Formats de fichiers.ppt - Diapositive 1

Document Sample
Formats de fichiers.ppt - Diapositive 1 Powered By Docstoc
					LES FORMATS DE
   FICHIERS
    Exposé de F5NWY
  au radio-club du REF67
       22 Juin 2008
Il n'est pas rare de rencontrer des formats de fichiers plus ou moins
inconnus qui peuvent faire appel à des logiciels particuliers.
Les fichiers sont habituellement identifiés par leur nom et leur extension
(exemple : toto.mp3).
C'est cette extension qui détermine le type de logiciel utilisé pour créer le
fichier et le ou les logiciels capables de le lire ou de l'exécuter.
Vous trouverez ici des informations sur les principaux formats de fichiers
rencontrés, et les logiciels pour les utiliser.
Les différentes extensions de fichiers :

Contenant du texte
   .HTML .HTM .SHTM .SHTML .SGML .XML .ASP .PHP .RTF
   .TXT .DOC .PDF .PS .EPS .TEX .DVI .XLS .PPT . PPS

Compression, archivage et encodage
   .ZIP .BIN .EXE .HQX .SIT .SEA .UUE .RAR .ACE .LZW

Les extensions souvent recompressées (.ZIP)
   .GZ .TAR .Z

Multimédia
   .PPT .DIR .SWF

Images
   .PS .EPS .BMP .GIF .JPEG .JPG .PNG .TIFF .TIF .AI

Audio
   .AIFF .AIF .MID .MP3 .RA .RAM .WAV

Vidéo
   .AVI .MOV .QT .MPEG .MPG .RA .VDO .VIV
Textes
.DOC (type binaire ou ASCII)
   Il s'agit du format du logiciel Microsoft Word très répandu sous Windows ou
   MacOS. Cependant attention à la version de Word et au format que son auteur a
   utilisé pour générer ce fichier binaire ou ASCII car vous ne pourrez l'ouvrir que
   si vous possédez une version au moins équivalente à la sienne : Word 2.0 vers
   Word 6 mais vous ne pourrez pas ouvrir Word 6 vers Word 2.0 . De plus la
   compatibilité Mac-PC nécessite que vous possédiez les mêmes versions de Word
   dans les deux environnements.
   Applications récentes à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Microsoft Word - Lotus
   Ami Pro - Wordperfect .

.HTML .HTM .SHTM .SHTML (Hyper Text Markup Language)
   C'est le format des pages Web. Le format HTML est un langage de description
   de mise en pages.
   Un fichier ASCII .HTML provient d'un site hébergé sur un serveur Unix et non
   pas sur un serveur PC sous Windows .HTM. Quant au " S " signifiant "Secured" en
   anglais, il indique que la page est sécurisée par un système de cryptage pour la
   confidentialité des informations échangés avec le site (typiquement un n° de
   carte bancaire dans le cas d'un achat en ligne).
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Netscape
   Communicator/Navigator- Microsoft Internet Explorer ou tout autre navigateur
   Internet.
   Applications à utiliser pour éditer ces fichiers : tout éditeur de .TXT
   (Notepad,...) si l'on connait le langage HTML - Editeur web : Adobe PageMill ou
   Golive - EvrSoft 1stPage2000 - Netscape Composer - Microsoft Frontpage
   (type ASCII)
.PDF (Portable Document Format) (type binaire)
   Ce format binaire du logiciel Acrobat de Adobe est le plus répandu pour la
   diffusion de documents professionnels sur l'Internet. Le visualiseur "Acrobat
   Reader" est gratuit, téléchargeable librement sur le site de Adobe ou disponible
   dans les CD-Rom encartés dans les magazines d'informatique. Vous avez tout
   intérêt à utiliser la dernière version 8.12 pour une consultation sans problème.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : - Acrobat Reader (gratuit,
   librement distribué) et tous les logiciels de la gamme Adobe dans leurs versions
   les plus récentes : - Photoshop - Illustrator - InDesign
   Applications à utiliser pour créer ces fichiers : Adobe Acrobat - Microsoft
   Office.

.PS .EPS (PostScript) (type binaire)
   Développé par Adobe, il s'agit d'un langage de typographie et de mise en page
   utilisé avec des imprimantes conçues pour interpréter les codes PostScript. Ce
   langage est prédéfinit par des fonctions et des commandes sur la structure et
   l'apparence du document pour l'impression. Nous obtenons un gain de taille de
   fichiers et de transfert car c'est l'imprimante (Postscript) qui transcrit le
   langage à la place de l'ordinateur, à nouveau disponible.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Illustrator - Freehand -
   QuarkXpress - Pagemaker - Alladin GhostView (gratuit sur le site Web pour
   l'impression).
.RTF (Rich Text Format) (type ASCII)
   Ce format de documents texte ASCII normalisé avec mise en forme favorise
   l'échange entre différents logiciels. Il est utilisé en cas de doute de
   compatibilité de version, de logiciel ou d'environnement lors d'un échange de
   fichier texte simple.
   Attention, votre mise en page et vos tableaux ne seront pas transcrits
   fidèlement. A réserver donc aux documents simples (sinon utiliser Acrobat et son
   format PDF).
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : les traitements de texte en
   général.

.SGML .XML (Standard Generalized Markup Language, Extensible Markup
   Language) (type ASCII)
   SGML est une norme internationale pour la représentation de documents
   textuels ASCII en format électronique.
   Pour information, le format HTML est un sous-ensemble simplifié de SGML, lui-
   même un sous-ensemble du format XML.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers :
   - Applications spécifiques de développement ; les navigateurs de dernière
   génération sont en partie capables d'interpréter les fichiers .XML.

.ASP .PHP Ces format de fichiers servent à gérer et à générer des pages HTML à la
   volé en relation avec les informations du websurfeur ou de bases de données. Il
   s'agit de script intégré dans des pages HTML. Vous les rencontrerez de plus en
   plus mais ils seront visualisables comme des pages Web.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Navigateur Web
   Applications à utiliser pour créer ces fichiers : Editeur texte (si on connait le
   langage) - Logiciels de Développement professionnels
.TEX (type ASCII)
   De type ASCII, les documents "tek" sont utilisés pour la rédaction de textes
   scientifiques. Il s'agit d'un langage de programmation à partir de paramètres
   prédéfinis pour lui confier les opérations de mise en page et de typographie afin
   de se concentrer sur l'essentiel l'information.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Latex - Ghostscript ou tout
   interpréteur Postscript après transformation.
   Applications à utiliser pour créer ces fichiers : tout éditeur de .TXT (Notepad,...)
   si l'on connait le langage Tex-LaTex et le compilateur ou un éditeur Tex : AsTex
   - MikTex.

.DVI
    Il s'agit de fichiers issus directement de la compilation des fichiers .TEX par un
   éditeur/compilateur Tex ou LaTex. Ces fichiers peuvent servir ensuite de base
   pour des formats Postscript ou Acrobat contenant des textes à caractère
   scientifique.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Latex - Astex - Yap (intégré à
   MikTex) - DVIScop
.TXT (type ASCII)
   Par convention, cette extension correspond aux fichiers de texte ASCII en
   simple format ASCII non formatés. Du fait de l'existence de variantes
   (accentuation, ...) ce format ne permet pas une portabilité total et l'on lui
   préférera le format .RTF.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Tout éditeur de texte ou
   traitement de texte.

.XLS (Excel)
   Format du tableur Excel de Microsoft, la compatibilité est la même qu'avec
   Word : vous ne pourrez ouvrir un fichier Excel que si vous possédez vous-même
   cette version. Si vous devez transmettre un fichier à un correspondant, et que
   vous ne savez pas de quelle version il dispose, alors enregistrez votre document
   dans une version antérieure.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Excel - Lotus (dernières
   versions) ou les visionneuses gratuites de Microsoft.
Images
.PS .EPS (PostScript)
   De type ASCII ils sont utilisés avec les fichier contenant du texte de même
   extension.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : QuarkXpress - Pagemaker -
   Illustrator – Freehand - Photoshop

.BMP
   Le format binaire "BitMaP" est lié intimement à Windows. Ce n'est donc pas un
   format à privilégier pour les échanges inter-plateformes. De plus il est sans
   compression donc gourmand en place pour les fichiers niveaux de gris, 16, 256 ou
   millions de couleurs.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Paint - Photoshop - Paint Shop
   Pro ou généralement tout autre logiciel de traitement d'image fonctionnant sous
   PC.

.GIF (Graphic Interchange Format)
   Ce format développé par CompuServe est basé sur l'algorithme de compression
   LZW d'Unisys en binaire. Compacts, ces images sont limitées à un maximum de
   256 couleurs. et permettent la transparence et les images animées.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Navigateurs Internet -
   généralement tout logiciel de traitement d'image.

.AI (Adobe Illustrator)
   Format utilisé par adobe dans illustrator et compatible avec d’autres logiciel pour
   la mise en page pour le différencier du format .eps. A l’époque, l’on utilisait du
   photoshop eps et de l’illustrator eps, donc l’on ne pouvait difficilement le
   différiencier lors de l’affichage de l’icône.
.JPEG .JPG (Joint Photography Expert Group) (type binaire)
   Très fréquent sur l'Internet, ces fichiers binaires sont très compacts grâce à
   son algorithme de compression efficace. Lorsque vous créez ces fichiers, il est
   conseillé de faire attention à ne pas trop compresser le fichier, sous peine de
   détériorer l'image. Le format JPEG est utilisé de préférence pour des photos.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Navigateurs Internet -
   généralement tout logiciel de traitement d'image.

.PNG (Portable Network Graphics) (type binaire)
   Encore peu utilisé, ce format de fichier binaire est publique et devra remplacer
   le format GIF. Il permet un compromis entre GIF et JPEG par une compression
   efficace et choix de la résolution.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : tout logiciel de traitement
   d'images professionnel.

.TIFF .TIF (Tagged Image File Format) (type binaire)
   Ce format binaire utilise une compression sans perte pour l'archivage d'images
   surtout dans le monde de l'édition et des arts graphiques en haute résolution et
   multi-plate-forme. Il est recommandé pour la transportabilité sans perte.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : tout logiciel de traitement
   d'images professionnel.
•   Le TIFF non compressé est un format courant et lu par beaucoup des logiciels de
    traitement d'image matricielle.
•   TIFF est un format extrêmement flexible :
•   Il est notoirement connu pour permettre l'enregistrement des données multi-octets
    au format big endian ou little endian.
•   Il permet d'utiliser de nombreux types de compression, avec ou sans perte de
    données : brut, PackBits, LZW, CCITT Fax 3 et 4, JPEG.
•   Il supporte de nombreux codages des pixels, de 1 à 64 bits par pixel, signé ou non,
    ainsi que les formats en virgule flottante 32 et 64 bits définis par l'IEEE.
•   Il supporte de nombreux espaces colorimétriques : noir et blanc, monochrome, palette
    de couleurs (de toute taille), RVB, YCbCr, CMJN, CIELab.
•   Il supporte de nombreuses informations additionnelles sur les couleurs utiles à la
    calibration colorimétrique : correction gamma, etc.
•   Il supporte le stockage d'image par bloc, et aussi de multiples images par fichier, des
    images alternatives en basse résolution, des annotations sous forme de courbes et de
    texte, etc.
•   Cette considérable flexibilité fait que TIFF est utilisé dans des applications très
    diverses, des scanners industriels aux appareils photo numériques en passant par les
    imprimantes.
•   Cela fait également que tous les logiciels ne sont pas capables d'afficher tous les
    types d'images TIFF. Il est possible de créer des extensions propriétaires et
    secrètes à TIFF.
•   JPEG (également appelé JPG) est un acronyme de Joint Photographic Experts Group, nom
    d'un comité créé en 1986 résultant de la fusion de plusieurs groupes (d'où le joint) de
    professionnels de l'industrie de l'image. Ce comité a donné son nom à la norme ouverte de
    compression d'images numériques JPEG. Ensuite cette norme a donné son nom au format de
    données défini et au format de fichier le plus utilisé pour contenir ces données.
•   Généralement, le terme JPEG fait référence à la norme de compression JPEG, formellement
    ISO/CEI 10918-1 ou UIT-T Recommandation T.81. Cette norme décrit une méthode de
    compression basée sur la DCT définie initialement par le projet européen ESPRIT PICA
    (Photographic Image Coding Algorithm). Elle spécifie uniquement la transformation d'une
    image brute en une suite de bits. Elle ne spécifie donc pas directement comment stocker les
    informations sur ses dimensions, son auteur, etc. Cela est le rôle d'un format de fichier. On
    utilisera généralement le JPEG File Interchange Format (JFIF) pour cela.
•   Le JPEG est un format à perte, qui élimine donc des informations, mais un des points forts
    de JPEG est que son taux de compression est réglable. Un compromis doit cependant être
    fait entre le taux de compression et la qualité de l'image comprimée. En d'autres termes, le
    taux de compression ne doit pas être trop élevé, ni l'opération de compression trop souvent
    répétée, sous peine de nuire gravement à la qualité générale de l'image. Certains logiciels
    offrent plusieurs choix pré-programmés de compression et d'autres permettent de l'affiner
    très précisément.
•   Le brevet de la norme JPEG a été déposé par l'entreprise Forgent, mais il a été remis en
    cause par l'Office américain des brevets qui l'a invalidé le 24 mai 2006 pour antériorité
    existante suite à une plainte de la Public Patent Foundation qui considère ce brevet invalide1.
    Mais depuis le 27 septembre 2007, la société Global Patent Holdings, filiale d'Acacia
    Research Corporation, a à son tour revendiqué la paternité de ce format. Acacia et ses
    filiales sont spécialisées dans l'acquisition massive de licences et la poursuite systématique
    des plus grandes sociétés comme Microsoft, Sony, Disney pour violation de ses licences.
    Comme la société Intellectual Ventures, Acacia ne crée, ni ne vend absolument rien. Ses
    revenus proviennent exclusivement des dédommagements qu'elle peut obtenir des
    compagnies qu'elle poursuit.
•   Les standards de fichiers d'images JPEG utilisent le référentiel de métadonnées de l'IPTC,
    dénommé IPTC Core.
BITMAP, connu aussi sous son acronyme BMP, est un format d'image numérique ouvert
   développé par Microsoft et IBM. C'est un des formats d'images les plus simples à
   développer et à utiliser pour programmer. Il est lisible par quasiment tous les visualiseurs et
   éditeurs d'images.
   Il s'agit d'images matricielles Une image matricielle (ou image en mode point, ou en anglais
   une « bitmap » ou « raster ») est une image numérique stockée dans un fichier dans un
   format de données qui se compose d'un tableau de pixels ou de points de couleur,
   généralement rectangulaire, qui peut se visualiser sur un moniteur d'ordinateur, tout autre
   dispositif d'affichage, ou simplement sur une feuille de papier.
•  Organisation du fichier
•  Le fichier se découpe en 3 zones :
•  l'en-tête du fichier ;
•  la palette de couleurs ;
•  les données relatives à l'image.
•  En-tête du fichier
•  Il se découpe en 2 parties, à savoir :
•  les données relatives au fichier ;
•  les données relatives à l'image.
•  On trouve notamment la taille du fichier en octets, l'emplacement de début des données, le
   nombre de bits par pixels dans l'image, le type de compression utilisé, le nombre de couleurs
   dans la palette, la largeur et la longueur de l'image, etc.
•   Palette
•   Les logiciels de lecture utilisent trois octets pour coder la couleur (système rouge vert bleu,
    RVB) :
•   en BMP 24 bits (1 octet bleu, 1 octet vert, 1 octet rouge par pixel), la palette n'est pas
    nécessaire (on peut représenter toutes les couleurs). Dans ce cas, la palette n'existe pas
    dans le fichier BMP ;
•   en BMP 8 bits, on ne peut représenter que 256 couleurs, il faut définir une correspondance
    entre la couleur du pixel et les 3 composantes. Il donc a été rajouté une table juste après
    l'en-tête (octet 56), qui donne pour chaque valeur (de 0 a 255) les trois composantes RVB qui
    y correspondent).
•   La palette est donc une table de correspondance de type
•   valeur a afficherRVB0R=r1, B=b1, V=v1 + octet 00…255R=r255, B=b255, V=v255 + octet
    00Par exemple, pour une image en niveaux de gris (256 nuances), les trois valeurs R, V et B
    seront égales et varieront entre 0 et 255.
•   le fichier BMP d'un fichier devient donc :
•   en-tête
•   palette à l'octet 56 (38 en hexadécimal) ;
•   image à l'octet 1 078 (0436 en hexadécimal) ;
•   il faut tenir compte de cela lors du calcul de l'en-tête. Il existe également un format BMP
    sur 4 et 2 bits.
•   Nombre de couleurs
•   Ce format supporte plusieurs variantes, selon le nombre de couleurs possibles souhaitées. La
    profondeur de couleurs est le nombre de bits associés à chaque pixel pour en coder la
    couleur.
•   Ainsi, les images BMP peuvent être en 2 couleurs (1 bit), 16 couleurs (4 bits), 256 couleurs (8
    bits), 65 536 couleurs (16 bits) ou 16,8 millions de couleurs (24 bits).
•   Les images 24 bits possèdent 3 canaux de 8 bits pour les trois lumières primaires (rouge,
    vert, bleu) qui peuvent prendre chacune 256 valeurs différentes. Les images en 256 niveaux
    de gris sont possibles avec 1 seul canal de 8 bits.
•   Taille du fichier
•   Le format BMP est quasiment inexistant sur le Web : il ne dégrade pas l'image et n'utilise
    généralement pas de compression, aussi est-il très lourd. Il existe néanmoins la compression
    RLE pour le format BMP.
•   Pour calculer la taille approximative du fichier BMP final, on multiplie la profondeur couleurs
    (1, 4, 8, 16 ou 24 bits) par la hauteur et par la largeur en pixels : (Profondeur de couleurs en
    bits) × (Hauteur en pixels) × (Largeur en pixels) bits.
•   Par exemple, une image en 800x600 (800 pixels de large par 600 pixels de haut) en 24 bits
    (16,8 millions de couleurs) aura une taille de (800 × 600 × 24) bits soit 1,4 Mo ou encore la
    taille des disquettes 3"1/2 Haute densité.
•   Disposition des données de l'image
•   Contrairement à la plupart des formats d'images, les pixels de l'image sont codés en partant
    de la ligne inférieure de l'image. Chaque ligne (codée de gauche à droite) doit toujours
    occuper un nombre d'octets multiple de 4, excepté si l'image est compressée. Si la ligne ne
    possède pas un nombre d'octets multiple de 4, on remplit la ligne en ajoutant des zéros.
•   Si l'image est codée en 24 bits, chaque pixel est codé par un entier 24 bits (RVB), ordre
    little-endian, c’est-à-dire que les trois octets codent successivement les niveaux de bleu,
    vert et rouge.
•   Si l'image est codée avec moins de 24 bits, chaque pixel est codé sous la forme d'un index
    dans la table de couleurs (la palette), d'où l'appellation "image indexée". Dans le cas des
    images codant les pixels sur 1 bit ou 4 bits, c’est-à-dire si plusieurs pixels sont codés dans un
    même octet, les bits de poids fort concernent le pixel le plus à gauche.
•   Compression
•   Le format BMP permet l'utilisation de l'algorithme de compression RLE pour les images 8
    bits (256 couleurs) et 4 bits (16 couleurs).
•   La compression est rarement proposée par les logiciels de dessins courants car elle n'est pas
    supportée nativement par les versions de Windows antérieures à Windows XP.
•   Le principe :
•   Un octet compris entre 1 et 255 indique le nombre de pixels pour lesquels il faut utiliser
    l'information contenue dans l'octet suivant ;
•   Un octet à 0 indique une action spéciale, il est suivi d'un second octet :
      – S'il vaut 0, la fin de ligne est atteinte, passer à la ligne suivante ;
      – S'il vaut 1, la fin de l'image est atteinte, fin de lecture ;
      – S'il vaut 2, sauter X colonnes et Y lignes avant de poursuivre (X et Y étant chacun codé
          sur 1 octet) ;
      – S'il vaut entre 3 et 255, il s'agit du nombre de pixels qui suivent, codés comme des
          données non compressées. Dans ce cas-là, il faut éventuellement sauter un octet
          inutilisé afin que le nombre d'octets soit pair.
•   Le Portable Network Graphics (PNG pɪŋ) est un format ouvert d’images numériques, qui a
    été créé pour remplacer le format GIF, à l’époque propriétaire et dont la compression était
    soumise à un brevet. Le PNG est un format non destructeur spécialement adapté pour publier
    des images simples comprenant des aplats de couleurs.
•   Il a été normalisé par l’ISO (ISO/CEI 15948:2004).
•   PNG est une spécification pour Internet et l'objet d'un RFC. Il a été créé pour contourner la
    licence de GIF qui était utilisé à ce moment, COMPUSERVE refusant de laisser utiliser son
    format gratuitement. PNG a été alors défini mais en augmentant les capacités de GIF
•   Pour les images synthétiques
•   PNG est particulièrement approprié lorsqu’il s’agit d’enregistrer des images synthétiques
    destinées au Web comme des graphiques, des icônes, des images représentant du texte
    (bonne conservation de la lisibilité), ou des images avec peu de dégradés. Le PNG surpasse
    régulièrement le format GIF tant en ce qui concerne la taille (avec une palette de couleurs
    bien choisie) que la qualité puisqu’il n’est pas limité à 256 couleurs.
•   Pour les photos
•   Les caractéristiques de PNG lui permettent d’enregistrer des photographies sans perte de
    données, mais au détriment de la taille du fichier résultant qui reste la plupart du temps très
    supérieure à celle de formats spécifiques aux photographies comme JPEG (ou JPEG 2000).
•   Détails sur le format
•   PNG permet principalement d’enregistrer les images matricielles sous différents formats :
•   1 bit donc monochrome (mais pas forcément noir et blanc)
•   2 bits pour les images en quadrichromie
•   4 bits permettant de choisir parmi une palette de maximum 16 couleurs contenues dans le
    fichier
•   8 bits en niveaux de gris (256 niveaux)
•   8 bits permettant de choisir parmi une palette de maximum 256 couleurs contenues dans le
    fichier (équivalent au format GIF)
•   24 bits en 16 777 216 (couleurs vraies)
•   32 bits, soit 232 ou 4 294 967 296 couleurs.
•   48 bits, soit 248 ou 281 474 976 710 656 couleurs.
      – Voir l’article Image numérique pour l’explication de ces notions.
•   Après l’application d’un filtre prédictif qui permet généralement d’obtenir de plus hauts
    niveaux de compression, le tout est compressé sans pertes suivant l’algorithme deflate''
    (RFC 1951), généralement avec zlib.
•   Les composantes des pixels ou les entrées de palette sont données soit au format RVB
    (rouge, vert, bleu), soit au format RVBA (avec un canal alpha supplémentaire pour la
    translucidité). Dans ce cas, 8 ou 16 bits supplémentaires sont utilisés par pixel ou par entrée
    de palette, ce qui fait 16 bits pour une image en niveaux de gris, 32 bits pour une image en
    couleurs vraies et 64 bits pour une image en 4 canaux de 16 bits chacun.
•   La translucidité
•   La présence d’un canal alpha définissant différents niveaux de transparence le rend idéal
    pour la composition sur les pages web. Cette caractéristique est bien implémentée par la
    majorité des navigateurs web actuels (2007) à l’exception d’Internet Explorer 6 et
    antérieurs. Il existe cependant des astuces pour les webmestres désirant contourner cette
    limitation, comme les scripts PNG Behaviour, IE7 ou bobosola. Internet Explorer 7 gère
    correctement le canal alpha.
•   La transparence
•   Lorsque l’image PNG utilise une palette de 256 couleurs maximum, il est possible d’utiliser
    une des couleurs pour la transparence.
•   C’est le même comportement qu’avec le format GIF et cela fonctionne même avec Internet
    Explorer 6. Par conséquent, les images web au format GIF peuvent être converties en cette
    version de PNG sans crainte d’incompatibilité avec la majorité des navigateurs web actuels
    (premier trimestre 2006), et avec l’avantage d’une taille de fichier souvent réduite et sans
    souci de brevet (le brevet GIF est néanmoins tombé en 2004 dans le domaine public).
•   Autres comparaisons avec GIF
•   Le PNG, d’ailleurs parfois appelé par récursivité PNG’s Not GIF (PNG n’est pas GIF), peut
    faire tout ce que le format GIF peut faire et même plus, comme la translucidité. Il n’a
    cependant pas été prévu pour faire des images animées, mais le format dérivé MNG a été
    créé par ses auteurs à cet effet (voir également le format APNG).
Audio
.AIFF .AIF (Audio Interchange File Format) ou .SND (SouND) (type binaire)
   Relativement répandu sur l'Internet, il est très utilisé sur Mac et reconnu
   désormais par les logiciels PC, ce qui le place comme le premier format d'échange
   multi-plateformes.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Sound Forge (PC) - Cool Edit pro
   (PC) - Sound Edit (Mac) - Director et de manière générale tout logiciel
   professionnel de traitement audio.

.MID (Music Instrument Digital Interface) (type binaire)
    Fichier binaire normalisé pour transmettre des informations musicales entre
   instruments électroniques et ordinateurs. De poids très faible, il convient
   parfaitement à un site Web mais la qualité de la restitution est très variable
   selon la carte son.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Lecture directe avec le lecteur
   multimédia de Windows ou le lecteur QuickTime sous Mac.
   De manière générale, tout logiciel d'édition et de composition musical : Cubase -
   Cakewalk, etc.

.MP3 (Moving Pictures Expert Group) (type binaire)
   Ce format public sert pour la numérisation audio de qualité comparable au disque
   compact de morceaux de musique issus généralement de CD Audio. La
   compression permet d'obtenir des fichiers peu volumineux facilement
   échangeable tout en ayant une bonne qualité de son.

                        Attention : le piratage est un délit.

   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : WinAmp (PC) - Sonique et de
   nombreux shareware spécialisés Mac et PC.
.RA .RAM (Real Audio) (type binaire)
   Ce format binaire propriétaire de séquences sonores et vidéo par l'Internet est
   qualité satisfaisante, tout en se satisfaisant du débit (très) limité du réseau
   Internet.
   Application à utiliser pour ouvrir ces fichiers : RealPlayer (shareware /
   commerciale)

.WAV (Waveform Audio File Format) (type binaire)
  Ce format issu de Windows pour stocker des séquences sonores est le format
  propriétaire de l'environnement Windows sur PC. Le .Wav s'est très largement
  répandu dans le milieu professionnel pour cause de compatibilité.
  Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Lecture directe avec le lecteur
  multimédia de Windows ou le lecteur QuickTime sous Mac.
  De manière générale, tout logiciel d'édition et de composition musical : Cubase -
  Cakewalk, etc.
Vidéo
       Il ne faut pas s'attendre à trouver des longs métrages en Dolby stéréo
dans Internet (même si, de manière marginale, il est en fait possible d'en
trouver).
       Les réseaux informatiques actuels ne permettent pas des débits de
données suffisants. Néanmoins, la vidéo y est bien présente. Il existe deux
méthodes de visualisation de séquences vidéo : la méthode en différé et la
diffusion en direct.
       Avec la première méthode, il faut que tout le fichier ait été téléchargé sur
son disque dur avant que l'on puisse le visionner. La seconde méthode, au
contraire, permet la visualisation pendant le téléchargement. On comprendra que
la qualité des séquences en direct sera médiocre.
       De plus, cette dernière nécessite une connexion très rapide à Internet,
sinon les « projections » risquent d'être saccadées. Les séquences vidéo
transmises en différé pourront être de meilleure qualité car le temps de
téléchargement n'a pas à être synchronisé avec le temps de visualisation. (Selon
le débit de la connexion Internet, il faudra peut-être une heure pour télécharger
une séquence de quelques minutes.)
       Concernant les logiciels de visualisation de vidéos, la plupart de ceux-ci
prennent maintenant en charge les formats courants dans le Web.
       Dans la liste ci-dessous, nous proposons le logiciel « natif »,
lorsqu'applicable, mais sachez qu'il n'est pas nécessaire d'avoir chacun de ces
logiciels pour faire jouer des vidéos de ces différents formats. En général, un
seul suffit.
.AVI (Video For Windows) (type binaire)
   Format vidéo de Windows.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Lecture directe avec le lecteur
   multimédia de Windows. Cette extension, grâce au logiciel libre sert pour les
   fichiers vidéo compressés notammment le format DivX permetant d'obtenir des
   fichiers peu volumineux facilement échangeable tout en ayant une bonne qualité.

                         Attention : le piratage est un délit.

   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers :
   Lecture directe avec le lecteur multimédia de Windows

.MPEG .MPG (Moving Picture Expert Group) (type binaire)
   Norme publique très répandu sur l'Internet, il est généralement visualisable en
   différé. La norme MPEG-1 est utilisée pour les diffusions sur CD-Rom (format
   quart d'écran) tandis que le format MPEG-2 est utilisé pour les DVD vidéo, et
   sert de base à la diffusion sur les chaînes numériques. Il vous faut un ordinateur
   relativement musclé avec une carte graphique qui booste le processeur. Pour le
   MPEG-2 il faut investir dans une carte de décompression spécialisée ou sur un
   logiciel de décompression adapté.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers :
   Lecture directe avec le lecteur multimédia de Windows ou le player QuickTime
   pour les Mac.
.MOV .QT (QuickTime Movie) (type binaire)
  Développé par Apple, concurrent du .AVI de Windows, il est très répandu sur
  l'Internet et sur toutes les plates-formes visant le statut de standard universel.
  Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers :
  Lecture directe avec le lecteur QuickTime.

.RA (Real Audio) (type binaire)
   Format propriétaire pour la diffusion en direct de séquences sonores et vidéo
   par l'Internet.
   Application à utiliser pour ouvrir ces fichiers : RealPlayer (version shareware ou
   commerciale)

.VDO (VDO Live)
   Format propriétaire pour la diffusion en direct de séquences vidéo par
   l'Internet.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : VDO player ou plug-in adapté.

.VIV (Video Active) (type binaire)
   Format propriétaire pour la diffusion en direct de séquences vidéo par
   l'Internet. Ces fichiers très compacts sont de qualité d'image médiocre.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : VIV player ou plug-in adapté.
                             Multimédia
.PPT (PowerPoint)
   Le format PowerPoint est devenu un standard pour les présentations assistées
   par ordinateur imposé par Microsoft. Une projection effectuée sur PC pourra
   être relue sur Mac sous réserve d'utiliser une version équivalente.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : PowerPoint ou visionneuse
   gratuite proposée par Microsoft.

.DIR .DXR (Director)
   Director s'est imposé pour la création de CD-Rom multimédia. Vous trouverez
   probablement ce format de fichier dans sa version compressée .DXR plutôt que
   dans sa version DIR (sources).
   Application à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Director (vous pouvez utiliser la
   version Mac ou PC pour ouvrir ces fichiers sous réserve que la version
   corresponde).

.SWF (ShockWave Flash)
   Le format de fichier des animations Flash est très largement utilisées sur
   l'Internet et tend à supplanter le format GIF. En effet elles sont moins
   gourmande en volume (gain de chargement) et peuvent être sonorisées.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers :
   Flash ou plug-in pour navigateur Internet.
 Compression, archivage et
        encodage
      Ce type de fichier sont d'une très grande utilité pour les usagers
d'Internet.
      La fonction de compression de fichiers consiste à réduire leur taille en
applicant un algorithme qui enregistre l'information sous une forme plus
compacte. La fonction d'archivage, quant à elle, sert à regrouper plusieurs
fichiers dans un même fichier de destination.
      Les utilitaires d'archivage permettent même de regrouper des répertoires,
des sous-répertoires et tout leur contenu sous un même fichier. Généralement,
ces deux fonctions de compression et d'archivage se retrouvent simultanément
dans la même application. Certains programmes encodent l'information contenu
dans des fichiers pour d'autres raisons que les deux fonctions mentionnées
précédemment.
      On retrouve principalement le cryptage des fichiers, pour raison de
sécurité et de protection de la vie privée (mais nous n'aborderons pas ce sujet
dans la présente introduction) et l'encodage ASCII. C'est ce dernier type
d'encodage qui nous intéresse ici.
      Il consiste à convertir des fichiers binaires en fichiers ASCII pour les
rendre transmissibles par courrier électronique ou dans Usenet.
.ZIP (type binaire)
   Format de compression et d'archivage très utilisé dans le monde professionnel et
   sur l'Internet.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : WinZIP - Stuffit Expander ou
   équivalent.

.BIN (type binaire)
   Encodage de fichiers pour Macintosh. Format 8 bits.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Stuffit Expander ou équivalent.

.EXE (type binaire)
   Fichiers exécutables pour DOS ou Windows. Il s'agit de programmes proprement
   dit. On trouve sur l'Internet des fichiers de ce type qui sont, en fait, des
   archives compressées auto-extractible.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Aucune, car un fichier
   exécutable se lance de lui-même !

.HQX (BinHex) (type ASCII)
   Avec un encodage ASCII de fichiers binaires, il sont très commun sur l'Internet
   pour les fichiers destinés au Macintosh.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Stuffit Expander ou équivalent.

.SIT .SEA (Stuffit Archives, Sef-Extracting Archives) (type binaire)
   Archivage de fichiers pour Macintosh, avec compression. Format propriétaire de
   Alladin Systems.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Stuffit Expander ou équivalent.

.UUE (UUencoding) (type ASCII)
   Encodage ASCII (7 bits) de fichiers binaires très utilisés pour le transfert de
   fichiers (courrier électronique et forums).
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Stuffit Expander ou équivalent
.ACE (type binaire)
       Format propriétaire efficace conçu pour archiver et compresser d'énormes
       fichiers. Il permet le morcellement en fragments, qui sont rassemblés lors
       de la décompression.

.RAR (probablement Roshal Archive, d'après le nom du créateur) (type binaire)
       Format propriétaire efficace pour l'archivage et la compression de très gros
       fichiers. Il permet le morcellement en fragments. Ceux-ci sont rassemblés
       lors de la décompression.
            Les extensions souvent
             recompressées (.ZIP)
   Vous rencontrerez rarement ces extensions réservé essentiellement aux
   administrateurs système sous UNIX.

.GZ (GNU ZIP) (type binaire)
   Compression de fichiers pour la plate-forme UNIX.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : WinZIP - Stuffit Expander ou
   équivalent.

.TAR (Tape Archive) (type binaire)
   Archivage de fichiers pour UNIX, sans compression.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : Décompresseur TAR.

.Z (Compress) (type binaire)
   Compression de UNIX.
   Applications à utiliser pour ouvrir ces fichiers : WinZIP - Stuffit Expander ou
   équivalent.
Visualisation tridimensionnelle
      La visualisation tridimensionnelle et la réalité virtuelle sont maintenant
choses relativement courantes dans Internet. Le développement du VRML
(Virtual Reality Modeling Language) amène une nouvelle façon d'accéder aux
ressources Internet.
      Bien que cette technologie soit encore à un stade expérimental, on trouve
bon nombre d'exemples de mondes virtuels dans lesquels l'internaute peut se
déplacer. Pour ce faire, il doit utiliser un navigateur spécialisé, ou encore un
module externe (plugin) à ajouter à son navigateur Web.
      Dans le domaine de la chimie, il existe plusieurs formats de données pour la
représentation de la structure des molécules. Nous indiquons ci-dessous deux
formats utilisés couramment dans les banques de données rencontrés dans
Internet
Réalité virtuelle
 .VRML .WRL .WRZ .VRW (Virtual Reality Modeling Language) (type ASCII)
        Fichier décrivant des formes tridimensionnelles et des environnements
        interactifs accessibles par le Web. Il existe deux versions de VRML :1 et 2.
        Utiliser : CosmoPlayer (module externe (plugin) pour navigateurs Web. Aussi,
        pour une liste de navigateurs et modules de visualisation ainsi que des
        renseignements concernant cette technologie, consultez le VRML Repository.

Chimie
 .PDB (Protein Databank) (type ASCII)
       Représentation 3D de molécules. Avec un afficheur approprié, on peut
       observer une molécule sous tous les angles.
       Utiliser : MDL Chime, RASMol

 .SPT (RASMol Script File) (type ASCII)
       Permet d'enregistrer une séquence d'affichage d'une molécule
       (configuration, angles, rotation, etc.)
       Utiliser : MDL Chime, RASMol
         Données numériques et
              statistiques

Nous avons regroupé ci-dessous les principaux formats de fichiers utilisés avec
les sytèmes d'information géospatiale (en anglais geographic information
systems, ou GIS) ainsi que les formats de diffusion de données statistiques les
plus importants.
.E00 (type ASCII ou binaire si compressé)
       Format d'échange de données pour le sytème d'information géospatiale
       ARC/Info de Environmental Systems Research Institute, Inc. (ESRI)

.IVT (du nom de la firme Ivation Datasystems) (type binaire)
       Format propriétaire de la firme canadienne Ivation Datasystems Inc..
       Principal format de diffusion de données statistiques dans le cadre de
       l'Initiative de démocratisation des données (IDD) du gouvernement
       canadien.

.MIF (MapInfo Interchage Format) (type ASCII)
       Format d'échange de données pour le sytème d'information géospatiale
       MapInfo. Les fichiers .MIF sont associés à des fichiers de données
       d'extension .MID.

.SAS (à l'origine, Statistical Analysis System) (type ASCII)
       Initialement développé dans les années soixante-dix, le progiciel de
       statistiques SAS à évolué en plusieurs produits spécialisés.
       Utiliser : SAS System Viewer (Windows seulement).
.SHP (Shape) (type binaire)
       Format de données pour le sytème d'information géospatiale ARCview de
       Environmental Systems Research Institute, Inc. (ESRI). Peut être associée à
       des fichiers d'extension telle que .shx et .dbf.

.SPSS .SPS (Statistical Product and Service Solutions)
      Développé à la fin des années soixante sous le nom Statistical Package for
      the Social Sciences, ce progiciel de statistiques a évolué en divers produits
      spécialisés.

.TAB (MapInfo) (type ASCII)
       Format propriétaire de données pour le sytème d'information géospatiale
       MapInfo. Le fichier .TAB définit un tableau dans MapInfo. Il est associé à
       des fichiers binaires d'extensions .DAT, .MAP, .ID ou .IND.
                      FIN
J’espère avoir réuni un maximum de renseignements sur les
formats de fichiers.
Je pense qu’il en existe d’autres que vous découvrirez en
regardant sur Internet.
                              Bon dimanche à vous tous et au plaisir.
                                                    Bruno – F5NWY

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:526
posted:1/12/2011
language:French
pages:39