Document of

Document Sample
Document of Powered By Docstoc
					                                           Document de
                                        La Banque mondiale


                                        A USAGE OFFICIEL

                                                                              Rapport No. 57608-MA




        BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE
                         DEVELOPPEMENT


                                 DOCUMENT DE PROGRAMME

                             POUR UNE PROPOSITION DE CREDIT

                        D‟UN MONTANT DE 100 MILLIONS D‟EUROS
                             (L‟équivalent de138.6 millions $EU)

                                          CONSENTIE AU

                                     ROYAUME DU MAROC

                                              POUR UN

DEUXIEME PRET DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DES DECHETS
                             MENAGERS


                                        Le 22 novembre 2010




Département du développement durable
Région Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le présent document fait l’objet d’une diffusion restreinte. Il ne peut être utilisé par ses destinataires que
dans l’exercice de leurs fonctions et sa teneur ne peut être divulguée sans l’autorisation de la Banque
mondiale.
                  MAROC—EXERCICE BUDGETAIRE DU GOUVERNEMENT
                            1er janvier – 31 décembre

                                    TAUX DE CHANGE
                       (Taux de change en date du 10 novembre 2010)
                           Unité monétaire        Dirham marocain
                             1,00 $EU                8,102MAD
                                    POIDS ET MESURES
                                     Système métrique

                           ABREVIATIONS ET ACRONYMES
AARE      Accord d‟achat des réductions des émissions
AFD       Agence française de Développement
CAS       Stratégie de Coopération avec le Pays
CE        Commission européenne
RE        Réduction des émissions
CL        Collectivité locale
CN-PNDM   Commission Nationale pour le Programme National de Gestion des Déchets Ménagers
CPF       Fonds carbone de partenariat
DGCL      Direction générale des Collectivités locales
EIE       Evaluation d‟impact sur l‟environnement
FEC       Fonds d‟Equipement Communal
FHII      Fonds Hassan II
FMI       Fonds monétaire international
GDM       Gestion des Déchets Ménagers
GES       Gaz à effet de serre
GM        Gouvernement du Maroc
GTZ       Gesellschaft für technische Zusammenarbeit
IDE       Investissement direct étranger
KfW       Kreditanstalt für Wiederaufbau
MAD       Dirham marocain
MAEG      Ministère des Affaires économiques et générales
MDP       Mécanisme de Développement propre
MEF       Ministère de l‟Economie et des Finances
METAP     Programme d‟assistance technique pour la protection de l‟environnement en Méditerranée
MI        Ministère de l‟Intérieur
PIB       Produit intérieur brut
PNDM      Programme national de Gestion des Déchets ménagers
PA        Programme d‟activités
PPIAF     Facilité de conseils partenariats public-privé en infrastructure
PSP       Participation du Secteur privé
SEEE      Secrétariat d‟Etat Chargé de l‟Eau et de l‟Environnement
REC       Réduction des émissions de carbone
tCO2e     Tonnes de CO2 équivalent
TVA       Taxe à la valeur ajoutée


                             Vice président :    Shamshad Akhtar
                             Directeur pays :    Neil Simon Gray
                         Directeur sectoriel :   Laszlo Lovei
                       Responsable sectoriel :   Anna Bjerde
                           Chargé de Projet :    Jaafar Sadok Friaa
                                                          ROYAUME DU MAROC
       DEUXIEME PRET DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DES
                           DECHETS MENAGERS

                                                              TABLE DES MATIERES

RESUME DU PRET ET DU PROGRAMME ..............................................................................................II
I.       INTRODUCTION ................................................................................................................................1
II.      LE CONTEXTE NATIONAL .............................................................................................................2
         A.      REALISATIONS MACROECONOMIQUES SUR LA DERNIERE DECENNIE ......................4
         B.      DEVELOPPEMENTS ECONOMIQUES RECENTS AU MAROC ............................................5
         C.      PERSPECTIVES MACROECONOMIQUES ET SOUTENABLITE DE LA DETTE ................10
III.     LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT ET SES PROCESSUS PARTICIPATIFS .............13
         A.      CONTEXTE SECTORIEL ............................................................................................................13
         B.      LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT ...............................................................................14
         C.      CONSULTATION ET PROCESSUS PARTICIPATIF ................................................................18
IV.      LE SOUTIEN DE LA BANQUE AU PROGRAMME DU GOUVERNEMENT ...........................19
         A.      LIEN AVEC LE CAS ....................................................................................................................19
         B.      COLLABORATION AVEC LE FMI ET D‟AUTRES BAILLEURS DE FONDS ......................20
         C.      RELATIONS AVEC D‟AUTRES OPERATIONS DE LA BANQUE .........................................20
         D.      LEÇONS TIREES .........................................................................................................................21
         E.      BASES ANALYTIQUES ..............................................................................................................22
V.       LE SECOND PRET A L’APPUI DES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT PROPOSE POUR LE
         SECTEUR DES DECHETS MENAGERS .........................................................................................23
         A.      DESCRIPTION DU PROJET ........................................................................................................23
         B.      RESULTATS DU PROGRAMME A CE JOUR ...........................................................................24
         C.      STATUT DES DECLENCHEURS DU PPD2 ET ACTIONS EN SUSPENS ..............................33
         D.      PERSPECTIVES FUTURES POUR L‟ENGAGEMENT DE LA BANQUE ...............................41
VI.      EXECUTION DU PROJET .................................................................................................................41
         A.      IMPACTS SUR LA PAUVRETE ET LE SOCIAL ......................................................................41
         B.      ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX ..........................................................................................44
         C.      EXECUTION, SUIVI ET EVALUATION ...................................................................................46
         D.      ASPECTS FIDUCIAIRES .............................................................................................................46
         E.      DECAISSEMENTS ET AUDIT ....................................................................................................48
         F.      RISQUE ET ATTENUATION DES RISQUES ............................................................................49
ANNEXE 1: LETTRE DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR .................................51
ANNEXE 2: LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT POUR LA REFORME DU SECTEUR DES
    DECHETS .............................................................................................................................................69
ANNEXE 3 : MATRICE DE POLITIQUE DU PROGRAMME ................................................................75
ANNEX 4. MOROCCO: SOUTENABILITE DE LA DETTE PUBLIQUE ET CRITERES DE
    FINANCEMENT EXTERIEUR..........................................................................................................79
ANNEXE 5: LE MAROC EN BREF .............................................................................................................80




                                                                                ii
Ce prêt a été préparé par une équipe de la BIRD composée de : Jaafar Sadok Friaa (Chargé de projet et Spécialiste
principal en urbain), François Boulanger (Economiste urbain), Hocine Chalal ((Spécialiste principal en
Environnement et Conseiller régional en politiques de sauvegarde), Anas Abou El Mikias (Spécialiste gestion
financière), Stefano Paternostro (Economiste principal pays), Khalid El Massnaoui (Economiste senior), Andrea
Liverani (Spécialiste en développement social), Adrien De Bassompierre (Spécialiste en financement carbone),
Sherif Arif (Consultant en environnement), Abdelmourhit Lahbabi (Consultant); Jyoti Bisbey (Analyste de
l‟infrastructure) ; Sylvie Pittman (Assistante de programme), et Laila Moudden (Assistante de programme).
L‟équipe a travaillé sous la direction de Laszlo Lovei (Directeur sectoriel), Simon Gray (Directeur pays) ; Françoise
Clottes (Responsable pays) ; et Anna Bjerde (Responsable sectoriel).




                                                         iii
                      RESUME DU PRET ET DU PROGRAMME

                                ROYAUME DU MAROC
 DEUXIEME PRET DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DES
                     DECHETS MENAGERS
Emprunteur             Royaume du Maroc

Agence d’exécution     Ministère de l‟Économie et des Finances, Ministère de l‟Intérieur, et
                       Secrétariat d‟État chargé de l‟Eau et de l‟Environnement
                       Prêt BIRD à taux variable en Euros, Maturité de 28 ans y compris une
Données du             période de grâce de 5.5 ans
financement            Montant: 100 millions d‟Euros
                       Le prêt proposé serait décaissé en un versement dès la déclaration de
                       l‟entrée en vigueur du Prêt.
Type de l’opération    L‟opération proposée est le deuxième PPD d‟une série programmatique
                       de deux PPDs à tranche unique.

Principaux domaines           Gouvernance du secteur des déchets ménagers
de politique                  Soutenabilité des services de déchets ménagers
sectorielle                   Dimensions environnementales et sociales



                       Les principaux indicateurs de résultats pour la série programmatique de
                       PPDs sont détaillés en annexe 3 et résumés ci-après:

                       Gouvernance : (i) Les programmes de travail annuels chiffrés et les
                       rapports d‟avancement du PNDM sont systématiquement revus et
                       adoptés par la CN-PNDM; (ii) Pourcentage de l‟appui financier total du
                       Gouvernement dans le cadre du PNDM alloué conformément aux
                       critères d‟éligibilité adoptés.; (iii) L‟infrastructure des déchets solides
                       appuyée par le PNDM est conforme aux réglementations nationales, sur
                       la base des revues de projets (à être vérifiés par un échantillon de
                       projets au 3ème trimestre de l‟exercice budgétaire 2012; (iv)
                       Concurrence accrue dans les appels d‟offres pour la GDM telle que
                       mesurée par l‟augmentation entre 2008 et 2011 du nombre d‟offres
Principaux
                       reçues par appel d‟offres, tel que rapportées dans les PV d‟ouverture
indicateurs de
                       des plis; (v) Le nombre de conventions thématiques, signées entre les
résultats
                       collectivités locales et l‟Etat, qui ciblent l‟amélioration de la GDM ; et
                       (vi) Changement dans la perception par la population urbaine de la
                       GDM comme domaine d‟intervention prioritaire, tel que mesuré par
                       enquête sur échantillon représentatif

                       Soutenabilité : (i) Augmentation des revenus générés par la taxe sur les
                       services communaux; et (ii) Le nombre des collectivités locales
                       bénéficiaires des activités de renforcement de capacités.

                       Dimensions environnementales et sociales : (i) Le nombre d‟EIE liées
                       à des investissements dans le secteur des déchets solides évaluées et
                       approuvées par les comités régionaux ou le comité national d‟EIE ; (ii)
                       Le pourcentage des déchets ménagers collectés mis en décharge
                       contrôlée à l‟horizon 2012 ; (iii) Le nombre de décharges spontanées

                                               ii
                      fermées/réhabilitées à l‟horizon 2012 ; (iv) Le nombre des
                      récupérateurs de déchets bénéficiant des initiatives d‟inclusion sociale.




                      L‟objectif de développement du programme de PPD est d‟appuyer le
                      GM dans la mise en œuvre du programme de réformes visant à
                      améliorer la performance financière, environnementale et sociale du
                      secteur des déchets ménagers au Maroc. Le premier PPD (PPD1)
                      appuyait les fondements principaux du programme de réforme du
                      Gouvernement, qui a établi un cadre favorable à un système de gestion
                      des déchets ménagers intégré et de coût abordable. Ce deuxième PPD
Objectif(s) de        (PPD2) appuie la capitalisation des acquis de la première opération tout
développement du      en approfondissant les réformes au niveau régional et communal.
programme et
contribution au CAS   L‟appui au programme de réforme du traitement des déchets ménagers
                      est une composante clé du nouveau CPS. Le PPD2 contribuera à la
                      réalisation du deuxième et troisième piliers du CPS : (i) appuyer
                      l‟amélioration de l‟accès aux services et de leur qualité ; et (ii) le
                      développement durable dans un climat changeant. En outre, l‟opération
                      est entièrement alignée avec le thème transversal du CPS portant sur
                      l`amélioration de la gouvernance.

                      Le risque général est substantiellement le même que pour l‟opération de
                      2009, pour laquelle trois types de risques spécifiques ont été identifiés :

                      1) Engagement vis-à-vis de la réforme et risques liés à la capacité
                      de mise en œuvre. La qualité du dialogue Banque-client durant la
                      période 2009-10 et les progrès accomplis dans la mise en œuvre des
                      actions préalables à la seconde opération indiquent que l‟engagement à
                      la réforme demeure robuste. Cependant, l‟attention se porte plus sur la
                      capacité de mise en œuvre reconnue comme un risque potentiel pour la
                      réalisation des objectifs du programme national de gestion des déchets
                      ménagers. Plus concrètement, les progrès de la mise en œuvre
                      dépendront de la systématisation des procédures pour l‟allocation du
                      soutien financier aux collectivités locales, la capacité des collectivités
                      locales à gérer les investissements et la sous-traitance des services (et
Risques et            en particulier la capacité des collectivités locales de taille moyenne ou
atténuation des       plus petites), et les modalités de suivi des autorités centrales. Ce risque
risques               potentiel est atténué par le ferme engagement du Gouvernement à (i)
                      élargir et intégrer les activités de renforcement des capacités dans le
                      domaine de gestion des déchets ménagers, au programme du
                      Gouvernement pour l‟appui à la décentralisation au niveau communal,
                      et (ii) mobiliser les ressources financières et humaines appropriées pour
                      appuyer la gestion du programme au niveau national et local.


                      2) Le risque lié à l’adhésion sociale, à savoir le risque que les
                      réformes soient inacceptables pour le public et les récupérateurs de
                      déchets. Jusqu‟à présent, le profil public des réformes des déchets
                      ménagers a été relativement bas. Toutefois, le risque demeure d‟une
                      réaction adverse au transfert des employés des services de collecte du
                      secteur public au secteur privé. Des signes précoces indiquent que les
                      projets pilotes mis en œuvre jusqu‟à présent pour le réemploi des
                                              iii
                      récupérateurs de déchets s‟avèrent réussis. Ce risque potentiel est
                      atténué à travers la décision du Gouvernement de créer une rubrique
                      spécifique dans le budget de 2010 du programme national des déchets
                      ménagers afin d‟étendre ces pilotes et les conditions obligatoires pour
                      les opérateurs d‟intégrer les aspects sociaux dans les contrats futurs.


                      3) La possibilité que les collectivités locales résistent aux réformes
                      de la gestion des déchets solides a été identifiée comme un risque
                      mineur pour l‟opération de 2009 initialement, du fait de l‟allocation
                      d‟un support financier ciblé. Toutefois, des préoccupations demeurent
                      sur le fait que le coût supplémentaire des investissements requis peut
                      s‟avérer trop élevé pour certaines collectivités locales. Par exemple, les
                      payements annualisés du Programme d‟appui aux déchets ménagers aux
                      collectivités locales peuvent ne pas être suffisants pour financer
                      directement l‟investissement dans des décharges améliorées et les
                      implications financières pour les collectivités locales de taille moyenne
                      et plus petites peuvent s‟avérer particulièrement pénibles. L‟ampleur
                      de ce risque potentiel est en cours d‟évaluation dans le cadre de d‟une
                      étude de KfW sur les aspects institutionnels et financiers, et le
                      Gouvernement est fermement engagé à adapter son appui financier aux
                      besoins des collectivités locales petites et pauvres, si besoin en est. Sur
                      le long terme, le passage progressif de la responsabilité financière des
                      budgets de l‟Etat aux contribuables à l‟échelle communale peut affaiblir
                      l‟engagement des collectivités locales à des pratiques améliorées de
                      gestion des déchets ménagers. Ce risque potentiel est atténué par le
                      ferme engagement du Gouvernement à approfondir les réformes en
                      cours des finances communales. Des efforts sont entrepris sur les
                      aspects visant la réduction des coûts et la génération de revenus à court,
                      moyen et long terme. La coopération intercommunale et la
                      régionalisation des décharges des déchets ménagers aideront également
                      en particulier les petites collectivités locales à tirer profit des
                      considérables économies d‟échelle dans la gestion des déchets
                      ménagers.

Numéro
d’identification de   P119781
l’opération




                                              iv
          BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE
                           DEVELOPPEMENT
                              DOCUMENT DE PROGRAMME DU
     DEUXIEME PRÊT DE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR DES
              DÉCHETS MENAGERS AU ROYAUME DU MAROC


I.      INTRODUCTION

1. Le présent Document de Programme propose un second Prêt de réforme du secteur des déchets
   ménagers (PPD2) au Royaume du Maroc pour un montant de €100 millions (contre-valeur de
   138.6 millions de $EU). L‟opération proposée est la seconde d‟une série programmatique de deux
   PPD à tranche unique. La première opération (€100 millions) a été approuvée par le Conseil
   d‟administration en mars 2009. Conformément au programme de réforme convenu initialement, cette
   seconde opération est spécifiquement conçue pour capitaliser sur la dynamique engagée lors de la
   première opération tout en approfondissant la réforme à travers des actions orientées sur les résultats
   aux niveaux régional et local.

2. Le programme pour le secteur des déchets ménagers a été défini dès le début de mandat du
   nouveau Gouvernement en octobre 2007, et a depuis été mis en œuvre. La réforme du secteur est
   considérée comme une composante essentielle de l‟amélioration de l‟environnement urbain et elle
   constitue un élément central de l‟agenda de décentralisation que le Gouvernement a engagé, avec, en
   particulier, l‟objectif d‟améliorer la qualité du service dans les zones urbaines. L‟incorporation des
   préoccupations environnementales et sociales constitue également l‟un des principes fondamentaux
   de la récente Charte de l‟Environnement et du Développement durable annoncée par Sa Majesté le
   Roi dans son discours du Trône du 31 juillet 2009, et parachevée en avril 2010.

3. Le programme du Gouvernement comporte trois domaines stratégiques de réforme: i)
   renforcer la gouvernance du secteur ; ii) améliorer la soutenabilité des services de gestion des
   déchets ménagers ; et iii) incorporer les dimensions environnementale et sociale. Les résultats
   clés du programme de réforme incluent : (a) une coordination interministérielle efficace du
   Programme national de Gestion des Déchets ménagers (PNDM) et un cadre réglementaire renforcé à
   travers la mise en vigueur d‟un cadre règlementaire exhaustif introduisant les principes et modalités
   de planification, ainsi que les normes et les critères pour gestion efficiente des Déchets ménagers
   (GDM) ; (b) une meilleure pérennité financière à travers : l‟allocation de ressources financières en
   accord avec les politiques et les programmes du secteur, un rapport coût-efficacité amélioré pour
   l‟intervention d‟opérateurs du secteur privé dans le domaine des services de GDM, et des sources de
   revenus supplémentaires générées par le Mécanisme de Développement propre (MDP) ; et (c) des
   pratiques d‟élimination des déchets en accord avec les bonnes pratiques sociales et environnementales
   internationales.

4. Avec l’appui de la première opération (PPD1), le processus de réforme a fait des progrès
   considérables avec des résultats tangibles. Le Maroc, qui était en retard de la plupart de ses pairs
   régionaux est devenu pionnier de la mise en œuvre d‟une approche intégrée basée sur une politique
   sectorielle réfléchie visant à répondre aux besoins du secteur. Les actions et les mesure de politique
   appuyées par la première opération ont réussi à établir les fondations les plus importantes de la
   réforme du secteur, y compris une solide base institutionnelle, un cadre réglementaire renforcé pour le
   secteur des déchets ménagers comme pour le système d‟Etudes d‟Impact sur l‟Environnement (EIE),
   un appui financier croissant et soutenu de l‟Etat aux collectivités locales et l‟allocation transparente
   de fonds par le biais de critères basés sur la performance.                Ceci s‟est traduit par la
   professionnalisation des services de collecte des déchets à travers une participation accrue du secteur
   privé (atteignant maintenant 60 % des zones urbaines), et l‟amélioration des pratiques d‟élimination

                                                    1
      des déchets pour respecter les normes environnementales et sociales (ciblant les déchets générés par
      50 % de la population urbaine). La problématique Changements Climatiques est maintenant
      pleinement intégrée dans le programme national de GDM avec un potentiel de réduction des gaz à
      effet de serre (GES) d‟environ 9 millions de tonnes de CO2 (tCO2 équivalent) sur les 10 prochaines
      années.

5. La mise en œuvre à ce jour des déclencheurs indicatifs du PPD2 est satisfaisante. Sur les neuf
   déclencheurs indicatifs, huit de ces actions sont été réalisées, et seule une action n‟est pas satisfaite.
   En conséquence, le nombre des actions préalables considérées pour le PP2 est de huit. Le présent
   document de programme passe en revue les progrès accomplis dans la mise en œuvre des axes de la
   réforme en mettant l‟accent sur les actions préalables à la seconde opération PPD2 et les résultats
   obtenus jusqu‟à présent. Il décrit également les enseignements tirés de la mise en œuvre du premier
   PPD, qui ont été incorporés dans la conception de l‟opération proposée.

6. L’appui de la Banque au secteur des déchets ménagers au Maroc continue à progresser en
   étroite collaboration avec d’autres partenaires. Bien que l‟opération proposée ne soit pas
   cofinancée, l‟équipe travaille en étroite collaboration avec les bailleurs de fonds intervenant dans ce
   secteur au Maroc, dont le PNUD, GTZ et KfW afin de fournir un soutien technique coordonné.

II.      LE CONTEXTE NATIONAL1

7. Le Maroc a mis en œuvre des politiques macroéconomiques appropriées et a continué à
   soutenir l’élan des réformes structurelles. Par conséquent, la tendance de la croissance est passée à
   un niveau supérieur, atteignant en moyenne 5,1 pourcent durant la période 2001-09, près du double
   du taux moyen des années 1990 (2,8 pourcent). La bonne performance de la croissance a permis au
   PIB par habitant de presque doubler sur la dernière décennie, pour atteindre 2.890 $EU en 2009. De
   plus, des politiques budgétaires saines ont mené à la consolidation des finances publiques, permettant
   au budget de réaliser des excédents en 2007 et 2008 (en moyenne 0,3 pourcent du PIB) et de bien
   résister en 2009 à l‟impact de la crise mondiale, avec un déficit budgétaire gérable de 2,2 pourcent du
   PIB. Le Gouvernement a adopté une stratégie prudente de gestion de la dette et le poids de cette
   dernière est revenu de 62 pourcent du PIB en 2005 à 46,9 pourcent du PIB en 2009. Les autorités
   monétaires ont poursuivi une politique monétaire appropriée visant à maintenir une inflation faible et
   stable (une moyenne de 2,2 pourcent depuis 2005) et une supervision renforcée du secteur financier.
   De plus, le pays s‟est efforcé d‟intensifier son intégration dans l‟économie mondiale à travers la
   signature de nombreux ALE aboutissant au récent « statut avancé » accordé par l‟UE. Globalement,
   ces efforts ont conduit à une position macroéconomique stable, des finances publiques plus fortes et
   un secteur financier sain. Sur la base de ces réalisations, le Maroc a obtenu en 2007 la notation
   d‟investissement accordé par l‟agence de notation Fitch, qui l‟a confirmée à nouveau en 2009. En
   mars 2010, l‟agence Standard & Poors a octroyé au Maroc la même notation d‟investissement (BBB-
   avec une perspective stable), ce qui a contribué à renforcer davantage la confiance des investisseurs,
   tant nationaux qu‟étrangers.




1
  Sauf indications contraires, toutes les estimations et projections des indicateurs économiques sont faites par
l‟équipe de la Banque Mondiale. Les données historiques sont celles du Gouvernement.
                                                           2
8. Avec l’intervention du secteur privé, le         Graphique 1: Hausse de l’investissement en % du PIB
   Maroc a conçu et met en œuvre des                 45.0                                                                   7.0
   stratégies sectorielles spécifiques pour          40.0
                                                                                                                            6.0
   accroître l’investissement et l’emploi dans       35.0
   des secteurs de l’économie à potentiel de         30.0
                                                                                                                            5.0

   croissance élevé. Par conséquent, les             25.0                                                                   4.0

   investissements dans ces secteurs ont             20.0                                                                   3.0
   augmenté, renforçant les fondamentaux             15.0
                                                                                                                            2.0
   de l’économie. Alors que l‟investissement         10.0
                                                                                                                            1.0
   brut tournait autour de 25 pourcent du PIB         5.0

   en moyenne dans les années 1990, il a              0.0                                                                   0.0
                                                           2004           2005          2006 2007       2008           2009
   augmenté rapidement dans les années 2000,
                                                            Privé et Entreprises publiques        Ménages
   pour atteindre un taux remarquable de 36                 Administration Publique               Variation des stocks
                                                            IDE (axe de droite)
   pourcent du PIB en 2009 avec une forte
   participation du secteur privé et des Source : Données du Gouvernement marocain et estimations du
   entreprises publiques (une part de 64 personnel de la Banque mondiale.
   pourcent du total) (Graphique 1). Des afflux
   élevés d‟IDE (en moyenne 4,5 pourcent du PIB sur les cinq dernières années) ont également
   contribué à renforcer l‟investissement brut. Ces taux plus élevés d‟investissement axés sur des
   secteurs dynamiques ont mené à une diversification améliorée et un potentiel de croissance de
   l‟économie marocaine, et à une volatilité réduite2. L‟investissement plus élevé a également amélioré
   la situation de l‟emploi avec le taux de chômage se contractant à 9,1 pourcent en 2009, alors qu‟il
   était de 14 pourcent à la fin des années 1990, même si des questions demeurent sur la qualité des
   emplois actuellement disponibles pour de larges segments de la population.

9. Les réformes ont déclenché des changements positifs dans la structure économique marocaine
   mais le secteur manufacturier est en perte de vitesse. La structure de la production a changé en
   faveur des services avec les parts des secteurs primaire et secondaire dans le PIB diminuant sur la
   durée. La diminution de la part du secteur secondaire est due principalement à la baisse de celle du
   secteur manufacturier qui a baissé sur les deux dernières décennies, dénotant une faiblesse du tissu
   productif qui réduit sa capacité productive et entrave sa croissance et son développement sur le long
   terme. Cette faiblesse provient de la lente transformation structurelle dans le secteur manufacturier,
   qui explique également les résultats modestes des exportations marocaines. Ces dernières continuent
   à être concentrées sur des produits traditionnels, relativement non diversifiés, à faible contenu
   technologique et à faible valeur ajoutée. Par conséquent, les exportations ne bénéficient pas
   pleinement de la dynamique commerciale des partenaires commerciaux du Maroc et ont donc été
   incapables de réaliser leur potentiel pour contribuer à la croissance et à la création d‟emplois.




2
    L‟écart type des taux de croissance dans les années 2000 est de trois fois et demie inférieur à celui des années 1990.
                                                                   3
                A.                      REALISATIONS MACROECONOMIQUES SUR LA DERNIERE DECENNIE

Graphique 2: La croissance est passée à un trend plus                                                                                                                                            Graphique 3: Le chômage a baissé (%)
élevé et est moins volatile et moins dépendante de
l’agriculture (%)
  14.0                                                                                                                                                                80.0
                                                                                                                                                                                   25%                                                                                                                                        40%
  11.0                                                                                                                                                                60.0

                                                                                                                                                                                   20%                                                                                                                                        32%
   8.0                                                                                                                                                                40.0


   5.0                                                                                                                                                                20.0         15%                                                                                                                                        24%

   2.0                                                                                                                                                                0.0
                                                                                                                                                                                   10%                                                                                                                                        16%

  -1.0                                                                                                                                                                -20.0
                                                                                                                                                                                   5%                                                                                                                                         8%
  -4.0                                                                                                                                                                -40.0

                                                                                                                                                                                   0%                                                                                                                                         0%
  -7.0                                                                                                                                                                -60.0
                                                                                                                                                                                          1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
         1991
                1992
                       1993
                              1994
                                     1995
                                            1996
                                                   1997
                                                           1998
                                                                  1999
                                                                         2000
                                                                                2001
                                                                                        2002
                                                                                                2003
                                                                                                        2004
                                                                                                                2005
                                                                                                                        2006
                                                                                                                                 2007
                                                                                                                                          2008
                                                                                                                                                   2009
                                                                                                                                                            2010
                                                                                                                                                                                                    National (Axe gauche)                                                           Urbain (Axe gauche)
                       PIB                         Valeur Ajoutée Agricole (Axe droit)                                                       Poly. (PIB)                                            Jeunes urbains (Axe droit)                                                      Femmes urbaines (Axe droit)



   Graphique 4 : La position extérieure est solide mais                                                                                                                                   Graphique 5 : Les finances publiques se sont
       vulnérable dans le commerce (% du PIB)                                                                                                                                            améliorées avant la crise mondiale (% du PIB)
                                                                                                                                                                                   14%                                                                                                                                        35%
  10
                                                                                                                                                                        32         12%
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              30%
   8                                                                                                                                                                               10%
                                                                                                                                                                        22         8%
   6                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          25%
                                                                                                                                                                                   6%
   4                                                                                                                                                                    12                                                                                                                                                    20%
                                                                                                                                                                                   4%
   2                                                                                                                                                                    2          2%                                                                                                                                         15%
                                                                                                                                                                                   0%
   0
                                                                                                                                                                        -8         -2%                                                                                                                                        10%
   -2                                                                                                                                                                              -4%
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              5%
                                                                                                                                                                        -18        -6%
   -4
                                                                                                                                                                                   -8%                                                                                                                                        0%
   -6                                                                                                                                                                   -28
                                                                                                                                                                                          1995
                                                                                                                                                                                                    1996
                                                                                                                                                                                                              1997
                                                                                                                                                                                                                       1998
                                                                                                                                                                                                                               1999
                                                                                                                                                                                                                                      2000
                                                                                                                                                                                                                                             2001
                                                                                                                                                                                                                                                    2002
                                                                                                                                                                                                                                                            2003
                                                                                                                                                                                                                                                                      2004
                                                                                                                                                                                                                                                                                2005
                                                                                                                                                                                                                                                                                         2006
                                                                                                                                                                                                                                                                                                 2007
                                                                                                                                                                                                                                                                                                        2008
                                                                                                                                                                                                                                                                                                               2009
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      2010
         1990
                1991
                       1992
                              1993
                                     1994
                                            1995
                                                    1996
                                                           1997
                                                                  1998
                                                                         1999
                                                                                 2000
                                                                                         2001
                                                                                                 2002
                                                                                                         2003
                                                                                                                 2004
                                                                                                                          2005
                                                                                                                                   2006
                                                                                                                                            2007
                                                                                                                                                     2008
                                                                                                                                                               2009




                                                                                                                                                                                                                  Déficite budgétaire                                         Masse salariale
                Compte courant                                                                     Réserves netes en mois d'imp. de BSNF
                IDE bruts                                                                          Solde commercial (axe droit)                                                                                   Subventions                                                 Recettes totales (axe droit)




        Graphique 6: L’inflation demeure contenue (%)                                                                                                                             Graphique 7 : La dette du Gouvernement central est à
                                                                                                                                                                                          la baisse et soutenable (% du PIB)
   8.0                                                                                                                                                                             80%
   7.0                                                                                                                                                                             70%
   6.0
                                                                                                                                                                                   60%
   5.0
   4.0                                                                                                                                                                             50%

   3.0                                                                                                                                                                             40%
   2.0
                                                                                                                                                                                   30%
   1.0
   0.0                                                                                                                                                                             20%

  -1.0                                                                                                                                                                             10%
  -2.0
                                                                                                                                                                                    0%
          1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
                                                                                                                                                                                             1995

                                                                                                                                                                                                           1996

                                                                                                                                                                                                                     1997

                                                                                                                                                                                                                              1998

                                                                                                                                                                                                                                      1999

                                                                                                                                                                                                                                             2000

                                                                                                                                                                                                                                                     2001

                                                                                                                                                                                                                                                               2002

                                                                                                                                                                                                                                                                             2003

                                                                                                                                                                                                                                                                                       2004

                                                                                                                                                                                                                                                                                                2005

                                                                                                                                                                                                                                                                                                        2006

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               2007

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       2008

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              2009




                          Inflation totale                                Alimentaire                                    Non-alimentaire                                                                                    Extérieure                       Intérieure                                 Totale



Source : Estimations du Gouvernement marocain et du personnel de la Banque mondiale.




                                                                                                                                                                              4
                        Tableau 1 : Quelques indicateurs macroéconomiques (% du PIB)
                                                                 2001 2002       2003     2004       2005    2006    2007    2008    2009    2010
                                                                                                                                              Est.
I. Comptes nationaux
   Investissement brut                                         26.1     25.9      27.4        29.1   28.8    29.4    32.5    38.1    36.0    35.2
   Epargne nationale brute                                     30.4     29.6      30.5        30.8   30.7    31.6    32.4    32.9    31.0    30.0
   Investissement du Gouvernement (C. nat.)                     2.6      2.2       2.1         2.1    1.9     2.1     2.3     2.7     3.1     2.6
   Investissement privé (incl. EP)                             23.6     23.7      25.3        27.0   26.9    27.4    30.2    35.4    32.8    32.7
         Dont EP                                                4.4      4.8       4.9         5.6    6.1     7.1     8.0     9.6    11.5    14.3
II. Finances du Gouvernement central
   Revenus totaux                                              22.4     22.1      21.6        22.2   23.8    25.1    27.4    29.7    25.9    23.8
     Impôts                                                    20.4     20.4      19.8        20.0   21.7    22.2    24.9    27.4    23.4    22.1
   Dépenses courantes, dont                                    21.9     20.6      20.6        20.8   24.1    21.5    21.7    22.8    20.7    21.1
      Salaires                                                 11.3     10.9      11.2        11.2   11.7    10.9    10.7    10.2    10.2    10.3
   Dépenses en capital                                          5.1      4.5       4.1         4.2    3.9     4.1     4.6     5.5     6.3     5.1
   Balance globale                                             -5.7     -4.1      -4.4        -4.0   -5.2    -2.0     0.2     0.4    -2.2    -4.2
III. Balance des paiements
   Importations GNFS                                            32.6    32.9      32.0     34.8       38.2    39.8    46.0    52.1    40.7    43.2
   Exportations GNFS                                            29.6    30.2      28.6     29.2       31.6    33.1    36.2    37.6    28.8    31.7
   Balance commerciale                                         -10.3    -9.9     -10.9    -13.9      -17.0   -18.3   -22.3   -24.7   -20.8   -21.0
   Recettes tourisme                                             6.8     6.5       6.5      6.9        7.8     9.1     9.5     8.1     7.2     7.5
   Envois des travailleurs à l‟étranger                          8.6     7.1       7.2      7.4        7.7     8.3     8.9     7.7     6.8     7.1
   Balance du compte courant                                     4.3     3.7       3.2      1.7        1.9     2.2    -0.1    -5.2    -5.0    -5.3
   Investissement direct étranger, net                           7.6     1.4       4.9      1.9        5.0     4.6     6.2     4.1     2.8     2.0
   Réserves, net (mois d‟importations GNFS)                      8.8     9.1      10.0      9.9        9.9    10.0     8.8     6.6     7.6     7.0
IV. Indicateurs de la capacité de crédit de GC
   Dette totale du Trésor                                      67.1     63.7      60.8        58.2   62.1    57.3    53.5    47.3    46.9    48.2
   Total paiements d‟intérêts/recettes fiscales                21.6     19.1      18.4        17.4   15.2    14.5    12.6     9.7    10.1    10.3
Note :
   Stock dette extérieure (publique et privée)/PIB             49.8     44.5      36.5        29.6   27.2    27.1    27.3    23.4    24.7    25.0
   Prix à la consommation (%, moyenne annuelle)                 0.6      2.8       1.2         1.5    1.0     3.3     2.0     3.7     1.2     2.0
   Croissance du PIB (%)                                        7.6      3.3       6.3         4.8    3.0     7.8     2.7     5.6     4.9     3.5
   Croissance du PIB non agricole (%)                           5.7      3.2       3.6         4.7    5.6     5.4     6.5     4.2     1.4     6.1
   Chômage (%)                                                 12.5     11.6      11.6        11.0   11.2     9.7     9.8     9.6     9.1     9.0
  Note: voir Tableu 2 pour les projections au delà de 2010 pour les principaux indicateurs.
  Source : Gouvernement marocain et personnel de la Banque mondiale                                                                      Estimates

          B.         DEVELOPPEMENTS ECONOMIQUES RECENTS AU MAROC

10. Dans le contexte de la crise économique mondiale, la performance de la croissance au Maroc a
    été bonne. La croissance économique en 2009 a atteint 4,9 pourcent après une croissance de 5,6
    pourcent en 2008. Cette performance est principalement due à un résultat particulièrement bon du
    secteur agricole, dont la valeur ajoutée a cru de 30,6 pourcent, profitant de conditions climatiques
    favorables. Ceci montre que les variations agricoles imputables aux conditions climatiques
    continuent d‟affecter la croissance du PIB, quoique par une moindre intensité que par le passé. La
    croissance du secteur non agricole a ralenti à un taux beaucoup plus bas que prévu en raison de
    l‟impact négatif de la crise mondiale. Elle a baissé à 1,4 pourcent en 2009 par rapport à 4,2 pourcent
    enregistré l‟année antérieure et s‟explique principalement par un ralentissement ou une baisse de la
    plupart des activités, en particulier le secteur manufacturier et le tourisme.

11. Les données pour la première moitié de 2010 montrent que l’économie se rétablit des effets du
    ralentissement économique mondial qui a commencé à la fin de 2008. Le PIB non agricole a crû
    de 5,4 pourcent dans le premier trimestre de 2010 et s‟est stabilisé à 4,8 pourcent dans le second
    trimestre. Il est prévu que l‟élan de la croissance des activités non agricoles se poursuive jusqu‟à la
    fin de l‟année. Toutefois, la croissance du PIB est estimée à environ 3,5 pourcent pour l‟ensemble de
    l‟année en raison d‟une récolte plus faible, quoique bonne, cette année par rapport à celle
    exceptionnelle de l‟année dernière, se traduisant par une croissance estimée négative du secteur
    agricole (baisse de 8 pourcent). De plus, il n‟y a pas de signes apparents que la récente crise de la
    dette souveraine de la Grèce et les politiques restrictives subséquentes de quelques pays européens
    aient eu un impact majeur sur les exportations ou les afflux de capitaux.
                                                                       5
12. Le Gouvernement a mis en œuvre un plan de soutien budgétaire pour soutenir le revenu de la
    population et aider les secteurs les plus affectés (Encadré 1). Le plan d‟appui au revenu bénéficie
    surtout aux employés à faible revenu. Il consiste en une augmentation de 10 pourcent des salaires des
    fonctionnaires classés à l‟échelle la plus basse de la grille salariale et du salaire minimum pour les
    employés du secteur privé. L‟augmentation de salaire a été mise en œuvre en deux temps, la première
    augmentation de 5 pourcent en juillet 2008 et la seconde en juillet 2009. De plus, à compter de
    janvier 2009, le taux marginal d‟impôt sur le revenu a été réduit de 42 à 40 pourcent et ensuite à 38
    pourcent en janvier 2010. Dans le même temps, la tranche exonérée du revenu a été élargie. Des
    mesures d‟appui direct pour les firmes affectées ont inclus une aide financière (garanties sur les prêts,
    rééchelonnement de la dette, aide à l‟assurance d‟exportation) ainsi que des subventions à la
    formation et au marketing. Le soutien économique a également été fourni à travers des facilités
    monétaires. Le coût brut budgétaire total du plan de soutien a été estimé par le Gouvernement à
    MAD 24 milliards3 (sur la période 2008-2010), ou 2,7 pourcent du PIB de 2010 ; et en tant que tel il
    ne pose pas de risque à la viabilité à moyen terme des finances publiques.




3
 Ce montant n‟inclut pas les subventions additionnelles (MAD 7 milliards) dues au renchérissement des prix des
céréales et du pétrole, en raison de leur caractère structurel.
                                                        6
                              Encadré 1 : Plans de relance budgétaire et résultats
 Le Gouvernement a mis en œuvre plusieurs mesures pour aider les entreprises affectées à faire face à la baisse
 de la demande extérieure. Au début de 2009, le Gouvernement a institué un Comité de veille stratégique (CVS),
 composé des ministres concernés ainsi que de représentants de la communauté des affaires et du secteur
 bancaire, pour suivre les développements relatifs à la crise mondiale en cours. Le CVS ciblait le secteur des
 exportations pour l‟appuyer au moyen des mesures suivantes qui expireraient à la fin de 2010 (et se chiffrant à
 un coût budgétaire de 0,2 % du PIB) :
    Volet social : prise en charge par l‟Etat des cotisations à la CNSS ;
    Volet financier : la garantie de l‟Etat pour le financement bancaire des besoins en fonds de roulement des
     entreprises et le moratoire des remboursements de crédits ;
    Volet commercial : prise ne charge des frais de prospection et application de conditions préférentielles
     d‟assurance à l‟export ;
    Volet formation : prise en charge par l‟Etat des actions de formation

 Par la suite des programmes de soutien spécifique ont été formulés pour le tourisme et les envois de fonds et
 l‟investissement par les travailleurs marocains résidant à l‟étranger.

 Les données à compter de juin 2010 montrent que 70 pourcent de la demande de soutien concernait le volet
 social des contributions patronales qui était demandé par 443 entreprises, dont 398 travaillant dans le secteur des
 textiles et les entreprises restantes dans l‟équipement automobile et l‟électronique. Parallèlement, 129
 entreprises ont bénéficié de garanties de prêts (dont la plupart travaille dans le secteur des textiles) et 134
 bénéficiant de formation, dont 111 du secteur des textiles et 20 de l‟équipement automobile.

 Les mesures pour aider les ménages à faible revenu avaient déjà commencé en 2008 et étaient comprises dans les
 Lois du budget 2009 et 2010. Pour la plupart, elles consistaient en réductions d‟impôt et augmentations de
 salaires pour quelques groupes, ainsi qu‟une augmentation des dépenses sociales par les départements
 gouvernementaux concernés. Ces mesures, avec un programme d‟investissement public beaucoup plus élevé en
 place pour 2009 et confirmé pour 2010, ont maintenu la demande intérieure élevée comme en témoigne la hausse
 du crédit à la consommation, l‟équipement et l‟immobilier (voir ci-dessous). Les mesures spécifiques
 comprenaient comme suit :
     L‟impôt sur le revenu marginal a été réduit de 42 pourcent à 38 pourcent et la limite supérieure de la tranche
      d‟imposition exempte a été augmentée de 25 pourcent ;
  Les salaires des fonctionnaires à la partie la plus basse de l‟échelle des salaires ont été augmentés de 10
      pourcent (5 pourcent en juillet 2008 et 5 pourcent en juillet 2009) ;
  Pour les employés du secteur privé, le salaire minimum a été augmenté de 10 pourcent (5 pourcent en juillet
      2008 et 5 pourcent en juillet 2009) ;
  Les paiements minimums de la pension ont été augmentés de 20 pourcent et les allocations familiales de 33
      pourcent.
 Un soutien économique a également été assuré par une détente monétaire. Les taux de réserves obligatoires pour
 les banques ont été réduits en deux phases successives, de 15 pourcent à 8 pourcent sur 2009, et ensuite à 6
 pourcent à dater du 1er avril 2010. La Banque centrale a également réduit son taux directeur de 25 points de base
 en mars 2009 se traduisant en un taux directeur de 3,25 pourcent.


13. Les finances publiques continuent à être bien gérées malgré l’impact de la crise mondiale sur le
    budget. Les efforts soutenus de réforme des dépenses et de gestion fiscale et la gestion active de la
    dette sur les quelques dernières années ont favorisé le maintien des finances publiques sur une voie
    soutenable. Ces réformes se sont traduites par une maîtrise des dépenses de fonctionnement du
    Gouvernement, un renforcement du recouvrement des impôts, et une baisse du poids de la dette
    publique. Dans ce contexte, le déficit budgétaire a été limité à 2,2 pourcent du PIB en 2009 malgré la
    baisse des recettes en relation avec les réformes fiscales mises en œuvre (réduction des taux
    d‟imposition des revenus des entreprises et des individus), les résultats exceptionnels de l‟exercice
    2008, le recul de l‟activité lié à la crise mondiale et la mise en place des mesures de soutien. Ce
    déficit gérable fait suite à une bonne performance des finances publiques qui étaient en léger surplus


                                                         7
    en 2007 (0,2 pourcent du PIB) et en 2008 (0,4 pourcent du PIB)4, ce qui est remarquable étant donné
    l‟impact sur le budget des subventions élevées5 dues à la crise des prix du pétrole et des céréales. .

14. Les données récentes sur l’exécution budgétaire pour les neuf premiers mois de 2010 montrent
    que le déficit budgétaire annualisé a été contenu à près de 3.4 pourcent du PIB. Ce déficit
    s‟explique principalement par la forte hausse des subventions alimentaires et pétrolières (jusqu‟à
    143,2 pourcent) causée par l‟augmentation des prix mondiaux. Toutefois, le déficit aurait pu être
    encore plus élevé sans les efforts de l‟administration fiscale en matière de contrôle et de
    recouvrement, ce qui a permis d‟assurer une quasi-stabilisation du niveau des recettes fiscales ( -0,9
    pourcent seulement) malgré l‟impact de la crise mondiale et les effets du plan de soutien. Il est clair
    que les subventions continuent à représenter un lourd fardeau sur le budget et constituent donc un
    facteur de risque potentiel pour sa soutenabilité en cas de chocs exogènes liés à une éventuelle hausse
    des cours mondiaux des produits pétrolier et alimentaire ou à une sécheresse sévère. Néanmoins, la
    position des finances publiques reste soutenable en raison de politiques macroéconomiques
    appropriées et des mesures sectorielles d‟accompagnement que le Gouvernement entreprend pour
    atténuer les effets de ces chocs. En fait, le Gouvernement a continué à améliorer l‟administration et la
    collecte des impôts et à contenir les dépenses courantes, dont la masse salariale. Il a lancé un plan à
    moyen terme pour réformer le système des subventions avec un programme ambitieux visant à
    renforcer la productivité du secteur agricole et à l‟isoler des incertitudes des conditions climatiques.
    De plus, le Gouvernement met en œuvre des programmes sociaux mieux ciblés tels que le programme
    de transfert conditionnel de liquidité et un régime amélioré non contributif d‟assurance maladie pour
    les pauvres (RAMED). La position macroéconomique stable et la dynamique continue des réformes
    ont permis au Maroc d‟émettre avec succès des obligations de 1 milliard d‟Euros sur le marché
    international à la fin de septembre 2010, à un taux d‟intérêt relativement faibles (4,5 pourcent), dont
    un spread de 200 points de base, montrant la reconnaissance par les investisseurs internationaux des
    perspectives économiques positives pour le Maroc.

15. Une gestion budgétaire appropriée a aidé à réduire davantage la dette du Gouvernement.
    Reflétant la bonne performance des finances publiques et une gestion active de la dette, le stock de la
    dette du Gouvernement a baissé à 46,9 pourcent du PIB en 2009, plus bas de près d‟un demi-point de
    pourcentage comparé à l‟année antérieure (et de moins de 6,5 points de pourcentage par rapport à
    2007). Cette baisse est expliquée par une baisse de la dette intérieure qui a reculé de 1,2 point de
    pourcentage du PIB pour atteindre 36,2 pourcent du PIB, alors que la dette extérieure a légèrement
    augmenté de 0,8 point de pourcentage du PIB (représentant 10,7 pourcent du PIB) reflétant la
    nouvelle stratégie de la dette du Gouvernement pour renforcer la part de la dette extérieure dans la
    dette publique totale et partant, pour contribuer à satisfaire les besoins en devises du pays.

16. Le Gouvernement et la Banque centrale ont montré un engagement continu à la lutte contre
    l’inflation. Aidée par des politiques monétaires prudentes, des marchés intérieurs protégés de
    l‟augmentation des prix alimentaires et pétroliers mondiaux et un approvisionnement suffisant de
    produits alimentaires locaux, l‟inflation a été faible sur les premiers neuf mois de 2010 (en hausse de
    0,7 pourcent). Ce taux d‟inflation est inférieur à celui constaté durant la même période de l‟année
    2009 (1,5 pourcent) et bien inférieur à celui de 2008 (3,7 pourcent). L‟inflation des produits
    alimentaires et non alimentaires a été faible (0,2 et 0,9 pourcent respectivement).

17. La position extérieure reste solide malgré la récente détérioration du compte courant. Pour la
    première fois depuis les années 1980, le compte courant a connu des déficits importants en 2008 (5,2
    pourcent du PIB) et 2009 (5 pourcent du PIB). Les dernières données montrent que le déficit du
    compte courant s‟est détérioré à 6,6 pourcent du PIB sur la première moitié de 2010. Les déficits du



4
  Les données sur les finances publiques n‟incluent pas les dépenses du Fonds Hassan II.
5
  Les subventions à la consommation sont appliquées aux articles suivants : produits pétroliers liquides, gaz butane, blé tendre,
farine et sucre.
                                                               8
    compte courant ces dernières années ont suivi des excédents confortables sur la période 2001-06
    (excédent moyen de 2,8 pourcent du PIB GDP) et un quasi-équilibre en 2007 (un déficit de 0,1
    pourcent du PIB). La détérioration du compte courant est principalement expliquée par la baisse des
    envois des marocains résidant à l‟étranger (MRE) et des recettes du tourisme qui avait compensé dans
    le passé la hausse des déficits commerciaux. Toutefois, la reprise en cours de l‟économie mondiale a
    un impact positif sur ces deux sources importantes de devises : sur les premiers neuf mois de 2010,
    les envois des MRE ont augmenté de 8.2 pourcent et les recettes du tourisme de 6,4 pourcent. Par
    conséquent, après avoir chuté de 5,3 milliards de $EU (ou une baisse de 21,4 pourcent) à la fin juin
    2010 (y/y), les réserves étrangères nettes ont commencé à s‟améliorer régulièrement au cours des
    derniers mois pour réduire la perte à 2,6 milliards de $EU à la fin septembre 2010, atteignant 22,2
    milliards de $EU, représentant 6,9 mois d‟importations, alors qu‟elle était de 7,6 mois d‟importations
    en 2009. Les réserves étrangères devraient s‟améliorer davantage grâce au milliard d‟Euros levé par
    le Gouvernement en septembre 2010, la vente récente de 40 pourcent de Medi-Telecom pour 640
    millions d‟Euros, et l‟augmentation de la part du financement étranger du budget.

18. Les événements récents sur le plan économique ont révélé une fois de plus les faiblesses
    inhérentes à la structure commerciale marocaine. Le déficit commercial s‟est détérioré à 24,7
    pourcent du PIB en 2008, un niveau supérieur au déficit de 22,3 pourcent du PIB en 2007 (et
    seulement 11 pourcent en 2000). Il s‟est amélioré en 2009 (20,8 pourcent du PIB) du fait que les
    importations ont baissé plus que les exportations en termes nominaux. Les dernières données
    montrent que le déficit s‟est amélioré à 19,7 pourcent du PIB à la fin septembre 2010. Le déficit
    commercial élevé est principalement un effet volume plutôt qu‟un effet prix parce que le Maroc a en
    fait bénéficié des termes d‟échanges positifs; alors que les prix des importations pétrolières et
    alimentaires augmentaient, les prix des exportations marocaines clées comme les produits phosphatés
    et l‟agro-alimentaire augmentaient également. La faible performance des exportations témoigne de
    leur faible diversification et manque de compétitivité. Ceci explique largement pourquoi les
    exportations marocaines n‟ont pas été en mesure de bénéficier pleinement des nombreux ALE que le
    Maroc a signés sur la dernière décennie, tels que ceux avec l‟UE, les USA et la Turquie.



  Figure 8 : Malgré l’impact de la crise mondiale, les                                     Figure 9 : La récente détérioration du compte courant
      finances publiques demeurent soutenables                                              reflète la détérioration du déficit commercial (% du
                  (% du PIB)                                                                                         PIB)
  14%                                                                            35%                                                                                       25
                                                                                            10
  12%                                                                                                                                                                      20
                                                                                 30%         8                                                                             15
  10%
                                                                                 25%         6                                                                             10
  8%
                                                                                             4                                                                             5
  6%
                                                                                 20%
                                                                                             2                                                                             0
  4%
                                                                                 15%                                                                                       -5
  2%                                                                                         0
                                                                                                                                                                           -10
  0%                                                                             10%         -2
                                                                                                                                                                           -15
  -2%
                                                                                 5%
                                                                                             -4                                                                            -20
  -4%
                                                                                             -6                                                                            -25
  -6%                                                                            0%
                                                                                                  2002   2003      2004     2005      2006    2007     2008      2009
         2005             2006         2007      2008              2009
                Déficit budgétaire            Masse salariale                                       Solde compte courant                     Réserves nettes (mois imp. BSNF)
                Subventions de consommation   Recettes totales (Axe de droite)                      Investissements étrangers bruts          Solde commercial (Axe de droite)


Source : Données du Gouvernement marocain et calculs du personnel de la Banque mondiale.


19. Les politiques monétaire et du taux de change restent appropriées. En 2008, la Banque centrale
    (BAM) a recouru à la hausse de son taux directeur (plus 25 points de base en septembre 2008) pour
    contenir la forte hausse du crédit et des pressions inflationnistes modérées, alors qu‟elle assouplissait

                                                                                       9
    sa politique pour renforcer la liquidité face à la crise mondiale. Alors que la liquidité était resserrée et
    que les pressions inflationnistes commençaient à diminuer sur le deuxième semestre de 2008 jusqu‟à
    2009, BAM a progressivement relâché le taux de réserve monétaire en le réduisant de 15 à 12
    pourcent en janvier 2009, et ensuite à 10 pourcent en juillet 2009. BAM a décidé de réduire encore le
    taux de réserve monétaire à 8 pourcent en octobre 2009 et à 6 pourcent à partir d‟avril 2010 pour
    assouplir la pression sur la liquidité et permettre ainsi aux banques d‟être en mesure de faire face aux
    demandes monétaires tout en contribuant à conserver les taux d‟intérêt proches du taux directeur de
    BAM. Elle a également réduit son taux directeur de 25 points de base en mars 2009 pour atteindre
    3,25 pourcent. Malgré ces politiques d‟assouplissement, la masse monétaire s‟est ralentie à 5,5
    pourcent (y/y) à la fin septembre 2010, par rapport à une moyenne de 14,5 pourcent sur 2005-2008.
    Bien que le crédit pour l‟équipement ait connu une forte hausse à 24,4 pourcent, le crédit total au
    secteur privé a ralenti (hausse de 11 pourcent), induit par une croissance réduite du crédit à la
    consommation (hausse de 9,5 pourcent), à la construction (hausse de 9,1 pourcent), et aux fonds de
    roulement (hausse de 0,1 pourcent). Dans le même temps, le stock de créances en souffrance a
    augmenté de 7,8 pourcent (y/y) mais leur part dans les créances sur l‟économie a baissé régulièrement
    dans le temps (de 4,8 pourcent en septembre 2009 à 4,6 pourcent en septembre 2010). Dans les
    dernières années, le taux de change est resté conforme aux fondamentaux macroéconomiques, sans
    signes de mauvais alignement.

        C.        PERSPECTIVES MACROECONOMIQUES ET SOUTENABLITE DE LA DETTE

20. Des politiques macroéconomiques et budgétaires saines, ainsi que les efforts pour améliorer la
    productivité et la compétitivité sectorielles mettent le Maroc dans une meilleure position pour
    surmonter les effets modérés de la crise mondiale, tout en étant dans une position de bénéficier
    de la reprise de l’économie mondiale (Tableau 2). La décision du Gouvernement de poursuivre ses
    efforts de réforme et de rehausser ses stratégies sectorielles avec le plan de relance budgétaire ciblé et
    à court terme devrait permettre à l‟économie marocaine de s‟attendre à de bonnes perspectives sur le
    moyen terme. Entre-temps, la croissance économique est estimée à environ 3,5 pourcent en 2010 en
    raison principalement de la reprise du secteur non agricole bénéficiant de la contribution d‟activités
    dynamiques telles que la construction, les services de financement, les télécommunications et le
    tourisme.


             Tableau 2 : Indicateurs macroéconomiques de référence pour le moyen terme
                                                                                Est.              Projections
                                                          2008       2009       2010       2011      2012       2013
 Taux de croissance en pourcentage
   PIB réel                                                 5.6        4.9        3.5       4.4        5.1       5.2
   Consommation privée réelle                               6.0        4.0        5.2       3.4        4.4       3.6
   Investissement domestique brut réel                     12.8        4.4        4.2       4.9        5.3       5.5
   Volume exportations (GNFS)                               7.2        1.9        4.7       6.5        8.2       8.8
   Volume importations (GNFS)                              12.2       12.2        4.7       4.9        6.5       6.2
   Indice implicite PIB                                     5.9        1.8        2.0       2.0        2.0       1.9
 Ratios par rapport au PIB
   Investissement intérieur brut                           38.1       36.0      35.7       35.8       35.9      36.0
   Balance budgétaire                                       0.4       -2.2      -4.2       -3.6       -3.4      -3.2
   Dette du Trésor                                         47.3       46.9      48.2       47.9       47.2      46.4
          dont dette externe                                9.9       10.7      12.1       13.1       13.2      13.2
   Balance du compte courant                               -5.2       -5.0      -5.4       -4.5       -3.7      -2.8
   IDE, bruts                                               4.1        0.9       2.0        3.1        3.4       4.6
   Dette extérieure (publique et privée)                   23.4       24.7      26.3       28.1       27.9      26.7
    Source : Estimations du Gouvernement marocain et du personnel de la Banque mondiale.


21. Les perspectives de croissance sur le moyen terme sont positives. Il est présumé que le
    Gouvernement soutiendra l‟élan de réforme des quelques dernières années, réalisera les ambitieux
                                                          10
      programmes d‟investissement public qu‟il a formulés, et continuera à mettre en œuvre les principales
      stratégies sectorielles qu‟il a lancées, consolidant ainsi la diversification économique, le potentiel de
      croissance et la demande intérieure. Il est également attendu que l‟économie mondiale se rétablit
      lentement de la crise actuelle pour permettre aux stratégies en place de promotion des exportations de
      réaliser leurs objectifs et de contribuer à la croissance. Dans ces conditions, les taux de croissance
      s‟amélioreront du niveau modéré de 3,5 pourcent estimé pour 20106 à environ 5,2 pourcent en 2013.
      Si les différentes sources de croissance mentionnées ci-dessus devaient être lentes à se concrétiser, les
      perspectives de croissance devraient être ajustées à la baisse. De plus, il y a le risque potentiel que
      même les niveaux de croissance pré-crise pourraient ne pas être soutenables sur le moyen terme si la
      demande interne demeure le moteur principal de la croissance.

22. Des politiques macroéconomiques saines aideraient à contenir l’inflation à un bas niveau.
    L‟inflation était de 1 pourcent seulement en 2009, induite principalement par d‟ample réserve
    alimentaire et dans une moindre mesure, la baisse des prix des denrées alimentaires importées.
    L‟inflation devrait rester contenue à environ 2 pourcent par la suite. Du fait que le secteur agricole
    marocain satisfait la demande interne par la plupart des denrées alimentaires de base et lui permet
    même d‟exporter de nombreux produits alimentaires, son taux d‟inflation n‟est que légèrement
    impacté par les fluctuations des prix alimentaires importés. De plus, les subventions aux prix
    alimentaires et énergétiques clés – tout en ayant clairement un impact sur le budget – contribuent à un
    taux stable d‟inflation.

23. Après un déficit temporaire estimé plus élevé en 2010, la position budgétaire devrait rester
    saine sur le moyen terme, avec des déficits budgétaires près du seuil ciblé de 3 pourcent du PIB,
    bénéficiant de la réforme budgétaire en cours et de programmes sociaux plus ciblés, ainsi que d‟une
    masse salariale mieux maitrisée. Le déficit budgétaire devrait atteindre 4,2 pourcent du PIB en 2010
    avant de retomber progressivement à 3,2 pourcent en 2013. L‟atteinte de ce résultat implique le
    maintien de l‟élan de la réforme budgétaire en cours, l‟amélioration de l‟efficacité de la TVA, le
    renforcement de l‟administration de l‟impôt et le retrait des exemptions fiscales non productives afin
    de réduire les dépenses fiscales élevées. Ces mesures compenseraient l‟impact négatif des taux élevés
    réduits sur les impôts sur le revenu des sociétés et des personnes. Avec ces hypothèses, les revenus
    devraient se stabiliser autour de 25 pourcent du PIB. Du côté des dépenses, la consolidation des
    dépenses publiques dépend de quatre mesures critiques : intensification de la réforme budgétaire,
    réalisation de la réforme des subventions pétrolières et alimentaires, contrôle étroit et constant de
    l‟évolution de la masse salariale et une gestion active de la dette. Dans ces conditions, la dette
    publique augmentera légèrement en 2010 à 48,2 pourcent du PIB avant de suivre une évolution à la
    baisse pour chuter à moins de 46,5 pourcent du PIB en 2013.


Tableau 3 : Maroc : Besoins de financement du Gouvernement central (% du PIB)
                                                                                     Est.            Projections
                                                         2008          2009         2010        2011      2012        2013
     Besoins de financement                                9.3          10.8         11.8        11.0     10.7         10.5
     Déficit budgétaire (+)                               -0.4           2.2          4.2         3.6       3.4         3.2
     Amortissement                                         9.7           8.6          7.6         7.4       7.3         7.2
        Intérieur                                          8.3           7.8          6.8         6.5       6.3         6.2
        Extérieur                                          1.4           0.8          0.8         0.9       1.1         1.1
     Financement total disponible                          9.3          10.8        11.8         11.0       10.7       10.5
     Financement intérieur                                 6.6           7.1         6.8          7.2        8.0        8.1
     Financement extérieur                                 1.7           2.1         3.7          2.3        1.5        1.3
     Autres (Privatisation, subventions, CST)              1.0           1.6         1.2          1.5        1.2        1.1
    Source : Gouvernement marocain et estimations du personnel de la Banque mondiale.


6
  La faible croissance en 2010 est principalement expliquée par le résultat du secteur agricole suite à une campagne moyenne, se
traduisant par un taux de croissance négatif pour l‟agriculture après une croissance remarquable en 2009.
                                                              11
24. Les besoins de financement provenant du déficit budgétaire plus élevé en 2010 et des déficits à
    la baisse sur le moyen terme sont facilement financés par le biais du marché intérieur ainsi que
    les retraits accrus sur les prêts extérieurs (Tableau 3). Dans ce contexte, le financement intérieur
    resterait la source principale, bien que le financement extérieur puisse améliorer sa contribution. En
    fait, depuis 2006, le financement extérieur net a inversé sa longue tendance négative pour devenir
    positif, reflétant la stratégie du Gouvernement pour changer légèrement la composition de la dette en
    faveur de l‟emprunt extérieur. Cette stratégie de financement atténuerait la pression sur les marchés
    financiers intérieurs et empêcherait toute éviction de l‟investissement du secteur privé maintenant que
    le marché de l‟argent est moins liquide qu‟au cours des dernières années. Dans le même temps, elle
    est cohérente avec l‟intention de maintenir un niveau confortable de réserves étrangères.

25. La stratégie de la dette du Gouvernement est de diversifier les sources de financement et de
    prendre une plus grande proportion de financement extérieur. Trois facteurs principaux sous-
    tendent la décision du Gouvernement de renforcer ses sources extérieures, spécialement multilatérales
    et concessionnelles. Le premier est lié à la structure de l‟échéance de la dette publique du Maroc.
    L‟échéance de la dette publique a baissé dans les dernières années et continuera à baisser étant donné
    que le Gouvernement central a surtout financé ses besoins en émettant des bons du Trésor jusqu‟à une
    échéance d‟un an sur le marché intérieur. La principale raison de ce choix était d‟éviter d‟affecter les
    taux variables à long terme pour les prêts des banques au secteur privé sur le marché domestique, en
    particulier en ce qui concerne le crédit immobilier, du fait que les taux de ces prêts sont indexés sur
    les taux du marché primaire des bonds du Trésor à long terme 7 (obligations de 10 et 15 ans). Le
    deuxième facteur a trait aux besoins plus élevés de la balance des paiements même si le niveau des
    réserves en devises demeure relativement confortable. Le troisième est imputable aux besoins
    d‟emprunt actuels plus élevés du Budget, dans un contexte de resserrement de la liquidité des
    marchés financiers intérieurs après une longue période de surliquidité. Par conséquent, les opérations
    de prêt extérieur supplémentaires sont cohérentes avec une gestion prudente de la dette qui encourage
    des conditions de dette améliorées, tout en maintenant un niveau confortable de réserves en devises et
    dans le même temps éviter la pression sur les marchés financiers intérieurs. En septembre 2010, le
    Maroc a réalisé avec succès une émission d‟obligations pour un milliard d‟Euros contre une demande
    totale de plus de 2,2 milliards, attestant de la confiance des marchés internationaux dans la stabilité
    macroéconomique du Maroc.

26. Une analyse approfondie de la soutenabilité de la dette publique montre que le cadre budgétaire
    est robuste pour réduire le risque sur le moyen terme (voir Annexe 4). La dette publique sous les
    deux principaux chocs s‟est avérée soutenable sur le moyen terme8. Sous des scénarios différents, six
    autres chocs au scénario de référence sont simulés9, et la soutenabilité de la dette publique est
    préservée dans tous les cas. Avec ces chocs, la dette publique augmenterait légèrement en 2010 et,
    pour quelques chocs, en 2011 également, avant de baisser régulièrement sur le moyen terme.

27. La position extérieure devrait rester soutenable sur le moyen terme. Le compte courant devrait
    se détériorer légèrement en 2010 (5,4 pourcent du PIB) avant de suivre une légère tendance baissière
    sur le moyen terme pour atteindre 2,8 pourcent du PIB en 2013, alors que se concrétise l‟impact des
    réformes et des stratégies sectorielles. En fait, la balance des paiements devrait s‟améliorer
    progressivement, avec des déficits commerciaux et du compte courant plus faibles qui bénéficieraient
    de l‟amélioration du potentiel d‟exportation et d‟une reprise des activités touristiques et des envois
    des MRE. Ce scénario est basé sur l‟hypothèse que le Maroc récolterait les fruits de ses efforts


7
  Toutefois, depuis le début de cette année, le crédit à taux d‟intérêt variable n‟est plus lié au taux des bons du Trésor à long
terme.
8
  Les deux principaux chocs sont A1 : Les variables clés sont à leurs moyennes historiques; et A2 : Pas de changement de
politique (balance primaire constante).
9
  Voir leur description à l‟Annexe 4.
                                                              12
    continus de réforme, de ses politiques macroéconomiques et budgétaires appropriées, et des stratégies
    sectorielles ciblées qui impliquent des investissements publics plus importants, qui se traduiraient par
    des investissements privés plus élevés, dont les IDE, et des gains progressifs dans la compétitivité de
    ses exportations, y compris le tourisme. Dans ce contexte, la dette extérieure devrait prendre la forme
    d‟un U inversé, atteignant un maximum à 28,1 pourcent du PIB en 2011 (de 24,7 pourcent du PIB en
    2009) avant de baisser régulièrement à 26,7 pourcent en 2013, alors que les réserves nettes en devises
    resteront à une moyenne de 6 mois d‟importations.

28. Les besoins de financement de la balance des paiements ne constituent pas une préoccupation
    sérieuse en raison des fondamentaux économiques solides, du faible stock de la dette extérieure
    du pays et des amples réserves en devises. Alors qu‟il est prévu que les déficits du compte courant
    s‟amélioreront régulièrement sur le moyen terme, il n‟y a pas de contraintes à leur financement à
    travers des lignes de crédit multilatérales et bilatérales ainsi que d‟autres flux de capitaux privés, y
    compris les IDE. Ces derniers devraient progressivement s‟améliorer, attirés par un environnement
    des affaires amélioré et les opportunités offertes par d‟importants projets structurels et le programme
    de privatisation.

29. En résumé, le cadre macroéconomique du Maroc reste adéquat et soutenable sur le moyen
    terme. Les effets modérés de la crise mondiale sur l‟économie marocaine ont été atténués par les
    bons fondamentaux économiques résultant des saines politiques macroéconomiques menées à bien au
    cours des dernières années et par la réponse du Gouvernement par le biais du plan de soutien pour
    atténuer ces effets sur la population et les affaires. Ce plan de relance a permis de renforcer la
    confiance des investisseurs et la demande intérieure tout en réduisant les risques. L‟engagement du
    Gouvernement à maintenir l‟élan de l‟effort de réforme confirme des perspectives robustes
    d‟investissement, de croissance et d‟emploi.

         III.     LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT ET SES PROCESSUS
                                PARTICIPATIFS

        A.      CONTEXTE SECTORIEL

30. Sur une population marocaine totale de 30 millions, 18 millions vivent en zone urbaine. Les villes
    marocaines sont caractérisées par des densités élevées de population et une croissance rapide. Elles
    souffrent de plusieurs formes de dégradation environnementale, dont l‟une est la conséquence de la
    mauvaise gestion des déchets ménagers. Le coût de la dégradation environnementale imputable aux
    déchets ménagers a été estimé à 0,5 pour cent du PIB en 2003 (parmi les plus élevés de la région
    MENA).

31. En 2008, le Maroc a produit environ 5 millions de déchets ménagers (DM) et ce chiffre devrait
    atteindre 6,2 millions en 2020. Seulement 70 pour cent des DM urbains ont été collectés et moins de
    10 pour cent des déchets collectés ont été éliminés d‟une manière environnementalement et
    socialement acceptable. Il existait trois cent décharges non contrôlées et environ 3.500 récupérateurs,
    dont 10 pour cent étaient des enfants, vivaient sur et autour des décharges à ciel ouvert.

32. La GDM est la responsabilité principale des collectivités locales au Maroc. Mais la GDM a souvent
    souffert d‟une capacité souvent faible du point de vue de l‟encadrement, des capacités de planification
    et techniques pour assurer une prestation efficace des services. En résultat, et malgré le rôle clé joué
    par le secteur privé (70 pour cent des dépenses totales en services de GDM sous-traités à des
    opérateurs privés sur une base de PPP), les services de GDM n‟étaient pas efficaces par rapport au
    coût, alors qu‟ils représentent l‟une des plus grandes catégories de dépenses des villes : les dépenses
    récurrentes totales pour les déchets ménagers étaient estimés à 1,3 milliard de MAD en 2007, soit
    environ 10,5 pour cent des budgets communaux totaux dans les zones urbaines. De ce montant, 1,1
    milliard de MAD, soit 85 pour cent, était affecté aux services de collecte et de transfert. L‟évacuation
    des déchets en 2008 était insignifiante en termes de ressources financières affectées (moins de 200
                                                    13
    millions de MAD), du fait que les communes n‟avaient pas d‟incitations politiques, économiques ou
    réglementaires pour financer les installations d‟évacuation.

33. Avant le programme de réformes, les services de GDM du Maroc n‟étaient définis qu‟en termes de
    « d‟approche propreté » avec une attention et des ressources très limitées pour la mise en décharge
    des déchets. Les impacts qui ont en résulté sur la qualité de vie, la santé publique, les ressources
    environnementales et naturelles et les activités économiques vitales telles que le tourisme, étaient
    énormes. Avant la formulation du programme de réforme, les principaux défis et problèmes
    consistaient en : a) la faible politique sectorielle qui se concentre principalement sur l‟« approche
    propreté » avec une attention et des ressources très limitées pour la mise en décharge ; b) un cadre
    légal et institutionnel faible, qui entrave une planification stratégique et une gouvernance efficace ; c)
    des transferts budgétaires ad hoc aux communes et une soutenabilité financière incertaine ; d) un
    faible coût-efficacité des PPP se devant essentiellement à la concurrence limitée, au manque de
    transparence et à la faible responsabilisation ; et e) des impacts énormes sur la qualité de vie, la santé
    publique, l‟environnement et le développement économique et social.

        B.       LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT

34. Le Maroc a initié le programme de réforme des déchets solides avec la promulgation de sa
    première Loi sur la gestion des déchets solides 28-00 en décembre 2006, qui a établi les principes
    fondamentaux et les règles clés devant régir la gestion des déchets solides au Maroc. Ceci a formé la
    base de la politique marocaine pour le secteur avec deux objectifs principaux : établir des systèmes
    intégrés et abordables de gestion des déchets solides et atténuer les impacts négatifs du secteur sur la
    santé publique et l‟environnement. Plus concrètement, cette loi (i) établit le cadre institutionnel pour
    la GDM ; (ii) requiert le développement de plans directeurs des déchets ménagers au niveau national,
    régional et communal ; (iii) établit des principes de recouvrement des coûts, y compris le principe du
    « pollueur payeur » et la possibilité de redevances des usagers ; (iv) introduit les décharges contrôlées
    comme la norme pour l‟élimination finale des déchets et des réglementations établissant les normes et
    critères pour les décharges ; (v) introduit des réglementations pour la gestion des déchets dangereux ;
    et (vi) établit un système pour suivre la conformité à la loi.

35. En 2008, le Gouvernement a également lancé son premier programme national de gestion des
    déchets ménagers pour aider les collectivités locales à se conformer à la nouvelle loi sur les
    déchets solides. Le Gouvernement reconnaît que ne pas s‟attaquer rapidement aux problèmes du
    secteur d‟une manière synchrone et intégrée aggraverait encore davantage la mauvaise performance
    environnementale, sociale et économique du secteur. Dans ce contexte, un programme de 4 milliards
    de MAD, appelé Plan national des déchets ménagers (PNDM) a été développé et lancé en 2008. Il
    définit les objectifs pour la modernisation de la GDM, en particulier l‟expansion et la
    professionnalisation des services de collecte, la modernisation des pratiques d‟élimination et la
    promotion des activités de recyclage. Il inclut des cibles spécifiques à long terme (horizon 2021)
    pour le secteur des déchets ménagers, y compris l‟augmentation de la couverture de collecte des
    déchets ménagers de 70 pour cent à 90 pour cent, ainsi que l‟utilisation de 100 pour cent des
    décharges contrôlées dans les zones urbaines ; la fermeture et/ou la réhabilitation de 300 décharges
    spontanées et le tri de 20 pour cent des matériaux recyclables.

36. Le programme global de réforme appuyé par la Banque porte sur trois domaines :
    gouvernance, soutenabilité et questions environnementales et sociales.         L‟envergure du
    programme a été présentée en détail dans le document de programme du premier PPD et est rappelée
    à l‟Annexe 2 du présent document. Les sections ci-dessous récapitulent les objectifs clés pour
    chaque domaine de réforme du programme du Gouvernement ainsi que leurs avantages attendus.




                                                     14
37. Domaine de réforme 1 – Gouvernance du secteur des déchets ménagers. Les mesures et actions
    dans ce domaine visent à répondre aux problèmes de fragmentation et préconceptions qui nuisent à la
    prise de décisions et la mise à exécution effective. Les actions politiques visent à i) assurer la
    planification et la coordination des politiques du secteur au moyen de la création de la Commission
    nationale (CN) en tant qu‟organisme de planification politique et stratégique du PNDM. Elle est
    composée de représentants des Ministères chargés de l‟Environnement, de l‟Intérieur, des Finances,
    des Affaires économiques et générales ainsi que d‟un représentant du Fonds d‟Equipement
    Communal (FEC) – tous acteurs clés dans le secteur des déchets ménagers ; (ii) définir les critères
    d‟admissibilité et d‟allocation pour les subventions du Gouvernement visant à soutenir les opérations
    communales de GDM et les investissements dans ce secteur d‟une manière équitable, transparente et
    efficiente ; (iii) renforcer le cadre réglementaire par la mise en vigueur de règlements d‟application
    pour la planification de GDM et par des normes pour les décharges ; (iv) améliorer la concurrence, la
    transparence et la responsabilisation de la participation du secteur privé (PSP) en améliorant la qualité
    des procédures normalisées d‟appels d‟offres et de passation de contrats, et en renforçant la capacité
    des administrations locales respectives ; et (v) élaborer des programmes appropriés de communication
    et de sensibilisation auprès du grand public. La responsabilité de la mise en œuvre de ces réformes
    relève principalement du MI et du Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Eau et de l‟Environnement (SEEE),
    tandis que la CN-PNDM servira de
    principale entité de coordination.

38. Domaine de réforme 2 –                       Encadré 2 : Cadre institutionnel du secteur des déchets
    Améliorer la soutenabilité des               ménagers au Maroc
    services.        Le Gouvernement
    reconnaît que la soutenabilité du            La Loi sur les déchets solides 28-00 clarifie les principales
                                                 fonctions pour le secteur et définit sa structure organisationnelle
    secteur des déchets ménagers est             pour la prestation des services en base à la politique, la
    essentielle.      La stratégie du            planification, la gestion et les opérations quotidiennes.
    Gouvernement visant à promouvoir
    la soutenabilité financière comporte         Au niveau national, les acteurs clés dans le secteur incluent :
    deux aspects principaux : améliorer          (i) le SEEE chargé de développer les politiques et les
                                                 réglementations du secteur, y compris les normes techniques et
    la     capacité     financière     des       environnementales. Il abrite également la Commission nationale
    collectivités locales à répondre aux         du PNDM et gère l‟appui financier du Gouvernement aux CL
    besoins de financement liés à la             pour améliorer leurs systèmes de GDM ; (ii) le Ministère de
    modernisation de leur système de             l‟Intérieur qui est la tutelle des CL, examine et approuve leur
                                                 budget, et fournit l‟appui technique et financier aux CL ; (iii) le
    GDM à la fois pour l‟investissement          Ministère de l‟Economie et des Finances chargé de percevoir, au
    et le fonctionnement, et améliorer           nom des CL, la taxe sur les services communaux et de gérer
    l‟efficacité par rapport au coût des         l‟allocation budgétaire annuelle au PNDM ; et (iv) le FEC est
    services. Pour ce qui a trait à              l‟entité désignée pour appuyer les CL à développer des projets de
    l‟amélioration de la capacité                MDP. Il est également une source de financement pour préparer
                                                 et mettre en œuvre des projets d‟infrastructure communale y
    financière des collectivités locales,        compris des projets de GDM.
    les mesures comprennent : i) à court
    et à moyen terme, la fourniture de           Au niveau régional/local, les acteurs clés sont : (i) les comités
    subventions ciblées fondées sur des          régionaux au sein des Préfectures sont chargés d‟examiner et
                                                 d‟approuver les plans directeurs préfectoraux de GDM et de
    règles aux collectivités locales pour        fournir une assistance technique aux CL ; (ii) les CL sont les
    couvrir les coûts supplémentaires            premiers responsables de la gestion des déchets ménagers. Elles
    liés aux exigences du PNDM ;                 peuvent gérer ces services directement, ou les déléguer à des
    améliorer        les        conditions       opérateurs professionnels en fonction de la « Loi sur la gestion
    contractuelles de la participation du        déléguée ». Indépendamment du cadre opérationnel choisi, les CL
                                                 sont tenues d‟établir des plans et des directives de GDM qui
    secteur privé de sorte que le                définissent les modalités pour la pré-collecte, la collecte, le
    financement du secteur privé soit            transport, la mise en service des décharges, l‟élimination, le
    disponible là où il est requis ; et          traitement et le recouvrement et, si besoin en est, le tri des
    mettre en œuvre une réforme du               déchets.
    cadre des finances communales pour
    maximiser le potentiel budgétaire
    des taxes locales, augmentant ainsi
                                                     15
    les propres recettes des communes avec lesquelles la plupart de l‟investissement et du fonctionnement
    de la GDM sont financés et le resteront ; ii) sur le long terme, l‟aide aux collectivités locales pour
    mobiliser des fonds additionnels sur le marché international du carbone ; et l‟examen de nouveaux
    outils et mécanismes pour générer des revenus additionnels tels que la création de redevances de
    déchets en application de la Loi 28-00, et l‟éventuelle introduction d‟ « écotaxes » sur les déchets
    d‟emballage. Une étude financée par KfW sur les options pour mobiliser des ressources
    additionnelles pour la GDS est en cours et devrait être terminée à la fin de l‟année 2010.

39. En ce qui a trait à l‟amélioration de l‟efficacité par rapport au coût des services, le Gouvernement a
    l‟intention de : i) lancer des mesures incitatives et des outils pour promouvoir la coopération entre les
    collectivités locales et la régionalisation des sites d‟enfouissement des déchets ; cela aiderait les
    collectivités locales à tirer parti des économies d‟échelle importantes dans le domaine de la gestion
    des déchets ;et ii) réviser les documents et procédures de passation de contrat relatifs à la participation
    du secteur privé dans la GDM.

40. En outre, le Gouvernement améliorera son programme pour renforcer la capacité communale en
    matière de GDM. Dan ce contexte, le département de formation du Ministère de l‟Intérieur a lancé un
    programme pluriannuel de renforcement des capacités en matière de gestion des déchets solides pour
    les autorités locales en juin 2010. Ce programme est exécuté par l‟institut de formation de l‟Office
    national de l‟Eau potable (ONEP), l‟autorité nationale d‟approvisionnement d‟eau. Les objectifs du
    programme sont : (i) former le personnel chargé de la gestion des déchets ménagers à la participation
    du secteur privé, au suivi des prestataires et à l‟approche PNDM, (ii) faire œuvre de sensibilisation
    aux procédures de PNDM parmi les communes et les collectivités locales et les aider à préparer des
    propositions de financement, (iii) donner aux autorités de gestion des déchets ménagers l‟accès à la
    documentation technique et aux outils de gestion développés par le projet METAP et d‟autres pays de
    la région MENA.

41. Domaine de réforme 3 – Intégrer les dimensions environnementales et sociales. Le GM s‟engage
    à promouvoir des décharges respectueuses des aspects sociaux et environnementaux comme
    récemment confirmé par le lancement d‟une vaste consultation sur l‟adoption d‟une Charte nationale
    de l‟Environnement initiée par S.M. le Roi Mohammed VI. A cette fin, l‟axe principal du programme
    de réforme est de : (i) aider à la mise en service de décharges qui respectent la dimension sociale et
    environnementale et ii) améliorer les conditions sociales et de travail des récupérateurs dont la
    subsistance sera affectée par la fermeture des décharges existantes. Le Gouvernement reconnaît en
    outre qu‟il est nécessaire de mettre à jour le système existant d‟EIE qui doit être appliqué, en
    particulier, aux projets de décharges. Le GM s‟engage à améliorer les cadres réglementaire,
    administratif, technique et de gestion du système actuel d‟EIE afin qu‟une plateforme harmonisée
    d‟EIE puisse faciliter les investissements directs et l‟appui des bailleurs de fonds et améliorer l‟image
    environnementale du Maroc sur la scène internationale. Ces améliorations comprennent : i)
    l‟établissement de critères, de directives et de procédures pour la revue des EIE, l‟approbation des
    rapports d‟EIE, et l‟inclusion de mesures d‟atténuation et de suivi de l‟EIE dans les contrats de
    services et de travaux ; ii) la préparation de termes de référence utilisés pour la préparation de
    rapports d‟EIE dans le domaine de la gestion des déchets solides et des termes de référence pour les
    audits environnementaux des décharges ; iii) l‟adoption de procédures et de modalités pour intégrer
    les préoccupations sociales dans les processus d‟EIE pour les projets en général, et en particulier pour
    les projets de gestion des déchets ménagers, spécifiquement celles relatives aux récupérateurs de
    déchets ; iv) l‟augmentation du nombre de personnel technique spécialisé, ainsi que la disponibilité de
    ressources et de manuels d‟utilisation pour la revue des rapports d‟EIE ; et v) des améliorations dans
    le suivi et l‟application des mesures d‟atténuation des EIE aux niveaux national et local .

42. Le programme de réforme appuie également les villes pour qu’elles contribuent à l’agenda
    d’atténuation du risque lié aux changements climatiques. Le Maroc s‟engage à promouvoir des
    projets et des activités pour réduire les émissions de GES, en particulier en mettant l‟accent sur le
    secteur des déchets solides. Le FEC, une banque publique de développement locale fournissant un
                                                      16
    appui financier (prêts) aux projets d‟infrastructure des communes, joue maintenant un rôle clé en
    appuyant les autorités locales à avoir accès au marché international du carbone et en développant des
    projets de MDP liés au traitement des déchets ménagers. Capitalisant sur l‟élan pris jusqu‟à ce jour,
    le FEC portera ses efforts sur : (i) la solidification du portefeuille de projets de déchets solides-MDP
    en étroite coordination avec la mise en œuvre du PNDM; (ii) la fourniture aux collectivités locales
    d‟appui technique et financier pour les aider à préparer la documentation de projets de MDP et
    générer des actifs carbone ; et (iii) assister les opérateurs privés de décharges et les collectivités
    locales à vendre leurs crédits de réductions d‟émissions (RE), notamment à travers la signature d‟un
    Accord d‟achat des Unités de Réduction Certifiée d‟Emission (URCE) avec le Fonds de partenariat
    pour le carbone, géré par la Banque. Le programme du FEC offre un potentiel de réduction de GES
    d‟environ 9 millions de tCO2e sur les 10 prochaines années.

43. Les principaux résultats ciblés par ce programme sont récapitulés au Tableau 4 ci-dessous.

                 Tableau 4 : Résultats du programme du secteur des déchets ménagers
              Résultats du programme                                       Résultats à long terme
Améliorer la gouvernance
   Coordination interministérielle efficace des               Le cadre légal et institutionnel permet la mise en
    politiques et des programmes dans le secteur des            œuvre et la gestion efficaces de systèmes intégrés
    déchets ménagers.                                           et abordables de traitement des déchets ménagers.
   Alignement du soutien financier accordé aux                Participation du secteur privé efficace par rapport
    collectivités locales sur les priorités de politique        au coût dans les services de déchets ménagers.
    du secteur et les objectifs nationaux du
    programme.
   Les systèmes de gestion des déchets ménagers en
    place sont plus conformes aux politiques,
    réglementations et normes nationales.
   Les décideurs locaux et les usagers du service sont
    mieux informés et plus réceptifs des pratiques
    améliorées de gestion des déchets ménagers.
Renforcer la soutenabilité
   Allocation budgétaire disponible dans une période          Couverture des coûts améliorée des services de
    de transition pour appuyer les coûts additionnels           déchets ménagers.
    de l‟amélioration des services de déchets
    ménagers.                                                  Capacités financières et de gestion bien établies au
                                                                niveau communal.
   Sources additionnelles de revenus générées à
    travers le mécanisme MDP et d‟autres instruments           Les usagers et le public bénéficient de services
    nouveaux.                                                   améliorés et intégrés de déchets ménagers et sont
                                                                disposés à contribuer.
   Redevances pour les déchets ménagers en place
    pour appuyer le recouvrement des coûts du
    secteur, conformément aux dispositions de la Loi
    sur les déchets solides 28-00.
   Les acteurs clés aux niveaux communal et régional
    sont en mesure de planifier et de gérer
    efficacement les systèmes de déchets ménagers.
Intégrer les aspects environnementaux et sociaux
   Un système d‟EIE est en place pour réduire les             Services de collecte des déchets ménagers presque
    impacts sociaux et environnementaux dans                    universels dans les zones urbaines.
    l‟investissement et l‟exploitation des services et
                                                               100 pour cent d‟élimination des déchets ménagers

                                                           17
    infrastructures de gestion des déchets ménagers.           dans    des     conditions    socialement     et
                                                               environnementalement acceptables.
   Des pratiques d‟élimination
    environnementalement et socialement saines sont           Fermeture et/ou réhabilitation de toutes les
    en place dans les collectivités locales appuyées par       décharges spontanées.
    le PNDM.
                                                              Activités de recyclage promues de façon à
   Les impacts sociaux apparentés aux services de             incorporer le secteur informel.
    déchets ménagers sont atténués.
                                                              Dimensions sociales pleinement intégrées dans la
                                                               gestion des déchets ménagers.



        C.       CONSULTATION ET PROCESSUS PARTICIPATIF

44. Depuis le début du processus de réforme, le programme de réforme a été le thème de
    nombreuses consultations avec une vaste participation de la société civile. Pour sa part, la
    Banque a non seulement participé à ce processus selon les circonstances, mais elle a également
    recueilli de nombreuses idées et suggestions sur les thèmes considérés pour cette opération à travers
    des consultations dans le contexte de la préparation du récent Cadre de Partenariat stratégique avec le
    Maroc (CPS). Le processus de consultation mené à bien durant la préparation du CPS a mis en relief
    plusieurs domaines ayant un intérêt pour cette opération. Le thème de l‟amélioration de la
    gouvernance a émergé comme un point d‟entrée nécessaire pour améliorer l‟efficacité et la
    transparence de l‟action publique, en particulier pour une prestation des services améliorée. Les
    consultations du CPS ont également reconfirmé l‟adéquation des objectifs stratégiques de cette
    opération et le besoin de poursuivre l‟appui à l‟agenda du traitement des déchets ménagers.

45. Le Gouvernement a mené des consultations publiques sur chacun des domaines de politique
    ciblés, invitant la participation locale à de nombreux engagements. Plusieurs ateliers ont été
    organisés au cours des derniers mois, mettant l‟accent sur quelques thèmes importants de la réforme
    tels que la participation du secteur privé, l‟inclusion sociale du secteur informel et le développement
    d‟activités de projets de MDP. Les participants à ces événements incluaient des représentants des
    autorités nationales, régionales et locales, des opérateurs privés, des ONG, des bailleurs de fonds et le
    secteur informel :

        a. En juin 2008, pendant la préparation du programme PPD, une vaste consultation a eu lieu à
           Rabat pour discuter des améliorations au système EIE appliqué en particulier au secteur des
           déchets ménagers. Cette consultation a jeté les bases pour des mesures d‟harmonisation dans
           le cadre de la politique de « l‟usage des systèmes du pays » pilotée actuellement par la
           Banque mondiale parmi de nombreux pays dans le monde.
        b. Des consultations publiques ont été tenues en décembre 2009 pour présenter le plan d‟action
           stratégique destiné à améliorer la participation du secteur privé dans la prestation des services
           de déchets ménagers et les nouveaux documents d‟appels d‟offres et contrats modèles entre le
           prestataire du service privé et la commune. Des apports provenant de ces consultations
           couvraient des questions importantes, dont la responsabilisation des prestataires de service, la
           transparence du processus d‟évaluation des offres, la capacité des CL à gérer et superviser les
           contrats privés, et les aspects sociaux.
        c. Le Gouvernement a tenu des consultations en décembre 2009 sur l‟intégration des
           dimensions sociales dans le secteur des déchets ménagers mettant l‟accent sur le rôle des
           récupérateurs de déchets dans l‟amélioration des systèmes de gestion des déchets ménagers.
           Les participants se sont non seulement montrés sensibilisés aux problématiques devant faire
           l‟objet d‟un appui au titre du PNDM ainsi que sur la nécessité de considérer les éventuelles
           alternatives pour améliorer les conditions de vie des récupérateurs, mais ont aussi proposé
           une liste de recommandations à même d‟améliorer la fiabilité et la durabilité des activités
           d‟inclusion sociale.
                                                  18
        d. Une consultation des parties prenantes a été tenue par la Wilaya de Rabat et l‟autorité
           déléguée de la décharge d‟Oum Azza en mai 2010 pour présenter la première activité de
           projet qui sera mise en œuvre dans le programme d‟activités de MDP dans le secteur des
           déchets ménagers. Au total, plus de 50 parties prenantes ont participé à la consultation y
           compris les autorités locales, les associations locales, des experts, des universitaires et des
           médias. Les participants ont discuté des aspects techniques et opérationnels du projet, le rôle
           du FEC en tant qu‟entité de coordination du programme d‟activités de MDP et les progrès
           accomplis dans le cycle d‟enregistrement de MDP. Les parties prenantes ont apprécié les
           efforts faits pour intégrer le développement des activités de MDP au titre du PNDM.


46. D’autres communications sur la réforme et les efforts de consultation pour informer le public
    sur l’opération et l’appui fourni par la Banque ont eut lieu le 29 septembre 2010 à Rabat. Les
    principaux objectifs de ces consultations étaient de : a) informer les parties prenantes sur le statut de
    l‟exécution du PNDM, b) présenter les résultats et les réalisations des mesures de politique appuyées
    à travers le premier PPD, et; c) présenter les principales mesures de politique appuyées par le PPD2 et
    demander des réactions. Plus de 140 personnes représentant les entités gouvernementales concernées,
    les ONG, les opérateurs privés, un bureau de consultants, des bailleurs de fonds et des administrations
    infranationales ont participé à la consultation. Les participants ont soulevé des questions importantes
    telles que la capacité des CL à moderniser le secteur, le suivi et la supervision de la qualité des projets
    et les impacts environnementaux, et la valorisation des déchets. Bien que ces thèmes importants
    soient pris en considération par le PPD2, le Gouvernement s‟est engagé à consolider les mesures
    apparentées lors de la prochaine phase de leur programme de réforme de 15 ans. Un rapport relatif à
    cette consultation fera partie de la documentation du programme et sera mis à disposition du public à
    travers le site web du SEEE (www.minenv.gov.ma).

IV.     LE SOUTIEN DE LA BANQUE AU PROGRAMME DU GOUVERNEMENT

        A.       LIEN AVEC LE CAS

47. L’appui de la Banque à la mise en œuvre du programme de gestion des déchets ménagers du
    Maroc est détaillé dans le CPS EB10-13 qui a été discuté par le Conseil d’administration en
    janvier 2010. Le CPS est conçu pour aider à réaliser les objectifs du Gouvernement d‟une manière
    flexible et responsive et il est articulé autour de trois piliers principaux : le premier se concentre sur
    des activités qui aideront à renforcer la croissance, la compétitivité et l‟emploi. Cet objectif
    impliquera des efforts pour encourager la stabilité macroéconomique et promouvoir le développement
    du secteur privé comme moteur de croissance. Le second pilier appuie l‟amélioration à l‟accès aux
    services et à leur qualité pour les citoyens. Ceci impliquera de traiter les aspects institutionnels des
    services publics au moyen de mesures appropriées de gestion publique dans le but de renforcer à la
    fois les diagnostics (ciblage) et les éléments de responsabilisation de la prestation des services. Le
    troisième pilier cherche à assurer que le développement du Maroc puisse se faire de façon pérenne et
    relever les défis de la gestion des ressources naturelles et du changement climatique. Il reflète
    l‟intention du Gouvernement de renforcer la sensibilisation à l‟exposition du Maroc aux impacts du
    changement climatique tout en commençant dans le même temps à intensifier la coordination entre
    départements et agences concernant l‟adaptation au changement climatique. De plus, le CPS met
    fortement l‟accent sur l‟agenda de gouvernance qui est intégré dans le programme envisagé.

48. Le programme des deux opérations de PPD, qui a été initié par le PPD1 en 2009, est pleinement
    conforme au CPS. Le programme de prêt envisagé dans le CPS inclut l‟opération proposée de PPD2
    qui contribue à la réalisation du second et du troisième pilier du CPS : (i) prestation des services aux
    citoyens et (ii) développement durable dans le changement climatique. De plus, l‟opération est
    totalement alignée sur le thème transversal du CPS de renforcement de la gouvernance.
    Spécifiquement, le sous-pilier 3.3 sur la gestion des déchets ménagers décrit les résultats que la
    Banque entend influencer : (i) coordination interministérielle efficace du PNDM et cadre
                                                      19
    réglementaire renforcé à travers la mise en vigueur de règlements exécutifs pour la planification, les
    normes et les critères de la GDM, (ii) une meilleure viabilité financière du secteur de la GDM et un
    coût-efficacité amélioré de la PSP dans la fourniture des services de déchets ménagers, (iii) des
    sources additionnelles de revenu générées à travers le MDP, et (iv) les pratiques d‟élimination des
    déchets sont conformes aux normes internationales sociales et environnementales.

        B.      COLLABORATION AVEC LE FMI ET D’AUTRES BAILLEURS DE FONDS

49. La Banque mondiale et le FMI entretiennent une collaboration étroite au Maroc. Les contacts
    entre les équipes du FMI et de la Banque travaillant sur le Maroc sont fréquents, avec des discussions
    axées sur les programmes de travail des deux institutions, les priorités du pays, les développements
    récents et les perspectives pour l‟avenir et témoignent du poids croissant des PPD dans le portefeuille
    du Maroc de la Banque. La collaboration entre les deux institutions a été continue, et basée sur une
    entente commune de la division des responsabilités et une évaluation partagée des défis
    macroéconomiques critiques qu‟affronte le pays.

50. Le FMI participe aux réunions de revue de projet de la Banque quand l’ordre du jour est
    pertinent. De même, le personnel de la Banque a également contribué à la mission de consultation
    de l‟Article IV du FMI en 2009. Le travail analytique actuel du FMI, qui a fait l‟objet d‟une
    appréciation positive par les homologues de la Banque, est axé sur les perspectives à moyen terme
    pour les finances publiques au Maroc et les implications macroéconomiques de la crise financière
    mondiale et de la baisse économique. Les consultations de l‟Article IV les plus récentes du Maroc
    ont été discutées par le Conseil du FMI et ont été achevées le 25 janvier 2010.

51. Le projet de PPD proposé a été préparé en consultant des bailleurs de fonds actifs dans le
    secteur du traitement des déchets solides au Maroc. Une étroite collaboration s‟est installée entre
    le KfW, le PNUD, PPIAF et GTZ, afin de veiller à une coordination efficace des activités de soutien
    conduites par les bailleurs de fonds et d‟échanger des points de vue sur le progrès et les contraintes de
    la réforme. Le projet proposé va ainsi étendre les opérations menées par KfW et GTZ visant à
    encourager le développement de la capacité locale dans le cadre du processus de décentralisation, et à
    assister le SEEE et le MI dans le renforcement du cadre légal, institutionnel et financier du traitement
    des déchets et plus généralement les réglementations relatives aux Etudes d‟Impact sur
    l‟Environnement et les déploiements institutionnels correspondants. Des études financées par des
    bailleurs de fonds bilatéraux appuient le programme du Gouvernement. KfW finance l‟étude sur
    l‟analyse des cadres financier et institutionnel dans le domaine de la gestion des déchets ménagers, y
    compris les options pour les petites collectivités locales. Cette étude évaluera l‟incidence de coût de
    diverses options de financement pour la gestion des déchets solides. Le Fonds PSIA belge géré
    conjointement par la Banque et le PNUD finance la seconde phase de l‟Analyse de l‟impact sur la
    pauvreté et le développement social (PSIA 2)

        C.      RELATIONS AVEC D’AUTRES OPERATIONS DE LA BANQUE

52. Grâce au dialogue et à l’assistance technique fournie, le dialogue entre la Banque et le Maroc
    sur le traitement des déchets solides s’est progressivement renforcé depuis 2002, ceci en grande
    partie grâce au Programme d’assistance technique pour la protection de l’environnement en
    Méditerranée (METAP). En parallèle à la préparation du PPD proposé, la Banque a également
    fourni un appui technique et des services consultatifs, y compris (i) soutien à la mise en opération du
    programme national des déchets ménagers du Maroc dont l‟élaboration d‟un manuel des opérations ;
    (ii) évaluation de l‟expérience marocaine en termes de PSP dans le secteur des déchets solides et le
    développement d‟un plan d‟action stratégique ; et (iii) renforcement de la capacité et assistance
    technique dans les domaines du financement carbone et du MDP.

53. L’opération d’appui du secteur du transport urbain, en préparation, tire parti et vient en
    complément de l’agenda de réforme appuyé par le programme des déchets ménagers des PPD.
                                                     20
    La Banque prépare actuellement un PPD pour soutenir les réformes du Gouvernement dans le
    transport urbain, prévu pour présentation au Conseil d‟administration au cours de l‟EB11. Cette
    opération bénéficie, en les étendant, de chacune des composantes appuyées par le présent PPD car
    elle consacre son attention à l‟agenda de gouvernance et à la prestation des services au niveau local,
    couvrant le transport.

54. La série des PPD établit les bases pour le premier « usage des systèmes nationaux » pour les
    sauvegardes environnementales et sociales au Maroc : les actions entreprises par le Gouvernement
    en termes d‟intégration des préoccupations environnementales et sociales ont mené à une
    amélioration considérable du système d‟EIE marocain. L‟avantage de l‟amélioration du système
    d‟EIE et sa décentralisation vont au-delà du secteur des déchets solides. Par exemple, le projet récent
    d‟assainissement rural avec l‟ONEP (Office national de l‟Eau potable) approuvé en juin 2010
    représente une percée en tant que première opération financée par la Banque au Maroc qui a été
    soumise à « l‟usage des systèmes nationaux » pour les sauvegardes. L‟évaluation réalisée par la
    Banque au Maroc qui a été préparées en conformité à la politique de la Banque « usage des systèmes
    nationaux » (Directive Opérationnelle –O.P.4.00) appliquée à la fois aux sauvegardes
    environnementales et sociales (acquisition de terrain pour les projets publics), n‟a montré que des
    divergences limitées entre le système national d‟EIE récemment renforcé et les principes et bonnes
    pratiques acceptés internationalement. L‟opération de financement carbone préparée par le FEC, fera
    également l‟objet d‟une évaluation sur la base de « l‟usage des systèmes nationaux ».

        D.      LEÇONS TIREES

55. L‟opération proposée tirera parti de l‟expérience du Prêt de politique de développement du secteur
    des déchets ménagers de 2009, des autres PPD sectoriels récents au Maroc et des opérations de prêt
    de la Banque pour la gestion des déchets solides en général.

56. L’expérience du PPD du secteur des déchets ménagers de 2009 a été très positive. Les facteurs
    de ce succès inclus un dialogue Banque-client sur les politiques et l‟analyse sectorielles qui s‟étale
    sur une longue période, largement dans le contexte du programme METAP, le fort rôle de
    coordination assumé par le MI, l‟existence d‟une stratégie nationale pour le secteur des déchets
    ménagers appuyée par les Ministères de l‟Intérieur, des Finances et de l‟Environnement, l‟emphase
    mise sur la simplicité de la matrice du programme, l‟engagement du Gouvernement à l‟atténuation de
    l‟impact social, et le large soutien du grand public à une gestion améliorée des déchets solides.
    L‟opération de 2009 a également confirmé qu‟un PPD des déchets ménagers offre la valeur ajoutée
    consistant à rassembler les multiples ministères concernés autour d‟une matrice de politique partagée.
    Tous ces éléments positifs demeurent en place pour le second PPD du secteur des déchets ménagers.

57. La coordination continue entre ministères, entités nationales et collectivités locales est requise
    pour obtenir des résultats escomptés et soutenus. Un des impacts majeurs de la première opération
    est d‟intégrer la planification coordonnée pour appuyer le programme de réforme des déchets
    ménagers. C‟est une caractéristique fondamentale de la façon dont le Gouvernement du Maroc
    solutionne les problèmes à l‟avenir, non seulement dans le secteur des déchets solides mais aussi dans
    d‟autres domaines de réforme. La seconde opération a reconnu cette dynamique et continue à
    encourager cette relation productive entre les organismes en élaborant des systèmes soutenables
    d‟incitatifs et d‟appui.

58. Les réformes de politique adoptées dans le cadre du premier PPD pourraient progresser plus
    rapidement que les procédures administratives requises pour les mettre en œuvre. Ceci se doit
    en particulier à l‟allocation de soutien financier aux collectivités locales pour les investissements dans
    les déchets ménagers et à la mise en œuvre de contrats modèles pour les prestataires privés des
    services. La préparation du présent projet tiendra compte par conséquent de la capacité d‟exécution
    des organismes concernés pour les évaluations d‟investissement, le financement, les mécanismes de
    contrats adoptés dans le cadre du PPD de 2009. La Banque conseille le Gouvernement en matière de
                                                     21
    renforcement de l‟Unité de gestion du programme ainsi que l‟appui à la préparation d‟un manuel des
    opérations pour le PNDM.

59. La capacité financière et technique des collectivités locales à mettre en œuvre la réforme de
    politique a également été sur la sellette. Les collectivités locales bénéficient de l‟appui au
    renforcement de la capacité fourni par le Ministère de l‟Intérieur ainsi que l‟AFD, GTZ et KfW. Au
    fur et à mesure que la focalisation de la réforme de la gestion des déchets ménagers migre des
    grandes villes bien dotées de ressources adoptant tôt la réforme, aux collectivités locales de taille
    moyenne et petite, la planification et la gestion des activités de renforcement de la capacité
    deviendront de plus en plus importantes.

60. Des mesures critiques mais politiquement sensibles laissées comme déclencheurs de la seconde
    opération et des suivantes courent le risque d’interrompre la séquence des opérations. C‟était
    une leçon des PPD des secteurs de l‟eau et de l‟énergie au Maroc en 2007. Le PPD de la GDM de
    2010 vise à éviter ce risque en assurant que les déclencheurs pour la seconde opération sont des
    extensions logiques d‟actions préalables de la première opération.

61. L’engagement du Gouvernement et l’accomplissement de l’exécution des réformes sont des
    éléments clés. Les opérations plus récentes pour l‟éducation (2010) et la réforme administrative
    (2010) au Maroc ont montré que le Gouvernement du Maroc est un client qui maitrise l‟instrument
    PPD. Il tire parti de l‟analyse, du cadre de planification, du soutien à la mise en œuvre et du pouvoir
    de convocation offert par un PPD tout en maintenant le plein leadership et la propriété des réformes
    elles-mêmes.

62. La réforme est un processus continu et la Banque a besoin d’assurer la soutenabilité du
    programme. L‟opération proposée bénéficiera également de l‟incorporation de leçons tirées d‟un
    nombre de projets de déchets solides et de développement communal entrepris par la Banque à
    l‟échelle internationale. Un certain nombre de projets financés par la Banque (ex. Argentine, Brésil,
    Inde et Chine) confirment que la reforme du secteur ménagers nécessite un appui soutenu de la
    Banque. Une intervention unique ne serait pas suffisante pour mettre en place le cadre idoine et
    l‟appropriation des aspects institutionnels pour que la réforme soit soutenable sur le long terme.

        E.      BASES ANALYTIQUES

63. En parallèle à la préparation de l‟opération proposée de PPD, la Banque a fourni un appui technique
    et des services consultatifs dans de nombreux domaines, y compris (i) les finances municipales, dont
    le développement d‟une série de matrices pour guider l‟allocation de l‟appui financier de l‟Etat à la
    mise en œuvre du PNDM ; (ii) une note technique sur les principales options pour améliorer la
    viabilité financière du secteur ; (iii)une étude financée par PPIAF pour le développement d‟une
    stratégie pour la participation du secteur privé dans le secteur ; et (iv) l‟appui au MI et du
    Département de l‟Environnement pour l‟élaboration de leurs projets de décrets, termes de références
    génériques, opérationnalisation du PNDM, et un programme de renforcement de la capacité dans le
    secteur des déchets solides.

64. Le programme de GDS est également appuyé par le travail analytique exécuté au titre du Programme
    environnemental de GTZ au Maroc (Programme de Gestion de Protection de l‟Environnement,
    PGPE). GTZ a aidé au développement des quatre lois qui régissent respectivement le traitement des
    déchets, l‟EIE, la protection de l‟environnement et la pollution atmosphérique. Plus récemment, la
    GTZ s‟est engagée à fournir une assistance technique et à renforcer les capacités dans le secteur du
    traitement des déchets solides.

65. En résumé, le programme dispose d‟un solide fondement analytique grâce à des récents études et
    analyses sectorielles, y compris:


                                                    22
       Maroc – Financement de l‟investissement urbain au Maroc, Institut urbain / Alliance des villes /
        Banque mondiale, août 2010
       L‟analyse des Impacts sur la pauvreté et le social (Phase 2), (en cours)
       Maroc – Participation du secteur privé au secteur des déchets solides, PPIAF, décembre 2009
       Maroc – Analyse d‟équivalence et d‟acceptabilité de « l‟usage du système du pays » pour
        l‟évaluation environnementale, juin-septembre 2008
       Maroc – Etude concernant la réforme fiscale environnementale, juin 2007
       Evaluation du système d‟évaluation de l‟impact sur l‟environnement, GTZ, 2007
       Programme national de gestion des déchets ménagers et assimilés, juin 2006
       Maroc – Etude relative à la gestion des déchets solides, janvier 2006
       Note sur le financement des déchets ménagers, METAP, 2006
       Maroc – Etude sur le secteur de recyclage des déchets, METAP 2005
       Rapport sur la gestion des déchets solides du pays, METAP, mai 2004
       Evaluation du coût de la dégradation environnementale, juin 2003


   V.        LE SECOND PRET A L’APPUI DES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT
                PROPOSE POUR LE SECTEUR DES DECHETS MENAGERS

        A.      DESCRIPTION DU PROJET

66. Le prêt proposé continuera l‟appui au programme du Gouvernement résumé ci-dessus et détaillé dans
    la Lettre de politique de développement (Annexe 1). L‟objectif de développement du programme de
    PPD est d‟appuyer le GM dans la mise en œuvre du programme de réformes visant à améliorer la
    performance financière, environnementale et sociale du secteur des déchets ménagers au Maroc. Le
    premier PPD (PPD1) appuyait les fondements principaux du programme de réforme du
    Gouvernement, qui a établi un cadre favorable à un système de gestion des déchets ménagers intégré
    et de coût abordable. Ce deuxième PPD (PPD2) appuie la capitalisation des acquis de la première
    opération tout en approfondissant les réformes au niveau régional et communal.

67. Les avantages spécifiques attendus de la mise en œuvre du programme de réforme appuyé par
    cette opération sont : (i) des conditions environnementales et sociales améliorées, qui résulteraient
    de l‟élimination progressive des décharges spontanées actuelles et la construction de décharges
    contrôlées; (ii) une amélioration de l‟accès aux services de collecte des déchets pour les plus démunis
    vivant en zone urbaine ; (iii) une diminution du coût de l'enfouissement des déchets grâce à des
    normes et des règlements de planification plus efficients ; (iv) une utilisation plus efficace des
    ressources allouées au secteur des déchets et des subventions mieux ciblées ; et (v) un gain de
    croissance et des créations d‟emplois grâce à la création de petites et moyennes entreprises, la
    promotion du recyclage et l‟intégration d‟acteurs informels, tels que les récupérateurs de déchets.

68. Mettant à profit le PPD1, le second projet proposé est justifié par le besoin de renforcer le
    dialogue interministériel et de préserver l’élan pour consolider des réformes plus poussées sur
    le moyen terme. Le GM est conscient du besoin d‟un dialogue de politique transversal entre les
    différentes entités gouvernementales et d‟un engagement soutenu à une réforme efficace du secteur.
    Cette opération contribuera à structurer cet engagement et à accélérer davantage la mise en œuvre
    d‟un programme intégré de réformes de la gestion des déchets ménagers.

69. L’appui de la Banque à la mise en œuvre des réformes du secteur est passé par des phases
    successives. La première opération s‟est essentiellement attachée à établir un cadre national pour la
    mise en œuvre de la politique nationale, et à assurer un engagement continu de tous les départements,
    organismes et agences nationales concernés. Ce second PPD se focalise plus étroitement sur les
    mesures de politique requises pour atteindre le niveau local, où se concrétisent la mise en œuvre réelle
    de la politique des déchets ménagers, et les résultats qu‟elle permet d‟atteindre.
                                                    23
        B.   RESULTATS DU
        PROGRAMME A CE JOUR
                                                    Encadré 3 : Commission nationale du PNDM
70. La première opération de politique de
    développement pour l‟appui de la                Une Commission nationale (CN) a été formée en 2009 pour
                                                    coordonner, superviser et suivre l‟exécution des activités au
    Banque à l‟agenda de réforme du                 titre du PNDM et du programme de réforme du secteur. Son
    secteur a contribué à des résultats             mandat inclut les principales tâches suivantes :
    tangibles dans plusieurs domaines de             Coordonner l‟exécution du PNDM et proposer des mesures
    cette politique. Dans les deux dernières            stratégiques pour l‟exécution efficace du programme de
                                                        réforme du secteur des déchets ménagers ;
    années, le Maroc a fait de grands                Suivre et évaluer les réalisations, résultats et progrès au titre
    progrès sur la voie de l‟établissement              du PNDM et du programme de réforme ;
    des fondations pour des systèmes                 Examiner et adopter les critères d‟admissibilité au soutien
                                                        financier pour les projets de gestion des déchets des CL au
    intégrés et abordables de gestion des               titre du PNDM;
    déchets ménagers.       Au-delà de la            Examiner et approuver les allocations de financement aux
    réalisation des actions préalables pour             CL au titre du PNDM ;
    la seconde opération (comme décrit à la          Examiner et approuver les programmes d‟action, les accords
                                                        de partenariat, les documents, les manuels et les directives
    Section C ci-dessous), le progrès                   pour la mise en œuvre des acticités de soutien du PNDM ;
    accompli est mesurable à la fois au              Approuver et suivre les activités de renforcement de la
    travers des actions supplémentaires de              capacité entreprises au titre du PNDM ;
                                                     Examiner et approuver les rapports d‟avancement préparés
    réforme entreprises par le GM et à                  par l‟Unité de gestion de programme (UGP) du PNDM.
    travers des résultats déjà observables.         La CN travaille sous la présidence du SEEE et est composée de
    Cette section présente ces actions et les       représentants du Ministère de l‟Intérieur, du Ministère des
                                                    Finances, du Ministère des Affaires économiques et générales
    résultats directs ou indirects obtenus          et du Fonds d‟Équipement Communal (FEC).
    jusqu‟à présent.

 DOMAINE   1 : GOUVERNANCE                DU
 SECTEUR DES DECHETS MENAGERS


71. Il y a maintenant une coordination bien enracinée et efficace des politiques sectorielles et de
    l’action gouvernementale au sein du programme national des déchets ménagers établi pour 15
    ans. Ce programme fournit un cadre national sans précédent pour l‟appui du Gouvernement aux
    collectivités locales avec des objectifs quantitatifs en termes de prestation des services, de qualité et
    de performance environnementale et sociale. La Commission nationale du PNDM (CN-PNDM),
    établie en tant qu‟action préalable au PPD1 (voir Encadré 3), s‟est réunie régulièrement et comprend
    les acteurs clés du secteur. Elle examine systématiquement et approuve les plans d‟action annuels qui
    détaillent les allocations prévues de financement et l‟avancement de l‟exécution du PNDM.

72. L’appui financier aux collectivités locales est mieux aligné avec les priorités de la politique du
    secteur et avec les objectifs nationaux du programme. Un mécanisme d‟incitation axé sur les
    résultats est en place pour l‟allocation des ressources financières nationales, afin d‟appuyer les
    collectivités locales à établir des systèmes modernes et intégrés conformes aux objectifs du PNDM.
    77 collectivités locales, où résident environ 53 % de la population urbaine, sont appuyées par le
    PNDM pour professionnaliser leurs services de collecte et/ou mettre à niveau leurs décharges. Pour
    une meilleure transparence dans le traitement des requêtes de financement, les critères d‟éligibilité au
    PNDM ont été publiés sur le site web du SEEE (www.minenv.gov.ma).

73. Pour être pleinement efficace, la coordination par la CN-PNDM est appuyée par une unité de gestion
    du programme (UGP) fonctionnelle. Avec l‟assistance technique de la Banque, depuis le début de
    2010, le GM a progressivement renforcé cette unité et a formalisé son travail. Un manuel de
    procédures a été élaboré. Il détaille la façon dont l‟unité examine les demandes de financement des
    CL avant leur soumission à la CN-PNDM, pour s‟assurer qu‟elles respectent les critères financiers,
    environnementaux et sociaux qui ont été définis pour l‟appui en conformité aux objectifs nationaux.
    Les procédures détaillent également la façon de documenter le processus de traitement des demandes
    pour en assurer la pleine transparence, et assurer un suivi systématique et rapide des demandes et des
                                                     24
    projets en cours. Le Gouvernement a désigné un chef d‟unité à plein temps et quatre experts
    extérieurs à plein temps sont en cours de recrutement (un technique et un financier pour assurer un
    traitement des demandes adéquat et simplifié, et deux pour fournir un soutien ponctuel sur le terrain
    aux CL). Ces experts devraient prendre leurs fonctions en novembre 2010. A ce jour, les dossiers de
    l‟UGP indiquent qu‟environ 50 pour cent des projets de GDM appuyés par le PNDM sont conformes
    aux critères d‟éligibilité adoptés. Afin d‟améliorer cette conformité, le Ministre de l‟Intérieur a émis
    en septembre 2010 une circulaire à l‟attention des CL, leur rappelant le besoin de se conformer aux
    critères établis avant de demander un appui financier pour mettre à niveau leurs systèmes de GDM.

74. Au-delà du fait d‟assurer la cohérence et la transparence des actions gouvernementales, l‟unité de
    gestion du programme devrait également devenir progressivement un outil destiné à accélérer le
    déploiement du PNDM et déclencher une assistance technique ciblée à destination des CL pour les
    aider à satisfaire aux critères du PNDM – et ainsi étendre et accélérer l‟usage par les CL du
    programme d‟incitation du Gouvernement.

75. Les nouveaux projets sont plus conformes à des règlements et normes nationaux mieux définis.
    Le Maroc a maintenant pratiquement achevé la législation requise dans le secteur des déchets
    ménagers, en partant de la mise en vigueur de sa première loi sur les déchets solides. Comme action
    préalable au premier PPD, il a publié le décret lié à la classification des déchets. Depuis lors, il a
    également publié les décrets relatifs aux procédures administratives et aux spécifications techniques
    pour les décharges contrôlées (Bulletin officiel daté du 7 janvier 2010), et le décret relatif aux
    procédures d‟élaboration des plans directeurs provinciaux et préfectoraux pour les déchets ménagers
    (Bulletin officiel du 22 juillet 2010). Une enveloppe substantielle a également été allouée au titre du
    budget du PNDM pour l‟EB2010 pour la préparation de sept plans directeurs provinciaux et
    préfectoraux de GDM. Ces trois séries de directives administratives ont été essentielles pour relever
    le défi consistant à amener au niveau local, sous la forme de procédures exécutables, les conditions de
    planification de la Loi sur la gestion des déchets solides (loi 28-00).

76. Les commissions régionales sont chargées d‟examiner et de valider les plans directeurs provinciaux et
    préfectoraux de GDM pour s‟assurer que les systèmes de gestion des déchets solides respectent la
    réglementation et les normes nationales. Ces commissions sont maintenant établies dans l‟ensemble
    du Royaume et certaines sont opérationnelles. Ceci est une étape clé pour initier un processus de
    décision et d‟examen consultatif, et la validation de la planification de la gestion des déchets solides
    avec la participation des entités gouvernementales régionales, d‟associations professionnelles et de
    représentants de la société civile.

77. La clarté et la visibilité fortement accrues de l’engagement du Gouvernement ont envoyé un
    signal positif au marché des déchets solides. Le rôle du secteur privé n‟a cessé de croître. Le
    secteur privé assure maintenant les services de nettoyage et de collecte des déchets pour plus de 11
    millions d‟habitants, représentant environ 34 % de la population totale du Maroc, 61 % de sa
    population urbaine et environ 70 % du tonnage total collecté. En 2009 et 2010, 15 contrats nouveaux
    ou renouvelés ont été signés avec l‟appui du PNDM. Pour le transfert et le traitement des déchets
    ménagers, 10 contrats de participation du secteur privé couvrent aujourd‟hui 8,5 millions d‟habitants,
    soit environ 30 % de la population marocaine et près de 50 % de la population urbaine. Ceci se
    traduit par une prestation améliorée des services en termes de qualité et de couverture.

78. Pour mieux aligner la contribution du secteur privé sur les objectifs nationaux, de nouveaux
    dossiers d’appels d’offres et des modèles de contrats ont été développés pour accroître la
    transparence et la compétitivité. Trois dossiers d‟appel d‟offres types, incluant des modèles de
    contrats ont été préparés par des consultants dans le cadre de l‟étude financée par le PPIAF-sur la
    participation du secteur privé (voir paragraphe 63). Un quatrième dossier est en cours de préparation.
    Ces documents-types ont été soumis à des consultations très larges avec les collectivités locales, les
    opérateurs privés, les départements centraux et des experts juristes. Chaque dossier correspond à un
    mode de contrat spécifique : collecte ; traitement dans le cadre d‟un contrat de conception,
                                                    25
    construction, financement et exploitation (DBFO); traitement dans le cadre d‟un contrat de
    conception-construction et exploitation (DBO); et traitement dans le cadre d‟un contrat de conception,
    construction, financement et exploitation dans le cas où l‟infrastructure de base existe avant le début
    du contrat (gros-œuvre du site et premier casier). Les nouveaux dossiers d‟appels d‟offres et modèles
    de contrats sont conformes à la loi marocaine sur la participation du secteur privé pour les services
    publics (Loi 54-05 sur la Gestion déléguée) et aux bonnes pratiques internationales. Ils tirent parti
    des points forts du marché privé marocain de GDM mais remédient aux faiblesses identifiées dans le
    cadre de l‟étude PPIAF-PSP.

79. En particulier, les principales améliorations sont : (i) l‟inclusion dans les dossiers d‟appel d‟offres
    d‟un contrat complet, non négociable, en conformité à la Loi 54-05, ce qui donne lieu à un processus
    de sélection plus transparent et équitable ; (ii) une évaluation technique à travers de critères
    « d‟acceptation ou de rejet » (« pass or fail ») au lieu de l‟ancien système opaque de notation ; (iii)
    l‟introduction d‟une nouvelle option DBO. La nouvelle option DBO permet un bien meilleur
    équilibre des risques que le DBFO en vigueur, parce que faire assurer le financement de la
    construction par la commune et non plus par le prestataire évite que ce dernier supporte les
    conséquences financières d‟une estimation erronée des quantités de déchets, celle estimation étant
    faite dans la phase de planification. Ce changement soulage également le secteur privé financièrement
    dans une période où les fonds sont devenus rares, ce qui égalise les chances entre les opérateurs et
    devrait diminuer les prix.

80. Envoyant un signal positif supplémentaire au marché des déchets solides, des amendements à la
    Charte communale instituent de nouveaux mécanismes de régulation du service public et de la
    gestion déléguée. Avec la Loi 54-05 (Loi sur la gestion déléguée), le Maroc a opté pour une
    régulation par contrat de la prestation des services publics via le secteur privé. Dans le cas des
    collectivités locales plus faibles, l‟absence d‟un régulateur et un possible manque de clarté dans la
    définition      des       responsabilités
    pourraient être vus par le marché              Encadré 4 : Nouveaux outils pour les services publics locaux
    comme un risque. Outre les nouveaux          introduits par les amendements de 2009à la Charte communale
    dossiers d‟appel d‟offres types et les     La Loi 17-08, promulguée par Dahir le 18 février 2009, amende la Charte
    modèles       de      contrats    rendus   communale (loi 78-00) et contient deux séries importantes de réformes
    obligatoires pour la GDM (décrits au       destinées à améliorer la prestation des services publics locaux essentiels.
    paragraphe précédent), qui prévoient
                                               Tout d‟abord, elle crée le cadre juridique des nouvelles structures
    un partage des risques clair et            intermunicipales          juridiquement        autonomes        (groupements
    équitable, la Charte communale             d‟agglomération), destinées à unifier la prestation des services dans les
    accorde maintenant au MI des               zones métropolitaines de 200 000 habitants ou plus. Ce cadre couvre,
                                               obligatoirement, la planification urbaine, le transport urbain, les déchets
    pouvoirs de régulation étendus dans        solides, l‟assainissement, la distribution d‟eau potable et la distribution
    le domaine des services publics            d‟électricité; et, à titre d‟option, toute autre activité que les collectivités
    locaux (voir Encadré 4), dans le           locales membres acceptent de transférer. Au cas où les municipalités dans
                                               une zone métropolitaine échouent à trouver un accord commun, le MI
    double objectif de garantir la             peut intervenir pour mandater la création de la nouvelle structure. Ceci
    cohérence nationale (des normes, des       permettra aux synergies de se matérialiser et devrait réduire les coûts et
    tarifs et du suivi) et de remédier à une   simplifier les processus de décision. Dans le cas de la GDM, ceci
    capacité locale insuffisante par           facilitera en particulier le développement et le fonctionnent de décharges
                                               intermunicipales.
    l‟assistance technique ou, dans le pire
    des cas, par un pouvoir de                 Ensuite, la nouvelle loi accorde un pouvoir de régulation étendu au MI
    substitution.                              qui peut maintenant, par arrêté, prendre une série de mesures nécessaires
                                                      pour assurer une prestation adéquate des services publics locaux. Cette
                                                      série inclut en particulier : la coordination nationale des plans de
81. Les collectivités locales ont placé la            développement local, la coordination des tarifs, normes et critères des
    gestion des déchets ménagers en                   services, l‟organisation du transport urbain, la médiation entre opérateurs
    tête de leurs priorités. Ceci est                 en cas de conflit, la collecte des données, le suivi et la fourniture
                                                      d‟assistance technique aux collectivités locales.
    particulièrement apparent dans les
    nouvelles conventions thématiques
    qui ont été développées, dans l‟année
    écoulée, entre le gouvernement
                                                             26
    central et certaines régions : elles placent, toutes, la GDM intégrée, et en particulier l‟amélioration du
    traitement des déchets, en tête des priorités d‟investissement. Ceci était déjà reflété dans des
    conventions spécifiques entre le centre et les provinces pour appuyer 70 projets de traitement des
    déchets ménagers dans l‟ensemble du Royaume. Sur la période 2009-2010, huit (8) conventions de
    partenariat thématiques ont été signées avec l‟administration centrale ciblant l‟amélioration des
    systèmes de déchets ménagers.


 DOMAINE 2: SOUTENABILITE DES SERVICES DE DECHETS MENAGERS


82. Des outils efficaces ont été mis en place qui devraient permettre aux communes appuyées par le
    PNDM de mieux soutenir le poids financier croissant de la collecte et du traitement des déchets
    modernisés. Malgré les améliorations de l‟efficacité-coût attendues du programme, il est estimé que
    la mise à niveau des systèmes de traitement des déchets ménagers au Maroc, tant en termes de qualité
    du service que de performance environnementale, engendre des coûts additionnels d‟environ 160
    MAD par tonne (20 $EU) pour la collecte et 100 MAD par tonne (12 $EU) pour l‟évacuation. Par
    conséquent, le programme comprend plusieurs actions pour atteindre le résultat de l‟amélioration du
    coût-efficacité et de la durabilité financière dans les collectivités locales appuyées par le PNDM.

        Tableau 5 : Coût du service des déchets ménagers et données budgétaires pour quelques
                                       communes (Année 2007)

                                                             Rabat           Fez          Essaouira*
       Collecte et transfert                  Tone/$EU                53             35             30
       Evacuation                             Tonne/$EU               10              9             14
       Total                                  Tonne/$EU               63             44             44
       Population                               Habts.          866.366        603.432          75.000
       Quantité de déchets                     Tonnes           235.360        169.725          22.000
       Taxe des services communaux (TSC)        $EU          23.434.560      8.689.017       1.348.906
       TVA                                      $EU           4.291.799     16.996.328       2.463.484
       Recettes actuelles commune               $EU          78.051.989     51.575.217       6.679.082


       Recettes TSC/coûts service déchets                         160%             117%          138%
       Recettes TVA/coûts service déchets                            29%           229%          253%
       (TSC+TVA)/recettes actuelles                                  36%           50%            57%
       Coût service déchets/recettes
       actuelles                                                   19%             14%           15%

       Coût de modernisation en % de la TSC                          32%           62%            52%
       Coût de modernisation en % de la TVA                       175%             32%            28%
       Coût de modernisation en % des
       recettes actuelles totales                                  10%             10%           10%

       Coût de modernisation : 32
       $EU/tonne                                 1 $EU = 8,17 MAD                   * 9 mois 2007x12/9
83. Au Maroc, le service des déchets est financé par les budgets généraux des collectivités locales. Il n‟y
    a pas de redevance directe pour le service. La taxe sur les services communaux (TSC), comprise
    traditionnellement comme couvrant les services tels que la propreté/nettoyage, la collecte des déchets
    et l‟éclairage urbain, représente généralement entre 15 % et 30 % du total des recettes communales
    actuelles. Les transferts de la TVA (30 % des recettes de la TVA du pays sont transférés aux
    collectivités locales conformément à une série de critères) constituent une autre grande part des
                                                   27
     recettes actuelles, à hauteur de 35 % des recettes totales. En 2007, l‟augmentation de coût estimée
     correspondant à la modernisation des systèmes de déchets ménagers dans les villes grandes et
     moyennes représentait environ 10 % des recettes communales actuelles. La Trésorerie Générale a
     une division consacrée à la collecte des taxes locales établies au niveau national, qui s‟est engagée
     dans des efforts intensifs de modernisation pour accroître les taux de collecte : à travers des
     techniques modernes de traitement des données (dont les envois de masse, de multiples nouveaux
     modes de paiement pour les taxes locales dont les paiements en ligne, et les saisies directes sur
     compte bancaire), les taux de collecte ont déjà augmenté pour atteindre [80 pour cent] de montants
     facturés et [deux tiers] de comptes facturés.

84. Le soutien croissant de l’Etat, conjugué à l’accroissement des revenus fiscaux locaux, assure
    que le coût de la modernisation des systèmes de déchets ménagers peut être couvert. L‟une des
    principales composantes du PNDM est le mécanisme d‟appui financier, sous la forme d‟un apport
    financier du Gouvernement via un compte d‟affectation spéciale (correspondant environ aux
    économies représentées par la réduction des externalités environnementales) qui, à titre d‟incitation à
    la modernisation et pour une période limitée, couvrira les coûts additionnels pour les collectivités
    locales qui mettent à niveau leurs systèmes de GDM. L‟engagement substantiel et croissant par le
    Gouvernement pour soutenir le secteur est mis en évidence par l‟allocation financière faite à ce
    mécanisme : 332 millions de MAD pour 2010, 200 millions de MAD pour 2009, par rapport à 100
    millions de MAD en 2008. Ceci en plus des 200 millions de MAD mobilisés annuellement à travers
    le MI (programme d‟emploi de la TVA) pour appuyer essentiellement la professionnalisation du
    service de collecte. La soutenabilité financière du secteur requiert toutefois que les services
    modernisés demeurent adéquatement financés au-delà de l‟échéance du PNDM.

85. Des améliorations récemment introduites au cadre de gestion financière des communes
    devraient grandement contribuer à la soutenabilité financière à moyen terme. Depuis le premier
    PPD, une nouvelle loi sur les finances locales a été publiée : Loi 45-08 d'Organisation des Finances
    locales du 5 mars 2009 (LOFL). La loi devrait contribuer à la fois à augmenter les revenus et à
    sécuriser le financement et le paiement pour les contrats de prestation de services exécutés par le
    secteur privé.           En    Encadré 5 : Améliorations apportées par la nouvelle loi de financement des CL
    particulier, ces derniers                  « Loi 45-08 d'Organisation des Finances locales du 5 mars 2009 »
    sont     maintenant      des
                                   La loi constitue une modernisation étendue du cadre des finances locales au Maroc. Certaines
    dépenses       obligatoires,   de ses nouvelles dispositions contribueront à assurer la fourniture d‟un financement adéquat
    avec des mécanismes            aux services des déchets ménagers en : (i) assurant, une fois qu‟un contrat de gestion déléguée
    efficaces de budgétisation     est signé, la budgétisation et le paiement obligatoires des montants dus au prestataire privé, et
                                   en fournissant des mécanismes améliorés de recours ; (ii) améliorant les procédures de
    et de paiement.            À   budgétisation à l‟année et pluriannuelles pour éviter l‟accumulation d‟arriérés ; et (iii)
    condition que les revenus      améliorant la collecte des revenus. En particulier :
    communaux             soient        Le MI vérifie que les dépenses obligatoires des CL sont portées dans leurs budgets
                                         annuels, et peut mandater des corrections; les dépenses concernées incluent les
    suffisants,              ces         obligations financières correspondant aux contrats de gestion déléguée (art. 24).
    mécanismes donnent des              Le paiement des sommes dues par les CL au titre des contrats ci-dessus est obligatoire et
                                         le MI peut mandater le Trésor de l‟Etat à exécuter ces paiements des comptes
    fermes assurances aux                communaux (au Maroc, les municipalités doivent conserver tous leurs comptes avec le
    opérateurs que les coûts             Trésor de l‟Etat) (art. 43).
    de ces contrats seront              Les contrôles ex-ante des paiements communaux par le MF sont éliminés (c‟était une
                                         cause majeure des retards de paiement dans les CL marocaines).
    couverts pour la totalité           L‟appel à un assistant judiciaire consacré aux CL (« l’assistant judiciaire des
    de leur durée (voir détails          collectivités locales »), nouvellement créé au sein du MI, sera une première étape
    à       l‟Encadré         5).        obligatoire en cas de conflit de paiement entre un tiers et une CL. Ceci devrait faciliter
                                         la résolution des différends (art. 38).
    Combinées au fait que               Les crédits non dépensés pour les dépenses de fonctionnement qui ont été engagées mais
    presque       toutes     les         demeurent impayées, ainsi que les crédits non dépensés pour les dépenses
    collectivités        locales         d‟investissement, peuvent maintenant être transférés d‟un budget d‟une année sur une
                                         autre, au lieu d‟être annulés à la fin de l‟exercice budgétaire (art. 46 à 48); ceci devrait
    participant au PNDM ont              également faciliter le règlement des arriérés.
    pris la décision de mettre     .
    en œuvre leurs plans de
    modernisation de la GDM
    à travers la PSP (« délégation de gestion »), les améliorations de la gestion des finances communales
                                                                28
    assurent un financement adéquat à la fois de l‟investissement dans de nouvelles infrastructure de
    GDM et de l‟exploitation jusqu‟à au moins la fin des contrats nouvellement signés (i.e., 10 à 20 ans
    dans le cas de nouvelles décharges), et fournissent ainsi une base très solide pour la soutenabilité
    financière à moyen terme des
    investissements initialement     Encadré 6 : Amélioration des recettes municipales à travers le Programme
                                         des activités (PA) du Mécanisme de développement propre (MDP)
    subventionnés.
                                            Le PA du MDP au Maroc, qui cible 13 décharges municipales, sera mis en œuvre
86. Sur le long terme toutefois,       au titre du Programme national de Gestion des Déchets ménagers et assimilés –
    malgré ces améliorations, il       PNDM. Outre la réduction des émissions de GES, le programme proposé aidera à
                                       intégrer les pratiques environnementales saines dans le secteur de la GDM et à
    reste encore le risque d‟une       générer des revenus additionnels pour les CL en promouvant l‟investissement
    capacité insuffisante des          dans ces projets. Chacun des projets de gaz der décharge à être développé dans
    communes         à     financer    des décharges séparées dans tout le pays, correspondra à une activité de projet
    l‟augmentation des coûts, en       (AP) de MDP. Toutes les AP seront exécutées comme des activités volontaires
    particulier pour le traitement     par les CL, qui soit construiront et feront fonctionner le projet elles-mêmes soit le
                                       sous-traiteront à des entités du secteur privé.
    des déchets. Le MI, avec un
    financement de KfW, a donc         Le programme a le potentiel de réduire approximativement 9,6 millions de tCO2e
    entamé la préparation d‟une        sur la période 2012-2021 et de générer des revenus estimés à 96 millions de $EU
    étude sur la soutenabilité         sur 10 ans. Le CPF a convenu d‟acheter au moins 2 millions de RE sur cette
                                       période.
    financière de la GDM. Un
    des objectifs spécifiques de       Le PA sera développé et géré par le FEC, qui agira comme entité de coordination
    cette étude est d‟identifier des   du PA. Le FEC est une banque publique marocaine spécialisée dans le
    outils et actions pour             financement des projets d‟investissement locaux des CL et des institutions
    mobiliser     de      nouvelles    publiques locales. La mission du FEC est d‟appuyer l‟exécution des politiques
                                       nationales pour le développement local avec la fourniture de prêts et d‟assistance
    sources de revenu nécessaires      technique aux CL. Le FEC fournira l‟assistance technique pour le développement
                                       d‟AP individuelles, gérera le GDM. L‟étude résultantes au en des 2010
    à la soutenabilité financière à long terme des services de PA et vendra les REa été lancée nommai CL. et
    devrait être terminée début 2011. L‟étude évaluera des options pour introduire des redevances
    spécifiques établies au titre de la Loi 28-00sur les déchets solides, qui viendraient compléter les
    recettes du budget général.

87. Un programme national innovant d’activités MDP aidera également les CL à mobiliser des
    ressources financières supplémentaires, tout en contribuant à l’agenda d’atténuation du
    changement climatique. Une unité bien dotée en personnel et compétente au sein du Fonds
    d‟Equipement Communal (FEC) a développé ce programme ambitieux de mécanisme de
    développement propre pour le secteur des déchets solides au Maroc. La phase de préparation du
    Programme d‟activités (PA) est maintenant achevée : le FEC a préparé toute la documentation requise
    par le MDP et a identifié un premier projet à développer au titre du programme d‟activités. La
    publication du document de conception du programme sur le site web de l‟UNFCCC, en août 2010, a
    officiellement lancé la phase de validation, qui consiste en un audit pau une tierce partie de la
    conformité du programme aux règles et méthodologies du MDP. Une visite de site a été effectuée par
    une Entité opérationnelle désignée, ou EOD, accréditée par l‟UNFCCC, en septembre 2010 au titre de
    la procédure de validation, qui à son tour procédera à la demande formelle d‟enregistrement du
    programme au titre du MDP au début de 2011. Une fois l‟étape de l‟enregistrement sera atteinte
    (attendu fin de l‟année 2011), le PA sera autorisé à générer des actifs carbone, ou des réductions des
    émissions (RE) par la mise en œuvre d‟activités spécifiques de capture et d‟utilisation de gaz de
    décharge. La première de ces activités - devant être mise en œuvre sur la décharge intercommunale
    d‟Oum Azza à Rabat- a été identifiée et développée, et devrait son exploitation devrait démarrer en
    2010. De plus, en signant un Accord de participation avec le FEC en octobre 2009, le Fonds carbone
    de partenariat (CPF), géré par la Banque pour des investisseurs publics et privés du marché carbone, a
    formellement manifesté son intérêt à acheter une partie des RE qui seront générées par les activités
    exécutées dans le cadre du programmes d‟activités MDP. A travers cet accord, le Maroc est devenu
    officiellement le premier vendeur potentiel de RE au sein du CPF.

88. Le programme d’activités de MDP offrira aux collectivités locales des opportunités égales
    d’accès au marché carbone. Le programme, coordonné et géré par le FEC, fournira un cadre dans
                                                            29
    lequel toute commune intéressée, ou groupe de communes, sera en mesure de développer une activité
    de projet de MDP dans le secteur de la gestion des déchets solides, pour autant qu‟il réponde aux
    critères d‟admissibilité établis par le MDP (voir Encadré 6). En rassemblant des projets similaires au
    sein d‟un programme d‟activités de MDP géré conjointement, les collectivités locales seront en
    mesure d‟avoir accès au marché du carbone à un coût relativement faible, en tirant pleinement parti
    des économies d‟échelle et en maintenant des coûts de transaction réduits. A travers ce mécanisme,
    les CL non seulement seront en mesure de mobiliser des revenus supplémentaires mais également
    d‟acquérir un savoir et de renforcer leur capacité dans le domaine des financements carbone. Le FEC
    a jusqu‟à présent identifié 13 sites potentiels qui pourraient faire partie du programme. La portée du
    programme toutefois n‟est pas limitée et dépendra de la volonté des CL de s‟y joindre. De plus, cette
    approche programmatique sera une bonne opportunité de mettre en valeur un partenariat public-privé
    novateur, qui rassemblera une banque publique de développement (FEC), des autorités locales (CL) et
    le secteur privé (opérateurs de décharges). Le FEC créera le lien entre le secteur national de GDM et
    le marché international du carbone, en négociant et signant des Accords d‟achat des réductions des
    émissions (AARE) avec les acheteurs de carbone du secteur public et privé. Le FEC sera également
    le point focal pour toutes les communications avec le Conseil exécutif du MDP.

89. Selon les estimations des documents de conception, le programme d‟activités du MDP a un potentiel
    de réduction d‟approximativement 9,6 millions de tCO2e sur la période 2012-2021 dans 13 sites
    différents de décharges. En termes de revenus potentiels pour les CL sur la base d‟un prix moyen de
    RE de 10 $EU/tCO2e, ceci pourrait se monter à un total d‟environ 96 millions de $EU sur 10 ans. Le
    CPF a accepté d‟acheter au moins 2 millions de RE au courant de cette période.

90. Le Gouvernement a non seulement poursuivi des activités de renforcement de la capacité dans
    le secteur de la GDM, mais les a assis sur une base plus sûre et à long terme. De nombreuses CL
    manquent de capacité technique et de gestion pour gérer les services de déchets solides, en particulier
    pour planifier, sous-traiter, superviser et évaluer les services. Depuis la première opération, le
    Gouvernement a inclus des activités de renforcement de la capacité en GDM pour les CL dans des
    programmes séparés, en cours, financés par le FEC, JBIC et GTZ, et a donc progressé vers le résultat
    consistant à avoir des acteurs clés, au niveau communal et régional, en mesure de planifier et de gérer
    efficacement les systèmes de déchets solides.

91. Toutefois, au-delà de l‟atteinte du déclencheur indicatif du PPD2 (continuation de ce programme
    pluriannuel de renforcement des capacités) le Ministère de l‟Intérieur a reconnu le challenge
    particulier que les questions de capacité et d‟appropriation locale représentent pour une expansion
    soutenable de la réalisation du PNDM (et de l‟atteinte des valeurs-cibles pour les indicateurs de la
    matrice du PPD). Il a par conséquent décidé d‟assoir le renforcement des capacités des CL en gestion
    des déchets solides sur une base plus intégrée, plus solide et de plus long terme. À cette fin, il a
    chargé sa Direction de la Formation de développer et mener à bien un programme de renforcement
    des capacités intégré et pluriannuel ciblant le personnel de gestion et technique chargé de la GDM au
    niveau communal et provincial. Ce programme a démarré en avril 2010 au titre du programme
    général pluriannuel de renforcement des capacités du MI, l‟une des principales composantes du
    programme d‟appui à la décentralisation du Gouvernement. Il sera mis en œuvre par l‟institut de
    formation de l‟ONEP dans un cadre d‟accord de passation des marchés avec le MI. Une première
    session de formation pour les formateurs a eu lieu en juin 2010. Le programme comporte 30 modules
    couvrant quatre thèmes principaux de GDM et cible, dans sa première année, 40 formateurs, 240
    employés des CL et 320 représentants élus. Jusqu‟à présent, 1.635 cadres techniques et de gestion
    locales et régionales ont reçu une formation en gestion des déchets ménagers et aux aspects relatifs à
    l‟environnement, i.e., EIE.

 DOMAINE 3 : CONSIDERATIONS ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES


92. Un système pleinement opérationnel d’EIE pour réduire les impacts sociaux et
    environnementaux est maintenant en place et effectif. Le GM a traité avec succès les déficiences
                                              30
    réglementaires, administratives, techniques et de gestion de l‟ancien système d‟EIE qui ont entravé
    l‟investissement direct et le soutien des bailleurs de fonds. Dans le cadre de la première opération de
    cette série programmatique, le Gouvernement a publié deux décrets qui ont complété le cadre légal
    pour un système amélioré d‟EIE, y compris les réglementations relatives à la consultation publique et
    un examen et une validation décentralisés des EIE par les commissions régionales d‟EIE. Depuis
    l‟approbation de la première opération, le GM a déjà établi et opérationnalisé des comités régionaux
    d‟EIE dans l‟ensemble du Royaume. Neuf ont tenu une première réunion en 2009 et deux autres ont
    tenu leur première réunion en 2010. Même si tous n‟ont pas encore transmis des rapports d‟activité
    au SEEE, au moins quatre comités ont examiné plus de 10 EIE relatives à des projets locaux avec des
    investissements inférieurs au seuil de 20 millions de MAD. Ceci promeut l‟implication des parties
    prenantes locales dans la gestion du système d‟EIE et devrait réduire les retards dans l‟examen et
    l‟approbation des EIE.

93. L‟engagement du Gouvernement marocain pour cet agenda est solide comme le démontre la
    consultation étendue qui a suivi l‟appel lancé par S.M. le Roi pour (i) la définition et la mise en
    vigueur d‟une Charte de l‟Environnement qui reconnaîtra que le développement durable doit être une
    valeur fondamentale de la société marocaine ; (ii) demande que toutes les autorités publiques, les élus
    et les entreprises privées intègrent les aspects environnementaux dans la planification et l‟exécution
    des politiques et des programmes ; et (iii) renforce le rôle de la consultation publique et de la revue
    environnementale et sociale dans tous les domaines de l‟infrastructure et du développement humain.
    Les conditions de consultation publique continue de s‟améliorer. La pleine mise en œuvre de cette
    obligation légale requiert une circulaire interministérielle qui indique aux CL et aux promoteurs de
    projets le mode de règlement des frais de consultation publique.

94. Depuis le premier PPD, la mise en œuvre de pratiques de traitement des déchets qui respectent
    l’environnement a continué à augmenter. Le déclencheur indicatif correspondant pour le PPD2
    (lancement de la construction d‟au moins trois nouvelles décharges contrôlées et la fermeture ou la
    réhabilitation d‟au moins trois décharges spontanées) était ciblé sur l‟action gouvernementale
    démontrant la réalité du programme de réforme, en termes de mise à niveau du segment le plus faible
    des systèmes de GDM existants, et d‟atténuation des impacts environnementaux et économiques
    afférents.

95. Alors que cette cible a été atteinte, d‟excellents progrès ont également été observés en termes
    d‟indicateurs de résultats établis initialement pour l‟ensemble du programme : les contrats pour la
    mise en décharge couvrent déjà environ 50 % de la population urbaine, ce qui devrait aboutir au
    dépassement de l‟indicateur de résultat de 30 % des déchets collectés mis en décharge contrôlée d‟ici
    à 2011. Le programme d‟investissement de 2010 approuvé par la CN-PNDM inclut douze autres
    fermetures/réhabilitations, alors que la cible originale était de huit. Les résultats sur le terrain
    fourniront une incitation à d‟autres CL pour demander un soutien financier pour les investissements
    en GDM, augmentant l‟élan de l‟exécution de la réforme tout en incorporant les leçons tirées des
    investissements initiaux.




                                                    31
96. Le programme a favorisé la prise en compte précoce et systématique des aspects sociaux à tous
    les niveaux de la chaîne de décision pour la modernisation de la GDM. Le GM a reconnu les
    impacts socioéconomiques potentiels des réformes de GDM étant donné que les systèmes informels
    de collecte et de recyclage des déchets jouent un rôle important dans les moyens de subsistance des
    groupes marginalisés. Toute convention signée avec une CL bénéficiant de l‟appui financier du
    PNDM incorpore maintenant, comme condition obligatoire, les aspects sociaux dans l‟exécution des
    projets de modernisation. Une enveloppe de 10,5 millions de Dirham est affectée dans le cadre du
    plan d‟action du PNDM pour 2010 afin d‟appuyer les CL dans ce domaine. Des initiatives
    d‟inclusion des récupérateurs sont en cours à Tanger, Casablanca Rabat et Agadir. L‟initiative
    d‟inclusion des récupérateurs de Rabat est la plus avancée et couvre 180 récupérateurs.

97. Afin de renforcer la
    prise en compte
    systématique       des
    aspects        sociaux
    dans les projets de          Encadré 7 : Elargissement du programme d’intégration sociale : le cas de la
                                 décharge contrôlée d’Oum Azza (Rabat)
    modernisation de
    GDM (et suivant le           La décharge d’Oum Azza est conçue pour être une décharge contrôlée qui a
    benchmark dans la            commencé ses opérations en 2007. Depuis le début, le site a reçu une moyenne de
    matrice), le GM a            1.400 tonnes de déchets par jour, avec un taux annuel de 3 % de croissance des déchets.
                                 La décharge est équipée avec un système de collecte de produit de lixiviation, qui
    décidé de mettre à           emmène par gravité le produit de lixiviation à un bassin de traitement biologique. Un
    profit l‟utilisation         système de collecte est également utilisé pour amener l‟eau de pluie dans un bassin de
    obligatoire        des       stockage pour des usages multiples. Actuellement, le biogaz généré n‟est pas collecté,
                                 toutefois, ce sera le premier projet choisi pour le MDP pour la collecte et le
    dossiers       d‟appel       recouvrement de biogaz pour générer l‟électricité.
    d‟offres types pour
    les contrats de              Le contrat de gestion et d’exécution de la décharge a été attribué à une entreprise
                                 internationale par les 13 collectivités locales concernées. L‟une des conditions du
    GDM        avec      le      contrat était le programme d‟inclusion sociale et de réhabilitation des récupérateurs de
    secteur          privé       déchets. Une ONG, CARE, a été recrutée par l‟opérateur privé pour mettre en œuvre le
    (contrats de gestion         programme d‟intégration sociale.
    déléguée,           en
                                 Le programme d’intégration sociale a été un grand succès. Plus de 150
    application de la            récupérateurs de déchets ont bénéficié de cette initiative d‟inclusion sociale. Les
    Loi 54-05).        Ces       principes majeurs sous lesquels CARE a travaillé étaient les suivants : (i) a fait des
    documents types,             déchets une ressource, (ii) a intégré les travailleurs informels dans le travail formel, (iii)
                                 a appuyé financièrement l‟établissement d‟une coopérative avec des membres élus et à
    qui ont été finalisés        droit de vote des récupérateurs de déchets, (iv) a fourni des conseils techniques et
    et        récemment          légaux, (v) a créé un plan d‟action conjoint avec l‟opérateur, (vi) a échangé le savoir et
    adoptés par la CN -          les pratiques, (vii) a cultivé le dialogue et la sensibilisation, et (viii) a créé une relation
    PNDM,         incluent       de respect mutuel sur le long terme au titre de la formalisation des moyens de
                                 subsistance des récupérateurs de déchets.
    des      dispositions
    spécifiques                  Les principales leçons tirées dans ce cas sont que (i) il faut soutenir l‟acceptation du
    imposant              à      travailleur informel dans l‟intégration des moyens de subsistance journalière sur une
                                 période de temps plutôt que de trouver simplement une source alternative de revenu et
    l‟entrepreneur du            (ii) l‟intégration à cette échelle prend du temps et tous les aspects des contraintes
    secteur privé, si            techniques, économiques, sociales et commerciales doivent être considérés.
    possible          avec
    l‟assistance d‟ONG,
    de      faire      des
    propositions sur les
    aspects sociaux, y compris des activités de tri et l‟intégration des travailleurs informels, aux fins de
    les inclure dans le contrat d‟exploitation final. Ces propositions doivent tenir compte des
    recommandations contenues dans l‟étude d‟impact environnemental et social correspondante et elles
    doivent être évaluées au titre des critères d‟attribution des contrats.

98. A l‟avenir, la deuxième PSIA, actuellement en cours de préparation, évaluera les progrès et les
    réalisations de la première série d‟actions, en particulier (i) les effets de l‟inclusion des aspects
    sociaux dans les contrats avec le secteur privé et les accords de partenariat ; (ii) la portée et l‟impact
                                                              32
    de l‟intervention des OCS ; (iii) la façon dont la reconnaissance officielle du statut des récupérateurs
    de déchets a influencé leurs conditions de vie, professionnelles et sanitaires ; (iv) l‟impact social sur
    les clients défavorisés du coût accru des services de déchets solides résultant des réformes du secteur ;
    et (v) l‟impact social résultant du transfert de la prestation des services pour les déchets solides de la
    régie communale à la gestion déléguée.

        C.      STATUT DES DECLENCHEURS DU PPD2 ET ACTIONS EN SUSPENS

99. Alors que les progrès ont été excellents dans la première opération avec l‟établissement d‟un cadre
    national pour mettre en œuvre la politique nationale et l‟assurance de l‟engagement continu de tous
    les ministères concernés et des organismes nationaux, ce second PPD se focalise plus étroitement sur
    les actions de politique requises pour en enraciner les impacts au niveau local, là où se matérialisent
    la mise en œuvre réelle de la politique de GDM et ses résultats.

    La matrice de politique du programme (jointe à l‟Annexe 3) comprend des actions clés basées sur le
    programme de réforme du GM et alignées sur celui-ci. Dans le cadre de la première opération, neuf
    actions étaient identifiées comme des déclencheurs indicatifs devant être vérifiés pour démarrer la
    préparation du PPD2. Leur portée et leur justification étaient décrites dans le document de
    programme de la première opération, et elles sont résumées ci-dessous. Huit (8) de ces actions ont été
    réalisées, et il ne reste qu‟un déclencheur indicatif qui se trouve retardé. En conséquence il y a 8
    actions préalables pour le PPD2 (voir ci-dessous). Certains déclencheurs ont été reformulés pour
    améliorer leur clarté et leur spécificité sans changer l‟esprit original de l‟activité (voir Tableau 6).

        DOMAINE 1 – GOUVERNANCE DU SECTEUR DES DECHETS MENAGERS

100.    Dans ce domaine de réforme, quatre déclencheurs indicatifs du PPD2 ont été confirmés avec
    l‟objectif de solidifier et de mettre en œuvre les mesures entreprises dans le PPD1, y compris :

101.     La Commission Nationale du Programme National de Gestion des Déchets Ménagers s’est
    réunie au moins deux fois par an au cours de l’année civile 2009 et de l’année civile 2010, pour
    la coordination, le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du Programme National de Gestion
    des Déchets Ménagers, y compris la revue et l‟approbation des rapports d‟avancement et des plans
    d‟action annuels. Cette action a été retenue pour assurer une coordination et une consultation
    efficaces et transparentes dans la préparation et l‟adoption du programme de travail annuel du PNDM,
    ainsi que d‟assurer une allocation appropriée des ressources mobilisées dans le cadre de chaque loi
    budgétaire annuelle. Un engagement constant et soutenu des deux ministères d‟exécution et du
    Ministère des Finances est essentiel dans ce secteur multidimensionnel.

102.    Deux commissions régionales pour l’examen et la validation des plans directeurs
    provinciaux et préfectoraux des déchets ménagers ont été établies et sont opérationnelles. Cette
    action, la première de son genre au Maroc, crée un cadre institutionnel au niveau local sur la voie de
    l‟exécution efficace de la loi des déchets solides en termes de planification du secteur. Elle assurera
    un processus consultatif et de décision pour l‟examen et la validation de plans directeurs des déchets
    solides au niveau régional impliquant des représentants des entités gouvernementales locales,
    d‟associations professionnelles et de la société civile.

103.    La Commission Nationale du Programme National de Gestion des Déchets Ménagers a revu
    et approuvé les trois séries de modèles de cahiers des charges et de contrats et le Ministre de le
    Ministère de l’Intérieur a émis une circulaire pour leur diffusion et application. Cette action
    prévoit l‟un des moyens clés pour permettre aux communes de réaliser, sur le terrain, les objectifs du
    programme en termes de transparence, compétitivité et responsabilisation pour une meilleure
    participation du secteur privé à la gestion des DM. De plus, le Ministère de l‟Intérieur a émis une
    circulaire, en application de la Loi 54-05, mandatant leur application immédiate. Ces modèles sont
    aussi disponibles sur le site du Bulletin officiel des Collectivités Locales (www.bocl.gov.ma).
                                                     33
104.    Le plan d’action 2010 du Programme National de Gestion des Déchets Ménagers comprend
    un financement approprié pour la réalisation et la pérennisation d’un programme de
    communication et de sensibilisation du public. Cette action est destinée à exécuter efficacement la
    composante communication du PNDM, qui est un apport nécessaire aux changements de
    comportement du public ainsi qu‟à l‟établissement de communications entre décideurs communaux et
    le public concernant les priorités, les préoccupations et les attentes.

        DOMAINE 2 – SOUTENABILITE DES SERVICES DE DECHETS MENAGERS

105.    A l‟origine, les déclencheurs étaient : (i) la signature par le Ministre de l‟Intérieur d‟une circulaire
    sur l‟application de l‟Article 23 de la Loi 28-00 sur la redevance des déchets ménagers ; et (ii)
    l‟exécution continue d‟un programme pluriannuel de renforcement de la capacité.

106.     Le premier déclencheur indicatif n’a pas pu être réalisé à temps : la signature par le Ministre
    de l‟Intérieur d‟une circulaire sur l‟application de l‟Article 23 de la Loi 28-00 sur la redevance
    déchets. Lorsque la première opération a été préparée, cette nouvelle possibilité d‟introduire une
    redevance déchets était envisagée comme l‟outil clé pour compléter les recettes du budget général
    afin d‟assurer le renforcement de la capacité financière communale à satisfaire les charges financières
    d‟une GDS moderne et intégrée. Toutefois le GM et la Banque ont convenu que la préparation de
    cette circulaire devait être informée par une étude détaillée sur la viabilité financière du secteur
    (financée par KfW). En particulier, l‟étude doit déterminer des modalités adéquates de mise en œuvre
    de ces nouvelles sources de revenu (légales, sociales, pratiques, etc.). Bien que cette étude soit en
    cours (voir paragraphe 34), ses résultats complets ne sont pas attendus avant début 2011, après quoi il
    faudra des discussions et des consultations substantielles avant qu‟une décision concrète ne soit prise
    sur leur mise en œuvre.

107.     D’autre part, il y a une forte tendance positive dans l’évolution du revenu communal global.
    Suite à une simplification de la taxation locale, qui a réduit le nombre de taxes en fusionnant les taxes
    similaires, et à des efforts pour améliorer l‟émission et la perception, les recettes de la taxe des
    services communaux (TSC) sont passées de 1,4 milliard de MAD en 2008, à 2,6 milliards de MAD en
    2009, avec une prévision de 3,4 milliards de MAD en 2010 (les recettes cumulées réelles à compte de
    juillet 2010 sont de 44 % plus élevées qu‟elles ne l‟étaient en juillet 2009). Les recettes de la TVA
    ont également montré une forte croissance. Globalement, les revenus courants pour les communes
    urbaines ont augmenté de 17 % entre 2009 et 2008, et les données pour juillet 2010 ont montré une
    augmentation de 19% sur la même période de 2009. Ceci doit être comparé avec le coût estimé de la
    modernisation des systèmes de GDM, qui représente typiquement 10 % du revenu courant (voir
    Tableau 5 : Coût du service des déchets ménagers et données budgétaires pour quelques communes).
    Une étape supplémentaire dans l‟optimisation du potentiel fiscal local dans les villes marocaines
    devrait être franchie avec la mise en œuvre de la Loi sur les Finances locales et du décret 2-09-441, et
    avec la modernisation des directions financières des communes, avec des définitions de fonction
    revues et un nouveau système d‟information financière.

108.    De plus, les réformes récentes du cadre des finances locales ont introduit de nouveaux outils
    juridiques et administratifs (voir par. 79 et Encadré 4) pour sécuriser la budgétisation et les paiements
    aux opérateurs, ce qui, conjugué à ces améliorations sur le plan des revenus, peut assurer la viabilité
    financière à moyen terme pour les services modernisés et intégrés.

109.     Pour le long terme, le Gouvernement continuera à travailler à l’objectif de mise en œuvre
    de nouveaux outils pour la soutenabilité financière. Alors que la redevance prévue dans la Loi 28-
    00 n‟avait pour but que de compléter, et non de remplacer, les sources de revenu existantes (et sont
    donc devenues moins critiques du fait que ces sources existantes ont montré une forte croissance) elle
    a également d‟autres rôles que ne permet pas le financement actuel de la GDM par les seules recettes
    du budget général. À savoir, elle (i) donne aux collectivités locales la liberté de continuer à ajuster
    les recettes aux augmentations de coût du service des déchets (alors que le taux et l‟assiette de la TSC
                                                      34
    sont établis au niveau national) ; (ii) fournis des incitations adéquates à la réduction des quantités de
    déchets ; et (iii) capte des revenus supplémentaires provenant des gros producteurs (tels que
    restaurants, marchés, etc.). L‟étude financée par KfW déterminera, au-delà du moyen terme, quelles
    nouvelles sources de revenu (redevances spécifiques déchets) sont nécessaires ou utiles pour assurer
    la soutenabilité sur le long terme. Ces recommandations pourront inclure des mécanismes alternatifs
    pour satisfaire à l‟objectif de durabilité. Le Gouvernement marocain a confirmé son intérêt pour la
    mise en œuvre de ces outils à condition qu‟ils ne se contentent pas de dupliquer les taxes locales
    existantes (ce qui irait à l‟inverse de la simplification récente) mais s‟appliquent à des catégories bien
    définies de la population et puissent être collectées efficacement.

110.     Étant donnée l‟importance stratégique des décisions à prendre sur la base de cette étude, le GM
    impliquera au plus tôt l‟ensemble des départements concernés, et en particulier soumettra tous les
    rapports intermédiaires à un panel élargi comprenant les représentants des Directions de l‟Eau et de
    l‟Assainissement (DEA), des Finances Locales (DFL), et de la Direction Juridique du Ministère de
    l‟Intérieur; du Secrétariat d‟Etat à l‟Eau et à l‟Environnement ; de la Direction du Budget au
    Ministère des Finances et de la Direction de la Fiscalité Locale de la Trésorerie Générale.

111.     Globalement, le Gouvernement du Maroc reste engagé dans son plan pour la soutenabilité
    du secteur, et les étapes très significatives décrites ci-dessus démontrent les progrès réalisés vers
    cet objectif. Ce plan se présente comme suit (voir également par. 39 à 41) :
    (i)   Les villes conservent la responsabilité primaire de couvrir la majorité des coûts, en particulier
          par le biais de leurs budgets généraux ;
    (ii) Le Gouvernement fournit un appui financier (correspondant approximativement aux économies
          dérivant des externalités environnementales réduites) dans les trois à cinq premières années de
          chaque projet de modernisation de la GDM éligible ;
    (iii) À moyen terme, les mesures mises en œuvre couvrent à la fois les aspects coûts et recettes ; sur
          le plan des coûts, le Gouvernement favorise les décharges intercommunales et impose
          l‟utilisation des dossiers d‟appel d‟offres et des contrats améliorés ; sur le plan des recettes, la
          réforme des finances des collectivités locales devrait contribuer à l‟accroissement des
          ressources, à travers la maximisation du potentiel fiscal, et offre de nouveaux outils pour
          garantir la budgétisation et le paiement des sommes dues aux prestataires de services
          (actuellement 60 pour cent sont des opérateurs privés) ; des recettes supplémentaires sont
          également attendues du programme nouvellement développé de financement carbone ;
    (iv) Pour le long terme, les recettes des budgets généraux des communes doivent être complétées
          par un nouvel instrument (redevance déchets) à définir en détail.
112.    Le programme de renforcement des capacités sur la gestion des déchets ménagers s’est
    poursuivi au cours des années civiles 2009 et 2010, et a été intégré dans un programme de
    formation entièrement financé par le Gouvernement. Cette action cible la dimension managériale
    de la soutenabilité du secteur. Elle contribuera de manière importante à corriger le manque de
    capacité de gestion managériale, technique et financière au niveau communal. Etant donné les rôles
    clés joués par le secteur privé dans la prestation des services, cette action portera sur le renforcement
    des communes pour planifier, gérer et superviser les contrats des opérateurs privés.

    DOMAINE 3 – CONSIDERATIONS ENVIRONNEMENTALES ET SOCIALES

113.    Trois déclencheurs pour le PPD2 ont été identifiés dans le domaine de la politique
    environnementale et sociale.

114.    Trois comités régionaux d’EIE ont été établis et sont opérationnels. L‟intention de cette
    action est de démontrer l‟engagement du Gouvernement à atteindre un cadre cohérent et complet pour
    la gestion environnementale en général et un processus efficace d‟EIE pour l‟établissement de
    décharges sanitaires en particulier.


                                                     35
115.    Trois conventions de partenariat ont été signées entre le Gouvernement et les collectivités
    locales pour améliorer les pratiques d’élimination des déchets ménagers. Cette action
    gouvernementale démontrera la réalité du programme de réforme par l‟établissement effectif de
    décharges sanitaires et la réhabilitation et la fermeture des décharges spontanées. L‟indicateur -cible
    quantitatif correspondant tient compte d‟un échéancier réaliste et des défis potentiels de la mise en
    œuvre de ces infrastructures. Sur le terrain, les résultats fourniront une incitation pour que des
    communes supplémentaires demandent un appui financier pour les investissements en GDM, en
    intensifiant la dynamique de l‟exécution de la réforme tout en incorporant les leçons tirées des
    investissements initiaux.

116.    Le plan d’action 2010 du Programme National de Gestion des Déchets Ménagers comprend
    un financement approprié pour l’élargissement des programmes d’intégration sociale aux
    investissements pour l’élimination des déchets appuyés par le Programme National de Gestion
    des Déchets Ménagers. Cette action a été choisie pour démontrer l‟engagement du Gouvernement à
    incorporer les préoccupations sociales dans les projets appuyés par le PNDM. Elle assurera que le
    Gouvernement accorde dans le même temps une attention accrue à s‟assurer que les autorités locales
    tiennent compte des impacts négatifs des Investissements de GDM. Egalement pour la première fois,
    le Plan d‟action de 2010 du PNDM considère „la dimension sociale du PNDM‟ comme essentielle à
    la réussite de la réforme et inclut des ressources substantielles pour la résolution des problèmes
    sociaux dans certains sites d‟investissement importants.




                                                    36
                                           Tableau 6 : Statut des déclencheurs indicatifs pour le PPD2


Domaine de            Déclencheurs           Action préalable au         Statut
politique et          indicatifs pour le     PPD2 proposé
objectifs du          PPD2
programme
Domaine 1 - Gouvernance du secteur des déchets ménagers
1A        Promouvoir La CN-PNDM se           La        Commission        Satisfait. La CN-PNDM s‟est réunie cinq fois depuis janvier
la consistance et la  réunit au moins deux Nationale               du    2009 sur les questions suivantes : (i) approbation du plan
transparence des      fois l‟an pour         Programme National          d‟action 2009 ; (ii) validation du mécanisme d‟appui
actions de l‟Etat     coordonner, examiner de       Gestion       des    financier et de l‟approche des considérations sociales du
dans le secteur des   et évaluer l‟exécution Déchets      Ménagers       PNDM; (iii) examen des progrès des plans d‟actions de 2008
déchets ménagers      du PNDM.               s‟est réunie au moins       et 2009 (réunion du 11 juin 2009) et (iv) évaluation du
                                             deux fois par an au         développement de politique à travers la matrice de
                                             cours de l‟année            déclencheurs en préparation pour le PPD2 (réunion du 3
                                             civile 2009 et de           décembre 2009).
                                             l‟année civile 2010,
                                             pour la coordination,
                                             le       suivi         et
                                             l‟évaluation de la
                                             mise en œuvre du
                                             Programme National
                                             de     Gestion       des
                                             Déchets Ménagers.
1B        Assurer     Commissions            Deux commissions            Satisfait. Ces commissions sont maintenant opérationnelles
l‟exécution de la Loi régionales pour        régionales pour             dans quatre régions : Chichoua, Mohammedia, Kenitra,
28-00 sur les déchets l‟examen et la         l‟examen et la              Tétouan. Le plan directeur de GDM pour Tétouan a été
solides et, à travers validation de plans    validation des plans        validé.
elle, l‟exécution de  directeurs             directeurs
la politique          provinciaux et         provinciaux et
nationale des         préfectoraux de GDM préfectoraux des
déchets solides       établies et            déchets ménagers ont
                      opérationnelles dans   été établies et sont
                      au moins deux          opérationnelles.
                      régions conformes à


                                                                         37
                      la législation
                      pertinente.
1C       Améliorer la L‟adoption par la         La Commission              Satisfait. Les dossiers types d‟appels d‟offres et les modèles
transparence, la      CN-PNDM de                Nationale du               de contrats ont été approuvés en septembre 2010 par la
compétition et la     documents modèles         Programme National         réunion de la CN-PNDM.
responsabilisation    d‟appels d‟offres et      de Gestion des
dans la sous-         de contrats révisés à     Déchets Ménagers a         En application de la Loi 54-05, une Circulaire a été signée pat
traitance de GDM au utiliser à partir de        revu et approuvé les       le Ministère de l‟Intérieur le 4 octobre 2010 qui impose
secteur privé         2010.                     trois séries de            l‟usage de ces documents types pour tous les contrats de
                                                modèles de cahiers         GDM avec le secteur privé.
                                                des charges et de
                                                contrats et le Ministre
                                                de l‟Intérieur a émis
                                                une circulaire pour
                                                leur diffusion et
                                                application
Changer             le Lancement en 2009 Le plan d‟action 2010             Satisfait. Le plan d‟action du PNDM 2010 inclut 3 millions
comportement           d‟un        programme du             Programme      de MAD pour une campagne de communication et de
public et améliorer entièrement financé National de Gestion                sensibilisation publique. Le contrat de consultation pour
la prise de décisions de communication et des                   Déchets    préparer la campagne a été signé. Le consultant a soumis sa
communale              de       sensibilisation Ménagers comprend          méthodologie.
concernant         les publique sur les un                 financement
pratiques de gestion problèmes de déchets approprié pour la                Bien que ce calendrier assure la contribution du programme
des            déchets solides à travers le réalisation         et    la   aux résultats attendus, ce résultat ne sera pas mesurable sur le
ménagers               PNDM.                    pérennisation      d‟un    court terme étant donné le temps qu‟il faut pour influencer les
                                                programme            de    perceptions publiques. Il sera donc important pour le
                                                communication et de        Gouvernement d‟assurer un appui continu aux campagnes de
                                                sensibilisation      du    sensibilisation publique, au-delà de l‟opération proposée.
                                                public
Domaine 2 – Soutenabilité des services des déchets ménagers
2A       Renforcer la Signature d‟une           (Aucune)                   Le Gouvernement est engagé à poursuivre la progression vers
capacité financière    circulaire par le                                   l‟objectif de soutenabilité financière à long terme. Une étude
communale pour         Ministre de                                         en cours financée par KfW identifier des outils et actions
satisfaire les         l‟Intérieur sur                                     pour mobiliser de nouvelles sources de revenus nécessaires à
conditions             l‟application de                                    l‟atteinte de cet objectif, et en particulier évaluera les options
financières pour une l‟Article 23 de la Loi                                d‟introduction d‟une redevance déchets spécifiques, prévue


                                                                           38
GDM moderne et         28-00 sur les                              par la loi 28-00, et qui viendrait en complément des recettes
intégrée               redevances des                             des budgets généraux. Étant donnée l‟importance stratégique
                       usagers pour les                           des décisions à prendre sur la base de cette étude, le GM
                       déchets ménagers.                          impliquera l‟ensemble des départements concernés dans la
                                                                  validation de ses résultats et recommandations. L‟étude a été
                                                                  lancée en mai 2010 et devrait se terminer début 2011.

2B      Améliorer le   (Aucun)              (Aucune)
coût-efficacité des
services de GDM
2C      Renforcer la   Exécution continueLe programme de          Satisfait. Le programme est exécuté par l‟institut de
capacité communale     d‟un programme    renforcement des         formation de l‟ONEP dans un cadre d‟accord de passation
pour gérer             pluriannuel de    capacités sur la         des marchés avec la Direction de la Formation des Cadres du
efficacement les       renforcement de lagestion des déchets      MI. Une première session de formation pour les formateurs a
services de déchets    capacité.         ménagers s‟est           pris place en juin. Une autre a été lancée en septembre.
ménagers                                 poursuivi au cours
                                         des années civiles
                                         2009 et 2010, et a été
                                         intégré dans un
                                         programme de
                                         formation
                                         entièrement financé
                                         par le Gouvernement
Domaine 3 – Considérations environnementales et sociales
3A      Mettre à     Etablissement et    Trois comités            Satisfait. En mars 2009, le Ministre de l‟Intérieur et le
niveau et            opérationnalisation régionaux d‟EIE ont      Secrétaire d‟Etat à l‟Eau et l‟Environnement ont publié
opérationnaliser le  d‟au moins trois    été établis et sont      conjointement une circulaire pour l‟établissement de comités
système existant     comités régionaux   opérationnels.           régionaux, en conformité au Décret No. 2-04-563 du 4
d‟EIE aux niveaux    d‟EIE.                                       novembre 2008. Des 16 comités établis, neuf ont tenu une
national et régional                                              première réunion en 2009 et deux autres ont tenu leur
                                                                  première réunion en 2010. Bien qu‟ils n‟aient pas encore
                                                                  tous soumis de rapports d‟activité au SEEE, au moins quatre
                                                                  comités (Tafilalet-Meknès, Doukkala-Abda, Tadla-Azilal,
                                                                  Tanger-Tetouan) ont examiné plus de 10 EIE relatives à des
                                                                  projets locaux avec des investissements inférieurs au seuil de
                                                                  200 millions de MAD.


                                                                  39
3B      Améliorer la   Lancement de la         Trois conventions de     Satisfait. Trois projets de gestion intégrée des déchets
performance            construction d‟au       partenariat ont été      ménagers ont été lancés depuis l‟approbation du PPD1
environnementale du    moins trois nouvelles   signées entre le         (Nador, Beni Mellal, Marrakech et Casablanca).         La
secteur des déchets    décharges contrôlées    Gouvernement et les      construction de décharges contrôlées à Nador, Beni Mellal
solides                et fermeture ou         collectivités locales    est en cours. Celle de Marrakech est sur le point de
                       réhabilitation d‟au     pour améliorer les       commencer. Les travaux relatifs à la clôture de décharges
                       moins trois décharges   pratiques                spontanées existantes à Nador, Casablanca et Laarache ont
                       spontanées avant        d‟élimination des        également commencé.
                       mars 2010.              déchets ménagers.
                                                                        Trois conventions ont été signées.
3C      Améliorer la   Extension des           Le plan d‟action 2010    Satisfait. Les nouveaux contrats avec le secteur privé
performance sociale    programmes              du Programme             incluront une disposition pour régler les problèmes des
du secteur des         d‟inclusion sociale     National de Gestion      récupérateurs de déchets. Toutes les nouvelles conventions
déchets solides        aux investissements     des Déchets              d‟appui au PNDM exigent que les CL préparent un plan
                       dans l‟élimination      Ménagers comprend        d‟action pour les aspects sociaux. Une enveloppe spécifique
                       appuyés par le          un financement           est allouée dans le budget du PNDM pour l‟EB2010 pour
                       PNDM.                   approprié pour           appuyer les CL dans leur traitement des questions sociales à
                                               l‟élargissement des      Casablanca et Agadir.
                                               programmes
                                               d‟intégration sociale
                                               aux investissements
                                               pour l‟élimination des
                                               déchets appuyés par
                                               le Programme
                                               National de Gestion
                                               des Déchets
                                               Ménagers.




                                                                        40
        D.       PERSPECTIVES FUTURES POUR L’ENGAGEMENT DE LA BANQUE

117.     A travers ces deux opérations, la Banque s‟est établie comme un interlocuteur apprécié dans le
    domaine des déchets solides. Comme exprimé dans sa lettre de politique de développement, le GM a
    fait part de son grand intérêt pour la poursuite de l‟engagement de la Banque à appuyer la réforme du
    secteur au-delà du PPD2. Après cette opération, le cadre légal et réglementaire pour la stratégie
    nationale des déchets ménagers sera en place en grande partie, mais non entièrement. Le prochain
    défi sera d‟assurer que les Départements de l‟Intérieur et de l‟Environnement et les collectivités
    locales continuent à développer les systèmes et la capacité technique, financière et de gestion pour
    exécuter, suivre et réguler des systèmes modernisés. Par exemple, la poursuite du développement de
    la participation du secteur privé et la consolidation des résultats atteints à ce jour requièrent la
    maîtrise des pratiques de gestion de contrats dans les collectivités locales; assurer une performance
    environnementale durable requiert l‟expansion de mécanismes indépendants d‟audit/inspection au
    niveau national et local. Et comme noté aux par. 110 ci-dessus, la soutenabilité financière à long
    terme au niveau communal, le suivi et le contrôle environnemental, et des capacités renforcées de
    préparation et de gestion des projets au niveau local requerront des mesures supplémentaires qui
    restent encore à définir et à mettre en œuvre. Choisir l‟instrument approprié pour répondre à ces défis
    nécessitera d‟autres discussions tant avec le Gouvernement qu‟avec d‟autres bailleurs de fonds actifs
    dans le secteur.

118.     Vue l‟efficacité de cette opération de politique de développement pour fournir un environnement
    clair et propice à la réforme d‟un service communal majeur, ainsi que vu l‟agenda des villes
    émergentes face au changement climatique, une option que l‟équipe pourrait examiner est un
    élargissement possible de l‟approche pour couvrir les réformes requises dans d‟autres services urbains
    pour que le Maroc réponde aux défis et aux besoins d‟investissement de l‟urbanisation. Ceci
    capitaliserait sur les progrès accomplis avec toutes les opérations de politique de développement liées
    à l‟urbain (eau, habitat, déchets solides et transport urbain) et serait conforme aux objectifs du CPS
    sur le développement territorial et le changement climatique.

VI.     EXECUTION DU PROJET

        A.       IMPACTS SUR LA PAUVRETE ET LE SOCIAL

119.    Le concept de l’opération prend en compte les résultats d’une analyse des impacts socio-
    économiques potentiels des réformes de gestion des déchets solides. Une analyse de l'impact sur
    la pauvreté et le social (PSIA) a été conduite entre mars et juin 2008 afin de : (i) établir la situation de
    référence concernant la taille du secteur informel des déchets solides et les caractéristiques des
    groupes et individus concernés, ainsi que l‟importance économique des activités de ramassage des
    déchets dans leurs moyens d‟existence ; (ii) déterminer les effets négatifs et positifs probables des
    réformes ; (iii) identifier les options disponibles pouvant permettre d‟atténuer les impacts négatifs et
    de maximiser les avantages potentiels ; et (iv) identifier quels sont les besoins en analyses et données
    nécessaires à la mise en œuvre du second PPD proposé. L‟analyse a bénéficié des contributions
    apportées par des décideurs à différents niveaux ainsi que par plusieurs organisations de la société
    civile. Dans ce sens, elle a servi de plateforme à la consultation des parties engagées dans le
    processus sur les objectifs et sur les dimensions plus générales du programme de réforme. Cette
    partie du document de projet met en lumière les conclusions principales de l'analyse et comment elles
    ont permis d‟informer la Matrice de politique.

120.    Le système informel de collecte et de recyclage des déchets joue un rôle important dans les
    moyens d’existence des catégories sociales marginalisées. Le nombre d‟individus qui tirent une
    partie importante de leurs revenus de la récupération sur les décharges est estimé à 5.500. Parmi eux,
    3.500 sont directement impliqués dans le ramassage et le recyclage informel des déchets et 2.000 sont
                                                      41
    des bergers. Ces chiffres peuvent augmenter selon la saison en fonction du taux de croissance de
    l'économie. En temps normal, certains de ces individus ne sont pas des récupérateurs de déchets,
    mais des chocs systémiques ou d‟autres catastrophes peuvent néanmoins les pousser à se rendre dans
    les décharges dans l‟espoir d‟augmenter un peu leur revenu. Le revenu mensuel moyen d‟un
    ramasseur de déchets est de 2.300 dirhams marocains par mois et le revenu supplémentaire tiré de la
    surveillance d‟un troupeau tourne autour de 1.000 dirhams marocains par mois. Parmi les
    récupérateurs actifs, on estime à 20 pour cent la part des femmes ; 15 pour cent des récupérateurs
    actifs ont moins de 18 ans et 10 pour cent ont plus de 65 ans. Les externalités sociales négatives de la
    récupération informelle des déchets comprennent notamment des impacts négatifs sur l'éducation des
    enfants et des risques pour la santé de tous les récupérateurs de déchets.

121.     Sans mesures d’atténuation adéquates, les réformes risquent d’avoir des impacts négatifs
    directs importants sur les récupérateurs et des impacts indirects sur d’autres groupes sociaux et
    d’autres secteurs économiques. La fermeture des décharges sans mesures d‟accompagnement
    engendrera pour beaucoup la perte d‟emplois, de revenus, voire d‟habitat, la perte économique totale
    étant estimée à 88 millions de Dirhams marocains par an. L‟expérience passée des fermetures des
    sites de Fès, d'Oujda et d‟El Jadida, a montré que 20 à 30 pour cent des récupérateurs qui
    normalement collectaient des déchets sur ces sites étaient amenés à se rabattre sur la collecte de
    déchets récupérables dans les rues des grandes villes, en y reportant par conséquent le problème.
    Entre 200 et 300 familles vivant dans le périmètre des décharges risquent de perdre leur habitation.
    En outre, la diminution importante du volume des matières recyclables engendrerait une perte
    supplémentaire : les industries ayant normalement recours au recyclage informel devant alors se
    tourner vers des importations. Une réduction de 15 pour cent de la quantité de matériaux recyclés
    (estimation conservatrice de la quantité provenant des activités informelles) se traduirait par une
    augmentation de 30 pour cent des coûts des intrants, en raison des prix et des taxes plus élevés.

122.    Toute solution durable doit être mise en œuvre en sensibilisant préalablement les décideurs,
    surtout au niveau local. L‟analyse a révélé un niveau de sensibilisation insuffisant du
    fonctionnement et des enjeux relatifs au secteur informel des déchets, ainsi que des impacts négatifs
    des réformes en cours. Le fait que le Gouvernement du Maroc porte une attention notable aux
    problèmes de pauvreté et d‟exclusion donne la possibilité de remédier à cette situation. En plus d‟une
    gamme d‟options visant à intégrer les travailleurs informels dans le système de gestion des déchets
    officiel et à permettre la reconversion d‟autres groupes vers différentes activités, l‟analyse propose
    également une série d'actions visant à sensibiliser les décideurs et le secteur privé aux problèmes
    majeurs. Dans cette optique, la matrice de politique comprend l‟introduction d‟outils d‟évaluation de
    l‟impact social et environnemental visant à reconnaître le rôle du secteur informel des déchets et les
    impacts négatifs de la fermeture des décharges et à les placer au centre des discussions.

123.     Le secteur privé et la société civile jouent un rôle fondamental pour atténuer les effets
    négatifs de la fermeture des décharges et protéger et renforcer le rôle économique joué par le
    secteur informel. Le PSIA propose une méthode d‟intégration des travailleurs informels au sein des
    activités des entreprises de ramassage privées, fondée sur une expérience récente ayant vu aboutir
    avec succès la reconversion du site de Rabat/Akreuch/Oum Azza. La matrice appelle donc à
    l'inclusion, dans les documents et contrats normalisés des entreprises du secteur, de dispositions
    portant sur l'intégration des travailleurs informels. Toujours en se fondant sur cette expérience, le
    PSIA décrit plus en avant le rôle des organisations de la société civile dans la facilitation des relations
    entre les travailleurs informels et et les acteurs du secteur privé et propose un choix de mesures liées à
    la réintégration, à la reconversion et à la scolarisation devant être mises en œuvre en partenariat avec
    les organisations de la société civile.

124.    L’action préalable relative à la dimension de soutenabilité sociale de la seconde opération a
    été accomplie. Cette action préalable – qui consiste à assurer l‟extension des programmes
    d‟inclusion sociale aux investissements de traitement des déchets appuyés par le PNDM – est remplie
    en généralisant l‟inclusion de dispositions pour la gestion des aspects sociaux de la réforme et des
                                                      42
    investissements de GDM dans les dossiers d‟appel d‟offres types et dans les modèles de contrat avec
    le secteur privé. Les contrats pour les nouveaux sites d‟investissement soutenus par le PNDM
    (Marrakech, Beni Mellal, Benslimane, Khourigba) incluent des clauses portant sur l‟organisation et la
    réabsorption des récupérateurs de déchets informels au travers des nouveaux investissements. Dans
    le cadre d‟une modification de contrat pour la réalisation et la gestion de la décharge de Casablanca
    (dont le contrat initial est antérieur au PNDM), les autorités ont demandé au Gouvernement un appui
    en termes de financement et d‟assistance technique pour résoudre le problème du secteur informel,
    qui a été inclus dans le plan d‟action du PNDM de l‟EB2010. Pour Agadir, les autorités locales ont
    demandé l‟assistance du Gouvernement pour développer un centre de recyclage avec une capacité de
    130 travailleurs. Une étude de faisabilité a été réalisée et un plan d‟action est en cours de préparation.

125.     Le Gouvernement porte dans le même temps une attention accrue à la prise en compte par
    les autorités locales des impacts négatifs des investissements dans la GDM. Pour la première fois,
    le plan d‟action 2011 du PNDM conjoint aux Ministères de l‟Intérieur et de l‟Environnement
    considère „la dimension sociale du PNDM‟ comme critique à la réussite de la réforme tout en lui
    réservant dans le même temps des ressources substantielles (10,5 millions de MAD) pour sa
    résolution dans deux sites importants d‟investissement (Casablanca et Agadir). Consciente que la
    sensibilisation et les capacités des autorités locales sont essentielles à la performance de cette
    architecture institutionnelle développée dans le cadre du PPD1 et du PPD2, l‟Unité de gestion du
    PNDM au sein du Ministère de l‟Intérieur établit un programme d‟assistance technique visant à : a)
    appuyer le développement d‟un plan d‟action sociale spécifique à Casablanca ; b) renforcer la
    considération des aspects sociaux dans les évaluations d‟impact environnemental et les études de
    faisabilité et c) appuyer les capacités des autorités locales à soumettre des plans d‟action sociale dans
    le cadre de leurs demandes de financement du PNDM.

126.    Un PSIA de suivi financé par le PNUD et la Coopération belge et parfaitement approprié
    par le Gouvernement est en cours de finalisation. Le PSIA2 porte sur les récupérateurs de rue
    dans les zones urbaines. Les conclusions préliminaires estiment que la population totale des
    récupérateurs de rue informels dans les zones urbaines s‟élève à 5 300 pour le pays tout entier. Si
    l‟on regarde le profil socio-économique des récupérateurs urbains de déchets et qu‟on le compare à la
    situation sur les décharges, l‟étude note l‟absence presque totale de femmes et un nombre
    relativement élevé de jeunes (13-18 ans) mais une absence relative d‟enfants dans le segment collecte
    de la chaîne. Grosso modo 30 % des récupérateurs de déchets des rues sont analphabètes. Les
    revenus du ramassage des rues tournent autour de 100 MAD par jour, avec des hauts de près de 200
    MAD, faisant du ramassage informel de déchets une occupation plus profitable que nombre
    d‟emplois formels.

127.    L’étude souligne l’effet gagnant-gagnant d’une solution organique au ramassage des
    déchets dans les zones urbaines, comme cela se produit pour le ramassage dans les décharges.
    Tout d‟abord, elle souligne le potentiel économique du secteur informel en termes de valorisation et
    de recyclage (306.000 tonnes/an égal 8,8 % du total des déchets produits) et son organisation
    croissante par les „intermédiaires‟ formels (industries de gros et de petit recyclage). Ensuite, le
    passage aux opérateurs du secteur privé (gestion déléguée) loin des opérateurs publics (gestion
    directe) prévu par le programme de réforme n‟aura probablement pas d‟impacts négatifs importants
    sur les récupérateurs de rue informels : ce groupe continue normalement à fonctionner comme avant,
    et une relation conflictuelle entre récupérateurs de déchets urbains et opérateurs du secteur privé tend
    à se développer en raison de „l‟interférence‟ des premiers dans les activités de collecte. L‟étude
    conclut en recommandant deux options possibles, à tester sous forme de pilotes, visant l‟incorporation
    des récupérateurs de rue dans l‟activité formelle de collecte. Ces options comprennent : a)
    l‟organisation des récupérateurs de rue en coopératives travaillant côte à côte avec les opérateurs
    privés ; et b) l‟organisation des récupérateurs de rue par une entreprise de recyclage dans le recyclage
    sélectif à niveau industriel.


                                                     43
128.    Le rapport final du PSIA qui devrait être disponible d‟ici la date de présentation au Conseil
    d‟administration, sera présenté au comité de pilotage composé des Ministères de l‟Intérieur et de
    l‟Environnement, ainsi que du PNUD, de la GTZ et de la Banque mondiale. La composante du PSIA
    relative à l‟impact de l‟introduction de redevances de recouvrement des coûts a été abandonnée en
    raison des retards dans l‟étude financée par KfW sur le financement local et de l‟élimination des
    mesures apparentées de la matrice de politique.



        B.      ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX

129.    Une évaluation des impacts potentiels, des politiques appuyées, sur l‟environnement et les
    ressources naturelles a été entreprise, et a conclu que les mesures appuyées par le programme proposé
    auront des effets positifs considérables sur l‟environnement. L‟exécution des premières phases du
    programme de réforme a permis des progrès considérables sur le cadre réglementaire et institutionnel
    du pays dans le domaine de l‟environnement. Le Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Eau et de
    l‟Environnement au sein du Ministère de l‟Energie, de l‟Eau et de l‟Environnement abrite un
    Departement pour l‟Environnement pleinement déployé au niveau central et, plus récemment, au
    niveau régional. Le système est maintenant essentiellement cohérent et complet. Le processus d‟EIE
    est en cours de renforcement au niveau régional. A cet effet, des comités régionaux d‟EIE ont été
    établis dans l‟ensemble du Royaume et sont opérationnels. Conformément à la loi de sur les EIE, ils
    examinent et approuvent l‟impact sur l‟environnement dans leurs régions, pour des projets coûtant
    moins de 200 millions de MAD. L‟opérationnalisation de ces comités régionaux favorisera la
    participation locale dans le système de gestion des EIE et réduira les retards dans l‟examen et
    l‟approbation des évaluations d‟impact. A titre de confirmation supplémentaire de l‟engagement du
    pays dans la promotion de la soutenabilité environnementale, il faut souligner que le 31 juillet 2009,
    S.M. le Roi du Maroc a demandé la préparation d‟une Charte de l‟environnement et du
    développement durable. Officiellement parachevée en avril 2010, la Charte définit les principes de
    durabilité qui devraient accompagner l‟agenda de développement du pays. Suite à cette initiative, la
    préparation d‟une loi sur l‟environnement et le développement durable sera lancée sur le court terme,
    afin de traduire les principes adoptés dans la Charte.

130.    Suite à l‟approbation de sa première loi sur la gestion des déchets solides (Loi 28-00) de
    décembre 2006, la loi sur la protection de l‟environnement et la loi sur les EIE, le Maroc a maintenant
    presque compléter la législation requise dans le secteur des déchets ménagers, à savoir en publiant les
    décrets relatifs à la classification des déchets, les spécifications techniques et les normes en matière
    d‟enfouissement sanitaire et les circulaires relatives à l‟établissement des commissions régionales
    pour l‟examen et la validation des plans directeurs provinciaux et préfectoraux de GDM.

131.    Parallèlement à la préparation du PPD, la Banque mondiale a terminé une revue de diagnostic des
    sauvegardes (SDR) aux fins d‟utilisation des systèmes nationaux du pays (UCS) pour l‟EIE dans le
    secteur de l‟eau. Même si le PPD devait être conforme à la Politique opérationnelle 8.60 tout en
    n‟étant pas soumis aux exigences de sauvegardes selon les Politiques de Sauvegarde de la Banque
    Mondiale, il a été jugé utile et approprié de conduire au début de 2008 une analyse des implications
    environnementales et sociales des réformes de politique appuyées par le PPD sous le format d‟un
    SDR, qui est un outil utilisé pour évaluer les systèmes d‟équivalence et d‟acceptabilité des systèmes
    nationaux du pays, comparés, dans le cas de l‟évaluation environnementale, à un ensemble de
    principes définis dans la Politique opérationnelle 4.00.

132.    Un processus de SDR a été initié pour le secteur des déchets en 2008 et sera terminé au titre du
    programme de MDP devant être exécuté par le FEC. Les conclusions initiales du SDR ont déterminé
    que les lois et les réglements d‟EIE du Maroc sont généralement équivalents aux objectifs et aux
    principes opérationnels de l‟OP 4.00, et que la mise en application des ces lois et réglements était
    également conforme à cette norme. Certaines lacunes initiales relatives en particulier à la
                                                    44
    consultation publique, ont depuis été comblées, ce qui a permis l‟achèvement réussi du SDR dans le
    secteur de l‟eau mentionné ci-dessus. La faiblesse de la capacité au sein de la nouvelle configuration
    institutionnelle a été également soulevée comme une lacune potentielle. A cet effet, le GM a pris des
    mesures crédibles pour combler cette lacune en réitérant son engagement dans le cadre de la Charte
    de l‟environnement récemment adoptée. Un manuel pour l‟examen et l‟approbation des EIE a été
    transmis aux Comités régionaux pour application, et un programme de formation de formation sur son
    utilisation est en cours d‟exécution avec le soutien de la GTZ.

133.    En particulier, d‟autres domaines d‟amélioration seraient les suivants : (i) améliorer la
    disponibilité de ressources humaines et financières au profit comités régionaux d‟EIE pour l‟examen
    des rapports d‟EIE, (ii) systématiser la consultation publique conformément à la Loi # 12-03 sur les
    EIE et la divulgation des rapports des EIE, et (iii) assurer le suivi et l‟application systématiques des
    mesures d‟atténuation des EIE aux niveaux national et local.

134.     Impacts positifs potentiels : Les principales retombées positives des mesures politiques appuyées
    par le programme de PPD, comprennent : i) une amélioration de la santé publique grâce à la collecte,
    au transport et au traitement appropriés des déchets ménagers ; ii) une diminution des risques la
    contamination potentielle des aquifères et des eaux de surface; iii) une réduction de la pollution due à
    l‟incinération des déchets à l‟air libre ; iv) une meilleure gestion des déchets, avec une attention
    particulière portée au traitement des déchets et à leur ennfouissement dans des décharges contrôlées ;
    v) la protection de l‟environnement golobal par l‟attenuation de gaz méthane et, vi) le renforcement
    du pouvoir des collectivités locales en tant que responsable de la gestion intégrée des déchets.

135.    De plus, la contribution positive de l‟opération proposée consiste en l‟intégration de la dimension
    environnementale et sociale au secteur de la gestion des déchets ainsi dans que la prise en compte
    globale de l‟environnement au niveau local, en intégrant des mécanismes opérationnels propres dans
    le mode de fonctionnement quotidien du secteur des déchets. Plus concrètement, le troisième pilier
    du PPD est essentiellement axé sur l'environnement et l'aspect social. Il a établi des termes de
    référence pour l‟EIE, qui seront utilisés par tous les opérateur et exige que les plans d‟atténuation des
    impacts environnementaux et sociaux soient inclus dans les contrats de GDS et assure également que
    les programmes sociaux en faveur des récupérateurs de déchets sointt mis en place, conformément au
    PSIA.

136.     Le programme appuie également le développement du premier programme d‟activités de MDP
    dans le secteur des déchets solides au Maroc. Outre la réduction de manière importante les émissions
    de GES par rapport aux émissions qui se produiraient en l‟absence des activités proposées et
    contribuer aux efforts d‟atténuation du changement climatique du Maroc, le programme produira des
    avantages environnementaux et socioéconomiques locaux à travers la promotion d‟une approche de
    gestion intégrée de la GDM. En termes d‟avantages environnementaux, la destruction des gaz
    produits au niveau décharge contribuera à (i) la réduction de la pollution atmosphérique locale dans le
    voisinage des sites de décharge, (ii) au contrôle des risques pour la sécurité et des risques pour la
    santé publique associés à l‟évacuation des déchets ménagers dans des décharges ouvertes et non
    contrôlées, (iii) la minimisation de la migration des gaz de décharge et des risques associés aux
    incendies dans les zones avoisinantes des sites de décharges, et (iv) la génération d‟électricité a partir
    une source renouvelable i.e., biogaz des déchets ménagers. Les avantages socioéconomiques du
    programme sont associés à (i) une amélioration de la qualité de vie des communautés vivant près des
    sites de décharges, (ii) le renforcement de la capacité pour le développement de projets de technologie
    propre au Maroc, (iii) une plus grande sensibilisation aux pratiques de développement durable, et (iv)
    la création d‟opportunités d‟emploi à court et long terme pour installer, faire fonctionner et maintenir
    les systèmes de collecte et valorisation des gaz de décharges.

137.    Impacts négatifs potentiels : Les avantages sociaux et environnementaux mentionnés ci-dessus,
    qui bénéficient des réformes soutenues par le PPD, devraient dépasser largement les impacts négatifs
    potentiels. Ces derniers , non très signficatifs, sont souvent liés aux risques d‟un usage inapproprié
                                                     45
     des infrastructures de traitement des déchets appuyées par le PNDM. Par exemple, le GM conscient
     de ces risques, est engagé pour la mise en place des mesures et des actions afin de les contenir. Il a
     établi pour cela des critères spécifiques d‟incitation financiere pour les communes. Ces derniers sont
     basés sur des principes d‟équité, de transparence et de protection sociale et environnementale. Pour
     en bénéficier, chaque ville devra a) préparer une EIE selon des termes de référence standards ; b)
     accepter de fermer les décharges spontannées dès le début dès l‟entrée en service du nouveau site
     d‟enfouissement ; et c) mettre en place les mesures d‟integration sociale destinées aux récupérateurs.
     De plus, le PPD appuie le financement par le Gouvernement de la formation pour l‟EIE, l‟examen,
     l‟approbation et le suivi des mesures d'atténuation de l‟impact social et environnemental. Sur la base
     de ces mesures, l'évaluation a conclu que le GM a manifesté beaoucoup d‟engagement pour
     l‟attenuation des impacts négatifs potentiels de manière satisfaisante.

         C.        EXECUTION, SUIVI ET EVALUATION

138.    Responsabilités de l’exécution et de la coordination : Les mêmes mécanismes qui ont été mis en
    place pour la première opération s‟appliqueront, y compris les mécanismes suivants d‟exécution et de
    coordination :

               Le Comité directeur pour le PPD du secteur des déchets ménagers continuera à veiller sur la
                coordination du prêt au niveau ministériel.
               La Commission nationale pour le PNDM, sera responsable de la coordination, l‟examen et
                l‟évaluation du programme de réforme des déchets ménagers et du PNDM. La Commission
                nationale est dirigée par le Secrétariat d‟État chargé de l‟Eau et de l‟Environnement, et
                comprend des représentants du MF, MI, du SEEE, du MAEG et du FEC. La Commission
                nationale devra tout particulièrement veiller à faire part des progrès réalisés et à gérer la
                planification, la documentation, la coordination interministérielle et devra mettre en œuvre
                une action proactive visant à corriger tout défaut de progrès observé. La Commission
                nationale sera également chargée de la communication avec l‟équipe de supervision de la
                Banque.
               La gestion quotidienne du programme PNDM sera assurée par une unité de gestion du
                programme logée à la DGCL.

139.    Supervision par la Banque : Les missions de supervision vont permettre à la Banque de
    continuer à fournir des conseils sur les politiques et une assistance technique aux institutions
    impliquées dans l‟exécution du programme de réforme du secteur. Un rapport d‟achèvement du
    projet sera préparé six mois après la date de clôture de l‟opération proposée.

         D.        ASPECTS FIDUCIAIRES

140.     Diagnostics sur la gestion financière et évaluation des risques. Le système de finances
publiques du Maroc est régi par un cadre légal et réglementaire bien développé qui fournit des assurances
en termes de fiabilité et de transparence. Le système du Maroc est fondé sur le principe de la ségrégation
des responsabilités et de séparation des rôles entre l‟ordonnateur et le comptable public, et sur les
principes régissant le contrôle des dépenses ex ante et les audits internes et externes. Dans l‟instrument
de PPD utilisé pour exécuter le deuxième Programme du secteur des déchets ménagers, l‟acheminement
des montants du prêt au système budgétaire et ensuite aux bénéficiaires ultimes reposeront sur le système
de gestion financière du Gouvernement y compris le trésor et les contrôles. Le risque fiduciaire global au
titre de cette opération est classé « faible » en fonction de l‟examen mené durant la préparation du PPD
proposé.10 Le classement se doit en grande partie aux efforts réguliers et continus du Gouvernement et



10
  Parmi les documents de référence examinés, il y avait le PEFA 2009; le CFAA 2007 de la Banque mondiale et les rapports
d‟audit de la Banque centrale du Maroc.
                                                            46
aux réformes majeures mises en œuvre pour moderniser et améliorer l‟efficacité et la transparence du
secteur public, y compris le système de gestion des finances publiques (PFM).

141.     En réponse à la demande du Gouvernement, la Banque a préparé et publié en 2007 une
Evaluation de la responsabilité financière du pays (CFAA), suite à la CFAA de 2003. L‟expérience
acquise par la Banque au Maroc et les conclusions clés du rapport de la CFAA 2007 ont montré que le
système des finances publiques du Maroc est régi par un cadre légal et réglementaire bien développé qui
fournit généralement des assurances en termes de fiabilité et de transparence. Malgré le faible risque
fiduciaire identifié par la CFAA, le rapport a recommandé des améliorations dans un nombre de
domaines, y compris : (i) la réduction des retards dans la publication des états financiers et des comptes
de l‟Etat de fin d‟année, ainsi que la réduction du temps requis par la Cour des Comptes, à son titre de
commissaire aux comptes de l‟Etat, pour auditer les états financiers ; (ii) la simplification des contrôles
internes a priori, tout en renforçant les contrôles a posteriori et les audits internes déjà en cours ; et (iii) la
poursuite de l‟automatisation du système de finances publiques à travers le déploiement du système
d‟information de gestion.

142.     Après la CFAA de 2007, le Gouvernement a cherché à soutenir les progrès de l‟exécution dans
l‟agenda des réformes de PFM en particulier dans les domaines ayant une importance dans le contexte
fiduciaire sur la voie d‟une transparence budgétaire accrue. Les progrès réalisés dans l‟exécution du
Programme de réforme de l‟administration publique ont été largement observés, certains aspects ayant été
dépassés tandis que d‟autres ont été lents. Ainsi, dans le domaine de la gestion budgétaire, le
Gouvernement a : (i) introduit des normes de souplesse budgétaire, dans 30 ministères, permettant une
plus grande souplesse dans les transferts des ressources, ce qui représente 90 pour cent des dépenses hors
émoluments et salaires ; b) finalisé des cadres de dépenses à moyen terme (CDMT) globaux et par
secteurs dans 12 ministères, avec une généralisation des CDMT aux autres ministères en cours ; (iii)
introduit une budgétisation à base de performance (avec des indicateurs de performance explicites) dans
22 ministères, avec une généralisation aux autres ministères en cours ; et (iv) achevé une étude visant à
réformer le domaine des dépenses publiques qui a conduit à l'élimination des duplications du contrôle a
priori et a permis de réunir deux des entités investies dans le projet, permettant ainsi de réduire de moitié
les lenteurs administratives visant à rendre plus efficace le traitement de la dépense publique Le
Gouvernement s‟est déjà investi dans tous les domaines précédemment cités et vise en outre à augmenter
la transparence du système budgétaire et à solidifier les normes anti-corruption tout en renforçant la
responsabilisation en matière de prestation des services par l‟introduction d‟une plateforme en ligne et
d'une future simplification des procédures.

143.    Une autre réalisation importante dans le cadre des réformes de la PFM a trait à la préparation et la
soumission ponctuelles au Parlement des Rapports d‟exécution du budget annuel (REBA). Les retards de
préparation ont été considérablement réduits au cours des quelques dernières années et tous les REBA
non encore soumis (ceux de 2003-2006) ont été remis au Parlement à la fin de 2008, alors que les REBA
de 2007 et 2008 ont été finalisés et soumis au Parlement à la fin de l‟EB2009 mettant ainsi les comptes à
jour.

144.     De plus, le récent diagnostic terminé en 2009 au titre du programme d‟examen des dépenses
publiques et d‟évaluation de la responsabilité financière (PEFA) a permis une évaluation détaillée des
progrès et des réalisations dans la performance du système de gestion financière publique du Maroc. Le
but de l‟utilisation de l‟outil PEFA était de mesurer la performance de la PFM du Maroc durant la période
2005-2007 par rapport aux normes internationales dans cinq domaines de PFM : crédibilité budgétaire,
complétude et transparence budgétaire, prévisibilité et contrôle dans l‟exécution du budget, enregistrement et
rapports comptables, examen externe et audit, et également, pratiques des bailleurs de fonds concernant la
prévisibilité des fonds de l‟aide internationale et usage des procédures nationales de passation des marchés
pour les gérer. Les conclusions du PEFA donnent une évaluation globalement positive du système de PFM au
Maroc. Le résultat de l‟analyse a contribué au processus de réforme du Gouvernement en fournissant
l‟information sur la mesure dans laquelle les réformes produisent une performance améliorée. Les

                                                        47
résultats basés sur les classements de PEFA indiquent que le Maroc a un budget globalement crédible,
complet et transparent.

145.     Les conclusions ont montré que des progrès considérables ont été accomplis dans la
réglementation, administration et gestion des taxes et des droits de douanes. Les obligations fiscales ont
été clairement codifiées et expliquées. Toutefois, il y a toujours besoin de renforcer la capacité
informatique dans les bureaux des impôts et aux douanes, et de mettre à niveau le matériel informatique
afin de faciliter le suivi et le contrôle. Des améliorations importantes ont été réalisées au cours de la
période examinée dans l‟exécution, la fréquence et les méthodes d‟audit interne. Des rapports
d‟exécution du budget complets et de bonne qualité sont produits régulièrement ; toutefois, alors qu‟ils
avaient été réduits en 2008, des retards demeurent dans la préparation des états financiers annuels et des
catégories de données comptables pour enregistrer les actifs et les passifs de l‟Etat. La Cour des Comptes
est totalement investie dans son rôle de commissaire aux comptes de la gestion et de l‟utilisation des
fonds publics. La fréquence et la portée de ses audits augmentent régulièrement, le suivi de ses
recommandations requiert encore des améliorations.

146.      Il reste néanmoins des domaines qui requièrent une attention particulière. Ils comprennent : (i)
l‟amélioration de la classification budgétaire, du fait que, malgré le niveau de détail, de précision et de
fiabilité, elle ne permet pas encore de traçage direct et fiable des dépenses liées à un programme financé
au titre des programmes prioritaires ; (ii) les progrès dans l‟enregistrement systématique des doléances
en matière de passation de marchés et le suivi de ces doléances ; (iii) renforcer les audits internes du fait
que la pratique actuelle mène à une information éparpillée et une transparence limitée du fait que les rapports
de l‟Inspecteur général (IGF) et des inspecteurs généraux ministériels (IGM) ne sont pas rendus publics ; et
(iv) l‟amélioration de l‟audit externe du fait que les rapports d‟audit externe de la Cour des Comptes sont
soumis pour examen avec des retards notables. De plus, à compter de 2007 aucune des observations de la
Cour dans son activité ou ses rapports d‟audit ne semble avoir mené à des auditions approfondies devant le
Parlement qui a le pouvoir de questionner les ministères ou administrateurs concernés.

147.     Flux de fonds. Le prêt proposé suivra les procédures de décaissement de la Banque pour l‟appui
à la politique de développement. Une fois que le prêt est approuvé par le Conseil d‟administration de la
Banque mondiale et entré en vigueur, les montants du prêt seront décaissés en conformité aux conditions
stipulées de déblocage telles que définies dans l‟Accord de prêt de développement et en une tranche
unique.

148.     Le Maroc n‟a pas eu d‟évaluation des sauvegardes liées au contrôle du change à la Banque
centrale par le FMI. Le budget de l‟Etat est exhaustif, unifié et assujetti à une trésorerie centralisée. La
trésorerie et la dette sont bien gérées par le Département du Trésor du Ministère des Finances dans des
conditions généralement satisfaisantes. De plus, la Banque centrale est auditée sur une base annuelle et le
rapport d‟audit est divulgué publiquement. Ces audits et les avis d‟audit n‟ont pas indiqué des faiblesses
dans l‟environnement de contrôle et les avis des auditeurs ont été sans réserves.

149.    Pour tenir compte des risques fiduciaires de l‟environnement du contrôle du taux de change, les
montants du prêt seront déposés dans un compte du Gouvernement consacré à la Banque centrale et
l‟équivalent des fonds en monnaie locale seront transférés au compte courant du Trésor étant le compte du
budget de l‟Etat. Le Ministère des Finances fournira ensuite à la Banque la confirmation de ce transfert et
indiquant que le montant total du prêt a été reçu.

        E.       DECAISSEMENTS ET AUDIT

150.    Les montants du prêt seront déposés par la Banque internationale pour la reconstruction et le
développement (BIRD) sur un compte consacré ouvert par l‟Emprunteur et acceptable par la Banque
auprès de la Banque centrale du Maroc (Banque Al Maghrib), sur soumission d‟une demande de retrait
signée. L‟Emprunteur devrait assurer qu‟une fois que le dépôt des montants du prêt sur ledit compte, un
montant équivalent, en monnaie locale, est crédité sur le compte courant du Trésor à la Banque centrale.
                                                      48
151.    L‟Emprunter notifiera à la Banque les montants déposés sur le compte en devises et crédités au
système de gestion budgétaire. Si les montants du prêt sont utilisés à des fins non autorisées telles que
définies dans l‟Accord de prêt de développement, la BIRD exigera de l‟Emprunteur qu‟il rembourse sur
réception de la notification, un montant équivalent audit paiement à la Banque. Les montants remboursés
à la Banque sur cette demande seront annulés. Les montants du prêt seront gérés par le Ministère de
l‟Economie et des Finances (MEF).
                                  CBM                      MEF
      Banque                                                                     Budget
                              Compte dédié              Compte du
                                                                                Système de
      mondiale               de la Banque en           budget à CBM
                                                                               PFM marocain
                                   $EU                    en MD

152.     Audit. Bien qu‟un audit de l‟usage des fonds ne soit pas forcément exigé, la BIRD se réserve le
droit de procéder à tout moment à des audits du compte de dépôt des fonds du prêt. Cet audit, lorsqu‟il
est demandé, couvrira l‟exactitude des transactions du compte consacré, y compris l‟exactitude des
conversions du taux de change, confirmant que le compte consacré a été utilisé uniquement aux fins de
l‟opération et qu‟aucun autre montant n‟a été déposé sur le compte. L‟auditeur devra également obtenir
confirmation de la/les banque(s) correspondante(s) intervenant dans le flux des fonds concernant la
transaction. La période de temps pour la soumission du rapport d‟audit à la Banque est de six mois à
partir de la date à laquelle une demande de cet audit est émise.

        F.       RISQUE ET ATTENUATION DES RISQUES

153.     L‟univers des risques est substantiellement le même que pour l‟opération de 2009, pour laquelle
trois risques principaux ont été identifiés :

154.    L’Engagement vis-à-vis de la réforme et risques liés à la capacité de mise en œuvre. La
    qualité du dialogue Banque-client durant la période 2009-10 et les progrès accomplis dans la mise en
    œuvre des actions préalables à la seconde opération indiquent que l‟engagement à la réforme demeure
    robuste. Cependant, l‟attention se porte plus sur la capacité de mise en œuvre reconnue comme un
    risque potentiel pour la réalisation des objectifs du programme national de gestion des déchets
    ménagers. Plus concrètement, les progrès de la mise en œuvre dépendront de la systématisation des
    procédures pour l‟allocation du soutien financier aux collectivités locales, la capacité des collectivités
    locales à gérer les investissements et la sous-traitance des services (et en particulier la capacité des
    collectivités locales de taille moyenne ou plus petites), et les modalités de suivi des autorités
    centrales. Ce risque potentiel est atténué par le ferme engagement du Gouvernement à (i) élargir et
    intégrer les activités de renforcement des capacités dans le domaine de gestion des déchets ménagers,
    au programme du Gouvernement pour l‟appui à la décentralisation au niveau communal, et (ii)
    mobiliser les ressources financières et humaines appropriées pour appuyer la gestion du programme
    au niveau national et local.

155.    Le risque lié à l’adhésion sociale, à savoir le risque que les réformes soient inacceptables
    pour le public et les récupérateurs de déchets. Jusqu‟à présent, le profil public des réformes des
    déchets ménagers a été relativement bas. Toutefois, le risque demeure d‟une réaction adverse au
    transfert des employés des services de collecte du secteur public au secteur privé. Des signes
    précoces indiquent que les projets pilotes mis en œuvre jusqu‟à présent pour le réemploi des
    récupérateurs de déchets s‟avèrent réussis. Ce risque potentiel est atténué à travers la décision du
    Gouvernement de créer une rubrique spécifique dans le budget de 2010 du programme national des
    déchets ménagers afin d‟étendre ces pilotes et les conditions obligatoires pour les opérateurs
    d‟intégrer les aspects sociaux dans les contrats futurs.

156.     La possibilité que les collectivités locales résistent aux réformes de la gestion des déchets
    solides a été identifiée comme un risque mineur pour l‟opération de 2009 initialement, du fait de
    l‟allocation d‟un support financier ciblé. Toutefois, des préoccupations demeurent sur le fait que le
    coût supplémentaire des investissements requis peut s‟avérer trop élevé pour certaines collectivités
                                                    49
   locales. Par exemple, les payements annualisés du Programme d‟appui aux déchets ménagers aux
   collectivités locales peuvent ne pas être suffisants pour financer directement l‟investissement dans des
   décharges améliorées et les implications financières pour les collectivités locales de taille moyenne et
   plus petites peuvent s‟avérer particulièrement pénibles. L‟ampleur de ce risque potentiel est en cours
   d‟évaluation dans le cadre de d‟une étude de KfW sur les aspects institutionnels et financiers, et le
   Gouvernement est fermement engagé à adapter son appui financier aux besoins des collectivités
   locales petites et pauvres, si besoin en est. Sur le long terme, le passage progressif de la
   responsabilité financière des budgets de l‟Etat aux contribuables à l‟échelle communale peut affaiblir
   l‟engagement des collectivités locales à des pratiques améliorées de gestion des déchets ménagers.
   Ce risque potentiel est atténué par le ferme engagement du Gouvernement à approfondir les réformes
   en cours des finances communales. Des efforts sont entrepris sur les aspects visant la réduction des
   coûts et la génération de revenus à court, moyen et long terme. La coopération intercommunale et la
   régionalisation des décharges des déchets ménagers aideront également en particulier les petites
   collectivités locales à tirer profit des considérables économies d‟échelle dans la gestion des déchets
   ménagers.

157.   .




                                                   50
ANNEXE 1: LETTRE DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR




                           51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
   ANNEXE 2: LE PROGRAMME DU GOUVERNEMENT POUR LA REFORME DU
                       SECTEUR DES DECHETS

Conscient de la nécessité de faire preuve de leadership et de conclure des partenariats pour faire face
aux sérieux problèmes de gestion des déchets ménagers, le Gouvernement a entrepris des actions
vigoureuses pour le développement et la réforme du secteur. Des consultations exhaustives menées par
un comité directeur dirigé par le Ministère des Affaires économiques et générales (MAEG) ont eu lieu,
auxquelles ont participé les parties clés (Ministère des Finances, Ministère de l‟Intérieur et Secrétariat
d‟‟Etat chargé de l‟‟Eau et de l‟Environnement). Soutenues financièrement par la Banque mondiale et
d‟autres bailleurs de fonds, ces consultations ont permis au Gouvernement du Maroc d‟entreprendre
l‟élaboration d‟un programme global de réforme du secteur des déchets ménagers. Les consultations et le
dialogue de ces deux dernières années ont suscité l‟engagement et la prise en charge chez les parties
prenantes marocaines et ont conduit à l‟élaboration du programme expliqué en détails dans la lettre de
politique de développement du secteur et la Matrice de politique qui se trouvent respectivement en
Annexe 1 et 2. Ces documents sont largement repris et discutés dans les paragraphes suivants.

Le Gouvernement a lancé son programme de réforme des déchets solides en 2006 en édictant la
première Loi sur les déchets solides. La Loi 28-00 a fixé les principes fondamentaux et les principales
règles qui vont régir la gestion des déchets solides au Maroc et a posé les bases de la politique marocaine
pour le secteur, avec deux principaux objectifs : i) mettre en place des systèmes de gestion des déchets
solides intégrés et abordables et ii) atténuer les effets négatifs du secteur sur la santé publique et
l‟environnement. Plus précisément, la loi (i) crée un cadre institutionnel pour la gestion des déchets
solides ; (ii) exige le développement de plans stratégiques sur les déchets solides aux niveaux national,
régional et communal ; (iii) fixe des principes de recouvrement des coûts, notamment le principe « les
pollueurs doivent payer » et les redevances ; (iv) présente les décharges contrôlées comme la norme pour
l‟élimination finale des déchets et les règlements nécessaires pour établir des normes et standards relatifs
aux décharges ; (v) comporte des règlements relatifs à la gestion des déchets dangereux; et (vi) crée un
système pour suivre l‟observance de la loi.

Le Gouvernement a également préparé et approuvé un programme national de gestion des déchets
ménagers, le Programme national de déchets ménagers et assimilés (PNDM). Le PNDM est le fruit
d‟une bonne collaboration intersectorielle et du dialogue entre les divers ministères concernés. Un
programme de 15 ans en trois phases a été lancé en 2008. Il fixe les objectifs pour la modernisation de la
GDM, et en particulier pour l‟expansion et la professionnalisation des services de collecte, la
modernisation des pratiques de stockage et la promotion des activités de recyclage. Il comprend des
objectifs spécifiques pour le secteur des déchets ménagers, notamment : un élargissement de la couverture
de la collecte de 70 pour cent à 90 pout cent d‟ici 2021 ; l‟utilisation à 100 pour cent de décharges
contrôlées dans les zones urbaines d‟ici 2021 ; la fermeture et/ou réhabilitation des 300 décharges à ciel
ouvert ; et le triage de 20 pour cent des matériaux recyclables.

Le programme de réforme dans son ensemble joue sur le dynamisme suscité par l’introduction des
deux mesures gouvernementales citées précédemment. Ce programme cible trois domaines de réforme
pour les quatre prochaines années :

    (i)     améliorer la gouvernance du secteur au moyen de mesures juridiques, réglementaires et
            institutionnelles supplémentaires conçues pour fournir un cadre bien délimité pour le secteur
            et éliminer tout chevauchement et/ou manquement dans la structure décisionnelle,
            réglementaire et opérationnelle;

    (ii)    Améliorer la soutenabilité du secteur en introduisant des mécanismes financiers et des
            mesures incitatives pour que les communes mettent à niveau leur systèmes de GDM ; et

                                                    69
    (iii)     intégrer les dimensions sociales et environnementales dans la planification, l‟exécution et la
              mise en œuvre des services et d‟investissements dans le secteur des déchets solides.

Domaine de réforme 1 – Gouvernance du secteur des déchets ménagers
Les mesures de réformes dans ce domaine visent à répondre aux problèmes de fragmentation qui nuisent à
l‟élaboration et la mise à exécution de politiques efficaces. Les actions politiques visent à i) assurer la
planification et la coordination des politiques du secteur au moyen de la création de la Commission
nationale (CN) en tant qu‟organisme de planification politique et stratégique du PNDM ; ii) définir les
critères d‟admissibilité et d‟allocation pour les subventions du gouvernement visant à soutenir les
opérations communales de GDS et les investissements dans ce secteur d‟une manière équitable,
transparente et efficiente ; iii) renforcer le cadre réglementaire par l‟édiction de règlements d‟application
pour la planification de GDM et par des normes pour les décharges ; iv) améliorer la concurrence, la
transparence et la responsabilisation de la participation privée à la GDM en mettant en place des
procédures normalisées d‟appels d‟offres et de passation de contrat, et en renforçant la capacité des
administrations locales ; et v) élaborer des programmes appropriés de communication et de sensibilisation
auprès du grand public. La mise en œuvre de ces réformes relève principalement du MI et du Secrétariat
d‟Etat chargé de l‟Eau et de l‟Environnement, tandis que la CN servira de principale entité de
coordination. Des actions spécifiques sont présentées ci après :

Programme d’action du gouvernement pour le domaine de réforme 1


Créer une commission nationale de coordination (CN-PNDM). La CN sera responsable de la
planification sectorielle et de la coordination des réformes ainsi que du suivi, de l‟évaluation et de la
divulgation du statut d‟exécution et des résultats du PNDM, et du programme de réforme dans son
ensemble. La CN-PNDM sera dirigée par le Secrétaire d‟Etat chargé de l‟Eau et de l‟Environnement et
comprendra des représentants clés des du MI, du MEF du MAEG et du Fonds d‟équipement communal
(FEC). L‟établissement de la CN-PNDM a été annoncé par une circulaire émise par le Secrétaire d‟Etat
chargé de l‟Eau et de l‟Environnement et ses membres se réuniront au moins deux fois par an.

Définir les critères d’admissibilité et d’allocation pour les subventions gouvernementales visant à
soutenir les opérations communales de GDM et les investissements dans ce secteur. Le MEF et le
Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Eau et de l‟Environnement ont préparé une ébauche de politique qui définit
les principes, critères et la mise en application des subventions pour la GDM destinées aux communes. En
principe, les subventions devraient couvrir les coûts d‟investissement dans de nouvelles décharges et ceux
liés à la fermeture des anciennes décharges ainsi que les coûts de la professionnalisation des services de
collecte. Le système serait conçu de
manière à inciter la coopération entre        Encadré 1: Subventions gouvernementales ciblés en appui aux
                                              communes pour à la mise à niveau de leurs systèmes de GDMA
les communes, à améliorer les recettes
communales et à mieux intégrer les            L‟Etat a décidé d‟appuyer les collectivités territoriales dans la mise à
questions            sociales           et    niveau de leur système de gestion des déchets ménagers, pour faciliter la
environnementales. L‟incorporation            réalisation des objectifs de la loi 28-00. Cet appui aura un caractère limité,
de ces critères dans le système               pour impliquer les collectivités dans le développement de leurs propres
                                              ressources, et temporaire, en attendant que les mesures générales
d‟allocation permettrait un transfert         d‟amélioration de la fiscalité locale aient leur plein effet. Le mécanisme
équitable, transparent et efficient de        envisagé répond à quatre objectifs : (i) transparence dans les conditions
l‟aide financière pour appuyer la mise        d‟attribution des fonds, (ii) péréquation pour compenser les inégalités
à niveau des systèmes de gestion des          territoriales, (iii) soutien aux investissements, et (iv) intégration des
                                              dimensions environnementale et sociale. Les municipalités devront dans un
déchets ménagers.                             premier temps répondre à plusieurs critères d‟éligibilité dans leurs
                                                 demandes de fonds. Une fois cette étape franchie, les montants accordés
Le suivi de l‟exécution des projets              par l‟Etat seront déterminés par rapport au coût du projet, plafonné pour
soutenus serait facilité par la signature        éviter des dérives éventuelles, la qualité des propositions, et la capacité
de contrats de partenariat entre les             contributive de chaque commune. Au total, l‟engagement de l‟Etat sera de
                                                 l‟ordre de 1,5 Md DH sur cinq ans pour les projets de créations de
communes et le Gouvernement.                     décharges contrôlées, de professionnalisation de la collecte et de fermeture
                                                 et/ou réhabilitation des décharges spontanées.
                                                            70
Lorsqu‟elle sera adoptée par la CN, une circulaire ministérielle sera émise pour expliquer la manière dont
ce système sera utilisé pour l‟allocation des ressources financières pour moderniser les systèmes
communaux de collecte de déchets ménagers.

Renforcer le cadre réglementaire de la GDS en édictant des règlements manquants. Le Gouvernement
marocain a l‟intention d‟adopter d‟ici la fin de 2010 les règlements suivants : i) l‟élaboration d‟outils de
planification locale et régionale pour la gestion des déchets solides ; ii) des normes pour le traitement et le
stockage des déchets ; iii) des lignes directrices pour la détermination des redevances de déchets ; et iv)
les modalités de suivi et de supervision des services de déchets aux niveaux national, régional et
communal.

Mettre en place des mécanismes de réglementation pour régir les services publics locaux. Le GM a
préparé un amendement à la Charte communale pour y introduire, entre autres choses, le concept de la
régulation des services publics locaux, notamment la gestion des déchets solides. La Charte amendée
entrera en vigueur en 2009 et donnera une plus grande légitimité aux actions règlementaires dans ce
secteur.

Améliorer la concurrence, la transparence et la responsabilisation des opérations de participation du
secteur privé à la gestion des déchets solides, en adoptant des procédures améliorées d’appels d’offres
et de passation de contrat. Avec l‟appui du Fonds de Conseil en Infrastructure publique et privée
(PPIAF), le Gouvernement procède actuellement à une étude sur la participation du secteur privé dans la
gestion des déchets ménagers qui doit proposer des améliorations ou ajustements susceptibles d‟accroître
l‟efficience du secteur. Cette étude examinera les contrats de participation du secteur privé et comparera
l‟expérience du Maroc dans ce domaine par rapport à d‟autres expériences pertinentes, avant de proposer
des améliorations possibles dans le domaine de la préparation des contrats, de la préparation et de
l‟exécution des appels d‟offres et de la gestion des contrats. L‟étude proposera également diverses options
pour améliorer la transparence et la responsabilisation de la gestion des contrats de participation du
secteur privé en présentant des modalités assurant une plus grande participation des
utilisateurs/bénéficiaires. Le GM validera les changements proposés d‟ici la fin de 2009 et les incorporera
aux nouveaux documents normalisés pour la passation de contrats de gestion déléguée et de contrats à
partir de 2010.

Programme de communication et de sensibilisation. La Journée de Communication du 9 juillet 2008 a
lancé la stratégie de communication du Gouvernement sur le programme de réforme. La stratégie
continuera à être développée et mise en œuvre au cours du PNDM. A partir de 2009 il y aura des
allocations budgétaires pour la mise en œuvre d‟un programme national de communication et de
sensibilisation. En parallèle, le GM mettra en œuvre un système national de « benchmarking », ce qui
servira d‟incitation aux communes à améliorer leur performance en ce secteur.

Domaine de réforme 2 – Améliorer la soutenabilité
Le Gouvernement reconnaît que la
                                          Encadré 2 : Principales sources de financement des communes
soutenabilité du secteur des déchets
ménagers est essentielle. Au                Le financement des dépenses courantes des communes urbaines du Maroc
nombre des facteurs de durabilité,        repose essentiellement sur trois sources. La première (40 % du total) concerne
on compte i) la viabilité financière à    des taxes actuellement perçues par les services de l‟Etat: taxe d‟habitation,
court, moyen et long termes ; et          taxe de services communaux et taxe professionnelle. Elles constituent les
                                          montants les plus importants, mais font l‟objet de taux de recouvrement
ii) l‟amélioration de la capacité des     relativement faibles, car l‟administration fiscale ne considère par comme
communes à planifier et à gérer           prioritaire cette mission exercée pour le compte des collectivités locales ; une
leurs services de GDM, notamment          récente loi de réforme fiscale a pour but, en modernisant l‟assiette et les
le suivi et l‟évaluation de la            règles applicables à ces trois impôts, d‟en améliorer le rendement de façon
                                          important. La seconde (27 %) porte sur les « ressources propres » : droits de
performance du secteur.
                                          place, redevances diverses, impôts indirects, qui sont perçus par
                                          l‟administration de la commune. Enfin, l‟Etat reverse aux communes une
                                          partie, qui ne peut être inférieure à 30%, de la T.V.A. qu‟il perçoit, en tenant
                                          compte de divers critères ayant pour partie une vocation péréquatrice. Cette
                                          part représente 33% des recettes de fonctionnement. D‟autre part, le
                                                         71
                                          financement des investissements des communes urbaines est assuré, soit par
                                          l‟emprunt (pour un tiers), soit par autofinancement ou, éventuellement, par
                                          des aides de l‟Etat.
Soutenabilité financière : La stratégie du Gouvernement visant à promouvoir la soutenabilité financière
comporte deux aspects principaux : améliorer la capacité des communes à répondre aux exigences
financières liées à la modernisation de leur système de GDM et améliorer l‟efficience des services. En ce
qui a trait à l‟amélioration de la capacité financière des communes, les mesures comprennent : i) à court
terme, fournir des subventions ciblées aux communes pour couvrir les coûts supplémentaires liés aux
exigences du PNDM ; ii) aider les communes à mobiliser des fonds additionnels sur le marché
international du carbone ; iii) examiner de nouvelles sources de revenus ou de nouveaux mécanismes pour
générer des revenus additionnels tels que l‟affectation des revenus locaux , la mise en place de redevances
de déchets en application de la Loi 28-00, et l‟éventuelle création d‟écotaxes sur les déchets d‟emballage.
En ce qui a trait à l‟amélioration de l‟efficience des services, le Gouvernement a l‟intention de : i) lancer
des mesures incitatives et des outils pour promouvoir la coopération entre les communes et la
régionalisation des sites d‟enfouissement des déchets ; cela aiderait les communes à réaliser des
économies d‟échelle importantes dans le domaine de la gestion des déchets ; ii) revoir les documents et
procédures de passation de contrat relatifs à la participation du secteur privé dans la GDM.

Dans le cas des communes de petite taille, la passation de contrats pour améliorer l‟élimination des
déchets solides pose quelques problèmes puisque ces communes ont : i) des revenus moindres issus de
leurs impôts locaux en proportion du volume de déchets produits ; ii) une moins grande capacité à réaliser
des économies d‟échelle dans la gestion des déchets ; et iii) une capacité financière limitée pour atténuer
l‟écart entre leurs coûts d‟investissement à débourser à l‟avance et la subvention annualisée du GM basée
sur le tonnage. Les règlements relatifs aux arrangements techniques pour l‟élimination des déchets seront
donc indicatifs plutôt qu‟obligatoires au cours de la première phase du PNDM, permettant aux plus petites
villes de s‟y soustraire. La Phase 1 (2008-2012) sera axée sur les plus grandes villes et communes qui
comptent pour près de 70 % de la production nationale de déchets solides au Maroc. Une étude sur les
arrangements relatifs à la GDM dans les plus petites communes est prévue pour 2009. Elle sera
éventuellement financée par le KfW allemand. Il est prévu que le DPL2 poursuivra et augmentera les
réformes parmi les plus petites villes pour leur permettre de participer au programme. Le regroupement de
plusieurs villes permettrait aux plus petites communes de réaliser des économies d‟échelle techniques et
administratives, et ainsi de tirer parti du PNDM au même titre que les plus grandes communes.

Améliorer la capacité des communes à planifier et à gérer leurs services de GDM : Le programme du
Gouvernement comprend un programme pluriannuel de renforcement des capacités visant à améliorer i)
les capacités techniques et de gestion relatives à la GDM au niveau communal ; ii) l‟élaboration, la revue
et l‟approbation des études d‟impact sur l‟environnement des investissements GDM ; iii) la délégation des
services de déchets solides au secteur privé ; et iv) la gestion financière communale.

Programme d’action du GM pour le domaine de réforme 2

Des subventions gouvernementales pour soutenir l’exécution du PNDM : Le GM s‟engage à allouer des
ressources financières pour aider les communes à améliorer leur système de gestion des déchets ménagers
et à transférer sur une base annuelle les subventions ciblées affectées dans le cadre des lois sur les
finances. Comme action prioritaire, le Gouvernement marocain a déjà affecté 100 millions de dirhams
marocains au Fonds national de l‟Environnement (FNE) dans le cadre de son budget 2008, et 200 millions
de dirhams au titre du Programme d‟Emploi de la Taxe à valeur ajoutée (TVA) visant à aider les
communes par le PNDM. Des transferts annuels seront prévus pour chacun des quatre prochains exercices
financiers (2009-2012).

Aider les communes à mobiliser des ressources financières additionnelles sous le Mécanisme de
Développement Propre (MDP) : Le GM s‟engage à soutenir les communes dans l‟identification, la
préparation et les négociations entourant un projet de MDP dans le secteur des déchets solides. Le FEC a
été nommé comme entité de coordination pour l‟élaboration d‟un projet programmatique de MDP en
parallèle avec l‟exécution du PNDM. On estime que le financement de la lutte contre les émissions de
carbone pourrait absorber une part du coût des décharges communales. Le programme de MDP permettra

                                                     72
également de contribuer aux efforts internationaux pour réduire les émissions de carbone et contribuera
par conséquent aux efforts de la communauté internationale pour atténuer le changement climatique.

Réalisation d’une étude de faisabilité sur la soutenabilité financière à long terme : Sur la base des
Termes de Référence finalisés en 2008, le GM réalisera en 2009 une étude de faisabilité pour la mise en
œuvre d‟outils/actions identifiés comme pouvant mobiliser de nouvelles sources de revenus, tels que
l‟affectation des revenus locaux, la création d‟une écotaxe sur les matériaux d‟emballage et la mise en
place de redevances en application de la Loi 28-00 sur les déchets solides. La validation et la mise en
œuvre des recommandations et conclusions de l‟étude auront lieu en 2009-2010.

Renforcer le cadre juridique pour promouvoir la coopération intercommunale : Le GM a entrepris en
2008 une révision de la Charte communale afin de conférer une personnalité juridique aux regroupements
d‟agglomérations et ainsi leur permettre d‟agir en tant qu‟entités ad-hoc. Le Parlement a adopté la Charte
Communale amendée en décembre 2008 Ceci aidera les communes à tirer parti des importantes
économies d‟échelle pouvant être réalisées dans le domaine de la gestion des déchets.

Exécution d’un programme de renforcement de capacité dans le domaine de la GDM : Comme action
prioritaire, le Gouvernement va mettre en place un programme pluriannuel de formation pour les
communes dans le cadre du PNDM. Ce programme viendra combler le manque de capacité de gestion, de
capacité technique et de capacité financière au niveau communal. Il sera cogéré par le Ministère de
l‟Intérieur et le Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Eau et de l‟Environnement. Le Gouvernement a déjà
mobilisé des acteurs nationaux et internationaux pour la mise en œuvre de ce programme, y compris le
FEC, le GTZ, le JICA, l‟AFD et PPIAF. Un premier cycle de renforcement des capacités et d‟assistance
technique a été lancé en 2009, et devrait couvrir la première phase du PNDM de 2009-11.
Domaine de réforme 3 : Intégrer les dimensions sociales et environnementales
Le GM s’engage à promouvoir des décharges respectueuses des aspects sociaux et de l’environnement.
Étant donné la situation actuelle en termes d‟élimination finale et des énormes conséquences potentielles
sur le plan social et environnemental, le principal objectif de cet aspect du programme de réforme est de :
i) aider à la mise en service de décharges qui respectent la dimension sociale et environnementale et ii)
améliorer les conditions sociales et de travail des récupérateurs de déchets dont la subsistance sera
affectée par la fermeture des décharges existantes.

Le Gouvernement reconnaît qu’il est nécessaire de mettre à jour le système existant d’EIE. Le GM
s‟engage à remédier aux lacunes réglementaires, administratives, techniques et de gestion du système
actuel d‟EIE afin qu‟une plateforme harmonisée d‟EIE puisse faciliter les investissements directs et
l‟appui des bailleurs de fonds et améliorer l‟image environnementale du Maroc sur la scène
internationale. Ces lacunes comprennent : i) l‟absence de critères établis, de lignes directrices et de règles
pour la revue d‟EIE, et pour l‟approbation des rapports d‟EIE, notamment les mesures d‟atténuation et de
suivi de l‟EIE dans les contrats de services et de travaux ; ii) des normes incomplètes pour les termes de
référence utilisés pour la préparation de rapports d‟EIE dans le domaine de la gestion des déchets solides
et le manque de termes de référence pour les évaluations environnementales des décharges ; iii) absence
de procédures et de modalités pour intégrer les questions sociales dans les processus d‟EIE pour les
projets en général, et en particulier pour les projets de gestion des déchets solides, celles relatives aux
récupérateurs de déchets ; iv) manque de personnel technique, de ressources et de manuels d‟utilisation
pour le personnel local qui doit évaluer les rapports d‟EIE ; et v) manque de suivi et d‟application des
mesures d‟atténuation des EIE aux niveaux national et local.

Le programme de réforme contribue également au programme international de lutte contre le
changement climatique. Le Maroc s‟engage à promouvoir des projets et activités contribuant à réduire
les émissions de gaz en mettant l‟accent sur le secteur des déchets solides. Le FEC, organisme
gouvernemental spécialisé dans le financement des communes, a déjà été nommé pour aider les
communes à promouvoir le programme de MDP dans le secteur des déchets ménagers, et notamment
pour : i) aider les communes à développer, préparer et mettre en œuvre des projets de MDP en parallèle
                                                  73
avec la mise en œuvre du PNDM ; et ii) les aider à vendre leurs crédits de réduction d‟émissions dans le
cadre d‟une approche programmatique, avec le FEC comme entité de coordination d‟un Programme
d‟activités de MDP national. Étant donné le potentiel de réduction des gaz à effet de serre et des revenus
pouvant en découler, les activités liées au MDP contribuent à atténuer le manque à gagner du secteur à
court et à moyen terme.

Programme d’action du gouvernement pour le domaine de réforme 3

Les mesures qui seront mises en œuvre dans ce domaine de réforme sont présentées ci-dessous.

Instauration de décrets relatifs aux EIE pour une application efficace de la loi sur les EIE : Dans le
cadre du programme de réforme et pour montrer sa volonté d‟améliorer la transparence des processus
d‟EIE, le Gouvernement s‟engage à instaurer les décrets requis par la loi sur les EIE : (i) le décret sur
l‟établissement de comités national et régionaux d‟EIE ; et (ii) le décret sur la consultation publique.

Rendre opérationnel le système d’EIE dans son ensemble au moyen de : a) la préparation d‟un manuel
détaillé d‟EIE expliquant les différentes étapes et procédures pour la préparation, la révision et
l‟approbation d‟une EIE et b) la fourniture de formation et d‟un renforcement de capacité relatifs à la
préparation et à la révision d‟EIE. Le Gouvernement i) élaborera des termes de référence modèles pour
les évaluations des impacts sociaux et environnementaux des décharges, et (ii) élaborera des audits
environnementaux et sociaux (AES) pour la fermeture/réhabilitation de décharges spontanées et ii)
consignera les meilleures pratiques pour inclure des mesures d‟atténuation et de suivi dans les contrats de
services et de travaux.

Préparation et exécution d’un plan pluriannuel (Phase 1 du PNDM) axé sur l’élimination des déchets
ménagers. Pour la première phase du PNDM (2008-2012), un plan d‟action détaillé a été préparé et
adopté par les trois ministères concernés (MI, MEF et Secrétariat d‟Etat chargé de l‟Eau et de
l‟Environnement) de manière à aider les autorités locales à améliorer leur GDM, notamment par la
modernisation de leurs services de collecte, la construction de stations de transferts et de nouvelles
décharges contrôlées dans les communes éligibles, la fermeture de 63 décharges à ciel ouvert et la
préparation de sept plans stratégiques régionaux touchant 52 communes et provinces.

Préparation et exécution d’un programme pour améliorer la performance sociale de la gestion des
déchets solides. L‟exécution de ce plan a été décidée en fonction des conclusions de la phase 1 de
l‟Analyse de l‟impact sur la pauvreté et des répercussions sociales (AIPRS) réalisée au cours de la
préparation de la présente opération. Ce plan prévoit : a) de fournir un accès aux soins de santé aux
récupérateurs de déchets ; b) des consultations approfondies entre les communes et les récupérateurs de
déchets et des discussions sur les options possibles pour leur réinsertion, éventuellement par des
opérateurs privés ; et c) l‟implication des ONG par le biais d‟un appel à la manifestation d‟intérêt. Les
ONG travailleront avec les récupérateurs de déchets pour assurer qu‟ils reçoivent les services de santé et
d‟hygiène appropriés, pour les aider dans leur réinsertion sociale vers un autre emploi et pour suivre
l‟exécution et le suivi des recommandations de l‟AIPRS. Comme premières mesures à cet égard, la CN-
PNDM a adopté les principes clés sous lesquels sont incorporés les aspects sociaux dans l‟exécution du
PNDM, et deux initiatives pilotes d‟inclusion sociale ont été lancées en 2009.
    .




                                                    74
                                        ANNEXE 3 : MATRICE DE POLITIQUE DU PROGRAMME



Domaine de politique et objectifs du                                                   Actions préalables au PPD2         Résultats du programme et indicateurs
                                           Actions préalables au PPD1
          programme                                                                                                                      de suivi
Gouvernance du secteur des déchets ménagers
Promouvoir la cohérence et la 1. Emission d‟une circulaire par le                 1. La Commission Nationale du           Coordination interministérielle efficace
transparence      des        actions Secrétaire d‟État chargé de l‟Eau et         Programme National de Gestion des       des politiques et programmes liés au
gouvernementales dans le secteur des de    l‟Environnement instituant la          Déchets Ménagers s‟est réunie au        secteur des déchets solides.
déchets solides                      Commission nationale du Programme            moins deux fois par an au cours de
                                     national des Déchets ménagers (CN-           l‟année civile 2009 et de l‟année       Indicateur : Les programmes de travail
                                     PNDM)                                        civile 2010, pour la coordination, le   annuels chiffrés et les rapports
                                                                                  suivi et l‟évaluation de la mise en     d‟avancement du PNDM sont
                                                                                  œuvre du Programme National de          systématiquement revus et adoptés par la
                                       2. Adoption par la CN-PNDM des             Gestion des Déchets Ménagers.           CN-PNDM.
                                       critères d‟éligibilité pour l‟allocation
                                       de l‟appui financier aux collectivités                                             Baseline : 0
                                       locales dans le cadre du PNDM.                                                     Cible : d‟ici 2012, 6 rapports
                                                                                                                          d‟avancement et 3 programmes annuels

                                                                                                                          Conformité de l‟appui financier aux
                                                                                                                          collectivités locales avec les priorités de
                                                                                                                          la politique sectorielle et des objectifs du
                                                                                                                          programme national.

                                                                                                                          Indicateur : Pourcentage de l‟appui
                                                                                                                          financier total du Gouvernement dans le
                                                                                                                          cadre du PNDM alloué conformément
                                                                                                                          aux critères d‟éligibilité adoptés.
                                                                                                                          Baseline : 0
                                                                                                                          Cible : 100%

Assurer la mise en application de la   3.     Publication dans le Bulletin        2. Deux commissions régionales pour     Les systèmes de gestion des déchets
Loi 28-00 sur les déchets solides et   Officiel du décret relatif à la            l‟examen et la validation des plans     solides en place sont plus conformes aux
conséquemment la mise en œuvre de      classification    des  déchets     et      directeurs       provinciaux     et     réglementations et aux normes nationales.
la politique nationale en matière de   soumission au Ministre de l‟Intérieur      préfectoraux des déchets ménagers
déchets solides.                       et au Secrétariat d‟Etat chargé de         ont     été    établies    et  sont     Indicateur : L‟infrastructure des déchets
                                       l‟Eau et de l‟Environnement et leur        opérationnelles.                        solides appuyée par le PNDM est
                                       approbation des deux projets de                                                    conforme aux réglementations nationales,
                                       décrets relatifs i) aux modalités                                                  sur la base des revues de projets (à être
                                                                                  75
Domaine de politique et objectifs du                                                    Actions préalables au PPD2          Résultats du programme et indicateurs
                                              Actions préalables au PPD1
          programme                                                                                                                        de suivi
                                          d‟élaboration du Plan directeur                                                   vérifiés par un échantillon de projets au
                                          provincial ou préfectoral de GDM et                                               3ème trimestre de l‟exercice budgétaire
                                          ii) aux procédures administratives et                                             2012.
                                          prescriptions techniques relatives aux
                                          décharges contrôlées.                                                             Baseline : N /A
                                                                                                                            Cible : 100%

Améliorer     la    transparence,    la                                            3. La Commission Nationale du            Indicateur :
compétitivité et la responsabilisation                                             Programme National de Gestion des        Concurrence accrue dans les appels
des contrats avec le secteur privé dans                                            Déchets Ménagers a revu et approuvé      d‟offres pour la GDM telle que mesurée
la GDM.                                                                            les trois séries de modèles de cahiers   par l‟augmentation entre 2008 et 2011 du
                                                                                   des charges et de contrats et le         nombre d‟offres reçues par appel d‟offres,
                                                                                   Ministre de l‟Intérieur a émis une       tel que rapportées dans les PV
                                                                                   circulaire pour leur diffusion et        d‟ouverture des plis.
                                                                                   application.                             Baseline : 4 à 5 offres par appel en 2008
                                                                                                                            Cible : nette amélioration         dans la
                                                                                                                            participation aux Appel d‟offres de GDS
                                                                                                                            des DMA

Faire évoluer le comportement du                                                   4. Le plan d‟action 2010 du              Les décideurs locaux et les usagers du
public et améliorer la décision                                                    Programme National de Gestion des        service déchets sont mieux informés et
communale en matière de pratiques                                                  Déchets Ménagers comprend un             soutiennent la mise à niveau de la gestion
de gestion des déchets solides.                                                    financement approprié pour la            des déchets ménagers.
                                                                                   réalisation et la pérennisation d‟un
                                                                                   programme de communication et de         Indicateurs :
                                                                                   sensibilisation du public.               Nombre de conventions thématiques
                                                                                                                            signées entre collectivités locales et l‟Etat
                                                                                                                            pour la mise à niveau de leurs systèmes
                                                                                                                            de GDM (Référence : 0 en 2008, cible :
                                                                                                                            10 en 2012).

                                                                                                                            Changement dans la perception par la
                                                                                                                            population urbaine de la GDM comme
                                                                                                                            domaine d‟intervention prioritaire, tel que
                                                                                                                            mesuré par enquête sur échantillon
                                                                                                                            représentatif



Soutenabilité des services de gestion des déchets ménagers

                                                                                   76
Domaine de politique et objectifs du                                                 Actions préalables au PPD2          Résultats du programme et indicateurs
                                            Actions préalables au PPD1
          programme                                                                                                                     de suivi
Renforcer la capacité financière des    4. Un financement approprié est                                                  Couverture améliorée des coûts des
CL pour faire face aux exigences        affecté au PNDM en 2008 et la Loi                                                services de GDM dans les collectivités
financières d‟une GDM moderne et        des Finances de l‟exercice 2009                                                  locales appuyées par le PNDM.
intégrée.                               prévoit une dotation budgétaire
                                        appropriée à l‟appui du PNDM.                                                    Indicateur :

                                                                                                                         Augmentation des revenus générés par la
                                        5. Désignation par le Ministre de                                                taxe sur les services communaux.
                                        l‟Intérieur   d‟une    entité   de
                                        coordination pour le développement                                               Baseline: 1,4 MDH en 2008
                                        d‟un programme national MDP en                                                   Cible : 3.0 MDH en 2011
                                        vue de faciliter l‟accès des
                                        collectivités locales au marché
                                        carbone.

Améliorer l‟efficacité-coût des
services de GDM
Renforcer la capacité des CL pour       6. Lancement d‟un programme de          5. Le programme de renforcement          Les acteurs clés à l‟échelle locale et
gérer efficacement les services des     renforcement des capacités financé,     des capacités sur la gestion des         régionale sont capables de planifier et
déchets solides.                        dans le domaine des déchets solides     déchets ménagers s‟est poursuivi au      gérer d‟une façon efficiente les systèmes
                                        au profit des collectivités locales.    cours des années civiles 2009 et         de gestion des déchets.
                                                                                2010, et a été intégré dans un
                                                                                programme de formation entièrement       Indicateur : Nombre des collectivités
                                                                                financé par le Gouvernement.             locales bénéficiaires des activités de
                                                                                                                         renforcement de capacités

                                                                                                                         Baseline : 0 en 2008
                                                                                                                         Cible : 230 d‟ici 2012


Considérations environnementales et sociales
Mettre à niveau et opérationnaliser le 7. Publication dans le Bulletin          7. Trois comités régionaux d‟EIE         Un système d‟EIE est en place pour
système d‟EIE à l‟échelle nationale et officiel des décrets relatifs aux (i)    ont été établis et sont opérationnels.   réduire    les   impacts     sociaux  et
régionale.                             responsabilités et fonctionnement du                                              environnementaux           dans      les
                                       comité national d‟EIE et des comités                                              investissements et les opérations de
                                       régionaux d‟EIE, et (ii) procédures                                               traitement des déchets solides.
                                       pour les consultations publiques liées
                                       à l‟EIE.                                                                          Indicateur :
                                                                                                                         Nombre d‟EIE liées à des investissements
                                                                                                                         dans le secteur des déchets solides

                                                                                77
Domaine de politique et objectifs du                                                  Actions préalables au PPD2        Résultats du programme et indicateurs
                                           Actions préalables au PPD1
          programme                                                                                                                    de suivi
                                                                                                                        évaluées et approuvées par les comités
                                                                                                                        régionaux ou le comité national d‟EIE.
                                                                                                                        Baseline : 17 jusqu‟à 2010 (uniquement
                                                                                                                        par le comité national)
                                                                                                                        Cible : 25 d‟ici 2012

Améliorer la performance                                                         8. Trois conventions de partenariat    Des bonnes pratiques sur le plan de
environnementale du secteur des                                                  ont     été    signées    entre   le   l‟environnement         et         social
déchets solides.                                                                 Gouvernement et les collectivités      d‟élimination/enfouissement sont en place
                                                                                 locales pour améliorer les pratiques   dans les CL appuyées par le PNDM.
                                                                                 d‟élimination des déchets ménagers.
                                                                                                                        Indicateurs :
                                                                                                                        Pourcentage de déchets collectés mis en
                                                                                                                        décharges contrôlées

                                                                                                                        Baseline : 10% en 2008
                                                                                                                        Cible : 30 % d‟ici 2012

                                                                                                                        Nombre de décharges sauvages fermées /
                                                                                                                        réhabilitées


                                                                                                                        Baseline : 4 en 2008
                                                                                                                        Cible : 12 d‟ici 2012
Améliorer la performance sociale du    8. Adoption par la the CN-PNDM            9. Le plan d‟action 2010 du            Les impacts sociaux liés aux services des
secteur des déchets solides.           des principes d‟intégration des aspects   Programme National de Gestion des      déchets ménagers sont atténués.
                                       sociaux dans le cadre du PNDM.            Déchets Ménagers comprend un
                                                                                 financement approprié pour             Indicateurs : Nombre des récupérateurs de
                                                                                 l‟élargissement des programmes         déchets bénéficiant des initiatives
                                                                                 d‟intégration sociale aux              d‟inclusion sociale
                                                                                 investissements pour l‟élimination
                                                                                 des déchets appuyés par le             Baseline : 0 in 2008
                                                                                 Programme National de Gestion des      Cible : 100-150 d‟ici 2012
                                                                                 Déchets Ménagers




                                                                                 78
   ANNEX 4. MOROCCO: SOUTENABILITE DE LA DETTE PUBLIQUE ET CRITERES DE
                        FINANCEMENT EXTERIEUR

                                                                                                          (% OF GDP)


                   Fiscal Sustainability Analysis                                                                                      Fiscal Sustainability Analysis
                        Main Scenarios (1)                                                                                               Alternative Scenarios (2)
     50.0                                                                                                          54.0

     48.0
                                                                                                                   52.0
     46.0
                                                                                                                   50.0
     44.0

     42.0                                                                                                          48.0

     40.0                                                                                                          46.0

     38.0
                                                                                                                   44.0
     36.0
                                                                                                                   42.0
     34.0
                                                                                                                             2010         2011    2012    2013     2014       2015
            2010           2011           2012                 2013             2014             2015

               Base Line          Key Variables at their Historical Averages           No Policy Change                           B1         B2     B3      B4       B5         B6




                                                                               Morocco: External Financing needs
                                                                                                                          2008          2009      2010     2011       2012           2013
 Financing Requirements                                                                                                     8.2           6.8       5.1      5.3        4.2            4.1
   Current account deficit                                                                                                  5.2           5.0       5.3      4.4        3.9            2.6
   Long term amortizations                                                                                                  3.9           2.0       1.9      1.9        2.0            2.0
   Reserves Changes of Monetary Auth.                                                                                      -0.9          -0.2      -2.1     -1.1       -1.7           -0.5
 Financing sources                                                                                                          8.2           6.8       5.1      5.3        4.2            4.1
   Official capital grants                                                                                                  1.3           0.4       0.5      0.4        0.4            0.4
   Private investment, (FDI+Portfolio) (net)                                                                                2.1           1.0       0.1      0.8        1.0            1.4
   Long term Disbursements                                                                                                  5.1           3.9       4.4      4.0        2.9            2.4
   Other capital flows (incl. errors and omissions in 08-09)                                                               -0.3           1.6       0.0      0.0       -0.1           -0.1
Source: Moroccan Government and staff estimates

(1) The two main shocks are A1. Key variables are at their historical averages; and A2. No policy change (constant primary balance).

(2) The other shocks are: B1. Real interest rate is at baseline plus one standard deviations; B2. Real GDP growth is at baseline minus one-half
standard deviation; B3. Primary balance is at baseline minus one-half standard deviation; B4. Combination of B1-B3 using one-quarter
standard deviation shocks; B5. One-off 30 percent real depreciation in 2010; B6. Increase in “other debt-creating flows” in 2010 of 10
percent of GDP. Standard deviations for B1-B6 are calculated over the last ten years.




                                                                                                              79
                                                           ANNEXE 5: LE MAROC EN BREF

                                                                                      M . East         Lo wer
Ke y D e v e lo pm e nt Indic a t o rs                                                & No rth        middle
                                                                       M o ro cco      A frica       inco me         Age distribution, 2007
(2008)
                                                                                                                                          Male                                 Female

P o pulatio n, mid-year (millio ns)                                          31.2             31 3     3,435         75-79
Surface area (tho usand sq. km)                                             447             8,778     35,51 0        60-64
P o pulatio n gro wth (%)                                                     1.2              1.7        1.0
Urban po pulatio n (% o f to tal po pulatio n)                               56                57         42         45-49

                                                                                                                     30-34
GNI (A tlas metho d, US$ billio ns)                                          80.8             883      6,543
                                                                                                                     15-19
GNI per capita (A tlas metho d, US$ )                                      2,590            2,820      1,905
GNI per capita (P P P , internatio nal $ )                                4,050             7,402      4,585              0-4

                                                                                                                                6         4           2         0          2      4     6
GDP gro wth (%)                                                               5.6             5.9        10.2                                 percent of total population
GDP per capita gro wth (%)                                                    4.3             4.1         9.1

( m o s t re c e nt e s t im a t e , 2 0 0 3 – 2 0 0 8 )

                                  .25
P o verty headco unt ratio at $ 1 a day (P P P , %)                            3                4          ..
                                                                                                                     Under-5 mortality rate (per 1,000)
P o verty headco unt ratio at $ 2.00 a day (P P P , %)                        14               17          ..
Life expectancy at birth (years)                                              73               70         69         90
Infant mo rtality (per 1,000 live births)                                     40               32         38         80
Child malnutritio n (% o f children under 5)                                  10                ..        25         70
                                                                                                                     60
                                   5
A dult literacy, male (% o f ages 1 and o lder)                               69               82         88         50
                                     5
A dult literacy, female (% o f ages 1 and o lder)                             43               65         77         40
Gro ss primary enro llment, male (% o f age gro up)                            ..             108        121         30
Gro ss primary enro llment, female (% o f age gro up)                          ..             103        109         20
                                                                                                                     10
A ccess to an impro ved water so urce (% o f po pulatio n)                    93               89         88          0
A ccess to impro ved sanitatio n facilities (% o f po pulatio n)              79               77         55                          1990         1995             2000        2007

                                                                                                                                Morocco               Middle East & North Africa


                                                                                                                a
N e t A id F lo ws                                            19 8 0       19 9 0        2000         2008

(US$ millio ns)
Net ODA and o fficial aid                                       899         1,048             419      1,090         Growth of GDP and GDP per capita (%)
To p 3 do no rs (in 2007):
                                                                                                                     15
 Euro pean Co mmissio n                                          12           29              171        325
 France                                                         135          217              155        219         10
 Germany                                                         10           71                 6       143
                                                                                                                      5
A id (% o f GNI)                                                 4.9          4.2              1.2        1.5
                                                                                                                      0
A id per capita (US$ )                                           46           43               1 5        35
                                                                                                                      -5
Lo ng- T e rm E c o no m ic T re nds
                                                                                                                     -10
                                                                                                                                                 95                               05
Co nsumer prices (annual % change)                               9.4          7.0             1.9        3.7
GDP implicit deflato r (annual % change)                        15.2          5.5            -0.6        5.9
                                                                                                                                           GDP                         GDP per capita

Exchange rate (annual average, lo cal per US$ )                  3.9          8.2            10.6         8.1
Terms o f trade index (2000 = 100)                               80           75             100         130
                                                                                                                     19 8 0 – 9 0 19 9 0 – 2 0 0 0 2 0 0 0 – 0 8
                                                                                                                            (average annual gro wth %)
P o pulatio n, mid-year (millio ns)                             19.4        24.2          28.5           31.2                       2.2                   1.6                   1.2
GDP (US$ millio ns)*                                          18,821      25,821        37,022        88,879                        4.2                   2.8                   5.0
                                                                             (% o f GDP )
A griculture                                                   18.4         17.7             14.9       14.6                        6.7                   -1.1                  4.9
Industry                                                       30.9         32.4             29.1       30.3                        3.0                   2.9                   4.4
  M anufacturing                                               16.8         18.4             17.5       14.0                        4.1                   2.7                   3.2
Services                                                       50.6         49.9             56.0       55.0                        4.2                   3.3                   5.1

Ho useho ld final co nsumptio n expenditure                    66.8         64.6             61.4       60.0                        4.0                   3.0                   4.9
General go v't final co nsumptio n expenditure                 18.3         15.5             18.4       17.2                        4.4                   2.5                   3.3
Gro ss capital fo rmatio n                                     24.2         25.3             25.5       36.3                        1.6                   3.8                   9.1

Expo rts o f go o ds and services                              17.4         26.5             28.0       36.7                        8.0                   5.6                   7.1
Impo rts o f go o ds and services                              26.7         31.9             33.4       50.2                        4.6                   4.8                   8.8
Gro ss savings                                                 18.6         25.2             24.3       30.9


No te: Figures in italics are fo r years o ther than tho se specified. 2008 data are preliminary. .. indicates data are no t available.
a. A id data are fo r 2007.
(*) there is a series break starting 1 998.
Develo pment Eco no mics, Develo pment Data Gro up (DECDG).


                                                                                    80
81
Millennium Development Goals                                                                                                                                                  Morocco


With selected targets to achieve b etween 1990 and 2015
(estimate clo sest to date sho wn, +/- 2 years)                                                                                         M o ro c c o


G o a l 1: ha lv e t he ra t e s f o r e xt re m e po v e rt y a nd m a lnut rit io n                                  19 9 0          19 9 5               2000                   2008
                                     .25
 P o verty headco unt ratio at $ 1 a day (P P P , % o f po pulatio n)                                                   2.5                  ..                6.3                   2.5
 P o verty headco unt ratio at natio nal po verty line (% o f po pulatio n)                                             13.1                 ..              15.3                     8.8
 Share o f inco me o r co nsumptio n to the po o rest qunitile (%)                                                      6.6                  ..               6.3                    6.5
 P revalence o f malnutritio n (% o f children under 5)                                                                 9.0                  ..                   ..                10.2


G o a l 2 : e ns ure t ha t c hildre n a re a ble t o c o m ple t e prim a ry s c ho o ling
 P rimary scho o l enro llment (net, %)                                                                                   58               72                    79                      87
 P rimary co mpletio n rate (% o f relevant age gro up)                                                                   51               48                    57                       81
 Seco ndary scho o l enro llment (gro ss, %)                                                                              38               38                    38                      56
 Yo uth literacy rate (% o f peo ple ages 1 5-24)                                                                         55               62                    67                      76


G o a l 3 : e lim ina t e ge nde r dis pa rit y in e duc a t io n a nd e m po we r wo m e n
 Ratio o f girls to bo ys in primary and seco ndary educatio n (%)                                                        67               72                    80                      86
 Wo men emplo yed in the no nagricultural secto r (% o f no nagricultural emplo yment)                                     ..               ..                   20                      19
 P ro po rtio n o f seats held by wo men in natio nal parliament (%)                                                       ..              1                      1                       11


G o a l 4 : re duc e unde r- 5 m o rt a lit y by t wo - t hirds
 Under-5 mo rtality rate (per 1 ,000)                                                                                     85                ..                   47                        38
 Infant mo rtality rate (per 1,000 live births)                                                                           66               57                    40                        32
 M easles immunizatio n (pro po rtio n o f o ne-year o lds immunized, %)                                                  80               88                    93                        94


G o a l 5 : re duc e m a t e rna l m o rt a lit y by t hre e - f o urt hs
 M aternal mo rtality ratio (mo deled estimate, per 1     00,000 live births)                                          332               228                   228                   227
 B irths attended by skilled health staff (% o f to tal)                                                                31                34                    48                    59
 Co ntraceptive prevalence (% o f wo men ages 1         5-49)                                                           39                42                    45                    63


G o a l 6 : ha lt a nd be gin t o re v e rs e t he s pre a d o f H IV / A ID S a nd o t he r m a jo r dis e a s e s
 P revalence o f HIV (% o f po pulatio n ages 1  5-49)                                                              ..                     0.1                   0.1                     0.1
 Incidence o f tuberculo sis (per 100,000 peo ple)                                                               1
                                                                                                                10                          1
                                                                                                                                           13                    95                      88
 Tuberculo sis case detectio n rate (%, all fo rms)                                                               75                       74                    75                       73


G o a l 7 : ha lv e t he pro po rt io n o f pe o ple wit ho ut s us t a ina ble a c c e s s t o ba s ic ne e ds
 A ccess to an impro ved water so urce (% o f po pulatio n)                                                     75                           ..                  80                      93
 A ccess to impro ved sanitatio n facilities (% o f po pulatio n)                                               58                           ..                  68                      79
 Fo rest area (% o f to tal land area)                                                                          6.8                      12.7                  12.7                          ..
 Terrestrial pro tected areas (% o f surface area)                                                                ..                         ..                    ..                      1.2
 CO2 emissio ns (metric to ns per capita)                                                                       0.9                        1.1                   1.2                     1.5
 GDP per unit o f energy use (co nstant 2005 P P P $ per kg o f o il equivalent)                                9.7                       8.2                   8.3                      8.3


G o a l 8 : de v e lo p a glo ba l pa rt ne rs hip f o r de v e lo pm e nt
                               00
 Telepho ne mainlines (per 1 peo ple)                                                                                     1.6             4.2                    4.9                      9.5
                                     00
 M o bile pho ne subscribers (per 1 peo ple)                                                                              0.0             0.1                    8.1                     72.2
                        00
 Internet users (per 1 peo ple)                                                                                           0.0             0.0                    0.7                     33.0
                               00
 P erso nal co mputers (per 1 peo ple)                                                                                      ..            0.3                    1.2                      5.7



   Education indicators (%)                                            Measles immunization (% of 1-year                         ICT indicators (per 100 people)
                                                                       olds)
   100                                                                 100                                                       90
                                                                                                                                 80
    75                                                                                                                           70
                                                                       75
                                                                                                                                 60
    50                                                                                                                           50
                                                                       50
                                                                                                                                 40
    25
                                                                                                                                 30
                                                                       25                                                        20
     0
                                                                                                                                 10
           2000       2002         2004         2006         2008       0                                                         0

                                                                                1990    1995    2000        2007                        2000       2002        2004        2006           2008
             Primary net enrollment ratio

                                                                              Morocco     Middle East & North Africa                    Fixed + mobile subscribers      Internet users
             Ratio of girls to boys in primary & secondary education




No te: Figures in italics are fo r years o ther than tho se specified. .. indicates data are no t available.                                                                         6/1
                                                                                                                                                                                  9/1 0

Develo pment Eco no mics, Develo pment Data Gro up (DECDG).




                                                                                         82

				
DOCUMENT INFO