Docstoc

Université Catholique de Louvain

Document Sample
Université Catholique de Louvain Powered By Docstoc
					Projet Inter universitaire Ciblé, PIC Aguié

Etude des effets et impacts des initiatives et
innovations paysannes améliorant le revenu
  des ménages dans la zone d’Aguié/Niger.




     Mémoire pour l’obtention du Diplôme d’Etudes
          Approfondies : DEA Interuniversitaire
     en Développement, Environnement et Sociétés
 Option : Espaces, territoires, environnement et développement
Présenté par : MAROU DODO Moussa
Sous la direction des Professeurs
Promoteur : Pr. Jean Marie Wautelet     Encadreurs de terrain : Dr Amoukou A. Ibrahim
Co promoteur : Pr. Marc Mormont                                 Dr Yamba Boubacar
Lecteurs :      Pr. Fabienne Leloup                             M. Guéro Chaibou
                Pr. Jean Philippe Peemans


                                  Septembre 2005
                                                                                                                                                  2
                                                               Sommaire


Remerciements ......................................................................................................................... 6
Liste des tableaux ..................................................................................................................... 7
Liste des figures ........................................................................................................................ 9
Liste des cartes .......................................................................................................................... 9
Liste sigles et abréviations ..................................................................................................... 10
Résumé .................................................................................................................................... 12
Première Partie : Approche méthodologique et cadre de la recherche ............................ 13
Introduction ............................................................................................................................ 14
1.1 La Problématique de la recherche .................................................................................. 17
1.2 La question de recherche ................................................................................................. 18
1.3 Les Objectifs et l’intérêt de la recherche ....................................................................... 19
       1.3.1 Les objectifs ............................................................................................................ 19
       1.3.2 Intérêt de la recherche ........................................................................................... 19
1.4 Hypothèses de la recherche ............................................................................................. 19
1.5 Les résultats attendus....................................................................................................... 19
1.6 La démarche méthodologique de la recherche .............................................................. 20
       1.6.1 A l’Université catholique de Louvain .................................................................... 20
       1.6.2 Au projet Aguié ....................................................................................................... 20
       1.6.3 A Dan Saga ............................................................................................................. 21
       1.6.4 La définition des indicateurs .................................................................................. 21
       1.6.5 Catégorisation des groupes cibles et catégories sociales pratiquant les AGRs et
       choix de l’échantillon ...................................................................................................... 22
       1.6.6 La collecte des données sur le terrain.................................................................... 25
       1.6.7 Validation des résultats de la recherche au niveau des acteurs ........................... 26
       1.6.8 L’analyse des données ............................................................................................ 27
       1.6.9 Les limites de l’étude .............................................................................................. 27
1.7 Le contexte et le cadre de la recherche ........................................................................... 28
       1.7.1 Le Contexte de l’étude ............................................................................................ 28
       Depuis quelques années, on assiste à une prolifération des organisations paysannes.
       .......................................................................................................................................... 38
Deuxième partie : Cadre conceptuel de la recherche .......................................................... 45
2.1 Cadre conceptuel .............................................................................................................. 46
2.1.1 Schéma du cadre conceptuel ........................................................................................ 46
2.1 2 Les concepts de la pauvreté et de la vulnérabilité dans un cadre global.................. 47
       2.1.3 Le Ménage .............................................................................................................. 50
       2.1.3 Le revenu ................................................................................................................ 51
       2.1.4. L’épargne ............................................................................................................... 52
                                                                                                                                                 3
       2.1.5 Initiatives et innovations paysannes ...................................................................... 58
       2.1.6 Les organisations paysannes.................................................................................. 60
       2.1.7 Impacts .................................................................................................................... 61
       2.1.8. Genre et vulnérabilité ............................................................................................ 62
Troisième partie : Analyse historique de l’espace nigérien et de la zone d’Aguié : Cadre
de développement prospère des activités extra agricoles en relation avec l’amélioration
des conditions de revenu des ménages .................................................................................. 66
3.1 Le Niger des Empires prospères ..................................................................................... 67
       3.1.1 Le commerce ........................................................................................................... 67
3.2 Période coloniale ............................................................................................................... 71
       3.2.1 Le tarissement du commerce transsaharien et l’effondrement des économies
       locales............................................................................................................................... 71
       3.2.2 Naissance d’une économie coloniale de traite ...................................................... 72
3.3. Des indépendances à la fin des années 70 : L’aire des plans : 1960-1983 .................. 74
       3.3.1 La phase de modernisation de l’économie ............................................................ 75
3.4 Le facteur démographique en temps facteur de paupérisation des ménages : Aperçu
historique................................................................................................................................. 79
       3.4.1 Les caractéristiques démographiques actuelles .................................................... 79
3.5 Accompagnement du monde rural ................................................................................. 80
       3.5.1 Le financement du monde rural ............................................................................ 80
       3.5.2. La vulgarisation..................................................................................................... 81
3.6 L’impact des sécheresses des années 1973-1974, 1984-1985 sur l’économie ............... 83
       3.6.1 Effondrement de l’économie de style colonial ...................................................... 83
3.7 L’ère des projets de développement ............................................................................... 84
3.8 L’impact de l’uranium sur l’économie ........................................................................... 85
       3.8.1 Le boom de l’uranium de 1975 à 1980 : prospérité économique ......................... 85
       3.8.2 La phase de l’endettement du pays et la récession économique à partir des années
       80 ...................................................................................................................................... 86
1.9 Les politiques d’ajustement structurel : l’échec des modèles de développement et la
reconnaissance d’autres catégories d’acteurs ...................................................................... 87
       3.9.1 Les politiques d’ajustement structurel ................................................................... 87
       3.9.2 Echec des politiques d’ajustement structurel et la montée en puissance de la
       pauvreté ............................................................................................................................ 92
3.10 L’émergence des organisations paysannes et le désengagement de l’Etat ................ 93
       3.10.1 a Rappel historique de l’évolution des OPR ........................................................ 93
       3.10.2 Le désengagement de l’Etat et le développement des organisations paysannes
       rurales .............................................................................................................................. 94
       3.10.3 Les stratégies paysannes ...................................................................................... 95
       3.10.3.1 Les groupements féminins ................................................................................ 96
                                                                                                                                                  4
       3.11 Les nouvelles stratégies nationales de lutte contre la pauvreté ............................. 96
3.12 L’émergence de la micro-finance formelle................................................................... 99
       3.12.1 La Réhabilitation de la micro-finance traditionnelle ....................................... 101
3.13. La sécurité alimentaire ............................................................................................... 103
Quatrième Partie : Les effets et les impacts des initiatives et des innovations paysannes
sur revenus des ménages de la zone d’Aguié en relation avec la lutte contre la pauvreté
et/ou la vulnérabilité............................................................................................................. 104
       4.2.1 Pratique des activités génératrices de revenu par catégorie sociale et la taille de
       l’échantillon correspondante ........................................................................................ 106
       4.2.2 Fonctionnement des groupements qui pratiquent les AGRs .............................. 108
       4.2.3. Les caisses d’épargne et de crédit : Caisses « assussu » .................................... 108
       4.2.4 L’extraction d’huile d’arachide ........................................................................... 118
       4.2.5 Utilisation du matériel agricole de type « moderne » (semoir, charrue) ............ 122
       4.2.6 Fabrication traditionnelle de la pommade et du savon....................................... 124
       4.2.7 La fabrication traditionnelle du savon ................................................................ 128
       4.2.8 Le petit élevage ..................................................................................................... 131
       4.2.9 Les produits des Champs collectifs ..................................................................... 135
       4.2.10 Conduite des AGRs, les forces, les faiblesses et les propositions d’amélioration
       ........................................................................................................................................ 140
       4.2.11 Pertinence des activités génératrices de revenus et les nouvelles activités
       induites ........................................................................................................................... 144
4.3. Utilisation des revenus des ménages ............................................................................ 147
4.4Effets          et       impacts            des        différentes            activités          génératrices               de       revenu
................................................................................................................................................ 148
       4.4.1 Impacts socio-économiques et organisationnels de la conduite des activités
       génératrices de revenus ................................................................................................. 150
       4.4.2. Impacts économiques des AGRs ......................................................................... 151
Conclusion ............................................................................................................................. 155
Bibliographie......................................................................................................................... 159
Annexes ................................................................................................................................. 162
Annexe1 ................................................................................................................................. 163
Annexe 2 ................................................................................................................................ 166
                                                                                             5
Dédicaces



       Je dédie ce mémoire A :


       L‟ensemble des personnes qui luttent pour la survie et la sécurité alimentaire dans le
monde en général et au Niger en particulier.


       Mes parents, Dodo SEYBOU et Halimatou ZAKOU qui m‟ont apporté leur aide
matériel et psychologique indéfectible.


       A mon épouse YAHAYA GARBA Cherifatou et mes enfants Redouan et Imane pour
leur patience et par l‟amour que je leur dois.


       A Djibo DODO, un frère qui s‟est tenu toujours à mes côtés pendant les périodes
difficiles, dont le soutien moral et financier a contribué à la réalisation de ce travail.


       A tous mes frères et sœurs pour leurs aides et conseils.
                                                                                               6
                                        Remerciements



Nous remercions tout particulièrement les promoteurs de cette recherche : Le professeur Jean-
Marie Wautelet et le Professeur Marc Mormont dont les conseils techniques et scientifiques
ont été d‟un apport précieux pour la réalisation de ce mémoire.

Nos remerciements vont à l‟endroit du Professeur Jean Philippe Peemans et du Professeur
Fabienne Leloup dont les remarques et les observations ont permis d‟améliorer la qualité de
ce mémoire de DEA.

A tout le corps professoral du cycle de DEA interuniversitaire, nous adressons nos sincères
remerciements pour les acquis dont nous avons pu bénéficier au terme de cette formation.

Nous témoignons également notre profonde gratitude et notre reconnaissance à la
Coopération Technique Belge (CTB) qui nous a accordé cette bourse d‟étude.

Nous tenons aussi à exprimer nos remerciements à Docteur Amoukou A. Ibrahim enseignant
chercheur, Doyen de la Faculté d‟Agronomie, Coordinateur du PIC/ UAM, au Docteur
Yamba Boubacar enseignant chercheur à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, au
Docteur Marichatou Hamani, au Docteur Issaka Amadou, (Faculté d‟Agronomie) pour leurs
contributions si précises à la réalisation de ce travail.

Nous exprimons également nos sincères remerciements au CT/PIIP : Le coordonnateur Mr
Guéro Chaibou et ses collaborateurs : Harouna Traoré, Saley Kanta, Hassane Issa, Amadou
Hassane, Chérif, Roumatou Sacky, Nafissa, Seydou et tous les chauffeurs pour leur
contribution remarquable à la réalisation de ce travail, mais aussi pour leur accueil
particulièrement chaleureux durant notre séjour à Aguié.

Nos remerciements vont à l‟endroit de l‟ensemble des étudiants: Maman Adamou, Mlle
Moustafa Amina, M. Amadou Abdou, M. Ganda Ibrahim Hamadou, M. Mahaman Harouna et
Hamissou Aboul Nasser, étudiants à la faculté d‟Agronomie (ITA et CRESA); M. Sitou
Laouali (Université de Liège) avec lesquels nous avons partagé et géré les difficultés de
terrain.

Nous remercions également à la vaillante population de Dan Saga, en particulier le chef de
village, « Maï Gadi » et toutes les femmes qui nous ont facilité les conditions de travail sur le
terrain, mais aussi pour leur aimable accueil durant tout notre séjour à Dan Saga.

Je tiens à remercier Ali Néno qui nous a servi d‟interprète pour sa grande disponibilité
pendant toute la durée des enquêtes.
A tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l‟élaboration de ce travail, je tiens à
exprimer mes sincères et vifs remerciements.
                                                                                             7
                                     Liste des tableaux


Tableau n° 1 : Evolution des populations de la région de Maradi et du département d‟Aguié et
de la commune d‟Aguié de 1977 à 2001…………………………………………………..
Tableau n°2 : Différentes sources de revenus monétaires des populations exprimées en
pourcentage………………………………………………………………………………
Tableau n°3: Critères de classification, 1997 : Evaluation de la sécurité des conditions de vie
des ménages dans le département de Maradi………………………………………………….
Tableau n°4: Différentes activités génératrices de revenus et les logiques de leur mise en
œuvre dans le département d‟Aguié…………………………………………………………..
                                                                                   e
Tableau n°5 : Evolution de la population nigérienne du début du XX                     siècle à
aujourd‟hui………………………………………………………………………………..
Table Tableau n°6 : Répartition de la population du Niger par département et densités de
population en 2001………………………………………………………………………..
Tableau n°7 : Indicateurs caractéristiques de la caractérisation des ménages de Dan Saga
pendant l‟enquête d‟août septembre 2004………………………………………………….
Tableau n° 8 : Nombre de personne par catégorie sociale pratiquant les activités génératrices
de revenus appartenant à l‟échantillon correspondant……………………………………….
Tableau n°9 : Nombre de personnes par catégorie sociale dans les caisses « assussu » et la
taille de l‟échantillon correspondant………………………………………………………….
Tableau n°10 : Différentes caisses d‟épargne et de crédit caisse « assussu » le montant des
cotisations hebdomadaires et le nombre de sociétaires……………………………………
Tableau n°11: Evolution du nombre de caisses « assussu », des sociétaires et du taux de
pénétration en fonction du temps……………………………………………………………..
Tableau n°12 : Evolution des montants épargnés par an au niveau des caisses « assussu » en
fonction du temps (de 1999 à 2004)…………………………………………………………
Tableau n°13 : Montants des crédits octroyés aux membres par la caisse « Lantarchi » à la 24
e
    semaine……………………………………………………………………………………..
Tableau n°14: Crédits annuels octroyés par les caisses en fonction du temps……………….
Tableau n°15: Bénéfices réalisés sur l‟épargne mobilisée dans les différentes caisses
d‟épargne et de crédit caisses « assussu » dans le temps……………………………………
Tableau 16 : Performance moyenne d‟une femme en dehors des groupements en fonction des
différentes périodes de l‟année……………………………………………………………
Tableau 17: Performance moyenne d‟un groupement d‟extraction d‟huile pendant les
différentes périodes de l‟année……………………………………………………………
Tableau n°18: Nombre de personnes par catégorie sociale dans le groupement qui utilise le
matériel agricole et la taille de l‟échantillon correspondante…………………………………...
                                                                                                 8
Tableau n°19 : Catégorisation des membres du groupement qui fabrique la pommade………
Tableau n° 20 : Revenus issus de la fabrication artisanale de la pommade pour les 10 femmes
du groupement………………………………………………………………………..
Tableau n° 21 : Revenus issus de la fabrication traditionnelle de la pommade pour la femme
travaillant en individuel………………………………………………………………….
Tableau n°22 : Nombre de femmes par catégorie sociale du groupement de fabrication du
savon et la taille de l‟échantillon ayant servi à l‟enquête d‟août septembre 2004……………..
Tableau n° 23: Revenu issu de la fabrication artisanale du savon par le groupement………….
Tableau n°24 : Nombre de personnes par catégorie sociale dans les différents groupements
étudiés actifs autour du petit élevage et la taille de l‟échantillon ayant servi à l‟enquête d‟août
septembre 2004…………………………………………………………………………..
Tableau n° 25 : Différents groupements, les nombres d‟adhérents, évolution du cheptel et le
nombre d‟individus en liste d‟attente……………………………………………………..
Tableau n° 26 : Situation des chèvres octroyées aux groupements par le projet à Dan Saga en
septembre 2004………………………………………………………………………….
Tableau n°27 : Nombre de personnes par catégorie sociale des différents groupements actifs
dans les travaux des champs collectifs étudiés et la taille de l‟échantillon ayant servi à
l‟enquête d‟août septembre 2004…………………………………………………………
Tableau     n° 28:    Paramètres     caractéristiques    des    champs      collectifs   à    Dan
Saga…………………………………………………………
Tableau n°29: Conduite des AGRs, leurs forces, leurs faiblesses et les propositions
d‟amélioration……………………………………………………………………………
Tableau n° 30 : Suite de la Conduite des AGRs, leurs forces, leurs faiblesses et les
propositions d‟amélioration………………………………………………………………….
Tableau n°31 : Différentes activités génératrices de revenu et nouvelles activités induites
…………………………………………………………………………………………………
Tableau n° 32 : Effets et impacts des activités génératrices des revenus………………………
                                                                                                 9
Liste des figures

Figure n° 1 : Différents paramètres entrant en compte dans la lutte contre la vulnérabilité et/ou
la pauvreté…………………………………………………………………………….

Figure n°2 : Théorie du cercle vicieux pour expliquer l‟état de pauvreté des pays en développement,
NURKSE, 1953……………………………………………………………………….

Figure n° 3 : Insuffisance de l‟investissement et de l‟épargne due aux fuites…………………

Figure n°4 : Schéma du paradigme de la modernisation …………………………………

Figure n°5 : Utilisation des crédits par les ménages au niveau des caisses « assussu »……….

Figure n°6 : Villages de commercialisation de la pommade fabriquée par les femmes de Dan
Saga……………………………………………………………………


Figure n° 7 : Utilisation des revenus issus de la fabrication traditionnelle de la pommade par
le groupement …………………………………………………………………………….


Figure n°8 : Utilisation des revenus générés par la pratique des AGRs et les stratégies mises
en œuvre par les ménages……………………………………………………………


Liste des cartes


Carte n° 1 : Situation géographique du Niger………………………………………………….
Carte n° 2 : Situation géographique de la grappe de Dan Saga………………………………


Liste des photos


Photo n° 1 : Séance de restitution des résultats de la recherche au cours d‟une assemblée
villageoise à Dan Saga………………………………………………………………….
Photo n°2 : Groupement d‟extraction d‟huile d‟arachide à Dan Saga……………………
Photo n°3: Matériels de fabrication traditionnelle du savon (moules, matières premières)…….
Photo n°4 : Quelques chèvres d‟un ménage obtenues dans le cadre de l‟initiative « petit
élevage »………………………………………………………………………………..
Photo n°5: Sous produits du petit élevage, ici le fumier destiné à la fabrication du compost….
Photo n°6 : Cultures de mil et de niébé dans un champ collectif à Dan Saga……………..
                                                                                  10
Liste sigles et abréviations

SRP: Stratégie de Réduction de la Pauvreté
MMD : Muta Masu Dubara
PDRAA :Projet de Développement Rural de l‟Arrondissement d‟Aguié
FIDA : Fonds International de Développement Agricole
VIPAF : Valorisation des Initiatives Paysannes en Agroforesterie
PAIIP: Programme d‟Initiatives et Innovations Paysannes
PPILDA : Projet de Promotion de l‟Initiative Locale du Département d‟Aguié
AGR : Activité Génératrice de Revenu
CT/PIIP : Comité Technique du Projet Initiatives et Innovations Paysannes
PIC : Projet Inter Universitaire Ciblé
UNICEF: Fonds des Nations pour l‟Enfance
HHLS : Household Livehood Security
RG/P/H : Recensement Général de la Population et de l‟Habitat
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
IDH : Indice de Développement Humain
PIB : Produit Intérieur Brut
PIAG : Projet d‟Intégration du Genre
DIAL : Développement, Institution & Analyse de Long Terme
ENDA : Environnement, Développement, Action
CNF : Compagnie du Niger Français
SCOA : Compagnie Française de l‟Afrique de l‟Ouest
SIP : Sociétés Indigènes de Prévoyance
SMDR : Sociétés Mutuelles de Développement Rural
FIDES : Fonds d‟Investissement et Développement Economique et Social
SDDR : Schéma Directeur de Développement Régional
SDDSR : Schéma Directeur de Développement Sous Régional
SAFALEC : Société Anonyme pour la Fourniture d‟Electricité
OPT : Office des Postes et Télécommunications
ORTN : Office des Radios diffusion et Télévisions du Niger
SNTN : Société Nationale des Transports Nigériens
SONITEX : Société Nigérienne des Textiles
UNCC : Union Nigérienne de Crédits et des Coopératives
SONARA : Société Nigérienne de Commercialisation de l‟arachide
MAECI : Ministère de l‟Agriculture, de l‟Elevage, du Commerce et de l‟Industrie
RVA : Regroupement de Villages Animés
ONG : Organisation non Gouvernementale
CPT : Centre de Promotion Technique
CPR : Centre de Promotion Rurale
COMINAK : Compagnie Minière d‟Akouta
                                                                        11
SOMAIR : Société Minière de l‟Aïr
PASEP : Programme d‟Ajustement du Secteur des Entreprises Publiques
FMI : Fonds Monétaire Internationale
BDRN : Banque de Développement de la République du Niger
FASR : Facilité d‟Ajustement Structurelle Renforcée
FRP/C : Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance
IPPTE : Initiative Pays Pauvres Très Endettés
DSA : Dimension Sociale de l‟Ajustement
BAD : Banque Africaine de Développement
PAS : Politique d‟Ajustement Structurel
IBW : Institutions de Brettons Woods
PED : Pays en Voie de Développement
OPR : Organisations Paysannes Rurales
DSPR : Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
MPME : Micro, Petites et Moyennes Entreprises
MPE : Micro et Petites Entreprises
SDR : Stratégie de Développement Rural
IFD : Intégration de la Femme dans le Développement
PADEM : Programme Africain de Mise en Place d‟un Dispositif d‟Enquête
SFD : Structure Financière Décentralisée
CNCA : Caisse Nationale de Crédit Agricole
COOPEC : Caisses Populaires d‟Epargne et de Crédit
MUTEC : Mutuelle d‟Epargne et de Crédit
PMR : Promotion des Mutuelles Rurales
SICR : Service d‟Intermédiation en Crédit Rural
MECREF : Mutuelle d‟Epargne et de Crédit pour les Femmes
IMF : Institutions de Micro-finance
OCDE : Organisation pour la Coopération et le Développement en Europe
URSS : Union des Républiques Socialistes et Soviétiques
BRS : Banque Régionale de Solidarité
UEMAO : Union Monétaire Ouest Africain
UAM : Université Abdou Moumouni de Niamey
                                                                                             12
Résumé

Cette étude montre à travers une approche historico-systémique, le rôle majeur joué par les
activités extra agricoles notamment, le commerce transsaharien avant la colonisation dans la
reproduction des sociétés locales. Les mutations opérées au niveau des systèmes de
production qui sont réorientés vers la satisfaction des besoins de la métropole ont engendrés
des bouleversements et des crises socio-économiques dont les conséquences sont depuis
quelques décennies :
 Un accroissement de la pauvreté et de la vulnérabilité des ménages dont les causes peuvent
être liées entre autres à la croissance démographique galopante, la saturation foncière, à la
dégradation des ressources naturelles et aux sécheresses de plus en plus cycliques.

Face à ces contraintes naturelles, socio économiques et politico-institutionnelles, les acteurs
populaires mettent en œuvre plusieurs initiatives et innovations en vue de lutter contre la
pauvreté et/ou la vulnérabilité. Ces stratégies mises en œuvre constituent des réponses
paysannes pour faire face à la crise (crise foncière, insécurité alimentaire, pauvreté et/ou
vulnérabilité). Ce travail montre, comment les acteurs paysans élaborent des initiatives et des
innovations qui sont mises en œuvre à travers des activités génératrices de revenu dont les
caisses « assussu », l‟extraction d‟huile d‟arachide, l‟utilisation du matériel agricole de type
moderne, la fabrication artisanale de la pommade et du savon, l‟utilisation des produits des
champs collectifs et le petit élevage.

Ces activités génératrices de revenu ont contribué à l‟amélioration des revenus des ménages
surtout au niveau des moins vulnérables : Peu vulnérables et moyennement vulnérables qui
mettent en œuvre des stratégies de prévoyance à travers une capitalisation foncière et dans le
bétail. Ces activités ont permis aux très vulnérables de lutter pour leur survie du fait que les
stratégies mises en œuvre par cette catégorie sociale ne relève que de la survie. Toutefois,
l‟impact de ces activités génératrices de revenu sur les extrêmement vulnérables est très
faible. Cette catégorie sociale est totalement marginalisée dans la conduite des AGRs.

La conduite de ces AGRs a entraîné au niveau collectif, la cohésion sociale et le
rapprochement entre les différentes catégories et les groupes sociaux, mais aussi la production
de la norme en vue de la gestion de certaines affaires de la communauté villageoise.

Mots clés : Initiatives et innovations paysannes, Activités génératrices de revenu,
vulnérabilité, pauvreté, sécurité alimentaire, lutte contre la pauvreté, mobilisation de
l‟épargne.
                             13




Première Partie : Approche
méthodologique et cadre de
       la recherche
                                                                                              14

                                        Introduction


Dans la plupart des pays en développement, qu‟elles soient informelles, reconnues,
éphémères, souples, de grande taille, les organisations paysannes sont à la fois le lieu
d‟expression des intérêts de paysans et un moyen d‟atteindre les objectifs qu‟elles se fixent. Si
les organisations paysannes rurales intéressent un nombre croissant de personnes, c‟est
qu‟elles sont amenées à jouer un rôle de plus en plus important dans le développement rural et
l‟amélioration des conditions de vie de leurs membres.

La pauvreté et le sous développement sont deux fléaux aussi vieux que le monde, et chaque
peuple, d‟une manière ou d‟une autre, a toujours déployé des efforts pour l‟enrayer afin de
garantir à tous, une vie meilleure.

Malheureusement, au vingt unième siècle, force est de constater qu‟en Afrique, en Asie, et en
Amérique Latine, plus de 50 % de la population vit avec moins d‟un dollar par jour.
Un des défis des Nations Unies à travers les objectifs de développement du Millénaire est la
réduction de moitié de la pauvreté dans le monde à l‟horizon 2015.

Pour atteindre cet objectif dans le monde, diverses stratégies sont menées par les différents
acteurs parmi lesquelles, l‟accès au crédit et aux autres services financiers est un facteur
déterminant pour l‟amélioration des conditions de vie des populations. Les lignes de crédit ont
ainsi été un instrument majeur des politiques de développement socio-économique et de
réduction de la pauvreté.

Ce crédit permet de financer des activités génératrices de revenu en vue de lutter efficacement
contre la pauvreté et/ou la vulnérabilité.

Sur le plan politique, la fin des années 90, a vu la mise en œuvre des stratégies de lutte contre
la pauvreté après l‟échec des politiques d‟ajustement structurel. Ainsi, en 2002, le
gouvernement du Niger a élaboré et mis en œuvre une Stratégie de Réduction de la Pauvreté
(SRP). Ce document constitue le seul cadre d‟intervention en matière de développement
économique et social. Cette stratégie a assigné au secteur rural, le rôle de principal moteur de
la croissance économique du pays à l‟horizon 2015, conformément aux objectifs fixés par le
développement du millénaire. Cette volonté politique s‟est concrétisée par la mise en œuvre
du Programme Spécial du Président de la République à travers la réalisation de 100 minis
Barrages, 1000 Cases de Santé, 1000 classes, 20 forages, 80 puits pastoraux et le crédit aux
femmes rurales pour entreprendre des activités génératrices de revenu.

A l‟instar de plusieurs régions du Niger, le département d‟Aguié connaît une démographie
galopante entraînant une dégradation de ses ressources naturelles, un appauvrissement des
sols, une raréfaction des parcours. Ces facteurs contribuent à l‟accroissement de la
vulnérabilité et/ou de la pauvreté. La croissance démographique engendre une pression
foncière de plus en plus forte, se traduisant par l‟exclusion foncière des ménages les plus
pauvres. Face à cette situation, les acteurs locaux mettent en œuvre des stratégies à travers la
pratique des activités extra agricoles comme les activités génératrices de revenu dont le
                                                                                                                   15
financement est assuré en parti par la mobilisation de l‟épargne locale à travers la micro-
finance informelle type tontines améliorées. La seule institution de micro-finance formelle :
La caisse populaire d‟épargne et de crédit rural d‟Aguié dispose de moyens très limités qui ne
satisfont que très partiellement les demandes de crédit des acteurs paysans. Cette institution
privilégie l‟épargne préalable au crédit.

Au début des années 90, plusieurs projets ont été mis en oeuvre avec l‟appui des partenaires
au développement, dont le projet Aguié en vue de l‟amélioration des conditions de vie des
ménages. Ces interventions se situent de manière générale dans le cadre de la lutte contre la
vulnérabilité et/ou la pauvreté. C‟est dans ce contexte que, Care International a développé et
testé un modèle de micro-finance appelé Mata Masu Dubara1 (MMD) inspiré des systèmes
traditionnels de tontines. Le Projet de Développement Rural de l‟Arrondissement d‟Aguié,
PDRAA financé par le FIDA (Fonds de Développement Agricole) a initié un volet crédit axé
sur le financement des intrants agricoles, l‟équipement agricole et les activités génératrices de
revenu. En revanche, ce système de crédit du PDRAA a connu beaucoup de difficultés.

Ces différentes interventions n‟ont eu que des effets mitigés à causes d‟une part des approches
dirigistes et sectorielles, occultant le savoir- faire paysan. Vu ces résultats, l‟Etat du Niger et
le FIDA, ont appuyé une approche de développement à travers le VIPAF (Valorisation des
Initiatives Paysannes en Agroforesterie) conduite entre 1998 et 1999, à travers une phase teste
conduite sur trois villages du département d‟Aguié. Le succès de cette phase a conduit à la
formulation d‟un nouveau programme : Le Programme d‟Appui aux Initiatives et Innovations
Paysannes (PAIIP) qui a succédé au PDRAA. Ce programme a appuyé, les communautés
paysannes dans la mise en œuvre d‟initiatives et d‟innovations parmi lesquelles on peut
retenir la micro-finance locale type caisse « assussu »2, le petit élevage comme crédit en
nature (proche du système traditionnel Habanayé3, la fabrication artisanale de la pommade et
du savon, l‟extraction d‟huile d‟arachide, l‟utilisation du matériel agricole (semoirs) et des
produits des champs collectifs, le tricotage, la fabrication du « talia4 » etc.

La majeure partie des initiatives et innovations est mise en œuvre par les femmes (réunies en
groupements) bénéficient de divers appuis : Financiers et de formations depuis 2002.

Dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau projet (Projet de Promotion de l‟Initiative
Locale du Département d‟Aguié), le PPILDA, après plus de deux ans de conduite de ces
activités génératrices de revenu (AGRs), le CT/PIIP (Comité Technique du Projet d‟Initiatives
et d‟Innovations Paysannes) a jugé nécessaire d‟évaluer les effets et impacts de ces activités
génératrices de revenus sur l‟amélioration des revenus des ménages et d‟identifier les activités
les plus porteuses en vue de leur promotion et de leur large diffusion.

Notre recherche s‟inscrit dans cette optique. Elle se fait dans le cadre d‟une collaboration
entre les Universités francophones de Belgique, le CT/PIIP, les communautés paysannes du
département d‟Aguié, l‟Université Abdou Moumouni de Niamey à travers le projet PIC

1
  Qui signifie en Haussa les femmes qui ont de l‟initiative
2
  Caisse d‟épargne et de crédit
3
  C‟est un système mis en place traditionnellement consiste à donner la garde d‟une vache à une personne qui
reçoit à retour la première mise bas, la vache et la descente suivante restera la propriété de celui détient la vache
4
  Fabrication artisanale de patte alimentaire
                                                                                              16
(Projet d‟Inter universitaire Ciblé) et vise à évaluer « les effets et impacts des initiatives et
innovations paysannes améliorant le revenu des ménages dans la zone d‟Aguié ». Cette
recherche s‟inscrit dans un partenariat tripartite entre chercheurs, développeurs et
communautés paysannes. C‟est donc avec, par et pour les communautés paysannes que cette
recherche est menée.

L‟originalité de cette recherche est de confronter la micro-finance et les activités génératrices
de revenus avec une vision des acteurs locaux

Cette thématique est le prolongement des recherches menées dans la zone d‟Aguié en vue de
lutter contre la vulnérabilité à travers la mise en œuvre des initiatives et innovations
paysannes.

Ce travail s‟articulera autour de 5 parties : La première partie traite de l‟approche
méthodologique et le contexte de l‟étude, la seconde du cadre conceptuel, la troisième porte
sur l‟analyse en longue période du Niger et de la zone d‟Aguié, la quatrième sur les résultats
de l‟étude et tandis que la cinquième présente la conclusion.
                                                                                                17
1.1 La Problématique de la recherche

Au Niger en général et à Aguié en particulier, les difficultés climatiques (sécheresses), la
perte de la fertilité des sols et la raréfaction des terres rendent l‟agriculture de plus en plus
aléatoire. Tous ces facteurs contribuent à l‟insécurité alimentaire, à la vulnérabilisation et à la
paupérisation des ménages ruraux. Les programmes d‟ajustement structurel ont imposé le
retrait de l‟Etat dans l‟encadrement du monde rural, la commercialisation des cultures de rente
(arachide, souchet, niébé), mais aussi la liquidation des sociétés d‟Etat (huileries) qui assurent
la transformation de certaines cultures (arachide), livrant ainsi les producteurs à la merci des
spéculateurs.

Les différentes sécheresses (1973-1974, 1984-1985, 1999-2000) ont eu des effets désastreux
sur le cheptel (grande mortalité, mais vente sur pied pour faire face aux besoins alimentaires).
Les tentatives de reconstitution du cheptel se sont vues anéanties par les sécheresses de plus
en plus récurrentes. A cette baisse des effectifs du cheptel, s‟ajouta une raréfaction des
pâturages dans la bande sud du pays qui ne fut pas sans conséquences sur un élevage encore
extensif. Ces phénomènes se sont accentués grâce à la croissance démographique galopante
mais aussi à la sédentarisation d‟une partie des éleveurs dont les troupeaux ont été décimés
par les sécheresses. Il est clair qu‟à terme, sous l‟effet de l‟augmentation de la pression
foncière notamment, des débouchés devront être trouvés hors de l‟agriculture pour une partie
de la population rurale5.

Dans ce contexte, les sociétés paysannes ont suivi des mutations sociales, économiques et
culturelles, la fragmentation de la cellule familiale, des charges de plus en plus grandes pour
les femmes, à l‟apparition des paysans sans terres qui se trouvent exclus des systèmes de
production agricole. L‟ensemble des transformations dans lesquelles est engagée la société
locale, traduit l‟existence d‟une puissante dynamique et d‟une grande capacité d‟innovation.
Ainsi, les paysans d‟Aguié mènent une recherche constante pour trouver des solutions à leurs
problèmes.

Face à ces contraintes (climatiques, édaphiques, démographiques, économiques, sociales…),
les paysans développent des stratégies de survie pour surmonter la crise et en vue de
promouvoir le développement durable de leur zone. Cette recherche part des préoccupations
des paysans (es), qui sont les principaux acteurs dans la recherche de l‟amélioration de leurs
conditions de vie.
L‟approche du PAIIP s‟inscrit dans cette philosophie de responsabilisation et de valorisation
des initiatives et innovations paysannes dans la recherche des solutions aux problèmes qu‟ils
rencontrent.

Les acteurs paysans pratiquent des activités extra agricoles (le commerce, l‟artisanat,
transformation et commercialisation des produits agro-sylvo-pastoraux) qui ont toujours joué
un rôle majeur dans la reproduction des sociétés locales. Ces activités s‟inscrivent dans le
cadre de l‟amélioration des conditions de vie des ménages.

C‟est dans ce contexte, que se justifie la problématique de cette recherche sur « les effets et
les impacts des initiatives et innovations paysannes améliorant le revenu des ménages dans la
zone d‟Aguié ».

D‟une manière générale, depuis les années 80, l‟ampleur de la pauvreté au Niger est devenue
alarmante tant en milieu rural qu‟en milieu urbain. Cette période a coïncidé avec la mise en
œuvre des PAS dont les conséquences socio-économiques sont désastreuses sur les couches
les plus vulnérables.

5
    Raynaut Claude, 2001
                                                                                                18
Dans ce contexte, plusieurs programmes et projets de développement ont été mis en œuvre
pour améliorer les conditions de vie des ménages de manière générale au Niger et en
particulier à Aguié.
     C‟est dans ce sens que, de 1992 à 2002, le gouvernement du Niger avec l‟Appui du
        Fonds International pour le Développement agricole (FIDA) a mis en œuvre un projet
        de développement rural (le PDRAA) dans l‟arrondissement d‟Aguié, situé au Sud-Est
        du Niger.
     D‟autres structures telles que l‟UNICEF, CARE International sont également
        intervenues dans la zone, en vue de l‟amélioration des conditions de vie des ménages.
        Ces interventions s‟inscrivent dans le cadre des mesures de lutte contre la pauvreté
        et/ou la vulnérabilité.

Toutefois, ces interventions ont eu des résultats mitigés.

Les différents diagnostics sur les exploitations de la zone montrent que la lutte contre la
pauvreté est moins pertinente que celle contre la vulnérabilité qui est la cause de la pauvreté.
Ainsi, Plusieurs stratégies sont identifiées par les communautés villageoises pour faire face à
la vulnérabilité.

Le PAIIP a appuyé depuis 2001, plusieurs initiatives et innovations paysannes identifiées par
les acteurs paysans de la zone d‟intervention du projet. De ce fait, il s‟avère nécessaire de
connaître quels sont les effets et les impacts induits par la mise en œuvre de ces actions sur les
différentes couches et catégories sociales, mais aussi de voir les activités génératrices de
revenus qui contribuent à l‟amélioration des revenus des ménages, à la lutte contre la
vulnérabilité et /ou la pauvreté.

Toutefois, les effets et les impacts de la mise en œuvre des activités génératrices de revenu ne
se limitent pas seulement à l‟amélioration du revenu des ménages, ils peuvent se traduire
aussi par des mutations économiques, sociales, institutionnelles, culturelles en vue d‟induire
un changement dans la conduite des acteurs paysans en vue d‟assurer un développement
harmonieux et durable.

L‟analyse des effets et impacts des AGRs sur l‟amélioration des revenus des ménages ne peut
se faire de manière séparée, elle prendra en compte les interactions entre les différents sous
systèmes (économique, socioculturel, politique, institutionnel, juridique). D‟où la nécessité
de situer ces concepts dans une approche historico systémique basée sur la longue période
pour une meilleure compréhension des étapes successives qui ont marqué la zone en vue de
cerner sa situation actuelle et celle des différents acteurs. Cette démarche privilégie la vision
du DEA interuniversitaire en intégrant les aspects : Développement, environnement et
sociétés, mais aussi les logiques d‟acteurs dans le développement durable.

Jusqu‟à présent peu de recherches d‟évaluation d‟effets et impacts des initiatives et
innovations paysannes appuyées par le PAIIP sur l‟amélioration des revenus des ménages
n‟ont été réalisées.

1.2 La question de recherche

Les initiatives et innovations paysannes appuyées par le PAIIP ont-elles contribué à
l‟amélioration des revenus des ménages ? Ces stratégies constituent –elles des formes
alternatives de lutte contre la pauvreté et/ou la vulnérabilité et l‟insécurité alimentaire ?
                                                                                                 19
1.3 Les Objectifs et l’intérêt de la recherche

1.3.1 Les objectifs

    Montrer à travers le temps long, l‟importance qu‟ont joué les activités extra agricoles
     notamment le commerce dans la reproduction des sociétés locales pendant plusieurs
     siècles et les facteurs qui ont conduit à la marginalisation de ces activités, en faisant de
     l‟agriculture le moteur du développement de la zone. Et comment ces mutations ont
     contribué à la paupérisation de la zone et à la vulnérabilisation des ménages ;
    Identifier les stratégies mises en œuvre par les différents acteurs en vue d‟assurer le
     développement durable de la zone ;
    Identifier, caractériser et analyser les initiatives et innovations paysannes les plus
     porteuses ayant eu un impact significatif sur le revenu des ménages ;
    Identifier les différentes composantes et catégories sociales qui pratiquent les activités
     génératrices de revenu ;
    Identifier les effets et les impacts de la conduite de ces activités génératrices de revenu
     sur les composantes et catégories sociales, notamment sur le statut de la femme et du
     genre de manière générale ;
    Identifier les initiatives et les innovations les plus rentables et ayant induits des effets
     structurants et qui contribuent le plus à l‟amélioration des revenus des ménages.

1.3.2 Intérêt de la recherche

Outre, cette vision historique de la pratique des activités extra agricoles dans la reproduction
des sociétés ante-coloniales dans cette zone à forte contrainte climatique, cette recherche vise
à montrer l‟importance des activités génératrices de revenu dans les stratégies de lutte contre
la vulnérabilité et/ou la pauvreté sur la base d‟initiatives et innovations définies par les acteurs
(es) paysans (es), (les petits experts) en vue de la prise en compte de leurs aspirations et leurs
réalités locales.
Cette définition des objectifs du « développement réel » et de sa mise en œuvre permettent de
parvenir à un développement durable.
Cette recherche s‟inscrit dans un partenariat tripartite entre chercheurs, développeurs et
paysans et se veut un croisement de savoirs où chacun des acteurs contribue à la construction
du savoir.

1.4 Hypothèses de la recherche

    Les initiatives et innovations paysannes ne sont pas mises en œuvre de la même
     manière par les différents groupes et catégories sociaux ;
    Les effets et impacts des initiatives et innovations paysannes ne sont pas identiques
     chez les différentes couches et catégories sociales de la zone.

1.5 Les résultats attendus

    Les initiatives et innovations améliorant le revenu des ménages sont identifiées,
     caractérisées et analysées (un accent particulier est mis sur les composantes et
     catégories sociales);
    Les initiatives et innovations les plus pertinentes (rentabilité et pouvoir structurant)
     seront proposées pour leur promotion et leur large diffusion.
                                                                                               20
1.6 La démarche méthodologique de la recherche

Cette étude est réalisée à différents niveaux : De la formulation du thème ; à la recherche
bibliographique et la collecte des données sur le terrain, en passant par la validation des
résultats par les différents partenaires.

1.6.1 A l’Université catholique de Louvain

Cette étude a débuté à l‟Université Catholique Louvain avec la formulation du thème de
départ intitulé « Rôle de la Micro-finance dans la sécurité des ménages et les stratégies
paysannes dans le cadre du développement local, quelques perspectives pour la mise en place
de la Banque Régionale de Solidarité (BRS) de l‟UEMOA : Cas de la région d‟Aguié au
Niger ». Le thème et l‟approche méthodologique ont été présentés et discutés avec les
encadreurs désignés par le comité académique du DEA au séminaire interdisciplinaire de
Liège, le 14 mai 2004. Ces premières étapes de la recherche ont été approuvées. Cette phase
a été suivie de plusieurs recherches bibliographiques et rencontres avec des personnes
ressources pour approfondir le thème et s‟inspirer de l‟approche du PAIIP et des méthodes de
recherches conduites avec les communautés paysannes de la zone d‟Aguié. Des rencontres
périodiques ont été menées avec le promoteur pour discuter de la méthodologie dont la
dernière en date du 10 juillet 2004. Ces discussions se sont poursuivies avec les autres
membres de l‟encadrement, mais aussi avec le Professeur De Leener, en vue d‟approfondir la
méthodologie et l‟approche du PAIIP.

1.6.2 Au projet Aguié

La phase terrain a commencé au Niger le 31 juillet 2005, d‟abord par Niamey puis Aguié.
A l‟issue de la rencontre première avec la CT/PIIP, le thème de la recherche initialement
arrêté : «Rôle de la Micro-finance dans la sécurité des ménages et les stratégies paysannes
dans le cadre du développement local, quelques perspectives pour la mise en place de la
Banque Régionale de Solidarité (BRS) de l‟UEMOA : Cas de la région d‟Aguié au Niger » a
été remplacé par le thème suivant « Effets et impacts des initiatives et innovations paysannes
améliorant le revenu des ménages dans la zone d‟Aguié ». Le CT/PIIP a noté en substance
que, c‟est la direction du Projet qui définit les thèmes d‟étude en fonction de leurs besoins
mais aussi qu‟un thème de recherche sur la micro-finance n‟est donc pas pertinent et
opportun, parce que « tous les programmes de micro-finance au Niger ont échoué, la Micro-
finance ne cadre pas avec les préoccupations du Projet ». Le nouveau thème proposé est une
demande du bailleur de fonds dans le cadre du nouveau projet Le PPILDA. Les initiatives et
innovations paysannes concernées par cette recherche sont surtout : Le fonctionnement des
caisses d‟épargne et de crédit, les caisses « Assussu », la fabrication du savon traditionnel, le
tricotage, le petit élevage, l‟extraction d‟huile d‟arachide, l‟utilisation des produits des
champs collectifs, l‟utilisation du matériel agricole. Compte tenu des contraintes temps, un
seul village a été retenu pour conduire l‟étude, il s‟agit du village de Dan Saga.

La recherche bibliographique s‟est poursuivie au projet Aguié, pour mieux connaître le
nouveau thème, la zone d‟études et l‟approche PAIIP. Avant d‟aller à Dan Saga (zone
d‟étude), une restitution de la méthodologie a été faite à la Direction du Projet à Aguié devant
les membres du CT/PIIP et les enseignants chercheurs de l‟Université Abdou Moumouni de
Niamey impliqués dans le PIC Aguié.

Cette restitution a porté sur la problématique, la question de recherche, les objectifs, les
résultats attendus de l‟étude, les indicateurs à utiliser, le calendrier de travail. Cette étape a
permis de trouver un consensus sur les aspects méthodologiques.
                                                                                             21
1.6.3 A Dan Saga

Au niveau de la zone d‟étude, la première rencontre avec la communauté villageoise s‟est
faite à travers une assemblée villageoise convoquée pour discuter du thème, le village n‟étant
pas demandeur du thème, les acteurs villageois doivent valider et approprier le thème. Ainsi,
le thème proposé doit cadrer avec les aspirations et les préoccupations des paysans
conformément au principe du PAIIP.

L‟Assemblée Villageoise (AV) a débattu du thème de l‟étude et des Activités Génératrices de
Revenus (AGRs) qui sont l‟objet de la recherche. Il ressort de la discussion avec les acteurs
locaux (partenaires paysans) que le thème est d‟importance capitale pour le village et que la
plupart des activités retenues pour l‟étude cadrent parfaitement avec leurs attentes, toutefois,
l‟Assemblé Villageoise a jugé opportun de remplacer le tricotage par la fabrication
traditionnelle de la pommade qui est estimée plus rentable que le tricotage pour les femmes.

L‟AV a servi de cadre pour l‟identification des groupes cibles qui sont retenus pour l‟étude,
notamment les différents groupements. Les acteurs locaux se sont prononcés sur la
méthodologie de l‟étude à savoir, les objectifs, les résultats attendus, les indicateurs et le
calendrier. L‟AV s‟est prononcé sur le contenu des questionnaires. Ce travail en partenariat a
permis d‟affiner les questionnaires de l‟enquête et de trouver les termes appropriés en
Haoussa pour aborder les différents concepts. Après des discussions acharnées sur certains
concepts surtout sur le genre (les acteurs locaux n‟ont pas la même perception du genre que
les autres partenaires : chercheurs et développeurs) nous avons finalement trouvé un
consensus sur ces aspects. Ainsi, à la place de pouvoir décisionnel, consultation dans les
prises de décision, d‟autres indicateurs tels que le comportement vestimentaire, l‟équipement
de la case, la position sociale de la femme, être informé sont cités comme indicateurs en
relation avec le statut de la femme.
Après des débats souvent très animés sur le thème de la recherche, les indicateurs etc., nous
avons finalement eu une convergence de point de vue sur la méthodologie. Un consensus a été
trouvé sur le calendrier de travail en tenant compte des contraintes d‟emploi du temps pour
l‟un des groupes cible à savoir les femmes, particulièrement chargées en cette période de
l‟année.

1.6.4 La définition des indicateurs

Pour mener à bien ce travail, un certain nombre d‟indicateurs ont été retenu pour évaluer les
effets et impacts des initiatives et innovations paysannes améliorant le revenu des ménages et
en particulier le statut et la situation de la femme. Ces indicateurs ont été définis
conformément aux objectifs et aux résultats attendus à savoir ;
     Les différentes activités génératrices de revenus pratiquées ;
     Les groupes et catégories qui pratiquent l‟activité en fonction du temps : Le nombre de
        personnes qui pratiquent l‟activité,
     La conduite de l‟activité;
     Les chiffres d‟affaires pour les différentes activités conduites par les acteurs locaux;
     Pour le fonctionnement des caisses « assussu », le nombre de sociétaires, l‟évolution
        de l‟épargne et du crédit et de l‟encours en fonction du temps ;
     Les revenus générés par la pratique de l‟activité : Bénéfices ;
     Utilisation des revenus ;
     Les activités les plus porteuses, rentabilités, pouvoirs structurants;
     Les effets et impacts de la conduite de l‟activité sur le ménage ;
                                                                                               22
    Effets sur le statut de la femme : autonomie financière, participation à la prise de
       décision, amélioration du statut social, de la confiance en soi ;
    Amélioration de la qualité nutritionnelle du ménage surtout des enfants.
Après la définition des indicateurs nous avons procédé à la catégorisation des différents
groupes et catégories sociaux qui pratiquent les activités génératrices de revenus.

1.6.5 Catégorisation des groupes cibles et catégories sociales pratiquant les
AGRs et choix de l’échantillon

1.6.5.1 Les indicateurs ayant servi à la caractérisation des ménages à Dan Saga
L‟AV a désigné quatre (4) personnes ressources en vue de procéder à la catégorisation des
groupes et pratiquant les AGRs sur la base des indicateurs décrit par Boubacar Yamba dans le
cadre des études de vulnérabilité conduites à Zabon Mousso et Guidan Tagno mais aussi des
autres études conduites dans la zone d‟Aguié. Ces indicateurs ont été adoptés au contexte
local, à savoir :

          Le capital foncier du ménage ;
          La détention de matériel agricole « type moderne » UCA6 (semoirs, charrettes) ;
          L‟autosuffisance alimentaire du ménage ;
          La possession de bétail (petit ruminant, gros bétail...), le nombre d‟UBT7 du ménage ;
          Le nombre d‟actifs agricoles de l‟exploitation ;
          Le nombre total de personnes en charge au niveau de l‟exploitation ;
          Les activités (principales et secondaires) exercées ;

Ainsi, sur la base de ces indicateurs, quatre (4) catégories sociales ont été identifiées en
fonction du degré de vulnérabilité à savoir :
           1. Les peu vulnérables (PV) : Possédant plus de 13 ha de terres cultivables, du
               gros bétail (bœufs), d‟UCA, ils sont autosuffisants sur le plan alimentaire et
               peuvent aider d‟autres personnes ;
           2. Les moyennement vulnérables (MV) : Possédant de 5 à 13 ha de terres de
               cultivables, du gros bétail ou pas, souvent d‟UCA, ils sont autosuffisants sur le
               plan alimentaire pour eux même ;
           3. Les très vulnérables (TV) : Possédant de 3 à 5 ha de terres cultivables, de petit
               ruminant ou pas, pas d‟UCA, autosuffisants sur le plan alimentaire pendant 6 à
               8 mois de l‟année pour le reste de l‟année, ils doivent payer à manger ;
4.      Les extrêmement vulnérables (EV): 0 à 3 ha de terres cultivables comme assise
foncière, ne possédant même de chèvre, pas d‟UCA, chroniquement déficitaires sur le plan
alimentaire, pour manger, ils doivent pratiquer du salariat agricole chez les PV.
           -
1.6.5.2 Pertinence du choix des indicateurs de catégorisation des ménages
Ces indicateurs contribuent à la caractérisation des ménages.



6
    Unité de Culture attelée
7
    Unité Bétail Tropical
                                                                                              23
Ainsi, le capital foncier, constitue le facteur de production le plus prépondérant. Son
utilisation dans la catégorisation des ménages contribue à établir une hiérarchie sociale surtout
dans un contexte de saturation foncière où certaines exploitations mettent en œuvre des
stratégies de capitalisation foncière au détriment des plus vulnérables qui connaissent une
décapitalisation foncière à la suite d‟un événement (maladie, famine, cérémonie…). La terre
constitue aussi une forme d‟épargne, non monétaire qui caractérise les économies rurales et
même des pays en développement comme le dit LEDUC dans la théorie de l‟épargne des pays
pauvres. Dans ces conditions, le capital foncier est d‟une importance capitale en milieu rural,
dans la mesure où il contribue à la sécurité alimentaire du ménage. Ainsi, les ménages
disposant d‟une grande assise foncière sont supposés produire suffisamment de nourriture
pour faire face à leurs besoins. D‟autres indicateurs tels que la fertilité s‟ajoute au capital
foncier pour déterminer la capacité de production du ménage8.

Le nombre d’UBT ou capital bétail du ménage : En milieu rural, le bétail est considéré
comme la principale richesse. Les ménages ruraux développent des stratégies de capitalisation
dans le bétail. Cette forme d‟épargne en nature est encore prépondérante dans la zone
d‟Aguié. Les ménages qui disposent d‟un capital bétail important peuvent optimaliser leurs
productions agricoles à l‟aide de la fumure organique des animaux, ce qui contribue à
l‟augmentation de la fertilité des terres en vue d‟une meilleure productivité surtout dans un
contexte de pauvreté des sols due à la disparition de la jachère. Le bétail constitue une forme
d‟assurance pour le ménage et lui permet de faire face aux périodes difficiles (famine,
maladies, cérémonies). En effet, les animaux sont les plus souvent vendus pour faire face au
déficit céréalier qui dévient de plus de plus cyclique (période de soudure ou de famine).
Les ménages qui disposent d‟un capital bétail important, possèdent des opportunités leurs
permettant d‟atténuer les risques de basculer dans la vulnérabilité.

Le nombre d’actifs agricoles : A Aguié, tout comme dans plusieurs régions du Niger, un
nombre d‟actifs agricoles important constitue un facteur de production. Pour les ménages qui
disposent d‟une assise foncière importante, la demande en main d‟œuvre est importante.
Ainsi, une exploitation qui possède un grand nombre d‟actifs agricoles peut mettre en valeur
ses terres sans faire recours à la main d‟œuvre à l‟extérieur du ménage. Le nombre d‟actifs
agricole permet de savoir s‟il y a un équilibre la main d‟œuvre de l‟exploitation et son capital
foncier.

Le nombre de personnes prises en charge : Cet indicateur nous permet de savoir s‟il y a
compatibilité entre la production du ménage et le nombre de bouches à nourrir. Cet indicateur
permet de savoir si l‟exploitation est à mesure d‟assurer la sécurité alimentaire de ses
membres pendant une année9.




8
    Saley Kanté, 2002
9
    Saley Bougi Chaibou, 2004
                                                                                               24
Les activités principales et secondaires du ménage: A Aguié, à l‟instar de la plupart des
zones rurales du Niger, l‟agriculture constitue la principale activité de la population. Mais
depuis quelques années, cette agriculture est en crise et ne parvient pas à satisfaire les besoins
de base des populations à cause de la croissance démographique et de la faible productivité
des terres. Dans ce contexte, les activités extra agricoles : Commerce, élevage, artisanat, etc.,
contribuent à l‟amélioration des revenus des ménages. La conduite des ces activités peut être
un facteur discriminant au sein des exploitations. La conduite des activités extra agricoles par
un ménage lui permet de diversifier ses sources de revenu et surtout de prévenir les années de
mauvaises récoltes. Amadou et al en 1997, notent dans ce sens que, les revenus extra
agricoles constituent une variable qui sert à mesurer le dynamisme d‟une unité de production.

L’existence ou non des matériels agricoles « modernes » : Cet indicateur permet de
connaître le niveau d‟équipement d‟une exploitation. La détention pour une exploitation de
matériel agricole (charrues, charrettes, semoirs) permet d‟optimiser sa production à travers le
transport de fumier dans les champs (capacité de fertilisation et de labour). En saison sèche, le
ménage peut entreprendre des activités extra agricoles telles le transport, la vente d‟eau et de
bois.
Ces indicateurs décrits ci-dessus ont permis d‟établir la caractérisation des ménages de Dan
Saga en fonction de leur niveau de vulnérabilité.

1.6.5.1 Caractérisation des groupes sociaux pratiquant les AGRs

Ces personnes ressources connaissent tous les ménages pratiquant les AGRs dans le village,
mais aussi la situation de chacun. Cette catégorisation a servi comme base de travail. Les
données collectées au cours de l‟enquête nous ont permis de corriger certaines erreurs
commises au moment de la caractérisation.

1.6.5.2 Choix de l’échantillon

A Dan Saga, 7 groupements pratiquent les tontines dont 6 groupements des caisses d‟épargne
et de crédit « caisse assussu » 5 pour les haoussa et une (1) pour les peuls et 5 groupements de
tontines simples. Les activités d‟extraction d‟huile d‟arachide, de fabrication traditionnelle de
pommade, de savon, d‟utilisation des produits des champs collectifs, du petit élevage ont été
étudiées et analysées.

Après la détermination des différentes catégories sociales pratiquant les AGRs, nous avons
procédé à la détermination de la taille de l‟échantillon sur la base de la catégorie sociale, du
groupe social (jeunes, moyennement vieux, vieux) et du sexe (femme, homme), mais aussi en
fonction de la catégorie socioprofessionnelle (agriculture, élevage) bien que la distinction est
difficile à faire sur ce point compte tenu de la pluralité des activités pratiquées par les
ménages en vue de minimiser les risques. Toutefois, nous nous sommes basés sur l‟activité
principale du ménage) pour les différentes activités génératrices de revenus. Une allocation
proportionnelle a été utilisée pour déterminer le nombre d‟individus par groupe et catégorie
sociale voir tableau n 8. L‟échantillon est tiré sur la base des listes nominatives constitutives
des différents groupements. La composition de l‟échantillon est consignée dans le tableau n°8.
                                                                                             25

1.6.6 La collecte des données sur le terrain

La collecte des données s‟est faite à deux niveaux :
    Au niveau groupement à travers un entretien collectif et ;
    Au niveau ménage à travers un entretien ménage.


1.6.6.1 Entretien groupement

Des entretiens au niveau groupement ont été menés au niveau des différents groupements
pratiquant les activités génératrices de revenus (Caisses « Assussu », groupement d‟extraction
d‟huile, groupements de fabrication traditionnelle de savon et de la pommade, groupements
pratiquant le petit élevage, les comités de gestion du matériel agricole et les groupements
exploitants les champs collectifs).
Ces entretiens collectifs permettent de connaître:
     L‟historique du groupement et les moyens dont il dispose ;
     La conduite des AGRs par le groupement ;
     Les revenus générés par la pratique de l‟activité ;
     La composition du bureau et le fonctionnement ;
     Les activités les plus porteuses,
     Les difficultés rencontrées dans la pratique de l‟activité ;
     Les propositions d‟amélioration, les effets et impacts ;
     Les activités structurantes. Le guide d‟entretien collectif a été enregistré au niveau des
différents groupements pratiquant les activités génératrices de revenus (voir guide d‟entretien
groupement en annexe 2).


1.6.6.2 Entretien ménage

Pour mieux connaître la pratique des AGRs les effets et impacts des différentes activités
génératrices de revenus, des entretiens au niveau ménage ont été conduits au niveau des
différents membres des groupements constituant l‟échantillon. Pour les femmes en raison de
leur emploi de temps chargé, la plupart des entretiens se sont déroulés dans les champs
pendant la journée. Certains entretiens ont été conduits à la maison souvent après plusieurs
rendez vous manqués en raison de la non-disponibilité des femmes qui se consacrent aux
travaux de sarclage et de récolte. Ces entretiens ménages ont permis d‟approfondir les
informations obtenues au niveau des entretiens collectifs voir guide entretien ménage en
annexe 2.


Des entretiens semi-structurés et informels ont été menés en vue de compléter les
informations, par comparaison et recoupement.
L‟observation directe a permis de saisir les acteurs et les actrices dans leur vie quotidienne,
dans la mise en œuvre d‟activités génératrices de revenus.
                                                                                              26

1.6.7 Validation des résultats de la recherche au niveau des acteurs

1.6.7.1 Niveau village

Pour valider les résultats de la recherche au niveau des acteurs paysans, quatre séances de
restitution ont été organisées avec les acteurs villageois pour partager les résultats et les
analyser avec les partenaires paysans à travers des assemblées villageoises voir photo n°1.




Photo n° 1 : Séance de restitution des résultats de la recherche au cours d’une assemblée
villageoise à Dan Saga

Cette démarche est conforme à l‟approche PAIIP. Au cours de ces restitutions, les résultats de
la recherche ont été présentés chaque fois à l‟appréciation de l‟assemblée villageoise, qui a
débattu de l‟ensemble des résultats. Cette phase est une étape importante dans la recherche, en
effet, elle permet de partager, de discuter, d‟analyser les résultats de la recherche mais aussi
de responsabiliser les acteurs paysans dans les différentes étapes de la recherche. A chaque
séance, les acteurs villageois ont montré un enthousiasme et un engouement remarquables.
Ces restitutions ont permis de valider les résultats au niveau village. Ce qui montre la
participation active des acteurs villageois à toutes les étapes de la recherche. Cette approche
fait des paysans, des véritables acteurs de la recherche dans le cadre du partenariat tripartite.
Désormais, les paysans contribuent à la construction des connaissances. Ce qui les permet de
s‟approprier rapidement des résultats de la recherche, d‟où une vulgarisation de type
horizontale qui nécessite moins de moyens et plus de crédibilité.
                                                                                               27
                       1.6.7.2 Niveau de la direction du Projet Aguié


Trois séances de restitutions ont été organisées à la direction du projet Aguié avec l‟équipe de
la CT/PIIP appuyée par les enseignants chercheurs de l‟Université Abdou Moumouni de
Niamey. De la méthodologie à la présentation des résultats de la recherche, les membres de la
CT /PIIP et les enseignants de l‟UAM ont participé activement aux différentes phases de la
recherche. Les séances de restitution ont permis de partager, de discuter, les résultats obtenus
au cours de la recherche. Ces séances de restitution ont été d‟un apport appréciable à toutes
les étapes de la recherche. Ces discussions ont permis d‟intégrer une vision multidisciplinaire
(développeurs, chercheurs) pour que la recherche soit une recherche capable d‟induire le
changement au niveau de tous les acteurs (paysans, développeurs, chercheurs).
Ces séances de restitutions permettent d‟évaluer l‟état d‟avancement de la recherche par
rapport aux résultats attendus. Cette étape permet de valider les résultats de la recherche.


1.6.8 L’analyse des données


L‟analyse des données s‟est faite à plusieurs niveaux. Tout d‟abord à Dan Saga, à la fin de
chaque journée, il fallait faire le bilan en synthétisant les données récoltées. Avant chaque
restitution, une analyse préliminaire des données est faite pour l‟ensemble des données
recueillies à fin de discuter des résultats avec les acteurs paysans.
A chaque séjour à Aguié en vue de la restitution des résultats de la recherche devant les
membres de la CT/PIIP et les enseignants chercheurs de l‟Université Abdou Moumouni de
Niamey, les données récoltées sont analysées en profondeur. Ce travail est suivi de la séance
de restitution des résultats provisoires.
L‟analyse des données s‟est poursuivie à l‟Université Catholique de Louvain où les résultats
ont été discutés avec les enseignants encadreurs de cette recherche.


1.6.9 Les limites de l’étude


Compte tenu de l‟analphabétisme des membres des caisses « assussu », les archives et les
pièces comptables de ces caisses sont soit inexistantes, soit inexploitables. La secrétaire
chargée du suivi des caisses ne dispose pas de données régulièrement collectées. Dans ces
conditions il est difficile de connaître la situation des revenus des ménages avant la mise en
œuvre des initiatives et innovations paysannes mais aussi les données relatives au
fonctionnement des caisses.
                                                                                           28
1.7 Le contexte et le cadre de la recherche


1.7.1 Le Contexte de l’étude


1.7.1.1 La présentation générale du Niger


Le Niger, situé au cœur de l‟Afrique et très fortement enclavé voir carte n°1 : Situation
géographique du Niger. Ses caractéristiques climatiques, lui confèrent un climat de type
sahélien. Il couvre une superficie de 1.267.000 Km². Sa population est de 11 060 261
habitants en juin 2001 (RG/P/H, 2001)10. Sa population est très jeune (plus 50 % a moins de
25 ans), peu alphabétisée (14, 3 % d‟adultes), le niveau d'éducation et de formation est aussi
faible en comparaison avec la situation des autres pays sahéliens. Plus de 63 % de la
population vit en dessous du seuil de pauvreté. La densité de la population est faible, 8,7
habitants au km2.




10
     Recensement Général de la population et de l‟habitat, 2001
                                                                                             29
Carte n° 1 : Situation géographique du Niger




Source: Division Géographique du Ministère des Affaires Étrangères

Le revenu par habitant se situe à peu près à 180 dollars US (alors qu'il était de 320 dollars US
en 1990). La majorité de la population est rurale environ 81 %. L‟intensité de la pauvreté est
                                                                                                30
                                                               11
plus importante en milieu rural qu‟en milieu urbain . Ainsi, 86 % des ruraux sont
considérés comme pauvres12. Parmi ces pauvres, 36% sont extrêmement pauvres. Les
différents rapports du PNUD, sur le développement humain du Niger, soulignent des fortes
inégalités des niveaux de vie entre les populations des villes et celles des campagnes, entre les
pauvres et les riches, entre les hommes et les femmes13. Dans les deux cas, la proportion des
femmes est particulièrement élevée.


La sécurité alimentaire est globalement difficile à atteindre. Elle est liée à la variabilité inter
annuelle de la pluviométrie.


Depuis des années, le Niger passe pour l'un des pays le plus pauvre du monde. Depuis quatre
ans, en effet, le Niger, se trouve régulièrement à l'avant-dernière place dans le classement de
l'IDH14 établi par les Nations Unies.
L‟espérance de vie est de 41 ans, le taux de mortalité infantile est de 15,6 %. Ces indicateurs
sociaux, placent le Niger parmi les pays les plus pauvres du monde avec un indice de
développement humain de 0,294 et est classé 176/17715.


1.7.1.2 Présentation générale de la zone d’étude, cadre de développement des activités
génératrices de revenu

Le département d‟Aguié situé au sud de la région de Maradi. Il est limité au nord par le
département de Mayahi, à l‟est par celui de Tessaoua, à l‟ouest par les départements de
Madarounfa et Guidan Roumdji et au sud par la République Fédérale du Nigeria. Le
département d‟Aguié couvre une superficie de 2800 km², c‟est le plus petit département de la
région de Maradi. La proximité de la zone avec le Nigeria crée des circonstances favorables
au commerce de tout genre (contrebande de carburant, des produits manufacturés en
provenance du Nigeria, contre le commerce frauduleux de bétail, d‟arachide, de souchet…).
Le développement de ce commerce parallèle trans-frontalier et de l‟exode montre à tel point,
les acteurs locaux ont développé des stratégies de ruses pour contourner les frontières
administratives qui sont à leurs yeux irréalistes. En effet, ces frontières érigées par
l‟administration coloniale, et les restrictions qui ont suivi en matière de circulation des
personnes et des biens, sont venues casser le commerce florissant qui existait jadis entre les
différents Etats Haoussa. Le commerce et l‟exode contribuent largement à la formation des
revenus des ménages. Il n‟est pas rare de voir pendant les grandes sécheresses qui ont marqué
la zone et les famines meurtrières qu‟elles ont engendrées, des villages entiers franchissent la



11
   République du Niger, SRP, 2002
En milieu rural 66 des personnes sont pauvres et 36 extrêmement pauvres
12
   Idem
13
   Idem
14
   Indice de Développement Humain
15
   PNUD, 2004
                                                                                                  31
frontière pour s‟installer au Nigeria. Ces stratégies développées par les acteurs locaux, leurs
permettent une meilleure utilisation de l‟espace pour la gestion du risque.


Le climat du département d‟Aguié est de type sahélien. Sa pluviométrie moyenne annuelle est
d‟environ 400 mm au Nord et de 600 mm au sud. Cette pluviométrie est caractérisée par une
grande irrégularité dans le temps et dans l‟espace


a. Le contexte démographique paramètre capital à prendre en compte dans les stratégies
                            de développement de la zone

La région de Maradi est actuellement, la plus peuplée du Niger, abritant 22,2 % de la
population totale du Niger (soit 1 habitant sur 5).
Pour les derniers recensements 1977, 1988, 2001, les effectifs des populations du département
et de la commune d‟Aguié et de la région de Maradi ont connu une évolution similaire à
l‟instar de l‟ensemble de la population nigérienne, voir tableau n°1.


Tableau n° 1 : Evolution des populations de la région de Maradi et du département et de
la commune d’Aguié de 1977 à 2001


Période de recensement             1977                   1988                     2001
Région de Maradi                       940 463                1 389 379                2 235 748
Département d‟Aguié                    125 097                   172 960                  276 938
Commune d‟Aguié                                -                   5 963                   11 384
Sources : Guengant et Banoin, 2003 ; PNUD, 1997.


On assiste à un accroissement rapide des populations de la région de Maradi et du
département et de la commune d‟Aguié qui se sont doublées en moins de 25 ans. La
population de la ville d‟Aguié est passée quant elle de 5 963 en 1988 à 11 384 en 2001, soit
un accroissement annuel de 4,97 %.

On rencontre dans le département d'Aguié, deux (2) groupements peulhs (Hawan Dawaki et
Baoudéta) et les cantons d‟Aguié et Gangara. La population du département est répartie dans
220 villages et 49 tribus peulhs. Les Haoussa constituent le groupe ethnique majoritaire
environ 80 %, 18% de peulhs et 2% de touareg.


La croissance annuelle de la population du département d‟Aguié est de l‟ordre de 3,1%. Cette
croissance semble se poursuivre pour les années à venir. Cette croissance démographique
n‟est pas sans conséquences sur les systèmes de production. Ce qui se traduit par une
saturation foncière, par la disparition de la plupart des forêts et des pâturages. Cette situation
rend difficile l‟extension des terres et handicape le développement de l‟élevage extensif.
                                                                                                32
Les densités les plus fortes du département se rencontrent dans la zone des Goulbis au Sud-
Est et la partie Ouest avec respectivement des densités moyennes de 200 habitants/km² et 150
habitants/km². L‟occupation humaine est relativement ancienne dans ces deux (2) parties du
département.
La partie Nord du département a une densité faible environ 70 habitants /km². Enfin, le Sud a
la densité la plus faible, de l'ordre de 30 habitants/km².
Après les récoltes, les jeunes migrent vers les villes et/ou vers les pays frontaliers : Nigeria,
Libye, Bénin, Togo, Cote d‟Ivoire. Plusieurs activités dont l‟exode contribuent aussi à la
formation des revenus des ménages.

                       b. Les différentes sources de revenus des ménages

Plusieurs sources contribuent à la formation des revenus des ménages dont les plus
importantes sont consignées dans le tableau n° 2.


Tableau n°2 : Différentes sources de revenus monétaires des populations exprimées en
pourcentage
Zone      Production Animaux         AGR         Production Champs        Apports     Exode
          agricole                               animale    cédés
Agadez        4,4      46,2             39,6        2,7         -            2,8          4,3
Diffa        39,9      25,5             25,6        4,4        0,1            1           3,5
Maradi       43,4      18,5             13,1        2,5        7,4           7,2          7,9
Tahoua       38,1      24,4             22,1        3,3         -            1,8         10,3
Tillabéri    45,6      18,8             22,1        1,4         -             -          11,1

Source : Etabli à partir des résultats des enquêtes HHLS, Care International, 1997

De façon générale, les résultats des enquêtes HHLS, montrent que, les principales sources de
revenu des ménages au Niger demeurent la vente des produits agricoles et animaux, les
activités génératrices de revenu, les contributions des exodants et la vente des sous-produits
d‟élevage. Ces activités sont menées par les ménages au niveau de toutes les régions16.

Dans toutes les régions du Niger, les activités génératrices de revenu se placent soit à la
seconde place soit à la troisième place dans la formation des revenus des ménages, selon
l‟importance de l‟agriculture et de l‟élevage17.

Les enquêtes HHLS réalisées par CARE International dans la région de Maradi ont montré
que les activités génératrices de revenu se placent au troisième rang, après l‟agriculture,
l‟élevage, dans la formation des revenus des ménages. Le renforcement et la diversification
des activités génératrices de revenus permettent d‟augmenter la part des AGRs dans la
formation des revenus des ménages.




16
   République du Niger, SRP, 2002
17
  Idem
                                                                                               33
 c. Les différentes activités génératrices de revenu pratiquées par les acteurs paysans
                                      de la zone d’Aguié

Les activités génératrices de revenus ont toujours été pratiquées par les acteurs villageois
depuis plusieurs décennies. Parmi les activités génératrices les plus pratiquées on peut citer :

    Le petit commerce (vente de condiments, de tissus et pagnes, autres produits
     manufacturés généralement en provenance du Nigeria, etc.) ;
    Le salariat agricole pratiqué par les extrêmement vulnérables et les très vulnérables ;
    La transformation des produits agropastoraux (plats cuisinés, extraction d‟huile
       d‟arachide, fabrication de bière locale, etc.) en vue d‟une meilleure valorisation des
       produits locaux ;
      La confection des cordes et des nattes ;
      Le maraboutage et le fétichisme ;
      La vente de bois et charbon ;
      La Coiffure et le tressage ;
      La maçonnerie ;
      La couture ;
      Le transport (charrettes) ;
    L‟exode ;
    La forge.

Toutes ces activités génératrices de revenus sont pratiquées dans le village de Dan Saga.

      La vente des céréales et des animaux, la couture, la vente de bois, le transport par la
       charrette, la forge, le tissage des nattes sont les activités pratiquées par les hommes.
      Les femmes s‟adonnent à la vente d‟eau, le jour du marché, la vente des plats cuisinés,
       l‟extraction d‟huile d‟arachide, le tricotage, la fabrication traditionnelle du savon et de
       la pommade… Ces activités sont financées localement par les caisses locales
       d‟épargne et de crédit mises en places par les groupements féminins.
      Les revenus générés à travers la pratique de ces activités permet de traverser la période
       de soudure. Parfois, elles constituent les principales activités surtout pour les
       extrêmement vulnérables qui sont sans assise foncière importante. Malgré une
       apparente homogénéité, il existe des grandes inégalités entre les ménages ruraux. D‟où
       la nécessité d‟établir une catégorisation de ces ménages pour mieux cibler les
       interventions.

d. Les indicateurs de catégorisation des ménages

Pour cette catégorisation, des indicateurs ont été définis par les acteurs paysans eux mêmes.
C‟est d‟abord CARE International, qui a élaboré avec l‟aide des populations, une première
                                                                                              34
catégorisation sur la base de critères de vulnérabilité lors l‟étude sur la sécurité des
conditions de vie des ménages.

Ainsi, les critères de vulnérabilité de l‟avis des populations locales, d‟après l‟enquête menée
par CARE18 ont permis d‟identifier trois catégories voir tableau n°3.

Tableau n°3: Critères de classification, 1997 : Evaluation de la sécurité des conditions de
vie dans le département de Maradi.

Ménages          Moyennement Ménages vulnérables Kadarin Ménages très vulnérables Ma Rashi
vulnérables Mai Hali         kadaran
Ménages dont l‟Agriculture est le système de production prédominant
     Production agricole        Production                Fait recours à l‟aide sociale (dons,
  suffisante ;                      agricole suffisante       zakat) ;
     Disposant de fonds            jusqu‟à           la    Vivant dans l‟insécurité alimentaire ;
        de commerce ;               prochaine récolte ;     Vente de la force de travail
     Utilisation de la          Disposant d‟une           Vente de bois ;
        main         d‟œuvre        UCA ;                   Exode ;
        salariale ;              Pouvant satisfaire        Ne disposant pas de stock de
     Ayant la possibilité          les besoins de la         production ;
        de satisfaire les           famille ;               Disposant de peu de bétail (petit
        besoins                  Pouvant prendre             ruminant),
        sociaux sans aide           en charge une           Fait recours aux prêts pour faire face
        extérieure ;                personne tierce ;         à certaines dépenses importantes
     Possède des UCA ;          Possède quelques            (mariage, baptême)
     Peut prêter aux               têtes     de bétail     S‟adonne aux travaux domestiques ;
        autres ;                    (ovins, caprins)        Constamment endetté ;
     Disponibilité des          Pratique le petit         Vente de la production à l‟Etat vert
        terres de cultures ;        commerce ;                (a tchi ba dadi) ;
     Disponibilité de la        Utilisation de la         Consomme d‟importantes plantes
        force de travail            main        d‟œuvre       sauvages     (comme      complément
                                    salariale                 alimentaire)

Ménages dont l‟Elevage est le système de production prédominant
   Ayant au moins 10              Ayant entre 5 et 10         Sans vache ;
      vaches ;                       vaches ;                   Vit du gardiennage                 des
   Ayant          camelins,       Possède des ovins et         animaux.
      caprins et ovins.              caprins.

Cette catégorisation des ménages montre que les ménages moyennement vulnérables
disposent d‟un potentiel de production (une bonne assise foncière, un capital bétail, un fonds
de commerce important, de la main d‟œuvre) tandis que les ménages très vulnérables ont un
faible potentiel de production (faible assise foncière, souvent sans bétail vit du gardiennage ou
salariat agricole).

18
     Care, 1997
                                                                                                35
Cette classification des ménages sur la base de la vulnérabilité permettra un meilleur
ciblage des interventions au niveau des différentes catégories sociales.

Au Niger, la pauvreté est un phénomène complexe qui se traduit par :

    Des ressources insuffisantes pour faire face aux dépenses destinées aux besoins de
     base (alimentation, eau potable, habillement, logement) ;
    L‟impossibilité d‟accéder à des services essentiels (santé, éducation en particulier) ;
    Une exposition aux risques de déstructuration et d‟exclusion sociale.

Une autre catégorisation plus fine des ménages a été proposée par Yemba.

                      e. Typologie des exploitations de la zone d’Aguié

Dans la zone d‟Aguié, à l‟échelle de l‟exploitation, la typologie suivante a été réalisée par
Yemba sur la base des études conduites à Zabon Mousso et Guidan Tagno. Quatre catégories
de ménages ont ainsi été identifiées :

      Ménages extrêmement vulnérables : ou « Matsiyata » : vivant dans l‟indigence
   absolue :

      Ménages très vulnérables ou « Masu shan Wahala » : sans assise foncière,
   chroniquement déficitaires, donc vivant dans une insécurité alimentaire permanente ;

       Ménages moyennement vulnérables ou « Masu damadama » : elles constituent la
   catégorie la plus importante, les contraintes sont faibles, elles sont partiellement équipées
   et actives dans les activités génératrices de revenu ;

      Ménages peu vulnérables : ou « Masu hali » elles ont une bonne assise foncière, une
   bonne production, un bon cheptel et une capacité de fertilisation.

Malgré leur situation confortable, ils ne sont pas à l‟abri de la vulnérabilité à cause des risques
divers : Epizooties, sécheresses, incendies, pratiques entraînant des dépenses ostentatoires.
Cette nouvelle catégorisation est plus fine que celle établie par CARE. Elle montre aussi que
toutes les catégories ne sont pas à l‟abri de la vulnérabilité.

La connaissance du cadre d‟étude au niveau local permet de mieux appréhender les
paramètres qui caractérisent la zone d‟étude. La vulnérabilité est plus importante chez les
femmes que chez les hommes.

                          f. Statut de la femme dans la zone d’étude

De tout temps, la femme rurale a toujours œuvré pour le bien-être des familles et des
communautés. Continuellement attelée à l‟amélioration des conditions de vie de la famille,
elle produit des biens et des services et contribue à la recherche de la sécurité alimentaire.
Elles contribuent au maintien des valeurs traditionnelles, d‟entraide et de solidarité. Les
femmes participent dans la plupart des ménages aux travaux champêtres, constituent donc la
                                                                                                             36
grande partie de la main d‟œuvre familiale. Travailleuse courageuse et tenace, dans un
contexte de crise socio-économique précaire, la femme a vu s‟élargir ses fonctions.
Actuellement, la grande majorité des femmes rurales évolue dans une situation d‟extrême
pauvreté.


Malgré, cette discrimination dont la femme fait l‟objet, sa contribution à l‟économie familiale
est très importante. La femme pratique l‟agriculture, elle dispose d‟un lopin de terre (concédé
par le mari, hérité ou pris en gage) généralement différent du champ du chef d‟exploitation.
Tout chef d‟exploitation a obligation de donner ce lopin de terre à la jeune mariée qui rentre la
première fois dans le foyer. Les hommes cultivent les meilleures terres, bien que la sécurité
alimentaire, la stabilité sociale et l‟alimentation des enfants reviennent aux femmes. Elles
travaillent aussi bien dans leurs champs que dans l‟exploitation familiale. Les femmes
cultivent dans le champ du mari 5 jours sur 7. Des travaux très pénibles sont souvent exécutés
par les femmes avec des outils rudimentaires (houes et dabas). Les femmes participent à la
quasi-totalité des activités culturales, mènent des multiples tâches de reproduction et
s‟adonnent à des activités économiques, activités génératrices de revenu.
La femme prend généralement en charge l‟alimentation de la famille de la fin des récoltes
jusqu‟aux premières pluies (novembre à juin). Pendant le reste de l‟année, c‟est à dire pendant
la saison des pluies, la charge familiale revient au chef d‟exploitation.


Les tâches de reproduction et de production sont assurées par les femmes. Les femmes se
consacrent aux activités domestiques : le ménage, la garde et l‟éducation des enfants, la
cuisine, la recherche de l‟eau, le ramassage du bois de chauffe, elles doivent moudrent les
grains. Ces tâches sont lourdes et répétitives. Ces activités occupent beaucoup de temps dans
le calendrier journalier de la femme.

Malgré l‟importance accordée au mariage, les ménages dirigés par les femmes sont en
constante augmentation. Les femmes deviennent chef de ménages lorsqu‟elles sont veuves,
divorcées. Une femme devient chef de ménage lorsque leur marie part en exode. Des
nombreuses études sur les ménages, ont montré que l‟incidence de la pauvreté est plus forte
parmi les ménages dirigés par des femmes19. Les règles sociales et culturelles encouragent le
mariage précoce (la plupart des filles se marient souvent à 12 ou 13 ans) et la polygamie, la
soumission des femmes limitent considérablement la participation des femmes aux prises de
décision familiales et les rendent particulièrement vulnérables.

Les obstacles et les contraintes qu‟elles rencontrent dans l‟acquisition du savoir, du capital, de
la terre, du crédit maintiennent les femmes dans des conditions de vulnérabilité accrue. Ces
femmes éprouvent d‟énormes difficultés pour accéder aux services sociaux de base. La
pauvreté est un élément aggravant la vulnérabilité des femmes. Pour faire face à ces
difficultés les femmes ne restent pas les bras croisés.


19
  Bonnes pratiques en matière de création d‟emploi et de revenus décents pour les femmes : Intégration des
questions de genre dans les organisations communautaires, études de cas au Burkina et au Sénégal.
                                                                                              37
Grâce à leur esprit d‟entreprise et leur ingéniosité, elles saisissent toutes les opportunités,
elles développent des activités qui leur permettent de mettre en valeur leur savoir-faire. Il est
indéniable que l‟engouement accru des femmes a permis aux ménages de compenser
l‟abaissement de leur niveau de vie, de freiner l‟exclusion sociale et d‟assurer la survie des
familles20.

1.7.1.3 Présentation du village d’étude

                                   a. Présentation générale

Dan Saga, situé à 22 km au nord d‟Aguié, voir carte n°2 : Situation de la Grappe de Dan Saga,
chef lieu de département sur la route latéritique. Aguié Mayahi, Dan Saga comptait 1173
habitants au recensement de 1988. La population est composée de Gobirawa, de Béribéri, de
Peuls et de Bougagé. Ces différentes ethnies entretiennent des bonnes relations entre elles.
Dan Saga présente des caractéristiques climatiques sahéliennes, avec des contraintes
climatiques assez marquées. La moyenne pluviométrique annuelle est de 450 mm par an.

Carte n° 2 : Situation géographique de la grappe de Dan Saga




20
     Idem
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           38


                                                                                   7° 30'                                                                                                                                                                                                           7° 45'                                                                                                                                                                   8° 00'




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         1 3° 45'
1 3° 45 '




                                                    G ra p p e d e D an S a ga                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           LO CA LI SAT IO N D E L A GR APPE VI LL AGE O ISE
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          D E D AN S AGA
                                                                                                                                                                                                                                             DAN AYRE
                                                                                                                                                                                                                                                  #
                                                                                                                                                                                                                        KARO U BO UNI                         MADO U BAY
                                                                                                                                                                                                                                                              #
                                                                                                                                                                                                                       #
                            N                                                                                                                                                                                                                                                      DO G ARAW A
                                                                                                                                                                                               DAN H ARO U H ASSAN E                                                      MALAMA W A #
                                                                                                                         MA YAHI                                                               #
                                                                                                                                                                                                                       MAI G U IZ AW A
                                                                                                                                                                                                                                                                                               #


                                                                                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                                                                                                                       KAKI D ADA NI                                              Dan Sag a
            W                                   E                                                                                                                                                                                                                                      #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Aire d e pâturage de kokaï
                                                                                                                                                         GU IDAN A LKO U                                   #                        #                                                  #
                                                                                                                                                     #                                                                                                                                                          GU IDAN B AKO Y
                                                                                                                             #
                                                                                                                         KAT ARE
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Y
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   #                     #
                                                                                                                                                      GU IDAN M ADO UG O U
                                                                                                                                                                                                                                                                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                       Y#

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Villages PA IIP
                                                                                                        ALAW A                                                                                                                           GAR JAG AO U
                                                                               #                                    #                                                        #                                                                                                                                                                                                                                                #
                            S                                                                       #               #                                                                                          #
                                                                                                                                                                                                                                                  #                                                #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Y#
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 DAW AY E
                                                SARKIN KA NW A KAN E                                                                                                                                                                                                                                                                     #
                                                                                                                        DAN BO U Z OU
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Grappe villageoise d e D an S aga
                                                    #
                                                                                                                         #                                   #   DAN KO R I                        #       TAK ALMAW A                       DAD ANI
                                                                                        DAN KA LG#O
                                                                                                #
                                                                                                                                                                     #
                                                                                                                                                                                                                       #
                                                                                                                                                                                                                       #                       #                                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                                       Y#               #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Y
                                                                                                                                                                                                                                                                                                        #
                                                                                                                                                                                                                                                                                           Dan Da wa (Ko kaï)
                                                            KAKIN                                                                                                                                                                                                         #                         #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                        #                                        JIK ATA
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Route b itûmée
                                                             #                                                                                                                                         #                                                                                   #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             #
                                                                                                                                                                                 MOU KAO UR A
                                                                                                                                                                                       #
                                                                                            GU IDAN J IG O                                                                                                                                                                                     GU IDAN B AKARO RO UMA W A
                                                                                                                                                                                                                                                                                                            #
                                                                                                                                                      MOU RI DA N LAD I                                    MAI G AO U DE
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Route lat éritique
                                                                                                        #                                                                                                                                                                                                                            #
                                                            TO U NKO U RMA                  #   GU IDAN K OU BE                                                          #                                         #
                                                                     #
                                                                           #                                                             MOU RI DA N F ARO U                                                                             KAF IN ABARC HI DAN T C HIRO RO UBA BIA
                                                                                                                                                                                                                                                  #                                    #
                                                                                                                                                         #                                                                                                                                                      #
                                                                 #   GU IDAN B AW A                                                                                                    GU IDAN B OU NO U
                                                                                                                                                                         #                 #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  #                         Vill ag es a dm in is tr at if s
                                                                                                                                         ZAN G O UN A
                GUID AN
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         IN YADO U
                                                                                                                                                   DAN MA IG AR I
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Dan S aga peul
                                                                                                                                             #                                                                                                                                                                                                                   #
                                                                                                                                                                                 #                                                                                        DAN G AO U ARI
                                                                                                                                                                                                                                                                                           #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     #                                                        #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    KENEN ZO U BAO
                RO UM D JI                                   ZAN G O
                                                                                                                ZAB ON MO USSO
                                                                                                                                                                                                                                                          BABAN AN NE
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            Départ ement d'A guié
                                                                 #                              #                        #
                                                                                                                         #
                                                                                                                                                                                                                                                                      #      ANG O UAL MALAM                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                                                      DAN T O UM BI                                                                                                                 #      GAM JI SAB OU A
                                                                           DAN G AMJ I                                                           #

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     TESSAOU A
                                                                                    #                                                                                                                                                                                            DAN G AO       #
                                            #
                                                             #
                                                                                                                                                                         DEBI                                                                                      KON G O MI         #
                                                                                                                                                                         #                                                                                           #                        DAN#R AG O #
                                        TC HAD O UA                                                                                                          #                                                                                            HAL ADO U
                                                                                   ARN AG OU                                                                                                                                                                      #
                                                                                        #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                                           #




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         1 3° 30'
1 3° 30 '




                                                                                                                                                                                                                                                                              #
                                                                                                                                                                                                                                                                                       KAF IN KOU RA                     GAM JI SO H OU A
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 #                                                                                 GAZ AW A                         MAI F AR OU
                                    BIN I                                                                                         SOU MBIT A                                                                                                                                                                                                                                                                         #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        #                    #
                                                                                                                                             #                                                                 DAN# KA DA                                                                                                                                                                                 DAN BA GO
                                                                                                                                                                 #                                                                                                                                                                                                                  DAMISSA
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      #                        #
                                    #                                                GU IDAN C HAD O U
                                                                                                    #                                                                                                                                                                                  DAN KE RI
                                                                                                                                                                                                                                                                                         #                      AGU IE (CL A)
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         #                                                                                                                              DAN JIKO                     FAR A
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 DO RAM AOU A#                  #                                                           #                         #       RAF A
                                                                                                                                                                                                                                                                      DO DO                                                  DAJIN KO T SI                                 #            GU IDAN G AZ O BI                                                                                      #
                                                                                                                                                                                                                                                                          #                                                              #                                                                                                                          BARAN A
                                                                                            GU IDAN B AJE                                                                                                                                                                                                                                                                                            #                                          GAZ O R I                                                                                            #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    #                    #
                                                                                                        #                     #
                                                                                                                                                                                                                                                                                       GUI D AN TAG NO                                                                                                                                                                                                 RIG IEL BABA
                                                                 GU IDAN B ARA
                                                                             #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        #

                                                SAKI                                                                                                                                                                                                                                               #                                                                                        MADAO U A
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      ASSO UL #
                                                 #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      #
                            #
                    JIB IA T AMAIZ ARI                                                                                                                                               TAM BARO U A                                                                                                                                                                                                         DAN# MA MA                                                                                       IN W AL A D AN KA RMA
                                                                                                                                                                                          #
                                                                                                                                                                                                                                             DAMAN A                                                                                                                                DO UN DAE                                                           TSIN IN MACH E#
                                                                                                                                                                                     TAK A L AF IA                                                                                                                                                                                      #                                                           #           #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  #
                                                                                                                        DAN G AD O                                                         #
                                                                                                                                                                                                                                                  #
                                                                                                                                                                                                                                                  #                                                                                                                                                                               #
                                                                                                                                 #                                                                                                                                                                                                                                                                                                    BOU G A                       DO RO W A
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           BIR NI G UEZ A                              OU MAR AW A
                DAN MA KERI                                              KAF IN BAO UC HI                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 #
                                                                                                        GO T CH E                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  #                                       #
                   #     KAF IC HAN T ALI                                      #
                                                                                                            #                                                                                                                                                                                                                                                                                                  EL G UEZ A
                                                #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    #                                                                                                         SAF IA
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         GAN G ARA                      G
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     RO # OG O                                          #                                                                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               #                                              GU IDAN A DAMO U
                                                                                         MAG AMI                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                #
                                                                          GU IDAN T AMB ARI #                                                                                                                                                         KAF IN KIR O                                                                                   RIJIA RIG A
                                                                                #                                                                                                                                                                         #                                                 GU IDAN T AN KO
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   BOU LO U MKO UC HA                                                                                               GO U BAW A
                                                                                                                                                 MAI SA NF O                                       #                                                                                                                                         #   GU IDAN J ARI                            #                                                                                                               #    ADAG O RY
                                                                                                                                                                                                                           LEBO
                                                                                                                                                                                                                            #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             #                                                                                     GU IDAN M AIT AMA                                        GU IDAN C HAN T ALI                     #
                                                                                       RIJIA BERI                                        #                                                                                                                    GU IDAN# G AL ADIMA                                                                                                                                         #                                                       #
                FO R GA [R OU W AYE]                                                       #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         ASSAYA
                                                                     GU IDAN B ADO UK OU                                                                                     GU IDAN M ALAM
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       #
                        #                                                      #                                                                                                                                                                                                                                                                                                     RIJIA MADI                                                                                           MAI D AN SO F O
                                                                                                                                                                                   #                                                                                                                        GU IDAN N AHA NT CH I                                                                                       YADA G ADO U                                   GO T CH E                #
                                                                                                                                                                                          KARIA BAN ZA                                             SAMIA BAKO YE                                                  #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         #                                                                                #
                                                                                                                                                                                                                       #                                      #                                GU IDAN M AKADA                     #                                                         # TAP        #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     KI G AO                  #                                                                               MAI MAG AR IA
                                                                                                        OU NW ALA                                                                                                                                                                                    #                 GU IDAN R ABO
                                    #       TAO U RAYE                                                          #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  RIJIAL AN GO                   #
                                                        #                                                                                              MADAMB A                                                                                                                                                                  #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      #         #
                            #                                                                                                            GU IDAN R O RO  #                                                                              KAIKAN MAIW A                                                                                                                                       DO G ON DAW A
                                     DAN D O TO                  IN W AL A B ARMO U                                                                  #
                                                                                                                                                                                                                                             #                                #    GU IDAN K IAT A                                                                                                     #                                        DAN D AO UD O U
                                            #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               #
                            #                                              #                        MARIN D AW A                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  LAO UN I
                                GAB ALAF IA                                                                                                                                                                                                                                                                         KAHE                                                                                                                                                                  GO U ALAM
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  #                       #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               #
                            #                                                                                   #                                                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                         MARAKE
                                                                                                                                 #                                                                                                                                                                                                                                                                                        GU IDAN M ADO U                                                                                              #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         SAJO M ANJA                                           DAN KO LIO YA MA
                                                                                                                          #      CHA HIN BAN Z A RAF A                                                                                                                                                                                               #                                                                                  #
                                                                                                                                                                                 #                                         RIG IYA R G AND A                                                                                                                                                              #
                                                                                                                                                                                                                                         #                                                                               GU IDAN K ANE
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  MAZ A W AG E
                #                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           #
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     #                                                                                                                                               #                DAR TO
                                #                                                                                                #                #                                                                                          GU IDAN N AHA NT CH I                                                                                                                                                                                                                        #                GU IDAN K ADJI
                                                                                                                                                                                      DAJIN H ALID OU                                                     #                                        GU IDAN G O U LE                                                                                                                                                                                    #
                                                                                                                          #                                                                            #                                                                           #                    #


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     NIG ERIA
                                                                                                                                                                                                                       KAT APRO                       #
                                                                                                                                                     #                                                                      #                             GU IDAN D O UT CH I
                                                                                                                                                             #   GU EZ AKAR FA

                                                                                                                                                                                                                                             GO N GA BO U RO U LA
                                                                                                                                                                                                                                                                  #

                                            MAD ARO UN FA




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         1 3° 15'
1 3° 15 '




                                                                                                                                     #

                                                                                                                                                                                                                       GAS SAKAL I
                                                                                                                                                                                                                                #




                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 #
                                                                                                                                                                             DAG AZ ARI
                                                                                                                                                                                #




                                                                                                                                                                                                           5                                  0                                    5                                 10          Kilo m e ters
            Réa lisa ti on : L am in o u S, A vril 2 003


                                                                                   7° 30'                                                                                                                                                                                                           7° 45'                                                                                                                                                                   8° 00'
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 #




                                        b. Les infrastructures socio-économiques limitées
                    Le village dispose de deux (2) puits cimentés, d‟un forage et d‟un puits traditionnel, d‟une
                    école créée en 1978, d‟une case de santé fonctionnelle au début de l‟année 2004. Le village
                    dispose d‟un marché hebdomadaire. Ces infrastructures sont insuffisantes au regard des
                    besoins grandissants des populations qui ne cessent d‟augmenter. Depuis quelques années
                    Dan Saga connaît un certain dynamisme associatif.

                    c. Organisation collective, cadre de mise en œuvre des activités génératrices de revenu

                    Depuis quelques années, on assiste à une prolifération des organisations paysannes.
                    Ainsi, plusieurs associations et organisations ont été mises en place dans le village de Dan
                    Saga.
                    En 2003, on compte 33 organisations paysannes reparties comme suit :
                    Sept (7) organisations paysannes à caractère socioculturel parmi lesquelles on trouve ;
                    Deux (2) associations à caractère éducatif ;
                    Cinq (5) associations à caractère culturel ;
                    26 organisations paysannes à caractères économiques au sein desquelles on rencontre ;
                                                                                              39
 Trois (3) groupements de producteurs ;
 Douze (12) groupements autour des AGRs qui pratiquent cinq types d'activités ;
Dans les deux dernières activités, les groupements sont repartis en quartier ;
 11 groupements de tontines dont 5 appartiennent aux peulhs21.
Ce dynamisme est le fruit de plusieurs projets : PDRT, CLUSA, CARE, FIDA, UNICEF.
Malgré, la conduite des activités génératrices de revenu, les activités agropastorales
constituent le pilier de l‟économie de la zone.

                                       d. L’agriculture

Sur le plan édaphique, on rencontre des sols dunaires avec une vocation agricole. La pression
démographique a entraîné une forte demande de terres de cultures et la disparition de la
jachère. Dan Saga se trouve dans une zone de saturation démographique, l‟occupation de
l‟espace par l‟agriculture a atteint le seuil de saturation depuis plusieurs décennies. Cette
agriculture a du mal à répondre aux défis d‟assurer la sécurité alimentaire et d‟améliorer les
revenus des ménages agricoles qui constituent la majorité de la population. Cette agriculture
est très dépendante des aléas climatiques.
Les principales cultures sont : le mil, le sorgho, l‟arachide, le niébé, le sésame, le souchet,
l‟oseille, le manioc qui est entrain de prendre de l‟importance. L‟élevage qui est la seconde
activité économique de la zone connaît aussi des problèmes (faible effectif du cheptel,
pâturages insuffisants).


                                          e. L’élevage


L‟élevage s‟intègre dans les systèmes de productions (production de fumier), la disparition
des pâturages constitue un handicap pour le développement de l‟élevage extensif. On assiste à
l‟apparition de pâturage privé. La nouvelle tendance est l‟intensification avec la stabulation et
l‟embouche avec une domination du système extensif.


                           f. Les activités liées à l’environnement


Dan saga provient de « Sagaggi » qui signifie forte densité d‟arbres.
Actuellement la question environnementale a toujours a été une préoccupation de la
population.
Sous l‟effet de l‟exploitation abusive et de l‟occupation du sol, il n‟existe plus de forêts
naturelles. Toutefois, on observe une régénération naturelle (RN) importante sur le terroir
villageois suite à la pratique du défrichement amélioré. Des plantations d‟arbres sont
effectuées grâce à l‟importance qu‟a pris l‟arbre dans les systèmes de production. Le VIPAF a
encouragé cette tendance par la mise en place des comités de surveillance de la régénération
naturelle sur le terroir. Ce qui permet aux populations de satisfaire leurs besoins en bois de
21
     Orodji MAHAMADOU, 2004
                                                                                              40
feu et de service, voire même de vendre une partie vers le département de Mayahi et
Tessaoua. A terme, il est prévu de mettre en place un marché rural de bois qui permettra de
gérer les ressources ligneuses sur les champs de manière efficiente. Les premières études de
faisabilité ont été conduites en 2003, et ont porté sur l‟évaluation de la ressource ligneuse.
D‟autres études portant sur l‟aspect organisationnel ont commencé en juillet 2004 pour être
finalisées en 2005. La création de ce marché rural de bois permet de créer des nouvelles
ressources extra agricoles en vue de l‟amélioration des revenus des ménages. Les activités
génératrices de revenu sont d‟une importance capitale dans la zone.

1.7.1.4 Cadre de la recherche (Projet Aguié)

                                a. Historique du projet Aguié

L‟évaluation du PDRAA a montré que l‟insuffisance des résultats de la première phase du
projet s‟explique par le montage et l‟absence de responsabilisation des populations.
Avant la clôture du PDRAA, l‟Etat du Niger et le FIDA ont convenu de tester une nouvelle
approche participative. Cette approche a conduit à l‟exécution entre 1998 et 1999 dans trois
villages, d‟un programme test d‟Agroforesterie dénommé Valorisation des Initiatives
Paysannes en Agroforesterie (VIPAF). Ce programme avait pour objectif, le renforcement de
la capacité d‟analyse des paysans, la prise en charge réelle par les populations d‟activités
qu‟elles ont identifiées, programmées et exécutées. Ainsi, elles ont été amenées à faire un
diagnostic de leur environnement, de dégager les contraintes et de proposer des solutions dans
un cadre de partenariat tripartite d‟égal à égal entre chercheurs, paysans et développeurs.


Convaincu de ces acquis, la mission d‟évaluation du projet a recommandé l‟élargissement de
cette approche au domaine de la production agricole, animale et socio organisationnel. Cette
recommandation s‟est concrétisée par la mise en œuvre du programme dénommé Programme
d‟Appui aux Initiatives et Innovations Paysannes (PAIIP) dans six villages tests. Ce
programme s‟est fixé pour objectif général l‟élaboration d‟une méthodologie d‟appui et de
diffusion des innovations paysannes et l‟identification des personnes capables de les mettre en
œuvre.
L‟exécution de ce programme a permis le renforcement des capacités des paysans en matière
d‟auto diagnostic, de planification, d‟exécution et de suivi évaluation des activités.
Cette approche a permis une réelle responsabilisation des populations et l‟émergence
d‟organisations rurales dynamiques dans la plupart des activités socio-économiques.

Pour poursuivre et consolider ces acquis, l‟Etat du Niger a obtenu l‟appui du FIDA pour la
mise en œuvrer d‟un nouveau projet dénommé Projet de Promotion de l‟Initiative Locale pour
le Développement à Aguié (PPILDA).
                                                                                              41
Les différentes missions ont formulé des recommandations en vue d‟intégrer les aspects
genre et la lutte contre la vulnérabilité à l‟approche du PAIIP. Ces recommandations ont
permis au FIDA d‟accorder au Niger un don pour soutenir le Projet d‟Intégration du Genre
(PIAG) dans le PPILDA. Mais le PAIIP, c‟est d‟abord une approche novatrice.

                                    b. L’approche PAIIP

Le PAIIP, à travers sa méthode d'intervention en milieu rural, l‟approche PAIIP consiste à
"travailler avec et pour les paysans".

L'approche PAIIP, un partenariat d'égal à égal, a abouti au renforcement des capacités de tous
les partenaires, notamment les chercheurs et les services techniques d‟Aguié, en vue d‟une
meilleure conduite de leurs activités. Le rôle des chercheurs et des développeurs se résume à
un appui aux activités de développement, initiées par les communautés rurales. Les
populations sont appuyées dans l‟identification, la mise en œuvre, le suivi et l‟évaluation des
activités dans le domaine de l‟agriculture, l‟élevage, socio organisationnel. Cette approche tire
sa source dans l‟expérience du VIPAF (Valorisation des Initiatives Paysannes en
Agroforesterie) initiée par le PDRAA en 1998. Le VIPAF avait pour objectifs, le
renforcement des capacités des paysans dans la maîtrise du cycle d‟auto diagnostic, de
planification, de mise œuvre et du suivi évaluation des activités agro forestières. C‟est dans ce
contexte que le PAIIP a appuyé plusieurs activités génératrices de revenus : Fabrication
traditionnelle de pommade, de savon, de « talia », extraction d‟huile d‟arachide. Ces AGRs
font partis d‟un nombre important d‟initiatives et innovations identifiées par les acteurs
paysans au cours des autodiagnostics assistés voir annexe n°1 : les initiatives et les
innovations paysannes conduites par les acteurs paysans dans la zone d‟Aguié.

A travers cette approche, les partenaires paysans ont été mieux outillés pour initier, conduire,
évaluer leurs activités. Ce renforcement de capacités a été favorisé par différentes formations
spécifiques et des voyages d‟étude inter villages de la zone d‟Aguié et d‟interzones, les
villages d‟autres zones. Ces actions ont abouti à un certain nombre de résultats qualitatifs à
savoir :

L'approche PAIIP est basée aussi sur la valorisation des savoirs et savoir-faire paysans, ce qui
a permis l‟identification de plusieurs initiatives et innovations paysannes dans les domaines
de l‟agriculture, élevage, environnement et socio organisationnel. D'autres innovations
peuvent émaner des partenaires (chercheurs, développeurs), peuvent être introduites à la
demande des paysans en vue d'améliorer leurs conditions de vie. Le PAIIP a donc permis, à
l'issue des autodiagnostics, la découverte et la valorisation de quelques innovations endogènes
                                                                                              42
prometteuses telles que la valorisation des méthodes de lutte biologiques contre les
parasites et d‟autres initiatives et innovations22.


Sur le plan financier, l'approche PAIIP privilégie la responsabilisation des populations dans la
mise en œuvre et la prise en charge des actions réalisées. La contribution varie d'une activité à
l‟autre, elle peut être physique : Démonstrations agronomiques, de banques céréalières ; ou
financière : Pour les formations demandées par les villageois (fabrication de savon, de
spaghetti, de pommade, formation de matrones et secouristes…). L'application du principe de
cofinancement assure une bonne gestion et l'appropriation de l'activité en même temps
garantit sa pérennité. La contribution financière ne doit cependant pas constituer un obstacle
pour les groupes les plus démunis et par conséquent un système d'exclusion des catégories
sociales les plus vulnérables23.


c. L’émergence de structures organisationnelles au niveau local


Au niveau des villages d‟intervention du PAIIP, diverses structures, telles que les associations
et organisations paysannes ont vu le jour sous l‟initiative des paysans (surtout chez les
femmes) autour des activités génératrices de revenus ou des caisses d'épargne et de crédit
"assussu" initiées par le Projet CARE dans le cadre de « MATA MASU DUBARA ». Ces
organisations assurent la mise en œuvre, le suivi et l‟évaluation permanente des activités. La
plupart de ces organisations ont démontré leur efficacité à travers l‟engagement constaté au
cours de la mise en œuvre des activités.


Le développement organisationnel se remarque à l'expérimentation de nouvelles pratiques
organisationnelles, c'est-à-dire de nouvelles manières de décider, de diriger, d'évaluer, de
gérer et de réfléchir collectivement24. Pour chaque activité programmée dans les Schémas
d'Action Villageois (SAV), les partenaires opérationnels sont identifiés et responsabilisés à
travers des conventions multipartites (projet, paysans, autres partenaires, soit les services
techniques locaux, soit des institutions de recherche…). Ces conventions définissent
clairement les tâches et attributions des uns et des autres à l'issue d'une phase de négociation.
Les activités génératrices de revenu visent certains objectifs.


22
   ENDA Inter Mondes, 2003
23
   Idem
24
   Idem
                                                                                                          43
  d. Les logiques qui prétendent à la conduite des activités génératrices de revenu et les
                                     objectifs poursuivis

Les facteurs qui expliquent la nécessité de la mise en œuvre des activités génératrices de
revenu et les objectifs qui sont poursuivis sont consignés dans le tableau n°4.
Tableau n°4: Différentes activités génératrices de revenus et logiques de leur mise en
oeuvre

(AGRs)           Justification                             Objectifs
Caisses              Absence de structure formelle            Améliorer les revenus des ménages ;
d‟épargne et de financement des économies locales,             Assurer la sécurité alimentaire ;
de       crédit difficultés de financement des (AGRs) ;        Mobiliser l‟épargne locale et octroyer
caisses              Crise        foncière, insécurité    der crédit aux membres des caisses ;
« assussu » alimentaire, faibles des revenus des                Financer des AGRs, et des autres
                ménages surtout les femmes et les           besoins des populations
                jeunes ;                                        Conduire           d‟autres    activités
                Paupérisation accrue des ménages           génératrices de revenu ;
                entraînant une augmentation des                 Assurer l‟entre aide entre les
                besoins (intrants, santé, alimentation,            membres,
                dépenses de cérémonies) ;
Extraction            Faibles revenus des ménages,              Valoriser les produits agricoles ;
d‟huile        insécurité alimentaire ;                          Créer des emplois et des revenus non
d‟arachide            Faibles coûts de l‟arachide ;                agricoles ;
                      Faible transformation des                 Améliorer les revenus des ménages et
                         produits locaux                            la sécurité alimentaire
Utilisation           Insécurité alimentaire ;                  Alléger les travaux surtout pour les
du matériel           Disponibilité insuffisante du                femmes ;
agricole                 matériel au village ;                   Intensifier l‟agriculture, conduire
                      Travaux pénibles qui prennent                d‟activité d‟intérêt collectif,
                         beaucoup de temps surtout               Améliorer les revenus des ménages.
                         pour les femmes;                        Promouvoir la sécurité alimentaire;
                      Faibles productivité agricole                approvisionnement en intrants;
                      Faibles revenus des ménages,              Créer des nouvelles ressources.
Utilisation           Faibles revenus des ménages ;         Constituer des stocks des banques
des produits          Manque de terres pour les            céréalières et améliorer la sécurité alimentaire;
des champs               ménages les plus vulnérables,       Constituer des fonds de roulement pour
collectifs               insécurité alimentaire ;           exercer des activités génératrices de revenus ;
                      Faillite des structures étatiques    Mettre au point de nouvelles variétés et
                         de      recherche      et    de   techniques culturales à travers la recherche
                         vulgarisation                     paysanne;
                                                            Vulgariser et diffuser rapidement les
                                                           résultats ;
Fabrication          Faibles revenus des ménages ;     Mettre à la disposition des paysans
traditionnelle       Faible disponibilité et coût         des produits à moindres coûts ;
de pommade            élevé des produits importés       Maîtriser les activités nouvelles,
                                                           création de nouvelles richesses
Fabrication        Faibles revenus des ménages Idem
de savon               Idem
Petit élevage         Absence de bétail chez les         Reconstituer le cheptel en vue de
              extrêmement vulnérables ;            l‟amélioration des revenus des ménages ;
                      Faible effectif du cheptel,        Améliorer la productivité des sols,
              faible productivité des sols ;       disposer des sous produits animaux (fromage,
                   Manque de sous produits lait, beurre) ;
              animaux,                                  Promouvoir la sécurité alimentaire;
Source : Enquête d‟août septembre 2004
                                                                                                44
Les entretiens au niveau groupement et au niveau ménage, ont permis de déceler les
contraintes et les goulots d‟étranglements qui président à la conduite des activités génératrices
de revenu. La conduite des activités génératrices de revenu vise à faire face à la dégradation
des sols, à la baisse de la productivité des terres, à la défaillance des structures d‟encadrement
du monde rural, à l‟absence de cadre de concertation entre les acteurs paysans, aux difficultés
que connaissent l‟élevage (réduction des effectifs du cheptel, raréfaction des pâturages), à
l‟insécurité alimentaire, au manque de financement du monde rural, à la paupérisation de plus
en plus croissante des acteurs paysans, à la croissance démographique, à la crise foncière qui
excluent une partie des populations des systèmes de productions qui deviennent « des sans
terres ». Tous, ces facteurs président donc à la formation des groupements qui conduisent les
activités génératrices de revenu. On assiste à la naissance de cadre de concertation mis en
place à travers les groupements qui contribuent également à la naissance des nouvelles
initiatives et innovations. Ces initiatives et innovations constituent des alternatives de prise en
charge des acteurs locaux par eux-mêmes en vue de l‟amélioration de leur condition de vie.

 Les caisses « assussu », visent à répondre aux besoins financiers accrus des communautés
villageoises, surtout les femmes, vu l‟absence et/ou la déficience des structures classiques de
financement (banques classiques) et l‟insuffisance de structures formelles d‟épargne et de
crédit dans la zone. Mais, elles visent aussi à diminuer l‟influence des usuriers. Les caisses
constituent un mode de financement alternatif des besoins des acteurs populaires.
                             45




 Deuxième partie : Cadre
conceptuel de la recherche
                                                                                               46
2.1 Cadre conceptuel

L‟utilisation d‟une approche systémique pour notre cadre d‟analyse permet de schématiser le
cadre conceptuel de l‟amélioration des revenus des ménages qui se situe dans un contexte
global de lutte contre la vulnérabilité et/ou la pauvreté.

2.1.1 Schéma du cadre conceptuel

Figure n° 1 : Différents paramètres entrant en compte dans la lutte contre la vulnérabilité
et/ou la pauvreté.


   Comportement humain             Aléas climatiques            Démographique
   Gaspillage des ressources       Sécheresses                  galopante




                                             Vulnérabilit
                                             é                                    Saturation
                                             Pauvreté                             foncière
                                             Insécurité
                                             alimentaire

                                      Initiatives et innovations
                                      Paysannes de lutte contre la
                                      vulnérabilité et/ou la pauvreté

                                             Naissance de
                                             Groupement


           Mobilisation de              Conduite des               Production
           l‟épargne                    AGRs                       de la norme




           Amélioration de                  Amélioration                Amélioration
           la sécurité                      des revenus des             du statut de la
           alimentaire                      ménages                     femme




Le concept de la mise en œuvre des activités génératrices de revenu et de leurs effets et
impacts sur l‟amélioration des revenus des ménages, qui est l‟objet de notre étude dans la
zone d‟Aguié est un concept complexe. Plusieurs études ont été menées sur les stratégies de
lutte contre la vulnérabilité et/ou la pauvreté dans les pays en développement à travers des
approches souvent homogènes où peu d‟importance est accordée à la perception de ces
approches par les acteurs populaires.
                                                                                                47
La spécificité de notre étude est que les communautés paysannes sont des vrais acteurs du
développement de leur entité et ne sont plus considérées comme des groupes cibles. Les
acteurs paysans sont désormais, des acteurs à part entière qui participent pleinement à la
recherche. Cette étude vise à montrer l‟importance des revenus extra agricoles notamment les
activités génératrices de revenu sur l‟amélioration des revenus des ménages dans un contexte
de crise de systèmes de production (baisse des rendements, sécheresses cycliques, saturation
foncière, « paysans sans terre »).

Ce cadre théorique s‟articulera autour des points suivants : la pauvreté et la vulnérabilité, le
ménage et ses sources de revenu, la mobilisation de l‟épargne locale à travers des initiatives
telles que les caisses d‟épargne et de crédits qui se basent sur les expériences de tontines.
Ensuite, le mécanisme de financement des activités génératrices de revenu. Enfin, les
organisations paysannes qui sont les structures au sein desquelles sont mises en place les
activités génératrices de revenus.

2.1 2 Les concepts de la pauvreté et de la vulnérabilité dans un cadre global

2.1.2.1 La pauvreté

Plusieurs auteurs ont travaillé sur la pauvreté et ont tenté de la définir. Ainsi, Lachaud, définit
la pauvreté et plus précisément le « seuil de pauvreté » comme la mesure opérationnelle
supposée qu‟une ou plusieurs personnes définies comme pauvres, le sont parce qu‟elles ne
peuvent pas atteindre un niveau de bien être matériel correspondant à un minimum acceptable
par les normes de cette société. Il s‟agit de se donner une ligne de pauvreté25 qui équivaut à
une proportion déterminée soit de la consommation ou du revenu moyen du groupe, soit de la
distribution des ménages ordonnés selon l‟indicateur de bien-être26.

L‟OCDE quant à lui, définit la pauvreté comme la résultante d‟un processus cumulatif dans
lequel, déficits éducatifs et matériels se traduisent par un engrenage infernal. Les pauvres sont
très souvent confrontés à un cercle vicieux, où faible revenu, faible niveau d‟instruction,
faible productivité, espérance de vie réduite, mariage précoce, nombreux enfants,
malnutrition, santé médiocre se combinent pour les enfermer dans un piège fait de faible
revenu, faible niveau d‟instruction27.

Le PNUD lui, définit la pauvreté comme un phénomène qui se manifeste de plusieurs
manières : Absence de moyens, difficulté d‟accès dans certains lieux, formes d‟exclusion, etc.
Si l‟on considère chacune de ces manifestations, on peut les classer en un nombre fini de
dimensions d‟analyses différentes. En plus de la notion d‟absence, le PNUD, et la Banque
Mondiale en 1997, reconnaissent la multidimensionnalité de la pauvreté28.

De même, les différentes formes de pauvreté n‟évoluent pas forcément dans le même sens, ni
au même moment en raison des politiques publiques et du contexte social de solidarité. Ainsi,
par exemple, au Cameroun, on assiste de 1986 à 1994 à une hausse de la pauvreté monétaire

25
   Lachaud, J P.1997
26
   Idem
27
   OCDE-CAD, 2000
28
   Banque mondiale, 1990 et 2000, PNUD, 1997
                                                                                             48
en même temps qu‟une amélioration, puis un maintien des conditions de vie. Par contre
l‟inverse apparaît entre 1994 et 1998, une réduction de la pauvreté monétaire mais un
accroissement de la pauvreté de conditions de vie. Cette situation semble être liée à la
dévaluation du F CFA, intervenue en 1994. En Mauritanie entre 1990 et 2000, on assiste à
une baisse de la pauvreté monétaire, à une amélioration des conditions de vie.

Plus généralement, l‟analyse des dynamiques de pauvreté amène à intégrer les notions
d‟inégalité, de vulnérabilité et d‟innovation. La prise en compte des aspects de genre dans
l‟étude de la pauvreté le montre bien que les inégalités sexuelles accroissent la vulnérabilité
des femmes, celles-ci tombent facilement dans la pauvreté et leur statut les empêche de s‟en
sortir dans les sociétés patriarcales29.

Les recherches du DIAL, 2004 vont plus loin en montrant que le caractère multidimensionnel
de la pauvreté est aujourd‟hui unanimement reconnu. Sen30 quant à lui a intégré à la définition
de la pauvreté, les concepts tels que la pénurie des capacités ou « capabilities » (opportunités
d‟accès à l‟éducation et à la santé par exemple), la vulnérabilité, l‟exclusion, la dignité.
Toutefois, l‟approche monétaire de la pauvreté continue à prévaloir. Le postulat sous-jacent
mis en avant est que l‟élargissement du concept de pauvreté ne modifie pas significativement
la population définie comme pauvre ni le contenu des politiques de lutte à mettre en oeuvre.
La définition du DIAL fait le lien entre pauvreté et vulnérabilité. Ce qui nous amène à définir
la vulnérabilité mais aussi ses liens avec la pauvreté.

2.1.2.2 La Vulnérabilité dans le contexte d’Aguié

Aujourd‟hui comme par le passé, le risque le plus vivement ressenti demeure celui de ne pas
pouvoir se nourrir. Dans une économie qui demeure encore largement fondée sur
l‟autosubsistance c‟est, avant toute chose, de sa propre production qu‟un ménage attend la
satisfaction de ses besoins31. Sophie Rousseau32 définit la vulnérabilité comme la probabilité
pour un ménage ou un individu de voir sa situation ou ses conditions de vie se dégrader ou
s‟enfoncer, que ce soit son niveau de richesse, face à des fluctuations de la vie. Cette
définition s‟approche de celle donnée par Yemba Boubacar33

Cette notion de vulnérabilité montre le caractère dynamique de la pauvreté. Ainsi, des
ménages ou des individus peuvent devenir pauvres à la suite des phénomènes divers :
Environnementaux, sociaux, économiques, naturels, comportementaux. Dans le même ordre
d‟idée, Yemba. Boubacar34 définit la vulnérabilité comme ce qui est susceptible de faire
basculer une exploitation ou une personne, d‟une situation plus favorable à une moins
favorable. La vulnérabilité est synonyme de précarité, cette définition l‟approche de celle de
la pauvreté. Toutefois, elle revêt de plusieurs dimensions :

         Sociale : manque de force de travail, d‟aide, de soutien de parents ou d‟enfants, de
     protection, marginalisation, pratiques imposées par la société ;

29
   Dubois, 2000
30
   A., Sen, 2003
31
   Raynaut Claude, 2001
32
   Sophie Rousseau
33
   Idem
34
   Idem
                                                                                              49
D‟ailleurs, Claude Raynaut fait remarquer que le fonctionnement des sociétés locales du
département d‟Aguié comme de l‟ensemble de la zone ne repose pas sur une base égalitaire à
cause du circuit du système d‟accumulation de la richesse et du pouvoir qui étaient concentrés
entre quelques mains. Dans ce système de la « concorde coutumière », l‟individu fait partie
intégrante de la communauté, aussi bien au niveau de la production de biens et des services
que de la consommation. Ainsi être, agir, et reproduire sont régis par ce principe
communautaire auquel est soumis l‟individu, dans le cas contraire, cela lui crée un malaise et
ronge sa conscience. Ce qui est le lien intrinsèque entre l‟individu et sa communauté.

Les personnes ayant acquis un statut grâce à leur fortune se trouvent dans l‟obligation de faire
une large redistribution soit plus forme ostentatoire, soit sous forme d‟aide. Ainsi, les sujets,
« Talaka » les esclaves, « bara » en Haoussa, devaient allégeance à leurs maîtres « Uban
gida », ce système de protection sociale joue le rôle de filet de sécurité ;

          Matérielle : Insuffisance ou manque d‟animaux, de vivres, de capital, d‟eau ;

          Psychologique et comportementale : Insouciance, le gaspillage, la paresse, le manque
      d‟initiative et de combativité, la délinquance, le conformisme ;

          Environnementale : Phénomènes physiques s‟imposant à l‟individu qui n‟a pas la
      possibilité de les combattre seul, comme les contraintes climatiques, pression parasitaire,
      l‟enclavement, le manque de terres, pauvreté des sols, difficulté d‟accès aux soins.

La vulnérabilité à la sécurité alimentaire peut être définie comme un écart par rapport à un
accès garanti et suffisant aux produits alimentaires à tout moment. Cette vulnérabilité revêt un
double caractère : interannuel (années de sécheresses) ou saisonnier (périodes de déficit
alimentaire au cours de l‟année, soudure par exemple). Ces concepts présentent souvent des
similitudes, ce qui amène de voir quels sont les liens entre pauvreté et vulnérabilité.

2.1.2.3 Liens entre pauvreté et vulnérabilité dans le contexte d’Aguié

Watts et Hans35 font remarquer que la plupart de pauvres souffrant de famine, de faim et
malnutrition, ne sont pas tous vulnérables de la même façon. La vulnérabilité est vécue,
perçue et subie à des degrés variés suivant la situation de chaque pauvre au niveau social et
économique. Contrairement à la pauvreté, la vulnérabilité comme concept ne repose pas sur
une théorie bien développée et n‟est associée ni à des indicateurs, ni aux instruments de
mesure largement acceptés.

Boubacar Yamba36, lui va plus loin en montrant que, bien que les deux notions soient souvent
confondues, il y a une différence significative entre elles. La pauvreté « Talauci » caractérise
la situation de personne dont les revenus ne garantissent pas le manger, ni les soins en cas de
maladie. La vulnérabilité ou « Tamowar Rayuwar Dan Adam » désigne l‟absence ou
l‟insuffisance de moyens permettant de répondre de façon appropriée à des situations
déstabilisantes et à des éléments perturbateurs ou de se prémunir contre eux.


35
     Watts Michael J. And Hans Bohle G
36
     Yemba Aboubacar et Yahaya Abdou, 2001
                                                                                           50
En plus, la vulnérabilité est souvent liée aux risques naturels (sécheresses, invasion
acridienne)37, aux comportements humains (dépenses ostentatoires, paresse, insouciance).

Les concepts de pauvreté et de vulnérabilité peuvent être perçus au niveau du ménage surtout
dans les sociétés africaines qui sont caractérisées par un certain communautarisme.

Le ménage peut constituer une échelle d‟étude de la vulnérabilité. Ce qui nous amène à
définir le ménage et ses caractéristiques.

2.1.3 Le Ménage

Le ménage est défini comme « un groupe de personnes vivant sous le même toit et partageant
le même repas ». Cette définition cache la composition et les conditions de vie du ménage et
les conditions de ces membres. Mais on reconnaît désormais partout que la conceptualisation
standard du « ménage » cache des détails sur la diversité des types de ménages ainsi que sur
leur position socio-économique.

Toutefois, les gens peuvent partager le même toit et peuvent ne pas mettre en commun leurs
revenus individuels et ne pas partager leurs ressources38. Le ménage est souvent sous la
responsabilité du chef de ménage.

2.1.3.1 Le chef de ménage

Dans la plupart des sociétés du sud, le titre de chef de ménage est généralement attribué à
l‟homme. La culture et l‟idéologie ayant tendance à privilégier le statut de l‟homme presque
dans toutes les sociétés, le statut de chef de ménage est presque toujours attribué à l‟homme
quel que soit le rôle économique et social de la femme.

En théorie, le chef de ménage est simplement une personne de référence. En pratique, la
question portant sur le choix du chef de ménage est fortement biaisée en faveur des hommes.
Dans certaines situations, la femme peut bénéficier du statut de chef de ménage dans certaines
conditions : Décès du mari, instabilité matrimoniale, absence du mari, parti en migration,
pratique de non-cohabitation des conjoints, ménage ne comptant pas d'homme adulte
concourent à expliquer que des femmes soient considérées comme chefs de ménage, alors que
les hommes confinent habituellement les femmes dans un statut de dépendance. Toutefois, en
ville comme en milieu rural, de plus en plus de femmes assurent la fonction de chef de
ménage. Les ménages mettent en œuvre des actions pour se sécuriser.

2.1.3.2 Sécurité des ménages et de leurs conditions de vie

Dans les pays en développement, les ménages sont en sécurité, quand ils arrivent à satisfaire
leurs besoins de base (alimentation, santé, logement, éducation).

La sécurité des ménages est définie par CARE International : « Les ménages sont en sécurité
quand leur bien est durable. Le bien être comprend la sécurité alimentaire (en quantité et en

37
     République du Niger, 2001, Stratégie Nationale de la Micro-finance
38
     Alison Evans
                                                                                              51
qualité), une sécurité sanitaire et la possibilité de disposer de revenus pour subvenir aux
besoins de base.

La sécurité des conditions de vie des ménages est un accès adéquat et soutenable aux intrants
et aux ressources permettant aux ménages de satisfaire leurs besoins de base : nourriture, eau
potable, santé, opportunité d‟éducation, logement, participation communautaire et intégration
sociale. La pratique d‟activités agricoles et extra agricoles aboutit à une variété de stratégies
pour assurer la nourriture et la satisfaction des autres besoins. Les ménages élaborent des
stratégies en vue de l‟amélioration de leur revenu.

2.1.3 Le revenu

Le Revenu est défini par le dictionnaire Larousse comme la somme annuelle perçue par une
personne ou une collectivité soit à titre de rémunération d‟une activité ou d‟un travail. Les
ménages disposent de sources de revenu.

2.1.3.1 Les sources de revenu des ménages

Dans le monde rural, outre le revenu agricole, la conduite d‟activités génératrices de revenu
procure des revenus extra agricoles pour les ménages. D‟ailleurs, la diversification des
revenus constitue la caractéristique des ménages ruraux. La diversification engendre donc
l‟augmentation des revenus des ménages, la réduction des risques auxquels le ménage a à
faire face étant donnée qu‟il repose sur différentes sources de revenu39.

Selon les résultats des enquêtes HHLS réalisées par Care international entre 1997 et 2000
donnant des informations sur la structure des revenus des ménages, les grandes activités qui
concourent à la formation des revenus des ménages au Niger sont les ventes de productions
végétales et animales et les autres activités génératrices de revenus (AGRs).

Les activités génératrices de revenus contribuent pour une part importante à la formation du
revenu des ménages surtout dans un contexte de pression démographique, d‟appauvrissement
des sols, de dégradation des parcours et de sécheresses cycliques.

Les activités génératrices de revenus ont toujours joué un rôle majeur dans la vie quotidienne
des acteurs populaires ruraux et urbains.

2.1.3.2. Activités génératrices de revenu

Les activités génératrices de revenus sont définies comme une forme d‟activités
commerciales, de transformations de produits agro-sylvo-pastoraux, de l‟artisanat, concourent
aussi à l‟amélioration des conditions de vie des ménages et représentent aussi pour ces
derniers des moyens de sécurisation de leur condition de vie. Ces activités procurent de
l‟emploi et des revenus à la majorité de la population restée en marge des économies
formelles en crise en Afrique subsaharienne depuis le début des années 80.

En effet, face aux multiples crises alimentaires, à la crise foncière, à la dégradation de
l‟environnement, les ménages ruraux et urbains mettent en œuvre des initiatives et
39
     Lapenu C et M. Zeller, 2000
                                                                                             52
innovations paysannes telles que les activités génératrices de revenu pour faire face à la
crise. Ainsi, les activités génératrices de revenus sont de plus en plus pratiquées en milieu
rural à cause de la pénurie de terre, des difficultés climatiques40. Aujourd‟hui, des nouvelles
activités génératrices de revenu ont vu le jour (vente d‟eau, de bois..).

Certains partenaires (Projets et ONGs) de développement appuient ces initiatives endogènes
en vue de lutter contre la pauvreté et/ou la vulnérabilité. Ces actions peuvent contribuer à
terme à l‟amélioration des revenus des ménages.

Certaines de ces activités génératrices de revenus ont permis la reproduction de ces sociétés
sahéliennes pendant plusieurs siècles. Les acteurs paysans sahéliens qui évoluent dans un
contexte climatique très hostile et aléatoire ont toujours développé des stratégies pour assurer
leur survie.

Ces activités génératrices de revenu nécessitent des fonds de roulement pour être conduites.
Ce financement en absence de structure formelle se fait à travers la mobilisation de l‟épargne
locale des acteurs populaires ruraux. Plusieurs théories ont été émises par différents penseurs
pour expliquer l‟épargne et sa formation.

2.1.4. L’épargne

Selon les auteurs classiques, la propension à épargner serait une fonction croissante du taux
d‟intérêt. Un taux d‟intérêt élevé incite à diminuer la consommation présente pour accroître
l‟épargne selon un effet de substitution. Mais cette relation positive entre taux d‟épargne et
taux d‟intérêt peut être contre balancée par un effet revenu.


Les keynésiens affirment au contraire que le niveau de l‟épargne est essentiellement influencé
par le revenu. L‟épargne dans ces conditions est un résidu, c‟est ce qui reste du revenu après
la consommation. Au fur et à mesure que le revenu augmente l‟épargne augmente du fait de la
propension à consommer est décroissante. Selon cette théorie, le taux d‟épargne est ainsi une
fonction croissante du revenu.


Des auteurs comme Malthus, Marx et Keynes mettent en doute cette conception. Pour
Keynes, l‟épargne, parce qu‟elle réduit la consommation, empêche la demande d‟être au
rendez-vous (demande insuffisante). Chez Keynes, en effet, l‟investissement joue un rôle
crucial. C‟est l‟investissement qui engendre l‟épargne en élevant le revenu selon le
multiplicateur d‟investissement. Par rapport aux classiques, il y a donc une inversion
complète : ce n‟est pas l‟épargne qui détermine l‟investissement (l‟offre crée sa propre
demande) mais l‟inverse. Ces théories ne sont pas compatibles à la situation dans les pays en
développement notamment africains.




40
     Care International au Niger, BABA/ Université Arizona, 1997
                                                                                             53
2.1.4.1 l’épargne dans les pays en développement

Plusieurs théories ont été émises pour tenter d‟expliquer l‟épargne et l‟investissement dans les
pays en développement, dont celle des « cercles vicieux »

Ces théories des « cercles vicieux » de la pauvreté sont définies par NURSKE puis MEIER et
BALDWIN qui se fondent sur deux schémas :

              Celui de NURSKE qui tente d‟expliquer la faiblesse de l‟épargne à travers la
théorie du « cercle vicieux », « qui implique l‟existence d‟un faisceau circulaire de forces qui
agissent les unes sur les autres, de telle façon qu‟elles maintiennent un pays pauvre dans un
état de pauvreté ». L‟énoncé est le suivant « les pays pauvres se caractérisent par la faiblesse
de leur revenu par tête, avec, pour conséquence immédiate, la faiblesse du capital, du taux
d‟épargne et d‟investissement ». Le concept de cercle vicieux implique ainsi des liens étroits
entre l‟accumulation du capital et le niveau du revenu par tête d‟habitant.

Les éléments « vicieux » se manifestent donc tant du côté de l‟offre que de celui de la
demande. Chez NURKSE, l‟idée originelle englobe les caractéristiques de l‟insuffisance de
capital, et de l‟imperfection du marché voir figure n°2.

Figure n°2 : Théorie du cercle vicieux pour expliquer l’état de pauvreté des pays en
développement, NURKSE, 1953

                                  Imperfection du marché des pays
                                  sous-développés (backwardness)




          Insuffisance de                   Manque de                     Bas niveau de
         l‟investissement                  biens capitaux                  productivité




         Insuffisance de                                                Bas niveau du
            l‟épargne                                                   revenu réel



Source : NURKSE, 1953

Les conclusions de NURKSE sont : La faiblesse de la demande et son inélasticité font que les
« investissements nouveaux se heurtent à beaucoup de risques et même à l‟insuccès ». La
seule issue consiste dans une utilisation plus ou moins « synchronisée » de biens de capitaux
en un large ensemble d‟industries qui élargirait le marché, NURSKE le dénomme « balanced
                                                                                               54
            41
growth » . D‟autres auteurs tels que MEIER et BALDWIN proposent un autre schéma qui
explique la faiblesse de l‟épargne et de l‟investissement dans les pays pauvres par des fuites.

     MEIER et BALWIN proposent le schéma suivant pour expliquer l‟insuffisance de
l‟investissement et l‟épargne par des fuites des revenus à la demande des produits importés et
l‟exportation des produits voir figure 3.

Figure n° 3 : Insuffisance de l’investissement et de l’épargne due aux fuites

                                    Imperfection du marché
                            Ressources insuffisamment développées



                              Sous développement des populations



                               Insuffisance des « biens capitaux »


                                                                              Basse
                                                                           productivité


     Insuffisance de                                                      Bas niveau
        l‟épargne                                                         des revenus


     Insuffisance de                  Demande de                          Exportation
       la demande                     produits importés                   des produits


Source, MEIER et BALWIN, 1958                  Fuites                           Fuites

Pour MEIER et BALWIN, les cercles vicieux s‟appliquent tant aux secteurs public que privé.
L‟idée des « cercles vicieux » implique l‟impossibilité d‟épargner en raison de l‟état de
pauvreté. L‟idée des « cercles vicieux » implique qu‟aucune croissance durable du produit
global réel n‟est possible sans accumulation de capital, donc d‟épargne que l‟état de pauvreté
rend impossible. D‟où pour ces pays, la pauvreté est un état dont il n‟est pas possible de sortir,
sans concours extérieur, ou des circonstances extérieures ou exceptionnelles.

La première raison, dont il faut tenir compte est que les pays qui, les premiers, ont fait leur
développement ont bien été obligés de le faire pas avec leurs seuls moyens : Les facteurs
exogènes : Exploitations coloniales, traite négrière, emprunts russes, ne se sont que surajoutés
à un effort d‟accumulation d‟épargne interne beaucoup plus considérable. C‟est la théorie du
démarrage (take off). On se demande quand est ce que, tel pays ou tel autre a fait son take off.
C‟est le cas de la grande Bretagne, des Etats-Unis et l‟URSS42. Selon la théorie des étapes de
la croissance de Rostow, toute société passe par cinq phases : tradition, transition, décollage
(take off), maturité et consommation intensive. Le problème soulevé par le développement se
41
     R. NURKSE, op. Cit., SINGER, cité dans N‟GUYEN HUU CHAU, p. 152.
42
     DANIEL CISSE, 1969
                                                                                              55
situe au niveau de la troisième séquence. Le décollage se produit grâce à une forte
augmentation du taux d'investissement, déclenchant une dynamique auto entretenue de la
croissance.

Toutefois, les théories des cercles vicieux ne sont pas suffisantes pour expliquer la
mobilisation de l‟épargne locale. Ainsi, selon Lewis, les pays de la périphérie sont
caractérisés par une « économie duale » composée d‟un secteur capitaliste (activités
manufacturières, minières et agricultures commerciales) et d‟un secteur traditionnel
(agriculture traditionnelle et activités informelles urbaines). Lors de la phase initiale de
développement, l‟offre de travail dans le secteur capitaliste excède la demande de travail, le
salaire peut donc rester faible et stable durant une période assez longue au cours de laquelle
s‟effectue le transfert du travail du secteur traditionnel vers le secteur moderne. Il en résulte
des profits assez élevés et donc, une épargne et une accumulation du capital dont le
développement économique. Cette phase s‟achève quand le surplus de travail a été absorbé et
que les salaires augmentent43. Une autre théorie est développée par le Professeur LEDUC44
sur l‟épargne des pays en développement.

Ainsi, le Professeur LEDUC a trois observations sur l‟épargne des pays en développement :

      Dans les pays en développement, l‟épargne, en tant que réduction de la consommation
       antérieure, n‟existe pas effectivement.

Selon la théorie post Keynésienne, dans les pays pauvres d‟une part, il n‟y a pas d‟épargne ex-
ante, mais il : y‟a une épargne ex-post. D‟autre part, dans les pays pauvres, l‟accroissement du
produit intérieur facilite et même accélère la constitution de cette épargne ;

      La seconde observation concerne la thèse de l‟épargne travail. Il convient donc
       d‟opérer une réallocation du travail en faveur de l‟édification du capital selon Ragnar
       NURKE45, dans les pays pauvres comme le Niger, une amélioration de la production
       agricole est une pré condition à la formation du capital et au développement
       industriel ;
      La troisième observation part du fait que, les pays pauvres ayant un large secteur
       d‟économie de subsistance, il ne peut y avoir constitution d‟épargne, d‟une part, et
       investissement d‟autre part, sans investissement de l‟instrument monétaire. Cela est
       fort possible. En effet, l‟épargne en économie de subsistance, peut d‟abord prendre la
       forme d‟une accumulation de stock en nature (vivres, semences). Cette épargne en
       nature peut se convertir en investissement.

La théorie de LEDUC semble la plus réaliste pour expliquer l‟épargne dans les pays en
développement comme le Niger dont l‟économie est essentiellement de subsistance et dont la
majorité de la population est rurale et dépendent du secteur agricole pour leur survie. Ainsi,
des stratégies d‟épargne ont toujours existé dans les pays en développement. Cette épargne
peut être en nature ou en espèces. Malgré la faiblesse des ressources, les acteurs populaires
mettent en œuvre des initiatives telles que les tontines en vue de la mobilisation de l‟épargne
locale. L‟épargne mobilisée permet le financement d‟activités génératrices de revenu. Ces
pratiques ont montré leur efficacité dans les économes locales. La réhabilitation de ces formes


43
   Problèmes économiques, 2005
44
   LUDUC in DANIEL CISSE, 1969
45
   NURKE R., 1953
                                                                                              56
traditionnelles d‟épargne telles que les tontines permet le financement des économies
locales en vue de l‟amélioration des revenus des ménages.

2.1.4.2. Rénover l’épargne traditionnelle

L‟épargne traditionnelle doit être valorisée pour mobiliser l‟épargne des ménages populaires.
Les pratiques tontinières constituent des pratiques très adaptées à ces types d‟acteurs qui
épargne souvent des petites sommes.

La mobilisation de l‟épargne locale par les structures bancaires classiques, longtemps
encouragée par les Etats nations n‟a pas donné les résultats escomptés. La crise des années 80
qui a frappé la plupart des pays en développement et la mise en œuvre des PAS pour restaurer
les équilibres macro-économiques et assainir le système financier ont entraîné au début des
années 90 un affaiblissement du système bancaire de la majorité de ces pays. Dans ce
contexte, une grande partie de la population urbaine que rurale, se tourne vers le secteur
financier informel. Cette frange de la population est exclue de système bancaire classique. Ce
qui se traduit par le développement du secteur financier informel.

                       a Le développement du secteur financier informel.

Le secteur financier informel est d'une grande hétérogénéité et diffère selon les pays. Mais la
forme la plus connue et la plus répandue de finances informelles est l'association rotative
d'épargne et de crédit, connue sous le nom de " tontine". Longtemps ignorées, ces pratiques
tontinières existent pourtant depuis des décennies, et elles constituent un réservoir d'épargne
important pour les pays en développement.

L‟épargne est un élément important, non seulement en tant que fin en soi, mais aussi en tant
que garantie de prêts. L‟épargne permet une responsabilisation de la population en vue du bon
fonctionnement de l‟institution financière car celle-ci fonctionne en partie grâce à leur argent.
Il existe des structures traditionnelles ou informelles de mobilisation de l‟épargne.

         b Les structures traditionnelles ou informelles de mobilisation de l’épargne

Selon Lelart46 ces structures traditionnelles de mobilisation de l‟épargne travaillent en dehors
de toute réglementation ou supervision des autorités monétaires.

Parmi les structures informelles de mobilisation de l‟épargne, on peut citer :

       Les banquiers ambulants : Le client paye une commission pour s‟obliger à épargner
        chaque période (jour, semaine, mois) une petite somme ;
       L‟Epargne coutumière : Il s‟agit de l‟épargne en nature (céréales, bétails, or, armes,
        matériels…) ;
       Les caisses de solidarité : Autonomes ou liées aux tontines, les caisses de solidarité
        ont une fonction d‟assurance, notamment en cas de décès ou de maladie ou pour
        financer des frais de scolarité.




46
     Lelart LELART M.,1990, eds
                                                                                              57
Compte tenu de la monétarisation croissance des économies rurales, la nécessité d‟une
mobilisation plus importante de l‟épargne locale est plus que nécessaire en vue de contribuer
à la sécurité des ménages et au développement local.

Des stratégies d‟épargne existent depuis longtemps en Afrique. La réhabilitation de ces
formes traditionnelles permet de financer les AGRs en vue de générer de nouvelles
ressources. Lesquelles ressources peuvent contribuer à lutter efficacement contre la pauvreté
et/ou la vulnérabilité. Parmi ces structures traditionnelles d‟épargne, les tontines jouent un
rôle important dans la mobilisation de l‟épargne locale.

2.1.4.3 Définitions et principes de fonctionnement des tontines

Parmi ces systèmes traditionnels de mobilisation de l‟épargne, on peut citer : les tontines
classiques, les tontines de solidarité, les caisses d‟épargne.
Zanga définit la tontine comme un système dans lequel chaque membre cotise à une date
régulière et où le capital (monétaire ou non) ainsi constitué est redistribué à tour de rôle aux
membres de la tontine47
La tontine est basée sur un esprit de confiance réciproque et d'entraide. Généralement
instituée au sein d'une association ou groupement de femmes ou d‟hommes, les tontines sont
les mécanismes de mobilisation locale de l'épargne. C‟est une pratique très ancienne qui a
pris une importance considérable depuis quelques années.
Le système de tontine est aussi une sorte de crédit sans intérêt pour celui qui prend l‟ensemble
des cotisations des membres. Elle regroupe plusieurs personnes (généralement exerçant une
activité économique) qui cotisent régulièrement et la somme globale est reversée à un membre
du groupe à la fin de chaque tour (une semaine, un mois). Le nombre de participants est égal
au nombre des tours d‟un cycle.

                                 a Les tontines de solidarités

Ce type de tontine fonctionne comme des micro banques, donc comme des établissements
financiers d‟épargne et de crédit de compétence locale. A travers sa fonction d‟épargne et de
crédit, ces structures pallient les insuffisances du système financier moderne dans le
développement au niveau des acteurs populaires.
Elle correspond à une mobilisation et une distribution périodique et rotative de l‟épargne et
permet à la personne qui bénéficie du tour de recevoir une somme plus importante. On assiste
à la création d‟un espace de socialisation et de développement de la culture d‟entreprise.

La tontine est un système informel d‟entraide basé sur l‟épargne du groupe en vue d‟obtenir
des crédits individuels. Le système fonctionne en marge de la législation bancaire mais connu
et toléré par les acteurs dominants. Le taux de remboursement avoisine les 100 %. La rapidité,
la simplicité et la fiabilité expliquent le succès de ce système chez les acteurs populaires. Les
tontines ont suivi des évolutions pour répondre aux aspirations de leurs membres, d‟où la
naissance des tontines améliorées.

Les tontines améliorées en plus de la mobilisation de l‟épargne, octroient des crédits avec un
taux d‟intérêt aux membres du groupe. Le crédit est financé sur fonds propres (épargne) des


47
     Zanga, 2003
                                                                                                   58
membres constitués en groupe de tontine améliorée. L‟importance des crédits octroyés
varie avec le montant de l‟épargne constituée.

2.4. 3.2 Les tontines traditionnelles, modèles de résolution des problèmes
Les tontines jouent à la fois le rôle de caisse d'épargne, de caisse de solidarité, de prévoyance
et vivrier de main-d'œuvre. La tontine se caractérise par sa multifonctionnalité48.
Dans certaines régions, la tontine prend le nom de "caisse scolaire", les membres de la
tontine peuvent, à l'approche des rentrées de classes, utiliser leur argent pour honorer les frais
de scolarité ou acheter les fournitures indispensables à leurs enfants.
La mobilisation de l‟épargne locale en nature (bétail, réserves céréalières, foncières), cette
forme d‟épargne constitue l‟épargne la plus importante dans les pays pauvres où plusieurs
secteurs sont non monétarisés. L‟épargne mobilisée par les acteurs populaires permet le
financement des initiatives et innovations paysannes.

2.1.5 Initiatives et innovations paysannes

Les initiatives et innovations paysannes sont des stratégies mises en œuvre par les acteurs
paysans pour faire face à la crise entre autres la saturation foncière, la baisse de la fertilité des
terres et des rendements, l‟insécurité alimentaire structurelle...

Pour Boubacar Yamba, les nouvelles initiatives paysannes sont les décisions que prennent
librement les paysans en vue d‟adopter des solutions aux multiples contraintes auxquelles ils
sont confrontées. Ces contraintes sont relatives à l‟environnement global, c‟est à dire
physique, économique et socioculturel.

2.1.5.1 L’innovation

L‟innovation est définie comme étant quelque chose de nouveau pour une localité donnée,
mais qui ne l‟est pas nécessairement pour le monde entier.

Le concept de l‟innovation suppose non seulement qu‟il y‟ait création de quelque chose de
nouveau mais que, en outre, la nouveauté ajoute ou améliore significativement un état
précédent49.

Le développement des innovations est le résultat d‟un processus progressif alternant
information, formation, réflexion, choix de solutions, expérimentation, évaluation50.

Les innovations répondent aux problèmes posés, pertinents, reproductibles. Mais une
innovation organisationnelle, n‟est jamais une photocopie ou un modèle que l‟on vulgarise51.

Dans le programme PAIIP, l‟innovation est appréhendée au sens le plus large possible.

Le GRET52 définit l‟innovation comme « l‟adoption par un nombre significatif de producteurs
d‟une région, d‟une façon de faire différente ».


48
   Idem
49
   PDRAA, 2001
50
   Gain de sel, 2004
51
   Idem
                                                                                                59
Autour de la production agricole, ces innovations peuvent être de 3 types :

    1. Techniques, elles concernent alors les façons de produire, de transformer les produits
        ou d‟exploiter les ressources ;
    2. Sociales (ou organisationnelles), elles occasionnent l‟apparition de nouvelles formes
        d‟organisation du travail ou associative pour avoir accès au crédit, utiliser des intrants,
        commercialiser les productions ;
    3. Institutionnelles, elles portent alors sur les lois et les règles qui gouvernent les
        relations entre individus : nouvelles règles foncières, règles de gestion de l‟eau, etc.
    4. L‟innovation technique : Ce sont les nouvelles manières de gérer les ressources
naturelles (le sol, la faune, la flore, les ressources en eau) mais aussi les ressources qui
découlent de la production, que ce soit à l‟échelle de l‟exploitation familiale ou au niveau de
la parcelle individuelle.

L‟innovation socio organisationnelle : Ce sont les nouvelles manières de travail à l‟échelle au
sein de l‟exploitation agricole, de nouvelles façons de se mettre ensemble et de fonctionner au
sein de la communauté.

L‟innovation politique : Ce sont les nouvelles manières de prendre des décisions, d‟assumer
des responsabilités, de se légitimer, de régler à l‟échelle communautaire les rapports entre les
groupes autour des ressources et des biens communs, de produire de nouvelles normes au
niveau village et inter village.

L‟innovation économique : Ce sont les nouvelles façons de valoriser les ressources, de les
partager et de les distribuer au sein de la famille, de la communauté et les nouvelles stratégies
commerciales.

Les paysans qui imiteraient simplement une autre innovation sont considérés comme des
« innovateurs de seconde génération » même si ce qu‟ils créent est totalement nouveau sur
leur propre exploitation.

L‟identification des paysans innovateurs n‟a pas été une démarche simple, car les paysans
n‟ont pas nécessairement conscience qu‟ils sont en train d‟innover et d‟expérimenter. Pour la
plupart d‟eux, la découverte de nouveautés par expérimentation fait partie de leurs activités
quotidiennes, non pas séparée d‟elles comme c‟est le cas dans le milieu scientifique.

Lorsqu‟on s‟est intéressé aux innovations des femmes, on s‟est aperçu qu‟elles étaient en
général peu coûteuses et faisaient appel aux ressources et connaissances locales. De telles
innovations semblent particulièrement intéressantes pour les paysans pauvres.

Il semble nécessaire de reconnaître certaines innovations comme des « ripostes » et des
stratégies locales à la crise.

2.1.5.2. L’Initiative

Les initiatives peuvent être définies comme des stratégies mises en œuvre par les acteurs
populaires ruraux et urbains pour faire face à la crise.



52
     GRET
                                                                                              60
Les processus de décentralisation et de privatisation sont perçus comme favorables aux
initiatives locales, à une maîtrise par les populations de la gestion de leur territoire, à
l‟expression d‟intérêts différenciés des acteurs.

Ces initiatives et innovations sont l‟œuvre d‟organisations paysannes.

2.1.6 Les organisations paysannes

Les organisations paysannes peuvent se définir comme un mouvement ou organisation voulue
et créée par des paysans eux-mêmes, qui se donnent des objectifs conscients, explicites avec
un projet pour la paysannerie dans une société en construction. Celle-ci doit être capable de
formuler des revendications exprimant les aspirations du monde paysan et être à mesure, si
nécessaire, de mobiliser les masses paysannes dans des actions concrètes pour aboutir des
revendications. Ces organisations paysannes sont reconnues des pouvoirs publics comme
interlocuteur pour négocier les dossiers de la paysannerie et d‟un projet de société, trouvent sa
légitimité dans des structures locales (villageoises ou communales) avec une position
dominante ou majoritaire, avec un fonctionnement démocratique où les responsables sont
porteurs de mandats, rendent des comptes et acceptent leur renouvellement par vote à bulletin
secret des membres53.

Traditionnellement, des organisations ont toujours existées dans les sociétés rurales et
urbaines. Elles correspondent à des nécessités socio-économiques et culturelles. Ces
organisations peuvent être de type lignagère, de classe d‟âge, socioprofessionnelle, par
quartier, par village. Ces associations peuvent être conjoncturelles, de longue durée, Ces
organisations ont toujours joué un rôle de premier plan dans le fonctionnement de la société
traditionnelle : Règlement des conflits, activités d‟intérêt socio-économiques, culturelles,
organisation des travaux collectifs pour aider les personnes défavorisées, la réalisation et la
réhabilitation d‟infrastructures collectives.

Ces organisations paysannes peuvent être traditionnelles ou modernes.

2.1.6.1 Les organisations traditionnelles

Parmi les organisations traditionnelles, on peut citer les caisses d‟épargne et de crédit
(tontines améliorées), qui sont des formes traditionnelles de mobilisation de l‟épargne. D‟une
manière générale, le principe de réciprocité est la base de toutes ces formes traditionnelles
d‟association. Les principes de solidarité et d‟entraide constituent le ciment et le fondement
de ces associations traditionnelles. La gestion de ces organisations traditionnelles est très
simple, souvent elles ne font pas appels à une comptabilité et des archives documents écrits,
la mémoire suffit, la confiance est le principe qui régit ces types d‟organisations.

Ces organisations sont régies par la confiance, la pression du groupe, la solidarité, la
réciprocité. L‟arbitrage des autorités coutumières et religieuses permet de gérer les conflits.
Beaucoup de ces organisations n‟ont pas de statut juridique.




53
     LEBOT M., Président du Réseau GAO, 1993
                                                                                             61
2.1.6.2 Les organisations de type moderne

Les organisations de type moderne existent souvent avec celles de type traditionnel. Ces
organisations naissent pour faire face aux mutations socio-économiques et culturelles. Ces
organisations peuvent être plus complexes que les précédentes. Elles peuvent se spécialiser
dans une activité ou cumuler plusieurs activités : Banque céréalière, mobilisation de l‟épargne
et octroi de crédit, transformation et commercialisation des produits agricoles,
approvisionnement en engrais et semences pour certaines organisations paysannes et la
production, etc.

Ces groupements peuvent réunir une seule catégorie de personne (jeunes : « Samaria54», les
femmes, les vieux, les agriculteurs, les éleveurs) ou des groupements mixtes qui regroupent
plusieurs groupes sociaux (groupements des champs collectifs, groupement exploitation du
matériel agricole).

L‟initiative de la mise en place du groupement est généralement locale, mais l‟incitation peut
venir de l‟extérieur : Projet de développement, structures techniques décentralisées de l‟Etat,
expérience découverte chez les villages voisins, etc. Notons que ces organisations modernes
dont nous faisons allusion présentent plusieurs similitudes (fonctionnement, statut, etc.), avec
les organisations traditionnelles. Souvent elles sont des adaptations de celles de type
traditionnel. Ces organisations paysannes à travers la mise en œuvre des initiatives et
innovations ont eu des effets et des impacts sur les acteurs populaires. Ces impacts peuvent
être techniques, économiques, sociaux, politiques, écologiques)

2.1.7 Impacts

Analyser l‟impact, c‟est apprécier tous les effets que peut avoir eu une action sur
l‟environnement au sens le plus large (technique, économique, social, politique,
écologique)55 :

        L’impact économique : la conduite des activités génératrices de revenu peut se
         traduire par des profits individuels ou collectifs. Ces bénéfices peuvent servir à
         financier des équipements collectifs. L‟impact économique peut aussi se traduire par
         une augmentation du chiffre d‟affaire d‟un groupement ou d‟un ménage.
        L’impact technique : Il peut se traduire par une amélioration des techniques
         existantes, une mise au point de nouvelles semences résistantes aux ennemis de
         cultures, plus productive (innovations technologiques), des nouvelles techniques et de
         variétés et une adoption de techniques variétales;
        L’impact social et culturel : Peut se manifester par des changements sociaux d‟un
         groupe d‟acteurs par exemple les femmes peuvent mettre en place des mécanismes
         permettant de réduire les dépenses pendant les cérémonies. D‟autant plus qu‟elles
         constituent un des facteurs de leur vulnérabilité ;
        Impact politique : Les groupements peuvent constituer des groupes de pressions pour
         demander des reformes institutionnelles (innovations institutionnelles).
        L’Impact écologique : Les communautés villageoises peuvent initier des nouvelles
         méthodes de gestion des ressources naturelles (terres, eau, parcours, ressources
         forestières).

54
     Qui signifie en Haoussa la jeunesse
55
     MarieRose Mercoiret, 2002
                                                                                                   62
Les effets et les impacts sont évalués à l‟aide des données récoltées par le dispositif de suivi
évaluation du projet, données complétées à l‟aide d‟enquêtes.

L‟évaluation des effets et des impacts se fait à travers des indicateurs. Lesquels servent à
mesurer des évolutions dans le temps. Ils servent aussi à mesurer des évolutions dans
l‟espace.

Les indicateurs doivent être définis dès la phase d‟identification du projet. Puisqu‟ils Ils
constituent une sorte de « tableau de bord »56.

Les indicateurs peuvent être quantitatifs ou qualitatifs.

     Parmi les indicateurs quantitatifs on peut distinguer :
               Les indicateurs techniques pour les différentes activités génératrices de
revenu : Les quantités produites ou vendues ; pour les caisses d‟épargne et de crédit,
l‟augmentation des montants épargnés et des crédits octroyés ; pour l‟utilisation du matériel
agricole : Le pourcentage d‟adoption de la technique;
                      Les indicateurs économiques : Ces indicateurs permettent de rendre
compte de l‟aspect économique d‟une action, de sa rentabilité. Comme indicateur
économique, on peut citer l‟augmentation du chiffre d‟affaire. La déduction des charges du
chiffre d‟affaire permet de connaître la rentabilité des différentes activités. On peut également
introduire l‟indicateur de la valorisation de la main d‟œuvre féminine ;
                           Les indicateurs d‟organisations ; ils peuvent aider à mieux cerner
les problèmes d‟organisation et de fonctionnement d‟une action (coopératives, associations et
d‟autres groupements mis en place) ;
                           Le degré de participation (aux activités économiques, aux réunions,
aux prises de décisions, degré d‟information, les opinions)57. Ces impacts peuvent se traduire
chez les femmes par l‟amélioration de leur statut.

2.1.8. Genre et vulnérabilité

2.1.8.1 Le genre

Le mot genre (gender en anglais) est apparu pour la première fois en 1972 in « Gender and
Society ». Son utilisation dans le vocabulaire onusien et des agences de développement a été
consacrée vers le début des années 1990, notamment à la conférence internationale sur la
population et le développement au Caire en 1994 et la 4 ème conférence sur les femmes de
Beijing de septembre 1995. Le genre s‟intéresse aux constructions sociales et culturelles des
rôles masculins et féminins et des rapports entre l‟homme et la femme dans une société. Le
genre met l‟accent sur les aspects relationnels des rapports hommes dans tous les domaines
(économique, politique, juridique, social)58.
Le genre est un concept essentiellement dynamique permettant de remettre en question
l‟apparente immuabilité des rôles sociaux et d‟envisager la fin de la subordination universelle
des femmes59.



56
     Idem
57
     Cf. Gentil D. 1984
58
     Care, 2002
59
     Jeanne et Bisilliat, 1997
                                                                                             63
Le féminisme, concept utilisé par Fourrier en 1830, est un système d‟égalité entre les sexes,
à la fois politique, économique et social60. Il s‟agit là d‟une revendication statutaire.
Le concept de l‟affirmation de la femme et de leur reconnaissance ne date pas d‟aujourd‟hui.

Les programmes et projets de développement avant les années 1980, ont accordé un rôle
secondaire à la femme surtout dans les pays du Sud, bien que les femmes constituent près de
la moitié de l‟humanité. Sur six milliards d'habitants sur la terre, la moitié sont des femmes.
Elles accomplissent les 2/3 des tâches, ne perçoivent que 10% des revenus et ne possèdent
que 1% des biens.
Dans beaucoup de pays du Sud, les femmes sont maintenues dans un statut d'infériorité par
rapport aux hommes et ce, malgré le fait qu'elles apportent une contribution essentielle à la
vie sociale et économique. Cette inégalité homme/femme est reconnue comme un frein
majeur au développement humain61.

C‟est à une femme, Mme Brundtland, que l‟on doit la première définition du développement
durable. Ce concept s‟est fait connaître lors du sommet de la terre à Rio, organisé par l‟ONU
en 1992. Dans l‟Agenda 21, programme d‟action pour le 21 ème siècle, adopté alors par 180
pays, le chapitre 24 est consacré au « rôle et statut des femmes dans le développement ». Il
stipule que « les gouvernements devraient s‟employer à mettre en œuvre d‟ici 2000 des
stratégies visant à éliminer les barrières politiques, juridiques, administratives, culturelles,
comportementales, sociales, et économiques qui empêchent la pleine participation des
femmes dans le processus de développement et la vie publique. D‟ici 2015, l‟objectif est de
réduire de deux tiers la mortalité des mères. L‟élaboration d‟indicateurs nationaux liés à
l‟équité homme/femme est également stipulée dans ce plan d‟action62.
Les femmes sont les plus touchées par l‟analphabétisme dans les pays du Sud. Le taux des
femmes analphabètes dans les zones rurales est particulièrement élevé.
Les jeunes filles sont particulièrement utilisées pour exécuter les travaux domestiques, ce qui
les empêchent d‟aller à l‟école.

Les femmes n‟ont pas accès aux ressources (terres, au capital financer) bien que leur
contribution à la survie de la famille ne soit pas à démontrer. L‟accès inégal des femmes aux
ressources (terres) contribue à la vulnérabilité des femmes dans les sociétés Haoussa et Peulh
au Niger, rares sont les femmes Haoussa et Peulh propriétaires d‟un champ63. Même si elles
contribuent au maintien de la biodiversité »64.
Du fait que plus de 70 pour cent de tout le travail de production vivrière est effectué
aujourd'hui par des femmes en Afrique, et que la sécurité alimentaire des ménages est en
équilibre précaire dans de nombreux pays, un accroissement de la productivité et une
réduction de la charge de travail des femmes pourraient bien représenter la clé de
l'amélioration du bien-être des familles65.

Le travail des femmes reste souvent «invisible» et peu valorisé socialement. Il n‟est pas rare
de voir en milieu rural des femmes travaillent plus de 16 heures par jour (de la collecte du
bois de feu, à la recherche de l‟eau et la garde des enfants en passant par la préparation des
aliments...). L‟utilisation d‟autres critères purement économiques permet une meilleure

60
   Jeanne Bisilliat, 1996
61
    CECI, 2000
62
    Anne Du Pasquier, 2003
63
    Marie Thérèse D, 2003
64
    Idem
65
    Idem
                                                                                             64
approche différente de l‟apport des femmes et favorise une autre vision de la contribution
des femmes dans les économies familiales et même nationales.

Dans la définition internationale de l‟activité économique, en effet, telle apparaît dans les
Systèmes de Comptabilité Nationale des Nations Unies, les activités domestiques exercées
dans le simple but de l‟autoconsommation ou de l‟autofourniture, étaient systématiquement
exclues du calcul du PNB. C‟est ainsi que la récente révision du Système de Comptabilité
Nationale (1993) a étendu la définition internationale de l‟activité économique aux activités
manufacturières qui ne passent pas par le marché et sont exercées aux seuls fins
d‟autoconsommation ; mais elle a continué à exclure les activités de service qui restent les
plus importantes dans la sphère domestique (préparation des repas, entretien de la maison et
foyer, soins aux enfants), dès lors qu‟elle ne donne pas lieu à des rémunérations66.

Une meilleure prise en compte de toutes les tâches féminines, placera la femme à l‟avant
garde du développement même si les hommes ne sont pas prêts à voir la réalité en face qui
pourra le reléguer au second rang. Il est vrai que cette approche représente une menace pour le
pouvoir masculin et toute redistribution de ce dernier ne fait qu‟entraîner une opposition
radicale. Les évidences quant à la participation économique et sociale des femmes ont beau
être flagrantes, criantes, ces évidences continuent à se heurter à une surdité culturelle et
politique obstinée. La Banque Mondiale va jusqu‟à écrire en 1994 « l‟expérience mondiale
montre clairement que le fait de donner un plus grand rôle aux femmes contribue à la
croissance économique… en bref, invertir sur les femmes est central pour un développement
durable ».

Beijing, 20 ans après Mexico, malgré les innombrables recommandations qui ont jalonné ces
deux décennies, les femmes continuent à être marginalisées par les systèmes religieux,
culturels, et juridiques. Le pouvoir masculin, tel le roseau de la fable, plie mais ne rompt pas
et le développement fait apparaître de plus en plus nettement une tension entre deux savoirs :
un savoir universel qui est fondé sur le pouvoir masculin et un savoir naissant, celui des
femmes67.
Dans le cadre du développement, une réflexion sur la problématique des relations de genre
notamment des modes de collaboration fondés sur l‟égalité et l‟équité est nécessaire. Les
relations de genre sont caractérisées par la prise en compte des spécificités des besoins des
femmes et des hommes et de position favorable ou défavorable, afin d‟assurer leur accès aux
ressources et la pleine valorisation de leur participation au développement dans la perspective
d‟une société plus juste et démocratique.
Cela nécessite l‟amorce d‟un changement fondamental de perception sociale intégrant les
besoins, les intérêts stratégiques et les préoccupations des femmes et des hommes de toutes
catégories socioprofessionnelles sans discrimination. Il s'agit d'outiller les femmes, pour leur
permettre de faire face à des conditions de vie difficiles et de sensibiliser les hommes aux
capacités et au rôle essentiel des femmes dans la société.

Une des évolutions majeures des années 1990, tant dans les programmes nationaux, que dans
les organismes internationaux que dans un grand nombre d'ONG, est la prise en compte du
rôle des femmes dans le développement et en particulier "l'approche genre".


66
     Jeanne Bisilliat, 1997
67
     Idem
                                                                                            65
Des nombreux exemples montrent qu‟en leur donnant accès à des services financiers
adaptés à leurs besoins : la micro-finance, les femmes peuvent participer activement au bien
être familiale et à la lutte contre la pauvreté.

2.1.8.2 La vulnérabilité des femmes dans la zone d’Aguié

La vulnérabilité ne touche pas les catégories socio-économiques et ethniques de la même
manière au Niger en général et dans la zone d‟Aguié en particulier. Plusieurs études dont celle
de Yemba Boubacar et Yahaya Abdou68 ont montré que les femmes constituent la
composante la plus vulnérable. Cette situation est due à plusieurs facteurs :
     Les femmes manquent généralement de terres (le principal facteur de production en
       économie de subsistance), de bétail (principale source de revenu dans les sociétés
       rurales), d‟argent, de vivres… ;
     Le comportement des femmes lors des cérémonies de mariages, de baptêmes contribue
       à l‟accroissement de leur vulnérabilité à travers le gaspillage et les dépenses
       ostentatoires;
     Les maternités rapprochées, l‟absence de soins adéquats et l‟alimentation défectueuse
       sont des facteurs de vulnérabilisation de femme dans la zone, surtout sur le plan
       sanitaire ;
     L‟isolement et la marginalisation des femmes surtout dans le cas où ces dernières sont
       chef de ménage, accentuent la vulnérabilité de la femme ;
     Le poids de plus en plus croissant des femmes dans la prise en charge du ménage,
       souvent dû à l‟incapacité des époux et/ou de leur départ en exode contribue à
       l‟accroissement de leur vulnérabilité;
     Les pesanteurs sociales marginalisent les femmes dans les prises de décision et de
       gestion des affaires du ménage;
      Le mariage précoce, constitue aussi un facteur de vulnérabilité et entrave des fois
l‟éducation de la femme.

Une analyse historique des sous socio-économiques, politiques, environnementaux, culturels
permet de connaître la situation actuelle du Niger et de la zone d‟Aguié.




68
     Yamba Boubacar et Yahaya Abdou, 2001
                                              66




    Troisième partie : Analyse historique de
l’espace nigérien et de la zone d’Aguié : Cadre
de développement prospère des activités extra
  agricoles en relation avec l’amélioration des
       conditions de revenu des ménages
                                                                                              67
Introduction

Cette partie se donne pour objectif de faire un aperçu historique très synthétique de la pratique
des activités extra agricoles dans l‟espace nigérien de manière générale et de la zone d‟Aguié
en particulier. Cette analyse historique vise à montrer que, la pratique des activités extra
agricoles par les sociétés locales qui est actuellement reprise dans le discours des acteurs
dominants, institutions internationales telles : La Banque Mondiale, le PNUD, le FIDA,
certaines institutions au développement : ONGs, projets de développement et structures
étatiques dans les stratégies de lutte contre la pauvreté ne date pas d‟aujourd‟hui. En
revanche, la pratique de ces activités extra agricoles a permet la reproduction des sociétés
locales pendant plusieurs siècles.

Une étude en longue période nous permet de comprendre que ces activités appelées
aujourd‟hui « activités génératrices de revenu » notamment le commerce et l‟artisanat ont
jadis contribué à la prospérité des empires qui correspondent à l‟espace nigérien actuel, et
surtout aux empires haoussa qui représentent la zone d‟Aguié d‟aujourd‟hui : Cadre de cette
recherche.

Ce survol historique permet aussi de comprendre les transformations socio-économiques et
politiques et culturelles qui ont bouleversé les économies et les sociétés locales à travers les
dynamiques endogènes et/ou exogènes qui ont induit des mutations et des orientations
majeures. Ainsi, on est passé des économies et des sociétés fondées sur le commerce et
l‟artisanat à des sociétés et des économies basées sur l‟agriculture de rente pendant toute la
moitié du 20 siècle. Comme nous le verrons par la suite, ces orientations ont engendré un
effondrement des économies locales mais aussi déstabilisé les systèmes de productions et
l‟environnement contribuant ainsi, à la paupérisation des ménages. Ces orientations ont
façonné les systèmes socio économico politiques, culturels et environnementaux de la zone.
L‟espace nigérien actuel était le cadre d‟empires prospères du XI et la fin du XIX e siècle.

3.1 Le Niger des Empires prospères

L‟espace nigérien a vu la naissance et le déclin de plusieurs empires et royaumes entre le XI
et la fin du XIX e siècle. De l‟empire Songhay sous le règne de Sonni Ali Ber en 1464, puis la
dynastie des Askia, le Niger a connu d‟autres empires : Le Kanem Bornou à l‟est et les Etats
Haoussa au sud.
Les Etats Haoussa s‟étendaient vers l‟ouest, de la région Hadejia-Daura-Kano à celle de
Sokoto jusqu‟aux régions de Katsina, de Zazzau, de Gobir, de Zamfara et de Kebbi69.
L‟espace correspondant au département d‟Aguié était occupé par la dynastie des Katsina qui
couvre au XVII ème à l‟actuelle région de Maradi70.

Cette période a connu le développement des activités extra agricoles dont le commerce.

3.1.1 Le commerce

Cette période des grands empires a été marquée par le développement d‟un commerce ouvert,
dynamique et prospère. Du point de vue organisationnel, trois types d‟activités commerciales
peuvent être distingués :
3.1.1.1 Le commerce local

Il se pratiquait à l‟échelon villageois et urbain. La sphère d‟influence ne dépassait guère les
chefferies et les royaumes. Ces marchés se tenaient tous les jours. Les produits échangés sont

69
     NIANE, D.T., 1985
70
     Salifou D. T., 1989
                                                                                               68
le sel, la potasse, les épices, etc. Ces marchés locaux, en dehors de leur fonction
économique (distribution de produits de bien de consommation courante), servaient
également de cadre d‟activités culturelles. Ils facilitaient la diffusion des informations au sein
de la communauté villageoise, citadine et même de la chefferie. C‟était le lieu de rencontre et
d‟intégration sociale par excellence.

L‟exploitation du sel, du natron et le travail du fer ont donné un essor considérable à
l‟artisanat local. Les produits de cet artisanat alimentaient les échanges locaux, régionaux et
même internationaux. C‟est la naissance de la proto-industrie. Actuellement, le travail du fer
continue encore à se faire à la forge par une caste appelée en haoussa matchera ou forgeron.
Ces acteurs du premier niveau de Braudel sont toujours visibles dans les villages et continuent
toujours à jouer un rôle majeur dans l‟approvisionnement des villages en outils de première
nécessité (couteaux, haches, hilaires, dabas,…) moyennant paiement d‟une redevance en
nature à la fin de la saison des récoltes, généralement payée en céréales : Mil essentiellement.
Donc, malgré les tentatives de modernisation et la violence des acteurs globaux et nationaux,
les acteurs du premier niveau de Braudel continuent à jouer un rôle majeur dans les
économies locales. Ce qui montre le rôle important que les activités extra agricoles ont joué
jadis dans le fonctionnement des économies locales.

Les produits locaux et manufacturés sont échangés entre villes et campagnes et entre
campagnes par le biais des marchés hebdomadaires. C‟est le phénomène de centre périphérie
évoqué par Wallenstein. Le marché est le lieu de redistribution des produits locaux, des
produits importés et des esclaves. Le marché « Kasuwa » n‟est pas qu‟une structure
d‟échanges, il joue surtout une fonction sociale en tant que lieu de rencontre, de circulation de
l‟information. Toutefois, à cette période, les grandes cités sont peu nombreuses, le rôle joué
par le centre n‟est pas prépondérant selon la théorie de Wallenstein. Ces échanges font
intervenir plusieurs acteurs ; des grossistes, des détaillants, des acheteurs, et des
intermédiaires « dillane » qui bénéficient d‟une commission appelée Lada. Cette économie
n‟échappait pas au contrôle de l‟Etat Haoussa qui prélevait des taxes sur son territoire.
Certains échanges se faisaient au niveau des régions : C‟est le commerce interrégional.

3.1.1.2 Le commerce interrégional

Le commerce interrégional se faisait à travers un important réseau de routes caravanières
ayant deux grandes directions Nord-Sud et Est-ouest, à partir des desquelles d‟importants
axes de circulation, par leur densité et leur longueur, dépassaient de très loin le réseau routier
actuel : Ils comportaient de nombreux raccordements et se recoupaient au niveau de certains
marchés régionaux, véritables plaques tournantes pour l‟échange des produits agricoles et
manufacturés procurés à partir du commerce international.

Selon E. Grégoire et C. Raynaut, la région de Maradi s‟inscrit dans l‟histoire haoussa. Vers
1805, la révolte peulh conduite par Ousmane Dan Fodio, renversa successivement les
royaumes Haussa et prit le contrôle de cette région. Mais, la région sera reprise plus tard
grâce à un sursaut victorieux de la population locale.
Bien que traditionnellement considérée comme le cœur du pays Haoussa, la région de Maradi
au cours de son histoire, grâce à sa situation géographique a joué un rôle de carrefour entre les
régions Est, Sud et Ouest. Tout au long du 19 e siècle, l‟Etat de Maradi a été en perpétuel
conflit avec l‟Emirat de Sokoto. Cette situation a fait de la ville de Maradi, une cité repliée où
se sont retranchées les populations Haoussa qui ont réussi à se soustraire de l‟hégémonie
Peulh de Sokoto71. Les populations Haoussa se réfugiaient dans la vallée de Maradi à la suite
des attaques des armées Peuls d‟Ousman Dan Fodyo dans certaines localités fortifiées situées
le long de l‟axe Maradi Tessaoua notamment Tchadaoua, Aguié et Gazaoua. Le peuplement
71
     Seyni Hamidou, 2000
                                                                                                         69
de cette zone remonte au moment de la « paix coloniale » et au cours du mouvement
pionnier de défrichement de terre vers la fin du XIX siècle. Les guerres, les razzias et
l‟insécurité ont contribué à la fragilisation des économies locales et du même coup
appauvrissement des populations locales.

La région de Maradi a connu un ancien et récent brassage de populations dû à sa situation
stratégique que lui confère un dynamisme économique comme productrice d‟arachide, mais
aussi comme centre commercial qui confère à cette région le rôle de capitale économique du
Niger indépendant. Plusieurs échanges se faisaient entre de grands ensembles économiques :
Afrique du Nord, la Méditerranée et l‟Afrique au Sud du Sahara… C‟est le commerce
international.

3.1.1.3 Le commerce international

Le commerce international était constitué par le commerce transsaharien (reliant les grands
empires au monde méditerranéen dont les principaux débouchés étaient les villes situées à la
porte du Sahara comme Tombouctou, Agadez). Les villes de Maradi, Kano, Zinder ont joué
un rôle majeur dans le commerce transsaharien pendant plusieurs siècles. Ainsi bien avant le
XIV e siècle, les Etats Haoussa ont connu un développement de leur artisanat (tissage,
teinturerie, tannerie, cordonnerie, poterie). Cet artisanat occupait une place prépondérante
dans l‟économie locale. L‟artisanat a même connu une certaine spécialisation par cités : Kebbi
était spécialisée dans le tissage et la teinture tandis que Zamfara dans les bijoux et la poterie.

L‟économie des Etats Haoussa était prospère grâce au commerce transsaharien. Ce commerce
reliait les « économies mondes » constituées par l‟Europe Méditerranéenne, l‟Afrique du
Nord, l‟Afrique au Sud du Sahara. Le commerce des esclaves alimentait l‟économie et faisait
la prospérité de la région. Les Etats Haoussa ont joué un rôle central dans le commerce
transsaharien grâce à leur position stratégique. Ainsi, Katsina a constitué pendant longtemps
le terminus de la piste transsaharienne passant par Agadez. Ce qui confère à cette localité le
carrefour commercial des Etats Haoussa. Cette position hégémonique a été source de conflits
entre les Etats de Kano et de Katsina pour le contrôle du terminus transsaharien. Une analyse
historico-systémique montre que les rivalités entre les Etats Haoussa sont d‟ordre économique
ou politique.

L‟actuel espace nigérien était une zone charnière entre les grandes pistes caravanières
transsahariennes et la multitude de voies qui drainaient des richesses venues du cœur de
l‟Afrique Noire : Sel, fer, produits manufacturés de l‟Afrique du Nord et de l‟Europe, sont
échangés contre l‟or, l‟ivoire, le cuivre, les plumes d‟autruches, les cuirs et les esclaves. A ce
commerce international, s‟ajoute un réseau d‟échanges internes à la zone subsaharienne ou
circulent des produits locaux : Mil, bétail, tissus, outils72.

Les produits échangés étaient nombreux d‟origine agricole, animale et artisanale, avec des
complémentarités évidentes. La zone soudano sahélienne produisait le sel. On y produisait
également du parfum, des teintures fabriquées à partir de la gomme arabique. Les tissus
étaient produits à Djenné et Kano, de l‟or (Bouré, Bambouk), du cuivre dans l‟Aïr et le
Tessali. Cette région soudano sahélienne, indépendamment des produits qu‟elle offrait, servait
aussi de relais au commerce extrarégional qui se faisait avec les pays arabes et tout le bassin
méditerranéen73.




72
  Claude Raynaut, 1997
73
  O.J. Igué, L‟officiel, le parallèle et le clandestin : Commerce et intégration en Afrique de l‟Ouest
                                                                                                 70
Ces produits indiquent aussi la maîtrise de certaines technologies au niveau local
(extraction et le raffinage de l‟or et du cuivre, extraction et traitement du sel, fabrication de
perles, etc.). D‟importantes industries manufacturières faisaient la force de l‟économie des
Etats haoussa déjà XVIII ème (Katsina, Kano et Zaria).

Il faut noter que le commerce transsaharien portait sur l‟échange de marchandises locales
contre celles venant de l‟Europe, soit du bassin méditerranéen. Des pays arabes, arrivaient des
tapis d‟Orient, des faïences, des épices échangées contre l‟or, la cola, les esclaves, de
l‟Europe, on recevait de l‟alcool, des armes, échangés contre l‟or, l‟ivoire, le bois d‟ébène.

Les tenants du commerce transsaharien dans la zone contrôlaient tout le commerce de la kola.
Ils échangèrent la kola contre les produits venants du monde arabe. Ces commerçants se
déplaçaient à pied et utilisaient le cheval, le mulet, le dromadaire et l‟âne. Le voyage se faisait
par caravane, véritable marché ambulant comprenant parfois plus de cinq cent personnes. Ces
caravanes se déplaçaient librement d‟une région à une autre. Elles étaient protégées dans leurs
parcours par les autorités traditionnelles.

Ainsi, l‟espace nigérien actuel était le berceau d‟empires prospères, dont l‟existence reposait
sur un fondement économique majeur : le commerce transsaharien. Il s‟agissait de la
naissance d‟une « économie monde » qui s‟est développée grâce à la position stratégique que
jouait cette zone dans le commerce transsaharien voir international. Le commerce
transsaharien était dominé par des négociants arabes déjà au XVI siècle, cas des Tripolitains
pour des Etats Haoussa de la région de Zinder. Cette période marque aussi l‟expansion de
l‟islam dans cette zone. Les caravanes transportaient vers le sud des produits manufacturés
européens et maghrébins tels la soie, les textiles, les parfums, le thé, le sucre, les armes à feu,
le papier, le miroir, et divers produits. Le prélèvement de taxe et d‟impôt assurait à ces
empires une relative prospérité économique. Ces échanges avec le monde Arabe et la
Méditerranée, mais aussi avec l‟Orient conféraient à la zone ce que Braudel a appelé le
troisième niveau, par l‟insertion de l‟économie locale dans le commerce mondial.

Une grille de lecture montre que la reproduction des sociétés locales que nous apercevons
aujourd‟hui comme agricoles, dépendait tout autant de leurs activités marchandes et de leur
puissance guerrière que de leur capacité à exploiter les ressources de leur environnement
immédiat. Cette région reposait sur une base économique où les services et l‟artisanat
occupaient une place sans doute plus importante que la production primaire74, ce qui montre
que les activités extra agricoles : le commerce, l‟artisanat et les autres activités génératrices de
revenu ont longtemps contribué à la reproduction des sociétés sahéliennes dans un contexte
climatique défavorable pendant plusieurs siècles.
Les Etats sahéliens loin d‟être défavorisés par leur localisation au cœur du continent, en ont
tiré au contraire de précieux avantages avant la période coloniale. De ce qui précède, on note
que les activités non agricoles ont toujours joué un rôle moteur dans la reproduction des
sociétés locales. Ce dynamisme économique incarné par le commerce transsaharien va
connaître une phase de déclin engendrée par la colonisation.

74
     Idem
                                                                                                71
3.2 Période coloniale

        3.2.1 Le tarissement du commerce transsaharien et l’effondrement des
                                  économies locales

Sur le plan politique, 1900 a marqué la fin des Etats Haoussa avec la défaite des dernières
résistances armées des villes de Konni, Tsibiri, loin de Maradi, fort de ces succès militaires,
les troupes françaises poursuivaient leur conquête sur Tessaoua et Zinder, 2 localités situées
plus à l‟Est. Vers 1904, le territoire nigérien fut déclaré zone conquise et la ville de Zinder fut
choisie comme capitale. Du fait de l‟insécurité qui y régnait, le commerce était très peu
développé et le marché était essentiellement dominé par le mil et le sorgho et accessoirement
l‟oseille. Le commerce du bétail était très peu développé. L‟élevage du bétail était surtout
contemplatif. Chaque pasteur/éleveur cherchait à avoir le plus grand troupeau de la région.
Les seules ventes de bétail se faisaient essentiellement pour payer les impôts. La colonisation
a changé radicalement la situation75.

Sur le plan économique, la conquête coloniale française marqua l‟effondrement des Etats
Haoussa par le tarissement du commerce transsaharien avec l‟avènement des nouvelles
frontières et l‟instauration des tarifs douaniers. Ce qui traduit par une paupérisation des
couches populaires.
Le souci de contrôler le commerce a amené l‟administration coloniale française à instaurer
une frontière douanière dès 1913, au lendemain du tracé des frontières. Cette mesure a
engendré l‟émigration des commerçants de la zone au Nigeria. A la période de croissance et
de prospérité ante coloniale se succède une période de crise engendrée par l‟occupation du
territoire nigérien. Jadis, les activités extra agricoles qui contribuaient à la reproduction des
sociétés locales sont devenues marginales grâce aux nouvelles contraintes imposées par le
pouvoir colonial.

Après la conquête coloniale, les populations paysannes tentent d‟exploiter des terres où il
avait été jusqu‟alors trop risqué pour s‟installer. Simultanément les contraintes imposées par
le nouveau pouvoir (impôts, réquisitions,..), mais l‟appétit de liberté des captifs affranchis
déclenchèrent des réactions de fuite vers des zones reculées, ce qui entraîna la dynamique de
défrichement dans la région de Maradi durant le premier tiers du 20 e siècle76.
Le pouvoir colonial a procédé à la promotion des cultures de rente (arachide, coton) au
détriment des cultures vivrières, moyens de subsistance de la majeure partie de la population.

La généralisation de l‟utilisation du franc fit peu de temps après la conquête : les populations
durent abandonner la pratique du troc ainsi que les monnaies qui, jusqu‟alors étaient en usage,
les cauris. Pour les pièces françaises, cette substitution s‟accompagna de véritables problèmes,
car l‟insuffisance des pièces en circulation alimentait un marché noir au dépend des
populations locales et une dévaluation des monnaies traditionnelles. On assiste à la première
dévaluation dans cette zone à travers la substitution des monnaies locales par le Franc.
L‟impact de cette substitution des monnaies locales s‟est traduit par la dépendance des
économies locales vis à vis de celle de la métropole et l‟insertion de ces économies dans le
marché global, mais aussi la marginalisation du troc qui occupait une part importante des
transactions dans le commerce transsaharien. Ce second choc a parachevé le déclin des
économies locales déjà enclenché par le tarissement du commerce transsaharien. Les
conséquences ont été désastreuses sur les couches populaires qui doivent désormais faire face
à une nouvelle charge financière, l‟impôt de capitulation qui doit être en espèce. Jadis, les
taxes perçues par les autorités coutumières étaient en nature.


75
     Seyni Hamidou, 2000
76
     Claude Raynaut, 1997
                                                                                                 72
Vers 1920, l‟usage du franc fut généralisé à l‟ensemble du Sahel marquant l‟achèvement
d‟un processus de domination économique qui se traduisit par l‟instauration de barrières
douanières sur les frontières politiques nouvellement tracées77.

A cette domination du franc sur les monnaies locales s‟ajoute à la disparition et
l‟affaiblissement du commerce local, la colonisation entraîna l‟émergence de nouvelles
formes d‟organisation du commerce : le négoce européen assura progressivement sa
domination sur l‟économie locale qui devint étroitement dépendante de celui de la métropole.
Les commerçants locaux devenant de simples intermédiaires entre maisons de traite, les
producteurs et les consommateurs locaux. Ce qui se traduit par la marginalisation du
commerce et de l‟artisanat local qui ont toujours fait la prospérité des empires Haoussa avant
la période coloniale à travers le commerce transsaharien78. L‟administration coloniale a su
progressivement mettre en place une économie de traite au dépend des économies locales.
Cette main mise sur l‟économie locale s‟est traduite par une vulnérabilisation des
communautés locales au profit de la métropole. Donc les facteurs qui ont contribué à la
paupérisation des populations locales ne datent pas d‟aujourd‟hui.

Sur le plan démographique, héritier des grands empires Ouest africains, le territoire colonial
du Niger est né de l‟unification de plusieurs entités politiques qui se disputaient l‟occupation
de l‟espace jusqu‟à la fin du XIX e siècle. Les campagnes coloniales françaises ont commencé
à l‟Ouest du territoire où vivaient principalement les populations songhay et zarma qui s‟y
étaient installées au XVI e siècle à la suite de la dislocation de l‟empire songhay. Ces
campagnes coloniales se sont poursuivies au Sud pour rallier les populations haoussa issues
de l‟empire peul de Sokoto et aussi à l‟Est où vivaient les populations de l‟empire du
Kanem/Bornou. La zone Nord du territoire, habitée par des populations berbères et
arabophones fut conquise au début du XX e siècle. Le premier recensement administratif, en
1905, estima la population totale du territoire nigérien à 1,075 millions d‟habitants79. A partir
de cette période, on a assisté à une augmentation rapide de la population.
Ces mutations imposées par l‟administration coloniale provoquèrent une désorganisation des
systèmes socio-économiques et environnementaux. Les sociétés guerrières et les acteurs du
commerce transsaharien se sont forcément convertis en agriculteurs ou éleveurs augmentant la
pression sur les ressources naturelles dont les conséquences sont des défrichements massifs de
forêts avec pour conséquent la dégradation des sols la désertification.
Pour exploiter et contrôler l‟économie locale, le pouvoir colonial a mis en place une économie
de traite.

3.2.2 Naissance d’une économie coloniale de traite

L‟instauration d‟un impôt de capitulation payable en monnaie (par opposition aux taxations
en nature), la promotion des cultures de rente (arachide, coton) et l‟offre de produits
manufacturés concurrençant l‟artisanat traditionnel et les cultures vivrières ont été mises en
place. Ces orientations prises par le pouvoir colonial constituent les trois piliers de la stratégie
qui visait à mettre en place une économie de traite. Pour étouffer le commerce local,
l‟administration coloniale a mis en place des grandes maisons de commerce qui, à travers un
échange croisé de productions locales et de produits importés, assujettissait les sociétés
locales aux besoins du marché métropolitain et international80. En reléguant au second plan
les cultures vivrières qui constituaient les moyens de subsistance pour plus de 90 % de la
population, on a assisté à une économie totalement extravertie tournée vers la satisfaction des
besoins de l‟industrie de la métropole. La grande famine de 1914 Kakalaba a montré la non-

77
   Idem
78
   Idem
79
    Guengant et Banoin, 2002
80
    Idem
                                                                                                73
durabilité du système mis en place par l‟administration coloniale. Ce qui montre que
l‟insécurité alimentaire ne date pas d‟aujourd‟hui dans cette zone, mais certains facteurs ont
contribué à la rendre de plus en plus récurrente.
A partir de cette période, l‟administration coloniale, a mis un accent sur l‟accroissement des
cultures vivrières pour prévenir d‟éventuelle famine.

Il a fallu attendre la fin de la première guerre mondiale pour voir l‟administration coloniale
française initier des actions pour contenir le flux de migration des populations vers le Nigeria,
mais aussi de relancer l‟économie locale. On assiste à l‟instauration d‟une économie de traite
marquée par la création d‟infrastructures modernes et l‟installation de maisons de commerce
européennes. Ces mesures se traduisent par la construction de pistes rurales dans la zone de
Maradi en 1921, le marché de Maradi en 1923 et la première ligne de téléphone en 1924. Les
maisons de commerce Gottanègre et Ambrosini ont été les premières à s‟installer
respectivement en 1923 et 1925. Elles ont été suivies entre 1934 et 1937 par la Compagnie du
Niger Français (CNF), la Société Commerciale de l‟Afrique de l‟Ouest (SCOA) et la
Compagnie Française de l‟Afrique de l‟Ouest (CFAO). L‟installation de ces maisons a
entraîné un rapide essor de la production de l‟arachide en particulier au lendemain de la
seconde guerre mondiale où de nouvelles variétés ont été introduites (Dan Dakar), tandis que
le pouvoir colonial a garanti l‟achat à des prix supérieurs au cours mondial81. Parallèlement,
un arrêté fixait tous les ans, les dates de fermeture et d‟ouverture de la campagne, ainsi que les
points d‟achats. Les maisons de commerce avaient recours à des intermédiaires étrangers
Nigérians, Syriens et Libanais. Il a fallu atteindre 1935, pour voir le premier nigérien devenu
collecteur d‟arachide. A partir de cette période la collecte a vu de plus en plus l‟implication
d‟intermédiaires nationaux principalement recrutés dans les milieux de la chefferie.

En matière de vulgarisation et de financement rural, dès les premières heures, les producteurs
étaient régulièrement approvisionnés en semences sélectionnées à travers les Sociétés
Indigènes de Prévoyance (SIP) et plus tard, les Sociétés Mutuelles de Développement Rural
(SMDR)82. Cette période marque la naissance des premières mutuelles, mais aussi la mise en
œuvre de stratégies par le pouvoir coloniale pour améliorer l‟économie locale. Mais ces
stratégies ont privilégié l‟exploitation minière des ressources naturelles notamment les sols,
tout en accélérant la marginalisation des cultures vivrières. Les conséquences des mesures
mises en œuvre sont la fréquence de famines de plus en plus grandes contribuant d‟avantage à
la vulnérabililsation des populations locales. On voit donc que les famines actuellement en
cours dans certaines régions du Sahel et même du Niger ont des causes qui remontent dans
l‟histoire et sont dues aux bouleversements des économies locales qui ont été réorientées pour
servir les besoins de l‟économie mondiale à travers la production de cultures de rente.

Ainsi, pour répondre à la grande demande de l‟arachide sur le marché mondial, l‟accent est
mis sur l‟intensification de cette culture de rente. Celle-ci se voit allouer les meilleures terres
et tous les efforts de la recherche. La seconde famine de 1931-1932 a montré la fragilité des
mesures mises en œuvre. Les conséquences de cette famine sont la migration massive des
populations vers les zones côtières. L‟administration locale procéda à une reforme des
systèmes agropastoraux pour prévenir des nouvelles famines.

Dans des conditions historiques ayant bouleversé les principes de l‟économie de la zone, les
ressources se sont trouvées redéfinies, les espaces locaux ont reçu des nouvelles
spécialisations.




81
     Seyni Hamidou, 2000
82
     Idem
                                                                                             74
Jusqu‟à la seconde guerre mondiale, la politique de la France partait du principe que
l‟administration coloniale devait fonctionner et investir à partir des moyens prélevés
localement.

Après 1945, avec la mise en place du FIDES (Fonds d‟Investissement et de Développement
Economique et Social), l‟abandon du travail forcé et du régime d‟indigénat, grâce à ces
investissements et une conjoncture favorable de la décennie des années 50, fit une période de
croissance pour les économies locales qui s‟étaient progressivement insérées dans le système
d‟échange mondial.

La colonisation modifia profondément les bases des économies locales, l‟agriculture,
progressivement contrainte de s‟insérer dans les courants d‟échanges mondiaux à travers les
cultures de rente (arachide, coton). Alors que durant la période précoloniale, la région
sahélienne s‟était insérée dans les échanges mondiaux à travers le commerce transsaharien. Ce
qui montre que la voie prise par le pouvoir colonial ne respecta pas les principes des
avantages comparatifs définis par Ricardo dans la spécialisation des différentes régions du
monde.

La paysannerie, comme les systèmes de production et les paysages de cette région porte
l‟empreinte profonde d‟un long passé agricole tourné vers les cultures de rente.
Au Niger central, les régions de Maradi et de Zinder deviennent le second grand foyer
arachidier, après le bassin arachidier sénégalais. C‟est ici, que la profondeur historique
remonte au milieu des années 30. C‟est une période assez suffisante pour avoir également
marqué en profondeur la situation agricole.
La monétarisation des économies sahéliennes imposée longtemps par la pression fiscale et par
le développement de consommations nouvelles a été presque partout le moteur initial de la
diffusion de cultures de rente.

L‟impact des cultures de rente, surtout de l‟arachide se traduit par la dégradation plus
marquée du sol. L‟extension des cultures élimine toute possibilité de jachère de longue durée
et une intégration agriculture-élevage permettant l‟augmentation de la fertilité des sols et par
conséquent des rendements pour faire face à la grande demande de produits vivriers due à la
démographie galopante. Cette situation s‟est traduite par l‟occupation agricole des sols
sableux. Le développement de la culture attelée a amené également une sédentarisation de
l‟élevage et une augmentation des effectifs des animaux, une réduction de la jachère, la baisse
de fertilité, un surpâturage, une dégradation de la végétation et une érosion des sols.

Cette soumission à un nouvel ordre économique a eu des conséquences directes sur
l‟exploitation des ressources naturelles : L‟agriculture locale, qui était jusqu‟à là
essentiellement vivrière s‟est tourné vers le marché mondial grâce au rôle prépondérant
qu‟ont pris l‟arachide et le coton. Ces orientations agro-économiques ne sont pas sans
conséquences sur les systèmes de production, sur la gestion des ressources naturelles,
notamment, les sols et les écosystèmes forestiers, sur les politiques de développement rural :
le développement des cultures de rente a permis la promotion du crédit rural à travers le crédit
de campagne, le développement de la recherche agronomique en vue de l‟amélioration des
techniques culturales. Ces orientations agro économiques des systèmes de production ont
continué jusqu‟aux indépendances.

3.3. Des indépendances à la fin des années 70 : L’aire des plans : 1960-1983

A l‟aube des indépendances, les nouvelles autorités politiques qui ont succédé à
l‟administration coloniale ont continué sur la même voie à travers la promotion de cultures de
rente au détriment des cultures vivrières. Ces cultures de rente et les unités industrielles de
                                                                                                75
transformation doivent servir de moteur à la modernisation de l‟économie nationale. Cet
héritage colonial marqué par une agriculture destinée à l‟exportation est un système extraverti
qui a du mal à tenir compte des contraintes d‟un climat très aléatoire dont les sécheresses font
parties intégrantes.

Toute la théorie de la modernisation est tournée vers le rôle de l‟Etat à travers la planification.
Le Niger a choisi comme système de pilotage et de gestion du développement, la planification
indicative.

Les études prospectives engagées dès 1961 ont abouti à la formulation des perspectives
décennales 1964-1974 traduites par le plan quadriennal 1965-1968 et le projet de plan 1971-
1974. L‟Etat doit jouer un rôle central dans le développement à travers la modernisation qui
doit se faire par un passage de la société traditionnelle à la société moderne. La planification
se traduit au niveau régional, par l‟élaboration de Schémas Directeurs de Développement et
Sous Régional (SDDR et SDDSR) et au niveau national, l‟adoption d‟une Politique Nationale
d‟Aménagement du Territoire marque l‟orientation politique des nouvelles autorités.
La conception et la mise en œuvre des plans sont confiées aux experts internationaux à travers
la coopération technique bilatérale et multilatérale. Les élites politiques acceptent les
injonctions des experts du Nord. Cette planification doit faire du développement rural, le
moteur de la modernisation de l‟Etat à travers le financement rural et la vulgarisation. La
planification doit permettre de réaliser la modernisation de l‟économie nationale.

3.3.1 La phase de modernisation de l’économie

3.3.1.1 Le développement à travers la planification

Tout au long de la première décennie d‟indépendance, la volonté politique de modernisation
de l‟économie s‟est concrétisée par le désir étatique de fonder un secteur public qui puisse
prendre en main les activités économiques modernes. C‟est le début d‟une nouvelle ère
d‟industrialisation du pays. Cette volonté politique s‟est concrétisée à travers la création de
certaines grandes Sociétés telles que : La Société Anonyme pour la Fourniture d‟Electricité
(SAFALEC), dans le domaine des communications, l‟Office des Postes et
Télécommunications (OPT), l‟Office des Radio Diffusion et Télévision du Niger (ORTN),
dans le secteur bancaire, la Banque de Développement de la République du Niger (BDRN),
dans le domaine des transports, la Société Nationale de Transport Nigérien (SNTN) mais
aussi dans le secteur industriel, la Société Nigérienne du Textile (NITEX), les huileries de
Maradi et Zinder : SICONIGER. La modernisation doit se faire à travers la mise en place de
pôles de performance qui assure la croissance globale. Cette croissance permet l‟amélioration
des revenus des ménages à travers la création des nouvelles richesses. La modernisation doit
être assurée par l‟Etat à travers la croissance économique. Avant les années 1970, les Pays du
Tiers Monde ont fondé leur espoir sur la croissance pour se développer. Les pays du Sud doit
rattraper leur retard sur les pays du Nord, à travers à l‟industrialisation. Cette période
correspond comme au Nord comme au Sud à des discours dominant de la modernisation.

Le discours dominant dans le paradigme de la modernisation est toujours un langage
simplificateur. Il interprète le processus de développement de manière simple et linéaire. Il
                                                                                               76
tente d‟abolir la complexité avec le „ Y a qu’à faire ceci ou cela …’pour arriver à ça. La
voie du développement est une voie tracée, il suffit de la suivre pour y arriver. La figure n°4
synthétise le paradigme de la modernisation et permet d‟illustrer ces propos.

Figure n°4 : Schéma du paradigme de la modernisation

       Société traditionnelle                                        Sous-développement
       Faible productivité


Vision du paradigme de la modernisation

                                                  Développement




    Construire une histoire de
    développement, de rattrapage, de la
    répétition de l‟histoire des pays                                 Ordre Mondial
    développés.
       Modernisation




La modernisation, c‟est le fondamentalisme occidental. C‟est à dire, les autres doivent laisser
leurs propres histoires et devenir comme nous « les occidentaux ». Les autres doivent devenir,
ce que nous sommes. La voie pour y parvenir est là, il suffit de la suivre pour arriver. Donc, il
y‟a un modèle de développement universel qui est un passage obligé pour réaliser le
développement. Les Etats nations sont responsables de leur modernisation donc de
développement. Ils doivent rattraper leur retard sur les nations occidentales à travers la théorie
du take off selon Rostow. Ainsi, Rostow, dans la théorie des étapes de la croissance, toute
société passe par cinq phases : tradition, transition, décollage, (take off), maturité et
consommation intensive. Le problème soulevé par le développement se situe au niveau de la
troisième séquence. Le décollage se produit grâce à une forte augmentation du taux
d‟investissement déclenchant une dynamique autoentretenue de la croissance. Pendant une
quinzaine d‟années, l‟idée de « take off » a orienté des recherches. A cette époque, la
recherche consistait à se demander quand tel ou tel autre pays a-t-il fait son « take off » ?

Mais, le développement n‟est pas une simple affaire de rattrapage. Ceci fait bien voir que dans
le cœur du courant modernisateur, il y avait le temps long, l‟histoire, le processus en longue
période*. Se référer à ROSTOW pour saisir la construction historique de la théorie de
modernisation. Au début des années 1960, certains auteurs, au sillage de Rostow tels
BAIROCH et Robert Sir John, reconnaissent que la Révolution industrielle passe par la
révolution agricole. Tout cela se faisait en essayant de lire l‟histoire de l‟Angleterre. La
lecture de l‟histoire, d‟où l‟importance du temps long, de la longue période dans les processus
historiques. D‟où l‟importance aussi de se référer à l‟histoire. Cette volonté de modernisation
de l‟économie se traduit dans le domaine à travers :

La création de trois importantes sociétés en 1962 :


*
lire à ce sujet EISENSTADT
                                                                                             77
      L‟Union Nigérienne de Crédits et de Coopératives (UNCC) dont les missions
       principales portaient sur la coordination de l‟action de la population rurale, le
       développement du crédit mutuel et la coopération. Placée en amont des filières de
       production des cultures de rente, l‟UNCC a favorisé l‟organisation des paysans en
       coopératives qui se sont substituées aux SIP et SMDR83 ;
      La Société Nigérienne de Commercialisation de l‟Arachide (SONARA), la SONARA
       bénéficiait du monopole des ventes de l‟arachide destinée à l‟exportation, rôle dévolu
       auparavant aux maisons européennes ;
      La Société de Commerce et de Production du Niger (COPRO-NIGER), chargée dans
       un premier temps de l‟achat et de la vente de l‟arachide, des produits vivriers et des
       produits de première nécessité.

Ces stratégies mises en place par le nouveau pouvoir visent à améliorer les conditions de vie
des populations locales, à augmenter les revenus des ménages et à relancer les économies
locales à travers le développement rural. Ce qui montre les mesures que de lutte contre la
pauvreté ne datent pas de la fin des années 90.

La naissance de ces sociétés a réduit considérablement l‟influence des maisons européennes
qui se sont retrouvées désormais, confinées dans le simple rôle d‟intermédiaires (organisme
stocker) de la SONARA. C‟est surtout après l‟application, à partir de 1968, de l‟arrêté
n°68/143 du Ministère de l‟Agriculture, de l‟Elevage, du Commerce, et de l‟Industrie
(MAECI) que ces firmes ont perdu définitivement leur rôle. L‟Article 4 de cet arrêté,
prévoyait le transfert de la fonction de stockage exercée par les maisons de commerce
européenne et autres agents libanais, syriens et nigérians aux organismes à caractères publics,
parapublics et coopératifs84.

Ces instruments ont permis à l‟Etat, de prendre le contrôle de la filière arachidière en main de
la production à la collecte jusqu‟à la commercialisation. Ce qui montre une volonté politique
affichée de l‟Etat pour faire de cette culture de rente le moteur du développement rural, mais
aussi de l‟économie nationale. C‟est dans cette optique que fût créée la SONARA, l‟UNCC.
Le contrôle de la commercialisation de l‟arachide visait à décourager les circuits nigérians qui
se sont développés dans la bande sud du pays notamment dans la région de Maradi et aussi à
diminuer l‟influence des maisons de commerce européennes. Cette situation a créé des
tensions entre l‟Etat et les commerçants autochtones de la zone surtout les intermédiaires,
cette catégorie d‟acteurs qui vivent du commerce, par conséquent d‟activité extra agricole.

Grâce à ces actions mises en œuvre, le Niger est devenu le second producteur d‟arachide de
l‟Afrique de l‟Ouest à la fin des années 1960. En 1967, les recettes d‟exportations se
chiffraient à 9,7 milliards de FCFA, dépassant le Budget national arrêté, à 9,3 milliards85.
Toutefois, cette croissance ne fut pas soutenue dans le temps. Ainsi, les conditions
climatiques se sont dégradées dès le début des années 70.

La fin des années 60 est marquée par une crise du modèle mis en place, basé sur le
développement des cultures de rente en reléguant au second rang les cultures vivrières. Les
sécheresses des années 1969 à 1974 ont montré la vulnérabilité et la non-durabilité des
modèles économiques mis en place.



83
   Seyni Hamidou, 2000
84
   Idem
85
   Niger, Ministère du Plan, 1991
                                                                                             78
En 1973-1974, le Niger à l‟instar des autres pays sahéliens fut frappé par une grande
sécheresse, avec comme corollaire une terrible famine meurtrière.
Cette sécheresse a montré la vulnérabilité des systèmes de production incapables de faire face
aux aléas climatiques, mais aussi la non-durabilité d‟une économie tournée vers l‟extérieur.
Le cheptel qui constituait la base de l‟économie (première ressource d‟exportation et
l‟élément fondamental de l‟intégration agriculture élevage qui assure la fertilité des systèmes
de production) est décimé et réduit au tiers des effectifs des années 1970. Les conséquences
de ces choix politiques sont la faillite du modèle mis en place, la déstabilisation des systèmes
de production, l‟augmentation de la vulnérabilité des ménages et de l‟insécurité alimentaire.

A la sortie de cette période dramatique, la paysannerie délaissa les cultures de rente au profit
des cultures vivrières (mil, sorgho), l‟autosuffisance alimentaire était devenue la priorité des
priorités. Désormais la reproduction de la classe dirigeante et de la bureaucratie ne peut plus
se faire directement par le prélèvement d‟une rente sur la production agricole.
A la sortie des grandes sécheresses des années 70, le Niger fut confronté à l‟effondrement de
son économie basée sur les cultures de rente : Arachide, coton, le cheptel est presque décimé.
Cette période marqua un tournant décisif dans l‟histoire économique du pays.

Le coup d‟Etat de 1974, vient pour accélérer des changements en cours. Il marque
l‟émergence des militaires sur la scène politique. Les militaires ont poursuivi la politique de
planification. Ainsi, les deuxièmes perspectives décennales 1974-1984 étaient en cours
d‟élaboration à l‟avènement du coup d‟Etat d‟avril 1974. L‟expérience de planification s‟est
poursuivie en s‟améliorant à travers le programme triennal 1976-1978 et le plan quinquennal
1979-1983 interrompu en 1981 à cause de la crise économique. Cette planification a connu
deux phases essentielles : La période 1960-1983 marquée par des plans et la période
d‟ajustement structurel entamée à partir de 1984.


Sur le plan des échanges commerciaux, des orientations conjoncturelles ont été observées.
L‟évolution du commerce des produits agricoles permet de distinguer deux grandes périodes :
avant 1970 où le marché est dominé par l‟arachide et depuis 1973 avec la dégradation des
conditions climatiques, la croissance démographique, l‟urbanisation et la demande nigériane
ont placé successivement, les céréales, le niébé et le souchet au premier rang du commerce
des produits agricoles86.
Au début des années 70, les systèmes de production orientés vers les cultures de rente
(arachide, coton) étaient rentrés en crise à cause des aléas climatiques, le modèle économique
mis en oeuvre et la pression démographique. Le développement des cultures de rente
(arachide et coton) ne pouvait se faire qu‟à travers un financement du monde.

Un perçu historique du peuplement permet de saisir les enjeux de la gestion des ressources et
la pertinence des politiques de développement mis en œuvre.



86
     Seyni Hamadou, 2000
                                                                                                         79
3.4 Le facteur démographique en temps facteur de paupérisation des ménages :
Aperçu historique

En dehors du premier recensement 1905, aucune estimation fiable de la population nigérienne
n‟est disponible avant l‟indépendance du pays en 1960. Les enquêtes par sondage réalisées à
cette date ont permis d‟estimer la population à 2 876 000 habitants. Pendant les 60 années qui
séparent les deux recensements, la population a été multipliée par deux et demi, voir tableau
n°5.

                                                                                               e
Tableau n°5 : Evolution de la population nigérienne du début du XX                                 siècle à
aujourd’hui


Période                1905              1960               1977               1988         2001
Type                   Recensement Enquêtes par RGPH, 1977                     RGPH, 1988   RP/G/H, 2001
d‟estimation           administratif sondage
Nombre                 1 075 000         2 876 000          5 102 990          7 251 626    11 060 291
d‟habitants
Sources : Guengant et Banoin, 2003 ; PNUD, 1997.


On remarque que la croissance démographique s‟est accélérée à partir de l‟indépendance. Le
temps de dédoublement de la population a été considérablement réduit. Alors qu‟il a fallu
attendre plus d‟un demi-siècle, 1905 à 1960, pour constater un doublement de la population
pendant la période coloniale. Les quatre décennies qui ont suivi l‟indépendance ont été
marquées par un triplement du nombre d‟habitants. Cette croissance de la population a
conduit à une pression démographique de plus en plus forte sur des ressources naturelles
disponibles souvent limitées87.


3.4.1 Les caractéristiques démographiques actuelles

Le taux d‟accroissement de la population nigérienne entre 1977 et 1998 est de 3,38 %. Entre
les recensements de 1988 et 2001, la population du Niger s‟est accrue en moyenne de 3,30 %
par an.
La population est très inégalement repartie. Ce sont les régions du Sud qui sont les plus
peuplées. La population se concentre à plus de 75% dans la frange méridionale du pays qui
représente seulement 15% de la superficie du territoire. La région de Maradi au sud du pays
compte 20,2 % de la population totale (soit 1 habitant sur 5). Ce qui explique la saturation
foncière dans cette région. Cette année par exemple, la famine a fait plus de victimes dans la
région de Maradi que les autres régions du Niger. Ensuite, viennent les régions de Zinder, de
Tahoua, et de Tillabéri avec respectivement 18,8 %, 17,9 % et 17,1 % de la population totale.
Les régions d‟Agadez et Diffa, situées respectivement dans les parties septentrionale et
orientale du pays sont très peu peuplées (voir tableau n°6 ).

87
     Nourrir, éduquer et soigner tous les Nigériens : la démographie en perspective
                                                                                             80

Tableau n°6 : Répartition de la population du Niger par département et densités de
population en 2001

Régions                      Population                 Superficie            Densité hb/km2
                    Effectif       %            Valeur km2     %
Agadez              321 639        2,9          666 799        52,7           0,5
Diffa               346 595        3,1          156 906        12,4           2,2
Dosso               1 505 864      13,6         33 844         2,7            44,5
Maradi              2 235 748      20,2         41 796         3,3            53,5
Tahoua              1 972 729      17,9         113 371        8,9            17,4
Tillabéri           1 889 515      17,1         97 251         7,7            19,4
Zinder              2 080 250      18,8         155 778        12,3           13,5
Communauté          707 951        6,4          255            0,0            2776,6
Urbaine de Niamey
Total Niger         11 060 291     100          1 267 000        100,0        8,7

Source : RG/P/H, 2001

La poursuite de cette croissance implique un dédoublement de la population en 23 ans. Ainsi,
depuis l‟indépendance, la population a été multipliée par quatre tandis que les superficies
cultivables sous pluies diminuaient de plus de moitié du fait de la désertification. Le ratio
population/superficies cultivables est donc six fois plus élevé aujourd‟hui qu‟au moment de
l‟indépendance. Compte tenu de ce contexte, la poursuite des tendances démographiques
actuelles constitue une grave menace pour la réussite de la SRP, ainsi que pour l‟atteinte des
Objectifs du Développement du Millénaire88.

D‟après les Nations unies, le Niger a la fécondité la plus élevée du Monde (estimée à 8
enfants par femme). Même si la fécondité commençait à baisser dans les prochaines années :
Théorie de la transition démographique, la population nigérienne connaîtra un accroissement
sans précédent. Selon, les Malthusiens, la croissance démographique se maintient à cause de
la société traditionnelle.

Ces données démographiques montrent que les enjeux du développement sont énormes
surtout pour un pays dont la population rurale représente de 80 %

3.5 Accompagnement du monde rural

3.5.1 Le financement du monde rural

L‟activité de crédit est née de la nécessité d‟avancer aux producteurs les sommes nécessaires
à l‟achat des intrants agricoles. Cette pratique s‟est développée largement avec la croissance
de l‟économie arachidière (achat de semences, engrais et produits phytosanitaires). Peu à peu,
s‟est donc créé un lien mécanique entre la distribution des intrants et le crédit de campagne
l‟accompagnant. On a assisté dans les années qui ont suivi l‟indépendance, à la naissance d‟un
réseau de coopératives ayant pour mission l‟approvisionnement des paysans en intrants et en
matériels agricoles, la distribution des crédits et la commercialisation des produits agricoles.
Ces stratégies s‟inscrivent dans l‟amélioration des revenus des ménages ruraux. Les actions
de lutte contre la pauvreté ne datent pas d‟aujourd‟hui.




88
     Idem
                                                                                              81
Le crédit rural au Niger a connu une impulsion à la fin des années 60, et devrait appuyer
prioritairement une agriculture de rente en quête de modernisation. Ce crédit s‟adressait
exclusivement aux exploitants et surtout aux coopérateurs sous forme de crédit de campagne
et de commercialisation.

Cette politique s‟est organisée autour d‟un système pyramidal, car les coopératives se sont
organisées autour des structures identiques à celles politiques, à savoir :
        Les groupements mutualistes villageois au niveau des villages ;
        Les coopératives inter-villageoises et unions locales de coopératives au niveau des
           cantons ;
        L‟Union sous régionale des coopératives au niveau département ;
        L‟Union régionale des coopératives et ;
        L‟Union Nationale des coopératives.
L‟ensemble de la procédure étant géré par l‟UNCC89 qui avait créé en son sein une branche de
crédit agricole. Cette branche est devenue une institution financière autonome en 1967,
constituant ainsi la CNCA90. L‟échec de cette entreprise est dû à la nature des organisations
ciblées qui jouaient un double rôle au plan économique et politique. La position sociale de
certains membres les incite parfois au non-remboursement. Ce qui influe sur les autres
membres des coopératives à adopter le même comportement. La promotion des cultures de
rente, arachide et coton, a nécessité d‟importants efforts de recherche. L‟adoption des résultats
de la recherche doit se faire à travers la vulgarisation.


3.5.2. La vulgarisation

La vulgarisation agricole a commencé au Niger dès l‟époque coloniale. C‟était alors, une
diffusion directe des thèmes techniques visant la promotion des cultures de rente dont
l‟arachide et le coton principalement. Pendant la même période, les crédits furent orientés
pour soutenir les cultures d‟exportation, les cultures vivrières traditionnelles (mil, sorgho)
furent reléguées dans des zones de faible rendement, comme la tache grise ainsi dénommée :
La zone aride sahélienne.
Les systèmes traditionnels de cultures vivrières permettaient, par leur diversification, une
bonne adaptation aux conditions locales et le renouvellement des conditions du milieu,
régénération du sol.
A l‟indépendance, le service de l‟agriculture étant embryonnaire et les agents de terrain, alors
peu nombreux et résidant dans les zones pratiquant les cultures de rente, diffusaient certains
thèmes à travers les champs de démonstration isolés et conduits par eux-mêmes.


En matière de vulgarisation, à partir des années 1965 est mis en œuvre, le concept de « zones
d‟action intégrée ». On a associé l‟animation comme service devant préparer les paysans à la



89
     Union Nigérienne de Crédit et de Coopérative
90
     Caisse Nationale de Crédit Agricole
                                                                                               82
réception des messages et entrepris la mise en place des coopératives de commercialisation
et la formation des paysans avec des « Regroupements des Villages Animés (RVA) ».

L‟Avant Projet de Développement Rural basé sur une stratégie de concertation devrait cibler
les besoins des différentes couches de la population en prônant une approche de plus en plus
proche du paysan et de ses aspirations. Cette loi est adoptée en 1972.
Cette approche a été améliorée et élargie avec la création d‟un réseau d‟auto encadrement
dans le cadre du projet Zinder à partir de 1972-73.

Mais aussi des nouvelles attitudes sont apparues au niveau de la paysannerie qui se
traduisaient par des profondes remises en cause de la vulgarisation agricole telle qu‟elle a été
conçue et organisée depuis plusieurs décennies. D‟où la remise en cause de l‟efficacité et
l‟efficience des services de vulgarisation classique.

Malgré le rôle majeur que devait jouer la recherche et les conseilleurs agricoles, force est de
constater que la conception verticale et descendante de la vulgarisation a montré ses limites
pour contribuer à relever les défis de l‟accroissement de la productivité et de la lutte contre la
pauvreté rurale91.

La fin des années 1970 marque un tournant décisif dans la recherche en milieu paysan et vise
à infléchir les politiques de développement et de les rendre plus proches des populations.
Elles sont désormais sont désormais associées à l‟exécution des programmes de
développement.
Dans l‟optique de la recherche pour les pauvres des méthodes furent mises au point dans le
but de développer des politiques spécifiques. Si l‟optique générale de défense des pauvres et
de lutte contre la pauvreté est maintenue en première ligne, la volonté de produire des
solutions et de développer des politiques spécifiques a pris une place grandissante92.
Dans beaucoup de pays, des solutions alternatives aux grands appareils centralisés et publics
de vulgarisation sont recherchées.
Ce qui a engendré des changements de rapports entre les acteurs du développement, d‟où la
naissance des nouvelles formes de collaboration entre les paysans et leurs partenaires
(chercheurs, ONGs, services publics, …).

Les autorités nigériennes qui ont fait du développement des cultures de rente le moteur de la
modernisation nationale, se sont rendues compte, que le modèle mis en place n‟est pas
durable. Les sécheresses du début des années 70 ont montré la vulnérabilité des systèmes de
productions. L‟impact des sécheresses est catastrophique sur l‟économie nigérienne. Les
couches rurales ont ressenti fortement les contres coups des grandes sécheresses qui
deviennent de plus en plus cycliques. On assiste à une augmentation massive de la pauvreté
surtout au niveau des couches populaires rurales. Beaucoup de nomades ont perdu la quasi-
totalité de leur cheptel. Ce qui se traduit par leur sédentarisation, à travers leur mutation en
agriculteurs. Ce contribué à la l‟augmentation de la pression sur les ressources naturelles.



91
     Grain de sel, juin 2004
92
     De Leener, 2003
                                                                                              83
3.6 L’impact des sécheresses des années 1973-1974, 1984-1985 sur l’économie

3.6.1 Effondrement de l’économie de style colonial

L'économie, de style colonial, fut précipitée dans un état de récession.
Le maigre revenu, que les paysans tiraient de produits d'exportation (l‟arachide, coton), fut
réduit du fait de la chute des prix des matières premières, mais il n'y eut aucun recours, car le
système pour subvenir aux besoins vitaux de l'agriculture de subsistance traditionnelle a été
démantelé. De plus l'économie de récolte destinée à la vente, combinée à la démographie, a
causé de sérieux dégâts environnementaux, déboisement et déforestation massifs ayant eu
pour conséquences la désertification et la perte de fertilité des sols. Le revenu en espèces tiré
des cultures d'exportation fut insuffisant pour acheter suffisamment de nourriture. Les famines
des années 1980 et 1990 furent sans doute plus sévères et plus dévastatrices que celles des
années 1970. Ces famines ont contribué à détruire l'agriculture et à déstabiliser la paysannerie.
Dans ces circonstances, L'agriculture vivrière est devenue beaucoup plus vulnérable aux
caprices de la sécheresse et à la dégradation de l'environnement. On a assisté à nouveau à une
augmentation de la pauvreté des couches paysannes qui ont déjà subi plusieurs chocs
antérieurs. Ces contre performances de l‟agriculture ont contribué à appauvrir d‟avantage les
populations rurales.

Déjà désorganisées par la période coloniale, les paysanneries sahéliennes vont devoir
continuer à faire face après 1974, à une demande importance de céréales pour approvisionner
les centres urbains, dont la croissance démographique est très rapide, sans que les moyens
leurs soient données pour améliorer leur productivité. L‟Etat central n‟a jamais fait de la
paysannerie l‟acteur du développement durant plusieurs décennies, même si l‟on sait qu‟elle
constitue la couche majeure de la population et qu‟elle contribue pour une part importante à la
formation du PIB. Ainsi Jean Marc ELA93 disait en substance : Qu‟en dépit d‟une idéologie
« paysanne » ou « ruraliste » les producteurs agricoles n‟avaient jamais été au cœur des
préoccupations politiques et économiques des élites au pouvoir. Compte tenu de l‟emprise de
l‟Etat au village, tout se passait comme si les pratiques de développement ne visaient que la
reproduction d‟une classe sociale grâce à une véritable expropriation des masses rurales.

De plus cette paysannerie demeure très vulnérable aux aléas climatiques qui menacent son
équilibre alimentaire de manière permanente comme le montre l‟année 1984-1985.

Cette période a montré l‟échec des politiques de modernisation à travers la planification et la
promotion des cultures de rente au détriment des cultures vivrières.

Les grandes sécheresses ont eu pour impacts l‟abandon des cultures de rente et la promotion
des cultures vivrières. L‟autosuffisance alimentaire est redevenue l‟objectif à atteindre à tout
prix.




93
     Jean Marc ELA, 1994
                                                                                                          84
Pendant la sécheresse de 1984, les autorités nigériennes ont mis un accent sur le
développement des cultures de contre saison94 et la maîtrise des eaux de surface à travers le
développement de la micro irrigation. Dans la même période des grandes surfaces de forêts
classées ont été défrichées pour installer des champs de mil. Cette orientation politique visait
la recherche de l‟autosuffisance alimentaire à travers l‟intensification de l‟agriculture. C‟est
ainsi que des grands domaines agraires équipés de moyens modernes (tracteurs, engrais)
doivent permettre de réduire la dépendance du pays vis-à-vis des importations en provenance
de l‟extérieur. Toutefois, cette politique n‟a pas abouti aux résultats escomptés. Et les
conséquences de cette politique sont désastreuses sur le plan écologique. On a assisté à la
disparition de plusieurs milliers d‟hectares de forêts classées, accélérant du coup le
déboisement, l‟érosion, la perte de la fertilité des sols et la désertification.

Si la sécheresse sonna le glas d‟une source de revenu pour les pays sahéliens, elle marqua
aussi l‟apparition d‟une manne financière via l‟aide extérieure sous forme de projets de
développement.

3.7 L’ère des projets de développement

Après, les grandes sécheresses des années 1970, des vastes projets de développement rural ont
été financés par les bailleurs de fonds, dont les objectifs furent de développer l‟agriculture
vivrière et l‟élevage, afin de préserver la paysannerie des effets de la sécheresse d‟une part et
d‟autre part de lutter contre la désertification et la pauvreté. L‟objectif est d‟atteindre
l‟autosuffisance alimentaire. C‟est le cas des grands projets d‟aménagement hydro agricoles
en vue de la maîtrise des eaux de surface et aussi de réduire la dépendance des populations vis
à vis des cultures pluviales. Avec la mise en place des projets de productivité et la création
des Centres de Promotion Technique (CPT)95 et des Centres de Promotion Rurale (CPR), le
niveau technique de l‟auto-encadrement a été progressivement relevé et il est devenu plus
fonctionnel. Dans les zones hors projet, considérées comme des régions d‟extension
potentielle, de nouvelles actions menées par les démonstrateurs continuaient à être supervisés
par les agents d‟encadrement sur une partie du champ paysan qui effectuait lui-même toutes
les opérations culturales.

L‟engagement de Maradi de 1984, marqua une volonté politique manifeste en matière de lutte
contre la désertification, des vastes programmes de plantation ont été mis en œuvre sans tenir
compte de la viabilité économique et de la durabilité écologique de ces actions. L‟ère des
projets a eu ainsi ses cortèges de désillusions.

Au début des années 70, le modèle économique hérité de l‟administration coloniale basé sur
la promotion des cultures de rente s‟avère incapable de résister aux chocs : sécheresse, chute
des cours des matières premières, mais aussi de répondre à une demande de plus en forte due
à la croissance démographique galopante. Ainsi, le début des années 70 a vu la mise en valeur
d‟importants gisements d‟uranium dans le Nord du pays. Les ressources générées par
l‟uranium sont venues donner un souple nouveau à l‟économie nigérienne.

94
   Il s‟agit surtout du développement des cultures maraîchères : légumes et tubercules qui doivent être
complémentaire aux céréales.
95
   Centres de Promotion Technique
                                                                                            85

3.8 L’impact de l’uranium sur l’économie

3.8.1 Le boom de l’uranium de 1975 à 1980 : prospérité économique

Le choc pétrolier de 1973 a entraîné une flambée des cours du pétrole, les pays développés se
sont lancés dans la recherche d‟énergie alternative au pétrole, c‟est l‟ère de l‟énergie
nucléaire. Cette période correspond aussi à la guerre froide, donc à la course à l‟armement.
Cette conjoncture mondiale favorable a dopé les cours de l‟uranium. Ce qui a permis au
Niger, de mettre en valeur ses immenses gisements d‟uranium. Ce renchérissement des cours
de l‟uranium s‟est maintenu jusqu‟au début des années 80. Le Niger figure au 3 eme rang
mondial, après le Canada et l‟Australie, pour la production d‟uranium. L‟exploitation du
minerai est assurée par deux sociétés d‟économie mixte : La COMINAK (Compagnie Minière
d‟Akouta, détenue à 31 % par le Niger, 34 % par la société française AREVA-Cogema et à 35
% par des partenaires japonais et espagnols) ; La SOMAÏR (Société Minière de l‟Aïr détenue
à 37 % par le Niger et 67 % par AREVA-Cogema). La quasi-totalité de la production est
exportée vers la France à (64 %) et le Japon (29 %). Cette situation favorable a continué
jusqu‟au début des années 80.

De 1975 à 1980, l‟économie nigérienne reposait essentiellement sur les activités minières
longtemps dominées par l‟uranium qui représente encore 30 % de l‟économie formelle. Les
ressources générées par l‟uranium ont profondément modifié l‟économie nigérienne qui
jusque là était essentiellement basée sur le secteur agro-sylvo-pastorale notamment l‟arachide.
Entre 1975 et 1982, les exportations ont augmenté en moyenne de 28 % par an, faisant passer
les recettes de l‟Etat de 11 milliards de F CFA au début des années 70 à plus de 100 milliards
de F CFA au début des années 80. L‟uranium avait constitué la base du développement du
pays dans les années 70-80. Pendant la même période, les recettes fiscales et le PIB ont subi
une augmentation de 20 % par an. L‟augmentation des ressources de l‟Etat a conduit à
l‟abandon de l‟impôt forfaitaire sur le revenu et de la taxe sur le bétail.

Sur le plan agricole, la période 1975-1981 a été marquée par des conditions pluviométriques
favorables avec des productions céréalières importantes. Malgré les recettes importantes
générées par l‟uranium au début des années 70, le Niger s‟est lancé dans un processus
d‟endettement pour moderniser son économie. Cet élan a été interrompu par la conjoncture
économique du début des années 80. A partir de cette période l‟économie nigérienne rentre
dans une profonde récession. Cette période a été marquée par une relative prospérité
économique qui se traduisit par une amélioration des revenus des populations. De 1975 à
1980, le PNB a augmenté en moyenne de plus de 20 % par an. Mais cette période était de
courte durée pour améliorer de manière substantielle les revenus des populations. Durant
même la période on a assisté au syndrome hollandais «le secteur agropastoral qui contribuait
largement à la formation du PIB a totalement été délaissé. On a assisté à une mise à mort des
filières arachidière et cotonnière qui étaient jadis le moteur de l‟économie nationale. Ces
cultures devaient contribuer à côté de l‟uranium à l‟amélioration des revenus des ménages.
Cette occasion ratée laissa les populations qui vont faire face à l‟amenuisement de leurs
revenus à partir de 1982, période à partir de laquelle l‟économie nigérienne rentre dans une
crise profonde. C‟est le début de la récession économique.
                                                                                                     86
3.8.2 La phase de l’endettement du pays et la récession économique à partir
des années 80

La période de croissance des recettes de l‟Etat a été marquée par une augmentation des
investissements publics à travers la réalisation des infrastructures (routes, écoles, centres de
santé, une augmentation des effectifs de la fonction publique, bâtiments publics). Ces
investissements ont aussi nécessité un endettement massif au près des partenaires financiers
bilatéraux et multilatéraux.

La balance de payements courants se dégrade dès 1976 et enregistre même un déficit record
en 1978, malgré une forte amélioration des termes de l‟échange due au quadruplement du prix
de l‟uranium entre 1974 et 1979.

Depuis 1980, le Niger subit les conséquences de la baisse de la demande mondiale d‟uranium
dont le prix a enregistré une baisse de 20 %. Depuis la production décroît continuellement :
Elle est tombée de 4129 tonnes en 1980 à 2950 tonnes en 1987, soit une baisse de 28,5 % en
sept ans. C‟est la théorie de la dépendance. Selon cette théorie, l‟économie mondiale est ici
constituée de deux pôles, le centre capitaliste représentant les nations occidentales
industrialisées, la périphérie regroupant les pays du Tiers Monde. La dépendance de ces
derniers vient de la dégradation des termes de l‟échange, de la place occupée par les
multinationales, des transferts de technologie, de l‟aide et de l‟alliance objective des classes
dirigeantes des pays dépendants avec les intérêts des capitalistes (Amin, Prebish, Singer,
Frank).

L‟année 1982, « année cruciale » selon l‟expression de J. Mathonnat96 est marquée par « deux
ruptures » liées à l‟endettement extérieur du Niger :

        Pour la première fois, les recettes d‟exportation baissent en valeur, en raison de la
         situation sur le marché mondial de l‟uranium ;
        Les transferts nets au service de la dette publique s‟effondrent sous le poids du
         service de la dette, au point de devenir presque nuls. Ce qui signifie que les nouveaux
         engagements couvrent à peine les remboursements. Cette année-là, le Niger s‟est
         presque endetté pour payer ses dettes.

Ces deux évènements ont eu pour conséquence de faire passer le ratio du service de la dette
aux exportations de 12 % en 1981 à 26 % en 1982, les transferts nets et les dons ne
représentent plus alors que 7 % du PNB contre 17 % en 1981. Entre 1980 et 1982, le déficit
perdure et s‟amplifie pour atteindre 12 % du PIB en 1982.

Les conséquences de ces opérations financières pour l‟Etat sont catastrophiques. Entre 1980
et 1982, le volume du service de la dette dans les opérations financières est multiplié par trois
(passant de 2,8 à 9 milliards de F CFA) de sorte qu‟en 1982, le service de la dette absorbait 15
% des recettes contre 4 % en 1980.

Mais les conséquences de cette détérioration (exogène et vraisemblablement durable) du
marché de l‟uranium sur l‟économie du Niger ont été amplifiées par les résultats médiocres de

96
     J. Mathonnat, endettement extérieur et ajustement au Niger » in rapport Guillaumont, op. cit.
                                                                                               87
la campagne agricole de 1982 puis catastrophiques en 1984. Cette agriculture est marquée
par une incapacité structurelle à résister au moindre déficit pluviométrique. Dès lors, s‟il est
clair que la récession était imputable à deux chocs, qui n‟étaient pas de nature identiques : La
crise de l‟uranium est exogène, tandis que les mauvaises performances de l‟agriculture sont
structurelles. C‟est bien, cette différence que Diagne97 évoquait, lorsqu‟il écrivit que « le
retournement de la conjoncture au niveau de l‟activité des mines aggravé par l‟apparition de
la sécheresse a cassé la dynamique de la croissance (nigérienne) à partir de 1981 ». Il faut,
pour être complet, citer parmi les facteurs aggravant de la crise de l‟uranium, les
conséquences de la fermeture par le Nigeria de ses frontières terrestres de 1983 à 1985 98 et
l‟expulsion de plusieurs milliers d‟immigrés nigériens, privant plusieurs familles de la rente
financière de l‟exode qui a une contribution significative à la formation du revenu. Il est
important de signaler au passage l‟emprise de l‟économie nigériane et sa prépondérance sur
l‟économe nigérienne. En effet, le Nigeria est le premier fournisseur et le deuxième client du
Niger. L‟économie trans-frontalière (la frontière entre les 2 pays est longue de 950 km) assure
la survie de plusieurs milliers de ménages, populations qui sont surtout en marge des
économies formelles et qui ont du mal à accepter les tracasseries administratives des
frontières que d‟autres qualifient d‟artificielles. Face à ces contraintes, les acteurs populaires
développent des stratégies à savoir, la contrebande, le commerce de carburant, l‟échange de
monnaies de part et d‟autre de la frontière.

La détérioration des cours de l‟uranium et la crise de la dette ont provoqué une accumulation
d‟arriérées de payements extérieurs qui constituaient une des raisons pour les institutions
financières internationales d‟imposer les politiques d‟ajustement structurel.

1.9 Les politiques d’ajustement structurel : l’échec des modèles de développement et la
reconnaissance d’autres catégories d’acteurs

3.9.1 Les politiques d’ajustement structurel

Au début des années 80, l‟économie nigérienne à l‟instar de celle de la plupart des pays en
développement rentre en crise. C‟est la conjoncture internationale au début des années 80 qui
se traduit au Nord, par des changements dans les coalitions au pouvoir (cohabitation). Cela a
eu des répercussions face aux enjeux de la géopolitique internationale. Cette période a révélé
l‟échec de tentatives de modernisation des économies marquées par une forte intervention de
l‟Etat. C‟est l‟affaiblissement des Etats du Sud. Ces derniers deviennent incapables de
formuler des politiques nationales de développement. On assista de plus en plus à une perte
d‟autonomie des Etats-Nations, qui devraient se réajuster en fonction des nouvelles règles du
marché. L‟ajustement privilégiait les règles du marché dans la régulation de l‟économie,
réduisant au maximum l‟intervention de l‟Etat et le rôle des entreprises publiques. Il faut
concevoir l‟économie nationale selon les normes compétitives. Laquelle économie nationale
doit s‟insérer dans l‟économie mondiale à travers des entreprises compétitives. L‟Etat est
perçu comme la cause du sous-développement. C‟est l‟affirmation du rôle du marché par
rapport au rôle de l‟Etat. C‟est le passage à la néo-modernisation. On assiste aussi à un



97
     Diagne, I. ; 1988
98
     Kiavi Liman Tinguiri, 1988
                                                                                                 88
processus de globalisation dont le moteur devrait être la croissance globalisée. Les marchés
nationaux doivent laisser la place aux marchés globaux.

Cette période marque l‟échec des modèles de développement. L‟échec de ces modèles peut
être expliquer par le fait qu‟ils n‟ont pas fait l‟objet de réappropriation des pratiques des
cultures africaines. Les Etats nations du Sud à travers les élites nationales étaient tenues
responsables du sous-développement. L‟Etat est considéré comme une des causes de la
stagnation économique et sociale d‟une bonne partie de l‟Afrique99. Selon Jean Marc ELA, il
faut réintroduire dans le champ de l‟étude du « sous-développement » la « corruption » elle-
même dans la mesure où elle est un élément intrinsèque de la reproduction sociale de la classe
dominante. Après 1980, le paradigme de la modernisation a été remis en cause. On y a
introduit les « principes de marché et d’ajustement ». Désormais, le rôle de l‟Etat-nation,
c‟est de s‟ajuster face à la norme internationale qui existait déjà et non plus de construire
comme on préconisait dans le paradigme de la modernisation. Il est seulement question de se
conformer à la nouvelle règle.
Les reformes d‟ajustement structurel visaient à restaurer les grands équilibres
macroéconomiques internes et externes :
     Rétablir l‟équilibre entre l‟offre et la demande ;
     Rétablir l‟équilibre entre l‟épargne (S) et l‟investissement (I) ;
     Diminuer la demande publique, les dépenses gouvernementales (Go) ;
     Diminuer les importations (M) et augmenter les exportations (X).
Pour arriver à ces équilibres, les instruments suivants furent mis en oeuvre :
         La promotion du marché,
         La diminution du rôle de l‟Etat,
Dans le cadre des politiques d‟ajustement, les Etats africains devaient se désengager des
systèmes de crédit très coûteux du fait des mauvais taux de remboursement et de la
bonification des taux d‟intérêt. Cela se traduisait par une remise en cause des stratégies
antérieures en matière de développement rural (crédit rural, vulgarisation, …).

Suite à la crise de la dette, les flux financiers extérieurs se tarissent en entraînant de nouvelles
orientations visant à réduire les déséquilibres financiers internes. La libéralisation financière
était censée réduire le rôle de l‟Etat pour supprimer les distorsions liées à l‟économie
administrée et grâce au relèvement des taux d‟intérêt, inciterait la collecte d‟épargne nationale
à travers les banques commerciales et relancerait le crédit-investissement sans recourir à
l‟aide, donc à l‟endettement extérieur. Ces mesures visaient la mobilisation des ressources
internes pour financer l‟économie.

Ces mesures se sont traduites par la privatisation des entreprises publiques et la maîtrise des
dépenses publiques en vue de la réduction des déficits budgétaires.
Cette période a marqué le rôle prépondérant pris par les acteurs globaux : Les nouvelles
catégories d‟acteurs face aux Etats-nations. Le marché international était donc le résultat des
stratégies des acteurs globaux. On passa du discours d‟« ajustement » vers le discours de
l‟« adaptation aux normes » du marché international. Cette période sera aussi le passage au
paradigme dogmatique.


99
     Jean Marc ELA, 1994
                                                                                              89
Il ne suffisait plus pour les Etats nations de s‟ouvrir aux investissements extérieurs mais de
concevoir l‟économie nationale par rapport aux normes internationales du marché. Pour cela,
il leur faut :
      Une croissance économique avec la compétitivité (théorie des avantages comparatifs) ;
      Avoir des « pôles » de performance économique.
Le paradigme dogmatique se fonde sur les aspects suivants :
          L‟international impose ses normes sur le national ;
          Le secteur privé impose ses règles au secteur public ;
          La modernisation dépend de la compétitivité.

Dans un contexte international qui prône moins d‟Etat et plus de marché, sous la pression des
institutions de Brettows Woods, le Niger s‟est engagé à partir de 1982, dans une politique
d‟ajustement structurel. La détérioration des termes de l‟échange, le retournement du marché
mondial de l‟Uranium et le poids de la dette ont créé un déséquilibre structurel et conduit les
gouvernements successifs à mettre en œuvre des programmes d‟ajustement structurel avec
l‟appui du FMI et de la Banque Mondiale et d‟autres partenaires au développement. Ainsi, le
Projet de développement rural de Maradi financé par le FIDA a démarré en 1981. Ce
programme a intégré dans son approche la recherche-développement.

La mise en œuvre des politiques d‟ajustement marque le changement d‟orientation de la
politique de l‟Etat qui a opté désormais pour l‟économie de marché. A partir de 1982-1983,
cette politique s‟est concrétisée par la liquidation et la privatisation de plusieurs entreprises
publiques, mais par la libéralisation de l‟économie. Ainsi, les différents programmes
d‟ajustement ont fait l‟objet des accords suivants :

         L‟Accord de confirmation annuel de 1983 ;
         Le Programme d‟Ajustement du Secteur des Entreprises Publiques (PASEP)
          1984-1986;
         Le Programme d‟Ajustement Structurel 1986-1988 ;
         Le 2e Programme d‟Ajustement Structurel 1988-1991, interrompu en juin 1990.

Cette période marque la liquidation de la principale banque de développement (BDRN) et des
structures de financement de l‟agriculture et des petites et moyennes entreprises (CNCA),
laissant le milieu rural à lui-même sans structure formelle de financement. Désormais les
couches rurales et urbaines sont contraintes de trouver une source de financement de leurs
activités.
D‟ailleurs, l'UNCC n'a jamais pu jouer ses missions qui lui avaient été assignées, entre autres,
mettre les paysans à l'abri des spéculateurs dont les taux d'intérêts pouvaient varier entre 100
et 150 % au moment de la soudure.

Au début des années 90, les grands paradigmes de développement étaient impuissants à
réellement définir les enjeux du développement. Les anciens modèles étaient impuissants pour
définir le développement. Cela a débouché sur un échec des années 80. Preston fit remarquer
cette impuissance en l‟illustrant par la théorie de modernisation qui fut une théorie de
transformation du Sud calquée sur le modèle du Nord. Les experts ont joué un rôle très
important au Sud à travers l‟aide au développement. Ce n‟est pas que ces experts furent
incompétents, mais ils partaient avec l‟idée qu‟il exista des lois de développement à appliquer
partout, par conséquent, un modèle de développement universel.

Dans le courant pragmatique, la population n‟est plus vue comme variable démographique,
mais comme « acteur » qui a des « stratégies », des demandes de développement et des
« demandes de consommation ».
                                                                                                90
Les espaces sont aussi des lieux de conflits entre acteurs globaux et acteurs populaires.
C‟est la reconnaissance des nouveaux acteurs, mis en avant par le paradigme dogmatique. Ce
sont des acteurs qui sont considérés comme des pauvres. D‟où le discours, « incorporer les
pauvres dans la logique du marché ». Considérant les pratiques et les demandes de ces
derniers ne correspondent pas à l‟offre de développement d‟où, la reconnaissance de conflit
d‟acteurs. Il y a là la prise en compte d‟un type d‟acteurs : Les acteurs populaires (acteurs
ruraux et urbains). C‟est aussi la reconnaissance de la pluralité des acteurs ; les acteurs
globaux, les acteurs nationaux et les acteurs locaux. Désormais, il est insuffisant de définir le
développement comme la modernisation. Les grands experts ne sont pas les seuls acteurs à
prendre en compte. Ne pas considérer seulement les grands experts mais aussi tout ce
foisonnement des petits experts qui sont apparus sous des appellations « droit de l‟homme »,
« société civile », etc. Ils sont le relais des grands acteurs globaux.

Désormais, on reconnaît, la notion de « territoire » qui sert de charnière entre population et
société, développement. Cette notion permet de donner une visibilité plus grande entre des
conflits des acteurs globaux et les acteurs locaux. Le territoire est l‟enjeu de l‟espace public.
Dans le courant néo-pragmatique, on reconnaît finalement le territoire comme le lieu de
consolidation de la reproduction des conditions de la vie collective et le lieu de la logique de
l‟accumulation : C‟est là l‟enjeu de la démocratie réelle et sociale.

A partir des années 1990, on assiste à une remise en cause de la vision malthusienne et néo-
malthusienne pour parler du problème des femmes. Le concept de libre choix, impowerment,
pour amener les femmes à maîtriser la fécondité. Une réduction de la croissance
démographique se traduit par une amélioration des conditions de vie des femmes. L‟idée
fondamentale, c‟est de promouvoir l‟émancipation de la femme en la libérant des coutumes
traditionnelles.
Selon les néo-malthusiens, la croissance économique est consommée par la croissance
démographique, il n‟y a pas d‟investissement. La croissance démographique est considérée
comme la cause du sous développement. Il faut ajuster la croissance démographique par la
réduction des naissances. C‟est la période où les Etats ont commencé à mettre en place les
politiques de planning familial. Les néo-malthusiens admettent que la croissance
démographique est une menace sur l‟environnement. La réduction de la population, entraîne
une réduction de la pression sur les ressources naturelles et par conséquent la réduction de la
pauvreté. Selon le rapport Braudtland sur le développement durable, il faut avoir des
stratégies pour permettre aux populations d‟avoir des activités pour participer à la croissance
globale.

En tenant compte de ce courant, on arrive à définir le développement durable comme suit
(définition normative) : « le développement durable est le processus durable de construction
et de gestion d‟un territoire à travers lequel la population de ce territoire définit son rapport à
la nature et son mode de vie, perfectionne son organisation économique, consolide les liens
sociaux, améliore son bien-être et construit son identité culturelle qui a sa base matérielle
dans la construction même de ce territoire choisi ».

Un autre facteur : La dévaluation du Franc CFA de 50 % est intervenue pour renforcer le
processus d‟ajustement global au niveau de l‟ensemble des pays de la zone Franc.
L‟ajustement poursuivi après 1994, on a ainsi assisté à la signature de plusieurs accords dont :

         L‟Accord annuel de confirmation en mars 1994, suite à la dévaluation du FCFA
          de 50 % ;
         La Facilité d‟Ajustement Structurel Renforcé (FASR) 1996-1999 ;
         La Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRP/C) et
          l‟éligibilité à l‟Initiative Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE) en décembre 1999.
                                                                                              91
La dévaluation du franc F CFA a eu des conséquences désastreuses sur les revenus. Elle est
venue pour accentuer la paupérisation des couches populaires qui subissaient les effets
pervers des politiques d‟ajustement structurel.

Cette période correspond au Niger à un contexte macro-économique extrêmement précaire et
a été marquée par de graves difficultés sociopolitiques (deux coups d‟Etat, un conflit armé : la
rébellion touareg) qui ont entravé son développement économique et social. Ces crises ont en
outre engendré des insuffisances dans la mise en œuvre des reformes structurelles et des
programmes de développement dont les conséquences sont : Une détérioration des équilibres
macro-économiques, des finances publiques, une dégradation des activités de production, et
des ressources naturelles. La situation financière se caractérise par des déséquilibres
importants : La dette extérieure a atteint 1000 milliards de F CFA, le déficit de la balance des
transactions courantes de 50 milliards et la dette publique intérieure dépasse les 200 milliards.
Un tel environnement a contribué à amplifier la paupérisation des ménages urbains et
ruraux100.

Le Niger a conclu avec le FMI, le 22 décembre 2000, un programme triennal de redressement
FRPC dont la date d‟expiration, initialement prévue au 21décembre 2003, a été prorogée au
30 juin 2004. La dernière et sixième revue du programme de la Banque Mondiale et du FMI a
été approuvée par le conseil d‟administration du 28 avril 2004. Le point d‟achèvement au titre
de l‟initiative PPTE a été atteint le 8 avril 2004. Les performances économiques du Niger ont
été satisfaisantes en 2003. Le taux de croissance du PBI réel a été de 5,3 % en 2003 et 4,1 %
en 2004.

Le taux de croissance de ces dernières années demeure cependant insuffisant pour permettre
une amélioration significative du niveau de vie des populations101.

Le pays a adopté un programme de redressement économique

Malgré près de deux décennies d‟application des programmes de stabilisation, de politique
d‟austérité et de reformes structurelles, l‟ajustement n‟a pas permis de juguler la crise
économique et financière qui est devenue structurelle. L‟ampleur de la pauvreté s‟est même
élargie et aggravée sous les effets combinés de la crise économique et des contraintes
financières de l‟ajustement. En milieu urbain, les politiques d‟ajustement structurelles se sont
soldées par la fermeture de plusieurs entreprises et des pertes d‟emplois. En milieu rural les
conséquences sont le désengagement de l‟Etat dans l‟encadrement, le financement du monde
rural. Les programmes « d‟ajustement structurel » mis en place pour restaurer les équilibres
macro-économiques ont engendré des conséquences sociales désastreuses avec la fragilisation
de la situation des acteurs populaires ruraux et urbains qui ont payé un lourd tribut. Pour
reprendre une expression souvent employée, les femmes ont été pratiquement les seules à
payer les « coûts cachés » de l‟ajustement.

Dans les sociétés patriarcales, les femmes ont subi l‟essentiel de la baisse des investissements
publics dans les secteurs sociaux : La baisse de la scolarisation qui les a affectée en premier
lieu, la baisse de la couverture sanitaire102.Mais, force est de constater malgré la violence des
projets de modernisation, les acteurs du premier et deuxième niveaux de Braudel sont toujours
présents au 21 siècle. Il ne faut pas s‟attendre qu‟ils soient absorbés par le troisième niveau.

Malgré plusieurs années de mise en œuvre des politiques d‟ajustement structurel, les acteurs
populaires ruraux et urbains se sont appauvris d‟avantage.

100
    République du Niger, Stratégie Nationale de la Micro-finance, 2001
101
    Banque de France : Rapport de la zone Franc, 2003
102
    Jeanne Bisilliat, 1997
                                                                                                   92
3.9.2 Echec des politiques d’ajustement structurel et la montée en puissance
de la pauvreté

La modernisation de ces pays, devenue mythique a été reconnue par les grands donateurs (les
acteurs globaux) qui ont « fabriqué » un discours tournant autour de termes comme
« satisfaction des besoins essentiels, satisfaction of essentiels needs », développement à
visage humain après l‟échec des politiques d‟ajustement structurels qui a eu des effets sociaux
désastreux surtout sur les femmes et les enfants avec la disparition des services sociaux de
base, de l‟éducation due au désengagement de l‟Etat. On parlait des pauvres et des couches
les plus défavorisées ou vulnérables (les femmes et les enfants).

Après plus d‟une décennie de mise en oeuvre des politiques d‟ajustement structurel, la fin des
années 80 marque une étape décisive de la prise de conscience du problème de pauvreté dans
les pays en développement. Les Nations Unies, notamment l‟UNICEF et le PNUD103, ont
dénoncé les conséquences sociales des politiques d‟ajustement structurel. La Banque
Mondiale a accompagné le recentrage des politiques de développement sur la question de la
pauvreté :

       C‟est la période de la mise en œuvre du programme DSA (Dimension Sociale de
        l‟Ajustement) en associant avec certains bailleurs de fonds tels que le PNUD, la BAD
        (Banque Ouest Africaine de Développement)… pour atténuer les effets négatifs des
        PAS sur les populations les plus vulnérables (les femmes, les jeunes et les couches les
        plus pauvres) ;
       Puis de manière directe à travers le rapport de la Banque Mondiale sur le
        développement dans le monde, mais une série d‟études et d‟enquêtes sur le profil de la
        pauvreté et du diagnostic sur la pauvreté, dès lors, on reconnaît que la pauvreté n‟est
        pas seulement l‟absence de revenus monétaires.

La reconnaissance de l‟échec des politiques d‟ajustement structurel par les acteurs globaux
n‟est pas fortuite, c‟est l‟aboutissement de plusieurs années de lutte et de résistance des
acteurs populaires urbains et ruraux. L‟idéologie générale a tendance à attribuer la paternité
de ces luttes à la « société civile ». Les acteurs populaires urbains et ruraux ont toujours joué
un rôle majeur dans les dynamiques socio-économiques, ont toujours marqué l‟Afrique.
Comment restaurer la confiance et l‟aptitude de notre société à inventer des dynamiques
internes ? Comment permettre à cette société de promouvoir les nouvelles formes d‟initiatives
et organisations novatrices104?

Les études sur la pauvreté aboutirent à la conclusion que la pauvreté a progressé dans
plusieurs parties du Monde au cours des dernières années en dehors de la Chine où le nombre
de pauvres semble diminuer considérablement avec la croissance économique entamée dans
les années quatre-vingt. L‟accroissement de la pauvreté est particulièrement impressionnant
en Afrique Subsaharienne dans les pays en transition de l‟Europe et d‟Asie centrale. Selon les
statistiques de la banque Mondiale, près de la moitié de la population mondiale vit avec moins
de 2 dollars par jour et un cinquième avec moins d‟1 dollar par jour (seuil de pauvreté
absolue). En Afrique Subsaharien 47 % de la population vit dans la pauvreté absolue, au
Niger ce taux est de 67 %, l‟un des plus forts au monde.

Cette évolution traduit l‟échec des politiques d‟ajustement structurel (PAS), qui a amené à la
remise en cause du « consensus de Washington » qui fondait ses politiques basées sur le
triptyque : Stabilisation macro-économique, libération externe, libéralisation interne. Après

103
    UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l‟enfance ; PNUD : Programme des Nations Unies pour le
Développement.
104
    Jean Marc ELA, 1994
                                                                                               93
vingt ans d‟ajustement structurel sous la houlette des IBW, les succès sont médiocres.
Même le « miracle asiatique » a montré en exemple aux pays en développement a montré ses
limites depuis la crise asiatique en 1997. Outre la remise en cause des stratégies passées,
l‟échec des politiques d‟ajustement structurel a été un fiasco pour les PED mais aussi pour les
IBW : La crise de la dette multilatérale. Cette dernière résulte directement de vingt ans
d‟endettement à moratoire sans croissance économique. Les institutions financières
internationales, et particulièrement la Banque Mondiale se retrouvent en ligne d‟une situation
de surendettement de ces pays pauvres. Le service et le payement de la dette consomment
l‟essentiel des ressources propres de ces Etats. Désormais, les pays en développement payent
plus qu‟ils ne reçoivent dans le cas de l‟aide au développement. Le flux financier est en faveur
de l‟occident. Ce qui montre l‟échec des grands experts qui conçoivent et mettent en œuvre
des politiques de développement dictées de l‟extérieur, qui ne tiennent pas compte des
aspirations des acteurs populaires dans le seul but de répondre aux exigences du marché
global.

La crise de légitimité des IBW résulte pour beaucoup des deux éléments majeurs :
Augmentation grandissante de la pauvreté dans le monde, à l‟échec des politiques
d‟ajustement structurel promues par les IBW et face à la crise de la dette qui résulte, il est
normal que les critiques se sont multipliées à leur égard, surtout dans un contexte de
démocratisation dans ces Etats où l‟Etat Nation a disparu pour faire place au marché sur le
plan économique et sur le plan politique à la société civile. Cette société dénonce de plus en
plus les injonctions des IWB sur les politiques économiques qui se traduisent par une pauvreté
rampante et une dégradation des infrastructures et des services sociaux de base (santé,
éducation, eau potables, nutrition, emploi) et à un accroissement du chômage contribuant à la
vulnérabilisation des couches les plus pauvres.

Suite à l‟échec des politiques d‟ajustement structurel, la Banque mondiale a initié un nouveau
concept : la lutte contre la pauvreté, il s‟agit de rendre plus humaines les politiques
d‟ajustement structurel, en oeuvrant désormais pour la réduction de la pauvreté.

La réorientation stratégique opérée par les Institutions de Brettons Woods est le fruit d‟une
réflexion en profondeur, dont l‟origine tient à l‟aggravation de la pauvreté dans de nombreux
pays en développement dans un contexte marqué par l‟échec de l‟ajustement et la crise de la
dette. Ces éléments débouchant sur une remise en cause de la légitimité de ces institutions105.
Pour améliorer leur image de marque, ces institutions ont été contraintes de faire un saut
qualitatif, en cherchant à renouveler leurs analyses et leurs pratiques : Les nouvelles stratégies
de lutte contre la pauvreté est l‟aboutissement de cette démarche.

3.10 L’émergence des organisations paysannes et le désengagement de l’Etat

3.10.1 a Rappel historique de l’évolution des OPR

L‟organisation des paysans n‟est pas un phénomène récent en Afrique. Sous sa forme
traditionnelle (les groupes d‟entraide pour les travaux agricoles, les tontines…) elle reste
encore en vigueur dans la plupart des sociétés rurales.

L‟organisation des paysans sous forme moderne empreinte de juridisme (les coopératives),
elle a été introduite pendant la période coloniale. Les coopératives structurées ont été
introduites pour la première fois en Afrique pendant la période coloniale, dans le but le plus
souvent de fournir à leurs membres des services de distribution des facteurs de production et
de commercialisation. Dès la fin de la première guerre mondiale, on assiste à la mise en place
des Sociétés indigènes de prévoyance (censées utiliser l‟institution africaine traditionnelle des
105
      Jean-Pierre Cling, Mirelle Razafindrakoto, François Rouland, 2002
                                                                                               94
greniers de réserves collectifs) et les mutuelles de crédit en Afrique Occidentale Française
et dans les colonies britanniques les coopératives106.

Après les indépendances, les nouveaux pouvoirs ont eu tendance à considérer les coopératives
comme des instruments de développement rural qui pouvaient faciliter l‟exécution de leurs
politiques.

Au moment de la période de modernisation des économies nationales, les Etats africains ont
développé des politiques agricoles dont des objectifs implicites était de prélever des surplus
pour financer un appareil d‟Etat naissant.

Deux décennies après les indépendances, le constat était le même pour l‟ensemble des pays
africains : Le mouvement coopératif considéré comme grands espoirs fut suivi de grandes
déceptions. Les modèles importés par les Etats et imposés d‟en haut par des appareils
étatiques servilement calqués sur celles des anciens pays colonisateurs sont étrangères aux
cultures locales un environnement économique souvent très défavorables au développement
des coopératives comme entreprises. L‟injonction des politiques dans le fonctionnement des
coopératives et la politisation des responsables ont conduit à la faillite des coopératives.

Depuis les indépendances, d‟autres types d‟organisations sont apparus avec des appellations
diverses (groupements, associations villageoises…). A l‟instar du contexte politique,
économique et social des Etats africains, les multiples formes d‟organisations du monde rural
ont aussi évolué.

3.10.2 Le désengagement de l’Etat et le développement des organisations
paysannes rurales

Depuis les politiques d‟ajustement structurel, les administrations et les sociétés parapubliques
en charge du développement rural ont vu leurs prérogatives fortement réduites. Si le
désengagement de l‟Etat a incontestablement ouvert des espaces de liberté pour les
organisations paysannes, depuis cette période on parlait de transfert de responsabilités aux
paysans sans forcément que les mesures d‟accompagnement conséquentes fussent mises en
place. Dans certains cas, on a assisté à un transfert aux paysans des responsabilités, des
fonctions et des charges que l‟Etat ne pouvait plus assumer. Ce transfert était souvent décidé
de façon unilatérale par l‟Etat et ses bailleurs de fonds, il s‟effectue alors selon un rythme et
des modalités définis sans concertation avec les paysans.

La multiplication et le développement des organisations paysannes doivent être replacés dans
un contexte de changements profonds qui affectent les pays africains depuis le début des
années 90. En déréglementant les prix et en imposant un désengagement des Etats dans la
gestion du secteur agricole, les politiques d‟ajustement structurel imposées par les bailleurs de
fonds ont contribué à donner, du moins dans le discours, une place importante aux
organisations paysannes107.

Ces schémas et ces déclarations d‟intentions commencent à rencontrer les aspirations de
populations longtemps anesthésiées par les Etats omniprésents et souvent corrompus. En
général, on observe une relation étroite entre le développement des organisations paysannes et
les espaces politiques et légaux que laisse l‟Etat aux acteurs autonomes. Le désengagement de
l‟Etat est rarement volontaire et des fortes résistances existent encore à l‟émergence de
véritables organisations paysannes autonomes et capables de faire entendre leur voix et de


106
      Jean Pierre CHAUVEAU, 1994
107
      Réseau GAO
                                                                                              95
                           108
peser sur les décisions . Ces organisations se sont progressivement consolidées par la
formation des membres, mais aussi dans l‟action collective qui forge les responsables
paysans.

S‟il est devenu banal de dire que l‟Afrique sub–saharienne connaît l‟éclosion et le
développement de nombreuses formes d‟organisations paysannes et rurales, il convient de
replacer ce foisonnement dans sa dimension spatiale et historique. La prise en compte de
l‟histoire est aussi un élément-clé dans la compréhension des sociétés rurales. Le
foisonnement d‟organisations paysannes, observé actuellement dans certains endroits est le
produit de l‟histoire complexe et de la rencontre de multiples facteurs et aspirations. Certains
ont tendance à faire démarrer l‟histoire des organisations paysannes à celles des interventions
extérieures pour le développement. Au-delà du rôle déterminant qu‟ont pu avoir des
initiatives privées (ONG) ou publiques (administrations…), la nature, le fonctionnement et les
aspirations des multiples groupements et organisations paysannes ne peuvent être
appréhendés sans une prise en compte de l‟histoire des sociétés agraires, leur mode de
fonctionnement et les étapes de leurs transformations. Ce n‟est qu‟à ce prix que les analyses
actuelles sur les organisations prendront tout leur sens et s‟enracineront dans les sociétés
rurales africaines109.

Comme le dit Olivier SARDAN : « Les organisations paysannes et rurales cherchent une
reconnaissance institutionnelle qui leur permet d‟engager des relations avec l‟Etat ou les
ONG. A l‟échelle des rapports sociaux villageois, comme dans les rapports entre monde rural
et l‟Etat, les associations sont, à la fois, le produit des évolutions récentes et un moteur du
changement».

3.10.3 Les stratégies paysannes

Le morcellement des exploitations familiales, la crise foncière ne permet plus aux nouvelles
générations de s‟attacher à la terre. Des stratégies sont développées par les acteurs paysans à
savoir :

La diversification des activités économiques, là où la pénurie de terre entraînent les acteurs
paysans s‟investissent dans plusieurs petites activités surtout les jeunes et les femmes : petit
élevage, l‟embouche bovine et ou ovine, le petit commerce, la transformation des produits
agropastoraux, l‟exode rural, le transport, la vente de bois, d‟eau,…

Pour leur financement les paysans font souvent recours à la micro-finance endogène. Les
paysans recourent le plus souvent aux crédits des commerçants qui trouvent de fait, « une
assise populaire dont l‟Etat peut difficilement se prévaloir ».

Les rapports externes des sociétés paysannes et leurs rapports internes sont étroitement
dépendants les uns des autres : en particulier les « innovations « en provenance de l‟extérieur
tendent à n‟être acceptées que dans la mesure où elles peuvent s‟intégrer à la société locale, de
même que la domination des acteurs extérieurs doit s‟appuyer dans une certaine mesure sur
les structures sociales locales. Inversement, innovations et dominations ont une grande
influence sur les rapports sociaux internes, que ce soit en bloquant les dynamiques propres de
la société paysanne ou au contraire en déclenchant des dynamiques de recomposition, celles-
ci pouvant aller dans le sens d‟un renforcement de la position des acteurs locaux liés à la
société globale ou dans celui d‟un renforcement des liens communautaires110.


108
    Idem
109
    Idem
110
    Maxime Haubert, 1999
                                                                                               96
3.10.3.1 Les groupements féminins

La création des groupements féminins est la réponse des femmes à une évolution cruciale de
leurs environnements socio-économiques. Au-delà de leurs activités, la finalité réelle de la
plupart de ces groupements semble être leur reconnaissance sociale en tant que femme dans
une société villageoise dominée par les hommes. Après la reconnaissance des effets
désastreux des politiques d‟ajustement structurel sur les couches populaires, les IBW sont en
quête de légitimité. C‟est ainsi que, des stratégies de lutte contre la pauvreté ont été initiées.


3.11 Les nouvelles stratégies nationales de lutte contre la pauvreté

3.11.1 Le lancement des IPPTE et l’élaboration des DRSP

Le lancement de l‟initiative PPTE en 1996 avait, pour la première fois, remis en cause le
principe de l‟intangibilité des créances des IBW. Les difficultés de cette mise en œuvre de
cette initiative ont conduit au lancement de l'initiative PPTE « renforcée » en 1999, qui
véritablement marquait le démarrage du processus d‟allégement de la dette des pays
surendettés. Compte tenu de l‟ampleur des sommes en jeux, les pays créanciers ont souhaité
que les ressources dégagées par la réduction des dettes aient une affectation précise
bénéficiant au développement de ces pays.

Pour tenter de rompre avec les pratiques anciennes qui conduisaient à déresponsabiliser les
pays receveurs de l‟aide dans le cadre des politiques d‟ajustement structurel, la responsabilité
des Etats dans leur propre développement a ensuite été affirmée (cf. à ce sujet la déclaration
de Monterrey).

La Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) ont lancé, fin 1999, une
initiative conjointe qui a marqué une réorientation de leurs stratégies. Suivant cette initiative,
les pays très pauvres désireux de bénéficier d‟une aide financière ou d‟un allégement de leur
dette dans le cadre de l‟initiative PPTE (Pays Pauvres Très Endettés) doivent préparer un
programme de lutte contre la pauvreté, désigné : Document Stratégique de Réduction de la
Pauvreté (DRSP, en anglais PRSP). Les institutions de Bretton Woods (IBW) ont été suivies
dans cette démarche par l‟ensemble de la communauté internationale. Ainsi, les politiques
d‟aide au développement sont placées sous l‟égide des DRSP, lesquelles accordent un rôle
central à la lutte contre la pauvreté. Parallèlement, une intense réflexion a été engagée au sein
des IBW afin de définir des orientations précises susceptibles d‟orienter l‟élaboration des
DRSP111. Les Documents de Stratégies de Réduction de la Pauvreté sont les cadres de
référence pour l‟ensemble des partenaires au développement. La lutte contre la pauvreté passe
par l‟amélioration des revenus des ménages les plus pauvres. La promotion des activités
génératrices de revenu financée par la micro-finance peut constituer un vecteur dans la lutte
contre la pauvreté surtout pour les femmes. Ces stratégies prônent la promotion du secteur
privé et la micro entreprise surtout féminine.

3.11.2. La promotion du secteur privé, des activités génératrices de revenu et du genre

Dans les pays en développement, la crise de la fin des années 80 a donné un rôle majeur au
marché donc le secteur privé doit être responsable du développement après l‟échec de l‟Etat
via le secteur public. Le secteur informel (économie populaire) est une économie alternative
qui crée plus d‟emplois et de richesses que les économies formelles fortement encadrées.


111
      Jean-Pierre Cling, Mirelle Razafindrakoto, François Rouland, 2002
                                                                                                97
Malgré, les structurations mises en œuvre dans le cadre des PAS, les économies formelles
n‟ont jamais joué le rôle qui est le sien : L‟amélioration des conditions de vie des ménages.

Selon la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, la micro-finance doit
contribuer à la promotion du secteur privé, qui doit être le moteur de la croissance.

Les différentes reformes structurelles ont consisté à libéraliser l‟économie et à créer un
environnement propice au développement du secteur privé.

La nouvelle option est la promotion de la micro-entreprise à travers le micro-crédit via des
ONGs et des projets de développement. On assiste au passage du secteur informel au concept
d‟économie populaire qui met en valeur la dimension sociale. L‟objectif de développement du
secteur privé est de dynamiser l‟ensemble des activités économiques, en particulier les
activités de production de biens et de services dans les domaines agropastoraux par les micro,
petites et moyennes entreprises (MPME). On passe donc du concept de secteur informel dans
les années 1970, à l‟économie populaire dans les années 1990. Les impacts attendus sont
notamment la diversification des activités économiques et commerciales, la création
d‟emplois, l‟ouverture d‟opportunités aux femmes et aux jeunes et la valorisation des
ressources locales pour stimuler les exportations.

Cette action sera suivie par la tenue à Paris d‟une conférence internationale sur la micro-
finance sur l‟égide de la France courant 2005.
A travers cette conception, la banque mondiale cherche à intégrer les populations pauvres au
marché mondial, c‟est-à-dire les intégrer dans la croissance globale. Cela passe par
l‟augmentation de leurs revenus. Pour y parvenir la banque mondiale attend mettre en œuvre
deux stratégies pour lutter contre la pauvreté :
1)      Pour cela, elle reprend et transforme le concept du « secteur informel ». Faudrait-il
que l‟Etat le contrôle plus ou qu‟il l‟encadre ? Pour la Banque mondiale, il faut considérer le
« secteur informel » comme un secteur de micro entreprises, de pépinières des entreprises de
demain. Il faut laisser fonctionner le marché et les « prix justes ». Ce secteur peut devenir un
élément de la croissance globale. A ce moment, on aura amélioré les conditions de vie des
populations les plus pauvres et réduit la pauvreté. Pour promouvoir le secteur informel, il faut
un financement approprié destiné aux populations les plus pauvres généralement exclus du
secteur bancaire formel. Ce type de financement est le micro-crédit. Pour mieux gérer ce
crédit, des programmes de formation sont nécessaires non plus via l‟Etat, mais cette fois-ci
avec des ONG et la société civile (cf. Consensus de Washington : courant de mainstream).
Ainsi ça sera réduire la pauvreté des masses qui est importante dans le milieu rural, donc, il
faut orienter ces politiques de micro-crédit dans les régions rurales.
2)      Pendant la même période, la banque mondiale reprend le thème « femme » et plus
clairement, la « femme pauvre » et demande qu‟on donne plus de priorité à la femme pauvre à
travers la mise en œuvre d‟activités génératrices de revenus et la création des micro
entreprises car elle est le nœud de la vision malthusienne. Pour la banque mondiale, la
réduction de la pauvreté, c‟est d‟abord la réduction de la pauvreté de la femme. En
augmentant le revenu de la femme, on augmente le coût de l‟enfant, dans ce sens que cette
dernière choisit entre avoir l‟enfant et gagner des revenus.

Sur le plan environnemental, le rapport le Braudtland de 1987, a bordé le concept de
développement durable. Le développement durable n‟est pas à confondre avec la croissance
soutenue. Il faut étudier l‟économique en rapport avec le social et le culturel. Dans ce courant,
on voit le concept de développement durable à plusieurs dimensions (économique, social,
culturel) et penser à leur interaction*.,


*
    Lire à ce sujet Ignace SACHS
                                                                                            98
Le développement durable n‟est pas seulement à confondre avec la protection de
l‟environnement. Selon CONSTANZA, la durabilité c‟est le rapport entre les systèmes
économiques et systèmes écologiques dans lesquels les effets de l‟activité humaine restent à
l‟intérieur de certaines limites afin de ne pas détruire l‟écosystème.
C‟est dans ce courant, qu‟on va construire les indexes de bien-être « sustainable welfare »*.
Dans ce courant, on introduit le terme de « durabilité spatiale » et insiste sur l‟approche
environnement milieu de vie, l‟environnement comme interface de l‟action de l‟homme sur
les écosystèmes. C‟est ce qu‟ils nomment le « clean environment » : Ils mettent en exergue le
concept de « territoire durable ».
Les acteurs qui évoluent dans le secteur des activités génératrices de revenu ne sont pas
financés par le secteur bancaire classique. Le financement de ce secteur se fera à travers la
micro-finance. La lutte contre la pauvreté et surtout des femmes est devenue est une priorité
pour certains programmes et projet de développement. La lutte contre la pauvreté des femmes
se fait à travers la promotion des activités génératrices de revenu.

Historiquement, on a d‟abord cherché à trouver des solutions pour le crédit agricole (intrants,
matériels, élevage, systèmes d‟irrigation…), avec des systèmes de crédit dirigé. On s‟est
aperçu ensuite que les paysans étaient en général polyactifs et que si on leur laissait définir
eux-mêmes les objets de crédit, ils préféraient le financement d‟activités « non agricoles » :
Commerce, transformation de produits, services, habitat, dépenses sociales. Par ailleurs, les
programmes d‟appui aux petites et moyennes entreprises ont rapidement découvert l‟existence
d‟une très grande diversité d‟entrepreneurs individuels ou micro et petites entreprises (MPE)
ne fonctionnant pas selon les règles des entreprises dites modernes112.

Le monde rural constitue la composante majeure de la population nigérienne, plus 80 % de
cette population est rural et tire les moyens de son existence à travers les activités rurales
comme l‟agriculture, l‟élevage et d‟autres activités non agricoles, activités génératrices de
revenu. De ce fait la SRP a donné une place prépondérante au développement rural vu
l‟importance des productions agro-sylvo-pastorales et leurs contributions dans la formation du
PIB. Dans ce contexte, une Stratégie de Développement Rural (SDR) a été élaborée à partir de
2003. Cette stratégie constitue le seul cadre de référence dans le domaine du développement
rural.

L‟importance accordée à la femme dans le développement des IMF n‟est pas un fait du hasard
: Accorder des prêts aux femmes était autrefois une idée révolutionnaire. Or en l'espace de
trente ans, une série de programmes a montré que les femmes - en particulier les femmes
pauvres, étaient des clientes solvables et d'excellentes consommatrices de produits financiers.
Cette stratégie permet d‟intégrer les femmes dans le marché global. Mais, cette approche est
toutefois normative, car les femmes sont considérées comme groupes cibles ou groupes
défavorisés, donc toujours assimilées à des assistées et non considérées comme des acteurs
capables de prendre en main leur propre développement, on parle de femmes pauvres ou de
pauvres.

A partir de 1990, la Banque mondiale reprend le concept de femmes rurales pauvres et
reprend en main la lutte contre la pauvreté à travers les programmes conduits par la société
civile, les ONGs. Toutefois, il faut prendre les femmes pauvres comme des vrais acteurs du
développement et non pas comme des groupes cibles comme on a coutume de le dire. Ces
acteurs populaires ruraux sont capables de concevoir, de mettre en oeuvre des initiatives et
innovations en vue de l‟amélioration de leur condition de vie.



*
      Lire à ce sujet R. CARMEN
112
      Développement : Micro-finance orientations méthodologiques
                                                                                                  99
Parler de la participation des populations dans les programmes et projet de développement
revient à les qualifier comme des éternelles assistées et que se sont les acteurs nationaux et
globaux qui doivent apporter un savoir et un savoir-faire au mépris du savoir-faire paysan.
Depuis les années 90, la problématique de l‟accès des pauvres au crédit est devenue la
préoccupation des institutions financières internationales FMI et Banque Mondiale qui
s‟inscrivent d‟une part, dans les politiques liées à la dimension sociale de l‟ajustement
structurel et d‟autre part à la réduction de la pauvreté et enfin, à la politique d‟intégration de la
femme dans le processus du développement (IFD).

Les enquêtes budget-consommation réalisées en 1990 et 1993 dans le cadre du PADEM113 ont
montré que plusieurs groupes socio-économiques sont très vulnérables au Niger, surtout les
femmes chefs de ménages ou sans ressources.
A travers l‟offre de services financiers de faible montant, les objectifs visés sont multiples :
augmenter les revenus des femmes et faciliter leur indépendance financière (en particulier par
rapport au crédit dit des usuriers), stabiliser et professionnaliser leur activité
entrepreunariale114.

Aujourd'hui, à travers le monde, la majorité des clients du secteur de la micro-finance sont des
femmes, et ceci est particulièrement vrai pour les programmes qui ciblent les très pauvres.
Non seulement le micro-financement est bon pour les femmes, mais inversement les femmes
sont bonnes pour le micro-financement. Elles sont très motivées en tant qu'épargnantes et leur
taux de remboursement est plus élevé que celui des hommes. Un important succès de ce
secteur a été sa capacité à identifier les caractéristiques des entreprises dirigées par les
femmes et l'utilisation que ces dernières font des services financiers, puis à concevoir des
produits adaptés à leurs besoins.

Malgré les multiples reformes et actions entreprises pour favoriser le développement du
secteur privé, il reste encore marqué par la prépondérance du secteur informel. Le début des
années 90 marque l‟émergence de la micro-finance formelle.

3.12 L’émergence de la micro-finance formelle

Au milieu des années 80, on parle d‟économie informelle dont le financement se fait par des
institutions financières informelles.
Finalement, en 1990, inspiré par la conférence de 1989 de la Banque Mondiale sur les micro
entreprises, l‟Institut des Sciences Economiques de Boulder (Colorado, USA) consacra une
partie de son programme d‟étude « world banquing and finance » sous l‟intitulé : micro-
finance. C‟est en ce moment qu‟est apparue, sur le plan officiel et académique, la notion de la
micro-finance, regroupant l‟épargne et le micro-crédit.

A partir des années 1988, la Banque Mondiale, a joué un rôle central dans la globalisation.
Ces services financiers se tournent vers une autre clientèle à travers le financement des
activités non agricoles. Au cours des années 1990, la micro-finance a été reconnue comme un
outil efficace de lutte contre la pauvreté tant en milieu rural qu‟urbain.
L‟émergence relativement récente des systèmes financiers décentralisés (SFD) résulte en
grande partie des échecs et des limites des systèmes de financement classique.
La fin des années 90 a marqué une impulsion de la micro-finance dans les pays en
développement. Le sommet de la Micro-finance tenue à Washington en 1997, s‟était fixé pour


113
      Programme Africain de mise en place d‟un Dispositif d‟Enquête
114
      Isabelle Guérin, 2003
                                                                                              100
objectifs d‟atteindre 100 millions de familles en 2005. Depuis cette période la micro-
finance a été retenue par l‟organisation des Nations Unies, la Francophonie, l‟Union
européenne comme l‟un des axes stratégiques pour éradiquer la pauvreté.

Au Niger, le crédit de proximité à travers la promotion de la micro-finance tend à combler les
besoins de l‟agriculture, de l‟artisanat et des petites et moyennes entreprises que la liquidation
de la Banque de Développement de la République du Niger (BDRN) et la Caisse Nationale de
Crédit Agricole (CNCA) avaient laissés démunis.

L‟émergence de la micro-finance au Niger, à l‟image des autres pays de l‟Afrique de l‟Ouest
résulte de l‟échec et de la faillite des banques de développement notamment agricoles.
Beaucoup de projets à volet crédit ont essayé de combler le vide laissé par ces banques. La
micro-finance moderne a connu un développement tardif au Niger et une évolution en dent de
scie, largement liée aux fluctuations de l‟aide au développement qui, elle, est fonction de la
situation politique du pays. Au Niger, les premières opérations de micro-finance datent des
années 1990. Malgré les difficultés rencontrées, la micro-finance est entrain de s‟affirmer
comme un véritable outil de lutte contre la pauvreté et un vecteur de développement.

Il existe au niveau mondial une volonté unanime de faire de la micro-finance un instrument de
lutte contre la pauvreté, ainsi l‟année 2005 a été déclarée par les Nations Unies comme
l‟année internationale de la micro-finance.

Face aux limites du secteur bancaire s‟est créé depuis une trentaine d‟années « un secteur
intermédiaire » : De coopératives de crédit et d‟épargne, crédit solidaire, banques
communautaires, caisses villageoise. Il touche 10 % de la population active mais sa
croissance est forte.
Pour ce secteur, le changement le plus important de ces dernières années a été le passage
d‟une intervention où le crédit était en général une composante d‟un projet de développement
à une nouvelle approche où il s‟agit de créer des institutions financières pérennes.

La multiplication des interventions dans le secteur et les risques politiques éventuels les
incitent à utiliser leur légitimité à travers une régulation.

Les opérateurs, s‟ils étaient au départ étrangers, deviennent de plus en plus nationaux.

L‟émergence des SFD se traduit surtout, par le souci de collecter à moindres coûts, l‟épargne
monétaire rurale et d‟offrir aux populations des services financiers nécessaires au
développement de leurs activités économiques.

Les besoins financiers de la population rurale sont importants, notamment en crédit, tant pour
le développement des diverses activités agricoles que pour le développement d‟autres
activités génératrices de revenu (petit commerce, artisanat, transformation de produits
agricoles).
Or les banques commerciales sont très peu impliquées dans ce type d‟opérations, sauf quand
il s‟agit de gérer des lignes de crédit externes, au travers de fonds de garantie mis en place par
les bailleurs de fonds.
                                                                                               101
Le faible développement des cultures monétaires et la dispersion des populations rurales
rendent aléatoire l‟implantation d‟un système de crédit agricole. Pour répondre aux besoins
existants, l‟Etat et les partenaires au développement (ONG, bailleurs de fonds) ont
accompagné depuis le début des années 90, le micro-financement de proximité avec la mise
en place de structures alternatives de financement : Les systèmes financiers décentralisés
(SFD). Ce secteur est souvent appelé secteur intermédiaire.

Les SFD regroupent une grande variété d‟expériences d‟épargne et/ou de crédit ils se
diversifiaient par leur taille, leurs objectifs, le degré de restructuration, la philosophie et les
moyens humains et financiers mis en œuvre avec ou sans le soutien de partenaires extérieurs.
Ainsi, au Niger les SFD suivants ont vu le jour :
    1. Les Caisses Populaires d‟Epargne et de Crédit (COOPEC) dans le cadre d‟un
         financement de l‟USAID ;
    2. Et les Mutuelles d‟Epargne et de Crédit (MUTEC), Promotion des Mutuelles Rurales
         (PMR) financée par l‟Allemagne ;
    3. D‟autres SFD (Service d‟Intermédiation en Crédit Rural (SICR), Mutuelle d‟Epargne
         et de Crédit pour les Femmes (MECREF) se sont développées plus ponctuellement
         avec des moyens variés. La micro-finance de type formel ne couvre pas les besoins de
         l‟ensemble des acteurs populaires ruraux et urbains. Plus de 80 % des besoins de ces
         acteurs sont assurés par la micro-finance informelle.

3.12.1 La Réhabilitation de la micro-finance traditionnelle

La micro-finance ne date pas d‟aujourd‟hui. Ce secteur de la finance existe depuis plusieurs
siècles en Afrique et en Asie.
Le crédit traditionnel a toujours joué un rôle majeur dans les transactions économiques des
communautés villageoises. Il faut noter que le crédit est une pratique très ancienne. Les
pratiques tontinières et le crédit traditionnel existent bien en Afrique avant la naissance des
structures financières formelles telles que les banques.

L‟insuffisance des services financiers formels au Niger, surtout en milieu rural et la méfiance
qui les entoure lorsqu'ils existent, contribuent à justifier l‟adhésion massive des populations
aux caisses d‟épargne et de crédit traditionnelles. En outre, les caisses traditionnelles de crédit
et de d‟épargne représentent bien souvent le seul recours possible pour des individus auxquels
le crédit bancaire serait refusé, les acteurs populaires sont amenés à mettre en place des
stratégies originales pour pallier ces défaillances du secteur bancaire formel et les SFD que la
micro-finance informelle telles que tontines, les banques ambulantes, les gardes monnaies, les
usuriers cherchent à combler.

Pour des populations qui manipulent quotidiennement de petites sommes et sont de ce fait
peu courtisées par les banques, elles se tournent vers la micro-informelle qui devient une
mode de financement alternatif des acteurs populaires ruraux et urbains.
«Des telles initiatives fournissent parfois des réponses originales aux problèmes économiques
et sociaux actuels des acteurs locaux», souligne l'économiste Jean-Michel Servet, professeur
à l'Université Lyon 2, «en outre, elles peuvent largement contribuer à recréer des liens entre
des personnes isolées par la crise. En dehors de tout contrôle légal, ce système financier
convivial draine une grande partie de l'épargne locale.
                                                                                             102
Pour les tenants de la répression financière, la finance informelle se développe parce que
les banques ont des contraintes au niveau de leurs opérations (plafonnement des taux
d‟intérêt, encadrement du crédit, réserves obligatoires, les limitations d‟accès…). Il faut donc
libérer leur activité dans le cadre d‟une reforme financière visant à améliorer les performances
du secteur financier formel qui pourrait ainsi absorber le secteur financier informel. C‟est le
processus ou stratégie d‟intégration115. Toutefois, la micro-finance informelle continue
d‟exister et couvre d‟ailleurs environ 80 % des besoins des acteurs populaires ruraux et
urbains.
Les services financiers informels sont des moyens de disposer d'un prêt sans passer par une
banque grâce à une épargne collective réalisée par les membres de groupes homogènes,
femmes, artisans, ouvriers, commerçants, etc.
La finance formelle est loin donc de phagocyter celle de type informel. On voit donc que cette
stratégie est peu réaliste.
Pour les tenants du dualisme financier, la finance informelle fait partie du secteur financier
informel, elle permet de financer l‟activité informelle et les activités génératrices de revenu.
Les sociétés en développement ne se définissent-elles pas par la coexistence d‟un secteur
moderne et d‟un secteur informel ? Il en est de même pour la finance que comme pour
l‟économie réelle. L‟unification ne peut se faire que d‟une façon progressive, extrêmement
lente, et certainement pas par des reformes ponctuelles et brutales. Il faut alors respecter les
relations entre les deux. C‟est le processus ou la stratégie d‟articulation116. La stratégie
d‟articulation semble aujourd‟hui beaucoup plus réaliste, d‟autant il s‟accompagne d‟une
double incitation : A la fois que les banques fassent l‟effort de s‟ouvrir à une clientèle moins
aisée, et que des initiatives judicieuses introduisent des innovations dans la finance informelle
et la rendent plus attractive pour des populations plus aisées ou plus exigeantes. C‟est ce que
H.D., Seibel (1996) a appelé la stratégie d‟adaptation (des banques) ou de la modernisation
(du secteur informel). L‟auteur distingue aussi une stratégie d‟innovation qui consiste à créer
des nouveaux services locaux pour répondre aux besoins de financement des acteurs locaux.
On peut dire que cela est loin d‟aboutir à une concurrence entre les deux systèmes mais plutôt
à une complémentarité. On a même pu considérer l‟articulation entre les secteurs comme le
moyen de réaliser une intégration à long terme et, ainsi de la faire apparaître comme « un
premier pas » vers l‟objectif d‟un secteur financier homogène (Germidis et al, 1991). C‟est ce
que ces auteurs appellent « l‟intégration douce». Force est de contacter que cet objectif n‟est
pas encore réalisé.

La nouvelle stratégie de lutte contre la pauvreté développée par la Banque Mondiale s‟appuie
sur la mise en place de systèmes de micro-finance dans les pays en développement117.

La micro-finance apparaît de plus en plus comme un levier important de la lutte contre la
pauvreté, de l‟amélioration des conditions de vie, de modifications des rapports de genre et de
développement du secteur privé. Lequel secteur est représenté sur le terrain par des
institutions de micro-finance (IMF) qui sont en général des systèmes financiers décentralisés
(SFD) composés de coopératives d‟épargne et de crédit (COOPEC), de crédit solidaire
(inspiré du modèle Grameen Bank du Bengladesh), de caisses villageoises, de banques
communautaires etc.



115
    Mondes en développement, 2002
116
    Idem
117
    Mondes en Développement : 2002
                                                                                            103
3.13. La sécurité alimentaire

La base de l‟alimentation est constituée par les céréales dont la consommation est de 200 à
250 kg/an/habitant selon la catégorie de la population. Globalement le bilan céréalier est
régulièrement déficitaire et le déficit annuel oscille entre 100 000 et 500 000 tonnes selon les
conditions climatiques de l‟année. L‟ajustement se fait grâce à des importations dont une
partie importante par le biais d‟échanges avec le Nigeria.

L‟offre des autres produits de base (légumineuses, tubercules, viandes etc.) n‟accuse pas de
déficits, mais plutôt des excédents pour la viande et les légumineuses alimentaires. Il semble
que le déficit calorique global est relativement faible, en sensible amélioration depuis la
dévaluation.
En réalité, au-delà d‟un déficit céréalier structurel, la sécurité alimentaire au Niger dépend
davantage des données qualitatives. On observe en effet, un taux élevé de malnutrition, une
enquête de 1997 indique un taux de malnutrition chronique chez 37% des enfants de moins de
5 ans.
                                       104




Quatrième Partie : Les effets et les
   impacts des initiatives et des
innovations paysannes sur revenus
des ménages de la zone d’Aguié en
  relation avec la lutte contre la
  pauvreté et/ou la vulnérabilité.
                                                                                               105
4.1. Résultats de la Caractérisation des ménages de Dan Saga

       Une catégorisation préalable des ménages de Dan Saga a été faite au début de l‟étude.
Les données collectées pendant l‟enquêté d‟août septembre 2004 ont permis de dresser la
catégorisation réelle des ménages de l‟échantillon dont l‟analyse a permis d‟obtenir les
valeurs moyennes des indicateurs qui caractérisent les différentes catégories sociales. Ces
résultats sont consignés dans le tableau n° 7.

Tableau n°7 : Les indicateurs caractéristiques de la caractérisation des ménages de Dan
Saga pendant l’enquête d’août septembre 2004.

Catégorie sociale         Peu             Moyennement       Très vulnérables    Extrêmement
                          Vulnérables     vulnérables                           vulnérables
Nombre moyen de                9                10                  6                   5
personnes en charge
Nombre moyen                    4                4                  3                    2
d‟actifs agricoles
Nombre moyen de                 4                4                  2                    2
champs
Superficie moyenne              12               5                  3                   1,3
(ha)
Superficie (ha) par            1,33             0,5                0,5                 0,23
personne en charge
Superficie par actif            3               1,25               1,5                 0,65
agricole (ha)
Nombre moyen de                 4                2                  0                    0
bœuf
Nombre de moutons               4                2                  1                    1
Nombre moyen de                 9                6                  4                    1
chèvre
Unité Culture Attelée          0,17             0,71               0,16                  0
(UCA)

Source : Données de l’enquête d’août septembre 2004

Les résultats du tableau n° 7 montrent qu‟il y‟a une différence entre les indicateurs (le nombre
de personnes en charge, le nombre d‟actif agricole, l‟assise foncière, le capital bétail : bœuf,
chèvre, mouton) d‟une catégorie sociale à une autre. Ainsi, le nombre de personnes en charge
varie des catégories les moins vulnérables (peu vulnérables et moyennement vulnérables qui
est respectivement de 9 et 10 personnes) aux catégories les plus vulnérables (très vulnérables
et extrêmement vulnérables chez lesquels, il est respectivement de 6 et 5 personnes). On note
cependant que, les PV et les MV ont plus de personnes en charge que les TV et les EV. Le
nombre de personne en charge est une donnée essentielle pour le ménage parce il détermine le
nombre de bouche à nourrir. Toutefois, ce paramètre à lui seul n‟est pas suffisant pour
expliquer la sécurité alimentaire du ménage. D‟autres indicateurs comme l‟assise foncière du
ménage, la superficie par personne en charge, la superficie par actif agricole et le capital bétail
sont nécessaires pour déterminer la sécurité alimentaire du ménage. En se basant sur la
superficie moyenne par personne en charge, on se rend compte les PV ont une assise foncière
confortable avec 1,33 ha par personne en charge contre respectivement 0,5 ha pour les MV et
les TV, et 0,23 ha pour les EV qui disposent de la plus faible assise foncière.
Le capital foncier par actif agricole varie également d‟une catégorie sociale à une autre. Cet
indicateur est respectivement de 3 ; 1,25 ; 1,5 et 0,65 ha par actif agricole pour les PV, les
MV, les TV et les EV. Ce paramètre montre que les extrêmement vulnérables ont un excédent
                                                                                           106
de main d‟œuvre qui est généralement utilisé pour le salariat agricole chez les peu
vulnérables et les moyennement vulnérables.

Le capital bétail aussi varie d‟une catégorie sociale à une autre. Ainsi, les PV et les MV
disposent d‟un capital bétail appréciable : Gros bétail (bœufs) et petits ruminants, tandis que
les TV et EV n‟ont qu‟un faible capital bétail constitué seulement de petits ruminants, des
chèvres et essentiellement en nombre réduit. Le capital bétail constitue non seulement un
moyen d‟épargne en nature pour le ménage, mais une capacité de fertilisation des terres en
vue d‟une meilleure production. Les exploitations très vulnérables et extrêmement
vulnérables disposent de peu de bétail pour obtenir suffisamment de fumure organique pour
augmenter la fertilité de leurs champs en vue de l‟augmentation des rendements. Ces animaux
constituent aussi un moyen pour le ménage de faire face aux situations difficiles (famine,
problèmes de santé, cérémonies,…).
Ces animaux jouent un rôle majeur dans la formation de revenu des ménages comme nous le
verrons plus tard au niveau du petit élevage.

L‟analyse des résultats ci-dessus montre que les catégories très vulnérables et les
extrêmement vulnérables ont non seulement une faible assise foncière mais aussi un capital
bétail très insuffisant. Ces handicaps ne permettent pas à ces catégories sociales de pratiquer
pleinement des activités agricoles compte tenu de la contrainte terre mais aussi des autres
moyens de production tels le semoir, la charrette et les moyens de fertilisation de terres tels
que les sous produits animaux (fumiers). En outre, ces catégories sociales sont incapables
d‟acheter de l‟engrais chimique. C‟est pourquoi ces catégories sociales (TV, EV) ont toujours
une production agricole insuffisante et sont dans une situation d‟insécurité alimentaire
chronique. Elles ne peuvent non plus vivre des seules activités agricoles.
Les activités extra-agricoles permettront de générer des ressources additionnelles pour assurer
la sécurité alimentaire.

La caractérisation des ménages a permis de déterminer la taille de l‟échantillon par activité
génératrice de revenu.

4.2 Les différentes activités génératrices de revenu pratiquées par les ménages et la
détermination de la taille de l’échantillon par catégorie sociale

4.2.1 Pratique des activités génératrices de revenu par catégorie sociale et la
taille de l’échantillon correspondante

Pour chaque activité génératrice de revenu, le nombre de personnes qui pratiquent l‟activité a
été déterminé sur la base des listes dressées par le comité de suivi des AGRs. La
détermination du nombre de personnes contenues dans l‟échantillon et par catégorie sociale
pour les différentes activités génératrices de revenus s‟est faite selon une allocation
proportionnelle. Les résultats sont consignés dans les tableaux n° 8

Pour chaque activité, le nombre de personnes et la taille de l‟échantillon sont déterminés. Par
exemple pour l‟extraction d‟huile d‟arachide on dénombre au total 56 femmes dont 7 peu
vulnérables, 14 moyennement vulnérables, 35 très vulnérables et 0 extrêmement vulnérables.
L‟échantillon pour l‟extraction d‟huile compte 1 femme peu vulnérable, 2 moyennement
vulnérables, 5 très vulnérables et 0 extrêmement soit un total de 8 femmes. Les groupements
des champs collectifs regroupent 226 personnes dont 30 peu vulnérables, 75 moyennement
                                                                                            107
vulnérables, 90 très vulnérables et 30 très vulnérables. L‟échantillon comprend 2 peu
vulnérables, 3 moyennement vulnérables, 6 très vulnérables, 4 extrêmement vulnérables, soit
un total de 15 personnes.
Pour l‟ensemble des AGRs suivis pendant l‟enquête d‟août et septembre 2004, le nombre de
personnes pratiquant les AGRs par catégorie sociale et la taille de l‟échantillon sont
consignées dans le tableau n° 8.

Tableau n° 8 : Nombre de personne par catégorie sociale pratiquant les activités
génératrices de revenus et lataille de l’échantillon correspondant.

Catégorie Sociale       Nb de personnes par              % des personnes          Nb de personnes
                        catégorie qui pratiquent         qui pratiquent les       contenu dans
                        les AGRs                         AGRs                     l‟échantillon
Peu Vulnérables (PV)                91                            18 %                    13
Moyennement vulnérables            162                            32 %                    18
(MV)
Très vulnérables (TV)              219                            43 %                     31
Extrêmement vulnérables             42                             8%                      11
(EV)
Total                              514                            100 %                    73
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

Le tableau n° 8 montre que les très vulnérables sont les plus actifs dans la pratique des
activités génératrices de revenu environ 43 % du total. Par contre les extrêmement vulnérables
sont peu présents dans les différentes activités environ 8 % de l‟ensemble. Les extrêmement
vulnérables ne sont que peu actifs dans les travaux des champs collectifs et le petit élevage où
ils espèrent améliorer leurs disponibilités alimentaires et leur revenu. La faible mobilisation
des EV dans les AGRs est due au fait qu‟ils ne disposent pas de suffisamment de moyens
financiers pour faire face aux cotisations hebdomadaires. Ainsi, on note dans le groupement
Garkuwa qui utilise le matériel agricole, l‟expulsion de 6 EV pour incapacité de payer leurs
cotisations. Certaines études du PAIIP révèlent que les EV n‟ont pas d‟initiatives, ce qui fait
leur absence dans les différentes AGRs. Cette thèse semble moins pertinente, en effet la faible
mobilisation des extrêmement vulnérables dans la pratique des AGRs est due au facteur
financier limitant, donc des limites financières. Les catégories les plus vulnérables EV sont
quasi absentes dans certaines activités telle que les caisses d‟épargne et de crédit caisses
« assussu » et l‟extraction d‟huile d‟arachide.

En revanche, les extrêmement vulnérables sont également très actifs dans les activités
génératrices de revenus traditionnelles qui ne demandent pas de fonds de roulements
important, ou dans d‟autres secteurs où ils peuvent bénéficier de crédits traditionnels :
Dilanne, petit commerce (vente des œufs, de la volaille,…), la conduite des animaux pour les
commerçants de bétail sur les différents sites des marchés hebdomadaires. Ils bénéficient ainsi
de petites commissions « Lada ». Ces petites activités génératrices de revenus leurs
permettent de faire face aux besoins les plus urgents de la survie.

Les très vulnérables, les moyennement vulnérables et les peu vulnérables sont plus actifs dans
la conduite d‟activités génératrices de revenu : Caisses « assussu » et d‟autres qui demandent
de fonds de roulements importants et des cotisations régulières.
                                                                                             108
Certaines activités génératrices de revenu telles que : L‟extraction d‟huile, le petit élevage,
l‟utilisation du matériel agricole, les caisses « assussu » sont des activités très anciennes
pratiquées depuis plusieurs décennies. La nouveauté pour ces activités est la mise en œuvre
des groupements et leur redynamisation à travers des nouvelles pratiques et des formes
d‟organisations sociales en vue de leur mise en œuvre : Il s‟agit d‟innovations
institutionnelles. Les pratiques traditionnelles ont servi de point de départ et ont été
améliorées à travers des formations et des voyages d‟étude grâce à l‟appui des structures
étatiques, d‟ONG et des projets de développement notamment le PAIIP. De nouvelles
activités ont également vu le jour. Il s‟agit de la fabrication artisanale du savon et de la
pommade. Ces activités peuvent être considérées comme des innovations et ont nécessité une
formation. La conduite des AGRs a nécessité la mise en place de structure organisationnelle :
Les groupements.

4.2.2 Fonctionnement des groupements qui pratiquent les AGRs

Ces groupements peuvent être mixtes, uniquement constitués de femmes ou d‟hommes. A la
tête de chaque groupement se trouve généralement un comité de gestion, démocratiquement
élu, avec un mandant de durée limitée sur le plan théorique. Mais dans la réalité, seuls
quelques comités renouvellent régulièrement leur bureau. C‟est le cas de « Garkuwa ». La
plupart des comités de gestion ne fonctionnent pas. Certains groupements n‟ont jamais
renouvelé leur comité depuis leur création cas de « Lantartchi » depuis 1998. Les femmes
membres du comité de gestion refusent de céder la place à d‟autres. Il y a un problème de
leadership. Les femmes membres du comité de gestion réclament la paternité du groupement.
Toute femme qui conteste leur autorité est menacée d‟exclusion.
La plupart de groupements actifs dans les AGRs sont formés par des individus ayant des
affinités. Généralement les membres sont d‟un même quartier. Toutefois, il y‟a des
groupements qui dépassent le cadre du quartier et qui peuvent regrouper des individus
exerçant plusieurs professions : Cas de la caisse « Lantartchi » et « Garkuwa », « Numa » etc.
Un individu peut faire parti de plusieurs groupements à la fois.
Les caisses « assussu » figurent parmi les activités génératrices de revenu étudiées au cours de
cette recherche.

4.2.3. Les caisses d’épargne et de crédit : Caisses « assussu »

4.2.3.1. Historique des caisses d’épargne et de crédit « assussu »

Face à la pauvreté et à la vulnérabilité croissantes des ménages ruraux, à la dégradation des
sols, à la crise foncière, aux sécheresses de plus en plus chroniques, à l‟insécurité alimentaire
des catégories les plus pauvres, surtout les femmes, compte tenu des difficultés de
financement du monde rural, le projet CARE a initié depuis 1990, des mécanismes de
mobilisation de l‟épargne locale par les femmes à travers la mise en place des caisses
villageoises d‟épargne et de crédit. Cette expérience appelée Muta Masu Dubara (en
Haoussa), les femmes qui ont de l‟initiative. Ce modèle est basé sur le système traditionnel
des tontines qui existait depuis longtemps dans la zone. Il s‟agit d‟améliorer les systèmes de
tontines qui en plus de la mobilisation de l‟épargne doivent octroyer des crédits en vue
                                                                                          109
d‟assurer le financement des activités génératrices de revenus. Ainsi, l‟épargne mobilisée
sert à octroyer des crédits aux membres des caisses. Pour assurer la gestion efficace des
caisses d‟épargne et de crédit, des animateurs locaux ont bénéficié de formation en
alphabétisation et en gestion (une femme par village). Après cette formation, une animatrice
du projet CARE a accompagné les animateurs locaux pendant 6 à 8 mois. Après cette phase,
chaque caisse doit être à mesure de fonctionner normalement et donc d‟atteindre une
autonomie de gestion. Après cette période d‟encadrement, la gestion de la caisse revient
désormais à l‟animatrice locale qui est outillée pour assurer la bonne marche de la caisse.


Ainsi, Mata Masu Dubara comptait en fin 1998, 1869 groupements de femmes à l‟échelle du
territoire. Ces groupements ont mobilisé 471 millions de F CFA d‟encours de dépôts et de 208
millions d‟encours de crédit en 1998.
L‟intervention du projet PAIIP a permis de redynamiser des anciennes caisses d‟épargne et de
crédit et la création des nouvelles caisses dans les villages d‟intervention du PAIIP. Les
caisses d‟épargne et de crédit prennent désormais l‟appellation de caisses « assussu ». Elles se
sont inspirées de l‟expérience de Mata Massu Dubara. Elles bénéficient de la part du PAIIP,
d‟un appui conseil-formation.

Ainsi, la première caisse d‟épargne et de crédit de Dan Saga nommée «Lantartchi haské
dounia» a été créée en 1998 sous l‟initiative des femmes du village après un voyage d‟étude à
Aguié. Cette pratique a fait tache d‟huile, ainsi des nouvelles caisses ont vu le jour à Dan
Saga : « Tahi Maazu » 2000, « Kando Gozé » 2001, « Rabi Sadou » 2003, « Tagaza Karami
assussu » 2003, « Safia Kané » 2004 et même dans les villages voisins : A Guidan Bokoye, à
Zabon Mousso. Dans le cas de notre étude, la plupart des caisses d‟épargne et de crédit
prennent le nom de leur présidente. Elles regroupent exclusivement des femmes, sauf
« Lantartchi » et « Tahi Maazou » qui ont respectivement un sociétaire et deux sociétaires
masculins.
Ces caisses se sont fixées des objectifs.

4.2.3.2 Les objectifs des caisses d’épargne et de crédit caisses « assussu »

Les caisses « assussu » ont pour objectifs principaux :
     La mobilisation de l‟épargne locale ;
     Le Développement d‟une source locale de crédit en vue du financement des activités
génératrices de revenu et les besoins socio-économiques santé, sécurité alimentaire,
cérémonies, …) des membres en vue de la lutte contre la vulnérabilité et ou la pauvreté;
     La Promotion de la confiance mutuelle et la solidarité entre les membres ;
On voit ainsi que les objectifs fixés par les caisses sont à la fois économiques et sociaux.

4.2.3.3 Les catégories sociales actives au niveau des caisses d’épargne et de crédit

La catégorisation des membres des caisses a permis de voir les catégories sociales les plus
actives au niveau des caisses « assussu » voir tableau n°9.
Tableau n°9 : Le nombre de personnes par catégorie sociale dans les caisses « assussu »
et la taille de l’échantillon correspondant
                                                                                            110
Catégorie sociale       Proportion              Pourcentage           Taille de l‟échantillon
PV                                7                   12,5 %                      1
MV                               14                    25 %                       2
TV                       35 dont 4 veuves *           62,5 %                      5
EV                                0                      0                        0
Total                            56                   100 %                       8

*Ces veuves sont du même coup chef de ménage et doivent subvenir aux besoins des
membres de la famille (nourriture, santé, dépenses de cérémonies).

Le tableau n°9 montre que les très vulnérables sont les plus actives dans les caisses
« assussu » suivies de moyennement vulnérables. Par contre les peu vulnérables sont peu
actives dans les caisses. Les différentes catégories sociales (PV, PM, TV, EV) représentent
respectivement 12,5 %, 25 %, 62,5 % et 0 %. Pour les TV, on note la présence de quatre
veuves.
Les extrêmement vulnérables sont absentes dans les caisses « assussu ». Cette absence des est
due à l‟incapacité de cette catégorie de payer leurs cotisations hebdomadaires.

4.2.3.4 Le fonctionnement des caisses d’épargne et de crédit : Caisses « assussu »

Les caisses fonctionnent avec la cotisation de ses membres, donc avec leurs ressources
propres, sans financement extérieur. Les membres de chaque caisse font des cotisations
hebdomadaires qui varient en fonction de la caisse de 250 F à 500 F voir tableau n°10 : Les
différentes caisses d‟épargne et de crédit : caisse « assussu » de Dan Saga et le montant des
cotisations hebdomadaires. En fonction des montants de cotisation, chaque membre peut avoir
une demi-part, une part, ou deux parts en fonction de mes moyens. Les très vulnérables
s‟associent à deux de fois pour une part cas de 6 femmes très vulnérables au niveau de la
caisse « Lantartchi ».

Tableau n°10 : Différentes caisses d’épargne et de crédit caisse « assussu » le montant
des cotisations hebdomadaires et le nombre de sociétaires

Nom de la caisse d‟épargne et Montant de la cotisation Nombre de sociétaires en
de crédit                     hebdomadaire (F CFA )    2004

« Lantartchi »                              500                             33
« Tahi Maazu »                              250                              9
« Kando Gozé »                              250                             20
« Rabi Sadou »                              250                             27
« Tagaza Karama assussu »                   250                             22
“Safia Kané »                               250                             20
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
Le tableau n° 10 montre que la plupart des caisses ont un montant de cotisation hebdomadaire
par membre de 250 F CFA118, ce montant est de 500 F CFA pour « Lantarchi ».
Les sociétaires sont réunies en groupement d‟un nombre variable. En 2004 pour les caisses
étudiées, ce nombre variait de 9 pour la caisse « Tahi Maazu » à 33 membres pour
« Lantartchi » voir tableau n° 10. Le nombre de sociétaire par caisse « assussu » est de 33, 9,
20, 27, 22, et 20 respectivement pour « Lantartchi», « Tahi Maazu », « Kando Gozé »,
« Tagaza Karama assussu », “Safia Kané ».


118
   1 euro = 654 F CFA
                                                                                             111
Le nombre de sociétaires varie d‟une caisse à une autre et pour la même caisse d‟une
année à une autre. Les caisses sont essentiellement constituées de femmes, sur 6 caisses au
moment de l‟enquête en août septembre 2004, sur un effectif de 131 sociétaires, on compte
seulement 3 hommes, soit 2 % du total.

Un jour de la semaine est fixé par chaque caisse pour le versement des cotisations et pour
tenir la réunion du comité de gestion. Pour la caisse « assussu Lantartchi », les versements et
la réunion du comité de gestion se tiennent chaque lundi.

Les fonds sont déposés pendant les 7 premières semaines en vue de constituer une somme
importante. A la huitième semaine, l‟épargne collectée est divisée entre les membres de la
caisse sous forme de crédit. Les montants des crédits sont variables en fonction de la
demande de chaque femme et de l‟épargne disponible. Les crédits sont octroyés aux membres
des caisses pour une durée d‟un mois (4 semaines), les crédits et les intérêts sont recouverts
chaque mois en vue d‟être redistribués. Par exemple une femme qui prend un crédit de 10
000 F CFA à la 8 e semaine, doit rembourser à la 12 e semaine, 11 000 F CFA correspondant
au crédit plus 1000 F CFA qui est l‟intérêt sur le capital. A la douzième semaine par exemple,
les fonds disponibles dans une caisse sont constitués par les cotisations hebdomadaires
pendant 12 semaines de l‟ensemble des membres auxquelles s‟ajoute la rémunération de
l‟épargne du montant disponible dans la caisse à la 8 e semaine. A la 44 ième semaine,
l‟épargne mobilisée n‟est plus distribuée sous forme de crédit. Les fonds sont déposés dans la
caisse, c‟est la phase de rassemblement de l‟ensemble des ressources.

Les cotisations quant à elles continuent jusqu‟à la 48 ième semaine : C‟est la fin du cycle après
48 semaines de fonctionnement de la caisse, soit une année. Les fonds mobilisés (l‟épargne
des membres pendant 48 semaines plus la rémunération de l‟épargne) sont distribués entre les
membres de la caisse, en fonction du nombre de parts de chaque sociétaire. Chaque femme
reçoit à la fin du cycle, le montant épargné pendant 48 semaines plus la rémunération de cette
épargne.
Pour les femmes qui n‟ont pas remboursé leurs crédits contractés auprès de la caisse, ce
montant est déduit de la somme que la femme doit revoir.

Le taux d‟intérêt est de 10 % par mois (4 semaines) pour les activités commerciales. Les
crédits octroyés aux membres des caisses dans le cadre des cérémonies de mariage, de
baptême ou en cas de maladies sont sans taux intérêt et sont remboursés deux semaines après
la cérémonie. Le taux de remboursement des crédits avoisine les 100 %, il s‟agit de l‟argent
«chaud » contrairement au taux de rendement faible des crédits octroyés par les partenaires
extérieurs argent « froid ». Pour obtenir ces taux de remboursement élevés, des mécanismes
de recouvrement efficaces des crédits ont été mis en place par les groupements qui utilisent
non seulement de la pression morale mais vont jusqu‟à la confiscation des biens de celles ou
ceux qui refusent de payer.
En plus de la mobilisation de l‟épargne, certaines caisses « assussu » entreprennent des
activités génératrices de revenus telles que : La fabrication traditionnelle de la pommade, les
banques céréalières (achat de céréales à la période des récoltes, et la vente à la période de
soudure), la commercialisation de l‟arachide cas de la caisse « Lantarchi » (achat de 100 000
F CFA d‟arachide en 2003 qui est revendue à la période de soudure).
                                                                                          112
Les caisses sont généralement dotées d‟un cadre organisationnel. Un comité de gestion est
mis en place au niveau de chaque caisse. Les caisses d‟épargne et de crédit connaissent un
engouement, d‟où l‟adhésion de plus en plus de femmes. Des nouvelles caisses sont
également mises en place chaque année.

4.2.3.5. Adhésion des femmes dans les caisses d’épargnes et de crédits, « assussu »

Le nombre de caisses et l‟adhésion des sociétaires ont varié en fonction du temps voir tableau
n°11. On est passé d‟une (1) caisse en 1998, caisse « Lantarchi » à six (6) caisses en
septembre 2004, pendant la même période le nombre de sociétaires est passé de 35 en 1999 à
137 en 2003 et à 131 en 2004. On note une diminution des membres des caisses en 2004, cette
situation est due aux vols d‟argent dans les caisses en 2003. En effet, deux caisses ont été
victimes de vols en 2003, il s‟agit de « Lantarchi » et « Tahi Maazu ». Cette situation
explique qu‟au niveau de la caisse « Tahi Maazu » où on est passé de 29 membres en 2003 à
seulement 9 membres en 2004.

Tableau n°11: Evolution du nombre de caisses « assussu », des sociétaires et du taux de
pénétration en fonction du temps

Nom de la caisse d‟épargne 1999         2000     2001      2002      2003     2004
et de crédit : Caisse
« assussu »
« Lantartchi »               35         35       35        36        36       33
« Tahi Maazu »               -          33       31        31        29       9
« Kando Gozé »               -          -        18        20        20       20
« Rabi Sadou »               -          -        -         -         30       27
« Tagaza Karami assussu » -             -        -         -         22       22
„Safia Kané »                -          -        -         -         -        20
Nombre de caisses            1          2        3         3         5        6
Nombre total des femmes      35         68       82        87        137      131
dans les caisses en fonction
du temps
Nombre de personnes          166        517      623       661       1041     996
touchées par le micro-crédit
dans le village
Taux de pénétration % des    9,76       30,41    36,65     38,88     61,23    58, 58
caisses dans le village
Source : Données de l‟enquête août septembre 2004
- Caisses non mises en place
La population de Dan Saga est estimée à environ 1700 personnes, en 2004, regroupées en 156
ménages (homme chef de ménage), soit environ 11 personnes par ménage. Compte tenu de la
polygamie dans la zone, un homme chef de ménage peut avoir en moyenne deux (2) femmes.
Pour enquêtes menées, sur un échantillon de 16 hommes, 4/16 ont une femme, 7/16 femmes
ont chacun deux femmes, 3/16 femmes ont chacun trois femmes et 2/16 ont chacun quatre
femmes. Les chefs de ménages ayant une femme sont généralement des jeunes.

En moyenne, chaque femme a en charge environ 8 personnes (enfants et mari), d‟après les
données de l‟enquête, d‟août septembre 2004.
Le taux de pénétration des caisses est calculé en faisant le rapport entre le nombre de
sociétaires dans le village et le nombre d‟habitants du village. Le taux de pénétration est
exprimé en pourcentage, il est respectivement de 9,76 %, 30,41 %, 36,65 %, 38,88 %, 61,23
% en 1999, 2000, 2001, 2002, 2003. Le taux est retombé à 58,58 % en 2004. Les caisses
                                                                                             113
d‟épargne et de crédit ont permis une mobilisation de plus en plus importante de l‟épargne
en fonction en fonction du temps.

4.2.3.6 L’épargne mobilisée par les caisses en fonction du temps

L‟épargne mobilisée dans les différentes caisses en fonction du temps a connu une évolution
significative. Ainsi, on est passé de 725 400 F CFA pour la première caisse « Lantartchi » en
1999 à 3 424 500 F CFA en 2003. Pour les cinq caisses qui ont fonctionné au moyen de
l‟enquête en août septembre 2004, l‟épargne mobilisée pendant 28 semaines est de 1 539 110
F CFA, la sixième caisse (Tagaza Karami assussu) a cessé ces activités pendant la saison des
pluies compte tenu des difficultés financières que connaissent ces membres pour voir tableau
n° 12. Ces montants épargnés ont permis de financer les activités génératrices de revenu à
travers l‟augmentation du fonds de commerce des ménages.

Tableau n°12 : Evolution des montants épargnés par an au niveau des caisses « assussu »
en fonction du temps (de 1999 à 2004)
Caractéristiques des     Evolution de l‟épargne mobilisée par an dans les différentes
caisses d‟épargne et de caisses d‟épargne et de crédit : Caisse « assussu ».
crédit
Nom de la caisse            1999         2000       2001        2002         2003        2004
d‟épargne et de crédit
« Lantartchi »           725 400 725 400 725 400 1 223                    1 097        634 175
                                                              125         350
« Tahi Maazu »           -            451 200 215 000 516 000 389 000 140 820
« Kando Gozé »           -            -           180 000 240 000 290 000 **
« Rabi Sadou »           -            -           -           -           448 000 424 500
« Tagaza Karami          -            -           -           -           308 000 205 175
assussu »
“Safia Kané »            -            -           -           -           -            134 400
Epargne totale           725 400      1 411 600 1 163 400 2 237 125 3 424 500 1 539 110
mobilisée par les six                                                                         ¤¤
caisses par an
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
- Caisses non mises en place
**en 2004, cette caisse n‟a pas fonctionné jusqu‟en septembre 2004
¤¤ : Ce chiffre ne couvre pas tout le cycle, la plupart des caisses étaient à la 28 e semaine de
cotisation.

Les montants épargnés par les caisses sont respectivement 725 400 F CFA en 1999, 1 411
600 F CFA ; 1 163 400 F CFA ; 2 237 125 F CFA ; 3 424 500 F CFA ;1 539 110 F CFA
respectivement en 2000 ; 2001 ; 2002 ; 2003 ; 2004. Ces fonds mobilisés au niveau des crédits
ont permis d‟octroyer des crédits pour la conduite d‟activités génératrices de revenu.
Les différentes catégories sociales n‟ont pas les mêmes stratégies en matière d‟épargne.


4.2.3.7 Les stratégies mises en œuvre par les catégories et groupes sociaux au niveau de
l’épargne
                                                                                            114
Les Peu Vulnérables (PV) et les Moyennement Vulnérables (MV) cotisent régulièrement
ont une part ou deux. Ces femmes pratiquent d‟autres activités génératrices de revenu : vente
de plats cuisinés, de bière traditionnelle « Bourkoutou » (1 PV) de l‟échantillon. Ces activités
soutiennent l‟épargne au niveau des caisses.
Les Très Vulnérables ont soit une part ou elles s‟associent à deux pour une part, c‟est le cas
de « Lantartchi » où 6 très vulnérables disposent chacune une demi-part. Les cotisations au
niveau des caisses obligent les femmes à épargner donc à développer des stratégies de
prévoyance surtout pour les catégories les plus vulnérables (très vulnérables) qui doivent face
aux besoins de la survie.
L‟épargne mobilisée au niveau des caisses d‟épargne et de crédit permet d‟octroyer des
crédits aux membres.


4.2.3.8 Les crédits octroyés par les caisses et les stratégies mise en œuvre par les ménages


                            a. Les crédits octroyés par les caisses


Les crédits octroyés aux femmes par les caisses sont variables en fonction du montant
disponible au niveau de la caisse et des besoins de la femme. Les montants des crédits
octroyés par la caisse « Lantarchi » à la 24 e semaine sont consignés dans le tableau n° 13.
Ces montants varient de 3 000 à 35 000 F CFA. La moyenne des crédits octroyés en cette
période est de 14 760 F CFA. Le temps de retour du crédit est de quatre semaines. Ainsi,
chaque femme doit rembourser ce montant à la 28 e auquel s‟ajoute l‟intérêt de 10 %.
                                                                                          115
Tableau n°13 : Montants des crédits octroyés aux membres par la caisse
« Lantarchi » à la 24 e semaine.
Numéro de membre Montant du crédit F Numéro de membre Montant du crédit F
                       CFA                                       CFA
          1                             3 000          19             18 000
          2                           12 400           20             35 000
          3                           26 000           21             20 000
          4                             5 500          22             19 000
          5                           24 000           23             10 000
          6                           15 000           24              5 000
          7                             7 500          25             13 000
          8                             9 000          26             16 500
          9                           15 000           26             20 500
         10                           10 500           27             15 000
         11                           23 000           28              7 500
         12                           19 300           29             12 400
         14                           15 000           30             14 500
         15                           13 500           31             16 500
         16                           15 000           32              1 000
         17                           11 000           33             25 400
         18                           13 650
Total                                                                487 150
Crédit moyen contracté par femme à la 24 e semaine à «Lantarchi»      14 760
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

D‟une manière générale pour l‟ensemble des caisses, les crédits octroyés sont variables. Ils
ont été calculés de 1999 à septembre 2004. Ces montants octroyés par l‟ensemble des caisses
en fonction du temps sont consignés dans le tableau n°14.

Tableau n°14: Crédits annuels octroyés par les caisses « assussu »en fonction du temps
Année                     1999        2000       2001       2002         2003         2004
Caisses
« Lantartchi »          3 339 960 3 339 960        3 339 5 333 390 6 856 295 2 356 090
                                                     960
« Tahi Maazu »                   -   3 580 665 453 530 4 094 945 3 347 215 269 630
« Kando Gozé 3                   -           - 303 340 1 201 705 1 904 505 *
« Rabi Sadou »                   -           -         -            - 883 565        872 475
« Tagaza                         -           -         -            - 4 589 230 1 622 355
“Safia Kané »                    -           -         -            -            - 303 340
Crédit total octroyé     3 339 960   6 920 625 4 096 830 10 630 040 17 580 810 5 423 890
Crédit moyen                95 425    101 775     48 770    122 185      128 325       29 755
octroyé par femme
Crédit octroyé par          10 600     11 300      5 400     13 750       14 250        5 950
femme par mois F
CFA
Source enquête de terrain août septembre 2004
*Cette caisse n‟a pas fonctionné jusqu‟en septembre 2004, date de l‟enquête sur le terrain
- Caisse non mise en place
                                                                                                                              116
Les crédits octroyés par an varient de 3 339 960 F CFA en 1999 (à cette date seule la
caisse « Lantarchi » existait) à 17 580 810 F CFA pour les 5 caisses qui ont fonctionné en
2003. Les crédits octroyés en 2004 (jusqu‟en septembre 2004) s‟élevaient à 5 423 890 F CFA.
Les crédits moyens octroyés par femme par an varient de 48 770 F CFA à 128 325 F CFA.
Durant le cycle de 48 semaines que dure le fonctionnement de chaque caisse, la période
durant laquelle les crédits sont octroyés est de 9 mois en moyenne par caisse, ce qui
correspond à des crédits moyens mensuels par femme qui varient de 5 950 F CFA à 14 250 F
CFA.
Ces crédits permettent aux femmes d‟augmenter leurs fonds de roulement.

   b Les stratégies mis en œuvre par les catégories sociales dans l’utilisation du crédit

Les crédits contractés par les femmes au niveau des caisses « assussu » sont utilisés de
différente manière en fonction des catégories sociales voir figure n°5.

Figure n°5 Utilisation des crédits par les ménages au niveau des caisses « assussu »


                     Utilisation des crédits par les femmes au niveau des caisses de d'épargne et de crédit




                                     Dépenses cérénomie       Autres affectations
                                            8%                       2%
               Achat de nourriture
                      10%




                                                                                                          Fonds de commerce
                                                                                                                 80%




                                 Fonds de commerce        Achat de nourriture   Dépenses cérénomie   Autres affectations

Source : Données de l‟enquête de septembre 2004

Une analyse de l‟utilisation des crédits montre que près de 80 % sont utilisés pour augmenter
les fonds de commerce. Une autre partie des crédits, 10 % est utilisée pour l‟achat de
nourriture. C‟est surtout, les catégories sociales les plus vulnérables (très vulnérables) qui
prennent des crédits pour satisfaire les besoins de survie (sécurité alimentaire, soins de santé,
de cérémonie) mais aussi pour entreprendre des activités commerciales vente des plats
cuisinés, extraction d‟huile, etc. Les TV ont parfois du mal à payer leurs cotisations surtout en
période de soudure. Ce crédit permet aux très vulnérables d‟assurer en partie la sécurité
alimentaire surtout pendant la période de sarclage. Ainsi, ils peuvent se consacrer aux travaux
champêtres afin de mieux préparer la campagne en cours.
                                                                                               117
Les crédits consacrés aux dépenses de cérémonies sont évalués à 8 %. Ces fonds sont
utilisés par les femmes généralement pour marier leurs enfants ou utilisés dans les cérémonies
de baptême et de mariage. Les autres affectations des crédits concernent les dépenses
courantes telles que : l‟achat de cola, de condiments surtout pour les très vulnérables.


Les extrêmement Vulnérables (EV) sont absents dans les caisses d‟épargne et de crédit. Les
entretiens avec les EV ont montré leur volonté d‟intégrer les caisses « assussu » ce qui leur
permet d‟améliorer leur revenu.


Durant la période de soudure ou de famine, les ménages plus vulnérables (Très vulnérables et
extrêmement vulnérables) mettent en œuvre des stratégies variées pour faire face à la survie.
C‟est durant ces périodes (soudure ou famine), c‟est le cas de cette année (2005), que ces
catégories de ménages font recours aux usuriers de toutes sortes : Les commerçants et
fonctionnaires de la ville et les peu vulnérables du village pour contracter des crédits avec des
taux d‟intérêt souvent très élevés avoisinants les 50 % par campagne ou hypothéquer
purement et simplement la production de la campagne à venir. Dans les cas extrêmes, la
récolte est vendue à l‟état vert, pratique communément appelée « tchi babu dadi ». Certains
ménages mettent en gage leurs champs qui finiront le plus souvent par être vendus ou
procèdent à la vente du bétail. Ce qui se traduit par une décapitalisation des ménages les plus
vulnérables. La lutte contre la décapitalisation des ménages se fait à travers l‟octroie de crédit
pendant la période de soudure. Dans ces conditions, le micro-crédit est un mécanisme pour
prévenir la vulnérabilité et /ou de lutter contre la pauvreté. Les crédits octroyés par les caisses
ont permis de réaliser des bénéfices à travers la conduite des AGRs.


4.2.3.9 Bénéfices réalisés sur l’épargne dans caisses d’épargne et de crédit : Caisses
« assussu »

L‟épargne mobilisée par les caisses a servi à octroyer des crédits à leurs membres. Le taux
d‟intérêt prélevé permet la rémunération de l‟épargne mobilisée par les caisses. Les bénéfices
réalisés sur l‟épargne par année par les différentes caisses sont consignés dans le tableau n°
15.
L‟épargne moyenne mobilisée par femme par an varie de 9 200 F CFA à 16 600 F CFA. Le
bénéfice moyen réalisé sur l‟épargne mobilisée par an varie de 4 650 F CFA à 9 250 F CFA.
Le bénéfice réalisé sur l‟épargne par an varie de 50,50 à 67,92 % de l‟épargne totale
mobilisée. Ainsi, la rémunération de l‟épargne varie environ de 37 % en 2003 à 68 % en
1999, en fonction de l‟année. Cette rémunération faible de l‟épargne en 2003 s‟explique par
les fonds mentionnés ci-dessus dont l‟achat de 100 000 F CFA d‟arachide dont le bénéfice à
la vente était largement inférieur à la rémunération de l‟épargne au niveau de la caisse. Ce qui
montre que le placement des fonds au niveau des caisses est une opération très rentable.
                                                                                            118
Tableau n°15 : Bénéfices réalisés sur l’épargne mobilisée dans les différentes caisses
d’épargne et de crédit caisses « assussu » dans le temps
Année              1999     2000       2001        2002     2003        2004          Total
Nombre de          1        2          3           3        5           6
caisses
Nombre                  35          68        84         87        137          131
d‟adhérentes dans
les caisses
Montant total        725 400 1 411 600 1 163 400 2 237 125 3 424 500        1 539 110*
mobilisé
Bénéfices réalisés   293 400 528 400    390 400     849 125    1 154 500      412 100* 3 627 934
sur l‟épargne
Bénéfice réel        67,92    59,83     50,50       61,18      50,86       36,57*        52,78
réalisé sur
l‟épargne (%)
Épargne moyenne      12 300   13 000    9 200       15 950     16 600      13 865
annuelle par femme
Bénéfice moyen       8 400    7 750     4 650       9 250      8 425       3 700*
annuel par femme
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
*Les caisses ont fonctionné jusqu‟en septembre 2004, donc elles étaient à la 28 eme semaine
pour la plupart

Les caisses ont non seulement permis de financer les activités génératrices de revenu mais de
fructifier l‟épargne. Les caisses constituent des lieux de dépôts pour une meilleure
sécurisation des fonds mais aussi une rémunération adéquate de l‟épargne. Pour les catégories
moins vulnérables (les peu vulnérables et les moyennement vulnérables), certaines de ces
femmes avaient coutume de garder leurs économies à la maison, parfois dans des jarres
qu‟elles enterraient ensuite. Pour cette catégorie sociale, les caisses permettent une
rémunération des fonds (intérêts sur l‟épargne), une méthode de lutte contre la thésaurisation.
D‟autres activités comme l‟extraction d‟huile sont également conduites par les femmes.

4.2.4 L’extraction d’huile d’arachide

4.2.4.1 Historique et pratique de l’extraction d’huile d’arachide

L‟extraction d‟huile d‟arachide est une activité très ancienne qui date d‟environ150 ans dans
le village de Dan Saga. Jadis, l‟arachide était brûlée complètement pour extraire l‟huile. Cette
méthode ne permettait pas la récupération du tourteau. L‟extraction d‟huile d‟arachide est
pratiquée environ par 228 femmes de Dan Saga à la période des récoltes. La plupart de ces
femmes produisent de l‟arachide dans leurs champs individuels la « gamana ». A la saison
des récoltes, ces femmes transforment leur arachide en huile en vue d‟une plus grande plus
value. Le nombre de femmes qui pratiquent l‟extraction d‟huile diminue considérablement en
période de soudure pour se retrouver entre 70 et 80 de femmes. L‟extraction d‟huile a
longtemps été pratiquée par les femmes de manière individuelle. Depuis quelques années, des
groupements ont vu le jour, surtout avec l‟intervention des projets de développement,
notamment le PAIIP.

C‟est ainsi, qu‟à Dan Saga, le groupement des « sages » a été mis en place. Ce groupement
était composé de 21 membres. La création de ce groupement a été motivée par le programme
Spécial du Président de la République dans le cadre de la lutte contre la pauvreté.
                                                                                            119
Ce groupement était composé d‟hommes et de femmes. Au départ, c‟est le seul
groupement d‟extraction d‟huile du village. Les membres du groupement ont cotisé chacun
100 F FCA par semaine pour constituer le fond de roulement de l‟activité. Ces fonds ont servi
à acheter 2 sacs d‟arachide pour commencer l‟extraction d‟huile.

Le PAIIP a appuyé ce groupement. Cet appui du PAIIP est composé de : 30 nattes, 1 foyer
amélioré, 1 grande tasse, 2 louches, 5 bidons, 5 coffres pour garder l‟argent.
Après 10 mois de fonctionnement, ce groupement a connu des difficultés de gestion. Les
fonds étaient initialement gardés par les hommes qui ont fini par les détourner. Le manque de
transparence dans la gestion des fonds a conduit à la dislocation du groupement en 3 petits
groupements de 7 membres chacun. Le matériel a été divisé entre les différents groupements,
lesquels ont vu l‟adhésion d‟autres femmes. Des nouveaux groupements ont vu le jour.

Ainsi, au moment de l‟enquête en août septembre 2004, il y‟avait 5 groupements d‟extraction
d‟huile à raison d‟un groupement par quartier voir photo n°2.




Photo n°2 : Groupement d’extraction d’huile d’arachide à Dan Saga

Ces groupements se composent respectivement de 5 ; 16 ; 11 ; 10 et 12 membres soit un total
de 54 femmes pour l‟ensemble des groupements. Pour relancer l‟extraction d‟huile, elles ont
cotisé chacune une « tia119 ». La mobilisation de l‟épargne locale qu‟il soit en espèce : Cas du
groupement des « sages » ou en nature, a permis aux femmes de constituer un fonds de
roulement pour mener l‟activité. Ce qui est confirme à la théorie de Lewis selon laquelle, les
pays en développement disposent d‟une épargne non monétaire qui peut être mobilisée pour
réaliser des investissements.


Le nombre de femmes qui pratiquent l‟extraction d‟huile en dehors des groupements pendant
la saison de pluies est environ 28 femmes. Pendant la saison de pluies, la majeure partie des



119
      1 “tia” correspond environ 2,5 kg
                                                                                         120
femmes ne pratique pas l‟extraction d‟huile. Durant cette période, deux phénomènes
expliquent le ralentissement de l‟activité :
    L‟augmentation du prix de l‟arachide, beaucoup de femmes n‟ont plus de ressources
       suffisantes pour continuer l‟activité ;
    L‟emploi du temps des femmes particulièrement chargé durant cette période les
       empêche aussi de s‟adonner à l‟activité. Elles s‟adonnent plus aux travaux champêtres
       qui absorbent l‟essentiel de leur temps. La conduite de l‟extraction d‟huile a généré
       des revenus.

4.2.4.2 Quantité d’arachide transformée et les revenus issus de l’extraction d’huile

La quantité moyenne d‟arachide transformée par semaine par femme en dehors des
groupements varie de 12,5 kg à 15 kg en fonction de la période de l‟année. Cette quantité
transformée varie également en fonction des périodes de l‟année voir tableaux n°16 et n 17.

Tableau 16 : Performance moyenne d’une femme en dehors des groupements en
fonction des différentes périodes de l’année

Période de l‟année                              novembre            février mai juin octobre
                                                janvier
Quantité moyenne d‟arachide                                  12,5           15           12,5
transformée/semaine (kg)
Prix d‟achat arachide (F CFA)                               3 250        4 200          3 750
Revenu brut moyen tiré par semaine (F CFA)                  4 075        5 910          5 775
Bénéfice tiré par semaine (F CFA)                             825        1 710          2 025
Bénéfice moyen mensuel (F CFA)                              3 300        6 840          8 100
Bénéfice moyen par période (F CFA)                          9 900       27 360         40 500
Revenu annuel moyen (F CFA)                                                            77 760
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004.

La quantité moyenne d‟arachide transformée par femme travaillant en dehors des
groupements varie de 12,5 à 15 kg par semaine en fonction de l‟année. C‟est durant la période
de février à mai que les quantités d‟arachide transformées sont plus importantes (15
kg/semaine). Période durant laquelle, les femmes n‟ont pas de travaux champêtres. Les tâches
des femmes durant cette période sont moins importantes que les autres périodes.
Toutefois, les marges bénéficiaires sont plus importantes pendant la saison de pluies (juin
octobre). Durant cette période, le nombre de femmes qui pratiquent l‟extraction diminue
considérablement. Par conséquent il y a moins de concurrence sur le marché, contrairement à
la période post récolte (novembre janvier) où il y a une grande quantité d‟huile qui est mise
sur le marché, par conséquent, la concurrence est très forte, il y a une mévente et les prix
s‟effondrent malgré même si la demande d‟huile est relativement importante. C‟est la période
des mariages au village. Les mariages sont généralement programmés durant cette période.


Durant la saison de pluies, certaines femmes cessent l‟activité par manque de fonds de
roulement, surtout les très vulnérables qui doivent faire face durant cette période à une
                                                                                               121
pénurie de nourriture. Les prix de l‟arachide augmentent également durant cette période.
Toutefois, pour une même quantité d‟arachide transformée (12,5 kg) en période post récolte et
à la saison des pluies, les bénéfices sont plus importants en saison de pluies et sont
respectivement 9 900 F CFA (période post récolte) et 40 500 F CFA (saison des pluies).

Les revenus générés par l‟extraction d‟huile d‟arachide sont importants pour quelques
femmes qui travaillent en dehors des groupements. Ces revenus peuvent avoisiner 77 760 F
CFA par an. Ces femmes qui ont leurs micro entreprises individuelles sont plus performantes
que celles qui travaillent au sein des groupements.

Les femmes qui sont dans les groupements ont des performances différentes de celles qui
travaillent seules. Ainsi, les quantités moyennes d‟arachide transformées par groupement par
semaine varie entre 12 kg et 25 kg en fonction des périodes de l‟année voir tableau n°17.

Tableau 17: Performance moyenne d’un groupement d’extraction d’huile pendant les
différentes périodes de l’année

Période de l‟année                novembre-janvier               février-mai           Juin octobre
Quantité moyenne d‟arachide                        15                             25             20
transformée/semaine (kg) par
groupement
Revenu moyen brut tiré par                     4 075                            5910         5 775
groupement par semaine (F CFA)
Revenu moyen brut tiré par                    16 300                       23 640           23 100
groupement par mois (F CFA)
Nombre de femmes pour le                           11                             11            11
groupement étudié
Bénéfice moyen annuel réalisé par             39 600                       82 080           97 200
le groupement (F CFA)
Revenu moyen annuel par femme                  3 600                        7 460            8 835
par période (F CFA)
Revenu moyen annuel par femme travaillant à l‟intérieur un groupement (F CFA)               19 895

Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004.

La quantité d‟arachide transformée par un groupement qui regroupe en moyenne 11 femmes
et les revenus moyens par période varie en fonction de la période. Les quantités transformées
sont plus importantes pendant la période de février à mai 25 kg, que pendant les deux autres
périodes : novembre-janvier et juin octobre où les quantités d‟arachide transformées sont
moins importantes et sont respectivement 15 et 20 kg par semaine. Le revenu moyen annuel
d‟une femme qui travaille dans un groupement est environ 19 895 F CFA.

Ce qui montre que les performances des femmes qui travaillent dans les groupements sont
inférieures à celles des femmes qui travaillent individuellement. Au sein des groupements, les
activités sont conduites par le groupe où la motivation n‟est pas la même. Les femmes notent
qu‟ils se réunissent en groupement seulement dans le but de bénéficier de l‟aide du projet. Ce
qui montre une stratégie des acteurs locaux pour bénéficier de la rente financière.
L‟enquête a aussi porté sur l‟utilisation du matériel agricole.
                                                                                             122
4.2.5 Utilisation du matériel agricole de type « moderne » (semoir, charrue)

4.2.5.1 Historique de l’activité

La culture attelée a été introduite dans la zone dans les années 60. Cette période correspond à
la tentative de modernisation de l‟agriculture. La région de Maradi constituait le bassin
arachidier mis en place par le pouvoir colonial à partir des années 30. Cette zone devrait être
un pôle de croissance et de fixation de la main d‟œuvre locale. Le projet de développement
rural de Maradi à partir de 1981 et par la suite le PDRAA à partir de 1992 ont à travers le
crédit agricole équipé plusieurs paysans. Par la suite certains paysans le font à partir de leurs
propres initiatives. Ce qui a contribué à une expansion de la culture attelée dans la région de
Maradi surtout les départements de Madarounfa, Guidan Roumdji, Aguié.

L‟utilisation du matériel agricole de type moderne est née de la volonté d‟intensifier
l‟agriculture, d‟augmenter la productivité, de diminuer le temps de travail « innovation
technologique visant à réduire le temps de travail).

Lors des autodiagnostics villageois, les communautés villageoises de la zone d‟Aguié ont
manifesté leur souhait de bénéficier d‟un appui en matériel agricole de type moderne (charrue,
semoir, animaux de traction). Seuls les groupements peuvent bénéficier de cet appui qui se
fait à travers un cofinancement. C‟est ainsi à Dan Saga, le groupement « Garkuwa » a
bénéficié de l‟appui du PAIIP qui est constitué d‟un semoir, d‟une charrue, d‟un bœuf.
Le groupement est créé en mars 2003 après l'échec de celui des « sages ». Ce groupement est
reconnu le 17/04/2003, et comptait au départ 60 membres dont 11 femmes.
Après quelques mois de fonctionnement 14 membres ont quitté le groupement dont 6
extrêmement vulnérables pour incapacité de payement de leur cotisation et les 8 autres pour le
non-respect du règlement intérieur et des problèmes de leadership.


Au moment de l‟enquête en août septembre 2004, le groupement est composé de 46 membres
dont 14 peu vulnérables, 16 moyennement vulnérables, 15 très vulnérables et 1 extrêmement
vulnérable.

Le groupement a bénéficié de deux crédits « arachide » du Service d‟Arrondissement de
l‟Agriculture d‟Aguié respectivement de 10 et de 30 sacs en 2003 et 2004 à raison de 11 000
F CFA le sac. Le crédit doit être remboursé le 20 novembre de chaque année. Il s‟agit d‟un
crédit de type solidaire dont le groupement assure la gestion et le recouvrement. Le taux de
remboursement du crédit arachide est de l‟ordre de 100 %. On assiste à la création de la
norme locale par les acteurs populaires pour assurer la gestion du crédit.


La catégorisation des membres du groupement qui utilise le matériel agricole a permis de voir
les catégories les plus actives dans cette activité génératrice de revenu voir tableau n°18.
                                                                              123
Tableau n°18: Nombre de personnes par catégorie sociale dans le groupement qui
utilise le matériel agricole et la taille de l’échantillon correspondante

Catégorie sociale             Nb de personne        Pourcentage                      Taille de l‟échantillon
PV                            14                    30,43 %                          3
MV                            16                    34,78 %                          3
TV                            15                    32,61 %                          3
EV                            1                     2,17 %                           1
Total                         46                    100 %                            10

Ce tableau montre que les peu vulnérables, les moyennement vulnérables, les très vulnérables
sont les plus présentés dans le groupement utilisant le matériel agricole « Garkuwa » avec à
peu près les même proportions soit respectivement 30,43 % ; 34,78 % et 32,61 %. En
revanche, les extrêmement vulnérables sont peu présents dans le groupement seulement 2,17
% de l‟ensemble.

4.2.5.2 Cadre organisationnel

Le groupement s‟est doté d‟un cadre organisationnel à travers un comité de gestion de 8
membres dont 3 femmes. Le mandat du comité est d‟un an renouvelable. Les femmes
occupent des postes secondaires dans le comité de gestion. Il est à noter que c‟est deux (2)
semaines après la mise en place du groupement que les femmes ont été appelées pour intégrer
le groupement. Il s‟agit de stratégies de ruse mises en œuvre par les acteurs locaux pour capter
la rente financière des partenaires au développement. Les membres du groupement se
réunissent une fois par semaine, chaque vendredi, après la prière de la « JUMA120 ». Le
groupement conduit d‟autres activités génératrices de revenus.

4.2.5.3 Les activités conduites par le groupement

Le groupement fonctionne avec la cotisation de ses membres, des différents appuis, de ses
activités (champs collectifs, banque céréalière, activités commerciales…) de la location du
matériel agricole.
 Le groupement procède à la mobilisation de l‟épargne locale à travers des cotisations. Une
cotisation hebdomadaire de 100 F CFA est régulièrement versée par chaque membre.
Le matériel agricole est loué par le groupement pour les travaux de semis (semis d‟arachide).
Les travaux de semis manuels demandent beaucoup de temps et surtout pour les femmes et
sont particulièrement éprouvants. Le revenu tiré de la location du matériel agricole est reparti
de la manière suivante : 1/3 pour la nourriture du bœuf, 1/3 pour celui qui travaille avec le
bœuf et 1/3 pour la caisse du groupement.

Le groupement octroie des crédits aux membres pour des actions socio-économiques et
sanitaires avec les fonds mobilisés. Ces prêts varient de 10 000 à 20 000 F CFA pour les soins
de santé, les baptêmes et jusqu‟à 50 000 F CFA pour le mariage. A la différence des caisses
« assussu », ces prêts sont sans intérêts et remboursés deux (2) jours après la cérémonie.
Le groupement octroie des crédits au village pour la réalisation d‟activités d‟intérêt public.

120
      Prière collective hebdomadaire du vendredi pour réunir le maximum de membres
                                                                                           124
Actuellement, le groupement dispose de 3 bœufs, de 50 000 F CFA en caisse, de 42 000 F
CFA déposés à la caisse locale d‟épargne et de crédit rural d‟Aguié. Le groupement participe
au financement des activités d‟intérêt collectif, comme c‟est le cas en 2004, où il a contribué
pour 30 000 F CFA, sous forme de crédit au village pour la réalisation d‟un forage. D‟autres
activités telles que la fabrication traditionnelle de la pommade et du savon sont conduites par
les femmes.


4.2.6 Fabrication traditionnelle de la pommade et du savon

Le groupement de la fabrication traditionnelle de la pommade est créé en 2002. Ce
groupement est composé de 10 femmes à raison de 2 femmes par quartier. Le PAIIP les a
appuyées à travers une formation. Pour la pratique de l‟activité, les femmes du groupement
ont cotisé 15 000 F à raison de 1 500 F CFA par femme, le PAIIP a contribué pour 20 000 F
pour l‟achat du matériel et de la matière première.

La catégorisation des membres du groupement qui fabrique la pommade est consignée dans
le tableau n°19

Tableau n°19 : Catégorisation des membres du groupement qui fabrique la pommade

Catégorie sociale      Nb de personne     Pourcentage                 Taille de l‟échantillon
PV                              2                  20 %                           1
MV                              2                  20 %                           1
TV                              4                  40 %                           2
EV                              2                  20 %                           1
Total                          10                 100 %                           5
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

Le tableau n° 19 montre que les très vulnérables sont les plus actives avec 40 % dans le
groupement qui fabrique la pommade. Les peu vulnérables, les moyennement vulnérables et
les extrêmement vulnérables sont équitablement représentés avec 20 % pour chacune de ces
trois catégories sociales. La fabrication de la pommade a généré des revenus pour le
groupement.


4.2.6.1 Les revenus issus de la fabrication de la pommade traditionnelle

La fabrication artisanale de la pommade a permis aux femmes qu‟il soit dans les groupements
ou travaillant individuellement, de réaliser des bénéfices importants mais aussi de valoriser
leur main d‟œuvre souvent non comptabilisée dans les calculs économiques, voir tableaux n°
20 et 21. Les femmes consacrent généralement leur temps aux activités domestiques non
rémunérées.
                                                                                              125
  Tableau n° 20 : Revenus issus de la fabrication artisanale de la pommade pour les 10
  femmes du groupement

Période de Coût de la Transpor Coût de la main   Autres Prix   de Prix de Bénéfice       Bénéfic Durée
fabrication matière   t        d‟œuvre :         coûts revient du vente (F brut sans     e       d‟écoule
(semaine) première (FCFA) fabrication et          (F   produit (F CFA)     main          net     ment en
            (F CFA)*           commercialisati   CFA) CFA)                 d‟œuvre               semaine
                               on (F CFA)
1             20 000        750          5 750   500     27 000 40 000          18 750   13 000        8
2             12 750        750          3 000   300     16 800 20 250           6 450    3 450        2
3              7 000        500          1 750   200      9 700 11 500           3 550    1 800        1
4              8 250        750          2 000   400     11 400 13 500           4 100    2 100        2
5              7 500        750          1 750   300     10 300 12 050           3 500    1 750        1
6              5 250        0**          1 500   250      7 000 10 000           4 500    3 000        1
7              6 150        750          1 600   250      8 750 12 250           5 100    3 500        1
8             12 500        750          3 000   500     16 750 20 750           7 000    4 000        2
9              8 850        750          2 000   400     12 000 14 000           4 000    2 000        2
10            15 000        750          4 000   500     20 250 23 250           7 000    3 000        3
Total        103 250     6 750          26 350 3 600 139 950 177 550            63 950   37 600       23
Rentabilité de la fabrication de la pommade exprimée en pourcentage                 46       27
  Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
  ** Matière première issue de l‟ancien stock.
  *Le coût de la main d‟œuvre est obtenu sur la base de l‟enquête d‟août septembre 2004, une
  journée de 7 heures de travail d‟un bras valide d‟homme est évaluée à 750 F CFA, 500 F
  (CFA) pour une femme soit 1,15 et 0,8 Euro.


  Le bénéfice net réalisé par le groupement est de 37 600 F CFA pendant 23 semaines, période
  de conduite de l‟activité.
  Le bénéfice moyen par femme est de l‟ordre de 3 760 F CFA pendant 23 semaines. Le gain
  moyen d‟une femme travaillant à l‟intérieur du groupement par semaine est de 164 F CFA
  soit 0,25 euro avec en moyenne. On note aussi une valorisation de la force de travail. En effet,
  la rémunération du travail des femmes du groupement correspond à 26 350 F CFA soit 2 635
  F CFA par femme pendant la conduite de l‟activité qui est de 23 semaines, soit une
  rémunération de 115 F CFA par femme par semaine pour environ 3 heures (ce temps
  correspond à la fabrication et à la commercialisation de la pommade).
  Une femme du groupement a créé sa propre micro entreprise de fabrication de la pommade.
  Les revenus générés par cette activité sont consignés dans le tableau n° 21
                                                                                               126
  Tableau n° 21 : Revenus issus de la fabrication traditionnelle de la pommade pour la
  femme travaillant en individuel

Période de Coût de la Transpo Coût de la main   Autre   Prix    de Prix de Bénéfice      Bénéfic Durée
fabricatio matière    rt      d‟œuvre           s       revient du vente (F brut sans    e       d‟écoule
n          première (F CFA) Fabrication et      coûts   produit (F CFA)     main         Net     ment en
           (F CFA)            commercialisati    (F     CFA)                d‟œuvre              semaine
                              on (F CFA)        CFA)
1              5 000        750          1 000   300      7 050    8 550         2 500     1 500       8
2              5 000          *          1 000   300      6 300    8 500         3 200     2 250       2
3              7 000        500          1 100   400      9 250 11 250           3 500     2 000       1
4             12 500        750          1 500   400     15 150 17 900           5 500     2 750       2
5             12 000        750          1 400   300     14 450 17 950           5 500     3 500       1
Total         41 500     3 000           6 000 1 700     52 200 64 200          20 250    12 000
Rentabilité de la fabrication de la pommade exprimée en pourcentage                 39        23      14
  Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

  Le bénéfice net réalisé par la femme travaillant en individuel est de 12 000 F CFA pendant
  une période de 14 semaines soit un bénéfice net de 860 F CFA par semaine. La rémunération
  de la main d‟œuvre pour cette femme est de 6 000 F CFA pour 14 semaines soit environ 430
  F CFA par semaine (correspond à 10 heures par semaine).
  On remarque la femme qui travaille individuellement a des performances largement
  supérieures à celles qui travaillent au sien du groupement.
  Cette femme fait partie également du groupement. On assiste à ce niveau à la naissance d‟une
  micro entreprise individuelle qui peut faire tache d‟huile.


  Pendant la saison sèche, en milieu rural, les travaux rémunérés sont très rares, c‟est la période
  morte. Cette valorisation de la main-d‟œuvre rurale surtout féminine durant cette période est
  d‟une importance capitale. Généralement la plupart des travaux des femmes ne sont pas
  rémunérés en milieu rural qu‟il soit les tâches reproductives et productives. Cette sous-
  estimation de leurs tâches est perceptible même dans les comptabilités nationales. Cette
  rémunération de la main d‟œuvre locale est d‟une importance capitale en saison sèche.
  Les produits fabriqués sont commercialisés à Dan Saga et ses environs.

  4.2.6.2. La commercialisation de la pommade

  La pommade fabriquée est majoritairement écoulée à Dan Saga, la partie restante est vendue
  dans les villages voisins voir figure n° 6 : Villages de commercialisation de la pommade
  fabriquée par les femmes de Dan Saga (groupement et la femme travaillant individuellement).

  Figure n°6 : Villages de commercialisation de la pommade fabriquée par les femmes de
  Dan Saga
                                                                                                                                             127

               Figure n°2 : Village de commercialisation de la pommade fabriquée par les femmes de Dan Saga




                                                                       Oura    Farou
                                                                        3%      2%               Mallamawa
                                                                                                    11%
                                                                                                                 Dogarawa
                                                                                                                    5%
                                                                                                                      Maïzirgui
                                                                                                                        3%




                                                                                                                      Dadani
                                                                                                                       4%
                  Dan Saga
                    61%                                                                                           Kagno
                                                                                                                   3%
                                                                                                               Guidan Bokoye
                                                                                                                    2%
                                                                                                             Dan Aheré
                                                                                                                2%
                                                                                                         Garzagaoua
                                                                                                             3%
                                                                                                       Danzin Kadanmi
                                                                                                             1%
Oura   Farou     Mallamawa   Dogarawa   Maïzirgui   Dadani   Kagno   Guidan Bokoye   Dan Aheré   Garzagaoua Danzin Kadanmi        Dan Saga



  Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

  La commercialisation de la pommade dépasse les limites du village de Dan Saga. Certes, la
  plus grande partie de la pommade est commercialisée dans le village de Dan Saga. Toutefois,
  une partie de la pommade est vendue dans les villages voisins : Oura, Farou, Mallamawa,
  Dogarawa, Maïzirgui, Dadani, Kagno, Guidan Bokoye, Dan Aheré, Garzagaoua, Danzin
  Kadanmi. Ce qui montre que les différentes activités ne peuvent se réaliser pleinement que
  dans le cadre de l‟inter village qui est une pratique très ancienne depuis plusieurs siècles. En
  effet, les échanges ont toujours existé entre les différents villages. Ainsi, les activités socio-
  économiques : Marchés hebdomadaires, cérémonies de mariage, décès, travaux collectifs se
  sont toujours réalisées dans le cadre de l‟inter-village. La mise œuvre des initiatives et
  innovations permet de redynamiser et de renforcer l‟approche qui n‟est qu‟une réhabilitation
  des anciennes pratiques des acteurs populaires. Les échanges et les collaborations dépassent
  souvent même les frontières nationales, par exemple le cas de la frontière nigéro-nigeriane où
  se font l‟essentiel des échanges économiques des zones situés de part et d‟autre de la
  frontière. La matière première destinée à la fabrication de la pommade est souvent achetée au
  Nigeria. Dans le cadre de cette activité même les formateurs sont venus du Nigeria. D‟où la
  prise en compte de la dimension transnationale dans la pleine réalisation des initiatives et
  innovations paysannes. Les revenus issus de la fabrication artisanale de la pommade sont
  utilisés par les ménages de différentes manières voir figure n°7.
                                                                                                                       128
Figure n° 7 Utilisation de revenus issus de la fabrication traditionnelle de la
pommade par le groupement

             Figure n° 3 : Utilisation des bénéfices issus de la fabrication de la pommade traditionnelle par le
                                                         groupement




         Crédits aux membres                                                  Banque céréalière
                  37%                                                              40%
                                                                                                             Banque céréalière
                                                                                                             Achat de chèvres
                                                                                                             Crédits aux membres



                                         Achat de chèvres
                                               23%




Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004

Les bénéfices générés par la fabrication traditionnelle de la pommade sont utilisés à la
constitution de la banque alimentaire (40 %), à l‟achat de petits ruminants (chèvres) pour la
conduite du petit élevage (23 %), sorte d‟épargne, et à octroyer des crédits aux membres du
groupement pour augmenter leur fonds de commerce (37 %) pour conduire d‟autres activités
génératrices de revenu (voir figure n°7). Cette figure montre que les revenus générés par la
pratique de fabrication de la pommade permettent aux membres du groupement
d‟entreprendre d‟autres activités à savoir la mise en place de banques céréalières, la pratique
du petit élevage. Parmi les AGRs conduites par les femmes, on note la fabrication
traditionnelle du savon.

4.2.7 La fabrication traditionnelle du savon

Le nombre de femmes par catégorie sociale du groupement de fabrication du savon et la taille
de l‟échantillon ayant servi à l‟enquête d‟août septembre 2004 sont consignés dans le tableau
n°22.

Tableau n°22 Le nombre de femmes par catégorie sociale du groupement de fabrication
du savon et la taille de l’échantillon ayant servi à l’enquête d’août septembre 2004

Catégorie sociale      Nb de personne     Pourcentage                                       Taille de l‟échantillon
PV                              1                  10 %                                                 1
MV                              2                  20 %                                                 1
TV                              5                  50 %                                                 2
EV                              2                  20 %                                                 1
Total                          10                 100 %                                                 5
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
                                                                                               129

Les résultats du tableau n°22 montrent que se sont les très vulnérables qui sont les plus
représentés 50 % dans le groupement qui fabrique le savon. Les autres catégories sociales : les
PV, MV et EV sont représentés respectivement à 10 % ; 20 % ; 20 %.


Cette activité est née en 2002, à l‟instar de la fabrication traditionnelle de la pommade, elle est
mise en œuvre à travers un groupement féminin de 10 membres dont 2 femmes par quartiers
tout comme le groupement de la fabrication de la pommade traditionnelle. Ces femmes ont
bénéficié d‟un appui du PAIIP à travers une formation et un équipement composé de moules




et de matières premières voir photo n°3.


Photo n°3: Matériels de fabrication traditionnelle du savon (moules, matières premières)

Les femmes ont cotisé chacune 3 000 F CFA, soit un montant de 30 000 F CFA pour le
groupement et le PAIIP les a appuyé dans le cadre du cofinancement.
La conduite de cette activité avait généré des revenus malgré les difficultés rencontrées qui
ont conduit à son arrêt.


4.2.7.1 : Les revenus tirés de la fabrication traditionnelle du savon


Les revenus issus de la fabrication artisanale du savon sont consignés dans le tableau n°23.
Cette fabrication a géré des bénéfices mais aussi a permis de valoriser la main-d‟œuvre
féminine.
                                                                                                     130

   Tableau n° 23: Revenus issus de la fabrication artisanale du savon par le groupement

Période de Achat de Transpo Main d‟œuvre             Autre Prix    de Prix de     Bénéfice     Bénéfic Durée
fabrication la matière rt            Fabrication et s      revient du vente       brut sans    e       d‟écoule
             première (FCFA) commercialisati coûts produit            (FCA)       main         net     ment en
             (FCFA)                  on (FCA)              (FCA)                  d‟œuvre              semaine
                                                     (FCA)
1                20 000        750             1 750   400      7 050    8 550         2 500     1 500       8
2                 5 000        750             1 000   300      6 300    8 500         3 200     2 250       2
3                12 350        750             1 100   400      9 250 11 250           3 500     2 000       1
4                      *        **             1 500   400     15 150 17 900           5 500     2 750       2
5                      *        **             1 400   300     14 450 17 950           5 500     3 500       1
6                 7 000        750
Total            41 500      3 000             6 000 1 700     52 200 64 200          20 250    12 000      14
Rentabilité de la fabrication de la pommade exprimée en pourcentage                       39        23


   Source : Données de l’enquête d’août septembre 2004
   *Matière première issue du stock précédent.
   ** Transport pris en compte par les coûts précédents


   Le tableau montre que le bénéfice brut réalisé par le groupement de fabrication du savon est
   de 20 250 F CFA pour une période de 14 semaines d‟activité. Le bénéfice brut est obtenu en
   faisant la soustraction entre le prix de vente et le coût de revient. La rentabilité de l‟activité est
   obtenue en faisant le rapport entre le bénéfice (net ou brut) et le prix de revient. Ainsi, on a un
   taux de rentabilité de l‟activité qui varie entre 23 à 39 % selon le type de bénéfice (brut et
   net). Donc l‟activité fabrication artisanale du savon est une activité rentable. Le coût de la
   main d‟œuvre est de 6 000 F CFA. Cette activité a permis aussi une valorisation de la main
   d‟œuvre surtout féminine.


   L‟activité fabrication artisanale du savon connaît des difficultés liées à la mauvaise qualité des
   produits (matières premières) surtout l‟huile. L‟activité est arrêtée depuis 2003. Avec les
   difficultés que connaît l‟activité, le fonds de roulement de 28 500 F fut partagé entre les
   membres sous forme de crédit avec un taux d‟intérêt de 50 % par an. Ce qui a servi dans la
   plupart des cas à l‟amélioration du fonds de commerce des membres du groupement, d‟autres
   ont payé de la nourriture. Les membres du groupement : ont décidé de payer leur crédit à la
   période des récoltes. La reprise de l‟activité est programmée pour la période octobre
   novembre 2004. Cette reprise est conditionnée par l‟acquisition d‟huile de qualité.
   L‟activité peut connaître un bel avenir, en effet, le savon était très demandé par les femmes du
   village et même des villages voisins. D‟autres activités génératrices de revenu telle que le
   petit élevage ont été conduites.
                                                                                             131
4.2.8 Le petit élevage

4.2.8.1 Historique et contexte de l’activité

Les sécheresses successives des années 70 et 80, la raréfaction des pâturages ont eu des
conséquences désastreuses sur le cheptel, entraînant une diminution des effectifs.
Quatre des six villages PAIIP ont initié l'opération de promotion de l‟élevage des petits
ruminants pour répondre à un certain nombre de contraintes : insuffisance d‟animaux dans le
village, insuffisance de fumier pour la fertilisation des sols, insuffisance de lait etc.
Le PAIIP a appuyé cette initiative paysanne en co-finançant l'achat des chèvres avec et pour
les différents groupements des villages concernés.

                                  a Principe du petit élevage

Dans le cadre de l‟appui du PAIIP aux initiatives et innovations paysannes, 8 groupements de
Dan Saga dont 5 féminins ont bénéficié de 5 chèvres chacun à travers un cofinancement (30
000 CFA pour chaque groupement et 30 000 CFA comme appui du projet). Au départ ils ont
bénéficié de 40 chèvres. Ces groupements comptent 196 membres dont 109 femmes, soit 57
% des membres.

Le principe du petit élevage est de donner la possibilité aux couches les plus vulnérables
(extrêmement vulnérables et très vulnérables) ne disposant pas de bétail de devenir
propriétaire par le système suivant : au début de l‟opération, 5 membres du groupement
bénéficient de la garde de 5 chèvres du groupement, à raison d‟une chèvre par membre, les
autres membres du groupement sont en liste d‟attente et recevront les futures mises bas des 5
chèvres. Après chaque mise bas d‟une chèvre, un membre du groupement en liste d‟attente
recevra le petit (femelle), si c‟est un mâle, le bouc est engraissé et vendu, l‟argent obtenu est
utilisé pour payer une chèvre qui sera remise à un membre en liste d‟attente. Ainsi de suite,
jusqu‟à ce que tous les membres en attente bénéficieront d‟une chèvre. A partir du moment où
chaque membre du groupement a sa chèvre, il devient ainsi propriétaire exclusif. Une liste
d‟affectation des chèvres est dressée par l‟animateur du PAIIP. Le suivi de l‟opération est fait
avec ce dernier en collaboration avec les membres du groupement.

Le nombre de personnes par catégorie sociale dans les différents groupements actifs autour du
petit élevage et la taille de l‟échantillon ayant servi à l‟enquête d‟août septembre 2004 sont
consignés dans le tableau n° 24.

Tableau n°24 : Nombre de personnes par catégorie sociale dans les différents
groupements actifs autour du petit élevage étudiés et la taille de l’échantillon ayant servi
à l’enquête d’août septembre 2004

Catégorie sociale      Nb de personne     Pourcentage                   Taille de l‟échantillon
PV                             15                  30 %                              4
MV                              9                  18 %                              3
TV                             19                  38 %                              8
EV                              7                  14 %                              5
Total                          50                 100 %                             20
Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
                                                                                                132
Les résultats du tableau n°24 montrent que se sont les très vulnérables qui sont les plus
actifs dans les groupements pratiquant le petit élevage soit 38 % de l‟ensemble des membres.
Les autres catégories sociales : les PV, MV et EV représentent respectivement 30 % ; 18 % ;
14 % des groupements étudiés. Les extrêmement vulnérables sont peu présents dans l‟activité.
Les extrêmement vulnérables ont du mal à payer leur contribution financière qui est de 3 000
F CFA dans le cas de Dan Saga. Cette somme est demandée à chaque membre au moment de
son adhésion au groupement. Cette difficulté de mobilisation de ces fonds (3 000 à 7 000 F
CFA selon les villages) constitue un facteur limitant à l‟adhésion des extrêmement
vulnérables dans les groupements pratiquant le petit élevage. Cette catégorie sociale a des
difficultés pour bien entretenir les animaux, compte tenu de leur instabilité.
Le cheptel des groupements de Dan Saga a connu un accroissement rapide voir tableau n°25.

Tableau n° 25 : Les différents groupements, les nombres d’adhérents, évolution du
cheptel et le nombre d’individus en liste d’attente

Groupement         Nombre              Liste de membres     Nombre de            Liste d‟attente en
                   d‟adhérents         en liste d‟attente   chèvres              septembre 2004
                                       en 2002              en septembre 04
“Wanketsia”                 20                   15                  16                   4
“Tagaza”                    18                   13                  19                   0
“Hadin kaye”                25                   20                  18                   7
“Dattawa”                   40                   35                  10                  30
“Club”                      38                   33                   6                  32
“Tawalala                   21                   16                  17                   3
« TJPS »                    9                     4                  18                   0
« Kowa murna »              25                   20                  23                   2
Total                      196                  156                 127

Source : Données de l’enquête d’août septembre 2004

Au moment de l‟enquête, 47 femmes sont devenues propriétaires de chèvres. Parmi ces
premières bénéficiaires on trouve 10 moyennement vulnérables, 13 peu vulnérables, 18 très
vulnérables et 6 extrêmement vulnérables. Ces résultats montrent que les EV ont peu
bénéficié du petit élevage.
Pour ce qui est des hommes, la répartition par membre n‟est pas encore faite et les chèvres
restent toujours la propriété des groupements.
Les ventes effectuées concernent des boucs ou des chèvres malades et l‟argent de la vente est
toujours utilisé pour acheter d‟autres chèvres qui seront données à d‟autres bénéficiaires.

                                   b L’évolution du cheptel

Le nombre de chèvres est passé de 40 à la mi 2002 à 127 en septembre 2004 soit un
accroissement de 317 % sans les morts et les chèvres volées.
Les chèvres de Dan saga ont souffert de plusieurs avortements et maladies qui ont fortement
réduit le taux d‟accroissement. En effet, ce taux devrait se situer autour de 437 % si l‟on
intègre les avortements et mortalités des chèvres (voir tableau n°26).
                                                                                             133
   Tableau n° 26 : Situation de chèvres octroyées aux groupements par le projet à Dan
   Saga en septembre 2004
Groupement         Nombre        Nombre de      Nombre de    Nombre Nombre        Nombre
                   d‟adhérents chèvres          chèvres      de morts d‟avortemen vendu
                                 acquises au en septembre               t**
                                 départ         04
“Wanketsia”             20             5             16                      4
“Tagaza”                18             5             19                      7
“Hadin kaye”            25             5             18                      3       2
“Dattawa”               40             5             10                     10       1
“Club”                  38             5              6          2*          6       0
“Tawalala”              21             5             17                      8
« TJPS »                 9             5             18                      3       4
« Kowa murna »          25             5             23                      0
Total                  196            40            127           2         41       7
   Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004
   *Animaux volés (la chèvre et son petit) ** Animaux morts et avortements




  Photo n°4 : Quelques chèvres d’un ménage obtenues dans le cadre de l’initiative « petit
  élevage »

  Cette activité est extrêmement importante surtout pour les catégories sociales les plus
  vulnérables (très vulnérables et les extrêmement vulnérables) qui sont devenus propriétaires et
  ont désormais une certaine considération sociale. Mais aussi, ces catégories sociales peuvent
  bénéficier de sous produits de l‟élevage : lait, fromage, fumier (voir photo n°5).
                                                                                            134




Photo n°5: Sous produits du petit élevage ici le fumier destiné à la fabrication du
compost pour la fertilisation des champs

Ces catégories sociales vont voir leurs revenus s‟augmenter progressivement.


L‟activité de petit élevage est une forme de réhabilitation du système « habanayé » qui
consiste à donner la garde d‟une vache ou d‟une brebis ou d‟une chèvre à une personne ne
disposant pas ou peu de bétail. La première mise-bas revient à celui qui a la garde de la
femelle, la deuxième revient au propriétaire, la troisième à celui qui a la garde de la femelle,
la quatrième au propriétaire, ainsi de suite. Cette forme de solidarité permet à ceux qui n‟ont
pas d‟animaux, surtout les extrêmement vulnérables, de devenir propriétaires.


Dans certains milieux, surtout chez les peuls, cette pratique est très courante, la jeune mariée
bénéficie toujours soit d‟une chèvre soit d‟une brebis ou d‟une vache. Ce capital bétail
constitue un point de départ pour la femme de démarrer un élevage en vue d‟améliorer ces
conditions matérielles.


Les stratégies mises en œuvre par les catégories sociales ne sont pas identiques dans le cadre
du petit élevage, les moins vulnérables (peu vulnérables et moyennement vulnérables) optent
pour le renforcement de leur cheptel, le bétail étant un facteur de capitalisation et d‟épargne.
Les peu vulnérables bien que disposant d‟un capital bétail relativement important sont
présents dans les groupements pratiquant le petit élevage.
                                                                                                   135
Les plus vulnérables (très vulnérables et extrêmement vulnérables) surtout les EV
deviennent donc propriétaires à travers cette initiative. Toutefois, le bétail pour ces 2
catégories sociales, constitue un moyen de faire face à la survie. A la première difficulté (crise
alimentaire, maladie, cérémonie : Baptême, mariage) le bétail est vendu pour faire face à la
crise. Ces deux catégories sociales ont du mal à faire de la capitalisation ou de l‟épargne sous
forme de bétail. Le bétail constitue dans ces conditions une forme de sécurisation. Le bétail
contribue à améliorer la situation socio-économique des catégories les plus vulnérables.
Même si le petit élevage doit profiter aux extrêmement vulnérables dans la théorie, on voit
que cette catégorie sociale est peu présente du fait de son incapacité à s‟acquitter de sa côte
part dans le cadre du cofinancement de l‟activité. Les champs collectifs sont également des
initiatives conduites depuis un certain temps.

4.2.9 Les produits des Champs collectifs

4.2.9.1 Production et Utilisation des produits des champs collectifs

Les résultats de la catégorisation des groupements des champs collectifs sont consignés dans
le tableau n 27.

Tableau n°27 : Nombre de personnes par catégorie sociale des différents groupements
actifs dans les travaux des champs collectifs étudiés et la taille de l’échantillon ayant
servi à l’enquête d’août septembre 2004

Catégorie sociale        Nb de personne        Pourcentage                Taille de l‟échantillon
PV                              30                    13,33 %                          2
MV                              75                    33,33 %                          3
TV                              90                      40 %                           6
EV                              30                    13,33 %                          4
Total                          225                     100 %                          15

Source : Données de l‟enquête d‟août septembre 2004


Les résultats du tableau n°27 montrent que se sont les très vulnérables qui sont les plus actifs
dans les groupements pratiquant les travaux des champs collectifs, soit 38 % de l‟ensemble
des membres des groupements.           Les autres catégories sociales : les PV, MV et EV
représentent respectivement 30 % ; 18 % ; 14 % des groupements étudiés pratiquant les
travaux des champs collectifs. Les extrêmement vulnérables sont peu présents dans l‟activité.


L‟adhésion aux groupements exploitant les champs collectifs, le nombre de champs collectifs,
les superficies, les produits récoltés et leur utilisation sont consignés dans le tableau n° 28.
                                                                                            136
Tableau n° 28: Paramètres caractéristiques des champs collectifs à Dan Saga

Année Nb d‟adhérents          Nb de Superficie Production Rendements Utilisation des
        Homme Femmes champs (ha)               en (kg)      en (kg/ha) produits des champs
                                                                         collectifs
  1991       34            0        1        1          145          145 Champ en gage
                                                                         Achat engrais
  1992       14            0        2        2       8 92,5      446,25 Divisés entre
                                                                         membres
  1993         9           0        2        2       3 67,5      187,75 Champ en gage
  1994         9           0        2        2       2 87,5      143,75 Achat bétail,
  1995         9           0        1        1       4 37,5        437,5 engrais, semences
                                                                         aux membres
  1996         9           0        1        1       5 42,5        542,5 Champ en gage
  1997         9           0        2        2          450          225 Fonds de commerce
  1998         9           0        *        *            *            *                     *
  1999      108            4        *        *            *            *                     *
  2000       77            4        1        1         67,5         67,5 Nourritures pour
                                                                         effectuer travaux des
                                                                         champs
  2001       68            0        4        4      816,25           204 Semences, achat
                                                                         bétail
  2002      135           11        5        4          805      201,25 Semences, banques
                                                                         céréalières
  2003      132           94        9        8     1 382,5       172,81 Banques céréalières,
                                                                         dons aux membres
  2004      132           94        8        6           **           **                    **
    %      59 %       41 %
Source : Données de l’enquête d’août septembre 2004
* Cessation de l‟activité en 1998 et 1999
** Données non disponibles au moment de l‟enquête d‟août septembre 2004

Cette activité est pratiquée avant l‟intervention du PAIIP. Les premiers champs collectifs dans
le village remontent au début des années 90. Toutefois, avec l‟intervention du PAIIP, on a
assisté à une redynamisation et un renforcement de l‟activité. Ainsi, on a assisté environ à une
multiplication du nombre de champs collectifs par quatre depuis 2002. Le nombre d‟adhérents
aux groupements pratiquant les travaux des champs collectifs a connu une hausse
significative, on est passé de 68 membres pour les différents groupements en 2001 à 145
membres en 2002 et à 226 au moment de l‟enquête en septembre 2004 dont 94 femmes soit
environ 42 % alors elles représentaient environ 4 et 5 % avant l‟intervention du PAIIP. Pour
les femmes, l‟intervention du PAIIP marque leur engouement et leur adhésion. Leur nombre
est passé de 4 en 2001 à 94 en 2003. Cette adhésion massive s‟explique par les difficultés
alimentaires surtout pendant la période de soudure ou dans le cas de mauvaises récoltes. Ce
groupe social cherche à améliorer sa situation en intégrant les groupements des champs
collectifs. Il est à noter que les femmes constituent le groupe le plus vulnérable dans la zone,
d‟après les différentes études menées sur la vulnérabilité, Yamba Boubacar et Yahaya Abdou,
2001, Doumbia en 2003, Hassane ISSA en 2004.
                                                                                                         137
4.2.9.1 Justification et historique de la pratique des champs collectifs

Les champs collectifs sont une pratique ancienne. Elle a été réhabilitée dans les années 60
avec la « Samaria121». Le premier champ collectif sous sa forme actuelle date de 1991 à Dan
Saga.
Les champs collectifs sont exploités par des groupements de femmes, d‟hommes ou mixtes.
Les produits récoltés sont la propriété du groupement.
Face à l‟insécurité alimentaire de plus en plus chronique surtout pour les couches les plus
vulnérables (très vulnérables et extrêmement vulnérables), à la crise foncière, les populations
ont initié des initiatives et innovations dont les champs collectifs occupent une place
importante. Cette insécurité alimentaire est d‟autant plus préoccupante quand elle intervient
en période de soudure. C‟est durant cette période que les populations s‟adonnent aux travaux
champêtres. Plusieurs groupements (féminins, d‟hommes ou mixtes) ont été mis en place et
regroupent toutes les catégories et couches sociales. Les extrêmement vulnérables et les très
vulnérables sont souvent contraints de pratiquer le salariat agricole ou entreprendre d‟autres
activités génératrices de revenus compromettant du même coup la campagne agricole en
cours. Le PAIIP a appuyé ces groupements en leur fournissant des engrais, des semences et
des fongicides.

Parmi les champs collectifs, on note les « champs écoles » destinés à l‟expérimentation
villageoise en vue de résoudre un certain nombre de problèmes techniques rencontrés à savoir
la mise au point de techniques de variétés résistantes aux parasites et les tests culturaux. Cette
initiative a vu le jour dans la zone à Guidan Tagno. Le village de Dan Saga a initié l‟activité
en 2004. Longtemps, la recherche en agronomie s‟est faite dans des stations de recherche loin
du paysan.
Les champs écoles constituent une innovation majeure en matière de recherche en agronomie.
Les paysans sont encadrés par un technicien de l‟agriculture. Les acteurs paysans conduisent
les différentes étapes de la recherche de la conception jusqu‟à la validation des résultats. Ceux
participent à la recherche reçoivent chacun, par jour de participation aux travaux du champ
école une « tia» de mil. Cette quantité de nourriture bien que faible est d‟une importance
capitale pour les paysans, en effet elle leur permet de nourrir deux personnes pendant une
journée. Ces deux personnes peuvent sarcler 1 demi ha qui peut produire en moyenne 20
bottes par an soit environ 300 kg de mil. Cette production permet de nourrir un ménage de 11
personnes pendant un mois et demi.

Cette nouvelle approche dans la recherche fait du paysan, l‟acteur principal de la conception à
la mise en œuvre au suivi jusqu‟à la validation des résultats de la recherche. Cette
expérimentation est faite par et pour le paysan. Cette innovation permet de briser les barrières
que constituent les stations de recherche classique où le paysan a toujours été écarté des
différentes étapes de la recherche. Jadis, la cherche avait pour mission de mettre en place un
paquet technologique que le chercheur devrait transférer aux paysans à travers la
vulgarisation. La réussite de la vulgarisation était exprimée en taux d‟adoption de la nouvelle

121
    Mouvement de la jeunesse, très développée dans les années 60. Ces mouvements de jeunesse ont contribué à
la réalisation d‟infrastructures collectives, à la promotion de la culture
                                                                                             138
technique. Le temps entre la découverte des résultats et la vulgarisation de ces derniers
peut être important. Ce qui se traduisit souvent par des décalages importants. Les moyens mis
en œuvre pour assurer la vulgarisation sont énormes et font de fois défauts compte tenu des
budgets de plus en plus réduits alloués aux services techniques étatiques. Cette vulgarisation
de type verticale est réputée moins efficiente. Désormais, la vulgarisation se fait de manière
horizontale à travers les voyages d‟études et les autodiagnostics inter-villageois. Cette forme
de vulgarisation est beaucoup plus efficace, rapide, plus économique et répondant à la
préoccupation des acteurs paysans qui sont demandeurs de la recherche et se l‟approprient de
manière efficace.

4.2.9.2 Les objectifs assignés aux champs collectifs

Les objectifs assignés aux champs collectifs sont :
    L‟amélioration des techniques culturales ;
    L‟amélioration de la sécurité alimentaire des ménages surtout les plus vulnérables ;
    L‟expérimentation et la recherche ;
    La vulgarisation et la réplication des résultats obtenus ;
    L‟entraide et la cohésion entre les catégories et les groupes sociaux ;
    La constitution d‟un stock alimentaire à travers la banque céréalière.
Des mécanismes de fonctionnement régissent les groupements des champs collectifs.

4.2.9.3 Le fonctionnement des champs collectifs

Les groupements des champs collectifs prennent les champs soit en gage, soit sous forme de
prêt chez les peu vulnérables qui disposent d‟une plus grande assise foncière. Les travaux des
champs collectifs sont conduits par les membres des groupements.


La plupart des activités sont réalisées à travers la mobilisation de la force de travail des
membres du groupement, ce qui est conforme à la théorie de Lewis, selon laquelle, dans les
pays en développement la force de travail est une forme d‟épargne. Cette valorisation de la
force de travail permet de produire de nouvelles richesses. Certains groupements procèdent à
la mobilisation de l‟épargne locale à travers les cotisations des membres.
Les revenus des groupements proviennent des contributions des membres, des revenus du
travail collectif, des bénéfices commerciaux réalisés par les banques céréalières (vente des
céréales attachées pendant la récolté) et du petit élevage, de la vente des produits des champs
collectifs. Les ressources générées sont limitées mais contribuent à l‟amélioration des revenus
de leurs membres dans un contexte de pauvreté extrême, plus de 60 % de la population vit en
dessous du seuil de pauvreté soit moins de 35 000 F CFA par an en milieu rural.
Les cultures pratiquées sont : Le mil, le sorgho, le niébé, et l‟arachide, voir photo n°6.
                                                                                              139




Photo n°6 : Cultures de mil et de niébé dans un champ collectif à Dan Saga

Les produits des champs collectifs connaissent plusieurs utilisations.

4.2.9.4 Utilisation des produits des champs collectifs


A la fin de chaque campagne agricole une partie de la production est destinée à la constitution
du stock de la banque céréalière (cas des céréales), une autre est vendue pour entreprendre des
activités génératrices de revenu et le reste de la production est partagé entre les adhérents (cas
des semences améliorées, par exemple XKB5 pour le Niébé). Cette variété a été vulgarisée
grâce à l‟action des champs collectifs. L‟argent issu de la vente des produits des champs
collectifs est souvent utilisé pour l‟achat d‟engrais distribué aux membres des groupements.
Les semences améliorées permettent de mettre à la disposition des paysans des semences très
productives en vue d‟améliorer le rendement. Dans un contexte de saturation foncière,
l‟augmentation de la production de la productivité est un des objectifs pour améliorer la
sécurité alimentaire et le revenu des ménages.


Les produits des champs permettent de répondre en partie aux difficultés alimentaires (donc
de contribuer à la sécurité alimentaire) pendant la période de soudure, de disette et même de
famine surtout pour les très vulnérables et les extrêmement vulnérables.
Les revenus gérés par les groupements permettent de contribuer à la réalisation
d‟infrastructures collectives (mosquées, forages, achat de vaccins) mais aussi de venir en aide
aux personnes en difficultés.
                                                                                             140
Les enquêtes menées sur les activités génératrices de revenu conduites par les différentes
catégories sociales à Dan Saga révèlent les forces et les faiblesses des AGRs. Pour la bonne
marche des AGRs, les acteurs locaux ont émis des propositions d‟amélioration voir
tableaux n°29 et 30.

4.2.10 Conduite des AGRs, les forces, les faiblesses et les propositions
d’amélioration

Les enquêtes de terrain ont permis de recueillir l‟avis des acteurs paysans sur la conduite des
AGRs, ainsi que les forces, les faiblesses et les propositions d‟amélioration des AGRs qui
sont consignées dans les tableaux n°29 et 30.
                                                                                                             141
Tableau n°29 : Conduite des AGRs, les forces, les faiblesses et les propositions
d’amélioration
(AGR)          Forces                         Faiblesses                          Propositions d‟amélioration
Caisses        Une solide dynamique           Plusieurs petites caisses           Regrouper des caisses,
d‟épargne et locale,        Taux         de   souvent       par       quartier,   Garder les fonds sur
de      crédit remboursement         élevé    équilibre très fragile ;            plusieurs années, ouvrir les
caisses        des crédits, faible coût       Faiblesse     des     montants      caisses à d‟autres
« assussu »
               de gestion des caisses,        épargnés, distribution de           sociétaires : commerçants,
               Solidarité      entre     le   l‟épargne mobilisée à la fin        fonctionnaires de la ville en
               groupe,       financement      du cycle, insécurité des            vue de mobiliser plus
               endogène des AGRs,             fonds, deux de vols signalés        d‟épargne mais aussi de
               acquisition de nouvelles       en 2003, l‟analphabétisme           lutter contre la thésaurisation
               expertises en gestion,         des membres, problème de la         et de financer en partie les
               mise en place d‟un cadre       gestion, comité de gestion          économies locales à travers
               organisationnel,               absent ou non fonctionnel,          les ressources endogènes,
               Plusieurs         activités    absence      de      documents      Diversifier     les    activités
               conduites       par      les   comptables et d‟archives,           (banques céréalières, autres
               caisses, systèmes de           difficultés de recouvrement         AGRs),
               crédit intégré à d‟autres      de certains crédits, les            Former les membres du
               activités, le contrôle de      couches plus vulnérables EV         comité de gestion en
               la gestion par la base, la     ne sont pas présentes dans les      comptabilité ;
               gestion des conflits           caisses                             Sécuriser les fonds à travers
                                                                                  l‟achat de coffre fort, intégrer
                                                                                  les EV à travers l‟épargne en
                                                                                  nature pendant la récolte.
Extraction      Matière       première        Suspension de l‟activité,           Améliorer les circuits de
d‟huile         disponible au village,        mévente de l‟huile et du            commercialisation
d‟arachide      Rentabilité                   tourteau surtout pendant la         Diversifier les activités,
                économique           de       période post récoltes, forte        matériels d‟extraction plus
                l‟activité                    concurrence entre les               performants, moulin,
                Forte cohésion entre          femmes, matériels                   augmentation des fonds
                les     membres      du       rudimentaires, fonds de             surtout en saison sèche où
                groupement                    commerce insuffisant,               le prix de l‟arachide
                                              souvent distribués aux              augmente, les couches les
                                              membres sous forme de               plus vulnérables peuvent
                                              crédits                             faire des cotisations en
                                                                                  nature (arachide,…)
Utilisation Le             matériel           Laxisme dans l‟utilisation          Diversifier les activités
du matériel disponible,       forte           du matériel,                        élevage, agriculture,
agricole    demande,                          Les crédits octroyés sont           banque céréalière,
            Appropriation de la               sans taux d‟intérêt                 commerce (vente
            technologie ;                                                         d‟engrais), utiliser le
            Le         groupement                                                 matériel de manière
            conduit       plusieurs                                                Efficiente
            activités
                                                                                                                 142
Tableau n° 30 : Suite de la Conduite des AGRs, les forces, les faiblesses et les
propositions d’amélioration
 (AGR) Forces                  Faiblesses              Propositions d‟amélioration
Champs Amélioration            Faible motivation des       Respecter le calendrier des travaux,
collectifs des techniques      membres pendant les         Diversifier les activités : banque
           culturales,         travaux, travaux                céréalière, petit élevage ;
           simplification      tardifs, faibles            Utiliser les fonds et les produits générés
           de             la   rendements,                     de manière judicieuse,
           vulgarisation,      utilisation souvent non     Arrêter de l‟octroie des crédits,
           conduite des        adéquate des produits,      Augmenter les stocks alimentaires à
           activités           champs de taille                travers la constitution des banques
           d‟intérêt           réduite ;                       céréalières ;
           collectif      et   Difficulté de               Intégrer les catégories les plus vulnérables
           économique:         recouvrement des                surtout les extrêmement vulnérables ;
           banques             crédits                     Promouvoir les échanges entre les
           céréalières,        Caractère opportuniste          groupements à travers des voyages
           conduites           de l‟activité                   d‟études
           AGRs
Fabricati Rentabilité de       Mévente des produits            Redynamiser le comité AGR/commerce ;
on         l‟activité,         surtout pendant la              Diversifier les activités (petit élevage,
tradition maîtrise d‟une       période chaude, non-             banque céréalière) surtout pendant la
nelle de nouvelle              remboursement des                saison sèche et les circuits de
la         technique,          crédits, absence de              commercialisation des produits ;
pommad satisfaction            comité de gestion,              Utiliser les ressources des bénéfices ;
e          des besoins à       fonds distribué sous            Mise en place d‟une boutique de vente à
           la          base,   forme de crédits aux             Dan Saga qui peut approvisionner les
           initiative          membres                          villages voisins dans le cadre de l‟inter
           endogène                                             village ;
                                                               Augmenter les fonds de commerce avec la
                                                                cotisation des membres ;
Fabricati   Activité                    Matière               Recouvrer les crédits, et utiliser les
on          rentable si les      première             de        bénéfices de manière optimale (petit
tradition   contraintes          mauvaise qualité et            élevage),
nelle du    sont levées          coût élevé ;                  Augmenter les fonds de roulement par la
savon                                    Suspension            cotisation des membres ; Mettre en place
                               de l‟activité, non-              une boutique de vente de matières
                               remboursement         des        premières de qualité à Dan Saga
                               crédits ;                       Diversifier les produits (savon parfumé,
                                        Insuffisance           savon en poudre type « Omo »), former les
                                 des       fonds      de        femmes pour maîtriser la fabrication des
                                 roulements ;                   nouveaux produits ;
                                        Non-                  Redynamiser le comité de gestion ;
                                 fonctionnalité       du       Augmenter les fonds de commerce à
                                 comite de gestion              travers des cotisations
Petit       Activité très               Vol de bétail,        Produire des cultures fourragères,
élevage     rentable,           rareté des parcours ;           intensifier le « habanayé » et «karo»122 ;
            multiplication              Effectifs             Trouver des mécanismes pour une plus
            rapide       du     faibles pour les plus           grande intégration des EV dans les
            cheptel ;           vulnérables ; meilleur          groupements pratiquant le petit élevage ;
            Offre               suivi du cheptel ;              Cibler les ménages susceptibles de bien
            plusieurs sous              EV sont peu            entretenir les animaux ; renforcer les
            produits      et    représentés dans les            capacités des personnes les plus démunies
            sous produits       groupements qui                 (EV) à bien entretenir les animaux;
            de l‟élevage ;      pratiquent le petit            Renforcer le suivi des animaux par le
                                élevage                         comité de gestion.

122
   Système traditionnel de solidarité par lequel un propriétaire de bétail confie la garde d‟une femelle à une
personne qui obtiendra une mise bas sur deux.
                                                                                                143
Les forces de la conduite des AGRs : c‟est d‟abord la naissance d‟initiatives endogène qui
assurent la mobilisation de l‟épargne locale qu‟elle soit en nature ou en espèce. On assiste à la
naissance de cadre de concertation entre les acteurs locaux à travers les groupements qui
permettent de résoudre certains problèmes. Ces groupements renforcent la cohésion et le lien
social, mais servent de cadre de concertation entre les différents groupes et catégories
sociaux.

Les faiblesses de la conduite des AGRs résident dans la marginalisation des extrêmement
vulnérables qui sont peu présents dans les différents groupements qui conduisent les AGRs
maisle mauvais fonctionnement des comités de gestion, la multiplicité des groupements pour
une même activité. Celle-ci explique la fragilité, les fonds de commerce souvent très faibles,
la distribution de l‟épargne à la fin de chaque cycle pour le cas des caisses « assussu », le
manque de motivation dans certains membres groupements : Le cas de groupements des
champs collectifs, une utilisation non adéquate des produits ou de l‟épargne mobilisée, le non-
payement des crédits au niveau de certains groupements sont des facteurs qui entravent le bon
fonctionnement des groupements.

Afin de lutter contre la vulnérabilité et ou la pauvreté, les groupements doivent trouver des
mécanismes pour une plus grande intégration des extrêmement vulnérables dans les différents
groupements qui conduisent les AGRs, de redynamiser les comités AGR/commerce, de
diversifier les activités : Petit élevage, banque céréalière et les circuits de commercialisation
des produits, d‟utiliser les fonds et les produits générés de manière judicieuse, d‟augmenter
les stocks alimentaires à travers la constitution des banques céréalières, de promouvoir les
échanges entre les groupements à travers des voyages d‟études et „augmenter des fonds de
commerce avec la cotisation des membres.

Ces propositions d‟amélioration permettront au nouveau projet, le PPILDA et les nouvelles
entités administratives (les communes rurales nouvellement mises en place dans le cadre de la
décentralisation) de mieux conduire les actions de lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité et
de conduire des actions de développement durable en vue de prendre en main les problèmes
de pauvreté et de l‟insécurité alimentaire qui sont devenus structurels.

Pour mener une stratégie efficace de réduction de la vulnérabilité et/ou de la pauvreté, les
futures interventions doivent mettre en œuvre deux mécanismes différents selon les catégories
sociales :

Pour les catégories les plus vulnérables (extrêmement vulnérables et très vulnérables) qui sont
dans une situation de précarité totale (insécurité alimentaire presque chronique, capital foncier
et bétail insuffisant), un accent particulier doit être mis sur ces ménages en vue de
l‟amélioration de leur revenu. Ces interventions au profit de ces catégories sociales doivent
privilégier et renforcer les activités extra agricoles : Le petit commerce, l‟artisanat, la forge, le
petit élevage, la maçonnerie, la couture. La conduite de ces activités extra agricoles se fera
toute l‟année. La promotion de ces activités se fera à travers le micro-crédit type crédit
solidaire. Ces interventions à travers le micro-crédit permettent à ces catégories sociales
d‟améliorer le revenu, le capital bétail et foncier, la sécurité alimentaire et par conséquent de
passer dans la catégorie des moyennement vulnérables. Ces crédits seront gérés par les
groupements d‟épargne et de crédit, les caisses « assussu » mais tout autre groupement ayant
                                                                                                             144
fait ses preuves dans la gestion du crédit, c‟est le cas de « Garkuwa » qui gère le crédit
arachide qui a donné des résultats remarquables. Ce crédit sera géré à l‟instar du crédit
« arachide123 ». Cette expérience a montré que les acteurs locaux peuvent instituer des
mécanismes de gestion efficace en matière de crédit et autres actions de développement ;

       Pour les catégories les moins vulnérables (peu vulnérables et moyennement
vulnérables), les interventions doivent empêcher à ces catégories de tomber dans la
vulnérabilité. Pour ce faire elles doivent à la fois conduire des activités agricoles et extra
agricoles. Les peu et les moyennement vulnérables disposent d‟un capital foncier et bétail
important, Ces catégories doivent être appuyées en vue de promouvoir les activités agricoles à
travers l‟intensification et la diversification agricoles. Cet appui se fera à travers la mise à leur
disposition de semences améliorées dont les champs « école124 » permettront une meilleure
vulgarisation, de l‟engrais à travers le système de warrantage dont la gestion sera confiée aux
groupements paysans. Pour une meilleure utilisation des systèmes de production qui doivent
produire plus pour nourrir une population de plus en plus nombreuse. Ces catégories sociales
doivent également promouvoir l‟agroforesterie, non seulement pour augmenter la productivité
des terres mais aussi pour produire plus de ressources ligneuses et animales. Les exploitations
peu vulnérables et moyennement vulnérables disposent de potentiels de productions (terres et
bétail) dont l‟utilisation optimale permet de produire suffisamment pour le niveau micro
(village), et le niveau macro (région) pour assurer la sécurité alimentaire de l‟ensemble de la
communauté. Ainsi, l‟excèdent vivrier dégagé par les catégories moins vulnérables sera
vendu aux catégories les plus vulnérables qui disposent désormais de revenus à travers la
conduite des AGRs. Les revenus agricoles issus de la vente de leurs excédents vivriers
permettront d‟acheter des entrants agricoles (engrais, semences, matériels agricoles, semoirs,
charrues, charrettes), …

A côté des activités agricoles, se fera la promotion des AGRs au niveau de ces catégories
sociales. Les AGRs sont conduites par ces catégories sociales en saison sèche. Les AGRs
permettent à ces catégories sociales de produire plus de ressources. Les ressources financières
dégagées de la vente de l‟excédent de la production permettent de financer les AGRs. Les
revenus tirés des AGRs, permettront de faire face aux dépenses de cérémonies, d‟habilement,
de santé, et autres besoins. Ces dépenses constituent dans la plupart des cas, des facteurs de
vulnéralisation des ménages et surtout pour les femmes.

La pratique de la part des activités génératrices de revenu (AGRs) a engendré des nouvelles
activités génératrices de revenu.

4.2.11 Pertinence des activités génératrices de revenus et les nouvelles
activités induites

Les enquêtes menées sur la conduite des activités génératrices de revenus montrent que
certaines activités sont structurantes, d‟autres ne le sont pas. La conduite de ces activités
induit plusieurs nouvelles autres (voir tableau n°31) qui contribuent à leur tour à
l‟amélioration des revenus des ménages à travers la création des nouvelles ressources.

123156
      Crédit octroyé par le SAA : Service d‟arrondissement de l‟agriculture d‟Aguié. Le SAA a octroyé un crédit
de semences d‟arachide en 2003 et 2004 aux producteurs ruraux. Ces crédits sont gérés par le groupement
« Garkuwa ». Cette organisation a fait preuve d‟une efficacité remarquable dans l‟administration et le
recouvrement de ce crédit. L‟expérience peut servir de cadre pour les institutions de micro-finance et les acteurs
du développement à la base.
124
    Les champs « écoles » sont des champs collectifs où est conduite la recherche paysanne.
                                                                                           145
D‟ailleurs, une même femme pratique généralement plusieurs activités génératrices de
revenus qui sont complémentaires. Les AGRs et les activités qu‟elles ont induites sont
consignées dans le tableau n°31.

Tableau n°31 : Différentes activités génératrices de revenu et les nouvelles activités
induites

Activités    génératrices  de Nouvelles activités engendrées
revenu
Caisses d‟épargne et de crédit    Petit élevage ;
caisses « assussu »               Fabrication de la pommade ;
                                  Banque céréalière ;
                                  Extraction d‟huile ;
                                  Vente des plats cuisinés.

Extraction d‟huile d‟arachide             Petit élevage ;
                                          Banque céréalière

Utilisation       du      matériel        Banque céréalière ;
agricole                                  Mobilisation de l‟épargne ;
                                          Elevage ;
                                          Crédit arachide, vente de maïs.

Champs collectifs                       Banque céréalière ;
                                        Petit élevage ;

Fabrication traditionnelle de           Banque céréalière ;
pommade                                 Petit élevage.

Fabrication traditionnelle de           N‟a pas généré de nouvelles activités
savon                                    compte tenu des difficultés.

Petit élevage                           Banque céréalière.


Ainsi, la plupart des activités génératrices de revenus conduit à la mobilisation de l‟épargne
locale, à la conduite du petit élevage, à la mise en place d‟une banque céréalière.
Ces activités mises en œuvre visent à faire face aux difficultés que connaissent les acteurs
paysans pour assurer la survie notamment la sécurité alimentaire. Ces activités sont donc
structurantes. Les activités les plus structurantes sont :

                 Les caisses d‟épargne et de crédit caisses « assussu » ;
                 L‟utilisation du matériel agricole ;
                 Les champs collectifs ;
                 Le petit élevage ;
                 La fabrication de la pommade.

La plupart de ces activités sont complémentaires. Ainsi, la conduite des activités génératrices
de revenu telles l‟extraction d‟huile, la vente des plats cuisinés permettent aux ménages de
réaliser de bénéfices pour payer les cotisations des caisses. Et ces dernières en octroyant des
crédits à leurs membres permettent d‟augmenter leurs fonds de commerce. Les crédits
                                                                                           146
permettent non seulement de financer des activités génératrices de revenus, qui génèrent
des nouvelles richesses à travers les bénéfices réalisés. Mais aussi, l‟épargne mobilisée et sa
rémunération en fin de cycle permettent de faire une capitalisation dans le bétail (achat de
chèvre et de mouton) par conséquent de conduire le petit élevage ou de faire une capitalisation
foncière (achat de terre). Ce qui contribue à la sécurité alimentaire et à l‟amélioration des
revenus des ménages.
                                                                                             147
4.3. Utilisation des revenus des ménages

Les stratégies mises en œuvre par les différentes catégories sociales au niveau de l‟utilisation
des revenus ne sont pas identiques voir figure n°8 et l‟annexe 3: Utilisation des revenus
générés par la pratique des AGRs et les stratégies mises en œuvre par les ménages.
Figure n°8 : Utilisation des revenus générés par la pratique des AGRs et les stratégies
mises en œuvre par les ménages




Cette figure montre que les catégories sociales les moins vulnérables (peu vulnérables et
moins moyennement vulnérables) développent des stratégies de prévoyance à travers une
capitalisation dans le bétail (achat de chèvres, de moutons) qui représentent environ 17 % des
fonds mobilisés. Ces catégories sociales pratiquent aussi une capitalisation foncière à travers
l‟achat de terre soit 9 % des fonds. Le gage des champs est également pratiqué par ces
catégories soit 20 % des dépenses des ménages. La mise en valeur de ces champs permet
d‟assurer la sécurité alimentaire. Ces deux formes de capitalisation (foncière et dans le bétail)
constituent une sorte d‟épargne en nature qui caractérise les économies des pays en
développement comme le Niger comme le stipule la théorie de LEDUC de l‟épargne en
économie de subsistance qui caractérise la zone d‟Aguié. Les catégories sociales les moins
vulnérables (PV et MV) mettent en œuvre d‟autres stratégies de prévoyance : Ainsi, une autre
partie des fonds 8 %, est utilisée pour augmenter les fonds de commerce pour conduire les
AGRs, pour l‟éducation de leurs enfants (2 %). Il s‟agit de stratégie de prévoyance mise en
œuvre par les acteurs populaires pour prévoir l‟avenir. D‟autres stratégies sont mises en
œuvre à savoir les dépenses consacrées à la santé des enfants 2 % et 7 % pour marier leurs
enfants. Là, il s‟agit des stratégies de prévoyance et de survie à la fois.
                                                                                            148


Les catégories les plus vulnérables (Très Vulnérables et Extrêmement Vulnérables) mettent
généralement en œuvre des stratégies de survie comme l‟achat de nourriture qui représente 8
% des fonds dépensés par les ménages. D‟autres stratégies de survie sont également mises en
œuvre par l‟ensemble de ces catégories sociales à savoir les dépenses de cérémonies qui
constituent 10 %, l‟équipement de la case pour les jeunes femmes soit 5 % des postes de
dépenses des ménages, l‟achat de vêtement représente 7 % des dépenses. Les dépenses de
cérémonies constituent d‟ailleurs un facteur de la vulnérabilisation des ménages surtout les
femmes comme l‟ont montré les études de Marie Thérese Doumbia. D‟autres dépenses sont
également effectuées par les TV et les EV à savoir le payement des dettes. Il s‟agit de
stratégie de survie. Les très vulnérables réalisent des investissements à moyen terme comme
l‟achat de bétail destiné au petit élevage (les achats de moutons et de chèvres), animaux qui
sont vendus dès la première difficulté (manque de nourriture, maladie, cérémonies), il s‟agit là
d‟une forme d‟épargne provisoire pour faire face aux difficultés, dans ce cas ils mettent en
œuvre des stratégies de prévoyance.


Les investissements à long terme sont rares. En effet, aucun achat de terre n‟a été signalé au
niveau de ces catégories sociales (TV et EV).
Chez les catégories les plus vulnérables (très vulnérables), les bénéfices réalisés sur leurs
propres épargnes et ceux sur le crédit contribuent à la sécurité alimentaire surtout en période
de soudure, période durant laquelle, cette catégorie sociale connaît des difficultés
alimentaires, ce qui permet aux femmes de disposer de la nourriture pour s‟adonner aux
travaux champêtres.
Les fonds dépensés dans les cérémonies permettent aux femmes une reproduction sociale,
d‟assurer leur appartenance au réseau et aussi une forme de reconnaissance sociale. Les
femmes pratiquent généralement le Biki qui est une forme de solidarité ou de crédit entre les
membres de la communauté.
Les revenus générés par la pratique des activités génératrices de revenu (AGRs) ont eu des
effets et impacts au niveau des ménages.


4.4 Effets et impacts des différentes activités génératrices de revenu


La conduite de ces initiatives et innovations paysannes a engendré des effets et impacts qui
sont consignés dans le tableau n°32 : Effets et impacts des activités génératrices des revenus.
                                                                                                           149
Tableau 32 : Effets et impacts des activités génératrices des revenus
Activités      Effets                    Impacts au niveau collectif                    Impact au niveau des
génératrices                                                                            catégories sociales
de revenu
Caisses        Mobilisation de           Lutte contre la pauvreté, création de          Capitalisation foncière
d‟épargne      l‟épargne locale,         richesses extra agricoles surtout pour la      pour les PV et MV (achat
et de crédit   financement des           femme, amélioration des revenus, des           de terre) et capitalisation
caisses        AGRs, cadre de            conditions de vie de la femme,                 dans le bétail chez les PV
« assussu »    concertation, de          amélioration de la sécurité alimentaire,       et les MV ;
               solidarité, d‟entraide    Les acteurs populaires ruraux ont               Amélioration de la
               entre les différents      contribué à la création de la norme locale     sécurité alimentaire chez
               groupes et catégories     en matière de mobilisation de l‟épargne        toutes les catégories
               sociaux, point de         et d‟octroie de crédit                         sociales, sauf les EV
               départ de nouvelles       Ces normes peuvent servir de cadre             absents des caisses
               initiatives et            d‟intervention pour les intervenants           « assussu ».
               innovations,              extérieurs : coopération décentralisée en
                                         vue de répondre aux attentes et
                                         aspirations des acteurs locaux
Extraction     Naissance d‟un cadre      Création d‟emplois, valorisation des           Capitalisation dans le
d‟huile        de concertation de        produits agricoles, plus de plus value,        bétail chez les PV et les
               solidarité,     d‟enter   amélioration du revenu et du statut de la      MV ;Sécurité alimentaire
               aide      entre     les   femme, confiance en soi, amélioration de       chez TV, les EV ne sont
               différents groupes et     la qualité nutritionnelle, naissance de        pas dans les groupements
               catégories     sociaux,   petite entreprise locale, une plus grande      d‟extraction d‟huile ;
               point de départ de        rémunération au producteur en vue de           Création d‟emploi ;
               nouvelles initiatives     réhabiliter la filière arachidière en crise    Valorisation de la main
               et innovations            depuis plusieurs décennies, replicabilité      d‟œuvre féminine
                                         de l‟activité, effet tache d‟huile sur
                                         d‟autres villages
Utilisation Gain de temps,               Augmentation de la production agricole,        Adoption de la
du matériel travail, travail plus        mise ne place d‟un cadre de concertation       technologie chez certains
agricole    facile, adoption de la       où les problèmes socio-économiques du          PV ;
            technologie par              village sont débattus, règlement des           Amélioration des revenus
            certains ménages,            conflits et gouvernance locale mise en         chez les femmes (PV,
            investissement dans          place par les acteurs locaux. Ce cadre         MV, TV) ayant bénéficier
            la réalisation               peut servir à la coopération                   du crédit arachide
            d‟équipement                 décentralisée ; renforcement de la
            collectif                    cohésion sociale, réalisation
                                         d‟infrastructures collectives
Pommade        Naissance         d‟une   Amélioration de l‟hygiène et des     Acquisition de savoir-
artisanale     nouvelle activité                                              faire; adoption de la
                                         conditions sanitaires, nouvelle expertise ;
                                         replicabilité de l‟activité sur les villages
                                                                              technique par une femme
                                         voisins;                             TV, valorisation de la
                                         Amélioration de la sécurité          force de travail de la
                                         alimentaire et du revenu des ménages femme
Savon          Idem                      Idem                                 Idem
artisanal
Utilisation    Amélioration des          Conduite de la recherche en milieu             Amélioration de la
des            nouvelles techniques      paysan, vulgarisation horizontale des          sécurité alimentaire des
produits       culturales, variétés      résultats, amélioration des rendements,        TV et EV, valorisation de
des champs     améliorées, conduite      des revenus des ménages, réalisation           la force de travail
collectifs     d‟autres AGRs             d‟infrastructures collectives
Petit          Disponibilité des         Augmentation de la fertilité des terres,       Amélioration du capital
élevage        Produits de               épargne sur pied, augmentation des             bétail chez les PV et PM ;
               l‟élevage : Lait,         rendements, amélioration de la sécurité        Les TV et les EV sont
               fromage, viande, sous     alimentaire                                    devenus propriétaires,
               produits                                                                 amélioration de leur statut
                                                                                               150
Ces effets et impacts peuvent être sociaux, économiques, institutionnelles…

4.4.1 Impacts socio-économiques et organisationnels de la conduite des
activités génératrices de revenus

4.4.1.1 La naissance de nouvelles initiatives et innovations paysannes

La conduite des AGRs a engendré une dynamique organisationnelle au niveau des acteurs
paysans. On a assisté à la naissance de plusieurs organisations paysannes qui sont des cadres
de concertation et de règlement de conflit entre les catégories et les couches sociales. Ces
groupements sont le point de départ de nouvelles initiatives et innovations pour faire face aux
multiples contraintes dont ils font l‟objet : Crises multiformes : Crise foncière, insécurité
alimentaire, pauvreté. Les acteurs locaux élaborent des stratégies alternatives pour trouver des
issues à la crise.
Les groupements ont servi de cadre à la production de la norme locale.

4.4.1.2 Production de la norme par les acteurs locaux

Les acteurs locaux ont contribué à la création de la norme locale pour la gestion de leurs
affaires. Ces normes sont admises et acceptées par les acteurs locaux, en effet, ils sont les
concepteurs de ces règles qui doivent désormais régir la conduite de leurs affaires. Les acteurs
populaires ruraux ont contribué à la création de la norme locale en matière de mobilisation de
l‟épargne et d‟octroie de crédit solidaire qui fonctionne de manière efficace. Alors que les
modèles prêts à porter imposés par les acteurs dominants et globaux ont fait faillite dans les
mêmes conditions.

Ces normes peuvent servir de cadre d‟intervention pour les intervenants extérieurs en vue de
répondre aux attentes et aspirations des acteurs locaux. Les institutions mises en place par les
groupements dont le comité de gestion, peuvent épauler les élus locaux dans la conception, la
définition, la mise en œuvre et le suivi des plans de développement locaux dans le cadre de la
décentralisation. Désormais, les élus locaux disposent des interlocuteurs bien outillés pour
conduire le développement à la base. Les acteurs locaux peuvent être reconnus comme des
experts locaux (les petits experts) qui disposent d‟une expertise comme l‟a montré Jean
Philipe PEEMANS125.
Ces cadres de concertation ont permis la mise en oeuvre d‟actions d‟intérêts collectifs.

4.4.1.3 La Réalisation d’actions d’intérêts collectifs

Les groupements mènent plusieurs activités d‟intérêts collectifs : Réparation de Mosquée,
actions de salubrité sur les cimetières, sur la place du marché hebdomadaire, aide aux
personnes âgées et défavorisées, contribution pour le village dans la réalisation d‟ouvrages
collectifs (forages, achats de vaccins,..) : Creuset de la solidarité et de l‟entraide villageoise.
Ces groupements constituent aussi les interlocuteurs des structures d‟appui au développement
villageois (développement local).



125
      Jean Philipe PEEMANS, 2003
                                                                                            151
4.4.1.4 Le renforcement de la cohésion sociale

Le travail en groupe et la conduite d‟activités génératrices de revenu a abouti au renforcement
de la cohésion sociale entre les individus, les catégories et les groupes sociaux et
l‟appartenance au groupe. En outre, le renforcement du lien social dans nos sociétés en
profonde mutation : Par exemple, les caisses « assussu » ne se résument pas à des aspects
purement économiques. La conduite d‟activités génératrices de revenu engendre donc des
impacts sociaux à travers l‟entraide entre les membres du groupement en cas de cérémonies,
de maladies, de décès, ou de difficultés alimentaires. Les activités génératrices de revenus, à
l‟instar des caisses « assussu » illustrent une dimension de l‟économie informelle
profondément encastrée dans le social selon la théorie de Polanyl. Il faut analyser les
comportements des acteurs au sein des entreprises, des lieux de reproduction et de
consommation où le poids des réseaux familiaux et des pratiques sociales obéissent à des
logiques qui témoignent des dynamiques propres des acteurs locaux en marge de l‟économie
formelle dans leurs rapports à la richesse et au travail.

Les champs collectifs permettent de constituer un stock alimentaire pour alimenter la banque
céréalière. Ce stock joue un rôle important pendant la période de soudure. Les membres
nécessiteux (les très vulnérables et les extrêmement vulnérables) reçoivent du crédit en vivres
qui les permet de travailler dans leurs propres champs pendant le sarclage. En absence de
nourriture les très vulnérables et surtout les extrêmement vulnérables sont contraints de
pratiquer le salariat agricole. La nourriture mise à la dispose du ménage permet de ne pas
compromettre la campagne en cours mais aussi de ne pas recourir aux usuriers. Les couches
les plus vulnérables (très vulnérables et surtout les extrêmement vulnérables) sont contraintes
le plus souvent d‟hypothéquer la production pour assurer la survie pendant la soudure.
L‟assistance alimentaire pendant la période de soudure leur permet de les mettre à l‟abri des
spéculateurs.

4.4.2. Impacts économiques des AGRs

4.4.2.1 Impacts des caisses «assussu »

Les caisses permettent une mobilisation de l‟épargne locale à travers les cotisations
hebdomadaires. L‟épargne mobilisée permet d‟octroyer des crédits pour financer des activités
génératrices de revenus. Les caisses jouent le rôle d‟intermédiation financière en mobilisant
l‟épargne locale et en octroyant des crédits.

Les caisses jouent un rôle majeur dans la conduite de plusieurs activités socio-économiques.
Elles constituent aussi une forme alternative de financement des acteurs paysans suite au
manque ou à la déficience des structures formelles de financement local.
L‟octroie des crédits aux membres par les caisses permet de lutter contre les pratiques
usuraires.
 Les caisses en octroyant des crédits à leurs membres en cas de cérémonies et de maladies,
jouent le rôle de prévoyance sociale et sanitaire. En octroyant des crédits sans intérêts en cas
de maladie à leurs membres, les caisses jouent un rôle de sécurité sociale.

Au niveau des caisses d‟épargne et de crédit : Caisses « assussu » comme l‟a dit Jean Marc
ELA pour les tontines, l‟économie n‟est pas un domaine autonome séparé de l‟organisation
sociale. Comme l‟a dit Polanyi, l‟économie est encastrée dans le social. Ces pratiques
permettent d‟articuler l‟analyse de l‟économique et du social. Malgré les tentatives
d‟accumulation, on assiste à la naissance de réseaux ou à la redynamisation des réseaux
sociaux, des groupes de filiation et des mécanismes de contrôle social.
                                                                                               152
Les entraides au moment des cérémonies « buki » entre les femmes constituent une forme
de redistribution.

Partant de cette analyse, il est difficile de restreindre l‟analyse des impacts des institutions de
micro-finance qui font du taux de remboursement du crédit, le premier critère de réussite de
leurs interventions, comme c‟était le cas lors de l‟évaluation du volet crédit du PDRAA. La
prise en compte de l‟ensemble des indicateurs socio-économiques et politiques permet de
mieux connaître les effets et impacts du micro-crédit sur les conditions de vie des ménages. Il
est désormais nécessaire de prendre en compte les effets sociaux, l‟imporwerment de tous les
acteurs (hommes, jeunes et femmes pas seulement des femmes).

Il est difficile d‟enfermer l‟analyse des pratiques des acteurs locaux sur un aspect purement
économique. On peut se poser des questions entre les logiques des institutions, des projets et
les stratégies des acteurs locaux. La prise en compte de l‟ensemble des pratiques des acteurs
locaux permet d‟analyser de manière approfondie, les stratégies mises en œuvre par les
acteurs populaires. Elle est liée à des rapports de réciprocité et à des systèmes de « prestations
totales » dans un cadre ou la sphère de reproduction matérielle n‟est pas dissociée des
stratégies de reproduction sociale. Les caisses d‟épargne et de crédits, caisses « assussu »
constituent un exemple d‟économie sociale où les processus d‟accumulation s‟inscrivent dans
un tissu social. Le tout ne se limite pas seulement à l‟épargne et crédit des sociétaires, c‟est
aussi la naissance d‟un cadre ou d‟un espace de rencontre, d‟échanges d‟idées, de
communication, de négociation, de partage de joies et de deuils familiaux entre les différentes
catégories et couches sociales. C‟est également un espace de soutien, d‟entraide, de réseau
d‟appartenance et d‟influence sociale.

L‟autofinancement des certaines activités par les groupements dément certaines théories sur
l‟épargne et l‟investissement telle les théories des cercles vicieux de Nurske, Meier puis de
Baldwin selon lesquelles les pauvres sont incapables d‟épargner et d‟investir. Les pays
pauvres selon cette théorie ne peuvent sortir de leur pauvreté sans faire appel à des ressources
extérieures et que les pays qui ont fait leur take off tels que l‟Angleterre, la Russie ont fait
appel à des capitaux extérieurs.

4.4.2.2 Impacts de la conduite des AGRs sur le genre

Les groupements permettent aux femmes de sortir de leur isolement familial imposé par la
coutume, surtout la société patriarcale. Parmi les avantages de l‟appartenance à un
groupement, elles citent sortir de chez soi, travailler ensemble, se rencontrer, se connaître, se
sentir unies, prendre confiance en soi… Le groupement est aussi le cadre où elles peuvent
mettre en œuvre des stratégies pour sauvegarder leur autonomie, pour réaliser leurs projets,
pour faire valoir leur point de vue sur les affaires du village et pour bénéficier des actions de
développement dont elles sont exclues.

Toutefois, dans les organisations mixtes, on note une sous représentation des femmes, cas de
« Garkuwa » et de « Numa », les femmes sont respectivement 6 sur 46 et 3 sur 34. A
« Numa » les femmes se sont retirées à partir de 1998. Là où les femmes sont présentes, elles
sont faiblement représentées dans le comité de gestion des groupements. Dans le cas où, elles
sont présentes, elles occupent des postes secondaires : Vice-présidente, secrétaire adjointe,
trésorière adjointe. Ces postes ne sont que de façade et ne donnent aux femmes que peu de
pouvoir. Les femmes participent peu à la prise des décisions. Les femmes participent
rarement aux réunions, dans le cas où elles y participent, elles prennent rarement la parole
pour exprimer leurs idées. Les pesanteurs socioculturelles font que les femmes ont des
difficultés à prendre la parole en public à majorité d‟hommes. Cette difficulté est plus grande
pour les femmes encore moins âgées. Seules, les femmes d‟un certain âge acquièrent
                                                                                          153
l‟autorité morale et disposent d‟un droit d‟intervention dans la sphère publique. Elles
deviennent souvent, les porte-parole et leurs intermédiaires auprès des hommes. Cette
situation est d‟autant plus vraie que, dans les groupements, se sont les femmes âgées qui font
parties du bureau.

Dans les groupements exclusivement féminins, la démocratie n‟est pas de mise. En absence
des hommes, se sont les femmes âgées qui détiennent le pouvoir de décision. Elles sont
généralement aux postes de responsabilité les plus importants des comités de gestion. En
réunion, les jeunes femmes ont du mal à exprimer leurs opinions.

Comme impact de l‟utilisation du matériel agricole, on peut citer une amélioration des
techniques culturales, un gain de temps surtout pour les femmes qui font des travaux pénibles,
surtout en saison de pluies où elles peuvent travailler souvent 16 h sur 24.
                                                                                               154
4.4.2.3 Les expériences tirées dans la conduite de la recherche

La conduite de cette recherche m‟a permis de voir la capacité des acteurs paysans dans la
production de la norme. Laquelle norme est obtenue à travers un consensus négocié. Cette
norme est facilement appropriée et admise par les acteurs locaux. On assiste à l‟émergence de
structures qui servent de cadre de concertation entre les catégories et les couches sociales. Ces
cadres peuvent aussi servir à l‟établissement de partenariat pour conduire des actions de
développement, mais aussi contribuer à la mise en place de la décentralisation. Les élus
locaux ont désormais des interlocuteurs capables de définir les besoins et préoccupations des
populations, de concevoir des actions concrètes en vue de résoudre les problèmes qui les
assaillent (insécurité alimentaire, pauvreté).

Cette étude m‟a permis de voir comment fonctionnent les organisations paysannes qui
développent des stratégies à travers l‟initiation et la mise en œuvre d‟initiatives pour faire face
aux crises multiformes en vue du développement local durable.

Cette étude m‟a permis aussi de voir, comment fonctionnent des institutions de mobilisation
de l‟épargne et de financement de l‟économie locale à partir de leurs propres règles, la norme
produite localement. Ces institutions en marge de l‟Etat, fonctionnent de manière efficace et
montrent la vivacité des acteurs du premier et du second niveaux et leur capacité à jouer un
rôle de premier plan dans le développement après l‟échec des Etats Nations et des experts du
Nord dans leur tentative de modernisation de l‟Etat et de la société à travers une approches
verticales et avec des recettes « prêts à porte » importées de l‟extérieur souvent non
compatibles aux réalités locales et difficilement appropriées par les acteurs populaires. On
assiste à la reconnaissance des nouveaux acteurs: Les acteurs populaires ruraux et urbains et
de nouveaux experts : Les petits experts longtemps ignorés, qui peuvent désormais jouer un
rôle fondamental dans la mise en œuvre de la décentralisation et les stratégies de lutte contre
la pauvreté. Ces nouveaux programmes doivent reconnaître la place et le rôle de premier plan
que doivent jouer ces catégories d‟acteurs. Il s‟agit là d‟un développement conçu à travers une
approche horizontale dans le cadre d‟un partenariat entre les acteurs et reconnaître désormais
que toutes les catégories peuvent contribuer à la construction de l‟édifice.

A travers ce type de recherche où les acteurs paysans sont généralement demandeurs de la
recherche sur la base de leurs propres préoccupations, on assiste à une nouvelle forme de
recherche où les paysans ne participent pas seulement aux différentes étapes de la recherche,
ils sont désormais les véritables artisans de la recherche. Dans les restitutions, les acteurs
paysans participent activement à la recherche. A toutes les étapes de la recherche, de
l‟identification de la problématique à la définition du thème de la méthodologie, de la
conduite de la recherche sur le terrain jusqu‟à la validation des résultats à travers les
restitutions, les acteurs paysans ont joué un rôle majeur dans la recherche. Ils participent à la
construction du savoir, ce qui leur avait été refusé auparavant.

Cette recherche montre que les acteurs populaires sont capables de définir des stratégies de
développement, de les mettre en œuvre à travers les initiatives locales telles que la mise en
place de cadre de concertation, la mobilisation de l‟épargne (qu‟elle soit en nature ou en
espèce), de la force de travail, la production de la norme locale. Ces initiatives montrent que
les acteurs locaux font preuve de réelle motivation pour prendre en mains les problèmes de
leur développement en vue de lutter efficacement contre la pauvreté et/ou la vulnérabilité et
l‟insécurité alimentaire.
                                                                                             155
Conclusion

Les activités génératrices de revenu conduites par les différents groupements ont contribué à
la naissance de plusieurs autres AGRs, ce qui montre la pertinence de ces activités malgré les
difficultés que connaissent certaines AGRs (fabrication traditionnelle du savon). Ces activités
sont également très rentables et présentent des effets et impacts multiples dans le cadre de
l‟amélioration de revenu des ménages, à la cohésion sociale, à l'amélioration de la position
sociale des catégories les plus vulnérables, des femmes et des jeunes. Ces initiatives et
innovations permettent aux femmes de financer en partie leurs besoins socio-économiques à
travers la mobilisation de leur épargne, dans un pays où elles constituent la couche la plus
pauvre. Toutefois, les femmes demeurent dépendantes du crédit. La conduite des AGRs a
amélioré les conditions de vie de la femme. En effet, les femmes à travers la mise en place des
groupements disposent de cadre de concertation pour discuter de l‟ensemble de leurs
problèmes. Certaines femmes ont eu la possibilité de sortir et d‟exercer librement des activités
commerciales. Les femmes qui pratiquent les AGRs ont vu leur revenu amélioré.
Les activités les plus structurantes sont les caisses « assussu », le petit élevage, l‟extraction
d‟huile, les champs collectifs.

Cette étude montre que pour une meilleure stratégie de lutte contre la vulnérabilité et/ou la
pauvreté en vue d‟une amélioration significative des revenus des ménages, il est indispensable
d‟avoir des inventions bien ciblées en fonction de deux grandes catégories sociales, d‟une part
les plus vulnérables (très vulnérables et extrêmement vulnérables) et d‟autre part les moins
vulnérables (peu vulnérables et moyennement vulnérables). D‟où l‟importance de la
catégorisation qui devra guider les intervenants à cibler leurs interventions en fonction des
besoins de chaque catégorie sociale. Une intervention homogène, comme elle se fait
actuellement au niveau du PAIIP et probablement au niveau du PPILDA, ne peut améliorer
significativement les revenus des couches sociales les plus vulnérables surtout les
extrêmement vulnérables qui sont en marge des activités appuyées par le projet. Par
conséquent les impacts des interventions du PAIIP sur l‟amélioration de revenu des ménages
sur les extrêmement vulnérables sont plus faibles que sur les autres catégories sociales
(surtout les peu vulnérables et les moyennement vulnérables).

Pour les catégories les plus vulnérables, les différentes interventions doivent être axées
fondamentalement sur les activités extra-agricoles, compte tenu du potentiel agricole
extrêmement faible dont dispose ces catégories sociales (assise foncière et capital bétail très
faibles). Les ressources nécessaires au financement de ces activités doivent en partie être
exogènes. Ces ressources peuvent provenir de partenaires extérieurs (Projets, ONG, services
étatiques…), il s‟agit d‟un financement de type micro-crédit qui doit s‟inspirer de
l‟expérience de micro-crédit de type traditionnelle à l‟instar des tontines améliorées : caisses
« assussu », actuellement en cours dans la zone. Ces ressources seront gérées par les
structures locales de micro-crédit mises en place et gérées par les acteurs locaux, selon un
modèle de crédit solidaire. Cette étude montre que les théories des « cercle vicieux » de
NURSKE, de MEIER et de BALWIN, selon lesquelles les pays en développement sont
incapables d‟épargner en raison de l‟état de pauvreté et qu‟aucune croissance durable du
produit global réel n‟est possible sans accumulation de capital, donc d‟épargne que l‟état de
                                                                                              156
pauvreté rend impossible. Ces théories ne sont pas suffisantes pour expliquer la formation
de l‟épargne dans les pays en développement. Par conséquent les pays pauvres et même les
ménages pauvres peuvent épargner comme le montre cette recherche. Toutefois, certaines
catégories sociales, ici, les extrêmement vulnérables sont incapables d‟épargner. Cette
catégorie se trouve dans une pauvreté structurelle et une insécurité alimentaire chronique dont
il est difficile de la faire sortie sans un effort exceptionnel notamment l‟accompagnement de
cette catégorie à travers des mécanismes appropriés de financement d‟activités productives de
ces exclus des systèmes de productions. Comme le dit Claude Raynaut, les dynamiques en
cours, si elles sont porteuses de solutions à certaines des difficultés rencontrées, n‟offrent pas
toujours de perspectives pour les plus démunis ; elles s‟accompagnent même de phénomène
qui accroissent leur vulnérabilité et accélèrent les processus de paupérisation auxquels ils sont
exposés. Il est capital de trouver des stratégies durables pour lutter efficacement contre la
vulnérabilité des plus démunis notamment les extrêmement vulnérables.

Pour améliorer les revenus de cette catégorie sociale, il faut un apport de ressources exogènes
comme l‟a montré Rostow dans les différentes étapes de la croissance : le take off. Donc pour
passer de cette catégorie sociale extrêmement vulnérables à moyennement vulnérables, puis à
peu vulnérables, il faut un apport de ressource exogène à travers le micro-crédit ou autre
mode de financement approprié à cette catégorie sociale.

Pour les catégories les moins vulnérables (les moyennement vulnérables et peu vulnérables),
les interventions doivent non seulement promouvoir les activités agricoles en valorisant le
potentiel de production (capital foncier et bétail) dont dispose ces catégories sociales, mais
aussi les activités extra agricoles. La valorisation de ce potentiel (terre et bétail) passe
nécessairement par une intensification des moyens de production en vue d‟augmenter
significativement la productivité. Cette intensification nécessitera la mise à la disposition de
ces catégories sociales d‟intrants de qualité (des semences améliorées, engrais, meilleures
races zootechniques pour la production animale) à travers un système de warrantage qui est
mis en place pour soutenir l‟intensification agricole. Ce qui permettra de dégager des
excédents agricoles qui se seront vendus aux couches les plus vulnérables. Les ressources
financières générées permettront non seulement de financer leurs activités extra agricoles
(AGRs) en saison sèche, mais aussi de disposer de ressources financières pour acheter les
entrants pendant la saison des pluies. Ces interventions doivent empêcher ces catégories de
tomber dans la vulnérabilité. Ces catégories sociales disposent des ressources propres
(ressources monétaires et non monétaires) nécessaires pour l‟amélioration de leur revenu par
conséquent leur condition de vie. Elles n‟ont pas besoins de ressources financières exogènes
pour améliorer leur condition de vie. L‟aide à leur apporter sera un renforcement de capacités
à travers des formations et des voyages d‟études pour les amener à valoriser leurs potentialités
(terre, bétail et main d‟œuvre). Pour ces catégories sociales, des mécanismes de valorisation
de leurs ressources et de mobilisation de l‟épargne leur permettront d‟assurer l‟investissement
nécessaire à leur développement. C‟est la théorie de Lewis selon laquelle les pays en
développent disposent d‟épargne non monétaire capable d‟assurer leur développement.
                                                                                                157
On constate que la mise en oeuvre de la plupart des activités génératrices de revenu a
nécessité une mobilisation de l‟épargne locale qu‟elle soit en nature ou en espèce. Il s‟agit
d‟un financement endogène de ces activités, qu‟il soit entier ou en partie exemple de
cofinancement de certaines activités. Bien que les activités génératrices de revenu contribuent
à la réduction de la vulnérabilité, les catégories sociales les plus vulnérables (surtout les
extrêmement vulnérables) sont très marginalisées dans la pratique des différentes AGRs. En
effet, cette catégorie sociale du fait de son incapacité à faire face aux cotisations est peu active
dans la pratique des AGRs. Des dispositions particulières doivent être prises pour que les
extrêmement vulnérables puissent disposer de sources de financement à travers le micro-
crédit ou en ciblant les périodes favorables à la mobilisation des fonds en vue de participer
pleinement à la pratique des AGRs. Ce micro-crédit sera de type solidaire, géré sur la base des
mécanismes locaux mis en place à travers les normes produites par les groupements des
caisses « assussu » et les autres groupements à l‟instar du crédit arachide octroyé par le
Service d‟Arrondissement de l‟Agriculture d‟Aguié, géré par le groupement « Garkuwa ».
Ces dispositions permettent de contribuer à la lutte contre la vulnérabilité pour les catégories
les plus vulnérables.

L‟originalité de cet exemple de micro-crédit, c‟est que la rémunération de l‟épargne reste la
propriété des membres du groupement par opposition aux autres formes de micro-crédit où les
bénéfices réalisés sont rapatriés par les institutions de micro-finance, il s‟agit de phénomène
de fuites de ressources. Ce phénomène de fuites empêche la formation de l‟épargne comme
l‟ont montré MEIER et BALWIN. Même si le taux d‟intérêt est élevé, les membres du
groupement sont les principaux bénéficiaires. Ces fonds servent au financement du
développement local à travers la réalisation des infrastructures collectives.

Dans le cadre de la lutte contre la pauvreté par exemple, les fonds de l‟initiative PPTE (Pays
Pauvres Très Endettés) peuvent être utilisés pour financer ces initiatives endogènes conçues et
mises en œuvre par les acteurs locaux.

Pour les caisses d‟épargne et de crédit, caisses « assussu », le fait qu‟à la fin de chaque cycle,
les fonds sont partagés, ne permet pas d‟avoir une viabilité financière. Ce fait est un facteur de
vulnérabilité des caisses, parce qu‟on revient chaque fois à un niveau pionnier du fait que la
caisse est vidée à la fin de chaque cycle.

Pour intégrer les catégories sociales les plus vulnérables (très vulnérables et surtout les
extrêmement vulnérables) dans les caisses, des stratégies appropriées de mobilisation de
l‟épargne doivent être mises en œuvre (épargne en nature, à la fin des récoltes ou sous forme
de travail pour payer leur contre partie), ce qui peut remplacer les cotisations en espèces.

Pour faire face aux défis majeurs du développement durable à travers la lutte contre la
pauvreté et ou la vulnérabilité, la création et le renforcement d‟organisations qui dépassent le
cadre village sont indispensables pour renforcer la capacité d‟actions des groupements en vue
d‟une plus grande taille et un poids suffisant pour la conduite d‟activités pérennes. Ce qui
                                                                                              158
favorise la construction de dynamiques collectives dépassant le cadre local, le cas de
l‟inter village.

Les stratégies de lutte contre la pauvreté dans les pays en développement sur la base SRP 126
visent à réduire le nombre de pauvres à l‟horizon 2015 conformément aux objectifs de
développement du millénaire.

Notre recherche sur l‟étude des effets et impacts des initiatives et innovations paysannes
améliorant le revenu des ménages s‟inscrit dans cette optique. Cette recherche conduite dans
un seul village de la zone d‟Aguié (Dan Saga) pendant une période relativement courte (deux
mois) ne peut donner que quelques éléments de réflexion sur une problématique très
complexe et difficile à élucider qui est l‟amélioration des revenus des ménages dans une zone
qui se caractérise par une saturation foncière, une pauvreté structurelle, une insécurité
alimentaire de plus en plus récurrente. Tous ces facteurs sont couplés à des profondes
mutations socio-économiques qui excluent les catégories les plus vulnérables des systèmes de
production agropastoraux.

Dans ce contexte, la problématique de la lutte contre la pauvreté et/ou la vulnérabilité mérite
d‟être étudié sur plusieurs zones du Niger et pendant une période suffisante afin d‟évaluer les
stratégies mises en œuvre par les différents acteurs pour prendre en charge les problèmes du
développement durable. Ce qui permet de prendre en compte dans les stratégies de lutte
contre la pauvreté, les causes de la vulnérabilité et de la pauvreté. Une telle recherche peut
prendre en compte les variantes entre les différentes zones mais aussi de déceler les variations
inter saisonnières et annuelles des différents phénomènes et leur prise en compte dans les
stratégies de lutte contre la pauvreté actuellement en cours au Niger. Ainsi, depuis fin 1999, le
Niger est élu au Programme Initiative Pays Pauvres très Endettés. Une Stratégie de Réduction
de la Pauvreté (SRP) a été élaborée et finalisée en 2002 par le gouvernement du Niger. Cette
stratégie a commencé sa mise en œuvre depuis 2000. Mais force est de constater que la
pauvreté ne cesse d‟augmenter au Niger. Dans ce contexte, une évaluation des stratégies de
réduction de la pauvreté de manière générale mais aussi des impacts de leurs mises en œuvre
dans les pays en développement en général et en particulier au Niger s‟avère nécessaire.

La plupart des acteurs du développement font du micro-crédit l‟outil de lutte le plus efficace
contre la pauvreté. Toutefois, quelle place, le micro crédit peut-il jouer dans la lutte contre la
pauvreté ?
Les actions de lutte contre la pauvreté se basent sur des méthodes souvent uniformes, des
approches visant à catégoriser les groupes cibles et les catégories sociaux permettent de mieux
cibler les interventions en matière de lutte contre la pauvreté.




126
      Stratégie de Réduction de la Pauvreté
                                                                                           159
Bibliographie

Abdoul Wahad Dieng, 2001 : Le crédit agricole au Sénégal : vers une approche
« différenciée » ? Cas du projet de modernisation et d‟intensification agricole (PMIA),
Mémoire FOPES, UCL, 71 p.
Alison Evans : Genre et économie, un premier éclairage, Cahiers Genre et développement
n°2, édition, L‟Harmattan, Paris, pp : 5456.
Amadou B, Yamba B, Claire D M, 1997 : Pertinence de la typologie des exploitations dans
l‟analyse des systèmes de production sahéliens. In Méthodes pour comprendre et mesurer les
pratiques agraires en milieu tropical et leurs transformations, p 127- 137.
Amoukou Adamou Ibrahim et ALI Mahamadou, 2003 : Analyse des relations inter villages
dans la perspective du développement local à Aguié : Cas des grappes villageoises de Dan
Saga et Damama,107 p.
Banque de France, 2003 : Rapport de la zone Franc, 2003.
Banque mondiale, 1990 : La Pauvreté, Rapport sur le développement dans le monde,
Washington, 287 p.
Banque mondiale, 2000 : Combattre la pauvreté. Rapport sur le développement dans le
monde, Washington, 287 p.
Bernard Charlely De La Masselière, 2003 : Quelle évolution pour les paysans d'Afrique noire,
dans le cadre de la fin d'un modèle colonial de développement ? Les Cafés-débats de Marciac,
"Agriculture du Monde", Mai 2003.
Bisilliat Jeanne : Femmes du Sud, chefs de famille, Karthala, Paris, 410 p.
Bisilliat Jeanne, 20001 : Genre et économie un premier éclairage, Cahiers genre et
développement, n° 2, 2001, l‟Harmattan, 482 p.
Bonnes pratiques en matière de création d‟emploi et de revenus décents pour les femmes :
Intégration des questions de genre dans les organisations communautaires, études de cas au
Burkina et au Sénégal.
Cabinet d‟étude Nakaura, 1998 : Rapport de synthèse sur la formulation des leaders des
groupements féminins, 19 p+ annexes.
CARE International, BARA, Université d‟Arizona, 1997 : Evaluation de la sécurité des
conditions de vie dans le département de Maradi, 269 p.
Castéran Marc, Agridoc: Qui fait quoi développement local et politique national : Questions
sur le développement local au Niger, revue thématique.
COUTHON J. Annie, 2001 : Contribution des banques communautaires à l‟amélioration des
conditions de vie des femmes en milieu rural : Cas des banques communautaires initiées par
le CREDESA au Sud Bénin, Mémoire FOPES, UCL 43 p + annexes.
CT/PIIP, 2004 : Etude de cas sur le diagnostic genre et les dispositifs existants pour la prise
en compte des aspects genre dans le cadre de la préparation du PPILDA, 18 p.
Daniel Cissé, 1969 : Problèmes de la formation de l‟épargne interne en Afrique de
l‟Occidentale, Paris, Présence Africaine, 278 p.
DE Leener Philippe, 2004 : Faire de son mémoire un instrument de changement, guide
méthodologique à l‟usage des étudiants de dernière année, ENDA Inter Mondes Belgique, 68
p.
De Leener Philippe, Yayé Aissetou, Issaka Amadou, Yamba Boubacar, Amoukou Ibrahim,
2004 : Faire de son Mémoire un instrument de changement, guide méthodologique à l‟usage
des étudiants de dernière année, version provisoire, 68 p + annexes.
                                                                                          160
Diagne, I.: 1988 : Le Niger, une économie sous ajustement, Ministère du plan de la
République du Niger.
Droy I. et Dubois J-L., 2000 : L‟observatoire, « un instrument pour le suivi de la pauvreté »,
Séminaire sur les inégalités, la pauvreté, le développement. Paris.
François Doligez, 1999: Institutionnalisation des réseaux d‟épargne crédit : une construction
sociale à concerter : Etude de cas en Guinée et au Bénin, Transverses n°3, Iram.
Germidis D. et al (éds), 1991 : Systèmes financiers et développement, quel rôle pour les
secteurs financiers formels et informels, OCDE, Paris.
Haubert Maxime,1999 : L‟avenir des paysans, les mutations des agricultures familiales dans
les pays du Sud, Collection Tiers Monde, Presses Universitaires Françaises, 187 p.
Isabelle Guérin, 2003 : Femmes et économie solidaire, la Découverte, Paris, France, 234 p.
Isabelle Jacquet , 1995 : Développement au masculin/féminin, le genre outil d‟un nouveau
concept, L‟Harmattan.
Jacques Berthomé, 2000 : Les organisations paysannes sur la scène du développement, Grain
de Sel n°14, mars 2000 Dossier, l'Aide en questions
Jean Marc ELA, 1990 : Quand l‟Etat pénètre en brousse, les ripostes paysannes à la crise,
Karthala, Paris,.268 p.
Jean Marc ELA, 1994 : Afrique l‟irruption des pauvres, Société contre Ingérence, Pouvoir et
Argent, l‟Harmattan, Paris, pp 147-155.
Jean Marc ELA, 1994 : Afrique l‟irruption des pauvres, Société contre Ingérence, Pouvoir et
Argent, l‟Hamattan, Paris,.266 p.
Jean Philipe PEEMANS, 2003 : Le développement des peuples face à la modernisation du
monde, les théories du développement face aux histoires du développement « réel » dans la
seconde moitié du XX ème siècle, Population et développement, Academia, Louvain,
Belgique, 534 p.
Jean-Pierre Cling, Mirelle Razafindrakoto, François Rouland, 2002 : Les nouvelles stratégies
internationales de lutte contre la pauvreté, DIAL, Economia, Paris, pp : 2-3.
Kiavi Liman Tinguiri, 1988 : Crise économique et ajustement structurel (1982-1988).
Kumarian, 2002: Pathways out of Poverty: Innovations in Microfinance for the Poorest
Families.
Lachaud, J P.1997: Pauvreté et vulnérabilité et marché du travail au Burkina Faso, CED, Série
de Recherche 2, Université Montesquieu-Bordeaux IV.
Lapenu C et M. Zeller, 2000 : « Non agriculturel, and Total incomes » In Minten B et M
Zeller, Beyond Marked Liberalization : Welfare, Income Generation and Environnemental
Sustainability in Rural Madagascar. Asgate, Aldershot, pp. 143 166.
Lelart LELART M.,1990, eds : La tontine : pratique informelle d‟épargne et de crédit dans les
pays en voie de développement, Paris, AUPELF- UREF. John Libbey Eurotext
Luduc in Daniel Cissé, 1969 : Problèmes de la formation de l‟épargne interne en Afrique de
l‟Occidentale, Paris, France, 278 p.
Malassis Louis, 2004 : L‟épopée inachevée des paysans du monde, Paris, France.
Meier et Baldwin, 1957 : Economic Development, New York.
N‟Guyen Huu CHau, 1964 : Structures, institutions et développement économique.
NIANE, D.T., 1985 : Histoire générale de l‟Afrique, l‟Afrique du XII ème au XVI ème siècle,
UNESCO, 295 p.
NURKE R., 1953: Problems of Capital Formation in Under-Develop Countries, Blackwell-
Oxford, London.
                                                                                            161
Orodji Mahamadou, 2004 : Etude sur les dynamiques organisationnelles dans la zone
d‟intervention du Projet, Mémoire. de maîtrise de Géographie à l‟Université Abdou
Moumouni de Niamey, 62 p.
PAIIP, 2001 : Rapport de synthèse, activités d‟appui aux initiatives et innovations paysannes
dans le cadre du PAIIP, volet élevage, 17 p.
PDRAA, 1999 : Rapport sur les séminaires d‟auto évaluation inter groupements féminins, 10
p + annexe.
PDRAA, 2001 : Note sur les groupements féminins mis en place dans le cadre du PDRAA, 4
p.
PNUD, 2004 : Rapport mondial sur le développement humain 2004, données 2003.
Projet de Développement Rural d‟Aguié, 2000 : Rapport d‟évaluation interne, augmentation
de la production agricole, des revenus et l‟amélioration des conditions de vie des populations,
66 p.
Raynaut Claude, 1997 : Sahel, Diversité et dynamiques des relations sociétés –nature,
Karthala, Paris France.
Raynaut Claude, 2001: Dynamique de transformations sociales dans le département d‟Aguie :
perspectives pour une stratégie de réduction de la vulnérabilité 58 p.
S. Soulama, 2001 : Micro-finance, Pauvreté et développement, Université de Ouagadougou,
90 p.
Saley Bougi Chaibou, 2004 : Analyse de quelques initiatives et innovations paysannes et leurs
effets sur la sécurit alimentaire des ménages cas terroirs de Damama et El Gueza
(Arrondissement d‟Aguié :Maradi), Mémoire UTA, Université Abdou Moumouni de Niamey,
60 p + Annexes.
Saley Kanté, 2002 : Etude des pratiques et des stratégies paysannes en matière de la gestion
de la fertilité des sols et des risques climatiques dans l‟arrondissement d‟Aguié (Maradi) : cas
des villages de Elguéza et de Zabon Moussou, Mémoire de fin d‟étude CRESA Université
Abdou Moumouni de Niamey, 85 pages.
Salifou D. T., 1989 : Histoire du Niger, 85 p.
Seibel H. D., 2000 : Les banques de développement agricole, faut-il les former ou reformer ?
Finances et Développement juin, pp. 45-48.
Sen A, 2003 : Nouvelle économique, développement, justice, liberté, Odile Jacob
Seyni Hamidou, 2000 : Evolution à long terme des productions agricoles, des systèmes de
commercialisation et des prix des produits dans la zone de Maradi, Working Paper 32,
Drylands Research, 27 p + annexes.
Sophie Rousseau : Capabilités, risques et vulnérabilité.
Watts Michael J. And Hans Bohle G. : “The space of Vulnerability : The Causal Struture of
Hunger and Famine”, in Progress in Humain Geography, pp 43- 67.
Yamba Boubacar et Yahaya Abdou, 2001 : Etude des facteurs et perceptions sociales de la
vulnérabilité dans la région d‟Aguié, CT/PIIP décembre, 2001.
Zonon Abdoulaye et Karianga Harouna, 2002 : Problématique de financement du secteur
agricole pour un développement durable, synthèse régionale des études du CILSS, 14 p.
          162




Annexes
                                                                                                 163
Annexe1

Initiatives et innovations paysannes appuyées le PAIIP dans sa zone d’intervention

Activité                             Objectif                              Catégorie
                                                                           sociale
Plantation d‟arbres                  Lutte contre la désertification
Réhabilitation des espaces sylvo-    Augmenter la production des
pastoraux, lutte contre le sida c.   parcours
Plantation et regarni des BV         Lutte contre la désertification
Formation sur le défrichement        Connaissances agroforestières
amélioré
Semis de Doumier                     Lute contre la désertification,
                                     amélioration fertilité, utilisation
                                     des produits non ligneux
La réhabilitation des aires de       Augmenter la capacité de charge                   Réalisé
pâturage et des espaces sylvo-       des parcours, prévenir les conflits
pastoraux
Equipement des APV
Elevage caprin                    Promotion élevage et lute contre
                                  la pauvreté
Elevage mouton oudah              Disposer de la race
Elevage volaille                  Promouvoir l‟élevage
Traitement fourrages grossiers au Assurer la conservation du
sel                               fourrage
Hygiène des enclos
Fenaison                              Disposer du fourrage de bonne
                                      qualité
Utilisation sida + fanes arachide Diversifier l‟alimentation du
dans l‟alimentation du bétail         bétail et disposer + de fourrage
Multiplication des semences mil et
niébé
Multiplication de variété précoce de Disposé de nouvelles variétés,
mil, arachide et de niébé             nouveau, précocité attestée
Test urée Dan saga                    Augmenter la production agricole
Test lutte contre les insectes        Disposer d‟une innovation
floricoles du mil
Apport localisé d‟urée sur la culture Confirmation de l‟innovation
de mil
Multiplication des semences et        Disposer de semences en quantité
création de banques céréalières       et en qualité
Test mélange super triple et          Augmenter la production agricole 2 h et 1 f
semences de mil                       avec peu d‟engrais
Apport localisé de fumure de          Améliorer la production
caprins
Démonstration sur le traitement       Meilleure conservation du niébé, -
alternatif sur le niébé               de p phytosanitaires
Ferme école                           Acquérir des connaissances sur
                                      les cultures
Acquisition de matériel agricole      Réduction du temps de travail et
                                      amélioration de la production
                                      agricole
Test variété niébé résistante aux     Dégâts parasitaires, dégâts
pucerons
                                                                                                  164
Multiplication semences Cassia         Contribuer à la sécurité
tora et Moringa oleifera;              alimentaire, à la lutte contre la
                                       pauvreté
Exploitation des champs collectifs     Difficulté foncière
des femmes                             Forte densité
Test mélange engrais et semences       Augmenter la production avec
de mil et de niébé                     peu d‟engrais
Test contre le Stiga à l‟aide du 15-   Lutte contre le Striga afin         Innovation
15-15                                  d‟améliorer la production           adoptée
Culture de manioc                      Promouvoir la culture du manioc     Non réalisée
                                       pour lutter contre la faim          faute de
                                                                           contribution
                                                                           du village
Test variété Sorgho résistant à la     Non maîtrise de la technique
Cecidomye
Création de boutique de produits                                           Non réalisé
agricoles pour femmes                                                      Manque de
                                                                           lieu stockage
Construction de case de santé          Améliorer la santé des
                                       populations
Création de nouveaux marchés
Organisation pour fonçage de puits     Disposer de l‟eau en quantité et    Non réalisé
                                       en qualité
Moulin à grain
Implantation du marché                 Développer le commerce et les
                                       échanges
Banques céréalières pour les           Réduire les difficultés                             33
femmes                                 alimentaires au moyen du                            adhérentes
                                       sarclage
5 Domaine du crédit et
mobilisation de l’épargne locale
Appui aux groupements d‟épargne        Mobilisation de l‟épargne locale
et de crédit
Ouverture de compte pour parents       Meilleure gestion et sécurisation
d‟élèves                               de fonds
Recherche matériel de salubrité        Améliorer l‟hygiène du village
pour FADA
Constitution de caisses chez les       Mobiliser l‟épargne locale
femmes                                 Meilleure gestion des fonds
Mise en place d‟associations des       Mobilisation de l‟épargne locale    Non réalisé
commerçants et constitution de
caisse
petit commerce
embouche bovine et ovine
Tissage de nattes
Extraction d‟huile chez les femmes     Améliorer le revenu
Achat matériel pour l‟extraction       Disposer de technologie pour
d‟huile                                faciliter l‟extraction de l‟huile
Tricotage
Construction abri pour extraction      Prévenir les accidents                              El Guéza
d‟huile
Achat terrain pour la construction
de local pour les activités de la
jeunesse
fabrication de savon
                                                                                                  165
Renforcement du fonds de              Disposer de fonds de roulement        11 adhérents
roulement des groupements             important
Mise en place de groupements des
femmes quartier par quartier
Formation sur la fabrication savon    Acquisition de savoir-faire
« talia » et pommade                  Bénéfice 16000 F savon et 26 000
                                      F pommade, 5500 F lia,
                                      renforcement de la cohésion
                                      sociale améliorer les conditions de
                                      vie de la famille.
Voyage d‟étude association            Echange d‟expériences
Formation de pilier en ciment pour    Economie sur le bois
grenier
Alphabétisation des femmes
Formation des maçons en
construction sans bois

Alphabétisation des adultes           Lutte l‟analphabétisme                               En cours El
                                                                                           Guera 70
                                                                                           Auditeurs
                                                                                           (35)et (36
                                                                                           F)
Formation secouristes et matrones     Préserver la santé
Formation et équipement
auxiliaires para vétérinaires
Formation en conduite de recherche
(de diagnostic, planification, mise
en œuvre, suivi et évaluation).
Formation des femmes sur le           Améliorer la capacité en gestion
commerce                              des femmes
Formation sur le tricotage femmes
Formation UCA                         Fabrication de matériel agricole
Formation des membres de comité       Connaissance en technique
de gestion de la Régénération         d‟élagage et diffusion dans le
Naturelle (RN) et des espaces         terroir
sylvo-pastoraux
Voyage d‟études sur l‟élagage         Meilleure maîtrise de la
                                      sylviculture
construction sans bois
Construction latrines                 Améliorer l‟hygiène et la santé
                                                                                               166
Annexe 2

Guide d’entretien village
1 Historique
Nom du village et sa signification ?
Quelle est sa date de création et par qui ?
Y-a t-il eu des projets intervenants dans votre village ?
Quels sont ces projets ?
Quels sont ceux qui sont intervenus dans le domaine rural ?

Choix du village par le projet

Comment s‟est fait votre premier contact avec le Projet ?
Avez-vous sollicité un appui du Projet ?
De quelle façon ?
Quand a commencé votre collaboration avec le Projet FIDA ?
Comment se fait votre collaboration avec le Projet FIDA ?

Diagnostic, activités réalisées, évaluation des effets et impacts
Conduite des activités

Quelles sont les activités qui ont été menées pendant ces 40, 30, 20, 10, 5 dernières années
pour améliorer les conditions de vie des villageois ? Et par qui ?
Comment les activités ont été définies ? Par le village ? Par le projet ? Ensemble ?
Lister ces activités ?
Qui a le plus contribué et comment ?
Avez obtenu une aide extérieure ?
Quand ? De quelle nature, don, subvention, crédit ? De la part de qui ?
 Avez vous sollicité cette aide ?
Connaissez des services qui octroient du crédit ? Citer les?

La réalisation de ces activités répond t-elle à des problèmes spécifiques ?
Comment se faisait le financement de vos activités avant le Projet ?
Comment fonctionne ce type de financement ?
Quelles sont les facilités et les difficultés de ce type de financement ?
Connaissez-vous des modes de crédits existants dans votre village ?
Citez les par ordre d‟importance?
Comment fonctionnent-t-elles ? Décrivez les modes de fonctionnement ?
Les facilités et les difficultés de ces types de crédits ?
Ce type de crédit remonte à quant à votre connaissance ?
Sur demande du village ou de ces structures ? Ou des deux ?
Qui définit les conditions du crédit ? Le village, les services de crédit ou les deux ?
Quelle est la durée du crédit ?
Quel est le taux d‟intérêt du crédit ?
Connaissez-vous d‟autres taux d‟intérêt d‟autres types de crédits ? Citer les taux ?
Qui a fixé ces taux le village ? Le projet Ou les deux ?
Avez vous donné votre point de vie ?
Qui définit l‟utilisation du crédit ? Le village, Le service de crédit ou les deux ?
Avez-vous obtenu du crédit avec le Projet FIDA?
Avez-vous manifesté la demande?
Comment les conditions ont été arrêtées ?
Par qui ? Le Projet, le village, les deux ?
Ave- vous donné votre avis ?
Etes-vous d‟accord sur les conditions ?
                                                                                           167
Quels sont les montant accordés ?
Quelles en sont les conditions ?
Comment se fait le choix des bénéficiaires ? Par qui ? Le Village ? Le Projet ? Ou les deux ?
Quels sont les groupes qui ont le plus bénéficier de crédit ? Citez hommes, femmes, jeunes
vieux ? Citez le nombre ?
Comment se fait le remboursement ?
Qui s‟occupe du recouvrement du crédit ? Le village ? Le Projet ? Les Deux ? Autres ?
Est-ce qu‟il y-a des problèmes de remboursement ?
Si oui quels sont ces problèmes ?
Comment les résoudre ?
Que deviendra ce système de crédit après le projet ?
Ces activités financées correspondent-elles à vos besoins ?
Sinon quels étaient les besoins prioritaires?
Avez-vous bénéficié de formation ? Si oui de quelle nature ?
A t-elle un lien avec la gestion et l‟utilisation du crédit ?
A t-elle amélioré l‟utilisation et la gestion du crédit ? Si oui comment ?
Comment se fait la gestion du crédit au niveau du village ? Par le projet, une organisation ?
Autres ?
Quelle est votre opinion sur le crédit ?
En quoi diffère t-elle du crédit traditionnel ?
Comment envisager ces activités sans le crédit ?
Organisations villageoises
Comment êtes-vous organisés pour collaborer avec le projet ?
Existent t-ils des organisations au niveau de votre village ?
Citez-les ?
Quels rôles jouent-elles dans la vie du village ?
Comment elles ont été mises en place ?
Pour quoi ? Et par qui ?
Quel est le rapport entre ces organisations et le projet ?
Quelle est la composition de votre organisation ?
Y-a t-elle des femmes ?
Quelle est la place des femmes ?
Quel est le rôle de l‟association dans la gestion du crédit ?
L‟association prend t-elle des décisions ? Lesquelles ?
Quels sont les moyens dont dispose l‟association pour fonctionner ?

Guide d’entretien village hors zone d’intervention Projet.
1 Historique
Nom du village et sa signification ?
Quelle est sa date de création et par qui ?
Y-a t-il eu des projets intervenants dans votre village ?
Quels sont ces projets ?
Quels sont ceux sont intervenus dans le domaine rural ?
Y-a t-il eu des projets que vous avez convoités mais qui n‟ont pas intervenu dans votre
village ?
Lesquels ?
Connaissez-vous le Projet FIDA ?
Si oui comment l‟avez connu ?

Diagnostic, activités réalisées, évaluation

Quelles sont les activités réalisées par le village ?
Comment ces activités ont été financées ?
Quelles les facilités et les difficultés de ce financement ?
                                                                                            168
Connaissez-vous des modes de crédit existants dans votre village ?
Citez les par ordre d‟importance?
Comment fonctionnent t-elles ? Décrivez les modes de fonctionnement ?
Les facilités et les difficultés de ces types de crédit traditionnels ?
Quelle est la place du crédit traditionnel dans vos activités ?
Ce type de crédit remonte de quant à votre connaissance ?
Quelles sont les stratégies mises en œuvre par les populations pour assurer leur survie ?
Comment se fait la gestion du crédit au niveau du village ? Par le projet, une organisation ?
Autres ?
Quelle est votre opinion sur le crédit traditionnel ?
Quelles sont les facilités et les difficultés du crédit traditionnel ?

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:28
posted:8/13/2011
language:French
pages:168