EQUIPE D'ACCUEIL by chenmeixiu

VIEWS: 4 PAGES: 1

									CENTRE AIXOIS D’ ETUDES ROMANES                                         aux membres de l’Equipe d’Accueil
E.A. 854                                                                aux doctorants
Equipe PLURILINGUISME                                                   aux collègues intéressés
                                                                       à toutes les personnes intéressées


Mesdames, Messieurs, Chers collègues,

Nous reprenons contact avec vous afin de vous tenir informés des prochaines activités de l’équipe
Plurilinguisme autour de « la Diglossie ». Nous sommes très heureux de vous inviter à participer à notre
prochaine table ronde qui aura lieu le 29 mars 2010 à 14h en salle A 340, et au cours de laquelle nous
entendrons les communications de :

Alberto A. Sobrero (Université de Lecce, Università del Salento) : « Diglossie et diglossies en Italie »

La contribution porte sur l’emploi de la langue nationale et du dialecte, dans l’Italie contemporaine. Après une esquisse
concernant le rapport entre les codes du répertoire linguistique italien et ses variations les plus considérables, surtout
dans le dernier demi-siècle, nous présenterons différents types de diglossie, dans diverses aires géographiques de
l’Italie. Nous verrons enfin un cas particulier de diglossie, ou plutôt de triglossie : le rapport entre les variétés
diatopiques de la langue italienne, le dialecte et le ‘grico’ dans la compétence linguistique des locuteurs de la minorité
qui parle ‘grico’, dans le Salento (Pouille), aussi bien dans une perspective synchronique que dans une perspective
diachronique.

Pascal Ottavi (Université de Corte) : « La diglossie et ses contradicteurs »

L’étude que je propose est consacrée au concept de diglossie. Celui-ci constitue l’un des éléments spéculatifs centraux
de la sociolinguistique. Mon travail débutera bien entendu par un effort de définition du concept. Je devrai, pour ce
faire, en dresser un rapide historique mais aussi l’associer méthodologiquement à celui de bilinguisme, car l’un et
l’autre coexistent dans une certaine contiguïté épistémologique. Une fois que je les aurai identifiés, il me faudra
démontrer en quoi le premier apparaît pertinent dans le cadre d’une sociolinguistique appliquée à la situation locale et
en quoi sa productivité générale ne s’est pour l’instant pas tarie. Je ferai cela à la lumière d’éléments empiriques mais
aussi en relation avec le débat théorique que la diglossie suscite, de façon plus ou moins affirmée d’ailleurs. Je tenterai,
ce faisant, d’expliquer les raisons justifiant l’existence d’un débat, sa vigueur et, a contrario, m’attacherai à souligner
l’efficience et la validité du concept dans la mesure où, d’une part, la diglossie demeure un outil heuristique
opérationnel, d’autre part, elle suscite la persistance d’un corps de discours contradictoires.

Luca Nobile (Université de Bourgogne) : « Le rapport pragmatico-textuel entre latin et vulgaire
dans les plus anciens documents italiens »

La suite des plus anciens documents romans peut être lue comme un diagramme de l’évolution du rapport pragmatique
et textuel entre latin et vulgaire. En Italie, l’écriture en vulgaire se présente d’abord sous la forme de fragments
emboîtés dans des textes latins. Il s’agit de documents non toscans, étroitement liés à des milieux religieux, où l’emploi
du vulgaire est fortement connoté et spécialisé. A partir du XI e siècle, par contre, des textes en vulgaire emboîtant des
fragments latins commencent à paraître. Ce sont des documents toscans provenant de milieux laïcs, où c’est désormais
l’emploi du latin qui acquiert des connotations spécialisées. Cette évolution du vulgaire, de contenu à contenant du latin
(presque une image de sa « naissance ») illustre bien le rôle de la Toscane en Europe avant de son éclosion littéraire.



Nous espérons vous retrouver nombreux le 29 mars prochain pour écouter ces interventions et
approfondir cette thématique.
Bien cordialement.


                                                                              À Aix-en-Provence, le 17 mars 2010

Gérard GOMEZ                                       Sophie SAFFI
ggomez@wanadoo.fr                                  Saffisophie@aol.com

								
To top