Docstoc

LES BAROTRAUMATISMES

Document Sample
LES BAROTRAUMATISMES Powered By Docstoc
					             HIPPOCAMPE CLUB   Les barotraumatismes           Saison 2001-20021
             De MASSY                                                 Page 1/112




                 Les barotraumatismes




Préparation Niveau N2                      Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB          Les barotraumatismes             Saison 2001-20021
             De MASSY                                                          Page 2/112




                        Du grec baro = pression & traumatos = lésion

Ensemble des accidents liés aux variations de pression.

Durant le cours précédent, nous avons vu que les changement de profondeurs
durant la plongée généraient des variations de pression qui à leur tour
engendrent des variation de volume gazeux « prisonnier ». Dans certaines
conditions, ces variations de volume peuvent provoquer des accidents chez le
plongeur en scaphandre.
L'objectif de ce cours est de comprendre le mécanisme de ces accidents,
exposer les différents symptômes et surtout la façon de les prévenir.

Ces accidents peuvent se produire : à la descente et à la remontée. Ils sont
présentés en 3 catégories : ceux qui surviennent uniquement lors de la
descente, ceux qui surviennent à la descente et à la remontée, et ceux qui
surviennent uniquement à la remontée.


1 Les accidents à la descente


1.1 Placage du masque.

Physiologie : sphère recouverte de membranes superposées, dont la
              sclérotique qui est traversée par des vaisseaux sanguins.

Mécanisme : à la descente l'air dans le masque se comprime => la jupe du
            masque se déforme jusqu’à sa limite d’élasticité, au delà de
            laquelle le masque se plaque sur le visage, créant une dépression,
            provoquant un effet de ventouse au niveau des yeux et du nez.

Symptômes : tuméfaction des paupières, oeil au beurre noir éclatement des
Préparation Niveau N2                             Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB              Les barotraumatismes                Saison 2001-20021
             De MASSY                                                                 Page 3/112




                        vaisseaux sanguins à surface de l’œil saignement de nez
                        (éclatement des vaisseaux sanguins) troubles de la vue, douleurs
                        aux yeux

Traitement : les symptômes sont spectaculaires, mais les effets sont
             rarement graves et se résorbent rapidement. Si les signes et
             douleurs persistent, consulter un médecin.

Préventions : souffler de l'air dans le masque (par le nez) à la descente.


2 Les accidents à la descente et à la remontée


2.1 Barotraumatisme des oreilles

Physiologie : c’est l’organe de l’audition et de l’équilibre. Elle est composée de
              3 parties :
               l’oreille externe avec le conduit auditif externe qui achemine
                 le son vers le tympan, membrane souple qui sert de caisse de
                 résonance.
               L’oreille moyenne reliée aux fosses nasales par la trompe
                 d’Eustache contient les osselets (marteau, enclume, étrier) qui
                 transmettent les vibrations du tympan à la fenêtre ovale.
               L’oreille interne qui transforme les signaux mécaniques en
                 impulsions nerveuses d’ordre électrique, acheminées par le
                 nerf auditif vers le cortex cérébral qui interprète les sons
                 captés. C’est également le centre de l’équilibre.

Mécanisme : à la descente la différence de pression entre l’oreille moyenne et
           la pression ambiante pousse le tympan vers l'intérieur jusqu’à sa
           limite d’élasticité, puis fissuration ou rupture.
Préparation Niveau N2                                 Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB           Les barotraumatismes                Saison 2001-20021
             De MASSY                                                              Page 4/112




Symptômes:    légère gêne puis douleur insupportable. Coup de poignard si
          rupture du tympan pouvant entraîner une perte de connaissance.
          Une différence de pression entre oreille droite et gauche
          entraîne une sensation de déséquilibre, de vertige.

Préventions : à la descente équilibrer les oreilles avant même l'apparition de
            toute sensation de gêne (Valsalva ou autre) mais jamais à la
            remontée.
            En cas de rhume, rincer les fosses nasales dès la mise à l’eau.

Conduite à tenir: A la descente : remonter jusqu'à disparition de la douleur, se
               moucher en retirant son masque et tenter de redescendre
               lentement; Si la douleur persiste, renoncer à la plongée.

                        A la remontée : redescendre jusqu'à disparition de la douleur,
                        puis remonter très lentement, Si le problème persiste, retirer
                        son masque et se moucher, effectuer la manœuvre de Toynbee.

Traitement :    en cas de douleur persistante après la plongée : si faible,
           analgésiques et pas de plongée pendant plusieurs jours ; si forte,
           consulter un ORL.




Préparation Niveau N2                              Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB           Les barotraumatismes                 Saison 2001-20021
             De MASSY                                                               Page 5/112




2.2 Barotraumatisme des sinus.

Physiologie : Les sinus sont des cavités osseuses tapissées d’une muqueuse
             secrétant un fluide qui s’écoule dans les fosses nasales par un
             canal très fin, permettant d’humidifier l’air inhalé. Elles sont
             facilement obstruables en cas d'inflammation (rhume, sinusite).

Mécanisme : Si les canaux de communications entre les sinus et le nez sont
           obstrués, la différence de pression entre l'air respiré et l'air à 1
           bar initialement contenu dans les sinus provoque:
            durant la descente : un effet d'aspiration (sensation
             d'arrachement des muqueuses tapissant les sinus)
            A la remontée : si les canaux de communication se sont
             obstrués au cours de la plongée, l'air sous pression contenu
             dans les sinus se dilate durant la remontée => effet de
             compression des muqueuses tapissant les sinus.

Symptômes : violente douleur généralement localisée au niveau du front,
          parfois au niveau du nez

Conduite à tenir: A la descente : remonter jusqu'à disparition de la douleur, se
               moucher en retirant son masque et tenter de redescendre
               lentement; Si la douleur persiste, renoncer à la plongée.

                        A la remontée : redescendre jusqu'à disparition de la douleur,
                        puis remonter très lentement, Si le problème persiste, retirer
                        son masque et se moucher.

Préventions : ne jamais plonger enrhumé ou en cas de sinusite ; ne pas utiliser
            de sprays permettant de déboucher temporairement les voies
Préparation Niveau N2                              Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB        Les barotraumatismes            Saison 2001-20021
             De MASSY                                                       Page 6/112




                   respiratoires.

Traitement :    En cas de douleur persistante après la plongée : si faible,
           analgésiques et pas de plongée pendant plusieurs jours ; si forte,
           consulter un ORL.




Préparation Niveau N2                           Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB              Les barotraumatismes                  Saison 2001-20021
             De MASSY                                                                   Page 7/112




2.3 Barotraumatisme des dents.

Mécanisme : identique à celui des sinus (la cavité fermée située dans la dents
            étant due à une carie mal soignée).
            A la descente : la pression extérieure augmente. Si de l'air à 1 b
            se trouve bloqué dans la carie par le plombage; la différence de
            pression crée une violente dépression dans la dent (risque
            d'implosion de la dent).

                        A la remontée : pendant la plongée de l'air sous pression peut
                        pénétrer dans une dent cariée ou un plombage mal scellé puis se
                        retrouver bloqué suite à une obstruction de la carie):
                        durant la remontée l'air contenu dans la dent de dilate et exerce
                        une pression à l'intérieur de la dent, (compression du nerf, risque
                        d'explosion de la dent).

Symptômes : violente douleur dentaire due à l’effet de dépression ou de
          surpression sur la surface de lésion, à la limite, éclatement de la
          dent.

Conduite à tenir: A la descente : remonter jusqu'à disparition de la douleur, et
               tenter de redescendre lentement; Si la douleur persiste,
               renoncer à la plongée.

                          A la remontée : redescendre jusqu'à disparition de la douleur,
                          puis remonter très lentement.

Préventions : consulter un dentiste au début de chaque saison de plongée (en
             particulier, contrôle des ancien plombages).

Préparation Niveau N2                                 Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB   Les barotraumatismes           Saison 2001-20021
             De MASSY                                                 Page 8/112




Traitement : consulter un dentiste.




Préparation Niveau N2                      Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB      Les barotraumatismes               Saison 2001-20021
             De MASSY                                                        Page 9/112




3 Les accidents à la remontée


3.1 Colique du scaphandrier et surpression stomacale.

Mécanisme : durant la plongée, les gaz résultant de la fermentation d'aliments
            sont produits dans l'intestin à la pression ambiante (pression au
            fond). D'autre part, de l'air sous pression peut être avalé dans
            l'estomac lors de la respiration au fond.
            Durant la remontée, ces gaz vont se détendre produisant une
            dilatation de l'intestin et de l’estomac.

Symptômes : violente douleur abdominale, spasmes.

Conduite à tenir: roter, péter.

Préventions : éviter les féculents et boissons gazeuses.


3.2 surpression pulmonaire.

Physiologie :     Les poumons sont situés dans la cage thoracique. Ils sont
             divisés en lobes, organes spongieux, élastiques et mous, eux
             mêmes divisés en lobules. Ces derniers sont traversés par les
             bronches qui se divisent en bronchioles s’épanouissant en alvéoles
             pulmonaires. C’est à ce niveau que s’effectue l’échange gazeux
             entre le sang et l’air respiré.

Mécanisme : au fond, le plongeur en scaphandre respire de l'air sous pression.

Préparation Niveau N2                         Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB               Les barotraumatismes                   Saison 2001-20021
             De MASSY                                                                    Page 10/112




                        Si à la remontée il bloque sa respiration (apnée volontaire ou
                        involontaire) l'air sous pression contenu dans ses poumons se
                        dilate jusqu'à la limite de distension de la cage thoracique.
                        On distingue 3 phases :
                          mécanique : la progression dans la gravité est la distension
                            d’une ou plusieurs alvéoles, le déchirement de l’enveloppe
                            pulmonaire (la plèvre), l’envahissement des espaces extra-
                            pulmonaires (le médiastin), l’arrivée de l’air dans la zone sous-
                            cutané du coup (emphysème)
                          neurologique : le passage de bulles d’air dans le circuit
                            sanguin vont se coincer dans la circulation cérébrale (aéro-
                            embolie cérébrale) qui interdit tout apport sanguin dans les
                            tissus cérébraux.
                          cardiaque : le passage de bulles d’air dans le circuit sanguin
                            vont se coincer dans la circulation cardiaque (aéro-embolie
                            coronarienne) qui prive le cœur d’apports nutritifs et
                            empêche l’élimination des déchets.

Symptômes: par phase :
            mécanique : au début, simple gêne respiratoire, puis
           oppression respiratoire avec sensation d'étouffement
           (distension alvéolaire),
           douleurs vive et brève (déchirure)
           toux, crachats sanguins à l'arrivée en surface (sang dans les
           alvéoles),
           emphysème sous-cutané.
            Neurologique : perte de sensibilité diverses
           Perte de motricité diverses (hémiplégie)
            Cardiaque :
           Arrêt ventilatoire,
           Arrêt cardiaque,
           mort
Préparation Niveau N2                                  Christian IMBERT
             HIPPOCAMPE CLUB   Les barotraumatismes                Saison 2001-20021
             De MASSY                                                     Page 11/112




C'est l'accident le PLUS GRAVE qui puisse arriver à un plongeur
en scaphandre, il est généralement mortel à partir de -10 m.

Préventions : le plongeur en scaphandre NE DOIT JAMAIS BLOQUER SA
              RESPIRATION.
              En cas de remontée accidentelle suite à une panne d'air, expirer
              durant toute la remontée
              En exercice de lâcher d'embout, "réflexe des petites bulles"
              dès que l'on n'a plus l'embout en bouche.

Traitement :    handicap ventilatoire compensé par mise sous O2. Evacuation
           en mileu hospitalier spécialisé (caisson de recompression). Gestes
           secouristes (P.L.S., massage cardiaque en cas de détresse
           circulatoire.

NB : Cet accident n'arrive JAMAIS en apnée, car le plongeur part de la
surface avec de l'air à 1 bar dans ses poumons.




Préparation Niveau N2                      Christian IMBERT

				
DOCUMENT INFO