Docstoc

Analyse du Miserere - Arvo PRT M

Document Sample
Analyse du Miserere - Arvo PRT M Powered By Docstoc
					  Arvo PÄRT
Miserere (1989)
         Baccalauréat 2004
   Épreuve facultative de musique
      et série L-Arts Musique
                   Généralités
• Le texte : Un psaume          (de louange et de pénitence)   ; Le
    Dies irae qui lui est adjoint est une Séquence.
• Formation orchestrale : Chœur mixte, 5
  solistes (Soprano, Alto, 2 Ténors, Basse) et orchestre
• L’instrumentation varie d’une section à l’autre.
  Tutti dans le Dies Irae seulement.
• Structure en 4 grandes sections :
•   A- Miserere, versets III à V – Solistes, instruments
•   B- Dies Irae - Chœur et tutti orchestral
•   C- Miserere, 16 versets restants –Solistes, instruments
•   A- Dies Irae (Rex Tremendae) – Chœur, Soprano et Alto solistes,
    orchestre.
  Techniques d’écriture
• Forte influence médiévale
• Rapport texte-musique : respect du texte,
  mise en valeur de chaque mot – séparation par
  des silences.
• Modes rythmiques (iambe, trochée)
• Style tintinnabuli systématisé (parties vocales
  et instrumentales)
• Tonalités uniques, mineures pour chaque
  grande section (Mi – La – Fa – Mi)
• Dissonances, frottements de 2de surtout
 VERSUS III, IV et V :
       le texte
• Miserere mei, Deus,      • Pitié pour moi,
  secundum magnam            Seigneur, en ta bonté
  misericordiam tuam
• Et secundum              • En ta tendresse efface
  multitudinem               mon péché
  miserationum tuarum,
  de la iniquitatem meam
                           • Lave moi tout entier de
• Amplius lava me ab         ma faute
  iniquitate mea, Et a
  peccato meo munda me
• Quoniam iniquitatem
  meam ego cognosco, Et    • Purifie moi de mon
  peccatum meum contra       offense
  me est semper
             VERSUS III, IV et V
Tonalité de Mi mineur dont on ne s’éloigne jamais
Climat de recueillement qui s’atténue à la fin (Versus V, crescendo final).
Traitement du texte : la mise en valeur du texte comme principe fondamental
 chaque mot est isolé par des silences et chanté a cappella
 choix d’une rythmique issue des modes médiévaux qui respecte l’accentuation du
mot : iambe ou trochée pour l’essentiel
 mélodie recto tono, qui ne s’éloigne que très peu de la note-pivot fondamentale
(MI), le plus souvent en fin de phrase.
 La dissonance, par frottement de seconde surtout – à partir du Versus IV – comme
principe d’écriture soulignant le texte
 Ecriture d’une (ou plus) des parties vocales en style tintinnabuli, avec échange des
rôles
 Des parties instrumentales qui entrent « en résonance » avec les parties vocales.

Ecriture des parties instrumentales : le style tintinnabuli
A noter l’opposition entre un mètre ternaire pour les parties vocales et des parties
instrumentales inscrites dans des mesures à deux ou quatre temps.

Evolution des hauteurs et des dynamiques (versus V) :
 Une montée progressive dans l’aigu
                            VERSUS III
                      (Chiffres 1 à 4 de la partition)
Texte           Miserere mei, Deus, secundum magnam misericordiam tuam
                Et secundum multitudinem miserationum tuarum, de la iniquitatem meam
                Pitié pour moi, Seigneur, en ta bonté. En ta tendresse efface mon péché.

Climat global   Recueillement

Orchestration   Ténor 1 solo, clarinette, clarinette basse

Ecriture        Ténor :
                     chaque mot du texte est isolé : silences, parties de clarinette
                     mélodie recto tono tournant autour du MI (fins de phrases sur Ré ou Fa, toujours sur
                une syllabe accentuée et en fin de phrase , qui structurent le texte, sauf la dernière)
                     rythmique ternaire adaptée à l’accentuation du mot : modes médiévaux, iambe ou
                trochée ; deux exemples
                     miserere : h         q      h      q
                     misericordiam : q           h        q       h        q       h
                         importance des silences : leur longueur est fonction de la ponctuation du texte
                Clarinette :
                     Interventions de deux ou quatre notes séparant avec les silences les mots du texte
                     Une métrique binaire en opposition avec la partie vocale
                     Simplicité de l’écriture : notes de l’arpège de Mi mineur égrenées dans un ordre qui
                paraît aléatoire. Effet de résonance : style tintinnabuli
                Usage de grands intervalles.
                            VERSUS IV
                      (Chiffres 5 à 8 de la partition)
Texte           Amplius lava me ab iniquitate mea,
                Et a peccato meo munda me
                Lave moi tout entier de ma faute
Climat global   Même climat ; nuances mp à mf
Orchestration   Alto (contreténor), Ténor 1, hautbois, clarinette, basson et orgue.
Ecriture        Ténor 1 et Contreténor (Alto) :
                     Mêmes principes de mise en valeur du mot, de dialogue avec les
                instruments, d’importance des silences
                     Polyphonie note contre note - homorythmie - fondée sur la dissonance :
                frottement de secondes sur la fin des mots surtout.
                     Même respect de l’accentuation du mot par l’écriture rythmique
                     Echanges, entre les deux lignes, entre voix mélodique et voix en style
                tintinnabuli. La note SOL devient pivot.
                Parties instrumentales :
                     se mêlent plus aux voix, prennent plus d’importance progressivement ;
                exécutent seules un court postlude
                     Même écriture fondée sur l’accord parfait : arpèges, grands intervalles
                en opposition avec le recto tono des parties vocales : style tintinnabuli
                Répartition spatialisée des interventions ; alternance clar/ob-fg au début,
                             VERSUS V
                         (Chiffre 9 de la partition)
Texte           Quoniam iniquitatem meam ego cognosco,
                Et peccatum meum contra me est semper
                Purifie moi de mon offense
Climat global   Dramatisation progressive ; montée dans l’aigu et cresc….
Orchestration   Soprano, Alto, Ténors 1, 2, et Basse soli ; timbale.
Écriture        Les cinq voix solistes :
                     entrée en imitation, à la quinte, de la basse d’une part, des Ténors
                à l’unisson d’autre part.
                  ascension de la Basse sur deux octaves qui utilise le MI et le SI
                comme notes-pivot
                     Intervalle caractéristique de seconde augmentée : douleur,
                dramatisation (cf. texte)
                     Soprano et le Ténor chantent des cellules en style tintinnabuli
                     Contreténor (Alto) et Soprano accentuent l’effet dramatique et la
                montée dans l’aigu
                     Le crescendo final s’associe à un usage exacerbé des dissonances
                Le roulement de timbale :
                     ppp durant toute cette partie
                     cresc. violent, en solo, qui conclut cette section et introduit le
              DIES IRAE : le texte
Dies irae, dies illa Solvet saeclum in favilla ;   •   Jour de colère, jour fameux, Qui réduira le
    Teste David cum Sibilla                            monde en cendres selon l’oracle de David et de
                                                       la Sibylle
Quantus tremor est futurus, Quando iudex est       •   Quelle terreur règnera quand le juge viendra
   est venturus, Cuncta stricte discurussurus          tout examiner avec rigueur.
                                                   •   Une trompette retentira, éclatante, parmi les
Tuba mirum spargens sonum, Per sepulchra               sépulcres de tous pays, et rassemblera
   regionum, Coget omnes ante thronum                  l’humanité devant le trône.
                                                   •   Mort et nature seront frappées de stupeur
Mors stupebit et natura, Cum resurget creatura,
   Iudicanti responsura                            •   Quand resurgira la créature, pour rendre
                                                       compte au Juge.
Liber scriptus proferetur, In quo totum            •   Le Grand Livre sera apporté, qui contiendra
    continetur, Unde mundus iudicetur                  tout ce sur quoi le monde sera jugé.
                                                   •   Quand donc le Juge siègera, tout ce qui est
Iudex ergo cum sedebit, Quidquid latet                 caché apparaîtra, Et rien ne restera impuni.
   apparebit, Nil inultum remanebit                •   Malheureux que je suis, que dirai-je alors ?
                                                   •   Quel protecteur invoquerai-je, Quand le juste
Quid sum miser tunc dicturus? Quem patronum            sera lui-même à peine rassuré ?
   rogaturus, Cum vix iustus sit securus ?         •   Jour de colère, jour fameux, Qui réduira le
                                                       monde en cendres selon l’oracle de David et de
Dies irae, dies illa Solvet saeclum in favilla ;       la Sibylle
    Teste David cum Sibilla
                            DIES IRAE
Tonalité unique de La mineur sans sensible - Modalité
Violence du climat – en relation avec le texte ; en opposition avec l’atmosphère de
recueillement initial.
Traitement du texte : celui-ci, scandé, est cette fois peu perceptible, brouillé qu’il
est par l’horizontalité de l’écriture. C’est le climat général de la section qui en traduit le
sens.
Ecriture musicale :
 Principe général : cinq plans sonores principaux constitués de la superposition d’une
même mélodie écrite avec des valeurs différentes, en augmentation ou en diminution
(stricte division par deux) : sorte de CANON…
 orgue, main gauche : chaque descende de l’échelle diatonique dure 16 mesures (3,5 x)
 Pédalier de l’orgue : sur huit mesures, avec une rythmique différente et plus
complexe que les autres parties (7 fois) ;
 Trombone, en valeurs longues : v w ou w               v en alternance, sur quatre
mesures (14x)
 Chœur (S-A et T-B, en alternance) et Hautbois-Basson (également en alternance) :
w h ou h           w, sur deux mesures (28x)
 Chœur (S-A et T-B, en alternance) et Hautbois-Basson (également en alternance) :
h      q ou q        h , sur une mesure (56x)

    Une harmonisation en tierces et secondes : Les dissonances, par frottement de
                              DIES IRAE
 une rythmique toujours issue des modes médiévaux : iambe ou trochée en alternance
toutes les deux mesures (valeurs intermédiaires) ou toutes les mesures (valeurs courtes).

Thématique :
 L’élément thématique unique est une échelle modale descendante en La reprise de manière
systématique un ton en dessous, sur une durée totale de 56 mesures. A l’orgue – valeurs les
plus longues à la main gauche -, elle s’étale sur 16 mesures et 8 mesures (pédalier, 7 échelles
descendantes). Au trombone, (v         w), elle est entendue 14 fois, parcourant ainsi deux
gammes complètes sur 4 mesures.. En valeurs intermédiaires (chœur et Bois, w                h), 28
répétitions de 2 mesures ; 56 reprises sur une mesure en valeurs courtes (h             q).
 Les voix d’hommes fonctionnent ensemble, de même que les voix féminines, et
s’échangent les rôles toutes les deux vers (14 mesures). A l’intérieur des voix d’hommes et
de femmes, les fonctions mélodiques et d’accompagnement (en style tintinnabuli) sont
échangées toutes les quatre notes, la voix tintinnabuli passant du registre supérieur à
l’inférieur .
 Une harmonisation en tierces et secondes : Les dissonances, par frottement de seconde
quasi-systématique (Si/Do plus particulièrement) – se situent le plus souvent sur les valeurs
longues

   Les autres parties :style tintinnabuli sur la tierce (Do) et la quinte (Mi) de l’accord de
La, aux clarinettes et aux parties vocales n’interprétant pas l’élément thématique. Ces voix
créent aussi les dissonances et notamment les frottements de secondes.
DIES IRAE : structure
        VERSUS VI, VII, VIII
           et IX : le texte
* Tibi soli peccavi, et malum coram   • Contre Toi, Toi seul, j’ai
te feci ;Ut iustificeris in             péché, Ce qui est mal à tes
sermonibus tuis, Et vincas cum          yeux, je l’ai fait. Ainsi tu
judicaris                               peux parler et montrer ta
                                        justice, être juge et
•Ecce enim in iniquitatibus             montrer ta victoire.
conceptus sum, Et in peccatis         • Moi je suis né dans la faute,
concepit me mater mea                   j’étais pécheur dès le sein
                                        de ma mère.
• Ecce enim veritatem dilexisti ;     • Mais tu veux au fond de moi
•Incerta et occulta sapientiae tuae     la vérité ; Dans le secret tu
manifestasti mihi.                      m’apprends la sagesse.
•Asperges me hyssopo, et
                                      • Purifie moi avec l’hysope, et
mundabor ; Lavabis me, et super
                                        je sera pur. Lave moi et je
nivem dealbabor.
                                        serai plus blanc que la neige.
           VERSUS VI, VII, VIII
              et IX : Analyse
                   VERSUS VI                  VERSUS VII          VERSUS VIII            VERSUS IX
Climat global Recueillement                  Recueillement        Recueillement        Recueillement
Orchestr.     Basse, clar. basse,            2 voix a cappella    Basse solo, orgue    Basse et Ténor
              Bois pour la Coda              sauf Coda (Bois)     et cuivres. Coda     soli ; orgue et
                                                                  orchestrale          courte coda htbs
Écriture       Les deux 1ère notes           Basse en mvts       Même écriture
              (Do-Si) sont celles de         conjoints            mélodique, même      Rythme q h q
              l’accord terminal pcdt         intervalles de 2de   note-pivot
               DO note pivot, pédale
                                                                                        Voix mél à la
                                             et de 2de augm.       1ère phr a         basse, sur note
              de Do sur la seconde
              phrase - clar basse, pp         Note pivot : Ré    capella              pivot Mi / Mi
                   L’écriture mélodique :   b                     2ème phr sur       béc ; mouvement
              - mouvements plus               Ténor = voix       péd de Ré b à        qui s’élève par
              conjoints                      tintinnabuli         l’orgue avec         palliers du Do au
              - Deux notes sur les           harmonisation en     ponctuations des     FA
              syllabes accentuées            3ces, 4tes et        Cuivres (avec         Intervalles de
              - Sur la syllabe accentuée     frotts de 2de)       sourdine, p ou mp)   2de tjs
              de chaque mot, la                                   sur notes de
                                              A cappella                              prédominants
              direction mélodique change
                                              Ecriture mél:      l’accord de Fa        Ténor sur
              - Les mots d’une syllabe                            mineur
              répètent simplement la         idem                                      pédale de FA.
              dernière note entendue         Postlude aux                              Style tintinnabuli .
           VERSUS X, XI, XII et
              XIII : Analyse
                VERSUS X                VERSUS XI           VERSUS XII            VERSUS XIII
Orchestr.   Soprano, Alto, Basse a    Soprano, Basse       Alto, Ténors 1-2       Soprano, Alto,
            cappella                  Hautbois, clar.      ; timbale              Ténors 1-2

Écriture        Basse et Alto en      Isolt du mot,       Alto et Ténor 2      Texture +
            mouvements conjoints      changts de           en 3ces, note          dense : 4 voix
            (pcps d’écriture déjà     mesures: respect     pivot SOL,             dont 2 tintinnabuli
            décrits), à la tierce.    accentuation et      mouvement              (Ténor 1 et Sopr)
                 Note pivot : FA     syllabisme           mélodique tournant     Notes pivot
                 Harmonie plus        Note pivot : FA    autour par groupes     SOL-LA
            consonante que             Interventions      de deux notes          Deux sections :
            précédemment              insts (htbs-clar)    (Ténor 2). Texte
                                                           morcellé - syllabe           1ère phrase
                 Soprano             dans les silences                           basée sur la
            tintinnabuli sur arpège    réponses du         Ténor 1              dissonance Sol-La
            de Fa mineur              htbs à la Soprano,   tintinnabuli, mis en   b et l’agrégat Si-
                                      svt transposées      valeur (nuance         Do-Mi bécarre-
               Bref postlude htbs-                         mp), : c’est cette
            clar, même écriture        Clar.                                     Fa ; Ténor 2 et
                                      tintinnabuli         voix qui déclame le    Alto, voix
                                                           texte, comme un        mélodiques, en
                                       Dissonances de     cantus firmus
                                      2des entre les                              mvts contraires.
                                      instruments qui          Brève                   2ème
                                      s’opposent à des     conclusion clar-       phrase : agrégat
                                      parties vocales      basson sur Fa et
                   Versus XIV
                 chiffres 34-36
Texte           Redde mihi laetitiam salutaris tui, Et spiritu principali
   •            confirma me

Climat          Recueillement ; nuance mp

Orchestration Soprano, Alto, Basse, clar., clar. basse et basson.
              Interlude très développé : orgue, tr., htbs, tambourin,
              basson, clar., clar. Basse, Cuivres à la fin
Ecriture              Ecriture différente, à 3 voix : les deux voix mélodiques et celle
                en style tintinnabuli sont échangées :
                o     Basse/Sopr et Basse/Alto en alternance pour les parties
                mélodiques
                o    Clar/Clar basse et Clar basse/Basson pour les instruments
                     Même pcp pour les instruments qui répondent dans les silences
                     Opposition entre les interventions graves des instruments et la
                tessiture plus aiguë des voix. Les 2 vx mélodiques fonctionnent en 3ces
  Les interludes instrumentaux

• Dans la 1ère partie du Miserere, contributions
  laconiques des parties instrumentales.
• En 4 occasions, des interludes plus denses : fin des
  Versus VIII, XI, XIV, XVIII.
• Ces pièces instrumentales structure la vaste 3ème
  section de l’œuvre
• chacun d’eux est fondé sur le texte du verset
  précédent
• Les silences séparant chaque mot sont omis et
  les lignes mélodiques sont renversée et doublées
  à la sixte
Les interludes instrumentaux (2)
 Fin du Versus               Fin du Versus XI                  Fin du Versus
      VIII                                                          XIV
 Mélodie principale   3 phrases, les parties fctionnent par Sorte de toccata
 au        trombone,   paires en mvts contraires :           pour orgue (mélodie
 doublée à la sixte    a) Duo clar/clar basse sur la 1ère    incluse     dans    les
 par le basson        phrase vocale ; transpo, sauf 1er et   double-croches)    puis
                      dernier frgt. vx tintinnabuli au fag.  Bois,    tambourin   et
  Accompagnement     b) Vents et guitares sur la 2de        triangle
 Bois et guitares – phrase. Clar basse et fag. (unisson),    la structure de la
 voix     en    style tbone et la guitare basse en mvts      première 1/2 du texte
 tintinnabuli .       contraires = voix mélodiques.          reprise 5 fois,
                      Voix tintinnabuli en mvts contraires : 2de      section   qui
                      htbs/clar d’une part, trg/guit d’autre exploite la 2de partie
                      part.                                  du texte – une seule
                      c) Phrase de concl plus calme, reprise fois : tpette et le
                      écriture 1ère partie mais reste sur la tbone - musique +
                      seconde phrase en rétrogradant les     emphatique,
                       trois segments mélodiques.
          La fin de l’œuvre :
           Rex Tremendae
 Climat du Dies Irae inversé dans cette section finale.
 Début dans le registre grave de la voix de Basse
 Echelle ascendante de Mi en noires, à la manière d’une
  walking bass
 Ligne en style tintinnabuli aux Ténors
 Au dessus, en valeurs de moitié inférieures, même motif pour
  les femmes – Voix tintinnabuli aux Alti
 La m.g. de l’orgue tient un accord de Mi mineur (2d
  renverst), la pédale double la walking bass.
 gamme descendante à la m.d. (complétée par une voix
  tintinnabulante) qui croise la tenue de l’accord – à cet
  instant, la seconde voix s’arrête – et poursuit jusqu’à un Do
  grave. Le chœur et les solistes ont alors cessé de chanter, la
  cloche résonne à nouveau.

				
DOCUMENT INFO