Docstoc

Le Chat des artistes s'éveille

Document Sample
Le Chat des artistes s'éveille Powered By Docstoc
					Le Chat des artistes s'éveille
        par Carole le Hirez

Article mis en ligne le 19 décembre 2008 à 9:14




La modiste Lucie Grégoire occupe un vaste espace au deuxième étage du Chat des artistes.
(Photo: Éric Carrière)
Le Chat des artistes s'éveille
Une solution originale à l'exode des artistes dans les quartiers centraux: le Chat des artistes,
premier projet d'ateliers collectifs, a vu le jour dans une ancienne usine textile sur la rue
Parthenais. Une initiative qui pourrait faire des petits, notamment dans le Mile End.
C'est bien connu: Quand un quartier se revitalise, les loyers grimpent. Les artistes aux moyens
limités sont parmi les premiers à en faire les frais. Dans le quartier Centre-Sud, on a pris le
taureau par les cornes. La corporation de développement économique et communautaire
(CDEC) a eu l'idée de créer un organisme à but non lucratif, l'Atelier créatif, afin d'acheter un
ancien bâtiment industriel désaffecté, le rénover et offrir des espaces à louer aux artistes du
secteur à coût abordable.

Actuellement, une vingtaine d'espaces sur les cinquante disponibles sont déjà occupés.
Peinture, meubles recyclés, textile, vidéo, artisanat d'art, les salles fraîchement repeintes
bourdonnent d'une fièvre créatrice communicatrice.
Nombreux partenaires
Comme le soulignait la directrice de la CDEC Centre-Sud/Plateau-Mont-Royal, Louise
Hodder, à l'occasion de l'ouverture officielle, le 4 décembre dernier, ce projet novateur n'a pas
été de soi. Il a demandé un savant montage financier. Il a fallu convaincre de nombreux
bailleurs de fonds pour réunir les 3,2 millions de dollars nécessaires.
Plusieurs partenaires ont mis la main à la poche. Le gouvernement du Québec, via le Fonds de
développement de la métropole, la Ville de Montréal, avec le Programme de renouveau
urbain, Patrimoine Canada et l'arrondissement Ville-Marie. La Fiducie du chantier de
l'économie sociale a été la première à accorder un prêt, suivi de la Caisse de la culture et
d'Investissement Québec.

«La culture est un vrai outil de rentabilisation des quartiers centraux», a déclaré Linda Vallée,
présidente de la CDEC. «Il faut faire preuve de solutions imaginatives pour mettre en place
des solutions concrètes et durables au maintien des artistes au centre de la ville.»
Pôle culturel
Le Chat des artistes, nommé ainsi en référence à la chanson de Jean-Pierre Ferland, n'a pas
d'équivalent à Montréal. «Il y a des exemples de projets similaires à Toronto, mais c'est une
première à Montréal», d'indiquer Marie-Anne Marchand, coordinatrice du projet à la CDEC.
L'édifice se situe dans un bassin propice à la création, à quelques pas de l'ancienne usine
Grover, qui abrite de nombreux ateliers, et de la Coop d'habitation Lézarts. Un pôle culturel
de plus de 300 artistes au cœur du quartier Sainte-Marie.

Le maire Labonté a rappelé pour sa part l'importance de «maintenir une concentration à
proximité du Quartier des spectacles», en plein développement.

Ce n'est qu'un premier pas pour les Ateliers créatifs. Déjà, l'organisme a un œil du côté du
Mile End, où la requalification du secteur Saint-Viateur offre un terreau fertile pour la
réalisation d'un projet de ce type.

				
DOCUMENT INFO