LES MYCOTOXINES

Document Sample
LES MYCOTOXINES Powered By Docstoc
					          LES MYCOTOXINES

   Conditions de formation
   Effet sur la santé
   Évaluation des risques




          Annie Leszkowicz, ENSAToulouse
            25% des denrées alimentaires
          sont contaminées par des moisissures


                                  -Fermentation
                       BÉNÉFIQUES -Antibiotiques
                                  -Condiments ...

MOISISSURES

                                 - Altération des denrées
                       NUISIBLES - Allergies
                                 - Production de Mycotoxines
              Conséquences économiques du
              développement des moisissures


        DIRECTES                         INDIRECTES
    - Marchands de grains :                      Prix de revient augmenté
Qualité pauvre en apport nutritionnel.


- Producteurs de volailles ou de bétail :
     Réduction de la performance,
   Diminution de la reproduction,
 Pertes nombreuses dues aux maladies.        Dépenses pour les
                                             soins des animaux

   - Industries alimentaires :
Substances non vendables d ’aspect
et de caractère organoleptique altéré
 LOCALISATION DES MYCOTOXINES LE LONG DE LA
             CHAÎNE ALIMENTAIRE


            Pathogène des Plantes           Plantes stressées
            Fusarium graminearum            Fusarium Moniliforme
               Colonise la plante
               Fusarium roseum
CHAMP
                                                                      RÉCOLTE




                                               Sol, ventilation,
                                               Aspergillus
                                               Penicillium
                                                                   STOCKAGE

TRANSFORMATION

                                          Frigidaire

                           Viande, lait
 FOURRAGE                                              ALIMENTATION    HUMAINE
    Champignons toxinogènes
     (Aspergillus, Penicillium,
           Fusarium..)
        mycotoxines
                                                     Alimentation
                                                     humaine et
                                                        animale
                                                     Sans danger
 Plein champ       Stockage                         pour l’homme et
                                                         l’animal

  Contrôle :
                  Contrôle :      Décontamination    En accord
  Insectes
                 Température         Physique       avec normes
Moment récolte
                   humidité          chimique         établies
  humidité
  Prévention contamination        Rétrocontrôle
 par champignons et toxines
Moisissures, mycotoxines et denrées contaminées
Paramètres écologiques régulant la croissance fongique et la
                  production des toxines
Effet de la température et de l ’activité
      en eau sur la production de
  Fumonisine B1 par F. moniliforme.
Effet de la température et de l ’activité
      en eau sur la production de
  Fumonisine B1 par F. proliferatum.




                                  FB/Aw
Effet du pH sur la croissance de F.
 proliferatum et la production de
          Fumonisine B1 .
Effet de l’activité en eau et de la température sur la croissance de
       Penicillium viridicatum et production d’ochratoxine A
Conditions minimales et optimales de production d’Ochratoxine A
         par Penicillium viridicatum sur blé et sur orge


            Humidité           Blé            Orge
       Optimum
                              21,8             27,1
       % humidité à 24°C
       Minimum
                              18,5             21,6
       % humidité à 24°C
       Minimum                 4                4
       température
       % humidité             28,6             40,5
     EFFETS BIOLOGIQUES DES MYCOTOXINES
        Niveau                                Exemples

     Moléculaire
Interaction avec les         Cassure simple-brin ADN par la citrinine,
macromolécules                             l’ochratoxine
                           Adduits à l’ADN pour l’aflatoxine, l’ochratoxine

     Subcellulaire
Effet sur les réactions      Inhibition de la carboxypyruvate kinase par
enzymatiques                               l’ochratoxine A,
                          Inhibition des carboxylases par la moniliformine et
                                              la patuline,

Interaction avec des      Découplage de la phosphorylation oxydative dans
organelles                  les mitochondries par les aflatoxines, l’acide
                                     sécalonique, la lutéoskyrine
Adduits d’aflatoxine B sur la guanine
     EFFETS BIOLOGIQUES DES MYCOTOXINES
        Niveau                                Exemples

     Moléculaire
Interaction avec les         Cassure simple-brin ADN par la citrinine,
macromolécules                             l’ochratoxine
                           Adduits à l’ADN pour l’aflatoxine, l’ochratoxine

     Subcellulaire
Effet sur les réactions      Inhibition de la carboxypyruvate kinase par
enzymatiques                               l’ochratoxine A,
                          Inhibition des carboxylases par la moniliformine et
                                              la patuline,

Interaction avec des      Découplage de la phosphorylation oxydative dans
organelles                  les mitochondries par les aflatoxines, l’acide
                                     sécalonique, la lutéoskyrine
EFFETS BIOLOGIQUES DES MYCOTOXINES
                                                                AFLATOXINES
                                                                STÉRIGMATOCYSTINE
AFLATOXINES
STÉRIGMATOCYSTINE      ADN
PATULINE                                                        PATULINE
OCHRATOXINE A
                                                                    Transcrit
                                                                    primaire
   NOYAU
                             5’                    3’
                             Transformation

                                  5’



                                                        ARNm
  CYTOPLASME                                                          AFLATOXINE B
                                       Transport

                                                                      OCHRATOXINE A

                                                           3’
                             5’




       Ribosome
  Protéine naissante
       Importance des effets immunotoxiques

• Souvent effet primaire des mycotoxicoses

• Diminue résistance des animaux à d’autres agents pathogènes
  Porc ayant aflatoxicose sont plus facilement contaminés part listeria
             ochratoxicose…..salmonelles

• Transmission des pathogènes à l’homme

• Effet direct sur le système immunitaire des individus
Immunotoxicité
Formes aiguës de mycotoxicoses chez les animaux
                 domestiques
Formes aiguës de mycotoxicoses chez les animaux
                 domestiques
ZÉARALÉNONE
Formation ZEARALENONE
TOXICOCINÉTIQUE DE LA
    ZEARALENONE
     RISQUES AIGUË DE LA
ZEARALENONE CHEZ LES ANIMAUX
RISQUES CHRONIQUES DE LA
ZEARALENONE CHEZ LE PORC
  RISQUES CHRONIQUES DE LA
ZEARALENONE CHEZ LES OVINS ET
           BOVINS
MÉCANISME D’ACTION
AUTRES EFFETS
TRICHOTÉCÈNES
                                            Trichothécènes


Origine
      Fusaria et trichoderma
      pathogène végétal qui se trouve dans le sol
      colonise maïs, avoine, blé, orge et riz

 Facteurs favorisants
      Température optimale entre 1 et 4°C
      Activité de l’eau Aw > 0,9
      périodes prolongées de stockage à des températures
      voisines de 0°C en atmosphère humide.
      Possibilité de développement même en milieu confiné
Trichotécènes
Trichotécènes
Trichotécènes
     Aleucie Toxique Alimentaire
Première phase : sensations de brûlures
    Bouche
    Œsophage, estomac
    Vomissements
    Diarrhées, douleurs abdominales
    Maux de tête
Deuxième phase: perturbations hématologiques
    Leucopénie, agranulopénie
    Dégénérescence de la moelle osseuse
    Individus plus sensibles aux infections
Troisième phase : nécroses
     Cavité buccale
     Tube digestif
Mort par œdème pulmonaire
Trichotécènes
Trichotécènes
LES FUMONISINES
                                                     !
                                                    ELEM




                                                         !
                                                     OPP
   Fumonisine B1
                            Cancérogène ?


Fusarium moniliforme                        ?


       CONTAMINATION DE LA CHAINE ALIMENTAIRE PAR
                    LES FUMONISINES
FUMONISINES
                              FUMONISINES

       TOXICOCINÉTIQUE

 Absorption    au niveau intestinal voie lymphatique
 Accumulation dans le foie et le rein (chez porc,
volaille et singe),
 Passage dans la bile sous forme inchangée,
 Élimination fécale (95% en 24h),
 Ne passe ni dans le lait ni dans les œufs.
EFFETS TOXIQUES DES FUMONISINES CHEZ
           DIVERS ANIMAUX
EFFETS TOXIQUES DES FUMONISINES CHEZ
           DIVERS ANIMAUX
                           FUMONISINES

    MÉCANISME D’ACTION
 Induit la lipopéroxydation,
 Perturbe l ’organisation membranaire,
 Inhibe l ’incorporation de l ’acide
palmitique,
 Modifie le profile des acides gras,
 Inhibe la sphinganine N-acétyltransférase,
Altération de la synthèse des sphingolipides
Étude de cancérogenèse avec les
     toxines de Fusarium
                CARCINOGÉNICITÉ              FUMONISINE (1999)

Rats Fischer F344 (mâle et femelle) et souris B6C3F1 (mâle et femelle) traités par 0,
5, 50, 80, 150 ppm de FB1 dans la nourriture

 RAT FEMELLE
Aucun effet

 RAT MÂLE
Effet pour 50 et 150 ppm
          Adénome tubules rénaux (2/48 ; 5/48)
          Carcinomes tubulaires rénaux (7/48 ; 10/48)
 SOURIS FEMELLE
Effet pour 50 et 80 ppm
          Apoptose hépatique (7/47 ; 14/45)
          Adénome hépatique (16/47, 31/45
          Carcinomes hépatiques (10/47 ; 9/45)
  SOURIS MÂLE
Aucun effet
LES AFLATOXINES
                                                  Métabolisation
                             TOURTEAU
                             FOURRAGE



                                                    Excrétion




   Aflatoxine B1                                         Aflatoxine M1
                             Cancérogène



Aspergillus flavus


                     Contamination par les aflatoxines
                                                  Les aflatoxines
 Origine
Aspergillus flavus  AF B1 et B2
Aspergillus parasiticus AF B1, B2 G1, G2
Métabolisation et passage dans le lait  AF M1
 Facteurs favorisants
Température optimale entre 28 et 33°C
Activité de l’eau Aw > 0,83
Nécessite présence d’Oxygène
Développement sur plantes stressées : présence insectes, graines abîmées
Stockage en milieu chaud et humide
Possibilité de développement dans les tunnels de séchage de pâtes alimentaires
                 Les aflatoxines (TOXICOCINÉTIQUE)
Absorption voie orale ou trachéale
 Passage au niveau intestinal
 Métabolisation dans le foie
Passage dans la bile (glucurono conjugués, glutathion
conjugués)
 Élimination rénale (25 %)
 Élimination lente, persistance 20 % 4 jours après ingestion
 Fixation protéines
Accumulation dans le foie et le rein foie et rein
Passage dans le lait
Métabolisme de l’AFB1
     RISQUES AIGUËS CHEZ LES ANIMAUX
              (veau, porc poulet)
 Échelle de toxicité
AF B1 > AF M1 > AFG1 > AF B2 > AF G2
100 % 80 % 50 % 20 % 10 %

 20 ppm 
               diminution et anomalie du sperme chez les coqs
 2 à 10 ppm 
               Diminution œufs
               Diminution production lait
               Nécrose hépatique
               Tératogène (exencéphalie, saillie intestin
 0,2 ppm 
              Réduction gain de poids
               Perte appétit
               Déshydratation
           HÉPATOXICITÉ


 Augmentation du volume du foie
Décoloration du foie
Accumulation lipides dans foie
Fibrose veine porte
Augmentation activité mitotique des canaux biliaires
Hyperplasie des canalicules biliaires
               NÉPHROTOXICITÉ




Épaississement membranes des glomérules
Dégénérescence des tubules contournés proximaux
         IMMUNOTOXICITÉ


 Immunoglobuline A & G
 Interleukines 1 et 2   lymphocytes T
 TNF alpha (même lors d’intoxication par
inhalation)

Les porcs présentant une aflatoxicose développent
plus fréquemment des maladies infectieuses
              ADDUITS AFB1 ET CANCER

Corrélation entre adduits hépatiques et cancer
 Adduits retrouvés dans urine humaine
 Modulés par
                               BHA, BHT, Vitamine A, oltipraz
                               nourriture à base de choux
                               carence nutritionnelle
                               BSO

Cancer primaire du foie (AFB1)
Tumeurs rénales (AFG1)
Tumeurs pulmonaires (Inhalation d’Aspergillus flavus)


 Déficit en vitamine A favorise cancer rénal et tumeur du colon
 Hépatite B est un facteur aggravant (X 5).
                          AFB1 et CANCER
Mode administration            Espèces              Évaluation

Voie orale (nourriture)        Rat                  Hépatome,
                               (male + sensible)    Hépatocarcinome
                                                    Colon, estomac
          (boisson)            Rat                  tumeur foie &
                                                    colon
Voie orale (nourriture)        Truite               tumeur foie
Voie orale (nourriture)        Saumon               tumeur foie
Voie orale (nourriture)        Poisson équatorial   tumeur foie
Voie orale (nourriture)        canard               tumeur foie
Voie orale (nourriture         singe                hépatocarcinome
Sous-cutanée                   rat                  sarcomes locaux
Intra-péritonéale              souris               adénome
                                                    pulmonaire
Nourriture                     rat                  cholangiosarcome
Contaminée                     (nouveau né)         hépatocarcinome
pdt grossesse & lactation
Eau contaminée                 embryons truite      hépatocarcinomes
Études de cancérogenèse des
     AFLATOXINES
Études de cancérogenèse des
     AFLATOXINES
ose        Porc, veau, volaille         Nécrose dermique,
                                                     gastroentérite

  Aflatoxicose   Volailles, porc, veau, chien   Hépatite, hémorraghies,
                                                          mort
Formes aiguës de mycotoxicoses chez les animaux
                 domestiques
   Mycotoxicoses          Espèces animales           Syndrômes primaires

    Stachybotrytis             Chevaux                  Nécrose dermique,
                                                    gastroentérite, dépression
                                                   du système hématopoïétique

      Fusariose                 porc                   Œdème pulmonaire
Leucoencéphalomalacie          Chevaux                 Incoordinations des
                                                          mouvements

     F2-toxicose                 porc                    Œstrogénisme


    Ochratoxicose       Porc, dindons, volailles          Néphropathie
ZÉARALÉNONE
      Formation ZEARALENONE
 Origine
     principalement Fusarium graminearum et
      culmorum
     aussi Fusarium crookwellense, semitectum,
      sporotrichoïdes (élaborant les trichothécènes)
     colonise maïs, avoine, blé, sorgho

 Facteurs favorisants
     Température optimale entre 15 et 20°C
     Activité de l’eau Aw > 0,95
     périodes prolongées de temps frais et humide, et
     à l’époque des moissons
     lors du stockage si le maïs est mal séché ou s’il
      est exposé à l’humidité.
      TOXICOCINÉTIQUE DE LA
          ZEARALENONE
 Absorption voie orale
 Passage au niveau intestinal
 Métabolisation dans le foie  Passage dans la bile sous forme
   inchangé ou métabolisé (parfois sous forme glucuronoconjugués)
                                Suit cycle entérohépatique
 Accumulation         dans tissus adipeux
                      foie et rein
 Passage     dans le lait
               dans l’utérus, les follicules ovariens et testicules
 Élimination fécale et rénale
 Fixation aux récepteurs de l’œstrogène
 Taux d’incidence
   les taux les plus élevés sont relevés en Amérique
    du Nord et Europe central et septentrionale
    (jusqu’à 2,9 mg/kg)
   existe aussi en Egypte, Italie, Afrique du Sud,
    Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud.
   Coexiste avec les trichothécènes (NIV, DON)
     RISQUES AIGUË DE LA
ZEARALENONE CHEZ LES ANIMAUX

  DL 50 > 2000mg/kg (rat, souris, hamster)
  15 mg/kg p.c. => aucun effet (poule)
  25 à 100 mg/kg => hyperœstrogénisme
 (porc)
  > 3,5 mg/kg => inflammation et œdème de
 la vulve (porc)
      RISQUES CHRONIQUES DE LA
      ZEARALENONE CHEZ LE PORC
 0 ,02 mg/kg p.c. /j (8 jours) =>
  Réduction gain de poids
   Gonflement et inflammation de la vulve
   prolapsus vaginaux et rectaux
 0,37 mg/kg p.c. (long terme)
   retard du premier œstrus
   stérilité due à œstrus permanent
   pseudogestation et anomalies ovariennes
   Taille réduite des portées, avortement
   baisse de la lactation
 2 mg/kg chez truie au 30ème jour gestation
   hyperoestrogénisme chez les porcelets de 21 jours
    RISQUES CHRONIQUES DE LA
  ZEARALENONE CHEZ LES OVINS ET
             BOVINS

(10 mg/kg p.c./ 8 semaines)
 hyperœstrogénisme
 diarrhées
 infertilité
 baisse du lait
 anabolisant (moins besoin de nourriture,
augmentation volume eau, baisse du taux de
lipides)
         MÉCANISME D’ACTION

Interaction avec récepteur œstrogénique
  compétition avec 17 beta œstradiol (5% fixation)
   fixation irréversible sur le récepteur
   alpha zéaralénone a 4 fois plus d’affinité
 Effet sur métabolisme des sucres et lipides
  augmentation de l’insuline
  accumulation de glycogène dans le foie et les
  muscles
  accumulation de triglycérides dans le foie
   baisse de la glycémie
                AUTRES EFFETS

 Tératogène (malformation des membres par défaut
  d’ossification à la dose > 10 mg/kg p.c.)
 Faiblement génotoxique (dommage à l’ADN,
  aberration chromosomique, SCE, adduits à l’ADN
  foie de souris)
Adénome hépatocellulaire, et de la tige pituitaire
 chez la souris (rien chez le rat).
 Modification pubertaire chez des enfant de
  PortoRico ?
 Cancer cervical chez l’homme ?
TRICHOTÉCÈNES
                                            Trichothécènes


Origine
      Fusaria et trichoderma
      pathogène végétal qui se trouve dans le sol
      colonise maïs, avoine, blé, orge et riz

 Facteurs favorisants
      Température optimale entre 1 et 4°C
      Activité de l’eau Aw > 0,9
      périodes prolongées de stockage à des températures
      voisines de 0°C en atmosphère humide.
      Possibilité de développement même en milieu confiné
                    Trichotécènes


 Nature   des composés
  Il existe plus de 80 différents. Ce sont des
    dérivés terpéniques toujours associés par
    famille.
   Les plus problématiques en alimentation
     humaine sont : DON, NIV, T-2, HT-2, DAS.
   Chez les animaux la satratoxine pose problème.
   Toxicité des différents trichothécènes chez les
                       poulets
Mycotoxin                       DL50 (mg/kg)
Diacétoxyscirpénol (DAS)             4
T-2 toxine                           5
HT-2 toxine                          7
DéacétylHT-2 toxine                 30
T2 tétrol                           34
Désoxynivalénole                    140
(vomitoxine) DON
Toxicité de la T-2 toxine chez différentes espèces
        Animal          Voie          DL50 (mg/kg)
                   d’administration
Porc             orale                     4
Poulet           Orale                     5
Poule pondeuse   Orale                    6,3
Lapin            Intramusculaire          1,1
Singe            Intramusculaire          0,8
Rat              Intrapéritonéale       8,8 à 3,1
Souris           intrapéritonéale         14,5
                           Trichotécènes
       RISQUES AIGUËS CHEZ LES
             VOLAILLES

 Diminution du gain de poids
      1 ppm (DAS, T-2) (poulet)
      5 ppm (T-2 ) (dindon)
 Nécrose du tube digestif avec T-2 et DAS
 Désordres neurologiques
 Diminution de la ponte des œufs
 Mort des oies pour 3 ppm T-2
                                    Trichotécènes
             IMMUNOTOXICITE
 et DAS augmentent la susceptibilité des poulets à
 T-2
 des infections par Candida, Listeria et Salmonella
yperplasie du thymus (T-2)
 H
 B
aisse de la mobilité et de l’activité phagocytaire des
 neutrophiles chez les bovins (Toutes tricho)
aisse phagocytose dans macrophages humains (T-2)
 B
                                      à
ugmentation IL-2, 3 et IFN ? l’origine de la
 A
 production aberrante de IgA (T-2, DON)
iminution IgM et IgG, augmentation IgA
 D
 L’accumulation d’IgA est responsable de changements

 pathologiques au niveau du rein (DON et NIV)
     Aleucie Toxique Alimentaire
Première phase : sensations de brûlures
    Bouche
    Œsophage, estomac
    Vomissements
    Diarrhées, douleurs abdominales
    Maux de tête
Deuxième phase: perturbations hématologiques
    Leucopénie, agranulopénie
    Dégénérescence de la moelle osseuse
    Individus plus sensibles aux infections
Troisième phase : nécroses
     Cavité buccale
     Tube digestif
Mort par œdème pulmonaire
                                  Trichotécènes
               STACHYBOTRYTOXICOSE
 Stachybotrys atra élabore satratoxines,
 Pousse sur le foin et la paille mal conservé,
 Plus toxique que la toxine T2,
 Atteint les chevaux,
 symptôme ressemblant à l’Aleucie Toxique Alimentaire
    dermatite sévère (desquamation de la lèvre)
    rhinites , conjonctivite,
    nécrose de la paroi buccale,
    hémorragies poumon, péritoine et muscle
    hyperesthésie et diminution des performances des
   chevaux (refus de sauter)
                              Trichotécènes

             STACHYBOTRYTOXICOSE

 Affecte peu les humains, sauf :
   lorsque les spores de stachybotrys atra pénètrent par
      voie nasale,
  par contact cutanée, via la nourriture animale
      contaminée.
LES FUMONISINES
                                                     !
                                                    ELEM




                                                         !
                                                     OPP
   Fumonisine B1
                            Cancérogène ?


Fusarium moniliforme                        ?


       CONTAMINATION DE LA CHAINE ALIMENTAIRE PAR
                    LES FUMONISINES
                    FUMONISINES
rigine
 O
   Fusarium moniliforme et proliferatum colonisant le
    maïs (racines, feuilles et grains)
  Fusarium napiforme et nygamai colonisant le sorgho
    et le millet.

 Facteurs   favorisants
   Température optimale entre 22 et 25 °C
  Activité de l’eau Aw > 0,9
  Nécessite la présence d’oxygène
   Attaque par des insectes et grains déjà fusariés (F.
   graminaerum)
  Conditions climatiques chaudes et sèches,
  Péricarpe peu résistant,
  Hybrides cultivés hors de leur zone d’adaptation.
                              FUMONISINES

       TOXICOCINÉTIQUE

 Absorption    au niveau intestinal voie lymphatique
 Accumulation dans le foie et le rein (chez porc,
volaille et singe),
 Passage dans la bile sous forme inchangée,
 Élimination fécale (95% en 24h),
 Ne passe ni dans le lait ni dans les œufs.
           EFFETS TOXIQUES DES FUMONISINES CHEZ
                      DIVERS ANIMAUX



Espèces               Dose        Voie      Effet principal
Ane                inconnnue      po     ELEM
Cheval          29,7 mg / kg PV          ELEM
Poney            22 mg / kg PV    po     ELEM
Cervidés            inconnue      po     lésions du cerveau
Lapin           1,75 mg/ kg PV    po     LEM ; lésions
                                         hépatiques et rénales
Porc              1,1 mg/kg PV    po     Lésions hépatiques
                4,5 à 6,3 mg/kg   po     œdème pulmonaire
                PV

Poulet           300 mg / kg PV   po     détérioration du foie
          EFFETS TOXIQUES DES FUMONISINES CHEZ
                     DIVERS ANIMAUX

Espèces             Dose        Voie      Effet principal

Dindon         300 mg / kg PV   po     Détérioration du foie
                                       et du
                                       myocarde
Agneau           45 mg / kg     po     Mort, détérioration du
                                       foie et
                                       des reins
Veau           148 mg / kg de   po     Lésion légère du foie
                    PV
Rat            13 mg / kg PV    po     Détérioration du foie
                                       et des reins
Souris          81 µg / kg PV   po     Détérioration du foie
Poisson-chat    20 mg / kg de   po     mort, détérioration du
                  nourriture           foie
                           FUMONISINES

    MÉCANISME D’ACTION
 Induit la lipopéroxydation,
 Perturbe l ’organisation membranaire,
 Inhibe l ’incorporation de l ’acide
palmitique,
 Modifie le profile des acides gras,
 Inhibe la sphinganine N-acétyltransférase,
   Sérine + palmitoyl CoA                                     3 cétosphinganine
                       sérine palmitoyltransférase
                                                                   Réductase


          dihydrocéramide                                          sphinganine
                       sphinganine N-acyltransférase               Réductase
   désaturase

   CÉRAMIDE                                                      SPHINGOSINE

                sphingomyèlinase
                                              sphingokinase


   GLYCOSPHINGOLIPIDE                 sphingomyéline            SPHINGOSINE-1-P

                                                     lipides phosphatidyléthanolamine



 Modificationde la synthèse des sphingolipides (So).
  Altération du rapport Sphinganine (Sa) /sphingosine
Étude de cancérogenèse avec les
     toxines de Fusarium
                CARCINOGÉNICITÉ              FUMONISINE (1999)

Rats Fischer F344 (mâle et femelle) et souris B6C3F1 (mâle et femelle) traités par 0,
5, 50, 80, 150 ppm de FB1 dans la nourriture

 RAT FEMELLE
Aucun effet

 RAT MÂLE
Effet pour 50 et 150 ppm
          Adénome tubules rénaux (2/48 ; 5/48)
          Carcinomes tubulaires rénaux (7/48 ; 10/48)
 SOURIS FEMELLE
Effet pour 50 et 80 ppm
          Apoptose hépatique (7/47 ; 14/45)
          Adénome hépatique (16/47, 31/45
          Carcinomes hépatiques (10/47 ; 9/45)
  SOURIS MÂLE
Aucun effet
LES AFLATOXINES
                                                  Métabolisation
                             TOURTEAU
                             FOURRAGE



                                                    Excrétion




   Aflatoxine B1                                         Aflatoxine M1
                             Cancérogène



Aspergillus flavus


                     Contamination par les aflatoxines
                                                  Les aflatoxines
 Origine
Aspergillus flavus  AF B1 et B2
Aspergillus parasiticus AF B1, B2 G1, G2
Métabolisation et passage dans le lait  AF M1
 Facteurs favorisants
Température optimale entre 28 et 33°C
Activité de l’eau Aw > 0,83
Nécessite présence d’Oxygène
Développement sur plantes stressées : présence insectes, graines abîmées
Stockage en milieu chaud et humide
Possibilité de développement dans les tunnels de séchage de pâtes alimentaires
                 Les aflatoxines (TOXICOCINÉTIQUE)
Absorption voie orale ou trachéale
 Passage au niveau intestinal
 Métabolisation dans le foie
Passage dans la bile (glucurono conjugués, glutathion
conjugués)
 Élimination rénale (25 %)
 Élimination lente, persistance 20 % 4 jours après ingestion
 Fixation protéines
Accumulation dans le foie et le rein foie et rein
Passage dans le lait
Métabolisme de l’AFB1
     RISQUES AIGUËS CHEZ LES ANIMAUX
              (veau, porc poulet)
 Échelle de toxicité
AF B1 > AF M1 > AFG1 > AF B2 > AF G2
100 % 80 % 50 % 20 % 10 %

 20 ppm 
               diminution et anomalie du sperme chez les coqs
 2 à 10 ppm 
               Diminution œufs
               Diminution production lait
               Nécrose hépatique
               Tératogène (exencéphalie, saillie intestin
 0,2 ppm 
              Réduction gain de poids
               Perte appétit
               Déshydratation
           HÉPATOXICITÉ


 Augmentation du volume du foie
Décoloration du foie
Accumulation lipides dans foie
Fibrose veine porte
Augmentation activité mitotique des canaux biliaires
Hyperplasie des canalicules biliaires
               NÉPHROTOXICITÉ




Épaississement membranes des glomérules
Dégénérescence des tubules contournés proximaux
         IMMUNOTOXICITÉ


 Immunoglobuline A & G
 Interleukines 1 et 2   lymphocytes T
 TNF alpha (même lors d’intoxication par
inhalation)

Les porcs présentant une aflatoxicose développent
plus fréquemment des maladies infectieuses
              ADDUITS AFB1 ET CANCER

Corrélation entre adduits hépatiques et cancer
 Adduits retrouvés dans urine humaine
 Modulés par
                               BHA, BHT, Vitamine A, oltipraz
                               nourriture à base de choux
                               carence nutritionnelle
                               BSO

Cancer primaire du foie (AFB1)
Tumeurs rénales (AFG1)
Tumeurs pulmonaires (Inhalation d’Aspergillus flavus)


 Déficit en vitamine A favorise cancer rénal et tumeur du colon
 Hépatite B est un facteur aggravant (X 5).
                          AFB1 et CANCER
Mode administration            Espèces              Évaluation

Voie orale (nourriture)        Rat                  Hépatome,
                               (male + sensible)    Hépatocarcinome
                                                    Colon, estomac
          (boisson)            Rat                  tumeur foie &
                                                    colon
Voie orale (nourriture)        Truite               tumeur foie
Voie orale (nourriture)        Saumon               tumeur foie
Voie orale (nourriture)        Poisson équatorial   tumeur foie
Voie orale (nourriture)        canard               tumeur foie
Voie orale (nourriture         singe                hépatocarcinome
Sous-cutanée                   rat                  sarcomes locaux
Intra-péritonéale              souris               adénome
                                                    pulmonaire
Nourriture                     rat                  cholangiosarcome
Contaminée                     (nouveau né)         hépatocarcinome
pdt grossesse & lactation
Eau contaminée                 embryons truite      hépatocarcinomes
Études de cancérogenèse des
     AFLATOXINES
Études de cancérogenèse des
     AFLATOXINES

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:568
posted:4/15/2008
language:French
pages:67