LE DRAGON ROUGE by wuyunyi

VIEWS: 20 PAGES: 98

									                                     LE DRAGON ROUGE

Dans un monde où les éléments sont gérer par les pouvoirs d’élus, une planète baigner par la lueur des trois
lunes, et protégé des démons par les pouvoirs des maîtres élémentaux. Mickaël MADIGAN, dit le dragon rouge
au millier de victimes. Personne la plus recherché de la planète, selon les rumeurs ils seraient un tueur
sanguinaire, une brute infâme, qui tue femme et enfant et qui tueraient sa famille si cela pouvait lui servir. Ce fut
un incident qui le rendit tristement célèbre, un jour, 140 ans avant cette histoire, une ville entièrement fortifier
disparut, ne laissant d’elle que des débris et de la poussière. Ça tête fut mise à prix a 60 milliards de Rubicons,
mais même après 140 ans personne ne réussit à l’avoir, et personne ne savait vraiment a quoi il ressemble, on
disait de lui qu’il était le mal incarné, un démon, mais personne ne le connaissait et même sa famille ne l’avait
pas vu depuis 10 ans, avec le temps les gens arrêtèrent de courir après lui et reprirent leur vie. L’histoire
commence avec l’arrivée d’un vagabond dans le petit village de Tiamgran, le vagabond s’arrêta dans un petit
bar, pour ce nourrir, il portait une cape de voyage usée qui le camouflait entièrement, et qui était tellement
délabré que l’on le prenait pour un mendiant, on ne voyait pas son visage caché dans une capuche, on ne voyait
qu’une paire de lunette de soleil, il portait un sac immense sur le dos. Une serveuse l’approcha.
-Que puis-je pour vous ? Demanda-t-elle avec un grand sourire.
-Je prendrais ce que vous avez de moins cher, et de l’eau. Demanda-t-il toujours caché tandis que la serveuse
tentait de discerner son visage.
-Comme vous voulez ! Dit-elle avec son sourire édenté.
La femme lui apporta a manger et une carafe d’eau, quand il partit, elle alla à la table et découvrit une pièce en
or, son étonnement fut telle qu’elle faillie s’évanouir, le vagabond venait de sortir, il vit 4 gars rentrés couteaux à
la main, et commencé à faire du grabuge. D’un coup il rentra et posa son sac de plus de deux mètres de haut sur
le sol. Il fit craquer son cou et fit face au 4 gars, ceux ci lui foncèrent dessus, il les esquiva, puis il les envoya un
par un voler dehors, en leur mettant un seul coup de pied chacun. La serveuse le regarda surprise et voulu le
remercier mais il était déjà dehors son sac sur le dos, il regarda les 4 gars s’enfuirent, puis il repartit en route
sous la pluie. Deux heures plus tard, une fille passa derrière lui, le recherchant, 18 ans, cheveux longs et d’un
noir obscur, les yeux vert et un corps à en faire baver plus d’un.
-Oui, je l’ai vu, il nous a sauvés de 4 brigands et il est repartit. Dit-elle en souriant comme d’habitude. De plus il
m’a donné un rubicon d’or.
-Merci de votre renseignement, dit-elle d’une voix suave.
La jeune fille repartit, sous la pluie battante, elle avait du mal à avancer, elle rencontra les brigands qui se mirent
devant elle, un air pervers dans les yeux.
-Je pense que l’on a trouvé de quoi nous satisfaire, dit le plus moche des trois. Elle est mieux que la serveuse.
Il allait approcher sa main de la joue de la jeune fille, quand une main l’attrapa par le poignet et brisa son bras en
deux, puis il l’éjecta en arrière, le vagabond se mit entre la fille et les brigands.
- Que fous-tu ici Lyn ? Demanda le vagabond d’un ton exaspéré.
-Je voulais te voir mon petit Mickanou ! Dit-elle de sa voix rieuse.
-Mickaël, je m’appelle Mickaël ! Dit le vagabond d’une voix encore plus exaspérée.
-Oui, je sais, Mickaël MADIGAN le dragon rouge. Dit-elle en rigolant.
Les 4 brigands le regardèrent, on ne le voyait pas bien, juste ces lunettes de soleil, ils étaient terrifiés, et ils
s’enfuirent en hurlant comme des fillettes pleurant leur mère. Mickaël retira sa capuche et ces lunettes, il avait de
longs cheveux noirs, et des yeux noirs, le visage sérieux, presque énervé !
-Lyn, je t’ai dit de ne plus jamais m’appeler par ce nom. Dit-il avec tristesse, malgré les 140 ans qui nous sépare
de Fool moon, je cause toujours la peur.
-Mickaël… elle avait sentit sa voix pleine de tristesse. Je n’aime pas quand tu m’engueule, tu as toujours raison.
-Eh ! Ouais! Il avait reprit une voix sans timbre.
Son visage n’avait exprimé aucune émotion malgré ce qui s’était passé. Il remit ces lunettes de soleil et prit Lyn
sous sa cape, ils marchèrent ensemble tranquillement sous la pluie. Durant des jours, ils traversèrent une
succession de champs magnifique aux cultures très abondantes, des forêts magnifiques remplis d’animaux
sauvages et des plantes rares, ils prirent garde à ne déranger personne, et ils finirent par arriver à une ville
fortifiée, où se dressait un énorme château adossé a une montagne. La ville de Necon, la plus grande sur 200
lieux. En arrivant, ils prirent une chambre dans un hôtel.
-Je vais dormir deux heures ! Il dit ça avec un grand bâillement.
Il s’allongea sur le lit et s’endormi presque instantanément. Lyn s’allongea près de lui durant une heure, ce
serrant contre lui, puis elle alla prendre un bain durant l’autre heure, elle ne se rhabilla pas pour réveiller
Mickaël. Il se redressa et la détailla du regard, elle tourna sur elle-même et lui sourit.
-Alors ?
-Tu es très belle ! dit il stoïque.
-Mais non pas ça, mais depuis notre dernière rencontre il y a deux mois j’ai bronzé !
Mickaël la regarda et afficha un petit sourire. Il avait presque élevé Lyn, il était le meilleur ami de ses parents et
même si au début il l’aimait comme une fille, ces sentiments avait changé très vite quand elle avait atteint ces 16
ans, il c’était fortement épris d’elle et l’aimait sincèrement. Mais deux mois plutôt il s’était vu forcer de refuser
une fois de plus ces avances, qui ressemblaient plus a des caprices qu’a de l’amour, il ne voulait pas qu’elle le
voient comme son protecteur, il voulait qu’elle l’aime pour lui, ce qu’il était, le jour ou elle pourrait le voir
comme il était vraiment, là il accepterais son amour et dévoilerais le sien. Le fait qu’il soit le meilleur ami de ses
parents n’arrangeait rien. Il arborait un air détaché et froid malgré la grande envi qu’il avait de la serrer contre
lui, et cela lui faisait autant de mal qu’a elle.
-Tu ne changeras jamais !
-En effet, il y a très peu de chance que ça arrive. Mickael dit ça les yeux dans le vide.
Lyn retourna dans la salle de bain et s’habilla, Mickaël semblait avoir 25 ans, alors qu’il en avait près de 160
ans. C’était la seconde chose qui le rendait triste et qui faisait qu’il repoussait Lyn. Elle s’assit sur le lit et le
regarda.
-Qu’est ce qu’il y a ? demanda t’elle en le voyant la regarder.
-Je vais te ramener à tes parents, dit il d’un ton détaché, je suis sur que tu es encore partit sans leur demander la
permission. Comme d’habitude !
-C’est vrai, je suis partit sans leur autorisation, elle dit ça sans le regarder puis elle se tourna vers lui. Mais ils
savent où je vais ! J’ai été élue pour aller à l’école de Nintak ! Tu es fier ?
Le petit sourire sur le visage de Mickaël s’effaça, il ce leva retira sa cape de voyage, et la mit sur les épaules de
Lyn qui tremblait un peu de froid, et l’embrassa sur la joue.
-Je suis inquiet !
-Pourquoi ? Quoi que je face tu n’es pas fier de moi ? Elle le regarda avec ses yeux tristes.
-Je suis fier, dit-il pour la réconforter un peu. Mais je suis inquiet.
-Tu y es bien allé toi ! dit-elle dans une exclamation bruyante. Ne joue pas les rabats joie Mickael.
-Pourquoi faut il que la discussion deviennent sérieuse pour que tu commence à m’appeler Mickaël ? demanda
t’il en souriant.
-S’il te plait laisse moi y aller ! dit elle l’implorant.
Lyn fit en sorte que des larmes se forment autour de ses yeux. Mickaël la connaissait bien elle lui faisait un
caprice et il allait succomber. Il se tourna vers la fenêtre et soupira, puis il rigola.
-Je viens avec toi ! Dit-il en lui sortant un faux sourire. Je reviens sur les bancs de l’école !
-Il faut avoir été invité pour pouvoir y aller ! dit-elle en défiant son faux sourire.
-Ce n’est pas totalement vrai ! dit il en repensant à ce souvenir. Je connais 5 personnes qui ont forcé les portes et
qui sont devenus d’excellent élèves !
-Ah ouais ? Mes parents ? Demanda t-elle intéressés par ces souvenirs.
-Non, on est ami avec tes parents mais ils sont bien plus jeunes que moi ! Il dit ça en souriant puis il rajouta. Tu
sais, j’ai 142 ans de plus que toi.
-Tu adores me le rappeler. Dit-elle un peu triste.
C’est vrai que Mickaël lui rappelait le plus souvent possible pour qu’elle ne s’attache pas à lui. Il retira son t-
shirt et alla se nettoyer, elle repéra une cicatrice dans son dos, au niveau de l’épaule gauche. Quand il revint il
prit son t-shirt et sa cape.
-Rhabille toi, on part, il dit ça avec un détachement total.
-Tu es sur ? Tu ne veux pas qu’on s’amuse un peu ? Elle dit ça avec un sourire coquin.
-Je te dis quoi d’habitude ? demanda t’il.
-Non, dit elle un peu triste elle reprit son air énervé. Bon, si tu ne veux pas tu te dépêche de te préparer, on a
perdu près de 3 heures.
-Dit moi Lyn, tu es vexée ? Il dit ça en souriant.
Elle était vraiment vexée, ils reprirent la route et elle ne lui parla pas durant 5 heures, ils firent le chemin en
silence, ce en fut pas pour déranger Mickaël, tout au contraire il put réfléchir à ce qu’il allait faire. Ils arrivèrent à
porter de vue de l’école, un immense château fortifié, normal quand on reçoit 2000 élèves qui peuvent tous
devenir des dangers potentiels. Il s’approcha d’une pierre et y dessina une rune. Puis il l’arracha, en cassant un
morceau du rocher.
-C’est pour faire quoi ? demanda t’elle.
-C’est un limiteur de puissance, dit il songeur. Comme ça, je ne me ferais pas repérer tout de suite.
Ils arrivèrent à la forteresse, en approchant de la porte, un gars habillé comme un prêtre. Il les regarda, mais
aucun sourire, puis il sortit une liste.
-Je suis Lyn HIGLEWOOD. Dit-elle en regardant Mickaël.
-Bienvenue, dit le prêtre dès qu’il la repéra sur ça liste. Et vous ?
-Mickaël MADISAN, dit il en souriant à Lyn puis il prit une voix plus dure. Cherche pas j’y suis pas sur ta liste,
alors lève tes yeux vers moi et va me chercher le directeur !
-Je ne pense pas que ne se soit pas possi…
Mickaël le coupa en le soulevant à dix centimètres du sol. Il retira sa capuche et ses lunettes de soleil.
-J’ai demande poliment ! Maintenant tu y courre ou je te casse en deux. Dit Mickaël qui avait sortit son air
menaçant.
-Oui, tout de suite, le prêtre tremblait de tous ces membres et il s’en alla en courrant.
-Rentre, faudrait pas que je te cause des problèmes, il dit ça en lui sortant un sourire rassurant. Allez rentre vite.
Elle rentra en observant Mickaël qui ne bougea pas, elle lui lança un baiser et disparut derrière les portes. Un
homme fini par arriver, grand musclé et aux yeux pleins de sagesse.
-Monsieur Madisan. J’étais sur que tu viendrais Mickaël. Dit le vieil homme souriant.
-Moi aussi je vais bien Shu, alors j’ai le droit de revenir à l’école ? demanda Mickaël en lui donnant la pierre.
-Tu veux venir pour cette fille ? C’est sérieux ? Demanda Shu.
-Je me mets au niveau de tes élèves. Dit Mickael.
-Même sans pouvoir tu es bien au-dessus de tous les élèves, même ceux de dernière année, dit Shu le visage
plein de mauvais souvenir. Tous les 5, vous me surprendrez toujours.
-Pourquoi ? demanda Mickaël.
-Les 4 autres sont là aussi. dit Shu, ils ont décidé de commencer une nouvelle vie.
-Pff… Je suis trop semblable à eux, dit Mickaël en se mettant la main devant le visage accentuant son regard de
fou.
-Mickaël MADISAN, tu es officiellement un élevé de notre belle école. Dit Shu en souriant. Pas d’alcool !
Ils entrèrent dans l’école et Mickaël rejoignit Lyn dans la cour, elle était impressionnée par le nombre d’élève. Il
la prit par l’épaule.
-Tu as peur ? demanda t’il. Ou tu avais cru que les élus étaient très peu nombreux ?
-Ici tu n’es plus mon tuteur, je vais pouvoir me venger ! dit elle en lui sortant un sourire sadique. Je vais me faire
plein de mecs !
Des gars passèrent devant eux, et sortirent leur plus beau sourire à Lyn.
-On verra si tu en es capable ! Dit Mickaël impassible.
-C’est pas possible, tu ne réagis jamais ? Demanda-t-elle un peu énervée. Tu n’es pas un peu jaloux ?
Mickaël haussa les épaules et traversa la cour, avec ses lunettes sur le nez, son visage caché sous sa capuche et
son sac de deux mètres de haut, il fut une attraction a lui seul, il ressemblait à un mendiant, mais aucun n’osa
l’approcher. Il fit face à 4 personnes, et leur sourit. Il y avait un, qui avait la peau sombre et qui affichait un
sourire mauvais sur son visage de playboy tout droit sortit d’une gravure de dieu grec, a ces coté il y avait une
fille blonde maigre, il la serait contre lui. Puis il y avait un gars stylé sur le haut qui lui fit signe de la main et une
femme magnifique qui afficha un sourire gêné.
-Salut, Sofiane, Aurore, Jd, Jade. Dit-il en les énumérant dans le même sens qu’il les avait regardés. Comment
allez-vous ?
-Durant 140 ans tu nous as ignorés, évités, et maintenant tu arrives avec un grand sourire ? Ce fut Sofiane qui dit
ça, accentuant son sourire mauvais. Tu es insensible aux émotions des autres, dégage Mickaël !
Mickaël s’en alla sans un mot, il n’avait rien à dire, c’était sa faute. Il alla à l’accueille et après qu’on lui est
donné le numéro de sa chambre il y alla pour s’allonger dans son lit.
-Ça commence mal, dit il en soupirant, si tous les garçons veulent sortir avec elle.
Il s’endormit, les premiers cours n’aurait lieu que le lendemain, alors il décida de se réveiller est l’arriver de son
futur pote de chambré. Il se réveilla au premier bruit de celui ci, il ce redressa et vit Lyn, elle lui sauta dessus.
-Depuis quand les dortoirs sont mixtes ? demanda t’il.
-Si depuis 50 ans. Elle affichait un sourire ravi. Dit Mickaël, tu ne te serais pas arrangé pour que l’on tombe dans
la même chambre ? Allez dit-le !
-Non, je n’ai rein fait, dit il toujours aussi stoïque, et en voyant son sourire disparaître il ajouta. Lyn, il faudra
bien te comporter à partir de maintenant !
-Comment ça ? demanda t’elle.
-Il va falloir que tu arrête de te balader toute nue, ou de me sauter dessus à tout moment, dit il en soupirant. C’est
dommage !
-Encore plus quand on pense que tu ne pourras plus me mettre de la crème sur tout le corps ! dit-elle avec son
sourire sadique. Sur mes petites fesses bien fermes et mes jolis seins.
-Allez endort toi ! Tu ne seras pas prête à te battre contre les profs demain sinon. dit-il en souriant.
Mickaël venait de ce rappeler que le lendemain il devrait aller dans une classe, mais qu’il ne savait pas laquelle.
-Bonne nuit. Dit-elle d’une voix suave.
-Toi aussi, ma princesse ! dit il en fermant les yeux.
Elle alla s’allonger sur son lit, Mickaël attendit qu’elle s’endorme et alla dans la cour, il n’y avait plus personne a
cette heure, les seules pièces encore ouverte était la salle d’entraînement et la salle des profs. Il sortit un long
sabre de son sac, il mesurait un peu moins de deux mètres. Et il fendit l’air a plusieurs reprise avant que Shu
n’arrive.
-Tu m’attendais ? demanda Shu en souriant.
-Oui, je voulais mon affectation, dit Mickaël, puis il hésita mais fini par ajouter. Je suis vraiment un insensible ?
-Je dirais deux choses, la première c’est que les trois quarts du temps tu restes stoïque, même devant un dragon,
dit Shu. Mais la seconde chose, c’est que tu es amoureux, tu as donc des sentiments. De plus je suis sur que tu es
heureux quelle soit dans ta chambre.
-Disons que c’est mitigé, je ne peux pas… je ne peux pas satisfaire ses caprices tant qu’elle ne m’aimera pas
vraiment.
-Toujours complexé envers la façon dont les gens te voient, dit Shu en souriant. Bon, tu vas dans la même classe
que celle où tu es allé il y a 148 ans.
-Cool, dit Mickaël avec un sourire qui n’avait rien de naturel. Les programmes n’ont pas changé au moins ?
-Un peu, il faudra attendre les troisièmes années avant d’apprendre la magie, dit Shu, mais ne t’inquiète pas tu
auras tes anciens amis et Lyn avec toi.
-Lyn est en combattant-magie ? demanda Mickaël.
-Oui, c’est grâce à son professeur, dit Shu en souriant puis il changea de sourire. Mickaël vous êtes réunis…
-J’y ai pensé et si c’est le cas… bah, on n’a pas le même niveau, on est bien plus fort et plus intelligent.
-Oui et il y a quart de la troisième lune qui a disparut, dit Shu.
Mickaël regarda les trois lunes, il y avait un immense cratère dans la troisième. Il rangea ses affaires et monta
dans sa chambre. Il y vit Lyn allongée dans son lit à lui, envelopper dans sa cape de voyage. Il s’allongea dans le
lit de Lyn, il ne voulu pas s’endormir, il entendait des voix l’appeler dans le monde des rêves, des voix qu’il
n’avait pas entendu depuis 140 ans. Il resta dans le lit et attendit le lever du jour pour réveillé Lyn, qui grogna.
-Mickaël, plus doucement le réveil, dit elle encore toute endormie. Une fleure, le petit déjeuné et un baiser serait
grandement apprécier.
-Lyn, ici le petit déjeuné se prend dans la salle commune, dit-il sans même la regarder. Alors tu viens ?
Elle s’habilla prit son épée a lame fine et regarda Mickaël enfiler sa cape de voyage et mettre son sac sur son
dos. Ils partirent dans les couloirs.
-Pourquoi tu ne le sort pas de ton sac ? demanda t’elle.
-Tu penserais quoi en voyant un gars se balader avec ce genre d’arme ? répondit Mickaël.
-Bah ou il est doué, ou il veut frimer ! Dit Lyn.
-Je ne veux être prit ni pour l’un ni pour l’autre.
Ils marchèrent en silence jusqu'à la salle commune, elle s’assit au bout d’un table, il voulu s’asseoir à coté d’elle
mais il fut pousser en arrière par une horde de prétendent. Il se leva et soupira en voyant tous les admirateurs
qu’elle avait après seulement une demi-journée. En balayant la salle du regard il vit que la seule place libre était
celle a coté de ces anciens amis. Alors il y alla et s’assit sans un mot, juste un signe de tête. Jd planta sa
fourchette à deux millimètres de la main de Mickaël qui ne bougea pas d’un millimètre.
-Tu ne nous as pas répondus hier ! dit Jd entre la colère et l’admiration.
-Je ne vais jamais dans le monde des rêves, il dit ça de sa voix monocorde, et il posa un papier sur la table. Vous
ne voulez pas qu’on face la paix une fois pour toutes ?
-Aurore, Jd et moi somme pour mais Sofiane te garde rancune, dit Jade toujours avec son petit sourire gênée
qu ‘elle avait en présence de Mickaël.
-Je vois, dit-il, en faisant glisser le papier vers Sofiane. Réglons ça une fois pour toutes !
Mickaël ce leva, Sofiane le tira par la manche.
-Tu me demandes un duel ? dit-il. Tu sais ce que ça signifie pourtant.
-Oui, mais même sans mes pouvoirs et mes yeux, répondit-il, en ce libérant. Je dois régler ça, sinon on va passer
ses 6 prochaines années à se disputer.
Il quitta la pièce et marcha jusqu'à sa salle de classe, pour la première année il n’y avait que des matières
secondaire, a part le combat. Et son premier cour c’était ça. Le professeur était déjà là, une femme, blonde, jolie
qui ne ressemblait pas a une prof, mais il avait appris à ne pas juger les gens sur leurs apparences, lui-même ne
ressemblait pas a un meurtrier.
- Tu ne voudrais pas m’aider ? Demanda-t-elle tandis qu’elle soulevait une grosse table pour la mettre au fond de
la salle. Si tu peux porter une lance pliable, tu peux porter deux tables !
Il l’aida à mettre les tables au fonds, puis il s’arrêta et lui sourit.
-Je suis Sarah BRIGMAN. Et toi ? demanda t’elle.
-Mickaël MADISAN, répondit il sans vraiment la regarder pour ne pas se traire. Je dois vous prévenir, nous
allons utiliser quelques minutes de votre heure pour régler un duel. Un défi entre élevé, ajouta t’il en souriant.
Comme vous devez le savoir le règlement oblige les profs à suspendre leur classe.
-Un défi ? Le premier jour ? Demanda-t-elle légèrement surprise.
-Oui, un différent entre ami, dit il en ce frottant derrière la tête.
-Ah… dans ce cas tu fini de débarrasser la salle tout seul, dit elle.
Mickaël exécuta cet ordre sans broncher. Il mit toutes les tables dans le fond de la salle qui était assez grandes
pour y mettre deux classes. En attendant que les autres arrivent il s’assit sur une chaise et mit son sac à ses pieds.
Dès la sonnerie, tous les élèves étaient là. Sofiane arriva une lance à la main, Mickaël fit sauter la fermeture de
son sac et son sabre long dans son fourreau tomba dans sa main. Il retira sa veste et mit ces lunettes de soleil.
-Pas déjà, dit Lyn.
-Ecarte toi, dit Mickaël aussi froidement que s’il parlait avec une inconnue.

Son ton était sans appel et elle vit ces yeux devenir rouges sous ces lunettes de soleil et ce mit devant lui.

-Non pas ça, dit Lyn inquiète ! Tu… non…

Mickaël sortit son sabre du fourreau et la poussa avec le fourreau avant de le lui confier. Sofiane se mit aussi en
position et ce mit à sourire.

-Allez Mickaël, retire ces lunettes au moins tu me feras peur.

Mickaël posa la pointe de son sabre sur le sol et enfonça ses lunettes sur son nez, Sofiane lui fonça dessus la
lance passa à un millimètre de son visage sans qu’il bouge.

-Tu as perdu ! dit Mickaël de sa voix impassible.

Sofiane baissa les yeux, Mickaël lui avait enfoncé son genoux dans le ventre, il releva la tête et ce prit un coup
de tête. Il vola dans la foule lâchant sa lance.

-C’est tout ? demanda Mickaël en levant les bras au ciel.

Sofiane essuya le sang qui coulait de son nez et fonça sur Mickaël, il lui lança une série de coup de poing que
Mickaël esquiva facilement, puis d’un coup Sofiane attrapa sa lance avec ces pieds et en sautant il en donna un
coup a Mickaël en pleine tronche. Mickaël s’écroula, et ces lunettes glissèrent sur le sol, il se releva en fermant
les yeux.

-Tu veux te mettre à mes niveaux ? demanda Sofiane. Je trouve ça insultant.

Sofiane prit sa lance en main et en donna des coups a Mickaël qui ce les prient tous et qui se retrouva à cracher
du sang sur le sol. Puis Sofiane allait le frapper mais Mickaël se releva et ouvrit les yeux, des yeux normaux.

-C’est encore plus insultant, cria Sofiane.

Sofiane s’élança sur Mickaël et donna un coup de lance, Mickaël la dévia du poing droit et avec son poing
gauche il frappa Sofiane a la tête, l’envoyant au sol. Puis il ramassa ces lunettes et les remit, en tournant sur lui-
même il attrapa son sabre long a deux mains et ce mit en position. Sofiane fit de même et se mit à rire.

-Dernier coup ! dirent-ils tous les deux en même temps.

Lui comme Sofiane était à bout de force, ils avaient limité leurs pouvoirs et leur force, ils n’avaient qu’une
puissance réduite. Ils se foncèrent dessus et chacun embrocha l’autre dans l’épaule droite, ils restèrent comme ça
durant 15 minutes. Puis ils rigolèrent Mickaël retira sa lame et Sofiane fit de même.

-J’ai perdu, dit Mickaël.
-Tu parles, dit Sofiane.

Ils s’écroulèrent dans un flot de sang, Lyn aida Jd à porter Mickaël, tandis que Sofiane fut transportée par Jade et
Aurore, ils allèrent à l’infirmerie.

-Un défi ? Le premier jour ? demanda t’elle visiblement surprise de ce nouveau record.

Ils quittèrent l’infirmerie y laissant l’infirmière et ces deux patients.

-Vous étés ceux qui l’ont aidé il y a 140 ans ! dit Lyn.
-Ça c’est son récit, dit Jd en lui souriant. En vérité il nous a sauvés ! Tu semble en savoir pas mal sur le petit
Mickaël.
-Il m’a quasiment élevé, dit-elle avec un petit sourire.
-Ah…je…non rien, balbutiai Jade.
-Tu sais pourquoi ils se sont battus ? Demanda Aurore.
-Non, mais c’est sûrement important, répondit Lyn d’une voix assurée.

Mickaël ouvrit les yeux justes après le départ de l’infirmière, trente seconde après celui de Lyn et des autres. Il
se leva et fit craquer ces os devant le regard dégoûté de Sofiane. Puis ils rirent un peu. Puis en même temps
allèrent à la porte.

-Même idée, on y retourne ! dit Sofiane.
-Ouais, dépêche si l’infirmière revient on va plus pouvoir bouger de la journée. Dit Mickaël.

Ils récupèrent leurs affaires, Mickaël mit ces lunettes de soleil sur son front pour tenir les cheveux qui lui tombait
sur le visage. Sofiane plia sa lance et l’attacha à son dos.

-Je te pardonne de m’avoir assommé il y a 140 ans ! déclara Sofiane.
-C’était pas pour les lunettes de soleil ? Demanda Mickaël.
-Bah, on s’en fout on a bien rigolé. Dit joyeusement Sofiane. Allez la prof doit nous attendre. Ah, je me
demandais pourquoi tu n’as pas esquivé quand tu as fermé les yeux.
-Il y avait ce parfum, dit Mickaël. C’est le parfum de Lyn qui m’a calmé.
-Jolie conquête ! dit Sofiane en plaisantant.
-C’est plus compliqué que ce que tu penses ! dit Mickaël en lâchant un énorme soupire.
-Encore ce vieux complexe ! s’exclama Sofiane. Fait toi soigner et n’en parlons plus.

Ils marchèrent vers la classe et y rentrèrent sous le regard étonné de toutes les personnes de la classe ne les
connaissant pas. Ils s’assiérent au fond tous seul tranquillement pour discuter. La prof donna du temps pour
réfléchir à l’élément que chaque élève voudrait servir. Lyn s’approcha de Mickaël et de Sofiane.

-Je n’ai jamais réfléchit à sa moi. Dit Lyn quelque peu animée.
-La lumière t’irait bien. Tu rayonne ! dit Sofiane en souriant et en mettant un coup de coude à Mickaël pour le
faire réagir.
-Je suis tout à fait d’accord avec lui, dit Mickaël.
-Vous croyez ? demanda t’elle toute excitée.
-Oui, quand tu étais petite…..
-Non, ne site pas mon passé ! Dit Lyn en coupant Mickaël. Tu sais que j’ai horreur de ça !
-Excuse, soupira Mickaël conscient de sa bêtise.
-Nos 3 amis du fond ont l’air prêt ! Dit Sarah la prof un peu agacée par ces bavardages. Allez présentez vous et
dites l’élément que vous voulez servir.
-Je suis Mickaël MADISAN, et je veux servir l’ombre, dit-il avec sa voix impassible.
-Un peu court mais venant de toi sa ne m’étonne pas, tu n’as pas l’air bavard ! Dit Sarah en souriant pour
atténuer le poids de ses paroles. Suivant.
-Je suis Sofiane CHANIX, j’aime Aurore et le sexe, et je n’aime pas les gens stoïque, dit il en désignant Mickaël.
Et je veux servir l’eau.
-Je suis Lyn HIGLEWOOD, je veux aidez les gens autours de moi comme le fait un de mes plus cher amis et je
veux servir la lumière.
- Trois éléments différents et vous étés amis ? On va avoir de la diversité cette année ! dit Sarah avec un
semblant d’excitation.
-Je ne dirais pas amis ! dit Mickaël en souriant. Disons que nos relations sont spéciales !

Trois semaines plus tard, ce qui devait arriver, arriva. Lyn se trouva un petit copain et ce ne fut pas Mickael.
Celui ci restait calme comme a son habitude, choquant Sofiane, Aurore, Jade Et Jd.

-Tu es sadomaso ? demanda Sofiane. Tu ne dis rien alors que ça te fait souffrir ?
-Je n’ai rein à dire, répondit Mickaël. C’est ça vie !
-Si tu lui demandais elle larguerait ce bouffon, s’exclama Jade.
-Peut être…répondit Mickaël. Mais je ne veux pas qu’elle me choisit parce qu’elle pense que je suis son prince
charmant, elle a conservée cette penser en grandissant et elle ne m’aime pas vraiment.
-Tu es trop compliqué ! dit Aurore.
-Il est sadomaso c’est tout ! Déclara joyeusement Sofiane.
-Moi, je prends en compte tout les facteurs c’est tout ! dit Mickaël.
-Ah, j’ai compris ce qui cloche, si tu veux sortir avec Lyn pas besoin de te taper tous les facteurs ! dit Jd en
rigolant.
-Vous comptez vous entraîner ? leur demanda Sarah, tandis qu’elle aidait deux élèves à l’épée. Ou je dois vous
coller ?
-Jade, tu t’entraîne ? Demanda Mickaël.
-Ouais, dit Jade en prenant ces deux épées en main. Mais un sabre long contre deux épées c’est de la triche.
-Tu essayeras d’être gentille avec moi, dit Mickaël en souriant.
-J’ai peur pour moi pas pour toi, soupira t’elle.

Ils s’entraînait encore au maniement, la riposte plus précisément, du coin de l’œil il regarda Lyn, elle s’entraînait
contre son petit copain, alors il décida de se concentrer sur ce qu’il faisait. Lyn regarda Mickaël, il semblait bien
s’amuser avec son ancienne amie, elle soupira et retourna à ce qu’elle faisait. L’entraînement dura trois longues
heures puis Sarah leur dit de s’arrêter, et tous soupirèrent.

-Juste avant de vous laissez aller prendre votre douche, je vais tester deux d’entre vous, dit-elle en souriant pour
faire passer la pilule. Mickaël et Billy !
- Contrôle-toi, lui dit Jade en le voyant sourire.
-Ce n’est pas parce que c’est son petit copain que je vais le ménagers, lui dit il en lui donnant ces lunettes.

Mickaël fit face à Billy, ils se foncèrent dessus et leurs lames entrèrent en contact puis ils restèrent comme ça
émettant une pression sur leurs armes. Sarah dit que c’était bon est partit alors tout le monde s’enfuit pour
prendre sa douche sauf Jade. Mickaël retira son sabre et Billy abattit son épée sur l’épaule de Mickaël, le
blessant légèrement, et ouvrant une plaie sanglante.

-Ne t’approche plus de Lyn, dit Billy avant de partir.

Jade allait intervenir mais Mickaël la stoppa. Puis il remit ces lunettes de soleil et rangea son sabre. Jade passa sa
main sur la blessure qui se referma tout de suite.

-Bravo pour ce self contrôle, dit elle en soupirant.
-J’ai une furieuse envie de le tuer ! dit il, sombre.
-Contrôle toi son heure viendra tôt ou tard, dit Jade en souriant pour le calmer.

4 Semaines plus tard, Mickaël déjeunait avec Jd et la prof Sarah.

-Je vous le dit, vous étés très doué, sa ferait un beau combat, dit Sarah toute excitée.
-On ne se bat pas entre ami, dit Jd en lui rendant ses sourires.
-Regardé ça, dit le directeur en balancent un journal sur la table, il fut satisfait en voyant les visages décrépis de
Jd et de Sarah devant les gros titre. Dire que demain c’est le week-end, ils vont tous se lancer à la chasse au
dragon rouge. Vous avez vu le titre ? « Le dragon rouge ravage la moitié d’une ville ».
-D’après l’article, le dragon rouge aurait mis le feu a la ville après l’avoir pillé avec sa bande, dit Sarah en
soupirant. Personne n’a bougé en voyant que c’était lui.
-Après 140 ans, les gens continue d’avoir peur d’un fantôme, dit Mickaël stoïque. Ils ne pensent pas qu’il est
mort ? Pff…

Il se leva et quitta la pièce, dans toute l’école on ne parlait que de ça, il alla dans sa chambre et fit son sac. Puis il
prit sa cape de voyage et mit sa capuche de voyage et ses lunettes de soleil, on aurait dit un mendiant avec sa
cape en lambeaux qui le dissimulait entièrement. Il fit le mur, et ce mit en marche, sur la route il vit Sofiane,
Aurore, Jade, et Jd.

-Tu comptais partir sans nous ? demanda Jade.
- Vous n’avez rien d’autre à faire ? Demanda Mickaël.
-Tu crois qu’on va t’abandonner, dit Aurore en lui mettant un coup derrière la tête.

Ils marchèrent tous ensemble jusqu'à une grande ville brûlé au trois quarts, seul Mickaël était dissimulé et il
restait en retrait. En les voyants arrivés les habitants les bloquèrent en ce mettant devant eux. La nuit venait de
tomber et ils tenaient des torches.

-Nous ne voulons plus d’étranger dans notre village, dit celui qui ressemblait au chef.
-Nous…
-Partez, le chef coupa Sofiane en disant cela.
-Nous cherchons le dragon rouge, dit Mickaël, tout le monde la ferma d’un coup et cela fit sourire Mickaël sous
sa capuche. Nous voulons tuer ce fantôme, comme ça vous n’aurez plus problème.
-Ah oui ? Dit une voix qui venait de derrière eux. Tiens donc.

Tous les habitants du village s’enfuirent, rentrèrent chez eux.

- Pillez-les ! dit le plus gros qui était monté sur un cheval, et tout de suite les 6 gars derrière lui s’en allèrent en
même temps que Sofiane, Jd et Aurore. A toi, toi qui a osé dire que tu allais tuer le dragon rouge.
-Tu sais mon grand, dit Mickaël en retirant ces lunettes de soleil. Je n’ai aucun attachement au nom de dragon
rouge mais je ne peux pas te laisser agir.

Le gars lui fonça dessus avec une lance, Mickaël anticipa son mouvement et entailla les jambes du cheval avec
une dague, celui ci s’effondra sur le sol, et envoya son cavalier rouler sur le sol. Jade s’approcha du cheval et le
soigna avant de lui rendre sa liberté.

-Est ce tout ? demanda Mickaël.
-Tu…..Tu es…..dit il en voyant les yeux rouges sang de Mickaël, brillant, accentuant son visage de dément. Tu
es Mickaël MADIGAN ! Le dragon rouge…

Mickaël lui fonça dessus et frappa avec sa dague, le t-shirt du gars vola en morceaux et une petite coupure rouge
de sang apparut sur son torse. Le gars s’enfuit, Mickaël remit ces lunettes. Sofiane, Aurore et Jd revinrent, ils
s’étaient occupés des 6 gars. D’un coup les habitants du village vinrent et les acclamèrent. Mickaël s’esquiva par
derrière.

Deux jours plus tard, le lundi matin, les journaux titraient « l’histoire du dragon en plastique abattu par cinq
guerriers. ». Mickaël déjeunait en écoutant ces voisins de table en parlé, il se tourna vers Lyn et lui sourit. Elle
lui dit bravo d’un signe de la main et ce retourna vers Billy.

-Toujours aussi sadomaso ? dit Sofiane. Tu devrais changer de cible.
-Non, mes sentiments pour elles sont un peu trop pressent dans ma tête pour que je l’oublie, dit Mickaël en
ingurgitant son verre de jus d’orange.
-Contrairement a tes actes et a ton visage, dit Sofiane. Ton cœur marche encore.
-Tu devrais arrêter de l’emmerder, dit Aurore. Tu sais a quelle point il est emmerdant de ce faire critiquer.
-6 ans d’études avec vous, soupira Mickaël. Ça va être très long cette fois encore.

Deux ans plus tard, la troisième année avait commencé, l’année de l’apprentissage à la magie. Lyn était toujours
avec Billy, et pour une raison qu’il n’arrivait pas à expliquer, elle le prit comme confident et lui disait tout sur ce
qu’elle faisait avec Billy. Ce soir la, Lyn mit une magnifique robe de soirée qu’elle s’était achetée pour
l’occasion.

-Tu sors ? lui demanda Mickaël.
-Je vais dormir avec Billy ce soir, dit elle en souriant. J’ai décidé de le faire ce soir.
- Protège-toi, dit Mickaël. C’est important la première fois.
-C’est tout, pas d’autre remarque ? demanda t’elle. Rien ?
-Pour quoi faire ? dit Mickaël. Ça servirait à quelque chose ?
-Bien sur, dit Lyn. Dit, tu me couvres l’insensible ?
-Ouais, répondit Mickaël.

Elle l’embrassa sur la joue et s’en alla. Mickaël alla dans le gymnase pour s’entraîner, il y vit Jd qui s’entraînait
elle aussi. Il se mit devant un des poteaux en fer qui servait à taper, et il le massacra à coup de poing, ce fut Jd
qui l’arrêta avant qu’il n’envoie le pilier volé de l’autre coté de la salle.

- Calme-toi, eh Mickaël, calme-toi, dit Jd, avant de lui mettre une droite. Et maintenant tu es calme ?
-Merci Jd, dit il.
-Toujours la pour frapper les amis, dit Jd.

A ce moment la Mickaël entendit la voix de Lyn taper de sa tête, « au secours Mickaël ». Mickaël ne réfléchit
pas il se mit à courir. Lyn était entouré de 16 gars, dont Billy, qui se mirent à essayer de la déshabiller, l’un
d’eux arracha le haut de sa robe, et plusieurs mains lui touchèrent les seins. Elle tenta de se défendre mais ils
étaient trop nombreux et ils la bloquèrent. Puis mentalement elle cria un appel à Mickaël. On frappa a la porte,
les gars se tournèrent vers la porte, Billy s’approcha de la porte, et il ce la reçu en pleine tête Mickaël venait de
la défoncer d’un coup de pied, Mickaël transpirait il venait de traverser le château en courant, appeler par l’appel
mental de Lyn. Il marcha sur la porte et sur Billy. Les 15 autres gars le regardèrent et virent ces yeux devenir
rouge sang, on aurait dit un fou, ils voulurent s’enfuirent mais Mickaël bloquait la sortit.

-Aucun de vous ne s’en sortira indemne, dit Mickaël. Et je vous jure que vous ne recommencerez jamais plus ce
genre de chose.

Dans son bureau, Shu vit la pierre qui scellait les pouvoirs de Mickaël se fissurer

-Tiens, notre petit Mickaël est énervé ! Dit Shu.

Les 15 gars gisaient au sol, blessés, dans leur sang mais encore en vie. Il prit Lyn dans ces bras et la couvrit
d’une couverture avant de la ramener dans leur chambre. Il l’allongea sur son lit, puis lui ramena d’autres
vêtements, mais elle c’était emmitouflée dans sa cape de voyage. Il la regarda et soupira, en pensant qu’elle
agissait comme quand elle était gamine, pourtant Lyn, même a 8 ans était bien plus mature que les trois quarts
des gosses de sa classe, il devait sûrement être le seul à connaître cette face de sa personnalité. Il s’assit sur le lit
et la regarda, elle ce serra contre lui.

-Je…dis elle.
-Demain c’est le week-end je t’emmènerais faire un tour dans le foret pour que tu oublie, dit il en lui souriant.
On y restera pour faire du camping, ou juste pour se balader, ce sera comme tu voudras.

Elle le sera un peu plus, il attendit qu’elle s’endorme et resta près d’elle. Elle se réveilla le lendemain, elle vit
Mickaël dormir, elle posa sa main sur sa joue, puis elle alla dans la salle de bain pour ce nettoyer, Mickaël qui
faisait semblant de dormir, ouvrit un œil et l’observa, elle était vraiment belle, mais son corps ne l’intéressait
pas, son visage lui l’intéressait, et il n’affichait que de la tristesse, quand elle revint dans la chambre Mickaël
était assis sur le lit le visage dans ses mains. Elle le regarda et ce sera contre lui.

-Ce n’est pas moi qui devrait faire ça ? demanda t’elle.
-Non, on ne peut pas tous s’apitoyer sur notre sort, dit Mickaël en l’embrassant sur le front. Je t’ai promis une
promenade. Si on allait dans le foret de Natish ?
-On dit qu’il y a des fantômes là bas, dit-elle en souriant.
-On va en mettre un de plus, dit Mickaël au moment ou l’on frappa à la porte. Prépare-toi, je vais répondre !

Mickaël ce leva, sortit et referma la porte derrière lui. C’était Shu.

-Mickaël, hier tu as utilisé ton œil sur des sixièmes années ? demanda Shu. Tu sais que je dois te punir. Enfin on
verra ça demain soir.
-Oui, répondit Mickaël.

Il rentra dans la chambre, Lyn le regarda l’aire sérieuse.

-Tu as des problèmes par ma faute, lui dit Lyn. Allons lui dire ce qui c’est passé.
-Non, on ne dira rien, sinon ils vont dire que tu les as chauffés et tu te reprendras tout dans la tronche, lui dit
Mickaël avec détachement. Puis au pire il va m’enfermer dans la cave. Bon on prend de quoi camper et on s’en
va.

Ils se préparèrent et partirent, arrivé à la porte Billy s’approcha.

-Espèce de …… dit il avant que Mickaël lui mette sa main dans la bouche et le tienne par la langue, il comprit
qu’il n’avait pas intérêt à remuer.
-Je ne le dirais qu’une fois alors écoute bien, lui dit Mickaël. Si tu l’approche, je te tue, si tu l’insulte, je te tue, si
tu pense à elle, je te castre puis je te tue.

Mickaël rejoignit Lyn qui avait recommencé à marcher, ils restèrent jusqu’au lendemain et revinrent à l’école le
dimanche vers sept heures, il faisait nuit et quand ils arrivèrent à la porte. Elle s’arrêta et le regarda, il fut content
de voir un sourire s’afficher sur son visage.
-Tu sais Mickaël, lui dit-elle. J’ai toujours eu un faible pour toi.
-Pour tout te dire, je le savais, répondit il calmement.
-Tu le savais ? S’étonna-t-elle. Et… et tu m’as…tu étais si froid devant mes avances, je croyais que tu ne le
voyais pas, j’en ai pleuré.

Elle le poussa en arrière et s’enfuit en pleurant. Mickaël tomba sur une pierre et ce déboîta l’épaule gauche, puis
il alla voir Shu pour la punition. Le jeudi qui suivit Sofiane s’assit près de Lyn au petit déjeuner.

-Tu ne comptes rien faire pour Mickaël ? lui demanda-t-il.
-Nous nous sommes disputé, dit-elle. Je ne l’ai pas revu depuis dimanche soir.
-Normal, il est dans un donjon remplis de démon, avec une épaule déboîtée, dit-il.

Quand Mickaël avait parlé de la punition, il avait l’aire de prendre ça a la rigolade, elle ne se serait pas imaginé
que ça pouvait être sérieux. Elle croyait qu’il était partit pour calmer les choses, mais non, elle n’avait pas assez
réfléchit. Et ce devait être ça faute s’il avait l’épaule déboîter, ce devait être quand elle l’avait poussé. Elle se
releva précipitamment.

-Tu commenceras par faire quoi ? lui demanda Sofiane.
-Dit moi ce que tu sais ! cria Lyn.
-Tu veux que je commence par quoi ?
-Dit moi avec qui il veut sortir, dit-elle.
-Question stupide, dit Sofiane. Dit moi qui tu crois qu’il aime ?
-Je ne sais pas moi, répondit-elle. Lui-même !

Sofiane sourit et il se leva en la montrant, elle comprit et retint Sofiane.

-Dit m’en plus, dit elle.
-S’il a refusé de sortir avec toi malgré toutes tes avances, dit Sofiane en souriant. C’est que cet abrutit n’a pas
voulu juste tirer son coup pour une petite histoire, il dit avoir trop de sentiments pour toi. Quand il te rejetait il ne
le faisait pas par plaisir, ça lui faisait mal. Tu n’aime pas vraiment Mickaël, tu aime cette image de lui que tu as
depuis ton enfance. Lui, il la comprit alors comprend le.

Sofiane se dégagea et rejoignit Aurore, Lyn partit en courant. Sofiane la regarda et sourit.

-Qu’est ce qu’il y a ? demanda Aurore.
-Ces sentiments ne sont peut être pas aussi illusoire que ça en fin de compte, répondit Sofiane en souriant.

Elle trouva les catacombes avec pas mal de difficultés et elle vit une pile de deux douzaines de cadavres de
démon. Un peu plus loin, elle vit Mickaël assit adosser a un mur. Le sabre long serré dans sa main pleine de
sang, et tremblante. Elle s’approcha doucement, Mickaël ne leva pas la tête.

-Mickaël ! Dit-elle doucement.
-Je lui avais dit de ne pas….. Lyn ? dit il a voix basse.

Il avait les yeux rouges, mais pas a cause de ces pouvoirs, c’était comme s’il avait pleuré durant des heures. Il se
releva et quand elle voulu s’approcher il s’enfuit en courant. Elle voulu le suivre mais il avait disparut sans
laisser de trace. Lyn remonta juste avant la première heure de classe, elle avait peur, c’était la première fois
qu’elle voyait Mickaël entrain de pleurer. Elle croisa le regard de Sofiane, et celui ci fut surpris de la voir
effrayée a ce point. Alors il s’approcha et elle lui raconta, et cette fois ce fut lui qui eut peur.

-Que ce passe t’il ? Demanda-t-elle.
-Il m’avait promis qu’il avait détruit ce lieu, comment…. Sofiane s’arrêta et ce tourna vers Jd, puis vers Lyn. Je
pense qu’il a retrouvé une partie de sa mémoire.
- Quoi ? dit-elle encore plus surprise de cette révélation. Il n’a pas perdu la mémoire.
-Si, ce qui c’est passé avant ces 150 dernières années lui a été retiré, dit Sofiane.
-Silence, dit Sarah.

Ils attendirent la fin de la cour, Sofiane la prit par le bras.
-Nous irons ensemble se soir, dit il sérieusement. Tu ne dois pas bouger, si tu y vas avant ce soir, tu auras à faire
avec moi !

Sofiane s’en alla, Aurore tourna en rond, n’écoutant la cour que d’une oreille. Elle avait beau réfléchir elle ne
voyait aucun moyen d’aider Mickaël. Le soir elle alla au donjon, et elle vit Sofiane et Jd armés.

-Je ne vous laisserais pas le toucher ! dit elle, d’une voix féroce et sans appel.
-Je te préviens Lyn, il ne sera peut être pas simple de l’arrêter, dit Sofiane.
-Je veux l’aider, dit-elle. Pas le tuer.

Ils descendirent l’escalier et arrivèrent devant le tas de démon, Jd l’alluma en même temps que les torches, le tas
brûla, ils avancèrent dans le dédale, Sofiane et Jd semblaient connaître le chemin à la perfection. Ils
débouchèrent dans une salle en forme de cercle et Mickaël assit en tailleur au centre de la pièce et ce tapait sur la
tête. Lyn couru vers Mickaël qui la menaça de son sabre long, elle failli s’effondrer ce fut la première fois qu’il
la menaçait. Mickaël s’éloigna d’elle, Sofiane lui mit une droite dans la tronche pour le stopper.

-Tu vas où ? lui cria Sofiane. Je ne vais pas te laisser foutre le bordel dans l’état ou tu es. Tu n’aurais jamais dut
revenir ici, cette endroit aurait dut être détruit. Mais je ne peux pas te laisser récupérer tout tes souvenirs, pas
après le mal que l’on c’est donné pour te les enlèves et te remettre sur pied.
-Tu….. dit Mickaël tout en donnant un coup de sabre que Sofiane stoppa sans mal. Je vais…
-Tu as raison si tu as dut la tuer c’est de ma faute, elle a sauté au moment ou t’on coup allait m’atteindre. Mais je
ne suis pas le seul responsable, tu n’avais qu’as pas tombé amoureux du seul démon supérieur de cette école.

Jd s’approcha de Lyn pour la rassurer.

-N’est pas peur et écoute bien, lui dit Jd.
-Ne te fâche pas pour ce que je vais faire, il faut que quelqu’un l’exécute, dit Sofiane.

Sofiane fonça sur Mickaël et en prenant le sabre par la lame, il força Mickaël à ce donné un coup avec le
manche. Mickaël s’effondra, Sofiane mit sa main sur le front de Mickaël et lui fit passer un message hypnotique.
Puis il le prit sur son épaule et ils quittèrent la salle, Jd la fit s’effondrer et rejoignit les autres dans la salle ou le
tas de cadavres de démon n’était plus qu’un tas de poussière.

-Je reste avec lui, dit Lyn. Il a toujours été là pour moi, c’est à mon tour.
-On vous couvrira en disant que vous ne vous sentez pas bien, dit Jd. Bon ramenons le dans sa chambre.
-Contre qui avait il utilisé ces pouvoirs quand il était plus jeune pour ce retrouver ici ? demanda Lyn, puis elle vit
Jd soulever sa manche, il avait une grande cicatrice sur son bras. Je…
-Depuis on ne s’est jamais plus battu et on est devenu ami, dit Jd. Lyn, ne lui parle pas de ce qui c’est passé, dit
lui que tu la retrouver à moitié mort et que tu la ramené.

Jd et Sofiane transportèrent Mickaël dans sa chambre et partirent. Lyn se serra contre Mickaël toute la nuit, le
lendemain quand elle se réveilla il avait disparut et un mot était posé sur le lit « Lyn, merci de m’avoir ramené,
mais je finirais ma punition, on parlera ce soir. ». Mickaël regarda le sol et vit les cendres, il fini par reconnaître
la marque de Jd, il n’arrivait pas a se souvenir de ce qui c’était passé. Il attrapa son sabre long qui gisait sur le
sol. Dans la soirée Shu ce ramena, Jade le suivait.

-Tu vas bien ? lui demanda celui ci.
-J’ai déjà vu mieux ! répondit Mickaël.
-Allez viens Mickaël, dit Jade en souriant. On t’a préparé une petite fête.

Il la suivit, Shu resta en arrière et d’un geste de la main, d’énorme grille qui tombèrent devant la sortit.

Quelque mois plus tard, durant les vacances de pâque, Mickaël était assit dans la bibliothèque lisant un livre tout
en sirotant une bière.

-Je peux ? Demanda-t-elle en lui prenant une bière.
-Pose ça avant que je te frappe merdeuses, dit il d’un ton rieur. Ne t’es pas majeure.
-Tu vas arrêter ? dit-elle. Je n’aime pas quand tu joue les papas !
-Tu sais Lyn, dit il en sortant ces yeux de son livre. Mon vagabondage me manque de moins en moins, au
contraire cette vie me plait.
-Ça ne te ressemble pas de parler de toi, dit elle encore étonnée de ces révélations si peu habituelle.
-Je sais, dit il en souriant.

Lyn l’observait, elle voyait un Mickaël tout a fait nouveau, un homme qui s’ouvrait a elle, qui lui racontait des
choses personnels qui s’inquiétait pour elle, et un homme sexuellement attirant. Mickaël croisa son regard, un
regard qu’il attendait depuis des lustres.

-Voilà longtemps que j’attendais que tu me regarde comme ça, comme tu regardais les hommes que tu trouvais
attirant et que tu as aimées, dit-il en souriant.

Il la prit par la main et après l’avoir fait s’assoire sur ces genoux l’embrassa tendrement.

-Je t’aime Mickaël, dit-elle en lui souriant. J’ai mis longtemps avant de te voir vraiment, mais maintenant je veux
rattraper le temps perdu.
-Moi, je t’aime aussi, dit-il en lui caressant la joue.

Ce soir la, il y eut une union sacrée entre la lumière et les ténèbres. Et tous ceux qui avaient un potentiel
supérieur à la moyenne purent la ressentir. Le lendemain Mickaël ce réveilla avec Lyn serrer contre lui, il se
demanda s’il n’avait pas été trop prompt a ce décider, peut être n’aurait il pas dut, peut être que l’alcool avait
troublé son sens du jugement. Il ce leva et fit deux fois le tour de la chambre pour retrouver son caleçon, il
l’enfila en vitesse lorsqu’il entendit que l’on frappait a la porte. Il ouvrit, c’était Sofiane.

-Eh moi qui pensais te surprendre durant la reprise du matin, dit Sofiane en souriant et en regardant son caleçon.
Mais polope semble au repos.
-Tu m’espionne ? lui demanda Mickaël.
-Pas besoin, dit Sofiane. La moitié de la planète a dut ressentir l’union de l’ombre et de la lumière, on avait vu
juste au sujet de Lyn.
-Ah, dit Mickaël un peu étonné. Sofiane vous n’avez pas fait d’intrusion mental j’espère !
-Ne t’inquiète pas Aurore et Jade nous en ont empêché, dit il l’aire déçu.
-Merci Sofiane, dit Mickaël en lui tendant la main. Tu es venu dissiper mes doutes et je t’en remercie. Bon, on ce
voit au petit déjeuner dans deux heures.
- Ouais, dit-il en lui serrant la main.

Mickaël referma la porte et alla prendre un bain. Après c’être nettoyer il remplit la baignoire d’eau chaude et s’y
allongea. Lyn ouvrit les yeux et ne vit pas Mickaël, une peur s’empara d’elle.

-Mickaël, dit elle d’une voix tremblante.
-Je suis dans mon bain, répondit-il de derrière la porte.
-J’ai cru que tu regrettais et que tu avais fuis, dit Lyn en soupirant de soulagement.
-Non, répondit il. Au début j’en avais, mais un rat et venu me rassurer.
-C’est vrai, dit elle. Il y a des rats ?
-Lyn… commença t’il a dire. Non rien en fait
- Vas-y dit moi, dit-elle.
-Viens avec moi dans la baignoire, dit-il.
-Je ne sais pas. Si tu avais été la a mon réveil a la limite mais la ! dit elle peut elle vit Mickaël trempé la prendre
dans ces bras et jeter dans la baignoire, puis il ce mit a coté d’elle.
-Tu sais Lyn, dit-il. Je t’aime.
-Tu es sur ? demanda telle en souriant.
-A 50 %, dit il alors que Lyn lui mettait la tête sous l’eau. D’accord, a 75 %, mais arrête ! Il l’embrassa dans le
cou et sourit. 100 %, Lyn…
-Ça fait deux fois que tu essaye de me dire quelque chose, dit elle.
-On verra plus tard, dit-il dans une manière peu discrète de s’esquiver. Allons déjeuner !

Mickaël quitta la baignoire et alla dans la chambre. Lyn le regarda, il semblait bizarre. Elle quitta la baignoire et
après s’être habillée, en entrant dans la chambre elle vit Mickaël habiller et ces lunettes de soleil sur le nez.

-Déjà les lunettes sur le nez ! dit elle en souriant.
-Mes yeux ont changé durant que tu t’habillais, dit il en souriant.
-En clair, tu as maté à travers la porte ! Dis Lyn en le regardant de manière excitée.
-J’avoue, dit il. Mais c’était trop tentant.
Lyn découvrait un nouveau Mickaël, elle ne l’avait jamais vu comme ça, il m’était ses émotions en avant. Elle le
sera contre lui et la serra contre lui comme pour l’empêcher de partir.

-Mickaël est si on restait au lit ? proposa-t-elle. Après tout on est en vacances, personne ne s’en inquiétera.
-Si, le rat qui m’attend pour déjeuner, répondit Mickaël tout en prenant son sac. Moi non plus je ne veux pas te
quitter, alors reste près de moi.
-Fait moi plaisir et laisse ton sac dans la salle de classe, dit-elle alors qu’ils s’engouffraient dans le couloir. On ce
fait remarquer a 2 kilomètres avec.
-Il te dérangeait moins hier quand tu te tenais à lui durant la seconde fois, dit-il en souriant.
-C’est mesquin d’utiliser se genre de réplique, répondit elle. Mais tu m’as rendu folle hier !
-Continue à flatter mon ego ! dit-il. J’adore ça !

Ils rigolèrent et il l’embrassa, puis il entra dans la salle commune, Sofiane et Jd leur avait réservé une table à 6.
Et ils s’assirent avec eux.

-Toutes mes félicitations à vos 9 heures d’exploits d’hier soir, dit Jd en souriant.
-Vous étés au courant ? dit-elle, puis elle se tourna vers Mickaël. Tu n’as pas perdu ton temps pour en parler aux
rats à ce que je vois.
-J’ai deux nouvelles, dit il avec un sourire crispé tandis que Sofiane mit une claque derrière la tête a Jd. Une
bonne et une mauvaise, la première et que je t’aime, la seconde c’est que… non promet moi de ne pas t’énerver.
-Vous étés pas possible Sofiane et toi, dit Jd. Vous attendez toujours la dernière seconde pour parlez au gens.
- Alors ? demanda-t-elle énervée.
-Hier soir, dit Mickael en souriant. Nous avons dégagés une énergie incroyable.
-Et ? dit elle un peu plus énervée.
-Elle a vibrée sur un rayon très vaste, cela pour te dire que hier soir tout le monde a put nous sentir, dit il alors
qu’elle écarquillait les yeux. Mais il y a une bonne nouvelle, a part Jd, Aurore, Sofiane, Jade, Shu et 7 autres
personnes personne ne sait que c’est nous, ou qu’est ce qui c’est passé.
-Et maintenant la mauvaise nouvelle qui va avec, dit elle, et elle vit Mickaël hésitant. Mickaël arrête de tourner
autour du pot !
-Tu es la future maîtresse de la lumière, dit Jd.
-Vous plaisantez ? dit-elle.
-J’aimerais sa m’éviterais d’avoir à informer tes parents, dit Mickaël.
-Et que tu es l’âme sœur de notre Mickanou, dit Sofiane.
-Mickaël, tu me le cache depuis combien de temps ? demanda t’elle d’un ton sadique, Mickaël s’enfonça dans sa
chaise et ce mit à manger. Mickaël….
-Heuahmeueazbalm, baragouina Mickaël sans même ouvrir la bouche.
-Quelle façon pitoyable d’abandonner, dit Sofiane.
-eheusbeubsjdns, continua Mickaël.
-Eh Aurore, Jade vous étiez où ?
-Des secours, soupira Mickaël avant de sentir le pied de Lyn écraser le sien lui arrachant un cri de douleur.
-Mickaël…
-Personne n’était sur alors je n’allais pas m’avancer, dit Mickaël.
-Moi j’étais sur, dit Sofiane.
-Moi aussi, dit Jd.
-Arrêter de l’enfoncer, il c’est bien que l’on était tous sur, dit Aurore en souriant.

Lyn, lui écrasa encore plus le pied et il lâcha un autre « aie » de douleur.

-C’est le troisième cri de douleur que tu m’arrache depuis hier soir quand tu m’as mordu, dit il, elle retira tout de
suite son pied et devint écarlate. Lyn, écoute moi, je t’en aurai parlé que si j’en avais été sur a 100 %, et c’est
hier quand on a unie de l’ombre et de la lumière que j’en ai pris la certitude. Maintenant pour éviter que les
autres ne ressentent cette vague d’énergie il suffit de t’apprendre à gérer tes pouvoirs.
-Tu dis ça, dit Sofiane en souriant. Mais la tienne surpassait la sienne !
-Maintenant pour éviter que les autres ne ressentent cette vague d’énergie il suffit de t’apprendre à gérer tes
pouvoirs ! dit Lyn en souriant et en imitant Mickael.
-Bon, tu dois l’entraîner Mickaël, dit Jd. et pas que pour les plaisirs charnels !

Ils déjeunèrent tranquillement. Puis Mickaël abandonna Lyn aux quatre et alla voir Shu.
-Une nuit éprouvante ? demanda Shu en souriant. J’ai prévenus les 2 tours. C’est bien qu’elles soient si proches.
-De toute façon, dit Mickaël. Les gens de ma tour l’on sûrement sentit.
-Tu vas faire quoi pour ces parents ? demanda Shu. Et pour le grand maître ?
-Je vais prier pour que ces parents ne me tuent pas, dit Mickaël en soupirant. Et pour le vieux chnoque, bah on
verra plus tard. Le pire c’est qu’il va falloir que je la conduise à la tour de la lumière cette année après son
anniversaire.
-Bah, dit Shu. Tu ravaleras ta fierté et tu t’excusera des crasses que tu leur a fait.

Mickaël quitta le bureau de Shu, il ne rejoignit pas tout de suite Lyn et les autres qui devait l’attendre dans la
cour. Il alla dans la bibliothèque, il avait sentit une énergie puissante, il y alla et vit Jade assise en tailleur entrain
de flotter entre deux rangées de livre, il s’approcha et vit qu’elle lisait un livre, il lui retira des mains et regarda
ce que c’était.

-Je l’ai lu celui la, dit Mickaël en lui rendant. Tu ne viens pas dans la cour avec nous ?
-Et toi, que fait tu ici ? demanda t’elle.
-J’ai sentit une énergie alors j’ai voulu vérifier, dit il en souriant. Mais dit moi Jade, si je me rappelle bien tu ne
peut pas voler !

Les yeux de Jade s’écarquillèrent, elle vit une dague la transpercer, puis elle changea d’apparence et devint un
monstre de sexe féminin, avec un visage aussi lisse que les vitres de la bibliothèque. Il la fit disparaître et
soudain un doute se former en lui, les méta, ne se baladait jamais seul, alors il partit en courant. Lyn et les autres
étaient dehors et ils virent Mickaël arriver, Sofiane vit tout de suite que ce n’était pas lui, et il s’avança vers le
monstre, et lui trancha la tête devant les yeux ébahi de tous. Le monstre repris sa forme normal.

-Jd, reste avec elles, dit il en retournant vers l’intérieur. Si il leur arrive quelque chose tu seras le responsable.
-Eh, dit Jd. Tu vas nous dire ce que c’est ?
-De vieille amies de notre petit dragon, dit Sofiane. La fusion d’hier soir a dut les attirer.

Sofiane entra dans le château et vit le vrai Mickaël courir vers lui.

-Je m’en suis débarrasser, dit Sofiane. Il faudrait faire un tour de l’école pour voir si il n’y en a encore.
-Moi qui croyait que nous serions enfin tranquille, dit il en sortant son sabre long de son sac. Bon allons casser
du démon.

Quelques mois plus tard, un jour avant la fin de l’année scolaire et des vacances estival de deux mois, Ogust
et Oût. Mickaël avait déjà fait son sac, et y avait mit la moitié des affaires de Lyn, qui toutes les années entassait
un tas de choses inutile. Mickaël leva son sac pour voir si il n’était pas trop lourd, a l’évidence cela irait. Il
descendit dans la salle commune et vit Lyn et Jd qui jouaient aux échecs. Mickaël aida Jd en difficulté et battu
Lyn.

-Sans Mickaël tu n’aurais pas gagné, dit Lyn un peu énervée par sa défaite. Mickaël, tu as fini ?
-Oui, dit Mickaël en lui souriant. Mais il va falloir arrêter de stocker tant d’affaire.
-C’est une femme, dit Jd. C’est dans sa nature de stocker des habits !
-Eh les misogynes, dit Lyn. Vous voudriez pas que l’on mette toujours les même vêtement.
-Non, dit Jd en esquissant un sourire. Sans vêtement ce serait le top.
-Dit Jd, dit Mickaël. Tu fantasme pas sur ma Lyn au moins !
-Non, répondit simplement Jd.

Depuis quelque jours l’ambiance était détendu, les examens passé ils en profitait pour ce reposer avant de partir.
La moitié des élèves avait déjà foutu le camp et cela laissait plus de place au dernier. Mickaël partit avec Lyn le
lendemain, a son habitude il était habillé de sa cape de mendiant et ces lunettes de soleil, mais ils attiraient
l’attention de tous, le mendiant et la belle, cela équivalait aux yeux des gens a la belle et la bête. Ils arrivèrent
dans la ville de Tanis. Mickaël posa son sac a l’entrée d’une auberge et entra suivit de Lyn, ils prirent une table
et discutèrent.

-J’ai plus d’affaire que toi ! dit elle.
-Oui mais c’est moi qui les portent, dit Mickaël pour ce défendre.
-C’est normal, dit Lyn. Tu es un garçon tu es plus fort !
-Qu’est ce que je vous sert ? Demanda la serveuse.
-A manger et a boire, dit Lyn.
-Pas d’alcool pour elle, dit Mickaël d’un ton autoritaire.
-T’es pas drôle Mickaël, dit Lyn pour ce plaindre alors que la serveuse partait.
-Et tu n’es pas majeur, dit Mickaël.
-Comme vous étés mignon, dit un gars marchant vers eux en titubant.
-J’apprécie moyen les pickpocket, dit Mickaël en stoppant le gars son porte feuille a la main. La technique de
l’homme ivre, tu es un ancien serviteur d’une tour.
-Je vois, dit l’homme en se mettant a genoux. J’avais vu juste. C’est un honneur de rencontrer un seigneur de
tour.
-Comment a t’il su ? demanda Lyn.
-J’ai été employer par le grand maître mais il m’a renvoyer lorsqu’il a changé son personnel, dit le gars, puis il
vit Mickaël lui tendre un bout de papier.
-Va a la tour des ténèbres, lui dit Mickaël. Il te donnerons du travail, mais si tu recommences a voler… Je te
tuerais moi même.

Le gars partit heureux, Mickaël sourit, il rigola en voyant la tête de Jade qui fini par lui sourire.

-Qu’est ce qu’il y a ? demanda Mickaël.
-Tu sait les hommes bon comme toi, dit Lyn. M’excite. Et tu es un homme bon.
-Dans la limite du possible j’envoie des secours a la tour, dit il. J’y suis jamais alors ils sont sans arrêt débordés !
-Pourquoi tu n’y va jamais ? demanda t’elle.
-Il y a la tour de la lumière a coté, répondit il.
-Et ? demanda t’elle.
-Bah, répondit il. A chaque fois que je vais a ma tour, il y a une dizaine de gratte papier de la tour de la lumière
qui viennent me casser les couilles. Je n’aurais pas dut la faire transporter si près de la mienne. Pff…
-Ah, mais je dois y aller un jour, dit Lyn.
-Oui, une semaine après ton anniversaire, dit Mickaël. Quand tu auras 21 ans, j’ai plein de projet.
-Ah ouais ? tu veux tu marier, demanda Lyn en souriant, elle avait l’aire heureuse.
-Non, dit Mickaël.
-Ah, dit Lyn triste. Moi qui pensait que tu serais plus romantique avec le temps.
-Plus tard, pour l’instant je dois persuader tes parents de ne pas me tuer, dit il en la regardant. Après il faut que je
te trouve un cadeau. Merci.
-Pas de quoi, dit la serveuse en posant les assiettes sur la table, puis elle vit Mickaël poser un rubicond d’or sur le
plateau. Vous…
-C’est un pourboire, dit Mickaël. Vous semblez être peu visité ces temps ci !
-Un grand merci, lui dit la serveuse.

Il n’y avait q’eux et un vieux monsieur au fond de la salle, Lyn le regarda et lui prit la main, Mickaël la força a
manger. Et il apporta son assiette au vieil homme, et lui donna un Rubicon d’or. Il lui sourit.

-Vous savez, dit Mickaël. Si vous allez a la tour des ténèbres, on vous offrira un toit et a manger, comme cela
vous vous pourrez vivre convenablement.
-Vous, dit le vieil homme. Vous êtes Mickaël Mad… Excusez moi, je vous remercie, vous ne pouvez pas être
l’homme cruel que l’on m’a toujours décrit. Merci, mon seigneur.
-Tout le plaisir est pour moi, dit Mickaël. Je préviendrais moi même la tour.

Mickaël retourna au près de Lyn, et elle l’embrassa, puis elle le regarda tendrement. Mickaël sourit de la voir
fatiguer.

-On va rester a Tanis un petit moment, tu dois te reposer, même si tu fais comme si tu allais bien, dit il en lui
rendant son sourire.. Tu sait, je ne pensait pas que tu pourrait suivre mon pas de marche jusqu’ici. Mais a mon
avis tu ne réussira pas a le suivre encore longtemps.
-Tu le savait et tu m’as laisser m’épuiser ? lui demanda t’elle fâchée.
-Oui, répondit il. J’attendais que tu me demande une pose ou de ralentir, mais tu es trop orgueilleuse ! Excusez
moi, pourrions nous avoir une chambre ?
-Bien sur, dit la serveuse. Pour 2 ?
-Oui, dit Mickaël. Si vous n’en avez plus pour deux ce n’est pas grave, c’est ma femme qui a besoin de ce
reposer.
-Non il n’y aura pas de problème, dit la serveuse l’air ennuyé. Nous n’avons plus beaucoup de client, depuis que
les pillards ont prit possession de la route 13.
-Tu as dit que j’était ta femme ? demanda Lyn, alors que la serveuse s’en allait. Je croyais que ça faisait pas
partit de tes priorités.
-J’aurais dut te dire que c’était une bonne idée, dit Mickaël en souriant, puis il l’accompagna jusqu’a la chambre.
Je vais jusqu'à ma tour, en attendant tu dors, on reprendra la route a mon retour. Je t’aime.

Il l’embrassa, lui laissa sa cape de voyage, mit ces lunettes et partit en emportant son sac et en courant. Après
deux heures il arriva enfin en vue des deux tours, elles étaient a deux kilomètres l’une de l’autre, mais possédait
chacune son style, celle des ténèbres était plutôt classique entourer de fortification pour protéger les habitations
et les champs qui l’entourait, celle de la lumière était aussi blanche que la neige, et possédait des mur de 4
mètres, qui était plus la pour la décoration que pour la protection. Mickaël marcha vers la tour des ténèbres et
quand il arriva devant le portail les 2 gardes a la porte allèrent pour s’agenouiller, mais Mickaël les stoppas et
entra dans la tour. Il monta au dernière étages saluant les gens au passages et il arriva dans une salle ou discutait
10 personnes autour d’un vieux, en le voyant rentrer ils se mirent a tous lui parler en même temps.

-Silence, hurla Mickaël, ce qui rendit la pièce silencieuse. Je ne suis pas vraiment de retour, je le serais dans 2
semaines environ. Maintenant je veux un topo sur les pillards de la route 13.

-Maître, nous avons envoyer il y a deux jours 2 de nos soldats, dit un des plus jeunes conseiller. Mais ils ont été
fait prisonnier, et on a reçu une demande de rançon.
-Dans ce cas, dit Mickaël. Je vais agir. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre d’autre soldats. Bon je
veux vous parler de la jeune maîtresse de la lumière. Elle est celle que j’aime, je souhaite donc que vous
prépariez son arriver en collaboration avec la tour de la lumière. Nous arriverons une semaine avant le vieux
chnoque. Et pas d’histoire avec ces gratte papiers de la tour de la lumière.
-Nous sommes heureux d’entendre votre retour, dit un des conseillers.
-Il me faudra un sac, dit Mickaël. Et une cape officiel de notre tour.
-Mickaël, dit le conseiller en second.
-Edi, s’exclama Mickaël. Tu reparles ?
-Ouais, dit Edi. Je voulais vous remercier pour ce travaille, et vous informez que deux soldats de la lumière, sont
aussi prisonniers, et qu’il serait une bonne chose de les aidées.
-Bonne idée Edi, dit Mickaël en souriant, une servante lui apporta une cape neuve et un sac. Merci Edma. Ah
oui, j’allais oublier, quand vous formez les soldats, ne leur dites plus a s’agenouiller devant moi.

Mickaël enfila la cape de voyage de la tour, et ce dissimula dans la capuche. Puis il partit, sur le chemin, il
rempli le sac de pierre et y mit sa bourse. Puis il marcha sur la route 13, arriver la bas il repéra de la fumer, en y
allant il vit 2 gars, assit a discuter, tandis que 4 autres étaient enfermés dans des cages.

-Vous étés les pillards ? demanda Mickaël.
-Et toi tu es qui ? demanda un des pillards.
-Je suis un émissaire de la tour des ténèbres, dit Mickaël, ils l’observèrent, rigolèrent, puis s’avancèrent.
-Que transporte tu ? lui demanda le second pillard.
-Une lance pliable, dit Mickaël.

Le camp était assez grand pour contenir une centaine d’homme, le reste des pillards devait être partit en ne
laissant que ces 2 gars. Mickaël posa le sac de pierre sur le sol et recula tout en faisant sauter la fermeture de son
sac. Quand les 2 pillards voulurent prendre le sac, Mickaël prit son sabre et les assommas avec, il approcha des
cages en retirant son fourreau.

-Il est indigne pour des chevaliers des élément de vivre dans une cage, dit Mickaël en faisant sauter le cadenas, et
en allant ranger son sabre dans son sac. Ou sont partis les pillards ?
-Ils sont partis pour la ville de Tanis, dit un des soldats de la lumière. C’est un honneur de vous rencontrer
seigneur de l’ombre.
-Ils sont partit il y a une heure, dit un soldat des ténèbres.
-Ils doivent y être alors, pouvez vous vous battre ? demanda T’il, ils hochèrent tous les 4 de la tête, et en
ramassant des armes. Dans ce cas nous partons pour la ville de Tanis, pour sauver la ville et la nouvelle
maîtresse de la lumière. Allons y !

Ils partirent en courant. Lyn était dans le lit a dormir, elle entendit les pillards arrivé et prit son épée a lame fine.
Elle était encore épuisée, et ces muscles lui faisait mal., mais elle ce leva et observa par la fenêtre, il y avait une
soixantaine de gars, elle ne pouvait pas s’occuper de tout les guerriers a la fois.
Lyn : Mickaël !

Elle entendit la voix de Mickaël « J’arrive le plus vite possible », elle fut étonnée, elle regarda a nouveau par la
fenêtre et vit que les pillards s’occupaient d’une famille, elle sauta par la fenêtre et siffla pour signaler sa
présence.

Lyn : Mickaël !!
Mickaël : arrête de me crier dans la tête, je peux pas courir et te répondre.
Lyn : Je t’aime, et toi ?
Mickaël : non !

Lyn sourit en entendant le sourire exaspéré de Mickaël, qui semblait très inquiet. Trois des pillards partirent a sa
poursuite. Lyn courut et entra dans une grange sauta et s’accrocha au plafond, les 3 gars entrèrent, elle leur
tomba dessus, dans tous les sens du terme et réussi a en assommer deux avant qu’ils est le temps de ce relever, il
ne lui fallu que quelques secondes pour qu’il soit dans les vapes sur le sol. Elle souffla, elle était encore trop
faible pour ce battre, et 8 Pillards arrivaient, a ce moment là 4 soldats ce mirent devant elle.

-Reprenons mon cher ami, dit le chef des pillards a un père de famille. Tu ne veux rien me donner ?
-Je ne vous donnerais rien ! dis le père de famille tremblant. Je me battrais plutôt que de vous donner un seul
grain de blé.

Le chef des pillards leva une lourde épée et l’abattit sur le paysans, Mickaël la stoppa avec deux doigts a deux
millimètres de la tête du gars. Il tenait son sabre dans l’autre mains et son fourreau était sur le sol.

-C’est très bien rentrez chez vous maintenant, dit Mickaël qui attendit qu’ils soient rentrés chez eux pour ce
tourner vers les pillards. Je me présente, Mickaël MADIGAN, aucun de vous ne s’en tirera sans dégâts.

Mickaël posa la pointe de son sabre sur le sol, 4 pillards lui foncèrent dessus, dégageant un nuage de fumé,
quand celui ci ce dissipa, les 4 pillards étaient au sol et perdaient du sol. Mickaël tenait son sabre sur son épaule
et ces yeux étaient rouge sang. Le chef des pillards frappa dans ces mains puis il cria, « chargez le ! », et tout les
autres pillards lui foncèrent dessus, Mickaël ne bougea pas ses pieds il se contenta de dévier les armes de ses
adversaires et de réduirent leur nombre avec des coups bien placés. Il ne reçu que quelque coup, et tous les
pillards se retrouvèrent inconscient sur le sol. Le chef voulu s’enfuir mais Mickaël le chopa par les cheveux et le
tira vers lui.

-Attend voir trente seconde, dit Mickaël.

Lyn arriva suivit des 4 chevaliers, elle vit Mickaël assit dans l’herbe contre un arbre avec une paille dans la
bouche et le chef des pillards pendu par les pieds a une branche.

-Alors chérie, dit Mickaël. On n’écoute pas quand je dis de te reposer.
-Vous avez tué plus de 50 hommes ? dit un des chevaliers lumière.
-Non, dit le second. Ils sont tous en vie.
-Maître Madigan, dit l’un des chevaliers des ténèbres. Que devons nous faire ?
-Bill tu reste ici avec moi, dit Mickaël. Toi, John tu rentres rassurer tous le monde et faire demander des juges et
des chevaliers de Justice. Nous nous occuperons des prisonniers jusqu'à leurs arrivés.
-Chevaliers de la lumière, dit Lyn, et les deux chevaliers mirent un genoux au sol. Je souhaiterais que vous
restiez les aider .
-Vas y John, dit Mickaël. Et fait dire a la tour de la lumière que leur chevalier sont au cotés de leur futur
Maîtresse et qu’ils ne tarderons pas a revenir. Eh, tu ne me dois pas une boite de cigare ?
-Si, dit John.
-Efface l’ardoise, dit Mickaël. De toute façon, je ne fume pas.

John partit en rigolant, Mickaël prit le bras du chef des pillards et le fit tomber au sol.

-Bon, on va les foutres dans une grange, dit Mickaël. Lyn toi tu vas dormir.
-Mais… dit Lyn.
-Va dormir, la coupa Mickaël. Si tu t’évanouie de fatigue, ça ne sert a rien. Tu es a moitié consciente. Chevalier
de la lumière veiller a ce que votre maîtresse prennent du repos dans sa chambre durant au moins 9 heures.
-A vos ordres, Dirent les 2 chevaliers avant d’escorter Lyn a l’auberge.
-T’es blessé ou ? lui demanda Bill.
-Il a sortit une dague et… il dit ça tout en soulevant sa cape, dessous une entaille a coté de la hanche…Je n’ai
réussi qu’a évité de mourir.

Bill soigna Mickaël, puis a deux ils ligotèrent tous les pillards et trois, quatre paysans de la ville vinrent les aider
a transporter tous les pillards vers une vieille grange délabrer ou ils les enfermèrent, Mickaël la scella en
l’entourant d’une sphère d’ombre.

-Je ne voudrais pas être celui qui essayera de rentrer ou de sortir, dit Bill.

Ils allèrent a l’hôtel et avec les chevaliers lumière, ils jouèrent aux cartes. Quarante-huit heures plus tard une
centaine de chevalier portant une armure d’or arrivèrent suivit de 3 juges qui portaient une longue robe noir
chacun.

-Je vous les laissent, dit Mickaël. Bill rentre a la tour.
-Rentrez aussi, dit Lyn. Merci !
-Madigan, cria un juge. Je dois vous rappeler de prendre votre rôle plus au sérieux.
-Depuis quand les juges font coursier ? demanda Mickaël. Si le vieux chnoque veut me dire quelque chose, qu’il
viennent le faire.
-Vous ne lui avez pas parlé depuis 40 ans, rétorqua le juge. Malgré toutes ces tentatives.

Mickaël soupira et commença a partir, Lyn lui emboîta tout de suite le pas.

-Excuse moi, dit Mickaël.
-De quoi ? demanda Lyn.
-De t’avoir dit non, dit Mickaël, au lieu de te dire que je t’aimais. Mais j’était inquiet et tu me criait dans la tête.
Et ça m’a fait mal au point de ne plus pouvoir courir.
-Ah oui, dit Lyn en le regardant. Comment ça se fait que nous aillons un lien télépathique ?
-A mon avis, lui répondit Mickaël en souriant. C’est dut a notre union.

Il mentit, ce rappelant avoir entendu son appel le jour ou Billy avait voulu la donner en pâture a ces amis.

-Dit moi que tu m’aime, lui dit Lyn. Puis tu m’embrassera et me serrera contre toi.
-Je t’aime, dit Mickaël en l’embrassant puis il la prit par la main.
-Tu sait bien ce que je veux, lui dit Lyn.
-On est trop près de chez tes parents, si ton père ressent l’énergie, il va me décapiter.

Ils mirent une demi-heure pour aller chez Lyn. Ils y virent le directeur Shu et le père de Lyn qui les attendaient
devant la porte. Shu souriait faisant un sacré contraste avec le père de Lyn.

Mickaël : il va me tuer !
Lyn : calme toi et prend ma main

Mickaël prit la main de Lyn et regarda Shu.

-Madigan, cria le père de Lyn. Je veux un duel. Toi Lyn tu rentres.
-obéie, lui dit Mickaël. Je vais régler ça avec ton père. Règle ça avec ta mère.

Lyn entra et alla parler avec sa mère.

-Mickaël durant 45 ans ont a été ami, tu as élevé Lyn et ont avait confiance en toi, lui dit le père de Lyn. Et dans
notre dos tu en fait ta maîtresse et la maîtresse de la lumière.
-Dit moi Shu, dit Mickaël. Tu n’était pas censé le calmer ? Afra je te comprend, et j’accepte, je n’utiliserais ni
mes pouvoirs ni mon sabre.

Mickaël prit l’épée fine de Lyn et suivit Shu et Afra vers une clairière.

-Bon, dit Shu. Je voudrais éviter les morts. Alors attention !
Afra lança sur Mickaël une énorme hache, Mickaël la stoppa avec son épée fine. Il reçu un coup de pied dans le
ventre. Afra était un ex-chevalier et un bûcheron, il mesurait 1 mètre 95 et pesait 120 kilos de muscles. Mickaël
vola contre un arbre qui ce fendit en deux et s’effondra.

-Bravo, lui dit Mickaël, tandis que la lame de la hache tombait sur le sol.
-Je l’aime, dit Mickaël. Et elle m’aime. Afra durant 5 ans j’ai attendu le jour ou elle me verrait enfin comme une
personne avec qui elle sortirait, Afra l’union de l’ombre et de la lumière que nous avons fait n’était pas
préméditer, mais elle fut parfaite.
-Tu t’es tapé ma fille espèce de salop, lui cria Afra.

Afra lui lançant une droite dans la tête, et une série de 5 la suivie. Puis Mickaël la repoussa d’un geste et ce
releva, il pissait le sang du nez et de la bouche.

-Tu sait Afra, l’accord de ces parents est important pour elle, je ne te force pas a me comprendre, dit Mickaël en
s’essuyant. Mais je l’aime sincèrement, alors s’il te plait, réfléchit. Je ne serais pas loin, et donne lui sa pour son
anniversaire.

Il déposa un cadeau sur le sol, prit son sac sa cape et ces lunettes et s’en alla, s’enfonçant dans la forêt.

Mickaël : je t’aime Lyn.

Lyn avait réussit a persuader sa mère plus facilement qu’elle ne l’aurait penser, il fallait dire qu’elle connaissait
bien Mickaël, il l’avait presque élevé elle aussi. Puis elle entendit son message mental, et Afra et Shu finir par
arrivèrent seul.

-où est t’il ? demanda Lyn soudain inquiète.
-Il a décidé de rester dans la forêt, dit Afra. Il ne voulait pas faire de problème, et il m’a donné ça.

Il lui donna le cadeau, elle le serra contre elle et foudroya son père du regard.

-Je te déteste papa, dit Lyn. Nous nous aimons. Il était ton plus vieil ami et toi…

Lyn alla dans sa chambre, et déballa son cadeau, a l’intérieur de la lingerie, Lyn ce mit a rire, dessous une boite
avec une bague a l’intérieur, elle l’ouvrit, la bague était magnifique.

Lyn : Mickaël, c’est pour moi ou pour toi le premier cadeau ?
Mickaël : Ne me crie pas dessus, il y a une lettre a l’intérieur.

Lyn regarda et trouva la lettre puis elle la lut, malgré l’écriture horrible de Mickaël, «Lyn, ma douce, si tu lis ça,
c’est que ton père ma foutu dehors, n’en veut pas a Shu ou a Afra, j’avais tout prévus. Si je n’ai pas réussi a le
convaincre, je resterais tranquillement dans la foret, je t’emmènerais a la tour une semaine après ton
anniversaire. Bon, pousse le et ne me force pas a aller contre ton père. With love from Mickaël. Ps : Pas avant
ton anniversaire les cadeau ma belle. ».

-Mickaël… dit elle avant de pleurer.

Une semaine plus tard, son père n’avait pas changer d’avis. C’était le soir de son anniversaire, elle sortit et couru
dans la forêt, elle vit Mickaël qui observait le ciel, il resta allongé faisant comme si il ne l’avait pas vu venir.

-Alors elles sont belles ? demanda Lyn.
-Les étoiles oui, répondit Mickaël. Mais tes jambes ne sont pas mal non plus. Tu m’as manqué.
-Moi ou mes petites seins bien ferme ? demanda Lyn en rigolant.
-Petit ? s’étonna Mickaël. Change de Lunette ! Non, même si ils m’ont manqué une fois la nuit venu.
-Alors tu ne me souhait pas un bon anniversaire ? dit elle.
-Je vous l’ai souhaité 15 fois mademoiselle, répondit Mickaël, alors que Lyn s’assit sur son torse.
-Alors tu m’embrasse ? lui demanda Lyn.
-Non, tu m’embrasse ! lui répondit Mickaël, tandis qu’elle l’embrassait.
-Je porte tes cadeaux tu sait ! lui dit Lyn.
-Tous ? lui demanda Mickaël.
-Oui, lui dit Lyn en lui souriant. Alors ça te donne envie ? ça fait une semaine que je ne pense qu’a ça !
-Lyn, ton père est contre notre relation, dit Mickaël en lui souriant. Donc pas de sexe, surtout si proche de chez
ton père, alors que nous nous ferions repérer a 2 kilomètres ! Comprend bien que les relations, enfants-parents
sont très importantes.
-Je comprend bien, dit Lyn. Mais je vais devoir te punir, pas de sexe, pas de bisous !
-Tu es décidément très capricieuse, dit Mickaël. Mais je ne succomberais pas.
-Roa ! Tu m’énerves ! dit Lyn. Tu n’as pas besoin de tout garder pour toi, dit ce que tu penses.

Mickaël s’assit et la serra contre lui.

-j’ai envies de te révéler un peu de mon passer pour te faire comprendre mes paroles, dit Mickael. Quand j’ai tué
mon père, j’avais 10 ans. C’était un poivrot, et ma mère était la femme la plus triste du monde, je l’ai tué, c’est
une chose que j’ai grandement regretté, surtout durant mes 6 années d’écoles, j’ai fait plein de conneries, pour
me faire remarquer, j’était une ombre au strict sens du terme, personne ne me connaissait, personne ne me
parlait, alors je voulais des amis ; pour entre autres oublier. Puis, j’ai fait mes deux ans d’apprentissages a la
tour, j’avais 4 amis qui sont eux aussi devenu maîtres de tour. J’ai appris une chose après ce qui c’est passé a
Fool Moon, on ne doit pas prendre la vie des gens sans raison, et on ne doit pas détruire les familles, tout autre
solution est forcement meilleur. Donc je viendrais te prendre dans une semaine, d’ici la tu as tout le temps pour
agacer ton père, et ne t’inquiète pas tu n’as pas besoin de revenir.

Lyn l’embrassa et ce leva.

-Merci, dit Lyn.
-Pourquoi ? demanda Mickaël.
-De m’avoir parler de ton passé, dit Lyn. C’est important pour moi tu sait, mais il faudra m’en raconter plus la
prochaine fois. Surtout que je suis vexer que tu veuille plus me voir durant la semaine a venir.
-J’ai déjà du mal a te supporter quand tu me cris dans la tête, dit Mickaël. Alors une semaine, a t’entendre me
crier dessus en face, ce n’est pas bon. Allez rentre chez toi, princesse.
-Oui, dit Lyn. Mon petit amour.
-Petit ? lui demanda Mickaël. Je croyais que tu était bien plus amoureuses de moi, le mien est immense.
-Je ne me laisserais pas avoir dans se petit jeu, dit Lyn. Sinon, je vais gagner.

Ils rigolèrent, puis d’un coup elle s’effondra sur lui en larme.

-Et si ça ne s’arrangeait pas ? lui demanda t’elle.
-Continue a le pousser, dit Mickaël en la serrant contre lui. Je ne veut plus te voir pleurer, tu ne dois pas te
décourager, et ne t’en fait pas j’ai un plan.

Afra s’énervait d’entendre sa fille lui rabâcher a longueur de temps dans les oreilles que Mickaël et elle s’aimait.

-Je vais me promener, dit il énervé.
-Tu devrais aller t’excuser au près de Mickaël, lui suggéra Lyn.
-J’ai compris, dit il en prenant sa hache.
Lyn : J’espère que tu sait ce que tu fait Madigan.
Mickaël : Oui, et arrête de me crier dans la tête.

Mickaël alluma un feu et mit du poisson a cuire.

-Viens t’assoire au lieu de m’espionner, dit Mickaël qui ne détourna pas ces yeux des flammes tandis qu’Afra
prenait place en face de lui. Un poisson ?
-Laisse les encore un peu, répondit Afra. Dit moi ce que tu voulais me dire.
-Afra, on ce connais depuis 45, dit Mickaël. Durant tout ce temps, j’ai fait tout ce qui m’était possible pour vivre
normalement avec vous, j’ai tenté d’être un membre de votre famille, et je ne pensait pas que je tomberais
amoureux d’une fillette que j’ai aidé a éduquer. Tous comme tes parents et ceux de Damia m’ont permis de vous
apprendre deux trois trucs, et je n’aurais pas cru cela possible. Tu sait quand j’ai eu des sentiments pour elle, je
ne lui ai pas sauté dessus malgré des avances plus que tentante, je voulais qu’elle m’aime vraiment, pas juste
l’image qu’elle avait depuis qu’elle est petite, et j’ai attendu, elle me rend heureux Afra, je sait que ça va être dur
pour toi de l’accepter mais Lyn, elle n’a plus 2 ans, et elle n’a plus besoin de moi pour la protéger, elle a besoin
de moi pour l’aimer.
-Tu as fini ? lui demanda Afra. Je peut prendre un poisson ?
Mickaël lui en tendis un et en prit un aussi.

-Pourquoi tu ne t’ai pas battu ? lui demanda Afra.
-Je ne me bat pas contre mes amis, dit Mickaël. Tu sait les plus belles années de ma vie, je les aient passé dans
vos famille a Damia et a toi. Et dans une autre famille que j’ai connu il y a longtemps.
-Oui, mais tu ne t’es pas tapé leur fille, lui fit remarquer Afra en souriant.
-Tu sait… commença s dire Mickaël.
-Arrête de me bourrer le crane comme ma fille, dit Afra. Tu n’as rien pour faire passer le poisson ?

Mickaël lui tendis une bouteille. Et ils discutèrent quelques heures, a la tombé de la nuit Mickaël ramena Afra
chez lui, le pauvre n’était plus en état de marcher.

-allez viens Madigan, dit Afra. Je te permet de dormir avec ma fille, mais pas de cochonnerie !
-Non, lui dit Mickaël en prenant l’air sérieux. Rentre et va te coucher sans faire de problème, si tu fais une
connerie je te casse en deux.

Afra sentit un frisson le traverser quand il vit les yeux de Mickaël, il rentra dit bonsoir et alla ce coucher.
Mickaël soupira et alla s’allonger en lisière de la forêt. Le lendemain, il n’avait pas dormi et pour ce rendre plus
présentable il plongea la tête dans le tonneau contenant l’eau de pluie qu’Afra récupérais pour son jardin. En ce
tournant il vit le poing d’Afra lui foncer dessus et il ce le prit en pleine figure sans broncher.

-Dit ma fille n’est pas assez bien pour juste dormir avec toi ? demanda Afra en souriant. Tu n’as pourtant pas
refuser de lui voler sa virginité.
-Si je ne suis pas rentré, dit Mickaël. C’était parce que tu était bien bourrer hier et que je me suis dit que tu allais
le regretter.
-Je m’en doutais, soupira Afra. Bienvenue dans la famille. Allé viens Damia t’as préparer le petit déjeuné.

Mickaël prit Afra et lui mit la tête dans le tonneau. Quand Lyn ce réveilla elle soupira de l’absence de Mickaël,
elle s’habilla, elle sortit de sa chambre et en voyant son père elle lui tira la langue.

-Tu n’as plus 5 ans Lyn, dit Mickaël. Arrête de tirer la langue a ton père.

Elle regarda Mickaël qui souriait, puis elle embrassa son père sur la joue, et elle sauta dans les bras de Mickaël.

-Lyn, tu vas profiter encore un peu de la seul présence de tes parents, dit Mickaël. Je dois partir 2 jours, je
reviendrais pour t’emmener a ta tour.
-Déjà, dit Lyn surprise. Tu viens a peine de persuader mon père et… Si tu part je te parle plus !
-Capricieuse, répondit Mickaël. Je dois faire une visite a des amis mort. Je vais au cimetière et je ne peut pas
t’emmener. Si tu veux je peut être la pour demain soir.
-Demain midi, répondit Lyn. I tu es en retard je te démembre.

Elle se leva et le poussa a la porte avec désinvolture. Mickaël ouvrit la porte et s’en alla en courant avec son gros
sac, Lyn ce tourna vers son père stupéfaite, puis en se tournant de nouveau elle le vit a coté d’elle et il
l’embrassa.

-2 heures ? demanda Mickaël.
-Midi ! dit Lyn d’un ton sans appel. Allez dégage.

Mickaël s’en alla, il couru avec sa cape de voyage son sac et ces lunettes, tous ceux qui l’avait déjà aperçut ce
demandèrent ce qui ce passait pour qu’il aille si vite. Il traversa deux village sauta par dessus une grosse rivière,
et traversa une foret, après 4 heures il arriva a destination. Un immense cimetière, au dessus du portail était
inscrit, « Aux victimes de Fool Moon puissent elles reposées en paix. Les deux gardes le stoppèrent.

-Ce cimetière est interdit aux personnes qui ne détiennent pas un pass, scanda le chevalier.

Mickaël sortit un médaillon, et les soldats s’écartèrent.

-Bienvenue a vous maître des ténèbres, dirent ils en ouvrant la grille.
Mickaël entra, il passa dix heures et a la fin, après avoir visité chacune des 3500 tombes, il retourna a la grille
d’entrée, le soleil s’était couché depuis pas mal de temps mais les soldats étaient restés attendant son départ
avant de quittés leur poste.

-Merci, dit Mickaël. Je viens une fois par ans, d’habitudes les gardes ne restaient pas vous savez.
-Peut être, dit l’un des chevaliers. Mais il nous a semblez normal de vérifier que personne ne vienne vous
déranger.
-Il paraît que toutes ces victimes sont l’œuvre d’un seul homme, dit l’autre chevaliers. Le tristement célèbre
Mickaël MADIGAN, je me demande ce qu’il est devenu ensuite.
-Je dois vous demander un service. Si un petit black squelettique et une grande blonde maigrichonne, viennent,
donner leur ceci, dit Mickaël en leur tendant un carton d’invitation. Vous pouvez venir si vous voulez, en tant
qu’invités bien sur. Bon faut que j’y aille, le soleil ce lève et je dois rejoindre ma petite copine avant Midi.

Mickaël partit en courant, il s’arrêta avant d’arriver a la maison de Lyn, il ne lui fallait plus de trente secondes
pour l’atteindre et il lui restait quelques minutes. Il aperçut des mouvements sur le cotés, il sortit son sabre et
courut dans la forêt ou il abattit 10 démons. Il ramassa de petite sphère sur le sol et les observas, puis il les
rangeas dans son sac avec son sabre. Cette fois c’était bon, il allait ce faire couper en deux par Lyn., il arriva en
lisière de foret et vit deux chevaliers de la lumière parlant a Lyn, il ce cacha.

-Maîtresse, dit l’un des chevaliers. Votre présence et demandez, nous devons vous escortez des maintenant. Ce
carrosse vous y emmènera.
-Je vous l’ai dit que nous ne partirions pas avant 2 jours, rétorqua Lyn. ne venez pas m’agacer pour rien.
-Le grand maître nous a dit d’utiliser la force, dit le second chevalier.

Mickaël sortit de la foret tout en retirant sa cape.

-La force ? dit Mickaël énervé. Je ne vous le conseil pas ou je vous brise la nuque.
-Ça va ? demanda t’elle avant de l’embrasser. On parlera de ton retard plus tard.
-Monsieur Madigan, dit le premier chevalier. Le grand maître nous a donné ces ordres, et vous devez venir
aussi !
-Je parie que mes hommes ne se sont même pas déplacé, répondit Mickaël en les soulevant a 2 cm du sol en les
tenant par le col. Vous pourrez dire au vieux chnoque que ces ordres il peut ce les mettre bien profond.
Maintenant courrez a votre tour pour leur dire quand nous arriverons et dites au vieux que je n’aime pas l’idée
qu’il veuille utilisé la force.

Il déposa les deux soldats sur le sol et ils s’enfuirent comme des lapins, Mickaël explosa de rire, puis il ce tourna
vers Lyn et s’écarta d’elle d’un pas en voyant son visage énervé. Elle le réprimanda durant 10 minutes avant
qu’il puisse placer un mot.

-Tu m’as manqué, dit il, elle lui sauta dessus et l’embrassa. Même si tu me criait dans la tête régulièrement. Je
vais te demander une chose sérieuse, arrête de penser si fort. Je vais finir par avoir la migraine.
-Entre in va parler a Papa et Maman, dit Lyn en souriant.
-Tu vas devoir attendre, dit Mickaël en la posant au sol. Je vais m’écrouler de fatigue dans pas longtemps.

Mickaël tomba dans les vapes, Lyn le rattrapa de justesse avant que ça tête ne touche le sol. Puis elle le porta
jusqu'à sa chambre. Mickaël avait sa propre chambre, même si elle était plus petite que celle des autres, elle
ressemblait a un placard a balai, il ne disait pourtant jamais rien, de toute façon il ne restait jamais très longtemps
en place. Lyn veilla sur lui durant les 12 heures ou il resta inconscient.

-Tu vas mieux ? lui demanda Lyn a son réveil.
-C’est comme ça que je veux que tu me parle en pensée, dit Mickaël en souriant. De la même façon que quand je
dormais.
-Tu m’as entendu ? demanda t’elle en souriant. Oups !
-Faudra que tu me reparles de ce rêve que tu faisait quand tu avais 16 ans, dit Mickaël en souriant.
-Passons au réprimande maintenant, dit Lyn. Tu m’as forcé a me reposer pour que ce genre de chose n’arrive
pas, et toi tu t’épuiser au point de te crever et de t’écrouler.
-Ça va pas te plaire, répondit Mickaël. Mais c’est ta faute, j’ai couru plus de deux fois 5 heures sans repos. Tu
n’es pas calmé n’est ce pas ?
-Non, répondit elle.
-Fait comme si je n’avais rien dit alors ! dit Mickaël.
-Tu l’as penser, dit Lyn d’un ton ferme.
-Non.
-Si.
-Non, dit il avec un ton implorant.
-Si, répondit elle toujours aussi fermement.
-Je t’aime, dit il l’air triste.
-Tu ne m’aura pas comme ça, dit elle en le regardant d’un air féroce.
-Je t’aime a la folie mon ange, dit il en souriant devant le visage de Lyn qui commençait a sourire. Allez, tu vas
pas me faire la tête.
-Non, dit elle en redevenant aussi ferme qu’au début. Tu ne m’aura pas.
-Tu voudrais pas devenir ma femme ? demanda t’il alors qu’elle se figea sur place. Bah, si tu veux pas, allons
déjeuner.

Il ce leva et ce dirigea vers la porte, Lyn l’attrapa par le bras et le tira en arrière jusqu'à ce qu’il soit assit sur le
lit. Et elle l’embrassa.

-Mickaël, dit elle d’une voix douce. Ce n’était pas juste pour me faire taire n’est ce pas ?
-Non, je le pense vraiment, dit Mickaël gêné. Mais je ne savais pas comment te le demander.
-Ne t’inquiète pas c’était une jolie déclaration vu que je n’ai pas sut quoi dire, répondit Lyn pour le rassurer. Je
serais fière de me marier avec toi, mais c’est encore trop tôt. Peut être dans un ans, quand mes parents auront
avalés la pilule correctement.
-Dire qu’avant c’est moi qui te faisait ce genre de discourt, dit Mickaël. Et que toi tu m’aurais dit un truc dans le
style « Moi, je veux une femme, et tout de suite ! ».
-Tu n’as pas le droit, dit Lyn. Tu sait très bien que je n’aime pas que tu me parles de mon passé comme ça
Mickanou.

Sofiane et Aurore arrivèrent au cimetière a peu près a ce moment la. Et virent les deux chevaliers entrain de rire.

-Quelque chose vous fait rire ? demanda Sofiane.
-Vous connaissez le maître de l’ombre j’imagine, dit un des soldats.
-Oui, répondit Aurore. Pourquoi ?
-Il nous a fait une description de vous et nous a laisser cette carte pour vous, dit le second soldat en tendant la
carte a Aurore.
-Laissez moi deviner, dit Sofiane. Il a dit « un petit black squelettique et une grande blonde maigrichonne » n’est
ce pas ?
-Oui, veuillez nous pardonner, dirent les deux soldats.
-On a l’habitude. C’est écrit quoi ? demanda Sofiane en ce tournant vers Aurore.
-« Ps : Ferme la Sofiane et suit Aurore. », dit elle en souriant. Sinon, c’est une invitation pour l’arriver a la tour
de Lyn.
-Encore une corvée officiel, dit Sofiane en soupirant.

Le lendemain, Mickaël et Lyn étaient en route les tours. Ils arrivèrent a Tanis après quelques heures, et virent
avec plaisir que la ville avait retrouvé son activité habituel depuis la disparition des pillards. Ils ne s’arrêtèrent
pas, il continuèrent a marcher jusqu'à ce que Mickaël ce mit a ralentir le pas.

-Ma belle, dit Mickaël pour passer de la pommade. Je te quitte ici, il va y avoir une réception pour toi, mais on
ne doit pas me voir avant, mais t’inquiète je ne serais jamais très loin. Je te verrais et te parlerais si tu ne cris pas
dans ma tête.

Mickaël enfila sa cape de voyage et ces lunettes de soleil, puis il l’embrassa.

-Je t’aime, dit il.
-Je te déteste, dit elle en retour. Tu m’abandonne toujours au mauvais moment, comme quand le groupe de mes
fans m’entoure le matin et que tu t’esquive !
-Je t’aime, répéta t’il.
-Tu sait bien que je t’aime aussi, dit elle.
-Désolé de t’abandonner, dit il. Je ne fais jamais ce que je veux.
-Tu m’agace, dit elle. Mais c’est ce qui doit faire que je t’aime.
-Non, dit il. C’est ton petit cœur qui est gentil lui.
-Pourquoi , je ne suis pas gentille moi ? demanda t’elle.
Mickaël partit en courant.

Lyn : Mickaël !!!!!!
Mickaël : Arrête de me crier dessus, ou je te lance des pierres !

Elle continua a marcher et un peu plus tard, elle arriva en vu des tours, une route était formé par plus de 500
soldats, les soldat de l’ombre sur sa gauche et ceux de la lumière sur sa droite, et au bout de cette route plus de 5
mille personnes attendant son arrivé.

Mickaël : Calme toi.

Elle marchait entre les soldats, les saluant au passage.

Mickaël : J’aimerais voir ta petite culotte.

Elle se mit a rire, entourer de soldats sérieux mais surtout surpris par cette réaction. Elle ce tourna vers un
chevalier des ténèbres.

-Où ce trouve le maître de l’ombre ? demanda t’elle.
-Nous ne le savons pas, répondit le chevalier. Il nous a juste dit qu’il nous surveillais de loin.
Lyn : Tu es où ?

Elle ce remit a marcher.

Mickaël : Disons que je vois très bien que tu es crispée.
Lyn : Fait moi rire Mickaël.
Mickaël : Y’a un de tes chevaliers qui mate tes fesses, je vais le taper.

Elle sourit.

Lyn : Merci.
Mickaël : De quoi ? je plaisantait pas la !
Lyn : Continue a me parler.
Mickaël : Tu sait, tes seins qui rebondissent et tes fesses moulées par ton petit pantalon, c’est vraiment excitant.
Lyn : Obsède !
Mickaël : Capricieuse !

Elle arriva devant les 10 conseillers de la tour de la lumière, et le 11ieme qui était le grand conseiller s’avança.

-Bienvenue a vous maîtresse de la lumière, dit le grand conseiller.
Mickaël : Regarde moi ce vieux gratte papier, il fait 100 ans de plus que sont age.
-Ravie de faire votre connaissance a tous, répondit Lyn en souriant.
Mickaël : Et dire que tu vas devoir le supporter, regarde le avec ces cheveux blanc qui tombent et sa vielle robe
de sage miteuse.

Elle tourna sur elle même pour trouver ou se cachait Mickaël, mais ne le trouva pas.

-J’aurais aimée rencontrer le maître des ténèbres, dit Lyn.
-Ce soir, répondit le grand conseillé. Il sera obligé de ce rendre au dîner.
-Tu ne dis plus bonjour aux amis, demanda une voix derrière elle. Tu as prit la grosse tête ?
-QUOI ? demanda t’elle en se tournant et en découvrant Aurore et Sofiane.
-Mickaël nous a fait venir comme renfort, dit Aurore en lui faisant la bise.
-Encore merci de nous héberger, dit Sofiane en souriant.
-Il est où ? demanda Lyn.
-Il est en haut de sa tour, dit Aurore.
-Et il doit bien se marrer ; dit Sofiane.
-Ça ne m’étonnerais pas, dit elle en entendant les rires que Mickaël lui diffusait mentalement, juste avant qu’elle
ne hurle mentalement.
Mickaël : Pas gentille !
Mickaël observait du haut de sa tour, au dernière étage dans une immense salle circulaire qui prenait tout l’étage
et dont les murs étaient de grande baie vitrées. Il se tourna vers ces conseillés et les regardas en souriant.

-Envoyer 5 soldats, des provisions pour 3 semaines et de l’équipement de camping chez mon amis Afra, dit
Mickaël. J’y est repéré des démons, et dites leurs que la rivière est très poissonneuse. Vous pouvez envoyer en
vacances tout le personnel qui n’est pas indispensable et qui souhait prendre quelques vacances. On ne gardera
que le service minimum.

Il les regardas, et pointa du doigt une fille qui avait a peu près sa taille.

-Nicky, dit il, alors qu’elle s’avançait. Tu prendra ma place au repas de se soir.
-Tu divague ? demanda t’elle. Je suis une femme pas un homme !
-On va bien rire ne t’inquiète pas, lui dit Mickaël. Edma t’aidera a te préparer, Edi, c’est quoi ma couleur
préférer ?
-Vu que tu n’en as pas va pour le rouge, répondit il.
-Super, dit il. Prépare nous deux capes rouge qui nous dissimulerons complètement.

Edma rentra en tenant la cape de voyage de Mickaël a la main et en hurlant.

-Madigan ! cria t’elle. C’est quoi cette cape ? Un torchon ? Du papier toilette ?
-Edma, dit il. Tu tombe bien, tu vas laisser cette cape tranquille et tu vas aidez Nicky a se déguisé, elle doit
prendre ma place ce soir au dîner, alors donne lui des affaires a moi, et tiens.

Il balança le médaillon preuve de son rang de maître des ténèbres.

-Mickaël, dit elle. Tu es le patron le plus bizarre que je n’ai jamais eu, tu m’en as fait faire des choses peut
conventionnelles, mais travestir une femme pour la faire passer pour vous ? n’est ce pas trop ?
-Vu que j’ai repris mes études, dit Mickaël. Je ne peut permettre a personne de me reconnaître. De plus mon vrai
nom sera annoncé par ces ploucs ! Edi prend aussi deux de mes paires de lunettes, une pour toi et une pour
Nicky.
-Maître Mickaël, dit Nicky pour ce faire entendre. Je dois vous dire que je n’aime pas l’idée de me travestir,
même si pour le reste je suis d’accord, et que me faire passer pour vous est un honneur.
-Nicky, dit il. Tu t’es bien fait bizuter n’est ce pas ?
-Oui, pourquoi ? demanda t’elle ; On m’a vidé un sceau d’eau la tête, puis de la peinture, et ils ont fini par me
pendre par les pieds du haut de la tour.
-Vous avez vu c’est de votre faute, dit Mickaël en se tournant vers ces autres conseillers. Vous avez oublier les
plumes ! Nicky, tu n’as pas besoin de jouer les faux cul avec moi, dit ce que tu penses, mais reste poli devant les
autres maîtres.
-Je vous désapprouve, dit elle.
-Un belle effort, dit Mickaël. Tu viens de t’éviter un autre bizutage.
-Soit contente, dit Edi. Ils m’ont attaché a la tour jusqu'à ce que je parle, et j’avais perdu la voix après un dur
traumatisme !
-Mickaël tu sait que je t’aime bien, dit le premier conseiller. Mais les autres maîtres vont considérer ça comme
une insulte.
-Ouais, dit Mickaël. De toutes façon les autres maîtres ne viennent que si leur intérêt sont en jeu, alors si ils ont
un problème, ils se le collerons bien profond.
-J’espère que ta princesse te rendra plus sérieux ! dit le conseiller en premier.
-Tu as bien raison Bruno, dit Edi. En plus elle est bien faite.
-Je croyais avoir donné des ordres, dit Mickaël. Nicky, Edma t’attend déjà dans ma chambre et toi Edi dépêche
toi de bouger ton cul. Thierry, courre a la tour de la lumière est dit de façon diplomatique et poli que deux pics
assiette en plus viendront squatter leurs tables.

Thierry le regarda et secoua la tête, puis il partit a la tour de la lumière et fut emmener devant Lyn, Sofiane, et
Aurore.

-C’est un honneur que de me retrouver devant trois grand maîtres des éléments, dit Thierry comme introduction.
Mon seigneur, le maître des ténèbres, demande a ce que vous placiez deux couverts supplémentaires pour deux
de ces conseillés.
-Dit moi ce qu prépare ce fou, s’il te plait ? demanda Sofiane. Il ne va pas venir ?
-Sauf votre respect, dit Thierry. Je n’accepterais pas que vous insultiez Mickael.
-Dit nous ce qu’il prépare alors ? dit Aurore.
-Dit Mickaël que sa requête est acceptée, dit Lyn pour couper toute autre discussion. Mais que si il ne se présente
pas, je le ferais souffrir éternellement.

Thierry s’en alla.

-Que va t’il faire ? demanda Aurore a Sofiane.
-Je ne sait pas, dit Sofiane. Il va peut être arriver habiller en clown ou pas habiller du tout.
-Il ne ferais pas ça, dit Lyn incertaine.
-Il va ce gêner, dit Sofiane en souriant. Il a horreur de ce genre de soirée, une fois le grand maître la fait voler sur
plus de 500 maîtres d’un seul coup de poing parce que notre petit Mickaël c’était ramener en slip.
-Et la fois ou il est venue tout venu tout nue, ajouta Aurore. Ou celle ou il c’était travestit en fille.

Le soir, la réception fut donner sous un immense chapiteau installer entre les deux tours, plus de 500 personnes a
tables, et des soldats tout autour pour les protéger. Trnte minutes après le début du repas le maître des ténèbres
arriva.

-Le seigneur de l’ombre Mickaël Madigan, annonça un soldat.

Trois personnes entrèrent, sous des capes de voyages officiel de la tour des ténèbres qui les dissimulaient, ne
révélant que leur paire de lunette de soleil identique. Nicky fit tomber sa capuche de maître et Sofiane éclata de
rire.

-Je vous fait rire maître de l’eau ? demanda Nicky d’un ton dur.
-Mon amie, dit Lyn. C’est un honneur de vous rencontrez.
-Il est de même pour moi, répondit Nicky.
Lyn : Mickaël je vais te tuer ! t’es où ?

Mickaël tapa Edi, qui fit semblant de ce frotter la tempe. Puis avec Mickaël ils allèrent pour s’asseoir un peu plus
loin.

-Toi la, cria Sofiane en désignant Mickaël. Viens manger a mes cotés.
-Ce sera un honneur, dit Mickaël en changeant de voix et venant s’asseoir aux coté de Sofiane. Je devrais
m’asseoir prêt de mon maître.
-Non, ce ne serait pas drôle si tu pouvais la conseiller, répliqua doucement Sofiane. Allez Mickanou, décrispe
toi, on va rigoler.
-Dit moi mon hospitalité n’est plus apprécier ? demanda Mickaël.
-Pas après la dernière fois, répondit Aurore. Vas y Sofiane.
-Maître des ténèbres, dit Sofiane. Pouvez vous nous fournir la raison de votre retard ?
-Non, je n’ai pas envies, répondit Nicky. Je le pourrais mais non !
-Votre impolitesse et très mal prise, répondit Sofiane. Veuillez vous excuser !
-Plutôt me pendre, répondit Nicky qui se tenait a sa chaise pour ne pas montrer qu’elle tremblait. Je n’ai pas a me
justifier devant vous !
-Pensez vous que nous ignorons a quelle point vous bafouer l’autorité ? demanda Sofiane. Vous est votre
personnel qui….

Sofiane ne put pas continuer sa phrase Mickaël venait de lui mettre une droite qui le fit tomber de sa chaise
devant l’indignation de tous. Mickaël retira sa capuche.

-Je me présente, je suis le maître des ténèbres, dit Mickaël énervé. Je vous préviens, le premier qui critique les
gens de ma tour, je le tue.
-Ah, tu révèles enfin ton identité, dit Sofiane. Pour payer l’affront, je veux un duel !
-Si c’est ce que tu souhaite, dit Mickaël en rigolant.

Il prit l’épée d’un garde et ce dirigea vers l’extérieur, Sofiane le rejoint avec une épée lui aussi. Mickaël donna
ces lunettes de soleil a Nicky et la remercia.

-Si tu me met un coup tu as gagné, dit Mickaël.
Ces yeux devinrent rouge sang et Sofiane signifia son accord d’un signe de tête. Ils se foncèrent dessus, Sofiane
donna un coup d’épée mais Mickaël le stoppa comme la dizaine d’autres qui suivirent.

-Qu’est ce qui ce passe ? demanda Lyn a Aurore.
-Mickaël, commença Aurore. A des yeux qui lui permettent de traduire la trajectoire des coups de l’adversaire,
théoriquement c’est faisable pour n’importe qui, mais Mickaël en est arriver au point ou se n’est plus de
l’esquive mais de l’anticipation et c’est d’autant plus dangereux qu’il ne ce contrôle plus vraiment lui même.
C’est pourquoi ces yeux sont dangereux et qu’il ne doit pas les utiliser.

Sofiane avait beau attaquer on aurait dit qu’il ce battait contre son ombre, il lui était impossible de toucher
Mickaël. Le publique était plus qu’enthousiaste et frappait des mains en scandant le nom de celui qu’ils avaient
choisi. Mickaël souriait en voyant Sofiane qui ne savait pas quoi faire.

-Dit Lyn, dit Aurore. Tu voudrais pas aider Sofiane ?
-Si, répondit Lyn.
Lyn : Mickanou, tu sait que quand tu te bat tu es très excitant, et que je ne porte pas de sous vêtement.

Elle dit tout cela, en essayant de prendre un ton mental suave. Mickaël perdit sa concentration et failli ce prendre
un coup.

-Perte de concentration, demanda Sofiane alors que Mickaël ce tournait vers Lyn.
Mickaël : Traîtresse !
-Je vois, dit Sofiane. Elle te déconcentre comme son parfum l’autre fois !

Sofiane fonça sur Mickaël qui le stoppa avec son épée, il n’utilisait plus ces yeux qui était redevenu normaux. Il
repoussa Sofiane, remit ces lunettes, et ce mit en position de combat, il tenait son épée au dessus de sa tête, la
pointe tourner vers Sofiane, qui soupira.

-Je ne veut pas te blesser, dit Sofiane, juste avant de ce mettre lui aussi en position de combat. Mais si tu deviens
sérieux !
-Je ne vais que me défendre, répondit Mickaël.

Sofiane lui fonça dessus, Mickaël fit tourner son épée devant lui a une vitesse folle, l’épée de Sofiane se prit
dedans et les deux volèrent dans les aires et allèrent ce planter dans le sol 20 mètres plus loin. Sofiane envoya un
coup de pied que Mickaël stoppa avec sa main avant d’envoya Sofiane au sol.

-J’ai perdu tu m’as touché ! dit Mickaël alors que sa cape de voyage volait en morceaux et que sont épaule se
démis.
-Moi qui croyait t’avoir entailler ! dit Sofiane énervé.

Seul les soldats, Lyn et Aurore comprirent ce qui c’était passé, les autres invités étaient des bourgeois ou des
paysans et ne pouvaient pas détailler un combat. Deux jours plus tard, vers 10 heures du matin, Mickaël fut
réveillé par les troupes de Lyn qui exécutaient des manœuvre d’entraînement dans la clairière qui séparait les
deux tours. Il frappa contre un mur qui ce fissura.

-Madigan, cria Edma. Qu’est ce que tu fout ? tu croit que nous n’avons que ça a faire ?
-Edma, j’ai dormi 3 heures cette nuit, dit Mickaël. Je suis énervé et fatigué.

Il ouvrit la fenêtre et passa sur le balcon.

-STOP Lyn, hurla t’il. ARRETE TES SOLDATS !
-Monsieur, dit Edma. Vous étés en caleçon.
Mickaël : Lyn !
Lyn : Arrête donc de crier et va t’habiller !
Mickaël : Va t’entraîner ailleurs, sur la lune ce serait une bonne idée ! Moi, je veux dormir.
Lyn : Tu ne m’as même pas dit que tu m’aimais aujourd’hui !
Mickaël : Je ne t’aime plus du tout aujourd’hui !
Lyn : Tu es cruel, moi je t’aime.
Mickaël alla dans sa salle de bain et en ressortit avec un pantalon, il fit disparaître une cicatrice apparut dont ne
sait ou en passant la main dessus.

-Pourquoi les caches tu ? demanda Edma.
-Tu es l’une des rares personnes a connaître leur existence, dit Mickaël. Même Lyn ne le sait pas. Je n’aime pas
parler de mes cicatrices !
-Comptes vous faire quelque chose de précis aujourd’hui ? demanda Edma.
-Ecoutez les plaintes, aidez ceux qui demanderons notre aide, et faire une sieste parce que je suis vraiment
crevé !
-Une journée normal, déclara Edma.
-Oui, dit Mickaël. Dit moi Edma, que penses tu de moi ?
-Je vous trouve admirable, répondit elle. Vous aidez tous le monde au nom de la tour, alors que vous pourriez
rétablir l’honneur de votre nom.
-Oui, tu as sûrement raison, dit Mickaël.

Edma le frappa dans le dos pour le faire réagir, Mickaël monta vers la salle de réunion, au dernière étage. Il
observa dehors et observa les chevaliers de Lyn qui continuait a s’entraîner.

-Comment allez vous ? demanda Edi.
-Arrête de me vouvoyez ! dit Mickaël. Ça m’énerve !
-Mickaël, que ce passe t’il ? demanda Nicky.
-Rien, sauf que j’ai l’impression d’être en danger, tu en penses quoi Sofiane ? Demanda Mickaël alors que
Sofiane sortit de sa cachette et qu’il s’installa sur une chaise et mit ces pied sur la table. Alors une idée ?
-Maître de l’eau, dit Nicky surprise.
-Maîtresse des ténèbres, répondit Sofiane en rigolant. Regarde par la fenêtre Mickaël.

Mickaël observa et il vit ce qui le dérangeait, a la lisière de la foret, trois hommes espionnaient les tours.

-Tiens le vieux chnoque nous a envoyer ses espions, dit Mickaël étonné.
-Oui, dit simplement Sofiane.
-Edi, dit Mickaël. Prend les derniers soldat et va les faire prisonniers. Dit a Edge de t’aider.

Edi s’en alla.

-Je suis contre, déclara Nicky.
-Ça m’aurait étonné tiens, dit Mickaël pour ce foutre de sa gueule. Mais on dira que nous avions cru a des
démons et que ces hommes semblaient suspect et que nous craignions pour sa vie. Le vieux chnoque sera obligé
de fermer sa bouche.
-Bon Mickaël, on ce la fait cette partit d’échecs ? demanda Sofiane.

Deux jours plus tard, Mickaël était avec ces conseillez depuis le levez du jour et la nuit tombait.

-Non, je ne les libérerais pas, dit Mickaël. Pas tant que le vieux chnoque ne sera pas là.
-Je suis contre, dit la conseillères la plus jeune.
-Oh non, pas toi Katy, ne te met pas contre toi, la supplia Mickaël. De toute façon je m’en fout, je commande
encore que je sache !
-Et toi Nicky tu ne dis rien ? Tu es la première a être contre ce genre de chose d’habitude ! déclara Edi. Tu peut
parler !
-Il a un plan et on ne risque rien, dit Nicky. Donc, on s’en fout, cela fait longtemps que nous le connaissons et on
sait qu’il ne fera rien qui puissent nous nuire !
-On a fini pour aujourd’hui, dit Mickaël. Allez dehors !
Mickaël : Lyn, tu fais quoi ? tu ne m’as pas parlé depuis hier matin, tu es énervée contre moi ?
Lyn : Dit moi des mots doux. Je viens de passer 2 jours horrible, ils me font subir un entraînement forcé !
Mickaël : Je t’aime, je t’adore, durant ces deux derniers jours il ne c’est pas passé dix secondes sans que je pense
une fois a toi. J’ai très envies de t’embrasser de partout !
Lyn : moi aussi, mais je suis crevée, Mickaël c’est de la torture.
Mickaël : Dors ma douce.

Mickaël lui chanta une berceuse et elle s’écroula endormi dans son lit.
-Bonne nuit Lyn, dit il en souriant. EDMA !!!!!
-Tu veux quoi mon petit ? lui demanda t’elle en arrivant.
-On a toujours les uniformes de chevalier de la lumière ? demanda t’il.
-Oui dans la réserve, répondit elle. Deux masculins et un féminin, qu’est ce que tu manigance ?
-Rien, tu peut disposer, dit il.

Il s’élança hors de la salle et descendit l’escalier avant de rentrer dans une chambre sans frapper et de se
retrouver devant Katy, qui ne portait qu’une serviette de bain.

-Que fait tu ici Mickaël ? demanda katy.
-Suit moi, dit il elle alla pour s’habiller. Ne te fatigue pas reste comme ça, tu vas enfiler un uniforme.

Elle suivit Mickaël jusqu'à un garde qui les regardas, Mickaël le prit par le bras et le força a le suivre.

-Allez Billy, dit Mickaël. Suit moi.
-C’est quoi ce bordel ? demanda Billy.
-Il va encore faire une connerie, dit Katy d’un ton aussi stoïque que celui de Mickael.
-Soit pas grossière, dit Mickaël. On va aller porter secours a ma bien aimée.
-Elle a besoin d’aide ? demanda Lyn. Lyn n’est pas la maîtresse de la lumière ?
-Futur maîtresse, dit Mickaël. Ils la poussent, et elles est épuisée, donc je vais la kidnapper !
-Ça ne semble pas être une bonne idée, dit Billy.
-En effet c’est stupide, dit Katy aussi froide que d’habitude.
-En effet, dit Billy. Et si on veut pas venir ?
-Pense a ton avancement, dit Mickaël d’un air sadique.
-Je ne suis pas un petit chien obéissant, dit Billy en souriant.
-Je t’aime bien, dit Mickaël. Quand ce sera fini on discutera.
-Mais j’ai jamais….
-Mais si, dit Mickaël en le coupant. Allons y !

Ils allèrent ce changer, Billy eut beaucoup de réticence, mais il le fit quand même ! Puis ils marchèrent jusqu'à la
tour de la lumière, tranquillement, Mickaël attrapa une carte et la présenta au chevaliers qui montait la garde,
ceux ci étaient tellement fatigués qu’il ne faisait même pas attention et qui les laissèrent entrés. Ils s’arrêtèrent
dans la cour.

-Restez dehors vous deux, dit Mickaël. Je vous la passerais par la fenêtre !
-On sert a quoi ? Demanda Billy.
-C’est simple ! dit Mickaël. Vous possédez tous les deux des pouvoirs psy, est vous pourrez la faire sortir par la
fenêtre. Puis si je me loupe, vous devrez sortir, et je sait que vous ne resterez pas pour me couvrir ! Vous n’étés
pas assez bête pour ça !

Mickaël entra dans la tour et s’arrêta devant une porte gardé, il regarda les deux chevaliers et s’excusa, puis il
frappa, frappa encore et les deux gardes s’écroulèrent, il les porta dans la chambre, rentra, ouvrit la fenêtre et
siffla pour faire venir les deux autres.

-Vu que tu dors je peut te le dire, dit Mickaël en portant Lyn vers la fenêtre. Quand ton père était plus jeune, je
lui faisais faire le mur.

Il l’approcha de la fenêtre, Katy et Billy utilisèrent leurs pouvoirs pour faire flotter Lyn par la fenêtre. Puis il
sauta lui aussi.

-Vous me la passez de l’autre coté du mur, dit Mickaël. Et vous repartez en disant que vous apportez la réponse !

Il sauta par dessus le mur d’enceinte et ratterit de l’autre coté, ils utilisèrent de nouveau leurs pouvoirs pour faire
voler Lyn au dessus du mur. Mickaël l’attrapa, et elle ce réveilla au moment ou il sifflait, et elle se mit a lui
tambouriner sur la poitrine

-Tu fout quoi ? demanda t’elle. Tu me kidnappe ?
-Tait toi, dit fermement Mickaël. Ou je te fais dormir.
-Hein, dit elle. Et comment tu ferais ça ?
Mickaël lui chantonna mentalement la même berceuse, et elle s’effondra de nouveau, mais dans ces bras cette
fois. Il couru a la tour aussi vite que le lui permettais ces jambes. Il déposa Lyn dans son lit.

-Franchement, t’es lourde Lyn, dit Mickaël, alors qu’Edi et Bruno entraient. Pourtant tu es aussi fine qu’une
épingle, ce doit être a cause de ta poitrine.
-Dit moi que les gars de la tour de la lumière sont au courant ! s’exclama Bruno !
-Non, dit Mickaël en les regardant toujours stoïque ! Elle n’a prévenus personne, elle n’était pas au courant.
-Madigan, cria Edi. Le grand maître sera la dans 4 jours, et tu rajoutes de nouvelles plaintes a la liste que ces
grattes culs vont lui donner. Nous ne pourrons pas expliquer toutes ces plaintes même si nous avions trois siècles
pour cela.
-Où en est mon émissaire ? demanda Mickaël.
-Il a accompli sa mission, dit Bruno.
-Ça je le sait, dit Mickaël. Mais il va bien ?
-Oui, dit Bruno. Et tu ne sent pas qu’elle risque de ne pas être d’accord ? Toutes les femmes ne rêve pas de ce
faire kidnapper dans leur lit !
-Non, dit Mickaël. C’est moi qui commande dans mon couple ! elle est réveillé c’est ça, n’est ce pas ?

Il les vient acquiescer de la tête et sentit qu’on le tirait par l’oreille, c’était Lyn qui le tirait en arrière.

-J’ai pas bien entendu, dit elle en s’énervant.
-Bon, il est vrai que j’aurais du lui demander, dit Mickaël en faisant des grimaces a Edi et a Bruno. Je suis une
sous merde, je ne vaut rien.
-Mademoiselle Lyn, dit Bruno. Vous ne voulez pas rester ? Pour lui apprendre a réfléchir.
-J’ai une meilleur idée, dit Lyn.
-C’est simple tu reste ici et vous deux vous partez ! Dit Mickaël d’une voix ferme.
-Comment, s’indigna Lyn.
-Tu te tais et c’est tout, dit Mickaël. Je t’aime !
-Tu as intérêt a te faire pardonner, dit Lyn, alors que les deux autres étaient partis. Sinon, je te casse.

Mickaël sauta sur le lit et ce glissa a coté d’elle pour l’embrasser. Puis il la força a s’allonger et la couvrit.

-Tu ne vas pas te faire pardonner ? Demanda Lyn.
-Demain, tu es trop fatiguée, dit Mickaël. Tu ne serais pas a la hauteur de mes exploits.
-Ah ouais ? demanda Lyn. Tu ne te sent plus. Quoique…
-Sert moi contre toi, dit Mickaël. Et dort.

Lyn s’endormi dès qu’elle entendit une petite voix dans sa tête, le lendemain elle se réveilla seul, une femme
plus très jeune lui tendis des vêtements.

-C’est quoi ces cordes ? demanda Lyn. Et vous étés qui ?
-Je suis Edma, dit elle. La gouvernante de Mickaël, je suis la pour empêcher Mickaël d’inventer de nouvelle
connerie.
-A 163 ans, il a besoin d’une gouvernante ? Demanda Lyn. Qu’elle gamin, ils sont pas un peu léger ses
vêtements ?
-Mickaël m’a dit que vous ne porteriez rien d’autre, dit Edma. Mais j’ai préparer d’autres vêtements.
-Une mini jupe, un t-shirt moulant et de la dentelle ? dit Lyn en regardant les vêtements choisi par Mickaël. C’est
bien sont genre, je prendrais bien autre chose. Edma vous devez en savoir beaucoup sur Mickaël.
-Oui, tenez, dit Edma en lui tendant des vêtements. Mickaël vient ici régulièrement, et si je suis sa gouvernante
c’est qu’il nous a tout fait, il adore mettre son personnel sous pression, il nous met toujours dans des situations
pas possibles. Je me rappelle la fois ou il se baladait a poil. Il est même aller devant le grand maître tout nu.
-En clair il se fout de vous, dit Lyn. Pourquoi vous acceptez toutes ces folies ?
-Il nous accepte alors nous l’acceptons, dit Edma en s’asseyant sur le lit. Il nous a tous aidés, et nous l’aidons,
ont est tous des amis plus que des serviteurs, et je ne connais personne ici qui ne lui doit pas un service. J’était
une prostitué, dans mon jeune age, Mickaël m’a sauvé alors que j’allais me faire violer, il m’a prit comme
gouvernante, je croyais qu’il voulait quelqu’un pour lui faire l’amour quand il voulait, et j’ai accepté parce qu’il
m’avait sauvée et qu’il était plutôt beau garçon, mais non, ce n’était pas son but, il m’a même trouvé un mari,
sans parler qu’il n’a pas accepté une seul fois mes avances, c’est un type bien.
-Merci de me confier tout ça, dit Lyn.
-Mickaël m’a dit que ça vous ferais plaisir, dit Edma. Ne lui dite pas que je viens de te le dire, il voulais pas que
tu le sache.
-Bien sur, dit Lyn. Dites Edma, il est où ?
-Il déjeune avec tout le monde, dit Edma.
-Tout le monde ? demanda Lyn.
-Tout le personnel, répondit Edma. Allons y !

Edma montra le chemin vers la salle circulaire du dernière étage, où toutes les personnes de la tour déjeunait.
Edma s’assit prêt d’un homme de son age, et Lyn s’approcha de Mickaël, s’assit sur ces genoux et l’embrassa.

-Ça va ? demanda Mickaël. Ecoutez moi tous, je vous présente celle que j’aime, Lyn Higlewood.
-Après 75 ans de service, dit un vieil homme en se levant. Voilà la première femme qu’il nous ramène, cela
mérite des félicitations.
-75 ans pour serrer une femme, dit un autre. Tu n’as pas de technique très efficace.
-Applaudissons, dit un autre. Il vient de nous faire un nouveau record du monde. La plus longue durée sans
baiser !
-Oui, mais il compense par une technique prodigieuse.
-Oui et avec une grosse bite, cria un autre. On commence a le savoir, a force de le voir déambuler a poil.
-Dites moi, dit Mickaël. Il me faudrait un guide pour tous faire visiter a Lyn. Pas vous les mecs !

Il vit tout les bras ce baisser en même temps, puis il vit une fille de quatorze ans s’approcher, il alla a la
rencontre de la fillette et la prit dans ces bras.

-Tu t’appelle comment déjà ? demanda Mickaël.
-Je suis Nina Hinala, dit elle souriante.
-Je suis désolé pour ton pere, dit Mickaël l’air terriblement triste.
-Maman m’a dit que ce n’était pas de ta faute, dit Nina. Et il m’avait dit que vous lui aviez dit d’être un peu
moins casse cou, il paraît qu’il est mort en sauvant des gens.
-Je n’y était pas mais ton papa était un héros ! affirma Mickaël en lui souriant. Alors tu veux bien protéger ma
Lyn pour me montrer a quelle point tu es courageuse toi aussi ?

Lyn arriva et prit la fillette dans ces bras.

-Dit tu me montrera tes cachettes secrets ? demanda Lyn.
-Nina, je ne veux plus te revoir au troisième sous sol ! C’est toi que j’ai vu la dernière fois, n’est ce pas. dit
Mickaël alors que Nina hochait la tête. Si tu n’y retourne pas je ne dis rien a ta mère.
-D’accord, dit Nina en sautant des bras de Lyn. Venez mademoiselle Lyn.

Nina et Lyn s’en allèrent, Mickaël regarda Nicky qui s’approchait a grand pas.

-Mickaël, dit elle toute affolée. Les chevaliers de la lumière sont a la porte ! Que faisons nous ?
-J’y vais, dit il en enlevant son t-shirt.

Il attrapa son sabre et en retira le fourreau, puis il partit de la salle et descendit l’escalier en cherchant des
chaussures, en fin de compte il dut sortir pieds nus. Le grand conseiller lui même était la, et derrière lui une
vingtaine de soldats.

-Si c’est pour le petit déjeuné pas la peine d’emmener tant de soldats, dit Mickaël en souriant devant l’air ahurit
du grand maître.
-Arrête de te foutre de nous Madigan ! cria t’il. Comment un déchet comme toi qui n’as pas de bonne manière et
qui ce trimbale a moitié a poil peut être un maître des élément ?
-Ecoute vieux con, dit Mickaël en soulevant le grand conseiller a vingt centimètres du sol. Si tu essaye de
m’énerver je vais te briser les couilles et te faire vomir ton estomac.

Mickaël le porta en dehors de l’enceinte de la tour, il traversa le tas de chevaliers qui le laissèrent passer sans un
mot.

-Tu sait mon vieux Lyn elle compte plus que tout pour moi, dit Mickaël. Quand je voie comme tu vous vous
amusez a la surmener, j’ai envie de tout casser. Quand je suis devenu maître de ma tour, j’avais fait mes 6 années
d’études et on m’en demandait moins qu’a elle qui n’a fait que 3 ans. Si tu la tue avant que le vieux chnoque ne
soit la tu vas t’attirer des ennuies, elle rentrera en fin de soirée alors laisser Sofiane et Aurore s’en occuper.
-Comment oses tu parler comme ça du grand maître ? dit le grand conseiller en tremblant.
-Tu ne comprend pas, dit Mickaël. Ici, c’est moi le grand maître, et toi tu n’es qu’un moucheron et je t’écraserais
comme une merde.

Il ce tourna vers les chevaliers, et il leur fit un clin d’œil.

-S’il vous plait emportez le, dit Mickaël. Je vous laisse, je dois m’occuper de votre maîtresse, elle doit ce
reposer.

Tous les soldats « crièrent a vos ordres » et ils partirent en le portant par les bras. Mickaël retourna a l’intérieur
et vit Lyn et Nina qui prenaient l’escaliers pour les sous sols.

-Il suffit que je disent de pas y aller pour que Lyn veuille y aller, dit il en ce tapant sur le front. J’aurais dut
fermer ma gueule !

Il les suivaient en silence, en prenant bien soin qu’elle ne le voient pas

-Alors tu me dit ce qu’il cache ? demanda Lyn a Nina.
-Mickaël ne serra pas content si je le dis, répliqua Nina.
-Fait moi confiance, dit Lyn.
-Je veux bien mais il faut faire attention, dit Nina.

Elles descendirent les escaliers pour rejoindre le troisième sous sol, Nina ouvrit la porte avec une clé qui était
caché dans une pierre a coté de la porte, elles entrèrent dans une salle immense, de plusieurs kilomètres de
largeur et de huit mètres de hauteur, plongé dans l’obscurité au centre elle vit deux énormes yeux rouges, Lyn
pensa tout de suite a Mickaël, il avait les même yeux, Nina ce colla a elle, d’un coup elles virent les yeux
avancés et entendirent un hurlement, et quand elle voulurent s’enfuirent elle se retrouvèrent nez a nez avec
Mickaël l’air sévère qui avança vers les yeux.

-Calme toi, cria Mickaël. Tu n’as rien a craindre Bahamut. Elles sont tes amies.

Mickaël disparut dans les ténèbres, Lyn le suivit tenant la main de Nina, quand elle aperçut de nouveau Mickaël
il était aux cotés d’un énorme dragon ? qu’il caressait comme on caresse un petit loup de compagnie.

-Je suis pas content Lyn, dit Mickaël d’une voix irrité. Tu force une gamine a prendre des risques, et tu risque ta
vie en même temps. Tu croyais que je te cachais quoi ? Un harem ?

Mickaël posa son sabre devant Bahamut qui le prit dans sa gueule et soudain il ce transforma en humain,
Mickaël lui tendis une cape de voyage pour l’habiller. Bahamut ressemblait beaucoup a Mickaël, ces yeux
rouges, son visage, mais un Mickaël bien plus musclé.

-Tu vas bien ? demanda Mickaël.
-Qui sont ces fillettes ? demanda Bahamut.
-Parle mieux, dit Mickaël. C’est ma femme et une amie.
-Et tu te tape la futur maîtresse de la lumière ? demanda Bahamut
-Futur ? demanda Lyn.
-Oui, répondit Bahamut. Tu n’as pas encore atteint le niveau.
-Je vous présente Bahamut le premier maître des ténèbres, dit Mickaël.
-Et ton prédécesseur ! dit Bahamut. Dit moi Lyn, pourquoi est tu venu ici ?
-Parce que Mickaël, dit elle. Me cache des choses et que je veux tout savoir.
-Tu sait Lyn, dit bahamut. A moi aussi il essaye de faire des secrets. Il n’est pas venu me voir depuis un ans.
Répond moi, qu’as tu fait cette année ?
-Je……..
-Ne me ment pas, dit Bahamut. Tu as sauvé la belle, puis tu te l’ai faite et c’est pour ça !
-En 142 ans, dit Mickaël. Je n’ai pas put lui apprendre la politesse. Il est trop grossier, si tu continue Bahamut, je
te met la fesser.
-Je ne dirais rien pour ne pas te foutre la honte devant ta copine, dit Bahamut.
-Vas y Bahamut, dit Lyn. Bote lui les fesses, ça lui apprendra a ne plus faire de secret.
-Dans ce cas, dit Bahamut en serrant les poings dans un craquement sec.
Bahamut frappa Mickaël dans le ventre et il vola sur deux kilomètres avant de glisser sur le sol. Il ce releva et vit
toutes ces cicatrices réapparurent, il passa sa mains dessus, mais elles ne disparurent pas, il s’énerva.

-BAHAMUT ! Cria t’il. SALOP !

Bahamut apparut devant lui, il lui mit une droite et Bahamut fut projeté au sol.

-Pourquoi tu fais tant de sacret ? demanda Bahamut. Sur tes cicatrices, le lien psy, fool moon et le reste.
-Je ne peut pas tout lui révéler, dit Mickaël. Elle serait vraiment trop choqué.
-Plus tu lui en diras, dit Bahamut. Plus vous serez proches, alors fait lui une révélation aujourd’hui.
-Occupe toi de Nina, je vais lui parler de mes cicatrices, dit Mickaël d’une voix gênée.

Lyn vit Bahamut réapparaître et prendre Nina dans ses bras pour l’emmener a la sortit. Ils disparurent, puis elle
vit Mickaël réapparaître de l’ombre, et vit son torse recouvert de cicatrice.

-Comment ? demanda Lyn surprise.
-Je vais t’expliquer mais il faut que tu reste calme et que tu t’assoie , dit Mickaël il s’assit en face d’elle et prit sa
main pour la faire passer sur ces cicatrices. En 163 ans, j’ai accumulé un nombre incalculable de cicatrice, et
souvent, mon aspect a repoussé les gens, même toi, lors de tes 5 ans.
-Ah ouais, dit Lyn.
-Je vais te raconter une histoire, belle et tragique, je me demande si tu t’en souviendra ensuite, tu avais 5 ans, je
ne t’avais pas vu depuis tes deux ans et…..

Des années plus tôt, Lyn, petite fille de 5 ans jouait sur un chemin proche de sa maison, de loin elle vit un
homme qui réussissait a peine a marcher, elle grimpa vite a un arbre, afin de se cacher, elle regarda l’homme
passer sous l’arbre, habiller d’une vieille cape de voyage couverte de sang, et lui aussi perdait son sang, il en
rependait partout derrière lui, elle se pencha pour essayer de voir le visage de l’homme. Mais elle se pencha trop
et tomba, elle se mit a crier, pensant qu’elle allait mourir et ferma les yeux, soudain elle sentit qu’on la tenait et
le choc fut très léger. Elle ouvrit les yeux et vit le visage de l’homme, un visage sombre et une paire de lunette de
soleil, il la déposa et s’écroula sur le sol. Elle le regarda sa cape de voyage était tombée et elle vit son torse
couvert de cicatrices et de blessures encore ouvertes. Elle hurla de peur et couru chez elle, Afra accourut tout de
suite, il prit Mickaël sur son épaule et le transporta chez lui pour que Damia lui prodigue les soins nécessaire.
Mickaël ce réveilla deux jours plus tard, une main passait délicatement sur ces cicatrices, il l’attrapa aussi
délicatement et en ouvrant les yeux il vit Lyn.

-Tu es la fillette de l’arbre, dit Mickaël.
-Oui…oui monsieur, dit Lyn effrayée.
-Appelle moi Mickaël, dit il. Tu es Lyn, n’est ce pas ?
-Oui Mickaël, dit elle inquiète. Comment le sait tu ?
-Je suis ton parrain, dit Mickaël. Mickaël Madigan. Tu as aimé tes cadeaux ?
-Oui, dit Lyn en souriant. Papa et Maman mon dit que tu m’envoyais ces cadeaux, et que je finirais bientôt par
être une enfant gâtée.

Mickaël la vit fixée ses cicatrices d’un aire apeurée alors il les fient disparaîtrent.

-Quand tu était plus petite, dit Mickaël en lui souriant. Tu adorais jouer avec moi, alors si tu veux on fait ce que
tu veux.
-Pour de vrai ? demanda t’elle alors que Mickaël lui répondait d’un signe de tête. Ouais, viens on va dehors.

Lyn le précéda dans le jardin avec un crie de joie, Mickaël ce tourna vers Afra Et Damia.

-Je ne sait pas comment vous remercier mes amis, dit Mickaël. Je vous revaudrais ça !
-Prend garde a ne pas forcer et rejoint la, dit Damia en souriant. On parlera ce soir.
-Oui, dit Afra. Et ne la gâte pas trop !

Mickaël fini de raconter son histoire, et lâcha la main de Lyn, elle continua a passer sa main sur le torse de
Mickaël parsemé de creux et de bosse.

-Je les cachais pour ne pas faire peur a ma fillette préférée, puis c’est devenu une habitude, dit Mickaël.
-J’aurais aimée le savoir plus tôt, dit Lyn. Mais c’est plutôt excitant.
-Si on montait dans ma chambre pour que tu inspecte mes anciennes blessures avec tes doigts experts, dit
Mickaël en souriant.
-Dit moi que tu parle bien de sexe ! dit Lyn l’aire excitée.
-3 semaine et ma petite Lyn est en manque ! dit Mickaël en rigolant.
-Arrête de te foutre de moi, dit Lyn. Allons y.

3 heures plus tard, le grand maître qui était un homme de grande taille, sans cheveux qui semblait avoir plus de
100 ans, aux yeux plein de malice et de sagesse, arriva a 1 heures des deux tours, a ces cotés montait deux
hommes habillé chacun d’une cape de voyage official d’une tour différente, qui les dissimulaient complètement,
et derrière eux trois cents soldats.

-Je me demande si Mickaël nous attend si tôt, dit le grand maître.
-Sûrement pas, dit le premier gars sous une cape verte kaki. Vu l’énergie dégagée il est trop occupé avec la
maîtresse de la lumière.
-Ne le sous estime pas, dit celui sous une cape blanche. Madigan est aussi intelligent qu’imprévisible.
-Oui, moi je l’ai vu déguisé en fille, dit celui sous la cape verte kaki. Il avait l’air d’un bouffon, pas d’un génie.
-Sûrement, dit le grand maître. Mais il adore voir les gens gênés, qui ne savent plus quoi faire ou dire. C’est son
jeux préféré.
-Peut être mais sa reste un bouffon, dit celui sous une cape verte kaki.
-Tu n’aura pas a le supporter longtemps, dit celui sous une cape blanche. Nous allons a la tour de la lumière, tu
ne le verra sûrement qu’une fois !

Ils arrivèrent en vu des tours, le grand maître sentit l’énergie de Bahamut, et il vit un homme en armure qui
s’approchait, alors il descendit de cheval et l’attendit.

-C’est un honneur de vous revoir, dit Bahamut en les saluant. Et de vous rencontrer maître psy et maître des
animaux, je me présente Bahamut le dragon divin.
-Un dragoon ? demanda le maître des animaux sous sa cape verte kaki.
-Pas tout a fait, je suis un dragon métamorphosé, répondit Bahamut. Mickaël lui est un dragoon.
-Mickaël t’a envoyé j’imagine, dit le maître psy. Cela faisait longtemps que je voulais te voir, après nos
discutions plus qu’intéressante.
-Oui il m’a envoyé pour vous retardez un peu, dit Bahamut.
-Dans ce cas, dit le grand maître. HALTE !

Tous les soldats s’assiérent, Bahamut sortit un plateau.

-Jeff, dit Bahamut. Tu me dois une partit de dame chinoise.
-C’est partit, dit le maître psy.

2 heures plus tard, Mickaël regardait par la fenêtre.

-Tu sait Lyn, dit il en ce tournant vers elle. D’ici je vois ta chambre, on pourra ce voir en plus de ce parler le
matin.
-Arrête de tourner autour du pot, dit elle en sortant de sous les couvertures. Que veut tu me dire ?
-Le grand maître est en avance, dit il. Il sera là d’ici une heure.
-Alors il faut que tu me ramène a ma tour, dit elle en ce levant toute nue et en se serrant contre lui. A part si tu
pense a autre chose ?
-Pas assez de temps pour remettre ça ! dit Mickaël en l’embrassant.
-Oui, mais comme pour aller a ma tour il suffit de quelques minutes, dit elle avec un sourire coquin sur les
lèvres. Ont pourraient se remettre dans le lit un petit moment. Puis je marcherais a ma tour pour accueillir le
vieux chnoque, comme tu l’appelle.
-Tu es dur en affaire, dit il en la portant dans le lit. Mais, tu n’as pas gagné !

Le grand Maître, suivit des deux maîtres et de ces chevaliers arrivèrent entre deux collines, le maître psy et lui
furent les seuls a remettre leur capuche a temps avant de se retrouver bombardé de tomates et d’œuf pourris, les
tireur s’enfuirent, sous les rires de deux seul a ne pas en avoir reçu sur le visage, alors que le maître des animaux
ce mit a pousser des hurlement de rage. Ils se séparèrent une fois a proximité des deux tours, le grand maître
partit seul vers la tour de l’ombre, il y arriva très vite et vit Mickaël assit sur une marche a l’entré entrain de
jouer avec des enfants.
-Alors comment va le plus feignant et le plus fort de tous les maîtres de tour ? demanda le grand maître en
souriant aux enfants.
-Plus jeune que toi, répondit Mickaël. Tu voulais me surprendre ? Tes éclaireurs sont dans mon donjon, la
prochaine fois n’en envoie pas !
-J’ai préfère te presser a trouver une idée plutôt que de te laisser deux jours de plus, dit le grand maître en
souriant. Mais l’idée de nous balancer de la nourriture pourris dessus était bonne.
-Merci, dit Mickaël en souriant. Rentrez les enfants, vos mères vont s’inquiétée et je vais me faire engueuler.
-Mickaël, dit le grand maître des que les enfants furent rentré. Je suis venu te demander pardon, et te demander
de venir assister au questionnement de Lyn Higlewood.
-Pour quelqu’un qui ne devrait même plus me parler tu en demande des choses.
-Mickaël, dit fermement le grand maître. Ce n’est pas le moment de faire remonter nos vieilles querelle. Le
destin de ta petite amie va se jouer sur ce que tu feras. Tes gamineries sont de plus en plus mal acceptées, si ça
continue, ils vont t’envoyer des assassins, il faut que tu reprennes un peu ton sérieux Madigan, tu risque ta peau
et celle de ceux qui t’entoure.
-Je ne serais plus jamais le petit chien de cette bande de cons, dit Mickaël tout en retirant son t-shirt. Qui a reçu
toutes ces cicatrices pour eux ? Qui ? On m’a forcé a tué, tué et encore tué ! Ils ont crée l’arme qui ce
retournerais contre eux, ils le savent et ils ne feront rien de peur que je viennent les tuer ! Tu l’as dit je suis un
feignant, mais je suis aussi le plus fort.
-Tu viendra ? demanda le grand maître.
-Peut être, mais saura tu me reconnaître ? demanda Mickaël comme réponse. Une partie d’échecs ?

Le grand maître ce mit a rire, et Mickaël lui donna un verre de bière et ils discutèrent durant une bonne heures
tout en jouant, puis vint le moment de partir.

-Si tu viens il faut partir maintenant, dit le grand maître. Sache que ton lien télépathique sera coupée durant toute
la durée de l’interrogatoire.
-Je te suit, dit Mickaël en enfilant une cape noir qui le dissimula.
-Tu te déguise en observateur du conseil, dit grand maître étonner. Ou a tu eut cette cape ?
-Ils ont déjà essayer de me tuer, dit Mickaël en souriant. Je leur est renvoyer les restes du gars et ils n’ont plus
rien essayé.

Ils marchèrent jusqu'à la tour, le grand maître avait laisser son cheval derrière lui et ils arrivèrent a la tour après
dix minutes. Une salle avait déjà été préparé et Mickaël pinça les fesses de Lyn en passant derrière elle et elle le
reconnu a son petit rire qu’elle seul entendit. Il y eut très peu de présentation de se qu’y allait ce passer. Sofiane,
Aurore, le maître psy, et le maître des animaux entourèrent Lyn. Mickaël et le grand maître restèrent un peu a
l’écart. Tandis que deux gars avec la même cape que Mickaël passait derrière Lyn, qui s’énervait de n’entendre
aucune réponse mental de la part de Mickael. Sofiane et Aurore restèrent assez gentils avec elle, les deux autres
maîtres eux ne se gênèrent pas a lui poser des questions vicieuses. A la fin, ils semblait clair que Lyn ne les
avaient pas convaincus, et que personne ne croyait qu’elle ne ferais une bonne maîtresse des éléments. Mickaël
s’avança, alors que tout le monde allait partir après deux heures de discutions.

-Deux dernières questions, dit il d’une voix impassible en retirant sa capuche. Pourquoi devenir maîtresse des
éléments et qu’est ce que vous pensez que vous pourrez faire en le devenant ?
-Je…. répondit Lyn en lançant un regard qui signifiait qu’il était pas obligé de plus l’enfoncer a Mickael. Je ne
suis pas devenu maîtresse de la lumière par choix c’est le destin qui a fait de moi la maîtresse d’un élément. Et je
souhaite aidez les peuples qui en ont besoin, éradiquer les démons de la planète et aider les autres maîtres.
-Vous venez de la sauver maître des ténèbres, dit un des gars avec la même cape que Mickaël. Sans vos question
elle n’aurait pas put obtenir le poste.
-Comment ? demanda Lyn.
-On verra plus tard Lyn, dit le grand maître. Juges, merci de vous êtres déplacer, nous allons maintenant passer
au banquet, et je vous souhaites bonne route.

Les 2 juges s’en allèrent, plusieurs serveurs entrèrent et déposèrent des plats sur la table puis s’en allèrent.

-Alors ? demanda Lyn.
-Je me présente, dit le maître psy. Je suis Jeff Mackiney, maître psy.
-Je suis le maître des animaux Nick Sindam, dit le petit qui se plaint toujours.
-Ça ne répond pas a ce que je veux savoir, dit Lyn. Toi pourquoi tu me répondait pas quand je t’appelais et
qu’est ce que je risquais.
Elle pointait Mickaël du doigt, celui ci retira sa cape et la regarda en souriant

-Tu risquait ta vie, dit Mickaël d’un air indifférent.
-Quoi ? cria t’elle. Et tu me dis sa comme si c’était rien ?
-Il ne t’aurais pas laissé mourir, il était près a se jeter sur les deux juges, dit Jeff en soupirant. Quand au lien psy
qui vous unissait je l’ai coupé, Mickaël me l’avait fait installé quand tu était plus jeune, je n’ai eu aucun mal a le
retirer, mais ne t’inquiète pas je n’entend pas ce que vous vous dites et il sera remis en place des demain.
-Ah… dit Lyn qui ne savait plus quoi dire puis elle se tourna de nouveau vers Mickaël. Donc tu savais très bien
d’où ça venait !
-Mangeons ! dit Mickaël en la serrant contre lui pour lui parler dans l’oreille. On parlera plus tard, ça fait partit
des choses que je veux te révéler petit a petit.

Ils passèrent une soirée agréable, a la fin Jeff demanda a parler a Mickaël et Sofiane. Ils aillèrent tous les trois
sur le toit de la tour de la lumière et regardèrent Jeff.

-Je souhaite vous demander de venir m’aider, dit Jeff. Je suis un maître de tour pacifiste et je ne possède pas de
soldats, mais des démons ont été repérés non loin de chez moi et je ne sait pas quoi faire. Alors je me suis
dévouer, pour venir questionner Lyn.
-En claire, commença Sofiane…
-Je viendrais t’aider, fini Mickaël. Bahamut et déjà en chemin.
-Comment ? dit Jeff.
-Un paysans et arriver ce matin, et il nous a prévenu, dit Mickaël. Bahamut est partit en avance pour s’assurer
qu’il n’y aurait pas de blesser avant notre arriver.
-Je vais faire en sorte que mes soldats partent le plus vite possible, dit Sofiane.
-Je vous remercie les gars, dit Jeff. Je vous doit déjà beaucoup les gars, vous n’arrêtez pas de m’aider et moi je
ne fait rien pour vous.
-En parlant de ça, dit Mickaël en souriant. Tu voudrais pas couper le lien encore deux jours ? Ma migraine et
partie, c’est agréable. Elle ne contrôle pas encore la force de ces pensées.
-Et l’endormissement automatique ? demanda Jeff.
-Le quoi ? Demanda Sofiane.
-Quand elle était petite elle ne dormait jamais, dit Jeff. Alors a ces 18 mois Mickaël m’a fait mettre une
commande hypnotique, si il chante une chanson précise avec les bonnes intonation elle s’endort, il n’y a que lui
qui peut le faire.
-Ah, dit Sofiane. Tu l’endort puis tu abuse d’elle, c’est comme ça que tu as tenu si longtemps !
-Arrête de dire des conneries, dit Mickaël en lui foutant une claque derrière la tête. Bon, maintenant il faut que je
trouve mon ancien sabre. Et laisse lui Jeff, ça peut toujours servir.
-Mickaël, dit Sofiane sombre. Fool Moon ce trouve plutôt loin d’ici, il va falloir que tu y aille en cheval.
-Ça tombe bien, dit Mickaël. J’ai le meilleur cheval du monde dans ma cour.
-Tu vas pas faire ça, dit Jeff.
-Je vais me gêner, dit Mickaël. Jeff, attend trente secondes et descends, dit a Lyn et Aurore que nous sommes
partit a fool moon et que l’on revient des que possible, puis dit au vieux chnoque que je le remercie.
-Sofiane tu part aussi ? demanda Jeff.
-Ouais, dit Sofiane. Et il semblerais que nous allons tuez tes envahisseurs a nous trois.

Mickaël et Sofiane sautèrent du toit et coururent a la tour des ténèbres, ils prirent chacun un cheval, Mickaël prit
celui du grand maître et ils partirent a fond dans la pleine en direction d’un chemin de foret, éclairé par la
lumière des trois lunes. Ils chevauchèrent jusqu’au lendemain soir, et s’arrêtèrent a une auberge au bord d’une
route, une petite auberge ou il n’y avait pas un seul client. Ils s’assiérent au bar et discutèrent tranquillement.

-On repartira demain, dit Mickaël en baillant. Mademoiselle, pourrions nous avoir une chambre ?
-Bien sur, dit l’aubergiste. Est ce que je pourrais savoir où vous comptez vous rendre ?
-Bien sur, dit Sofiane. Nous allons a fool moon.

La demoiselle fit un bond en arrière, Sofiane regardait les yeux vide de Mickaël, et il rigola.

-Je plaisante, dit Sofiane. Nous allons a la tour de la mort. Nous sommes messagers de la tour des ténèbres et de
l’eau.
-Vous me rassurez, dit la femme rassurée. Vous savez depuis 140 ans c’est la maison du démon. Par ici on dit
que Madigan n’a pas disparut, il continue d’errer là bas.
-Pourquoi après 142 ans, les gens n’ont de cesse de ressasser cette histoire ? demanda Mickaël, d’une voix empli
de tristesse. Personne ne sait ce qu’il c’est vraiment passé a fool moon, il n’y a eut aucun survivant, Madigan
était sûrement qu’un homme qui c’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Je le plaint plus qu’autre
chose.

Mickaël ce leva et quitta l’auberge, Sofiane fini son verre en rigolant puis il alla prendre une chambre et dormi,
le lendemain il prit son petit déjeuné et alla réveiller Mickaël endormi dans le foin a coté des chevaux.

-Allez monsieur a plaindre, dit Sofiane. On y va.

Il reprirent la route, ils y arrivèrent le lendemain vers midi, en sortant d’une forêt ils ce retrouvèrent dans un
désert immense, ils avancèrent et après une heure ils arrivèrent devant des ruines, Sofiane vit des larmes couler
des yeux sans vie de Mickaël, rien d’autre ne montrait sa tristesse même son visage restait impassible. Sofiane
avança tout seul au milieu des ruines, Mickaël descendit de cheval et s’écroula a genoux des son entré. Sofiane
alla au centre des ruines et s’y installa, il resta seul toute la nuit, il alluma un feu et nourrit et abreuva son cheval.
Le lendemain il vit Mickaël rentrer en ville et partir vers l’est des ruines. Ils débouchèrent sur un cimetière, et au
sommet d’une colline juste derrière un sabre long, identique a l’autre.

-Le sabre des ténèbres, dit Sofiane. Après 142 années il va enfin resservir son maître. Je me demande si le
moment et vraiment bien choisi !

Mickaël s’avança entre les tombes et se mit a genoux, devant le sabre il y avait un fourreau d’un noir absolu.
Mickaël prit le manche du sabre, et tomba dans une transe profonde, il entra dans le monde de ces rêves et fit
face a un enfant. Autour d’eux tout était noir, Mickaël regarda l’enfant et semblait énervé.

-Tu croit pouvoir me duper ainsi, cria Mickaël. Reprend ton apparence normal.

L’enfant explosa et un démon apparut, il était le jumeau de Mickaël avec deux grandes ailes noir, des yeux
rouges, et des tatouages noires tout le longs de son corps. Il était la copie de Mickaël même dans ces expression.

-Comment va tu mon frère ? Demanda la copie.
-Et toi ? demanda Mickaël.
-Bien, dit la copie. Je viens de te retrouver, je t’ai attendu longtemps. Le jour ou mon crime aura été pardonné est
il arrivé ?
-Non, dit Mickaël. Mais je te donne la possibilité d’expier tes crimes.
-Bon, dit la copie. Que veut tu de moi ?
-Des démons vont envahires le pays ou se trouve la tour psy, dit Mickaël. Je veux que tu m’aide, si tu ne me
trahis pas. Je te conserverais. Et on redeviendra amis, Bashou.
-J’accepte, dit Bashou. Je suis le miroir de ton âme, je ne veux plus être seul.
-Dans ce cas pas de bêtise, répéta Mickaël en le serrant contre lui.

Le monde des rêves disparut et Mickaël retourna a la réalité, il rangea le sabre dans le fourreau et sentit son
énergie l’envahir. Et sa voie résonner dans sa tête.

Mickaël : Calme toi. Et arrête de me crier dans la tête !
Bashou : Désolé, je n’ai plus l’habitude. Dit moi, tu fait quoi ces temps ci ?
Mickaël : Je sort avec une fille très bien et j’ai repris mes études, je rentre en quatrième années. Sinon rien de
bien drôle.
Bashou : C’est Sofiane là bas ? Je ressent son énergie.

Mickaël s’approcha de Sofiane qui sourit.

-Salut, tu es Bashou ou Mickaël en ce moment ? demanda Sofiane.
-A ton avis ? demanda Mickaël. Je ne le laisserais pas ressortir tout de suite.
-Mickaël, dit Sofiane. Tu ne vas pas tarder a devoir t’expliquer avec Lyn, d’ici pas longtemps il sera midi.
-Ouais, dit Mickaël. Bon, on devrais y aller, Bahamut ne nous attendra pas quatre siècle non plus.

Ils reprirent leur chemin, après cinquante cinq minutes de marche intense Mickaël dut s’arrêter en entendant un
cris terrile dans sa tête qui lui fit poser un genoux au sol.
Lyn : MADIGAN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Mickaël : Aie !!!!!!!! Lyn, s’il te plait pas de ça. J’avais perdu ma migraine.
Lyn : Tu fait quoi ?

Mickaël ce releva et courut après Sofiane déjà loin.

Mickaël : J’essaye de rattraper Sofiane. Et toi ?
Lyn : Je suis morte d’inquietude parce que mon chérie est partit sans me dire au revoir !
Mickaël : Tu es déjà en manque de sexe ?
Lyn : Arrête de rigoler !
Mickaël : Lyn, je fais ce que je dois faire. Je reviendrais au plus vite !
Lyn : Tu as interet !

Mickaël rattrapa Sofiane et ils partirent a fond, sautant par dessus les grand ravin escarpés. Ils courerent ainsi
durant plus de vingt cinq heure. Puis ils virent Bahamut portant une épée sur le dos, assit sur un muret. Il ce leva
et les salua d’une révérance.

-Vous arrivez enfin, dit Bahamut. J’aurais pensé que vous seriez plus rapide.
-Impossible de courir, dit Sofiane. Il n’arrettais pas de s’arrêter a cause de Lyn qui lui hurlait dessus. Alors
qu’est ce que tu as vu ?
-Deux armées de monstre, dit Bahamut. Une qui vient et l’ autre qui semble attendre.
-Allons y, dit Mickaël. A nous trois ça devrait suffir.
-J’en doute pas, dit Bahamut en souriant.

Ils avancèrent et foncèrent sur une marée de monstre. A la tour de la lumière, Nick et Jeff regardait une armée
immense de monstre entourer les deux tours. Lyn leur apporta du café. Aurore et le grand maître étaient partit a
la tour de l’ombre pour organiser ça défense. Mickaël et Sofiane était partit depuis plus de cinq jours, et les
monstres étaient apparuent sortant de nul part. Ils avaient du faire en sorte de les stopper un peu, ils avaient
même faits appeler des renforts chez les seigneurs elfs et a l’école.

-Lyn, dit Nick. Nous aurons besoin de Madigan et Chanix, ne veux tu pas les appeler ?
-Non, dit Jeff. Madigan ce bat. Lyn lui diffuse déjà des encouragement et c’est tout ce qu’il doit entendre. Nous
n’aurons pas besoin de lui pour l’instant.

La première attaque des monstres ce solda sur un échecs, les maîtres de tours étaient bien trop puissant. Les trois
autres attaques furent un peu plus dur a stopper, et petit a petit les maîtres ce fatiguaient. Le soir de la cinquième
nuit de siége, ils furent forcer de faire sortir des soldats afin de les empêcher de briser les murs d’enceinte, c’est a
ce moment la que les elfs arrivèrent sortant de la foret comme des demants et tuant les démons a grand coup
d’épée elfique, derrière les soldats les archers elfs et les mages ce mirent aussi au travailllent, les démons ce
retrouvèrent attaquer par deux flancs et durent ce défendre tant bien que mal, les fleches et les sorts volaient
entre les guerriers carbonisant ou tuant les monstres qui commençait a être en nombre reduits. Au petit matin, les
élèves de Nintak et des naims arrivèrent foncant sur l’ennemis et commençant le massacre. D’un coup, un
monstre énorme sotit du tas et tuas des centaines de soldats d’un coup, il envoya une boule de feu qui mit une
vingtaine d’archer elf hors combat. Le guerriers fonça alors sur les elves de Nintak, soudain il fut stopper par une
fleche, il ce tourna et vit Lyn qui prit son épée a lame fine d’une main et balança l’arc.

-Allez viens batard ! cria t’elle enragée.

Autour d’elle ces guerriers ce bataient et la protégeait, elle fonça sur le guerrier, le bruit était terrible, elle lança
son attaque et elle passa le monstre, et s’écroula a genoux quand une blessure s’ouvrit sur sa poitrine. Le monstre
s’écroula, son cheval était mort et il tomba au sol. Puis il ce releva, regardaz sa monture coupé en deux et ces
yeux devinrent rouge de fureur. Lyn ce releva en utilisant ces dernières force. Elle avait particiopée a toute la
bataille et commençait a être plus que fatiguée. Elle tregarda le monstre courirent vers elle et elle fonça sur lui,
quand il y eut contact une immense colone de sang apparut dans le ciel et tous les combats s’arretterent. Lyn
tenait presque plus debout, et le monstre était coupé en deux sur le sol/ Les monstres se mirent a s’enfuir, mais
très peu y arrivèrent. Puis Lyn s’effondra dans le lac de sang qu’était devenu la paine recouverte d’herbe qui
entourait les deux tours. Mickaël se trouvait dans la tour Psy avec Sofiane et Bahamut et ils ce faisait soigner
pour blessure multiples. Mickaël qui dormait ce redressa d’un coup lorsque Lyn tomba au combat.

-Lyn, cria t’il recouvert de sueur.
Son bandage commença a ce tinter de rouge. Mickaël ce leva et vassilla, Sofiane appela l’infirmière incapable de
ce lever. Elle voulu recoucher Mickaël mais elle recula en voyant ces yeux rouges de démon. Mickaël s’habilla
sans même prendre en compte la douleur.

-Madigan, cria Bahamut. Arrête tes conneries, tu n’atteindra pas ta tour dans cette état.
-Lyn, cria Mickaël d’une voix suppliante pleine de tristesse.
-Mickaël soit raisonnable, dit Sofiane. Ils s’occuperont tous d’elle.

Mickaël n’avait pas arrêter d’entendre sa voix depuis qu’il avait commencer le combat, et il ne l’entendait
soudainement plus, il ne la sentait plus, il compris qu’il avait été attiré dans un piège avec Sofiane alors qu’il
courait pour rejoindre sa tour. Il avait été stupide de ne pas plus réfléchir. Les démons avaient utilisés une ruse si
grossière. Il couru aussi vite qu’il put. A la tour de la lumière, Aurore et Jeff s’occupaient des blessures de Lyn.

-Elle ne s’en tirera pas si on ne l’appaise pas, dit Aurore inquiète.
-Je sait, dit Jeff qui tentait de rester le plus calme possible pour ne pas inquieter plus Aurore. Mais il n’y a que
Madigan qui puisse le faire. Elle m’a decouverte deux fois quand je me suis fait passer pour lui.
-Lyn, dit Aurore. S’il te plait, il faut que tu te calme. Jeff ou en est Madigan ?
-Je ne réussit pas a le localiser, dit Jeff.
Aurore : Sofiane, ça va ?
Sofiane : Aurore ? tu as l’air si… qu’est ce qui c’est passé ?
Aurore : Lyn, elle est gravement blessée et elle a outrepasser ces pouvoirs.
Sofiane : Madigan et partit comme un demant hier, il ne tardera pas a arriver. Je rentrerais dès que mon état me
le permettra.
Aurore : Prend soin de toi. Je t’aime.
Sofiane : J’espère bien !

Aurore regarda Lyn et passa un linge humide sur son front. Mickaël continuait de couir une main sur le ventre
pour stopper la coulé de sang. Il n’était plus qu’a une distance très réduite de la tour, quelques heures plus au
plus. Il reprit encore plus vite, poussé par son deuxième souffle. Quand il arrva a la tour de la lumière, le grand
maître l’attrapa et l’aida a monter en haut dans la chambre de Lyn. Il s’écroula sur le lit a coter d’elle et la serra
contre lui en pleur.

-Jeff, dit Mickaël. Je vais y aller.
-Dans ton état ce n’est pas conseillé, dit Jeff. Tu vas te tuer, attend quelques heures, tu dois dormir et soigner
cette blessure que tu as au ventre.
-Jeff, dit Mickaël d’une voix suppliante. Je dois tout faire, je…
-Vas y Jeff, dit Aurore. Je le soutiendrais avec ce qu’il me reste de force.

Mickaël la remercia d’un signe de tête, elle lui sourit pour essayer de le rassurer mais elle vit qu’il avait tout a
fait connaissance de la situation.

-Mickaël, dit Le grand maître. Tu sait que quand tu as été dans le même état tu ne te rappelais plus de rien.
Trouve ce qui fera qu’elle retrouve ces esprits et ce suffira pour l’appaiser et que son pouvoir lui permette de
guerrir.

Mickaël acquiessa d’un signe de tête, et il s’allopngea a coté d’elle. Lyn était bloquée dans son esprit, elle ce
trouvait dans un monde tout blanc, ni mur ,ni plafon ,ni sol, elle avait l’impression de voler. Elle ne savait pas ou
elle était ni qui elle était. Plusieur fois elle avait entendu une voix mais elle lui semblais trompeuse et avait
refuser de la suivre. Puis elle vit un homme avancer vers elle entourer d’un nuage noir et les yeux rouge, elle ce
rappela d’un coup la peur de cette homme mais aussi de l’amour qu’elle lui portait, elle vit Mickaël comme il
était vraiment pour la première fois, six énormes ailes de démons dans le dos, une armure en ecaille de dragon et
des marques noirs partout ou sa peau était visible même sur le visage. Elle recula, effrayée, elle ne reussisait pas
a mettre un nom sur ce visage. Il s’arrêta et lui tendis la main.

-Me voici, dit Mickaël. Voilà ce que je suis pour de vrai, ce que je suis quand les deux partit de mon ame
fusionne, la representation de mon esprit.
-Qui étés vous ? demanda Lyn. Qui suis je ?
-Tu es toi, tu es Lyn Higlewood, dit Mickaël en rigolant. Et je suis Mickaël Madigan, ton humble serviteur.
-Quand je vous ai vu de loin, dit Lyn. J’ai ressentit….
-De l’amour ? demanda Mickaël en la voyant embarrassée. Trouverais tu cela bizarre si je te dis que nous sortons
ensemble ?
-Pourquoi trouverais je cela bizarre ? demanda Lyn. L’apparence compte peu.
-Deux point pour toi, dit Mickaël en s’asseyant dans les aires. Lyn, pourquoi es tu dans cette état ?
-Quel état, je suis bloqué ici, dit elle. Et je ne sait même pas où je me trouve !
-Tu es dans ton esprit, dit Mickaël. Tu y es parce que tu as outrepassé tes pouvoirs et que tu as subi un choc
traumatisant en retour. Il faut que je decouvre qu’elle est ce choc.
-Quoi ? demanda t’elle. Je ne… je ne suis pas … je ne me rappelle pas.

Mickaël redevint normal peu a peu, il la fixait et la faisait rougir. Il soupira et la prit dans ces bras, elle voulu ce
degager mais il l’en empêcha et posa sa tête sur son épaule.

-Calme toi, dit Mickaël. Tout le monde et en vie, personne n’est mort, il n’y a que très peu de blessés grave, et
cela grâce a toi. Tu peut être fière de toi, moi en tout cas je le suit, je suit si fière de ce que tu es devenue et de
pouvoir être avec toi. Reviens moi Lyn.
-Ne pleure pas Madigan, dit elle en le serrant alors qu’il allait partir. Le dragon rouge n’a pas le droit de ce
montrer si faible tout d’un coup.
-Lyn, dit il en se rendant compte qu’elle avait reprit ces esprits. Tu m’as manquée.

Puis il lui tapa sur la tête.

-Je t’ai dit de ne plus m’appeler comme ça ! dit il. On ce reverra a ton réveille.

Elle le lâcha et vit du sang sur sa robe.

-Tu es blessé ?
-Ne t’inquiète pas, dit Mickaël. Mon esprit a laisser passer ma blessure, mais ce n’est pas grave.

Mickaël rouvrit les yeux dans le monde réel et cracha une gerbe de sang sur le coté du lit. Jeff le souleva avec le
grand maître et ils l’emmenerent a l’infirmerie. Aurore sentit l’esprit de Lyn s’appaiser et son pouvoir revenir et
ce charger de ces blessures.

Aurore : Sofiane, tout va bien ici, enfin, a part pour Mickaël, il a sûrement une emoragie interne.
Sofiane : Nous somme sur le chemin du retour avec Bahamut, on arrivera dans deux ou trois jours.
Aurore : Rien ne presse, je n’ai pas oublier que je dois t’engueuller pour être partit sans prévenir. Fait attention a
toi.

Lyn ce réveilla deux jours plus tard, elle était dans sa chambre seule, elle vit sa poitrine recouvert de bandage et
ce leva doucement. Elle regarda par la fenêtre, la pluie commençait a effacer les traces de ce qui c’était passer. Et
des hommes qui faisait buler les corps des monstres, durent rentrer leur feu s’eteignant toutes les trentes
secondes. Puis elle ce souvint de Mickaël, ces grandes ailes de démons, elle avait eut si peur en le voyant, elle
n’etait qu’une idiote. Aurore rentra avec un grand sourire.

-Bonjour princesse, dit Aurore. Je suis contente que tu soit en meilleur forme.
-Merci, dit Lyn. Où est Mickaël ?
-Direct dans le vif du sujet, dit Aurore. Tu tiens ça de lui, et pour ne pas te mentir je te dirais que ça vie n’est
plus en danger maintenant. Mais tu ne pourra pas ni le voir ni communiquer avec lui avant son réveil. Et tu
devras éviter de penser trop fort.
-Comment ça hors de danger ? demanda Lyn plus qu’inquiète.
-Il a utilisé ces dernières forces pour te rejoindre et a empirer ces blessures, dit Aurore. Il avait une hemoragie et
on la sauvé, alors ne t’inquiète pas. Maintenant il faut que tu mange. Jade et Jd s’occupent de Mickaël et moi je
m’occupe de toi. Allez on mange.

Aurore s’occupa d’elle et Lyn lui en fut très reconnaissante, puis elle vit Sofiane et Bahamut arriver en bas et
Aurore courirent vers lui. Elle en profita pour s’eclipser de sa chambre et pour sortir de sa tour en douce. Les
gardes de la tour des ténèbres la laissèrent passer sans un mot. Elle monta et vit Mickaël dans sa chambre
recouvert de la tête au pied de bandage, on aurait dit une momie egyptienne. Elle s’allongea a ces coté et ce serra
contre lui, elle fut étonnée de le sentir la serrer contre lui. Puis elle vit qu’il souriait.

-Comment va ma princesse ? demanda Mickaël.
-Tu es en piteuse état par rapport a moi, dit Lyn. Tu es un idiot !
-C’est agréable de te retrouver, dit Mickaël en rigolant. Lyn, tu ne devrais pas être ici !
-En effet, dit Aurore en entrant. Mais j’accepte qu’elle reste encore une heure si elle ne fait rien de physiquement
eprouvant.
-J’en serais de toute façon incapable, dit Mickaël. Merci, Aurore.

Elle ressortit, Mickaël entendit Lyn pleurer contre son torse, et il la serra un peu plus sans faire attention a la
douleur que ça lui infligeait. Elle leva les yeux vers son visage et elle vit qu’il lui souriait. Alors elle essuya ses
larmes et l’embrassa.

-Mickaël, dit elle suppliante. Exprime toi.
-J’ai mal, dit il et elle s’écarta.
-Désolé, dit elle.
-Lyn maintenant promet moi d’être plus prudente ! dit Mickaël.
-Si je te le promet je pourrais me serrer contre toi ? demanda Lyn.
-Oui, dit Mickaël. Alors ?
-Je promet qu’a partir de maintenant je ferais tout pour ne plus mettre ma vie en danger, dit Lyn en ce serrant
contre lui tendrement et en l’embrassant.
-Tu as réussit a mettre au moins huit porte de sortie dans cette promesse, dit Mickaël.
-J’ai eu un bon professeur dans mon enfance.

Quelques jours plus tard, Jeff, Jade, Jd, Sofiane, Bahamut et Sofiane discutaient dans la salle de conférence de la
tour de l’ombre. Ils étaient sérieux et buvaient un liquide noir aux effet très proche du cafe qu’ils nommait
Bidasse.

-La situation s’aggrave, dit le grand maître. Madigan est il sur de ça theorie ?
-Mickaël n’a jamais appelé au loup pour rien, dit Jade. Et Nick était le seul a pouvoir faire cela.
-Contrôler les monstres, dit Jeff songeur. Je n’était pas encore maître durant Fool moon, et mon predesseceur ne
m’a laissé aucun récit de ce qui s’y était passé.
-C’est normal, dit Sofiane la tête poser sur ces poings serrer par la colere. Ton prédécesseur y est mort. Comme
la moitié des maîtres. Aurore, Mickaël, Jade, Jd et moi en sommes les seuls survivants. Le grand maître ne s’y
trouvait pas. Et Nick aurait survecut ?
-D’après notre Madigan national ! dit Jd. Je vous rappelle qu’elle danger représente cette homme ou vous vous
en souvenez ?
-J’aimerais obtenir de plus ample information sur cet incident, dit Jeff. Ça m’aiderais à mesurer le danger.
-Prend les informations dans mon cerveau, dit Sofiane.

Jeff ce concentra et réussit a pénétrer dans la mémoire de Sofiane. Il en tira des images horribles, des monstres,
des humains déchiqueter les organes rependut de partout, Sofiane protegeant Aurore alors qu’il pissait le sang,
les maîtres élémentaux sur le sol recouvert de sang, Mickaël les déposant un par un en sécurité même ceux qui
était mort, encore Mickaël tenant le cadavre d’une fillette dans ces bras, la fillette avait un trou beant dans le
ventre, et sa mère sur le coté, le bas de son corps complètement dechiqueté, Mickaël pleurait de longue larme de
sang, puis il le vit assommer Sofiane. Jeff revint a la réalité, des larmes perlaient de ses yeux, et il ne réussissait
pas a les stopper. Dans la salle, les visages s’était encore assombrit. Jeff fini par ce reprendre et s’essuya les yeux
avec une serviette.

-Qui était elles ? demanda Jeff a Sofiane qui avait revecut le moment avec lui.
-La femme et la fille de Mickaël, dit Sofiane en baissant les yeux vers le sol. Elle n’avait que quatre ans, et je
devais la protéger.
-Tu sait bien que ce n’est pas ta faute, cria le grand maître. Maintenant il est temps de prendre une décision.
Devons nous nous inquieter ou pas ?
-La question ce pose t’elle ? demanda Aurore en rentrant. Pensez vous que Mickaël ce tromperait sur son maître
d’arme ? Celui qui lui a tout appris ?
-Je suis d’accord avec Aurore, dit Sofiane. Mickaël ce trompe peut être, et dans ce cas ont sera soulagés d’avoir
prit quelques dispositions, sinon on pourra peut être éviter un autre Fool moon et éviter que la lune ne soit
totalement detruite cette fois.
-Je suis d’accord moi aussi, dit Jade en larme puis tous accepterent.
-Vu que nous somme tous d’accord, dit le grand maître. Je vous ferais parvenir les informations recueuillis et les
ordres.
-Nous serons a l’école, dit Aurore en serrant Jade contre elle. Bon retour.
Jeff et le grand maître partirent, Mickaël entra dans la pièce, recouvert d’une cape de voyage et s’assit sur une
chaise. Ils le regardèrent et il leur lança son sabre long.

-Nous repartons pour l’école dans une semaine, dit Mickaël en reprenant son air froid et détaché. Laissez moi
avec Jade s’il vous plait.

Ils acquiesserent de la tête, Mickaël retira sa cape de voyage et marcha vers elle puis il la serra contre lui et il
pleura avec elle.

-Merci Mickaël, dit elle une heure plus tard.
-Tu n’as pas a me remercier, dit Mickaël. Ta sœur serait en vie si elle n’avait pas été ma femme. Maintenant fait
moi plaisir, retourne a ta tour, organise la, donne les ordres pour l’année, et dit leur de faire attention.

Jade partit, Mickaël resta dans la salle tout seul et ce fut Edma qui le sortit de ces pensées en lui essuyant le
visage recouvert de larmes, elle lui decocha un sourire qui fit ressortirent ces rides et Mickaël la regarda avant de
ce serrer contre elle.

-Merci Edma, dit Mickaël.
-Tu sera toujours mon petit Mickaël, dit elle en lui ebbourifant les cheveux.
-Tu as prit soin de moi sans jamais te plaindre, dit Mickaël. Je devrais t’offrir une retraite plus que meritée.
-Et vous laissez faire tourner en bourique une pauvre ame qui evra prendre ma place ? demanda Edma. Non, le
moment n’est pas encore venue, je dois former une personne d’abord.
-Je te donne carte blanche, dit Mickaël. Et trouve toi un avre de paix pour y finir ta vie.
-Je l’ai déjà trouvé, dit edma. Je finirais ma vie ici, comme cela, vous aurez toujours une épaule pour pleurer.
Quoique mademoiselle Lyn me semble avoir une épaule plus douce.
-Tu as tout as fait raison, dit Mickaël en ce mettant a rire. Mais elle est encore trop irreflechie pour pouvoir
supporter tous mes problèmes existanciels !
-Il faut savoir donner une chance pour savoir, dit Edma en le poussant vers sa chambre. Mais pas tout de suite,
pour le moment tu dois aller te reposer, tes blessures ne sont pas toutes complètement cicatrisées. Et pas un mot,
je ne veux pas que mon protegé ce blesse de façon stupide.
-Bonne nuit Edma, dit Mickaël en ce jetant sur son lit.
-Bonne nuit gamin, dit Edma en l’embrassant sur le front et en sortant.
Mickaël : Bonne nuit Lyn.
Lyn : Je n’ai pas le droit a une histoire ce soir ?
Mickaël : Non, je suis fatigué.
Lyn : Tu vas bien ?
Mickaël : J’ai vu mieux, Lyn tes parent ton dit quoi sur moi ?
Lyn : Que tu était un maître qui tenta d’empêcher Fool moon, que tu était du genre solitaire, que tu était la
personne en laquelle ils avaient le plus confiance. Et que toutes leurs tentatives pour te trouver une compagne
avait echouer.
Mickaël : Il faudra qu’on parle un peu tout les deux.
Lyn : De quoi ?
Mickaël : De mes défuntes femme et fille.

Lyn était dans son lit et ce redressa d’un coup aussi interloqué par l’annonce que par la tristesse qu’elle sentait
envahir Mickaël. Elle ce dirigea vers la fenêtre et vit Mickaël a la sienne qui la regardait, elle fit le mur, Mickaël
la regarda sotir de la tour, puis il fit de même et elle le serra contre elle.

-Lyn je…
-Je ne veux pas savoir, dit elle. Je veux juste plus te voir aussi triste. Mickaël…

Elle vit Mickaël pleurer contre sa poitrine, elle continua de le serrer et ils restèrent comme sa deux heures. Lyn
voyait Mickaël pleurer pour la première fois dans le monde réel, elle ne savait pas quoi faire pour soulager la
tristesse de cette homme qu’elle avait toujours prise pour un mur inebranlable. Puis elle vit que ces cicatrices
avaient de nouveaux disparut.

Lyn : Tiens elles ont disparut.
-Tu penses trop fort, dit Mickaël. Même si ce n’était pas pour me parler, tes pensées me sont parvenues, et je ne
les caches pas, mais ayant retrouver la totalité de mes pouvoirs mon corps c’est soigné, il ne reste que les
blessures ressentes.
-Ah, dit elle. Mais comment ce fait il que tu entende mes pensées ?
-Je ne te le dirais pas, dit il en retournant vers sa tour.
-Allez dit le moi, dit elle.

Elle lui couru après et ils traversèrent la plaine et arrivèrent au lac qui resplandissait avec les lueurs des trois
lunes. Ils courraient sur le bord de l’eau, puis Mickaël s’arrêta, Lyn lui rentra dedans et ils tombèrent dans l’eau.
Et il l’embrassa avant qu’ils ne se mettent a rire.

-Alors tu me le dis ?
-C’est parce que tu m’aime autant que je t’aime, répondit il en la regardant dans les yeux.
-Ça veut dire que je ne pourrais plus rien penser sans que tu soit au courrant ?
-Je t’apprendrais a te contrôler, dit Mickaël. J’ai eu ce problème quand tu as eu seize ans, tu savais ce que je
pensait et j’ai dut apprendre a me metriser.
-Ah, dit elle. Mickaël, cela fait un bout de temps que… et…
-Un lit serais de rigueur, dit Mickaël.
-Je trouve cette plage très confortable, dit Lyn. Et l’endroit m’excite pas mal.
-Je suis a vos ordres, dit Mickaël en la portant sur la plage.

Les trois années ce passèrent sans evenement majeur, ils reçurent leurs diplômes de fin d’études et reprirent leurs
travailles dans les tours. Un matin Mickaël sentit un poid sur lui et des bras lui entourer le cou, il réfléchit,
gardant les yeux fermées, il n’avait pourtant pas passer la nuit avec Lyn. Il ouvrit les yeux et vit Nina, qui le
regardait.

-Debout Mickaël, dit Nina en souriant.

Nina n’était plus la petite fille de quatorze ans, elle était une jolie fille de dix sept ans et il avait autant de mal a
repousser ses avances qu’il en avait eu avec Lyn, pourtant il l’aimait comme une fille non pas comme une
femme. Il la fit le lâcher.

-Nina, cria Edma en rentrant. Je t’ai dit d’arrêter cela. Tu ne voudrais pas que je choisissent quelqu’un d’autre
pour me succeder ?

Edma ce servait de cette menace a chaque fois que Nina posait un problème, Mickaël embrassa Nina sur la joue
et s’habilla.

-Alors qu’elle est le planing ce matin ? demanda Mickaël en faisant signe a Lyn par la fenêtre.

Les deux tours n’étaient plus separées, maintenant un grand village s’y trouvait, habiter par les employés des
tours pour les trois quart, le reste etant des marchants, des paysans et des artisants. Mickaël ce tourna et vit Nina
qui lui tendais un papier.

-Tu n’as quand même pas oublier que les douzes maîtres ce reunissent ce soir dans ta salle de conférence ?
demanda Nina.
-Vous, reprit Edma. A moins qu’il t’ai permis de le tutoyer.
-Je l’ai fait, dit Mickaël avec un clin d’œil complice a Nina.
-Arrête un peu de la protéger, dit Edma. Elle doit apprendre correctement pour pouvoir me succeder, et la
politesse et indispensable.
-Je sait, dit Mickaël en imitant un enfant prit en faute. Mais elle est si mignone.
-Mickaël ! dit Edma en montant d’un ton avant de ce tourner vers Nina. Maintenant tu vas l’emmener prendre
son petit déjeuné, sert le corectement, je te surveillerais de loin.
-Tu sait bien que j’ai horreur d’être servit, dit Mickaël.
-Tu m’as promis de tout faire pour aider sa formation, lui rapella Edma.
-C’est bon, dit Mickaël en ce resignant.

Mickaël avait demander aux dix autres maîtres de tour de venir afin d’etablir une conferance qui n’avait pas eu
lieu depuis cent quarante six ans, décidément tout le ramenait a Fool moon. Il suivit Nina et fut accosté par ces
conseillé et Bahamut.
-Mickaël, dit Bahamut. Ils disent que je ne suit pas invité ce soir.
-Et ils ont raison, dit Mickaël.
-C’est une honte, dit Bahamut.
-Si tu viens, dit Mickaël. Ils vont ce paindre parce que je leur ai dit de ne pas emmener de gratte papier. Même
les miens ne seront pas présent. Tu veux un lien psy ? Jeff le fera tu sait.
-Merci, dit Bahamut.

Mickaël descendit dans le salon ou déjeunait tout le monde, alors que les conseillers commençait a ce plaindre
du fait qu’ils ne serait pas présent. Nina rigola en voyant le sourire ravie de Mickaël.

-Nina, la reprit Edma.
-Mickaël m’a dit de ne pas rester stoïque, dit Nina. Il dit que ça donne des rides.
-Mickaël, le reprit Edma.
-Désolé, dit il en tirant la langue a Nina.

Ils arrivèrent dans la salle, et Mickaël alla s’assoire près de Nicky qui lui fit la bise puis lui tandis un planing
avant de recommencer a manger.

-Nicky, dit Mickaël. Tu ne voudrais pas t’occuper de Nina ce soir ? lui faire faire le tour des magasins de
vêtements et de conneries avant de l’emmener faire la fête ?
-Si tu le veux, dit Nicky en regardant Nina qui remplissait un plateau de l’autre coté de la salle. Tu sait bien que
je l’adore cette mome.
-Merci, dit Mickaël. Elle doit ce trouver quelqu’un a aimer, et toi Nicky, tu vas rester celibataire longtemps ?
-Je ne sait pas, dit Nicky reveuse fixant Edi avec insistance.
-Edi ? demanda Mickaël avec un sourire. Il parle peu mais bien. Tu devrais faire le premier pas.
-Et m’écrouler ?
-Qui sait ? dit Mickaël en lui redonnant le planing. Je ne ferais rien aujourd’hui, vous m’excuserez au près de
mes rendez vous et leur en donnerer un autre.
-Tu as quelque chose de prévus ? demanda Nicky.
-Je vais me préparer en vu de ce soir, dit Mickaël.
-Un rendez vous avec Lyn ? demanda Nicky.
-Non, dit Mickaël. Avec Sarah et Gabriel.
-Je ne pense pas les connaitres, dit Nicky intéressée. Tu ne trompe pas Lyn au moins !
-Non, dit Mickaël alors que Nina lui apportait a manger. Merci Nina. Tu mange avec moi ?
-Avec plaisir, répondit Nina.
-Rien que ce que j’aime, dit Mickaël en regardant le plateau. Je te donne vingt sur vingt.
-Dis Nina tu viens avec moi pour une soirée entre fille ce soir ? demanda Nicky.
-Pourquoi pas, répondit Nina. Puis je monsieur ?
-Arrête de me parler comme ça quand Edma n’est pas là, dit Mickaël en lui ébouriffant les cheveux. Et de toute
façon Lyn reste avec moi ce soir, je n’ai pas besoin de deux nourice !
-Eh Madigan, cria un des gardes. Tu te fait servir maintenant ?
-T’es jaloux Ed ? répliqua Mickaël declenchant un rire chez les autres convives.
-Un point pour toi, dit Ed en souriant.

Mickaël ce leva et rempli un plateau pour Ed et lui apporta.

-Allez pleur pas ! dit Mickaël.

Mickaël en fit un autre et le porta a Nina. Quand le déjeuné fut fini, il enfila un uniforme plus convenable et
sortit dans la cour, il marcha tout au fond et entra dans une serre de rose, qu’il ouvrit avec une clé en or. Il
marcha entre les fleurs et s’arrêta devant deux tombes salit par le temps et recouverte de lière disposer de façon
décoratif. Il mit un genoux a terre et des larmes perlerent de ces yeux. Les tombes portaient des inscriptions en or
« A Sarah Madigan, femme du seigneur des ténèbres morte lors de l’incident de Fool moon a vingt trois ans. Que
son ame repose en paix. » et sur la seconde, « A Gabriel Madigan, jeune fille du seigneur de l’ombre morte a
l’age de quatre ans a Fool moon. Que le ciel accepte cette ame si jeune. ». Mickaël resta deux heures sans
bouger, laissant ces larmes mouiller le sol et son poing ce planter dans la terre. Puis Jeff apparut derrière lui.

-Désolé de te déranger, dit Jeff. Mais nous sommes arrivé plus tôt avec Sofiane et Aurore.
-J’arrive tout de suite, répondit Mickaël.
Jeff déposa une fleur sur chacune des tombes et Mickaël l’en remercia d’un signe de tête, puis il attendit que Jeff
soit partit et il ce releva. Il s’addossa a un des poteaux et Jade prit sa place.

-Bonjour grande sœur, dit Jade en larme. Bonjour Gabriel.

Mickaël écouta Jade parler aux defuntes et ça ne le fit pas rire, au contraire il continua de pleurer. Puis Jade ce
tourna vers lui en souriant le visage encore trempé de ses larmes.

-Je suis sur qu’elles serait fieres de ce que nous avons réussit à faire depuis Fool moon, dit elle. Et je suis sur
qu’elle adorerait Lyn. Sourit mon frère, et allons voir ces égocentriques qui ce proclame maître de tour.
-Merci Jade, dit il en la serrant contre lui.

Ils quittèrent la salle et rejoignirent les premiers maîtres arrivés. Toute la journée Mickaël accueuilla les maîtres
un par un, devant a chaque fois se courber devant eux alors qu’il aurait preferé une bonne poigné de main et un
bonjour chaleureux. Le soir après le repas, ils ce regroupèrent tous les douzes dans la salle de réunion, ou avait
été déposé des rafraichissement et de la nourriture. Mickaël ce leva et tapa sur la table pour faire le silence.

-Maintenant si vous le permetter, dit Mickaël en s’éclaircissant la voix. Nous allons nous présenter chacun a
notre tour afin que tout le monde sache bien qui est qui. Je commence je suis Mickael Madigan, Maître de
l’ombre.
-Je me prenome Sofiane Chanix, dit Sofiane en ce levant. Je suis le maître de l’eau.
-Je suis Jd Nightkill est je suis l’actuel maître du feu.
-Je suis Lyn Higlewood est je suis la Maîtresse de la lumière.
-Je suis Jade Duval est je suis la maîtresse de la terre.
-Je suis Aurore Boreal est je suis la maîtresse du ciel.
-Je suis Jeff Raven maître Psy.
-Je suis Brice Luce maître du temps.
-Je suis Amraël angel maîtresse de la nature.
-Je suis Jean delare maître des animaux.
-Je me présente Sakura Hinata maîtresse du néant.
-Je suis Jeremie Hiuga maître de la force.
-Je suis Bashou maître de mon zob, dit Mickaël avec ses yeux rouges. Décidément Madigan n’a que des idées
stupide ces temps ci.
-Bashou, cria Lyn. Arrête tes conneries, c’est une réunion officiel, redonne la place a Mickaël.
-Merci Lyn, dit Mickaël en reprenant sa place. Je m’excuse humblement devant vous.
-Tu devrais pas il viens de couper toutes les tentions, dit Sofiane qui rigolait avec Jd. Bon, pour ceux qui ne le
savent pas encore, il est possible que Nick Farictone soit encore en vie.
-Nick quoi ? Demanda Lyn. Qui est il précisément ?
-Nous aimerions bien le savoir, dirent Brice et Sakura en même temps.
-Silence, dit Mickaël devant le remue ménage qui s’intensifiait. Nous allons y venir, mais d’abord prenez de quoi
vous rafraichir et manger. L’histoire que je vais vous comter et un morceau de mon histoire personnelle et
l’histoire de Fool moon, je vous serais donc reconnaissant de ne pas me couper même si je me met a pleurer.
-Nous vous ecoutons, dit Jeremie conscient de l’effort que Mickaël allait fournir rien qu’en voyant sa tête. Parlez
nous de Nick Farictone.
-Je commencerais par vous dire que Nick fut des que j’atteint mes seize ans celui qui m’appris mon rôle en tant
que maître de tour alors que ma femme Sarah Madigan était enceinte…

150 ans plus tôt, Mickaël et une femme blonde aux cheveux long souriante, accrochée au bras de Mickaël,
marchaient et arrivèrent devant un temple. Ce fut ce jour la que Mickaël reçu son titre de la part d’un homme
d’une trentaine d’années, avec un sourire accrocheur et une cicatrice sur la joue qui descendait sur son cou.

-Mickaël Madigan, dit l’homme. A partir d’aujourd’hui, tu es officiellement maître de l’ombre et je vais
t’apprendre tout ce que tu as a savoir. Je me présente Nick Farictone.

Les jours passèrent et Mickaël recevait de Nick un entraînement plus que fatiguant, il arrivait a peine a voir
Sarah qui était a son troisième mois et qui avait besoin de lui. Il rentrait le soir recouvert de blessures et fatigué
au point de s’écrouler sur le lit sans un mot. Sarah prenait soin de lui alors que ça aurait du être le contraire, Nick
fini par leur fournir une femme pour s’occuper de Sarah, le jour de l’accouchement Mickaël était avec Nick sous
une cascade et ce batait sans tomber dans l’eau. Le soir en rentrant il appris la nouvelle et poussa un hurlement
de colère, et bien qu’il soit fatigué il rejoignit sa femme qui ce trouvait des centaines de kilomètres plus loin pour
pouvoir voir Sarah et sa fille.

-Il faudra qu’elle soit une sainte pour te pardonner de ton absence Madigan, lui dit Sarah alors que Mickaël tenait
sa fille dans ces bras.
-Je ferais tout pour qu’elle en soit une contrairement a son père, dit Mickaël en embrassant sa femme.

A l’age de dix sept ans Mickaël devint donc père en plus de mari. L’entraînement ne s’arrêta pas pour autant,
jusqu'à ces dix huit ans il devint un tueur froid et sanguinaire a la solde d’un conseil supérieur. Puis il integra sa
tour a la place de l’ancien maître devenu trop vieux et qui une fois mort ce reincarna dans le corps d’un dragon.
ainsi le temps passa, les jours heureux avec, et alors qu’il avait vingt ans un conseil des douzes tours eut lieu.
Mickaël emmena avec lui Sarah et Gabriel et ils allèrent jusqu'à la ville de Fool moon ville splendide fleurons du
continent. Le soir du conseil Nick Farictone le maître de la lumière ne ce montra pas au conseil et il eut lieu sans
lui. Alors que les onze maîtres de tours discutaient tranquillement dans un palace en dehors de la ville où ils
étaient les seuls ames. Une mer de démons entra dans la ville et commença a tout ravager, sortant les habitant de
leur sommeil, egorgeant femme et enfant, le spectacle fut des plus horribles, les démons mangeait des morceaux
de leu victimes, et eparpillait le reste dans les rues de la ville, sur les murs, les vitres, ou les barriere, on ne voyait
que du sang, des morceaux d'entrailles et un cœur planté dans une lance au milieu de la rue. Les onze maîtres
furent prévenus avant que la totalité de la ville fut prise, Mickaël partit comme un fou, il decoupa des monstre en
courant vers l’hôtel où l’attendait Sarah et Gabriel. Il entra et tua le monstre qui allait les toucher. Il les aggrippa
et sauta par la fenêtre, sous les hurlement déchirant de Gabriel effrayée. Il les sortit de cette horreur et aida les
autres a protéger ce qui restait de libre dans la ville. Puis les monstres reculerent et quittèrent la ville.

-Ce n’est pas normal, dit le maître Psy. J’ai sentit toute une organisation derrière ça, des monstres n’en sont pas
capable, peut être reste-t-il des membres des douzes cavaliers.

Mickaël s’occupait de sa famille les priants de s’en aller, mais elles refuserent

-Grande sœur, dit Jade. Tu ne dois pas rester c’est dangereux. Pense a ta fille.
-Je pense tout d’abord a mon mari, dit Sarah. Je ne partirais pas sans toi Mickaël.
-Je les protegerais, dit Sofiane. Avec mon bras blessé, je ne peut pas retourner au combat, mais je protegerais ce
camp. Je te le promet.

Mickaël avait un visage hésitant il ne savait quoi faire, puis il fini par dire oui, Sarah ne serait pas partie de toute
façon, elle ne l’avait pas quittée alors qu’il l’avait negligé durant sa grossesse et elle ne partirais pas sans lui.

Mickaël s’arrêta de parler, Lyn posa sa main sur celle de Mickaël, personne n’avait osé dire un mot en voyant la
tristesse s’afficher de plus en plsu sur le visage de Mickaël.

-Nous faisons une pause tout de suite, dit Sofiane. Je vais faire venir du bidasse pour nous réveiller.
-Personne ne semble en avoir besoin ici, dit Jd en voyant les visages, aussi choqués que troublés. Mais moi j’en
veux bien.
Aurore : Mickaël ne tiendras pas jusqu'à la fin, nous continuerons jusqu'à ce qu’il n’y ait plus que lui qui ne
puisse parler.
Sofiane : Je suis d’accord.

Sofiane quitta la pièce, Mickaël laissa Lyn le serrer contre elle et la laissa lui murmurer des paroles appaisantes.
Puis après que Sofiane soit revenu il ce prépara a reprendre.

-Je vais continuer, dit Aurore en soupirant. Nous avons etablis une stratégie pour venger les morts, nous avions
nos soldats et les survivants…

Le combat allait s’annoncer dure, les survivants bien que peu entrainés pour ce genre de travaux étaient remonté
par la fureur des pertes qu’ils venaient de subirs, les femmes etr les enfants furebnt laissés avec Sofiane et
quelques soldats. Quand les monstres arrivèrent, le maître du néant en fit disparaître un quart et ce retrouva hors
combat et on l’emmena au près de Sofiane. Puis il y eut un contact avec les monstres, les neufs maîtres foncèrent
dans le tas et massacrerent les monstres donnant de l’elan aux troupes. Mickaël ce dechainait son sabre volait de
toute part, et massacrait des monstres par dixaines. Les soldats et les rescapé ce debrouillaient bien et très peut
moururent a ce moment la. Puis un messagé arriva et les informas qu’une armé supérieur en nombre attaquait
Sofiane. Tous partirent sauf un Mickaël.
-Je ne veux nullement me justifier, dit Mickaël aussi froid qu’une tombe. Mais ce jour la je fut trahis par Bashou,
il continua son massacre sans retourner aider sa femme et sa fille. J’ai sacrifiée deux vies, pour ce qui était un
jeu, dit Bashou. Madigan voulait me forcer a y aller mais il ne réussit a reprendre le contrôle que quand j’en eut
fini.
-Je pense que c’est a moi, dit Sofiane. J’était avec Sarah et on s’inquiétaient…

Sofiane faisait les cents pas, et Sarah tenait Gabriel collé contre elle, le maître du néant arriva dans un état
pitoyable et Sarah le soigna. Sofiane vit alors des monstres entrer dans le campement et foncer sur les tentes, il
attappa sa lance et les tuas un par un, puis il y eut d’autres attaque tout autour du camp, et peut a peut, Sofiane ne
sut plus quoi faire, soudain les autres revinrent, tous sauf Mickaël. Ils ce baterent, ce fut un massacre, du sang,
des organes et des tetes volaient dans les deux camps, au final il ne resta plus un monstre, plus un hiumain de
vivant, les seuls en vie étaient, Sarah et Gabriel que les guerriers de l’ombre avaient protegé jusqu'à la mort,
Aurore que Sofiane continuait a protegé se tenant devant elle avec sa lance levée, Jade et Jd qui s’croulèrent
juste après le combat. Puis une ombre sortit de la nuit et s’approcha, elle vit Sarah et Gabriel et un éclat de rire fit
fremir Sofiane. Il vit Nick lever une épée et l’abattre sur Sarah une centaine de fois lui dechiquetant le bas du
corps, et lui tirant des cris horrible de douleur et le priant de ne pas toucher a Gabriel. Nick fini par la tuer, Puis
d’un seul coup il transperça Gabriel au ventre et fit tourner son épée la tuant et lui faisant un trou beant d’ou
sortirent ces organes, Nick vit Sofiane lui foncer dessu et le stoppa sans mal, il allait le tuer, mais il s’arrêta.

-Voilà Madigan, dit Nick. Dit lui que je l’attend au milieu des debris.
-Fils de pute, cria Sofiane essayant de le frapper.

Nick transperça la main de Sofiane et s’en alla. Sofiane regarda les deux corps horriblement mutilés.

Sofiane se frotait nerveusement la main, horrifié par ce souvenir, et il leva les yeux vers Mickaël qui pleurait. Et
qui ce reprit pour pouvoir continuer, mais il vit que Jean et Amraël avaient une question et leur fit signe.

-Qui est Bashou prècisement ? demanda Amraël.
-Bashou est le cadeau empoisonné qui va avec les pouvoirs des ténèbres, répondit Mickaël. Il est la partit la plus
noir de mon ame qui c’est separé du reste, il est une partie de moi.
-Pourquoi Nick a t’il fait cela ? demanda Jean.
-Il vous aurais répondus pourquoi pas, dit Sofiane. Il a fait cela pour conquerir ce monde, il était ivre de son
pouvoir, et pensait que les humains n’étaient que des foumis. Il n’avait d’ailleurs jamais accepté l’union de
Mickaël et Sarah.
-Je pense que ce n’est pas le moment, dit Aurore et Mickaël remercia Sofiane et Aurore d’un signe de tête. C’est
a toi Mickaël.
-Bashou a fini par avoir tué tous les monstres…

Mickaël ce trouvait couvert de sang, et de morceau de monstre, entourer d’une mer de sang et de morceau de
chairs et d’organes, humain et démoniaque. Mickaël venait de reprendre le contrôle et il fonça vers le camp, la
pluies commença a tomber, un cris de detresse de Sofiane qui nettoya Mickaël et son sabre du sang qui les
recouvraient. Il arriva et vit Sofiane la main plantée au sol, pleurant et tenant le corps mort de Gabriel dans ses
bras. Mickaël arriva et vit sa femme mutilée, et sa fille avec un trou beant d’ou sortait le reste de ces organes, il
arracha Gabriel de la main de Sofiane et la serra contre lui, Sofiane ce leva et regarda Mickaël qui versait des
larmes de sang sur ces deux defuntes, puis Mickaël ce leva et regarda Sofiane. Ils avaient tous les deux un visage
remplis de tristesse, mais sur celui de Mickaël la fureur ce mit a naitre quand Sofiane lui raconta ce qui c’était
passé.

-Je suis désolé, dit Sofiane en ce laissant tomber a genoux pour supplier Mickaël de le pardonner. Tout est de ma
faute, je suis désolé.

Mickaël ce tourna et donna un dernier regard au deux defuntes avant de partir son sabre a la main vers la ville.

-Où vas tu ? demanda Sofiane.
-Tuer Nick !
-Je viens, dit Sofiane en ce relevant et en prenant sa lance.

Mickaël attendit que Sofiane soit a ces coté et l’assomma, puis il réunis les corps des maîtres de tour et de Sarah
et Gabriel.
-Pas besoin de deux familles mortes, dit Mickaël. Prend soin d’Aurore et vivez heureux.

Mickaël partit, alors qu’il marchait vers la villes de grandes ailles se dessinerent sur son ombre.

Mickaël s’arrêta sans une larme, ni un mot, il contenta de ce recroquevilla sur sa chaise et de feermer les yeux.
Lyn vint tout de suite a ces cotés. Sofiane et Aurore regardèrent Jade qui pleurait. Et les autres maîtres de tour au
visage triste, seul Jd semblait garder son calme.

-Quand je me suis réveillé, dit Jd en posant sa tasse sur la table. J’ai vu Madigan partir au loin et je l’ai suivit,
j’était gravement blessé et le temps que j’arrive le combat était largement commencé…

Jd était derrière des ruines et il voyait Mickaël avec six énormes ailes de démons dans le dos, une armure en
écaille de dragon et des marques noirs partout où sa peau était visible même sur le visage où brillait deux yeux
rouges pleins de colere. Nick aussi portait six grandes ailes mais elles étaient d’un blanc etincelant. Leurs lames
s’entrechoquaient a une vitesse folle, creant des cascades d’etincelles et faisant voler des vagues du sang
melanger a l’eau qui jonchait le sol. Mickaël reçu un coup de pied et travers les restes d’une maison qui
s’effondrerent sur lui. Nick riait a pleine gorge, puis il vit Mickaël ressortir comme si de rien était et ce remettre
en position de combat, il dut ravaler ces rires.

-Madigan, dit Nick avec la voie d’un père compatissant. Cette humaine…

Nick n’eut pas le temps d’en dire plus, il para justesse une attaque de Mickaël qui l’envoya rouler au sol. Et lui
fit saigner le nez.

-Je ne te permet pas de parler de Sarah ou de Gabriel ! hurla Mickaël avec une voie de dément. Elles vallait
chacune un million de fois mieux que toi.

Mickaël s’effondra au sol, en larme, il ce mit a taper au sol, et Nick se releva souriant, il allait attaquer Mickaël
et le tuer mais Jd s’interposa et reçu un coup d’épée qui l’envoya valser a trois mètres au dessus du sol.

-Je ne me souvient plus de rien après cela, dit Jd. Je n’est pas réfléchit et j’ai sauvé la vie de celui qui me l’avait
sauvée quelques années plus tôt.

Tous les regards se tournèrent vers Mickaël qui avec l’aide de Lyn avait reprit une posture plus digne, il prit son
visage dans ces mains et continua.

Jd volait au dessus du sol, Mickaël le rattrapa après avoir fait valser Nick au sol d’un coup de pied. Il déposa Jd
sur le sol un peu plus loin, et regarda la grande entaille qui traversait son torse. Mickaël ce releva furieux de sa
faiblesse et ce mit a concentrer sa force dans une immense sphère noir, Nick le regarda et fit de même, Les deux
sphère grossirent et peu a peu elles devinrent gigantesque. Nick vit la sphère de Mickaël tripler de volume d’un
coup, puis il vit les esprits des maîtres mort au combat autour de lui, lui prodiguant leurs encouragement, il vit
les larmes de Mickaël quand l’esprit de Sarah et Gabriel apparurent. Il entra dans une fureur noir, et vit Jd ce
relever soutenue par Sofiane et Aurore, ils approchèrent de Mickaël pour lui donner ce qui leur restait de force. Il
allait balancer sa boule pour éliminer ces geneurs, quand il recut un coup de barre de fer dans le dos et eut du
mal a ne pas ce balancer la boule dessus, il dégagea Jade et son arme de misere d’un coup de pied et vit Mickaël
furieux lui balancer la boule dessus, Nick ne put que crier vengeance en voyant sa boule se desintegrer, et tout
explosa, reduisant Fool moon a ce qu’il est maintenant un désert immense. Le flux d’énergie partit vers le ciel et
fit exploser un quart d’une des trois lunes.

Mickaël arrêta l’histoire, et laissa a Sofiane la fonction de répondre aux dernières questions.

-Nous nous sommes reveillés des jours plus tard, les corps qui restaient étaient ceux du camp, les autres avaient
été complètement carbonisés, dit Sofiane en avalant une tasse de bidasse bien chaude pour faire disparaître le
goût de sang qui remontait.
-Je suis désolé Madigan, dit Jeremie. Nous comprenont mieux et vous remercions d’avoir revecut cela pour nous.
-Je ne peut pas croire a cette histoire, dit Jean. Je suis désolé mais tout cela me semble impossible, vous parlez
d’un pouvoir supérieur réservé a l’ombre et la lulmiere ? comment est ce possible ? Nous somme tous egaux.

Mickaël s’énerva et d’un coup il brisa la table, faisant ce s’assoire Jean effrayé.
-Ne dit plus jamais cela, dit Sofiane le menaçant de sa lance. Je te préviens, les morts qu’il y a eu la bas mérite le
plus grand respect contrairement a toi que j’ai envies de tancher.

Jean vit qu’Aurore, Jd et Jade étaient dans le même état de colère que Mickaël et Sofiane.

-Des preuves de quoi ? demanda Mickaël. Que je suis capable de tous vous tuez sans recevoir un coup ? Ou que
malgré ma force je n’ai pas pu sauvé ma femme et ma fille ? Ou peut être voulez vous un acces a mon esprit ?
Bashou a très envies de te tuer.

Mickaël retira son t-shirt et six ailes noirs apparurent en même temps qu’une armure en écailles de dragon et que
des marques noirs. Il les regardas puis redevint normal, sous les yeux etonnées de ceux qui ne le connaissait pas
sous cette forme. Lyn elle ne bougea pas, attendant que Mickaël ai besoin d’elle a ces cotés. Mickaël s’assit.

-Ce n’est pas un pouvoir dut a l’ombre ou la lumière, dit Mickaël. C’est un pouvoir qui est un attribut du clan des
Dragoons. Mais c’est vrai que mon pouvoir de l’ombre me permet un plus grand contrôle de ce pouvoir, après
Fool moon, j’ai enfermé mon second esprit dans mon sabre long que j’ai laissé a Fool moon jusqu'à il y a trois
ans pour repousser l’attaque des monstres près de la tour psy.

Personne ne parla plus et Mickaël et Lyn furent les seules a ne pas partirent. Elle le regardait dans les yeux et elle
fini par aller l’embrasser, il lui carressa la joue, puis il la serra contre lui. Elle ce laissa bercer contre lui qui
pleurait encore.

-Je comprendrais que tu ne veuille plus de moi après cela, dit Mickaël.
-Pourquoi tu dis ça ? demanda Lyn. Je ne te quitterais jamais, et tu m’avais dit que tu avait une femme et une
fille. J’aurais aimée que tu n’es jamais a revivre cela.
-Merci, dit Mickaël.
-Tu peut tout me demander !
-Reste comme cela, dit Mickaël. Puis j’irais m’excuser sur les tombes de Sarah et de Gabriel.
-Je viendrais, dit Lyn. Je dois moi aussi parler a Sarah.

Mickaël la regarda et sourit, puis il l’embrassa et ils continuèrent a se serrer l’un contre l’autre. Le lendemain
matin, il alla sur la tombe de Sarah et Gabriel en présence de Lyn et de Jade et ils ce mirent tous les trois a
genoux pour prier. Sofiane observa la scene de dehors et vit Aurore ce serrer contre lui.

-Ça n’aurait jamais dut arriver, dit elle a moitié en larme. Sarah était une merveilleuse amie et Gabriel était une
enfant digne d’une sainte.
-Je sait, dit Sofiane. Jd reste enfermé dans sa chambre a pleurer, il ne se remettra pas tout de suite de cette
reminescence.
-Et toi ? demanda Aurore.
-Je continue a penser que j’ai survecut et que toi aussi, dit Sofiane. Cette pensée ne fait pas disparaître ma peine
et ma culpabilité mais elle l’attenue. Je ne permetterais plus jamais que ça ce reproduise, et Nick si il est en vie
devra payer !
-Oui, dit Aurore en essuyant ces larmes sur le t-shirt de Sofiane. Nous ne devons plus laisser un massacre pareil
ce produire, ni une famille ce decomposer.
-Tu voudrais pas m’épouser ? demanda Sofiane.
-Quoi ? demanda Aurore surprise de cette demande au point de ne plus savoir que dire puis elle ce reprit. Oui, je
le veux.
-Il est grand temps de nous marier, dit Sofiane en regardant les trois qui priait. Pour former la famille que
Madigan nous a souhaitez d’avoir. En plus je t’aime, et c’est le rêve de toutes les fillettes de ce marier. Non ?
-tu ne veux pas te marie pas pour stopper ta culpablité au moins ?
-Non, dit Sofiane. Mais il est grand temps. Il faudra reunir nos familles et amis.
-Ça risque d’être drôle, dit Aurore en pensant au carnage entre famille.

Mickaël ce leva et les rejoignit, Sofiane lui annonça la bonne nouvelle et Mickaël les félicita chaleureusement et
sincèrement.

-Il tant aura fallu du temps, dit Mickaël. J’ai failli croire que vous vous étiez marier en douce.
-On aurais pas osés vous faire ce genre de coup de pute, dit Aurore a moitié souriante.
-Vous n’avez pas a vous traumatiser pour nous, dit Mickaël en comprenant qu’elle dissimulait sa joie. Tu sait, je
me suis remit, enfin pour l’instant. Bon, vous vous mariez quand ?

Ils se marierent quekques semaines plus tard, une belle cérémonie, ou ce trouvèrent les deux familles qui
n’oserent rien faire a cause de la présence des dix autres maîtres de tour et du grand maître, le marier était en
costard un peu tendus et la marier arriva au bras du grand maître qui jouait e rôle du père, elle portait une
magnifique robe blanche et avait un sourire qui touchait presque ces oreilles, puis ils partirent en lune de miel.
Après la cérémonie, Mickaël et Lyn s’esquiverent et rentrèrent tranquillement, ils trouvaient inutile d’aller a une
fête où les marier ne viendrais même pas, ils marchèrent doucement sur le chemin de retour, elle ce serrait contre
lui et il lui souriait.

-C’était un beau mariage, dit Lyn. Aurore semblait heureuse, et Sofiane aussi quand le stresse et passé.
-En effet, dit Mickaël rigolant en repensant a la tête de Sofiane alors qu’Aurore avait trente secondes de retard.
Je pense que les invités se sont bien tenue a cause de notre présence, on sentait la tension entre les deux familles.
-On aura pas ce problème, dit Lyn.
-Je me disait bien qu’on y viendrait, dit Mickaël en lâchant Lyn et en l’embrassant.
-Tu compte bien te marier avec moi ? demanda t’elle.
-Je me rappelle m’être fait jeter la dernière fois que j’en ai parlé, dit Mickaël.
-Les choses changent, dit Lyn en souriant de le voir énervé.
-En effet, dit Mickaël. On peut très bien attendre encore cent quarent ans. Sofiane et Aurore l’ont fait eux.
-Je sait pas si je tiendrais, dit Lyn en sautant sur le dos de Mickaël.
-Eh, dit Mickaël en la faisant passer devant lui et en l’embrassant. Gamine.
-Pervers, répondit elle et ils ce mirent a rire.

D’un coup, ils attendirent des cris et virent des monstres attaquant une diligeance. Mickaël courut laissant Lyn
sur place et fracassa les monstres a main nue, il attrapa un morceau de bois et frappa ceux qui restaient, il reçu un
coup a l’épaule, puis il vit des boules de lumière aneantires les mdemons restant. Il ce tourna et vit Lyn, une
main levée, énervée, les cheveux flottant au vent. Mickaël s’approcha et lui carressa la joue.

-Calme toi, dit Mickaël. C’est fini.
-Mickaël… dit elle en s’effondrant dans ces bras. Qu’est ce que j’ai fait ?
-Rien, dit Mickaël en lui souriant. Tu m’as sauvé gamine !
-Pervers !
-Bon, tu as l’air d’aller mieux, dit Mickaël en passant sa main dans ces cheveux.

Il attrapa Lyn, et la porta un petit moment sur le chemin, ils arrivèrent en ville après que la nuit soit tombée, ils
virent que même la nuit la ville restait très animée, ils ce regardèrent et rigolèrent puis ils allèrent faire la fête
avec les villageois. Ils passèrent la nuit a danser et ce séparèrent le matin, triste de devoir ce quitter pour aller
travailler, Mickaël lui sourit et l’embrassant avant de partir en courant. Il arriva dans sa chambre et vit Edma qui
l’attendait.

-Tu as decouché hier ? demanda Edma en souriant. J’espère que tu t’es reposé un peu.
-Pas vraiment, dit Mickaël. J’ai dansé toute la nuit, dit tu n’as rien contre le mal de pied ?
-Tu demandera a Nina, dit Edma en lui tandant des habits propre. Enfin si elle réussit a se lever ! son amant doit
être doué, mais un peu brutal, elle arrivait plus a bouger hier matin.
-C’était sa première fois, dit Mickaël. Laisse lui une chance de s’ameliorer, pauvre garçon, il va devoir la
partager avec moi.
-Mon mari l’a accepté sans rien dire, dit Edma.
-Oui, dit Mickaël. Mais ton mari avait confiance en moi et en toi.
-Bon, dit Edma. Elle devrait plus tarer.

Mickaël se changea devant Edma, qui ne sembla pas du tout choquée, elle l’avait déjà vu plus d’une fois tout nu,
par contre il faisait bien attention a ce que Nina ne le voient pas, il ne faudrait pas qu’elle ce face de fausse idée.
Il fini juste avant qu’elle n’arrive en s’excusant.

-Ce n’est pas grave, dit Mickaël en souriant. Comment va Nico ?
-Bien, dit Nina. Enfin je croit je l’ai quitté ce matin.
-Quitté ? demanda Edma interloquée. Pourquoi ?
-Bah, dit Nina. Il est gentil mais c’est pas lui que je recherche.
-N’abandonne pas, dit Mickaël en faisant craquer son cou. Bon, il faut que je reussisent a charrier Edi
discrètement pour qu’il invite Nicky. Une idée ?
-Pourquoi ne pas les invités separement a manger avec toi ce soir, dit Edma. Puis ils ce rencontres le soir devant
une table pour deux et mangent ensemble.
-C’est vrai que ça avait très bien marcher pour toi, dit Mickaël en souriant.

Quelques semaines plus tard, Lyn rentra en trombe dans la salle où Mickaël était en grande discussion avait
quatre chefs de villages et ces conseillés. Elle les saluas d’un signez de tête et d’une reverance et sauta dans les
bras de Mickaël et l’embrassa toute souriante. Mickaël la repoussa doucement et ressortit son visage sérieux.

-Lyn ! dit il d’un ton autoritaire. Même si tu es maîtresse de tour et ma petite amie tu n’as pas le droit de faire ce
genre d’entré durant une disction officiel. C’est un manque de politesse qui pourrait être mal prit. Excuse toi et
tiens toi bien.
-Mais je voulais te parler, dit elle pour trouver un excuse a chaque fois que Mickaël utilisait ce ton elle ce
retrouvait comme une gamine en faute.
-Lyn !
-D’accord, dit elle avant de ce tourner vers les autres. Veuilliez excuser mon impolitesse, je ne vous derangerais
plus.

Lyn s’effaça sur une chaise près de Mickaël, qui tentait de calmer les querrelles entre les trois villages. Alors
qu’il parlait sérieusement, elle passa la main sous la table et ce mit a le toucher, il continua comme si de rien
était et la regarda du coin de l’œil, quand elle capta le regard énervé elle arrêta. Les discutions durerent encore
des heures, Mickaël réussit a trouver des compromis et quand les trois chefs furent partit il avait trop mal a la
tête pour ce rappeler d’engueuller Lyn. Celle ci fit partir les conseillés et s’assit sur les genoux de Mickaël pour
lui masser les tempes. Il la remercia d’un sourire et d’un baiser et elle lui tapa dans le ventre.

-Tu as vu comment tu m’as parlée ?
-Lyn, dit Mickaël. Comprend bien que tu dois comme les autres suivre le protocole de politesse et je te l’ai déjà
dit……..

Il s’arrêta, il sentait les pensées de Lyn qui étaient plus qu’ouvertement exposer aux bord de son esprit. Il sourit
et la serra contre lui.

-Mais comment ?
-Avec tout le talent que tu as quand tu le fait je pense pas avoir besoin de répondre, dit Lyn.
-Depuis combien de temps ? demanda Mickaël.
-Depuis maintenant quatre semaines, dit elle.
-C’étaient la plages avant le mariage ou après le mariage ? demanda Mickaël.
-Comment veux tu que je sache ? demanda Lyn en secouant la tête devant sa bêtise. Je ne suis pas voyante.
-C’est une très bonne nouvelle, dit Mickaël content. Et pourquoi tui ne la pas dit tout de suite ?
-Tu as vu comment tu m’as reçu, dit Lyn. Si je n’avais pas été trop contente, je t’aurais giflé avant de partir.
-Merci de ne pas l’avoir fait, dit Mickaël en l’embrassant. Alors, tu vas être maman, tes parents vont être content.
-Je sait pas, dit Lyn. Ils vont encore crier parce que nous ne somme pas marier.
-Detail, dit Mickaël en posant sa tête sur le ventre de Lyn. Pour l’instant, il faut trouver une idée pour être plus
souvent ensemble. Je ne te laisserais pas toute seul !
-J’espère bien, dit Lyn. Alors, tu voudras l’appeler comment ?
-N’est il pas un peu tôt ? demanda Mickaël. On verra plus tard.
-Alors arrête d’écouter mon ventre et embrasse moi idiot ! dit elle.
-Oui maman, dit il en souriant.

A partir du lendemain commença la construction d’une tour immense derrière le village a coté du lac, les deux
autres tours commencèrent a être demontées morceau par morceau et on reutilisait le plus d’élément possible
pour la nouvelle tour, il ne fallu qu’un mois pour construire cette tour au dimension extraordinaire, qui
représentait les deux éléments. Chacun eux droit a sa salle de conférence privée et il y avait une autre salle de
conférence plus grande pour les conferences commune, Mickaël s’occupait de Lyn a longueur de temps, et elle
n’avait presque jamais un moment de libre, ce qui fini par l’aggacer et elle fit un sejour d’une semaine chez ces
parents pour retrouver un peu d’independance.

-Fait pas cette tête Madigan, dit Sofiane qui était venu passer quelque temps a la tour avec Aurore. Comprend la,
tu n’es pas ça mère et tu es deux fois plus collant.
-Tu ne dois pas faire une fixette sur ça, dit Aurore. A mon avis elle dois ce dire que tu essaye de t’excuser de ce
que tu n’as pas fait pour Sarah. Mickaël ?

Mickaël avait les yeux dans le vague, signe qu’il avait une discussion mental.

Lyn : Mais si je t’aime idiot !
Mickaël : Tu m’excusera un jour ?
Lyn : Je ne sait pas, tu était pire que ma gouvernante, et pourtante c’est une chieuse.
Mickaël : Je me ferais pardonner dès ton retour.
Lyn : Je reviens déjà, mes parents mon saoulé eux aussi, ils m’ont demandé un million de fois quand on allait ce
marier en une seul journée, je n’ai pas supportée.
Mickaël : T’inquiète pas, je recois une lettre tous les jours de leur part. Tu arrive quand ?
Lyn : dans pas très longtemps. Eh ! ne fait pas de fête !
-Dit lui bonjour de notre part, diot Sofiane en s’assyant.
Mickaël : D’accord, je le promet. Tu as le bonjour d’Aurore et Sofiane.
Lyn : Tu m’aime ?
Mickaël : ah ton avis ?
Lyn : ce n’est pas une réponse ça !

Mickaël coupa la discussion et ce tourna vers Sofiane et Aurore.

-Finalement je suis moins chiant que ces parents !
-Une chance pour elle, dit Aurore.
-Au fait et votre lune de miel ? demanda Mickaël.
-Bien, dit Sofiane. On avait oublier de predre des vêtements de rechange.
-C’est pas qu’on en avait besoin, dit Aurore en souriant. On a passé notre temps au lit.
-Je ne veux pas en savoir plus, dit Mickaël. Gardons ce genre d’histoire pour les longues soirée d’hiver.

Mickaël attrapa une cape de voyage et son sabre.

-Tu vas ou ? demanda Aurore. Lyn revient, tu ne vas pas partir.
-Si, dit Mickaël. Vous savez qu’elle date c’est ?
-Je peut venir ? demanda Sofiane en se preparant. Moi aussi, je fais une visite annuelle au cimetière.
-Vous direz quelques mot pour moi, dit Aurore qui venait de comprendre.
-Nous reviendrons dans pas longtemps, dit Sofiane. Alors pas de bêtise de fille.

Mickaël et Sofiane partirent, Aurore les regarda du haut de la tour, elle soupira, puis vit que la tour de l’ombre
n’avait pas été totalement dementelé, ils avaient laissé l’enceinte et s’en servait de cimetière, il restait aussi la
cabane a rose gardé par deux soldats. Elle descendit et alla prier sur la tombe des deux fille, qui avaient été une
amie précieuse et une fillette adorable. Elle vit alors Bahamut qui la regardait et qui lui sourit.

-Mickaël m’a dit de vérifier l’identité de tout ceux qui viendrait, dit Bahamut.
-Je venais prier sur leur tombe, dit Aurore. Viens toi aussi, elle t’aimait bien quand tu était encore le bébé
dragon.
-Je ne sait pas, dit Bahamut. Si je n’était pas mort, Mickaël aurait put vivre une vie tranquille.
-Non, dit Aurore. Mickaël n’aurait jamais put vivre une vie normal. Ce n’est pas dans son caractère. Il est trop
bête, il doit toujours joué les héros.
-Tu as raison, dit Bahamut.
-Tu en aurais douter ? demanda Aurore en le faisant ce mettre a genoux. Mickaël t’a donné cette mission pour
que tu finisse par le faire. Dit leur un mot, je suis sur qu’elle t’entendent.

Il sourit et fit ce qu’Aurore lui demandait puis ils rentrèrent ensemble a la tour, pour accueuillir Lyn. Celle ci
s’énerva de l’absence de Mickaël qui lui avait promis de ce faire pardonner.

Lyn : Tu ne devais pas te faire pardonner ? tu ne tiens pas tes promesses. Je te hais !
Mickaël : Tu ne le pense pas, et comme je suis partit tu pourras retrouver toute l’independance que tu souhaite.
Lyn : Dit plutôt que tu es partit parce que tu as sentit que j’allais te pousser pour le mariage.
Mickaël : Calme toi, on n’en discutera pas a mon retour comme ça !
Lyn : Non, non Mickaël Madigan ! Tu ne te defileras pas comme ça ! Tu m’as mise enceinte alors tu assume !
Mickaël : Je t’ai mise enceinte ! Tu ne disait pas non quand on faisait l’amour a ce que je me rappelle tu criait
plutôt. Oh oui !
Lyn : Arrête un peu d’essayer de detourner le sujet ! Alors, quand est ce que nous allons nous marier ?
Mickaël : Logiquement, quand je t’aurais fait ma demande.
Lyn énervée : et quand vas tu me faire une demande ?
Mickaël : Quand je penserais que le moment sera venu.
Lyn : Comment ça ? Tu me l’as demandé il y a trois ans, et maintenant tu ne me le demande pas ?
Mickaël : Si on ce mariait ce serait pour faire plaisir a tes parents, et moi c’est a nous que je veux faire plaisir.
Lyn : A ton retour je vais te montrer ce que c’est la torture !
Mickaël : Tant que tu ne fait pas de bêtise moi ça me va. J’accepterais la punition sans un mot. Après tout, je le
mérite peut être !
Lyn : arrête de me faire culpabiliser, c’est pas juste, pourquoi je ne peut pas t’engueuler sans me sentir mal ?
Mickaël : Parce que quand je t’engueulle tu croit que ça me fait plaisir ?
Lyn : Mechant !
Mickaël : Bonne journée gamine.

Mickaël et Sofianemarchaient tranquillement, Sofiane s’arrêta quand ils arrivèrent dans un village, il le
connaissait, c’était la que ça mère c’était fait assassiner quand il avait huit ans, Mickaël posa sa main sur son
épaule et lui fit signe qu’ils allaient contourner ce village. Sofiane suivit Mickaël et ils continuèrent leur marche,
il ne mirent qu’une journée a arriver aux abords du cimetière et descidere de passer la nuit a la tour du néant a
quelques minutes de marches. Ils y allèrent et se presenterent devant les grilles. Avant que Sakura Hinata la
maîtresse de la tour ne vint les voirent et les emmenas avec elle dans sa salle de réunion où des serveurs
commencaient a dresser une table pour trois.

-Nous vous remercions de votre accueuille, dit Mickaël aussi bien pour Sakura que pour les domestiques. Merci.
-Je ne pourrais dire mieux merci, dit Sofiane.
-Allez ne soyez pas si formel, dit Sakura. Nous sommes pas en conférence, on va manger entre amis.

Le lendemain Lyn et Aurore ne perderent pas leur temps, elles commencèrent par faire des soins du visage et du
corps et forcèrent Bahamut a faire de même. Elles firent venir masseur et estétissiènne, elles passèrent des heures
a ce prelasser aux frais de Mickaël. Puis elles maquillerent Bahamut alors qu’il dormait. Bahamut ce retrouva
déguisé en fille et leur courra après dans toute la tour pour ce venger. Le soir quand Mickaël et Sofiane rentrèrent
ils les virent attacher par les mains a une barre sur le toit, avec de la peinture de partout, Mickaël grimpa le long
du mur et regarda Bahamut assit en face d’elles qui les faisaient s’excuser pour ce qu’elles avaient fait.

-Tu fout quoi Bahamut ? demanda Mickaël. C’est ma femme !
-Mickaël detache moi, dit Lyn. Il est vraiment fou.
-Vous lui avez fait quoi ? Demanda Mickaël.
-Elles ce sont amusées a me déguiser en fille durant mon sommeil, dit Bahamut.

Mickaël s’assit avec Bahamut et secoua la tête. Sofiane arriva et s’assit avec eux.

-Elles ont fait quoi ? demanda t’il.
-Elles ont travestit Bahamut, dit Mickaël en ce mettant a rire a cette idée.
-Ah, dit Sofiane en les regardant recouverte de peinture. Dit, y’a des masseurs maintenant a ta tour ? Tu ne te
fais pas chier mon vieux.
-Des masseurs ? demanda Mickaël surpris, puis il regarda les deux filles. Lyn !
-Mickaël, dit elle effrayé. Ne prend pas ce ton calme avec ce visage de dément.
-Dément ? demanda t’il. Tu trouve que je suis fou ?
-Bahamut était dans le coup lui aussi, dit Lyn pour ce défendre. Il c’est fait masser et il a profiter des soins tout
comme nous.

Bahamut allait s’esquiver, Mickaël l’attrapa et l’attacha avec les filles. Puis avec Sofiane ils remirent une couche
de peinture.

-Vous resterez la toute la nuit, dit Mickaël. Ça vous apprendra. L’argent des tours n’est pas fait pour ça !
-Tu es le seul a penser ça Mickaël, dit Sofiane.
-Je ne permetterais pas que l’on face ça ici ! dit il. Bonne nuit !
-Tu vas pas me laisser ici ? demanda Lyn.
-Si tu demande c’est que tu es bête, dit Mickaël.
-Et le bébé ? demande Lyn.
-Tu as raison, dit Mickaël. Tu ne devrais pas trop remuer ce soir. Bonne nuit.
-Sofiane, dit Aurore. Tu n’as pas interet a me laisser ici.
-Je ne peut pas desobeir au maître de la tour, dit Sofiane. Ce serait une erreur diplomatique.
-Je suis la maîtresse de cette tour moi aussi alors detache nous, dit Lyn.
-Je n’ai pas a m’occuper des conflits interne, dit Sofiane en rejoignant Mickaël vers l’escalier. Bonne nuit vous
trois.

Ils partirent, durant la nuit alors qu’elles dormaient Mickaël et Sofiane vinrent les detachées et les emporterent
dans un lit.

-Elles seront peut être moins rancunniere demain, dit Sofiane.
-Rêve pas trop, dit Mickaël. Allons finir cette partie d’échecs.

Ils quittèrent la chambre et sentirent tous les deux une forte énergie qui ce degageait de près du lac. Ils prirent
leurs armes et y allèrent. Ils courerent jusqu’au bord du lac et virent Jade qui c e batait avec un homme qui tenait
une belle épée en cristal, Jade semblait crevée et elle était blessée contrairement a l’homme. Sofiane vit Mickaël
s’effondrer a genoux et mettre ces mains sur ces tempes, le visage tiraillé par la douleur et la peur. Sofiane
compris alors, ce n’était pas un homme, c’était un dragoon, c’était Nick. Sofiane fonça sur lui, Nick stoppa sa
lance avec deux doigts puis il allait transpercer Sofiane quand il reçu une droite qui le fit lâcher Sofiane et le
projeta sur le sol. Il vit Mickaël qui était debout de toute sa hauteur, avec ses yeux rouges et son regard emplis de
haine. Mickaël attrapa ces lunettes de soleil et les enfila, les enfonçant bien sur son nez. Puis il tourna sur lui et
attrapa son sabre long et frappa, Nick stoppa la lame avec son épée et rejeta la lame, ce donnant le temps de ce
lever. Il ne s’attendait pas a recevoir une droite en pleine figure, et il retomba au sol.

-Tu as bien grandis Mickaël, dit Nick en ce mettant a rire. Je comprend que le conseil est peur de toi. Mais tu
n’es pas aussi cruel que tu le fait croire, serait ce a cause de ta nouvelle femme ? Je pourrais de nouveau te retirer
tout bonneur.

Nick ce retrouva projeter dans les airs d’un seul coup de pied, et il vit Mickaël qui attendait son retour sur la terre
pour le tuer, il frappa et blessa Mickaël au bras, l’empêcha de donner un coup de sabre, mais il reçu un coup de
pied qui l’envoya voler au loin. Il ce redressa, vit Mickaël qui lui fonçait dessus, il ce leva et frappa lui aussi, les
deux lames s’entrechoquèrent dans un crissement terrible et une pluie d’etincelle. Nick trouva une faille et frappa
Mickaël dans l’épaule droite et l’envoya voler sur Sofiane et jade qui s’approchaient et qui le rattraperent.
Mickaël posa un genoux au sol et Nick essuya le sang qui coulait de sa bouche.

-Tu es incroyable, dit Nick. Quoi que je fais, tu fini toujours par me depacer. J’était déjà jaloux de toi il y a cent
quarante sept ans et tu continue. Tu n’as donc pas de limite ?
-Creve enflure, hurla Mickaël.
-Tu ne changeras pas, dit Nick. Il te restera toujours cette conscience, c’est elle qui fait que tu ne libere ta force
que quand il le faut. C’est ta seul limite en fin de compte. Tu as trop bon cœur, tu es un couard Madigan. Tu n’es
pas digne d’être un dragoon. On ce reverra sur le champ de bataille. Plus tard, quand tu auras encore plus a
perdre.

Nick disparut, Mickaël enfonça ces poings dans le sable. Sofiane et Jade voulurent le lever, mais il les repoussa
et commença a partir.

-Tu vas où ? cria Jade.
-Trouver Nick, dit Mickaël. Il me doit deux vies.
-Arrête c’est de la folie, cria Sofiane alors que Mickaël disparaissait dans la nuit.

Le lendemain, Lyn ce réveilla aux cotés d’Aurore, elle ce leva et alla prendre un bain afin de faire partir la
peinture, puis elle quitta la chambre, elle vit toute la tour en pleine activitée et en état de siege, elle ne sentit plus
la présence mentale de Mickaël a ces cotés . Elle grimpa en courant vers la salle de conférence de Mickaël et
retrouva Sofiane et Jade qui parlaient a tous les conseillés. Elle regarda partout mais ne vit que Bahamut qui était
au fond de la salle.

-Où est il ? demanda Lyn sentant l’inquietude monter en elle.
-Qui ? demanda Sofiane.
-Arrête de te foutre de moi, cria Lyn aux bords de l’hysterie. Je ne le sent plus, où est il !
Tous la regardèrent effrayés par cette colère, elle qui était si calme d’habitude. Puis elle vit Nina qui c’était mise
a pleurer et s’effondra sur le sol.

-Non, dit elle.
-Ce n’est pas ce que tu penses, dit Sofiane. Madigan n’est pas mort. Pas encore en tout cas. Mais il c’est lancé a
la poursuite de Nick après sa visite hier soir.
-Pourquoi ? Demanda Lyn en pleurant. Pourquoi ne pouvons nous pas être tranquille ?

Jade se mit a genoux et la serra contre elle, Lyn ce laissa aller et pleura sur l’épaule de Jade.

-Mickaël reviendra, dit Jade. Continu a avoir confiance en lui, comme quand tu était petite fille et que tu pensait
que c’était un dieu invincible. Oui, pense a lui comme ça.
-Jade, dit elle d’une voix suppliante. Pourquoi ?
-Parce qu’il t’aime, dit Jade. Et que lui aussi souhaite pouvoir vivre enfin en paix.
-Nick l’a menacé de te tuer toi et ton futur enfant, dit Sofiane pour eclaircir les choses a Aurore qui venait
d’arriver. Maintenant, il faut que l’on le retrouve.
Sofiane : Emmene la avec Jade dans sa chambre et faite la dormir, ce stresse n’est pas bon pour elle et son
enfant.
Aurore : D’accord.
Sofiane : Je t’aime.
Aurore : Moi aussi.

Aurore emmena Lyn aidée par Jade et elles partirent. Sofiane ce tourna vers Bahamut.

-Tu le trouve ? demanda Sofiane.
-Presque, dit Bahamut. Je part tout de suite, je vais le ramener.
-Merci, dit Sofiane alors que Bahamut sortait. Maintenant vous, vous m’ecoutez bien, vous vous debrouillerez
sans l’aide de vos maîtres, je sait que vous le ferez vous les conseillés de l’ombre, mais si vous les grattes papier
vous allez embetez Lyn pour autre chose que savoir si elle va bien, vous risquerez votre vie. Et je ne plaisante
pas. Elle n’a pas besoin d’en subir plus.

Sofiane prit le commandemant de la tour, Bahamut lui partit en courant a travers les bois et couru comme ça
durant trois jours, puis il fut forcer de s’arrêter, trop fatigué pour continuer ainsi. Il s’allongea aux pieds d’un
arbre et ce reposa. Mickaël lui marchait rapidement suivant la piste que lui laissait Nick. Il n’avait pas dormit
une seul seconde, et ne s’était même pas arrêté, il sentait qu’il ce rapprochait. Puis il arriva en face d’une armée
de monstre, Nick tenait une fillette par le bras et la secouait devant les monstres.

-Celui qui tuera Madigan et me ramènera sa tête aura cette fillette de huit ans au déjeuné, dit Nick. Elle est pur et
fraiche, alors trouver moi…

La fillette venait de disparaître, Nick ce mit a rire en voyant Mickaël partir en courant. Il reconnu tout de suite le
chevalier que Mickaël tentait d’être. Et il se mit a rire plus fort.

-Attraper ce lâche, Cria Nick.

Les monstres partirent a la poursuite de Mickaël a travers la foret. Mickaël courait la fillette sous les bras qui
hurlait encore de peur, Mickaël la regarda en souriant et elle ce calma un peu. Il regarda autour de lui, il devait
trouver un endroit où ce cacher, il ne pouvait retourner a la tour sans impliquer d’autres vies. Il courut donc le
plus loin possible du bord de la forêt, la fillette s’accrocha a lui, et Mickaël continua de lui lancer quelques
sourire de temps a autre pour la rassurer. Un groupe de dzeux monstre lui fit face, il les decoupas en deux sans
même s’arrêter, puis il ce retrouva face a un canyon, en dessous coulait un torent. Il posa la fillette sur le sol et
regarda discrètement où était les monstres les plus proches. Ils y avaient une mer de monstre qui ce rapprochait,
il etudia toutes les solutions, il ne pouvait pas foncer dans le tas, pas avec la fillette qui risquerait de subir les
dommages colateraux de sa connerie. Il soupira, si il n’avait pas été si con, il ne serait pas tomber deux fois dans
les pieges stupide que lui avait tendus Nick. Puis il entendut la voix suppliante de Lyn l’appeler. Il dut ce forcer
pour ne pas lui répondre, et il regarda la fillette, le visage couvert de larme, elle lui rappellait Lyn a son age
quand il était venu et qu’elle était tombé de l’arbre. Il la serra contre lui.

-N’est pas peur, dit Mickaël. Tu t’appelle comment ?
-Je m’appelle Michelle, dit elle en ravallant ses larmes.
-Moi c’est Mickaël, dit il en lui souriant. Tu sait nager ?
-Oui, répondit elle en secouant la tête.
-Alors accroche toi a moi, dit Mickaël. Puis tu nagera au bord sans te soucier de moi, d’accord ?
-Oui, dit elle sans comprendre.

Mickaël lui carressa la tête, l’embrassa sur le front et ce balança de dos dans le canyon serrant Michelle aussi fort
que possible. Le choc avec l’eau fut très rude, des qu’il rentrèrent dans l’eau Mickaël lâcha Michelle et percuta le
fond, s’eclatant le dos, et ce brisant la jambe, Michelle reparut a la surface et vit le corps de Mickaël qui derivait,
elle prit tout son courage et nagea pour le récupérer avant de le remonter vers le bord, des kilomètres plus loin,
elle le secoua, mais il ne se réveilla pas, elle alluma un feu et retira ces vêtement, et fit de même pour Mickaël.
Elle vit des cicatrices, les traces de son combat recent avec Nick. Elle vit sa jambes et la mit droite en faisant
attention. Puis elle attendit, ce rechauffant au près du feu. Mickaël ce réveilla huit heures après qu’il ce soit
évanoui, il vit la fillette en cullote qui dormait collée contre lui et qui grellotait de froid. Il ce leva et en boitant il
trouva du bois pour rallumer le feu, puis il la couvrit des vêtements qui étaient secs maintenant. Il regarda sa
blessure a la jambes finir de ce refermer, ne laissant qu’une cicatrice qui finirait elle aussi par disparaître, puis il
ce rhabilla. Il vit son sabre a coté de la fillette et le prit pour le poser contre un arbre. La fillette ce leva, et se
serra contre Mickaël, qui la laissa faire, ce rappellant Lyn puis Gabriel et des larmes coulerent. La fillette le
regarda.

-Excuse moi, dit Mickaël.
-C’est de ma faute ? demanda Michelle.
-Non, dit Mickaël. C’est ma fille, aui est .. et je suis un idot.
-Elle est où votre fille ? demanda la fillette.
-Elle est morte dans les vras de sa mère, dit Mickaël en tentant de ce contrôler sans succes. Elles ont étés
assasinées.
-Je suis…
-Non, dit Mickaël. Tu n’as pas a t’excuser, je vais te ramener chez toi, Michelle.
-J’habite a coté de la où vous m’avez trouvé, dit elle. Au village de Ninchta.
-Alors habille toi vite, dit il en esquissant un sourire forcé. Nous partons.

Mickaël attendit qu’elle se soit habillée et partit en la prenant par la main, ils marchèrent puis Bahamut apparut
devant Mickaël et tua un monstre derrière la fillette.

-Content de me voir ? demanda Bahamut essouflé.
-Vachement, dit Mickaël en pensant a ce qui aurait pu ce passer. Tu es la pour ?
-Pousse tout fillette, dit Bahamut en l’ecartant de Mickaël avant de lui mettre une droite. Pour ça, Sofiane te dis
d’arrêter de t’énerver au moins une demi seconde, et Lyn est en larme.
-Tu ne peut pas me comprendre, dit Mickaël. Pour l’instant on ramène cette fille chez elle, puis on rentrera a la
tour.
-Bonne idée, dit Bahamut. Bonjour toi ! Je suis bahamut, je suis un dragon divin. Et on va faire un tour la haut.

Bahamut lui montra le ciel, Mickaël la prit dans ces bras et recula, Bahamut ce retransforma en dragon, et deplia
ces grandes ailes noirs. Mickaël vit Michelle impressionée et excitée. Ils monterent sur Bahamut et il prit son
envol pour Ninchta, comme lui indiqua Mickaël. Ils volèrent durant une heures et puis ils arrivèrent au village, il
était en feu, plus précisément il finissait de brûler. Michelle hurla, Mickaël la serra contre lui, et dit a Bahamut
de rester dans les aires, il ce fit indiquer la maison de ces parents, et la lâcha. Il ce laissa tomber au sol et sortit
ces ailes, pour atterir en douceur, il traversa le village a la recherche de survivant, mais il ne trouva que des
cadavres mutilés, il alla dans la maison de Michelle. Ces parents étaient morts sur le sol rependant leurs organe
sur le sol. Il vit son frère attaché a une poutre la tête a moitié manger, et son cerveau qui allait tomber. Il le
detacha et le posa au sol. Il sortit de la maison, s’écroula a genoux et ce mit a vomir, il prit alors son sabre et le
planta dans le sol, ces ailes ressortirent et son armure en écailles de dragon réapparurent. D’un coup des
squelettes sortirent du sol et ils reupererent tous les corps et ce mirent a les enterer et a tailler des croix en bois
pour les tombes, Mickaël s’occupa lui même des corps des parents et du frère de Michelle et quand il eut fini il
fit signe a Bahamut de se poser, ce qu’il fit. Dès que les squelettes eurent finis, ils disparurent dans le sol.
Michelle s’effondra devant les tombes des membres de sa famille. Mickaël et Bahamut regardèrent de loin et ils
attendirent, puis Mickaël posa un genoux au sol près d’elle et elle ce serra contre lui.

-Je vais prendre soin de toi, dit Mickaël. Je vengerais la mort des habitants de ton village.
-Je ne suis pas votre fille, dit Michelle.
-Je le sait, dit Mickael. Et personne ne le serra jamais, mais je suis le seul ici pour l’instant, connaît tu le reste de
ta famille ?
-Non, dit elle. Ils étaient tous ici.
-Alors viens, dit Mickaël. Je ne pourrais pas t’offrir l’amour que te portait tes parents mais je prendrais soin de
toi. Et bahamut, il n’a jamais personne avec lui, il est toujours tout seul, tu pourras peut être réussir a le rendre un
peu plus heureux.

Elle le regarda, et elle vit qu’il était sérieux elle le serra et ils partirent en marchant laissant derrière eux la rangée
de cent cinquante tombes qui ce profilait dans les ruines du village. Lyn était dans sa chambre, elle n’avait pas
bougé depuis le départ de Mickaël cinq jour plus tôt, et toutes les tentatives d’Aurore et Jade pour la rassurer
avaient été des échecs. Sofiane entra, sérieux, il ne semblait pas être la pour la rassurer.

-Qu’est ce qu’il y a ? demanda t’elle encore plus inquiète.
-Tu dois reprendre ton poste maintenant, dit il sur un ton ferme et cruel.
-Je…je ne peut pas, dit elle.
-C’est ton rôle, tu l’as accepté et tu dois l’assumer, avec ou sans Mickaël, dit Sofiane.
-Tu ne comprend pas, dit elle. Il m’a abandonnée, il est partit pour mourir, il n’a jamais oublier Sarah, et je ne
prendrais jamais une place aussi importante qu’elle.
-Tu es une idiote, dit Sofiane. Tu es une gamine immature qui ne pense qu’a elle.
-Peut être, dit elle. Mais pourquoi je ne penserait pas qu’a moi ? J’ai droit au bonheur.
-Et Mickaël non ? dit Sofiane qui s’énervait. Il n’a pas le droit d’être heureux lui ? Il suffit que tu le soit et tu
pense que tout iras bien ?
-Quoi ?
-Sait tu seulement pourquoi je ne me suis pas marier avec Aurore plus tôt ? Sait tu ce que c’est de porter le poids
de la mort de la femme et de la fille d’un ami ? Sait tu ce que c’est d’avoir subi cent quarante ans de culpabilité ?
De vouloir s’excuser a genoux pour cela alors que l’ami vous rejette ? Non, dit Sofiane qui pleurait autant de
colère que de tristesse. Tu ne peut pas comprendre.
-Sofiane….
-Maintenant pense a Mickaël, cria Sofiane. Cent quarante ans a pleurer leurs morts, cent quarante ans de tristesse
et de solitude, cent quarante ans sans pouvoir avoir confiance aux gens, cent quarante ans de vagabondage. Et
alors que tout cela disparaissait enfin, celui qui la trahis, celui qui était comme son père reaparait, et il menace de
tuer a nouveau son bonheur. Tu te trouve toujourss autant abandonné ? Ne te sent tu pas un peu idiote de ta
reactiuon ?
-Merci Sofiane, dit Mickaël qui posa sa main sur l’épaule de Sofiane qui ce tourna vers lui. Merci, c’est a moi de
m’excuser a genoux devant toi. Durant toutes ces années tu t’es sentit responsable, alors que tu avait tout essayé.
Je ne t’ai jamais tenu responsable, je suis le seul a blâmer.

Lyn pleurait et elle n’osa pas regarder Mickaël qui serra Sofiane contre lui avant de le laisser partir. Puis il s’assit
sur le lit, et fit signe a Lyn de ne pas bouger.

-Tu ne remplacera jamais Sarah, dit Mickaël. Notre enfant ne remplacera jamais Gabriel et Michelle non plus.
Elles auront toujours une place a part dans mon cœur, mais je ne t’aime pas moins qu’elles, et je n’aimerait pas
moins notre enfant. Mais je ne peut pas encore les oubliés, je ne pourrais jamais les oubliées, elles seront
toujours là, et je ne veux pas que ça change. Tu sait, le soir ou j’ai créé la boule d’énergie pour détruire Nick,
elles sont apparut devant moi, avec les spectres des maîtres de tours et ceux de mes parents. Et je n’aurait pas
survecut si elle ne m’avait pas dit de vivre, je leur doit ma vie, et je suis sur que si j’ai rencontré ta famille qui
m’a acceptée comme un de ces membres elles en sont pour quelques choses. Elles sont tout le temps avec moi,
elles me l’ont promis se soir la.
-Mickaël….

Elle le regarda et vit son air triste puis elle s’approcha et colla sa tête dans son dos et ce mit a pleurer. Mickaël
pleurait lui aussi, et elle resta comme ça durant cinq minutes puis elle le regarda.

-Je m’excuse Mickaël, dit Lyn. Je n’ai pas le droit de te demander celaa toi, je ne suis qu’une idiote. Je t’aime et
tu m’aime, alors maintenants je veux juste que tu reste avec moi, que nous soyons ensemble pour toujours, alors
ne part plus sans moi.
-Promis, dit il en ce tournant et en la serrant contre lui, je ne partirais plus sans toi.

Il la serra toute la nuit, il fini par s’endormir, et elle ce leva, s’habilla et sortit. Elle marcha jusqu'à la tombe de
Sarah et Gabriel et ce laissa tomber a genoux.
-Je suis désolée, dit elle. Je ne suis qu’une gamine idiote, je n’aurais jamais dut dire de telle chose. Pardonnez
moi, je vous en supplie.

Mickaël la regardait de dehors et une ombre fine apparut a ces cotés, l’ombre de Sarah qui lui sourit, et qui posa
une main fantomatique sur son épaule.

-Tu as raison, dit elle en souriant. C’est moi qui te l’ai envoyée, et je ne me suis pas trompée, elle est celle qui te
rendra heureux.
-Pourquoi ne m’as tu pas dit qu’il était en vie ?
-Tu ne peut pas le battre, répondit elle. Pas encore en tout cas, le moment viendras, mais pas tout de suite.
-Je te hais de m’avoir quitté, dit il en lui souriant. Comment va Gabriel ?
-Elle se fait au fait que son père n’est pas encore prêt a la laisser monter au paradis, répondit Sarah.
-Tu es toujours aussi belle Sarah, dit Mickaël. Et je m’excuse, j’aimerais avoir la force de vous abandonner.
Mais je suis faible.
-Ne t’inquiète pas, c’est plutôt plaisant, dit elle. Et je peut te surveiller !
-Je n’ai pas vut Gabriel depuis trois mois, dit Mickaël. Où est elle ?
-Elle suit Nick, répondit Sarah. Elle voulait faire une surprise a son papa. Tu ne la vois pas grandir toi, mais moi
je peut te dire qu’elle ressemble de plus en plus a son père.
-Pour moi, dit Mickaël. Vous serez toujours les memes, tu auras toujours vingt trois ans, et elle aura toujours
trois ans.
-Bon, dit elle. Je vais reconforter Lyn. Tu remerciera Sofiane de ma part, a par si tu veux que je le reconforte
aussi.
-Pff, dit Mickaël. Je ne te force pas. Je veux jste qu’elle ce sente mieux.
-Je sait idiot ! dit elle en entrant dans la cabane par le mur causant une peur terrible a Lyn. On ce ressemble plus
que ce que je croyait, salut Lyn.
-Vous.. vous étés, dit Lyn en pointant la tombe puis Sarah puis encore la tombe. Sarah ?
-Oui, dit Sarah en souriant. Mickaël m’a appellée pour vous parlez, il pense que c’est une bonne idée de nous
faire descendre du paradis de tremps en temps.
-Ça lui ressemble bien, dit Lyn qui ne savait pas quoi dire. Je voulais m’excuser.
-Et tu la fait plus d’une fois, dit Sarah en se mettant a rire. Tu sait, je t’entend très bien, je vous surveilles
Mickaël et toi. Tu es plutôt entreprenente ma petite Lyn, au début tu était si timide.
-Heu, dit Lyn qui était aussi rouge qu’une tomate. Je…
-Je plaisant Lyn, dit Sarah. Tu sait, j’ai un peu poussé Mickaël a te rencontrer, le reste c’est vous qui l’avez fait,
et je suis contente de moi. Enfin, un peu jalouse mais je m’en remettrais, je sait que Mickaël m’aime encore, et
qu’il aime quelqu’un qui l’aime autant qu’il l’aime.
-Vous savez, dit Lyn. Je le comprend, vous étés quelqu’un de bien.
-Tutoie moi, dit Sarah en faisant semblant de s’assoire sur sa tombe. Tu sait, bientôt, Mickaël n’aura plus du tout
besoin de nous, ne t’inquiète pas, ça fait longtemps que nous attendons pour pouvoir suivre le cycle de la
resurection, d’ici la, soyons amie, je suis sur que nous pourrons nous entendre.
-D’accord, dit Lyn. Tu me raconteras ces secrets qu’il veut me cacher.
-Que si tu ne te remet plus a pleurer pour rien, dit Sarah. Bon, il est temps que je disparaisse.
-Merci, dit Lyn.

Mickaël salua Sarah d’un signe de main, Lyn ce tourna vers Mickaël et lui sauta dessus, il la rattrapa. Elle le
regarda dans les yeux et attendit qu’elle l’embrasse, ce qu’il fini par faire.

-Tu deviens lourde ma belle, dit Mickaël. Tu es enceinte, mais tu n’es pas obligé de devenir aussi grosse qu’un
éléphant.
-Tu as décidé d’être désagréable, dit Lyn en le regardant indignée. Ce n’est pas très gentil de dire a ta femme
qu’elle est grosse.
-Tu n’es pas ma femme, dit Mickaël pour le lui rappeler. Je te le dis pour te le faire savoir vu que tout le monde a
décidé d’être très gentil avec toi.
-Oui je vais faire attention, dit Lyn.
-Et on reprend l’entraînement dès demain, dit Mickaël. Je vais te faire suer. Tu redeviendra aussi fine qu’avant,
et tu sera en pleine forme pour ta petite fille.
-Comment ça une fille ? dit Lyn. Comment peut tu savoir ?
-C’est un secret, dit Mickaël en souriant et en retournant a la tour. Je t’attend dans deux heures aux gymnase
pour l’entraînement. Tu devrais penser a te reposer cinq minutes je ne serais pas tendre.
Mickaël continua et elle dut courir pour le rattraper. Sofiane et Aurore partirent trois jours plus tard, et Mickaël
et Lyn étaient enfin tranquille. Ce matin trois semaine plus tard, Nina et une autre femme entrèrent ensemble
dans la chambre pour les réveiller, Nina secoua Mickaël et la femme lâcha quelques grognement pour réveiller
Mickaël.

-Mickaël, dit Nina. Il est l’heure de te lever. Tu as une journée chargée.

Les deux gouvernantes ce regardèrent ce regardèrent et souleverent les couvertures d’un coup, il y avait deux
manequin dans le lit. Elles se regardèrent et crièrent les deux noms, puis courerent a travers les couloirs a leur
recherche. Mickaël et Lyn ce trouvaient dans le gymnase, leurs armes a la main, et qui transpiraient. Nina entrant
en poussant un cri de fureur, Bahamut et Michelle stoppèrent les deux femmes de chambre et les firent
s’assoirent.

-C’est symple, dit Bahamut d’une voie autoritaire. Vous vous mettez sur le coté et vous attendez qu’ils aient fini.
-Mais… dit la femme.
-Pas de mais qui tienne, répliqua Michelle en imitant Bahamut qui lui sourit.
-Tu as tout a fait raison, dit Bahamut. C’est l’entraînement journalier, et nous attendons notre tour. Et ne vous
inquiétez pas Marie laure, Mickaël ne torture votre maîtresse qu’a moitié.

Mickaël tenait son sabre la pointe entre ces doigths et le manche sur le sol, Lyn s’élança sur lui, le manche
bloqua la pointe de son épée a chaque fois, elle ne trouvait pas de faille, Mickaël utilisait la puissance de ces
yeux pour prévoir tout ces mouvements. Puis elle ce lança sur lui son sabre en arrière, Mickaël soupira et tapa
sur le front de Lyn avec le manche, elle se laissa tomber a genoux, fatiguée.

-Tu es désespérante, dit Mickaël. Tu ne te concentre pas, tu dois rester calme, et étudier correctement chaques
possibilitées. Je t’ai laissé au moins quatre possibilités d’attaque différentes.
-Soit un peu plus gentil avec moi, dit Lyn en lui souriant. Nous avons passer la nuit a nous entraîner. Et je
commence a me sentir très fatiguée.
-Si tu réussit a m’avoir une seul fois, dit Mickaël en lui rendant son sourire. Je t’emmene prendre un bon bain, et
je te porterais même jusqu'à la salle de bain. Allez.

Elle ce releva et rengea son épée dans son fourreau et fit face a Mickaël qui fit de même, ils ce regardèrent et ce
foncèrent dessus, les deux fourreau s’entrechoquèrent violemment, et Mickaël repoussa Lyn doucement de la
main, elle tourna sur elle et frappa sur le coté, Mickaël stoppa son arme, elle retira le fourreau et frappa avec son
sabre de l’autre coté. Mickaël stoppa la lame avec son fourreau et retira lui aussi le fourreau, ils ce firent face.
Lyn le regarda et s’écroula sur le sol, Mickaël la rattrapa de justesse avant qu’elle ne tombe au sol. Elle lui mit
un coup avec le manche de son épée et ce mit a rire.

-Je t’ai eu ! dit elle en l’embrassant.
-Tricheuse ! dit Mickaël en la soulevant. Nina, Maire Laure, veuillez prévenir les conseillers de commencer sans
nous, et que nous aurons une bonne heure de retard.
-Une heure pour ce laver ? s’indigna Marie Laure.
-En effet, dit Lyn. Une heure et demi a la prochaine remarque.

Marie Laure partit frustrée de c’être fait ainsi reprimander, Nina lui abait pourtant bien dit de ne jamais
contrarier ces deux la quand ils étaient ensemble, mais c’était son devoir en tant que nourrice et femme de
chambre. Elle rangeais le linge de Lyn, et elle rentra dans un gars habiller d’une cape de voyage d’une autre tour,
les vêtements volèrent dans les aires, puis soudain elle les vient dans les mains de l’homme qui lui rendait avec
un grand sourire aux lèvres. Elle le regarda et elle lui sourit.

-Je vous remercie, dit Marie Laure. Vous venez de m’éviter de reprendre tout ce travaille du début.
-C’était de ma faute, dit l’homme en retirant sa capuche montrant un visage souriant et des yeux pleins de
malice. Peut être pourrez vous m’indiquer ou puis je trouver les maîtres de cette tour ?
-Il vous faudra patienter une heure avant de pouvoir les rencontrés, dit Marie Laure.
-Alors peut être me ferez vous l’honneur de me tenir compagnie, dit il. Je me présente Brice Luce. Et vous êtes ?
-Maire Laure Bard, répondit elle. Et je serais enchantée de vous tenir compagnie, une fois que j’aurais rangées ce
linge.
-Je vous attendrais ici, dit Brice en souriant.
Marie laure ne mit que très peu de temps a revenir et elle emmena Brice se promener dans le jardin de rose que
Mickaël avait fait faire pour Lyn et qui était long de deux kilomètres. Il l’impressionna enormement par sa facin
de parler eloquente et ses manière plus que galante. L’heure passa trop vite pour elle, et a la fin elle vit Mickaël
s’approcher doucement en souriant. Elle s’inquieta quelque peu de cette réaction.

-Brice, dit Mickaël. C’est un plaisir de te voir parmis nous.
-Monsieur Madigan, dit Brice en le saluant respectueusement de la tête. Cette jeune d’ame ma fait passer un
moment fort agréable, et je vente ces nombreuses qualités et sa beauté.
-Monsieur, dit elle en rougissant.
-Cela semble aller dans les deux sens, dit Mickaël en continuant a sourire joyeusement. Mademoiselle Bard, je
vous donne votre journée et en informerais Lyn, je vous emprunte Brice pour une discussion qui sera je l’espère
courte, et je vous laiserais descider tous les deux ce que vous voulez faire de ce congé.
-Merci a vous, dit Marie Laure en regardant Mickaël dans les yeux. Je vous attendrais dans le salon, je suppose
que votre voyage vous a ouvert l’appetit.
-Je serais ravi de gouter a votre cuisine, répondit Brice en lui souriant.

Marie Laure partie en courant, Mickaël attendit qu’elle soit rentrée avant de parler a nouveau.

-Que me vaut l’honneur d’avoir le maître du temps en ces lieux ? demanda Mickaël en s’accroupissant et en
coupant une rose qu’il donna a Brice.
-Merci, dit Brice.
-C’est pour que tu la donne a Marie Laure idiot, dit Mickaël. Alors, qu’est ce qui t’ammene idiot ?
-J’ai eu une visite très peu appreciée, dit Brice en l’aidant a ce lever. C’est un joli jardin, et je m’y connais. Et
pour la visite, c’était un joli monstre avec de grandes griffes et il semblait humain. C’était une sorte de super
orc ! Ton pote Nick s’amuse bien.
-Brice ! dit Mickaël qui faisait tout pour ce contrôler. Tu n’as rien eu ?
-Non, dit Brice. Mais ma chambre a été plus que detruite.
-J’ai compris, dit Mickaël tranquillement. Tu auras une chambre d’honneur et je ne dirais rien a Marie Laure sur
ton statue. En contrpartie, tu ne fouine pas sur moi ou Lyn, et tu ne vas pas sur les tombes de ma femme et de ma
fille.
-Je suis d’accord, dit Brice. Dit Marie Laure, elle est vraiment bien, sa faisait longtemps que je n’avait pas
ressentit ce genre de chose.
-Bonne chance, dit Mickaël. Et essaye de l’empêcher de venir me réveiller demain matin.
-Tu es faignant a ce point ? dit Brice. Bon, j’ai envoyé un message au grand maître, et je pense qu’il ne devrais
plus tarder a arriver chez lui et qu’on aura droit a une communicatio intertour. Je voulais te prévenir, dit le a Lyn
c’est toujours mieux de le savoir.
-Amuse toi bien avec M.L., dit Mickaël en rentrant avec Brice.

Mickaël monta dans la salle de conférence commune où Lyn c’était déjà mise au travaille. Mickaël passa
derrière elle discrètement et la serra contre lui, posant sa tête sur son épaule et soupirant dans ces cheveux. Elle
fut d’abord surprise puis contente.

-Qu’est ce qui ce passe ? demanda Lyn. Brice c’est il excusé ?
-Je peut rester comme ça un petit moment ? demanda Mickaël.
-Si tu veux, dit Lyn en l’embrassant sur le front. Bon continuons, qu’elle est le planing de la journée ?

Elle les écoutas d’une oreille.

Lyn inquiète : Tu vas bien mon amour ?
Mickaël : Es tu reelement inquiète ?
Lyn : Bien sur, tu veux m’énerver de dire des bêtise pareille ?
Mickaël : Oui, si tu t’énerve je pourrais avoir une raison de passer une journée de congé et tu pourras dire que tu
es trop triste pour travailler. Et on pourra enfin profiter de ce jardin de rose que je t’ai offert.
Lyn : Ah, c’est tentant, mais tu sait quoi ? Tu devras attendre ce soir, et il n’y a pas de mais qui tienne !
Mickaël : Mechante !
Lyn : Gamin ! C’est tout ?
Mickaël : Tu sent très bon et on va sûrement recevoir une conférence intertour mental dans la journée, alors
préviens tes invités. Ah oui j’allais oublier, je t’aime.
Lyn : T’allais oublier ? Je t’ai dit que c’était inutile de m’énerver, tu ne me feras pas quitter mon poste.
Mickaël : J’ai donner sa journée a Marie Laure, elle intéresse Brice autant qu’il l’intéresse.
Lyn : Et je fais comment aujourd’hui ?
Mickaël : Pauvre Lyn, on ne va pas lui servir son verre d’eau dès qu’elle levra les yeux, elle va devoir ce lever !
Ça m’attriste vraiment, mais sa lui fera perdre du poid !
Lyn : Tu vas passer la nuit sur le sol si tu continus.
Mickaël : C’est toi qui va passer la nuit sur le sol. Tu veux jamais rien faire.
Lyn : Arrête de jouer les gamins, ça ne marche pas avec moi. Et en plus, j’ai déjà perdu trop de kilo ! Je me suis
fait engueuller par la sage femme !
Mickaël : Moi, je sait que le bébé va très bien. Et qu’il ira aussi bien quand tu pourras remettre un de tes
pantalons moulant, et moi aussi. Quoique les petites rondeurs t’aille très bien ma chérie.
Lyn : Arrête ! tu n’as personne d’autre a emmerder ?
Mickaël : Tu es toujours ma préfèrée, alors, qu’est ce que tu penses de retourner dans la baignoire ?
Lyn : Non !

Mickaël ce redressa, il embrassa Lyn dans son décolté et elle rougit devant ces conseillers et elle vit Mickaël qui
était déjà dehors. Elle attrapa une feuille et écrit une lettre d’insulte pour Mickaël. Celui ci entra dans sa salee de
conférence, ces conseillés étaient déjà la, Bahamut aussi, il faisaient sauter Michelle dans les aires comme une
vulgaire feuille de papier. Mickaël la rattrapa au vol, il attrapa aussi une tasse de cafe qui trenait sur la table.

-Alors pourquoi tu es la gamine ? demanda Mickaël en la posant sur la table et en s’asseyant sur un des
fauteuilles.
-Je dois te demander la permission de t’enlever Bahamut pour la journée pour qu’il me montre votre cachete
secrete, dit elle.
-Eh revele pas tout, dit Mickaël. Tu as vu ces grattes papiers ? Ils vont plus me laisser tranquille.
-Un endroit secret ? dit Nicky en continuant de trier de la paperasse. On s’en fout ! Par contre, on voudrais savoir
ou tu planque l’alcool !
-C’est vrai ça, dit Edi. Tu les as foutu où ces caisses de wisky que le grand maître t’envois une fois par ans
depuis près d’un demi siècle ?
-C’est un secret, dit Mickaël en attrappant le planing, et en y voyant la conferance notifié. Edi, c’est toi qui a
prévus la conférence ?
-Non c’est moi, dit Billy en lui balancent un papier. Jeff m’a prévenus, je te rappelle que c’est mon cousin.
-Je voulais pas te vexer, dit Mickaël. Mais vu qu’edi est un precog, j’espère voir son pouvoir ce developper.
-Moi aussi, soupira Nicky.
-Tu peut prendre ta journer Bahamut, dit Mickaël. De toutes façon aujourd’hui on ne fait que du rangament de
paperace. Tiens Billy. Dit, si tu vois Brice tu ne dit rien, tu le salut comme ton egal. Comme tu le ferais avec
moi.
-Tu veux que je le frappe ? demanda Bahamut. Parce que la plupart du temps, je te frappe pour te rappeler de me
dire bonjour.

Mickaël soupira, et lança un avion en papier a Bahamut alors qu’il sortait avec Michelle sur le dos. Mickaël et
ces conseillers passèrent trois heures a trier des papiers, puis la lettre de Lyn fut apportée. Mickaël ce ma rire dès
la première phrase. « Espèce de salle petit pervers a la mentalité d’un gamin de deux ans. Je t’ecris pour ton
manque marqué de politesse et de courtoisie, toi qui n’arrête pas de reprendre les autres tu devrais avoir honte de
ce genre d’acte, surtout prodigués en publique. Il faudrait commencer a murrir un peu gamin, et tu sera puni dès
ce soir. J’espère que tu te tiendras mieux, Lyn maîtresse de la lumière. » Mickaël tendis la lettre a Edi.

-Met la avec les autres lettres d’insulte, dit Mickaël alors qu’Edi commençait a lire derrière un tas immense
d’autres lettre.
-Eh, dit Edi. Alors Madigan, on ce fait reprimender par sa petite amie ? Tu lui a fait quoi ?
-Je l’ai embrassé, répondit Mickaël après que la lettre ai fait le tour de la table pour revenir a Edi. Sur les seins
devant ses conseillers, vous auriez vu ça tête, et la leur ! c’était trop drôle.

Nicky lui tendis une feuille et un crayon.

-Tu veux que j’en fasse quoi ?
-Tu vas ecrire une lettre d’excuse, dit Nicky. Elle a raison, c’est un manque de politesse et il est temps que tu
arrête ce genre de gamineries.
-Eh tu me réprimande la, dit il en souriant. J’ai enfin réussi a te faire sortir de tes gons ? Je vais l’ecrire, mais je
me réserve le droit de répondre sur le même ton !
-Si tu veux, dit Nicky. Mais tu écrit clairement que tu t’excuse !
-D’accord Lyn grande pretresse de la lumière etc., dit il en commencent a ecrire. Je vous redige ce memo pour
m’excuser de mon impolitesse et vous dire ma cher femme que vous pouvez toujours dire ce que vous voulez
mais je continuerais ce genjre d’acte, très agréable d’ailleurs. Toutes mes salutations, Madigan maître des
ténèbres. Je t’aime.
-Cela semble pire que le mal, dit Edi en soupirant.
-Je trouve aussi, dit Nicky.
-Vous me direz quelque chose quand vous finirez par vous devlarer l’un a l’autre, répondit Mickaël. Billy, tu
l’apporte s’il te plait, et dit lui pour l’heure de la conférence.
-D’accord pour cette fois, dit Billy en soupirant. Mais je ne suis pas ton coursier !
-T’es pas assez rapide pour cela, dit Mickaël.

Billy attrapa le courier et le monta a Lyn qui s’énerva progressivement après chaque mot qu’elle lisait, elle fini
par jeter la lettre a la poubelle et regarda Billy qui attendait.

-Je dois aussi vous signalez que la conférence aura lieu dans trois heures environ, dit Billy.
-Je vous remercie, dit Lyn. Je vais répondre a ton maître par d’autre moyen.
-Il n’est pas mon maître, dit Billy. Nous ne travaillons pas comme cela, il est notre supérieur mais ne peut rien
nous imposer, c’est lui qui en a décidé ainsi, il trouve vos méthode decadante et degradante pour les être humain
qui devrait avoir leur liberté de pensée.
-Merci, dit Lyn qui venait d’en prendre un coup en ce faisant reprimender ainsi et Billy partit.
Lyn : MADIGAN !
Mickaël : Je t’entend très bien chérie.
Lyn : Je ne te permet pas de m’appeler ta femme tant que tu ne m’aura pas passer une alliance au doigt devant un
prêtre dans une eglise et que notre mariage sera enregistré.
Mickaël : Ahahahahahahahahahah………..
Lyn : Que trouve tu si drôle ?
Mickaël : La dernière fois que je suis rentré dans une eglise j’avais dix ans. Je n’y était pas non plus au mariage
de Sofiane.
Lyn : Tu ne croit pas en dieu ?
Mickaël : Tu ne le savais pas ? Je ne supporterais pas que l’on puisse m’imposer une volontée, et je n’en impose
que très rarement a mes collaboteurs.
Lyn : Je sait Billy a dit que j’était decadante et degradante envers la nature humaine.
Mickaël : Il faut que je l’augmente, il travaille dur et il est sympa.
Lyn : Et il semble ne pas apprécier que l’on critique le maître de l’ombre.
Mickaël : Mes collaborateurs sont des amis, pas des idiots comme les tiens, et ils n’ont pas tous deux cent ans !
Lyn : Ce n’est pas le sujet ! Tu ne te mariras pas a l’eglise ?
Mickaël : A part si je ne suis pas obligé de venir.
Lyn : Mickaël, c’est très important pour moi, j’ai toujours rêvé de me marier en robe blanche, devant un prêtre,
avec mon mari habiller d’un costume noir et la benediction du ciel.
Mickaël : Je….Lyn, nous en reparlerons si tu veux bien, je te promet que je n’éluderais pas le sujet la prochaine
fois. Chérie ?
Lyn : D’accord, mais tu vas quand même devoir être puni ce soir.
Mickaël : Tout ce que tu veux.

Lyn avait sentit une certaine inquietude dans la voix de Mickaël, celui ci faisait face a un des monstres dont
Brice lui avait fait la description, il était plus grand qu’un orc normal, mais il avait une forme plus humaine que
ceux ci, et il tenait Nicky par le cou et menaçait de lui trancher la gorge. Mickaël resta concentré, il chercha une
faille qui lui permettrais de tuer le monstre sans que Nicky ne soit blessée, mais il ne semblais pas en existé, et il
en chercha une pour sauver Nicky. Il vit Edi qui attendait lui aussi le moment pour agir, et il vit une ombre
circulée derrière le monstre, Mickaël se lança sur le démon. Celui ci lança son épée sur Mickaël qui ne ce
protégeait pas, Mickaël attrapa l’épée a la main. Le démon vit alors son autre bras tomber coupé net par une épée
d’un blanc pure, Mickaël venait de faire apparaître son sabre, et il transperça la tête du démon qui tomba au sol.
Edi récupéra Nicky et l’emmena a l’infirmerie. Les autres conseillés quittèrent a leur tour la pièce. Mickaël ce
mit a genoux et remercia le guerrier Elf qui venait de sauver Nicky.

-Pas besoin de tant de cérémonie devant moi Madigan, dit l’elf en lui tendant lea main pour l’aider a ce relever.
Jade nous a dit que tu souhaiterais que nous formions une alliance.
-En effet, dit Mickaël. Nous souhaiterions que tous les peuples du continant s’unisse afin de combattre le danger
que représente Nick et ces démons. Mais tout d’abord, je souhaiterais que tu te présente et que nous allions
manger avant que mes conseillers ne reviennent et que je soit obligé de recommencer a travailler. Allez viens
mon ami elf.
-Tu vas m’obliger a te casser la tête, dit l’elf. Je suis Alexis Snel, maître Elf et grand guerrier.
-Si tu veux Alexis, dit Mickaël. Allez viens manger, avec un peu de chance, Lyn ne viendras pas nous rejoindre.
Lyn : J’ai entendu cette pensée ! arrête un peu de chercher le contact.
Mickaël : Moi aussi je t’aime chérie, descend nous rejoindre. On prendra la communication mental de Jeff tous
ensemble ainsi.
Lyn : Je vous rejoindrais dans quelques minutes. Dès que mes chers grattes papiers auront fini de ce plaindre de
toi.
Mickaël : Je viens te chercher tout de suite.
Lyn : Surtout pas !
Mickaël : Je suis déjà la !

Mickaël et Alexis entrèrent et les conseillers fermerent tout de suite leurs bouches, Mickaël s’approcha de Lyn et
alexis regarda avec interet pour ce qu’y allait ce produire.

-Maintenant que je suis la vous n’osez plus vous plaindre ? demanda Mickaël. Je vous donne la permission de
me dire tout ce que vous voulez. Je vous préviens juste que vous n’avez pas interet a depasser les limites !
-D’accord, dit le premier conseillé. Nous vous detestons, vous baffouez a vous tout seul l’ordre que les tours on
réussi a créés après mille quatre cent ans, vous étés un personnage repugnant de ces sale manière, et de la façon
dont vous vous prenez d’amitée pour des personnes de rang inferieur a vous. Vous n’avez réussi qu’a fouttre la
merde, et vous avez sacrifier votre femme et votre fille pour continuer a jouer, causant la mort de milliers
d’autres personnes…

Le premier conseillé n’eut plus le temps de rien dire Mickaël lui avait sauter dessus et ce mit a le frapper, sans
utiliser sa force, il était fou de rage, le premier conseillé lui mit une droite et vit du sang pisser du nez de Mickaël
et compris que celui ci c’était mis a son niveau, il lui decocha un coup de pied et Mickaël glissa au sol. Le
premier conseillé ce leva, mais il ne bougea plus, Alexis le tenait au respect avec son épée.

-Excuser vous pour cette insulte envers les defunts de sa famille, ordonna Alexis qui ne perdait rien de l’attirance
naturel des elfs même dans la colère. Excusez vous et soyez content qu’il ne vous ai pas tué pour une telle
offence. J’aurais été bien moins clément.

Le premier conseillé sentit une douleur aux cotes. Mickaël essuya le sang qui coulait et quitta la pièce avant de
faire une connerie, Alexis le suivit et attendit que Mickaël s’arrête. Mickaël ne tarda pas, mais il fracassa un mur
qui s’effondra. Alexis regarda les gardes surpris de voir le mur exploser devant leur yeux.

-Je m’excuse, dit Mickaël autant pour les gardes que pour Alexis.
-Je connais tout votre histoire Mickaël, dit Alexis. Je ne serais pas venu si je n’avait fait confiance que dans les
rumeurs. Si il y a cent quarante six ans je n’avais pas été qu’un enfant je serais venu a votre aide, mais les
anciens avaient décidés de laisser les problèmes des humains aux humains.
-Je les comprends, dit Mickaël. Il y a eut bien assez de mort comme cela pour ne pas rajouter le sang de votre
peuple.
-Je ne suis pas d’accord, dit Alexis. Si nous avions suivit les démons, ont aurait put epargner de nombreuses
vies !
-Le passé ne peut être changé, dit Mickaël. Allons manger, je vous l’avais promis.

Ils allèrent dans la salle a manger et virent Brice et Marie Laure qui discutaient. Mickaël alla s’assoire a l’écart
de tous. Alexis le suivit en observant tout les visages, et il vit que tous disaient bonjour a Mickaël avec une
grande sincerité et un grand respect.

-Ne te traumatise pas, dit Mickaël. C’est que je ne suis pas comme tout les maîtres de tour, je respecte la dignitée
humaine et je ne forcerais jamais personne a faire quelque chose contre son gré, a part si il commet un acte
grave.
-Je comprend mieux, dit Alexis. Alors pourquoi tenez vous tant a me retenir ?
-Il y aura très bientôt une conférence avec les autres maître de tour, dit Mickaël. Conférence mental bien sur, et
je souhaiterais que vous y participiez.
-J’accepte, dit Alexis. Mais vous pourriez vous reunir, j’en vois un ici.
-En effet, dit Mickaël. Mais soyez assez discret, il courtise une jeune fille et souhaiterais lui plaire pour autre
chose que son statut.
-Je comprend, dit Alexis. Que mangerons nous ?
-Mickaël, dit Nina. Vous avez un invité, dois je vous servir ?
-Tu serais gentille si tu le faisait, dit Mickaël. Et mange avec nous.
-J’en serais ravie, dit Nina. Qu’est ce que vous prendrez seigneur elf ?
-Appellez moi Alexis jeune demoiselle, dit Alexis en lui souriant. Et je mangerais tout ce que vous me ferez
l’honneur de me servir.

Nina s’en alla en rougissant, et Alexis sourit en voyant Mickaël éclater de rire.

-Tu parle aussi bien que moi voir mieux même, dit Mickaël.
-Disons que quand on doit diriger des hommes ou des elfs il faut savoir parler, dit Alexis.
-En effet, dit Mickaël, Nina arriva et les servit. Merci Nina.
-Merci Mademoiselle, dit Alexis en se levant pour reculer une chaise pour que Nina puisse s’assoire. Si vous
permettez.
-Merci, dit Nina toute rouge et soudain très timide en s’asseyant et en ravancant sa chaise.
-Je vous laisse dîner, dit Mickaël. Je rejoins Lyn, Nina vous excuserez Alexis si soudain il devient complètement
inconscient. Ce ne sera que temporaire, mais cela risque de durée peut être une heure.
-D’accord, dit Nina alors que Mickaël rejoignait Lyn. Alors Alexis, qu’est ce qui vous ammene a la tour des
ténèbres et de la lumière ?
-Mickaël m’y a invité, dit Alexis en regardant Nina dans les yeux. Et vous ma chere, que faites vous ici ?
-Je suis la gouvernante de Mickaël, dit Nina en baissant les yeux gênée.
-N’ayez pas honte, dit Alexis en prenant une bouchée de ce que Nina lui avait servit. Il n’existe aucun sous
metier vous savez. Et je suis sur que Mickaël vous est très reconnaissant de ce que vous faites pour lui. Bon
parlons d’autre chose, vous savez, j’aime bien vos yeux…

Mickaël s’assit près de Lyn et elle lui prit la main, il la regarda et sourit.

-Je te présente mes excuse pou…
-Je n’ai eu que ce que je meritais, dit Mickaël en remplissant deux verres de jus de fruit. Alors n’en parlons plus
et parlons de nous.
-Tu es sur que tu ne vas pas vouloir te défiler cette fois ? demanda Lyn
-Promis, dit Mickaël. Mais je refuse de me marier dans une eglise !
-Mickaël, dit elle. On ne va pas juste aller compléter le registre !
-Pourquoi pas ? demanda Mickaël. La cérémonie compte peu, c’est ce que nous ferons après qui est important, et
nous vivrons heureux, rien que nous et nos enfants !
-Plusieurs ? demanda t’elle. Ça ce voit que ce n’est pas toi qui te sent grosse et malade.
-Tu n’en voudrais qu’une ? demanda Mickaël. Et les madigans finiraient par disparaître.
-Nous avons tout notre temps, répondit Lyn. Nous vivrons plus de mille ans, et je ne veut pas enterrer tout mes
enfants !
-Je le ferais si il le faut et si ils vivent une vie heureuse, dit Mickaël. Comme j’ai enterré plusieurs de mes plus
chers amis et des membres de ma famille.
-Je ne me sent pas aussi forte que toi, dit Lyn. Mais pour l’instant nous devont parler mariage !
Jeff : Lyn, Mickaël, je vais entammer la conférence, je voulais vous prévenir.
Mickaël : Pourrais tu y intégrer l’elf ce trouvant près de moi s’il te plait.
-Alexis, dit Mickaël. Cela va commencer. Brice.
Jeff : Voilà qui est fait, je vais intégrer les autres maintenant.
Grand Maître : Bonjour a tous.

Il y eut un flot de bonjour et de phrase inutile.

Grand Maître : Nous devons maintenant parler plus sérieusement, nous avons tous eut a faire avec une nouvelle
sorte d’orc, et il est temps de nous décidé a faire quelque chose.
Lyn : Je n’est rien eu moi. De quoi… merci Mickaël. Je comprend mieux excusez moi.
Sofiane : Madigan, qu’est ce que tu en penses ?
Mickaël : Rien.
Alexis : Ces choses sont dangereuses, elle peuvent passer sous le soleil, contrairement aux orcs normaux. Et elles
sont capables de penetrer les plus hauts sorts defensif !
Jean : Un elf ? Je croyait que nous avions une discussion entre maître de tour.
Jade : La ferme Delare ! Si en plus de ta connerie tu es raciste tu n’as qu’a partir !
Alexis : Je te remercie Jade mais je repondrais moi même a cette idiot ! Nous les elfs nous sommes longtemps
tenu a l’écart de vos problèmes, mais il est temps que nous prenions nos responsabilités envers cette terre, et ces
choses la menace.
Aurore : Nous sommes tous d’accord, nous accepterons toute l’aide que votre peuple pourra nous apporté et l’en
remercierons.
Alexis : Vous aussi parlez très bien ma chere.
Aurore : Merci. Quelqu'un a une idée pour trouver Nick ?
Bashou : Madigan en connais une qui est plus que fiable, hein mon petit Madiganou.
Mickaël : La ferme Bashou ou tu le regretteras !
Grand Maître : Que nous cache tu Mickaël ?
Mickaël : Mes secrets le resterons.
Sakura : Vous étés pourtant celui qui devrait avoir le plus de raison de parler.
Amraël : Seriez vous entrain de préparer votre vengeance tout seul ?
Mickaël : En plus de ne rien avoir a vous dire, je pense que vous devriez tous savoir que je ne suis pas assez bête
pour penser battre Nick Farictone tout seul. Il a près de huit cent ans de technique militaire et d’entraînement.
Jeremie : Ce qui ne vous as pas arrêté la derneire fois si je ne m’abuse.
Mickaël : Je suis incapable d’utiliser la technique que j’utilisait quand j’avais vinght ans.
Jean : Que pouvez vous faire pour nous alors ?
Mickaël : pour toi ? Je ne ferais rien, ah si, j’ai très envies de venir a ta tour pour te montrer la politesse et te
faire rentré quelques notions d’intelligence.
Grand Maître : Alors comment pourriez vous savoir où ce trouve Nick.
Bashou : Il lui suffit d’attendre le retour de Gabriel qui suit Nick en ce moment.

Il y eut un grand silence et Mickaël contraignit Bashou au silence.

Grand Maître : Gabriel ?Ne me dit pas que l’esprit de ta fille et de ta femme continues d’errer sur cette terre.
Mickaël : Si, mais même avec ces informations, il sera encore trop tôt, Jd doit réussir a persuader les naims a
nous aider et je suis avec Bahamut en pleine négociation avec le peuple dragon.
Grand Maître : Tu es censé nous parler de ce genre de chose ! Que fais tu ? Tu veux faire ta guerre personnel ?
Mickaël : Aucunement, mais Sakura a tout a fait raison, je suis le plus impliquer, et je suis le seul a vraiment
considérer mes inferieurs comme des personnes égales a moi. Je me voit mal envoyer des délegués nains a vous
ou a cette idiot de jean, je préfère donner cette tache a Jd qui est en relation avec eux. Quand aux elfs, Jade
Aurore et Sofiane travaillent avec eux, Alexis n’est ici que pour que je le persuade de les aidés. J’ai confiance en
Jeff qui réunis des alliers puissant et en Brice et Lyn qui me soutienent. Mais pour les autres, je ne connais de
vous que vos defaults, mais si vous reussiser a me prouver que j’ai tord, je le reconnaitrais et m’excuserais a
genoux. Même devant toi jeune Jean.
Sofiane : Je suis d’accord, et vous grand maître ne faite qu’attendre, alors qu’il est plus que temps de nous
préparer. Nick nous a montré qu’il était vivant, et comme il n’a pas tué Mickaël il lui ai nécessaire de préparer
une battaille en règle.
Jade : Tout a été dit, alors…
Jeremie : Je m’excuse et me met en route pour vous rejoindre Madigan, je commencerais a entraîner toutes les
troupes qui me seront fournis.
Grand Maître : J’envoie un message a Shu ! Peut être pourrat’il nous fournir quelques dernier années pour
entrainnés des soldats a la magie.
Sakura : Considere que je suis déjà là, tu trouvera bien quelques chose a me faire faire !
Amraël : Je part a la poursuite de Jd, je lui serait peut être utile.
Bashou : Et l’autre idiot ? il boude ?
Jean : Je ferais selon mon idée, et vous verez bien le résultat.
Mickaël : Merci a tous, même a toi Jean.

Mickaël ce coupa de cette réunion et vit Brice et Alexis faire de même, alors que Lyn discutait avec Aurore, Jeff
et Sofiane pour qu’ils glissent un mot a Mickaël sur le mariage. Mickaël la laissa et vit Bahamut et Michelle dans
le hall.

-Alors ? demanda Mickaël.
-Michelle était super excitée et elle a fait un effet favorable sur le peuple dragon, dit Bahamut en rigolant
doucement. Nous parlerons de leur demande plus tard.
-Bravo Michelle, dit Mickaël. Tu vient de devenir membre de toutes les delegations qui irons voir le peuple
dragon !
-Merci Mickaël, dit elle.
-Bon, dit Bahamut. Nous allons aller profiter du lac et de cette chaleur !
-Bonne baignade, dit Mickaël.
-Dit Mickaël, commença Michelle. Tu ne vas pas te marier avec Lyn ?
-C’est vrai ça, dit Bahamut. Après sept ans !
-Lyn ou Jeff ? demanda Mickaël.
-Mickael, dit Bahamut en faisant signe de partir devant a Michelle. Tu as le droit a un peu de bonheur !
-Non, dit Mickaël en montant dans sa chambre. Pas encore !

Bahamut le regarda et comprit que ce n’était pas le moment. En rentrant dans sa chambre il vit la petite Gabriel
fantomatique assise sur le lit.

-Bonsoir papa, dit elle joyeusement.
-Gaby, répondit il en prenant l’air heureux alors que chaque mot lui dechirait le cœur.
-J’ai trouvé où il est papa, dit elle fierement.
-Ne me le dit pas, dit Mickaël. Bonjour Sarah.
-Maman, dit Gabriel alors que Sarah venait d’apparaître.
-Gabriel, dit Sarah. Je te cherchais, alors tu as bien voyagé ?
-Oui, dit elle. Mais Papa ne veut pas de mon information.
-Si tu lui disait, dit Sarah. Il irais la bas, et il mourrerais.
-Et alors ? demanda Gabriel furieuse. Il serait enfin avec nous et on pourrais être ensemble pour aller au paradis.
-Non Gabriel, dit Sarah.
-Pourquoi pas ? demanda Gabriel. Pourquoi nous ne pourrions pas être enfin ensemble ? pourquoi lui il est
toujours vivant ? Pourquoi il ne nous laisse pas partir si il ne veut pas mourir pour nous rejoindre ? pourquoi ?
Hein, pourquoi ?

Gabriel disparut en pleur. Sarah ne savait pas quoi faire et elle vit Mickaël s’écrouler sur le sol en larme, tapant
le sol.

-Pourquoi ? demanda Mickaël. J’aimerais pouvoir vous oubliez et vous permettre de penetrer au paradis.
Pourquoi en suis je incapable ?
-Tu n’es pas raisonnable Mickaël, dit Sarah. Tu n’as pas le temps de t’apitoyer sur ton sort, je ne te rends pas
responsable, cette situation me dérange un peu, mais te savoir près de moi me rend encore heureuse, même après
cent quarante ans. Gabriel est encore jeune, elle ne comprend pas, mais elle aussi est heureuse de te voir. Allez
Mickaël, tu es un homme, lève toi et trouve une façon pour tuer Nick.
-Nous la connaissons tous les deux, dit Mickaël.
-Tu dois en trouver une qui sera possible avec tes moyens actuelle, dit Sarah. Maintenant je vais gronder Gabriel.
-Non ne la gronde pas, dit Mickaël. Console la ! Je veux lui parler et m’excuser.
-Comme tu veux !

Sarah disparut, Mickaël regarda dehors, et il vit Bahamut et Michelle qui couraient vers la plage, cela lui rappela
Lyn, et la passion qu’elle lui inspirait. Alors il soupira et chercha une solution a tout ces problèmes, mais il ne
réussissait pas, il ne voyait que le visage de Gabriel qui pleurait. Il ce leva et vit Lyn qui attendait devant la
porte.

-Je peut me serrer contre toi ? demanda Mickaël en s’approchant d’elle.
-Oui, dit elle en le prenant dans ces bras. Tu seras toujours le bienvenue dans mes bras.

Mickaël l’embrassa, et ils s’allongerent dans le lit sans bouger.

-Je t’es déjà vu plus motivé quand nous étions dans cette position, dit Lyn qui cherchait un moyen de le faire
sourire.
-Moi aussi je t’es vu plus motivée, dit Mickaël. Dit, tu croit que nous pourrions rejoindre Bahamut et Michelle
sur la plage pour ce baigner ?
-Je sait pas, répondit elle en lui souriant. La dernière fois que nous y somme allés tous les deux, je me suis
retrouvée enceinte.
-Si je me rappelle bien, dit Mickaël. Il me serais impossible de te mettre enceinte en ce moment !
-C’est vrai, dit Lyn. Mais c’est justement parce que je ne sait pas ce que tu vas me faire que je m’inquiète !
-Je vais te balancer a l’eau ! dit Mickaël. Puis on pourra faire l’amour dans l’eau, ça ne t’avais pas deplu la
dernière fois.
-Tu le dis mais tu n’en a pas envi, dit Lyn. Tu n’es pas obligé de te forcer, je ne suis en manque au point de
devoir le faire tout les jours, tout les deux jours et ça ira largement.
-Pervert ! dit Mickaël.
-Gamin, répondit Lyn. Alors on y va quand même ?
-Tu te rebellerais contre l’autorité et quitterais ton poste ? demanda Mickaël.
-Oui, répondit Lyn. On pourrais même partir deux trois jours pour nous reposer.
-Sa ça me plait ! dit Mickaël. On pourrait aller voir les elfs !
-Comme quand j’était petite ? demanda Lyn.
-En plus mademoisselle Sumire m’envoie une lettre par mois pour que j’aille la voir, dit Mickaël. Et cela depuis
trois ans. Alexis et Brice prendrons notre place !
-Alexis ? demanda Lyn. Le guerrier elf ? tu semble l’estimer.
-J’ai entendu parler de lui, dit Mickaël. Il est honnete et droit ! Mes assistants seront ravi de l’aider ! Et Brice est
plus habitué a manœuvrer avec des grattes papiers sans cerveau !

Il fallu très peu de temps pour tout préparer et ils partirent deux heures après en avoir parler, ils prirent la route,
Mickaël avait remis sa vieille cape pouilleuse ces lunettes de soleil, son sabre dans son grand sac qu’il portait
avec aisance derrière lui et Lyn elle marchait tranquillement son épée a lame fine dans son fourreau accroché a
son dos et un petit sac de voyage. Ils traversèrent des centaines de champs, de lieux, et quelques villages où
Mickaël aida des misereux comme a son habitude. Puis ils arrivèrent devant une grande et magnifique forêt. Lyn
sembla très enthousiaste, et tira Mickaël pour le faire avancer plus vite.

-Calme toi, dit Mickaël. Tu ne vas pas recommencer comme quand tu était enfant, les gardes viennent nous
chercher, tu ne t’en rappelle pas ?
-Non, dit Lyn. Mais j’ai tendance a oublier mes bêtises.
-Et je me fais un devoir de te les rappeler, dit Mickaël en souriant et en l’embrassant. Maintenant attend, Sumire
savait que nous étions ici avant notre départ il y a deux jours.
-Elle est toujours aussi prevoyante, dit Lyn en souriant. Elle ne m’avait pas predit que je sortirais avec toi.
-En effet mais je le lui avait predis a lui, dit une voix sortant de la forêt. Il disait que je me trompait pas, il l’avait
prévus bien avant moi, n’est ce pas petit Madigan ?
-Tu es fâchée gamine aux yeux de punaise ? demanda Mickaël sur un ton egal alors qu’une magnifique elf sortait
des bois avec une demarche de princesse. Je t’avais dit que je n’avais pas le temps. Tu aurais dut prévoir que je
ne viendrais pas.
-Et je l’ai prévus, dit Sumire. Mais j’ai pour habitude de vérifier mes predictions. Alors Lyn, tu as bien grandie,
tu es devenue une magnifique jeune femme. Alors Madigan, serait je invité au mariage ?
-Tu n’as qu’a le prédire, dit Mickaël. Nous offre tu le gite pour quelques jours ?
-Bien sur, dit Sumire. Et cette fois je devrais te préparer un lit et pas t’offrir le mien !
-J’aurais preferé que tu garde cela pour toi aussi, dit Mickaël. Mais tu es toujours aussi mechante avec tes yeux
de punaise.
-Vous avez eut une liaison ? demanda Lyn. Pourquoi me le cacher ?
-Il sait que tu es possessive et il aurait preferé ne pas créé des tensions supplémentaire, dit Sumire. Et tu ne les
critiquait pas tant mes yeux quand nous étions allongés !
-Changeons de sujet, dit Mickaël en entrant dans la forêt. Pourquoi tu voulais me faire venir ?
-Nous en parlerons une fois que vous serez installés.

Sumire les conduisient vers le village au mlieu de la forêt, Lyn n’arrêta pas de lui envoyer des coups de coude
dans le ventre et a lui faire des grimaces. Ils arrivèrent très vite au village, aux maison suspenduent dans les
arbres, aux longues passerelles suspendut et aux villageois aimable et reclus de la vie exterrieur. Mickaël salua
tous les elfs, il semblait connaître la plupart des habitants du village a part les enfants. Sumire les laissa tout seul
une fois arriver dans la chambre en les invitants a la rejoindre plus tard dans le salon des invités. Mickaël posa
son sac et prit Lyn qui lui tournait le dos dans ses bras. Elle lui faisait la tête, ne dit rien et ferma les yeux.

-Lyn tu m’aime ? demanda Mickaël mi amusé mi désolé.
-Non, répondit elle sechement. Tu es une punaise.
-Non ? demanda Mickael en prenant un ton triste.
-Non, répondit Lyn toujours aussi seche puis elle sentit la main de Mickaël glisser sur son corps et ce detendit.
Un peu !
-Un peu ?
-Beaucoup, répondit Lyn en ce retournant et en l’embrassant. Mais j’aurais aimée le savoir plus tôt, et pas
comme cela. Mais je viens de réagir que tu avais eut une vie en cent ans.
-Pas tellement, dit Mickaël. A part Sumire et toi, je n’ai jamais eut d’autre femme dans mon lit, même si
plusieurs m’ont embrassée !
-Et c’est pas ta faute bien sur, dit Lyn. Toujours la faute des autres.
-Je suis faible et vulnerable, dit Mickaël en prenant un air de chien battu. Il faut que tu me prenne en main et que
tu me rend heureux.
-Je vais faire tout ce que je pourrais, dit Lyn en lui sautant dessus. Et si on arrivait en retard ?
-Non, dit Mickaël. Mais on aura tout notre temps ce soir, pour l’instant allons profiter de l’hospitalité des elfs !
Comme cela on ne donnera pas Sumire l’occasion de ce fouttre de nous.

Mickaël prit la main de Lyn et ils quittèrent la chambre, ils traversèrent deux pièce immense et un pont
suspendut pour arriver dans une salle où ce trouvait Jade, Sumire, et plusieurs generaux Elfs. Mickaël s’inclina
humblement devant eux, et fit la bise a Jade, Lyn fit de même et elle s’assit a coté de Mickaël.

-Et moi qui pensait être en vacance, dit Mickaël en soupirant. Messieurs, je voulait tout d’abord vous remercier
de l’aide que vous nous apporterez, quelqu’elle soit.
-Nous parlions de cela justement, dit le plus grand et le plus musclé. Je me présente Berenice de Belteuse, nous
voulions savoir si ce Nick était un vrai problème.
-Je ne vous raconterais pas ce qui c’était passé a Foll moon si c’est cela que vous attendez, dit Mickaël qui
servait un thé a Lyn. Mais je peut vous jurer que même a moi, il me fait peur.
-Menteur, dit Sumire. Tu n’en as pas peur, c’est de toi que tu as peur, et de Lyn pour une raison que je
n’explique pas.
-C’est vrai, avoua Mickaël. Mais Nick est un dangereux tacticien et un guerrier puissant en magie et en combat,
sans parler de son don pour commander aux démons.
-Encore faux, dit Berenice. Vous semblez le penser mais votre corps montre que tu peut le depasser et que tu le
depasse. A part pour son don, mais si il meurt, il ne lui servira plus a rien. Madigan, pourquoi ne pas commencer
a dire la vérité ?
-A vérité est que pour l’instant je suis incapable de tuer Nick, dit Mickaël. Je cherche une solution a mon
handicap actuelle.
-Tu es déjà plus franc, dit Lyn en sirotant son thé. Mais revenons a votre aide, nous ne voulons pas vous forcer,
mais nous aurions besoin de quelques guerriers pour la tour psy qui est profondement pacifiste, afin d’entraîner
des soldats et pour établir une défense en cas d’attaque.
-Vous étés belle silencieuse et rusée mademoiselle, dit Berenice en souriant. Barios, fait partir quarante hommes,
et deux mages pour la tour Psy entre Balton et Moribon.
-A vos ordres général, dit Barios, en homme fort au visage traverser d’une cicatrice qui partit tout de suite.
-Maintenant, dit Sumire. Nous allons parler d’autre chose. Est ce que vous comptez vous marier sous peu ?
-Je ne pense pas que le moment soit bien choisi, dit Mickaël. Quand tout cela sera fini on pourra ce marier. Ou
on aura droit a un enterrement.

Tous fut surprit de son calme et de son ton monocorde alors qu’il disait cela, resigné si il devait mourir mais
faisant des projets d’avenir !

-Madigan, dit Jade en voyant que Lyn était triste après ces mots. Tu me deçois ! Personne ne va mourir.
-Tu te trompe, dit Sumire. Mickaël a un talent precog lui aussi, moins puissant que le mien mais il est assez
puissant pour voir les fins possibles qui s’ouvre a lui.
-Mouais, dit Mickaël en buvant son thé. Mais je ne voit pas laquelle et la bonne.
-C’est tout ? demanda Lyn.
Mickaël : Change de visage, je ne compte pas mourir sans me battre, et je te laisserais pas mourir. Tu sait, je
t’aime et je veux que l’on puisse vivre heureux.
-Bon, dit Mickaël en ce levant. Je vous laisse discuter, je vais me rafraichir a la rivière et rendre visite a Luc qui
n’a pas penser a venir me dire bonjour.
-Tu me laisse ? demanda Lyn.
-Jade prendra soin de toi et t’empechera de faire une bêtise.
-A tes ordres, dit Jade en lui balancent un gateaux. Mange, tu as mauvaise mine, je suis sur que tu nous fait une
depression inutile. Si tu ne le mange pas, je m’occupe de toi !

Mickaël s’inclina devant tous et mangea le gateaux en sortant, et en critiquant la cuisine deSumire. Les trois
jours chez les elfs remirent en forme aussi bien Mickaël que Lyn, et il avait trouvé deux solutions pour ces deux
problèmes. Ils rentrèrent a la tour, et reprirent le travail après que Sakura et Jeremie les aient incendiés pour leur
absence. Mickaël s’excusa poliment et les invitas a dîner avec eux. Avec Alexis et Brice qui ce joignerent a eux,
ils mangèrent tranquillement.
-Alors comme ça tu as réussi a te faire fournir des troupes pour la tour Psy, dit Alexis. Tu m’impressionne ma
petite Lyn. J’avais cru que tyu n’étais que jolie.
-C’est sympa, dit Lyn vexer que Mickaël n’est rien dit pour ça défense.
-Marie Laure a fini par découvrir qui j’était, dit Brice un peu triste. Je me demande si on pourra continuer cette
relation.
-Et a part cela ? demanda Mickaël en souriant. Que ressente tu mon cher Brice ?
-Je l’aime vraiment, dit Brice. Elle est belle, gentille, intelligente, et m’aime pour autre chose que pour mon
rang. Ça ne m’était encore jamais arrivé.
-Dans ce cas, dit Mickaël en faisant signe a Marie laure qui était entrée dans la salle avant que Mickaël ne pose
la question a Brice. Prend un siege Marie Laure, et continuons a dîner.

Tout le monde regardait Mickaël qui avait tout prémédité, et qui mangeait comme si de rien était. Lyn faisait de
même et rigolait, elle sentit la main de Mickaël qui prenait la sienne.

-Ça va ? demanda Lyn en sentant sa main la serrer plus fort. Tu me fait mal….Mickaël !

Elle regarda les yeux de Mickaël dans le vide qui ne semblait plus être dans le présent.

-Nick aurait t’il trouvé un maître Psy ? demanda Brice. Jeff !
Jeff : Je vient de le ressentir, mais je n’arrive pas a coupé le lien, je sent que Mickaël va bien.
Brice : Bien ? Sort le de la où il est bordel ! Après tu diras qu’il va bien !
Lyn : Jeff s’il te plait ne le laisse pas tout seul !
Jeff : Je vais faire ce que je peut !

Mickaël ce trouvait dans le monde des rêves, Nick lui faisait face et souriait de joie en voyant Mickaël s’énerver.

-Salut Madigan, dit Nick comme seul préambule. Bon passons au vif du sujet, quand souhaite tu que je te tue ?
-Allons y maintenant si tu veux, dit Mickaël.
-Non, dit Nick. Il y aura un vrai conflit, une belle bataille entre tes alliers et les miens.
-Et tu me laisse le choix de la date pour être faire play ? demanda Mickaël sinique.
-Non, mais si tu choisi la date, dit Nick en souriant. Je choisirais le terrain.
-Tu veux faire mumuse avec moi en claire, dit Mickaël en soupirant devant cette homme incomprehensible. Où
veux tu te battre ?
-Dans le canyon de Lalisto, dit Nick.
-Un lieux fermé où tes guerriers auront un avantage certains, dit Mickaël. Et un lieux plein de souvenir qui me
rendront plus maniable.
-En effet, répondit Nick.

Jeff et Brice apparurent, Mickaël les empechas de ce jeter sur Nick.

-J’accepte, dit Mickaël. Laisse moi cinq mois, je ferais vider les villages entre chez toi et le canyon. Nick, si a un
seul moment il y a des morts entre chez toi et le canyon, j’annule la bataille en bonne enuforme et nous
attaquerons dans la première plaine.
-D’accord, dit Nick en souriant devant son élève. Tu as bien grandis, et tu es resté le même. Cette fois peut être
que je reussirait a te faire changer de coté !
-Nick, dit Jeff. Pourquoi tout cela ?
-Pourquoi pas, dit Nick. N’est ce pas Madigan. Pourquoi choisir le bien alors que le mal est plus fort ! Pourquoi
un merdeux de seize ans était plus fort que moi, pourquoi a t’il refuser ma demande pour me tuer lorsque son
entraînement c’est terminé et que je n’avais plus aucun espoir ? Madigan m’a prit ma vie de guerrier, en
contrepartie je detruirais la sienne entierrement !
-Idiot, dit Brice. Pourquoi ne pas régler cela entre vous ?
-Ce serait moins drôle, répondit Nick. Je prend un plaisir intense a vous faire stresser. Alors Mickaël, qu’elle
sont tes predictions sur l’issu de cette partie ?
-Va te faire fouttre Nick, cria Mickaël.

Lyn sentit la main de Mickaël ce desserer, et il redevint normal, Brice aussi. Et ils regardèrent tous Mickaël qui
écoutait Jeff.

Mickaël : ,Je sait tout ça, pourrais tu appeler le grand maître ?
Jeff : Si tu veux.
Grand Maître : Que ce passe t’il encore ?
Mickaël : Nous avons cinq mois pour faire vider tous les village entre Moon gâte et le canyon de Lalisto. En
faite, Nick souhaite faire une partie d’échecs avec deux armées réel. Pourrais tu faire venir Shu, les meilleurs
statègistes et les cartographes les plus informés sur ce canyon.
Grand Maître : Tu plaissante ? Seulement cinq mois ?
Mickaël : C’est suffisant, et je souhaite aussi que vous preniez certains de mes soldats pour faire evacuer les
villages. Ils sont entraînés et vous seront d’une grande aide.
Grand Maître : J’accepte, et je fais de mon mieux pour le reste !
Mickaël : Merci, merci beaucoup, a toi aussi Jeff.
Jeff : Je fais ce que je peut.
Mickaël : C’est plus que ce que j’en aurais demandé a quiconque.

Le lien ce coupa et Mickaël sourit en sentant Jeff inquiet. Brice lui lança une brioche au visage et Mickaël le
regarda.

-Une partie avec de vrais humains ? demanda Brice exaspéré. Dit moi que tu as déjà gagné aux échecs contre lui.
-Jamais, répondit Mickaël. J’ai horreur de devoir sacrifier mes pions.
-Et tu pense avoir une chance ? demanda Alexis intéressé.
-Aux échecs, dit Mickaël. Il y a une stratégie très simple, on sacrifie une des deux tours pour prendre le roi.

Mickaël souriait et il s’excusa avant de quitter la table.

-La question est de savoir qui sera qui jouera le rôle de cette tour, dit Brice.
-Elle ne ce pose même pas cette question, dit Lyn en repoussant son assiette. Il prendra le rôle en refusant que
quiconque le face a sa place. Et je suis même sur qu’il va essayer de m’écarter. Il a choisi cette date parce que
dans cinq mois je serais dans mon neuvieme et je ne pourrais plus me battre.
-Ça lui ressemble bien, dit Alexis. Mais il n’est plus tout seul et il doit réfléchir a ce qu’il fait.

Alexis joua avec un couteau et le lança sur une ombre qui s’arrêta. Jeremie s’avança et attrppa l’orc modifié et le
souleva avec une main.

-Je suis sur que des spécialiste ce feront un plaisir a t’etudier, dit Jeremie avec un sourire cruel. Qui était ta
cible ? Lyn sûrement, c’est la seule a ne pas en avoir vu passer un.

Les jours passèrent et tous se mirent au travail, même Lyn qui aida Jeremie afin de garder sa forme physique
actuelle. Sofiane, Aurore et Jade continuaitent a faire le tou des domaines elfs afin d’otenir le plus d’aide
possible. Jd et Amraël eut faisait le tour des mines des nains qui leur demandèrent juste de les aider pour les
galeries contre leur soutient durant la bataille. Bahamut, Sakura et Michelle continuèrent les negociations avec le
peuple dragon, qui ce mit a demander des choses farfelues jusqu'à ce que Mickaël ce mit a crier par l’entremise
de Bahamut et qu’ils reprirent leur sérieux.Shu, des cartogaphes et deux stateges arrivèrent un soir et Mickaël ne
les reçus que le lendemain pour commencer tout de suite le travaille. Le quatrième mois, tous les maîtres de tour,
les generaux des elfs, les grand dragons, et les chefs nains étaient réunis dans la tour. Mickaël, Shu, les deux
cartographe et les deux stateges presenterent le plan et la stratégie. Le canyon était assez vaste, aussi bien en
largeur qu’en hauteur, il avait été creuser lors de l’incident de Fool moon quand les debris de la lune avait
touchés le sol dans une region vierge de vie. En bas les lieux resemblait a un désert, mais sur les rebords se
trouvaient des forêt et des prairies. Des fois lorsque des etrangés voyageaient dans le coin, certains tombaient
dans le canyon ne l’ayant pas tout de suite vu. Il y avait assez de place pour huit ou neuf armées dedans. Et deux
groupes étaient dessinées, des noirs et des blancs, les noirs arboraient une position en fleche et les blancs deux
rectangles avec un grand espace au milieux. Tout le monde regarda Mickaël rigolant de cette stratégie étrange,
puis Shu s’avança et tout le monde ferma sa bouche, même les nains qui n’était pourtant pas connu pour leurs
bonnes manieres.

-Avant que vous commenciez a critiquer ce plan il faut que vous vous representiez une partie d’échecs, dit Shu.
Nick etablie toujours ces stratégie ainsi et durant le combat, il fera en sorte que tous ces generaux obeissent
scrupuleusement a ces ordres et changera sans cesse de formation. Donc je commencerais a m’assurer que vous
allez obeir aux ordres.
-Vous semblez être un humain important, dit le nain le plus vieux. Alors, dites nous pourquoi nous obeirions ?
-Pourquoi les nains posent toujours problème ? demanda Mickaël. Alors, je vais vous indiquez pourquoi vous
avez tout interet a écouter les ordres qui vous seront donnés durant la bataille. Imaginons que Nick prenent sa
position en fleche preferé. Que feriez vous ?
-Moi je me la mettrait dans le cul, dit Sofiane en ce mettant a rire.
-Nous pourrions peut être prendre la forme inverse, dit Alexis.
-Oui mais il lui suffirait de changer de formes tout de suite et nous nous retrouvrions dans une merde pas posible,
dit Mickaël. Alors nos deux tacticien ont eut une idée plus que brillante, et je ne comprend pas leurs retissances a
vous parlez. Nous etablirons deux groupes, mixte d’humain, de nains et de dragon, et chacun des groupes devra
soutenir l’autre durant la bataille, tout en continuant de massacrer des monstres a outrance bien sur.
-Pourquoi cette avenue entre les deux groupes alors ? demanda le grand maître. Vous voulez les laissés venir ?
-Et les elfs dans tout cela ? demanda Berenice.
-Nous y venons, dit Mickaël en ajoutant deux groupes sur les sommets. Là, les elfs seront sur le sommet et
devrons en premier lieux bonbarder l’enemi de fleches
-Les elfs ne risqueront donc pas leur vie, dit le nain. Comme d’habitude……
-Vous devriez laisser Madigan terminer ces explications, dit Sumire.
-Merci, dit Mickaël. Puis les elfs rejoindront les autres pour crée un troisième groupe où les humains les nains et
les dragons laissés a l’écart prendra place. Je tiens a preciser que les elfs prendront bien plus de risque que
quiconque et qu’il leur faudra ce défendre seul, enfin pas exactement mais une surprise attendra les ennemis qui
voudraient rejoindrent les elfs. En tout cas, pas de soucis a vous faire seigneur nain, vous ne mourrerez pas en
plus grand nombre que les elfs, les humains ou les dragons. En esperant ne pas avoir a déplorer trop de mort.
-Tu continu a éluder la question du boulevard au milieu, dit Lyn en soupirant. Tu compte y faire passer combien
de tour précisément ?
Mickaël : Toujours aussi intelligente mon amour.
Lyn suppliante : Mickaël…
-Alors ? demanda Brice. Qui seront les tours ? Qui sera sacrifier pour tuer Nick et mettre sont armées en deroute
complète ?
-Vous voulez tuer le chef pour mettre les troupes en déroutes ? demanda Berenice stupefait. N’est ce pas risqué ?
-Non, dit Mickaël en baissant les yeux. Pas pour vous, seulement pour Bahamut et moi. E me rend compte que
beaucoup d’entre vous esperait être dans les tours mais non. J’ai besoin de toi Sofiane pour former le troisième
groupe avec Berenice et Alexis. Jeremie, Amrael et Brice et vous formerez le premier groupe. Jd, Aurore et Jade
formerons le second groupe. Et toi Jean, j’attend ta suprise avec impatience.
-T’inquiète pas, tout ce passeras comme nous l’avons prévus, dit Jean qui inclina la tête par signe de politesse.
-Et moi ? demanda Lyn. Comme prévus tu m’as exclue.
-Non, dit Mickaël. Tu aidera pour les soins aux blessés, ainsi que toi Sumire. J’ai confiance en vous, et je sait
que vous reussirez a remonter le moral des troupes. De plus tu n’es pas apte au combat Lyn, aucun de nous
n’enverrait une femme enceinte a son neuvieme mois sur un champ de bataille. N’est ce pas.
-Sûrement pas, grogna le seigneur nain alors que les autres acquiessaient de la tête.
-Je tiens a preciser que les nains et les dragons ont une grande importance et que les capitaines ou generaux
seront aux cotés de ceux designés pour former les groupes et auront une place aussi importante.
-Et pour Sakura et moi ? demanda Jeff qui avait attendu en silence. Tu compte ous faire devenir l’arrière garde et
nous laisser prendre la poussière ?
-Non, répondit Mickaël. Pour changer de position il faudra donner des ordres et je me voit mal envoyer des
messagers sur le champ de bataille, répondit Mickaël. Tu assurera la liaison entre nos deux strateges et les chefs,
tu ne pourrais pas soutenir le contact si tu devais te battre en même temps.
-Et moi ? demanda Sakura.
-Il faudra que tu envoie dans le néant le plus de démons possible, dit Mickaël. Tu sera épuisé, voir plus si tu ne
fait pas attention. En tout cas, tu devras faire le plus gros trou possible dans leur rang, et si tu vas a l’avant, on ne
pourra pas te rapatrier. Bon, des questions ? Au pire nous ne partons pas avant la fin de la semaine, et vu que
vous m’emmerdez vingt quatre heures sur vingt quatre, vous êtes les bienvenus.
-Mickaël…soupira Lyn qui n’avait eu de cesse d’essayer de le raisonner mentalement.
-Mickaël, dit une petite voix avant que tout le monde ne s’ecarte et que michelle ne sorte du groupe de badeau
qui ecoutaient depuis la porte. Et Bahamut, il ne risque rien, n’est ce pas ?
-Michelle, dit Bahamut. Tais toi !
-Non répond Mickaël, dit Michelle.

Mickaël leva la tête et tout le monde put voir son sourire radieux et rassurant.

-Michelle, dit Mickaël. Je te promet de le protéger de toutes mes forces. Il ne lui arrivera rien de sérieux. Une
fois que nous aurons atteint Nick il repartira et aidera aux soins avec toi et Lyn.
-Mais, dit Bahamut indigné.
-Ce sera donc lui que tu enverra pour protéger le camp, dit Sofiane. Je n’es plus ce poste, je le comprend…
-Arrête de chialer, dit Mickaël en continuant de sourire. J’ai besoin de toi sur le champ de bataille, et j’y
enverrais Lyn si elle pouvait y aller. Je ne reproduirais jamais deux fois la même erreur. Comprend que je ne
peut te donner le rôle de tour. Si tu avait été yun dragon je l’aurais fait tout de suite.
-Je vois, dit Bahamut. Je vais jouer les beliers enfin de compte, je croyais que tu refusait cette idée. Je suis donc
un grand tacticien !

Tout le monde éclata de rire, et la réunion ce termina ainsi, sur une joie agréable en temps de conflit. Mickaël
rejoignit Lyn qui l’attendait assise au bord du toit, les pieds dans le vide, avec le léger vent qui lui faisait fremir
les bras.

-L’hiver viendras nettoyer après nous, dit Mickaël en s’asseyant derrière elle et en la serrant contre lui. Et notre
enfant naitra sous des flocons de neige.
-Oui, dit Lyn. Ou avec le deuil de son mère parce que son père sera mort.
-Qui sait ? demanda Mickaël.
-Mickaël…dit Lyn d’une voix suppliante.
-J’ai besoin que tu me soutienne, dit Mickaël. J’ai besoin de te sentir près de moi mentalement si je veux gagner.
Alors ne te laisse pas décourager et soutient moi quoi qui puisse arriver.
-Tu me promet que si e fais cela tu reviendras ? demanda Lyn en ce tournant vers lui.
-Non seulement je te le promet mais en plus je ramenerais des fleurs, dit Mickaël en lui souriant. Enfin si j’en
trouve.
-Promis ? demanda Lyn une nouvelle fois.
-Promis, dit Mickaël en l’embrassant. Bon, il fait froid ici !
-Non continue de me serrer contre toi, dit Lyn. Pour une fois c’est moi qui en ai besoin.
-Tu as vu comme c’est agréable quand on est inquiet ou triste, dit Mickaël en sifflotant une berceuse.
-Tu essaye de me faire dormir ? demanda Lyn. Je ne l’ai jamais entendu en entière cette berceuse.
-Oui, dit Mickaël. Generalement tu t’endors vers le milieu, je te la chanterais dans notre langue un jour pour que
tu puisse comprendre les paroles. Tu me permet de t’endormir ?
-Vas y, dit Lyn. Mais reste près de moi.
-Promis, dit Mickaël. Ne pense plus a rien.

Elle entendit Mickaël entonner les paroles d’une berceuse dans une langue ancienne, des paroles qu’elle semblait
comprendre et peu a peu elle s’endormie dans ces bras sans pouvoir resister a ce sommeille dut a la voix
cristalline de Mickaël qui continua de la serrer toute la nuit. A la fin de la semaine tout le monde partit reunir les
troupes, Mickaël fit sortir les troupes de la tour des ténèbres et ceux de la lumière, et leur fit face avec Lyn.

-Je vous demanderais de bien écouter ce que nous allons dire, dit Mickaël avant de laisseer Lyn parler.
-Nous allons partir pour une guerre de la plus haute importance, dit Lyn. Mais nous ne souhaitons pas forcez qui
que ce soit a venir. Il nous faut des chevaliers qui seront prêt a tout perdre pour sauver les autres. Vous étés les
hommes de notre tour, mais vous étés avant tout des hommes. Alors decidez de votre destin.
-Vous ne serez de toute façon pas inutile, dit Mickaël. Il faut que certains continue a garder notre tour et le
village. Pour que les autres puisse se battre en pensant que leur famille n’est pas en dangers. Et…

Mickaël ne terùmina pas ça phrase, il vit arriver un nombre incalculable d’homme arriver, des paysans, des
artisants, tout sauf des soldats qui venaient arme a la main et Mickaël ne put s’empêcher de sourire.

-Vous étés les bienvenus mes amis, dit Mickaël.

Des cris de joie s’eleverent dans les rangs, acclamant les deux maîtres de la tour, et les nouveaux arrivants. Un
chef delegué de cette nouvelle armé rejoignit Mickaël qui s’inclina devant lui.

-Je vous remercie, dit Mickaël.
-Pas besoin, dit l’homme. Nous ne sommes pas des soldats, mais nous vous sommes tous reconnaissant pour ce
que vous avez fait pour nos villages depuis des dixaines d’années et nous nous battrons pour remettre a leur
place les monstres qui approcherons.
-Nous vous en seront redevable, dit Lyn en s’inclinant a son tour devant lui. Mickaël, il faut penser a finir !
-Oui, dit Mickaël. Bon vous avez entendu ma femme, on y va. Alors ceux qui ne l’on pas encore fait vous faites
votre packtage et vos au revoirs, et on part en avance. On est de corvée pour installer le camp !
Il y eut des rires puis tout le mondes ce mit au travail avant le départ. Mickaël vit les hommes qui venaient
d’arriver aider les soldats a mettre plus de vivres et de matériel sur des chariots. Bahamut arriva, sur un cheval
avec Michelle.

-Madigan, dit Bahamut. Je part devant. Michelle souhaiterais voir ces parents avant d’y aller.
-Elle a raison, dit Mickaël. N’allez pas trop vite, nous partons a pied nous.

Mickaël et Lyn allèrent au tombeau des Madigans et y virent Jade.

-Une réunion de famille ? dit Jade en les regardants.
-On peut dire ça comme ça, dit Mickaël. J’aurais pensé voir Sarah ou Gabriel mais comme d’habitude je me
trompe.
-Elles doivent être entrain de se reposer ailleurs, dit Jade. Mais leurs esprits sont toujours directement liés a cette
tombe. Je vous laisse, je dois rejoindre mes troupes, nous partons demain soir. A plus tard.

Jade s’en alla, Mickaël serra Lyn contre lui et ils restèrent la a prier durant une heure. Lyn fini avant mais elle
n’osa pas bouger, puis Mickaël rouvrit les yeux et il souriait.

-Qu’est ce qui ce passe ? demanda Lyn.
-Rien, dit Mickaël. J’ai vu comment serait notre fille dans longtemps.
-Et pourquoi tu rit ?
-Parce qu’elle sera exactement comme ça mère, dit Mickaël. Ça promet, elle a même tes yeux, avec ce bleu vert
si jolie et agréable.
-Qu’est ce que tu insinu ? demanda Lyn en mettant ces poing sur ses cotés.
-Que s’occuper de deux femmes avec ce caracthere va être une tache très dur ! dit Mickaël en lui volant un
baiser. Tu était une tempete quand tu était plus jeune, et maintenant tu es un typhon !

Elle lui tapa dans l’estomac, et ils quittèrent la rosiere, pour rejoindre les troupes. Il y avait plus de femme que
prévus, elles souhaitaient aidées autant que les hommes et Mickaël ne le leur refusa pas si leur familles étaient
d’accord. Nina vint elle aussi s’accrochant a Mickaël comme a une branche. Et Marie Laure vint afin de voir son
doux prince, Lyn avait essayer de la mettre au service de Brice, mais Marie Laure en fut indignée et Lyn ne
retenta pas cette expérience. Ce fut une armée gigantesque qui s’en alla sous les cris des villageois et du
personnel de la tour qui restait qu’ils s’en allèrent. Le cortege marchait d’un pas rapide que Mickaël eut très vite
fait de diminuer pour ne pas que les femmes se fatiguent plus que nécessaire. Il laissa partir en avant les soldats
qu’il n’arrivaient pas a faire ralntir, trop excité par ce qui allait ce passer. Plus tard sur le chemin, ils furent
rejoint par Sofiane, Aurore et leurs armées et le cortege s’agrandit encore sans perdre sa bonne humeur et ces
chants qui reveillerent la nature endormie par l’arriver de l’hiver. Après deux jours, ils arrivèrent au canyon ou
les hommes et les hommes-dragons parties en avant montaient déjà le camps a l’entrée du canyon, sous les
ordres de Bahamut et des generaux dragons. Mickaël regarda les troupes et ordonna a ceux qui étaient fatigués
de se reposer, mais la plupart même fatigués aiderent a la construction et ce fut un magnifique ocean de tentes
entourés de défense qui fut bientôt devant leurs yeux. Mickaël rejoignit le grand maître et les strateges qui
s’étaient déjà installés dans la tente pour elaborer des stratégie de dernière secondes. Puis deux elfs arrivèrent,
signalant que les troupes elfiques étaient en place et qu’ils ce mettaient des maintenant au service de Mickaël.

-Je vais vous demander quelques chose que je ne peut demander a personne. Pourrez vous me protéger durant
moncombat avec Nick ? Nous serons derrière les lignes ennemis et nous ne pourrons partirent que lors de la
victoire.

Les deux elfs se regardèrent puis ils se tournèrent vers Mickaël et ce mirent a genoux devant lui en lui
promettant de le protéger jusqu'à la mort. Mickaël posa un genoux au sol pour les remerciers de leur aide. Et ils
donnerent leur noms au grand maître qui consigna cela dans le livre qu’il avait écrit sur ce qui c’était déjà passé.
Aymeric et Anthony suivire Mickaël comme son ombre, puis il leur donna l’ordre de se reposer et de ce
préparer. Et il rejoignit Lyn qui avait sortit une vieille armure.

-Tu vas vraiment mettre cela ? demanda t’elle en soulevant se tas de vielle plaques poussiereuses. Je préfèrerais
pas, ça ne m’as pas l’air très solide.
-Juste ce qu’il me faut, dit Mickaël en la forçant a s’allonger dans le lit préparer pour eux. Je ne compte pas la
garder très longtemps. Mais ce soir, tu vas rester près de moi et ont va se reposer. Je veux juste sentir ton parfum.
-Je me demande ce que tu trouve d’extraordinaire a ce parfum, dit Lyn amusé de le voir poser la tête entre ces
seins. C’est un parfum tout a fait normal.
-Oui mais c’est le tien, dit Mickaël. Quand je m’énerve, il me permet de reposer mon esprit, c’est un peu comme
si j’était près de toi, ça me permet de retoucher le sol et de me concentrer.
-Whoa, dit Lyn en exagerant pour ce moquer de lui. Tout ça avec une odeur de savon sur ma peau. Si j’avais su !
-Arrête de te foutre de moi, dit Mickaël. Ce n’est pas le parfum, c’est le souvenir de ta présence qu’il m’évoque.
Tu es mon oasis de calme dans ce monde de fou.
-Une oasis ? demanda Lyn. Je ne suis pas si grosse !
-Arrête gamine, dit Mickaël en l’embrassant. Dit, tu m’aimeras toujours ? Malgré mon lourd passer et la vie
mouvementé que nous aurons ?
-Ça dependra de toi, dit Lyn. Si tu tiens tes promesses, et que tu m’aime alors nous vivrons très heureux, très
longtemps !
-Tu auras un très beau mariage après ton accouchement, dit Mickaël. J’ai trouvé une solution qui nous permettra
de realiser ton rêve de gamine !
-Eh, dit Lyn en lui tapant sur la tête. On ne mordille pas mes seins ! excuse toi tout de suite au près d’eux !

Mickaël éclata de rire et il s’excusa comme elle lui avait demandé en les embrassants. Après trois jours, toutes
les troupes étaient réunis pour la bataille et il ne restait qu’une journée avant le combat. Mickaël ce reposait assit
sur un rebord du camp observant ce qui allait devenir un champ de bataille qui finira par être mondialement
connu qu’elle que soit l’issu du combat qui s’y deroulerais. Mickaël serra sa main sur une barrette a cheveux.

-La barrette de Gabriel, dit Sofiane en s’asseyant près de Mickaël. Tu l’as conservée.
-Tu m’as sortit de mon esprit grâce a elle, dit Mickaël en souriant. Tu m’as sauvé la vie en risquant la tienne.
-Oui mais je n’ai pas tenu ma promesse, dit Sofiane. J’aurais du les sauver de cette enflure.
-Tu serait mort toi aussi, dit Mickaël. Et je serais mort, Lyn n’existerais pas parce que ces parents serait mort
assassinés par des démons, et Nick aurait déjà tout ravagé. Non, tu n’es pas responsable, je suis le seul a blâmer.
Mais tu le sait déjà, on en a déjà parlé des centaines de fois, je ne pense pas arranger ta conscience maintenant.
Mais pense a une chose, a Aurore, elle doit être la seul chose a laquelle tu dois penser, et tu survivras !
-Merci ! dit Sofiane. Mais je ne suis pas complètement innocent pour ce qui c’est passé, si j’avait au moins put le
retenir trentes secondes, tu serais arrivé et Sarah et Gabriel serait en vie.
-Avec cent soixante ans ? dit Mickaël en soupirant. Elles étaient normal et seraient mortes de toute façon.

Mickaël lui donna la barrette et lui sourit.

-Merci a toi, dit Mickaël. Maintenant, c’est a toi de te libérer de tes chaînes.
-Merci Madigan, dit Sofiane. Promet moi de ne pas mourir et je te promet de ne plus me laisser ronger par les
remords !
-Je te le promet, dit Mickaël. Tu es pire qu’une femme tu sait mon petit Sofiane.
-Disons que je n’aime pas perdre mes amis ! répondit Sofiane.

Mickaël partit en souriant, Sofiane regarda la barrette et pleura devant l’objet qui’il avait lui même offert a la
fillette qu’il considerais comme ça niece. Aurore arriva et ils ce consolerent ensemble. La bataille s’annoncait
assez bien, les troupes s’entendaient a la perfection et étaient déjà en position alors que les premiers éclaireurs
anoncaient l’arrivée de l’enemi. Mickaël ne prit même pas le temps de dire au revoir a Lyn, il l’embrassa sur le
ventre et partit comme si de rien était. Bahamut et les deux Elfs le suivirent doucement. A l’avant, Sofiane
pensait a Aurore et lui envoyait tout l’amour qu’il avait pour elle, et elle lui renvoya son sentiment de sureté a
ses cotés et son amour ce qui les rassuras. Jade et Jd ce regardèrent en souriant puis ils prirent Aurore avec eux et
ils ce serrerent les uns aux autres devant les soldats qui reprirent un peu confiance et qui commencèrent a ce
remotivés entre eux. Jeremie souleva un rocher et le balança au dessus du canyon, redonnant courage a ses
troupes. Brice ce contenta d’un signe de tête a Amraël qui ne semblait plus savoir quoi faire ce qui la remit en
confiance, il avait déjà longuement dit au revoir a Marie Laure. Tous ce préparait a effectuer le dernier combat
de leur vies, Mickaël et Sofiane posté tous les deux a l’entré du camp regardèrent ces hommes courageux
attendant pour repousser un ennemis. Puis Jeff fit passer le message mental de Mickaël et Mickaël a tous.

Mickaël : Quelque soit l’issu de ce combat, quelques soit le nombres de victimes, je tiens a vous dire a quelle
point je suis fière d’assister a ce combat. Ici ce sont regroupé ce que j’appellerais sans me tromper les hommes,
les nains, les elfs et les dragons les plus courageux que je n’ai jamais vu. Je ferais de mon mieux pour ce que j’ai
a faire et j’attend la même fougue de votre part, car tant qu’un seul d’entre nous y croira, nous gagnerons.
Sofiane : Entraidez vous, tuez les, et quelques soit le nombres d’amis que vous voyez tomber, continuer, que leur
mort ne soit pas vaine et que demain nos enfants puisse vivre heureux dans un monde un peu plus en paix. Où les
gens comme Nick Farictone n’auront plus leur place et où nous pourrons construire un lendemain. Alors batons
nous du mieux que nous pourrons et encore mieux encore !
Il y eut des cris de joie et des acclamations, puis dans un cri de guerre, la charge fut donner, et les deux armées
qui ce faisaienty face se rentrèrent dedans. La bataille commença avec un grand fracas, et l’apparitions de sort de
magie très puissant qui tuerent des ennemis par dizaine. En regardant le tas, on aurait penser a une bataille
incoherante mais bien au contraire chaque armer recevait ses ordres. Les guerriers et les chevaliers foncèrent sur
l’ennemis, et des colones de sang ce mirent a voler. En haut, les elfs sortirent de la foret et ce mirent par rangée
devant le canyon, au dessus d’un tas de monstre encore très unifiés et compact, ils virent les démons entassés,
des millions de démons, et il sfirent feu, des fleches fuserent a tout allurent descendant les orcs, gobelins et
autres monstres. Nick était de l’autres coté et observait la scène, il donna l’ordre a une centaine de soldats de
monter, il était amusé et content que son élève puisse encore le surprendre. Les démons montèrent et pour
rejoindrent les elfs durent entrer dans une foret, ils avançaient quand soudain, des arbres ce mirent a les ecrasés
comme des insects, le peuple des Ents était la surprise qui couvrait les elfs. La bataille continuait, les elfs
quittèrent peu a peu leur stand de tire et courerent rejoindre le camp. Jade vit Jd qui ce tenait a ces cotés et la
protegea de tout démon qui s’approchait alors qu’elle invoquait un sort quelconque pour tuer des mostres. Elle
vit Aurore qui faisait voler sa grande faux autour des alliers, les protegeants au maximum de toute attaque en
traitre. Brice et Jermie se demenerent comme des lions, massacrant tout monstre qui approchait Amraël qui
piegeait des monstre avec des lianes qu’elle faisait sortir du sol, aidant les soldats a ce débarrasser des démons.
Sofiane regarda Mickaël avancer dans le boulevard qu’il s’était lui même fait dans la formation,
Bahamut,Anthoy et Aymeric derrière lui, il avait un visage resigné comme si il s’appretait a mourir, puis
Bahamut redevint un dragon et les trois montèrent sur son dos. Les soldats virent le peuple dragon ce transformer
en même temps que Bahamut et foncer dans le tas, ce qui les poussas a faire de même. Bahamut ce trassa un
chemin direct jusqu'à Nick massacrant et ecrassant des soldats, et ce prenant des blessures multiples. Sofiane vit
les elfs arriver, et prendre des épées qui les attendais avec le reste des soldats qui ne devait pas rester en défense.
Et avec Alexis et Berenice ils lancèrent la charge. Des que les orcs modifiés furent reperés sur le champs de
bataille Jeff en fut prévenu et Sakura lança son attaque magique, elle envoya tous les orcs modifiés dans le néant.
Les premiers blessés arrivèrent et Lyn, Sumire, Nina, Michelle, les autres femmes et certains soldats
s’occuperent d’eux. Le grand maître rédigeait ce que Jeff lui envoyait comme image, des morts, des cris, des
pleurs, des hurlement de courage ou de terreur, l’image des démons, puis des maîtres elementaux qui se bataient,
puis de Nick alors que Bahamut prenait son envol et rejoignait le camp, laissant derrière lui, les deux elfs et
Mickaël. Mickaël retira sa cuirasse percer par des fleches, et son t-shirt explosa, laissant ressortir ses ailes noirs
comme l’enfer, ces marques et son armure en ecailles de dragon. Nick fit de même et ils ce firent face, alors que
derrière Mickaël, les deux elfs, Anthony et Aymeric empechaient des orcs de rejoindrent leur maître. Mickaël et
Nick ce foncèrent dessus, chacun tenant son sabre d’un main et faisant une boule d’énergie de l’autre, et ils ce
rentrèrent dedans dans une grande explosion de lumière obscure. Sur le champ de bataille Sofiane regarda Alexis
et Berenice qui ce bataient de concert, faisant tournoyer leurs armes, qui creait un flot non interomput de sang. Et
il fonça aider Aurore qui commençait a être plus que surpasser par les ordes de monstres qui l’assaillait. Elle vit
Sofiane arriver et la sortir du petrin d’un seul coup de lance, faisant voler trois tête de démons en même temps, et
grâce a leurs armes a longues distance, ils purent créé un cercle defensif autour des soldats qui ce trouvaient a
proximité. Jd souleva Jade qui était tombée au sol et qui allait ce prendre un coup d’épée, puis il tua les monstres
a proximités et l’embrassa, elle le regarda alors que de l’énergie lui redonnait la force de ce battre, de l’énergie
que Jd sacrifiait pour elle, et elle sentit l’amour qu’il lui portait. Elle lui sourit et lui rendis son baiser avant de ce
mettre a tuer du monstre avec lui. Jeremie et Brice restaient calme et concentrés, ils ne laissaient aucun monstre
s’approcher d’Amraël qui continuait ces sorts. Lyn sentit Mickaël dégageant une forte énergie, et lui envoya des
enouragements alors qu’elle soignait des blessés. Mickaël était toujours face a Nick, il était blessé alors que Nick
n’avait rien de grave, il cracha dui sang et sentit une douleur aux cotes malgré sont armures, il redevint lui
même, et vit qu’il pissait le sang de tout les cotés, son armure ne lui servait a rien, donc celle de Nick non plus. Il
comprit alors que Nick était diminué lui aussi. Il fonça sur Nick, mais au lieux de viser un endroit découvert, il
frappa en plein sur son plastron, Nick, fut projeté deux centimètres en arrière et ce mit a rier, puis il envoya
Mickaël s’ecraser contre un mur avec un seul coup de pied. Mickaël ressortit du mur et tomba a genoux, en
vommissant du sang. Nick continuait de rire, alors que des geants arrivaient, des trolls, d’immense trolls vert
armés d’énorme tronc d’arbre, Mickaël explosa de rire, Nick ce tourna et vit les Ents qui fonçait sur les trolls.

-Salopard, hurla Nick. Comment….
-Tu ne gagnera pas, dit Mickaël. Même si je dois mourir, tu ne tant tirera pas vivant.

Nick vit Mickaël ce relever, puis il vit Sarah et Gabriel derrière lui. Mickaël lui fonça dessus, Nick stoppa le
sabre long, et remis le même coup de pied a Mickaël, l’evoyant de nouveau voler contre le mur, et une parois
s’effondra sur lui. Mickaël ferma les yeux, il vit Gabriel et Sarah, puis il referma la main sur le mouchoir que
Lyn lui avait donnée avant qu’il ne parte, et il sentit ce parfum qu’il cherissait temps.
-Il est temps Mickaël, dit Sarah. Temps que tu nous laisse partir et que tu montre au monde comment le deragon
rouge se bat.
-Merci papa, dit Gabriel. Je suis fière de toi et de ce que tu as accompli durant toutes ces années.
-Nous t’attendrons au paradis mon amour, dit Sarah. Ne te presse pas a nous rejoindre, nous avons l’eterniter
pour nous revoir.
-Lyn, dit Mickaël. Elle ne sera pas d’accord pour que je vive avec deux femmes ! Je t’aime Sarah, je t’aime
Gabriel. Et il est temps que seul votre tombre puisse vous lier a moi.

Sur tout le champs de bataille tout le monde put voir ces deux lumière blanche comme le cristal s’envoller et
disparaître dans le ciel. Lyn ne ressentit plus la présence de Mickaël. Mickaël fit sauter les débris qu’il y avait
autour de lui, il vit Nick juste au dessus de lui, l’épée levée au dessus de lui, et il l’abattit. Une colone de sang
s’eleva, et un énorme dragon ce forma dans ce sang, et il passa au dessus de tout le champs de bataille, donnant
un second souffle a tout les guerriers qui ce battaient déjà depuis plus de quatre heures. Le dragon volait, Lyn le
vit arriver, et elle le vit disparaître au dessus d’elle alors qu’elle ne ressentait plus la présence mental de Mickaël.
Puis Jeff fut emmené a elle, il était crevé, mais il prit le temps de la rassurer, Mickaël n’était pas forcement mort.
Bahamut ce redressa de son lit, Michelle voulu le forcer a ce rallonger, mais il la poussa doucement en disant
qu’il devait aider Madigan. Lyn le regarda foncer dans la battaille et redevenir un dragon qui s’envolla. Sofiane
vit le dragon et cria une phrase d’encouragement aux soldats, puis avec Aurore ils continuèrent d’avancer. D’un
coup, sortit de nulle part, des milliers d’animaux arrivèrent et ce mirent a massacrer des démons, la surprise de
Jean était enfin arriver. Brice et Jeremie commencaient a fatiguer, puis le dragon passa au dessus d’eux, leur
rappellant qu’ils n’étaient pas les seuls a ce battre pour survivre. Ils se regardèrent et d’en un geste commun ils
firent claquer leurs mains gauche l’une dans celle de l’autre puis ils foncèrent au combat. Jd et Jade ce bataient
comme des lions, ils essayaient de rejoindre Mickaël. Puis il virent Bahamut voler au dessus d’eux et
retournèrent aider les soldats confiant en Bahamut. Alexis continuait a ce battre a l’épée, puis il vit un monstre
qui allait tuer un chevalier, il attrapa son arc et decocha une fleche aussi vite que la son et le démons mourru une
fleche dans la tête. Bahamut arriva et vit Nick qui tentait de toucher Mickaël qui s’en bouger stoppait toutes ces
attaques, la tête lever, les yeux rouges et penetrant, le mouchoir dans la main qui ne tenait pas le sabre. Bahamut
ce posa et rejoignit Jean, blessé au sol, une grande entaille en travers du dos, il avait prit l’attaque de Nick pour
protéger Mickaël. Bahamut lui banda la blessure avec sopn t-shirt, puis aida Aymeric et Anthony qui
commencaient a fatiguer tout seul. Mickaël tenait son sabre d’une main et stoppait les attaques de Nick qui
commençait a s’énerver.

-Fils de pute, hule t’il de fureur.
-Tu as perdu Nick, dit Mickaël d’un ton impassible et plein de tristesse. Abandonne je te donnerais la mort que
tu as plus que meritée !
-Non, dit Nick. Je doit te battre, je dois battre ta technique de l’abandon au sabre, je dois te battre !!!!!!!!!!!

Nick fonça sur Mickaël qui attrapa la lame de l’épée a la main et lui arracha des mains, Nick regarda Mickaël et
s’écroula a genoux.

-Pourquoi ne puis je pas te battre ? demanda Nick en ce prenant la tête entre les mains.
-Parce que je ne suis pas vraiment dragoon, dit Mickaël. Ton armure te protége, pas la mienne, sait tu pourquoi ?
-Pourquoi ? supplia Nick.
-Parce que je suis a moitié humain, dit Mickaël. Les humains peuvent faire tout ce qu’ils desirent, regarde les, ils
ce battent avec a leur cotés les peuples les plsu respectables, il s ce battent pour sauver leur futur. Regarde tout
ces talents réunis, regarde les maîtres de tour aider leur chevaliers, et les autres guerriers comme des egos. Tu
t’es trompé des le début Nick, je ne me sentait pas responsable de la mort de Sarah et Gabriel mais je n’avait pas
compris que je ne te battrais que si je les laissaient partir. Meurt Nick, et essaye de trouver une place au paradis,
Sarah et Gabriel t’y attendent sûrement.

Mickaël s’avança vers Nick etr le decapita, un dragon blanc apparut et disparut très peu de temps après. Mickaël
recul, une dague plantée dans le ventre. Bahamut, Aymeric Anthony et Jean le regardèrent tribucher et s’écrouler
par terre, pour ne plus bouger. Bahamut redevint un dragon et ramena les quatre sur son dos. La battaille ce
termina, très peu de temps après, les Ents après avoir fini de massacrer les trolls avait défoncer tout les monstres
qui essayaient de s’enfuirent après la mort de Nick. Sofiane, Brice, Jeremie, Jd, Aurore et Jade durent être portés
jusqu'au camps après le combat ils s’étaient effondrés, crevé de fatigue et de douleur. En arrivant ils virent Nick,
Jeff et Jean déjà allongés, puis il virent Mickaël, Lyn qui le soignait et Bahamut qui le regardait comme un père
inquiet avec Michelle collée a lui pour repenser ces blessures. Jd, s’allongea près de Jade et l’embrassa.

-Dit moi ma belle, dit Jd. Ça te dirais pas un dîner aux chandelles ?
-Seulement si tu perd tes habitudes de macho et celle de chien en rute a chaque fois qu’une fille passe, dit Jade
en ce serrant contre lui.
-Tout est fini ma belle, dit Jd en lui apssant une main dans les cheveux. Ta sœur et vengée, Mickaël et en vie, et
nous n’avons perdu que très peu de guerriers tout peuple confondus.
-Et j’ai réussi a me payer la pire migraine que j’ai jamais eu, dit une voix faible.
-T’es toujours entrain de te plaindre Madigan, dit Sofiane qui realisa après que Mickaël était conscient donc hors
de danger. Comment tu te sent ?
-Bien, dit Mickaël qui serrait Lyn contre lui. Tu sait, si j’ai gagné, c’est grâce a ton mouchoir.
-Tu lui as mouché le nez ou tu t’es battu ? demanda Brice amusé.
-Non, dit Mickaël. C’est le parfum de Lyn dessus.
-Encore cette histoire de parfum ! dit Sofiane en serrant Aurore. T’es pas normal Madigan.

Ils se mirent tous a rires, les combats étaient enfin fini, on ne decompta que cent cinquante humains tués,
cinquante quatre elfs, vingt et un nains et trois chevaliers dragon, des qu’ils allèrent mieux, les douze maîtres de
tour allèrent s’excuser officiellement devant les familles, ce les repartissants. Ils s’ecuserent même devant le
peuple elfique, des nains et celui des dragons. Deux semaines avait passées depuis le conflit et Sofiane avait
passer la nuit dans la tour du ciel avec Aurore. Ils passaient très peu de temps dans leur tour, ils étaient sans
cesse appeler pour telle ou telle tache, souvent faire pleuvoir ou stopper la pluie, ce qu’ils devaient faire en
équipe. Ce matin la, Sofiane ce réveilla et vit Aurore déjà habillée et maquillée prête a partir. Il ce leva et
l’embrassa dans la nuque, elle l’embrassa, pus il lui tandis des vêtements.

-Ont doit y aller, dit Aurore. Le parrain et la marraine sont très souvent demandés.
-Oui je sait, dit Sofiane. Elle n’a accouchée qu’hier soir, elle souhaitera peut être être un peu tanquille. Non ?
-Non, dit Aurore. Aller viens, ça te donnera peut être des idées.
-Tu veux des enfants ? demanda Sofiane. Et on les eleverais comment ? Dans notre charriots sur la route ?
-Peut être et il temps de delguer un peu nos responsabilitée, dit Aurore. Nos assistant travaille très bien.
-Oui, dit Sofiane. Mais j’aime bien cette vie ! c’est excitant et tout…
-Ne dis plus rien, dit Aurore d’un ton autoritaire. Je veux des enfants, et si tu n’es pas d’accord, tu ne baisseras
plus ton pantalon devant moi.

Sofiane la regarda et ce mit a rire, puis il la fit tournoyer dans les aires.

-Tu demanderas a Madigan ce qu’il a vu, dit Sofiane. Ce qu’il a vu la derniere fois il y a une semaine. Ça te
surprendras au plus au point.

Elle sentit que Sofiane lui cachait quelque chose mais il lui bloquait l’entrée a son esprit. Il spartirent très peu de
temps plus tard, les routes étaient d’un blanc pure, la neige était tombée avec abondance sans que Sofiane n’y
mette son grain de sel. Une neige, qui recouvrit le sang qui jonchait le sol du canyon. Et la tombe que Mickaël et
Sofiane avaient creusés pour Nick, avec un croix en bois dessus avec son nom. Sofiane et Aurore arrivèrent a la
tour et virent que tous les autres étaient là.

-Tu as vu ! dit Aurore. Nous sommes parrain et marraine et nous sommes en retard !
-Qu’est ce que tu raconte ? demanda Jade. Je suis la marraine.

Ça commença a gueuler, tout le monde croyait être parrain ou marraine. Mickaël, Bahamut et le grand maître
descendirent et Mickaël leur cria de la fermée parce que Lyn et Sariel dormaient. Ils le regardèrent avec de gros
yeux, Mickaël c’était coupé les cheveux, il n’allait plus que jusqu’au coup et partaient en arrière. Ils allèrent tous
dans le réfectoire et s’installèrent tranquillement.

-Ce n’est pas une erreur, dit Mickaël. Vous étés tous parrain ou marraine, on a pas réussi a ce descider, alors en
tout vous étés quinze en comptant Bashou qui m’a sacrement fait chier pour !
-Je reconnais ton orginalité la dedans Madigan, dit Sumire en tendant a Alexis a boire. Tu nous a tous invités
comme cela, alors ta petite Sariel va bien ?
-A la perfection, répondit Mickaël. Elle magnifique enfant.

Mickaël répondit a toutes les questions puis ils discutèrent tranquillement, comme si rien ne s’était passé. Quand
il le put, Mickaël s’esquiva et alla au cimetière, les roses morte étaient recouvertes de neige. Il entra et nettoya
les tombes recouvertes de neige.
-Sariel est née, dit Mickaël en pleurant un grand sourire aux lèvres. Lyn va bien et moi aussi. Je vous aimes très
fort et même si ça ne ce voit pas toujours e pense a vous. La vie continue, et j’espère que vous vous amusez bien
où que vous soyez. Ah oui, Lyn vous souhaite d’être heureuses, et vous remercie elle aussi.

Jade, Jd, Aurore et Sofiane entrèrent et déposèrent un bouquet de fleure entre les deux tombes.

-Sariel, dit Jd en soupirant. Subtile mélange entre Sarah et Gabriel, une invention a toi ?
-Non, dit Mickaël. C’est Lyn qui a tenu a les remercier de m’avoir maintenue en vie toutes ces années.
-La vie continue, dit Sofiane en deposant la barrette. Nous devont faire de même.
-Y’a que moi qui n’est pas de commentaire a faire ? demanda Aurore. Elles me manqueront encore plus
maintenant.
-Tu auras très vite de quoi t’occuper l’esprit, dit Mickaël en ce relevant. Sofiane ne t’a pas dit ? Tu accoucheras a
la fin de l’été prochain.
-Donc, dit Aurore. Donc je suis… donc je suis enceinte ?
-Et tu sait calculer en plus, dit Jd en rigolant. En tout cas ça fait beaucoup de bonne nouvelle en même temps, ta
fille, leur futur enfant, notre mariage, le tien Mickaël, celui de Brice, et après il y aura les batemes, et le reste…
-Vous vous marier ? demanda Mickaël en souriant de le voir glisser cela entre le reste. C’est super ça, vous
pourrez peut être distraire Lyn pendant que je m’enfuit du mien.
-Le pire c’est que tu en es capable ! dit Sofiane. Tu nous avait fait peur quand tu avait fuis devant le registre pour
Sarah.
-Bon, dit Jade. Rentrons, il fait froid ici !

Ils rentrèrent a la tour, Lyn montrait la petite Sariel a tous ses futurs parrains. Elle regarda Mickaël rentrer avec
les autres et sourit encore plus. Il s’approcha et l’embrassa sur la joue.

-Tu as glissé mon mot dans la priere ? demanda t’elle.
-Je ne l’aurais pas oublié ! dit Mickaël. Au faites, Aurore est enceinte, Jade et Jd precipite un mariage sous la
neige et Brice et Marie laure attendrons le printemps.
-On attendra l’été alors, dit Lyn en comprenant qu’il voulait retarder le mariage. Ou l’année d’après, cela n’a pas
d’importance.
-Tu rigoles ? demanda Mickaël. Ou tu es encore sous medicament ? a non, tu me prépare une vengeance !
-Et le pire c’est que tu ne sait pas c’est lequelle, dit Lyn avant que Mickaël soit jeté sur le coté par les nouveaux
arrivants.

Mickaël regarda Lyn qyui était radieuse, et tout le monde qui semblait tout avoir complètement oublier, Bahamut
lui tapa dans le dos et lui montra la porte ou une femme venait d’entrée, recouverte de neige. Mickaël s’approcha
et prit son blouson, un homme suivit, le père de Lyn. Afra et Damia venaient d’arriver, Mickaël les saluas, puis
ils allèrent voir leur fille et petite fille. Bahamut vit Mickaël sourire et s’approcha.

-Ne rumine donc pas tant, dit Bahamut. Ce que tu as oublié c’est le cadeau que tu voulais offrir a Lyn avant le
combat. Il est toujours dans ma chambre et il dechiquete tout mes rideaux.
-Le chaton, dit Mickaël. Quel idiot je suis. Il est où ?
-Michelle est allée le chercher, dit Bahamut. Moi il me déteste.
-Les dragons n’ont pas d’affinité avec les felins ? demanda Mickaël en souriant.
-Arrête de parler pour ne rien dire, dit Bahamut en lui tapant derrière la tête.

Ils paserent des semaines agreables avec le mariage de Jade et de Jd sous la neige, cette fois offerte par Sofiane
et Aurore. Un beau mariage qui ce passa deux semaines après la naissance de Sariel, Mickaël et Lyn
s’eclipserent avant la cérémonie pretestant de devoir changer Sariel. Ils rentrèrent en courant a la tour de le terre,
et entrèrent dans la chambre que Jade leur avait fait préparer. Mickaël déposa sariel qui dormait dans son
berceau, et l’embrassa sur le front. Puis il rejoignit Lyn sur le lit, elle était fatiguée.

-Tu veux que je t’endorme ? demanda Mickaël en la serrant contre lui. Je prendrais soin de Sariel durant ton
sommeil.
-Et tu lui donneras le sein ? demanda Lyn. Non, je veux juste me reposer un peu, continue a me serrer contre toi.

Elle entendit Mickkael chanter sa berceuse, elle n’eut pas le temps de protester, elle s’endormie sans pouvoir
resister, elle était trop fatiguée. Mickaël prit Sariel dans ces bras, et il la transporta dans une autre chambre,
comme ça, elle ne risquait pas de réveiller Lyn. Nina et Michelle arrivèrent des que Sariel ce réveilla, trop
contente de pouvoir s’occuper de la fillette. Mickaël les regardas surveillant de très près ce que faisait sa fille.
Bahamut entra a son tour, et s’assit avec Mickaël.

-Tu scouate ma chambre ? demanda Bahamut. Où est Lyn ?
-Je l’ai endormie, dit Mickaël. Elle avait besoin de repos, depuis deux semaines elle n’a pratriquement pas
dormie.
-Toi tu vas le regretter a son réveille, dit Bahamut.
-Sûrement, dit Mickaël. Pourquoi es tu venu nous chercher ?
-Tu devrais peut être te souvenir que tu es celui qui doit faire un discourt, dit Bahamut puis il sourit en voyant
que Mickaël ne s’en souvenait plus. Tu es la derneire famille de Jade, mais je m’y attendais. Déjà qu’elle
s’attendait a ce que tu l’ammene a l’hôtel. J’ai mis dix minutes a la persuader que tu n’entrerais pas dans une
église !Alors tu dois y aller.
-Je vais y aller, dit Mickaël. Bon Sariel, ont y vas.

Mickaël prit Sariel dans ces bras, elle lui aggrippa les cheveux, Mickaël spourit en pensant ce que sa aurait
donné si il les avaient gardés longs. Puis ils partirent pour rejoindre le réfectoire, changé en salle de balle, pour la
fête. Jade sauta sur Mickaël des qu’il rentra dans la salle et embrassa Sariel. Puis elle regarda Mickaël d’un air
severre, il l’embrassa sur le front.

-Tu es heureuse ? dmanda t’il.
-Oui, dit jade. Un peu déçu que tu ne soit pas venu.
-Le principal est que tu soit heureuse, dit Mickaël alors que Sariel tendais les mains pour attraper le voile de
Jade. Bon, je pourrais pas me passer de faire un discourt ?
-Non, dit Jade. Tu as interet a le faire si tu veux que je te reinvite un jour !

Mickaël sourit puis il monta sur l’estrade où jouaient les musiciens, sariel s’était a nouveau aggripée a ces
cheveux, il soupira et siffla pour faire taire tout le monde.

-Salut tout le monde, dit Mickaël. On m’a demandé de faire un petit discourt pour ce couple qui c’est jeté sans
réfléchir dans le mariage. J’espère sincèrement qu’ils vivront heureux, et je garde une chambre libre au cas ou.

Il y eut des rires, et Jd lui balança un fruit que Mickaël evita de justesse.

-Bon en tout cas, dit Mickaël. Ce fut une très belle cérémonie, et le buffet semble acceptable. Donc je propose
que nous levions nos verre pour féliciter ses deux la de nous nourrir gratuitement et pour leur souhaitez bonne
chance.

Tout le monde leva son verre et cria pour leur souhaiter bonne chance. Mickaël descendit et vit que Sariel
dormait presque dans ces bras. Alors il alla s’assoire et la berca doucement. Jade et Jd le rejoignirent après avoir
fait le tour de tout le monde.

-Merci Mickaël, dit Jd en caressant la tête de Sariel.
-Oui, dit Jade en le serrant contre elle. Mais tu n’as pas vu la cérémonie.
-Si, dit Mickaël en lui passant la main sur la joue. E n’aurais pas manqué cela, même si je ne suis pas rentré dans
l’eglise. Jeff m’a envoyé toutes les images.
-J’aurais pensé que tu voudrais être la cette fois, dit Jd. Mais on peut tous ce tromper. Bon où as tu caché ta
femme ?
-Je l’ai endormie dans la chambre, dit Mickaël. Je m’excuse mais elle est vraiment trop fatiguée, et je ne veux
pas qu’elle me face une dépression.
-Elle est fatiguée pourquoi ? demanda Jd. Tu l’epuise ?
-Elle dort presque pas, dit Mickaël. Elle a refusée que je prenne en charge une partie de son travaille, elle refuse
que laisser Sariel loin d’elle. Et elle ne dort pas, elle va finir en zombie si elle conitnue. Et non je ne lui ai même
pas demandé une fois depuis son accouchement Jd, tu sait peut être pas mais il faut un certain temps pouir
qu’elle ce remette.
-Tu as bien fait Mickaël, dit Jade. Elle ne doit pas sacrifier sa santée, tiens la voilà, elle a l’air en colère.

Lyn arriva et fusilla Mickaël du regard, il lui sourit comme si de rien était. Puis Jd et Jade la calmerent un peu en
la remerciant et en lui faisant des commentaires agréable, c’est vrai qu’elle avait l’air d’aller mieux. Mickaël la
fit s’assoire sur ces genoux, et elle ce serra contre lui, sariel entre eux.
-Elle a l’air très sereine, dit Lyn.
-Elle ne ressent pas le stresse de sa mère en se moment, dit Mickaël. Lyn, tu dois accepter mon aide, tu ne dois
pas tout prendre sur toi. Je suis assez grand pour m’occuper de ma fille. Et toi tu dois dormir. Elle sent que tu es
stressée, c’est pour ça qu’elle est si chiante.
-Eh, dit Lyn indignée de ces paroles. Parle mieux d’elle !
-Pourquoi ? demanda Mickaël. Tu était chiante toi aussi ! Tu me promet de dormir un peu plus, de me laisser
m’occuper un peu de ton travail ou de ma fille ?
-D’accord, dit Lyn. Mais tu as interet a être a la hauteur, sinon je te tape.
-Je vais peut être refuser en fin de compte, dit Mickaël en embrassant Lyn. Je ferais de mon mieux.

Puis les jours passèrent a nouveaux, le printemps arriva, Sariel avait quatre mois, Mickaël s’occupait d’elle
entourer par ces conseillers. Il la balancait sur ces genoux.

-Madigan, dit Nicky. Tu m’écoutes ?
-Non, dit Mickaël. Tu disais quoi ?
-Nous parlions des problèmes survenue dans plusieurs village pres de la frontiere avec Abloros, dit Nicky. Que
devons nous faire ?
-Abloros, dit Mickaël en regardant Sariel qui le fixait dans les yeux. Faites leur savoir que je souhaiterais voir
des emmissaires pour etablir un pact de paix. Je viens de là bas, ils ne pourront pas me le refuser. Dites leur que
nous ne permettrons plus qu’il y aient un des leur a Nintak sinon. L’école est sous notre contrôle politique, et ils
ont besoin des guerriers eut aussi.
-Madigan, dit Billy. Ta chérie nous a envoyer une lettre de plainte pour la réunion d’hier, nous aurions fait trop
de bruit, et elle souhaiterais pouvoir travailler dans le calme.
-Ah, dit Mickaël. Alors que quelqu’un l’informe que nous aussi ça nous dérange le bruit des claquements de
langue des viperes qui travaille pour elle.

Edi écrit la lette, Mickaël entendit Lyn taper en haut en entendant Katy et Thierry qui s’entrainnaient au sabre.
Mickaël regarda Sariel qui continuait de le fixer dans les yeux.

-Ta maman n’est pas d’humeur aujourd’hui, lui dit Mickaël en l’embrassant sur le front. Tu croit que tu vas
dormirce soir ? Je voudrais faire plaisir a ta maman !

Sariel continuait a le regarder.

Lyn hurlant : C’est quoi cette réponse de merde que tu me fait venir !

Sariel ferma les yeux et plissa les yeux comme si elle avait mal.

Mickaël doucement : Arrête de crier Lyn s’il te plait. Sariel, tu m’entend.

Sariel avait soudain lever les yeux vers Mickaël en lui souriant.

Mickaël : Tu es mignone ma petite. Lyn ta fille semble avoir reçu le droit d’écouter nos conversation mental,
alors ne crie plus, tu sait comme ça fait mal.

Mickaël n’entendit pas de réponse de la par de Lyn, il sourit a Sariel et les portes s’ouvrirent violemment et Lyn
courut vers sa fille et s’assit près d’elle. Mais Sariel continuait a fixer Mickaël.

Mickaël : Appelle la mentalement.
Lyn : Sariel ?

Sariel ce tourna vers elle et tendis les bras vers d’elle, Lyn la prit dans ces bras et l’embrassa.

-Comment ça ce fait ? demanda Lyn.
-Je vais envoyer un message a Jeff, dit Mickaël. Billy, tu pourrais l’appeler ?

Billy dit oui de la tête et previns Jeff.

Jeff : Alors c’est elle les cris de ces derniers temps ? Moi qui passait mon temps a essayer de trouver d’ou sa
venait.
Mickaël : Tu as une idée de ce qui c’est passé ?
Jeff : Des explications possibles il y en a. Ça peut être un lien crée a partir du lien qui existe entre toi et Lyn,
dans ce cas il me suffira de couper votre lien jusqu'à ce qu’elle grandisse.
Mickaël : Je refuse.

Lyn le regarda surprise puis elle se serra contre lui.

Jeff : Ou ça peut être son talent, ce qui veut dire qu’il faudrait que je lui ouvre une ligne moins grande pour
communiquer, ou c’est un effet secondaire de la bataille au canyon, Lyn n’était pas loin de moi et j’ai emit sur
une grande zone, et la je n’ai pas de solution.
Mickaël : Pourrions nous communiquer avec elle, et faire en sorte qu’elle nous reponde ?
Jeff : Oui, il suffit que je reduise sa ligne de communication psy pour vous deux.
Lyn : Qu’est ce que tu migotte Madigan ? Tu ne feras pas de ma fille une cobaye.
Jeff : Tu pense a faire d’elle une sur douée ?
Mickaël : Comme ça mère. Tu te rappelle comme tu as eut du mal a ouvrir la ligne. Il semblerais que ma petite
Sariel soit encore plus douée.
Lyn : Une sur douée ? Quel est on plan ?
Mickaël : Si nous lui apprenons a parler mentalement elle saura parler plus vite, et puis ce serait bien pour elle.
Jeff : Dit Mickaël pour votre prochain, tu nous reserves quoi comme surprise ?

Jeff coupa le lien, Mickaël regarda Lyn en souriant et elle ne put s’empêcher de sourire devant le visage radieux
qu’il lui lancait. Puis elle lui rendit Sariel et remonta.

Mickaël : Alors Sariel, tu vas être une sur douée ?
Lyn : Ne commence pas sans moi !

Le soir, Sariel s’endormie et Mickaël emmena Lyn sur le toit, laissa Sariel a la surveillance etroite de Nina. Lyn
regarda Mickaël l’entraîner sur le toit, et elle y découvrit une coouverture et a manger.

-C’est pour cela que tu voulais pas que je mange ce soir et que tu m’as ouvertement dit que j’était grosse, dit Lyn
indignée.
-En effet, dit Mickaël. Tu penses bien que je n’aurais pas été ouvertement grossier sinon.
-T’es mechant, dit Lyn. Mais tu es très romantique, alors ça compense.
-Merci, dit Mickaël.

L’evenement important qui suivit fut le mariage de Marie Laure et de Brice, Mickaël n’y assista pas une fois de
plus, mais Lyn dut y aller, elle était temoin de la mariée. Mickaël était avec ces conseillés et les deux
emmissaires du pays d’Alboros. Deux types a l’air ostheres, et qui observaient Mickaël avec un air inquiet.

-J’accept, dit Mickaël en donnant Sariel a Nina. Mais je ne compte pas régler tout vos problèmes, je ferais venir
les maîtres qui s’occuperons de faire disparaître cette pluie continue, mais en echange je veux que vous faciez en
sorte qu’aucun de nos villages ne soit attaqués, ensuite vous ferez venir deux anciens etudiant qui ont etudié le
ciel et l’eau et les deux maîtres leur apprendront a régler ce genre de problème.
-Et pour les démons ? demanda celui qui avait une grande barbe.
-Nous venons de sortir d’un conflit important, dit Mickaël. Je ne peut pas demander a mes soldats de retourner ce
battre dans l’immediat, mais si vous me fournissez des troupes je m’en occuperait.

Mickaël gardait un œil sur Sariel, il s’affaiblissait depuis qu’il avait Sariel, avant il aurait conclu ce genre de pact
sans avoir remuer le moindre petit doigt. Il soupira et les regardas qui cherchaient autre chose.

-Je ne ferais rien de plus, dit Mickaël. Et je ne souhaiterais pas devoir faire retomber ma colère sur Aloboros,
parce que vous en demander trop et que nous avons dut tout annuler.
-Nous somme d’accord, dirent les deux gars. Nous vous enverrons nos deux mages, comme cela vos deux
maîtres n’auront pas a ce déplacer. Nous vous somme très reconnaissant de votre présence pour nous aider.
-Quand ma présence sera t’elle nécessaire ? demanda Mickaël.
-Madigan, dit Bahamut qui n’avait rien dit jusqu'à présent. Tu ne penses pas que tu devrais prendre des vacances
supplémentaires ?
-Non, dit Mickaël. Alors ?
-Dès que possibles, dit celui a la cicatrice au milieu du visage.
-Je prendrais la route au retour de ma femme, dit Mickaël. Vous prendrez bien un repas et un peu de repos avant
de repartir.
-Nous acceptons avec plaisir le repas, dirent ils. Mais nous devons refuser le repos et repartirent le plus tôt pour
signaler que nous avons fini les negociations.

Les deux emmissaires s’en allèrent et Mickaël reprit Sariel dans ces bras.

-Ton papa va devoir partir, dit il en lui transmettant le message mentallement juste pour elle.
-Tu n’es pas totalement remis, cria Bahamut surprenant tout le monde de son message et de son emportement. Je
l’ai bien vu durant tes entrainements, tu peut berner Lyn mais tu ne m’aura pas moi.
-Je ne risque rien, dit Mickaël en le regardant. Et je pense au peuple d’Alboros, ils sont comme nous, et ont doit
stopper les attaques des monstres.
-Imagine que tu te face blesser ? cria Bahamut. Pense un peu a ta famille bordel.
-J’y pense, dit Mickaël en tendant sa main a Sariel qui mit la sienne dessus. Je souhaite que dans le futur, tout le
monde puisse vivre heureux, pas seulement moi.
-Lyn ne serra pas d’accord, dit Bahamut. Je lui dirais que tu n’es pas en état de te battre, elle elle réussira a te
dissuader.
-Si tu veux, dit Mickaël. Dans ce cas je part des maintenant, Nicky, pourras tu prendre soin de Sariel ?
-Mickaël ne me force pas a le faire, dit Nicky. Tu es bien trop precieux a nos yeux pour que…
-Je sait, dit Mickaël. Mais, vous étés mes amis et j’ai besoin de votre soutient a vous aussi. Maintenant je vais me
préparer.

Mickaël prit Sariel et monta dans sa chambre, Nicky monta après, elle le trouva tout nu, cherchant des affires, et
elle ce tourna toute rouge.

-Mickaël, dit Nicky. Tu ne peut pas partir sans Lyn, tu lui as promis.
-Oui, dit Mickaël. Mais elle ne peut pas venir, elle doit s’occuper de Sariel, et tu en es responsable en attendant,
elle sera de retour demain.
-Mickaël, dit Nicky. Lyn est mon amie elle aussi, elle ne serra pas contente et vas même être triste.
-Je n’en aurais que pour une ou deux semaines, dit Mickaël. Je dois juste debusquer les deux ou trois ruche des
orcs. Un travail tranquille.

Bahamut arriva prêt a partir et balança un sac a Mickaël.

-Si tu croit que je vais te laisser partir seul, dit Bahamut. Moi aussi j’ai peur de Lyn.

Mickaël soupira, et ainsi partirent Mickaël et Bahamut, habillés tous les deux de vieilles capes, avec des lunettes
de soleil et un sac de vooyage, Mickaël portait en plus son sac où il rangeait son sabre long. Ils marchèrent
ensemble sous le vent. Lyn rentra le lendemain et ne sentit pas la présence de Mickaël, elle vit Nicky qui tenait
Sariel et qui semblait stressée. Lyn sourit et prit Sariel dans ces bras.

Lyn : Bonjour ma chérie.
Sariel : Papa partit.

Lyn leva la tête et regarda Nicky avec des yeux furieux, Nicky ne put s’empêcher d’avoir un frisson. Lyn
continua a la fixer.

-Il est partit a Alboros, dit Nicky. Il a dit qu’il revenait dans deux semaines.
-Alboros ? demanda Lyn. Que va t’il faire la bas ? Je croyais que c’était un traité de paix.
-On la fini hier, dit Nicky. Mais Mickaël a accepté de venir les aider a ce debbrasser d’un groupe d’orc.
-Madigan, dit elle entre ces dents.
-Bahamut est partit avec lui pour ne pas le laisser tout seul, dit Nicky. Et il a laisser une lettre pour toi sur votre
lit.

Lyn monta dans sa chambre, elle déposa Sariel dans son berceau et prit la lettre.

Sariel : Maman.
Lyn : Excuse moi Sariel. Mais maman doit lire la lettre d’excuse de papa avant de savoir si elle doit l’étripper.
Sariel : Pas gentil papa ?
Lyn : Non, il est partit sans me prévenir.
Sariel : Papa revenir ?
Lyn : Si je ne le tue pas avant.
Sariel : Tue pas comprendre ?
Lyn : Ça veut dire que si il ne trouve pas d’excuse valable je vais faire en sorte qu’il ne revienne pas.
Sariel en ce mettant a pleurer : Mechante maman.
Lyn : Calme toi ! Je ne ne le ferais pas ! Sariel calme toi !
-Pourquoi j’ai ce genre de disction avec une mome de six mois, dit Lyn en ouvrant la l’envellope. Encore a cause
de Mickaël.

Elle deplia la lettre et lu « Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Je reviens le plus vite possible. Je t’aime, je t’aime, je
t’aime. » . Lyn balança la lettre, puis elle sera Sariel dans ses bras, et lui difusa tout son amour. Sariel ce calma,
mais Lyn vit qu’elle pensait a son papa, et elle la vit sourire et entendit une réponse mental.

Sariel : D’accord papa.
Lyn : Tu parle a papa ?
Sariel : Oui. Papa veut moi gentille.
Lyn : Dit a ton père que je ne lui parle plus !
Sariel : Maman plus parler a papa. Papa dire aimer maman.

Lyn soupira, Sariel lui attrapa les cheveux et Lyn ce laissa faire, connaissant l’attrait que ça fille portait pour tout
ce qui pendait du visage. Mickaël et Bahamut marchèrent durant trois jours, malgré qu’ils aient marchés sans
s’arrêter et a une vitesse supérieur a la moyenne. Ils arrivèrent a une ville fortifiées, les murailles étaient en
mauvaises état, et les gardes semblaient dormirs. Ils s’introduisirent en ville sans problème et on ne les reconnu
pas, ils montèrent au château et dès qu’ils decouvrirent leur visage et leur passe, ils furent conduit devant le roi
qui les regardas bizarrement.

-Excusez mon impolitesse, dit le roi. Mais je m’attendais a autre chose, vous étés vraiment Mickaël Madigan ?
L’homme qui a terrorisé tout le continent ?
-Oui, répondit Mickaël en voyant que le roi regardait Bahamut. Je suis Madigan.

Le roi le regarda et failli en tomber de son trône, comment un gamin si frele aurait put être un guerrier ? Quoique
son visage était impassible et que ces yeux montraient une certaine sagesse. Mickaël déposa ses affaires et posa
un genoux au sol, pour respecter la politesse.

-Je me met en se moment a votre service afin de permettre la disparition des nids d’orcs autour de votre ville.
J’espère que nos conditions seront respectées.

Durant deux semaines, ils ce batterent contre des centaines d’orcs par jour, Mickaël reçu une blessure au visage,
une cicatrice qui traversait son visage hrizontalement sous les yeux au dessus du nez. Durant la seconde semaine
ils furent rejoint par Jeremie et Amraël, le travail alla plus vite et ils purent ce passer des soldats du roi qui
étaient aussi mous que des larves. Ils passèrent une semaaine agréable a ce battre contre les orcs et les autres
démons qu’ils trouvèrent.

-Tu dois rentrer Mickaël, dit Jeremie. Nous resterons en arrière, Lyn nous a demandé de venir ici pour que tu
puisse revenir chez toi. Tu dois t’occuper de ta fille et de ta femme.
-Le grand maître sans est mêlé n’est ce pas, dit Mickaël qui les voyaiant faire son sac.
-En effet et il est grand temps que tu commence a t’occuper correctement de ta famille, dit Amraël en lui
balancent son sac. Maintenant tu rentre subir les hurlements de Lyn et les remontrances du grand maître. Je te
conseillerais aussi de demander Lyn en mariage.

Mickaël les regardas puis ils le forcèrent a partir, il marcha tranquillement regardant le paysage et passa devant
une rivière, il la traversa, quand il arriva de l’autre coté, il ce rendit compte qu’il n’allait pas dans la bonne
directio, et il longea la rivière jusqu'à un endroit qu’il connaissait, pour arriver dans un village. Il connaissait
bien ce village a la frontiere entre Albaros et Nintak, il y avait passer les dix première années de sa vie, avec ses
parents, son frère, Jade et Lyn. Il entra dans le village, marcha entre les maisons qui même après une centaine
d’année ne semblaient pas avoir changer, et il marcha jusqu’au cimetière. Il trouva les tombes de sa famille, elles
avaient été abimée intensionnelement, pas celle de son frère et de sa femme qui ne portaient que quelques
insultes, mais celles de ces parents étaient dans un sal état. Il ce baissa et reconstitua les tombes de ces parents,
puis il nettoya celle de son frère et de sa femme. Des villageois arrivèrent et se mirent a crier sur lui, Mickaël vit
trois filles appeurées, elle ressemblaient beaucoup a son frère et il pensa tout de suite qu’il avait dut avoir trois
filles.

-Les Madigans ne sont pas les biens venus, cria un villageois. Laisser ces tombes dans l’état ou elles sont.

Mickaël les regardas et sourit, puis il continua de nettoyer la tombe de son frère. Les trois filles s’approchèrent.

-Nous ne savont pas d’ou vous connaissez notre père mais vous devriez pas faire cela, dit la plus grande. Vous
allez nous attirer des problèmes.
-Est ce toi Nicolas qui m’a ammené ici ? demanda Mickaël a la tombe. Vous devriez avoir honte, je suis sur que
votre père et votre mère doivent ce retourner dans leurs tombes. Les Madigans ne laisse personne salir leur
defunts.

Les paysans virent Mickaël sortir un sabre long et reculerent de peur.

-Je me présente, dit Mickaël en leur lançant un regard assassin. Mickaël Madigan, Frère de Nicolas Madigan.
Vous devez vous rapellez de moi, je suis celui qui tua ces parents.

Tous les villageois s’enfuirent en courant pour ce refugier chez eux. Mickaël vit que les trois femmes n’avaient
pas bougée. La plus vieille devait avoir cinquante six ans a peu prêt. Il s’approcha et reçu d’elle une claque
retentissante, qu’il encaissa sans un mot.

-Où étiez vous quand notre père ce batait pour l’honneur de notre famille ? demanda la deuxième. Pendant que
notre famille subissait les pires supplices ?
-Même si je vous le disait vous ne me pardonneriez pas, dit Mickaël. Mais je peut prendre soin de vous et de vos
familles, j’arrive trop tard pour jouer les oncles affectueux, mais je souhaites gagnez le pardon de mon frère. Je
sent qu’il m’a mené ici, ou peut être votre mère.
Mickaël : Lyn,…. Lyn, je t’en supplie répond moi. Je vais revenir, mais il me faut une communication avec Jeff.
Je suis a mon village natal.
Lyn énervée de sa faiblesse : D’accord, mais je ne te parle plus.
Mickaël : Tout ce que tu veux chérie.
-Qu’est ce que vous avez ? demanda la plus jeune.
-Rien, dit Mickaël. Je vous demande de bien vouloir m’héberger quelques jour, je serais discret, et je vous
exposerais ce que je vais vous proposer.

Elles le regardèrent et l’emmenerent dans la vieille maison où il avait passer sa jeunesse, elle était plus grande,
mais dans un état deplorable. Les trois filles semblaient genées de l’emmener dans une maison si horrible.

-J’ai vecu ici moi aussi, dit Mickaël pour les rassurées. Les filles, je veux que vouis veniez avec moi, et nous
emporterons les corps des membres de notre famille pour leur offrir une sépulture descente, vous habiterez a la
tour en attendant que je trouve une maison respectable.
-Pourquoi feriez vous cela pour nous ? demanda la plus vieille.
-Parce que vous étés les filles de mon frère, dit Mickaël. Et que j’ai trop longtemps negligé ma famille. Excusez
moi trentes secondes.
Jeff : Tu veux quoi Madigan ?
Mickaël : Envoie moi quatre chariots pour porter des cercueuils, envoie moi aussi des embaumeurs, et si tu peut
essaye de convaincre Lyn de me pardonner.
Jeff : Tu veux pas que je te suce aussi ?
Mickaël : T’es pas mon genre. Si j’avais un autre choix, je ne ferais pas appelle a toi. Sonde mon esprit si tu
veux.

Jeff était dans son bureau et travaillait tout en discutant avec Mickaël, mais il s’arrêta en entendant Mickaël lui
proposer ce coup de sonde, il ce concentra et penetra l’esprit de Mickaël, et ce retrouva nez a nez avec Bashou
qui lui bloqua l’acces a certain souvenir de Mickaël, comme ceux de Fool moon et de ça vie avant Fool moon.

Jeff : Merci, j’attendais cela depuis longtemps. Bon, je t’envois ce que tu as demandé, et je vois ce que je peut
faire pour Lyn. Tes nieces vont m’aider je pense. Bonne chance, deterrer des cadavres n’est pas une chose
commune et tu sait que dans ton pays ils n’aiment pas ça !
Mickaël : Ils n’ont rien a dire, je defis quiconque de m’en empêcher.
Jeff : Lyn n’est pas au courant pour ton état, et au cas ou, je t’envois quelques soldats. Madigan, tu es un élément
important et un ami, alors ne risque pas ta vie inutillement.
Mickaël : Et je déjà agi sans prendre de precaution ?
Jeff : Tu ne veux pas vraiment que je repondent a cette question, quand même ?
Mickaël : Pourquoi ? Tu as peur de dire la vérité ?
Jeff : Non, mais j’ai peur d’être la cible d’une de tes farces, je connais bien ton passé Madigan. Tu es la pire peau
de vache que je connaisse, et tu as une très bonne mémoire.
Mickaël : Merci Jeff, je te suis reconnaissant de tout les efforts que tu fait pour moi.
Jeff : Peut être Bashou me laissera fouiller plus loin la prochaine fois.
Mickaël : Disons que tu as vu ce que je voulais que tu vois.

Jeff coupa la communication et entra en communication avec plusieurs de ces services, et il ne fallu que très peu
de temps pour que tout soit organisé. Les soldats, les chariots et les embaumeurs partirent quelques heures plus
tard, et prirent la route la plus courte. Ils ne leur fallu qu’une journée pour arriver a destination, ils furent
accueuilli par Mickaël et ces trois nieces qui avaient fini par accepter son existence et sa proposition, Mickaël ce
mit tout de suite au travail et avec l’aide de deux soldat, il deterra les corps. Le maire et son adjoint qui était un
grand gars musclé arrivèrent, Mickaël les regardas, et les soldats les laissèrent passer.

-C’est une honte Madigan, cria le maire. Vous les aver tués, sali leur nom et maintenant vous hinumer leur
cadavres. Qu’allez vous faire ensuite, violer les filles de votre frère ?

Mickaël attrapa le maire et le souleva avec deux doigts, l’adjoint voulu bouger mais le regard que lui lança
Mickaël l’en dissuada. Mickaël balança le maire sur la tombe de ces parents.

-Et vous alors ? hurla Mickaël. Vous n’avez rienfait contre a ce que j’ai vu. Vous avez vu l’état de ces tombes ?
Ne serais ce pas votre devoir d’en prendre soin ? Si vous dites encore le nom de ma famille je vous coupe la
lange et en fait un colier. Les madigan partent a jamais, mes parent auraient honte de ce qu’est devenu le village
qu’ils ont aidés a construire. Ma famille ne restera pas ici.
-De quelle droit emmener vous les filles de votre frère ? hurla le maire.
-Essayer de m’en empêcher et vous verez quel droit je vais abuser, dit Mickaël en le jetant sur son adjoint. Mais
je serais sans pitié, je tuerais quiconque essayerais de m’arrêter, et mes soldats se feront un plaisir de vous faire
gouter a leurs épées.

L’adjoint tremblait, de rage et de peur, Mickaël retourna creuser et les chevaliers amusés prirent un air menaçant.
Lemaire partit en essayant de garder un air fier alors qu’il mourrait de peur. Ils partirent avant la fin de la soirée,
certaine personnes vinrent dire u revoir autrois fille, Mickaël les remercias d’un signe de tête. Pourquoi sa
famille n’avait pas fait comme celle de Jade et Sarah qui avaient quitter le village a la nomination de leur filles
pour une tour, quique Nicolas lui en avait toujours voulu pour leur parent et qu’il ne lui avait pardonner que très
peu de temps avant de mourir et cela dans une lettre, lui disant pour ces filles et sa femme, Mickaël lui avait
répondus puis ils n’avaient plus eut de contact. Il n’avait jamais été proche de son frère, Sarah avait essayer de
les reunir très souvent avant que Mickaël ne tue ces parents, puis après quand ils avaient etudiés a Nintak
ensemble, Sarah avait l’age normal alors que Mickaël et jade eut y était allés avec deux ans d’avance, Mickaël
soupira sous le poids de ces souvenirs qui rouvrait des failles douloureuses. Ils rentrèrent sans problèmes, les
embaumeurs prenaient soins des cerceuilles det des corps, et des leur arriver, Mickaël les fient reterrer avec une
cérémonie très breve. Lyn avait été prévenu mais n’était pas venu a la grande tristesse de Mickaël, mais il ce dit
que c’était pire pour ces nieces, il leur trouva une belle maison qu’il voulait offrir a Lyn pour leur vacance près
de la tour de la terre, et leur donna comme guide Bahamut et Michelle, elle voulait depuis longtemps visiter la
region, Bahamut pourvu a toutes les depences, et Mickaël en fut content, il était rentré depuis deux jour et
n’avait vu que sa fille. Après un passage au cimetière il alla a la tour, en rentrant, il vit Lyn qui l’ignora, et les
dix femmes qui la suivait le bousculerent au passage. Edi prit Mickaël par l’épaule riant de l’air incrédule de
Mickaël. Mickal lui montra les filles qui suivait Lyn dans l’escalier.

-Les nouvelles conseillerent de ta petite amie, dit Edi. Mignone hein ?
-Edi, dit Mickaël en lui tapant derrière la tête. Pense plus avec ta tête et moins avec ta queue ! Elle a virée les
vieux emmerdeurs ?
-Trop de critique a ton sujet, dit Edi. Elle n’a pas supportée quand l’un deux lui a dit de ce separer de toi, que tu
n’était qu’un con etc…
-Et toi, tu as fait un effort pour satisfaire Nicky ? demanda Mickaël.
-Je ne trouve pas d’idée, dit Edi. Elle me plait mais je ne sait pas comment l’aborder.
-Nicky, cria Mickaël puis elle arriva en ce sechant les cheveux elle sortait de son bain.
-Tu arrive et tu commence a m’embetter ? demanda Nicky contrariée.
-Non, répondit Mickael. Je te donne ta soirée, Edi veut t’emmener faire un repas sur la plage, un beau dîner au
clair de lune.
-Oui, dit Edi qui ne comprenait plus rien puis il reprit confiance en lui. Veux tu venir avec moi ?
-J’en serais ravie, dit Nicky en tachant de cacher qu’elle rougissait derrière sa serviette. J’en serais même plus
que ravie.
-Bon, dit Mickaël. Je vous donne aussi votre journée, prevenez les autres qu’eux aussi.
-Tu ne vas pas faire de bêtise, dit Nicky inquiète.
-Non, dit Mickaël qui commençait a réfléchir. Rien de très grave en tout cas, dites elles sont la depuis combien
de temps ces filles ?
-Assez pour savoir que tu es élément répréhensible, dit Edi. Lyn ne te laissera pas l’approcher.
-Je vais aller chercher ma femme, dit Mickaël. Qu’elle le veuille ou non.
-Bon, soupira Nicky. Je vais me préparer pour ce soir moi, a tout a l’heure Edi.
-Madigan, dit Edi quand Nicky ce fut ecartée. Je te dois un service.

Edi comprit qu’il aurait dut attendre le lendemain pour dire ça, Mickaël avait un sourire sadique sur les lèvres, et
Edi comprit qu’il allait ce servir de lui pour approcher Lyn. Lyn trvaillait, elle était soulagé par le retour de
Mickaël et furieuse qu’il n’est même pas essayé de s’excuser, puis elle ce dit que de toute façon elle aurait
refuser. Mickaël était pour elle au sommet de l’échelle de l’egoisme, il était partit sans même l’attendre,
l’abandonnant avec Sariel, sa jeune fille en bas age. Lyn regarda Sariel qui jouait sur le sol entourer de plein de
jouet, et d’un petit chat que Mickaël avait laissé en partant. Lyn la vit recevoir une communication mental, puis
elle rangea ces jouet. Edi arriva, il s’excusa au près de tout le monde, et il demanda a Lyn la permission
d’emmener Sariel a son père.

-Qu’est ce que mon idiot de petit copain mijotte encore ? demanda Lyn.
-Je ne sait pas, dit Edi. Il a prit une journée pour s’occuper de sa fille. Il dit vouloir lui montrer ces grands parent,
et qu’il aurait voulu que vous veniez a l’enterement et qu’il est déçu de votre comportement.
-Déçu ? demanda Lyn en rigolant. Je vais lui en mettre une a cette idiot de maître de l’ombre aux yeux rouges !
Mickaël : arrête de crier, on t’entend depuis le couloir, maintenant laisse lui prendre Sariel et me l’ammener. Si
tu as d’autre chose a dire a mon sujet, viens ici, je suis devant ta porte.

Lyn se leva et sortit, elle vit Mickaël la prendre sur son épaule et l’endormir avec la berceuse. Elle avait essayer
de ce défendre mais Mickaël la tenait fermement. Puis il s’en alla, laissant Edi, descendre sa fille a Nina qui avait
proposer de sans occuper avec Katy. Lyn ce réveilla quelques heures plus tard, elle n’ouvrit pas les yeux et sentit
que Mickaël la serrait contre lui, attendant son réveil, elle profita de se contact rassurant quelques minutes, puis
elle lui envoya un coup de coude dans le ventre, le faisant lâcher prise, et elle ce leva. Elle vit qu’ils ce trouvaient
près de la maison de ces parents, dans la cabane qu’il lui avait construit quand elle était encore mome et le
regarda.

-Pourquoi ici ? demanda Lyn.
-Pourquoi pas ? demanda Mickaël. Tu aimais bien cette endroit avant.
-Oui, répondit Lyn.
-Excuse moi, dit Mickaël en lui tendant la main pour qu’elle ce rassoit près de lui. Je veux que l’on ce marie, toi,
moi, un prêtre, toi dans une robe de marier noir, moi dans un costume blanc, et autour de nous le jardin de rose
qui va pas tarder a être en fleur, nouzs ne lancerions pas d’invitation, juste pour tes parents et les temoins, et
nous ferons faire une déclaration gerneral dans le pays, comme ça tout le monde pourra venir.

Elle le regarda, et vit qu’il n’essayait pas juste de s’excuser, il était sincere, et lui ouvrait son esprit pour qu’elle
puisse le constater d’elle même. Elle le regarda est reprit sa position contre lui, mettant son dos contre son torse,
et posant sa tête sur son épaule, il passa sa main dans les cheveux de Lyn qui lui tombaient sur le visage et
l’embrassa.

-Je suis désolé d’être partit comme ça, dit Mickaël. Mais si je ne l’avais pas fait tu ne m’aurais pas laisser y aller,
dit Mickaël. Et tu es la seul qui me fasse peur.
-Je dois prendre cela pour un compliment ? demanda t’elle. Mickaël, tu m’avais promis, tu n’es qu’un menteur,
et qu’un manipulateur.
-Je sait, dit Mickaël. Mais je t’aime.
-Dis tu plaisante pour cette histoire de robe de mariée noir ? demanda Lyn.
-Non, dit Mickaël. Tu c’est bien que je suis un original, et j’ai envies de bousculer un peu les plans du vieux
chnoque !
-Mickaël, dit elle.
-Tu dois montrer que tu t’unis aux ténèbres et je me met en blanc pour montrer que je m’unis a la lumière, dit
Mickaël. Et le noir te vas bien.
-Si tu croit que quelques flatteries feront que je t’excuserais, dit Lyn en lui mettant un autre coup de coude mais
en ce serrant encore plus contre lui. Mickaël, tu vas rester definitivement cette fois ?
-Qui sait ? demanda Mickaël. Je le souhaite, mais je partirais si ma présence est nécessaire ailleurs.
-J’ai découvert que tu ne t’était pas encore remis de la bataille du canyon, dit Lyn. Le docteur Greevy est venu
me voir, elle voulais te voir et elle m’a dit que tu n’aurais pas du prendre le risque d’aller te battre.
-Consequence de cent cinquante ans de combat, dit Mickaël. Mon corps recupere moins vite, mais je suis en
pleine forme, regarde moi. Regarde moi Lyn.

Mickaël vit qu’elle pleurait, il l’embrassa et essuya ses larmes, elle le regarda, il était triste de l’avoir fait pleurer,
elle le sentait, il voulait pas la voir comme ça.

-Ce n’est pas ta…
-Ne ment pas, dit Mickaël. Tu pleur a cause de moi, je suis désolé. J’aurais dut prendre soin de toi. Je ne te
mérite pas.
-Arrête de dire n’importe quoi toi aussi, dit Lyn. On ne peut pas toujours faire ce qu’on veut, Sarah me l’a appris,
je dois juste me faire a l’idée que je dois partager mon mari avec le reste du monde.
-Non, dit Mickaël. Pour l’instant tu me partage qu’avec Sariel, tu l’as bien elevée sans moi, mais maintenant je
vais m’occuper de ma famille. Ton mari ?
-Oui, dit Lyn. Tu me l’as demandé, c’est comme si c’était déjà fait.
-Tu m’aime ?
-Je sait pas, répondit elle. Tu m’as ramené un souvenir ?
-Mes trois nieces, mes parents, et mon frère et sa femme, dit Mickaël. Et moi.
-Tu pourrais faire un effort, dit Lyn.
-Tu me faisait la tête, dit Mickaël. J’était tous les soirs tout seul, c’était la première fois depuis quatre ans. J’était
très seul, sans ta voix ni rien.
-Et moi alors, dit Lyn. Quoique Sariel était très agraeble, toujours accrochée a moi.
-Elle est très obéissante, dit Mickaël.
-Juste avec toi, dit Lyn. Elle adore son papa, je suis jalouse.
-On ne peut pas me battre, dit Mickaël. Tu devrais le savoir. Je suis le meilleur.

Elle le tapa de nouveau, puis ils rentrèrent, quelques heures plus tard. En rentrant, Lyn retourna au travail,
Mickaël alla chercher Sariel et il joua avec elle. Des mois plus tard, Sariel ne se servait pas encore de ces jambes,
elle ne rampait même pas, mais une gamine de neuf mois qui possède une pensée coherante pouvait être
considérée comme extraordinaire, et Jeff et le grand maître jouait les parrains attentionnés afin de passer le plus
possible de temps avec elle, mais Mickaël avait toujours fait en sorte qu’ils ne l’epuise pas, et la fillette avait
compris que son papa prenait soin d’elle dès qu’elle avait besoin de lui. Elle avait pour son père un amour très
puissant et Jeff craignait que sa pose des problèmes plus tard, mais il était trop tôt pour le dire. Lyn se sentait un
peu trahise par sa fille qui préférais son père a sa mère, et Mickaël s’amusait a la taquiner. Le mariage devait ce
derouler au milieu de l’été, dans un mois, et Mickaël commençait a stresser, au grand plaisir qui lui rendait ses
moqueries. Mickaël travaillait quand il vit Sariel arriver en rempant. Il vit Nina qui lui courait après, et la prit
dans ces bras.

Mickaël : Sariel ! Tu rampe ? Bravo !
Sariel : Merci.
Mickaël : Mais tu ne dois pas faire peur a Nina, ce n’est pas bien.
Sariel : Papa fait sa tête pas gentille, Sariel s’excuse.
Mickaël : Je sait, Sariel, tu dois rester avec Nina quand tu n’es pas avec moi ou maman, tu dois savoir que c’es
dangereux.
-Merci Nina, dit Mickaël. Je vais m’occuper du démon pour l’instant, tu peut te reposer un peu. Tu devrais
penser a te trouver un copain.
-Madigan, dit Kity en lui rappellant qu’il avait du travaille, et que personne ne pouvais le faire pour lui. Allez.

Mickaël ecrivit les lettres qu’il devait ecrire et continua a discuter avec Sariel.

Sariel : Papa ?
Mickaël : Oui ?
Sariel : C’est quoi un dmon ?
Mickaël : Démon, et c’est de… de petite bête gentilles, mais qui n’arrête pas de s’aggiter.
Sariel : Je suis un démon ?
Mickaël : Pas vraiment, c’est une façon de parler, un surnom, moi c’est le dragon, comme Bahamut. Et ta mère
c’est la chieuse.
Sariel : Maman c’est la chieuse.
Lyn : Quoi ? Sariel ? arrête de dire des mechancetée pareille, c’est pas bien.
Sariel : C’est papa qui dit, il a dit lui c’est dragon, et toi c’est la chieuse.
Lyn : Mickaël, qu’est ce que tu apprend a ta fille ? tu veux que je vienne t’apprendre la politesse ?
Mickaël : Lyn, Sariel me posait une question alors je repondais. Et tu veux pas descendre ? pour qu’on passe une
heure ensemble ? Tous les trois ?
Sariel : Moi je veux papa et Maman.
Lyn : A midi, on mangera ensemble.

Jeff était dans sa tour, il était entrain de parler avec le grand maître qui semblait surexcité.

Jeff : Le conseil veut vous nommer comme nouveau membre ? Madigan n’a pas une grande estime pour ces
gars.
Grand maître : Ils choisisent qui sera maître de tour, et ils ont fait de Madigan leur arme, il n’apprécie pas, et
d’ailleurs il refuse d’obeir a leurs ordres.
Jeff : Ce serait plus prudent de ne pas avoir de contact avec eux. Mickaël a raison, je ne veut pas de contact moi
non plus.
Grand maître : Vous n’avez pas conscience de la puissance de ce conseil, vous devriez être plus intelligent Jeff,
prenez conscience de leur puissance.
Jeff : Le pouvoir corompt les hommes, je ne souhait pas avoir a faire avec eux, mon rôle me satisfait largement.
Grand maître : Je ne sus pas d’accord, vous pourriez tous acquerir plus de pouvoir et vous pourriez enfin aider
les gens.
Jeff : reflechissez bien, la puissance n’a pas rendu plus heureux Madigan ou Nick, regardez leur vie, je ne
souhaite pas être un martyr moi, je veux faire ce que je peut avec ce que j’ai.
Grand maître : Comme tu voudras Jeff, mais il faut savoir que vous avez eu ce pouvoir grâce au conseil, et que
vous étés déjà a leur service.
Jeff : Je pense que pour l’instant je suis libre, et que si je devais être a leur service je ne continuerais pas.

Jeff coupa la ligne, cette discussion l’avait perturbé au plus haut point, le grand maître voulais son passe pour le
conseil et cela risquerait d’être plus difficile si il n’obtenait l’aide de personne. Il regarda l’invitation pour le
mariage, et décida de n’en parlé a Mickaël que bien après l’evenement, il n’était pas la peine de créé plus de
problème. Puis il sentit Aurore et Sofiane, ils revenait d’un job, arroser les champs pour favoriser la culture. Il
fini son travaille et descendit, l’état d’Aurore commençait a ce voir, elle avait prit du ventre. Jeff ce retint de tout
commentaire.

-Alors, dit Jeff. Qu’elle bon vent vous ammene ?
-C’est moi qui contrôle le vent Jeff, dit Aurore. Dit moi que tu as un truc a manger, Sofiane essaye de me faire
mourir, il ne m’a pas permis de manger ce midi, et ce soir, j’ai très fin.
-C’est pour toi, dit Sofiane. Si tu deviens énorme, tu vas me tuer quand tu auras eut ton enfant et que tu devras
perdre du poid. Je devrais t’envoyer a Mickaël pour qu’il t’entraine comme il l’a fait avec Lyn.
-Tu vas pas m’offrir a Mickaël, dit Aurore enervée. Si tu savais ce qu’ils faisaient après les entrainements tu
n’aurais pas dit cela.
-Oui mais Lyn est sortie de sa grossesse en parfaite santée, dit Sofiane qui lui toucha le ventre. Et sans excedent
de poid. Bon Jeff, nous acceptons ton hospitalité.
-Je ne te la propose pas, dit Jeff. Je ne reste pas, je vais m’installer a la tour de l’ombre jusqu’au mariage. Dit, tu
connais quoi du grand conseil ?

Aurore ce redressa d’un coup en entendant ces mots, puis elle le regarda et donna a Sofiane une claque derrière
la tête pour le sortir de ces rêves.

-Ou en as tu entendu parler ? demanda Sofiane avec une voix empli de colère.
-Je pense avoir bien fait de ne pas en parler a Mickaël, dit Jeff. Le grand maître, il va essayer d’y entrer.
-Sofiane, dit Aurore inquiète. Tu sait bien que Mickaël n’accepterais pas le grand maître si il l’apprenait, et Jeff a
raison, ce n’est pas le moment. Lyn attend cela depuis longtemps.
-Aurore, dit Sofiane qui tentait de ce calmer.
-Non, dit Aurore. Vous n’allez pas repartir pour rien. Une fois suffit, et Madigan est déjà bien assez stressé
comme cela pour ne pas avoir a penser a cela.
-Aurore, dit Sofiane.
-Non, dit elle a nouveau y ajoutant de la colère pour clore cette discussion.
-Qu’est ce qu’il y a de si important ? demanda Jeff.
-Nick, dit Sofiane. Décidément tout tourne autour de lui, nous savions pour son rêve, il voulait appartenir au
grand conseil et dominer le monde avec eux. Si tu veux tout savoir, les onze premiers maître de tour y son. Tous
sauf Bahamut qui a refusé, et qui est mort enfin ressucité dans un dragon pour être plus précis.
-Jeff, dit Aurore. Les gars du conseil, ce sont les plus forts, nous ne sommes rien a comparé a eux, rien. Très peu
son capable de supporter leur entrainenment intensif. Et c’est celui ci que Nick a donné a Mickaël, il en a fait un
tueur pour le conseil, et durant une année, Mickaël était a leur service. Il y a des morceaux de notre histoire a
Fool moon que nous avons volontairement caché. Mickaël, il ne doit pas apprendre cela… Tu as compris
Sofiane ?

Sofiane acquiessa, Jeff ce mit a sourire, puis Aurore le regarda et il fit oui de la tête lui aussi. Visiblement il était
loin de voir toute l’etendu de cette histoire, comme il était loin de connaître tout les secret de Madigan, Chanix,
Boréal, Nightkill et Duval, mais il finirait bien par tout savoir, Brice devait lui aussi venir a la tour, il avait
quelque chose a lui demander.

-Vous faites quoi alors ? demanda Jeff.
Sofiane : On pourrais y aller, on a pas de demande jusqu'à la date du mariage.
Aurore : Madigan va encore gueuler de nous voir tous nous ramener.
-On viens avec toi Jeff, dit Sofiane. J’ai envies de voir Mickaël crier sur moi.

Ils prirent tout les trois la route, ils marchèrent tranquillement, en discutant bouleau, Jeff sentait très clairement
qu’ils pensaient encore a cette histoire de conseil. Il ne fit rien pour leurs faire changer de penser, au contraire il
esperait en apprendre plus, mais Sofiane semblait refouler ces souvenirs et Aurore ne pensait a rien a par la
colère de Mickaël si il découvrait cela. Il fini par s’ennuyer de leur penser plus que monotone, et il fut ravi
d’arriver a la tour après deux jours de marche. En entrant ils virent un mur exploser et Mickaël passer au travers,
son sabre a la main, Lyn passa ensuite par l’ouverture et sauta sur Mickaël qui se protega de son épée avec son
sabre. Ils les regardèrent surprit, alors que les deux continuaient de se battre ferocement, Sofiane ce tourna vers
Aurore et ce frotta derrière la tête.

-Dites vous croyez que le mariage et annulé ? demanda Sofiane.
-Non, dit Nina qui s’approchait. Bienvenue a vous.
-Dit ils font quoi ? demanda Aurore.
-Ils ce disputent, dit Nina avec une indiference deconcertante. Ne vous inquiétez pas, ils ce disputent tout les
jours. Aujourd’hui je croit que c’est a cause de Mickaël, il a encore fait une blague pas drôle, et Lyn c’est
énervée.
-C’est tout ? demanda Jeff.
-Non, dit Nina. Il lui a aussi dit qu’elle avait un gros cul, et ça sa l’a énervée encore plus.
-Il ne changera pas, dit Jeff en soupirant.

D’un coup les épées s’arrêtèrent, Jade tenait les deux lames dans ces mains, elle les regardas et les reprimandas.

-Madame Jade et Monsieur Jd sont arrivés il y a deux jours, dit Nina. Et madame Jade les arrêtes.
-Où est Sariel ? demanda Aurore.
-Elle doit tourner en rond dans son parc, dit Nina. A part si elle la encore mis en morceaux, cette gosse est
incroyable, elle a une pensée mental sur, elle rampe comme une folle et… elle a une force de tout les diables,
elle est précoce a tout les niveaux, si ça continue, elle marchera avant le mariage.
-Une surdouée ? demanda Jeff.
-Comme son père plutôt, dit Sofiane en soupirant. Elle n’a rien d’une surdouée, elle est une dragoone.
-En effet, dit Aurore. J’aurais dut me trouver un mari Dragoon, j’aurais eut une petite super intelligente.
-Je vous rappelle gentillement que j’ai tué mes parents, dit Mickaël qui avec Lyn et Jade s’étaient approchés. Et
qu’après j’ai vecu solitaire cent vingt ans.
-Entre autre, dit Jade. Mais cette petite est différente, hein Lyn.
-En effet elle n’est pas désagréable comme son père, dit Lyn en tirant l’oreille de Mickaël.
-Stop, dit Jade d’une voix autoritaire. Plus de bagarre aujourd’hui.
Mickaël : Non Sariel, tu dois dormir !
Sariel : Veut pas, veut jouer avec toi et maman.
Mickaël : Plus tard, et si tu dors, Sofiane Aurore et Jeff viendrons te voirent.
Lyn : Dors Sariel, comme cela quand ils voudrons venir jouer tu seras en pleine forme, mais il faudra être
gentille, tatan Aurore attend un bébé.
Mickaël : Deux.

Lyn ce tourna vers Mickaël qui souriait comme si de rien était. Elle continua de le fixer comme si il était une
bête curieuse, et il lui pinça les fesses pour la réveiller.

-Tu es malade ? demanda Aurore en lui mettant la main sur le front.
-Non, dit Lyn pour la rassurer. Mickaël me disait que tu avais l’air bien, alors tu attend quoi ?
-J’aimerais une fille, dit Aurore. Mais Sofiane veut un garçon pour lui apprendre a martiriser les femmes.
Mickaël : Et ils trouveront tous les deux leurs bonheur.
Mickaël gardait les yeux fermés et souriait, il faisait une triple communication. Sariel, Lyn et les autres. Jeff le
regarda et sourit.
-Et toi Madigan, dit Jeff. Tu en penses quoi ?
-Je me dit que je pourrais peut être vous faire servir du thé, dit Mickaël en rouvrant les yeux.
-Menteur, dit Jade. Tu es encore entrain d’inventer une nouvelle anerie, je te préviens je dit a Jd de t’en poser
une la prochaine fois.
-Qu’est ce que tu as encore fait Madigan ? demanda Aurore.
-Rien, dit Mickaël et elle lui lança un regard septique. J’ai fait peter les toillettes quand elle est rentrée dedans,
bizarrement ça ne lui a pas plu. Je pense qu’elle est coincée.
-Arrête de paler comme si j’était pas la, dit Jade énervée.
Lyn : Des jumeaux ?
Mickaël : Non, mais deux bébés quand même. Dont un…
Lyn : Un quoi ?
Mickaël : Un dragoon.
Lyn : Comment est ce possible ? ils ne sont pas dragoon.
Mickaël : Mais ils possèdent tout les deux une force immense. Je me demande si je ne devrais pas commencé a
m’occuper de lui dès maintenant. Tu en pense quoi ?
Lyn : Qu’il faudrait lui demander la permission.
Elle le regarda, il avait mal a la tête, elle connaissait toutes ces expressions faciales, ce qui n’était pas dur car il
en avait très peu ce dit elle en soupirant.
Lyn : Tu as mal, n’est ce pas ?
Mickaël : Oui mon cœur et ta fille c’est endormie.
Lyn : Ma fille ? C’est nouveau ça ! C’est parce qu’elle est turbulante que tu dit qu’elle est ma fille ?
Mickaël : Plus tard cette discussion, nous n’allons pas nous afficher devant les autres.
Lyn : Je ne voulais pas t’engueuler…
Mickaël la sentit triste, son mal de tête le faisait toujours réagir comme le pire des idiots, il prit Lyn dans ses bras
et l’embrassa, avant de la forcer a sourire avec des chatouilles.
-Tricheur, dit elle en lui en faisant. Bon, venez on va prendre le thé. Toi aussi Madigan !
Mickaël les suivaient en souriant a Sofiane, celui ci ce tourna vers lui et lui mit un coup de poing dans le ventre.
-Arrête de sourire ça te donne un air louche, dit Sofiane en continuant d’avancer. Alors ?
-Il ne te diras pas qu’il a de petits talents de précognition, dit Jeff en souriant.
-Et lui ne te diras pas qu’il adore faire de petites incursions dans notre tête, dit Mickaël. Bashou te donne du fil à
retordre, n’est ce pas.
-Oui, dit Jeff en ce mettant a rire.
Ils entrèrent dans la tour et passèrent un moment agréable entre amis, Lyn regardait Mickaël d’un air inquiète
depuis l’autre coté de la table. Puis elle se dit qu’elle ne devait pas s’inquieter et que Mickaël lui aurait dit si
quelque chose de grave arrivait.
Mickaël : Et tu as raison.
Lyn : De quoi ?
Mickaël : Rien de grave n’arrive. J’ai juste mal a la tête. Sariel crie s’accrement fort des fois.
Lyn : C’est pour ça que tu disait que c’était ma fille ?
Mickaël : Tout a fait, et tu me le prouve encore. Elle viens de se réveiller d’ailleurs.
Lyn : Pourquoi ce n’est pas moi qu’elle appelle ? Je ne suis pas une bonne mère ?
Mickaël : Tu es la meilleur, mais elle ressent en moi l’appelle de la race. Je suis comme elle. Et elle le sent. Tu
ne dois jamais l’oublier, tu es une bonne mère et moi je suis le gentil dragoon.
Lyn : Je ressent de la jalousie.
Mickaël : Et il y en a, elle ne m’aimera jamais pour ce que je ferais pour elle. Contrairement a toi. Mais je m’en
remettrais en pensant que je serais la première personne qu’elle apellera.
Lyn : Comme je l’ai fait moi même. Dois je avoir peur de voir ma fille me voler mon mari ?
Mickaël : Non, n’est ce pas Sariel ?
Sariel : Tu savais ? Je ne pensait pas que tu m’avais sentit.
Mickaël : Ce n’est pas bien d’écouter les discutions de tes parents ! Je devrais te punir.
Mickaël continuait a discuter avec tout le monde et personne a la fois.
-Dit Jeff, dit Mickaël. Il faudrait que tu revois nos liaison mental. Sariel s’insinue sur celle de Lyn et moi. Je me
demande comment elle fait.
-Elle doit sûrement utiliser sa ligne et s’insinuer en toi ou en Lyn, dit Jeff qui ce mit a réfléchir. Je reglerais ça un
peu plus tard.
-Il aurait préféré que ce soit tout de suite pou reprendre ses discutions cochone avec jade, dit Brice en souriant.
-Brice, dit Jeff. Et Marie Laure, alors comment était la lune de miel ?
-Bien, dit Marie Laure. Mais ont est pas beaucoup sortit alors on ne pourra pas vous parler du coin. Brice ma
forcé a rester au lit.
-Marie Laure, dit Lyn en la serrant contre elle. Tu me manque tu sait. Ce réveiller sans te voir c’est plus pareil.
-C’estr sympa pour moi, dit Mickaël en se levant et en donnant sa chaise a Brice. Je vais chercher la terreur, ne
m’attendez pas pour discuter.
Mickaël monta les escaliers et vit Michelle qui souriait. Elle lui dit que Bahamut n’allait plus tarder a revenir et
elle partit en courant. Il monta et vit Sariel dans son lit qui attendait patiemment.
Sariel : Papa est facé ?
Mickaël : Oui, mais il te pardonne si tu promet de ne plus écouter quand Papa et Maman ce parle. Allez viens ma
puce.
Mickaël la prit dans ces bras, la fit tourner dans la chambre et elle ce mit a rire. Lyn arriva et l’embrassa, Sariel
ce colla a sa mère et l’embrassa aussi. Mickaël sourit et il les serra contre lui.
Mickaël : Ti voit que tu es une bonne mère.
Lyn : En effet, et elle est la plus belle des filles. Tu croit qu’elle pourra assister au mariage sans poser de
problème ?
Mickaël : Alors Sariel, tu pourras assister au mariage sans faire un bruit ?
Sariel : C’est quoi un mariage ? C’est bon ?
Mickaël : Un mariage, c’est quand deux personnes s’aime et qu’il veulent rendre publique leur amour.
Lyn : Pas tout a fait.
Mickaël : Je voulais pas me mettre a expliquer le coté legale de la chose.
Sariel : Alors Sariel veut marier avec Papa et Maman.
Mickaël : Quand tu seras plus grande. Et si maman et moins jalouse.
Sariel : On peut aller voir les tontons et Tatans ? Veut voir tatan Aurore.
Lyn : On y va ma puce, mais faudra être très gentille.
Durant le mois qui précéda le mariage, il n’y eut rien d’extraordinaire, ils accueillirent leurs amis et les hautes
personnalités invités. Les gens voulant être présent au mariage furent loger gratuitement par les hotels que
Mickaël avait louer pour deux semaines. Il y avait beaucoup d’homme, mais aussi des elfs, des nains, des meta
dragons, et même un Ent, dont Mickaël s’occupa personnellement vu que c’était un vieil ami. Sariel s’emerveilla
a chacune de ces rencontres avec des personnes de race différentes. Mickaël lui explica que l’apparence compter
peu et que chaque personne était différente, mais il ne pouvait pas entrer trop dans les detailles de l’egalité,
Sariel etant trop jeune. Lyn aussi recevait les invités, et aidée par Jade et Aurore elle préparait l’evenement.
Mickaël continuait a travailler, et devait s’occuper de ces fonctions. Ce qui plu a tout ces conseillers masculin vu
que les conseillères de Lyn étaient de magnifique femmes. Mickaël s’en foutait, elles bossaient bien et sans un
mot et c’est tout ce qu’il demandait. Peu a peu un énorme chapitaux s’eleva près du lac, et des milliers de bancs
furent installés. Ainsi que des fleurs, et de rubans. Toutes ces dentelles et couleur commençait a rendre fou
Mickaël qui devait tous les soirs assister a l’evolution des preparatifs ou a une repetission. Huit jours avant le
mariage il y eut l’enterrement de sa vie de garçon, ce qu’il n’avait pas demandé et que Jd et Sofiane
s’empresserent d’organiser en secret. Il ce retrouva attaché a un fauteuil, des filles dansant autour de lui et il dut
supporter cela durant huit heure alors qu’il aurait preferé être avec Lyn. Il mit donc huit heures a ce libérer puis il
s’esquiva et monta sur le toit, seul endroit ou il pourrait trouver le calme qu’il voulait. Il vit Lyn eavec Sariel
endormie sur ces genoux assise et il sourit avant de s’assoire avec elles. Elle le regarda, ce serra contre lui et il
passa un bras protecteur autour d’elle.
-Tu n’es pas censé faire la fête ? demanda Lyn.
-J’ai mis huit heures pour me libérer sans me faire repérer, dit Mickaël. J’aurais pereferé que ce soit toi qui danse
devant moi en petite tenue.
-Sofiane m’avait pourtant promis de ne pas faire un truc dans ce genre, dit Lyn. C’était si désagréable que ça ?
-Non, répondit Mickaël. Mais je voulais réfléchir dans le calme, et tu semble avoir eut la même idée. Qu’est ce
qui te preocupe ?
-Toi, dit Lyn. Je m’inquiète, tu ne fait plus de blague, tu ne fait plus de ballade imprevus, tu semble calme et a la
fois hyper stressé.
-En effet, dit Mickaël. Je me suis promis de ne pas faire de bêtise avant le mariage, et ce mariage me fait stresser.
Mon dernier ne c’est pas passer très bien.
-On verra, dit Lyn. Qu’est ce que tu nous prépare pour le mariage ? Ce doit être terrible pour que tu ne face rien
durant un mois.
-Mais non, dit Mickaël. Tu m’aime ?
-Tu en doute ? demanda Lyn.
-Je veux juste te l’entendre me le dire, dit Mickaël. Au moins une fois par seconde jusqu’au mariage. Et si vous
pouviez arrêter de mettre tout ce rose de partout.
-Aurore passe par une envie de tout mettre en rose, dit Lyn. Je l’ai déjà empêcher de repeindre notre chambre. Tu
l’as dit a Sofiane ?
-Non, dit Mickaël. C’est leurs affaires, et il y a des choses que l’on doit apprendre par soit même. J’aurais pas
aimé que Jeff ou Jd me le dise avant pour Sariel. Toi non plus j’imagine.
-En effet, répondit Lyn. Jade semble radieuse elle aussi. Elle est enceinte ?
-Je ne sait pas, répondit Mickaël. Je ne l’ai pas vu depuis cinq jours, dit tu croit que l’on pourrais laisser Sariel a
quelqu’un et profiter des quelquues heures qui nous reste avant le lever du jour ?
Mickaël lui sourit et ils partirent du toit. La veille du mariage Mickaël fut assigner a residence dans sa chambre,
il ne devait pas sortir tant que l’on ne venait pas le chercher. Ils avaient emportés les affaires de Lyn et de Sariel
et il resta toute la journée a tourner comme un lion en cage. Afra passa lui faire un petit coucou et discuter un
peu. Il remarqua le stresse de Mickaël, se qui l’amusa, il ce rappelait son mariage où Mickaël avait tout fait pour
le rassurer et essaya de faire de même. Il ne réussi qu’a le calmer un peu, mais Mickaël continua a tourner en
rond, le soir, il ouvrit la fenêtre et observa le paysage. Il vit son ami Ent qui ce faisait lustrer les feuilles par des
elfs, les meta dragons qui avait reprit leur apparence de dragon pour dormir, et les nains qui buvaient pendant le
buffet qui était leur dîner. Puis il vit Lyn qui grimpet le mur, il attrapa sa main et la hissa dans la chambre.
-Qu’est ce que tu fais ici mon ange ? demanda Mickaël surpris et ravi.
-J’en avais marre de les voirent me tourner autour, dit Lyn. C’est le dernier endroit où ils viendront me chercher
fut que c’est moi qui t’es séquestrer dans notre chambre, et je voulais te voir. Tu m’as manqué aujourd’hui.
J’aime pas que notre lien mental soit coupé.
-C’est pour le refaire, dit Mickaël. Pour que Sariel n’entende rien qui pourrait être dérangeant.
-Je sait, dit Lyn. Mais je n’aime pas ça.
-Et moi donc, dit Mickaël.
Lyn ce serra contre lui et ils regardèrent le soleil ce coucher et laisser apparaître les trois lunes. Lyn reprima un
éclat de rire et Mickaël l’embrassa.
-Qu’est ce qui te fait rire ? demanda t’il.
-Ma mère quand elle a vu la robe, dit Lyn. Si tu n’avait pas été séquestré ici tu serais mort, dit Lyn. Mais tu avais
raison, le noir me va bien.
-J’en suis persuadé, dit Mickaël. La lingerie noir surtout.
-Pervers, dit elle en riant. Tu as l’air moins stressé que ce que mon père m’a dit.
-Je suis moins stressé parce que tu es avec moi, répondit Mickaël. Si tu m’avais vu tourner en rond.
-Demain matin tu n’auras pas le temps de stresser, dit Lyn. Ils vont venir de te réveiller très tôt, puis ils
t’habillerons te feront déjeuner et si tu as de la chance ils ne penseront pas a toutes leurs blagues stupide sur le
mariage. Jade a dit que si tu remuait une oreille de travers elle te cassais la tête.
-Le pire c’est qu’elle le ferait, dit Mickaël. Tu ne devrais pas rester ici, dit Mickaël. J’ai peur de ne pas pouvoir
conserver mon calme très longtemps.
-A ce point, dit Lyn. Je suis excitante mais quand même.
-On a rien fait depuis le matin de mon, enterrement de vie de garçon, dit Mickaël. C’est dure de ne pas te sentir
dans mes bras, ou dans ma tête.
-Pauvre de toi, dit Lyn. Dit toi que ce seras encore mieux demain soir.
-Va t’en gamine, dit il en la faisant ce lever. Et ne me fait pas le coup d’arriver en retard ou je vais me marier
avec la première jolie fille que je verrais.
-T’inquiète pas, dit Lyn. Avec toutes les mères poule que j’ai c’est pas près d’arriver. Je t’aime Mickaël
Madigan.
-Je t’aime Lyn Higlewood, dit Mickaël.
Elle l’embrassa et descendit le long du mur, ouvrit une fenêtre d’un coup de pied et penetra dans la tour. Mickaël
la regarda et ce rassit suer le fauteuil pour regarder le ciel. Le matin il y était encore, il n’avait pas dormi et
quand Jd, Jeremie, Afra, Sofiane, Edi, Brice, Snel, Bahamut, Jean et Jeff entrèrent dans la pièce ils le
retrouvèrent avec des cernes sous les yeux. Jeff alla donc chercher de l’eau.
-Tu aurais pu dormir, dit Jean en lui tapant dans le dos. Si ce soir tu dors tu vas gacher votre première nuit en
tant que mari et femme.
-Tu stresse Madigan ? demanda Sofiane en eclatant de rire avec Jd. Dire que tu nous a fait des commentaires a
nos mariages.
-C’est pourtant ton second mariage, dit Alexis. Tu devrais connaître ce genre de choses par cœur.
-Vous étés la pour me faire partir en courant ? demanda Mickaël. Dites, je peut pas aller voir Lyn ? J’ai envies de
la voire !
-Nina t’ammene ta fille, dit Bahamut. Michelle arrive elle aussi. Lyn leur a demander de veiller a ce que nous ne
fassions pas de bêtise.
-Alors, dit Jd. Qu’elle est la surprise du jour ? Dit nous ce que tu vas faire comme blague.
-Pour que tu aille le dire a Jade ? demanda Mickaël. Tu peux courir !
-Tiens, dit Jeff en lui tendant une bassine d’eau.
-Tu vas pas y aller tout nue au moins ? demanda Afra tandis que Mickaël plongeait la tête dans la bassine d’eau.
Ou te deshabiller durant le mariage.
-Mais non, dit Mickaël. Dites, vouis pouvez demander a mrael de s’occuper de Pierre, c’est le Ent. Merci Jean.
-Pas de quoi, dit Jean en sortant. Je devais aller parler a Berenice aussi. Je reviens pour les blagues. Entrez les
filles.
Nina, Michelle et sariel entrèrent et vinrent voir Mickaël qui serra les deux filles avant de prendre Sariel dans ces
bras.
-Ça fait bizarre de plus t’entendre mon amour, dit Mickaël. C’est comme un grand vide. Dit Jeff, tu ne veux pas
me remettre une ligne temporaire ? Juste entre elle et moi.
Sariel : Papa !
Mickaël : Mon amour, tu vas bien ?
Sariel : J’était triste, je ne vous entendais plus.
Mickaël : On te l’avait expliqué. Mais je voulais te parler avant le mariage. Papa est très stressé. Il n’arrête pas
de s’agiter et de se poser des questions.
Sariel : Papa se pose des questions ? Quoi ?
Mickaël : Est ce que je serait un bon mari ? Est ce que je pourrais être la pour vous deux ? Je ne l’était pas pour
ma première femme et pour Gabriel.
Sariel : Pourquoi ?
Mickaël : J’était un idiot fini.
Sariel : Ça veut dire que tu ne l’ai plus ?
Mickaël : Non chérie.
Mickaël la serra contre lui et l’embrassa. Sariel ce laissa faire, elle adorait les debordement affectif de son père
autant que sa présence. Et elle l’embrassa elle aussi.
-Mickaël, dit Sofiane. Si tu veux y aller avant le mariage, vas’y maintenant, ont prépare tes affaires.
Mickaël acquiessa d’un signe de tête et avec Sariel ils allèrent au cimetière. Sariel resta très sage quand son papa
posa une alliance sur la tombe de Sarah et se mit a pleurer devant les deux tombes et elle attendit qu’il se tourne
vers elle.
Mickaël : Dit un mot a ta demi sœur.
Sariel : Je ne la verrai jamais ?
Mickaël : Elles n’existe plus que dans mon cœur ma chérie. A coté de toi et de ta maman.
Sariel : Alors dit lui que je l’aime.
Mickaël : Merci ma belle.
Mickaël prit Sariel contre lui et passa sur la tombe de son frère et de ces parents avant de remonter a la tour. Il vit
Jade qui le regarda et embrassa Sariel.
-Tu n’es pas prêt ? demanda Jade. Tu ne vas pas venir ?
-Si, dit Mickaël. Tu peut appeler Edma ? Je la veut a mes cotés, le plus vite possible.
Mickaël monta dans sa chambre et mit tout le monde dehors, puis il ce mit a jouer avec Sariel sur son lit la
faisant sauter au dessus de lui. Edma arriva, elle semblait en meilleur santé depuis qu’elle était a la retraite.
-Je veux que tu m’aide a m’habiller, dit il a Edma. Je ne voulais pas que se soit quelqu’un d’autre.
-Qu’est ce que tu ferais sans moi, dit elle en souriant. Tu m’as manqué.
-Menteuse, dit il.
Edma lui passa ses affaires qu’il mit sans problème, puis elle lui mit sa cravate et elle l’embrassa sur la joue.
-Bonne chance, dit elle. Pour aujourd’hui et pour le futur.
-Merci, dit Mickaël. Je te veut toi et ton mari tout devant, je viendrais te chercher pour t’y mettre de force si il le
faut.
-J’en suis persuadé, dit elle. Quand commence t’il ?
-Pas très longtemps, dit Mickaël. Une petite heure. Sariel.
Sariel : Oui papa ?
Mickaël : Tu veux bien rejoindre ta maman ?
Sariel : Je peut discuter avec maman ?
Mickaël ; Pas encore, mais je vais aller voir tonton Jeff.
Sariel : C’est tata Edma qui m’y emmene ?
Mickaël : Oui, je ne doit pas voir ta maman avant qu’elle ne vienne a l’autel.
-Edma, dit Mickaël. Une dernière chose, emmene ma fille a Lyn.
Mickaël partit pour le chapitaux et découvrit avec horreur la décoration excessive et le rose a profusion. Sofiane
souria en le voyant voyant si surpris et s’approcha.
-Alors tu n’aime pas le rose ? demanda Sofiane. Aurore veut que je m’habitut a cette couleur.
-Pendant mon mariage ? demanda Mickaël. Je vais l’assassiner ta femme.
-Après le mariage, dit Sofiane en souriant. Tu vas bien ?
-Impec, dit Mickaël en essayant de cacher son stresse.
Mickaël : Non Sariel, tu ne me dit pas comment maman est belle ! Attention petite.
-Sariel ? demanda Sofiane. Jeff devrais plus tarder a remettre le lien. Vous serez réunis comme avant, et avant le
mariage.
-Frappe moi, dit Mickaël.
-Tu es malade ? demanda Sofiane. Te frapper ?
-Un direct dans le ventre, dit Mickaël. Juste pour me calmer !
Sofiane le regarda et obei, Mickaël reçu le coup et ce plia en deux sur le sol. Il ce mit a rire et Sofiane le regarda
comme si il avait peter un plomb. Mais Mickaël continua a rire puis il s’assit.
-Même pour mon premier mariage je n’était pas si stressé, dit il. J’ai peur que Lyn ne s’enfui en courant et me
laisse devant le prêtre.
-Pourquoi ? demanda Sofiane.
-Parce que je l’aime, dit Mickaël. C’est stupide non ?
-Je ressentait pareil au mien, dit Sofiane. Et pourtant je sortait avec Aurore depuis plus de cent quarante ans. Le
truc c’est de ne pas y penser.
-Tu croit que nous vivrons un jour tranquille comme les autres ?
-Peut être, dit Sofiane. Quand nous auront mille cinq cent ans et que nous nous vieux.
-Atteindrons nous cette age ? demanda Jd en entrant. Alors les vieux, ont discute.
-Il destresse, dit Sofiane. Dit Jd, qu’est ce que ça t’as fait de passer de celibataire endurci a homme fidele et
marié ?
-Je n’y est jamais pensé, dit il. J’ai mieux a faire que penser au passé. Ce qui était ne reviendra jamais, mais ce
qui est peut être preservé. C’est toi qui m’a appris ça Madigan, utilise un peu tes bons conseils. Tout ce que tu as
surmonté ta forger, comme une lame, et tu es la lame la plus solide que je connaisse, alors destresse un peu, tout
ira bien.
Mickaël regarda Jd, et lui tandis une main que Jd serra de bon cœur.
-Allez beau frère, dit Jd. Ont va tous les trois accueillir les invités et les gens.
Mickaël, Sofiane et Jd, ce mirent devant la porte pour saluer ce qui venait, et ils serrerent tellement de mains
qu’ils en eurent mal. Mickaël saluait tout le monde de la même façon, que ce soit des amis, des inconnus, ou les
parent de Lyn. Sont père resta avec eux et ils discutèrent. Puis Mickaël alla près du prêtre et attendit sans un mot,
Jd et Sofiane derrier lui qui essayait de le faire rire. Jade et Aurore arrivèrent et ce mirent du coté de la mariée,
elle saluerent Mickaël qui montra que pour une fois il n’avait pas fait de bêtise et Jade s’approcha pour lui faire
la bise.
-Si tu continue a être si calme je vais avoir encore plus de soupcon, dit elle. Alors, tu stresse ?
-Enormement, répondit il. Dit moi qu’elle est splendide.
-La plus belle, dit Jade. J’en suis morte de jalousie.
-Merci, dit il alors qu’elle reprenait sa place. Sofiane, où sont mes autres temoins ?
-Ils cherchent les alliances, dit Sofiane en souriant comme si de rien était.
-Tu deconne ? demanda Mickaël. Où elles sont ?
-Si on le savait on ne chercherais pas, dit Jd.
Aurore et Jade les regardais comploter avec un drôle d’air, surtout que Mickaël semblait bien agité et qu’elles ne
comprenait pas ce qu’ils disaient. Mickaël attrapa Sofiane et Jd par leur col de chemise et les fient s’approcher
du prêtre avec lui.
-Excuser moi, dit Mickaël. Serait il possible de ralentir la cérémonie ? Ces idiots ont perdu les alliances et…
-Ce serait un sacrilege mon ami, dit le prêtre. Vous allez devoir vous depecher de les trouver, surtout que la
cérémonie va bientôt commencer.
-D’accord, dit Mickaël en s’ecartant. J’espère pour vous qu’ils vont pas tarder a arriver, sinon ça va chier.
Mickaël reprit sa place et attendit, les yeux fermé, écoutant Sariel lui repeter les paroles d’une berceuse qu’il lui
avait si souvent chanté, et il sentit son cœur ce calmer. Il attendit que l’orchestre ne commence a jouer, la, il ce
tourna vers l’entré. Sariel entra la première, dans les bras de Katy qui elle était accrochée au bras de Bruno qui
souriait comme un idiot. Puis arrivèrent les dix conseillères de Lyn, toutes vetue pareilles, Michelle et Bahamut,
Brice et Marie Laure et Edi et Nicky. Puis la chanson changea, Lyn rentra au bras de son père, sous son voile
noir, elle était magnifique, une mariée très spécial en robe de mariée noir. Mickaël ce mit a sourire, juste la voir
suffisait a son plaisir, elle arriva et Afra lui tendis la main de sa fille que Mickaël prit en le remerciant. La
cérémonie commença des que les deux firent face au prêtre et Jeff, Jean, Alexis et Jeremie arrivèrent après le
début en courant. Ils prirent leur place et Alexis parla a Jeff.
Jeff : On ne les a pas Madigan.
Mickaël : Vous déconnez ? Et ont fait comment ? Depechez vous de les retrouver. A qui je les avaient confiées
déjà ?
Jeff : A nous tous, mais aucun de nous ne sait où on les as mis.
Mickaël : Merde, trouvez un moyen.
Mickaël continuait de fixer Lyn dans les yeux, prenant bien garde a ne pas discuter avec elle mentalement
comme elle le souhaitais. Puis elle vit Sariel qui était en pleine discussion.
Mickaël : Tricheuse !
Lyn : Excuse moi ! Je stresse un peu, tu ne vas pas m’abandonner ici toute seul, n’est ce pas ?
Mickaël : Non mon amour, je ne partirais pas, mais y’a un autre problème. Ils cherchent les alliances partout.
Mickaël et Lyn ce regardèrent en souriant, ils n’écoutait plus rien, ils ne voyaient plus que le visage de l’autre.
Puis elle lui montra sa main, elle tenait les alliances.
Lyn : C’était a mon tour de te faire un tour si je ne me trompe pas.
Mickaël : Bravo, j’ai eut la peur de ma vie. Tu es vraiment très belle, encore plus que d’habitude. Lyn, veut tu
être a moi pour l’éternitée ?
Lyn : Oui, et toi Mickaël, seras tu a moi pour l’éternitée ?
Mickaël : L’éternitée plus un mon amour.
Le prêtre continua sa cérémonie, puis arriva le moment des alliances, Mickaël prit la main de Lyn, en retira
rapidement une des alliances, et la lui mit. Puis elle mit a Mickaël la sienne. Des que le prêtre fini son sacrement,
Mickaël leva le voile de Lyn et l’embrassa. Tous ce mirent à applaudirent, et Mickaël et Lyn quittèrent le
chapitaux. Ils remontèrent a la tour alors que la chapelle improvisée se transformais en salle de banquet et de bal.
Mickaël et Lyn étaient dans leur chambre et consommerent tout de suite leur mariage. Bien plus tard, ils
réaparurent, au milieu de la fête, Mickaël prit Sariel dans ces bras dechargeant Nina de cette tache et il fit danser
les deux femmes de sa vie.
Sariel : Tonton Jeff a dit que je ne devais pas vous déranger. Pourquoi ?
Mickaël : Ta maman voulait un massage integral.
Lyn : Mickaël ! Ne dit pas ce genre de chose a ta fille. Il veut dire que nous faisions des choses de grandes
personnes.
Sariel : Et moi, quand est ce que je serait grande ?
Mickaël : Bien trop tôt j’en ai peur. Et si on allait ce promener ? Rien que tout les trois ?
Lyn : Me promener en robe de mariée ? Pourquoi pas faire un marraton aussi ? Déjà pour l’enlever tout a l’heure
ça a été laborieux !
Mickaël : Tu me cherche ? Tu veux que je te face courir ?
Sariel : Eh moi, je ne cour pas !
Lyn : C’est une façon de parler, je me moquait de ton père ! Il dit que des bêtises.
Un mois plus tard, Auore accouchait de deux splendides enfants, Mickaël rangeait les affaires de Lyn et Sariel
dans son sac pour partir rejoindre les deux nouveaux parent a la tour de l’eau. Lyn arriva derrière lui et lui passa
les mains sur le torse. Il se tourna et l’embrassa.
-Dit moi Madigan, dit elle avec un grand sourire. Tu n’aurais rien vu ces temps ci ?
-J’ai vu un oiseau ce matin, dit il. Il ce posait sur mon rayon de soleil.
-Pas ça idiot, dit elle. Je te parle de précognition.
-Pas que je me rappelle, pourquoi ? Demanda t’il.
Puis il compris, il la balança sur le lit, et posa sa main sur le ventre de Lyn. Elle sourit de le voir si content. Et
elle lui tandis la main, il a prit tout de suite et l’embrassa.
-Tu es enceinte, dit il. Je ne m’y attendais pas.
-Vu le nombre de rapport que l’on a depuis le mariage je ne m’en étonne pas, dit elle.
-Ce n’est pas un peu tôt ? demanda t’il. Je veux dire, pour toi. Ton corps supportera cette deuxième grossesse
alors que tu sort de l’autre ?
-Ne craint rien, dit elle. Et puis Sariel aura besoin d’un frère ou d’une sœur, pour qu’ils puissent faire tout plein
de bêtise ensemble et avec leur père.
-Mauvaise langue, dit il en souriant. Je n’ai pas fait de bêtise depuis trois jours.
-Et avant tu as terrorisé mes conseillerent, dit elle.
-Je t’aime, dit il en posant sa tête sur le ventre de Lyn. Mais il ne faudra pas en faire un tout les dix mois, sinon
on risque d’être en surpopulation nous les Madigans.
-Ça changera, dit elle. Et je n’aurais sûrement pas des enfants durant toute ma vie.
-Embrasse moi et allons y, dit il alors qu’elle lui obeissait. Ne venons pas gacher leur plaisir, on leur dira une
autre fois.
-Je vais avoir droit a tes seances forcés ? demanda t’elle.
-Seulement si tu ne fait pas attention, dit il. Je veux que tu est un beau ventre tout rond, pas que tu ressemble a
une baleine !
-Oui chef, dit elle en passant la main dans les cheveux de Mickaël qui avaient déjà pas mal repoussé. Tu veux
que je te les retailles ?
-Si cela ne te dérange pas, dit il.
-Bien sur que non, dit elle.
Sariel : On va bientôt voir tatan Aurore ? Je veux voir le bébé.
Mickaël : Ta maman me coupe les cheveux et ont part tout les trois a pieds. Tu te mettra sur mes épaules ?
Sariel : Si tu veux. Tu vas encore mettre ton deguisement ?
Mickaël : Qu’est ce que tu en pense ?
Sariel : Que c’est moche et que maman l’a jetée.
Lyn : Balance ! Je te ferais des chatouilles pour me venger !
Un peu plus tard les Madigan, Bahamut et Michelle était en route pour la tour de l’eau. Mickaël portait Sariel sur
ces épaules et elle ce tenait au peu de cheveux qu’elle lui avait laissé. Cette joyeuse bande mit trois jours a
atteindre la tour de l’eau, qui était en fait un énorme temple, où des fontaines offraient un spectacle magiques.
-Sofiane ne c’est toujours pas calmé de la nouvelle on dirait, commenta Mickaël.
-C’est comprehensible, dit Bahamut. Tu as eut la même réaction, sauf que lui il l’exteriorise avec un effet
artistique et pas en rendant fou tout le monde.
-C’est bon, dit Mickaël. La prochaine fois je reste chez moi, comme ça on arrettera peut être de me critiquer.
Dire que je viens voir des amis.
-Ont est tes amis maintenant, dit Aurore en arrivant souriante. Bienvenue a la tour de l’eau.
-Salut, dit Bahamut en lui faisant la bise. Tu as bonne mine.
-Salut, dit Michelle en lui faisant un signe de la main. Toutes mes félicitations pour l’heureux évènement. Alors
c’est quoi ?
-Une fille et un garçon, dit Lyn en embrassant Aurore sur la joue. Pas trop dur ?
-Comment la tu su ? demanda Aurore.
-Le dragoon n’ignorent jamais rien, dit Lyn en désignant Mickaël. Allons les voirent.
Lyn prit Sariel, et avec Bahamutet Michelle ils entrèrent. Mickaël regarda Aurore en souriant et la prit contre lui.
Puis il l’aida a rentrer.
-Allez, dit elle. Je peut rentrer toute seul !
-Tu ne devrais même pas être debout, dit Mickaël. Alors, pas trop de mal a s’y faire ?
-Tant qu’il n’essaye pas de me tuer, dit elle. Qu’il soit dragoon sera peut être un avantage pour lui.
-Je l’espère, dit Mickaël.
-Tu acceptera d’être son parain ? demanda Aurore.
-Non, dit Mickaël. J’ai déjà assez de mal a expliquer a Lyn que c’est a cause de notre sang si on est si proche,
alors devoir aussi vous supporter tous les deux !
-C’est dommage tu aurais été parfait pour ce rôle, dit Aurore.
Quelqies années plus tard, Sariel atteint l’age de six ans, Mickaël l’entraînait au sabre alors que son fils les
observaient jaloux, le fils de Mickaël et Lyn, Jyn, n’avait que quatre ans et ne possédait pas les pouvoirs des
dragoons, par contre il avait herité de ces yeux rouges et c’était ça fiertée. Lyn arriva et prit son fils dans ces
bras. Il lui dit a qu’elle point il était jaloux de ne pas encore pouvoir s’entraîner avec son père et elle ce mit a
rire.
-Quand tu seras prêt, dit Lyn. Ton père c’est très bien ce qu’il fait, viens Sofiane et Aurore arrivent et ont va les
accueillir sans eux.
-Laisse le ici, dit Mickaël en stoppant Sariel. Jyn, tu croit vraiment que je ne t’entraine pas ?
-Tu me laisse sur le coté et tu ne passe ton temps qu’avec Sariel, dit Jyn. Alors oui.
-Soit pas jaloux, dit Sariel. Je…
-Montre moi a qu’elle point tu m’en veux, dit Mickaël en plantant une épée a lame fine dans le sol devant son
fils. Allez !
Lyn regarda Mickaël qui était sérieux et le dèfia du regard. Elle n’était pas pour ce genre de chose et il le savait.
Elle regarda son jeune fils prendre l’épée qui même legere était encore trop lourde pour lui et il la fit tourner.
Elle n’aurait pas crut que Jyn sache se servir d’une épée et a ce qu’elle savait c’était la première fois qu’il en
tenait une. Jyn regarda son père et lui fonça dessus, Mickaël esquivait toutes ces attaques avec une facilité qu’il
lui etait propre. Puis il attrapa la lame et Jyn lui mit une droite. Mickaël souriait et Jyn comprit qu’en fait son
père était fier de lui. Lyn regarda Sariel qui elle aussi comprenait et était jalouse de cette complicité père fils.
Elle sera sa fille contre elle et l’embrassa dans le cou.
Lyn : Laisse les ces deux idiots, allons dire bonjour a nos invités…
Sariel : Maman, est ce que papa aime l’un de nous plus que l’autre ?
Lyn : Non, toi et ton frère vous étes ce qu’il a de plus cher après moi !
Sariel : Merci Maman, alors tatan Aurore et encore enceinte ?
Lyn : Oui, ça lui en fait déjà quatre alors espérons qu’elle ne pondra pas encore deux jumeaux !
Sariel : Surtout qu’ils sont chiants ! Surtout Riad, il n’arrête pas de me suivre !
Lyn : Un pretendant ?
Elles rigolèrent ensemble, Sariel était plus mature que la plus part des adultes qui l’entourait, elle savait déjà tout
ce qu’il y avait a savoir en combat et Lyn lui donnait des cours de magie de temps a autres, mais elle aimait
surtout trainer avec son père avec qui elle faisait plein de bêtise et qui lui offrait tout le temps de nouveaux jeux
ou cadeaux. Jyn et Mickaël allèrent prendre un douche, Jyn regarda son père, il connaissait très bien toutes ces
cicatrices mais a chaque fois ça lui rappellait qu’il avait une vie facile par rapport a certains. Il ce regarda dans
un miroir, il avait les yeux de son père et le visage de sa mère, il savait ce que ces yeux faisait mais il n’aurait
pas cru pouvoir apprendre a ce battre juste en observant des gens le faire, ce qu’il savait aussi c’est que son père
utilisait rarement le pouvoir de ces yeux et qu’il preferait ce battre a force egal avec ces adversaires.
-Papa ? demanda t’il. Tu croit qu’un jour je te battrais ?
-Je ne sait pas, dit Mickaël en affichant un visage triste. Mais si cela arrive fait moi plaisir, réfléchit aux
consequences de tout tes actes ! Ne fait pas mes erreurs !
-Merci, dit Jyn. D’être si gentil…
Mickaël revit son rêve, le jour ou son propre fils viendrait pour le tuer, comme lui avait tuer ces parents… Quand
Sariel eut l’age de dix ans, elle partit pour Nintak, et Jyn la suivit deux ans plus tard pour ces dix ans, Shu les
accueillis avec plaisir et ils deciderent de garder le nom de leur père malgré les risques, Lyn était sans cesse
inquiète pour eux et Mickaël en riait pourtant il envoyait sans cesse Bahamut pour demander des nouvelles a
Shu. Jyn sortit de l’école diplomé en même temps que ça sœur alors qu’il avaitdeux ans de moins, il faisait plus
que bonne usage de ses yeux et était devenu un homme complet et très fort. Un soir, Mickaël sentit son énergie,
il ce dégagea de l’étreinte de Lyn sans la réveiller et quitta la chambre en prenant son sabre long. Il marcha
jusqu'au cimetière et vit Jyn assit sur un banc portant une épée et des lunettes identiques a celle de son père.
-Le jour est finalement venue, dit Mickaël. Connaîs tu la fin de se combat ?
-Non, dit Jyn. Mais je ne peut pas perdre.
-C’est donc ta limite, dit Mickaël. Dommage, j’aurais aimé que ce combat ne soit que le fruit de mon
imagination et non une vision… En garde Jyn !
Jyn prit son épée a deux main et observa son père derrière ces lunettes. Mickaël mit les siennes et ce mit en
position, Jyn attrapa le fourreau de Mickaël au vol et le balança sur Mickaël qui eut a le dévier ouvrant une
ouverture a Jyn qui attaqua, Mickaël stoppa l’attaque de justesse et fit reculer son fils. Ils ce regardèrent et ce
lancèrent de nouveau l’un sur l’autre, leurs lames s’entrechoquèrent, s’entrechoquèrent encore, encore et encore,
dans une pluie d’étincelles et de rire. Il semblaient jouer pourtant ni l’un ni l’autre ne perdait une seulle seconde
sa concentration et ils continuèrent. Ils s’arrêtèrent d’un coup et sourirent, ils tournèrent autour des tombes et
retirent leur lunettes. Jyn vit alors trois marques dans les yeux de son père, lui n’en posedait que deux dans
chaque œil alors pourquoi son père en avait trois ? Il tourna autour d’une tombe et repéra le mausolé ou ce
trouvait les Madigans, il avait toujours voulu y aller mais seul son père possédait la clé. Il fonça sur son père qui
evita ces attaques sans ce prendre un coup puis il s’arrêta et ce fut Mickaël qui attaqua. Jyn voyait tout ces
mouvements a l’avance, il les evitaient, il les anticipaient même, puis il vit le poing de son père foncer sur lui et
il fut projeter sur vingt mètres et défonça une tombe en retombant. Comment son père pouvait être si fort, ils
étaient pourtant a egalité jusqu'à présent, où c’était il tromper ? Il ce releva et vit Mickaël qui l’observait.
-C’est tout ? demanda Mickaël. Si c’est tout ce dont tu es capable va t’en avant que je ne te tue ou excuse toi !
-Jamais, dit Jyn. Toute ma jeunesse j’ai attendu ce jour où je te battrais, où je tuerais mon père, celui qui avait
toujours préféré ma sœur a moi !
-Tu ne me vaincra jamais Jyn ! dit Mickaël. Tu n’es qu’un enfant gaté !
-Tu peut parler, dit il. N’en peche que c’est toi qui m’a élevé, alors c’est de ta faute.
-Je vais te punir, dit Mickaël. Je vais te montrer l’enfer sur terre, peut être que cela te fera réfléchir !
Mickaël ce dirigea vers le mausolé, Jyn se releva et y alla. Il rentra derrière son père et vit les tombes de la
famille Madigan. Celle du frère de son père et de sa femme, de ces parents, et de Sarah et Gabriel. Il ne
comprenait pas bien tout cela, qui étaient ces deux femmes, pourquoi elles s’appelaient Madigan, pourquoi on ne
lui en avait jamais parlé ? Il ce tourna et vit sa sœur, portant une magnifique robe, qui souriait, et qui l’embrassa
sur le front. Il ce calma tout de suite, il n’avait jamais put s’énerver devant sa sœur, et encore moins resister a un
de ses baiser. Il regarda les tombes et regarda son père d’un air interrogateur.
-Ce sont les tombes de Sarah et Gabriel Madigan, dit Mickaël. Ma première femme, et ta demi sœur, toutes les
deux mortes lors de l’incident de fool moon.
-Je ne comprend pas, dit Jyn. Pourquoi me cacher ceci ?
-Parce que comme moi tu possède l’œil qui voit tout, dit Mickaël. Observe ces tombes, et dit moi ce que tu voit.
Jyn obei, ces yeux semblerent briller alors que les symboles qui flottaient dans ces pupilles tournèrent. Il vit a
travers le sol, a travers les cercueuils et y vit des livres, que des livres, aucun corps, rien, pas même de la
poussière, et un flot de question le rempli. Il ce tourna vers son père et le regarda. Mickaël était sérieux, il
pleurait, mais était sérieux.
-Les gens qui t’on envoyer me tuer, dit Mickaël. Ils ont essayer d’avoir ta sœur. Quand vous étiez petit, j’ai cru
que tu saurais faire la part des choses, et j’ai décidé de plus m’occuper de ta sœur pour que le jour ou ils
viendrais vous voir aucun de vous n’accepte. Mais je me suis trompé, tu était le plus faible de vous deux !
-Pourquoi n’y a t’il pas de corps ? demanda Jyn et Sariel en sembla outragée. Répond moi clairement pour une
fois ! C’est quoi ces livres ?
-Parceque même cela on me la enlever, dit Mickaël. Quant au livres, c’est le récit de ma vie, de mon entrer a
Nintak a l’age de seize ans jusqu'à la fin de fool moon, la vrai histoire, pas celle qu’on a raconter pour endormir
les maîtres de tours, celle où je suis partiellement le mechant ! Celle qui a fait de moi l’homme le plus detesté du
monde et dont je suis l’un des seuls a connaître l’existance.
-Pourquoi nous dire cela ? demanda Sariel. Pourquoi m’avoir fait venir ?
-Parce que c’est a vous d’ecrire la suite, dit Mickaël. Parce que quand vous aurez lu ces livres vous viendrez me
tuer. Puis vous ferez ce que vous avez a faire. Parce que vous étés mes enfants.
-Et maman ? demanda Jyn.
-Je suis condanner, dit Mickaël. Si ce n’est pas vous qui me tuez, je mourrerrais quand même dans deux ans.
Quitte a choisir, autant que le dragon rouge meurt par votre main !
-Tu m’as fait venir pour que je te tue ? demanda Sariel. Qu’est ce que vous fumez toi et la mère avant de faire
l’amour ?
-Soit un peu plus respectueuse avec ta mère, dit Mickaël. Quand a moi je ne compte pas, et il est temps que
j’aille m’expliquer avec l’enfer !
-Je ne te tuerais pas, dit Jyn. Ce serais trop facile ! Je préfère encore te voir crever en souffrant. Viens Sariel,
laissons cet idiot à son délire !
Sariel suivit son frère a contre cœur, Mickaël les regarda partir et sourit. Puis il ce tourna vers les tombes de
Sarah et Gabriel et creusa. Le lendemain, Sariel ce leva avec l’intention de parler avec sa mère, mais elle vit
seize livres empilés au pied de son lit. Elle ne ce leva pas, elle prit le premier et regarda la couverture « Histoire
de magie ancienne, tome 1 », elle ouvrit le livre et vit le nom de l’auteur « Le dragon rouge » puis juste dessous
un message, « Récit d’un soldat qui ne sut jamais pourquoi… ». Elle ce mit à lire, après une centaines de pages
elle était déjà en larme, les cents premieres pages comptait la façon dont son père tua ses deux parent à l’age de
dix ans avant d’être enroler de force à l’école de Nintak.

								
To top