Docstoc

EVALUATION GENETIQUE DE L INCIDENCE METRITES

Document Sample
EVALUATION GENETIQUE DE L INCIDENCE METRITES Powered By Docstoc
					   EVALUATION GENETIQUE DE
L’INCIDENCE DES METRITES CHEZ
      LA VACHE HOLSTEIN
Les métrites peuvent être une cause
d’infertilité car elles peuvent provoquer
l’augmentation du nombres d’inséminations
avant d’obtenir une insémination
fécondante.
Cette infertilité, qui peut être considérée
comme une infertilité temporaire, entraîne
un intervalle vêlage-vêlage plus long et une
baisse de la production laitière ce qui, au
final ,augmente les coûts de production.

BUT DE LA RECHERCHE :

 - Etudier la résistance génétique aux
métrites chez la vache laitière
 - En estimer les paramètres génétiques
 - Evaluer le degré de résistance aux
métrites des animaux
MATERIEL ET METHODES
   -Etude portant sur 1820 vaches ( provenant de 733 femelles et 24
       mâles)

   1). Calculer l’incidence de la maladie IM %
                   nombre de vaches atteintes de métrites
          IM (%) = -------------------------------------------------------- * 100
                        nombre total de vaches = 1820

   2). Index de résistance génétique aux métrites et
       résistance aux métrites RM

          Sur base de 3 catégories

          - Durée de la métrite
          - Numéro de lactation (NL) au moment de la métrite
          - Fréquence de l’infection au cours des saisons de
      reproduction
  a). Chacune de ces catégories est divisée en plusieurs intervalles (ou
   chiffres) et chacun de ces intervalles se voit attribuer un grade.

Le plus haut grade est donné en partant du principe que lorsque la métrite survient
   pendant cet intervalle les répercussions nocives sur les capacités de productions
   et de reproductions de l’animal sont potentiellement les plus élevées.

   EX : NL au moment de la métrite divisé en 4 intervalles

                                 NL          GRADE
                             1 ou 2 ème         4
                             3 ou 4 ème         3
                             5 ou 6 ème         2
                              >= 7              1
Grade le plus bas = NL 7 (et plus) : il semble évident que les répercussions possibles
   d’une
                                  métrite sur une vache arrivée à la fin de son âge de
                                  production est moindre que sur un jeune animal.
       Durée de la métrite : 3 grades
       NL : 4 grades
       Fréquence de l’infection : 5 grades.
b). Multiplication des plus hauts grades de
  chacune des 3 catégories.
  . Dans notre cas = 60 (3*5*4)
  . Correction à 100


c). Calcul de la résistance aux métrites des
   vaches
  . Calcul du degré de résistance de chaque vaches
   en multipliant les grades correspondant des 3
   catégories
  . 100 – degré de résistance ci-dessus


3). Analyse statistique
a). Poser les effets fixes
        - le NL
        - les saisons (hiver, printemps,été,automne)
        - l’année du vêlage (ici 2000 à 2003)
estimation des effets fixes : Méthode SAS
 b). Estimation des effets aléatoires = méthode REML
 c). Utilisation Méthode BLUP = Méthode mixte (effet fixes
   et aléatoires) pour l’étude
                                  y      = mu + P + S + R + A + e
                                   ijklm        i    j   k l     ijklm
  mu : moyenne pop
P S R : effets fixes               A : mâle
i     j k                            l
e      : effet résiduel aléatoire non expliqué par le modèle
  ijklm
 4). Facteurs influençant RM et IM
Prise en compte des effets fixes ( NL, saisons, année de vêlage) et
   calcul des moyennes de RM et IM
 5). Paramètres génétiques
Calcul de l’héritabilité (h^2) pour RM , le nombre d’inséminations
   pour obtenir une fécondation ( NI), l’ intervalle vêlage-vêlage
   (IVV), la production de lait (PL)
6). Calculs pour les corrélations génotypiques et
   phénotypiques
  entre RM et IVV, NI , PL
7). Evaluation du potentiel génétique des animaux à
   l’aide de BLUP
        RESULTATS ET DISCUSSIONS
 1). Facteurs influençant RM et IM
 - le NL affecte très significativement ( P<=0.01)
    RM et IM.
RM augmente du 1°NL au 4° NL puis diminue
IM augmente au fur et à mesure des NL
En 7° NL (et plus) on a RM bas et IM haut car la
    vache âgée est plus sensible aux infections
 - la saison du vêlage affecte significativement
    ( P<=0.05) RM et IM
Haut RM en automne, la plus basse en été
IM bas en hiver ,haut en été

En été : RM bas et IM haut sont imputables à l’augmentation de température qui augmente le
stress des animaux et donc diminue leurs défenses immunitaires
  - l’année du vêlage affecte significativement RM et IM mais cet effet est imputable aux
conditions environnementales comme l’alimentation, la température, l’apparition de
maladies, les campagnes de vaccinations

  2). Paramètres génétiques
h^2 = 0.31 pour RM : la résistance aux métrites est héritable ce qui permet de l’améliorer
par sélection
(h^2 de PL = 0.17 donc PL héritable, et h^2 de IVV=0.07 ainsi que h^2de NI=0.04 indiquent
que PL et IVV sont peu héritables)
3). Corrélation génétique et phénotypique : RM ,PL, IVV, NI

- Aucune corrélation entre RM et PL
- Corrélation non significative entre RM et NI
                               entre RM et IVV
- Aucune corrélation entre TL et NI
- Corrélation significative entre TL et IVV
   La pléiotropie et l’existence de gènes liés sont les principales raisons
   de ces corrélations génétiques, de plus les facteurs
   environnementaux ajoutés à ces 2 critères peuvent être responsable
   de corrélation phénotypiques

 4).Evaluation du potentiel génétique des animaux via
  BLUP

    Valeur la plus élevée : 12.81
    Valeur la plus faible : - 9.41

 Ces valeurs sont utiles dans le cadre d’une sélection.
                        INFORMATIONS UTILES
                             POUR LE VT
           3 aspects intéressants pour le VT
       1). L’effet du NL
       2). L’effet de la saison
       3). L’héritabilité de la résistance aux métrites

- Le fait que l’IM augmente au fur et à mesure des NL indique que plus un
 animal vieillit plus il a la probabilité de développer une métrite.
Si on ajoute à cela le fait qu’au-delà de la 4 ° lactation la résistance aux métrites
 baisse il apparaît que le VT devra être d’autant plus attentif à d’éventuelles
 métrites chez les animaux dépassant le NL 4 car les possibilités d’infertilité
 sont accrues.

- L’été ressort comme la saison la plus favorable au développement des
 métrites : (IM élevé et RM moindre)
  Le VT devra donc être d’autant plus vigilant à cette période.

- L’héritabilité de la résistance aux métrites peut permettre la mise en place
  d’une sélection pour augmenté la résistance du troupeau à cette pathologie.
                CRITIQUES
 a- L’article ne précise pas de quelle manière il détermine
    si un animal est atteint de métrite ou sain
Une métrite peut, par exemple, être sub-clinique mais
    décelable par frottis et peut, de plus, faire l’objet d’une
    auto guérison rapide mais qui peut néanmoins être prise
    en compte dans le grade 1 de la durée de l’infection
La résistance aux métrites (RM) d’un tel animal serait donc
    diminuée et la moyenne des RM en serait modifiée (
    d’autant plus que ce cas se répète dans le troupeau)
    d’autre part l’IM serait augmentée puisque cet animal
    serait comptabilisé

On peut imaginer une situation inverse si l’étude ne porte que sur les pyomètres


 b- Par ailleurs il me semble qu'il aurait été utile de déterminer l’index de résistance aux
métrites et donc les RM avec une 4° catégorie : la gravité de la métrite , car cet aspect est
important dans le cadre d’une éventuelle infertilité (qui est indirectement le but de l’étude)
Je pense que l’établissement d’un programme de sélection basé sur RM sans prendre en
compte cet aspect ne serait pas assez ciblé.