Des filles de choc

Document Sample
Des filles de choc Powered By Docstoc
					Basket-ball - Alsace
Basket-ball / N1F : SIG - SABC (20h)




Des filles de choc
  Les unes n'ont pas l'intention d'être délogées du Top-4 de NF1. Les autres veulent encore y
croire. Le derby entre la SIG et le SABC, ce soir, vaudra cher. Décryptage.
LES ENJEUX. - Troisième ex-aequo au classement de Nationale 1 féminine, à huit journées du
terme, la SIG est résolue à défendre sa place dans le Top-4, qualificatif pour le Final Four de fin de
saison. « On a envie de rester au contact du haut de tableau et cela passe par une victoire, expose
Philippe Breitenbucher, le coach illkirchois. On doit se sublimer pour bien finir l'aventure
ensemble ».

 L'obligation de résultat pèsera sur les épaules de Charline Servage et de
ses copines

   L'obligation de résultat pèsera toutefois davantage sur les épaules de Charline Servage et de ses
copines. Cinq défaites lors des six premiers matches en 2009 ont gravement compromis les
objectifs du club strasbourgeois. Et le SABC est désormais condamné au sans faute pour revenir
sur le quatuor de tête. « On ne baisse pas les bras et on va jouer tous les matches pour les
gagner », lance José Ruiz, l'entraîneur.
LA FORME DU MOMENT. - La défaite (76-62) concédée sur le parquet de La Roche Vendée
samedi dernier est venue mettre un terme à une série de six succès consécutifs pour la SIG en
championnat. « Il ne faut pas s'imaginer qu'on va tout gagner jusqu'à la fin, sourit Philippe
Breitenbucher. Perdre là-bas, ce n'est pas un drame national ». Les Illkirchoises ont paru
émoussées par leurs deux rencontres de Coupe du Crédit Mutuel, le week-end précédent. « Les
jambes n'étaient pas là ».
 Après la désastreuse série qui l'a relégué à la 7e place, le SABC a redressé la tête. Dans le sillage
de sa victoire contre... la SIG en quart de finale de la Coupe du Crédit Mutuel, Laurence Cayot et
les Strasbourgeoises ont épinglé Charleville-Mézières (67-59), « une des équipes les mieux
outillées de la division » de l'avis de José Ruiz. Le coach n'entend toutefois pas se gargariser de ce
succès. « Ça rassure un peu », dit-il seulement.
LES PRÉCÉDENTS. - La SIG et le SABC se sont déjà affrontés à deux reprises cette saison. Et les
Strasbourgeoises l'ont à chaque fois emporté, à l'aller au Tivoli (79-65) et en Coupe il y a quinze
jours (79-75). Pas suffisant pour leur conférer un quelconque avantage psychologique, estime José
Ruiz. « Ces deux victoires ne nous favorisent pas ». Le SABC bête noire de la SIG ? « C'est trop
récent pour l'affirmer. Il faut voir si ces résultats se répètent... », pense, de même, Philippe
Breitenbucher.
LES EFFECTIFS. - La SIG sera toujours privée de Marie-Noémie Privet (fracture de la main).
Opérée des ligaments croisés à l'automne, Caroline Nestor a repris l'entraînement la semaine
dernière, mais son retour à la compétition n'est pas pour demain. Dans le camp strasbourgeois,
Djené Diawara, meilleure rebondeuse de NF1, a retrouvé le groupe cette semaine, après deux mois
d'arrêt. La grande Malienne, qui a si cruellement manqué au SABC, pourrait jouer. « Son retour ne
va pas atténuer la difficulté qui nous attend », prévient cependant José Ruiz.

 Grain de folie ou mental de la gagne ?

  LE PETIT PLUS. - Le hall de la SIG fera le plein pour ce derby et le soutien populaire peut peser
sur l'issue des débats. « Je suis sûr que les filles seront à 120 %, dit Philippe Breitenbucher. Après,
le basket, tu ne le contrôles pas toujours dans des matches comme ceux-là. Le petit grain de folie
supplémentaire devra venir des tribunes ». José Ruiz mise, lui, sur le fighting spirit de ses
joueuses cadres (Servage, Cayot, M'Boma). « Elles ont le mental de la gagne en elles ».
 SIG - SABC ce soir, coup d'envoi 20h, Hall de la SIG, rue de la Poste.