11304

Document Sample
11304 Powered By Docstoc
					                        Compte-rendu du CEVU du 19 mai 2008

Membre de droit : M. VISTELLE, Président de l’URCA

Membres présents : MMES GANGLOFF, OLIVIER, LE NY-VRAY, BARES, LUZI,
OUDINET, VERDIER, GOBRON, JUGEL, KOBSCH, MILCENT, PERRIGUEY
MRS AVIERINOS, DE OLIVEIRA, GELLE, BELLON, HADJADJ, DELABRE, CARRE,
VENANCIO, BONCOURT, BRIDE, LUCOTTE, RIVIERE, POULIN, SIMONARD, SIAS

Membres représentés : MMES HEULLANT-DONAT, MUZARD
MRS DALTEROCHE, DESCHAMPS, MILLET, RIERA, GAIGNETTE, POPLIMONT

Membres invités : MMES PADET, BONNET
MRS LETELLIER, GOELDEL

Le quorum est atteint à 14 H 15. M. GELLE ouvre la séance.

       1) Points d’information

            - Plan Campus

M. LETELLIER présente le « PLAN CAMPUS ». Il souligne la difficulté dans laquelle se
trouve le Patrimoine Immobilier. L’Etat a consenti un investissement à hauteur de 5 Milliards
d’€uros en faveur de l’immobilier universitaire. L’objectif, dans le futur, est le rapprochement
des sites sur un seul Campus à Croix-Rouge. La reconstruction du Campus Croix-Rouge est un
projet ambitieux qui tient compte des opportunités offertes par le TGV et la gare de Bezannes,
ainsi que par le futur tramway. La Ville de Reims, la Région et la Caisse des Dépôts
soutiennent l’opération. Ce Campus entièrement neuf devrait être en fonction en 2012, 2013.
Le Campus Santé ne bouge pas. Il restera toujours attaché à l’hôpital.
M. LETELLIER explique que le Campus Moulin de la Housse, dans les 10 ans à venir n’est
plus viable, en terme d’adaptabilité des locaux. La réhabilitation de la Bibliothèque Moulin de
la Housse nécessite trop d’argent. Les amphis sont surdimensionnés, sous-utilisés et les salles
de TD insuffisantes. L’éclatement des sites et des équipements coûtent très cher. La vente du
Campus Moulin de la Housse, permettra l’installation sur le nouveau Campus Croix-Rouge. Ce
projet nécessitera une expertise, une audition de tous les acteurs de la vie universitaire, y
compris les étudiants.
Le Président, M. VISTELLE, souligne que le Plan Campus comporte une dizaine de projets
avec un cahier des charges bien identifié.
M. RIVIERE pose la question de l’intégration de la Vie Etudiante dans ce dernier.
M. VISTELLE rappelle que l’éclatement des Campus favorise l’isolement de certains
étudiants.
M. GELLE annonce que sur le nouveau Campus, il sera créé des espaces de loisirs, tout sera
fait pour créer de la vie tout le long du trajet du tramway. Il faut un pôle universitaire attractif et
sécurisé. La qualité de la vie étudiante est essentielle.
M. CARRE s’interroge sur la place des projets de la Maison de l’Etudiant dans l’hypothèse du
nouveau pôle universitaire.
M. VISTELLE précise que le projet aboutira en partenariat avec la Ville de Reims. La Maison
de l’Etudiant sera organisée autour de plusieurs pôles : logements, démarches administratives,
emplois et stages, santé, culture, soutien aux initiatives.

            - Négociation financière



                                                                                                     1
Lors de la visite au Ministère, le 14 mai, une projection a été faite sur les 4 années. Les chiffres
exacts ne sont pas encore disponibles. Le Ministère rajouterait des crédits sur les licences.
L’offre de masters est soutenue. Pour ce qui concerne la Vie Etudiante, les chiffres sont à la
hausse.

            - Calendrier des prochains CEVU

Dates : 9 juin, 30 juin, 8 septembre, 6 octobre, 3 novembre et 1er décembre 2008
Ce calendrier peut inclure des réunions supplémentaires selon l’importance des dossiers à
traiter.

       2) Elections

- Vice-Président Etudiant

M. GELLE lance l’appel à candidature.
M. BONCOURT Vincent et Mlle PERRIGUEY Ambre se présentent à la candidature.
Chacun des 2 étudiants fait une rapide présentation de sa vision du rôle d’un Vice-Président
Etudiant et de ses projets.
- Mlle Ambre PERRIGUEY : étudiante en Licence Psychologie 1ère année, Secrétaire Générale
de l’UNEF, âgée de 19 ans. Elle est élue au Conseil du Département de Psychologie. Elle
entend bien être un acteur de la vie universitaire et exercer avec conviction son rôle de VP
Etudiant. Il lui semble incompréhensible de percevoir une indemnité pour assurer cette mission.
La précarité étudiante est en augmentation. C’est une source d’échec. L’absence d’un statut
étudiant salarié qui permettrait de reconnaître cette catégorie doit être améliorée. L’Université
doit être un lieu ouvert, un lieu de transmission du savoir. Chacun doit pouvoir acquérir une
connaissance suffisante pour évoluer dans le milieu professionnel. L’insertion des étudiants
étrangers est un point essentiel à l’heure de la mondialisation. Le taux d’échec des étudiants
étrangers est multiplié par 2. Il faut agir contre les inégalités, éviter les expulsions. L’Université
doit être synonyme de démocratie de l’enseignement supérieur et de l’égalité des droits. Mlle
PERRIGUEY est pour la transparence dans l’usage des subventions du FSDIE, un meilleur
suivi des fonds et un meilleur contrôle.
M. CARRE pose la question de l’accompagnement des étudiants salariés.
Mlle PERRIGUEY pense qu’il faut garantir la mise en place des cours magistraux sur Intranet,
avoir la possibilité de choisir les TD même si l’étudiant a un contrat qui ne dure pas toute
l’année, et offrir un aménagement des cours.
M. CARRE demande l’opinion de la candidate sur la semestrialisation dans le cadre du LMD.
Mlle PERRIGUEY, observe que c’est compliqué à mettre en place en termes de finances.
Dans le cadre d’une mise en place d’un PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement
Supérieur), comment pourraient-être envisagées les mesures d’accompagnement d’un étudiant
qui se retrouve délocalisé ?
Mlle PERRIGUEY précise qu’il existe, pour elle, plusieurs pistes de réflexion, entre autres la
possibilité de suivre des cours dans d’autres sites. Développer les ressources pédagogiques
utiles aux étudiants et utilisables en Intranet à distance. Autre piste, le Loca Pass également qui
peut permettre l’avance du dépôt de garantie sous forme de prêt sans intérêt et servir de caution
pour les étudiants boursier.

- M. Vincent BONCOURT : étudiant à l’IUT de Reims-Châlons-Charleville en 1ère année DUT
Techniques de Commercialisation, âgé de 19 ans. M. BONCOURT est fier d’appartenir à
l’URCA et réitère son soutien à M. GELLE dans ses initiatives.
Il fait part de ses projets pour le FSDIE. Il entend poursuivre le travail de Nicolas STUDER,
ancien VP Etudiant au niveau des projets FSDIE. Il entend instaurer un partenariat fort entre le
CROUS et la Vie Etudiante, développer les projets de carte multi-services et pérenniser les
horaires d’ouverture des bibliothèques.
M. BONCOURT souligne son attachement aux associations étudiantes et leur renouvelle sa
confiance. Il se tient à leur disposition pour faire avancer tous les projets.
                                                                                                    2
A la question qui est posée sur les étudiants salariés, M. BONCOURT répond qu’il compte
travailler avec les autorités compétentes, qu’il s’entretiendra avec toutes les associations et
qu’il est ouvert à toutes propositions.
Mme OLIVIER fait remarquer que M. STUDER ancien VP étudiant était souvent absent du
CEVU, notamment pour tout ce qui a concerné la nouvelle offre de formations du prochain
quadriennal. Mme Olivier demande à M. BONCOURT s’il a l’intention de s’impliquer s’il est
élu VP étudiant. M. BONCOURT déclare qu’il se rendra disponible et assistera aux Conseils. Il
fera tout son possible pour faire progresser les sujets.
Mlle PERRIGUEY lui demande s’il est informé du décret d’application sur les fondations. M.
BONCOURT répond qu’il n’en a pas connaissance.
M. RIVIERE interroge M. BONCOURT sur la carte multi-services. M. BONCOURT pense
que c’est une avancée pour les étudiants. Il compte collaborer avec les autorités du CROUS
pour que le plus grand nombre d’étudiants puisse bénéficier de cette prestation.
M. CARRE demande son avis sur les PRES, sur la valorisation et l’accompagnement des
étudiants en master. M. BONCOURT répond que c’est une bonne avancée pour les étudiants,
un axe de travail essentiel.
La question lui est posée à propos de la rémunération accordée au VP Etudiant. Il répond qu’il
est favorable à une indemnisation, cette mission nécessite beaucoup de travail, et il est normal
de demander cette dernière.
Au sujet de la rémunération, M. CARRE souligne que prendre ce genre de responsabilité, c’est
mettre sa vie universitaire entre parenthèses. Le montant accordé a fait l’objet d’un consensus,
il faut réfléchir à ne pas tirer un trait dessus.
Mlle KOBSCH fait remarquer qu’à propos du FSDIE, certains projets sont mis de côté. M.
BONCOURT répond que la meilleure répartition possible sera faite entre les associations et
qu’il est nécessaire de faire participer le plus grand nombre d’étudiants. C’est le FSDIE qui doit
décider.
Mlle PERRIGUEY pose la question de l’insertion des étudiants handicapés. M. BONCOURT
participera aux négociations avec les associations et l’URCA.

Mme BONNET du Service Juridique de l’URCA rappelle la réglementation concernant cette
élection. Le Vice-Président Etudiant est élu à la majorité des membres présents ou représentés.

    Résultats du vote : sur 33 suffrages exprimés
   Vincent BONCOURT – 17 voix
   Ambre PERRIGUEY – 16 voix

M. BONCOURT est élu Vice-Président Etudiant à la majorité absolue.

- Election des membres de la Commission Pédagogique
Composée de 14 membres :
            4 enseignants du CEVU dont le Vice-Président CEVU
            4 étudiants du CEVU
            2 IATOSS du CEVU
            4 représentants du Conseil Scientifique

*Enseignants (3) + G. GELLE
MMES OLIVIER, TITEUX, MRS GAIGNETTE, BELLON se présentent à la candidature.
    Résultats du vote : sur 33 suffrages exprimés
   Isabelle TITEUX – 32 voix
   Marie OLIVIER – 27 voix
   Georges BELLON - 20 voix
   Antonin GAIGNETTE _ 16 voix
*Personnels IATOSS (2)
MMES LUZI, BARES sont élues à l’unanimité.

*Etudiants (4)
                                                                                                3
MLLES GOBRON, JUGEL, KOBSCH, MRS LUCOTTE, CARRE, RIVIERE
     Résultats du vote : sur 33 suffrages exprimés
    Arnaud CARRE – 32 voix
    Perrine GOBRON – 23 voix
    Antoine LUCOTTE - 20 voix
    Côme RIVIERE - 19 voix
    Marie JUGEL _ 16 voix
    Joffrine KOBSCH _ 15 voix
- Election des membres de la Commission « Mobilité et Echanges Internationaux »

*Enseignants :
4 enseignants du CEVU (1 candidat par secteur)
Droit, Economie, Gestion - Guy DELABRE
Lettres, Sciences Humaines - Marie OLIVIER
Sciences et Techniques - Aomar HADJADJ
Santé - Georges BELLON
Les 4 candidats sont élus à l’unanimité.

*Etudiants :
4 étudiants du CEVU (1 candidat par secteur)
Droit, Economie, Gestion - Joffrine KOBSCH, élue à l’unanimité.
Lettres, Sciences Humaines - Tiphanie MILCENT / Marie JUGEL, élue avec 20 voix T.
MILCENT
Sciences et Techniques - Yohann DE OLIVEIRA / Elsa ZYLBERBERG / Sébastien
VENANCIO, élu avec 17 voix Y. DE OLIVEIRA
Santé - Romain POULIN, élu à l’unanimité.

*Personnels IATOSS :
1 représentant IATOSS du CEVU
Patricia OUDINET, élue à l’unanimité.

M. BELLON rappelle que les Commissions Pédagogique et de Mobilité ont un rôle essentiel,
elles étudient tous les aspects de la vie universitaire.

M. GELLE souligne que l’entrée, dans le LMD, des UFR de Santé nécessitera beaucoup de
travail dans les mois à venir.

     3) Accord de collaboration entre l’Université du Brésil et l’URCA

Présentation par M. GOELDEL, de l’accord de coopération et d’échange entre l’Université
Fédérale du Ceara (Brésil) et l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
Cet accord a été adopté par le Conseil de Gestion de l’UFR Sciences Exactes et Naturelles.
Adopté à l’unanimité et transmis au CA avec un avis favorable.

     4) Convention de reversement entre l’Université de Reims Champagne-Ardenne et
l’Université d’Aix Marseille 1

L’Université d’Aix Marseille 1 s’engage à fournir, au SEAD de Reims, 2 unités
d’enseignement sur support papier concernant la 1ère et la 2ème année de Licence Philosophie.
C’est la dernière année de cet accord.
Adoptée à l’unanimité.

     5) Questions diverses

M. CARRE évoque le problème des passerelles. Certains étudiants qui ont un DUT veulent
s’inscrire en Licence à l’UFR Sciences Exactes et Naturelles. M. GELLE fait remarquer
                                                                                           4
qu’avec le Plan Licences, est mis en place un dispositif de poursuite d’études, qui pourrait être
l’obtention d’un DUT et l’inscription en licence.

Les dispositions qui seront prises seront appliquées. M. GELLE précise que la démarche
qualité doit être connue des étudiants et personnels. L’ensemble des procédures doit être
compatibles avec la mobilité des étudiants, un cahier des charges des examens sera mis en
place. Il faut ensuite faire appliquer ces procédures, évaluer les enseignements qui
accompagnent ce dispositif, c’est la seule façon de progresser.

Mlle GANGLOFF observe que les nouvelles maquettes ne sont pas diffusées. Les candidatures
se font sur l’ancienne offre. M. GELLE explique qu’il y a toujours une phase transitoire entre
l’ancien et le nouveau quadriennal. Dès que les fiches seront prêtes, elles seront mises en ligne.

M. VISTELLE prend la parole pour faire part de son mécontentement à propos des réponses
sur l’évaluation des masters. Les responsables des maquettes ne sont pas conscients des enjeux.
Des libertés inadmissibles sont prises dans les réponses, voire des aberrations de la part de
responsables de formations de masters. Le risque est de ne pas être habilité pour ces quelques
formations.

M. VISTELLE rappelle que l’offre de formation va être examinée de très près. Cet examen
passe par la mise en place de contrats d’objectifs, la vérification va dans le sens de l’expertise
de l’AERES. Les formations qui ne jouent pas le jeu seront pénalisées.

M. CARRE évoque le problème des « fondations », où en est l’URCA dans ce projet ?

M. VISTELLE précise que les fondations sont un outil nouveau qui permet d’obtenir des
financements mixtes public/privé. Il rappelle que dans les pays anglo-saxons, une fondation
représente entre 15 et 20 % du budget global.

M. CARRE pose la question de la rémunération des stages.

M. GELLE répond que le bilan n’est pas encore fait. Il faut pour cela recenser toutes les
entreprises qui accueillent des stagiaires. La rémunération des stages est en cours d’évolution,
pas de chiffre pour l’instant.

Concernant la convention avec l’OFUP, M. RIVIERE soumet la proposition d’installer les
services de l’OFUP à un autre moment de l’année. M. GELLE répond qu’il est dommage de
priver les étudiants de ces services. S’il y a le moindre dysfonctionnement, ils seront empêchés
d’être présents sur les chaînes d’inscription.

Concernant les mutuelles, elles seront verrouillées de la même façon. La convention sera très
ferme et la décision d’exclusion s’appliquera à tout organisme qui provoquerait des
perturbations sur les chaînes d’inscription.

La séance est close à 17 H 30.




                                                                                                5

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:9
posted:4/19/2011
language:French
pages:5