Docstoc

CIENCIA Y TéCNICA

Document Sample
CIENCIA Y TéCNICA Powered By Docstoc
					Este documento se actualiza semanalmente.


          Si desea recibir las actualizaciones
a través de su correo electrónico, por favor
diríjase a dep-documentacion@senado.es o a
los TL 91 538 1446/1488                                                            Senado
                                                                              Secretaría General
                                                                         Dirección de Documentación
                                                                       Departamento de Documentación
                                                                                                                                        12 de noviembre de 2007



                          ESTUDIOS COMPARADOS Y DOCUMENTOS DE ACTUALIDAD INTERNACIONAL

                                                   DISTRIBUÍDOS EN 2007 (SEGUNDO SEMESTRE)



                1. NOVEDADES desde el 5 al 12 de noviembre                                                                                          ........................... 2

                2. DOCUMENTOS CLASIFICADOS POR MATERIAS                                                                                             ........................... 5


                   2.1. ADMINISTRACIÓN DE JUSTICIA Y PROCESOS ........................................................................... 5
                   2.2. ADMINISTRACIONES PÚBLICAS .................................................................................................... 7
                   2.3. CIENCIA Y TÉCNICA .......................................................................................................................... 7
                   2.4. CONSTITUCIÓN Y DERECHO CONSTITUCIONAL ....................................................................... 8
                   2.5. DEFENSA, SEGURIDAD, ORDEN PÚBLICO................................................................................... 8
                   2.6. DERECHO CIVIL ............................................................................................................................... 10
                   2.7. DERECHO PENAL ............................................................................................................................. 10
                   2.8. ECONOMÍA, SECTORES PRODUCTIVOS, ENERGÍA .................................................................. 11
                   2.9. EDUCACIÓN, CULTURA, DEPORTE .............................................................................................. 13
                   2.10. INTERNACIONAL ............................................................................................................................. 15
                   2.11. LIBERTADES PÚBLICAS Y DERECHOS FUNDAMENTALES .................................................. 17
                   2. 12. MEDIO AMBIENTE ......................................................................................................................... 23
                   2. 13. MEDIOS DE COMUNICACIÓN, SOCIEDAD DE LA INFORMACIÓN ..................................... 24
                   2.14. ORGANIZACIÓN TERRITORIAL DEL ESTADO .......................................................................... 25
                   2.15. PARLAMENTO Y ELECCIONES ..................................................................................................... 26
                   2.16. SANIDAD ............................................................................................................................................ 27
                   2.17. SOCIEDAD ......................................................................................................................................... 29
                   2.18. TRABAJO, SEGURIDAD SOCIAL, POLÍTICA SOCIAL ............................................................... 32
                   2.19. TRANSPORTES, COMUNICACIONES, OBRAS PÚBLICAS Y TURISMO ................................. 34
                   2.20. TRIBUTOS Y PRESUPUESTOS ....................................................................................................... 34
                   2.21. VIVIENDA .......................................................................................................................................... 34

                La recepción de este boletín por correo electrónico permite abrir los enlaces y acceder directamente a
                los textos reseñados. En todo caso, pueden solicitarlos, así como cualquier otra documentación que sea de
                su interés, en el ámbito de la documentación estatal española, documentación extranjera, organismos
                internacionales y prensa nacional e internacional, en los teléfonos 91 538 1446/1488. Información sobre
                revistas en los teléfonos 91 538 1447/1513.
                                                                                                                        2




                           1. NOVEDADES desde el 5 al 12 de noviembre


.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée parlementaire. Presse 12 novembre 2007. Les procédures pour
    l'inscription sur liste noire, de personnes soupçonnées de liens avec le terrorisme, sont indignes du
    Conseil de Sécurité de l'ONU et de l'UE, selon une commission de l'APCE. Il y a quelque 370 personnes
    dans le monde qui ont actuellement leurs avoirs gelés et qui ne peuvent voyager car elles ont été inscrites sur
    liste noire par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Une soixantaine d'entités figureraient sur la liste noire
    de l'Union européenne. Cependant, selon le projet de résolution approuvé aujourd'hui par la Commission, ces
    sanctions peuvent être imposées "sur la base de simples soupçons". La résolution poursuit ainsi : "Même les
    membres du comité chargé de décider l'inscription d'une personne sur liste noire ne connaissent pas tous les
    motifs à l'origine du dépôt de la demande d'inscription. La personne ou l'entité concernée n'est le plus souvent
    ni avisée de cette demande, ni entendue, ni même parfois informée de la décision prise - jusqu'à ce qu'elle
    tente de passer une frontière ou d'utiliser un compte bancaire. Aucune mesure ne prévoit de réexamen
    indépendant des décisions prises." Une telle procédure est "indigne" d'institutions internationales comme l'ONU
    et l'Union européenne et fragilise la légitimité de " sanctions ciblées " dans la lutte contre le terrorisme,
    soulignent les parlementaires. Or, les Etats qui sont contraints d'exécuter ces sanctions, risquent de violer les
    obligations qui leur incombent au titre de la Convention européenne des Droits de l'Homme. Projet de rapport
    provisoire       sur   les    listes   noires    du     Conseil     de    sécurité      des    Nations      Unies.
    http://assembly.coe.int/ASP/APFeaturesManager/defaultArtSiteVoir.asp?ID=717

.   FAO. Noticia. 7 noviembre 2007. La FAO prevé que los precios de los cereales permanezcan altos.
    Condiciones meteorológicas desfavorables, reservas escasas y descenso del suministro entre las causas. Está
    previsto que los precios mundiales de los cereales permanezcan altos el año próximo debido a los problemas
    de producción en varios de los principales países exportadores y al bajo nivel de las reservas a nivel mundial,
    según advierte el último informe Perspectivas Alimentarias hecho público hoy en Londres por la Organización
    de las Naciones Unidas para la Agricultura y la Alimentación (FAO). La FAO calcula que muchos países
    pagarán más por importar cereales de los mercados mundiales de lo que hicieron en años anteriores, incluso
    aunque importen menos. Los precios récord del transporte y los altos precios de las exportaciones son las
    causas principales del incremento de la factura de las importaciones. El último análisis de la FAO sugiere que
    los precios internacionales de los cereales están alimentando la inflación de los productos alimentarios a nivel
    doméstico en muchas partes del mundo. http://www.fao.org/newsroom/es/news/2007/1000697/index.html Food
    Outlook. Global Market Analisys http://www.fao.org/docrep/010/ah876e/ah876e00.htm

.   CONSEJO DE EUROPA. Comité des Ministres. Recommandation CM/Rec (2007)16 du Comité des
    Ministres aux Etats membres sur des mesures visant à promouvoir la valeur de service public de
    l’Internet,     adoptée       par     le      Comité      des       Ministres      le   7      novembre        2007,
    lors de la 1010e réunion des Délégués des Ministres. Afin de répondre à l'attente légitime des utilisateurs
    que les services de l'Internet soient accessibles et abordables financièrement, sécurisés, fiables et continus, le
    Comité des Ministres du Conseil de l'Europe vient d'adopter une Recommandation aux Etats membres pour
    promouvoir la valeur de service public de l'Internet. L'Internet est un outil essentiel dans nos activités
    quotidiennes. Il nous permet d'exercer nos droits de l'homme, de participer à la vie publique et démocratique,
    de nous exprimer librement, d'échanger et de créer. Il favorise l'exercice et la jouissance de certains droits tout
    en risquant de les affecter parfois (vie privée, dignité de l'être humain et même droit à la vie). Ce texte invite les
    gouvernements à définir les rôles et responsabilités des principales parties prenantes - secteur public, secteur
    privé et société civile. Il encourage notamment le secteur privé à se familiariser avec ses responsabilités
    éthiques en évolution. Les politiques développées devraient viser à promouvoir la protection des droits de
    l'homme, le pluralisme, la diversité culturelle et la démocratie. Les Etats membres devraient favoriser l'accès du
    plus grand nombre à l'Internet et affirmer la liberté d'expression et la libre circulation de l'information sur
    l'Internet tout en veillant à ce que son contenu soit nourri par l'ensemble des régions, pays du monde et
    groupes sociaux. Les Etats doivent s'engager à une coopération juridique internationale afin de renforcer la
    sécurité et le respect du droit international sur Internet. A cette fin, le Comité des Ministres appelle notamment
    les gouvernements à signer et ratifier deux textes du Conseil de l'Europe : la Convention sur la cybercriminalité
    et la Convention pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1207335&Site=CM&BackColorInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB5
    5&BackColorLogged=FFAC75

.   REINO UNIDO. House of Lords. Science & Technology Select Comité. Science Teaching in Schools Follow-
    up. Report with EvidenceThe Government Response to the Committee's report. Ordered to be printed 24 July
    2007                 and               published                 5              November           2007
    http://www.publications.parliament.uk/pa/ld200607/ldselect/ldsctech/167/167.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Quels changements d'assiette pour les prélèvements fiscaux et sociaux? (annexe -
    prélèvements obligatoires, un état des Linux). Rapport d'information n° 60 (2007-2008) de M. Philippe Marini
    fait au nom de la commission des finances, déposé le 25 octobre 2007. Le présent rapport d'information sur les
                                                                                                                    3



    prélèvements obligatoires et leur évolution comporte, pour la première fois, une annexe donnant un aperçu de
    l'évolution récente des prélèvements fiscaux et sociaux. Il s'agit de dresser une sorte d'état des prélèvements
    obligatoires en France, destiné à servir de document de référence. Celui-ci a, d'abord, pour ambition de
    récapituler non seulement les chiffres détaillés des recettes perçues au titre des différents prélèvements fiscaux
    et sociaux mais également des informations relatives aux charges résultant des mesures dérogatoires, à
    commencer par le coût des principales dépenses fiscales en matière d'impôt sur le revenu ou dans certains
    domaines cruciaux comme celui de l'épargne. Il comporte, également, des données relatives au recouvrement
    de l'impôt et, selon les cas, à sa répartition par types de contribuables ou de revenus imposables voire par
    secteur économique ou niveau de collectivités. Il offre, enfin, des éléments de comparaison internationale sur
    plusieurs années, afin de permettre de juger la compétitivité de notre système de prélèvements obligatoires
    dans la perspective de la préservation de l'attractivité du territoire national. Ces données existaient
    « éparpillées » au sein de multiples documents de l'administration. Celle-ci doit donc être ici remerciée pour
    avoir fait l'effort de les rassembler dans un ensemble de séries rétrospectives, aussi exhaustif et cohérent que
    possible. La présente annexe a vocation à être complétée et surtout explicitée. Il s'agit de données brutes, à
    interpréter avec précaution en ce qu'elles doivent être remises dans leur contexte institutionnel afin de tenir
    compte, notamment, des changements de législation ou de périmètre. http://www.senat.fr/rap/r07-060-2/r07-
    060-2_mono.html#toc0

.   CONSEJO DE EUROPA. Observations préliminaires formulées par la délégation du Comité européen
    pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) à l’issue
    de sa visite effectuée en Moldova du 14 au 24 septembre 2007. CPT/Inf (2007) 43, 7 novembre 2007. La
    quatrième visite périodique du CPT en Moldova, effectuée au mois de septembre 2007, a fourni l‘occasion
    d‘évaluer les progrès réalisés depuis la visite périodique précédente de 2004 et la visite ad hoc de novembre
    2005. Une attention particulière a été accordée au traitement des personnes détenues par la police et à la mise
    en application pratique des garanties contre les mauvais traitements. La délégation du Comité a souligné la
    nécessité d‘une intervention menée plus en amont de la part des procureurs, des juges et des fonctionnaires de
    police responsables afin de s'assurer que tout cas de mauvais traitements soit décelé et les auteurs de tels
    actes sanctionnés. La délégation du CPT a également examiné en détail diverses questions liées aux
    établissements pénitentiaires, y compris le traitement dispensé aux détenus souffrant de la tuberculose et la
    situation des détenus condamnés à la réclusion à perpétuité. En outre, elle s‘est rendue dans l‘Etablissement
    pénitentiaire n° 13 à Chişinău afin d‘examiner la manière dont le personnel a fait face aux récents actes de
    désobéissance collective de détenus. De plus, la délégation a visité l‘Hôpital clinique de psychiatrie de Chişinău
    et, pour la première fois en Moldova, un foyer psychoneurologique pour personnes ayant des troubles
    psychiatriques/déficiences mentales, à Cocieri. En ce qui concerne ce dernier établissement, il a été fait état de
    préoccupations particulières à propos des nombreuses allégations de mauvais traitements de résidents par le
    personnel      et   le    nombre      élevé     de    décès     de     résidents      ces    dernières    années.
    http://www.cpt.coe.int/documents/mda/2007-43-inf-fra.htm

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress November 6, 2007. Pakistan’s Political Crisis and State of
    Emergency. Order Code RL 34240. On November 3, 2007, Pakistani President General Pervez Musharraf
    suspended the country‘s constitution and assumed emergency powers in his role as both president and army
    chief. The move came just over eight years after Musharraf overthrew the elected government in a bloodless
    1999 military coup. It followed months of political crisis in the capital city of Islamabad, along with sharply
    deteriorating security circumstances across the country. Musharraf has sought to justify this ―second coup‖ as
    being necessary to save Pakistan from Islamist extremism and from a political paralysis he blamed largely on
    the country‘s Supreme Court. The United States, which had exerted diplomatic pressure on Musharraf to refrain
    from imposing a state of emergency, views Pakistan as a vital ally in global and regional counterterrorism
    efforts, and it has provided considerable foreign assistance to Pakistan since 2001, in part with the goal of
    facilitating a transition to democracy in Islamabad. In light of undemocratic developments that constitute a major
    setback for U.S. policy toward Pakistan, U.S. officials are reevaluating their approach.
    http://www.fas.org/sgp/crs/row/RL34240.pdf

.   REINO UNIDO. House of Commons Library. Child Maintenance and Other Payments Bill Committee Stage
    Report Bill No 118 of 2006-07. Research Paper 07/73 02 November 2007. This is a report on the Committee
    Stage of the Child Maintenance and Other Payments Bill produced in response to a recommendation of the
    Modernisation Committee in its report on The Legislative Process (HC 1097, 2005-06). The Bill covers two
    distinct areas: child support maintenance and the provision of lump sum payments in connection with
    mesothelioma. The child maintenance provisions are contained in Parts 1-3 and 5 of the Bill. They introduce
    changes to the child maintenance system which were proposed in the White Paper, A new system of child
    maintenance, published by the Department for Work and Pensions in December 2006. Part 4 of the Bill includes
    powers to introduce a new scheme providing up-front lump sum payments for people diagnosed with diffuse
    mesothelioma and their dependants, to be funded through a compensation recovery mechanism. The Bill
    received broad support from all parts of the House at Second Reading and thirteen Government amendments
    were agreed during Committee. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/rp2007/rp07-073.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress November 1, 2007. National Strategy for Combating Terrorism:
    Background and Issues for Congress.Order Code RL 34230. On September 5, 2006, the White House
                                                                                                                     4



    released the 2006 National Strategy for Combating Terrorism. This report examines the Strategy in the context
    of its predecessor, released in 2003, and identifies issues and options for consideration by Congress. The 2006
    National Strategy for Combating Terrorism provides a framework for protecting the United States and its allies
    from terrorist attacks. Core components of the Strategy are to disrupt and disable terrorist networks across the
    globe, and foster international cooperation in these efforts. Creating a global intolerance of terrorism is central
    as well. The 2006 Strategy differs from the 2003 version primarily in that it sets different priorities for the
    strategic elements designed to achieve its goals. Perhaps most significant of these differences is a major
    increase in emphasis on democratization as a method of combating terrorism. Additionally, the 2006 strategy
    places greater emphasis on denying terrorists sanctuary in underdeveloped, failed, and rogue states. The use of
    economic and political tools to strengthen nations vulnerable to the spread of terrorist influence appears to
    receive less emphasis in the 2006 Strategy than in the 2003 version. Inherent in the National Strategy are a
    number of issues for Congress. These include (1) democratization as a counterterrorism strategy; (2) the validity
    of the Strategy‘s assumptions about terrorists; (3) whether the Strategy adequately addresses the situation in
    Iraq including the U.S. presence there as a catalyst for international terrorism; (4) the Strategy‘s effectiveness
    against rogue states; (5) the degree to which the Strategy addresses threats reflected in recent National
    Intelligence Estimates; (6) mitigating extremist indoctrination of the young; and (7) the efficacy of public
    diplomacy. To the degree that the 2006 National Strategy for Combating Terrorism may not adequately address
    the importance of these and other relevant factors, some adjustment of the strategy and its implementation may
    be warranted. http://www.fas.org/sgp/crs/terror/RL34230.pdf

.   OCDE. Pallier l’insuffisance des retraites : le rôle des pensions privées. Octobre 2007. Synthèses
    http://www.oecd.org/dataoecd/61/35/39526298.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 30, 2007. The Law of Church and State: U.S. Supreme
    Court Decisions Since 2002 .Order Code RL 34223. The First Amendment to the U.S. Constitution provides
    that ―Congress shall make no law respecting the establishment of religion, or prohibiting the free exercise
    thereof....‖ The language is commonly referred to as the Establishment Clause and the Free Exercise Clause.
    The two clauses serve to balance the collective freedom so that the government may neither coerce nor prohibit
    citizens‘ participation in religion. The U.S. Supreme Court historically has rendered its decisions on both clauses
    without applying brightline rules. Recent political developments have raised new questions of church-state
    relations. Since taking office in 2000, President George W. Bush has implemented the Faith-Based Initiative,
    which has brought several First Amendment issues to the Court. Recent legislation provides vouchers for
    private schools and public funding to religious organizations with a social purpose. Furthermore, the makeup of
    the Court has changed within the last five years, with Chief Justice Roberts and Justice Alito replacing Chief
    Justice Rehnquist and Justice O‘Connor. This may result in a shift in the Court‘s understanding of the religion
    clauses. In the Court‘s recent cases, decided in the midst of these changes, the balance between non-
    establishment and free exercise continues to be decided on the basis of the facts specific to each case. The
    Court has decided somewhat similar cases differently, with the outcome turning on the details, suggesting that
    specific context may be the most determinative factor in church-state decisions. This report explains the
    holdings of each of the Court‘s church-state cases since 2002, and also explains the position of Justices who
    concurred in the judgments or dissented in each case. http://fpc.state.gov/documents/organization/94851.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 29, 2007. Nuclear Weapons in U.S. National Security
    Policy: Past, Present, and Prospects. Order Code RL 34226. The Bush Administration has outlined a strategy
    of ―tailored deterrence‖ to define the role that nuclear weapons play in U.S. national security policy. There has
    been little discussion of this concept, either in Congress or in the public at large. This leaves unanswered
    questions about how this strategy differs from U.S. nuclear strategy during the Cold War and how it might
    advise decisions about the size and structure of the U.S. nuclear arsenal. Throughout the Cold War, the United
    States relied on nuclear weapons to deter an attack by the Soviet Union and its allies and to forestall the
    outbreak of a global war between the United States and the Soviet Union. However, the broad Cold Warera
    agreement about the role of nuclear weapons in U.S. security policy began to dissolve during the 1990s, after
    the demise of the Soviet Union. Further, in response to emerging threats to U.S. national security, the Bush
    Administration has argued that the United States must alter its deterrence strategy ―from ‗one size fits all‘
    deterrence to tailored deterrence for rogue powers, terrorist networks, and near-peer competitors.”
    http://www.fas.org/sgp/crs/nuke/RL34226.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 24, 2007. Presidential Nominating Process: Current
    Issues. Order Code RL 34222. Every four years, the presidential nominating process generates complaints and
    proposed modifications, and the rapid pace of primaries and caucuses that characterized the 2000 and 2004
    cycles will continue in 2008. Because many states scheduled early contests in the 2000 cycle, both parties
    subsequently created task forces on the process. For a time the parties pursued a cooperative effort to confront
    problems associated with front-loading for 2004. In the end, Democrats approved moving up state primary dates
    for 2004, but retained Iowa and New Hampshire‘s early events; Republicans rejected a proposed reform plan.
    At the state level, the National Association of Secretaries of State (NASS) supports a regional primary plan that
    would rotate regional dates every four years. http://fpc.state.gov/documents/organization/94833.pdf
                                                                                                                           5



.   ITALIA. Camera dei deputati. Servizio Biblioteca. Aspetti dell'ordinamento costituzionale in Austria,
    Francia, Germania, Regno Unito e Spagna. Servizio Biblioteca. Materiali di legislazione comparata, nº 13, 18
    ottobre 2007. http://legxv.camera.it/banchedatikm/Documenti/leg15/dossier/testi/MLC013.htm

.   CONSEJO DE EUROPA/ MINISTERIO DE SALUD JUVENTUD Y DEPORTE -AGENCIA DE BIOMEDICINA
    (FRANCIA) Colloque européen ''Tests génétiques en accès libre et pharmacogénétique: quels enjeux
    individuels et collectifs en Europe?'' - 2 octobre 2007, Paris (France). Dossier de Presse
    http://www.coe.int/t/dc/files/themes/bioethique/dossier_presse_fr.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Quels indicateurs de performance pour le contrôle parlementaire? L'exemple des
    contrôles de la mission « Action extérieure de l'État ». Rapport d'information de M. Adrien Gouteyron, fait
    au nom de la commission des finances n° 464 (2006-2007), 25 septembre 2007. Le contrôle de l'administration
    par le Parlement, parce que celui-ci est le réceptacle naturel des préoccupations de nos concitoyens,
    représente plus qu'une exigence pour les parlementaires : un devoir. Mais, en matière de contrôle, le Parlement
    a aussi une obligation de résultat. Pas de dénonciation sans proposition, pas de proposition sans analyse des
    suites données à ses propositions, pas de suivi sans initiative destinée à se rappeler au « bon souvenir » d'une
    administration qui serait restée insensible à ses recommandations. Telle est la pratique souhaitable d'un
    contrôle parlementaire désormais astreint à un devoir de performance. Pour cette raison, M Adrien Gouteyron,
    rapporteur spécial de la mission « Action extérieure de l'Etat » a souhaité faire un premier bilan des suites
    données à ses travaux de contrôle en 2006 à l'aide des deux premiers indicateurs de performance du contrôle :
    un indicateur de « bruit médiatique », en progression depuis 2006, et un indicateur relatif à la prise en compte
    des préconisations de la commission des finances. 62 % des préconisations faites en 2006 avaient été
    intégralement prises en compte à la fin septembre 2007. Au cœur du contrôle figure désormais la nécessaire
    amélioration de l'accès à l'information ce qui conduit notamment M. Adrien Gouteyron à souhaiter être
    destinataire de manière systématique des télégrammes diplomatiques à caractère budgétaire.
    http://www.senat.fr/rap/r06-464/r06-4641.pdf

.   CENTRO CONJUNTO OCDE/CMTE DE INVESTIGACION PARA EL TRANSPORTE. Biofuels:            Linking
    Support to Performance.         Round Table, 7-8 June 2007, Paris. Summary and Conclusions
    http://www.cemt.org/JTRC/EconomicResearch/RoundTables/RTbiofuelsSummary.pdf Communiqué de
    presse http://www.cemt.org/events/PressReleases/2007Biofuelsfr.pdf

                         2. DOCUMENTOS CLASIFICADOS POR MATERIAS




                         2.1. ADMINISTRACIÓN DE JUSTICIA Y PROCESOS


.   FRANCIA. Commission nationale consultative des droits de l'homme. Sanctionner dans le respect des droits
    de l'homme - I. Les droits de l'homme dans la prison. 2007. Comme le souligne expressément le pacte
    international relatif aux droits civils et politiques, toute personne privée de liberté doit être "traitée avec humanité
    et le respect de la dignité inhérente à la personne humaine". Dans ce premier volume, la CNCDH a regroupé
    ses réflexions sur le sens de la peine, une étude globale sur les droits de l'Homme dans la prison, et des études
    spécifiques portant sur des problématiques qu'elle juge particulièrement inquiétantes : la situation des étrangers
    détenus (conditions de détention, accès au droit, dispositif de réinsertion), des mineurs incarcérés (protection
    de l'intégrité physique et psychologique, conditions d'hygiène et d'hébergement, mesures de contrainte et de
    sécurité à leur égard, enseignement et formation...), l'accès aux soins des personnes détenues (personnes
    âgées ou handicapées, personnes atteintes du VIH et des hépatites, personnes dépendantes de la drogue...),
    et        le      maintien         du         lien       familial     au       cours         de         la     détention.
    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/074000681/0000.pdf

.   FRANCIA. Commission nationale consultative des droits de l'homme. Sanctionner dans le respect des droits
    de l'homme- II. Les alternatives à la détention. Sarah Dindo. 2007. Cette étude traite de l'ensemble des
    mesures pénales permettant d'éviter ou de raccourcir une détention. Il s'agit des alternatives à la détention
    provisoire (contrôles judiciaires), des peines alternatives (travail d'intérêt général, sursis avec mise à
    l'épreuve...) et des aménagements de peine (semi-liberté, libération conditionnelle, bracelet électronique...).
    Parmi les obstacles au développement des alternatives à la détention, la Commission retient l'attitude jugée
    ambivalente des pouvoirs publics, le peu d'intérêt manifesté à l'égard du milieu ouvert, le manque de
    recherches sur les réalisations en matière d'intervention sur les trajectoires délinquantes... L'étude s'appuie sur
    de nombreuses auditions réalisées auprès de professionnels, chercheurs, experts étrangers, associations et
    syndicats... En se référant à des " bonnes pratiques " mises en oeuvre par des services de probation français et
    étrangers, elle apporte un éclairage sur les possibilités de sanctionner autrement que par la prison. Les
    annexes à ce volume comportent l'avis de la CNCDH sur les " alternatives à la détention " adopté par
                                                                                                                       6



    l'Assemblée          plénière      de        la      CNCDH,        le             14        décembre          2006.
    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/074000682/0000.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 3, 2007. Congressional Investigations of the Department
    of Justice, 1920-2007: History, Law, and Practice. Order Code RL34197. Legislative oversight is most
    commonly conducted through congressional budget, authorization, appropriations, confirmation, and
    investigative processes, and, in rare instances, through impeachment. But the adversarial, often confrontational,
    and sometimes high profile nature of congressional investigations sets it apart from the more routine,
    accommodative facets of the oversight process experienced in authorization, appropriations, or confirmation
    exercises. While all aspects of legislative oversight share the common goals of informing Congress so as to
    best accomplish its tasks of developing legislation, monitoring the implementation of public policy, and
    disclosing to the public how its government is performing, the inquisitorial process also sustains and vindicates
    Congress‘ role in our constitutional scheme of separated powers and checks and balances. The rich history of
    congressional investigations from the failed St. Clair expedition in 1792 through Teapot Dome, Watergate, Iran-
    Contra, Whitewater, and the current ongoing inquiries into the removal and replacement of United States
    Attorneys, has established, in law and practice, the nature and contours of congressional prerogatives
    necessary to maintain the integrity of the legislative role in that constitutional scheme. A review of the historical
    experience and legal rulings pertinent to congressional access to information regarding the law enforcement
    activities of the Department of Justice indicates that in the last 85 years Congress has consistently sought and
    obtained deliberative prosecutorial memoranda, and the testimony of line attorneys, FBI field agents and other
    subordinate agency employees regarding the conduct of open and closed cases in the course of innumerable
    investigations of Department of Justice activities. These investigations have encompassed virtually every
    component of the DOJ and its officials and employees, from the Attorney General down to subordinate level
    personnel. It appears that the fact that an agency, such as the Justice Department, has determined for its own
    internal purposes that a particular item should not be disclosed, or that the information sought should come from
    one agency source rather than another, does not prevent either House of Congress, or its committees or
    subcommittees, from obtaining and publishing information it considers essential for the proper performance of
    its constitutional functions. There appears to be no court precedent that imposes a threshold burden on
    committees to demonstrate, for example, a ―substantial reason to believe wrongdoing occurred‖ before a
    jurisdictional committee may seek disclosure with respect to the conduct of specific open and closed criminal
    and civil cases. Indeed, the case law is quite to the contrary. An inquiring committee need only show that the
    information sought is within the broad subject matter of its authorized jurisdiction, is in aid of a legitimate
    legislative function, and is pertinent to the area of concern. Moreover, there have been only two formal
    presidential assertions of executive privilege with respect to withholding of internal DOJ documents in the face
    of a congressional subpoena. Those claims were ultimately abandoned, and it appears under the most recent
    Supreme Court and appellate court rulings pertinent to the scope of the presidential communications privilege
    and the ―Take Care‖ clause of the Constitution, that such a claim would be open to serious question as to its
    validity in the context of a congressional probe of DOJ internal deliberative actions.
    http://fpc.state.gov/documents/organization/93474.pdf

.   FRANCIA. Sénat. L'amnistie et la grâce. Étude de législation comparée, n° 177 - 1 octobre 2007. Ce
    document porte sur neuf pays européens: l'Allemagne, l'Angleterre et le pays de Galles, la Belgique, le
    Danemark, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la Suisse. Pour chacun de ces neuf pays, on a
    examiné l'amnistie, la grâce et, le cas échéant, les autres mesures de clémence comparables, en présentant
    d'abord les règles applicables (effets de la mesure, champ d'application et titulaire du droit), puis la pratique des
    dernières années. Les cas particuliers que représentent les amnisties fiscales et les mesures de régularisation
    des étrangers en situation irrégulière n'ont pas été pris en compte. Il apparaît que: l'amnistie est rarement mise
    en oeuvre dans les autres pays européens; l'amnistie n'est jamais accordée à titre individuel; le droit de grâce
    constitue presque partout une prérogative du chef de l'État, mais son exercice est parfois encadré par la loi; la
    grâce octroyée par le chef de l'État est toujours une mesure individuelle. http://www.senat.fr/lc/lc177/lc177.html

.   CONSEJO DE EUROPA. 17 septembre 2007. Sud-est de l'Anatolie, Turquie: le Bureau du Congrès adopte
    un rapport sur la situation des maires. Lors de sa réunion à Paris le 17 septembre, le Bureau du Congrès a
    examiné un rapport sur la mission d'information conduite à Diyarbakir et Ankara du 8 au 10 août 2007, et
    relative à la situation des maires dans le sud-est de l'Anatolie, en Turquie. Le Bureau a confirmé les conclusions
    de la délégation, qui était composée d'Anders Knape (Suède, L, PPE/DC), Hans-Ulrich Stöckling (Suisse, R,
    GILD) et Irina Pereverzeva (Fédération de Russie, L, SOC). Le rapport de la mission porte sur les poursuites
    judiciaires engagées contre des maires et des municipalités dans le sud-est de l'Anatolie, notamment sur la
    destitution du maire et du conseil municipal de Sur (à Diyarbakir), suite à leur décision de communiquer des
    informations en kurde. Selon les rapporteurs, la législation actuelle est tellement problématique sur le fond et
    sur la forme qu'elle n'est pas applicable : notamment en ce qui concerne la distinction affirmée, mais
    problématique, entre langues ethniques et langues internationales ; la confusion sur ce qui constitue
    exactement un abus de pouvoir "politique" de la part des collectivités locales ; l'incertitude sur la distinction
    entre les questions qui relèvent d'une résolution officielle et celles qui sont réalisées d'un point de vue purement
    administratif ; ainsi que l'incertitude, qui ressort de l'affaire de Sur elle-même, concernant les protections
    procédurales dont peuvent bénéficier le maire et les conseillers municipaux quand des mesures judiciaires sont
    prises à leur encontre. Les rapporteurs regrettent, surtout, la manière manifestement arbitraire avec laquelle la
                                                                                                                        7



    loi peut être invoquée et appliquée lors de différents cas de violations alléguées de la loi. Cependant, la
    délégation estime aussi que quelles que soient les réformes de la législation et de la Constitution qui pourraient
    être proposées en Turquie, le programme de réforme légale devrait être replacé dans une initiative politique
    plus large. La Turquie se trouve actuellement à un tournant politique majeur. Le Bureau a d'ailleurs chargé la
    Commission institutionnelle du Congrès de préparer une recommandation adressée au Comité des Ministres du
    Conseil de l'Europe à l'intention des autorités turques en reprenant les préoccupations exprimées dans le
    rapport.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1183385&Site=Congress&BackColorInternet=e0cee1&BackColorIntranet=e
    0cee1&BackColorLogged=FFC679

.   CONSEJO DE EUROPA. Asamblea Parlamentaria. Pas de secrets d’Etat en jeu dans l’affaire El-Masri,
    affirme l‘enquêteur du Conseil de l‘Europe, Dick Marty, dans un mémoire à la Cour suprême des Etats-Unis.
    Strasbourg, 07.09.2007 – Le sénateur suisse Dick Marty, qui a enquêté sur les détentions secrètes au nom de
    l‘Assemblée parlementaire du Conseil de l‘Europe (APCE), a soumis aujourd‘hui à la Cour suprême des Etats-
    Unis un mémoire dans lequel il soutient qu‘il n‘y a « pour ainsi dire plus rien » de secret dans l‘affaire de Khaled
    El-Masri, ressortissant allemand enlevé par erreur par la CIA.Il est par conséquent « totalement infondé »
    d‘affirmer, comme le fait le gouvernement américain, que des secrets d‘Etat seraient divulgués si l‘affaire était
    jugée, a souligné M. Marty dans un mémoire d‘amicus curiae – document qu‘une tierce partie, ou « ami de la
    Cour », peut soumettre à l‘attention des juges pour apporter des informations ou des arguments
    complémentaires.« Il serait contraire à l‘intention de la doctrine du secret d‘Etat (…) de permettre au
    gouvernement des Etats-Unis de couvrir ainsi des actes manifestement illicites », écrit M. Marty, ajoutant que
    M. El-Masri devrait avoir la possibilité de prouver le bien-fondé de ses allégations devant la justice américaine,
    comme l‘avait promis la Secrétaire d‘Etat Condoleezza Rice lors d‘une conférence de presse en décembre
    2005. http://assembly.coe.int/ASP/Press/StopPressVoir.asp?ID=1953 Noticia y documentos en inglés
    http://assembly.coe.int/ASP/NewsManager/EMB_NewsManagerView.asp?ID=2974                      Khaled         El-Masri,
    Petitioner v. United States of America, Respondent. On petition for writ of certiorari to the United States
    Court of Appeals for the Fourth Circuit. Brief for Amicus Curiae Senator Dick Marty, Chairman of the
    Legal Affairs & Human Rights Committee and rapporteur of the Parlimentary Assembly of the Council of Europe
    in support of petitioner http://assembly.coe.int/committeedocs/2007/20070907_ElMasri.pdf



                                2.2. ADMINISTRACIONES PÚBLICAS


.   ITALIA. Governo. Libro verde sulla spesa pubblica. Dossier 6 settembre 2007. "Spendere meglio è possibile.
    In tutti i settori esaminati esistono ampi spazi per realizzare sostanziali risparmi e nello stesso tempo migliorare
    la qualità dei servizi offerti". E' questa, in estrema sintesi, l'indicazione che emerge dal "Libro Verde sulla spesa
    pubblica italiana" presentato il 6 settembre scorso dal Ministro dell'Economia e delle Finanze. Il Libro verde è
    stato preparato dalla Commissione tecnica per la finanza pubblica, con lo scopo di offrire, in vista anche del
    prossimo confronto sulla Legge Finanziaria 2008, un quadro complessivo della dinamica della spesa pubblica
    (Capitolo 1) e dei principali tentativi di governarla sin qui esperiti (Capitolo 3). Alcuni approfondimenti settoriali
    (Capitolo 2) vogliono esemplificare l'assunto generale del lavoro, che sostiene la necessità e la possibilità di
    spendere meglio. Le analisi lasciano talora emergere delle proposte di intervento, ma più spesso si limitano a
    indicare               la              direzione              dei              successivi            approfondimenti.
    http://www.governo.it/GovernoInforma/Dossier/spesa_pubblica_libro/index.html



                                       2.3. CIENCIA Y TÉCNICA


.   ALEMANIA. Gobierno. 08.08.2007. Genetic Engineering Act Amended. As of next year, Germany‘s farmers
    must comply with more stringent regulations on growing genetically modified maize. The revised Genetic
    Engineering Act (Gentechnikgesetz, or GenTG) is designed to balance the differing interests of farmers across
    the country. It also protects people and the environment from unknown adverse effects and provides the
    conditions for advancements in genetic engineering. The German cabinet agreed rules on liability, transparency,
    research and cultivation of genetically modified crops alongside other types of crops. The new Act does not
    cover labelling obligations concerning genetically modified foods. This will be governed by later legislation. The
    new legislation largely implements the guidelines contained in the German government‘s paper of 28 February
    2007 entitled Amending the Genetic Engineering Act: Key Issues in Achieving a Fair Balance of Interests. The
    changes follow the objective set out in the Coalition Agreement to provide a framework for further development
    and use of biotechnology. http://www.bundesregierung.de/nn_6538/Content/EN/Artikel/2007/08/2007-08-08-
    novelle-des-gentechnikrechts-beschlossen__en.html
                                                                                                                      8




                       2.4. CONSTITUCIÓN Y DERECHO CONSTITUCIONAL


.   ITALIA. Camera dei deputati. Servizio Biblioteca. Aspetti dell'ordinamento costituzionale in Austria,
    Francia, Germania, Regno Unito e Spagna. Servizio Biblioteca. Materiali di legislazione comparata, nº 13, 18
    ottobre 2007. http://legxv.camera.it/banchedatikm/Documenti/leg15/dossier/testi/MLC013.htm

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 24, 2007. Presidential Nominating Process: Current
    Issues. Order Code RL 34222. Every four years, the presidential nominating process generates complaints and
    proposed modifications, and the rapid pace of primaries and caucuses that characterized the 2000 and 2004
    cycles will continue in 2008. Because many states scheduled early contests in the 2000 cycle, both parties
    subsequently created task forces on the process. For a time the parties pursued a cooperative effort to confront
    problems associated with front-loading for 2004. In the end, Democrats approved moving up state primary dates
    for 2004, but retained Iowa and New Hampshire‘s early events; Republicans rejected a proposed reform plan.
    At the state level, the National Association of Secretaries of State (NASS) supports a regional primary plan that
    would rotate regional dates every four years. http://fpc.state.gov/documents/organization/94833.pdf

.   FRANCIA. Présidence de la République. Une Ve République plus démocratique. Comité de réflexion et de
    proposition sur la modernisation et le rééquilibrage des institutions de la Ve République. Octobre 2007. Créé
    par décret du 18 juillet 2007, le Comité de réflexion et de proposition sur la modernisation et le rééquilibrage
    des institutions de la Ve République articule ses propositions autour de trois axes : un pouvoir exécutif mieux
    contrôlé, un Parlement renforcé, des droits nouveaux pour le citoyen. Les rôles des deux têtes de l‘exécutif,
    chef de l‘Etat et chef du Gouvernement, sont clarifiés. L‘article 20 de la Constitution prévoit actuellement que "le
    Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation". Après la réforme institutionnelle de 2008, le
    président de la République définira la politique de la nation, tandis que le Premier ministre en conduira l‘action.
    Le chef de l‘Etat pourra s‘exprimer à la tribune de l‘Assemblée nationale et du Sénat et rendre ainsi compte de
    son action devant la représentation nationale. Ces interventions seront suivies d‘un débat sans vote. Les
    prérogatives du Parlement sont considérablement renforcées : la maîtrise de l‘ordre du jour à l‘Assemblée
    nationale et au Sénat sera partagée, de façon égale, entre le Gouvernement et les assemblées ainsi qu‘entre
    l‘opposition et la majorité; le pouvoir de contrôle des députés est accru. Il s‘exercera dans les domaines de la
    politique extérieure et de la défense; une procédure de contrôle parlementaire sera introduite pour certaines
    nominations effectuées par le président. Pour représenter les formations politiques minoritaires, le comité
    préconise d‘introduire une dose de proportionnelle à l‘Assemblée nationale : 20 à 30 députés, sur les 577 que
    compte l‘Hémicycle, seront élus de cette façon. Il sera possible de demander la vérification de la
    constitutionnalité d‘une loi devant le juge. Le comité suggère également de créer un référendum d‘initiative
    populaire. Il propose d‘installer "un défenseur des droits fondamentaux" qui se verrait confier les attributions de
    différentes institutions : le Médiateur de la République, le Défenseur des enfants, le Contrôleur général des lieux
    privatifs de liberté... Une "haute autorité du pluralisme" fusionnerait le Conseil supérieur de l‘audiovisuel, la
    Commission des sondages et la Commission nationale de contrôle de la campagne présidentielle. Le
    Gouvernement étudiera ces préconisations et soumettra un projet de loi constitutionnel à l‘Assemblée nationale
    avant              les           élections            municipales           de             mars            prochain
    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/074000697/0000.pdf
    http://www.elysee.fr/documents/index.php?mode=view&lang=fr&cat_id=1&press_id=595


                          2.5. DEFENSA, SEGURIDAD, ORDEN PÚBLICO


.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée parlementaire. Presse 12 novembre 2007. Les procédures pour
    l'inscription sur liste noire, de personnes soupçonnées de liens avec le terrorisme, sont indignes du
    Conseil de Sécurité de l'ONU et de l'UE, selon une commission de l'APCE. Il y a quelque 370 personnes
    dans le monde qui ont actuellement leurs avoirs gelés et qui ne peuvent voyager car elles ont été inscrites sur
    liste noire par le Conseil de Sécurité des Nations Unies. Une soixantaine d'entités figureraient sur la liste noire
    de l'Union européenne. Cependant, selon le projet de résolution approuvé aujourd'hui par la Commission, ces
    sanctions peuvent être imposées "sur la base de simples soupçons". La résolution poursuit ainsi : "Même les
    membres du comité chargé de décider l'inscription d'une personne sur liste noire ne connaissent pas tous les
    motifs à l'origine du dépôt de la demande d'inscription. La personne ou l'entité concernée n'est le plus souvent
    ni avisée de cette demande, ni entendue, ni même parfois informée de la décision prise - jusqu'à ce qu'elle
    tente de passer une frontière ou d'utiliser un compte bancaire. Aucune mesure ne prévoit de réexamen
    indépendant des décisions prises." Une telle procédure est "indigne" d'institutions internationales comme l'ONU
    et l'Union européenne et fragilise la légitimité de " sanctions ciblées " dans la lutte contre le terrorisme,
    soulignent les parlementaires. Or, les Etats qui sont contraints d'exécuter ces sanctions, risquent de violer les
    obligations qui leur incombent au titre de la Convention européenne des Droits de l'Homme. Projet de rapport
    provisoire       sur   les    listes   noires    du     Conseil     de    sécurité      des    Nations      Unies.
    http://assembly.coe.int/ASP/APFeaturesManager/defaultArtSiteVoir.asp?ID=717
                                                                                                                        9



.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress November 1, 2007. National Strategy for Combating Terrorism:
    Background and Issues for Congress.Order Code RL 34230. On September 5, 2006, the White House
    released the 2006 National Strategy for Combating Terrorism. This report examines the Strategy in the context
    of its predecessor, released in 2003, and identifies issues and options for consideration by Congress. The 2006
    National Strategy for Combating Terrorism provides a framework for protecting the United States and its allies
    from terrorist attacks. Core components of the Strategy are to disrupt and disable terrorist networks across the
    globe, and foster international cooperation in these efforts. Creating a global intolerance of terrorism is central
    as well. The 2006 Strategy differs from the 2003 version primarily in that it sets different priorities for the
    strategic elements designed to achieve its goals. Perhaps most significant of these differences is a major
    increase in emphasis on democratization as a method of combating terrorism. Additionally, the 2006 strategy
    places greater emphasis on denying terrorists sanctuary in underdeveloped, failed, and rogue states. The use of
    economic and political tools to strengthen nations vulnerable to the spread of terrorist influence appears to
    receive less emphasis in the 2006 Strategy than in the 2003 version. Inherent in the National Strategy are a
    number of issues for Congress. These include (1) democratization as a counterterrorism strategy; (2) the validity
    of the Strategy‘s assumptions about terrorists; (3) whether the Strategy adequately addresses the situation in
    Iraq including the U.S. presence there as a catalyst for international terrorism; (4) the Strategy‘s effectiveness
    against rogue states; (5) the degree to which the Strategy addresses threats reflected in recent National
    Intelligence Estimates; (6) mitigating extremist indoctrination of the young; and (7) the efficacy of public
    diplomacy. To the degree that the 2006 National Strategy for Combating Terrorism may not adequately address
    the importance of these and other relevant factors, some adjustment of the strategy and its implementation may
    be warranted. http://www.fas.org/sgp/crs/terror/RL34230.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 29, 2007. Nuclear Weapons in U.S. National Security
    Policy: Past, Present, and Prospects. Order Code RL 34226. The Bush Administration has outlined a strategy
    of ―tailored deterrence‖ to define the role that nuclear weapons play in U.S. national security policy. There has
    been little discussion of this concept, either in Congress or in the public at large. This leaves unanswered
    questions about how this strategy differs from U.S. nuclear strategy during the Cold War and how it might
    advise decisions about the size and structure of the U.S. nuclear arsenal. Throughout the Cold War, the United
    States relied on nuclear weapons to deter an attack by the Soviet Union and its allies and to forestall the
    outbreak of a global war between the United States and the Soviet Union. However, the broad Cold Warera
    agreement about the role of nuclear weapons in U.S. security policy began to dissolve during the 1990s, after
    the demise of the Soviet Union. Further, in response to emerging threats to U.S. national security, the Bush
    Administration has argued that the United States must alter its deterrence strategy ―from ‗one size fits all‘
    deterrence to tailored deterrence for rogue powers, terrorist networks, and near-peer competitors.”
    http://www.fas.org/sgp/crs/nuke/RL34226.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress September 11, 2007. Terrorism in Southeast Asia. Order Code
    RL34194. Since September 2001, the United States has increased focus on radical Islamist and terrorist groups
    in Southeast Asia, particularly those in the Philippines, Indonesia, Malaysia, Thailand, and Singapore.
    Southeast Asia is a base for past, current, and possibly future terrorist operations. Al Qaeda penetrated the
    region by establishing local cells, training Southeast Asians in its camps in Afghanistan, and by financing and
    cooperating with indigenous radical Islamist groups. Indonesia and the southern Philippines have been
    particularly vulnerable to penetration by anti-American Islamic terrorist groups. Members of one indigenous
    network, Jemaah Islamiyah (JI), which has had extensive ties to Al Qaeda, are known to have helped two of the
    September 11, 2001 hijackers and have confessed to plotting and carrying out attacks against Western targets.
    These include the deadliest terrorist attack since September 2001: the October 12, 2002 bombing in Bali,
    Indonesia, that killed approximately 200 people, mostly Westerners. Since the Bali bombing in 2002, which JI is
    suspected of carrying out, crackdowns by various governments in the region — encouraged and in some cases
    supported by the U.S. government and military — are believed to have severely weakened the organization,
    particularly in its ability and willingness to carry out attacks against Western targets. JI and its cells, however,
    have not been eradicated and continue to operate. http://www.fas.org/sgp/crs/terror/RL34194.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission des questions politiques. Rapport. La notion
    de guerre préventive et ses conséquences pour les relations internationales. Doc. 11293. 8 juin 2007. Les
    Etats membres et les Etats observateurs du Conseil de l‘Europe devraient rejeter le recours unilatéral à la
    guerre préventive car il est contraire au droit international, comporte des risques considérables pour le maintien
    de la paix et de la sécurité internationales et porte atteinte à la pertinence, à la crédibilité et à la légitimité du
    Conseil de sécurité de l‘ONU dans ce domaine. D‘autre part, le risque de recours unilatéral à la guerre
    préventive montre bien l‘urgence de trouver un accord sur la réforme du Conseil de sécurité de l‘ONU afin de
    rétablir son rôle légitime et irremplaçable de décision en ce qui concerne les actions à entreprendre pour faire
    face rapidement et efficacement aux menaces pour la paix et la sécurité. De la même manière, la réforme des
    Nations Unies devrait permettre au Conseil de Sécurité d‘agir plus rapidement et plus efficacement pour
    prévenir ou arrêter des violations graves des droits de l‘homme, un génocide ou un nettoyage ethnique quand
    un Etat ne peut ou ne veut pas protéger sa propre population. Dans ce contexte, l‘Assemblée souscrit
    pleinement           au           principe         de          la       responsabilité          de           protéger.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11293.htm
                                                                                                                       10




                                          2.6. DERECHO CIVIL


.   FRANCIA. Sénat. Commission des lois. Vers un état civil moderne et respectueux de la dignité des
    citoyens. Rapport d'information de MM. Christian Cointat, Richard Yung et Yves Detraigne, n° 469 (2006-
    2007) - 26 septembre 2007. L'état civil enregistre et consigne les attributs de la personne (prénoms, nom,
    filiation, sexe) et fait quotidiennement la preuve de son statut civil (mariage, divorce, pacte civil de solidarité...)
    ainsi que de sa capacité juridique à l'occasion de démarches administratives, sociales, commerciales ou de
    relations privées. Sa fiabilité et son accessibilité s'avèrent donc essentielles. Les services qui en ont la charge
    sont confrontés à une double exigence : prévenir la fraude, dont plusieurs rapports sénatoriaux ont récemment
    souligné l'importance grandissante, tout en délivrant rapidement aux usagers les documents dont ils ont besoin.
    Des règles et une organisation particulières ont été définies pour les Français nés, ayant vécu ou résidant
    encore à l'étranger. Les actes de l'état civil concernant des événements survenus à l'étranger peuvent ainsi être
    établis tant par les agents diplomatiques ou consulaires français que par les autorités locales étrangères. La
    conservation, la mise à jour et l'exploitation des actes français sont assurées non seulement par les consulats
    et ambassades mais également par un service central d'état civil, installé à Nantes et placé sous l'autorité du
    ministre des affaires étrangères. Le contrôle de la régularité de ces actes est exercé par le tribunal de grande
    instance de Nantes. Enfin, le tribunal d'instance du 1er arrondissement de Paris est chargé de délivrer des
    certificats de nationalité aux Français nés et résidant à l'étranger. Ces règles et cette organisation ont
    néanmoins fait l'objet de critiques, portant tant sur les délais de délivrance des copies ou extraits d'actes de
    l'état civil et des certificats de nationalité que sur le développement de la fraude documentaire. Aussi ont-elles
    ont connu plusieurs réformes importantes au cours des dernières années. Ayant constaté que l'état civil des
    Français de l'étranger était bien tenu et rigoureusement contrôlé mais que les conditions de délivrance des
    certificats de nationalité n'étaient pas satisfaisantes, la mission d'information de la commission des lois du
    Sénat formule 23 recommandations pour simplifier les démarches des usagers tout en améliorant la lutte contre
    la fraude documentaire. http://www.senat.fr/rap/r06-469/r06-469.html


                                         2.7. DERECHO PENAL


.   FRANCIA. Sénat. La prescription de l'action publique en matière de viol. Étude de législation comparée, n°
    178 - 1 octobre 2007. Ce document porte sur neuf pays européens : l'Allemagne, l'Angleterre et le pays de
    Galles, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne et la Suisse. Pour chacun de ces
    pays, il analyse la durée et le point de départ du délai de prescription de l'action publique pour le viol, en traitant
    séparément le cas des jeunes qui n'ont pas atteint l'âge de la majorité sexuelle. Cet examen montre que les
    règles françaises sont plus protectrices des jeunes que celles de la plupart des autres pays. En revanche,
    lorsque la victime est plus âgée, les autres pays européens prévoient généralement un délai de prescription
    plus long que la France. http://www.senat.fr/lc/lc178/lc178.html

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress September 7, 2007. The Death Penalty: Capital Punishment
    Legislation in the 110th Congress. Order Code RL34163. Most capital offenses are state crimes. In 1994,
    however, Congress revived the death penalty as a federal sentencing option. More than a few federal statutes
    now proscribe offenses punishable by death. A number of bills have been offered during the 110th Congress to
    modify federal law in the area. One, S. 447 (Sen. Feingold), would abolish the federal death penalty. Others
    would increase the number of capital offenses to include one or more newly created offenses or existing non-
    capital offenses newly designated as capital offenses, e.g., H.R. 855 (Rep. Lungren), H.R. 880 (Rep. Forbes),
    H.R. 1118 (Rep. Keller), H.R. 1645 (Rep. Gutierrez), H.R. 2376 (Rep. Franks), H.R. 3147 (Rep. Wilson), H.R.
    3150 (Rep. Keller), H.R. 3156 (Rep. Lamar Smith), S. 330 (Sen. Isakson), S. 607 (Sen. Vitter), S. 1320 (Sen.
    Kyl), S. 1348 (Sen. Reid), and S. 1860 (Sen. Cornyn). Numbered among the new capital offenses and newly
    designated capital offenses are murder related to street gang offenses or Travel Act violations, murder
    committed during and in relation to drug trafficking, murder committed in the course of evading border
    inspection, murder of disaster assistance workers, and various terrorism-related murders. A third category of
    proposals would adjust in one way or another the procedures used to try and sentence capital defendants,
    including those relating to where a capital offense may be tried, the appointment of counsel in capital cases, the
    pre-trial notification which the parties must exchange in capital cases, the procedures that apply when the
    defendant claims to be mentally retarded, adjustments in the statutory aggravating and mitigating
    circumstances, jury matters, and the site of federal executions. Among the bills offering one or more of these
    proposals are: H.R. 851 (Rep. Gohmert), H.R. 880 (Rep. Forbes), H.R. 1645 (Rep. Gutierrez), H.R. 1914 (Rep.
    Carter), H.R. 3150 (Rep. Keller), H.R. 3153 (Rep. Gerlach), H.R. 3156 (Rep. Lamar Smith), S. 1320 (Sen. Kyl),
    and S. 1860 (Sen. Cornyn). http://fpc.state.gov/documents/organization/92956.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission des questions juridiques et des droits de
    l’homme. Rapport. Vers une dépénalisation de la diffamation. Doc. 11305. 25 juin 2007. La liberté
    d‘expression, garantie par l‘article 10 de la Convention européenne des Droits de l‘Homme, tel qu‘interprété par
    la Cour européenne des Droits de l‘Homme, est une des pierres angulaires de toute démocratie, dont elle
                                                                                                                     11



    garantit la vitalité. Or, si les législations anti-diffamation peuvent poursuivre des buts légitimes, les sanctions
    pénales peuvent être porteuses d‘un « chilling effect » (effet dissuasif) et restreindre le débat libre. Un recours
    abusif à ces législations - qu‘elles relèvent du droit pénal ou du droit civil – fait peser une « épée de Damoclès »
    sur toute personne souhaitant faire usage de sa liberté d‘expression ; et en particulier sur les médias. In fine,
    c‘est la société toute entière qui pâtit des pressions qui peuvent être exercées sur les journalistes. C‘est la
    raison pour laquelle l‘Assemblée a jugé nécessaire de mener une réflexion à ce sujet. La Commission des
    questions juridiques et des droits de l'homme l'invite à prendre une position claire en faveur de l‘abolition pure et
    simple des peines de prison pour diffamation et contre l‘usage immodéré des dommages et intérêts. Le Comité
    des Ministres est également invité à demander à tous les Etats membres de réviser leurs législations anti-
    diffamation ; à préparer une recommandation en vue d‘éradiquer l‘usage abusif des poursuites pénales ; et à
    réviser sa recommandation (97) 20 sur le discours de haine en prenant en compte les nouvelles évolutions de
    la       jurisprudence         de       la      Cour        européenne        des        Droits     de      l‘Homme.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11305.htm

.   REINO UNIDO. House of Commons Library. The Criminal Justice and immigration Bill [Bill 130 of 2006-07]
    Research Paper 07/65. 9 August 2007. This Bill is due to be debated on second reading in the House of
    Commons on 8 October 2007. It is a very wide-ranging Bill, drawing together a large number of disparate and
    sometimes controversial policy issues. It includes measures on youth justice, sentencing and the release and
    recalls of prisoners. Provisions on criminal appeals, allowing non-legal staff to prosecute in magistrates‘ courts
    and restricting the compensation payable for miscarriages of justice have provoked some controversy. The Bill
    also covers aspects of pornography and prostitution, offences relating to nuclear material and facilities, data
    protection penalties and international cooperation in criminal matters. Further parts of the Bill introduce a new
    ‗violent offender order‘, more measures against anti-social behaviour and changes to the police disciplinary
    procedures. Finally the Bill creates a new restricted immigration status for foreign criminals who cannot be
    removed from the UK. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/rp2007/rp07-065.pdf


                      2.8. ECONOMÍA, SECTORES PRODUCTIVOS, ENERGÍA


.   FAO. Noticia. 7 noviembre 2007. La FAO prevé que los precios de los cereales permanezcan altos.
    Condiciones meteorológicas desfavorables, reservas escasas y descenso del suministro entre las causas. Está
    previsto que los precios mundiales de los cereales permanezcan altos el año próximo debido a los problemas
    de producción en varios de los principales países exportadores y al bajo nivel de las reservas a nivel mundial,
    según advierte el último informe Perspectivas Alimentarias hecho público hoy en Londres por la Organización
    de las Naciones Unidas para la Agricultura y la Alimentación (FAO). La FAO calcula que muchos países
    pagarán más por importar cereales de los mercados mundiales de lo que hicieron en años anteriores, incluso
    aunque importen menos. Los precios récord del transporte y los altos precios de las exportaciones son las
    causas principales del incremento de la factura de las importaciones. El último análisis de la FAO sugiere que
    los precios internacionales de los cereales están alimentando la inflación de los productos alimentarios a nivel
    doméstico en muchas partes del mundo. http://www.fao.org/newsroom/es/news/2007/1000697/index.html Food
    Outlook. Global Market Analisys http://www.fao.org/docrep/010/ah876e/ah876e00.htm

.   CENTRO CONJUNTO OCDE/CMTE DE INVESTIGACION PARA EL TRANSPORTE. Biofuels:            Linking
    Support to Performance.         Round Table, 7-8 June 2007, Paris. Summary and Conclusions
    http://www.cemt.org/JTRC/EconomicResearch/RoundTables/RTbiofuelsSummary.pdf Communiqué de
    presse http://www.cemt.org/events/PressReleases/2007Biofuelsfr.pdf

.   FRANCIA. Centre d'analyse stratégique. Les perspectives énergétiques de la France à l’horizon 2020-2050
    Rapport de synthèse. Jean Syrota. Octobre 2007. Le Premier ministre a demandé le 12 mai 2006 au Centre
    d'analyse stratégique de réunir une commission de haut niveau en vue de « dégager les principales orientations
    opérationnelles et préconisations de politique publique en matière de maîtrise de la demande énergétique, de
    transports et d'aménagement, d'offre d'énergies et de régulation du marché énergétique ». Les travaux de la
    commission présidée par Jean Syrota se sont déroulés jusqu'à l'automne 2007 et ont abouti à la présentation
    du présent rapport de synthèse ainsi que des rapports thématiques issus des groupes de travail : Rapport du
    groupe 1 « Enseignements du passé » (Président : Michèle Pappalardo); Rapport du groupe 2 « Perspectives
    offre/demande mondiales » (Président : Olivier Appert) ; Rapport du groupe 3 « Évolutions technologiques »
    (Président : Alain Bugat) ; Rapport du groupe 4 « Orientations européennes » (Président : André Merlin) ;
    Rapport du groupe 5 « Scénarios énergétiques » (Président : Thierry Chambolle ).
    http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=675

.   FAO. Noticia. 28 septiembre 2007. Plataforma interactiva en Internet en apoyo de la agricultura y el
    desarrollo rural. El apoyo que las Tecnologías de la Información y la Comunicación (TIC) ofrecen a la
    agricultura y el desarrollo rural centra una nueva plataforma interactiva en Internet lanzada hoy por la
    Organización para la Agricultura y la Alimentación de las Naciones Unidas (FAO). La plataforma en línea
    www.e-agriculture.org, permitirá a los usuarios intercambiar opiniones, experiencias, buenas prácticas y
    recursos relacionados con la e-Agricultura (denominada también ciberagricultura, ndr), y garantizará que los
                                                                                                                    12



    conocimientos     se    pueden   compartir   y    utilizar  con            eficacia   en     todo     el    mundo.
    http://www.fao.org/newsroom/es/news/2007/1000668/index.html

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress September 6, 2007. Renewable Energy: Background and
    Issues for the 110th Congreso. Order Code RL34162. Renewable energy can be used to produce liquid fuels
    and electricity. A variety of funding, tax incentives, and regulatory policies have been enacted to support
    renewables as a means for addressing concerns about energy security, air pollution, international
    competitiveness, and climate change. This report reviews the background for renewables and describes the
    current congressional debate. Budget and funding issues are key concerns. The Energy Policy Act of 2005
    authorized several new renewable energy demonstration and deployment programs, but most of them have not
    been funded. Both the House-passed (H.R. 2641) and Senate Appropriations Committee-approved (S. 1751)
    energy and water development appropriations bills for FY2008 would provide a major increase over the
    Administration‘s request for the Department of Energy‘s renewable energy program. The Administration has
    indicated that it intends to veto the appropriations bills due to the increases and the lack of funding for the Asia
    Pacific Partnership. http://fpc.state.gov/documents/organization/92953.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 21, 2007. Biofuels Provisions in H.R. 3221 and H.R.
    6: A Side-by-Side Comparison. Order Code RL34136. This report provides a side-by-side comparison of
    biofuels-related provisions in the House- and Senate-passed energy bills, H.R. 3221 and H.R. 6, respectively.
    H.R. 3221 (the New Direction for Energy Independence, National Security, and Consumer Protection Act and
    the Renewable Energy and Energy Conservation Tax Act of 2007) was approved by the House on August 4,
    2007. The Senate approved its version of H.R. 6 (the Renewable Fuels, Consumer Protection, and Energy
    Efficiency Act of 2007) on June 21, 2007. Both bills cover a wide range of energy topics with extensive attention
    to biofuels, including ethanol and biodiesel. Key biofuels-related provisions of the two bills include: a major
    expansion of the renewable fuel standard (RFS) established in the Energy Policy Act of 2005 (P.L. 109-58)
    [Senate bill]; expansion and/or modification of tax credits for alternative fuel refueling infrastructure and for
    ethanol, and renewable diesel fuels [House bill]; grants and loan guarantees for biofuels research, development,
    deployment, and production [both bills]; studies of the potential for ethanol pipeline transportation, expanded
    biofuel use, market and environmental impacts of increased biofuel use, and the effects of biodiesel on engines
    [both bills]; and reauthorization of biofuels R&D at the U.S. Departments of Energy and Agriculture [both bills].
    http://fpc.state.gov/documents/organization/92963.pdf

.   ORGANIZACION DE COOPERACION Y DESARROLLO ECONOMICO (OCDE). Etude économique de
    l'Union Européenne 2007. 20 septembre 2007. L‘économie de l‘Union européenne connaît actuellement une
    forte reprise conjoncturelle. L‘emploi a progressé et le taux de croissance durable semble avoir cessé de
    baisser. Les réformes commencent à porter leurs fruits, notamment dans les pays où elles ont été engagées
    plus tôt. Cela étant, on observe un écart de PIB par habitant important vis à vis des pays de l‘OCDE les plus
    performants, et cet écart s‘est creusé au cours de la dernière décennie. En outre, la croissance et la situation de
    l‘emploi sont très variables au sein même de l‘Union. Les pays qui accusent un retard doivent prendre exemple
    sur les plus performants. La nouvelle version de la Stratégie de Lisbonne pour la croissance et l‘emploi
    détermine l‘orientation générale des efforts entrepris pour maintenir le rythme des réformes, en tirant parti des
    circonstances économiques favorables et en assurant les conditions d‘une croissance plus soutenue.L‘Europe
    est confrontée à un certain nombre de défis liés au changement technologique, à la mondialisation et au
    vieillissement démographique. La mondialisation ouvre de nouvelles possibilités aux économies adaptables
    mais pénalise celles qui sont rigides, tandis que le vieillissement des populations va lourdement peser sur les
    systèmes de protection sociale. L‘Union peut de diverses manières se préparer à relever ces défis.
    http://www.oecd.org/document/8/0,3343,fr_2649_201185_38958856_1_1_1_1,00.html                             Résumé
    http://www.oecd.org/document/0/0,3343,fr_2649_201185_39020352_1_1_1_1,00.html

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 21, 2007. The Role of National Oil Companies in the
    International Oil Market. Order Code RL34137. In the United States, the term ―big oil companies‖ is likely to be
    taken to mean the major private international oil companies, largely based in Europe or America. However,
    while some of those companies are indeed among the largest in the world, by many important measures, a
    majority of the largest oil companies are state-owned, national oil companies. By conventional definitions,
    national oil companies hold the majority of petroleum reserves and produce the majority of the world‘s supply of
    crude oil. Since national oil companies generally hold exclusive rights to exploration and development of
    petroleum resources within the home country, they also can decide on the degree to which they require
    participation by private companies in those activities. The national oil companies typically do not operate strictly
    on the basis of market principles. Because of their close ties to the national government, in many cases their
    objectives might include wealth re-distribution, jobs creation, general economic development, economic and
    energy security, and vertical integration. Although these objectives might be desirable from the point of view of
    the nation‘s government, they are unlikely to be equivalent to the maximization of shareholder value, the stated
    objective of the private international oil companies. Differing objectives might be considered to be important only
    if they lead to different characteristics and outcomes, which is the case for the national oil companies. Many of
    these companies have been found to be inefficient, with relatively low investment rates. They tend to exploit oil
    reserves for short-term gain, possibly damaging oil fields, reducing the longer term production potential. Some
    also have limited access to international capital markets because of poor business practices and a lack of
                                                                                                                       13



    transparency in their business deals. High oil prices since late 2003 have masked the effect of some of these
    characteristics in the flow of oil revenues. However, if the price of oil moderates, the potential supply constraint
    related to the inefficient operations of the national oil companies may be a destabilizing factor in the world oil
    market. http://www.fas.org/sgp/crs/misc/RL34137.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Rapport d’Information fait au nom de la commission des Affaires économiques sur la réforme
    de l’Organisation commune de marché vitivinicole. N° 348, Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 juin
    2007. Par M. Gérard César. http://www.senat.fr/rap/r06-348/r06-348.html


                               2.9. EDUCACIÓN, CULTURA, DEPORTE


.   REINO UNIDO. House of Lords. Science & Technology Select Comité. Science Teaching in Schools Follow-
    up. Report with EvidenceThe Government Response to the Committee's report. Ordered to be printed 24 July
    2007                 and               published                 5              November           2007
    http://www.publications.parliament.uk/pa/ld200607/ldselect/ldsctech/167/167.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Commission des affaires culturelles. Rapport d'information de M. Jacques Valade. La galaxie
    Gutenberg face au « big bang » du numérique. N° 468 (2006-2007), 26 septembre 2007. Après avoir
    bouleversé l'économie de la musique et du cinéma, la révolution numérique a commencé de modifier les
    conditions de la diffusion du livre et de l'écrit. Pendant six mois - entre janvier et juillet 2007 - la commission des
    affaires culturelles a rencontré quelques-uns des principaux acteurs de la filière du livre - écrivains, éditeurs,
    bibliothécaires, libraires - pour recueillir leur diagnostic sur les forces et les faiblesses d'un secteur crucial pour
    la culture, face aux mutations en cours. Dans un rapport qui résume la teneur de ces entretiens, elle s'attache à
    formuler un certain nombre de propositions pour valoriser les atouts de la « chaîne du livre » et compenser ses
    fragilités. http://www.senat.fr/noticerap/2006/r06-468-notice.html

.   UNESCO. Noticia. 11 octubre 2007. El gasto mundial en educación se concentra en un número reducido
    de países. En el Compendio Mundial de la Educación 2007 se presentan las últimas estadísticas de educación
    correspondientes a más de 200 países, desde la enseñanza primaria hasta la superior. La edición del presente
    año se centra en la financiación de los sistemas educativos y proporciona una serie de indicadores que
    permiten comparar la composición del gasto en educación no sólo entre los diferentes países, sino también
    entre los distintos niveles de enseñanza. El gasto público en educación de los países del África Subsahariana
    solamente representa 2,4% de los recursos públicos mundiales dedicados a los sistemas educativos. Sin
    embargo, el Compendio muestra que en esos países vive 15% aproximadamente de la población mundial en
    edad escolar. En cambio, en los Estados Unidos, un país donde vive apenas 4% del total de los niños y
    jóvenes del mundo, el presupuesto dedicado al sector de la educación representa 28% del gasto mundial en
    este sector. Este elevado porcentaje se debe al gran número de alumnos que cursan estudios universitarios en
    este país y al costo relativamente elevado de dichos estudios. http://portal.unesco.org/es/ev.php-
    URL_ID=40049&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html Global Education Digest 2007 Comparing
    Education Statistics Across the World http://www.uis.unesco.org/template/pdf/ged/2007/EN_web2.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Comité des Ministres. Recommandation CM/Rec(2007)13 aux Etats membres
    relative à l’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’éducation, adoptée par
    le Comité des Ministres le 10 octobre 2007, lors de la 1006e réunion des Délégués des Ministres. Le Comité
    propose la création de mécanismes, dans tout le système éducatif, pour promouvoir, mettre en œuvre, suivre et
    évaluer l'approche intégrée de l'égalité entre les femmes et les hommes dans tous les aspects de l'école, à
    savoir les structures, les rôles des membres du personnel, le programme formel, l'établissement de l'emploi du
    temps, les manuels et matériels, les activités extrascolaires, les pratiques en classe, l'utilisation des budgets,
    les résultats d'examen, les pratiques d'orientation professionnelle, l'utilisation de l'espace scolaire. Dans un
    premier temps, le Comité des Ministres recommande que chaque Etat réexamine sa législation et ses pratiques
    afin de mettre en oeuvre les stratégies et les mesures recommandées. Il recommande aussi aux Etats
    membres de suivre et d'évaluer les progrès accomplis pour s'assurer qu'une perspective soucieuse d'égalité
    entre les femmes et les hommes soit incorporée à tous les niveaux et stades de l'organisation, de l'amélioration,
    de l'élaboration et de l'évaluation de l'ensemble des politiques d'éducation, et de présenter au Comité des
    Ministres les rapports sur les mesures prises et les progrès réalisés dans ce domaine par chaque pays. Le
    Comité croit comprendre qu' " en dépit d'une sensibilisation accrue aux inégalités entre les femmes et les
    hommes, et des efforts que déploient les gouvernements, notamment en matière législative, pour assurer
    l'égalité entre les femmes et les hommes, les changements envisagés ne se sont pas produits dans la mesure
    escomptée. A l'école, les programmes formels et informels continuent de transmettre principalement les
    connaissances, les savoirs, les valeurs et les expériences des hommes ". Les Ministres déclarent que le
    principe de l'égalité entre les femmes et les hommes doit être consacré par la législation relative à l'éducation,
    comme principe fondamental de la citoyenneté démocratique qui doit être au cœur des politiques et
    programmes éducatifs. De l'avis des Ministres, l'école pourra être un instrument de changement positif, elle
    occupe une position sans équivalent dans la société et joue un rôle fondamental dans la promotion de l'égalité
    des femmes et des hommes en sensibilisant le public, en élargissant les horizons, en contrant la désinformation
                                                                                                                    14



    et         en         proposant      de       nouveaux        modèles       de         comportements
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?Ref=CM/Rec(2007)13&Language=lanFrench&Ver=original&Site=CM&BackCol
    orInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB55&BackColorLogged=FFAC75

.   CONSEJO DE EUROPA. Congrès des pouvoirs locaux et régionaux. Symposium "Patrimoine et modernité",
    4 - 5 octobre 2007, Innsbruck (Autriche). Les villes historiques sont aujourd'hui exposées à une lourde pression
    résultant d'innombrables besoins en mobilité, économie, logement, sociétés de services et autres
    développements. Toutes ces contraintes font de la protection du patrimoine urbain un défi complexe pour les
    pouvoirs locaux. http://www.coe.int/t/congress/11-dossiers/20071005-innsbruck/default_FR.asp? Innsbruck
    Declaration
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1192267&Site=Congress&BackColorInternet=e0cee1&BackColorIntranet=e
    0cee1&BackColorLogged=FFC679

.   FRANCIA. Sénat. Commission des affaires culturelles et de la mission d'information. Diversité sociale dans
    les classes préparatoires aux grandes écoles : mettre fin à une forme de « délit d'initié ». Rapport
    d'information de M. Yannick Bodin, n° 441 (2006-2007).12 septembre 2007 Alors que la question de la «
    reproduction des élites » est présente dans le débat public, la commission des Affaires culturelles a souhaité
    s'interroger sur les résultats ambigus de l'incontestable démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur.
    A la suite du dépôt d'une proposition de loi de M. Yannick Bodin, elle a créé en son sein une mission
    d'information, qui a ciblé son champ d'investigation sur la diversité sociale et l'égalité des chances dans l'accès
    aux classes préparatoires et aux grandes écoles. En effet, si cette filière, qui repose sur une sélection explicite
    après le baccalauréatet sur le concours, n'a pas le monopole de la formation des élites de notre pays, du moins
    y contribue-t-elle en grande partie. Or, le constat est aujourd'hui partagé : à leur origine « fer de lance » du
    recrutement méritocratique des cadres de la Nation, les grandes écoles et les classes préparatoires - qui sont la
    « voie royale » pour y accéder - souffriraient d'une certaine forme de « consanguinité ». Les statistiques
    confirment la persistance d'inégalités sociales et territoriales dans l'accès à ces filières, ce qui nous interroge,
    bien en amont, sur la capacité de notre système éducatif à faire fonctionner l' « ascenseur social » afin de
    promouvoir les meilleurs élèves parmi les jeunes les moins favorisés. Au-delà, ce diagnostic interpelle notre
    société. Alors qu'il a suscité, ces dernières années, un « fleurissement » d'initiatives en faveur de l'égalité des
    chances, notamment de la part des grandes écoles elles-mêmes, soucieuses d'élargir leur vivierde recrutement,
    il doit également conduire nos pouvoirs publics à se saisir de cette «urgence démocratique » par la mise en
    œuvre de mesures appropriées. En ce sens,le présent rapport dresse un état des lieux de la situation et formule
    des recommandations pragmatiques, destinées à mieux valoriser le potentiel de chacun de nos jeunes, en
    mettant fin à ce qui s'apparente, par certains aspects, à une forme de « délit d'initié ».
    http://www.senat.fr/noticerap/2006/r06-441-notice.html

.   ORGANIZACION DE COOPERACION Y DESARROLLO ECONOMICO (OCDE). Regards sur l'éducation
    2007. 18 septembre 2007. Regards sur l‘éducation, synthèse annuelle des données et analyses de l‘OCDE
    dans le domaine de l‘éducation, présente une imposante batterie d‘indicateurs, actualisés et comparables, sur
    les systèmes éducatifs dans les 30 pays membres de l‘OCDE et un certain nombre d‘économies partenaires.
    Parmi les domaines couverts figurent principalement: La participation à l‘éducation et les résultats de
    l‘enseignement ; les dépenses publiques et privées pour l‘éducation ; le bilan de la formation tout au long de la
    vie ; les conditions de travail des élèves et des enseignants. Dans l‘édition de 2007, on examine les effets du
    développement de l‘enseignement supérieur sur les marchés du travail. Les taux de diplômés du supérieur ont
    sensiblement progressé dans les pays de l‘OCDE ces dernières décennies ; toutefois, l‘offre croissante de
    travailleurs très instruits a-t-elle coïncidé avec la création d‘emplois à forte rémunération ? Ou bien les diplômés
    de l‘université seront-ils un jour tous rémunérés au salaire minimum ? À partir de données et indicateurs récents
    se prêtant à des comparaisons entre les pays de l‘OCDE, l‘édition 2007 de Regards sur l‘éducation constate
    que le développement de l‘enseignement supérieur a exercé un impact positif sur les personnes et les
    économies nationales et que jusqu‘à présent, rien ne signale une « inflation » de la valeur des titres et
    diplômes. http://www.oecd.org/document/43/0,3343,fr_2649_39263294_39251563_1_1_1_1,00.html#nouveau
    Note de présentation. Espagne http://www.oecd.org/dataoecd/22/31/39317551.pdf Resumen (en español)
    http://www.oecd.org/dataoecd/21/35/39316684.pdf

.   UNESCO. Instituto de Estadística. 18 septiembre 2007. La Educación Cuenta. Comparando el progreso en
    19 países del programa WEI. El informe, cuyos países de referencia se encuentran cercanos a lograr la
    universalización de la educación primaria, también incluye comparaciones con los países miembros de la
    Organización para la Cooperación y el Desarrollo Económico (OCDE) y 12 países adicionales, enfocándose
    principalmente en la evaluación de la calidad de la educación y el acceso a los niveles superiores de
    enseñanza. Entre las conclusiones más importantes, el estudio revela que en 2005 la cantidad de estudiantes
    que ingresaron y se graduaron en instituciones universitarias de los 19 países WEI fue mayor que en el
    conjunto de los 30 Estados Miembros de la OCDE. Así, de acuerdo con datos estadísticos difundidos por
    primera vez, China tiene la mayor cantidad de graduados en terciaria en el mundo -2,4 millones. Esto es más
    que la combinación de los tres países OCDE con mayor número de graduados: Estados Unidos, Japón y
    Francia. El crecimiento de la educación terciaria también ha representado un costo elevado para los países
    WEI que tienden a gastar más por estudiante en educación terciaria que los países de la OCDE en relación a la
    renta nacional: 53% del Producto Interno Bruto (PIB) per capita en promedio, comparado con el 40%,
                                                                                                                  15



    respectivamente. A pesar de que la mayoría de los países del mundo no esté en condiciones de proveer
    información sobre gasto privado en educación para ningún nivel educativo, el informe indica una clara
    dependencia de las contribuciones de los hogares y del sector privado en los países WEI. En los siete casos
    para los que hay información disponible, el financiamiento privado representa 46% del gasto total en educación,
    casi dos veces el promedio OCDE (24%). Estos porcentajes varían del 84% en Chile y 56% en Indonesia, a
    26,5% en Argentina. La publicación también revela que a pesar de la notable expansión de la educación
    terciaria y sus costos asociados, la mitad de los países WEI no han sido capaces de cumplir con sus propios
    estándares con relación a la duración de la educación obligatoria. La mayoría de ellos alcanzan a cubrir entre
    siete y nueve años de educación en forma universal, comparado con por lo menos 11 años en los países de la
    OCDE. La remuneración del personal docente es otro indicador utilizado por el informe para comparar los
    recursos invertidos. Mientras que los profesores de los países de la OCDE ganan más en términos absolutos,
    los países WEI pagan más a sus docentes con relación con el PIB per capita. Con respecto al número de
    estudiantes por clase, este dato varía considerablemente en los países WEI, de 42 alumnos en la educación
    primaria en Egipto y Jamaica, comparado con solamente 16 en la Federación de Rusia. En total, la publicación
    presenta información de 63 países con distintos niveles de desarrollo que representan el 71% de la población
    mundial y producen el 90% del Producto Interno Bruto global (PIB). El propósito del programa WEI es
    establecer una perspectiva comparada sobre temas centrales de políticas educativas a partir de la cual
    impulsar cambios en los sistemas educativos de un grupo amplio de países. Resumen (en español)
    http://www.uis.unesco.org/template/pdf/wei/2007/WEIfactsheet_SP.pdf            Texto        (en         ingles)
    http://www.uis.unesco.org/template/pdf/wei/2007/WEI2007report.pdf

.   PORTUGAL. Plano Tecnológico da Educação. 23-7-2007. O Primeiro-Ministro apresentou as linhas do
    projecto a «escola do futuro» do Plano Tecnológico da Educação, um investimento superior a 400 milhões de
    euros que pretende colocar Portugal entre os cinco países europeus mais avançados na modernização
    tecnológica dos estabelecimentos de ensino, em Lisboa. O lançamento deste Plano mostra «a prioridade» do
    Governo, que é possível devido à garantia de 37% dos fundos comunitários serem destinados à Educação,
    Formação e Ciência. José Sócrates afirmou que «queremos que a escola eduque para o futuro e não para o
    passado e que não fique para trás no processo de modernização do país». O PM sublinhou que este «não é
    um programa piloto», e que «queremos investir na Educação e que esta tenha ao seu dispor todas as
    ferramentas que uma sociedade moderna pode disponibilizar», acrescentando que «as coisas estão a mudar
    na                     Educação                     e                    para                    melhor».
    http://www.portugal.gov.pt/Portal/PT/Governos/Governos_Constitucionais/GC17/Ministerios/ME/Comunicacao/
    Programas_e_Dossiers/20070723_ME_Prog_PTecnologico_Educacao.htm


                                            2.10. INTERNACIONAL


.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress November 6, 2007. Pakistan’s Political Crisis and State of
    Emergency. Order Code RL 34240. On November 3, 2007, Pakistani President General Pervez Musharraf
    suspended the country‘s constitution and assumed emergency powers in his role as both president and army
    chief. The move came just over eight years after Musharraf overthrew the elected government in a bloodless
    1999 military coup. It followed months of political crisis in the capital city of Islamabad, along with sharply
    deteriorating security circumstances across the country. Musharraf has sought to justify this ―second coup‖ as
    being necessary to save Pakistan from Islamist extremism and from a political paralysis he blamed largely on
    the country‘s Supreme Court. The United States, which had exerted diplomatic pressure on Musharraf to refrain
    from imposing a state of emergency, views Pakistan as a vital ally in global and regional counterterrorism
    efforts, and it has provided considerable foreign assistance to Pakistan since 2001, in part with the goal of
    facilitating a transition to democracy in Islamabad. In light of undemocratic developments that constitute a major
    setback for U.S. policy toward Pakistan, U.S. officials are reevaluating their approach.
    http://www.fas.org/sgp/crs/row/RL34240.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Rapport de la Présidence serbe du Comité des Ministres à l’Assemblée
    parlementaire (juillet 2007 – septembre 2007). Communication sur les activités du Comité des Ministres.
    CM/AS(2007)7                           1er                        octobre                        2007.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?Ref=CM/AS(2007)7&Language=lanFrench&Ver=original&BackColorInternet=9
    999CC&BackColorIntranet=FFBB55&BackColorLogged=FFAC75

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 16, 2007. Mexico's Drug Cartels. Order Code RL34215.
    Mexico, a major drug producing and transit country, is the main foreign supplier of marijuana and a major
    supplier of methamphetamine to the United States. Although Mexico accounts for only a small share of
    worldwide heroin production, it supplies a large share of heroin consumed in the United States. An estimated
    90% of cocaine entering the United States transits Mexico. Violence in the border region has affected U.S.
    citizens. More than 60 Americans have been kidnaped in Nuevo Laredo, and in July 2007, Mexican drug cartels
    reportedly threatened to kill a U.S. journalist covering drug violence in the border region. The United States and
    Mexico are reportedly negotiating a new counternarcotics initiative. This report provides an overview of:
    Mexican cartels and their operations, including the nature of cartel ties to gangs such as the Mara Salvatrucha;
                                                                                                                  16



    Mexican cartel drug production in the United States; and the presence of Mexican cartel cells in the United
    States. Mexican cartels allegedly have used their vast financial resources to corrupt Mexican public officials who
    either turn a blind eye to cartel activities or work directly for them. Since 2005, the Mexican government has
    made numerous efforts to purge corrupt police. In December 2006, President Felipe Calderón launched
    operations against the cartels in 9 of Mexico's 32 states. He has pledged to use extradition as a tool against
    drug traffickers, and sent 64 criminals to the United States as of August 2007, including the alleged head of the
    Gulf Cartel. http://www.fas.org/sgp/crs/row/RL34215.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 3, 2007. German Foreign and Security Policy: Trends
    and Transatlantic Implications. Order Code RL34199. German Chancellor Angela Merkel took office in
    November 2005 promising a foreign policy anchored in a revitalized transatlantic partnership. Most observers
    agree that since reaching a low-point in the lead-up to the Iraq war in 2003, relations between the United States
    and Germany have improved. With recent leadership changes in the United Kingdom and France, and a fragile
    coalition government in Italy, U.S. officials view Germany under Chancellor Merkel as a key U.S. ally in Europe.
    Despite continuing areas of divergence, President Bush and many Members of Congress have welcomed
    German leadership in Europe and have voiced expectations for increased U.S.-German cooperation on the
    international stage. German unification in 1990 and the end of the Cold War represented monumental shifts in
    the geopolitical realities that had traditionally defined German foreign policy. Germany was once again Europe‘s
    largest country, and the Soviet threat, which had served to unite West Germany with its pro-western neighbors
    and the United States, was no longer. Since the early 1990s, German leaders have been challenged to exercise
    a foreign policy grounded in a long-standing commitment to multilateralism and an aversion to military force
    while simultaneously seeking to assume the more proactive global role many argue is necessary to confront
    emerging security threats. Until 1994, Germany was constitutionally barred from deploying its armed forces
    abroad. Today, over 7,000 German troops are deployed in peacekeeping, stabilization, and reconstruction
    missions worldwide. As Germany‘s foreign and security policy continues to evolve, some experts perceive a
    widening gap between the global ambitions of Germany‘s political class, and an increasingly skeptical German
    public. http://fpc.state.gov/documents/organization/94155.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Quelle solution politique pour le Tibet ? Rapport de groupe interparlementaire d'amitié
    n° 77 (2007-2008) - 17 octobre 2007. Alors que la Chine s'apprête à accueillir les Jeux Olympiques de Pékin en
    2008, la question tibétaine demeure ouverte devant l'opinion publique planétaire, comme une tache sombre sur
    l'image que cette grande nation offre au reste du monde. Considérant que la position officielle des autorités
    chinoises mérite d'être entendue, une délégation du groupe d'information sur le Tibet du Sénat s'est rendue, à
    l'invitation de l'Assemblée nationale populaire de Chine, à Lhassa et à Pékin du 21 au 31 août 2006. Les
    entretiens tenus à cette occasion ont été courtois mais francs. Les données historiques et économiques de la
    question tibétaine sont l'objet d'une âpre controverse. Mais, par-delà l'opposition des points de vue, le dialogue
    entre les autorités chinoises et les représentants du Dalaï-Lama apparaît aujourd'hui comme la seule voie vers
    une solution politique. http://www.senat.fr/ga/ga77/ga77.html

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress September 21, 2007. International Monetary Fund (IMF): Financial
    Reform and the Possible Sale of IMF Gold Order Code RS22729. The International Monetary Fund faces
    unique set of challenges in the current economic environment. With the continuing growth in the emergin market
    economies, the demand for IMF assistance has shrunk dramatically. In order to prevent a future need for an
    IMF-bailout, many emerging market countries are accumulating vast amounts of foreign exchange reserves. In
    2006, IMF Managing Director Rodrigo de Rato created a panel of “eminent persons”to advise the IMF about
    reform of its income model, given the lower demand for IMF lending. The panel proposed the creation of an
    endowment that would be funded either with quota resources or through the sale of gold from the IMF reserves.
    This has raised questions among Members of Congress about the benefits of selling IMF gold and the
    presumed need for reform of the IMF’s income model. This report discusses these issues and will be updated
    as events warrant. http://fpc.state.gov/documents/organization/93480.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. 14 septembre 2007. Le Comité anti-torture du Conseil de l'Europe dénonce les
    détentions secrètes. Dans son 17e Rapport général publié aujourd'hui, le CPT1 dénonce les détentions
    secrètes, une pratique illégale à laquelle il a notamment été fait recours dans le contexte de la lutte contre le
    terrorisme. Une détention secrète s'apparente en soi à un mauvais traitement et - à cause de la suppression
    des garanties fondamentales que celle-ci implique - accroît inévitablement le risque de recours à d'autres
    formes de mauvais traitements. En réponse à des rapports selon lesquels certains locaux de détention secrets
    étaient situés dans des pays européens, le CPT invite toute personne en possession d'informations concernant
    de tels locaux à porter celles-ci à l'attention du Comité. Le CPT commente également la question connexe des
    transferts extrajudiciaires d'un pays à un autre, les soi-disant " restitutions ". Le Comité est particulièrement
    préoccupé par la pratique des restitutions à des fins de détention et d'interrogatoire en dehors du système
    judiciaire pénal normal. "Les opérations de ce type impliquent inévitablement un risque de mauvais traitements
    pour la personne concernée, risque que des " assurances " quelles qu'elles soient ne pourront jamais éliminer
    totalement ; il s'ensuit que les autorités des Parties (à la Convention européenne pour la Prévention de la
    Torture) ne devraient jamais proposer une assistance dans le contexte de telles opérations". Le Rapport
    général fournit des détails sur les 17 visites effectuées par le CPT durant les douze derniers mois. Le Comité
    attire l'attention sur les problèmes répandus de surpopulation pénitentiaire, de violence entre détenus et
                                                                                                                    17



    d'activités inadéquates pour les détenus. Le niveau de coopération dont le CPT a bénéficié de la part des
    autorités nationales est également souligné. A cet égard, le Rapport met en exergue que l'objectif du Comité est
    de susciter les changements nécessaires dans le but de renforcer la protection des personnes privées de liberté
    contre les mauvais traitements ; "Ce n'est que dans le cas où le dialogue entre le CPT et un Etat conduit à la
    réalisation de cet objectif que l'on peut parler de coopération efficace". http://www.cpt.coe.int/fr/annuel/rapp-
    17.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 23, 2007. P.L. 110-55, the Protect America Act of
    2007: Modifications to the Foreign Intelligence Surveillance Act. Order Code RL34143. The Foreign
    Intelligence Surveillance Act of 1978 was enacted in response both to the Committee to Study Government
    Operations with Respect to Intelligence Activities (Church Committee) revelations with regard to past abuses of
    electronic surveillance for national security purposes and to the somewhat uncertain state of the law on the
    subject. In creating a statutory framework for the use of electronic surveillance to obtain foreign intelligence
    information, the Congress sought to strike a balance between national security interests and civil liberties.
    Critical to an understanding of the FISA structure are its definitions of terms such as ―electronic surveillance‖
    and ―foreign intelligence information.‖ P.L. 110-55 limits the construction of the term ―electronic surveillance‖ so
    that it does not cover surveillance directed at a person reasonably believed to be located outside the United
    States. It also creates a mechanism for acquisition, without a court order under a certification by the Director of
    National Intelligence (DNI) and the Attorney General, of foreign intelligence information concerning a person
    reasonably believed to be outside the United States. The Protect America Act provides for review by the Foreign
    Intelligence Surveillance Court (FISC) of the procedures by which the DNI and the Attorney General determine
    that such acquisitions do not constitute electronic surveillance. In addition, P.L. 110-55 authorizes the Attorney
    General and the DNI to direct a person with access to the communications involved to furnish aid to the
    government to facilitate such acquisitions, and provides a means by which the legality of such a directive may
    be reviewed by the FISC petition review pool. A decision by a judge of the FISC petition review pool may be
    appealed to the Foreign Intelligence Surveillance Court of Review, and review by the U.S. Supreme Court may
    be sought by petition for writ of certiorari. http://www.fas.org/sgp/crs/intel/RL34143.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 23, 2007. Diplomacy for the 21st Century:
    Transformational Diplomacy. Order Code RL34141. This report provides an overview of Secretary of State
    Rice‘s transformational diplomacy plan. It examines the calls for reform of America‘s current diplomatic
    institutions, and the Administration‘s response — transformational diplomacy. The report also presents the
    concerns many experts have expressed regarding specific elements of this proposal, and a sample of reactions
    in other countries. Finally, the report discusses various issues that may be considered by Congress.
    http://www.fas.org/sgp/crs/row/RL34141.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Rapport d’Information fait au nom de la commission des Affaires étrangères, de la défense et
    des forces armées sur l’évolution de l’OTAN. N° 405, Annexe au procès-verbal de la séance du 19 juillet
    2007. Par MM. Jean François-Poncet, Jean-Guy Branger et André Rouvière. L'OTAN a connu au cours de la
    dernière décennie de profondes évolutions. Elle a intégré dix pays d'Europe centrale et orientale et poursuit son
    processus d'élargissement. Elle s'est engagée dans plusieurs opérations militaires, y compris, pour la première
    fois en Afghanistan, hors de la zone euro-atlantique. Elle mène une transformation militaire visant à renforcer
    son aptitude aux missions « expéditionnaires », désormais prioritaires. A travers ce rapport d'information, la
    commission a souhaité faire le point sur ces évolutions et aborder les principales interrogations portant sur
    l'avenir de l'Alliance atlantique. Doit-elle désormais prendre en compte une dimension plus globale, et non
    exclusivement militaire, de la sécurité ? Doit-elle coopérer plus étroitement avec des partenaires extérieurs
    partageant ses valeurs et ses objectifs ? Doit-elle clarifier ses relations avec la politique européenne de sécurité
    et de défense ? Ces questions sont particulièrement importantes pour la France, car l'OTAN constitue
    aujourd'hui un cadre essentiel de sa politique de défense. Un quart des militaires français engagés en
    opérations extérieures le sont au titre de l'OTAN et la France prend une part active aux réformes militaires en
    cours au sein de l'organisation. Cette place renforcée conduit à s'interroger sur les orientations que la France
    souhaite pour une Alliance où elle conserve jusqu'à présent un statut particulier. http://www.senat.fr/rap/r06-
    405/r06-4051.pdf


                 2.11. LIBERTADES PÚBLICAS Y DERECHOS FUNDAMENTALES


.   CONSEJO DE EUROPA. Observations préliminaires formulées par la délégation du Comité européen
    pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) à l’issue
    de sa visite effectuée en Moldova du 14 au 24 septembre 2007. CPT/Inf (2007) 43, 7 novembre 2007. La
    quatrième visite périodique du CPT en Moldova, effectuée au mois de septembre 2007, a fourni l‘occasion
    d‘évaluer les progrès réalisés depuis la visite périodique précédente de 2004 et la visite ad hoc de novembre
    2005. Une attention particulière a été accordée au traitement des personnes détenues par la police et à la mise
    en application pratique des garanties contre les mauvais traitements. La délégation du Comité a souligné la
    nécessité d‘une intervention menée plus en amont de la part des procureurs, des juges et des fonctionnaires de
    police responsables afin de s'assurer que tout cas de mauvais traitements soit décelé et les auteurs de tels
                                                                                                                     18



    actes sanctionnés. La délégation du CPT a également examiné en détail diverses questions liées aux
    établissements pénitentiaires, y compris le traitement dispensé aux détenus souffrant de la tuberculose et la
    situation des détenus condamnés à la réclusion à perpétuité. En outre, elle s‘est rendue dans l‘Etablissement
    pénitentiaire n° 13 à Chişinău afin d‘examiner la manière dont le personnel a fait face aux récents actes de
    désobéissance collective de détenus. De plus, la délégation a visité l‘Hôpital clinique de psychiatrie de Chişinău
    et, pour la première fois en Moldova, un foyer psychoneurologique pour personnes ayant des troubles
    psychiatriques/déficiences mentales, à Cocieri. En ce qui concerne ce dernier établissement, il a été fait état de
    préoccupations particulières à propos des nombreuses allégations de mauvais traitements de résidents par le
    personnel      et   le    nombre     élevé     de    décès     de      résidents      ces    dernières    années.
    http://www.cpt.coe.int/documents/mda/2007-43-inf-fra.htm

.   REINO UNIDO. House of Commons Library. Child Maintenance and Other Payments Bill Committee Stage
    Report Bill No 118 of 2006-07. Research Paper 07/73 02 November 2007. This is a report on the Committee
    Stage of the Child Maintenance and Other Payments Bill produced in response to a recommendation of the
    Modernisation Committee in its report on The Legislative Process (HC 1097, 2005-06). The Bill covers two
    distinct areas: child support maintenance and the provision of lump sum payments in connection with
    mesothelioma. The child maintenance provisions are contained in Parts 1-3 and 5 of the Bill. They introduce
    changes to the child maintenance system which were proposed in the White Paper, A new system of child
    maintenance, published by the Department for Work and Pensions in December 2006. Part 4 of the Bill includes
    powers to introduce a new scheme providing up-front lump sum payments for people diagnosed with diffuse
    mesothelioma and their dependants, to be funded through a compensation recovery mechanism. The Bill
    received broad support from all parts of the House at Second Reading and thirteen Government amendments
    were agreed during Committee. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/rp2007/rp07-073.pdf

.   FORUM PARLEMENTAIRE EURO-ASIATIQUE/EURO-MEDITERRANEEN SUR LES MIGRATIONS. 23
    octobre 2007. Le Forum parlementaire euro-asiatique/euro-méditerranéen sur les migrations, organisé
    conjointement par l‘APCE et le Parlement turc, s‘est achevé aujourd‘hui à Antalya (Turquie) après deux jours de
    réunion. Le forum, qui a réuni des parlementaires venus de pays européens, asiatiques et méditerranéens, ainsi
    que des représentants d‘organisations internationales et des experts, a adopté une déclarationque la Sous-
    Commission de l‘APCE soumettra à la 8e conférence des Ministres des Etats membres du Conseil de l‘Europe
    responsables des migrations (Kiev, septembre 2008). Les participants ont condamné fermement l'attaque
    terroriste du 21 octobre 2007 dans le sud-est de la Turquie et a présenté ses sincères condoléances aux
    proches                   des                 victimes.                 Déclaration                  d’Antalya
    http://assembly.coe.int/ASP/APFeaturesManager/defaultArtSiteVoir.asp?ID=711

.   CONSEJO DE EUROPA. 29 octobre 2007. Le Groupe d'Etats contre la Corruption (GRECO) publie son
    rapport sur l'Ukraine. Le rapport se concentre sur les politiques générales de lutte contre la corruption, la
    spécialisation des organes répressifs dans le domaine de la corruption, l'indépendance du système judiciaire,
    l'immunité de poursuites dans les affaires de corruption, la confiscation des produits provenant d'activités liées à
    la corruption, les mesures prises pour combattre la corruption dans l'administration publique et la prévention de
    l'utilisation de personnes morales - telles que les sociétés commerciales - pour masquer les faits de corruption.
    Le rapport a été établi par une équipe d'évaluateurs du GRECO, après une visite d'évaluation d'une semaine en
    Ukraine, durant laquelle l'équipe a pu mener des discussions approfondies avec des représentants des
    autorités et de la société civile. Les informations recueillies durant la visite d'évaluation indiquent que l'Ukraine
    est perçue comme un pays considérablement touché par la corruption. Le problème est systémique et de
    grande envergure, et il affecte la société entière, ses institutions publiques, y compris le système judiciaire, tant
    aux niveaux central que local. Le GRECO conclut que la corruption représente une véritable menace pour les
    principes de la démocratie et l'état de droit. La lutte contre la corruption ne peut, par conséquent, être conduite
    sans être assortie d'une réforme démocratique. Le GRECO souligne que le Cadre conceptuel du Président "
    Mesures en faveur de l'Intégrité " (" On the Way to Integrity ") constitue une bonne base pour le processus de
    réforme. Le GRECO adresse 25 recommandations à l'Ukraine. Elles visent notamment l'établissement d'un
    mécanisme pour la mise en place d'une politique globale de lutte contre la corruption, y compris un plan d'action
    contre la corruption. Plus particulièrement, les recommandations traitent des questions liées à l'indépendance
    du système judiciaire et du parquet, l'accès à l'information détenue par les autorités publiques, les procédures
    relatives à la passation des marchés publics, la réforme de l'administration et de la fonction publique, les codes
    de déontologie, les déclarations de soupçons de corruption, l'audit des organes centraux et locaux et la
    responsabilité des personnes morales pour faits de corruption. Rapport d’Evaluation des Premier et
    Deuxième Cycles conjoints sur l’Ukraine. Premier et deuxième cycles d’evaluation conjoints GRECO. Eval I-
    II Rep (2006)2F http://www.coe.int/t/dg1/greco/evaluations/round2/GrecoEval1-2(2006)2_Ukraine_FR.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Convention du Conseil de l’Europe pour la protection des enfants contre
    l’exploitation et les abus sexuels. Lanzarote, 25.X.2007. STCE nº 201. Pour la première fois, un traité
    international sanctionne pénalement la maltraitance à caractère sexuel, infraction généralement commise par
    des personnes connues des victimes - parfois au sein de la famille - et qui est l'une des plus préjudiciables aux
    enfants. Parmi les mesures préventives mentionnées dans la convention, on peut citer la sélection, le
    recrutement et la formation des personnes travaillant au contact des enfants, la sensibilisation des enfants aux
    risques et l'éducation des enfants pour leur apprendre à se protéger, ainsi que des mesures de suivi des
                                                                                                                     19



    délinquants et des délinquants potentiels. La convention instaure aussi des programmes d'aide aux victimes,
    encourage les gens à signaler les cas de suspicion d'exploitation et d'abus sexuels, et elle prévoit la création de
    lignes d'assistance par téléphone et par Internet pour les enfants. Elle prévoit aussi que certaines formes de
    comportement soient qualifiées d'infractions pénales, par exemple le fait de se livrer à des activités sexuelles
    avec un enfant d'âge inférieur à la majorité sexuelle, la prostitution enfantine et la pornographie enfantine. La
    convention érige aussi en infraction pénale l'utilisation des nouvelles technologies - notamment Internet - pour
    maltraiter sexuellement des enfants, par exemple par la manipulation psychologique (le " grooming "),
    phénomène de plus en plus inquiétant qui concerne les enfants soumis à des violences sexuelles après avoir
    rencontré des adultes dont ils avaient préalablement fait la connaissance sur Internet, dans le cadre de forums
    de discussion de sites de jeux. Afin de lutter contre le tourisme sexuel impliquant des enfants, la convention
    permet de poursuivre des personnes pour certaines infractions même quand l'acte est commis à l'étranger. Ce
    nouvel instrument juridique assure aussi aux enfants victimes une protection pendant la procédure judiciaire,
    par exemple en ce qui concerne leur identité et le respect de leur vie privée.
    http://conventions.coe.int/Treaty/FR/treaties/Html/201.htm                    Rapport                     explicatif
    http://conventions.coe.int/Treaty/FR/Reports/Html/201.htm
    http://www.coe.int/t/DC/Files/Source/FS_fighting_child_abuse_fr.doc

.   CONSEJO DE EUROPA. Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou
    dégradants. Le Comité anti-torture du Conseil de l'Europe publie un rapport sur la Georgie. 25 Octobre
    2007. Durant la visite, la délégation du CPT a eu l‘impression que le traitement des personnes détenues par la
    police en Géorgie s‘était considérablement amélioré. Seules quelques allégations isolées de mauvais
    traitements physiques ont été recueillies, toutes sauf une portant sur un usage excessif de la force au moment
    de l‘arrestation. Le CPT a salué les progrès réalisés en ce domaine par les autorités géorgiennes, qui résultent
    d‘une série de mesures prises ces dernières années, y compris une nouvelle approche en ce qui concerne la
    sélection et de la formation du personnel de police, ainsi qu'un renforcement des mécanismes de contrôle
    interne et de monitoring externe. Néanmoins, il est clair que les autorités doivent rester vigilantes. Le CPT a
    formulé plusieurs recommandations visant en particulier le renforcement les garanties formelles contre les
    mauvais traitements et l‘amélioration de la détection des lésions. Dans la domaine pénitentiaire, l‘un des
    résultats bienvenus de la réforme en cours du système pénitentiaire est la répression de la corruption.
    Cependant, la forte augmentation de la population carcérale, qui a plus que doublé depuis la précédente visite
    périodique du CPT en 2004, et le surpeuplement qui s'ensuit, sapent les efforts visant à créer un système
    pénitentiaire humain. Le surpeuplement le plus extraordinaire a été observé à la maison d‘arrêt la plus
    importante du pays, la Prison N° 5 de Tbilissi, où l‘espace de vie par détenu était souvent inférieur à 0,5 m². Le
    CPT en a appelé aux autorités géorgiennes pour qu'elles redoublent leurs efforts afin de combattre le
    surpeuplement carcéral, en adoptant notamment des politiques visant à limiter ou moduler le nombre de
    personnes envoyées en prison. Aucune allégation de mauvais traitements récents de détenus par le personnel
    n'a été recueillie dans quatre des cinq établissements pénitentiaires visités. Cependant, à la Prison N° 6 de
    Rustavi, la délégation a reçu de nombreuses et concordantes allégations de détenus qui auraient été battus par
    des membres du personnel lors de leur admission dans l‘établissement ainsi que dans d‘autres circonstances.
    Le CPT a recommandé à la direction de cette prison de transmettre au personnel le message clair que les
    mauvais traitements physiques et les agressions verbales, ainsi que d‘autres formes de comportement
    irrespectueux ou provocant à l‘égard des personnes détenues, étaient inacceptables et seraient traités avec
    sévérité. Les soins médicaux aux détenus continuent d‘être problématiques, en raison du manque de
    personnel, d‘équipements et de ressources. Le CPT est particulièrement préoccupé par le fait que les progrès
    observés au cours de la deuxième visite périodique en matière de lutte contre la tuberculose sont remis en
    cause par l‘augmentation rapide de la population carcérale. Aucune allégation de mauvais traitement n'a été
    reçue dans les deux établissements psychiatriques visités, l‘Institut psychiatrique Asatiani de Tbilissi et l‘Hôpital
    psychiatrique de Kutiri. Cependant, les deux établissements souffraient de surpeuplement, bien que les
    conditions de vie des patients étaient dans l'ensemble meilleures à Kutiri. Le rapport comporte également un
    examen des garanties juridiques applicables aux patients psychiatriques non volontaires, en vertu de la
    nouvelle Loi sur les soins psychiatriques. A la suite d'une observation communiquée sur-le-champ par la
    délégation du CPT à la fin de la visite, les autorités géorgiennes ont fermé la "Hauptvacht" (unité de détention
    militaire) de Tbilissi, qui présentait des conditions de détention totalement inadéquates.
    http://www.cpt.coe.int/documents/geo/2007-10-25-fra.htm Report to the Georgian Government on the visit
    to Georgia carried out by the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or
    Degrading Treatment or Punishment (CPT) from 21 March to 2 April 2007. CPT/Inf (2007) 42
    http://www.cpt.coe.int/documents/geo/2007-42-inf-eng.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. 10 october 2007. Report to the Government of Ireland on the visit to Ireland
    carried out by the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or Degrading
    Treatment or Punishment (CPT) from 2 to 13 October 2006. CPT/Inf (2007) 40
    http://www.cpt.coe.int/documents/irl/2007-40-inf-eng.htm Response of the Government of Ireland to the
    report of the European Committee for the Prevention of Torture and Inhuman or Degrading Treatment
    or Punishment (CPT) on its visit to Ireland from 2 to 13 October 2006. CPT/Inf (2007) 41
    http://www.cpt.coe.int/documents/irl/2007-41-inf-eng.htm
                                                                                                                       20



.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress September 28, 2007. Journalists’ Privilege: Overview of the Law
    and Legislation in the 109th and 110th Congresses. Order Code RL34193. In Branzburg v. Hayes, the
    Supreme Court wrote journalists claim ―that to gather news it is often necessary to agree either not to identify
    the source of information published or to publish only part of the facts revealed, or both; that if the reporter is
    nevertheless forced to reveal these confidences to a grand jury the source so identified and other confidential
    sources of other reporters will be measurably deterred from furnishing publishable information, all to the
    detriment of the free flow of information protected by the First Amendment.‖ The Court held, nonetheless, that
    the First Amendment did not provide even a qualified privilege for journalists to refuse ―to appear and testify
    before state or federal grand juries.‖ The only situation it mentioned in which the First Amendment would allow a
    reporter to refuse to testify was in the case of ―grand jury investigations ... instituted or conducted other than in
    good faith.... Official harassment of the press undertaken not for purposes of law enforcement but to disrupt a
    reporter‘s relationship with his news sources would have no justification.‖ Though the Supreme Court concluded
    that the First Amendment does not provide a journalists‘ privilege in grand jury proceedings, 49 states have
    adopted a journalists‘ privilege in various types of proceedings; 33 have done so by statute, and 16 by court
    decision. Journalists have no privilege in federal proceedings. On July 6, 2005, a federal district court in
    Washington, DC, found Judith Miller of the New York Times in contempt of court for refusing to cooperate in a
    grand jury investigation relating to the leak of the identity of an undercover CIA agent. The court ordered Ms.
    Miller to serve time in jail. Ms. Miller spent 85 days in jail. She secured her release only after her informant, I.
    Lewis Libby, gave her permission to reveal his identity. http://fpc.state.gov/documents/organization/93478.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. 3 octobre 2007. Rapport du Commissaire aux Droits de l’Homme M. Thomas
    Hammarberg sur sa visite en Ukraine, 10–17 décembre 2006. CommDH(2007)15. Le commissaire s‘inquiète
    de la corruption affectant les procédures judiciaires, des larges fonctions de surveillance dont dispose le Bureau
    du Procureur général, du retard accumulé et des lenteurs de procédures dans les cours. Il recommande aux
    autorités ukrainiennes de prendre de toute urgence des mesures pour corrigner les lacunes dans
    l'administration de la justice. En outre, le rapport identifie des cas de torture et de mauvais traitements,
    l‘absence d'accès à un avocat, la surpopulation carcérale et les conditions de santé rudimentaires dans les
    centres de détention provisoire comme étant les principaux problèmes que l'Ukraine doit traiter. M.
    Hammarberg recommande un certain nombre d'actions à entreprendre, en particulier une politique d‘envergure
    pour mettre un terme aux abus de la police et la nécessité d'améliorer les conditions médicales et sanitaires
    dans les établissements de détention provisoire. Le rapport précise que la violence contre des femmes, la traite
    des êtres humains et les droits des enfants sont parmi les priorités les plus pressantes identifiées par le
    gouvernement. Le commissaire constate que « la violence contre des femmes constitue clairement un problème
    de société » et recommande des étapes concrètes pour remédier à cette situation. Des mesures pressantes
    sont également nécessaires pour améliorer la protection des enfants contre la pauvreté, la pornographie, la
    toxicomanie et le trafic. Le commissaire est alarmé par la propagation du VIH/SIDA dans le pays ; il
    recommande aux autorités nationales d‘améliorer l‘accès aux traitements, la réhabilitation et la réinsertion
    sociale des personnes infectées, et invite le gouvernement à établir instamment un plan d'action national pour
    enrayer la pandémie, notamment en insistant plus sur les campagnes d'information. Le rapport exprime
    également des inquiétudes concernant l'exclusion sociale des personnes âgées, des sans-abri et des enfants
    des                                                                                                           rues.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1190735&Site=CommDH&BackColorInternet=FEC65B&BackColorIntranet=
    FEC65B&BackColorLogged=FFC679

.   CONSEJO            DE    EUROPA.          Comité    des      Ministres.       Recommandation         CM/Rec(2007)11
    du Comité des Ministres sur la promotion de la liberté d’expression et d’information
    dans le nouvel environnement de l’information et de la communication, adoptée par le Comité des
    Ministres le 26 septembre 2007, lors de la 1005e réunion des Délégués des Ministres. Cette recommandation
    fait suite à la demande que le Comité des Ministres avait adressée au Conseil de l'Europe d‘établir des lignes
    directrices sur les rôles et responsabilités des intermédiaires et autres acteurs de l‘Internet dans la promotion de
    la liberté d‘expression. Les États membres, le secteur privé et la société civile sont encouragés à sensibiliser les
    citoyens à l‘usage de l‘Internet et des nouvelles technologies de l‘information et de la communication, ainsi qu‘à
    accroître leurs aptitudes dans ce domaine. La recommandation souligne la nécessité de la transparence, de
    l‘information, de l‘orientation et de l‘assistance mutuelles entre l‘État et les acteurs du secteur privé vis-à-vis des
    utilisateurs, en ce qui concerne surtout des situations telles que la surveillance du courrier électronique et de
    l‘usage de l‘Internet, le traitement des données à caractère personnel, la détermination du niveau d‘anonymat
    personnel dans l‘utilisation des technologies et services, ainsi que le profilage des utilisateurs ou le classement
    par listes et la prioritisation des informations fournies par les moteurs de recherche. La recommandation
    contient aussi des lignes directrices sur le blocage d‘accès aux contenus et le filtrage de ceux-ci, ainsi que sur
    la suppression des contenus jugés illégaux. Elle souligne également la nécessité d‘élaborer des normes et
    stratégies communes en ce qui concerne, d‘une part l‘exposition des enfants à des contenus et des
    comportements risquant de nuire à la dignité humaine ou aux droits de l‘individu, d‘autre part les mécanismes
    de            filtrage          conçus           pour          la            protection          des           enfants.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1188553&Site=CM&BackColorInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB5
    5&BackColorLogged=FFAC75
                                                                                                                   21



.   CONSEJO DE EUROPA. Comité des Ministres. Déclaration du Comité des Ministres
    sur la protection et la promotion du journalisme d’investigation, adoptées le 26 septembre 2007, lors de la
    1005e réunion des Délégués des Ministres. La déclaration impose aux États d‘assurer la liberté de mouvement
    des professionnels des médias et leur accès à l‘information, de faciliter aux intéressés un travail de reportage
    approfondi et mené dans un esprit critique au service de la démocratie, ainsi que de garantir le droit des
    journalistes à protéger leurs sources d‘information. Elle demande en outre aux États membres d‘incorporer
    dans leur législation nationale la jurisprudence récente de la Cour européenne des Droits de l'Homme, qui
    étend la protection de la liberté d‘expression aux recherches journalistiques en tant qu‘élément essentiel du
    journalisme d‘investigation. La déclaration demande aux États membres de ne pas mésuser de la privation de
    liberté, des sanctions pécuniaires disproportionnées, de la saisie de matériel professionnel ou de la perquisition
    des locaux pour intimider les journalistes d‘investigation. Dans ce document, le Comité exprime les
    préoccupations que lui inspire ce qui s‘est produit récemment dans certains pays, où la liberté d‘expression et
    d‘information a été soumise à des restrictions au nom de la sécurité publique et de la lutte antiterroriste, où des
    professionnels des médias ont été traduits en justice pour avoir reçu ou publié des informations d‘intérêt public,
    et où des journalistes ont fait l‘objet d‘une surveillance injustifiée, y compris avec interception de leurs
    communications.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1188529&Site=CM&BackColorInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB5
    5&BackColorLogged=FFAC75

.   CONSEJO DE EUROPA. Comité des Ministres. Lignes directrices du Comité des Ministres du Conseil de
    l’Europe sur la protection de la liberté d’expression et d’information en temps de crise adoptées le 26
    septembre 2007, lors de la 1005e réunion des Délégués des Ministres. Dans les lignes directrices, le Comité
    demande aux États membres d’assurer le plus possible la sécurité des professionnels des médias. Toutefois, il
    indique également que les États ne doivent pas profiter de la nécessité de garantir la sécurité des
    professionnels des médias pour restreindre inutilement leurs droits, leur liberté de mouvement ou leur accès à
    l’information. En outre, il recommande aux autorités d’enquêter rapidement et de manière approfondie sur tout
    meurtre ou toute agression de journaliste, ainsi que de traduire en justice les auteurs de tels actes. Selon les
    lignes directrices, les États membres doivent garantir la liberté de mouvement et l’accès à l’information des
    professionnels des médias en temps de crise, y compris l’accès aux zones en crise, et les autorités militaires et
    civiles doivent informer périodiquement les professionnels des médias sans privilégier les uns ou les autres. Les
    États membres sont tenus de protéger – concrètement et par voie de législation – le droit des journalistes de ne
    pas divulguer leurs sources d’information, et ils ne doivent pas obliger les professionnels des médias à
    communiquer des informations ou du matériel sous forme, par exemple, de notes, de photographies et
    d’enregistrements vidéo. Les lignes directrices font état également des responsabilités des professionnels des
    médias, qu’elles invitent à respecter les plus hautes règles éthiques et professionnelles, eu égard à la
    responsabilité qu’ils ont, dans des situations de crise, de rendre publiques des informations factuelles et
    exhaustives. Le Comité défend le principe de l’autoréglementation, laquelle constitue à ses yeux le mécanisme
    le plus approprié et le plus efficace pour garantir que les médias agissent de manière responsable en temps de
    crise
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1188505&Site=CM&BackColorInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB5
    5&BackColorLogged=FFAC75

.   FRANCIA. Sénat. Rapport n° 470 (2006-2007) de M. FranÇois Nöel.Buffet fait au nom de la commission des
    lois, déposé le 26 septembre 2007. Projet de loi relatif à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à
    l'asile. http://www.senat.fr/rap/l06-470/l06-470.html

.   ESTADOS UNIDOS. U. S. Department of State. 2007 Report on International Religious Freedom. 18
    September 2007. The purpose of this report on religious freedom is to document the actions of governments—
    those that repress religious expression, persecute innocent believers, or tolerate violence against religious
    minorities, as well as those that respect, protect, and promote religious freedom. We strive to report with
    fairness and accuracy on abuses against adherents of all religious traditions and beliefs. The governments we
    report on range from those that provided a high level of protection for religious freedom in the broadest sense
    (those that "generally respected" religious freedom) to totalitarian regimes that sought to control religious
    thought and expression and regarded some or all religious groups as threats. The promotion of religious
    freedom is a core objective of U.S. foreign policy and is part of the U.S. Department of State's mission. The
    commitment of the United States to religious freedom and to international human rights standards is also
    articulated in such documents as Article 18 of the Universal Declaration of Human Rights, which clearly states
    that everyone has the right to freedom of thought, conscience and religion. As an expression of our deep
    national commitment to these freedoms, the Department of State monitors religious persecution and
    discrimination worldwide, recommends and implements policies directed toward regions and countries, and
    develops programs to promote religious freedom. Through transformational diplomacy, the United States seeks
    to promote freedom of religion and conscience throughout the world as a fundamental human right and as a
    source of stability for all countries. In so doing, it strives to assist newly formed democracies in implementing
    freedom of religion and conscience, assist religious and human rights nongovernmental organizations (NGOs)
    in promoting religious freedom, and identify and promote changes in the policies of regimes that severely
    persecute their citizens or others on the basis of religious belief. http://www.state.gov/g/drl/rls/irf/2007/
                                                                                                                      22



.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission des migrations, des réfugiés et de la
    population. Rapport. Programmes de régularisation des migrants en situation irrégulière. Doc. 11350. 10
    juillet 2007. On estime à plus de 5,5 millions le nombre de migrants en situation irrégulière vivant sur le territoire
    de l‘Union européenne et à 8 millions le nombre de ceux qui vivent en Russie. Il apparaît de plus en plus
    clairement qu‘une large proportion d‘entre eux restera en Europe et ne retournera pas ou ne pourra pas être
    renvoyée dans son pays d‘origine. Il est par conséquent essentiel que les Etats membres du Conseil de
    l‘Europe réfléchissent à la manière de gérer cette multitude de personnes qui vivent dans l‘ombre de la société
    européenne, largement tolérées, mais sans statut juridique ni droit de rester, et souvent soumis aux pires
    formes d‘exploitation. L‘une des solutions adoptées par plusieurs Etats membres a consisté à mettre en place
    des « programmes de régularisation » des migrants en situation irrégulière. En Espagne, plus de 570 000
    personnes ont été régularisées en 2005, ce qui a donné lieu à de nombreux débats en faveur ou contre de tels
    programmes. Le présent rapport examine certaines des critiques qui ont été formulées à leur égard, soulignant
    que cela revient à récompenser les contrevenants et pourrait encourager l‘immigration irrégulière. Il aborde
    également les arguments en faveur des programmes de régularisation et estime qu‘ils pourraient constituer une
    solution au regard de la protection des droits de l‘homme et de la dignité humaine des migrants en situation
    irrégulière et alimenter un marché du travail européen en manque de main d‘œuvre, tout en aidant à lutter
    contre l‘économie souterraine et en favorisant un accroissement des cotisations de sécurité sociale et des
    recettes fiscales. Le rapport invite instamment les Etats membres à envisager la solution des programmes de
    régularisation et à s‘inspirer des expériences passées. Il les exhorte à mettre en place de tels dispositifs et à
    prendre des mesures d‘accompagnement. Le rapport insiste sur le fait que les programmes de régularisation ne
    devraient toutefois être considérés que comme un élément d‘une stratégie globale de lutte contre l‘immigration
    irrégulière. Le rapport reconnaît que davantage de recherches devraient être menées sur l‘impact et
    l‘expérience tirée des programmes de régularisation passés et invite le Comité des Ministres du Conseil de
    l‘Europe à encourager de telles études, en vue d‘établir des lignes directrices ou de formuler une
    recommandation aux Etats membres sur la mise en œuvre de programmes de régularisation en Europe.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11350.htm

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission des migrations, des réfugiés et de la
    population. Rapport. Une évaluation des centres de transit et de traitement en tant que réponse aux flux
    mixtes de migrants et de demandeurs d’asile. Doc. 11304. 15 juin 2007. L‘afflux massif de migrants
    irréguliers en Europe a induit une prise de conscience croissante de la nécessité d‘adopter des approches
    novatrices et plus efficaces à l‘égard des flux mixtes de migrants et de demandeurs d‘asile. Une solution, qui a
    été proposée sous différentes formes, consiste à établir, à l‘intention des migrants irréguliers et des
    demandeurs d‘asile, des centres de transit ou de traitement situés dans des pays membres de l‘Union
    européenne, dans des pays européens non membres de l‘Union, ou dans des pays non européens. Plusieurs
    arguments ont été avancés en faveur de cette proposition. De tels centres pourraient notamment contribuer au
    partage des tâches, faciliter l‘harmonisation du traitement des demandes d‘asile, rapprocher les lieux de
    traitement des pays d‘origine, et offrir aux personnes concernées une meilleure protection que ce n‘est le cas
    actuellement dans certains pays de transit et de destination. Les propositions formulées jusqu‘à présent
    soulèvent toutefois de nombreuses inquiétudes, notamment du point de vue de la protection des droits de
    l‘homme. Le présent rapport tente de faire le point sur ces inquiétudes afin qu‘il en soit tenu compte lors des
    futures discussions sur la création de tels centres. Une question primordiale tient à la responsabilité dont
    relèvent les centres. La création éventuelle des centres ne doit pas permettre aux Etats de transférer à d‘autres
    parties les responsabilités et obligations qui leur incombent en vertu de la Convention européenne des droits de
    l‘homme, d‘autres traités relatifs aux droits de l‘homme ou de la Convention de Genève de 1951 sur le statut
    des réfugiés. D‘autres questions importantes ont trait aux incidences que de tels centres pourraient avoir sur les
    politiques, les pratiques, les procédures et les équipements au niveau national. Les éventuelles mesures prises
    pour établir de tels centres ne devraient pas compromettre ces différents dispositifs. Enfin, l‘éventuelle création
    de tels centres doit s‘inscrire dans une démarche globale visant à traiter le lien asile-migration en impliquant les
    pays d‘origine, les pays de transit et les pays de destination. L‘inquiétude suscitée par les propositions visant à
    créer des centres varie considérablement selon que l‘on envisage d‘établir les centres à l‘intérieur ou à
    l‘extérieur de l‘Union européenne (autres pays européens et pays non européens). S‘il y a création de centres,
    ceux-ci devraient tout d‘abord être établis dans l‘Union Européenne avant que l‘on puisse étendre l‘expérience à
    l‘extérieur          des          frontières           de         l‘Union          ou           de          l‘Europe
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11304.htm

.   CONSEJO DE EUROPA. Commissioner for Human Rights. “The slow march towards gender balance in
    politics”. 20/08/07. The distribution of power between men and women is still very unequal‖ states the
    Commissioner for Human Rights on the basis of a 2003 recommendation by the Council of Europe Committee
    of Ministers. Thomas Hammarberg reviews possible measures for improving women‘s participation in the
    political     arena        and       speaks        in      favour  of       positive      discrimination.
    http://www.coe.int/t/commissioner/Viewpoints/Default_en.asp

.   ALEMANIA. Gobierno. 16.08.2007. Equality is a Basic Human Right. Germany’s Anti-Discrimination Act
    (Allgemeine Gleichbehandlungsgesetz, or AGG) was introduced a year ago. The head of the anti-
    discrimination commission established at the time has just announced the findings of an official review of
    progress made in the past year. The Anti-Discrimination Commission has received some 2,300 enquiries since
                                                                                                                    23



    it opened, many of which were of a general nature. Around 40 percent were made by people who contacted the
    agency to ask for advice because they felt they were being discriminated against and were placed at a
    disadvantage because of it. The cases involved discrimination on account of gender, disability and age, and
    also on grounds of ethnic origin. http://www.bundesregierung.de/nn_6538/Content/EN/Artikel/2007/08/2007-08-
    16-gleichbehandlung-ist-ein-menschenrecht__en.html

.   ALEMANIA. Gobierno. 12.07.2007. The National Integration Plan has been adopted. Along with the federal
    states and local authorities, associations of migrants and numerous other non-governmental actors, the German
    government has adopted more than 400 measures and voluntary commitments relating to integration.
    Chancellor Angela Merkel spoke of a milestone in the history of integration policy. Germany is home to some 15
    million people with a migrant background. Integrating these individuals is the task of society as a whole. The 90
    or so participants of the Second Integration Summit at the Federal Chancellery were unanimous on this point. It
    is, however, also clear that integration cannot be imposed from above. The migrants themselves must do their
    bit.          http://www.bundesregierung.de/Content/EN/Artikel/2007/07/2007-07-12-nationaler-integrationsplan-
    beschlossen__en.html
    http://www.bundesregierung.de/nn_245708/Content/EN/StatischeSeiten/Schwerpunkte/Integration/kasten1-der-
    nationale-integrationsplan.html http://www.bundesregierung.de/Content/DE/Publikation/IB/Anlagen/ib-flyer-nip-
    englisch-barrierefrei,property=publicationFile.pdf


                                           2. 12. MEDIO AMBIENTE


.   PROGRAMA DE NACIONES UNIDAS PARA EL MEDIO AMBIENTE (PNUE). Noticia 25 octubre 2007. Los
    problemas más graves del planeta continuan, advierte el informe de la ONU. El PNUE informa de que
    amenazas graves como el cambio climático, el índice de extinción de las especies y el reto de alimentar a una
    población en crecimiento, se encuentran entre las que aún están sin resolver. Todas ellas ponen en peligro a la
    Humanidad. Esta advertencia está incluida en la Perspectiva del Medio Ambiente Mundial del PNUMA: Un
    informe sobre un medio ambiente para el desarrollo (GEO-4) publicado 20 años después de que la Comisión
    Mundial para el Medioambiente y Desarrollo (la Comisión Brundtland) publicase su informe principal, "Nuestro
    Futuro Común". GEO-4, el último de una serie de informes emblemáticos del PNUMA, evalúa el estado actual
    de la atmósfera, de la tierra, del agua y de la biodiversidad mundiales, describe los cambios acontecidos desde
    1987 e identifi ca una serie de prioridades de actuación. El GEO-4 es el informe más completo de la ONU sobre
    el medio ambiente; ha sido preparado por unos 390 expertos y revisado por más de 1000 de todo el mundo. El
    informe también da la bienvenida al progreso que se ha conseguido al combatir algunos problemas
    relativamente simples, ahora que el medio ambiente está mucho más cerca de disfrutar de una política general
    en todo el mundo. Sin embargo, a pesar de estos avances, aún permanecen los problemas difíciles de
    gestionar, los "persistentes". En este sentido, el GEO-4 dice lo siguiente: "No se han identificado graves
    problemas en "Nuestro Futuro Común" que se correspondan con tendencias previstas favorables."
    http://www.unep.org/geo/geo4/media/media_briefs/spanish/ES_Media_Briefs_GEO-4_Global.pdf                 Global
    Environment Outlook: environment for development (GEO-4) http://www.unep.org/geo/geo4/report/GEO-
    4_Report_Full_en.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress September 28, 2007. Ethanol and Other Biofuels: Potential for
    U.S.-Brazil Energy Cooperation. Order Code RL34191. In the past several years, high oil and gas prices,
    instability in many oilproducing countries, and concerns about global climate change have heightened interest in
    ethanol and other biofuels as alternatives to petroleum products. Reducing oil dependency is a goal shared by
    the United States and many countries in Latin America and the Caribbean, a region composed primarily of
    energy-importing countries. In the region, Brazil stands out as an example of a country that has become a net
    exporter of energy, partially by increasing its production and use of sugar-based ethanol. On March 9, 2007, the
    United States and Brazil, which together produce almost 70% of the world‘s ethanol, signed a Memorandum of
    Understanding (MOU) to promote greater cooperation on ethanol and other biofuels in the Western
    Hemisphere. The countries agreed to (1) advance research and development bilaterally, (2) help build domestic
    biofuels industries in third countries, and (3) work multilaterally to advance the global development of biofuels.
    Many analysts maintain that the United States would benefit from having more energy producers in the region,
    while Brazil stands to further its goal of developing ethanol into a globally traded commodity. In addition to these
    economic benefits, some analysts think that an ethanol partnership with Brazil could help improve the U.S.
    image in Latin America and lessen the influence of oil-rich Venezuela under Hugo Chávez. However, obstacles
    to increased U.S.-Brazil cooperation on biofuelsexist, including current U.S. tariffs on most Brazilian ethanol
    imports. http://fpc.state.gov/documents/organization/93476.pdf

.   FRANCIA. Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables. Observatoire national sur
    les effets du réchauffement climatique. Changements climatiques et risques sanitaires en France.
    Septembre 2007. Le rapport aborde des risques de natures différentes : les épisodes caniculaires, les maladies
    infectieuses, les suites d‘événements extrêmes (tempêtes, inondations,…) et les liens entre climat et pollution. Il
    est probable que les effets sur la santé se produiront souvent sous forme d‘événements imprévus, et ceci bien
    avant la fin du siècle, peut-être demain. C‘est la première leçon que l‘on peut tirer du drame de la canicule de
                                                                                                                      24



    2003. Cependant, plus la réflexion aura été faite en amont, plus rapide et efficace seront nos réactions, même
    devant des événements imprevisibles. Une des conclusions les plus robustes des scientifiques est que les
    épisodes caniculaires deviendront de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses. Si le plan canicule mis
    en place après l‘épisode de 2003 permet de réagir devant l‘urgence, toute une réflexion est encore à faire sur
    l‘adaptation aux fortes chaleurs, notamment dans la conception des bâtiments et des villes. Les tempêtes, les
    cyclones, les inondations et leurs suites constituent un autre type de menace. Outre les conséquences
    immédiates de ces catastrophes, la désorganisation qui s‘en suit peut avoir des conséquences dramatiques au
    plan de la santé, notamment en matière de qualité de l‘eau et des aliments. Dans le cas des maladies
    infectieuses, on constate combien la santé humaine est liée à celle des animaux et à l‘état des écosystèmes.
    Dans le domaine du vivant, il est souvent difficile d‘identifier les éléments pertinents, et les scientifiques qui ont
    contribué à cet ouvrage insistent sur la nécessité de maintenir une veille indifférenciée, en assurant le
    développement et la pérennité des observations. Parallèlement, les études et les recherches doivent être
    intensifiées sur les maladies susceptibles d‘être influencées par le changement climatique, afin de définir le cas
    échéant des stratégies d‘adaptation pertinentes. Une meilleure connaissance de l'écologie microbienne et des
    facteurs humains et climatiques devrait permettre sinon d'anticiper toutes les catastrophes sanitaires
    potentiellement liées au changement climatique, du moins d'y être un peu mieux préparés.
    http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/cgi-bin/brp/telestats.cgi?brp_ref=074000568&brp_file=0000.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 27, 2007 Climate Change: The EU Emissions Trading
    Scheme (ETS) Gets Ready for Kyoto Order Code RL34150. The European Union‘s (EU) Emissions Trading
    Scheme (ETS) is a cornerstone of the EU‘s efforts to meet its obligation under the Kyoto Protocol. It covers
    more than 11,500 energy intensive facilities across the 27 EU Member countries; covered entities emit about
    45% of the EU‘s carbon dioxide emissions. A ―Phase 1‖ trading period began January 1, 2005. A second, Phase
    2, trading period will begin in 2008, covering the period of the Kyoto Protocol, with a third one planned for 2013.
    Several positives resulting from the Phase 1 ―learning by doing‖ exercise may assist the ETS in making the
    Phase 2 process run more smoothly, including: (1) greatly improving emissions data, (2) encouraging
    development of the Kyoto Protocol‘s project-based mechanisms — Clean Development Mechanism (CDM) and
    Joint Implementation (JI), and (3) influencing corporate behavior to begin pricing in the value of allowances in
    decision-making, particularly in the electric utility sector. The United States is not a party to Kyoto. However,
    almost three years of carbon emissions trading has given the EU valuable experience as it prepares for Kyoto.
    This experience, along with the process of developing Phase 2 NAPs, may provide some insight into cap-and-
    trade design issues currently being debated in the U.S. http://fpc.state.gov/documents/organization/92960.pdf

.   GREENPEACE España. Incendiarios. El perfil de los que queman el bosque en España. 22 de agosto de
    2007                                                  http://www.greenpeace.org/espana/reports/incendiarios
    http://www.greenpeace.org/raw/content/espana/reports/incendiarios.pdf


                  2. 13. MEDIOS DE COMUNICACIÓN, SOCIEDAD DE LA INFORMACIÓN


.   CONSEJO DE EUROPA. Comité des Ministres. Recommandation CM/Rec (2007)16 du Comité des
    Ministres aux Etats membres sur des mesures visant à promouvoir la valeur de service public de
    l’Internet,     adoptée       par     le      Comité       des      Ministres      le   7      novembre        2007,
    lors de la 1010e réunion des Délégués des Ministres. Afin de répondre à l'attente légitime des utilisateurs
    que les services de l'Internet soient accessibles et abordables financièrement, sécurisés, fiables et continus, le
    Comité des Ministres du Conseil de l'Europe vient d'adopter une Recommandation aux Etats membres pour
    promouvoir la valeur de service public de l'Internet. L'Internet est un outil essentiel dans nos activités
    quotidiennes. Il nous permet d'exercer nos droits de l'homme, de participer à la vie publique et démocratique,
    de nous exprimer librement, d'échanger et de créer. Il favorise l'exercice et la jouissance de certains droits tout
    en risquant de les affecter parfois (vie privée, dignité de l'être humain et même droit à la vie). Ce texte invite les
    gouvernements à définir les rôles et responsabilités des principales parties prenantes - secteur public, secteur
    privé et société civile. Il encourage notamment le secteur privé à se familiariser avec ses responsabilités
    éthiques en évolution. Les politiques développées devraient viser à promouvoir la protection des droits de
    l'homme, le pluralisme, la diversité culturelle et la démocratie. Les Etats membres devraient favoriser l'accès du
    plus grand nombre à l'Internet et affirmer la liberté d'expression et la libre circulation de l'information sur
    l'Internet tout en veillant à ce que son contenu soit nourri par l'ensemble des régions, pays du monde et
    groupes sociaux. Les Etats doivent s'engager à une coopération juridique internationale afin de renforcer la
    sécurité et le respect du droit international sur Internet. A cette fin, le Comité des Ministres appelle notamment
    les gouvernements à signer et ratifier deux textes du Conseil de l'Europe : la Convention sur la cybercriminalité
    et la Convention pour la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels.
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?id=1207335&Site=CM&BackColorInternet=9999CC&BackColorIntranet=FFBB5
    5&BackColorLogged=FFAC75

.   REINO UNIDO. House of Lords. Science & Technology Select Committee. Personal Internet Security. The
    Government Reply to The Fifth Report from the House of Lords Science and Technology Committee
    Session     2006-07       Hl       Paper      165.       October      2007.       http://www.official-
                                                                                                                     25



    documents.gov.uk/document/cm72/7234/7234.pdf
    http://www.parliament.uk/parliamentary_committees/lords_s_t_select/internet.cfm

.   FRANCIA. Sénat. Commission des affaires culturelles. Presse quotidienne d'information: chronique d'une
    mort annoncée?. Rapport d'information de M. Louis de Broissia n° 13 (2007-2008) - 4 octobre 2007. La
    presse quotidienne d'information politique et générale traverse une période difficile marquée par la désaffection
    de son lectorat, la baisse continue de ses recettes publicitaires et le maintien de coûts de production élevés.
    Créé par la commission des affaires culturelles du Sénat le 23 janvier 2007, le groupe de travail sur la crise de
    la presse a ouvert ses portes à tous les acteurs du secteur afin d'identifier les causes de ce déclin et de faire
    des propositions concrètes susceptibles d'inverser cette tendance. Au terme de ses travaux, il propose cinq
    pistes de réflexion tendant à favoriser la reconquête du lectorat, à faciliter la prise en main du produit presse par
    les jeunes générations, à accélérer l'entrée des entreprises de presse dans l'univers numérique et à conforter le
    statut des journalistes. Ces pistes prennent des formes variées adaptées à la diversité des enjeux : décisions
    internes aux entreprises de presse, modifications législatives et évaluation des politiques d'aides publiques.
    Leur mise en oeuvre rapide permettrait de sortir d'une situation regrettable tant pour le pluralisme de
    l'information que pour le bon fonctionnement de notre démocratie. http://www.senat.fr/noticerap/2007/r07-013-
    notice.html

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress August 29, 2007 Congress and the Internet: Highlights.
    Order Code RL34148. The relationship between Congress and the Internet is complex and multifaceted. Today,
    scores of technology measures are introduced in the House and Senate, influencing the work of nearly all
    congressional committees and Members and spawning the growth of a new array of interest groups. The
    Internet‘s influence is evident within and between the chambers of Congress. Despite widespread discussion
    about how the Internet will revolutionize legislative politics and policymaking, Congress usually reacts cautiously
    to the use of new technologies. This report explores how new technologies are introduced to Congress;
    discusses the impact of the Internet on two key centers of institutional power — committees and political parties
    — and provides a number of summary observations about the internet and congressional governance.
    http://www.fas.org/sgp/crs/secrecy/RL34148.pdf

.   ORGANIZACIÓN PARA LA SEGURIDAD Y LA COOPERACIÓN EN EUROPA. OSCE. Representative on
    Freedom of the Media. Governing the Internet - Freedom and Regulation in the OSCE Region. The focus of
    the report are the implications of Internet regulation on media freedom in the OSCE region. Offers case studies
    from different parts of the OSCE region on how governments, civil society and the telecommunications industry
    can co-operate in their approaches to Internet governance. http://www.osce.org/fom/item_11_25667.html


                        2.14. ORGANIZACIÓN TERRITORIAL DEL ESTADO


.   CONSEJO DE EUROPA. Conférence ministres européens responsables des collectivités locales et
    régionales. « La bonne gouvernance locale et régionale – le défi européen », Valencia (Espagne) 15-16
    octobre                                                                                                2007.
    http://www.coe.int/t/f/affaires_juridiques/d%E9mocratie_locale_et_r%E9gionale/principaux_organes/conference
    _des_ministres_europeens/Valencia_2007/default.asp#TopOfPage Déclaration de Valencia MCL-15(2007)5
    finalhttp://www.coe.int/t/f/affaires_juridiques/d%E9mocratie_locale_et_r%E9gionale/Principaux_organes/Confer
    ence_des_Ministres_europeens/Valencia_2007/MCL-15(2007)5final_FR.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission de l’environnement, de l’agriculture et des
    questions territoriales. Rapport. La régionalisation en Europe. Doc. 11373. 14 septembre 2007. Le rapport
    rappelle l'évolution du régionalisme en Europe au cours de ces dernières années et présente un aperçu de la
    situation dans les différents pays européens régionalisés. Il préconise de ne pas voir dans l'autonomie régionale
    un problème ou un risque, mais de la considérer comme un moyen efficace et intégrateur pour faire participer
    les régions aux processus de décision politique, tant au niveau national qu'européen. Il constate un important
    essor du régionalisme en Europe et le grand intérêt et engagement des régions pour l'Europe. L'autonomie
    régionale doit être comprise comme un moyen d'améliorer, d'approfondir et de mieux ancrer la démocratie dans
    nos pays, parallèlement au processus d'intégration européenne et dans le contexte de la mondialisation en
    cours. L'évolution politique de l'Europe ne permet pas de prévoir l'avenir, mais on peut constater une
    augmentation du nombre d'Etats et une brèche du principe d'intangibilité des frontières. Face à cette réalité
    mouvante, la voie régionaliste, avec ses différentes variantes, offre des garanties de plus grande stabilité
    politique et d'une meilleure prise en compte des principes du Conseil de l'Europe, en particulier en ce qui
    concerne le développement de la démocratie. Le projet de recommandation recommande aux Etats-membres,
    au Comité des Ministres, au Congrès du Conseil de l'Europe et à l'Union européenne de suivre et de
    promouvoir cette voie, en développant les principes de subsidiarité, de proximité, de bonne gouvernance et de
    participation                                                                                          citoyenne.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11373.htm
                                                                                                                  26



.   REINO UNIDO. House of Commons. Communities and Local Government Committee- Seventh Report of
    Session 2006–07. Local Government Finance: Supplementary Business Rate. HC 719-I. Ordered to be
    printed 25 July 2007. The recent Green Paper, The Governance of Britain, contemplates "enabling local
    communities to take decisions about how to use local funds" and ensuring "that local priorities are being met".
    We believe that Sir Michael Lyons' proposal to allow local authorities to make marginal changes to the national
    non-domestic rate which businesses pay as their contribution to the provision of local services is entirely
    consistent with and an attractive step towards achieving this objective. The Government offered, in both the
    March 2007 Budget and its more recently published Sub-national review of economic development and
    regeneration, an encouraging but general reaction, promising to give the matter further consideration and to
    make a more substantive response later this year. That response should, we argue, set in motion a process to
    enable local authorities, including upper and second-tier authorities in two-tier areas, to levy a supplementary
    business rate to increase or decrease the business rate paid by local businesses. While the majority of decision-
    making on the precise nature and purposes of individual levies should be left to the discretion of local
    communities, the Government should set basic parameters to define the operation of supplementary business
    rates and confine the purposes to which any revenue generated might be applied. These parameters should
    include requirements that local authorities secure the agreement of the local business community not only to
    introduce a supplementary business rate but also on the purposes to which revenue may be applied; where
    proposals for a local supplementary business rate contemplate a variation from the national business rate of
    more than 10 per cent, a ballot of the business community affected should be the norm; revenue from a
    supplementary business rate is spent only on genuinely additional projects deemed to benefit the local business
    environment and cannot be used to meet existing spending commitments on the part of local authorities; the
    rate, duration and purposes of each supplementary business rate should be clearly defined the outset; local
    authorities remain liable for any supplementary business rate operating in an area in which they occupy
    buildings, and where a supplementary business rate is introduced in an area where there is already a business
    improvement district, there should be an off-set for BID contributors against their supplementary business rates
    liability. We recognise that the option of raising local funds for local investment through a supplementary
    business rate may be most attractive in highly urbanised areas. The Government should consider further
    options which would be more suitable in other areas. Such reforms to local government revenue should be
    regarded as a first step rather than the last word in a development process of financial devolution.
    http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200607/cmselect/cmcomloc/719/71902.htm


                                2.15. PARLAMENTO Y ELECCIONES


.   FRANCIA. Sénat. Quels indicateurs de performance pour le contrôle parlementaire? L'exemple des
    contrôles de la mission « Action extérieure de l'État ». Rapport d'information de M. Adrien Gouteyron, fait
    au nom de la commission des finances n° 464 (2006-2007), 25 septembre 2007. Le contrôle de l'administration
    par le Parlement, parce que celui-ci est le réceptacle naturel des préoccupations de nos concitoyens,
    représente plus qu'une exigence pour les parlementaires : un devoir. Mais, en matière de contrôle, le Parlement
    a aussi une obligation de résultat. Pas de dénonciation sans proposition, pas de proposition sans analyse des
    suites données à ses propositions, pas de suivi sans initiative destinée à se rappeler au « bon souvenir » d'une
    administration qui serait restée insensible à ses recommandations. Telle est la pratique souhaitable d'un
    contrôle parlementaire désormais astreint à un devoir de performance. Pour cette raison, M Adrien Gouteyron,
    rapporteur spécial de la mission « Action extérieure de l'Etat » a souhaité faire un premier bilan des suites
    données à ses travaux de contrôle en 2006 à l'aide des deux premiers indicateurs de performance du contrôle :
    un indicateur de « bruit médiatique », en progression depuis 2006, et un indicateur relatif à la prise en compte
    des préconisations de la commission des finances. 62 % des préconisations faites en 2006 avaient été
    intégralement prises en compte à la fin septembre 2007. Au cœur du contrôle figure désormais la nécessaire
    amélioration de l'accès à l'information ce qui conduit notamment M. Adrien Gouteyron à souhaiter être
    destinataire de manière systématique des télégrammes diplomatiques à caractère budgétaire.
    http://www.senat.fr/rap/r06-464/r06-4641.pdf

.   FRANCIA. Sénat. La qualité de la loi. Note de synthèse du service des études juridiques n° 3 (2007-2008) -
    1er octobre 2007. La prolifération de normes juridiques - législatives ou réglementaires - de plus en plus
    complexes, et une tendance à la dégradation de la qualité de ces normes, préoccupent de plus en plus les
    pouvoirs publics. Le Conseil constitutionnel, au cours des dernières années, a élaboré une jurisprudence
    tendant à mieux assurer la qualité de la loi, selon deux axes qui peuvent être résumés de la manière suivante: -
    la loi doit satisfaire à certaines exigences d'ordre constitutionnel pour être jugée de « bonne qualité » ; - la
    procédure législative est un instrument de la qualité de la législation. Ce sont ces principes qu'expose la
    présente étude, fondée sur l'analyse de près d'une cinquantaine de décisions du Conseil constitutionnel.
    http://www.senat.fr/ej/ej03/ej03.html

.   FRANCIA. Sénat. Le vote électronique. Étude de législation comparée, n° 176, 1 septembre 2007. Les
    difficultés entraînées par l'utilisation de ces appareils ont suscité de nombreuses interrogations, qui justifient
    l'examen de la situation dans plusieurs pays européens qui expérimentent ou utilisent à plus ou moins grande
    échelle le vote électronique. L'Allemagne, l'Angleterre et le pays de Galles, la Belgique, l'Espagne, l'Irlande,
                                                                                                                     27



    l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal et la Suisse ont donc été retenus. Pour chacun de ces neuf pays, la législation
    relative au vote électronique est analysée et les principales réalisations sont présentées. En revanche,
    l'exemple américain n'a pas été pris en compte. Il a été en effet considéré comme peu pertinent compte tenu en
    particulier de l'extrême dispersion des règles juridiques, de la variété des dispositifs utilisés ainsi que de
    l'ancienneté et du manque de fiabilité de nombre d'entre eux. L'analyse des textes et de la pratique à l'étranger
    montre que :une partie plus ou moins importante du corps électoral vote à l'aide de dispositifs électroniques aux
    Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne; le vote électronique est instauré de façon très progressive en Suisse
    depuis 2003 ; l'Irlande a commencé à introduire le vote électronique en 2002, mais a suspendu son expérience;
    en Angleterre et au pays de Galles, le vote électronique est expérimenté depuis 2000 à l'occasion d'élections
    locales dans plusieurs collectivités, mais sa généralisation n'est plus envisagée ; en Espagne, en Italie et au
    Portugal, le vote électronique ne donne pour l'instant lieu qu'à des tests sans valeur juridique.
    http://www.senat.fr/lc/lc176/lc176_mono.html

.   FRANCIA. Commission des lois et de la mission d'information de la commission des lois. L'expérience des
    parlements nationaux au sein de l'Union européenne : une source d'inspiration pour la modernisation
    du Sénat. Les exemples luxembourgeois, belge, portugais, grec, tchèque, autrichien et slovaque.
    Rapport d'information de MM. Patrice Gelard et Jean-Claude Peyronnet. N° 418 (2006-2007) - 25 juillet 2007.
    La commission des Lois a reconduit en 2007 sa mission d'information confiée conjointement à MM. Patrice
    Gélard et Jean-Claude Peyronnet, sur les parlements des pays membres de l'Union européenne, afin de
    contribuer àla réflexion sur la modernisation des méthodes de travail du Sénat. Après s'être rendus dans les
    parlements de six pays en 2006, les rapporteurs, accompagnés d'autres membres de la commission, se sont
    rendus au Luxembourg, en Belgique, au Portugal, en Grèce, en République tchèque, en Autriche et en
    Slovaquie, afin d'étudier plus particulièrement quatre thèmes : -la modernisation de la procédure législative ; -
    les droits de la minorité ; -la mise en œuvre des instruments de contrôle ; -le rôle du parlement dans la conduite
    des affaires européennes. Au-delà du contexte culturel et institutionnel propre à chaque pays, apparaissent des
    traits caractéristiques dont le Sénat peut tirer des enseignements. Les parlements de nos voisins européens ont
    en effet des préoccupations communes telles que l'utilisation du temps de la séance plénière,le renouvellement
    des outils de contrôle, l'efficacité du suivi des affaires européennes ou le recours aux technologies d'information
    dans le cadre de la procédure parlementaire. Aussi les rapporteurs présentent-ils vingt-et-une propositions
    destinées à améliorer les méthodes de travail du Sénat. http://www.senat.fr/rap/r06-418/r06-418.html

.   REINO UNIDO. House of Commons Library. Pre-election contacts between civil servants and opposition
    parties Standard Note: SN/PC/3318. Last updated: 22 August 2007. By convention, Opposition parties are
    entitled to enter into confidential discussions with senior civil servants in the run-up to a general election. These
    contacts are intended primarily to allow Opposition spokesmen to familiarise themselves with aspects of
    departmental organisation and to inform civil servants of likely changes to the machinery of government in the
    event of a change of government. This note outlines the current arrangements and also provides a brief history
    of the convention. http://www.parliament.uk/commons/lib/research/notes/snpc-03318.pdf

.   FRANCIA. Assemblée Nationale. Rapport fait au nom de la commission des lois constitutionnelles, de la
    législation et de l'administration générale de la République sur le projet de loi (n° 13), adopté par le Sénat,
    portant création d’une délégation parlementaire au renseignement. N° 83. Enregistré à la Présidence de
    l’Assemblée nationale le 18 juillet 2007. Par M. Bernard Carayon. http://www.assemblee-
    nationale.fr/13/pdf/rapports/r0083.pdf


                                            2.16. SANIDAD


.   CONSEJO DE EUROPA/ MINISTERIO DE SALUD JUVENTUD Y DEPORTE -AGENCIA DE BIOMEDICINA
    (FRANCIA) Colloque européen ''Tests génétiques en accès libre et pharmacogénétique: quels enjeux
    individuels et collectifs en Europe?'' - 2 octobre 2007, Paris (France). Dossier de Presse
    http://www.coe.int/t/dc/files/themes/bioethique/dossier_presse_fr.pdf

.   ORGANIZACION MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). Noticia 24 octubre 2007. La OMS publica nuevos
    patrones para documentar el estado de salud de niños y jóvenes. En el código habida cuenta de la
    importancia de disponer de descripciones precisas del estado de salud de los niños, se utiliza una metodología
    que desde hace largo se aplica de forma estándar a los adultos. Considerando a los niños y jóvenes en el
    contexto de su medio ambiente y su proceso de desarrollo continuo, la ICF-CY aplica códigos de clasificación a
    cientos de funciones y estructuras corporales, actividades y formas de participación, así como a diversos
    factores ambientales que limitan o posibilitan el desempeño de los jóvenes en una serie de actividades
    cotidianas. El crecimiento rápido y los cambios veloces que ocurren durante los dos primeros decenios de vida
    no se reflejaban lo suficiente en la Clasificación internacional del funcionamiento de la discapacidad y de la
    salud (CIF), precursora de la ICF-CY. Esta última aborda con mayor detalle ese periodo importante del
    desarrollo. Gracias a su nuevo sistema de codificación estandarizado, ayudará a los clínicos, educadores,
    investigadores, administradores, instancias normativas y padres a documentar y cuantificar las características
    importantes     del    crecimiento,    de    la   salud    y    del    desarrollo  de    niños    y   jóvenes.
                                                                                                                   28



    http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr59/es/index.html    International         Classification   of
    Functioning,       Disability        and         Health     for Children      and            Youth       (ICF-CY)
    http://www.who.int/classifications/icf/site/icftemplate.cfm

.   FRANCIA. Office parlementaire d'évaluation des politiques de santé. La prise en charge précoce des
    accidents vasculaires cérébraux. Rapport de M. Jean BARDET, n° 475 (2006-2007) - 28 septembre 2007.
    Chaque année, 130 000 personnes sont hospitalisées pour un accident vasculaire cérébral (AVC) en France.
    Les AVC sont devenus la deuxième cause de décès par maladie vasculaire et la 1ère cause de handicap
    invalidant dans notre pays. Deux progrès majeurs -les unités de soin neuro-vasculaire et la thrombolyse
    médicamenteuse-, ont apporté à la thérapeutique des moyens de lutte décisifs dans le traitement des accidents
    vasculaires cérébraux (AVC). Mais les victimes d'AVC ne peuvent en tirer un bénéfice que dans le cadre d'une
    organisation des soins permettant une prise en charge précoce. C'est pourquoi l'OPEPS a engagé une étude
    destinée à évaluer la prise en charges des AVC en France, l'objectif de parvenir à un certain nombre de
    recommandations propres à améliorer le dispositif actuel. L'étude a été confiée, après appel d'offres, au bureau
    d'études REES-france (réseau d'évaluation en économie de la santé) qui a travaillé en collaboration avec la
    société française neuro-vasculaire (SFNV) et la Société française d'économie de la santé (SFES). Après un état
    des lieux des pratiques actuelles et des préconisations professionnelles, l'étude revient sur les perspectives
    d'évolution à court terme de l'offre de soins et identifie les obstacles à une prise en charge précoce des AVC.
    Sur la base de cette étude, le rapport présenté par M. Jean Bardet présente douze propositions pour faciliter
    l'accès des victimes d'AVC aux unités neuro-vasculaires et à la thrombolyse, dans le cadre de dispositifs
    régionaux de prise en charge cohérents et efficaces. http://www.senat.fr/noticerap/2006/r06-475-notice.html

.   FRANCIA. Comité national de suivi du développement des soins palliatifs et de l'accompagnement :
    rapport annuel. Régis Aubry. Après avoir présenté les enjeux d'une politique de développement des soins
    palliatifs, le rapport en étudie les besoins, la législation, les compare aux soins de fin de vie dans les autres
    pays. Il propose que les soins palliatifs soient intégrés à la pratique soignante (sensibilisation et formation des
    acteurs de santé, développement de la recherche) et qu'une information soit diffusée auprès du grand public,
    sur la fin de vie, la mort et les soins palliatifs. Il insiste sur les droits des malades et l'accompagnement des
    familles. Il émet des propositions : faciliter le maintien au domicile de la personne malade, rémunérer un congé
    de         quinze       jours      pour         l'accompagnement          d'un      proche       en      fin     de
    vie...http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/074000616/0000.pdf

.   ORGANIZACION DE LAS NACIONES UNIDAS PARA LA AGRICULTURA Y LA ALIMENTACION (FAO).
    Noticia 9 octubre 2007. Buenos hábitos alimentarios contra la malnutrición y las enfermedades
    relacionadas con la dieta. La FAO publica una guía para la educación nutricional en las escuelas.
    Educar a los escolares en una nutrición sana es una de las estrategias más efectivas para superar la
    malnutrición y las enfermedades crónicas relacionadas con la dieta, pero esta materia ha sido descuidada
    durante mucho tiempo, según advirtió hoy la FAO. Por ello la Organización de la ONU ha anunciado la
    publicación de una nueva y completa guía para el desarrollo de planes de estudios que incluyan la educación
    nutricional en las escuelas primarias. Una buena educación en nutrición puede concienciar a los niños de la
    forma de conseguir una dieta nutritiva con recursos limitados; cómo preparar y manejar alimentos de forma
    segura y la forma de evitar las enfermedades de origen alimentario. Como futuros padres, aprenden los efectos
    benéficos de la lactancia materna y la alimentación complementaria, y podrán educar a sus hijos sobre cómo
    seguir una dieta equilibrada y de calidad. http://www.fao.org/newsroom/es/news/2007/1000673/index.html.
    Nutrition Education in Primary Schools. A Planning Guide For Curriculum Development.
    http://www.fao.org/docrep/009/a0333e/a0333e00.htm

.   FRANCIA. Sénat. Commission des affaires sociales. Offre de soins : comment réduire la fracture
    territoriale?. Rapport d'information de M. Jean-Marc Juilhard n° 14 (2007-2008) - 4 octobre 2007. Jamais la
    France n'a compté autant de médecins en activité. Pourtant, dans certaines parties du territoire, des difficultés
    d'accès aux soins sont perceptibles et s'accroissent sous les effets conjugués de la baisse du nombre de
    médecins en formation et du vieillissement de la population. Conscient de la gravité de la situation, le
    gouvernement a mis en place depuis quatre ans un important dispositif d'aides. Actionnées par les caisses
    d'assurance maladie et les collectivités locales, ces aides constituent une première réponse positive, mais sans
    doute insuffisante, à la crise de la démographie médicale. Ce rapport a pour but d'étudier les motivations à
    l'installation des médecins et les aspirations des étudiants en médecine, d'analyser la pertinence des mesures
    déjà en vigueur et de proposer des solutions innovantes et plus diversifiées que celle de l'incitation financière
    qui a montré ses limites. Il met notamment en lumière l'expérience probante que constitue une structure d'offre
    de soins nouvelle : la maison de santé pluridisciplinaire. http://www.senat.fr/rap/r07-014/r07-014.html

.   ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). Noticia. 5 octubre 2007. Premier guide sur les soins
    palliatifs en cas de cancer avancé. Le guide est publié en marge de la Journée mondiale des soins aux
    mourants et des soins palliatives, observée le 6 octobre. L'administration des soins palliatifs permet d'améliorer
    la qualité de vie des patients et de leur familles confrontés à une maladie meurtrière, en proposant des
    traitements qui soulagent la douleur et atténuent d'autres symptômes débilitants. Pourtant, les statistiques
    indiquent que tous les ans 4,8 millions de cancéreux qui souffrent beaucoup ou modérément de cette maladie
    ne reçoivent aucun traitement. «Tout le monde a le droit d'être soigné et de mourir avec dignité. Le
                                                                                                                 29



    soulagement de la douleur, qu'elle soit physique, psychologique, spirituelle ou sociale, est un droit de l'homme
    », a déclaré le docteur Catherine Le Galès-Camus, Directrice adjointe de l'OMS pour les maladies non-
    transmissibles et la santé mentale. Le nouveau guide s'adresse essentiellement aux agents de la santé
    publique, leur offrant des conseils sur la manière d'analyser la situation sur le plan national et d'y réagir et
    énumérant un certain nombre de soins de santé à faible coût destinés aux mourants. En 2005, sur les 58
    millions de décès enregistrés dans le monde, 7,6 millions de personnes sont mortes du cancer. Plus de 70%
    des décès provoqués par ce fléau sont enregistrés dans les pays en développement, dont les moyens de
    prévention et de traitement sont insuffisants. D'après les projections de l'OMS, le nombre de décès provoqués
    par le cancer devraient augmenter dans les années à venir, pour atteindre les 11,4 millions en 2030.
    http://www.who.int/cancer/media/FINAL-PalliativeCareModule.pdf

.   REINO UNIDO. 4 October 2007. Department of Health. Our NHS Our future: NHS next stage review, interim
    report. The interim report, Delivering high quality care for all, was released at today's launch. It stresses the
    importance of innovation within the NHS and includes a proposal to set aside up to £100m to fund the
    development                            of                            hi-tech                          healthcare.
    http://www.dh.gov.uk/prod_consum_dh/idcplg?IdcService=GET_FILE&dID=150497&Rendition=Web Summary
    http://www.dh.gov.uk/prod_consum_dh/idcplg?IdcService=GET_FILE&dID=150496&Rendition=Web

.   ORGANIZACION MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). Noticia. 21 septiembre 2007. La OMS insiste en la
    necesidad de velar por la seguridad de los medicamentos de uso pediátrico. La falta de datos clínicos
    exhaustivos y fiables sobre la manera en que los medicamentos afectan a los niños exige que se refuercen el
    seguimiento y la vigilancia de la seguridad de dichos productos. Este es el mensaje fundamental de Promoting
    Safety of Medicines for Children, publicado hoy por la OMS. En esta publicación se presentan una panorámica
    del problema y soluciones para abordar de forma óptima la cuestión de los efectos colaterales de los
    medicamentos en los niños, en particular mediante mejores sistemas de notificación y una colaboración entre
    los gobiernos, las autoridades normativas, las instituciones de investigación y la industria farmacéutica. La
    publicación forma parte de un amplio esfuerzo iniciado por la OMS para ampliar el acceso de los niños a
    medicamentos             de          calidad         garantizada,         seguros          y        eficaces.
    http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr51/es/index.html Promoting Safety of Medicines for
    Children
    http://www.who.int/entity/medicines/publications/essentialmedicines/Promotion_safe_med_childrens.pdf

.   ESTADOS UNIDOS. CRS Report for Congress September 4, 2007. Food Safety: Selected Issues and Bills
    in the 110th Congreso Order Code RL34152. A series of widely publicized food safety problems, including
    concerns about adulterated pet food ingredients and farmed seafood from China, foodborne illness outbreaks
    linked to the bacterium E. coli O157:H7 on leafy produce from California, and a national recall of peanut butter
    due to Salmonella contamination, have made food safety a top issue for a number of lawmakers in the 110th
    Congress. Several Members have introduced bills to alter the current U.S. food safety system and/or increase
    spending, which they assert is needed to meet current obligations to protect consumers from unsafe food. This
    report describes a number of these measures. Reorganization of Food Safety Responsibilities, Food Import
    Oversight, Notification and Recall Authority and Traceability, State-Inspected Meat and Poultry.
    http://fpc.state.gov/documents/organization/92954.pdf

.   ORGANIZACION MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). 23 agosto 2007. Informe sobre la salud en el mundo
    2007. Un porvenir más seguro: protección de la salud pública mundial en el siglo XXI. La seguridad
    sanitaria mundial depende más que nunca de la cooperación internacional y la voluntad de todos los países de
    actuar eficazmente para enfrentar las amenazas nuevas y emergentes. Éste es el mensaje claro del informe
    sobre la salud en el mundo de este año, titulado Un porvenir más seguro, que finaliza con las seis
    recomendaciones fundamentales siguientes para tener el nivel más alto de seguridad sanitaria mundial:
    Aplicación plena del Reglamento Sanitario Internacional revisado (RSI 2005), por todos los países; cooperación
    mundial en las actividades de vigilancia y de alerta y respuesta ante brotes epidémicos; intercambio abierto de
    conocimientos, tecnología y material, incluidos virus y otras muestras de laboratorio, necesarios para optimizar
    la seguridad sanitaria mundial; la responsabilidad mundial de fortalecer la capacidad de la infraestructura de
    salud pública de todos los países; la colaboración estatal entre los diversos sectores; mayores recursos
    mundiales y nacionales para formación, vigilancia, capacidad de laboratorio, redes de respuesta y campañas
    de       prevención.      http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr44/es/index.html          Informe
    http://www.who.int/whr/2007/es/index.html


                                          2.17. SOCIEDAD


.   ESTADOS UNIDOS. Report for Congress October 30, 2007. The Law of Church and State: U.S. Supreme
    Court Decisions Since 2002 .Order Code RL 34223. The First Amendment to the U.S. Constitution provides
    that ―Congress shall make no law respecting the establishment of religion, or prohibiting the free exercise
    thereof....‖ The language is commonly referred to as the Establishment Clause and the Free Exercise Clause.
    The two clauses serve to balance the collective freedom so that the government may neither coerce nor prohibit
                                                                                                                      30



    citizens‘ participation in religion. The U.S. Supreme Court historically has rendered its decisions on both clauses
    without applying brightline rules. Recent political developments have raised new questions of church-state
    relations. Since taking office in 2000, President George W. Bush has implemented the Faith-Based Initiative,
    which has brought several First Amendment issues to the Court. Recent legislation provides vouchers for
    private schools and public funding to religious organizations with a social purpose. Furthermore, the makeup of
    the Court has changed within the last five years, with Chief Justice Roberts and Justice Alito replacing Chief
    Justice Rehnquist and Justice O‘Connor. This may result in a shift in the Court‘s understanding of the religion
    clauses. In the Court‘s recent cases, decided in the midst of these changes, the balance between non-
    establishment and free exercise continues to be decided on the basis of the facts specific to each case. The
    Court has decided somewhat similar cases differently, with the outcome turning on the details, suggesting that
    specific context may be the most determinative factor in church-state decisions. This report explains the
    holdings of each of the Court‘s church-state cases since 2002, and also explains the position of Justices who
    concurred in the judgments or dissented in each case. http://fpc.state.gov/documents/organization/94851.pdf

.   ORGANIZACION MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). Noticia 29 octubre 2007. Iniciativa para asegurar el
    registro de nacimientos y defunciones. La Red de Sanimetría hace hoy un llamamiento para alentar a los
    países a que contabilicen todos los nacimientos y defunciones mediante el registro civil. La Red de Sanimetría
    es una alianza mundial – dirigida por la Organización Mundial de la Salud (OMS) – que se estableció con el fin
    de abordar la falta de información sanitaria fiable en los países en desarrollo. El registro civil es el medio del
    que se sirven los países para hacer un seguimiento de los nacimientos, las defunciones y el estado civil de su
    población. Ese sistema es la mejor forma de crear estadísticas vitales, es decir, un registro de los nacimientos,
    las defunciones y sus causas. Dichas estadísticas son necesarias para saber si los programas de salud
    funcionan como es debido. También son esenciales para evaluar si los recursos de la ayuda para el desarrollo
    se utilizan correctamente. http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr57/es/index.html

.   ITALIA. Governo. Dossier 25 ottobre 2007. Abuso di alcol: guide per genitori e ragazzi. Nei ragazzi sotto i 16
    anni bere sostanze alcoliche può produrre effetti sul sistema nervoso centrale e sull'intero organismo. Non
    esiste una quantità "sicura" per il consumo di alcol: si può solo parlare di quantità a basso rischio, ma i rischi
    esistono per qualsiasi livello di consumo. L'uso di alcol è visto spesso dagli adolescenti come un rituale avente
    lo scopo di creare legami e di permettere interazioni più distese: in sostanza, di sentirsi adulti. Ma l'abuso di
    alcol può essere la spia di condizioni psicopatologiche sottostanti, e quindi il proibire senz'altro ad un
    adolescente di assumere bevande alcoliche fa correre il rischio di ottenere un effetto contrario a quello voluto.
    Questi sono soltanto alcuni dei consigli contenuti nella doppia guida, per i genitori e per gli adolescenti,
    sull'abuso di alcol, realizzata dai medici dell'Ospedale Bambino Gesù di Roma. Bere più bevande alcoliche in
    genere nel fine settimana è un nuovo stile di consumo, sempre più diffuso tra i giovani e, secondo i dati
    dell'Organizzazione Mondiale della Sanità (OMS), è addirittura in crescita. La guida offre ai genitori
    suggerimenti su come riconoscere i segnali di allarme, per poter affrontare la questione con i figli (per esempio,
    discutendo con loro sulle etichette delle bevande che li attirano, e spiegando loro che cosa è la gradazione
    alcolica). http://www.governo.it/GovernoInforma/Dossier/alcol_guide/index.html

.   CONSEJO DE EUROPA. Congrès des pouvoirs locaux et régionaux. Commission Permanente Commission
    Institutionnelle. Charte urbaine européenne II Manifeste pour une nouvelle urbanité. Carlos Alberto Pinto.
    CPL(14)7.                22            octobre           2007.            Session              d'automne
    https://wcd.coe.int/ViewDoc.jsp?Ref=CPL(14)7&Language=lanFrench&Ver=PartII&Site=Congress&BackColorIn
    ternet=e0cee1&BackColorIntranet=e0cee1&BackColorLogged=FFC679

.   ITALIA. Governo. 3 ottobre 2007. Rapporto dell’Osservatorio sulla prostituzione. Più attenzione e tutela dei
    minori, con una stretta sui clienti che vanno con le prostitute minorenni, ed esclusione della prostituzione in
    alcuni luoghi pubblici quali quelli frequentati da minorenni, luoghi di culto, ospedali. Sono queste alcune misure
    proposte dall'Osservatorio sulla prostituzione e sui fenomeni delittuosi ad essa connessi. Tra le misure proposte
    figura l'introduzione di una disciplina speciale della prescrizione per i reati di sfruttamento sessuale, tratta,
    abuso sessuale, prostituzione, commessi in danno di minori. Ulteriori misure di prevenzione, quali il divieto di
    accesso ai luoghi frequentati dai minori nei confronti delle persone che risultano pericolose per l'integrità fisica o
    morale degli stessi. L'introduzione di misure cautelari come il divieto di avvicinamento ai luoghi abitualmente
    frequentati dalla persona offesa nei confronti di imputati per reati di prostituzione minorile, tratta, riduzione in
    schiavitù in danno di minori, nonché dell'allontanamento dalla casa familiare quando l'imputato sia un familiare
    della vittima. http://www.governo.it/GovernoInforma/Dossier/osservatorio_prostituzione/index.html

    ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE LA SALUD (OMS). Noticia. 1 octubre 2007. La OMS presenta una guía sobre
    ciudades "amigas de los mayores". La guía está dirigida principalmente a los planificadores urbanos, pero
    también a los ciudadanos de edad, quienes la podrán utilizar a fin de seguir de cerca los progresos realizados
    para que las ciudades sean más «amigas de los mayores». Su columna vertebral es una lista de verificación de
    características "amigas de los mayores". Por ejemplo, una ciudad "amiga de los mayores" promueve el
    transporte a pie en la ciudad y el disfrute de espacios verdes urbanos, tiene suficientes asientos públicos bien
    ubicados, bien mantenidos y seguros, y suficientes baños públicos limpios, seguros, accesibles para personas
    con            discapacidad             y          dotados          de            indicaciones            claras.
    http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr53/es/index.html
                                                                                                                         31




.   FRANCIA. Sénat. La lutte contre la dépendance aux jeux. Étude de législation comparée
    n° 175, 1 septembre 2007. Ce document porte sur six pays : l'Allemagne, la Belgique, le Danemark, la Grande-
    Bretagne, l'Italie et les Pays-Bas. L'étude analyse les textes législatifs et réglementaires ainsi que des
    principales mesures d'autodiscipline prises par les professionnels. Elle montre que le risque de dépendance est
    très diversement reconnu selon les pays. Si les lois anglaise et belge prennent explicitement en compte la
    pathologie du jeu et si la loi danoise sur les machines à sous affecte une partie des recettes de ces dernières
    au traitement de la dépendance, aux Pays-Bas, l'exploitant des casinos s'est engagé dans une politique active
    de prévention de la dépendance. En revanche, en Italie, aucune réelle politique de lutte contre la dépendance
    aux jeux n'est menée http://www.senat.fr/lc/lc175/lc175_mono.html

.   ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE DU CONSEIL DE L'EUROPE / CONFERENCE DES ASSEMBLEES
    LEGISLATIVES REGIONALES EUROPEENNES (CALRE). Conférence des Parlements nationaux et des
    Assemblées régionales « Démocratie représentative, affaires européennes, citoyenneté active »
    Strasbourg, 12 septembre 2007. L'objectif de cette Conférence est de faire un état des lieux de la démocratie
    représentative à ses différents niveaux, d‘échanger des expériences et d‘esquisser l‘avenir de la coopération
    interparlementaire      entre     les     niveaux     central    et     régional.     Déclaration      finale
    http://assembly.coe.int/Conferences/2007Strasbourg/Declaration_FR.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission sur l'égalité des chances pour les femmes et
    les hommes Rapport. « Les parlements unis pour combattre la violence domestique contre les femmes »
    : évaluation à mi-parcours de la campagne . Doc. 11372. 13 septembre 2007. Depuis juin 2006, de
    nombreux parlements nationaux ont contribué activement, par des actions de sensibilisation et des réformes
    législatives, à la mise en œuvre de la dimension parlementaire de la campagne du Conseil de l‘Europe pour
    combattre la violence à l‘égard des femmes, y compris la violence domestique. A ce jour, 44 parlementaires de
    référence ont été nommés et travaillent en réseau, permettant ainsi la mise en commun de bonnes pratiques
    développées au niveau national, un échange d‘informations utiles pour l‘analyse du phénomène de violence
    faites aux femmes et l‘adoption de mesures efficacesLe rapport fait mention de nombreuses bonnes pratiques
    développées par les parlements nationaux qui sont invités à poursuivre les efforts entrepris, à se joindre aux
    actions paneuropéennes proposées par l‘Assemblée parlementaire. A mi-parcours de la campagne, les
    parlements nationaux sont appelés à renforcer leurs actions, à adopter des lois contre la violence à l‘égard des
    femmes ou à en contrôler l‘application, à diffuser le matériel d‘information de la campagne et à mettre en place
    un groupe de parlementaires hommes engagés dans la lutte contre la violence à l'égard des femmes. Les
    parlements nationaux sont également invités à préparer, d'ici avril 2008, l‘évaluation de la dimension
    parlementaire de la Campagne en s‘appuyant sur des mesures phares proposées par la Commission sur
    l‘égalité des chances pour les femmes et les hommes, qui incluent la pénalisation de la violence domestique, y
    compris la pénalisation du viol marital, l‘éloignement du conjoint ou du partenaire violent, la création de centres
    d‘hébergement sûrs, la garantie à un accès effectif à la justice, ou l‘affectation de ressources budgétaires
    suffisantes           pour           la            mise           en           œuvre             des           lois.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11372.htm

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission sur l’égalité des chances pour les femmes et
    les hommes. Rapport. Prostitution – quelle attitude adopter ?. Doc. 11352. 19juillet 2007. La prostitution
    forcée et la traite des êtres humains, qui constituent une forme moderne d'esclavage et l'une des plus graves
    violations des droits de l'homme aujourd'hui en Europe, devraient être condamnées sans réserve. Il faut
    combattre ces crimes fermement et protéger les victimes, en s‘appuyant de préférence sur la Convention du
    Conseil de l‘Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.La prostitution enfantine doit être combattue
    tout aussi énergiquement, sinon plus, que les autres formes de prostitution forcée. Une approche fondée sur la
    tolérance zéro et axée sur la prévention, la protection des victimes et la poursuite des clients, s‘impose. Pour ce
    qui est de la prostitution volontaire, définie comme la prostitution exercée par des personnes de plus de 18 ans
    qui ont choisi la prostitution comme moyen de gagner leur vie, les attitudes adoptées par les 47 États membres
    du Conseil de l‘Europe sont très variées. Historiquement, on peut distinguer trois approches : prohibitionniste,
    réglementariste et abolitionniste. La Suède a récemment inventé une nouvelle approche, généralement
    qualifiée de néo-abolitionniste. Les États membres du Conseil de l‘Europe devraient se doter d‘une politique
    explicite à l‘égard de la prostitution adulte volontaire. Ils doivent éviter les normes discriminatoires et les
    politiques qui poussent les prostitué(e)s à la clandestinité ou vers les proxénètes, car ils/elles n‘en deviennent
    que plus vulnérables – ils devraient plutôt les autonomiser. Les États membres devraient, en particulier,
    s‘abstenir de réprimer les prostitué(e)s, notamment sur le plan pénal. Ils devraient développer des programmes
    pour aider les prostitué(e)s qui le souhaiteraient à quitter le métier et traiter leurs vulnérabilités individuelles. Les
    problèmes structurels sous-jacents doivent également être traités, afin d‘éviter que des personnes ne soient
    « contraintes »             à           se           prostituer             par            les            circonstances.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11352.htm

.   ORGANIZACIÓN MUNDIAL DE LA SALUD. 14 septembre 2007. Nouvelles lignes directrices pour améliorer
    l'aide psychologique et sociale en situation d'urgence. Les organisations humanitaires internationales se
    sont entendues sur un nouvel ensemble de lignes directrices pour couvrir les besoins des survivants en matière
    de santé mentale et de soutien psychosocial dans le cadre d' interventions lors de conflits ou de catastrophes.
                                                                                                                   32



    Les lignes directrices du Comité permanent interorganisations (CPI) des Nations Unies relatives à la santé
    mentale et au soutien psychosocial en situation d'urgence, énoncent clairement que la protection et la
    promotion de la santé mentale et du bien-être psychosocial incombent à toutes les organisations humanitaires
    et à tous ceux qui travaillent dans ce domaine. Jusqu'à présent, de nombreuses personnes participant aux
    interventions d'urgence ont considéré que ce domaine relevait de la seule compétence des psychiatres et des
    psychologues. http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2007/pr46/fr/index.html

.   PORTUGAL. Programa de apoio ao crescimento da natalidade. 2007-07-26. O Conselho de Ministros
    aprovou um diploma que concede o abono de família pré-natal e procede à majoração do abono de família a
    crianças e jovens nas famílias com dois ou mais filhos durante o segundo e o terceiro anos de vida das
    crianças, na sequência do anúncio do Primeiro-Ministro no debate do estado da Nação. O abono pré-natal é
    atribuído às mães, a partir da 13.ª semana de gestação, e tem o valor do abono de família que é hoje atribuído
    durante o primeiro ano da criança. Por outro lado, duplica-se o abono às crianças entre 1 e 3 anos, sempre que
    exista na família outra criança, e triplica-se o abono às crianças, sempre que exista na família duas outras
    crianças com direito a abono de família. O diploma integra-se nos apoios às políticas de família e natalidade.
    Estas medidas juntam-se ao desenvolvimento do PARES, que financia ou vai financiar novas creches para
    cerca                        de                      15                       mil                      crianzas
    http://www.portugal.gov.pt/Portal/PT/Governos/Governos_Constitucionais/GC17/Conselho_de_Ministros/Comu
    nicados_e_Conferencias_de_Imprensa/20070726.htm
    http://www.portugal.gov.pt/Portal/PT/Governos/Governos_Constitucionais/GC17/Ministerios/MTSS/Comunicaca
    o/Programas_e_Dossiers/20070723_MTSS_Prog_Natalidade.htm

.   REINO UNIDO. House of Commons Library. Prime Ministerial involvement in ecclesiastical appointments.
    Standard Note: SN/PC/4403. Last updated: 24 July 2007 This note sets out the Government‘s proposals to
    reform the Prime Minister‘s involvement in ecclesiastical appointments. It explains the current system, where the
    Prime Minister is given two names and puts one forward to the Monarch, and discusses whether the Prime
    Minister could be removed altogether from the process. It is often asserted that the Prime Minister cannot be a
    Roman        Catholic.      This     paper       explains       why       this     is      not      the     case.
    http://www.parliament.uk/commons/lib/research/notes/snpc-04403.pdf


                    2.18. TRABAJO, SEGURIDAD SOCIAL, POLÍTICA SOCIAL


.   OCDE. Pallier l’insuffisance des retraites : le rôle des pensions privées. Octobre 2007. Synthèses
    http://www.oecd.org/dataoecd/61/35/39526298.pdf

.   FRANCIA. Sénat. Mission d'évaluation et de contrôle de la sécurité sociale et de la commission des affaires
    sociales. Protection sociale: trouver la ressource juste, promouvoir les bons usages. Rapport
    d'information de M. Alain Vasselle, n° 66 (2007-2008) - 31 octobre 2007. Les déficits structurels qui affectent
    aujourd'hui les branches Maladie et Vieillesse de la sécurité sociale obligent à conduire une action vigoureuse
    pour maîtriser les dépenses. Or, cette démarche, certes prioritaire, ne suffira pas pour faire face à l'évolution
    prévisible des besoins d'une population vieillissante. Préparer l'avenir suppose donc aussi: la mobilisation de
    nouvelles ressources, dont l'assiette de prélèvement doit être à la fois productive, compatible avec l'ouverture
    de notre économie et socialement acceptée; un pilotage plus efficace des finances publiques, tenant compte de
    la diversité des budgets de l'Etat, de la sécurité sociale et des collectivités locales, tout en offrant une vision
    globale des prélèvements obligatoires opérés sur nos concitoyens. De nombreux débats, parfois polémiques,
    ont été ouverts dans ces deux directions. La Mecss a souhaité en rendre compte pour forger sa propre doctrine
    sur les options à retenir : doit-on remplacer les cotisations assises sur les salaires par une taxe d'assiette plus
    large tenant compte de la valeur ajoutée ; par exemple, la TVA sociale ? Doit-on préconiser la fusion des lois de
    finances et des lois de financement ? Certaines branches de la sécurité sociale, la branche Famille notamment,
    devraient-elles être budgétisées ? Au terme d'un long travail préparatoire, la Mecss a constaté une
    convergence de vues sur la nécessité d'écarter des solutions inadaptées qui créeraient plus de difficultés
    qu'elles n'en résoudraient et a recensé d'autres pistes, à son sens plus prometteuses, que le présent rapport se
    propose d'explorer. http://www.senat.fr/noticerap/2007/r07-066-notice.html

.   CONSEJO DE EUROPA. Assémblee parlamentaire. Situation des travailleurs migrants dans les agences
    de         travail      temporaire      (ATT).      Doc.    11447.     29      octobre      2007.
    http://assembly.coe.int/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11447.pdf

.   FINLANDIA. Primer Ministre’s. 3 October 2007. Recruitment problems, labour supply and workers’
    mobility. 17/2007. This summary report analyses the matching of labour supply and demand, as well as
    workers’ mobility and labour supply for the unemployed and other groups currently outside the labour force in
    Finland. The report, compiled by the Secretariat of the Economic Council, contains an assessment of the
    current situation regarding recruitment problems, as well as an overall review of the factors affecting job-
    matching, occupational and regional worker mobility and general incentives for easing labour supply problems.
    In addition, the policy response to mismatch problems is discussed. The report draws upon three independent
                                                                                                                          33



    studies commissioned by the secretariat for this purpose. http://www.vnk.fi/julkaisukansio/2007/j05-17-
    rekrytointiongelmat-tyovoiman-tarjonta/pdf/Recruitment.pdf

.   CONSEJO DE EUROPA. Assemblée Parlamentaire. Commission des questions économiques et du
    développement.rapport. Réaliser la croissance économique tout en préservant la protection sociale en
    Europe à l'ère de la mondialisation. Doc. 11366. 9 août 2007. La mondialisation, que l'on peut définir comme
    étant l'intégration économique toujours plus étroite de tous les pays du monde, présente à la fois des
    opportunités et des risques pour les Etats membres du Conseil de l'Europe. Au nombre des opportunités, que le
    rapport incite vivement les pays européens à saisir, figurent une croissance et une prospérité accrues grâce à
    des exportations en expansion, à des importations moins chères, à des coûts de production plus bas, à une
    attraction de l'investissement étranger et à un retour sur investissement à l'étranger plus lucratif. La
    mondialisation offre une opportunité d'externaliser des activités à plus faible valeur ajoutée vers le reste du
    monde, par le transfert d‘investissements et d‘emplois qui font cruellement défaut notamment vers les
    économies émergentes à bas coûts salariaux, tout en permettant à l'Europe de se spécialiser dans les produits
    et services à plus forte valeur ajoutée. Parmi les risques qui ont été associés à la mondialisation, on citera le fait
    que ses avantages ne sont pas partagés équitablement dans les économie avancées, avec des pertes dans les
    revenus du travail, ou entre pays, alors que les pays les moins développés sont ceux qui tirent le moins de la
    mondialisation ; le fait que la relocalisation de production se fait dans des pays appliquant des normes peu
    rigoureuses en matière de protection sociale et environnementale, ce qui sape ces normes ainsi que l'emploi
    dans les pays avancés ; et le fait que le processus d'ajustement à la mondialisation dans ces mêmes pays
    avancés est inadéquat. Pour maximiser les bénéfices en termes de croissance tout en préservant les normes
    élevées de protection sociale qui comptent au nombre des valeurs les plus chères au Conseil de l'Europe, ainsi
    que pour garantir que les avantages procurés par la mondialisation sont partagés équitablement et par le plus
    grand nombre, le rapport souligne que les gouvernements doivent gérer de près et diriger le processus
    d'ajustement. Le rapport recommande de stimuler l'emploi par une plus grande flexibilité du marché de la main
    d'œuvre (tout en préservant une protection sociale forte pour les personnes touchées), et par l'investissement
    dans l'innovation, la recherche et le développement, de sorte que l'Europe reste en tête dans la production de
    biens et de services à forte valeur ajoutée. L'investissement dans les politiques sociales et de l'éducation
    devrait couvrir l'éducation et la formation tout au long de la vie, le soutien à la mobilité vers le haut en cas de
    restructuration, et l'égalité entre les sexes. Le rapport invite les dirigeants européens à militer pour une vision
    combinant croissance économique et protection sociale dans le nouveau monde économique. Enfin, le rapport
    note le rôle essentiel joué par la négociation collective dans le processus d'ajustement, avec la pleine
    participation des partenaires sociaux. Il conviendrait de déployer davantage d'efforts pour attirer
    l'investissement étranger et pour assécher les occasions offertes par la mondialisation aux criminels, les
    terroristes notamment, qui peuvent, grâce à elle, occulter leurs gains et transactions illicites par le blanchiment
    d'argent                        et                     les                      paradis                      fiscaux.
    http://assembly.coe.int/Mainf.asp?link=/Documents/WorkingDocs/Doc07/FDOC11366.htm

.   ITALIA. Governo. Il Fondo delle politiche per la famiglia. Dossier del 28 agosto 2007. Il Fondo Nazionale
    delle politiche per la Famiglia è nato con il decreto di aggiustamento dei conti pubblici del luglio 2006 e la sua
    dotazione iniziale è stata di 13 milioni di Euro. Con la Finanziaria 2007 il governo ha deciso di investire
    fortemente sulla famiglia e ha stanziato 210 milioni per il 2007 e 180 per gli anni 2008 e 2009, che si
    aggiungono alla dotazione iniziale, per un investimento complessivo pari a 583 milioni di euro nel triennio 2007-
    2009. http://www.governo.it/GovernoInforma/Dossier/fondo_politiche_famiglia/index.html

.   ITALIA. Gobierno. In vigore la nuova legge per la salute e la sicurezza sul lavoro. Dossier del 24 agosto
    2007. E' entrata in vigore il 25 agosto scorso la legge n. 123 del 3 agosto 2007 per il riassetto e la riforma della
    normativa in materia di tutela della salute e della sicurezza sul lavoro. La nuova legge rappresenta una proficua
    concertazione con le Parti sociali e con le Regioni. Essa intende assicurare il pieno rispetto delle disposizioni
    comunitarie, lequilibrio tra Stato e Regioni e, soprattutto, luniformit della tutela sullintero territorio nazionale. Gli
    aspetti maggiormente innovativi sono contenuti nellart. 1, che delega il Governo ad adottare, entro nove mesi
    dalla data di entrata in vigore della legge, uno o pi decreti legislativi per il riassetto e la riforma delle disposizioni
    vigenti in materia di salute e sicurezza dei lavoratori nei luoghi di lavoro, garantendo luniformit della tutela dei
    lavoratori sul territorio nazionale attraverso il rispetto dei livelli essenziali delle prestazioni concernenti i diritti
    civili e sociali, con riguardo alle differenze di genere e alla condizione delle lavoratrici e dei lavoratori immigrati.
    http://www.governo.it/GovernoInforma/Dossier/legge_sicurezza_lavoro/index.html

.   ORGANIZACIÓN INTERNACIONAL DEL TRABAJO (OIT). La igualdad en el trabajo: afrontar los retos que
    se plantean. Informe del Director General con arreglo al seguimiento de la Declaración de la OIT relativa a los
    principios y derechos fundamentales en el trabajo. Conferencia Internacional del Trabajo. 96a. reunión, 2007,
    Ginebra. Informe I (B). Ofrece un panorama de la discriminación laboral en el mundo, incluyendo sus formas
    tradicionales en base a sexo, raza y religión, y también nuevas manifestaciones relacionadas con edad,
    orientación sexual, VIH/SIDA y discapacidad así como de las políticas que se aplican desde fechas recientes
    para atajarlos. También se esbozan las experiencias adquiridas y los logros alcanzados por la OIT hasta hoy y
    los retos que han de afrontarse. Se resalta asimismo la necesidad de que la ejecución de la legislación contra
    la discriminación sea más efectiva, de que los gobiernos y las empresas adopten iniciativas no normativas y de
    que se fortalezca el potencial de los interlocutores sociales para ser más eficientes en aras de la igualdad en el
                                                                                                                  34



    lugar de trabajo. También se presentan otras propuestas de actividades futuras, como la inclusión de la
    igualdad entre los objetivos principales de los programas de trabajo decente por país de la OIT.
    http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/---
    webdev/documents/publication/wcms_082609.pdf


           2.19. TRANSPORTES, COMUNICACIONES, OBRAS PÚBLICAS Y TURISMO


.   REINO UNIDO. House of Commons Transport Committee. The draft Local Transport Bill and the Transport
    Innovation Fund: Government Response to the Committee’s Ninth Report of Session 2006–07. Thirteenth
    Special    Report     of    Session    2006–07.   HC    1053.    Published   on 17  October   2007.
    http://www.publications.parliament.uk/pa/cm200607/cmselect/cmtran/1053/1053.pdf

.   SUECIA. Ministry of Enterprise, Energy and Communications. Alcohol ignition interlocks. Swedish strategy
    2007. N7022. September 2007. Drink-driving kills. Throughout EU about 25 per cent of the fatal traffic accidents
    are caused by drivers impaired by alcohol, other drugs or fatigue. That means at least 10 000 people are killed
    in accidents caused by impaired drivers every year. The alcolock is an effective way to reduce drink-driving and
    save lives. Since 1999, Sweden has an alcolock programme for drink-driving offenders. We are also working to
    get the technology voluntarily installed in commercial motor vehicles and public transports. Now we want to
    move on. http://www.sweden.gov.se/sb/d/2025/a/87616


                                2.20. TRIBUTOS Y PRESUPUESTOS


.   FRANCIA. Sénat. Quels changements d'assiette pour les prélèvements fiscaux et sociaux? (annexe -
    prélèvements obligatoires, un état des Linux). Rapport d'information n° 60 (2007-2008) de M. Philippe Marini
    fait au nom de la commission des finances, déposé le 25 octobre 2007. Le présent rapport d'information sur les
    prélèvements obligatoires et leur évolution comporte, pour la première fois, une annexe donnant un aperçu de
    l'évolution récente des prélèvements fiscaux et sociaux. Il s'agit de dresser une sorte d'état des prélèvements
    obligatoires en France, destiné à servir de document de référence. Celui-ci a, d'abord, pour ambition de
    récapituler non seulement les chiffres détaillés des recettes perçues au titre des différents prélèvements fiscaux
    et sociaux mais également des informations relatives aux charges résultant des mesures dérogatoires, à
    commencer par le coût des principales dépenses fiscales en matière d'impôt sur le revenu ou dans certains
    domaines cruciaux comme celui de l'épargne. Il comporte, également, des données relatives au recouvrement
    de l'impôt et, selon les cas, à sa répartition par types de contribuables ou de revenus imposables voire par
    secteur économique ou niveau de collectivités. Il offre, enfin, des éléments de comparaison internationale sur
    plusieurs années, afin de permettre de juger la compétitivité de notre système de prélèvements obligatoires
    dans la perspective de la préservation de l'attractivité du territoire national. Ces données existaient
    « éparpillées » au sein de multiples documents de l'administration. Celle-ci doit donc être ici remerciée pour
    avoir fait l'effort de les rassembler dans un ensemble de séries rétrospectives, aussi exhaustif et cohérent que
    possible. La présente annexe a vocation à être complétée et surtout explicitée. Il s'agit de données brutes, à
    interpréter avec précaution en ce qu'elles doivent être remises dans leur contexte institutionnel afin de tenir
    compte, notamment, des changements de législation ou de périmètre. http://www.senat.fr/rap/r07-060-2/r07-
    060-2_mono.html#toc0

.   SUECIA. Ministry of Finance. Press Release. 20 September 2007. Budget Bill for 2008: Putting Sweden to
    work, increasing opportunities. In the Budget Bill for 2008, the Government is presenting further reforms
    aimed at creating clearer incentives to work and more and better ways back for people who are now outside the
    labour market. The Bill proposes further reductions in income taxes, above all for low and middle income
    earners, by means of a strengthened in-work tax credit worth SEK 11 billion. This will give most income groups
    a thousand kronor more per month. http://www.sweden.gov.se/sb/d/8186/a/88569

.   PAISES BAJOS. Ministry of Finance. 18 September 2007. Budget Memorandum: budget surplus in 2008.
    The Budget Memorandum 2008 shows a surplus being reached again in 2008. It spells out the objectives of the
    coalition agreement. It also incorporates the additional measures agreed to ensure sound government finances
    from 2011. Moreover, arrangements have been made to ensure that the purchasing power of the lowest-income
    groups will not be affected in 2008. This Budget Memorandum also defines the financial latitude and budget
    rules for the government‘s term of office thereby ensuring that the government‘s ambitions of growth,
    sustainability, and solidarity fit within the objective of realising a structural budget surplus of 1% of GDP by
    2011.http://www.minfin.nl/en/actual/newsrealeases,2007/09/Budget-Memorandum--budget-surplus-in-2008.html


                                           2.21. VIVIENDA
35

				
DOCUMENT INFO