Docstoc

DDE_33_Rapport_final_cle7ae57e

Document Sample
DDE_33_Rapport_final_cle7ae57e Powered By Docstoc
					                     Direction
                     Départementale
                     de l’Équipement de la
                     Gironde




         Étude sur le logement des travailleurs
           saisonniers sur le littoral girondin

                                             Rapport final


Intervenants :
Nathalie PINEL
Cécile COLLOT
15 rue Paul Louis Lande
33000 Bordeaux
                                             Étude réalisée été 2002
                                                                       1
Sommaire


  Objectifs de la mission                     p3

  Méthodologie                                p4


      1. Éléments généraux / contexte          p 8

      2. Résultats de l’enquête employés      p 21

      3. Résultats de l’enquête saisonniers   p 53

      4. Conclusions et recommandations       p 81




                                                     2
Objectifs de la mission


   De la pointe du Médoc au pourtour du bassin d’Arcachon, la Gironde
      constitue un potentiel majeur d’emplois saisonniers et mérite une
      attention particulière.
      C’est pourquoi les services de l’État se sont mobilisés pour répondre
      aux objectifs suivants :


       » identifier les conditions de logement des salariés et prendre en
         compte les attentes et besoins de ceux-ci, évaluer le niveau de
         préoccupation des employeurs et des acteurs locaux vis-à-vis de
         l’accueil des travailleurs saisonniers,


       » repérer les situations particulièrement préoccupantes ou au contraire
         intéressantes, et pouvant servir d’exemples concernant le logement
         des salariés saisonniers.




                                                                                 3
Méthodologie
  Celle-ci a été abordée en 3 temps :

   Une recherche documentaire sur les grandes caractéristiques des
      saisonniers sur le littoral girondin (qui n’a apporté aucune information
      fiable).

   Des enquêtes de terrain :
        » Interrogation d’au moins 200 travailleurs saisonniers concernés par la
          question du logement temporaire,
        » Interrogation rapide de 80 employeurs pendant la saison, suivie de 20
          entretiens approfondis en septembre,
        » Au delà de l’enquête, comptage du nombre de saisonniers concernés ou
          non par la question du logement temporaire.


   Entretien avec des élus et des professionnels indirectement concernés
      (syndicats professionnels, agents immobiliers…).

Chacune de ces étapes a fait l’objet d’une note ou d’un rapport intermédiaire.

                                                                                   4
Échantillonnage et choix des personnes rencontrées :

 Enquête saisonniers
    Ne disposant pas d’éléments fiables permettant de quantifier les travailleurs
    saisonniers en Gironde, leur répartition géographique ainsi que leurs secteurs
    d’activité, nous avons construit l’échantillon à partir des quelques données
    existantes:
      » Répartition géographique (voir carte des zones géographiques, p7): nous l’avons
        estimé à partir de la fréquentation touristique évaluée par la capacité
        d’hébergement touristique.
      » Répartition par secteurs d’activité: nous l’avons estimé à partir de:
           o L’emploi touristique en Aquitaine par secteur d’activité (INSEE-1996)
           o La proportion des saisonniers par secteurs d’activité au niveau national
              (Rapport Anicet Le Pors)
         En concertation avec les responsables de la DDE, nous avons par ailleurs:
         - sous évalué la part des saisonniers dans le secteur de l’hébergement (pour ne
         pas multiplier les questionnaires auprès des saisonniers des campings souvent
         logés sur place de manière identique), même s’ils ont fait l’objet d’un comptage.
         - et surévalué celle des saisonniers interrogés dans les secteurs d’activité que
         nous avions qualifiés de « autres » (commerces de vêtements, de souvenirs,
         etc.) dont les conditions de logement sont parues plus problématiques.

                                                                                             5
     Soit, une répartition de l’échantillon comme suit:

      Secteurs d'activités touristiques   Quotas            Répartition
                                                                          Quotas
                                                           géographique
      Hébergement                          42%
                                                   Nord Médoc              18%
      Restauration, bar                    27%
                                                   Sud Médoc               28%
      Commerces alimentaires               6%
      Autres                               25%     Nord et fond Bassin     27%

                                                   Sud Bassin              27%

                                                   Total                  100%




 Les entretiens « rapides » employeurs :
   Nous avons interrogés environ 20 employeurs par zone géographique (soit
   en tout 80), la répartition par secteur d’activité était la même que pour
   les saisonniers
 Les entretiens « approfondis » employeurs :
   En concertation avec les responsables de la DDE, nous avons interrogé 20
   personnes « repérées » lors de la phase précédente et dont la situation
   était intéressante, en insistant particulièrement sur le cas plus
   problématique des restaurateurs. (Liste des personnes rencontrées en
   annexe).
                                                                                   6
Répartition des zones géographiques



                 Nord Médoc




                  Sud Médoc




                  Nord et fond
                        bassin



                   Sud bassin




                                      7
1 – ELEMENTS GENERAUX /
       CONTEXTE




                          8
1.1 – Répartition des
travailleurs saisonniers
identifiés par secteur
       d’activité




                           9
Résultats des investigations de terrain



                     Nb de             Personnes            Non         TOTAUX          Répartition
                 questionnaires     supplémentaires     concernés                       par activité
                    réalisés        dans la cible non   (locaux)**
                                     interrogées *
Hébergement             74                 700              145             919            61%
Restauration            68                 210              91             369             24%
/ Bar
Commerce                 9                 15               13              37              2%
alimentaire
Autres                  53                 15               126             194            13%


Totaux                 204                 940             375             1 519



* C’est-à-dire n’étant pas logées dans leur résidence principale durant leur contrat.
** C’est-à-dire logées dans leur résidence principale durant leur contrat.

                                                                                                       10
Une forte concentration de l’emploi saisonnier dans le secteur
de l’hébergement
  61% des emplois saisonniers identifiés se concentrent dans le secteur de
  l’hébergement (ils représentent environ 75% des saisonniers ayant besoin
  d’un logement), avec cependant des situations très inégales.

   Les campings et centres de vacances :
        » Un pôle majeur d’emploi de travailleurs saisonniers, avec, au sein
           de ces structures, des différences marquées en fonction :
              o Du niveau de service offert,
              o De la capacité d’accueil.
          Les saisonniers se concentrent alors dans quelques structures
          importantes, proposant un large éventail de services.

          Exemples – Selon leurs déclarations :
             o Le Panorama (Pyla), camping 3 étoiles de 450 emplacements,
               emploie, l’été, près de 50 saisonniers.
             o A l’inverse, le Ker Helen (Le Teich), 3 étoiles, offre 140
               emplacements et emploie seulement 2 saisonniers.

                                                                               11
        » Un éventail d’emplois très diversifié :
          Ces structures, à l’activité très saisonnière, recherchent une
          diversité de profils :

                o Des emplois très peu qualifiés (femme de ménage, placeurs…),
                  souvent occupés par des étudiants, et que l’on retrouve dans
                  tous les campings,
                o Des emplois nécessitant une qualification plus importante
                  (maître nageur, hôtesse trilingue, animateur…), que l’on
                  retrouve plutôt dans les structures « haut de gamme ».

 Les hôtels :
      Les hôtels emploient peu de personnel saisonnier*. Lorsqu’ils en emploient,
      il s’agit, pour l’essentiel, de contrats de quelques heures par semaine, sans
      exigence de qualification particulière.
      Par ailleurs, ce type d’hébergement a davantage recours aux sociétés
      d’intérim aux moments des départs et des arrivées (notamment le samedi).

* En effet, beaucoup sont de petite taille et souvent gérés de façon familiale.


                                                                                      12
Le secteur de la restauration / bar emploie environ 1/4 des
travailleurs saisonniers identifiés

  Ce secteur est le deuxième pôle d’emplois saisonniers. Il est constitué
  d’une mosaïque de situations, en fonction principalement de :


        » La taille des établissements : plus le nombre de couverts est
          important, plus l’établissement emploie de personnel saisonnier.
           Exemples : L’Escale au Cap Ferret (25 saisonniers) ou Chez Pierre à
           Arcachon (15 saisonniers).


        » Le type de restauration :
             o Les restaurants de type traditionnel (avec une image
                qualitative), souvent ouverts toute l’année, sont à la recherche
                de personnel qualifié,
             o Les établissements de restauration rapide ou snack, dont
                l’activité est souvent saisonnière, emploient plus facilement du
                personnel non qualifié (étudiants…).



                                                                                   13
15% des saisonniers se répartissent dans les autres
commerces et services

  Avec une différence marquée entre :




          Les commerces et                  Les services plus
        services traditionnels                 spécifiques

        (vêtements, souvenirs…)            (club de voile, golf…)



       Ils proposent souvent des            Il s’agit d’activités
     emplois ne nécessitant pas de      nécessitant une qualification
      formation particulière ; ils               spécifique
     sont souvent occupés par des
       étudiants (et dans ce cas,
          beaucoup de locaux)


                                                                        14
      1.2 – Répartition
géographique des travailleurs
    saisonniers identifiés




                                15
  Résultats des enquêtes de terrain

                    Nb de            Personnes             Non         TOTAUX        Répartition
                questionnaires    supplémentaires      concernés                    géographique
                   réalisés       dans la cible non     (locaux)
                                   interrogées *
Nord Médoc            37                 100               94             231            15%
                                                                                               44%
Sud Médoc             64                 340               33             437            29%
Nord Bassin           57                 250               71             378            25%
                                                                                               56%
Sud Bassin            46                 250              177             473            31%


Totaux                204                940              375            1 519

              Avec : 37% de saisonniers « locaux » dans le Sud Bassin
                     (sur l’ensemble des saisonniers identifiés)
                     19% dans le Nord Bassin
                     41% dans le Nord Médoc
                     8% dans le Sud Médoc
 * C’est-à-dire n’étant pas logées dans leur résidence principale durant leur contrat.

                                                                                                   16
 La répartition géographique des saisonniers dépend de la capacité
    d’accueil touristique :
                         Estimation de           Répartition des   Part de saisonniers
                         l’hébergement             saisonniers      ayant besoin d’un
                           touristique              identifiés         logement*
 Nord Médoc                    18%                         15%            59%
 Sud Médoc                    28%                          29%            92%
 Nord Bassin                  27%                          25%            81%
 Sud Bassin                   27%                          31%            63%
                          Total 100%               Total 100%

 Les zones les plus urbanisées, et en particulier le Sud Bassin et le Nord
    Médoc, se caractérisent par une plus forte proportion de saisonniers
    locaux, qui n’ont, a priori, pas de problèmes de logement, ou du moins pas
    directement liés à leur emploi.

 Cas particulier du Cap Ferret, qui compte une forte proportion de
    résidences secondaires : les saisonniers sont alors plus souvent des
    enfants ou amis de personnes possédant ces résidences, et qui allient
    « argent de poche et vacances ».

               * Sur le total des saisonniers identifiés
                                                                                         17
1.3 – Le contexte de
   l’investigation




                       18
 Une situation qui tend à se dégrader…

   La question du logement des saisonniers semble de plus en plus
   préoccupante en raison :


     » d’un besoin croissant de personnel dans des secteurs en
       développement touristique (ex. : évolution des stations du Sud Médoc
       ces 15 dernières années),
     » Le refus d’un grand nombre de camping à loger cette population (en
       raison de la stricte application des réglementations liées au respect
       des emplacements…),
     » Une saison de plus en plus courte, avec des week-ends prolongés en
       avant et en arrière saison, qui ne justifie plus la recherche d’un
       personnel sous forme d’extra, encore moins à même de rechercher un
       logement dans la durée.




                                                                               19
 Un climat de rumeurs…
   La question du problème de logement des saisonniers semble « polluée »
   par de nombreuses rumeurs…
   « Tout le monde connaît quelqu’un qui … », mais dans les faits, peu de
   situations problématiques ont réellement été identifiées.

   Des situations sont exacerbées, par exemple la question de l’éloignement
   du lieu de travail est fortement ressentie dans le Médoc, où un accident
   de la circulation a eu lieu la saison dernière.

   Rapidement, la question du problème de logement se pose vis-à-vis d’un
   idéal rarement atteint et lié à trois conditions :
     » peu ou pas de loyer,
     » la très grande proximité du lieu de travail,
     » Un « minimum » de confort.


 Le rôle de la météo
   Des conditions de logements acceptables par temps clément ne le sont pas
   (ou moins) après plusieurs jours de pluie.

                                                                              20
 2 – RESULTATS DE
L’ENQUÊTE EMPLOYÉS




                     21
 Conditions et limites de l’enquête :

     » Nous avons interrogé 204 employés sur site, concernés par la
       nécessité de se loger pendant la durée de leur contrat.
     » Les enquêtes ont été effectuées du 15 au 30 juillet, puis du 23 au 30
       août 2002 (une coupure a été faite en pleine saison en raison d’une
       moindre disponibilité des interviewés).
     » Nous n’avons pas interrogé de personnes « non présentes » qui
       n’auraient pas trouvé de logement. Néanmoins, nous limitons cet écueil
       puisque aucun des employeurs interrogés a déclaré ne pas avoir trouvé
       de salarié pour une question de logement.




                                                                                22
EMPLOYÉS




                   2.1 – Qui sont-ils ?



            Qui sont les saisonniers concernés par un
           besoin de logement sur le littoral girondin ?




                                                           23
            70% ont un contrat d’au moins 2 mois (et 29% de 1 à 2 mois).
               Ils seront plus de 81% quand ils seront employés dans un camping ou un centre
               de vacances.
EMPLOYÉS




            Près de la moitié ont entre 20 et 24 ans :
                » 16-19 ans : 21%,
                » 20-24 ans : 49%,
                » 25 ans et + : 28%.

            Ils sont d’abord étudiants :
                » Étudiants : 55%,
                » Professionnels des saisons : 21%,
                » « Autre » : 20%.
                  (étudiants à la recherche d’un premier emploi, ou personnes « inactives »
                  mais qui se contentent d’emplois saisonniers…),
                » Demandeurs d’emploi : 2%.

            57% ont déjà occupé un autre emploi saisonnier.
               Et dans ce cas :
                 » Pour 53% sur le littoral girondin,
                 » Pour 13% hors Gironde sur le littoral aquitain,
                 » Pour 33% ailleurs (54% dans le cas des professionnels saisonniers).
               Ils sont donc probablement près de la moitié dans une logique de 1er emploi.

                                                                                               24
            Ils sont majoritairement Girondins.
               Lieu de résidence principale :
                 » Agglomération bordelaise : 47%,
EMPLOYÉS




                 » « autre Gironde » : 14%.                 61%
               ou viennent de partout en France.

            49% de femmes, 51% d’hommes.

            66% occupent cet emploi pour la première fois, sans différences marquées
               par secteur d’activité, zones géographiques…
               Quand ce n’est pas la première fois :
                 » 38% l’occupent depuis moins de 3 saisons,
                 » 36% depuis 3 à 4 saisons,
                 » 26% depuis plus de 5 saisons.
                un « noyau dur » de fidèles puisque dans les faits, 29% (soit, plus d’un quart)
               occupent ce poste depuis plus de 3 ans.




                                                                                                  25
         Deux grands types de saisonniers vont se distinguer :

    Les professionnels des saisons (21%).
    Ils se segmentent entre :
     » Les personnes en recherche de profit, employés qualifiés, qui
       enchaînent les saisons et bénéficient ainsi de revenus importants,
     » Les professionnels plus marginaux (monde du surf, de la voile…), qui
       cherchent à gagner en peu de temps des revenus leur permettant de
       vivre « leur loisir » le reste de l’année.


 Les étudiants (55%) ou en recherche d’un premier emploi (environ
    10%).
    Ils recherchent à la fois :
     » Un revenu,
      » Une ambiance / des vacances,
    et de fait, seulement 2% de demandeurs d’emploi à plein temps (cette
    catégorie là étant probablement beaucoup plus importante parmi les
    saisonniers locaux).

                                                                              26
EMPLOYÉS




           2.2 - Comment sont-ils logés ?




                                            27
            Pour présenter ces résultats, nous distinguerons les saisonniers employés
            des campings et centres de vacances, des autres saisonnier.
EMPLOYÉS




            Où logent-ils ?                     Pour les saisonniers       Pour les saisonniers
                                               employés en camping ou      employés par d’autres
                                                en centre de vacances       secteurs d’activité
                                                    Base : 57 = 100%          Base : 147 = 100%

           Un mobil home / caravane                                40%               17%

           Une tente                                             32%                   22%

           La famille/amis                                 14%                         21%

           Un logement privé (seul ou en couple)     2%                          10%

           Un logement privé en colocation           2%                          10%

           Une chambre chez un particulier          0%                         6%
           Autre situation correcte (ex. logement
                                                          11%                  5%
           "dur" dans le camping)
           Autre "situation difficile"              0%                          9%



                                    Des moyens de se loger extrêmement diversifiés pour les
                                      employés des secteurs d’activité hors hébergement.
                                                                                                   28
           » Le logement « en dur » est privilégié :
                 o Dans les secteurs d’activités tels que la restauration :
EMPLOYÉS




                     • 22% louent une chambre chez un particulier,
                     • 27% louent un logement (seul ou en colocation).
                 o Quand ils sont professionnels des saisons :
                     • 2% seulement en chambre,
                     • 35% en logement privé,
                     mais aussi :
                     • 28% en mobil home ou caravane.


           » La tente, la chambre chez un particulier sont privilégiées pour ceux
             qui ont un emploi pour la 1ère fois :
                     • 12% chez un particulier (4% quand ils n’ont pas un emploi
                       pour la 1ère fois),
                     • seulement 18% en caravane ou mobil home, contre 33%
                       quand ils n’ont pas cet emploi pour la 1ère fois.


                                                                                    29
           » Des situations différentes selon les secteurs géographiques :
                 o le Sud bassin n’offre quasiment pas de logements privés, prés
                   de 60% sont logés en mobil home ou sous tente et seulement
EMPLOYÉS




                   20% en logement privé,
                 o le Nord bassin, au contraire, accueille 43% de ses saisonniers
                   dans des logements privés (importance du rôle des amis, de la
                   famille) et seulement 41% en mobil home, caravane ou sous
                   tente,
                 o avec une dominante pour le camping (et au moins autant de
                   mobils homes/caravanes que de tentes), le Médoc offre une
                   plus grande diversité de logements ; mais très peu de chambres
                   chez les particuliers.


           » Le repérage de quelques situations plus critiques, mais qui semblent
             marginales (soit 2,5% du total des personnes interrogées) :
                 o la voiture, le van,
                 o la boutique,
                 o garage aménagé…
             Des situations qui ne sont pas systématiquement vécues comme « à
             problème »…
                                                                                    30
            Un « logement évident » pour les saisonniers employés par l’hôtellerie
EMPLOYÉS




               de plein air

                                       Pour les saisonniers     Pour les saisonniers
                                     employés en camping ou    employés par d’autres
                                      en centre de vacances     secteurs d’activité



       C'est vous qui avez choisi             19%                      76%
       votre logement


       Votre logement vous a été              72%                      24%
       proposé par votre employeur
                                                       81%

       Votre logement vous a été              9%                         -
       imposé par votre employeur




                                                                                       31
           » 30% des employés de bar/restaurant ont bénéficié d’un logement
EMPLOYÉS




             proposé par leur employeur, 19% dans des commerces et services
             traditionnels,


           » le logement « imposé », c’est-à-dire la quasi-obligation de loger sur
             place, n’est identifié que dans les campings ou centres de vacances,


           » seulement 30% des professionnels des saisons ont bénéficié d’un
             logement proposé par leur employeur, il s’agit aussi d’une population
             plus à même de se tourner vers le parc privé.




                                                                                     32
            A qui appartient le logement ?
                    Pour les saisonniers               Pour les saisonniers
EMPLOYÉS




                  employés en camping ou              employés par d’autres
                   en centre de vacances               secteurs d’activité

                      Base : 57 = 100%                    Base : 147 = 100%
            Caravane / Mobil home (du      42%   Famille / Amis               26%
            camping)
                                                 Tente personnelle            21%
            Tente personnelle              33%

                                                 Particulier                  20%
            Famille / Amis                 12%
                                                 Caravane personnelle         11%
            Employeur (chalet, studio      7%
            dans le camping…)                                                 10%
                                                 Autre
            Caravane personnelle           4%
                                                 Employeur                    7%

            Particulier                    2%    Saisonnier propriétaire      3%

  Soit un total de 82%, que l’on peut            Caravane / mobil home loué   1%
  considérer « comme logés par l’employeur »     dans le camping

                                                                                    33
EMPLOYÉS




           » Avec des situations particulières :


                 o le poids de la famille, des amis dans le Nord bassin, 34% des
                   hébergements, pour seulement 17% dans le Sud bassin et
                   environ 25% dans le Médoc,
                 o la plus grande part de l’accueil particulier privé pour les salariés
                   des bars restaurants (28%).




                                                                                          34
EMPLOYÉS




            Des situations très marquées selon les secteurs
           d’activités, avec le cas particulier des employés dans
                            l’hôtellerie plein air.

             Peu de cas « difficiles », et souvent le fait de
           populations marginales… « Moi, je dors où je veux, ça
                dépend des jours, un balcon ça me suffit ».




                                                                    35
EMPLOYÉS




           2.3 - Quelles sont leurs
           conditions de logement ?




                                      36
            Le loyer ?
EMPLOYÉS




               » Si l’on exclut les emplois de l’hôtellerie de plein air, près d’un
                 saisonnier sur deux paie un loyer



                   Pour les saisonniers                    Pour les saisonniers
                 employés en camping ou                   employés par d’autres
                  en centre de vacances                    secteurs d’activité

                   14% paient un loyer                     55% paient un loyer
                                                     Rappel : 26% sont logés par des
                                                              parents, amis…


             » Dans 85% des cas, le loyer est inférieur à 1/3 du salaire (13%, entre
               1/3 et la moitié du salaire).



                                                                                       37
           » Les montants des loyers sont extrêmement variables (il s’agit du prix
             par mois) :
EMPLOYÉS




                                       Base : 78 = 100%
                                 21%                  23%
                       19%                  19%                 18%




                      < 100 €     100        200       300     > 400€
                                à 200 €    à 300 €   à 400 €

             Les loyers les plus élevés concernent les logements privés.




           » 1/4 de ces loyers ne font pas l’objet d’un contrat, et cela concerne un
             peu tous les types de logements.

                                                                                       38
            La prise en charge de services annexes par l’employeur :
EMPLOYÉS




                » les repas sont pris en charge pour 46% des employés :
                      o 76% en bar restaurant,
                      o 42% en camping/centre d’hébergement,
                      o 12% pour les autres secteurs.


                » et dans 20% des cas, l’employeur prend en charge d’autres services et
                  principalement le blanchissement.




                                                                                          39
            Distance logement / lieu de travail, plutôt une grande proximité :
EMPLOYÉS




                                          Pour les saisonniers    Pour les saisonniers
                                        employés en camping ou   employés par d’autres
                                         en centre de vacances    secteurs d’activité

                                            Base : 57 = 100%        Base : 147 = 100%

       • Logés sur le lieu de travail            86%                      14%

       • Logés à moins d’1 km                    9%                       36%
                                                                                   69%
       • Logés de 1 à 5 km                        -                       33%

       • Logés à plus de 5 km                    5%                       16%

       • Logés à quelques minutes                91%                      64%

       • Logés de 10 à 20 minutes                2%                       28%

       • Logés à plus de 20 minutes              8%                       8%

              avec des temps de déplacements très voisins d’un territoire à un autre.

                                                                                         40
            Seulement 1/5 ne dispose d’aucun moyen de transport:
                » 65% ont une voiture (75% chez les professionnels),
EMPLOYÉS




                » 4% un 2 roues à moteur,
                » 19% un vélo,
                » 2% autre,
                » 19% aucun (38% chez les moins de 19 ans).


              Une population relativement équipée et mobile.


              Parmi les automobilistes :
                      o 1/2 se sert de sa voiture pour se rendre sur son lieu de travail,
              Parmi les cyclistes :
                      o 4/5 se sert de son vélo pour se rendre sur son lieu de travail.




                                                                                            41
            La satisfaction vis à vis du logement : des employés plutôt satisfaits
EMPLOYÉS




                                       Pour les saisonniers         Pour les saisonniers
                                     employés en camping ou        employés par d’autres
            Diriez-vous que le        en centre de vacances         secteurs d’activité
            confort de votre
            logement est …               Base : 57 = 100%             Base : 147 = 100%

                 Bon                           28%                          28%
                                                        91%                          73%
                 Assez bon                     63%                          45%

                 Pas très bon                  7%                           18%
                                                        9%                           28%
                 Pas bon du tout               2%                           10%

                » Ils sont d’autant plus satisfaits qu’ils ne paient pas le loyer (83% de
                  jugement positif contre 71%), estimant alors un rapport
                  « qualité/prix », plutôt qu’un confort réel.
                » 77% déclarent que si c’était à refaire ils reprendraient le même
                  logement (83% quand ils ne paient pas de loyer, 86% quand ils ne font
                  pas leur 1ère saison, 86% quand ils travaillent dans les camping…).
                                                                                            42
           » Avec des éléments de satisfaction propres à chacun des types
EMPLOYÉS




             d’hébergement :
                 o l’ambiance pour le logement sous tente,
                 o le confort pour le mobil home (en comparaison avec les tentes
                   autour) ou les logements privés.
           » Les situations marginales rencontrées : la voiture, le van, la boutique
             (Rappel : 2,5% des personnes concernées) ne font pas
             systématiquement l’objet de critiques.
             Une personne sur deux juge son niveau de confort au moins assez bon.


                Le sentiment qu’une grande part se contente de ses
                  conditions de logement. A partir d’un minimum de
                confort (seuil distinct selon son âge et son statut) les
               différentes situations sont globalement bien acceptées.
               Elles font partie « du jeu » et sont plutôt bien vécues
                                     car ponctuelles.

                                                                                       43
EMPLOYÉS




           2.4 - La recherche du
                 logement




                                   44
            Ce sont les relations/amis/employeurs… qui permettent de trouver un
               logement:
                                              Pour les saisonniers     Pour les saisonniers
EMPLOYÉS




                                            employés en camping ou    employés par d’autres
                                             en centre de vacances     secteurs d’activité
                                                Base : 57 = 100%       Base : 147 = 100%
   Le logement vous a été proposé par l'employeur           82%                     28%

   A l'aide d'un média (annonces…)                  0%                   1%

   Avec l'aide d'une agence immobilière             0%                   4%

   Par relations                                    5%                         22%

   Par annonce, affichage                            11%                  8%

   Loger chez des amis, la famille                  4%                              29%

   Autre                                            0%                        15%


                   Faible rôle des agences immobilières confirmé par les employés, « elles ne
                   s’intéressent qu’aux vacanciers » et ont un niveau de service d’un coût
                   jugé trop élevé.
                   Les « autres » formes de recherche de logements sont très diverses. Les
                   employés recherchent de manière désordonnée mais très offensive en
                   venant sur place et en s’adressant aux institutions
                                                                                                45
            Quand ils n’ont pas bénéficié d’un logement offert par l’employeur ou s’ils
               ne sont pas « invités » chez un membre de leurs familles ou amis, ils
               jugent avoir trouvé un logement :
EMPLOYÉS




                      Très facilement                                  37%

                                                                   29%           66%
                      Assez facilement

                      Pas très facilement                11%

                      Pas du tout facilement                    23%              34%

                 Base 65 = 100%


               et cela sera d’autant plus facile qu’ils n’occupent pas cet emploi pour la 1ère
               fois ( dans le cas « d’une habitude de la saison », 54% considèrent avoir trouvé
               un logement très facilement).
               Si on prend en compte l’ensemble de la population interrogée, y compris les
               saisonniers des campings et ceux logés par des amis ou de la famille, ils
               sont 89% à déclarer avoir trouvé un logement assez facilement.

                                                                                                  46
            Quels éléments ont influencé le choix/l’acceptation du logement ?
                 (question à multiples réponses, donc dont le résultat total est > 100%)
EMPLOYÉS




                                                                              Quel que soit le type
           Le niveau de loyer / absence de loyer                       84%    de logement


           La proximité du lieu de travail                             78%
                                                                                En particulier sur le
           La facilité                                                71%       bassin : 85% au Sud
                                                                                bassin
           L'environnement (calme/plage/centre ville)                64%
                                                                             En particulier pour les
           Le confort                                          46%           logements privés > 60%

           Les services                                   33%


           Le manque de temps                            25%
                                                                                > 30% pour les
           Le niveau d'équipement                       19%                     logements privés




                                                                                                      47
EMPLOYÉS




           2.5 - Les attentes vis-à-vis
            d’un logement saisonnier…




                                          48
            D’abord un faible loyer et la localisation…

                         Le loyer
EMPLOYÉS



                                                                     93%

                         La localisation                             91%

                         L'environnement                       64%


                         Les services                      61%


                         Le confort                      50%


                         La superficie             29%




              » Mais, sont aussi demandées, de manière spontanée :
                    o l’absence de bruit : 37%,
                    o la propreté : 19%,


                tout comme :
                    o l’ambiance : 19% (47% dans le cas des personnes employées en
                      campings ou centres de vacances).
                                                                                     49
            Le logement idéal
EMPLOYÉS




                » pour 70% d’entre eux, le loyer ne doit pas dépasser ¼ du revenu et pour
                  20% 1/3 du revenu (rappel : aujourd’hui, moins de la moitié paie un loyer,
                  et quand c’est le cas, celui-ci est, dans 85% des cas, inférieur à 1/3 du
                  salaire).


                » spontanément les demandes, vont vers :
                      o quelque chose de confortable (mais sans excès) : 49%,
                      o simple : 42%,
                      o proche du lieu de travail : 16%,
                      o avec des loyers peu élevés : 18%.




                                                                                               50
            Un intérêt limité pour les solutions proposées
EMPLOYÉS




           204 = 100%
                                        % Total intéressant

                La possibilité de
             bénéficier de services
                                                                                                      93%
             tels que la laverie, les
                    repas… *                                                               67% de ceux qui
                                                                                       travaillent hors camping
                                                                                        et centre de vacances
             La possibilité de loger
                                                                                 60%
                 chez l’habitant *


           Un accueil collectif dans
                                                                                      71% des 16-19 ans
           un internat de lycée ou
           un foyer de travailleurs
                                                                       46%           trouvent la formule
                 saisonniers *                                                          intéressante

               La possibilité de                                                       56% pour ceux qui
              pouvoir loger sous                                                     travaillent en camping
                                                                   41%
           tente dans un terrain de
                                                                                     et centre de vacances
                   camping *

                            * Mais il n’a pas été spécifié que cela pourrait avoir un coût.
                                                                                                              51
            Même si quelques cas demeurent critiques, la question du logement ne
              semble pas un problème majeur pour les saisonniers en poste sur le
EMPLOYÉS




                                          littoral.

           En dehors de la situation des employeurs de campings, relations-familles…
           coup de pouce de l’employeur semblent apporter le service nécessaire pour
           trouver un logement dont le niveau de confort est plutôt jugé satisfaisant.

                           Les problèmes ressentis semblent être :
                                 - De l’ordre de la rumeur…,
             - Liés à une situation qui tend à se dégrader (de moins en moins de
                             campings acceptent des saisonniers…)
           ou concernent des saisonniers qui n’étaient pas en poste (cependant, peu
           d’employeurs ont fait état précisément de saisonniers qu’ils auraient aimé
            employer et que, concrètement, une question de logement ait empêché).

           Les cas critiques identifiés (2,5%) sont souvent liés à la personnalité des
                              employés (ado-rebelles, routards…).


                                                                                         52
  3 – RESULTATS DE
L’ENQUETE EMPLOYEURS




                       53
 Conditions de l’enquête :

     » 87 employeurs ont été interrogés, sur site, du 15 au 30 juillet, puis du
       25 au 30 septembre 2002. Il s’agissait d’une interrogation
       « ouverte », rapide.


     » 17 employeurs ont fait l’objet d’une interrogation plus approfondie, à
       partir d’un guide d’entretien fouillé, en septembre 2002.




                                                                                  54
EMPLOYEURS




             3.1 – La saisonnalité de
             l’activité engendre des
             besoins de main d’œuvre
                    spécifique




                                        55
              3 types de commerces et services se distinguent en fonction de leur
                 saisonnalité:
EMPLOYEURS




                  » Les commerces ouverts toute l’année
                     Ce sont des commerces que l’on retrouve essentiellement au Sud
                     bassin, dans les zones très urbanisées et qui comptent une clientèle
                     importante de résidants. Ces commerces ont donc un personnel
                     permanent, renforcé l’été par des saisonniers.
                     Certains peuvent être « partiellement » ouverts à l’année : ils ouvrent
                     à temps plein l’été et le week-end hors saison. On retrouve souvent
                     cette configuration sur le littoral dans quelques stations touristiques
                     importantes (Soulac, LacaNau, Arcachon).




                                                                                               56
             » Les commerces ouverts 6 mois par an
EMPLOYEURS




               Pour beaucoup de commerces en zone urbaine, la saison s’étale d’Avril à
               Septembre. Quelques saisonniers, souvent qualifiés, sont embauchés pour
               toute cette période, et l’équipe est progressivement renforcée lors de la
               pleine saison.


               Les responsables de ces 2 types de structures cherchent à employer
               du personnel qualifié car ils visent à fidéliser leur clientèle en offrant
               une qualité de service.


             » Les commerces et services ouverts seulement en pleine saison (2 mois
               maximum)
               Il s’agit plutôt de commerces de bord de plage, en zone non urbaine ou de
               structures ouvertes par des personnes cherchant à « faire un coup »
               financier sur la saison. Il y a sur ces structures un turn over important
               des gestionnaires, qui offrent souvent des emplois non qualifiés et de
               courte durée.

                                                                                            57
              La saisonnalité de l’activité est soumise à 2 évolutions majeures :
EMPLOYEURS




                  » Une saison de plus en plus concentrée entre le 14 Juillet et le 15 Août,
                  » Une multiplication des « week-ends prolongés » liée en partie à l’effet
                    35H sur l’activité touristique, un effet moins marqué sur le Nord Médoc
                    dû à son positionnement géographique et à sa distance de Bordeaux.


                  Ces évolutions ont des conséquences sur le besoin de saisonniers :
                        o La concentration de la saison entraîne la multiplication de contrats
                          plus courts (inférieur à 2 mois) avec un démarrage de plus en plus
                          tardif (14 juillet) des périodes d’emplois,
                        o Des besoins plus importants pour les week-ends y compris hors
                          saison : « en juin ou septembre, on peut avoir de très gros week-
                          ends et manquer de personnel ». Les employeurs sont alors plutôt à
                          la recherche « d’extra ».




                                                                                                 58
EMPLOYEURS




               3.2 - Conscients des
             problèmes de logement, les
               employeurs donnent la
              priorité aux saisonniers
                       locaux




                                          59
              Des employeurs très conscients du problème de logement des
                travailleurs saisonniers
EMPLOYEURS




                   » Tous les employeurs interrogés, quelle que soit leur activité, ont
                     spontanément mis en avant le problème de logement des saisonniers,
                     lié essentiellement au montant élevé des loyers.
                         o « Les saisonniers sont souvent payés au SMIC et le montant
                           des loyers est exorbitant ».
                         o « Comment voulez-vous qu’ils paient 5 000 F de loyer? ».
                             Et certains font part de situations de logements précaires :
                             « Taudis », « Une tente sur un terrain sans douche ni
                             sanitaire… ».
                      (Des situations qui « existent rarement pour leurs saisonniers » mais
                      plutôt pour les saisonniers du commerce voisin !!).

                   » Les employeurs expriment aussi un problème global de logement sur
                     le littoral :
                         o des loyers élevés,
                         o des difficultés à trouver des logements permanents,
                         o une pratique déclarée courante qui consiste à demander au
                             locataire de quitter le logement en Juillet et Août…
                                                                                            60
              La priorité de l’emploi est donnée aux saisonniers disposant d’un
                 logement
                  » Pour ne pas être confrontés à ces problèmes de logement des
EMPLOYEURS




                    saisonniers, de nombreux employeurs favorisent l’emploi des
                    personnes déjà logées:
                       o les locaux (de la commune ou des communes voisines),
                       o la famille des propriétaires de résidences secondaires,
                          considérés comme locaux.
                          L’emploi de saisonniers locaux convient aux employeurs car
                          c’est une situation qui comporte de nombreux avantages :
                            • ils sont correctement logés, donc ils n’abandonnent pas
                               leur poste en cours de saison pour des problèmes liés au
                               logement,
                            • ils sont souvent plus facilement disponibles en avant saison
                               pour faire un essai,
                            • cette solution permet, de plus, à l’employeur, de fidéliser
                               les saisonniers d’une année sur l’autre, donc d’avoir un
                               personnel rapidement opérationnel,
                            • L’employeur peut également faire appel à ces saisonniers
                               en tant que « extra » pour quelques week-ends hors saison.
                            • Enfin, il est probable que les salaires soient globalement
                               moins élevés.

                                                                                             61
             » Ce n’est que s’ils ne trouvent pas de main d’œuvre locale adaptée à
EMPLOYEURS




                leur besoin que les employeurs font appel à des saisonniers de
                l’extérieur.
               Ce cas de figure se retrouve essentiellement dans deux situations:
                    o dans les zones peu urbanisées dont le potentiel en main
                       d’œuvre locale est plus faible,
                    o pour les emplois qualifiés (en particulier en restauration), car il
                       y a un manque de qualification dans le potentiel de main
                       d’œuvre locale.




                                                                                            62
EMPLOYEURS




                  Les employeurs ont donc tendance à faire appel
                 prioritairement aux saisonniers locaux aux multiples
                                     avantages.

              Le problème du logement des travailleurs saisonniers se
               pose donc quand le potentiel de main d’œuvre locale ne
               peut répondre à la demande et qu’il est nécessaire de
                      faire venir des personnes de l’extérieur.

              Deux situations sont particulièrement mises en exergue :
                          • le manque de main d’œuvre qualifiée,
                  • un potentiel moindre en zone faiblement urbanisée.




                                                                          63
EMPLOYEURS




             3.3 - Les besoins d’emplois
                      qualifiés




                                           64
              Pour les structures recherchant du personnel qualifié, offrir un
                 logement est une des conditions nécessaires pour recruter des
                 saisonniers.
EMPLOYEURS




                            Un besoin de personnel qualifié particulièrement
                              marqué dans le secteur de la restauration

                  » La restauration est l’un des plus gros employeurs de travailleurs
                    saisonniers et se caractérise souvent par un besoin de travailleurs
                    qualifiés (cuisiniers, service…).
                     De la qualité du personnel dépend en effet la qualité de l’image de
                     l’établissement.


                  » De façon plus marginale, quelques services spécifiques nécessitent
                    une main-d’œuvre qualifiée : moniteur de cheval, MNS, voile….
                     Il s’agit souvent d’une obligation légale (personne brevetée…).




                                                                                           65
                        De fait, un personnel plus exigeant et en
                                position de pouvoir choisir
EMPLOYEURS




             » Ces personnes qualifiées sont « très demandées » durant la saison et
               elles sont en position de pouvoir choisir leur emploi.
               Ce sont souvent des « professionnels des saisons » ou des
               « professionnels des extras » qui sont dans un contexte de gestion de
               carrière. Leurs attentes sont plus importantes en matière de
               rémunération et de logement.
               Le confort et la qualité du logement proposé sont alors, comme le
               niveau de salaire, des critères de sélection pour ces saisonniers.



                         Pour les employeurs, il s’agit d’une catégorie de
                      saisonniers plus difficile à recruter, et pour laquelle il
                        est nécessaire d’aider, voire même de trouver une
                                 solution au problème de logement.
                                                                                       66
                       Un peu plus d’une dizaine d’établissements
                   importants s’est donnée les moyens de répondre à
                      la demande en logement de leurs saisonniers
EMPLOYEURS




             » Face au niveau d’exigence du personnel qualifié, les établissements qui
               ont plus les moyens (ou qui se donnent les moyens afin de conserver
               leur statut qualitatif) apportent des réponses à leur besoin en
               logements.
               3 cas de figure ont été identifiés :
                  o 5 employeurs sur les 87 interrogés ont fait l’investissement de
                     maisons ou d’appartements pour y loger une partie de leur
                     personnel (l’Escale, Le Pinasse Café au Cap Ferret par exemple),
                  o 7 disposent de chambres au-dessus de l’établissement dans
                     lesquelles ils logent leurs employés. On retrouve ce cas de
                     figure essentiellement au Cap Ferret. Le confort des chambres
                     n’est pas toujours de qualité, mais la solution semble convenir
                     aux saisonniers,
                  o 1 restaurant (Le Kayok à Lacanau) a négocié un arrangement
                     avec un camping 4 étoiles pour loger ses saisonniers en
                     bungalows.

                                                                                         67
             » La majorité des établissements ne sont pas en mesure, ou ne
               souhaitent pas faire de tels investissements.
EMPLOYEURS




               Selon eux, le problème du logement des saisonniers « n’est pas de leur
               ressort mais de celui de la Municipalité ». Leur opinion est que la
               commune vit en partie grâce à l’activité touristique et qu’il lui
               appartient donc de faciliter l’activité des commerces et services.
               Ils se contentent alors d’un personnel moins expérimenté et moins
               exigeant au risque de dévaloriser la qualité de l’accueil.


             » Aucune solution collective n’a été repérée (par exemple : s’associer à
               plusieurs pour acheter ou louer une maison). Une expérience aurait
               été tentée entre 2 employeurs à Arcachon mais elle a été rapidement
               abandonnée (pour beaucoup, il est difficile de loger tous les
               saisonniers ensemble a cause de problèmes de nuisance).




                                                                                        68
              A l’inverse, pour les structures nécessitant du personnel peu qualifié
                 et qui ne trouvent pas de personnel local, l’accès au logement est la
                 condition pour avoir un emploi.
EMPLOYEURS




                   Une main-d’œuvre non qualifiée que l’on retrouve essentiellement dans
                   les services et commerces traditionnels


                  » Une assez faible difficulté à embaucher des travailleurs saisonniers.
                     Pour ces emplois non qualifiés, les employeurs font souvent appel à
                     des jeunes, des étudiants, qui sont peu exigeants.
                     Les candidats aux postes sont assez nombreux car l’emploi saisonnier
                     est alors perçu comme un moyen de « passer des vacances » sur le
                     littoral à moindre coût.
                     Certains employeurs se plaignent cependant de difficultés de
                     recrutement, mais celles-ci sont perçues comme moins liées au
                     logement qu’au refus de certains jeunes de travailler pour de très
                     faibles salaires.



                                                                                            69
             » Une plus faible implication des employeurs dans la recherche de logement.
               Ceci peut s’expliquer par différents éléments :
                  o Le personnel non qualifié a une moindre « valeur ajoutée » et peu
EMPLOYEURS




                      d’employeurs sont prêts à investir dans le logement,
                  o Il est plus facilement « remplaçable » et les postulants sont plus
                      nombreux,
                  o Les établissements qui emploient ce personnel sont souvent de
                      petite taille et n’ont pas toujours les moyens de financer un
                      logement,
             » Une focalisation des problèmes saisonniers/employeurs sur la question du
               logement :
               Pour l’employeur, de mauvaises conditions de logement des saisonniers
               peuvent être problématiques ; différents éléments entrent en compte,
               comme par exemple :
                  o « si le saisonnier loge loin, il risque d’arriver en retard »,
                  o « s’il est logé sous tente, la probabilité qu’il tombe malade est plus
                     forte » ,
                   o « si les conditions de logement sont mauvaises, il risque
                     d’abandonner son emploi en cours de saison »…
                    Tous les problèmes liés aux saisonniers sont associés à la
                      question du logement (qui dans ce cas, ne paraît pas du
                                      ressort de l’employeur)                                70
             » Seront alors prioritaires les saisonniers ayant résolu leur problème de
EMPLOYEURS




               logement ou ceux qui affirment avoir résolu ce problème.
               Les employeurs, pour l’essentiel, ne sont pas prêts à payer voire même
               à aider leurs saisonniers dans la recherche d’un logement car, selon
               eux, ce n’est pas à l’employeur de payer pour le logement.
               « Les saisonniers nous coûtent déjà assez cher, sans que l’on paie en
               plus pour le logement ».




                                                                                         71
             » Environ ¼ des employeurs se « débrouillent » cependant pour faciliter
               l’accès au logement à leurs saisonniers.
               S’ils ne sont pas prêts à payer, quelques uns trouvent des
EMPLOYEURS




               arrangements pour aider leurs saisonniers.
               On retrouve alors un grand nombre de situations :
                  o La plus courante : arrangement avec un terrain de camping pour
                     obtenir un prix plus intéressant. Mais cette solution est de plus
                     en plus rare car de moins en moins de campings acceptent ces
                     arrangements.
                  o Et une mosaïque de solutions : une caravane derrière le magasin,
                     un terrain prêté pour planter une tente, un arrangement avec
                     des amis pour la location d’un appartement…
                     10% des employeurs déclarent loger leurs saisonniers chez eux.

                     Dans de nombreux cas, les saisonniers sont logés dans des
                     conditions précaires mais ils sont prêts à l’accepter car ils
                     considèrent ne pas avoir eu le choix, et cela les arrange car ils
                     disposent ainsi d’un logement à moindre coût.
                     Ces arrangements sont plutôt le fait d’employeurs plus
                     attentifs à leurs saisonniers, parfois eux-mêmes anciens
                     saisonniers.
                                                                                         72
Synthèse
                                          Personnel qualifié
     - Des employeurs plus impliqués dans la recherche de logements.
     - Une attente de logements plutôt de qualité.
     - Correspond à une part relativement faible des travailleurs saisonniers.

Non urbanisé                                                             Urbanisé
 - Des employeurs moins impliqués
   dans le problème du logement
 - Une population moins exigeante par
   rapport au logement
 - Un type d’hébergement récurrent :                   Pas de problème
   le camping, mais un nombre de
   places limitées, et des conditions
   qui peuvent conduire le saisonnier à
   abandonner son emploi en cours de
   saison.                                Personnel non qualifié

                   Aux critères de l’urbanisation de la zone et de la
                       qualification du personnel, il faut ajouter la
                  problématique économique transversale : la saison est
                   trop courte et les établissements sont souvent trop
                    petits pour avoir les moyens de répondre seuls au
                                   problème de logement.
                                                                                    73
EMPLOYEURS




             3.4 - Le cas particulier des
               campings et centres de
                      vacances




                                            74
 Des structures qui sont en mesure de répondre aux besoins de logement
   de leurs saisonniers

         Ces structures proposent souvent le logement avec l’emploi, d’où une
         certaine facilité à trouver du personnel saisonnier.
         Les situations peuvent être très différentes :
       » Souvent des terrains sont mis à la disposition des saisonniers qui
         logent sous tente.
         Certaines structures employant de nombreux saisonniers prévoient un
         local « cuisine » avec l’électroménager et la vaisselle.
         Il n’est alors pas rare que les saisonniers soient des locaux qui
         profitent de l’opportunité de bénéficier d’une « ambiance vacances ».
       » Ces structures sont aussi en mesure de répondre aux attentes de
         personnel qualifié (maître nageur, animateur professionnel, hôtesse
         d’accueil trilingue…) souvent plus exigeant : des bungalows, mobil home
         ou petits appartements leur sont alors réservés.


                Parce qu’ils répondent au besoin de logement de leurs
              saisonniers, les structures d’hébergement (hors hôtel) ont
                             peu de problème de personnel.
                                                                                   75
 Une situation qui ne convient cependant pas toujours à l’employeur

    » Pour les employeurs, héberger leurs saisonniers équivaut souvent à
      limiter leur capacité d’accueil de vacanciers, de nombreux contrôles
      ayant limité les « installations sauvages ».
      Pour limiter ce phénomène, une tendance apparaît :
          o Comme les commerces et services traditionnels, certains font
             appel prioritairement aux locaux,
          o Les emplacements réservés aux saisonniers sont souvent des
             terrains qui ne conviendraient pas à des vacanciers (en pente,
             exigus…). Parfois, les bugalows ou mobil home réservés aux
             saisonniers sont ceux qui, en l’état, ne peuvent être loués.

   Les campings et centres de vacances usent donc de différents
   stratagèmes pour que le logement des saisonniers ne se fasse pas au
   détriment de leur capacité d’hébergement des vacanciers.
   Des solutions qui sont cependant parfois « à la limite de la légalité ».




                                                                              76
 Le cas particulier des campings de saisonniers

    » Deux campings ouverts exclusivement aux saisonniers ont été
      identifiés sur le littoral, dans deux communes du Médoc :
            - Lacanau (Le Huga)
            - Hourtin

    » Il s’agit de campings mis en place par la Municipalité, à l’origine pour
      les MNS, gendarmes, etc. qu’elle a obligation de loger, et qui offrent
      quelques emplacements sur lesquels les saisonniers ont possibilité de
      mettre une tente pour une participation financière peu élevée.

    » Leur existence facilite l’accès au logement des saisonniers et en cela,
      ces expériences sont intéressantes et sont majoritairement
      appréciées des employeurs et des employés.

    » Une question de légalité semble cependant se poser.




                                                                                 77
» Ils suscitent également quelques difficultés et insatisfactions:
      o Les saisonniers qui y sont logés se plaignent (en particulier au
         Huga, plus excentré) d’un isolement, et du manque de services
         qui est associé,
      o Cette solution entraîne une insatisfaction de la part des
         employeurs dont les saisonniers n’y sont pas logés (demandes
         trop tardives,…) et des suspicions quant à l’attribution des
         emplacements (des rumeurs de favoritisme de la part de la
         Mairie,…)
      o Des problèmes de nuisances (bruit, hygiène,…) mis en avant par
         les Municipalités (la Mairie d’Hourtin pense à réduire le nombre
         d’emplacements).
      o Des problèmes quant au paiement du camping (qui doit payer?
         L’employeur ou l’employé?)



     Une solution satisfaisante, mais qui doit être améliorée:
                       - Quel régime légal?
       - Comment responsabiliser employeurs et employés?
                       - Quelle localisation?
                    - Quels services associés?
                                                                            78
            Pour les employeurs, le logement des saisonniers est problématique à
                                            deux titres :
EMPLOYÉS




                      -des difficultés d’embauches liées au manque de logement
               correspondant aux attentes des saisonniers (essentiellement dans le
                 secteur de la restauration où les attentes sont plus élevées), des
                    difficultés qui, dans un certain nombre de cas, amènent à se
                                                mobiliser,
                  -des conditions de logement qui influent sur l’assiduité au travail
                (abandon du poste, retard, fatigue…), qui semble être le problème
                                           le plus important.

             Face à cela, de nombreux employeurs font appel à la main-d’œuvre
             locale (locaux ou résidences secondaires), qui n’a pas de problème de
                         logement, et qui présente d’autres avantages.

              Quelques employeurs ne pouvant trouver une main-d’œuvre locale
             suffisamment qualifiée ou nombreuse se sont organisés pour apporter
                        leur solution : achat ou location de maisons…


                                                                                        79
EMPLOYÉS




            Néanmoins, au-delà des problèmes rencontrés, il semble y avoir une
              cristallisation de tous les problèmes liés (cause de tous les maux).

            La situation des autres employeurs ne semble pas trop problématique
             (pas de manque de main-d’œuvre lié au logement). Ils souhaiteraient
            voir les conditions de logement des saisonniers s’améliorer, mais ils se
                                    contentent de ce qui existe :
                 -ils n’ont pas (ou ne se donnent pas) les moyens de répondre à ce
               problème, situation renforcée par l’absence de solutions collectives,
               -à leurs yeux, c’est à la collectivité d’intervenir dans ce domaine et
                        ils ne sont alors pas prêts à participer financièrement.




                                                                                        80
       4- Conclusions
Synthèse et recommandations




                              81
Synthèse des enquêtes
 Une difficulté croissante pour les saisonniers à trouver un logement :
     » Augmentation de l’offre touristique et donc hausse du nombre de
       saisonniers et parallèlement, moindre disponibilité de l’immobilier,
     » Des loyers souvent très élevés et des propriétaires qui préfèrent louer
       aux vacanciers (pour des raisons financières et du fait de la « mauvaise
       réputation » des saisonniers),
      » Des campings de moins en moins enclins à loger des saisonniers en raison
        de la stricte application du respect des emplacements, alors qu’ils
        avaient jusqu’alors un rôle très important et pas uniquement pour leurs
        propres saisonniers.
    mais un problème exacerbé par un climat de « rumeurs » :
     » Dans les faits, la majorité des saisonniers se contentent de ce qu’ils ont
       car la situation est ponctuelle et ils viennent avant tout pour gagner de
       l’argent dans un climat de vacances, la question est plutôt celle du
       paiement d’un loyer… (en dehors des salariés des campings qui n’en
       paient pas, seulement ½ paient un loyer),
     » Dans les cas les plus difficiles : ¾ se déclarent satisfaits de leur
       situation et qu’ils reprendraient le même logement si c’était à refaire,
       et ils seront près de 90% à déclarer avoir trouvé un logement
       facilement,.

                                                                                    82
     » Aucun employeur ne s’est objectivement plaint d’un manque de personnel
       saisonnier. S’ils ont des difficultés à en trouver, ils l’expliquent plutôt
       par la mentalité des jeunes « qui ne veulent plus travailler » ou « qui ne
       savent pas travailler ».
       La réelle question de la difficulté à trouver des saisonniers est
       probablement liée au niveau de salaire offert, ou du rapport
       salaire/heures travaillées.
     » Seuls 2,5% des saisonniers interrogés sont logés en situation très
       précaire et cela correspond souvent à un mode de vie marginal.

 Le problème du logement a toujours été résolu :
     » De nombreux employeurs font appel prioritairement aux locaux, qui
       présentent de nombreux avantages (disponibilité en extra, salaire moins
       élevé…),
     » Le bouche à oreille, les amis, les relations permettent de trouver des
       solutions,
     » Quelques établissements, en particulier des restaurants, souhaitant
       maintenir leur statut qualitatif, ont apporté une solution au problème de
       logement de leurs saisonniers,
     » ¼ des employeurs aident leurs saisonniers à trouver un logement
       (« système D »).

                                                                                     83
 Cependant, si la situation du logement des saisonniers n’apparaît pas aussi
    problématique que l’on pouvait le supposer, celle-ci peut s’aggraver en raison
    la limitation de l’accueil en camping.

    Néanmoins, la question ne peut être abordée indépendamment :
      » Du niveau de revenu,
      » De le demande d’emplois locale,
      » De l’absence de volonté d’un grand nombre d’employeurs à financer un
        quelconque mode d’hébergement..




                                                                                     84
Des acteurs sensibilisés au problème de logement des
saisonniers


   Les élus :
       » Tous confirment l’importance de la main-d’œuvre locale (une situation
         qui semble normale : « les jeunes d’ici sont prioritaires »).
       » Ils sont partiellement sensibilisés au problème du logement des
         saisonniers car la commune prend en charge le logement des effectifs
         supplémentaires de gendarmerie, MNS….
         Tous ces élus interrogés considèrent que ce n’est pas à la Municipalité
         qu’il revient de faciliter l’accès au logement des saisonniers « du
         secteur privé ».
       » Dans le cas des communes ayant crée des « campings saisonniers »,
         les problèmes posés tendent à limiter « les effets positifs » de la
         situation.




                                                                                   85
 Les syndicats professionnels :
     » Il sont soucieux d’une amélioration globale de leur offre de service
       (et de fait de leurs saisonniers).
        Les responsables de l’hôtellerie de plein air confirment que la stricte
        application de la règle limitera leur capacité à loger des saisonniers (y
        compris leurs propres saisonniers).

 Les agents immobiliers :
     » Ils ont confirmé le problème plus large de l’accès au logement des
       résidents.
     » Ils ont eux aussi confirmé la pratique qui consiste à demander à des
       locataires « à l’année » de quitter les logements durant les 2 mois
       d’été.
     » Leur rôle est quasi inexistant quant au logement des saisonniers, les
       loyers pratiqués pendant la saison étant élevés, et ils confirment la
       préférence des propriétaires à louer à des vacanciers à la semaine.




                                                                                    86
1er constat : Une difficile mobilisation des acteurs


   Employeurs et élus « se renvoient » la responsabilité du logement des
      saisonniers :


       » Pour les employeurs :
            o Ceux qui se sentent concernés et qui jugent importante la
                question du logement ont souvent trouvé une solution. A
                quelques exceptions près, ils n’ont donc plus de problème pour
                loger leurs saisonniers,
            o Pour les autres, il appartient à la collectivité d’aider les
                saisonniers qui participent à l’activité touristique et donc
                économique de la commune.


       » Pour les élus : c’est aux employeurs, qui profitent de la saison, qu’il
         appartient de loger leurs saisonniers.




                                                                                   87
2ème constat : La nécessité de réponses adaptées à chaque
situation locale

   Il n’existe pas de solution unique, mais un grand nombre de solutions
      de « petite échelle », en fonction :


       » Des secteurs d’activité,
       » Du caractère urbanisé ou non de la commune,
       » De l’étendue de la commune, de ses pôles touristiques.


      Il est important d’adapter chacune des solutions à la situation locale. Pour
      cela, il est nécessaire d’impliquer les acteurs locaux (mairie, élus,
      employeurs,…).




                                                                                     88
3ème constat :

  Les enquêtes ont montré que la situation de logement des saisonniers
     n’est peut être pas aussi problématique que l’on pouvait le supposer.
      » Les employeurs sont très rarement en sous-effectif et les difficultés
        de recrutement ne viennent pas toujours du logement (salaires,
        conditions de travail…),
       » Les saisonniers considèrent plutôt leurs conditions de logement
           comme satisfaisantes, celles-ci étant souvent très secondaires.
     Pourtant, des solutions proposées sont souvent de l’ordre du « système
     D » et à la limite de la légalité, mais chacun s’accorde à fermer les yeux
     sur ces pratiques.
     Si l’on s’intéresse de plus près à ces pratiques et que l’on applique plus
     strictement la réglementation, on risque de créer un problème de
     logement.
     Exemple : le cas des campings qui, en raison de l’application de la
     réglementation, logent de plus en plus rarement les saisonniers extérieurs
     à leur structure.




                                                                                  89
 Quel rôle pour la collectivité :
     » Un rôle majeur de sensibilisation des acteurs locaux.
        Il existe peu d’outils sur lesquels s’appuyer pour faciliter l’accès du
        logement aux saisonniers. C’est pourquoi le rôle premier des
        collectivités locales est la sensibilisation des acteurs et l’animation.
     » Un choix politique : la collectivité doit-elle être l’initiative des
       mesures ?
        Deux types de mesures sont proposés ici :
           o À l’initiative des employeurs,
           o À l’initiative de la collectivité.




                                                                                   90
Axe 1 : favoriser l’initiative directe de l’employeur


   Prendre exemple sur les solutions déjà mises en place par certains
      employeurs.
      Ceci a pour avantage :
       » D’impliquer les employeurs véritablement concernés par la question du
         logement,
       » D’apporter la réponse adaptée à leurs besoins

      Dans ce cadre, le rôle des collectivités locales serait :
       » De sensibiliser les employeurs,
       » De faciliter et favoriser ces initiatives.




                                                                                 91
                               Proposition 1 :
    Inciter les employeurs à louer ou acheter des logements pour leurs
                                 saisonniers

Exemple :
     » Quelques restaurateurs ont fait l’acquisition de maisons, ou bien
       louent 2 à 3 mois un logement traditionnel ou des mobils-homes qu’ils
       mettent à disposition ou sous-louent à leurs saisonniers,
     » Quelques commerces disposent de logements au-dessus du lieu
       d’activité.

            1er cas de figure: acheter ou louer un logement privé

    Cette solution répond plutôt aux attentes des employeurs concernés par la
    qualité de leurs établissements et la qualification de leurs employés.

 Réactions à cette proposition :
     » Si les collectivités locales sont favorables à ce type de mesures, les
       employeurs les plus concernés expriment des freins liés aux coûts. Ils
       expriment aussi des craintes face à des situations collectives qui
       limiteraient les coûts mais nécessiteraient beaucoup de transparence.
                                                                                92
 Comment le mettre en place ?
   Il s’agit donc de favoriser les groupements d’employeurs (2 ou 3
   employeurs) dans des domaines d’activité assez proches.
     » La location : un système assez simple (que l’on peut n’utiliser que sur
       une saison, chacun paie au prorata du nombre de saisonniers logés…),
       Le rôle de la collectivité est alors avant tout de sensibiliser les
       employeurs.


     » L’achat : un système un peu plus complexe et qui nécessite de
       s’engager sur du moyen ou long terme. On peut alors prévoir
       d’informer les employeurs sur ces possibilités de groupement (SCI) et
       les inciter à rechercher des possibilités de défiscalisation.




                                                                                 93
2ème cas de figure: acheter un mobil home sur un terrain de camping

   » L’avantage de cette solution est que l’achat est moins cher et donc
     peut être moins collectif.
   » L’inconvénient est qu’un tel achat ne donne pas droit à des avantages
     fiscaux.



    3ème cas de figure: arrangement avec un terrain de camping
 Cette solution peut répondre à des attentes larges en fonction du niveau
 de confort que l’employeur est prêt à fournir à ses saisonniers :
   » Des emplacements pour tentes ou caravanes répondent aux besoins
     d’une main-d’œuvre peu qualifiée,
   » Pour le personnel plus qualifié, pour qui les conditions de logement
     sont un critère de choix dans l’acceptation du poste, possibilité de
     loger en mobil-home.

 Ce système « d’arrangement » entre les campings et les employeurs existe
 déjà. Il s’agit d’accords souvent informels, liés à l’initiative individuelle de
 quelques employeurs.

                                                                                    94
 Réaction à cette proposition :
     » Les employeurs et élus sont favorables à ces arrangements,
     » Mais des accords à trouver au cas pas cas avec les responsables de
       campings plus réticents :
          o Loger des saisonniers « extérieurs » se fait au détriment de
             l’hébergement des vacanciers,
          o Des structures déjà sollicitées dans certaines procédures de
             logement d’urgence.

 Comment la mettre en place ?
    L’objectif est de pouvoir obtenir un tarif préférentiel pour les saisonniers.
     » Sensibiliser un maximum de campings (de différentes catégories),
     » S’appuyer en particulier sur les campings municipaux,
     » Assurer aux campings une location sur une saison large (>= 8 semaines)
       en échange d’un prix moins élevé que celui du marché.




                                                                                    95
                               Proposition 2 :
    Inciter à la prise en compte du logement pour saisonniers dans les
                           constructions nouvelles

    Les nouveaux complexes hôteliers, commerciaux ou immobiliers doivent
    prévoir dans leur construction des chambres ou appartements réservés
    aux saisonniers.

 Réaction à cette proposition :
     » Favorable (les personnes interrogées n’étant pas directement
       touchées par une mesure de ce type).

 Comment la mettre en place ?
     » Dans sa réflexion sur les conditions de vie des saisonniers, le CES de
       la Région Rhône Alpes propose de ne délivrer des permis de construire
       aux hôtels et aux complexes immobiliers qu’à condition de prévoir un
       quotas d’appartements pour les saisonniers.
        Cette solution paraît légalement impossible à mettre en place, mais
        les collectivités peuvent cependant jouer un rôle de sensibilisation au
        moment de la délivrance des permis de construire ou de toutes les
        transactions nécessaires à l’implantation d’un établissement de taille
        conséquente.                                                              96
                          Proposition 3 :
               Le système des « chèques logement »


Cette solution, proposée par l’UMIH, est actuellement à l’étude.

 Il s’agirait d’un système proche de celui des chèques restaurants:
l’employeur et l’employé paieraient chacun une partie de ces « chèques »
utilisables pour payer le loyer.

L’avantage d’un tel système est qu’il permet à l’employeurs de ne pas payer
de charges sociales sur sa participation au loyer, et aux employés de
bénéficier d’une part de revenu non imposable.

Une solution qui semble intéressante mais qui doit encore répondre à de
nombreuses questions:
   - qui pourra accepter ces ticket logement?
   - quels montants?
   - etc.



                                                                              97
                             Proposition 4 :
          Pour les campings: « intégrer un camping saisonnier »



   Cette solution pourrait apporter une réponse au problème à venir des
   campings.
   Elle serait un compromis entre:
                 - une application stricte de la réglementation
                 - le refus des gestionnaires de camping (surtout haut de
                 gamme) de bloquer des emplacements susceptibles d’être
                 loués à des vacanciers pour leurs saisonniers.

 Exemple
    » Le centre Euronat a prévu au sein de sa structure un camping, un peu
      à l’écart réservé à ses saisonniers.




                                                                             98
 Comment la mettre en place ?
     » « Créer un camping au sein du camping »
       Ce camping « saisonniers », situé au sein du camping, dans une zone
       campable mais à l’écart des vacanciers, répondrait à des normes d’une
       catégorie moindre (1 ou 2 étoiles, les attentes en terme de confort
       des saisonniers étant moins importante ), et fonctionnerait comme un
       camping à part entière avec ses propres sanitaires, etc.
     » On peut envisager une application plus souple des normes de 93 avec
       des emplacements d’une taille de 70m2, sans respect de la norme
       moyenne, où que celle-ci soit calculée sur l’ensemble du camping et non
       pas sur sa seule « partie saisonnier » (en effet : la norme prévoit,
       dans le cas d’un camping une étoile, une taille minimum d’emplacements
       de 70m2, couverte à 30% mais une taille moyenne de l’ensemble des
       parcelles de 90m2)
     » Compte tenu de la réglementation, il serait nécessaire d’avoir 2
       autorisations d’exploitation pour chacun des espaces identifiés. A
       l’avenir, pour faciliter les procédures, l’arrêté d’autorisation du
       camping pourrait prévoir cet espace saisonnier.

                                                                                 99
Axe 2 : Initiative de la collectivité au service des employeurs


   Les collectivités locales peuvent être initiatrices de mesures visant à
      faciliter l’accès au logement des saisonniers.
      Il est nécessaire de sensibiliser les collectivités à l’importance de la
      question du logement des saisonniers puisque les réglementations de plus
      en plus pressantes risquent de faire émerger de vraies difficultés, ce qui
      peut en particulier influer sur la qualité de l’accueil des touristes et donc
      l’image de la station.
      Mais ces mesures doivent être arrêtées en concertation avec les acteurs
      socio-économiques, afin d’en favoriser une plus grande satisfaction.




                                                                                      100
                              Proposition 5 :
   La collectivité prend en charge la construction ou le réaménagement
                  de logements collectifs pour saisonniers.

 Exemple :
     » A Soulac, un bâtiment d’une ancienne colonie de vacances a été
       racheté par la commune et réaménagé pour loger les MNS,
       gendarmes… logés l’été par la commune.

 Réactions à cette proposition :
     » Les employeurs rencontrés ont souvent proposé spontanément ce type
       de solutions. Ils sont alors prêts à financer tout ou partie du loyer de
       leurs saisonniers, le reste étant à la charge de ces derniers,
     » Les élus, au contraire, sont réticents à cette proposition :
          o L’investissement initial est lourd, beaucoup ne sont pas prêts à
             y participer. (« Ce n’est pas à la Municipalité de le prendre en
              charge »),
           o Le littoral souffre d’un manque de logements pour les résidents,
             il paraît superflu de proposer un hébergement aux seuls
             saisonniers,
           o Regrouper des saisonniers dans un même lieu les inquiète
             (nuisances…)

                                                                                  101
 Comment la mettre en place ?
     » Recenser par commune les bâtiments ou terrains susceptibles de
       répondre aux attentes,
     » Impliquer les employeurs par des systèmes de réservation et de
       financement :
           o Participation au loyer,
           o Présentation du contrat de travail.
     » Prévoir une utilisation à l’année des logements (logements d’urgence,
       jeunes en formation…) avec les difficultés que cela comporte pour les
       libérer alors pour les saisonniers.




          Une solution plutôt adaptée aux zones urbanisées, qui pourraient
          plus facilement trouver une utilisation multiple à ce type
          d’hébergement tout au long de l’année.


                                                                               102
                         Proposition 6 :
Traitement du logement des saisonniers à l’intérieur d’une opération
                       plus large : l’ORIL

La loi SRU a crée un outil facilitant la réhabilitation de logement de loisir
en zone touristique.
  » L’ORIL (Opération de Réhabilitation de l’Immobilier de Loisirs), qui
    vise à améliorer l’offre qualitative de logements à vocation touristique
    et d’accueil des saisonniers, en proposant en particulier des
    incitations foncières,
  » Le VRT (Village Résidentiel de Tourisme), établissement commercial
    d’hébergement classé dont le but est de gérer et d’exploiter des
    logements touristiques mis en location dans le cadre de l’ORIL.


Ce système d’aides incitatives permet, entre autres, au propriétaire d’un
appartement nécessitant des travaux dans une station touristique de
bénéficier d’une aide à la rénovation des logements en contrepartie d’une
convention de location d’au moins 9 ans .




                                                                                103
Concrètement, l’ORIL est engagée à l’initiative de la collectivité locale.
Elle définit le périmètre de l’opération, ses conditions de financement, le
montant des subventions accordées à chaque propriétaire.
Une fois ces périmètres pris en compte, un VRT est créé.
Ce système à plutôt mis en œuvre pour répondre aux problématiques des
stations de montagne (grands ensembles immobiliers dits « paquebots des
neiges » qui se dégradent et ne répondent plus aux besoins des touristes),
mais la procédure se développe vers les stations de bord de mer.




                                                                              104
                            Proposition 7 :
    Mettre en place des campings pour saisonniers, bonne ou mauvaise
                               solution ?

 Exemple :
   Deux communes ont mis en place ce type de structure :
    » Hourtin,
    » Lacanau.

   Ces campings accueillent en priorité les MNS, gendarmes… que la
   Municipalité a obligation de loger, mais ils offrent aussi quelques
   emplacements pour les saisonniers, en contrepartie d’une participation peu
   élevée.

   Le fonctionnement de ces campings semble poser quelques problèmes:
     » Les saisonniers qui y sont logés se plaignent (en particulier au Huga,
       plus excentré) d’un isolement, et du manque de services qui est
       associé,
     » Cette solution entraîne une insatisfaction de la part des employeurs
       dont les saisonniers n’y sont pas logés (demandes trop tardives,…) et
       des suspicions quant à l’attribution des emplacements (des rumeurs de
       favoritisme de la part de la mairie,…)
                                                                                105
» Des problèmes de nuisance (bruit, hygiène,…) mis en avant par les
  Municipalités (la Mairie d’Hourtin pense à réduire le nombre
  d’emplacements).
» Des problèmes quant au paiement du camping (qui doit payer?
  L’employeur ou l’employé?),
» Des problèmes de légalité.



    La pérennité de ces campings n’est, aujourd’hui, pas
                            assurée.




                                                                      106
 Comment améliorer ce système?
     » Gérer les campings saisonniers comme des campings « classiques »,
       c’est-à-dire qu’ils doivent:
           o Répondre aux normes de 93 (nombre d’emplacements, de
              sanitaires, tailles des emplacements, etc.) pour obtenir une
              classification 1 ou 2 étoiles (répondant aux attentes en terme
              de confort des saisonniers). On peut envisager de réduire la
              norme de la taille des emplacements à 70m2
           o Avoir un responsable de la structure.
     » Transparence quant au prix , au règlement et aux conditions
       d’hébergement
     » Éventuellement proposer quelques services (laverie, etc.)
     » Ces campings saisonniers pourraient:
          o Être créés sur des terrains communaux en zones autorisées,
          o Ou être intégrées dans un camping municipal (voir proposition 4)




                                                                               107

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:4
posted:4/13/2011
language:French
pages:107