Docstoc

Contrat Economie Sociale et Soli

Document Sample
Contrat Economie Sociale et Soli Powered By Docstoc
					IRTS de Lorraine
Département de recherche




                        ECONOMIE SOLIDAIRE EN REGION LORRAINE :

                     DEVELOPPEMENT LOCAL, CREATION DE SERVICES
                       ET GESTION DE L’EMPLOI EN MILIEU RURAL




                                                                    Etude réalisée par :

                                                                        Philippe Hirlet
                                                                          Judith Kaiser
                                                                   Frédérique Streicher




Recherche commanditée par la Délégation Interministérielle
à l’Innovation sociale et à l’Economie sociale

Programme régional de recherches actions
pour l’observation de l’économie sociale et solidaire en régions
piloté par la préfecture de Région Lorraine




                                                                                      1
                                                           SOMMAIRE

Introduction

1. Un flou autour de la définition du champ de l’économie sociale et solidaire ................. 6
2. Economie sociale, Economie solidaire, Tiers secteur : un rappel historique .................. 7
3. Nos choix problématiques .................................................................................................... 9

Méthodologie de recherche…………………………………………………………………11

Partie I : Développement local, logiques de territoire et économie solidaire……………16

1. L’environnement et les systèmes locaux d’action............................................................ 17
   1.1 L‟Agence de Développement du Sud-Nancéien et la “ Pépinière ” d‟entreprises et
   d‟associations ....................................................................................................................... 18
2. Le conseil de Pays du Val de lorraine et les structures associées ................................... 22
   2.1 De la reconversion industrielle à la construction d‟une identité territoriale .................. 22
   2.2 Les outils du développement des emplois d‟insertion et la mutualisation des ressources
   .............................................................................................................................................. 23
   2.3 Politiques publiques verticales et rapports politiques croisés au local........................... 24
   2.4 Propos d‟acteurs pour définir l‟économie solidaire en région Lorraine ......................... 27
3. Le territoire du Sud Nancéien ........................................................................................... 32
   3.1 Délimitation du territoire ................................................................................................ 32
   3.2 Le Comité d‟Aménagement, de Promotion et d‟Expansion de Meurthe et Moselle
   (CAPEMM) .......................................................................................................................... 33
   3.3 La gestion du dispositif Nouveaux Services Emplois Jeunes ........................................ 35
   3.4 Points de vue sur le développement local et sur l‟affirmation d‟un ancrage de l‟économie
   sociale et solidaire dans le Sud-Nancéien ............................................................................ 42



Partie II : Monographies d'associations et d'entreprises solidaires……………………45


ADMR

1. Un réseau qui diversifie ses missions et se professionnalise ........................................... 47
   1.1 Quel rôle de l‟ADMR dans le développement de l‟économie solidaire ? ...................... 48
2. Gestion des personnels et définition de la relation de service ........................................ 49
   2.1 Le bénévolat des associations ........................................................................................ 49
   2.2 La construction de la relation de service ........................................................................ 50
   2.3 La gestion du personnel salarié des associations locales ............................................... 51

Crèche Parentale

1. L’environnement et l’initiative locale ............................................................................... 54
   1.1 Le portage du projet par des femmes concernées........................................................... 54



                                                                                                                                                  2
   1.2 Les valeurs fondant le projet : la solidarité éducative face à la gestion d‟une prestation de
   service................................................................................................................................... 56
2. La solidarité horizontale face aux modes de gestion des pouvoirs publics ................... 60
   2.1 Soutien des pouvoirs publics et financements mixtes .................................................... 60
   2.2 Le fonctionnement du service : la porte étroite d‟entrée en économie .......................... 61
   2.3 Le budget de fonctionnement ......................................................................................... 62
   2.4 Les contraintes de gestion des emplois aidés ................................................................. 64
3. l’organisation du travail et la composition professionnelle de l’équipe de salariés ..... 65
   3.1 Management ................................................................................................................... 65
   3.2 Solidarité entre salariés et administrateurs et distribution des pouvoirs de management
   .............................................................................................................................................. 66
       3.2.1 Les salaires du personnel......................................................................................... 67
       3.2.2 Des enjeux contradictoires dans la gestion de la sphère locale par le national ....... 67
   3.3. L‟utilité sociale .............................................................................................................. 68

Néo-services

1. L'organisation du travail au sein de l'association……………………………………...71
2. La constitution de réseaux: un maillage de territoire essentiel……………………….73
3. Emploi et formation professionnelle……………………………………………………73
4. L'activité de l'association………………………………………………………………..74
5. Gestion des ressources humaines……………………………………………………….75
6. Une association sociale et solidaire……………………………………………………..76


Familles rurales services et intérim

1. Projet fondateur de la structure associative .................................................................... 76
2. Valeurs et pratiques solidaires à l’intersection du social et de l’économique............... 77
3. Rapports conventionnels avec les pouvoirs publics et ambivalence du positionnement
économique ............................................................................................................................. 79
   3.1. La tutelle de l‟ANPE et le maintien dans l‟économie intermédiaire ............................. 80
   3.2 L‟intervention de la DDTEFP ........................................................................................ 81
   3.3 Segmentation du marché du service à domicile et régulation des concurrences
   interassociatives ................................................................................................................... 84
4. Structure décisionnelle de l’association et organisation du travail .............................. 85
   4.1 Le personnel permanent de l‟association intermédiaire et sa professionnalisation....... 86
   4.2 Les salariés temporaires de l‟association intermédiaire et leur insertion ....................... 87
   4.3 Le personnel permanent de l‟entreprise de travail temporaire intérim .......................... 88
   4.4 Les salariés temporaires de Familles Rurales Intérim .................................................... 89

APIC chantiers d'insertion

1. Projet et statut de l’association ......................................................................................... 92
2. Parcours professionnel des responsables encadrants de l’association .......................... 93
3. Financement et marchés de l’association ......................................................................... 93
4. Gestion de la main d’œuvre des chantiers d’insertion .................................................... 95
   4-1 Recrutement ................................................................................................................... 95
   4.2 Mise au travail et accompagnement social ..................................................................... 97
   5. Conclusion ...................................................................................................................... 100


                                                                                                                                                  3
Partie III : Logiques d'acteurs et gestion de l'emploi solidaire:
synthèse problématique …………………………………………………………………...102
1. Systèmes d’action locaux et espaces transactionnels : le difficile partage du référentiel
solidaire ................................................................................................................................. 102
   1.1 Initiative de l‟entreprise “ solidaire ” : des sociabilités à l‟association engagée dans une
   gestion alternative des ressources humaines ...................................................................... 103
   1.2 Segmentation du marché de l‟emploi aidé, rotation des salariés et fragilisation des projets
   solidaires............................................................................................................................. 104
   1.3. Idéaux solidaires et positionnement dans un champ de luttes ..................................... 106
2. Recrutement des personnels salariés et définition de la compétence .......................... 111
   2.1 Développement des services de proximité et évolution des compétences professionnelles
   ............................................................................................................................................ 111
   2.2 Gestion de l‟emploi, mise au travail et professionnalisation ....................................... 114
       2.2.1 Le collectif de travail ............................................................................................. 114
       2.2.2 Gestion de l‟emploi et mise au travail ................................................................... 115
       2.2.3 Professionnalisation : Enjeux et objectifs pour les associations ........................... 116
3. Un rapport salarial spécifique en tensions ..................................................................... 117
4. Conclusion ......................................................................................................................... 118



Conclusion générale………………………………………………………………………..120

Bibliographie……………………………………………………………………………….125

Annexes……………………………………………………………………………………..127




                                                                                                                                                 4
 Introduction générale :


Une question de solidarité




                             5
La solidarité, on l‟imagine souvent comme un “ Samu social ”, accourant pour soigner les
blessures de la société : exclusion, marginalisation, maladie, mal-vivre… On oublie de
s‟interroger sur certaines initiatives qui, en permanence, font avancer de nouvelles
revendications, résolvent des problèmes quotidiens, font bouger les idées et les actions, dans les
quartiers, dans la société et aussi au-delà des frontières nationales. Parler de solidarité, c‟est
accepter d‟aborder un “ système complexe ”, complexe comme l‟humanité. Un système qui
conditionne la compétitivité d‟un pays, qui met en évidence la relation entre l‟avenir des
générations et la mondialisation/globalisation de l‟économie, entre le mode de vie des individus
au quotidien et les choix de société. Le problème rencontré aujourd‟hui est bien celui de la
ré-articulation des fonctions de l‟Etat providence gérant la contrepartie sociale - par le biais de
la redistribution pour compenser les excès du marché, du progrès technique et économique -
aux engagements solidaires qui se manifestent au niveau local par la volonté des populations de
faire des “ choses ensemble ”.

Dans ces recompositions, certains perçoivent l‟émergence d‟un nouveau secteur, pépinière
d‟un autre style d‟emplois1. Qu‟en est-il réellement de ces questions, que nous indique l‟avenir
attenant aux évolutions du champ de l‟économie sociale et solidaire sur le territoire national ?
Sur quels éléments de définition pouvons-nous nous appuyer aujourd‟hui pour délimiter
sociologiquement ce champ à visée sociale et solidaire et interpréter au mieux ses éléments de
congruence et de convergence? Tel est l‟enjeu fondamental de l‟étude initiée au niveau national
par l‟ancien secrétariat d‟Etat à l‟économie sociale et solidaire et à laquelle notre département
de recherche apporte ici sa modeste contribution.



1. Un flou autour de la définition du champ de l‟économie sociale et solidaire
“ Tiers secteur dans les années soixante-dix, économie sociale dans les années quatre-vingt,
secteur d’économie sociale et solidaire aujourd’hui… les expressions se succèdent pour
désigner à peu de chose près les contours d’un même projet. Sous ces différentes appellations
se regroupent des organisations que l’on ne peut classer ni dans le secteur public ni dans le
secteur privé capitalistique (c’est-à-dire à but lucratif), mais qui pourtant participent
activement à la création de richesse. Sur le plan juridique, on a pris l’habitude d’y regrouper
les entreprises mutualistes, coopératives et associatives : ce type de statuts juridiques vise à
assurer que l’activité économique est un moyen pour réaliser un projet et non pour accroître le
capital initial (principe de non lucrativité)2 >> (C. Fourel, 2001, p.11). N‟est-ce pas ici le vrai

1
  “ C‟est d‟ailleurs en cela que réside la vertu de l‟économie solidaire ; malgré la modestie de ces réalisations, elle
pourrait indiquer la voie pour l‟élaboration de droits sociaux qui ne soient plus exclusivement conçus en référence
à l‟emploi salarié. La nouvelle donne en matière d‟emploi appelle “ la reconnaissance d‟une autonomie accrue des
groupes et des personnes qui serait garantie par des acteurs collectifs et des institutions ” [P. Rosanvallon, La crise
de l’Etat providence, Paris, Le Seuil, 1981]. La question des services ne peut être réduite à celle de la création
d‟emplois, aussi prioritaire soit-elle ; elle renvoie à la recherche d‟une sortie de la crise de l‟Etat providence qui ne
soit pas synonyme de régression sociale mais qui puisse au contraire déboucher sur de nouvelles opportunités de
démocratisation économique. ” (J.L. Laville., 1994, p. 117).
2
  A. Lipietz pense qu‟il faut une coexistence plutôt qu‟une concurrence entre les trois secteurs. Et, dit-il “ au tiers
secteur de comprendre qu’il sera d’autant moins perçu comme une menace que ses propres salariés seront
eux-mêmes régis par les règles du droit du travail commun (…). Cette clarification n’ôte rien au sentiment de
concurrence illégitime éprouvé cette fois par le secteur marchand lucratif. Dès qu’un nouveau service sera
reconnu, le secteur privé lucratif aura toujours tendance à objecter qu’il pourrait l’assurer lui-même, pour peu


                                                                                                                       6
débat, plutôt que de distinguer le marché d‟un côté, et le hors marché de l‟autre, ne faut-il pas
plutôt s‟arrêter sur la distinction entre lucrativité et non-lucrativité ?. En effet, des activités et
des services relevant de l‟économie solidaire entrent dans la sphère des activités dites
marchandes (exemple des entreprises d‟insertion). Cependant, ce secteur ne cherche pas à faire
des bénéfices, il les utilise pour le fonctionnement et l‟amélioration des services rendus à la
population.

On constate une difficulté pour l‟ensemble de la communauté scientifique à clarifier ce concept
d‟économie sociale et solidaire. Il existe tout un enchevêtrement au sein des théories, des
disciplines qui participe au brouillage de cette notion. D. Demoustier semble également hésiter
dans l‟emploi des termes entre son article de 1995 paru dans la revue Alternatives Economiques
où elle parle d’une économie sociale à réinventer et son ouvrage paru récemment sous le titre
de L’économie sociale et solidaire. Ce glissement sémantique témoigne de l‟ambiguïté des
termes. Un travail de clarification conceptuelle peut probablement débuter par des approches
théoriques existantes mais il doit aussi prendre en compte les réalités du champ de l‟ESS
construit à partir de pratiques, de postures professionnelles et d‟une éthique économique qui
peuvent être singulières, voire alternatives au niveau des territoires d‟intervention des acteurs
qui le construisent au quotidien. Les acteurs de ce champ ne sont pas uniquement pour nous
ceux qui animent les associations et les entreprises d‟utilité sociale, bien que ces derniers en
constituent l‟infrastructure. Parmi eux, on trouve aussi les chargés de missions, les agents de
développement local qui participent à sa structuration territoriale et à sa reconnaissance sociale
et politique aux niveaux régional et départemental.



2. Economie sociale, Economie solidaire, Tiers secteur : un rappel historique
L‟économie sociale existe depuis fort longtemps, depuis au moins un siècle et demi, c‟est
aujourd‟hui un des segments constitutifs du tiers secteur. Pourtant, sa définition (discipline
académique ou secteur économique ?) est loin d‟être consensuelle.3

Selon E. Bidet l‟économie sociale est “ apparue il y a plus de 150 ans4, la notion d’économie
sociale demeure paradoxalement très méconnue, y compris des économistes eux-mêmes5. Cette
méconnaissance s’explique à la fois parce qu’il s’agit de ce que A. Gueslin nomme fort

que la demande soit solvabilisée par une subvention de même montant que la subvention de l’offre dont bénéficie
le tiers secteur. Il suffit de répondre que toute entreprise privée peut se rattacher au tiers secteur, à condition d’en
accepter le cahier des charges : règles de direction, but social et lucrativité limitée (c’est-à-dire plafonnement de
la valorisation du capital engagé dans une unité du tiers secteur). Pourquoi lucrativité limitée ? La non-lucrativité
n’est-elle pas un caractère essentiel du tiers secteur ? Certes, du fait de ses privilèges fiscaux, il paraît difficile de
lui accorder le droit de distribuer des bénéfices, et encore moins celui de poursuivre un but lucratif (c’est-à-dire la
rémunération de son capital propre et de ses administrateurs élus) (…). D’où l’idée que le tiers secteur pourrait
être non seulement marchand, mais aussi, partiellement lucratif, à condition que la rémunération soit limitée ”
(A. Lipietz (sd), 2001, p. 32).
3
  Voir sur ce point l‟article “ Qu’est-ce que le tiers secteur ? Associations, économie solidaire, économie sociale ”,
Sociologie du Travail, N° 4, Vol. 42, octobre/décembre 2000.
4
  Le terme d‟économie sociale apparaît pour la première fois au XIX siècle : en 1830, C. Dunoyer publie un
Nouveau traité d’économie sociale (dont l‟objet est certes essentiellement de légitimer l‟économie libérale) ; en
1851, A. Ott est l‟auteur d‟un Traité d’économie sociale ; en 1856, F. Le Play fonde une Société des études
pratiques d’économie sociale et une revue qu‟il intitule L’économie sociale ; en 1867, le même F. Le Play introduit
l‟économie sociale à l‟Exposition universelle (Sociologie du Travail, N°4, 2000, p. 587).
5
  Pour des informations plus détaillées sur les nombreuses expériences qui ont prévalu à la formalisation du
concept d‟économie sociale, on se reportera à A. Gueslin, 1998 et à H. Clément et L. Gardin, 1999.


                                                                                                                        7
justement un “ vocable à éclipse ”, dont le contenu a en outre sensiblement varié selon les
auteurs et les époques (…). Le terme d’économie sociale a initialement été employé par des
auteurs souhaitant marquer leur différence avec l’analyse économique dominante, qui
s’intéressait essentiellement à la manière de produire le plus efficacement et à la meilleure
répartition des richesses, mais délaissait les questions morales ou la résolution des problèmes
sociaux provoqués par le progrès économique. L’économie sociale consistait alors à introduire
de l’éthique dans l’économie politique pour concilier justice et équité (Gide, 1905), à intégrer
les problèmes sociaux dans l’économie politique (Walras, 1986) ” (Revue Sociologie du
travail, 2000, p. 588)

Au travers de ces apports théoriques, on voit qu‟il est difficile de parler de l‟unité d‟un champ à
propos de l‟économie sociale. D‟abord légitimée au début du siècle, l‟économie sociale a été
oubliée pendant un demi-siècle, puis réapparaît depuis une vingtaine d‟années faisant référence
à un secteur d‟activité qui fédère différents types d‟organisations, les coopératives, mutuelles et
associations, présentant d‟autres caractéristiques que les entreprises capitalistes et les
administrations publiques. Mais la montée des exclusions et des inégalités a fait naître une
réflexion allant dans le sens d‟une moindre mobilisation du concept d‟économie sociale, pour
proposer d‟autres solutions alternatives aux deux modèles dominants de l‟économie, publique
et privée. C‟est dans cette perspective que se situent les analyses sur la nouvelle économie
sociale, dont nous allons tenter de clarifier à présent les enjeux.

A travers le renouveau des initiatives privées et l‟activité des associations, la solidarité
communautaire, qu‟un Etat providence tout puissant avait fait oublier, retrouve une place dans
la vie politique et économique locale. A la charnière de l‟économie marchande et du secteur
public, se dessinent les contours de ce qui pourrait être un secteur d‟avenir, même si peu
s‟entendent sur son contenu général, ni même sur le nom à donner à ce mouvement. Il se peut
que, à côté d‟une économie de marché qui gardera une place très importante, il y ait place pour
une économie moins excluante, une économie solidaire pour la production de services
répondant à des besoins sociaux non satisfaits, pour soutenir l‟insertion professionnelle et
sociale des publics exclus des modes d‟intégration dominants. Les fondements de l‟économie
solidaire consiste à montrer qu‟il n‟y a pas d‟un côté, la solidarité et de l‟autre, l‟initiative ; que
l‟on peut faire vivre la solidarité à travers des initiatives locales et collectives en s‟appuyant
aussi bien sur des financements publics, sur des ressources venues du marché ou sur
l‟engagement associatif et militant de personnes volontaires. Depuis maintenant vingt ans se
sont développées sur le territoire national des expériences d‟économie solidaire.

La grande majorité des acteurs parlent pourtant le plus souvent de “ tiers secteur ”. Ce troisième
secteur ne serait pas à part ou minoré dans l‟économie, au contraire il serait en interaction avec
l‟Etat et le marché et représenterait une nouvelle composante de l‟économie : il n‟y aurait pas
d‟un côté, l‟économie normale (privée et publique) pour les gens intégrés et de l‟autre côté,
pour les pauvres, un ghetto qui serait l‟économie solidaire mais une économie dans laquelle
chacun peut trouver sa place, un troisième secteur sans frontières avec les autres secteurs. Ce
qui caractériserait le tiers secteur c‟est qu‟il ne cherche pas à faire du profit. Il mobilise des
ressources très diverses, des bénévoles mais aussi des salariés. Il vit à la fois de l‟argent public
et de celui du marché, de la vente de services matériels et immatériels, avec une logique
s‟appliquant à toutes ses entreprises : celle de faire des bénéfices en les réinvestissant
entièrement pour développer leur activité6. Toutes les organisations que compte le tiers secteur

6
  “ La toute première spécificité du tiers secteur se présente comme un ensemble de singularités fiscales au sens
large : dispenses d’impôts ou de cotisations sociales, et subventions éventuelles. La justification en est que
l’existence même de ce secteur apporte un avantage collectif à la société, qui le dispense de régler tout ou partie


                                                                                                                 8
(entreprises d‟insertion, accompagnement scolaire, mutuelles d‟assurance automobile,
associations loi 1901) réinvestissent en permanence l‟ensemble des résultats et des ressources
perçues. Entre le public et le privé, une autre réalité économique essaie de trouver sa place, un
secteur d‟activité qui couvre un “ espace interstitiel ” (Aznar, 1993, 1997, 1998) situé entre le
désoeuvrement, la précarité, l‟exclusion, le chômage et l‟existence au sein de la société de
besoin sociaux non satisfaits. Selon Jeremy Rifkin (1996), nous serions en présence d‟un
troisième secteur qui annonce la fin du travail classique, la réduction des emplois créés par le
marché. Il nous invite en conséquence à réfléchir sur la création d‟un “ secteur du capital
social ” : “ Nous devons réaliser qu’il y a de nouvelles façons de travailler qui ne relèvent ni du
marché ni de l’Etat (…) mon diagnostic est, pour l’essentiel, que nous allons créer de nouveaux
emplois dans le futur mais pas autant que ceux que nous perdrons, car nous allons vers des
emplois élitistes. Je suggère de considérer la société comme ayant non pas deux mais trois
secteurs potentiels pour l’emploi : le marché, l’Etat et le secteur du capital social. Il y a un
travail énorme à accomplir dans ce troisième secteur. C’est le plus grand, le plus important,
mais il n’est pas organisé. C’est le secteur de la culture (…), il englobe toutes les organisations
non gouvernementales qui n’appartiennent pas au marché : nos églises, nos ONG, les
organisations séculières, sportives, artistiques, culturelles, civiques, sociales, de justice…”.


Pourtant, certains auteurs comme le sociologue R. Sue (1994, 1997) récusent l‟expression
“ tiers secteur ” car ils y voient une connotation d‟exclusion : “ le “ tiers ”, c’est toujours le
tiers exclu, celui qui vient en plus des autres – autrefois c’était le tiers état, aujourd’hui le
tiers-monde ”. R. Sue préfère parler de secteur “ quaternaire ”, en faisant explicitement
référence à la théorie du “ déversement ” d‟Alfred Sauvy : les emplois libérés par l‟agriculture
et l‟industrie se sont déversés dans le secteur tertiaire, il fait à présent l‟hypothèse qu‟au-delà de
ce secteur, un quatrième absorbera un jour les emplois libérés par les effets du progrès
technique.




3. Nos choix problématiques
La commande ministérielle à l‟origine du programme de recherches-actions dans lequel notre
étude s‟inscrit émane d‟une préoccupation politique, celle d‟identifier les contours actuels de
l‟économie sociale et solidaire et ses formes concrètes dans différents domaines d‟intervention
et sur différents territoires (urbains, suburbains, ruraux). Les axes problématiques de ce
programme de recherche ont été identifiés au niveau national à partir des interrogations que les
sciences humaines (sciences de l‟éducation, sociologie et économie de l‟emploi, sociologie des
organisations, psychosociologie des systèmes d‟acteurs, droit) se posent actuellement sur
l‟existence et les spécificités du champ de l‟ESS. Le département de recherche de l‟IRTS de
Lorraine a retenu et exploité deux des quatre entrées problématiques proposées : Quelles sont
les valeurs, les idéologies et les pratiques professionnelles qui structurent aujourd‟hui ce champ
d‟activités ? Peut-on repérer dans cet espace des modes particuliers d‟encadrement et de
gestion de la main d‟œuvre? La troisième partie de ce rapport présente de façon synthétique les
principales réponses apportées par notre étude à ces interrogations sur le champ spécifique des
acteurs, des activités et des organisations liées à l‟économie solidaire. Notre recherche ne traite


de ses contributions sociales et fiscales, et justifie même des subventions permanentes puisque, par ailleurs, il
permet des économies à la collectivité ” (A. Lipietz sd, 2001, p. 29).


                                                                                                               9
pas des institutions de l‟économie sociale (mutuelles, coopératives, associations) qui sont
aujourd‟hui anciennes et dont nous pensons qu‟elles sont maintenant clairement identifiées et
pour une large part, fortement intégrées à notre système économique. La problématique
proposée porte sur le champ encore relativement indéterminé, peu formalisé et unifié de
l‟économie solidaire. Dans cet espace, nous avons retenu les activités à travers lesquelles se
reconnaît aujourd‟hui le mieux, selon nous, cette nouvelle économie : les services de proximité
(aide à domicile, portage de repas, crèche parentale) et l‟insertion par l‟économique (chantiers
d‟insertion et ETTI). La deuxième partie du rapport présente les monographies détaillées des
structures que nous avons enquêtées dans le département de Meurthe et Moselle. Au cœur de la
problématique et de l‟approche proposées, il y a l‟idée que cette économie serait localement
déterminée par son ancrage territorial, par des systèmes d‟acteurs et des logiques d‟action qui
l‟excèdent, produites par les politiques de développement local. C‟est la raison pour laquelle,
nous proposons en première partie de ce rapport une description fines des politiques et des
institutions engagées dans le développement économique et social des territoires (uniquement
ruraux) que nous avons investigués : le Pays du Val de Lorraine et le Sud-Nancéien. Le
développement local et l‟économie solidaire partagent un certain nombre de valeurs
communes. Ils tendent aujourd‟hui à se conditionner mutuellement pour produire de nouvel
espaces d‟innovation, de créativité et de nouvelles manières de “ vivre ensemble ” sur des
territoires localisés.




                                                                                             10
METHODOLOGIE de RECHERCHE




                            11
La recherche que nous avons conduite en Lorraine sur deux bassins d‟emplois situés dans la
vallée de la Moselle a pour principaux objectifs :

1°- d‟analyser les formes de développement de “ nouveaux métiers ” consacrés à des services à
la population. Les éléments analysés sont les processus de création d‟emplois aidés et leur
solvabilisation, les pratiques de gestion de la main d‟œuvre à l‟échelle territoriale et locale, les
modèles de qualification mis en oeuvre (qualifications individuelles initiales, indexation sur
conventions collectives, compétences attendues, processus de qualification dans les postes), les
pratiques de management des activités et d‟organisation des ressources humaines, de formation
professionnelle, et de professionnalisation des salariés et, de manière moins instituée, de
professionnalisation des bénévoles. Il s‟agira ensuite d‟estimer “ l‟utilité sociale ” des services,
des activités et des emplois, les modalités de leur pérennisation et de la création d‟un secteur
économique “ intermédiaire ” dit “ solidaire ”.

2°- d‟analyser les systèmes d‟action locaux, les processus de décision et de financement croisés
entre les administrations publiques, les collectivités territoriales, entreprises privées, les
associations, les groupes de pression ; tous engagés dans des projets de développement local et
référés à des modèles valoriels et des modèles d‟actions différenciés, et tous positionnés de
manière explicite ou implicite sur des enjeux économico-politiques liés au développement
local, à la création d‟emplois de services, à la construction d‟identités territoriales.

Le département de recherche de l‟IRTS a engagé l‟investigation sur deux phases :

       -   Une première phase d‟investigation (juin-octobre 2002) auprès des acteurs dits
           “ institutionnels ” (agents des collectivités territoriales, élus locaux) qui mettent en
           place et animent les actions de développement local et de soutien à la création
           d‟activités nouvelles. A l‟issue de cette première enquête, nous sommes en mesure
           de décrire les partenariats institutionnels, les réseaux d‟acteurs mobilisés pour le
           développement économique et social sur les deux bassins d‟emploi du Val de
           Lorraine et de Neuves-Maisons et d‟analyser les points de vue valoriels relatifs aux
           initiatives se revendiquant de la solidarité et de l‟innovation sociale en matière de
           services et d‟emplois.
       -   la deuxième phase d‟investigation (novembre 2002-janvier 2003) auprès d‟acteurs
           (administrateurs bénévoles, directeurs et salariés) à l‟instigation de projets
           d‟économie solidaire dans les champs de l‟insertion par l‟économique et des
           services de proximité. A l‟issue de cette deuxième investigation, nous sommes en
           mesure de faire la description monographique des associations, d‟analyser leurs
           pratiques de gestion des services et des emplois, leurs pratiques managériales et de
           montrer comment ces associations caractérisent leurs orientations économiques
           solidaires, et comment elles contribuent à la construction d‟un “ tiers secteur ” par la
           promotion de statuts et de qualifications dont la pérennisation hors du domaine
           d‟intervention des aides publiques pose problème.

L‟objectif de la première phase d‟enquête était de cerner le champ géographique et économique
dans lequel se sont institutionnalisées des pratiques d‟économie solidaire. Pour ce faire, nous
avons choisi d‟entrer par le point de vue des acteurs du développement local qui possèdent une
connaissance de l‟histoire des territoires et des modes de structuration des services à la
population. Le choix de cette entrée préalable “ par le haut ”, c'est-à-dire par le point de vue des
acteurs qui traduisent et mettent en œuvre des politiques publiques sectorielles, extérieures aux



                                                                                                 12
initiatives de groupes solidaires locaux, se justifie pour deux raisons. Cette étape nous a
permis :

       - d‟identifier les associations et établissements publics qui procèdent à la promotion des
       populations touchées par la crise de l‟emploi, et soutiennent l‟implication des acteurs
       locaux dans des projets économiques et culturels ;
       - de comparer les discours des acteurs professionnalisés dans les champs des actions de
       l‟insertion socio-professionnelle, de la formation et de la qualification des publics en
       difficulté économique, du développement d‟actions socio-culturelles, du soutien
       technique et financier aux associations d‟aides aux personnes et d‟éducation populaire.

L‟objectif de la deuxième phase d‟enquête était de définir, en prenant en compte les catégories
descriptives et idéologiques des acteurs associatifs rencontrés, les invariants de pratiques
économiques situées dans les champs de l‟action sociale et culturelle, les formes de gestion des
ressources humaines et monétaires, les rapports établis avec les pouvoirs locaux et les
instructeurs et tarificateurs publics.

L‟équipe de recherche de l‟IRTS apporte de cette manière sa contribution au programme
national de recherche sur “ L‟économie solidaire en régions ” sur les axes 2 et 3 concernant
d‟une part, la mesure de l‟utilité sociale des structures, des activités et des emplois et d‟autre
part, l‟évaluation des dynamiques institutionnelles locales, avec une entrée particulière qui
serait celle de l‟analyse des métiers, des compétences, des qualifications, des fonctions, des
statuts (cadres et non-cadres) ainsi que des besoins en formation. Ont été privilégiées parmi les
institutions relevant du champ de l‟économie solidaire :

   -   les structures et les activités en lien avec l‟insertion par l‟économique (entreprise
       d‟insertion, association intermédiaire, interim social)
   -   les dispositifs, institutions et réseaux d‟acteurs impliqués dans le développement local
       des services de proximité (aides à domicile, crèche parentale),
   -   les emplois et les métiers de la “ médiation sociale ” générés notamment par la politique
       publique de l‟emploi (CES, emplois-jeunes) et par les politiques de développement
       local (chargés de mission, chefs de projet, responsables d‟activité, etc.).

Ainsi l‟échantillon constitué pour la première phase est composé de :

Premièrement, sur le bassin de Neuves-Maisons et le secteur rural du Saintois :

   -   Directeur de l‟Association de Développement du Sud-Nancéen (ADSN)
   -   Chargé de Mission du Capemm,
   -   Responsable du PLIE,
   -   Responsable du FLES,
   -   Chef de Projet développement local de la Communauté de Communes de Moselle et
       Madon.

Deuxièmement, sur le Pays du Val de Lorraine :

   -   Directeur du Conseil de Pays (anciennement Association de Développement des
       Vallées de la Meurthe et de la Moselle),
   -   Chargé de mission du PLIE,
   -   Chargé de Mission politique de la Ville,


                                                                                               13
   -   Chargé de Mission aux Services aux personnes
   -   Responsable du Gesval (groupement d‟employeurs),
   -   Chargé de mission du Capemm.

Les entretiens semi-directifs auprès de ces acteurs ont eu pour objet :

   -   Les délimitations administratives, historiques et identitaires des territoires,
   -   La construction des structures du développement local et leurs orientations
       économiques et sociales, les axes et les secteurs privilégiés par les décideurs et les
       acteurs,
   -   La description des missions conduites dans un secteur donné, les fonctions des chargés
       de mission auprès des acteurs locaux et des populations,
   -   L‟identification d‟initiatives locales (associatives, coopératives, privées industrielles
       marchandes…) qui présentent les caractéristiques d‟une mise en commun de ressources
       économiques et “ solidaires ”.

L‟échantillon constitué pour l‟investigation de la deuxième phase est composé de :

   -   Directrice de la fédérations Familles Rurales,
   -   Directeur de la Fédération ADMR,
   -   Chargé de Mission de L‟Union Régionale des Entreprises d‟Insertion de Lorraine
       (UREIL),
   -   Responsable de l‟association intermédiaire Néo Services et deux salariés permanents,
   -   Responsables de l‟APIC (Association) et deux encadrants de chantiers d‟insertion,
   -   Présidente d‟une crèche parentale, la directrice, et une salariée permanente,
   -   Présidente d‟une association qui gère une cantine scolaire, et deux salariées
       permanentes,
   -   Directrice générale de Familles rurales services (association intermédiaire et entreprise
       d‟intérim social) et deux responsables d‟antennes locales,
   -   Administrateurs bénévoles et encadrants d‟associations locales ADMR,
   -   Responsable (membre fondateur), de l‟association “ Culture et Partage ”, une salariée
       permanente et trois salariés en CES.

Au total, au cours de cette deuxième phase, 25 personnes ont été rencontrées pour des entretiens
semi-directifs d‟une durée de deux heures et plus, portant sur les thèmes suivants (le guide de
questionnement figure en annexe) :

   -   présentation de la structure (statut, mode de financement, objets et services fournis,
       compositions des instances directoriales, types de clientèle et d‟usagers, nombre
       d‟adhérents…) ;
   -   organisation du travail (structure de l‟emploi, types de contrats, modes de financement
       des postes, gestion des qualifications et politiques de formation, modes de recrutement,
       contenus des activités)
   -   Politique de management (rapports hiérarchiques, rapports au travail et à l‟emploi,
       gestion prévionnelle des emplois, émergence de nouveaux métiers..),
   -   Rapport au territoire, maillage des espaces géographiques et institutionnels (réseaux,
       environnement économique, rapports aux pouvoirs publics et aux populations locales,
       valeur ajoutée par l‟organisation à son environnement)
   -   Formes de représentations de l‟économie solidaire et caractérisation de l‟activité.



                                                                                             14
Pour le traitement et l‟analyse des informations discursives et documentaires recueillies, nous
avons résolument adopté une démarche inductive afin de recueillir un matériau le plus varié
possible. Nous avons, au-delà des définitions en débat de l‟économie solidaire, centré nos
investigations sur les cadres concrets de l‟action, les normes institutionnelles et
professionnelles en jeu, les régulations économiques locales, les formes des sociabilités et des
rapports organisés au local, les rapports politiques dans lesquels sont formés les projets de
créations de services et d‟emploi de proximité.

Notre parti heuristique ne concerne pas la compilation de travaux déjà effectués sur les
questions posées par la Nouvelle Sociologie Economique, ou L‟Economie Sociale et Solidaire,
ou la sociologie des associations, même si les informations analysées dans ce rapport peuvent
s‟y référer ou apporter des données empiriques à ces travaux théoriques.

Nous avons privilégié l‟immersion dans les espaces de l‟action, afin de comprendre in vivo
comment les acteurs et les groupes se positionnent, s‟affrontent et construisent leurs projets et
une économie des moyens dans le champ défini par le programme de recherche. En
conséquence, la restitution proposée dans le présent rapport fait la part belle aux propos des
acteurs en vue de dégager les lignes de forces des référentiels d‟idéaux et de pratiques par
lesquels les acteurs se sont mobilisés dans des projets, mais aussi ont coopéré à cette dans cette
enquête.



A tous, nous adressons nos remerciements et nous les convions à prolonger le débat et
l’échange d’informations dans des espaces de paroles et des espaces d’écriture à
construire ensemble.




                                                                                               15
                 PARTIE I



DEVELOPPEMENT LOCAL, LOGIQUES DE TERRITOIRE
          ET ECONOMIE SOLIDAIRE




                                          16
Les éléments d‟information recueillis au cours de la première phase d‟étude. L‟objectif de cette
première investigation était de cerner le champ géographique et économique dans lequel se sont
d‟institutionnalisées des pratiques d‟économie solidaire. Pour ce faire, nous avons choisi
d‟entrer par le point de vue des acteurs du développement local qui possèdent une connaissance
de l‟histoire des territoires et des modes de structuration des services à la population. Le choix
de cette entrée préalable “ par le haut ”, c'est-à-dire par le point de vue des acteurs qui traduisent
et mettent en œuvre des politiques publiques sectorielles, extérieures aux initiatives de groupes
solidaires locaux, se justifie pour deux raisons. Cette étape nous a permis :

        -    d‟identifier les associations et établissements publics qui procèdent à la promotion
             des populations touchées par la crise de l‟emploi, et à leur implication dans des
             projets économiques et culturels ;
        -    de comparer les discours des acteurs professionnalisés dans les champs des actions
             de l‟insertion socioprofessionnelle, de la formation et de la qualification des publics
             en difficulté économique, du développement d‟actions socioculturelles, du soutien
             technique et financier aux associations d‟aides aux personnes et d‟éducation
             populaire.

Ces informations permettent de reconstruire le champ symbolique dans lequel sont distribuées
les places et les pouvoirs, et de définir le sens de la mobilisation des groupes locaux et des
dispositifs publics. Nous avons pu pointer les divergences qui s‟expriment entre des projets de
développement des solidarités qui, pour les uns, sont fatalement encadrées par les pouvoirs
publics et, pour les autres, autonomes et innovantes tant au niveau des réseaux économiques
qu‟au niveau des réseaux politiques.

Voici les principaux éléments significatifs issus de cette première phase d‟investigation auprès
d‟acteurs et témoins du développement social local.



1. L‟environnement et les systèmes locaux d‟action
Les bassins dits du Val de Lorraine et de Neuves-Maisons sont tous deux distants d‟une dizaine
de kilomètres de l‟agglomération de Nancy. Le premier est situé en aval, le deuxième en amont
de la Moselle qui irrigue un grand bassin de vie qui s‟étend sur la vallée et les côtes de Moselle7.
L‟industrie sidérurgique a structuré depuis le XIXéme siècle l‟aménagement et l‟urbanisation
des sites. Le déclin progressif de la mono-industrie durant les années 1970-1980 a conduit à la
reconversion des activités industrielles dans les années 1980-90 . Le processus de
redéploiement économique a fortement été incité et accompagné par les pouvoirs publics et par
les élus locaux. Dans le cadre des procédures mises en place plusieurs structures associatives
ont été fondées par des élus en vue de mobiliser les ressources locales sur des objectifs de
diversification des activités et des emplois. Nous avons contacté et rencontré des responsables
de deux associations et établissement de développement économique et social local:


7
  Pour cette étude, nous nous intéressons essentiellement au bassin dont les limites géographiques sont données par
les frontières départementales de la Meurthe et Moselle. Au sud de Nancy, le bassin de Neuves-Maisons, futur
Pays de Moselle et Madon, concerne des cantons limitrophes du département des Vosges, et au Nord de Nancy le
Pays du Val de Lorraine est composé de cantons limitrophes du département de la Moselle. L‟agglomération de
Nancy ne fait pas partie de la zone étudiée.


                                                                                                                17
       -   l‟Agence de Développement du Sud Nancéien (avant ADBN) et le CAPEMM,
           Communauté de communes de Moselle et Madon, le FLES.
       -   l‟Association de Développement des vallées de la Meurthe et de la Moselle
           (ADVMM), transformée en Conseil de Développement du Pays du Val de
           Lorraine.(PLIE, Gesval, Chargé de mission politique de la ville, chargé de mission
           développement culturel et jeunesse) et le CAPEMM.




1.1 L’Agence de Développement du Sud-Nancéien et la “ Pépinière ” d’entreprises et
d’associations

Sur le territoire Sud nancéien, le chargé de mission du CAPEMM (Association de
développement économique du Conseil Général 54) et le responsable du PLIE (Plan Local pour
l‟Insertion et l‟Emploi) travaillent avec l‟équipe de l‟ADSN (Agence de Développement
économique du Sud Nancéien). Le cadre de leurs missions constitue un bon exemple de ce que
peut signifier, au niveau d‟un territoire, la convergence entre deux mondes économiques, celui
des petites entreprises marchandes lucratives et celui des associations ou entreprises à vocation
solidaire, pour re-dynamiser le tissu économique local déstructuré par plus de vingt ans de crise
industrielle. En tant que “ pépinière d‟entreprises ”, l‟ADSN réunit sur un même lieu près d‟une
quarantaine d‟entreprises et une dizaine d‟associations. Elle accompagne et propose des aides à
l‟installation aux petites entreprises et associations du territoire Sud Nancéien. Depuis la mise
en place du PLIE en 2000 à laquelle elle a contribué, elle soutient la création d‟associations à
vocation sociale et économique ainsi que la construction de liens entre ces structures que l‟on
peut situer dans le tiers secteur, et les entreprises à vocation marchande pour faciliter l‟insertion
durable des populations du bassin dans l‟emploi. On retrouve là les ingrédients de ce que peut
être un esprit et une pratique solidaires en matière de développement local comme en témoigne
le discours du responsable de l‟agence à propos de ses missions professionnelles : “ Je
m’implique personnellement dans l’aide à la création et à l’accompagnement des associations
ou entreprises que soutient l’ADSN. J’étais trésorier pour des associations d’insertion créées
par des travailleurs sociaux qui n’avaient pas forcément la fibre comptable et l’appréhension
économique qu’il fallait. Ma compétence pour moi a toujours été de donner dès le départ une
crédibilité économique et financière à la structure. Comme j’ai une connaissance assez fine des
moyens de financement, ça ne peut être que bénéfique pour les structures et le local. Quand je
trouve un porteur de projet motivé, je ne le quitte plus : je vais lui prêter un bureau dans nos
locaux, il ne paiera pas à la limite ses communications téléphoniques. Je mets en place une
espèce de couveuse, je le met dans un environnement qui va le porter ”.

Les acteurs du développement local défendent l‟économie solidaire en tant que réalité
institutionnelle mais aussi en tant que nouvel esprit, nouvelle éthique économique qui replace le
social au centre des préoccupations politiques et citoyennes. C‟est la raison pour laquelle nous
pensons que le champ de l‟économie solidaire n‟est pas uniquement porté par les associations
ou entreprises d‟utilité sociale mais aussi par tous les acteurs institutionnels qui encadrent son
développement et organisent son rapprochement avec l‟économie traditionnelle au niveau d‟un
territoire. Cet esprit solidaire vise une solidarité entre les différentes économies locales. Il
accorde du crédit aux initiatives locales, aussi modestes soient-elles, et participe à leur
reconnaissance politique : “ En tant qu’agents de développement local, on est un peu sur la
même logique que l’économie solidaire car avec les TPE et les associations, on n’est pas sur de
la création massive d’emplois, démarche pas toujours comprise par certains acteurs locaux


                                                                                                  18
comme le vice président de l’ADBN de l’époque8 qui me disait à propos de notre rôle sur le
territoire : si l’entreprise ne crée pas au moins vingt emplois, on ne s’y intéresse pas (…) Je
crois qu’on assiste actuellement à un rapprochement entre l’associatif traditionnel et le monde
pur et dur de l’entreprise. En fait, l’idée à intégrer serait que les entreprises continuent, certes,
à faire du profit mais qu’elles se donnent plus aussi les moyens de faire de l’insertion, de créer
des emplois ” (Directeur de l‟ADSN).

L‟ESS et le développement local participent ainsi d‟une même philosophie économique dont
les préoccupations sont les suivantes : ancrage des projets d‟activités dans une problématique
de territoire ; accompagnement des porteurs de projets dans leur démarche de création à l‟appui
de dispositifs publics comme l‟ACCRE ou EDEN; approche qualitative de l‟emploi avec le
soutien à la création d‟activités nouvelles et de nouveaux services à la population (en particulier
dans le cadre du programme “ nouveaux services, nouveaux emplois ”); accompagnement
social des salariés et des publics embauchés sur ces emplois en vue de leur insertion durable sur
le marché du travail avec le FLES et le PLIE; transfert des activités et des compétences vers le
secteur marchand lucratif…Toutes ces missions sont réalisées avec les moyens qu‟offre la
politique publique mais aussi à l‟appui d‟outils créés par les acteurs locaux eux-mêmes.
L‟ADSN développe par exemple ses actions économiques dans le cadre d‟une plate forme
d‟initiatives locales qui mutualise des fonds monétaires en provenance de collectivités locales,
de banques et d‟entreprises privées, pour les redistribuer sous forme de prêts d‟honneur aux
porteurs de projets, créateurs de micro-entreprises ou d‟associations sur son territoire
d‟intervention. La mutualisation des ressources est une pratique distinctive de l‟économie
sociale que l‟on retrouve dans les pratiques de développement local.

Qu‟il s‟agisse de pratique ou d‟idéologie, les acteurs de l‟ESS participent ainsi à la construction
d‟une réalité sociale qu‟ils partagent avec les acteurs du développement local dans l‟optique
d‟une réunification et d‟une re-dynamisation des liens économiques et sociaux sur leurs
territoires d‟intervention.


L‟ADSN intervient sur une zone nommée “ Sud Nancéen ” qui inclue la vallée de la Moselle
dominée encore par une activité sidérurgique, les plateaux du Saintois à dominante agricole et
artisanale, la plaine des Salines de Dombasle au sud-est de Nancy. L‟agence fut créée en 1986
dans le but du développement du bassin de Neuves-Maisons, de la reconstruction du tissu
économique local, et de l‟animation économique du bassin d‟emplois. Les actions ont consisté
à accompagner des créateurs d‟entreprise, d‟attirer et de conseiller des porteurs de projets
économiques. La réalisation majeure est la reconversion d‟un équipement en pépinière
d‟entreprises. Le centre “ Ariane ” a un statut de SARL. Au début des années 1990, l‟agence a
vu ses activités financées au titre du Pacte Nord-Est pour l‟aide qu‟elle apporte à la création de
petites entreprises. Un premier volet d‟activité concerne la création d‟entreprises d‟insertion en
accord avec le CDIAE (Comité départemental d‟insertion par l‟activité économique). Un volet
d‟activité de développement social urbain est pris en charge au titre de la Politique de la Ville à
partir de la création d‟un poste de chef de projet. Un projet de PLIE est en passe d‟aboutir, dont
l‟ADSN est le porteur administratif. Constat fut fait en 1999 de la nécessité de piloter et de
coordonner des actions en faveur insertion par l‟économique, dont le déficit sur le bassin devait
être comblé au regard des nombreuses actions mises en œuvre dans les zones de Nancy-nord et
de l‟agglomération de Nancy. Ce projet est considéré par ses promoteurs comme le point de


8
    L‟ADBN (Agence de Développement du Bassin de Neuves-Maisons) est l‟ancien nom de l‟ADSN.


                                                                                                  19
départ d‟une véritable démarche d‟organisation territoriale répondant aux aspirations de la loi
Voynet sur les “ Pays ”.

Actuellement, en 2002, le “ Centre Ariane ” abrite 50 structures, dont 10 associations agissant
pour le développement local dans les domaines de la protection de l‟environnement, de
l‟insertion professionnelle, de l‟animation culturelle. Parmi elles sont citées pour leurs activités
ressortant d‟un projet d‟économie solidaire :

       -   l‟APERI a pour objet la réinsertion des détenus, son aire d‟action est nationale. Les
           actions sont animées par des valeurs de l‟économie solidaire, notamment par la
           recherche d‟innovations en matière d‟insertion et de professionnalisation des
           salariés de l‟association et des sortants de prison ;
       -   La Passerelle a pour objet la diffusion des concepts de la culture biologique, s‟inscrit
           dans une militance pour la préservation de l‟environnement ;
       -   L‟ORFEE (Lorraine Formation Environnement Education) aide au retraitement des
           déchets dangereux ;
       -   NEOMYS intervient pour la protection de la faune et de la flore en Lorraine.

Ces associations mettent en œuvre des orientations solidaires en créant des emplois. Le
développement de ces activités a induit la création de CES, CEC, Emplois Jeunes. Cette
pratique contribue à développer un marché du travail local, sur lequel des chômeurs trouvent un
support d‟activité et de rémunération, un milieu de relations sociales, une utilité sociale, une
qualification “ sur le tas ”, voire une qualification professionnelle via une formation
diplômante, et ceci pour plusieurs années. Pour ce motif de création d‟emplois solidaires, les
acteurs déclarent pouvoir se situer dans le projet de l‟économie solidaire. D‟autres éléments,
présents dans les projets associatifs, font aussi argument de solidarité en terme d‟utilité sociale
et d‟action collective : la diffusion d‟un message militant pour le changement des pratiques
économiques contraires au développement durable et l‟émergence de groupes de pression pour
infléchir certaines décisions politiques d‟aménagement du territoire.

Dans l‟animation de ces projets ; un des objectifs poursuivis par les acteurs de l‟Agence
consiste à donner une “ crédibilité économique aux projets sociaux ” en leur appliquant les
méthodes de l‟entreprise lucrative : il s‟agit alors de monter des plans d‟affaires, des études de
marché, une “ réflexion commerciale ”, une analyse financière du projet (plan de financement,
plan de trésorerie, compte de résultat…). Les agents de développement employés par l‟agence
sont à la fois des conseillers juridiques et financiers pour les associations, mais aussi ils
prévoient la logistique de l‟activité. Il apparaît que, dans ce type de mobilisation de moyens
hybrides puisés dans les pratiques, les savoirs et les interventions de l‟économie de marché,
s‟encastrent des préoccupations, des valeurs, des pratiques de l‟économie dite “ non
marchande ”.


Là, l‟économie est considérée comme “ un moyen et non comme une fin ”. Les programmes
“ Nouveaux Services ” ont incité les associations à entrer dans le champ de l‟économie. Mais,
ce positionnement sur le segment du marché de l‟emploi subventionné et précaire a été porté
par des “ personnalités charismatiques ”, en l‟occurrence des élus locaux (du parti socialiste),
qui ont mis en œuvre les dispositifs gouvernementaux dans le but de la lutte contre l‟exclusion
par la mobilisation des ressources économiques et sociales locales. Pourtant, les acteurs
reconnaissent que cette mobilisation politique et civique n‟a pas entraîné un renversement de la
tendance locale ni une transformation des rapports économiques du sud nancéen :


                                                                                                 20
       -   “ il n’y a pas eu assez de diffusion de cette dynamique sur le territoire sud ”
       -   “ le territoire ne s’est pas impliqué contrairement au Val de Lorraine ”

Pour l‟accompagnement des autres structures à statuts de sociétés (SA, SARL), l‟Agence de
Développement du Sud Nancéien a, depuis sa création, suivi les porteurs de projets dans leur
entreprise par des conseils économiques et des appuis au développement de réseaux (études de
marché, aide à la comptabilité, gestion des prêts bancaires et des subventions publiques, mise
en place du parrainage de chefs d‟entreprises confirmés). Parallèlement, une “ Plate-forme
d‟initiative Locale ”, association indépendante de l‟ ADSN, a été constituée en vue de collecter
les fonds du mécénat de grandes entreprises (EDF, France Télécom, Banques) et les
subventions d‟incitation économique du Conseil Général, du Conseil Régional. L‟ADSN met à
disposition des du personnel pour aider cette structure dans son développement.

Les partenaires engagés avec l‟ADSN dans le système d‟action du développement local et qui
s‟inscrivent dans un projet de partage des ressources pour la promotion d‟échanges
économiques solidaires sont :

       -   le FLES (Fonds Local pour l‟Emploi-Solidarité), créé en 2001 dont l‟objet est
           l‟accès à la formation complémentaire des personnes employées en contrat CES
           dans les associations et établissements publics du Bassin, et leur accompagnement
           vers un emploi pérenne. Les principales activités du FLES, réalisées par l‟unique
           salarié de la structure consistent à convaincre les employeurs intéressés par le
           dispositif CES-CEC, à étudier leurs projets de qualification et de pérennisation des
           postes, à étudier et accompagner les projets de formation des salariés. Les valeurs
           défendues par les acteurs (Membre du CA, Chargé de Mission) se rapprochent des
           valeurs de l‟économie solidaire. En effet, l‟emploi initié est censé produire des
           rapports solidaires (services aux demandeurs d‟emploi sous forme d‟informations,
           de conseils et d‟orientations, services aux employeurs sous forme de conseils et
           d‟aide à la création d‟emplois et de services à la population durables.

Le FLES a pour mission d‟assurer la médiation entre des groupes d‟intérêts qui défendent leurs
points de vue sur le type de rapport salarial à mettre en place : les associations et établissements
publics, les élus locaux, les services extérieurs de l‟Etat…et bien évidemment les salariés
“ atomisés ” et à faible capacité de mobilisation collective car non organisés en groupe de
pression. Dans ce dispositif d‟échange, se construit un micro-marché du travail, protégé par des
dispositions réglementaires des politiques publiques, dépendant de la décision politique
nationale, du soutien des politiques de développement intercommunale, de entre les dans la
mesure où bien que l‟association soit directement dépendante d‟une initiative de la politique de
l‟emploi gouvernementale (Circulaire décembre 1999) et soumise à agrément et contrôle de la
DDTEFP.

       -   Le CAPEMM (Comité d‟action pour l‟emploi en Meurthe et Moselle), émanation
           du Conseil Général, intervient pour la promotion des emplois aidés dans le
           département. Des chargés de missions travaillent en étroite collaboration avec les
           structures de développement local, les collectivités locales et les associations
           employeurs.




                                                                                                 21
2. Le conseil de Pays du Val de lorraine et les structures associées9


2.1 De la reconversion industrielle à la construction d’une identité territoriale


Le bassin du Val de Lorraine s‟est organisé en entité territoriale de développement économique
local en affirmant son identité par rapport aux agglomérations de Nancy et de Metz. La
création, en 1990, de l‟Association de Développement des Vallées de la Meurthe et de la
Moselle (ADVMM) avait pour but de mobiliser les ressources locales dans la reconversion des
activités industrielles et de favoriser l‟implantation de nouvelles entreprises en place des friches
industrielles laissées par le démantèlement de l‟usine sidérurgique de Pompey. Dans le cadre du
Pacte urbain Nord-Est ainsi que dans le cadre des plans Etat -Région, les aides publiques sont
mobilisées sur les axes de redéploiement économique, de la construction et de l‟aménagement
urbain, mais aussi sur les axes de la formation et qualification de la main-d‟œuvre, du
développement social et culturel. Dans la perspective de la signature d‟un contrat de Pays en
2002, la préparation d‟une “ Charte ” implique nombre d‟acteurs politiques, professionnels,
associatifs locaux sur des dossiers de développement multi-sectoriel. En effet, L‟ADVMM,
dans le cadre du décret du 19 septembre 2000 sur les modalités d‟organisation juridique des
Pays, en application de la LOADT du 25 juin 1999 s‟est constituée en Conseil de
Développement du Pays du Val de Lorraine. L‟engagement des acteurs pour un projet de
développement local “ global ” et participatif est à nouveau affirmé dans la Charte :

“ Les signataires de la présente Charte entendent conserver au Conseil de Développement
–ADVMM des fonctions qui vont au-delà du strict minimum prévu par la loi, afin de pouvoir
garantir et renforcer une participation effective des responsables associatifs et
socio-économiques à la démarche de Pays ”10.

Les axes de développement sont orientés sur la création de services et d‟industries positionnés
sur un marché régional et international, la vallée de la Moselle étant un axe transfrontalier, en
articulation avec les objectifs d‟un développement social plus endogène et localisé, auxquels
prennent part des associations. Ces objectifs se déclinent par exemple, ainsi 11:

        -    “ Politique de la vie quotidienne et des services ” qui vise une “ solidarité entre
             acteurs urbains et ruraux et une adaptation des réponses aux besoins des populations
             les plus fragiles, notamment en milieu urbain ”,
        -     “ Qualité dans les services proposés liée à la professionnalisation des permanents et
             à la formation des bénévoles ”,
        -    “ Mutualiser les besoins en emploi des associations et des communes par la création
             d‟un groupement d‟employeurs ”
        -    “ Offrir une action culturelle de qualité en soutenant le développement
             d‟équipements à vocation intercommunale ”,

9
  Nous avons recueilli les informations concernant le Val de Lorraine auprès d‟agents professionnels : Chargé de
mission du PLIE, Chargés de Mission aux services à la population, à la politique de la ville, Chargé de mission
pour le Capemm, responsable du Gesval (groupement d‟employeurs). Une Chargée de mission à l‟Economie
Solidaire prenant son poste au moment de l‟enquête, a souhaité prendre le temps (un semestre) de construire sa
mission, C‟est pourquoi, à l‟heure où nous éditons ce rapport, nous ne l‟avons pas encore rencontrée.
10
   Extraits de la “ Charte du pays du Val de lorraine ”, Conseil de Développement- ADVMM, 2001, p.152
11
   op-cit, p.113


                                                                                                             22
        -   “ Développer des équipements de proximité à des fins sociales et culturelles ”,


Le document qui référence les actions engagées par les collectivités associées insiste sur les
notions de “ solidarité ” en donnant “ priorité aux actions de coordination des opérateurs et
d‟information des usagers ”. Le parti pris est démocratique visant un développement des
réseaux animés par des professionnels qui interviennent en soutien auprès des forces vives
économiques et associatives en vue d‟organiser le territoire selon un modèle de “ cohésion
sociale ”. L‟orientation affirmée pour une politique sociale d‟ampleur peut être interprétée
comme la résultat des rapports de forces partisans sur le bassin, d‟où émerge depuis les années
1980 une dominance des partis de gauche. Ainsi, le projet de développement est marqué par une
orientation politique solidaire qui entraîne les représentants politiques (élus des communes
rurales et urbaines associées) dans des projets locaux soutenus par les collectivités territoriales
(région, Conseil général) et l‟Etat, dans la perspective d‟un projet de société qui affirme les
modèles valoriels de la démocratie locale et de la solidarité verticale (Instances
globales/instances locales) et de la solidarité horizontale (collectivités locales entre elles/
associations/populations). Pourtant, les logiques d‟organisation qui ont prévalu au moment de
la constitution du Conseil de Développement l‟ont composé de notabilités locales représentant
les entreprises, les associations, les collectivités locales. Les habitants non organisés n‟y sont
pas représentés. Ce point fait achoppement avec les modèles de développement solidaire
revendiqués par des acteurs locaux :

“ Il s’agit d’une participation dans le cadre d’une démocratie représentative et non pas dans
une démocratie locale participative ”.

Le Conseil de développement est une instance décisionnaire (et non pas consultative) qui
définit les axes de la politique de développement territorial dans le cadre du Contrat de Pays. Un
GIP constitué comme un pôle d‟acteurs politiques et professionnels intervient en appui du
Conseil de Développement pour la gestion des fonds publics. Les agents du GIP sont chargés
d‟instruire les dossiers de crédits et de conventions financières, de conduire le programme
d‟actions pluriannuelles, d‟animer les instances de concertation12 et d‟évaluer les projets.




2.2 Les outils du développement des emplois d’insertion et la mutualisation des
ressources

Le Pays du Val de Lorraine et son Conseil de Développement a réintégré en son sein les
activités et structures de l‟ADVMM, par exemple le Plan Local d‟Initiative pour l‟emploi
(PLIE), créé en 1994 en vue de construire des alternatives cohérentes et coordonnées au
chômage endémique sur le bassin d‟emploi. Le PLIE est de statut associatif, et a pour Président
Jacques Chérèque, conseiller Régional, ancien Préfet aux affaires économiques, aussi Président
du CAPEMM. Il est géré par un Comité pilotage et un comité technique autonomes. Le PLIE
est un plan d‟action qui mobilise des élus locaux, des agents des collectivités et des
administrations pour définir les objectifs et des moyens de projets d‟insertion par

12
  Du Conseil de Développement émanent quatre commissions permanentes : commission de “ Développement
pour l‟Emploi ” et deux sous-commissions “ Développement économique ”, “ Accès à l‟emploi ”, commission
“ Aménagement durable de l‟espace ”, commission “ Services à la population ”, commissions ”Politique de la
Ville ”.


                                                                                                         23
l‟économique. Ces projets sont abondés par des fonds de l‟Etat et du Fonds Social Européen
attribués aux dispositifs pour l‟insertion par l‟économique, les fonds du Conseil Général
attribués aux dispositifs du RMI, du Conseil régional pour les dispositifs de formation et de
soutien à la création d‟emplois.

De même, un groupement d‟employeurs (GESVAL) a été créé en 2001. Sa mission est de
mutualiser les besoins d‟emploi des collectivités territoriales et des associations, pour créer des
postes pérennes par cumul de postes à temps partiels répartis sur les communes. Par exemple,
des animateurs sportifs, socio-culturels pourront signer un contrat de travail à temps plein, le
groupement organisant leur mise à disposition auprès de structures adhérentes sur missions et
volume horaire annuel contractualisé.

Le projet de la mise en place du “ Contrat local d‟activité ” vise à proposer un emploi pérenne
sur une durée de cinq ans, avec ouverture des droits au logement, accès aux soins, permettant un
parcours dans lequel alterneraient des expériences en entreprise, des emplois dans les
associations. Ce dispositif viendrait corriger les interruptions de CES, et donnerait aux
personnes la possibilité de s‟inscrire durablement dans l‟emploi, de suivre une formation et de
bénéficier d‟un accompagnement au “ projet de vie ”. La rémunération sera garantie au niveau
de deux tiers du SMIC, montant faible, mais supérieur au salaire d‟un CES, destiné à rendre ces
contrat incitatifs. Le GESVAL pourrait contribuer à la variabilité des parcours en coordonnant
les offres locales d‟emploi :

“ Le Gesval en tant qu’employeur peut se donner des objectifs pour résoudre des problèmes
structurels d’emploi sur le territoire. Par exemple, la réduction du chômage féminin peut faire
l’objet d’une mobilisation des employeurs avec des priorité d’embauche ”.

La mise en place des dispositifs d‟insertion et d‟aide à l‟emploi d‟utilité sociale pose à terme la
question de leur pérennisation et de la création d‟un marché du travail solvable au niveau de
l‟offre et qualifié au niveau de la demande. Dans le cadre du Contrat de Pays du Val de
Lorraine, des solutions sont recherchées par les commissions techniques inter-institutionnelles
et par le PLIE. La création du Gesval visait une entrée par les services et le développement des
“ Nouveaux Services-Nouveaux emplois ”. L‟interrogation sur la précarisation de ces emplois
se pose toujours : il s‟agit dans ce dispositif de personnes “ tiraillées ” entre plusieurs contrats à
temps partiel, qui doivent assurer 35 h hebdomadaire et construire leur qualification. Si pour un
temps (3 à 5 ans) l‟offre et la demande d‟emploi se trouvent en partie solvabilisées, que
deviendront ces postes et ces salariés quand les taux de financements publics seront passés en
dessous du seuil d‟autofinancement des structures ? La mutualisation du financement de ces
emplois par les employeurs regroupés permettra de retarder l‟échéance, mais n‟évacue pas
l‟objectif final de parvenir à des activités durables et à la stabilisation des postes et des
employés.



2.3 Politiques publiques verticales et rapports politiques croisés au local

Le parti de développement local engagé dès les années 1990 par l‟ADVMM et les acteurs du
bassin, élus et techniciens, est affirmé comme un parti endogène, de mobilisation des ressources
locales, de “ co-construction ” des projets et des actions. Les initiatives des personnalités
politiques (préfet aux affaires économiques, élus municipaux et intercommunaux) appuyées sur



                                                                                                   24
le plan logistique par les agents de développement, impriment les modalités du redéploiement
économique et des relations intercommunales et inter-associatives :

“ Le PLIE, dès le départ, en contradiction avec les textes du PLIE et du FSE (Fonds Social
Européen) n’a pas voulu être dans une logique de structure mais dans une logique d’outil
facilitateur sur le territoire, un outil de coopération. Il s’agissait surtout de conforter les
réseaux déjà créés, moins de donner des ordres sur ce qu’il fallait faire que d’accompagner
l’évolution et de faire en sorte que les différents acteurs coopèrent entre eux et créent des
habitudes, des réseaux, des connivences pour améliorer les choses. Cette activité de création et
de renforcement, ça a plutôt pas mal marché ”.

Sont opposées dans les discours deux procédures d‟engagement des acteurs dans le
développement local et la construction des solidarités :

       -   d‟une part, une l‟imposition par le haut des dispositifs et cadres de financement,
           émanant des pouvoirs publics,
       -   d‟autre part la genèse progressive de propositions d‟action à partir d‟un “ diagnostic
           partagé ” émanant des acteurs locaux, animés par les structures de coordination que
           le Pays a fédéré récemment :

“ La démarche de développement local a été portée par des acteurs, dans une logique
d’accompagnement des acteurs, et non pas dans des logiques d’imposition. C’est du en partie
aux personnalités des animateurs du PLIE (Président élus, techniciens) qui se positionnaient
moins en terme de chef d’orchestre ”.

Cependant les modes de fonctionnement indiqués par les tarificateurs (FSE, DDTEFP)
conduisent les agents de développement à mettre en place des procédures d‟instruction des
dossiers de demande de financement établis par les associations et les porteurs de projet.
L‟accompagnement au portage de projet devient la part congrue de l‟action de développement
de proximité devant la complexité et la lourdeur des procédures et régulations administratives
qui encadrent les initiatives locales :

“ Vous avez des fonds européens que vous reversez à des associations. Vous êtes dans des
logiques d’achat de prestations qu’on va contrôler sur pièce et sur place, des audits, des pièces
administratives lourdes. On est de plus en plus sur de la procédure et de moins en moins sur des
projets. Là, il y a un décalage, c’est une lecture très restrictive de la part de la DDRT Lorraine,
mais c’est aussi la manière dont les choses sont formatées. Le modèle urbain des politiques
publiques c’est un coordinateur qui passe des commandes à des opérateurs et qui contrôle si
ces commandes sont bien réalisées. L’exécutant n’a pas participé à la constitution de cette
commande. Il y a une dérive de la procédure dans les politiques de l’Etat et une contradiction
entre le discours sur la territorialisation, participation, la concertation et des procédures
codifiées uniformisées d’achat de prestations. On est sur une adaptation territorialisée de
dispositifs parachutés depuis le haut ” (Directeur du PLIE).

Au regard de l‟évolution des politiques publiques, un phénomène a été maintes fois remarqué et
analysé par les acteurs territoriaux : tout se passe comme si l‟Etat produisait des mécanismes de
contrôle de plus en plus sophistiqués sur les dispositifs montés par des collectivités locales dont
les compétences ont été décentralisées et par rebond, sur les projets des associations et sur
toutes formes d‟initiatives socio-économiques locales qui s‟inscriraient dans les champs des
politiques sociales ou des politiques de l‟emploi. La place des relations d‟échange non


                                                                                                25
monétaire, des sociabilités, du bénévolat, de l‟aide à autrui, du service de proximité non
marchand est à trouver dans un espace maillé par des rapports complexes où se croisent des
pouvoirs politiques (et charismatiques) locaux, des légitimités institutionnelles et juridico-
administratives (services extérieurs de l‟Etat, incarnés par des agents plus ou moins convaincus
des identités territoriales)13, des pouvoirs techniques (agents de développement), des groupes
de pression (lobbies économiques, fédérations associatives). Ces groupes d‟acteurs
s‟organisent en réseaux informels et communiquent à la marge pour faire avancer leurs projets
et visions divergentes du développement local. Ils sont organisés en groupements formalisés au
sein des conseils communaux et conseil d‟administration, où se débattent les stratégies et les
positionnements dans le champ. Dans un tel mouvement de diversification des appartenances et
des projets, il n‟est pas surprenant que des régulations soient définies et imposées par des
pouvoirs politiques (d‟Etat et/ou locaux) qui se reconnaissent une mission d‟arbitrage. Dans ces
jeux organisés, il apparaît que les petites associations n‟ont pas tous les atouts en terme de
légitimité et de marge d‟autonomie, notamment en terme de marge d‟autonomie financière et
économique. l‟Etat avec le FSE et autres financeurs publics auraient construit les modalités de
gestion des fonds publics en sélectionnant les opérateurs sociaux les moins-disant sur le plan
des coûts et en mettant ces opérateurs en concurrence en vue de faire baisser globalement leurs
prix, tout en enjoignant les acteurs territoriaux et les associations à se mobiliser, entre autres,
pour la solidarité et l‟insertion :

“ Dans la phase de négociation du Contrat de pays, les représentants de l’Etat au vu de
l’ensemble des fiches action qui ont été élaborées autour du projet de Pays, font une “ achat
catalogue ”, un “ achat de la Redoute ” !.Ils prennent ces fiches et disent là nous pouvons
financer, là nous ne pouvons pas.. Dans la LOADT, la philosophie c’est bien le croisement des
moyens, des intérêts, des projets. Bien sûr l’Etat a une obligation de solidarité, des axes
prioritaires, au même titre que la Région, le Département, le local, mais on a pas de rencontre
entre les acteurs pour définir une politique locale ”.

La question du développement de segments d‟économie solidaire ou d‟un tiers secteur
d‟activité dans ce contexte territorial tient en partie à la mobilisation des techniciens mandatés
par les institutions partenaires dans la politique d‟insertion économique (DDTEFP et FSE,
Conseil Général, Conseil de Pays) représentés dans les commissions du Contrat de Pays, entre
autres dans le comité technique du PLIE.

“ C’est l’organe de décision, d’impulsion, et aujourd’hui il se réunit comme un outil territorial,
dans des démarches d’information mutuelle, de coopération, d’échange et des informations,
d’analyse des difficultés dans tel ou tel secteur, de construction de partenariat ; l’idée d’un lieu
qui n’est pas dans une logique d’instruction de dossier mais dans une logique où on s’informe
en amont d’un projet, on s’informe pour connaître qui est l’interlocuteur privilégié, pour que
ce projet mûrisse, grandisse et que les gens soient au courant, et qu’on puisse mettre en place
un accompagnement. C’est un lieu de réflexion et de mise en cohérence ”.



13
   “ Il y a des vrais blocages du fait d’un décalage entre le discours officiel et les procédures internes. Les agents
de l’Etat sont mis en difficulté. Par exemple, les coordinateurs emploi-formation qui gèrent les moyens de l’Etat
sur les publics prioritaires, n’ont jusqu’ici quasiment de compte à rendre à personne sur les décisions qu’ils
prennent : ils attribuent une aide à telle organisme de formation, ils acceptent que telle personne bénéficie d’un
chèque formation. Il y a une liberté, un pouvoir. Ils sont dans des logiques d’instruction de dossiers et non pas
dans des logiques de décision conjointe. Cependant, dans des démarches plus locales, ils gardent ce pouvoir, mais
ils doivent expliquer aux acteurs les motifs de leurs décisions, les changements d’orientation politique de l’Etat
(par exemple sur les CES) ”.


                                                                                                                  26
Récemment, une commission “ Accès à l‟emploi-insertion ” a été créée en vue de fusionner le
comité technique du FSE et la Commission Locale d‟Insertion (CLI), tous deux ayant des
fonctions décisionnaires en matière d‟attribution des fonds d‟Etat et Européens, et des fonds du
Conseil Général. La commission est composée des représentants du Pays et du PLIE, du
Conseil Général et L‟Etat au titre de la CLIL. Les mêmes techniciens composent cette
commission, ainsi que le Président du PLIE (Elu local). Le pouvoir d‟exécution se base sur le
croisement de différents types d‟acteurs, les techniciens, les élus, les représentants
socio-économiques :

“ Face à une commande publique cloisonnée, depuis que le PLIE existe, nous n’arrivons que
récemment à ce que l’Etat, le Conseil Général, le Pays sur ce type de chantier d’insertion
parlent non pas d’une seule voix, mais parviennent à formuler une commande cohérente auprès
de l’opérateur. C’est dans le fonctionnement des comités techniques, des commissions
permanentes du Conseil de Développement, dans les relations de coopération, de connivence
entre les acteurs que l’on parvient à avoir un discours et des objectifs les plus cohérents
possibles. Mais, il a fallu huit ans et des changements d’acteurs, pour parvenir à ce que l’un
tiennent compte de l’autre et à des positionnements communs (…) La co-construction, avoir
une politique commune, des choses vraiment partagées permet de dépasser les rivalités réelles
ou supposées, les territoires, les pré-carré, les publics, les prérogatives, alors que globalement
ce sont les mêmes publics, les mêmes obligations. Il faut éviter de perdre de l’énergie à
contrôler ce que fait l’autre et se placer dans une logique de renforcement réciproque ”.

Ainsi, les agents territoriaux des trois principales instances politico- administratives inscrites
dans une politique de l‟emploi et de la formation, sont organisés en noyau actif et semblent
partis en mission pour définir les règles de la solidarité au sein des troupes associatives locales
en les formant à l‟interprétation des arcanes politico- administratives et en appuyant leurs
négociations avec les instances décisionnaires.

Ce bras armé jouit d‟une relative autonomie dans la mesure où il maîtrise un capital social
élargi à l‟échelle territoriale et se positionne sur des trous structuraux (Lazega et Lebeaux,
1995, Burt, 1995) et dans la mesure où il maîtrise un capital d‟informations stratégiques utiles
aux instances qui les emploient. De fait, ces acteurs sont situés dans un “ processus d‟inter
structuration ” (Friedberg, 1993) des organisations partenaires avec leur environnement. Ils
sont dans des positions de “ relais ” dont la fonction est de capitaliser les éléments nécessaires à
leurs organisations respectives pour maintenir leur prérogatives dans un environnement, en
l‟occurrence, un environnement politique où sont réparties les compétences et les secteurs
d‟intervention. Ces agents interagissent avec des “ interlocuteurs concrets qui deviennent des
correspondants privilégiés ”14 :


2.4 Propos d’acteurs pour définir l’économie solidaire en région Lorraine




14
   Les relais établissent des “ relations permanentes d‟échange et de pouvoir ” et parviennent à “ personnifier des
segments entiers de l‟environnement qu‟ils finissent par représenter face à l‟organisation ”.les relais sont des
acteurs dont la fonction est de réduire “ l‟incertitude inhérente ” à l‟environnement en faisan circuler les
informations utiles aux stratégies des entreprises. Cependant, les acteurs relais n‟acceptant pas de devenir de
“ simple moyens ”, sont tentés de négocier des contreparties en tenant compte de leurs “ propres intérêts ” et en
fonction de la position de force qu‟ils auront réussi à acquérir face à l‟organisation. (Friedberg, 1993, p 91-93).


                                                                                                               27
Les chargés de mission du Pays de Val de Lorraine associent l‟économie solidaire au
développement local. Selon eux, plus particulièrement dans les territoires ruraux, il y a une
culture de l‟économie solidaire ancienne car le développement des services aux personnes a
toujours été une préoccupation importante pour les habitants et les acteurs du développement
local :

“ Pour moi, la valeur centrale de l’économie solidaire à laquelle j’adhère est l’homme placé au
centre des projets de développement. C’est aussi faire en sorte que les actions menées dans ce
cadre mènent à une plus-value, non pas financière, mais dans la qualité de la vie, dans la
relation entre les gens, dans l’élévation du niveau culturel, dans la lutte contre la précarité,
etc. ”

“ J’ai encore l’impression que quand on parle d’ESS, ça reste encore un peu flou. Est-ce que ça
touche à l’insertion avec les chantiers et les entreprises d’insertion, est-ce que ça concerne les
associations en général ou est-ce qu’il s’agit d’associations dans des domaines d’activités
précis ? L’ESS c’est quand même une composante du développement local, son pendant
naturel, puisque l’économie solidaire touche beaucoup aux services à la population, à
l’amélioration du cadre de vie. Par exemple, les services de portage de repas à domicile en
milieu rural, c’est ma vision à moi de l’économie solidaire et ce n’est pas nouveau. L’ES est
pour moi quelque chose qui n’est pas récent mais qu’on n’avait pas nommé jusqu’à
maintenant. Maintenant, on nomme parce que c’est peut-être une façon d’afficher clairement
les valeurs de gauche. De par la dégradation des conditions de vie, l’augmentation de la
pauvreté, la désertification des campagnes, on a pris petit à petit conscience d’intervenir plus
au niveau local. Le développement local et l’ES correspondent à une évolution de la société qui
a fait qu’à un moment donné, il a fallu arrêter d’avoir une vision globale, à recommencer à
s’intéresser aux gens, à regarder à nouveau leur situation de vie. Il faut développer l’ESS pour
donner envie et les moyens aux gens, aux personnes âgées, de rester chez eux, à leur domicile
en milieu rural. C’est une économie plus humaine que le marchand car l’objectif est vraiment
d’améliorer la vie des personnes, et donc d’apporter des solutions à la lutte contre les
problèmes d’insertion. ”

Ainsi, une première structure apparaît dans le discours des agents de développement dont la
mission est de soutenir les porteurs de projet associatifs dans les domaines de l‟insertion
économique et des services de proximité. Il s‟agit :

        -   de montrer que la solidarité se construisait déjà dans les villages, dans une sphère
            proche de la sphère domestique,
        -   de situer les actions de développement local prenant en compte ces pratiques et
            cherchant même à les institutionnaliser et les conforter,
        -   d‟opposer les actions au local aux actions de politique économique au national,
        -   d‟opposer le secteur marchand et le secteur de l‟aide aux personnes, ce qui revient à
            montrer que l‟action sociale et gérontologique est inscrite dans le champ des
            politiques publiques et des entreprises à but non lucratif.


Ainsi, sur un territoire sur lequel se sont élaboré en vingt ans des stratégies de développement
local multisectoriel, l‟économie solidaire aurait trouvé naturellement sa place, notamment dans
les activités de soutien à la réinsertion et à l‟insertion, de la lutte contre les effets du chômage de
longue durée, contre l‟urbanisation des modes de vie et l‟anonymat des villages.



                                                                                                    28
Le thème d‟une économie solidaire dans laquelle s‟encastre des préoccupations d‟action sociale
et des actions publiques est fréquemment abordé par les agents de développement et les acteurs
associatifs interrogés :

“ L’économie solidaire c’est un croisement d’économies monétaire, de redistribution et de la
solidarité et économie par le bénévolat non monétaire. C’est un archétype. Par exemple, la
crèche parentale sur ces trois sources de financement construit au quotidien un service avec
client qui est bénéficiaire acteur et prestataire, le produit est défini par lui. La coopérative c’est
dans ses modalités de gestion qu’elle intègre le bénéficiaire. Ces formules ont une finalité de
service partagé ou de profit partagé. ”

“ Je ne mettrais jamais l’AFPA, qui est une association, dans l’économie solidaire alors qu’une
régie de quartier est une activité solidaire car sa finalité n’est pas de faire du bénéfice ou du
profit (…) L’AFPI, association de formation du MEDEF est une association. Quel est l’esprit
de la Loi 1901 dans ces associations. Soit on a une lecture mécanique, statutaire et on peut dire
que les mutuelles, les coopératives, sont dans l’économie sociale, et de fait l’AFPA serait dans
l’ économie sociale, soit on a une entrée plus restrictive et là je pense être assez proche de la
définition que donnait Laville il y a quelques années : croisement des sources de l’économie,
participation ion des aux usagers à la définition du produit, du service et de sa gestion , et une
finalité qui n’est pas une finalité lucrative pour ses gérants”.

A cette définition nous rajouterons la participation des usagers à la définition et à la production
du service dans la dimension d‟un idéal collectif discuté et partagé dans les formes de sa mise
en pratique.

Est citée en exemple, l‟association “ Culture et Partage ” qui met en place un chantier
d‟insertion pour une production maraîchère biologique, propose des paniers à des adhérents sur
des tarifs proches des tarifs pratiqués sur le marché des fruits et légumes, les commandes étant
réceptionnées et honorées par un décompte de points sur une carte d‟adhésion :

“ Là pour le coup on est bien sur une économie solidaire, et pas dans une relation strictement
monétaire. C’est pas trop dans les critères canoniques de l’économie. Nous avons des
interrogations sur ce que produit ce type d’activité. En même temps il y a des personnes sur ce
chantier qui se trouvent dans un processus d’insertion, elles ne resterons qu’un temps limité
pour aller vers un emploi. Il y a un décalage entre les missions que se donne l’association entre
le projet politique, écologique, de solidarité, d’auto production alternative et la commande
publique en matière d’insertion qui juge très rapidement le nombre d’emplois trouvés à la fin
du chantier. En même temps, le PLIE est l’interlocuteur de cette association et se situe sur une
commande forte de construction d’un parcours d’insertion à long terme. ”

L‟encastrement des politiques sociales et de l‟emploi dans les activités solidaire est jugé
comme un frein au développement d‟un marché particulier qui vise à s‟autofinancer alors que
de même, nombre d‟emplois créés sont tributaires des financements publics, ces entreprises ne
parvenant pas à développer une aire et un flux de clientèle suffisant pour s‟assurer une
autonomie économique. Ce paradoxe est assumé au nom du principe de solidarité qui exige de
centrer l‟action au bénéfice des hommes et des femmes engagés dans l‟aventure et non au nom
d‟un principe comptable :

“ Notre projet est parti du constat que la première misère est psychologique et aussi que notre
environnement naturel est en danger. Le projet est solidaire par la volonté des adhérents de


                                                                                                   29
l’association de se mettre au service des autres, de s’engager, contre le fléau constaté de
l’exclusion, mais pas seulement de l’exclusion au singulier, de toutes sortes d’exclusions
professionnelles, comme celles dues à la déficience, au handicap, exclusion des droits de
citoyens dans une société à plusieurs vitesse. L’engagement des adhérents est un acte solidaire.
C’est aussi une valeur de solidarité qu’on essaye de faire passer au sein de l’équipe en
suscitant les échanges, une solidarité par la création de lien social avec les adhérents (clients
du chantiers de maraîchage) qui donnent des vêtements, de l’électro-ménager, qui emploient
des personnes du chantier en chèque-service, qui participent en souscrivant des “ paniers
légumes ”. C’est un acte de solidarité car ils pourraient aller se fournir au supermarché, mais
ils préfèrent la qualité des légumes et la confiance entre consommateur et producteur, et le
plaisir de discuter avec ceux qui travaillent au jardin, alors qu’au supermarché le contact se
réduit au bonjour de la caissière et encore ! Une autre forme de solidarité se crée par les liens
inter-associatifs, avec les associations du bassin, ça permet un brassage de population ”.

L‟économie solidaire se définit au mieux lorsqu‟elle est non seulement conceptualisée mais
surtout mise en pratique dans des entreprises confrontées aux mécanismes d‟exclusion sociale
des personnes et aux mécanismes de relégation économique des activités dont le contenu et les
modes de gestion sont proches des contenus du secteur marchand, voire même concurrentiel.
Cependant, le type d‟activité n‟étant pas sur le modèle capitaliste de concentration des moyens
et de réduction des prix de revient, l‟économie associative solidaire ne peut s‟aligner en terme
de logistique et de réactivité. Alors, la structure notionnelle qui discrimine l‟ES de l‟économie
marchande capitaliste concerne les valeurs immatérielles qui constituent la base des relations de
l‟échange social, voire aussi de l‟échange économique : la confiance, la sociabilité, l‟entraide et
la réciprocité.

Une autre constante remarquable dans le discours des acteurs intéressés par l‟étude sur
l‟économie solidaire, concerne le projet de développer des rapports au travail alternatifs à ceux
de la grande industrie ou de l‟artisanat marchand :

“ En se situant dans un projet d’économie sociale et solidaire, l’emploi c’est pas forcément
dans l’industrie, les trois huit et on rentre très fatigué le soir. C’est pourtant la représentation
de l’emploi qui prévaut sur le bassin du fait de la tradition industrielle. Le reste c’est pas du
vrai travail. Il y a une discussion sur le type d’emploi reconnu ou à faire reconnaître
actuellement. En plus, il y a les stratégies des organismes sur les publics qu’ils reçoivent, qui
est prescrit, présenté comme inemployable, cumulant des difficultés psychologiques, de santé.
Là aussi il y a des ambiguïté, des interrogations philosophiques. Comment peut-on dire que
quelqu’un est inemployable, selon quels critères, quel cadre ? Quand on a constat une pénurie
de main d’œuvre récemment, les critères d’inemployabilité ont été modifiés ” (Directeur du
PLIE).

Les structures étudiées présentent la caractéristique la plus discriminante de solidarité dans la
création d‟activités économique : les acteurs fondateurs et utilisateurs sont à l‟initiative du
projet d‟entreprise. Le fait qu‟un groupe se prenne en charge pour régler son problème et fasse
appel aux solidarités locales, tant de la part d‟autres acteurs sans appartenance organisés en
réseaux que de la part d‟acteurs politiques et administratifs.

“ La population a beaucoup de ressources en elle. Quand une institution puissante telle que
l’Etat, prend en charge un problème, évidemment la population a tendance à s’en remettre à
l’institution. Dès que cette institution fait défaut, on constate que la population essaye de
pallier à ses difficulté et à répondre à ses besoins. Mais elle rencontre beaucoup de difficultés


                                                                                                 30
pour mettre une économie en place, qui à notre sens devrait répondre aux besoins des
personnes et non pas sur la volonté de faire des profits. Mais les difficultés qu’on rencontre
c’est avec l’économie marchande qui ne veut pas laisser de place à un tiers secteur ou à une
économie hétérodoxe. Il y a cette difficulté souvent évoquée de la concurrence déloyale
vis-à-vis des entreprises, mais c’est plutôt les entreprises marchandes qui font une concurrence
à l’économie sociale en pratiquant le dumping social, le dumping économique : elle produise
en dessous des prix réels, en ne considérant que les coûts de production et non pas les besoins
de santé, en éducation, de retraite… En pratiquant le darwinisme social en n’embauchant que
des personnes qui sont au top de la rentabilité et elles laissent à la charge de la collectivité
toutes les personnes qu’il faut accompagner, qu’il faut aider. Au plan idéologique en instaurant
une véritable dictature idéologique en faisant croire que l’économie marchande c’est
intouchable, un dogme. Même le politique est mis au service de la dictature économique. Et
puis, en ce qui concerne la finalité, l’économie doit elle être au service de l’homme, ou l’homme
au service de l’économie. C’est la vision du Medef. ”

Le montage financier du chantier d‟insertion se réalise par le croisement des interventions de
l‟Etat (financement des postes en CES), du Conseil général dans le cadre du Plan départemental
d‟Insertion et du Pays dans le cadre du PLIE-FSE dans une mission d‟accompagnement du
projet. Chacun des groupes d‟intervenants s‟inscrit dans des objectifs différents, voire
divergents. Ainsi, la DDTEFP indique des objectifs en terme de nombre de CES agréés au vu
des enveloppes disponibles dans la période donnée, les agents du Conseil Général sont soucieux
de la qualité de l‟accompagnement social et argumentent pour une limitation du nombre de
contrats aidés, les agents du PLIE insistent pour que l‟activité du chantier soit formative et
débouche sur une insertion sociale et professionnelle, sachant que les taux de placement
définitifs ne peuvent être fixé à l‟avance par l‟administration :

“ L’association culture et partage est dans l’économie solidaire, moins par leur statut
(association gérant un chantier d’insertion), moins par l’entrée financière et économique,
même si c’est du croisement multiple, mais très fortement par leur philosophie, par le message
dont ils sont porteurs, ils sont alternatifs, il sont sur la recherche de l’autosuffisance
économique, ça n’est pas neutre et ça produit de l’insertion ”. “ Dire à des associations comme
“ culture et partage ”, vous avez à rendre compte, c’est votre devoir de nous dire vos finalités,
c’est pour ça qu’on vous paye, en sachant qu’on sera en contradictions avec les règles
d’attribution actuelles des subventions ”.




                                                                                              31
3. Le territoire du Sud Nancéien



3.1 Délimitation du territoire


Ce territoire correspond à la zone de Nancy Sud. Il est borné au nord par l‟agglomération
Nancéienne, au sud par le département des Vosges, à l‟Ouest par le Toulois et à l‟Est par le
Lunévillois. C‟est une zone administrative qui regroupe 94 communes et compte 68 000
habitants, qui n‟ont pas de véritable histoire commune.

Sur ce territoire, presque rien n‟a été construit en termes d‟initiatives locales jusqu‟à l‟arrivée
du programme NSEJ. Une seule entité institutionnelle fonctionnait sur cette zone (et pas
uniquement sur cette zone), la Mission Locale de Vandoeuvre /Neuves-Maisons dont le
territoire d‟intervention est le Sud nancéien avec d‟autres villes alentours (Fléville, Ludres). En
dehors de cette institution, le Sud Nancéien était jusqu‟alors dépourvu d‟organisation
territoriale :

“ On pourrait dire qu’il pourrait y avoir très peu d’antécédents de collaboration entre les
différentes zones de ce territoire et en même temps des pratiques de développement local fortes,
aucun des deux critères n’est respecté. On a affaire même à des territoires qui sont juxtaposés
sur le fonctionnement socio-économique (et pas seulement politique), les deux gros poids de
population et d’activités sur le territoire c’est le bassin de Saint-Nicolas-de-Port, Dombasle et
Varangéville et le bassin de Neuves Maisons qui font respectivement 25 000 et 18 000
habitants. Ils ont la particularité d’avoir des caractéristiques semblables et aussi de s’être
neutralisés bien qu’étant voisins, parce que le bassin de Saint-Nicolas-de-Port, Dombasle,
Varangéville a développé une activité industrielle forte autour du sel et de la chimie, avec une
autonomie d’emploi et une économie locale cohérente qui attirent des travailleurs plutôt
qu’elle n’exporte. Le bassin de Neuves Maisons a les mêmes caractéristiques avec la mine dans
un premier temps, et la sidérurgie ensuite qui elles aussi ont attiré des travailleurs (mais pas
ceux de Saint-Nicolas-de-Port), de même que le bassin de Saint-Nicolas n’en a pas attiré de
Neuves Maisons. Donc deux bassins qui sont restés voisins sans développer d’échanges avec
des industries qui ne sont pas complémentaires, et qui plus est avec la proximité de Nancy qui
interdit la complémentarité dans la mesure ou ce qu’il vous manque vous allez le chercher dans
“ la grande ville ” et non pas chez le voisin qui a la même taille de population et le même type
de services de proximité à proposer que vous. Aucune complémentarité donc… Jusqu’aux
infrastructures routières qui sont Nord/Sud et qui séparent pratiquement à la limite cantonale
les deux bassins avec très peu de liaisons Est/Ouest. Troisième territoire : le Saintois (plus
rural) qui lui a développé un peu plus de liens avec les deux autres bassins et beaucoup plus
encore avec celui de Neuves Maisons puisqu’au moment de l’industrie de nombreux ouvriers
venaient du Saintois et notamment, des paysans ouvriers, qui avaient une double activité. Les
habitants de Neuves Maisons et du Saintois se connaissent un peu mais ce n’est pas la même
culture, de plus la mine a été fermée en 1968, la sidérurgie début des années quatre-vingt, donc
cela commence à être un peu loin et je pense qu’il y avait plus de liens, de points communs,
d’échanges, il y a vingt ans que maintenant. Il y a aussi la quatrième partie de cette zone, qui
est la partie Sud du canton de Tomblaine avec huit communes sur les douze que compte le
canton. Cette zone très rurale (hormis Varangéville), très peu urbanisée, qui a gardé son
caractère rural (sans activité économique autre que l’agriculture), alors cette partie là, est


                                                                                                32
vraiment caractéristique du “ coup de crayon ”, du découpage, qu’il a fallu trouver à un
moment donné, et dans tous découpages - surtout à une échelle départementale – il y a des
zones, des parties du territoire qu’on a eu du mal à classer. Je pense que c’est pour des effets de
seuil de population qu’elles n’ont pas été ajoutées à la zone Nancy Centre, qui n’est pas que
l’agglomération stricto-sensu, mais qui comprend une partie du canton de Seichamps donc elle
aurait pu comprendre (puisqu’elle comprend Tomblaine) le reste du canton de Tomblaine.
Voilà pour le découpage du Sud-Nancéien. ” (Chargé de développement du CAPEMM).


Il faut analyser les logiques de développement local et les dynamiques solidaires à l‟aune de
l‟histoire des territoires. Pour comprendre comment le tissu associatif se fédère, pour
comprendre les articulations potentielles entre les associations, les collectivités locales, les
acteurs de terrain et les pouvoirs publics, il faut opérer une analyse fine de l‟espace social et
salarial constitutif des bassins ou des zones d‟emploi qui possèdent tous leurs particularismes.
La compréhension de la mise en réseau et le nécessaire maillage du territoire qui favorise le
développement de l‟économie sociale et solidaire, ne peut se traiter et s‟appréhender que dans
une perspective historique permettant de ne pas froisser les histoires locales. Sans cette
connaissance approfondie du secteur, du territoire il n‟est guère possible de fédérer et de faire se
rencontrer des associations isolées…

Ce travail de repérage du local est indispensable aussi pour proposer des alternatives qui
consistent à faire se regrouper des communes autour d‟une logique de Pays, sur un espace
suffisamment grand pour envisager des projets d‟envergure, visibles à l‟échelle européenne. Le
SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) regroupe tout le Sud de la Lorraine ce qui est
éclairant sur les logiques de concentration des territoires.

“ Tous ces facteurs doivent être pris en compte pour pouvoir parler de la constitution d’un
PAYS (loi Voynet à horizon de 2003-2004) qui rassemblerait le Sud-Nancéien et le Toulois, ce
qui représenterait 180 communes. C’est un travail très lourd, puisque c’est déjà complexe de
monter un pays quand on est sur un territoire qui a une histoire, une base de travail en
commun. Là, on est sur un territoire (le Toulois) et des territoires le Sud-Nancéien qui ont assez
peu d’histoire commune et même de présent commun, donc beaucoup de choses sont à
construire et il faut une forte énergie politique pour que cela se fasse (…) ” (Chargé de
développement du Capemm).



3.2 Le Comité d’Aménagement, de Promotion et d’Expansion de Meurthe et Moselle
(CAPEMM)

Ce comité couvre géographiquement cinq territoires en Meurthe et Moselle : Longwy/Briey, le
Val de Lorraine, le Toulois, le Lunévillois, Nancy et le Sud-Nancéien.

Le cœur de métier du CAPEMM est la création d‟entreprises dans le secteur marchand (de type
TPE), ce qui ne l‟empêche pas d‟assurer d‟autres missions, comme par exemple la gestion du
dispositif NSEJ, qui est en fait “ un très bon levier pour le développement local précisément
dans le champ associatif ”, la couverture du champ de l‟économie sociale et solidaire par le
biais de l‟insertion par l‟activité économique et enfin, un travail sur le développement local
puisque l‟idée sur le fond est que ces créations d‟activités soient imprégnées dans le tissu local.



                                                                                                 33
Au final, on a affaire à une politique qui dépasse les missions strictes du CAPEMM, qui
correspond plutôt à l‟application de la politique globale édictée par le conseil général.

“ Son financement est assuré par le Conseil Général de Meurthe et Moselle qui est le financeur
principal à hauteur de 80 à 85 %. Les CAPE (Comité d’Aménagement et de Promotion et
d’Expansion) en France sont le plus souvent – pas toujours à cette hauteur - l’instrument de
développement économique du département. Le département à un service économique,
évidemment, mais avec une mission qui est plus administrative, financière plus en intra, alors
que le Capé est plus un outil de développement et de promotion. Il réalise un travail sur la
durée avec le tissu économique et est mieux en capacité de développer ce tissu économique à la
fois en interne et aussi de prospecter et d’accueillir les entreprises étrangères (les
investisseurs), pour pouvoir les recevoir dans le département en connaissance du tissu
économique local et des opportunités d’immobiliers et de fonciers ” (Chargé de développement
du CAPEMM).


Le CAPEMM est à l‟interface des porteurs de projet et des différents partenaires économiques
et sociaux. Il intervient : - auprès des entreprises pour favoriser leur implantation, leur
développement, voire leur transmission, - auprès du conseil général pour proposer et mettre en
œuvre des politiques attractives de développement, - auprès des communes et de leurs
groupements dont il appuie la conception et la réalisation de projets.

Le CAPEMM remplit quatre missions :

La première mission est la Prospection et l‟accueil de projets d‟investissement.

Une mission (de développement) exogène, c‟est-à-dire sélection de terrains locaux, - la mise en
relation avec les partenaires économiques et territoriaux, - l‟accompagnement et le suivi des
projets jusqu‟à leur réalisation.

“ Des chargés de mission distincts effectuent un travail qui consiste à prospecter et à réfléchir
sur les conditions d’accueil des investisseurs étrangers avec un bureau à Milan pour étendre le
champ d’investigation en Italie et des antennes qui se développent aux Etats-Unis pour être
dans les manifestations, salons, etc. de certains types d’industries et présenter les atouts du
département à l’étranger. C’est un travail qui se faisait en collaboration avec APELOR
(Association pour l’Emploi en Lorraine) qui est un outil régional qui faisait un peu la même
chose, APELOR faisant la promotion de la Lorraine et le CAPEMM de la Meurthe et Moselle,
avec même parfois une prospection simple qui se fait au niveau régional, puisque c’est à cette
échelle que les investisseurs sont sensibles et intéressé ” (Chargé de développement du
CAPEMM).


Dans cette mission exogène, on peut constater l‟importance prise par le développement des
contacts avec l‟environnement. Aujourd‟hui, force est de constater que la recherche
d‟entreprises passe par une politique des “ Capé ” qui consiste à aller démarcher des
investisseurs à l‟étranger en s‟appuyant sur des têtes de pont au sein de pays européens. Il y a là
un renversement du rapport entre les logiques de la création d‟entreprises dans le secteur
marchand et les logiques qui prédominent dans l‟économie solidaire (en l‟occurrence mises en
place par les CAPEMM), le dispositif NSEJ ou l‟insertion par l‟activité économique. D‟un côté,
l‟intérêt d‟une prise en compte plus large, plus macro, soumise à des contingences externes et


                                                                                                34
de l‟autre, la nécessaire participation et le nécessaire ancrage local et territorial de services à la
population dans les associations, services émanant d‟acteurs locaux parfois accompagnés et
soutenus par les politiques locales ou régionales mais faisant la preuve d‟un caractère nouveau
et socialement utile.

La seconde mission est le Développement endogène, l‟accompagnement technique et financier
des entreprises.

- La mise en œuvre des différentes procédures financières, techniques et administratives,
l‟information et le conseil en vue de la demande d‟aides publiques, - la détection de projets de
création, notamment dans le secteur des nouvelles technologies.

“ La mission est de soutenir le tissu économique local, conseiller les entreprises dans leur
développement et leur restructuration, dans la création, faire le lien entre le tissu économique
local et le Conseil Général sur le plan des aides que le CG attribue. Développer et s’intéresser
aux entreprises existantes sur le territoire. C’est la première mission du CAPEMM ” (Chargé
de développement du CAPEMM).

La troisième mission est le Conseil en développement territorial. Aujourd‟hui développement
économique des territoires.

- Déceler et appuyer l‟émergence d‟activités dans les secteurs non marchand et associatif, -
favoriser la création de nouveaux emplois jeunes, soutenir les TPE, - création et
accompagnement de leur développement, soutenir les acteurs locaux autour de leurs projets de
territoire.

La quatrième mission est la Promotion du Département et la communication économique.

- Conception et réalisation de documents économiques, organisation d‟opérations de
communication.




3.3 La gestion du dispositif Nouveaux Services Emplois Jeunes

Le dispositif Nouveaux Services Emplois Jeunes a été mis en place par l‟Etat dans un double
objectif : - permettre le développement de services ou d‟activités répondant à des besoins
nouveaux et/ou partiellement insatisfaits dans les domaines de l‟environnement, de la gestion
de l‟espace rural, de la solidarité, la santé, la famille, du sport, de la culture, des loisirs et du
tourisme, de l‟éducation, de l‟emploi et de la justice. – Créer des emplois pour les jeunes de 18
à 30 ans.

Des dispositifs incitatifs sont mis en œuvre. - Une subvention de l‟Etat de 98 000 francs par an
pendant cinq ans, soit 80 % du coût d‟un poste calculé sur la base du SMIC. Cette durée permet
de démontrer l‟utilité et l‟intérêt de l‟activité créée et de trouver les moyens de sa
pérennisation ; - un mode d‟organisation décentralisé à l‟échelle de territoires locaux, le
territoire Sud-Nancéien comptant 94 communes des cantons de Saint-Nicolas-de-Port,
Neuves-Maisons, Tomblaine, Vézelise, Haroué ; - une cellule d‟appui local dotée d‟un pilote et
composée d‟élus et de professionnels représentant les communes et les structures


                                                                                                   35
intercommunales, les organismes chargés de l‟emploi et les services déconcentrés de l‟Etat ; -
en Meurthe et Moselle, un chargé de développement travaille avec chaque pilote et en lien avec
la cellule d‟appui, pour accompagner les employeurs potentiels dans le montage et la mise en
œuvre de leur projet d‟activité : information sur le dispositif, la réglementation, la recherche de
partenaires ; - des moyens complémentaires pour permettre une professionnalisation des jeunes
salariés et de la structure : formation des jeunes, mais aussi des bénévoles ou des professionnels
qui les encadrent sur les lieux de travail.



Des aides complémentaires à celle de l‟Etat.

L‟aide départementale du CG appelée Aide au Développement des Emplois Jeunes (ADEJ)
concerne l‟embauche de jeunes en difficulté sur des postes “ Emplois Jeunes ”. Elle se décline
en trois points : - aide à l‟embauche et à la pérennisation avec une subvention de 12 500 francs
par an les deux premières années et de 25 000 francs à l‟issue de la cinquième année ; - aide au
financement d‟une partie de la rémunération excédant le SMIC : prise en charge des cotisations
patronales comprises entre 1 à 1,3 fois le SMIC ; - aide à l‟investissement : 20 % du montant de
l‟investissement lié à la création du poste, plafonnée à 10 000 francs.

La contribution du Conseil régional de Lorraine par le biais de l‟Aide à la Professionnalisation
des Emplois Jeunes concerne les créations de postes dans les associations, les communes
inférieures à 10 000 habitants et les structures intercommunales inférieures à 20 000 habitants.
Elle se décline en deux points : - Aide à la formation : 5 000 francs maximum par jeune sur la
base de 100 heures de formation ; - Aide à l‟investissement : 30 % du montant de
l‟investissement lié à la création du poste, plafonnée à 50 000 francs.

Des aides complémentaires peuvent être octroyées par des organismes divers. - En fonction de
l‟activité développée. Par exemple, des cofinancements par des organismes publics ou privés
existent pour des postes dont la nature de l‟activité est liée à la gestion de l‟environnement
(entretien des rivières, des milieux humides, suivi de la qualité des eaux potables, animation
environnementale, amélioration et suivi des réseaux d‟assainissement) ; - En fonction du profil
du public recruté : par exemple, l‟AGEFIPH accorde une aide destinée au recrutement de
jeunes handicapés dans le cadre du programme NSEJ.

Le CAPEMM a sept chargés de mission sur ce dispositif.

“ Cette animation NSEJ est unique en Lorraine sous cette forme là, et je ne pense pas qu’il y ait
beaucoup d’autres exemples en France. Le programme NSEJ apparaît fin 1997, s’enclenche
véritablement en 1998 et au cours de l’année 1998, le CG 54 souhaite que ce programme soit
l’occasion d’un travail d’animation spécifique, parce que pour le département c’est assez lourd
d’enjeux en termes de développement local. LE CG perçoit immédiatement que derrière la
dimension emploi, il y a presque autant de services en quantité et donc cela peut représenter et
cela représente maintenant presque 2000 emplois et 1000 services nouveaux à la population
sur le territoire. Le département qui a une politique de développement local approfondie,
souhaite que ces services se mettent en place avec une vision, une approche de développement
local. Il souhaite éviter que l’on ait des activités qui se créent simplement sur les besoins d’un
employeur qu’il soit collectivité locale, association (pour les établissements de retraite et de
santé c’est plus difficile de les lier au tissu local), en tout cas au moins que sur le premier volet,



                                                                                                   36
il y ait un travail qui s’effectue pour que les activités et les services qui se créent se fassent en
insertion dans le tissu local.
Dans l’esprit de la loi (NSEJ) il y a trois missions : le service doit être d’utilité sociale,
deuxièmement il faut que le service soit nouveau : il y a eu les premiers temps un flou autour du
terme : est-ce “ nouveau ” au sens d’innovant, qui n’a pas d’équivalent ailleurs, qui est
naissant au niveau national, ou bien qui est nouveau dans la structure qui le crée ? .
Troisièmement, comme il y a aussi une exigence quantitative d’insertion professionnelle, c’est
la deuxième définition qui a été retenue. Il y a une partie de services innovants qui n’existaient
pas, mais dans la majorité ce sont des services qui n’existaient pas dans la structure mais qu’on
pouvait trouver à d’autres endroits sur le territoire. Partant de cette volonté d’en faire un vrai
outil de développement local, le Conseil Général sollicite l’Etat et propose de créer des postes
d’animateurs du dispositif, sachant que l’accompagnement de la loi a un fond d’ingénierie. L’
idée initiale était de puiser dans ce fond pour financer une ingénierie locale, en faisant appel
ponctuellement à des cabinets d’études sur des problèmes techniques de montages financiers
d’opération. Mais ces cabinets n’avaient aucune connaissance du territoire et n’auraient donc
pu que “ tricoter ” actions après actions sans permettre le développement optimal des services
sur la base d’une connaissance du local. L’Etat a donc accepté de cofinancer avec le
département sept postes “ pilotes ” qui ont été répartis sur les sept zones NSEJ. ” (Chargé de
développement du CAPEMM).


L‟intérêt de cette démarche initiée par le Conseil Général est d‟associer dans une réflexion
commune et élargie des structures d‟appui qui ont une bonne maîtrise et une bonne
connaissance des enjeux territoriaux, ainsi qu‟une parfaite analyse du jeu institutionnel qui se
joue entre les différents acteurs (élus, professionnels, bénévoles, salariés et financeurs). Dans ce
cas précis, il y a une conjonction des efforts pour coller aux logiques locales (en termes
d‟emploi, de qualification, de nouveaux services) qui permet d‟ancrer et d‟impliquer le niveau
national (l‟Etat), le niveau départemental (le CG 54) et le niveau local (CAPEMM, ADSN).
C‟est une reconnaissance implicite de l‟Etat et du département au regard de la forte valeur
ajoutée apportée par les chargés de mission de diverses structures locales dans la construction
des dispositifs et le montage de projets débouchant sur une réelle alternative au secteur
marchand.

Quelle est l‟articulation logique en vue de monter un dossier relevant du dispositif NSEJ ?
Comment le dossier est traité, enregistré et instruit auprès de la commission locale ? Quels sont
les partenaires impliqués et en quoi la connaissance du local y est importante ?
Nous avons recueillis dans cette enquête un certain nombre d‟éléments qui permettent de
réfléchir au rôle et à la fonction des agents de développement local du CAPEMM.

“ Sur ce territoire j’interviens depuis décembre 2000, et pendant les premiers mois mon travail
a porté quasi-exclusivement sur le soutien à l’émergence de nouveaux projets, ce qui au sein de
la mission NSEJ était le plus conséquent, c’est ce qu’on attend de nous, c’est-à-dire que les
activités se montent dans de bonnes conditions. C’est un travail qui peut être variable selon les
lieux et les activités, çà peut être simplement une rencontre (et toujours au moins une
rencontre) avec le porteur de projet pour lui expliquer la procédure, le cheminement du
dossier, ce qui doit faire partie du dossier DDTEFP…c’est le minimum. Dans tous les cas on
parle de leur projet, parfois une rencontre suffisait pour présenter les procédures locales et
départementales, le contenu du dossier, le montage et la présentation de ce que la personne
souhaitait faire à travers l’activité. Voilà la première partie de mission. On a également la
sensibilisation/information sur le dispositif NSEJ, exemple, une commune qui a une vague idée


                                                                                                  37
et qui s’intéresse au dispositif et qui veut en entendre parler, donc on se déplace pour aller
présenter le programme(…).Une fois que l’association, la commune ou l’établissement public
sanitaire ou médico-social a fait aboutir son projet, il faut rédiger un dossier guide qui
présente toute l’activité et la création d’emplois, elle me communique ce dossier et je fais un
résumé dans une fiche qui est présentée ensuite à une commission locale qui s’appelle la cellule
d’appui, commission sur notre zone Sud-Nancéienne qui a la particularité de se réunir
mensuellement pour examiner tous les nouveaux projets du territoire. Elle est pilotée par le
Maire de Messein qui est aussi Président de la communauté de commune de Moselle et Madon.
Siègent également à cette commission, la Mission Locale, le Conseil Général (chargée de
prévention/insertion/développement du TAMS de Jarville), L’ADSN (qui en tant que structure
d’appui, fournit la logistique pour le dispositif d’animation locale, notamment des bureaux),
L’ANPE (à l’époque la responsable d’agence de Dombasle), la DDTEFP (le correspondant
Emploi-Formation) et les agents de développement des structures intercommunales, le PLIE et
le FLES. Mon travail concret est de préparer cette commission à la fois sur le plan
administratif (envoi des invitations, préparation de l’ordre du jour, et du dossier qui est remis
en commission, de l’animation de la commission (sous la présidence du pilote) où je présente
chaque dossier dans le détail avec la connaissance des gens qui sont derrière cette activité et
que j’ai rencontrés personnellement). Je crois que l’intérêt de ce dispositif c’est d’avoir un
temps de rencontre, il y a une suite logique entre l’animateur de terrain qui aide au montage du
projet et une première instance décisionnelle qui ne se coupe pas de ce travail de connaissance
du terrain qui a été effectué. On aurait pu imaginer qu’une fois le travail d’aide au montage de
dossier terminé, on l’envoie à la DDTEFP et elle examine seule le dossier. Il y a ce travail de
restitution, c’est un point vraiment intéressant, pour les personnes qui siègent l’intérêt c’est
d’avoir une vision autre que celle d’un dossier présenté administrativement. J’ai porté 60
dossiers au rythme d’une commission tous les mois (15 mois à 4 dossiers par mois en moyenne),
avec sur la fin de l’émergence des nouveaux projets (au mois de avril/mai), j’ai présenté 17 ou
18 projets en deux mois. Chacun anticipant ses besoins, sachant qu’il y a 12 mois pour recruter
une fois l’accord donné, donc cela laissait le temps de poursuivre le travail sur le projet dans
un second temps. Une fois que la commission locale a donné son avis, nous on a ce rôle
administratif (parfois un peu plus) de présentation du projet auprès de la commission
départementale. Soit par l’envoi des dossiers à la DDTEFP qui organise sa propre commission
en se basant sur l’avis de la commission locale (le correspondant emploi/formation qui fait la
liaison entre les deux commissions), soit aller présenter des dossiers plus complexes, pour
lesquels il y a une nécessité de présentation plus affinée. Chaque dossier passe devant une
double commission, cela respecte la vie locale et la proximité du territoire et permet surtout de
pouvoir dire en quoi ce projet ne marche pas sur les pieds d’une autre structure ce qu’ignore le
niveau départemental. Lorsque la commission départementale a donné son accord, il y a une
liaison qui peut se faire avec le porteur de projet qui souhaite des explications dans la
rédaction des documents administratifs que l’Etat envoie pour la création du poste, là on est
plutôt sur un aspect technique, il y a aussi des échanges d’informations plus ponctuels par
téléphone sur la mise en œuvre de l’activité, la diffusion de l’offre d’emploi par exemple. Il y a
quand même une continuité intéressante entre le premier contact, qui est d’ailleurs variable,
l’idéal c’est quand le contact se fait très en amont, mais il arrive que la structure parce qu’elle
a déjà créé un poste sait un peu s’y prendre ou a connu assez tard notre présence et nos
missions, et donc de ce fait, a déjà fait une partie du travail elle-même… donc des dossiers avec
des états d’avancement différents ” (Chargé de développement du CAPEMM).

 Après ce travail qui relève essentiellement de la première phase, celle de l‟émergence, il y a un
travail que les professionnels doivent mettre en place, c‟est celui de la construction et de



                                                                                                38
l‟accompagnement pour la pérennisation et la professionnalisation des postes relevant du
dispositif NSEJ :

“ Alors concrètement, cela s’est manifesté sur ce secteur par le fait qu’il n’ y pas eu
d’initiatives locales d’une communauté de communes pour faire une animation collective, soit
en amont pour faire connaître le dispositif et son potentiel de développement, soit pour les
activités déjà créées sur les aspects de professionnalisation et de pérennisation des activités.
En 2001, on a travaillé avec la cellule d’appui sur une action visant à mobiliser les employeurs
et les salariés collectivement pour essayer de voir où en étaient les structures sur un plan
individuel et pour essayer de tirer parti des expériences des uns et des autres pour en faire
bénéficier ceux qui en avaient besoin. On a mis en place une rencontre à l’intention de tous les
employeurs et salariés de notre secteur pour présenter les enjeux de la pérennisation, les outils
(le plan de consolidation de l’Etat qui permet de financer au-delà de la cinquième année trois
ans supplémentaires) et faire le point sur le plan des besoins de formation et de
professionnalisation des salariés et ce, en travaillant sous la forme d’ateliers thématiques. Un
atelier sur la formation qui a réunit une vingtaine de salariés, un atelier sur la pérennisation
dans le champ associatif, avec beaucoup d’associations dans le secteur sportif. Jeunesse Sport
était là, donc on a pu leur présenter le dispositif particulier que Jeunesse et Sport met en place
qui permet de faire une évaluation individuelle de l’évolution de l’activité dans les associations
relevant du secteur sportif. C’est le seul ministère qui s’est vraiment impliqué et qui est très
concerné par le dispositif (quasiment la moitié des postes relèvent de son champ), il y a des
moyens qui ont été débloqués et donc un réseau départemental de partenaires (des fédérations
d’éducation populaire, avec des personnes ressources - il y a le comité régional olympique
sportif -, capables d’intervenir selon le problème qui se pose : sur la gestion des ressources
humaines, les aspects financiers, etc. Nous, on est censé détecter les besoins dans ces
associations et ensuite se mettre en relation avec une personne qui a une compétence plus
pointue que la nôtre sur certains aspects. Un troisième atelier sur la pérennisation dans les
collectivités locales animé par le CNFPT. Cela avait une visée informationnelle en particulier
sur le nouveau plan qui venait juste de sortir (octobre 2001) présentant les options qui
s’offraient aux associations et aux communes au-delà de la cinquième année. Cet objectif a été
atteint, et en plus j’aurai aimé que les jeunes se connaissent un peu mieux et sur cette base là
pouvoir développer des actions collectives thématiques en fonction des besoins… des journées
d’information sur un thème précis, développer des partenariats que pourraient avoir des
associations qui sont complémentaires sur un secteur, etc. Je regrette simplement que l’on ait
pas pu approfondir plus, il y a des pistes qui étaient apparues, par exemple la réflexion sur un
groupement d’employeurs dans le champ associatif qui pourrait être intéressant pour
mutualiser des postes (ce qui existe sur le territoire du Val de Lorraine, le GESVAL), réfléchir à
des besoins de formation collectifs, mettre en place des rencontres, des échanges entre les
salariés (les salariés ont manifesté lors de cette rencontre un vrai besoin d’échanger entre eux)
pour parler de la synergie de projets pour faire en sorte que les gens sur un territoire
travaillent plus ensemble et aussi, pour parler de situation de droit du travail ou autre… Au
mois de janvier 2002, on a organisé suite à cela une rencontre (où il y avait une trentaine de
jeunes salariés) sur des thèmes précis, la VAE, la formation, le droit du travail. Autre point
important du dispositif NSEJ, c’est la consolidation des activités. Qui prend la forme de la mise
en œuvre locale du plan de consolidation de l’Etat, avec un appui au dossier de consolidation
qui est un dossier très important, très lourd et pour lequel les associations nous ont sollicité
pour avoir des informations et de l’aide. On a un rôle important à ce niveau là, en effet,
comment interpréter les directives nationales en connaissant la façon dont elles sont mises en
œuvre au niveau départemental. On a un rôle de courroie de transmission et de traduction mais
c’est aussi la connaissance du tissu institutionnel départemental et de la commission. Pour une


                                                                                               39
association qui monte un dossier, c’est un atout de savoir dans quel état d’esprit on travaille en
Meurthe et Moselle. On est en train de terminer la phase d’instruction des dossiers des
associations qui ont recruté en 1998, 1999, 2000 et maintenant je travaille sur le diagnostic
d’ancrage territorial qui est également une contrainte légale, c’est dans la loi. Dans le plan de
consolidation de l’Etat, il y a une partie budgétaire et une deuxième partie de diagnostic qui a à
la fois un rôle d’évaluation et de bilan (des activités créées sur le secteur). Grâce à cela je vais
travailler dans un second temps sur un partage du diagnostic avec les acteurs concernés sur le
territoire. Donc faire que ce diagnostic puisse être une base de travail pour réfléchir secteur
d’activité par secteur d’activité à la pérennité des activités. Pour moi l’enjeu c’est la pérennité
des activités (tout au moins celles qui ont vocation à durer) mais l’intérêt stratégique pour ce
territoire c’est que ce type de réflexion peut être un bon vecteur de travail collectif en
inter-collectivités et inter-associations, sur un territoire où il y a assez peu de dynamique
globale ” (Chargé de développement du CAPEMM).


On voit très bien à travers ce témoignage, l‟enjeu quotidien que représente pour les acteurs de
terrain de l‟économie sociale et solidaire le fait de pouvoir s‟exprimer et échanger avec d‟autres
acteurs et d‟autres associations sur des thématiques particulières. Il y a cette carence constatée
de la part des professionnels (travailleurs sociaux, chargés de développement du CG, élus) d‟un
isolement assez fort des structures et des salariés sur un territoire, ce qui semble pénaliser les
interactions et les partenariats entre associations. Le maillage du territoire (par là même la
constitution de réseaux) est rendu très difficile, précisément parce que les associations ne se
connaissent pas suffisamment, ne maîtrisent pas les activités ou les services dispensés par les
autres et donc ne sont pas en mesure de dialoguer pour construire des synergies et des projets
communs (mutualisation de postes, création de groupement d‟employeurs dans le secteur
associatif, etc.).


Les associations (les collectivités locales dans une moindre mesure) ont largement mobilisé le
dispositif NSEJ depuis environ cinq ans. Cela a contribué au développement de nouveaux
services, ainsi qu‟à la création d‟emplois. Le dispositif NSEJ a permis de mettre en place une
logique de professionnalisation au sein des petites structures15 . Il faut maintenant dresser un
bilan précis qui permettra d‟une part, de tenir une comptabilité sur le nombre d‟emplois
réellement créés et d‟autre part, de faire le bilan des perspectives de pérennisation de ces
emplois.




15
   “ En ce sens, le programme “ NSEJ ” a marqué une étape significative dont quelques mots clés résument les
mutations : une doctrine forte de politique d’activité ; fondée sur des projets présentés par les acteurs les plus
proches des besoins émergents ou non satisfaits ; inscrite dans une réelle durabilité (cinq ans) ; localement pilotée
et fortement enracinée dans les spécificités territoriales ; valorisant pour la première fois l’innovation sociale de
façon massive. On peut tirer de nombreux enseignements du programme NSEJ, qui est largement un programme
de développement du tiers secteur (80 000 postes de travail ont été créés au sein d’associations type loi 1901). Le
rapport de synthèse des consultations régionales de l’économie sociale et solidaire (rencontres avec les acteurs du
secteur, organisées par la DIES à la demande de M. Aubry , D. Voynet et C. Bartelone, de janvier à juin 2000)
présenté le 5 avril 2000 le souligne : le programme NSEJ a été salué comme un dispositif particulièrement
innovant et utile de la part de l’Etat : agissant comme un fonds de capital-risque pour aider le monde associatif à
prendre des initiatives dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, il a permis d’investir de très nombreux
domaines d’utilité sociale par des actions de proximité. ” Hugues Sibille, “ Quelle politique publique pour une
économie sociale et solidaire ? ”, sous la direction de C.Fourel, 2001, pp. 63-64.


                                                                                                                 40
“ On a atteint 151 emplois présentés en cellule d’appui à ce jour on est à 135 emplois
conventionnés parce qu’il y a ceux d’avril et mai 2002 qui ne sont pas tous revenus en
convention. Donc on va atteindre 150 emplois, et en postes on est à 105-110 personnes parce
qu’il y a un taux de rotation sur un certain nombre de postes (une dizaine de postes vacants dus
au turnover et une dizaine de postes qui ne sont plus renouvelés, une dizaine qui ne sont pas
encore pourvus parce qu’ils ont été crées trop récemment). Sur le Sud-Nancéien, les emplois
sont majoritairement dans le secteur associatif, ce n’est pas du tout uniforme sur le territoire.
Sur le Pays-Haut (Nord de la Meurthe et Moselle), c’est plus les collectivités locales qui ont
créé des emplois, elles ont plus activé le programme NSEJ sur son versant création d’emploi,
que sur son versant activités innovantes. Sur le secteur, on a quelques collectivités qui ont eu ce
réflexe- là de solidarité locale pour l’emploi, Saint-Nicolas-de-Port et Dombasle qui ont créé
sept à huit emplois chacune, ce sont quasiment les seules communes qui ont agi comme cela.
Neuves Maisons n’a pas tout à fait dans le même état d’esprit fait un travail approfondi sur les
besoins et l’activité depuis le changement de majorité il y a un an (majorité plus favorable à
première vue au dispositif), et a créé quatre emplois, plus un qui existait sous l’ancienne
majorité. Donc en tout cinq emplois, pas tellement dans une logique d’emploi avec des jeunes
repérés au niveau local (ce n’était pas avec des jeunes bien identifiés de la commune, c’est bien
l’entrée activité qui a prédominé) contrairement à ce qu’ont pu faire Dombasle et
Saint-Nicolas. En dehors de ces trois communes, déjà il n’y a pas une commune de 25 000
habitants susceptible d’avoir des services qui atteignent un seuil d’effectif lui permettant
d’avoir vis-à-vis du dispositif une approche de gestion prospective des ressources humaines et
d’anticipation des départs à la retraite. Du coup mécaniquement les collectivités se retrouvent
avec une part faible des emplois créés sur la zone, 25 à 30 %.
20 - 25 % des emplois créés ont été générés par des établissements publics, établissements de
santé, maisons de retraite, établissements du handicap qui sont présents sur la zone (secteur
social, médico-social et sanitaire). 55 – 60 % pour le secteur associatif et ce qui est
remarquable c’est que ce sont des petites associations qui créent leur premier poste (il y a un
ou deux salariés dans l’association), donc là on est dans une approche de professionnalisation.
Qualitativement le plus significatif en termes d’impacts, c’est le secteur de l’animation enfance,
l’activité périscolaire, secteur animation jeunesse et petite enfance, tout ce qui est
professionnalisation des services, à la fois volant accueil et volant animation d’enfants. Le plus
symptomatique au sein de cette catégorie là, c’est l’accueil périscolaire, qui en zone
périurbaine s’est développé fortement (depuis dix ans avec ou sans le dispositif) mais qui du
coup avec le dispositif a trouvé un cadre de développement idéal, parce qu’évidemment on ne
peut remettre en cause le caractère d’utilité sociale, quoiqu’on trouve encore dans certaines
petites communes quelque chose qui relèverait du caractère privatif du service, des parents qui
créent une association, qui mettent en place un service périscolaire et qui ne sont pas aidés par
la commune parce pour elle c’est du privatif … Et notamment parce le dispositif a été très
utilisé dans ce secteur qui s’était développé depuis une dizaine d’années essentiellement sur la
base de l’emploi aidé et du contrat CES en particulier. Pourtant, il y a une énorme différence
entre le CES et les contrats possibles via le dispositif emploi-jeunes c’est que d’une part, on est
sur une durée de cinq au minimum et en CDI, alors que pour le CES les durées sont très courtes
(6 mois - 12 mois) donc des rotations de personnel importantes pour des gestionnaires
bénévoles, c’est catastrophique et deuxièmement en terme de qualification où le dispositif
NSEJ ne fait aucune sélection par le niveau alors que c’est le cas pour les CES (…) ” (Chargé
de développement CAPEMM)


Le bilan présenté est loin d‟être négligeable, la proportion des emplois créés est forte surtout
dans le secteur associatif. Les services nouveaux créés partent réellement d‟une aspiration des


                                                                                                41
populations locales qui sont confrontées à un manque important de services que seule la voie
associative semble être en mesure de combler. Les emplois, l‟innovation au niveau des services
partent toujours de la population et sont relayés ensuite par les professionnels de terrain
(travailleurs sociaux, chargés de mission) et en dernier ressort et après négociation par les
communes et les pouvoirs publics.




3.4 Points de vue sur le développement local et sur l’affirmation d’un ancrage de
l’économie sociale et solidaire dans le Sud-Nancéien


Pour les professionnels de terrain que nous avons rencontrés il existe une distinction entre
l‟économie sociale et l‟économie solidaire. Au regard des éléments que nous venons d‟exposer
quels regards sur cette problématique peuvent apporter le tissu local et les professionnels en
poste sur un territoire déterminé ?.

“ Personnellement, j’ai une lecture des choses. Pour moi c’est deux choses distinctes :
l’économie sociale, c’est une catégorie juridique qui regroupe les structures associatives,
coopératives et mutualistes qui ont une action économique, donc là on s’intéresse à l’économie
produite par ces structures là ; l’économie solidaire c’est une action économique qui a un objet
de solidarité, à différents niveaux, le commerce équitable, l’insertion par l’activité économique
mais ce champ là, il peut relever du champ de l’économie sociale, des acteurs de l’économie
sociale mais aussi des acteurs de l’entreprise ou des sociétés (sociétaires ou entreprises
individuelles). Des grands groupes développent d’ailleurs des missions de solidarité et ont des
filiales qui ont des missions de solidarité (Darty et Auchan). J’ai majoritairement travaillé
dans le champ de l’économie sociale, par contre les collectivités locales me gênent, peut-on les
classer dans le champ de l’économie sociale, j’ai envie de dire oui parce que… le rôle d’une
collectivité c’est de travailler pour le bien public, donc le mot social dans ce sens-là il a toute
sa place, je pense que le mot économie que l’on ne met pas souvent en face de l’action des
collectivités a sa place, il s’agit d’emploi, d’investissement, du service à la population donc il y
a des choses qui les distinguent mais on retrouve les éléments suffisants pour parler
d’économie sociale. Parfois l’économie sociale et notamment les projets NSEJ relevaient de
l’économie solidaire mais plutôt minoritairement. Les projets NSEJ relevant du champ
associatif que j’ai pu instruire avaient davantage un objectif de professionnalisation de la
structure et avaient pour but de développer l’action propre à la structure, de développer un
service orienté vers la structure elle même (améliorer son fonctionnement, réduire la pression
sur les bénévoles) ou étaient orientés vers ces usagers sans que pour autant on puisse parler
d’économie solidaire. En exemple, un club de foot qui a 80 licenciés et qui embauche un
animateur sportif, il n’y a aucune raison que l’on puisse parler d’économie solidaire… Là, je
pense que l’on est dans le champ de l’économie sociale, c’est orienté vers les adhérents ou les
usagers de l’association sans caractère particulier de solidarité. A l’inverse, si on veut citer
des exemples qui relèvent de l’économie solidaire à travers le programme NSEJ, plusieurs
associations qui sont présentes à Neuves Maisons poursuivent un but solidaire : une
association qui est dans une approche de réinsertion des détenus et les postes qui ont été créés
(qui ne sont pas des postes destinés à des ex- détenus) mais qui sont des postes tournés vers
l’objet de l’association (soit en interne, gestion associative, soit en externe, donc directement
avec les usagers) contribuent à la solidarité. Une autre association est très particulière parce
qu’elle n’est pas labellisée Entreprise d’Insertion ou Association Intermédiaire mais qui est


                                                                                                 42
pourtant bien dans l’activité par l’insertion économique puisque son objet c’est de mettre des
gens en difficulté d’emploi en situation d’activité professionnelle sur des activités émergentes.
Les postes qui ont été créés portent sur l’adaptation du domicile des personnes qui ont un
handicap, créneau qui est peu occupé par le secteur marchand (parce que c’est de petites
adaptations) donc ils ont investi ce secteur d’activité et développé six emplois NSEJ, le
directeur est en CEC et la particularité (çà c’est très intéressant du point de vue des
mécanismes de l’économie solidaire), c’est un peu le principe d’une micro pépinière,
c’est-à-dire qu’une fois que les gens ont testé leur activité, ont appris le métier, ont développé
des contacts avec des clients de l’association, ils vont passer à leur compte en entreprise
individuelle dans le bâtiment (avec une clientèle acquise), franchisée par une SARL que
l’association contribue à mettre en place. Sur les 6 Emplois-Jeunes, en quatre ans, il n’y en a
qu’un qui est dans une entreprise individuelle. C’est un montage très complexe, c’est très
innovant, cette structure a des soucis financiers aujourd’hui mais cela n’empêche qu’on part
d’un besoin non solvable au départ, donc à première vue sur un secteur non concurrentiel
susceptible de porter une activité dans l’économie non marchande et progressivement on essaie
de faire le pas vers le secteur marchand en rendant le besoin solvable, en amenant les gens à
payer une partie du service et en trouvant des financeurs (caisse de retraite, les cliniques, les
hôpitaux), ils ont passé une convention avec le pôle européen de santé pour travailler en
collaboration. L’intérêt de cette démarche est de développer des activités nouvelles, sur le plan
économique c’est intéressant, sur le plan de l’insertion idem, parce que les gens à un moment
donné en étant sur des besoins non solvables, peuvent être moins performants, donc on leur
laisse le temps de se former, pendant ce temps là ils sont sur de l’emploi aidé… et le jour où ils
ont comblé leur retard, que le marché devient solvable… (alors c’est très complexe parce qu’il
faut une coïncidence entre les deux), là on glisse vers le secteur marchand. Autre intérêt : ils
interviennent sur un champ d’activité qui est lui-même d’utilité sociale. Le constat qu’avait fait
leur directeur, c’est qu’il y a un vide énorme entre la période d’hospitalisation et le retour à
domicile (entre les deux, pour ceux qui n’ont pas de familles ou des proches) il y a tout un
environnement qui manque au moment du retour à domicile (avant c’est l’hôpital, après c’est
l’aide à domicile, mais entre les deux il n’y a presque rien). L’utilité sociale elle n’est pas
seulement du côté de l’insertion professionnelle, elle aussi du côté d’un service à des personnes
qui éprouvent à un moment donné des difficultés. D’ailleurs, les difficultés dont je parlais
tiennent à cela… il faut opérer une équation très complexe, sur le plan économique, sur le plan
juridique avec des montages très compliqués, sur le plan humain (avec des personnes en
difficulté) et puis un champ qui n’est absolument pas défriché. Cette association est un peu
seule, donc il faut convaincre les partenaires (caisses de retraite, les collectivités locales) de
commencer à financer une partie d’un service qui jusqu’ici était laissé au champ de la
famille ”.(Chargé de développement du CAPEMM).



Le dispositif NSEJ est incontestablement un élément que l‟on ne peut pas dissocier de
l‟économie sociale et solidaire. Il participe en créant des emplois pour les jeunes dans le milieu
associatif à l‟émergence de nouvelles organisations qui ont toutes par la nature des besoins et
services qu‟elles couvrent une parcelle de leur activité qui entre dans le champ de l‟économie
sociale et solidaire. Reste que ce dispositif était fortement porté jusqu‟alors par l‟Etat. Qu‟en
sera-t-il des nouvelles orientations sur le prolongement des emplois et sur la pérennisation des
postes ? Une chose est certaine, même si le rapport salarial construit autour de ce type d‟emploi
n‟est que partiellement satisfaisant (reconnaissance statutaire faible, salaires peu élevés,
rotation des personnels importantes), il participe activement à l‟insertion de jeunes pour qui
l‟accès au marché du travail classique serait difficile. Ces emplois servent de tremplin pour une


                                                                                               43
vie active et un emploi plus stable, ils participent à la construction d‟une expérience
professionnelle pour les jeunes. Un des enjeux de la pérennisation sera peut être de transformer
ces emplois (aidés) d‟insertion en véritable emplois, relevant de l‟emploi normé et typique…
Une des contradictions fondamentales du système est que précisément, compte tenu de la
précarité des emplois, d‟une gestion financière et humaine rendue difficile (parce
qu‟augmentée d‟une pression accrue des pouvoirs publics, effectuée sous la forme de contrôles
toujours plus sélectifs), les associations s‟orientent de plus en plus vers une mission et des
orientations gestionnaires (selon Henri Mintzberg 1982, 1990 on parlerait de “ buts de
système ”). Elles devraient uniquement privilégier la mission sociale, le sens de l‟action et les
valeurs souches prônées par leurs fondateurs. Elles seraient alors dans la véritable recherche
sans concession d‟une meilleure qualité de vie pour les habitants d‟un territoire et dans l‟esprit
de l‟économie sociale et solidaire. Les logiques de management seraient construites sur la base
d‟un approfondissement et d‟une exploitation des “ buts de mission ” (H. Mintzberg 1982,
1990). Les contradictions ici pointées concernant les décalages qui existent entre les
associations relevant du champ de l‟économie solidaire et les injonctions paradoxales qui leurs
sont faites par l‟Etat puissance publique.




                                                                                               44
                  PARTIE II



MONOGRAPHIES D’ASSOCIATIONS ET D’ENTREPRISES
                SOLIDAIRES




                                           45
                          ADMR Meurthe et Moselle
                        L’aide à domicile en milieu rural




Nom : Aide à Domicile en Milieu Rural 54

Statut : Mandataire et prestataire. Fédération de 23 associations locales loi 1901 du secteur
sanitaire et social : 17 associations d‟intervention à domicile ; 4 associations de services de
soins infirmiers à domicile (SSIAD) ; 2 associations spécialisées dans le portage de repas à
domicile
+ 1 association intermédiaire d‟aide à domicile

Services rendus : soutien familial, aide ménagère, soins infirmiers, portage de repas à
domicile ; gestion et encadrement d‟emplois familiaux ; création d‟emplois de proximité.

Financements directs ou indirects des services : Conseil général (APA), DDASS, CPAM,
Caisses de Retraites, Mutuelles, Particuliers-Employeurs (emplois familiaux).

Type de clientèle : familles; personnes handicapées, personnes âgées ; particuliers-employeurs

Nombre de bénévoles : plus de 350 bénévoles en 2001

Nombre et qualification des salariés : 807 salariés pour 243 ETP (équivalent temps plein) en
2001 : aides à domicile, TISF, aides soignantes, infirmières, personnels administratifs
(secrétaires, conseillers techniques, comptables…)




La fédération des associations d‟Aide à Domicile en Milieu rural regroupe en Meurthe et
Moselle quelques 23 associations locales présentes sur l‟ensemble du département, à
l‟exception de la communauté urbaine du Grand Nancy. Ce tissu associatif est ancien (le réseau
ADMR a plus de 50 ans) avec pour mission principale l‟apport d‟une aide à domicile aux
familles, aux personnes handicapées et aux personnes âgées, le plus souvent isolées, en milieu
rural. Les services rendus dans le cadre de cette mission se sont diversifiés dans le temps.
Différents facteurs : démographiques, sociologiques et politiques concourent actuellement à la
redéfinition d’une mission aujourd’hui ancienne pour la fédération dans le sens de sa
diversification à des fins de globalisation de la prise en charge des personnes. Le profil des
personnes aidées et leurs besoins (moins de familles ou de personnes âgées de moins de 60
moins et davantage de personnes ou de couples isolés très âgés et/ou en grandes difficultés),
d‟une part, les dispositifs publics à partir desquels la fédération assure sa solvabilité (cas de
l‟A.P.A) ou définit de nouvelles stratégies de développement (création d‟une Association
Intermédiaire –Domicile Services-), d‟autre part, les compétences requises pour satisfaire les
demandes de prise en charge, enfin, font évoluer ces associations dans le sens d‟une
professionnalisation accrue de leur mode d‟organisation, de leurs services et de leurs
personnels.



                                                                                              46
1. Un réseau qui diversifie ses missions et se professionnalise

Du point de vue de son organisation interne, le réseau maintient le principe propre selon nous à
l‟économie solidaire, de la subsidiarité et de la complémentarité des rôles entre la fédération et
les associations que celle-ci encadre aux niveaux départemental et régional sur les plans
politique, logistique et administratif. La fédération refuse un modèle d‟organisation autoritaire
et centralisateur qui consisterait par exemple à uniformiser et à formaliser les modes de
recrutement et de gestion des personnels travaillant au domicile des personnes ou des familles
aidées. Chaque association locale, animée par du personnel bénévole, est autonome dans sa
gestion des ressources humaines16 et financière. Ce modèle organisationnel évolue pourtant
avec les transformations de son environnement, institutionnel notamment.

La mise en place de la Prestation Spécifique Dépendance puis de l‟Allocation Personnalisée
d‟Autonomie a accru l‟activité du réseau : entre 1998 et 2001, le nombre d‟heures réalisées au
domicile des personnes âgées en service prestataire a progressé de 45%, passant de 46 991 à
103 349 heures17. Les autres activités du réseau : gestion des emplois familiaux par le service
mandataire, portage de repas à domicile, prise en charge des familles fragilisées et des
personnes handicapées en service prestataire, services de soins infirmiers à domicile (SSIAD)
sont, elles, aussi en progression sur la période d‟observation :


                                                1998                         2001
Aide aux familles                             32 515 h                     37 195 h
Aide aux handicapés                           10 834 h                     18 287 h
Activité prestataire pers. âgées              46 991 h                    103 349 h
Activité mandataire                          108 297 h                    141 340 h
Activité de l’AI                                  -                        33 000 h
Interventions SSIAD                            43 644                       48 542
Repas à domicile                              103 694                      100 994




Sur l‟ensemble de ces activités, le nombre de contrats de travail gérés par les associations du
réseau ADMR 54 était de 2 231 pour 807 salariés et 243 ETP (Equivalent Temps Plein) à la fin
de l‟année 2001. L‟augmentation du volume d‟activité du réseau s‟est traduit par un surcroît
d‟activité pour les bénévoles des associations locales, rendant plus complexe le travail
d‟encadrement des salariés et de suivi des dossiers des usagers. Récemment, la fédération a
informatisé son réseau associatif pour faciliter la gestion des plannings et des contrats de travail
des salariés, manifestant par là sa volonté de moderniser son fonctionnement. La
professionnalisation du réseau est également perceptible dans les engagements pris récemment
par la fédération au niveau régional en matière de formation professionnelle de ses personnels
salariés et bénévoles. Les bénévoles responsables des associations locales sont actuellement
sollicités pour suivre des formations d‟encadrant de proximité sur les aspects relatifs
notamment à la gestion des ressources humaines et à la démarche qualité. Un partenariat récent
avec l‟ANPE et l‟AFPA implique par ailleurs le réseau dans le suivi et l‟accompagnement de

16
   Chaque association locale gère entre 20 et 40 salariés pour lesquels le temps travaillé correspond au mieux à un
quart temps.
17
   Source : Bilan d‟activité 2001 de la fédération ADMR de Meurthe et Moselle


                                                                                                                47
stagiaires en formation d‟aide à domicile, faisant émerger des besoins spécifiques en formation
chez les personnels bénévoles encadrant autour de la fonction tutorale. Enfin, l‟engagement
récent du réseau dans un plan régional de formation (EDDF) pour les futurs Auxiliaires de Vie
Sociale parachève son rôle désormais politique et sa reconnaissance institutionnelle locale dans
l‟accompagnement et la formation des personnels du secteur de l‟aide à domicile.




1.1 Quel rôle de l’ADMR dans le développement de l’économie solidaire ?


A ces évolutions, s‟ajoute, enfin, peut-être, une stratégie de développement et un
positionnement de la fédération sur les différents marchés de l‟aide à domicile en milieu rural :
marché professionnel et très réglementé des SSIAD avec les qualifications d‟infirmiers et
d‟aide- soignants, marché flexible et non professionnalisé de l‟Association Intermédiaire avec
des salariés non qualifiés en cours d‟insertion ou de ré-insertion sociale, enfin marché socialisé
(par l‟intervention publique) et en cours de professionnalisation que gèrent les associations
locales d‟intervention à domicile avec du personnel majoritairement qualifié sous des statuts
d‟emploi précaires18. Cette capacité qu‟a la fédération de se positionner localement sur les
différents marchés des qualifications de l‟aide à domicile en milieu rural, avec un premier
marché -celui des SSIAD- proche du secteur public hospitalier, un second marché –celui de
l‟AI- proche du secteur marchand et enfin un troisième marché –celui du service à domicile
proprement dit et qui serait spécifique à l‟économie solidaire 19 – proche du tiers secteur,
favoriserait la construction d‟une identité organisationnelle originale. Identité qui émanerait
d‟une position institutionnelle inscrite au croisement de ces différents marchés, favorisant par
là leur coordination et donc leur décloisonnement au niveau local. Multipliant ainsi les missions
et les fonctions sociales de l‟économie solidaire : préfiguration d‟un nouveau service public
hospitalier avec les SSIAD et leurs “ équipes mobiles ”20? Institutionnalisation de nouvelles
relations de services domestiques avec l‟AI et les fonctions mandataires ? Construction d‟un
nouveau marché socialisé des services de l‟aide à domicile avec les associations locales et les
qualifications nouvellement créées dans le secteur comme celle d‟Auxiliaire de Vie Sociale? Ce
profil particulier d‟institution liée à l‟économie solidaire interroge les fonctions socialisantes de
celle-ci en regard de l‟économie classique, marchande et non marchande. Dans le cas de
l‟ADMR, l’économie solidaire existe et agit en effet à la fois pour elle-même et au-delà
d’elle-même en ce qu’elle participe à la structuration et à la coordination des différents
marchés du travail et des services dans un même champ professionnel. Outil de socialisation de
différentes économies de service dans un champ professionnel donné, celui de l‟aide à domicile
en milieu rural, et dans un secteur d‟activité donné, celui du médico-social. Pour le moment, il
s‟agit là toutefois plus d‟une préfiguration de fonction que d‟une fonction réelle de l‟économie
solidaire car les moyens matériels, logistiques et humains dont elle dispose aujourd‟hui ne lui
permettent pas encore de l‟exercer pleinement. Pourtant sur la période récente, certaines

18
   Pour la désignation de ces différents marchés du travail, nous nous inspirons largement des écrits d‟Annie
Dussuet proposés dans le cadre du séminaire “ Systèmes d‟emploi ” animé par B.Gomel et organisé par le comité
national du programme de recherche “ Economie sociale et solidaire en Régions ” dans lequel s‟inscrit cette étude.
A. Dussuet, “ Modèle du “ service à domicile ” et systèmes d‟emploi dans l‟économie sociale et solidaire ”,
Document de travail du CRGNA, LESTAMP et du LEN-CEBS de l‟Université de Nantes.
19
   Voir A. Dussuet sur les caractéristiques de ce 3 ème marché propre selon l‟auteur à l‟économie solidaire et sur
lequel l‟ADMR réalise l‟essentiel de son activité.
20
   La fédération ADMR 54 projette par ailleurs la création de nouveaux services de soins : hospitalisation à
domicile, réseau de soins palliatifs, unité de vie…


                                                                                                              48
dispositions juridiques et conventionnelles (réforme à venir de la convention collective ADMR
avec en particulier une formalisation et une organisation nouvelles des qualifications, et une
amélioration du statut professionnel des salariés dans le secteur de l‟aide à domicile), et
politiques (APA, hospitalisation à domicile, etc.) sembleraient favoriser cette forme
d‟institutionnalisation de l‟économie solidaire.




2. Gestion des personnels et définition de la relation de service

    L‟ADMR 54 s‟inscrit actuellement dans une démarche de professionnalisation de ses
salariés et bénévoles. Différents facteurs viennent contrarier toutefois cet engagement dans la
qualification et l‟amélioration des compétences de ses personnels.



2.1 Le bénévolat des associations

Pour les bénévoles encadrant des associations locales, les besoins en formation clairement
exprimés pour eux-mêmes concernent le droit du travail et l‟informatique alors que la
fédération semble les solliciter plutôt actuellement sur le suivi et l‟accompagnement des
salariés dans leur démarche de professionnalisation, ainsi que sur l‟accueil et le suivi de
stagiaires. Les bénévoles hésitent en retour à s‟engager dans la prise en charge de stagiaires.
Compte tenu des spécificités de la mise au travail dans ce secteur qui s‟opère simultanément
dans différents lieux privés que sont les domiciles des personnes aidées, comment assurer le
suivi effectif des stagiaires sans déléguer une part de cet encadrement aux salariés eux-mêmes?.
Si cette activité devenait pérenne pour les associations, cela reviendrait à former les salariés à la
fonction tutorale et surtout à intégrer cette activité dans leur temps de travail. Le problème est
qu‟en l’état les salariés n‟ont ni toujours les savoir-faire requis, ni le statut, ni généralement la
disponibilité pour exercer seuls sur le lieu de travail ce type de responsabilité. Mais les
bénévoles encadrants hésitent aussi à s‟engager dans le suivi et l‟accompagnement
professionnel de leurs salariés sous les modalités imposées par le nouveau cadre législatif
(Validation des Acquis d‟Expérience et formation pour l‟obtention du diplôme d‟AVS). Cela
ne tient bien évidemment pas à un défaut de compétences mais à la difficulté de se poser en tant
que bénévoles comme employeurs à part entière avec toute l‟autorité que requiert cette fonction
quand il s‟agit de convaincre les salariés à s‟engager dans une démarche (longue) de
qualification. Que faire et que dire quand les salariés refusent les propositions de formation, en
particulier parce qu‟ils ne sont engagés le plus souvent qu‟à temps très partiel dans le métier
d‟aide à domicile? Par ailleurs, les modifications réglementaires sont aujourd‟hui telles dans ce
secteur que les responsables des associations locales éprouvent des difficultés à suivre tous les
dossiers renouvelant le cadre institutionnel et les métiers de l‟aide à domicile. Le bénévolat
d‟encadrant de proximité éprouverait-il ici ses limites ? D‟une certaine manière, oui. Si les
activités de bénévolat reposent d‟abord au-delà de leur gratuité sur le volontariat et la
disponibilité des acteurs, cela signifie que ces activités ne doivent pas être imposées ou
contraintes par l‟environnement. Or, l‟institutionnalisation et la complexification de
l‟environnement du réseau ADMR placent individuellement ces acteurs face à des directives et
des injonctions dont ils reconnaissent ne pas avoir toujours la maîtrise pratique. La


                                                                                                  49
professionnalisation du réseau ADMR qui s‟opère actuellement entre d‟une certaine manière en
contradiction avec le statut de bénévole encadrant des associations locales. La solution pourrait
être de professionnaliser pleinement (par la formation, par la rémunération) ce statut mais le
risque serait alors de perdre l‟esprit de solidarité dont ce bénévolat est porteur et la relation
conviviale, personnalisée et quasi-symétrique entre encadrants et salariés, d‟une part, entre
offreurs et demandeurs de service, d‟autre part.




2.2 La construction de la relation de service

La sur-détermination actuelle des politiques publiques dans la définition de la relation de
service et des modes de gestion de la main d‟œuvre constitue un exemple de la difficulté qu‟ont
actuellement les associations locales à maîtriser l‟évolution de leur environnement
institutionnel. La mise en œuvre de l‟APA par exemple modifie les compétences attendues des
salariés et donc les critères de recrutement : l‟intervention au domicile des personnes aidées se
centre de plus en plus sur la réalisation de soins corporels, sur le dialogue et non plus seulement
sur les activités ménagères. Mais elle limite aussi le rôle des employeurs puisque dans ce
dispositif, ce sont les services des conseils généraux et non les organismes prestataires qui
définissent les volumes horaires et la nature des interventions à domicile. Le modèle de relation
de service institué par l‟APA se distingue donc du modèle du service domestique personnalisé,
même s‟il en conserve certaines caractéristiques, par la présence forte d‟un “ tiers ”, la
puissance publique, dans la définition de la relation de service, laquelle en tant qu‟expert détient
ici le pouvoir de prescription. La socialisation de la prestation formalise, “ protocolise ” par
ailleurs la relation de service même si celle-ci continue à s‟exercer dans un cadre privé, au
domicile des personnes aidées. Le modèle de relation de service institué par l‟APA est un
modèle hybride par rapport au “ type idéal de service institué par l‟économie solidaire ”21, qui
définit la prestation de manière objectivée à partir de la demande mais indépendamment de
l’offre par un travail d‟expertise publique et des protocoles d‟aide et de soins. Dans ce modèle
d’économie solidaire, l’offre est construite a posteriori à partir d’une demande privée
socialisée. Les associations locales, prestataires de service ajustent leurs besoins en main
d‟œuvre, leurs interventions et leurs activités d‟encadrement, soit définissent leur offre, non pas
tant à partir d‟une demande privée mais sur la base d’une demande de service co-construite par
l’expertise publique et les individus demandeurs d’aide. Ce modèle est à l‟opposé de celui de
l‟économie marchande et publique où l‟offre détermine généralement la demande individuelle
ou collective. Mais il ne s‟apparente pas non plus complètement au modèle de l „économie
domestique dans lequel le pouvoir de la demande est identique dans la détermination de l‟offre
mais est de nature strictement privée. Ici, l‟offre et la demande sont à la fois privées et
socialisées. L‟offre et la demande émanent de structures et d‟individus privés dont l‟existence
et la rencontre dépendantes de leur reconnaissance sociale et de leur financement public.


Dans ce modèle, la définition de l‟offre de services s‟opère a posteriori quand la nature et la
solvabilité de la demande ont été définies et arrêtées par l‟expert public. Le travail des
associations locales, prestataires de services, consiste donc à créer et à organiser l‟offre en
fonction de la demande privée socialisée, émanant conjointement des pouvoirs publics et des
personnes demandeuses d‟aide. Mais cette demande détermine fortement l‟offre de service
21
  Type idéal dans lequel le service est défini conjointement par la structure prestataire (offre) et la personne aidée
(demande). Voir sur ce point, Annie Dussuet, op. cit. supra.


                                                                                                                  50
puisqu‟elle contient en amont, ie avant satisfaction, un ensemble de dispositions relatives au
travail de prise en charge (définition des tâches, des horaires et des rythmes des visites).

Le rôle des associations locales consiste donc moins à définir le contenu du travail de leurs
salariés qu‟à les recruter, les encadrer et organiser leurs activités en fonction du nombre de leurs
interventions et de leur volume horaire de travail mensuel.




2.3 La gestion du personnel salarié des associations locales


En matière de recrutement des personnels salariés, les associations locales mettent en avant la
qualification par le diplôme (BEP sanitaire et social notamment) mais celui-ci fonctionne
semble-t-il plus comme un “ signal ” permettant la pré-sélection des personnels les plus jeunes
uniquement. D‟autres critères relatifs aux attendus en compétences des personnes prises en
charge elles-mêmes mais aussi à l‟expérience professionnelle, aux qualités personnelles
(communicationnelles et relationnelles notamment) et domestiques (mères de familles, femmes
au foyer) des candidats sont mis en avant dans la définition des compétences requises pour
l‟exercice du métier d‟aide à domicile. Les critères d‟embauche font essentiellement référence
à une définition privée de la compétence sur le modèle des “ services domestiques
personnalisés ” 22 . L‟engagement récent du secteur de l‟aide à domicile dans la
professionnalisation de ses personnels incitent toutefois les associations locales à recruter de
plus en plus (mais aussi dans la mesure du possible) sur la base de cet objectif. De nouveaux
critères apparaissent ainsi dans les procédures d‟embauche. Ils concernent tout d‟abord
l‟engagement des salariés sur les contenus de travail et sur les types de prise en charge réalisés.
Il s‟agit plus précisément ici d‟évaluer leur sensibilité à la polyvalence du métier . Les salariés
doivent être en mesure d‟intervenir auprès des différents publics de l‟aide à domicile (familles
défavorisées, personnes handicapées, personnes âgées) et pouvoir effectuer l‟ensemble des
tâches prescrites dans les protocoles d‟aide et de soins (ménage, soins corporels…). Cet appel à
la polyvalence préfigure les qualifications qui, dans un futur proche, structureront le secteur de
l‟aide à domicile (on pense en particulier au diplôme d‟Auxiliaire de Vie Sociale). Les
nouveaux critères de recrutement concernent ensuite l‟engagement des salariés à suivre des
formations, ponctuelles et techniques, ou qualifiantes dans le cadre notamment de la Validation
des Acquis d‟Expérience. Il s‟agit là d‟un critère fort qui préfigure très certainement une
internalisation/fidélisation future de la main d‟œuvre par la construction progressive de
carrières dans les métiers de l‟aide à domicile. Ces nouveaux critères d‟embauche faciliteront
de toute évidence à moyen terme l‟organisation collective du travail et la mobilité
professionnelle, à la fois interne et externe, des salariés.

L‟examen des critères de recrutement permet de mieux saisir les contenus et enjeux de
la professionnalisation des métiers et du secteur de l‟aide à domicile. Le responsable de la
fédération ADMR 54 concluait ainsi notre entretien : “ Il faut actuellement être très réactif à la
polyvalence du métier ainsi qu’aux besoins en formation des salariés ”. Cette phrase résume
assez bien les orientations actuelles du réseau d‟aide à domicile en milieu rural en matière de
gestion de la main d‟œuvre.


22
     Annie Dussuet, op. cit. supra


                                                                                                 51
Recruter, former, qualifier…la gestion des salariés fait aussi référence à l‟organisation
individuelle et collective du travail, à la gestion des flux d‟activités par les associations locales.
En ce domaine, ces dernières sont confrontées à une double difficulté : celle de faire émerger un
collectif de travail et celle d‟encadrer les salariés dans l‟exercice quotidien de leur fonction. Il
s‟agit là d‟obstacles structurels, inhérents à l‟organisation actuelle de l‟aide à domicile et à la
nature même du travail réalisé.

La première difficulté signale la quasi-absence de régulation des collectifs de travail au niveau
local par l‟organisation de réunions régulières qui permettraient de définir ensemble des règles
et des pratiques communes d‟intervention auprès des publics aidés en prestation de services.
Cette difficulté est inhérente au statut d‟emploi et par suite à la situation professionnelle des
salariés. En effet, le contrat de travail et la rémunération ne valident que les heures travaillées
au domicile des personnes aidées. A l‟exception des déplacements domicile-travail (dont seuls
les frais sont remboursés à hauteur de 3 km/heure travaillée), ils ne reconnaissent aucune autre
activité liée au métier d‟aide à domicile. Il s‟agit là d‟une limite importante à la
professionnalisation des salariés de ce secteur. En empêchant toute discussion et échange
collectif sur les compétences dans le cadre du temps de travail, cette situation freine
l‟émergence d‟une compétence collective qui pourrait venir infléchir, conforter et surtout
améliorer les compétences individuelles des salariés. Cette situation favorise un isolement au
travail qui pénalise à la fois le salarié dans sa professionnalisation et l‟employeur dans sa
fonction d‟encadrant. La faible reconnaissance sociale du métier d‟aide à domicile est donc
perceptible non seulement dans la précarité de ses statuts, dans la faiblesse de ses rémunérations
mais aussi dans l‟absence ou la faible reconnaissance d‟activités autres que celles prescrites
dans les protocoles de service (réunions de régulation, temps de déplacement domicile-travail,
temps d‟échanges avec les familles des personnes aidées, etc.)23.


La seconde difficulté à laquelle sont confrontées les associations locales concerne précisément
l‟encadrement individuel des personnels. Elle renvoie à la multiplicité des lieux investis
simultanément dans la journée par les salariés sur des créneaux horaires très limités (midis et
soirées), qui rend impossible le suivi et le contrôle réguliers de leur travail par les encadrants.
La confiance des employeurs vis-à-vis de leurs salariés apparaît ainsi dans les métiers d‟aide à
domicile au fondement de la relation salariale, précisément parce que les employeurs ne se
trouvent pas sur les lieux de travail au moment où se réalisent les prises en charge. Cette
confiance se fonde essentiellement sur les capacités que manifestent les salariés à se conformer
au travail prescrit et à être autonomes dans la gestion de leurs responsabilités et de leurs temps
travaillés. L‟évaluation de la qualité des prestations par les employeurs est toujours plus ou
moins indirecte24 : échanges avec les salariés en dehors des temps travaillés, contrôle de leurs
fiches de présence et de leurs fiches de route, évaluation de la satisfaction des personnes prises
en charge et de leurs familles. Par ailleurs, pour pallier cette difficulté liée à l‟encadrement

23
   Situation que l‟on retrouve dans d‟autres situations professionnelles proches de celles d‟aide à domicile. L‟étude
que nous avons réalisée sur les assistantes maternelles signalait également ce problème à propos des temps
d‟échanges avec les parents des enfants gardés qui ne sont pas comptabilisés dans leur temps de travail alors qu‟ils
constituent des moments-clefs dans la régulation des rapports entre familles-employeurs et professionnelles et
pour la compréhension réciproque de leur rôle (échanges de pratiques éducatives, régulation de la relation
salariale, etc.). Voir sur ce point : J. Kaiser, F. Streicher, “ Assistantes maternelles agréées de l’accueil non
permanent dans le département de Moselle : un métier en cours de professionnalisation ? ”, rapport d‟étape pour
la direction de la PMI, Conseil Général de Moselle, Mai 2001, 90p.
24
   Rappelons que dans le cadre de l‟APA, l‟évaluation directe de la qualité des prestations est assurée par les
professionnels des conseils généraux.


                                                                                                                 52
direct des salariés, les commissions du personnel des associations locales se montrent vigilantes
lorsqu‟elles statuent sur l‟affectation des salariés dans les différents lieux de travail en tenant
compte non seulement des préférences des personnes aidées mais aussi de celles des personnels
salariés. Il faut en effet éviter à tout prix le travail contraint dans de telles situations
professionnelles.




                                                                                                53
                                           Crèche parentale



Pour J.L Laville, les crèches parentales sont une des figures de la solidarité en action au sein des
associations. Le choix de cette structure a donc été guidé par cette position particulière d‟un
organisme qui, pour offrir un service aux familles, met en place des emplois salariés tout en
mobilisant les usagers, en l‟occurrence les parents des enfants accueillis, dans la production du
service (Laville, 1993)25.




I L‟environnement et l‟initiative locale

1.1 Le portage du projet par des femmes concernées

La crèche est localisée dans une commune rurale située en périphérie sud de l‟agglomération de
Nancy, à 15km du centre de l‟unité urbaine. La commune de F., 1600 habitants, est le centre
d‟une aire d‟attraction comprenant plusieurs dizaines de communes rurales, et le passage obligé
pour les actifs migrants quotidiennement vers le pôle d‟activité du Grand Nancy. De plus, un
centre médico-social d‟accueil de personnes handicapées, situé sur la commune de F., contribue
aux flux quotidiens d‟une population active convergeant à F. depuis Nancy et les communes
rurales du sud-Nancéien. Dans cette petite région “ urbaine ”, la mise en place de services à la
population est rendue difficile par la faible densité de population et la mobilité des actifs vers la
métropole. La demande locale d‟accueil pour la petite enfance n‟est que partiellement satisfaite
par les structures mises en place par les communes urbaines (Vandoeuvre, Nancy). Celles-ci ne
peuvent correspondre aux pratiques familiales des ruraux qui souhaitent un accueil de
proximité, souple, mixant les gardes intra-familiales (grands-parents, parents à temps partiel) et
l‟accueil institutionnel (crèche, assistantes maternelles).

La crèche parentale de F. développe depuis 1990 un accueil spécialisé, en journée, d‟enfants
âgés de moins de trois ans. La structure est de statut associatif (loi 1901), et fut fondée en 1990,
à l‟initiative de deux habitantes de F., salariées de l‟établissement médico-social situé sur la
commune. L‟initiative a été prise par deux collègues et amies qui ne trouvaient pas de solutions
de garde pour leur bébé, et qui ne souhaitaient pas interrompre leur activité professionnelle.
Elles partent du constat d‟un déficit sur la commune des moyens offerts pour la garde des
enfants26
25
   Voir l‟historique produit par J.L. Laville (Les Services de Proximité en Europe, 1993, pp.29-32) sur la création
progressive des crèches parentales. De l‟émanation des crèches “ sauvages ”, à la “ légalisation et la diffusion ”, en
passant par la constitution d‟une Association des Collectifs Enfants Parents (ACEP) qui est créée en février 1981
autour des objectifs suivants : représentation auprès des pouvoirs publics ; constitution d‟un réseau ; promotion de
nouvelles initiatives ; recherche et expérimentation au sein des collectifs. En 1985 un guide pratique des crèches
parentales voit le jour, il répertorie sous forme de fiches techniques tous les éléments d‟une démarche de création,
d‟administration et de gestion d‟un équipement.
26
   C‟est l‟idée initiale de deux femmes (salariés à mi-temps d‟un gros établissement du secteur médico-social de la
commune) qui partent d‟un constat simple, il y a un déficit sur la commune au niveau des moyens offerts pour la
garde des enfants. Les parents ne trouvent pas un service qui leur permet de faire garder leur enfant, il y a un
manque important d‟assistantes maternelles. Ce constat étant fait, elle vont passer des soirées entières à organiser


                                                                                                                  54
Là, le projet de transférer une fonction maternelle et domestique à une institution prend forme,
mais les intéressées se trouvent confrontées aux non réponses des pouvoirs publics, du fait de la
faible densité démographique et de la faible rentabilité des coûts de fonctionnement d‟une
éventuelle structure publique d‟accueil.

“ J’ai fait le tour des assistantes maternelles, et je me suis rendue compte qu’elles étaient toutes
occupées. Je ne pouvais pas quitter mon emploi, je n’avais pas les moyens financiers. Une amie
très proche était très motivée pour travailler avec moi à la création d’une crèche, et on a fait
des démarches, chez nous, à la maison, avec nos soucis de femmes, et ensuite, je me suis dit je
vais rentrer dans une association, ça sera plus simple, les statuts existent et on m’aidera pour
les démarches administratives. On a prit l’association Familles Rurales, car c’est celle qui se
rapproche le plus de la famille, des enfants, avec ses difficultés, et tout ce qu’on peut apporter
au sein du village. ” (Présidente fondatrice).

La formulation du besoin et la recherche de solutions organisées se construisent à l‟initiative de
deux personnes conscientes d‟un déficit de service aux familles, sur un territoire rural qui avait
conservé un mode de vie centré sur le groupe domestique, au sein duquel les solidarités
familiales entre femmes (mères, grands-mères, tantes, voisines…) assuraient l‟élevage et
l‟éducation des enfants. Or, la salarisation de jeunes femmes issues de ces villages et leurs
déplacements vers les entreprises du bassin a contribué à faire évoluer les pratiques
domestiques locales. A l‟instar des milieux citadins, les taux d‟activité féminine progressant, la
question de la collectivisation de la prise en charge des fonctions d‟éducation se pose aussi dans
la petite vallée de F. Si la municipalité avait déjà été interpellée, aucune initiative publique
n‟avait vu le jour pour répondre à une demande croissante. C‟est pourquoi, des mères salariées
prennent la décision de se servir elles-mêmes et d‟entraîner dans leur projet un collectif de
familles et d‟élus.

Dans cet exemple, de création d‟une crèche parentale et d‟émanation d‟un nouveau service de
proximité, nous sommes bien en présence d‟une forme de solidarité qui part de l‟initiative de
quelques acteurs (ici deux femmes salariées), sur un territoire déterminé, à une échelle locale et
rurale et qui aboutit à la co-construction d‟un projet qui fédère les besoins de la population. Ces
initiatives qui relèvent de quelques personnes ne sont pas (et ne peuvent objectivement pas être)
l‟émanation des pouvoirs publics. La solidarité s‟exprime au travers du repérage et de
l‟émergence de besoins des populations que l‟Etat (le gouvernement)27 ne peut ni anticiper, ni

les choses. A partir de cette observation, elles vont tout mettre en œuvre pour monter leur projet. Ce projet devait
impérativement pour intéresser les parents tenir compte d‟horaires de travail très variables. En effet, un des
établissements (qui occupe à lui seul quelques 1000 salariés) dont le secteur d‟activité et l‟action sociale propose à
ses travailleurs des horaires décalés. Une solidarité va se mettre en place, certes à l‟initiative de deux personnes, et
cela va fédérer tout un tissu de population, d‟élus, d‟instances publiques et d‟employeurs. A tel point que le comité
d‟entreprise de cet établissement médico-social va participer et contribuer activement à la réussite de ce projet en
investissant dans le bâtiment et réservant en permanence 5 lits pour les enfants du personnel. Ces deux femmes
vont faire un diagnostic, une étude de faisabilité (en construisant un questionnaire) auprès de la population et
essentiellement auprès des futures mamans, elles vont s‟atteler à créer les statuts de l‟association, établir un projet
et interpeller la Mairie, le Conseil Général, la CAF… Au fur et à mesure elles arrivent à se faire ouvrir des portes,
et un jour cela débouche sur une table ronde avec la mairie, le CG et des représentants de la Caisse d‟Allocation
Familiale. Ces rencontres vont déboucher sur la signature d‟un contrat petite enfance, impliquant les trois
partenaires, la CAF, la mairie et la crèche parentale. Ensuite, les éléments s‟interconnectent la mairie achète un
bâtiment ancien qu‟elle réhabilite et qu‟elle met à disposition de l‟association moyennant un loyer.
27
    Mais peut être qu‟il ne faut pas raisonner à priori à partir d‟une fonction “ naturelle ” de l‟Etat Providence : tous
les travaux sur les politiques sociales montrent que ce concept est daté (1950-1970) et que les pouvoirs publics
rentrent comme d‟autres secteurs dans une économie de services dont l‟enjeu est un certain équilibre (plus ou
moins libéral ou mixte) de redistribution qui conjugue les fonds publics (les contribuables) et les fonds ou les


                                                                                                                     55
fédérer, ni construire. Dans ce cas précis la thèse que nous défendons se précise, il y a bien une
prégnance du local sur le national dans la création d‟associations qui relèvent du champ de
l‟économie sociale et solidaire, et ce sont bien les acteurs qui construisent à la base leur
revendication pour permettre l‟accomplissement d‟un service, que l‟Etat Providence (puissance
publique) n‟assure pas ou bien insuffisamment. Ce n‟est qu‟après cette phase que les acteurs
rentrent en négociation (serrée) avec les pouvoirs publics et les collectivités territoriales ou
locales, parce que sans une aide matérielle et/ou financière, il est impossible d‟asseoir un projet
et de le pérenniser (la démonstration est faite que cette solidarité globale fonctionne puisque
certaines crèches parentales ont plus de dix ans d‟activité…)



1.2 Les valeurs fondant le projet : la solidarité éducative face à la gestion d’une prestation
de service


Les créatrices du projet s‟orientent vers le statut de crèche parentale. En effet, au départ, la
participation des parents à la prise en charge quotidienne des enfants apparaît comme le
principe éducatif porteur du projet : il s‟agit de préserver la relation parentale et pour cela
associer les salariés et les parents en fonction de leurs disponibilités. L‟objet d‟une crèche
parentale a été conçu par des citadins appartenant à des professions qui leur laisse la possibilité
de consacrer au moins une journée par semaine pour s‟occuper des enfants. Or, en milieu rural,
où la population est majoritairement salariée dans des postes contraints (ouvriers, employés,
professions intermédiaires), l‟objet de la crèche parentale est une innovation :

“ En rural c’est pas évident : les gens vont au boulot et demandent à faire garder leur enfant.
Si en plus il faut qu’ils viennent à la crèche pour travailler, c’est pas du tout la même chose que
l’utilisation d’un service. Et quand ils y ont goûté, ils y reviennent parce que ils se sentent à
part entière au fait de la prise en charge de leurs enfants et dans le fonctionnement d’une
structure. En plus ils sont amenés à rencontrer d’autres familles, à discuter de leurs difficultés
d’élever un enfant… c’est une ouverture d’esprit, c’est pas simple en milieu rural, surtout pour
des professions traditionnelles qui n’ont pas de disponibilité (prof, comptables, infirmières,
standardiste…). Professionnellement, en tant que monitrices éducatrices nous travaillons
beaucoup avec les familles, nous avons eu des formations sur l’éducation parentale. On prend
l’enfant comme un personne à part entière, c’est pas un objet qu’on dépose le matin ”.

Le projet émane de deux personnes, issues du milieu rural, dont la qualification, l‟emploi
occupé, les connaissances acquises dans les domaines de l‟action socio-éducative, leur donne
matière à concevoir des orientations de l‟action et une forme d‟organisation qui rompt avec les
représentations communes sur les modes de garde dans le bassin de vie. Le fait de concevoir un
projet et un service “ pour soi ” (les deux fondatrices, futures mamans elles-mêmes imaginent
ensemble un accueil qui conviennent à leur éthique parentale et à leurs pratiques éducatives)


ressources privés. En conséquence l‟Etat, joue un rôle de contrôle sur des financements mixtes, sans s‟engager à
100% dans le subventionnement. A la limite du raisonnement, l‟économie solidaire arrange les pouvoirs publics
car elle les soulage financièrement. D‟autre part, l‟Etat c‟est le gouvernement stricto sensu ou les collectivités
locales aux compétences décentralisées depuis 1982, cette question doit être posée. En tout état de cause, pour que
le débat s‟installe il faut un éclaircissement des positions qui consiste à parler de l‟Etat au sens large (c‟est-à-dire
l‟Etat puissance publique, le gouvernement) ou des services déconcentrés de l‟Etat (pouvoirs publics), ce qui ne
renvoie pas aux mêmes logiques concernant l‟économie sociale et solidaire.



                                                                                                                    56
vont mettre sur pied une structure qui puisse non seulement répondre à un besoin social
localisé, mais aussi à s‟orienter “ vers autrui ”, en vue de socialiser le service et de concrétiser
par une action collective, leurs théories éducatives et une certaine forme d‟action sociale et de
développement local. La construction de solution innovantes à un problème social local,
demande un long processus d‟échange et de débats, pour convaincre et faire évoluer les places
instituées, les pratiques, les mécanismes de décision et de construction des services à la
population. Plusieurs modèles d‟organisation, d‟objet, d‟objectifs se confrontant au cours de
ces années de démarches et d‟information, les porteurs du projet sont entrés dans une
transaction avec les forces locales (familles, pouvoirs territoriaux, agences de financement…).
Le produit institutionnalisé de cette transaction étant la forme particulière du fonctionnement de
la structure, la mutualisation des financements privés et publics et des ressources humaines, ses
statuts participatifs et sa gestion collective 28.

En effet, l‟orientation instituante qui suppose la mutualisation de la prise en charge des enfants
s‟impose face aux choix politiques et budgétaires de la municipalité :

“ Notre choix c’était d’impliquer les parents dans l’éducation de leurs enfants : c’était notre
choix au départ. Nous aurions pu créer une structure municipale, mais la municipalité n’y
tenait pas au motif des coûts, elle aurait été déficitaire. Les crèches collectives ne nous
intéressaient pas du tout car, à l’époque, du fait de notre métier (Monitrices éducatrices) et de
notre état d’esprit, nous étions pour impliquer les parents dans l’éducation de leurs enfants,
dans une démarche de responsabilisation, d’écoute, c’était un état d’esprit qui nous convenait
très bien, et ça a fonctionné formidablement bien. Nous étions très motivées, on a sans doute
fait passer quelque chose auprès des parents. Des parents étaient partants et cherchaient à
s’investir. Les trois premières années c’était formidable, l’esprit parental est resté très vivant ”.

Le développement de l‟activité d‟accueil et le portage du projet de 1991 à 2002 et
l‟actualisation dans les pratiques associatives et éducatives des valeurs fondatrices du projet,
ont connu trois phases : une première phase d‟institutionnalisation par un collectif de parents
solidaires entourant les deux fondatrices dans leurs démarches, une deuxième phase de
fonctionnement de la prestation de service à des familles de moins en moins engagées dans le
projet fondateur, une troisième phase de réactivation du projet associatif visant l‟implication
des parents dans la vie quotidienne et la gestion de la crèche.

Avant l‟ouverture de la crèche la mobilisation des habitants de F. autour des initiatrices se
manifeste par des participations aux réunions, des dons de matériel, interventions sur
l‟aménagement des pièces. Cette mobilisation est motivée par le besoin d‟un collectif de
parents résidant ou travaillant à F. qui s‟organise afin de résoudre la pénurie de mode de garde
sur le bassin :

“ Nous étions très motivées. Et je pense que nous avons fait passer quelque chose certainement
lors de réunions. Les parents, lorsque l’on parlait tarif, ils ne réagissaient pas du tout. Je leur

28
   Nous entendons par “ produit transactionnel ” le résultat d‟un processus de transactions et négociations qui
aboutit au déplacement des positions sociales et politiques et des représentations dans un contexte et un espace de
vie donné. Le résultat est souvent une innovation qui transforme les rapports sociaux au local, tout en portant les
traces des renonciations réciproques des parties engagées dans l‟action collective, car “ la transaction ne se réduit
pas à être un mode de régulation bénéfique des conflits ou une manière de prévenir un conflit potentiel comme
dans la transaction juridique. Elle est une modalité de l‟innovation sociale ” (Remy, 1992, p.300). A notre sens la
notion de transaction sociale est heuristique et permet de décrire les processus de formation des solidarités locales
et des régulations collectives, dans des contextes largement encadrés par des forces politiques stratifiées qui
structurent et contraignent les initiatives et les innovations.


                                                                                                                 57
disais il faut payer tant de francs par jour, mais vous ne pourrez pas payer ce prix là. Il faut
proposer des choses, faire des démarches au niveau des instances, on ne savait pas tout encore.
Les gens étaient là parce qu’il y avait besoin, ils étaient tout à fait partants pour la création de
cette structure, mais comment s’investir, c’était pas évident de s’investir quand vous avez
besoin d’un service. Il y avait tout un groupe de parents, on avait le même âge, qui se sont sentis
très investis : certainement qu’on leur a proposé d’une telle façon qu’ils se sont sentis motivés.
Et les trois premières années de l’ouverture de la crèche, c’était formidable. L’esprit parental
présent vraiment formidablement. Parce que lors de l’ouverture de la crèche, les murs étaient
vides. Le dimanche on a monté les meubles, on a vissé la cuisine, et le lendemain matin les
petits arrivaient. Les gens ont été obligés de s’investir, car les murs étaient vides la veille de
déposer leurs petits. C’était un état d’esprit, comme on se rencontrait beaucoup, il y avait tout
à faire. Même au niveau de la prise en charge, on a embauché une éducatrice de jeunes enfants,
elle connaissait son métier, mais quand vous créez une structure il faut tout organiser (…)
Dans les trois premières années, la structure parentale telle qu’on l’avait imaginée, avec un
état d’esprit très fort, les parents étaient prêts à tout pour que cette structure fonctionne ”.

Dans le règlement intérieur, les parents utilisateurs s‟engagent à fournir quatre heures chaque
semaine d‟intervention auprès des enfants ou indirectement par des services rendus à la crèche.
Ce règlement est contrôlé directement par les parents associés, l‟obligation de participation
s‟appliquant à tous, indépendamment des charges professionnelles et des horaires de travail :

“ Dans un premier temps les parents donnaient quatre heures par semaine, ensuite ils venaient
moins, ou ne venaient pas, ou participaient autrement, par exemple en accompagnant les
enfants dans des sorties au théâtre le mercredi après-midi, d’autres font des démarches
administratives, s’occupent des papiers de la trésorerie, des courses, de la lessive (…) Ils
s’arrangent sur leur temps de travail, avec leur chef de service pour prendre une matinée, ou ils
envoient la mamie quand ils sont indisponibles pour leurs “ heures parentales (…) Quelquefois
les parents se font des remarques sur le nombre d’heures de participation, ils ne se font pas de
cadeau entre eux ”.

Dans ce cas de figure, le projet fondateur est animé par des valeurs familialistes à partir
desquelles les parents associés décident d‟aménager un service comme une extension d‟une
fonction domestique et parentale. La crèche est conçue comme un prolongement du domicile
familial, ce qui justifie l‟intervention des parents (et des grands-parents), dans l‟organisation de
la prise en charge des enfants. La solidarité est affichée conventionnellement, dans le règlement
intérieur et dans le contrat de prise en charge. Une forme de contrôle social est pratiqué par les
intéressés, au quotidien, au nom d‟une règle d‟équité. Le temps passé à satisfaire le bien
commun est mesuré, le volume du travail gratuit fourni devant s‟inscrire dans un cycle de don et
contre-don à rotation rapide (semaine et mois), la non équivalence des services rendus et leur
report dans le temps étant vite stigmatisés. Cette forme d‟engagement de soi vers les autres, tout
en restant un engagement de soi pour soi (ou sa famille)29 est rendu possible dans les premières
années de fonctionnement par l‟appartenance communautaire des parents utilisateurs,
majoritairement issus des mêmes voisinages et/ou des mêmes collectifs de travail. Les réseaux
29
  Il est à noter que l‟engagement des fondatrices ne s‟est finalement pas fait au profit de leurs intérêts familiaux
puisque au moment de l‟ouverture de la crèche, leurs enfants avaient grandi et dépassé l‟âge préscolaire. Le travail
d‟entrepreneur solidaire s‟est opéré “ pour autrui ” alors que l‟idée d‟entreprendre était au départ dirigée “ pour
soi ”. L‟implication dans un projet qui prolonge et enchante le projet professionnel de ces deux éducatrices
salariées d‟un établissement médico-social offre probablement la satisfaction de promouvoir des valeurs
éducatives et familiales. Les gratifications d‟une entreprise solidaire recueillies par ces femmes peuvent
symboliquement compenser les charges d‟organisation et de gestion qu‟elles ont du supporter durant les années de
montage de la structure.


                                                                                                                58
d‟interconnaissances ont pu faire passer l‟information sur les règles de fonctionnement du
service, “ l‟esprit parental ” de la crèche, les objectifs éducatifs à laquelle les parents
utilisateurs avaient adhéré et qu‟ils contribuaient à faire évoluer par leurs discussions. Mais, un
enjeu reste déterminant, autour duquel les familles s‟étaient engagées : pallier l‟insuffisance de
modes de garde sur le bassin de vie et satisfaire une demande solvable d‟actifs mobilisés
quotidiennement loin du village. Les valeurs de solidarité et promotion de la parentalité
s‟affichent alors comme une valeur ajoutée, bénéfique aux enfants et aux parents par son apport
d‟échange d‟expériences et de soutien aux familles. Cependant, les pratiques éducatives
solidaires se rajoutent aux contraintes budgétaires, aux rythmes professionnels, à la
segmentation des temps et déplacements domicile-travail…

Dans une deuxième phase du développement de la crèche, les parents pionniers qui avaient
soutenu les initiatrices du projet, on laissé place à des parents moins informés et concernés par
le projet de départ, qui recherchaient un service de proximité classique, sans motivation
particulière pour une contribution bénévole et solidaire :

“ Ensuite cet état d’esprit a diminué quand les parents qui avaient participé à la création sont
partis. Les nouveaux parents utilisaient un service, donc il fallait les remotiver et c’était pas
évident. Heureusement, les anciens parents ont fait de la publicité. Il y a eu un temps mort, la
directrice y avait contribué. C’est vrai que c’est pas facile de travailler avec les parents, ils
sont pointilleux, enquiquineurs, ils ont des exigences, au quotidien c’est pas simple. La
responsable ne tenait pas vraiment à s’encombrer des familles ”.

Le projet fondateur mis en place par les parents bénévoles évolue vers un modèle
d‟organisation proche d‟une structure classique, offrant une prestation de service
professionnalisé. La deuxième phase de développement correspond à la mise en place d‟un
organigramme, composé de salariées, dont la mission est de garantir une prise en charge
sécurisée (condition de l‟agrément de la CAF). Or, l‟animation de la crèche par les
professionnelles (notamment à l‟initiative de la puéricultrice responsable) prend le pas sur
l‟animation de la crèche par les parents. Le bénévolat s‟incline devant la pression d‟une
organisation définie par une directrice salariée qui ne semble pas partager le projet originel et
entend conduire son équipe de salariées selon un modèle hiérarchique classique en limitant les
interventions transversales des utilisateurs et des administrateurs. Dans cette période, les
valeurs qui avaient fondé le projet font l‟objet d‟interprétations divergentes car les intérêts des
parties engagées (administrateurs fondateurs / salariés / utilisateurs) ne s‟entendent plus sur les
objectifs et le modèle d‟organisation et de gestion. Le caractère solidaire et le travail gratuit
fourni par les utilisateurs, les valeurs éducatives défendues par les administrateurs sont mis à
mal au profit d‟une dérive quasi-commerciale vers une prestation de service professionnalisée
et subventionnée qui s‟adresserait à tous utilisateurs sans conditions d‟adhésion à un projet
collectif.

Une troisième phase de développement de la crèche s‟ouvre après cette crise de croissance :

“ Mais, nous les créatrices ont a voulu garder cet esprit parental, et nous sommes revenues
davantage à cet état à partir du moment où la directrice est partie. J’ai à nouveau organisé des
réunions avec les parents pour leur expliquer les objectifs de la crèche parentale. Là, les
parents se sont remobilisés. Ils font partie de la vie de la structure, ils font plein de choses pour
aménager ”.




                                                                                                  59
Le projet éducatif et de participation parentale semble résister à la pression des contraintes
professionnelles et familiales et à la faible sociabilité des nouveaux parents utilisateurs. L‟esprit
de solidarité prend forme quand des leaders actifs et concernés, de surcroît expérimentés et
jouissant d‟un pouvoir de décision (Présidente et trésorière de l‟association) se mobilisent et
déclinent l‟externalisation d‟une fonction familiale en objectifs d‟entraide et d‟échanges
d‟informations utiles à la construction des rôles parentaux. L‟extension d‟une fonction
domestique à l‟échelle d‟un village et d‟une entreprise trouve son fondement dans l‟extension
des solidarités entre adultes engagés dans le difficile apprentissage de l‟élevage et l‟éducation
des petits. Les ressources humaines bénévoles et professionnelles mobilisées parviennent à
pérenniser un service original et à satisfaire un besoin que, jusque là, les services publics ne
prenaient en charge que ponctuellement et individuellement (Assistantes maternelles,
puéricultrices PMI…). Les enfants handicapés sont accueillis également, en vue d‟entourer et
d‟aider les parents dans l‟éveil de ces enfants. Dans cette perspective, la crèche est conçue
comme un lieu d‟accueil proche des établissements médico-sociaux, secteur professionnel d‟où
sont issues les créatrices. Des normes professionnelles précises sont à l‟origine des statuts de la
crèche et des conventions d‟agrément.




2. La solidarité horizontale face aux modes de gestion des pouvoirs publics


2.1 Soutien des pouvoirs publics et financements mixtes

La crèche parentale de F. trouve sa pérennisation en grande partie par l‟action de collectifs de
parents qui se sont succédés pour animer la gestion et la prise en charge des enfants. Ce succès
est du aussi à une donnée économique déterminante : une demande locale largement
insatisfaite, que les pouvoirs publics n‟avaient jusque là pas pu prendre en compte. C‟est
pourquoi, l‟initiative des deux pionnières, résidantes de F., a rencontré le soutien de la
Municipalité qui, sur l‟argument des contraintes de la comptabilité publique, n‟avait pas avancé
dans la construction d‟une réponse aux besoins des parents résidant ou travaillant sur la
commune.

Ce projet devait impérativement pour intéresser les parents tenir compte d‟horaires de travail
très variables. En effet, l‟établissement médico-social qui occupe à lui seul 1000 salariés
propose à ses salariés des horaires décalés. Une solidarité se met en place, à l‟initiative de deux
salariées, qui fédère tout un tissu de population, d‟élus, d‟instances publiques et d‟employeurs.
Les salariées porteuses du projet ont fait un diagnostic, une étude de faisabilité (en construisant
un questionnaire et en le passant en entretien direct au domicile des habitants et dans les
entreprises) auprès de la population et plus particulièrement auprès des futures mamans.

Les porteuses du projet ont mobilisé plusieurs instances dans l‟étude de faisabilité et le
financement du projet de crèche. En premier lieu, une fédération associative pour son conseil
administratif et comptable, et pour l‟information sur les politiques de la Petite Enfance, les
contenus pédagogiques du projet. Ce premier interlocuteur, n‟est pas le plus facilitant, car il
alerte la jeune association à propos des contraintes administratives et des risques budgétaires
éprouvés par d‟autres créateurs de crèches. Elles se sont attelées à créer les statuts de
l‟association fédérée à Familles Rurales, rédiger un projet et interpeller la municipalité, le


                                                                                                  60
Conseil Général, la Caisse d‟Allocations Familiale. Les démarches se sont déroulées sur deux
années. Les instances de financement public (CAF, Commune) ont soutenu la démarche car
outre elles trouvaient un intérêt politique et budgétaire à l‟ouverture de la crèche associative.
Ces rencontres vont déboucher sur la signature d‟un Contrat Petite Enfance (dispositif
contractuel proposé par la CAF, dont les signataires sont la CAF et les communes, et les
associations). La crèche parentale est la seule association partenaire du Contrat. La Caisse
d‟Allocations Familiales, qui délivrera un agrément multi-accueil pour seize enfants (crèche et
halte-garderie), soutient fortement le projet en participant à l‟investissement dans le bâtiment
par des prêts à taux minorés à la commune. De son côté, la Municipalité prend en charge les
dépenses d‟investissement par la préemption d‟un immeuble ancien de plusieurs étages et
réalise sur fonds communaux, la réhabilitation totale ainsi que la mise aux normes de sécurité
en vigueur pour une crèche. Les locaux sont ensuite loués à l‟association. Le montant du loyer
(5500F sur huit ans) sera dégressif par tranches (4400F depuis 1997), afin d‟intégrer les coûts
d‟endettement de la commune. La municipalité actuelle (Conseil municipal renouvelé en 2001)
soutient de la même manière la crèche. Des négociations sont entamées chaque année par le
bureau de l‟association en vue de réduire les coûts de fonctionnement et d‟accélérer la réduction
du loyer.

Un autre partenaire est sollicité : le Comité d‟Etablissement du Centre médico-social, dont
quelques salariés seront utilisateurs de la crèche, prend la décision de contribuer à
l‟investissement dans le bâtiment, mais non au fonctionnement au titre d‟une participation au
prix de journée de la crèche. Le nombre d‟enfants placés par les salariés de l‟établissement ne
dépassant pas 33% des effectifs de la crèche, le Comité d‟Entreprise n‟a pas jugé nécessaire de
s‟engager dans le fonctionnement, ni de prendre en charge la gestion de la crèche au titre d‟une
crèche d‟entreprise. Une convention signée par l‟établissement médico-social et la crèche
parentale prévoit la réservation de cinq lits pour les enfants des salariés. Or, cette capacité
d‟accueil est supérieure aux besoins, les cinq lits n‟ayant pas encore été occupés. Les familles
du village resteront prioritaires dans l‟occupation de neuf places et plus :

“ Beaucoup de familles du village utilisent la crèche : elles sont prioritaires. Les salariés de la
crèche sont prioritairement des habitants du village, la crèche utilise en priorité les commerces
du village. C’est ma logique et j’y tiens, c’est une prestations qui est offerte au village. C’est
important de garder un état d’esprit village ”

Si le projet de crèche parentale a rencontré le soutien de nombre de groupes d‟acteurs (usagers,
élus, agences publiques, services extérieurs de l‟Etat, Conseil Général) c‟est qu‟il fait
converger deux grandes orientations du développement local : d‟une part, la mobilisation des
“ forces vives ” capables d‟inventer des réponses organisées sur un territoire en quête de
ressources et d‟identité, d‟autre part les coûts minorés du service, conçu, élaboré, rendu et géré
par des bénévoles pour des usagers en partie bénévoles également. Les pouvoirs publics
trouvent ainsi un rôle sur mesure d‟instructeur-animateur-conseiller, dont la facture adressée
aux contribuables ne pèse pas le poids des dépenses réelles engagées par le système de
solidarités locales.




2.2 Le fonctionnement du service : la porte étroite d’entrée en économie




                                                                                                61
La crèche est entièrement gérée par des bénévoles. La Fédération gère cette structure par
délégation du pouvoir de gestion à la présidente bénévole. Le trésorier de la fédération
départementale établit les comptes annuels et les fiches mensuelles de paye des salariés. Il est
relayé au local par un père de famille, qui assure la trésorerie courante (facturation des prix de
journée, paiement des fournisseurs…). La prestation comptable de la fédération départementale
est facturée à l‟association locale.

Création d‟un comité de gestion constitué de :

       -   Sept familles,
       -   deux représentants élus de la commune,
       -   deux représentants du Comité d‟Etablissement de la structure médico-sociale locale,
           qui ont interrompu leur participation depuis 2001,
       -   deux représentants de la Fédération Familles Rurales.

“ Ma priorité c’est de prendre les décisions en majorité avec le comité de gestion. Je fais
rarement quelque chose toute seule. Et puis, je vois souvent les parents le soir, ils viennent à
mon bureau discuter et je leur donne les informations ”.

Le règlement intérieur impose la participation majoritaire des parents dans le comité de gestion
au motif des valeurs fondatrices qui privilégient la participation active des parents dans la prise
en charge de leurs enfants.

Les parents font les courses, le personnel complète quotidiennement l‟approvisionnement en
produits frais.



2.3 Le budget de fonctionnement

Les ressources se décomposent de la manière suivante :

Avant janvier 2001, les parents payaient selon leur quotient familial au minimum de 55F pour
8h de garde repas compris et au maximum 160F. Les subventions par enfant pris en charge,
versées à la crèche par la CAF étaient de 55F, par la Commune de 20F et par le Conseil Général
de 10,30F. halte garderie : 10F/h.
Après janvier 2001, la prise en charge par la CAF est calculée différemment : elle passe à 66%
du prix de journée, les parents devant payer de 12F à 120F par jour, la CAF redonnant au
maximum 160F par jour. De son côté la commune augmente sa contribution à 30F, le Conseil
Général maintenant la sienne à 10,30F. Le prix de journée total s‟élevant à 300F par jour et par
enfant, n‟est pas couvert par les financements. Par ailleurs, les prix de revient sont réduits du
fait des salaires CES et Emplois-Jeunes pris en charge à 80% par l‟Etat. Pendant dix ans,
l‟association pas de connu de déficit. Depuis 2002, un déficit de 40000F s‟affiche au bilan. Le
déséquilibre est causé par une augmentation des salaires et par des remplacements maladies.
Dans la gestion budgétaire, le comité de gestion de l‟association est confronté aux changements
de cap imposés par la politique du principal tarificateur :

“ Lors d’une réunion, il y a quinze jours, la CAF nous informait des nouvelles dispositions de la
CNAF quant aux tarifs, et ça n’était pas très clair, des choses n’allaient pas, les tarifs devant
s’appliquer en janvier 2003, nous n’avons pas pu comprendre les objectifs et les modalités de


                                                                                                62
ces nouveaux tarifs. Nous devons faire payer les parents sans pouvoir leur expliquer les raisons
de ces modifications ”.
“ On nous dit si vous n’acceptez pas ce tarif là, on vous donne pas les prestations, enfin c’est
une espèce de chantage, mais en fait ils ne veulent pas supprimer les structures, il y en a déjà
peu. La CAF nous dit il faut appliquer ce tarif et si vous ne le faites pas maintenant, vous serez
obligé un jour de le mettre en place. On s’est rendu compte à la dernière réunion que des gens
qui pratiquaient autre chose, ils ne voulaient pas perdre de l’argent, donc ils sont restés sur
l’ancien tarif. On s’est rendu compte que l’on pouvait faire ce que l’on veut, mais c’est pas
bien. Dans les réunions de la CAF, ça m’avait choqué, les tarifs demandés aux parents
changent en fonction de votre lieu de résidence. Si c’est une crèche municipale c’est 50F, si
c’est une crèche parentale 150F, une crèche collective, 120F… C’est pas juste. C’est pas
correct ”.


 Il devient de plus en plus difficile de gérer ce type d‟associations prises dans des contradictions
économiques dues à l‟encadrement administratif des recettes et des modalités de
fonctionnement. L‟apport d‟un service aux personnes est codifié, imposé par les organismes
extérieurs. Il n‟y a pas d‟autofinancement possible, les parents payant une prestation dont le
tarif est imposé. La CAF donne une aide sur la base de modalités précises concernant le prix de
journée, et une aide au fonctionnement c'est-à-dire aux achats de gros matériel (prise en charge
à 100%) et aux achats de petit matériel (pris en charge à 80%).
En effet, concernant la gestion du budget, l‟association se trouve prise dans un système de
contraintes qui lui enlève toute possibilité de développer ou de diversifier son activité :

“ Que vous fassiez n’importe quoi, de toute façon ils ne vous donneront pas plus. Je n’ai pas le
droit de demander plus aux familles, alors que les dépenses augmentent. Par exemple, j’ai
monté un dossier Emploi-Jeune. La question posée dans le dossier était la pérennisation de cet
emploi. J’ai répondu que je ne pouvais rien faire car je ne peux même pas fabriquer des
gâteaux pour les vendre et avoir des rentrées d’argent. On ne peut pas s’autofinancer. Le tarif
quotidien demandé aux parents est imposé par la CAF. La Caf nous donne une subvention d’un
montant fixe. La mairie fait des efforts, mais ne pourra pas nous payer trois personnes à temps
complet. Le Conseil Général c’est 10,30F depuis le début et ça ne progresse pas. Nous avons
des emplois aidés (CES, CEC), mais la subvention de 80% les premières années baissent
actuellement. Les structures n’ont aucun moyen pour faire rentrer de l’argent. C’est un cercle
fermé. On ne peut pas augmenter le prix de l’accueil. C’est pourtant une structure très bien
gérée, mais du fait des salaires augmentant par ancienneté, des contrats Emploi-Jeunes moins
subventionnés par l’Etat, on ne peut que se trouver en déficit à partir de cette année”.

Cependant, ce principe d‟équité et de promotion des salariés précaires (en l‟occurrence des
femmes habitant les villages du bassin de vie) n‟est pas relayé au niveau départemental :

“ Le problème c’est qu’il n’y a pas grand-chose de mis en place pour que les gens se
rencontrent et partagent leurs difficultés. J’ai déjà interpellé le médecin PMI, le CA. Il existe
un collectif crèche qui s’est mis en route pour essayer de proposer des choses en cohérence au
niveau de la CAF. Avant je faisais partie d’une association qui avait déjà contacté la CAF en
vue de faire remonter aux instances qui ont le pouvoir les difficultés que nous vivons dans les
structures, et en fait ça n’a pas abouti, il n’y a plus de réunions. (….) Je souhaiterais pouvoir
rencontrer des médecins de PMI, qui apportent un regard extérieur, des échanges, sinon nous
restons isolés face aux décisions de la CNAF, de la tarification ”.



                                                                                                 63
La dépendance de la crèche associative aux subsides de bureaucraties induit des contraintes de
gestion budgétaire que les responsables bénévoles tentent de maîtriser, alors que les dispositifs
de financement et la logique comptable des administrations partenaires ne laissent pas de marge
de manœuvre financière. De plus, la construction d‟un groupe de pression aux niveaux
départemental et national semble impossible dans l‟état actuel des forces vives qui portent la
structures. Les contraintes structurelles sur la gestion du temps investis (double journée de
travail pour la Présidente bénévole, charge de travail des salariés, disponibilités des parents
adhérents), les contraintes administratives et comptables (encadrement non concerté des tarifs,
des subventions, du nombre de postes qualifiés, des normes de sécurité et d‟hygiène),
l‟isolement géographique de la crèche parentale, sont autant de facteurs qui inhibent
l‟association dans sa capacité à s‟organiser en réseaux pour faire lobbying sur les pouvoirs
publics et défendre ses finalités éthiques et ses intérêts économiques.

Il est question dans les discours de “ surenchère des contrôles administratifs ”, les associations
devant devenir expertes en formulaires édités par des guichets administratifs. L‟utilisation des
fonds publics est contrôlée, la traçabilité des décisions est requise en vue d‟identifier les
responsabilités juridiques et pénales. En conséquence, les personnes ne montent plus “ au
créneau ”, la libre initiative des bénévoles étant trop encadrée par les pouvoirs publics et le
risque trop grand de ne porter que le volet difficile du projet (heures de travail non rémunérées,
risques juridiques et financiers) sans contrepartie en terme de stabilité de l‟activité et de
gratifications symboliques de la part des partenaires. De plus, du côté des utilisateurs,
l‟engagement associatif fait défaut, nombre d‟entre eux considérant l‟activité de la crèche
parentale comme un service municipal ou privé ordinaire, conçu selon les règles des prestations
commerciales.




2.4 Les contraintes de gestion des emplois aidés

De plus, les subventions à l‟emploi, bien qu‟elles contribuent à l‟économie de la crèche, posent
des problèmes de gestion prévisionnelles des emplois, car elles limitent les capacités
d‟anticipation et de développement de l‟activité :

“ En fait les contrats Emploi-Jeunes on est bien content de les trouver, car ce sont des emplois
pris en charge par l’Etat. Si ça les aide à reprendre des habitudes de travail, à les revaloriser,
à les remotiver pour le monde du travail, et ça leur offre une formation : ça c’est hyper
important. Il y a des gens défavorisés et ça leur permet de rentrer dans le monde du travail . Les
contrats CES c’est bien mais ça n’est pas stable. Tous les CES passés chez nous ont
pratiquement tous retrouvé un travail. Mais, demain l’Etat ne nous donnera plus d’emploi
jeune, et je ne pourrai pas payer des emplois en CDD ou CDI alors qu’il y a des normes de la
PMI qui impose un minimum de personnel dans la structure en fonction du nombre d’enfants et
de leur âge. C’est annoncé, et nous devrons fermer la crèche ”.

De plus, les dossiers de demande d‟emploi aidés sont difficiles à décrypter, l‟administration
n‟ayant pas toujours formé ses représentants instructeurs au conseil auprès des associations. Le
bénévolat des gérants de la crèche est mobilisé durant les jours de congés pour trouver les
réponses auprès de cabinets-conseil privés ou d‟agents de développement, en vue de pouvoir
renseigner les formulaires administratifs.



                                                                                               64
3. l‟organisation du travail et la composition professionnelle de l‟équipe de
salariés


3.1 Management

Les salariés en CES ont souvent des problèmes de stabilité, d‟intérêt au travail, de compétence
pour ces fonctions.

La première année de fonctionnement, la crèche employait deux assistantes maternelles qui ont
ensuite quitté leur poste pour retraite et furent remplacées par trois permanents (2,5 ETP). Au
départ, étaient associés aux salariés permanents, sept postes en CES (3,5 ETP) dont trois n‟ont
pas été renouvelés. Actuellement, restent attribués à la crèche par la DDTEFP quatre CES et un
Contrat-Emploi Jeune qui arrive en fin de contrat. Ce poste est actuellement occupé par une
éducatrice de jeunes enfants diplômée. Educatrice de jeunes enfants diplômée a assuré la
responsabilité de la structure jusqu‟en 2002. Le poste de responsable est occupé en 2003 par
une puéricultrice diplômée. La structure a connu un fort mouvement de personnel ces deux
dernières années. C‟est pourquoi, le bureau a développé une politique de fidélisation du
personnel en se mobilisant sur les dossiers de demande de consolidation des CES. Ainsi, un
poste CES vient d‟être consolidé (1 ETP) et deux personnes sans qualification salariée en CDI à
temps plein. Au total, l‟effectif salarié de la crèche est de six personnes, dont trois personnes
diplômées.

Des formations sont proposées aux personnes occupant des CES : la fédération départementale
propose des formations sous forme de sessions de perfectionnement dans l‟animation des
jeunes enfants. La présidente propose aux salariées non qualifiées de s‟orienter vers des
formations qualifiantes (CAP Petite Enfance) en vue de promotion des personnes. L‟objectif de
soutien à l‟insertion professionnelle des personnes est doublé d‟un objectif managérial. Il s‟agit
de valoriser la qualité de la prise en charge en assouplissant les effets des contraintes
administratives sur le fonctionnement de la crèche :

“ Les personnes qui ont un CAP Petite Enfance peuvent faire l’ouverture et la fermeture de la
crèche seule. Sinon, elles doivent toujours être accompagnées d’une personne diplômée. Et
paradoxalement, la personne en Emploi-Jeune, malgré sont statut précaire, peut assurer
l’ouverture car elle est qualifiée ”.

Il n‟y a aucun moyen d‟autofinancement, pas de souplesse, la CAF a baissé la contribution des
familles ce qui entraîne un déficit. Paradoxe : imposition d‟emploi d‟un personnel qualifié qui a
un coût, l‟association pratique une grille indiciaire interprétée de la convention collective de la
fédération Familles Rurales (premier indice sous le SMIC). Le choix du bureau sera de
rémunérer le personnel qualifié de la crèche sur des indices supérieurs, en vue de pratiquer, une
politique salariale attractive, surtout pour la rémunération du poste de responsable de la crèche
(fonction de direction) :




                                                                                                65
“ Pour pouvoir garder un personnel, il faut aussi le valoriser, surtout dans une petite structure
comme la nôtre, il faut de la stabilité pour les enfants. En plus, la grille de la fédération ne
respecte pas le contenu des tâches à réaliser. Il faut être honnête, correct envers les gens ”.

Les qualifications requises (puéricultrice, éducatrice de jeunes enfants) pour assurer l‟accueil
des enfants sont “ rares ” sur la marché du travail local. La difficulté à trouver et fidéliser des
agents qualifiés, induit une gestion des emplois prudente car les capacités de remplacement (en
cas de départ ou d‟absence) sont incertaines. De plus, au motif de posséder une qualification
recherchée, les candidates aux postes proposés affichent des prétentions salariales réglées sur le
marché, surtout pour le poste de responsable de la crèche qui requiert des compétences de
direction du personnel, et donc une expérience professionnelle :

“ Quand la responsable actuelle est venue travailler, elle a dit moi je coûte tant. Si vous ne me
payez pas ça, je ne viens pas. J’ai dit c’est normal. Dans la situation dans laquelle on se
trouvait je ne pouvais pas me permettre de dire non. De plus, c’est la place la plus difficile.
Moi, je suis élue, et je connais les difficultés. Je l’ai souvent sollicitée pour résoudre des
problèmes. Dans les prises de décision on est obligé de prendre ses responsabilités, sans devoir
réunir le conseil de gestion à tout bout de champ ”.

De plus, il arrive que dans l‟équipe professionnelle, les absences soient remplacées directement
par la présidente, qui en tant que bénévole prend la posture d‟un chef d‟entreprise qui intervient
directement dans le fonctionnement de la crèche au côté des salariés :

“ Il m’est arrivée quand on a eu un manque de personnel de poser des congé pour venir faire le
service à la crèche. Ou je faisais des ouvertures et j’allais au boulot à 8h30. Je revenais le soir
assurer la fermeture. J’y tiens énormément à cette structure, je l’ai créée et je mettrai tout en
place pour que ça fonctionne correctement ”.

Dans le cadre du rapport salarial établi dans le secteur associatif concerné, les acteurs ont initié
une régulation en vue d‟installer une norme d‟équité dans les rétribution du service et de
l‟engagement des salariés dans le projet. Le principe de solidarité, qui prévaut pour le service
aux usagers, joue aussi en direction des salariés dans le sens de la qualification des personnes et
de leur insertion professionnelle pour les contrats aidés (là, la rémunération est fixée par
convention avec l‟Etat) et dans le sens d‟un effort de valorisation des postes et des rétributions
pour les CDI.

La crèche applique la semaine de 35 h sur une amplitude horaire de travail étant de 7h à 18h30,
des équipes sont constituées pour intervenir sur cette amplitude. Ainsi, la charge de travail
apparaît moindre qu‟en service hospitalier, les heures supplémentaires n‟étant pas en théorie
pratiquées à la crèche. Cet aspect de l‟organisation du travail constitue un attrait pour des jeunes
femmes qualifiées, qui souhaitent aménager leur budget-temps journalier.
3.2 Solidarité entre salariés et administrateurs et distribution des pouvoirs de
management


La responsabilité de la crèche (fonction de directrice salariée) est assurée par une puéricultrice.
Cette fonction est stratégique concernant les relations avec les parents et l‟actualisation de
“ l‟esprit parental ” qui confère à l‟association son caractère solidaire. La parité des pouvoirs
d‟intervention des adhérents (à travers le Comité de Gestion) et des salariés (à travers les
normes de management définies par la Directrice) est en équilibre instable, ce qui a pu basculer


                                                                                                 66
à un moment donné au profit de la direction et des salariés. Les exigences dues à la qualification
et l‟expérience professionnelle acquise, la manière d‟occuper l‟espace quotidien de la crèche,
peuvent à terme donner aux salariés des capacités à faire évoluer les règles de fonctionnement,
et à opérer des déplacements de buts.



3.2.1 Les salaires du personnel

Un problème a été évoqué par les acteurs concernant les salaires proposés aux responsables de
crèches. Les grilles de salaires ne motivent absolument pas les prétendants au titre car ils sont
sous payés par rapport aux responsabilités exercées. Le débat est le même pour les personnels
qualifiés (Educatrice de Jeunes Enfants) recrutés comme emplois-jeunes. Par exemple, le poste
de responsable est occupé par une personne qualifiée, actuellement sous contrat emploi-jeune,
rémunérée à hauteur de 830 euros par mois à temps plein sur une base de 35 heures
hebdomadaires :

“ C’est la difficulté primordiale de ce type de structures parentales. Déjà à l’embauche, il a
fallu que je négocie mon salaire, on me proposait 7 500 francs net par mois, convention
collective Familles Rurales. J’ai réussi à négocier un peu plus, pour prendre ce poste de
responsable de la crèche en intérim (jusqu’en mars 2003 je suis en CDD) mais pas
suffisamment pour être sûre de rester… J’ai 13 années d’expérience professionnelle, je trouve
que ces années ne sont pas reconnues. En PMI (fonction publique territoriale) vous avez un
salaire au démarrage d’ un peu moins de 10 000 francs net. Il y a un gros décalage avec la
rémunération proposée en crèche parentale. Il faudrait une reconnaissance plus importante
des responsables de crèche ” (salariée de la crèche).

Il est prévisible que la crèche sera, à l‟expiration des contrats aidés, confrontée comme une
entreprise classique à la question des négociations salariales sur la qualité des rétributions du
travail. Une chose est sûre, la crèche absorbera les hausses de salaires sur ses fonds propres. Sur
ce point, il n‟y aura plus d‟aides de l‟Etat. Donc, les acteurs demandent une véritable
reconnaissance conventionnelle de ces formes d‟emploi pour qu‟elles soient attractives pour les
jeunes



3.2.2 Des enjeux contradictoires dans la gestion de la sphère locale par le national

Il y a un décalage entre le global (les pouvoirs publics) et le particulier (les associations). Les
bénévoles et les professionnels se sentent un peu isolés quand “ une nouvelle mesure tombe
d’en haut ”, ils n‟ont aucun moyen, aucun relais pour signifier que cette mesure est inapplicable
et qu‟elle risque de mettre à mal le pérennité de la structure. Cette contradiction entre, d‟un côté
l‟échelle locale (lieu où se met en place réellement la solidarité et les bases du service rendu à la
population) et, d‟un autre côté l‟échelle nationale qui établit et régit sans cesse (paradoxalement
sans une bonne connaissance du tissu local et associatif) un certain nombre d‟injonctions
paradoxales auxquelles les associations doivent se soumettre. Comme si l‟Etat lato sensu
souhaitait contrôler l‟argent public et          renforcer les modalités de surveillance du
fonctionnement des structures, en s‟attribuant un rôle de garant des activités qu‟il ne souhaite
pas lui même assurer. Pourtant, il est bien manifeste que la solidarité se fait et s‟engendre au
niveau local, par l‟intermédiaire des acteurs locaux, véritable force vive dans la constitution et



                                                                                                  67
l‟émergence des services aux personnes. Sans cette étape, qu‟il faut analyser à l‟aide d‟une
micro-sociologie rien ne serait possible…

Les crèches parentales sont prises dans une triple contradiction : - elles doivent assurer leur
avenir comme une entreprise ordinaire, elles sont donc sur une logique marchande qui permet
d‟assurer entre autre les salaires et les frais globaux de fonctionnement. – Elles se doivent de
fonctionner dans un esprit solidaire, avec un service solidaire assuré conjointement par les
parents et les professionnels et les autres salariés. Il faut qu‟elles trouvent un savant et subtil
mixte entre gestion de l‟emploi, gestion administrative et financière, services de proximité.
Elles doivent travailler sur un marché solvable (les parents en fonction de leur quotient familial
paient plus ou moins cher ce service), pour cela il faut que des parents mettent leurs enfants en
garde et acceptent de passer un peu de temps dans la gestion quotidienne (préparation des repas,
permanences, courses, encadrement pour les activités extérieures). Le projet est basé sur un
véritable esprit de solidarité, c‟est incontestable, mais l‟ensemble repose sur une base
financière, par conséquent l‟autonomie des crèches parentales est réduite.



3.3. L’utilité sociale

Dans les zones rurales que nous avons investiguées, il est évident qu‟il y a derrière ces
associations une vraie valeur ajoutée qui est d‟ailleurs mesurable à l‟aune du maintien de la
cohésion sociale sur ces territoires. L‟utilité ne se mesure peut être pas en termes économiques
mais en termes d‟accompagnement constant des métamorphoses de la question sociale (Castel,
1995). Si cette solidarité ne s‟exerçait pas et si cette notion d‟utilité n‟avait pas d‟importance,
un certain nombre de petits villages ruraux seraient peut être en voie de désertification intense.
La question de la métamorphose de la question sociale, ne s‟analyse pas de la même façon si on
est au cœur d‟une grande ville ou au cœur d‟un petit village, la structuration sociétale n‟est pas
la même, les individualismes s‟exercent d‟une autre façon, les solidarités ne sont pas
identiques. Les stratégies des acteurs ne sont pas situées sur les pôles d‟intérêt et le socle de
l‟emploi concrétisé par la forme du salariat ne repose pas du tout sur les mêmes enjeux et les
mêmes acceptions pour les populations.

Le sentiment des professionnels sur cette question de l‟utilité sociale est le suivant : “ nous
servons de véritable courroie de transmission entre les parents et les enfants, nous signifions
tous les éléments relatifs à l’évolution de l’enfant aux parents, nous sommes utiles au travers
des messages que l’on délivrent aux parents, nous avons une utilité dans le soutien, dans la
formulation de conseils, nous sommes appui à la fonction parentale, nous nous adaptons aux
rythmes biologiques de l’enfant, c’est possible grâce à cette proximité avec les parents et grâce
à la souplesse de ce genre de structure ” (Une salariée de la crèche)

En effet, il y a des crèches (d‟entreprise ou collective) dans lesquelles la solidarité ne s‟exerce
pas de la même façon et dans lesquelles le rôle de transmission des savoirs des professionnels
envers les parents est très faible. Elles sont plus dans une logique de rationalisation, de
standardisation des procédures, dans une logique gestionnaire, dans une certaine recherche de
l‟efficience au niveau économique, que dans une logique de proximité et d‟adaptation de la
structure aux besoins de l‟enfant. Il y a un renversement du rapport qui s‟opère entre ces
différents types de crèches, l‟esprit solidaire n‟est pas situé au même niveau.




                                                                                                68
                                           NEO-SERVICES


Activités :

     -   Portages de repas à domicile (365 jours sur 365 y compris les jours fériés). Création de
         l‟activité en 1994.

     -   Multiservices : Création de cette activité en 1998, du fait de la demande sur ce genre de
         services.
             Type de travaux - jardinage, tonte, taille de haie et d‟arbustes, ramassage des
             feuilles…
            Peinture (intérieur – extérieur), papiers peints, petits travaux de plomberie,
            d‟électricité…
            Entretien de tombes, des plantations…


Dénomination :

Association d‟aide aux personnes à but non lucratif (loi 1901)

L‟association bénéficie d‟un agrément des services de l‟Etat, ce qui ouvre droit à une déduction
fiscale. Les montants des prestations et services donnent droit à une déduction fiscale.
Prestations déductibles des impôts sur le revenu à hauteur de 50 %.

Droit d‟adhésion : au minimum 5, 20 euros par adhérent et par an. Le nombre d‟adhérents pour
le portage à domicile est d‟environ 70. Le nombre d‟adhérents pour les multiservices est
d‟environ 120.

Public :

L‟association concerne les personnes âgées et/ou handicapées pour l‟activité de portage à
domicile. Ces personnes sont âgées de 70 à 95 ans. Le nombre de repas livrés est de 70 par jour.
Les personnes âgées peuvent bénéficier sous certaines conditions des aides de l‟APA
(dégrèvement sur le prix des repas)30. Le coût du repas par personne est de 6,40 euros. Pour les
activités multiservices, le public qui y fait appel a le même profil que celui du portage de repas
à domicile.




30
   Pour illustrer ce propos, la secrétaire de l‟association nous a donné un exemple : “ pour une personne âgée qui
bénéficie de l‟aide de l‟APA, la subvention attribuée est de 78 euros par rapport au coût global des repas livrés qui
se monte pour le mois de septembre 2002 à titre indicatif à 172 euros pour 6 repas servis à domicile. L‟aide est
attribuée en fonction des revenus de la personne. Il y a deux adhérents qui bénéficient de l‟APA et un troisième
dont le dossier est en cours d‟instruction. Pourtant, il y a peu de dossiers en cours au regard du nombre d‟adhérents
que nous avons… il y a peut être un manque d‟information des personnes âgées sur la possibilité d‟obtenir cette
allocation personnalisée ”.


                                                                                                                 69
Partenaires :

Le portage de repas se fait aussi en prestation avec des écoles, des crèches, des foyers
résidences. Le nombre total de repas livrés aux collectivités et aux personnes âgées a été de 340
environ par jour au mois de décembre 2002. La spécificité de l‟association est qu‟elle livre des
repas avec des régimes spéciaux (diabétique, sans sel, sans graisse, édenté, repas de crèches), se
démarquant ainsi des autres associations du secteur.


Territoire d‟intervention :

L‟association couvre les secteurs de Chavigny, Neuves-Maisons, Chaligny, Maron, Sexey,
Jarville, Heillecourt, Houdemont, Ludres, Pont-Saint-Vincent, Flavigny, Bainville, Xeuilley,
Maizières, Viterne, Messein, Méreville. En termes de périmétrage, nous sommes sur la
communauté du Grand Nancy et le Sud-Nancéien pour le portage à domicile. En ce qui
concerne l‟activité multi-services, l‟association couvre un territoire plus important, jusqu‟au
Nord de Nancy.

Composition du CA :

17 membres bénévoles (élus, adhérents)

Composition du bureau :

5 membres : un président, un secrétaire, une secrétaire adjointe, un trésorier et une trésorière
adjointe


Composition interne de l‟association :

7 salariés en CDI (à temps plein ou à temps partiel)




1. L’organisation du travail au sein de l’association
Le sommet stratégique de l‟association est composé d‟une coordinatrice/animatrice (à temps
plein, en CDI, recrutée dans le cadre du dispositif Nouveaux Services Emploi-Jeunes), chargée
du développement global de l‟association, d‟une secrétaire 31 à temps plein en CDI, d‟un
comptable à temps partiel (20 heures par semaine) en CDI.


31
  Parcours jalonné d‟emplois successifs… (26 ans de secrétariat avec une formation de sténo-dactylo). Premier
emploi dans l‟assurance, ensuite dans une filature (services achats de matériels) et dans un institut de recherche
médical (INSERM, service gestion). S‟arrête 10 ans pour élever ses enfants, puis revient comme employée salariée
dans ce même institut de recherche (service enquête pour la communauté européenne, statut assimilé
fonctionnaire, mission : bilan financier, suivi technique des recherches et des publications médicales réalisées par
les chercheurs du laboratoire). Période d‟inactivité de trois ans (demandeur d‟emploi) avant de trouver une place
de secrétaire à NS.


                                                                                                                70
Le Centre opérationnel est composé de quatre salariés. Un salarié en CDI (base 130 heures par
mois) pour le portage des repas à domicile ; un salarié en CDI (base 151 heures par mois) pour
le portage de repas à domicile auprès des collectivités locales et pour l‟activité multiservices (la
répartition horaire pour ce salarié se décompose de la façon suivante : 24 heures hebdomadaires
pour le portage de repas et 11 heures pour les prestations multiservices) ; un salarié en CDI à
temps plein pour l‟activité multiservices (aux espaces verts) ; un salarié à temps partiel (base
130 heures mensuelles) pour réalisation de petits travaux divers.



1.1 Les missions du sommet stratégique



1.1.1 Le poste de chargé de développement

Le poste de chargé de développement a été confié à un emploi-jeune, qui a une formation
littéraire et en sciences humaines : un DEUG de communication et une licence/maîtrise
sciences de l‟éducation obtenue à l‟université de Nancy II, avec une orientation
accompagnement des publics en difficulté et animation territoriale.

“ Depuis toujours je suis dans ce registre là. Avant ce poste, je travaillais en tant que bénévole
dans des petites structures. Parallèlement à cela, je m’investissais également beaucoup dans
les activités d’animation socioculturelle avec différents types de public, et à ce titre, j’ai été
directrice d’une structure d’accueil en milieu rural où il y avait beaucoup de développement
local à faire, au niveau économique et autres. Il y avait différents publics accueillis, des
enfants, on montait des stages, on organisait des séminaires pour les adultes, on essayait de
diversifier au maximum nos activités… Je suis restée trois ans dans la même structure avec un
contrat en CDI. ” (chargé de développement).


La chargée de développement est recrutée au sein de l‟association en janvier 2001(comme
emploi-jeunes) sur un poste de recherche et de développement (recherche de projets, montage
de projets, développement de l‟activité). Il s‟agissait au départ seulement de l‟apport d‟une aide
au coordinateur qui était en place à l‟époque. Le coordinateur a quitté la structure. C‟est la
nouvelle recrue qui a repris entièrement sa mission :

“ Pendant un an environ, j’ai plus travaillé sur le montage des projets, connaissance de
l’environnement local, des partenaires, commencer à nouer des relations avec les personnes au
niveau économique et social et depuis quelque temps le coordinateur nous a quitté, donc j’ai
repris ses tâches en ce qui concerne la coordination interne à la structure. A l’heure actuelle,
j’ai moins de temps à consacrer au développement (projet et développement), puisque j’ai
beaucoup plus de travail à faire en interne. La coordination interne se fait au niveau des
services, il faut faire le point sur le portage de repas et les activités de multiservices, le suivi des


Le poste de secrétariat a évolué de la façon suivante, au départ il s‟agissait d‟un CES de 18 mois à mi-temps, puis
à 50 ans je suis passée à 130 heures par mois dans le cadre de l‟ILE (Initiative Lorraine Emploi) ce qui permet aux
associations qui recrutent de bénéficier d‟une réduction des charges du personnel et d‟obtenir des subventions de
fonctionnement (achats de matériels informatiques par exemple). Ensuite, mon contrat s‟est transformé en CDI sur
la base de 35 heures hebdomadaires, 151 heures mensuelles).


                                                                                                               71
activités, l’analyse des activités, la rentabilité, l’analyse financière. On fait aussi un suivi
horaire de nos activités, on fait le point avec le personnel, on harmonise les tournées, on gère
les 35 heures, on fait le point avec les fournisseurs extérieurs. L’activité développement
correspond à la réalisation des études de marché, études de faisabilité (études
socio-économiques) pour voir quels créneaux on peut développer et lesquels sont porteurs pour
l’association. ” (chargé de développement)




2. La constitution de réseaux : un maillage du territoire essentiel
Une fois de plus est démontrée l‟importance qu‟il y a pour les associations de se retrouver dans
un espace de discussions pour exposer l‟intérêt d‟entreprendre un travail de partenariat et de
structuration de réseaux potentiels. Le sud Nancéien en est semble-t-il fort dépourvu en ce qui
concerne l‟aide à domicile. L‟histoire du bassin prouve qu‟il y a peu de tentatives
d‟harmonisation des activités et qu‟il est difficile aux seules associations du secteur de se
structurer solidement :

“ Sur le secteur il y a de nombreuses associations, il faut donc faire très attention à ne pas être
en concurrence avec les artisans, les autres associations, les entreprises ordinaires. Le tissu
local est riche, nous, nous essayons de nous situer un peu entre deux et nous développons des
partenariats quand c’est faisable…Ce n’est pas facile, le Conseil Général et les PAIS essaient
de mobiliser les acteurs de terrain autour de cette mise en réseau local. Ce n’est pas une
habitude, et donc chacun travaille dans son coin. Le CG a été choisi comme institution capable
de rassembler tous les acteurs qui sont éparpillés, parce que les acteurs pris individuellement
ont du mal à créer cette dynamique de réseaux, il faut un organe qui fédère pour qu’il y ait une
mobilisation. Cela marche mieux quand c’est le CG (ou le CAPEMM ou l’ADSN) qui organise
plutôt que les associations entre elles. Ces tentatives existent depuis 2001, et le nombre
d’associations représentées est à ce jour correct, sur le maintien à domicile. Il y a L’ADAPA, le
GRETA, l’ADMR, L’ADSN, le CAPEMM, des CCAS, l’animatrice PAIS et des associations
mandataires et prestataires32. On essaie d’insérer des médecins qui sont assez réticents au
travail en réseaux. ” (chargé de développement)



3. Emploi et formation professionnelle

Il y a aussi un projet de réseaux (en plus de celui sur l‟aide à domicile) sur l‟emploi et la
formation des personnes qui interviennent dans ce secteur d‟activité, plutôt initié par l‟ADSN et
le CAPEMM. Deux logiques sont mises en place, la première, consiste en la pérennisation de
l‟emploi notamment des emplois-jeunes, la seconde, concerne la formation professionnelle.



32
   L‟association prestataire (d‟ailleurs l‟association rentre dans ce schéma explicatif) c‟est une association qui
emploie ses salariés et qui met à disposition des personnes, ses salariés pour des travaux de toute nature. Alors que
l‟association mandataire, c‟est une association qui recrute des personnes mais ce n‟est pas l‟association
l‟employeur se sera, en l‟occurrence, la personne âgée. L‟association est l‟intermédiaire pour les démarches
administratives, la personne est l‟employeur réel, c‟est elle qui définit les modalités d‟emploi.


                                                                                                                 72
“ Ce sont souvent des gens qui n’ont pas de formation, il y a un gros souci à la fois dans la
formation initiale et dans la formation continue. Bien souvent les formations ne collent pas aux
cadres d’emploi, il n’y a pas de formations adaptées, donc actuellement on a des projets de
formations qui se créent spécialement par rapport aux dispositifs de l’APA, mais de toute
façon, ce sera en lien avec une approche complète sur l’aide à domicile. Il y a des cadres
d’emploi où l’on n’a pas de formations adaptées pour les publics, là il y a du travail a
réaliser. ” (chargé de développement)



4. L’activité de l’association33
Chiffre d‟affaires nets (production vendue services) : 330 509 francs
Reprises sur amortissements et provisions            : 19 056 francs
Total des produits d‟exploitation                     : 349 566 francs

Total des Charges                                      : 346 278 francs
Résultat d‟exploitation                                : 3 287 francs
Résultat courant avant impôts                          : 3 089 francs

Bénéfices ou pertes                                     :   3 089 francs




4.1. Le développement du volume d’activités

Il faut que l‟association trouve et négocie la fourniture au meilleur prix des repas auprès des
fournisseurs, lesquels ne sont pas nombreux sur le secteur (quatre fournisseurs principaux en
lorraine).Aujourd‟hui, c‟est un fournisseur privé qui livre les repas. L‟association est sollicitée
sur le secteur par les collectivités (cantines scolaires) et les personnes âgées. Il faut également
que l‟association se fasse connaître auprès des communes, des CCAS, des maisons de retraite.
Il faut qu‟elle rencontre aussi les organismes qui prennent en charge des personnes
handicapées : CAT, foyers d‟hébergement et autres.

Il y a cette partie de l‟activité qui est acquise, mais il y a encore toute la partie liée au
développement de l‟association. Là, il s‟agit de rechercher par tous les moyens, d‟explorer tous
les possibles, toutes les pistes de réflexion et de se livrer à une analyse des projets, de ceux qui
ont déjà été mis en place par d‟autres associations (pour comprendre les causes de leur
disparition) et de ceux qu‟il reste à imaginer. La recherche de nouveaux créneaux et le
développement de nouveaux services permettent un accroissement exponentiel de l‟activité et
garantissent le paiement des salaires et les charges de personnel inhérentes :

“ On privilégie cette logique, contrairement à d’autres associations, c’est-à-dire que c’est
l’activité qui doit fait vivre l’association et non les subventions, parce qu’on pense que la
pérennisation dans ce cas est beaucoup plus risquée. Les subventions çà tient parfois à pas
grand chose… il suffit d’un changement. Nous, on vit sur cet acquis, sur notre propre activité et
les subventions, c’est en plus. Néanmoins, nous sommes subventionnés sur les postes de travail

33
     Source : rapport d‟activité 2001


                                                                                                 73
par le CG qui accorde des aides. Pour le fonctionnement (matériels), nous avons des aides du
Conseil Général et du Conseil Régional. Les CCAS des communes au sein desquelles on
intervient, nous financent aussi. ” (chargé de développement)

L‟association est prise dans des contradictions au niveau du développement de ses activités,
jusqu‟où peut-elle aller dans son champ d‟action ? Si l‟association livre des repas au-delà de
son territoire actuel d‟intervention, il faudra plus de temps aux opérateurs de terrain, il faudra
aussi que l‟association ne rentre pas en concurrence directe avec une autre association déjà
présente sur le secteur :

“ Au niveau développement, on ne tourne que sur la matinée pour le portage de repas à
domicile. Si l’on accroît notre volume d’activité, il faudra penser à réorganiser le travail et à
augmenter les temps de travail, donc éventuellement recruter. Dans le secteur Nomeny
précisément, il n’y a pas du tout de portage de repas, donc les acteurs locaux ont d’énormes
problèmes, c’est une zone très rurale avec beaucoup de personnes âgées, pourtant aucune
association ne veut y aller parce que les villages sont trop éparpillés, cela engendre trop de
frais… Donc, comment nous, on se positionne par rapport à cela. Au départ il peut y avoir une
demande pour 20 repas et sur cinq ou six communes éloignées avec quelques kilomètres entre
chaque, on peut se dire : est-ce que cela vaut le coup ?. Mais on sait aussi que les gens ne vont
pas au devant des AS, ni des services communaux, ni des associations, les personnes âgées,
elles, sont chez elles et elles ne font pas la démarche de dire : j’ai besoin de tels services. Il y a
beaucoup de besoins mais les gens ne demandent rien, il y a eu un travail au niveau communal
de réalisé qui consistait à faire émerger les besoins et à faire des propositions, nous nous
sommes aperçus qu’il y avait une demande potentielle au niveau du portage de repas à
domicile. Il faut tenir compte des effets induits sur ce type de chose, il faut oser démarrer sans
rien gagner, il faut peut-être accepter de travailler à perte pendant quelques temps et après les
choses se développent et on rentabilise progressivement. Moi, je soumets les choses au CA qui
de toute façon prend la décision de faire ou de ne pas faire. ” (chargé de développement)



5. Gestion des Ressources Humaines

L‟association est passée aux 35 heures. Les salariés en CDI en poste avant le passage aux 35
heures continuent de travailler 39 heures hebdomadaires et bénéficient de jours de repos liés à
la RTT. Il n‟y a que 7 salariés dans l‟association. En conséquence, les réunions du personnel
sont peu formalisées. Pourtant, il faut organiser de temps en temps des réunions
d‟harmonisation avec les opérateurs de terrain (en fonction de leur rendez-vous), pour
réorganiser les activités de travail :

“ Il faut recadrer parfois les choses autour du respect des horaires, des absences injustifiées,
du manque de justesse au niveau des livraisons, du manque de qualité dans la prestation
fournie au client. La personne ne sera pas satisfaite des services proposés par l’association,
par conséquent, c’est mon rôle de recadrer les choses au niveau de l’organisation du travail et
des prestations. Il y a aussi l’élaboration des planning horaires avec les 35 heures pour le
personnel qui est annualisé (trois personnes), pour les autres (base fixe) c’est un décompte du
temps, des congés classiques et éventuellement des heures supplémentaires qui doit être
produit. En ce qui concerne la comptabilité, on a un comptable et la secrétaire s’occupe de la
facturation, du secrétariat. Il reste les préparations de réunion (ordre du jour du CA, des
bureaux, compte-rendus, convocations des membres), les analyses de situation


                                                                                                   74
organisationnelle et financière, les statistiques internes (sur le portage de repas et les activités
multiservices), tout cela alimente au jour le jour le rapport d’activité de l’année pour
l’assemblée générale. Globalement l’activité est stable depuis quelques années, on a eu des
problèmes internes (le départ prématuré de la personne qui avait la charge avant moi et avec
moi après mon recrutement du développement des activités) qui ne nous ont pas permis
d’accroître le potentiel de services de l’association comme on l’aurait voulu. Mais le marché
du maintien à domicile est très porteur, l’évolution de la démographie fait que nous sommes
optimistes. ” (chargé de développement)



6. Une association sociale et solidaire
Cette association à but non lucratif fonctionne quasiment comme une entreprise ordinaire. La
recherche des marchés participent du maintien du niveau d‟emploi et assure le règlement des
salaires du personnel. La seule distinction réside dans le fait que la course aux bénéfices n‟est
pas présente ici et que le haut de bilan (les bénéfices) est intégralement reversé dans le
fonctionnement de l‟association :

“ On marche un peu sur des œufs, il est clair qu’on est entre les deux. Le but de l’activité est le
service avant toutes choses. Même si on fait une recherche de marché, une étude de marché,
l’objectif reste le service à la personne. Au niveau des tarifs, entre le prix du repas et les frais
annexes, il reste zéro à la fin. La marge sert au fonctionnement et au développement de
l’association, il n’y a pas de bénéfices réels. Sur les méthodes de développement, il est vrai
qu’on est proche de l’entreprise classique mais les objectifs ne sont pas les mêmes. ” (chargé de
développement)


D‟après la chargée de développement, il semble que la solidarité s‟exerce essentiellement à
travers les emplois que l‟association a créés. Les salariés sont d‟anciens ouvriers sidérurgistes
peu qualifiés, qui habitent sur le territoire depuis de nombreuses années. Il y a de ce point de
vue une solidarité qui s‟exerce, le Conseil Général lui-même exprime une solidarité pour ce
bassin de vie qui a été fortement touché par l‟arrêt brutal de l‟industrie sidérurgique.




                                                                                                 75
                      Familles rurales services et intérim




1. Projet fondateur de la structure associative
L‟association intermédiaire “ Familles rurales Services ” a été fondée en 1987 par des
administrateurs de la Fédération Familles Rurales de Meurthe et Moselle. L‟AI est
indépendante de la Fédération Départementale, bien qu‟elle ait conservé son appellation. Dans
les villages les activités des associations fédérées (Centre de Loisirs Sans Hébergement,
cantines scolaires, animations éducatives) concernaient, entre autres, des familles de plus en
plus touchées par le chômage et à des difficultés de réinsertion. La loi de 1987 sur les
associations intermédiaires a confirmé le projet et conduit les administrateurs à rencontrer les
familles, à tenir des permanences pour accueillir le public demandeur d‟emploi, à contacter des
entreprises. Le besoin de prise en charge de la demande d‟emploi en milieu rural a été confirmé
par ces premières approches concrètes des difficultés des populations. La demande d‟emploi
étant identifiée, l‟offre était à structurer.

Le service s‟adresse à des clients privés (particuliers) qui recherchent des emplois familiaux à
temps partiel (jardinage, ménage…), à des collectivités locales (sous-traitance d‟activités sur
espaces verts…), à des entreprises (PME, artisans) du secteur marchand . Les “ antennes ” de
l‟AI sont situées sur des communes du Val de Lorraine et du sud-Nancéen (Baccarat, Pompey,
Tantonville, Blamont, Einville-au-Jard, qui gèrent aussi quatre chantiers d‟insertion
(Dieulouard, Baccarat, Blamont, Einville-au-Jard).

En 1997, par anticipation du vote de la loi sur les exclusions de 1998, fut créée une Entreprise
de Travail Temporaire d‟Insertion . Ainsi, Familles Rurales Intérim (FRI) voit le jour. Le
conseil d‟administration de Familles Rurales Service décide de développer une activité libérée
des formes de gestion des emplois requises pour une association intermédiaire (notamment la
limite de 240h de travail salarié par personne et par an) :

“ Les heures développées en entreprise avec l’AI et avec la loi de 1998 FRS ne pouvait plus
tenir le choc : le CA a donc demandé en 1997 un conventionnement avec la DDTEFP pour la
création d’une entreprise d’intérim ”.

L‟association recrute alors une personne qui connaissait bien le travail temporaire. Ainsi,
Familles Rurales Intérim débute ses activités le 4 janvier 1999 :

“ On a commencé a basculer toutes les entreprises qui étaient sur l’AI (la loi sur les exclusions
est sortie courant 1999) vers l’intérim et on a développé en allant voir les entreprises et les
travailleurs sociaux. Aujourd’hui, il y a pour l’année 2002, 80 000 heures de travail, ce qui
correspond à 220 personnes qui ont un contrat d’une journée à plusieurs mois, soit 700
contrats réalisés. Le paradoxe aujourd’hui c’est que nous sommes une entreprise d’insertion
par l’activité économique, mais il faut aussi que nous nous en sortions financièrement, on parle
désormais le langage de l’entreprise ordinaire ” (Responsable de l’ETTI).




                                                                                              76
Les deux structures (Association Intermédiaire et Entreprise de travail Temporaire d‟Insertion)
sont différenciées sur le plan des activités, des types de conventionnement, des sources de
financement. Le cadre conventionnel de FR Intérim est la convention des Entreprise de Travail
Temporaire, l‟association intermédiaire FR Service étant régie par la convention fédérale de
Familles Rurales.

Ainsi, sous la pression d‟une demande croissante d‟emploi d‟insertion, et devant le constat
d‟une différenciation des compétences des demandeurs d‟emploi, Familles Rurales Services et
Familles Rurales Intérim ont développé un marché d‟emploi d‟insertion stratifié. Une première
activité concerne les chantiers d‟insertion localisés dont les activités de sous-traitance auprès de
collectivités ou d‟associations offre un premier sas de familiarisation aux rythmes du travail
salarié pour des personnes en détresse psychologique et sociale. Un deuxième niveau d‟emploi
est proposé par l‟AI (FRS) à des salariés autonomes, capables d‟intervenir à durée déterminée
pour des travaux chez des particuliers, voire auprès d‟entrepreneurs artisans, ou de collectivités.
Un troisième niveau d‟embauche consiste à employer des demandeurs d‟emploi qualifiés par
leur mise à disposition dans le cadre d‟un contrat d‟intérim d‟insertion (FRI) auprès
d‟entreprises généralement. Dans ce dernier cas, la perspective d‟une pérennisation de l‟emploi
est envisagée avec l‟employeur donneur d‟ordre.




2. Valeurs et pratiques solidaires à l‟intersection du social et de l‟économique

Les objectifs de l‟association intermédiaire visent une double solidarité :

- le développement d‟un marché du travail solidaire sur lequel se positionnent des demandeurs
d‟emploi et des particuliers ou des entreprises, offreurs d‟activités ponctuelles, voire à terme
d‟activités pérennes ;

- le développement d‟une agence de mise à disposition de main-d‟œuvre et la conception d‟une
organisation employant des salariés en voie de professionnalisation sur des postes en partie
solvabilisés par des subventions publiques. Ces agents qui assurent la direction, la gestion, la
prise en charge des demandeurs d‟emploi, l‟accompagnement social et technique, après
formation, pourront constituer des équipes performantes dans le champ de l‟emploi d‟intérim.

“ La solidarité s’exprime de la part des artisans qui travaillent avec nous en milieu rural. C’est
un noyau de clients fidèles prêts à former les personnes qu’on leur met à disposition. De la
même manière, le travail d’écoute, de conseil, d’accompagnement que nous faisons auprès des
personnes qui viennent chez nous, c’est de la solidarité : nous prenons le temps, nous les aidons
à se reconstruire. La volonté des administrateurs c’est de proposer les compétences d’une vraie
agence de travail temporaire, comme une vraie entreprise, de fournir des vrais emplois. Nous
ne voulons pas être considérés comme une structure pour les pauvres, nous voulons leur éviter
le misérabilisme. C’est pourquoi, l’accueil se fait dans un cadre agréable, par des personnes
formées, des permanents qui adhèrent au projet d’une relation employeur-employé normale,
comme dans une entreprise ordinaire ” (Directrice Générale)




                                                                                                 77
Le but de l‟association intermédiaire (Familles Rurales Service) est d‟accompagner les
personnes dans des emplois de courte durée, et de les aider à augmenter leur “ employabilité ”
par une mise en confiance et un soutien psycho-social.

Le but de cette ETTI est d‟essayer de faire rentrer dans l‟emploi stable une personne qui
travaille depuis un moment (“ à partir de quatre, cinq mois là on se dit ce n’est plus du travail
temporaire, donc on se rend dans l’entreprise ”) pour une entreprise, dans ce cas, la
responsable de FRI va voir le responsable de l‟entreprise pour essayer de faire en sorte qu‟il
embauche la personne :

“ On cale les aides potentielles avec l’ANPE. On va voir le patron en lui proposant les contrats
susceptibles de l’intéresser et les aides auxquelles il peut prétendre. On fait les dossiers ANPE
à sa place si il ne souhaite pas les faire et l’ANPE prend ensuite le relais. Cette année on a 65
personnes sorties en CDD de plus de six mois ou en CDI. On va “ forcer ” l’embauche quelque
part…Je fais personnellement ce travail de démarchage auprès des entreprises, en général ça
se passe bien avec les entreprises, même dans celles qui ont la réputation de ne pas
embaucher…Si les entreprises nous disent non ce n’est pas le moment, je ne peux pas
embaucher, on retourne les voir quelques mois après. ”

Ainsi, le principe de solidarité est mis en œuvre par une recherche effective et méthodique
d‟emplois d‟insertion dans le secteur marchand. Cette vocation de l‟ETTI est soutenue par le
projet associatif, le personnel permanent de l‟entreprise d‟intérim étant recruté sur des
compétences professionnelles construites dans le champ, mais aussi sur des valeurs partagées
de respect des rythmes de progression des demandeurs vers l‟emploi pérenne en milieu
économique.

En effet, ce qui atteste d‟un certain esprit de solidarité c‟est le fait que les personnes passées par
les services de l‟ETTI restent en contact de nombreux mois après qu‟ils aient trouvé un emploi
fixe. Ils reviennent régulièrement échanger, se faire aider, prendre des conseils dans les
domaines les plus courants de la vie quotidienne.

“ Ils disent qu’ici il y a de l’écoute, c’est une véritable structure d’appui pour eux et cela dure
pas mal de temps, parfois un an avant qu’ils n’arrivent à prendre de la distance avec l’ETTI et
nous. On essaie pourtant de faire en sorte qu’ils se prennent en charge, on leur fait leur
déclaration d’impôt, etc. Mais la fois d’après on leur dit de la remplir et il viennent nous voir
après pour que l’on vérifie. ”

On voit que sans cette solidarité, allant bien au-delà des missions classiques et du temps de
travail des personnels de l‟ETTI, ces personnes seraient incapables de se débrouiller seules et
de prendre leur envol. Dans un premier temps, l‟assistance ne peut pas être rompue sous peine
de fragilisation de la personne. Ce réseau de soutien, de solidarité construit par l‟ETTI par
l‟intermédiaire de son personnel est fondamental pour l‟équilibre de ces personnes, il accroît
leur chance de réussite et d‟insertion dans la vie professionnelle et sociale.

Pourtant, les dispositifs législatifs et financiers encadrant l‟activité d‟insertion par l‟emploi,
fondés sur le principe de discrimination positive, contribuent paradoxalement à enfermer les
associations et les publics qu‟elles accompagnent, dans des catégories de l‟action sociale. Cette
désignation des publics bénéficiaires, au motif de cibler les moyens de l‟intervention éducative
et de formation professionnelle, mettent les structures dans une contradiction face à une
demande de retour à l‟emploi qui, pour partie, pourrait se passer des procédures de contrôles et


                                                                                                   78
des étapes administratives. C‟est pourquoi, des procédures internes sont élaborées en vue de
“ flexibiliser ” la gestion de la main-d‟œuvre et d‟accélérer l‟insertion dans l‟emploi :

“ Les associations intermédiaires et les entreprises d’insertion doivent être très réactives face
aux commandes des clients. Il faut trouver la bonne personne, enregistrer l’offre, déposer la
demande d’agrément pour faire travailler cette personne. Or, l’ANPE n’avait pas assez
d’agents ces derniers mois pour traiter les demandes. D’où des délais trop longs. C’est
pourquoi, il arrive que nous placions nous-mêmes les personnes, sans agrément, en prenant le
risque d’assurer les charges patronales. Nous faisons confiance au salarié, et ça se passe bien
dans l’emploi. ”

Les deux structures intégrées dans l‟association Familles Rurales Services développent des
activités complémentaires. La plus ancienne (création en 1987) est une activité de mise à
disposition de main d‟œuvre et des chantiers d‟insertion a pour objectif principal d‟aider des
demandeurs d‟emploi à s‟insérer progressivement sur un marché du travail protégé, en
occupant à durée déterminée des postes largement financés par l‟Etat (CES, CEC). Les
relations avec des partenaires du secteur de l‟action sociale (Association de réinsertion sociale,
services sociaux du conseil général, des communes…) sont permanentes, ces instances
orientant les demandeurs vers l‟association. La vocation “ très sociale ” de l‟association
intermédiaire est institutionnalisée par des conventions, des procédures d‟agrément, des
contrôles financiers émanant des pouvoirs publics (DDTEFP, ANPE). Ainsi, le généreux projet
associatif initial s‟est opérationnalisé dans le contexte très encadré des politiques sociales
d‟insertion par l‟économique, ce qui limite la marge de manœuvre et de développement de
l‟association. Paradoxalement, tout en soutenant les activités conventionnées ces interventions
publiques, contribuent à la survie économique de l‟association. Mais, les objectifs des
politiques publiques peuvent, l‟environnement socio-économique de l‟association évoluant,
entraver à terme le projet des administrateurs et des acteurs associatifs. C‟est pourquoi, une
deuxième activité est développée à partir de 1997 sur un projet évolutif, plus vigoureusement
orienté vers l‟insertion et la pénétration d‟un marché du service domestique et communal, avec
un objectif affirmé de libérer l‟initiative dans la création des emplois. Cependant, là aussi, les
contrôles administratifs contribuent à contenir le développement du projet, en veillant à ce que
l‟association ne se transforme pas en agence d‟intérim classique, sous l‟effet de la demande des
clients, et viennent concurrencer d‟autres entreprises positionnées sur le bassin d‟emploi.




3. Rapports conventionnels avec les pouvoirs publics et ambivalence du
positionnement économique
Les pouvoirs publics interviennent diversement et massivement dans le financement des
activités des deux structures. Concernant le fonctionnement et la rémunération du personnel
permanent sur les deux structures, les aides se déclinent ainsi :

         - une aide aux postes sur l‟ETTI (1500 euros par ETP) émanant de l‟Etat (DDTEFP),
         - une exonération de charges sociales sur l‟ETTI,
         - des subventions du Conseil Général dans le cas où d‟un volume d‟heures (1100
heures) de travail d‟accompagnement réalisées avec des bénéficiaires du RMI,
         - prise en charge des postes par le CNASEA, et sous agrément par le Conseil Général
(au titre de sa contribution à l‟insertion des Rmistes)


                                                                                               79
       - prise en charge partielle des Emploi-jeunes par la DDTEFP.

Cependant, les postes sont en grande partie autofinancés par l‟activité économique des
structures, c'est-à-dire les ventes de prestations aux clients de l‟association intermédiaire et de
l‟entreprise d‟intérim d‟insertion.


En effet, sur un chiffre d‟affaire de sept millions de francs en 2002, l‟association intermédiaire
a reçu 30% de subventions. Sur un chiffre d‟affaire de 9 millions de francs, l‟entreprise de
travail temporaire d‟insertion a reçu 20% de subventions. L‟activité est censée dégager de 70%
à 80% d‟autofinancement. L‟association est ainsi positionnée comme une véritable entreprise
sur un marché et requiert une gestion budgétaire et une gestion du personnel capable de
réactivité. Or, un encadrement par les dispositifs de financement et de contrôle contribue à la
maintenir dans un secteur para-public sur lequel les marges de développement sont réduites.



3.1. La tutelle de l’ANPE et le maintien dans l’économie intermédiaire

Le recrutement des bénéficiaires des activités de l‟AI se fait sous agrément de l‟ANPE qui, au
vu d‟un diagnostic de la situation du demandeur, octroie un financement du poste d‟insertion
(par exonération de charges sociales) dans le cadre des limites des activités non concurrentielles
de l‟AI. Les agents de l‟ANPE interviennent annuellement sur chaque dossier, par le contrôle
des heures effectuées en sous-traitance auprès des entreprises, volumes horaires qui ne doivent
pas excéder 240h par an, tous contrats à temps partiels compris. En conséquence, l‟embauche et
l‟accompagnement vers l‟insertion des demandeurs d‟emploi pris en charge par l‟AI, dépendent
des critères d‟évaluation des agents de l‟ANPE, dont la mission est de déterminer au cas par cas
la pertinence de l‟engagement du chômeur et de l‟offre proposée par l‟AI. Cette position
dominante de l‟institution publique dans les choix de recrutement de la main-d‟œuvre ne
manque pas de créer des tensions entre partenaires, au regard des logiques divergentes sur
lesquelles sont engagés les acteurs :

“ Ces personnes (les agents ANPE) n’ont pas tous les mêmes critères, et ne nous les
communiquent pas. C’est pour eux un enjeu de petit pouvoir. Le pouvoir qu’ils s’octroient c’est
de définir qui mérite de travailler et qui ne mérite pas. Par exemple, une personne ne s’était pas
présentée dans les délais à l’agence. Elle n’a pas eu d’agrément, alors qu’elle correspondait
aux emplois que nous proposions. Depuis deux ans, les équipes ont peur de demander des
agréments car il faut déshabiller les personnes par fax, désigner son travailleur social référent.
Les personnes ne viennent pas raconter leur vie, elles viennent chercher du travail. Les
contrôles tatillons proviennent du fait qu’une association intermédiaire coûte soi-disant de
l’argent à l’Etat. C’est pourquoi, on demande aux chômeurs d’aller le plus possible travailler
dans le secteur marchand, et on réserve aux plus en difficulté les emplois d’insertion aidés.
Nous sommes télécommandés, nous n’avons pas de marge de manœuvre, l’ANPE a le droit de
vie et de mort sur les structures ”.(Directrice générale)

Une des agences de tutelle, l‟ANPE est habilitée à délivrer les agréments des associations et des
entreprises intermédiaires. Les variables prises en compte par les agréments et les contrôles
participent au cloisonnement du marché du travail d‟insertion et du marché du travail libre. En
conséquence, les associations situées sur le marché du travail intermédiaire ne parviennent pas
à se développer à la hauteur des offres d‟emploi qui leurs sont adressées. C‟est pourquoi,


                                                                                                80
l‟association recrute des demandeurs d‟emploi qu‟elle accueille à un unique guichet et qu‟elle
oriente :

       -         soit sur l‟AI (services à domicile, chantiers d‟insertion) avec procédure
                 d‟agrément ANPE sur diagnostic de la situation personnelle du demandeur, et
                 limitation des contrats de mise à disposition à 240h par an,
       -         soit sur l‟ETTI (services à domicile, missions d‟intérim dans les entreprises du
                 secteur marchand) avec procédure de demande d‟exonération de charges
                 sociales à l‟ANPE.

“ Si le client nous dit c’est pour remplacer mon manœuvre qui est accidenté et en arrêt pour
trois mois et demi, nous n’allons pas demander un agrément au titre de l’association
intermédiaire, mais un agrément à l’ANPE pour avoir l’exonération de charges, et passer le
remplaçant sur un CCD géré par l’ETTI. C’est une relation marchande avec le client. On est
soumis à la TVA au niveau de l’ETTI, on ne l’est pas dans le cadre de l’AI. Allez expliquer au
client qu’au début on ne va pas lui facturer la TVA et qu’après on lui facturera ! En plus, il
faudrait demander une extension du contrat aux tutelles, si il y a demande de prolongement de
la mission. Il faut arrêter, on va se faire des nœuds au cerveau ! ” (Directrice Générale)



3.2 L’intervention de la DDTEFP

Pour les chantiers d‟insertion, les modes de financement sont d‟origine ministérielle
(DDTEFP), au titre du CNASEA pour les salariés en insertion, avec limitation de leur contrat à
12 mois renouvelables, l‟association intermédiaire bénéficiant de l‟exonération des charges
patronales sur la rémunération des personnes mises à disposition. Les postes d‟encadrement
sous contrat CES dans les chantiers d‟insertion, les postes d‟accueil, de coordination, de
responsable d‟antenne, d‟encadrement des chantiers sont financés par le Conseil Général.

L‟entreprise de travail temporaire d‟insertion est soumise à Convention avec la Direction
Départementale du Travail et de la Formation Professionnelle (DDTEFP) renouvelée tous les
ans, au vu du bilan financier. Pour l‟exercice de l‟année 2000, des documents complémentaires
ont été demandés par l‟administration, notamment le détail des postes d‟encadrement des
chantiers d‟insertion, les bilans financiers des chantiers, le détail des mises à disposition. Il a
fallu extraire ces données des comptes de fonctionnement déjà établis :

“ Ils veulent de la transparence dans les comptes des associations. C’est normal. Mais on avait
jusque là toujours présenté les comptes de manière globale. Cette année, peut-être qu’un
membre du Comité départemental de l’insertion par l’économique, s’est demandé quelle
relation l’association Familles Rurales Services avait avec Familles Rurales Intérim ?, Quel
est le pourcentage d’activité pour l’insertion sur le chiffre, quels transferts sont effectués entre
les deux structures ? Effectivement, on peut reprocher aux AI de développer des activités
annexes tels les chantiers, faire des transferts de charges. Je ne sais pas, ce sont des
suppositions”.

Ainsi, les acteurs qui représentent les instances de tutelle, peuvent-ils modifier les règles du
contrôle sur l‟usage des fonds publics et imposer, de fait, des tâches supplémentaires de gestion
au prestataire de service qui n‟a pas d‟autre choix que de s‟exécuter dans une relation de
dépendance administrative et économique. Ce travail de refonte de la comptabilité constitue un


                                                                                                 81
coût salarial et d‟investissement dans la reconstitution des programmes informatiques (des
jours et des nuits investis durant les congés d‟été).

La part des fonds publics dans l‟activité des deux associations est de 30% en 2002, en
progression depuis 1998 (8%) :

“ Nous avons mis en place en 2002 un chantier à la demande du PLIE sur financements
européens, qui dit chantier d’insertion dit dispositif financé par l’Etat et le département, et
nous avons à la demande de la commune de B. à la demande des élus mis en place un chantier
en 2001, et tout ça a fait progresser notre budget de fonctionnement ”.

Pourtant, l‟autofinancement de l‟activité est à hauteur de 70%, ce qui induit des contrôles de la
part des tutelles administratives :

“ Une activité d’insertion ne devrait pas faire de bénéfices, les hauts de bilan, c'est-à-dire les
excédents ne devraient pas exister dans une association comme la nôtre, parce que l’on doit
juste développer ce dont on a besoin pour soi. Si l’on fonctionnait comme ça on ne pourrait
jamais développer nos activités en direction des publics. En 1997, on a pu créer une entreprise
de travail temporaire, un nouvel outil en milieu rural au niveau de l’association intermédiaire.
A qui d’autres pouvions-nous passer le bébé au niveau de l’insertion par l’économique ? Il y a
peu de structures d’insertion en milieu rural, et là il y avait un dispositif d’insertion possible, et
bien créons le et nous aurons plus de moyens et de temps pour travailler avec les personnes, et
la formation, et l’insertion. Mais une entreprise de travail temporaire et d’insertion ça
nécessite 500 000F de fonds de garantie, immobilisés de suite à l’époque, bien qu’elle soit de
statut associatif. Elle est soumise à tous les impôts commerciaux, elle fonctionne comme une
entreprise de travail temporaire classique ” (Directrice Générale)

“ Nous sommes une Entreprise de Travail Temporaire d’Insertion (ETTI). Nous sommes
soumis à la fiscalisation, c’est-à-dire que l’on a peu d’avantage par rapport à une ETT
(Entreprise de Travail Temporaire) classique, le seul avantage que l’on a : une subvention par
la DDTTEFP, 1 500 euros en début d’année par poste d’insertion réalisés en fin d’année,
c’est-à-dire que l’on a 36 postes d’insertion en début d’année, on touche 60 % de notre
subvention et si à la fin de l’année on a pas réalisé les 36 ETP on nous reprend de l’argent… Il
faut savoir que la première année on avait 10 ETP en 1999, en 2000, 12 ETP, en 2001, 24 ETP
et cette année 36. L’autre différence (avec les ETT classiques) est que l’on a une exonération
jusqu’au SMIC pour les personnes qui sont agréées par l’ANPE, on ne peut travailler qu’avec
des personnes agréés par l’ANPE on y reviendra…, donc, une exonération URSAFF et
accident de travail jusqu’au SMIC. Cela veut dire que cela fonctionne au prorata, exemple une
personne qui ne travaille que deux heures dans la journée si elle est payée au-delà du SMIC, on
paie la différence (c’est un calcul qui se fait à l’heure, 6,83 euros le coût horaire Smic). Au delà
du coût horaire SMIC on paie les charges tout à fait normalement. ”

Ainsi, l‟ETTI est confrontée à un double positionnement économique : d‟une part, de statut
associatif, la structure est organisée et financée pour partie par des pouvoirs publics pour des
activités solidaires d‟accueil, d‟orientation, de formation et de mise à disposition de personnel
auprès des particuliers ou d‟entreprises ; d‟autre part, de statut entrepreneurial sur le plan de sa
fiscalité, la structure est amenée à s‟autofinancer, à construire sa clientèle, à se développer sur le
marché de l‟intérim.




                                                                                                   82
“ L’ETTI est conforme aux statuts d’une entreprise d’insertion dont l’activité est le travail
temporaire. Nous aurions pu prendre le statut de SARL. La DDEFP nous contrôle car elle
intervient pour des exonérations de charges sociales, par exemple la contribution aux
accidents du travail. ”

La structure vit sur ces propres activités, elle finance tous les salaires du personnel permanent.
Il faut que l‟ETTI produise des bénéfices, ce qui ne semble pas trop logique dans un contexte
qui est celui de l‟insertion d‟un public en grande difficulté. Il y a un paradoxe important, ne
serait-ce que par rapport aux ETT classiques en termes de productivité des futurs intérimaires.
En effet, dans une ETT les rencontres avec les personnes à la recherche d‟une mission se font
très vite, il suffit la plupart du temps de construire avec la personne un dossier le concernant et
établir le profil des missions qu‟elle souhaite réaliser… Pour les ETTI, le personnel passe un
temps considérable pour discuter avec la personne et construire avec un parcours adapté et ce
sans le brusquer, il n‟y a aucune logique de productivité au départ. Pour les ETTI le mot
important c‟est insertion (bien que la structure n‟affiche pas cet argument au grand jour et face
aux publics accueillis, parce que précisément il est souhaitable selon les responsables de rompre
avec cette spirale qui consiste toujours et partout à proposer de l‟insertion à ces publics en
difficulté) 34 … Les instances ne mesurent absolument pas le temps qui est passé à
l‟accompagnement social de la personne, temps qui n‟est pas rémunéré ni pris en compte dans
les modalités d‟attribution des subventions et des aides.

 “ Il faut savoir que parfois avant que certains d’entre eux ne puissent travailler il y a en amont
des tas de problématiques à résoudre. Quand on rencontre une personne qui a la possibilité de
travailler, et qu’il n’a pas de d’hébergement, pas d’habits, vous ne pouvez pas l’envoyer au
boulot, parfois on les habille, on leur fourni des gants, des bleus de travail, des chaussures, des
casques, etc. Un soudeur vous ne pouvez pas l’envoyer en formation sans tablier, sans cagoule,
sans rien, et le prix de ce matériel est souvent astronomique…Comment voulez-vous demander
à une personne qui est Erémiste d’aller s’acheter du matériel pour partir en formation, et
pourtant ces éléments ne sont pas pris en considération. Ces choses là ne sont prises en compte
par personne, c’est la structure, l’association qui paie sur ces propres fonds, sans aucune aide
à ce niveau de l’extérieur. On a un chiffre d’affaires qui avoisine les 10 millions de francs, mais
néanmoins il faut pallier à tout, notamment les impayés avec certaines entreprises. On nous
donne10 000 francs par poste d’insertion et il faut que l’on se débrouille avec cela… ce n’est
pas suffisant sur un poste d’insertion il n’y a pas qu’une personne qui travaille. Aujourd’hui,
nous sommes dans le créneau de l’économie solidaire mais nous devons être rentables au
même titre qu’une entreprise classique. Souvent quand je vais dans les réunions du bureau et
que je dis aux administrateurs de l’association qu’il faut faire attention à certaines entreprises
avec qui nous travaillons et qui ne paient pas, on me rétorque que l’on est pas là pour ça, mais


34
   “ C’est au cours des années 1970, d’un mouvement de solidarité, que naît cette démarche. Avec le chômage,
apparaissent de plus en plus de situations dans lesquelles l’aide à l’hébergement ne suffit plus. Des associations se
mobilisent : elles créent de véritables entreprises sous forme associative ou commerciale, pour donner un emploi à
ceux qui ne pourraient pas en trouver dans une entreprise “ normale ”. La vocation d’une entreprise classique,
c’est de produire des biens et des services et d’en tirer un profit. Une entreprise d’insertion produit aussi des biens
et des services, elle les vend sur le marché, elle a un véritable compte d’exploitation ; mais elle le fait avec des
gens recrutés dans des conditions très précaires. Elle doit les former, les encadrer, trouver des méthodes nouvelles
parce qu’ils n’ont même plus l’habitude d’aller au travail. Elle s’occupe d’abord de leurs problèmes de santé et de
logement : c’est un accompagnement très lourd, et aussi un encadrement, pour redonner l’habitude de travailler,
pour former. Il y a donc tout un parcours d’insertion, qui peut difficilement se faire dans une entreprise
classique. ” (La Solidarité crée-t-elle des emplois ?, Mille et une Nuits, Ministère de l‟emploi et de la solidarité,
La Cinquième Edition, 1999, p. 21-34).


                                                                                                                   83
si il n’y a plus la rentabilité escomptée et bien on risque de fermer la boîte tout simplement 35.
Nous sommes malheureusement, sur cette logique là, il faut que l’on paie nos charges tous les
trimestres, la TVA et en plus quand on dégage un peu de bénéfices on est soumis à l’impôt sur
les sociétés, alors on nous donne de l’argent d’un côté et nous le reprend de l’autre… parce que
les hauts de bilan ce n’est pas pour les administrateurs, c’est pour remettre dans le circuit pour
refaire autre chose, de la formation, ou autre, ce solde positif est réinjecté dans le
fonctionnement global de l’association. Donc on nous dit parfois vous devriez prendre tels ou
tels marchés supplémentaires, “ Manpower ” fait ceci, fait cela… mais nous ne sommes pas
“ Manpower ou Bis ” eux, ils vont vite à mettre quelqu’un sur une mission. Quand ces ETT
montent une action de formation avec leurs intérimaires, ces personnes savent ce qu’ils veulent
faire comme formation, chez nous les gars ne savent pas ce qu’ils veulent entreprendre comme
formation, il faut passer du temps avec eux pour les aiguiller ” (Responsable ETTI).


La situation ambiguë de cette association témoigne du paradoxe de l‟économie solidaire quand
elle est portée par des structures associatives. Les principes économiques de libre initiative, de
portage de projet d‟activités innovantes s‟affrontent au principe de la solvabilisation de l‟offre
d‟emploi ou de la demande de service, le plus souvent par des fonds publics dont l‟attribution
est contrôlée sur le plan comptable et sur le plan des objectifs. De plus, la libre initiative, qui
pourrait prévaloir dans la construction d‟un tiers secteur intermédiaire entre le secteur
marchand et le secteur des services publics, est contrainte à la source par des régulations qui
limitent la capacité de développement des entreprises solidaires, dans le but ultime de les situer
sur un marché non concurrentiel :

“ Quand on voit Daewoo en ce moment, ils ne se sont pas privés pour les financer ! C’était
prévisible que cette entreprise allait se délocaliser à l’étranger et licencier tout le personnel
lorrain. Et quand on nous dit que nous, les associations intermédiaires, nous sommes des
gouffres financiers pour les fonds publics… ! ”




3.3 Segmentation du marché du service à domicile et régulation des concurrences
inter-associatives

A l‟inverse, dans l‟espace économique subventionné, les pouvoirs publics ont pu, eux-mêmes,
aussi, contribuer à organiser la concurrence entre les dispositifs :

“ Les chèques emploi service mis en place par Martine Aubry, sont venus concurrencer les
associations intermédiaires. On nous a balisé, toutes les structures spécialisées dans l’aide à
domicile ont réagi aussi car nous intervenons auprès des familles pour du ménage, rentrer du
bois…Nous avions su fidéliser des clients, et l’ADMR, L’ADAPA on crié au secours contre les
associations intermédiaires qui ne font intervenir que des personnes en grande difficulté. Or,
nous faisons intervenir des professionnels de l’aide. Et nous nous sommes vus interdire le
travail à domicile de nos vacataires auprès des personnes les plus fragilisées, les enfants de

35
   “ Ces entreprises d’insertion sont des structures très particulières dont les dirigeants ont une double vocation :
il leur faut avoir les “ tripes ” sociales, être généreux et aussi être de très bon gestionnaires. Car si on ne réussit
pas sur le plan économique, l’entreprise s’écroule. Les entreprises d’insertion sont donc dans l’activité
économique, comme les autres. Elles vendent leurs biens et services ; mais, comme elles ne peuvent pas vendre les
services d’accompagnement social, elles prennent un risque de sous-productivité. ” (Idem, p. 24).


                                                                                                                   84
moins de trois ans et les personnes âgées de plus de70 ans. Et pourtant, ces associations nous
demandent souvent de leur mettre à disposition nos salariés ”.


Les activités d‟aide à domicile constituent un marché de fait, que l‟on peut nommer solidaire
dans la mesure où le contenu des services et les prix pratiqués sont élaborés en vue de la
satisfaction d‟un besoin “ social ”, fondé sur le principe d‟un don social et d‟une solvabilisation
maximale des bénéficiaires et des mandataires. Ce faisant, un segment particulier du marché du
travail d‟insertion, à temps partiel, se construit, sur lequel des associations se font concurrence.
La stratégie concurrentielle des associations vise à qualifier la main d‟œuvre et à stratifier les
qualifications par des opérations de légitimation auprès des pouvoirs publics. De fait, les
réglementations publiques, soumises à des groupes de pression locaux, viennent réguler des
concurrences en œuvre sur le tiers secteur et induire des inégalités d‟accès à l‟emploi aidé. En
conséquence, l‟association intermédiaire (FRS) se trouve limitée dans le développement de son
activité car elle doit placer les personnels en insertion dans des emplois moins qualifiés que
l‟association d‟aide à domicile agrée qui doit professionnaliser ses salariés et monopolise une
clientèle ciblée. En conséquence, le secteur des services à la population semble se structurer sur
plusieurs segments. Bien que la construction du secteur soit un processus institutionnalisé et
transactionnel, il apparaît sous une forme semblable à la segmentation du secteur des services
marchands (par exemple, les entreprises de nettoyage qui emploient des salariés non qualifiés et
les services de garde à domicile qui emploient des personnels très qualifiés). De plus, un flux de
main d‟œuvre est observable d‟une association à l‟autre, chaque structure ne pouvant proposer
à ses salariés que des contrats à temps partiel, dans les limites horaires hebdomadaires
réglementaires (39h pour un CES). C‟est pourquoi, certains salariés cumulent les emplois au
sein d‟associations concurrentes, ou directement au service de particuliers sur chèque
emploi-service.

Mais, un paramètre fait la différence entre l‟AI (Familles Rurales Service) et une entreprise
“ libérale ” de mise à disposition de main d‟œuvre: ce sont les contraintes réglementaires
appliquées par l‟administration (DDTEFP, ANPE) sur la gestion du personnel et le nombre
d‟heures annuelles autorisées (minimum 17h à maximum 240h) de mise à disposition auprès
des entreprises du secteur marchand. En effet, des clauses précises régulent le marché de
l‟intérim d‟insertion dans le but de le cloisonner et de limiter l‟intervention des fonds publics au
segment “ insertion ”, la politique de l‟Etat, en la matière, devant rester strictement une
politique sociale et non une politique de régulation économique. Les pouvoirs publics n‟ont pas
vocation de soutenir les entreprises d‟intérim d‟insertion dans leur concurrence avec les
entreprises d‟intérim du secteur marchand libre.



4. Structure décisionnelle de l‟association et organisation du travail
Les Administrateurs de Familles Rurales Services et Intérim sont au nombre de neuf
bénévoles : un Président de l‟association (retraité, ancien éducateur spécialisé), un premier
Vice-Président (retraité de l‟IRTS), un deuxième Vice-Président (retraité), un Trésorier
(retraité, commerçant), un Trésorier-Adjoint (en activité dans une Entreprise d‟Insertion), un
Secrétaire (retraité), deux membres (en activité dans une Entreprise d‟Insertion) un membre
associé représentant de l‟UDAF (salarié de l‟UDAF).




                                                                                                 85
Ces neuf administrateurs s‟investissent énormément pour la structure et sont très impliqués
dans la vie de l‟organisation en donnant des coup de mains fréquents. Chacun des
administrateurs est responsable d‟un secteur et intervient en appui des salariés missionnés sur
les secteurs d‟activités.

Les fonctions de direction sont établies sur trois postes : une directrice générale, une
responsable de l‟ETTI. Le choix de ne créer qu‟un poste de direction sur les deux structures est
motivé par le souci de ne pas induire de concurrence entre les deux organisations. C‟est
pourquoi les contrats de travail et les postes de direction générale, sont scindés sur deux
mi-temps répartis sur les deux organismes. Le personnel permanent est composé de :

       -         sept “ conseillères en insertion ” responsables d‟antennes locales,
       -         cinq encadrants de chantiers, dont quatre “ Cadres Techniques ” chefs de
                 chantier qualifiés et une coordinatrice d‟insertion assurant le suivi et
                 l‟accompagnement social des personnes en CES.

L‟ensemble du personnel est sur la base de 35 heures annualisées. Le temps de travail effectif
est de 39 heures, le personnel récupère 4 heures par semaine. Les modalités de gestion des repos
RTT se fait en fonction des attentes de chacun ( en général une journée de repos tous les quinze
jours). Il faut que la structure soit ouverte quasi en permanence (il n‟y a qu‟une semaine par an
de fermeture entre Noël et Nouvel An), les administrateurs estiment que c‟est une sixième de
congés payés. Il y a une organisation interne et un peu informelle par rapport à ces modalités de
gestion des repos RTT et congés qui se met en place.

Une réunion mensuelle de l‟ensemble du personnel permet de caler l‟organisation du travail, de
parler des résultats de la structure, des objectifs atteints et à atteindre, de faire le point sur le
travail des antennes décentralisées, de motiver le personnel qui est dans une situation
commerciale, de les soutenir également dans leur mission.




4.1 Le personnel permanent de l’association intermédiaire et sa professionnalisation

Quelques mois après sa création, l‟association intermédiaire devait trouver une logistique et
une organisation adaptée aux objectifs de développement du service. En 1993, les
administrateurs recrutent un coordinateur en vue de le professionnaliser dans le métier de
l‟insertion et de l‟emploi d‟intérim. Viennent ensuite des salariés sur contrats aidés (CES) pour
assurer l‟accueil, la prospection, la mise à disposition des salariés. L‟association intermédiaire
se développant les années suivantes, il fut possible de pérenniser ces emplois par consolidation
(CEC) puis en CDI.

Les premiers salariés sont recrutés en 1993 sur des postes de coordination, d‟accueil et de
conseil orientation. Actuellement Familles Rurales Services fonctionne avec 11 Equivalents
Temps Pleins (10 temps pleins et deux mi-temps), Familles Rurales Intérim avec 4 ETP (deux
temps pleins et quatre mi-temps). De plus, 37 postes en CES sont attribués pour les chantiers
d‟insertion et 2 Postes “ Emploi-Jeunes ” sont attribués aux antennes de Blâmont et Baccarat.

Un premier groupe de huit salariés permanents (en CDI) est localisé sur les “ antennes ” en
milieu rural (Baccarat, Blâmont, Azerailles, Colombey Les Belles) et en milieu urbain


                                                                                                  86
(Seichamps, Pompey), de l‟association sur des fonctions d‟accueil et d‟orientation du public
(demandeurs d‟emploi) et des clients (employeurs), une personne étant localisée au siège de
l‟association pour assurer l‟accueil. Ces personnes mettent les personnes en relation dans des
réseaux locaux, facilitent les contacts, assurent la coordination de la prise en charge au sein des
deux structures, entretiennent les relations avec les collectivités locales.

Le projet de professionnaliser ces personnels permanents s‟est construit au fil des années par
des formations continuées auxquelles ont participé l‟ensemble des personnels des deux
structures. Des formations leurs sont proposées sur la réglementation des AI, les contrats de
travail, les techniques d‟accueil, d‟écoute et d‟entretien. Au plan de formation 2003, sont
prévus des stages sur le contenu des emplois familiaux, notamment sous l‟aspect des savoir-être
et des relations aux personnes, sur la prévention du suicide, la prévention de l‟alcoolisme.




4.2 Les salariés temporaires de l’association intermédiaire et leur insertion


Les quatre chantiers d‟insertion en cours actuellement occupent 32 CES.

Les publics pris en charge sont recrutés sur des critères d‟employabilité minimale, tout en
prenant en compte les paramètres psycho-sociaux et économiques de leur exclusion. Les
publics sont le plus souvent des demandeurs d‟emploi orientés vers l‟AI par l‟ANPE ou les
services sociaux, etc.). Au total, l‟association intermédiaire Familles Rurales Service, emploie
36 ETP sur l‟année conventionnés par l‟Etat, et ça concerne environ 300 personnes à temps
partiel sur des missions de quelques jours, à trois mois ou un an. La rotation des intérimaires est
importante, mais la stratégie d‟accueil et d‟accompagnement mise en place par l‟association
contribue à fidéliser cette main d‟œuvre ainsi que les clients utilisateurs.

Le public de l‟AI est composé de personnes “ capables de respecter une consigne simple, de
discuter avec le chef de chantier, d‟acquérir un peu d‟autonomie ” dans un chantier d‟insertion.
L‟accueil et l‟orientation se basent sur des entretiens, la constitution de CV, de questions sur les
expériences antérieures tant dans la sphère de vie domestique que dans la sphère
professionnelle (savoir-faire courants tel que tapisserie-peinture, jardinage etc..). Puis, un
dossier argumenté est transmis à l‟ANPE quand les contrat de mise à disposition dépassent le
volume de 16h, l‟ensemble des contrats de mise à disposition d‟une personne ne pouvant pas
dépasser 240 h par an. Contact est pris aussi avec le chef du chantier d‟insertion.

La diversification des activités de l‟AI et l‟évolution vers le statut d‟entreprise temporaire
d‟insertion est justifiée par une certaine stratification des capacités d‟insertion dans l‟emploi
des personnes accueillies et de leur plus ou moins grande autonomie dans le travail :

“ Les chantiers d’insertion occupent des gens qui ne sont pas très productifs, il faut les remettre
dans l’emploi, parfois les resocialiser largement, ce sont des gens qui sont à des années lumière
de l’emploi, avec de grosses difficultés sociales ”

De même, un public de jeunes âgés de 14 à 16 ans est pris en charge dans le cadre de chantiers
éducatifs, en collaboration avec les associations de prévention spécialisées :



                                                                                                 87
“ Là on sert de gestionnaire parce que les jeunes on veut leur faire un fiche de paie pour que les
choses soient claires. Si on veut les faire avancer dans la vie il faut déjà qu’on leur explique les
règles du travail, mais aussi les règles fondamentales d’une fiche de paie… ”

Dans l‟ensemble, les personnes prises en charge par L‟AI et les chantiers d‟insertion
correspondent aux profils déterminés par la loi contre les exclusions (1999) : Rmistes,
chômeurs de longue durée, justiciables, jeunes sans ressources, chefs de ménages
monoparentaux, handicapés…Il se trouve cependant que les bénéficiaires de l‟AI (mais aussi
de l‟ETTI) présentent des caractéristiques très hétérogènes. Par exemple, des cadres, des
diplômés d‟université (doctorats), ouvriers et employés qualifiés.

Une forme de gestion du personnel s‟est mise en place qui débute au moment de l‟accueil par un
travail d‟écoute, d‟évaluation et d‟orientation. L‟association met en œuvre des objectifs de
professionnalisation de cette main d‟œuvre, en prenant en compte le niveau d‟acquisitions
préalables et les capacités et projets professionnels des personnes accueillies. Ainsi, des
formations leurs sont proposées, depuis la remise à niveau des acquis de base (lecture, écriture,
calcul) jusqu‟à des formations qualifiantes.




4.3 Le personnel permanent de l’entreprise de travail temporaire intérim

Leur temps contractuels de travail sont divisés en temps partiel à consacrer aux deux activités
dans le cadre de l‟AI et de l‟ETTI.
L‟entreprise d‟intérim, à elle seule, emploie 86 ETP. Un comité d‟entreprise a été constitué,
Des élections de délégués du personnel sont organisées tous les ans, mais un constat de carence
a été fait par l‟inspection du travail. La convention collective qui s‟applique est la convention
des agences de travail temporaire.

“ Il faut que ce soit géré comme une entreprise, pour réaliser un équilibre financier, mais au
niveau des salariés nos administrateurs les considèrent plus comme des collaborateurs. Il
s’agit d’un projet partagé. On est chargé de faire de l’insertion en vue d’amener les personne
en CDI dans une entreprise, mais du coup on perd un client pour l’intérim. C’est pourquoi nos
salariés contribuent au développement de l’activité en prospectant sur le terrain de nouveaux
clients ”.

“ Pour les personnels permanents il y a aussi des formations, ont doit être formés
régulièrement, loi sur les 35 heures, loi sur le travail temporaire, accompagnement des publics
en difficulté, gestion des situations des difficiles, etc. sur le FAFTT ”

Ainsi le personnel qui assure l‟accompagnement des personnes employées par l‟ETTI fait un
travail de suivi dans les entreprises, des évaluations intermédiaires, et si nécessaire, des
entretiens individualisés avec les intérimaires pour aborder et traiter des difficultés financières,
familiales, médicales… Là, l‟association affirme par ces pratiques son orientation vers le travail
social et se démarque des entreprises d‟intérim classique, en mettant en place une gestion du
personnel individualisée et attentive au développement des capacités de travail et d‟insertion
durable :




                                                                                                 88
“ On va reprendre avec lui (de demandeur d’emploi) un certain nombre de dossiers qui
traînent, l’amener à les prendre en charge, souvent pour aller plus vite les salariés ne
demandent pas d’aide au-delà d’un emploi, mais le personnel fait le nécessaire pour que les
salariés soient acteurs de leur changement ”.




4.4 Les salariés temporaires de Familles Rurales Intérim

L‟entreprise d‟intérim d‟insertion emploie à ce jour 220 personnes sur des contrats à temps
partiel. Sont pratiqués des contrats en CDD mis à disposition d‟entreprises locales. Le
recrutement des salariés intérimaires se fait à partir des demandes adressées indifféremment à
l‟association intermédiaire ou à l‟entreprise d‟intérim :

“ Il arrive que pour un mission qui n’est pas très longue, et quand nous ne connaissons pas très
bien le salarié, on va commencer par une mission dans le cadre de l’association intermédiaire
pour un client, et ensuite faire un contrat dans le cadre de l’ETTI pour un autre client ”.

Ainsi, l‟offre d‟emploi adressée à l‟ETTI étant plus structurée et plus exigeante, des passages
sont orchestrés entre les deux structures afin d‟évaluer, sélectionner et qualifier les demandeurs
d‟emploi. En effet, le recrutement par l‟ETTI est plus sélectif car les emplois proposés
requièrent certaines compétences :

 “ On ne peut pas faire travailler n’importe qui , il y a des gens qui viennent par le bouche à
oreilles, mais on en rejette parce qu’on ne peut pas s’occuper de tous. D’autres sont envoyés
par les travailleurs sociaux, par les CCAS, par les CLI, les missions locales, par l’ARS
(Association de Réinsertion sociale, notamment un Centre d’Hébergement Social), ensemble
d’interlocuteurs qui nous expliquent les problématiques sociales. Ensuite on reçoit les gens et
si on estime qu’ils sont en mesure de travailler, on les envoient à l’ANPE qui décide ou non de
leur donner l’agrément. On prend aussi dans les gens que nous avons au niveau de l’AI, parce
que l’AI marche aussi avec l’agrément pour les entreprises (pas pour des travaux chez des
particuliers) mais on évite parce qu’on ne veut pas de “ clash ”. De plus avec la loi de 1998 on
ne peut les faire travailler que 240 heures en entreprise. Bon quand un bon client AI a besoin
d’une personne pour deux jours, là on demande l’agrément ANPE, c’est un service rendu au
client parce que les heures AI sont moins chères que les heures ETTI (dans l’ETTI on paie dans
ce cas l’indemnité de précarité, la formation, la visite médicale du travail, dans l’AI cela
n’existe pas) ” (Responsable FRI).

A partir de la logistique de recrutement, d‟orientation et de formation des deux structures,
l‟association Familles Rurales Services est en mesure de construire différents créneaux de
services, de clientèle et donc, au final, d‟emplois qualifiés ou non qualifiés. Cette
diversification se fait selon une logique solidaire, du moins dans les discours des responsables
et dans l‟engagement des administrateurs. Ce faisant, un service effectif est rendu aux
demandeurs d‟emploi, qui trouvent des solutions diversifiées pour se remettre sur le marché du
travail et espérer à terme s‟insérer définitivement. Cependant, ce processus peut contribuer à
créer un marché du travail “ captif ” et protégé, auquel ces salariés d‟un type particulier seraient
assignés. En effet, ils sont inscrits dans un rapport salarial qui les maintient dans une
dépendance aux critères de sélection, aux formes de gestion du personnel de l‟AI et de l‟ETTI,
et aux critères d‟agrément de l‟ANPE. De plus, leur marge d‟initiative sur la négociation des


                                                                                                 89
contrats de travail est affaiblie par le diagnostic de leurs difficultés psycho-sociales ou
économiques.

Cette position objective des bénéficiaires dans le rapport contractuel qui les lient à l‟ETTI est
contrebalancée par les valeurs défendues par les prestataires et leurs partenaires, qui témoignent
de la nécessité d‟une assistance “ sociale ”, pendant et après la prise en charge.

Par contre, l‟ETTI est elle aussi dans une position économique objective. En développant un
marché du travail “ intermédiaire ” et “ solidaire ”, elle se trouve sous la contrainte de
rentabiliser ses investissements et d‟assurer son fonctionnement, dans le cadre complexe des
aides et des contrôles publics, surtout sous la forme d‟exonération de charges sociales. Il se
pourrait que ces associations dérivent logiquement vers des fonctionnements entrepreneuriaux
de type libéral, en sélectionnant la main-d‟oeuvre sur des compétences employables par le
secteur marchand, ou bien, en utilisant une main-d‟oeuvre peu qualifiée en turn over permanent
sur les emplois démarchés auprès des entreprises. Ces évolutions demeurent probables, c‟est
pourquoi, les acteurs associatifs s‟investissent dans une action à dominante sociale et de
promotion par la qualification auprès des salariés temporaires, sous le regard vigilant des
pouvoirs publics.

Par les jeux de la comptabilité séparée et de la fiscalité différente des deux structures, il est
possible de solvabiliser différemment les demandeurs d‟emploi et de les former et aussi de
solvabiliser les petits employeurs, notamment les particuliers. Nous sommes en présence d‟une
entreprise, avec les problèmes de gestion de personnel et de fonds de fonctionnement, qui pour
poursuivre son projet d‟insertion des personnes les plus éloignées de l‟emploi, trouve des
sources d‟autofinancement sur le marché de la sous-traitance et de la location de main-d‟œuvre
auprès d‟entreprises du secteur marchand. La position intermédiaire entre le secteur des
politiques sociales d‟éducation- formation -insertion et le secteur marchand libre de ce type
d‟association lui confère :

- d‟une part, une marge d‟actions portées par une logique de solidarité et de service aux
personnes exclues et démunies de capacités d‟auto-détermination sur le marché du travail,
- d’autre part, une marge d’actions pour le développement économique et la capacité
d’autofinancement de l’entreprise sur un marché à la limite ou quasi-intégré dans le secteur
concurrentiel et le secteur marchand.

La formation des salariés de l‟ETTI est assurée par le FAFTT, organisme collecteur de fonds,
organisme collecteur des fonds de formations qui récolte des fonds en commun avec les trois
piliers du travail temporaire que sont ADECCO, VEDIOR BIS, MANPOWER . Ces ETT ont
leurs services de formation en interne, ils ne se servent pas du FAFTT. Tout l‟argent que le
FAFTT récupère et qui n‟est pas utilisé l‟organisme le mutualise pour les ETTI. Le budget
formation est parfois doublé voire triplé et il est utilisé jusqu‟aux derniers centimes.

“ Actuellement on a des contrats de qualification en route avec des gens en insertion qui vont se
terminer, parce qu’ils ont eu leur permis poids lourds et ils ont du travail à partir du 3 janvier
2003. Grâce à ce système on arrive à avoir des budgets de formations importants, on peut
parler d’un certain esprit de solidarité en particulier pour les ETTI, via ce fond de formation.
En termes de formations, il y a le premier stage de cariste mais il faut maintenant que cette
formation soit couplée à une formation de préparateur de commandes (magasinier). Des
formations dans le tertiaire (informatique, organisme de formation l’AFPI à Maxéville)
chauffeur PL, conducteur d’engin (organisme de formations, L’AFT à Jarville), des pontiers


                                                                                               90
(cette formation a eu lieu parce qu’ils sont actuellement dans une entreprise, donc on les forme,
cela peut déboucher sur des emplois…), des formations du bâtiment (couvreur, chauffagiste,
plomberie, carreleur, soudeur, maçon blancheur (en vue du chantier du TGV Est), etc…Ces
formations en bâtiment sont faites par les “ Compagnons du Devoir ” à J.. On s’est rendu
compte qu’ils avaient une manière de faire, pédagogique extrêmement intéressante et adaptée
à ce public ; parce que nous ont forme des gens qui sont en position très difficile, en situation
d’échec. De notre point de vue, si on les “ colle ” à l’AFPA ou au GRETA il y a toujours des
échecs retentissants, en plus l’AFPA fait passer des tests avant l’entrée en formation, les gars
sont hyper stressés cela ne va pas du tout et il n’arrive pas. Les “ Compagnons du Devoir ” les
accueillent, les mettent en condition, ce qui fait que des gens qui n’ont jamais rien fait nulle
part, réussissent, prennent un emploi et arrivent à assumer dans l’emploi. Donc, on ne peut pas
dire qu’il donne les formations facilement, se sont des formations personnalisées, il rencontre
la personne, il évalue ses aspirations et son niveau, et après tout cela il nous donne un
programme de formation. Il faut savoir que c’est des gens qui ont des problèmes, ils n’ont fait
que des formations, ils en ont assez des formations, ils ne veulent plus en faire…si nos
formations n’étaient pas rémunérées ça ne passerait pas… Ils y vont un peu à reculons, on leur
dit qu’ils vont apprendre un métier, qu’à la sortie ils sauront faire quelque chose et ils
s’inscrivent tout doucement dans le processus. ”

La professionnalisation par la formation qualifiante des salariés permanents ainsi que des
salariés temporaires est un objectif affirmé de l‟association. En cela elle contribue à des
rapports solidaires avec ses salariés qui trouvent matière à s‟investir dans un parcours
professionnel soutenu par le collectif de travail et par les administrateurs.




                                                                                              91
                          APIC chantiers d’insertion
                   Association Promotion Insertion Chantiers




Nom : Association Promotion Insertion Chantiers

Statut : Association loi 1901

Services rendus : Insertion sociale et professionnelle des publics les plus en difficultés. Mise au
travail par des chantiers d‟insertion (métiers du bâtiment).

Financements de la structure : Conseil Général, Plan Local pour l‟Insertion et l‟Emploi (PLIE),
Initiatives Lorraine Emploi, Collectivités locales, Associations

Nombre de salariés : 2 salariés permanents (1 encadrant technique à temps plein , 1
accompagnateur à mi-temps) + 16 postes CES chantiers d‟insertion




1. Projet et statut de l‟association
APIC est une association récente créée en Mars 2000 pour pallier l‟absence d‟encadrement des
chantiers d‟insertion en cours sur le territoire Sud Nancéien à la suite de la disparition des deux
associations qui les animaient précédemment (ASTRID et ACCI).

Les missions de l‟association n‟ont pas évolué depuis sa création. Elles s‟inscrivent dans un
projet de territoire lié à la valorisation de l‟environnement et du patrimoine local, à la
re-dynamisation du bassin d‟emploi fortement marqué par la disparition de l‟industrie
sidérurgique et l‟exclusion massive de l‟emploi de ses habitants. Son activité principale
concerne le montage et l‟animation de chantiers centrés sur les métiers du bâtiment pour des
personnes en grandes difficultés. Il s‟agit par la mise au travail et en partenariat avec d‟autres
institutions ou acteurs locaux (référents territoriaux ou agents ANPE du CLILE36, travailleurs
sociaux et instructeurs) d‟accompagner ces personnes dans la construction d‟un projet
d‟insertion sociale. L‟association répond au projet global du secteur de l‟insertion par l‟activité
économique qui vise par la création d‟activités nouvelles à satisfaire à la fois une demande
publique de services émanant d‟associations ou de collectivités locales, et une demande
d‟accompagnement social d‟adultes en grandes difficultés (Rmistes, chômeurs de longue
durée) par leur remise au travail. Dans la hiérarchie des structures qui couvrent le champ de
l‟IAE, les associations de chantiers d‟insertion représentent dans le parcours de ces publics le
premier palier vers une insertion sociale durable. Elles se situent dans le champ de l‟utilité
sociale et mobilisent à ce titre les cadres d‟emploi du secteur non marchand (CES uniquement
pour l‟APIC) pour l‟accompagnement social et la réinsertion professionnelle des publics les
plus éloignés de l‟emploi et de la vie sociale.

36
  Comité Local d‟Insertion et de Lutte contre les Exclusions (ex-CLI-Comission Locale d‟Insertion dont les
compétences ont été élargies)


                                                                                                             92
2. Parcours professionnel des responsables encadrants de l‟association

Les responsables salariés de l‟APIC ont une longue expérience des chantiers d‟insertion et des
publics en grandes difficultés. Ils ont travaillé dans les associations qui encadraient les chantiers
d‟insertion sur le territoire Sud Nancéien (ASTRID et ACCI) avant la création de l‟association.
Leur parcours professionnel témoigne à la fois de leur ancrage local dans les missions
d‟insertion (le fondateur était formateur et encadrant technique à ASTRID avant de prendre la
responsabilité de l‟ACCI ; la responsable du volet “ insertion sociale ” comptabilise plus de dix
ans d‟expérience dans l‟accompagnement individuel des publics adultes en difficultés), et
d‟une polyvalence forte caractéristique de ce milieu professionnel où les compétences se
construisent plus dans l‟expérience directe du terrain et au gré des opportunités d‟emploi que
dans un parcours pré-défini, formalisé dans des cadres d‟emploi classique et par un projet initial
de carrière. Parcours professionnel, parcours d‟emploi itératifs dont la cohérence est plus à
rechercher dans l‟implication subjective, militante des salariés que dans leur stratégie
professionnelle. Le parcours du fondateur de l‟association est celui d‟une personne qui, formée
aux arts plastiques, travaille dans le génie civil et la publicité avant d‟être pendant 10 ans
“ homme au foyer ”. Après un passage en formation (CAP ébénisterie, DUT conducteur de
travaux dans l‟industrie du bois), il devient un temps commercial avant d‟être embauché par
l‟association ASTRID où il sera pendant quatre ans formateur en technologie du bâtiment et
encadrant technique de chantiers d‟insertion. Lorsque ASTRID dépose le bilan, il poursuit ce
travail d‟encadrement en fondant l‟ACCI puis l‟APIC. Le regard que ce responsable porte
rétrospectivement sur son parcours est intéressant parce que dans la description qu‟il fait de son
professionnalisme, il ne met en avant ni ses compétences techniques, ni ses responsabilités,
pourtant nombreuses, accumulées dans l‟exercice de différents métiers mais son expérience
sociale, celle d‟une vie qui a débuté en foyer de l‟enfance, celle d‟une socialisation à l‟acteur
collectif. Son implication professionnelle relève d‟une posture militante liée à son histoire
personnelle. Ce qui lui fait dire que pour exercer son métier et travailler avec des publics en
grandes difficultés, il faut d‟abord être dans la compréhension de l‟autre et dans l‟observation
des mécanismes quotidiens qui conduisent à l‟exclusion sociale : “ Il faut de la passion pour
faire ce métier parce que tu donnes de ta personne, tu investis beaucoup dans les gars et parfois
ils peuvent te lâcher ou les entreprises peuvent refuser de les employer parce qu’ils ont une sale
gueule alors que tu sais qu’ils sont employables ”.



3. Financement et marchés de l‟association
Les conventions qui lie l‟APIC à ses financeurs (Conseil Général 54, PLIE du Sud Nancéien,
Initiatives Lorraine Emploi) ne couvre pas complètement les frais d‟encadrement et de
fonctionnement de l‟association. La subvention principale, celle du CG 54 est en nette
diminution depuis deux ans. Elle représente 36% des recettes en 2002 contre 59% en 2000 37.
Cette situation fragilise fortement l‟association qui s‟autofinance à hauteur de 38%
actuellement. Sa survie dépend donc directement de la lucrativité de ses activités. Ce qui remet
en cause l’action solidaire et désintéressée de ce type de structure. Les chantiers d‟insertion
que réalise l‟association sont commandités et financés par les collectivités et associations

37
  Hors financement des 16 postes CES à hauteur de 5%. Rappelons que le CG n‟accorde de subvention que si 50%
de ces postes sont réservés à un public Rmiste.


                                                                                                         93
locales sur la base d‟un prix de journée négocié qui inclut l‟achat des matériaux nécessaires à
leur réalisation. Les salaires des publics CES positionnés sur ces chantiers sont financés à
hauteur de 95% par l‟Etat et de 5% par le CG38. Ces marchés concernent la restauration de
bâtiments anciens, l‟aménagement d‟espaces naturels ou urbains, soit des projets de
construction et de réhabilitation sur lesquels les entreprises du secteur marchand ne sont pas
positionnées car ils ne constituent pas une priorité pour les associations ou collectivités locales.
Sans cette offre de service solidaire que représentent les chantiers d‟insertion, ces travaux
auraient été probablement négligés par les commanditaires.

La position qu‟occupe l‟association sur le marché local est pourtant peu favorable au
développement de ses activités. Il y a à cela au moins deux raisons.

La première raison est liée à la présence depuis la fin de l‟année 2001 de deux autres
associations de chantiers d‟insertion sur le territoire Sud Nancéien 39 . Afin de limiter la
concurrence, un partenariat a été mis en place entre les 3 structures et l‟ANPE pour organiser le
recrutement et la répartition de la main d‟œuvre entre les différents chantiers. La loi contre les
exclusions de 1998 invite en effet les institutions et acteurs de l‟insertion à mieux coordonner
leurs interventions au niveau local et sous l‟égide des PLIE, à construire des projets locaux de
mobilité pour les publics en difficultés. En l‟espèce, il s‟agissait d‟organiser la mobilité de la
main d‟œuvre entre les chantiers existants (bâtiment, espaces verts) afin de limiter les effets de
concurrence entre associations sur un territoire somme toute limité, et pour garantir à terme de
meilleures chances d‟insertion aux publics concernés. Mais ce projet ne s‟est pas réalisé. Le
recrutement de la main d‟œuvre est effectivement organisé par l‟ANPE, son suivi assuré par le
CLILE (public Rmiste) et par le PLIE (public autre que Rmistes) mais l‟organisation de sa
mobilité au niveau du territoire, entre les chantiers d‟insertion, d‟une part, entre les structures
de l‟Insertion par l‟Activité Economique (CI, AI, EI, ETTI40), d‟autre part, entre les structures
de l‟IAE et les entreprises marchandes, enfin, est loin d‟être aboutie. C’est là, selon nous, un
des points faibles actuels de l’économie solidaire dans ce secteur que de ne pas avoir
suffisamment institutionnaliser son organisation interne pour accroître son poids dans
l’organisation globale des transitions sur le marché du travail41.

Le second frein au développement des activités de l‟APIC tient à la faiblesse de ses ressources
internes qui l‟oblige à ne gérer qu‟un seul chantier à la fois avec deux équipes de salariés à
mi-temps. L‟offre de chantiers étant saturée sur son territoire d‟implantation actuel
(Neuves-Maisons et ses environs), un développement des activités de l‟association signifierait
pour elle multiplier ses lieux d‟ancrage et donc ses capacités d‟encadrement, ce qui est
impensable en l‟état actuel de ses ressources financières, voir incompatible avec la perspective


38
   Dispositions générales valables jusqu‟en juillet 2003. A partir de cette date, l‟Etat ne s‟engagerait plus qu‟à
hauteur de 65% dans le financement des postes CES. Pour le moment, le financement public à hauteur de 95%
concerne l‟équivalent en postes de 192 mois de CES par an.
39
   Associations présentes sur le territoire uniquement à travers leur activité de chantiers d‟insertion. Leur siège est
situé ailleurs que sur Neuves-Maisons.
40
   CI : Chantier d‟Insertion ; AI : Association Intermédiaire ; EI : Entreprise d‟Insertion ; ETTI : Entreprise de
Travail Temporaire d‟Insertion
41
   Point de vue que partage la responsable régionale de l‟UREIL que nous avons interviewée : “ Au niveau local, il
y a un manque de coordination et de partenariat entre les différentes structures de l’IAE. Le problème est que
l’UREIL n’intervient que sur les structures marchandes de l’IAE (Entreprise d’Insertion et Entreprise de Travail
Temporaire d’Insertion). Celles qui relèvent du champ de l’utilité sociale (CAVA, Chantiers d’Insertion) n’entrent
pas dans les aides à la création, au développement et à la professionnalisation que nous proposons. Il faudrait
mieux organiser les parcours, mieux structurer l’offre au niveau des territoires avec les différents partenaires
sociaux et politiques, y compris les élus locaux ”.


                                                                                                                   94
annoncée d‟une baisse significative du financement des postes d‟insertion (CES-CEC) par les
pouvoirs publics.




4. Gestion de la main d‟œuvre des chantiers d‟insertion


4-1 Recrutement

Depuis la loi de lutte contre les exclusions de 1998, l‟ANPE joue un rôle important dans le
recrutement de la main d‟œuvre à destination du secteur de l‟Insertion par l‟Activité
Economique. C‟est elle qui opère la pré-sélection des publics sur la base des critères
d‟éligibilité aux programmes CES-CEC pour les activités d‟utilité sociale. Chaque parcours
d‟insertion ou projet de parcours dans ce secteur fait l‟objet d‟un agrément que l‟ANPE délivre
au candidat pré-sélectionné pour une durée de 12 mois dans le cas du CES et de 5 ans dans le
cas du CEC. Le recrutement est assuré ensuite par les encadrants de l‟association en présence
du référent territorial ou de l‟agent ANPE du CLILE, et des travailleurs sociaux pour les publics
qui font l‟objet d‟un accompagnement social.

Les critères d‟embauche portent pour l‟essentiel sur la motivation des candidats à s‟engager
dans un parcours d‟insertion sur la base d‟une mise au travail qui vise l‟apprentissage de savoirs
et savoir-faire liés aux métiers du bâtiment (peinture, pose de papier peint, maçonnerie,
terrassement, taille de pierre, etc.42) ainsi que le ré-apprentissage de certains comportements
sociaux (assiduité, politesse, respect, etc.). L‟employabilité et l‟expérience professionnelle des
candidats n‟entraient pas jusqu‟à présent dans les critères de recrutement. Mais les modes
d‟évaluation des parcours des publics à la sortie des chantiers d‟insertion sont aujourd‟hui telles
que les associations pourraient être tentées (et le sont parfois) d‟introduire ces critères au niveau
des recrutements : “ Le critère, ce ne sont pas les compétences mais les motivations aussi bien
pour les candidats Rmistes que les autres. En même temps aujourd’hui , le critère n’est plus
seulement la motivation mais la possibilité au sortir du chantier d’insertion de prendre un
CDD d’au moins 6 mois ou de suivre une formation qualifiante43. Donc on hésite à prendre des
illettrés, des gens qui sortent des IMPRO. Maintenant avec les directives du CG, c’est même
impossible. Les critères se sont donc élevés”44. Cette modification sensible des critères de
recrutement posera à terme le problème de la gestion de l‟exclusion sociale à un niveau plus
global. Pour le moment, les glissements institutionnels qui participent à l‟évolution du profil de
la main d‟œuvre embauchée et qui préoccupent le plus les responsables de l‟association
concernent deux niveaux de leur intervention :

1) la présence croissante de l‟ANPE dans les procédures d‟embauche amène à recruter un
public qui n‟a pas bénéficié d‟un accompagnement social préalable, ce qui par la suite contrarie
et alourdit considérablement son suivi dans la vie quotidienne (public peu disposé à parler de


42
   Tous les corps de métiers du bâtiment à l‟exception de l‟électricité- plomberie
43
   Plus concrètement, le CG demande sur la base de ces deux critères, un taux de sorties réussies du chantier
d‟insertion de l‟ordre de 30%. Dans le même temps, l‟association doit respecter le quota de 50% de Rmistes sur les
emplois CES pour obtenir du CG une subvention de ses postes d‟encadrants.
44
   Entretien avec un des salariés de l‟association


                                                                                                               95
lui-même et de ses problèmes personnels; public peu dynamisé en conséquence sur la
résolution de ces dits problèmes) ;

2) La modification récente de leurs missions dans le sens d‟une demande accrue de formation et
de professionnalisation des publics embauchés. Jusqu‟à présent, la mise au travail de ces
publics était pour l‟association un moyen mis au service de la recherche de solutions globales,
de la construction de projets de vie. Aujourd‟hui, “ la volonté de s‟en sortir ” ne suffit plus pour
prétendre à ce type de poste. Il faut aussi “ vouloir se former aux métiers du bâtiment ”. Il est en
effet demandé aux chantiers d‟insertion de devenir de véritables lieux de formation
professionnelle. Un des salariés responsable de l‟association résume ainsi la situation : “ Le
risque à moyen terme, c’est qu’on ne travaille plus avec les travailleurs sociaux locaux, leurs
publics qui n’arrivent pas à s’en sortir par eux-mêmes. Parce que les publics que le CG
souhaiterait qu’on prenne, c’est des gens qui ont juste besoin d’un coup de pouce, d’une
mobilisation et qui repartent. Il serait même question que l’on fasse des contrats de 3 mois
alors que pour le moment on est plutôt sur 12 mois de CES. L’ objectif des chantiers d’insertion
a été l’insertion sociale, puis l’insertion socio - professionnelle et maintenant, c’est l’insertion
professionnelle ”.

Cette évolution de la fonction des associations de chantiers d‟insertion est d‟autant plus mal
perçue par leurs responsables qu‟ils situent prioritairement leurs missions d‟utilité dans
l‟accompagnement social des publics. L‟insertion professionnelle a toujours été un objectif
conditionné par l‟insertion sociale pour ces acteurs. Mais si aujourd‟hui, la première venait
supplanter la seconde, que resterait-il du champ de l‟utilité sociale dans le secteur de l‟Insertion
par l‟Activité Economique? La situation est d‟autant plus préoccupante que selon l‟analyse
faite par la responsable de l‟UREIL Lorraine de la situation de ce secteur, les structures de
l‟IAE accueilleraient actuellement une main d‟œuvre moins employable, plus dé-insérée
socialement que par le passé. La conjoncture économique favorable des dernières années
(1998-2001) aurait eu pour effet de faire basculer les publics les plus employables dans le
secteur marchand. Résultat positif en regard des missions de l‟IAE mais qui supposerait
précisément un recentrage de ce secteur, en particulier des chantiers d‟insertion, sur les publics
les plus désocialisés et les plus durablement exclus du marché du travail.

Un autre problème se pose aux associations de chantiers d‟insertion pour la réalisation d‟une
mission qui serait exclusivement centrée sur l‟insertion professionnelle : l‟absence de
partenariat solide ou d‟outil propre pour l‟accompagnement des publics vers l‟emploi
marchand. Cette difficulté est déjà perceptible dans la situation actuelle de ces associations. Sur
le territoire du Sud Nancéien, le FLES (Fonds local pour l‟Emploi Solidarité) joue un rôle
important dans la recherche de solution professionnelle et surtout de formation pour les
bénéficiaires de CES. Mais le lien avec les petites entreprises marchandes, seules susceptibles
en l‟état de répondre aux sollicitations du secteur de l‟économie solidaire, est quasi-inexistant.
Récemment, un dispositif nommé SOLEIL 45 , de prospection entreprises et de recherche
d‟offres d‟emploi ordinaire pour les publics en difficultés a été créé sur le territoire. Mais ce
dispositif, tant attendu par les associations locales, s‟adresse en réalité aux plus employables
des demandeurs d‟emploi du bassin. De sorte qu‟il n‟existe pas à l‟heure actuelle de dispositif
local pour la gestion des sorties CES-CEC vers l‟emploi marchand. La loi contre les exclusions
de 1998 préconisait pourtant par le renforcement des partenariats locaux une organisation
“ territorialisée ” des parcours d‟insertion en vue de leur insertion durable dans l‟emploi
ordinaire.

45
     Solidarité pour l‟Emploi et l‟Insertion en Lorraine


                                                                                                 96
4.2 Mise au travail et accompagnement social

La gestion de la main d‟œuvre des chantiers d‟insertion se distingue de celle d‟une entreprise
ordinaire par l‟attention portée à l‟histoire personnelle des salariés. La mise au travail et
l‟accompagnement social visent la ré-appropriation de tout ou d‟une partie de leur biographie.
Mais dans cette action globale de re-socialisation, chacune de ces actions intervient sur des
dimensions différentes de la construction identitaire. La mise au travail viserait en effet la
socialisation à l’acteur collectif alors que l’accompagnement social se centrerait plutôt sur
l’acteur individuel. Ces deux types prises en charge se complètent et se rejoignent pour
produire le maximum d‟effets sur l‟identité sociale des personnes.

La mise au travail s‟appuie en effet fortement sur la dynamique de groupe. Toute l‟activité
d‟encadrement est mise au service de l‟intégration des personnes dans une équipe de travail
dont la composition, la taille évoluent au gré des chantiers et des entrées/sorties des
personnels46. Une attention particulière est portée à la composition des groupes positionnés sur
des activités communes : “ Les nouveaux arrivés sont mis très rapidement sur une activité en
binôme avec un ancien de l’équipe qui maîtrise déjà cette activité. Sur les affectations, il faut
toujours faire en sorte de ne pas générer des situations de conflit au sein de l’équipe. On tient
compte du profil des personnes pour avoir un équilibre dans les groupes, entre anciens et
nouveaux par exemple. Mais on tient compte aussi des personnalités. Sur cette question, les
décisions ne portent jamais sur des appréciations subjectives mais toujours sur des éléments
objectifs liés par exemple aux comportements des personnes au travail. Si un arrive
régulièrement en retard au travail, je trouve là une bonne raison pour le bouger d’équipe 47”.
Dans cette manière de procéder, on perçoit le souci d‟une recherche permanente d‟équilibre au
sein des équipes mais aussi un mode particulier de résolution des problèmes qui évite le
jugement et la stigmatisation de la personne dont les comportements au travail pourraient, de
façon non volontaire, menacer la cohésion du groupe. Sur les chantiers, les équipes sont mises à
contribution pour encadrer les débutants et apprendre à ceux qui sont en difficultés les manières
d‟opérer. L‟appel aux capacités auto- régulatrices du groupe, en particulier le recours aux
anciens pour faire fonctionner les équipes, rappelle le modèle d‟encadrement de la petite
entreprise artisanale hérité du compagnonnage, où les salariés demeurent apprenants tant qu‟ils
ne savent pas se poser en exemple de savoir-vivre et de savoir-faire au sein de leur équipe. Pour
reprendre la terminologie wébérienne, ce modèle d‟encadrement peut être qualifié de
“ charismatique ”. Il s‟appuie sur la personnalité du chef, ici le responsable des travaux, et par
suite sur celle des anciens. L‟encadrant technique veille en effet à ce que les salariés le
considèrent comme l‟exemple à suivre au quotidien. Les responsabilités qu‟il assume pendant
la réalisation des travaux, son implication dans le groupe, en particulier les régulations socio-
affectives qu‟il y opère, procèdent volontairement d‟une attitude charismatique seule capable
selon lui de redonner une conscience de groupe à des individus exclus le plus souvent de toute
participation citoyenne : “ Je travaille avec eux sur les mêmes activités car c’est à moi de
montrer l’exemple. Dès qu’une intervention ou une activité est un peu dangereuse, c’est moi
qui la fait. De cette manière, je montre l’exemple et je me fait respecter des autres. Mais je
montre aussi l’exemple au niveau du respect des personnes. Je ne leur dis rien, ils peuvent me
tutoyer ou me vouvoyer mais ils doivent savoir écouter, remercier, dire bonjour et moi, je me


46
   La durée des CES chantiers d‟insertion est de 12 mois. Le CES étant un emploi à mi-temps, l‟association dispose
avec le financement de 16 postes, de deux équipes de 8 personnes mobilisées sur les chantiers à tour de rôle dans la
semaine. La première équipe travaille les lundi matin, mardis et mercredis toute la journée ; la seconde, les
mercredis, jeudis et vendredis matin.
47
   Entretien avec l‟encadrant technique de l‟association


                                                                                                                97
comporte aussi de cette manière avec eux ”48. Toutefois, la prise en charge des salariés ne
s‟opère pas complètement selon les modalités anciennes de l‟encadrement charismatique.
L‟autorité est certes mobilisée comme instrument de régulation des comportements individuels
et collectifs, mais elle est redoublée d‟une démarche compréhensive des problèmes qui fait le
lien avec la prise en charge individuelle réalisée dans le cadre de l‟accompagnement social des
publics.

Compte tenu des caractéristiques du public, la mise au travail et la réalisation des activités liées
aux chantiers s‟opèrent en flux tendus. Il faut certes éviter le travail contraint 49. Mais il faut
éviter aussi les arrêts intempestifs d‟activité qui démotivent fortement les personnels. La
gestion des enchaînements d‟activités et de chantiers constitue donc une priorité pour
l‟encadrement technique. La durée des chantiers fait également l‟objet d‟une gestion
particulière parce qu‟elle doit tenir compte de deux impératifs plus ou moins contradictoires :
celui lié aux caractéristiques de la main d‟œuvre (faible productivité) et aux objectifs de la mise
au travail (apprentissage, resocialisation) d‟une part, celui lié à la commande et à la qualité du
service rendu d‟autre part. L‟association négocie des durées de chantiers trois fois plus longues
qu‟une entreprise ordinaire. Mais le coût des chantiers est établi sur la base d‟un prix de journée
qui limite d‟autant plus leur durée que les commanditaires, les petites communes et les
associations d‟insertion du bassin, ont des moyens financiers limités. Le système actuel de
tarification des prix des chantiers introduit un impératif de rentabilité contradictoire avec les
objectifs de la mise au travail des publics et plus largement avec les missions de l’association :

“ Il faut aller plus vite dans le travail et donc tout le monde ne fait pas toutes les activités sur le
chantier, c’est là une limite de notre travail d’accompagnement social 50”.


En effet, la mise au travail vise non seulement l‟apprentissage de règles de vie collective mais
aussi l‟acquisition de compétences techniques dans les métiers du bâtiment. La socialisation
professionnelle s‟opère normalement sur la base d‟une polyvalence, d‟une mobilité entre les
activités de chantiers. Mais son effectivité tend aujourd‟hui à être limitée par des impératifs de
rentabilité. De manière idéale, la mise au travail vise en effet l‟adaptabilité de la main d‟œuvre
à différents lieux et contextes de travail. Celle-ci fait l‟objet d‟une évaluation régulière à partir
de fiches de poste que les salariés remplissent eux-mêmes en indiquant les difficultés
rencontrées pour chaque tâche réalisée seuls ou à plusieurs, avec ou sans aide. Par ailleurs,
l‟encadrant technique dispose pour chaque salarié d‟une fiche de suivi où sont consignés les
tâches réalisées, les compétences mises en œuvre et leur niveau de transférabilité51.

A ce premier niveau d‟insertion que représentent les chantiers dans le secteur de l‟insertion par
l‟activité économique, la mise au travail se donne pour objectif la resocialisation des publics par
l‟acquisition de savoir-être et de savoir-faire généraux en vue de leur professionnalisation,
laquelle n‟est pas réalisée au sortir du CES, si on entend par là la mise en œuvre maîtrisée dans
un champ professionnel donné de compétences spécialisées validées par un diplôme ou un suivi
de formation dans des cadres d‟emploi ordinaires. La difficulté pour les chantiers d‟insertion est
en effet d‟assurer la transférabilité des compétences au sortir du CES. Dans ce domaine,
l‟absence de partenariats efficaces à l‟intérieur du secteur de l‟IAE, de passerelles entre les

48
   Entretien avec l‟encadrant technique de l‟association
49
   Expression mobilisée ici dans sa définition durkheimienne, comme ensemble d‟activités dont le sens et les
finalités échappent à l‟individu qui les réalise.
50
   Entretien avec l‟encadrant technique de l‟association
51
   Transfert des compétences à d‟autres métiers ou d‟autres champs professionnels


                                                                                                               98
mesures d‟aide à l‟insertion du secteur non marchand et l‟emploi ordinaire, d‟organisation des
mobilités professionnelles au niveau des territoires, représentent un frein à la réalisation de cet
objectif pourtant souhaité par les partenaires sociaux et politiques et les programmes nationaux
de lutte contre les exclusions sociales. Pour toutes ces raisons, les chantiers d‟insertion
fonctionnent le plus souvent en vase clos dans leur travail de suivi professionnel mais aussi
social des publics.

Les partenariats existent pourtant, notamment sur le volet de l‟accompagnement social des
publics. A l‟APIC, un comité technique se réunit toutes les six semaines pour faire le point sur
les situations individuelles, proposer des solutions d‟insertion et pour la gestion administrative
des parcours (ex : construction de dossiers de demande COTOREP ou de demande de
formation). Ce comité est composé des responsables de l‟association, des travailleurs sociaux
référents, des représentants du CLILE, du FLES et du PLIE du Sud-Nancéien. Les partenaires
s‟entendent généralement sur les diagnostics et les modes de solutionnement des situations.
L‟objectif est de rassembler le maximum d‟informations mais aussi d‟interprétations sur la
situation des personnes que l‟association et les référents territoriaux suivent quotidiennement
dans la perspective d‟une approche globale des problématiques individuelles.
L‟accompagnement social peut porter sur des problèmes de gestion financière, de logement, de
santé, d‟environnement social et familial. Ces problèmes sont discutés par ailleurs dans le cadre
d‟entretiens individuels réalisés régulièrement avec les référents-instructeurs d‟une part, et
l‟accompagnateur de l‟association, d‟autre part. Ce travail d‟accompagnement est essentiel
parce qu‟il permet de décloisonner les approches des problèmes avec la gestion partenariale des
situations. Ce travail est pourtant peu reconnu par les instances qui évaluent l‟activité de
l‟APIC. En effet, les critères de réussite ou d‟échec du travail de suivi que l‟association réalise
auprès des personnes concernent exclusivement leur accès/non-accès à l‟emploi (CDD d‟au
moins six mois) ou à une formation professionnelle à l‟issue du CES. La lutte contre
l‟isolement social, la gestion des situations de sur-endettement, la prise en charge des
problèmes de santé, l‟insertion par le logement… Tous ces objectifs que met pourtant en avant
le programme national de lutte contre les exclusions sociales, sont occultés dans l‟évaluation de
l‟action que mènent des structures d‟aide à l‟insertion comme l‟APIC. La faible reconnaissance
institutionnelle de ces actions fragilise les partenariats locaux et le travail des référents
territoriaux en même temps qu‟elle induit une instrumentation des modes de prise en charge
(accueillir les publics les moins éloignés de l‟emploi pour atteindre les objectifs souhaités par
les instances évaluatrices?) et donc à moyen terme un durcissement des situations d‟exclusion.

Pour toutes ces raisons, l‟accompagnement social des publics est d‟abord centré sur la
formation et la préparation à l‟emploi. Jusqu‟à l‟an dernier, un organisme de formation
intervenait à l‟APIC deux demi-journées par semaine auprès des salariés du chantier sur la
construction et la validation des projets professionnels. Cette action était couplée avec le suivi
social individualisé de l‟association et les actions d‟accompagnement vers l‟emploi du FLES52.
Ce dispositif global de suivi a été reconsidéré l‟an dernier à la demande des instances
évaluatrices. L‟action menée par l‟organisme de formation a été arrêtée car elle procédait des
mêmes objectifs que le FLES. Pourtant, le FLES intervient individuellement et non pas
collectivement dans l‟accompagnement et la formalisation des projets professionnels. Avec le
retrait de l‟organisme de formation, c‟est toute la dimension collective de l‟accompagnement
social des publics qui disparaît : “ Ce que l’on perd dans cette affaire, c’est la dimension
collective de la formation qui permettait des échanges entre salariés et participait donc
fortement à la dynamique du groupe, du collectif de travail. Grâce à cela, on arrivait à les tenir

52
     Dispositif AVE : accompagnement vers l‟emploi géré par le Fonds Local pour l‟Emploi Solidarité


                                                                                                      99
toute la journée. Maintenant, c’est l’individualisation de la formation qui est souhaitée par le
Conseil Général53 ”. A présent, les publics sont positionnés sur des préparations individuelles à
la formation (remise à niveau, préparation aux tests d‟entrée en stage) et à l‟emploi
(construction et validation de projets professionnels).




5. Conclusion

Structure fragile, l‟APIC répond pourtant à une philosophie forte dans laquelle se reconnaissent
les structures de l‟économie solidaire : identification intime au territoire dans lequel elle évolue
et déploie ses activités54, soutien au développement local par ses activités de réhabilitation et de
rénovation, identification forte des professionnels de l‟association à son histoire, proximité
avec les publics et les interlocuteurs institutionnels, activité économique et lucrative
entièrement mise au service des publics qui la réalisent en vue de leur réinsertion sociale,
personnalisation forte des modes de gestion de la main d‟œuvre par un encadrement
“ charismatique ” et un souci permanent de compréhension des problématiques individuelles,
enfin réponse à des demandes locales de service émanant parfois d‟autres associations
solidaires qui ne seraient pas satisfaites sans sa présence sur le territoire. Son devenir semble
pourtant menacé ou s‟agirait-il simplement pour elle de s‟élargir à d‟autres activités (chantiers
culturels, association intermédiaire55)?




53
   Entretien avec l‟encadrant technique de l‟association
54
   Pour preuve : pour des raisons matérielles mais aussi “ culturelles ”, les encadrants de l‟association ne sont pas
favorables à un recrutement élargi de la main d‟œuvre qui le situerait pour une part au-delà du territoire de
Neuves-Maisons et de ses environs.
55
   Idées évoquées dans les entretiens par les deux encadrants de l‟association


                                                                                                                100
                  PARTIE III :



Logiques d’acteurs et gestion de l’emploi solidaire

             Synthèse problématique




                                                      101
1. Systèmes d‟action locaux et espaces transactionnels : le difficile partage du
référentiel solidaire

Notre recherche en Lorraine nous amène à constater un certain nombre d‟invariants actionnels
qui structurent le champ, invariants liés à des référentiels d‟action que nous avons trouvés
cohérents avec les modèles idéal-typiques de l‟économie solidaire. Par contre, en pratiques, ces
référentiels ne sont pas toujours partagés entre les groupes d‟acteurs au-delà des discours
idéologiques convenus. En effet, nous constatons les lignes de clivages classiquement
observées sur les territoires où se structurent des actions croisées dans le cadre de projets de
développement local global.

Les référentiels mobilisés par les acteurs sont construits sur des codes qui catégorisent :

   -     d‟une part, les pouvoirs publics (pouvoirs électifs des collectivités territoriales,
         pouvoirs de l‟Etat) assimilables à la verticalité des décisions et à des projets de
         développement exogène ;
   -     d‟autre part, les actions des groupes locaux, organisés en association ou non,
         assimilables à l‟horizontalité des réseaux et de l‟agrégation des intérêts des groupes de
         population, lié à des capacités de développement endogène.

Un autre clivage fait référence dans les représentations du champ de l‟économie solidaire et du
développement local : la distinction des valeurs et des pratiques économiques à visée non
marchande d‟une part, à visée marchande et monétaire d‟autre part.

Une troisième distinction intervient, qui oppose d‟une part les relations personnalisées par
lesquelles la solidarité économique se construit, les échanges de réciprocité assimilables à des
formes de dons (aide, écoute, accompagnement, service à la personne dépendante ou
démunie…) et d‟autre part, l‟échange impersonnalisé qui indifférencie les producteurs et les
acheteurs de prestation, et réifie le produit.

Ces distinctions courantes inspirent le positionnement éthique et idéologique des acteurs dans
leur rapport à l‟économique et aux politiques publiques, et structurent leurs débats au sein des
instances décisionnaires et sur les territoires. Or, nous considérons qu‟au-delà des discours les
acteurs sont dans des positions institutionnelles et jouissent de pouvoirs inégalement distribués
pour dire les enjeux du développement, pour maîtriser les outils et les informations, pour
entraîner d‟autres acteurs dans des projets d‟économie alternative et/ou d‟économie soutenue
par des financements publics.

Ainsi, nous retenons trois problématiques auxquelles les acteurs se trouvent confrontés, trois
types de contradictions qui impriment aux actions et aux représentations du champ des
manières de se positionner et de nouer des rapports de coopération et/ou de concurrence et/ou
de domination ; il s‟agit des problèmes et contradiction suivants :

   -     l‟origine populaire du projet et sa déformation dans le passage des cadres
         juridico-politiques et des dispositifs d‟incitation et de contrôle publics,
   -     la construction d‟un marché solidaire de l‟emploi et le maintien des salariés sur un
         marché du travail protégé et précaire,
   -     la promotion dans les propos des acteurs de valeurs partagées qui s‟apparentent aux
         valeurs du travail social et du développement local, alors que ces acteurs son placés


                                                                                              102
         (malgré eux) dans un champ de luttes pour la défense de légitimités institutionnelles,
         professionnelles, politiques et économiques.




1.1 Initiative de l’entreprise “ solidaire ” : des sociabilités à l’association engagée dans
une gestion alternative des ressources humaines

Les associations identifiées mettent en œuvre des orientations solidaires en créant des emplois
les plus ajustés possibles aux capacités des personnes recrutées et des besoins à satisfaire au
local. Nous constatons que la plupart des associations rencontrées au cours de nos
investigations, sont à l‟instigation du projet de création de services et d‟emplois. Les fondateurs
sont partis du constat du déficit d‟un service et ont mobilisé les futurs bénéficiaires dans la
recherche d‟une solution concrète par création d‟une activité localisée, accessible à tous, peu
onéreuse. En partant des sociabilités de villages, de quartier, les porteurs de projet sont
parvenus à formaliser une forme de réciprocité dans l‟échange de biens et de services qui
engage les collectivités locales et/ou les bénéficiaires ou non du service (par exemple, crèche
parentale, chantiers d‟insertion).

C‟est dans un deuxième temps que leurs fondateurs se sont tournés vers les pouvoirs publics
pour construire les moyens de l‟activité et pour palier l‟absence d‟autofinancement sur un
marché au développement incertain. Cette pratique contribue, entre autres, à développer un
marché du travail local, sur lequel des chômeurs trouvent un support d‟activité et de
rémunération, un milieu de relations sociales, une utilité sociale, une qualification “ sur le tas ”,
voire une qualification professionnelle via une formation diplômante, et ceci pour plusieurs
années. Pour ce motif de création d‟emplois de service au bénéfice des populations peu
solvables, les acteurs déclarent pouvoir se situer dans le projet de l‟économie solidaire.
D‟autres éléments, présents dans les projets associatifs, font aussi argument de solidarité en
terme d‟utilité sociale et d‟action collective : la diffusion d‟un message militant pour le
changement des pratiques économiques contraires au développement durable et l‟émergence de
groupes de pression pour infléchir certaines décisions politiques d‟aménagement du territoire.

Pour caractériser l‟économie solidaire, il convient d‟intégrer une variable qui ne serait pas
purement comptable, une variable déjà mobilisée dans les théories de gestion managériale des
ressources humaines : il s‟agit de nommer dans les ressources humaines d‟intelligence,
d‟énergie, de projet et d‟intégration sociale. Cette dimension ne serait pas prise en compte par
les agents de politiques publiques, lorsqu‟ils instruisent les dossiers de subventions et
conduisent les évaluations en terme, par exemple, de taux de sortie des bénéficiaires sur des
emplois stables. Le projet de l‟association, les valeurs qui le portent, le style de management
des ressources internes, le rapport établi entre adhérents/administrateurs/salariés, ne rentre pas
officiellement dans les critères du soutien des pouvoirs publics, du moins dans les secteurs que
nous avons étudiés. C‟est pourquoi, au local, avec le soutien des agents situés dans les positions
de “ techniciens ” du développement local, certaines associations revendiquent leur projet
comme une alternative à l‟action sociale classique, et prétendent au nom de leur pratiques
“ solidaires ”, s‟inscrire dans une économie, une gestion des ressources humaines de type
entrepreneurial, proche du modèle de “ l‟entreprise citoyenne ” qui diffère des pratiques des
autres associations émargeant, elles aussi, aux budgets publics d‟aide à l‟insertion économique
et sociale.



                                                                                                103
1.2 Segmentation du marché de l’emploi aidé, rotation des salariés et fragilisation des
projets solidaires

L‟objectif poursuivi au cours des investigations vise à démontrer l‟hypothèse de l‟émergence
d‟un gisement d‟emplois de services. Or, la prise en compte de besoins et la création de services
a pour résultat d‟une construction d‟activités rémunérées qui assemble des dispositifs
d‟incitation et de financements publics et des initiatives d‟acteurs organisés au plan local
(collectivités territoriales, associations, entreprises privées…). Un problème central est généré
par cet “ assemblage ” : la difficulté pour les acteurs associatifs initiateurs d‟activités à
subvertir les frontières établies entre le champ de l‟économie soutenue et encadrée par les
pouvoirs publics et le champ de l‟économie de marché. Ces frontières sont, sur la base des
procédures d‟agrément et de contrôle, en théorie gardées par les administrations et les bailleurs
de fonds publics. La pression du secteur dit “ lucratif ” pour limiter la concurrence des activités
subventionnées, s‟exerce d‟une part sur le législateur national, l‟élu local et les associations
porteuses de projets. En conséquence, la pérennisation et la solvabilisation des emplois aidés et
“ solidaires ” n‟est pas un modèle qui se développe dans les secteurs étudiés, dont les structures
créatrices d‟emplois sont de statut associatif. A l‟opposé, selon le point de vue d‟un porteur de
projet associatif solidaire, l‟on peut considérer que certains segments du secteur marchand (la
grande distribution par exemple) fait concurrence au secteur aidé et solidaire, en pratiquant des
coûts encore plus bas (bas salaires, compression des prix de revient), favorisant de même le turn
over des salariés et leur déqualification.

C‟est dans ce contexte structurel lié à la règle non concurrentielle du secteur social, que la
solidarité trouve aussi son contenu dans l‟argument d‟un “ sas ”, d‟un espace interstitiel dans
lequel des acteurs sont situés, au départ, dans des positions d‟exclus du marché (du travail pour
les salariés permanents et temporaires), de consommation de services et de biens (pour les
salariés, les bénévoles, les adhérents-bénéficiaires, les clients). Dans un deuxième temps, les
salariés temporaires devraient glisser vers des positions d‟intégration dans des emplois
stabilisés et autofinancés par l‟employeur, créateurs de valeur ajoutée économique, et/ou vers
des positions de clients solvables capables de subvenir à leurs besoins par leur revenus. Dans
cette perspective, l‟économie solidaire serait une économie intermédiaire pour laquelle se
mobiliserait des agents qui s‟installeraient provisoirement dans un champ d‟activités protégées,
formatrices, génératrices de qualifications professionnelles, et ensuite, s‟installeraient
durablement dans un champ d‟activités pérennes, dans des “ créneaux ” de services renouvelés
produits d‟un invention collective en réponse à des besoins jusqu‟alors non satisfaits par le
marché privé concurrentiel.

Il nous apparaît à ce jour, que le secteur étudié dit “ solidaire ” est composé en fait de situations
d‟attente prolongée dans des postes subventionnés à forte rotation (CES, Emploi-Jeunes,
Contrat de qualification, etc.). La question insistante posée par les bénéficiaires et par les
tarificateurs aux associations c‟est de trouver à sortir des segments protégés et “ solidaires ” du
marché du travail. En effet, ces sorties vers le marché du travail local n‟étant pas massives, la
rotation des emplois d‟insertion, en s‟agrégeant au fil des années, contribue à la cristallisation
des dispositifs d‟aides à l‟emploi, et à l‟institutionnalisation des projets associatifs orientés par
des valeurs humanistes.

Il se trouve en effet, que contrairement à leur objet initial de réduction du segment précaire du
marché du travail, les postes créés dans le secteur “ subventionné ” par les politiques publiques
de l‟emploi peuvent trouver une relative pérennité (sous conditions du renouvellement des
agréments et des subventions publiques). Cette réalité des rapports à l‟emploi est structurée par


                                                                                                104
les dispositifs d‟insertion par l‟économique qui institutionnalise les projets et agrée les activités
associatives étudiées (chantiers d‟insertion, agence d‟intérim social), ou met à la disposition des
associations des CES et des contrats Emploi-jeunes pour des activités de service à la population
(accueil en crèche, cantine scolaire). Par contre, un nombre non négligeable de salariés en
insertion qui s‟investissent plusieurs mois (CES, CEC), voire plusieurs années (Emploi-Jeunes)
trouvent la possibilité d‟accumuler un capital culturel et social dans le cadre de ces postes. Une
minorité peut ensuite valoriser ce capital et les expériences qu‟ils ont acquises sur des segments
concurrentiels du marché du travail. Mais, dans tous les cas, l‟enjeu pour les associations sera
de maintenir les postes qui alimentent l‟activité de l‟entreprise, alors que les salariés sont
appelés à les quitter pour retourner dans le chômage, ou s‟intégrer dans un emploi du secteur
marchand.

Si les flux d‟entrée et de sortie sur ces segments du marché du travail sont plus ou moins denses,
il reste que la pérennisation de ces emplois rémunérés serait favorisée par la construction de
modes de gestion des postes et des recrutements associés à des idéaux d‟aide et d‟éducation, de
formation, en théorie alternatifs à l‟économie marchande et aux modèles entrepreneuriaux de
gestion de l‟emploi.

En théorie, le processus de création d‟activités et de postes pérennes, ainsi que le processus
d‟insertion sur le marché du travail des agents ayant occupé quelque temps ces postes,
paraissent au premier regard constituer les éléments moteurs de la construction d‟une économie
de solidarité entre entrepreneurs, financeurs et bénéficiaires. En pratique, ces processus se
bloquent car :

       -         d‟une part, les financements publics restent incertains et créent une zone
                 d‟incertitude pour les porteurs de projets au niveau, entre autres, de la gestion
                 prévisionnelle des emplois,
       -         d‟autre part, les capacités d‟absorption par le marché des activités et
                 qualifications concernées sont restreintes.

Ainsi ; les entrepreneurs de solidarité et de coopération envers des populations peu solvables
sont pris dans une contrainte paradoxale : produire des services nouveaux sans capacité réelle
d‟autofinancement et construire un marché du travail protégé appelé à se détruire au profit du
marché du travail concurrentiel. Ces emplois sont à considérer comme le résultat d‟un
croisement de moyens économiques non marchands (financements publics), non monétaire
(forte implication d‟une force de travail bénévole), et marchand (développement d‟une activité
autofinancée par la vente de prestations, de la part de la crèche parentale, de l‟agence d‟intérim
d‟insertion, etc..). Or, nous constatons que l‟idéal-type du “ tiers secteur ” stabilisé, construit
par les contributeurs au concept de l‟économie solidaire, n‟est pas, en l‟état, totalement réalisé
par les pratiques instituantes et les cadres réglementaires qui régissent ces champs d‟activités,
même au sein des structures figurant les pratiques solidaires, comme par exemple la crèche
parentale que nous avons étudiée (Laville, 1994). En effet, l‟action conjuguée de financements
publics et de ressources humaines bénévoles (les Présidents et CA d‟associations par exemple)
aboutit au final, à préparer ces agents à intégrer (rapidement) le secteur dit “ marchand et
lucratif ”, du fait de l‟incitation des dispositions réglementant la gestion des postes d‟insertion.
En conséquence, les “ entreprises solidaires ” que sont les associations sont confrontées à la
rotation des forces vives qu‟elles ont formées : rotation des salariés, mais aussi des bénévoles
(désintérêt progressif face à la charge de travail gratuit à fournir), et à la rotation aussi des
“ clients-adhérents ” utilisateurs des services, relativement éloignés des idéaux et des mythes
“ solidaires ” fondateurs des associations.


                                                                                                105
En conséquence, la marge de manœuvre des associations est étroite . Elle se situe quelque part
entre la nécessité d‟innover sur un secteur délaissé par les entreprises lucratives et les
collectivités publiques et la contrainte imposée par ces mêmes agents économiques privés et
publics de ne pas les concurrencer (chantier d‟insertion, association intermédiaire). L‟entrée en
économie est se fait sur un espace étroit à investir :

       -        pour réguler la précarisation des emplois et la qualification des agents qui les
                occupent (crèche parentale),
       -        pour valoriser la qualité du service auprès de ses utilisateurs et parvenir à
                rentabiliser sa “ vente ” dans le cadre d‟un budget contrôlé par une instance de
                tutelle,
       -         pour pratiquer des prix et des salaires fixés hors des ajustements libres du
                marché lucratif (agence d‟intérim social, association intermédiaire, crèche
                parentale).




1.3. Idéaux solidaires et positionnement dans un champ de luttes

Un troisième problème est apparu au cours de cette recherche en Lorraine. Nous avons
rencontré trois groupes d‟acteurs engagés dans le développement local, les élus, les agents de
développement, les responsables associatifs qui établissent des échanges formels dans le cadre
des procédures d‟agrément et de subventionnement et des relations personnalisées sur la base
de références communes au développement social territorial.

Dans cette configuration des systèmes d‟action, les agents de développement se positionnent
dans un espace de régulation et de médiation : ils connaissent les référentiels de l‟économie
solidaire qu‟ils assimilent à des secteurs du développement local social, notamment le secteur
de l‟insertion par l‟économique. Ils considèrent leur mission comme le prolongement du
mandat politique de leur employeur (Conseil de Développement, Communauté de communes,
association de développement local) en direction des populations en vue de la satisfaction de
besoins non pris en charge par le secteur marchand (services aux personnes âgées, services aux
particuliers, services aux collectivités…). Leur mission consiste à mettre en relation, structurer
les réseaux, conseiller les montages techniques et financiers, instruire les dossiers de
subventions, etc. Or, nous constatons que ces agents se définissent comme des noyaux actifs du
développement local et du message “ solidaire ”. Ils partagent les objectifs avec les fondateurs
bénévoles et salariés permanents des associations inscrites, selon eux dans un projet
d‟économie solidaire. Leurs discours sont codés par des références valorielles qui globalement
opposent :

       -        les politiques publiques et l‟initiative locale,
       -        le secteur marchand et le secteur de l‟activité aidée,
       -        la gestion économique comptable et impersonnelle et l‟accompagnement
                social personnalisé,
       -        les valeurs capitalistes visant le gain monétaire, la réduction des coûts du
                travail,
       -        les valeurs sociales et solidaires visant un gain de lien social,



                                                                                              106
       -         la plus-value collective tirée d‟activités créatrice de relations et d‟échanges non
                 strictement monétaires.


Cependant, au-delà des discours consensuels sur la nécessaire solidarité fondant les projets
entre pouvoirs publics, “ forces vives ” du développement et populations “ en difficultés ”,
nous constatons que les relations d‟échange non monétaire, les sociabilités, le bénévolat, l‟aide
à autrui, le service de proximité non marchand se “ co-construit ” dans un espace maillé par des
rapports complexes où se placent des pouvoirs politiques locaux, les agents des services
extérieurs de l‟Etat, les agents de développement, les associations et les populations
bénéficiaires.

Il apparaît premièrement, que les agents de développement, maîtrisent un champ d‟information
et d‟action large, du fait de leurs positions objectives de “ relais ” (Friedberg, 1993). En effet,
ils sont placés à l‟intersection de :

       - réseaux verticaux, animés par les élus locaux, départementaux, régionaux, et des
       représentants de l‟Etat qui établissent entre eux des régulations croisées (Crozier et
       Friedberg, 1977),
       - réseaux horizontaux, composés de leurs homologues employés par d‟autres services et
       structures de développement local, des responsables associatifs et des noyaux actifs de
       bénévoles, des salariés du secteur d‟application des politiques sociales (contractuels et
       fonctionnaires des services de l‟Etat, agents des Territoires d‟action Médico-Sociale du
       Conseil Général, CCAS, CLI, Associations d‟insertion, Entreprises d‟insertion,
       Fédérations associatives, etc.).

Il apparaît, dans l‟implicite des discours des agents de développement, que le portage des
projets leur permet de conforter leur position de relais. Tout en se mettant au service des
instances qui les mandatent et des acteurs qu‟ils soutiennent, ils sont tentés de négocier des
“ contreparties ” (Friedberg, 1993, p.91) en termes de gratifications symboliques
(reconnaissance des compétences, ouverture des marges de décision, expression de convictions
socio-politiques…) en tenant compte de leurs “ propres intérêts ” et en fonction de la position
de force qu‟ils auront réussi à acquérir face à leur organisation employeur et aux autres acteurs
institutionnels.

Ce faisant, les agents de développement, bien que ne jouissant pas d‟un pouvoir formel
d‟exécution, sont en mesure de maîtriser des informations puisées aux sources de leurs relations
transversales, informations cruciales pour chacune des instances qui les mandatent et surtout
pour les acteurs associatifs. En conséquence, leur position doit leur permettre de construire des
réseaux d‟informations, d‟allégeance, de travail politique et social. Ces réseaux d‟acteurs
constituent leur “ capital social ” (Lazega et Lebeaux, 1995) à “ tricoter ” au sein des segments
partiels des différents secteurs encore cloisonnés d‟intervention des instances publiques.

Ainsi, nous émettons l‟hypothèse que des espaces de communication sont maîtrisés par ces
agents et conseillers du développement car chacun intervient sur un champ de prérogatives
spécifiques, auprès d‟acteurs reliés à eux par des conventionnements. Le tissu des relations
locales étant nécessairement lâche, du fait de l‟étendue du territoire et du cloisonnement des
systèmes d‟acteurs, les agents de développement, sur le terrain peuvent se trouver au centre de




                                                                                                107
“ trous structuraux ” 56, c'est-à-dire à la jonction non tissée de plusieurs réseaux. Cette position
de “ portier ” leur confère une position dominante dans le champ, car ils possèderaient les clés
d‟entrée dans les réseaux et les terrains d‟action. En effet, des rapports concurrentiels établis par
exemple entre agents territoriaux et agents de l‟Etat peuvent conduire à des transactions sur les
modalités de l‟engagement des acteurs associatifs dans les dispositifs prescrits 57. En retour les
associations peuvent avoir le soutien de l‟agent de développement pour la promotion de son
projet auprès des autres acteurs du territoire.

Dans cette configuration de rapports inter-institutionnels souvent personnalisés, les porteurs de
projets associatifs trouvent une marge d‟expression réduite dans un cadre fortement stratifié par
les commissions d‟instruction, les comités de pilotage, les agences de développement, les
orientations juridico-politiques croisées. Nous constatons en effet, que les acteurs associatifs ne
maîtrisent pas de “ trous structuraux ” 58 au niveau des champs d‟application des politiques
publiques et de leur traduction par les collectivités regroupées en communautés et en Pays. Du
moins, le champ d‟action des acteurs associatifs leur permet, au niveau très local, de construire
et de maîtriser l‟information dans leurs réseaux inter associatifs alliés ou concurrents et dans
leurs rapports avec des membres des collectivités locales. Les gains symboliques que les
responsables associatifs peuvent retirer dans ces échanges, sont identiques à celle de tous
acteurs impliqués dans la défense d‟un projet institutionnel ou professionnel : reconnaissance
d‟une utilité sociale, d‟une autorité, affirmation et mise en pratique de convictions
socio-politiques, ouverture des marges d‟action et de décision.

Cependant, la position des porteurs de projet associatif les place dans des rapports de
dépendance aux représentants des politiques publiques, ce qui donne matière à des transactions
multiples qui visent à défendre le projet associatif, les outils de sa pérennisation face aux
contraintes des contrôles administratifs. Les associations recherchent dans ces configurations
d‟acteurs des alliés, des tiers, des passeurs qui viendraient les aider à argumenter les demandes
de subventions et à développer des activités autonomes. En cela, il se pourrait que les formes
fragiles d‟économie solidaire observées au cours de nos investigations soient des “ produits
transactionnels ” (Remy, 1994, p.300), c'est-à-dire une forme de coopération dans un projet
commun, obtenues à partir des “ renonciations réciproques des parties engagées ”. Un résultat

56
   Selon Ronald S. Burt (1995, p.601-602), “ la théorie des trous structuraux donne un sens concret à la métaphore
du capital social. Elle décrit la manière dont la structure d‟un réseau offre des avantages compétitifs.(..) Les idées
sociologiques de Georg Simmel et de Roberts Merton sur l„autonomie provenant de conflits d‟allégeances se sont
enrichies des thèses économiques traditionnelles sur les pouvoir du monopole et des oligopoles. Cet apport a
produit des modèles de réseaux de l‟avantage concurrentiel qui mesurent les opportunités de devenir un
intermédiaire entre d‟autres acteurs, grâce à des liens faibles (Granovetter, 1973, 1995), en se trouvant dans des
positions intermédiaires (Freeman, 1977, 1979) ou encore grâce à de nombreuses relations exclusives (Cook et
Emerson, 1978, Burt, 1979, 1980, 1982) (…) Dans ce contexte, les absences de relation (les trous structuraux)
représentent des opportunités entrepreneuriales de se poser en intermédiaire contrôlant un flux d‟information et la
coordination des actions se trouvant de part et d‟autres de ce trou. ”
57
   Les porteurs du concept de “ transaction sociale ” (BLANC Maurice, MORMONT Marc, REMY Jean et
STORRIE Tom (éds.), 1994) considèrent que la vie quotidienne est un espace d‟échanges peu codifiés qui ouvrent
des possibilités de transformation des rapports de pouvoir par les acteurs. La vie quotidienne concerne des activités
plus ou moins organisées, plus ou moins codifiées et formalisées, à différentes échelles d‟organisation et
d‟institutionnalisation, activités qui se développent de “ la vie domestique au pouvoir local ” (Remy, 1994, p.294).
Or, nous pouvons considérer que les activités que nous avons étudiées sont situées dans ces champs de la
production domestique externalisée depuis la sphère privée des ménages vers la sphère para-publique des
associations et la sphère publique des collectivités territoriales.




                                                                                                                 108
de transaction peut s‟observer, par exemple dans les renonciations partielles de la crèche
parentale à l‟autofinancement et au bénévolat au profit de la création de postes d‟insertion
qualifiés exigés par les normes de la CAF, et en contrepartie, dans les renonciations partielles
des tutelles concernant la qualité des intervenants bénévoles. Les rapports transactionnels
établis entre les familles et les pouvoirs locaux sont particulièrement bien représentés par la
crèche parentale. Il s‟agit d‟un service d‟accueil de la petite enfance, construction associative
d‟un service domestique socialisé et pris en charge par une collectivité, en l‟occurrence, une
collectivité de parents. De même, l‟initiative des parents étant appuyée par une collectivité
municipale et par une agence para-publique (CAF), soumise aux agréments administratifs
(Conseil Général), il apparaît que cet organisme est associé au pouvoir local et aux institutions
qui administrent le territoire. Ces relations établies entre parents, bénévoles associatifs, salariés,
instructeurs et bailleurs constituent le système d‟action qui ouvre et défini un espace
transactionnel.

De même, les agents de développement définissent des espaces transactionnels lorsqu‟ils
argumentent pour des “ relations de coopération, de connivence entre les acteurs pour parvenir
à un discours et des objectifs les plus cohérents possible ” au sein des commissions ou bien
lorsqu‟ils entreprennent de “ faire travailler autrement les professionnels par la prise en
compte de la problématique globale des personnes et par des prises de décision concertées,
produites en lien avec les familles et l’ensemble des professionnels qui interviennent auprès de
ces personnes ”. Il s‟agit de changer les pratiques d‟intervention sociale, ou d‟intervention
publique dans la perspective d‟intégrer les intérêts de groupes dominés, sans paroles,
dépendants des transferts sociaux, cette perspective restant difficile à concrétiser dans un
contexte institutionnel hiérarchisé et bureaucratisé.

Nous entendons par “ espace transactionnel ” un champ d‟activités mises en œuvre par des
acteurs organisés en système de relations plus ou moins codifiées, ou s‟entrecroisent des
relations formalisées et régies par des réglementations fixant les attributions (initiative
opérationnelle/contrôle, maîtrise d‟ouvrage/maîtrise d‟œuvre). S‟y construisent aussi des
relations informelles (rôles contingents définis par les acteurs au sein de réseaux, circuits
d‟informations, finalités idéologiques partagées ou divergentes…). Ce champ d‟activités (en
l‟occurrence les activités associatives étudiées, soutenues par des institutions publiques) est le
cadre de règles de coopération produites à l‟issue de confrontations réciproques, de calculs
d‟intérêts, d‟affirmation identitaires, de production de référentiels d‟action et de référentiels
symboliques portés par des groupes actifs organisés (les représentants institutionnels, les élus
locaux, les représentants élus ou salariés des associations…) et non organisés (les habitants, les
usagers, les bénéficiaires isolés d‟un dispositif d‟action sociale…). Ce processus de
confrontation/ajustement des objectifs et des règles d‟action, est nommé transactionnel, car s‟y
opère des échanges visant à terme des compromis de coexistence, et la construction commune,
provisoire et minimale des moyens de l‟action collective.

Il nous semble au final, que le champ de l‟économie solidaire, tel que nous l‟avons observé
s‟apparente à un “ champ de lutte ”, espace différencié dans lequel les gens luttent à partir de
propriétés différentes donnant un accès différentiel à des enjeux qui sont en jeu dans cet
univers ” (Bourdieu, 1999, p .11). En effet, nous posons l‟hypothèse de la constitution de
réseaux concurrents, qui s‟affronteraient pour la maîtrise du champ, en l‟occurrence les actions
d‟insertion solidaires dans les territoires communaux et intercommunaux. La diffusion du
propos solidaire ne parvient pas à masquer les formes d‟appropriation des projets par les
acteurs, dont les motifs peuvent être leur positionnement dans un système local d‟action
d‟influence et de pouvoir, le secteur associatif étant un sous-espace stratégique de


                                                                                                 109
l‟organisation politique territoriale. En effet, les porteurs de projet situés dans les centres
décisionnaires des associations (Conseil d‟administration, présidence, direction) peuvent
prétendre pouvoir développer un segment de l‟action para-publique sur des valeurs sociales
affirmées tout en positionnant les caciques des associations (notables locaux, jeunes
professionnels transfuges de divers organismes privés et publics..) dans un champ de lutte pour
la promotion socio-politique locale. Ce mouvement masqué par l‟affichage des objets, statuts et
projets conventionnés des associations est régulé par les pouvoirs publics à la marge, au nom
d‟idéaux d‟intérêt général qui sous-tendent l‟évaluation de la qualité sociale des projets
associatifs :

“ On travaille actuellement sur l’évaluation des chantiers d’insertion, évaluation co-construite,
participative, on va essayer que la philosophie du porteur du chantier d’insertion ne soit pas
niée(…) Une action ne peut pas être neutre elle est forcément liée à une philosophie. Il y a une
philosophie humaniste que l’on retrouve dans les associations Je pense à une association qui
affiche une philosophie de solidarité, qui n’est pas niable et visible en terme d’action concrète,
il y a aussi une philosophie tout au service de son président, très égocentrique. Dans le mode
d’action de l’organisme c’est très présent. On parle du champ de l’économie solidaire en ayant
une lecture par les structures et par ceux qui s’identifie à l’économie solidaire il y a cette
dimension humaniste. Mais ça n’est pas tout, après il faut voir les sources de financement, la
répartition des gains, à qui ça profite etc. On connaît aussi des structures qui ne vivent que
pour elles-mêmes, qui ne produisent plus rien et tournent en rond. Mais la dimension
idéologique est hyper-importante. Donc on va essayer de faire accepter localement, dans la
construction de plans d’action, dans nos choix on achète pas qu’une prestation neutre,
aseptisée” (Chargé de Mission).

Selon des acteurs rencontrés, les pouvoirs publics seraient en mesure de choisir le mieux disant
social, le mieux disant solidaire, mais ils ont des contraintes budgétaires et des contrôles
financiers. En fait, on se situe dans une logique quasi-marchande “ d‟achat de prestation ” par
les pouvoirs publics alors qu‟on devrait être dans des logiques de solidarité et d‟échange de
soutien et de capacités de développement du lien social. Nous constatons à travers ces propos
croisés d‟acteurs que la finalité solidaire ne peut pas aboutir, dans l‟ état actuel des forces, à la
construction d‟un marché alternatif car les moyens ne sont pas à la hauteur des ambitions
affichées dans les textes législatifs et les discours politiques. En fait, les formes d‟application
des politiques publiques d‟insertion imposent une double injonction aux agents qui essayent de
coordonner et d‟actualiser les objectifs de solidarité en contrôlant la qualité du projet et la
quantité des moyens. Double injonction surtout aux plus petites associations qui, sans trésorerie
suffisante, malgré leur volonté, leur projet, l‟idéologie qu‟elles défendent, dépendent des
changements de cap des politiques publiques et doivent rentrer dans les cases des guichets
administratifs. Dans ce champ, elles luttent pour survivre en mobilisant tant que faire se peut,
les énergies bénévoles et des alliances au niveau des strates de la décision politique.




                                                                                                110
2. Recrutement des personnels salariés et définition de la compétence


2.1 Développement des services de proximité et évolution des compétences
professionnelles

Dans les structures que nous avons enquêtées, les critères avancés par les responsables pour la
sélection et l‟embauche des salariés paraissent converger vers une définition privée de la
compétence. Ce sont en effet les qualités personnelles des candidats et leur motivation à
travailler auprès de publics particuliers (personnes âgées, personnes handicapées, familles en
difficultés) ou dans la perspective d‟une insertion professionnelle durable (cas des personnels
embauchés sur les mesures publiques d‟emploi) qui sont mis en avant dans leurs pratiques de
recrutement.

La pré-sélection des candidats peut s‟appuyer sur la conformité de leur profil aux critères
d‟éligibilité aux programmes de la politique publique quand les recrutements s‟opèrent sur des
emplois aidés (CES-CEC-Emplois-Jeunes). Ces critères ne préjugent globalement ni de leurs
compétences, ni de leur investissement au travail, autrement dit ne renvoient à aucun élément
concret de leur rapport au travail. Ils permettent en revanche d‟opérer les sélections en fonction
du rapport à l‟emploi des candidats c‟est-à-dire en fonction de leur ancienneté dans le chômage
ou sur le marché du travail. Ce travail de pré-sélection, de tri des candidats dans le cadre de la
politique de l‟emploi est réalisé par l‟ANPE et validé par les services déconcentrés de l‟Etat,
autrement dit sans les structures qui les embauchent. Leur recrutement effectif relève en
revanche de la responsabilité de ces dernières qu‟elles réalisent seules (cas de l‟aide à domicile)
ou dans le cadre de partenariats organisés à leur initiative, où sont représentées les instances
(PLIE, CLI, FLES) qui participent à l‟organisation des parcours d‟insertion dans le cadre de
l‟accompagnent social vers l‟emploi (cas du secteur de l‟insertion par l‟activité économique).


L‟appel à la motivation des candidats comme critère principal d‟embauche concerne, dans
toutes les structures enquêtées, deux aspects de la mise au travail.

Premièrement, la manifestation d‟une sensibilité ou d‟une pré-disposition forte à la
polyvalence dans un champ professionnel donné (aide à domicile, métiers du bâtiment, etc.).
Elle favorise l‟engagement des candidats dans un parcours de professionnalisation construit à
partir de l‟expérience de contextes de travail différents, et leur tolérance vis-à-vis de conditions
de travail flexibles en l‟absence d‟une anticipation suffisante de l‟offre de travail (de service),
parce que le plus souvent impossible, de la part des structures employeurs. Par contraste,
l‟absence relative de demande en compétences spécialisées constitue un des éléments
distinctifs de la mobilisation de la main d‟œuvre par les associations relevant de l‟économie
solidaire. Pourtant, sur la période récente et si l‟on s‟en tient au secteur de l‟aide à domicile, des
pratiques d‟embauche plus formalisées émergent avec la création de nouvelles qualifications
(auxiliaire de vie sociale, assistante de vie) et donc, avec l‟existence de nouveaux attendus en
compétences (soins corporels, savoir-communiquer).

Deuxièmement, la manifestation d‟un engagement dans un parcours de professionnalisation
qui ne concerne plus la polyvalence au travail mais le suivi d‟une formation qualifiante et/ou la


                                                                                                 111
construction d’un projet socioprofessionnel dans le cadre de l‟accompagnement individualisé.
De plus en plus de salariés sont sollicités pour faire reconnaître et valider leurs compétences et
leurs expériences de travail dans le cadre d‟un projet professionnel en vue de leur insertion
durable sur le marché du travail (cas des publics CES des chantiers d‟insertion) ou dans le cadre
de la VAE pour l‟obtention d‟une qualification reconnue (cas des salariées de l‟aide à domicile,
des emplois-jeunes des associations). La formation qualifiante, on l’a vu, est une composante
récente de la mise au travail dans ces espaces professionnels et participe à ce titre à l’évolution
des pratiques de recrutement. D‟une part, elle sert de “ signal ” aux employeurs quand les
candidats possèdent un diplôme (BEP sanitaire et social dans l‟aide à domicile, diplôme
d‟Educateur de Jeunes Enfants dans les crèches parentales, etc.) ; d‟autre part, elle est présentée
par les recruteurs comme un projet dans lequel les candidats doivent s’engager s‟ils souhaitent
obtenir l‟emploi proposé. Il y a là une injonction, certes peu formalisée en l‟état actuel des
choses, déjà présente dans les mesures-jeunes d‟aide à l‟insertion (contrat d‟apprentissage,
contrat de qualification, emplois-jeunes dans certains secteurs), qui fait de la formation non
plus un droit mais une obligation pour les salariés.

La notion de “ professionnalisation ” appliquée aux salariés des structures de l‟économie
solidaire renvoie donc à une triple posture requise dans ce champ d‟activité par les conditions
de travail, la nature des emplois et les modes de gestion de la main d‟œuvre : polyvalence au
travail, projection dans l‟avenir professionnel et investissement dans la formation qualifiante.

Au-delà de ces évolutions en cours qui formalisent les pratiques d‟embauche dans ce champ
d‟activité, les critères de recrutement continuent à renvoyer à une définition privée de la
compétence. Les attendus en compétences sont en effet étroitement liés aux qualités sociales
des personnes incorporées dans l‟exercice des rôles domestiques et familiaux. C‟est la raison
pour laquelle l‟identité sexuelle et la situation familiale des individus occupent une place
importante dans le recrutement et par suite dans l‟affectation au travail des salariés. Ainsi une
mère de cinq enfants aura spontanément la faveur des recruteurs dans les métiers de l‟aide à
domicile ou un homme sera “ naturellement ” positionné sur des activités de chantiers
extérieurs dans le secteur de l‟insertion par l‟activité économique. La division sociale du travail
dans l’économie solidaire s’ancre dans la division sexuelle des rôles domestiques. Aux
femmes, les activités de confection et d‟entretien intérieures ; aux hommes, les activités de
construction et de réparation extérieures. Aux femmes, l‟éducation et le gardiennage d‟enfants,
l‟entretien et l‟accompagnement à domicile d‟adultes âgés ou handicapés; aux hommes, le
travail sur la matière et la gestion des espaces verts. Si l‟économie solidaire peut se définir dans
bien des cas comme un substitut ou un complément aux solidarités familiales59, elle en reprend
l‟architecture et les modes de régulation pour se construire en dehors d‟elles comme nouvel
espace salarial et d‟intervention sociale. Cette position constitue selon nous à la fois un atout et
une faiblesse pour l‟avenir de ce champ d‟activité. D‟un côté, en effet, l‟économie solidaire tire
indubitablement son utilité sociale de sa capacité à assurer la conversion directe des
compétences domestiques en compétences professionnelles, offrant à un nombre important de
personnes exclues ou en difficultés des possibilités d‟insertion sur le marché du travail. Mais
d‟un autre côté, en confortant par ce transfert de compétences la division sexuelle des rôles
domestiques, elle limite ses capacités d‟extension et surtout d‟invention sociale dans l‟espace
d‟activités qu‟elle souhaite instituer. L‟absence flagrante de mixité dans le salariat qu‟elle gère
selon les domaines d‟activité (sur-représentation de la main d‟œuvre masculine dans les
chantiers d‟insertion, sur-représentation des femmes dans les métiers de l‟aide à domicile)
sanctionne sa proximité à la sphère domestique en même temps qu‟elle limite les possibilités

59
     Exemple de l‟aide à domicile et des crèches parentales, objets de notre étude.


                                                                                                112
d‟insertion des femmes et des hommes dans des champs professionnels autres que ceux
auxquels leur identité sexuelle les convie spontanément.
L‟ économie solidaire gagnerait à inventer d‟autres modes de socialisation des hommes et des
femmes au travail en assurant une plus grande mixité de son salariat dans les différents
domaines d‟activité où on la distingue. Elle apporterait ainsi sa contribution au
décloisonnement des rôles domestiques perceptible actuellement dans la sphère conjugale et
familiale60.

Le profil de la main d‟œuvre recrutée dans le cadre des activités solidaires est non seulement
typé “ sexuellement ” mais aussi “ géographiquement ”. Les embauches de personnels
s‟opèrent en effet au niveau local. C‟est là la manifestation d‟un attachement des associations
employeurs à leur territoire d‟intervention et la matérialisation d‟un mode de gestion
communautaire des problèmes d‟insertion au nom de la solidarité locale. Soit deux critères
distinctifs, intrinsèquement liés, de l‟économie solidaire selon un de ses plus fervents
défenseurs au niveau national : “ L’utilité sociale du secteur (réside) dans l’utilisation de cette
économie pour produire ou réparer du lien social de type “ communautaire ” (…) Le tiers
secteur se justifie principalement par son effet de “ halo sociétal ”, au-delà de l’unité
productive, vers les usagers potentiels et, en fait, vers leur communauté territorialisée ”61.
Dans une société où la mobilité représente un élément important de la liberté d‟action des
individus, où le lien sociétal prime sur les liens communautaires, où les difficultés d‟insertion
confinent aujourd‟hui à l‟exclusion dans les lieux de vie enclavés et délaissés par les politiques
d‟aménagement du territoire, n‟y aurait-il pas intérêt à construire plutôt une économie solidaire
au croisement du lien communautaire et du lien sociétal en lui donnant une mission d‟insertion
et de médiation plus ambitieuse, et une existence institutionnelle plus large? Les structures de
l‟économie solidaire peuvent accroître leurs capacités d‟action en construisant des partenariats
non seulement locaux à partir de leur communauté d‟appartenance mais aussi inter-territoriaux
sur des problématiques communes d‟accompagnement social, sur la formation et la mobilité
professionnelles des salariés et des publics de la politique de l‟emploi, etc. L‟ADMR tend
actuellement vers ce modèle d‟organisation non seulement parce qu‟elle est positionnée sur les
différents marchés que compte aujourd‟hui l‟aide à domicile en milieu rural (SSIAD, AI,
Associations locales d‟intervention à domicile), mais aussi parce qu‟elle envisage la
construction de partenariats avec les associations privées lucratives de l‟aide à domicile en
milieu urbain pour faciliter la mobilité professionnelle de “ ses ” salariés sur des territoires et
des marchés du travail différents. L‟économie solidaire devrait participer davantage à la
régulation des transitions sur le marché du travail au-delà de ses territoires d‟intervention,
au-delà du tiers secteur aussi, en s‟inscrivant plus systématiquement par exemple dans les
projets et les actions de développement local mis en œuvre par les Conseils de Pays, réalisant
ainsi pleinement la mission “ idéologique ” que lui prêtent parfois ses défenseurs, celle de
mettre l‟économique au service du social et des populations: “ Ce qui définit l’économie
solidaire (…), c’est le sens prêté à l’activité économique, sa logique, le système de valeurs de
ses acteurs et donc les critères de gestion de leurs institutions. (…) L’économie solidaire vise la
mise en réseau, en synergie, au nom des mêmes valeurs, et pour autant que c’est possible,
d’activités mises en œuvre aussi bien dans le tiers secteur ou le secteur privé que dans le
secteur public, et même dans le secteur non monétaire, "domestique" 62.

60
   Selon la responsable de l‟UREIL lorraine que nous avons rencontrée, un ensemble de dispositions favorables à
la mixité des publics dans le champ de l‟insertion par l‟activité économique est en cours de négociation et
d‟application aux niveaux régional et national.
61
   Alain Lipietz, “ Pour le tiers secteur. L’économie sociale et solidaire : pourquoi et comment ”, La
Documentation Française, 2001, p. 36
62
   Alain Lipietz, op. cit., p. 56


                                                                                                          113
Encore faudrait-il assurer à ces structures un statut pérenne qu‟elles n‟ont pas le plus souvent ou
qu‟elles défendent difficilement. Les modes de financement public répondent à des logiques
politique et administrative qui peuvent fortement les déstabiliser 63 . Qu‟il s‟agisse d‟une
structure importante comme l‟ADMR ou de taille plus modeste comme l‟APIC chantiers
d‟insertion, les ressources financières sont toujours problématiques au sens où elles dépendent
de mesures publiques (APA, RMI, CES, Emplois-Jeunes) dont l‟existence ou les modalités de
financement sont régulièrement remises en cause, au gré des alternances, par les responsables
politiques locaux et nationaux. La pérennité de ces structures dépend aussi de la permanence
des personnels qui les encadrent et qui les font exister institutionnellement. Les encadrants des
associations que nous avons rencontrés sont le plus souvent bénévoles, en emploi aidé (Contrat
Initiative Emploi ou Contrat Emploi Consolidé) ou sous statut précaire ordinaire (CDD).
Comment agir efficacement, si ce n‟est pour répondre à la commande publique, et satisfaire
pleinement les missions attendues de l‟économie solidaire dans de telles conditions ? A ce
niveau d‟intervention, le bénévolat doit être certes valorisé comme mode alternatif
d‟implication des citoyens dans la gestion locale des problèmes sociaux contemporains. Mais
lorsque les objectifs s‟orientent comme c‟est le cas aujourd‟hui, vers la professionnalisation de
ces missions citoyennes, le bénévolat (ou l‟emploi aidé) constitue-t-il encore pour l‟économie
solidaire la réponse adéquate à leur mise en œuvre et à leur réussite?



2.2 Gestion de l’emploi, mise au travail et professionnalisation



2.2.1 Le collectif de travail

En même temps, l‟existence d‟un encadrement bénévole ou précaire dans les structures de
l‟économie solidaire place objectivement leurs responsables dans une position solidaire avec
leurs personnels qui dépendent eux aussi de l‟existence d‟emplois financés par les pouvoirs
publics et la collectivité. Cette alliance objective entre les encadrants et les autres catégories de
salariés donnent à leurs relations de travail une configuration particulière. Celles-ci se
construisent en effet non pas tant à partir d‟une identité professionnelle définie par le statut ou
la fonction dans l‟organisation que sur la base d‟une identité personnelle mise à contribution
dans la réalisation de missions citoyennes. C‟est la raison pour laquelle la répartition des rôles
entre encadrants n‟est jamais complètement arrêtée : les uns doivent être en mesure de se
substituer aux autres quand la situation l‟exige. C‟est la raison pour laquelle aussi les relations
avec les autres catégories de personnels sont empruntes d‟humanisme et de compréhension.
Etant peu formalisées dans des rapports hiérarchiques fonctionnels, elles rendent possible une
reconnaissance/identification réciproque et un dialogue contradictoire entre salariés qui se
poursuit très souvent au-delà des temps travaillés et en dehors de l‟organisation.

Le collectif de travail n‟est pourtant pas toujours visible dans les structures que nous avons
enquêtées, le plus souvent parce qu‟il est réparti sur différents lieux d‟exercice (cas de
l‟ADMR, des AI, ETTI et CI). Il n‟a pas non plus la permanence de celui d‟une entreprise
ordinaire puisqu‟il est composé majoritairement de personnels en emploi précaire. Dans ces
conditions, son encadrement est le plus souvent problématique. Il l‟est d‟autant plus que de

63
     Pour exemples, se référer aux monographies réalisées sur la crèche parentale et le chantier d‟insertion.


                                                                                                                114
manière générale, les structures attendent beaucoup du collectif de travail pour assurer la
professionnalisation des salariés débutants dont une part bénéficient d‟un encadrement tutoral
(cas des emplois-jeunes notamment). En dépit de ces difficultés, la prise en charge des salariés
est pensée par les structures comme relevant d‟une compétence collective et pas seulement de la
responsabilité des seuls encadrants. Dans les associations de ce type, l‟emploi et le devenir de
chacun dans l‟emploi sont l‟affaire de tous. On retrouve ici le modèle communautaire
d‟intégration évoqué plus haut à propos des caractéristiques de l‟économie solidaire. Cette
convergence d‟intérêts autour de la socialisation professionnelle des personnels tient à ce que
ce type d‟économie a pour mission publique l‟accompagnement des personnes dans l‟emploi.
Mais elle tient aussi à ce que la qualité des biens ou des services produits dépend directement du
fonctionnement des équipes de travail. Par la suite, l‟enjeu est de maintenir la compétence
collective ainsi produite au-delà des mouvements du personnel. Le dispositif emploi-jeunes
illustre bien la tension que peut générer dans un collectif de travail la disparition d‟un poste
avec le départ du salarié ou l‟arrêt de son financement par les pouvoirs publics. C‟est une partie
de l‟activité de l‟association et parfois l‟existence même d‟un de ses services qui sont alors
menacées.




2.2.2 Gestion de l’emploi et mise au travail

La gestion de l‟emploi par les structures s‟opère dans le cas des emplois aidés selon des
modalités pré-définies par la politique publique et dans le cadre de dispositifs locaux
d‟accompagnement des publics (cas du CES) et des porteurs de projets (cas du CEJ). Elle
renvoie donc à une responsabilité partagée avec les institutions (FLES, PLIE, CAPEMM) qui
encadrent au niveau des territoires la mise en œuvre des mesures d‟aide à l‟insertion. Compte
tenu de l‟importance de ces mesures dans la structure des emplois des associations enquêtées, il
apparaît que cette gestion ne relève pas d‟une compétence qui leur serait propre. De la même
manière, nous l‟avons vu avec l‟exemple de l‟ADMR notamment, les contenus de travail qui
définissent les modalités d‟intervention des associations auprès des usagers sont le plus souvent
définis, voire imposés par les commanditaires des services qui sont les financeurs des
prestations (Conseil Général pour l‟ADMR dans le cadre de l‟APA). La définition des contenus
mais aussi des durées du travail ne relève donc pas non plus d‟une compétence qui serait propre
aux associations prestataires. Ainsi, qu’il s’agisse de leur emploi, des contenus et des durées de
travail, les salariés ne se trouvent pas uniquement liés à leurs employeurs mais aussi à
l’environnement institutionnel des associations où ils travaillent. Les conditions ainsi décrites
où la relation salariale est définie pour une large part en dehors des cadres de la structure qui
emploie génèrent une situation favorable à des convergences d‟intérêts entre salariés et
employeur sur des aspects essentiels du fonctionnement de l‟association : gestion de l‟emploi,
lien avec l‟environnement, stratégies de développement. Le dispositif emploi-jeunes illustre
bien cette situation.

La solidarité qui existe de fait entre les employeurs associatifs et leurs salariés tient aussi à ce
que la réalisation des missions, la qualité des services rendus dépendent directement de
l‟investissement au travail des salariés, en particulier de leurs comportements vis-à-vis des
usagers et du collectif de travail, et de leur identification au projet de l‟association. La qualité
des prestations est à ce point dépendante de leur engagement professionnel que les employeurs
associatifs prennent le plus grand soin à affecter les salariés sur des activités qui leur
conviennent ou qui ont été négociées avec eux. L‟enjeu est en effet d‟éviter le travail contraint


                                                                                                115
qui pourrait mettre à mal la qualité des services rendus mais aussi leur professionnalisation de
laquelle dépend le devenir de l‟association puisque c‟est de la réalisation de ces deux objectifs
que celle-ci tire l‟essentiel de son utilité et de sa légitimité sociales.



2.2.3 Professionnalisation : Enjeux et objectifs pour les associations

L‟engagement dans un parcours de professionnalisation, on l‟a vu, fait partie des critères à
partir desquels les associations évaluent la conformité du profil des candidats à l‟emploi à leurs
missions d‟insertion et à leur manière de penser la socialisation professionnelle. Cette
professionnalisation prend des formes spécifiques selon les postes occupés, les activités
réalisées et le type d‟accompagnement ou d‟encadrement proposé ou induit par l‟emploi
occupé. On a vu toutefois qu‟au-delà de ces spécificités liées à la mise au travail, la
professionnalisation renvoie dans les structures enquêtées à des attendus qui concernent
l‟acceptation des salariés à être polyvalents dans l‟exercice de leur métier, à se projeter dans
leur avenir professionnel et à s‟engager dans une formation qualifiante. La polyvalence dans le
métier est requise pour les salariés en situation d‟apprentissage (cas des débutants) ou de
ré-apprentissage (cas des Rmistes, chômeurs de longue durée) mais elle est aussi requise dans
tous les métiers liés à l‟accompagnement social et à la prise en charge quotidienne d‟usagers
puisque dans ces situations, le profil et la problématique des personnes aidées ainsi que leur
demande peuvent être de nature différente (cas des métiers de l‟aide à domicile). La
formulation d‟un projet professionnel et l‟engagement dans un parcours de formation sont
requis dans toutes les situations de travail où les salariés font l‟objet d‟un accompagnement
social (CES, emplois-jeunes) mais ils sont également exigés là où les métiers sont actuellement
en cours de professionnalisation (métiers de l‟aide à domicile avec la mise en place de la
Validation des Acquis d‟Expérience et la création de nouvelles qualifications : Auxiliaire de
Vie Sociale et Assistante de vie).

La formation des personnels et leur accompagnement social représentent une part importante
du travail d‟encadrement des structures que nous avons enquêtées. Parmi leurs préoccupations
principales, on trouve la recherche de pédagogies adaptées au profil des salariés : formation
collective pour les publics CES de l‟APIC, VAE pour les personnels de l‟ADMR, formation de
type compagnonnage pour les salariés de l‟ETTI de l‟association Familles Rurales Services,
etc. Par ailleurs, la mise au travail est mise elle-même au service de la formation des personnels
et, dans certains cas, là où l‟accompagnement social fait partie des engagements de
professionnalisation, est envisagée en partenariat avec d‟autres instances (PLIE, CLI, FLES)
dans la perspective d‟une resocialisation globale des personnes. Dans ces situations, l‟emploi
vise le ré-apprentissage de comportements au travail et plus largement de comportements
sociables (ponctualité, respect, politesse…) et la formation, l‟acquisition ou la réactualisation
des connaissances de base (remise à niveau) et la qualification professionnelle avec l‟obtention
d‟un diplôme. Quelles que soient les formules pédagogiques retenues en matière de formation,
l‟accompagnement social des publics est toujours individualisé et mené dans le cadre de
partenariats où sont représentés les acteurs locaux de la politique sociale (travailleurs sociaux,
référents des Commissions Locales d‟Insertion) et de la politique de l‟emploi (FLES, PLIE,
ANPE). Ce suivi vise la résolution des problèmes de la vie quotidienne (emploi, logement,
santé, isolement social, endettement). Depuis la loi de lutte contre les exclusions de 1998, il
représente un volet important des missions que réalisent les associations de l‟Insertion par
l‟Activité Economique. En même temps et de façon assez paradoxale, ce travail est peu reconnu
par les instances qui évaluent les actions menées par ces structures.


                                                                                              116
3. Un rapport salarial spécifique en tensions

Les éléments cités ci-dessus participent bien d‟un éclairage sur une des questions
fondamentales de cette recherche, celle du rapport salarial. En effet, nous sommes en présence,
en ce qui concerne le champ de l‟économie solidaire d‟un salariat spécifique, en tensions (parce
que déséquilibré et hétérogène), dans lequel les salariés sont d‟une certaine manière
instrumentalisés.

Le premier point de l‟analyse celui de la spécificité du salariat, concerne le nombre important
de contrats précaires dans les associations, dont l‟avenir en termes de relation de confiance64
n‟est pas toujours garanti. Concrètement pour la plupart des personnels en poste, la pérennité de
l‟emploi n‟est pas assurée. Cela ne contribue pas à créer une relation de confiance sereine entre
les salariés, les bénévoles et les administrateurs des associations. Parfois, les responsables sont
eux-mêmes sous des statuts d‟emploi atypiques, ce qui ne leur permet pas d‟investir pleinement
leur fonction dans la structure. Ces encadrants ne peuvent revendiquer, ni le fait d‟être
stabilisés, ni le fait d‟être intégrés, ce qui pourra poser des problèmes de management dans les
années à venir. Quelle volonté auront les pouvoirs publics - au travers des dispositifs d‟emploi
qu‟ils mettront en place – pour fédérer au sein du tissu associatif des salariés porteurs de projets
inscrits au cœur de l‟ économie solidaire, c‟est-à-dire en dehors de la stricte logique marchande
et libérale de production et d‟investissement professionnel ?. La réflexion avancée ici ne
conduit-elle pas à défendre la transformation de ces emplois “ d‟insertion ” en emplois à statut ?
De quels moyens disposeront à terme les associations, est-ce que les pouvoirs publics prendront
conscience de cette nécessité de moyens dans les années à venir ?. Il semble que ce rappel soit
salutaire aujourd‟hui pour l‟ensemble du champ de l‟économie solidaire.

Le second point : une relation salariale tendue, relève du fait que se combinent et coexistent
dans ce champ des statuts d‟emploi et des fonctions qui appartiennent à des catégories et à des
logiques différentes. Qu'a-t-il de commun entre un bénévole (qui néanmoins travaille et qui a
donc une productivité mais qui n‟est pas rétribuée), un salarié (titulaire d‟un contrat de travail
de droit commun) qui exerce son métier dans le cadre d‟une qualification reconnue en échange
d‟une rémunération correcte, et un jeune en emploi aidé pour lequel le contrat arrive bientôt à
terme ? La relation salariale connaît une tension extrême quand les bénévoles sont en charge de
la gestion financière et administrative de l‟association, qu‟ils doivent recruter d‟autres
bénévoles (il y a une sorte de rite d‟intronisation) et des salariés dans un esprit de projet, de
solidarité, de services rendus à la population en tenant compte en même temps et de façon assez
paradoxale des contingences financières et des impératifs économiques définis par les pouvoirs
publics. Tous ces facteurs conjugués produisent des déséquilibres qui sont la source dans les
associations d‟une complexification des modes de recrutement et de gestion de la
main-d‟œuvre. A quoi s‟ajoute la difficulté qu‟il y a à négocier avec les candidats aux postes
des contrats de travail fortement encadrés et prescrits par l‟Etat puissance publique.



64
   Nous entendons cette notion de “ relation de confiance ” au sens qu'en donne P. Bouffartigue dans son ouvrage
sur "Les cadres et le contrat de confiance", 2001. En effet sans cette indispensable relation de confiance qui unit
les cadres aux employeurs, le système de management prôné par les dirigeants s'effondre peu à peu et les processus
d'individualisation deviennent très présents dans les organisations.


                                                                                                              117
Ce dernier argument renvoie à notre troisième point de développement : l‟instrumentalisation
des salariés et des structures. Les salariés se sentent en effet le plus souvent dépossédés de leur
marge de négociation face aux gestionnaires des associations, la nature des contrats de travail
étant fixée, les salaires appliqués étant très faibles, les statuts le plus souvent non reconnus par
les conventions collectives quand elles existent. Les marges de négociation des postulants à ce
type d‟activités, de services (peut-on en effet parler de métier dans ces conditions ?) sont donc
extrêmement réduites. La seule logique qui l‟emporte est d‟avoir un emploi, de cumuler de
l‟expérience professionnelle, en faisant fi du diplôme initial acquis et de la rémunération qui lui
correspond. Du côté des structures, le mode de direction est centré explicitement (au regard des
injonctions des pouvoirs publics, de la délivrance de subsides, de l'évaluation, du contrôle et de
la certification) sur un management gestionnaire de plus en plus imperméable au sens de
l‟action et aux missions réelles qui devraient être exercées. Les pouvoirs publics en balisant les
modalités de soutien aux associations participent peut-être involontairement à leur mise sous
tutelle.

Cette instrumentalisation visible des deux côtés sera-t-elle freinée ou au contraire accentuée par
la prochaine loi de régionalisation ? Une politique sociale de court terme ne risque-t-elle pas de
déséquilibrer le paysage associatif et dans la foulée de mettre à mal le champ des possibles de
l‟économie solidaire ? Si pour l‟instant, il n‟y a aucune certitude sur cette mutation et ces
éventuelles évolutions, une des pistes de réflexion possible, dans le but de prolonger ce contrat
de recherche, serait précisément d‟évaluer les effets de la régionalisation sur les actions mises
en place par les structures qui revendiquent l‟appellation d‟économie sociale et solidaire.




4. Conclusion
Depuis 1997 avec le programme NSEJ et 2002 avec la VAE, la professionnalisation des
activités et des métiers liés à l‟économie solidaire est devenue un objectif de la politique
publique. Ces dispositions renouvellent la question de l‟insertion. S‟agit-il en effet de
professionnaliser pour générer de nouveaux emplois et de nouvelles qualifications dans les
secteurs d‟activités que couvre l‟économie solidaire ou de professionnaliser pour faciliter les
passages entre ces secteurs et l‟économie marchande (lucrative) ? Autrement dit, l‟économie
solidaire doit-elle tenir le rôle de sas entre ces deux mondes du travail ou affirmer son identité
comme champ d‟activités économiques autonome, à l‟instar de l‟économie sociale? Posés en
alternative, ces deux scénarii masquent peut-être une autre voie, un autre mode de
développement pour cette économie : et si l‟économie solidaire assumait finalement ces deux
rôles selon ses domaines d‟intervention (fonction de sas pour l‟Insertion par l‟Activité
Economique ; fonction de stabilisation et de pérennisation pour les métiers de l‟aide à domicile
et de gardiennage), tout en s‟engageant dans une action de moralisation et de normalisation des
rapports économiques globaux ?




                                                                                                118
CONCLUSION GENERALE




                      119
Dans la réalisation de cette recherche “ L‟économie solidaire en régions ” nous avons pu
analyser au plus près des actions concrètes, les processus de création d‟emplois de services de
proximité, dans les secteurs d‟activités et les secteurs géographiques concernés par notre étude.
Nous avons privilégié une entrée dans l‟objet par la recherche d‟éléments témoignant d‟une
économie émergente qui se différencierait de l‟économie de marché. Notre intention était
d‟éclairer le champ d‟investigation par l‟analyse des formes d‟emploi et de professionnalisation
dans les secteurs considérés, a priori, comme des secteurs d‟activités proches des modèles de
l‟économie solidaire. A l‟issue de nos investigations, un certain nombre de résultats et lignes de
force se sont révélés et posent de nouvelles questions.


Premièrement :

Nous sommes partis en quête d‟un modèle local de gestion innovante de la main-d‟œuvre et de
formes “ solidaires ” de création de services rémunérés, de prestations de services situées à
l‟intersection des secteurs marchand/non marchand et monétaire/non monétaire (Laville, 2000)
censées entretenir la pérennisation d‟emplois aidés/autofinancés par des conventions entre
pouvoirs publics et entrepreneurs associatifs. Mais, en deçà des valeurs et des pratiques de
soutien, d‟aide, de solidarité mises en œuvre par les fondateurs et les intervenants bénévoles et
salariés, nous avons trouvé des formes de sujétion des acteurs (salariés et entrepreneurs) non
seulement à des politiques publiques, mais aussi aux marchés concurrentiels. Nous avons
constaté que, dans le but de gérer des déficits publics, les pouvoirs publics faisaient appel à
l‟initiative privée, à la solidarité communautaire, aux prestations bénévoles pour palier
l‟augmentation relative des dépenses publiques en matière de politique sociale. Du fait des
règles et conventions mises en place dans les secteurs étudiés, nous constatons que
l‟environnement des entreprises solidaires est structuré par des règles économiques libérales
qui s‟appliquent dans leur gestion comptable, la gestion des emplois (réduction des coûts du
travail, bas salaires) et s‟imposent sur le développement des produits (régulations par le marché
local et/ou par des dispositions administratives). Ces associations sont contraintes de recentrer
leurs projets et leurs finalités sociales sur des dispositifs de financement qui contraignent et
limitent le développement de modèles alternatifs d‟économie et de rapports sociaux.


Deuxièmement :

Pour avancer vers une typologie de formes de solidarités, nous constatons que des relations, des
échanges de réciprocité, des rapports d‟engagement durable sur des valeurs de promotion
socioéconomique partagées, un “ état d‟esprit ” (selon les propos de la présidente de la crèche
parentale enquêtée) sont effectivement élaborés au sein des entreprises associatives étudiées et
dans leurs environnements. Ce sont :

- des solidarités locales, dans les communes, entre les usagers des services, les habitants, les
bénévoles actifs, les bénéficiaires directs. Les réseaux d‟interconnaissances sont à l‟origine des
créations de services et d‟emplois dans la plupart des cas étudiés, l‟initiative locale, l‟esprit
d‟entreprise se manifestant à propos de la substitution d‟un service domestique (garde d‟enfant,
aide à domicile, travaux ménagers…) par son externalisation sur une collectivité. Des rapports
économiques se forment aussi entre les associations prestataires et les clients (artisans, PME,
particuliers usagers des services) sur la base, souvent, d‟une expérience commune de difficultés



                                                                                              120
de vie quotidienne ou de difficultés économiques, de croyances en l‟efficacité de l‟entraide
collective.

- des solidarités internes entre administrateurs bénévoles, directeurs et agents salariés,
prestataires et bénéficiaires, qui ajustent leurs idéaux et leurs pratiques en vue de porter le projet
dans l‟environnement et de souder les modes de fonctionnement face aux agressions d‟un
environnement concurrentiel et incertain. Si, les formes de mise au travail peuvent être
assimilées à du travail social ou à un type de management “ humain ” respectueux des capacités
et des difficultés des personnes, attentif à la construction des compétences professionnelles, du
fait d‟une communauté d‟expériences et d‟intérêts (tous les salariés rencontrés ainsi que les
dirigeants ont en commun des parcours professionnels heurtés), il n‟en reste pas moins que les
formes de gestion des emplois sont imposées à ces entreprises qui, de ce fait, sont dans
l‟obligation de gérer une main-d‟œuvre au final, corvéable et substituable au gré des contrats
subventionnés à durée limitée majoritairement utilisés dans le champ.

- des solidarités construites au fil des années dans le cadre des actions de développement local
au sein de réseaux de “ partenaires ” où se construisent des rapports d‟alliances et
d‟allégeances. Des acteurs du développement local militent par leurs discours et leurs pratiques
de soutien, de conseil et d‟aide aux projets pour le développement d‟actions sociales et
économiques alternatives. Ce faisant, ils élaborent un maillage inter-associatif,
inter-institutionnel qui contribue à la promotion des projets et paradoxalement à leur mise sous
tutelle politique, le champ de l‟économie solidaire apparaissant alors, comme un sous-champ
des politiques de développement social local. De plus, les logiques d‟entreprises dans ce
sous-champ peuvent avoir pour motif le positionnement des acteurs locaux dans le système
d‟action politico-adminisitratif et économique territorial. Dans cette perspective, les dispositifs
d‟intervention seraient le cadre des reconfigurations de pouvoirs et de contre pouvoirs locaux,
et l‟enjeu de luttes idéologiques sur la question des modèles de développement et des projets de
société.


Troisièmement :

L‟économie solidaire serait une économie intermédiaire pour laquelle se mobiliseraient des
agents qui s‟installeraient provisoirement dans un champ d‟activités protégées, formatrices,
génératrices de qualifications professionnelles, puis durablement dans un champ d‟activités
pérennes, dans des “ créneaux ” de services renouvelés produits d‟un invention collective en
réponse à des besoins jusqu‟alors non satisfaits par le marché privé concurrentiel. Or, les
activités et les emplois proposés dans le secteur étudié sont en fait des situations d‟attente
prolongée dans des postes subventionnés à forte rotation (CES, Emploi-Jeunes, Contrat de
qualification, etc.). Les entreprises associatives ont mission de trouver des solutions pour sortir
leurs salariés des segments protégés et “ solidaires ” du marché du travail. Cependant, ces
sorties vers le marché du travail local n‟étant pas massives, la rotation des emplois d‟insertion,
en s‟agrégeant au fil des années, peut contribuer à la cristallisation des dispositifs d‟aide à
l‟emploi. En conséquence, les associations qui recourent à ce type de contrats de travail se
trouvent, au final, intégrées dans un processus d‟institutionnalisation de projets associatifs
orientés par des valeurs humanistes. Ainsi, une forme d‟économie solidaire se structurerait “
sous perfusion ” des subsides publics aléatoires et à l‟avenir incertain.




                                                                                                 121
Un des résultats marquant de cette recherche sur l‟économie solidaire en milieu rural concerne
l‟affirmation d‟une prégnance du local sur le niveau national. Les logiques de développement
des associations et des collectivités locales sont orientées par rapport aux spécificités des
territoires et aux histoires respectives de ceux-ci. Nous avons repéré que dans des histoires
différentes, particulières et marquées par des transitions propres à chaque bassin d‟emploi (dans
cette recherche le Sud Nancéien et le Val de Lorraine), les politiques de développement local ne
s‟étaient pas implantées de la même manière et que cela conditionnait les relations entre les
communes et les acteurs dans la mise en place de partenariats facilitant la mise en place de
synergies et de créneaux relevant du champ de l‟économie sociale et solidaire. Il semble que
l‟histoire spécifique des bassins marque, tout au moins dans un premier temps, les logiques de
développement des territoires et inspire les dynamiques locales. Par la suite, des débats animés
entre les élus, les professionnels, les acteurs locaux, permettront de co-construire avec les
différents partenaires des actions qui expriment la demande des populations.

D‟un point de vue plus micro-sociologique nous nous sommes livrés à une analyse fine des
organisations, notamment des associations, qui oeuvrent dans le champ de l‟économie
solidaire. Il s‟avère que des éléments significatifs ressortent de cette étude.

Il est assez flagrant de constater que l‟émergence de besoins est issue des aspirations de la
population et aboutir à la constitution de nouveaux services dans un espace donné. Ces besoins
divers ne sont pas assurés par l‟Etat ou ils sont insuffisamment implantés sur le territoire. Les
populations participent fondamentalement à la construction de l‟économie sociale et solidaire
et alimentent par leur singularité le champ des possibles en la matière. C‟est le cœur de
l‟émanation de nouveaux projets et services (que les collectivités locales et territoriales ne
peuvent assumer, en exemple les cantines scolaires ou les activités péri-scolaires - maternelles
et primaires -, l‟aide à domicile pour les personnes âgées, les crèches parentales en milieu rural
ou périurbain).



La constitution de réseaux

Nous sommes en présence d‟une véritable tentative de maillage du territoire entre les
associations qui composent le tissu local, ainsi que les différents partenaires institutionnels que
sont globalement les pouvoirs publics. Ceci rompt avec les anciennes philosophies centrées sur
des pratiques associatives isolationnistes. Les entretiens confirment ce propos dans le
Sud-Nancéien et sur le Val de Lorraine, mais l‟individualisation et la distinction sont plus
tranchées entre les villages et les bassins du fait d‟histoires totalement différentes entre des
bassins d‟emploi ayant leur propre autonomie. Dans ces territoires, sont développées des
tentatives de mise en réseaux, à l‟initiative des associations de développement local et des Pays,
du Conseil Général, du CAPEMM, pour rapprocher les associations entre elles sur des débats
communs autour de l‟aide au maintien à domicile des personnes âgées, autour du service à la
personne (portage de repas et multiservices), et de la qualification des personnels.




                                                                                               122
D‟une logique d‟Etat providence à une logique de territorialisation

On a affaire, en quelque sorte, au transfert des compétences de l‟Etat au profit des régions. C‟est
la suite du processus de décentralisation amorcé par la loi de 1982 et reconfirmé par la politique
générale du gouvernement Raffarin qui consiste à opérer un renversement du rapport entre les
prérogatives de l‟Etat et celles des régions. Les régions seront compétentes pour assurer et gérer
un certain nombre de dossiers sensibles (notamment les formations universitaires et
professionnelles) pour la gestion desquels l‟Etat souhaite s‟installer dans un désengagement
progressif. Ce transfert de compétences, du national vers le local, ne veut pas dire qu‟il n‟y aura
plus de services publics, car les élus estiment que c‟est aux collectivités territoriales d‟assurer
ces missions. Néanmoins, qu‟en est-il des salariés qui assuraient ces services publics ? Les
fonctionnaires d‟Etat ou territoriaux sont d‟une façon alternative secondés et relayés dans les
services rendus à la population) par des personnels ayant un statut privé issus du champ de
l‟économie sociale et solidaire. Ainsi, s‟opèrent une substitution en terme de logique salariale :
on passe d‟emplois à statut public à des emplois de contrat de droit privé. Se développe de fait,
une certaine dégradation des conditions d‟emploi, une certaine précarité via la nature des
contrats de travail représentés (contrats aidés majoritairement). Si l‟on peut penser, comme
certains sociologues, qu‟on a affaire ici à un potentiel formidable, un véritable gisement
d‟emploi, il faudrait d‟ores et déjà faire attention à la formation des personnels, à la
pérennisation de leur poste et à la nature des contrats de travail.

Qu‟en est-il dans l‟analyse de l‟impact des réformes du CES, du RMI/RMA et de l‟instauration
du contrat de vie sociale qui va remplacer le dispositif NSEJ ? Il sera très difficile pour le
monde associatif d‟asseoir une cohésion et un suivi de qualité si les emplois offerts et aidés par
l‟Etat sont d‟une durée plus courte. Cela va engendrer un taux de rotation de la main-d‟œuvre
extrêmement important et la fidélisation des personnels sera une mission compliquée à assurer.
La gestion prévisionnelle de l‟emploi et des compétences effectuée par les bénévoles ou par les
CA des associations deviendra une préoccupation centrale dans les années à venir. De plus le
sentiment d‟être au quotidien dans des situations d‟emploi de plus en plus précaires, déjà
éprouvé par les acteurs de terrain, sera renforcé.



Des frontières perméables et une transférabilité des créneaux et des secteurs

Il y a une jonction constante à opérer aussi bien au niveau de la recherche qu‟au niveau des
praticiens de terrain entre les acteurs et les différents secteurs qui structurent le champ de
l‟économie sociale et solidaire. Nous ne sommes pas en présence d‟un champ à part, vivant en
autarcie, au contraire l‟économie sociale et solidaire peut être appréhendée comme un espace
“ interstitiel ”, un “ tiers secteur ” qui peut proposer des solutions alternatives à la logique de
marché ou à celle de l‟Etat. Il peut insuffler localement un vent de créativité (via l‟émanation de
besoins émis par la population et recensés par les professionnels) qui permettra de palier les
lacunes de l‟Etat et aux apories du tout marché et de l‟économie libérale.




                                                                                               123
                                BIBLIOGRAPHIE



AMBLARD H., BERNOUX Ph., HERREROS G., LIVIAN Y.F., “ Les nouvelles approches
sociologiques des organisations ”, Seuil, 1996.

AZNAR G., “ Travailler moins pour travailler tous ”, Syros, 1993.

AZNAR G., “ Emploi : la grande mutation ”, Hachette, 1998.

AZNAR G., Caillé A., Laville J.L., “ Vers une économie plurielle ”, Syros, 1997.

BOURDIEU P., “ Le fonctionnement du champ intellectuel ”, Regards Sociologiques, n°17-18,
1999.

BURT S. R., Le capital social, les trous structuraux et l‟entrepreneur, Revue Française de
Sociologie, XXXVI-4, 1995.

CHANTELAT P., “ La nouvelle sociologie économique et le lien marchand ”, Revue Française
de Sociologie, 43-3, 2002.

CASTEL R., “ Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat ”, Fayard,
1995.

CROZIER M., FRIEDBERG E., “ L‟acteur et le système ”, Seuil, 1977

DEFOURNY J., FAVREAU L., LAVILLE J.L.(SD), “ Insertion et nouvelle économie
sociale ”, Desclée de Brouwer, 1998.

DEMOUSTIER D., “ L‟économie sociale et solidaire. Un bilan international ”, Syros, 2001.

DUSSUET A., “ Modèle du “ service à domicile ” et systèmes d‟emploi dans l‟économie
sociale et solidaire ”, Document de travail du CRGNA, LESTAMP et du LEN-CEBS de
l‟Université de Nantes, 2002.

EME B., J.L. LAVILLE (sd), “ Cohésion sociale et emploi ”, Desclée de Brouwer, 1994.

FOUREL C. (sd), “ La nouvelle économie sociale ”, Syros, La découverte, 2001.

FRIEDBERG E., “ Le pouvoir et la règle ”, 1993

GORZ A., “ Métamorphoses du travail. Quête du sens ”, Galilée, 1983.

KAISER J., STREICHER F., “ Assistantes maternelles agréées de l‟accueil non permanent
dans le département de Moselle : un métier en cours de professionnalisation ? ”, rapport de
recherche pour la direction de la PMI, Conseil Général de Moselle, 2001.

LALLEMENT M., LAVILLE J.L., “ Qu‟est-ce que le tiers secteur ? ”, Sociologie du Travail,
N°4, Vol.42, Octobre-Décembre 2000.


                                                                                       124
LAVILLE J.L., “ Les services de proximité en Europe ”, (Ten) Syros, 1993.

LAZEGA E., LEBEAUX M.O., “ Capital social et contrainte latérale ”, Revue Française de
Sociologie, XXXVI-4, 1995

MINTZBERG H., “ Structure et dynamique des organisations ”, Edition d‟Organisations,
1982.

MINTZBERG H., “ Management : voyage au cœur des organisations ”, Ed. d‟Organisations,
1990.

REMY J., “ La transaction : de la notion heuristique au paradigme méthodologique ”, in
BLANC M., MORMONT M., REMY J., STORRIE T. (eds.), “ Vie quotidienne et démocratie,
pour une sociologie de la transaction sociale ”, L‟Harmattan, 1994

RIFKIN J., “ La fin du travail ”, La Découverte, 1996.

SAINSAULIEU R., LAVILLE J.L.(dir.), “ Sociologie de l‟association, des organisations à
l‟épreuve du changement social ”, Desclée de Brouwer, 1999

SOCIOLOGIE DU TRAVAIL (No spécial coordonné par M. Lallement et J.L. Laville),
“ Qu‟est-ce que le tiers secteur. Associations, économie solidaire, économie sociale ”, N°4,
Vol. 42, Octobre-Décembre 2000.

SUE R., “ Temps et ordre social ”, PUF, 1994.

SUE R., “ La richesse des hommes, vers l‟économie quaternaire ”, Odile Jacob, 1997.

TESTART A., “ Echange marchand, échange non marchand ”, Revue Française de Sociologie,
42-4, 2001




                                                                                        125
ANNEXES




          126
                                GUIDE D’ENTRETIEN

       ACTEURS DU DEVELOPPEMENT LOCAL ET DES RESPONSABLES
                         D’ASSOCIATION




I Les acteurs : formation, parcours professionnel, modalités d‟accès au poste, motivations,
formation continue, perception du devenir professionnel, etc.


II Poste et activités professionnelles : environnement institutionnel, missions, partenariat,
réseaux, appropriation de la fonction et son devenir, stratégies de développement et freins au
développement des missions, politiques de l‟association en ce domaine.


III Perception du champ de l‟économie solidaire : limites territoriales et cadrage par les
politiques publiques, définition spontanée de l‟économie solidaire et des activités qu‟elle
recouvre, ses enjeux en termes de développement local, sa place dans le développement local et
le développement économique du territoire, ; quel modèle de développement de l‟économie
solidaire, éléments sur l‟historique du champ de l‟ES au niveau local : types d‟actions,
d‟acteurs et de publics concernés avec les enjeux précis actuels.


IV Perception des publics, des acteurs, des actions (efficacité) mises en œuvre dans le champ de
l‟ESS sur le territoire : enjeux et limites.


V Quelles valeurs et pratiques mises en avant, originalité de ces valeurs et de ces pratiques par
rapport à l‟existant dans le secteur marchand et non marchand ?




                                                                                             127
                            Guide d’entretien salariés/ bénévoles

SITUATION PERSONNELLE ANTERIEURE (éléments d‟ordres biographiques)

   I.      Parcours personnel, trajectoire de vie, trajectoire scolaire

   II.     Emplois occupés antérieurement (nombre, secteur d‟activité)

   III.    Périodes d‟inactivité (chômage et autres)

   IV.     Périodes de précarité (intérim, CDD, stagiaires, apprentis, Contrats aidés)


SITUATION PERSONNELLE ACTUELLE (éléments de représentation de l‟utilité
symbolique de l‟association et de l‟individu au travers de sa fonction)

   I.      Description personnelle de la structure
   II.     Ancienneté au sein de cette organisation
   III.    Type de services rendus
   IV.     Publics visés
   V.      Statut d‟emploi
   VI.     Fonction exercée au sein de cette structure
   VII.    Pérennisation du poste
   VIII.   Débouchés professionnels personnels (recherche d‟un autre emploi, etc…)

ORGANISATION DU TRAVAIL

   I.      Activités régulières
   II.     Temps effectif de travail
   III.    Condition de travail (répétitivité des tâches, travail en équipes, travail en solitaire,
           pénibilité des tâches)
   IV.     Représentation personnelle du travail (face aux autres…)
   V.      Sentiment d‟insertion dans la société
   VI.     Sentiment d‟être utile socialement pour soi et pour les autres
   VII.    Rapport à la hiérarchie (logiques de management mise en place)
   VIII.   Adhésion aux valeurs de l‟association
   IX.     Rapport aux ordres et consignes données par la direction ou autre
   X.      Formations reçues, en cours ou à venir


FICHE SIGNALETIQUE DE L‟ENQUETE

   I.      Age
   II.     Situation matrimoniale (marié, célibataire, etc…)
   III.    Nombre d‟enfants
   IV.     Cursus scolaires des enfants
   V.      Profession des enfants
   VI.     Profession de l‟épouse ou autre
   VII.    Activités syndicales, politiques, associatives


                                                                                                128
                                            Fiche d’activité

Consigne : remplir une fiche par type d’activité, il vous appartient de définir la liste de ces activités,
d‟utiliser les appellations qui vous conviennent, tout en vous aidant du guide ci-dessous. Cette fiche sert
principalement de support pour l‟entretien à venir, l‟enquêteur la complétera lui-même pendant
l‟entretien. L‟exploitation des fiches sera strictement anonyme.


Appellation de l’activité : (description précise de la tâche effectuée)


Avec qui ?      Surligner et précisez le cas échéant le nombre et la qualité des personnes

Seul……………………………………………………………………………………...

Collègue(s) salariés de l‟organisation……………………………

Bénévoles de la structure………………………..
             Subordonnés…………………………………………………………………………….

Hiérarchie (cadres)………………………………………………………………

Autre ………………………………………………………………………


Lieu ?          Surligner et préciser les appellations

Au service ou dans l‟établissement…………………………………………………….

Dans une autre institution………………………………………………………………

Autre (précisez)…………………………………………………………………………


Temporalité des activités ?      Précisez les fréquences

Si intervention régulière

A quel rythme…………………………………………………………………………

Sur combien de temps…………………………………………………………………


Si intervention ponctuelle ou irrégulière

Dans quelles circonstances……………………………………………………………

Sur combien de temps…………………………………………………………………




                                                                                                      129
Commentaire sur l’activité (ne pas rentrer dans le détail, ces éléments seront repris dans l‟entretien)

- Nature de l‟activité : activité d‟agriculture, jardinage, rénovation/réhabilitation d‟anciens bâtiment,
aides aux personnes, animation de réunion d‟équipe, réunion de cadres, formation, montage de projet,
évaluation, écriture de rapport ou de projet, autre…

Précisez :

             Objectifsattendus…………………………………………………………………………….
             .

             Compétences mobilisées ………………………………………………………………….


             Difficultés rencontrées dans l‟exercice de la
             tâche…………………………………………………………………………………….


              Appréciation du degré d‟autonomie dans la conduite de
             l‟activité…………………..




                                                                                                     130
131

				
DOCUMENT INFO