RAPPORT ANNUEL 2005.doc - RESEAU by pengtt

VIEWS: 204 PAGES: 16

									  RESEAU DES INSTITUTIONS

DE MICROFINANCE AU BURUNDI


         - RIM -




    RAPPORT ANNUEL D’ACTIVITES 2005
                  TABLE DES MATIERES


                                       Page
   Sigles et Abréviations              3

1. Introduction                        4

2. Activités réalisées                 6

3. situation des finances              12

4. contraintes                         15

5. conclusion                          15

6. Annexe : Plan d’action 2005.        16




                                              2
               Sigles et Abréviation
1. AFMIN                   : Réseau Africain de Micro finance
2. AFRACA                  : Association Africaine de la Finance Rurale et Agricole
3. AMFI                    : Association of Micro Finance Institutions
4. ASBL                    : Association Sans But Lucratif
5. BAD                     : Banque Africaine de Développement
6. BNDE                    : Banque Nationale pour le Développement Economique
7. BPB                     : Banque Populaire du Burundi
8. BRB                     : Banque de la République du Burundi
9. CECM                    : Caisse Coopérative d’Epargne et de Crédit Mutuel
10. CODEC                  : Coopérative d’Epargne et de Crédit
11. COFIDE                 : Coopérative pour le Financement et le Développement
12. COOPEC                 : Coopérative d’Epargne et de Crédit
13. COPED                  : Conseil pour l’Education et le Développement
14. COSPEC                 : Coopérative Solidarité avec les Paysans pour l’Epargne
                             et le Crédit de Cibitoke
15. CTB                    : Coopération Technique Belge
16. CTP                    : Conseiller Technique Principal
17. DID                    : Développement International Desjardins
18. FAO                    : Food and Agriculture Organisation
19. F bu                   : Franc burundais
20. FDC                    : Fonds de Développement Communal
21. FENACOBU               : Fédération National des Coopératives d’Epargne
                             et de Crédit du Burundi
22. FODEV                  : Formation pour le Développement
23. FSTE                   : Fonds de Solidarité des Travailleurs de l’Enseignement
24. IDLO                   : International Development Law Organization
25. IMF                    : Institution de Micro finance
26. INAFI                  : International Network of Alternative Financial
                             Institutions
27. ITSP                   : International Technical Services Provider
28. MAIN                   : Microfinance African Institutions Network
29. MUTEC                  : Mutuelle d’Epargne et de Crédit
30. PEARLS                 : outil qui aide à définir les objectifs/normes
                             prudentielles des Coopec
31. PNUD                   : Programme des Nations Unies pour le Développement
32. RDC                    : République Démocratique du Congo
33. RIM                    : Réseau des Institutions de Micro finance au Burundi
34. RTNB                   : Radio - Télévision Nationale du Burundi
35. SEEP                   : Network Development Services Program
36. SFD                    : Système Financier Décentralisé
37. SIDA                   : Syndrome d’Immuno- Déficitaire Acquis
38. SISDO                  : Small Irrigation Scheme Development Organization
39. SMEEP                  : Small and Micro Enterprises Program
40. UCODE                  : Union pour la Coopération et le Développement
41. UNESCO                 : Organisation des Nations Unies pour l’Education,
                             la Science et la Culture
42. US $                   : Dollar Américain
43. USAID                  : United States Agency for International Development
44. WOCCU                  : World Council of Credit Union


                                                                                 3
                     I.      INTRODUCTION

Le Réseau des Institutions de Micro finance au Burundi, RIM, est une association sans but
lucratif agréée par ordonnance ministérielle n° 530/119 du 21 Février 2002. Il a été créé par
les institutions de micro finance burundaises engagées dans le développement des services
financiers en faveur de la population pauvre exclue du système financier classique.

La mission du RIM est de contribuer au développement des services financiers viables et
efficaces en faveur de la population démunie ou à faible revenu exclu du système bancaire
classique en appuyant les institutions membres à accomplir leurs missions et leurs objectifs.

Le Réseau compte 10 membres et continue d’enregistrer de nouvelles demandes d’adhésion.
Les membres actuels sont :

La Banque Nationale pour le Développement Economique (BNDE), l’asbl TWITEZIMBERE,
le Fonds de Développement Communal (FDC); la Caisse Coopérative d’Epargne et de Crédit
Mutuel (CECM) ;la Coopérative pour le Financement et le Développement (COFIDE) ;
la Coopérative Solidarité avec les Paysans pour l’Epargne et le Crédit de Cibitoke
(COSPEC) ; la Banque Populaire du Burundi ( BPB) ; le Conseil Pour l’Education et le
Développement (COPED) ; le Fonds de Solidarité des Travailleurs de l’Enseignement
(FSTE) ; l’Union pour la Coopération et le Développement ( UCODE).

Cinq nouvelles demandes d’adhésion sont programmées à l’agenda de la prochaine assemblée
générale.

Au cours de l’exercice 2005 le Réseau des Institutions de Micro finance au Burundi a
commencé la mise en exécution de son plan d’affaires 2005-2007.

Le présent rapport d’activités reprend les réalisations du Réseau à partir des quatre
objectifs stratégiques contenus dans le plan d’action 2005 et dans le plan d’affaires
2005-2007, à savoir :
    - Améliorer les performances et les capacités des IMF ;
    - Renforcer la collaboration et les échanges entre les IMF membres
    - Contribuer à l’amélioration de l’environnement juridique et politique de la micro
        finance.
    - Améliorer le fonctionnement, l’image et la viabilité du Réseau ;

L’exécution du plan d’action a été possible grâce à la détermination du Comité Exécutif, à
l’appui financier de World Relief/Burundi et du PNUD à travers le projet de renforcement de
la micro finance qui ont fourni les moyens nécessaires au fonctionnement du Secrétariat
Exécutif et à l’exécution de ses programmes.
Aujourd’hui le RIM est à mesure de développer des programmes intéressant d’autres bailleurs
de fonds grâce à ces appuis qui lui ont permis le véritable démarrage.

Le moment est venu de faire l’état des lieux après une année de fonctionnement avec des
ressources assez importantes.

A côté de son plan d’action, le RIM a participé activement dans les activités de l’Année
Internationale du Micro crédit depuis l’identification des actions à développer, la recherche



                                                                                           4
des fonds nécessaires et la mise en exécution. En plus de la sensibilisation de la population,
le RIM en a fortement profité pour sa propre visibilité et celle de ses membres.

Le Réseau est à mesure de générer dès maintenant une valeur ajoutée pour ses membres.

Le défi est lancé pour l’exercice 2006.

Le présent rapport est présenté en 4 parties :

   -   Les activités réalisées ;
   -   La situation des financements ;
   -   Les contraintes rencontrées;
   -   Les annexes

Il est à souligner que les activités rapportées ici concernent le Secrétariat Exécutif et non les
membres. Avec l’installation de la base de données, il sera plus aisé de rapporter les activités
des membres avec objectivité que maintenant.




                                                                                               5
           II.    ACTIVITES REALISEES

L’exécution du plan d’action se base sur les quatre objectifs stratégiques arrêtés dans le plan
d’affaires 2005-2007.

Objectif stratégique 1 :
Améliorer les performances et les capacités des IMF

A ce niveau le RIM a organisé des formations sur place en faveur des cadres des IMF et
facilité d’autres formations à l’extérieur du Burundi. On peut citer :

   -   Le séminaire sur la gestion des risques en micro finance.
       Tenu du 19 au 20 Avril 2005 à Bujumbura, ce séminaire a regroupé 55 participants.
       L’appui technique a été assuré par le CTP/Projet micro finance. De l’avis des
       récipiendaires la formation était d’un grand intérêt.

   -   Le séminaire sur la configuration des processus pour la gestion des risques et
       l’amélioration des processus ou le process mapping.
       Ce séminaire, organisé le 23 Juin 2005, a regroupé 20 Cadres ressortissants des IMF
       membres du R I M. la configuration d’un processus est une chaîne de représentation
       par des images qui permet de décrire d’une façon simple et précise une réalité donnée,
       d’identifier les risques, de les gérer et de les résoudre. La configuration part d’un
       système et non des individus qui font fonctionner le système. Exemple d’un
       processus : le recrutement, le retrait d’argent, l’octroi de crédit, l’épargne,…
       L’appui technique était assuré par Monsieur Elie LAFORTUNE de World
       Relief/RDC. Ce thème est très intéressant mais non familier aux participants. Il a été
       convenu d’approfondir le sujet dans les jours à venir.

   -   1 cadre de la BNDE a suivi une formation organisée à Rome par l’IDLO en Juillet
       2005 sur le thème « accès au petit et micro crédit, instrument de lutte contre la
       pauvreté ». le RIM a contribué dans le financement.

   -   8 Cadres provenant des IMF ont suivi une formation sur la navigation Internet.

   -   15 cadres ont participé au séminaire sur « le diagnostic financier des IMF », organisé
       en partenariat avec l’asbl FODEV (Formation pour le Développement).

   -   Mission d’échange d’expériences au Kenya.
       Du 6 au 11 Juillet 2005, une délégation de six personnes provenant des membres du
       RIM s’est rendue au Kenya.
       L’objectif de la visite était de s’enquérir de l’expérience acquise par les institutions de
       micro finance au Kenya pour ensuite élaborer des stratégies conséquentes pour le
       Burundi. La visite a été facilitée par INAFI Afrique.
       Deux institutions de micro finance, « Small and Micro Enterprises Programme,
       SMEP » et « Small Irrigation Scheme Development Organisation, SISDO » ont été
       visitées.
       Deux autres organisations oeuvrant en micro finance ont été également visitées :
       l’association professionnelle, AMFI Kenya et l’association africaine de la finance
       rurale, AFRACA



                                                                                                 6
    La mission a fait des recommandations à l’endroit du Gouvernement et à l’endroit des
    dirigeants des IMF au Burundi.
    Une réunion de restitution et de capitalisation des acquis de la visite est prévue au
    cours du mois de Janvier 2006.
-   Une visite d’échange d’expériences à la Coopec NYAWERA de Bukavu en RDC.
    Du 21 au 24 Octobre 2005 une mission composée par l’Administrateur Directeur
    Gérant, d’un membre du conseil d’administration et des membres du personnel de la
    Coopérative Solidarité avec les Paysans de Cibitoke, COSPEC, a effectué une visite
    d’échange d’expériences à la Coopec NYAWERA de Bukavu en République
    Démocratique du Congo. Les échanges ont notamment porté sur : les techniques de
    recouvrement, la gestion du portefeuille d’épargne et de crédit,la gestion comptable,la
    maîtrise des risques, les manuels de procédures administratives et comptables,…

-   Séminaire sur le développement et la gestion des ressources humaines.
    Un cadre du Fonds de Solidarité des Travailleurs de l’Enseignement, FSTE, a suivi
    une formation organisée par AFMIN au Niger du 3 au 7 Novembre 2005 sur le thème :
    « Développement et gestion des ressources humaines ».

-   Stage au Madagascar.
    Le RIM a facilité un stage d’un cadre de l’asbl TWITEZIMBERE dans une IMF au
    Madagascar du 12 au 17 Décembre 2005.

-   Un cadre de la COSPEC a participé à la 5ième conférence internationale organisée
    du 2 au 5 Mai 2005 par MAIN (Micro finance African Institutions Network) à
    Yaoundé au Cameroun sur le thème « un regard sur l’évolution et les performances de
    la micro finance en Afrique : leçons à tirer pour quelles perspectives ? ».

-   Mission de la BAD au Burundi.
    Une mission de la Banque Africaine pour le Développement a séjourné au Burundi du
    24 Mai au 10 Juin 2005 en vue d’élaborer le « document de stratégie par pays axé sur
    les résultats 2005-2009 ». Le RIM a été fortement représenté et a sérieusement plaidé
    pour la micro finance lors de l’atelier de consultation organisé à l’hôtel Méridien et
    dans les rencontres spécifiques qui ont suivi. Les délégués de la BAD ont visiblement
    compris les besoins en financement dont souffrent les IMF du Burundi.

-   Congrès Africain des Coopec 2005.
    Du 4 au 7 Octobre s’est tenu à Kigali au Rwanda le Congrès Africain des Coopec,
    édition 2005 sur le thème « pour une meilleure sécurité de l’épargne.
    La délégation du Burundi était composée de dix personnes dont 3 à charge du RIM à
    savoir un représentant de la CECM, celui de la COSPEC et le Secrétaire Exécutif. Le
    RIM a également joué un rôle important pour que la Fédération Nationale des Coopec
    du Burundi soit présente dans ces assises sur les Coopec. Les autres délégués
    provenaient du Ministère des Finances, de la BRB, de l’UCODE.
    Le congrès était conjointement organisé par l’Union des Banques Populaires du
    Rwanda et le Mouvement Mondial des Coopératives d’Epargne et de Crédit, WOCCU
    (World Council of Credit Unions).
    Plusieurs pays ont pris part à cette grande rencontre, particulièrement ceux de
    l’Afrique australe, centrale et orientale.
    Beaucoup de thèmes ont été développés dont notamment :
             L’importance de la mobilisation de l’épargne ;


                                                                                         7
                  La gestion des risques dans les coopec ;
                  La supervision et la réglementation des coopec, cas du Rwanda ;
                  Les principes de la bonne gouvernance ;
                  La gestion du portefeuille de prêts ;
                  Les politiques et les procédures de crédit et de recouvrement ;
                  La gestion des liquidités ;
                  L’audit et le contrôle interne
                  les normes prudentielles : la méthode PEARLS ;
                  Les coopec face à la pandémie du SIDA, etc …

   -   5ième Conférence annuelle de AFMIN.
       Le Réseau Africain de Micro finance, AFMIN, a tenu du 5 au 9 Décembre 2005 sa
       cinquième Conférence annuelle à ANTANANARIVO au Madagascar. Le RIM était
       représenté dans cette rencontre par une délégation de trois personnes provenant du
       Fonds de Développement Communal, de l’asbl TWITEZIMBERE, et du Secrétaire
       Exécutif. La session a été clôturée par les travaux de l’Assemblée Générale ordinaire.

Objectif stratégique 2 :
Renforcer la collaboration et les échanges entre les IMF.

Les actions du RIM ont porté sur :

   -   L’organisation de deux ateliers pour la mise en place d’un code de déontologie en
       micro finance au Burundi respectivement les 24 Juin, uniquement pour les membres
       du RIM et 17 Novembre 2005, session élargie aux principaux opérateurs en micro
       finance.
       Le projet de code existe déjà mais il a encore besoin d’être enrichi.
       Les travaux sont toujours facilités par le CTP/projet micro finance.

   -   L’installation d’une base de données en micro finance au Burundi.
       Pour pallier au manque de données sur la micro finance au Burundi, le RIM a pris la
       décision de construire une base de données, au moins pour ses membres. Au cours de
       cette année le RIM a acheté, avec l’appui du PNUD à travers le projet micro finance,
       le progiciel de gestion de base de données, ALAFIA PERFORM. Son installation et la
       formation des ressources humaines qui vont l’utiliser viennent d’être achevé au mois
       de Novembre 2005. Il s’agit de la formation d’un cadre du RIM pendant une semaine
       et de l’organisation d’un atelier au profit des cadres des IMF qui vont collaborer
       directement avec le RIM dans la fourniture des informations. La collecte des données
       commencera le 15 Janvier 2006.
       Ce progiciel, recommandé par AFMIN, a déjà fait ses preuves dans d’autres pays.

   -   La publication d’un bulletin de liaison.
       Dans le même cadre de pouvoir mettre à la disposition du public et d’échanger des
       informations entre les membres sur la micro finance le RIM a opté par la publication
       d’un bulletin périodique. Le premier numéro vient de paraître le 15 Décembre 2005.
       Le bulletin comprend 5 rubriques : Activités, Evénement, Dossier, Etudes et
       recherche, Profil.




                                                                                                8
Objectif stratégique 3 :
Contribuer à l’amélioration de l’environnement juridique et politique de la micro finance au
Burundi.

Le cadre réglementaire faisant défaut le secteur de la micro finance reste fragile et ne peut pas
avoir des appuis substantiels.

La contribution du RIM dans l’amélioration de cet environnement a été de deux sortes :
d’abord la dénonciation par les différents membres, chaque fois que l’occasion s’est
présentée, de la nécessité d’une réglementation en micro finance, ensuite la participation dans
le groupe de travail sur le projet de réglementation en cours. Le groupe de travail est composé
comme suit : 5 Cadres de la BRB, 1 Cadre de l’Association des Banques et Etablissements
financiers, 1 Cadre du Projet micro finance et 1 Cadre du RIM.
Un atelier de validation par tous ceux qui sont intéressés de près ou de loin par la micro
finance a eu lieu les 11 et 12 Octobre 2005.
Le groupe de travail a déjà transmis le projet aux instances habilitées.

Objectif stratégique 4 :
Améliorer le fonctionnement, l’image et la viabilité du RIM.

Dans ce cadre plusieurs actions ont été menées :
   - Tenue des réunions.
       Les réunions statutaires du RIM ont été régulièrement tenues: le Comité Exécutif a
       tenu 6 réunions respectivement les 24 Février, 14 Mars, 18 Mai, 18 Août et
       8 Septembre. Les rapports de ces réunions ont été régulièrement rédigés et transmis à
       qui de droit. En plus de ces réunions une commission technique chargée de recruter le
       personnel du RIM a été constituée. Celle-ci a tenu à son tour plusieurs rencontres afin
       de bien mener sa mission.
       Au cours de cette année l’Assemblée Générale des membres a tenu sa réunion
       ordinaire le 25 Août 2005.
   - Mobilisation des ressources internes.
       Au 31 Décembre 2005, toutes les cotisations des membres ont été versées à
       l’exception de la COFIDE qui connaît des difficultés pour le moment. L’Assemblée
       générale précédente lui a accordé un délai de grâce d’une année (jusqu’au 24/8/2006)
       pour régulariser sa situation.
   - Augmenter les adhésions au RIM. Depuis la dernière Assemblée Générale le 25 Août
       2005, cinq demandes d’adhésion ont été enregistrées. Il s’agit de la Fédération
       Nationale des Coopec (FENACOBU), de la Coopérative d’Epargne et de Crédit
       (CODEC), de la Mutuelle d’Epargne et de Crédit (MUTEC), de TURAME et de Hope
       Fund.
   - Doter le RIM d’une adresse physique et des outils de travail.
       Depuis le mois d’Août 2005, le RIM est logé dans ses bureaux sis 14, Avenue des
       Manguiers, Commune ROHERO. Il dispose d’un téléphone : 257 251958 /
       257 253711 ; d’un Fax : 257 253710 ; d’un e-mail : rimburundi@gmail.com ; d’un site
       Web : www.rimburundi.civiblog.org. Il faut rappeler ici que la BNDE avait abrité
       gracieusement le Secrétariat Exécutif pendant 15 mois.
       Le staff du RIM est composé de 3 unités de niveau licence, d’une unité de niveau
       humanité technique et de 2 unités d’appui. Le secrétariat est équipé de mobilier de
       bureaux, d’une photocopieuse, de 4 ordinateurs et leurs accessoires ainsi que divers
       petits matériels de bureaux nécessaires pour le fonctionnement.


                                                                                               9
-   Médiatiser la mission et les activités du RIM.
    4 émissions radio, organisées par le RIM et la RTNB ont eu lieu où les représentants
    de l’asbl TWITEZIMBERE, du COPED et de la CECM d’abord (émission « acteurs
    du développement »), de la FENACOBU et de la CECM ensuite ont expliqué en long
    et en large la micro finance en général et la mission du RIM en particulier.
    1 émission télévisée a également eu lieu où les Dirigeants de TWITEZIMBERE et de
    l’UCODE ont parlé du RIM et de ses membres.
    A l’occasion de l’année internationale du micro crédit plusieurs médias de la place ont
    organisé des émissions ou écrit des articles particulièrement sur la micro finance.
-   Développer un partenariat avec d’autres réseaux en Afrique et dans le monde.
    Le RIM est membre du Réseau Africain de Micro finance, AFMIN, du Réseau
    mondial SEEP. Il est également en contact permanent avec les réseaux nationaux
    africains membres de AFMIN.
    Au niveau national, le RIM est connu au PNUD, à la FAO, à l’USA ID, à l’UNESCO,
    à l’Ambassade de Belgique, au Ministère des Finances, à la Banque Centrale, au
    Ministère de la planification du Développement et de la reconstruction, etc.
-   Former le personnel du RIM.
    Le Secrétaire Exécutif a participé au Congrès Africain des Coopec organisé à Kigali
    du 4 au 7 Octobre conjointement par l’Union des Banques Populaires du Rwanda et
    WOCCU. Il a également participé dans la formation organisée par AFMIN du 5 au 8
    Décembre à ANTANANARIVO sur le thème : « Stratégies et Produits Innovants pour
    l’Expansion des Services de Micro finance ».
    Le cadre en charge de la base de données a suivi une formation sur l’utilisation et
    l’exploitation du logiciel Alafia Perform. Afin de permettre à tout le staff du RIM de
    se familiariser avec la base de données, une formation sur Access a été donnée à son
    profit par Cal Burundi.
    L’Assistant en communication est également entrain de suivre une formation sur le
    « pagemaker » afin d’améliorer la présentation du bulletin du RIM et de diminuer la
    sous-traitance aux services extérieurs.
-   Organiser les activités marquant l’année internationale sur le micro crédit.
    Le RIM a participé activement dans l’organisation et l’exécution des activités
    marquant l’année internationale du micro crédit.
    Au niveau de l’organisation, le PNUD en collaboration avec le projet micro finance et
    le RIM, a mis en place un comité national de promotion de l’année. Ce comité est
    composé de 25 représentants des services publics, de la société civile, des bailleurs de
    fonds. Le PNUD assure la présidence tandis que le RIM en est le point focal.
    Au niveau des activités, un plan d’action a été présenté lors de l’ouverture de l’année
    qui a eu lieu le 27 Mai 2005. Le plan d’action comprenait 10 activités de
    sensibilisation de la population sur le micro crédit, à savoir :

               1. la production et la diffusion d’un dépliant en kirundi, en français et en
                  swahili ;
               2. l’organisation des journées portes ouvertes dans 13 structures ;
               3. l’organisation des débats à la radio et à la télévision ;
               4. l’élaboration d’un annuaire et la production d’une carte géographique
                  sur les SFD au Burundi ;
               5. la formation des associations à la base dans toutes les communes du
                  pays ;
               6. la création d’un site Web du RIM ;
               7. le montage d’une pièce de théâtre ;


                                                                                          10
           8. la production d’une vidéo sur les activités de quelques IMF;
           9. l’organisation de trois concours « jeunes entrepreneurs », meilleure
               IMF, et meilleur client d’IMF
           10. la clôture des activités de l’année.

La clôture a eu lieu le 15 Décembre 2005 par des cérémonies de remise de prix aux
lauréats des trois concours sus mentionnés. On notera au passage que parmi les
membres du RIM, la CECM a obtenu le prix pour le meilleur service rendu aux
femmes, tandis qu’une association de riziculteurs cliente de la BNDE et un membre de
la CECM ont obtenu des prix de fidélité.

Le financement de ces activités a été assuré par le PNUD, l’Ambassade de Belgique,
le RIM (sur la subvention accordée par le PNUD à travers le projet micro finance) et
l’Association des Banques et Etablissements financiers.
Le RIM a profité de sa participation dans ces activités pour augmenter sa visibilité.




                                                                                    11
             III.    SITUATION DES FINANCES

Au cours de l’exercice 2005, le RIM a fonctionné avec 4 sources de financements : World
Relief /Burundi, PNUD, les Membres et la Coopération Technique Belge pour quelques
activités de l’année internationale du micro crédit.
Le montant de ces financements (en francs burundais) s’élève à :

      -   World Relief           :        46 710 7831
      -   PNUD                   :        23 933 8102
      -   Membres RIM            :         6 318 728
      -   CTB                    :        14 791 585

          Total                  :        91 754 906

Subvention de World Relief/Burundi

Ce financement résulte de l’accord signé entre l’ONG World Relief et le RIM portant sur un
montant de 45 000 US $ soit 48 662 681 Fbu. Il couvre normalement la période allant du mois
d’Octobre 2004 jusqu’au mois de Septembre 2005. Cependant le déblocage de la première
tranche est intervenu vers la fin Décembre 2004. C’est pour cette raison que même le
décaissement a été prolongé jusqu’en Décembre 2005.
Il convient de souligner ici que ce financement a permis au Réseau d’installer
convenablement son secrétariat et d’entamer véritablement ses activités. Tout au long de
l’exercice les décaissements ont été réguliers et les rapports d’utilisation ont également été
régulièrement transmis.

Ci-après la synthèse de l’utilisation de ces fonds.

Tableau 1 : Utilisation de la subvention de World Relief Burundi (en BIF)


                  Ressources                                Emplois
Report 2004             : 13 998 057              Formation        : 25 188 201
3ière tranche           : 10 000 000              Fonctionnement    : 11 501 176
4ième tranche           : 10 402 650              Rémunération     :   8 703 000
5ième tranche           : 12 310 076
contribution PNUD      :     568 739              Solde au 30/12/2005:        1 887 145
(voyage au Madagascar)
Total                  : 47 279 522               Total                   : 47 279 522

    Fonds propres du RIM

Les fonds propres du RIM sont constitués jusque maintenant par les cotisations et par la
contribution forfaitaire des membres.



1
 La tranche accordée en Décembre 2005 au titre de l’exercice 2006 n’est pas comprise.
2
 Le budget accordé au RIM mais géré directement par le PNUD, environ 27 millions de francs bu n’est pas
compris.


                                                                                                          12
Tableau 2 : Utilisation des fonds propres du RIM (cotisations)

Ressources                                       Emplois
Report 2004               : 3 018 728            Rémunération       : 900 000
Cotisations 2005          :1 800 000             Fonctionnement     : 203 210
Contribution forfaitaire : 1 500 000             Solde au 30/12/2005: 5 215 518
Total                    : 6 318 728             Total              : 6 318 728

Toutes les cotisations attendues pour l’exercice 2005 ont été entièrement versées à l’exception
de la COFIDE qui connaît des difficultés. Son cas a été analysé lors de la précédente réunion
de l’Assemblée Générale le 25 Août 2005.

Le FSTE et l’UCODE n’ont pas encore non plus versé la contribution forfaitaire de un million
cinq cent mille F bu.

               Subvention du PNUD

La subvention du PNUD résulte du protocole d’entente signé entre le CTP du projet de
renforcement des capacités en micro finance pour le Burundi et le RIM en Mai 2005 pour la
période allant du 1er Avril au 31 Décembre 2005.
Le protocole énumère une série d’activités que le RIM doit réaliser grâce à ce financement.
Au moment de la rédaction de ce rapport, seules deux activités n’ont pu être réalisées :
il s’agit de la production du premier rapport sur les indicateurs de performance des IMF et
d’assister l’ITSP (International Technical Services Provider) pour la composante formation.
La première n’a pas été réalisée car l’acquisition du logiciel Alafia Perform, gestionnaire de la
base de données, n’est intervenue qu’à la fin du mois de Novembre 2005. La collecte des
données commence avec le début de l’année 2006.
La seconde activité n’a pas été possible parce que l’ITSP, en l’occurrence Développement
International Desjardins (DID), n’est pas encore opérationnel au Burundi. Il est attendu pour
le début de l’année 2006.
Le montant du financement s’élève à 55 590 US $ dont 23 090 US $(soit 23 933 810 Fbu)
sont gérés par le RIM. La différence est directement gérée à partir du PNUD.
La première tranche est intervenue le 5 Août 2005.

Tableau 3 : Utilisation de la subvention du PNUD (en BIF)

                                                            Solde au
Rubrique                                 Montant prévu      30/12/2005
Année Internationale du Micro crédit     9 171 810          101 780
Consultants internationaux               -                  -
Consultants locaux                       6 372 000          334 877
Equipements                              -                  -
Loyer                                    6 372 000            (48 000)3
Bulletin de liaison                      2 018 000             24 045
Stage et formation                       -                  -

Total                                    23 933 810         412702


3
    Montant négatif


                                                                                              13
Composition du solde bancaire au 30 /12 /2005
Le solde du compte bancaire au 30/12/2005 s’élève à 18 638 428 BIF. Il se décompose
comme suit :
Fonds propres RIM                         : 5 215 518
Reliquat fonds World Relief 2005          : 1 887 145
1ière tranche World Relief 2006           : 9 625 963
Provisions soins de santé                 : 400 500
Reliquat fonds PNUD                       : 412 702
Chèques en circulation                    : 1 096 600
Total                                     : 18 638 428

Subvention de la Coopération Technique Belge (CTB).

Dans le cadre de l’exécution des activités de l’année internationale du micro crédit,
l’Ambassade de Belgique a été contactée pour financer quelques activités. Elle a vite donné
son accord et le RIM a signé une convention de financement avec la CTB.
Le montant total de l’intervention s’élève à 14 791 585 Fbu. Le rapport d’utilisation de la 1ière
tranche a été transmis conformément à la convention et la seconde tranche sera versée
incessamment.

Tableau 4 : Utilisation de la subvention de la CTB

                                                             Solde au
Rubrique                                Montant              30/12/2005
Carte géographique                       3 500 000           3 500 0004
Annuaire des SFD                         1 202 760           0
Enquête SFD                              2 000 000           0
Dépliant                                 2 000 000           0
Traduction dépliant                        200 000           0
Affiches                                 1 638 825           0
Auto collant                               240 000           0
Débat à la radio                         4 010 000           0
Total                                   14 791 585           3 500 000

De façon générale, le plan d’action du RIM pour l’exercice 2005 a été largement financé, du
moins les principales activités. Le plan au départ nécessitait 190 324 000 francs burundais. Il
a été financé à hauteur de 118 754 906 francs burundais, soit 62.4%.
Les rubriques qui n’ont pas été financées sont les suivantes :
    - l’achat et le fonctionnement d’un véhicule;
    - les frais du personnel pendant les 8 premiers mois de l’année. Le personnel n’étant pas
         encore recruté car le budget non encore disponible;
    - le loyer pendant les 7 premiers mois de l’année. Le budget n’était pas encore
         disponible.
    - L’installation d’une bibliothèque.




4
    La tranche n’est pas encore versée en entièreté au RIM


                                                                                               14
IV. CONTRAINTES RENCONTREES

Au cours de l’exécution du plan d’action 2005, le RIM a rencontré quelques contraintes qui
ne lui ont cependant pas empêché de l’exécuter presque en entièreté.

On peut citer :
   - Le déblocage tardif du financement du PNUD. En effet le protocole d’accord a été
      signé en Avril 2005 mais le premier décaissement n’est intervenu qu’au mois d’Août
      2005. La conséquence en est que certaines activités dont notamment la sortie du
      rapport sur les indicateurs de performance des IMF et le bulletin de liaison connaissent
      des retards à leur tour.

   -   La lenteur dans le recrutement de l’ITSP. La mission de l’ITSP au Burundi est double.
       Il s’agit d’abord d’apporter un appui direct à 3 IMF. Celles-ci sont déjà connues : la
       BNDE, la FENACOBU et la CECM. Ensuite organiser des formations et des échanges
       d’expériences au profit des Cadres et Agents des IMF. L’ITSP devant collaborer
       étroitement avec le RIM particulièrement pour ce dernier point, la lenteur qui a
       caractérisé son recrutement a freiné les activités du Réseau.

   -   Le manque de moyen de déplacement.

   -   L’insuffisance des ressources humaines au Secrétariat. Jusqu’en Septembre 2005, le
       Secrétariat ne comptait qu’une seule unité, le Secrétaire Exécutif. Ceci a une incidence
       évidente sur les activités et la visibilité du RIM.

                V. CONCLUSION

Le plan d’affaires du RIM 2005-2007 vient de connaître sa première année d’exécution. Il a
connu le soutien de World Relief/Burundi, du PNUD, de l’Ambassade de Belgique (pour
l’année du micro crédit).
 Les activités programmées dans le plan d’action 2005 ont été exécutées à plus de 80% malgré
les contraintes rencontrées. Certaines n’ont pas encore connu de résultats palpables mais les
bases sont déjà lancées, il s’agit notamment du cadre légal d’exercice de la micro finance, du
rapport sur les indicateurs de performance des IMF, du code de déontologie en micro finance
au Burundi. Ce sont là les actions qui vont continuer jusqu’à leur aboutissement en 2006.
Pour l’exercice 2006, un accent particulier sera mis sur le renforcement des capacités avec
l’appui du projet micro finance, volet formation.
Il est également temps de concentrer les efforts à la recherche des fonds de crédit au profit des
IMF. En effet la situation socio – politique du Burundi donne aujourd’hui un grand espoir de
recouvrer la paix, ce qui est déjà une réalité sur une bonne partie du territoire national. La
population va donc se remettre sérieusement au travail et aura certainement besoin d’un
concours financier.
De même les actions de sensibilisation de la population menées dans le cadre de l’année
internationale du micro crédit auront pour conséquence une forte demande de crédits. Les
IMF doivent pouvoir répondre favorablement à la sollicitation.
C’est pourquoi il faut trouver des mécanismes de mobilisation des ressources financières
suffisantes en vue de faire face à cette situation incontournable pour la reconstruction
nationale.



                                                                                              15
Annexe : Plan d’action 2005.




                               16

								
To top