1 Etat des lieux - Accueil by fjzhangxiaoquan

VIEWS: 125 PAGES: 194

									DOCUMENT REGIONAL DE DEVELOPPEMENT
         RURAL (DRDR) DU
       NORD Ŕ PAS DE CALAIS

                               FEADER 2007-2013


Volet régional du Plan de Développement Rural
               Hexagonal (PDRH)




                                                  Version n°2 validée
                                                     le 23/12/2008




  MINISTERE DE L’AGRICULTURE
        ET DE LA PECHE

  PREFECTURE DE LA REGION
    NORD – PAS DE CALAIS
                                                PREAMBULE :

      Ce Document Régional de Développement Rural (DRDR) constitue le volet régional du
   Plan de Développement Rural National (PDRH) (Décision CIACT du 6 mars 2006).

      Il comprend une description détaillée des dispositifs mis en place au niveau régional
   ainsi qu’une information sur l’application en région des dispositifs du socle national du
   PDRH.

      En outre, il constitue le document de référence pour les comités de suivi et de
   programmation régionaux et a vocation à être consultable par le grand public sur le site
   Internet de la préfecture de région, de la DRAF.

       Ainsi, il précise le contenu du programme de la région Nord Pas de Calais: état des
   lieux, stratégie régionale, dispositifs éligibles, maquette financière, lignes de partage
   FEADER / FEDER / FSE / FEP, ainsi que des éléments sur l’organisation régionale :
   partenariat, suivi, programmation, plan de communication, réseau rural régional.

      Cependant, son contenu évoluera en fonction des conditions d’approbation, et
   ultérieurement de révision, du PDRH par la Commission Européenne, de la publication
   des textes réglementaires communautaires, nationaux ou régionaux ainsi que des
   adaptations locales. Par ailleurs les interventions des cofinanceurs publics sont
   présentées sous réserve de validation du détail des dispositifs par leurs instances
   décisionnelles.

      De ce fait, il conviendra de toujours se référer à la version actualisée du DRDR, en
   s’adressant si besoin aux services de l’Etat.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                          Page 2 sur 194
                          Document Régional de Développement Rural (DRDR)
                                        Nord Pas de Calais


1 Etat des lieux ................................................................................................................................. 4
2 Stratégie régionale pour la mise en œuvre du FEADER ............................................................. 19
                                                       Dispositifs du volet régional
Dispositif 111 A- Formation des actifs des secteurs agricole et sylvicole ...................................... 23
Dispositif 121 A- Plan de Modernisation des Bâtiments d’Elevage (PMBE) .................................. 29
Dispositif 121 B- Plan végétal pour l’environnement ...................................................................... 39
Dispositif 121 C2 : Aides aux investissements collectifs ( CUMA) ................................................ 48
Dispositif 121 C4 : Investissements de transformation à la ferme ................................................. 53
Dispositif 121 C5 : Investissements nécessaires à une démarche qualité .................................... 58
Dispositif 123 A- Investissements dans les industries agroalimentaires ........................................ 61
Dispositif 123 B- Aide à l’équipement des entreprises d’exploitation forestière ............................. 66
Dispositif 125 C : Soutien à d’autres infrastructures du secteur agricole ....................................... 70
Dispositif 132 – Encourager la participation des agriculteurs à des régimes de qualité alimentaire (
agriculture biologique) ........................................................................................................................... 73
Mesure 214 : paiements agroenvironnementaux .......................................................................... 76
Dispositif 214 D- Conversion à l’agriculture biologique .................................................................. 85
Dispositif 214 E- Maintien de l’agriculture biologique ..................................................................... 88
Dispositif 214 - F : Protection des races menacées ....................................................................... 92
Dispositif 214 G : Préservation des ressources végétales menacées de disparition ..................... 96
Dispositif 214 H : Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles domestiques pour la
préservation de la biodiversité (à partir de 2008) ................................................................................ 100
Dispositif 214 I : Mesures agroenvironnementales territorialisées .............................................. 103
Dispositif 216 : aide aux investissements non productifs ............................................................ 110
Dispositif 221 : premier boisement des terres agricoles .............................................................. 113
Dispositif 227: Investissements non productifs en milieux forestiers .......................................... 116
Dispositif 311 : Diversification vers des activités non agricoles ................................................... 120
Dispositif 323 A : Elaboration et animation des documents d’objectifs Natura 2000 (DOCOB) .. 126
Dispositif 323 B- Investissements liés à l’entretien ou à la restauration des sites Natura 2000 (hors
milieux forestiers et hors production agricole) ..................................................................................... 129
Dispositif 331 : formation et information ...................................................................................... 131
Dispositif 341 A : les stratégies locales de développement de la filière forêt-bois ....................... 135
Mise en œuvre de l’approche LEADER ........................................................................................ 139
Dispositifs 411 – 412 – 413 - Mise en œuvre de stratégies locales de développement ............. 139
Dispositif 421 - Coopération interterritoriale et transnationale ..................................................... 145
Dispositif 431 - Fonctionnement du GAL, acquisition de compétences et actions d’animation sur
le territoire ............................................................................................................................................ 147
Dispositif 511 – 1 – Réseau rural régional ................................................................................. 148
Dispositif 511 – 2 - Plan de communication ............................................................................... 151
Dispositif 511 – 3 - Actions d’assistance technique ................................................................... 152
                                                       Dispositifs du volet national
Dispositif 112 - Aide à l’installation des jeunes agriculteurs ......................................................... 153
Dispositif 122 A : Amélioration des peuplements existants : ........................................................ 158
Dispositif 122 B : Conversion ou transformation d’anciens taillis, taillis sous futaie ou de futaies de
qualité médiocre en futaie. .................................................................................................................. 161
Dispositif 125 A : Soutien à la desserte forestière ........................................................................ 164
Dispositif 214 A : Prime herbagère agroenvironnementale 2 ...................................................... 167
Dispositif 226 A: aide aux travaux de reconstitution des peuplements forestiers sinistrés par les
tempêtes de 1999 (plan chablis) et par d’autres événements naturels .............................................. 171
 4 – Tableaux financiers .................................................................................................................. 174
 5 – Articulation entre FEADER, FEDER, FSE, FEP ....................................................................... 176
 6 – Suivi et programmation ............................................................................................................. 178
 7 – Réseau rural régional ................................................................................................................ 182
 8 – Plan de communication ............................................................................................................. 185
 9 – Dispositions prises pour assurer l’égalité des chances ............................................................ 189
 10 – Partenaires consultés .............................................................................................................. 191


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                                                    Page 3 sur 194
                    Document Régional de Développement Rural (DRDR)
                                  Nord Pas de Calais




                                                1 Etat des lieux



1.1 Diagnostic régional

Repères chiffrés :

                                                                                          Valeur      Valeur
   Domaine                                      Indicateur
                                                                                        régionale    Hexagone
                                                             en km² - Source : INSEE
                                     - totale                                            12 414       535 270
                                                             (2003)
                                  - zones à prédominance
                                                                                          0,0%         48 %
                Superficie de la rurale
                région            - zones rurales
                                                         Source : Eurostat (2003)        54,0%          47%
                                  intermédiaire
                                  - zones à prédominance
                                                                                         46,0%          5%
                                  urbaine
                                                         en milliers d'habitants -
                                  - totale                                               3 997        58 258
                                                         Source : INSEE (2003)
                                  - zones à prédominance
                                                                                          0,0%         17 %
                                  rurale
                Population
                                  - zones rurales
                                                         Source : Eurostat (2003)        36,0%         54 %
                                  intermédiaire
Contexte socio-                   - zones à prédominance
                                                                                         64,0%         29 %
économique                        urbaine
                                  moins de 14 ans                                         21%          19%
                Structure
                                  entre 15 et 64 ans     Source : Eurostat (2001)         65%          65 %
                démographique
                                  plus de 65 ans                                          14%          16 %
                                  PIB/habitant en parité
                                                         Source : Eurostat
                Développement de pouvoir d'achat         (moyenne 2000/2003)
                                                                                           90           114
                économique        (base 100=UE25)
                                  Taux de chômage        Source : INSEE (2005)            13 %         9.4%
                Structure de      secteur primaire                                         2%           3%
                l’économie :
                                                         Source : Eurostat (2002)
                répartition de la secteur secondaire                                      30%          22 %
                valeur ajoutée    secteur tertiaire                                       67%          75 %
                                     secteur primaire                                     2%            4%
                  Structure de
                                     secteur secondaire      Source : Eurostat (2002)     25%          23 %
                  l’emploi
                                     secteur tertiaire                                    73%          74 %




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                             Page 4 sur 194
                                                                                             Valeur      Valeur
   Domaine                                      Indicateur
                                                                                           régionale    Hexagone
                                                               unités - Source : Enquête
                                     total                                                  15 049       542 698
                  Nombre                                       structure (2005)
                  d’exploitations     en % par rapport à       Source : Enquête
                                                                                             2,8%         100 %
                                      l'hexagone               structure (2005)
                                                               en hectares (enquête
                  SAU                                                                      818 928     27 312 013
                                                               structure 2005)
                                                               en hectares - Source :
                  Taille moyenne des exploitations                                           50,9          45,3
                                                               Eurostat (2003)
                                      Part du cheptel régional Source : enquête
Agriculture                           dans le cheptel de       structure - nombre            3,3%         100 %
                                      l'hexagone               d'UGB herbivores (2005)
                                      Part des terres arables
                  Principales                                  Source : statistique
                                      (hors jachère) dans la                                72,7%         57.2%
                  productions                                  agricole annuelle (2003)
                                      SAU régionale
                                      Part des cultures
                                                               Source : statistique
                                      permanentes dans la                                    0,1%         3,8%
                                                               agricole annuelle (2003)
                                      SAU régionale
                  Part des industries agroalimentaires dans Source : INSEE NES14
                                                                                             2,8%         1,9%
                  la valeur ajoutée régionale                  (moyenne 2003-2005)
                                                               Source : statistique
                  part de la SAU dans la territoire régional                                68,5%        54,1 %
                                                               agricole annuelle (2003)
                  part des forêts dans le territoire régional Source : Eurostat (2000)        7%          26 %
                  part des zones défavorisées dans le
Environnement territoire régional                              Source : Eurostat (2000)       0%          44 %
et occupation
de l’espace       Part des zones Natura 2000 dans le
                                                               Source : MEDD (2006)         2,7 %        11,8 %
                  territoire régional
                  Part de la SAU en zones Natura 2000          Source : MEDD (2006)          0,7%         8,4 %
                                                               Source : enquête
                  Part de la SAU en zone vulnérable                                         20% *        49,2 %
                                                               structure (2003)
                  Part des exploitants agricoles ayant
Diversification d'autres revenus que ceux de                   Source : Eurostat (2003)      19%          24 %
de l’économie l'exploitation
et qualité de vie
en milieu rural Part des services dans la valeur ajoutée Source : Eurostat (2002)            67%          73 %
                  régionale
                  Nombre de GAL LEADER +                       unités - Source : MAP          1            133
                  Part de la population régionale située sur
                                                               Source : MAP                   1%          15 %
Approche          les territoires des GAL LEADER +
LEADER            Part de la superficie régionale
                  correspondant aux territoires des GAL        Source : MAP                   1%          41 %
                  LEADER +

* depuis décembre 2002, 100 % de la région Nord - Pas-de-Calais est classé en zone vulnérable


         1.1.1     Le territoire :

              * De plaines basses et plateaux limoneux

         Le relief de la région Nord - Pas-de-Calais est contrasté puisque du nord au sud se succèdent
le plat pays, qui regroupe la Flandre intérieure et les environs de Lille et de Valenciennes, les petites
hauteurs du Boulonnais, de l'Artois, du Seuil du Cambrésis et des contreforts des Ardennes dans
l'Avesnois. Son relief ne dépasse cependant pas les 266 mètres à la limite des Ardennes, et l'Artois
marque le début de la grande plaine du Nord de l'Europe.

         La région a 350 kilomètres de frontière avec la Belgique et plus de 140 kilomètres de littoral
qui font face au Royaume-Uni.

         Les terres sont limoneuses dans les parties laissées par la mer (Artois, Cambrésis, Flandre
intérieure), la craie domine en son sud-ouest et au nord-est, l'argile et le sable sont dominants.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                Page 5 sur 194
         Avec ses 12.414 km² de superficie, la région représente 2,3 % du territoire français.


               * Fortement urbanisé et largement occupé par l'agriculture

          Le territoire régional se caractérise d'une part par l'importance des surfaces urbanisées et des
infrastructures liées à l'activité économique (transports, zones d'activité) qui couvrent 13 % du
territoire régional. Les principales agglomérations polarisent 2/3 du territoire régional, et la région
totalise près de la moitié du stock national de friches industrielles.

       La forêt et les espaces naturels sont peu étendus et l'agriculture occupe l'essentiel de l'espace
non urbanisé, ne présente pas de friches et couvre 70 % du territoire (France 52 %). Le Nord - Pas-
de-Calais représente ainsi 2,3 % du territoire métropolitain mais 3 % de la surface agricole nationale.

        Les espaces agricoles constituent donc l'identité paysagère régionale sur la majorité des
espaces et la moitié des exploitations et des surfaces agricoles se trouvent en périurbain, c'est-à-dire
dans l'une des 13 aires urbaines du Nord - Pas-de-Calais définies au recensement de la population de
1999. 16 % des exploitations sont situées dans l'une des 345 communes de densité supérieure à 250
hab/km².

          L'agriculture a perdu 12 % de sa superficie de 1988 à 2000 notamment sous la pression
urbaine, mais aussi en raison des emprises des zones d'activité et infrastructures (13.000 ha de 1993
à 2001). Les schémas de cohérence territoriale (SCOT) et Plan Locaux d'Urbanisme prennent en
compte la conservation des espaces agricoles lorsque le dialogue entre monde urbain et agricole est
réellement instauré (cf. C.U.D.L. : Communauté Urbaine de Lille). Néanmoins la pression sur
l'agriculture demeure forte, et les coûts du foncier (6.000 euros/ha pour des terres labourables.) et
ceux de la transmission des exploitations sont élevés, avec un statut de fermage toujours dominant
(85 % des exploitations professionnelles).


         1.1.2     contexte socio-économique général

           * Une population dense, jeune, et un taux d'activité agricole qui diminue plus vite
que la moyenne nationale

        Avec 4 M d'habitants, une densité de 320 habitants/km2, c'est la deuxième région la plus
dense après l'Ile de France. C'est également la région la plus jeune de France métropolitaine, avec
36.5% de moins de 25 ans pour une moyenne nationale de 32.4%. Le nombre d'actifs de la région,
qui regroupe les personnes ayant un emploi et les chômeurs, est estimé à près de 1 735 000
personnes selon l'enquête INSEE 2004 du recensement de population. Au 31 décembre 2005, le taux
de chômage en région Nord-Pas-de-Calais s'établit à 13.2% (9.5% de la population active de la
France entière).

         Dans ce contexte, l'agriculture et l'agroalimentaire représentent environ 70 000 emplois et 4 %
                                          ème
des actifs. La région se positionne au 5       rang des régions françaises pour l'emploi agroalimentaire,
mais l'agriculture perd chaque année près de 1 000 emplois du fait du non-renouvellement des chefs
d'exploitation et cela ne contribue pas à l'amélioration des statistiques régionales en matière d'activité
et de chômage.. Il existait 49.000 exploitations dans la région en 1970, il en reste aujourd'hui un peu
plus de 15.000 dont 12.000 dites professionnelles. De 1988 à 2000, la diminution du nombre
d'exploitations (- 4,5 %/an) a été supérieure à celle enregistrée au niveau national, alors qu'elle était
équivalente dans la période précédente.

         La diminution est actuellement d'environ 3 % par an, mais l'arrivée à l'âge de la retraite des
générations du baby-boom risque d'accélérer à nouveau le mouvement de concentration des
exploitations. Les classes d'âge de 45 à 60 ans sont majoritaires. La population agricole familiale a
perdu 70 % de ses effectifs en 30 ans, et l'emploi agricole a diminué ces dernières années à un
rythme légèrement inférieur à celui des exploitations (- 4,2 % par an), pour atteindre un peu moins de
30.000 emplois (E.T.P.), et un peu moins de 2 % des actifs.

          Les installations aidées par l'Etat (dotation jeune agriculteur : D.J.A.) ont décru par paliers
depuis 20 ans pour s'établir à plus de 200 actuellement. Ces aides ne concernent pas l’ensemble des
installations dont le nombre est estimé à près de 300. Les Collectivités Territoriales souhaiteraient que

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 6 sur 194
le PDRH permette de suivre l’ensemble des installations et proposent de contribuer à cet objectif. Le
taux de renouvellement des exploitations est de 1/3 inférieur à la moyenne nationale. Les gains de
productivité se poursuivent, mais il faut encore en moyenne 3,6 actifs à temps plein pour exploiter 100
ha (contre 5,7 en 1988) : cela est supérieur à la moyenne nationale et caractérise les systèmes très
diversifiés et productifs de la région sur des exploitations de taille moyenne (inférieure à celle des
régions Picardie et de l'Ile de France).

        Les formes sociétaires se généralisent avec la concentration des moyens de production
(surface, cheptel) et les questions de leur transmission, du renouvellement des associés et du recours
à l'emploi salarié ont été évoquées lors des Assises de l'Installation.

         Le niveau de formation des agriculteurs exploitants a progressé ces dernières années (niveau
baccalauréat, voire brevet de technicien supérieur agricole: BTSA). La baisse du nombre
d'exploitations agricoles et l'augmentation de leur taille nécessitent le recours à des salariés qualifiés
et autonomes, capables de faire face à l'élévation des niveaux de compétences, due principalement à
la complexification des machines agricoles. Cette évolution de compétences concerne aussi les chefs
d'exploitations dans leur intégration vers d'autres missions que celle de la simple production :
diversification touristique, aménagement et entretien de l'espace rural, qualité, traçabilité et gestion
des ressources humaines.

        Le résultat agricole par actif augmente régulièrement de 1991 à 1998 (il a doublé entre 1990
et 2003) et cela s'explique en majeure partie par une diminution constante du nombre d'actifs
agricoles (notamment main-d'œuvre familiale). A partir de 1998, les évolutions sont assez irrégulières
(30.000 à 40.000 € par unité de travail agricole: UTA). La moyenne masque de grandes différences
selon la taille des exploitations, les systèmes de production, les modes de commercialisation, et
d'autres facteurs techniques. Ainsi plus de la moitié des exploitations ont un revenu inférieur à 1,5
SMIC par UTA (données des centres de gestion).

              * Une région qui a connu une mutation sans précédent

        Au cours des 50 dernières années, l'économie régionale a connu des bouleversements
considérables qui ont vu ses filières traditionnelles (textile, extraction du charbon et sidérurgie) subir
de plein fouet des crises successives et des réductions d'effectifs dramatiques.

Nombre d'emplois                1954               1975       1999             54/99
Textile-habillement            205.300            118.400    36.200          - 82,4 %
Mine                           144.700             4.340       0            - 100 %
Sidérurgie                     30.400                ?       16.100           - 47 %
Automobile                      1.900             16.800     24.800         + 1.300 %

         Ces pertes d'emplois ont été faiblement compensées par des gains dans d'autres secteurs
industriels, dont certains, comme l'automobile, partant d'une valeur quasi nulle sont maintenant
devenus des secteurs importants du développement local. Mais ce sont surtout les emplois tertiaires
qui sont venus combler les pertes industrielles, rapprochant le profil de l'économie régionale du profil
national, tout en conservant une légère spécificité industrielle. Il convient de noter que si le nombre
total d'emplois est resté stable, la part de la région en France a fortement chuté et le chômage a
connu une évolution exponentielle.


Nombre d'emplois                  1954              1999     NPDC            France
Agriculture,                   166.600
                                                   34.800    2,6 %            4,2 %
sylviculture, pêche            (14,4 %)
                               640.200
Industrie                                         282.000    21,0 %          18,2 %
                                (47,9 %
                                 93.200
BTP                                                74.300    5,5 %            5,8 %
                                (7,0 %)
                               437.000
Commerces              et                         953.000    70,9 %           71 %
                               (32,7 %)
services
                              1 337.700           1344.100
Total NPDC/France
                                7,1 %              5,9 %
Chômage                         25.000            296.600


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 7 sur 194
         Les poids lourds de l'industrie régionale et les services importants

          Trois activités comptent plus de 30.000 salariés. L'agroalimentaire qui représente plus de 14
% de l'emploi industriel se caractérise par sa diversité et une orientation forte vers l'exportation.
Viennent ensuite la métallurgie, et la construction mécanique. Derrière ces leaders, on trouve encore
le textile dont plus de la moitié localisée sur la métropole lilloise, et l'industrie automobile qui reste un
secteur en développement.

                                          NPDC             NPDC/F
Agroalimentaire                           40.150           3,67 %
Equipement mécanique                      30.650           7,18 %
Automobile                                24.800           9,24 %
Industrie des minéraux                    19.400           11,22 %
Textile                                   25.700           20,54 %
Métallurgie                               37.200           8,36 %

        Parmi les autres secteurs de service, le transport est un secteur important de l'économie
                                                  ème
régionale, permettant à la région d'occuper le 3      rang national pour la logistique et le tourisme
progresse plus fortement que les autres secteurs d'activité.

         Les performances globales socio-économiques
                                                                            ème
         Le Nord - Pas-de-Calais contribue à 5,3 % du PIB national, 4         derrière l'Ile-de-France (29
%), Rhône-Alpes (10 %) et PACA (7 %), ces quatre régions produisant à elles seules plus de la moitié
de la richesse nationale. Mais cette contribution n'est que le résultat d'un poids démographique élevé,
                      ème                                  ème
la région étant au 12     rang pour le PIB/emploi et au 20     rang pour le PIB/habitant.

PIB ( 2002)                            NPDC               France     NPDC/France
Total (milliards d'euros)               80,0              1.497         5,3 %
PIB/hab (euros)                        19.835             25.153       0,79 %
PIB/emploi (euros)                     55.355             61.374       0,90 %

        Le Nord – Pas-de-Calais avec 73,6 milliards d’euros apporte 5,3 % de la valeur ajoutée brute
métropolitaine. Elle reste encore traditionnellement industrielle avec un poids du secondaire de 6
points supérieur et des services non marchands de 8 points inférieur à la moyenne nationale. La part
de la valeur ajoutée des services administratifs est, quant à elle, plus importante qu’au niveau national
et en progression depuis dix ans.

Répartition de la val. ajoutée brute (%)             NPDC     France
Agriculture                                            2,0      2,6
I.A.A. - Industrie                                    25,2     19,5
Construction                                           4,6      4,9
Services marchands                                    44,7     52,7
Services administratifs                               23,4     20,3



          La démographie des entreprises
    • 120.000 établissements dont 80 % dans le secteur tertiaire,
    • une forte concentration de l’emploi salarié dans peu d’établissements (40 % des effectifs dans 2
     % des établissements, contre respectivement 70 % et 10 % en France),
    • une taille moyenne des entreprises plus importante (10,4 salariés/établissement contre 8,4 en
        moyenne nationale).
    • une région très attractive pour les investissements étrangers tant pour le nombre de projets (48
     soit 11 % du total national, en seconde place derrière l'Ile-de-France) que pour le nombre
     d'emplois (plus de 2.500 soit 11 % de l'ensemble, en troisième place derrière Rhône-Alpes et
     l’Ile-de-France).
    • mais une faible création d’entreprises avec seulement 3,7 % du total national


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 8 sur 194
         1.1.3     secteurs agricole, sylvicole et agroalimentaire

    Le Nord - Pas-de-Calais est une grande région agricole.

         * La région compte 12 600 exploitations professionnelles parmi les 18 000 recensées et
des modèles d'exploitations et de productions très diversifiées. 850 000 hectares sont consacrés
à l’agriculture dont 20 % en prairies, 42 % en céréales, 8% en cultures fourragères, 7% en betteraves,
5% en pomme de terre, 4% en légumes et 4% en oléoprotéagineux. Les terres arables progressent,
tandis que la (STH) Surface Toujours en herbe continue de diminuer (20 % en moins en 12 ans), ainsi
que l'élevage bovin laitier et porcin.

         La surface agricole utile (SAU) moyenne est de 55 hectares, sachant que 37 % des
exploitations se situent au-dessus de cette surface. Seules 25 % des terres sont en mode de faire
valoir direct. La tendance est à l'augmentation des surfaces cultivées et des superficies des
exploitations mais les systèmes de grandes cultures céréalières ne représentent que 40 % des
exploitations, et les modèles de productions restent complexes et diversifiés ; l'élevage "herbivore"
(bovins laitiers essentiellement, mais aussi bovin allaitant et ovin dans une moindre mesure) demeure
une spéculation principale sur plus de 41 % des exploitations (19 % en système bovin pur et 22 % en
système grandes cultures / élevage). Des systèmes mixtes de polyculture et polyélevage sont
également présents de manière significative tandis que les cultures spéciales (horticulture, vergers)
sont présentes de manière relativement dispersées sur le territoire régional. A côté des exploitations à
forte performance économique (cultures industrielles, cultures légumières de plein champ, et/ou
production laitière) apparaissent de nouveaux modèles d'exploitations polyvalentes (vente directe,
agriculture de service), adaptées en zone périurbaine ou touristique. Le mode production en
agriculture biologique n’a pas encore connu le développement escompté dans la précédente
programmation (150 producteurs sur un objectif de 500 et un dispositif de soutien de l’Etat à l’animation
tant professionnelle qu’interprofessionnelle de 210 000 euros par an sur un total filière de 800 000).
Cela est en partie imputable aux aléas liés aux dispositifs d’aides (contrat territorial d'exploitation -
CTE-, contrat d'agriculture durable -CAD-) mais également aux difficultés de constitution de filière.
La région est le berceau de 5 races locales (Bleue du Nord et Rouge Flamande pour les bovins, Trait
du Nord et Boulonnais pour les équins et Boulonnais pour les ovins) qui avaient bénéficié avec succès
(296 éleveurs pour un effectif total de 2 574 unités gros bovins -UGB-, augmentation concomitante
des adhésions aux associations de races et à leur programme technique, …) du dispositif des
mesures agroenvironnementales - MAE races menacées, entre 1994 et 1999. Les aléas des
dispositifs qui ont suivi ont interrompu cet élan et cela continue de susciter beaucoup d’inquiétudes
chez les éleveurs et leurs associations de race.

         * Le chiffre d'affaires de l'agriculture est de 2,8 milliards d'euros (2/3 végétal, 1/3 animal,
                                         ème
plaçant le Nord - Pas-de-Calais en 13        position des régions françaises). 4 productions constituent
environ les 2/3 du chiffre d'affaires agricole avec des niveaux variables selon les années : céréales
(18 - 20 %), lait (16 - 18 %), pommes de terre (10 - 12 %), légumes (11 -12 %). Les autres productions
: cultures industrielles (betteraves et oléoprotéagineux), viande (bovine et porcine), petits élevages et
cultures spéciales sont également présents de manière significative.

       * La région est dans le peloton de tête pour de nombreuses activités :
       - 4ème pour la production de céréales, 1ère pour le travail du grain (11 établissements - près
de 4 000 salariés, groupes Unéal, Nord Négoce),
       - 3ème région betteravière, (17% de la production française, 7 sucreries, plus de 1 000
emplois, groupe Téréos),
       - 1ère région française pour la pomme de terre (3 établissements, 1 080 salariés, groupe Mac
Cain, Negonor),
       - 3ème région légumière dont 1ière région de production d'endives (plus de 1 700 salariés,
groupes Bonduelle, Daucy, ..),
       - 5ème région laitière (17 établissements de collecte et transformation, 2 500 salariés,
groupes Yoplait, Haagen Dasz, ...),

         * Le Nord - Pas-de-Calais est une des toutes premières régions agroalimentaires
françaises. C'est au moins 450 entreprises ou établissements productifs de plus de 10 salariés
développant un chiffre d'affaires en 1999 de 15,5 milliards d'euros et occupant près de 35.000
salariés. Par son chiffre d'affaires, la région est la deuxième région agroalimentaire française. Elle est
devancée par la région Ile de France (26,5 milliards d'euros) mais précède très largement la Bretagne
(11,3 milliards d'euros), les Pays de la Loire (7,9 milliards d'euros) et la région Rhône Alpes (7,8
milliards d'euros). Elle contribue à hauteur de 14 % du chiffre d'affaires des I.A.A. nationales.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 9 sur 194
                Le chiffre d'affaires réalisé par salarié dans l'industrie agroalimentaire régionale se
situe au plus haut niveau français : 467 Keuros par salarié (contre 260 Keuros par salarié en région Ile
de France), ce qui souligne la forte productivité des entreprises agroalimentaires régionales.
L'industrie agroalimentaire régionale contribue à hauteur de 6,7 % des exportations des I.A.A.
nationales avec un chiffre d'affaires en 1999 de 812,7 millions d'euros. Elle se situe en cinquième
position devancée par les régions Ile-de-France, Champagne-Ardenne, Bretagne et Rhône-Alpes. Elle
réalise 9 à 10 % des investissements des I.A.A. nationales et se positionne au tout premier rang.

                 Cette position régionale a permis la labellisation de deux Pôles de Compétitivité, le
pôle nutrition-santé et le pôle aquacole.

         * L'industrie agroalimentaire du Nord - Pas-de-Calais est extrêmement diversifiée
La région occupe une place significative, voire une position leader pour un grand nombre de
productions alimentaires. En effet, la région développe des activités céréalière, betteravière,
légumière et laitière qui ont permis d'asseoir une industrie de base (sucrerie - distillerie - meunerie -
laiterie - malterie - conserverie et surgélation de légumes et produits de pommes de terre), de la
compléter par des activités industrielles de seconde et de troisième transformation (biscuiterie -
biscotterie - panification industrielle - chocolaterie - confiserie de sucre - charcuterie - aliments pour
animaux de compagnie - brasserie) et de la diversifier (trituration de graines oléagineuses - raffinage
des huiles et corps gras - fabrication de levures - production d'enzymes industrielles de fermentation -
production d'amidons et de produits dérivés - fabrication de boissons alcoolisées et non alcoolisées). Il
s'y ajoute l'activité de transformation des produits de la mer, générée par le premier port de pêche
français et premier centre européen de transformation de Boulogne-sur-Mer, position reconnue à
travers la labellisation d'un Pôle de Compétitivité. Ces positions fortes sont cependant
contrebalancées par la faiblesse relative de certains secteurs d'activité : (abattages et fabrications
d'aliments pour le bétail).

         * Le tissu agroalimentaire est constitué à 75 % par des PME
Menacé par les concentrations et les restructurations industrielles, cet ensemble de PME - PMI
manque bien souvent de fonds propres pour se développer. A côté de ces PME voisinent de grandes
entreprises et des établissements importants de groupes de dimension nationale, européenne ou
internationale.

       * La répartition spatiale est très urbaine et centrée principalement sur la métropole
Nord et le bassin minier
La métropole Nord constitue le premier pôle agroalimentaire de la région. Le bassin minier est le
second pôle agroalimentaire régional. Boulogne-sur-Mer est le troisième pôle agroalimentaire régional
(produits de la mer).

         * La région est marquée par une forte internationalisation des activités agroalimentaires
En 1999, 80 % des établissements de l'industrie agroalimentaire régionale ont leur siège dans la
région. 75 établissements représentant 12.500 emplois soit 16,6 % des établissements régionaux et
37 % des emplois des IAA régionales sont contrôlés par des capitaux étrangers. La présence des
firmes étrangères sur le territoire régional souligne l'attractivité internationale du Nord - Pas-de-Calais
par son positionnement sur les grands marchés nord-européens.

       * Le relatif déficit de notoriété du patrimoine alimentaire et de la gastronomie régionale
motive les Collectivités Territoriales en faveur de démarches structurantes de valorisation et
de promotion afin de reconquérir le marché régional.

         * Les entreprises d’exploitation forestière sont petites et dispersées, en relation avec le
faible taux de boisement régional.
En 2004, 198 entreprises d’exploitation forestière (dont 47 avec scierie) ont été recensées dans la
Région. Elles occupent en moyenne un salarié permanent et la récolte (340.000 m3 en 2005) est
orientée à 30 % en bois d’industrie, 55 % en bois d’œuvre. Leur dispersion et leur très petite taille
justifient un soutien à la modernisation ciblé sur l’amélioration des conditions de travail et sur des
investissements permettant d’améliorer la qualité de l’exploitation au plan de l’environnement ainsi
que la qualité et la rentabilité de la récolte.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 10 sur 194
         1.1.4     gestion des terres et qualité de l’environnement

         * Des sites naturels morcelés
Conséquence de la densité de population et du développement des activités industrielles et
économiques, le Nord - Pas-de-Calais est l'une des régions françaises les plus artificialisées (14,5 %
du territoire) et présentant la plus faible part d'espaces naturels (12,3 %) selon l'enquête "Territoires"
nationale (source = Terruti 2002).

       Les forêts classées parmi les espaces naturels représentent 9 % du territoire (région la moins
boisée de France), les autres espaces naturels étant essentiellement les espaces littoraux et zones
humides, ou les anciennes carrières et terrils.

          La protection des biotopes sensibles à travers les sites Natura 2000 est limitée (2,7 % du
territoire classé) : les espaces naturels de la région sont très morcelés et 37 sites Natura 2000
d'importance communautaire ont été proposés, 28 sites habitat et 9 sites oiseaux. 40 % des DOCOB
(documents d’objectifs) ont été lancés, dont 9 sont finalisés et sont en cours d’animation ou font l’objet
de contrats. Le détroit du Pas-de-Calais et les milieux humides des zones basses et du littoral
constituent par ailleurs un couloir de migration majeur pour les oiseaux.

         La préservation des sites "naturels" se conjugue, avec la préservation du paysage : bocage,
prairies humides et coteaux calcaires ont fait l'objet de MAE locales au cours de la période 1994 -
2006, dans le cadre ou non de CTE ou de CAD, et les Parcs Naturels Régionaux ont notamment
contribué à leur mise en œuvre. Le boisement des terres agricoles et la bonne gestion forestière avec
maintien de la diversité des peuplements ont été l'objet de soutien national et européen dans le cadre
des deux derniers plans (zone Objectif 1 notamment).




        * Une région classée zone vulnérable en totalité
La fragilité de la Mer du Nord au plan écologique, la concentration en éléments polluants (dont
éléments azotés ou phosphorés) des rivières qui se jettent en Manche et Mer du Nord, et les teneurs
en nitrates des nappes d'eaux souterraines qui augmentent depuis une dizaine d'années d'environ 1
mg/l et par an, ont entraîné le classement de l'ensemble de la région en zone vulnérable.

        Ce classement n'est pas sans conséquence sur l'agriculture régionale, hautement productive,
qui doit poursuivre ses efforts de réduction des apports azotés (respect de la mise aux normes et
maîtrise des pollutions liées aux effluents des élevages), de bonne gestion des épandages et de

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 11 sur 194
limitation des engrais. La qualité des eaux souterraines et des eaux de surface nécessite également
une utilisation raisonnée des produits phytosanitaires, tant par les agriculteurs que par les
gestionnaires des espaces collectifs (rôle Groupe Régional d’Action contre la Pollution Phytosanitaire
de l’Eau :G.R.A.P.P.E.).

         Pour l’eau, le Comité de bassin a retenu l'hypothèse d'une poursuite des réductions
constatées à la fois des consommations d'eau et des rejets polluants des collectivités et des
industries, et d'une réduction progressive des pollutions émises par l'agriculture. Concernant les
autres enjeux, les sols, bien qu'en général d'excellente qualité agronomique sont en général dans les
zones de grande culture appauvris en matière organique et localement sensibles à l'érosion. La
préservation des sites "naturels" se conjugue avec la préservation du paysage : bocage, prairies
humides et coteaux calcaires notamment dans les Parcs Naturels Régionaux. Enfin, une priorité
consiste également à aider les contrats Natura 2000 en forêt.


         1.1.5     économie rurale et qualité de vie

        * Le tableau des données chiffrées (point 1.1 du diagnostic régional) met en évidence la
prédominance urbaine de la région et l’absence de zones à prédominance rurale.
Les territoires plus ruraux du Nord – Pas-de-Calais sont ainsi marqués par la proximité urbaine et la
densité de population. Le tableau montre également la prédominance du territoire agricole dans le
paysage régional, et la pression foncière est forte sur ces terres en majorité fertiles et qui ont
développé un fort niveau de productivité qui compense les charges foncières.

         La densité de population n‘est jamais très faible sur l’ensemble des territoires, et les zones les
plus excentrées ont accueilli des résidents secondaires et des retraités. Les urbains occupent de plus
en plus la campagne, considérée comme un espace naturel de détente, et les conflits sont fréquents
entre les actifs agricoles et les nouveaux ruraux venus de la ville. Par ailleurs, la faible couverture
forestière (bien qu’en évolution positive depuis 1994) doit tenir compte de la forte fréquentation du
public.

         Compte tenu de cette forte présence urbaine, les services ne sont jamais très éloignés pour
les populations les plus rurales, en comparaison avec le reste de la France. Par contre, les zones
péri-urbaines et rurales à la périphérie des grandes agglomérations peuvent souffrir d’un déficit relatif
de services, eu égard au nombre d’usagers. Ainsi le P.N.R. de la Plaine de la Scarpe et de l’Escaut a-
t-il souhaité, dans le cadre du programme LEADER II, mieux répartir les soutiens publics au profit des
populations périurbaines défavorisées de la périphérie de l’ex Bassin Minier Ouest.

         Les activités artisanales et touristiques (tourisme de proximité ) sont diversifiées en raison de
la densité de population. Les préoccupations des urbains vis-à-vis du milieu rural portent sur
l’environnement, les paysages, et le patrimoine, après les questions omniprésentes d’insertion
sociale, d’emploi et de logement, qui ont été traitées dans le passé en partie dans le cadre des
programmes européens FEDER – FSE.

         L’agriculture et la forêt doivent tenir compte des contraintes de la proximité urbaine et
industrielle, et sont faiblement représentées dans les instances communales et très peu dans les
instances territoriales. A contrario, cette proximité urbaine constitue une demande à laquelle peuvent
répondre les exploitations en diversifiant leurs activités : transformation à la ferme et vente directe,
service d’accueil de publics divers, tourisme rural, entretien des espaces naturels et ruraux, mise en
valeur de l’environnement, gestion des déchets. L’agriculture peut s’associer à d’autres secteurs
(artisanat, tourisme) pour valoriser les ressources locales et maintenir un tissu rural actif contribuant
au maintien du patrimoine culturel. Les fêtes et manifestations en milieu rural sont nombreuses et leur
forte fréquentation témoigne de l’attrait que constitue sa campagne pour le citadin régional.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 12 sur 194
         1.1.6     organisation des territoires

Suite à la parution en 1999 des textes de loi fondateurs Loi Voynet puis Loi Chevènement et Loi
Solidarité et Renouvellement Urbain, l'ensemble des territoires ruraux du Nord - Pas-de-Calais ont
entrepris des démarches volontaires pour s'inscrire dans les structurations proposées par les
partenaires institutionnels : Contrats de Développement Rural dans le précédent C.P.E.R. et
démarches de Pays sur la période 2000 - 2006.
Le territoire rural du Nord - Pas-de-Calais s'est structuré au cours du Contrat de Plan précédent
jusqu'en 2000 (politique active du Conseil Régional, et orientations de la loi PASQUA) en "Contrats de
Développement Ruraux" (C.D.R.), généralement limités au regroupement de 2 à 3 communautés de
communes. A l'issue du précédent Contrat de Plan, 21 C.D.R. étaient constitués, sur des territoires
correspondant à des "bassins de vie" (territoire de proximité pour les résidents avec comme finalité les
services à la population et le cadre de vie). Les Contrats de Développement Rural arrivés à échéance
le 31/12/03 ont dû se regrouper ou s'étendre pour constituer les Pays, avec une dimension axée aussi
sur les bassins d'emploi, les activités économiques et les flux migratoires quotidiens ; la labellisation a
donc été tardive.


Les 12 pays sont :

    Pays Cœur de Flandre ,
Constitué par les Communautés de communes des Monts de Flandre – Plaine de la Lys,
Communauté rurale des Monts des Flandres, Communauté de communes du Pays des Géants, la
Communauté de communes de l’Houtland, la Communauté de communes Flandre Lys et les villes
associées d’Hazebrouck, de Wallers, Wallers Cappel et Blaringhem.

    Pays du Cambrésis
Constitué par La Communauté d’Agglo de Cambrai, les communautés de Communes de Carnières
Sud, la Communauté de communes de l’Enclave, la Communauté de commune ‘Espace Sud
Cambrésis’, la Communauté de communes ‘Est cambrésis’, la Communauté de commune ’Haute
sambre-Bois l’évéque’, la Communauté de communes ‘Oeust cambrésis’, la Communauté de
communes du Pays de Matisse, la Communauté de communes Solesmois, la Communauté de
communes Sensescaut, la Communauté de communes Sud cambrésis, la Communauté de
communes Sud cambrésis, la Communauté de communes de la Vacquerie, la Communauté de
communes de Vinchy
Et les villes associées d’Avesnes les aubert, de Maniéres et Villers Outreaux.
Leurs orientations stratégiques sont contenues dans le contrat signé le 20 Décembre 2004.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 13 sur 194
     Pays de Sambre Avesnois
Constitué par l’Agglo Maubeuge Val de Sambre, la Communauté de communes Sambre Avesnois,
Action Fourmies, la Communauté de communes du Pays d’Avesnes, la Communauté de communes
du Pays Quercitain, la Communauté de communes Normal Maroilles , la Communauté de communes
du Bavaisis, la Communauté de communes de la vallée de la Solre, de la thure et de l’helpe, la
Communauté de communes des vallées de l’Aunelle et de la Rhonelle, le Guide u Pays de Trélon, la
Communauté de communes Nord Maubeuge, la Communauté de communes Frontalière nord –est
avesnois et la ville associée de La Longuevielle
Les orientations stratégiques ont été contractualisées le 15 Décembre 2004.

     Pays des moulins de Flandre
Constitué par la Communauté de communes de l’Yser, la Communauté de communes de la Colme, la
Communauté de communes du Canton de Bergues, la Communauté de communes de Flandre, la
Communauté de communes du Pays de Cassel, et la ville associée de Watten
Les orientations stratégiques ont été contractualisées le 15 Décembre 2004.

     Pays d’Artois
Constitué par la Communauté urbaine d’Arras, la Communauté de communes de l’Artois, la
Communauté de communes de l’Atrébatie, la Communauté de communes de Bapaume, la
Communauté de communes de Bertincourt, la Communauté de communes de Bertincourt, la
Communauté de communes de Marquion, la Communauté de communes d’Osartis, la Communauté
de commune de Pas en artois, la Communauté de communes du Sud Arrageois, la Communauté de
communes du Val de Gy, la Communauté de communes des vertes vallées, la Communauté de
communes des Villages solidaires.
Leurs orientations stratégiques sont contenues dans le contrat signé le 20 Décembre 2004.

     Pays du Boulonnais
Constitué par la Communauté d’agglo du Boulonnais, la communauté de communes du Pays de la
faïence de Desvres, la Communauté de communes de la terre des deux caps, la Communauté de
communes de Samer et environs.

     Pays du Calaisis
Constitué par la Communauté d’agglo du Calaisis, la Communauté de la région d’Ardres et la vallée
de la Hem, la Communauté de communes du Sud Ouest du Calaisis, la Communauté des Trois Pays,
la Communauté de la région d’Audruicq.
Leurs orientations stratégiques sont contenues dans le contrat signé le 8 Décembre 2004.

     Pays du Ternois
Constitué par la Communauté de communes du Pays d’Heuchin, la Communauté de communes du
Pernois, la Communauté de communes de la Région de Frévent, la Communauté de communes
Auxillois, la Communauté de communes du Saint Polois
Les orientations stratégiques ont été contractualisées le 15 Janvier 2005.

     Pays des sept vallées
Constitués par la Communauté de communes du Val de canches et de l’Authie, la Communauté de
communes Hesdinois, la Communauté de communes du canton de Fruges, la Communauté de
communes de Canche Ternoise
Les orientations stratégiques ont été contractualisées le 9 Décembre 2004.

     Pays de Saint Omer
Constitué par la Communauté d’agglo de Saint Omer, la Communauté de communes du Pays d’Aire,
la Communauté de communes du Canton de Fauquembergues, la Communauté de communes du
Pays de Lumbres, la Communauté de communes de la Morinie
Les orientations stratégiques ont été contractualisées le 15 Décembre 2004.

        Le Pays Maritime et Rural du Montreuillois

     Le Pays de la Lys Romane
(dont le périmètre a été accepté le 24 janvier 2007)
Constitué de la Communauté de communes Artois-Flandre et de la communauté de communes Artois
Lys. Par ailleurs la communauté de communes Artois Lys a constitué un GAL au titre de LEADER+ .

La plupart de ces territoires ont un caractère périurbain.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 14 sur 194
        Il reste encore des territoires ruraux non inscrits dans la démarche de Pays : Sud et frange
ouest de la Communauté d'Agglomération de Lille Métropole (dont Weppes, Pévèle, Est Douaisis et
Plaine de la Scarpe en grande partie incluse dans un Parc naturel régional).

       * Trois Parcs Naturels Régionaux sont depuis longtemps acteurs ruraux et périurbains, alliant
préservation du patrimoine naturel et culturel et développement économique et social : ce sont les
Parcs Naturels des Caps et Marais d'Opale, de Scarpe-Escaut, de l'Avesnois.

         * L'ensemble de la région est organisé par ailleurs autour des centres villes en communautés
de communes, communautés urbaines et communautés d'agglomération, et en territoires plus larges
à enjeux thématiques : 83 communautés de communes, 11 communautés d'agglomérations et 3
communautés urbaines, et aussi le Syndicat Mixte de la Côte d'Opale - S.M.C.O., structurant le littoral,
qui est l'une des 2 aires géographiques métropolitaines de la région, l'autre étant l'aire métropolitaine
de Lille et de l'ex-bassin minier.


Sur la période 2000-2006, un seul territoire a présenté une candidature au titre de LEADER+ : Le GAL
Artois-Lys regroupant les 21 communes d’une communauté de communes proche de l’agglomération
du Béthunois. Il a disposé d’un budget du Feoga G de plus de plus de 1 million d’euros et a développé
un programme d’actions axé sur la valorisation des ressources naturelles et culturelles du territoire.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 15 sur 194
                 1.1.7     conclusions : objectifs de la programmation


Domaine                        Forces                             Faiblesses                            Objectifs à atteindre

Agriculture                    Diversité des systèmes             Difficile intégration de l’activité   Conforter l’ensemble de
                               d’exploitation ce qui traduit      agricole en milieu péri-urbain et     l’activité agricole dans le
                               une aptitude à l’adaptation aux    extensifications limitées par la      respect des enjeux
                               contraintes                        pression foncière.                    environnement et qualité,
                                                                                                        notamment par la formation des
                                                                                                        actifs
                                                                  Fragilités diverses de
                                                                  nombreuses exploitations du fait      Conforter les exploitations de
                                                                  des évolutions de la PAC              petite taille et créer de
                                                                                                        nouveaux modèles

                                                                  Certains sols devenus impropres       Développer les débouchés non
                                                                  aux cultures alimentaires.            alimentaires (énergétiques, …)

                                                                  Manque d'eau pour l'irrigation
                                                                  des cultures spécialisées.
IAA                            Forte présence des IAA dans        Fragilité des PME / PMI :             Accompagner les IAA dans
                               le tissu industriel régional       concentrations et restructurations    leurs démarches d’innovation et
                               diversité des entreprises          Faiblesse des filières viande et      de modernisation.
                               (secteurs d'activité et taille)    fragilité de l'organisation
                                                                  économique en légumes, en
                                                                  dépit de l'OCM.
                                                                  Déficit de notoriété de la
                                                                  gastronomie
Forêt                          Taille artisanale des              Entreprises d’exploitation            Soutenir l’investissement des
                               entreprises qui devrait            forestière peu modernisées,           entreprises, à des fins de
                               permettre une adaptation des       recours à des entreprises parfois     modernisation et d’amélioration
                               prestations à des petits           éloignées                             des conditions de travail ainsi
                               chantiers de proximité                                                   que d’amélioration de la
                               exigeants en qualité                                                     mobilisation des bois
Environnement
                               Forte attente de la population     Régression du bocage et des           Préserver le paysage agricole
                               dans le domaine de                 prairies humides. Morcellement        de qualité et les sites agricoles
                               l’environnement notamment en       des sites Natura 2000                 et forestiers Natura 2000 (MAE
                               matière de paysage                 Faible couverture forestière          Natura 2000 – MAE Paysage)



                               Sensibilité croissante de la       Erosion des sols et dégradation       Réduire l'impact des activités
                               profession agricole aux            de la qualité des eaux                agricoles sur l'environnement,
                               impacts des activités              Région classée zone vulnérable        notamment pour l'érosion et la
                               agricoles, notamment aux                                                 qualité de l'eau (MAE eau et
                               problèmes de l’érosion des                                               érosion)
                               sols et de la qualité de l’eau

                               Forte occupation de l’espace       Races locales et végétaux             Soutenir l’agriculture biologique
                               par l’agriculture, intérêt de la   traditionnels en régression,          et la protection des races
                               population pour la production      agriculture biologique peu            menacées et végétaux
                               biologique, et pour son            développée                            menacés.
                               patrimoine (animal et végétal)




        DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                  Page 16 sur 194
Economie rurale
                               Une population urbanisée           Revenu du travail modeste dans       Encourager la diversification sur
                               constituant une clientèle          de nombreuses exploitations.         les exploitations pour maintenir
                               importante pour les produits et                                         ou développer l’emploi et
                               les services ruraux de              Sous-emploi et chômage élevés       assurer la viabilité de
                               proximité.                         sur l’ensemble du territoire         l’entreprise agricole
                                                                  régional
                               Une population jeune, ouverte
                               à la création de nouvelles
                               activités, notamment sur les
                               exploitations agricoles.


                               Qualité de vie et paysages en      Forte densité de population,      Contribuer à la préservation des
                               zone rurale attirant les publics   risque pour les espaces naturels. sites Natura 2000
                               urbains.
                                                                  Surfaces boisées faibles et          Favoriser les chartes forestières
                                                                  fortement fréquentées, propriété     et les stratégies locales de
                                                                  morcelée                             développement et d'accueil en
                                                                                                       forêt.

approche LEADER :              Présence de trois PNR et d’un      Territoires ruraux avant tout
diagnostic et orientations     GAL                                périurbains.                         Favoriser la protection et la
sur le territoire rural        Proximité des centres urbains                                           promotion du patrimoine naturel
régional non obligatoires      offrant commerces et services      Conflits fréquents entre             et culturel, en intégrant un volet
pour la démarche locale                                           agriculteurs et néo-ruraux.          agricole ou forestier et
ascendante Leader              Population urbaine régionale       Faible représentation de             l’approche Natura 2000 .
                               attachée à ses paysages et à       l'agriculture dans les territoires   Ouvrir le dispositif LEADER en
                               son patrimoine rural.              ruraux ou urbains.                   faveur des milieux ruraux à des
                                                                  Morcellement des sites Natura        zones fortement peuplées (*)
                                                                  2000

        (*) Compte tenu de la spécificité régionale en matière d'urbanisation (cf. repères chiffres tableau 1.1.1), les
        territoires organisés candidats à LEADER bénéficieront d'une dérogation au seuil des 150.000 habitants, à la
        condition que leur programme soit ciblé exclusivement en faveur des territoires périurbains et ruraux. et /ou un
        territoire candidat à LEADER pourra être présenté sans comptabiliser les habitants d’agglomérations
        urbaines pour ne pas dépasser le seuil des 150 000 habitants.



        1.2 Politiques d’intervention des pouvoirs publics

               * Dans le Schéma Régional de Développement Economique (2007-2013)
        Le Conseil Régional s'inscrit volontairement dans le processus de décentralisation, affirmant sa
        responsabilité en matière de développement économique et sa volonté de gouvernance et de
        concertation large avec l'ensemble des acteurs socio-économiques.

                 Il se positionne pour "un développement économique qui place l'homme au cœur de toutes les
        ambitions", accompagnant les projets économiques dotés d'un volet social et environnemental de
        qualité, soutenant des pôles d'excellence économique sur tous les territoires, poursuivant l'effort en
        environnement et santé avec les acteurs économiques et la recherche, et associant la formation à
        toutes les étapes.

                Il s'appuiera sur des pratiques stratégiques et collectives déjà bien ancrées en matière de
        services et d'emplois, de commerce et d'artisanat, de dynamisation des bases industrielles régionales.

                 L'objectif est de poursuivre la construction d'une grande région économique en Europe, avec
        les priorités suivantes :

                  1. Accompagner la création et la transmission d'activités (notamment PME/PMI compte tenu
                     du vieillissement des chefs d'entreprise),
                  2. Structurer le territoire régional autour de pôles d'excellence économique (dont IAA, ainsi
                     que nutrition-santé, logistique, distribution, et pôle halieutique),
                  3. Placer l'innovation, la recherche fondamentale et sa valorisation au cœur des priorités
                     pour accélérer la mutation de l'économie régionale,

        DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                 Page 17 sur 194
         4. Aider l'anticipation, clé de la réussite économique (veille stratégique avec l'Agence de
            Diffusion de l'Information),
         5. Repenser l'action économique du Nord - Pas-de-Calais à l'international (notamment
            export des PME/PMI à conforter ou initier, et coopération CE),
         6. Mobiliser et coordonner les outils financiers au service du développement économique
            régional (FINORPA : Financière du Nord Pas de Calais),
         7. Faire du Nord - Pas-de-Calais une région hautement avancée dans les Technologies de
            l'Information et de la Communication.
         8. Promouvoir une Région solidaire et attentive à l'équilibre entre les territoires (PLIE : Plan
            Local pour l'Insertion et l'Emploi).

* Le projet d'action stratégique de l'Etat en Région (2007-2013) est axé sur l'économique,
l'environnement et le social avec les objectifs suivants :

          Poursuivre la conversion de la région dans une ambition de développement durable
         promouvoir un nouveau projet économique régional créateur d'emploi, ouvrir l'économie sur
         l'extérieur, poursuivre les échanges, protéger et gérer l'espace et les ressources naturelles.
          Renforcer la cohésion sociale
         intensifier la lutte contre le chômage et l'exclusion, des politiques spécifiques à destination des
         jeunes,mener une politique éducation du développement.
          Contribuer à l'épanouissement culturel et social de tous
         Garantir une formation de qualité, développer l'offre d'activités culturelles et sportives, corriger
         les inégalités devant la santé, améliorer les logements et leur environnement urbain.
          Préparer l'avenir
         Renforcer la recherche et l'innovation, faire du Nord - Pas-de-Calais une région de pointe
         dans le domaine des TIC.

* Le projet de Contrat de Projets (2007-2013) en cours décline également les enjeux économiques
et sociaux, ainsi que territoriaux

          Agir pour l'emploi en construisant une grande région économique en Europe
         recherche ; création et transmission des entreprises ; développement de l'intelligence
         économique ; tourisme ; politique d’installation agricole et agriculture de qualité ;
         modernisation de la filière pêche.
          Développer la solidarité
         Politique de la ville ; développement de la citoyenneté ; amélioration de l'état de santé de la
         population ; accès du plus grand nombre à l'éducation, à la culture et au sport.
          Valoriser et mettre en réseau les territoires
         NTIC ; rééquilibrage des différents modes de transport ; achèvement de la réhabilitation des
         cités minières et du traitement des séquelles minières ; favoriser l'ingénierie et soutenir le
         projet de développement local; modernisation et adaptation des entreprises d’exploitation
         forestière.

         * Le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux du bassin Artois -
                                                                er
Picardie (SDAGE) a été approuvé par arrêté préfectoral du 1 décembre 1996. Il a impliqué un grand
nombre de partenaires dans le cadre de son élaboration et cela a abouti à un consensus général des
orientations structurées autour de six grands thèmes : la gestion quantitative de la ressource, la
gestion qualitative de la ressource, la gestion et la protection des milieux aquatiques, la gestion des
risques, le bassin minier, la gestion intégrée. Le SDAGE est en cours de révision pour être mis en
             er
œuvre au 1 janvier 2009 (mise en conformité par rapport aux directives européennes et nationales,
                         ème                                                                  er
notamment DCE). Le 9         programme d'intervention de l'Agence de l'Eau a démarré au 1 janvier
2007 (2007-2012) : il est conçu pour répondre aux obligations des directives européennes et pour
développer de nouveaux domaines d’intervention en concourant fortement à l’objectif de bon état des
eaux aux échéances 2015 et suivantes fixées par la DCE (dont notamment la diminution des
pollutions, les économies d’eau et l’entretien écologique des cours d’eau).

         * En résumé l'agriculture est abordée avec des enjeux qualité (sanitaire et
environnementale) et emploi (installation) dans le projet en cours d'élaboration du C.P.E.R. (Contrat
de Projet (2007-2013)) et des enjeux qualité de l'eau dans le SDAGE. L’équipement des entreprises
forestières et les aménagements pour l’exploitation forestière à des fins d’amélioration des conditions
de travail, de qualité et d’environnement sont prévus dans le volet territorial du CPER. Dans le SRDE
et les stratégies de l'Etat, l’agriculture apparaît indirectement, notamment par l'intermédiaire de son
aval agroalimentaire, et avec des stratégies relatives à l'emploi, à l'exportation et à la santé.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 18 sur 194
                  2 Stratégie régionale pour la mise en œuvre du FEADER




2.1 Principales priorités d’actions

Axe 1
Les priorités retenues par la région Nord Pas-de-Calais pour l’axe 1 portent essentiellement sur la
modernisation des exploitations agricoles avec le soutien au Plan de modernisation des bâtiments
d’élevage, le Plan Végétal pour l’environnement et le dispositif de modernisation des petites
exploitations. Le soutien aux industries agroalimentaires est également une priorité régionale.
Axe 2
Les mesures agroenvironnementales seront ciblées sur l’enjeu eau (MAE DCE) et les autres enjeux.
Pour l’eau, le Comité de bassin a retenu l'hypothèse d'une poursuite des réductions constatées à la
fois des consommations d'eau et des rejets polluants des collectivités et des industries, et d'une
réduction progressive des pollutions émises par l'agriculture. Concernant les autres enjeux, les sols,
bien qu'en général d'excellente qualité agronomique sont en général dans les zones de grande culture
appauvris en matière organique et localement sensibles à l'érosion. La préservation des sites
"naturels" se conjugue avec la préservation du paysage : bocage, prairies humides et coteaux
calcaires notamment dans les Parcs Naturels Régionaux. Enfin, une priorité consiste également à
aider les contrats Natura 2000 en forêt.
Axe 3
Concernant l’axe 3, les enjeux portent sur la diversification non agricole des exploitations agricoles, la
conservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel (limité au cadre LEADER ainsi que les
dispositifs relatifs à Natura 2000), et sur le développement local en forêt


2.2 Déclinaison des objectifs en mesures et en dispositifs

Conformément au diagnostic régional et aux stratégies régionales soulignées dans le cadre de
l'examen du projet de PSN, les grands objectifs régionaux sont déclinés dans les différents axes et
mesures ouvertes au plan régional, et dans des volets régionaux complémentaires (hors FEADER) de
la manière suivante :




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 19 sur 194
                          Amélioration de la compétitivité des secteurs agricoles et forestiers
                                                                                             Dispositifs
     Eléments de diagnostic                 Objectif stratégique
                                                                                     Nom                 Mesure FEADER
- diversité des systèmes             adaptation des divers systèmes
d'exploitation                      d'exploitation aux nouveaux enjeux :
- fragilité des élevages suite à la - évolution de la PAC :
PAC                                  pérennité des élevages                        PMBE                      121
- Nord - Pas-de-Calais zone          écoconditionnalité et qualité                  PVE                      121
vulnérable (DCE)                         de l'eau
                                     compétitivité et adaptation des    Modernisation des petites            121
                                         divers systèmes d'exploitation          exploitations
                                         des petites exploitations
- taux de renouvellement des        - renouvellement des exploitations        Diversification des           121 + 311
exploitations faible et             et création de nouveaux modèles              exploitations
perspectives de départs en                                                    Accompagnement                   112
retraite massifs                                                               de l'installation                 /
Importance des IAA dans le           amélioration de la qualité sur      investissement des PME
                                                                                               ère
tissu industriel régional           l'ensemble des filières, diffusion de      secteur IAA 1
                                    l'innovation process et produits            transformation                 123
                                    alimentaires, et développement
                                    des débouchés agroalimentaires          (autres secteurs IAA)            (FEDER)
Sols pollués                         développement des débouchés
                                    non alimentaires et énergétiques,                                        (FEDER)
                                    notamment sur sites pollués)
Forêts morcelées                    Améliorer la gestion                      Amélioration des            122 A, B, 125 A
                                                                           peuplements, travaux et
                                                                                    desserte
Meilleur niveau de formation des  objectif horizontal : adapter les
chefs d'exploitation -adaptations formations et diffuser les                       Formation                   111
nécessaires pour l'ensemble des connaissances
actifs                                                                       Actions collectives                 /


                                   Amélioration de l'environnement et de l'espace rural
- sites remarquables Natura            Protéger les sites remarquables                Mesures                    214
2000 morcelés                         Natura 2000                              agroenvironnementales
                                                                                 Investissements non              227
                                                                                   productifs en forêt
                                                                                DOCOB et Contrats de
                                                                             gestion dans les milieux non         323
                                                                              forestiers et non agricoles
- pollution des eaux souterraines  Améliorer la qualité de l'eau            Mesure agroenvironnement             214
et de surface                                                                      zonée (captages)
                                       Lutter contre l'érosion (limiter les Mesure agroenvironnement             214
                                      sédiments polluants                                zonée
- régression du bocage et des          Préserver le paysage agricole                   Mesures                      /
prairies humides                      régional                                    agroenvironnement
                                                                                        paysage
- faible couverture de                boisement des terres agricoles                                                /
boisements
- faible présence de l'agriculture  soutenir l'agriculture biologique            Mesure spécifique               214
bio
- races locales à petits effectifs     soutien aux races menacées                Mesure spécifique               214
en régression
                              Qualité de la vie et diversification de l'économie en milieu rural
- agriculture composante              Insérer les activités agricoles et
principale du paysage régional        forestières dans les territoires :     Diversification activités non
- difficulté d'intégration de         - diversifier l'activité des                     agricoles                  311
l'agriculture dans le milieu          exploitations
périurbain ; importance de la                                                 Mise en place et animation          323
clientèle urbaine                     - préserver et mettre en valeur le        du réseau Natura 2000
densité de population et fragilité patrimoine rural                              Actions collectives en           341
des espaces naturels                  - soutenir les stratégies locales            faveur de la forêt
- surfaces forestières réduites et relatives à la forêt et aux filières
très fréquentées                      bois                                      Formation des publics         331 et FSE
-actions partenariales                -améliorer la formation des acteurs        agricoles et forestiers
économiques dans les territoires économiques en milieu rural

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                 Page 20 sur 194
2.3 Orientations indicatives pour LEADER

           Les GAL peuvent mettre en œuvre l'ensemble des mesures et notamment celles de l’axe 3 .
Le FEADER aura un effet démultiplicateur important sur la mesure 323, préservation, mise en valeur
du patrimoine rural qui n’a pas pu être ouverte faute de crédits au sein de l’axe 3 hors LEADER. Les
GAL pourront également utiliser les mesures 341 stratégie de développement forêt et filière bois et
311 : diversification vers des activités non agricoles qui ont pu être ouvertes au sein de l’axe 3. Au
sein des axes 1 et 2, ils peuvent également participer à la mise en œuvre des mesures qui entrent
dans leur démarche de développement local ainsi que contribuer à l'élaboration des MAE
territorialisées. Dans tous les cas, la démarche Leader est locale et ascendante et les Gal peuvent
utiliser l’ensemble des mesures des trois axes ouvertes dans le PDRH.

2.4 Impact de la programmation 2000/2006 en région et principaux enseignements

        Le cumul des programmations PDRN et objectif 1 sur le Nord Pas de Calais fait apparaître les
postes de dépenses les plus importants :

                  investissements dans les exploitations agricoles ( mesure a) : 14,5 millions
                  investissements agroalimentaires ( mesure g), : 24,6 millions
                  mesures agroenvironnementales ( mesure f). : 20,4 millions.

        Parmi les autres interventions, au titre de l’objectif 1, les infrastructures hydrauliques ( 4,4
milions) et la forêt ( 3,7 millions) ont représenté un volume de crédits significatif.


         Le soutien aux investissements dans les exploitations a été, pour une faible part apporté par
le PDRN dans le cadre des CTE- contrat territorial d'exploitation- et des CAD -contrat d'agriculture
durable-, et plus récemment au titre du PMBVE - plans de modernisation des bâtiments d'élevage et
végétal environnemental-. L'essentiel a relevé de l'objectif 1, avec la mesure modernisation des
élevages en lien avec la maîtrise des effluents. Cette mesure a eu un impact significatif sur la
pérennité des élevages dans la zone de bocage et de prairies de l'Avesnois et de la Plaine de la
Scarpe, fortement compromise par la réforme de la PAC (politique agricole commune). Permettant de
mettre à bon niveau la question des effluents d'élevage, elle a aussi eu un impact très positif sur la
qualité de l'eau. Le soutien à la modernisation des élevages doit encore être poursuivi sur l'ensemble
de la région tout au moins au début de la période 2007-13, pour limiter la régression des élevages
bovins et porcins.

        Les investissements agroalimentaires ont accompagné des restructurations ou des
développements d'entreprises, des implantations, la modernisation des process et l'innovation
produits dans les secteurs divers. Certains investissements lourds peuvent avoir un caractère
structurant pour le bassin de production (filières viandes), et des effets très positifs sur l'emploi. La
faiblesse des fonds FEADER et le retrait de l'intervention de l'Etat sur la période 2007-2013
entraîneront une modification importante des stratégies d’intervention dans ce secteur, qui sera mise
en œuvre par le Conseil Régional.

        Les mesures agroenvironnementales ont été appliquées dans le cadre des CTE, puis des
CAD. Les modifications des procédures (arrêt du dispositif CTE avant passage aux CAD) et les
complications administratives ont nui à l'attractivité donc à l'efficacité des MAE. Les mesures les plus
simples ont été les plus souscrites, la lutte anti-érosive et sur les milieux humides ont été un succès
grâce à l'animation.
Les mesures les plus importantes sont liées au bocage (gestion extensive des surfaces en herbe ,
implantation et entretien des haies), utilisées dans les zones de Parc, elles ont été localement bien
ciblées et relativement efficaces. En zones de cultures, les mesures de couverture hivernale du sol et
d'amélioration des pratiques fertilisantes ont été les plus utilisées en raison d'un niveau de contrainte
limité.

        Les aides à la formation continue dans le cadre du FEOGA G ont été limitées, et encore plus
en zone objectif 1 à cause des contraintes liées au zonage des bénéficiaires. Le Conseil Régional est
intervenu pour sa part sur certaines actions horizontales avec une contribution FSE.

        La contribution de l'objectif 1 pour la forêt a été très efficace dans le Nord, permettant la
gestion qualitative des milieux forestiers, ainsi que la mise en œuvre d'opérations d'accueil du public
dans les principaux massifs forestiers départementaux.

DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 21 sur 194
         Les programmes Objectif 1 et Objectif 2 ont fait l’objet d’une évaluation intermédiaire en 2003
et d’une évaluation finale en 2006. Ces évaluations ont conclu sur l’effet positif de ces programmes
sur l’emploi surtout en zone Objectif 1 (notamment sur les arrondissements de Valenciennes et de Douai). En
revanche, il a été jugé qu’il y avait un déficit de projets en matière d’innovation et de recherche-développement.


              3 Descriptif des dispositifs retenus
                code                           intitulé                       programmation
               111-A     Formation                                       Volet régional
               112       Aide à l’installation des jeunes agriculteurs   Socle national
               121-A     PMBE                                            Volet régional
               121-B     PVE                                             Volet régional
               121-C2 Investissements collectifs (CUMA)                  Volet régional
               121-C4 Transformation                                     Volet régional
               121-C5 Qualité                                            Volet régional
               122-A     Amélioration peuplement existant                Socle national
               122-B     Travaux de reboisement                          Socle national
               123-A     IAA                                             Volet régional
               123-B     Mécanisation récolte bois                       Volet régional
               125-A     Desserte forestière                             Socle national
               125-C     Autres infrastructures agricoles                Volet régional en top up
               214-A     Prime herbagère agroenvironnementale            Socle national
               214-D     Conversion à l'agriculture biologique           Volet régional
               214-E     Maintien de l’agriculture biologique            Volet régional en top up
               214-F     Races menacées                                  Volet régional
               214-G     Végétaux menacés                                Volet régional
               214-H     Apiculture                                      Volet régional
               214-I1 MATER Natura 2000                                  Volet régional
               214-I2 MATER DCE                                          Volet régional
               214-I3 MATER autres enjeux                                Volet régional
               216       Aide aux investissements non productifs         Volet régional
               221       BTA                                             Volet régional en top up
                         Aide aux travaux de reconstitution des
               226-A                                                     Socle national
                         peuplements forestiers sinistrés
               227       Natura 2000 contrats forêt                      Volet régional
               311       Diversification non agricole                    Volet régional
               323-A     Natura 2000 - DOCOB                             Volet régional
               323-B     Natura 2000 - contrats autres                   Volet régional
               331       Formation et information                        Volet régional
               341-A     Stratégies locales devpt forêt                  Volet régional
               411       Mesures de l'axe 1                              Volet régional
               412       Mesures de l'axe 2                              Volet régional
               413       Mesures de l'axe 3                              Volet régional
               421       Coopération entre GAL                           Volet régional
               431       Animation/fonctionnement                        Volet régional
               511-1     Réseau rural régional                           Volet régional
               511-2     Plan de communication                           Volet régional
               511-3     Autres actions d'assistance technique           Volet régional
               511       AT nationale                                    Socle national



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                             Page 22 sur 194
                             FICHES DESCRIPTIVES DU DISPOSITIF REGIONAL


       Dispositif 111 A- Formation des actifs des secteurs agricole et sylvicole


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 21 du Règlement (CE) n°1698/2005.
    Règlement (CE) N°1974/2006 et Annexe II point 5.3.1.1.1..
    Règlement (CE) N°1857/2006
    Règlement (CE) 68/2001
    Règlement (CE) 1998/2006
    Régime XT 61/07


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret du MAP à paraître relatif aux modalités d’intervention du FEADER en matière de
    formation, information, diffusion des connaissances et pratiques novatrices,
    Circulaire du Premier ministre du 13 avril 2007 n°5210/SG,
    Arrêté préfectoral (annuel) relatif aux modalités d’intervention du FEADER en matière de
    formation, information, diffusion des connaissances et pratiques novatrices en région.


                      Enjeux de l’intervention

Le principal enjeu de l’intervention est d’accroître le niveau de formation des actifs des secteurs
agricole et sylvicole, afin de les accompagner dans l’exercice de leur métier, d’assurer la mise à jour
de leurs connaissances tant au regard des évolutions économiques que scientifiques et techniques,
de les sensibiliser aux problématiques de qualité des produits, de gestion durable des ressources et
de changement climatique, et ce, dans le but de préserver une agriculture compétitive, adaptée à la
demande et respectueuse de l’environnement.
Cet enjeu s’inscrit dans les récentes évolutions législatives et réglementaires (notamment la loi
n°2004-391 du 4 mai 2004 sur la formation tout au long de la vie) qui ont réformé le système de
formation professionnelle, afin de lui permettre de répondre aux enjeux de la formation tout au long de
la vie et offrent de nouvelles perspectives en matière de formation continue, notamment dans les
secteurs de l’agriculture, de la sylviculture et de la transformation des produits agricoles.


                      Objectifs

Le soutien relève à la fois de l’objectif de compétitivité de l’agriculture, de la sylviculture et de l’objectif
de gestion de l’espace rural et de l’environnement.
A ce titre, l’intervention vise à structurer une offre de formation cohérente en direction des actifs des
secteurs agricole et forestier afin de :
-   promouvoir des unités de production agricole et forestière modernisées et transmissibles,


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                          Page 23 sur 194
-   adapter la production agricole à l'évolution de la demande,
-   développer la capacité d'innovation et d'adaptation,
-   améliorer la compétitivité de la filière bois,
-   préserver l'état des ressources naturelles par une agriculture et une sylviculture durable,
-   promouvoir la forêt comme instrument d'aménagement durable du territoire.
Le dispositif pourra par ailleurs contribuer à favoriser l’insertion économique de publics spécifiques,
tels que les jeunes ou les femmes.


                      Champ de la mesure

La formation porte sur l’amélioration ou l’acquisition, dans le cadre de la formation professionnelle
continue, des connaissances et des compétences professionnelles essentielles.
Sont exclus de la mesure les cours ou les formations relevant des programmes ou des systèmes
normaux d'enseignement agricole et forestier de niveau secondaire ou supérieur, ainsi que les
programmes de formations concernant les personnels des entreprises agroalimentaires, les
personnels des coopératives agricoles ou forestières ne répondant pas à la définition communautaire
des petites et moyennes entreprises.
Par ailleurs, le conseil individuel ne relève pas de ce dispositif.
Les champs retenus au niveau régional portent sur les volets :
-   socio-économique,
-   agroenvironnemental, dont pratiques de l’utilisation des produits phytosanitaires,
-   sylvicole et forestier,
-   qualité des produits et des productions,
-   sécurité sanitaire des aliments,
-   bien-être animal,
-   santé, hygiène et sécurité au travail

Les programmes de formation viennent en appui de l'ensemble des mesures déclinées dans la
programmation des axes 1 et 2, en cohérence avec les adaptations et les choix régionaux. En
particulier, ils doivent contribuer à la mise en oeuvre de la mesure 214, notamment les formations
obligatoires, en apportant une offre de formation permettant de répondre aux attentes des agriculteurs
souscrivant des mesures agroenvironnementales pour lesquelles une formation préalable est
obligatoire.
Les formations sont destinées aux personnes actives dans les secteurs de l'agriculture et de la forêt(y
inclus certains actifs du secteur aquacole et piscicole dans la mesure où ces derniers ont le statut
social agricole matérialisé par l’affiliation à la mutualité sociale agricole) :
     - exploitants, conjoints d'exploitants travaillant sur l'exploitation et aides familiaux,
     - salariés agricoles,
     - sylviculteurs,
     - salariés forestiers,
     - propriétaires de forêts,
     - élus des communes forestières,
     - entrepreneurs de travaux agricoles et forestiers,
     - agents de développement,
     - formateurs et animateurs d'actions de formation, liées aux axes 1 et 2 du PDRH,
     - chefs d’entreprises et salariés des coopératives agricoles ou forestières répondant à la
        condition communautaire des petites et moyennes entreprises,
     - chefs d’entreprises et salariés des secteurs piscicole et aquacole (dans la mesure où ces
        derniers ont le statut social agricole matérialisé par l’affiliation à la mutualité sociale agricole)




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 24 sur 194
                      Bénéficiaires de la mesure

Les bénéficiaires de l’aide sont des organismes coordonnateurs qui mettent en œuvre un programme
de formation en achetant des stages auprès d’organismes de formation mais ne réalisent pas eux-
même ces sessions. Ce sont :
    - les fonds d’assurance formation,
    - les organismes paritaires collecteurs agréés au sens de l’article L 951-3 du code du travail,
    - le centre national professionnel de la propriété forestière,
    - la fédération nationale des communes forestières.


                      Modalités de mise en œuvre

L’appel à projet est organisé par le comité de programmation régional en charge de la mesure 111 du
PDRH.
Ce comité, présidé par l’autorité de gestion, réunit toutes les parties prenantes intéressées,
notamment les organisations professionnelles, agricoles et forestières, financeurs potentiels des
programmes de formation, représentants des associations de protection de l’environnement et des
associations de développement agricole et rural.
L ‘appel à projets est ouvert aux bénéficiaires tels que définis ci-dessus.
Il doit indiquer notamment les thèmes généraux à traiter, les coûts unitaires pour l’achat des sessions
de formation. Le coût d’achat de ces stages doit être inférieur ou égal à un coût unitaire à
l’heure/stagiaire fixé par l’autorité de gestion, sur la base des statistiques des coûts de formation
constatés au niveau local. Les offres en retour doivent préciser les sujets et les volumes de formation
envisagées, le budget prévisionnel de l’action.
L’autorité de gestion, après avis du comité de programmation, arrête le ou les bénéficiaires retenus,
au(x)quel(s) elle précise le contenu définitif du programme de formation à mettre en œuvre .
Les organismes ainsi retenus doivent s’engager à faire réaliser les sessions de formation par les
organismes de formation déclarés auprès du ministère en charge de la formation professionnelle.


                      Description des actions éligibles

Les actions consistent en l’achat, par les organismes coordonnateurs, auprès d’organismes de
formation, de stages de formation sur des thématiques correspondant aux priorités régionales, dans la
limite d’un coût unitaire maximal fixé par l’autorité de gestion. Les actions de formation peuvent être
réalisées sous forme d’actions de formation ouvertes à distance.
Les programmes de formation porteront sur les thèmes prioritaires suivants :

    - Socio-économique :
              o gestion et approche globale de l'exploitation
              o analyse stratégique et organisation de l’entreprise
              o gestion des ressources humaines
              o professionnalisation des équipes
              o recherche et production de valeur ajoutée
              o diversification des activités dans le cadre agricole (maîtrise du projet dans toutes
                 ses dimensions : technique, économique … )
              o accompagnement au changement et accompagnement à la prise de décision …
              o démarche qualité
              o valorisation non alimentaire de la production agricole...

    - Agroenvironnement :
              o mesures agroenvironnementales (dont développement de l’agriculture biologique),
              o gestion des effluents d’élevage et incidences agronomiques
              o limitation des pollutions et amélioration des pratiques sanitaires,
              o gestion qualitative de l’eau
              o entretien et préservation de l’espace rural



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 25 sur 194
                 o   énergies renouvelables (biocarburants, méthanisation…) et économies d’énergies.

    - Santé, hygiène et sécurité au travail :

Ces thématiques feront l’objet de priorités et /ou de déclinaisons précisées dans l’appel à projet annuel.


                      Dépenses éligibles

Dans le respect des dispositions du décret sur l’éligibilité des dépenses des programmes de
développement rural, les catégories de dépenses suivantes sont éligibles, pour les programmes de
formation :
- Le coût d’achat des sessions de formation supporté par les organismes coordonnateurs, au
    prorata du nombre d’heures stagiaires ,
- Le cas échéant,          la prise en charge, sur la base des réglementations nationales et
    communautaires en vigueur, des coûts liés aux prestations de service rendues nécessaires par
    l’absence des stagiaires et supportés par eux-mêmes ou leur employeur du fait de la participation
    aux stages de formation. Cette prise en charge ne s’applique pas aux formations conditionnant la
    contractualisation de certaines mesures agroenvironnementales pour lesquelles la rémunération
    du temps passé par l’agriculteur pour la recherche et le suivi de la formation est prise en compte
    au titre des coûts induits des mesures agroenvironnementales.
    Dans tous les cas la liquidation de ces dépenses interviendra sur la base des dépenses
    réellement encourues par le bénéficiaire.


                      Critères d’éligibilité

Les critères d’éligibilité des actions seront définis annuellement dans le cadre du règlement de l’appel
à projet, annexé à l’arrêté préfectoral régional relatif aux modalités d’intervention du FEADER en
matière de formation, information, diffusion des connaissances et pratiques novatrices ;

                      Territoires visés

L’action concerne tout le territoire régional.


                      Cofinanceurs publics nationaux

Les cofinanceurs publics nationaux peuvent être, de façon non exhaustive, les organismes paritaires
collecteurs agréés (OPCA), les Fonds d’Assurance Formation….


                      Taux d’aide publique

Le taux d’aide publique est fixé par l’autorité de gestion après avis du comité de programmation.
Ce taux d’aide publique sera toujours de 100% pour les actions de formation portées par les
organismes coordonnateurs.
NB : la modulation de l’aide en fonction de l’importance accordée au niveau régional à chaque
thématique se fera dans le cadre de la détermination des coûts unitaires plafonds.


                      Articulation des interventions du FEADER et du FSE

Articulation entre le FEADER et le FSE
L’orientation générale, qui peut ensuite être adaptée en région, est la suivante :
-   le FEADER intervient dans une logique de cofinancement d'actions courtes de formation, portant



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 26 sur 194
     sur des sujets techniques ou économiques relatifs au développement de l'exploitation ou de
     l'entreprise, à l'adaptation à leur environnement et à la politique agricole commune ainsi qu’à
     l'application de méthodes de production propres à favoriser le développement d'une agriculture et
     d'une sylviculture durables,
- le FSE intervient dans une logique de cofinancement d'actions visant notamment l'installation des
     publics en agriculture, leur insertion, leur reconversion, l'acquisition de niveaux supplémentaires
     de qualification. Il permet par ailleurs de cofinancer l'adaptation de l'appareil de formation à une
     meilleure individualisation des parcours.
L’articulation se fait tout d’abord sur une logique de public : les stagiaires qui sont en activité dans les
secteurs agricole, sylvicole bénéficient des actions de formation cofinancées par le FEADER ; ces
actions sont en relation directe avec leur activité.
Les stagiaires qui ne sont pas encore en activité dans les secteurs agricole, sylvicole et qui souhaitent
y rentrer, notamment les jeunes qui veulent s’installer en agriculture, bénéficient d’actions de
formation cofinancées par le FSE.
De même, les actifs des secteurs agricole, sylvicole et alimentaire qui veulent se reconvertir dans
d’autres secteurs d’activité peuvent bénéficier de stages cofinancés par le FSE. (en conformité avec le
volet régional du PO).
L’articulation entre les deux fonds se fait également sur le type de stage. Comme indiqué ci-dessus, le
FEADER finance les stages de courte durée ; les actions de VAE et les périodes de
professionnalisation relèvent du FSE.
Articulation entre le FEADER et le FEP
Le FEP finance, au titre de ses articles 27 et 37, les actions de formation individuelle et collective en
matière de pisciculture et d’aquaculture des marins pêcheurs et des aquaculteurs ne bénéficiant pas
du statut agricole au regard de la législation française. Ceux des aquaculteurs qui bénéficient en droit
français du statut social des agriculteurs peuvent bénéficier des actions relevant de la mesure 111 du
PDRH.
S'agissant des formations relatives au secteur alimentaire, le FEP subventionne les actions
bénéficiant aux actifs du secteur alimentaire qui traite des produits de la pêche et de l'aquaculture tels
que définis par le règlement (CE) 104/2000 du 17 décembre 1999.


Articulation au sein du FEADER, entre les mesures 111 et 331
Les actifs des secteurs agricole, sylvicole qui souhaitent se former sur des problématiques rurales relevant de
la mesure 331 peuvent bénéficier de ladite mesure.


                      Principaux engagements des bénéficiaires, points de contrôles et sanctions

Les bénéficiaires des subventions du FEADER s’engagent à respecter un certain nombre
d’engagements précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice
jointe. En outre, les organismes doivent respecter la procédure de traçabilité qu’ils ont fait valider par
le CNASEA.
Ces engagements seront adaptés aux types d’actions conduites et seront également mentionnés
dans l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
Parmi les engagements, figure notamment celui de faire réaliser le programme de formation pour
lequel le bénéficiaire a reçu une décision attributive de subvention. Cet engagement est contrôlé au
travers du respect des statistiques des coûts de formation constatés au niveau local et du rapport
d’exécution, dont la fourniture, à chaque demande de paiement, constitue un préalable indispensable
à la mise en paiement. Il est ainsi possible, le cas échéant, de réorienter l’action en cours de
réalisation.

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 27 sur 194
Tous les dossiers font l’objet de contrôle administratifs par le service instructeur lors de l’instruction et
lors de la vérification de service fait. Lors du paiement par le CNASEA, des contrôles de l’agence
comptable sont effectués par sondage dans l’objectif principal de s’assurer que le paiement est réalisé
au profit du bon bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du
bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi de l’aide et pendant la suivante.


                      Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                   Comité de Programmation Régional



Dépôt des dossiers                                          DRAF – SRFD

Instruction                                                 DRAF – SRFD

Avis sur les programmes de formation                        Comité de Programmation Régional

Programmation – suivi                                       Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                           DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                    DRAF – SRFD

Paiement                                                    CNASEA – financeurs si paiement dissocié



                      Indicateurs et objectifs cibles

        Type d’ indicateur                          Indicateur                         Cible

                                   Nombre de participants                              2 800
                                   Nombre de jours de formation                     2/participant




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 28 sur 194
     Dispositif 121 A- Plan de Modernisation des Bâtiments d’Elevage (PMBE)


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 26 du Règlement (CE) n° 1698/2005
    Articles 17, 43 et 55 du Règlement (CE) n°1974/2006 et Annexe II point 5.3.1.2.1.
    Article 3 du Règlement (CE) N° 1320/2006.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître),
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié,
    Arrêté interministériel du 11 octobre 2007 relatif au plan de modernisation des exploitations
    d’élevage bovin, ovin, caprin et autres filières d’élevage,
    Circulaire du Premier ministre du 13 avril 2007 n°5210/SG,
    Circulaire DGFAR/SDEA 2007 du 15 novembre 2007,
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007 et ses
    modifications.
    Les dossiers enregistrés avant le 31 décembre 2006 sont traités au titre de la circulaire de
    transition et de l’arrêté préfectoral du 6 juillet 2007.
    Les dossiers déposés en 2007 qui n’entrent pas dans le cadre de la circulaire du 15/11/07 font
    l’objet de modalités d’application spécifiques fixées par arrêté du préfet de région en date du 6
    décembre 2007.
    Pour 2008, les modalités d’attributions des aides ( notamment l’appel à projet) sont fixées par
    arrêté préfectoral du 19 février 2008.


                      Enjeux de l’intervention

Une étude de l’Institut de l’Elevage, fondée notamment sur l’enquête « bâtiments » conduite par le
SCEES en 2001, met en évidence la vétusté du parc de bâtiments et évalue le coût de modernisation
de ce parc. L’intervention vise donc à répondre à une nécessité de rénovation importante des
exploitations en favorisant le maintien d’une activité d’élevage respectueuse de l’environnement sur
l’ensemble des zones rurales.
La modernisation et l’adaptation des bâtiments et équipements d’élevage constituent les facteurs clé
de la compétitivité et de la durabilité des exploitations déterminant à long terme les conditions et la
pénibilité du travail ainsi que la pérennité de l’exploitation.
En Nord Pas de Calais où le nombre de petites et moyennes exploitations reste élevé (29% des
exploitations ont moins de 20ha enquête structures 2005), ce type d'exploitations a un impact social et
territorial notable.
Dans ce contexte, et au côté de l’intervention de l’Etat, le Conseil régional Nord Pas de Calais
souhaite spécifiquement venir en appui et aider les petites et moyennes exploitations à passer un saut
technologique notamment afin d'améliorer les conditions de travail et la qualité des produits.
Cette modernisation est indispensable si on souhaite développer l'attractivité du métier d'agriculteur.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 29 sur 194
                         Objectifs

Il est d’assurer à long terme la compétitivité du secteur de l’élevage en soutenant la restructuration du
capital physique par la modernisation des élevages. Cela vise également à assurer une occupation
équilibrée sur l’ensemble des zones rurales en fournissant une activité d’élevage respectueuse de
l’environnement.

                         Champ du dispositif

Le plan contribue à l’amélioration des revenus agricoles, des conditions de vie, de travail et de
production sur l’exploitation. Le dispositif est cadré au plan national avec une adaptation en faveur des
petites et moyennes exploitations au niveau régional.
Le champ d’intervention de l’Etat porte sur les filières bovine, ovine et caprine. Les collectivités
territoriales pourront également intervenir sur les filières porcine, avicole, cunicole et équine.
L’aide est versée sous forme de subvention en capital.


                         Définition des bénéficiaires

Peuvent bénéficier de l’aide :
            Les exploitants agricoles individuels ;
            Les propriétaires bailleurs de biens fonciers à usage agricole ;
            Les sociétés ayant pour objet la mise en valeur directe d’une exploitation agricole ;
            Les fondations, associations, établissements d’enseignement et de recherche agricoles,
             mettant en valeur une exploitation agricole;
            Les Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA).

Les investissements liés aux activités aquacoles ou piscicoles ne sont pas éligibles au présent
dispositif.

Comme indiqué dans les enjeux, le Conseil régional Nord Pas de Calais cible son intervention sur les
petites et moyennes exploitations engagées dans une démarche qualité (SOQ, référencement, …).
Une exploitation sera considérée comme petite à moyenne sur la base du Revenu Disponible
Théorique – RDT : somme des revenus disponibles théoriques des cultures de l’assolement et des
activités d’élevage de l’année de réalisation du dossier – dont le mode de calcul est indiqué en
annexe de ce dispositif.
Le plafond du RDT est fixé à 21 500 € pour une exploitation comprenant une UMO, avec transparence
pour les GAEC, mais plafonné à 3 UMO (quel que soit le type d’UMO). Ce RDT est majoré pour les
exploitations comprenant un JA*, soit 23 650 € pour une exploitation comprenant une UMO.
* : jeune agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5 ans.



                         Description des conditions et des objectifs au regard de l’amélioration de la
                             performance des exploitations

Les investissements éligibles répondent à un ou plusieurs des objectifs suivants :
            réduction des coûts de production ;
            préservation et amélioration de l’environnement naturel, des conditions d’hygiène et de
             bien-être des animaux ;
            amélioration des conditions de travail et réduction de la pénibilité ;
            amélioration et réorientation de la production ;
            amélioration de la qualité ;

En application de l’article 26 du règlement (CE) n°1698/2005, ces investissements doivent avoir un



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                              Page 30 sur 194
effet direct sur l’amélioration des performances de l’exploitation et du niveau global de ses résultats.
Afin de déterminer si le projet permet d'améliorer les résultats globaux de l'exploitation, trois critères
seront analysés :
        l'annuité des emprunts moyen et long terme,
        le produit d'exploitation
        l'excédent brut d'exploitation.
Il s'agira de comparer ces trois indicateurs, avant le projet et selon les valeurs prévisionnelles
anticipées en période de croisière suite au projet.
Ils doivent respecter les normes communautaires applicables à l’investissement concerné.


                      Secteur de production

Le PMBE concerne l’ensemble des filières animales (bovin, ovin, caprin, porcin, avicole, cunicole et
équin) avec les restrictions suivantes :
    - l’intervention de l’Etat ne porte que sur l’élevage bovin, ovin et caprin,
    - pour l’élevage équin, le Conseil Régional intervient à condition qu’il y ait 3 UGB minimum et
        qu’au moins 50% du chiffre d’affaire de l’exploitation provienne de l’activité d’élevage.


                      Types d’investissements éligibles

Les investissements éligibles à l’échelle de l’exploitation agricole :
Les investissements éligibles concernent la construction d'un bâtiment, l'extension ou la rénovation
d'un bâtiment existant et doivent contribuer à répondre aux objectifs assignés à la mesure. Sont donc éligibles :
           les investissements à caractère matériel en lien direct avec le logement des animaux,
           les équipements fixes rendant le projet opérationnel et viable,
           les autres constructions liées à l’activité d’élevage.
Les dépenses liées au poste de gestion des effluents d’élevage ne sont pas admissibles, excepté le
cas de dérogation prévue à l’article 26 du règlement Conseil n°1698/2005 pour les Jeunes
Agriculteurs (cf. modalités de prise en charge des investissements liés au respect des normes).

Certains investissements immatériels sont éligibles et concernent la conception du bâtiment (plan,
frais d’architecte), la maîtrise d’œuvre du bâtiment (conformité technique, suivi du chantier, conduite
des travaux), la conception d’un projet de gestion des effluents d’élevage et sa maîtrise d’œuvre, la
conception d’un projet d’insertion paysagère des bâtiments… Ces prestations immatérielles sont
éligibles à l’aide dans la limite de 10% des montants des travaux concernés.
L’auto construction constitue sous certaines conditions une dépense éligible pour tous travaux qui ne
présentent pas un risque pour l’éleveur, son exploitation et l’environnement.
Outre ces postes de dépenses, les collectivités territoriales peuvent également financer les
investissements liés à :
           une activité d’élevage autre que bovin, ovin et caprin,
           les équipements et investissements d’insertion paysagère,
           les travaux relatifs aux ouvrages de fabrication d’aliments à la ferme et aux ouvrages de
            stockage d’aliments et de fourrage,
           de petits projets, compris entre 4 000 et 15 000 €.
Ces investissements sont dits « spécifiques ».
Les activités de diversification agricole concernent souvent plusieurs types de produits
(animaux/végétaux). En effet, l'agriculteur en diversification cherche à s'adapter à la demande des
consommateurs de proximité : sa réussite est souvent fondée sur la gamme des produits qu'il
proposera. Par souci de cohérence et de simplification, les investissements dans le domaine de la
transformation ne seront donc pas repris dans le PMBE. Toutes les activités de transformation
relèveront de la mesure 121C4 et, si elles sont accompagnées, majoritairement, de vente directe ou
d'autres types de diversification (accueil, …), de la mesure 311.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 31 sur 194
Les investissements collectifs éligibles à l’échelle des structures collectives : CUMA

Les investissements éligibles sont :
       les équipements collectifs en lien avec l’activité d’élevage tels que : le matériel
          d’affouragement en commun, de paillage, de séchage de fourrages en granges, d’épandage
          des effluents d’élevage, de contention et de pesée des animaux, de manutention, ou encore
          la station mobile de fabrication d’aliment à la ferme…
L’ensemble de ces investissements éligibles au titre du dispositif 121A – Plan de Modernisation des
Bâtiments d’Elevage- sont exclus de la liste des investissements éligibles au titre des autres dispositifs
de la mesure 121 du volet régional du PDRH (Plan Végétal pour l’Environnement, aide aux
investissements collectifs CUMA).


                      Modalités de prise en charge des investissements liés au respect des normes

Le dispositif d’aide ne prévoit pas de financer les investissements liés à une norme communautaire.
Néanmoins, en application de l’article 26 du règlement (CE) n°1698/2005, le plan de modernisation
des bâtiments d’élevage prévoit d’apporter un soutien aux :
           Jeunes Agriculteurs bénéficiant de l’aide prévue à l’article 20 du règlement pour les
            investissements liés au respect des normes en vigueur, les investissements devant être
            réalisés dans un délai de 36 mois à compter de la date d’installation.
En effet, dans cette situation particulière, l’obligation de respect des normes entraîne, pour les
exploitants concernés, des dépenses substantielles, notamment pour la gestion des effluents, les
travaux ou équipements liés au bien-être animal, à la configuration du bâtiment justifiant l’aide prévue
au titre de l’axe 1 du FEADER.
Par ailleurs, l’ouverture du PMBE aux filières porcine et avicole ainsi que la production de veaux de
boucherie a des conséquences sur la vérification du respect des normes réglementaires. Du point de
vue de la norme bien-être l’agrandissement minimal réglementaire des bâtiments ne peut être pris en
charge par le soutien public. Pour le respect de la directive nitrates, des taux d’abattements
spécifiques doivent s’appliquer aux élevages hors-sol. Ces éléments figurent dans le cadre national
du PMBE et s’imposent à l’ensemble des intervenants du plan.


                      Articulation avec autres mesures

Une articulation simple sous forme d’exclusion, soit au niveau des bénéficiaires, soit au niveau des
dépenses éligibles, est prévue entre les différentes mesures du PDRH et entre les dispositifs de la
mesure 121 en particulier.
Ainsi, les dépenses éligibles au titre du dispositif 121-A – PMBE sont exclues de la liste des dépenses
éligibles au titre des autres dispositifs de la mesure 121-B et C de ce DRDR.
L’aide au titre du dispositif 121 A – PMBE - n’est pas cumulable avec une aide accordée à compter de
2007 sous forme de bonification d’intérêts. En revanche, s’agissant des jeunes agriculteurs, une aide
accordée au titre du PMBE peut se cumuler avec une aide sous forme de bonification d’intérêts, telle
que prévue par la mesure 112 – Installation, dans la limite des taux d’encadrement communautaire.
A titre transitoire, le cumul est possible lorsque le prêt est présenté et octroyé dans le cadre d’un PAM
ou d’un PI accordé avant le 31/12/06.


                      Intensité de l’aide

Le dispositif est « multifinanceurs »: Etat et Conseil Régional peuvent intervenir et bénéficier d’un
cofinancement communautaire.
Les Collectivités territoriales et les EPCI pourront intervenir dans le cadre de l’application régionale de
la loi 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.
L’aide est accordée sous forme de subvention en capital.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 32 sur 194
Le bénéficiaire est une exploitation :
Le montant minimum d’investissement éligible est fixé à 15 000 €. Il est abaissé à 4 000 € pour
l’intervention du Conseil Régional. Le montant subventionnable maximum varie dans la fourchette de
50 000 € à 70 000 €.
Dans le cas des Groupements d’Exploitation Agricole en Commun, ce montant maximum est multiplié
par le nombre d’exploitations regroupées dans la limite de 3.
                                         1
S’agissant des jeunes agriculteurs , des majorations de 10 points du taux de subvention et de 10 000
€ du montant subventionnable maximum sont appliquées.
Dans tous les cas, le taux d’aide maximum ne pourra dépasser 40%.

Le bénéficiaire est une CUMA :
Le montant minimum d’investissement éligible est fixé à 15 000 €. Il est abaissé à 4 000 € pour
l’intervention du Conseil Régional. Le montant subventionnable maximum est de 80 000 €.
Le taux de subvention tous financeurs confondus est au maximum de 40%.

                      Modalités d’intervention de l’Etat :

L’intervention publique avec contrepartie Etat s’effectue au taux global de 15% pour les
investissements de l’ensemble des élevages bovins, ovins et caprins, conformément aux textes
nationaux relatifs au PMBE ( Arrêté interministériel du 11 octobre 2007).
La contribution Etat passe de 7.5% à 5% lorsque l’exploitation a bénéficié d’une aide au titre de travaux
réalisés dans le cadre du Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine Agricole (PMPOA1).
Une majoration de 2 points peut être appliquée si, en cas de constructions neuves des élevages
bovin, ovin et caprin, la charpente, les menuiseries et 30% du bardage extérieur sont réalisés en bois.

                      Modalités d’intervention du Conseil Régional :

L’intervention publique avec contrepartie Conseil Régional, s’effectue au taux global de 30% pour les
investissements de l’ensemble des élevages des filières : bovines, ovines, caprines, porcines,
avicoles, cunicoles et équines.
Elle intervient spécifiquement auprès des petites et moyennes exploitations agricoles, selon le critère
du Revenu Disponible Théorique par UMO défini précédemment.

                                             TABLEAU SYNTHETIQUE

Modalités d’intervention des financeurs:
    Pour les exploitations :

    Montant de            Type           Montant subventionnable      Part Etat Part Conseil     Part         Taux de
l’investissement    d’investissement           maximum                           Régional     FEADER     subvention global
     minimum
                                                Production : bovin, ovin et caprin
    15 000 €       Neuf                           70 000 €
                                                                       7.5%           0         7.5%            15%
                   Rénovation                     50 000 €
    4 000 €        Neuf                           70 000 €
                                                                         0           15%       15%             30%
                   Rénovation                     50 000 €
                                          Production : porcin, avicole, cunicole et équin
    4 000 €                                       50 000 €               0           15%       15%             30%

  cf critère du Revenu maximum Disponible Théorique / UMO détaillé en annexe 3. Il s’agit d’un critère
d’éligibilité pour le seul financement du Conseil Régional.

1
 agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5
ans.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                            Page 33 sur 194
                                       1
S’agissant des jeunes agriculteurs , des majorations de 10 points du taux de subvention et de 10 000 € du
montant subventionnable maximum sont appliquées, dans la limite de :
-   50%, et 60 et 80 000 € pour les jeunes agriculteurs titulaires de la DJA,
-   40%, et 50 et 70 000 € pour les jeunes agriculteurs bénéficiaires des aides régionales.

En cas d’enveloppe FEADER insuffisante, intervention des financeurs nationaux, Conseil Régional
notamment (et Etat potentiellement au delà de 2008), en Top Up au taux de subvention global
(maximum 7.5% pour l’Etat).
Au 31/12/2008, un point sera fait sur l'efficacité et l'efficience du dispositif, cela permettra de réajuster
les critères, si nécessaire.

    Pour les CUMA :

    Montant de            Type             Montant subventionnable   Part Etat Part Conseil     Part         Taux de
l’investissement    d’investissement             maximum                        Régional      FEADER     subvention global
     minimum
    15 000 €                                      80 000 €            7.5%        7.5%         15%             30%
    4 000 €                                       15 000 €              0         15%          15%             30%



                      Processus de mise en oeuvre

Le mode d’organisation repose sur une instance partenariale (Comité des financeurs) qui
accompagne l’exécution du dispositif par la détermination de priorités d’intervention et de critères
d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront classés selon les priorités définies dans l’arrêté préfectoral régional et engagés en
fonction des crédits annuels disponibles.
Un processus d’appel à candidature garantissant une sélection transparente des dossiers à
subventionner et une réponse rapide de la part du guichet unique est mis en place.


                       Circuit de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                    Comité des financeurs PMBE



Dépôt des dossiers                                           DDAF

Instruction                                                  DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                    Comité des financeurs (Conseil Régional, DRAF,
                                                             DDAF …)

Engagement comptable et juridique                            DDAF via OSIRIS

Programmation - suivi                                        Compte rendu au Comité de Programmation

Contrôle de service fait                                     DDAF

Paiement                                                     CNASEA – financeurs si paiement dissocié




1
 agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5
ans.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 34 sur 194
                      Cohérence avec le premier pilier

Une articulation simple par exclusion des bénéficiaires et/ou des dépenses est prévue, lorsque des
aides à l’investissement sont envisagées par les OCM animales.
L’aide au titre du PMBE est accordée dans des conditions garantissant le respect des équilibres de
marchés notamment par les limitations de production maintenues du fait du découplage partiel des
aides du premier pilier par exemple : quotas pour les primes au maintien des troupeaux de vaches
allaitantes (PMTVA), quotas laitiers.


                      Engagements et points de contrôle

Principaux engagements :
A compter de la signature de la décision d’octroi de l’aide et pendant la durée d’engagement, soit
pendant 5 ans :
 Poursuivre son activité agricole au sens de l’article L311-1 du code rural et tout particulièrement
son activité d’élevage,
 Maintenir en bon état fonctionnel et pour un usage identique les constructions ayant bénéficié des
aides ainsi que le cheptel,
 Respecter les normes minimales requises dans le domaine de l'environnement, de l'hygiène et du
bien-être des animaux attachées à l’investissement concerné par la demande d’aide et mentionnées à
l’article 26 du règlement CE n°1698/2005 du Conseil,
 Se soumettre à l’ensemble des contrôles administratifs et sur place qui pourraient résulter de
l’octroi d’aides nationales et européennes,
 Ne pas solliciter, pour ce projet, d’autres crédits - nationaux ou européens -, en plus de ceux
mentionnés dans le plan de financement du projet,
 Conserver l’ensemble des pièces justificatives des investissements réalisés pendant les cinq
années suivant la fin des engagements,
 Informer la DDAF préalablement à toute modification du projet ou des engagements. Ces
modifications ne pourront être acceptées qu’à titre exceptionnel.
 Lorsque l’investissement dépasse 50 000 €, apposer sur le bâtiment une plaque d’information et de
publicité relative à l’aide du FEADER décrivant le projet, et, lorsque la dépense dépasse 500 000 €,
installer un panneau sur le site (suivant modèles prévus par le règlement CE n°1974/2006 de la
Commission, annexe VI).
Lorsque le demandeur est une CUMA, il est tenu de se conformer à ces engagements pluriannuels.
Le demandeur s’engage à poursuivre son activité en faveur du secteur de l’élevage et à maintenir en
bon état fonctionnel et pour un usage identique les équipements matériels ayant bénéficié des aides.

Principaux points de contrôle :
Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
Les contrôles sur place, au titre des normes minimales requises, porteront notamment sur :
Au titre du bien-être et de l’hygiène des animaux :
           présence du registre d’élevage,
           présence de cases collectives pour l’élevage de veaux de boucherie,
           cages de poules pondeuses répondant aux surfaces réglementaires,
           absence de système d’attache et de contention pour les truies et les cochettes,
           absence de mauvais traitement (absence d’état de maigreur flagrant de plusieurs animaux ,
            présence sur le site d’élevage de stocks d’aliments, absence de signes physiques constatés



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 35 sur 194
            sur les animaux pouvant être assimilés à des actes de cruauté, visite vétérinaire
            effectuée,…),
           conditions de logement (place pour les animaux, aire de couchage suffisante, points
            d’alimentation suffisants, paillage correct des aires de couchage, …)

Au titre de l’environnement :
           présence d’un moyen approprié de mesures des volumes d’eau prélevés,
           capacité de stockage des effluents,
           absence de fuite dans le milieu extérieur,
           présence du plan prévisionnel de fumure,
           présence du cahier d’enregistrement,

En cas de non respect des conditions d’octroi et des engagements, de fausse déclaration, les
sanctions sont précisées aux articles 20 et 21 de l’arrêté du 11 octobre 2007.


                      Objectifs quantifiés

       Type d’ indicateur                          Indicateur                Cible
                                   Nombre d’exploitations aidées              700
                                   Montant total des investissements   50 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                              Page 36 sur 194
                ANNEXE CONSEIL REGIONAL Ŕ Revenu Disponible Théorique - RDT


    I – RDT par production – Méthodologie de calcul

    Le revenu disponible est reconstitué par production selon la méthode suivante :

                                        Eléments retenus                                                    Sources
                                                                                           Enquêtes groupes techniques Chambre
                        Quantités produites par unité x prix + aides PAC                           Régionale d’Agriculture
  PRODUIT BRUT                     2005 (modulées en 2007)
                                                                                          Nord – Pas-de-Calais et Centres de Gestion
                               Semences, engrais, phytos, frais de
                                       conditionnement, taxes
                                                                                          Enquêtes groupes techniques Chambre
                                   --------------------------------------                          Régionale d’Agriculture
CHARGES INTRANTS           aliments achetés et autoconsommés achats                       Nord – Pas-de-Calais et Centres de Gestion
                             d’animaux, frais divers, services liés à la
                                           production, taxes

                             Mécanisation propre à l’activité et frais
                                                                                                  Références groupes,
                                                d’entreprise
    CHARGES                                                                          Centres de Gestion et données réseaux et ITAVI,
                          ------------------------------------- entretien et frais
  SPECIFIQUES                                                                                    Institut Elevage, ITPorc
                                                 bâtiments
        
                               (non compris amortissement et FF)                                      Références groupes
  CHARGES DE             foncier, carburant, assurance, eau, EDF, MSA,                                Centres de Gestions
STRUCTURES NON                   frais de gestion, frais de bureau                                        CER , AFA
  SPECIFIQUES
                                     Capital et frais financiers
                                    "en situation de croisière"                         Centres de gestion, Instituts Techniques, ITAVI,
   ANNUITES                                 par activité.                                           ITP, Institut de l’Elevage
                                    (par un ratio annuités/EBE)
                                    = REVENU DISPONIBLE THEORIQUE PAR PRODUCTION


    II – Plafonds de Revenus Disponibles Théoriques – RDT par production

    Fin 2007 pour être éligibles à ces aides, le revenu calculé total de l’exploitation doit être inférieur aux
    seuils suivants en euros :

            UMO Familiale + salariée
                                                        Sans JA*                 1 JA*              2 JA*             3 JA*
              Total Exploitation
                          1                               21500                 23650
                          2                               34600                 38800               43000
                       3 et >                             51900                 56100               60300            64500

        * JA = jeune agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins
          de 5 ans à la date de dépôt du dossier.
        ** Ces plafonds sont indexés sur l’évolution du RRNational.


    III – Sources de vérifications des données de l’exploitation

    Le revenu disponible théorique de l’exploitation provient de la somme des revenus par activité (forfait
    x quantité) de l’année de réalisation du dossier.
    Les données fournies lors de la demande sont vérifiables :




    DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                         Page 37 sur 194
            Pour les données surfaces
                Dernière déclaration de surfaces PAC Doc CERFA 10384 * 09, avec nom des différentes
                 cultures/îlot,
                Copie de contrats pour certaines cultures légumières,
                Fiche parcellaire de traçabilité,
                Déclaration sur l’honneur de l’exploitant sur la précision des types de cultures

            Pour les données animales
                Effectifs à la date de dépôt, connus dans les services identification,
                Animaux présents enregistrés dans le cahier d’étable
                m² du bâtiment (à la construction)

            Pour les données concernant les UMO
            Attestation MSA avec différents statuts,
            Date d’installation connue au CFE,
            Certains dossiers peuvent être présentés par des JA sans 1 année déclaration PAC.
                                                                               ère

   Dans ce cas de figure les éléments de surface figurant dans le PDE peuvent être retenus (données de la 3ème
   année).

   IV – Tableau des Revenus Disponibles Théoriques – RDT par production

        Revenu Disponible Théorique de l'exploitation (Novembre 2007)                             Exploitation
                           Liste                                      Rev Disp       Unité      unités        Total
SCOP (blé, escourgeon, avoine, maïs grain, pois, féverole,
                                                                        216 €             Ha                      0,00 €
colza, gel)
Cultures industrielles (pomme de terre)                               823,22 €            Ha                      0,00 €
Cultures industrielles (betterave sucrière, lin, fécule )             525,00 €            Ha                      0,00 €
Légumes industriels (haricot, pois, flageolet, épinard)               259,16 €            Ha                      0,00 €
Légumes de plein champs (chou-fleur, tous les choux,
                                                                     1 275,36 €           Ha                      0,00 €
oignons, céleri, carotte, navet, légumes secs, poireau, ail)
Légumes transformés (hors haricot, pois, céleri branche,
                                                                     1 275,36 €           Ha                      0,00 €
carotte).
Cultures maraîchères (échalote, salades)                             2 744,08 €           Ha                      0,00 €
Cultures maraîchères spécialisées ( toutes cultures sous
                                                                     3 658,78 €           Ha                      0,00 €
abris, asperge, fraise)
Bouquets, légumes bottes, fleurs, artichaut.                         3 658,78 €           Ha                      0,00 €
Endives                                                               990,92 €            Ha                      0,00 €
Chicorée                                                              321,00 €            Ha                      0,00 €
Lait: quota laiterie + vente directe (y compris SFP)                    0,09 €        Litre                       0,00 €
Viande bovine (nombre de primes)                                      139,00 €       Vache                        0,00 €
Taurillons                                                             90,00 €      Taurillon                     0,00 €
Veaux de boucherie                                                       50 €        Place                        0,00 €
Brebis + suite                                                         20,83 €       Brebis                       0,00 €
Porc naisseur engraisseur                                              91,80 €       Truie                        0,00 €
Porc naisseur                                                          17,40 €       Truie                        0,00 €
Porc engraisseur                                                        4,40 €        porc                        0,00 €
Volailles de chair (poulet standard)                                    7,22 €        m2                          0,00 €
Volailles pondeuses                                                     3,05 €       poule                        0,00 €
Poulets label                                                           6,50 €        m2                          0,00 €
Lapin                                                                  21,10 €      femelle                       0,00 €



   DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 38 sur 194
                      Dispositif 121 B- Plan végétal pour l’environnement


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Articles 17, 43 et 55 du Règlement (CE) n°1974/2006 et Annexe II point 5.3.1.2.1.
    Article 3 du règlement (CE) N° 1320/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Arrêté du 14 février 2008 relatif au plan végétal environnemental
                                                 er
    Circulaire DGFAR/SDEA/C2008-5015 du 1 avril 2008
    Circulaire du Premier ministre du 13 avril 2007 n°5210/SG
    Arrêté préfectoral du 14 avril 2008
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007, et ses
    modifications.
    Délibération N° 07-A-084 du CA de l’Agence de l’eau Artois Picardie du 26 octobre 2007


                      Enjeux de l’intervention

Le plan végétal pour l’environnement (PVE) répond à un besoin avéré d’accompagner spécifiquement
les efforts des exploitants agricoles du secteur végétal en matière de préservation de l’environnement.
Ce plan est destiné à financer des investissements environnementaux qui vont au-delà des normes et
sont déclinés en fonction d’enjeux identifiés au niveau national puis définis à l’échelle du territoire de
la région. L’acquisition de ce type d’équipement constitue un facteur clé de la durabilité des systèmes
d’exploitation.
Dans la région Nord – Pas-de-Calais, il s’agit de participer à l’amélioration des pratiques culturales
visant à la protection de la qualité de l’eau ainsi que de réduire les interventions qui favorisent
l’érosion des sols. L’effet levier de ce dispositif est également attendu sur l’ensemble de l’agriculture
régionale.


                      Objectifs

L’objectif de la mesure est de soutenir la réalisation d’investissements spécifiques permettant aux
exploitants agricoles de mieux répondre aux exigences environnementales indispensables en termes
de production et de durabilité des systèmes d’exploitation. Elle vise en priorité à accompagner la
reconquête de la qualité des eaux. La Directive 2000/CE du 23 octobre 2000, établissant un cadre
pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau, fixe un objectif de bon état de l’ensemble
des eaux à l’horizon de 2015. Elle accompagne également le plan national de réduction des risques
liés aux pesticides ainsi que la directive 91/676/CEE du 12 décembre 1991 relative à la protection des
eaux contre les pollutions par les nitrates à partir des sources agricoles.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 39 sur 194
En outre, elle apporte un soutien aux investissements d’économies dans les serres existantes.

                      Champ du dispositif

Trois enjeux environnementaux cibles ont été retenus au plan régional pour l’aide attribuée au titre de
la mesure :
    -    réduction des pollutions par les produits phytosanitaires,
    -    réduction des pollutions par les fertilisants,
    -    lutte contre l’érosion,

Le soutien vise également à accompagner les économies d’énergie dans les serres existantes au
31/12/05.
L’Etat et le Conseil Régional, en appelant des contreparties des fonds européens FEADER interviennent sur
l’ensemble de la zone vulnérable ( soit la région entière) pour les investissements des enjeux phytosanitaires,
fertilisants, érosion et économie d’énergie dans les serres.

L’Agence de l’eau intervient sur les zones eau, érosion et zones humides définies dans le DRDR pour les
investissements des enjeux phytosanitaires, fertilisants et érosion ainsi que pour certains investissements
immatériels et spécifiques
* voir cartes en annexe 1
Le cadrage des enjeux et le zonage peuvent être, le cas échéant, adaptés annuellement en comité
des financeurs et comité de programmation (cf. § Processus de mise en œuvre et circuits de gestion).


                      Définition des bénéficiaires

Peuvent bénéficier de l’aide :
    -    Les exploitants agricoles individuels ;
    -    Les propriétaires bailleurs de biens fonciers à usage agricole ;
    -    Les sociétés ayant pour objet la mise en valeur directe d’une exploitation agricole ;
    -    Les fondations, associations, établissements d’enseignement et de recherche agricoles
         mettant en valeur une exploitation agricole ;
    -    Les Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA).


                      Description des conditions et objectifs au regard de l’amélioration de la
                          performance des exploitations

Les investissements éligibles répondent à l’objectif de préservation et amélioration de l’environnement
naturel au regard des enjeux d’amélioration de la qualité des eaux, et de lutte contre l’érosion notamment.
Le Plan végétal pour l’Environnement permet aussi de financer certains équipements de maîtrise de la
fertilisation et d’apporter un soutien aux investissements d’économies d’énergie dans les serres existantes.
Ces investissements ont un effet direct sur l’amélioration des performances environnementales de
l’exploitation aidée.


                      Secteur de production concerné

Le PVE concerne le secteur agricole végétal.


                      Type d’investissements

Au plan régional, les types d’investissements éligibles déclinés par enjeux environnementaux (cf.
annexe 2) sont limités et choisis à partir de la liste positive définie au niveau national. Cette liste
régionale peut être modifiée annuellement en comité des financeurs et le cas échéant en comité de




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 40 sur 194
  programmation (cf. § Processus de mise en œuvre et circuits de gestion).
  Le cadrage des dépenses éligibles respectera les textes nationaux (futur décret) sur le sujet et les
  cadres réglementaires européens.

                        Modalités de prise en charge des investissements liés au respect des normes

  Les investissements permettant de respecter une norme communautaire sont exclus de la liste des
  dépenses éligibles au titre du Plan végétal pour l’environnement.

                        Articulation avec les autres mesures

  Une articulation simple sous forme d’exclusion, soit au niveau des bénéficiaires, soit au niveau des
  dépenses éligibles, est prévue entre les différentes mesures du PDRH et entre les dispositifs de la
  mesure 121 en particulier.
  Ainsi, les dépenses éligibles au titre du dispositif 121B - Plan Végétal pour l’Environnement - sont
  exclues de la liste des investissements éligibles au titre des autres dispositifs de la mesure 121 du
  volet régional du PDRH.
  Par ailleurs, l’aide au titre du dispositif 121 B – PVE - n’est pas cumulable avec une aide accordée à
  compter de 2007 sous forme de bonification d’intérêts, à l’exception des aides accordées au titre de la
  mesure « installation des jeunes agriculteurs », dans la limite des taux d’encadrement communautaire.
  Concernant l’implantation de haies et d’éléments arborés, lorsque l’opération relève d’un projet ne
  concernant que les surfaces agricoles mises en valeur par le bénéficiaire, exploitant agricole,
  l’investissement (matériel végétal, paillage, protection des plants, main d’œuvre et matériel acquis
  collectivement lié à l’implantation et à l’entretien) est financé exclusivement au titre du Plan Végétal
  pour l’Environnement. A contrario, lorsque le projet dépasse le cadre de la seule exploitation agricole
  et s’inscrit dans un objectif environnemental plus large intéressant d’autres acteurs (opération
  groupée par exemple) relevant de la mesure 216 (investissements non productifs), l’investissement
  est alors financé dans le cadre de ladite mesure 216.
  Les dépenses liées au paillage sont éligibles au titre du PVE exclusivement pour la protection des
  plants de haies et d’éléments arborés et ce, au titre de l’enjeu de réduction des pollutions par les
  produits phytosanitaires. Il n’y a donc pas de ce fait de chevauchement entre le dispositif 121-B PVE
  et les mesures agroenvironnementales territorialisées (engagement unitaire PHYTO_08 : « mise en
  place d’un paillage végétal ou biodégradable en cultures maraîchères »).


                        Intensité de l’aide

  Les montants seuils sont les suivants :

   Montant                                           Montant subventionnable    Montant subventionnable maximum
                      Montant subventionnable
subventionnable                                      maximum réalisé pour les    réalisé pour l’enjeu « économie
                         maximum réalisé
minimal réalisé                                              CUMA                  d’énergie » dans les serres
    4 000€                     30 000 €                     100 000 €                      150 000 €


  Le seuil minimal d’investissement de 4 000 € constitue un critère d’accès à l’aide et il inclut les seuls
  investissements matériels.
  Pour les GAEC, le plafond de 30 000 € est multiplié par le nombre d’exploitations regroupées dans la
  limite de trois.
  Pour les coopératives d’utilisation de matériels en commun (CUMA) le montant subventionnable
  maximum est porté à 100 000 €.
  Pour l’enjeu économie d’énergie dans les serres, le montant subventionnable maximum est fixé à 150 000€..

  L’ensemble des financeurs intervient dans la limite du taux plafond du règlement Conseil de 40 % du
  montant de l’investissement subventionnable plafonné.




  DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 41 sur 194
         Taux de subvention
         Modalités d’intervention des financeurs:
                                         TAUX D’INTERVENTION INVESTISSEMENTS PVE
                                                (Cf. liste investissements jointe)


                 Zones agence de l’eau                                          Hors zone agence de l’eau ou
             Selon délibération du 26/10/07                    zones agence de l’eau sans respect de la délibération du 26/10/07

Investissements enjeux phytosanitaires, fertilisants et                              Liste des investissements jointe
érosion (cf. liste jointe) et zonage limité à zones enjeux         L’ensemble de la zone vulnérable (soit la région Nord Pas de calais).
eau, érosion et zones humides définies dans le DRDR
               Agence de l’Eau - 40 % (top up)                                         Conseil Régional et/ou Etat
Résumé des conditions :                                                                        + FEADER
         -      existence au préalable d’une démarche                                         30 % si MAE
                collective visant à la protection de l’eau,                               20 % si non MAE
                et/ou à la lutte contre l’érosion et/ou à
                préserver les zones humides, reconnue par
                l’Agence
         -      Réalisation d’un diagnostic visant à
                connaître les risques de pollution
         Implantation d’au moins 100 m de haies.
                                             1
         Supplément de 10 % pour les JA , dans la limite d’un taux d’aide maximum de 40% pour les JA bénéficiant des
         seules aides régionales.
                                          1
         Le supplément de 10 % pour les JA ne s’applique pas aux CUMA. En revanche, les autres critères valent pour
         les CUMA dont au moins un adhérent remplit les conditions individuelles.

         Pour l’Agence de l’Eau, et en l’absence de tout autre financement de l’Etat et du FEADER pour les mêmes objets,
         le bénéficiaire a la possibilité de déposer un dossier tous les 2 ans.

                        SEUILS D’INVESTISSEMENTS PRIS EN COMPTE POUR LE CALCUL DES AIDES

                           Minimum               = 4.000 €uros
                           Maximum               = 30.000 €uros cas général (x 3 maxi/transparence GAEC)
                                                 = 150.000 €uros économies énergie serres
                                                 = 100.000 €uros pour les CUMA.


         L’ensemble des financeurs intervient dans la limite du taux plafond du règlement Conseil de 40 % du
         montant de l’investissement subventionnable plafonné.
         Les Collectivités territoriales et les EPCI pourront intervenir dans le cadre de l’application régionale de
         la loi 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.
         L’aide est accordée sous forme de subvention en capital.


                                Processus de mise en oeuvre

         Afin de prendre en compte le fait que « le commencement d’exécution du projet ne peut intervenir avant la date
         de décision d’attribution de la subvention » art. 3 de l’arrêté du 14/02/08, il est prévu deux périodes d’appel à
         candidatures par année .

         Si besoin les interventions des différents financeurs font l’objet des priorités suivantes :
                  -    pour l’Etat et le Conseil Régional, priorité J.A. et dossiers MAE,
                  -    pour Agence de l’Eau, ordre d’examen eau, zones humides et érosion .

         Les dossiers sont engagés dans la limite des crédits disponibles. Ceux n’ayant pas fait l’objet d’un
         début d’exécution pourront être représentés l’année suivante.
         Les critères d’attribution et le dispositif de sélection des dossiers peuvent être revus chaque année
         par le comité des financeurs et, le cas échéant, par le comité de programmation.

         1
          agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5
         ans.


         DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                  Page 42 sur 194
                       Circuit de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 Comité des financeurs PVE



Dépôt des dossiers                                        DDAF

Instruction                                               DDAF

Comité consultatif (formation technique)                  Comité des financeurs (CR, Agence de l’eau,
                                                          DRAF, DDAF)

Engagement comptable et juridique                         DDAF via OSIRIS

Programmation – suivi                                     Compte rendu au Comité de Programmation

Contrôle de service fait                                  DDAF

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié



                      Cohérence avec le premier pilier

Des modalités simples (exclusion) d’articulation avec l’OCM fruit et légumes et l’aide nationale aux
investissements dans les serres sont prévues:
         -    les producteurs qui adhèrent à une (ou plusieurs) organisation(s) de producteurs restent
              éligibles au titre du plan végétal pour l’environnement si l’investissement projeté n’est pas
              inscrit dans le programme opérationnel agréé mis en place dans le cadre de l’OCM fruits
              et légumes,
         -    les dépenses d’investissement pour la production sous serres sont inéligibles au plan
              végétal à l’exception de celles relatives aux économies d’énergie dans les serres
              existantes.




                      Engagements et points de contrôle

 PRINCIPAUX ENGAGEMENTS
A compter de la décision d’octroi de l’aide et pendant la durée d’engagement, soit pendant 5 ans :
     Poursuivre son activité agricole,
     Maintenir en bon état fonctionnel et pour un usage identique les agroéquipements ayant
    bénéficié des aides,
     Respecter les conditions minimales requises dans le domaine de l'environnement,
    Le cas échéant respecter l’engagement relatif aux mesures agroenvironnementales souscrit en
    liaison avec l’Agence de l’eau,
    Ne pas solliciter à l’avenir, pour le projet, d’autres crédits - nationaux ou européens -, en plus
    de ceux mentionnés dans le tableau « financement du projet
    Se soumettre à l’ensemble des contrôles administratifs et sur place prévus par la
    réglementation.
     Détenir, conserver, fournir tour document ou justificatif demandé par l’autorité compétente



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 43 sur 194
    pendant 10 ans.
     Ne pas démarrer le projet (acquisition du matériel ou de matériaux) avant d’avoir obtenu de la
    DDAF l’engagement juridique notifiant l’aide (décision préfectorale).
     Informer la DDAF ou la DDEA en cas de modification du projet, du plan de financement, des
    engagements, de la raison sociale.



 PRINCIPAUX CONTROLES
Les contrôles administratifs et /ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
Des contrôles sur place sont effectués de manière inopinée.
Le contrôleur doit vérifier la véracité des éléments indiqués dans le formulaire d’adhésion, et vérifier
que le bénéficiaire a respecté les engagements souscrits.
Pour l’engagement  relatif au respect des normes minimales, les points de contrôle sont présentés
ci-dessous. Il ne s’agit pas de nouveaux points de contrôles, ils sont en cohérence avec la
conditionnalité des aides de la PAC. Le fait que le contrôle ne porte que sur une partie limitée de la
réglementation applicable ne soustrait pas pour autant le bénéficiaire à ses obligations.

1) ENJEU LIE A L’UTILISATION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES
       Utilisation de seuls produits bénéficiant d’une Autorisation de Mise en Marché
       Existence d’un local ou d’une armoire clairement identifiée spécifiquement réservé
       aux phytosanitaires aéré ou ventilé et fermé à clef en cas d’utilisation de certains
       produits ou de la présence de salariés
       Présence et complétude du registre pour la production végétale alimentaire

2) ENJEU LIE A L’UTILISATION DES FERTILISANTS
APPLICABLE UNIQUEMENT EN ZONE VULNERABLE
      Existence et tenue du Plan Prévisionnel de Fumure et du Cahier d’Enregistrement
      Vérification de l’exhaustivité des informations à consigner au sein de ces deux
      documents
      Vérification du respect des périodes d’interdiction d’épandage



En cas de non respect des conditions d’octroi et des engagements, de fausse déclaration, les
sanctions sont précisées aux articles 19 et 20 de l’arrêté du 14 février 2008.
Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration,
l’opération en question sera exclue du soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.



                      Objectifs quantifiés

       Type d’ indicateur                          Indicateur                      Cible
                                   Nombre d’exploitations aidées                   1 500
                                   Montant total des investissements         48 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 44 sur 194
                                                   ANNEXE 1 :

     CARTOGRAPHIE DES ZONES GEOGRAPHIQUES CONCERNEES PAR LES
                FINANCEMENTS DE L’AGENCE DE L’EAU



                   1.1.1          ZONE HUMIDE ET ZONE EROSION




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08         Page 45 sur 194
                                                       ANNEXE 2 :
                                               LISTE DES INVESTISSEMENTS

                                                                                                                    Auto-construction
                                                                                                                        autorisée
                                                                                                                      (hors CUMA)
LUTTE CONTRE L'EROSION
MATERIEL AMELIORANT LES PRATIQUES CULTURALES
houes rotatives, herses étrilles
matériel adapté sur planteuse permettant la formation de micro buttes empêchant le ruissellement de l'eau
MATERIEL SPECIFIQUE POUR L'IMPLANTATION ET L'ENTRETIEN DE COUVERTS,
L'ENHERBEMENT INTERCULTURES OU INTERRANGS OU POUR LES ZONES DE COMPENSATION
ECOLOGIQUE
matériel de semis d'un couvert végétal des sols dans une culture en place
matériel de semis adapté pour le semis de cultures intermédiaires dans un couvert végétal
matériel spécifique pour l'entretien par voie mécanique des couverts et de l'enherbement inter rangs
MATERIEL VEGETAL, PAILLAGE, PROTECTION DES PLANTS* ET MAIN D'ŒUVRE ASSOCIEE                                                 x
POUR L'IMPLANTATION DES HAIES ET ELEMENTS ARBORES
REDUCTION DES POLLUTIONS PAR LES PRODUITS PHYTOSANITAIRES
L'ENSEMBLE DES EQUIPEMENTS (buses anti-dérive, cuve rince-bidons…) ET DISPOSITIFS DE
TRAITEMENT DES EAUX PHYTOSANITAIRES FIGURANT SUR LA LISTE MEDD/MAP
EQUIPEMENTS SUR LE SITE DE L'EXPLOITATION
aménagement de l'aire de remplissage et de lavage étanche avec système de récupération de                                   x
débordements accidentels
potence, réserve d'eau surélevée
plateau de stockage avec bac de rétention pour le local phytosanitaire                                                      x
aménagement d'une paillasse ou plate-forme stable pour préparer les bouillies, matériel de pesée et outils                  x
de dosage
réserve et collecte des eaux de pluie et réseau correspondant (équipement à l'échelle des bâtiments                         x
d'exploitation)
volu-compteur programmable non embarqué
EQUIPEMENTS SPECIFIQUES DU PULVERISATEUR
forfait 3000€ "kit environnement" en cas d'acquisition d'un pulvérisateur neuf répondant à la norme EN
12761 et en substitution d'un équipement existant qui devait être réformé, il comprend les dispositifs
suivants : système anti-débordement sur l'appareil, les buses anti-dérive, les rampes équipées de
systèmes anti-gouttes et la cuve de rinçage, y compris le kit de rinçage ou automisation, les autres
dispositifs de la présente liste peuvent s’ajouter au forfait sur la base d’un devis
matériel de précision permettant de localiser le traitement
volucompteur programmable pour éviter le débordement des cuves
système d'injection directe de la matière active, système de circulation continue des bouillies
système de confinement et de récupération des excédents de bouillie sur les appareils de traitement fixe
matériel de précision permettant de réduire les doses de produits phytosanitaires (traitement face à face)
cuve de rinçage embarquée sur le pulvérisateur (ou sur le tracteur) avec kit de rinçage intérieur des
cuves/kit d'automisation de rinçage des cuves
MATERIEL DE SUBSTITUTION
matériel de lutte mécanique contre les adventices : bineuse, système spécifique de binage sur le rang,
système de guidage automatisé pour bineuses, désherbineuse, herse étrille, pailleuse et ramasseuse ou
enrouleuse pour films organiques biodégradables, matériel spécifique de binage inter-rang
matériel de lutte thermique (échauffement létale), type bineuse à gaz, traitement vapeur
matériel de lutte contre les prédateurs ou permettant la lutte biologique : filets tissés anti-insectes, filets
insects proof et matériel associé
matériel spécifique pour l'implantation de couverts herbacés "entre rangs" et de couvert de zones de
compensation écologique
matériel d'éclaircissage mécanique (matériel de broyage spécifique et adapté, retrait de résidus…) pour
éviter les contaminations par les prédateurs




          DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                 Page 46 sur 194
matériel spécifique pour l'entretien par voie mécanique des couverts et de l'enherbement interrang et des
zones de compensation écologique
système de pulvérisation mixte avec traitement sur le rang et travail mécanique de l'inter-culture
OUTIL D'AIDE A LA DECISION
station météorologique, thermo-hygromètre, anémomètre (matériel embarqué ou non)
MATERIEL VEGETAL PAILLAGE PROTECTION DES PLANTS* ET MAIN D'ŒUVRE ASSOCIEE POUR
                                                                                                                                  x
L'IMPLANTATION DE HAIES ET D'ELEMENTS ARBORES
REDUCTION DES POLLUTIONS PAR LES FERTILISANTS
EQUIPEMENTS VISANT A UNE MEILLEURE REPARTITION DES APPORTS
pesée embarquée des engrais
pesée sur fourche pompe doseuse
système automatisé de préparation et de recyclage des solutions nutritives avec traçabilité pour le secteur
horticole et maraîcher
matériel visant à une meilleure répartition (système de débit proportionnel à l'avancement) et à moduler les
apports
localisateurs d'engrais sur le rang (bineuse, semoir spécifique ou sur planche) et système de limiteur de bordures
OUTIL D'AIDE A LA DECISION
acquisition d'outil d'aide à la décision (GPS - logiciel de fertilisation, logiciel lié à l'agriculture de précision,
[outil de pilotage de la fertilisation])
ECONOMIE D’ENERGIE DANS LES SERRES EXISTANTES AU 31 DECEMBRE 2005
POMPES A CHALEUR
unité de pompe à chaleur (géothermique, air/eau, air/air, eau/eau ou eau/air), raccords aux réseaux
eau/électricité et distribution de la chaleur (réseau basse température ou gaines de distribution d'air chaud)
SYSTEME DE REGULATION (REGULATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR)
logiciel permettant la fluctuation de la température de la serre autour d'une valeur moyenne et/ou
l'ordinateur climatique comprenant ce module ainsi que l'installation, l'alimentation électrique, les sondes et
l'automate de contrôle
OPEN BUFFER (STOCKAGE D'EAU CHAUDE)
ballon de stockage d'eau permettant le découplage de la production de chaleur et de la distribution de
chaleur dans la serre. Cette installation comprend le ballon, sa mise en place par une entreprise, les
raccords hydrauliques et le module de régulation
ECRANS THERMIQUES
toile mobile déployée au dessous de la couverture de la serre, comprenant les supports, le mécanisme de
fermeture et ouverture, la toile, la régulation, le branchement électrique et le montage
INVESTISSEMENTS SPECIFIQUES AUX COOPERATIVES D'UTILISATION DE MATERIEL AGRICOLE
(CUMA) EN COMPLEMENT DES INVESTISSEMENTS PREVUS PAR LES DIFFERENTS ENJEUX
MATERIEL LIE A LA PLANTATION DES DISPOSITIFS ARBORES (HAIES) ET LEUR ENTRETIEN
matériel pris en compte au titre de l'enjeu "lutte contre l'érosion", "réduction des pollutions par les produits
phytosanitaires" et "maintien de la biodiversité"
AUTOMOTEUR DE PULVERISATION
forfait "kit environnement" porté à 15000€ sous réserve d'offrir une démarche intégrée pour l'utilisation des
produits phytosanitaires, ce forfait s'applique en cas d'acquisition d'un pulvérisateur neuf répondant à la norme
EN 12761 et en substitution d'un équipement existant qui devait être réformé, il comprend les dispositifs suivants
: système anti-débordement sur l'appareil, les buses anti-dérives, les rampes équipées de systèmes anti-gouttes
et la cuve de rinçage, cette démarche comprend : l'utilisation de produit toujours sous AMM, stockage des
produits (local phytosanitaire dans la mesure où le stockage des produits se fait par la CUMA elle-même),
gestion des emballages, poste aménagé de remplissage, gestion des effluents phytosanitaires (respect de
l'arrêté du 12 septembre 2006), équipements spécifiques du pulvérisateur (buses anti-dérive, cuves rince-
bidons, dispositif anti-débordement,...) engagement d'un suivi de formation pour l'applicateur CUMA pouvant
aller jusqu'au certificat de DAPA (distributeur applicateur de produits antiparisitaires). Ce forfait est exclusif de
tous autres dispositifs de la liste "équipement spécifique au pulvérisateur"
       * définition : concernant la protection des plants il peut s'avérer utile de disposer autour de chacun des plants une
       protection grillagée " anti-gibier ", de même, l'installation de clôtures permet de tenir le bétail à distance durant
       quelques années, mais l’aide à l’investissement est subordonnée au maintien et à l’entretien de la haie.
                                     IVESTISSEMENTS SPECIFIQUES A L’AGENCE DE L’EAU
                                 -      diagnostic de l’exploitation, plafonnée à 500€,
                                 -      fascines plafonnées à 35€ par mètre linéaire.



          DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                       Page 47 sur 194
                     Dispositif 121 C2 : Aides aux investissements collectifs ( CUMA)

                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Articles 17, 43 et 55 du Règlement (CE) n°1974/2006
    Article 3 du Règlement (CE) n° 1320/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007.
    Délibération modificative (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

Par rapport à d’autres régions françaises (ouest, sud-ouest…), le développement des CUMA dans le
Nord/Pas-de-Calais n’a pris son essor qu’à partir des années 1980 mais en rattrapant rapidement son
retard. Les chiffres ci-après illustrent le développement et le dynamisme régional :
    - Janvier 2007 = 230 CUMA actives, contre 40 en janvier 1983,
    - 1 exploitation agricole sur 3 est adhérente de CUMA,
    - 80% des jeunes qui s’installent adhèrent à une CUMA,
    - 22 adhérents en moyenne par CUMA (21 à l’échelon national),
    - plus de 40 000 € de chiffre d’affaires moyen / CUMA (36 000 € à l’échelon national),
    - plus de 50 000 € d’investissements moyens / CUMA (26 500 € à l’échelon national)
La dynamique régionale des CUMA est également due à une forte volonté de la Chambre Régionale
d’Agriculture et du Conseil Régional de contribuer au soutien à l’animation des CUMA. Celle-ci est
assurée par la FRCUMA Nord/Pas-de-Calais, issue depuis 2001 de la fusion des 2 Fédérations
Départementales pour optimiser sa gestion et son efficacité. L’animation des groupes d’agriculteurs
est fondamentale pour assurer la pérennité et le développement des CUMA (accompagnement des
projets, émulation et développement des innovations, suivi administratif, gestion de conflits…)
Le conseil d’administration de la FRCUMA œuvre auprès des CUMA pour un respect des obligations
statutaires et réglementaires. Ainsi, les subventions des collectivités publiques perçues par une
CUMA, par leur caractère non re-distribuable aux associés et amortissable, confortent sa structure
financière et de ce fait concourent à sa pérennité et à son développement durant toute son existence
Ce dispositif régional est proposé en cohérence avec les dispositifs « Plan de Modernisation des
Bâtiments d’Elevage (PMBE) et Plan Végétal pour l’Environnement (PVE) ». Il vise à soutenir des
types d’investissements spécifiques, dans une logique de complémentarité avec les dispositifs PMBE
et PVE

                      Objectifs

Par une réponse adaptée aux besoins spécifiques exprimés, accroître la compétitivité des CUMA en
fonction de stratégies locales et d’enjeux de territoires et assurer le maintien de l’activité agricole et la
diversité des productions sur l’ensemble des zones rurales.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 48 sur 194
                      Champ du dispositif

Le cadrage au plan national est essentiellement limité au respect des conditions communautaires
(justification de l’aide publique, respect des normes minimales, des taux plafonds…) et s’articule de
manière claire avec les autres dispositifs relatifs à la modernisation des exploitations (PMBE/PVE).
C’est à dire que les investissements éligibles au PMBE et au PVE ne peuvent faire l’objet d’aide au
titre de ce dispositif.

Au plan régional, les 4 thématiques prioritaires suivantes ont été définies :
                         Les investissements favorisant une approche en groupe de travail, (matériels
                           de récolte, de semis / plantation combinés, …)
                         Les investissements favorisant la création d’emploi en commun, (hangar,
                           outillages et équipements d’atelier,…)
                         Les investissements en faveur de l’innovation, du développement des
                           nouvelles technologies, du développement de pratiques favorisant la
                           protection de l’environnement, le bien être des animaux, la réduction de la
                           pénibilité dans le travail, accessible à tous,
                         Les investissements en faveur du développement des nouvelles énergies,
                           des cultures non alimentaires, de la diversification et de l’adaptation aux
                           marchés en aval de la production.


                      Définition des bénéficiaires

Les Coopératives d’Utilisation de Matériel Agricole (CUMA)


                      Description des conditions et des objectifs au regard de l’amélioration de la
                      performance de l’exploitation

Les investissements éligibles répondent à un ou plusieurs des objectifs suivants :
    -    réduction des coûts de production,
    -    préservation et amélioration de l’environnement naturel, des conditions d’hygiène et de bien-
         être des animaux,
    -    amélioration des conditions de travail et réduction de la pénibilité,
    -    amélioration et réorientation de la production,
    -    amélioration de la qualité,
    -    diversification des activités agricoles sur l’exploitation,
    -    développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie.


                      Secteurs de production concernés

L’aide concerne l’ensemble du secteur agricole.


                      Types d’investissements éligibles

La liste des investissements éligibles au niveau régional est la suivante pour les 4 thématiques
prioritaires définies.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 49 sur 194
Investissements favorisant une approche en groupe de travail :
Dans les mesures suivantes, on entendra par « chantier » un ensemble de matériels amenés à
travailler en combinaison (herse rotative+semoir…), amenés à opérer en continuité (charrue puis
travail du sol puis semis…) amenés à travailler en même temps et notamment les matériels de récolte
(arracheuse + remorque+tracteur…). Ces « chantiers » nécessitent pour les adhérents de se
concerter, de planifier, d’intervenir ensemble chez les uns ou les autres, de se relayer… Ces
investissements développent le travail en commun, valeur que la FRCUMA et la REGION souhaitent
encourager.
           Tracteurs : l’utilisation d’un tracteur à plusieurs et par conséquent des outils qui y seront
             attelés, nécessite de la concertation entre les adhérents sur le planning d’intervention des
             travaux ;
            chantiers d’implantation des cultures (semoir combiné de céréales, planteuse de pommes
              de terre, matériels d’implantation de cultures non alimentaire…)
            Chantiers de récolte (ensileuse, arracheuses de betteraves, débardeuses de pommes de
              terre, matériels de récolte du lin, du chanvre, moissonneuse-batteuse, récolteuses de
              légumes…) ;
            Pulvérisateurs distributeurs d’engrais (hors équipements de réduction des pollutions et de
              maîtrise des dosages, éligibles au P.V.E.)
            Chantiers organisés de transport, de manutention (plateaux, remorques, chargeur
              automoteur…)
            Equipement de stockage, de tri, de conditionnement en commun des produits agricoles.


Investissements favorisant la création d’emploi en commun :
            Hangar, neuf
            Installations et équipements pour agencer un hangar aux besoins de la CUMA (bardage,
              gouttières, électrification, amenée d’eau, remblais, clôture, voie d’accès…)
            Atelier et équipements d’entretien et de réparation des matériels,

Investissements en faveur de l’innovation, le développement des nouvelles technologies, le
développement de pratiques favorisant la protection de l’environnement, le bien être des
animaux, la réduction de la pénibilité dans le travail, accessible à tous,

Les investissements en faveur du développement des nouvelles énergies, des cultures non
alimentaires, de la diversification et de l’adaptation aux marchés en aval de la production.
            Matériels d’entretien du paysage et de gestion du milieu rural,
            Kit Bi alimentation pour fonctionnement des moteurs à l’HVP,
            Méthanisation,
            Compostage,
            Bois énergie,
            plates-formes non-alimentaire.
          Equipement de stockage, de transformation, de conditionnement en commun des produits
            agricoles
Le cadrage des dépenses éligibles respectera les textes nationaux ( futur décret) sur le sujet, et les
cadres réglementaires européens.


                      Articulation avec autres mesures

Les investissements éligibles au titre de 121A et B sont exclus de ce dispositif. De même que les
dispositifs 121C4 et 121C5 excluent les CUMA en tant que bénéficiaires.
Par ailleurs les dispositifs ouverts sur l’axe 3 ne sont pas accessibles aux CUMA. Enfin, pas de risque
de recoupement avec les dispositifs 123B et 125C qui excluent les CUMA.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 50 sur 194
                      Intensité de l’aide

Le taux de subvention tous financeurs confondus varie dans le respect des taux communautaires fixés
par le règlement (CE) n°1698/2005, soit au maximum 40%.
En cas d’enveloppe FEADER insuffisante, intervention des financeurs nationaux, Conseil Régional
notamment au taux de subvention global de 10 ou 20% (selon le type d’investissement).



      Type                Montant         Montant            Contribution   Contribution      Taux de
d’investissement       subventionnable subventionnable        nationale      FEADER          subvention
                          minimum         maximum              (Conseil                        globale
                                                             Régional, …)
   Matériels et
  équipements               15 000 €             600 000 €       5%              5%              10%
    agricoles
Hangars, ateliers,
  équipements               15 000 €             300 000 €      10%             10%              20%
   d’entretien
Le taux de subvention des aides aux CUMA est de :
    - 10% du montant de l’investissement HT éligible en ce qui concerne les matériels et
        équipements agricoles,
    - 20% du montant de l’investissement HT éligible pour ce qui est des hangars, des
        agencements et équipements d’adaptation des hangars, des ateliers et équipements
        d’entretien et de réparation des matériels.
Un plafond de subvention pour les aides régionales (hors PVE et PMBE) bénéficiant du
cofinancement européen est fixé à 60 000 € (contribution nationale + FEADER) par CUMA pour la
période 2007 – 2013.
L’aide est accordée sous forme de subvention.
Les Collectivités territoriales et les EPCI pourront intervenir dans le cadre de l’application régionale de
la loi 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.


                      Procédures de mise en œuvre

Le mode de sélection des dossiers mis en place par le Conseil Régional est soumis à l’avis d’une
instance partenariale (Comité technique) qui accompagne l’exécution du dispositif, détermine les
priorités d’intervention et les critères d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront constitués avec l’appui d’une structure professionnelle relais du Conseil Régional
afin de vérifier leur viabilité et adéquation au contexte régional.


                       Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 51 sur 194
Orientation du dispositif                                  Comité technique


Dépôt des dossiers                                         DRAF *
Instruction                                                DRAF
Comité consultatif                                         Comité technique
Décision des partenaires                                   Commission Permanente du Conseil régional
Programmation - suivi                                      Examen en Comité de Programmation
Engagement comptable et juridique                          DRAF via OSIRIS
Contrôle de service fait                                   DRAF
Paiement                                                   Conseil Régional   (procédure      de      paiement
                                                           dissocié)

* une copie du dossier est transmise par la DRAF aux cofinanceurs.

                      Principaux engagements

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire porteront sur :
        le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, sanitaire et
         environnemental,
        le maintien de l’activité et l’obligation de conserver le matériel subventionné pendant 5 ans,
        le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
        le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
        le respect de l’organisation administrative définie en région,
        l’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.

                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du
bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi de l’aide et pendant la suivante.



                      Objectifs quantifiés

        Type d’ indicateur                         Indicateur                         Cible
                                   Nombre de CUMA aidées                               100
                                   Montant total des investissements            30 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 52 sur 194
             Dispositif 121 C4 : Investissements de transformation à la ferme


                      Bases réglementaires

Entre autres :
    Article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Articles 17, 43 et 55 du Règlement (CE) n°1974./2006
    Article 3 du Règlement (CE) n° 1320/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007.
    Délibération modificative (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

La prise en compte de la diversité et de la différenciation régionale des besoins structurels et
territoriaux ainsi que des handicaps structurels impose une réponse appropriée au regard des
stratégies décentralisées de développement rural et une intervention spécifique en matière de soutien
à l’amélioration de la compétitivité du secteur agricole.
Ce dispositif régional est proposé en cohérence avec les dispositifs « Plan de Modernisation des
Bâtiments d’Elevage (PMBE) et Plan Végétal pour l’Environnement (PVE) dans une logique de
complémentarité avec les dispositifs PMBE et PVE.
La transformation à la ferme est traditionnellement importante en Nord Pas de Calais. Elle connaît un
regain d'intérêt à la fois de la part des consommateurs et des producteurs.
Il s'agit d'une activité ancienne, qui ne s'est jamais tout à fait perdue (beurre de ferme, tournée de lait battu
dans le bassin minier, …). Puis elle a su se renouveler avec de nouvelles formes de consommation.
Ces produits permettent de répondre à la demande de produits authentiques, du terroir, dont
l'agriculteur peut expliquer l'origine et la fabrication. Ils répondent à la fois à une demande de ré-
assurance des consommateurs vis à vis de leur alimentation et à une demande de produits de qualité.
Pour le Conseil régional, il s'agit d'une forme de développement qui a de l'avenir, dans une région si
fortement périurbaine, pourvu que les agriculteurs répondent bien aux demandes des
consommateurs.


                      Objectifs

Par une réponse adaptée aux besoins spécifiques exprimés, accroître la compétitivité des
exploitations agricoles en fonction de stratégies locales et d’enjeux de territoires et assurer le maintien
de l’activité agricole et la diversité des productions sur l’ensemble des zones rurales.
Le programme du Conseil régional Nord Pas de Calais vise à soutenir les projets innovants, qui
correspondent à l'introduction d'une nouveauté sur l'exploitation, d'une activité que l'on développe ou
à une création d'activité.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 53 sur 194
                      Définition des bénéficiaires

Peuvent bénéficier de l’aide, selon les thématiques choisies :
    - Les exploitants agricoles individuels ;
    - Les propriétaires bailleurs de biens fonciers à usage agricole ;
    - Les sociétés ayant pour objet la mise en valeur directe d’une exploitation agricole ;
-   Les fondations, associations, établissements d’enseignement et de recherche agricoles mettant
    en valeur une exploitation agricole ;

Critères de priorité :
           Agriculteurs de moins 40 ans,
           Agriculteurs n’ayant encore jamais bénéficié des aides régionales en matière de
        diversification,
           Les petites et moyennes exploitations : définition par calcul identique à la mesure
        modernisation (sur la base du Revenu Disponible Théorique dont les critères sont inscrits à la
        fiche 121 A).

Cas particulier des exploitants pluriactifs : les revenus extérieurs de l’exploitant (comprenant les
revenus mobiliers et immobiliers mais excluant le revenu du conjoint) doivent être inférieurs à 1,5
SMIC net imposable. Ces revenus seront vérifiés sur le dernier avis d'imposition fourni par le
demandeur.


                      Amélioration de la performance de l’exploitation

Les investissements éligibles répondent à un ou plusieurs des objectifs suivants :
-   réduction des coûts de production,
-   amélioration des conditions de travail et réduction de la pénibilité,
-   amélioration et réorientation de la production,
-   amélioration de la qualité,
-   diversification des activités agricoles sur l’exploitation,
-   développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie.

Afin de déterminer si le projet permet d'améliorer les résultats globaux de l'exploitation, trois critères
seront analysés : l'annuité des emprunts moyen et long terme, le produit d'exploitation et l'excédent
brut d'exploitation. Il s'agira de comparer ces trois indicateurs avant le projet et selon les valeurs
prévisionnelles anticipées en période de croisière suite au projet.


                      Secteurs de production concernés

L’aide concerne l’ensemble du secteur agricole.


                      Types d’investissements éligibles

La liste des investissements éligibles est définie au niveau régional.
Les projets éligibles dans cette mesure sont les projets de transformation de produits de la ferme. Si le
projet de diversification de l'exploitation agricole comprend majoritairement d'autres volets :
commercialisation, accueil à la ferme, etc., il sera pris en compte dans le cadre de la mesure 311
(diversification non agricole des agriculteurs).
Rappel : les investissements de transformation à la ferme ont été exclus du dispositif 121 A (PMBE).




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 54 sur 194
Les investissements matériels (Aide à la réalisation de projets agricoles multifonctionnels Ŕ
ARPAM)
Investissements éligibles : la construction, l'aménagement de bâtiment liés au projet ou l'achat des
équipements nécessaires au projet.
Exemple : laboratoire de transformation de produits fermiers, équipement de fabrication, de
réfrigération, …
Le cadrage des dépenses éligibles respectera les textes nationaux ( futur décret) sur le sujet, et les
cadres réglementaires européens.


                         Modalités de prise en charge des investissements liés au respect des normes

La mesure ne prévoit pas de financer les investissements liés à une norme communautaire.
Toutefois, en application de l’article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005, il est prévu d’apporter un
soutien aux jeunes agriculteurs, bénéficiant de l’aide prévue à l’article 20 du règlement, pour les
investissements liés au respect des normes en vigueur ; les investissements doivent être réalisés
dans un délai de 36 mois à compter de la date d’installation.
Dans le cas d'investissements liés à une norme nouvellement introduite , un financement sera
possible pendant les 36 premiers mois à compter de la date à laquelle la norme devient obligatoire.


                         Intensité de l’aide

Le taux de subvention tous financeurs confondus varie dans le respect des taux communautaires fixés
par le Règlement (CE) n°1698/2005, soit au maximum 40%.
                     2
S’agissant des JA , une majoration de 10 points du taux de subvention est appliquée, dans la limite
                                            2
d’un taux d’aide maximum de 40% pour les JA bénéficiant des seules aides régionales.

Pour les investissements matériels (Aide à la réalisation de projets agricoles multifonctionnels-
ARPAM)

     Montant           Type                     Montant        Contribution   Contribution     Taux de
    minimum      d’investissement            subventionnable    nationale      FEADER         subvention
d’investissement                                maximum          (Conseil                       globale
                                                               Régional, …)
                      Matériel – projet
     4 000 €            individuel               50 000€          15%            15%             30%


Pour des opérations de transformation de produits agricoles en produits ne relevant pas de l'annexe I,
l'aide devra être conforme soit aux conditions du règlement (CE) n°1998/2006 concernant l'application
des articles 87 et 88 du Traité aux aides de minimis (respect de la limite d'un montant total d'aides
publiques de 200 000€ sur 3 ans), soit aux conditions plus favorables d'un régime notifié approuvé par
la Commission tel que cité au chapitre 9 du PDRH.
L’aide est accordée sous forme de subvention.
Les Collectivités territoriales et les EPCI pourront intervenir dans le cadre de l’application régionale de
la loi 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.


                         Procédures de mise en œuvre

Le mode de sélection des dossiers mis en place par le Conseil Régional est soumis à l’avis d’une
instance partenariale (Comité technique) qui accompagne l’exécution du dispositif, détermine les

2
 Agriculteur titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis
moins de 5 ans.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 55 sur 194
priorités d’intervention et les critères d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront constitués avec l’appui d’une structure professionnelle relais du Conseil Régional
afin de vérifier leur viabilité et adéquation au contexte régional.


                       Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 Comité technique



Dépôt des dossiers                                        DRAF *

Instruction                                               DRAF

Comité consultatif                                        Comité technique (DRAF, Conseil Régional,
                                                          Structures relais)

Décision des partenaires                                  Commission Permanente du Conseil régional

Programmation - suivi                                     Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DRAF

Paiement                                                  Conseil Régional      (procédure   de   paiement
                                                          dissocié)

* une copie du dossier est transmise par la DRAF aux cofinanceurs.


                      Cohérence avec le premier pilier

Pour le secteur animal, une articulation simple par exclusion des bénéficiaires et/ou des dépenses est
prévue lorsque des aides à l’investissement sont envisagées par les OCM animales.
Pour le secteur végétal, certaines OCM peuvent prévoir des aides aux investissements et, dans ce
cas, la règle d’articulation suivante s’applique : les producteurs qui adhèrent à une (ou plusieurs)
organisation(s) de producteurs restent éligibles au titre du dispositif 121 C si l’investissement projeté
n’est pas inscrit dans le programme opérationnel agréé mis en place dans le cadre de l’OCM.
Enfin l’aide est accordée dans des conditions garantissant le respect des équilibres de marchés
notamment par le canal des limitations de production pouvant être mises en place au titre des OCM.


                      Principaux engagements

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire porteront sur :
        Le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, sanitaire et
         environnemental, d’exercice de l’activité agricole et, s’il y a lieu, au bien être animal,
        Le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 56 sur 194
        Le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
        Le respect de l’organisation administrative définie en région,
        L’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.


                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée.
La nature des sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.
Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration,
l’opération en question sera exclue du soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.


                      Objectifs quantifiés


        Type d’ indicateur                         Indicateur                          Cible
                                   Nombre d’exploitations aidées                        10
                                   Montant total des investissements             1 million d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 57 sur 194
        Dispositif 121 C5 : Investissements nécessaires à une démarche qualité


                      Bases réglementaires

Entre autres
    Article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Articles 17, 43 et 55 du Règlement (CE) n°1974./2006
    Article 3 du Règlement (CE) n° 1320/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007.
    Délibération modificative (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

La faiblesse de la production régionale sous signe officiel de qualité en Nord Pas de Calais amène le
souhait de développer les démarches suivantes :
    - Agriculture biologique,
    - Label Rouge : lingot, volailles, …
    - IGP : réflexions en cours pour l'ail d'Arleux, …
    - DCP


                      Objectifs

Soutenir les investissements spécifiques aux démarches sous signe officiel de qualité présentes en région,
c'est à dire répondant aux préconisations des cahiers des charges visant à l’amélioration des pratiques.


                      Définition des bénéficiaires

Peuvent bénéficier de l’aide, selon les thématiques choisies :
- Les exploitants agricoles individuels ;
- Les propriétaires bailleurs de biens fonciers à usage agricole ;
- Les sociétés ayant pour objet la mise en valeur directe d’une exploitation agricole ;
   - Les fondations, associations, établissements d’enseignement et de recherche agricoles
       mettant en valeur une exploitation agricole ;


                      Amélioration de la performance de l’exploitation

Les investissements éligibles répondent à un ou plusieurs des objectifs suivants :
    -    amélioration de la qualité,
    -    diversification des activités agricoles sur l’exploitation,




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 58 sur 194
Afin de déterminer si le projet permet d'améliorer les résultats globaux de l'exploitation, trois critères
seront analysés :
-   l'annuité des emprunts moyen et long terme,
-   le produit d'exploitation,
-   l'excédent brut d'exploitation.
Il s'agira de comparer ces trois indicateurs : avant le projet et selon les valeurs prévisionnelles
anticipées en période de croisière suite au projet.


                         Secteurs de production concernés

L’aide concerne l’ensemble du secteur agricole.


                         Types d’investissements éligibles

Les investissements éligibles sont définis au niveau régional et sont ceux nécessaires à l’application
des cahiers des charges des signes officiels de qualité établis et contrôlés par les organismes
certificateurs. Comme par exemple :
     - trieuses pour la production « lingot du nord »,
     - fumoirs pour l’ail d’Arleux,
     - investissement spécifique à la production bio ; dispositif de séchage de foin en grange, table
         d’épandage …
Ne sont pas éligibles :
   - Les investissements collectifs en CUMA,
   - Les investissements de transformation à la ferme relevant du dispositif 121 C4,
   - L’ensemble des investissements éligibles au titre des dispositifs 121 A et B (PMBE et PVE).

Le cadrage des dépenses éligibles respectera les textes nationaux ( futur décret) sur le sujet, et les
cadres réglementaires européens.


                         Modalités de prise en charge des investissements liés au respect des normes

La mesure ne prévoit pas de financer les investissements liés à une norme communautaire.
En application de l’article 26 du Règlement (CE) n°1698/2005, il est prévu d’apporter un soutien aux
jeunes agriculteurs bénéficiant de l’aide prévue à l’article 20 du règlement pour les investissements
liés au respect des normes en vigueur, les investissements devant être réalisés dans un délai de 36
mois à compter de la date d’installation.
Dans le cas d'investissements liés à une norme nouvellement introduite , un financement sera
possible pendant les 36 premiers mois à compter de la date à laquelle la norme devient obligatoire

                         Intensité de l’aide

30 % du montant total des investissements avec plancher d’aide à 1 200 € et plafond d’aide à 15 000 €.
                     3
S’agissant des JA , une majoration de 10 points du taux de subvention est appliquée, dans la limite
d’un taux d’aide maximum de 40% pour les JA bénéficiant des seules aides régionales.




3
 Agriculteur titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5
ans.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 59 sur 194
     Montant           Type                     Montant        Contribution   Contribution      Taux de
    minimum      d’investissement            subventionnable    nationale      FEADER          subvention
d’investissement                                maximum          (Conseil                        globale
                                                               Régional, …)
     4 000 €               Matériel              50 000€            15%           15%             30%

Le matériel d’occasion est exclu.
L’aide est accordée sous forme de subvention.
Les Collectivités territoriales et les EPCI pourront intervenir dans le cadre de l’application régionale de
la loi 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.


                      Procédures de mise en œuvre

Le mode de sélection des dossiers mis en place par le Conseil Régional est soumis à l’avis d’une
instance partenariale (Comité technique) qui accompagne l’exécution du dispositif, détermine les
priorités d’intervention et les critères d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront constitués avec l’appui d’une structure professionnelle relais du Conseil Régional
afin de vérifier leur viabilité et adéquation au contexte régional.


                       Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                  Comité technique



Dépôt des dossiers                                         DRAF *

Instruction                                                DRAF

Comité consultatif                                         Comité technique

Décision des partenaires                                   Commission Permanente du Conseil régional

Programmation - suivi                                      Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                          DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                   DRAF

Paiement                                                   Conseil Régional   (procédure     de   paiement
                                                           dissocié)

* une copie du dossier est transmise par la DRAF aux cofinanceurs.

                      Cohérence avec le premier pilier

Pour le secteur animal, une articulation simple par exclusion des bénéficiaires et/ou des dépenses est
prévue lorsque des aides à l’investissement sont envisagées par les OCM animales.
Pour le secteur végétal, certaines OCM peuvent prévoir des aides aux investissements et, dans ce
cas, la règle d’articulation suivante s’applique : les producteurs qui adhèrent à une (ou plusieurs)




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 60 sur 194
organisation(s) de producteurs restent éligibles au titre du dispositif 121 C si l’investissement projeté
n’est pas inscrit dans le programme opérationnel agréé mis en place dans le cadre de l’OCM.
Enfin l’aide est accordée dans des conditions garantissant le respect des équilibres de marchés
notamment par le canal des limitations de production pouvant être mises en place au titre des OCM.


                      Principaux engagements

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire portent sur :
        Le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, sanitaire et
         environnemental, d’exercice de l’activité agricole et, s’il y a lieu, au bien être animal,
        Le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
        Le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
        Le respect de l’organisation administrative définie en région,
        L’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.


                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.




                      Objectifs quantifiés


        Type d’ indicateur                         Indicateur                      Cible
                                   Nombre d’exploitations aidées                     20
                                   Montant total des investissements         0,6 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 61 sur 194
        Dispositif 123 A- Investissements dans les industries agroalimentaires


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 28 du règlement (CE) N° 1698/2005.
    Article 19 du règlement d’application N°1974/2006 et point 5.3.1.2.3 de l'annexe II.
    Article 4 du règlement (CE) N° 1628/2006 (aides à finalité régionale)
    Article 2 du règlement (CE) N° 1998/2006 (de minimis)
    Article 4 du règlement (CE) N° 70/2001, modifié par le règlement 364/2004, modifié par le
    règlement (CE) N° 1857/2006, notamment son article 21.
    Encadrement à la recherche, développement, innovation (RDI) 2006/C 323/01.


                      Bases réglementaires nationales

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret N° 2007-732 du 7 mai 2007 relatif aux zones d’aide à finalité régionale et aux zones d’aide
    à l’investissement des PME
    Décret N° 2007/1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l’investissement immobilier,
    Aide d’Etat N° 553/2003 concernant les aides aux entreprises agroalimentaires.
    Aide d’Etat N° 2/99.
    Articles L 1511-1 à L 1511-5 du code des collectivités territoriales,
    Aide d’Etat en faveur des PME XR N° 61/2007
    Loi N° 2004 - 809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales,
    Délibération du Conseil Régional n° 2007-1074 du 21 mai 2007 et ses modifications.


                      Enjeux de l’intervention

La région Nord-Pas de Calais compte sur son territoire, hormis le vin, l’ensemble des activités des
secteurs de l’alimentaire et du non alimentaire. Les entreprises sont essentiellement des PME très
dynamiques devant faire face à d’importants investissements pour poursuivre leur développement
dans un contexte de frilosité des organismes financiers.
En favorisant le développement des PME les plus dynamiques, il est possible tout à la fois de
conforter l’emploi durable, d’améliorer la valorisation des productions agricoles et de développer des
activités économiques performantes confortant le milieu rural.
L’aide régionale et le FEADER visent à appuyer le développement de ces PME en confortant le plan
de financement de leurs investissements à moyen terme.
L’aide du Conseil Régional, au titre du dispositif 123 A, est accordée dans le cadre d’un Contrat de
Développement.
Par ailleurs, la Région Nord-Pas de Calais a mis en place dans le cadre du Schéma Régional de
Développement Economique un ensemble de dispositifs d’accompagnement pour les PME et les
créations d’entreprises mais aussi des outils financiers comme FINORPA, des aides à l’innovation etc.
permettant aux entreprises régionales de trouver en région Nord-Pas de Calais l’ensemble des appuis
susceptibles de conforter leur développement.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 61 sur 194
                      Objectifs du dispositif :

Les objectifs de cette mesure sont de plusieurs ordres :
            Améliorer les valorisations de produits dans les filières alimentaires et non alimentaires,
            Améliorer la compétitivité des entreprises pour conforter l’emploi durable,
            Développer les filières de qualité et tout particulièrement le biologique,
            Diversifier le tissu économique régional en saisissant des opportunités de développement
              sur de nouveaux marchés en forte croissance,
            Faire effet de levier auprès des organismes financiers afin de permettre aux PME
              d’engager des programmes ambitieux de développement.


                      Champ de la mesure et actions :

La mesure est principalement ciblée sur les entreprises de commercialisation et
transformation/conditionnement de produits agricoles portant un projet ambitieux de création
d’entreprise ou de développement.
Les produits destinés à être transformés/conditionnés doivent appartenir à l’Annexe 1 du Traité de Rome.
L’activité de transformation des produits de l’annexe 1 en produits hors Annexe 1 peut être aidée dans
le cadre de ce dispositif.
Priorité sera donnée aux projets globaux de développement (Contrat de Développement), comportant
une ou plusieurs thématiques prioritaires de développement comme la création d’emplois durables, la
meilleure valorisation des productions agricoles, le positionnement sur de nouveaux marchés
porteurs, l’engagement dans le Développement Durable (insertion de personnes en difficulté), la
coopération, les signes officiels de qualité dont le biologique, l’amélioration de la valeur ajoutée
notamment par l’export ou l’innovation, etc.


                      Définition des bénéficiaires : type et taille d’entreprise bénéficiaire

Peuvent bénéficier de l’aide :
-   Les PME au sens de l’annexe du règlement N° 364/2004 en statut de société inscrite au registre
    du commerce et des sociétés (coopératives, SARL, SA, SAS, etc.),
-   Les créations d’entreprise (PME) dès lors qu’elles sont immatriculées au registre du commerce et
    des sociétés.

Les entreprises médianes sont exclues du dispositif .

La mesure est également ouverte aux investisseurs publics (collectivités locales et leurs groupements)
dans les conditions précisées ci-après (les critères de taille sont mesurés conformément à la lecture
combinée de l’article 28 du R(CE) 1698/2005 et de l’article 2 de l’annexe de la recommandation
2003/361/CE) :
-   Entreprises de transformation ou de commercialisation de produits agricoles dont le nombre de
    salariés est inférieur à 250 et le chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros et appartenant
    directement ou indirectement à plusieurs collectivités publiques dont aucune ne dépasse 5000
    habitants et 10 millions d’euros de budget ni ne détient plus de 50% de participation ou des droits
    de vote.
Ces entreprises sont assimilées à des PME en ce qui concerne les plafonds d’aides publiques.
Les entreprises de transformation ou de commercialisation de produits agricoles (dont les abattoirs
publics), partenaires ou liées à des collectivités publiques et ne répondant pas aux critères définis ci-
dessus sont inéligibles aux interventions du FEADER dans le cadre de la présente mesure.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 62 sur 194
                      Description des secteurs de production concernés :

Sont concernés les secteurs de la transformation et/ou de la commercialisation des produits agricoles
de l’Annexe I du Traité de l’Union et des produits élaborés à partir de ces produits agricoles.
Sont plus précisément concernés les secteurs :
- de la transformation des produits agricoles tels que définis à l’Annexe I du Traité de l’Union, que le
     résultat de cette transformation soit un produit de l’Annexe I ou hors Annexe I, ainsi que la
     commercialisation de ces produits lorsque celle-ci fait partie intégrante de l’activité de
     transformation,
- de la commercialisation (stockage, conditionnement et mise en marché) des produits agricoles de
     l’Annexe I.

En l’état actuel,les investissements dans le secteur du sucre et dans celui des substituts des produits
laitiers ne peuvent recevoir d’aides


                      Critères d’éligibilité :

L’entreprise doit satisfaire aux conditions suivantes :
    -    Créer ou développer une activité de transformation/conditionnement de produits agricoles
         pour l’alimentaire ou le non alimentaire,
    -    Présenter un programme ambitieux et global de développement à trois ans comportant un
         investissement minimal de 200 000 € et comprenant un volet immobilier pour les entreprises
         n’étant pas considérées en création,
    -    L’entreprise doit être à jour de ses obligations fiscales et sociales et respecter les bonnes
         pratiques liées à son activité telles que définies par la réglementation européenne ou
         nationale. Elle doit également justifier du respect des normes européennes pour
         l’investissement concerné,
    -    Les investissements ponctuels, de simple mise aux normes ou de renouvellement ne peuvent
         être aidés dans un Contrat de Développement,
    -    Le projet présenté doit permettre une amélioration du niveau global des résultats de
         l’entreprise : les comptes de résultat et de bilans prévisionnels font partie intégrante du projet.
         L’analyse financière et la rentabilité sont examinés. Une justification à plus long terme peut
         toutefois reposer sur la perspective de nouveaux marchés (innovation, qualité …) ou sur
         l’anticipation de nouvelles réglementations ou de nouvelles contraintes, et dans ces cas le
         bien fondé de la stratégie de l’entreprise est vérifié au regard de sa compétitivité.


                      Investissements éligibles :

Les investissements éligibles seront précisés dans un texte national propre aux IAA et seront
conformes au cadre réglementaire spécifique européen.
Les dépenses éligibles sont constituées par la part de l’immobilier consacré à la production, les
équipements de production neufs, l’informatique et les aménagements qui concourent à la production.
Les opérations de crédit-bail peuvent être financées aux conditions prévues dans le cadrage national
sur l’éligibilité des dépenses.
Dans le cadre des aides à l’investissement, les frais généraux liés aux dépenses visées aux alinéas
précédents, à savoir les études techniques et honoraires sur le bâtiment et la production sont éligibles
dans la limite de 10% des coûts éligibles afférents. Leur prise en compte devra être également
conforme, le cas échéant, au cadrage réglementaire sur l’éligibilité des dépenses.
Le matériel d’occasion est exclu de l’assiette éligible ainsi que les investissements concourant à une
simple mise aux normes déjà en vigueur.
Le matériel roulant non destiné directement à l’activité de fabrication, , le matériel de bureau, les
dépenses d’exploitation, les études de type communication, marketing, gestion, montage de dossier
etc. ne sont pas éligibles.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 63 sur 194
                      Normes requises :

Les investissements projetés devront respecter les normes européennes en matière d’hygiène et de sécurité
alimentaire, d’environnement et de bien-être animal ainsi que la réglementation nationale en vigueur.


                      Type de soutien :

Le Contrat de Développement vise à aider les PME à franchir une étape cruciale de leur
développement au travers d’un soutien en subvention à la réalisation de leur programme de développement.
Les EPCI interviendront dans le cadre d’une convention signée avec le Conseil Régional sous la
même forme juridique que le Conseil Régional et pourront servir de contrepartie aux fonds FEADER.
Le soutien du FEADER est accordé sous forme de subvention en capital.


                      Intensité de l’aide :

Aucun niveau d’aide n’est fixé par activité ou type d’investissement, chaque projet est analysé dans le
cadre d’une approche globale au regard des priorités de développement qu’a choisi le Conseil
Régional Nord-Pas de Calais.
Le taux d’aide peut varier jusqu’à 40% pour les PME relevant de l’annexe 1 du Traité. Les entreprises
transformant des produits de l’Annexe I en produits hors Annexe I seront aidées dans les mêmes
limites de taux et dans la limite des règlements AFR ou de minimis (respect de la limite d'un montant
total d'aides publiques de 200 000€ sur 3 ans).
Le niveau de l’aide, le plus souvent compris entre 10 et 20 %, est déterminé en fonction :
      de l’ambition et de l’impact du projet au regard des priorités,
      de l’incitation de l’aide et notamment de l’effet levier recherché auprès des institutionnels financiers,
      du niveau de participation des EPCI,
      du niveau de retard de développement du territoire concerné,

Ce niveau d’aide pourra être amplifié pour les projets :
      de création d’entreprise,
      de valorisation sous signe officiel de qualité et notamment les produits dans le domaine du
       mode de production biologique,
      sur les territoires en retard de développement ou touchés par un projet de restructuration d’entreprise,
      très créateurs d’emplois en CDI.


                      Procédures de mise en œuvre

Le mode de sélection des dossiers mis en place par le Conseil Régional est soumis à l’avis d’une
instance partenariale (CMER – Commission Mixte Etat - Région) qui accompagne l’exécution du
dispositif, détermine les priorités d’intervention et les critères d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront constitués avec l’appui d’une structure relais du Conseil Régional afin de vérifier
leur viabilité et adéquation au contexte régional.


                       Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.

Orientation du dispositif                                 CMER


Dépôt des dossiers                                        DRAF *
Instruction                                               DRAF



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                            Page 64 sur 194
Comité consultatif                                        CMER – Commission Mixte Etat - Région
Décision des partenaires                                  Commission Permanente du Conseil régional
Programmation - suivi                                     Examen en Comité de Programmation
Engagement comptable et juridique                         DRAF via OSIRIS
Contrôle de service fait                                  DRAF
Paiement                                                  Conseil Régional    (procédure    de    paiement
                                                          dissocié)

* une copie du dossier est transmise par la DRAF aux cofinanceurs.

                      Articulation entre les interventions du FEADER et celles des autres fonds
                          (FEDER)

Les investissements productifs de transformation par des PME de produits de l’Annexe I ne relèvent
pas du FEDER. Le FEP finance la transformation de produits de la mer ou de l’aquaculture.
Pour les projets mixtes (susceptibles de relever par exemple du FEADER et du FEP) il est proposé de
retenir le principe suivant :
                                                                                            ère
- pour être éligible un projet devra concerner un minimum de 50% en volume de matière 1 éligible
    à une procédure,
                                                                                            ère
- la procédure retenue sera déterminée en fonction du volume majoritaire de matière 1 traitée,
    (par exemple : 60% de produits agricoles et 40% de poissons = FEADER, 45% de produits
    agricoles et 55% de poisson = FEP),
- dans la mesure ou l’investissement n’est pas destiné à traiter des produits non autorisés
    (substituts du lait ou produits hors Annexe I par exemple) il est proposé de ne pas appliquer
    d’abattement. Dans le cas contraire, et sous réserve que le volume de produit non autorisé soit
    supérieur à 10%, il sera procédé à un abattement au prorata des produits non autorisés.
Au titre de l’innovation sont financés par le FEDER les travaux de recherche et d’équipements
conformément au programme opérationnel FEDER.


                      Cohérence avec le premier pilier

La cohérence avec l’OCM fruits et légumes est définie par les dispositions suivantes : une entreprise
hors OP (Organisation de Producteurs) est éligible, sinon elle ne l’est que dans la mesure où
l’investissement est exclu du PO (Programme Opérationnel).


                      Territoires visés :

L’ensemble du territoire régional est concerné avec priorités sur les projets ayant un impact rural local.


                      Engagements des bénéficiaires, points de contrôle et régime des sanctions

Les modalités de contrôle et le régime de sanctions feront l’objet d’un cadrage national. En attente de
ces dispositions, les engagements et contrôles seront à minima les suivants :
Principaux engagements
Les entreprises sollicitant une subvention FEADER s’engageront à respecter la réglementation dans
les domaines sanitaire, de l’environnement et s’il y a lieu du bien-être animal.
Les entreprises s’engageront, lors du dépôt de leur demande, à ce que l’investissement aidé ne
connaisse pas de modifications significatives dans le délai de 5 ans à compter de la décision de
financement en application de l’article 72 du règlement FEADER 1698/2005.
Les entreprises s’engageront en outre, pour cette même période de 5 ans, à respecter l’ensemble des
contraintes réglementaires liées aux obligations fiscales et sociales et celles relatives à l’information et
à la publicité à l’intention du public. Elles ne devront pas être en situation de liquidation judiciaire au


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 65 sur 194
moment de la demande d’aide et du paiement de la subvention.
Des engagements plus spécifiques pourront être mentionnés en tant que de besoin dans la
convention signée avec les financeurs, et l’entreprise s’engagera notamment sur le maintien des
emplois trois ans à l’issue du programme de CDR.
Principaux points de contrôle
L’instruction administrative de demande d’aide contrôlera notamment l’éligibilité des bénéficiaires,
l’éligibilité des dépenses, le respect des taux d’intervention et des plafonds, la conformité de
l’opération motivant la demande d’aide vis-à-vis des réglementations en vigueur, y compris sociales et
fiscales, les emplois créés.
Les contrôles administratifs sur les demandes de paiement porteront en particulier sur la réalité des
dépenses par la production et la vérification des factures et décomptes de travaux acquittés ou
certifiés par l’organisme comptable habilité, sur la réalité des investissements matériels et/ou
immobiliers par une visite des lieux effectuée lors de la demande de versement du solde de la
subvention, sur la comparaison entre les investissements prévisionnels et les investissements
effectivement réalisés, sur la réalité des versements de subventions émanant des co-financeurs
publics, et, le cas échéant , sur les emplois créés.
Les investissements aidés doivent être maintenus cinq années à compter de la notification de décision
d’octroi de l’aide.
Les emplois doivent être maintenus pendant 3 ans à l’issue du programme Contrat de Développement.
Enfin, des contrôles sur place sont également effectués pour notamment vérifier le respect des obligations et
des engagements pris par le bénéficiaire.


                      Objectifs quantifiés

 Type d’ indicateur                          Indicateur                          Cible
                             Nombre d’ entreprises aidées                         120
                             Montant total des investissements             60 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                          Page 66 sur 194
    Dispositif 123 B- Aide à l’équipement des entreprises d’exploitation forestière


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres
    Article 28 du Règlement (CE) N°1698/2005
    Article 19 du Règlement (CE) N° 1974/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret n° 2007-952 du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière
    d'investissement des entreprises d'exploitation forestière
    Arrêté du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière d'investissement à
    l'exploitation forestière
    Arrêté préfectoral régional du 19 décembre 2007.


                      Enjeux de l’intervention

Le secteur des entreprises d'exploitation forestière est essentiellement constitué de micro-entreprises.
La région étant peu boisée, le développement des entreprises d’exploitations forestières a été, par
conséquent, limité et a pris du retard. Le matériel d'exploitation forestière est très coûteux. Il est
indispensable de soutenir ce secteur afin de permettre le développement de la mécanisation et
répondre aux demandes du marché.


                      Objectifs

-   Encourager l’emploi et améliorer l’ergonomie et la sécurité des travaux forestiers de récolte ;
-   Améliorer le niveau global des résultats des entreprises du secteur ;
-   Soutenir la mobilisation des bois par des techniques respectueuses de l’environnement ;
-   Favoriser la création de filières locales d’approvisionnement en bois énergie ;
-   Rattraper le retard en investissements des entreprises locales.


                      Champ d’application

L’aide est destinée à moderniser les équipements et améliorer la mécanisation des entreprises
d’exploitation forestière.
Elle vise à garantir le développement de la mobilisation du bois dans le respect de la sécurité au
travail et des préoccupations environnementales.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 66 sur 194
                      Définition des bénéficiaires

L’aide est réservée aux micro-entreprises répondant aux critères posés par la recommandation
2003/361/CE de la Commission (entreprise occupant moins de 10 personnes et dont le chiffre
d'affaires annuel n'excède pas 2M€) et restreinte aux bénéficiaires suivants:
    -    entreprises prestataires de travaux forestiers (ETF),
    -    exploitants forestiers,
    -    coopératives forestières répondant aux critères de la définition des micro-entreprises.


                      Type d’investissements

Sont éligibles les investissements suivants :
    -   machine combinée d'abattage et de façonnage équipée de pneus basse pression et tête
        d'abattage (dépense éligible plafonnée à 420.000 €) ;
    - porteur équipé de pneus basse pression (dépense éligible plafonnée à 250.000 €) ;
    - équipement de débardage équipé de pneus basse pression (dépense éligible plafonnée à
        180.000 € : débusqueur…) ;
    - câble aérien court (dépense éligible plafonnée à 300.000 €) ;
    - broyeurs à plaquettes automoteurs ou tractés (dépense éligible plafonnée à 200.000 €) à
        seule finalité bois-énergie ;
    - machine combinée de façonnage de bûches (dépense éligible plafonnée à 65.000 €) ;
    - matériel informatique embarqué (GPS, transcodeur pour envoi de données chantier géo-
        référencées, ordinateur embarqué) et logiciels (dépense éligible plafonnée à 3.500 €).
    - équipement forestier pour tracteur agricole (dépense éligible plafonnée à 60.000 €) ;
    - le cheval et les équipements divers liés à la traction animale (dépense éligible plafonnée à 15.000 €.
Ne sont pas éligibles les matériels d’occasion et les matériels ne présentant pas tous les dispositifs de
sécurité requis,
Les équipements des parcs à grumes sont exclus du présent dispositif,
Dans le cas de demande de subvention portant sur un équipement équivalent à un précédent
équipement subventionné, mais qui permettrait d’augmenter la capacité de l’entreprise avec une
machine supplémentaire, priorité sera donnée aux dossiers créant un nouvel emploi CDI.


                      Taux d’aides publiques

Montant minimal de l’aide : 1000 €.
    40% de la dépense éligible pour le cheval et les équipements liés à la traction animale,
    30 % pour les autres investissements.
Ces taux s’appliquent à des investissements réalisés sur la base de devis et justifiés par des factures
acquittées.
Un arrêté régional précisera les conditions de subvention pour la région (taux, plafond, règles de
priorité, modulations…)
L’octroi de l’aide est subordonné, dans le cadre du règlement (CE) n°1998/2006, au respect du
plafond de 200 000 € appliqué au total cumulé des aides de minimis perçues sur les 3 derniers
exercices fiscaux comprenant celui de l’année de l’octroi de l’aide.


                      Conditions spécifiques d’éligibilité et de priorité

Les projets s’inscrivant dans une stratégie locale de développement seront prioritaires.
Le projet doit contribuer à une amélioration du niveau global des résultats économiques de l’entreprise.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 67 sur 194
                      Territoires visés

Tout le territoire régional.

                      Engagements et points de contrôle

PRINCIPAUX ENGAGEMENTS
Les bénéficiaires des subventions du FEADER s’engagent à respecter un certain nombre
d’engagements précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice
jointe. Ces engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés
dans l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire, porteront sur :
    -    le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental,
    -    le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général
    -    le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région
    -    le respect de l’organisation administrative définie en région
    -    l’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place


PRINCIPAUX POINTS DE CONTROLE
Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
Les contrôles porteront notamment sur :
              - Eligibilité du bénéficiaire et des investissements,
              - Présence effective du matériel,
              - Conservation du matériel en état de marche pendant 5 ans à compter de la décision
                  attributive d'aide,
              - Vérification de conformité au type de matériel du devis,
              - Conformité du numéro de série (moteur ou châssis),
              - Etat de marche du matériel,
              - Respect des dispositifs de sécurité requis par la réglementation,
              - Vérification de l'emploi créé lorsque le dispositif le prévoit,
              - Amélioration du niveau global des résultats de l'entreprise.

En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera définie dans un texte réglementaire ultérieur. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.

Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.




                      Processus de mise en oeuvre

Le mode d’organisation repose sur une instance partenariale (Commission Régionale de la Forêt et
des Produits Forestiers - CRFPF) qui accompagne l’exécution du dispositif par la détermination de
priorités d’intervention et de critères d’acceptation des projets éligibles.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 68 sur 194
                       Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 CRFPF



Dépôt des dossiers                                        DRAF

Instruction                                               DRAF

Comité consultatif (formation thématique)                 CRFPF

Programmation - suivi                                     Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DRAF

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié



                        Objectifs quantifiés

Indicateurs de résultat : nombre de projets soutenus. Cible : 12.
Accroissement de la valeur ajoutée brute dans les entreprises aidées. Cible : 2% de la valeur ajoutée
au bout de 5 ans.
Indicateur de réalisation : volume total des investissements – Cible : 4M€ sur 7 ans.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 69 sur 194
           Dispositif 125 C : Soutien à d’autres infrastructures du secteur agricole




                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres
    Article 30 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Règlement (CE) n°1974/2006, Annexe II, point 5.3.1.2.5..


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural 2007-
    2013 » (à paraître).
    Décision des collectivités locales (en cours).


                      Enjeux de l’intervention

L’enjeu de cette intervention consiste à créer et maintenir un contexte favorable au développement du
secteur agricole dans le cadre d’une approche collective.


                      Objectifs

Dans le cadre des actions d’amélioration et de développement des infrastructures liées à l’évolution et à
l’adaptation du secteur, des opérations liées à l'accès aux surfaces agricoles, à l’aménagement foncier et à
l'amélioration des terres, à la fourniture d'énergie et à la gestion des eaux peuvent être poursuivies.


                      Champ du dispositif

Actions collectives sur l'ensemble du territoire régional.


                      Bénéficiaires

Associations foncières, Associations syndicales autorisées, établissements publics, syndicats d’eau, parcs
naturels régionaux, communes, communautés de communes, autres collectivités territoriales.


                      Dépenses éligibles

Exemples d’investissements éligibles, dans le respect de la réglementation (liste non exhaustive) :
    -    opérations de réhabilitation en lien avec l’hydraulique agricole sous réserve d’amélioration
         environnementale;
    -    opérations d’aménagement foncier agricole, à l’exclusion du portage foncier (SAFER) sous réserve
         d’amélioration environnementale;
    -    aires collectives de remplissage et de compostage ;
    -    unités de traitement des effluents (mixte ou non) ;


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 70 sur 194
    -    investissements en lien avec la méthanisation ;
    -    ouvrages de lutte contre l’érosion ;
    -    Aires collectives de lavage, de collecte, de stockage et/ou de traitement des eaux résiduaires de
         produits phytosanitaires.


                      Articulation avec les autres mesures

Pour un même investissement, l’aide au titre du dispositif 125 C n’est pas cumulable avec les aides
accordées au titre de la mesure 121.
Par ailleurs, lorsque les investissements sont faits en vue d’améliorer la production agricole, ils relèvent de ce
dispositif 125 ; lorsqu’ils sont faits en vue de préserver le patrimoine naturel, y compris sur des terres agricoles,
ils relèvent du dispositif 323 D (simplement accessible via LEADER au niveau régional).


                      Niveau d’aide

Le FEADER n’intervient pas sur cette aide ouverte exclusivement aux collectivités locales en vue de
permettre la notification de leurs interventions.
Le taux maximum d’aide publique est de 80%.
Les taux s’échelonnent de 45 à 80% maximum selon la nature des travaux, dont notamment :
        55% pour les travaux connexes à l’aménagement foncier (voirie VRD) dans le respect des plafonds
         suivants :
             - 38 500€ HT du km pour les chemins d’exploitation à créer ;
             - 23 000€ HT du km pour les chemins d’exploitation à aménager ;
             - 23 000€ HT du km pour les chemins ruraux à aménager.
        80% pour les travaux connexes à l’aménagement foncier (environnement et opération de
         réhabilitation en lien avec l’hydraulique agricole).


                      Cohérence avec le premier pilier

Sans objet.


                      Principaux engagements

Le bénéficiaire de subvention s’engage à respecter un certain nombre d’engagements précisés dans le
formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces engagements sont adaptés aux
types d’actions conduites et sont également mentionnés dans l’engagement juridique passé avec le
bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire porteront sur :
        Le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
        La pérennité de l’ouvrage est de 5 ans pour ce qui relève de l’adaptation, et de 10 ans au moins
         pour les autres dispositions,
        Le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
        Le respect de l’organisation administrative définie en région,
        L’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.


                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations soutenues



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 71 sur 194
ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations. Ces éléments sont
précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
Ils porteront notamment :
        A l’instruction, sur l’éligibilité du demandeur et du projet, notamment son caractère collectif et le
         respect de la réglementation (autorisation ou déclaration si nécessaire …),
        Au paiement : le contrôle de la réalité de l’ouvrage et de sa conformité au projet, la justification de la
         dépense (factures acquittées), visite de fin d’opération, …
        Après paiement, une visite à l’issue de la période d’entretien contractuel et/ou de garantie permet de
         viser la pérennité des ouvrages et le respect de la réglementation et des engagements pris.

En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.


                      Circuit de gestion

Le dépôt des demandes s’opère auprès des organismes attribuant les aides, qui en assurent l’instruction.

                      Indicateurs

Nombre d’initiatives aidées par année : 60
Montant total des investissements aidés : 30 millions d’euros.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 72 sur 194
  Dispositif 132 Ŕ Encourager la participation des agriculteurs à des régimes de qualité
                          alimentaire ( agriculture biologique)


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 32 du Règlement (CE) n°1698/2005
    Article 22 du Règlement (CE) n°1974/2006 et annexe II point 5.3.1.3.2

                      Textes nationaux de référence
Entre autres :
    Loi d’Orientation Agricole parue au JO du 5 janvier 2006,
    Décret relatif aux « règles nationales d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Délibération du Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais N° 2007 – 2401 du 8 octobre 2007.
    Délibération modificative (à paraître).

                      Enjeu de l’intervention

La qualité constitue un atout majeur pour la production agricole.
La politique menée en ce domaine s'appuie sur un système de différenciation des produits par la qualité et
l’origine. Ce système de différenciation est garanti par la certification tierce partie.
La différenciation des produits, et les signes de qualité s’y rattachant, constituent autant d'outils de
segmentation de marché, porteurs de valeurs spécifiques, et répondent aux attentes grandissantes des
consommateurs en matière d’origine et de typicité.
L’adhésion à un régime de qualité alimentaire (ou à une démarche de qualité) représente une voie de
diversification à encourager. Le tissu agroalimentaire de la région Nord – Pas de Calais est aussi à même de
valoriser ces nouvelles productions.
Le Nord – Pas de Calais est également une des régions françaises où l’agriculture biologique est la moins
développée : 0.4% des surfaces en 2007. Le développement de ce système de production permettra
d’apporter des solutions sur des territoires sensibles au niveau environnement, particulièrement pour la
problématique qualité de l’eau.

                      Objectifs de la mesure

Cette mesure a pour objectifs :
        d’accroître la valeur ajoutée des produits agricoles primaires ;
        d’encourager les exploitants agricoles à participer aux régimes de qualité alimentaire
         communautaires ou nationaux et favoriser ainsi le développement de l’agriculture biologique. En
         effet, la participation à ces régimes de qualité peut entraîner des coûts et des contraintes
         supplémentaires qui ne sont pas totalement rémunérés par le marché ;
        de fournir au consommateur des garanties quant à la qualité du produit ou du processus de
         production utilisé dans le cadre de ces régimes ;
        de renforcer les débouchés commerciaux.
        de favoriser la production biologique déficitaire en région Nord pas de Calais




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 73 sur 194
                      Champ de la mesure

L’aide ne porte que sur les produits agricoles destinés à la consommation humaine.
Elle est destinée à l’Agriculture Biologique (règlement (CE) n° 834/2007 du Conseil).



                      Définition des bénéficiaires

Sont éligibles les exploitants agricoles (à titre individuel ou sous forme sociétaire) qui produisent sous le
label Agriculture Biologique
Sont également éligibles les exploitations en période de conversion à l’agriculture biologique.



                      Mesures prises pour éviter le double financement concernant l’agriculture biologique

Articulation avec le dispositif D « conversion à l’agriculture biologique » de la mesure 214 : pour les produits
biologiques, l’aide accordée au titre de la participation à un régime de qualité alimentaire est cumulable avec
celle accordée au titre du dispositif D « conversion à l’agriculture biologique » de la mesure 214. En effet,
l’aide accordée au titre de la mesure agroenvironnementale ne prend pas en compte, dans sa base de
calcul, le coût de participation à ce régime de qualité, c’est-à-dire les coûts supportés par le bénéficiaire pour
entrer dans le régime de qualité, la cotisation annuelle de participation au régime et le coût des contrôles
visant à vérifier le respect par le bénéficiaire des obligations liées au dit régime de qualité, lorsque ces coûts
sont supportés par le bénéficiaire (exemple : coût de la certification). Par contre, elle prend en compte les
contraintes liées au respect du cahier des charges de l’AB (règlement (CE) n°834/2007 et cahier des
charges national complétant la réglementation communautaire) durant 5 ans à compter de la prise d’effet de
la mesure.

                      Montant de l’aide

L’aide, versée sous forme de subvention, est limitée à 80 % du coût de la certification par exploitation et par
an, ainsi qu’au plafond communautaire de 3000€ par exploitation et par an sur une période maximale de 5
ans.

                      Justification des coûts fixes – dépenses éligibles

L’aide est accordée sous la forme d’une incitation financière annuelle, pendant une durée maximale de 5
ans. Son montant est fixé en fonction du coût de la certification au régime Agriculture Biologique.

                      Territoire visé

Ensemble de la région Nord Pas de Calais.




                      Engagements des bénéficiaires, points de contrôle et régime des sanctions

Le bénéficiaire des subventions s’engage à respecter un certain nombre d’engagements précisés dans le
formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe, et notamment l’engagement minimum
de rester dans le régime de qualité au moins pendant la durée de versement de l’aide.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 74 sur 194
                       Principaux points de contrôle

Les contrôles administratifs et/ou sur place porteront sur la réalité et la conformité des opérations soutenues
ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces éléments seront
précisés dans les documents administratifs qui seront fournis au bénéficiaire.
    - éligibilité du demandeur,
    - attestation de participation au régime de qualité concerné,
    - éligibilité des dépenses envisagées

                       Principales sanctions

En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera définie dans un texte réglementaire ultérieur. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du soutien
et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi
de l’aide et pendant la suivante.



                       Modalités et procédures de mise en oeuvre

Les dossiers sont adressés et instruits au Conseil régional,
La décision de financement est prise par la Commission Permanente du Conseil Régional.
Le dispositif n’est pas cofinancé par le FEADER.

                       Objectifs quantifiés

           Type d’indicateur                              Indicateur                  Cible

         Réalisation                   Nombre d’exploitations participant à un         150
                                       régime de qualité alimentaire aidées




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 75 sur 194
                            Mesure 214 : paiements agroenvironnementaux




Cadrage général


La mesure 214 comporte 7 dispositifs.


Dispositif national :
Dispositif A : PHAE2

Dispositifs déconcentrés à cahier des charges national :
Dispositif D - Conversion à l’agriculture biologique
Dispositif E – Maintien de l’agriculture biologique
Dispositif F - Protection des races menacées
Dispositif G - Préservation des ressources végétales menacées de disparition
Dispositif H - Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles domestiques pour la préservation de la
biodiversité

Dispositif I - MAE territorialisées
I.1 : enjeu Natura 2000
I.2 : enjeu Directive Cadre sur l’Eau
I.3 : autres enjeux environnementaux


                        Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Article 39 du Règlement (CE) No 1698/2005.
    Article 27 Règlement (CE) No 1974/2006, et Annexe II, point 5.3.2.1.4.


                        Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°2007-1342 du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agro-environnementaux et
    modifiant le code rural.
    Arrêté du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agro-environnementaux.
    Arrêté préfectoral régional du 14/04/08 relatif à la mise en œuvre des dispositifs agro-environnementaux



                        Enjeux de l’intervention

Orienter les exploitations vers une agriculture durable et multifonctionnelle.
Il s’agit d’accompagner les exploitations dans l’objectif d’une agriculture plus respectueuse de
l’environnement, dans une région classée totalement en zone vulnérable et de répondre au besoin social de


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 76 sur 194
qualité et de sécurité sanitaire, au travers de dispositifs contractuels d’engagement sur 5 ans.

                       Objectifs

Encourager le développement durable des zones rurales et répondre à la demande grandissante de la
société envers l’environnement, dans une région densément peuplée de près de 4 millions d’habitants.
Introduire ou poursuivre le recours à des pratiques agricoles compatibles avec la protection et l’amélioration
de l’environnement, en particulier la préservation de la ressource en eau, de la biodiversité remarquable et
ordinaire mais aussi du paysage, du sol et de la diversité génétique, dans une région qui abrite 3 parcs
naturels régionaux.


                       Commission régionale agroenvironnementale

        Composition de la CRAE :


  Monsieur le Directeur Régional de l’Agriculture et de la Forêt
  Monsieur le Directeur de l'Agence de l'eau Artois Picardie
  Monsieur le Directeur Régional de l'Environnement Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président de la Chambre Départementale d'Agriculture du Nord
  Monsieur le Président de la Chambre d'Agriculture du Pas-de-Calais
  Monsieur le Président de la Chambre Régionale d'Agriculture Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président du Conseil Général du Nord
  Monsieur le Président du Conseil Général du Pas-de-Calais
  Monsieur le Président du Conseil Régional du Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Directeur Départemental de l'Agriculture et de la Forêt du Pas-de-Calais
  Monsieur le Directeur Départemental de l'Agriculture et de la Forêt du Nord
  Monsieur le Délégué Régional du Centre National d'Aménagement des Structures et des Exploitations agricoles
  Monsieur le Directeur Espaces naturels Régionaux Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président Syndicat Mixte du Parc Naturel Régional de l'Avesnois
  Monsieur le Président Syndicat Mixte du Parc Naturel Régional Scarpe Escaut
  Monsieur le Président Syndicat Mixte du Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'Opale
  Monsieur le Président du Conservatoire des Sites Naturels Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président de la Fédération Régionale Nord - Pas-de-Calais des Syndicats d'Exploitants Agricoles du Nord
  Monsieur le Président de la Délégation Régionale Nord - Pas-de-Calais des Jeunes Agriculteurs
  Monsieur le Président de la Coordination Rurale - Bureau Régional Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président de la Confédération Paysanne Nord - Pas-de-Calais
  Monsieur le Président de la Fédération Régionale Nord - Pas-de-Calais des Associations Nord Nature
  Monsieur le Directeur de Groupement des Agriculteurs Bio du Nord
  Monsieur le Président du Pôle Légumes Région Nord


Afin d’éviter la dispersion des moyens budgétaires et humains, seules seront retenues les mesures
agroenvironnementales les plus pertinentes et les plus efficaces d’un point de vue environnemental, au
regard des spécificités locales et de l’enveloppe budgétaire disponible. Afin d’être plus efficaces, ces
mesures seront ciblées sur des territoires restreints, inclus dans les zones d’action prioritaires, de manière à
assurer une concentration suffisante des bénéficiaires et une adaptation plus fine des engagements.
Les mesures et leurs territoires d’application sont sélectionnés au niveau régional, en concertation étroite
avec les acteurs locaux. Pour cela seront définis, au niveau régional, des critères de sélection des mesures
territorialisées, qui permettront de concentrer l’action sur des territoires où il existe une volonté collective et
une réelle dynamique de souscription, gages d’efficacité environnementale. Parmi ces critères, une attention
particulière est portée :
        aux territoires d’application de la mesure : ils doivent être inclus dans l’une des zones d’action


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                       Page 77 sur 194
         prioritaires définies au niveau régional ;
        aux enjeux environnementaux identifiés sur le territoire : ils doivent correspondre aux enjeux retenus
         comme prioritaires pour la zone d’action prioritaire concernée ;
        à l’intérêt de la mesure proposée par rapport à ces enjeux : l’attention est portée sur le choix des
         engagements unitaires dont la combinaison est la plus pertinente au regard de l’enjeu
         environnemental (en particulier, pour les sites Natura 2000, les cahiers des charges seront ceux
         définis dans les DOCOB) ;
        à la dynamique de souscription attendue ;
        à l’existence sur le territoire d’une structure d’animation ou d’assistance technique aux exploitants,
         gage d’une certaine qualité de la démarche territoriale engagée ;
        au coût global de la mesure, au regard des bénéficiaires, des surfaces et des objectifs attendus.

Sur chaque territoire à enjeux, il est défini au maximum deux mesures par type de couvert (surfaces en
herbe, grandes cultures, arboriculture, viticulture, cultures légumières). Les deux mesures devront s’appuyer
                                                                         ème
sur la même combinaison de base d'engagements unitaires, la 2                mesure ajoutant un ou plusieurs
engagements unitaires supplémentaires, dans la limite de trois ou renforçant un des engagements unitaires
de la première mesure. Sur les territoires retenus pour la mise en œuvre des objectifs de conservation et de
bonne gestion des sites du réseau Natura 2000, il sera défini au maximum deux mesures par habitat.
Par ailleurs, il peut être proposé une mesure pour chaque type d’éléments structurant de l’espace agricole
(bandes enherbées, haies, alignements d’arbres, ripisylves, bosquets, fossés, mares et plans d’eau).
Pour faire émerger des mesures efficaces et coordonnées au sein d’un territoire, un appel à projet pourra
être lancé. Les acteurs locaux agricoles et environnementaux pourront soumettre des offres de mesures
agro-environnementales sur des territoires identifiés.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Critères d’éligibilité du demandeur

        les personnes physiques exerçant des activités agricoles, âgées de plus de 18 ans et de moins de
         60 ans au 1er janvier de l’année en cours, à jour de leurs redevances environnementales auprès de
         l’Agence de l’Eau (« redevance élevage » et « redevance irrigation ») ;
        les personnes morales exerçant des activités agricoles : GAEC et autres formes sociétaires (à
         condition qu’au moins un des associés exploitants ou assimilé soit âgé de plus de 18 ans et de
         moins de 60 ans au 1er janvier de l’année en cours, et que les associés exploitants ou assimilés
         détiennent 50% au-moins du capital social de la société), à jour de leurs redevances
         environnementales auprès de l’Agence de l’Eau ;
        les autres personnes morales exerçant une activité agricole : fondations, associations sans but
         lucratif, établissements d’enseignement et de recherche agricoles lorsqu’ils mettent en valeur
         directement une exploitation agricole, à jour de leurs redevances environnementales auprès de
         l’Agence de l’Eau ;
        les gestionnaires de personnes morales mettant à disposition d’exploitants des terres de manière
         indivise (« entités collectives », groupements pastoraux,…). Ils ont alors obligation de reverser les
         sommes perçues aux utilisateurs éligibles des surfaces.

                      Conditionnalité

Les bénéficiaires de ces dispositifs sont tenus de respecter sur l’ensemble de l’exploitation les exigences de
la conditionnalité prévues aux articles 4 et 5 du règlement (CE) n°1782/2003 et aux annexes III et IV de ce
règlement.

Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au-delà de ces obligations s’imposant à
l’exploitant.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 78 sur 194
       Articulation entre les exigences relevant des bonnes conditions agricoles et environnementales
         (BCAE) et les mesures agroenvironnementales (MAE)

                o    Mise en place d’une superficie minimale en couvert environnemental (SCE), en
                     priorité en bordure de cours d’eau
Cette exigence est susceptible d’avoir une interaction indirecte avec les engagements unitaires de
transformation de couvert COUVER05 à 08, plus particulièrement avec COUVER06 (transformation d’une
culture arable en prairie) et COUVER08 (amélioration d’une jachère et localisation pertinente de celle-ci).
Afin d’éviter toute rémunération d’une exigence réglementaire déjà existante, ces engagements ne peuvent
être souscrits par les exploitants que sur des superficies non comptabilisées au titre des SCE (c’est-à-dire
au-delà du seuil de 3 % de la sole en céréales et oléagineux imposé par la réglementation actuelle). En
outre, si suite à une évolution la surface sous engagement devenait comptabilisée au titre des SCE
(évolution du parcellaire de l’exploitant, renforcement de l’exigence réglementaire, etc.), alors elle serait
systématiquement désengagée et ne bénéficierait plus d’un paiement au titre de la mesure concernée.


                o    Non brûlage des résidus de récolte et irrigation : disposer d’une autorisation de
                     prélèvement et d’un compteur aux normes
Ces exigences n’ont pas d’interaction particulière avec les différentes mesures agroenvironnementales du
programme.


                o    Diversité de l’assolement
Cette exigence BCAE a une interaction directe avec la mesure de diversification des assolements (dispositif
214 B) et une interaction indirecte avec les mesures pour lesquelles un assolement de référence intervient
dans le calcul des surcoûts et manque à gagner.
Pour l’ensemble de ces mesures, la ligne de base a été fixée à un niveau supérieur aux BCAE, elle prend
comme référence l’assolement à trois cultures « Colza – Blé – Orge – Blé ».


                o    Entretien minimal des terres
Cette exigence est susceptible d’avoir une interaction indirecte avec les mesures de maintien de l’ouverture
dans les territoires à très forte dynamique d’enfrichement (mesures OUVER).
Cette BCAE et ces mesures sont complémentaires. En effet, la BCAE porte sur les superficies effectivement
exploitées et déclarées régulièrement, alors que les mesures OUVER portent sur des parcelles ou des
parties de parcelles gagnées par l’enfrichement et à ce titre retirées progressivement de leurs déclarations
surface par les exploitants concernés, de sorte qu’elles ne sont plus alors soumises à l’obligation BCAE
d’entretien des terres.

       Exigences complémentaires relatives aux pratiques de fertilisation et d’utilisation de produits
         phytopharmaceutiques

Outre la conditionnalité de base, le règlement du Conseil prévoit, au titre des exigences propres aux MAE, le
respect d’exigences appropriées dans les domaines de la fertilisation et de l’utilisation de produits
phytopharmaceutiques.
Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au-delà de ces obligations s’imposant à
l’exploitant.
Il s’agira pour le bénéficiaire de respecter, sur l’ensemble de son exploitation, les obligations suivantes :
PRATIQUES DE FERTILISATION
Quatre points sont vérifiés :

                o    L’existence d’un plan prévisionnel de fumure
Pour l’ensemble des îlots, qu’ils soient situés en zone vulnérable ou hors zone vulnérable, ce plan doit
comprendre les données relatives aux prévisions d’apports azotés organiques et minéraux ainsi qu’aux
prévisions d’apports en phosphore organique. C’est la présence et la complétude de ce document qui seront
vérifiées.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 79 sur 194
                o    L’existence d’un cahier d’enregistrement des pratiques d’épandage
Pour l’ensemble des îlots, qu’ils soient situés en zone vulnérable ou hors zone vulnérable, il doit
comprendre les données relatives aux apports azotés organiques et minéraux ainsi qu’aux apports en
phosphore organique. C’est la présence et la complétude de ce document qui seront vérifiées.


                o    L’absence de pollution des eaux par les nitrates
Tous les points d’eaux sont concernés, qu’ils soient de surface (cours d’eau, rivière, étang…) ou souterrains
(captage d’eau potable…).
                                                                                                                er
Il s’agit d’un contrôle documentaire qui s’appuie sur la recherche de procès-verbaux dressés à partir du 1
janvier de l’année civile par les autorités habilitées à constater l’infraction au titre de la police des eaux et
des milieux aquatiques.
Ce point de contrôle complète les points 1,2 et 4 pour permettre de vérifier l’ensemble du code des bonnes
pratiques, en zone vulnérable mais également hors zone vulnérable, pour les titulaires d’engagements
agroenvironnementaux.


                o    En zone vulnérable, l’existence d’un bilan global de la fertilisation azotée
Il est établi à partir du cahier d’enregistrement des pratiques d’épandage.
Il s’agit de comparer les « entrées », sous forme d’azote minéral et organique, et les « sorties », sous forme
d’exportations par les productions végétales. Il s’agit d’un calcul simple, fondé à la fois sur les données du
cahier d’enregistrement et sur les références du CORPEN (Comité d’ORientation pour des Pratiques
agricoles respectueuses de l’ENvironnement). Toute autre méthode de calcul reconnue comme permettant
l’établissement d’un bilan global azoté fiable est admise.


PRATIQUES D’UTILISATION DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES
Cinq points sont vérifiés :

                o    L’extension aux cultures non alimentaires de l’exigence de tenue d’un registre
                     phytopharmaceutique pour la production végétale telle que prévue dans la
                     conditionnalité
Ce registre doit comporter les données suivantes :
             L’enregistrement de toutes les utilisations de produits phytopharmaceutiques ;
             L’enregistrement de toute apparition d’organismes nuisibles ou de maladies ;
             Les résultats de toute analyse d’échantillons prélevés sur des végétaux ;
             L’utilisation de semences génétiquement modifiées pour les agriculteurs exerçant des
                 activités de production primaire d’aliments pour animaux.
Le registre est considéré très incomplet si au moins 50% des données relatives aux cultures non
alimentaires sont manquantes. Le caractère « incomplet » sera vérifié sur la base de l’analyse exhaustive
des informations relatives aux traitements phytopharmaceutiques inscrites dans le registre pour 3 parcelles
de l’exploitation prises au hasard.




                o    La remise des emballages vides et des restes non utilisés de produits
                     phytopharmaceutiques aux circuits de récupération adaptés
Il est vérifié qu’ont été remis
                d’une part les produits phytopharmaceutiques non utilisés (PPNU) : produits en mauvais
               état, interdits d’emploi…
                et d’autre part les emballages vides de produits phytopharmaceutiques (EVPP) : bidons,
               fûts, boîtes, sacs…
soit à une collecte ADIVALOR, lorsqu’elle est mise en place, soit à un collecteur autorisé (coopérative,
négociant…). Dans les deux cas, un justificatif de remise doit être fourni. C’est la présence ou l’absence de
ce justificatif qui sera vérifiée.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 80 sur 194
                o    Le contrôle périodique du pulvérisateur
En application de la Loi sur l’eau et les milieux aquatiques (Loi n°2006-1772 du 30 décembre 2006), publiée
au JORF du 31 décembre 2006, le contrôle des matériels de pulvérisation en service devra être réalisé au
moins une fois tous les 5 ans. La mise en oeuvre de ce point de contrôle relève d’un décret d’application de
la Loi.

                o    Respect des dispositions réglementaires en matière de zone non traitée (ZNT) en
                     bordure des points d’eau pour les produits dont l’étiquette ne comporte pas de
                     préconisations spécifiques
Le respect d’une zone non traitée (ZNT) est une des exigences définies par l’autorisation de mise sur le
marché (AMM) d’un produit phytopharmaceutique. Elle figure sur l’étiquette de celui-ci. Selon les produits,
elle est de 5, 20, 50 ou 100 mètres. En l’absence d’une prescription relative à la ZNT sur l’étiquette d’un
produit phytopharmaceutique, une zone non traitée d’un minimum de 5 mètres doit être respectée lors de
l’usage de ce produit par pulvérisation ou poudrage.
Le respect de la prescription figurant sur l’étiquette du produit est contrôlé dans le cadre de la
conditionnalité. Il est ici contrôlé le respect d'une zone non traitée d’au minimum 5 mètres lors de l’usage de
produits ne portant aucune prescription relative à la ZNT sur l’étiquette.

                o    Le recours à des distributeurs agréés pour l’achat des produits
                     phytopharmaceutiques et, si recours à des applicateurs extérieurs pour les
                     traitements phytopharmaceutiques, agrément obligatoire de ces derniers
L’objectif est de s’assurer que la manipulation des produits phytopharmaceutiques respecte des pratiques
maîtrisées.
La vente et la distribution des produits phytophamaceutiques doivent être assurées par des distributeurs
disposant d’une autorisation à cet effet délivrée par le service régional de la protection des végétaux
(SRPV).
De même, en cas d’application de produits phytopharmaceutiques par une entreprise prestataire de
services, cet opérateur doit disposer d’un agrément.
La référence à ces agréments doit figurer obligatoirement sur les factures remises aux exploitants. Ce sont
ces factures qui leur seront demandées lors du contrôle.


                       Niveau d’aide

Le taux d’aide publique est de 100%. Les niveaux d’aide ont été définis à partir d’estimations des surcoûts
et/ou pertes de revenus engendrés par les pratiques agroenvironnementales allant au – delà d’un niveau de
base défini pour chacun des dispositifs.
En cas de combinaison d’engagements sur une même parcelle, l’aide doit être limitée au maximum fixé dans
l’annexe du règlement 1698/2005 :
                  Cultures annuelles : 600 €/ha
                  Cultures pérennes spécialisées : 900 €/ha
                  Autres utilisations de terre : 450 €/ha
                  Races locales menacées d’abandon : 200 €/UGB.

                       Articulation entre dispositifs

De manière générale, plusieurs dispositifs peuvent être contractualisés sur une même exploitation agricole,
mais uniquement sur des parcelles différentes. Ainsi est-il possible de souscrire un contrat « conversion à
l’agriculture biologique » sur une partie de l’exploitation tout en bénéficiant d’un contrat de « maintien en
agriculture biologique » sur une autre partie.
Une même parcelle culturale ne peut être engagée que dans un seul dispositif et une seule mesure
agroenvironnementale comprenant des engagements surfaciques.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 81 sur 194
A l’inverse, les dispositifs « Protection des races menacées » (dispositif F), « Préservation des ressources
végétales menacées de disparition » (dispositif G) et « Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles
domestiques pour la préservation de la biodiversité » (dispositif H) ne sont pas rattachés à des parcelles
identifiées, ils sont donc cumulables sur une même exploitation avec les autres dispositifs.
Les nouveaux dispositifs de la mesure 214 peuvent être classés en 2 niveaux, du moins contraignant au
plus contraignant d’un point de vue environnemental :


          Niveau 1         Prime herbagère agroenvironnementale 2 (dispositif A)


          Niveau 2         Conversion à l’agriculture biologique (dispositif D)
                           Maintien de l’agriculture biologique (dispositif E)
                           Mesures territorialisées (dispositif I)



Pour une parcelle donnée, le passage d’un engagement, avant son terme des 5 ans, d’un dispositif à un
autre dispositif de niveau inférieur (moins exigeant) n’est pas autorisé. Le régime de sanction défini
s’applique.

Le passage d’un engagement avant son terme vers un dispositif de même niveau n’est en règle générale
pas autorisé ; il pourra être autorisé dans certains cas spécifiques définis par l’Etat-membre.
Par contre le passage d’un engagement avant son terme vers un dispositif de niveau strictement supérieur
est autorisé, sans application du régime de sanction.
Comme pour les différents dispositifs de la mesure 214, plusieurs dispositifs de la mesure f de la
programmation 2000-2006 et de la mesure 214 de la programmation 2007-2013 peuvent être
contractualisés sur une même exploitation, mais uniquement sur des parcelles différentes.
Les dispositifs de la mesure f de l’ancienne programmation pouvant être classés en 2 niveaux, du moins
contraignant au plus contraignant d’un point de vue environnemental, le passage d’un dispositif de
l’ancienne programmation, avant que l’engagement ne soit arrivé à son terme, à un dispositif de la nouvelle
programmation n’est possible que si ce dernier est de niveau supérieur ou égal au premier. Dans le cas
contraire, le régime de sanction défini s’applique (voir paragraphe précédent).




          Niveau 1         Prime herbagère agroenvironnementale (Règlement n°1257/1999)


          Niveau 2         Autres dispositifs agroenvironnementaux du Règlement n°1257/1999, en
                           particulier contrats territoriaux d’exploitation et contrats d’agriculture durable


Trois cas de figure sont possibles pour un bénéficiaire engagé dans un dispositif de la programmation 2000-
2006. En fonction du dispositif dans lequel le bénéficiaire est engagé au titre de la programmation 2000-
2006, il pourra :
        maintenir ses engagements jusqu’au terme de son contrat sans engager de nouvelles parcelles
         dans un dispositif de la programmation 2007-2013
et/ou
        maintenir ses engagements jusqu’au terme de son contrat et engager de nouvelles parcelles dans
         un dispositif de la programmation 2007-2013
et/ou
        basculer ses parcelles engagées dans un dispositif 2007-2013, en respectant les règles
         d’articulation ci-dessus.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 82 sur 194
                      Circuit de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 C.R.A.E *



Dépôt des dossiers                                        DDAF

Instruction                                               DDAF

Avis formel sur les demandes d’engagement                 CDOA*

Programmation – suivi                                     Compte rendu au Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DDAF

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié

* C.R.A.E : Commission Régionale AgroEnvironnementale
* CDOA : Commission Départementale d’Orientation Agricole


                  Points de contrôle


Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Les points de contrôles administratifs et sur place sont définis pour l’ensemble des dispositifs
agroenvironnementaux de façon à assurer la contrôlabilité des obligations des titulaires d’engagements
agroenvironnementaux.
Les contrôles porteront notamment :
     à l’instruction de la demande, sur :
         -    l’éligibilité des bénéficiaires,
         -    l’éligibilité de l’exploitation (suivant les cas : zonage, taux de spécialisation et autres critères…),
         -    le respect des règles d’articulation entre dispositifs 214 et avec ceux de la programmation 2000-
              2006 (PHAE1, CTE/CAD…),
         -    le respect des plafonds à l’exploitation,
         -    la conformité du projet vis à vis des dispositions particulières du dispositif (localisation des
              engagements, participation à une formation…),
         -    le respect de la réglementation et de la conditionnalité.

     chaque année, en vue du paiement, sur :
         -    le respect des engagements (pratique, localisation, quantité…), à la fois en contrôle
              administratif, notamment via la déclaration de surfaces et en contrôle sur place (sur échantillon),
         -    le respect de la conditionnalité et des exigences minimales spécifiques aux MAE (sur
              échantillon).




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 83 sur 194
                      Objectifs quantifiés

                Type
                                                            Indicateur                              Objectif
            d’indicateur
                                  Nombre d’exploitations bénéficiaires en cours de
                                 programmation                                                        1.000
                                 Surface totale engagée au cours de la programmation                40.000 ha
                                 Nombre total de contrats                                             1.500

                                 Surface physique bénéficiant d’un soutien à l’agroenvironnement    15.000 ha




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                            Page 84 sur 194
                       Dispositif 214 D- Conversion à l’agriculture biologique



                      Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif

Arrêté préfectoral régional du 14/04/08 relatif à la mise en œuvre des dispositifs agro-environnementaux


                      Enjeux de l’intervention

Du fait des contraintes liées à leurs itinéraires techniques (interdictions d'emploi de traitements
phytosanitaires et de fertilisation minérale), les productions en agriculture biologique contribuent à répondre
à des objectifs de protection des eaux et de maintien de la biodiversité.
En Nord Pas de Calais, le nombre d’agriculteurs souscrivant à ce mode de production demeure limité ( 145)
et il convient d’accompagner les nouveaux producteurs en accompagnant les conversions.


                      Objectifs

Ce dispositif vise à l’accompagnement des exploitations s’engageant pour partie ou en totalité dans une
démarche de conversion à l’agriculture biologique.
Ce mode de production présente en effet un intérêt majeur pour l’environnement. Il convient donc d’en
favoriser le développement en compensant les surcoûts et manques à gagner qu’il entraîne et qui,
notamment dans la phase de conversion, sont insuffisamment pris en charge par le marché.
La diffusion de ce dispositif de soutien peut favoriser la conversion de nouveaux producteurs et contribuer à
terme à la constitution de filières de mise en marché.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.

                       Articulation avec la mesure 132 (soutien aux régimes de qualité) :

Le dispositif « conversion à l’agriculture biologique » est cumulable avec la mesure 132. En effet, les
montants du dispositif « conversion à l’agriculture biologique » ne pas prennent pas en compte les coûts
supportés par le bénéficiaire pour entrer dans le régime de qualité, la cotisation annuelle de participation au
régime et le coût des contrôles visant à vérifier le respect par le bénéficiaire des obligations liées au dit
régime de qualité, lorsque ces coûts sont supportés par le bénéficiaire (exemple : coût de la certification).
Ces coûts sont pris en charge par la mesure 132.


                      Champ et actions

                                     Eligibilité du demandeur

Avoir son siège d’exploitation situé dans la région Nord Pas de Calais.
Avoir notifié son activité auprès des services de l’agence bio l’année du dépôt de la demande.
Respecter le cahier des charges de l’AB (règlement CE n°834/2007 et cahier des charges national
homologué par l’arrêté interministériel du 28 août 2000 et modifié).
Fournir une étude prospective sur les débouchés envisagés.
La conversion doit avoir débuté depuis moins d’un an à compter du dépôt de la demande (au plus tôt au 16
mai de l’année précédente).



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 85 sur 194
                                    Parcelles engagées

Surface :
       -       n’ayant pas été conduite dans le respect du cahier des charges de l’AB depuis au moins 5 ans,
    Et
       -       en période de conversion (en C1, en C2),
    Et
       -       n’étant pas engagée dans une autre mesure agroenvironnementale.


                                    Types de couverts éligibles

Maraîchage, cultures légumières de plein champ, arboriculture, PPAM (plantes à parfum, aromatiques et
médicinales), cultures annuelles, prairies.



                                    Territoire visé

Tout le territoire régional.



                                    Description des engagements

S’engager à respecter les exigences de la conditionnalité et les exigences complémentaires en termes
d’utilisation de produits phytosanitaires et de fertilisants.
S’engager à respecter le cahier des charges de l’AB (règlement (CE) n°834/2007 et le cahier des charges
national homologué par l’arrêté interministériel du 28 août 2000 et modifié) durant 5 ans à compter de la
prise d’effet de la mesure.
S’engager à notifier chaque année son activité auprès des services de l’Agence Bio.

Cas particulier des prairies : pour pouvoir bénéficier de l’aide à la conversion sur les prairies, le bénéficiaire
doit détenir un cheptel en cours de conversion à l’AB et des surfaces permettant de le faire pâturer.
Respecter un seuil minimum d’animaux de 0,2 UGB/ha, calculé sur l’ensemble des prairies exploitées.



                                    Rémunération des engagements

    Type de culture                               Montant unitaire annuel Ŕ aide à la Code mesure
                                                  conversion

    Maraîchage                                    600 €/ha                              CAB4

    Cultures légumières de plein champ,
    arboriculture, PPAM (plantes à      350 €/ha                                        CAB3
    parfum, aromatiques et médicinales)
    Cultures annuelles et prairies
                                                  200 €/ha                              CAB2
    temporaires

    Prairies                                      100 €/ha                              CAB1


Le total des aides versées à un exploitant individuel ne pourra dépasser 7 600 € par an . Le plancher est fixé
à 300 € par an.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 86 sur 194
                                      Conditionnalité

Les bénéficiaires de ce dispositif sont tenus de respecter sur l’ensemble de l’exploitation, les exigences de la
conditionnalité prévues aux articles 4 et 5 du règlement (CE) n°1782/2003 et aux annexes III et IV de ce
règlement (cf.5.2.).
                                                er
Outre la conditionnalité applicable au 1 pilier, au titre des exigences propres aux MAE, le règlement du
Conseil prévoit le respect d’exigences appropriées dans les domaines de la fertilisation et de l’utilisation de
produits phytosanitaires (cf. PDRH – 5.3.2.2 Mesure 214).

Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au delà de ces obligations s’imposant à
l’exploitant.

                  Contrôles administratifs et sur place


Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Le contrôle administratif des dossiers est effectué à partir des déclarations de respect des engagements
agroenvironnementaux, des déclarations de surface et d’autres éléments dont dispose la DDAF,
conformément aux points de contrôle spécifiés dans le cadrage général de la mesure 214.
Le bénéficiaire doit fournir chaque année, y compris la première, à la DDAF, la copie du dernier rapport de
contrôle réalisé par l’organisme certificateur.
Enfin, la DDAF vérifie auprès de l’Agence Bio que le bénéficiaire a effectivement notifié son activité.
De plus, des contrôles sur place sont effectués, chaque année chez 5 % des bénéficiaires de MAE.
Le contrôleur vérifie la cohérence entre les informations contenues dans les formulaires renseignés
(décision juridique d’engagement environnemental, déclaration des surfaces, déclaration annuelle de
respect des engagements…) et la réalité. Toute anomalie constatée sur le terrain peut entraîner des
sanctions financières pouvant aller jusqu’à la rupture du ou des engagements et le remboursement des
sommes perçues au titre de la ou des mesures concernées, assorties des intérêts au taux légal.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 87 sur 194
                         Dispositif 214 E- Maintien de l’agriculture biologique


                      Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif

Arrêté préfectoral régional du 14/04/08 relatif à la mise en œuvre des dispositifs agroenvironnementaux et
décisions des autres financeurs (Agence de l’Eau et Conseil Régional)


                       Enjeux de l’intervention

Du fait des contraintes liées à leurs itinéraires techniques (interdictions d'emploi de traitements
phytosanitaires et de fertilisation minérale), les productions en agriculture biologique contribuent à répondre
à des objectifs de protection des eaux et de maintien de la biodiversité.
Compte tenu des pertes de récolte et des aléas d’un marché peu organisé faute de volumes de production,
certains agriculteurs abandonnent le mode de production biologique (plus d’une dizaine au cours de la
période 2000-2006)


                      Objectifs

Ce dispositif vise à l’accompagnement des exploitations pratiquant l’agriculture biologique, pour compenser
une rentabilité souvent insuffisante.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Champ et actions

                                    Eligibilité du demandeur

Avoir notifié son activité auprès des services de l’Agence Bio
Ne pas bénéficier du crédit d’impôt


                                    Parcelles engagées

Surface conduite dans le respect du cahier des charges de l’AB et ne bénéficiant pas d’un dispositif de
soutien à la conversion à l’agriculture biologique (programmations de développement rural 2000-2006 ou
2007-2013).
Et
N’étant pas engagée dans une autre mesure agro environnementale.

                                  Types de couverts éligibles

Maraîchage, cultures légumières de plein champ, arboriculture, PPAM (plantes à parfum, aromatiques et
médicinales), cultures annuelles, prairies.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 88 sur 194
                                    Territoire visé

Cette mesure s’adresse aux exploitants agricoles qui exploitent une ou plusieurs parcelles situées:
           -    dans les zones à enjeux vis-à-vis de la protection de la ressource en eau, de l’érosion et des
                zones humides répertoriées par l’Agence de l’Eau (cf carte Enjeux « Eau potable, érosion et
                zones humides » ci-après),
           -    dans les périmètres des pays (cf carte des communes ci-après)




                                    Description des engagements

S’engager à respecter les exigences de la conditionnalité et les exigences complémentaires en terme
d’utilisation de produits phytosanitaires et de fertilisants.
S’engager à respecter le cahier des charges de l’AB (règlement (CE) n°834/2007 et cahier des charges
national homologué par l’arrêté interministériel du 28 août 2000 et modifié) durant 5 ans à compter de la
prise d’effet de la mesure.
S’engager à notifier chaque année son activité auprès des services de l’Agence Bio.

                                    Rémunération des engagements

                                      Montant unitaire annuel Ŕ maintien
       Type de culture                                                       Codes mesure
                                         de l’agriculture biologique

Maraîchage                          350 €/ha                               MAB4

 Cultures légumières de
plein champ, arboriculture,         150 €/ha                               MAB3
PPAM

Cultures annuelles et               100 €/ha                               MAB2
prairies temporaires

Prairies                            80 €/ha                                MAB1


                                    Financement

Le FEADER n’intervient pas sur cette mesure ouverte à l’Agence de l’Eau en vue de permettre la notification
de son intervention.

                                      Conditionnalité

Les bénéficiaires de ce dispositif sont tenus de respecter sur l’ensemble de l’exploitation, les exigences de la
conditionnalité prévues aux articles 4 et 5 du règlement (CE) n°1782/2003 et aux annexes III et IV de ce
règlement (cf.5.2.).
                                                er
Outre la conditionnalité applicable au 1 pilier, au titre des exigences propres aux MAE, le règlement du
Conseil prévoit le respect d’exigences appropriées dans les domaines de la fertilisation et de l’utilisation de
produits phytosanitaires (cf. PDRH – 5.3.2.2 Mesure 214).

Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au delà de ces obligations s’imposant à
l’exploitant.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 89 sur 194
                            Contrôles administratifs et sur place

Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Le contrôle administratif des dossiers est effectué à partir des déclarations de respect des engagements
agroenvironnementaux, des déclarations de surface et d’autres éléments dont dispose la DDAF,
conformément aux points de contrôle spécifiés dans le cadrage général de la mesure 214.
Le bénéficiaire doit fournir chaque année, y compris la première, à la DDAF, la copie du dernier rapport de
contrôle réalisé par l’organisme certificateur.
Enfin, la DDAF vérifie auprès de l’Agence Bio que le bénéficiaire a effectivement notifié son activité.
De plus, des contrôles sur place sont effectués, chaque année chez 5 % des bénéficiaires de MAE.
Le contrôleur vérifie la cohérence entre les informations contenues dans les formulaires renseignés
(décision juridique d’engagement environnemental, déclaration des surfaces, déclaration annuelle de
respect des engagements…) et la réalité. Toute anomalie constatée sur le terrain peut entraîner des
sanctions financières pouvant aller jusqu’à la rupture du ou des engagements et le remboursement des
sommes perçues au titre de la ou des mesures concernées, assorties des intérêts au taux légal.


     Carte des communes prioritaires pour les enjeux « Eau potable, érosion et zones humides »




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 90 sur 194
                          Carte des communes comprises dans les périmètres des pays




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                               Page 91 sur 194
                       Dispositif 214 - F : Protection des races menacées


 

               Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif

Arrêté préfectoral régional           du    14/04/08      relatif   à   la   mise   en   œuvre   des   dispositifs
agroenvironnementaux .




                      Enjeux de l’intervention

Il s’agit de préserver la diversité animale à usage agricole.
Le Nord Pas de Calais compte cinq races locales menacées de disparition : deux races bovines (la
flamande et la bleue du Nord), une race ovine (le boulonnais) et deux races équines (le trait du Nord
et le boulonnais).
Comme de très nombreuses races en France, ces races ont été progressivement abandonnées au
bénéfice des races très spécialisées en lait et en viande.
Néanmoins, chacune de ces races possède des qualités reconnues comme race mixte, comme race à
viande de qualité ou comme race adaptée au système semi extensif.
Ce sont aussi des races à forte identité régionale représentant d’excellents atouts dans le
développement des filières de produits du terroir.


                      Objectifs

Ce dispositif vise à conserver sur les exploitations des animaux des espèces bovine, équine et ovine
appartenant à des races locales menacées de disparition et conduits en race pure (objectif de
maintien de la biodiversité).
La liste des races, l’effectif concerné et les établissements agréés se trouvent dans l’annexe relative
aux mesures agroenvironnementales. Toutefois en ce qui concerne les équidés, il est admis que les
juments inscrites au registre du cheval de trait puissent être engagées et conduites en croisement
d’absorption.
L’objectif est également de fédérer les races bovines, ovines et équines afin d’élargir la base de
sélection.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                            Page 92 sur 194
                       Champ et actions

                                    Races locales éligibles en Nord Pas de Calais

                                                                   ORGANISME DE SELECTION OU DE
                  ESPECE                             RACE           CONSERVATION AGREE PAR LE
                                                                    MINISTERE DE L’AGRICULTURE

                                                                         UPRA Rouge Flamande
                    Bovine                         Flamande         Maison de l’Elevage du Nord – Cité
                                                                          Administrative BP 505
                                                                           59022 LILLE Cedex
                                                                    Union Bleue du Nord – Maison de
                    Bovine                         Bleue du Nord            l‘Elevage du Nord
                                                                       Cité administrative BP 505
                                                                           59022 LILLE Cedex
                                                                   Association des Eleveurs de Moutons
                    Ovine                          Boulonnaise                  Boulonnais
                                                                              164, rue Haute
                                                                           59870 BOUVIGNIES


                                                                    ASSOCIATION D’ELEVEURS DES
                  ESPECE                             RACE
                                                                    ANIMAUX DE RACE MENACEES
                                                                      Syndicat Hippique Boulonnais
                    Equine                       Boulonnaise
                                                                           7 RUE Sans Culotte
                                                                        62650 CAMPAGNE LES
                                                                              BOULONNAIS
                                                                         Syndicat d’Elevage du
                    Equine
                                                Trait du Nord              Cheval Trait du Nord
                                                                        2, rue des Cressonnières
                                                                          62280 SAUDEMONT


                                    Conduite en race pure :

1- Détenir un cheptel herbivore appartenant à des races locales menacées de disparition
       - Espèce équine: détention d’au moins 1 UGB mâle ou femelle de race pure. Les mâles ne
            sont éligibles que s’ils ont au moins un descendant de race pure ; les femelles ne sont
            éligibles que si elles sont âgées d’au moins 6 mois.
         -    Espèces bovine et ovine : détention d’un nombre de femelles de la race protégée, par
              espèce, au moins égal à un équivalent de 3 UGB reproductrices, soit 3 vaches de plus de
              2 ans ou 20 brebis.
         Le montant unitaire de l’aide sera calculé par UGB
2- Etre répertorié par l’organisme chargé de la conservation ou de la sélection de la race, permettre
l’expertise des animaux détenus et la collecte de l’état civil des animaux engagés et de leurs produits
le cas échéant.


                                    Conduite en croisement d’absorption :

Détenir et engager au moins 3 juments inscrites au registre du cheval de trait et âgées d’au moins 6
mois.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 93 sur 194
                                    Territoire visé

Tout le territoire régional.

                                    Description des engagements

PRM1- Bovins, ovins :
         -    Etre répertorié par l’organisme de sélection compétent ou à défaut par l’organisme
              gestionnaire du fichier des animaux de la race, et donc permettre l’expertise de ses
              animaux et la collecte de l’état civil desdits animaux et de leurs produits le cas échéant,
         -    Détenir en permanence un nombre minimum de femelles reproductrices de chaque race
              au moins égal au nombre de femelles reproductrices engagées de chaque race,
         -    Faire reproduire chaque année en race pure au moins 50 % des femelles engagées.
PRM 2 : Juments inscrites au registre du cheval de trait conduites en croisement d’absorption :

         -    Détenir en permanence un nombre de juments répondant aux critères d’éligibilité au
              moins égal au nombre de juments engagées,
         -    Utiliser pour les saillies uniquement des reproducteurs mâles inscrits au livre
              généalogique de leur race et approuvés pour produire dans leur Stud Book. Ces
              reproducteurs doivent en outre être issus d’une des races pures menacées de disparition
              suivantes : Boulonnais, Trait du Nord,
         -    Faire enregistrer les saillies et les naissances conformément à la législation en vigueur,
         -    Obtenir au cours des 5 ans une moyenne d’au moins 2 naissances par femelle engagée
              (cette moyenne est calculée sur l’ensemble des femelles engagées).

PRM 3 : Equidés de races locales menacées de disparition conduits en race pure

         -    Adhérer à l’association ou à l’organisme agréé de la race et à son programme technique,
         -    Détenir en permanence un nombre de mâles et de femelles, de la race menacée et
              répondant aux critères d’éligibilité, au moins égal au nombre de mâles et de femelles
              engagés de la race menacée,
         -    Obtenir au cours des 5 ans une moyenne d’au moins 2 naissances par femelle engagée
              (cette moyenne est calculée sur l’ensemble des femelles engagées),
         -    Inscrire cette descendance au livre généalogique de la race,
         -    Les femelles engagées doivent n’être mises à la reproduction qu’en race pure au cours
              des 5 ans d’engagement,
         -    Les mâles engagés doivent être utilisés pour la monte en race pure au moins une fois par
              année d’engagement.
Cet engagement peut être pris seul, il est accessible sur toute la région.

                                  Rémunération des engagements

En contrepartie du respect du cahier des charges de chacune des mesures, une aide sera versée
annuellement pendant les 5 années de l’engagement :
              -    PRM1 : Conduite d’animaux des espèces bovine et ovine appartenant à des races
                   locales menacées de disparition : 50€/UGB/an.
              -    PRM2 : Conduite en croisement d’absorption de juments inscrites au registre du
                   cheval de trait : 107 €/UGB/an.
              -    PRM3 : Conduite en race pure d’équidés appartenant à des races locales menacées
                   de disparition :153 €/UGB/an.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 94 sur 194
Le montant plancher d’aide est fixé à :
         -    PRM1 : 150€/an,
         -    PRM2 : 107€/an,
         -    PRM3 : 153 €/an.

Le montant annuel maximum d’aide versée à l’éleveur est fixé à 7 600 €/an.

                                      Conditionnalité


Les bénéficiaires de ce dispositif sont tenus de respecter sur l’ensemble de l’exploitation, les
exigences de la conditionnalité prévues aux articles 4 et 5 du règlement (CE) n°1782/2003 et aux
annexes III et IV de ce règlement (cf.5.2.).
                                               er
Outre la conditionnalité applicable au 1 pilier, au titre des exigences propres aux MAE, le règlement
du Conseil prévoit le respect d’exigences appropriées dans les domaines de la fertilisation et de
l’utilisation de produits phytosanitaires (cf. PDRH – 5.3.2.2 Mesure 214).

Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au delà de ces obligations s’imposant à
l’exploitant.



                      Contrôles administratifs et sur place


Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Le contrôle administratif des dossiers est effectué à partir des déclarations de respect des
engagements agroenvironnementaux, des déclarations de surface et d’autres éléments dont dispose
la DDAF, conformément aux points de contrôle spécifiés dans le cadrage général de la mesure 214.
De plus, des contrôles sur place sont effectués, chaque année chez 5 % des bénéficiaires de MAE.
Le contrôleur vérifie la cohérence entre les informations contenues dans les formulaires renseignés
(décision juridique d’engagement environnemental, déclaration des surfaces, déclaration annuelle de
respect des engagements…) et la réalité. Toute anomalie constatée sur le terrain peut entraîner des
sanctions financières pouvant aller jusqu’à la rupture du ou des engagements et le remboursement
des sommes perçues au titre de la ou des mesures concernées, assorties des intérêts au taux légal.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 95 sur 194
Dispositif 214 G : Préservation des ressources végétales menacées de disparition


                     Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif
Arrêté préfectoral régional           du    14/04/08      relatif   à   la   mise   en   œuvre   des   dispositifs
agroenvironnementaux


                      Enjeux de l’intervention

Ce dispositif vise à favoriser la conservation et la réintégration dans la sole de variétés végétales
anciennes, menacées d’érosion génétique.
Les variétés végétales menacées d’érosion génétique en Nord Pas de Calais ont été recensées par le
Centre Régional de Ressources Génétiques (CRRG).
Ces variétés, d’une valeur patrimoniale évidente, sont bien acclimatées à la région et ont fait l’objet
d’observations poussées, permettant au CRRG de les sélectionner pour leur intérêt agronomique,
leurs qualités gustatives et leur bon comportement face aux maladies.


                      Objectifs

L’objectif de ce dispositif est de conserver ou réintégrer des variétés (grandes cultures, cultures
légumières, arboriculture), localement et régionalement adaptées et menacées d’érosion génétique,
dans le système de production.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Champ et actions

                                    Description des engagements

Engager une surface supérieure ou égale à la surface minimale à implanter exigée pour le type de
culture concerné (superficie minimale fixée régionalement en fonction de pratiques habituelles).
Une obligation minimale d’entretien (qui pourra prendre la forme d’une obligation de production) et
une densité minimale de semis ou de plantation seront définies régionalement.
L’agriculteur devra disposer d’une convention avec le réseau en charge de la conservation de la
variété concernée, chargé de certifier l’identité de la variété engagée par l’agriculteur.
Les références précises des variétés concernées doivent être fournies lors de la demande. Seules
sont éligibles les variétés retenues au niveau régional parmi la liste détaillée dans l’annexe relative
aux mesures agroenvironnementales.
Une densité minimale de semis ou de plantation sera fixée régionalement conformément aux bonnes
pratiques agricoles habituelles.


                                      Territoire visé

Tout le territoire de la région Nord pas de Calais.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                            Page 96 sur 194
                                       Rémunération des engagements

 Le niveau d’aide est de 400 euros/ha/an pour les cultures légumières et l’arboriculture ; 52
 euros/Ha/an pour les cultures annuelles.

                                       Conditionnalité

 Les bénéficiaires de ce dispositif sont tenus de respecter sur l’ensemble de l’exploitation, les
 exigences de la conditionnalité prévues aux articles 4 et 5 du règlement (CE) n°1782/2003 et aux
 annexes III et IV de ce règlement (cf.5.2.).
                                                er
 Outre la conditionnalité applicable au 1 pilier, au titre des exigences propres aux MAE, le règlement
 du Conseil prévoit le respect d’exigences appropriées dans les domaines de la fertilisation et de
 l’utilisation de produits phytosanitaires (cf PDRH – 5.3.2.2 Mesure 214).

 Les MAE ne peuvent rémunérer que des engagements allant au delà de ces obligations s’imposant à
 l’exploitant.


                       Adaptation régionale

 La structure en charge de la conservation de chacune des espèces et/ou variétés éligibles (collections
 nationales, conservatoires régionaux, associations…..) est le centre régional de ressources
 génétiques – CRRG. La liste des variétés et/ou espèces retenues figure ci-après :
 LEGUMES:

Ail du Nord                                                Endive Mona
Ail Gayant                                                 Endive Janus
Artichaut du marais de Saint Omer                          Haricot flageolet vert : VERDELYS (nain)
Chicorée Barbe de Capucin des carrières du Nord            Laitue lilloise
Cresson Blond du Pas de Calais                             Carotte de Tilques


 POMMIERS:
Pomme à couteau                                            Pomme à cidre
Argilière (ou Dimoutière)                                  Amère nouvelle
Ascahire                                                   Armagnac
Baguette d'hiver                                           Barbarie
Baguette violette                                          Carisi à longue queue
Belle de juillet                                           Doux corier
Belle fleur double                                         Douzandin
Beurrière                                                  Du Verger
Bouvière                                                   Germaine
Cabarette                                                  Longue queue
Calvi blanc                                                Marseigna
Colapuis                                                   Normandie blanc
Court pendu rouge                                          Pomme poire
Cox’s Rouge des Flandres                                   Roquet rouge
Double bon pommier rouge
Gaillarde
Gosselet
Gris Baudet
Gueule de mouton
Jacques Lebel
Lanscailler
Luche
Marie Doudou



 DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 97 sur 194
Ontario
Pigeonnette
Précoce de Wirwignes
Reinette d'Angleterre
Reinette de Flandre
Reinette de France
Reinette de Fugélan
Reinette des Capucins
Reinette Descardre
Reinette étoilée
Saint Jean = Transparente blanche
Sang de bœuf
Six côtes
Tardive de Bouvignies = Rambour d'hiver
Verdin d'automne
Verdin d'hiver



POIRIERS

Beurré d’Anjou                                              Saint Mathieu
Beurré Lebrun                                               Comtesse de Paris
Jean Nicolas                                                Cornélie
Poire à côte d'or                                           Grosse Louise
Poire à cuire grise de Wierre au Bois                       Sans pépins
Poire de livre                                              Poire à Clément
Poire de sang                                               Poire d'août de Seninghem
Poire Reinette                                              Sucrée de Montluçon
Plovinne                                                    Triomphe de Vienne


CERISES                                                     PRUNES
Cerise blanche de Wavrans sur l'Aa                          Abricotée jaune
Cerise blanche d'Harsigny                                   Coe violette
Cerise Blanc Nez                                            Goutte d'or de Coe
Cerise de Moncheaux                                         Monsieur hâtif
Cerise d'Enguinegatte                                       Reine Claude d'Althan (Conducta)
Cerise du Sars                                              Reine Claude dorée
Gascogne tardive de Seninghem                               Reine Claude rouge hâtive
Griotte précoce de Samer                                    Sanguine de Wismes
Gros bigarreau d'Eperlecques                                Ste Catherine
Grosse cerise blanche de Verchocq
Guigne noire de Ruesnes


  PLANTES MEDICINALES:

     Mauve du Nord




  DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 98 sur 194
                      Contrôles administratifs et sur place


Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Le contrôle administratif des dossiers est effectué à partir des déclarations de respect des
engagements agro-environnementaux, des déclarations de surface et d’autres éléments dont dispose
la DDAF, conformément aux points de contrôle spécifiés dans le cadrage général de la mesure 214.
De plus, des contrôles sur place sont effectués, chaque année chez 5 % des bénéficiaires de MAE.
Le contrôleur vérifie la cohérence entre les informations contenues dans les formulaires renseignés
(décision juridique d’engagement environnemental, déclaration des surfaces, déclaration annuelle de
respect des engagements…) et la réalité. Toute anomalie constatée sur le terrain peut entraîner des
sanctions financières pouvant aller jusqu’à la rupture du ou des engagements et le remboursement
des sommes perçues au titre de la ou des mesures concernées, assorties des intérêts au taux légal.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                               Page 99 sur 194
         Dispositif 214 H : Amélioration du potentiel pollinisateur des abeilles
          domestiques pour la préservation de la biodiversité (à partir de 2008)


 


                      Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif

Arrêté préfectoral régional           du    14/04/08      relatif   à   la   mise   en   œuvre   des   dispositifs
agroenvironnementaux


                      Enjeux de l’intervention

La présence d’une entomofaune pollinisatrice active est particulièrement favorable à la biodiversité, en
favorisant la reproduction de nombreuses espèces végétales participant elles-mêmes à des chaînes
biologiques complexes. Cette présence est encore plus particulièrement utile dans les zones
spécialement intéressantes du point de vue de la biodiversité, telles que les zones Natura 2000 ou les
ZNIEFF (zones naturelles d’intérêt écologique, floristique et faunistique).


                      Objectifs

Le dispositif a pour objectif de modifier sensiblement les pratiques apicoles pour mieux mettre cette
activité au service de la biodiversité. En particulier, il s’agit d’étendre les zones habituelles de
pollinisation et d’y inclure des zones intéressantes pour la biodiversité, même si les rendements en
production de miel y sont inférieurs aux autres zones.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Champ et actions

                                    Eligibilité du demandeur

Disposer d’au moins 75 colonies.

                                    Territoire visé

Tout le territoire régional.
Seules les exploitations dont le siège social est situé sur le territoire peuvent s’engager dans ce
dispositif.
Les zones remarquables au titre de la biodiversité sélectionnées au niveau régional sont les ZNIEFF.
Elles doivent représenter alors au minimum 25% et au maximum 50 % du territoire régional.
Chaque exploitant engagé devra situer au moins un emplacement par tranche de 100 colonies, sur
des zones intéressantes au titre de la biodiversité.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                           Page 100 sur 194
Les communes éligibles au titre de la biodiversité figurent sur la carte ci-dessous :




                                    Description des engagements

    Détenir en permanence un nombre de colonies au moins égal au nombre de colonies engagées.
    Enregistrement des emplacements des colonies engagées : description de l’engagement
    (commune, lieu dit le cas échéant, situé ou non sur une zone intéressante au titre de la
    biodiversité), nombre de colonies par emplacement, date d’implantattion de la colonnie, date de
    déplacement de la colonie.
    Présence d’au moins un emplacement par tranche de 25 colonies engagées, par année
    d’engagement.
       Présence d’au minimum 25 colonies engagées sur chaque emplacement.
    Respect d’une durée minimale d’occupation de 3 semaines sur chaque emplacement.
    Respect d’une distance minimale de 1000 mètres entre 2 emplacements sauf obstacles naturels
    (lignes de crête et bosquets) : distance minimale portée à 500 mètres.
    Respect d’un emplacement par tranche de 100 colonies engagées sur une zone intéressante au
    titre de la biodiversité (pendant au moins 3 semaines), entre les mois d’avril et d’octobre par
    année d’engagement.
    Tout bénéficiaire de ce dispositif s’engage à respecter les exigences de la conditionnalité et les
    exigences minimales en terme d’utilisation de produits phytosanitaires et de fertilisants.


                                    Rémunération des engagements

Le niveau d’aide est de 17 €/ruche/an.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 101 sur 194
Le total des aides versées à un exploitant individuel ne pourra dépasser 7 600 € par an . Le plancher
est fixé à 1 275 €/an (soit 75 ruches).



                      Contrôles administratifs et sur place

Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.
Le contrôle administratif des dossiers est effectué à partir des déclarations de respect des
engagements agroenvironnementaux, des déclarations de surface et d’autres éléments dont dispose
la DDAF, conformément aux points de contrôle spécifiés dans le cadrage général de la mesure 214.
De plus, des contrôles sur place sont effectués, chaque année chez 5 % des bénéficiaires de MAE.
Le contrôleur vérifie la cohérence entre les informations contenues dans les formulaires renseignés
(décision juridique d’engagement environnemental, déclaration des surfaces, déclaration annuelle de
respect des engagements…) et la réalité. Toute anomalie constatée sur le terrain peut entraîner des
sanctions financières pouvant aller jusqu’à la rupture du ou des engagements et le remboursement
des sommes perçues au titre de la ou des mesures concernées, assorties des intérêts au taux légal.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 102 sur 194
            Dispositif 214 I : Mesures agroenvironnementales territorialisées


I.1 : enjeu Natura 2000
I.2. : enjeu DCE
I.3 : autres enjeux environnementaux


                Textes nationaux de référence spécifiques au dispositif

Décret n°2007-1342 du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agroenvironnementaux et
modifiant le code rural.
Arrêté du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agroenvironnementaux
Arrêté préfectoral régional du 11/10/07 relatif à la mise en œuvre des dispositifs
agroenvironnementaux et décisions des autres financeurs (agence de l’eau sur I2 et CT sur I1)
Arrêté préfectoral régional du 14/04/08 relatif à la mise en œuvre des dispositifs
agroenvironnementaux et décisions des autres financeurs (agence de l’eau sur I2 et CT sur I1)

                      Enjeux de l’intervention

Il s’agit d’accompagner les exploitations agricoles ayant des surfaces sur des territoires à enjeux afin
de mettre en œuvre des mesures agroenvironnementales ciblées et exigeantes au travers de
dispositifs contractuels d’engagement sur 5 ans.



                      Objectifs

Les mesures agroenvironnementales territorialisées visent essentiellement à préserver ou rétablir la
qualité de l’eau en particulier celle des nappes souterraines et à limiter la dégradation de la
biodiversité. Ciblées et exigeantes, elles permettent de répondre correctement à des menaces
localisées ou de préserver des ressources remarquables, en priorité dans les sites Natura 2000 et les
bassins versants prioritaires et en particulier sur les zones d’alimentation des captages d’eau potable
définis au titre de la directive cadre sur l’eau (DCE).
Elles peuvent également être mises en œuvre sur d’autres zones à enjeux spécifiques : zones
humides, érosion, paysage.



                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 103 sur 194
Dispositif I.1 : enjeu Natura 2000. Les mesures territorialisées seront mobilisées pour atteindre les
objectifs de conservation et de bonne gestion des sites du réseau Natura 2000, établis par les
directives « Habitats » (92/43/CEE) et « Oiseaux » (97/49/CEE) : pour les surfaces agricoles des sites
Natura 2000, les MAE permettront de mettre en œuvre les mesures de bonne gestion définies dans le
document d’objectifs de chaque site.




Les sites Natura 2000 en milieu marin ne sont pas éligibles au FEADER.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 104 sur 194
Dispositif I.2. : enjeu Directive Cadre sur l’Eau. Les MAET seront également mobilisées sur les
bassins versants prioritaires définis au titre de la directive cadre sur l’eau. Ces bassins versants
prioritaires sont définis à partir des résultats des états des lieux réalisés au niveau de chaque grand
bassin hydrographique.
Il s’agira :


1    des bassins d’alimentation des captages pour l’alimentation en eau potable, dont l’état se dégrade
     - ou est d’ores et déjà dégradé - sous l’effet de pollutions diffuses d’origine agricole (nitrates et/ou
     pesticides).
2    des bassins versants identifiés et suivis par les groupes régionaux contre les pollutions par les
     produits phytosanitaires - ce afin de soutenir la dynamique engagée et renforcer la mise en œuvre
     des plans d’action - et plus largement, les zones sur lesquelles le risque ou le potentiel de
     contamination des eaux a été évalué comme fort dans le cadre du diagnostic régional établi et
     publié par ces groupes régionaux,




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 105 sur 194
Dispositif I.3. : autres enjeux environnementaux
Au niveau régional, trois enjeux majeurs ont été définis :
         - la protection des zones humides
         - la lutte contre l’érosion
         - la protection des paysages




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08      Page 106 sur 194
                       Champ et actions


                                     Eligibilité du demandeur

 Exploiter des surfaces situées dans les territoires à enjeux retenus.


                                     Projets agroenvironnementaux retenus en 2007

                                                                  Enjeu
     Nom du territoire             Code du territoire          environnemental             Opérateur
                                                                   principal

Bocage Avesnois                   NP-AVES                  I3 : paysage          Parc Naturel     Régional      de
                                                                                     l’Avesnois
Sites NATURA 2000 NPC NP-PSEB                              I1 : Natura 2000      Parc Naturel Régional Scarpe
    032, NPC 033 et NPC                                                              Escaut
    034
Bocage du Parc Scarpe NP-PSEP                              I3 : paysage          Parc Naturel Régional Scarpe
   Escaut                                                                            Escaut
Marais Audomarois                 NP-MAUD                  I3 : Zone humide      Parc Naturel Régional des Caps
                                                                                     et Marais d’Opale
La basse vallée de la Slack NP-SLAC                        I3 : Zone humide      Parc Naturel Régional des Caps
                                                                                     et Marais d’Opale
Sites Natura 2000 NPC NP-NACM                              I1 : Natura 2000      Parc Naturel Régional des Caps
    011 et NPC 015,                                                                  et Marais d’Opale
    pelouses calcicoles
Bocage du Parc des Caps NP-BCMO                            I3 : paysage          Parc Naturel Régional des Caps
   et Marais d’Opale                                                                 et Marais d’Opale


                                     Projets agroenvironnementaux retenus en 2008

                                                                  Enjeu
     Nom du territoire             Code du territoire          environnemental             Opérateur
                                                                   principal

Le bocage Avesnois à NP-AVB8                               I3 : paysage          Parc Naturel     Régional      de
l’exclusion du site Natura                                                       l’Avesnois
2000 NPC 038,
Le site Natura 2000 NPC NP-8N38                            I1 : Natura 2000      Parc Naturel     Régional      de
038 : « Forêts, bocages, et                                                      l’Avesnois
étangs de la Fagne de
Trélon et du plateau
d’Anor »,
Sites NATURA 2000 NPC NP-SEB8                              I1 : Natura 2000      Parc Naturel Régional Scarpe
032, NPC 033 et NPC 034                                                          Escaut
Le territoire du Parc NP-SPA8                              I3 : paysage          Parc Naturel Régional Scarpe
Naturel Régional Scarpe                                                          Escaut
Escaut et du Pays Pévèlois
à l’exclusion des sites
Natura 2000 NPC 032,
NPC 033 et NPC 034 et
du    territoire « Prairies



 DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 107 sur 194
humides »,
Les prairies humides du NP-SEH8                            I3 : zone humide   Parc Naturel Régional Scarpe
Parc   Naturel   Régional                                                     Escaut
Scarpe Escaut Escaut
Marais Audomarois                 NP-MAU8                  I3 : Zone humide   Parc Naturel Régional des Caps
                                                                              et Marais d’Opale
La basse vallée de la Slack NP-SLA8                        I3 : Zone humide   Parc Naturel Régional des Caps
                                                                              et Marais d’Opale
Les pelouses calcicoles NP-NAC8                            I1 : Natura 2000   Parc Naturel Régional des Caps
Natura 2000 du Parc                                                           et Marais d’Opale
naturel régional des Caps
et Marais d’Opale :
les   sites   NPC     004,
NPC011,          NPC012 ,
NPC015 et NPC025
Le bocage du Parc Naturel NP-BCM8                          I3 : paysage       Parc Naturel Régional des Caps
Régional des Caps et                                                          et Marais d’Opale
Marais       d’Opale       à
l’exclusion des sites Natura
2000 : NPC 004, NPC
011 , NPC 012 , NPC 015
et NPC 025 ,
Le territoire des communes NP-SEP8                         I3 : érosion       Parc Naturel     Régional      de
de Sepmeries, Villers Pôl,                                                    l’Avesnois
Ruesnes et Maresches
Le territoire du Bassin NP-SPC8                            I2 : eau potable   Chambre Régionale d’Agriculture
versant pilote de Sars-
Poteries et Saint-Aubin
Le territoire « protection de NP-EPC8                      I2 : eau potable   Chambre Régionale d’Agriculture
l’eau potable », présenté
par la Chambre Régionale
d’Agriculture
Le territoire « lutte contre NP-ERC8                       I3 : érosion       Chambre Régionale d’Agriculture
l’érosion », présenté par la
Chambre           Régionale
d’Agriculture,
Le territoire des Sous NP-SYS8                             I3 : érosion       Syndicat Intercommunal de la
Bassins    versants   « Le                                                    Vallée de la selle
Chêne » et « La Montagne
Crapez »     du   Syndicat
Intercommunal         pour
l’Aménagement
Hydraulique de la Selle et
ses Affluents




 La description des territoires figure en annexe du DRDR .

                   Description des engagements

 Les engagements retenus au niveau régional figurent dans l’arrêté préfectoral annuel.



                                       Points de contrôle


 DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 108 sur 194
Les contrôles seront réalisés conformément à la circulaire annuelle en vigueur sur les MAE.

Les points de contrôles administratifs et sur place sont définis pour l’ensemble des dispositifs agro-
environnementaux de façon à assurer la contrôlabilité des obligations des titulaires d’engagements
agro-environnementaux.
Les contrôles porteront notamment :
- à l’instruction de la demande, sur :
              l’éligibilité des bénéficiaires,
              l’éligibilité de l’exploitation (suivant les cas : zonage, taux de spécialisation et autres
       critères…)
              le respect des règles d’articulation entre dispositifs 214 et avec ceux de la programmation
              2000-2006 (PHAE1, CTE/CAD…)
              le respect des plafonds à l’exploitation,
              la conformité du projet vis à vis des dispositions particulières du dispositif (localisation des
              engagements, participation à une formation…)
              le respect de la réglementation et de la conditionnalité
- chaque année, en vue du paiement, sur :
              le respect des engagements (pratique, localisation, quantité…), à la fois en contrôle
              administratif, notamment via la déclaration de surfaces et en contrôle sur place (sur
              échantillon)
              le respect de la conditionnalité et des exigences minimales spécifiques aux MAE (sur
              échantillon)



                                      Objectifs quantifiés




    Type                                                  Objectif       Objectif par enjeux
                                Indicateur
d’indicateur                                               global
                                                                             I1           I2              I3
                   Nombre d’exploitations bénéficiaires        1.000         10          300             650
                                                                           500 ha      10 à 15         25 à 30
                  Surface totale engagée                  40.000 ha                    000 ha          000 ha
                  Nombre total de contrats                     1.500         15          450            1000
                  Surface physique bénéficiant d’un       15.000 ha        500 ha     3 à 5 000      8 à 12 000
                  soutien à l’agroenvironnement                                           ha             ha




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                          Page 109 sur 194
                  Dispositif 216 : aide aux investissements non productifs


                      

                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Article 41 du Règlement (CE) No 1698/2005.
    Article 29 du Règlement (CE) No 1974/2006, et Annexe II, point 5.3.2.1.6.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
      Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
      2007-2013 » (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

Il s’agit de financer des investissements non productifs lorsqu’ils sont nécessaires à la réalisation des
dispositifs agroenvironnementaux ou d’autres objectifs agroenvironnementaux, ou pour renforcer
l’utilité publique d’une zone Natura 2000 ou d’autres zones agricoles à haute valeur naturelle.


                      Objectifs

Ces investissements non productifs visent essentiellement à préserver ou rétablir la qualité de l’eau et
à limiter l’érosion de la biodiversité.


                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Champ et actions

                                          Territoire visé
Cette mesure est zonée. Les zones éligibles sont définies au niveau régional parmi les zones
suivantes :
          -   les zones d’action prioritaire définies pour la mise en œuvre des MAE,
                              4
          -   zones humides telles que définies nationalement,
          -   d’autres milieux d’intérêt écologique. Exemples : mares, prairies calcicoles, fossés.




4
    Marais, tourbière, lande humide, zone alluviale, prairie humide, etc.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 110 sur 194
                                          Description des dépenses éligibles
Les investissements envisagés sont notamment :
                  matériel lié à l’entretien et la restauration de milieux spécifiques : chenillettes, pneus
                    basse pression, matériel de colmatage de drains de zone humide,
                  ouvrages en lien avec ces milieux : petite hydraulique, etc.,
                  achat de clôtures pour la mise en défens de zones sensibles,
                  restauration de murets, de mares,
                  les dépenses d’implantation de haies et d’éléments arborés, l’investissement (matériel
                    végétal, paillage, protection des plants, main d’œuvre et matériel d’implantation et
                    d’entretien).
                                          Articulation avec le Plan Végétal pour l’Environnement
                                           (dispositif B, mesure 121 : modernisation des exploitations)



Concernant l’implantation de haies et d’éléments arborés, lorsque l’opération relève d’un projet ne
concernant que les surfaces agricoles mises en valeur par le bénéficiaire, exploitant agricole,
l’investissement (matériel végétal, paillage, protection des plants, main d’œuvre et matériel acquis
collectivement lié à l’implantation et à l’entretien) est financé exclusivement au titre du Plan Végétal
pour l’Environnement. A contrario, lorsque le projet dépasse le cadre de la seule exploitation agricole
et s’inscrit dans un objectif environnemental plus large intéressant d’autres acteurs (opération groupée
par exemple) relevant de la mesure 216 (investissements non productifs), l’investissement est alors
financé dans le cadre de ladite mesure 216.


                      Modalités d’application en région Nord – Pas de Calais

Le taux d’aide publique peut varier dans la limite du taux maximum fixé à :
                   80% pour les investissements liés à une mesure agroenvironnementale,
                   75% en zones Natura 2000 et DCE (sans MAE),
                   60% sinon.
La mesure est applicable sur l’ensemble du territoire régional avec les zonages spécifiques des MAE
territorialisées.

                      Circuit de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.

Orientation du dispositif                                 C.R.A.E *


Dépôt des dossiers                                        DDAF

Instruction                                               DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                 C.R.A.E *

Programmation – suivi                                     Compte rendu au Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DDAF

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié

* C.R.A.E : Commission Régionale Agro Environnementale




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 111 sur 194
                         Objectifs quantifiés
         Type d’indicateur                                Indicateur        Cible
             réalisation                 nombre d’exploitations agricoles    20
                                         aidées
                                         volume total d’investissement      100 K€




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                           Page 112 sur 194
                   Dispositif 221 : premier boisement des terres agricoles


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Article 43 du Règlement (CE) No 1698/2005.
    Articles 30 et 31 du Règlement (CE) No 1974/2006, et Annexe II, point 5.3.2.2.1.


                       Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Arrêté préfectoral fixant la liste des matériels forestiers de reproduction et leurs normes
    dimensionnelles éligibles aux aides de l’Etat du 03 juillet 2005



                      Enjeux de l’intervention

Il s’agit de contribuer au respect des engagements de la France en matière de lutte contre l'effet de
serre, de développement des énergies renouvelables à travers le bois-énergie et de protection de la
qualité de l'eau.
La région Nord Pas de Calais a un taux de boisement d’un peu plus de 7 %, soit de l’ordre de 110.000
ha pour une population de près de 4 millions d’habitants. Il est donc nécessaire de favoriser le
développement des premiers boisements pour développer la filière bois-énergie, dans une région
grosse consommatrice, et de favoriser la protection des nappes souterraines par le boisement dans
une région totalement classée en zone vulnérable pour les nitrates.


                      Objectifs

Les investissements doivent viser à une meilleure utilisation du sol, à la préservation et la mise en
valeur de l'environnement, en particulier la protection des zones de captage ou à l'augmentation des
ressources forestières dans une région Nord Pas de Calais très peu boisée.


                      Bénéficiaires

Sont éligibles comme bénéficiaires les personnes physiques ou morales telles que :
    Les propriétaires privés,
    Les associations,
    Les communes et les groupements de communes,
    Les établissements publics de coopération intercommunale,
    Les collectivités telles que les Conseils généraux et les Conseils régionaux,
    Les établissements publics,
    Les agriculteurs




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 113 sur 194
                      Champ et actions

                                      Investissements éligibles

Seuls les coûts d’installation sont éligibles à cette mesure. Les primes à l’hectare décrites dans
l’article 43 paragraphe 1b) et c) ne sont pas retenues.
Les coûts d’installation du peuplement sont notamment :
         -    l’élimination de la végétation préexistante,
         -    la préparation du sol,
         -    la fourniture et la mise en place de graines et plants d'une espèce ou d'une provenance
              génétique adaptée à la station forestière,
         -    l’entretien de la plantation,
         -    la protection des plants (paillage par exemple),
         -    la maîtrise d'œuvre des travaux et leur suivi par un expert forestier ou un homme de l'art
              agréé,

NB: Le recours au barème est exclu sur cette mesure. Les travaux seront réalisés exclusivement sur
devis/factures acquittées.
Les investissements immatériels liés à la maîtrise d’œuvre sont éligibles dans la limite de 12% du
montant des travaux.

                                      Surfaces éligibles

Il s’agit de terres non boisées qui ont fait l'objet d'une exploitation agricole pendant au moins deux
années consécutives au cours des cinq dernières années précédant la demande.
Seuil d’éligibilité : 1 ha

                                      Territoire visé

Ensemble de la région Nord Pas de Calais.

                                      Dispositions et critères de sélection des surfaces à boiser

Afin de garantir que les mesures envisagées sont adaptées aux conditions locales et compatibles
avec les exigences environnementales, notamment la biodiversité, conformément à l'article 50 (6) du
règlement 1698/2005 et à l'article 34 du règlement d'application, l’éligibilité du projet est subordonnée
aux finalités suivantes:
         -    contribution à la lutte contre l'effet de serre et à l'atténuation du changement climatique
              (stockage de carbone),
         -    contribution à la diversité paysagère et renforcement de la biodiversité,
         -    protection des sols et renforcement de la qualité de l'eau.

Pour bénéficier à taux plein et entier de cette aide le demandeur doit respecter les exigences de la
conditionnalité sur l'ensemble de son exploitation agricole.


                      Engagements du bénéficiaire

Précisions à venir


                      Points de contrôle

Précisions à venir




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 114 sur 194
                      Circuits de gestion

Précisions à venir.


                      Taux d’aides publiques

Le taux de subvention est fixé à 70 % du montant éligible.
Le montant du soutien est calculé à partir de devis.
Le montant minimal de l’aide est fixé à 1.000 €.


                      Objectifs quantifiés

        Type d’indicateur                                 Indicateur              Objectif
                                   Nombre de bénéficiaires recevant une aide au
                                   boisement                                        50
                                   Nombre d'hectares boisés                         200




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 115 sur 194
          Dispositif 227: Investissements non productifs en milieux forestiers


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Article 49 b) du règlement (CE) 1698/2005
    Articles 29 et 30 du Règlement (CE) No 1974/2006, et Annexe II, point 5.3..2.2.7



                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).



                      Enjeux de l’intervention

Le dispositif d’aide vise à l’amélioration et au développement du rôle écologique des forêts situées sur
des sites Natura 2000 (proposés ou désignés).
Il permet de mettre en œuvre les préconisations de gestion des sites Natura 2000 définies dans le
document d’objectif de chaque site.



                      Objectifs

Ce dispositif permet le financement des investissements spécifiquement destinés à conserver les
espèces et habitats naturels ayant justifié la proposition d’un site Natura 2000. Il s’agit
d’investissements à vocation non productive.



                      Bénéficiaires

Sont éligibles les personnes physiques ou morales (telles que propriétaires privés, groupement
forestier, SCI, association, commune, groupement de communes, établissement public de coopération
intercommunale, département, région, établissement public…) qui disposent de droits réels ou
personnels sur les espaces sur lesquels s’appliquent les actions.



                      Champ et actions

Ces investissements non productifs seront financés dans le cadre de contrats Natura 2000, signés
entre un titulaire de droits réels et personnels de terrains situés dans un site Natura 2000 (proposé ou
désigné) et l’Etat. Ces contrats sont signés pour une durée de cinq ans minimum. Les actions
engagées sont réalisées pendant la durée du contrat.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 116 sur 194
                                  Surfaces éligibles

Les actions portent sur les surfaces forestières (forêt et surfaces boisées), conformément à l’article 30
du règlement d’application, lorsqu’elles font l’objet d’un contrat Natura 2000 signé entre l’Etat et le
propriétaire forestier ou son ayant droit, par lequel ce dernier s’engage à respecter et à mettre en
oeuvre les prescriptions du document d’objectifs du site concerné. Tous les types de forêts sont
éligibles en application de l’article 42 du règlement 1698/2005 du Conseil.

                                  Actions éligibles

Le dispositif mis en place s’inscrit dans la continuité de celui installé sur la programmation 2000-2006
et reprend les éléments de doctrine établis pour cette programmation, notamment sur le type
d’interventions éligibles. Sont éligibles les interventions visant à restaurer ou conserver les habitats ou
les espèces ayant justifié la proposition d’un site Natura 2000 et figurant dans le document d’objectifs
du site validé par le préfet. Dans le document d’objectifs du site, chaque opération est définie par un
cahier des charges.

                                  Dépenses éligibles

Les règles suivantes, qui reprennent celles arrêtées sur la programmation 2000-2006, s’appliquent :
Pour les opérations non standardisables : Les montants éligibles sont les coûts réels afférents à la
mise en œuvre des actions éligibles engagées. Ils sont établis au moment de l’instruction du contrat
Natura 2000 sur la base de devis et en cohérence avec le document d’objectif.
Pour les opérations standardisables : Le préfet de région examine, avec le concours des DDAF et des
représentants des maîtres d’œuvre potentiels, la possibilité de recourir à une forfaitisation sur barème
réglementé régional, pour des itinéraires techniques bien éprouvés, pour lesquels il existe une base
technique et financière solide satisfaisant aux conditions de fiabilité recherchées par les services de
contrôle de la Commission européenne. Le mode de calcul des barèmes sera explicité par écrit de
façon très détaillée, en référence à toutes les informations régionalement disponibles en matière de
coûts. Le barème réglementé sera établi par le préfet de région. Il n’a pas de pièces justificatives à
fournir.

         Description du lien avec les opérations relevant de l’article 36(b)(v) du règlement (CE)
           1698/2005 -paiements sylvo-environnementaux- ou autres objectifs environnementaux

Le dispositif d’aide vise à l’amélioration et au développement du rôle écologique des forêts situées sur
des sites Natura 2000 (proposés ou désignés).

         Description du renforcement de l’utilité publique des forêts ou des surfaces boisées
           concernées

Le dispositif d’aide vise à la conservation des habitats et des espèces ayant justifiés la désignation (ou
proposition) d’un site Natura 2000 en milieu forestier.

         Lien de la mesure proposée avec le programme forestier national ou instrument
           équivalent et avec la stratégie communautaire pour la forêt

Le programme forestier national : Il indique que « la montée des préoccupations environnementales
au sein de la société a fait de la protection de la biodiversité un enjeu majeur de la politique forestière
nationale. […] Le déploiement du réseau Natura 2000 et la prise en compte croissante de la
biodiversité dans la gestion forestière courante témoignent de cette orientation ». Il prévoit
d’ « attacher une attention particulière aux éléments remarquables de la biodiversité », […]
notamment en « axant la priorité sur la mise en oeuvre de Natura 2000 par la contractualisation de
mesures spécifiques de gestion des habitats forestiers. »
Le plan d’action forêt de la stratégie nationale pour la biodiversité : les actions en faveur de Natura
2000 font partie des actions phares de ce plan d’action. Il prévoit de concourir à la gestion des sites
Natura 2000 forestiers par voie contractuelle.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 117 sur 194
La stratégie forestière pour l’Union Européenne :
« La stratégie souligne l'importance du rôle multifonctionnel des forêts et d'une gestion durable des
forêts fondée sur le rôle social, économique, environnemental, écologique et culturel qu'elles jouent
pour le développement de la société et en particulier de l'espace rural, et souligne la contribution que
les forêts et la sylviculture peuvent apporter aux politiques communautaires existantes », dont le
réseau Natura 2000 fait partie.
« Elle détermine comme éléments fondamentaux de cette stratégie forestière commune l'importance
que revêt une gestion durable des forêts pour le maintien et l'amélioration de la diversité biologique et
des conditions de vie des animaux et des plantes, ainsi que le fait que cette gestion durable des forêts
est un des nombreux moyens permettant de lutter contre les changements climatiques. »
Enfin, concernant les actions communautaires concernant les forêts et la sylviculture, elle considère la
conservation et la promotion de la diversité biologique des forêts comme un élément fondamental
pour leur gestion durable […] et constate que la Communauté peut apporter une valeur ajoutée par le
biais de mesures forestières dans le cadre du développement rural […] et considère que ces activités
et cette valeur ajoutée contribuent à répondre au cadre d'action requis par la stratégie communautaire
sur la biodiversité. La stratégie reconnaît qu’ « il est nécessaire de conserver et protéger des zones
représentatives de tous les types d'écosystèmes forestiers et présentant un intérêt écologique
spécifique » et note que la Communauté contribue, par le biais du réseau écologique Natura 2000, à
la création de zones protégées […] compte tenu des exigences économiques, sociales et culturelles,
des particularités régionales et locales ainsi que de la participation des propriétaires des forêts.

         Références aux plans de protection des forêts classées à risque moyen ou élevé pour les
           incendies et éléments assurant la conformité des la mesure proposée avec ces plans de
           protection

Le document d’objectifs du site prend en compte les différents outils de planification préexistants sur
le site. Ce document est validé par le préfet.



                      Taux d’aide publique

Le taux d’aide publique peut varier dans la limite de 100%.



                      Points de contrôle

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée.
La nature des sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 118 sur 194
Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration,
l’opération en question sera exclue du soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.




                      Objectifs quantifiés pour les indicateurs

        Type d’indicateur                                 Indicateur               Cible

                                   Nombre de forestiers aidés                       140
                                   Nombre d’exploitations aidées                    140
                                                                                   1.2M€
                                   Volume total d’investissements




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 119 sur 194
              Dispositif 311 : Diversification vers des activités non agricoles


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Articles 52.a.i et 53 du Règlement CE 1698/2005
    Article 35 du Règlement d’application CE 1974/2006 (définition du ménage agricole)


                       Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant «les règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître),
    Loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.


                      Enjeux de l’intervention

Cette mesure vise à maintenir et développer les activités économiques et à favoriser l’emploi dans les
zones rurales.
La dynamique de diversification des exploitations agricoles est très forte en Nord Pas de Calais.
Notamment, grâce aux potentialités offertes par la localisation majoritaire des exploitations en zone
périurbaine : 4 millions de consommateurs sont aux portes des fermes.
Ces consommateurs représentent une demande forte en produits authentiques et en nouveaux
services. Cependant, pour répondre à ces opportunités, les agriculteurs doivent s'adapter à ces
nouveaux types de demandes. Le Conseil régional met donc en place un double accompagnement : à
la fois sur la réflexion préalable au montage du projet et sur les investissements matériels nécessaires
à sa réalisation.
L'ensemble de la région Nord Pas de Calais est concernée.


                      Objectifs

Cette mesure vise la création d’activités nouvelles et le renforcement d’activités par des ménages
agricoles hors production agricole. Elle permet de diversifier les sources de revenus des ménages
agricoles et de lutter ainsi contre la tendance à la réduction du nombre d’exploitations agricoles. Cette
action peut être menée notamment en répondant aux attentes des clientèles permanentes et
touristiques des espaces ruraux. Elle permet de valoriser les ressources locales et de saisir de
nouveaux marchés. Cette diversification peut également contribuer au maintien de la population rurale
en évitant la disparition des services à la population.

                      Bénéficiaires

Seuls les membres d’un « ménage agricole » sont éligibles à cette mesure, c’est-à-dire toute
personne physique ou morale ou groupe de personnes physiques ou morales exerçant une activité
agricole (hormis les salariés agricoles). S’il s’agit d’une personne morale ou d’un groupement de
personnes morales, ce membre du ménage agricole doit exercer une activité agricole sur l’exploitation
au moment de la demande de soutien.
Sont considérées exercer une activité agricole les personnes satisfaisant l’ensemble des conditions
suivantes :




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 120 sur 194
- être affilié à l’Assurance Maladie des Exploitants Agricoles (AMEXA)
- être considéré comme           non salarié agricole compte tenu de l’importance de l’exploitation
conformément à l’article L.722-5 du code rural.
- réaliser les activités de production au sens de l’article L.311-1 du Code rural visées au 1° de l’article
L.722-1 du code rural.


Sont éligibles à cette mesure, les personnes physiques et les personnes morales qui exercent une
activité agricole telle que définie ci-dessus :
          le chef d’exploitation ou d’entreprise agricole, à titre exclusif ou principal, bénéficiaire des
            prestations de l’AMEXA (les co-exploitants, les chefs d’exploitation en GAEC…),
          le chef d’exploitation à titre secondaire affilié à l’AMEXA ou rattaché au régime de protection
            sociale de son activité principale non salariée non agricole,
          les personnes morales de forme civile ou commerciale (EARL, SCEA, SARL…).

Les conjoints collaborateurs d’une personne éligible sont éligibles à cette mesure. Mais, un simple
conjoint ayant droit, ne participant pas aux travaux sur l’exploitation, n’est pas éligible.
Des regroupements de membres de ménages agricoles tels que précités et exerçant une activité
agricole sont éligibles à cette mesure (associations, GIE).
En revanche, les coopératives agricoles ne sont pas éligibles à cette mesure.
Les aquaculteurs ne sont pas éligibles à cette mesure. Ils bénéficient des mesures du Fonds
Européen pour la Pêche.

Cas particulier des exploitants pluriactifs : les revenus extérieurs à l’activité agricole de l’exploitant
(comprenant les revenus mobiliers et immobiliers mais excluant le revenu du conjoint) doivent être
inférieurs à 1,5 SMIC net imposable. Ces revenus seront vérifiés sur le dernier avis d'imposition fourni
par le demandeur.

Critères de priorité :
           Agriculteurs de moins de 40 ans
           Ceux qui n'ont encore jamais bénéficié des aides régionales en matière de diversification
           Les petites et moyennes exploitations : définition par calcul identique à la mesure
            modernisation ( sur la base du revenu disponible théorique dont les critères sont inscrits à la
            fiche 121 A)

                      Champ et actions

Les actions financées par cette mesure peuvent être de différentes natures : accueil, hébergement à
la ferme, agritourisme, artisanat, activités équestres hors élevage, services en milieu rural
(déneigement, entretien de l’espace, pension pour animaux, entretien de résidence…), accueil en
forêt, points de vente directe.
Toutes les formes de diversification imaginées par les agriculteurs seront prises en considération dans
cette mesure, dès lors qu’il ne s’agit pas d’activités de production ou de transformation agricole.
Du fait du lien étroit entre la vente directe et l’attractivité des territoires ruraux, l’ensemble des activités
de commercialisation (de produits transformés ou non) réalisées sur une exploitation agricole
relèveront de cette mesure 311, y compris les points de vente collectifs portés par un groupe
d’agriculteurs ou des membres de plusieurs ménages agricoles (association, GIE).
Les projets de commercialisation ou d’accueil à la ferme pourront intégrer un investissement de
transformation à la ferme, si ce dernier constitue une partie minoritaire du projet. Les projets de
transformation pure ou majoritaire seront repris dans le cadre de la mesure 121 C4.
Sont exclus le soutien au :
            développement de filières de productions agricoles comme par exemple : volailles, petits
              fruits,



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 121 sur 194
            l’acquisition de matériel            concourant   à   la   mise   en   œuvre   de    mesures
              agroenvironnementales,
            la transformation des productions agricoles, y compris les produits hors annexe I, sauf si
              cette transformation à la ferme ne correspond qu’à une petite partie du projet en terme de
              coût ou de chiffre d’affaire,
            les activités liées à l’aquaculture, à la pisciculture et à la pêche comme activités
              professionnelles.

                      Description des opérations :

Deux types d'investissements seront soutenus par le Conseil régional :

   Les investissements immatériels (AMI3)

Ils correspondent aux prestations nécessaires à la réussite d'un projet comportant des risques, par
exemple :
        Frais de conception de produits, de procédés, hors transformation à la ferme sauf si ce
           poste constitue une partie minoritaire du projet (en terme de coût ou de chiffre d’affaire)
           Etudes économiques, juridiques, commerciales
           Etude de marché
           Frais d'architecte
           Frais de communication (uniquement stratégie ou conception des outils de communication)
           Etc.
Le porteur de projet devra obligatoirement avoir suivi un stage de 4 jours organisé par le CIVAR relatif
à "l'émergence de projet".

   Les investissements matériels (Aide à la réalisation de projets agricoles multifonctionnels
    Ŕ ARPAM)
Investissements éligibles : la construction, l'aménagement de bâtiment liés au projet ou l'achat des
équipements et du matériel nécessaires au projet comme par exemple :
          acquisition de bâtiments non dédiés à la production ou transformation de produits agricoles,
          travaux de réhabilitation de bâtiments existants non dédiés à la production ou
            transformation de produits agricoles,
          aménagements extérieurs améliorant l’accessibilité ou travaux paysagers,
          matériel et/ou équipement pour la création d’une activité de diversification non dédiés à la
            production ou transformation de produits agricoles,
          travaux de création ou amélioration d’hébergement pour chambres d’hôtes, hôtellerie, et
            hôtellerie de plein air (campings, résidences mobiles…),
          création et/ou aménagement de tables d’hôtes, ferme auberge,
          création et/ou aménagement d’équipements d’accueil notamment dans le domaine social
            (personne âgée, public en insertion) ou accueil pédagogique,
          création et/ou aménagement d’équipements ou infrastructures de loisirs (centre équestre
            hors élevage),
          création et/ou aménagement d’hébergement étudiant sur une exploitation agricole,
          création et/ou aménagement de pension pour animaux,
          création et/ou aménagement pour la mise en place d’une filière d’artisanat d’art,
          création et/ou aménagement, sur ou hors de l’exploitation, de points de vente directe pour
            des produits provenant ou non de l’exploitation,
          équipements liés à des services rendus aux collectivités ou aux privés (déneigement,
            balisage, sécurisation, entretien de chemins ruraux…),
          installation en vue de la commercialisation de la biomasse,



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 122 sur 194
          équipement ou services liés à la pratique de la chasse.
          Tout autre investissement correspondant à une activité de commerce, service et production
            artisanale ….
Le cadrage des dépenses éligibles respectera les textes nationaux (futur décret) sur le sujet, et les
cadres réglementaires européens.
Le projet doit montrer une amélioration des résultats économiques globaux, par une analyse du CA,
de l’EBE et du taux d’endettement.
Pour les projets d'agritourisme, la complémentarité avec les aides versées par les Conseils généraux
sera recherchée.

                         Intensité de l’aide

   Pour les investissements immatériels (AMI3)


                                                                       Contribution
     Montant                                      Montant                                             Taux de
                       Type                                             nationale     Contribution
    minimum                                    subventionnable                                       subvention
                 d’investissement                                        (Conseil      FEADER
d’investissement                                  maximum                                              globale
                                                                       Régional, …)
                                                   12 500 €
     1 500 €             Projet individuel                                40%            40%           80%
                                               (dont 2 500 € pour la
                                                 communication)

                                                   25 000 €
     1 500 €             Projet collectif                                 40%            40%           80%
                                               (dont 3 000 € pour la
                                                 communication)



On se réserve la possibilité pour des projets collectifs exceptionnels : d'impact régional, très
innovants, de prévoir un sur-plafond de montant subventionnable de 45 000 €
    o Respect d’un délai minimum de 5 ans entre le dépôt de 2 dossiers successifs (plafond atteint
       et nouveau dossier),
    o Engagement spécifique du bénéficiaire : transmettre toutes les informations obtenues
       (confidentialité assurée)


   Pour les investissements matériels (Aide à la réalisation de projets agricoles
    multifonctionnels- ARPAM)


                                                                       Contribution
     Montant                                      Montant                                             Taux de
                       Type                                             nationale     Contribution
    minimum                                    subventionnable                                       subvention
                 d’investissement                                        (Conseil      FEADER
d’investissement                                  maximum                                              globale
                                                                       Régional, …)
     4 000 €             Projet individuel         50 000 €               15%            15%           30%

     4 000 €             Projet collectif          100 000€               15%            15%           30%


                     5
S’agissant des JA , une majoration de 10 points du taux de subvention est appliquée.



5
 Agriculteur titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5
ans.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                          Page 123 sur 194
On se réserve la possibilité pour des projets collectifs exceptionnels : d'impact régional, très
innovants, de prévoir un sur-plafond de 45 000 €
    o Respect d’un délai minimum de 5 ans entre le dépôt de 2 dossiers successifs (plafond atteint
       et nouveau dossier),
    o Engagement spécifique du bénéficiaire : maintenir l'activité pendant 5 ans et respect des
       réglementations pendant 5 ans.

Dans la limite d’un montant total d’aide publique de 200 000 euros sur 3 ans, sous réserve du respect
des conditions du règlement (CE) n°1998/2006 concernant l’application des articles 87 et 88 du Traité
CE aux aides de minimis et sauf dispositions plus favorables relevant d’un régime notifié approuvé par
la Commission.


                      Processus de mise en oeuvre

Le mode de sélection des dossiers mis en place par le Conseil Régional est soumis à l’avis d’une
instance partenariale (Comité technique) qui accompagne l’exécution du dispositif, détermine les
priorités d’intervention et les critères d’acceptation des projets éligibles.
Les dossiers seront constitués avec l’appui d’une structure professionnelle relais du Conseil Régional
afin de vérifier leur viabilité et adéquation au contexte régional (priorités définies par le comité
technique agriculture).

                       .Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 Comité technique



Dépôt des dossiers                                        DRAF *

Instruction                                               DRAF

Comité consultatif                                        Comité technique     agriculture   (DRAF,     CR,
                                                          structures relais)

Décision des partenaires                                  Commission Permanente du Conseil régional

Programmation - suivi                                     Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DRAF

Paiement                                                  Conseil Régional     (procédure    de   paiement
                                                          dissocié)

* une copie du dossier est transmise par la DRDAF aux cofinanceurs.


                      Principaux engagements

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 124 sur 194
De façon générale, les engagements du bénéficiaire porteront sur :
        Le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, sanitaire et
         environnemental, d’exercice de l’activité agricole et, s’il y a lieu, au bien être animal,
        Le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
        Le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
        Le respect de l’organisation administrative définie en région,
        L’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.


                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée.
La nature des sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.

S’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en
question sera exclue du soutien du Feader et tout montant déjà versé pour cette opération sera
recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure
pendant l’année Feader concernée et pendant la suivante.


                      Objectifs quantifiés

        Type d’indicateur                          Indicateur                     Cible


                                   Nombre de bénéficiaires            400


                                   Volume total des investissements   10 millions d’euros




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 125 sur 194
Dispositif 323 A : Elaboration et animation des documents d’objectifs Natura 2000
                                      (DOCOB)


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Articles 52.b.iii, 57.a et 57.b du Règlement CE 1698/2005


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

Ce dispositif favorisant l’élaboration des plans de protection et de gestion liés aux sites Natura 2000
trouve sa place dans le cadre général de la mesure qui vise à gérer et valoriser le patrimoine rural.


                      Objectifs

Le dispositif vise la préservation et la valorisation des sites Natura 2000 et plus spécifiquement le
soutien à l’élaboration et l’animation des plans de gestion de sites Natura 2000 (proposés ou
désignés). Il permet, d’une part, la définition des objectifs et des mesures de gestion de chaque site
et, d’autre part, d’assurer l’animation du site nécessaire à la mise en œuvre du document d’objectifs.
Ces deux actions ont pour but de contribuer à la conservation ou la restauration des habitats et des
espèces ayant justifié la proposition d’un site Natura 2000. La préservation de la diversité biologique
et la valorisation de ces sites sont des éléments déterminants pour la qualité de vie des résidents et
pour l’attractivité touristique des espaces ruraux.


                      Bénéficiaires

Sont éligibles les structures désignées pour élaborer (opérateurs) ou animer (structures animatrices)
les documents d’objectifs, telles que :
    -    les collectivités territoriales et leurs groupements,
    -    les syndicats (intercommunaux, mixtes…),
    -    les établissements publics,
    -    les pays dont la structure porteuse peut être une association un syndicat mixte, une fédération
         d’Etablissements Publics de Coopération Intercommunale ou un Groupement d’Intérêt Public
         (GIP),
    -    les Parcs Naturels Régionaux,
    -    les associations,
    -    les services de l’Etat,
    -    les bureaux d’étude privés, lorsqu’ils sont opérateurs de sites Natura 2000,
    -    … (liste non exhaustive).



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 126 sur 194
                       Champ et actions

Pour ce dispositif, les opérations envisagées correspondent, d’une part, aux actions menées pour
l’élaboration des DOCOB telles que l’animation de la concertation, les études, la rédaction du
document de gestion (dont édition, reproduction, diffusion…), les actions de sensibilisation… (liste non
exhaustive). Le contenu du document d’objectifs est précisé par l’article R 414-11 du code de
l’environnement. Il comprend :
    -     un rapport de présentation du site,
    -     les objectifs de développement durable du site,
    -      des propositions de mesures permettant d’atteindre les objectifs,
    -     des cahiers des charges applicables aux contrats Natura 2000 prévus aux articles R. 414-13
          et suivants,
    -     la liste des engagements faisant l’objet de la charte Natura 2000 telle que définie à l'article R.
          414-12,
    -     les modalités de suivi des mesures, les méthodes de surveillance des habitats et des espèces
          en vue de l'évaluation de leur état de conservation.
D’autre part, sont également éligibles les dépenses d’animation nécessaires à la mise en œuvre des
documents d’objectifs, telles que les démarchages auprès des propriétaires ou gestionnaires pour la
mise en œuvre des mesures contractuelles, les actions de sensibilisation, le suivi de la mise en
œuvre, les appuis techniques aux montages de contrats… (liste non exhaustive).
La formation est exclue des dépenses éligibles liées à cette mesure étant donné qu’elle est possible,
pour les acteurs des secteurs agricole et forestier, soit dans la mesure 111 de l’axe 1 soit dans la
mesure 331 de l’axe 3.


                      Intensité de l’aide

Taux d’aide publique :
        Maître d’ouvrage public ou privé : de 40 à 100 %


                      Articulation entre les fonds

Le FEDER permet de financer des infrastructures liées à la biodiversité en particulier dans les sites
Natura 2000 pour autant qu’ils contribuent au développement économique des zones rurales.
Le fonds européen pour la pêche (FEP) peut apporter un soutien aux actions de protection de
l'environnement lorsqu'elles concernent directement les activités professionnelles de pêche, à
l'exclusion des frais de fonctionnement. L'aide peut couvrir la préparation des plans, stratégies et
programmes de gestion, les infrastructures y compris les frais d'amortissement et d'équipement pour
les réserves, la formation des employés des réserves ainsi que les études pertinentes.

En complément, l’instrument financier LIFE + permet de financer les opérations transversales,
d’animation de réseau, de communication, d’évaluation, d’ingénierie de projet, de formation et
d’éducation. Il n’est pas mobilisé pour des actions de gestion courantes.


                      Engagements, points de contrôle et sanctions


Principaux engagements :

Les bénéficiaires des subventions du FEADER s’engagent à respecter un certain nombre
d’engagements précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice
jointe. Ces engagements seront adaptés aux types d’actions conduites et également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 127 sur 194
De façon générale, ces engagements du bénéficiaire, porteront sur :

    -    le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
    -    le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
    -    le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
    -    le respect de l’organisation administrative définie en région,
    -    l’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.

Principaux points de contrôle :
Les contrôles administratifs et/ou sur place porteront sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments seront précisés dans les documents administratifs qui seront fournis au bénéficiaire.
Sanctions
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera définie dans un texte réglementaire ultérieur.
S’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en
question sera exclue du soutien du Feader et tout montant déjà versé pour cette opération sera
recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure
pendant l’année Feader concernée et pendant la suivante.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 128 sur 194
  Dispositif 323 B- Investissements liés à l’entretien ou à la restauration des sites
         Natura 2000 (hors milieux forestiers et hors production agricole)


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Articles 52.b.iii, 57.a et 57.b du Règlement CE 1698/2005
    Article 30 du règlement CE 1974/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 ».


                      Enjeux de l’intervention

Ce dispositif favorisant les investissements liés à l’entretien ou à la restauration des sites Natura 2000
s’intègre dans la logique de cette mesure relative à la conservation et à la valorisation du patrimoine
rural naturel.


                      Objectifs

Le dispositif vise à conserver ou restaurer les habitats et les espèces ayant justifié la proposition d’un
site Natura 2000. Il permet de mettre en œuvre les préconisations de gestion des sites Natura 2000
définies dans le document d’objectif de chaque site. Il s’agit d’investissements liés à l’entretien ou à la
restauration des sites Natura 2000 (proposés ou désignés) à vocation non productive, mis en place
hors milieux forestiers (au sens de l’article 30 du règlement d’application), par des acteurs du monde
rural (hors d’une activité agricole, ces actions relevant alors des mesures de l’axe 2). Le dispositif
finance des interventions sur des milieux très divers : zones humides, milieux aquatiques, landes,
friches, broussailles, espaces littoraux…


                      Bénéficiaires

Sont éligibles comme bénéficiaires les personnes physiques ou morales telles que :
    -    Les propriétaires privés,
    -    Les associations,
    -    Les communes et les groupements de communes,
    -    Les établissements publics de coopération intercommunale,
    -    Les collectivités telles que les Conseils généraux et les Conseils Régionaux,
    -    Les établissements publics,
    -    …etc… (liste non exhaustive).

qui disposent de droits réels ou personnels sur les espaces (non forestiers au sens de l’article 30 du
règlement d’application (CE) n°1974/2006) sur lesquels s’appliquent les actions contractuelles. Il peut
s’agir du propriétaire ou de ses ayants-droits.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 129 sur 194
                      Champ et actions

Pour ce dispositif, les opérations éligibles sont les interventions liées à l’entretien ou à la restauration
d’habitats ou d’espèces ayant justifié la proposition d’un site Natura 2000 et figurant dans le document
d’objectifs du site validé par le préfet. Dans le document d’objectifs du site, chaque action
contractuelle est définie par un cahier des charges. Ces investissements seront financés dans le
cadre de contrats Natura 2000, signés entre un titulaire de droits réels et personnels de terrains situés
dans un site Natura 2000 (proposé ou désigné) et l’Etat. Ces contrats sont signés pour une durée de
cinq ans minimum. Les travaux contractualisés sont réalisés pendant la durée du contrat.
Dans ce contrat, le propriétaire ou l’ayant droit s’engage à respecter et à mettre en oeuvre les
prescriptions du document d’objectifs du site concerné. Tous les types de surfaces -publiques ou
privées- sont éligibles. Les montants éligibles sont les coûts réels afférents aux actions éligibles
contractualisées.
La formation est exclue des dépenses éligibles liées à cette mesure car elle figure, pour les acteurs
des secteurs agricole et forestier :
    -    dans la mesure 111 de l’axe 1 en ce qui concerne la production agricole et forestière,
    -    dans la mesure 331 de l’axe 3 pour les activités de diversification non agricole.
Les investissements productifs des entreprises siégeant dans ces zones ne seront pas pris en charge.

Articulation avec les investissements dans le domaine pastoral (mesure 323, dispositif C)
Les dispositifs ouverts au niveau régional se limitent à 323A et B ;


                      Intensité de l’aide

Taux d’aide publique :
     Maître d’ouvrage public ou privé : de 40 à 100 %


                      Engagements, points de contrôle et sanctions

Engagements

Les bénéficiaires des subventions du FEADER s’engagent à respecter un certain nombre
d’engagements précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice
jointe. Ces engagements seront adaptés aux types d’actions conduites et également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, ces engagements du bénéficiaire, porteront sur :
    - le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
    - le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
    - le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
    - le respect de l’organisation administrative définie en région,
    - l’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.
Points de contrôle
Les contrôles administratifs et/ou sur place porteront sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments seront précisés dans les documents administratifs qui seront fournis au bénéficiaire.
Sanctions
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera définie dans un texte réglementaire ultérieur.
 S’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en
question sera exclue du soutien du Feader et tout montant déjà versé pour cette opération sera
recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure
pendant l’année Feader concernée et pendant la suivante.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 130 sur 194
                             Dispositif 331 : formation et information


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Articles 52.c et 58 du Règlement CE 1698/2005
    Règlement (CE) n°1974/2006 annexe II point 5.3.3.3.1
    Règlement (CE) 68/2001
    Régime XT 61/07


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

La mesure vise à favoriser l’organisation d’une offre de formation cohérente en direction des actifs du
monde rural désireux d’acquérir ou d’accroître leurs compétences dans les domaines d’activité
couverts par l’axe 3. Elle contribue au double objectif de diversification économique des zones rurales
et d’amélioration de la qualité de vie.


                      Objectifs

L’objectif de cette mesure est de développer la formation auprès des acteurs des secteurs agricoles et
forestiers dans les divers domaines d’activités de l’axe 3 qui rendent ces territoires vivants et
dynamiques. La formation joue, en effet, un rôle déterminant pour maintenir et développer l’emploi et
les conditions de la croissance en zone rurale.


                      Champ de la mesure

Cette mesure vise la formation des actifs agricoles ou forestiers dans les domaines de l’axe 3, à
l’exception du soutien des cours ou formations relevant des programmes ou des systèmes
d’enseignement de niveau secondaire ou supérieur ainsi que les programmes de formations
concernant les personnels des entreprises ne répondant pas à la définition des petites et moyennes
entreprises qui figure en annexe du Règlement 68/2001.
Les actions de formation peuvent être individuelles (parcours individualisé après positionnement) mais
le conseil individuel est exclu.
Les formations concernées couvriront les champs ou domaines suivants :
    - Formation contribuant à la diversification de l’économie agricole et à la qualité de vie en milieu
        rural,
    - Emergence et construction de projets de tourisme rural, de diversification extra-agricole
        (agritourisme, accueil à la ferme, services, changement de secteur d’activité…),
    - Territoire et développement local.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 131 sur 194
                     Modalités de mise en oeuvre
Un comité de programmation réunit les partenaires de l’axe 3, représentatifs des secteurs et activités
visés par cet axe. Ce comité sera consulté sur les thématiques de formation des acteurs qui seront
retenues au niveau régional. Il donnera un avis sur les conditions de financement de ces programmes
et actions de formations. Par programme, on entend un dispositif de formation présenté par un
bénéficiaire de la mesure sur une année ou plusieurs décrivant : les objectifs de l’action, leurs
relations avec d’autres mesures de l’axe 3, les acteurs visés, les impacts attendus.
Une priorité pourra être accordée aux projets de formations favorisant la mixité des publics. Il pourra
être décidé de recourir, en tant que de besoin, à une procédure d’appel à projets.
Les actions de formation peuvent être réalisées sous la forme d'actions de formation ouverte et à distance.

                      Bénéficiaires des subventions

Les bénéficiaires de la mesure sont les fonds d’assurance formation et les organismes paritaires
collecteurs agréés au sens de l’article L.951-3 du code du travail. Ce sont des organismes
coordonnateurs qui mettent en oeuvre un programme de formation en achetant des stages auprès
d’organismes de formation. Le coût d’acquisition de ces stages est calculé sur la base d’un coût
unitaire à l’heure/stagiaire fixé par l’autorité de gestion, sur la base des statistiques des coûts de
formation constatés au niveau local.
                       
                         
                        Actions éligibles
Les bénéficiaires sont chargés de mettre en oeuvre les programmes de formations s’inscrivant dans
les thématiques proposées par le comité de programmation.
Les actions consistent en l’achat, par les organismes coordonnateurs, auprès d’organismes de
formation, de stages de formation sur des thématiques correspondant aux priorités régionales, dans la
limite d’un coût unitaire maximal fixé par l’autorité de gestion. Les actions d’ingénierie ne sont pas
prises en compte.

                         Dépenses éligibles
La mise en oeuvre des programmes de formation génère différents types de dépenses susceptibles
d’être éligibles au titre du dispositif
-   le coût d’achat des sessions de formation supporté par les organismes coordonnateurs, au
    prorata du nombre d’heures stagiaires assuré
-   le cas échéant, la prise en charge, sur la base des réglementations nationales et communautaires
    en vigueur, des coûts liés aux prestations de service rendues nécessaires par l’absence de
    l’agriculteur ou du travailleur agricole supportés par les stagiaires ou leur employeur du fait de la
    participation aux stages de formation ou des coûts de personnel des participants aux projets de
    formation.
    Dans tous les cas la liquidation de ces dépenses interviendra sur la base des dépenses
    réellement encourues par le bénéficiaire ou par ses partenaires en cas de dossier concerté.

                         
                        Co-financeurs publics
Les cofinanceurs publics nationaux peuvent être, de façon non exhaustive, les organismes paritaires
collecteurs agréés (OPCA) et les organismes collecteurs agréés (OCA) de fonds de la formation
professionnelle,

                         
                        Taux d’aide
Le taux d’aide publique est fixé par l’autorité de gestion après avis du comité de programmation.
Ce taux d’aide publique sera toujours de 100% pour les actions de formation portées par les
organismes coordonnateurs.
NB : la modulation de l’aide en fonction de l’importance accordée au niveau régional à chaque
thématique se fera dans le cadre de la détermination des coûts unitaires plafonds.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 132 sur 194
                      Adaptation régionale

La région ciblera les bénéficiaires de l’aide, les actions soutenues et le montant des coûts unitaires
(exprimés en heures/stagiaires), des formations organisées de manière à répondre au mieux aux
besoins des territoires.


                      Articulation avec les autres mesures et les autres fonds

L’articulation entre le FEADER et le FSE pour cette mesure se fait sur le type de stage :
-        le FEADER finance les stages de courte durée ;
-        les actions de Valorisation des Acquis de l’Expérience (VAE) et les périodes de
professionnalisation relèvent du FSE.

Si le thème correspond à une problématique de l’axe 3 ouverte aux actifs agricoles, forestiers ceux-ci
pourront être éligibles à cette formation au titre de la présente mesure. Si le thème de la formation porte sur
les secteurs de l’agriculture, la sylviculture, il faudra mobiliser la mesure 111 du FEADER.




                      Circuit de gestion

La DRAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 Comité de Programmation Régional



Dépôt des dossiers                                        DRAF – SRFD

Instruction                                               DRAF – SRFD

Avis sur les programmes de formation                      Comité de Programmation Régional

Programmation - suivi                                     Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                         DRAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DRAF – SRFD

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié



                      Principaux engagements des bénéficiaires, points de contrôles et sanctions

Les bénéficiaires des subventions du FEADER s’engagent à respecter un certain nombre
d’engagements précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice
jointe. En outre, les organismes doivent respecter la procédure de traçabilité qu’ils ont fait valider par
le CNASEA.
Ces engagements seront adaptés aux types d’actions conduites et seront également mentionnés
dans l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
Parmi les engagements, figure notamment celui de faire réaliser le programme de formation pour
lequel le bénéficiaire a reçu une décision attributive de subvention. Cet engagement est contrôlé au
travers du respect des statistiques des coûts de formation constatés au niveau local et du rapport
d’exécution, dont la fourniture, à chaque demande de paiement, constitue un préalable indispensable
à la mise en paiement. Il est ainsi possible, le cas échéant, de réorienter l’action en cours de
réalisation.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 133 sur 194
Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
Tous les dossiers font l’objet de contrôle administratifs par le service instructeur lors de l’instruction et
lors de la vérification de service fait. Lors du paiement par le CNASEA, des contrôles de l’agence
comptable sont effectués par sondage dans l’objectif principal de s’assurer que le paiement est réalisé
au profit du bon bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du
bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi de l’aide et pendant la suivante.




                      Objectifs quantifiés pour ce dispositif :


  Type d’indicateur                         Indicateur                           Cible
                             Nombre d’acteurs économiques
                             participant à des actions aidées        560
                             Nombre de jours de formation
                             réalisées par participant               2/participant




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 134 sur 194
  Dispositif 341 A : les stratégies locales de développement de la filière forêt-bois


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Articles 52.d, 59.a, 59.b, 59.c, 59.d et 59.e du Règlement CE 1698/2005


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).


                      Enjeux de l’intervention

Ce dispositif relatif aux stratégies locales de développement de la filière forêt-bois vise à ancrer la
forêt dans le territoire et promouvoir la forêt comme instrument d'aménagement durable de l'espace.


                      Objectifs

Le dispositif a pour objectif de soutenir :
         -    l’animation nécessaire à l’émergence de stratégies locales de développement (type charte
              forestière de territoire, plan de développement de massif…),
         -    la mise en œuvre de cette stratégie sur le territoire concerné afin de favoriser la
              concrétisation des actions prévues dans la stratégie (financement de l’Etat exclu).


                      Bénéficiaires

Pour l’émergence du projet, les bénéficiaires correspondent à tout porteur de projet collectif tels que :
   - un Etablissement Public de Coopération Intercommunale,
   - une Association,
   - un établissement public type Centre Régional de la Propriété Forestière,
   - un parc naturel régional,
   - un pays dont la structure porteuse peut être une association, un syndicat mixte, une
        fédération d’Etablissements Publics de Coopération Intercommunale ou un Groupement
        d’Intérêt Public,

Pour la mise en œuvre les bénéficiaires peuvent être :
   - un Etablissement Public de Coopération Intercommunale,
   - un parc naturel régional,
   - un pays dont la structure porteuse peut être une association, un syndicat mixte, une
        fédération d’Etablissements Publics de Coopération Intercommunale ou un Groupement
        d’Intérêt Public,




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 135 sur 194
Les projets portés par des territoires de type intercommunalité ou pays sont prioritaires. Les Groupes
d’action locale (GAL) ne sont pas éligibles au dispositif au titre de leur action agréée en vertu de l’axe 4
dont les dépenses d'animation relèvent de la mesure 431.


                      Champ et actions

Le dispositif permet de financer l’animation nécessaire pour l’émergence et/ou l’animation nécessaire
à la mise en oeuvre d’une stratégie locale de développement sur le territoire concerné. Il s’agit des
dispositifs suivants :
    - une charte forestière de territoire,
    - toute démarche stratégique valorisant la forêt dans une approche intégrée en créant des
         activités économiques (exploitation, commercialisation, débouchés…) et de services
         (protection de l'eau, de l'air, de la biodiversité, accueil du public en forêt…) et débouchant sur
         un programme d’actions comprenant principalement des investissements opérationnels.

La réalisation concrète des opérations découlant des stratégies locales de développement de la filière
forêt – bois n’est pas éligible au dispositif 341 A. Les autres mesures du FEADER peuvent y
contribuer.

Les conditions suivantes doivent être respectées pour pouvoir recourir à ce dispositif :
Concernant l’animation pour l’élaboration et la mise en oeuvre d’une stratégie locale de
développement :
-impliquer des partenaires publics et privés représentatifs des opérateurs locaux.

Dans le cas de l’animation pour l’élaboration d’une stratégie locale de développement :
-remettre un document décrivant une stratégie locale de développement intégrée (développement
économique, emploi, services rendus environnementaux ou sociaux) et présentant les différentes
opérations à mettre en oeuvre.

Une attention doit être portée à la dynamique du territoire qui, à la lumière de l’expérience sur les
chartes forestières de territoire, constitue un facteur important de succès. Il convient donc de
privilégier des projets portés par des territoires de type intercommunalité ou pays.

Modalités d’articulation avec les autres dispositifs du RDR : les projets relevant de mesures des axes
1 et 2 et s’inscrivant dans une stratégie locale de développement bénéficieront d’une priorité de
financement et d’une modulation (pour les actions qui ne sont pas financées au taux maximum d’aide
publique totale) par rapport aux autres dossiers présentés en dehors d’une telle stratégie.


                      Territoires visés

Ensemble de la région. Conformément au règlement d’application, les stratégies locales doivent être
instaurées par zone au niveau infra-régional.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 136 sur 194
                      Dépenses éligibles

Les dépenses immatérielles éligibles pour l’animation de l’émergence du projet et/ou pour sa mise en
œuvre sont les suivantes :
     - Formation destinée notamment aux propriétaires, élus, professionnels de la filière et autres
         acteurs locaux,
     - Animation,
     - Conseil,
     - Etudes/diagnostics pour l’élaboration de la stratégie ou la mise en œuvre des actions,
Les dépenses seront justifiées sur la base d’une comptabilité analytique. Elles feront apparaître le
temps passé et seront accompagnées de justificatifs tels que la liste des stagiaires (formation), les
bulletins de salaire (animation) ou les factures et rapports d’exécution (études). Les dépenses seront
également justifiées à l’autorité administrative du document signé par le porteur du projet établissant
la stratégie locale.


                      Taux d’aide publique

Le taux retenu pour la région est fixé à 80 % de la dépense éligible. Participation de l’Etat et de sa
contrepartie FEADER pour l’émergence du projet limitée à 30.000 € par dossier.
En ce qui concerne l’animation pour la mise en œuvre du projet, le financement par l’Etat est exclu, la
part nationale provient donc uniquement des collectivités territoriales.


                      Engagements du bénéficiaire

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements seront adaptés aux types d’actions conduites et seront également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
Il s’engage notamment :
        à impliquer des partenaires publics et privés représentatifs des opérateurs locaux lors de
         l’animation en vue de l’élaboration et lors de la mise en œuvre d’une stratégie locale de
         développement,
        à remettre, pour la phase d’élaboration de la stratégie locale de développement, un document
         décrivant une stratégie locale de développement intégrée (développement économique,
         emploi, services rendus environnementaux ou sociaux) et présentant les différentes
         opérations à mettre en œuvre.


                      Points de contrôle

Les contrôles administratifs et/ou sur place porteront sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus afférents aux opérations. Ces
éléments seront précisés dans les documents administratifs qui seront fournis au bénéficiaire.


                      Sanctions

En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée.
La nature des sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 137 sur 194
Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration,
l’opération en question sera exclue du soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.



                       Circuit de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                 CRFPF*



Dépôt des dossiers                                        DDAF

Instruction                                               DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                 CRFPF*

Suivi de la programmation                                 Examen en Comité de Programmation

Engagement                                                DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                  DDAF

Paiement                                                  CNASEA – financeurs si paiement dissocié

* Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers


                      Objectifs quantifiés

Indicateur de résultat : le nombre de participants qui ont terminé une formation avec succès
Valeur cible : 80 sur 7 ans
Indicateur de réalisation : nombre de partenariats public-privé aidés
Valeur cible : 5 sur 7 ans




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 138 sur 194
                               Mise en œuvre de l’approche LEADER




          Dispositifs 411 Ŕ 412 Ŕ 413 - Mise en œuvre de stratégies locales de
                                     développement


Ces trois mesures sont ouvertes exclusivement pour la mise en œuvre des projets LEADER et
correspondent respectivement aux opérations inscrites dans les Axes I, II et III du PDRH. La maquette
donne une répartition indicative de l’enveloppe allouée à ces 3 mesures.


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Articles 63.a et 64 du Règlement (CE) N°1698/2005
    Article 31 du Règlement (CE) N°1974/2006


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Circulaire DGFAR/MER 2007-5069 du 28 novembre 2007 relative à la gestion opérationnelle de
    LEADER 2007 – 2013.


                      Objectifs de la mesure

L’approche LEADER soutient des projets ayant un caractère « pilote » à destination des zones
rurales, c’est-à-dire fondés sur :
        La définition d’une stratégie locale de développement conçue pour un territoire rural infra-
         régional identifié au moyen d’une liste précise de communes ;
         Un partenariat local public-privé chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre de la
         stratégie de développement et rassemblé au sein du groupe d’action locale (GAL) ;
        Une approche ascendante : le GAL est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre
         de la stratégie, en particulier par l’intermédiaire d’un comité de programmation. La démarche
         ascendante consistant à confier à des partenaires locaux le choix d’un ensemble cohérent de
         mesures adaptées aux enjeux identifiés sur leur territoire doit leur permettre de tirer parti de
         leur potentiel de développement endogène, tout en faisant le lien avec les objectifs généraux
         du développement rural. Chaque stratégie devra être bâtie autour d’une priorité ciblée reflétant
         le caractère participatif et multisectoriel de la stratégie, définie par les GAL eux-mêmes ;
        Une approche globale "multisectorielle", qui présente une interaction entre acteurs et projets
         issus de différents secteurs de l’économie des espaces ruraux ;
        La mise en œuvre d’approches innovantes en termes de contenu et/ou de méthode ;
        La mise en œuvre de projets de coopération : entre territoires, à l’intérieur de l’Etat membre
         (coopération interterritoriale) ou entre des territoires de plusieurs Etat membres ou de pays
         tiers (coopération transnationale) ;
        La diffusion des projets exemplaires réalisés, notamment dans le cadre de la mise en réseau,
         nationale et régionale.
L’approche LEADER vise également à améliorer la gouvernance locale. Une cohérence maximale
sera recherchée entre la stratégie des territoires organisés existants, Parcs et Pays, et les périmètres
des GAL retenus au titre de l’approche LEADER.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 139 sur 194
                      Procédure et calendrier pour la sélection des groupes d’action locale

Les GAL seront sélectionnés au niveau régional par appel à projets, de façon à pouvoir juger des
critères de sélection au plus près de la réalité du terrain et à mieux tenir compte des partenariats Etat
- Région. Un comité de sélection régional représentatif des acteurs du développement rural en région,
co-présidé par le Préfet de région, qui y représentera l’autorité de gestion, et le Président du Conseil
régional, sera chargé de sélectionner les GAL. La constitution de ce comité de sélection régional
LEADER se fera en lien avec le comité régional de suivi du FEADER.

Les décisions du comité de sélection régional se fonderont sur l’analyse préalable d’un groupe
régional d’experts, désignés par le Préfet et le président du conseil régional. Un expert national, ayant
participé à l’élaboration du cadre méthodologique national, participera aux travaux du groupe régional
d’experts.
Les appels à projets régionaux sont préparés sur la base d’un cadre national élaboré en collaboration
par le MAP et la DIACT, appuyés par un groupe d’experts national. Ce cadre national réaffirme les
sept fondamentaux de LEADER exposés ci-dessus, précise les orientations nationales (ciblage sur les
territoires organisés présents sur l’ensemble du territoire rural, notion de priorité ciblée à définir par les
GAL, renforcement du partenariat public/privé, enveloppes minimum par GAL), les marges de
manœuvre régionales et propose une trame de critères pour la sélection des GAL. Ces critères ne
pourront pas être modifiés en région de façon à assurer une équité de traitement dans la sélection sur
l’ensemble du territoire français. Par contre, les indicateurs permettant de juger de ces critères, tout
comme leur pondération, fortement dépendants du contexte régional, sont laissés à l’appréciation des
régions.
Une note globale sera attribuée à chaque candidat à l’appel à projets LEADER, fondée sur une grille
de notation régionale élaborée dans le cadre du partenariat entre le Préfet de région et le Président du
Conseil régional. Cette grille de notation comprendra les rubriques du cadre méthodologique national
suivant :
        Présentation de la candidature,
        Processus d’implication des acteurs,
        Pertinence du territoire du GAL par rapport aux enjeux : le jugement portera notamment sur la
         pertinence du territoire du GAL en lui-même et sur les liens entre le territoire du GAL et celui
         du territoire organisé,
        On entend ici par territoire organisé un territoire infra-départemental reposant sur un périmètre
         bien défini, qui a élaboré dans un cadre partenarial un projet global de développement
         pluriannuel. C’est le cas notamment des pays et des parcs naturels régionaux,
        Pertinence de la stratégie : la qualité du diagnostic, l’adéquation globale de la priorité ciblée
         par rapport au diagnostic, son caractère multisectoriel, la stratégie de coopération éventuelle
         seront des éléments de jugement de la pertinence de la stratégie,
        Place de la coopération,
        Valeur ajoutée du projet LEADER par rapport à l’existant sur le territoire et le développement
         rural en général en terme de contenu et/ou de méthode vis-à-vis des effets attendus .
         l’exemplarité de la démarche seront parmi les éléments de jugement,
        Qualité du plan de développement et fiabilité du plan de financement : la qualité des actions
         proposées (en terme de durabilité, de masse critique, de faisabilité…), l’adéquation des
         moyens par rapport aux objectifs, la fiabilité du plan de financement (caractère réaliste,
         équilibre entre dispositifs…) seront des éléments de jugement,
        Qualité du pilotage du projet (organisation du GAL, actions de capitalisation/diffusion, actions
         de suivi/évaluation).
La sélection des GAL se fera en une fois, suivant le calendrier indicatif suivant :
        1er semestre 2007 : communication sur l’approche LEADER, élaboration du cadre
         méthodologique national et des appels à projets en région,
        16 octobre 2007 : lancement de l’appel à projets,
        Avril 2008: première date butoir pour le dépôt des candidatures,
        Juillet 2008: sélection des GAL..


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 140 sur 194
Tous les GAL seront donc sélectionnés avant janvier 2009.


                      Adaptations régionales

Les appels à projets sont définis au niveau régional selon les orientations explicitées ci-dessus sur la
base du cadre national. L’appel à projets régional précise, à titre indicatif, certaines orientations
souhaitables pour la mise en oeuvre de LEADER au niveau régional, sans toutefois définir a priori les
actions éligibles car ces dernières doivent résulter des propositions des partenaires locaux.


                      Nombre indicatif de GAL

Au terme d’une procédure objective et rigoureuse visant à sélectionner des territoires dont la stratégie
présente de réelles qualités au regard du cadre national ci-dessus et intégrant la possibilité d’avoir des
orientations différentes suivant les régions, il est envisagé, de sélectionner entre deux et quatre GAL.
Ce sont finalement 5 GAL qui ont été sélectionnés.


                       Territoires ruraux couverts par LEADER

Sur la période 2000/2006, les GAL de l’hexagone couvraient 42% des zones rurales, en retenant
comme définition de l’espace rural le regroupement de l’espace à dominante rurale et du périurbain
hors aires urbaines de plus de 50 000 habitants, qui étaient exclues (cet espace rural occupe 0,5
millions de km²).
Pour la période 2007/2013, il est prévu à titre indicatif que les GAL couvrent au maximum 55% des
zones rurales. De façon à pouvoir intervenir sur de nouveaux enjeux ruraux liés aux zones rurales
péri-urbaines, les villes petites et moyennes pourront faire partie du territoire des GAL. Néanmoins, de
façon à garantir un champ d’intervention prioritairement rural, la part de l’enveloppe par GAL réservée
aux opérations effectuées dans les villes moyennes sera limitée et les retombées de ces actions
devront viser les zones rurales. La taille de ces villes moyennes est définie en région par le Préfet et
le Président du Conseil régional en fonction des spécificités régionales, en lien avec le comité de
sélection (cf. paragraphe ci-dessous).



                      Justification de la sélection des zones dont la population est inférieure à 5.000
                          habitants ou supérieure a 150.000 habitants

Il n’est pas prévu de sélectionner des territoires dont la population serait inférieure à 5 000 habitants.
Il n’est pas non plus prévu de sélectionner des territoires de plus de 150 000 hab

Ciblage sur les Pays et les Parcs Naturels Régionaux

    Les territoires éligibles à LEADER sont des territoires organisés « qui représentent une masse
    critique en termes de ressources humaines, financières et économiques pour soutenir une
    stratégie de développement viable » (article 62 du règlement n° 1698/2005).
    L’appel à projets est ouvert à tous les territoires organisés, y compris ceux qui n’ont pas
    précédemment bénéficié du programme LEADER +. Dans le cadre de cet appel à projets, sont
    considérés comme territoires organisés les Pays reconnus et les Parcs naturels régionaux.
Eligibilité des villes

    La présence d’une commune moyenne dans le territoire d’un GAL peut se justifier lorsque
    l’existence et l’efficacité de la stratégie proposée dépendent de l’interaction entre la ville moyenne
    et les zones rurales environnantes. Elle confère ainsi une plus grande cohérence à l’action
    publique locale et permet de développer le lien urbain-rural. En revanche, une ville importante ne
    pourra pas faire partie du périmètre d’un GAL, ni bénéficier d’opérations financées via LEADER



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 141 sur 194
    en son sein (cela n’empêche pas le cas échéant, d’associer des acteurs issus de ces villes dans
    le cadre du partenariat).
         Par commune moyenne, on entend au sens du présent appel à projets, une commune comprise
entre 6.000 habitants et 30.000 habitants. Les villes importantes sont celles de plus de 30.000 habitants.
    Les communes moyennes pourront être intégrées au périmètre du GAL. Néanmoins, une
    opération localisée sur le périmètre d’une ville moyenne ne pourra bénéficier d’aides de LEADER
    que dans les conditions précises suivantes : la part de l’enveloppe du GAL allouée à des
    opérations situées sur une commune moyenne ne pourra dépasser 20 %. Il devra de plus être
    démontré que ces actions ont des retombées principalement sur les zones rurales.
    Les communes moyennes pourront être représentées au sein du partenariat. Cependant, une
    place importante à la composante rurale du territoire devra y être préservée.

Périmètre retenu

    Le dossier de candidature devra préciser le périmètre du territoire candidat en fournissant la liste
    des communes concernées. Ce périmètre doit être composé de communes entières et contiguës.
    Il peut également s’affranchir des limites administratives départementales ou régionales dans la
    mesure où il s’articule avec des territoires organisés.

Nombre d’habitants

        Le nombre d’habitants situés dans le périmètre du GAL devra être au maximum de 150.000
habitants. Il devra être au minimum de 10.000 habitants.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 142 sur 194
                      Procédure de sélection des opérations par les groupes d’action locale

Les opérations retenues au titre de l’approche LEADER seront sélectionnées par les GAL eux-
mêmes, dans le cadre d’un comité de programmation local réunissant les partenaires locaux. Les
étapes préalables à cette sélection par le GAL des opérations sont les suivantes :

Animation du territoire, appui à
                                                 Assurée par le GAL
l’émergence et au montage de projets
Réception des demandes d’aide
                                                 Assurée par le GAL
Délivrance de l’accusé de réception
                                                 Le GAL analyse la pertinence de l’opération par rapport à sa
                Pertinence de l’opération
                                                 stratégie de développement
                                                 Un service référent, chargé de l’instruction de la mesure dans le
                                                 cadre général de la programmation du FEADER, donne un avis
Instruction     Analyse réglementaire et         réglementaire et technique, qui est bloquant en cas de non respect
des             technique                        de critères d’éligibilité réglementaires et techniques.
dossiers                                         L’autorité de gestion veillera au respect de délais d’instruction
                                                 raisonnables.
                                                 Un agent est en charge de la coordination de LEADER au niveau
                Coordination de l’analyse
                                                 régional pour faire le lien entre les GAL et les services référents
                réglementaire et technique
                                                 pour les différentes mesures, et garantir la fluidité des circuits
                                                 Les opérations sont programmées par le comité de programmation
                                                 du GAL, sur la base de l’analyse de la pertinence et de l’avis
                                                 d’instruction technique.
Programmation
                                                 L’autorité de gestion et l’organisme payeur participent à titre
                                                 consultatif au comité de programmation et peuvent donner leur
                                                 avis (non bloquant) sur la pertinence de l’opération.



                      Descriptions des circuits financiers applicables aux groupes d’action locale

Les paiements aux bénéficiaires seront effectués directement par l’organisme payeur, après un travail
de certification du service réalisé par le service référent approprié avec l’appui du GAL. Un
engagement de rapidité sera demandé à l’autorité de gestion et à l’organisme payeur de façon à ce
que les paiements parviennent rapidement aux bénéficiaires.

                      Compatibilité avec les régimes d’aides d’Etat

Les mêmes règles de compatibilité avec les régimes d’aides d’Etat que celles prévues pour les
mesures des axes 1, 2 et 3 seront appliquées aux actions mises en oeuvre via LEADER.

                      Type d’aide

Les aides seront versées sous la forme de subventions.


                      Ligne de partage avec les fonds structurels

En général, les lignes de partage entre FEADER et FEDER/FSE/FEP sont les mêmes que celles
prévues au niveau régional pour les mesures concernées des axes 1, 2 et 3. Sur cette base, grâce
aux capacités d’animation et d’ingénierie dont il dispose, chaque territoire devrait pouvoir mobiliser les
différentes sources de financement communautaires et nationales lui permettant de mettre en œuvre
sa stratégie.
Néanmoins, si ces lignes de partage venaient à gêner les GAL dans la mise en œuvre de leur
stratégie, les GAL pourraient eux-mêmes proposer des lignes de partage ad hoc. Dans tous les cas,
les lignes de partage identifiées devront respecter le champ d’intervention du FEADER posé par le
Règlement du Conseil 1698/2005 .


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                               Page 143 sur 194
Concernant le FEP, dans le cas où le périmètre d’un groupe retenu au titre de l’axe 4 du FEP
recouperait celui d’un GAL, il conviendra de :
        veiller à ce que les stratégies du groupe FEP et du GAL soient cohérentes ;
        définir une ligne de partage claire de façon à ce qu’une action donnée ne soit éligible qu’à l’un
         des deux fonds.
L’articulation entre les fonds s’effectuera au regard des choix stratégiques des acteurs locaux. Dans la
logique de leur priorité ciblée, ils définiront s’il convient de rattacher les acteurs et leurs projets à la
dynamique soutenue par LEADER ou au contraire si elle s’intègre à l’axe 4 du FEP, selon les critères
de l’appel à projets de l’axe 4 du FEP.
Pour information, les démarches de ce type étant novatrices au niveau du secteur de la pêche, le
choix a été fait de privilégier une programmation en deux temps. La première étape « pilote »
s’articule autour d’un appel à projets privilégiant la sélection de groupes. La deuxième étape permettra
de préciser les territoires visés par cet axe et les complémentarités avec LEADER. .




Objectifs quantifiés

        Type d’indicateur                          Indicateur                        Cible
                                   Nombre de GAL soutenus
     Réalisation                   Population totale des GAL              5
                                   Nb de projets financés




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 144 sur 194
               Dispositif 421 - Coopération interterritoriale et transnationale




                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Articles 63.b et 65 du Règlement (CE) N°1698/2005
    Article 31 du Règlement (CE) N°1974/2006



                      Objectifs de la mesure

La coopération, qu’elle soit transnationale ou interterritoriale, permet une ouverture et des échanges
d’expérience très précieux ; elle est facteur de diffusion de la citoyenneté européenne dans sa
dimension transnationale, d’innovation et peut permettre de mener à bien certains projets, comme la
mise en marché de produits et services nouveaux, pour lesquels il est nécessaire d’atteindre une
masse critique dépassant le territoire. Elle fera pleinement partie des objectifs de l’approche LEADER.
Elle devra être intégrée à la stratégie des GAL. Elle sera facilitée par un accompagnement
méthodologique (qui s’appuiera en particulier sur le réseau rural régional, et le réseau rural français et
le réseau européen) et une grande souplesse de gestion.



                      Champ de la mesure et actions

La coopération implique au moins un GAL sélectionné au titre de l’approche LEADER. Elle est mise
en œuvre sous la responsabilité d’un GAL agissant comme coordinateur.

Il existe deux types de coopération :
      la coopération « interterritoriale » entre des territoires au sein d’un même Etat membre ;
        la coopération « transnationale » entre des territoires relevant de plusieurs Etats membres
         ainsi qu’avec des territoires de pays tiers.
Les dépenses concernant des territoires situés dans l’Union européenne sont admises au bénéfice de
l’aide. Dans le cas où le projet de coopération est réalisé avec un pays situé en dehors de l’Union
Européenne, les dépenses en lien direct avec le projet peuvent être soutenues par le FEADER.

La coopération peut comporter l’échange d’expériences, plus particulièrement dans la perspective de
la mise en œuvre d’une action commune. Sont éligibles les dépenses liées :
        à cette action commune ;
        au fonctionnement d’éventuelles structures communes ;
       au support technique et à l’animation nécessaires dans les phases de préparation, de mise en
        œuvre et de suivi du projet.
L’assistance technique pour la coopération est éligible dans le cadre du réseau rural.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 145 sur 194
                      Procédure, calendrier et critères objectifs pour la sélection des projets de
                          coopération

Au sein de l’enveloppe LEADER régionale, une part est réservée pour la coopération.
La coopération sera intégrée aux stratégies de développement local des GAL : les GAL qui
souhaiteront mener des opérations de coopération feront figurer une fiche coopération au sein de leur
stratégie. Cette fiche « coopération » fera l’objet d’une approbation par le comité de sélection régional
LEADER (voir description des mesures 411, 412 et 413).
Une fois qu’une fiche « coopération » aura été approuvée par le comité de sélection régional, le GAL
sélectionnera les opérations de coopération selon le même circuit que les opérations habituelles. Lors
des comités de programmation, l’autorité de gestion et ses partenaires veilleront au respect des
principes de la coopération.
Tous les GAL ne seront pas contraints à mener des actions de coopération.
La coopération pourra être intégrée aux stratégies des GAL à deux occasions :
        Au moment de la sélection initiale, une fiche « coopération » pourra faire partie de la
         candidature du GAL. La présence d’une telle fiche sera valorisée dans les critères de notation
         lors de la sélection des GAL. Le GAL pourra faire part de son intention d’intégrer la
         coopération dans sa stratégie, sans que la fiche « coopération » soit totalement aboutie.
         La fiche aboutie devra faire l’objet d’une validation par le comité de sélection régional
         lorsqu’elle sera mûre.
        Au cours du programme, si toute l’enveloppe FEADER dédiée à la coopération au niveau
         régional n’a pas été répartie, un GAL qui n’aurait pas proposé de fiche de coopération au
         moment de sa candidature pourra proposer d’ajouter une fiche « coopération » à sa stratégie.
         La proposition du GAL sera examinée par le comité de sélection LEADER régional, et la
         dotation correspondante sera attribuée au GAL en cas de sélection.

Le comité de sélection régional LEADER devra valider les fiches « coopération » proposées par les
GAL avant que le GAL puisse mettre en œuvre les projets de coopération.
Les GAL devront tenir compte a minima des critères objectifs suivants pour sélectionner les
opérations de coopération :
        pertinence de l’opération envisagée par rapport aux objectifs prévus dans la fiche coopération,
        implication des partenaires locaux dans l’opération envisagée,
        lien avec les opérations menées dans le cadre des mesures 411, 412 et 413,
        valorisation possible sur le territoire en lien avec la mise en œuvre de la stratégie de
         développement local du GAL,
        valorisation de l’expérience de coopération au-delà du territoire, notamment dans le cadre du
         réseau rural.



                      Objectifs quantifiés

        Type d’indicateur                          Indicateur                      Cible

                                   Nombre de projets de coopération       5


                                   Nombre de GAL engagés dans un projet
                                                                          2
                                   de coopération




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 146 sur 194
 Dispositif 431 - Fonctionnement du GAL, acquisition de compétences et actions
                            d’animation sur le territoire




                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Articles 63.c et 59 du Règlement (CE) N°1698/2005
    Article 31 du Règlement (CE) N°1974/2006


                      Objectifs de la mesure

L’élaboration et la mise en oeuvre des stratégies locales par le GAL requièrent un travail d’ingénierie
et d’animation qui doit être soutenu.


                      Champ de la mesure et actions

Cette mesure est réservée aux                        dépenses   supportées       par   le    GAL      en     terme
d’animation/fonctionnement, à savoir :
        les coûts de fonctionnement des GAL, y compris les dépenses de gestion,
        les études et évaluations menées sur le territoire du GAL,
        les actions d’information sur la stratégie de développement locale du GAL,
        la formation des personnes participant à l’élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie de
         développement locale du GAL,
        les actions d’animation et la formation des animateurs du GAL


                      Limite à appliquer aux coûts de fonctionnement

Les coûts de fonctionnement de chaque GAL ne pourront dépasser 20% du montant total de la
dépense publique prévue dans la stratégie locale de développement.


                      Répartition indicative des dépenses dédiées a l’acquisition de compétences et a
                          l’animation

Au niveau global du PDRH, à titre indicatif, les dépenses dédiées à l’acquisition de compétences et à
l’animation (article 59 points a) à d) du Règlement (CE) N°1698/2005) représenteront 80% du montant
dédié à la mesure 431.


                      Objectifs quantifiés

        Type d’indicateur                          Indicateur                               Cible
     Réalisation                   Nombre d’action soutenues                 4




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                             Page 147 sur 194
                            Dispositif 511 Ŕ 1 Ŕ Réseau rural régional




    Le réseau rural régional au sein du réseau rural national et européen

Tout comme le réseau rural national et en coordination avec ce dernier, le réseau rural régional est
centré sur la mise en œuvre du FEADER, tant en termes de réflexion développée en son sein, qu’en
termes d’actions menées auprès des acteurs du développement rural puisque le réseau mobilisera les
acteurs concernés par des mesures du FEADER.
Les missions générales retenues pour le réseau sont :
        L’identification, la capitalisation et la diffusion d’éléments d’information existants utiles aux
         acteurs du développement rural,
        L’échange et la mise en relation permettant de créer le lien entre acteurs,
        L’appui à l’ingénierie sur des thèmes précis comme la coopération des GAL,
        La réflexion transversale sur les éléments stratégiques nationaux du développement rural, qui
         pourra revêtir un caractère prospectif,
        L’organisation d’animations spécifiques pour les GAL Leader (y compris dans la phase de
         préparation des candidatures des GAL potentiels),
        La réflexion et études autour des problématiques inhérentes à la mise en oeuvre du FEADER,
        L’articulation avec le réseau rural européen.


A contrario, le réseau n’est pas un lieu de décision sur les orientations stratégiques, la répartition des
financements ou les choix de programmation du FEADER, missions qui incombent au comité de suivi
et au comité de programmation.
Les missions, au niveau national comme au niveau régional, se structureront autour de l’identification
et de la capitalisation, de l’information et de la formation, des échanges et de la mise en relation, de
l’appui à l’ingénierie.
Le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (MAP) est l’autorité de gestion du PDRH. Il copilote le
réseau avec la Délégation Interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires
(DIACT). L’organisation nationale est décrite dans le PDRH (chapitre 16.1), elle fait le lien avec
l’ensemble des responsables régionaux du réseau et avec le réseau rural européen. Elle peut
apporter son appui à des actions interrégionales.


                      Le pilotage et l’animation

La mise en œuvre régionale du réseau rural repose sur une instance de pilotage composée de
représentants de l’Etat, de la Région et des Conseils Généraux. Ceux-ci informent les Comités
techniques de programmation et le Comité de suivi du FEADER des actions menées par le réseau
rural.
Cette instance de pilotage doit mettre en place l’organisation du réseau régional et elle doit s’assurer
tout au long de la programmation du caractère participatif du réseau.


Le représentant du réseau régional désigné par les copilotes régionaux est C. BARRE. Il participera
aux travaux du réseau rural national. Ce représentant est membre de l’assemblée du réseau national
et il s’assure de la diffusion des informations au sein du réseau régional et auprès des services de
l’Etat et du Conseil régional (Comité de pilotage).




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 148 sur 194
Il est le référent régional et représente le réseau régional au niveau national ; il siège à l’assemblée
du réseau national et siège à la Commission permanente en tant que suppléant. Il est en charge de
porter la voix de son réseau au niveau national et de diffuser les informations nationales au niveau
régional ;
Il est le correspondant technique du réseau régional c’est à dire que c’est lui qui assure le lien avec le
niveau national sur les thématiques traitées, les évènements du réseau et l’ensemble des actions du
programme annuel de travail du réseau. Pour garantir le fonctionnement du réseau, il passera
commande, le cas échéant, avec une structure d’animation sur la base d’un cahier des charges
détaillé annuellement et correspondant au plan d’actions.



                      Financement

Budget Fonctionnement de la Structure du Réseau Rural           30.000 €

Budget Mise en œuvre du Plan d’action du Réseau Rural           270.000 €



                      Les actions

Communication Internet
        Actualisation des sites régionaux de la Préfecture de Région et du Conseil Régional,
        Alimentation du site Internet dédié au réseau rural français,
        Mise en place de liens entre sites acteurs.
Formation
             Séminaires
Lien avec le réseau national
             Relais d’information du niveau national.
Actions spécifiques pour LEADER
             Appui à la coopération,
             Observatoire des territoires LEADER,
             Séminaires de valorisation des Démarches de Développement Rural.


                      La composition partenariale

Le public concerné par le réseau rural comprend « les organisations et les administrations travaillant
dans le domaine du développement rural » (art. 68 §1, règlement CE n°1698/2005) dans la mesure où
les membres ont un lien avec la mise en œuvre du FEADER.
Il s’agit globalement des organisations représentant les catégories de bénéficiaires du programme par
axe ou les tiers-parties associées dans les domaines du Développement rural .
Le réseau rural regroupe aussi les administrations locales, régionales et nationales impliquées dans le
suivi des programmes et celles concernées par les politiques rurales.
Une adaptation régionale interviendra, par exemple lorsque les GAL auront été sélectionnés.
Elle pourra s’inspirer des premiers travaux nationaux portant sur le recensement des réseaux
existants dans le domaine du développement rural et sur une analyse des points forts et points faibles
de ces réseaux ( cf. annexe du PDRH).




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 149 sur 194
                      Les travaux

Le principe de consultation et de concertation prévalant à la construction du réseau rural devra se
poursuivre dans les travaux menés par le réseau rural, tout au long de la programmation, de sorte
qu’il corresponde effectivement à une adhésion volontaire de la part des acteurs et que ses
productions soient bien le reflet de la diversité de ses membres.
L’objectif est de rendre le réseau complètement opérationnel second semestre 2008.

Se reporter au point 7 du D R D R




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                              Page 150 sur 194
                           Dispositif 511 Ŕ 2 - Plan de communication




                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
Le Plan de communication s’appuiera sur l’ensemble des réglementations régissant ce type d’actions ,
notamment
    -    le R 1698/2005 et en particulier les articles 76 et 82c) iv,
    -    le R 1974/2006 et en particulier les articles 58, 59 et 60 et les annexes II, VI et VII,
    -              la charte graphique commune pour les programmes européens 2007-2013


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    -              la circulaire du Premier Ministre du 12 février 2007 relative à la communication sur les
         projets financés par l’Union Européenne dans le cadre de la politique de cohésion économique et
         sociale.


                      Objectifs

Les objectifs du plan de communication sont :
        faire connaître l’action conjointe de l’Union européenne et des pouvoirs publics nationaux en
         matière de développement rural l’ensemble du territoire français, en articulation avec les
         autres fonds européens ;
        faire connaître aux bénéficiaires potentiels les aides auxquelles ils peuvent prétendre ;
        renforcer la visibilité et la lisibilité de l’action communautaire ;
        diffuser une information claire et largement accessible ;
        assurer la continuité de l’information du public au cours des 7 années de programmation,
         dans un souci de transparence.


                      Actions éligibles

Toutes actions de prospective et de communication multimédia ou événementiels ayant pour but de
promouvoir l’action conjointe de l’Union européenne, des pouvoirs publics nationaux, des institutions
Régionales ou Départementales en matière de développement rural.

                      Bénéficiaires

Autorité de gestion du FEADER , collectivités locales, associations, prestataires, établissements publics.

                      Intensité de l’aide

Cofinancement FEADER : 50% de la Dépense Publique


Se reporter au point 8 du D R D R



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 151 sur 194
                     Dispositif 511 Ŕ 3 - Actions d’assistance technique


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 66 du Règlement (CE) N)1698/2005

                      Objectifs

L’assistance technique permet de contribuer au financement des actions afférentes à la préparation,
la gestion, le suivi, l’évaluation, l’information et le contrôle des interventions du programme de
développement rural hexagonal, dont la mise en œuvre de l’axe LEADER.
Cela comportera des frais de fonctionnement internes à l’administration et des frais externes ( sous
forme de prestation ou d’étude).

                      Bénéficiaires

Les bénéficiaires sont les organismes publics ou privés qui conduisent les opérations d’assistance
technique relatives au DRDR de la région Nord – Pas de Calais.

                       Actions et dépenses éligibles

1) La préparation du programme
La préparation comprend :
        l’élaboration du DRDR, des manuels de procédure et des guides techniques pour la mise en
         œuvre de l’ensemble des mesures : groupes de travail, rédaction, impression et diffusion,
        la sélection des GAL Leader, l’élaboration et l’organisation de l’appel à projet régional, la
         constitution du groupes d’experts.

2) La gestion et le suivi du programme
La gestion et le suivi du programme comprennent :
        la formation des services instructeurs des mesures du PDRH et des GAL Leader,
        le suivi et pilotage financier du volet régional du PDRH,
        la coordination et le suivi de l’axe Leader,
        le plan de communication du programme,
        les opérations de mise en œuvre du réseau rural
        l’organisation des comités régionaux de programmation, des comités techniques et des
         comités de suivi,
        la réalisation des rapports annuels de suivi, la fourniture des éléments nécessaires aux contrôles.

3) L’évaluation du programme
Les évaluations ex ante et à mi-parcours relèvent du socle national du PDRH.
Des actions d’évaluation très ciblées sur la région peuvent être réalisées dans le cadre du volet
régional.
En particulier, elles permettront en tant que de besoin d’infléchir les modalités d’intervention et de
modifier les enveloppes par mesure.
Un système d’évaluation in itinere du volet régional pourra être mis en place pour évaluer :
    l’impact de mesures : approches par thèmes, filières ou territoires,
    l’impact économique, environnemental et social au regard des enjeux de compétitivité,
        développement durable, emploi et égalité des chances




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 152 sur 194
                             FICHES DESCRIPTIVES DU DISPOSITIF NATIONAL




                Dispositif 112 - Aide à l’installation des jeunes agriculteurs




                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 22 du Règlement (CE) No 1698/2005.
    Articles 13 et Annexe II point 5.3.1.1.2 du Règlement (CE) No 1974/2006.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Textes en préparation relatifs à l’installation


                      Enjeux de l’intervention

Les aides à l’installation ont pour objet de contribuer au renouvellement des générations
d’agriculteurs. 500 départs sont en effet prévus chaque année et de nombreux chefs d’exploitation
n’ont pas de successeur familial, en raison, entre autres, des difficultés du métier. Il est donc
important d’inciter des jeunes non issus du milieu agricole ou qui s’installent hors cadre familial à
reprendre des exploitations pérennes ou à faciliter l’installation dans le cadre familial dans des
conditions économiques satisfaisantes. En matière d’aménagement du territoire, ces nouvelles
installations doivent permettre de maintenir une activité agricole dans les zones rurales et
périurbaines et éviter le démantèlement des exploitations.


                      Objectif de la mesure

Les aides à l’installation ont pour objet de faciliter l’installation de jeunes agriculteurs dans des
conditions économiques satisfaisantes, sur la base d’un plan de développement de leur exploitation
élaboré sur une période de 5 ans.


                      Champ et nature de l’aide

L’aide consiste à soutenir les dépenses inhérentes à une première installation réalisée par un jeune
agriculteur qui reprend une exploitation agricole existante ou crée une nouvelle structure.
Est exclue du présent dispositif cofinancé par l’Union européenne l’installation visant majoritairement
la production de produits piscicoles et aquacoles.
Le soutien à l’installation comporte deux types d’aides :
    -    une dotation en capital versée après le constat de l’installation ;
    -    des prêts bonifiés pour financer la reprise du capital d’exploitation et réaliser au moins une
         partie des investissements nécessaires à la mise en place du projet économique.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 153 sur 194
Le dispositif d’aides à l’installation, déjà mis en œuvre sous la programmation précédente, comporte
pour la période 2007-2013 de nouvelles adaptations qui consistent notamment en :
    - une réduction de la durée des engagements pris par le jeune agriculteur de 10 à 5 ans, aux
        fins de simplification de la procédure administrative tant pour l’autorité de gestion que pour le
        bénéficiaire ;
    -    le remplacement de l’étude prévisionnelle d’installation (EPI) d’une durée de 3 ans par un plan
         de développement de l’exploitation établi sur 5 ans. Cette modification a pour but de mieux
         tracer les investissements au cours des premières années d’installation et de donner plus de
         cohérence au dispositif, en faisant coïncider la durée du plan de développement avec celle
         des engagements pris par le jeune ;
    -    la réduction du délai de grâce pour effectuer la mise aux normes de 5 à 3 ans afin de
         répondre aux nouvelles dispositions communautaires ;
    -    une plus grande souplesse laissée aux départements dans la prise en compte de critères
         locaux pour fixer le montant de la DJA accordée à chaque candidat ;
    -    une modification du rôle des établissements de crédit dans la procédure de gestion des prêts
         bonifiés, pour tenir compte des observations faites par la Commission lors de missions d’audit
         réalisées au cours de la programmation précédente.


                      Conditions à remplir par le bénéficiaire

Le jeune agriculteur doit être âgé de moins de 40 ans à la date de son installation (constatée par
l’autorité de gestion) et réaliser une première installation.
                                  er
Les candidats nés avant le 1 janvier 1971 doivent justifier d’un diplôme agricole de niveau V. Les
                                         er
jeunes agriculteurs nés à compter du 1 janvier 1971 doivent disposer d’un diplôme agricole de
niveau IV complété s’il y a lieu par un plan de professionnalisation.
Pour les candidats déjà titulaires d’un diplôme de niveau V, un plan de formation complémentaire
d’acquisition progressive d’un diplôme agricole de niveau IV peut être mis en œuvre sous certaines
conditions. Pour ces candidats, les éventuels stages prévus dans le plan de professionnalisation
doivent avoir été réalisés avant le démarrage du projet.
Le jeune agriculteur doit élaborer un plan de développement des activités agricoles de son
exploitation sur une période de 5 ans. Pour mettre en œuvre ce plan, le jeune agriculteur peut
bénéficier d’un accompagnement technico-économique d’un organisme de conseil pendant ses trois
premières années d’activité.


                      Définition de l’installation

Le dispositif d’aides à l’installation est mis en œuvre au profit d’un jeune qui réalise une première
installation en qualité de chef d’exploitation à titre individuel ou comme associé exploitant d’une
société. L’installation peut se réaliser à titre principal, c’est à dire lorsque le revenu agricole du
bénéficiaire est au moins égal à 50% de son revenu professionnel global, ou à titre secondaire, c’est à
dire lorsque le revenu agricole du bénéficiaire représente moins de 50% de son revenu professionnel
global.
L’installation doit se réaliser dans les 12 mois suivant la date de décision d’octroi des aides. Sous
certaines conditions, l’installation pourra précéder de 4 mois au plus cette décision d’octroi.


                      Plan de développement

Le plan de développement élaboré par le candidat à l’installation comporte :
Un descriptif de la situation de l’exploitation reprise ou nouvellement constituée : la situation juridique
de l’exploitation, le mode de faire valoir, la surface et les bâtiments d’exploitation, l’orientation
technico-économique principale, les droits à produire et/ou droits à primes, le cheptel, la main
d’œuvre.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 154 sur 194
Le plan prévoit les étapes de développement des activités de l’exploitation sur une période de 5 ans,
les prévisions en matière de production et de commercialisation. Le plan précise également le mode
de production (bio par exemple), de commercialisation (vente directe ou dans le cadre d’une
organisation de producteurs notamment), les éventuels contrats avec des sociétés commerciales ou
d’intégration.
Si le bénéficiaire des aides envisage de poursuivre la reprise et la mise en état de son exploitation au-
delà de la durée de son plan de développement, sans toutefois excéder une durée supplémentaire de
cinq ans, la demande de mise en réserve du solde de son droit à prêts bonifiés à l’installation devra
figurer dans le plan validé par l’autorité de gestion.

Le plan prévoit le détail des investissements, de leur financement (dotation jeune agriculteur, prêts
bancaires bonifiés ou autres prêts, subventions, apport personnel) et de leur réalisation sur la période
correspondant aux étapes du développement des activités de l’exploitation. S’il y a lieu, le plan prévoit
les investissements nécessaires à la mise aux normes de l’exploitation. Le plan est agréé par l’autorité
de gestion. Dans le cas où le jeune agriculteur souhaiterait modifier l’économie de son projet au cours
du plan, il devra établir un avenant à son plan de développement initial. Cet avenant devra être agréé
par l’autorité de gestion avant d’être mis en oeuvre.
Pour les candidats titulaires d’un diplôme de niveau V en situation d’acquisition progressive d’un
diplôme agricole de niveau IV, le plan de développement agricole prévoit un plan de formation que le
jeune agriculteur doit s’engager à suivre dans les 3 ans qui suivent la date de la décision d’octroi des
aides.
Le bénéficiaire des aides s’engage en outre :
  -   à avoir effectué la mise aux normes de son exploitation dans un délai maximum de 36 mois à
      compter de la date d’installation ;
  - à exploiter et à tenir une comptabilité de son exploitation pendant 5 ans à compter de la date
      d’installation ;
  - pour chaque prêt bonifié, le bénéficiaire s’engage à rester exploitant agricole pendant au moins
      5 ans à compter de la date de réalisation du prêt et à conserver pendant cette durée
      l’investissement objet du prêt pour un usage identique.
Au terme du plan, l’autorité de gestion vérifie systématiquement sa réalisation et sa cohérence avec
les prévisions qui ont été agréées lors de l’octroi des aides à l’installation.
Pour les jeunes qui se sont engagés dans le dispositif d’acquisition progressive d’un diplôme de
niveau IV, l’autorité de gestion vérifie au terme des 3 ans que le plan de formation a bien été suivi.

                      Articulation avec d’autres mesures

Le bénéfice des aides à l’installation n’entraîne aucune restriction quant à l’accès aux autres
dispositifs d’aide. Le jeune agriculteur peut bénéficier d’un taux d’aide préférentiel ou de priorités
d’accès pour un certain nombre de mesures. Les aides complémentaires sollicitées sont inscrites
dans le plan.
Les aides à l’installation (DJA et prêts bonifiés) s’inscrivent en outre dans un ensemble plus large
d’outils nationaux complémentaires concourant également à la politique d’installation et parmi lesquels
figurent notamment :
      -   les actions d’accompagnement menées au titre du programme pour l’installation et le
          développement des initiatives locales (PIDIL), financé par l’Etat et les collectivités territoriales
          et notifié à la Commission dans le cadre des aides d’Etat.
              Ce programme comporte notamment pour les jeunes agriculteurs des aides au conseil, en
              amont ou durant les premières années qui suivent l’installation (audit de l’exploitation à
              reprendre, suivi de l’installation pendant trois ans…) ; il offre également des possibilités
              de bénéficier d’une période de « parrainage » sur une exploitation devant se libérer ou
              encore de suivre une formation complémentaire dans des conditions favorables,
              notamment en disposant d’une aide au remplacement pendant la durée de la formation.
              Au sein de ce programme, des mesures sont en outre prévues pour favoriser l’orientation
              des terres libérées par des exploitants cessant leur activité ou des propriétaires fonciers vers
              les jeunes agriculteurs qui réalisent une première installation dans les conditions du PDRH.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 155 sur 194
    -     la mesure de préretraite agricole, également notifiée à la Commission dans le cadre des aides
          d’Etat pour la programmation 2007-2013.
Le bénéfice de l’aide est conditionné à la restructuration des terres libérées notamment en vue de
l’installation d’un jeune agriculteur.

                      Montant des aides

Les jeunes agriculteurs peuvent bénéficier de deux types d’aides, une dotation en capital et une
bonification d’intérêts pour les prêts professionnels sollicités, comme suit :
Une dotation jeune agriculteur (DJA) d’un montant fixé par l’autorité de gestion et différencié en
fonction de critères nationaux et départementaux :
    - un arrêté national fixe une fourchette pour le montant de la DJA en fonction de la zone
        d’installation. L’ensemble de la région Nord – Pas de Calais est située en zone de plaine,
        cette fourchette varie de 8 000 à 17 300 € ;
    - un arrêté préfectoral arrête, après avis de la CDOA, les critères de modulation de la dotation,
        en prenant en compte les éléments suivants:
              Pour le département du Pas de Calais :
              Moyenne sur 3 ans du revenu agricole par UTAF, niveau de rentabilité du projet,
              compensation des handicaps spécifiques (situation géographique, STH, élevage),
              conditions de l’installation (niveau de diplôme, expérience professionnelle, suivi technico-
              économique), caractéristiques du projet ( productions régionales et nouvelles productions,
              modes de production spécifiques, installation hors cadre familial, installation soumise à
              une crise conjoncturelle, projets très novateurs, projets de diversification agricole,
              tourisme, activités de service), exploitation possédant au moins 50% de son foncier sur le
              territoire d’une commune située dans une aire urbaine,

              Pour le département du Nord
              Moyenne du revenu agricole par exploitant sur 5 ans, candidat non issu du milieu
              agricole, installation hors cadre familial, projet de réorientation des ateliers de
              l’exploitation, contribution du projet à l’amélioration de l’environnement, part de la
              production animale et ovine, projet de création d'un atelier de production supplémentaire
              ou de diversification, présence sur l'exploitation d’ au moins un salarié représentant au
              moins 0,5 ETP pendant au moins 5 ans, parcours professionnel…

Ces critères pourraient être amenés à évoluer durant la programmation.

Son montant maximum est de 40.000€, tous financements nationaux et européens confondus.
Des prêts bonifiés : la bonification d’intérêts, exprimée en équivalent-subvention pour l’agriculteur, est
calculée en fonction du taux du marché sans pouvoir excéder 22.000€ en zones défavorisées et
11.800€ en zones de plaines.
Si un jeune agriculteur bénéficie des deux types d’aides, leur montant global ne peut excéder 55.000€.

                      Paiement des aides

La DJA est payée en un seul versement après constat de la réalisation de l’installation. Les prêts
bonifiés sont ouverts dès la décision d’octroi des aides.
Toutefois, le paiement des aides peut être modulé dans les cas suivants :
   - acquisition progressive d’un diplôme de niveau IV : le jeune bénéficie de 50 % de la DJA et de
        50% du plafond de prêts bonifiés à l’installation, la seconde partie des aides étant débloquée
        lorsque le diplôme a été obtenu,
   - installation à titre secondaire : le jeune bénéficie de 50% de la DJA et de la totalité du plafond
        de prêts bonifiés à l’installation.
En cas de non-respect de l’ensemble des engagements pris par le jeune, y compris ceux contenus
dans le plan, une sanction proportionnée à la gravité de l’anomalie relevée, pouvant aller jusqu’à la
déchéance totale des aides, est prononcée par l’autorité de gestion.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 156 sur 194
                      Modalités de gestion spécifiques aux prêts bonifiés

Les caractéristiques des prêts bonifiés à l’installation ont été récemment aménagées en 2008. Ces
nouvelles caractéristiques figurent dans le tableau suivant :

                                                            Zones défavorisées              Zones de plaine
             Taux réglementaires                                   1%                         2,5%
                Durée bonifiée                                    9 ans                      7 ans
                Durée du prêt                                                 15 ans
  Plafond de subvention équivalente dans le                     22 000 €                    11 800 €
respect du plafond commun avec la DJA décrit
    au paragraphe « Montant des aides »

Les établissements de crédit ont un rôle de guichet unique en matière de crédit vis-à-vis des
agriculteurs mais n’ont aucune responsabilité en matière d’instruction des dossiers et de conservation
des justificatifs des investissements.
Pour permettre l’accès aux aides à l’installation, le plan de développement mentionnant les différents
prêts prévus sur sa durée doit être examiné par l’autorité de gestion qui, après instruction du dossier,
prend la décision d’octroi des aides. Cette décision comprend l’accès aux prêts bonifiés pour les
investissements prévus dans le plan ou au-delà si le plan prévoit une mise en réserve du droit à prêt
(cf. paragraphe sur le plan de développement).
Du fait de l’étalement de la réalisation des prêts au rythme des besoins de financement pendant la
durée du plan de développement (ou au-delà dans le cas de mise en réserve du solde), l’autorité de
gestion ré-instruit chaque demande de prêt et re-vérifie systématiquement, avant d’accorder chaque
nouveau prêt, que la cohérence avec le plan de développement est bien respectée. De plus, lors de la
mise en place de chaque prêt, l’agriculteur signe un contrat de prêt avec l’établissement de crédit
mais aussi des engagements avec l’administration qui reprennent ceux déjà souscrits lors de son plan
de développement. Le respect de ces engagements est vérifié par la suite via des contrôles sur place.
La vérification et le contrôle des justificatifs des investissements ne sont plus réalisés par les
établissements de crédit mais par les services de l’organisme payeur agissant pour le compte de
l’autorité de gestion, eu égard à son expertise en la matière. La conformité des justificatifs de la
réalisation de l’investissement financé par un prêt bonifié est vérifiée dans 100% des cas juste après
la mise en place du prêt. En cas d’insuffisance de justificatifs le prêt est réduit à due concurrence du
montant des justificatifs valides, ou déclassé. Les éléments de traçabilité attestant de cette vérification
sont saisis par les services de l’organisme payeur dans un système d’information partagé avec
l’autorité de gestion.

                      Dispositions transitoires

Les jeunes agriculteurs ayant bénéficié des aides à l’installation au titre de la programmation 2000-
2006 continueront à être soumis aux conditions fixées dans le cadre de ce programme.
Les exploitants agricoles dont l’installation date de moins de 10 ans, peuvent, s’ils disposent encore
d’un droit à prêt résiduel au titre des aides à l’installation octroyées dans le cadre des programmations
précédentes, solliciter les prêts bonifiés à l’installation correspondants. Toutefois, si le droit à prêts qui
leur est appliqué reste celui notifié au moment de leur installation, les nouveaux prêts bonifiés seront
instruits selon les modalités en vigueur au moment du traitement de cette demande.
Pour les engagements souscrits au titre de la programmation 2000-2006 du Docup objectif 1 du
Hainaut et pris en charge au titre de la présente programmation, les articles 7 et 8 du règlement (CE)
1320/2006 s’appliqueront.

                      Objectifs quantifiés

       Type d’ indicateur                          Indicateur                           Cible
                                   Nombre de jeunes aidés                  210 par an
                                   Volume total d’ investissement          73,5M€



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 157 sur 194
                Dispositif 122 A : Amélioration des peuplements existants :


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 27 du Règlement (CE) n°1698/2005.
    Article 18 du Règlement (CE) n° 1974/2006.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret n° 2007-951 du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière
    d'investissement forestier
    Arrêté du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière d'investissement
    forestier
    Arrêté préfectoral (à venir).


                      Enjeux de l’intervention

Orienter la production ligneuse régionale vers un objectif de qualité afin d’assurer la pérennité de
l’ensemble de la filière en particulier, pour les feuillus précieux.


                      Objectif

Inciter les propriétaires forestiers à réaliser les opérations sylvicoles, dont les produits sont difficiles à
valoriser, mais indispensables à la production de bois de qualité conforme à la demande de la filière.


                      Champ de la mesure

L’aide est accordée aux projets dépassant un seuil de surface de 4 ha et présentant des garanties de
gestion durable. Pour les projets relatifs aux peupliers et aux noyers, ce seuil est abaissé à 1 ha.


                      Bénéficiaires

Les bénéficiaires sont les personnes morales ou physiques qui réalisent des investissements dans
« les forêts appartenant à des propriétaires privés ou à leurs associations ou à des communes ou à
leurs associations » c’est à dire :
    - les propriétaires privés, leurs associations et structures de regroupement,
    -    les communes ainsi que les établissements publics communaux,
    - les structures de regroupement des investissements (coopératives, ASA, ASL et OGEC),
    - les groupements de communes.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 158 sur 194
                      Territoire visé

L’ensemble de la région Nord – Pas-de-Calais.

                      Travaux éligibles :

        cloisonnements culturaux,
        élagages (résineux et feuillus),
        dépressages,
        travaux annexes indispensables (lutte contre la clématite, les parasites…) dans la limite des
         plafonds fixés au niveau régional par l’arrêté préfectoral à venir,
        maîtrise d’œuvre des travaux et leur suivi par un expert forestier ou un homme de l’art agréé.
La subvention est accordée sur la base d’un devis accepté et le paiement s’effectue sur la base de
factures acquittées.
NB : les investissements immatériels liés à la maîtrise d’œuvre sont éligibles dans la limite de 12% du
montant hors taxes des travaux .


                      Conditions spécifiques d’éligibilité

L’existence d’une garantie de gestion durable constitue un préalable à l’attribution d’une aide à
l’investissement de production.
Sont considérées comme présentant des garanties de gestion durable les forêts privées gérées
conformément à l’article L8 du code forestier.
S’agissant de forêts publiques relevant du régime forestier (article L111-1 du code forestier), elles
relèvent d’un aménagement forestier ou d’un règlement type de gestion.


                      Taux d'aides publiques:

Les taux de subvention applicables au montant Hors Taxes du devis accepté seront de :
      50% dans le cas général ;
      60% en zone Natura 2000.
Ce taux inclut la part de l’Etat, sa contrepartie FEADER et le top-up éventuel.
Le montant minimal de l’aide publique est fixé à 1000 euros.
En cas de financement additionnel, l'octroi de l'aide est subordonné, dans le cadre du règlement (CE)
n°1998/2006 au respect du plafond de 200 000 €, toutes aides de minimis cumulées, perçues sur les
3 derniers exercices fiscaux, comprenant celui de l'année de l'octroi de l'aide.
Un arrêté préfectoral précisera les conditions d’attribution de la subvention pour la région et les
montants maximum finançables par opération.
L’aide est accordée sous forme de subvention.


                      Principaux engagements

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, les engagements du bénéficiaire porteront sur :
        le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
        le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
        le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 159 sur 194
         le respect de l’organisation administrative définie en région,
         l’engagement à se soumettre à des contrôles, y compris sur place.

Les engagements techniques sont précisés dans l’arrêté préfectoral ( en cours de publication)


                      Principaux points de contrôle et sanctions

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée.
La nature des sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique.
Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration,
l’opération en question sera exclue du soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré.
Le bénéficiaire sera en outre exclu du bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année
d’octroi de l’aide et pendant la suivante.

                      Mise en œuvre et méthode de choix des dossiers

Les priorités d’intervention seront validées par la Commission Régionale de la Forêt et des Produits
Forestiers – CRFPF.

                      Circuits de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                   CRFPF et le       cas   échéant    Comité      de
                                                            Programmation



Dépôt des dossiers                                          DDAF

Instruction                                                 DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                   CRFPF

Programmation – suivi                                       Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                           DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                    DDAF

Paiement                                                    CNASEA

CRFPF – Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers

                                                    Objectifs quantifiés
        Type d’indicateur                           Indicateur                      Valeur Cible
                                     Nombre de bénéficiaires                             80
                                     Montant total des investissements                0.20 M€




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 160 sur 194
Dispositif 122 B : Conversion ou transformation d’anciens taillis, taillis sous futaie
                     ou de futaies de qualité médiocre en futaie.


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 27 du Règlement (CE) n°1698/2005.
    Article 18 du Règlement (CE) n° 1974/2006.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret n° 2007-951 du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière
    d'investissement forestier
    Arrêté du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière d'investissement forestier
    Arrêté préfectoral (à venir)


                      Enjeux de l’intervention

Optimiser la production sylvicole régionale des peuplements d’un point économique et écologique afin
de développer une économie forestière structurée pouvant offrir une contribution concrète au
développement rural.
Adapter la sylviculture régionale au changement climatique, par des techniques propres à offrir une
réponse adéquate dans ce nouveau contexte..


                      Objectif :

Améliorer la valeur économique et écologique de la forêt régionale par une orientation des techniques
sylvicoles vers la production de bois d’œuvre de qualité en lieu et place de petits bois d’industrie ou de
chauffage de très faible valeur et en incitant les propriétaires forestiers à entreprendre le
renouvellement de ces peuplements en futaie..


                      Champ du dispositif:

La mesure vise strictement les peuplements de faible valeur économique compte tenu d’une
composition en espèces inadaptée à la station forestière ou d’une inadaptation de leur structure. Cette
inadaptation sera appréciée au regard des connaissances scientifiques en la matière par un expert
avant toute acceptation de la demande d’aide.
Les investissements liés au strict renouvellement des peuplements à l’état de futaie adaptés aux
conditions de sol et de climat ne sont pas éligibles à ce dispositif.
L’aide est accordée aux projets dépassant un seuil de surface de 4 ha et présentant des garanties de
gestion durable. Pour les projets relatifs aux peupliers et aux noyers, ce seuil est abaissé à 1 ha.
Compte tenu du faible taux de boisement de la région Nord – Pas-de-Calais, la surface minimale des
massifs au sein desquels des projets pourront bénéficier des aides, est, par dérogation, abaissée à 4
ha au lieu de 10 ha.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 161 sur 194
                      Territoire visé
L’ensemble de la région Nord – Pas-de-Calais.


                      Conditions spécifiques d’éligibilité

L’existence d’une garantie de gestion durable constitue un préalable à l’attribution d’une aide à
l’investissement de production.
Sont considérées comme présentant des garanties de gestion durable les forêts privées gérées
conformément à l’article L8 du code forestier.
S’agissant de forêts publiques relevant du régime forestier (article L111-1 du code forestier), elles
relèvent d’un aménagement forestier ou d’un règlement type de gestion.


                      Bénéficiaires

Les bénéficiaires sont les personnes morales ou physiques qui réalisent des investissements dans
« les forêts appartenant à des propriétaires privés ou à leurs associations ou à des communes ou à
leurs associations » c’est à dire :
    - les propriétaires privés, leurs associations et structures de regroupement,
    -    les communes ainsi que les établissements publics communaux,
    - les structures de regroupement des investissements (coopératives, ASA, ASL et OGEC),
    - les groupements de communes.

                      Travaux éligibles :

Tous travaux et dépenses visant au renouvellement de peuplements de faible valeur économique
compte tenu de leur composition en espèces ou d’une inadaptation de leur structure et
notamment travaux :
    - préparatoires à la plantation ou à la régénération naturelle,
    - de fourniture et mise en place de graines et plants d’une provenance génétique adaptée à la
        station forestière,
    - de création et entretien de cloisonnements,
    - d’entretien de la plantation ou de la régénération naturelle,
    - de protection contre le gibier dans la limite des plafonds inscrits dans l’arrêté préfectoral (à venir),
    - maîtrise d’œuvre des travaux et leur suivi par un expert forestier ou un homme de l’art agréé.
La subvention est accordée sur la base d’un devis accepté et le paiement s’effectue sur la base de
factures acquittées.
NB : les investissements immatériels liés à la maîtrise d’œuvre sont éligibles dans la limite de 12% du
montant hors taxe des travaux.


                      Taux d’aides publiques:

Aucune aide inférieure à 1000 € ne pourra être accordée.
Les taux de subvention applicables au montant Hors Taxes du devis accepté seront de :
      50% dans le cas général ;
      60% en zone Natura 2000.
Ce taux inclut la part de l’Etat, sa contrepartie FEADER et le top-up éventuel
En cas de financement additionnel, l'octroi de l'aide est subordonné, dans le cadre du règlement (CE)
n°1998/2006 au respect du plafond de 200 000 €, toutes aides de minimis cumulées, perçues sur les
3 derniers exercices fiscaux, comprenant celui de l'année de l'octroi de l'aide. Un arrêté préfectoral
précisera les conditions d’attribution de la subvention pour la région et les montants maximum
finançables par opération.
L’aide est accordée sous forme de subvention.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 162 sur 194
                      Engagements des bénéficiaires

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.
De façon générale, ces engagements du bénéficiaire, porteront sur :
    - le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
    - le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général,
    - le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région,
    - le respect de l’organisation administrative définie en région.
Les engagements techniques sont précisés dans l’arrêté préfectoral ( en cours de publication)

                      Points de contrôle

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du
bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi de l’aide et pendant la suivante.

                      Mise en œuvre et méthode de choix des dossiers

Les priorités d’intervention seront validées par la Commission Régionale de la Forêt et des Produits
Forestiers – CRFPF.

                      Circuits de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                  CRFPF



Dépôt des dossiers                                         DDAF
Instruction                                                DDAF
Comité consultatif (formation thématique)                  CRFPF
Programmation – suivi                                      Examen en Comité de Programmation
Engagement comptable et juridique                          DDAF via OSIRIS
Contrôle de service fait                                   DDAF
Paiement                                        CNASEA
CRFPF – Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers

                      Objectifs quantifiés


      Type d’indicateur                             Indicateur                    Valeur Cible
                                     Nombre de bénéficiaires                           20
                                     Montant total des investissements              0.32 M€



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 163 sur 194
                       Dispositif 125 A : Soutien à la desserte forestière


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
    Article 30 du Règlement (CE) N° 1698/2005.
    Règlement (CE) N° 1974/2006 Annexe II, point 5.3.1.2.5..


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret n° 2007-951 du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière
    d'investissement forestier
         Arrêté du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière d'investissement
forestier
    Arrêté préfectoral du 29/10/07 relatif aux conditions de financement par des aides publiques des
    investissements de desserte forestière.


                      Enjeux

La Région souffre d'un déficit de mobilisation du bois, seuls 60% de la production naturelle est
mobilisée, souvent par manque d'accessibilité des parcelles forestières, Le développement de la
desserte forestière constitue donc un enjeu majeur pour permettre de “sortir“ le bois et améliorer
l'approvisionnement de la filière aval.


                      Objectif de la mesure

Amélioration de la desserte interne des massifs forestiers et intervention ponctuelle sur l’accès aux
massifs dans une perspective de mobilisation immédiate d’une ressource actuellement non accessible
dans des conditions économiquement supportables.


                      Champ du dispositif

Les forêts, propriétés de l’Etat, ne sont pas éligibles à cette mesure. La mesure doit favoriser la
desserte interne des massifs en ciblant les actions sur la voirie privée communale et sur la desserte
des forêts qui sont la propriété de particuliers ou de leurs groupements.


                      Territoire visé

L’ensemble de la région Nord – Pas-de-Calais.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 164 sur 194
                      Bénéficiaires

        propriétaires forestiers privés et leurs associations ;
        structures de regroupement des investissements (OGEC, ASA) à condition qu'ils soient
         titulaires des engagements liés à la réalisation de l'opération ;
        communes et leurs groupements ainsi que les établissements publics communaux.


                      Investissements éligibles

Les opérations pouvant bénéficier d’une aide sont les suivantes :
        étude d’opportunité écologique, économique et paysagère préalable,
        travaux sur la voirie interne aux massifs,
             o création, mise au gabarit des routes forestières pour les rendre praticables aux
                 camions grumiers de fort-tonnage, places de dépôt, places de retournement,
             o ouverture de piste accessible aux engins de débardage (tracteurs, porteurs),
        travaux de résorption de « points noirs » sur la voirie communale rurale d’accès aux massifs,
        maîtrise d’œuvre.
L’enrobage est interdit, sauf pour des tronçons de distance réduite qui le justifieraient pour des raisons
de sécurité, le financement des travaux d’entretien courant est exclu.
La subvention est accordée sur la base d’un devis accepté et le paiement s’effectue sur la base de
factures acquittées.
Les devis devront être établis selon les sous-postes de dépenses suivants :
     Pistes,
     Routes,
     Places de dépôt et/ou de retournement,
     Points noirs.

Les investissements immatériels liés à la maîtrise d’œuvre et/ou à l’étude préalable (écologique,
économique ou paysagère) sont éligibles dans la limite de 12% du montant hors taxes des travaux.

                      Taux d’aides publiques:

Aucune aide inférieure à 1000 € ne pourra être accordée.
Les taux de subvention applicables au montant Hors Taxes du devis accepté seront de :
    70% pour un projet s’inscrivant dans un schéma directeur de desserte forestière;
    70% pour un projet s’inscrivant dans le cadre d’une stratégie locale de développement de l’axe 3
    70% pour un projet collectif porté par une structure de regroupement
    40% pour un projet présenté à titre individuel
Ce taux inclut la part de l’Etat, sa contrepartie FEADER et le top-up éventuel.
Dans la mesure où l'aide entre dans le champ concurrentiel, l'octroi de l'aide est subordonné, dans le
cadre du règlement (CE) n°1998/2006, au respect du plafond de 200 000 €, toutes aides de minimis
cumulées, perçues sur les 3 derniers exercices fiscaux, comprenant celui de l'année de l'octroi de
l'aide.
Un arrêté préfectoral précise les conditions d’attribution de la subvention pour la région et les
montants maximum finançables par opération. L’aide est accordée sous forme de subvention.

                      Engagements des bénéficiaires

Le bénéficiaire des subventions du FEADER s’engage à respecter un certain nombre d’engagements
précisés dans le formulaire de demande d’aide et le cas échéant, dans la notice jointe. Ces
engagements sont adaptés aux types d’actions conduites et sont également mentionnés dans
l’engagement juridique passé avec le bénéficiaire de l’aide.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 165 sur 194
Les engagements techniques sont précisés dans l’arrêté préfectoral du 29/10/2007.
De façon générale, ces engagements du bénéficiaire, porteront sur :
    - le respect de la réglementation relative aux domaines fiscal, social, environnemental, …
    - le respect des conditions d’éligibilité au FEADER en général
    - le respect des conditions d’éligibilité au dispositif telles que définies en région
    - le respect de l’organisation administrative définie en région

                      Points de contrôle

Les contrôles administratifs et/ou sur place portent sur la réalité et la conformité des opérations
soutenues ainsi que sur le respect des engagements définis ci-dessus et afférents aux opérations.
Ces éléments sont précisés dans les documents administratifs fournis au bénéficiaire.
En cas d’anomalie constatée, une réduction de l’aide apportée pourra être pratiquée. La nature des
sanctions sera précisée ultérieurement dans un texte spécifique. Quoi qu’il en soit, s’il est établi qu’un
bénéficiaire a délibérément effectué une fausse déclaration, l’opération en question sera exclue du
soutien du FEADER et tout montant déjà versé sera recouvré. Le bénéficiaire sera en outre exclu du
bénéfice de l’aide au titre de la même mesure pendant l’année d’octroi de l’aide et pendant la suivante.

                      Mise en œuvre et méthode de choix des dossiers

Les priorités d’intervention seront validées par la Commission Régionale de la Forêt et des Produits
Forestiers – CRFPF.

                      Circuits de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                  CRFPF



Dépôt des dossiers                                         DDAF

Instruction                                                DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                  CRFPF

Programmation – suivi                                      Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                          DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                   DDAF

Paiement                                                   CNASEA

CRFPF – Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers

                      Objectifs quantifiés

      Type d’indicateur                             Indicateur                    Valeur Cible
                                     Nombre de bénéficiaires                           25
                                     Montant total des investissements              1.74 M€




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 166 sur 194
                Dispositif 214 A : Prime herbagère agroenvironnementale 2


                      Base réglementaire communautaire

Entre autres :
      Article 39 du règlement (CE) N°1698/2005.
      Article 27 du Règlement (CE) N°1974/2006 et Annexe II, point 5.3.2.1.4.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°2007-1342 du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agro-environnementaux et
    modifiant le code rural.
    Arrêté du 12 septembre 2007 relatif aux engagements agro-environnementaux.
    Circulaire DGFAR/SDEA/C2007-5053 du 5 octobre 2007 relative aux conditions de mise en
    œuvre des mesures agroenvironnementales
    Circulaire préfectorale du 9 mai 2007 relative à la mise en œuvre de la prime herbagère
    agroenvironnementale dans le département du Nord
    Circulaire préfectorale du 27 avril 2007 relative à la mise en œuvre de la prime herbagère
    agroenvironnementale dans le département du Pas de Calais.
     Arrêté préfectoral PHAE2 du 25 avril 2008


                      Enjeux de l’intervention

Les systèmes d'élevage à base d'herbe offrent à la société, en plus des biens de consommation
produits, un certain nombre de services :
    -    maintien de l'ouverture de milieux à gestion extensive,
    -    entretien de prairies dont le rôle est important pour l'écosystème (en particulier pour la
         biodiversité et la qualité de l'eau),
    -    protection contre l'érosion des sols en assurant un couvert végétal permanent,
    -    maintien d'un paysage (prairies, éléments fixes du paysage tels que les haies, ouverture et
         entretien de milieux).

Par ailleurs, les prairies implantées pour une durée de plus de deux ans sont généralement économes
en intrants (engrais, produits phytosanitaires et énergie) et participent à la durabilité économique des
exploitations. Elles contribuent également à donner aux produits une image de qualité.


                      Objectifs

Le dispositif PHAE 2 a pour objectif de favoriser la biodiversité sur les exploitations herbagères. A
cette fin, il s’agit de faciliter la souscription par un grand nombre d'agriculteurs de mesures
agroenvironnementales visant à la préservation des prairies et au maintien de l'ouverture des espaces
à gestion extensive. L'objectif est de stabiliser les surfaces en herbe, en particulier dans les zones
menacées de déprise agricole et d'y maintenir des pratiques respectueuses de l'environnement. Le
dispositif s’appuie sur un chargement optimal au vu des caractéristiques locales, sur des éléments de
biodiversité et sur une gestion économe en intrants.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 167 sur 194
                      Bénéficiaires

Personne physique ou morale exerçant une activité agricole.


                      Champ et actions

                                      Eligibilité du demandeur

Sur l’ensemble de la région :
    - justifier d’une part minimale de spécialisation en herbe de 75% de la SAU,
    - respecter un taux de chargement compris entre 0,6 et 1,4 UGB/ha.


                                      Eligibilité des surfaces

Peuvent bénéficier de ce dispositif les surfaces en herbe (prairies permanentes ou temporaires…).
Les éléments retenus comme surfaces de biodiversité et le système de pondération correspondant
sont décrits dans les notices jointes aux circulaires préfectorales.

           Type de surface de biodiversité                    Equivalence en surface de biodiversité (SB)

                                                               1 ha de surfaces
Prairies permanentes, landes, parcours, alpages,                                         1 ha de SB = 0,5 ha
                                                             herbacées en Natura
estives situés en zone Natura 2000.                                                    d’herbe en Natura 2000
                                                              2000 = 2 ha de SB

Surface en couvert environnemental (SCE), fixe au
                                                            1 ha de SCE = 1 ha de       1 ha de SB = 1 ha de
cours des 5 ans, implantée au titre des BCAE, dans la
                                                                     SB                         SCE
limite de 3% de la SCOP+gel.

Jachère fixe (hors gel industriel), en bandes de 10 à       1 ha de jachère = 1 ha      1 ha de SB = 1 ha de
20 m de large.                                                      de SB                      jachère

                                                                                       1 ha de SB = 100 m de
Zones herbacées mises en défens et retirées de la           1 m de longueur = 100
          6                                                                               longueur mise en
production .                                                      m² de SB
                                                                                               défens
                                                            1 ha de vergers haute-     1 ha de SB = 0,2 ha de
Vergers haute-tige.
                                                               tige = 5 ha de SB         vergers haute-tige
                                                            1 ha de tourbières = 20    1 ha de SB = 5 ares de
Tourbières.
                                                                   ha de SB                  tourbières
      7                                                    1 mètre linéaire = 100 m²   1 ha de SB = 100 m de
Haies .
                                                                     de SB                     haies
                      5                                    1 mètre linéaire = 10 m²      1 ha de SB = 1 km
Alignements d’arbres .
                                                                    de SB               d’alignement d’arbres
                                                                                          1 ha de SB = 200
Arbres isolés.                                              1 arbre = 50 m² de SB
                                                                                            arbres isolés
                                                           1 mètre de lisière = 100    1 ha de SB = 100 m de
Lisières de bois, bosquets.
                                                                  m² de SB               lisières forestières
                                 5                         1 mètre linéaire = 10 m²     1 ha de SB = 1 km de
Fossés, cours d’eau, béalières .
                                                                    de SB                      fossés



6
  Ces zones mises en defens sont des surfaces herbacées non entretenues, ni par fauche ni par pâturage,
propices à l’apparition de buissons et ronciers et disposées sous forme de bandes de 5 à 10 mètres. Du fait des
BCAE, elles doivent être retirées de la SAU de l’exploitation.
7
  Lorsque cet élément est mitoyen d’une autre exploitation (ou d’une surface non-agricole), il est comptabilisé
pour moitié.


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                        Page 168 sur 194
             Type de surface de biodiversité                 Equivalence en surface de biodiversité (SB)
                                                          1 mètre de périmètre =     1 ha de SB = 100 m de
Mares, lavognes.
                                                              100 m² de SB                 périmètre
        5                                                 1 mètre de murets = 50     1 ha de SB = 200 m de
Murets , terrasses à murets, clapas.
                                                                m² de SB                     murets

                                      Territoire visé

Tout le territoire régional.



                                      Description des engagements

Maintien de la quantité de surfaces engagées pendant 5 ans

Le labour des prairies permanentes engagées est interdit. Seul un renouvellement au cours des 5 ans
est autorisé, par travail superficiel du sol.

Le retournement ou le déplacement des prairies temporaires engagées est autorisé une fois au plus
au cours des 5 ans de l’engagement, dans la limite de 20% de la surface engagée.
Obligation d’existence d’éléments de biodiversité à hauteur d’au moins 20% de la surface engagée
(voir liste à suivre et coefficients de correspondance). Ceux-ci doivent être déclarés et localisés.
Maintien de la totalité des éléments de biodiversité de l’exploitation.

Pour chaque parcelle engagée, respecter les conditions suivantes :

    -       fertilisation totale en N limitée à 125 unités/ha/an, dont au maximum 60 unités/ha/an en
            minéral,
    -       fertilisation totale en P limitée à 90 unités/ha/an, dont au maximum 60 unités/ha/an en
            minéral,
    -       fertilisation totale en K limitée à 160 unités/ha/an, dont au maximum 60 unités/ha/an en
            minéral,

La restitution au pâturage n’est pas prise en compte.

Les apports de fertilisation sont enregistrés dans un document précisant au moins, pour chaque
parcelle engagée, la date, la nature et la quantité de l’apport.
Désherbage chimique interdit, à l’exception des traitements localisés visant :

    -       lutter contre les chardons et rumex,
    -       lutter contre les adventices et plantes envahissantes conformément à l’arrêté préfectoral de
            lutte contre les plantes envahissantes et à l’arrêté DGAL « zones non traitées »,
    -       nettoyer les clôtures.

Maîtrise mécanique ou manuelle des refus et des ligneux, par gyrobroyage, ou selon les
préconisations départementales.
En l’absence de prescriptions départementales, écobuage interdit.
Interdiction de nivellement et de nouveau drainage

Tout bénéficiaire de ce dispositif s’engage à respecter les exigences de la conditionnalité et les
exigences minimales en terme d’utilisation de produits phytosanitaires et de fertilisants.
Sur l’ensemble de la région, le niveau d’aide est de 76 €/ha/an.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                      Page 169 sur 194
                      Points de contrôle


                                                                           Contrôles sur place
                                                                      Modalités de
                                                                                       Pièces à fournir
                                                                       contrôle
Respecter chaque année la plage de chargement et le taux de          Mesurage des
spécialisation herbagère minimal définis dans le département (à        surfaces            Registre
partir de la deuxième année d’engagement, ces critères               Comptage des         d’élevage
déterminant l’éligibilité de votre demande l’année d’engagement).      animaux
La destruction des prairies permanentes engagées, notamment
par le labour ou à l'occasion de travaux lourds (pose de drain,      Contrôle visuel
nivellement…), est interdit. Seul un renouvellement par travail       du couvert
superficiel du sol est autorisé.
Déclarer sur le RPG le retournement ou le déplacement des            Contrôle visuel
prairies temporaires engagées                                         du couvert
Le retournement ou le déplacement des prairies temporaires
engagées est autorisé une fois au plus au cours des 5 ans de
l’engagement, dans la limite de 20% de la surface engagée. Voir      Contrôle visuel
ci-après paragraphe 3-2 de la présente notice.                        du couvert
Au-delà de cette limite de 20%, seul un renouvellement par travail
superficiel du sol est autorisé au cours des 5 ans.
                                                                     Mesurage ou     Le présent
Les éléments fixes de biodiversité de l’exploitation doivent
                                                                     comptage des document, dont le
représenter l’équivalent d’au moins 20% de votre surface
                                                                      éléments de tableau aura été
engagée.
                                                                      biodiversité     rempli
                                                                       Constat de
L’ensemble des éléments de biodiversité présents sur les
                                                                      destruction
surfaces engagées doit être maintenu (non destruction).
                                                                        flagrante
Pour chaque parcelle engagée, respecter les pratiques
suivantes :
                                                                                           Cahier de
          - fertilisation totale en N limitée à 125
                                                                                          fertilisation
            unités/ha/an, dont au maximum 60 unités/ha/an             Analyse du
            en minéral.                                                cahier de
                                                                                       (Voir note de bas
          - fertilisation totale en P limitée à 90 unités/ha/an,      fertilisation
                                                                                          de page ci-
            dont au maximum 60 unités/ha/an en minéral
                                                                                           dessous)
          - fertilisation totale en K limitée à 160 unités/ha/an,
            dont au maximum 60 unités/ha/an en minéral
Sur les parcelles engagées, le désherbage chimique est interdit,
à l’exception des traitements localisés visant :
           -     à lutter contre les chardons et rumex,
           -     à lutter contre les adventices et plantes
                 envahissantes       conformément      à l’arrêté    Contrôle visuel
                 préfectoral de lutte contre les plantes
                 envahissantes et à l’arrêté DGAL « zones non
                 traitées »,
           -     à nettoyer les clôtures.
Maîtrise mécanique des refus et des ligneux, selon les
préconisations départementales, de manière par exemple à
                                                                     Contrôle visuel
assurer le respect d’un taux d’embroussaillement maximal
autorisé au niveau départemental.
Ecobuage dirigé suivant les prescriptions départementales, ou, en
                                                                     Contrôle visuel
l’absence de telles prescriptions, écobuage interdit.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 170 sur 194
  Dispositif 226 A: aide aux travaux de reconstitution des peuplements forestiers
 sinistrés par les tempêtes de 1999 (plan chablis) et par d’autres événements naturels


                      Bases réglementaires communautaires

Entre autres :
    Article 48 du Règlement (CE) No 1698/2005.
    Articles 30 et 33 du Règlement (CE) No 1974/2006, et Annexe II, point 5.3.2.2.6.


                      Textes nationaux de référence

Entre autres :
    Décret n°99-1060 du 16 décembre 1999 relatif aux subventions de l’Etat pour des projets
    d’investissements, modifié.
    Décret fixant les « règles d’éligibilité des dépenses des programmes de développement rural
    2007-2013 » (à paraître).
    Décret n° 2007-951 du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière
    d'investissement forestier
    Arrêté du 15 mai 2007 relatif aux subventions de l'Etat accordées en matière d'investissement
    forestier
    Arrêté préfectoral relatif aux conditions de financement par des aides publiques des
    investissements pour la reconstitution des peuplements forestiers sinistrés par la tempête du 12
    septembre 2008


                      Enjeux de l’intervention

Il s’agit de contribuer à la reconstitution du potentiel forestier dans les forêts de la région
Nord – Pas de Calais endommagées par des catastrophes naturelles et/ou des incendies ainsi qu’à
l’adoption de mesures de prévention adaptées.


                      Objectifs

Ce dispositif vise à mener à bien les opérations de reconstitution de forêts de la région Nord – Pas de
Calais endommagées par des événements naturels majeurs sur la période de programmation 2007-2013.


                      Champ et actions

L’aide est accordée aux projets dépassant un seuil de surface de 1 ha
Les cas d’activation du dispositif « événements naturels » sont : vent, neige, gel, feu, épidémie,
pullulation d’insectes ravageurs.
Pour que ce dispositif soit mis en place, il faut qu’une surface significative soit gravement
endommagée dans le département ou que la destruction ait lieu dans une zone à rôle protecteur
d’intérêt public.
De plus, l’accord préalable du ministre chargé des forêts est obligatoire




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 171 sur 194
                      Territoire visé

Ensemble du territoire régional.



                      Bénéficiaires

Sont éligibles à ce dispositif :
    -    les propriétaires forestiers privés,
    -    les structures de regroupement des investissements (OGEC, ASA) à condition qu'elles soient
         titulaires des engagements liés à la réalisation de l'opération,
    -    les collectivités publiques et leurs groupements propriétaires de forêts relevant du régime
         forestier.

Les forêts appartenant à l’Etat ne sont pas éligibles au dispositif.


                      Investissements éligibles

Les investissements éligibles sont notamment :
    -    le nettoyage du sol,
    -    la préparation du sol,
    -    la fourniture et mise en place de graines et plants d'une espèce ou d'une provenance
         génétique adaptée à la station forestière,
    -    les premiers entretiens,
    -    les travaux d'accompagnement de la régénération naturelle,
    -    les travaux connexes y compris protection contre le gibier,
    -    la maîtrise d'œuvre des travaux suivis par un maître d'œuvre autorisé,
    -    les études préalables d'impact écologique ou d'insertion paysagère …

La subvention est accordée sur la base d’un devis accepté et le paiement s’effectue sur la base de
factures acquittées.

N.B. : les investissements immatériels liés à la maîtrise d'œuvre et/ou à l'étude préalable (écologique
ou paysagère) sont éligibles dans la limite de 12% de la valeur du devis Hors Taxes.


                      Conditions spécifiques d’éligibilité

L’existence d’une garantie de gestion durable constitue un préalable à l’attribution d’une aide aux
travaux de reconstitution des peuplements forestiers sinistrés, dans les conditions requises par la
réglementation nationale.
Si le projet se situe en zone Natura 2000, il devra être conforme au DOCOB
Un arrêté préfectoral fixera la liste des matériels forestiers de reproduction éligibles.


                      Taux d’aides publiques

Aucune aide inférieure à 1000 € ne pourra être accordée.
Le taux de subvention applicable au montant Hors Taxes du devis accepté est de 80%
Ce taux inclut la part de l’Etat et sa contre-partie FEADER.
Un arrêté régional précisera les conditions de subvention pour la région Nord – Pas de Calais.



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 172 sur 194
                      Engagements du bénéficiaire

Engagements juridiques:
Précisions à venir


                      Points de contrôles

Précisions à venir


                      Circuits de gestion

La DDAF constitue le guichet unique.


Orientation du dispositif                                  CRFPF



Dépôt des dossiers                                         DDAF

Instruction                                                DDAF

Comité consultatif (formation thématique)                  CRFPF

Programmation – suivi                                      Examen en Comité de Programmation

Engagement comptable et juridique                          DDAF via OSIRIS

Contrôle de service fait                                   DDAF

Paiement                                                   CNASEA


CRFPF – Commission Régionale de la Forêt et des Produits Forestiers




                      Objectifs quantifiés

      Type d’indicateur                             Indicateur                    Valeur Cible
                                     Nombre d’action, de prévention et                 2
                                     de reconstitution

                                     Surface  aidée          de     forêts           40 ha
                                     endommagées



                      Comité de programmation

Précisions à venir




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 173 sur 194
                                                   4 Ŕ Tableaux financiers


 4.1 Volet régional Ŕ tableau de répartition de l’enveloppe par axes

         Région : NORD PAS DE CALAIS                             DPN –
                                                               Dépenses                             Contributions
                                                                                       Crédits
                                                               publiques    FEADER                   publiques
  Axe                           Mesures                                              additionnels
                                                               nationales                               Total
                                                                 Total
           111   A    Formation                                   0.7         0.7        1.4            2.8
           121   A    PMBE                                        10          10          5              25
           121   B    PVE                                         6.2         6.2        7.2            19.6
           121   C2   Investissements collectifs ( CUMA )          1           1          1              3
           121   C4   Transformation                              0.1         0.1                       0.2
 Axe 1     121   C5   Qualité                                     0.1         0.1                       0.2
  hors 121            sous-total mesure 121                       17.4        17.4       13.2            48
LEADER 123 A          IAA                                         4.8         4.8         8             17.6
           123 B      Mécanisation récolte bois                   0.5         0.5                        1
           123        sous-total mesure 123                       5.3         5.3         8              18.6
           125 C      Autres infrastructures agricoles                                    20             20
           132        Régime de qualité alimentaire                                      0.09           0.09
           Total axe 1 hors LEADER                               23.4        23.4       42.69          89.49
       214       D    Agribio conversion                          0.26        0.31                       0.57
       214       E    Agribio maintien                                                    1               1
       214       F    Races menacées                              0.27        0.34                       0.61
       214       G    Végétaux menacés                            0.11        0.13                       0.24
       214       H    Apiculture                                  0.05        0.06                       0.11
 Axe 2 214       I1   MATER Natura 2000                           0.68        0.83       0.28            1.79
  hors 214       I2   MATER DCE                                   4,13        5,05       10.5           19.68
LEADER 214       I3   MATER autres enjeux                         2.01        2.46       0.5             4.97
           214        sous-total mesure 214                       7.51        9.18       12.28          28.97
           216        Investissements non productifs agri                                0.1             0.1
           221        Premier boisement des terres agricoles                            0.016           0.016
           227        Natura 2000 contrats forêt                  0.49        0.6        0.11            1.2
           Total axe 2 hors LEADER                               8,00        9.78       12.50          30.28
           311        Diversification non agricole                3.63        3,63       1.18           8.44
           323 A      Natura 2000-DOCOB                           1.3         1,3        0.2            2.8
 Axe 3     323 B      Natura 2000-contrats autres                 1.3         1,3                       2.6
  hors 323            sous-total mesure 323                       2.6         2,6                        5.2
LEADER 331            Formation/information                       0.18        0.18                      0.36
           341 A      Stratégies locales dvpt forêt               0.5         0.5                        1
           Total axe 3 hors LEADER                               6.91        6.91       1.38            15.2
       411            Mesures de l'axe 1
       412            Mesures de l'axe 2                          0.93        1,13                      2.06
       413            Mesures de l'axe 3                          3.37        4.12       0.48           7.97
LEADER
       421            Coopération entre GAL                       0.08        0.1                       0.18
       431            Animation/fonctionnement                    0.41        0.5                       0.91
           Total axe 4                                           4.79        5.85       0.48           11.12
           511-1      Réseau rural régional                       0.15        0.15                       0.3
  Ass.     511-2      Plan de communication                       0.1         0.1                        0.2
 Tech.     511-3      Autres actions AT                           0.25        0.25                       0.5
           Total axe 5                                            0.5        0.5                          1
TOTAL                                                            43,60      46.44       57.05          147.09
Total axe 1 y compris LEADER                                      23.4       23.4       42.69           89.49
Total axe 2 y compris LEADER                                      8.93      10.91       12.50           32.34
Total axe3 y compris LEADER                                      10.28      11.03        1.86           23.17
 La maquette financière complète du volet régional est en annexe.


 DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                         Page 174 sur 194
4.2 Volet national Ŕ tableau de répartition de l’enveloppe par axes

Le volet national se compose :
         de la prise en charge des reports de charge (stocks) de la programmation 2000-2006 du
          PDRH sur la programmation 2007-2013. Ces reports reposent sur des estimations par région
          qui s’affineront en cours de programmation. La répartition et les montants affectés à la région
          Nord – Pas de Calais ont été établis à partir des réalisations de la période 2000-2006. Ces
          estimations ne sauraient donc être considérées comme définitives.

         des mesures dites du socle national 2007- 2013 – nouveaux engagements. Le montant de
          ces mesures a été établi d’après les enveloppes d’autorisation d’engagement (AE) nationales
          souhaitables en appliquant, pour obtenir, les crédits de paiement (CP) un coefficient estimé de
          réduction. En outre, les lois de finances étant annuelles, cette estimation ne saurait engagé le
          ministère. Elle n’intègre pas les éventuelles mesures de régulation budgétaire qui pourraient
          être décidées au cours de la programmation 2007 – 2013.

    Soit les montants indicatifs CP FEADER en M€ suivants (estimation 16/10/07) :


                       Nouveaux engagements 2007/2013 pour les dispositifs du
 Stocks issus                            socle national                                 TOTAL socle +
   du PDRN                                                                                nouveaux
  2000/2006           Installation                      PHAE et                         engagements
                                          ICHN                        Forêt   TOTAL
                          JA                          rotationnelle
        28.1               9.5               0             0           0.6     10.1           38.2




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 175 sur 194
                         5 Ŕ Articulation entre FEADER, FEDER, FSE, FEP


5.1 Complémentarité entre fonds en faveur du développement rural


FEDER et FEADER :

S’agissant des dispositifs de l’Axe 1 :

Dans les grands principes, les productions agricoles et alimentaires de l’annexe 1 et la transformation
majoritaire des produits de l’annexe 1 en produits hors annexe 1 ne relèvent pas du FEDER
notamment en ce qui concerne l’aide aux investissements productifs des exploitations agricoles et des
PME/PMI (mesures 121 et 123).
Toutefois, au titre de l’innovation, les travaux de recherche et développement peuvent être aidés
conformément à l’encadrement communautaire concernant la Recherche/Développement/Innovation
(RDI) n° 2006/C 323/01 dans le cadre d’actions collectives intéressant les productions agricoles et
alimentaires, quels que soient les secteurs d’activité concernés : dans ce cas, ce ne sont pas des
investissements productifs qui sont éligibles, mais le coût de la recherche, comportant des prestations
immatérielles, de la main-d’œuvre, et la mise à disposition de matériel pendant la durée des travaux.
Il ne peut y avoir de recouvrement des dispositifs d’aide à la R et D, puisque seul le FEDER intervient
sur ce point : la mesure 124 n’a pas été ouverte au titre du FEADER.

Pour le programme LEADER, on respectera d’une manière générale cette partition, et si une action de
R et D vient conforter un programme LEADER, elle sera éligible aux financements prévus par les
collectivités territoriales avec un complément FEDER.

En ce qui concerne l’Axe 3 :

La seule mesure 323 A et B concerne des publics non agricoles et non forestiers. Elle porte sur
l’animation et la gestion des DOCOB et sur les contrats de gestion des sites Natura 2000 non
agricoles et non forestiers (plan de gestion et investissements).
Le FEDER intervient au titre de la conservation et la mise en valeur du patrimoine rural, « et
comporte des actions en faveur du patrimoine naturel ». Le FEDER n’interviendra que dans le cadre
de projets importants, conjuguant un intérêt économique régional avec la mise en valeur de sites
naturels.


FEADER/FEP :

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture et les activités de transformation de produits de la pêche et
de l’aquaculture relèvent du FEP. Le FEADER intervient dès lors qu’une entreprise ne transforme pas
majoritairement des produits de la pêche, mais transforme aussi des produits provenant de
l’agriculture.

En tant que GAL, le territoire mobilisera du FEADER pour mettre en oeuvre la stratégie spécifique
retenue au titre de LEADER (cette stratégie spécifique LEADER présentant une valeur ajoutée par
rapport à la stratégie d'ensemble du territoire). En complément, le territoire pourra mobiliser d'autres
fonds communautaires (notamment le FEP) pour mettre en oeuvre sa stratégie dans son ensemble.


FEADER/FSE :
La formation des publics agricoles ou forestiers (chefs d’entreprises ou salariés) relève du FEADER.
Cette formation est financée par les fonds d’assurance formation (VIVEA, FAFSEA).




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                  Page 176 sur 194
 Cela est vrai pour 2 mesures de formation de l’Axe 1 (111), mais aussi de l’Axe 3 (331). Pour ce
 dernier axe, le public concerne toujours des actifs des secteurs agricole ou forestier , mais le contenu
 des formations porte sur des activités autres que agricoles ou forestières.
 Dans le domaine agricole, le FSE prend essentiellement en compte les stages préparatoires à
 l’installation et les formations diplômantes liées notamment à la validation des acquis (individualisation
 des parcours de formation), et le cas échéant, les formations concernant le secteur agroalimentaire.
 La mesure 341 « acquisition de compétences » est ouverte pour un public forestier. Le FSE intervient
 sur les autres publics.



 5.2 Lignes de partage

      Mesure/Champ
                                    FEADER                        FEDER                   FSE                  FEP
         d’action
111                       Dispositifs liés aux fonds                              -Stages
Formation                 d’assurance formation                                   préparatoires à
                          agricoles (VIVEA,                                       l’installation,
                          FAFSEA…)                                                -Individualisation
                                                                                  des parcours (dont
                                                                                  Agrimedia) et
                                                                                  insertion
                                                                                  - Autres dispositifs
121 modernisation         Exploitations agricoles                                                        Exploitations
                          exclusivement.                                                                 aquacoles et
                                                                                                         conchylicoles
123                       Entreprises de                   Innovation (R et D)                           Mareyage et
IAA                       transformation de produits                                                     transformation
                          de l’annexe I :                                                                des produits
                          investissements productifs                                                     aquacoles et de
                          (hors R et D)                                                                  la mer.
124                       néant                            Innovation
Coopération nouveaux
produits
323 A et B                Animation et gestion des         Autres actions en
Conservation et mise      DOCOB, investissements           faveur du patrimoine
en valeur du patrimoine   Natura 2000 hors milieu          naturel
rural                     agricole et forestier
331                       Dispositifs liés aux fonds                              Autres publics, non
                          d’assurance formation                                   agricoles et non
                          agricole (VIVEA,                                        forestiers
                          FASEA…)
341                       Stratégie locale de                                     Public autre que
Acquisition de            développement forêt bois                                forestier.
compétences,              Public forestier
animation et mise en
œuvre




                    




 DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                 Page 177 sur 194
                                           6 Ŕ Suivi et programmation




6.1 Le suivi

Le préfet de région assure le suivi du programme hexagonal de développement rural sur le territoire
régional tant pour le socle commun que pour le volet régional spécifique. Il veille à la bonne harmonie
des politiques régionales et agricole soutenues par des fonds communautaires. Dans ces diverses
tâches, il est assisté des comités ad hoc.

Le préfet de région est le représentant de l’autorité de gestion pour l’ensemble des dispositifs mis en
œuvre dans la région. Il est responsable de l’instruction, de la programmation, de l’engagement et du
service fait des opérations ainsi que des suites à donner aux contrôles. Il peut, si besoin est et dans
les limites autorisées par le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, par convention déléguer partie
de ces tâches à d’autres organismes. Le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche pourra décider de
procéder à des audits de l’autorité de gestion.
Le CNASEA est l’organisme payeur unique du programme. Il réalise les contrôles sur place et
procède, sur la base d’échantillons, à des contrôles de procédure.
Un outil informatique intégré dénommé OSIRIS piloté par le CNASEA est mis en place pour permettre
une gestion intégrée du programme entre l’autorité de gestion, ses éventuels délégataires, les
financeurs et l’organisme payeur. Afin d’assurer la cohérence entre les fonds ainsi qu’une visibilité
globale sur leurs interventions et d’écarter les risques de double financement, dès le démarrage des
programmes et dans l’attente d’une convergence des outils PRESAGE et OSIRIS, un système
d’échanges d’information approprié est mis en place ».



          6.1 1    Le comité de suivi plurifonds (FEDER-FSE-FEADER et FEP)

Chaque région établit un comité de suivi régional commun pour les programmes financés par le
FEDER, le FSE, le FEP et le FEADER. Ce comité permet de :
         présenter aux principales parties prenantes des programmes européens l’ensemble des
          interventions des différents fonds ainsi que les travaux de suivi propres à chaque fonds ;
         débattre de la complémentarité et des lignes de partage entre les fonds pour adapter, le cas
          échéant, les documents de programmation validés par la Commission européenne ;
         mettre en lumière les approches innovantes, notamment en termes de partenariat et de mise
          en œuvre, et faire émerger les bonnes pratiques ;
         assurer une stratégie cohérente et commune en matière de communication sur les fonds
          européens.


La composition de ce comité est arrêtée de conserve entre les autorités de gestion régionales des
programmes. Il comprendra :
         les membres de plein droit, participant aux décisions :
        M. le Préfet de Région, co-présidence)
        M. le Président du Conseil Régional, (co-présidence)
        M. le Préfet du Nord représenté par le Secrétaire Général de la Préfecture du Nord,
        M. le Préfet du Pas-de-Calais,
        M. le Président du Conseil Général du Nord,
        M. le Président du Conseil Général du Pas-de-Calais,




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 178 sur 194
        M. le Président du Conseil Economique et Social Régional,
        M.M. les Présidents des Chambres Régionales Consulaires : 3 représentants,
        M.Mes et M.M. les Députés Européens de la région : 7 représentants,
        M. le Trésorier Payeur Général,
        M. le Recteur,


         les autorités de gestion déléguées – organismes intermédiaires bénéficiaires de subvention
          globale, participant aux décisions pour ce qui les concerne :
        M. le Directeur du réseau OSEO Nord-Ouest,
        Les représentants des P.L.I.E – Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi,
        La Chambre Régionale d’Economie Sociale – CRES,
        M.M. les Maires des villes gestionnaires d’une subvention globale.


         les membres consultatifs associés :
        M. le Secrétaire Général de la Préfecture du Nord,
        M. le Secrétaire Général de la Préfecture du Pas de Calais
        M. le Secrétaire Général pour les Affaires Régionales,
        M.M. les Sous-Préfets des arrondissements concernés : 12 représentants,
        Une représentation de la Commission européenne dirigée par le représentant de la DG REGIO (DG EMPLOI, DG
        AGRI),
        Les représentants de la DIACT, du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de l’emploi et de la solidarité, du
        Ministère de l’agriculture et de la pêche,
        Mme la Directrice Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle,
        M. le Directeur Régional de l’Agriculture et de la Forêt,
        Des représentants de l’intercommunalité [communautés urbaines (3), pays (13), agglomérations (13)…] : 29
        représentants au total,
        M.M. les Présidents de l’association des maires du Nord et du Pas-de-Calais : 2 représentants,
        Mme la Déléguée Régionale de la HALDE,
        Mme la Préfète Déléguée pour l’Egalité des chances,
        M. le Secrétaire général adjoint chargé de la cohésion sociale – Préfecture du Pas de Calais,
        Mme la Déléguée Régionale aux Droits des Femmes,
        Mme la Présidente du syndicat mixte des Parcs,
        Mme la Directrice Régionale de l’Agence Cohésion Sociale Egalité (ACSE),
        M. le Directeur du Centre Régional de Ressources Pédagogiques,
        M. le Président de l’Union Régionale de l’Insertion par l’Activité Economique (URIAE),
        M. le Président de l’Union Professionnelle Artisanale Régionale,
        M. le Président du MEDEF Nord – Pas de Calais,
        M. le Secrétaire Général de l’Union Régionale et Départementale des Syndicats Force Ouvrière du Nord – Pas
        de Calais,
        M. le Secrétaire Général de l’Union Régionale des Syndicats CFDT du Nord – Pas de Calais,
        M. le Secrétaire Général du Comité Régionale des Syndicats CGT du Nord – Pas de Calais,
        M. le Président de l’Union Régionale CFTC du Nord – Pas de Calais,
        M. le Président de l’Union Régionale Nord – Pas de Calais de la Confédération Française de l’Encadrement CGC,
        M. le Président de l’Union Régionale des Petites et Moyennes Entreprises CGPME.
        Les services de l’Etat, de la Région et des Départements concernés par les programmes européens.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                     Page 179 sur 194
         6.1 2 Le comité de suivi régional FEADER

Le comité de suivi régional est informé de la programmation sur les axes 1, 2 et 3 ainsi que de la
programmation effectuée par les groupes d’action locale. Il recommande les inflexions permettant
d’améliorer l’efficacité des actions entreprises. Il assure la cohérence entre les actions mises en place
dans les départements de la région et dispose, pour ce faire, d’indicateurs régionaux de suivi. Il est
également chargé de l’organisation régionale du réseau rural. Il propose au ministre en charge de
l’agriculture toute modification souhaitable quant à la programmation.
Il se réunit au moins deux fois par an.

La composition du comité de suivi régional sera arrêtée pour chaque région par le préfet de région. Il
comprendra, au titre du programme de développement rural, outre le préfet de région :

       Le représentant de la direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires ;

       Le représentant de la délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires ;

       Un représentant de la direction générale de l’agriculture de la Commission européenne ;

       Le président du conseil régional ;

       Les présidents des conseils généraux,

       Deux représentants des maires (association des maries 59 et 62) ;

       Le directeur régional de l’agriculture et de la forêt ;

       Le directeur régional de l’environnement ;

       Le directeur territorial de l’office national des forêts ;

       Le directeur régional du ministère en charge du travail et de la formation professionnelle ;

       Le directeur régional du ministère en charge de l’équipement et du tourisme ;

       Le directeur régional du ministère en charge des petites et moyennes entreprises ;

       Le directeur de l’Agence de l’Eau Bassin Nord Picardie ;

       Un représentant par groupe d’action locale ;

       Un représentant de chacun des 13 Pays autres que GAL ;

       Le représentant du ministère en charge de la cohésion sociale et de la parité ;

       le représentant du ministère en charge de la promotion de l’égalité des chances ;

       Le délégué régional du CNASEA ;

       Un représentant par chambre consulaire ;

       Le président du centre régional de la propriété forestière ;

       Un représentant de chacun des syndicats agricoles : FRSEA, CRJA, Confédération Paysanne, Coordination
       Rurale ;

       Un représentant par organisation professionnelle représentative de la filière forêt-bois ;

       Un représentant régional des associations de consommateurs ;

       Deux représentants des associations de protection de l’environnement : 1 pour Nord Nature et 1 pour le
       Syndicat Mixte des Parcs Naturels ;

       Un représentant régional des associations de lutte contre les discriminations ;

       Un représentant régional des associations oeuvrant en faveur de la parité.


Ce comité de suivi FEADER pourra, sous réserve de l’avis du Préfet de région et des partenaires,
précéder le comité de suivi régional commun.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                                         Page 180 sur 194
6.2 Programmation

Un comité régional, commun à tous les fonds, est mis en place pour coordonner les travaux de
programmation liés aux différents fonds afin d’assurer la complémentarité et la cohérence de
l’intervention des fonds et la bonne information du partenariat. Ce comité est co-présidé par le Préfet
et le président du Conseil Régional.

Afin d’assurer le bon fonctionnement de ce comité, la programmation du FEADER repose sur des
formations réduites adaptées à un champ thématique et qui assurent la programmation des projets.
Le Comité de Programmation sera informé de la liste des projets programmés ou à programmer au
titre des mesures :
        121A et B, PMBE et PVE,
        214 I, D, F, G et 227 de l’Axe 2
        323 A et B ;
Les décisions seront prises conformément aux décrets arrêtant ces dispositifs.
Les autres mesures s’appuieront sur des « Comités Techniques » mis en place à des fins de
consultation (formations réduites adaptées à un champ thématique).
Les dossiers recevront ensuite un avis d’éligibilité réglementaire des services instructeurs de l’autorité
de gestion et les décisions seront prises en Comité de Programmation, après décision de la
Commission Permanente des collectivités territoriales, lorsque celles-ci sont les principaux financeurs.

6.3 Circuits de gestion

Les services instructeurs de l’autorité de gestion (DRAF Nord – Pas-de-Calais, DDAF du Nord et du
Pas de Calais) seront guichet unique pour le dépôt des dossiers. En effet, toutes les mesures
appelant du FEADER seront gérées par la DRAF et les DDAF, sous l’autorité du Préfet de Région, et
ne seront pas déléguées.
Sur la base de l’instruction unique menée par ces services et tracée dans le logiciel OSIRIS, les
différents financeurs prennent conjointement une décision attributive d’aide ; c’est l’autorité de gestion
qui décide de l’emploi des fonds communautaires.
Les autres financeurs utilisent OSIRIS pour tracer leur intervention financière ; une convention avec
l’organisme payeur est requise pour chaque financeur local.
Elle précise notamment les modalités de paiement ; le paiement associé (le financeur local confie ses
fonds à l’organisme payeur) sera retenu pour les mesures communes à l’Etat et au Conseil Régional
(PMBE, PVE). Le CNASEA ne facturera pas cette prestation, dans la mesure où elle s’appuie sur l’outil
commun avec les services instructeurs et où elle sécurise les paiements, réduisant ainsi les coûts de la
vérification.
Pour les autres mesures, le Conseil Régional a fait le choix d’un paiement dissocié, qui sera sans
doute celui également retenu pour les opérations ponctuelles avec des cofinanceurs locaux
n’intervenant que sur quelques dossiers.
Les circuits de gestion évoqués au point 6.2 sont précisés mesure par mesure au point 3, dans les
fiches descriptives des dispositifs retenus.

Cas des opérations relevant de la démarche LEADER

Les groupes d’action locale (GAL) sont sélectionnés dans le cadre d’un appel à projets et sur la base
d’un projet de territoire. Les GAL sélectionnent ensuite les opérations à financer, en tenant compte de
leurs propres analyses en opportunité et du rapport d’instruction relatif à la conformité réglementaire
transmis par les services concernés de l’autorité de gestion.
Ainsi les projets connaissent-ils la même instruction qu’ils relèvent de la démarche LEADER ou de
l’application classique des mesures. Cette instruction commune comprend également l’examen de la
recevabilité des justificatifs d’exécution, le contrôle des opérations et la mise en paiement »

La mise en œuvre de LEADER fera l’objet d’un appel à projet .


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 181 sur 194
                                          7 Ŕ Réseau rural régional


7-1 Le pilotage et l’animation

La mise en œuvre régionale du réseau rural repose sur une instance de pilotage composée de
représentants de l’Etat de la Région et des Conseils Généraux. Ceux-ci informent les Comités
techniques de programmation et le Comité de suivi du FEADER des actions menées par le réseau
rural.
Cette instance de pilotage doit mettre en place l’organisation du réseau régional et elle doit s’assurer
tout au long de la programmation du caractère participatif du réseau.


Le représentant du réseau régional désigné par les copilotes régionaux est C. BARRE. Il participera
aux travaux du réseau rural national. Ce représentant est membre de l’assemblée du réseau national
et il s’assure de la diffusion des informations au sein du réseau régional et auprès des services de
l’Etat et du Conseil régional (Comité de pilotage).


Il est le référent régional et représente le réseau régional au niveau national ; il siège à l’assemblée
du réseau national et siège à la Commission permanente en tant que suppléant. Il est en charge de
porter la voix de son réseau au niveau national et de diffuser les informations nationales au niveau
régional ;
Il est le correspondant technique du réseau régional c’est à dire que c’est lui qui assure le lien avec le
niveau national sur les thématiques traitées, les évènements du réseau et l’ensemble des actions du
programme annuel de travail du réseau. Pour garantir le fonctionnement du réseau, il passera
commande, le cas échéant, avec une structure d’animation sur la base d’un cahier des charges
détaillé annuellement et correspondant au plan d’actions.



7-2 Les actions

Communication Internet
     Actualisation des sites régionaux de la Préfecture de Région et du Conseil Régional
     Alimentation du site Internet dédié au réseau rural français,
     Mise en place de liens entre sites acteurs
Formation
     Séminaire
Lien avec le réseau national
     Relais d’information du niveau national
Gestion et suivi
     Restitution comptable, financière et bilan trimestriel.
Actions spécifiques pour LEADER
     Appui à la coopération,
     Observatoire des territoires LEADER,
     Séminaires de valorisation des Démarches de Développement Rural

7-3 La composition partenariale

Le public concerné par le réseau rural comprend les organisations et les administrations travaillant
dans le domaine du développement rural dans la mesure où les membres ont un lien avec la mise en



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 182 sur 194
œuvre du FEADER (art. 68 §1, règlement CE n°1698/2005).
Il s’agit globalement des organisations représentant les catégories de bénéficiaires du programme par
axe ou les tiers-parties associées dans les domaines de :
        la formation professionnelle,
        les groupements de producteurs,
        le conseil agricole,
        la propriété forestière,
        les agences de développement,
        la protection et de la gestion de l’environnement,
        les instituts techniques et scientifiques de l’agroenvironnement,
        les consulaires,
        le tourisme rural,
        le patrimoine,
        les agents de territoire dont LEADER.

Le réseau rural regroupe aussi les administrations locales, régionales et nationales impliquées dans le
suivi des programmes et celles concernées par les politiques rurales.

Il réunira 4 collèges d’intervenants
    Partenaires institutionnels
    Groupe d’experts
    Acteurs, associatifs, groupements professionnels et consulaires
    Acteurs Recherches&Développement

Une adaptation régionale interviendra, par exemple lorsque les GAL auront été sélectionnés.

Elle pourra s’inspirer des premiers travaux nationaux portant sur le recensement des réseaux
existants dans le domaine du développement rural et sur une analyse des points forts et points faibles
de ces réseaux ( cf. annexe du PDRH).

7-4 Les travaux

Le principe de consultation et de concertation prévalant à la construction du réseau rural devra se
poursuivre dans les travaux menés par le réseau rural, tout au long de la programmation, de sorte
qu’il corresponde effectivement à une adhésion volontaire de la part des acteurs et que ses
productions soient bien le reflet de la diversité de ses membres.
L’objectif est de rendre le réseau complètement opérationnel fin 2008.
Le réseau régional est financé à partir des crédits indiqués dans la maquette régionale dans la
rubrique de l’assistance technique.

Stratégie mise en œuvre

Dans le cadre d’une stratégie européenne de dynamisme des territoires ruraux sur une échelle de
proximité (les GAL) , il s’agit de
             - Valoriser et stimuler la capacité des territoires et des acteurs locaux à mobiliser des
                financements
             - De créer une synergie et une émulation compétitive entre territoires
             - D’affirmer la logique Gagnant /Gagnant de l’ensemble des acteurs (Europe-
                Institutionnels – EPCI et associatif) à contribuer à la réussite de cette démarche de
                développement

Rôle et mission des collèges

Collège d’experts :
        Elaboration des critères de sélection des candidatures LEADER
         Analyse la pertinence des candidatures GAL


DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                 Page 183 sur 194
         Cellule « Observatoire des territoires GAL »
         Réflexions stratégiques sur la structuration des territoires ruraux du Nord Pas de Calais
         Force de propositions pour des expérimentations prospectives sur les territoires GAL
         Evaluation des actions réalisées par les GAL et identification des plus exemplaires

    Assistance à la rédaction de cahiers des charges d’études à mener par les structures et
    personnes ressources du réseau Rural et en particulier des collèges « associatif et consulaire »
    et « Recherche &Développement » ; expertise des résultats.




Collège « Associatif, acteurs économiques et Consulaires »
        Exprime les revendications et attentes des acteurs du Développement Local
         Est force de propositions sur les prospectives
         Peut participer comme prestataires aux études prospectives proposées par le groupe d’expert
         et le collège des institutions Etat et Région


Collège « Recherche & développement »
    La région Nord Pas de Calais est riche d’un tissu de structures pédagogiques
            - Enseignement agricole (ensemble de la filière, CAP à Ingénieur, parfaitement inscrit
                dans le tissu rural)
            -    Universités travaillant sur l’aménagement du Territoire
            - Ecole d’Architecture et Paysage
            - écoles d’ingénieurs travaillant sur la qualité du cadre de vie ( domotique ,
                télésurveillance,…,)
            - Patrimoine
        Sur la base des cahiers des charges du Collège Expert et des attendus du Collège
        « Associatifs et Consulaires » lancement de dynamiques de recherches auprès des étudiants

L’ensemble des travaux réalisés par ces trois collèges permettra d’apporter des réflexions de
prospective, et constituera un outil d’aide à la décision pour les stratégies de développement à moyen
terme pour le territoire rural du Nord Pas de Calais .




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                   Page 184 sur 194
                                         8 Ŕ Plan de communication


8-1 Base Réglementaire

Le Plan de communication s’appuiera sur l’ensemble des réglementations régissant ce type d’actions ,
notamment
        le R 1698/2005 et en particulier les articles 76 et 82c),
        le R 1974/2006 et en particulier les articles 58, 59 et 60 et les annexes II, VI et VII,
        la circulaire du Premier Ministre du 12 février 2007 relative à la communication sur les projets
         financés par l’Union Européenne dans le cadre de la politique de cohésion économique et
         sociale,
        la charte graphique commune pour les programmes européens 2007-2013.



8-2 Enjeux de l’intervention

        Faire connaître l’action conjointe de l’Union européenne et des pouvoirs publics nationaux en
         matière de développement rural l’ensemble du territoire français, en articulation avec les
         autres fonds européens,
        Faire connaître au plus grand nombre possible de bénéficiaires potentiels les aides
         auxquelles ils peuvent prétendre,
        Renforcer la visibilité et la lisibilité de l’action communautaire,
        Diffuser une information claire et largement accessible,
        Assurer la continuité de l’information du public au cours des 7 années de programmation dans
         un souci de transparence et de bonne utilisation des fonds publics.



8-3 Cible

En complément du plan de communication du programme « compétitivité régionale et emploi » qui
prévoit notamment des actions de communication communes à l’ensemble des fonds européens
applicables dans la région, le plan de communication propre au FEADER établi par la DRAF, en
concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par le PDRH au niveau régional, s’appuie sur
des relais d’information existants :
        Réseau institutionnel :
            - Etat : SGAR – DRAF - Préfecture 59/62 – Sous-Préfectures,
            - Conseil Régional,
            - Conseil Général Nord - Conseil Général Pas-de-Calais.
        Réseaux Consulaires et Organismes Syndicaux et Professionnels,
        Réseaux territoriaux :
            - Animateurs du Territoire dans les EPCI,
            - Associations d’agents de développements et collectifs thématiques.




Ce plan de communication spécifique vise à informer : les bénéficiaires potentiels, les bénéficiaires
effectifs et le grand public.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                       Page 185 sur 194
8-4 Méthode : Trois axes de travail

1 – A destination des bénéficiaires potentiels et des organismes intéressés à la mise en œuvre du
programme, les types d’actions envisagées sont les suivants :
        des     dépliants    d’information     généraux   en    ligne    sur    le   site  du   MAP :
         http://agriculture.gouv.fr/sections/thematiques/europe-international/la-programmation-de-
         developpement-rural-2007-2013/,
        des dépliants d’information spécifiques à la région et précisant notamment :
             - les procédures administratives à suivre pour obtenir un financement dans le cadre du
                PDRH,
             - une description des procédures d’instruction des demandes de financement,
             - les conditions d’admissibilité et/ou les critères de sélection et d’évaluation des projets
                à financer,
             - les noms des personnes ou points de contacts au niveau régional ou local pouvant
                fournir des explications sur le programme et sur les critères de sélection et
                d’évaluation des actions,
             - des outils de communication informatiques tels que ; sites Internet des partenaires,
             - des réunions d’information et des articles dans la presse locale.

2 – Les bénéficiaires effectifs du cofinancement communautaire seront précisément informés de
l’origine des fonds qu’ils perçoivent:
        au moment de la décision d’octroi de l’aide par l’autorité de gestion. Les engagements
         juridiques portant décision d’attribution d’une aide au titre du PDRH préciseront explicitement
         le nom des financeurs de cette aide (Etat - collectivités territoriales - agence de l’eau - Union
         européenne…) et la part de chacun dans le montant susceptible d’être attribué (en
         pourcentage ou en valeur absolue) ;
        au moment du paiement de l’aide par l’organisme payeur : tout versement d’une aide sera
         accompagné d’une information précisant explicitement le nom des financeurs et leur apport
         respectif dans le montant total du soutien versé.

Lorsque les destinataires d’une aide ne sont pas les bénéficiaires directs du soutien communautaire,
par exemple pour les actions de formation, l’autorité de gestion veillera à ce qu’ils soient informés de
l’origine des fonds finançant la prestation dont ils bénéficient.

3 – A destination du grand public :
Le programme de développement rural hexagonal (PDRH) fait en effet l’objet d’un plan de
communication pour partie conjoint avec les programmes de mise en œuvre des fonds structurels
(FEDER-FSE) et du FEP. Cette démarche commune vise à homogénéiser les outils d’information et à
faciliter ainsi l’identification de l’intervention communautaire auprès du grand public.
Le grand public sera informé du rôle joué par l’Union européenne dans la mise en œuvre du PDRH
par :
        le plan de communication national dont l’objectif est de faciliter la perception de l’intervention
         de l’ensemble des fonds communautaires : fonds structurels (FEDER-FSE), FEADER et FEP ;
        des articles de presse et des brochures simplifiées l’intervention du FEADER ;
        les plaques explicatives apposées sur tous les investissements d’un montant total supérieur à
         50 000 € ;
        les panneaux installés sur les sites des infrastructures dont le coût total dépasse 500 000 € et
         les plaques explicatives installées dans les bureaux des groupes d’action locale ;
        la publication en ligne des rapports annuels d’exécution et des rapports d’évaluation ;
        la publication (sur support électronique ou autre) de la liste des bénéficiaires recevant une
         aide dans le cadre du PDRH, l’intitulé des actions et le montant des fonds publics alloués à
         ces actions,




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 186 sur 194
        des campagnes publicitaires ad hoc : information à l’occasion de la journée de l’Europe, du
         salon de l’agriculture… ;
        les renvois des sites Internet de l’autorité de gestion vers les sites Internet de l’Union
         européenne.



8Ŕ5 Actions prévues

         site Internet
         presse écrite
         brochure simple, plaquettes plus complètes
         réunions d’information
         conférences de presse
         visites de terrain
…



8-6 Mentions obligatoires

Mentionner lors de la notification d’octroi de l’aide que l’action est financée au moyen du FEADER et
l’axe du programme de développement rural concerné
Affichage par le bénéficiaire, une fois la réalisation effectuée
a) pose d’une plaque explicative :
lorsque l’action implique un investissement (par exemple dans une exploitation agricole ou dans une
entreprise agroalimentaire) dépassant un montant total de 50 000 euros
dans les bureaux des groupes d’action locale financés par l’axe 4 .
b) pose d’un panneau dans les sites des infrastructures dont le coût total dépasse 500 000 euros



8-7 Moments forts de la communication

Lancement du programme FEADER
Lancement appel à projets ‘’LEADER’’
Réunion de Lancement du Réseau Rural Régional
Réunions de travail du Réseau Rural Régional
Adoption du PDRH décliné en région : validation du DRDR ou du PDRR
Sélection des GAL
Modification éventuelle de la stratégie en région
Evaluation et diffusion des résultats et opérations exemplaires

8-8 Calendrier envisagé
Evaluation à mi-parcours du programme : modification éventuelle du DRDR ou du PDRR
Exemples de réalisations du DRDR ou du PDRR
La clôture
Les réunions du Comité de suivi

8-9 Services en charge de la mise en œuvre du plan de communication
Service Communication du Conseil Régional et Services de l’Etat compétents




8-10 Critères pour évaluer l’impact des actions d’information et de publicité en terme de
transparence, de notoriété des programmes et du rôle joué par la Communauté



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                Page 187 sur 194
Contrôles auprès des bénéficiaires
Nombre de manifestations, réunions élargies et publications dans la presse
Opérations de communications assurées par les relais associatifs ou locaux


8-11 Lien avec les autres actions de communication
         - plan national de communication FEADER
         - plan national de communication inter-fonds
         - plan régional inter-fonds . une structure inter fond Etat Région-Départements « Groupe
         Communication » a été mise en place et définira les stratégies de communication communes
         avec objectif, moyens et calendrier des temps forts
         - pour exemple le Lancement conjoint du FSE et du FEADER le 16 octobre 2007




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                            Page 188 sur 194
                   9 Ŕ Dispositions prises pour assurer l’égalité des chances



Ces dispositions sont encadrées par le texte de l’article 8 du règlement ( CE) n°1698/2005 qui prévoit
que les États membres et la Commission veillent, lors des différentes phases de la mise en oeuvre
des programmes, à promouvoir l'égalité entre les hommes et les femmes et à prévenir toute forme de
discrimination fondée sur le sexe, la race ou l'origine ethnique, la religion ou les convictions, un
handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle.

Au plan national, le principe de non-discrimination est au cœur du système juridique français. L’égalité
de tous les citoyens devant la loi est inscrite dans la Constitution. La législation a progressivement
réprimé les agissements discriminatoires fondés sur la race, le sexe, la situation de famille, les
mœurs, l’appartenance ethnique, la religion, le handicap. La loi du 30 décembre 2004 a fixé le
principe général de non-discrimination en raison de l’origine en matière civile et administrative et
institué une autorité administrative indépendante pour lutter contre les discriminations : la H.A.L.D.E
(Haute Autorité de Lutte contre la Discrimination et pour l’Egalité).

La H.A.L.D.E peut être saisie directement ou par l’intermédiaire d’un parlementaire ou d’une
association. Elle dispose également du droit d’auto saisine et peut transmettre un dossier à l’autorité
disciplinaire. Elle a pour mission d’informer, de diffuser les bonnes pratiques, d’assurer une médiation,
d’assister en justice, de faire évoluer le droit.

La législation nationale sera donc le premier outil pour lutter contre les discriminations sous toutes
leurs formes.

Lors de l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de la programmation, ce dispositif de lutte contre les
discriminations et pour l’égalité par des actions spécifiques sera complété :


9-1 Egalité entre hommes et femmes

Les services administratifs en charge de la parité et les associations actives en ce domaine feront
partie intégrante du partenariat chargé de l’élaboration, de la mise en oeuvre et du suivi du
programme. Dans le respect de la législation en vigueur, les candidatures féminines aux différentes
instances de pilotage et de suivi seront favorisées.

La promotion de l’égalité entre hommes et femmes et les moyens de s’assurer de sa mise en œuvre
passeront également par :
        l’information : une information ad hoc permettra de cibler les bénéficiaires féminines potentiels
         ;
        la formation : la formation visera d’une part à sensibiliser le personnel administratif et
         décisionnaire, à la problématique de l’égalité, et, d’autre part, à répondre aux besoins en
         formation spécifiques des femmes, quand de tels besoins sont manifestes ;
        l’évaluation : les évaluations in itinere, à mi-parcours et ex-post s’attacheront à dresser un
         bilan de l’action entreprise au regard du principe d’égalité entre les hommes et les femmes.
         Sur la base des conclusions rendues, des actions correctrices pourront être entreprises.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                    Page 189 sur 194
9-2 Non discrimination

Les mêmes principes d’action seront retenus dans la lutte contre les discriminations. Les services
administratifs en charge de la promotion de l’égalité des chances ainsi que des associations actives
en ce domaine seront associés au partenariat chargé de l’élaboration, de la mise en oeuvre et du suivi
du programme.

L’information, la formation et l’évaluation seront au cœur du dispositif mis en place pour faire
respecter le principe de non-discrimination :
        l’information sera conçue de façon à atteindre tous les bénéficiaires potentiels, sans
         distinction ;
        la formation visera à sensibiliser le personnel administratif et décisionnaire à la législation en
         vigueur en ce domaine ( par exemple, pour les dispositifs concernés, les dispositions de la loi
         n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la
         citoyenneté des personnes handicapées). Elle cherchera également à répondre aux besoins
         spécifiques qui pourraient émerger ;
        les évaluations permettront de s’assurer de l’accès de chacun aux aides du programme de
         développement rural, de dresser un bilan de l’action entreprise au regard du principe de non
         discrimination et d’infléchir, si besoin est, la politique menée.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                     Page 190 sur 194
                                         10 Ŕ Partenaires consultés




Services de l'Etat :

         Ministère de l'Agriculture - DGFAR
         S.G.A.R.
         Délégation régionale aux droits des femmes et à l’égalité des chances.
         D.R.D.A.F. Nord - Pas-de-Calais
         D.D.A.F. du Nord
         D.R.E.
         D.R.T.
         D.R.C.A.
         D.I.R.E.N.
         D.R.T.E.F.P.
         Délégation régionale du CNASEA
         Agence de l'Eau
         O.N.F.
         ADEME

Autorités régionales et locales

         Conseil Régional Nord - Pas-de-Calais
         Conseils Généraux 59 et 62
         Territoires organisés : pays, parcs naturels régionaux…
         Groupe d'action locale LEADER +

Partenaires économiques et sociaux

         Chambres d'Agriculture 59 et 62
         Syndicats agricoles et forestiers
         Chambre de Commerce et d'Industrie
         Chambre des Métiers
         Agro-alimentaire (P.I.A.)
         Comité de Promotion

Autres organismes

         Associations : environnement, chasseurs
         I.N.R.A.
         CERTIA Interface


          Ces organismes ont été consultés à plusieurs reprises, soit par mail, soit en réunion
(notamment réunions générales du 06 janvier 2006, 31 mai et 15 juin 2006), et le projet de DRDR
initial est ouvert au public sur le site de la DRAF.

         Les conclusions ont porté sur : les préoccupations prioritaires régionales, en matière
d’installation agricole et de maintien de cette activité, la prise en compte de la proximité urbaine
omniprésente, la spécificité frontalière de la région et l’intérêt de mobiliser les programmes
transfrontaliers et transnationaux en faveur des zones rurales. Le ciblage des mesures de l’Axe 1 sur
les mesures les plus importantes, à la fois stratégiquement et financièrement, avec un
accompagnement au titre de la formation. Sur l’Axe 2 et les actions environnementales de l’Axe 3
(Natura 2000 – développement forestier), le souci de mobiliser des contreparties publiques locales,



DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                               Page 191 sur 194
                     er
les enjeux eau (1 ), érosion et biodiversité, ont bien sûr été retenus, mais la volonté de préserver
également les paysages régionaux, en même temps que les zones humides a été très largement
exprimée.

         Pour LEADER, il a été convenu de faire le nécessaire pour que puissent être prises en
compte les zones périurbaines. Compte tenu du contexte régional très fortement urbanisé, l’intérêt de
l’exploitation des synergies entre milieux urbains et milieux traditionnels ruraux (notamment agricoles
et forestiers) a été souligné, et la mesure 323 D et E a été retenue. Les autres mesures de l’Axe 3 ont
été jugées secondaires, soit moins généralement justifiées par le contexte régional (proximité des
services et commerces urbains : mesure 321) ou par le montant de l’enveloppe FEADER (rénovation
des villages : capacités d’intervention des collectivités territoriales sans commune mesure : aucune
efficience du FEADER) ;

Par la suite, l’enveloppe LEADER ayant été augmentée, l’Axe 3 a été limité aux mesures pour
lesquelles les contreparties étaient identifiées et correspondaient aux enjeux de durabilité des activités
agricoles et forestières et des milieux naturels (maintien des activités agricoles, valorisation des
milieux forestiers et protection des sites Natura 2000 (311, 323 A et B, 341 A). Il a été fortement
souhaité que LEADER puisse reprendre les enjeux initialement prévus, avec une appropriation locale
et une démarche innovante.




agriculteur, titulaire de la DJA ou bénéficiant des aides régionales à l’installation, depuis moins de 5 ans.




DRDR Nord Pas-de-calais - Version 2 validée le 23/12/08                                               Page 192 sur 194

								
To top