en permanence exposé à une dose de 8V/m
- Lors d'une communication téléphonique,
Si les conditions de communication sont mauvaises, l’on peut surpasser les 200 V/m au moment de
l'appel, lorsque le portable cherche l'antenne mais ne la trouve pas.
Dans une conversation normale, lorsque vous passez un appel, le champ émit par le téléphone est
d'environ 190 V/m, puis il se stabilise et redescend à 60 V/m dans la première minute, puis descend
enfin à 20 à 50 V/m selon les conditions de l'appel (facilité des ondes à arriver sur l'antenne relais).
- Le téléphone portable augmente la température du lobe temporal de 0,5 à 1°C en 1 minute.
Concernant les effets thermiques, nous sommes donc exposés à 3 champs :
- Les usagers du portable sont confrontés à de très fortes intensités pendant leur appel
- Les résidents riverains des antennes relais sont exposés à de plus faibles (mais toujours fortes)
doses, et ce en permanence
- Nous sommes tous exposés à une dose de base aléatoire, car les ondes émanantes d'autres
conversations téléphoniques peuvent nous traverser.


2 - Aspect athermique
Les cellules du corps humain possèdent elles-mêmes des potentiels électriques qu'elles génèrent par
des flux ioniques transmembranaires. Ces champs sont propres aux cellules.
Chaque cellule est polarisée, le corps humain est donc polarisé, et la perturbation des champs
électriques du corps humain entraîne donc la perturbation des flux ioniques cellulaires nécessaires au
bon fonctionnement de la cellule. Par exemples, les cellules cardiaques émettent des champs très
intenses via la dépolarisation créant la contraction cardiaque. Les neurones, en véhiculant des
signaux via des courants électriques, ont aussi leurs propres champs. La mesure des ces champs, en
médecine, permet de connaître l'état de santé des cellules. Ce sont par exemple ces champs qui sont
captés par les électrodes lors des électrocardiogrammes (ECG) ou électro-encéphalogrammes (EEG).
Les micro-ondes entrent en conflits avec ces champs, de la même façon qu'elles entrent en conflit
avec les appareils électroniques. Cet aspect athermique n'est cependant pas reconnu par l'ICNIRP. De
même, l’une des propriétés reconnues des ELF est de perturber les champs électriques des tissus
vivants. Par exemple, les ondes ELF interfèrent avec les ondes cérébrales, notamment les ondes alpha
et delta qui sont les plus perturbés lors de la réalisation d’un EEG.


__________________________________________________________________
Les témoignages :
(Tirés essentiellement d’un film de Joacquina Ferreira :
Téléphonie mobile : Sommes-nous tous des cobayes ?)
Les antennes relais bien plus que les portables furent accusées dès le début de leurs mises en
service. Les opérateurs sont aujourd’hui obligés de les installer de manière presque clandestine en
faisant passer leurs techniciens pour des réparateurs de TV, etc.
En effet, dès leur mise en service (qui était inconnue des riverains) et non dès leur branchement (qui
s'est fait presque 1 an avant), ces antennes ont provoqué chez les habitants riverains des
phénomènes toujours étrangement similaires
Pour les plus graves
- Troubles de la vision (flashs, voiles)
- Problèmes d’arythmie, syncopes, pertes de connaissances
- Crises d’épilepsies, ou résurgences après plusieurs années d’accalmie sous traitement
- Troubles de croissance infantiles
Pour les plus communs
- Vertiges, nausées, maux de tête
- Insomnies => Réveils de nuit avec gros maux de tête => Fatigue
=> Baisse de l'immunité => Infections chroniques => Maladies auto-immunes (Lupus, etc.)
=> Irritabilité
=> Tendance dépressive avec augmentation des suicides
=> Troubles de mémoire, troubles de concentration, troubles d'apprentissage
=> Difficultés scolaires, familiales et professionnelles
A long terme, les habitations riveraines furent en proie à un nombre important de cancers :
Cancers du colon, du sein, de l'utérus, cancers cérébraux à n'en plus finir (essentiellement des
astrocytomes temporaux), cancers de thyroïde, du foie, de rate, lymphomes et leucémies . L’atteinte
n’est pas uniforme, certaines personnes résistent mieux que d'autres, notamment les jeunes
hommes. Les jeunes enfants, les femmes et les personnes âgées sont les plus touchées.
Vers la fin des années 80, le phénomène a surtout provoqué la panique à l'hôpital de la Pitié
Salpêtrière, hôpital neurologique de Paris, dans lequel nombre de patients sont arrivés avec de graves
symptômes, les médecins suspectaient alors le pire : tumeur cérébrale, AVC (Accident Vasculaire
Cérébral) hémorragique ou ischémique, lésions épileptiques, etc.
Mais passé 2 jours, les patients se sentaient déjà mieux, disparition totale des symptômes en 4 jours,
puis retour à l’hôpital le lendemain ou dans les 2 jours suivants, après une sortie sans explications.
Les troubles disparaissaient dès l'éloignement du lieu d’habitation.
Après avoir pensé à diverses sources de toxiques tels que le monoxyde de carbone, les médecins
commencèrent à suspecter les téléphones portables.
Il y eut aussi divers problèmes chez les agriculteurs, notamment chez les éleveurs.
Dans les poulaillers professionnels, les couveuses ne donnaient plus d'œufs viables, les embryons
étaient mutés et avortés. Le rendement des couveuses de poules est tombé de 80% de reproduction
à moins de 50% en France, provoquant ainsi une augmentation du prix des œufs et de leurs produits
associés.
En Allemagne, la réaction fut très rapide, plus de 1200 médecins signèrent une pétition contre ces
antennes relais, car l'état allemand est tout comme la France, il privilégie l'argent au social. Ils
adressèrent cette pétition à l'Etat en guise d'appel à l'aide. Sans suites…




Les études


Etudes principales :
En premier lieu, les effets néfastes des ondes électromagnétiques furent décris dès 1960 dans
un rapport qui concernait les risques sanitaires du personnel aéronautique et aérospatial chargé
du fonctionnement des radars. C’est dans ce rapport que fut évoqué pour la première fois la «
maladie des radiofréquences » ou « syndrome des microondes »
(E. Evrard. Pathologie professionnelle du personnel chargé de la sécurité de la circulation
aérienne. – 1ère Section : Les effets biologiques des hyperfréquences du radar. – B Les effets
spécifiques. – In : Précis de médecine aéronautique et spatiale. Edit. Maloine. 1975. Chapitre
XXIII. Pages 397408)
En 1978, ce « syndrome des microondes » fut aussi remarqué par les russes lors de l'irradiation
volontaire de l'ambassade américaine à Moscou, lors de la guerre froide.
C’est le rapport Lilienfield, repris plus tard par Johnson Liakouris, qui met en évidence le «
syndrome des micro-ondes » en décrivant les effets de ces irradiations sur le personnel de
l’ambassade américaine.
(Rapport Lilienfield : Evaluation of health status of foreign service and other employees from
selected Eastern European posts)
Les russes, grâce à un système de radar à très faible puissance (10 µW/cm² soit à peine 1,5
V/m), ont irradié l'ambassade américaine afin de l'espionner, et ce en permanence. Ce rapport
détaille donc les changements de santé des américains de l'ambassade :
- Dépression, insomnies, irritabilité, troubles de mémoire, difficultés de concentration,
amaigrissement, vertiges, fatigue observés de manière quasiment généralisée
- Leucémies, cancers du sein, tumeurs cérébrales, cancers génitaux (testicules), cancer de l'oeil
en augmentation significative chez les résidents sur 5 ans ou plus
- Graves troubles de la croissance, troubles de concentrations et maladies génétiques
notamment chez les enfants
- Le taux de mortalité a augmenté, de manière bien plus importante chez les enfants .Les
statistiques de maladies et de mortalité dans cette ambassade étaient alors les plus élevées de
manière mondiale parmi toutes les ambassades américaines, surpassant de loin celles de
l'Afrique ou de l'Asie.
Ce rapport avait « l'avantage » de violer toutes les lois bioéthiques actuelles pour travailler
directement sur du « matériel humain », et pas sur des animaux, ce qui permet de couper court
à un argument lui aussi bien aimé des industriels : « Il y a peu de chances que les effets
observés sur le cerveau d’un rat soient reproductibles sur le cerveau d’un humain, qui est
heureusement foncièrement différent ». (Ce qui est faux, les mécanismes sont proches, seule la
forme diffère).
Ce rapport fut ignoré, puis une fois remis sur le devant de la scène par le docteur Cyril Smith, il
sera qualifié de « trop vieux » ou « ayant des conditions expérimentales trop éloignées de la
téléphonie actuelle ».
En 1979, une étude de Wertheimer & Leeper (Wertheimer N, Leeper E, Am J. Epidemiol, 1979
March; 109:273, Electrical wiring configurations and childhood cancers.) signale une association
entre des cas de leucémie infantile et certaines caractéristiques du branchement électrique du
logement des enfants atteints. Ces branchements dégagent des champs magnétiques ELF.
Depuis lors, un grand nombre d'études ont été menées sur cette importante question et elles
ont été analysées par l'Académie Nationale des Sciences des USA en 1996.
Selon cette méta-analyse de la NAS de 1996, le fait de résider à proximité d'une ligne de
transport électrique pourrait être associé à une augmentation du risque de leucémie infantile
(risque relatif RR = 1,5), mais le risque ne serait pas modifié pour d'autres cancers. Une telle
association n'a pas été observée chez les adultes.
Une étude britannique du Pr Richard Doll reprise par le CIRC (ou IARC en anglais) en 2001
confirmera définitivement cela, elle a prouvé le lien entre la proximité d'une ligne à haute
tension et l'augmentation du nombre de leucémies liés aux ELF.
Richard Doll est célèbre, il a été le premier à suspecter le rôle du tabac dans le cancer du
poumon, le premier a démontrer la relation entre des cancers bronchiques et le chlorure de
vinyle en 1988, il a aussi dès 1955 mis en relation le mésothéliome (cancer de la plèvre) et
l'amiante, etc. mais il fut malheureusement discrédité par la corruption, acheté par un industriel
pour déclarer qu'il n'y avait aucun effet de certains produits chimiques sur certains types de
cancers. Il avouera son mensonge avant sa mort en 2005.
(http://kamizole.blog.lemonde.fr/2007/01/01...s-sont-achetes/)
Suite à 2 recherches du CIRC de 2001 (Centre International de Recherche sur le Cancer, une
agence de l'OMS, IARC en anglais), il fut de l'avis du CIRC que les enfants exposés à des
champs magnétiques ELF développaient 2 fois plus de leucémies, maladie pourtant rare chez
l'enfant.
Même le CIRC en vient donc à le reconnaître dans un rapport officiel.
(CIRC. « Nonionising radiation, Part 1 : static and extremely low frequency (ELF)
Electric and Magnetic Fields ». IARCPress. 2002. ISBN 9283212800.)
Ces avis correlaient aussi un avis du NIEHS (National Institute of Environnemental Health
Sciences) de 1998 des USA qui recommandait de classer les ELF comme au moins "peut-être
cancérigènes" au minimum.
Sous pression du CIRC, les champs magnétiques ELF furent ainsi classées en 2002 comme «
peut-être cancérigènes pour l'homme » par l'OMS, la catégorie 2B, c'est à dire la plus basse.
Les données pour les autres types de cancer chez l’enfant et l’adulte, ainsi que d’autres types
d’exposition, c’est-à-dire les champs statiques et électriques ELF, sont considérées comme non
classables en raison de l’insuffisance de données scientifiques.
Malheureusement, l'OMS, sous pression industrielle, ne veut pas fixer de seuil.
Le CIRC fixe le seuil à 0,4 µT, elle considère que c'est le seuil à parti duquel le risque des
leucémies double. Or, dans le domaine médical, le phénomène cancérigène des ELF est connu
depuis 1980 pour un seuil de 0,2 µT. Et cette directive n'est pas appliquée, elle reste à 100 µT
pour la plupart des pays européens.
L’OMS, totalement impartiale, rejette cette norme de 0,4 µT, en considérant que :
« Une limite d’exposition ne constitue pas une méthode efficace de protection dans le cadre
d’une approche prudente du risque ».
Bel exemple d’hypocrisie, car c’est pourtant bien par la diminution de la concentration d’un
élément toxique (physique ou chimique), que l’on parvient à réduire sa dangerosité !
Et c'est ce que fait depuis toujours l'OMS avec l'amiante, la radioactivité, ou n'importe quel
autre toxique. (Bioelectromagnetics Newsletter. November./December. 2004. N° 181. Page 5)
En 2003, l’ICNIRP « invite » la Russie à changer ses seuils de limite des ELF qui sont 4 fois plus
faible que les siens, et ce dans un but « d'harmonisation des normes ».
Les standards de l’ICNIRP (41 à 58 V/m) sont adoptés par certains états mais sont refusés par
d’autres pour leur laxisme et leur négation de certaines réalités scientifiques sur leur nocivité.
(R. Santini. Téléphones cellulaires Danger ? Edit. Marco Pietteur. 19982001. 280 pages)
En 2003 toujours, la Chine, dont les standards d’exposition aux radiofréquences sont 2 fois plus
faibles, a elle aussi été « invitée » à adopter les normes de l’ICNIRP.
(Bioelectromagnetics Newsletter. September./October. 2003. N° 174. Pages 89)
L’ICNIRP ne reconnaît que les effets thermiques des radiofréquences qui résultent d’expositions
aiguës. Elle écarte ainsi tous les effets spécifiques observés dès 1 V/m, lors d’expositions
chroniques, c'est à dire la majeure partie des effets des ELF.
La Russie, contrainte d'accepter ces normes pour buts commerciaux, verra tout de même son
comité réagir 2 ans après :
Le Comité Russe des Radiations Non Ionistantes recommande de limiter l'usage des téléphones
portables pour les enfants de moins de 16 ans. La situation actuelle nécessite la prise de
mesures urgentes. (Rien ne sera évidement fait).
(Grigor'ev IuG., Radiats Biol Radioecol. 2005 Jul-Aug;45(4):442-50. [The electromagnetic fields
of cellular phones and the health of children and of teenagers (the situation requiring to take an
urgent measure)])
En 2002, la présentation d’une étude officielle lors d’un congrès international européen fait un
énorme bruit puisqu’il vaudra la tête du professeur Aubineau au sein du groupe d'experts. L’état
demandait pour la seconde fois une étude gouvernementale à son comité d’experts «
impartiaux », le rapport Zimrou de 2001 n’ayant sans doute pas convaincu.
Mais surprise, ce rapport, au lieu d’être du même acabit que le rapport Zimrou, dévoile
timidement un risque non négligeable pour l’être humain au travers de l’augmentation
significative de la perméabilisation de la barrière hémato-encéphalique.
Ce rapport marque un énorme tournant puisque le gouvernement et les industries se
discréditent elles-mêmes. Ce rapport se nomme COMOBIO pour COmmunications MObiles et
BIOlogie. (http://www.tsi.enst.fr/comobio/)
Tous les éléments du sang ne sont pas « autorisés » à entrer dans le cerveau. La barrière
hémato-encéphalique est formée par des cellules, que l'on nomme astrocytes. Ces cellules
recouvrent tous les vaisseaux sanguins qui pénètrent dans le cerveau. Ces cellules pompent
dans les vaisseaux les éléments dont les neurones ont besoin, et les leur distribuent. Et ces
cellules évacuent les déchets des neurones dans le sang de la même façon.
Ces astrocytes sont donc des intermédiaires qui créent une isolation entre le secteur des
neurones et le secteur du sang : c'est la barrière hémato-encéphalique.
De grosses molécules voir protéines, comme l’albumine, grosses donc toxiques, peuvent ainsi
pénétrer le secteur neuronal, chose qu'elles ne devraient pas faire, et créer une inflammation,
une destruction cellulaire, qui pouvait alors expliquer les migraines et vertiges ressentis par les
ondes électromagnétiques.
Cette étude n'a pu être censurée des industries, car si elle était financée par les opérateurs, elle
était de demande officielle, labellisée par le Réseau National de Recherches en
Télécommunications (RNRT) et soutenu par le Ministère de la Recherche, de l'Economie, des
Finances, et de l'Industrie.
Cette étude fut menée chez des rats exposés à différentes ondes électromagnétiques. Avec
seulement 10 minutes d'exposition au téléphone portable, cette étude constate une
augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique.
Cette conclusion peut sembler timide et anodine, mais ses implications sont extrêmement
graves, compte tenu de l’importance fondamentale de la barrière hémato-encéphalique. Cette
étude oblige donc au moins à considérer un drastique principe de précaution.
Par exemple, toute destruction cellulaire régulière, c'est-à-dire toute irritation de tissu régulière,
est susceptible de provoquer un cancer de ce tissu sur le long terme. De plus, la
perméabilisation de la barrière peut provoquer d'autres effets indirects, comme par exemple
l'intoxication de certaines glandes du cerveau, ce qui pourrait augmenter le nombre de maladies
de Parkinson, ou encore augmenter la pénétration de l'aluminium dans le cerveau et augmenter
ainsi l'incidence de la maladie d'Al Zheimer…
On peut ainsi citer bon nombre d'autres conséquences désastreuses.
Pour les industriels, trahis par leurs propres pions, c’est une catastrophe à enterrer. C'est ainsi
que les résultats de ce rapport COMOBIO sur la barrière hémato-encéphalique du rat seront
réduits, lors de conférences devant les médias télévisés, à de simples dilatations des vaisseaux
cérébraux.
Les industriels font alors pression sur le gouvernement pour qu’un nouveau rapport soi
commandé en 2003. Ce rapport s’attaque très vigoureusement aussi bien à l’étude COMOBIO
qu’à d’autres études prouvant la nocivité du portable.
En analysant ce rapport de près, dernier "sérieux" rapport français en vigueur jusqu’en 2007,
l’on s’aperçoit que c’est une véritable farce, un simple tissu de bouffonneries et d’hypocrisie de
long en large. D'autres rapports internationaux comme celui du de la DGS ou du SCENIHR
verront le jour, mais ils ne sont pas aussi grotesques.


Analysons le rapport AFSSE


Concernant le téléphone portable :


Page 45 :
Les experts nient la fiabilité de leur étude COMOBIO pour des raisons internes de protocole, et
précisent que « les résultats du groupe d’Aubineau n'ont pas encore été soumis pour publication
» à cause de cela, alors qu’ils ont été présentés dans un congrès international européen en
2002 (page 84, Töre et coll.).


Page 38 :
Les travaux de Mausset et coll. sur le cerveau du rat sont cités comme montrant eux-aussi une
absence de cancérisation, mais sans faire état de leurs autres résultats qui montrent « une
augmentation du nombre d’astrocytes, traduisant une inflammation, signe d’une souffrance
neuronale ».


Concernant les riverains des antennes relais :


Les experts citent et critiquent d’entrée la première partie d’une étude française de Santini et
coll. publiée en 2002, mais oublient de critiquer la seconde partie, alors sous presse, mais qui
leur a été communiquée sur demande. Dans cette partie figurent des résultats complémentaires
sur la santé des riverains liés à l’incidence de l’âge des sujets et de leur position par rapport aux
antennes. Ils oublient aussi les résultats de 2 autres études européennes qui alertent aussi sur
la santé des riverains d’antennes. (Navarro et coll., 2002 & Hutter et coll., 2002)
Pour critiquer l'étude française de Santini, les experts reprennent les allégations du rapport
Lorrain et Raoul selon lesquelles la distance à laquelle la puissance des micro-ondes est
maximale se situe à « 200 mètres environ » des antennes.
Page 30 du rapport de l’AFSSE, cette distance se situe entre « 150 et 300 m ».
Puis page 85, elle revient à « à environ 200 m ».
Rappelons que dans le rapport Zmirou, le chiffre avancé pour la protection des « sites sensibles
» était de 100 mètres. La question qui se pose, c’est de savoir sur quelles données scientifiques
les experts se basent-ils pour avancer de tels chiffres ?
Il faut savoir que la puissance maximale des micro-ondes générées par les antennes ne se situe
pas systématiquement à ces distances, d’autres valeurs (20 m, 60 m, 80 m, …) ont été
rapportées dans d’autres études. (Petersen et coll., 1992 & Mann et coll. 2000)
En fait l’argumentation des experts est spécieuse, car les distances qu’ils avancent comme
zones d’exposition maximale des riverains (« 150 et 300 m » et « à environ 200 m ») ne sont
valables que dans des cas très particuliers d’expositions : par exemple, au 2ème étage d’un
immeuble ou au sommet d’une colline, ce que précisera une autre étude. (Moulder, 2003)
En pratique, il faudrait mettre 300 mètres entre les antennes et les riverains pour éviter tous
dangers liés aux émissions de micro-ondes. (Santini. R. et al., Pathol Biol (Paris). 2003
Sep;51(7):412-5. Symptoms experienced by people in vicinity of base stations: II/ Incidences
of age, duration of exposure, location of subjects in relation to the antennas and other
electromagnetic factors)


En page 75, conclusion :
« Le groupe d’experts ne retient donc pas la notion de corrélation entre les site sensible et les
stations de base ». De ce fait, le seul élément qui était positif dans le rapport Zmirou est ainsi
dénigré par le même groupe d’experts.


Concernant les riverains des antennes de radiodiffusion ou de radiotélévision :


Page 29 :
Les experts, après avoir analysé de façon négative une seule et unique publication, celle de
Michelozzi et coll. de 2002 parue dans la prestigieuse revue scientifique : American Journal of
Epidemiology, concluent qu’ « il n’existe pas d’élément convaincant de l’existence d’un risque de
leucémie autour des émetteurs de radiodiffusion. ».
Cette conclusion va très vite en besogne, car outre le risque de leucémies rapporté par
Michelozzi et coll. entre 1998 et 2002, Dolk et coll. en 1997, Hocking et coll. en 1996, et bien
d’autres, les experts ne mentionnent pas l’existence d’effets biologiques tels que
- la baisse de la mémoire, de l’attention, des performances musculaires et des réflexes chez les
enfants exposés à un émetteur radio : Etude de Kolodynski et coll. de 1996.
- la réduction significative des défenses immunitaires chez les femmes exposées à un émetteur
de radiotélévision : Boscolo et coll. 2001
Une anecdote à rappeler : suite aux résultats des études de Michelozzi et coll. en Italie
rapportant une augmentation du risque de leucémie dans l’environnement de Radio Vatican, les
niveaux de champs électromagnétiques générés par cet émetteur ont été très réduits.
Pour le reste du rapport AFSSE : C’est encore pire.
Tous les travaux scientifiques sérieux sur le sujet n'ont pas été examinés et le choix s'est fait
systématiquement sur les publications ne montrant pas d'effets aux champs électromagnétiques
de la téléphonie mobile.
Page 31 :
Étude Humaine Système Nerveux
Les études montrant toutes des effets néfastes sont « oubliées » par les experts : Lebedeva et
coll. (2001) , Hinrikus et coll. (2001) , Hinrikus et coll. (2002) , Croft et coll. (2002) , Hamblin
et coll. (2002) , etc.


Page 51 : Mécanismes
« Les hypothèses récentes d’un groupe slovène (Kotnik et Miklavcic, 2000a; Kotnik et Miklavcic,
2000b) suggèrent que la membrane pourrait être le site spécifique d’une absorption des RF plus
importante que dans l’intérieur de la cellule ou dans le milieu intercellulaire. Cette hypothèse,
qui doit être confirmée expérimentalement et théoriquement, ne correspond pas à un
échauffement majeur de la membrane. »
Voici un brillant exemple du fonctionnement de ce groupe d’ « experts » : une publication disant
qu’il ne peut y avoir d’action est acceptée telle quelle sans le moindre commentaire. Tandis
qu’une autre donnant des explications devient : « cette hypothèses… suggère cette hypothèse…
qui suggère cette hypothèse… qui doit être confirmée ».
Avec ce genre de raisonnements, on ne peut aller nulle part.
Et concernant les mécanismes d’ailleurs, plusieurs publications majeures sont ignorées des
experts de l’AFSSE : Balzano et coll. (2002) ou encore Binhi et coll. (2002)


Page 34 : Mensonges et détournement de publications !
Certaines publications ont été travesties et la conclusion qu'en tirent les experts est totalement
différente de celle que montre le travail en question !
- Études animales Barrière Hémato Encéphalique : « Ce résultat est à rapprocher de ceux de
Fritze et al. (1997) qui n'ont observé des effets sur la BHE, dans des conditions très similaires,
avec des signaux GSM, que pour des niveaux de 7,5 W/kg dans le cerveau.» C’est faux !
L’équipe de Fritze a trouvé un effet jusqu’à 0,3 W/kg.
- « De même Finnie et al. (2001) ont étudié l'effet de signaux GSM sur la perméabilité de la
BHE […] Le passage d'albumine était augmenté autour de vaisseaux sanguins ne possédant pas
de BHE mais aucune altération de la BHE n'était observée. » Mensonge !
La majorité des fuites se faisaient au niveau des leptoméninges, et même sans ces fuites
leptoméningéales, ils trouvaient 10 fuites hors leptoméninge après 0,25 W/kg contre 4 W/kg
chez les témoins non exposés.
Les publications montrant un effet nocif sont dénigrées et rejetées sans raison
valable, et ce contrairement à l'avis de la communauté scientifique internationale.


Page 37 :
À propos de l’étude de Salford de 2003 : « La distribution aléatoire des neurones sombres dans
tout le cerveau ne peut être associée à aucune fonction cérébrale définie, et donc à aucune
pathologie connue. Le fait que l’albumine continue à passer encore 50 jours après l’exposition
indiquerait que la BHE est toujours affectée ». C’est encore faux.
Les auteurs de l'étude expliquent bien que l’aspect de diffusion de l’albumine à long terme est
très différent des aspects examinés juste après une exposition.


Page 29 :
Symptômes subjectifs à propos de Santini et coll. 2002 « Conclusion : Cette étude n’est pas
informative et ne permet pas de conclure à l’existence d’une relation entre l’exposition aux
radiofréquences des stations de base et les symptômes étudiés contrairement à ce qu’en
concluent les auteurs. »
Pourtant, cette étude fut acceptée et publiée dans Electromagnetic Biology And Medicine ainsi
qu’au congrès BEMS de Hawai en 2003. Elle a également été confirmée dans ses résultats en
particulier par l’étude de Navarro et coll. en Espagne.
Lorsque les rares fois où des effets néfastes sont approuvés, ils ne sont pas pris en compte
dans la conclusion finale.


Page 23 :
Oftedal 2000 et Sandstrom 2001 « il s’agit d’une bonne étude, méthodologiquement bien
conçue. Le système GSM semble être moins souvent à l’origine de symptômes que l’analogique.
Elle ne permet pas de dire que les utilisateurs de téléphone mobile ont plus de symptômes que
les non utilisateurs ; toutefois, il y a des éléments convaincants de relation dose-effet (les
symptômes sont plus fréquents quand l’usage du téléphone mobile augmente).»
Cette étude a été réétudiée et confirmée en 2003 par wilen et coll. mais même sans cette
confirmation, les experts n'en tiennent pas compte dans les conclusions.


Page 31 :
«Huber et coll. (2002) ont montré des effets des radio fréquences sur l’EEG de veille et de
sommeil chez l’homme après exposition de la tête à un GSM 900 MHz pendant 30 min. Il est
montré une augmentation de la puissance EEG dans la bande alpha avant l’installation du
sommeil pendant une phase de sommeil superficiel. L’exposition à un champ électromagnétique
non pulsé n’avait pas cet effet sur l’EEG. »
Même si tout cela ne justifie toujours pas le principe de précaution, certains propos
sont intolérables et inadmissibles de la part de soi-disant « experts » scientifiques.


Page 45, on peut lire :
« Il faut également reconnaître que la qualité scientifique des revues dans lesquelles publie le
groupe de Salford depuis de nombreuses années ne constitue pas une garantie ». Non mais
sans blagues !
Les revues internationales (dont « Microscopy Research and Technic », « Environmental Health
Perspectives »), dans lesquelles le Professeur Salford présente ses résultats depuis de
nombreuses années, entre autre sur la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, sont
bien plus prestigieuses que la ridicule plaquette publicitaire sponsorisée par un opérateur
français de téléphonie mobile du journal « Impact Médecine » de décembre 2002, dans laquelle
certains experts des rapports Zmirou et de l’AFSSE ont publié leurs misérables études !


Enfin, la conclusion laisse perplexe.


Page 65 :
Ecrire que « la relation dose-réponse n’est pas connue », dans le but d’écarter le risque
sanitaire, est pour le moins surprenant.
Les experts semblent ignorer que les effets biologiques des radiations non-ionisantes
n’obéissent pas à une relation de type dose-réponse, mais dépendent de fenêtres de fréquence
et d’intensité. Surprenant pour des professeurs sensés enseigner ce genre de principes
fondamentaux.




Quelques études prestigieuses :
Voici encore, pour les septiques, plusieurs études internationales parmi les centaines qui
existent, et qui sont reconnues et validées par la communauté internationale, publiée dans des
journaux scientifiques célèbres et on ne peut plus sérieux.
Ces études sont dans l'ordre chronologique de parution.
La plupart de ces études sont relatées ici : http://home.scarlet.be/~tsf94646/001/sources.htm
ou sur le site de l’ARA : http://www.alerte.ch/
En voici quelques unes parmi les plus intéressantes, mais il y en a bien trop pour toutes les noter
(on approche du millier en 2007)
Adey WR., J Cell Sci Tohem. 1993 Apr;51(4):410-6. Biological effects of electromagnetic fields.
Les preuves s’accumulent à penser au fait que les effets biologiques des champs
électromagnétiques observés sont d’avantage liés à des états quantiques et à des réponses de
résonance des systèmes biomoléculaires plutôt qu’à la thermodynamique d'équilibre liée à des
échanges thermiques.
Repacholi MH, Basten A et al., Radiat Res. 1997 May;147(5):631-40., Lymphomas in E mu-Pim1
transgenic mice exposed to pulsed 900 MHZ electromagnetic fields.
Cette étude porte sur l'exposition chronique de souris transgéniques, prédisposées au
cancer, donc permettant de tester les effets d'environ 50 ans d'exposition en 2 ans !
L’exposition est de 2 x 30 minutes par jour pendant 18 mois, exposition à des champs
électromagnétiques pulsés de 900 Mhz, avec des taux d'absorption spécifique (TAS) de 0,01 à 4
W/kg, soit les mêmes conditions que les téléphones portables actuels dont le TAS est de 0,2 à
1,5 W/kg en début 2007.
Résultats : Augmentation du taux de lymphome d'un facteur 2,4 (soit plus du double, résultat
hautement significatif).
Beale IL et al., Bioelectromagnetics. 1997;18(8):584-94. Psychological effects of chronic
exposure to 50 Hz magnetic fields in humans living near extra-high-voltage transmission lines.
Effets psychologiques de l'exposition chronique aux champs électromagnétiques de 50 Hz chez
l'homme vivant près de lignes haute tension.
Mise en évidence de relations dose-réponse entre l'exposition et certaines performances
mentales et symptomatologies psychiatriques.
Ces associations se sont avérées indépendantes de la croyance des participants au sujet des
effets des champs électromagnétiques.
Ces effets sont essentiellement l’irritabilité puis la dépression, aboutissant parfois au suicide.
Magras IN, Xenos TD. Bioelectromagnetics. 1997;18(6):455-61. RF radiation-induced changes in
the prenatal development of mice.
Observation d’une diminution progressive du nombre de nouveau-nés de souris par portée, pour
finir par une infertilité irréversible pour des densités de puissance de CEM d’une antenne radio
comprises entre de 0,002 à 0,010 W/m².
Burch JB et al. , Am J Epidemiol. 1999 Jul 1;150(1):27-36. Reduced excretion of a melatonin
metabolite in workers exposed to 60 Hz magnetic fields.
Cette étude relate la sécrétion réduite d'un métabolite de mélatonine chez des ouvriers exposés
à des CEM de 60 Hz.
Cette étude signale que les champs ELF pourraient diminuer la sécrétion de mélatonine, une
hormone associée au rythme circadien (l'horloge interne du cerveau). C’est au travers de ce
phénomène que le portable provoquerait des insomnies et autres symptômes psychologiques.
Or en médecine, une hypothèse suppose fortement que la mélatonine pourrait avoir un effet
protecteur contre le cancer du sein, de sorte que sa suppression pourrait contribuer à une
augmentation de l'incidence des cancers du sein induits.
Hennies K, Neitzke DK, Voight H. [Cell Phone and Health], ECOLOG Institute in Hannover, 2000
April
Publiée en même temps que le rapport Stewart en G.B, cette revue de 220 publications à
comité de lecture, réalisée en Allemagne par l'institut renommé ECOLOG, montre des
preuves claires et scientifiques d'effets d'initiation et de promotion de cancers par les
champs électromagnétiques utilisés en téléphonie mobile.
Elle lance un appel pour réduire les normes d'exposition d'un facteur de 10 000, appel qui a
d'ailleurs été suivit par le groupe BWM en 2004 pour ses 100 000 employés à travers le monde.
Cherry NJ., Associate Professor of Environmental Health at Lincoln University, New Zealand,
2000 Jun. Health Effects Associated with Mobile Base Stations in Communities. The need for
health studies.
Une revue approfondie sur le syndrome des micro-ondes reprenant notamment les données
complètes de l'étude de l'ambassade des Etats-Unis à Moscou exposée pendant 20 ans à des
ondes radar de faible intensité (évaluées à 0,2 W/m² à l'intérieur).
Mise en évidence de taux élevés de symptômes neurologiques, d'aberrations chromosomiques et
de cas de cancers.
Cherry NJ., Associate Professor of Environmental Health at Lincoln University, New Zealand,
2000 Jul. EMR Reduces Melatonin in Animals and People.
De nombreuses études indépendantes ont établi que les champs électromagnétiques ELF
réduisent les taux de mélatonine chez les animaux et les êtres humains.
Importance de la mélatonine :
- Essentielle pour un sommeil sain
- Réduit le taux de cholestérol,
- Réduit la tension artérielle et la tendance aux thromboses
- Extracteur de radicaux libres (réduction d’attaques cardiaques, de cancers et de virus
- Augmente l’efficacité du système immunitaire
Schirmacher A. et al. Bioelectromagnetics. 2000 Jul;21(5):338-45. Electromagnetic fields (1.8
GHz) increase the permeability to sucrose of the blood-brain barrier in vitro.
Les champs électromagnétiques de 1,8 GHz augmentent la perméabilité au sucrose de la
barrière hémato-encéphalique in vitro.
Grigor'ev IuG, Stepanov V., Microwave Effect on Embryo Brain: Dose Dependence and the Effect
of Modulation, in B.J.Klauenberg and D. Miklavcic (eds.), Radio Frequency Radiation Dosimetry,
31-37. 2000, Kluwer Academic Publisher.
Etude comparant les effets d'ondes pulsées et non pulsées sur le développement du système
nerveux central d'embryons de poulets, à des niveaux d'intensités compris entre 0,4 W/m² et
100 W/m². Mise en évidence d'une corrélation dose-effet.
De plus à niveau d'intensité égale, les ondes pulsées produisent des effets plus sévères.
Enfin un signal pulsé de faible intensité peut être détecté et « mémorisé » par l'embryon.
Fernie et al., Environ Res 2001 Jun;86(2):198-207. Evidence of oxidative stress in American
kestrels exposed to electromagnetic fields.
Cette étude montre les nombreux effets des CEM sur les mécanismes immunitaires mais aussi
l’existence de différences entre exposition à court et moyen terme.
Levallois et al., Am J Epidemiol 2001 Oct 1;154(7):601-9. Effects of electric and magnetic fields
from high-power lines on female urinary excretion of 6-sulfatoxymelatonin
Cette publication montre que tout le monde n’est pas sensible de la même façon aux CEM et que
les effets nocifs des CEM concernant la mélatonine se traduisent dans les études
épidémiologiques.
Leszczynski D et al., Differentiation. 2002 May;70(2-3):120-9. Non-thermal activation of the
hsp27/p38MAPK stress pathway by mobile phone radiation in human endothelial cells: molecular
mechanism for cancer- and blood-brain barrier-related effects.
Mise en évidence de réponses de stress de cultures de cellules endothéliales humaines par
expositions non thermiques à des radiations de micro-ondes 900 MHz de téléphones mobiles
GSM. L’une des protéines affectées a été identifiée comme étant la protéine de choc thermique
hsp27 (Heat Shock Protein-27). En nous basant sur les fonctions connues de hsp27, nous
pouvons avancer l'hypothèse selon laquelle l'activation de hsp27 induite par les radiations d'un
téléphone mobile pourrait :
1 - Faciliter le développement de cancers du cerveau en inhibant la voie apoptotique
2- Causer une augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique par la
stabilisation des fibres de stress des cellules endothéliales.
Ces événements, lorsqu'ils se produisent répétitivement au cours d'une longue période de
temps, peuvent devenir un risque pour la santé, à cause de l'accumulation possible de dégâts
aux tissus du cerveau. D'autres facteurs de dégâts au cerveau peuvent co-participer à des effets
induits par les radiations de téléphones mobiles.
Henshaw DL., Med Hypotheses 2002 Jul;59(1):39-51. Does our electricity distribution system
pose a serious risk to public health?
Notre système de distribution d'électricité pose-t-il un risque sérieux de santé publique ?
Des expositions élevées aux champs magnétiques sont associées à un risque accru de leucémie
infantile. Une liaison avec le cancer du sein et d'autres formations cancéreuses a été postulée via
la modification de la mélatonine.
D'autres maladies ont été liées avec la distribution d'électricité, par l'association ou des
considérations de mécanisme.
Pour les maladies choisies, cette publication estime le nombre annuel des cas en excès qui
pourraient arriver près de lignes hautes tension au Royaume-Uni. A 150m des lignes hautes
tension, des expositions aux champs magnétiques plus de 0,1 µT sont postulées pour aboutir à
9000 cas en excès de dépression chez des adultes, et 60 cas de suicide.
Des effets des champs électriques peuvent venir par médiation de l'exposition accrue à la
pollution aérienne. Dans les 400m des lignes haute tension, cela peut résulter annuellement
dans 200-400 cas d'excès de cancer du poumon, 2000-3000 cas d'autres maladies associées à la
pollution de l’air et 2-6 cas de leucémie infantile. 17 de cancer de la peau (non-mélanome)
pourraient arriver par l'exposition directement sous les lignes haute tension.
Fin février 2003, suite à cette étude, certaines instances européennes se réunissaient afin de
savoir s’il fallait appliquer le principe de précaution aux champs électromagnétiques.
Croft RJ et al., Clin Neurophysiol. 2002 Oct;113(10):1623-32. Acute mobile phone operation
affects neural function in humans.
Les GSM affectent la fonction neurale chez l'homme et le font en fonction de la durée
d'exposition. La nature temporelle de cet effet peut contribuer au manque de résultats cohérents
rapportés dans la littérature.
Huber R et al., J Sleep Res. 2002 Dec;11(4):289-95. Electromagnetic fields, such as those from
mobile phones, alter regional cerebral blood flow and sleep and waking EEG.
Les champs électromagnétiques (CEM) pulsés utilisés en téléphonie mobile modifient localement
le flux sanguin cérébral. La modulation en ELF induit des changements de l’EEG en phase d’éveil
et de sommeil. Il en résulte notamment que les CEM ELF pulsés peuvent fournir une
nouvelle méthode, non envahissante, afin de modifier les fonctions du cerveau pour
des buts expérimentaux, diagnostiques et thérapeutiques.
Di Carlo A. et al., J Cell Biochem. 2002;84(3):447-54. Chronic electromagnetic field exposure
decreases HSP70 levels and lowers cytoprotection.
L'exposition chronique de CEM diminue les niveaux de protéines de choc thermiques (HSP70) et
abaisse la protection cellulaire. Résultats encore une fois confirmés sur embryons de poulets
exposés 4 jours à des CEM ELF qui ont conduit à des diminutions de HSP70 de 27%.
Ce mécanisme pourrait augmenter la probabilité de cancer (diminution de la protection contre
les UV) et d'autres maladies.
Hutter HP, Moshammer H, Kundi M., Institute of Environmental Health - University of Vienna.
(2002, Kostarakis P. Rhodes: Workshop, p. 344-352) Mobile Telephone Base-Stations: Effects on
Health and Wellbeing
Malgré l'influence de variables telles que la crainte d'effets néfastes, une relation significative
entre la densité de puissance mesurée et des symptômes cardiovasculaires a été mise en
évidence par cette étude.
Hallberg O, Johansson O. Arch Environ Health. 2002 Jan-Feb;57(1):32-40. Melanoma incidence
and frequency modulation (FM) broadcasting.
L'incidence du mélanome a sérieusement augmenté dans de nombreux pays depuis 1960.
L'incidence du mélanome a été liée à la distance aux émetteurs FM. Cette étude examine si une
lien existe à l’échelle d’un pays. L'incidence Exposition-temps-spécifique a été extraite à partir
des données d'exposition et d'incidence de 4 pays différents, et ceci a été comparé à l'incidence
spécifique à l'âge rapportée du mélanome.
Une corrélation entre l'incidence de mélanome et le nombre d'émetteurs FM localement
recevables de FM a été trouvée. Les auteurs ont conclu que le mélanome est associé à
l'exposition à la radiodiffusion de FM.
van Wijngaarden E., J Occup Environ Med 2003 Jan;45(1):96-101. An exploratory investigation
of suicide and occupational exposure.
Cette étude épidémiologique sur les CEM (entre autres) et le suicide est à rapprocher des études
épidémiologiques antérieures (Baris et al., 1996) (Kelsh, 1997) (Johansen & Olsen, 1998) (van
Wijngaarden et al., 2000) qui montrent toutes une augmentation du risque.
Le nombre d'études étant pourtant considéré encore en 2002 comme insuffisant pour tirer une
conclusion définitive (Neutra et al 2002).
L'augmentation de ce risque, même s'il est faible, est pourtant démontrée dans les études les
plus puissantes statistiquement, à partir d'une exposition de 0,1 microTesla et avec un OR à 1,5
ce qui le fait entrer dans les enjeux de santé publique.
Mashevich et al., Bioelectromagnetics 2003 Feb;24(2):82-90. Exposure of human peripheral
blood lymphocytes to electromagnetic fields associated with cellular phones leads to
chromosomal instability.
L'exposition de lymphocytes de sang humain périphérique aux champs électromagnétiques
associés aux téléphones cellulaires mène à l'instabilité des chromosomes à dose non-
thermique.
Traitcheva et al., Bioelectromagnetics 2003 Feb;24(2):148-50. ELF fields and photooxidation
yielding lethal effects on cancer cells.
A fortes doses, les ELF (50 Hz) peuvent détruire des cellules cancéreuses (intérêt pour
traitement ?)
Soja et al., Bioelectromagnetics 2003 Feb;24(2):91-102. Growth and yield of winter wheat
(Triticum aestivum L.) and corn (Zea mays L.) near a high voltage transmission line.
Cette étude montre une diminution significative des rendements de la culture du blé en
approchant les cultures d'une ligne électrique haute tension (même les plantes s'y mettent).
Santini R., 2003 Feb., Publications about the health of people living in vicinity of cellular phone
base stations
Etude statistique inquiétante sur les pathologies des riverains aux antennes relais en fonction de
la distance d'habitation par rapport à celles-ci.
Ben-Izhak et al., Biochem Biophys Res Commun 2003 Mar 7;302(2):427-34. Low-frequency
electromagnetic fields induce a stress effect upon higher plants, as evident by the universal
stress signal, alanine
Montrent que les ELF sont un facteur de stress chez les plantes par la production d'alanine
Apati et al., J Biol Chem 2003 Mar 14;278(11):9235-43. Calcium induces cell survival and
proliferation through the activation of MAPK pathway in a human hormone-dependent leukaemia
cell line (TF-1).
Montre qu'une augmentation de calcium au niveau cellulaire active certaines voies enzymatiques
(kinases).
Cette publication fut révolutionnaire pour comprendre la voie essentielle des kinases qui est
enseignée aujourd'hui en Biologie Cellulaire dans toutes les facultés de médecine.
Elle présente peu d’intérêts pour les CEM, seulement si certains « experts » l'avaient lue, cela
leur aurait évité de dire des âneries concernant le peu d'intérêt des modifications sur le calcium
induites par les micro-ondes.
Santini R et al., Pathol Biol (Paris). 2003 Apr;51(3):143-6. [Video screen exposure and 6-
sulfatoxymelatonin urinary excretion in women]
Diminution de la mélatonine chez des femmes exposées aux champs d'écran vidéo.
Weisbrot et al., J Cell Biochem 2003 May 1;89(1):48-55. Effects of mobile phone radiation on
reproduction and development in Drosophila melanogaster.
Le rayonnement non-thermique de GSM a augmenté les taux de progéniture, les niveaux de
protéines de choc thermique (HSP70), ainsi que de deux autres facteurs biologiques.
Les auteurs suggèrent d’utiliser ces biomarqueurs sensibles et fiables pour fixer des
normes de sécurités réalistes pour les GSM.
Ivancsits S et al., Arch Occup Environ Health. 2003 Jul;76(6):431-6. Epub 2003 Jun 12.
Intermittent extremely low frequency electromagnetic fields cause DNA damage in a dose-
dependent way
Confirmation de l'action des ELF sur des cassures d'ADN dans des cellules humaines à dose non
thermique.
Ciombor DM et coll. Osteoarthritis Cartilage. 2003 Jun;11(6):455-62. Modification of
osteoarthritis by pulsed electromagnetic field--a morphological study.
Utilisation des radiofréquences pulsées dans divers traitements tels des troubles neurologiques
ou ici l'évaluation dans le traitement d'arthrose.
Rajkovic V et al., Tissue Cell. 2003 Jun;35(3):223-231. Evaluation of rat thyroid gland
morphophysiological status after three months exposure to 50 Hz electromagnetic field.
Montrent les anomalies sur la thyroide et les hormones thyroidiennes après 3 mois d'exposition
aux CEM de l'électricité.
Barbaro V et al., Phys Med Biol. 2003 Jun 7;48(11):1661-71.On the mechanisms of interference
between mobile phones and pacemakers: parasitic demodulation of GSM signal by the sensing
amplifier.
Explique le mécanisme entraînant les interférences avec les stimulateurs cardiaques
(pacemakers). C'est bien la modulation en basse fréquence qui est responsable.
Fredericks DC et al., J Pediatr Orthop. 2003 Jul-Aug;23(4):478-83. Effects of pulsed
electromagnetic field stimulation on distraction osteogenesis in the rabbit tibial leg lengthening
model.
Cette publication montre une meilleure ostéogenèse (réparation de l'os) via les ELF.
ELF qui, selon nos « experts », ne « pouvaient avoir aucune action »...
Elles n'ont visiblement pas que des côtés négatifs, tout dépend de l'exposition.
Lee TM et al. Neuroreport. 2003 Jul 18;14(10):1361-4. The effect of the duration of exposure to
the electromagnetic field emitted by mobile phones on human attention.
Montrent que les effets sur des tests d'attention chez l'Homme existent et sont fonction du
temps d'exposition. Les CEM provoquent une perte d’attention significative.
Le code de la route sera modifié en conséquence, pas de portables au volant.
Kliukiene J et al. Eur J Cancer Prev. 2003 Aug;12(4):301-7. Follow-up of radio and telegraph
operators with exposure to electromagnetic fields and risk of breast cancer.
Augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes soumises aux champs de l'électricité
et aux radiofréquences.
Hocking B, Gordon I.,Arch Environ Health. 2003 Sep;58(9):560-4. Decreased survival for
childhood leukemia in proximity to television towers.
Précédemment, un plus grand risque de leucémie infantile (50%) a été identifié parmi les
enfants qui ont résidé dans un anneau 4 km autour de tours de télévision par rapport à ceux
vivant dans un anneau de 4 à 12 km.
Cette étude montre que les taux de survie à 10 ans dans les anneaux intérieurs sont de
seulement 33% alors qu’ils sont de 62% dans les anneaux extérieurs... Du simple au double !
Zwamborn A.P.M. et al, TNO – Netherlands Organisation for Applied Scientific Research, TNO
Report FEL-03-C148, Sept. 2003, 86 p. Effect of Global Communication system radio-frequency
fields on Well-Being and Cognitive Functions of humans subjects with and without subjective
complaints
Etude en double aveugle, financée par trois ministères néerlandais, sur les effets des antennes
UMTS (3G). A clairement mis en évidence des effets significatifs sur le bien-être selon des
critères reconnus internationalement (maux de têtes, fatigue musculaire, vertiges) pour des
niveaux d'émission largement inférieurs aux normes de l'ICNIRP.
Grigor'ev IuG., Radiats Biol Radioecol. 2003 Sep-Oct;43(5):541-3. [Biological effects of mobile
phone electromagnetic field on chick embryo (risk assessment using the mortality rate)]
Malformations congénitales :
Des embryons de poulets ont été exposés à des CEM de GSM pendant leur développement
embryonnaire (21 jours).
Le taux de mortalité des embryons a augmenté à 75% (contre 16% dans le groupe témoin).
Bonhomme-Faivre L et al., Arch Environ Health. 2003 Nov;58(11):712-7. Effects of
electromagnetic fields on the immune systems of occupationally exposed humans and mice.
Montre que l'exposition chronique à un CEM (de type 50 Hz, occupationnel) peut mener à une
diminution de paramètres immunologiques, notamment du nombre de lymphocytes
CD4, tant chez l’homme que chez la souris.
Le portable ne semble donc pas très avantageux pour les séropositifs VIH.
Santini R et al. Electromagnetic Biology and Medicine. 2003;22(1):41-49. Survey Study of
People Living in the Vicinity of Cellular Phone Base Stations
Cette étude porte la renommé de Santini au niveau international.
Elle étudie la survie des populations proches des antennes relais.
Les « experts » qui ont tant décrié Santini devraient sans doute s’interroger.
Leelapriya T. et al. Electromagnetic Biology and Medicine. 22(1):117-125. Effect of Weak
Sinusoidal Magnetic Field on Germination and Yield of Cotton (Gossypium spp.)
Effets des CEM ELF sur la germination du coton, que l'on peut difficilement dire
psychologiquement instable. Cette étude montrent également l'existence de fenêtres de
fréquence et de dose.
Vallejo D. et al. Electromagnetic Biology and Medicine. 22(1):133-147. Effects of Extremely Low
Frequency Magnetic Fields on Blood Coagulation in Mice: An Initial Study
Effets d'une exposition à long terme aux ELF sur la coagulation chez la souris.
Juraj Gmitrov et al. Electromagnetic Biology and Medicine. 22(1):203-215. Geomagnetic Field
Effect on Affective and Cognitive Competence in Preschool
Effets du champ géomagnétique sur la cognition chez des enfants.
Santini R. et al. , 2004 Fev, Rapport du CSIF-CEM sur les antennes relais de la téléphonie mobile
De nombreux scientifiques demandent des normes nettement plus basses que les celles en
vigueur : un concensus existe autour de la valeur de 0,0001 W/m² (Dr Neil Cherry , Prof. R.
Santini, Dr G. Hyland, la résolution de Salzburg, Dr L. Von Klitzing).
Cela ne remet pas en cause le fonctionnement des réseaux GSM qui fonctionnent dès
0,00000024 W/m².
Comment accepter aujourd’hui que l’Homme subisse des ondes modifiant l’activité de son
cerveau, modifiant les phases de son sommeil sans qu’il puisse intervenir ?
Sans compter qu'il faut tenir compte de la multiplicité des systèmes simultanés (exemple TETRA
+ GSM + DCS + UMTS + WIFI + WI-MAX etc..) ainsi que de la concurrence entre opérateurs.
Dans la pratique, il est sans doute déjà trop tard pour revenir à une norme de 0,0001 W/m²,
c’est à dire qu’il est impossible de prévoir un facteur de sécurité par rapport aux connaissances
scientifiques actuelles qui indiquent l’apparition de pathologies à partir de 0,001 W/m². Il
faudrait donc que cette valeur devienne la norme actuelle : 0,001 W/m².
Cela peut être obtenu soit par éloignement des antennes à plus de 300 m des habitations ou
autres lieux de vie soit par diminution des puissances d’émission soit les 2 simultanément.




Havas M. et Stetzer D., Oct 2004, WHO Workshop on Electrical Hypersensitivity, Dirty Electricity
and Electrical Hypersensitivity: Five Case Studies
Les résultats de cette étude sont dramatiques.
1 - Une installation électrique de mauvaise qualité peut contribuer à l'électro-
hypersensibilité (EHS), c'est-à-dire la sensibilité aux ondes du téléphone portable
2 - L'EHS pourrait concerner un pourcentage nettement plus important de la population que ce
qui est reconnu actuellement (50% au lieu de 2-3%)
3 - Les enfants sont plus sensibles que les adultes
4 - La pollution électrique pourrait élever le taux de glucose dans le plasma chez certains
diabétiques et exacerber les symptômes de ceux souffrant d'acouphènes et de sclérose multiple
Hallberg O, Johansson 0., Electromagnetic Biology and Medicine, 24 (1),2005:1-8, FM
Broadcasting Exposure Time and Malignant Melanoma Incidence
Mise en évidence d’une forte corrélation entre l’exposition à des émetteurs radio FM (dans 288
municipalités suédoises entre 1958 et 2002) et la mélanome malin de la peau.
La relation est fonction de l’âge : constante pour les moins de 50 ans au cours de 20-30
dernières années, alors que l’incidence pour les personnes plus âgées est en constante
augmentation.
Les auteurs estiment que les radiations d’émission FM à des fréquences de résonance proches de
celle du corps constituent un stress environnemental lié au mélanome malin.
Hallberg O, Johansson 0, Med Sci Monit, 2005; 11(10): CR457-461
Increasing incidence of malignant melanoma of skin can be modeled as a response to suddenly
imposed environmental stress
Le mélanome malin de la peau est un bon exemple d'une maladie pour laquelle un modèle
d'incidence fonction de l’âge peut être expliqué par un stress environnemental imposé de
manière soudaine et permanente à une population entière (au milieu des années 50 dans les
pays nordiques et vers la fin des années 60 aux Etats-Unis).
Ce stress affecte personnes de 13 ans et plus, peut mathématiquement expliquer le modèle
spécifique à l'âge pour le mélanome de la peau notée dans les pays étudiés.
L'incidence normalisée en fonction de l’âge pour le mélanome de la peau devrait se stabiliser à
19/100 000 après 2010 en Suède.
Coghill R., European Biology &
Bioelectromagnetics, 2005;1(1):1-5. Melatonin - a molecule for the modern age
New developments in the continuing saga
Article de revue sur la mélatonine et sa place émergente en médecine et en nutrition, de même
que des découvertes récentes sur sa synthèse par des lymphocytes comme élément du système
de défense immunitaire cellulaire.
Rôles de la mélatonine :
- facteur de lutte contre le vieillissement,
- effet bénéfique sur le sommeil,
- agent de réparation dans les maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson),
- qualités anti-oxydantes (prévention et traitement du cancer),
- agent de radioprotection.
Dans le cas du mélanome uvéal lié aux CEM (Kundi et al, 2004), des déficits en mélatonine ont
été mis en évidence.
Huber R et al., Eur J Neurosci. 2005 Feb;21(4):1000-6. Exposure to pulse-modulated radio
frequency electromagnetic fields affects regional cerebral blood flow.
Montre que c’est le caractère modulé des impulsions pulsée des CEM qui est crucial pour
induire des changements de l'Electro EncéphaloGramme en phases de réveil et du sommeil , en
affectant les flux sanguin cérébral régional (rCBF).
Koyu A et al. Toxicol Ind Health. 2005 Mar;21(1-2):27-31. No effects of 900 MHz and 1800 MHz
electromagnetic field emitted from cellular phone on nocturnal serum melatonin levels in rats.
Le rayonnement du téléphone cellulaire a diminué le niveau de l'hormone qui règle la fonction
thyroïde (TSH), des niveaux de T3 et des hormones T4 diminuées.
Une déficience en T3 et T4 provoque des augmentations de retard mental.
Barteri M et al., Biophys Chem. 2005 Mar 1;113(3):245-53. Structural and kinetic effects of
mobile phone microwaves on acetylcholinesterase activity.
Premier test in-vitro, simple et reproductible, de l'effet des champs électromagnétiques de
téléphones mobiles sur la structure d'une enzyme, l'acetylcholine esterase, enzyme capitale
chargée de dégrader un neuromédiateur (acétylcholine).
Après 20 minutes d'exposition à un téléphone mobile, il y a une effet irréversible sur les
caractéristiques structurelles et biochimiques de cette importante enzyme du système nerveux
central. Effets surprenants et hautement reproductibles, pratiquement sans risques
d'erreur expérimentales.
Commentaire de l'ISS (Institute of Science in Society) :
On ne peut plus accepter la position selon laquelle il n’existe pas de mécanisme
“concevable” qui pourrait expliquer les effets non thermiques des champs
électromagnétiques.
Fernie KJ, Reynolds SJ., J Toxicol Environ Health B Crit Rev. 2005 Mar-Apr;8(2):127-40. The
effects of electromagnetic fields from power lines on avian reproductive biology and physiology:
a review.
Effet des lignes haute tension sur la biologie et la physiologie des oiseaux.
La plupart des études indiquent qu'une exposition des oiseaux à des champs électromagnétiques
a un effet sur leur comportement, leur reproduction, leur croissance et leur développement, sur
leur physiologie et leur endocrinologie, et ce avec stress oxydatif.
Une partie de ce travail a impliqué des oiseaux dans des conditions volière, alors que d’autres
recherche s'est concentrée sur les oiseaux en liberté.
Tkalec M et al., Bioelectromagnetics. 2005 Apr;26(3):185-93. Influence of 400, 900, and 1900
MHz electromagnetic fields on Lemna minor growth and peroxidase activity.
Etude de l’influence de CEM de 400, 900 et 1900 Mhz sur la croissance de plantes. Forte
diminution de croissance des plantes pour les CEM 900 Mhz à 23 V/m pendant 2 heures, l’effet
s’accroissant avec la durée d’exposition.
Diminution également de croissance pour des CEM de 1900 Mhz à 10 V/m pendant 14 heures.
Forte augmentation de l’activité de la peroxidase pour les plantes exposées à 900 Mhz et 41
V/m.
Diem E et al., Mutat Res. 2005 Jun 6;583(2):178-83. Non-thermal DNA breakage by mobile-
phone radiation (1800 MHz) in human fibroblasts and in transformed GFSH-R17 rat granulosa
cells in vitro.
Rupture non-thermique d'ADN par le rayonnement de téléphone mobile (1800 Mhz) sur
fibroblastes humains et sur cellules granuleuses de rat in vitro.
L'exposition intermittente a montré un effet plus fort dans l'analyse de comète que
l'exposition continue. Les dommages induits d'ADN ne peuvent donc pas être basés sur
des effets thermiques (qui sont zappés par l'ICNIRP).
Hardell L. et al. , Neuroepidemiology. 2005;25(3):120-8. Epub 2005 Jun 13. Case-control study
on cellular and cordless telephones and the risk for acoustic neuroma or meningioma in patients
diagnosed 2000-2003.
Risque d’augmentation des tumeurs du cerveau (neurinome acoustique et
meningiome) de 4.2 pour les téléphones cellulaires analogiques et de 2.0 pour les
téléphones cellulaires numériques. Pas d'augmentation significative pour les téléphones fixes
sans fil.
Dovrat A, et al. Bioelectromagnetics. 2005 Jul;26(5):398-405. Localized effects of microwave
radiation on the intact eye lens in culture conditions.
Effets des radiations de micro-ondes sur des cristallins d'yeux de bovins en culture. Preuves
claires de ce que ces radiations de GSM ont un réel impact sur les cristallins. Si la conversation
téléphonique dure longtemps, les rayonnement créent une accumulation et au bout de quelques
années, les utilisateurs découvriront qu'ils ont contracté une cataracte.
Ils l'attribueront erronément à une conséquence de leur âge.
Erronément car cette étude a été répété avec des doses de radiations divisées par 2, et les
résultats ont été les mêmes lorsqu'on a multiplié les durées d'exposition par 2.
Rajkovic V, Matavulj M, Johansson O., Int J Radiat Biol. 2005 Jul;81(7):491-9. Histological
characteristics of cutaneous and thyroid mast cell populations in male rats exposed to power-
frequency electromagnetic fields.
Une critique très féroce de certains adversaires à la nocivité des portables a été que
les modifications de mastocytes chez les personnes électro-hypersensibles (ou chez
des volontaires normaux !) ne peuvent pas être dues à l'action des champs
électromagnétiques, mais bien à des perturbations psychologiques, effet nocabo par
voie psychosomatique.
Cette étude indique des modificatoins significatives des mastocytes cutanés et de la thyroïde
chez les rats exposés à des champs électromagnétiques.
Les résultats ayant été obtenus sur des animaux, les théories psychologiques ne peuvent
donc pas être retenues, à moins que l'on ne se mette à parler de la psychologie du rat !
Winker R. et al., Mutat Res. 2005 Aug 1;585(1-2):43-9. Chromosomal damage in human diploid
fibroblasts by intermittent exposure to extremely low-frequency electromagnetic fields.
Dommages chromosomiques dans les fibroblastes humains en culture par exposition
intermittente aux CEM ELF.
Cette étude indique fortement un potentiel clastogenique (cassures de chromosomes donc
d'ADN, changement dans le nombre de chromosomes) des CEM ELF intermittents, qui
peuvent mener aux dommages chromosomiques considérables dans des cellules en
division.
Caraglia M. et al., J Cell Physiol. 2005 Aug;204(2):539-48. Electromagnetic fields at mobile
phone frequency induce apoptosis and inactivation of the multi-chaperone complex in human
epidermoid cancer cells.
L'exposition aux CEM MW non-thermiques à 1.95 mégahertz (fréquence utilisée en
mobilophonie) affecte la cinétique de repliage des protéines eucaryotes.
Elle induit l'apoptose et l'inactivation du complexe multi-chaperon de cellules cancereuses
épidermoïdes humaines.
Lee S et al., FEBS Lett. 2005 Aug 29;579(21):4829-36.
2.45 GHz radiofrequency fields alter gene expression in cultured human cells.
Ces résultats indiquent que les champs de radiofréquences à 2.45 gigahertz peuvent changer
l'expression de gènes en culture de cellules humaines par des mécanismes non-thermiques.
Markovà E. et al., Environ Health Perspect. 2005 Sept.; 113(9): 1172–1177.
Microwaves from GSM Mobile Telephones Affect 53BP1 and ?-H2AX Foci in Human Lymphocytes
from Hypersensitive and Healthy Persons
Mesures des effets d’ondes GSM à différentes fréquences d’ondes porteuse sur des lymphocytes
humains.
Mesure des changements de la conformation de la chromatine, qui sont indicatifs de la réponse
de stress et des effets génotoxiques.
Pour la première fois, cette étude montre que les effets des micro-ondes de téléphones
cellulaires sur les lymphocytes humains dépendent de la fréquence de l'onde porteuse.
Hardell L et al. Int Arch Occup Environ Health. 2005 Sep;78(8):625-32. Epub 2005 Oct 12. Use
of cellular or cordless telephones and the risk for non-Hodgkin's lymphoma.
Etude épidémiologique sur 910 cas de lymphomes non Hodgkin et de 1016 témoins.
Conclusion :
Risque accru de développer le lymphome-T non-Hodgkin aussi bien parmi les utilisateurs de
téléphones portable numériques (190%) que parmi les utilisateurs de téléphone fixe sans fil
(247%).
Schoemaker MJ, British Journal of Cancer. 2005 Oct 3;93(7):842-8. Mobile phone use and risk of
acoustic neuroma: results of the Interphone case-control study in five North European countries.
Augmentation de 80% du risque du tumeur du cerveau (neurinome acoustique) du
même côté que celui utilisé pour téléphoner pour des périodes d'utilisation supérieures
à 10 ans.
Hallberg 0, Johansson O., European Biology and Bioelectromagnetics, 2005 Oct. Alzheimer
mortality - why does it increase so fast in sparsely populated areas?
Etude sur la mortalité d'Alzheimer - pourquoi augmente-t-elle si rapidement dans des régions
peu peuplées ?
La mortalité liée à la maladie d'Alzheimer semble être associée à la puissance de rendement des
GSM (qui est nécessairement plus forte dans les campagnes). On s'attend à ce que la mortalité
augmente rapidement et sensiblement dans les 10 années à venir.
Des études plus approfondies dans ce domaine complexe sont nécessaires
Beniashvili DI, Baazov DSh., Georgian Med News. 2005 Oct;(127):61-4. Ultrastructural
organization of epiphysis in rats under the action of electromagnetic fields and during mammary
carcinogenesi.
Revue d'études et expériences des auteurs sur l'nfluence des ELF sur les déséquilibres
hormonaux et le développement de cancers du sein par réduction de la production de
mélatonine.
Gandhi Gursatej, Anita, Indian J Hum Genet 2005;11:99-104. Genetic damage in mobile phone
users: some preliminary findings
Etude des dommages ADN et chromosomiques sur des lymphocytes sanguins de sujets exposés
à des radiations de téléphones portables (entre 800 et 2000 Mhz).
Mise en évidence de dommages génétiques (non thermiques).
Corrélation hautement signifiative avec 40% des cellules endommagées par rapport au
groupe témoin.
Gandhi G & Singh P., Int J Hum Genet, 5(4): 259-265 (2005). Cytogenetic Damage in Mobile
Phone Users: Preliminary Data
Mise en évidence de la génotoxicité des téléphones portables.
Augmentation significative des aberrations chromosomiques (32% vs 10% dans le groupe
témoin) sur des lymphocytes sanguins et des micronuclei sur cellules de la muqueuse buccale de
sujets exposés à des radiations de téléphones portables (SAR de 1 à 2 W/kg).
Conclusion de l'article :
Il faut rappeler qu'on ne doit pas être utilisateur de téléphone mobile pour être exposé à ces
rayonnements : l'exposition existe également à proximité d'antennes relais ou à proximité
d'autres utilisateurs, par exemple dans un train.
Stopczyk D et al., Ann Acad Med Stetin. 2005;51 Suppl 1:125-8. [Effect of electromagnetic field
produced by mobile phones on the activity of superoxide dismutase (SOD-1)--in vitro
researches]
Etude in vitro réalisée sur du sang humain.
L‘exposition aux micro-ondes produites par des téléphones mobiles a épuisé l'activité de la
superoxyde dismutase dans les plaquettes de sang humain après seulement 1, 5, et 7 minutes
d'exposition.
Sur cette base, l’étude conclut que le stress oxydant après l'exposition aux micro-ondes peut
être la raison de nombreux changements négatifs dans les cellules et peut conduire à de
nombreux effets systémiques dans l'organisme humain.
Balmori A., Electromagnetic Biology and Medicine, 24: 109–119, 2005. Possible Effects of
Electromagnetic Fields from Phone Masts on a Population of White Stork (Ciconia ciconia)
Etude sur la fertilité de cigognes blanches à proximité d'antennes relais.
Baisse de 50% de la fertilité pour des nids situés à moins de 200 m des antennes par rapport à
ceux situés à plus de 300 m.
40% des nids situés à moins de 200 m n'avaient pas de poussins, comparés à seulement 3% des
nids situés à plus de 300 m.
Plusieurs observations comportementales intéressantes, compatibles avec les résultats, ont été
relevées sur les cigognes nichant à moins de 100 m des antennes : disputes fréquentes du
couple au cours de la construction du nid, construction du nid laborieuse, les nids les plus
affectés ne sont jamais terminés, mort fréquente de jeunes poussins à un âge précoce, les
cigognes restent passivement assises devant les antennes sans rien faire.
Stever H et al., 2005, Universität Koblenz-Landau. Verhaltensänderung
unter elektromagnetischer Exposition . Pilotstudie 2005. [Change of behavior under
electromagnetic exposition]
Etude pilote. Les abeilles comme bio-indicateur possible pour les effets non thermiques des
champs électromagnétiques.
Essai réalisé avec des téléphones sans fil DECT en fonction, 1,9 GHhz pulsé à 100 Hz, placés
directement sur le sol des ruches (4 ruches de 30 000 à 40 000 abeilles mellifères).
Résultats : Perte de poids de 20% des colonies exposées par rapport aux colonies témoins.
Dans une ruche exposée, moins de 50% des abeilles sont revenues, avec un temps de retour
nettement allongé (plus de 400%).
Une autre ruche exposée a été entièrement abandonnée.
Derias EM et al., Arch Androl. 2006 Jan-Feb;52(1):9-14. Growing concern over the safety of
using mobile phones and male fertility
Première étude sur la fertilité masculine.
Les ondes électromagnétiques peuvent présenter des effets thermiques et non-thermiques.
Il y a beaucoup d'études sur animaux qui prouvent que les CEM ont un éventail d'effets néfastes
sur les paramètres reproducteurs masculins de système et de sperme. Les études sur l’homme
vont exploser à partir de là.
Aalto S et al., J Cereb Blood Flow Metab. 2006 Feb 22; Mobile phone affects cerebral blood flow
in humans.
Cette étude fournit la preuve pour la première fois que les CEM émis par un téléphone
mobile affectent le flux sanguin cérébral régional (rCBF) chez l'homme.
Ces résultats sont conformes au postulat que les CEM induisent des changements d'activité
neuronale.
Kabuto M et al (17 scientists), Int J Cancer. 2006 Feb 22; Childhood leukemia and magnetic
fields in Japan: A case-control study of childhood leukemia and residential power-frequency
magnetic fields in Japan.
Cette étude fournit des preuves supplémentaires que l'exposition élevée à des CEM résidentiels
(courant électrique) est associée à un risque plus élevé de leucémie infantile, en particulier
la leucémie lymphoblastique aiguë.
Belyaev IY et al., Bioelectromagnetics. 2006 Mar 1; [Epub ahead of print], Exposure of rat brain
to 915 MHz GSM microwaves induces changes in gene expression but not double stranded DNA
breaks or effects on chromatin conformation.
Etude sur le cerveau des rats soumis à une onde GSM de 915 MHz, courte puissance et faible
durée.
Conclusion :
Pas de cassures de l'ADN ou de changements de conformation de la chromatine, mais
modification significative de l'expression de certains gènes dans les cellules cérébrales.
Hardell L. et al., Int J Oncol. 2006 Feb;28(2):509-18. Pooled analysis of two case-control studies
on the use of cellular and cordless telephones and the risk of benign brain tumours diagnosed
during 1997-2003
Augmentation du risque du tumeurs bénignes (neurinome acoustique) (1997-2003) avec les
trois types de téléphones : téléphones cellulaires analogiques, téléphones cellulaires numériques
et téléphones sans fils.
Cette nouvelle étude montre l’évidence la plus convaincante jamais publiée du risque de cancer
du cerveau lié à l’utilisation à long terme des téléphones mobiles et sans fil.
Des téléphones numériques GSM et les téléphones sans fil se sont avérés augmenter le risque
approximativement de 50% sur une période de 5 à 10 ans d’utilisation, et respectivement de 60
à 100% au delà de 10 ans.
Hardell L. et al., Int Arch Occup Environ Health. 2006 Mar 16; [Epub ahead of print], Pooled
analysis of two case-control studies on use of cellular and cordless telephones and the risk for
malignant brain tumours diagnosed in 1997-2003.
Augmentation du risque de tumeurs malignes du cerveau (1997-2003) avec les trois
types de téléphones : téléphones cellulaires analogiques, téléphones cellulaires
numériques et téléphones sans fil.
Odd Ratio de 3,7 pour le téléphone portable digital et OR de 2,3 pour le téléphone sans fil.
Les personnes ayant commencé l'utilisation avant l'âge de 20 ans sont plus affectées
que les personnes plus âgées.
Les risques les plus élevés sont atteints pour des périodes de latence de plus de 10 ans.




Weinfurt KP et al. , Acad Med. 2006 Feb;81(2):113-8., Policies of academic medical centers for
disclosing financial conflicts of interest to potential research participants.
Etude des politiques en matière de conflits d'intérêt financiers potentiels concernant des
chercheurs de 123 grandes institutions américaines.
Eclairant sur la façon dont les résultats changent en fonction du financement des études...
Rubin GJ et al, BMJ 2006;332:886-891 (15 April)Are some people sensitive to mobile phone
signals? Within participants double blind randomised provocation study.
Etude industrielle en double aveugle.
Conclusion :
Pas d’évidence que les personnes se disant électrosensibles puissent être affectées de signaux de
téléphones portables ou qu'elles y réagissent avec des symptômes accrus.
Une fausse exposition a été suffisante pour déclencher des symptômes graves dans certains
participants, les facteurs psychologiques peuvent avoir un rôle causal important.
Explication des effets du téléphone portable par un effet nocebo, les symptomes du
"syndrome des micro-ondes" seraient psychologiques.
van Velden F, emfacts.com, Apr 2006, Comment to ‘Are some people sensitive to mobile phone
signals?’
Cette étude s'attaque à l'étude de Rubin ci-dessus, et y relève de nombreuses erreurs.
- L'étude de Rubin qui contredit la définition de l'électrohypersensibilité de l'OMS (Ce n'est pas
l'exposition que perçoivent les électrohypersensibles, mais bien des symptômes).
- Contradictions dans l'explication par un effet nocebo (des personnes se disant non
electrosensibles ont également exprimé des maux de tête).
- Le faux signal micro-ondes (appelé "sham") de l'expérience de Rubin n'était en fait pas nul,
mais 700 fois moins élevé.
Conclusion : L'étude de Robin est provocative, elle ne prouve rien.
Vrijheid M. et al., (International Agency for Research on Cancer, Lyon, France)
J Expo Sci Environ Epidemiol. 2006 Jun 14. The effects of recall errors and of selection bias in
epidemiologic studies of mobile phone use and cancer risk
Cette étude souligne les erreurs systématiques faîtes au sein des 13 études eurpéeens
INTERPHONE.
Cette étude montre que les méthodes utilisées conduisent à un biais de sélection des personnes
non-exposées, qui peut mener à une grande sous-estimation quant au risque de cancer de
cerveau lié à l'utilisation des téléphone mobiles.
Wood AW., Arch Dis Child. 2006 Apr;91(4):361-6. How dangerous are mobile phones,
transmission masts, and electricity pylons?
Cet article de revue conclut assez vite à l'absence de lien de causalité entre santé et antennes.
Conclut que le revendication d'une approche prudente est exagérée en fonction de la force des
évidences d'une absence de lien.
Anonymous, omega.twoday.net, Response to ow dangerous are mobile phones, transmission
masts, and electricity pylons?
Critique de l'article de Wood ci-dessus sur le plan des conflits d'intérêt.
Le Dr Andrew Wood est président d'un groupe de travail de l'Australian Radiation Protection &
Nuclear Safety Agency, et écrit régulièrement pour Electricity Supply Association of Australia
(ESAA) dont il a été consultant.
Il a donc de nombreux liens avec l'industrie et les majors.
Mild K. et al., Apr 2006, Swedish National Work Institute
La plus importante étude menée à ce jour sur l’usage prolongé du téléphone portable,
sachant que celui-ci s’est développé en Suède depuis 1984, soit beaucoup plus tôt que
dans bien d’autres pays. Confirmation des résultats de Hardell et al.
Augmentation de 240% du risque de tumeur maligne au cerveau pour les utilisateurs intensifs
du portable.
Augmentation notable du risque de tumeur sur le côté de la tête où le téléphone est
utilisé.
Note du Journal en référence :
On ne peut qu’être frappé par le silence, sur le dossier de la téléphonie mobile, des agences et
instituts gouvernementaux en charge de cette veille.
Keetley V et al., Neuropsychologia. 2006 Apr 14; [Epub ahead of print], Neuropsychological
sequelae of digital mobile phone exposure in humans.
Expérience en double aveugle sur l'effet de 30 minutes de communication GSM sur les capacité
cognitives de 120 volontaires.
Conclusion = Diminution significative du temps de réaction pour des réactions simples (exemple:
évitement d'un danger) ou complexes (choix entre plusieurs alternatives).
Fadel RA et al., Anthropol Anz. 2006 Jun;64(2):211-26. Growth assessment of children exposed
to low frequency electromagnetic fields at the Abu Sultan area in Ismailia (Egypt).
Etude l'influence de lignes haute tension sur la croissance d'enfants de 0-12 ans.
Deux groupes de 390 enfants, l'un vivant à moins de 50 m de lignes et l'autre à plus de 50m.
Réduction du poids à la naissance des enfants exposés, réduction de la circonférence de la tête,
de la poitrine et de la taille des enfants exposés à tous les âges étudiés. Retard dans l'ossification
de l'os carpal.


Conclusion :
l'exposition à des champs électromagnétiques de lignes à haute tension augmente
l'incidence de retards de croissance chez les enfants.
Il est recommandé d'isoler les lignes ou de les éloigner des zones habitées.
Aalto S. et al., J Cereb Blood Flow Metab. 2006 Jul;26(7):885-90. Epub 2006 Feb 22. Mobile
phone affects cerebral blood flow in humans
Cette étude établit pour la première fois que les CEM émis par des GSM produisent une
altération du flux sanguin cérébral : réduction locale du flux sanguin cérébral lors d'une
conversation téléphonique, à proximité de l'antenne, dans le cortex cérébral inférieur, et
augmentation dans le cortex préfrontal.
Huss A et al., Environ Health Perspect doi:10.1289/ehp.9149, 2006 Sept 15, Source of Funding
and Results of Studies of Health Effects of Mobile Phone Use: Systematic Review of Experimental
Studies
Cette étude est un véritable pied de nez aux majors.
Elle étudie l'influence de la source de financement de plusieurs centaines d'études sur une
période de 10 ans à propos des effets de la téléphonie mobile sur la santé.
=> Pour les études financées par le public ou des ONG, ces chiffres sont respectivement de 36%
(effet négatifs découverts) ----------- 46% (neutre) ------------------ 18% (pas d'effet)
=> Pour les études co-financées (public-industrie) , ces chiffres sont respectivement de 18%
(effet négatifs découverts) ----------- 77% (neutre) ------------------- 5% (pas d'effet)
=> Pour les études exclusivement financées par les industriel, Aucune = 0% ne rapporte d'effets
négatifs , 58% font état d'effets neutres et 42% d'absence d'effets.
Vous avez dit corruption ?
Hallberg 0, Oberfled G., Electromagnetic Biology and Medicine, Vol. 25: 189-191, 2006, Letter to
the Editor: Will We All Become Electrosensitive?
Contrairement aux idées couramment défendues par les autorités médicales, le groupe des gens
électrosensibles (c'est à dire suceptibles de faire un cancer devant une exposition prolongée aux
champs électromagnétiques) dans le monde ne constitue pas simplement un petit sous-ensemble
qui dévie de la population générale en bonne santé.
Sur base de données collectées depuis 1991 en Autriche, Allemagne, Grande-Bretagne, Irlande,
Suède, Suisse et Etats-Unis et d'extrapolations, il est possible que le nombre de personnes
électrosensibles [actuellement environ 3 à 5 % de la population] atteigne 50% en 2017.
Ferreira AR et al., Life Sci. 2006 Aug 23; Ultra high frequency-electromagnetic field irradiation
during pregnancy leads to an increase in erythrocytes micronuclei incidence in rat offspring.
Etude des effets non thermiques de champs électromagnétiques de téléphonie mobile sur
mammifères in vivo durant l'embryogenèse.
Conclut à l'augmentation du nombre de micronuclei (effet génotoxique, dommages
chromosomiques) dans les globules rouges de progénitures de rats exposés durant la période de
gestation.
Kabuto M et al., Int J Cancer. 2006 Aug 1;119(3):643-50. Childhood leukemia and magnetic
fields in Japan: a case-control study of childhood leukemia and residential power-frequency
magnetic fields in Japan.
Excellente étude japonaise fournissant des évidences supplémentaires que l'exposition
élevée à des champs magnétiques est associée à un risque accru de leucémie infantile.
Analyse de 312 cas d’enfants nouvellement diagnostiqués avec une leucémie aiguë
(lymphoblastique (ALL) ou myéloblastique (AML)) entre 1999 et 2001, avec 603 contrôles.
Augmentation du risque d’un facteur 2,6 pour les deux types de leucémie pour des champs
supérieurs à 0,4 µT (dans la chambre à coucher de l'enfant), et d’un facteur 4,7 pour la leucémie
lymphoblastique aiguë (ALL) uniquement par rapport au groupe de référence pour lequel le
champs est inférieur à 0,1 µT.
Les résultats ne sont pas influencés par d'éventuels facteurs de confusion.
A l’heure actuelle, 54 % des enfants japonais vivent dans des conditions de champs supérieur à
0,4 µT.
Abdel-Rassoul et al, Electromagn Biol Med. 2006;25(3):177-88. Neurobehavioral effects among
inhabitants around mobile phone base stations
37 personnes vivant dans un building sous une antenne relais vs 48 vivant en vis à vis.
Groupe contrôle de 80 personnes (âge, sexe, occupation & niveau d’éducation comparables).
Plaintes neuropsychiatriques de :
- maux de têtes (24 vs 10%)
- troubles de la mémoire (28 vs 5 %)
- vertiges (19 vs 5%)
- tremblements (9 vs 0%)
- symptômes dépressifs (22 vs 9%)
- troubles du sommeil (24 vs 10%).
Les habitants face à l’antenne ont moins de difficultés à résoudre leurs problèmes quotidiens par
rapport aux habitants sous l’antenne.
Hardell et al., World J Surg Oncol. 2006 Oct 11;4(1):74. Tumour risk associated with use of
cellular telephones or cordless desktop telephones
Augmentation du risque de tumeurs du cerveau d'un facteur 1,5 après 10 ans d'utilisation du
téléphone cellulaire digital ou du téléphone sans fil (plus encore pour le téléphone cellulaire
analogique moins utilisé aujourd'hui). Les tumeurs sont principalement le neurinome acoustique
(bénin) et les tumeurs malignes du cerveau, en particulier les astrocytomes (grade III à IV : les
niveaux de tumeurs à croissance et à dispersion la plus rapide, les grades III et IV sont souvent
et très souvent mortels).
De plus, une association avec le lymphome non Hodgkinien ne peut être exclue.
Les risques de développement de tumeurs du cerveau seraient plus élevés pour les personnes
ayant commencé à utiliser un téléphone portable avant l’âge de 20 ans.
Erogul O et al., Arch Med Res. 2006 Oct;37(7):840-3. Effects of electromagnetic radiation from a
cellular phone on human sperm motility: an in vitro study.
La motilité (c'est à dire la vitesse de déplacement) des spermatozoïdes, essentielle pour la
fertilité masculine, est influencée in vitro par les CEM (900 MHz) émis par un téléphone portable
classique. Des résultats qui se basent sur les échantillons de sperme de 27 hommes sains (moitié
de chaque échantillon exposée aux CEM, l’autre moitié pas = témoin).
En plus de ces effets aigus de perte de motilité, une exposition à ces CEM sur le long
terme pourrait entraîner des changements comportementaux ou structurels dans les
cellules germinales mâles. Ces effets restent à approfondir.
Agarwal A et al., Oct 2006, Réunion annuelle de la Société étasunienne de Médecine
Reproductive (Nouvelle Orléans)
Plus un homme passe de temps au téléphone portable, plus on observe de problèmes
en termes de nombre, motilité, viabilité et morphologie des spermatozoïdes.
Cette recherche a été réalisée sur 364 hommes qui se présentaient en cliniques, avec leur
partenaire, pour des problèmes de fertilité, dans la région de Mumbai, en Inde.
Le Dr Ashok Agarwal, chercheur au Centre de recherche reproductive de la clinique de Cleveland,
un des meilleurs hôpitaux des Etats-Unis, a déclaré à la presse, en parlant du téléphone portable:
« C’est aussi facile à utiliser qu'une brosse à dents, sauf que cela pourrait avoir un effet
dévastateur sur la fertilité.»
Panagopoulos DJ et al., Mutat Res. 2006 Oct 10; [Epub ahead of print]. Cell death induced by
GSM 900-MHz and DCS 1800-MHz mobile telephony radiation
Des mouches à fruit exposées au rayonnement de téléphones portables 6 minutes par jour
pendant 6 jours ont subit de graves dommages reproducteurs.
Les expériences ont utilisé des GSM réels en état de communication.
Tant les rayonnements GSM 900 que DCS 1800 ont fortement induit la mort de cellules par
fragmentation de l'ADN dans les chambres d’œufs ovariennes des groupes exposés.
Le problème, c'est que l'on estime que les insectes sont largement plus résistants aux radiations
que les Hommes (ils ont beaucoup moins d'eau en eux).
Hardell L. et al., Am J Ind Med. 2006 Nov 3; [Epub ahead of print]. Secret Ties to Industry and
Conflicting Interests in Cancer
Un professeur suédois de santé environnementale a travaillé des décennies durant comme
conseiller pour Philip Morris (industrie du Tabac) sans parler de cet emploi à son employeur
académique, et sans déclarer les conflits d'intérêt pour la recherche.
Il déclare que la corruption des résultats des évaluations épidémiologiques de risques par des
conseillers payés tels que lui, qui feignent d’être indépendants, n'est pas exclusif à l'industrie de
tabac.
Certaines sociétés de consultance emploient des chercheurs universitaires pour
l'industrie, et déguisent ainsi les liens entre des industriels dans les revenus de grands
départements.
Si l'affiliation à l'industrie est cachée par le scientifique, des biais issus de conflits d'intérêts dans
l’évaluations des risques font que les résultats de ces études de risques ne peuvent pas être
traités correctement. Il y a aussi des raisons de suspecter que les rédacteurs puissent supprimer
la publication des résultats scientifiques défavorables à l'industrie face au conflit d'intérêt entre
intégrité et besoins éditoriaux. Plusieurs exemples (Suède, Royaume-Unis, Etats-Unis) sont
présentés.
Par exemple le cas d'un procès impliquant Motorola liant cancer du cerveau et téléphone
cellulaire, où une firme privée a fait pression sur un journal scientifique vis à vis d'une publication
de Hardell et al. en comité de lecture. Ou encore des articles de revue où les études peu
favorables à l'industrie sont sévèrement critiquées alors que les autres sont encensées (ex. Boice
& McLaughlin, 2002). Les manquements cités dans cet article illustrent un sérieux besoin de plus
de transparence.
Johansson O., Electromagn Biol Med. 2006;25(4):245-58. Electrohypersensitivity: State-of-the-
Art of a Functional Impairment
En Suède, l'ElectroHyperSensitibilité est reconnue officiellement comme un
affaiblissement fonctionnel touchant entre 230 000 et 290 000 Suédois.
Cette étude montre l’existence de diverses altérations dermatologiques au niveau des systèmes
cellulaires et neuronaux de la peau des personnes éléctrosensibles.
En raison des études épidémiologiques récentes, pointant une corrélation entre l'exposition à long
terme des champs magnétiques et le cancer, ces données doivent être prises sérieusement et
analysées plus en profondeur.
Lahkola A et al., Int J Cancer. 2007 Jan 17; [Epub ahead of print], Mobile phone use and risk of
glioma in 5 North European countries.
Une vaste étude européenne "Interphone" (5 pays scandinaves) qui curieusement n'a pas eu la
couverture médiatique de la presse danoise... On se demande bien pourquoi...
Risque accru de tumeur cérébrale (gliome) de 40% du même côté de la tête que celui
utilisé pour le téléphone mobile pendant plus de 10 ans (sur base de 77 cas et 117
contrôles)
Attention, dans le résumé, lorsqu'il est dit : "We found no evidence of increased risk of glioma
related to regular mobile phone use", le terme "regular" signifie que les gens qui n'ont pas de
risque de développer un cancer sont ceux qui utilisent leur portable dans une moyenne de une
fois par semaine pendant au moins 6 mois.
Serait-ce une formulation écrite pour noyer le poisson ?
Ces résultats de risque accru de tumeur cérébrale du à l'utilisation du téléphone mobile après 10
ans confirment les découvertes du Professeur Hardell, cités précédemment.
Hallberg O., European Journal of Cancer Prevention. 16(1):71-76, February 2007, Adverse health
indicators correlating with sparsely populated areas in Sweden
Des études précédentes ont montré qu’un brusque changement des indices de santé s’est produit
en Suède vers 1997 (voir Hallberg & Johansson 2004).
Le déclin était plus fort dans les secteurs moins couverts en téléphonie mobile, car cela
conduisait à une puissance moyenne du GSM supérieure.
Cette étude montre que les gens vivant dans les régions peu peuplées de Scandinavie souffrent
de plus de maladies et se rétablissent plus lentement que ceux des régions plus peuplées, ceci en
fort contraste avec la situation d'il y a 20 ans où la tendance était exactement inverse.
Les deux facteurs ayant la corrélation la plus forte avec la diminution des indices de santé sont la
puissance moyenne estimée des téléphones mobiles (corrélation significativement positive) et le
degré de couverture en antennes relais (corrélation significativement négative), et cela dans
chacune des provinces étudiées.
Un petit article sympathique concernant la manipulation des médias :
http://home.scarlet.be/~tsf94646/001/docum...%20m%E9dias.pdf
________________________________________________________


Conclusion :


Le risque mortel des champs électromagnétiques, donc a fortiori le risque mortel du téléphone
portable est aujourd’hui un fait scientifiquement prouvé.
De nos jours, il devrait donc être écrit sur les boîtes des téléphones mobiles « Le téléphone
portable tue », tout comme il est écrit « Le tabac tue » sur les paquets de cigarettes.
Depuis 2003, année dans laquelle les publications scientifiques ont littéralement explosées, ces
études n’ont cessées d’augmenter jusqu’à l’orée 2007. Ces études ne s’attachent même plus à
savoir si les champs électromagnétiques sont nocifs tant c’est aujourd’hui évident, ces études
essayent aujourd’hui de comprendre les mécanismes de cette cancérisation.
La question n’est donc même plus de savoir si le portable est cancérigène ou non, la question est
de savoir comment réformer le système afin d’endiguer une éventuelle catastrophe aussi bien
sanitaire qu’économique. A l’époque, certains drames avaient fait réagir.
C’est le cas de l’Espagne fin 2001, à Castille, avec le drame de Valladolid et de son collège Garcia
Quintana, dont le toit est truffé d’antennes émettrices.
Dans la salle Lopez Gomez juste sous les antennes, 3 cas de leucémie infantile, et un autre cas
de lymphome se déclarent en seulement 10 mois, alors que jamais un seul cancer n’avait été
observé dans ce collège en 32 ans. Le juge ordonne l'arrêt du fonctionnement des antennes relais
en 8 jours et leur démontage complet en 3 mois.
Un 5ème cas de lymphome sera diagnostiqué peu après, toujours dans cette même salle, sans
parler des vertiges et maux de tête dont presque tout le collège se plaint.
En mars 2002, une enquête réalisée chez les riverains révèlera 17 cas de cancer. Le démontage
totale des antennes est ordonné.
En Espagne, les médias surcouvrent l’affaire et déclenchent un énorme scandal, un énorme
remaniement est ainsi effectué. La médiatisation de l’affaire voit l’émergence de très nombreux
cas identiques d’épidémies de cancer en école (à Tarifa, à Madrid, à Barcelone, etc.). En Italie et
Angleterre, la survenue de nombreux cas de cancer près des antennes a conduit la population à
porter de nombreuses plaintes.
En France, pays dans lequel les industriels tiennent la presse qui tient les politiciens qui
favorisent les industriels, même s’il y a tout autant de cas, un seul réussira à être relaté dans la
presse :
le cas de l’école Saint Cyr dans les Yvelines, sur laquelle des antennes relais sont installées fin
1998. Aucun cas de cancer n'y a jamais été vu en plus de 30 ans.
Vertiges, vomissements et maux de têtes sont alors rapportés par l’ensemble l’école, et 11 cas
de cancers pédiatriques apparaissent entre 1999 et 2002, dont 5 cas de cancers du système
nerveux central, pourtant rarissimes chez les enfants. La DDASS, le CIRE et l’InVS déclareront
bien entendu à la télévision que ces cas « correspondent à une variation liée au hasard » tout en
soulignant que les « cas inhabituels » de cancer sont « 2,5 fois supérieurs à la normale, 4 fois
pour les cancers du système nerveux central depuis fin 1998 [c'est-à-dire la pose des antennes]
». Devant la médiatisation de l’affaire, les opérateurs démonteront discrètement les antennes, ce
qui sera à peine signalé par la télévision. Depuis lors, la télévision française ne parlera plus
jamais du téléphone portable, sauf pour relater l’étude Johansen, alors que de façon croissante,
toute la presse internationale est en effervescence.
Les seuls solutions viables seraient de n’utiliser le téléphone portable que pour les appels
urgents, sur des temps très courts, et d’éteindre le portable lorsque l’on ne s’en sert
pas.
Le kit oreillette est aujourd’hui totalement inutile, d’autant plus qu’il incite à ranger sont
téléphone dans la poche, ce qui provoque un nette accroissement des cancers de l’ovaire ou du
testicule. Bien entendu, il ne faut surtout pas laisser les femmes enceintes, les enfants et
les préadolescents utiliser un téléphone portable. Pour les vieux on s'en fout, ça résoudra le
problème des retraites.
La communauté scientifique préconisait alors l’abaissement des seuils à 1V/m.
En 2007, tous les rapports officiels ont été littéralement ridiculisés, les « experts officiels » se
sont tus tant le ridicule les accable, toute la communauté internationale s’accorde à affirmer que
même les seuils de 1V/m sont bien trop élevés et que la 3G annonce une catastrophe sanitaire à
déclenchement lent et progressif sur une période de 10 ans et plus.
Pourtant, les seuils sont toujours les mêmes, ce sont ceux de l’ICNIRP, et ils sont 45 millions de
fois trop élevés selon l’ARA (http://www.alerte.ch/).
Les normes de l’ICNIRP reconnaissent la radiosensibilité, mais ne tiennent pas compte des
personnes radiosensibles dans la fixation de leurs normes, ce qui constitue une pur et simple
discrimination. Ils sont de plus en violation totale avec l'article 13 alinéa 2 de la Loi
fédérale sur la protection de l'environnement.
Les opérateurs de téléphonie mobile se permettent encore en 2007 de parler « d’un risque
éventuel qui n’a pas été prouvé par la communauté scientifique », un véritable mensonge auprès
du consommateur, d’autant plus que ce n’est guère l’avis de leurs compagnies d’assurance qui
ont formellement décidé de ne pas les couvrir en cas de procès perdus pour causes sanitaires.

				
DOCUMENT INFO