Docstoc

L’ASSURANCE SOCIALE

Document Sample
L’ASSURANCE SOCIALE Powered By Docstoc
					L’ASSURANCE SOCIALE
Une caisse réservée aux expatriés
Le statut d’expatrié français à l’étranger fait perdre tous les droits aux assurances sociales françaises. Sauf en adhérant à la Caisse des
Français de l’étranger (CFE).

Caisse des Français de l’étranger : son rôle
Tout expatrié, salarié, indépendant ou simple résident à l’étranger, doit adopter l’assurance sociale obligatoire du pays dans lequel il travaille, s’il
y en a une.
S’il n’y en a pas ou si elle semble insuffisante, notamment pour préparer son retour en France, il peut adhérer volontairement aux différents
régimes français de protection sociale. Il faut cependant que la législation du pays d’accueil ne s’y oppose pas.
En France, c’est la Caisse des Français de l’étranger qui se charge exclusivement de gérer les assurances sociales volontaires des expatriés.
Il est possible que l’entreprise d’expatriation prévoie une aide financière pour cette adhésion volontaire.

Cotisations à la carte
Les assurances sociales proposées par la CFE couvrent, au choix :
   la maladie-maternité-invalidité (l’ensemble est indivisible),
   les accidents du travail et maladies professionnelles,
   la retraite de base.
L’adhésion volontaire n’impose pas de cotiser à la totalité de ces garanties. Par exemple, si l’assurance obligatoire du pays d’accueil ne couvre
pas assez les besoins en matière de retraite, on peut cotiser seulement pour cela. S’il s’agit plutôt de couvrir les besoins en matière
d’assurance santé, on ne cotise qu’à l’assurance maladie, etc.
À ces différentes assurances de base, la CFE peut ajouter des options facultatives : le remboursement de soins en France, le versement
d’indemnités journalières ou d’un capital décès, la couverture des voyages d’expatriation aller et retour notamment.

Assurances privées complémentaires
L’expatrié peut aussi envisager de souscrire des assurances complémentaires privées en France avant de partir, ou même sur place. Là
encore, il est possible que l’entreprise d’expatriation mette en place des aides financières.




                                     À noter
                                     Pour les expatriés indépendants, la CFE ne gère que l’assurance-
                                     maladie–maternité. Les questions d’assurance vieillesse volontaire sont
                                     traitées par les régimes de retraite de ces professions : RSI pour les
                                     artisans, commerçants et industriels, CNAVPL pour les professions
                                     libérales, MSA pour les agriculteurs.

				
fredoche25 fredoche25
About