Your Federal Quarterly Tax Payments are due April 15th Get Help Now >>

A Canada-U.S. Border Vision by fdl11314

VIEWS: 27 PAGES: 30

									                              A Canada-U.S. Border Vision




A Canada-U.S. Border Vision




                    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE        1
                                                                                                     A Canada-U.S. Border Vision




Executive Summary


Canada and the United States enjoy a long history of             accomplished by expanding participation and delivering
cooperation and prosperity based on our intertwined families,    measurable benefits in trusted shipper and traveller
promotion and defence of our democratic values, unfailing        programs. This includes providing 24/7 access and border
mutual support in times of need, and our strong economic         services at major crossings and implementing a ‘single
relationship – the largest in the world. We also share the       window’ or portal for entering all border related importing and
longest secure border in the world with seven million jobs in    exporting data required by various government agencies i.e.
the United States and three million in Canada relying on an      the Single Window Initiative in Canada and the International
effective Canada-U.S. border. Unfortunately, both Canadian       Trade Data System in the United States. Establishing a
and U.S. businesses and job creators are expressing a            robust and tested border contingency plan will prepare North
serious and growing concern with the increasing costs and        America for a potential border closure, and rapidly rolling
delays of crossing the border.                                   out Enhanced Drivers’ Licenses (EDLs) will prepare for the
                                                                 implementation of the Western Hemisphere Travel Initiative
The recent presidential election in the United States brings     (WHTI) - the passport requirement that comes into effect this
forward new opportunities for North American security            coming June.
and competitiveness. Canada’s engagement with the new
Democrat Administration must be carefully considered             The short-term recommendations prepare Canada for
and well in place before President Barack Obama takes            the ‘now’, but a long-term vision is needed to move North
office in January 2009. It must include a principle-based         America into the future. To move forward on this vision,
border strategy and contain both short-term and long-term        we propose launching a “Green Light” pilot project at, at
recommendations for strengthening North American security        least one major port of entry, co-managed by Canada and
and competitiveness.                                             the United States, to expedite the movement of low-risk
                                                                 goods and people. This pilot project will provide uniform and
This paper identifies five border principles for Canada’s          consistent border planning, targeting trusted shippers and
engagement with the United States that lay the groundwork        travellers, and coordinating agency resources, linking cross-
for the recommendations:                                         border infrastructure projects, and actually strengthening
                                                                 port (and between port) security, enforcement protocols and
     •    Taking a bilateral, co-management approach to          incident responses. A successful pilot project would create
          the Canada-U.S. border;                                best practices that could be applied across the Canada-U.S.
                                                                 border.
     •    Giving strategic and resource priority to trusted
          shippers and travellers;

     •    Expanding the definition of the border to not always
          be ‘at the border’, including performing inspections
          and risk assessments at offsite venues;

     •    Moving the border ‘away from the border’ to our
          shorelines and foreign ports; and

     •    Achieving regulatory cooperation or mutual
          recognition on differences between our domestic
          product and consumer safety regulations.

In the current global economic downturn, efficient cross-
border operations cannot wait for long-term solutions in
either country. Border costs must be reduced now to facilitate
the movement of low-risk goods and people. This can be

                                                                                            CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                                                                      A Canada-U.S. Border Vision




Introduction


Canada and the United States have both benefited                            Canada-U.S. collaboration that has increased our shared
enormously because of their economic relationship – the                    security. Consequently, as an unintended result, these
largest in the world. We also share the longest secure border              policies have ‘thickened’ our shared border, increased cross-
in the world. The numbers are astounding. Here are but a                   border compliance and transaction costs for North American
few statistics:                                                            companies, introduced uncertainty and unpredictability for
                                                                           cross-border deliveries, and ultimately threaten to erode the
       •     300,000 travellers cross the Canada-U.S.                      attraction of investing in North America. This has occurred
             every day1                                                    while competition from the Pacific Rim has grown fiercer
                                                                           and the European Union and other large economies have
       •     35,000 trucks cross the border every day2                     moved aggressively to form regional trade blocs that have
                                                                           eliminated these very measures. Unfortunately, North
       •     $1.6 billion of trade every day.3                             America has moved in the opposite direction.

As impressive as these economic indicators are, they tell                  Today, the danger of continued economic uncertainty,
only half of the story. The other half is that companies on                fluctuating fuel prices, and disturbing political and economic
both sides of the border have invested millions of dollars                 trends abroad are strong arguments for our two countries
in cargo and traveller security, so we now can boast that                  to recommit to our alliance, to bolster our mutual economic
fully one-third of all cross-border shipments have been pre-               competitiveness, and dismantle unnecessary barriers. We
vetted and security-validated by our customs agencies, and                 must combine forces, tear down walls, eliminate archaic
over 70 percent of all truck drivers4, in addition to all Class            regulations, and build a regional economic space that can
1 railways, have passed security credentialing. Compared                   compete with our global partners and lead in creating new jobs
to any other trading partnership, ours is without parallel.                and attracting foreign investment. This can be accomplished
                                                                           without diminishing the security safeguards that have been
Indeed, since the implementation of the Canada-U.S. Free                   put in place to protect our two countries against those who
Trade Agreement in 1989, approximately one-third of bilateral              wish us harm.
shipments are deliveries of goods and materials between
companies5. During this period, a North American economic                  This paper describes the stakes involved and the need for
space has evolved – one that has provided us with a strong                 action. It provides both short-term recommendations and a
platform on which to compete in an increasingly competitive                long-term vision for the way forward. We argue that border
global marketplace. Both countries have benefited immensely                 management must be a shared bi-national responsibility built
by being good neighbours.                                                  on mutual trust. We call for a new co-managed border that
                                                                           involves critical organizations in both countries. This could
         But, on September 11, 2001, the border ground                     be based on the various long-standing and successful joint
almost to a halt for days as the United States responded                   cross-border management models that exist today, perhaps
to an unprecedented and horrific terrorist attack. In the                   with a rotating chair similar to the model employed at the
seven years since that dark time, our two countries have                   North American Aerospace Defense Command (NORAD).
adopted a long list of valuable border security initiatives.               We conclude with a future view of a port of entry model that
Although well-intended, they have for the most part been                   could be applied immediately as a pilot project, with the
implemented on all trading partners and on all modes of                    potential to become an accepted model of best practices for
transportation in an uncoordinated manner and without                      cross-border trade.
distinction for the relationship we share or the extensive

1   Embassy of the United States to Canada. 2008.
2   Canadian Embassy to the United States 2008.
3   Ibid
4   Ambassador Michael Wilson. March 29, 2007. “The Canada-U.S. Border: Free Trade in a time of Enhanced Security.”
5   Ibid



                                                                                                     CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE               1
A Canada-U.S. Border Vision




A History of Convergence, Competition and Cooperation


The Canada-U.S. Free Trade and Agreement launched an               two countries remains quite distinct in its immediacy, serving
era of rapid increase in sector integration between Canada         just-in-time manufacturing and assembly operations on both
and the United States. Now, almost two decades after the           sides of the border.
signing of the Agreement, cross-border shipments serve
the North American supply chain and marketplace. This              More worrisome, these new costs and compliance burdens
economic environment has also changed the role of the              are not easily quantifiable or measurable and have been
border between us. The days when the norm was a carrier            particularly problematic for small- and medium-sized
crossing our border filled with finished products destined for       enterprises in the business community. For instance, industry
retail shelves are long gone. Today that carrier is usually part   and shipper compliance with new cargo data reporting rules
of a supply chain, loaded with intermediate manufacturing          is less onerous for a shipment coming from the Pacific Rim
materials and destined for assembly operations in either           that traverses the ocean waters than it is for a truck shipment
country.                                                           that leaves a Michigan warehouse bound for Ontario. The
                                                                   ship crossing the Pacific has far more time to collect, transmit
Before 1989, tariffs, duties and broker fees were the typical      and correct mandatory cargo data to border agencies, while
costs associated with cross-border trade. While often              the driver of the truck has in many cases only minutes to
considered onerous, these costs were transparent and easily        add or correct cargo data or face hours-long inspection at
quantified. But as the Canada-U.S. Free Trade Agreement             the border.
and NAFTA diminished the tariff and duty burden, new costs,
on both sides of the border, began to appear – costs such          New border inspection fees have a similar disproportionate
as logistic and delivery charges. More recently, in the years      burden on our bilateral shipments because they are often
since 9/11, the introduction of new border costs, acting as a      imposed on a per vessel or per entry transactional basis.
hidden tax on producers and consumer, has gained attention         It is not difficult then to see how a ship loaded with 4,000
from the loading dock to the boardroom. New and increased          containers of finished goods arriving at a North American
inspection fees, such as mandatory cargo data reporting            seaport from a distant shore has a unit-cost competitive
requirements, fuel the need for new IT investments. Border         advantage and faces fewer inspection delays.
delays cut into carrier delivery distances, and costs are rising
to comply with cargo supply chain programs. The sheer              Government spending on the border over recent years
unpredictability of border crossings themselves have driven        has largely focused on border security, and with laudable
up the cost of doing business in North America, in the process     objectives. Spending on border agencies has paid for
driving down the competitive edge of North America in the          additional inspectors at ports of entry. It’s paid for new
global marketplace. Given the rising offshore competition, a       inspection and targeting technologies, and for programs to
hidden tax that adds significant cost to producers, job creators,   enhance the security of the cargo supply chain and traveller
and ultimately consumers, undermines our competitiveness           identification. Far less spending has been dedicated to
and is especially punishing to companies whose products            trade and travel ‘facilitation’, including much needed border
cross the border several times during production.                  infrastructure and highway networks with border approaches.
                                                                   Meanwhile, our competitors abroad are aggressively
These new, more opaque traveller and cargo security                seeking new export markets, forming regional trade pacts,
initiatives create costly barriers to cross-border shipments       and investing vigorously in transportation infrastructure to
and travel. While they have been imposed on all trading            support their export platforms and new trade corridors.
partners, they have placed a disproportionate burden on
North American companies and the 10 million Canadian and           The old maxim of location, location, location applies to
U.S. workers who depend on this trade relationship. Why?           more than just real estate. North American manufacturers
Because these measures were introduced with a global,              also understand the advantages and benefits of location.
one-size-fits-all approach, even though trade between our           For instance, a recent Deloitte Research Manufacturing




2    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                                                                   A Canada-U.S. Border Vision




Study revealed that “the overall findings of North American                     These partnerships have laid important groundwork for
Manufacturing Enterprises (NAMEs) clearly indicate a fairly                    security and enforcement collaboration efforts. However,
positive view of NAFTA almost 15 years since it came into                      they have been limited in scope and mandate with little
effect, but point to the growing competition from China and                    vision for the long term. For the most part, these forums
India and the need for closer collaboration between industry                   have been standalone agency-to-agency discussions. Many
and governments to create a globally competitive value                         have produced best practices, such as trusted shipper and
supply chain in North America.” 6                                              traveller programs, which have created the right spirit but
                                                                               lacked the ability to give significant benefits to our best
Canada and the United States share an extensive recent                         corporate citizens.
history of bilateral border management cooperation, such
as:                                                                            Abroad, Canada Border Services Agency (CBSA) and U.S.
                                                                               Customs and Border Protection (CBP) have exercised strong
                                                                               leadership at the World Customs Organization to strengthen
                                                                               the security of global container supply chains. This benefited
       •     Shared Border Accord (1995)
                                                                               both countries as it has global trade, and demonstrates how
       •     Citizenship and Immigration Canada-U.S.                           our two countries can lead in the global forum when the
             Border Vision (1997)                                              outcome results in a more secure environment for containers
       •     Canada-U.S. Border Crime Forum (1997)                             destined for North America.
       •     Canada-U.S. Partnership (2000)
                                                                               Other Canadian and U.S. agencies, such as Health Canada
       •     Smart Border Accord and Action Plan (2001)                        and the U.S. Food and Drug Administration (FDA), have
       •     Security and Prosperity Partnership (2005)                        collaborated in similar efforts, most notably with the European
                                                                               Union, working towards an agreement on consumer and
                                                                               product safety standards.




6   Made in North America, June 2008, Deloitte Research Manufacturing Study.



                                                                                                      CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE           3
A Canada-U.S. Border Vision




An Engagement Strategy with a New Administration


While regular border users know differently, if one were to
ask an average person in Canada about the word ‘border’,
the likely answer would be a line that protects Canada’s
cultural and political sovereignty. The same question in the
U.S. would likely generate responses that express a sense
of protection against outside negative intrusion – illegal
immigrants, weapons of mass destruction, unsafe food
and toys, and terrorists. And, perhaps most notable, most
Americans make little to no distinction between the U.S.-
Mexico border and the air, land and sea ports of entry with
Canada. A sense of ‘us against them’ has seeped into the
American psyche. It is therefore incumbent upon us to make
the case that Canada is not ‘them’. Rather, Canada is ‘us’,
and North American security and competitiveness are mutual
continental priorities.

Canadians should not underestimate the emotional and
lingering impact of 9/11 in communities, churches and town
halls, and around dinner tables throughout the United States.
For most Americans, it is as if 9/11 happened yesterday. This
geopolitical sea-change has not lost its impact on the hearts
and minds of Americans, and Canada must position itself
as part of the solution with the new incoming presidential
administration. Americans are looking for reassurance that
Canada is a trusted friend, one who is watching their back,
and shares similar values and fears. Making the case that,
together, we can create a better economy and more secure
future, and that we can win in the global marketplace, is not
easy. But if we succeed, it will lead to a more secure and
competitive North America.

The recent U.S. presidential election campaigns and
election of a new Democrat Administration gave us a good
indication of how the border ‘file’ will be managed in the
next few years. By all indications, border and homeland
security will remain a serious concern for U.S. citizens, and
will therefore be a priority of the executive and legislative
branches for the foreseeable future. This priority is likely
to translate into continued emphasis on trade and border
enforcement, with less of an appetite for trade facilitation.
To counter this trend, Canada’s engagement with the new
Democrat Administration must be carefully considered and
well in place soon after President Barack Obama takes office
in January 2009. What is required is a strategy that focuses
on efforts to persuade policymakers and the U.S. media that
the border with Canada is distinct and, in fact, vital to U.S.
economic and security interests.

4    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                                                                        A Canada-U.S. Border Vision




Five Principles, Five Recommendations


An engagement with the new U.S. Administration should                              International Joint Commission (IJC), and the Commission
begin with an early Canada-U.S. leader summit that                                 for Environmental Cooperation (CEC), which monitors
includes the recommitment that the land, sea, and air border                       transboundary environmental agreements. The cooperative
points are shared strategic facilities, recognizing that the                       management model has worked well for everything from
management and strategic planning of our border points                             military security to the reduction of acid rain. This has served,
must be a bilateral responsibility. A new joint partnership with                   not impinged upon either country’s national interests. A
cabinet-level leadership needs to recognize the role of all                        similar relationship of trust, with a long-term vision, needs
agencies with border management responsibilities, including                        to be applied at our shared border. There is no better way to
food, agriculture and transportation departments.                                  recognize and bridge the U.S. security and trade facilitation
                                                                                   concerns and interests than working side-by-side on both
Five underlying principles for a new border-and-beyond                             the management and the delivery of border security.
engagement strategy for bridging security and trade facilitation
concerns and interests are outlined in this paper, as well as                      Principle Two
five short-term practical recommendations, requiring action                         It remains critical that future border management policy give
on both sides of the border, that would provide immediate                          strategic and resource priority to our best corporate citizens
incentive and advance a number of strategic initiatives if                         and low-risk traveller population. Such policies should
implemented. Together these lay the groundwork for the                             deliver solid returns on the investments made to become
long-term vision found at the end of this report.                                  members in trusted traveller programs and to secure their
                                                                                   supply chain. The greater the number of companies and
These are not ‘made for Canada’ recommendations. They                              citizens that become trusted shippers and travellers, the
are made for North America solutions. Rather than ‘trade                           greater our mutual security. Trusted shipper and traveller
trumps security’ options, combined they promote a stronger                         programs such as Free and Secure Trade (FAST), Customs
economic future that bolsters security for both Canada and                         and Trade Partnership Against Terrorism (C-TPAT), Partners
the United States. The stakes couldn’t be higher. Thirty-                          in Protection (PIP), and NEXUS are successful partnerships
seven states claim Canada as their largest export market.                          between our border agencies and the private sector. But
Seven million jobs in the United States and three million in                       the cost of securing borders and ensuring product safety
Canada depend on a vibrant competitive bilateral trade in                          is a fundamental mandate of government, and the cost of
goods, services and cross border tourism.7                                         security inspections should not be borne by the regulated
                                                                                   (and certainly not by our lowest-risk border user). To that
Principle One                                                                      end, we strongly support the position that the necessary
Our two countries should look at the long list of successful                       additional funding be provided to our government agencies
longstanding bilateral relationships as a model of trust                           through regular appropriation and budget processes.
and of how border management could be managed in the
future. For example, for 50 years, NORAD has successfully                          Principle Three
defended Canada-U.S. airspace with Canadian and U.S. air                           Our leaders should expand the definition of the border to go
force personnel working side-by-side and rotating between                          beyond being at the border. Alternative trade compliance,
Canadian and U.S. commanders. That level of mutual trust                           product safety inspection, and risk assessment policies
and confidence is without parallel. The collaboration and joint                     can be accomplished at offsite venues, such as inland
responsibility has strengthened Canadian and U.S. security                         manufacturing and assembly facilities, warehouses, or other
capabilities without diminishing sovereignty or national                           ‘clearance sites’. This option of expanding the border would
identity in either country. Other examples of long-standing                        go a long way to relieve traffic congestion at larger ports of
joint management cooperatives include the St. Lawrence                             entry, improve supply chain delivery, and reduce costs for
Seaway Management Corporation (Canada) and the Saint                               both the public and private sector. The Fort Erie-Buffalo
Lawrence Seaway Development Corporation (U.S.), the                                Commercial Clearance Plaza is an example of dedicated


7   Canadian Embassy to the United States. 2006. “State Trade Fact Sheets 2006”.



                                                                                                           CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE            5
A Canada-U.S. Border Vision




infrastructure away from the port span that truck drivers can
use to comply with cargo data transmission requirements.
This model could be expanded to an offsite inspection site. In
addition, many processes conducted at ports of entry could
be done at the processing facility. For example, Canadian
Food Inspection Agency (CFIA) inspectors, operating under
Memorandum of Understandings with the FDA and United
States Department of Agriculture (USDA), are often present
at processing facilities and could undertake needed border-
related inspections on site.

Principle Four
We need to build on the important work of our border and
enforcement agencies and move border policies beyond
our shorelines to foreign ports. Canadian and U.S. customs
personnel are already working side-by-side at five major
seaports in North America, targeting North American-bound
sea containers from third-country ports. Similarly, U.S. CBP
personnel have been working at Canadian airports for years.
Expansion of these efforts would reduce or even eliminate
re-inspection of the same traveller or cargo at the land border
and enhance security efforts for both countries.

Principle Five
Canada and the United States must work vigorously on
regulatory cooperation and mutual recognition to reduce
remaining differences between our domestic product and
consumer safety regulations. For instance, the USDA
and Agriculture and Agri-Food Canada have met under
the auspices of the bilateral Consultative Committee on
Agriculture and have made excellent progress on the
resolution of issues. They have recognized the benefits of
an open dialogue that serves as an effective early-warning
system for issues arising in bilateral agri-food trade. The
Canada-U.S. Free Trade Agreement and NAFTA have
reduced the tariff burden on intra-regional trade, which in
turn has created a vigorous intra-North American economy.
The time has come to take full advantage of this integration
and provide consumers and business with one standard or
mutual recognition and a ‘once approved, approved for all’
regulatory framework.

Canada should seriously consider reviewing its regulation in
critical sectors and take unilateral action where the tyranny
of small differences increases costs with marginal, if any,
benefits to producers and consumers.


6    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                                                 A Canada-U.S. Border Vision




Five Steps Forward Now


With the current global economic downturn, cross-border            should be rewarded by expedited clearance across
operations cannot wait for a long-term solution. We must           the border.
act now to reduce border costs, including reducing wait
times; eliminating unnecessary fees for crossing the border;       A number of companies have reported that their
additional and duplicative border programs; additional costs       inspection rates have not decreased in return for
for participating in trusted shipper and traveller programs; and   participation, and few believe that the investment
increased inspection times. Given the litany of challenges and     has produced sufficient benefit to justify the high
even longer list of areas where action is sought, government       costs. Some companies are actively avoiding the
agencies on both sides of the border should address the            program because of the belief that non-participation
areas that Canadian and U.S. businesses see as among               decreases the number of inspections. Participants in
the most critical priorities for the next year. This includes:     trusted traveller programs like NEXUS, though they do
expanding participation in trusted shipper and traveller           not need to pay as much to belong, reported similar
programs; providing full agency personnel availability on          challenges. This experience can be the opposite of
a 24/7 basis at all major border crossings; implementing a         the benefits anticipated by program participants. We
‘single window’ or portal for entering all border-related data     need to treat trusted shippers and travellers, who
requirements (the Canadian Single Window Initiative and the        have made significant investments to differentiate
U.S. International Trade Data System); developing a robust         themselves and become certified low-risk, from the
and tested border contingency plan; and rapidly rolling out        unknown trade and travel. Creating a secure and
enhanced drivers’ licenses.                                        trade efficient North America requires adopting a risk-
                                                                   based approach to border management by enhancing
These near-term recommendations align with the five                 membership in trusted shipper and traveller programs
principles outlined above, require action by both the              and providing clear, measured and reported benefits
Canadian and U.S. governments, and lay the groundwork              for participation.
for a long-term vision. While each recommendation may
appear as an isolated issue, combined they will enhance            Also required to fully keep these promises of faster
confidence in governments’ ability to create a secure and           crossings is better highways, and neither Canadian nor
competitive North America that facilitates the movement of         U.S. transportation departments are parties to those
legitimate goods and people.                                       programs. Further, it is difficult to entice businesses to
                                                                   join FAST with a promise of lowered inspection costs
                                                                   if these same companies are levied the same rate of
1.    Expand Trusted Shipper and Traveller Programs                inspection fees assessed on high-risk shipments by
      We strongly support voluntary trusted shipper and            other border agencies. We urge that all FAST, C-TPAT
      traveller programs, which serve to enhance supply            and PIP companies in good standing be exempt from
      chain and travel security. Properly implemented,             existing and any new border inspection fees, starting
      these programs should create greater border crossing         with the U.S. Animal and Plant Health Inspection
      consistency and reduced costs, including reduced             Service (APHIS) fees in the United States.
      inspections for participants, and allow border agencies
      to redirect their limited resources to the inspection of     We also recommend that a border co-management
      unknown cargo and travellers; in essence making the          agency be created to oversee and administer a
      search for the proverbial needle to be in a smaller          voluntary bi-national trusted shipper program; one
      haystack. This is a costly but needed step for cross-        which allows companies to apply in one country and
      border shippers and travellers, even with participation      be approved for both countries, similar to the NEXUS
      in trusted shipper programs costing companies up             traveller program. Such a program would include one
      to $100,000 and it taking up to two years to become          set of security standards, one background and vetting
      certified. These public-private sector partnerships           process using databases in both countries, and, over
      to strengthen the cargo supply chain are important           time, coordinated border reporting.
      efforts by our business communities, and participants

                                                                                    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE           7
A Canada-U.S. Border Vision




2.    Provide 24/7 Access at Major Border Crossings                     mandates with diverse, often paper-based reporting
      Another significant concern for the Canada-U.S.                    formats that employ separate systems. Frequently,
      business community is insufficient availability of open            duplicate information must be submitted to different
      lanes during heavy commercial and tourist travel times            agencies in different formats.
      at major land, airport, and marine crossings, resulting in
      increased border wait times for everyone. This creates            Electronic cargo data reporting by business increases
      inconsistencies for crossing the border, affecting all            the ability of our border agencies to manage border
      cargo, business travel, and tourism between Canada                risk. It is therefore critical that implementation of
      and the United States. Traffic patterns, especially                a uniform data entry window or portal by all border
      for commercial traffic, are largely predictable, and               agencies be a top priority on both sides of the border.
      those patterns, rather than time of day, should drive             We strongly support the Single Window Initiative
      staffing levels. Equally important is having secondary             in Canada and International Trade Data System in
      inspectors on site when needed and having border-                 the United States. Both are designed to bring all
      related support services available to users. To ensure            government departments and agencies under a single
      the efficient use of existing facilities and support               reporting system to facilitate information sharing within
      Canada-U.S. security and competitiveness, both                    government and the border crossing requirements
      countries should:                                                 placed on businesses. This can be the starting point
                                                                        of a long-term strategy to develop a fully secure and
      •    Offer 24/7 services, including those of other                interoperable customs system within North America.
           government departments and agencies that
           conduct border inspections and border-related
           support services, and                                   4.   Establish a Robust and Tested Border
                                                                        Contingency Plan
      •    Operate all border booths at major crossings                 A pandemic, natural disaster, or terrorist activity could
           during peak travel times.                                    lead to a partial or full closure of the border. The
                                                                        importance of the border to 10 million jobs necessitates
      It is our position that reducing border wait times will           a strong contingency plan to deal with such a situation.
      accelerate cross-border traffic, which in itself will              While they have made progress, Canada and the
      contribute to a more secure cargo supply chain. An                United States have not fully developed a formal border
      idling truck at a congested port of entry is not a secured        contingency plan and accompanying communication
      truck; in fact, it attracts cargo tampering and intrusion.        plan to be used in the event of a full or partial closure
                                                                        to Canada-U.S. land, sea, and airport border points.
                                                                        We strongly support the accelerated development of
3.    Implement Whole of Government Electronic Border                   a joint plan that could be used to re-open the border,
      Reporting Requirements                                            especially for our most trusted shipper and traveller
      The lack of a single system for importing and exporting           communities.
      reporting requirements on the Canadian and U.S.
      sides of the border continues to frustrate commercial
      border users. Currently, both Canada and the                 5.   Rapidly Roll-out Enhanced Drivers’ Licenses
      United States border agencies are moving towards                  Canadian and U.S. businesses are concerned that
      mandatory electronic importing and exporting reporting            there will not be a critical mass of Western Hemisphere
      requirements. This will require significant investment             Travel Initiative (WHTI)-compliant documentation in
      by Canadian and U.S. businesses and is necessary to               circulation before its target June 2009 implementation
      ensure our mutual security. While CBP in the United               – now only a few months away. Without this critical
      States and CBSA in Canada take the lead on border                 mass, WHTI implementation will lead to further
      management and reporting requirements, other                      congestion at the border as travellers arrive without
      government departments and agencies have border                   proper documentation. Even a short period of lengthy

8    CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                                             A Canada-U.S. Border Vision




delays – or the threat of such delays – for commercial and tourist traffic will deter the cross-border movement of goods
and people and shake the already wobbly confidence of investors and job-creators. The boomerang effect of lengthy
wait times will see many Canadian and U.S. tourists and business people avoiding cross-border travel, worsening an
already critical situation. Enhanced Drivers’ Licenses (EDLs) denoting identity and citizenship, and containing radio
frequency identification technology and security features, are a vital tool and hold significant potential to be a less
expensive and more practical form of documentation than a passport for the many Americans and Canadians whose
international travel interests are limited to land crossings.

We applaud the foresight of the governments who have become early adopters and encourage others to rapidly move
to full implementation. EDLs are vital to ensuring WHTI is smoothly implemented and the security needs of North
America are met without impeding the movement of goods and people across the border.




                                                                                CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE           9
A Canada-U.S. Border Vision




A Future View of our Border


The 5,525 miles of land border, our air and marine ports of       1.   An underscoring of the relationship of trust and
entry, and the thousands of communities they serve deserve             confidence between our two countries. This would
a unified, bi-national body dedicated to enhancing our mutual           include establishing a co-managed and staffed
economic and security interests. We currently have only one            agency that provides strategic decision making for the
such body, the International Boundary Commission, whose                management of the Green Light ports.
sole responsibility is to ensure that the physical border is
clear of obstruction and to map the boundary at regular           2.   To provide a secure, expedient, and least intrusive
intervals. For the past 100 years, all other planning at or            inspection policy for vetted trusted shipper and
near the border has been essentially left to each country’s            traveller program participants. The higher the program
jurisdictions. The creation of a bi-national border agency             participation, the larger the quantity of cargo and
would provide uniform and consistent border planning                   travellers that are secured and the safer the border.
that coordinates agency resources, link cross-border
infrastructure projects, and actually strengthen port (and        3.   To create a modern border that meets the needs
between port) security, enforcement protocols and incident             of a modern supply chain and would be staffed by
responses. If successful, the potential exists to create best          representatives of all border agencies on a 24/7
practices that could be applied uniformly across the Canada-           basis.
U.S. border.
                                                                  4.   To protect our environment by reducing carbon
                                                                       emissions through reduced congestion and adopting
A Green Light Pilot Project– Secure, Trade-Efficient,                   paper-free joint cargo data reporting rules in a single
and Sustainable                                                        government window.

The vision is to move rapidly to trial the feasibility of a       5.   To move the border beyond the border, including piloting
collaborative, co-managed border under a ‘Green Light’                 an offsite commercial plaza and pre-clearance centres,
pilot. This pilot would be managed by a joint board or agency          where cargo can be inspected, if necessary, and then
comprised of representatives from Canadian and U.S.                    expedited for entry without further inspection.
border and infrastructure agencies and chaired by a rotating
manager from either country – in the same spirit as NORAD.        There are a number of locations that are potential sites for
The principles and recommendations outlined in this paper         the pilot. British Columbia has a strong history of piloting
could be combined to create either a dedicated Green Light        fresh ideas, Manitoba would provide a mid-sized location
model port of entry or co-exist within existing ports – just as   and has already expressed some interest in their Emerson
NEXUS co-exists within existing airports – with a significant      crossing being considered, and Ontario and Quebec have a
expansion of the FAST lane concept.                               number of crossings where the high volume of trusted goods
                                                                  and people would warrant the needed investments.
As mentioned earlier, post 9/11 has changed U.S. views on
what is needed for security and there is no better way to
bridge security and trade facilitation concerns and interests
than by working side-by-side on both the management and
the delivery of border operations.

A council of private sector and stakeholder representatives,
including local governments, would be invited to participate in
an advisory board for the Green Light pilot. This model gives
priority to our trusted companies, shippers and travellers.
The pillars that we envision driving the strategic planning of
the Green Light ports are:


10   CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
                                                                           A Canada-U.S. Border Vision




Summary: A New Border-And-Beyond Engagement Strategy


A New Border-And-Beyond Engagement Strategy:
Principles

1.    Take a bilateral approach to border management.
2.    Give strategic and resource priority to trusted shippers
      and travellers.
3.    Expand the definition of the border to not always be ‘at
      the border’, including performing inspections and risk
      assessments at offsite venues.
4.    Move the border ‘away from the border’ to our
      shorelines and foreign ports.
5.    Achieve regulatory cooperation or mutual recognition
      on remaining differences between our domestic
      product and consumer safety regulations.


Just Do It:
Short-Term Recommendations

1.    Expand participation and deliver measurable benefits
      in trusted shipper and traveller programs.
2.    Provide 24/7 access and border services at major
      crossings.
3.    Implement a ‘single window’ or portal for entering all
      border related data required by various government
      agencies to facilitate importing and exporting reporting
      requirements.
4.    Establish a robust and tested border contingency
      plan.
5.    Rapidly roll out Enhanced Drivers’ Licenses.


Green Light Pilot Project:
Launch a “Green Light” pilot project at a major port of entry,
co-managed by Canada and the United States, to expedite
the movement of low-risk goods and people. This pilot
project will provide uniform and consistent border planning,
facilitating trusted shippers and travellers, and coordinating
agency resources, linking cross-border infrastructure
projects, and actually strengthening port (and between port)
security, enforcement protocols and incident responses.
A successful pilot project would create best practices that
could be applied across the Canada-U.S. border.




                                                                 CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE        11
A Canada-U.S. Border Vision




Conclusion


             The common challenges Canada and the United States face in the years to come deserve a re-
             invigoration of our relationship and new, bolder ideas. We believe this forward-looking engagement
             strategy builds on the history of our collaboration and provides both pragmatic solutions for the
             near-term and provocative recommendations for the longer term. Combined, they reflect the
             world’s largest trading relationship and show how two countries, with an unrivaled history of
             friendship and mutual, beneficial security dependence, can find common ground and a common
             vision for the 21st century.




12   CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE
          A Canada-U.S. Border Vision




CANADIAN CHAMBER OF COMMERCE        13
                     Vision de la frontière canado-américaine




Vision de la frontière
canado-américaine




                LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA            1
                                                                                             Vision de la frontière canado-américaine




Sommaire


Le Canada et les États-Unis ont une longue tradition de             Étant donné le ralentissement économique mondial, aucun
coopération et de prospérité qui repose sur des liens familiaux,    des deux pays ne peut se permettre d’adopter uniquement
la promotion et la défense de nos valeurs démocratiques, un         des solutions à long terme pour assurer l’efficacité des
soutien mutuel sans faille en cas de besoin et une solide           activités transfrontalières. En effet, il importe de réduire dès
relation économique – la plus importante du monde. Nous             maintenant les coûts de la frontière pour faciliter la circulation
partageons également la plus longue frontière sécurisée             des marchandises et des personnes à faible risque. Pour ce
du globe, sept millions d’emplois aux États-Unis et trois           faire, on doit élargir la participation aux programmes pour
millions d’emplois au Canada dépendent de son efficacité.            expéditeurs et voyageurs préapprouvés et voir à ce que
Malheureusement, l’escalade des coûts et les retards aux            ces programmes offrent des avantages mesurables. On
passages transfrontaliers sont une source de préoccupations         pourrait, notamment, offrir l’accès et les services frontaliers
croissantes pour les entreprises et les créateurs d’emplois         24 heures par jour, sept jours sur sept aux principaux postes
du Canada et des États-Unis.                                        frontaliers et mettre en œuvre un guichet unique ou un portail
                                                                    pour l’entrée des données d’importation et d’exportation
L’élection présidentielle tenue récemment aux États-Unis            requises par les divers organismes gouvernementaux, c.-
ouvre de nouvelles perspectives pour la sécurité et la              à-d. l’Initiative du guichet unique au Canada et le système
compétitivité nord-américaine. Le Canada doit envisager             de données sur le commerce international (International
soigneusement sa relation avec la nouvelle administration           Trade Data System) aux États-Unis. L’établissement d’un
démocrate et l’instituer avant que le président Barack              plan d’urgence robuste et éprouvé préparera l’Amérique du
Obama n’entre en fonction en janvier 2009. Cette relation           Nord à une éventuelle fermeture de la frontière et la mise
doit reposer, entre autres, sur une stratégie frontalière           en route rapide des permis de conduire améliorés facilitera
fondée sur des principes et sur des mesures à court et à            les formalités associées à la mise en œuvre de l’Initiative
long terme visant à renforcer la sécurité et la compétitivité       relative aux voyages dans l’hémisphère occidental (IVHO)
nord-américaine.                                                    dont les exigences en matière de passeport entreront en
                                                                    vigueur en juin prochain.
Cinq principes relatifs à la frontière Canada-États-Unis sous-
tendent les recommandations présentées dans le présent              Les recommandations à court terme préparent le Canada
document :                                                          à faire face à la conjoncture, mais une vision à long terme
                                                                    s’impose pour préparer l’Amérique du Nord en vue de l’avenir.
     •     Adopter une approche bilatérale prévoyant la             Afin de donner suite à cette vision, nous proposons de lancer
           gestion paritaire de la frontière.                       un projet pilote « feu vert » à un ou plusieurs ports d’entrée
                                                                    cogérés par le Canada et les États-Unis pour accélérer la
     •     Accorder la priorité en matière de stratégie et de       circulation des marchandises et des personnes à faible
           ressources aux expéditeurs et aux voyageurs              risque. Ce projet pilote prévoira une planification frontalière
           préapprouvés.                                            uniforme et cohérente, sera axé sur les expéditeurs et
                                                                    voyageurs préapprouvés, coordonnera les ressources des
     •     Élargir la définition de la frontière pour que le terme   organismes, reliera les projets d’infrastructure transfrontaliers
           ne signifie pas uniquement « à la frontière même          et renforcera la sécurité des ports (et entre les ports),
           » et, notamment, effectuer les inspections et les        les protocoles d’application de la loi et les réponses aux
           évaluations des risques à des endroits hors site.        incidents. Un projet pilote réussi mènerait à des pratiques
                                                                    exemplaires qui pourraient être appliquées à l’ensemble de
     •     Appliquer les politiques frontalières au-delà de nos     la frontière canado-américaine.
           rives à nos ports étrangers.

     •     Parvenir à une coopération en matière de
           réglementation ou à une reconnaissance mutuelle
           des différences entre nos règlements respectifs
           sur les produits intérieurs et la sécurité des
           consommateurs.
                                                                                       LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                                      Vision de la frontière canado-américaine




Introduction


Le Canada et les États-Unis ont énormément profité de                      ni pour la collaboration exhaustive entre les deux pays qui a
leur relation économique – la plus importante du monde.                   renforcé notre sécurité commune. Ces politiques ont eu un
Ils partagent également la plus longue frontière sécurisée                résultat inattendu : elles ont augmenté l’opacité de notre frontière
du globe. Les chiffres sont ahurissants. Voici quelques                   partagée, multiplié les frais de conformité et de transaction
statistiques :                                                            des entreprises nord américaines, créé une incertitude et
                                                                          une imprévisibilité pour les livraisons transfrontalières et
        •    300 000 voyageurs traversent la frontière entre le           menacent, en fin de compte, de rendre l’Amérique du Nord
             Canada et les États-Unis chaque jour1.                       moins attrayante sur le plan de l’investissement. Entre temps,
                                                                          la concurrence de la côte du Pacifique s’est intensifiée et
        •    35 000 camions traversent la frontière chaque                l’Union européenne et d’autres grandes économies ont formé
             jour2.                                                       des groupes d’échanges commerciaux régionaux qui ont
                                                                          éliminé ces mêmes mesures. Malheureusement, l’Amérique
        •    les échanges bilatéraux se chiffrent à 1,6 milliard          du Nord a emprunté la direction opposée.
             de dollars par jour3.
                                                                          Aujourd’hui le danger associé à l’incertitude économique
Aussi impressionnants que ces indicateurs économiques                     continue, les fluctuations des prix de l’essence et les
puissent être, ils ne disent pas tout. En effet, les entreprises          tendances politiques et économiques inquiétantes à l’étranger
des deux côtés de la frontière ont investi des millions de                militent en faveur d’un nouvel engagement à l’égard de
dollars dans la sécurité des cargaisons et des voyageurs.                 l’alliance entre nos deux pays, du renforcement de notre
Nous pouvons donc nous enorgueillir du fait qu’un tiers                   compétitivité économique mutuelle et du démantèlement
des envois transfrontaliers ont été préalablement vérifiés et              des barrières inutiles. Nous devons combiner nos forces,
certifiés sécuritaires par nos douanes et que plus de 70 p.                abattre les murs, éliminer les règlements archaïques et bâtir
100 des camionneurs4, outre les chemins de fer de catégorie               un espace économique régional capable de concurrencer
1, ont reçu leur justificatif de sécurité. Comparativement aux             nos partenaires mondiaux, de créer des emplois et d’attirer
autres partenariats commerciaux, le nôtre est sans pareil.                l’investissement étranger. Il est possible d’accomplir tout cela
                                                                          sans affaiblir les mesures de sécurité qui ont été mises en
Certes, depuis la mise en œuvre de l’Accord de libre-échange              place pour protéger nos deux pays contre ceux qui veulent
entre le Canada et les États-Unis en 1989, environ un tiers des           nous faire du mal.
envois bilatéraux sont des livraisons de biens et de matériaux
entre entreprises5. Durant cette période, un nouvel espace                Le présent document décrit les enjeux et les démarches qui
économique nord américain a surgi et il a nous fourni une                 s’imposent. Il présente des recommandations à court terme
plateforme destinée à nous permettre d’être performants sur               ainsi qu’une vision à long terme. Nous avançons que la gestion
un marché mondial de plus en plus concurrentiel. Les deux                 de la frontière doit être une responsabilité binationale fondée
pays ont énormément profité de leur bon voisinage.                         sur la confiance mutuelle. Nous préconisons une nouvelle
                                                                          frontière gérée conjointement par des organismes essentiels
         Cependant, le 11 septembre 2001, la frontière a                  des deux pays. Le mode de gestion pourrait être fondé sur
pratiquement cessé de fonctionner des jours durant, alors que             les divers modèles de gestion transfrontalière réussis et de
les États-Unis répondaient à une attaque terroriste horrible et           longue date existant aujourd’hui et prévoir une présidence
sans précédent. Durant les sept années qui se sont écoulées               rotative semblable à celle qu’utilise la Défense aérospatiale
depuis ce moment fatidique, nos deux pays ont adopté une                  de l’Amérique du Nord (NORAD). Nous concluons avec un
longue liste de mesures de sécurité frontalière. Mais, bien               modèle du port d’entrée de l’avenir qui pourrait être mis en
que leurs objectifs soient valables, elles ont été imposées à             œuvre immédiatement à titre de projet pilote et éventuellement
tous les partenaires commerciaux et les modes de transport                devenir un modèle de meilleure pratique pour les échanges
incohéremment et sans le moindre égard pour notre relation                commerciaux transfrontaliers.


1   Ambassade des États-Unis au Canada. 2008.
2   Ambassade du Canada aux États-Unis. 2008.
3   Ibid.
4   Ambassadeur Michael Wilson. 29 mars 2007. « The Canada-U.S. Border: Free Trade in a time of Enhanced Security. »
5   Ibid.

                                                                                               LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              1
Vision de la frontière canado-américaine




Des antécédents de convergence,
de concurrence et de coopération


L’Accord de libre-échange entre le Canada et les États-Unis      nord-américaines et les dix millions de travailleurs canadiens
a accéléré l’intégration sectorielle entre le Canada et les      et américains qui dépendent de cette relation commerciale.
États-Unis. Aujourd’hui, près de deux décennies depuis la        Pourquoi? Parce qu’elles ont été mises en œuvre à l’aide
signature de l’accord, les envois transfrontaliers desservent    d’une démarche globale et uniformisée qui ne convient pas
la chaîne d’approvisionnement et le marché nord-américain.       au caractère immédiat des échanges entre nos deux pays
Cet environnement économique a également modifié le               qui desservent les opérations de fabrication et d’assemblage
rôle de la frontière entre les deux pays. L’époque où le         juste-à-temps des deux côtés de la frontière.
passage à la frontière d’un transporteur rempli de produits
finis destinés aux tablettes des détaillants était la norme       Et, ce qui inquiète encore davantage, ces nouveaux coûts et
est révolue. Aujourd’hui, ce transporteur fait généralement      fardeaux de conformité ne sont pas facilement quantifiables
partie d’une chaîne d’approvisionnement et il est rempli de      ni mesurables et posent un problème particulièrement
matériel de production intermédiaire destiné aux opérations      grave aux petites et moyennes entreprises. Par exemple,
d’assemblage de l’un ou l’autre des pays.                        l’obéissance aux nouvelles règles de présentation de
                                                                 données sur les cargaisons est moins coûteuse dans le
Avant 1989, les tarifs, taxes et frais de courtier étaient les   cas d’un envoi en provenance de la côte du Pacifique, qui
coûts typiquement associés aux échanges transfrontaliers.        traverse l’océan, que dans celui d’un envoi par camion qui
Souvent considérés comme élevés, ils étaient transparents        quitte un entrepôt du Michigan à destination de l’Ontario. En
et facilement quantifiables. Mais à mesure que l’Accord de        effet, le navire qui traverse le Pacifique a beaucoup plus de
libre-échange entre le Canada et les États-Unis réduisait les    temps pour recueillir, transmettre et corriger les données sur
tarifs et les taxes, de nouveaux frais sont apparus des deux     les cargaisons requises par les agences frontalières; dans
côtés de la frontière, notamment des frais de logistique et      bien des cas, le camionneur n’a que quelques minutes pour
de livraison. Plus récemment, depuis le 11 septembre 2001,       annexer ou corriger des données et, à défaut de le faire, il
des nouveaux coûts qui agissent comme une taxe cachée            s’expose à des contrôles de plusieurs heures à la frontière.
sur les producteurs et les consommateurs attirent l’attention
de la plateforme de chargement à la salle du conseil. Les        Les nouveaux frais d’inspection sont élevés pour les envois
exigences nouvelles et accrues en matière d’inspection,          bilatéraux, car ils sont souvent imposés pour chaque
notamment la présentation obligatoire de données sur les         vaisseau ou transaction. Un navire transportant 4 000
cargaisons, exigent de nouveaux investissements en TI.           contenants de produits finis arrivant à un port maritime nord-
Les retards à la frontière raccourcissent les distances de       américain d’un pays lointain a un avantage concurrentiel et
livraison des transporteurs et les frais de conformité aux       est moins retardé par des inspections.
programmes de chaîne d’approvisionnement augmentent.
L’imprévisibilité des passages frontaliers eux-mêmes a fait      Ces dernières années, les dépenses du gouvernement ont
augmenter le coût de faire des affaires en Amérique du           porté principalement sur la sécurité de la frontière et les fins
Nord et, ce faisant, a rendu celle-ci moins concurrentielle      sont louables. Les sommes octroyées aux organismes de
sur le marché mondial. Étant donné la concurrence accrue         douanes ont permis d’augmenter le nombre d’inspecteurs
des sociétés étrangères, une taxe cachée qui multiplie les       aux points d’entrée. Elles ont également servi à l’achat
coûts des producteurs, des créateurs d’emplois et, au bout       de nouvelles technologies d’inspection et de ciblage et de
du compte, des consommateurs nuit à notre compétitivité          programmes visant à renforcer la sécurité de la chaîne
et est particulièrement néfaste pour les entreprises dont        d’approvisionnement et l’identification des voyageurs.
les produits traversent plusieurs fois la frontière durant le    Beaucoup moins d’argent a été consacré à l’infrastructure des
processus de production.                                         échanges et des voyages, notamment aux postes frontaliers
                                                                 et aux réseaux routiers menant à la frontière. Entre temps,
Les mesures de sécurité nouvelles, plus opaques s’adressant      nos concurrents étrangers recherchent énergiquement
aux voyageurs et aux cargaisons créent des obstacles             de nouveaux marchés d’exportation, forment des groupes
coûteux pour les envois et les voyages transfrontaliers. Bien    d’échanges régionaux et investissent vigoureusement dans
qu’elles soient imposées à tous les partenaires commerciaux,     l’infrastructure de transport à l’appui de leurs plateformes
elles créent un fardeau disproportionné pour les entreprises     d’exportation et de leurs nouveaux corridors commerciaux.

2    LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                                     Vision de la frontière canado-américaine




L’importance de l’emplacement ne s’applique pas uniquement                   Ces partenariats ont posé d’importantes assises de
à l’immobilier. Les manufacturiers nord-américains en sont                   collaboration à des fins de sécurité et d’exécution de la
également très conscients. Par exemple, les résultats                        loi. Cependant, leur portée et leur mandat sont limités et
d’un sondage des entreprises du secteur manufacturier                        ils n’énoncent pas de vision à long terme. Ils reflètent en
nord américain effectué récemment par Deloitte Research                      grande partie des entretiens entre organismes autonomes.
révèlent qu’en général les entreprises ont une opinion                       Bon nombre ont mené à des meilleures pratiques,
plutôt positive de l’ALÉ près de 15 ans après son entrée                     notamment aux programmes pour expéditeurs et voyageurs
en vigueur, mais soulignent la concurrence croissante de la                  préapprouvés, qui ont donné le bon ton, mais ne fournissent
Chine et de l’Inde et l’importance d’accroître la collaboration              pas d’avantages intéressants aux entreprises canadiennes.
entre l’industrie et les gouvernements pour créer une chaîne
d’approvisionnement concurrentielle à l’échelle internationale               L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et la
en Amérique du Nord6.                                                        Customs and Border Protection (CBP) des États-Unis ont
                                                                             vigoureusement plaidé à l’étranger en faveur du renforcement
Le Canada et les États-Unis ont récemment collaboré à                        de la sécurité des chaînes d’approvisionnement mondiales
plusieurs initiatives de gestion bilatérale de la frontière. En              axées sur les conteneurs. Cette démarche a profité aux deux
voici quelques exemples :                                                    pays, de même qu’au commerce mondial, et démontre que
                                                                             les deux pays peuvent être des meneurs dans une instance
                                                                             mondiale lorsqu’il s’agit d’obtenir un environnement plus
       •     Accord sur la frontière commune (1995)                          sécurisé pour les conteneurs à destination de l’Amérique du
       •     Vision de la frontière Citoyenneté et Immigration               Nord.
             Canada-États-Unis (1997)
       •     Forum sur la criminalité              transfrontalière          D’autres organismes canadiens et américains, notamment
             Canada-États-Unis (1997)                                        Santé Canada et l’Administration des aliments et drogues des
       •     Partenariat Canada-États-Unis (2000)                            États-Unis, ont collaboré de façon similaire, particulièrement
                                                                             avec l’Union européenne, pour obtenir un accord sur les
       •     Plan d’action et accord sur la frontière
             intelligente (2001)                                             normes de sécurité des produits de consommation.

       •     Partenariat nord-américain pour la sécurité et
             la prospérité (2005)




6   Made in North America, juin 2008, étude du secteur manufacturier de Deloitte Research.



                                                                                              LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              3
Vision de la frontière canado-américaine




Stratégie d’engagement avec une nouvelle administration


Les personnes qui traversent la frontière régulièrement           nouvelle administration démocrate et la mettre en place peu
pensent autrement, mais si l’on demandait au Canadien             après l’entrée en fonction du président Barack Obama en
moyen ce que la frontière signifie pour lui il répondrait          janvier 2009. La stratégie doit persuader les décideurs et
probablement que c’est une ligne qui protège la souveraineté      les médias américains que la frontière avec le Canada est
culturelle et politique du Canada. À la même question, les        distincte et, en fait, essentielle aux intérêts économiques et
Américains répondraient sans doute que la frontière les           à la sécurité des États-Unis.
protège des intrusions négatives de l’extérieur – immigrants
illégaux, armes de destruction massive, aliments et jouets
dangereux et terroristes. Et, ce qui est encore plus important,
la majorité des Américains ne font aucune distinction entre
la frontière entre les États-Unis et le Mexique et les ports
d’entrée aériens, terrestres et maritimes avec le Canada.
Les Américains ont adopté une attitude «nous contre eux». Il
importe donc de les convaincre que le Canada n’est pas « eux
». Le Canada, c’est « nous » et la sécurité et la compétitivité
nord-américaine sont des priorités continentales mutuelles.

          Les Canadiens ne doivent pas sous-estimer l’impact
émotionnel et durable des événements du 11 septembre
2001 sur les collectivités, les églises et les hôtels de
ville et dans les salles à manger des États-Unis. Pour la
plupart des Américains, le 11 septembre 2001 c’était hier.
Ce changement géopolitique n’a pas cessé d’affecter les
Américains et le Canada doit se positionner comme faisant
partie de la solution auprès de la nouvelle administration
présidentielle. Les Américains veulent être rassurés de
savoir que le Canada est un ami digne de confiance qui
veille à leurs intérêts et partage des valeurs et des craintes
semblables. Il ne sera pas facile de les convaincre que nous
pouvons ensemble créer une économie plus solide et un
avenir plus sûr et que nous pouvons être des gagnants sur
le marché mondial. Mais si nous y arrivons, l’Amérique du
Nord sera plus sécuritaire et concurrentielle.

La récente campagne présidentielle américaine et l’élection
d’une administration démocrate laissent entrevoir la façon
dont le dossier de la frontière sera géré au cours des
prochaines années. Tout semble indiquer que la sécurité de
la frontière et du pays restera une préoccupation majeure
pour les citoyens américains et, par conséquent, continuera
d’être une priorité pour le pouvoir exécutif et législatif. Les
États-Unis continueront sans doute de mettre l’accent sur
la protection du commerce et de la frontière plutôt que sur
la facilitation des échanges. Pour contrer cette tendance, le
Canada devra envisager soigneusement sa relation avec la




4    LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                                  Vision de la frontière canado-américaine




Cinq principes, cinq recommandations


Les relations avec la nouvelle administration américaine                 responsabilité partagée ont renforcé la sécurité du Canada
devraient commencer par un sommet Canada-États-                          et des États-Unis sans pour autant diminuer la souveraineté
Unis durant lequel on reconnaîtrait de nouveau que les                   ou l’identité nationale des deux pays. D’autres exemples
postes frontaliers terrestres, maritimes et aériens sont des             de gestion commune de longue date sont la Corporation
installations stratégiques communes, dont la gestion et                  de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent (Canada)
la planification stratégique impliquent une responsabilité                et la Saint Lawrence Seaway Development Corporation
bilatérale. Un nouveau partenariat mixte au niveau ministériel           (États-Unis), la Commission mixte internationale (CMI) et
doit reconnaître le rôle de tous les organismes ayant                    la Commission de coopération environnementale (CCE) qui
des responsabilités relatives à la gestion de la frontière,              surveille les accords environnementaux transfrontaliers. Le
notamment les ministères des secteurs de l’alimentation, de              modèle de gestion paritaire s’est avéré efficace sur le plan
l’agriculture et du transport.                                           de la sécurité militaire et de la réduction des pluies acides.
                                                                         Il a servi, plutôt qu’entravé, les intérêts nationaux des deux
Le présent document énonce les cinq principes sous-                      pays. Une relation similaire fondée sur la confiance, dotée
jacents d’une nouvelle stratégie pour la frontière et au-delà,           d’une vision à long terme, doit régir notre frontière commune.
axée sur les préoccupations et les intérêts sur le plan de la            Il n’y a pas de meilleure façon de reconnaître et de régler les
sécurité et de la facilitation des échanges. Il recommande               préoccupations en matière de sécurité et de facilitation des
également cinq démarches bilatérales à court terme, dont la              échanges que de collaborer à la gestion et au maintien de la
mise en œuvre pourrait fournir une incitation immédiate et               sécurité à la frontière.
mener à plusieurs initiatives stratégiques. Ces principes et
recommandations posent les fondements de la vision à long                Deuxième principe
terme présentée à la fin de ce rapport.                                   Toute politique de gestion frontalière doit accorder la priorité
                                                                         en matière de stratégie et de ressources aux entreprises et
Ces recommandations ne sont pas « typiquement                            aux voyageurs préapprouvés. Elle doit également prévoir
canadiennes ». Ce sont des solutions nord-américaines.                   un rendement solide des sommes qu’ils investissent pour
Elles ne favorisent pas le commerce aux dépens de la                     devenir membres des programmes pour voyageurs de
sécurité, mais promeuvent plutôt un avenir économique                    confiance et sécuriser leur chaîne d’approvisionnement.
plus solide qui renforce la sécurité du Canada et des États-             Il va sans dire qu’un nombre élevé d’expéditeurs et de
Unis. L’enjeu ne pourrait être plus important. Trente-sept               voyageurs préapprouvés contribue à renforcer notre sécurité
états affirment que le Canada est leur principal marché                   mutuelle. Les programmes pour expéditeurs et voyageurs
d’exportation. Sept millions d’emplois aux États-Unis et trois           préapprouvés comme Expéditions rapides et sécuritaires
millions d’emplois au Canada dépendent des échanges                      (EXPRES), le Programme du partenariat douanes-commerce
bilatéraux concurrentiels et dynamiques de produits, de                  contre le terrorisme (C TPAT), Partenaires en protection
services et de voyages touristiques transfrontaliers7.                   (PEP) et NEXUS résultent de partenariats réussis entre les
                                                                         organismes frontaliers et le secteur privé. Cependant, le
Premier principe                                                         maintien de la sécurité de la frontière et des produits relève
Nos deux pays devraient considérer la longue liste de                    du mandat du gouvernement et les frais des inspections de
relations bilatérales à long terme et s’inspirer de la confiance          sécurité ne devraient pas être assumés par les utilisateurs
mutuelle sur laquelle elles sont fondées et les prendre                  réglementés (et encore moins par les utilisateurs qui posent
comme modèle pour un plan de gestion frontalière. Par                    le risque le moins élevé). C’est pourquoi nous sommes
exemple, depuis 50 ans, NORAD défend l’espace aérien                     d’avis que tout financement additionnel requis devrait être
du Canada et des États-Unis; le personnel des forces                     fourni par les organismes gouvernementaux à même leur
aériennes des deux pays travaille de concert et il y a une               enveloppe budgétaire par le biais de l’octroi de crédits.
rotation du commandement. Ce niveau de confiance
mutuelle est sans parallèle. De plus, la collaboration et la


7   Ambassade du Canada aux États-Unis. 2006. « State Trade Fact Sheets 2006 ».



                                                                                           LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              5
Vision de la frontière canado-américaine




Troisième principe                                                 Cinquième principe
Nos dirigeants devraient élargir la définition de la frontière      Le Canada et les États-Unis doivent parvenir à une
pour que le terme ne se rapporte pas uniquement aux                coopération en matière de réglementation ou à une
opérations effectuées à la frontière même. Le contrôle de la       reconnaissance mutuelle pour rendre les règlements sur les
conformité des envois, l’inspection des produits et l’évaluation   produits intérieurs et la sécurité des consommateurs des deux
des risques peuvent être effectués hors site, notamment            pays plus similaires. Ainsi, le département de l’Agriculture
aux usines de fabrication et d’assemblage, aux entrepôts et        des États-Unis et Agriculture et Agroalimentaire Canada se
autres centres de contrôle intérieurs. Cet élargissement de        sont réunis sous les auspices du comité consultatif bilatéral
la frontière permettrait de diminuer la congestion des artères     sur l’agriculture et ont accompli des progrès énormes
aux principaux ports d’entrée, d’accélérer les livraisons des      sur le règlement des questions. Ils ont reconnu qu’un
éléments de la chaîne d’approvisionnement et de réduire les        dialogue ouvert peut servir de système d’avertissement
coûts pour les secteurs public et privé. À titre d’exemple, le     anticipé lors d’éventuels problèmes associés au commerce
Fort Erie-Buffalo Commercial Clearance Plaza est un centre         agroalimentaire bilatéral. L’Accord de libre-échange entre
spécial situé hors de l’esplanade du poste frontalier où les       le Canada et les États-Unis et l’ALENA ont diminué le
camionneurs peuvent transmettre les données requises sur           fardeau tarifaire du commerce intrarégional, ce qui a créé
les cargaisons. On pourrait élargir ce centre pour y installer     une économie dynamique entre les régions de l’Amérique
des services d’inspection hors site. De plus, bon nombre           du Nord. Le moment est venu de tirer pleinement parti de
des procédures effectuées aux ports d’entrée pourraient            cette intégration et de fournir aux consommateurs et aux
être effectuées à l’usine de traitement. Par exemple, les          entreprises une norme ou reconnaissance mutuelle et un
inspecteurs de l’Agence canadienne d’inspection des                cadre réglementaire prévoyant qu’une approbation, une fois
aliments (ACIA), qui exercent leurs activités en vertu d’un        obtenue, s’applique à tous.
protocole d’entente avec l’Administration des aliments et
drogues et le département de l’Agriculture des États-Unis,         Le Canada devrait sérieusement envisager de réexaminer
sont souvent présents aux usines de traitement et pourraient       sa réglementation dans les secteurs essentiels et prendre
effectuer les inspections requises sur place plutôt qu’à la        des mesures unilatérales lorsque la tyrannie des petites
frontière.                                                         différences augmente les coûts tout en offrant aux
                                                                   producteurs et aux consommateurs peu d’avantages, sinon
Quatrième principe                                                 aucun.
Nous devons miser sur l’important travail de nos services
frontaliers et de nos organismes d’exécution de la loi et
appliquer les politiques frontalières à nos ports étrangers.
Le personnel des douanes canadiennes et américaines
travaille déjà ensemble à cinq importants ports maritimes
en Amérique du Nord, ciblant les conteneurs en provenance
des ports de pays tiers. L’élargissement de ces efforts
réduirait, voire éliminerait, l’inspection répétée du même
voyageur ou envoi à la frontière terrestre et renforcerait la
sécurité des deux pays.




6    LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                    Vision de la frontière canado-américaine




Cinq démarches immédiates


Étant donné le ralentissement économique mondial, on ne           voyageurs transfrontaliers sont nécessaires, même si
peut se permettre d’adopter uniquement des solutions à long       la participation coûte jusqu’à 100 000 $ et qu’il faut
terme pour assurer l’efficacité des activités transfrontalières.   compter environ deux ans pour être homologué. Ces
En effet, il faut réduire dès maintenant les coûts de la          partenariats secteur public-secteur privé visant à
frontière et, notamment, réduire les temps d’attente; éliminer    renforcer la chaîne d’approvisionnement représentent
les frais inutiles associés aux passages transfrontaliers,        d’importants efforts de la part de nos milieux d’affaires
les programmes répétitifs et les frais additionnels de            et les participants devraient en retirer des contrôles
participation aux programmes pour expéditeurs et voyageurs        accélérés à la frontière.
préapprouvés; et prolonger les horaires des inspections. Étant
donné la litanie d’enjeux et la liste encore plus longue des      Bon nombre d’entreprises rapportent que leur taux
domaines où il faut agir, les organismes gouvernementaux          d’inspection n’a pas diminué en retour de leur
des deux pays devraient traiter les questions considérées         participation et certaines croient que l’investissement
comme prioritaires par les entreprises canadiennes et             n’a pas dégagé suffisamment d’avantages pour
américaines. Ce sont, notamment : élargir la participation aux    justifier les coûts élevés. Certaines entreprises évitent
programmes pour expéditeurs et voyageurs préapprouvés;            activement le programme, car elles estiment que la
offrir des services en permanence à tous les principaux           non-participation diminue le nombre d’inspections.
postes frontaliers; mettre en œuvre un guichet unique pour        Les participants aux programmes pour voyageurs
l’entrée des données exigées à la frontière (l’Initiative du      préapprouvés comme NEXUS ne paient pas des
guichet unique au Canada et le système de données sur             frais d’adhésion aussi élevés, mais ils rapportent
le commerce international aux États Unis); finaliser un plan       des problèmes similaires. Ces expériences vont à
rigoureux et éprouvé en cas d’urgence à la frontière; et mettre   l’encontre de ce que les participants espèrent tirer
en route rapidement les permis de conduire améliorés.             de ces programmes. Nous devons distinguer les
                                                                  expéditeurs et voyageurs préapprouvés, qui ont
Ces recommandations à court terme correspondent aux               investi d’importantes sommes pour être désignés
cinq principes susmentionnés, exigent des démarches des           à faible risque, des expéditeurs et voyageurs
gouvernements canadien et américain et posent les assises         inconnus. La création d’une Amérique du Nord sûre et
d’une vision à long terme. Bien qu’elles semblent isolées,        commercialement efficace exige que l’on adopte une
ensemble elles rétabliront la confiance en la capacité des         approche fondée sur le risque et que l’on encourage
gouvernements de créer une Amérique du Nord sûre et               l’adhésion aux programmes pour expéditeurs et
concurrentielle qui facilite la circulation des marchandises et   voyageurs approuvés en offrant des avantages clairs,
des personnes légitimes.                                          mesurés et visibles aux participants.

1.    Élargir la participation aux programmes pour expé-          Pour accélérer les passages, on doit également
      diteurs et voyageurs préapprouvés                           améliorer les routes. Or, les départements de transport
      Nous avalisons fortement les programmes volontaires         canadiens et américains ne font pas partie de ces
      pour voyageurs et expéditeurs préapprouvés, qui             programmes. En outre, on peut difficilement inciter
      renforcent la sécurité de la chaîne d’approvisionnement     les entreprises à adhérer à EXPRES en promettant
      et des voyages. Mis en œuvre correctement, ces              de diminuer les frais d’inspection si elles doivent
      programmes devraient uniformiser les formalités             payer des frais identiques à ceux qui sont imposés
      frontalières, réduire les coûts et diminuer les             aux envois à risque élevé par les autres organismes
      inspections pour les participants. Ils permettraient        frontaliers. Nous insistons pour que les entreprises en
      également aux organismes frontaliers de concentrer          règle participant à EXPRES, C-TPAT et PEP soient
      leurs ressources limitées sur le contrôle des cargaisons    exemptées des frais d’inspection actuels et futurs, à
      et des personnes inconnues – la proverbiale                 commencer par ceux de l’Animal and Plant Health
      recherche de l’aiguille se faisant dans une botte de        Inspection Service (APHIS) des États-Unis.
      foin plus petite. Ces programmes pour expéditeurs et


                                                                             LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              7
Vision de la frontière canado-américaine




      Nous recommandons également qu’une agence de                         frontalier congestionné n’est pas un camion sécurisé;
      gestion mixte de la frontière soit créée pour diriger et             en fait, il invite à la manipulation de la cargaison et à
      administrer un programme binational volontaire pour                  l’intrusion.
      expéditeurs préapprouvés selon lequel les entreprises
      pourraient présenter une demande d’adhésion dans                3.   Mettre en œuvre des normes de déclarations
      un pays et être approuvées dans les deux pays,                       entièrement électroniques des exigences douanières
      comme c’est le cas pour le programme pour voyageurs                  à l’échelle du gouvernement
      NEXUS. Un tel programme prévoirait un ensemble                       L’absence de système unique de gestion des données
      de normes de sécurité, un processus d’examen des                     sur les importations et les exportations des deux côtés
      antécédents à l’aide de bases de données dans les                    de la frontière décourage vivement les utilisateurs
      deux pays et, avec le temps, des rapports coordonnés                 commerciaux de la frontière. À l’heure actuelle, les
      à la frontière.                                                      organismes frontaliers du Canada et des États-Unis se
                                                                           dirigent vers des normes de déclarations électroniques
2.    Offrir un accès permanent aux principaux                             obligatoires des données sur les importations et les
      postes frontaliers                                                   exportations. Cette exigence, qui est nécessaire à
      Le milieu des affaires canadien et américain se plaint               des fins de sécurité mutuelle, exigera d’importants
      également du nombre peu élevé de voies qui sont                      investissements de la part des entreprises canadiennes
      ouvertes aux périodes de fort trafic commercial et                    et américaines. À l’heure actuelle, la CBP aux États-
      touristique aux principaux postes frontaliers terrestres,            Unis et l’ASFC au Canada dirigent la gestion de la
      aériens et maritimes. Il s’ensuit des retards à la                   frontière et les normes en matière de déclaration, mais
      frontière pour tout le monde. Les incohérences à la                  d’autres ministères et organismes gouvernementaux
      frontière ont une incidence sur les cargaisons, les                  associés aux formalités frontalières utilisent différents
      voyages d’affaires et le tourisme entre le Canada et                 formats (papier la plupart du temps) et des systèmes
      les États-Unis. Or, en fait, les tendances des voyages,              distincts. Ils exigent souvent la présentation de
      particulièrement en ce qui a trait au trafic commercial,              renseignements en double à plusieurs agences en
      sont très prévisibles et ce sont elles, plutôt que l’heure           différents formats.
      de la journée, qui devraient déterminer les niveaux
      de dotation. La présence sur place d’inspecteurs                     La présentation de données électroniques sur les
      secondaires et la disponibilité de services de soutien               cargaisons facilite la gestion de la frontière. Par
      associés à la frontière sont d’une égale importance.                 conséquent, il est essentiel d’accorder la priorité à
      Pour assurer l’utilisation efficace des installations                 la création d’un guichet ou portail uniforme d’entrée
      existantes et favoriser la sécurité et la compétitivité du           des données pour tous les organismes frontaliers des
      Canada et des États-Unis, les deux pays devraient :                  deux côtés de la frontière. Nous appuyons fortement
                                                                           l’interface à guichet unique au Canada et le projet de
                                                                           système de données sur le commerce international
      •    Offrir des services en permanence, y compris
           ceux des autres ministères et agences du                        (ITDS) des États-Unis. Ces deux initiatives visent à
           gouvernement qui effectuent des inspections                     créer un seul système de rapport pour les ministères
           et offrent des services de soutien associés à la                et agences du gouvernement, afin de faciliter le
           frontière.                                                      partage de renseignements au sein du gouvernement
                                                                           et l’observation des procédures frontalières pour les
      •    Exploiter tous les kiosques des principaux postes               entreprises. Elles pourraient être le point de départ
           frontaliers durant les périodes de pointe.                      d’une stratégie à long terme visant à mettre en œuvre
                                                                           un système de douanes entièrement sécurisé et
      Nous sommes d’avis que la réduction des temps                        interopérable en Amérique du Nord.
      d’attente à la frontière accélérera le trafic transfrontalier,
      ce qui contribuera à renforcer la sécurité de la chaîne
      d’approvisionnement. Un camion en attente à un poste


8    LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                     Vision de la frontière canado-américaine




4.   Établir un plan d’urgence robuste et éprouvé                  brève période de longs retards – ou la menace de tels
     Une pandémie, une catastrophe naturelle ou un acte            retards – pour le trafic commercial et touristique ne
     terroriste pourrait entraîner une fermeture totale ou         pourra que décourager la circulation transfrontalière
     partielle de la frontière. Or, l’importance inhérente de      de marchandises et de personnes et diminuer encore
     la frontière pour dix millions d’emplois signifie qu’il        davantage la confiance des investisseurs et des
     faut absolument mettre en œuvre un plan d’urgence             créateurs d’emplois. L’effet boomerang des longs
     solide pour pouvoir faire face à ce genre de situation.       retards incitera bon nombre de touristes et de gens
     Cependant, malgré les progrès réalisés, le Canada             d’affaires à éviter les voyages transfrontaliers, ce qui
     et les États-Unis n’ont pas formulé de plan formel            exacerbera une situation déjà critique. Le permis de
     à utiliser en cas de fermeture totale ou partielle            conduire amélioré enchâssant l’identité et la citoyenneté
     des postes frontaliers terrestres, maritimes et des           et renfermant une technologie d’identification par
     aéroports entre le Canada et les États-Unis. Nous             radiofréquence et des dispositifs de sécurité est un
     favorisons l’élaboration accélérée d’un plan commun           outil essentiel qui pourrait s’avérer un document
     qui servirait à rouvrir la frontière, particulièrement pour   moins coûteux et plus pratique qu’un passeport pour
     les expéditeurs et voyageurs préapprouvés.                    les nombreux Canadiens et Américains qui voyagent
                                                                   principalement à l’étranger par voie terrestre.
5.   Accélérer la mise en œuvre de permis de
     conduire améliorés                                            Nous      applaudissons     la   clairvoyance      des
                                                                   gouvernements qui ont accéléré l’adoption du permis
     Les entreprises canadiennes et américaines craignent
                                                                   de conduire amélioré et encourageons les autres à faire
     qu’il n’y ait pas suffisamment de documents conformes
                                                                   de même. Le permis de conduire amélioré assurera
     à l’Initiative relative aux voyages dans l’hémisphère
                                                                   l’entrée en vigueur sans heurt de l’IVHO et permettra
     occidental (IVHO) lors de son entrée en vigueur en
                                                                   de répondre aux besoins de sécurité de l’Amérique du
     juin 2009 – dans quelques mois seulement. Sans cette
                                                                   Nord sans entraver la circulation transfrontalière des
     masse critique de documents, l’entrée en vigueur de
                                                                   marchandises et des personnes.
     l’IVHO exacerbera la congestion à la frontière – les
     voyageurs n’auront pas les documents requis. Une




                                                                              LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              9
Vision de la frontière canado-américaine




Un aperçu de l’avenir de la frontière


Les 5 525 milles de frontière terrestre, nos ports d’entrée         vert. Le projet accorde la priorité aux entreprises, aux
aériens et maritimes et les milliers de collectivités qu’ils        expéditeurs et aux voyageurs préapprouvés. Les piliers qui
desservent nécessitent une agence binationale unifiée vouée          éperonnent la planification stratégique des ports feu vert
au renforcement de nos intérêts économiques et sécuritaires         sont les suivants :
mutuels. À l’heure actuelle, il existe un seul organisme de
ce genre, la Commission de la frontière internationale, dont        1.    Souligner l’importance de la confiance mutuelle entre
la seule responsabilité consiste à s’assurer que la frontière             nos deux pays et, notamment, établir une agence
n’est pas obstruée et à cartographier celle ci à intervalles              gérée et dotée en commun, chargée de prendre les
réguliers. Au cours des cent dernières années, toutes les                 décisions stratégiques relatives à la gestion des ports
autres activités de planification à la frontière ou à proximité de         feu vert.
celle-ci ont relevé de la compétence de chacun des deux pays.
Une nouvelle agence frontalière binationale préparerait des         2.    Instituer une politique d’inspection sûre, rapide
plans uniformes et cohérents pour la frontière, coordonnerait             et discrète pour les participants des programmes
les ressources des organismes, relierait les projets                      pour expéditeurs et voyageurs préapprouvés. Une
d’infrastructure transfrontaliers et renforcerait la sécurité             participation élevée à ces programmes pour cargaisons
des ports (et entre les ports), les protocoles d’application de           et voyageurs préapprouvés renforce la sécurité de la
la loi et les réponses aux incidents. Sa réussite mènerait à              frontière.
des pratiques exemplaires qui pourraient être appliquées à
l’ensemble de la frontière canado-américaine.                       3.    Créer une frontière moderne qui répond aux besoins
                                                                          d’une chaîne d’approvisionnement moderne et est
                                                                          dotée en permanence de représentants de toutes les
Un projet pilote feu vert –                                               agences frontalières.
sûr, efficace sur le plan du commerce et viable
Le projet envisagé porte sur la mise à l’essai rapide de la         4.    Protéger notre environnement et, pour ce faire, réduire
faisabilité d’une frontière cogérée, coopérative dans le cadre            les émissions de carbone en diminuant la congestion
d’un projet pilote « feu vert ». Ce projet pilote serait géré             et adopter la présentation électronique des données
par une commission ou une agence mixte composée de                        sur les cargaisons et un guichet gouvernemental
représentants des organismes frontaliers et d’infrastructure              unique.
du Canada et des États-Unis. Il y aurait une rotation de la
présidence entre les deux pays, à l’instar de NORAD. On             5.    Effectuer les procédures frontalières hors site,
pourrait combiner les principes et recommandations énoncés                notamment piloter une esplanade commerciale et
dans ce document pour créer un nouveau port d’entrée feu                  des centres de prédédouanement où les cargaisons
vert ou intégrer celui ci aux ports existants – tout comme                peuvent être inspectées au besoin, puis expédiées
NEXUS est intégré aux aéroports actuels – et prévoir une                  sans subir d’autres inspections.
expansion significative du concept de voies EXPRES.
                                                                    Plusieurs emplacements pourraient abriter le projet pilote. La
Comme mentionné précédemment, depuis les événements                 Colombie-Britannique a des antécédents solides en lancement
du 11 septembre 2001, les Américains ont une opinion                de nouvelles idées, le Manitoba offrirait un emplacement
différente des impératifs de sécurité et il n’y a pas de            de taille moyenne et a déjà proposé son poste frontalier
meilleure façon de concilier les préoccupations et intérêts         d’Emerson, tandis que l’Ontario et le Québec comptent
en matière de sécurité et de facilitation du commerce que           plusieurs postes-frontière ayant un volume suffisamment
de collaborer à la gestion et à l’exécution des opérations          élevé de marchandises et de personnes préapprouvées
frontalières.                                                       pour justifier les investissements nécessaires.

Des représentants du secteur privé et des intervenants,
y compris des administrations locales, seraient invités à
participer à un conseil consultatif pour le projet pilote feu

10   LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
                                                                                         Vision de la frontière canado-américaine




Sommaire : Une nouvelle stratégie
d’engagement pour la frontière et au-delà


Une nouvelle stratégie d’engagement pour la frontière           Projet pilote feu vert :
et au-delà : principes                                          Lancer un projet pilote « feu vert » à un port d’entrée
                                                                important, cogéré par le Canada et les États-Unis, pour
1.   Adopter une approche bilatérale à l’égard de la gestion    accélérer la circulation des marchandises et des personnes
     de la frontière.                                           à faible risque. Ce projet pilote prévoira des plans uniformes
                                                                et cohérents pour la frontière, sera axé sur les expéditeurs et
2.   Accorder la priorité en matière de stratégie et de         voyageurs préapprouvés, coordonnera les ressources des
     ressources aux expéditeurs et aux voyageurs                organismes, reliera les projets d’infrastructure transfrontaliers
     préapprouvés.                                              et renforcera la sécurité des ports (et entre les ports),
                                                                les protocoles d’application de la loi et les réponses aux
3.   Élargir la définition de la frontière pour que le terme     incidents. Un projet pilote réussi mènerait à des pratiques
     ne signifie pas uniquement « à la frontière même » et,      exemplaires qui pourraient être appliquées à l’ensemble de
     notamment, effectuer les inspections et les évaluations    la frontière canado-américaine.
     des risques à des endroits hors site.

4.   Appliquer les politiques frontalières au-delà de nos
     rives à nos ports étrangers.

5.   Parvenir à une coopération en matière de
     réglementation ou à une reconnaissance mutuelle des
     différences entre nos règlements respectifs sur les
     produits intérieurs et la sécurité des consommateurs.

À faire immédiatement :
recommandations à court terme

1.   Élargir la participation aux programmes pour
     expéditeurs et voyageurs préapprouvés et voir à ce
     que ceux-ci offrent des avantages mesurables.

2.   Offrir l’accès et les services frontaliers en permanence
     aux principaux postes.

3.   Mettre en œuvre un guichet ou portail uniforme
     pour l’entrée des données exigées par diverses
     agences frontalières afin de faciliter l’observation des
     procédures de présentation des données d’importation
     et d’exportation.

4.   Établir un plan d’urgence robuste et éprouvé.

5.   Accélérer la mise en œuvre de permis de conduire
     améliorés.




                                                                                  LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA              11
Vision de la frontière canado-américaine




Conclusion


             Les enjeux communs que le Canada et les États-Unis devront relever à l’avenir appellent
             une revivification de notre relation et des idées nouvelles, audacieuses. La présente stratégie
             d’engagement prospective mise sur nos antécédents de collaboration, offre des solutions
             pragmatiques à court terme et recommande des mesures à plus long terme. Ces mesures et
             solutions étayent la relation commerciale la plus importante du monde et démontrent que deux
             pays, forts d’une amitié et d’une dépendance mutuelle en matière de sécurité sans rivales,
             peuvent trouver un terrain commun et une vision consensuelle pour le 21e siècle.




12   LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA
     Vision de la frontière canado-américaine




LA CHAMBER DE COMMERCE DU CANADA            13

								
To top