Le lettre by pengtt

VIEWS: 166 PAGES: 4

									                                              La lettre


1-La lettre et l’image

Contexte: écriture latine avec 26 caractères, comment modeler 26 lettres en image ?

Ce n’est pas évident, pas comme pour les hiéroglyphes ou les caractères chinois. En Chine,
on utilise des idéogrammes. Kanji = idéogramme japonais

Quelle est la nature de la relation ?
C’est un questionnement très ancien depuis le MA.
Les lettres sont à l’origine des dessins stylisés.

Ce sujet est encore d’actualité car l’image est dans l’air du temps, importance du visuel
dans la vie et dans la pub. Les publicitaires font des lettres et des images, pour être lus
directement.


    -   Des le 6ème Enluminures = lettres ornées sur les anciens manuscrits, aujourd’hui, on
        parle de lettrine.
    -   A partir du 8ème siècle, objets présents, animaux attribués aux Saints : L’aigle à Jean, le
        bœuf à Luc, Le lion à Marc, L’ange à Matthieu.
    -   Au 9ème, l’iconographie s’enrichit et de plus en plus de sujets envahissent les
        illustrations, puis avec le visage humain, les monstres et les dragons.

    -   Zoomorphe : fusion entre les lettres et les animaux.
    -   Anthropomorphe : fusion entre les lettres et l’image de l’homme.
    -   Scribe : moines qui recopiaient les manuscrits.

La Renaissance, 15ème, voit la naissance de l’imprimerie mobile par Gutenberg. Ce dernier
utilise les caractères gothiques : csq : multiplication des livres : environ neuf millions.

Les Italiens sont les meilleurs imprimeurs et veulent simplifier la lettre : naissance des
caractères romains, les nôtres.
Garamond : police la plus utilisée en Europe.

Les alphabets animés sont illustrés, anthropomorphes.

La lettre animée : Félix le Chat qui prend le point d’exclamation qui incarne sont interlocution
pour ouvrir la porte qu’il ne parvenait pas à ouvrir.


2-Les mots et l’image


Dès le MA, rébus de Picardie/ d’Arras chez les clercs de notaires, à l’époque du carnaval :
devinettes en images, quelques fois contesté par les historiens….

Exemple : un grand abbé plein d’appétit a traversé Paris sans souper : un grand A B plein de
petits « a » A traversé par I 100 sous P.

Supports de diffusion : almanachs, journaux satyriques….

Graffitis : dès l’époque Antique, avec les premiers chrétiens dans les catacombes

Exemple : NON avec le sourire dans le O trouvé à Paris.
Logo type : unité visuelle constituée de signes, chiffres ou lettres ( signes alphanumériques)
iconiques constituant l’image globale d’une société, gamme de produits…c’est la
transcription visuelle d’une dénomination.


3-Le texte et l’image


    -   Mise en page en prenant le forme d’une image.

    Les avant-gardes typographiques avec Marinetti :

    -   Futurisme italien : 1909
    -   modernité, vitesse, révolution, guerre, vie urbaine
    -   La pub est un art qu’ils ont décloisonnée.
    -   Selon eux, il fallait tout repenser…..
    -   Marquer les yeux dans la pub pour le lancement.
    -   Exemple : « le soir couchée dans son lit, elle relisait la lettre de son artilleur du front »
        1918- Marinetti.
    -   Repenser la typographie.



Conclusion de la relation lettre-image :

Malgré les difficultés techniques apparaissant a priori il y a beaucoup de productions visuelles
de référence.
Les émetteurs sont aussi de grands poètes et écrivains, pédagogues, militants politiques,
graphistes…

    -   Plan technique : Fusion facilitée depuis que les techniques de reproduction de la
        lettre et de l’image sont indifférenciées : ordinateur.
    -   Plan plastique : imbriquer en une seule expression unique de la lettre et de l’image.

Il faut « ressensorialiser » pour toutes ces expériences : vue et ouie.
Le mot-image nous montre aussi la chose : coup double intéressant par les graphistes.
Le texte image offre une vision globale favorisant sa mémorisation.
     - Plan de la réception : divertissant, originalité, pour tous les publics.

Cette démarche vieille de 2000 ans révèle une certaine nostalgie pour les écritures
figuratives.



4-La lettre typographique


    1- Anatomie de la lettre :

Chaque caractère, par son dessin et ses attributs dégage une atmosphère particulière, a
une personnalité plus ou moins forte.
La lettre est contour et vide à la fois.

Origines :

    -   Grèce : JH part en guerre, sa femme dessine les contours de son corps grâce à son
        ombre projetée sur le mur.
    -   Lao-Tzevi : « d’une motte de glaise, on façonne un vase, ce vide dans le vase en
        permet l’usage » = vide de la lettre.
Comment rendre compte de la lettre imprimée ?

La lettre est composée de traits pertinents :

   -    Jambage ; partie d’une lettre minuscule qui dépasse l’œil de la lettre ( hauteur de la
        minuscule).
   - Empattement : petit trait qui prolonge les extrémités des traits droits et obliques de la
        lettre : « sérif ».
   - Capitale = CAP – Minuscule = bas de casse bdc.
   - Cap et bdc. peuvent être cursives : italiques, scriptes, manuscrites…
   - Caractère à empattement ou sans empattement / sérif ou sans sérif / sans bâton ou
        bâton.
   Romain /italique.
   Boucle :
   Jambage (inférieur et supérieur) : partie d’une lettre minuscule qui dépasse l’œil de la
   lettre (hauteur de la minuscule)

La graisse est l’épaisseur du dessin de la lettre, faite pour hiérarchiser le texte.
Le gras sert à mettre en valeur un mot ou un groupe de mots : « contraste de graisse ».

Dans une même police, l’échelle des graisses est :

           -   Extra maigre: extra light
           -   maigre : light
           -   normal : Norman labeur
           -   Demi-gras : medium
           -   ¾ gras: bold: semi bold
           -   Gras: bold
           -   Extra gras: extra bold

Les polices Helvetica et Univers ont beaucoup de graisses différentes.

L’épaississement des graisses peut poser des problèmes graphiques et a lumière intérieure de
la lettre diminue quand la graisse augmente.

Avant, les éléments importants étaient inscrits en rouge = rubrica / mécanes.
La chasse d ‘un caractère est la largeur du caractère.


           -   Très étroit : extra condensed
           -   étroit : condensed
           -   normal
           -   Large, demi-large, extra large : …..Expansed.

On peut facilement modifier totalement les lettres, et même les plus vieilles type Garamond.
C’est pour cela qu’il y a une petite guerre entre infographistes et typo graphistes car la
coutume est de ne pas toucher à la typographie originelle.


La notion de corps :

Taille du caractère : force de corps. La gamme des corps s’appelle la « graduation » ou l’
« échelle des corps ».

           -   moyenne : 10.11.12
           -   petites : 5.6
           -   titre : 14.16.18.20
           -   La plus grande : 96
            -   presse : 7.8.9
            -   inter-titre : 10.18


La notion de ligatures :

C’est la liaison entre deux lettres : « effectif », « œuvre », « Laetitia »…

								
To top