CINEMA PARADISO Nuovo Cinema Paradiso DE G IUSEPPE T by ssh14851

VIEWS: 24 PAGES: 2

									                                                     CINEMA PARADISO
                                                           Nuovo Cinema Paradiso
                                                    DE GIUSEPPE TORNATORE
fiche film




           FICHE TECHNIQUE

           FRANCE/ITALIE - 1988 - 2h03

           Réalisateur :
           Giuseppe Tornatore


           Musique :
           Ennio Morricone


           Interprètes :
           Philippe Noiret
           Jacques Perrin
           Salvatore Cascio
           Savatore Leonardi
           Agnese Nano
           Isa Danieli


                                                Au milieu des années quatre-vingt, un cinéaste célèbre
                                         SYNOPSIS




                                                apprend la mort d’Alfredo. C’est le départ d’une évocation
                                                de la jeunesse du réalisateur,quand il n’est que Toto, à
                                                la Libération, dans son village sicilien, où ne reviendra
                                                plus son père. Pilier du cinéma paroissial, bravant les
                                                interdictions perpétuelles que motive le danger de la
                                                pellicule d’acétate, Toto vient régulièrement en cabine
                                                voir Alfredo, projectionniste sans enfant, et lui dérobe
                                                des chutes des scènes d’étreintes censurées par le curé.
                                                Toto apprend tout seul le maniement des projecteurs. Un
                                                jour, la pellicule s’enflamme et il sauve son grand ami de
                                                l’incendie qui ravage le cinéma. Alfredo perd la vue. Un
                                                Napolitain reconstruit le “Nouveau Cinéma Paradiso” où le
                                                curé n’a plus droit de censure. Toto remplace Alfredo, qui,
                                                toujours, lui conseille de faire un autre métier et lui fait
                                                jurer de quitter à jamais, ce village sans avenir pour lui.
                                         Le centre de Documentation du Cinéma[s] Le France,
                                                  qui produit cette fiche, est ouvert au public
                                           du lundi au jeudi de 9h à 12h et de 14h30 à 17h30
                                                                 et le vendredi de 9h à 11h45
                                             et accessible en ligne sur www.abc-lefrance.com
                                              Contact : Gilbert Castellino, Tél : 04 77 32 61 26
                                                               g.castellino@abc-lefrance.com

CRITIQUE                              te, est condamné à vivre avec ses        FILMOGRAPHIE
                                      fantômes, celui de la Sicile et
(…) La tendresse et l’émotion dont    celui de son amour perdu pour            Longs métrages :
le film est plein s’exercent sur      Elena. Toutes ces photos, tous ces       Il Camorresta               1987
deux axes principaux : une his-       films, toutes ces images oubliées        inédit
toire d’amitié (celle qui lie Toto,   d’une époque fanée ouvrent une           Nuovo Cinema Paradiso       1988
tout au long de sa vie, à Alfredo     blessure qui ne peut se refermer.        Cinéma Paradiso
le projectionniste) et une his-       Nous partageons son émotion, en          Stanno tutti bene           1991
toire d’amour, l’amour du ciné-       s’appropriant les visages et les         Ils vont tous bien
ma bien sûr. Étonnante fascina-       morceaux de pellicule qui tracent        Une pure formalité          1994
tion que celle de ce gosse haut       les lignes de sa vie pour en faire       Marchand de rêves           1995
comme trois pommes pour tout          NOTRE histoire, dévorés à notre          La légende du pianiste       sur
ce qui touche au cinoche. L’enfant    tour par la flamme du souvenir.          l’océan                     1999
ramasse des bouts de pellicule et     Le sommet est bien sur atteint           Malena                      2001
se raconte des histoires en les       dans la dernière scène, celle des
dévorant à la lumière d’une lampe     baisers, quand Toto visionne un
à pétrole. Pour lui comme pour        montage de tous les plans coupés
tant d’autres, le cinéma est vrai-    jadis par le curé. Il a les yeux
ment une usine à rêves... Pendant     mouillés et la gorge serrée. Et à
ce temps, en arrière-plan, deux       vrai dire, nous ne valons guère
déclins se dessinent en parallèle.    mieux. Ces moments furtifs de
Celui de la Sicile terre sans ave-    passion sans retenue, ce concen-
nir, où le comble de la réussite      tré de bonheur arraché au destin
consiste à devenir carabinier !       restera, c’est certain, un moment
Celui du cinéma. Comme dans           d’anthologie. “Ne te retourne pas”
Splendor, difficile de ne pas sou-    avait dit Alfredo. Toto a atten-
pirer en voyant une salle bourrée     du trente ans pour le faire. Et ça
à craquer. Véritable forum vivant     reste douloureux. Parce que la
où tout le monde peut s’extériori-    vie, quoi qu’on en dise, c’est plus
ser : les gosses crient ou mettent    difficile que le cinéma. Et il est
les doigts dans le nez, les hom-      peu aisé d’oublier le temps qui
mes fument et pelotent leur voi-      nous ronge pendant que les films,
sine… Il est clair que la nostalgie   garants d’une jeunesse éternelle,
est grande pour cette époque de       nous renvoient à notre décrépi-
convivialité. Il n’est qu’à mesu-     tude tout en nous demandant des
rer les transformations subies        comptes sur ce que nous avons
par le village quand Toto revient,    fait de notre vie… C’est un régal
quelque trente ans plus tard. La      de revoir les extraits de films que
place est bouffée par les bagnoles    Tornatore a choisi de projeter au        Documents disponibles au France
et les panneaux publicitaires. Et     “Paradiso”. (…)
la facade décatie du “Paradiso”                                Yves Alion      Revue de presse importante
porte la trace d’une fermeture                La Revue du Cinéma N° 452        Positif n°341/342, 346
déjà ancienne. Avec Tornatore,                                                 Revue du Cinéma n°452
la nostalgie reste décidément ce                                               Cahiers du Cinéma n°421, 424, 431
qu’elle était : Toto, devenu adul-

								
To top