Cours en ligne et télévoteurs à l'essai l'UQAM se

Document Sample
Cours en ligne et télévoteurs à l'essai l'UQAM se Powered By Docstoc
					                                                                                       PUBLICITÉ
vol. XXX / no 13 / 10 mars 2010




                                                                                       514 987-7018




                                  UQAM
                                  Cours en ligne et télévoteurs à l’essai :
                                  l’UQAM se transformera-t-elle en techno-geek ? p.4

                                  Culture
                                  Du noise dans ton walkman citron p.12
                                                                     productif. Comment peut-          temps de parole par étu-          participative. Les 45 minutes     meilleure     compréhension
                                                                     on atteindre un tel idéal?        diant. Là-dessus, des exécu-      restantes serviraient d’abord     du point de vue d’autrui.
                                                                     Un élément de solution qui        tants prennent évidemment         – au début de la rencontre –      Enfin, un temps de partici-
                                                                     nous permettrait, à mon sens,     la parole pour donner des         à donner les informations de      pation de 9 minutes me sem-
Assister à une assemblée           fait qu’on ne pouvait par-        de rendre l’expérience d’une      informations sur les enjeux,      base sur les enjeux à traiter,    ble beaucoup plus propre à
générale peut-il être une          fois pas les tenir en vertu des   AG plus agréable se situe dans    ce qui m’apparait tout à fait     puis – à la fin – à mettre en      réduire les risques d’apathie
expérience agréable?               règlements associatifs. De        la manière dont les échan-        normal. Reste quoi: 2 minu-       commun le fruit des discus-       de l’assemblée. On gagne-
Avoir changé de programme          celles qui avaient lieu avec      ges sont gérés. Les assem-        tes de temps d’expression         sions en sous-groupes, pour       rait vivement à intégrer ces
au cégep a certes retardé mon      le peu de monde présent,          blées auxquelles j’ai assisté     par personne? Écouter pas-        finalement prendre les déci-       techniques d’animation en
cheminement scolaire de            j’avais davantage l’impres-       depuis mon parcours uni-          sivement d’autres personnes       sions qui s’imposent.             complément des procédures
quelques mois, mais m’aura         sion d’être à une séance d’in-    versitaire fonctionne ainsi:      parler pendant 88 minutes           Je n’invente rien. Ces pra-     de décision proposées par le
en contrepartie permis d’ac-       formation, où ma présence         des exécutants – de bonne         est-il censé être synonyme        tiques d’animation d’as-          Code Morin.
quérir une expérience assez        n’avait pas grande incidence      foi, dans mon cas – donnent       de participation active?          semblée existent déjà dans        Cette nouvelle approche
forte d’une activité de groupe     sur le cours des choses.          quelques informations sur les     Peut-on vraiment parler de        des forums citoyens et sont       de gestion des interven-
typique en association étu-        Dans les deux cas, mes sou-       points à l’ordre du jour, indi-   participation démocratique        notamment enseignées dans         tions n’est pas une solution
diante: l’assemblée générale       venirs d’AG sont des expé-        quent un fonctionnement et        directe, ici?                     certains cours d’animation        miracle. L’enjeu de l’ani-
- ou «AG», pour les intimes.       riences ennuyeuses, voire         ceux qui veulent intervenir       Je lance une idée, comme ça.      en Communications. Certes,        mation des assemblées est
Ces quatre ans m’ont permis        même désagréables. Or,            le font un par un. Ciblons le     On divise les 35 étudiants en     l’espace doit être aména-         un élément parmi d’autres
de vivre la grève générale illi-   assister à une assemblée          dernier moment de ce fonc-        sous-groupes de 5 étudiants.      gée en conséquence et on          susceptible d’améliorer la
mitée de 2005 – ou la grève        générale est-il censé être        tionnement: la prise de parole    Durant notre 90 minutes, on       doit préparer des anima-          culture démocratique par-
des fameux 103 millions cou-       une expérience désagréable        des membres réguliers, un par     laisse des périodes de discus-    teurs pour diriger minima-        ticipative de nos associa-
pés dans les prêts et bourses.     en soi? Comment pourrait-il       un. Malgré toute la bonne         sion en sous-groupes. On se       lement les discussions: c’est     tions. Néanmoins, il s’agit
Je me souviens que la partici-     en être autrement?                volonté des exécutants, cette     laisse la moitié du temps – 45    plus complexe. Mais à mon         d’un morceau vital, à notre
pation à ces assemblées était      L’assemblée            générale   technique d’animation de          minutes – pour débattre des       sens, ces efforts d’organisa-     appropriation de l’organe de
souvent de plus de 600, voire      devrait, à mon sens, être un      groupe n’est pas propre à une     enjeux en sous-groupes. On        tion seraient bien investis. Le   pouvoir que constitue l’as-
700 personnes. Mais je me          lieu où il fait bon participer.   démocratie participative.         a 45 minutes divisées entre 5     plus petit nombre de person-      semblée générale. Il s’agit
souviens surtout de la ten-        C’est le lieu clef d’une démo-    Un exemple: disons qu’une         membres d’un sous-groupe:         nes permettrait assurément        d’une proposition à laquelle
sion grandissante durant l’AG      cratie participative en asso-     AG du midi dure 90 minu-          on passe déjà à 9 minu-           aux membres de s’exprimer         – simples membres et exé-
et de l’ineffaçable sentiment      ciation étudiante: un mem-        tes. Le nombre de partici-        tes de temps de parole par        sans le stress qu’implique        cutants d’association – nous
de tourner en rond. Tout près      bre devrait en sortir avec le     pants est d’environ 35 étu-       personne, ou du moins, de         la prise de parole en grand       devrions nous intéresser,
du dialogue de sourds.             sentiment d’être entendu, de      diants. Calcul rapide: 90         réelle possibilité d’intervenir   groupe. L’échange direct des      pour relancer une dynami-
J’ai aussi vécu des assemblées     s’être approprié les enjeux       minutes réparties entre 35        dans une discussion en petit      opinions différentes pourrait     que participative au sein du
générales moins populeuses,        et d’avoir pu délibérer           étudiants, donc à peu près        groupe. À mon sens, on parle      également favoriser – avec        milieu associatif étudiant.
tellement peu populeuse en         dans un climat convivial et       2 minutes 30 secondes de          déjà plus d’une démocratie        une bonne animation – une                     Grégory Brasseur




               Université d’Ottawa                                                    Études supérieures



        Le vendredi 19 mars 2010

        Journée portes ouvertes
        Rencontrez des représentants des facultés. Explorez le campus. Trouvez réponse
        à vos questions.

        Offrez-vous un avant-goût des études supérieures à l’Université d’Ottawa!
        Parlez directement à des professeurs et à des représentants des facultés,
        faites un saut dans nos laboratoires et entreprenez une visite guidée du campus.




                                                                              Service de navette aller-retour GRATUIT pour les personnes
                                                                              en provenance de Montréal ou Toronto. Les places sont
                                                                              limitées! Inscription : www.etudesup.uOttawa.ca



2     Montréal Campus                                                                                                                                                                          10 mars 2010
                                                                                                                                        WWW.MONTREALCAMPUS.CA
                                                                                                                                        TÉLÉPHONE:514-987-7018
                                                                                                                                           L’instance décisionnelle de Montréal Campus est la société des
                                                                                                                                           rédacteurs (SDR). Pour en faire partie, il faut avoir collaboré à trois numéros



Contes de bonnes
                                                                                                                                           ou être membre du personnel régulier.
                                                                                                                                           Volume XXX, numéro 13 / 10 mars 2010
                                                                                                                                           RÉDACTRICE EN CHEF / Valérie Ouellet - CHEFS DE PUPITRE / UQAM / Charles-Éric Blais-
                                                                                                                                           Poulin - SOCIÉTÉ / Christopher Young - CULTURE / Justine Grenier - WEB / Naël Shiab -
                                                                                                                                           STAGIAIRES / Guillaume Jacob + Louis-Samuel Perron - GRAPHISME DE LA UNE / Gabriel



femmes                                                                                                                                     Pelletier / CONTRÔLEUSE FINANCIÈRE / Jessica Pomerleau - DISTRIBUTION / Mustapha
                                                                                                                                           Jebarri - GRAPHISME ET MONTAGE / Fleur de lysée design graphique - CORRECTION
                                                                                                                                           / Denis Desjardins - ILLUSTRATIONS / Sébastien Choquette - PHOTOGRAPHIES / Jean-
                                                                                                                                           François Hamelin - IMPRESSION / Payette et Simms - Ont collaboré à ce numéro /
                                                                                                                                           Camille Laurin-Desjardins + Émilie Clavel + Ariane Gruet-Pelchat + Yannick Valiquette +
                                                                                                                                           Michaël Poirier-Martin + Gabriel Gosselin + Maïka Sondarjée




M
                 ontréal, 1970. Des milliers de Québécoises         même si les étudiantes sont majoritaires dans les établis-
                                                                                                                                           PUBLICITÉ / Rémi Plourde: 514 987-7018
                 envahissent les rues de la métropole malgré        sements post-secondaires, certaines batailles de nos ancê-             publicite.campus@uqam.ca
                 l’interdiction de manifester proclamée par le      tres féministes ne sont pas encore gagnées entre les murs              Prochaine parution: 24 mars 2010
                                                                                                                                           Tombée publicitaire: 17 mars 2010
                 maire Drapeau, quelques jours plus tôt. Elles      bruns de l’Université du peuple.
portent des bandeaux orange libellés Front de Libération de         Après des mois de démarches judiciaires et une décision de             Dépot Légal: Bibliothèque nationale du Québec - Bibliothèque nationale du Canada
                                                                                                                                           Montréal Campus est publié par les éditions Montréal Camping Inc.
la Femme. Pour échapper aux arrestations ciblées, ces fem-          la Cour suprême, la pension alimentaire reçue par les mères-           C.P. 8888 succ. Centre-Ville, Montréal (QUEBEC) H3C 3P8
                                                                                                                                           Téléphone: 514 987 7018 / Télécopier: 514 987 0391
mes en colère se sont accrochées solidairement les unes             étudiantes vient tout juste d’être reconnue, le 18 février,            Courriel: mtl.campus@uqam.ca / internet: www.montréalcampus.ca
aux autres. Au beau milieu d’un Québec secoué par une               comme exclue du calcul des prêts et bourses. Pourtant, ce              Toutes les personnes intéressées à participer à la production du journal Montréal Campus
                                                                                                                                           sont invitées à se présenter au local du journal (V-1380), au pavillon V, 209, rue Sainte-
Révolution tranquille «à laquelle tout le monde avait le droit      versement n’est plus considéré comme un revenu dans le                 Catherine Est, ou encore à se manifester par téléphone au 514 987 7018.
de participer, sauf les femmes», — révèle la féministe radicale     calcul de l’impôt depuis 1997. Un recours collectif signé
Nicole Thérien dans l’émission Tout le monde en parlait — la        par 1500 étudiantes et exigeant un remboursement rétroac-
symbolique du geste est frappante.                                  tif en règle vient d’ailleurs d’être déposé par la Fédération
Le Québec a longtemps été un monde où les tavernes étaient          des associations de familles monoparentales et recomposées
le refuge des hommes et la cuisine, la prison des femmes. Les       du Québec.
Québécoises n’eurent le droit de vote qu’en 1940 grâce à l’in-      D’autre part, malgré l’instauration de listes d’attentes centra-
tervention de Thérèse Casgrain, faisant de nous la dernière         lisées, le temps d’attente pour une place dans un Centre de la
province canadienne à leur accorder ce droit, 15 ans après          petite enfance (CPE) peut aller jusqu’à trois ans. Une situa-
                                                                                                                                                 Depuis
Terre-Neuve. Jusqu’en 1964, les femmes ne pouvaient dépo-           tion sans queue ni tête pour les parents étudiants qui fré-                  plus de
ser de l’argent à la banque, louer un appartement ou même           quentent l’Université et représentent un étudiant sur six. À                25 an s
faire hospitaliser leur propre enfant sans le consentement          l’UQAM, ce serait donc 6500 enfants qui ont besoin d’une
d’un homme. Le droit leur fut accordé par Claire Kirkland-          halte-garderie. Malheureusement, le temps d’attente pour                            Toute la technologie à votre service
Casgrain, première femme députée à l’Assemblée législative          une place au CPE Mamuse, seule halte-garderie du cam-                                Tous les services au même endroit
du Québec.                                                          pus, est de deux ans, selon son directeur Daniel Verreault
Au point culminant de la Révolution tranquille, les revendi-        (Montréal Campus, 27 janvier 2010).                                                                                     Dre Joëlle Marcil
cations des féministes étaient considérées comme une mode           Une initiative a déjà vu le jour à l’Université de Montréal.                                                            Chirurgien Dentiste
qui viendrait à passer par bon nombre de mères de famille.          Le Baluchon, halte-garderie réservée aux étudiants, accueille
                                                                                                                                                                                            Dr Nicholas Poirier
Celles qui osaient évoluer sur la place publique étaient            150 enfants par session et permet à leurs parents de réser-
                                                                                                                                                                                           Chirurgien Dentiste
rabrouées par un milieu d’hommes. À cet effet, une anecdote         ver des demi-journées. Modestes débuts, si l’on considère les
savoureuse de Monique Bégin, ministre fédérale de la Santé          quelque 9500 parents étudiants à l’Université. Une franche
et du Bien-être social de 1977 à 1979, et l’une des premières       différence toutefois avec l’UQAM, où les rares parents qui
                                                                                                                                                            URGENCE 514.524.6848
femmes députées, qui dut comparaître à quelques jours des           accèdent à une place en garderie doivent payer pour la ses-                  1823, rue Sherbrooke Est, Montréal (Québec)

élections parce que ses adversaires masculins la soupçon-           sion en entier.                                                           www.centredentairedehautetechnologie.com

naient «de ne pas porter de soutien-gorge en public».               De plus, les parents étudiants peinent encore à faire recon-
Une anecdote qui fait écho à la sortie de Pauline Marois, chef      naître leurs droits auprès des professeurs de l’Université. Si                              Membres de l’A.S.E.Q.
de l’opposition officielle, qui a admis samedi avoir relégué         la plupart des enseignants se montrent compréhensifs envers
ses tenues et accessoires colorés au placard pour se confor-        les étudiants aux prises avec un bout de chou malade ou                       Métro Papineau                                    Métro Sherbrooke
mer au tailleur-pantalon sombre en vigueur à l’Assem-               une gardienne absente, aucun règlement ne les empêche de                      45 coin Sherbrooke                                24 est coin Papineau
blée Nationale. La chef péquiste a aussi révélé à La Presse         faire échouer ces derniers ou de pénaliser leurs retards et                   Ligne verte                                       Ligne orange
Canadienne qu’elle considère que le fait d’être une femme           absences.
nuit toujours à son ascension vers le pouvoir.                      Près de 40 ans après les gestes d’éclat des premières fémi-
                                                                    nistes de la province, les plus grandes causes ne sont pas
Libérées, les étudiantes?                                           gagnées pour les femmes qui fréquentent les communau-
Pour plusieurs jeunes femmes de la Révolution tranquille,           tés universitaires. Des anecdotes comme celles de mes-
la libération est passée par l’éducation. Aujourd’hui, elles        dames Marois et Bégin, les étudiantes que nous sommes en
représentent la majorité (57 %) de la population étudiante          auront encore à raconter dans une décennie ou deux. Tout ce
universitaire et, fait encore plus frappant, 46 % des candi-        qu’on peut espérer, c’est qu’elles ne seront que des légendes
dats au doctorat (Statistique Canada, 2005). À l’Université         urbaines d’une époque révolue.
du Québec à Montréal, les étudiantes constituaient 62%                                                               Valérie Ouellet
des inscriptions pour la session d’automne 2008. Pourtant,                                            redacteur.campus@uqam.ca




      Montréal Campus est à la recherche de... stagiaires.
      Le journal étudiant de l’UQAM offre un stage en journalisme écrit à l’automne 2010. De septembre à décembre, les candidats retenus se verront offrir une formation à l’écriture
      journalistique dans un média universitaire jouissant d’une excellente réputation dans le milieu des médias québécois. Le stage du Montréal Campus est rémunéré et reconnu par
      l’École des médias de l’UQAM.
      Les candidats doivent soumettre un dossier de candidature comprenenant: un CV, une lettre de motivation, ainsi qu’un article pouvant être publié dans le premier numéro d’août
      du Montréal Campus. Il est donc important de nous contacter d’avance afin de nous soumettre vos idées d’articles.
      Les dossiers de candidatures devront être reçus avant le 6 août 2010.
      Faites nous parvenir vos dossiers par courriel: redacteur.campus@uqam.ca ou en personne au local V-1380, 209 Sainte-Catherine, E.


10 mars 2010                                                                                                                                                                                     Montréal Campus                        3
L’UQAM développe ses attributs technologiques

Professeur gadget                                                                                          Guillaume Jacob

Les cours des futurs uqamiens seront bien différents de ceux de leurs prédécesseurs: sur le Web, avec un tableau
interactif ou un télévoteur, l’apprentissage se fera en mode techno. Bienvenue dans l’université du XXIe siècle.



I
      l y a longtemps que la       en ce qui a trait à l’intégration   en classe. Les résultats sont       viennent cinq minutes au
      poussière de craie ne        des technologies de l’informa-      automatiquement            colli-   début du cours le temps de
      provoque plus les éter-      tion et des communications          gés et affichés au tableau           répondre à une question et
      nuements dans les sal-       (TIC) dans l’enseignement,          blanc interactif – immense          repartent ensuite», remarque
les de cours de l’UQAM. Le         selon le Canadian University        écran tactile – permettant au       Dave Braganza.
tableau noir et la baguette de     Report 2010 réalisé par le          professeur de vérifier si la
bois ont été remplacés par les     Globe And Mail.                     matière a été bien comprise.        L’UQAM du futur
powerpoints et les crayons-        «On est bien servi en matière       L’étudiant originaire d’Ottawa      À quand de pareilles techno-
feutres. D’ici quelques années,    de technologie», confirme            constate que ces nouveaux           logies entre les murs bruns
ces deux outils pourraient         Dave Braganza, étudiant             gadgets ne favorisent pas           de l’Université du peuple?
néanmoins devenir aussi            en commerce à la presti-            nécessairement l’assiduité des      «Pas avant quelques années»,
archaïques que leurs prédéces-     gieuse université. Le jeune         étudiants. «Honnêtement, les        admet le directeur du ser-
seurs. De nouvelles technolo-      homme peut revoir certain de        gens ne s’en préoccupent pas        vice de l’audiovisuel, Denis
gies font leur entrée dans les     ses cours sur le Web en tout        trop, observe-t-il. Beaucoup        Vaillancourt. Ce passionné de




                                                                                                                                                                                                                        Photo: Jean-François Hamelin
universités et promettent de       temps et comme la plupart de        sèchent les cours parce qu’ils      technologies est le chef d’or-
révolutionner la manière d’ap-     ses collègues, il dispose d’un      peuvent les réécouter sur le        chestre derrière le déploiement
prendre et d’enseigner.            télévoteur. Un peu comme le         Web.» Bien que quelques pro-        des TIC à l’UQAM. Pas ques-
Pour les uqamiens désireux         public de Who Wants to be a         fesseurs attribuent des points      tion de foncer tête baissée
d’entrevoir l’avenir, une visite   Millionnaire, cette petite télé-    basés sur l’utilisation du télé-    dans l’achat d’équipement très
sur le campus de McGill s’im-      commande achetée pour 50            voteur pour attirer les élèves      coûteux, explique-t-il. «On ne      Denis Vaillancourt est le chef d’orchestre derrière le déploiement
pose. L’université montréa-        dollars lui permet de répondre      en classe, la mesure n’est pas      veut pas développer un élé-         des TIC à l’UQAM.

laise est la première au pays      aux questions du professeur         sans faille. «Certains étudiants    phant blanc. On veut s’assu-        de 20 000$ par auditorium            que les professeurs adoptent
                                                                                                           rer des besoins avant d’enga-       pour instaurer leur système          Moodle, reconnaît Marcel
                                                                                                           ger des investissements.»           d’enregistrement de cours et         Simoneau, directeur de la
                                                                                                           Pour ce faire, trois classes ser-   leur plateforme de diffusion.        division des services à l’ensei-

                          Écoles internationales d’été                                                     vent actuellement de cobayes
                                                                                                           pour tester l’implantation de
                                                                                                                                               À l’UQAM, on compte faire
                                                                                                                                               mieux avec moins, en misant
                                                                                                                                                                                    gnement et à la recherche du
                                                                                                                                                                                    SITEL. Ça se fait par départe-

                          des Hautes études internationales                                                nouvelles technologies d’ap-
                                                                                                           prentissage: les télévoteurs,
                                                                                                                                               sur des logiciels libres, que l’on
                                                                                                                                               peut adapter à nos besoins.»
                                                                                                                                                                                    ment. Un professeur qui essaie
                                                                                                                                                                                    Moodle va souvent encou-
                                                                                                           un système d’enregistrement                                              rager ses collègues à le faire
                                     Inscrivez-vous !                                                      de cours et les tableaux blancs     Bouder Moodle ?                      aussi.» Un service-conseil est
                                                                                                           interactifs (TBI). Ces derniers     Denis Vaillancourt promet que        offert par le SITEL pour aider
                                     • Terrorismes                                                         permettent au professeur de         la nouvelle plateforme de dif-       les professeurs et étudiants qui
                                        Criminalité et terrorismes transfrontaliers                        surligner des mots ou déplacer      fusion sera compatible avec          ont des difficultés à utiliser
                                        Québec, du 2 au 8 mai 2010                                         des images en les manipulant        Moodle, un autre logiciel libre      la plateforme. Il traite envi-
                                                                                                           directement sur le tableau.         adopté par l’UQAM il y a trois       ron 500 demandes par mois,
                                     • Amériques                                                           Le professeur Jérôme Claverie       ans. Le portail permet à un          dévoile Marcel Simoneau.
                                        Sécurité, environnement et développement :                         teste présentement ces nou-         groupe-cours de bénéficier            Avec des frais technologi-
                                        nouveaux défis de l’intégration                                    velles fonctionnalités. «Ça n’a     d’un espace virtuel. Le profes-      ques de 50,16$ par session,
                                        Québec, du 9 au 15 mai 2010                                        pas révolutionné ma manière         seur peut y afficher les consi-       les uqamiens sont les étu-
                                                                                                           d’enseigner. Le télévoteur me       gnes pour un travail et met-         diants montréalais qui paient
                                                                                                           permet tout de même d’avoir         tre en ligne un questionnaire        le moins cher pour l’entre-
                                     • Francophonie des Amériques
                                                                                                           le pouls de la classe, et les       d’auto-évaluation, alors que         tien et le fonctionnement des
                                        Québec et Gatineau, du 5 au 12 juin 2010
                                                                                                           questions lancées tiennent les      les étudiants peuvent y dépo-        infrastructures informatiques
                                                                                                           étudiants éveillés. Ça donne        ser leurs travaux, par exem-         de leur université. En compa-
                                                                                                           un côté ludique au cours.»          ple. «C’est le cœur des tech-        raison, les étudiants à McGill
                                                                                                           Le directeur et son équipe du       nologies de l’apprentissage          doivent débourser 210,30$ par
                                                    Renseignements                                         service de l’audiovisuel finali-     à l’UQAM pour le moment»,            session. L’installation de nou-
                                                 sur notre site Internet !
                                                                                                           sent aussi la traduction d’une      affirme Denis Vaillancourt.           veaux équipements fera-t-elle
                                               www.hei.ulaval.ca                                           nouvelle plateforme qui per-        Son usage n’est toutefois pas        grimper la facture? Pas selon
                                                                                                           mettra aux uqamiens de sui-         encore généralisé. Seulement         Denis Vaillancourt. «Les pro-
                                                                                                           vre leurs cours en direct – ou      le quart des groupes-cours uti-      jets sont choisis en fonction
                                                                                                           en rediffusion – sur le Web.        lise la plateforme pour la pré-      des budgets disponibles et
                                                                                                           PANOPTO, un logiciel à code         sente session, selon les don-        l’installation des équipements
                                                                                                           source ouvert, n’engendrera         nées compilées par le Service        nécessaires se fera graduel-
                                                                                                           pas de frais de licence, expli-     de l’informatique et des télé-       lement. Je ne crois pas qu’ils
                                                                                                           que Denis Vaillancourt. «À          communications (SITEL). «Ça          entraîneront davantage de
                                                                                                           McGill, ça leur a couté près        prend un peu de temps avant          frais d’entretien.»


4       Montréal Campus                                                                                                                                                                                  10 mars 2010
                                                                         Portrait de l’ombudsman de l’UQAM


  Quand la dépression est un luxe
                                                                         Ombudswoman                                                                            Maïka Sondarjée


  Si les conditions de travail des emplois à forte proportion
                                                                         Tu as des soucis, besoin d’un conseil? Il suffit d’un appel pour que tout
  féminine s’améliorent (loi sur l’équité salariale, première            devienne limpide avec Muriel Binette. Portrait de l’ombudsman de l’UQAM,
  convention collective pour les responsables de service de
  garde), certaines anomalies perdurent. C’est le cas pour les
                                                                         un recours encore méconnu pour les étudiants victimes d’injustices.
  professionnels du milieu paramédical et, comme il en était




                                                                         C
  question dans la dernière publication de Montréal Campus,                          atherine est arri-    une plainte irrecevable. Une
  des enseignants du primaire et du secondaire.                                      vée en retard à       grande quantité d’entre elles
  On le sait: les sociétés d’état (Hydro-Québec, SAQ, Casino),                       son examen final       provenaient d’étudiants de
  qui gèrent des biens, engrangent des revenus et les systèmes
                                                                                     à cause d’une         la TÉLUQ, une institution
  (d’éducation, de garderie, de santé, judiciaire) qui dispensent
  des services, engendrent des dépenses. Une logique simpliste           interruption de service sur       dont les pratiques ne sont
  permet de justifier que les emplois de la seconde catégorie, tra-       la ligne orange, son prof         pas soumises au jugement de
  ditionnellement occupés par des femmes, affichent des salaires          de droit est constamment          l’ombudsman de l’UQAM.
  inférieurs, car cloisonner dans leur système, l’argument appa-         sur son dos et son chien          Comme la TÉLUQ et l’UQAM
  raît valable : «On n’a pu d’argent!» Mais n’en auront jamais,
                                                                         Merguez est mort la veille.       ne forment pas encore une
  les systèmes. La loi sur l’équité salariale corrige les incohérences




                                                                                                                                                                                                               Photo: Jean-François Hamelin
  au sein des entreprises même, mais peine à renverser la dis-           Son dernier espoir: faire         seule et même institution,
  crimination systémique entre les employés qui participent aux          appel à l’ombudsman de            plusieurs cours réalisés à la
  revenus ou aux dépenses de l’État.                                     l’UQAM. C’est la seule per-       télé-université ne sont pas
  Tandis que les institutions qui prodiguent des services crient         sonne qui est en droit de         acceptés par les différentes
  famine, le gouvernement dépense 305 millions de dollars pour
  offrir aux gamblers un casino «plus beau et plus spacieux»,            suggérer qu’on fasse fi d’un       facultés de l’UQAM. Des étu-
  consent à ses employés de la SAQ des augmentations jusqu’à             règlement pour accommoder         diants déçus se tournent vers
  31% (au nom de l’équité salariale) et développe des barrages           un étudiant malchanceux. Il       l’ombudsman, qui ne peut         aux étudiants lorsque le ciel     Son opinion est d’autant plus
  hydro-électriques d’envergure. Des dépenses? Non, des inves-           s’agit d’un recours essentiel     rien pour eux.                   leur tombe sur la tête.           valable qu’il s’agit du seul
  tissements. Politique du long terme.
                                                                         en cas d’injustice. Pourtant,                                      Ce service est essentiel, croit   poste totalement indépen-
  Ôtez les 305 millions du casino, les 31% aux employés de la SAQ
  et laisser bravement le Nord en paix, peinturer un mur jaunâtre        l’an dernier, seulement 0,2%      Un pouvoir de                    le responsable des commu-         dant de l’Université, explique
  d’une école primaire sera une tâche toujours aussi cavalière. «On      des uqamiens ont porté une        recommandation                   nications à l’UQAM, Daniel        Daniel Hébert. «C’est le seul
  n’a pu d’argent!» Et en plus, les enseignants veulent des hausses      plainte formelle auprès de        Les jugements de Muriel          Hébert. Il assure que les         poste à l’UQAM qui dépend
  de salaire? Et quoi encore, des meilleures conditions de travail?      l’ombudsman de l’UQAM.            Binette peuvent mener au         recommandations de l’om-          uniquement du conseil d’ad-
  Pff…Des dépenses, encore des dépenses. Politique de l’urgence.
                                                                         L’institution a mis en place ce   règlement de nombreux dif-       budsman sont généralement         ministration. Ça assure son
  Le cas cubain                                                          poste pour que «quelqu’un,        férends. L’ombudsman ne          respectées par les différentes    indépendance et sa confiden-
  Bon, admettons que les étudiants, en liberté de conscience,            quelque part, s’assure que        possède pas de pouvoir coer-     instances institutionnelles.      tialité», précise-t-il.
  choisissent pour leur futur d’éduquer nos enfants malgré un
                                                                         tout le monde soit traité         citif, mais elle détient un      «L’administration de l’UQAM       Diplômée de l’UQAM et char-
  salaire de système, de service, de femmes. Les cathos parleront
  de vocation. Vocation dans l’cu…bah oui, Cuba: des hordes de           avec équité», résume Muriel       «fort pouvoir de recomman-       ne peut pas faire elle-même       gée de cours pendant plus
  médecins et d’enseignants pour la nation. Des salaires médio-          Binette,     ombudsman       et   dation». En cas de situation     du cas par cas, sinon ce          de 20 ans, Muriel Binette
  cres, mais le peuple en mission, le cœur au travail. Voilà le peu      ancienne chargée de cours         jugée injuste, elle peut sug-    serait le chaos», lance Muriel    jouit d’une grande autono-
  de luxe que les Cubains peuvent se payer. Le téléphone cellu-
                                                                         au Département des sciences       gérer à la direction d’un pro-   Binette avec un sourire           mie décisionnelle, n’ayant
  laire pour les yankees, mais la possibilité pour tous, grâce aux
  établissements d’enseignement supérieur gratuits et accessi-           juridiques de l’UQAM.             gramme ou au professeur          moqueur. «L’institution doit      aucun compte à rendre à
  bles, d’exercer la fonction qui les anime.                             Si un étudiant se sent bafoué     concerné de passer outre un      être cohérente. C’est nor-        l’université. L’ombudsman
  Est-ce concevable, dans une société qui se dit prospère, que           dans ses droits ou se croit       règlement pour accommo-          mal qu’elle applique toutes       est même certaine que son
  des étudiants ne puissent pas se permettre d’enseigner, faute          victime d’injustice, il peut      der un étudiant. «Un règle-      les règles, mais il faut aussi    expérience au sein de l’éta-
  de moyens? Un emploi assailli par les statistiques qui trai-
                                                                         ultimement recourir à l’om-       ment, c’est général et imper-    qu’elles soient justes dans       blissement est bénéfique à
  tent à chiffres découverts ses professionnels de masochistes:
  dépression, surmenage, épuisement. La moindre des sen-                 budsman pour trancher la          sonnel, ça s’applique à tout     tous les cas.»                    ses fonctions. Elle connaît
  sibilités gouvernementales serait de rémunérer les stagiai-            question. En 2008-2009,           le monde pareil. Mais par-                                         bien les rouages de l’ins-
  res qui s’y lancent courageusement. Ce que les étudiants en            l’ombudsman a reçu environ        fois, c’est tellement aberrant   Sentiment d’injustice             titution et elle sait à quel-
  enseignement au primaire demandent? Le salaire minimum                 120 griefs de la communauté       tout ce qui arrive à une per-    Muriel Binette est l’ange gar-    les portes cogner pour être
  pour les heures, parfois 60 par semaine, qu’ils consacrent à
  un stage qui ressemble drôlement à un emploi. L’étendue des            uqamienne, tandis qu’envi-        sonne que ça justifie qu’on       dien des étudiants, mais pas      entendue.
  «dépenses» annuelles pour le gouvernement? Un vingtième                ron 625 personnes ont cogné       écarte une règle.»               leur avocate. Si elle refuse de   Étrangement, peu d’étu-
  de ce qu’il en coûte pour «investir» dans un casino «plus beau         à la porte de Muriel Binette      Muriel Binette traite des dos-   se pencher sur une demande        diants ont le réflexe de
  et plus spacieux».                                                     pour lui demander conseil.        siers comme celui de Simon,      estudiantine, elle veillera à     se tourner vers cette res-
  Payer pour l’éducation, la santé, ce n’est pas investir dans un
                                                                         Avant de recevoir une cause,      qui s’est fait refuser une       en expliquer les raisons en       source essentielle. «Ce n’est
  bien de consommation, mais investir pour le Bien commun,
  et sur quatre ans, c’est beaucoup moins drôle pour la dette et         le chien de garde de la jus-      modification de note, alors       détail. Des justifications que     pas le sujet de prédilection
  la survie du néolibéralisme. Quoique même dans une logique             tice uqamienne s’assure que       qu’il avait passé le dernier     les directions de programme       des étudiants et du person-
  marchande, le coût d’un étudiant diplômé sera amplement                l’étudiant a épuisé toutes les    mois de sa session à prendre     ou les professeurs n’ont pas      nel», admet Daniel Hébert.
  récupéré par le gouvernement auprès du futur payeur d’im-              ressources qui étaient mises      soin de sa mère malade. Ou       toujours le temps de fournir.     Muriel Binette croit toute-
  pôts. Une dépense pour le parti au pouvoir est en réalité un
                                                                         à sa disposition. Si ni le pro-   encore celui de Geneviève,       Selon elle, «le sentiment d’in-   fois que son rôle est de plus
  investissement pour les contribuables. L’État préconise deux
  philosophies de gestion: pour ses sociétés, politique du long          fesseur ni la direction de pro-   renvoyée de son programme        justice est aussi important       en plus connu. D’ici la fin
  terme, pour la Société, politique de l’urgence.                        gramme n’a voulu accéder à        après avoir échoué trop de       que l’injustice elle-même».       de son mandat, qui viendra
                                                                         ses demandes et si la plainte     cours. L’étudiante était aux     Que l’étudiant ait raison ou      à échéance en 2014, la pro-
  Un peu de lumière
  «SAQ. Caissier-vendeur demandé. Soir et fin de semaine.» Ça             est admissible, l’ombudsman       prises avec une mononu-          tort de se plaindre, Muriel       tectrice de la communauté
  vous tente? «Allez Jimmy, t’es pas drôle, va reporter ton Sour         acceptera de prendre le dos-      cléose pendant la moitié de      Binette est là pour apaiser       universitaire espère pouvoir
  Puss, t’as un examen sur l’histoire du Québec demain. Et dis à ta      sier en charge.                   la session. L’ombudsman          leur rancœur vis-à-vis de         aider le plus d’étudiants pos-
  mère de ne pas oublier la réunion de parents.»
                                                                         Selon le rapport 2008-2009,       suggère souvent à l’UQAM de      l’institution, d’un programme     sible à se sentir bien entre
                                          Charles-Éric Blais-Poulin
                                                                         80 étudiants ont formulé          donner une deuxième chance       ou d’un enseignant.               les murs de l’UQAM.


10 mars 2010                                                                                                                                                                      Montréal Campus         5
Un mouvement politique cible les étudiants

Politique extrême                                                                                      Louis-Samuel Perron

Dans les couloirs du métro, un groupe politique aux idées controversées cherche à embrigader des étudiants de
l’UQAM dans son mouvement marginal.



L
          eurs affiches du         américaine malgré ses 87
          président    Barack     ans, restent toujours aussi
          Obama          affu-    tranchées. Celui qui est
          blé d’une mous-         continuellement cité par
tache     hitlérienne      sont   ses partisans se consacre
immanquables à la sta-            depuis plusieurs décennies
tion Berri-UQAM, en face          à démontrer l’ampleur du
de la librairie le Parchemin.     complot qui assaille la pla-
Les adeptes du mouve-             nète. «Les preuves disponi-
ment Lyndon Larouche sont         bles montrent que l’intention
en quête d’un public prêt à       de la monarchie britannique
écouter leur théorie du com-      est de réduire la population
plot et leurs idées de gran-      mondiale d’environ 6,7 mil-
deur. Du projet euthana-          liards d’âmes à moins de 2
sique d’Obama jusqu’aux           milliards, lance la figure de
machinations de réduction         proue du mouvement dans
de la population du prince        un éditorial. C’est un pro-
Philip, la conspiration est       jet de crime à grande échelle




                                                                                                                                                                                                      Illustration: spoutnikmorin.net
planétaire.                       contre l’humanité, dépassant
Les partisans de Lyndon           de loin les crimes perpétrés
Larouche – un politicien          par Adolf Hitler.» Le politi-
américain qui a été candidat      cien, condamné à quinze ans
à sept reprises à l’investiture   de prison pour fraude fiscale
présidentielle démocrate –        dans les années 80, multi-
se considèrent comme des          plie les accusations de fas-
                                                                   Jean-Philippe Lebleu. Ce sont       Les militants du mouvement       neuf ans pour l’organisa-      raconte le jeune homme. À
«patriotes». «Nous menons         cisme et de complot dans ses
                                                                   les jeunes qui font le gros du      Larouche sillonnent les sta-     tion politique. Ils adoptent   l’époque, je n’étais pas très
une bataille très sérieuse,       discours, ciblant particuliè-
                                                                   boulot pour faire changer les       tions de métro près des uni-     une opinion, sans savoir ce    politisé. J’ai été initié à plu-
assure Jean-Philippe Lebleu,      rement le président Barack
                                                                   choses.»                            versités, armés de traks évo-    que ça signifie. Notre but,     sieurs penseurs politiques
organisateur pour le mouve-       Obama.
                                                                   Certains étudiants s’inquiè-        cateurs et de pancartes          c’est d’éduquer et de soule-   et artistiques. Je n’ai jamais
ment Larouche au Canada.
                                                                   tent de l’insistance des recru-     vindicatives. «On a reçu trois   ver le doute.»                 été autant actif intellec-
Avec la politique d’Obama de      Les étudiants ciblés             teurs du mouvement dans le          plaintes pour propos hai-                                       tuellement qu’avec eux.
réduction des soins de santé      La présence de bénévoles du
                                                                   métro. «Je pensais que c’était      neux à propos du mouve-          Un travail à temps plein       Mes études sont une vraie
pour les personnes âgées          Comité pour la République
                                                                   un groupe politique normal,         ment au cours de la dernière     Les militants du mouve-        farce en comparaison.»
et les malades chroniques,        du Canada, autre nom donné
                                                                   raconte Catherine, diplômée         année, indique Marianne          ment Larouche s’impliquent     Malgré une implication
nous ne sommes pas loin du        au mouvement Larouche,
                                                                   en histoire de l’art à l’UQAM.      Rouette, porte-parole de         corps et âme dans l’étude et   intense, les adeptes de cette
contexte qui a amené Hitler       près des campus universitai-
                                                                   Mais ils étaient très insis-        la Société de transports de      la transmission des idées      mouvance sont toutefois loin
au pouvoir.»                      res fait partie d’une straté-
                                                                   tants. Ils essayaient de m’en-      Montréal (STM). On encou-        du controversé politicien.     de rouler sur l’or. Puisque
Les idées de l’économiste         gie de recrutement. «Durant
                                                                   courager à penser comme             rage les gens à communi-         «On encourage les gens à       leur revenu annuel n’atteint
Lyndon Larouche, encore           les jours de classe, on met le
                                                                   eux en faisant de grands ges-       quer avec la police s’ils se     travailler pour le mouve-      même pas le seuil de la pau-
actif sur la scène politique      maximum d’efforts, souligne
                                                                   tes et en criant fort. Je leur ai   sentent importunés.»             ment à plein temps», sou-      vreté, la plupart des mili-
                                                                   donné mon numéro de télé-           Malgré les plaintes, les         ligne Jean-Philippe Lebleu,    tants actifs habitent ensem-
                                                                   phone pour me débarras-             militants du mouvement           qui dit consacrer au moins     ble dans un appartement
                                                                   ser d’eux. Ç’a été une erreur       Larouche conservent le           50 heures à la sollicita-      payé par le mouvement,
                                                                   parce qu’ils m’ont rappelée         droit d’exprimer leurs opi-      tion par semaine, en plus      révèle Jean-Philippe Lebleu
                                                                   à plusieurs reprises jusqu’à        nions politiques dans le         de 30 heures par semaine à     avec réticence. Les militants
                                                                   ce que je leur indique ferme-       métro, tant qu’ils n’obs-        l’étude de penseurs classi-    de Lyndon Larouche demeu-
                                                                   ment que ça ne m’intéressait        truent pas la voie publique.     ques et d’écrits de Lyndon     rent convaincus que leur
                                                                   pas du tout.»                       Le ton polémique des sup-        Larouche.                      lutte mérite d’être livrée. «Ça
                                                                   Sébastien Roy, un ancien            porters de Lyndon Larouche       En dépit des innombra-         vaut la peine d’être margi-
                                                                   membre du mouvement qui             n’engendre toutefois pas les     bles heures qu’il a dédiées    nal quand tu sais que tu as
                                                                   étudie la philosophie à l’Uni-      résultats escomptés puisque      au mouvement, l’ancien         raison, lance Jean-Phillipe
                                                                   versité de Montréal, assure         peu de citoyens ont rejoint      membre Sébastien Roy ne        Lebleu avec conviction. Mais
                                                                   pour sa part n’avoir jamais         le mouvement, à peine une        regrette pas les quelques      lorsque la société déraille,
                                                                   reçu de pression pour join-         cinquantaine à Montréal.         mois où il a activement        ça prend des gens comme
                                                                   dre le groupe. «Je suis entré       «La population se base           milité au sein du mouve-       nous pour la remettre dans
                                                                   de plein gré dans le mouve-         trop sur la croyance popu-       ment. «C’est une expérience    la bonne direction. C’est
                                                                   ment et je l’ai quitté de la        laire, déplore Jean-Philippe     qui a modifié beaucoup de       une bataille sur plusieurs
                                                                   même façon.»                        Lebleu, bénévole depuis          choses dans mon existence,     décennies.»

6      Montréal Campus                                                                                                                                                                      10 mars 2010
Coupures à KAIROS et Alternatives

Grossière ingérence                                                                                         Guillaume Jacob

Plusieurs organismes de développement international se font couper les vivres, sans explication convaincante.
Sont-ils victimes d’une vendetta des conservateurs?



L
          es temps sont durs     vieux de quinze ans avec le       d’antisémites tous ceux qui       plusieurs églises canadien-       le coordonnateur du pro-         coupures seraient douloureu-
          chez Alternatives.     Teachers Creativity Center, un    critiquent les actions du gou-    nes, s’est soudainement vu        gramme de droits humains de      ses, mais pour de nombreuses
          L’ONG montréalaise     organisme voué à l’éducation      vernement israélien.» Selon       refuser le renouvellement         l’organisme, John Lewis. Je      ONG plus petites, l’arrêt du
          ne reçoit plus un      en Palestine, car il présen-      lui, le gouvernement tente de     d’une entente de plus de          crois qu’il y a un mouvement     financement pourrait signi-
sou de l’Agence canadienne       tait «un risque d’échec élevé».   censurer les organismes qui       sept millions de dollars avec     au Canada qui consiste à éti-    fier la fin de leurs activités.»
de développement interna-        L’ONG l’a fait à contre-cœur.     critiquent ses politiques.        l’ACDI. Du coup, l’agence         queter les organismes comme
tional (ACDI), en dépit d’une    «C’est plutôt une entorse à       Pour l’instant, Alternatives      mettait fin à 35 ans de col-       KAIROS qui travaillent pour      Nouvelle vision
demande formulée il y a près     l’idéologie    pro-israélienne    attend     toujours,    l’ACDI    laboration avec l’organisme,      les droits des Palestiniens.»    Coïncidence, la parcimo-
d’un an. Malgré les appels       des conservateurs», croit         n’ayant pas confirmé si            qui conduit des projets de                                         nie dont fait preuve l’ACDI
insistants de l’organisme,       Michel Lambert. Selon lui, le     elle refusait définitivement       développement international       Les ONG inquiètes                arrive alors que le gouverne-
l’agence fédérale ne daigne      gouvernement Harper fait de       de financer les projets de         dans une trentaine de pays.       Plusieurs ONG québécoi-          ment conservateur serait sur
pas expliquer pourquoi les       l’ingérence politique dans les    l’ONG. Mais Michel Lambert        Apparemment, son action ne        ses ayant des projets dans       le point d’annoncer la créa-
procédures sont si longues.      affaires de l’agence. «Tout se                                                                        les territoires palestiniens     tion d’un nouvel outil de pro-
En accueillant Montréal          décide au bureau de la minis-     «Ils essaient de changer le langage et                              sont désormais inquiètes de      motion de développement
Campus au siège social           tre Bev Oda [responsable de                                                                           voir le couperet s’abattre sur   international, provisoirement
de l’organisme, le direc-        l’ACDI], qui relève du pre-       de qualifier d’antisémites tous ceux                                 leur partenariat avec l’ACDI.    nommé Centre canadien pour
teur général d’Alternatives,     mier ministre. Depuis que les     qui critiquent les actions du gouver-                               L’Association      québécoise    l’avancement de la démo-
Michel Lambert, fait remar-      conservateurs sont au pou-                                                                            des organismes de coopéra-       cratie. Un rapport déposé
quer les nombreux bureaux        voir, la ministre doit approu-
                                                                   nement israélien.»                                                  tion internationale (AQOCI)      l’automne dernier par le
abandonnés. «Dix personnes       ver tous les projets présen-
                                                                                                           Michel Lambert,             a convié ses 69 organis-         Comité permanent des affai-
ont perdu leurs jobs depuis un   tés à l’agence. Elle exerce un
                                                                                          directeur général de Alternatives            mes membres à une assem-         res étrangères de la Chambre
an.» Ces employés devaient       contrôle absolu.»                                                                                     blée spéciale, le 19 février,    des communes esquisse le
travailler sur les projets de    Alternatives milite depuis        craint ne jamais voir la cou-     cadrait plus avec les priorités   pour discuter d’un plan d’ac-    projet. Financé à hauteur
développement international      longtemps pour les droits des     leur des trois millions de dol-   de l’agence fédérale. KAIROS      tion afin de se représenter       de 30 à 70 millions de dol-
menés par l’ONG: agriculture     Palestiniens. L’ONG a aussi       lars demandés à l’agence. Le      a dû abandonner plusieurs         plus efficacement auprès du       lars annuellement, le nouvel
urbaine en Haïti, appui aux      condamné l’appui canadien         4 décembre dernier, un jour-      projets, dont l’instauration      gouvernement fédéral. «Des       organisme appuiera princi-
syndicats au Honduras, sou-      à l’offensive israélienne au      naliste du National Post lui      d’une clinique juridique pour     rumeurs circulent selon les-     palement des partis politiques
tien à l’éducation d’enfants     Liban contre le Hezbollah         apprenait que «la demande de      les femmes est-congolaises.       quelles d’autres organisa-       dans des pays où la démocra-
palestiniens…                    en 2006, en plus de sou-          financement d’Alternatives         Mais le chat est sorti du sac     tions seraient dans la mire      tie est fragile. «Avec le gou-
Ce dernier projet serait le      tenir la campagne Boycott         sera refusée parce qu’elle ne     le 16 décembre dernier. Le        des conservateurs, dévoile le    vernement qu’on a, c’est au
caillou ayant enrayé l’engre-    Israël. Le directeur est outré    cadre plus avec les priorités     ministre de la Citoyenneté,       directeur général de l’asso-     Canada qu’on va avoir besoin
nage administratif de l’ACDI.    par l’attitude du gouverne-       de l’ACDI, selon une source       de l’Immigration et du            ciation, Gervais L’Heureux.      d’un organisme de promo-
L’automne dernier, l’agence      ment conservateur à l’égard       à l’intérieur de l’agence».       Multiculturalisme,       Jason    Pour les grandes organisa-       tion de la démocratie», ironise
a demandé à Alternatives         du conflit israélo-palesti-        Jointe par courriel, l’atta-      Kenney, alors de passage          tions, comme Oxfam, des          Michel Lambert.
de retirer de sa demande de      nien. «Ils essaient de chan-      chée de presse de la minis-       à Jérusalem, a déclaré que
financement un partenariat        ger le langage et de qualifier     tre Oda, Jessica Fletcher, a      «KAIROS a joué un rôle de          Campagne Boycott Israël
                                                                   déclaré qu’aucune décision        premier plan dans la campa-        La campagne Boycott Israël est l’initiative de 170 orga-
 L’environnement aussi...                                          n’avait été prise dans ce dos-    gne de boycott et de désin-        nisations de la société civile palestinienne. Elle invite au
 Les organismes d’aide internationale ne sont pas les              sier, sans pouvoir expliquer      vestissement menée contre          boycott des entreprises et des produits israéliens afin de
 seuls touchés par des coupures conservatrices au par-             la longueur du processus.         Israël», avouant du même           faire pression sur le gouvernement de l’État hébreux pour
 fum idéologique. La Fondation canadienne pour les                                                   souffle que c’était la raison       qu’il mette fin à l’occupation et la colonisation des terri-
 sciences du climat, qui finance de nombreux grou-                  Le jupon dépasse                  pour laquelle son gouver-          toires palestiniens. Le 25 février dernier, cinq-cents artis-
 pes de recherche sur les changements climatiques,                 Alternatives n’est pas la         nement lui avait retiré son        tes québécois, dont Richard Desjardins, Gilles Vigneault
 n’aura pas un seul sou du gouvernement fédéral et ce,             seule ONG à avoir maille à        soutien.                           et Karen Young, ont pris position en faveur du boycott
 même si elle a épuisé les fonds qui lui avaient été remis         partir avec l’agence fédé-        «Pour nous, il ne fait plus de     pour déplorer «un système de racisme et de ségrégation
 en 2004.                                                          rale. Fin novembre, KAIROS,       doute que ces coupures sont        qui ressemble à l’apartheid sud-africains d’autrefois».
 De nombreux groupes de recherche, dont le Centre pour             une organisation regroupant       de nature politique, dénonce
 l’étude et la simulation du climat à l’échelle régionale,
 située à l’UQAM, se retrouvent donc dans une situation
 financière précaire, voire menacés d’extinction.
 Plusieurs observateurs ont fait un lien direct entre ce
 manque de financement et le scepticisme par rapport
 aux changements climatiques de nombreux haut pla-
 cés conservateurs. Le 24 février dernier, l’ancien minis-
 tre Maxime Bernier avait publié une lettre ouverte dans
 laquelle il remettait en question l’impact des activités
 humaines dans le réchauffement climatique.
                                                       C.Y.


10 mars 2010                                                                                                                                                                 Montréal Campus            7
Thérapie par la musique

La mélodie du bonheur                                                                                                                                                    Émilie Clavel

Après un accident vasculaire cérébral, plusieurs personnes perdent en partie l’usage de la parole. Pour briser leur
isolement, une chorale leur est réservée. Montréal Campus est allé visiter ces personnes pour qui la musique est
devenue une planche de salut.



U
               ne trentaine de                           suite mise à pleurer en l’en-                      Il est cependant trop tard pour
               chaises sont ali-                         tendant chanter.»                                  son cousin, qui décède avant
               gnées     devant                          L’AVC se caractérise par la                        d’avoir chanté avec elle.
               un piano. Peu à                           rupture d’un vaisseau san-                         Même si elle n’a pas pu par-
peu, un groupe de retraités                              guin à l’intérieur du cerveau,                     tager son expérience avec ce
s’y installe, les hommes d’un                            généralement dans l’hémis-                         dernier, la musicienne appré-




                                                                                                                                                                                                                                                      Photo: Courtoisie Pierre Labranche
côté et les femmes de l’autre,                           phère gauche. En plus de lais-                     cie beaucoup les moments
pour chanter La maladie                                  ser des séquelles physiques, il                    passés avec le groupe. «En
d’amour en chœur. Le tableau                             peut causer l’aphasie, un trou-                    musique, on travaille tou-
pourrait sembler banal. Mais                             ble de la parole ou de la com-                     jours pour la performance.
pour ces victimes d’accidents                            préhension de la parole.                           Là, c’est juste pour le plaisir.
vasculaires cérébraux (AVC),                             La chorale mise sur pied par                       Et ça nous rappelle la chance
le simple fait de pousser la                             l’Association des person-                          qu’on a d’être en santé.»
chansonnette représente une                              nes aphasiques du Québec                           Encore aujourd’hui, une            La chorale de l’AQPA réunit quelques dizaines d’aphasiques passionnés de musique.

victoire éclatante.                                      (AQPA) est un moyen de                             lueur de détresse traverse le      jeune retraitée, seule membre     que le chant est contrôlé par     en 2006 au Gesù devant une
Chaque fois que la cho-                                  faciliter la réhabilitation et                     regard de Jacques Primeau          de la chorale qui ne souffre      l’hémisphère droit.               salle comble.
rale entonne les premières                               d’aider les victimes à repren-                     lorsqu’on lui demande de           pas d’aphasie. Le groupe est      Sur le plan scientifique,          Malgré tout, la directrice
mesures du Plus beau tango                               dre goût à la vie, explique la                     dire son nom. Avec grand           sympathique et on a beau-         aucune étude n’a encore           de la chorale estime qu’il
du monde, Danielle Déry et                               directrice musicale de l’en-                       peine, il réussit à le pro-        coup de plaisir.»                 réussi à prouver que le chant     reste encore beaucoup à
Jacques Primeau échangent                                semble, Christine Cantin.                          noncer et pousse un sou-                                             facilite la réadaptation des      faire pour rompre le tabou
un regard amoureux. Il y a                               «L’ambiance est chaleureuse.                       pir de soulagement. La frus-       Miracle musical                   personnes aphasiques. Mais,       qui entoure l’aphasie. «C’est
bientôt deux ans, Jacques                                Les gens arrivent ici et peu-                      tration se lit tout de même        Plusieurs théories ont été        pour la directrice musicale,      une condition qui est encore
Primeau a fait une rupture                               vent se tromper, c’est pas                         sur son visage. «Jacques est       avancées pour expliquer la        cela n’a aucune importance.       méconnue et les person-
d’anévrisme qui l’a rendu                                grave.»                                            un homme très orgueilleux,         facilité avec laquelle les per-   «Moi, je les vois prendre         nes aphasiques sont sou-
aphasique. «Tout de suite                                Christine Cantin est bache-                        explique Danielle Déry. Ça a       sonnes aphasiques réussis-        confiance et dire de plus en       vent jugés injustement. Les
après son accident, il ne pou-                           lière en composition et en                         été très difficile pour lui d’al-   sent à chanter. «Tout d’abord,    plus de mots au fil du temps.»     gens pensent qu’ils sont
vait dire que oui, non, cor-                             éducation musicale, en plus                        ler à la chorale au début. Il se   la musique devient un sou-        Depuis sa création, la cho-       saouls ou idiots, alors qu’ils
rect et ciboire», se souvient sa                         d’avoir terminé une technique                      sentait diminué.»                  tien à la parole, explique        rale a participé à plusieurs      ne réussissent tout simple-
conjointe, Danielle Déry.                                en arrangement jazz. C’est                         Toutefois, sa participation à      Christine Cantin. Puis, la        événements qui ont per-           ment pas à s’exprimer.»
Dès leur première visite à la                            pour faire plaisir à son cou-                      l’ensemble musical s’est révé-     parole est une improvisation      mis de sensibiliser le public
chorale, Danielle a surpris                              sin aphasique, qui souhaitait                      lée être une expérience enri-      constante, alors que la musi-     à l’aphasie. La formation a,      La chorale de l’AQPA se réu-
son conjoint à chanter cor-                              faire du jazz vocal, qu’elle a                     chissante, tout comme pour         que est une séquence.» Elle       entre autres, participé à Terre   nit tous les mardis à 13h15
rectement le grand succès de                             décidé de monter la chorale.                       sa conjointe. «Ça redonne          rappelle aussi que la parole      aphasie, un spectacle multi-      à l’Institut universitaire de
Tino Rossi. «Ça m’a rappelé                              En 2001, le projet se concré-                      beaucoup de confiance à             est régie par la moitié gauche    disciplinaire mettant exclu-      gériatrie de Montréal. Un volet
un tango qu’on avait dansé                               tise enfin grâce au travail de                      Jacques, mais ça me fait aussi     du cerveau, où surviennent        sivement en scène des per-        anglophone est aussi offert les
ensemble et je me suis tout de                           plusieurs membres de l’AQPA.                       un bien énorme, explique la        fréquemment les AVC, tandis       sonnes aphasiques, présenté       mardis, en matinée.

                                     *




                                                                                 24 juin 2010




Métro BERRI-UQAM,                                                    514 845-1796
direction Terminus Voyageur, en face du Service à la clientète de STM
                                     - Sushi à emporter
                                     - Buble tea
                                     - Gelato
                                     - Café
                                     Deuxième succursale:
                                     7577 Boul Newman, Lasalle
                                     Tél.: 514 366-5777


     GRATUIT 6 HOSOMAKI (Au choix du chef)
    Sur présentation de ce coupon et achat minimum de $5 avant taxes. Limite 1 coupon par client. Ne peut
    être combiné avec d’autres promotions. Valide au comptoir seulement jusqu’au 31 décembre 2010.



8            Montréal Campus                                                                                                                                                                                                           10 mars 2010
Une nouvelle mode: l’éco-conduite

Vert au volant                                                                   Maïka Sondarjée

Après une bataille acharnée pour réduire l’émission de CO2 des voitures et lutter pour la démocratisation du
transport en commun, les environnementalistes ont un nouveau champ de bataille: les habitudes de conduite.



P
           ar conviction ou       désormais obligatoires pour       fonctionnent encore à l’es-
           par opportunisme,      tout nouveau conducteur           sence, l’association a décidé
           l’Association cana-    québécois, suivent égale-         de travailler à la base, en
           dienne des auto-       ment cette vague. Depuis          changeant le comporte-
mobilistes (CAA) entre dans       le 17 janvier dernier, un         ment des gens qui tiennent
la vague verte et vante les       module complet est dédié          le volant plutôt qu’en misant
bienfaits de l’éco-conduite.      à l’éco-conduite. La direc-       sur ce qui se trouve sous le
«C’est sur toutes les tribunes,   trice du groupe des écoles        capot.
difficile d’y échapper», expli-    de conduite TECNIC, Mylène        CAA et Pollution Probe, un
que Brigitte Roussy, porte-       Sévigny, vante les bienfaits      organisme environnemental
parole de CAA. Selon eux,         de la formule. «Les nou-          canadien, ont lancé un site
il s’agit du choix aborda-        veaux conducteurs seront          Internet, un logiciel, divers
ble et environnemental par        plus conscientisés à une          outils de relations publi-




                                                                                                                                                                                                        Photo: Jean-François Hamelin
excellence.                       conduite verte», assure-t-        ques et même un simulateur
Être écologique au volant,        elle. Selon Daniel Breton, on     d’éco-conduite. En 2008,
c’est simple: démarrer en         a enfin trouvé un bon argu-        lorsque les prix de l’essence
douceur, freiner moins brus-      ment pour que les jeunes          ont explosé, des membres de
quement et diminuer ses           lèvent le pied de l’accéléra-     CAA appelaient l’association
accélérations et ses décélé-      teur. L’ancien porte-parole       pour savoir comment réduire     Les écologistes espèrent transformer les habitudes de conduite des Québecois pour qu’elles soient
rations. Le conducteur aux        de la coalition QuébecKyoto       leur consommation d’es-         plus vertes.
ambitions vertes devrait aussi                                                                      Daniel Breton soutient même       simulateur a permis de chan-      Rebecca Spring, porte-parole
entretenir sa voiture réguliè-                                                                      que sans changer de voiture,      ger les habitudes de conduite     de Pollution Probe, craint
rement, planifier ses voya-        L’ancien porte-parole de la coalition                             un conducteur peut brûler         du jeune homme? «Au début,        que les conducteurs aient
ges pour éviter les kilométra-    QuébecKyoto, Daniel Breton, croit                                 20% moins d’essence.              oui. Mais trois mois plus tard,   de la difficulté à assimiler
ges en trop et promouvoir le                                                                        Bernard      Dufour,    jeune     disons que j’y pense de moins     les techniques d’éco-con-
covoiturage.
                                  que le slogan «la vitesse tue» est                                conducteur dans la ving-          en moins.»                        duite de façon quotidienne.
Daniel Breton, chroniqueur        démodé. Il faut plutôt miser sur: «la                             taine, a essayé ce simulateur.    Bernard Dufour croit que          Cet appareil, qui calcule les
auto-écolo pour le Devoir et                                                                        «C’est comme un jeu d’ar-         le meilleur outil de CAA est      dépenses de gaz, est un «rap-
co-fondateur du Parti vert du
                                  vitesse détruit la planète».                                      cade», raconte-t-il. Un jeu       plutôt le compteur qu’on          pel constant» pour le chauf-
Québec, salue cette initiative.                                                                     d’arcade qui indique com-         peut installer directement        feur, contrairement aux
Il croit que cette tendance       croit que le slogan «la vitesse   sence. CAA a flairé la bonne     bien d’essence est consom-        dans les voitures et qui fait     changements d’habitude qui
n’est pas encore une mode         tue» est démodé. Il faut plu-     occasion et a mis sur pied      mée à chaque manœuvre.            le décompte en temps réel du      sont longs à assimiler.
très répandue, mais que c’est     tôt miser sur: «la vitesse        le programme d’éco-con-         L’étudiant en communications      carburant dépensé. Selon lui,     Selon Daniel Breton, cet
un bon début. «Il faut qu’on      détruit la planète».              duite avec Pollution Probe.     à l’UQAM a bien aimé l’expé-      les conducteurs ont besoin        appareil devrait être obliga-
réalise que l’environnement       Selon Brigitte Roussy, nul        Celui-ci permet de réaliser     rience malgré un léger stress.    de se faire dire constamment      toire, parce que sinon, «on
fait toujours partie de l’équa-   besoin de se procurer la voi-     10 à 15% d’économies au         «On sent l’œil du profession-     qu’ils dépensent trop d’es-       fait de l’éco-conduite seule-
tion.» Son souhait se réalise     ture hybride dernier cri pour     démarrage et dans les pre-      nel de CAA-Québec derrière        sence, sinon ils ne mettront      ment par guess, mais on ne
lentement, mais sûrement.         être écologique. Comme            miers kilomètres, selon les     nous et on veut pas avoir l’air   jamais en pratique les techni-    sait pas vraiment si ça a un
Les cours de conduite,            la plupart des véhicules          données de Brigitte Roussy.     trop poche!». Est-ce que le       ques apprises.                    impact».




                                                                                                      L’imprimerie Payette & Simms,
                                                                                                      présente au sein de la communauté étudiante,
                                                                                                      tient à remercier celle-ci pour sa fidélité.

                                                                                                      Grâce à votre appui, nous avons investi dans
                                                                                                      un procédé unique d’impression écologique.

                                                                                                      Payette & Simms souscrit aux principes
                                                                                                      de développement durable.



     Soyons complices et bienvenue                                                                                                             Visitez notre site web au
          dans l’uniVERT de Pure Impression                                                                                                    www.payetteetsimms.com
10 mars 2010                                                                                                                                                                Montréal Campus        9
Le curling sur Wall Street?     pantalons colorés. Cette pas-      firme Goldman Sachs et du           Douglas A. Kass, président
                                sion imprévue tire ses racines     Département du Trésor amé-         d’un groupe d’investisse-
                                                                                                                                        L’indignation sélective
Les Jeux olympiques vous                                                                                                                Fallait s’y attendre. Après deux semaines de surenchère olym-
ont converti au slalom géant    du diffuseur des Jeux, NBC.        ricain seraient d’ailleurs bran-   ments. D’autres le comparent      pique, il fallait se trouver un nouveau passe-temps. Et cette
ou au bobsleigh? Vous n’êtes    La chaîne diffusait sur son        chés sur ce sport en grand         à «des échecs sur glace.»         année, merci à Mère nature, le traditionnel chiâlage contre le
pas les seuls à avoir craqué    réseau principal les sports plus   nombre. Certains termes du         Bob Kelly, patron de la Bank      déneigement est écarté, faute de neige. Reste le sport national
                                populaires et reléguait sur sa     jeu seraient même devenus          of New York-Mellon, est éga-      québécois. Le hockey? Mais non, peuchère: l’hystérie collec-
pour un sport insolite. Aux
                                                                                                                                        tive autour des accommodements raisonnables!
États-Unis, le curling a pro-   chaîne économique, CNBC,           des expressions courantes          lement un fan du curling. Il
                                                                                                                                        Une étudiante musulmane du cégep Saint-Laurent porte le
fité des Jeux de Vancouver       les épreuves moins connues,        dans ce secteur!                   transmet même des leçons          niqab, ce voile qui couvre tout le corps à l’exception des
2010 pour se développer un      comme le curling. Or, les tra-     Le rythme très lent du sport       du sport à ses employés. La       yeux. Elle faisait ses présentations orales dos à la classe,
fan-club plutôt inusité: les    vailleurs du secteur financier,     permettrait apparemment à          plus importante selon lui:        et exigeait que les étudiants soient placés de façon à ce
                                scotchés aux nouvelles éco-        ces travailleurs de relaxer        «Gagner. C’est l’essentiel,       qu’aucun homme ne puisse l’observer. La direction, dépas-
financiers de Wall Street.
                                                                                                                                        sée par les demandes, a consulté la ministre de l’Immi-
Selon le New York Times,        nomiques du réseau, se sont        après de longues journées          au curling comme sur Wall         gration Yolande James, qui a tranché: dehors l’étudiante
ceux-ci craqueraient pour       retrouvés à suivre en grand        frénétiques à suivre les mar-      Street.» Comme quoi, chacun       musulmane. Le coup de semonce venait d’être donné.
le sport qui combine balais,    nombre le curling une fois les     chés à la seconde près. «C’est     trouve dans le curling ce qu’il   Explosion de réactions de part et d’autre. Les médias tou-
                                marchés boursiers fermés. Les      comme boire du Merlot» a           veut bien y trouver!              tes allégences confondues sont descendus au cégep pour
glace, marteau et, pour
                                                                                                                                        faire le prévisible vox-pop-de-l’étudiant-qui-n’est-
les Danois, magnifiques          téléviseurs des bureaux de la      expliqué au New York Times                                   C.Y.
                                                                                                                                        aucunement-impliqué-dans-cette-affaire (Commentaire
                                                                                                                                        type: «Euh, moi euh, je sais pas, euh, je trouve ça correct
                                                                                                                                        ce qu’ils ont fait.») Les auditeurs trop-contents-de-pou-
                                                                                                                                        voir-ressortir-leur-rengaine-anti-accommodements ont
                                                                       Placez votre publicité dans le                                   envahi les lignes ouvertes (Commentaire type: «Si je vais
                                                                       journal le plus lu à l’UQAM                                      dans leur pays moi, je vais faire comme eux, pourquoi ils
                                                                                                                                        ne font pas comme nous, hein?»). Les xénophobes pour
                                                                                                                                        qui musulmans, terroristes et foncés sont des synonymes
                                                                                                                                        ont une fois de plus hurlé plus fort que le reste (Com-
                                                                                                                                        mentaire type: «Les Arabes veulent nous envahir. Crissons
                                                                                                                                        les tous dehors!»). Les journalistes un peu oisifs ont surfé
                         514-527-0140                                                                                                   sur la vague en ressortant des bacs à poussière n’importe
                                                                       Rémi Plourde                                                     quel accommodement (Reportage type: «Oui Gilles, je
     1-800-461-0140 / 1 866 SOS-JEUX                                   514 987-7018                                                     suis à Outremont, où cet enfant juif vient de commander
           www.jeu-aidereference.qc.ca                                                                                                  un Big Mac sans fromage.»).
                                                                                                                                        Passons outre l’absurdité d’avoir recours à une ministre
                                                                                                                                        pour trancher l’expulsion d’un cégepien. Passons éga-
                                                                                                                                        lement outre l’étrangeté de voir 7 millions de personnes
                                                                                                                                        débattre du mode de vie d’environ douze femmes comme
                                                                                                                                        s’il s’agissait d’une invasion barbare.
                                                                                                                                        Ce qui est surtout intéressant, et qui n’a pas du tout été
                                                                                                                                        relevé dans cette nouvelle crisette, c’est ce qu’elle illus-
                                                                                                                                        tre du peuple québécois: notre indignation ô combien
                                                                                                                                        sélective.
                                                                                                                                        Le gouvernement fédéral ravage les programmes envi-
                                                                                                                                        ronnementaux, lance une vendetta politique contre des
                                                                                                                                        organismes d’aide humanitaire, cache le rôle des militai-
                                                                                                                                        res canadiens dans des cas de torture et semble beau-
                                                                                                                                        coup trop content de laisser un enfant-soldat pourrir des
                                                                                                                                        années dans une prison militaire américaine clairement
                                                                                                                                        illégale? Bâillement collectif. Le gouvernement Charest
                                                                                                                                        veut plus que doubler les frais de scolarité, ouvre la porte
                                                                                                                                        de derrière à une place accrue du privé dans le système
                                                                                                                                        hospitalier et diminue sournoisement le pouvoir d’action
                                                                                                                                        de l’État? Re-bof. Mais attention: si la communauté has-
                                                                                                                                        sidique givre une vitre, de Havre-Saint-Pierre à Normétal
      Aux études supérieures                                                                                                            en passant par Victoriaville, le Québec tout entier monte
                                                                                                                                        aux barricades.
       en droit,                                                                                                                        Cette apathie collective ne peut qu’ête dommageable
                                                                                                                                        à long terme. On n’a qu’à regarder le dossier des scan-
                                                                                                                                        dales dans le milieu de la construction. En théorie, tout
                                                                                                                                        le monde est en furie contre le refus du gouvernement

      fait partie                                                                                                                       Charest d’ouvrir une enquête publique. Mais quand le
                                                                                                                                        PQ lance une pétition sur Internet pour appuyer cette
        du programme                                                Approfondir un sujet qui me passionne
                                                                                                                                        demande, à peine 40 000 citoyens font l’effort de la
                                                                                                                                        signer. C’est loin d’être une véritable pression populaire.
                                                                                                                                        En guise de comparaison, 45 fois plus de gens ont regardé
                                                                    Profiter d’un encadrement personnalisé                              la finale d’Occupation Double.
                                                                    Et refaire le monde durant                                          S’il y a une crise identitaire, c’est là qu’elle se trouve, et non
                                                                                                                                        dans les arrangements entre communautés ethniques. Les
                                                                    les fins de semaine                                                 Québécois, trop absorbés à réaffirmer ce qu’ils sont, sont
                                                                                                                                        en train de perdre le contrôle sur ce qu’ils vont devenir.
                                                                                                                                        À croire que, pour reprendre le contrôle de notre destin
                                                                                                                                        collectif, il faudrait que Stephen Harper adopte le niqab...

                                                                                                                                                                                     Christopher Young
                                                                    www.USherbrooke.ca/droit                                                                                societe.campus@uqam.ca



10     Montréal Campus                                                                                                                                                                          10 mars 2010
La presse multiculturelle dans la métropole

Le Journal (ethnique) de Montréal                                                                                                                                            Louis-Samuel Perron

Bizim Anadolu, The Filipino Star, Luceafarul Romanesc et El-Masri Newspaper: les journaux ethniques pullulent
dans la métropole. Populaire auprès des néo-Québécois, cette presse multilingue demeure néanmoins méconnue
du grand public.



L
          es Jeux olympiques     québécoises et canadiennes,
          d’hiver commen-        indique Borislav Nicolov.
          cent à peine que       Je n’ai aucun intérêt à cou-
          le skieur québécois    vrir l’actualité bulgare. Pour
Alexandre Bilodeau rem-          ceux qui veulent savoir ce
porte la première médaille       qui se passe là-bas, il y a
d’or en sol canadien pour        Internet.»
un athlète portant l’unifo-      Plusieurs journaux ethni-
lié. Dans les commerces de       ques mettent toutefois l’ac-
La Petite Italie, les journaux   cent sur les nouvelles de
du matin traînent épars sur      la diaspora ou de la mère
les babillards à quotidiens.     patrie. C’est le cas du journal
Près de La Presse qui titre      Abaka qui dessert la minus-
«Alexandre Bilodeau se cou-      cule communauté armé-
vre d’or», la dizaine d’exem-    nienne. «Nous couvrons
plaires du journal italien Il    beaucoup ce qui se passe en
Cittadino Canadese, établi à     Arménie, mais aussi dans




                                                                                                                                                                                                          Photo: Jean-François Hamelin
Montréal depuis 1941, titre      la diaspora arménienne,
en grande pompe: «Primo          explique l’éditeur du jour-
oro in casa per il Canada».      nal, Arsène Mamourian. Par
Loin d’être des publica-         contre, s’il y a des nouvelles
tions de pacotille, les jour-    extraordinaires au Québec,
naux ethniques de l’île de       nous allons les publier.» À
                                                                   La communauté chinoise de Montréal est une de celles qui possèdent quelques journaux qui lui sont entièrement consacrés.
Montréal desservent chaque       l’instar de plusieurs jour-
semaine une trentaine de         naux multiculturels, l’heb-       les regroupe tous, on a une      rédigés dans une langue             l’initiative de répondre aux     bienfaits de ces médias.
communautés.                     domadaire de 16 pages est         meilleure idée de ce qui se      étrangère. Ça entretient les        grandes questions canadien-      «Si le mandat des jour-
Transformée par les nom-         multilingue. Quatre pages         passe dans le monde.»            gens dans un rapport de             nes, ils permettent à leurs      naux ethniques est d’être un
breuses vagues d’immigra-        sont réservées à des nouvel-      Avec l’arrivée massive de        non-assimilation.»                  lecteurs de mieux compren-       pont entre leur culture et le
tions qui ont marqué son         les dans les langues officiel-     nouveaux arrivants chaque        Mais       pour      Panagiotis     dre le pays. Par contre, il      Canada, c’est quelque chose
histoire, Montréal est deve-     les canadiennes. «Plusieurs       année, le nombre de jour-        Manikis, rédacteur en chef          n’y a aucune garantie d’in-      de magnifique, s’exclame-t-
nue une véritable mosaï-         Arméniens ne savent pas           naux ethniques au pays va        de la Tribune Grecque               tégration pour la première       elle. Mais si ces journaux ne
que culturelle. Plus de 30%      lire la langue, constate          continuer de grimper, estime     Canadienne, le plus vieil           génération d’immigrants.»        couvrent que les nouvelles
de sa population n’est pas       Arsène Mamourian. Mais            Gina Valle de l’Association      hebdomadaire en langue              L’ancienne       Montréalaise,   de leur propre communauté,
née au pays de Pierre-Elliott    ils nous lisent quand même        canadienne des journaux          grecque à Montréal, les jour-       elle-même fille d’immigrants      alors c’est très problémati-
Trudeau. Ces 558 200 immi-       grâce aux nouvelles en            ethniques (ACJE). «Ces jour-     naux ethniques favorisent           italiens, est bien placée pour   que pour l’intégration des
grants, ainsi que leurs des-     français et en anglais.»          naux prennent un peu la          l’intégration tout en per-          connaître les risques et les     immigrants.»
cendants, forment des com-                                         place des médias tradition-      mettant aux communautés
munautés tissées serrées         Les journaux de l’avenir          nels parce que le nombre de      de conserver leur culture. Le
                                                                                                                                            IA CE
                                                                                                                                              LE




qui possèdent presque tou-       Alors que la presse écrite
                                                                                                                                          ÉC ON




                                                                   Canadiens qui ne parlent ni      journal, fondé en 1964, est
                                                                                                                                                      ATTENTION:
                                                                                                                                        SP NN




tes un, voire plusieurs jour-    traditionnelle vit une crise      français ni anglais augmente     rédigé à 85% en grec. Seul
                                                                                                                                                   Étudiants étrangers
                                                                                                                                          A




naux qui leur sont pro-          qui l’oblige à se redéfinir, la    sans cesse, explique la fran-    5% du contenu est en fran-
pres. «J’ai créé le Bulgarian    presse ethnique se sort rela-     cophile installée à Toronto.     çais. Par contre, les choses
Forum en 2002, souligne          tivement bien de ce marasme       Les immigrants de première       risquent de changer dans              RÉDUISEZ VOS FRAIS DE SCOLARITÉ !
                                                                                                                                          Faites une demande dès aujourd’hui pour devenir
fièrement l’éditeur Borislav      ambiant. «Les journaux eth-       ou de deuxième génération        les prochaines années. «Les           résident permanent canadien.
Nicolov. Je me suis aperçu       niques ont le vent dans les       sont beaucoup plus à l’aise      deuxième et troisième géné-
qu’il y avait beaucoup de        voiles depuis une dizaine         dans leur propre langue.»        rations de Grecs sont des             Avez-vous un permis d’études?
Bulgares à Montréal et que       d’années», assure Borislav                                         enfants de la Loi 101, souli-         Voulez-vous devenir résident permanent canadien?
la communauté n’avait            Nicolov. Celui qui est aussi      Intégration ou                   gne-t-il. Ils préfèrent le fran-      Quelle que soit votre situation, nos professionnels
pas son propre média.»           propriétaire       d’Ethnique     ghettoïsation?                   çais à l’anglais, alors c’est sûr     en immigration peuvent vous aider.
L’hebdomadaire, qui paraît       Media, une boîte de marke-        Le débat fait rage à propos      que tôt ou tard, on va ajou-          Appelez maintenant pour une consultation CONFIDENTIELLE
à 4 000 exemplaires, dessert     ting en média multiculturel,      de l’impact des 500 journaux     ter du français au journal.»          514 499-8082
une communauté de 4 300          ne jure que par cette presse.     ethniques du pays dans l’in-     Gina Valle de l’ACJE est plus         Résidence permanente – Parrainage – Investisseurs
Bulgares et traite des mêmes     «N’importe quel journal eth-      tégration des nouveaux arri-     nuancée. «Les journaux eth-           Citoyenneté – Réfugiés/humanitaires – Aides familiales
sujets que les grands médias     nique maintient un profil          vants. «Il ne faut pas se        niques aident l’intégration           Permis de travail – Permis de séjour étudiants/visiteurs
                                                                                                                                          CAQ, CSQ.
québécois.      «Nous     cou-   d’information plus élevé que      compter d’histoire, estime       des immigrants, soutient la
vrons essentiellement les        la moyenne des journaux           Borislav Nicolov. Les jour-      docteure en multicultura-             Conseil d’Immigration Canadien
                                                                                                                                          400, rue St-Jacques O., bureau 500, Montréal, H2Y 1S1
questions socio-politiques       québécois, prétend-il. Si on      naux ethniques sont souvent      lisme. Lorsqu’ils prennent            www.immigrationcouncil.com

10 mars 2010                                                                                                                                                                 Montréal Campus         11
Retour de la culture cassette

Rembobine ta nostalgie                                                                                                         Ariane Gruet-Pelchat et Émilie Clavel

En 1995, les adolescents auraient vendu leur âme pour recevoir un walkman jaune pour Noël. Aujourd’hui,
c’est plutôt le dernier iPod qu’ils attendent avec impatience. Pourtant, certains artistes jettent leur dévolu sur la
cassette, tels d’irréductibles Gaulois résistant à l’envahisseur numérique.



D
            ans la boîte aux     ruban vierge par les com-       d’enregistrer une cinquan-
            lettres, entre les   positions de leur entou-        taine de copies de leur
            factures d’Hydro-    rage. Cette pratique a          deuxième album, Cassette
            Québec et le         été déterminante pour le        II, sur cassette audio.
menu de livraison du res-        développement des scè-          Comme le veut la tradi-
taurant du coin, la musique      nes underground. Le réseau      tion, ils ont même rempli le
de votre groupe favori, enre-    était frappé d’une éthique      b-side de chansons inédites,
gistrée sur une bonne vieille    implacable qui impliquait       avec des invités.
cassette. Insolite? Oui, mais    que quiconque recevait une      Autre nostalgique, le Néer-
loin d’être impossible. Grâce    cassette se devait de retour-   landais Harold Schellinx
à des artisans de la culture     ner la faveur. La tradition     ramasse les cassettes déca-
punk et noise, la cassette       semble s’être éteinte dans      pitées dans la rue, les répare,
n’est plus seulement le lot      le milieu hip-hop. Pourtant,    identifie leur contenu et les
des adeptes de Julie Masse       il fut un temps où le ghet-     expose sur son site, Found
arpentant les marchés aux        toblaster modifié était sym-     Tapes.
puces.                           bole de prestige.               Pour certains musiciens,
La culture cassette a connu                                      l’utilisation de la cassette
son heure de gloire dans         Nostalgie 90                    est un choix artistique avant
les années 80 et 90, alors       D’autres ont repris le flam-     tout. Le Français Alexis
que des mélomanes, princi-       beau, comme les rockeurs        Malbert, alias TapeTronic,




                                                                                                                                                                                               Illustration: www.simonbanville.com
palement des États-Unis et       de Band de Garage. «La cas-     fait du scratch en utilisant
du Royaume-Uni, s’échan-         sette, ça représente notre      les cassettes plutôt que les
geaient leurs coups de cœur      jeunesse. On avait des cas-     vinyles, parce qu’il aime
par voie postale. De nom-        settes de Nirvana et de Pearl   explorer leurs propriétés
breux musiciens en profi-         Jam», explique le batteur de    sonores. «Je trouve intéres-
taient pour échapper aux         la formation, Marc-André        sant de sortir des sentiers
droits d’auteurs et diffu-       Brazeau. C’est par nostalgie    battus, de ne pas s’adapter
ser leur musique plus lar-       que son collègue François       entièrement aux nouveautés
gement. Ils remplissaient le     Lafontaine et lui ont décidé    technologiques. Ça permet         soulève Nicolas, du label       un Dollarama de Montréal.      labels underground pas-
                                                                 d’expérimenter avec des           montréalais L’Œil du Tigre,     «On a dépensé 50$ plus         sent des heures à décorer
                                                                 objets qu’on pensait jeter,       qui produit lui aussi des       taxes – ce qui nous semblait   leurs cassettes. C’est le cas
                                                                 alors qu’on n’en a même pas       cassettes, des vinyles et des   être une aubaine – et on a     du label Pink Triforce, qui
                                                                 exploité toutes les qualités»,    CD faits à la main.             ramené deux sacs de plas-      les transforme en véritables
                                                                 explique l’artiste dans un        Le modeste coût a, en quel-     tique remplis jusqu’à mon      bricolages. Les cassettes
                                                                 échange de courriels avec         que sorte, poussé le musi-      appartement, dans le ghetto    deviennent donc de petites
                                                                 Montréal Campus.                  cien Blake Hargreaves à         de Montréal.» Le label pro-    œuvres d’art. «La cassette
                                                                 D’autres en font des objets                                                                      devient en soi un objet de
                                                                 inusités. Le Japonais Toybin                                                                     collection, souligne Marc-
                                                                 découpe ses cassettes pour        «Je trouve intéressant de sortir des                           André Brazeau, de Band de
                                                                                                                                                                  Garage. Pour moi, c’est plus
                                                                 en faire de véritables trans-     sentiers battus, de ne pas s’adapter
                                                                 formers, alors que le site                                                                       nostalgique qu’utile.»
                                                                 Recorderrace nous invite          entièrement aux nouveautés techno-                             Pour Martin Sasseville, un
                                                                 à faire de nos vieux walk-        logiques. Ça permet d’expérimenter                             musicien noise travaillant
                                                                 mans des petites voitures de                                                                     sous le nom de Wapstan,
                                                                 course. C’est le moteur qui
                                                                                                   avec des objets qu’on pensait jeter,                           c’est aussi un moyen de
                                                                 sert de dispositif pour faire     alors qu’on n’en a même pas exploité                           se différencier des grands
                                                                 avancer la cassette.                                                                             labels commerciaux. «C’est
                                                                                                   toutes les qualités.»                                          un peu un pied de nez à
                                                                                                                           Alexis Malbert, alias TapeTronic
                                                                 Cassettes à rabais                                                                               l’industrie de la musique.
                                                                 Peu coûteuse, la cassette                                                                        Tu sens que tu es en com-
                                                                 audio est un support inté-        fonder le label montréa-        duit maintenant des viny-      munication non seulement
                                                                 ressant pour les groupes          lais Fluorescent Friends        les, des CD et des cassettes   avec l’artiste qui a fait la
                                                                 underground. «Je pense que        en 2002. Il raconte avoir       en quantités limitées, qu’il   musique, mais aussi avec
                                                                 c’est un bon moyen d’ap-          commencé à utiliser des         envoie par la poste aux        la personne qui a produit
                                                                 prendre à gérer son pre-          cassettes comme support         acheteurs.                     l’album.»
                                                                 mier label, parce que le for-     audio après en avoir déni-      Pour personnaliser encore
                                                                 mat cassette est abordable»,      ché plusieurs boîtes dans       plus leur matériel, certains

12     Montréal Campus                                                                                                                                                               10 mars 2010
Montréal, ville de jazz?

Jazz en si bémol                                                                              Guillaume Jacob

Adulée parce qu’elle accueille le plus grand festival du genre, Montréal n’est pas pour autant l’Eldorado des
jazzmen. Loin des grandes foules, les musiciens locaux peinent à vivre de leur art et ruminent un ressentiment
mal contenu à l’endroit du Festival International de Jazz de Montréal.



J
         uillet. Les rues de la     McGill. Franchement, c’est        gig dans un bar peut rap-
         métropole se rem-          bien beau d’avoir Bob Dylan       porter autour de 100$ pour
         plissent de méloma-        à Montréal, mais ça n’a rien      la soirée, soutient Chistophe
         nes venus des qua-         à voir avec le jazz.» Des         Papadimitriou. Ça dépend de
tre coins du monde. Leurs           17 millions de dollars qu’a       l’affluence.»
tympans vibrent et se délec-        coûtés la Maison du Festival      La directrice de la program-
tent de ce que la planète           Rio Tinto Alcan, dont l’Astral    mation, Caroline Johnson,
jazz a de mieux à offrir: des       fait partie, dix proviennent      croît que le FIJM offre de
rythmes chauds de la bossa-         du ministère de la Culture,       nombreuses occasions aux
nova… aux notes écorchées           des Communications et de la       jazzmen québécois. «Le fes-
du blues. Plusieurs jazzmen         Condition féminine.               tival propose une série com-




                                                                                                                                                                                                               Photo: Jean-François Hamelin
de la métropole déplorent les                                         plète consacrée aux talents
frontières résolument floues         Des miettes                       locaux, sans compter les pre-
tracées autour du genre par         pour la relève                    mières parties, souvent assu-
le Festival International de        «De quoi faire vivre la scène     rées par des musiciens d’ici.
Jazz de Montréal (FIJM).            locale de jazz pendant des        On permet aux musiciens
Coincés entre Ben Harper et         années!» s’exclame le prési-      montréalais de rencontrer des
                                                                                                         Le Grumpy’s Bar de la rue Bishop accueille, chaque mercredi, les improvisations musicales des jazz-
Stevie Wonder, ils sont peu         dent de l’Off Festival de Jazz,   artistes internationaux et de      men de la scène locale montréalaise.
nombreux à profiter d’une            Christophe     Papadimitriou.     collaborer avec eux.» En mars      manque de qualité, selon         style de musique qui peine         la salle: on aurait pu orga-
scène à la hauteur de leur          Voilà qui résume tout le          prochain, la série de concerts     Christophe Papadimitriou.        à trouver sa place tant sur        niser un gig de vingt musi-
talent.                             malaise ressenti par les musi-    Jazz en rafale, organisée par      «La scène montréalaise est       les ondes de la province que       ciens montréalais pour le
Le FIJM, dont le budget             ciens montréalais devant          le festival, offrira la scène du   en pleine effervescence, ali-    sur les tablettes des disquai-     prix de ce groupe venu de la
annuel avoisine les 30 mil-         l’exubérance de ce qu’ils         Dièze Onze, club de jazz sur       mentée par une génération        res. N’empêche, il croit qu’il     Floride!»
lions de dollars, bénéficie          désignent avec sarcasme           le plateau Mont-Royal, aux         montante de musiciens issus      y a moyen de faire venir des       Louis-Philippe Gingras ne
                                                                      artistes de la scène locale.       des programmes de jazz de        grandes stars tout en encou-       croit pas que le jazz soit
                                                                                                         McGill, Concordia ou de          rageant davantage les artis-       une musique inaccessible
«Le public et les organismes subven-                                  Jazz (con)fusion                   l’Université de Montréal.»       tes d’ici. «Je me souviens de      ou réservée à des intellec-
tionnaires croient que le jazz est bien                               «Montréal est une ville de         Le jazzmen Samuel Blais          la conférence de presse pour       tuels convertis, mais admet
soutenu, que tout va pour le mieux.                                   jazz un mois par année, sou-       est l’un des rares artistes à    annoncer la programmation          que le genre n’a pas la cote
Pour les musiciens de la scène mon-                                   ligne le guitariste Louis-         payer ses factures en pous-      de l’édition 2009 du festival,     auprès du grand public. Les
                                                                      Philippe Gingras. Le FIJM          sant la note bleue sur les       raconte-t-il. L’organisation       jazzmen connaissent bien
tréalaise, tout n’est pas si rose.»                                   concentre l’intérêt du public      scènes montréalaises et new-     du FIJM avait fait venir un        la boutade: «Le jazz réus-
                                 Christophe Papadimitriou,
                                                                      sur une partie de l’année.         yorkaises. Il comprend que       band de Miami, qui jouait          sit à vendre des voitures, du
                              président OFF Festival de Jazz
                                                                      Les onze autres mois, le           le FIJM veuille varier l’of-     de la musique tropicale.           parfum et des robes, mais il
                                                                      jazz est pratiquement relé-        fre de spectacles pour atti-     C’était la consternation chez      est incapable de se vendre
de généreuses subventions           comme le «carnaval de jazz        gué aux oubliettes.» Le jeune      rer un large public vers un      les musiciens présents dans        lui-même.»
de Québec et d’Ottawa. L’été        de Montréal». «Le public et les   musicien déplore l’indiffé-
dernier, l’événement inaugu-        organismes subventionnaires       rence des médias à l’égard
rait en grande pompe l’As-          croient que le jazz est bien      du jazz local, en dehors de
tral, une salle vouée à faire       soutenu, que tout va pour le      la programmation officielle                                                                 EMPLOIS
vivre la magie du festival          mieux, explique le président.     du festival. Son groupe, Les
toute l’année. Mais les jazz-       Mais pour les musiciens de la     Contracteurs Généreux, allie                                                                D’ÉTÉ
men locaux qui espéraient           scène montréalaise, tout n’est    jazz fougueux et sonori-
voir les projecteurs se bra-        pas si rose.»                     tés rock. Oubliez les marti-
quer sur eux sont déçus. Peu        Travail on the side, sup-         nis olive et l’ambiance guin-                LES PEINTRES ÉTUDIANTS COLLÈGE PRO
de Montréalais se retrouvent        pléance en musique dans les       dée de soirées bercées par             sont à la recherche d’étudiants travaillants et responsables,
au sein d’une programmation         écoles primaire et autres bou-    la plainte langoureuse d’un             de niveau collégial ou universitaire, pour des emplois de :
éclectique où le jazz n’est pas     lots éphémères: les musiciens     saxophone. La jeune géné-                                    PEINTRES À TEMPS PLEIN
toujours à l’honneur.               doivent allier polyvalence et     ration de jazzmen dont sont
                                                                                                                                   De mai à août
«Le Festival est censé promou-      détermination afin de vivre        issus Louis-Philippe et ses
                                                                                                                          Aucune expérience nécessaire.
voir la création, mais il préfère   de leur art. Les jazzmen peu-     trois complices déborde de
dépenser des fortunes pour          vent rarement se limiter à ce     créativité et se dévoue à faire
                                                                                                                           Nous assurons la formation.
inviter des stars internationa-     seul style musical. La plupart    évoluer le genre.                              Des postes sont offerts dans votre région.
les, s’insurge Louis-Philippe       voguent de contrat en contrat,    Si le FIJM n’accorde pas                   Les personnes intéressées sont priées de postuler
Gingras, jeune guitariste           pour des artistes populaires,     beaucoup de place aux artis-                      par téléphone au 1-800-465-2839
diplômé du prestigieux bacca-       pour la télévision, la publi-     tes montréalais dans sa pro-                      ou en ligne à www.collegepro.com
lauréat en jazz de l’Université     cité, etc. «En moyenne, un        grammation, ce n’est pas par


10 mars 2010                                                                                                                                                                      Montréal Campus        13
      IMPÔTS  Étudiants et Particuliers
     Citoyen canadien et non canadien     Revenu de location    Revenu de source
                                                                                   Je suis féministe                  telle, jusqu’au jour où je me suis   explique-t-elle. Est-ce que         gauche, théâtre expérimen-
      Bienvenu aux gens des arts      Revenu de commission     travail autonome
                                                                                   Au placard, les bijoux et les      assise dans un café pour dis-        j’ai de la peine, est-ce que je     tal. Quand tu allais dans un
                                                                                   couleurs vives qu’elle aimait      cuter «art féministe» avec Pol       suis fâchée, est-ce que je sens     endroit comme ça, il y avait
 Étudiant(e)s
                                         Nous vous assurons                        tant. Bienvenue aux tailleurs      Pelletier. Cette femme intense,      qu’on me maltraite? Les fem-        une pensée et une recherche.
                                         une préparation d’impôt faite :
 sans salaire ....... 25$ T/inclus                                                 sobres… et à l’attitude agres-     passionnée qui a donné, donné        mes, aujourd’hui, pensent           C’était passionnant!»
 Étudiant(e)s
                                           Par un                                  sive. Dans le cadre de la Jour-    et donné pour la cause fémi-         plutôt en organigrammes et          Plus d’art pour brasser les
 salarié(e)s ......... 35$ T/inclus                                                née internationale des fem-        niste. En sortant de l’entrevue,     en rationnel. Mais un intel-        cages. Et plus de jeunes fem-
                                           Avec soin pour maximiser vos crédits
 Prix spécial aux fonctionnaires           et                                      mes, Pauline Marois a confié à      j’ai marché un peu rue Rachel.       lect qui n’est pas au service       mes prêtent à se faire entendre.
 à l’UQAM                                                  avec vos documents      La Presse Canadienne qu’elle       Complètement bouleversée.            d’un cœur, c’est une machine        «Parce que les jeunes femmes
                                                                                   avait dû se faire violence et       Le milieu artistique la connaît     démoniaque!» Son objectif,          ont accès à un confort, à une
                                                                                   aller contre sa nature pro-        pour son Théâtre expérimental        c’était de détruire le patriar-     consommation, elles s’imagi-
                                                                                   fonde, pour se conformer au        des femmes qu’elle a cofondé         cat, cette société dominée par      nent que c’est ça, la vie. Avoir
                                                                                   moule de chef politique. «Je       et codirigé au début des             les hommes. D’encourager            des autos et des REER comme les
                                                                                   ne pouvais pas rester dans         années 80. Encore aujourd’hui,       l’intellect au service du cœur.     hommes? Ce n’est pas pour ça
                                                                                   le modèle qui me convient le       elle balance sur les scènes          «Car c’est là que se trouve le      que je me suis battue.»
                                                                                   mieux.» Énième victoire de         canadiennes et européennes           plus grand courage; quand tu        Une petite tribune pour elle,
                                                                                   l’animosité de la Chambre          des personnages féminins qui         es capable de donner ta vie à       ici, en quelques paragraphes,
                                                                                   sur le désir de concilier. Mais    n’ont rien à voir avec la mère,      une cause.» Du courage, Pol         pour brasser votre propre
                                                                                   pourquoi? Pourquoi Pauline et      l’idiote ou la putain. Nicole        Pelletier en a eu. Toujours mise    petite cage. Que vous soyez
                                                                                   les autres doivent-elles encore    Pelletier, Pol de son nom d’ar-      sur le bûcher de la place publi-    homme ou femme, ayez le
                                                                                   se renforcer, malgré nos beaux     tiste, a toujours été animée par     que, Pol continuait de tourner      courage d’obéir à vos prin-
                                                                                   discours d’égalité? Pourquoi       cet ardent besoin de remettre        le fer dans la plaie. Son arme?     cipes, à votre cœur. «Ayez le
                                                                                   ne demande-t-on pas plutôt         les pendules à l’heure. Depuis       L’art engagé en tant que            courage de reconnaître que
                                                                                   aux hommes d’êtres plus sen-       soixante ans.                        réponse brûlante à la société.      vous vous racontez parfois
                                                                                   sibles, hein?                      Elle entame aujourd’hui une          «Aujourd’hui, le sens restrictif    des histoires et que vous vivez
                                                                                   Une autre frustrée? Pas du tout.   course contre la montre.             qu’on donne à l’engagé, c’est       dans la contradiction.» Peut-
                                                                                   Et voilà certainement pourquoi     L’idéaliste a sa raison de vivre à   plutôt la pièce à message. C’est    être qu’on renouera avec l’art
                                                                                   je n’ai jamais osé me définir       transmettre: les jeunes femmes       ridicule. Je trouve que les lieux   passionnant, et qu’on laissera
                                                                                   comme féministe. (Le terme,        et les artistes ne peuvent aban-     de théâtre n’ont plus de lignes     de côté les champs lexicaux de
                                                                                   aujourd’hui, semble complète-      donner la cause féministe.           directrices. À l’époque, les        soleil couchant et de vent.
                                                                                   ment dépassé, ridiculisé.) Je ne   «Mon féminisme, c’est le             théâtres avaient une identité;                       Justine Grenier
                                                                                   m’étais jamais définie comme        regard à l’intérieur de soi,         théâtre de femmes, théâtre de             culture.campus@uqam.ca




                                                                                    Daniel Blanchette de Victoriaville
                                                                                    en dessins animés
                                                                                    Maripierre D’Amour était une enfant comme
                                                                                    les autres. Pourtant, sa vie a complètement
                                                                                    changé quand, à 10 ans, en 1984, André
                                                                                    Melançon et Rock Demers l’ont choisie pour




                                                                                                                                                                                                                              Courtoisie: Jean Demers
                                                                                    interpréter le rôle de Sophie, dans La Guerre
                                                                                    des tuques. Elle ne faisait même pas par-
                                                                                    tie d’une agence de casting. «Ils se pro-
                                                                                    menaient dans les écoles. Moi, je ne voulais
                                                                                    même pas être comédienne, c’est totalement
                                                                                    un concours de circonstances!» Vingt-six ans
                                                                                    plus tard, son rôle est complètement redessiné, dans un film d’animation qui prendra l’affiche en 2011 ou 2012.
                                                                                    Huit millions de fans ont signé une pétition sur le Web pour que les productions La Fête leur offre un remake,
                                                                                    selon le producteur Rock Demers. «Une nouvelle version avec des comédiens n’aurait pas pu accoter la pre-
                                                                                    mière dans notre imaginaire collectif.» Ce sera donc un film d’animation, qui conservera les dialogues ori-
                                                                                    ginaux. «C’est une très bonne idée, ajoute Maripierre D’Amour. Je ne pense pas qu’on aurait pu faire un
                                                                                    remake sans changer le format. Il n’aurait pas été aussi fort que l’original.»
                                                                                    André Melançon et Rock Demers ont tous été très abasourdis par le succès du film, qui a rapporté plus d’un
                                                                                    million de dollars au box-office. «Même dans mes rêves les plus fous, je ne m’étais jamais imaginé que le
                                                                                    film serait aussi populaire, affirme Rock Demers. Encore aujourd’hui, on assiste à une troisième génération
                                                                                    engagée aussi forte qu’à l’époque. Je reçois des témoignages d’enfants de sept ou huit ans qui sont embal-
                                                                                    lés par le film; ils s’y identifient beaucoup.»
                                                                                    Si le film familial, traduit dans plus de 25 langues, reste toujours d’actualité après 26 ans, c’est que plu-
                                                                                    sieurs valeurs dont il traite «ont pris beaucoup d’importance au cours des dernières années, comme la
                                                                                    sensibilisation à l’environnement et le rôle de la femme, croit le producteur. Depuis un an, il y a eu une
                                                                                    explosion de manifestations et d’hommages envers La Guerre des tuques». Et les Rendez-vous du Cinéma
                                                                                    québécois (RVCQ) n’y font pas exception: une exposition de photographies de plateau inédites a été pré-
                                                                                    sentée dans le hall de la Grande Bibliothèque, en février. Les RVCQ avaient même prévu une Nuit Blanche à
                                                                                    saveur Contes pour tous: concours de construction de châteaux en plein air et jeux d’adresse.
                                                                                    C’est qu’aujourd’hui, Maripierre D’Amour est directrice des communications et du marketing pour les RVCQ.
                                                                                    «C’était mon initiative. Lorsque je suis entrée en poste, l’automne dernier, je me suis dit que les RVCQ ne
                                                                                    pouvaient pas passer à côté du vingt-cinquième anniversaire de La Guerre des Tuques.»
                                                                                    La petite Sophie a grandi et a revu le classique des centaines de fois. N’empêche que le 27 février dernier,
                                                                                    lors d’une projection spéciale des RVCQ, elle s’est laissée tenter.«J’avais envie de le regarder au complet,
                                                                                    même si je devais travailler.»
                                                                                                                                                                        Camille Laurin-Desjardins

14         Montréal Campus                                                                                                                                                                                            10 mars 2010
                                    c’est avec une œuvre d’une                                                                                                        très éthérée. À l’opposé, des                                 premier rôle au cinéma, offre
Apologie
                                    grande sensibilité que la                                                                                                         interludes musicaux inat-                                     une composition impression-
du corps                            cinéaste nous prouve à nou-                                                                                                       tendus et des petits épiso-                                   nante et Francis Ducharme
       Michaël Poirier Martin       veau toute l’étendue de son                                                                                                       des humoristiques viennent                                    est toujours aussi brillant.
Après son excellent «docu-          talent.                                                                                                                           jalonner le récit, choix inté-                                Par sa manière d’appro-




                                                                                                                                         Courtoisie: Métropole films
menteur» Rechercher Victor          À la mort de sa grand-mère,                                                                                                       ressant vu la charge émo-                                     cher le réel, de cerner l’inti-
Pellerin, qui abordait de front     Simone entre en contact                                                                                                           tive d’un tel film. Les ima-                                   mité, Sophie Deraspe propose
le milieu artistique montréa-       avec l’univers d’un hôpi-                                                                                                         ges de Sophie Deraspe sont                                    une très belle méditation sur
lais, Sophie Deraspe nous           tal où les patients atten-                                                                                                        aussi superbes, autant dans                                   notre relation avec l’autre et
offre un deuxième film bien          dent sereinement la mort.                                                                                                         la rigueur et la composition                                  sur l’essence de ce que les
différent. Seul long-métrage        Fascinée par l’endroit, elle       sent trahi par cette nouvelle     Les Signes vitaux est une                                    de cadres fixes que dans la                                    humains se doivent entre
québécois en compétition            s’engage comme bénévole.           vocation et ne comprend           belle réflexion sur le rapport                                discrétion et la pertinence de                                eux. Sans aucun doute un des
mondiale au dernier Festival        Bien vite, son mandat d’ac-        pas pourquoi Simone donne         au corps et à l’esprit, sur la                               gros plans en caméra épaule.                                  meilleurs films québécois de
du Nouveau Cinéma, Les              compagner les êtres fragiles       autant sans rien recevoir. La     mince ligne entre la vie et                                  La cinéaste québécoise adopte                                 l’année. À découvrir.
Signes vitaux traite de l’en-       dans leurs derniers moments        jeune femme atteint un autre      la mort et ce, à n’importe                                   à nouveau un angle presque
gagement et du rapport à la         devient pour elle un besoin        niveau d’intimité avec les        quel âge. Ce propos d’or-                                    documentaire par lequel ses                                   À l’affiche depuis le 5 mars.
mort dans un centre de soins        essentiel et elle délaisse         bénéficiaires lorsque surprise     dre spirituel est traduit par                                acteurs, pour la plupart non                                  Les Signes vitaux, de Sophie
palliatifs. Assurant la scéna-      tout le reste, même ses étu-       par la requête d’une patiente,    une ambiance à la fois sobre                                 professionnels, deviennent                                    Deraspe, Québec, 87 min.
risation, la réalisation et la      des à Harvard. Boris, un gar-      qui lui demande de l’aider à      et fascinante, bien soute-                                   criants d’authenticité. Marie-
direction de la photographie,       çon qu’elle fréquente, se          mettre fin à ses jours.            nue par une bande sonore                                     Hélène Bellavance, dans son



                                    spectacle nous trace un sou-       est présenté avec un humour       comédiens ne semblent pas                                    par Michel Marc
May Quebec Bless
                                    rire malgré ses quelques           parfois acide. Le théâtre de      non plus très à l’aise der-                                  Bouchard      fait
America!                            petites imperfections.             l’Opsis n’a pas peur de s’at-     rière le micro. Même si ça                                   de Marie-Hélène
             Gabriel Gosselin       Quatre acteurs se donnent          taquer aux incongruités de        ne fausse jamais, on ne sent                                 Thibault une car-
Après quatre années à pré-          la réplique dans différen-         la société américaine, ni de      pas que les textes de Richard                                riériste québé-




                                                                                                                                                                                                                                                                          Courtoisie: Suzanne O’neil
senter des pièces d’Améri-          tes scènes qui s’entrecou-         dénoncer la honte de certains     Séguin, Émilie Proulx et de                                  coise névrosée.
cains, le théâtre de l’Opsis        pent. Certaines se situent         Québécois qui aspireraient au     Martin Léon sont pleinement                                  Sa vie s’est bâtie
clôt son Cycle états-unien en       aux     Etats-Unis,    comme       grandiose de l’oncle Sam.         exploités. La lassitude gagne                                sur la phrase
réunissant plusieurs auteurs        celle de Batman écrite par         L’Opsis présente aussi des        le spectateur.                                               «Everything     is
québécois qui nous racontent        François Archambault, alors        chansons      d’auteurs-com-      Le reste du temps, les                                       impression».
leurs Etats-Unis à eux. Ainsi,      que les autres se déroulent        positeurs québécois écrites       acteurs demeurent capti-                                     Fruit d’un moti-
sous la plume de Gaulois                                                                                                                                                                                                            Présenté au Théâtre Prospéro
                                    au Québec. Les personna-           spécialement pour la pro-         vants, notamment Marie-                                      vateur américain quelcon-
d’Amérique, Les Etats-Unis                                                                                                                                                                                                          jusqu’au 13 mars, Les Etats-
                                    ges viennent à discuter des        duction. C’est là où le bât       Hélène Thibault et Catherine                                 que, ce leitmotiv provo-
vus par… en révèle beaucoup                                                                                                                                                                                                         Unis vus par… est la dernière
                                    Américains tantôt dans un          blesse. Bien que l’idée sem-      de Léan, qui brillent sur                                    que le rire et nous rappelle
sur notre perception des voi-                                                                                                                                                                                                       production du Cycle états-
                                    bungalow à Laval, tantôt           blait bonne, ces moments          la scène du Prospero pour                                    quelqu’un de notre entou-
sins du Sud, mais aussi sur                                                                                                                                                                                                         unien du Théâtre de l’Opsis.
                                    dans une station-service. Le       chantés deviennent lourds         notre plus grand plaisir. Les                                rage qui a adopté «la grosse
nous-mêmes. Mis en scène            tout est toujours très dyna-       durant le spectacle. Ils créent   deux comédiennes jouent                                      vie» aux dépens d’une vie
par la directrice artistique        mique et jamais ennuyant.          des ruptures non organiques       ensemble dans deux fabu-                                     plus simple et, surtout,
de l’Opsis, Luce Pelletier, le      D’ailleurs, le propos sérieux      avec le reste de la pièce. Les    leuses scènes. Celle écrite                                  moins étourdissante.




                                    sa plus simple expression. Si      en plein visage.                  attendant qu’un premier                                      qu’on peut se passer de
Cœurs de pirates
                                    son intuition déconcertante        Quelque chose de foncière-        album complet voie le jour,                                  chanteur sans user de flafla.
               Yannick Valiquette   pour alterner le mordant et        ment engageant et sympathi-       La Sauvagerie des heures                                     En spectacle le 12 mars,
Avec leurs envolées épiques         le mélodique avec autant de        que émane de la musique de        est une carte de visite plus                                 21h00, à l’Esco.
de quinze minutes et leurs          finesse peut parfois rappeler la    Bateau Noir. Mais ne vous y       que compétente qui prouve
titres longs comme le bras,         dynamique de Mogwai, il ne         trompez surtout pas: plaisir
le post-rock et le rock instru-     faudrait quand même pas faire      ne rime pas nécessairement
mental sont des styles sou-         de rapprochement trop évi-         avec naïveté. En l’espace d’à
vent qualifiés — à tort ou à         dent. Parce que La Sauvagerie      peine dix-huit minutes, le
raison — de prétentieux. Mais       des heures n’est pas tant un       groupe explore tout ce qui se                                                                                                                                 Chambrettes
                                                                                                                                                                                                                                     + cuisinette privée
La Sauvagerie des heures,           album d’atmosphère qu’il en        trouve entre espace et den-                                                                                                                                   c-ville derrière métro Berri
tout premier EP de Bateau           est un d’urgence. Avant toute      sité, calme et vacarme, pro-                                                                                                                                  UQAM. Meublé, chauffé,
                                                                                                                                                                                                                                     éclairé, libre, tranquille et
Noir, ne l’est aucunement.          chose, c’est le plaisir de jouer   fondeur et légèreté. L’aisance                                                                                                                                sécuritaire 500$/mois.
Pas une once de prétention.         ensemble de Rémy Nadeau,           est presque frustrante.                                                                                                                                       514 269-5816 514 986-9293
                                                                                                                                                                                                       Courtoisie: Mélissa Speirs




Largement dominée par les           Frédéric Sauvé (tous deux ex-      Tout sauf un projet secon-                                                                                                                                    École des Ma tres
guitares, cette première mani-      Hot Springs), Jean-François        daire, Bateau Noir risque                                                                                                                                     Barman/barmaid/
                                                                                                                                                                                                                                     serveurs(euses) Cours
festation de la formation mon-      Mineau (Bivouaq), Pascal DJ        fort de se forger une solide                                                                                                                                  et emplois (*1981)
tréalaise est une véritable leçon   (Le Nom) et Julien Michalak        réputation dans les semai-                                                                                                                                    www.ecoledesmaitres.com
                                                                                                                                                                                                                                     rabais internet 514 849-2828
de rock instrumental réduit à       (Jacquemort) qui nous saute        nes et les mois à venir. En

10 mars 2010                                                                                                                                                                                                                            Montréal Campus              15
                  Tirez le maximum de votre argent
                       (aucun billet de banque n’a été maltraité dans la création de cette publicité)




                                       (no money was hurt in the making of this ad)

                        Make your money go further
  Des problèmes à étirer votre argent? Nos publications                Having trouble stretching your money? Our free
     et outils gratuits peuvent vous aider à économiser.               tools and publications can help you keep more cash
                        Consultez www.CaRapporte.ca.                   in your pocket. Visit www.KnowledgePays.ca.
                                 S’informer, c’est payant.             It pays to know.




                             droit montréal
                                         Parce que l’avenir
                                                 a besoin de vous

                                          Située au cœur des affaires, reconnue pour sa réputation internationale
                                          et pour son expertise de premier plan, la Faculté de droit de l’Université
                                          de Montréal demeure le choix par excellence pour des études supérieures.

                                          Nos programmes d’études supérieures se distinguent par :
                                          ■   une vision internationale axée sur la coopération et les programmes d’échanges
                                          ■   des structures adaptées aux besoins de notre clientèle, avec ou sans mémoire
                                          ■   un très grand nombre de bourses et d’emplois au sein d’équipes de recherche

                                          Dans de nombreux secteurs de pointe ou traditionnels :
                                          Common Law nord-américaine, commerce électronique, droit des affaires, MBA, droit des
                                          technologies de l’information, droit international, droit et travail, droit fiscal, droit notarial,
                                          en plus des programmes de maîtrise et de doctorat de recherche juridique (droit civil, pénal,
                                          administratif, constitutionnel, droit des biotechnologies, des autochtones, propriété intellectuelle,
                                          théorie du droit et méthodologie juridique).



Date limite d’admission le 1er avril
www.droit.umontreal.ca