Le monde change…

Document Sample
Le monde change… Powered By Docstoc
					                                             L E      D E V O I R ,      L E S     S A M E D I       2 8     E T    D I M A N C H E          2 9    M A I      2 0 1 1




                                                     FINANCES
    H
CAHIER
                                    INVESTISSEMENT RESPONSABLE




                                                                                                                                                                                             ROSELYNE
                                                                                                                                                                                             MAVUNGU
                                                                                                                                                                                             «Le projet d’affaires,
                                                                                                                                                                                             pour nous, est un
                                                                                                                                                                                             moyen, non une fin»
                                                                                                                                                                                             Page 3
                                                                                                                                                              JACQUES GRENIER LE DEVOIR




                                                                  JACQUES NADEAU LE DEVOIR                                                                    JACQUES NADEAU LE DEVOIR

                                                                                                Unies ont institué en 2005 six Prin-
                                                                                                cipes pour l’investissement respon-
                                                                                                                                             placements responsables et à plus de
                                                                                                                                             13 milliards ceux disponibles pour des
                                                                                                                                                                                             PAUL
                                                                                                sable (PRI), qu’appliquent à présent         investissements responsables.                   OUELLET
                                                                                                plus de 850 grands investisseurs,
                                                                                                dont la Caisse de dépôt et placement         Une pratique qui se répand                      Le stratège de la
                                                                                                du Québec.
                                                                                                  «À l’abri des abus financiers qui
                                                                                                                                                 «Qu’avons-nous observé?, poursuit
                                                                                                                                             Allison Marchildon. D’abord que ceux            «banque» du
                                                                                                ont caractérisé la crise, écrit-on dans      qui ont répondu à notre questionnaire           «rendement social»
                                                                                                le rapport, cela représente aujour-          gèrent une part de plus en plus grande
                                                                                                d’hui un nouveau modèle éthique:
                                                                                                une finance qui dessert des objectifs
                                                                                                                                             des actifs qu’ils placent de façon sociale-
                                                                                                                                             ment responsable. Voilà qui est fort in-        Page 6
                                                                                                sociétaux tout en générant des rende-        téressant, puisque ce n’est plus, comme
                                                                                                ments raisonnables et compétitifs aux        il y a quelques années, une activité
                                                                                                investisseurs et aux épargnants.»            marginale mais bien une pratique de
                                                                                                  Voilà pourquoi une équipe de               plus en plus courante.»
                                                                                                chercheurs de la Chaire d’éthique
                                                                                                appliquée de l’Université de Sher-
                                                                                                                                                 En outre, on voit qu’une bonne part
                                                                                                                                             de ces investisseurs font ce qu’on ap-
                                                                                                                                                                                             CAISSE
                                                                                                brooke et de CAP Finance (le Ré-             pelle de l’activisme actionnarial, pour-        DE DÉPÔT
                                                                                                seau de la finance solidaire et res-         suit la professeure en éthique appli-
                                                                                                ponsable) a cherché à dresser le             quée. «Non seulement exercent-ils leur          Une première fut
                                                                                                portrait de la finance responsable           droit de vote lors des assemblées d’action-     l’adoption d’une


                           Le monde change…
                                                              SOURCE JEAN-SÉBASTIEN COSSETTE
                                                                                                                                              naires, dit-elle, mais près de 70 % des
                                                                                                                                              répondants sont en dialogue avec les en-       politique
                                                                                                                                              treprises dans lesquelles ils investissent.»
                                                                                                                                                 C’est dire que, s’ils voient certains       d’investissement
                                                                                                                                              comportements de l’entreprise qui ne           responsable
                                                                                                                                              sont pas socialement ou écologique-
                                                                                                                                              ment responsables, ces investisseurs
                                                                                                                                              en discutent avec la direction. «Cela          Page 2
                                «Nous pensons que Montréal                                                                                    nous sort de la démarche pression-réac-
                                                                                                                                              tion, pour plutôt nous engager dans un
                                                                                                                                              dialogue constructif, souligne Mme             CANADA
                 a tout ce qu’il faut pour devenir un pôle de                                                                                 Marchildon. Or, dans le fond, l’objectif
                                                                                                                                              essentiel de la finance socialement res-
                                                                                                                                              ponsable, c’est d’avoir un impact sur le       Les autres acteurs de
                                      la finance responsable»                                                                                  comportement des entreprises afin de
                                                                                                                                              favoriser leur responsabilité sociale.»
                                                                                                                                                 Enfin, près de la moitié des grands
                                                                                                                                                                                             l’autre finance
                                                                                                                                                                                             Page 4
                                                                                                                                              investisseurs qui pratiquent la finance
                                                   La crise financière qui a frappé le          au Québec. «Nous voulions voir               responsable adhèrent aux Principes de
                                                   monde en 2008 a durement affecté             quelle est l’offre en produits finan-        l’investissement responsable (PRI) de
                                                   les économies nationales et les po-          ciers responsables au Québec, rappor-
                                                                                                te Allison Marchildon, professeure
                                                                                                                                                                             CHANTIER
                                                                                                                                             l’ONU. «Il est intéressant de voir que les
                                                                                                                                             PRI sont en train de devenir incontour-
                                                   pulations des pays développés. Se-           adjointe au Département de philo-                                            Il faut voir plus loin
                                                                                                                                             nables, constate avec satisfaction la
                                                   lon le Fonds monétaire international         sophie et d’éthique appliquée de             chercheure. Tout investisseur qui pré-
                                                                                                                                                                             que le simple
                                                   (FMI), la «richesse mondiale» (le            l’Université de Sherbrooke. Est-elle         tend faire de l’investissement responsable
                                                   PIB de tous les pays) aurait subi            importante? Y a-t-il une offre de fi-
                                                                                                nance responsable substantielle et in-                                       rendement financier
                                                                                                                                             devra bientôt nécessairement adhérer
                                                                                                                                             aux PRI. C’est une donnée importante.»
                                                   une perte de 10 000 milliards de             téressante? Et en quoi est-elle intéres-
                                                   dollars à cause de la crise.                 sante?» Ce portrait se veut un outil         Pôle de la finance responsable ? Page 5
                                                                                                pour aider autant les chercheurs                Les auteurs du «Portrait 2010 de la




                                                   «C
                                                                                                que les gens du domaine à voir où            finance responsable au Québec» espè-
                                                   CLAUDE LAFLEUR                               nous en sommes au Québec. C’est              rent faire un suivi régulier — tous les         DESJARDINS
                                                                                                une photo de la situation qui nous           deux ou trois ans — de l’évolution du
                                                                        ette crise est le ré-   permettra ensuite de suivre les ten-         domaine. «Mais, comme cela représente           «On recherche des
                                                                        sultat, très prévi-     dances vers lesquelles évolue la fi-         beaucoup de travail, il faudra voir si
                                                                        sible, de trente
                                                                        ans de dérégle-
                                                                                                nance responsable.
                                                                                                    D’entrée de jeu, les auteurs du rap-
                                                                                                                                             c’est possible, indique Mme Marchil-
                                                                                                                                             don. De plus, il faudra voir quel inter-
                                                                                                                                                                                             entreprises qui font
                                                                        mentation finan-        port notent qu’une profusion de              valle de temps est pertinent pour obser-        preuve de
                                                   cière et de spéculation effrénée», écri-
                                                   vent les auteurs d’un rapport intitulé
                                                                                                concepts est utilisée pour décrire cet-
                                                                                                te finance en émergence: «Certains
                                                                                                                                             ver des changements.»
                                                                                                                                                À vrai dire, les auteurs de l’étude,
                                                                                                                                                                                             responsabilité»
                                                   «Portrait 2010 de la finance respon-         parlent de fonds “éthiques”, d’autres,       ainsi que d’autres intervenants dans            Page 6
                                                   sable au Québec». «Mais, pendant             “d’investissements socialement respon-       le domaine, aimeraient voir Montréal
                                                   cette période, poursuivent-ils, nous         sables”, voire “soutenables”, notent-ils.    jouer un rôle international en matière
                                                   avons aussi vu l’émergence d’une             Mais, derrière ces variations, on trou-      de finance responsable. «Nous pen-
                                                   autre finance: la finance responsable.»        ve pourtant un même principe de base         sons que Montréal a tout ce qu’il faut
                          RICK SCUTERI REUTERS     Celle-ci repose sur des principes de         fondateur: la prise en compte de consi-      pour devenir un pôle de la finance res-          CHAIRE
                                                   finance solidaire et de placement fon-        dérations éthiques, sociales et écolo-       ponsable, rapporte Allison Marchil-             D’ÉTHIQUE
«L’objectif essentiel de la finance                 dés sur l’analyse des impacts écolo-
                                                   giques, sociaux et de gouvernance
                                                                                                giques, au-delà des objectifs financiers
                                                                                                traditionnels, dans les décisions d’in-
                                                                                                                                             don. Nous sommes situés entre New
                                                                                                                                             York et Londres — les deux grandes ca-          APPLIQUÉE
socialement responsable, c’est d’avoir             des entreprises.                             vestissement ou de placement.»               pitales financières — alors qu’il s’agit
un impact sur le comportement                                                                       Les auteurs observent aussi que le       de pratiques qui deviennent de plus en          Théorie, pratique
                                                   Qu’en est-il au Québec?                      concept de finance socialement res-          plus importantes chez nous… Pourquoi            et formations vont
des entreprises afin de favoriser leur                 Si on peut avoir l’impression que         ponsable comprend deux grands types          ne pas faire de Montréal un pôle de la
                                                   rien n’a vraiment changé en matière          de pratiques: le placement (sur les          finance responsable… puisque nous en             de pair
responsabilité sociale»                            de spéculation boursière, il n’en de-        marchés financiers) et l’investissement      avons tout le potentiel?!», lance-t-elle
                                                   meure pas moins que de nouvelles
                                                   pratiques plus responsables se met-
                                                                                                (l’intervention financière directe en en-
                                                                                                treprise). Ils évaluent à plus de 160 mil-
                                                                                                                                             joyeusement.                                    Page 7
                                                   tent en place. Ainsi, les Nations            lions les fonds disponibles pour des                   Collaborateur du Devoir
H 2                                                     L E    D E V O I R ,       L E S     S A M E D I       2 8     E T    D I M A N C H E         2 9     M A I      2 0 1 1



                                                                                                   F I NA N C E S
Caisse de dépôt et placement du Québec

Des « votes » qui comptent
La Caisse a été la première au Canada à adopter une politique d’investissement responsable
En 2005, la Caisse de dépôt et placement du Québec a mis                        pelteau. Peu importe même le
en œuvre une première Politique d’investissement respon-                        nombre de votes que nous avons
sable puis, l’année suivante, elle a été parmi les premiers si-                 lors d’une assemblée, le simple fait
                                                                                que la Caisse se prononce a tou-
gnataires des Principes pour l’investissement responsable                       jours une influence et les entre-
(PRI) de l’ONU. Elle est également membre du Groupe                             prises en sont bien conscientes.
consultatif canadien du Carbon Disclosure Project, une ini-                     C’est un levier très important!»
tiative internationale visant à mesurer la réduction des émis-                     «C’est notre façon de dire ce
                                                                                qu’on apprécie ou non de la di-
sions de carbone. Enfin, en janvier dernier, la Caisse a adhé-                  rection que prend une entrepri-
ré au Water Carbon Disclosure Project, une autre initiative                     se» , indique M. Lebel. Par
du même groupe.                                                                 conséquent, certaines discus-
                                                                                sions préalables mènent à des
CLAUDE LAFLEUR                           pressionnante dans les pratiques       changements dans les proposi-
                                         de gestion.»                           tions soumises aux action-
N      otre «bas de laine» national
       participe activement au
mouvement de réforme de l’éco-
                                            Selon Mme Depelteau, être
                                         un investisseur responsable
                                         consiste, pour la Caisse, «à pro-
                                                                                naires, précise Mme Pichette.
                                                                                   Voilà pourquoi la première
                                                                                mesure à avoir été mise en
nomie mondiale. «Nous avons été          céder à l’évaluation des entre-        place par la Caisse en faveur
les premiers au Canada à adopter         prises dans lesquelles nous inves-     de la finance responsable a
une politique d’investissement res-      tissons en fonction des critères       été, dès 1994, d’instituer une
ponsable», déclare Ginette Depel-        ESG — écologiques, sociaux et          Politique sur les principes ré-
teau, vice-présidente principale,        de gouvernance — et de mainte-         gissant l’exercice du droit de
politiques et conformité, à la           nir un dialogue constant avec les      vote dans les sociétés cotées
Caisse de dépôt.                         directions d’entreprise afin, par-      en Bourse. «C’est à nous de
   Avec des actifs de 150 mil-           fois, de leur faire changer cer-       faire savoir, d’une façon très
liards de dollars investis un peu        taines pratiques».                     claire, ce qui nous préoccupe
partout dans les entreprises qué-                                               en exerçant notre droit de                                                                                                     JACQUES NADEAU LE DEVOIR
bécoises, canadiennes et interna-        Droit de vote: un levier               vote!», lance François Lebel.          En mettant à jour sa politique sur l’investissement responsable, la Caisse de dépôt et placement a pris
tionales, la Caisse est un investis-     très important                         «Depuis 1994, on exerce notre          la décision d’exclure certaines entreprises spécifiques: celles qui fabriquent des mines antipersonnel
seur écouté, ajoute Johanne Pi-             Étonnamment, l’une des              droit de vote systématiquement         et des armes à sous-munitions.
chette, directrice de l’investisse-      meilleures façons que la Caisse a      dans toutes les entreprises dans
ment responsable et des mar-             trouvées pour exercer son in-          lesquelles nous investissons» ,        c’est de changer le comportement       chette. Autrement dit: où donc          au droit international. Les fabri-
chés boursiers à la Caisse.              fluence sur les entreprises est        précise Ginette Depelteau.             des entreprises. Ainsi, on aimerait    tracer la ligne?                        cants de mines antipersonnel
«Lorsque la Caisse communique            tout bonnement d’utiliser son                                                 bien que les entreprises de mines         De fait, cette question a fait       ont ainsi été exclus du porte-
avec une entreprise, étant donné         droit de vote lors des assem-          Une Caisse                             antipersonnel cessent d’en fabri-      l’objet d’un vif débat au sein de       feuille de la Caisse parce que
notre poids, les gestionnaires sont      blées d’actionnaires. «Cela a une      «sans morale»?                         quer. C’est pourquoi, même si on       la Caisse, rapporte-t-on. On            des conventions internationales
prêts à nous écouter et, souvent, à      influence incroyable sur les entre-        Au début de l’année, en met-        les exclut, on demeure en commu-       peut avoir des objections               les bannissent. «La notion de
avancer dans la direction que            prises, parce que notre droit de       tant à jour sa politique sur l’in-     nication avec elles afin de tenter      concernant plusieurs secteurs           l’illégalité [d’une activité indus-
nous souhaitons», dit-elle.              vote est public», relate Mme Pi-       vestissement responsable, la           de les influencer.»                     d’activité, fait-on valoir, et ça de-   trielle] permet de tracer une
   Ce que confirme François              chette. En fait, dévoile-t-elle, les   Caisse a pris la décision d’ex-           Pourquoi alors ne pas «exclu-       venait une question de détermi-         ligne de démarcation, indique
Lebel, analyste principal en pro-        entreprises communiquent sou-          clure certaines entreprises spé-       re» d’autres secteurs d’activité,      ner si la Caisse devrait ou non         Ginette Depelteau. Par contre,
duits de consommation à la Cais-         vent avec la Caisse avant même         cifiques: celles qui fabriquent        le tabac par exemple? «Il n’y au-      avoir une morale. «Prendra-t-on         les questions morales ne font ja-
se. «Chaque fois que nous rencon-        l’assemblée des actionnaires,          des mines antipersonnel et des         rait pas juste les fabricants de ta-   position concernant la malbouf-         mais de consensus; on pourrait
trons une direction d’entreprise,        parce qu’elles sont fort sou-          armes à sous-munitions.                bac, mais aussi ceux qui le ven-       fe, l’alcool, le jeu…? Il y a quan-     discuter pour ou contre bien des
dit-il, on voit une progression. Si je   cieuses de la façon dont celle-ci         «C’est une procédure exception-     dent!», lance François Lebel. «Il      tité de sujets qui portent à discus-    enjeux de l’heure — contraire-
regarde ce que c’était il y a cinq       votera. «Les directions d’entrepri-    nelle, souligne la vice-présidente     pourrait aussi y avoir le domaine      sion, vous savez…»                      ment au droit international.
ans — lors de mes premières vi-          se engagent avec nous un dialogue      aux politiques et conformité. On       de l’alcool, des loteries et, pour-       Voilà pourquoi, rapporte             Voilà notre ligne directrice!»
sites d’entreprise — et aujour-          parce que la Caisse est un investis-   n’exclut aucun autre secteur           quoi pas, du junk food!», s’em-        Mme Depelteau, la Caisse a fi-
d’hui, je vois une progression im-       seur important, ajoute Mme De-         puisque, ce qu’on vise à terme,        presse d’ajouter Johanne Pi-           nalement décidé de s’en tenir              Collaborateur du Devoir
                                                 L E     D E V O I R ,      L E S    S A M E D I       2 8    E T   D I M A N C H E       2 9   M A I     2 0 1 1                                              H 3

                                                                                           F I NA N C E S
Réseau québécois du crédit communautaire

Risque? Oui, mais rentable
Et 3768 emplois ont été créés ou maintenus
Lorsqu’on entend parler de microcrédit, on             d’une clientèle appauvrie, marginalisée, sou-                                                              combler les nouvelles attentes. «On a davanta-
pense systématiquement au Bangladesh, à                vent exclue, qui a besoin de tout ce processus                                                             ge de demande, parce que la crise économique
                                                       d’accompagnement de proximité pour se re-                                                                  actuelle a renversé et déséquilibré le marché de
Mohammed Yunus et sa Grameen Bank.                     mettre en action, en mouvement, reprendre                                                                  l’emploi. Il y en a plus qui se sentent marginali-
Pourtant, cette forme de financement n’est             confiance en elle et mieux comprendre comment                                                              sés, exclus, ou qui ne trouvent pas de travail et se
pas l’apanage des pays pauvres. À sa façon,            ça marche.» Dans le cas des cercles d’em-                                                                  dirigent vers la création de leur propre emploi.
le Réseau québécois du crédit communautai-             prunt, la formation constitue un prérequis                                                                 Donc, il y a beaucoup plus d’entreprises auto-
                                                       avant l’obtention du prêt qui permettra à l’en-                                                            nomes qui sont en train de se créer. La crise a
re (RQCC) ose ici cette philosophie financiè-          trepreneur de faire le saut. Une démarche aux                                                              contribué à l’essor du microcrédit québécois»,
re dans une formule qui fait mouche.                   antipodes de celle des banques, où l’«on vous                                                              constate-t-elle.
                                                       donne l’argent, puis... au revoir! Tout ce                                                                    C’est pour cette raison que le RQCC a annon-
ÉTIENNE                                                qu’elles veulent, c’est que vous remboursiez» ,                                                            cé, en mars dernier, la mise en branle de sa
PLAMONDON ÉMOND                                        tourne en dérision Roselyne Mavungu.                                                                       première stratégie nationale de financement,
                                                                                                                                                                  afin de trouver de nouvelles sources de capitali-
A    u Québec, 77 % des entreprises qui ont bé-
     néficié du crédit communautaire demeu-
rent en activité cinq ans après leur création, se-
                                                       Modèle québécois
                                                          Le RQCC, constitué de 23 membres, soit
                                                       12 fonds communautaires et 11 cercles d’em-
                                                                                                                                                                  sation. « En faisant une stratégie nationale
                                                                                                                                                                  concertée, nous allons peut-être pouvoir toucher,
                                                                                                                                                                  à un plus haut niveau, des partenaires et des in-
lon le RQCC. Ce chiffre est d’autant plus pro-         prunt répartis dans 12 régions de la province,                                                             vestisseurs soucieux d’investissement éthique
bant que, selon le ministère du Développement          s’inscrit plutôt dans une démarche où il va                                                                pour pouvoir consolider l’offre du crédit commu-
économique, de l’Innovation et de l’Exportation        «chercher de l’argent dans la collectivité pour                                                            nautaire.» Dans la même optique, Roselyne
(MDEIE), seulement environ le tiers de toutes          prêter. C’est de la collectivité à la collectivité.»                                                       Mavungu encourage le développement de par-
les entreprises du Québec atteignent leur cin-         En gros, le crédit octroyé aux entrepreneurs                                                               tenariats. Le RQCC négocie en ce moment avec
quième anniversaire.                                   provient généralement de dons ou d’emprunts                                                                le Mouvement Desjardins qui, région par ré-
   Or le RQCC appuie des entreprises souvent           d’entreprises privées présentes dans la locali-                                              SOURCE RQCC   gion, commence à offrir du financement en ca-
jugées à risque du point de vue des établisse-         té, si ce n’est d’investissements «éthiques»           Roselyne Mavungu, présidente du Réseau              pital ou des prêts pour permettre aux différents
ments financiers traditionnels. Pourtant, mal-         collectés dans la région. Une manière de faire         québécois du crédit communautaire                   organismes membres du RQCC d’exercer leurs
gré les démarrages dans la précarité, les his-         qui inciterait les entrepreneurs à dûment rem-                                                             activités. Elle croit que l’élaboration de nou-
toires à succès du crédit communautaire pleu-          bourser les sommes qui leur sont confiées. Le          province s’inspire beaucoup de la façon dont        veaux partenariats pourra mener vers du cofi-
vent. Parmi tant d’autres, le cas de Bummis,           RQCC estime que 90 % des sommes prêtées                elle s’est développée aux États-Unis. Selon Ro-     nancement, ce «qui ne peut qu’aider la cause des
une entreprise de couches recyclables pour             via le crédit communautaire sont rembour-              selyne Mavungu, ce qui s’avère «innovant et         entrepreneurs au Québec».
bébés, créée par un groupe de femmes, est              sées. «L’accompagnement de proximité qu’on             original» dans le modèle québécois, «c’est qu’on       Le RQCC revendique, du même coup, que le
évoqué par Roselyne Mavungu, présidente du             fait avec notre clientèle, ça devient notre garan-     prête à des travailleurs autonomes, à des petites   gouvernement provincial mette en place des in-
RQCC. Bummis a bénéficié de l’un des pre-              tie. Les personnes sont conscientes que l’argent       entreprises, mais on prête aussi à des organismes   citations fiscales pour les investisseurs indivi-
miers financements octroyés par l’Association          vient de la collectivité, donc il y a un plus grand    communautaires et à des entreprises culturelles     duels, corporatifs ou institutionnels qui vou-
communautaire d’empr unt de Montréal                   souci [de rembourser]. Même quand elles font           qui ont besoin d’argent».                           draient ajouter des sommes dans les fonds et
(ACEM), maintenant membre du RQCC. Si le               faillite ou que leur projet d’affaires ne marche          «On reste assez novateur, surtout qu’on a été    les cercles d’emprunts du RQCC. «Ça ferait
projet, à l’époque, paraissait «farfelu» et «arti-     pas, on en voit qui continuent de rembourser           précurseur et qu’on demeure très présent dans le    beaucoup avancer notre cause», déclare Rosely-
sanal» , «une dizaine d’années plus tard elles         jusqu’au dernier sou.»                                 financement de l’économie sociale» , s’enor-        ne Mavungu. Mais le réseau doit aussi relever
sont encore là et elles font un chiffre d’affaires        Depuis sa création, la RQCC a débloqué près         gueillit la présidente, qui indique que le RQCC     le défi de rendre ses activités plus visibles. «Il y
qui dépasse les quatre millions» , se réjouit          de neuf millions en prêts. Bien qu’on y décèle         débloquait des fonds pour ce type d’entreprise      a beaucoup de personnes qui sont intéressées par
Roselyne Mavungu.                                      la philosophie du microcrédit, le modèle québé-        bien avant que le concept ne devienne à la          tout ce qui est capital de développement et il faut
   Depuis onze ans, le réseau a quant à lui per-       cois ne constitue pas un calque de la méthode          mode. «Sur ce point-là, on nous regarde énormé-     que l’information arrive vers elles. C’est sûr que
mis de créer ou maintenir un total de 3768 em-         appliquée par des groupes féminins en Afrique          ment», assure-t-elle.                               nous souffrons, le RQCC, d’un déficit de repré-
plois. La clé de ce taux de survie nettement           ou par la Grameen Bank du nobélisé Moham-                                                                  sentation. Or c’est important. Plus c’est connu,
supérieur? Selon Roselyne Mavungu, l’accom-            med Yunus. Les prêts, s’ils avoisinent en              Davantage de capital                                plus on va pouvoir faire avancer non pas le cré-
pagnement de proximité constitue le principal          moyenne les 6000 $, peuvent atteindre dans                Mais les besoins se font de plus en plus nom-    dit communautaire, mais la clientèle qui en bé-
ingrédient qui a un effet marqué. «Le projet           certains cas jusqu’à 50 000 $, remboursables en        breux depuis que l’économie a été ébranlée par      néficie.»
d’affaires, pour nous, est un moyen et non une         cinq ans.                                              la crise financière. Le RQCC désire maintenant
fin, explique la présidente, parce qu’on parle            La gestion du crédit communautaire dans la          augmenter le capital de prêt disponible pour                                               Le Devoir
H 4                                                   L E    D E V O I R ,      L E S    S A M E D I       2 8     E T   D I M A N C H E        2 9    M A I    2 0 1 1



                                                                                               F I NA N C E S
CANADA

Des acteurs pour une finance socialement responsable
« Montréal a perdu du terrain par rapport à Toronto et New York »

Au Canada, plusieurs groupes travaillent à développer une fi- soient capables de mieux con-                                                                                             Canada et Fondations philan-
                                                                seiller les consommateurs», affir-
nance sociale, solidaire et responsable. En voici quelques-uns. me Colette Harvey.                                                                                                      thropiques Canada.
                                                                                                                                                                                           Toutefois, il se pourrait que la
                                                                                L’AIR organise également un                                                                             recommandation no 3, par rap-
MAR TINE LETAR TE                      qui touche à l’investissement         congrès annuel. «Cette année, il                                                                           port à la création de nouveaux
                                       responsable.                          aura lieu à Victoria, et on espère                                                                         instruments obligataires dans le
F ondée(AIR)1989, une pionniè-
          en      l’Association
   pour l’investissement res-
ponsable      est
                                          L’objectif de l’association est
                                       de promouvoir l’investissement
                                       socialement responsable au Ca-
                                                                             l’accueillir à Montréal en 2012»,
                                                                             précise-t-elle.
                                                                                                                                                                                        but de diriger des capitaux privés
                                                                                                                                                                                        vers des interventions sociales et
                                                                                                                                                                                        écologique efficaces, avance plus
re dans le domaine au Canada.          nada, de différentes façons, no-      Social Innovation                                                                                          rapidement que les autres.
«C’était au début de toute la mou-     tamment en collectant des don-        Generation (SIG)                                                                                              «C’était dans la plateforme
vance, alors qu’on voyait arriver      nées. D’ailleurs, en matière d’in-    et ses projets                                                                                             électorale des conservateurs com-
les premières offres de services en    vestissement responsable, il             Le blogue SocialFinance.ca,                                                                             me un exemple de leur intérêt
matière d’investissement respon-       semble que la progression soit        dirigé depuis 2010 par le par-                                                                             pour la finance sociale, donc c’est
sable», indique Colette Harvey,        remarquable. «En 2000, 2,9 %          tenariat national Social Innova-                                                                           possible que le gouvernement aille
membre du conseil d’adminis-           des actifs financiers canadiens       tion Generation (SIG) et son                                                                               de l’avant avec ça. Mais on re-
tration de l’AIR et conseillère        étaient gérés avec des critères so-   par tenaire ontarien SIG @                                                                                 marque que tous les partis fédé-
principale en finance respon-          cialement responsables. Cela re-      MaRS, a pour objectif de relier                                                                            raux avaient inclus la finance so-
sable à la Caisse d’économie so-       présentait 51 milliards. En 2010,     tous les Canadiens intéressés                                                    JACQUES GRENIER LE DEVOIR ciale dans leur plateforme électo-
lidaire Desjardins.                    on était rendu à 19 % des actifs,     à la finance socialement res-         Montréal pourrait devenir un véritable centre de l’investissement rale, donc le potentiel du concept
   Cela a suivi une longue remi-       soit 531 milliards» , indique         ponsable. Publié dans la              durable, entre autres parce qu’il y existe une grande expertise est de mieux en mieux compris à
se en question. «Les communau-         Mme Harvey.                           langue de Shakespeare, le site        dans le domaine.                                                     l’échelle gouvernementale», préci-
tés religieuses avaient lancé ce          Pour arriver à faire ce travail    est mieux connu au Canada                                                                                  se M. Deitz.
processus de questionnement par-       de recherche, l’AIR n’hésite pas      anglais. «Nous sommes basés à         gagés dans le milieu social», ex- incluait sept recommandations
ce qu’elles se demandaient si elles    à s’associer à différents cher-       Toronto, mais nous aimerions          plique M. Deitz.                   pour que les marchés financiers    Initiative pour la finance
allaient faire fructifier leur argent   cheurs. Son site contient aussi       être plus présents au Québec.            En plus du blogue, SIG et SIG créent une valeur plus durable durable Montréal
avec n’importe quoi. On s’est          de l’information pour les inves-      Nous sommes ouverts aux nou-          @ MaRS dirigent d’autres pro- pour la société. Par exemple, la          Un nouveau joueur, dans le
donc mis à parler de critères          tisseurs, notamment sur les dif-      veaux collaborateurs franco-          jets dans le domaine de la finan- recommandation no 1 indique domaine de la finance sociale-
autres que financiers. Au fil des        férents fonds communs de pla-         phones», affirme Peter Deitz,         ce socialement responsable, que, pour maximiser leurs résul- ment responsable, est en train
ans, l’investissement responsable      cement socialement respon-            éditeur du site. Ce New-Yor-          comme le Groupe d’étude cana- tats dans le cadre de leur mis- de se mettre sur pied: l’Initia-
s’est beaucoup développé et raffi-      sables au Canada. «On y voit la       kais d’origine a d’ailleurs ac-       dien sur la finance sociale. Par- sion, les fondations canadiennes tive pour la finance durable
né», explique Mme Harvey.              philosophie derrière les fonds et     cordé une entrevue au Devoir          mi les membres, on retrouve publiques et privées devraient Montréal.
   L’AIR regroupe plus de 400          comment ils sont gérés. C’est très    dans un très bon français.            Paul Martin, ancien premier mi- investir, d’ici 2020, au moins          «Nous croyons que les entre-
membres: sociétés d’investis-          concret», précise-t-elle.                «Le blogue sert de plateforme      nistre du Canada, et Nancy 10 % de leurs capitaux en investis- prises qui investissent de façon
sement, établissements finan-             L’AIR s’occupe aussi du volet      d’échange, dans le domaine de la      Neamtan, présidente et directri- sements axés sur leur mission.      durable diminuent leur profil de
ciers, conseillers financiers,         de formation. «Nous sommes en         finance socialement responsable,       ce générale du Chantier de           Pour faire avancer ses recom- risque et sont plus rentables à
organismes à but non lucratif,         train de mettre sur pied une for-     entre les travailleurs expérimentés   l’économie sociale.                mandations, différents parte- long terme. C’est plutôt reconnu
caisses de retraite et regrou-         mation pour les conseillers finan-     du domaine de la finance, mais            Le groupe a déposé, à la fin de naires ont été choisis, comme en Europe, mais moins ici et aux
pements intéressés à tout ce           ciers. Nous souhaitons qu’ils         aussi les étudiants et les gens en-   l’année dernière, un rapport qui Fondations communautaires du États-Unis. Nous voulons donc
                                                                                                                                                                                        créer cette initiative pour mettre
                                                                                                                                                                                        de l’avant le fait que l’investisse-
                                                                                                                                                                                        ment socialement responsable di-
                                                                                                                                                                                        minue les risques», affirme Mary
                                                                                                                                                                                        C. Larson, membre du comité
                                                                                                                                                                                        directeur de l’Initiative pour la fi-
                                                                                                                                                                                        nance durable Montréal et asso-
                                                                                                                                                                                        ciée principale chez Brimstone.
                                                                                                                                                                                           L’organisme à but non lucra-
                                                                                                                                                                                        tif souhaite également revam-
                                                                                                                                                                                        per la réputation de Montréal
                                                                                                                                                                                        en matière de finance. «Mont-
                                                                                                                                                                                        réal a perdu du terrain par rap-
                                                                                                                                                                                        port à Toronto et New York et,
                                                                                                                                                                                        en Amérique du Nord, le do-
                                                                                                                                                                                        maine de la finance socialement
                                                                                                                                                                                        responsable est très peu dévelop-
                                                                                                                                                                                        pé. Nous croyons qu’on pourrait
                                                                                                                                                                                        faire de Montréal un véritable
                                                                                                                                                                                        centre de l’investissement du-
                                                                                                                                                                                        rable, entre autres parce que
                                                                                                                                                                                        nous avons une grande experti-
                                                                                                                                                                                        se dans le domaine. Nous avons
                                                                                                                                                                                        aussi plusieurs grandes entre-
                                                                                                                                                                                        prises et établissements finan-
                                                                                                                                                                                        ciers actifs dans le domaine. Il
                                                                                                                                                                                        faut toutefois unir les forces et
                                                                                                                                                                                        trouver une façon de valoriser
                                                                                                                                                                                        davantage l’investissement so-
                                                                                                                                                                                        cialement responsable» , ex-
                                                                                                                                                                                        plique Mme Larson.
                                                                                                                                                                                           L’Initiative pour la finance
                                                                                                                                                                                        durable Montréal a déjà mis
                                                                                                                                                                                        sur pied le programme d’agré-
                                                                                                                                                                                        ment professionnel en place-
                                                                                                                                                                                        ments durables avec le Centre
                                                                                                                                                                                        d’études David-O’Brian sur la
                                                                                                                                                                                        durabilité des entreprises, de
                                                                                                                                                                                        l’École de gestion John-Mol-
                                                                                                                                                                                        son. Conçu pour les profession-
                                                                                                                                                                                        nels de la finance, des investis-
                                                                                                                                                                                        sements ou des affaires, il sera
                                                                                                                                                                                        lancé en septembre.
                                                                                                                                                                                           L’Initiative pour la finance
                                                                                                                                                                                        durable Montréal amorce ses
                                                                                                                                                                                        activités au Québec, mais sa vi-
                                                                                                                                                                                        sion est globale. «Nous pour-
                                                                                                                                                                                        rions être actifs aussi au Cana-
                                                                                                                                                                                        da anglais et aux États-Unis»,
                                                                                                                                                                                        indique Mme Larson.
                                                                                                                                                                                           Les réunions tenues pour ar-
                                                                                                                                                                                        river à la création de l’Initiative
                                                                                                                                                                                        pour la finance durable Mont-
                                                                                                                                                                                        réal ont commencé il y a un an.
                                                                                                                                                                                        Actuellement, un conseil d’ad-
                                                                                                                                                                                        ministration par intérim a été
                                                                                                                                                                                        créé, mais le lancement officiel
                                                                                                                                                                                        de l’organisation est prévu
                                                                                                                                                                                        à l’automne.
                                                                                                                                                                                              Collaboratrice du Devoir




                                                                                                                                                                                              FINANCES
                                                                                                                                                                                             INVESTISSEMENT
                                                                                                                                                                                               RESPONSABLE
                                                                                                                                                                                             CE CAHIER SPÉCIAL
                                                                                                                                                                                                     EST PUBLIÉ
                                                                                                                                                                                                 PAR LE DEVOIR

                                                                                                                                                                                                    Responsable
                                                                                                                                                                                              N O R M A N D T H É R I AU LT
                                                                                                                                                                                                 ntheriault@ledevoir.com

                                                                                                                                                                                              2050, rue de Bleury, 9 e étage,
                                                                                                                                                                                               Montréal (Québec) H3A 3M9.
                                                                                                                                                                                                  Tél.: (514) 985-3333
                                                                                                                                                                                                 redaction@ledevoir.com
                                                                                                                                                                                                       FA I S
                                                                                                                                                                                               C E    Q U E D O I S
                                                   L E    D E V O I R ,      L E S    S A M E D I      2 8    E T    D I M A N C H E        2 9    M A I   2 0 1 1                                               H 5

                                                                                           F I NA N C E S
Chantier de l’économie sociale

Il faut voir plus loin que le simple rendement financier
Montréal accueille à l’automne le Forum international de l’économie sociale et solidaire
CAP Finance est le regroupement des principaux acteurs                                                                                                                               nir seulement les organismes
dans le domaine de la finance socialement responsable au                                                                                                                             dont la mission est conforme à
Québec. Le Chantier de l’économie sociale, par le biais de                                                                                                                           leurs valeurs, c’est ce qu’on ap-
                                                                                                                                                                                     pelle en anglais mission-related
ses deux instruments financiers que sont le Réseau d’inves-                                                                                                                          investments. Malheureusement,
tissement social du Québec (RISQ) et la Fiducie du Chantier                                                                                                                          ces grandes fondations soutien-
de l’économie sociale (FCES), y participe pleinement.                                                                                                                                nent surtout des organismes de
                                                                                                                                                                                     charité. Nous aimerions bien les
PIERRE VALLÉE                        visibilité qui nous permettra de                                                                                                                amener à avoir moins recours à
                                     démontrer clairement que la fi-                                                                                                                  la charité et à investir davantage
«N       otre présence au sein de
         CAP Finance, par le
biais de nos deux outils finan-
                                     nance socialement responsable
                                     est viable. En réalité, elle l’est
                                     doublement. Elle est rentable fi-
                                                                                                                                                                                     dans les entreprises d’économie
                                                                                                                                                                                     sociale dont la mission est
                                                                                                                                                                                     conforme à la leur.»
ciers, est toute naturelle, ex-      nancièrement et elle est ren-                                                                                                                      Une idée doublement effica-
plique Nancy Neamtan, prési-         table socialement. C’est à mes                                                                                                                  ce, selon Jacques Charest.
dente et directrice générale du      yeux une situation gagnant-ga-                                                                                                                  «Prenons l’exemple d’une fonda-
Chantier de l’économie sociale.      gnant.» Et Philippe Garant, di-                                                                                                                 tion dont le capital s’élève à un
Une des missions du Chantier de      recteur intérimaire du RISQ,                                                                                                                    million de dollars. La fondation
l’économie sociale est de faire la   d’y aller d’un exemple. «Lors-                                                                                                                  place ce capital sur le marché
promotion de l’économie sociale      que la finance socialement res-                                                                                                                 traditionnel et, avec les intérêts
et notre présence au sein de CAP     ponsable investit dans une en-                                                                                                                  accumulés, finance les orga-
Finance rejoint cette dimension.     treprise d’économie sociale qui                                                                                                                 nismes de charité. Mais si ce
CAP Finance a pour mandat de         fait de la réinsertion, elle agit                                                                                                               capital était investi dans des
faire la promotion de la finance      sur le plan économique, mais                                                                                                                    entreprises de l’économie socia-
socialement responsable et de        elle contribue aussi à amélio-                                                                                                                  le, la fondation recevrait de
contribuer à son développement.      rer la qualité de vie de ces                                                                                                                    toute façon une somme en inté-
Nous cherchons, avec nos parte-      personnes.»                                                                                               JACQUES GRENIER LE DEVOIR
                                                                        Nancy Neamtan: «L’économie sociale et la finance socialement responsable partent du bas pour                 rêts, qui servirait aux mêmes
naires de CAP Finance, non seu-                                         aller vers le haut.»                                                                                         fins, mais la fondation aura en
lement à rendre plus visible et      Recherche et                                                                                                                                    plus investi un million de dol-
mieux connue la finance sociale-      internationalisation                                                                                                                            lars dans l’économie sociale.»
ment responsable, mais aussi à          Ce regroupement permettra         uniques décideurs, l’économie       Un des enjeux est la mise en pla- nancier aux entreprises d’éco-          La relève dans les PME est
affecter l’ensemble du secteur fi-    en plus de développer des ou-        sociale et la finance sociale-      ce d’indicateurs capables de me-  nomie sociale qui peinaient à        aussi un autre enjeu. «L’écono-
nancier, afin que la finance so-     tils de recherche sur la finance     ment responsable partent du         surer les formes de rendement     obtenir le financement néces-        mie sociale peut être une réponse
cialement responsable devienne       socialement responsable, com-        bas pour aller vers le haut.»       autres que le seul rendement fi-   saire à leur développement au-       à ce problème, explique Nancy
la norme plutôt que l’exception.»    me le démontre l’association            Et, aux yeux de Philippe Ga-     nancier. Cela permettra aussi     près des établissements finan-       Neamtan. Lorsqu’il n’y a pas de
   Jacques Charest, directeur        de CAP Finance avec la Chaire        rant, c’est une occasion de         de tisser des liens avec des cher-ciers traditionnels. Mais la fi-     relève, le propriétaire d’une
général de la Fiducie du Chan-       d’éthique appliquée de l’Uni-        pousser plus loin la recherche      cheurs internationaux et de s’ar- nance socialement responsable        PME n’a pas d’autre choix que
tier de l’économie sociale,          versité de Sherbrooke. «Les          dans le domaine. «Au fil des        rimer à ce qui se fait en matière a aussi un volet de placements       de vendre son entreprise, qui de-
abonde dans le même sens.            partenaires seront mieux placés      ans, nous avons développé, au       de finance socialement respon-    puisque certains individus et        vient alors souvent la proie d’une
«L’économie sociale tout comme       pour partager leurs bons coups       RISQ, des guides d’analyse qui      sable ailleurs dans le monde.»    organisations cherchent à pla-       multinationale. Par contre, une
la finance socialement respon-       et leurs compétences, croit Nan-     permettent d’évaluer une entre-        Une démarche déjà amorcée,     cer leur argent dans des entre-      autre solution est de fonder une
sable sont des secrets trop bien     cy Neamtan. Cela pourra éven-        prise d’économie sociale, dont      selon Nancy Neamtan. «Nous        prises socialement respon-           coopérative de travailleurs qui
gardés. Avec CAP Finance, nous       tuellement déboucher sur la for-     les critères d’évaluation ne peu-   accueillerons ici à Montréal,     sables. On pense, entre autres,      rachèterait l’entreprise et en as-
nous regroupons entre pairs afin      mation de nouveaux outils éco-       vent pas être les mêmes que         l’automne prochain, le Forum      à l’apparition des Fonds de pla-     surerait ainsi la pérennité.
de mieux nous positionner. Déjà,     nomiques qui nous permettront        pour une entreprise ordinaire       international de l’économie so-   cements éthiques.                    Mais, pour que cela se produise,
les partenaires de CAP Finance       de mieux répondre aux de-            qui a pour seul critère la renta-   ciale et solidaire.»                 «Il y a un autre phénomène        encore faut-il que les travailleurs
collaborent entre eux sur une        mandes des promoteurs des en-        bilité financière. CAP Finance                                        qui se produit de plus en plus et    trouvent le financement néces-
base quotidienne, mais, en se re-    treprises de l’économie sociale.     permettra d’amorcer des re-         De nouvelles applications qu’on cherche à développer, sou-             saire, d’où l’importance de la fi-
groupant sous le vocable de CAP      Contrairement à la finance tra-       cherches plus poussées afin de        À l’origine, la finance sociale- ligne Nancy Neamtan. Les             nance socialement responsable.»
Finance, on passe à la prochai-      ditionnelle, où ce sont les déten-   mieux cerner les enjeux de la fi-    ment responsable a été mise en grandes fondations, individuelles
ne étape, celle d’une plus grande    teurs de capitaux qui sont les       nance socialement responsable.      place afin de donner un appui fi- ou collectives, cherchent à soute-      Collaborateur du Devoir
H 6                                                     L E    D E V O I R ,       L E S      S A M E D I        2 8     E T     D I M A N C H E           2 9     M A I      2 0 1 1



                                                                                                    F I NA N C E S
Desjardins

« On recherche des entreprises
qui font preuve de responsabilité »
Pour le client, quatre portefeuilles sociétaires
et le Fonds Desjardins Environnement
Le Mouvement Desjardins porte une attention particulière à                      «On recherche des entreprises qui        Fonds Desjardins Environnement.
l’investissement socialement responsable (ISR). Par le biais                    font preuve de responsabilité par        On a opté pour cette façon de faire
                                                                                rapport à l’environnement et qui         et on offre au membre ou au client
de fonds identifiés et de programmes mis sur pied pour                          s’engagent dans une démarche             potentiel d’opter pour notre dé-
concilier rendement et respect des valeurs, les entreprises                     pour s’améliorer; il n’est pas néces-    marche; s’ils sont intéressés par ce
sont invitées à se livrer à de meilleures pratiques envers les                  saire qu’elles soient parfaites sur le   genre d’investissement, ils peuvent
milieux de vie et l’environnement où elles évoluent.                            plan écologique pour faire partie        se tourner vers celui-ci ou, dans le
                                                                                de l’univers restreint de placements     cas contraire, opter pour des pro-
                                                                                qui est transmis aux gestionnaires       duits plus traditionnels.»
RÉGINALD HARVEY                          sont alors soumises à une évalua-      de portefeuilles ou aux sous-con-           Tous les secteurs d’activité en                                                SOURCE CAISSE D’ÉCONOMIE SOLIDAIRE
                                                                                                                                                                   Paul Ouellet, directeur général de la Caisse d’économie solidaire
                                         tion sur les plans de l’environne-     seillers en valeurs.»                    Bourse figurent dans l’inventai-
L    a grande coopérative finan-
     cière québécoise privilégie
plusieurs démarches respon-
                                         ment, du social et de la gouver-
                                         nance (ESG).»
                                            Elle explique la raison de cette
                                                                                   Par la suite, Desjardins n’hési-
                                                                                tera pas, dans un deuxième
                                                                                temps, à interpeller dans une dé-
                                                                                                                         re: «On ne fait pas d’exclusion et,
                                                                                                                         par conséquent, il y a une réparti-
                                                                                                                         tion sectorielle similaire à celle des
                                                                                                                                                                   Desjardins

                                                                                                                                                                   Caisse d’économie solidaire
                                                                                                                                                                   La «banque»
sables, dans le cadre desquelles         procédure: «On veut évaluer ces        marche respectueuse, à titre d’ac-       produits qui ont les mêmes objec-
les investisseurs manifestent une        entreprises pour bien comprendre       tionnaire, les entreprises qui se        tifs de placement. Du côté du
préoccupation normale pour le            leurs comportements et les engage-     montrent récalcitrantes dans leur        Fonds en environnement, en tête
rendement tout en tenant compte          ments qu’elles prennent ou non         démarche écologique, sociale et          de liste au 31 décembre 2010, fi-
de considérations éthiques, so-
ciales et écologiques. Rosalie
Vendette, con-seillère en investis-
sement responsable, en trace les
contours: «On intervient principa-
                                         par rapport aux critères de res-
                                         ponsabilité ESG; de plus, on est
                                         ainsi capable d’avoir une opinion
                                         sur leur système de gestion. Si je
                                         prends l’exemple du Fonds Desjar-
                                                                                de gouvernance; le mouvement
                                                                                devient alors un levier de change-
                                                                                ment pour celles-ci: «On va entrer
                                                                                en contact avec celles-ci pour les
                                                                                sensibiliser à nos préoccupations et
                                                                                                                         gurent les matériaux et l’énergie,
                                                                                                                         à 28 %, les secteurs financiers, à
                                                                                                                         24 %, suivis de l’ensemble des
                                                                                                                         autres catégories de produits (in-
                                                                                                                         dustrie, technologie, consomma-
                                                                                                                                                                   du «rendement social»
lement à deux moments dans la            dins Environnement, quand on           on va leur demander plus d’infor-        tion, communication etc.).»               Les principes directeurs de la Caisse d’économie solidaire
construction des produits; on peut       dit système de gestion, on va regar-   mation sur des sujets. Si l’entrepri-       Rosalie Vendette assure que            Desjardins reposent, depuis sa fondation il y a une quarantai-
le faire avant la sélection des titres   der, selon les secteurs d’activité,    se ne considère pas nos revendica-       les investissements socialement           ne d’années, sur une ferme volonté de contribuer à la
en placement et une fois que les         comment les entreprises se com-        tions comme justes, on peut, si le       responsables apparaissent com-
gens sont devenus actionnaires           portent à l’égard des agents pol-      dialogue est rompu, se présenter en      me un marché en plein dévelop-            construction d’une société plus juste et plus solidaire, c’est-
des entreprises.»                        luants, des déchets et de l’eau; on    assemblée des actionnaires et dépo-      pement: «La revue canadienne              à-dire une société qui prend le parti de l’emploi, du partage,
   Elle se penche sur les proces-        va aller très loin dans notre inves-   ser des propositions pour corriger       spécialisée dans ce domaine lais-         de l’entraide et du développement durable. Entretien avec
sus qui ont cours avant que les          tigation avec le soutien des outils    la situation.»                           sait savoir récemment que c’est           son directeur général, Paul Ouellet.
choix ne soient arrêtés: «On dis-        dont on dispose.»                                                               près de un dollar sur cinq qui ap-
pose de filtres d’exclusion qui ser-         Une fois cette étape franchie,      Niches et retombées                      partient à ce marché; on parle de
vent, dans un premier temps, à re-       une autre équipe prend le relais:      économiques                              19 % des actifs au Canada qui sont        THIERRY HAROUN                    bien sûr prétendre être l’instiga-
jeter les entreprises qui évoluent       «Cette recherche est alors présentée     Il existe donc des niches qui          gérés à partir de considérations                                            trice de tous les projets, elle est
dans les domaines du tabac, du
nucléaire et de l’armement. Par la
suite, on parle d’un univers de pla-
                                         au groupe consultatif en environ-
                                         nement, qui est composé de six ex-
                                         perts en écologie extérieurs à Des-
                                                                                sont spécialement destinées à
                                                                                une clientèle en quête d’une
                                                                                éthique financière plus pointue,
                                                                                                                         écologiques, sociales et de gouver-
                                                                                                                         nance.» Elle apporte une distinc-
                                                                                                                         tion: «Il existe plusieurs façons d’in-
                                                                                                                                                                   «L      a mission de la Caisse
                                                                                                                                                                           d’économie solidaire Des-
                                                                                                                                                                   jardins, c’est essentiellement de
                                                                                                                                                                                                     une accompagnatrice des projets.
                                                                                                                                                                                                     En ce sens, elle facilite l’accès au
                                                                                                                                                                                                     crédit pour permettre à des gens
cements, si je prends en compte le       jardins; ils sont chargés d’émettre    dans un monde malmené par les            vestir de la sorte; notre manière de      recueillir de l’épargne et des pla-
                                                                                                                                                                                                     de réaliser leurs rêves, lesquels
Fonds Environnement Desjar-              une recommandation en fonction         soubresauts économiques des              le faire en est une, mais il y en a       cements afin que cela serve de le- naissent dans les quartiers, les
dins, tel que défini dans le prospec-     de laquelle les entreprises sont ad-   dernières années, comme Mme              d’autres. Par exemple, il existe un       vier en vue de financer des pro-   villages et les régions du Qué-
tus des moyennes et grandes capi-        mises dans l’univers des place-        Vendette le spécifie: «Pour nous,         volet plus spécifique, qui est celui                                         bec», rappelle M. Ouellet.
                                                                                                                                                                   jets collectifs au service de la col-
talisations boursières cana-             ments ou en sont rejetées.» Ces tra-   on a choisi d’exprimer cela dans         d’un investissement direct dans le        lectivité dans dif férents do-       «Au fond, ajoute-t-il, pour la
diennes; cet échantillon comprend        vaux trouvent leur fondement           des produits spécifiques, qui sont les    cadre d’un autre type d’économie;         maines, tels que l’habitation, la caisse, l’économie est plurielle,
quelque 200 entreprises. Celles-ci       dans le concept de responsabilité:     quatre portefeuilles sociétaires et le   c’est plus marginal, mais je dirais       culture et l’insertion en emploi. c’est-à-dire qu’elle est l’addition de
                                                                                                                         que, pris dans son ensemble, le           Et de financer notamment des      l’économie privée, de l’économie
                                                                                                                         monde financier effectue un virage         entreprises coopératives et des as-
                                                                                                                                                                                                     publique et de l’économie sociale.
                                                                                                                         dans ce sens-là.»                         sociations à but non lucratif qui Elle est porteuse de deux grands
                                                                                                                            Elle fait le point sur une situa-      portent des projets à caractère   courants, soit le monde coopératif
                                                                                                                         tion qui montre que de plus en            économique, social et écolo-      et le monde associatif. Et, chez
                                                                                                                         plus de gens sont préoccupés              gique» , lance d’entrée de jeu    nous, on parle de finance sociale-
                                                                                                                         par le caractère social des place-        Paul Ouellet.                     ment responsable.» C’est-à-dire?
                                                                                                                         ments: «On pense qu’il y a un                                               «On offre ce qu’on appelle du “ren-
                                                                                                                         marché qui va se développer et            Mission possible                  dement social”, qui a des finalités
                                                                                                                         qu’il y a un intérêt croissant de           Est-ce un modèle qui a fait sociales, culturelles et écologiques.»
                                                                                                                         nos membres pour celui-ci; il y a         ses preuves? «Eh oui! Ça fonc-
                                                                                                                         des jeunes entrepreneurs qui sont         tionne même très bien. Cette Des chiffres et des lettres
                                                                                                                         intéressés, mais on retrouve tous         mission qu’on s’est donnée au dé-    À titre d’exemple, il précise
                                                                                                                         les profils d’investisseurs parmi         part est accompagnée d’un mou- que, au Canada, 5 % de l’en-
                                                                                                                         nos clients.»                             vement très large sur le plan de semble de l’encours des fonds
                                                                                                                                                                   développement social et solidaire
                                                                                                                               Collaborateur du Devoir             au Québec. La caisse ne peut pas VOIR PAGE H 7: CHIFFRES
                                                        L E     D E V O I R ,       L E S     S A M E D I       2 8     E T    D I M A N C H E         2 9     M A I      2 0 1 1                                                   H 7

                                                                                                    F I NA N C E S
SHERBROOKE

«Nous vivons présentement un moment charnière»
Théorie, pratique et formations vont de pair
Depuis sa création en 1999, la Chaire d’éthique appliquée de                     ge. À première vue, dans le contex-    traitants plus respectueux des         cialement responsable et mettre en      puissent prendre la bonne décision
l’Université de Sherbrooke se penche sur les diverses ques-                      te de la finance socialement res-       droits de la personne? Ou doit-on      place des outils et des indicateurs     et faire le bon choix. Cela repré-
                                                                                 ponsable, on devrait investir dans     plutôt investir dans l’entreprise et   nous permettant de bien mesurer         sente un double défi. D’une part, il
tions éthiques qui se posent aux sociétés modernes. Depuis                       cette PME. Par contre, les sous-       aider les sous-traitants à changer     la dimension éthique.»                  faudra développer les modèles
trois ans, elle s’intéresse au phénomène de la finance socia-                    traitants de cette PME, situés en      leurs comportements?»                     Une fois ce travail fait, la Chai-   d’intervention et de formation et,
lement responsable.                                                              Amérique latine, bafouent éhonté-                                             re d’éthique appliquée entend,          d’autre part, il faudra travailler
                                                                                 ment les droits de la personne.        Intervention et formation              dans un deuxième temps, passer          avec le milieu financier si on veut
PIERRE VALLÉE                           vention. Cela nous permet de             Doit-on financer la PME malgré            Cet exemple illustre bien la         au volet d’intervention et de for-      que ces formations et ces interven-
                                        conseiller et d’accompagner un           tout et passer sous silence la mau-    complexité des questions éthi-         mation. «Ensuite, il faudra mettre      tions portent fruit. Idéalement, ces
«E       n éthique appliquée, ex-
         plique André Lacroix, titu-
laire de la Chaire d’éthique appli-
                                        organisme ou une personne lors-
                                        qu’une question éthique fait sur-
                                        face. Nous avons aussi formé des
                                                                                 vaise conduite des sous-traitants?
                                                                                 Doit-on refuser d’investir par prin-
                                                                                 cipe et risquer la fermeture du vil-
                                                                                                                        ques dans le domaine de la finan-
                                                                                                                        ce socialement responsable.
                                                                                                                        «C’est la raison pour laquelle il
                                                                                                                                                               en place des modèles d’interven-
                                                                                                                                                               tion et de formation afin d’outiller
                                                                                                                                                               les dirigeants du monde de la fi-
                                                                                                                                                                                                       formations devraient être offertes
                                                                                                                                                                                                       là où on forme les financiers, c’est-
                                                                                                                                                                                                       à-dire à l’université.»
quée de l’Université de Sher-           personnes capables de le faire au        lage? Doit-on exiger de la PME         faut, dans un premier temps, bien      nance quant à la dimension
brooke, on peut commencer par           sein des organisations.» Notons          qu’elle trouve de nouveaux sous-       cerner les enjeux de la finance so-     éthique de la finance, afin qu’ils            Collaborateur du Devoir
travailler avec les personnes. Mais     au passage que la Chaire
on se rend vite compte que cela         d’éthique appliquée est respon-
n’est pas suffisant et qu’il faut aus-   sable de la formation en éthique
si travailler avec les organisa-        pour plusieurs corps policiers,
tions, ce qui mène à un second ni-      dont la Sûreté du Québec, ainsi
veau d’intervention. Et comme ces       que pour plusieurs ministères et
personnes et ces organisations          organismes.
fonctionnent dans une société ali-         Il en sera donc ainsi pour la fi-
mentée par un système écono-            nance socialement responsable.
mique, le troisième niveau d’inter-     «Dans un premier temps, il faudra
vention devient alors l’économie.»      définir précisément ce qu’est la fi-
   C’est un concours de circons-        nance socialement responsable,
tances qui a mis la Chaire              qui en sont les acteurs principaux
d’éthique appliquée sur le che-         et quels sont les outils à leur dispo-
min de CAP Finance, le regrou-          sition. Prenons un des outils de la
pement des principaux acteurs           finance socialement responsable: le
de la finance socialement res-          tamisage. Ce dernier peut être né-
ponsable au Québec, et qui l’a          gatif ou positif. On refuse d’investir
menée à ouvrir un nouveau               dans une entreprise qui, par
chantier sur la finance sociale-         exemple, fabrique des armes. Ou,
ment responsable. «C’était l’occa-      au contraire, on investit dans une
sion parfaite qui nous permettait       entreprise parce qu’elle possède
de nous pencher sur l’économie.         une excellente fiche en matière de
D’ailleurs, ma thèse de doctorat        conditions de travail. Mais quels
portait justement sur les limites       sont les critères qu’on devrait rete-
éthiques de l’économie. Nous vi-        nir pour le tamisage et est-ce que le
vons présentement un moment             tamisage est toujours nécessaire?
charnière. La financiarisation à         Un autre cas est celui de l’activis-
outrance de l’économie a dépossé-       me actionnarial. On investit dans
dé les gouvernements et les collec-     une entreprise et on se sert du
tivités de leur apport à l’économie     poids de nos actions pour influen-
et elle a causé la crise financière et   cer et changer la façon de faire de
la récession que nous avons             l’entreprise. Est-ce efficace et dans
connues. Dans ce contexte, l’appa-      quel contexte? Ce sont de telles
rition d’une finance socialement         questions auxquelles il faut d’abord
responsable devient une solution        répondre avant de passer à la pro-
de rechange intéressante qui méri-      chaine étape.»
te qu’on l’étudie.»
                                        Dilemmes à démêler
Une démarche                               La tâche ne sera pas simple,
en deux volets                          car plusieurs des questions
   La démarche utilisée par la          éthiques liées au financement
Chaire d’éthique appliquée sera         socialement responsable sont
identique à celle mise au point         complexes et peuvent devenir,
pour les autres questions               pour ceux qui doivent prendre
d’éthique sur lesquelles elle           les décisions, un véritable casse-
s’est penchée. «À la création de        tête. «Prenons l’exemple d’une
la Chaire d’éthique appliquée,          PME située dans un petit village
on a rapidement compris que la          au Québec. Son bilan est bon, son
recherche fondamentale, aussi           plan d’affaires aussi, mais elle a
nécessaire soit-elle, ne peut pas       grandement besoin d’un nouvel
suffire et qu’elle doit être complé-     investissement si elle veut pour-
tée par des actions concrètes.          suivre ses activités. Sans ces nou-
C’est la raison pour laquelle           veaux fonds, l’entreprise devra fer-
nous avons aussitôt mis en place        mer ses portes, ce qui entraînera
un volet de formation et d’inter-       possiblement la fermeture du villa-


CHIFFRES
SUITE DE LA PAGE H 6                    plan du développement durable.
                                        Il sera situé au cœur du Quartier
de placements se trouvent dans          des spectacles de Montréal. Son
des placements éthiques, tan-           inauguration devrait avoir lieu
dis que ce taux atteint 32 % à la       cet automne. Ce bâtiment de cinq
Caisse d’économie solidaire             étages regroupera beaucoup d’or-
Desjardins, en date de dé-              ganisations à vocation culturelle,
cembre 2010. Un secteur qui             sociale et écologique. Il est déjà en
croît de 10 % par année depuis          construction. Par ailleurs, la cais-
trois ans, fait-il remarquer. De        se a été associée à la gestation de
plus, 75 % du volume de finance-         ce projet-là, cela remonte à cinq
ment de la Caisse est dirigé vers       ou six ans. En cela, j’ajouterais
des projets à caractère collectif.      que l’une des caractéristiques de
   La caisse constitue un carre-        la caisse, c’est de recevoir de tels
four où se croisent plus de             projets, qui sont au départ de
13 000 membres. En 2010, la             l’ordre du rêve, pour ensuite
caisse a mis à la disposition de        orienter ces gens, qui ont un rêve
ses 2463 coopératives et organi-        à réaliser, les guider et les référer
sations à but non lucratif plus         à d’autres organisations dans le
de 266 millions de dollars en           cadre du montage de leur projet.»
nouveaux crédits. Cette somme              On notera également un ap-
a servi à financer 155 projets          pui financier de la caisse de
ancrés dans leur milieu, et ce, à       plus de cinq millions de dollars
l’échelle de la province. En voi-       qui a permis à l’École de cirque
ci quelques exemples.                   de Québec de rénover ses lo-
   La caisse a prêté 4,9 millions de    caux situés dans une église.
dollars à la compagnie de créa-         «On a en effet accompagné ce
tion La Manufacture pour agran-         beau projet. L’école de cirque
dir et rajeunir son espace théâtral,    loge dans une ancienne église si-
le Théâtre La Licorne. Elle a fi-        tuée dans le quartier Limoilou,
nancé à hauteur de un million de        dans la 2e Avenue. C’est un pro-
dollars la nouvelle maison de San-      jet exemplaire sur le plan de la
tropol Roulant, l’une des plus im-      récupération du patrimoine reli-
portantes popotes roulantes de          gieux», juge M. Ouellet.
Montréal. Elle est aussi venue en
appui à la Coopérative de tra-          Et demain ?
vailleurs d’ambulance de l’Estrie.         Quels sont les projets d’ave-
Elle a de plus assuré le finance-        nir de la caisse? «On va pour-
ment de 4,8 millions de dollars         suivre nos engagements et nos
dans le cadre d’un projet d’une va-     grandes missions à l’échelle des
leur totale de 5,2 millions, qui        projets coopératifs. Vous savez, il
consiste essentiellement à réno-        y a une partie du monde finan-
ver les 35 bâtiments du Camp            cier qui n’a pour seul but que le
musical Saint-Alexandre.                rendement spéculatif. Alors que
   Quoi d’autre? La caisse a par-       nous, on fait le pari que la finan-
ticipé activement à l’édification        ce doit d’abord être au service de
du nouveau bâtiment vert d’É-           l’économie réelle, celle qui crée
quiterre en finançant sa                des emplois, celle qui répond aux
construction à hauteur de 12            besoins sociaux, culturels et éco-
millions de dollars, tient à rappe-     logiques», conclut M. Ouellet.
ler Paul Ouellet. «C’est un bâti-
ment qui sera un phare sur le               Collaborateur du Devoir
H 8                                                 L E      D E V O I R ,       L E S     S A M E D I       2 8     E T   D I M A N C H E        2 9    M A I    2 0 1 1



                                                                                                 F I NA N C E S
Fonds de travailleurs
« On fait tout pour être le                                                                                          «L’industrie tend à se discipliner»
                                                                                                                     Le Fonds FTQ insiste sur le « bon voisinage »
plus responsable possible ! »                                                                                        Dès le début de ses activités, il   cier, je peux dire que c’est là
                                                                                                                     y a près de 30 ans, le Fonds de     l’exercice d’un métier complé-
Fondaction obtient un A+                                                                                             solidarité FTQ a pris en comp-
                                                                                                                                                         mentaire par rappor t au
                                                                                                                                                         mien, parce qu’on peut de la
                                                                                                                     te une démarche sociale dans        sorte davantage cibler notre
Depuis sa fondation en 1996, Fondaction                                                                              ses investissements. Il était à     risque: une entreprise qui ne
s’engage dans la voie du développement du-                                                                           la fois naturel et nécessaire       donne pas assez d’importance
rable. Quelque quinze ans plus tard, le fonds                                                                                                            à la qualité des communica-
                                                                                                                     d’agir de la sorte pour un          tions entre le management ou
de travailleurs de la CSN s’impose comme                                                                             fonds issu du milieu syndica-       entre la haute direction et ses
l’une des figures de proue du financement                                                                            liste qui est voué à la création    employés ne per forme pas à
responsable au Québec.                                                                                               d’emplois et au développement       long terme. Une autre qui ne
                                                                                                                                                         prend pas soin de la santé et de
ÉMILIE CORRIVEAU                                                                                                     économique des milieux.             la sécurité de ses employés se
                                                                                                                                                         retrouve dans la même situa-
A    yant pour mission fondamentale de mainte-
     nir et de créer des emplois par des investis-
                                                                                                                     RÉGINALD HARVEY                     tion.» Un facteur aggravant
                                                                                                                                                         s’ajoute: «C’est d’autant plus
sements auprès des entreprises québécoises
en général, Fondaction a également pour objec-
tif de favoriser la gestion participative, de sou-
                                                                                                                     P remier vice-président aux
                                                                                                                       investissements, Gaétan
                                                                                                                     Morin dégage un élément ma-
                                                                                                                                                         vrai aujourd’hui dans cer-
                                                                                                                                                         taines régions du Québec, au
                                                                                                                                                         moment où il existe une pénu-
tenir l’économie locale et d’accorder une atten-                                                                     jeur qui ressort de la respon-      rie de main-d’œuvre dans cer-                              SOURCE FTQ
tion toute particulière aux entreprises préoccu-                                                                     sabilité sociale dans le brassa-    tains métiers ou professions.»      Gaétan Morin, premier vice-
pées par l’environnement.                                                                                            ge des af faires: «C’est une           Pour le Fonds, l’aspect du       président aux investissements
   «Dès sa création, Fondaction s’est constitué en                                 ANNIK MH DE CARUFEL LE DEVOIR     grande question d’équilibre.        bilan social est même appelé        du Fonds de solidarité de la
fonds de capital de développement orienté vers le         Léopold Beaulieu, président-directeur général              Étant donné la nature de ce         à prendre plus d’importance         FTQ
maintien et la création d’emplois, mais de manière        de Fondaction                                              qu’on est et de nos racines, on     dans les années à venir, com-
engagée dans le sens du développement durable.                                                                       a une mission de développe-         me le souligne Gaétan Morin:        dustrie, ce qui, encore une
Depuis les débuts, nous sommes préoccupés par le          risques! Ça apporte pas mal d’avantages, finale-            ment économique, mais égale-        «On va se demander quel est         fois, fait partie de l’équilibre
rendement économique du fonds, mais aussi par             ment», énumère le p.-d.g.                                  ment de développement social        l’âge moyen des travailleurs et     entre le développement écono-
ses impacts sociaux et écologiques», exprime d’en-           D’après M. Beaulieu, l’édifice de Fondaction,            qui est accompagné d’un cer-        si un plan de relève a été mis      mique, social et écologique.»
trée de jeu Léopold Beaulieu, président-directeur         inauguré au début du mois de mai, est l’un des             tain respect de l’environne-        en place. Ce sont des questions
général de Fondaction.                                    plus beaux exemples de l’intégration des trois di-         ment, parce qu’on possède une       qui nous servent, comme inves-      Un impact accru
   Partisan de la finance responsable, c’est              mensions du développement durable à la culture             vision à très long terme de nos     tisseurs et comme financiers, à     sur l’économie
d’abord au sein même de l’organisme que le                de l’organisme. Construit en bois, celui-ci est            interventions; il importe donc      obtenir un éclairage beaucoup          La finance socialement res-
fonds de travailleurs de la CSN déploie ses pre-          unique en son genre en Amérique du Nord. «Il y             de s’assurer que les investisse-    plus large sur les risques en-      ponsable se manifeste actuel-
miers efforts pour le développement durable et            a là une conjugaison très concrète des dimensions          ments qu’on consent se situent      courus; on ajoute à nos don-        lement sur plusieurs fronts à
prêche par l’exemple. «En tant qu’organisme,              du développement durable aux plans économique,             en équilibre avec tout cela.»       nées un angle supplémentaire        la fois, sans toutefois produire
Fondaction intègre des préoccupations de dévelop-         social et écologique. En faisant le choix de cet im-          Il élabore sur les para-         et différent que d’autres ne pos-   des retombées majeures sur
pement durable dans ses propres pratiques. Cela           meuble en bois, nous soutenons une industrie qui           mètres en cause: «Pour le dé-       sèdent pas.»                        l’ensemble de l’économie qué-
veut dire que nous avons mis en place et que nous         connaît des difficultés, nous améliorons les perspec-       veloppement économique com-                                             bécoise. Gaétan Morin appor-
continuons d’adopter plusieurs politiques et pro-         tives d’emploi et nous évitons d’émettre des milliers      biné avec celui d’ordre social,     Une vision                          te cet éclairage: «En matière
cessus concordant avec l’idée de conjuguer les            de tonnes de CO2», souligne M. Beaulieu.                   on parle beaucoup de cibler des     qui se répand…                      de capital déployé, on en est au
sphères économique, sociale et écologique», préci-                                                                   créneaux porteurs d’avenir et          De retour à la notion d’équi-    dépar t; par contre, si on se
se M. Beaulieu.                                           L’effet domino                                             de viser les régions; il y a là,    libre, il se tourne vers un         tourne vers le Global Repor-
                                                              En plus d’adopter de saines pratiques finan-           pour moi, un aspect social im-      autre élément qui pèse dans         ting Initiative [GRI], on voit
Un code d’éthique                                         cières au sein de son organisation, Fondaction fa-         portant. Il est question de la      la balance: «Il est certain que,    que de plus en plus de sociétés
   Par exemple, en 2001, le conseil d’administra-         vorise la responsabilité sociale de ses parte-             création d’emplois de qualité et    de nos jours, une entreprise        publiques n’ont d’autre choix,
tion de Fondaction a adopté un code d’éthique à           naires, notamment grâce à sa politique d’achat.            d’un développement écono-           qui ne respecte pas l’environ-      en environnement, que de se
l’intention de ses administrateurs, dirigeants,           En privilégiant les fournisseurs locaux, les entre-        mique québécois qui n’est pas       nement et qui n’a pas une           comparer et de se mesurer
cadres et toute autre personne pour lesquels une          prises syndiquées ou ayant des pratiques de ges-           centré uniquement sur Mont-         perspective de développement        avec ce qui se fait ailleurs
entente, un contrat d’emploi ou un mandat le jus-         tion participative, les entreprises d’économie so-         réal.» Il existe un équilibre à     durable ne performe pas da-         dans le but de s’améliorer; les
tifie. En 2002, un code d’éthique similaire a été          ciale ou celles qui respectent les conventions de          trouver entre l’économique,         vantage à long terme. Il est        actionnaires sont plus nom-
adopté pour tout le personnel syndiqué du fonds           base de l’Organisation internationale du travail,          le social et l’écologique.          beaucoup question du Plan           breux à désirer que soit pris ce
de travailleurs de la CSN.                                et en favorisant les fournisseurs ayant adopté                Le Fonds se distingue dans       Nord ces derniers temps et il       genre d’initiative où il est da-
   Dans la même optique, depuis 2006, Fondac-             une politique ou des pratiques écologiques, Fon-           son traitement des dossiers:        faudra que le développement         vantage question d’équilibre et
tion produit tous les deux ans un rapport de dé-          daction incite ses partenaires à adopter des com-          «Quand un financier tradi-          des ressources qui sont déjà là     de bon voisinage.»
veloppement durable suivant les lignes direc-             portements plus responsables.                              tionnel effectue un placement       soit effectué de façon durable.»       Il témoigne de son expé-
trices de la Global Reporting Initiative (GRI), les-          Mais le fonds de travailleurs de la CSN ne se          dans une société, il regarde           Il se tourne vers l’industrie    rience vécue: «Je constate que
quelles constituent à l’échelle internationale un         contente pas de réclamer de meilleures pra-                son bilan financier. Nous, on       forestière: «On a créé, il y a      l’industrie tend à se discipliner
cadre commun pour les entreprises désireuses              tiques de la part des entreprises avec lesquelles          va au-delà de cette analyse en      trois ans, une entreprise qui       et qu’on chemine dans la bon-
d’améliorer leurs pratiques.                              il fait affaire, il les accompagne aussi dans leurs        se positionnant un cran au-         s’appelle Solifor, en achetant      ne direction. Est-ce qu’il s’agi-
   Passant en revue les activités de financement           démarches. Notamment, il encourage des                     dessus de cette façon de procé-     de grandes super ficies de          ra d’une réaction en chaîne au
de l’organisme, ce document fait le point sur les         membres de son personnel à siéger à divers                 der, ce qu’on fait depuis 28        terres à bois. On s’est assuré,     cours de laquelle tout ira très
efforts déployés par Fondaction sur les plans             conseils d’administration ou à participer à des co-        ans: on dresse également un bi-     comme fonds socialement res-        rapidement? Ça reste à voir,
économique, social et écologique pour inscrire            mités de travail, dans le but de transmettre leur          lan social. Il y a bien sûr une     ponsable, que, dès nos pre-         mais il y a de l’ouverture, et ce
son action dans une perspective de développe-             expertise et de soutenir directement des initia-           équipe dédiée à l’aspect finan-     mières acquisitions dans ce         qui aide beaucoup dans ce
ment durable.                                             tives qui œuvrent en faveur de la finance sociale-          cier d’une transaction, mais        domaine, l’exploitation qu’on       sens-là, ce sont les jeunes entre-
   Cette année, en demandant un examen à un               ment responsable et du développement durable.              on en a une autre qui, de son       fait de la ressource soit basée     preneurs.» Il appor te cette
vérificateur indépendant, Fondaction est devenu                Il accroît aussi l’accessibilité de ses parties pre-   côté, est dotée d’une grande ex-    sur des normes écologiques ap-      nuance d’impor tance: «Ce
le premier organisme financier québécois faisant           nantes à une large gamme de produits et de ser-            pertise dans le volet social de     propriées; il se résume dans        sont les entrepreneurs actuels
appel à l’épargne du grand public à produire un           vices en favorisant le travail en réseau avec ses          l’opération en cause.» Il fait      une formule simple: si on cou-      dans leur ensemble qui ont une
rapport GRI audité et à obtenir le niveau A+.             partenaires, plus spécialement avec les autres or-         ressortir certains points qui       pe un arbre, on en plante un        vision à long terme, en plus
«Nous sommes très fiers d’être pionniers en la ma-         ganisations d’intervention économique regrou-              sont examinés: «On regarde          autre. On doit faire preuve de      des jeunes qui arrivent sur le
tière, confie le p.d.-g. de Fondaction. Nous espé-         pées au Carrefour financier solidaire, siège so-            notamment la qualité des rela-      ce genre de préoccupations si       marché; ils sont déjà sensibili-
rons que cela va inspirer d’autres organismes à           cial de Fondaction à Montréal.                             tions de travail et celle des       on veut s’assurer que les acti-     sés à cette vision qui fait par-
suivre nos traces!»                                           Également, en soutenant un pôle de recherche           communications. On se de-           vités d’une entreprise se dérou-    tie de leurs valeurs.» Le Fonds
   Aux dires de M. Beaulieu, produire ce type de          sur la finance socialement responsable de la               mande comment est encadrée          lent selon une démarche de          est-il prêt à les suivre dans
rapport comporte plusieurs avantages pour les             Chaire d’éthique appliquée de l’Université de              la question de la santé et de la    bon voisinage; on doit aller        leurs démarches? «Et que
entreprises qui se prêtent à l’exercice. Notam-           Sherbrooke, Fondaction contribue à permettre               sécurité au travail.»               vers cela à long terme, que ce      oui», répond sans équivoque
ment, cela contribue à mettre en valeur leur ré-          aux PME de bénéficier des outils indispensables                Le Fonds se penche globa-        soit dans le secteur des res-       le vice-président.
putation, les aide à se démarquer de la concur-           à une adéquate mesure des répercussions finan-              lement sur toute l’organisa-        sources ou dans le fonctionne-
rence et à attirer les investisseurs. «Ça donne ac-       cières liées aux changements climatiques en ma-            tion du travail: «Comme finan-      ment de n’importe quelle in-           Collaborateur du Devoir
cès à de nouveaux marchés, ça améliore l’accepta-         tière de risques et de possibilités d’action.
bilité sociale, ça stimule l’innovation et ça contri-         «On essaie de placer nos bottines du côté de nos
bue à l’amélioration du climat de travail et à une        babines, confie M. Beaulieu. Sans prétendre à la
meilleure planification stratégique. Ça permet éga-        perfection et sans croire qu’il ne reste pas beaucoup
lement une meilleure cohérence dans les prises de         de place à l’amélioration, on fait tout ce qu’on peut
décisions, les orientations et les actions. Ça aide à     pour être le plus responsable possible!»
améliorer la productivité et à augmenter la réacti-
vité lors de crises. Et puis, ça réduit également les                           Collaboratrice du Devoir

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:7
posted:7/13/2011
language:English
pages:8