Rapport d'appréciation CC Niger

Document Sample
Rapport d'appréciation CC Niger Powered By Docstoc
					Rue des Colonies 11
B-1000 Bruxelles
Belgique
Tel : ++32-(0)2 517 61 40
Fax: ++32-(0)2 517 65 00
Email: alain.lafontaine@baastel.be
www.baastel.be




                       Danish International Development Assistance (DANIDA)




                 Appréciation des impacts des changements climatiques sur les
                 programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                             Présenté par
                                     Le Groupe-conseil baastel sprl




                                            Le 18 juin 2008
Appréciation des impacts des changements climatiques                                  Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Executive summary

The assessment of the impacts of climate change on Danish development cooperation
programs with Niger, is taking place within the framework of the Danida Climate and
development action program launched in August 2005 with an overall objective of increasing
climate resilience of Danish cooperation actions for development, with a view to effectively
combating poverty and promoting economic and social development for current and future
generations.

The primary objective for the assessment is to increase climate resilience of cooperation
actions in Niger with a view to effectively combating poverty and promoting economic and
social development in accordance with Niger‘s current development programs and strategies.
Specifically, the purpose of this assessment is to: (i) assess the risks related to climate change
that may prevent the results of the Danish development cooperation program in Niger from
being achieved; (ii) harmonizing the Danish cooperation actions in Niger with the actions of
other development agencies with regard to adaptation to climate change (ACC) and risk and
disaster reduction (RRD); (iii) identifying the opportunities and adaptation measures; and,
(iv) developing an action plan for implementing the activities identified during the
assessment for increasing the ―climate resilience‖ of the development assistance.

Climate change scenarios in Niger, impact, vulnerability and risks

In Niger, there is a crucial lack of sector models for climate impact studies, as well as a lack
of regional climate models having a spatial resolution that is adequate for developing climate
change scenarios to a given time horizon. The MAGGIC-SCENGEN system used in the
context of the National initial communication, does not allow suitable results to be obtained
due to the low spatial resolutions used.

However, the following forecasts concerning the majority of the country‘s weather stations
emerge from this model (MAGGIC-SCENGEN) which was used for the study of projected
climate changes: (i) by 2025, average monthly precipitation will increase compared to normal
levels over the period from 1961-1990; (ii) the average monthly temperature will rise slightly
in 2025 compared to normal over the period from 1961-1990, however, the increases will
become fairly significant during the rainy season; (iii) average monthly cloud cover will
decrease slightly in 2025 compared to normal over the period from 1961-1990.

Impacts, vulnerability and accommodation

Niger is the Sahelian country par excellence, characterized by a great variability in the
quantity and distribution of rain, and climate changes will intensify catastrophes and natural
disasters, drought and floods being the most frequent of these in Niger. The induced problems
that are the offshoots of droughts are starvation, malnutrition, and involuntary migration
flow, which often cause conflicts over occupation of land, soil erosion, deforestation,
degradation and desertification and collapse of the rural economy. The impacts of climate
change will be felt more with regard to the processes related to the water cycle and biological
systems, which are already disturbed.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                       ii
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




The concept of vulnerability also includes biophysical vulnerability and social vulnerability;
their combination associated with poverty, make agriculture in Niger a form of subsistence
agriculture that is very dependant on an uncertain climate, which produces the recurring cycle
of famine in the country. The most vulnerable segments are women and children.

Niger has been accustomed to the climate‘s variability for a very long time and has a wealth
of traditional techniques and local practices with regard to adaptation; these practices seem,
however, very limited for adaptation in the medium and long term.

National Adaptation Framework

Niger has signed and ratified the UNFCCC and the Kyoto Protocol. The Executive
Secretariat of the CNEDD (National council for the environment and sustainable
development) serves as the Designated National Authority (DNA), however this DNA is not
functional and no Clean Development Mechanism (CDM) project has been recorded with the
CDM Executive Council. The CNEDD is also responsible for coordinating and monitoring
national environmental policy and sustainable development in Niger. The recurring food
insecurity crises have led the authorities to establish management bodies including the Early
warning system (Système d’Alerte Précoce - SAP), which is directly connected to the office
of the prime minister. The SAP is an ACC/RRD strategy, without being however directly
connected to climate change. On the other hand, a number of environmental and
meteorological institutions have their head offices in Niamey, thus creating a centre of
expertise in the subject.

National plans for development and climate change

Niger has developed and implemented a national environmental plan for sustainable
development (PNEDD), the purpose of which is to have a specific, unified and integrated
environmental policy. The PNEDD is made up of six (6) priority programs, including the
Climate change and variability program which specifically aims to establish the milestones
for implementation of the UNFCCC in Niger. Regarding the National action program for
adaptation to climate change (NAPA), it would appear that its development was not
sufficiently participatory, as a number of ministry departments and local target populations
are unaware of its existence. The Rural development strategy (Stratégie de Développement
Rurale - SDR), is the reference and strategic framework that all sustainable development
actions in the country belong to. It includes many climate variability adaptation actions in the
short term but suffers from a lack of longer term vision on adaptation to climate change
issues.

Coordination and harmonization of donor agencies in the area of Climate Change

Donors and other key stakeholders involved in actions related to climate change in Niger
include the GEF, UNDP, the World Bank, Germany (through GTZ), and the European
Commission. There are but very few sustained actions specifically described as ―climate
change‖. Most of the aid does not hinge on climate change (CC) per se but pertains instead to
short term aspects of improved management of climate variability and its consequences. The



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    iii
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




assessment team observed that in this regard, there is still a significant amount of unfulfilled
potential in terms of coordination and harmonization of assistance related to climate change
in Niger. Functional coordination is particularly centred around risk and disaster reduction,
which is considered essential for guaranteeing effective action in times of crisis. The
assessment team did not observe a similar involvement with regard to adaptations to climate
change. In this regard, the proposals for adaptation actions to be incorporated into the
DANIDA assistance program should be noted; these proposal were formulated by the mission
in this report (and presented below) and will have the potential to provide unifying
components at the sub-regional level but also by involving a number of donors. The proposal
for creating a discussion framework for the GIRE, as envisioned by AGRHYMET, could be
especially beneficial in this sense.

Results of the climate change assessment study

Danish cooperation supports Niger through the Water, hygiene and sanitation sector support
program (Programme d’Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement - PASEHA)
which is at the half-way mark, and the Rural sector support program (Programme d’Appui au
Secteur Rural - PASR) which is in the planning stage.

   The CNEDD is not in a position to coordinate the climate change initiatives due to
    conflicts of prerogative and jurisdiction between the CNEDD and various ministries‘
    operations departments.
   The SDR is the reference and strategic framework for all of the country‘s sustainable
    development actions but suffers from a lack of longer term vision in terms of the issues
    related to adapting to climate change.
   Both programs supported by Danida target poverty reduction by simultaneously
    supporting the national and regional regulatory framework; both programs also already
    include a number of prudent approaches based on the principles of sustainable
    management of natural resources.
   From this perspective, the risks of climate change on Danish cooperation programs
    currently in progress in Niger are fairly limited in the short term. The long term climate
    risks are the most severe.
   Medium- and long-term CC risks on PASEHA‘s activities are in part, the effect on the
    quantity, quality and methods of water resource management and thus on future strategic
    and policy directions; they also, however, include the potential impacts on hygiene and
    sanitation caused by variations in the amounts of precipitation. Some measures to limit
    the risks have nevertheless already been taken into account: water point inventories,
    piezometric surface water monitoring, quality control of modern water points, equipment
    of the Zinder and Diffa regional administrations for analyzing water quality, for providing
    information for the geo-referenced database (SIGNER).
   The climate risks on the PASR‘s activities concern in part, the effects and impacts of CC
    on the management of natural resources, which will exacerbate pressure on vulnerable
    populations‘ income sources and possibly increase the number of those suffering from
    malnutrition (especially women and children); however, CC will also generate additional
    pressure on natural resources and their management. This will have an impact on
    agricultural productivity as well as on the income sources of vulnerable populations. It
    should be noted however, that these aspects have already been taken into account to a




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     iv
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




    certain degree in the PASR, as it was prepared according to the principles of sustainable
    management of natural resources.

Main recommendations

A quick review of the actions recommended for each program in Chapter 4 allows certain
similarities to be identified that help to group the following actions on the basis of four
intervention focuses.

Recommendation 1. Climate change training and awareness. Impacts of climate change
and adaptation measures; capacity-building for policy makers, technical services and local
stakeholders

This is essentially a matter of creating training modules that are adapted to various target
groups, consisting of a CC presentation emphasizing the impacts and adaptation strategies,
and taking the gender aspect into account.

Recommendation 2. Jointly planned research-development actions on the Integrated
management of water resources (Gestion Intégrée des Ressources en Eau - GIRE) for
water monitoring and management capacity-building.

This is a matter of strengthening the system for collecting, monitoring and analyzing data
integrated into the GIRE from a climate change perspective. A central role could be given to
the Centre Régional AGRHYMET, to create synergy at the sub-regional level, particularly in
modelling with other Sahelian countries.

Recommendation 3. Integration of climate change components in medium- and long-term
planning.

This activity especially target the SDR and all its constituent stakeholders, specifically their
sector planning administrations. The objective will be to ensure that the impact of climate
change and preventive measures is fully integrated into the SDR, and into its programs and
sub-programs at the sector level.

Recommendation 4. Water and sanitation infrastructure pilot projects

Support is proposed for the Zinder and Diffa Regional hydraulic administration (known as
DRHs), the Regional specialized agricultural education centre (CRESAs), the Zinder and
Diffa Regional public health administration (DRSPs), local communities affected, the private
sector and operators in creating pilot projects. For latrines located near drinking water
sources, experimentation must be promoted through pilot projects using technology allowing
better protection of drinking water in the event of floods.

Project sheets for each of the four projects are located in Annex 1 of the report.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                      v
Appréciation des impacts des changements climatiques                                  Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Sommaire administratif

L‘appréciation des impacts des changements climatiques sur les programmes de
développement de la coopération Danoise avec le Niger rentre dans le cadre du Programme
d‘Action Climat et Développement de Danida lancé en Août 2005, avec un objectif global
d‘accroître la résilience climatique des actions de la Coopération Danoise dans le domaine du
développement, en vue de combattre efficacement la pauvreté et promouvoir le
développement économique et social pour les générations actuelles et futures.

L‘objectif principal de l‘appréciation est d‘accroître la résilience climatique des actions de la
coopération au Niger en vue de combattre efficacement la pauvreté et promouvoir le
développement économique et social en accord avec les programmes et stratégies de
développement en vigueur au Niger. Spécifiquement, cette appréciation vise à : (i) évaluer les
risques liés aux changements climatiques qui peuvent empêcher l‘atteinte des résultats des
programmes de développements de la coopération Danoise au Niger; (ii) harmoniser les
actions de la coopération Danoise au Niger avec les actions des autres agences de
développement en matière d‘ACC et RRD; (iii) identifier les opportunités et mesures
d‘adaptation; (iv) élaborer un plan d‘action pour la mise en œuvre des activités identifiées
lors de l‘appréciation pour accroître la ‗résilience climatique‘ de l‘assistance au
développement.

Scénarios des changements climatiques au Niger, impact, vulnérabilité et risques

Au Niger, il y a un manque crucial de modèles sectoriels pour les études d‘impacts, de même
qu‘un manque de modèle climatique régional ayant une résolution spatiale adéquate pour
l‘élaboration des scénarii de Changements Climatiques à un horizon temporel donné. Le
modèle MAGGIC-SCENGEN utilisé dans le cadre de la CNI, ne permet pas d‘obtenir des
résultats adéquats étant données les faibles résolutions spatiales utilisées.

Cependant, ce modèle (MAGGIC-SCENGEN) utilisé pour l‘étude des changements
climatiques projetés, fait ressortir les prévisions suivantes au niveau de la majorité des
stations météorologiques du pays : (i) les précipitations moyennes mensuelles connaîtront à
l‘horizon 2025 une augmentation par rapport à la normale sur la période 1961-1990; (ii) la
température moyenne mensuelle connaîtra une très légère augmentation en 2025 par rapport à
la normale sur la période 1961-1990, cependant, les augmentations deviendront assez
significatives pendant la saison des pluies; (iii) la nébulosité moyenne mensuelle connaîtra
une légère diminution en 2025, par rapport à la normale sur la période 1961-1990.

Impacts, vulnérabilité et adaptation

Au Niger, pays sahélien par excellence, caractérisé par une grande variabilité dans la quantité
et la répartition des pluies, les changements climatiques vont accentués les catastrophes et
désastres naturels dont les plus fréquents au Niger sont les sécheresses et les inondations. Les
sécheresses sont à la base d‘une ramification de problèmes induits, comme la faim, la
malnutrition, les flux migratoires involontaires, souvent causant des conflits d‘occupation de
terres, l‘érosion des sols, la déforestation, dégradation et désertification et un effondrement de



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                       vi
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




l‘économie rurale. Les impacts des changements climatiques se feront plus sentir au niveau
des processus liés au cycle de l‘eau et des systèmes biologiques, qui sont déjà perturbés.

Le concept de vulnérabilité comprend aussi bien la vulnérabilité biophysique que la
vulnérabilité sociale ; leur combinaison associée à la pauvreté, font de l‘agriculture au Niger
une agriculture de subsistance très dépendante des aléas climatiques, d‘où le cycle récurrent
de famine dans le pays. Les couches les plus vulnérables sont les femmes et les enfants.

Habitué aux aléas climatiques depuis fort longtemps, le Niger est riche en techniques
traditionnelles et pratiques locales en matière d‘adaptation, cependant ces pratiques paraissent
toutefois très limitées pour une adaptation à moyen et long terme.

Cadre National d’Adaptation

Le Niger a signé et ratifié la CCNUCC et le Protocole de Kyoto. Le Secrétariat Exécutif du
CNEDD assure le rôle d‘Autorité Nationale Désignée (AND), cependant cette AND n‘est pas
fonctionnel et aucun projet MDP n‘a été enregistré auprès du Conseil Exécutif du MDP. Le
CNEDD est aussi chargé d‘assurer la coordination et le suivi de la politique nationale de
l'environnement et de développement durable au Niger. Les crises répétées d‘insécurité
alimentaire ont amené les autorités à mettre en place des organes de gestion dont le Système
d‘Alerte Précoce (SAP), directement rattaché à la primature. Le SAP constitue une stratégie
d‘ACC/RRD, mais sans articulation directe de lien avec les changements climatiques.
D‘autre part, plusieurs institutions à vocation environnementale et météorologique ont leur
siège à Niamey, créant ainsi un pôle d‘expertise en la matière

Les plans nationaux de développement et les changements climatiques

Le Niger a élaboré et mis en œuvre un Plan national de l‘environnement pour un
développement durable (PNEDD) dont le but est de disposer d‘une politique spécifique,
unifiant et intégrée en matière d‘environnement. Le PNEDD est constitué de six (6)
programmes prioritaires dont le « Programme changement et variabilité climatiques » qui
vise particulièrement à jeter les jalons de la mise en œuvre de la CCNUCC au Niger. Quant
au PANA, son élaboration semblerait ne pas avoir été suffisamment participative, car
plusieurs départements ministériels et populations locales ciblées ignorent même son
existence. La Stratégie de Développement Rurale (SDR) constitue quand à elle la référence et
le cadre stratégique dans lequel s‘inscrivent toutes les actions de développement durable du
pays. Elle intègre beaucoup d‘actions d‘adaptation à la variabilité climatique à court terme,
mais souffre d‘un manque de vision à plus long terme sur les questions d‘adaptation aux
changements climatiques.

Coordination et harmonisation des bailleurs de fonds en matière des
Changements Climatiques

Les bailleurs et autres intervenants clés impliqués dans les actions liées au CC au Niger
incluent le FEM, le PNUD, la Banque Mondiale, l‘Allemagne (à travers la GTZ), et la
Commission Européenne. Il n‘y a que très peu d‘interventions libellées spécifiquement
« changements climatiques ». La plupart de l‘assistance ne s‘articulant pas en termes de CC



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    vii
Appréciation des impacts des changements climatiques                                   Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




mais ayant trait aux aspects court terme de la gestion améliorée de la variabilité climatique et
ses conséquences. L‘équipe d‘appréciation a constaté qu‘il reste à ce niveau encore un
potentiel important à réaliser en termes de coordination et harmonisation de l‘aide liée aux
changements climatiques au Niger. La coordination fonctionnelle se situe surtout autour de
RRD, jugé essentielle pour garantir une action efficace en temps de crise. L‘équipe
d‘appréciation n‘a pas observé un engagement pareil en ce qui concerne les ACC. A noter à
ce niveau sont les propositions d‘actions d‘adaptation à intégrer au programme d‘assistance
de DANIDA, formulées par la mission dans ce rapport (et présentées plus bas) qui auront le
potentiel de fournir des éléments fédérateurs, au niveau de la sous région mais également en
impliquant plusieurs bailleurs. Surtout la proposition de créer un cadre de concertation pour
la GIRE, telle qu‘envisagé par l‘AGRHYMET, pourrait être utile dans ce sens.

Résultats de l’étude d’appréciation des changements climatiques

La coopération Danoise appui le Niger à travers le Programme d‘Appui au Secteur Eau,
Hygiène et Assainissement (PASEHA) qui est au point de mi-parcours, et le Programme
d‘Appui au Secteur Rural (PASR) en phase de formulation.

   Le CNEDD n‘est pas en mesure de coordonner les initiatives en matière de changement
    climatique, à cause des conflits de prérogative et de compétence entre le CNEDD et les
    autres départements opérationnels des différents ministères.
   La SDR constitue la référence et le cadre stratégique dans lequel s‘inscrivent toutes les
    actions de développement durable du pays, mais elle souffre d‘un manque de vision à
    plus long terme sur les questions d‘adaptation aux changements climatiques.
   Les deux programmes appuyés par Danida ciblent la réduction de la pauvreté en appuyant
    à la fois le cadre réglementaire au niveau national et régional et intègrent déjà plusieurs
    des approches prudentes basées sur les principes de gestion durable des ressources
    naturelles.
   Dans cette optique, les risques des changements climatiques sur les programmes de la
    coopération danoise au Niger actuellement en cours sont assez limités à court terme. Les
    risques climatiques les plus sévères sont ceux à long terme.
   Les risques des CC à moyen et long terme sur les activités du PASEHA, sont d‘une part
    l‘influence sur la quantité, qualité et les modes de gestion des ressources en eau, et donc
    sur les directions stratégiques et politiques futures ; et d‘autre part, des impacts potentiels
    sur l‘hygiène et l‘assainissement à cause des variations des quantités de précipitation.
    Certaines mesures pour limiter les risques sont néanmoins déjà prises en compte : les
    inventaires des points d‘eaux, les suivis piézométriques des eaux de surfaces, les
    contrôles de la qualité des eaux au niveau des points d‘eau moderne, l‘équipement des
    directions régionales de Zinder et de Diffa en laboratoire d‘analyse de la qualité des eaux,
    afin de renseigner la base de données géo -référencées (SIGNER).
   Les risques climatiques sur les activités du PASR concernent d‘une part les effets et
    impacts des CC sur la gestion des ressources naturelles, qui vont exacerber les pressions
    sur les sources de revenus des populations vulnérables et risque d‘accroître le nombre de
    ceux qui souffrent de malnutrition (en particulier les femmes et les enfants), d‘autre part
    les CC généreront des pressions additionnelles sur les ressources naturelles et leur
    gestion. Cela affectera la productivité agricole de même que les sources de revenus des
    populations vulnérables. Il convient de noter néanmoins, que ces aspects sont déjà pris en




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                      viii
Appréciation des impacts des changements climatiques                                   Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




    compte dans une certaine mesure dans le PASR, puisque préparé sur la base des principes
    d‘une gestion durable des ressources naturelles.

Recommandations principales

Une revue rapide des actions recommandées pour chaque programme dans le chapitre 4
permet de dégager certaines similarités qui aident à regrouper les actions suivant quatre axes
d‘intervention.

Recommandation 1. Formation et sensibilisation en changements climatiques, ses impacts
et mesures d’adaptation pour renforcer les capacités des décideurs politiques, des services
techniques et des acteurs locaux

Il s‘agit ici essentiellement de formuler des modules de formation adaptés à différents
groupes cibles consistant en une présentation des CC, accentuant les impacts et stratégies
d‘adaptation et prenant en compte la dimension genre.

Recommandation 2. Actions recherche-développement concertées sur la Gestion Intégrée
des Ressources en Eau (GIRE) afin de renforcer les capacités de suivi et de gestion de
l’eau

Il s‘agit de renforcer le système de collecte, de suivi et d‘analyse de données intégrées dans la
GIRE d‘un point de vue changements climatiques. Un rôle central pourrait être confié au
Centre Régional AGRHYMET, afin d‘assurer une synergie au niveau de sous région, en
particulier dans la modélisation avec les autres pays sahéliens.

Recommandation 3. Intégration des aspects changements climatiques dans la planification
à moyen et long terme

Cette activité vise surtout la SDR et tous les acteurs la constituant, notamment leurs
directions de planification sectorielle. L‘objectif sera d‘assurer que l‘impact des changements
climatiques et des mesures préventives soient entièrement intégrées dans la SDR et au niveau
sectoriel des ses programmes et sous-programmes

Recommandation 4. Actions pilotes au niveau des infrastructures eau et assainissement

Il est proposé d‘appuyer les DRH de Zinder et Diffa, les CRESA, les DRSP de Zinder et
Diffa, les communautés locales concernées, le secteur privé et les opérateurs dans la
réalisation de projets pilotes. Pour les latrines situées près des sources d‘eau potable, il s‘agit
de promouvoir l‘expérimentation par le biais de pilotes utilisant des technologies permettant
une meilleure protection des sources d‘eau potable en cas d‘inondation.

Des fiches de projet pour chacune des quatre actions sont présentées à l‘annexe 1 du rapport.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                        ix
Appréciation des impacts des changements climatiques                                                                            Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Table des matières

Executive summary ...................................................................................................................ii
Sommaire administratif ........................................................................................................... vi
Table des matières ..................................................................................................................... x
Liste des abréviations et acronymes .......................................................................................xii
1       Introduction ...................................................................................................................... 1
2       Scénarios des changements climatiques, impact, vulnérabilité et risques ..................... 2
    2.1     Scénarios des changements climatiques pour le Niger ........................................................ 2
    2.2     Impacts, vulnérabilité et adaptation ..................................................................................... 3
    2.3     Vulnérabilité aux changements climatiques ......................................................................... 5
    2.4 Stratégies d’Adaptation aux Changements Climatiques (ACC) et Réduction des Risques
    liés aux Désastres (RRD).................................................................................................................. 6
    2.5     Les pratiques locales d’adaptation ........................................................................................ 6
3    Cadre National d’Adaptation : institutions, politiques et plans de développement liés
aux changements climatiques ................................................................................................... 8
    3.1     Le Niger et la convention sur les changements climatiques et le protocole de Kyoto ....... 8
    3.2     Les structures institutionnels et les changements climatiques ............................................ 8
    3.3     Les institutions régionales .................................................................................................... 10
    3.4     Les plans nationaux de développement et les changements climatiques ......................... 11
    3.5     La coordination et la sensibilisation aux changements climatiques ................................. 12
4    Evaluation de l’impact des changements climatiques sur l’assistance Danoise au
Niger ........................................................................................................................................ 14
    4.1     Le Programme d’Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement (PASEHA) .......... 14
    4.2     Le Programme d’Appui au Secteur Rural ......................................................................... 17
    4.3     Synergies au niveau régional entre les programmes Danida en Afrique de l’ouest........ 20
5       Atténuation des changements climatiques et opportunités pour le MDP .................... 21
6   Coordination et harmonisation des bailleurs de fonds – Interventions en matière des
Changements Climatiques ...................................................................................................... 25
    6.1     Projets des partenaires en développement liés aux changements climatiques au Niger 25
    6.2     Coordination et harmonisation............................................................................................ 28
7       Résultats, recommandations et suivi.............................................................................. 29
    7.1     Résultats principaux ............................................................................................................. 29
    7.2     Recommandations ................................................................................................................. 30
    7.3     Plan d’Action du Processus proposé ................................................................................... 32




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                     x
Appréciation des impacts des changements climatiques                                                                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexes 1: Plan d’Action du Processus pour Accroître la Résilience du Programme
d’Assistance Danoise au Niger face aux Changements Climatiques ................................... 33
Annexe 2A: Aperçu des risques climatiques du Programme Eau, Hygiène et
Assainissement (PASEHA) au Niger ..................................................................................... 38
Annexe 2B: Aperçu des risques climatiques du programme d’appui au secteur rural
(PASR, en cours de formulation) au Niger............................................................................ 46
Annexe 3: Points d’entrée d’adaptation et d’atténuation au changement climatique dans la
SDR .......................................................................................................................................... 54
Annexe 4: Propositions de projets dans le PANA du Niger .................................................. 59
Annexe 5: Chevauchement entre réduction des désastres et adaptation .............................. 62
Annexe 6: Liste de références utilisées .................................................................................. 63
Annexe 7: Liste des personnes rencontrées ........................................................................... 65


Liste des Encadrés
ENCADRÉ 1 : CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GENRE AU NIGER ................................................ 6
ENCADRÉ 2 : LE SYSTÈME D’ALERTE PRÉCOCE ................................................................................... 9
ENCADRE 3 : LE PROGRAMME AMMA ..................................................................................................... 11
ENCADRE 4 : CENTRE REGIONAL AGRHYMET (CRA) ......................................................................... 20
ENCADRÉ 5 : LE CADRE DE NAIROBI – CATALYSER LE MDP EN AFRIQUE ................................ 22
ENCADRÉ 6 : PROGRAMME D’ACTION COMMUNAUTAIRE (PAC) – LA FINANCE CARBONE EN
    ACTION .................................................................................................................................................... 23



Liste des Tableaux

TABLEAU 1 : PRATIQUES LOCALES D’ADAPTATION............................................................................ 7




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                    xi
Appréciation des impacts des changements climatiques                                   Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Liste des abréviations et acronymes

ABN                         Autorité du bassin du Niger
ACC                         Adaptation au changement climatique
ACMAD                       Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au
                            Développement
AEP                         Adduction d‘eau potable
AGRHYMET                    Centre régional pour l‘Agriculture, l‘Hydrologie et la Météorologie
AMMA                        Analyse Multifactorielle de la Mousson Africaine
AND                         Autorité nationale désignée
ANIP-MF                     Association Nigérienne des Institutions Professionnelles de la Micro
                            finance
ASP                         Agro-sylvo-pastoral
BAD                         Banque africaine de développement
CBLT                        Comité du Bassin du Lac Tchad
CC                          Changement climatique
CCA                         Cellule de crise alimentaire
CCNUCC/IGES                 Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements
                            Climatiques/Inventaire des gaz à effet de serre
CERMES                      Centre d‘Études et de Recherches Médicales et Sanitaires
CES/DRS                     Conservation des eaux et du sol/Défense et restauration du sol
CILSS                       Comité inter-Etat de lutte contre la sécheresse au Sahel
CNEDD                       Conseil National de l‘Environnement pour un Développement
                            Durable
CNI                         Communication Nationale Initiale
CO2éq                       Équivalent de CO2
CRESA                       Centre Régional d‘Enseignement Spécialisé en Agriculture
CTN/CVC                     Commission Technique Nationale sur les Changements et Variabilité
                            Climatiques
DCN                         Deuxième Communication Nationale (à la CCNUCC)
DEP                         Direction des études et de la programmation
DMN                         Direction de la météorologie nationale
DPH/ES                      Direction de l‘hygiène publique et de l‘éducation pour la santé
DRE                         Direction des Ressource en Eau
DRH                         Direction Régionale de l‘Hydraulique
DRSP                        Direction régionale de la santé publique
EAMAC                       École Africaine de la Météorologie et de l‘Aviation Civile
FEM                         Fonds pour l‘Environnement Mondial
GES                         Gaz à effet de serre
Gg                          Giga gramme
GIEC                        Groupe Intergouvernemental d‘Experts sur le Climat
GIRE                        Gestion intégrée des ressources en eau
GTP                         Groupe de travail pluridisciplinaire
IRD                         Institut de recherche sur le développement
ICRISAT                     Institut de Recherches Internationales sur les cultures semi-arides et
                            Tropicales



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                       xii
Appréciation des impacts des changements climatiques                      Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




MAGICC/SCENGEN Model for the Assessment of Greenhouse-gas Induced Climate
               Change/scenario generator
MAT/DC         Ministère de l'Aménagement du Territoire et du Développement
               Communautaire
MCIN           Ministère du commerce, de l‘industrie
MDA            Ministère du développement agricole
MDP            Mécanisme pour un développement propre
MEF            Ministère de l‘économie et des finances
MELCD          Ministère de l‘environnement et de la lutte contre la désertification
MH             Ministère de l‘hydraulique
MRA            Ministère des ressources animales
MSP/LCE        Ministère de la Santé Publique et de la Lutte Contre les Endémies
OMD            Objectifs du millénaire
ONG            Organisation Non Gouvernementale
OP             Organisation de Producteurs
PADD           Plan d‘Action pour le Développement Durable
PANA           Programme d‘Action National pour l‘Adaptation aux changements
               climatiques
PAN/LCD-GRN    Programmes d‘Action National de Lutte Contre la Désertification et
               de Gestion des Ressources Naturelles
PASEHA         Programme d‘Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement
PASR           Programme d‘Appui au Secteur Rural du Niger
PDC            Plan de développement communal
PDL            Plan de développement local
PEA            Point d‘eau autonome
PIB            Produit intérieur brut
PIREM          Plate forme des Institutions Régionales pour l‘Environnement et la
               Météorologie
PK             Protocole de Kyoto
PM             Premier ministre
PMA            Pays les moins avancés
PNEDD          Plan National de l‘Environnement pour un Développement Durable
PNUD           Programme des Nations Unies pour le Développement
PRASE          Programme de Référence d‘Accès aux Services Energétiques
PRN            Présidence de la République du Niger
REDD           Reduction of Emissions from Deforestation and Degradation
RRD            Réduction des risques et désastres
SAP            Système d‘alerte précoce
SDR            Stratégie de développement rural
SE-CNEDD       Secrétariat Exécutif du CNEDD
SE-SDR         Secrétariat exécutif de la Stratégie de développement rural
SFD            Système Financier Décentralisé
UTCATF         Utilisation des Terres, Changement d‘Affectation des Terres et
               Foresterie
UTS            Unités Techniques de Suivi




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                         xiii
Appréciation des impacts des changements climatiques                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




1    Introduction

Le Programme d‘Action Climat et Développement de Danida a été lancé en Août 2005 avec
pour objectif global d‘accroître la résilience climatique des actions de la Coopération Danoise
dans le domaine du développement, en vue de combattre efficacement la pauvreté et
promouvoir le développement économique et social pour les générations actuelles et futures.
Le programme d‘action consiste essentiellement à: (i) susciter le débat politique autour des
changements climatiques dans la coopération multilatérale et bilatérale; (ii) intégrer les
actions d‘adaptation aux changements climatiques dans les programmes de coopération pour
le développement; (iii) renforcer la capacité de prise en charge des défis liés aux changements
climatiques et prendre des mesures pertinentes dans les programmes de coopération pour le
développement.

L‘appréciation de l‘impact des changements climatiques sur l‘assistance Danoise est une
première étape d‘un processus d‘identification et de gestion des risques liés aux changements
climatiques dans la coopération pour le développement devant ultimement mener à
l‘identification et la mise en œuvre d‘actions d‘adaptation aux changements climatiques
(ACC) et de mesures pour réduire les risques liés aux désastres (RRD). L‘approche adoptée
consiste à intégrer les risques liés aux changements climatiques et les opportunités
d‘adaptation dans les programmes de développement plutôt que de les considérer comme des
« actions isolées d‘atténuation et d‘adaptation aux changements climatiques ».

Dans le cadre du programme d‘action, l‘appréciation climatique de l‘assistance au
développement de Danida au Niger a été entreprise en février 2007 et se concentre sur le
Programme d‘Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement (PASEHA) qui est à mi-
parcours, de même que sur le nouveau Programme d‘Appui au Secteur Rural (PASR) en
cours de formulation. L‘objectif spécifique du processus d‘appréciation de l‘impact des
changements climatiques est d‘assister les représentations des « pays programmes » dans
l‘opérationnalisation des programmes de développement présents et futurs a) en tenant
compte des changements climatiques et en accord avec les actions nationales d‘adaptation
aux changements climatiques et b) d‘assurer une harmonisation avec les actions des autres
agences de développement. Un accent particulier a été mis sur l‘analyse de capacités pour
faire face aux défis d‘ACC et de la RRD.


Cette étude d‘appréciation est le résultat d‘une revue documentaire détaillée suivi d‘une
analyse préliminaire, et complétée par toute une séries d‘entretiens avec les parties prenantes
clés lors d‘une mission à Niamey qui a eu lieu du 21 au 28 avril 2008. Ce rapport final
présente notamment: les scénarios des changements climatiques, impacts, vulnérabilité et
risques climatiques au Niger ; le cadre national d‘adaptation, les institutions, politiques et
plans de développement liés aux changements climatiques; une évaluation de l‘impact des
changements climatiques sur l‘assistance Danoise pour les deux secteurs retenus;
l‘atténuation des changements climatiques et les opportunités pour le MDP ; la coordination
et harmonisation entre bailleurs de fonds ; et les résultats, recommandations et suivi issue du
processus d‘appréciation visant à renforcer la dimension « adaptation aux changements
climatiques » dans la coopération Danoise.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    1
Appréciation des impacts des changements climatiques                                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




2      Scénarios des changements climatiques, impact, vulnérabilité et
       risques

Cette section donne un bref aperçu des scénarios de changements climatiques possibles au
Niger, ainsi que de la vulnérabilité et des mesures d‘adaptation. L‘information disponible sur
ces questions au Niger étant dispersée, elle a donc été compilée afin de présenter le contexte
de manière ciblée.

2.1      Scénarios des changements climatiques pour le Niger
Les changements climatiques sont un phénomène complexe. L‘augmentation croissante des
émissions des gaz à effet de serre (GES), essentiellement par l‘action de l‘homme et ses
activités économiques, ont conduit à une augmentation de la concentration de ces gaz dans
l‘atmosphère. Le résultat a été une légère, mais certaine, hausse de la température moyenne
mondiale, une tendance et progression dont on projette l‘accélération dans l‘avenir. Cette
hausse se manifeste de façon différente selon la position géographique, mais contribue en
général à une plus grande variabilité climatique et l‘occurrence plus fréquente des
évènements climatiques extrêmes. Dans la discussion sur la problématique des changements
climatiques on distingue en général deux aspects du problème : la source des émissions
causant le phénomène et les efforts à mener pour atténuer ces émissions; et les efforts
d‘adaptation aux effets (impacts) de ces changements climatiques, notamment l‘augmentation
de la variabilité climatique et des évènements extrêmes.


Variabilité et changements climatiques observés1
L‘analyse des anomalies réduites de la pluviométrie établies sur la base des données
pluviométriques de 59 stations de 1961 à 2004, montre une tendance à la baisse des
précipitations depuis les trois dernières décennies. Il faut rappeler que l‘anomalie est définie
comme étant le rapport de la différence entre la valeur du paramètre d‘une année donnée et sa
valeur moyenne et l‘écart type sur une période donnée.
L‘analyse des anomalies réduites de la température établies sur la base des données de
température maximale et minimale de 13 stations de 1961 à 2004, montre une tendance à la
baisse des températures maximales et minimales de 1961 à 1986 et une tendance à la hausse
des températures maximales et minimales de 1986 à 2004.


Variabilité et changements climatiques projetés
C‘est le modèle MAGICC/SCENGEN version 2.4 de mai 2000 qui a été utilisé pour l‘étude
des changements climatiques projetés. Il permet de déterminer les paramètres climatiques à
un horizon temporel donné, ici 2025, sur la base des observations climatiques passées. Seuls
les paramètres pluviométrie, température et nébulosité des stations météorologiques du Niger
ont été analysés. Les conditions d‘étude des changements climatiques sont celles du scénario
IS92A. Ainsi, il ressort qu‘au niveau de la majorité des stations météorologiques2 :

1
    Direction de la Météorologie Nationale, 2006
2
    Rapport général sur les études de vulnérabilité et adaptation aux changements climatiques actualisées, 2003




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                        2
Appréciation des impacts des changements climatiques                                     Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




          Les précipitations moyennes mensuelles pourraient connaître à l‘horizon 2025 une
           augmentation par rapport à la normale sur la période 1961-1990. Comparativement à
           la variabilité moyenne mensuelle des précipitations au Niger, elles n‘en demeurent
           pas moins significatives lorsqu‘on les considère sur la durée moyenne de la saison des
           pluies qui est d‘environ 4 à 5 mois. Les impacts potentiels de ces augmentations de
           précipitations seront plus ou moins significatifs sur les secteurs les plus sensibles à la
           variation de ce paramètre (ressources en eau, agriculture, élevage…etc.), en fonction
           de l‘intensité et de la répartition spatiale et temporelle de ces augmentations.
          Quant à la température moyenne mensuelle, il se dégage qu‘en 2025, elle pourrait
           connaître une très légère augmentation par rapport à la normale sur la période 1961-
           1990, cependant, les augmentations deviendront assez significatives pendant la saison
           des pluies.
          S‘agissant de la nébulosité moyenne mensuelle, il ressort qu‘en 2025, elle pourrait
           connaître une légère diminution par rapport à la normale sur la période 1961-1990.

Les scénarios plausibles des changements climatiques au Niger concernent aussi l‘apparition
des événements extrêmes comme de fortes chaleurs ou de fortes précipitations qui peuvent
avoir d'énormes conséquences sur les populations humaines, les plantes, les animaux ou les
infrastructures. Ces évènements sont déjà vécus au Niger depuis quelques années avec plus
de fréquence. Toutefois, il faut noter que dans ce domaine, il y a beaucoup d‘efforts à faire,
surtout en ce qui concerne la collecte et la fiabilité des informations sur le climat.

En effet, au cours de notre étude, il a été clairement constaté l‘absence de modèles sectoriels
pour les études d‘impacts, et la résolution grossière des sorties du modèle disponible
(MAGGIC-SCENGEN), en outre il y a manque de modèle climatique régional ayant une
résolution spatiale adéquate pour l‘élaboration des scénarii de Changements Climatiques à un
horizon temporel donné. Le modèle MAGGIC-SCENGEN utilisé dans le cadre de la CNI, ne
permet pas d‘obtenir des résultats adéquats étant données les faibles résolutions spatiales
utilisées. Toutes projections sont donc à prendre avec précaution.

2.2       Impacts, vulnérabilité et adaptation

Pays sahélien, le Niger est soumis aux aléas climatiques caractérisés par une grande
variabilité dans la quantité et la répartition des pluies d‘une année à l‘autre. Même en
l‘absence du phénomène des changements climatiques, cet environnement précaire et peu
prévisible est très vulnérable et facilement perturbé. Les changements climatiques ont le
potentiel d‘aggraver cette variabilité et d‘augmenter son impact. A l‘échelle nationale, ils
affectent déjà les systèmes naturels. Par exemple on observe de plus en plus de réduction des
superficies des formations forestières, de déficit fourrager et d‘insuffisance des points d‘eau,
causés par la fréquence des inondations, des sécheresses, des vents de sables et des
températures extrêmes.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                          3
Appréciation des impacts des changements climatiques                                                                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



                       Carte 1. Zones climatiques du Niger (échelle pluviométrique en mm/an)
             24




             22                                                                                                                  Zone Sahélo
                                                                                                                                 Soudanienne

                                                                                                                             600
             20
                                                                                                                                 Zone
                                                                      Iférouane
                                                                                                                                 Sahélienne
                                                                                                        Bilma
                                                                                                                             300
  Latitude




             18
                                                                           Tabelot                                               Zone Sahélo
                                                                    Agadez                                                       Saharienne

                                                  Tchintabaraden                                                             150
             16
                                                                                                                                 Zone
                                                                                          Tesker
                           Ayorou
                                                 Tahoua
                                                      Keita Dakoro
                                                                         Tanout                                                  Saharienne
                                      Chikal           Bouza
                        Tillabéry   Bagaroua         Madaoua                                            N'Guigmi
                      Téra                                                           Gouré
             14                               Birni N'Konni               Zinder
                                                                   Tessaoua            Goudoumaria
                                                                                                                             0
                                         Doutchi
                              Niamey Loga                     Maradi                                   Diffa
                                                                                               Mainé Soroa
                                     Dosso                    Maraka     Magaria
                               Tapoa

             12                        Gaya
                                                                                                                             -50


                  0           2               4          6             8             10            12              14   16
                                                                   Longitude


Les catastrophes et désastres naturels les plus fréquents au Niger sont les sécheresses et les
inondations. L‘index de risque de l‘occurrence de ces désastres est respectivement 0.33 et
0.29, c'est-à-dire que des sécheresses ont lieu environ une fois tous les trois ans en moyenne
tandis que la fréquence des inondations est un peu moins élevée.

Les inondations se produisent généralement dans des zones vulnérables par leur
géomorphologie, proches des cours d‗eau, dans les vallées et bas-fonds et sur des plaines à
faible altitude et des berges des fleuves comme le Niger. Donc les effets et l‘étendue du
problème sont assez circonscrits, bien que souvent l‘impact des inondations est amplifié à
cause de la densité élevée de l‘occupation humaine de ces lieux. La force destructive des eaux
cause des dégâts aux infrastructures (routes, ponts, maisons, constructions) mais peut
également provoquer des morts directs ou indirects (en créant des conditions propices aux
vecteurs de certaines maladies comme le paludisme ou propager les maladies intéro-
gastriques par une infiltration du système des eaux usées).

Les sécheresses par contre affectent généralement des étendues de surface beaucoup plus
vastes ainsi que des populations plus nombreuses. Ces désastres ont des effets très néfastes
sur l‘agriculture et l‘élevage, provoquant des pertes de récolte, la mortalité élevée du bétail et
par conséquent créent souvent des pénuries alimentaires, affectant directement les
populations et notamment les plus pauvres. Certains autres phénomènes naturels, comme les
invasions d‘acridiens, sont souvent liés aux sécheresses et peuvent accentuer les dommages.
Les sécheresses sont à la base d‘une ramification de problèmes induits, comme la faim, la
malnutrition (surtout des enfants), les flux migratoires involontaires, souvent causant des
conflits d‘occupation de terres (par exemple entre agriculteurs sédentaires et éleveurs




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                     4
Appréciation des impacts des changements climatiques                                            Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




transhumants), l‘érosion des sols, la déforestation, dégradation et désertification et un
effondrement de l‘économie rurale.

Au Niger, les impacts des changements climatiques se feront plus sentir au niveau des
processus liés au cycle de l‘eau et des systèmes biologiques, qui sont déjà perturbés. Le cas le
plus visible est sans nul doute celui du Lac Tchad dont le cours s‘est totalement retiré des
frontières nigériennes. De plus on constate que les aires de répartition des pâturages
descendent plus au Sud, causant le plus souvent des conflits entre éleveurs et agriculteurs. A
cela s‘ajoutent les migrations de populations fuyant la disparition de leur capital productif.


2.3     Vulnérabilité aux changements climatiques

Le GIEC recommande une définition de la vulnérabilité presque exclusivement reliée aux
changements climatiques avec sa définition suivante : « degré auquel un système est
susceptible, ou se révèle incapable, de faire face aux effets néfastes des changements
climatiques, notamment à la variabilité du climat et aux conditions climatiques extrêmes. La
vulnérabilité est fonction de la nature, de la magnitude et du taux de variation climatique
auxquels un système se trouve exposé ; sa sensibilité, et sa capacité d‘adaptation. »3 . Le
concept de vulnérabilité comprend aussi bien la vulnérabilité biophysique que la vulnérabilité
sociale.

               Vulnérabilité biophysique                               Vulnérabilité sociale
     la faiblesse de la pluviométrie,                     des techniques de production archaïques,
     les attaques périodiques des cultures par des        un outillage rudimentaire,
      prédateurs,                                          des sous-équipements en intrants agricoles
     la dégradation de l’environnement,                   une insuffisance des moyens de formation et
     la mauvaise répartition des pluies dans               d’encadrement
      l’espace et dans le temps,                           des conflits agriculteurs /éleveurs
     une recrudescence des maladies                       un manque de moyens logistique et matériel
      contagieuses,                                        une pauvreté généralisée
     la mauvaise qualité du fourrage                      une insécurité alimentaire structurelle.
     l’insuffisance des points d’eau,
     le faible potentiel génétique

Ces facteurs réunis font de l‘agriculture au Niger une agriculture de subsistance très
dépendante des aléas climatiques, d‘où le cycle récurrent de famine dans le pays. Se pose
alors le problème de pauvreté, car 64,4% des nigériens vivent avec moins de un dollar par
jour4. Ce constat vient appuyer le travail de Thomas & Sokona5, pour qui, dans les pays les
moins avancés (PMA) - quelque soit leur zone géographique-, la vulnérabilité aux effets
néfastes des changements climatiques est d‘abord et avant tout liée à la vulnérabilité
économique et sociale des populations. Parmi les populations les plus vulnérables identifiées,
on notera en particulier la prépondérance des femmes et les enfants6.

3
  www.ipcc.ch/pub/syrgloss.pdf
4
  PNUD, 2005 : « Rapport du Développement Humain »
5
  Thomas, Jean-Philippe & Sokona, Youba « Development First: a prerequisite for a sustainable world » IIED, «
The future is now », London 2002.
6
   PNUD/PANA/CNEDD, 2005 : « Rapport de synthèse de l‘évaluation concertée sur la vulnérabilité et
adaptation »



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                 5
Appréciation des impacts des changements climatiques                                       Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                        Encadré 1 : Changements climatiques et genre au Niger
Il est généralement reconnu que les populations pauvres sont les plus vulnérables aux effets négatifs
des changements climatiques. Au Niger, selon des études réalisées au niveau national notamment le
Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté, deux nigériens sur trois sont pauvres, et un sur
trois extrêmement pauvre. Neuf nigériens pauvres sur dix vivent en milieu rural, et trois sur quatre
sont des femmes. Les femmes sont donc très fortement dépendantes des ressources naturelles. Au
Niger, les changements climatiques vont exacerber les inégalités actuelles entre les sexes.
      Les femmes ont tendance à dépendre davantage que les hommes de leur environnement
         naturel pour leurs moyens de subsistance; elles sont donc plus vulnérables que les hommes
         à sa variabilité et à son changement;
      Ce sont généralement les femmes et les filles qui vont chercher l’eau, le fourrage, le bois de
         chauffage, et souvent la nourriture. En situation de stress climatique, elles doivent se
         débrouiller avec moins de ressources et faire face à une charge de travail plus importante;
      Les foyers dirigés par une femme et disposant de peu de biens sont affectés particulièrement
         durement par les catastrophes climatiques. Cette dépendance, associée aux difficultés de
         droit de propriété des femmes, d’accès à l’information, et le statut social font que les femmes
         sont plus particulièrement exposées aux changements climatiques. La jeune fille est
         particulièrement vulnérable, car le plus souvent, dans le souci d’alléger les tâches de sa
         mère, son éducation scolaire est interrompue.

2.4     Stratégies d’Adaptation aux Changements Climatiques (ACC) et
        Réduction des Risques liés aux Désastres (RRD)
Pour faire face à cette variabilité climatique naturelle ainsi que celle causée par les
changements climatiques, le Niger devrait se doter des capacités nécessaires de prévision,
prévention (autant que possible) et secours. Les capacités existantes sont fortement
insuffisantes. Il existe un ensemble d‘études sur le sujet, se penchant sur l‘identification des
besoins et en offrant des projets et programmes d‘appui et de renforcement des capacités.
L‘information est cependant assez dispersée.

Des mesures de prévision incluent: des observatoires et réseaux d‘observation, la collecte de
données, la capacité de traitement et analyse de données, des services de communication,
plans d‘évacuation, etc. Des mesures de prévention portent sur la capacité de planification et
de gestion et de l‘utilisation des terres; la diversification de l‘agriculture et de l‘élevage;
l‘accroissement du nombre des forages et la promotion de l‘irrigation ; l‘amélioration
génétique des variétés agronomiques adaptées, etc. Des services de santé équipés et formés;
des stocks alimentaires de denrées de base; des centres d‘accueil temporaire constituent des
réponses de secours.


2.5     Les pratiques locales d’adaptation

Habitué aux aléas climatiques depuis fort longtemps, le Niger est riche en techniques
traditionnelles et pratiques locales en matière d‘adaptation7 :



6
    PANA, 2006




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                            6
 Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
 sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                           Tableau 1 : Pratiques locales d’adaptation
Secteur ou risque climatique   Technique actuelle d’adaptation
                                la vente des résidus agricoles ;
                                l’achat des aliments de pénurie (farine de manioc) ;
                                la main d’œuvre saisonnière ;
                                le renforcement des activités génératrices de revenus ;
Agriculture                     la gestion rationnelle des vivres à travers l’exode ;
                                la pratique des cultures de contre saison ;
                                le déplacement involontaire des populations pour la recherche des
                                  terres et des pâturages ;
                                l’utilisation des variétés précoces.
                                la vente des animaux ;
                                le creusement des puits au profit des éleveurs ;
                                le renforcement des activités génératrices de revenus ;
Élevage
                                la sédentarisation des éleveurs ;
                                le déplacement involontaire des populations pour la recherche des
                                  terres et des pâturages.
                                la cueillette des produits forestiers non ligneux ;
                                la vente de bois énergie ;
                                la vente de paille ;
                                la pratique du troc (bois contre la nourriture)
                                actions de récupération des terres dégradées (banquettes, démi-
Foresterie
                                  lunes, fixations mécaniques et biologiques des dunes et zones
                                  marginales)
                                gestion concertée des ressources naturelles;
                                aménagement des forets naturelles et artificielles
                                agroforesteries
                                l’exode rural ;
                                l’entraide ;
Sécheresse ou invasion          la vente des biens et matériels ;
acridienne                      l’artisanat ;
                                le contrôle des naissances ;
                                L’utilisation des variétés précoces.

 Ces pratiques paraissent toutefois très limitées pour une adaptation à moyen et long terme.




 Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     7
Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




3     Cadre National d’Adaptation : institutions, politiques et plans de
      développement liés aux changements climatiques


3.1    Le Niger et la convention sur les changements climatiques et le protocole
       de Kyoto

En signant et ratifiant la CCNUCC et conformément à l‘Agenda 21, le Niger s‘est engagé à
mettre en place le cadre politique et institutionnel adéquat, à même de prendre en compte le
caractère global et intégrateur de l‘environnement et des changements climatiques. Le Niger
a également signé et ratifié le Protocole de Kyoto sous la CCNUCC. Le Secrétariat Exécutif
de la CNEDD assure le rôle de l‘Autorité Nationale Désignée (AND), le point focal pour le
mécanisme financier du Protocole, et le Mécanisme pour un Développement Propre (MDP).
A ce jour, l‘AND n‘est pas fonctionnelle et aucun projet MDP n‘a été enregistré auprès du
Conseil Exécutif du MDP.


3.2    Les structures institutionnels et les changements climatiques

Le Conseil National de l’Environnement pour un Développement Durable (CNEDD)

Les chapitres 8 et 38 de l‘Agenda 21 demandaient à chaque pays ayant adhéré aux accords et
à la Déclaration de Rio sur l‘environnement et le développement, de mettre en place un
organe de coordination. Aussi, dans le cadre du Plan national de l‘environnement pour un
développement durable (PNEDD), le Niger a créé le Conseil National de l‘Environnement
pour un Développement Durable (CNEDD)8. En créant le CNEDD, le Niger a adopté une
approche globale pour la mise en œuvre des Conventions post Rio. Placé sous la tutelle du
Cabinet du Premier Ministre, le CNEDD est chargé d‘assurer la coordination et le suivi de la
politique nationale de l'environnement et de développement durable.

Pour mener à bien ses missions, le CNEDD s‘est doté d‘une structure permanente, le
Secrétariat Exécutif du CNEDD (SE/CNEDD) qui est l‘organe de préparation et d‘exécution
de ses décisions. Le SE/CNEDD comprend des Unités Techniques de Suivi (UTS), chargées
de suivre et de coordonner la mise en œuvre des programmes du PNEDD. Pour appuyer le
SE/CNEDD dans l‘élaboration et le suivi de la mise en œuvre des programmes prioritaires du
PNEDD et de la politique nationale en matière d‘environnement et de développement
durable, six (6) Commissions Techniques Nationales et une Commission Recherche de
Financements ont été créées. La Commission Technique Nationale sur le Changement et la
Variabilité Climatiques est chargée du Programme Changement et Variabilité Climatiques9,
comprenant l‘élaboration de la politique nationale, ainsi que le suivi et l‘évaluation de la mise
en œuvre de cette politique.

8
  Par décret no. 96-004/PM du 9 janvier 1996, modifié et complété par le décret no. 2000-272/PRN/PM du 4
août 2000
9
  Elle est créée par arrêté N° 054 /PM/CNEDD du 21 juillet 1997, modifié et complété par arrêté no.
0050/PM/SE/CNEDD du 7 juillet 2006



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                 8
Appréciation des impacts des changements climatiques                                       Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Chaque département ministériel est représenté au sein de la CTN/CVC par la Direction des
études et de la programmation (DEP) et par certaines de ses directions dont les prérogatives
sont pertinentes aux questions des changements climatiques. Il faut souligner les difficultés
de fonctionnement de cette commission. En effet depuis sa création en 1997, elle ne s‘est
réunie que deux fois.

La Réduction des Risques liés aux Désastres (RRD)

Les crises répétées d‘insécurité alimentaire ont amené les autorités à mettre en place des
organes de gestion de ces crises, d‘où la création du Système d‘Alerte Précoce (SAP),
directement rattaché à la primature. Le SAP s‘est vu confier plusieurs missions dont entre
autre :
     l'analyse de la vulnérabilité courante ou structurelle ;
     le suivi de la vulnérabilité conjoncturelle qui mesure plus directement les chocs
        auxquels sont soumis les populations ;
     la synthèse de l'ensemble des informations émanant des différents dispositifs
        d'information, qui concourent à établir une vision complète de la situation alimentaire;
     la définition des besoins d'assistance et parfois la mise en œuvre des actions
        d'atténuation des crises, d'aide alimentaire, etc.

Depuis un certain temps le SAP s‘est vu dépouillé de sa mission de gestion des crises
(mission confiée à la cellule des crises alimentaires), pour ne s‘occuper que de la collecte des
informations. Le SAP, comme beaucoup d‘autres institutions au Niger, constitue une stratégie
d‘ACC/RRD10 mais sans articulation directe de lien avec les changements climatiques. On
constate un certain chevauchement entre les stratégies de réduction des risques liés aux
désastres et celles visant l‘adaptation aux changements climatiques, les RRD constituant
essentiellement une réponse court terme, les ACC ciblant plus le long terme (Annexe 5).

                                Encadré 2 : Le système d’alerte précoce
Le Niger a mis en place un dispositif visant l'identification des besoins alimentaires des populations
vulnérables et un meilleur ciblage des aides alimentaires dans lequel les partenaires mettent en
commun leurs efforts afin de remédier les crises alimentaires auxquelles ce pays est régulièrement
confronté. Ainsi le Système d’Alerte Précoce (SAP) est chargé de collecter l’information sur la
sécurité alimentaire. Le SAP fait partie d’un grand ensemble appelé Groupe de travail
pluridisciplinaire (GTP) créé en vue de prévenir les risques et désastres liés au climat. L’information
recueillie est ensuite transmise à une cellule de crise alimentaire (CCA) qui est l’organe de gestion en
cas de crise. Le SAP a une perspective court terme, mais son ancrage institutionnel qui le rattache à
la primature fait qu’il est plus fonctionnel. Le plus grand défi pour le SAP, est de trouver les moyens
afin de permettre l’analyse et l’interprétation des fiches de vulnérabilité au niveau local. Dans une
perspective de long terme, un cadre harmonisé d’analyse au sein d’AGRHYMET permettrait au SAP
de répondre aux défis futurs que représentent les changements climatiques




10
     Adaptation au Changement Climatique/Réduction des Risques liés aux Désastres



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                            9
Appréciation des impacts des changements climatiques                             Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




3.3    Les institutions régionales
Plusieurs institutions à vocation environnementale et météorologique ont leur siège à
Niamey, créant ainsi un pôle d‘expertise en la matière. Le grand programme AMMA
(Analyse Multifactorielle de la Mousson Africaine) a fait du Niger un lieu d‘étude pour ses
relevés. Ces institutions sont :
     Le Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement
        (ACMAD),
     L‘Autorité du bassin du Niger (ABN),
     Le Centre Régional du CILSS pour l‘Agriculture, l‘Hydrologie et la Météorologie
        (AGRHYMET),
     L‘Ecole Africaine de la Météorologie et de l‘Aviation Civile (EAMAC) de
        l‘ASECNA,
     Le Centre Régional d‘Enseignement Spécialisé en Agriculture (CRESA),
     L‘Institut de Recherches Internationales sur les cultures semi-arides et Tropicales
        (ICRISAT),
     Le Centre d‘Études et de Recherches Médicales et Sanitaires (CERMES).

Ces structures régionales se concertent sous forme d‘une Plate forme des Institutions
Régionales pour l‘Environnement et la Météorologie, la PIREM. Plusieurs groupes de travail
inter institutions en contact également avec Météo France et Agropolis (IRD-Cirad) se sont
créés dans une approche pluridisciplinaire autour des thématiques telles que climat, gestion
intégrée des ressources en eau, communication, formation et technologie.

Au sein de l‘ABN, les autorités nigériennes ont été particulièrement actives pour mobiliser
les partenaires de développement autour de la dégradation de l‘environnement dans le bassin
versant du fleuve Niger. La relance du processus de concertation entre les pays riverains et
l‘élaboration de la « Vision partagée » a été décidée en 2004. Un Plan d‘Action pour le
Développement Durable (PADD) est en cours d‘élaboration. Dans ce cadre, la France appuie
l‘ABN, aux côtés de la Banque mondiale, de la Commission européenne, de la BAD, du FEM
et du Canada.

Toutes les institutions énumérées ci-haut ainsi que d‘autres institutions étrangères de
formation et de recherche collaborent actuellement pour la mise en œuvre d‘un grand
programme de recherche dénommé « Analyse Multidisciplinaire de la Mousson Africaine
(AMMA). » (voir encadré 3). Particulièrement bien placé sur la zone d‘étude et riche en
organismes de recherche internationaux et sous-régionaux, le Niger a été désigné par le
Comité Scientifique International du programme AMMA comme le Centre Opérationnel du
dit programme. Dans le cadre de l‘exécution de ce programme, un Comité National a été mis
en place au Niger.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                 10
Appréciation des impacts des changements climatiques                                      Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                 Encadré 3 : Le Programme AMMA
Dans les zones arides, les aléas climatiques, notamment la variabilité en quantité et répartition des
pluies, y sont la cause d’importantes pénuries en eau, qui menacent à la fois la santé publique,
l’accès à l’eau ainsi que les activités agricoles et économiques. Les pays d’Afrique de l’Ouest ne
pourront se développer de manière durable que lorsque les populations auront trouvé le moyen de
diminuer leur vulnérabilité aux variations climatiques. Si la recherche ne permet pas encore d’agir
directement sur la quantité ou la qualité des pluies, elle peut néanmoins étudier les mécanismes
physiques responsables des modifications du climat afin d’obtenir de meilleures prévisions
saisonnières. Prévisions qui permettront, dans un second temps, de développer des stratégies
d’adaptation efficaces pour les populations. L’ampleur de cette variabilité reste encore difficile à
évaluer pour les chercheurs. En revanche, il est aujourd’hui acquit que la Mousson de l’Afrique de
l’Ouest (MAO) est l’un des facteurs climatiques dominant qui la régule. Cependant si le
fonctionnement de la MAO est aujourd’hui bien connu des scientifiques, son rôle réel dans la
variabilité climatique et les mécanismes qui en sont à l’origine sont en revanche encore loin d’être
parfaitement maîtrisés. La compréhension de ce phénomène climatique reste un défi à relever pour la
communauté scientifique internationale. Les objectifs du programme sont l’amélioration de la
compréhension de la MAO (Mousson ouest-africaine) et de son influence sur l’environnement
physique, chimique et de la biosphère aux échelles régionale et globale; et la production des
connaissances qui permettront de relier la variabilité du climat aux problèmes de santé, de ressources
en eau et de sécurité alimentaire pour les nations d’Afrique de l’Ouest et définir les stratégies de
surveillance appropriées.

3.4     Les plans nationaux de développement et les changements climatiques
Sur le plan politique, le Niger reconnaît que son développement dépend en grande partie de
sa capacité à mieux gérer l‘ensemble de ses ressources naturelles, en favorisant une approche
plus globale, davantage tournée vers les intervenants, et en particulier vers les populations.
C‘est dans ce contexte que le processus d‘élaboration du Plan national de l‘environnement
pour un développement durable (PNEDD) a été lancé en mai 1995. Le but étant de disposer
d‘une politique spécifique, unifiant et intégrée en matière d‘environnement qui permet
d‘arrêter des objectifs réalistes et partagés par tous les intervenants et de s‘entendre sur les
voies et moyens pour les atteindre. Le PNEDD est donc à la fois un processus, dans la mesure
où il s‘agit de développer un consensus entre tous les partenaires des secteurs public, privé et
de la société civile, et un plan d‘actions, dans la mesure où il s‘agit de s‘entendre sur le choix
des actions concrètes à entreprendre.

Finalisé en juillet 199811, le PNEDD est constitué de six (6) programmes prioritaires, qui
trouvent leur justification dans des enjeux reconnus, et dans la dynamique de cause à effet qui
sous-tend la problématique de l‘environnement national. Parmi ces programmes, le
« Programme changements et variabilité climatiques » vise particulièrement à jeter les jalons
de la mise en œuvre de la CCNUCC au Niger.

Le PANA a identifié 14 projets prioritaires en matière d‘adaptation touchant des zones très
vulnérables au changement climatique. Un résumé de ces propositions de projets est présenté
en annexe 4. Malheureusement l‘élaboration du PANA semblerait ne pas avoir été
suffisamment participative, car plusieurs départements ministériels et populations locales
ciblées ignorent même son existence. Et quand ils le connaissent, ils n‘y ont été associé que
de loin, le PANA ayant été développé essentiellement dans un vase clos par la CNEDD, d‘où
le faible niveau d‘appropriation des actions prioritaires identifiées.


11
     CNEDD, 1998



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                          11
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Ceci dit, un premier projet d‘appui visant à mettre en œuvre des recommandations du PANA
est actuellement en cours de préparation. Il s‘agit d‘un projet pour développer la résilience et
la capacité d‘adaptation du secteur agricole aux changements climatiques au Niger. Le
concept du projet a déjà été soumis par le PNUD au secrétariat du FEM pour un financement
LDCF de 2 millions de dollars EU et un cofinancement envisagé de 4 millions de dollars EU.
Le concept a été approuvé et le projet est actuellement en cours de préparation. Le projet
couvre plusieurs des initiatives identifiées comme prioritaire dans le PANA, et a trois
objectifs immédiats : (i) la résilience améliorée des systèmes de production des cultures
alimentaires ; (ii) la capacité institutionnelle du secteur agricole renforcée, y compris les
services d‘information et de vulgarisation ; et (iii) enseignement de leçons et gestion des
connaissances. Les projets du PANA qui sont couverts par cette initiative sont les priorités 1,
3, 4, 6, 7, 11, 12 et 14 (voir en annexe 4 pour une brève description de ces priorités). Le
projet se propose d‘intervenir entre autres dans les régions de Zinder et Diffa. De l‘avis de
l‘équipe d‘appréciation, le projet est pertinent et pourrait contribuer de façon directe et
efficace à adresser les priorités en termes d‘adaptation aux changements climatiques au Niger
et à ce titre mérite d‘être appuyé par les bailleurs de fonds, incluant potentiellement Danida.
Cependant, cet appui, pour être efficace, doit être conditionnel à un ancrage institutionnel
adéquat, en marge de la CNEDD. Un point qui devra faire partie des négociations entre
partenaires menant à la mise en œuvre effective de cette initiative. Les priorités 2 et 9 du
PANA sont aussi particulièrement d‘intérêt pour Danida à la lumière de ce processus
d‘appréciation et pourraient être considérées dans le cadre du développement du nouveau
programme d‘appui danois au secteur agricole.


En 2003, le Niger a adopté la Stratégie de Développement Rurale (SDR), qui constitue la
référence et le cadre stratégique dans lequel doivent s‘inscrire toutes les actions de
développement durable du pays.

La SDR intègre beaucoup d‘actions d‘adaptation à la variabilité climatique à court terme,
mais souffre d‘un manque de vision à plus long terme sur les questions d‘adaptation aux
changements climatiques. A cet effet, la révision de la SDR prévue pour cette année peut être
une occasion à saisir afin d‘y intégrer la dimension changement climatique dans une
planification à plus long terme.

3.5    La coordination et la sensibilisation aux changements climatiques
Au Niger les aléas climatiques régulent la vie socio-économique et politique du pays. En
général les populations sont sensibles aux phénomènes climatiques, mais jusqu‘à présent
toutes les actions entreprises étaient orientées dans le court terme (variabilité climatique).
Une planification à plus long terme s‘impose donc en vue de mettre en place une véritable
stratégie d‘adaptation au changement climatique.

Au niveau institutionnel, le CNEDD est chargé d‘assurer la coordination et le suivi de la
politique nationale de l'environnement et de développement durable. Rattaché directement à
la primature, le CNEDD devrait fédérer toutes les initiatives en matière de changement
climatique au plan stratégique, mais des conflits de prérogative et de compétence nuisent
grandement à toute tentative de coordination efficace et effective entre la CNEDD et les
autres départements opérationnels des différents ministères. Les changements climatiques



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    12
Appréciation des impacts des changements climatiques                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




étant un thème transversal touchant les différents départements ministériels, cette situation
n‘est pas de nature à assurer la coordination et la sensibilisation aux changements climatiques
dans les ministères et donc dans la prise en compte des risques climatiques dans leurs
politiques et programmes d‘activités.

Essentiellement, le CNEDD qui devrait s‘en tenir à un mandat au plan stratégique et
politique, se trouve à accaparer des ressources pour élaborer des actions opérationnels et à
ainsi empiéter sur des domaines de compétence sectorielle, au détriment de l‘avancement de
l‘intégration de la problématique changements climatiques et adaptation dans les grandes
actions sectorielles des ministères qui devrait être les premiers concernés.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                   13
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




4     Evaluation de l’impact des changements climatiques sur
      l’assistance Danoise au Niger

L‘appréciation climatique a été effectuée pour deux programmes de l‘assistance danoise
actuelle au Niger, ciblant respectivement le secteur de l‘eau, de l‘hygiène et l‘assainissement
(PASEHA) et le secteur rural (PASR). Le PASEHA est essentiellement au point de mi-
parcours, alors que le PASR en est au stade de formulation. Le potentiel pour ajuster les
approches d‘appui sectoriel à la lumière de cet exercice d‘appréciation est donc clair.
L‘accent a été mis sur l‘évaluation des risques des changements climatiques sur l‘efficacité
des programmes d‘appui et sur la définition des options pour des activités d‘adaptation
additionnelles afin de réduire la vulnérabilité. La note d‘appréciation climatique de DANIDA
a servi de guide et a été légèrement modifiée et adaptée. Les constats généraux confirment
que les besoins d‘inclure des mesures d‘adaptation sont relativement limités. Les deux
programmes, ciblant la réduction de la pauvreté en appuyant à la fois le cadre réglementaire
au niveau national et régional, intègrent déjà beaucoup des approches prudentes basés sur les
principes de gestion durable des ressources naturelles.

En général, les risques des changements climatiques sur les programmes de la coopération
danoise au Niger actuellement en cours sont assez limités à court terme. Les deux
programmes, le PASEHA comme le PASR, appuient (ou appuieront dans le cas du PASR)
des réalisations d‘infrastructures rurales qui sont potentiellement vulnérables et pourront être
affectés à la fois par des inondations et/ou pluies fortes ainsi que par des sécheresses. Compte
tenu des aléas climatiques du pays considérés « normales » et une prévision d‘une
augmentation de la variabilité pluviométrique (quantité et répartition des pluies) provoquant
une hausse de la fréquence des événements extrêmes, il est probable que ce risque va
s‘accroître.

Les risques des changements climatiques les plus sévères sont ceux à long terme affectant les
secteurs économiques et les investissements à long terme, tel que la construction des forages,
des pistes rurales, des barrages etc.

Les deux programmes analysés sont brièvement décrits et une analyse au niveau objectif des
risques potentiels est présentée. L‘analyse détaillée des risques potentiels, résultat par
résultat, des programmes sectoriels, des mesures d‘adaptation proposés et leur pertinence est
présentée sous forme de tableaux détaillés en annexe 2A (PASEHA) et 2B (PASR)
respectivement.


4.1    Le Programme d’Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement
       (PASEHA)

L'objectif de développement du PASEHA s‘insère dans le cadre des Stratégies de Réduction
de la Pauvreté et de Développement Rural qui veulent contribuer à améliorer l‘accès, de




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    14
Appréciation des impacts des changements climatiques                                   Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




manière durable, à l‘eau potable et à l‘assainissement ainsi qu‘à un comportement hygiénique
amélioré des populations rurales et des centres semi urbains.12

Le programme a pour but de contribuer à renforcer les capacités du MHE/LCD et de la
DHP/ES pour leur permettre de mettre en œuvre le programme 8 : "eau potable et
assainissement de la Stratégie de Développement Rural (SDR)". La SDR s‘est fixée comme
objectif de s‘engager sur une voie qui permettra de passer graduellement d‘une logique de
projet à une approche programme dont le cadre fédérateur serait le programme national SDR
de type Budget Programme. Une telle approche permettra de suivre le lien entre les objectifs
stratégiques du Gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté et les objectifs, résultats
et activités du secteur dans le cadre de la SDR (CDMT), et surtout de préparer
l‘Administration à un appui au secteur sous forme d‘aide budgétaire. Le PASEHA comprend
deux (2) composantes comme suit:

     1. Composante 1 : Appui au renforcement des capacités au niveau national avec
        l‘objectif suivant : contribuer à renforcer les capacités du MHE/LCD et de la DHP/ES
        du MSP/LCE pour leur permettre de mettre en œuvre les politiques et stratégies
        sectorielles conformément aux OMD, à la Stratégie de Développement Rural et à la
        décentralisation en cours.
     2. Composante 2 : Eau, Hygiène et Assainissement en milieu rural et semi urbain dans
        les régions de Zinder et Diffa, 2007 – 2009 avec l‘objectif suivant : dans la
        perspective d‘une réduction de la pauvreté, améliorer de façon pérenne l‘accès à l‘eau
        potable et à l‘assainissement des populations rurales et semi urbaines des régions de
        Zinder et Diffa.

Chaque composante comprend quatre sous composantes qui s‘articulent en support à
l‘atteinte de l‘objectif principal du programme. Le programme est actuellement dans sa
première phase et une revue de mi-parcours a eu lieu au mois d‘avril 2008. Ceci donc permet
effectivement d‘orienter le restant du programme de la phase 1 et ensuite la phase 2 afin
d‘intégrer des mesures qui permettent de réduire la vulnérabilité vis-à-vis les changements
climatiques et les risques de désastres. Le tableau en annexe 2A présente les composantes du
PASEHA au Niger avec les vulnérabilités climatiques qui peuvent nuire au programme, basé
sur la revue documentaire présentée dans les chapitres précédents de ce rapport et les constats
de la mission de terrain. Le tableau donne un aperçu du niveau de risque climatique apprécié
de manière détaillé pour chaque composante du programme. Le tableau vise aussi à donner
un aperçu du niveau de risque perçu par les intervenants au Niger, et le niveau d‘options
d‘adaptation possibles pour chaque composante.

Risques sur les activités du PASEHA

Bien que quelques mesures sont déjà prises pour limiter les risques de CC à moyen et long
terme, d‘ordre général les changements climatiques auront à moyen et long terme :
 une influence sur la quantité, qualité et les modes de gestion des ressources en eau, et
    donc sur les directions stratégiques et politiques futures;

12
  Cité de :
http://www.danidadevforum.um.dk/en/menu/Topics/SocialDevelopment/Water+and+Sanitation/Programmes/C
ountryProgrammes/Niger/



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                       15
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




   des impacts potentiels sur l‘hygiène et l‘assainissement à cause des variations des
    quantités de précipitation.
   Plus en détail ces risques se qualifient ainsi :
   les risques climatiques sur l‘accès à l‘eau potable, la santé et l‘hygiène sont liés à
    l‘aggravation des désastres naturels en termes d‘ampleur et de fréquence (sécheresse,
    inondation, invasion d‘acridienne);
   en termes d‘impact il s‘agit principalement de la malnutrition, la santé de la reproduction,
    et des épidémies de choléra et autres maladies, ces dernières étant liées soit à la
    contamination par l‘inondation ou à la migration des populations;
   les femmes et les enfants sont parmi les plus vulnérables;
   les nouvelles infrastructures pourraient êtres vulnérables aux changements climatiques et
    à la variabilité des pluies;
   les puits sont vulnérables à l‘ensablement ; et
   les ressources en eaux et conséquemment leur gestion seront affectées par les
    changements pluviométriques et de température (augmentation de l‘évaporation, etc.).

Recommandations et options d’activités d’adaptation à incorporer au PASEHA

En général, les impacts prévisibles agissent à court terme et le programme est déjà assez
robuste pour y faire face, puisque bâti sur les principes du développement durable et la
gestion durable des ressources naturelles. Ceci dit, il est recommandé d‘appuyer et renforcer
les activités d‘adaptation déjà intégrées, tels que :

   comme proposé par la revue mi-parcours, il faut accentuer les efforts autour de la GIRE et
    du renforcement des capacités pour la collecte et l‘analyse de l‘information entourant la
    GIRE, en particulier au plan de l‘analyse en termes d‘impact des changements
    climatiques sur cette gestion à court, moyen et long terme et sur les stratégies nationales.
   Continuer à utiliser les critères convenus pour la sélection des sites et les techniques de
    construction et technologies (permettant une adaptation à moindre coût à ces variations).
   Continuer à mettre l‘accent sur un bon entretien des infrastructures et une gestion
    rationnelle de l‘eau pendant les temps de sécheresse.
   Pour les Latrines situées près des sources d‘eau potable, tel que suggéré par la revue de
    mi-parcours, promouvoir l‘expérimentation par le biais de pilotes utilisant des
    technologies permettant une meilleure protection des sources d‘eau potable en cas
    d‘inondation.

Tandis que d‘autres mesures, assez limitées en envergure, permettent de renforcer la
résilience des interventions, mises de l‘avant de l‘état nigérien sous appui DANIDA dans le
secteur, aux changements climatiques :

   Assurer une formation des intervenants en CC à tous les niveaux et, suite à ces
    formations, intégrer davantage des mesures préventives aux programmes de gestion de
    l‘eau et aux programmes d‘éducation et d‘hygiène de la DHPES pour prendre en compte
    les impacts attendus des changements climatiques.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    16
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




     Dans cette optique, DANIDA pourrait envisager d‘encourager la création d‘un cadre de
      concertation et coordination étroite entre la DRE, DMN, AGRHYMET et les autres
      partenaires ayant un intérêt est à prévoir.

4.2     Le Programme d’Appui au Secteur Rural

Le Programme d‘Appui au Secteur Rural est actuellement en cours de formulation et une
mission de formulation a de fait visité le Niger juste avant la mission d‘appréciation
climatique. L‘équipe d‘appréciation avait au préalable coordonné avec l‘équipe de
formulation, de sorte que cette dernière avait en sa possession les outils d‘analyse pour lui
permettre, autant que possible, une première tentative d‘intégration de la problématique des
changements climatiques à la programmation en développement. L‘équipe d‘appréciation a
pu rencontrer des membres de l‘équipe de formulation et a eu l‘occasion de passer en revue le
rapport provisoire. L‘appréciation climatique s‘est basée sur cette version préliminaire du
document de programme, qui par la suite a fait l‘objet d‘un atelier de validation. Etant donné
que le programme est toujours en phase de formulation, ceci permet donc effectivement
d‘orienter ce nouveau programme afin d‘intégrer des mesures qui permettent de réduire la
vulnérabilité vis-à-vis des changements climatiques et des risques de désastres de façon
efficace.

L‘Objectif de développement du PASR est de contribuer à la réduction de l'incidence de la
pauvreté rurale de 66% en 2003 à 52% en 2015, en créant les conditions d'un développement
économique et social durable garantissant la sécurité alimentaire des populations et une
gestion durable des ressources naturelles.

Le programme a pour but de contribuer à renforcer les capacités des différents acteurs
(MDA/MRA/MATDC/MELCD/MCIN/MEF) pour leur permettre de mettre en œuvre la
Stratégie de Développement Rural (SDR). La SDR s‘est fixée comme objectif de s‘engager
sur une voie qui permettra de passer graduellement d‘une logique de projet à une approche
programme dont le cadre fédérateur serait le programme national SDR de type Budget
Programme. Une telle approche permettra de suivre le lien entre les objectifs stratégiques du
Gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté et les objectifs, résultats et activités du
secteur dans le cadre de la SDR (CDMT), et surtout de préparer l‘Administration à un appui
au secteur sous forme d‘aide budgétaire. Le PASR comprend deux (2) composantes comme
suit:

      1. Composante 1 : Appui au renforcement des capacités au niveau national avec
         l‘objectif suivant : contribuer à renforcer les capacités du MDA/MRA/MATDC/
         MELCD/MCIN/MEF pour leur permettre de mettre en œuvre les politiques et
         stratégies sectorielles conformément aux OMD, à la Stratégie de Développement
         Rural et à la décentralisation en cours.
      2. Composante 2 : Des conditions favorables à un accroissement durable des productions
         et des revenus ruraux à Zinder et à Diffa dans la perspective d‘une gestion durable des
         ressources sont créées. Ceci est à réaliser par l‘amélioration de la gestion du secteur
         rural dans la perspective de la décentralisation et la contribution à promouvoir
         l‘organisation et la professionnalisation des producteurs ; par une sécurisation du




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     17
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




        foncier rural et l‘amélioration des systèmes de production selon les objectifs de
        croissance (7%).

Chaque composante est divisée en sous-composantes. Le tableau en annexe 2B présente les
composantes du PASR au Niger avec les vulnérabilités climatiques qui pourraient nuire à
l‘atteinte des objectifs du programme, basé sur la revue documentaire reçue pendant la
mission et les discussions avec l‘équipe de formulation ainsi qu‘avec les partenaires clés lors
de la mission de terrain. Le tableau donne un aperçu du niveau de risque climatique apprécié
de manière détaillé pour chaque composante du programme. Le tableau vise aussi à donner
un aperçu du niveau de risque perçu par les intervenants au Niger, et le niveau d‘options
d‘adaptation possibles pour chaque composante.

Risques sur les activités du PASR

Les risques liés aux changements climatiques, au niveau global, généreront des pressions
additionnelles sur les ressources naturelles et leur gestion qui auront les conséquences
suivantes :
     Ils vont exacerber les pressions sur les sources de revenus des populations vulnérables
       et risque d‘accroître le nombre de ceux qui souffrent de malnutrition (en particulier
       les femmes et les enfants).
     La productivité agricole sera affectée de même que les sources de revenus des
       populations vulnérables.

Les risques suivants peuvent être identifiés lors d‘une analyse plus détaillée :

       Les changements climatiques auront à moyen et long terme des impacts sur les
        conditions socio économiques des populations rurales, et donc sur les directions
        stratégiques et politiques régionales à prendre pour assurer l‘atteinte des objectifs de
        la SDR, de même que sur les schémas d‘aménagement du territoire
       La combinaison des CC liés à la poussée démographique vont contribuer à exacerber
        les tensions sociales liées à l‘utilisation des ressources et la pression sur ces
        ressources, ce qui peut mener à des conflits et accentuer la dégradation du milieu,
        perturber les moyens de subvenir aux besoins, et ultimement forcer les communautés
        à migrer.
       Les changements climatiques vont exacerber les pressions sur la qualité et la
        productivité des ressources naturelles et des écosystèmes et contribuer à
        l‘endommagement de certains de façon irréversible. Ces changements vont également
        exacerber les pressions sur la biodiversité et aggraver les dégradations
        environnementales existantes.
       Les phénomènes extrêmes (inondations et ensablement) exacerbés par les CC peuvent
        endommager les infrastructures de base.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    18
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Recommandations et options d’activités d’adaptation à incorporer au PASR

L‘équipe de formulation du programme a déjà pris soin d‘incorporer des activités
d‘adaptation jugées pertinentes. Il s‘agit alors de les maintenir et appuyer autant que possible.
Ces activités qui sont déjà intégrées incluent :
 Les options d‘adaptation déjà intégrées dans les activités devant mener au résultat 2 de la
   composante 2
            o Activité 2.2.2 : Formations des Unions (communes, départements, région)
            o Activité 2.2.3 : Voyages d‘Études pour les OP et les Unions
            o Activité 2.2.4 : Alphabétisation fonctionnelle
            o Activité 2.2.5 : Facilitation pour la maîtrise d‘ouvrage
 Continuer la promotion des pratiques de gestion durable des ressources naturelles prévues
   au programme (mesures déjà intégrées aux programmes d‘Action National de Lutte
   Contre la Désertification et de Gestion des Ressources Naturelles (PAN/LCD-GRN) ; le
   Programme de Gestion de la Diversité Biologique et le Programme Eau et
   Développement Durable
Ils restent néanmoins un ensemble d‘autres mesures que l‘équipe d‘appréciation recommande
d‘intégrer afin d‘augmenter la résilience du programme aux changements climatiques dans le
long terme :

   Assurer des séances de sensibilisation et de formation en CC des intervenants à tous les
    niveaux,
   Assurer l‘intégration des projections liées aux changements climatiques (autant que
    possible et en fonction de leur fiabilité) aux processus de développement des stratégies
    nationales et régionales notamment lors de la révision de la SDR et lors du processus de
    régionalisation du plan d‘action de la SDR.
   Assurer l‘intégration des projections liées aux changements climatiques aux processus :
             o de régionalisation du plan d‘action de la SDR
             o d‘aménagement du territoire; et,
             o de développement des PDC.
   Assurer l‘intégration des projections liées aux changements climatiques dans le Code
    rural et les Schémas d‘aménagement foncier.
   Accentuer les efforts autour de la GIRE et créer un cadre de concertation pour
    l‘intégration des changements climatiques dans la GIRE avec notamment Agryhmet, la
    DMN et la DRE
   Prendre en compte la dimension démographique et ses prévisions dans la mise en œuvre
    de la GIRE
   Adopter l‘approche écosystème dans la mise en œuvre de la GIRE
   Il convient aussi d‘encourager l‘état de prendre en compte l‘impact des changements
    climatiques dans planification macroéconomique. Dans ce cadre, il faut accentuer les
    efforts autour de la GIRE et créer un cadre de concertation avec notamment Agryhmet, la
    DMN et la DRE




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     19
Appréciation des impacts des changements climatiques                                          Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




     Il convient de prendre en compte l‘impact des changements climatiques dans la
      planification des infrastructures de base du secteur rural ayant une longue durée de vie.

4.3     Synergies au niveau régional entre les programmes Danida en Afrique de
        l’ouest

Les autres pays sahéliens, comme le Mali et le Burkina, font face aux mêmes menaces de
changements climatiques que subit le Niger et sont caractérisés par les mêmes écosystèmes
fragiles et vulnérables. La grande variabilité climatique est semblable et les populations ont
su s‘adapter à ses conditions depuis des longues années. Une approche harmonisée s‘impose
donc dans l‘appréciation climatique des programmes DANIDA dans ces pays. Des synergies
entre les différents plans d‘action de mesures d‘adaptation à intégrer aux programmes
DANIDA dans ces pays doivent être développées afin de garantir une plus grande efficacité
et efficience.

Une comparaison des appréciations climatiques des programmes DANIDA au Mali et
Burkina Faso (sur la base des rapports provisoires que la mission a pu consulter) démontre
clairement ces similarités, à la fois des constats sur le terrain ainsi que dans les actions
proposées à pallier les lacunes observées. Il ressort très nettement de cette comparaison que
les deux actions prioritaires identifiées pour ces deux pays sont les mêmes que celles
identifiées dans ce rapport sur le programme du Niger : le renforcement des capacités à
plusieurs niveaux et besoins de formation et le besoin d‘un renforcement de la GIRE.

Une façon élégante et efficace pour y parvenir serait de confier certaines des activités
d‘adaptation à entreprendre aux institutions régionales appropriées. Surtout l‘AGRHYMET,
dont le mandat (« s‘investir dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre
les effets de la sécheresse et de la désertification ») et son expertise sur la sécurité
alimentaire, la lutte contre la désertification et la maîtrise de l‘eau et expérience en formation
sont particulièrement propice à jouer un rôle clé dans la création et l‘animation d‘un cadre de
concertation et coordination régionale.

                            Encadré 4 : Centre Régional AGRHYMET (CRA)
Le Centre Régional AGRHYMET est une institution spécialisée du Comité Permanent Inter-états de
Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS). Le CILSS est une organisation intergouvernementale,
créée le 12 septembre 1973, qui regroupe neuf pays sahéliens (Burkina Faso, Cap-Vert, Gambie,
Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad). Son mandat est de s’investir dans la
recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse et de la
désertification, pour un nouvel équilibre écologique du Sahel. Au plan organisationnel, le CILSS est
structuré en trois sites : le Secrétariat Exécutif (à Ouagadougou au Burkina Faso), l’Institut du Sahel
(institution spécialisée basée à Bamako au Mali) et le Centre Régional AGRHYMET (basé à Niamey
au Niger). Le CRA est une institution spécialisée du CILSS qui a été créée le 20 décembre 1974. Son
mandat porte sur la collecte, traitement et diffusion de l’information sur la sécurité alimentaire, la
gestion des ressources naturelles, la maîtrise de l’eau et la lutte contre la désertification au Sahel ; le
développement d’outils d’aide à la décision pour les besoins de développement des populations
sahéliennes ; et finalement le renforcement des capacités techniques à travers la formation et le
transfert d’outils, de méthodes et de savoir-faire adaptés pour les pays du Sahel dans les domaines
de la climatologie, l’agro-météorologie, l’hydrologie, la protection des végétaux, la géomatique et la
télédétection.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                              20
Appréciation des impacts des changements climatiques                                         Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




5    Atténuation des changements climatiques et opportunités pour
     le MDP

Le cadre réglementaire de la CCNUCC

En signant et ratifiant la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements
Climatiques (CCNUCC), le Niger s'est engagé à stabiliser les concentrations des gaz à effet
de serre à un niveau qui empêche toute perturbation dangereuse du système climatique,
niveau à atteindre dans un délai suffisant pour que les écosystèmes puissent s'adapter
naturellement aux changements climatiques, que la production alimentaire ne soit pas
menacée et que le développement économique puisse se poursuivre d'une manière durable.

Dans un premier temps des réalisations en matière de renforcement des capacités ont été
menées, soit directement dans le cadre de la mise en œuvre de la CCNUCC sur le
financement FEM et mises en œuvre à travers le PNUD (exemple : Communication
Nationale Initiale13 et la préparation de la Deuxième Communication Nationale (DCN), qui
est actuellement en cours), soit dans le cadre des objectifs intersectoriels couvrant les trois (3)
Conventions post-Rio14. Dans le cadre de la DCN, un inventaire national des Gaz à Effet de
Serre (GES) a été réalisé, basé sur les données de l‘année 2000 et conforme à la
méthodologie GIEC15. Les résultats montrent que les émissions des GES en 2000 s‘élèvent à
31,735 Gg de CO2éq, tandis que la séquestration était de – 32,153 Gg de CO2éq, pour un bilan
net de – 418 Gg CO2éq. En autres mots, le Niger est un puits de carbone. La répartition
sectorielle des émissions est dominée par l‘agriculture/élevage et l‘Utilisation des Terres,
Changement d‘Affectation des Terres et Foresterie (UTCATF) avec chacune 45%, suivi par
le secteur énergie avec presque 9%. La gestion des déchets et les procédés industriels
ensemble ne représentent qu‘un peu plus de 1%.

Ces chiffres indiquent déjà un faible potentiel d‘atténuation avec ce niveau d‘émissions
relativement bas et un bilan net négatif. L‘existence d‘un ensemble de contraintes réduit
davantage les opportunités. En particulier un cadre législatif et réglementaire peu propice à la
promotion des énergies renouvelables et d‘efficacité énergétique, et un déficit de capacité à
tous les niveaux, situé dans un contexte de marché national très limité, sont autant de facteurs
qui expliquent le faible niveau d‘activité observé.

Face à cette situation un appui au renforcement des capacités semble le plus prioritaire. En
dehors des activités déjà mentionnées, un ensemble d‘autres projets ont renforcé les capacités
ou sont en cours de mise en œuvre (évaluation des besoins en transfert de technologies et
renforcement des capacités; le rapport a été actualisé en 2002 et validé en avril 2003; projet
PNUD/FEM RAF02-G31 « Renforcement de Capacités pour l‘Amélioration de la Qualité des
inventaires de gaz à effet de serre en Afrique de l‘Ouest et du Centre »; projet de réduction
d'émission de CO2 par l'utilisation des foyers améliorés dans les communes urbaines de



13
   Donner référence exacte de la CNI
14
   Référence au rapport de synthèse de cette activité
15
   CNEDD (PNUD-FEM), Août 2007, Inventaire National des Gaz à Effets de Serre, Rapport définitif



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                             21
Appréciation des impacts des changements climatiques                                       Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Maradi, Agadez et Zinder; projet de réhabilitation des éoliennes de pompage d'eau pour la
diversification des cultures et le reboisement dans certains villages).

Basé sur les résultats obtenus dans l‘inventaire national des GES, trois études d‘analyse
d‘options d‘atténuation des émissions des GES, visant les secteurs prioritaires de l‘énergie, de
l‘élevage et de la foresterie ont été menées16. Il est évident sur la base des résultats de
l‘inventaire national et de ces trois analyses sectorielles, que l‘essentiel des opportunités
d‘atténuation se concentre sur ces secteurs, principales sources d‘émissions. Ceci dit, à
l‘heure actuelle, aucun projet d‘atténuation des émissions de GES n‘a été financé par le
mécanisme financier principal, le FEM. Les raisons sont multiples : les priorités stratégiques
du FEM dans ce domaine visent surtout le secteur énergie (source de seulement 9% des
émissions) et surtout l‘énergie en provenance de la combustion des hydrocarbures (qui
représente moins de la moitié du total, le reste provenant de la biomasse); les activités
éligibles au financement FEM dans le domaine de UTCATF, l‘agriculture, l‘élevage, la
foresterie et la biomasse sont très limitées; il y a peu de sources alternatives au FEM pour
financer l‘atténuation des émissions.

Le Protocole de Kyoto, le MDP et le Cadre de Nairobi

Ayant signé et ratifié le protocole de Kyoto, le Niger est également éligible à participer dans
le MDP et pourrait potentiellement bénéficier de ce mécanisme pour financer des activités
d‘atténuation des émissions des GES. Un Cadre de Nairobi pour le MDP a été lancé à la CdP
12 à Nairobi en 2006, une tentative pour faciliter l‘accès des pays africains au MDP.
Malheureusement, comme dans le cas du FEM, le Niger fait face à une série de contraintes
rendant peu probables des financements dans ce cadre à court terme. Tout d‘abord, le cadre
institutionnel permettant une activité MDP dans le pays reste à renforcer et à être équipé pour
devenir opérationnel. Un appui de renforcement des capacités de l‘ADN en la dotant des
moyens pour s‘acquitter pleinement de son rôle s‘impose comme la première priorité à cet
égard.

                    Encadré 5 : Le Cadre de Nairobi – catalyser le MDP en Afrique
Le Cadre de Nairobi a été initié à la 12ème Conférence de Parties par le PNUD, le PNUE, la Banque
Mondiale, la Banque Africaine de Développement et le Secrétariat de la CCNUCC. Son but
spécifique est d’appuyer les pays en développement, et surtout ceux d’Afrique sub-saharienne, dans
l’amélioration de leur niveau de participation dans le MDP. Le Cadre a cinq objectifs, décidés d’un
commun accord par les cinq agences multilatérales, et devant représenter les cibles prioritaires à
atteindre afin de faire avancer l’accès au MDP dans les pays bénéficiaires :
 Création et renforcement des capacités des ADNs à devenir entièrement opérationnels ;
 Création de la capacité à développer des projets MDP ;
 Promotion des opportunités d’investissements pour des projets MDP ;
 Amélioration du partage de l’information, sensibilisation, échanges des points de vue sur des
     activités et éducation et formation ; et
 Coordination inter-agences.
 Parmi les activités planifiées et en cours de réalisation on note :
 le Forum ADN, qui s’est déroulé à Addis Abeba en Octobre 2007 ;
 la mise en place d’un bazar MDP (opérationnel depuis octobre 2007 sur le site

16
  CNEDD (PNUD-FEM), Sept 2007, Etude d‘options d‘atténuation des GES dans le secteur de l‘énergie ;
CNEDD (PNUD-FEM), Sept 2007, Etude sur l‘évaluation des programmes nationaux d‘atténuation des
émissions des GES secteur de l‘élevage ; CNEDD (PNUD-FEM), Sept 2007, Atténuation des émissions des
GES en foresterie.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                            22
Appréciation des impacts des changements climatiques                                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




       http://www.cdmbazaar.net) ;
      toutes les activités de renforcement des capacités des agences déjà en cours ou planifiées ont
       été répertoriées et des lacunes ont été identifiées ;
      Un atelier d’échange, d’information et de formation, visant notamment le secteur banquier en
       Afrique de l’Ouest, a été organisé en février 2008 à Dakar au Sénégal ;
      Un premier Forum de Carbone en Afrique est en cours de préparation et se déroulera à Dakar en
       septembre 2008 ;
      Une proposition pour un programme coordonné et compréhensif, visant à combler les lacunes
       identifiées a été préparé par les partenaires et présenté aux bailleurs de fonds à Bali en
       décembre 2007. Plusieurs bailleurs bilatéraux ont déjà contribué, dont SIDA, la Finlande et
       l’Espagne.     Plus    d’information    est    disponible   à   ce   chapitre sur    le   site:
       http://cdm.unfccc.int/Nairobi_Framework/index.html .

D‘autres contraintes existent : le PK a un horizon défini de 2012, ne garantissant de certitude
réglementaire au-delà de cette date. Le peu de temps qui reste jusque-là limite donc
fortement le type de projets pouvant être rentables sur la base des unités de réduction
d‘émission certifiées. Le profil des émissions observées est également peu favorable aux
projets MDP, parce que les opportunités se présentent davantage dans les procédés
industriels, l‘énergie et la gestion des déchets, secteurs faiblement représentés au Niger17. Les
secteurs avec le plus de potentiel d‘atténuation sont la foresterie, l‘élevage et l‘agriculture,
mais il y a peu de méthodologies approuvées; la structure organisationnelle de ces secteurs au
Niger est basée sur les petits fermiers, et les délais habituellement envisageables pour
atteindre la rentabilité dans ces domaines dépassent largement l‘horizon 2012. Il n‘est donc
pas surprenant qu‘à ce jour, aucun projet MDP n‘ait été enregistré auprès du Conseil Exécutif
du MDP pour le Niger.

Les marchés volontaires de carbone

Les seules options réalistes pour le Niger dans ce contexte pour bénéficier des flux financiers
crées par la finance carbone restent les projets visant les marchés volontaires de carbone. Le
seul exemple de ce type de projet à ce jour au Niger est le Programme d‘Action
Communautaire (PAC) qui a ajouté à ses activités un volet bio-carbone. Cette initiative est
un des projets phares de la Banque Mondiale au pays. Il se traduit sur le terrain par l‘appui à
la plantation de l‘Acacia sénégal qui produit de la gomme arabique.

Les négociations concernant un régime/cadre réglementaire de réductions des émissions de
GES après-Kyoto ont débuté à la Conférence de Parties de Bali en Décembre 2007. La
proposition de faire figurer de façon importante un programme visant la réduction des
émissions des GES provenant de la déforestation et de la dégradation de terres (REDD en
anglais) est prometteuse car il pourrait offrir de bonnes opportunités à un pays comme le
Niger pour profiter de la finance carbone.

     Encadré 6 : Programme d’Action Communautaire (PAC) – la finance carbone en action
La plantation de l’Acacia sénégal ou gommier s’inscrit parfaitement dans le contexte de la dépollution
planétaire dans la mesure où cet arbre a la particularité de bien séquestrer le carbone ; une source de
revenus supplémentaires. Classé parmi les pays non pollueurs à l’échelon planétaire, la plantation de
la gomme arabique à grande échelle rend ainsi le Niger éligible au fonds bio-carbone géré par la
Banque Mondiale. C’est dans ce cadre que le PAC a prévu la plantation 21 000 hectares entre 2006
et 2009. Dans ce cadre, 55 pépinières sont réalisées pour une production d’environ 1 700 000 plants.

17
     La plupart des méthodologies approuvés et scénarios de référence du MDP visent ces secteurs



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                   23
Appréciation des impacts des changements climatiques                                      Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Les projections sur l’horizon 2012 donnent les estimations suivantes : 600.000 tonnes de dioxyde de
carbone séquestrées ; 1200 tonnes de gomme arabique produite ; 10.000 familles bénéficieraient de
nouveaux revenus ; 1200 emplois crées à travers la vente, le tri et le conditionnement ; 3 millions de
dollars en devises pour le pays ; des cultures intercalaires d’arachides, niébé et autres cultures de
rente. L’initiative bio-carbone du PAC vise donc à terme à faire du Niger un acteur global du carbone
en vue de :
 Compenser la faiblesse de son secteur agricole par la création de nouvelles sources de revenus
 Aider la lutte contre la désertification
 Faire la promotion d’un développement durable dans les zones dégradées.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                          24
Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




6     Coordination et harmonisation des bailleurs de fonds –
      Interventions en matière des Changements Climatiques
Le Niger bénéficie d‘un soutien important de la communauté internationale avec des
multiples partenaires en développement, ciblant surtout le secteur de développement rural.
Parmi les plus importants bailleurs dans ce secteur sont l‘Union Européenne18, la BAD, le
PNUD et la Banque Mondiale, en ce qui concerne les multilatéraux et la GTZ et l‘AFD parmi
les bilatéraux. Il y a également un important niveau d‘activité des ONGs, comme Care
International.

6.1    Projets des partenaires en développement liés aux changements
       climatiques au Niger
En ce qui concerne les activités liées aux changements climatiques au Niger, les bailleurs et
autres intervenants clés incluent le FEM (à travers le PNUD et la Banque Mondiale), le
PNUD, la Banque Mondiale, l‘Allemagne (à travers la GTZ), la Commission Européenne. Il
n‘y a que très peu d‘interventions libellées spécifiquement « changements climatiques ». La
plupart de l‘assistance ne s‘articule pas en termes de CC mais a trait aux aspects court-terme
de la gestion améliorée de la variabilité climatique et ses conséquences. Un exemple est
l‘aide donnée dans le cadre du Système d‘Alerte Précoce visant la sécurité alimentaire, ou
d‘autres mesures de réduction des risques et désastres. DANIDA semble pour l‘instant être le
seul bailleur à entreprendre une appréciation systématique climatique de son assistance
bilatérale. Un portrait général des projets actuellement en cours de mise en œuvre ou en
préparation est présenté ci-après.

Adaptation aux changements climatiques – réduire la vulnérabilité

A ce jour l‘assistance visant spécifiquement l‘adaptation aux changements climatiques est
très limitée, mais on observe une nette accélération des initiatives. Les projets déjà conçus ou
achevés ont ciblé davantage le renforcement des capacités des acteurs clés, surtout dans le
secteur public. Des exemples de ce type d‘assistance sont l‘élaboration du PANA et
l‘Autoévaluation Nationale des Capacités à Renforcer (ANCR), tous les deux financés sur les
ressources du PNUD-FEM, et déjà achevés.

Il y a plusieurs autres projets, tous nouveaux ou en cours de formulation, qu‘on pourrait
qualifier de 2ème génération, visant plutôt des actions plus concrètes. Le premier projet de
mise en œuvre des actions prioritaires dans le secteur agricole telles qu‘identifiées dans le
PANA est en cours de préparation et a été retenu pour un financement sur le LDCF pour un
montant de 2 millions de dollars EU et un cofinancement de 4 millions de dollars EU.
L‘objectif du projet porte sur la mise en œuvre urgente de quelques interventions prioritaires
pouvant accroître la capacité adaptive du secteur agricole à faire face aux risques
additionnels posés par les changements climatiques. Le projet compte réaliser cet objectif à
travers deux résultats principaux: (i) l‘augmentation de la résilience des systèmes de la
production alimentaire face aux changements climatiques ; et (ii) une meilleure capacité

18
  Pour plus de détails sur le programme de l‘UE au Niger veuillez visiter le site web
http://www.delner.ec.europa.eu ; pour le PNUD http://www.pnud.ne ; pour la GTZ
http://www.gtz.de/en/weltweit/afrika/niger/593.htm ; la Banque Mondiale http://www.worldbank.org/niger



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                               25
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




institutionnelle du secteur agricole y compris des services d‘information et vulgarisation
pour répondre aux changements climatiques et la variabilité climatique.

Il y a également un projet régional auquel le Niger participe, en cours de préparation et à
financer sur les ressources du Programme de Micro Financements du FEM (Small Grants
Programme) sur l‘adaptation communautaire.

D‘autres projets, conçus et démarrés souvent depuis plusieurs années, ne visent pas
explicitement l‘adaptation aux changements climatiques, mais contiennent des mesures d‘une
gestion durable des ressources naturelles et contribuent ainsi à améliorer la résilience des
systèmes naturels et à réduire leur vulnérabilité. Projets de cette catégorie incluent le PLECO
(Projet de Lutte contre l‘Ensablement des Cuvettes Oasiennes dans les Régions de Zinder et
Diffa) ; le Projet sur le Bassin du Fleuve Niger (avec cofinancements importants de la
BAD) ; le Projet sur le Bassin du Lac Tchad, et le Projet de Cogestion des Ressources de
l‘Aïr et du Ténéré COGERAT sur financement FEM/PNUD (4 millions d‘US$) (mis en
œuvre par l‘Union Mondiale pour la Nature UICN). Tous ces projets bénéficient d‘un apport
important de fonds du FEM. Le projet PAC, financé par la Banque Mondiale, profilé dans le
chapitre 5, s‘inscrit également dans cette catégorie.

Cinquante sept ONG sont membres du Réseau pour l‘Environnement et le Développement
Durable REDD, mais n‘ont pour la plupart que des actions très limitées et localisées.
Certaines cependant ont acquis un savoir-faire et un volume d‘activité qui leur permettent
d‘être opérateurs sur des financements extérieurs : ABC-Ecologie, opérateur de
développement local, Karkara dans de nombreux domaines du développement durable,
AJPREN sur la sensibilisation aux problèmes de l‘environnement et SOS-Faune spécialisée
sur la protection des espèces en voie de disparition au Niger (Addax notamment). Le Sahara
Conservation Fund intervient comme partenaire du Projet Antilopes Sahélo-sahariennes du
FFEM. Le WWF International et Wetlands International sont partenaires techniques et
financiers de l‘ABN.

A ce titre, les activités du ROSELT (Réseau d'observation et de surveillance écologique à
long terme) méritent à être mentionnées. Le projet ROSELT-Niger, financé par la
coopération française, travaille sur le suivi de la désertification à travers la mise en place de
sites d'observation conformes au dispositif de l'OSS (Observatoire du Sahel et du
Sahara). En résumé, ROSELT a pour mission: (i) La surveillance et la préservation des
zones ; et (ii) L'étude de la dynamique des systèmes d'exploitation des ressources naturelles,
l'analyse des systèmes agraires, l‘étude des changements de l'occupation des terres, des
rapports agriculture/élevage et des terres forestières et pastorales. L‘équipe d‘appréciation a
constaté toutefois que les synergies et complémentarités sont mal exploitées et sans réelle
coordination en matière d'information environnementale avec AGRHYMET.

Atténuation des changements climatiques – réduction des émissions de GES

Très peu de projets visent spécifiquement l‘atténuation des émissions de GES. Déjà
mentionné en chapitre 5 est le projet PAC avec son volet bio-carbone. La plupart des autres
interventions sont plutôt du genre renforcement des capacités, quasi exclusivement financé
par le FEM à travers le PNUD. A noter est la préparation de la Communication Nationale




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     26
Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Initiale (achevée), le projet « Renforcement de Capacités pour l‘Amélioration de la Qualité
des inventaires de gaz à effet de serre en Afrique de l‘Ouest et du Centre » et le projet
d‘appui à la préparation de la 2ième Communication Nationale. L‘Union Européenne finance
un projet régional, auquel le Niger participe, sur la promotion de l‘énergie solaire (panneaux
photovoltaïques) et un programme de mini-adduction d‘eau potable à l‘aide de système
photovoltaïque.

Projets visant surtout la Réduction des Risques liés aux Désastres

Les bailleurs le plus actifs dans ce domaine sont le PNUD, l‘Union Européenne et la GTZ. Le
PNUD ne finance pas des projets dans le domaine des changements climatiques sur ces
propres ressources, autres que ceux mentionnés ci-haut sur financement FEM. Le PNUD
finance néanmoins quelques projets liés aux changements climatiques, notamment des
projets appuyant la réduction des risques et désastres.

Dans le cadre de la Convention de Collaboration entre le Dispositif National de Prévention et
de Gestion de Crises Alimentaires et le Bureau des Affaires Humanitaires (OCHA) et le
PNUD, un appui de renforcement de capacités a été assuré au bénéfice de la Cellule de
Coordination du Système d‘Alerte Précoce (CC/SAP) et la Cellule des Crises Alimentaires
(CCA).

Une étude détaillée et intégrée des facteurs de risques au Niger a été réalisée par le PNUD en
fin 200719, couvrant en détail les risques liés aux aléas climatiques, tels que l‘insécurité
alimentaire, la gestion des ressources naturelles et les catastrophes naturelles (sécheresses,
inondations, invasions acridiennes). Deux autres projets concernent l‘appui à la gestion de la
phase post-crise et au développement durable et le projet d‘appui au dispositif des banques
céréalières et le projet d‘appui aux institutions de sécurité alimentaires, visant le
renforcement du cadre de concertation et de mise en œuvre du Programme National Global
pour la Sécurité Alimentaire.

La coopération allemande au Niger, à travers la GTZ, a pour priorité "La réduction de la
pauvreté en milieu rural". Un programme multisectoriel est mise en œuvre avec cinq
composantes, concentrées dans les régions de Tillabéri et Tahoua/ Agadez. Ce programme est
intégré à la SDR. Le programme vise quatre zones agro-écologiques (les zones agricoles
autour de Niamey et au long du fleuve Niger, la zone agro-pastorale autour de Tahoua, les
zones sémi-arides autour d‘Agadez et les oasis dans l‘Aïr.

La gestion durable des ressources naturelles est un pilier du programme et le support fourni
aux communautés locales a pour objectif le développement durable au niveau social et
écologique dans les régions d‘Agadez, Tahoua et Tillabéri. Ils ont financé, par exemple
l‘élaboration de plan de développement local dans 16 communes et la réhabilitation de plus
de 15,000 ha de terres à Tillabéri pour l‘agriculture, la foresterie et les pâturages.




19
   PNUD/Haut Commissariat à la Restauration de la Paix, décembre 2007, Analyse intégrée des facteurs de
risques au Niger



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                27
Appréciation des impacts des changements climatiques                                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




En termes de volume d‘investissements, l‘Union Européenne est sans doute le plus important
bailleur au Niger. Le Programme Indicatif Nationale est structuré autour de quatre
composantes :
 Développement rural durable et sécurité alimentaire ;
 Transport ;
 Appui macro-économique lié à la lutte contre la pauvreté (éducation et santé) ;
 Bonne gouvernance, appui institutionnel et renforcement de la société civile.

Le Niger bénéficie d‘une enveloppe A de 212 millions € (139 milliards F CFA) pour des
opérations de développement à long terme qui concernent les quatre composantes de la
stratégie. Une enveloppe B de 134 millions € (88 milliards F CFA) est destinée au
développement du secteur minier et à des appuis supplémentaires qui s‘avéreraient
nécessaires en cas de choc exogènes.

Dans le domaine du développement rural durable et de la sécurité alimentaire, l‘objectif est
de contribuer à la prévention des crises alimentaires et à la diversification et l‘augmentation
des revenus des populations rurales. L‘UE soutient le dispositif national de prévention et
d‘atténuation des crises alimentaires. Elle appuie également des programmes dans le domaine
de la production agricole, la sécurisation des systèmes agropastoraux et la réalisation
d‘infrastructures hydrauliques.

Dans le secteur des transports, l‘appui communautaire vise à assurer la pérennité des
investissements réalisés dans les infrastructures routières et à contribuer au désenclavement
du pays. L‘accent est mis sur l‘entretien routier, la réhabilitation de routes et la réalisation de
pistes rurales.

6.2    Coordination et harmonisation
Comme on peut le constater de la liste des projets présentés ci-haut, en ce qui concerne
l‘assistance fournie liée directement aux changements climatiques, les institutions
multilatérales jouent un rôle important au Niger, notamment le PNUD (surtout sur fonds du
FEM) et la Banque Mondiale et, dans une moindre mesure, la Commission Européenne et la
Banque Africaine de Développement. En termes de coordination, il convient de souligner que
tous les bailleurs souscrivent aux objectifs et accords conclus à Paris en 2005 visant une
meilleure coordination et harmonisation de leur aide au développement. L‘équipe
d‘appréciation a constaté qu‘il reste à ce niveau encore un potentiel important à réaliser en
termes de coordination et harmonisation de l‘aide liée aux changements climatiques au Niger.
La coordination fonctionnelle se situe surtout autour de RRD, jugé essentielle pour garantir
une action efficace en temps de crise. L‘équipe d‘appréciation n‘a pas observé un
engagement pareil en ce qui concerne les ACC20. A noter à ce niveau sont les propositions
d‘actions d‘adaptation à intégrer au programme d‘assistance de DANIDA, formulées par la
mission dans ce rapport (et présentées au chapitre 7) qui auront le potentiel de fournir des
éléments fédérateurs, au niveau de la sous-région mais également en impliquant plusieurs
bailleurs. Surtout la proposition de créer un cadre de concertation pour la GIRE, telle
qu‘envisagé par l‘AGRHYMET, pourrait être utile dans ce sens.

20
 Bien qu‘il convient de noter que la mission n‘a pu rencontrer tous les partenaires au développement lors de sa
mission à cause du temps disponible.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                   28
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




7     Résultats, recommandations et suivi
7.1    Résultats principaux

L‘appréciation climatique a été effectuée pour deux programmes de l‘assistance danoise
actuelle au Niger, ciblant respectivement le secteur de l‘eau, de l‘hygiène et l‘assainissement
(PASEHA) et le secteur rural (PASR). Les constats généraux confirment que les besoins
d‘inclure des mesures d‘adaptation sont relativement limités. Les deux programmes, ciblant
la réduction de la pauvreté en appuyant à la fois le cadre réglementaire au niveau national et
régional, intègrent déjà bien des approches prudentes basées sur les principes de gestion
durable des ressources naturelles.

En général, les risques des changements climatiques sur les programmes de la coopération
danoise au Niger actuellement en cours sont assez limités à court terme. Les deux
programmes, le PASEHA comme le PASR, appuient (ou appuieront dans le cas du PASR)
des réalisations d‘infrastructures rurales qui sont potentiellement vulnérables et pourront être
affectés à la fois par des inondations et/ou pluies fortes ainsi que par des sécheresses. Compte
tenu des aléas climatiques du pays considérés « normales » et une prévision d‘une
augmentation de la variabilité pluviométrique (quantité et répartition des pluies) provoquant
une hausse de la fréquence des événements extrêmes, il est probable que ce risque va
s‘accroître.

Les risques des changements climatiques les plus sévères sont ceux à long terme affectant les
secteurs économiques et les investissements à long terme, tel que la construction des forages,
des pistes rurales, des barrages etc. Heureusement, les deux programmes permettent assez
facilement d‘incorporer des actions d‘adaptation, le PASR étant en formulation et le
PASEHA en revu de mi-parcours.

Le PASEHA

Les risques climatiques principaux auxquels le PASEHA est soumis agissent:
 sur l‘accès à l‘eau potable, la santé et l‘hygiène sont liés à l‘aggravation des désastres
   naturels en termes d‘ampleur et de fréquence (sécheresse, inondation, invasion
   d‘acridienne);
 en termes d‘impact il s‘agit principalement de la malnutrition, la santé de la reproduction,
   et des épidémies de choléra et autres maladies, ces dernières étant liées soit à la
   contamination par l‘inondation ou à la migration des populations;
 les femmes et les enfants sont les plus vulnérables;
 les nouvelles infrastructures pourraient êtres vulnérables aux changements climatiques et
   à la variabilité des pluies; les puits sont vulnérables à l‘ensablement ; et les ressources en
   eaux et conséquemment leur gestion seront affectées par les changements
   pluviométriques et de température (augmentation de l‘évaporation, etc.).

En général, les impacts prévisibles agissent à court terme et le programme est déjà assez
robuste pour y faire face. Pour accroître davantage la résilience du programme quelques
mesures d‘adaptation ont été présentées dans la section suivante.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     29
Appréciation des impacts des changements climatiques                                       Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Le PASR

Les risques climatiques principaux auxquels le PASR est soumis agissent comme suit:

          les CC auront à moyen et long terme des impacts sur les conditions socio
           économiques des populations rurales, et donc sur les directions stratégiques et
           politiques nationales et régionales à prendre pour assurer l‘atteinte des objectifs du
           SDR et sur les schémas d‘aménagement du territoire;
          La combinaison des CC liés à la poussée démographique vont contribuer à exacerber
           les tensions sociales liées à l‘utilisation des ressources et la pression sur ces
           ressources, ce qui peut mener à des conflits et accentuer la dégradation du milieu,
           perturber les moyens de subvenir aux besoins, et ultimement forcer les communautés
           à migrer.
          Les changements climatiques vont exacerber les pressions sur la qualité et la
           productivité des ressources naturelles et des écosystèmes et contribuer à
           l‘endommagement de certaines infrastructures et/ou ressources naturelles de façon
           irréversible. Les phénomènes extrêmes (inondations et ensablement) exacerbés par les
           CC peuvent endommager les infrastructures de base.
Comme pour le PASEHA, ces risques agissent surtout sur le court terme et la formulation du
programme PASR qui est en cours a déjà incorporé certaines mesures d‘adaptation. Un
ensemble d‘autres mesures que l‘équipe d‘appréciation recommande d‘intégrer afin
d‘augmenter la résilience du programme aux changements climatiques dans le long terme
sont présentées ci-après.


7.2       Recommandations

Une revue rapide des actions recommandées pour chaque programme dans le chapitre 4
permet de dégager certaines similarités qui aident à regrouper les actions suivant quatre axes
d‘intervention qui sont à intégrer dans les programmes existants.

Recommandation 1. Formation et sensibilisation en changements climatiques, ses impacts
et mesures d’adaptation pour renforcer les capacités des décideurs politiques, des services
techniques et des acteurs locaux

Les groupes cibles de cet ensemble d‘activités sont les principaux acteurs au niveau national,
régional et local et incluent les services techniques, les communautés locales, le secteur privé
et les opérateurs (ONGs). Il s‘agit de formuler des modules de formation adaptés à ces
groupes consistant en une présentation des CC, accentuant les impacts et stratégies
d‘adaptation (prenant en compte la dimension genre), avec études de cas illustrant les liens
avec les activités des deux programmes. Cette activité permet de réaliser des économies de
mise en œuvre en regroupant le tout dans un ou deux contrats et il est également possible de
développer des synergies au niveau régional avec le Burkina et le Mali21.

21
   Le Centre Régionale AGRHYMET a formulé une proposition de mise en place d‘une formation de
type Mastère dénommée « Adaptation au changement climatique et développement durable ». Cette formation



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                           30
Appréciation des impacts des changements climatiques                                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Recommandation 2. Actions recherche-développement concertées sur la Gestion Intégrée
des Ressources en Eau (GIRE) afin de renforcer les capacités de suivi et de gestion de
l’eau

Tous les acteurs concernés par la GIRE seront visés. Il s‘agit de renforcer le système de
collecte et suivi de données systématique, méthodes d‘analyse et traitement de données,
intégrés dans la GIRE; de former des acteurs chargés de l‘opération de ce système; et de
créer un cadre de concertation et coordination pour assurer un échange et une diffusion
appropriée. Un rôle central pourrait être confié au Centre Régional AGRHYMET en
coordination avec ACMAD, afin d‘assurer une synergie au niveau de sous-région avec les
autres pays sahéliens et en utilisant la capacité et l‘expertise existante au sein de cette
institution régionale. Lors de la mission l‘AGRHYMET a fait par à l‘équipe d‘appréciation
de leur projet de lancer un programme de recherche, suite au projet d‘appui aux capacités
d‘adaptation aux changements climatiques au Sahel financé par l‘ACDI et vient de prendre
fin. Ce nouveau programme devrait viser l‘élaboration de modèles, à l‘échelle de la sous-
région, qui pourraient aider à formuler des stratégies efficaces d‘adaptation aux changements
climatiques et qui devrait s‘articuler surtout autour de la GIRE. Basé sur la mise en place
d‘un cadre harmonisé d‘analyse de la vulnérabilité, il est envisagé de mettre en œuvre au
niveau régional de mécanismes pour renforcer le dispositif de gestion des changements
climatiques et de prévention des catastrophes.

Recommandation 3. Intégration des aspects changements climatiques dans la planification
à moyen et long terme

Cette activité vise surtout la SDR et tous les acteurs la constituant, notamment leurs
directions de planification sectorielle. L‘objectif sera d‘assurer que l‘impact des changements
climatiques et des mesures préventives soient entièrement intégrées dans la SDR et au niveau
sectoriel des ses programmes et sous-programmes. Une fois formés, ces acteurs peuvent eux-
mêmes assurer l‘intégration de ces aspects à l‘aide des opérateurs. De ce fait il est important
de démarrer une phase de formation avant d‘entamer la reformulation de la SDR.

Recommandation 4. Actions pilotes au niveau des infrastructures eau et assainissement

En ce qui concerne les infrastructures vulnérables aux changements climatiques, il est
proposé d‘appuyer les DRH de Zinder et Diffa, les CREA, les DRSP de Zinder et Diffa, les
communautés locales concernées, le secteur privé et les opérateurs dans la réalisation de
projets pilotes. Pour les latrines situées près des sources d‘eau potable, il s‘agit de
promouvoir l‘expérimentation par le biais de pilotes utilisant des technologies permettant une
meilleure protection des sources d‘eau potable en cas d‘inondation. Il faudrait continuer à
utiliser les critères convenus pour la sélection des sites et les techniques de construction et


de 12 mois, sera dispensée à 3 promotions de 20 étudiants. Cette activité aura une envergure sous-régionale et
pourrait former un cadre de diplômés dans la matière, pouvant contribuer à la fois à avancer la thématique de la
GIRE, mais ainsi aux autres aspects tels que la formation dans le sens plus large (voir la première proposition)
ou l‘intégration dans la planification long terme (voir la troisième proposition). Cependant, de l‘avis de l‘équipe
d‘évaluation, ce programme de type Mastère ne serait pas un substitut à ces deux propositions d‘actions de
l‘équipe d‘appréciation, mais plutôt un complément, les groupes-cibles étant différents.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                      31
Appréciation des impacts des changements climatiques                                             Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




technologies (permettant une adaptation à moindre coût à ces variations) et également
continuer à mettre l‘accent sur un bon entretien des infrastructures et une gestion rationnelle
de l‘eau pendant les temps de sécheresse.

Des fiches de projet pour chaque action sont présentées à l‘annexe 1.


7.3    Plan d’Action du Processus proposé
Sur la base des activités recommandées, le plan d‘action suivant a été élaboré :

Délai                  Activité                                              Responsable
26 mai 2008            Soumission du rapport provisoire                      Baastel
2 juin 2008            Envoi des commentaires au rapport                     BCD
                       provisoire
16 juin 2008           Rapport final                                         Baastel (sur base de
                                                                             commentaires reçus de BCD)
mi-juin 2008           Identification et recrutement des consultants         BCD
                       locaux pour l’élaboration des Termes de
                       Référence détaillés et la préparation de
                       budgets des projets proposés
Fin juillet 2008       Soumission des TdR détaillés et des budgets           Le consultant national retenu en
                       pour les 4 propositions de projets                    juin
                       d’adaptation
Août 2008              Approbation des TdR et budgets et                     BCD
                       identification et recrutement des consultants
                       qui doivent réaliser la mise en œuvre des
                       TdR
Sept – Déc 2008         Préparation d’un appel d’offre pour la              Les consultants retenus
                             réalisation des actions de formation et         BCD
                             sensibilisation identifiés et sélection de(s)   Acteurs dans le PASEHA
                             opérateur(s) pour la mise en œuvre à            AGRHYMET
                             intégrer à la composante 1 du PASEHA
                        Proposition détaillé pour un programme
                             actions- recherche sur la GIRE, autour
                             de la proposition d’AGRHYMET à
                             intégrer à la composante 1 du PASEHA
                        Assurer l’intégration des actions pilotes
                             au niveau des infrastructures
                             d’assainissement au sein du PASEHA
                             composante 2 suite à la revue de mi-
                             parcours
                        Sélection de consultants pour la
                             définition des actions d’intégration dans
                             la planification à long terme
Janvier 2009 et        Mise en œuvre du programme de formation,              Opérateur sélectionné
suivant                intégré au PASR (composante 1) lors de sa             Acteurs dans le PASR
                         ère
                       1 année de démarrage ; il est important
                       d’assurer la formation avant d’entamer le
                       processus de la révision de la SDR (voir
                       prochaine étape dans ce plan d’action)
Deuxième               La mise en œuvre du programme                         Acteurs dans la SDR
semestre 2009 et       d’intégration dans la SDR lors de sa révision         Consultant/opérateur retenu
suivant                                                                      BCD




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                 32
Appréciation des impacts des changements climatiques                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexes 1: Plan d’Action du Processus pour Accroître la
Résilience du Programme d’Assistance Danoise au Niger face aux
Changements Climatiques

Le plan d‘action du processus pour accroître la résilience du programme d‘assistance danoise
au Niger face aux changements climatiques a été présenté au chapitre 7 et s‘articule autour de
la mise en œuvre des quatre actions identifiées, à savoir :

Action 1. Formation et sensibilisation en changements climatiques, ses impacts et mesures
d‘adaptation pour renforcer les capacités des décideurs politiques, des services techniques et
des acteurs locaux

Action 2. Actions recherche-développement concertées sur la Gestion Intégrée des
Ressources en Eau (GIRE) afin de renforcer les capacités de suivi et de gestion de l‘eau

Action 3. Intégration des aspects changements climatiques dans la planification à moyen et
long terme

Action 4. Actions pilotes au niveau des infrastructures eau et assainissement

Une fiche de projet a été préparée pour chacune de ces actions avec un résumé des activités à
entreprendre.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                   33
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                                Fiche 1

       Actions de Formation et de Sensibilisation en Changements Climatiques

                         Au niveau national, les partenaires du PASEHA (MH-DRE, DMN, DHP-
                         ES, SDR) et du PASR (MDA/MRA/MATDC/MELCD/MCIN/MEF) et au
Groupes cibles
                         niveau régional (DRH Zinder/Diffa, CREA, DRSP Zinder/Diffa,
                         Communautés locales, secteur privé, ONGs (opérateurs).
                         Former et sensibiliser en changements climatiques, ses impacts et
                         mesures d’adaptation pour renforcer les capacités des décideurs
Objectif
                         politiques, des services techniques et des acteurs locaux afin
                         d’accroître la résilience des programmes d’assistance
                         Modules de formation adaptés aux groupes cibles, consistant en une
                         présentation des CC, accentuant les impacts et stratégies d’adaptation
Contenu
                         (prenant en compte la dimension genre), avec études de cas illustrant
                         les liens avec les activités des deux programmes
                          Identification détaillée des besoins; Elaboration des modules de
                             formation adaptée aux groupes cibles;
                          et formation par le biais d’ateliers aux niveaux national, régional
                             (incluant les opérateurs œuvrant avec le niveau communal) avec
Activités
                             matériaux de support adaptés aux groupes cibles;
                          toutes les activités à intégrer dans le PASEHA/PASR;
                          en bâtissant sur les éléments d’information déjà existants au
                             niveau national et régional
                         Opérateur de formation privé/ONG spécialisé/Formation formateurs, ou
                         même AGRHYMET, mais seulement si des compléments et synergies
                         sont envisageables et effectifs avec le programme de formation de
Acteurs clés
                         type Mastère en développement par le Centre régional. 22 Il est
                         possible, voir recommandé, de regrouper toutes les activités de
                         formation sous cette proposition en un seul ou deux contrats.
                         A déterminer (à intégrer dans le budget de la composante 1 du
Financement              PASEHA et du PASR); synergies avec d’autres projets en cours ou en
                         préparation (PANA/LDCF) sont à réaliser.




22
     Voir note 21.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    34
Appréciation des impacts des changements climatiques                              Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                                Fiche 2

   Actions recherche-développement concertées sur la Gestion Intégrée des
    Ressources en Eau (GIRE) afin de renforcer les capacités de suivi et de
                              gestion de l’eau

                         Acteurs impliqués dans la GIRE (DRE, DMN, MDA, MRA, MELCD,
Groupes cibles           DHP, SDR) (niveaux national et régional) et AGRHYMET (dimension
                         sous-régionale).
                         Améliorer la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) en
                         intégrant les aspects changements climatiques et en développant les
Objectif
                         modèles de stratégies d’adaptation ; le potentiel de poursuivre des
                         synergies et harmonies au niveau sous-régional doit être exploré.
                          Renforcer le système de collecte et suivi de données systématique,
                             méthodes d’analyse et traitement de données, intégrés dans la
                             GIRE;
Contenu
                          Formation des acteurs chargés de l’opération de ce système;
                          cadre de concertation et coordination pour assurer un échange et
                             une diffusion appropriée
                          Revue des systèmes existants;
                          identifier les besoins pour intégrer les considérations d’ACC et
                             RRD dans ces systèmes;
                          élaboration du système et des méthodes d’analyse;
Activités
                          intégrer le système dans la GIRE;
                          former les opérateurs; activité à intégrer dans PASEHA/PASR;
                          créer un cadre de concertation et coordination entre DRE, DMN,
                          AGRHYMET et les autres partenaires intéressés
                         DRE, DMN, et AGRHYMET (pour assurer une dimension sous-
Acteurs clés
                         régionale visant une harmonisation future)
Financement              A intégrer dans le budget PASEHA (Composante 1)/PASR




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                  35
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                                Fiche 3

    Intégration des aspects changements climatiques dans la planification à
                              moyen et long terme

                       SDR et acteurs la constituant; surtout les directions de planification
Groupes cibles
                       sectorielle
                       Intégrer les aspects changements climatiques dans la planification à long
Objectif
                       terme à travers une reformulation de la SDR
                        L’impact des changements climatiques et des mesures préventives
                           sont intégrés:
                        dans le processus de révision de la SDR,
                        la planification macroéconomique;
                        des infrastructures de base du secteur rural ayant une longue durée
                           de vie;
Contenu                 dans le Code rural et les Schémas d’aménagement foncier,
                        dans le processus de régionalisation du plan d’action de la SDR;
                           d’aménagement du territoire; et, de développement des PDC;
                        dans les programmes d’éducation et d’hygiène et les programmes
                           de gestion de l’eau et aux programmes d’éducation et d’hygiène de
                           la DHP/ES, programmes et stratégies décentralisés de gestion de
                           l’eau, l’assainissement et l’hygiène
                       Revue détaillée de ces instruments de planification et identification des
Activités
                       mesures préventives à intégrer; processus de mise à jour des stratégies
                       Les différentes parties prenantes, suites à leur formation (action 1) et
Acteurs clés
                       avec l’appui des opérateurs
Financement            A intégrer dans le budget de chaque programme




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                     36
Appréciation des impacts des changements climatiques                                Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                                Fiche 4

       Actions pilotes au niveau des infrastructures eau et assainissement

                       DRH Zinder/Diffa, CREA, DRSP Zinder/Diffa, Communautés locales,
Groupes cibles
                       secteur privé, ONGs (opérateurs)
                       Protéger les infrastructures eau et assainissement des effets négatifs
Objectif               potentiels des changements climatiques et garantir une durée de vie
                       maximale face à ces changements
                        Pour les Latrines situées près des sources d’eau potable, promouvoir
                           l’expérimentation par le biais de pilotes utilisant des technologies
                           permettant une meilleure protection des sources d’eau potable en
                           cas d’inondation
Contenu                 Continuer à utiliser les critères convenus pour la sélection des sites
                           et les techniques de construction et technologies (permettant une
                           adaptation à moindre coût à ces variations).
                        Continuer à mettre l’accent sur un bon entretien des infrastructures
                           et une gestion rationnelle de l’eau pendant les temps de sécheresse.
                        élaboration de standards et critères de bonnes pratiques;
                        inclusion dans les manuels;
Activités
                        sélection des sites pilotes;
                        formation des opérateurs
Acteurs clés           DRH Zinder/Diffa et opérateurs
Financement            A intégrer dans le budget de la composante 2 du PASEHA




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    37
          Appréciation des impacts des changements climatiques                                             Rapport final
          sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



          Annexe 2A: Aperçu des risques climatiques du Programme Eau, Hygiène et Assainissement
          (PASEHA) au Niger
                                           Composante 1: Appui au renforcement des capacités au niveau national.
                                                       Niveau de                                         Niveau de
                                     Niveau de
                                                         risque                                        Pertinence des
    Vulnérabilité connue                risque                              Commentaires                                               Types d’actions proposées
                                                       climatique                                         Options
                                     climatique
                                                          perçu                                         d’adaptation
Objectif immédiat : Contribuer à renforcer les capacités du MH et de la DHP/ES pour leur permettre de mettre en œuvre le programme « eau potable et assainissement de la
SDR »
                                                                        La perception du risque
                                                                         est là mais les modèles                              Assurer une formation des intervenants en CC à tous
                                                                         permettant des projections                            les niveaux et, suite à ces formations, intégrer
                                                                         n’existent pas. Par                                   davantage des mesures préventives aux programmes
Les changements climatiques                                                                                                    de gestion de l’eau et aux programmes d’éducation et
                                                                         ailleurs, les données de
auront à moyen et long terme :                                                                                                 d’hygiène de la DHPES pour prendre en compte les
                                                                         base historiques à intégrer
   une influence sur la quantité,                                                                                             impacts attendus des changements climatiques.
                                                                         dans ces modèles à
    qualité et les modes de
                                                                         développer sont plus ou                              Tel que proposé par la revue mi-parcours, il faut
    gestion des ressources en
                                                                         moins fiables                                         accentuer les efforts autour de la GIRE et du
    eau, et donc sur les
    directions stratégiques et          Haut              Haut          La perception des risques           Haut              renforcement des capacités pour la collecte et
    politiques futures                                                   climatiques est réelle par                            l’analyse de l’information entourant la GIRE, en
                                                                         les autorités nationales,                             particulier au plan de l’analyse en terme d’impact des
   des impacts potentiels sur                                                                                                 changements climatiques sur cette gestion à court,
                                                                         mais les connaissances
    l’hygiène et l’assainissement                                                                                              moyen et long terme et sur les stratégies nationales.
                                                                         pratiques et la diffusion
    à cause des variations des
                                                                         d’information pertinente                             Dans cette optique, la création d’un cadre de
    quantités de précipitation
                                                                         pour intégration aux                                  concertation et coordination étroite entre la DRE,
                                                                         programmes de formation                               DMN, AGRHYMET et les autres partenaires ayant un
                                                                         et sensibilisation est                                intérêt est à prévoir
                                                                         déficiente
Résultat 1.1 : Les capacités du MH à préparer, exécuter et suivre les budgets programmes annuels concernant notamment le programme "eau potable et assainissement de la SDR"
sont renforcées
                                                                                                                         Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité;
                                                                       Les changements climatiques                       néanmoins les capacités du MH doivent aussi être
Aucune vulnérabilité directement
                                         Bas               Bas         n’affectent pas ces capacités        Bas          renforcées sur les nouvelles approches d’intégration des
liée à cette activité
                                                                       de la MH dans le court terme                      informations climatiques dans les processus de
                                                                                                                         budgétisation au niveau national.
Résultat 1.2 : Les capacités du MH à jouer un rôle moteur dans la mise en œuvre du programme "eau potable et assainissement de la SDR" et des politiques nationales sont
renforcées
Les changements climatiques              Haut             Haut         La perception du risque est là       Haut          Travailler en lien étroit avec AGRHYMET et assurer


          Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                      38
         Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
         sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

auront à moyen et long terme une                                      mais les modèles permettant                         l’intégration des projections liées aux changements
influence sur la quantité, qualité                                    des projections n’existent pas.                     climatiques aux processus de développement des
et les modes de gestion des                                           Par ailleurs, les données de                        stratégies nationales
ressources en eau, et donc sur                                        base historiques à intégrer                        Il faudrait aussi :
les directions stratégiques et                                        dans ces modèles à                                     Entreprendre des activités de sensibilisation des
politiques futures                                                    développer sont plus ou moins                           cadres du MH sur le CC et sa prise en compte dans le
                                                                      fiables                                                 programme eau et assainissement
                                                                                                                           Améliorer les réseaux de collecte de l’information
                                                                                                                            climatique par rapport aux ressources en eau
                                                                                                                           Aider aux échanges d’expérience

Résultat 1.3 : Les capacités du MH à connaître et à suivre les ressources en eau sont renforcées
                                                                                                                         Tel que proposé par la revue mi-parcours, il faut
                                                                                                                          accentuer les efforts autour de la GIRE et du
                                                                                                                          renforcement des capacités pour la collecte et l’analyse
                                                                                                                          de l’information entourant la GIRE, en particulier au plan
                                                                                                                          de l’analyse en terme d’impact des changements
                                                                                                                          climatiques sur cette gestion à court, moyen et long
                                                                                                                          terme.
                                                                                                                         Dans cette optique, la création d’un cadre de
                                                                                                                          concertation et coordination étroite entre la DRE, DMN,
                                                                                                                          AGRHYMET et les autres partenaires ayant un intérêt
                                                                                                                          est à prévoir.
                                                                                                                         Les activités d’adaptation au CC déjà inclues dans le
                                                                       La perception du risque est là                     PASEHA :
Les changements climatiques                                            mais les modèles permettant                            Appui à la DRE à capitaliser les expériences
auront à moyen et long terme une                                      des projections n’existent pas.                             GIRE
influence sur la quantité, qualité       Haut             Haut          Par ailleurs, les données de     Haut
et les modes de gestion des                                           base historique à intégrer dans                           contribution à la formation des agents de la DRE
ressources en eau                                                     ces modèles à développer sont                              en matière de GIRE
                                                                           plus ou moins fiables                                Appui à la DRE à définir la vision d’un futur
                                                                                                                                 système de suivi des ressources en eau
                                                                                                                         Les activités d’adaptation qui ne sont pas prise en
                                                                                                                          compte et qui doivent être intégrées :
                                                                                                                         Prise en compte de la dimension démographique et de
                                                                                                                            ses prévisions dans la mise en œuvre de la GIRE
                                                                                                                           Adoption de l’approche écosystémique dans la mise
                                                                                                                            en œuvre de la GIRE
                                                                                                                           Aide aux échanges d’expérience
                                                                                                                           Développement et amélioration des réseaux de


         Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                      39
         Appréciation des impacts des changements climatiques                                              Rapport final
         sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

                                                                                                                               collecte de l’information climatique par rapport aux
                                                                                                                               ressources en eau




Résultat 1.4 : Les capacités de la DHPES à promou-voir et à mettre en place des pro-grammes concer-tés d'éducation et d'hygiène d'assai-nissement de base
                                                                     La perception des risques
                                                                     climatiques est réelle par les
Les variations des quantités de                                                                                           Assurer une formation des intervenants en CC à tous les
                                                                     autorités nationales, mais les
précipitation dues aux                                                                                                    niveaux et, suite à ces formations, intégrer davantage des
                                                                     connaissances pratiques et la
changements climatiques auront         Moyen             Haut                                              Moyen          mesures préventives aux programmes d’éducation et
                                                                     diffusion d’information
des impacts potentiels sur                                                                                                d’hygiène de la DHPES pour prendre en compte les
                                                                     pertinente pour intégration aux
l’hygiène et l’assainissement                                                                                             impacts attendus des CC.
                                                                     programmes de formation et
                                                                     sensibilisation est déficiente.




         Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                        40
         Appréciation des impacts des changements climatiques                                          Rapport final
         sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



                  Composante 2: Eau, hygiène et assainissement en milieu rural et semi urbain dans les régions de Zinder et Diffa
                                                      Niveau de                                   Niveau de
                                      Niveau de
                                                         risque                                   Pertinence
     Vulnérabilité connue                risque                          Commentaires                                             Types d’actions proposées
                                                      climatique                                 des Options
                                      climatique
                                                         perçu                                   d’adaptation
Objectif immédiat 1: La fonctionnalité des acteurs eau et assainissement améliorée d’une manière pérenne et conformément à la décentralisation et aux stratégies
sectorielles.
   Les risques climatiques sur
    l’accès à l’eau potable, la
    santé et l’hygiène sont liés à
    l’aggravation des désastres
    naturels en termes d’ampleur
    et de fréquence (sécheresse,                                 La perception des risques
    inondation, invasion                                         climatiques est réelle par les                Assurer une formation des intervenants en CC à tous les
    d’acridienne).                                               autorités nationales, mais les                niveaux et, suite à ces formations, intégrer davantage des
   Il s’agit principalement de la                               connaissances pratiques et la                 mesures préventives aux programmes et stratégies
                                       Moyen          Haut       diffusion d’information           Moyen
    malnutrition, la santé de la                                                                               décentralisée de gestion de l’eau, l’assainissement et
    reproduction, et des épidémies                               pertinente pour intégration                   l’hygiène.
    de choléra et autres maladies,                               aux programmes de formation
    ces dernières étant liées soit à                             et sensibilisation est déficiente
     la contamination par
     l’inondation ou à la migration
     des populations.
    Les femmes et les enfants
     sont les plus vulnérables
Résultat 1.1 : La capacité des DRH de Zinder et de Diffa est renforcée
Les risques climatiques sur l’accès                                                                                 Renforcer la collaboration régionale dans le domaine de la
à l’eau potable, la santé et                                                                                         recherche et de la diffusion des connaissances scientifiques
l’hygiène sont liés à l’aggravation                                                                                  sur le CC, dans cette optique, la création d’un cadre de
des désastres naturels en termes                                                                                     concertation et coordination étroite entre la DRE, DMN,
d’ampleur et de fréquence                                                                                            AGRHYMET et les autres partenaires ayant un intérêt est à
(sécheresse, inondation, invasion                                                                                    prévoir
d’acridienne). Il s’agit                                                                                            Assurer une formation des DRH de Zinder et Diffa en CC et,
                                        Moyen             Haut                 Idem                  Moyen
principalement de la malnutrition, la                                                                                suite à ces formations, intégrer davantage des mesures
santé de la reproduction, et les                                                                                     préventives aux programmes et stratégies décentralisés de
épidémies de choléra et autres                                                                                       gestion de l’eau
maladies, ces dernières étant liées                                                                                 Renforcer les capacités au niveau des communautés
soit à la contamination par                                                                                          locales et à l’échelon national, mais aussi les capacités des
l’inondation ou à la migration des                                                                                   départements météorologiques au niveau régional à
populations.                                                                                                         produire des informations climatiques utiles à divers



         Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                   41
          Appréciation des impacts des changements climatiques                                             Rapport final
          sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

                                                                                                                         utilisateurs.
                                                                                                                        Encourager les échanges, de façon à renforcer les options
                                                                                                                         d’adaptation viables.
Résultat 1.2 : Un suivi/appui des ouvrages hydrauliques est effectué régulièrement par les DRH de Zinder et de Diffa
Idem                                       Moyen           Haut                       Idem                 Moyen                                 Idem
Résultat 1.3 : Elus communaux et personnel des communes dans les régions de Zinder et Diffa sont formés et appuyés
Idem                                       Moyen           Haut                       Idem                 Moyen                                 Idem
Résultat 1.4 : Le secteur privé, y compris des ONG, est formé et appuyé
Idem                                       Moyen           Haut                       Idem                 Moyen                                 Idem
Résultat 1.5 : Des Commissions Régionales de l’Eau et de l’Assainissement sont créées et appuyées
Idem                                       Moyen           Haut                       Idem                 Moyen                                 Idem
Objectif immédiat 2: Les cadres d’une meilleure gestion pérenne des infrastructures d’eau potable sont établis et les besoins d’environ 127 000 personnes sont couverts
par de nouveaux ouvrages hydrauliques ou par des ouvrages hydrauliques réhabilités.
                                                                       Les critères de sélection des
                                                                       sites, les techniques de
                                                                       construction et technologies                   Continuer à utiliser les critères convenus pour la sélection
   Les nouvelles infrastructures
                                                                       tiennent déjà compte des                        des sites et les techniques de construction et technologies
    pourraient êtres vulnérables
                                                                       impacts de la variabilité                       (permettant une adaptation à moindre coût à ces
    aux changements climatiques
                                            Haut           Bas         climatique et devrait permettre     Moyen       variations).
    et à la variabilité des pluies.
                                                                       une adaptation, à peu de frais,                Continuer à mettre l’accent sur un bon entretien des
   Les puits sont vulnérables à
                                                                       aux changements climatiques                     infrastructures et une gestion rationnelle de l’eau pendant
    l’ensablement
                                                                       à plus long terme, lorsque le                   les temps de sécheresse.
                                                                       besoin s’en fera sentir
Résultat 2.1 : 190 points d’eau sont réhabilités
                                                                                                                      Les options d’adaptation à court terme sont minimes pour
Les nouvelles infrastructures                                       Les critères de sélection des
                                                                                                                      cette activité étant donnée l’incertitude entourant les
pourraient êtres vulnérables aux                                    sites, les techniques de
                                                                                                                      prévisions à long terme au plan régional. Toutefois, il convient
changements climatiques à plus                                      construction et technologies
                                                                                                                      de :
long terme, dépendamment des                                        devrait permettre une
                                            Haut         Bas                                             Moyen         Protéger les nouvelles infrastructures contre les inondations
changements qui surviendront                                        adaptation, à peu de frais, aux
                                                                                                                        et l’ensablement
dans la région en terme de quantité                                 changements climatiques à
                                                                                                                       Malgré l’absence de modèle climatique précis, tenir compte
et de répartition des précipitations                                plus long terme, lorsque le
                                                                                                                        des fluctuations de la disponibilité en eau souterraine dans
dans le temps                                                       besoin s’en fera sentir
                                                                                                                        la réalisation des infrastructures
Résultat 2.2 : 7 mini adductions d’eau potable (mini-AEP) sont réhabilitées et/ou agrandies
Idem                                       Haut            Bas                      Idem                 Moyen                                      Idem
Résultat 2.3 : 83 nouveaux points d’eau sont réalisés
Idem                                       Haut            Bas                      Idem                 Moyen                                      Idem
Résultat 2.4 : 9 mini-AEP et 11 postes d’eau autonomes (PEA) sont réalisés
Idem                                       Haut            Bas                      Idem                 Moyen                                      Idem
Objectif immédiat 3: Les populations cibles incitées à un changement de comportement vis-à-vis de l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement.
   Les risques climatiques sur la        Moyen          Moyen         La plupart des mesures            Moyen             Continuer la promotion des mesures déjà intégrées au



          Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                      42
          Appréciation des impacts des changements climatiques                                                 Rapport final
          sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

     santé et l’hygiène sont liés à                                     préventives sont déjà                                   programme
     l’aggravation des désastres                                        courantes et bien intégrées à                          Assurer une formation des intervenants en CC à tous les
     naturels en termes d’ampleur                                       la programmation, à la lumière                          niveaux et, suite à ces formations, intégrer davantage des
     et de fréquence (sécheresse,                                       de la variabilité climatique et                         mesures préventives aux programmes d’éducation et
     inondation, invasion                                               des désastres naturels                                  d’hygiène pour prendre en compte les impacts attendus
     d’acridienne).                                                     fréquents (sécheresses,                                 des changements climatiques.
    Il s’agit principalement de la                                     inondations).                                          Pour les Latrines situées près des sources d’eau potable,
     malnutrition, la santé de la                                                                                               tel que suggéré par la revue de mi-parcours, promouvoir
     reproduction, et les épidémies                                                                                             l’expérimentation par le biais de pilotes utilisant des
     de choléra et autres maladies,                                                                                             technologies permettant une meilleure protection des
     ces dernières étant liées soit à                                                                                           sources d’eau potable en cas d’inondation
     la contamination par
     l’inondation ou à la migration
     des populations.
    Les femmes et les enfants
     sont les plus vulnérables
Résultat 3.1 : Les ONG font la promotion de l’eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement dans le cadre d’une collaboration avec les DRH et les DRSP
Les risques climatiques sur la
santé et l’hygiène sont liés à
l’aggravation des désastres
naturels tant en ampleur qu’en de
                                                                                                                           Assurer une formation des intervenants en CC à tous les
fréquence (sécheresse, inondation,                                      La plupart des mesures
                                                                                                                           niveaux et, suite à ces formations, intégrer davantage des
invasion d’acri-dienne). Il s’agit de                                   préventives sont déjà
                                            Moyen            Haut                                             Moyen        mesures préventives aux programmes d’éducation et
la malnu-trition, la santé de la                                        courantes et bien intégrées à
                                                                                                                           d’hygiène pour prendre en compte les impacts attendus des
reproduc-tion, et les épidémies de                                      la programmation
                                                                                                                           changements climatiques.
choléra et autres maladies, ces
dernières étant liées soit à la
contamination par l’inondation ou à
la migration des populations.
 Résultat 3.2 : Réalisation de 3 000 latrines familiales dont 2 000 dans la région de Zinder et 1 000 dans celle de Diffa
                                                                                                                            Pour les Latrines situées près des sources d’eau potable, tel
                                                                        Certaines latrines situées dans
                                                                                                                             que suggéré par la revue de mi-parcours, promouvoir
Les latrines sont vulnérables aux                                       les villages, lors d’inondation,
                                                                                                                             l’expérimentation par le biais de pilotes utilisant des
inondations si elles sont localisées                                    peuvent mener à contaminer
                                            Moyen           Moyen                                             Moyen          technologies permettant une meilleure protection des
dans un endroit précaire. Ceci                                          les sources d’eau potable
                                                                                                                             sources d’eau potable en cas d’inondation
pourrait nuire à l’hygiène.                                             étant donnée les techniques
                                                                                                                            Protéger les nouvelles latrines contre les inondations et
                                                                        de construction utilisées
                                                                                                                             l’ensablement
Résultat 3.3 : Les DRSP font régulièrement le suivi des acteurs et des ouvrages réalisés
                                                                        La plupart des mesures
                                                                        préventives sont déjà
Idem                                         Bas             Bas                                                Bas        Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité
                                                                        courantes et bien intégrées à
                                                                        la programmation



          Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                          43
         Appréciation des impacts des changements climatiques                                                Rapport final
         sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

Objectif immédiat 4: Meilleures connaissances des ressources en eau ainsi que la promotion d’une gestion intégrée.

                                                                           La gestion intégrée ne
                                                                            peut être pérenne et
                                                                            adaptée que si elle prend
                                                                                                                                 Tel que proposée par la revue mi-parcours, il faut
                                                                            en compte les
                                                                                                                                  accentuer les efforts autour de la GIRE et du
                                                                            changements climatiques
                                                                                                                                  renforcement des capacités pour la collecte et
Les ressources en eaux et                                                   et leurs conséquences
                                                                                                                                  l’analyse de l’information entourant la GIRE, en
conséquemment leur gestion seront                                           projetées (températures
                                                                                                                                  particulier au plan de l’analyse en terme d’impact
affectées par les changements                                               accrues, précipitations,
                                           Haut            Moyen                                                 Haut             des changements climatiques sur cette gestion à
pluviométriques et de température                                           etc.)
                                                                                                                                  court, moyen et long terme.
(augmentation de l’évaporation,                                            La GIRE n’est pour le
                                                                                                                                 Dans cette optique, la création d’un cadre de
etc.)                                                                       moment pas
                                                                                                                                  concertation et coordination étroite entre la DRE,
                                                                            opérationnelle et des
                                                                                                                                  DMN, AGRHYMET et les autres partenaires ayant
                                                                            faiblesses en terme de
                                                                                                                                  un intérêt est à prévoir
                                                                            capacités sont notées tant
                                                                            au niveau de la collecte de
                                                                            données, qu’au niveau de
                                                                            leur analyse
Résultat 4.1 : Un système de suivi des ressources en eau fonctionnel, y compris données stockées, traitées et ventilées
                                                                                                                             Les activités d’adaptation au CC déjà inclues dans
                                                                                                                             le PASEHA :
                                                                                                                              L’importance de la gestion intégrée des ressources
                                                                                                                                  en eau (GIRE) promue. (résultat 4.2)
                                                                                                                             Les activités d’adaptation qui ne sont pas prise en
                                                                                                                             compte et qui doivent être intégrées :
                                                                                                                              Accentuer les efforts autour de la GIRE et du
                                                                                                                               renforcement des capacités pour la collecte et
Les ressources en eaux et                                                                                                      l’analyse de l’information entourant la GIRE, en
conséquemment leur gestion seront                                                                                              particulier au plan de l’analyse en terme d’impact des
affectées par les changements                                                                                                  changements climatiques sur cette gestion à court,
                                           Haut            Moyen                     Idem                        Haut
pluviométriques et de température                                                                                              moyen et long terme. Dans cette optique, Renforcer
(augmentation de l’évaporation,                                                                                                la collaboration régionale dans le domaine de la
etc.)                                                                                                                          recherche et de la diffusion des connaissances
                                                                                                                               scientifiques sur le CC. À cet égard, la création d’un
                                                                                                                               cadre de concertation et coordination étroite entre la
                                                                                                                               DRE, DMN, AGRHYMET et les autres partenaires
                                                                                                                               ayant un intérêt est à prévoir
                                                                                                                              Prise en compte de la dimension démographique et
                                                                                                                               de ses prévisions dans la mise en œuvre de la GIRE
                                                                                                                              Adoption de l’approche écosystème dans la mise en




         Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                      44
         Appréciation des impacts des changements climatiques                              Rapport final
         sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

                                                                                                             œuvre de la GIRE
                                                                                                            Aide aux échanges d’expérience
                                                                                                            Développement et amélioration des réseaux de
                                                                                                             collecte de l’information climatique par rapport aux
                                                                                                             ressources en eau


Résultat 4.2 : L’importance de la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) promue
Idem                                         Haut           Moyen                   Idem       Haut                                  Idem




         Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                     45
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                                Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



     Annexe 2B: Aperçu des risques climatiques du programme d’appui au secteur rural (PASR, en
     cours de formulation) au Niger

                                                                         Composante 1 du PASR
                                                       Niveau de                                          Niveau de
                                     Niveau de
                                                         risque                                          pertinence
     Vulnérabilité connue              risque                                Commentaires                                          Types d’actions proposées
                                                       climatique                                        des options
                                     climatique
                                                          perçu                                         d’adaptation
Objectif de développement du PASR: Contribuer à la réduction de l'incidence de la pauvreté rurale de 66% en 2003 à 52% en 2015, en créant les conditions d'un développement
économique et social durable garantissant la sécurité alimentaire des populations et une gestion durable des ressources naturelles
Vulnérabilité connue : Les changements climatiques, à travers leurs effets et impacts sur la gestion des ressources naturelles, vont exacerber les pressions sur les sources de
revenus des populations vulnérables et risque d’accroître le nombre de ceux qui souffrent de malnutrition (en particulier les femmes et les enfants).
Objectif immédiat: Les capacités des acteurs à opérationnaliser la SDR sont renforcées
Les changements climatiques                                           L’état actuel des
auront à moyen et long terme                                           connaissances des                                    Assurer des séances de sensibilisation et de
des impacts sur les conditions                                         services techniques                                   formation en CC des intervenants à tous les niveaux,
socio économiques des                                                  sectoriels sur les CC reste
populations rurales, et donc sur                                       insuffisant.                                         Assurer l’intégration des projections liées aux
les directions stratégiques et                                                                                               changements climatiques aux processus de
                                       Haut         Bas/moyen                                               Haut
politiques à prendre pour assurer                                     Les changements                                       développement des stratégies nationales et
l’atteinte des objectifs du SDR                                        climatiques ne sont pas                               régionales notamment lors de la révision de la SDR
          Au niveau national                                          adéquatement intégrés à                               et lors du processus de régionalisation du plan
                                                                       la planification à long                               d’action de la SDR
          Au niveau régional                                          terme
Résultat 1.1Le plan d’action du SE-SDR est mis en œuvre
                                                                                                                            Restructurer et renforcer le SE-SDR pour développer
                                                                                                                             sa capacité à comprendre les effets du CC et à y
Les changements climatiques                                                                                                  répondre.
auront à moyen et long terme
                                                                                                                            Initier l’intégration des questions climatiques dans le
des impacts sur les conditions                                       Les changements climatiques
                                                                                                                             processus de planification et de mise en œuvre de la
socio économiques des                                                 ne sont pas adéquatement
                                         Haut         Bas/moyen                                             Haut             SDR
populations rurales, et donc sur                                      intégrés à la planification à
les directions stratégiques et                                                long terme                                    Intégrer l’adaptation dans le processus de
politiques à prendre pour assurer                                                                                            planification de La SDR, pour faire en sorte que les
l’atteinte des objectifs du SDR                                                                                              besoins en matière d’adaptation soient incorporés
                                                                                                                             dans les programmes sectoriels, intégrés dans la
                                                                                                                             stratégie nationale et soutenus par les budgets



     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                          46
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                               Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

                                                                                                                            nécessaires
Résultat 1.2 « Le Plan d’action de la SDR est régionalisé »

Les changements climatiques                                                                                                Assurer des séances de sensibilisation et de
auront à moyen et long terme                                                                                                formation en CC des acteurs au niveau régional
des impacts sur les conditions                                                                                             Restructurer et renforcer la SDR au niveau régional
socio économiques des                                                                                                       pour développer sa capacité à comprendre les effets
populations rurales, et donc sur         Haut          Bas/moyen                   Idem                    Haut             du CC et à y répondre.
les directions stratégiques et
politiques régionales à prendre                                                                                            Initier l’intégration des questions climatiques dans le
pour assurer l’atteinte des                                                                                                 processus de planification et de mise en œuvre de la
objectifs du SDR                                                                                                            SDR au niveau régional
Résultat 1.3 « les interventions menées dans le cadre de la SDR sont suivies et évalués à tous les niveaux »
                                                                   L’intégration des
                                                                   problématiques des CC dans
Aucune vulnérabilité directement                                   la programmation de la SDR,
                                           Bas            Bas                                                Bas        Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité
liée à cette activité                                              se reflètera dans l’atteinte des
                                                                   autres résultats mesurés de la
                                                                   SDR
Résultat 1.4 Les services fournis par les MDA/MRA/ MATDC / MELCD / MH / MCIN / MEF sont améliorés.
                                                                                                                           Assurer des séances de sensibilisation et de
                                                                                                                            formation en CC des services sectoriels nationaux
Les changements climatiques
auront à moyen et long terme                                         L’état actuel des                                     Restructurer et renforcer les services sectoriels pour
des impacts sur les conditions                                       connaissances des services                             développer leur capacité à comprendre les effets du
socio économiques des                                                techniques sectoriels sur les                          CC et à y répondre.
                                         Haut            Moyen                                             Haut
populations rurales, et donc sur                                     CC reste insuffisant pour                             Initier le mouvement d’intégration des questions
les directions stratégiques et                                       assurer leur pleine prise en                           climatiques dans les processus de planification des
politiques à prendre pour assurer                                    compte                                                 services sectoriels, à tous les niveaux (national,
l’atteinte des objectifs de la SDR                                                                                          régional et communal),


Résultat 1.5 « Le réseau national des chambres d’agriculture est mis en place et opérationnel
                                                                     Il n’y a pas d’impact direct sur
Aucune vulnérabilité directement                     Pas
                                         Bas                              le fonctionnement des             Bas         Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité
liée à cette activité                                applicable
                                                                          chambres d’agriculture
Résultat 1.6 Les SFD sont consolidées et se développent avec la participation de l’ANIP-MF
                                                                     Il n’y a pas d’impact direct des
Aucune vulnérabilité directement                         Pas
                                         Bas                           CC sur la consolidation des          Bas         Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité
liée à cette activité                                 applicable
                                                                                    SFD




     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                         47
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                                Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



                                                                            Composante 2 du PASR
                                                      Niveau de                                 Niveau de
                                      Niveau de
                                                        risque                               pertinence des
     Vulnérabilité connue               risque                        Commentaires                                             Types d’actions proposées
                                                      climatique                                 options
                                     climatique
                                                         perçu                                d’adaptation
Objectif de développement de la composante 2 : Des conditions favorables à un accroissement durable des productions et des revenus ruraux à Zinder et à Diffa dans la
perspective d’une gestion durable des ressources sont créées
Vulnérabilité connue : Les changements climatiques généreront des pressions additionnelles sur les ressources naturelles et leur gestion. Cela affectera la productivité agricole
de même que les sources de revenus des populations vulnérables.
Objectif immédiat 1: Améliorer la gestion du secteur rural dans la perspective de la décentralisation
                                                                         Des options
                                                                          d’adaptation à court
                                                                          terme à la variabilité
                                                                          climatique sont déjà
                                                                          intégrées aux
                                                                          différents niveaux de
Les changements climatiques                                               planification.
                                                                                                                            Assurer une formation en CC des intervenants à tous
auront à moyen et long terme
des impacts sur les conditions                                           L’état actuel des                                  les niveaux,
                                                                          connaissances des
socio économiques des                                                                                                       Assurer l’intégration des projections liées aux
populations rurales, et donc sur                                          services techniques
                                                                                                                             changements climatiques aux processus :
les directions stratégiques et           Haut          Bas/moyen          sectoriels sur les CC           Haut
politiques régionales à prendre                                           reste insuffisant                                      o    de régionalisation du plan d’action de la SDR
pour assurer l’atteinte des                                              Les impacts des                                        o    d’aménagement du territoire; et,
objectifs de la SDR, de même                                              changements
que sur les schémas                                                                                                              o    de développement des PDC.
                                                                          climatiques ne sont
d’aménagement du territoire                                               pas adéquatement
                                                                          intégrés à la
                                                                          planification à long
                                                                          terme et à
                                                                          l’aménagement du
                                                                          territoire
Résultat 1.1 « Le Plan d’action de la SDR est régionalisé »
Les changements climatiques
                                                                      Les changements                                       Assurer des séances de sensibilisation et de formation
auront à moyen et long terme                                                                                                 en CC des acteurs au niveau régional
                                                                      climatiques ne sont pas
des impacts sur les conditions           Haut          Bas/moyen                                          Haut
                                                                      adéquatement intégrés à la                            Restructurer et renforcer la SDR au niveau régional
socio économiques des
                                                                      planification à long terme                             pour développer sa capacité à comprendre les effets du
populations rurales, et donc sur


     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                            48
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                          Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

les directions stratégiques et                                                                                         CC et à y répondre.
politiques régionales à prendre
pour assurer l’atteinte des                                                                                           Initier l’intégration des questions climatiques dans le
objectifs du SDR                                                                                                       processus de planification et de mise en œuvre de la
                                                                                                                       SDR au niveau régional


Résultat 1.2 « Des cadres et/ou des mécanismes de concertation et de décision inter-acteurs sont opérationnels »
Aucune vulnérabilité directement                    Pas         Il n’y a pas d’impact direct
                                      Bas                                                         Bas          Les options d’adaptation sont minimes pour cette activité.
liée à cette activité                             applicable       des CC sur ce résultat
Résultat 1.3 Les schémas d’aménagement du territoire sont élaborés et adoptés
Les changements climatiques
vont contribuer à moyen et long
terme à exacerber :
        les phénomènes de
         dégradation
         environnementale y                                                                                           Assurer des séances de sensibilisation et de formation
         compris la                                                                                                    en CC des acteurs au niveau régional, départemental et
         déforestation, la                                                                                             communal
         dégradation des sols et                                                                                      Initier l’intégration des questions climatiques dans le
         la pollution de l’eau,                                                                                        processus d’élaboration des schémas d’aménagement
        Le changement des                                                                                             du territoire
         systèmes fonciers à                                                                                          Adopter une approche centrée sur les communautés,
         cause de                                                 Les changements
                                                                  climatiques à long terme ne                          étant donné que l’adaptation au CC est par nature
         l’amenuisement des             Haut        Bas/moyen                                       Haut               locale et ne peut être gérée de façon optimale qu’en
         terres cultivables dû aux                                sont pas intégrés à
                                                                  l’aménagement du territoire                          plaçant les communautés concernées au centre du
         effets combinés des                                                                                           processus
         sécheresses et de
         l’accroissement
         démographique,
        Une pauvreté
         généralisée à cause de
         l’accès limité aux
         ressources naturelles
        Les conflits autour de
         l’utilisation de ces
         ressources
Résultat 1.4 La capacité des acteurs du développement à la planification décentralisée est renforcée
Les changements climatiques                                       Les changements                                     Assurer des séances de sensibilisation et de formation
                                        Haut           Bas                                          Haut
auront à moyen et long terme                                      climatiques à long terme ne                          en CC des acteurs au niveau régional, départemental et


     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                      49
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                                    Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

des impacts sur les choix de                                            sont pas intégrés aux PDC                                communal
planification décentralisée
notamment en terme de                                                                                                           Initier l’intégration des questions climatiques dans le
vulnérabilité par rapport à :                                                                                                    processus d’élaboration des PDC,
         Disponibilité et l’accès                                                                                              Intégrer l’adaptation dans le processus de planification
          aux ressources                                                                                                         des PDC, pour faire en sorte que les besoins en
          naturelles (eau, pâtures,                                                                                              matière d’adaptation soient incorporés dans les
          terres agricoles, etc.),                                                                                               programmes sectoriels, intégrés dans la stratégie
        Foncier,                                                                                                                communale à plus long terme et soutenus par les
                                                                                                                                 budgets nécessaires
        Mouvements migratoire
         des populations

Résultat 1.5Les services fournis par les MDA/MRA/ MATDC / MELCD / MH / MCIN / MEF sont améliorés.
                                                                                                                                Assurer des séances de sensibilisation et de formation
Les changements climatiques                                                                                                      en CC des services sectoriels déconcentrés
auront à moyen et long terme                                            L’état actuel des
des impacts sur les conditions                                          connaissances des                                       Restructurer et renforcer les services sectoriels
socio économiques des                                                   services techniques                                      déconcentrés pour développer leur capacité à
                                           Haut             Haut                                              Haut               comprendre les effets du CC et à y répondre.
populations rurales, et donc sur                                        sectoriels sur les CC reste
les directions stratégiques et                                          insuffisant pour assurer                                Initier l’intégration des questions climatiques dans les
politiques à prendre pour assurer                                       leur pleine prise en compte                              processus de planification des services sectoriels
l’atteinte des objectifs de la SDR                                                                                               déconcentrés
Objectif immédiat 2 : Contribuer à « Promouvoir l’organisation et la professionnalisation des producteurs »
                                                                                                                             Les options d’adaptation sont déjà intégrées dans cette
                                                                         Il n’y a pas d’impact direct                        activité (Activité 2.2.2 : Formations des Unions (communes,
Aucune vulnérabilité directement                                            sur l’organisation et la                         départements, région)
                                           Bas               Bas                                              Bas
liée à cette activité                                                     professionnalisation des                           Activité 2.2.3 : Voyages d’Études pour les OP et les Unions
                                                                                  producteurs                                Activité 2.2.4 : Alphabétisation fonctionnelle
                                                                                                                             Activité 2.2.5 : Facilitation pour la maîtrise d’ouvrage)
Résultat 2.1 « Le réseau national des chambres d’agriculture est mis en place et opérationnel

Aucune vulnérabilité directement
                                           Bas               Bas           Il n’y a pas d’impact direct         Bas                                      Idem
liée à cette activité
                                                                           sur le fonctionnement des
                                                                              chambres d’agriculture
Résultat 2.2 Un réseau d’organisations de producteurs performants est renforcé
Idem                                       Bas               Bas                       Idem                     Bas                                      Idem
Résultat 2.3 Le secteur privé et les organisations de la société civile intervenant en milieu rural sont renforcés
Idem                                       Bas               Bas                       Idem                     Bas                                      Idem



     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                                50
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                               Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

Résultat 2.4 Les SFD sont consolidées et se développent avec la participation de l’ANIP-MF
Idem                                     Bas               Bas                   Idem                    Bas                                       Idem
Objectif immédiat 3: Contribuer à « sécuriser le foncier rural »
                                                                                                                           Assurer des séances de sensibilisation et de formation
                                                                                                                            en CC des intervenants à tous les niveaux,
La combinaison des CC liés à la
poussée démographique vont                                                                                                 Assurer l’intégration des projections liées aux
contribuer à exacerber les                                                                                                  changements climatiques dans le Code rural et les
tensions sociales liées à                                                                                                   Schémas d’aménagement foncier.
l’utilisation des ressources et la                                   Les changements
pression sur ces ressources, ce                                      climatiques à long terme ne                           Accentuer les efforts autour de la GIRE et créer un
                                         Haut             Haut                                           Haut               cadre de concertation avec notamment Agryhmet, la
qui peut mener à des conflits et                                     sont pas adéquatement
accentuer la dégradation du                                          intégrés dans le code rural                            DMN et la DRE
milieu, perturber les moyens de                                                                                            Prise en compte de la dimension démographique et de
subvenir aux besoins, et                                                                                                    ses prévisions dans la mise en œuvre de la GIRE
ultimement forcer les
communautés à migrer.                                                                                                      Adoption de l’approche écosystème dans la mise en
                                                                                                                            œuvre de la GIRE
Résultat 3.1 Les structures de mise en œuvre du code rural sont en place et fonctionnelles
                                                                                                                           Assurer des séances de sensibilisation et de formation
                                                                                                                            en CC des structures de mise en œuvre du code rural

                                                                     Les changements                                       Assurer l’intégration des projections liées aux
                                                                     climatiques à long terme ne                            changements climatiques dans la mise en œuvre du
              Idem                       Haut             Haut                                           Haut               Code rural
                                                                     sont pas adéquatement
                                                                     intégrés dans le code rural                           Accentuer les efforts autour de la GIRE et prendre en
                                                                                                                            compte la dimension démographique et ses prévisions
                                                                                                                            dans sa mise en œuvre
Résultat 3.2 Les Schémas d’aménagement foncier sont élaborés
               Idem                      Haut             Haut                   Idem                    Haut                                      Idem
Résultat 3.3 :Les ressources partagées sont sécurisées
               Idem                      Haut             Haut                   Idem                    Haut                                      Idem
Résultat 3.4 : « Les niveaux de connaissance, de gestion concertée et de protection des ressources naturelles partagées sont améliorés ».
               Idem                      Haut             Haut                   Idem                    Haut                                      Idem
   Objectif immédiat 4: Contribuer à l’amélioration des systèmes de production selon les objectifs de croissance (7%)
   Les changements                                                      Il y a perception du                             Continuer la promotion des pratiques de gestion
    climatiques vont exacerber                                            risque lié à la                                   durable des ressources naturelles prévues au
                                         Haut            Moyen                                           Haut
    les pressions sur la qualité                                          variabilité climatique et                         programme (mesures déjà intégrées aux programmes
    et la productivité des                                                ce dernier est                                    d’Action National de Lutte Contre la Désertification et



     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                          51
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                               Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

    ressources naturelles et des                                         généralement intégré                               de Gestion des Ressources Naturelles (PAN/LCD-
    écosystèmes et contribuer à                                          dans les plans et                                  GRN) ; le Programme de Gestion de la Diversité
    l’endommagement de                                                   pratiques.                                         Biologique et le Programme Eau et Développement
    certains de façon                                                                                                       Durable
    irréversible. Ces                                                   Cependant la prise en
    changements vont                                                     compte des risques                                Il convient aussi de prendre en compte l’impact des
    également exacerber les                                              liés aux changements                               changements climatiques dans la planification
    pressions sur la biodiversité                                        climatiques à plus long                            macroéconomique. Dans ce cadre, il faut accentuer les
    et aggraver les dégradations                                         terme pour assurer la                              efforts autour de la GIRE et créer un cadre de
    environnementales                                                    durabilité des                                     concertation avec notamment AGRHYMET, la DMN et
    existantes.                                                          systèmes et du                                     la DRE
                                                                         développement
   Les phénomènes extrêmes                                              demeure déficiente.                               Il convient de prendre en compte l’impact des
    (inondations et                                                                                                         changements climatiques dans la planification des
    ensablement) exacerbés par                                                                                              infrastructures de base du secteur rural ayant une
    les CC peuvent                                                                                                          longue durée de vie.
    endommager les
    infrastructures de base

Résultat 4.1 : Les systèmes de production ASP et halieutiques sont améliorés durablement pour contribuer à la sécurité alimentaire et au développement économique régional
        Les changements                                               Il y a perception du risque                    Cet objectif intègre déjà des activités d’adaptation au
         climatiques vont                                            lié à la variabilité climatique                  CC telles que :
         exacerber les pressions                                              et ce dernier est                           Appui à la petite irrigation
         sur la qualité et la                                         généralement intégré dans
                                                                          les plans et pratiques.                         Appui à la fixation de dunes
         productivité des
         ressources naturelles et                                         Cependant la prise en                           Appui aux activités de conservation et de restauration
         des écosystèmes et                                              compte des risques liés                           des eaux et du sol (CED-DRS)
         contribuer à                                                        aux changements
         l’endommagement de                                               climatiques à plus long                         Appui à la fertilité des sols
         certains de façon                                                 terme pour assurer la                          Appui à la lutte contre les feux de brousse
         irréversible. Ces                                            durabilité des systèmes et
         changements vont               Haut             Moyen               du développement           Haut              Appui à la fauche et à la conservation du foin
         également exacerber                                                demeure déficiente.
                                                                                                                          Appui à la santé animale et à la vaccination
         les pressions sur la
         biodiversité et aggraver                                                                                         Appui en petit matériel et équipement subventionné
         les dégradations
         environnementales                                                                                                Appui en petit matériel et équipement subventionné
         existantes.                                                                                                       pour la pêche, l’apiculture, la gomme arabique
                                                                                                                          Appui à la recherche-développement
        Les phénomènes
         extrêmes (inondations                                                                                        Continuer la promotion des activités déjà intégrées à cet
         et ensablement)                                                                                              objectif et les aligner aux programmes d’Action National de
         exacerbés par les CC                                                                                         Lutte Contre la Désertification et de Gestion des



     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                         52
     Appréciation des impacts des changements climatiques                                         Rapport final
     sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger

        peuvent endommager                                                                                        Ressources Naturelles (PAN/LCD-GRN) ; le Programme de
        les infrastructures de                                                                                    Gestion de la Diversité Biologique et le Programme Eau et
        base                                                                                                      Développement Durable
                                                                                                                  Il convient aussi de prendre en compte l’impact des
                                                                                                                  changements climatiques dans la planification
                                                                                                                  macroéconomique. Dans ce cadre, il faut accentuer les
                                                                                                                  efforts autour de la GIRE et créer un cadre de concertation
                                                                                                                  avec notamment AGRHYMET, la DMN et la DRE
Résultat 4.2 :Les infrastructures de base servant au secteur rural sont développées
Les phénomènes extrêmes                   Haut            Moyen        Il y a perception des      Haut            Il convient de prendre en compte l’impact des changements
(inondations et ensablement)                                           risques mais les mesures                   climatiques dans la planification des infrastructures de base
exacerbés par les CC peuvent                                           prises demeurent                           du secteur rural ayant une longue durée de vie et protéger
endommager les infrastructures                                         insuffisantes pour une                     ceux déjà existant pour qu’elles puissent résister au stress
de base                                                                adaptation à long terme                    climatique notamment les inondations et l’ensablement .

Résultat 4.3 : Les conditions d’une bonne mise en marché des produits ASP sont garanties
               Idem                      Haut          Moyen                  Idem                Haut                                        Idem




     Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                                                                     53
Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexe 3: Points d’entrée d’adaptation et d’atténuation au
changement climatique dans la SDR

Programme de la SDR               Point d’entrée d’Adaptation au            Dynamique de changement
                                  Changement Climatique                     climatique à prendre en
                                                                            compte
Programme1 :                          Programmes de développement          Exacerbation à moyen et long
Développement local et                 locaux (PDL), Programmes de          terme des :
communautaire                          développement communaux               phénomènes de dégradation
                                       (PDC)                                    environnementale y compris
Objectif Général :                                                              la déforestation, la
                                      Code rural
Accompagner le processus                                                        dégradation des sols et la
de développement local et                                                       pollution de l’eau,
régional en renforçant la
                                                                               Changement des systèmes
bonne gouvernance et la
                                                                                fonciers à cause de
maitrise d’ouvrage des
                                                                                l’amenuisement des terres
communes
                                                                                cultivables dû aux effets
                                                                                combinés des sécheresses
                                                                                et de l’accroissement
                                                                                démographique,
                                                                               Pauvreté généralisée à
                                                                                cause de l’accès limité aux
                                                                                ressources naturelles
                                                                               Conflits autour de l’utilisation
                                                                                de ces ressources
                                                                               Migrations
Programme 2 :                         Programmes d’Action National de      Exacerbation des pressions sur :
Gouvernance locale des                 Lutte Contre la Désertification et    La qualité et la productivité
ressources naturelles(foncier,         de Gestion des Ressources               des ressources naturelles et
eau, végétation, faune)                Naturelles (PAN/LCD-GRN) ;              des écosystèmes
                                      Programme de Gestion de la
                                                                               Endommagement de
Objectif Général : Valoriser           Diversité Biologique
                                                                                certaines ressources
et gérer de manière durable           Programme Eau et
                                                                                naturelles de façon
les ressources naturelles              Développement Durable
                                                                                irréversible.
                                      GIRE
                                      AGRHYMET à travers son                  La biodiversité
                                       dispositif de suivi des cultures,
                                                                               Aggravation des
                                       suivi pastoral, suivi
                                                                                dégradations
                                       phytosanitaire, gestion des
                                       données climatiques et                   environnementales
                                       hydrologiques                            existantes,
                                                                               Endommagement des
                                                                                infrastructures de base
Programme 3 :                         Programme de Référence                  Endommagement des
Organisations                          d’Accès aux Services                     infrastructures rurales de
professionnelles et                    Energétiques (PRASE)                     base
structuration des filières            Développement des énergies



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                     54
Appréciation des impacts des changements climatiques                                         Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



Objectif sous-programme                alternatives                           La qualité et la productivité
1:                                    Intégrer des                            agricole pourraient baissées
Impliquer les acteurs des              formations/sensibilisations en CC
                                                                              La compétitivité des produits
filières dans les actions              aux renforcements des capacités
                                                                               agro-sylvo-pastoraux
visant à stimuler le                   des agents économiques.
                                                                               pourraient compromise
développement
Objectif sous-programme
2:
Promouvoir l’organisation et
la professionnalisation des
producteurs.
Objectif sous-programme
3:
Améliorer la compétitivité des
produits agro-sylvo-
pastoraux et renforcer les
capacités commerciales des
acteurs.
Objectif sous-programme
4:
Renforcer les capacités des
agents économiques pour
leur permettre de jouer
pleinement leur rôle
Programme 4 :                         GIRE                                   Endommagement des
Infrastructure rurales                Prendre en compte l’impact du           infrastructures rurales de
Objectif sous-programme                CC dans la planification des            base par les phénomènes
1:                                     infrastructures rurales                 extrêmes (inondation,
Améliorer la contribution de          Renforcer l’accès aux énergies          ensablement)
l’agriculture irriguée au PIB          renouvelables                          Menace sur la disponibilité
agricole en la portant de 14%         AGRHYMET à travers son                  des ressources en eau
actuellement à 28% en 2015             dispositif de suivi hydrologique
Objectif sous-programme               Renforcer le sous-programme 4
2:                                     (accroissement de l’accès aux
Désenclaver les zones de               énergies renouvelables)
production agro-sylvo-
pastorales en vue de
redynamiser les échanges
socio économiques
Objectif sous-programme
3:
Améliorer l’accès des ruraux
en moyen de communication
moderne
Objectif sous-programme
4:
Accroitre le taux d’accès aux
énergies renouvelables pour
le développement de
l’économie et l’amélioration
des conditions de vies des
populations rurales




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                   55
Appréciation des impacts des changements climatiques                                          Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



Programme 5 : Systèmes                      Renforcement des               Impacts sur les conditions socio
financiers ruraux                            institutions de micro          économiques des populations
Objectif Général :                           financement orientées vers     rurales surtout les couches les
Accroitre la couverture des                  les couches les plus           plus vulnérables (femmes et
services financiers à 15% en                 vulnérables que sont les       enfants)
milieu rural par le                          femmes
développement de la micro
finance et créer une banque
de développement rural
Programme 6 : Recherche,              Mettre l’accent sur l’adoption de    Mitigation/Atténuation
Formation -Vulgarisation               technologies propres du point de
Objectif général : Contribuer          vue environnemental et moins
à l’amélioration des                   coûteux (transfert de technologie)
performances du secteur
rural par la mise au point et
l’adoption des technologies
adaptées aux besoins des
utilisateurs et par la formation
des acteurs du
développement rural
Programme 7 :                         Profiter du processus de             Impacts négatifs sur les
Renforcement des                       régionalisation de la SDR pour       conditions socio économiques
institutions publiques du              restructurer et renforcer les        des populations rurales
secteur rural                          institutions publiques du secteur
Objectif général                       rural au niveau régional pour
Améliorer la gestion du                développer leur capacité à
secteur rural dans la                  comprendre les effets du CC et à
perspective de la                      y répondre.
décentralisation
Programme 8 : Eau potable             GIRE                                    Menace sur la disponibilité
et assainissement                     Programme Eau et                         des ressources en eau
Objectif général :                     Développement Durable                   Aggravation des maladies
Amélioration de l’accès à             AGRHYMET à travers son                   hydriques
l’eau potable et à                     dispositif de suivi hydrologique
l’assainissement
Programme 9 : Réduction               Renforcer le Système d’alerte           Irrégularité de la pluviométrie
de la vulnérabilité des                précoce (SAP)                           Fréquence des attaques
menaces                               Le Centre Régional AGRHYMET              acridiennes
Objectif sous-programme                à travers son dispositif de suivi       Fréquence des phénomènes
1:                                     des cultures, suivi pastoral,            extrêmes
Prévenir et atténuer les               gestion des données climatiques,
crises alimentaires et les             hydrologiques et sécurité
autres catastrophes                    alimentaire
naturelles


Objectif sous-programme
2:
Garantir aux populations
rurales une alimentation
satisfaisante sur le plan
nutritionnel et la possibilité




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                    56
Appréciation des impacts des changements climatiques                                            Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



d’être et de rester en bonne
santé

Objectif sous-programme
3:
Garantir aux populations
vulnérables des revenus
minima pour leur permettre
d’améliorer leur accès
monétaire à la nourriture
Programme 10 :                        Programmes d’Action National de           Exacerbation à moyen et
Préservation de                        Lutte Contre la Désertification et         long terme des :
l’environnement                        de Gestion des Ressources                 phénomènes de dégradation
Objectif général :                     Naturelles (PAN/LCD-GRN) ;                 environnementale y compris
Préserver l’environnement en          Programme de Gestion de la                 la déforestation, la
vue d’une exploitation saine           Diversité Biologique                       dégradation des sols et la
et durable du milieu                  Programme Eau Développement                pollution de l’eau,
                                       Durable
                                                                                 Changement des systèmes
                                      AGRHYMET à travers son
                                                                                  fonciers à cause de
                                       dispositif de collecte, de
                                                                                  l’amenuisement des terres
                                       traitement, de diffusion et
                                                                                  cultivables dû aux effets
                                       d’utilisation des informations sur
                                                                                  combinés des sécheresses
                                       la gestion des ressources
                                                                                  et de l’accroissement
                                       naturelles, la lutte contre la
                                                                                  démographique
                                       désertification, la maitrise de
                                       l’eau, l’environnement et de
                                       gestion des données climatiques
                                       et hydrologiques
Programme 11 : Lutte contre           GIRE                                      Menace sur la disponibilité
l’insécurité alimentaire par le       Programme Eau Développement                des ressources en eau
développement de l’irrigation          Durable                                   La qualité et la quantité de
Objectif général :                    AGRHYMET à travers son                     productivité agricole
Assurer la sécurité                    dispositif de collecte, de                 pourraient baissées
alimentaire par le                     traitement, de diffusion et
                                                                                 Fréquence des sécheresses
développement de l’irrigation          d’utilisation des informations sur
                                                                                  et inondations
                                       la sécurité alimentaire, la maitrise
                                       de l’eau
Programme 12 :                        GIRE                                      Menace sur la disponibilité
Aménagement pastoral et               AGRHYMET à travers son                     des ressources en eau
sécurisation des systèmes              dispositif de suivi pastoral, de          La qualité et la quantité des
pastoraux                              gestion des données climatiques            pâtures pourraient baissées
Objectif général : Aménager            et hydrologiques
                                                                                 Fréquence des sécheresses
l’espace pastoral et sécuriser
                                                                                  et inondations
les systèmes pastoraux
Programme 13 :                        Programmes d’Action National de           Fréquence des sécheresses
Restauration des terres et             Lutte Contre la Désertification et         et inondations
reboisement                            de Gestion des Ressources
                                                                                 Dégradation accélérer des
Objectif général : Inverser la         Naturelles (PAN/LCD-GRN)
                                                                                  terres et désertification
tendance à la dégradation             Le Centre Régional AGRHYMET
généralisée des terres et du           à travers son dispositif
couvert végétal                        d’évaluation et suivi de la
                                       végétation




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                       57
Appréciation des impacts des changements climatiques                                        Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger



Programme 14 : Kandadji-              Programmes d’Action National de      Exacerbation à moyen et long
régénération des                       Lutte Contre la Désertification et   terme des :
écosystèmes et mise en                 de Gestion des Ressources             phénomènes de dégradation
valeur de la vallée du fleuve          Naturelles (PAN/LCD-GRN) ;               environnementale y compris
Niger                                 Programme de Gestion de la               la déforestation, la
Objectif général : Contribuer          Diversité Biologique                     dégradation des sols et la
à la réduction de la pauvreté         Programme Eau Développement              pollution de l’eau,
grâce à la régénération du             Durable
                                                                               Changement des systèmes
milieu naturel, l’amélioration        AGRHYMET à travers son
                                                                                fonciers à cause de
de la sécurité alimentaire et          dispositif de collecte, de
                                                                                l’amenuisement des terres
la couverture des besoins en           traitement, de diffusion et
                                                                                cultivables dû aux effets
eau et en énergie                      d’utilisation des informations sur
                                                                                combinés des sécheresses
                                       la gestion des ressources
                                                                                et de l’accroissement
                                       naturelles, la lutte contre la
                                                                                démographique
                                       désertification, la maitrise de
                                       l’eau, l’environnement et de
                                       gestion des données climatiques
                                       et hydrologiques




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                  58
Appréciation des impacts des changements climatiques                                  Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexe 4: Propositions de projets dans le PANA du Niger

Tel que mentionné à la section 3.4 du présent rapport, un premier projet d‘appui visant à mettre
en œuvre des recommandations du PANA est actuellement en cours de préparation. Il s‘agit d‘un
projet pour développer la résilience et la capacité d‘adaptation du secteur agricole aux
changements climatiques au Niger. Le projet couvre plusieurs des initiatives identifiées comme
prioritaire dans le PANA, et a trois objectifs immédiats : (i) la résilience améliorée des systèmes
de production des cultures alimentaires ; (ii) la capacité institutionnelle du secteur agricole
renforcée, y compris les services d‘information et de vulgarisation ; et (iii) enseignement de
leçons et gestion des connaissances. Les projets du PANA qui sont couverts par cette initiative
sont les priorités 1, 3, 4, 6, 7, 11, 12 et 14 (voir en annexe 4 pour une brève description de ces
priorités). Le projet se propose d‘intervenir entre autres dans les régions de Zinder et Diffa. De
l‘avis de l‘équipe d‘appréciation, le projet est pertinent et pourrait contribuer de façon directe et
efficace à adresser les priorités en termes d‘adaptation aux changements climatiques au Niger et
à ce titre mérite d‘être appuyé par les bailleurs de fonds, incluant potentiellement Danida.
Cependant, cet appui, pour être efficace, doit être conditionnel à un ancrage institutionnel
adéquat, en marge de la CNEDD. Un point qui devra faire partie des négociations entre
partenaires menant à la mise en œuvre effective de cette initiative. Les priorités 2 et 9 sont aussi
particulièrement d‘intérêt pour Danida et pourraient être considérées dans le cadre du
développement du nouveau programme d‘appui danois au secteur agricole.


1. Introduction des espèces fourragères en milieu pastoral. Le présent projet est conforme à un
   des axes stratégiques prioritaires de la SRP au niveau du secteur rural à savoir le
   développement agro-sylvo-pastoral. En effet, la pratique actuelle qui consiste à récolter la
   paille après la saison des pluies, le surpâturage pendant certaines périodes de l‘année,
   l‘irrégularité des pluies et la dégradation des espaces pastoraux (érosion éolienne ;
   ensablement) constituent des facteurs limitants pour la disponibilité du fourrage toute
   l‘année. L‘objectif est d‘améliorer la production agro-sylvo-pastorale dans les régions les
   plus affectées par la sécheresse pour atténuer les effets néfastes liés aux facteurs climatiques
   et anthropiques.
2. Promotion des Banques à Aliments pour Bétail. Le Niger est un pays où l‘élevage représente
   après l‘agriculture, la deuxième activité de la population composée en majorité d‘agro
   pasteurs. L‘objectif principal est de contribuer à l‘amélioration des conditions de vie des
   populations par l‘augmentation de la productivité des productions animales.
3. Réhabilitation des cuvettes pour la promotion des cultures irriguées. Le secteur agricole
   représente à lui seul près de 40% du produit intérieur brut (PIB) du Niger. L‘agriculture doit
   donc servir de levier à la croissance économique en milieu rural. Cependant compte tenu des
   incertitudes climatiques et de la fragilité de l‘écosystème nigérien, l‘effort du développement
   agricole doit surtout être orienté vers la maîtrise des eaux de surface et une meilleure
   mobilisation des eaux souterraines. L‘objectif ici est de Préserver les écosystèmes des
   cuvettes de la Commune de Chétimari et utiliser leurs ressources en eau pour la promotion
   des cultures irriguées.



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                            59
Appréciation des impacts des changements climatiques                                  Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




4. Diversification et intensification des cultures irriguées. Il ressort de la Stratégie de Réduction
    de la Pauvreté, unique cadre de référence national en matière de développement économique
    et social du pays que l‘effort du développement agricole doit surtout être orienté vers les
    cultures irriguées à travers la maîtrise des eaux de surface et une meilleure mobilisation des
    eaux souterraines. L‘objectif est de favoriser de façon durable l‘augmentation de productivité
    des cultures irriguées.
5. Appui à la promotion du maraîchage et de l‘élevage péri-urbains. Ce projet vise à renforcer
    les capacités des petits producteurs afin de satisfaire une demande en produits de maraîchage
    et d‘élevage de plus en plus grande et améliorer leurs revenus et leurs conditions de vie qui
    se détériorent face aux effets néfastes des changements climatiques.
6. Promotion des Activités Génératrices de Revenus et Développement des mutuelles. Le
    développement d‘activités génératrices (AGR) de revenus, par l‘amélioration des échanges,
    la transformation des produits agricoles, l‘augmentation des équipements agricoles de
    fabrication locale, l‘augmentation des capacités de financement décentralisé des producteurs
    ruraux constitue une priorité pour la Stratégie de Réduction de la Pauvreté. Les bénéficiaires
    du projet seront les femmes et les jeunes.
7. Mobilisation des eaux de surface et exploitation des eaux souterraines. Ce projet se justifie
    d‘autant plus qu‘il est conforme aux orientations et stratégies nationales notamment la SRP
    qui prône la maîtrise des eaux de surface et une meilleure mobilisation des eaux souterraines
    dans l‘optique d‘orienter l‘effort du développement agricole vers les cultures irriguées
    compte tenu des incertitudes climatiques et de la fragilité de l‘écosystème nigérien.
8. Production et diffusion d‘informations agro-climatiques. La diffusion d‘informations, avis et
    conseils agro météorologiques, conjuguée à des mesures de prévention et d‘atténuation prises
    en temps opportun, peut contribuer à réduire les effets néfastes des changements climatiques
    sur les productions agro pastorales. D‘autre part ces informations sont mal connues et peu
    utilisées par les producteurs d‘où la nécessité de leur diffusion en milieu rural.
9. Promotion des banques céréalières L‘objectif est de contribuer à l‘amélioration des
    conditions de vie des populations face à l‘insécurité alimentaire liée aux effets néfastes des
    changements climatiques
10. Contribution à la lutte contre les maladies climato-sensibles. En marge des maladies
    endémiques, les variations extrêmes des paramètres climatiques comme la température, les
    vents de sable jouent un facteur intensifiant dans la propagation d‘autres maladies comme les
    affections des voies respiratoires, les irritations des yeux....Face à la faible capacité
    d‘adaptation des populations et des acteurs impliqués dans le secteur de la santé, le
    renforcement de leurs capacités pour lutter efficacement contre ces maladies climato-
    sensibles constitue une urgence.
11. Développement des actions CES/DRS23 à des fins agricoles, forestières et pastorales. les
    actions de CES/DRS se trouvent au cœur de la politique nationale en matière de restauration
    et de protection de l‘environnement. En effet, il est dit dans la SRP que la restauration et la
    protection de l‘environnement se feront entre autres à travers : la réhabilitation des terres
    dégradées par la généralisation des travaux de CES/DRS qui seront exécutées par les
    populations ; l‘établissement des plans d'aménagement et de gestion des ressources agricoles,

23
     Conservation des Eaux et du Sol/Défense et Restauration du Sol



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                            60
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




    forestières et pastorales. L‘objectif est de contribuer à la réhabilitation des zones dégradées
    pour lutter contre la pauvreté et l‘insécurité alimentaire des populations vulnérables.
12. Vulgarisation des espèces animales et végétales les mieux adaptées aux conditions
    climatiques. L‘agriculture, l‘Elevage ou la Foresterie sont des secteurs dépendant directement
    du climat. Or depuis une trentaine d‘années, les conditions climatiques au Niger ne font que
    se dégrader avec comme conséquences la perte des sols, du matériel génétique et des espèces.
    Tout cela se traduit par la baisse des productions et de la productivité au niveau de tous les
    trois secteurs sus mentionnés. Pour y faire face, les communautés locales durement affectées
    par les effets néfastes des changements climatiques se doivent d‘adopter les espèces les
    mieux adoptées aux conditions climatiques actuelles.
13. Protection des berges de Koris et réhabilitation des mares ensablées. Ces écosystèmes, une
    fois restaurés et réhabilités permettraient d‘assurer un meilleur approvisionnement en eau des
    populations vulnérables, notamment rurales et de promouvoir le développement des activités
    agricoles et pastorales. L‘action prévue à ce niveau cadre avec la politique nationale en
    matière d‘eau et d‘assainissement notamment avec l‘un de ses quatre (4) axes prioritaires qui
    est l‘amélioration de la connaissance des ressources en eau, en vue de leur gestion, de leur
    protection et de la sauvegarde du milieu.
14. Renforcement des capacités matérielles, techniques et organisationnelles des producteurs
    ruraux. Le secteur rural est marqué par les contraintes climatiques (les sécheresses, les vents
    de sable) qui ont entraîné un amenuisement des productions agro-sylvo-pastorales aggravant
    ainsi les conditions de vie des populations. Cela a été accentué par la faiblesse des capacités
    d‘adaptation des producteurs ruraux tant du point de vue matériel, technique,
    qu‘organisationnel qui reposent essentiellement sur des structures de production de type
    familial et des techniques traditionnelles peu productives. Le présent projet vise à corriger
    cette faiblesse par l‘organisation et la formation des producteurs ruraux afin de faire face aux
    effets néfastes des changements climatiques.




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                           61
Appréciation des impacts des changements climatiques                                           Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexe 5: Chevauchement entre réduction des désastres et
adaptation24

Exemples                                                                                     RRD         ACC
Désastres autres que naturels, par exemple désastres humains à cause des guerres                         N/A
ou des épidémies. Ceux-ci peuvent avoir été provoqués par des désastres naturels
(p.e. accès aux ressources en eau). RRD fait partie de la prévention.
Désastres naturels qui ne sont pas liés aux événements climatiques, p.e. des                             N/A
tremblements de terre ou des tsunamis. RRD fait partie des mesures réduisant la
vulnérabilité, p.e. des systèmes d’alerte précoce pour l’état de préparation et des
plans d’urgence pour la prévention des désastres
Certains événements météorologiques extrêmes pourraient être naturels, mais leur                          
fréquence et force exacerbés par les changements climatiques. L’effet est un risque
élevé de variabilité climatique extrême. RRD fait partie de la réduction de la
vulnérabilité, mais la planification de développement et la coopération visant la
vulnérabilité et risques le sont également.
L’état de préparation à répondre aux désastres liés au climat basé sur les systèmes                       
d’alerte précoce, et la capacité de planifier à court terme font l’objet de RRD. RRD est
orienté vers les zones vulnérables aux désastres.
Les impacts plus petits et cumulés des changements climatiques sur l’agriculture, la           N/A         
santé et les infrastructures, qui sont graduels (tendances) pourraient ne pas être
identifiés et adressés dans RRD. Ces impacts incrémentaux devraient être identifiés
dans ACC. La réponse vise à la fois les risques élevés ainsi que les opportunités
offertes et est intégrée dans la planification de développement.




24
 Source : divers ; basé sur « Climate change screening of Danish development cooperation with Kenya »,
DANIDA ; November 2007



Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                     62
Appréciation des impacts des changements climatiques                          Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexe 6: Liste de références utilisées

CICC (2006) Towards a National Climate Change Strategy. Interministerial Commission on
      Climate Change, SEMARNAT. Mexico.
DANIDA (2007) Bangladesh Climate and Disaster Risk Reduction Mission
DANIDA (2007) Climate change screening of Danish development cooperation with Kenya
DANIDA (2007) Uganda Climate Screening Mission
DANIDA (2007) Programme d‘Appui à la Bonne Gouvernance au Niger, PABEG 2008-2012,
      Document de Programme version finale.
DANIDA (2006) Programme d'Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement. (PASEHA),
      Document de Programme.
DANIDA (2006) Programme d'Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement (PASEHA).
      Composante 1:Appui au renforcement des capacités au niveau national.
DANIDA (2006) Programme d'Appui au Secteur Eau, Hygiène et Assainissement (PASEHA).
      Composante 2: Eau, Hygiène et Assainissement en milieu rural et semi urbain dans les
      régions de Zinder et Diffa. 2007 – 2009.
DANIDA (2003) Projet d‘appui Danois au Développement Rural dans les régions de Zinder et
      de Diffa. (ADDR Niger). Phase II. (2003-2007). Document de projet. Janvier 2003.
DANIDA (2003) Promotion de l‘hygiène et de l‘assainissement scolaire République du Niger
DMN (2006), Direction de la Météorologie Nationale 2006
IDRC (2007) Climate Change Adaptation in Africa Programme: Institutional Framework in
      Relation to Climate Change in West and Central Africa, Dr Isabelle Niang, UCAD
IDRC (2007) Elements of A Regional Climate Change Adaptation Strategy Based on the Risk-
      Sharing Approach — West Africa
IIED (2007): Adaptation to climate change – how we are set to cope with the impacts (by
      Hannah Reid & Saleemul Huq. Briefing note, International Institute for Environment &
      Development, London.
GIEC, (1997) « Le Changement climatique : dimensions économiques et sociales », GIEC,
      édition : Paris, Association 4D, 1997, Version française
MFA (2005): Danish climate & development action programme – a tool kit for climate proofing
      Danish development cooperation. Ministry of Foreign Affairs, Copenhagen.
MFA (2007): Climate change screening of Danish development cooperation with Kenya (draft,
      November by Michael Linddal).
MFA (2007): Disaster Risk Reduction in Danish Development and Humanitarian Assistance.
      Volume I-III: Guidelines, Tools and Activity Plans (Danida, October 2007, final draft)
OECD (2007): Stocktaking of progress on integrating adaptation to climate change into
      development cooperation activities (report by Simone Gigli & Shardul Agrawala).
      OECD, Paris
PANA, (2006) : CNEDD, FEM, PNUD, Programme Action National pour l’Adaptation aux
    changements climatiques
PNUD, (2005) : « Rapport du Développement Humain », PNUD, 2005




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                    63
Appréciation des impacts des changements climatiques                                 Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




PNUD/PANA/CNEDD, (2005) : « Rapport de synthèse de l’évaluation concertée sur la
      vulnérabilité et adaptation »
Rapport général sur les études de vulnérabilité et adaptation aux changements climatiques
      actualisées, (2003)
Stratégie de développement accéléré et de réduction de la pauvreté 2008-2012, Octobre 2007
Stratégie de développement rural, Novembre 2003
Stratégie nationale et Plan d‘actions en matière de changements et variabilité climatiques, avril
        2003
SDR, 2003 : Cabinet du Premier Ministre, Secrétariat permanent de la SRP, Comité de
     rédaction de la Stratégie de Développement Rural
Thomas, Jean-Philippe & Sokona, Youba, (2002) « Development First: a prerequisite for a
     sustainable world » IIED, « The future is now », London.
URC (2005, 2006 & 2007): Climate screening reports for Vietnam, Tanzania, Mozambique,
      Bolivia, Bangladesh, Nicaragua/Central America (draft) & Uganda. UNEP-Risø Center,
      Risø.
WRI (2007) Weathering the Storm: Options for Framing Adaptation and Development, Heather
      Mcgray, Anne Hammill, Rob Bradley




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                           64
Appréciation des impacts des changements climatiques                                      Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




Annexe 7: Liste des personnes rencontrées

Nom-prénom                        Structure/fonction              Contact
                              Bureau de coopération Danoise au Niger
Eric Vitale         Chargé de programme Bonne gouvernance         +227 20 72 37 72
                                                                  danida@intnet.ne
Gamatié             Chargé de programme                           +227 20 72 37 72
Boubacar
Latifa Mai          Deputy chief du Bureau de la Coopération danoise   +227 20 72 37 72
Moussa              au Niger                                           latou@intnet.net
Peter Grabow        Premier Conseiller Chef du Bureau de Coopération   +227 20 72 37 72
Kolding             Danoise au Niger                                   petkol@um.dk
                                                  ONG
Abdou Hassane       ABC Ecologie/Chargé de programme           +227 93 80 52 06
Bill Stringfellow                                              +227 20 75 48 30
                    Country Director, CARE International au Niger
                                                               +227 96 98 81 43
                                                               bstringfellow@careniger.ne
Diabiri          Directeur ABC Ecologie                        +227 20 75 37 77
Assimiou                                                       abcecolo@intnet.ne
Dr Franck Vias   Chef du département Appui à la Promotion de   +227 20 75 30 23
Gilles           l’Elevage et à la Gestion des Ressources      +227 96 96 43 96
                 Naturelles/ONG KARKARA                        vfgilles@yahoo.fr
                                                               Web : www.karkara.org
Garba Doga       ABC Ecologie/Directeur technique              +227 94 84 57 17
Peter L. Wright  Conseiller technique Progrès-Care Danemark    +227 20 75 48 30
                                                               +227 94 95 35 74
                                                               pwright@careniger.ne
                                                               tiiscnaaba@gmail.com
         Conseil National de l’Environnement pour un Développement Durable (CNEDD)
Abdoulaye Issa SE/CNEDD, Coordonnateur IGES                    +227 96 89 10 14
                                                               Abdl_issa@yahoo.fr
Boubacar Zalia   SE/CNEDD, Point focal UNCCD                   zboubacar2001@yahoo.fr
Boukar Attari    SE/CNEDD, Point focal Biodiversité            +227 20 72 25 59
                                                               +227 96 29 83 04
                                                               attariboukar@yahoo.fr
Dr Kamaye        SE/CNEDD, Coordonnateur SCN/CC                kmaazou@yahoo.fr
Maâzou
Gousmane         SE/CNEDD, Point focal changement climatique   +227 20 72 25 59
Moussa                                                         +227 93 93 44 36
Hassane Saley    SE/CNEDD, Secrétaire exécutif                 +227 96 49 09 13
                                                               hassanesaley@yahoo.fr
Idrissa          SE/CNEDD, Cellule suivi-évaluation            +227 20 73 76 65
Mamadou                                                        +227 96 98 15 61
                                                               Mammdou27@yahoo.fr
Mme Bako Safi SE/CNEDD, PANA                                   Safimod07@yahoo.fr
Solange
Tchousso         SE/CNEDD, Cellule suivi-évaluation            +227 96 96 39 62
Mahaman                                                        tchoussomahaman@yahoo.fr
                                      Secrétariat exécutif SDR
Arimi Mamadou Gestionnaire de base de données, SE/SDR          +227 96 88 82 09




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                65
Appréciation des impacts des changements climatiques                                      Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                                                                       om_arimi@yahoo.com
Boukari             SE/SDR                                             +227 96 96 79 72
Ousmane
Elhadj Maman        SE/SDR au titre du ME/LCD                          +227 96 56 13 01
Saâdou
                                               Ministères
Abdou Guero         Directeur des ressources en eau                    +227 20 72 38 89
                                                                       +227 96 99 46 10
                                                                       Abdou.guero@yahoo.fr
Aboubacar           Directeur Général de l’Agriculture                 +227 20 37 23 35
Mamadou                                                                +227 96 28 70 70
Kourna                                                                 dgamda@yahoo.fr
Bachar lamine       Bureau d’Evaluation Environnemental et des         +227 96 96 28 81
                    Etudes d’Impact/ME/LCD
Bachir Ousseini     Directeur Général du Génie Rural                   +227 20 73 21 48
                                                                       +227 93 93 75 53
Dan- Bakoye         ME/F/CCD- Chef Division Environnement et           +227 20 72 55 63
Chaïbou             Gestion des Ressources Naturelles                  +227 20 72 32 58
                                                                       +227 96 99 76 55
                                                                       danbakoye@yahoo.fr
Dr Abdou Sani       Directeur des Etudes et de la Programmation/MRA    asbkaduc@yahoo.fr
Boukari
Hamadou             Directeur Général de l’Environnement et des Eaux   +227 20 73 33 29
Mamoudou            et Forêts/ME/LCD                                   +227 96 56 23 60
                                                                       Tinini0607@yahoo.fr
Hamani              Coordonnateur du Système d’Alerte                  +227 20 72 32 75
Harouna             Précoce/Cabinet du Premier Ministre                +227 96 40 92 93
                                                                       sap@intnet.ne
Harouna             Directeur des Statistiques/MDA                     +227 20 75 27 72
Ibrahim                                                                +227 96 88 11 26
                                                                       ibraharou@yahoo.fr
Ibrahim             Chef de Division Energies Renouvelables            +227 20 73 20 07
Soumaïla                                                               +227 96 96 69 74
                                                                       soumibra@yahoo.fr
Iro Souley          Directeur Général des programmes                   +227 20 72 32 58
                    sectoriels/MEF/Point focal FEM Opérationnel        +227 93 93 88 15
                                                                       souleyiro@yahoo.fr
Kogo Abdou          Directeur adjoint de la protection des végétaux    +227 20 74 25 56
                                                                       +227 96 97 12 41
                                                                       dpv@intnet.ne
Labo Moussa         Directeur de la Météorologie                       +227 20 73 21 60
                    Nationale/Représentant permanent du Niger          dmn@intnet.ne
                    auprès de l’OMM
Magagi Naroua       Chef service Planification DEP/MRA                 +227 96 88 45 54
Mme Safiatou        Directrice des Energies Renouvelables et des       +227 20 73 20 07
Alzouma             Energies Domestiques                               +227 96 98 74 15
                                                                       abdousaf@yahoo.fr
Moussa              Chef de Division Hygiène Publique, DHP/ES- MSP     Moussa_iss@yahoo.fr
Issilaway
Yakoubou            Ministère de l’Economie et des                     +227 20 72 32 58
Mahaman Sani        Finances/Commissaire chargé du                     yakoubousani@yahoo.fr
                    développement/FEM opérationnel




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                                66
Appréciation des impacts des changements climatiques                               Rapport final
sur les programmes de développement de la coopération avec le Niger




                             Institutions de Recherche et d’Enseignement
Dr Moussa           Directeur Général de l’Institut National de      +227 96 98 04 57
Hassane             Recherche Agronomique du Niger (INRAN)           dginran@yahoo.fr
                                                                     inran@intnet.ne
Hubert N’Djafa      Coordonnateur du projet changement               +227 20 3153 16
Ouaga               climatique/Centre Régional AGRHYMET              +227 20 31 54 36
                                                                     +227 96 98 15 24
                                                                     n.ouaga@agrhymet.ne
                                                                     Web : www.agrhymet.ne
                                         Projets et Programmes
Amadou Souley       Coordonnateur Projet Biocarbone-Niger            +227 20 37 27 17
                                                                     +227 96 97 92 98
                                                                     asouleym@yahoo.fr
Seini Seydou        Coordonnateur du Programme Lutte Contre          +227 20 31 53 75
                    l’Ensablement dans le bassin du fleuve Niger     +227 96 87 06 13
                                       Partenaires internationaux
Adamou              Analyste de Programme/Point Focal FEM/PNUD       +227 20 73 21 04
Bouhari             Niger                                            +227 96 56 81 45
                                                                     +227 94 65 15 29
                                                                     adamou.bouhari@undp.org
Dr Amadou H.        Assistant représentant                           +227 20 72 29 62
Saley               (Programme)/Représentation de la FAO au Niger    +227 20 72 39 65
                                                                     fao-ne@fao.org
                                                                     amadou.saley@fao.org
Issa Sadou          National programme Officer Gender/FNUAP          +227 20 72 29 80
                                                                     +227 96 87 47 06
                                                                     sadou@unfpa.org
                                       Sociétés publiques/privées
Amadou              Contrôleur de travaux/Société du Patrimoine des  +227 20 73 43 40
Mamadou             Eaux du Niger (SPEN)                             amasekou@yahoo.fr
Sekou                                                                msamdou@spen.ne
Kolo Mamadou        Chef service Etudes et Travaux/SPEN              +227 20 73 43 40
Boubacar                                                             Bokam2001@yahoo.fr




Préparé par Le Groupe-conseil baastel sprl                                                         67