INSTITUT SUPERIEUR DE PEDAGOGIE DE LA PROVINCE DE NAMUR

Document Sample
INSTITUT SUPERIEUR DE PEDAGOGIE DE LA PROVINCE DE NAMUR Powered By Docstoc
					INSTITUT SUPÉRIEUR DE PÉDAGOGIE DE LA
          PROVINCE DE NAMUR
          CAMPUS PROVINCIAL
           Rue Henri Blès, 188-190
               5000 NAMUR
          ANNÉE ACADÉMIQUE 2006-2007


            Premier semestre : (13 samedis)
              Rentrée le 9 septembre 2006
            (Évaluation : le 20 janvier 2007)




           Deuxième semestre : (13 samedis)
              Rentrée le 27 janvier 2007
              (Évaluation : 23 juin 2007)



       Deuxième évaluation : samedi 25 août 2007




                            1
        INSTITUT SUPÉRIEUR DE PÉDAGOGIE DE LA PROVINCE DE NAMUR


                                               I.S.P.N.

A. OBJECTIFS POURSUIVIS :

                                            POUR QUI ?

L’I.S.P.N. veut favoriser :
- le développement personnel,
- le perfectionnement pédagogique,
- l’actualisation des pratiques professionnelles
des enseignants en fonction dans les enseignements maternel, primaire et secondaire inférieur des
différents réseaux afin de construire un concept bien d’aujourd’hui : « la professionnalisation
des enseignants ».


                                           COMMENT ?

Tout enseignant en fonction s’interroge sur sa pratique quotidienne et les effets de celle-ci portent
sur le développement des enfants et des adolescents. C’est cette saine inquiétude qui souvent de-
vient le moteur d’une formation complémentaire, formation en relation avec la recherche fondamen-
tale et les applications pédagogiques.

L’I.S.P.N. s’appuie sur des principes fondateurs d’une formation d’adultes :

- chaque personne poursuit son parcours selon ses propres interrogations et son propre rythme;

- toute recherche de réponses possibles peut s’envisager dans la pluralité des points de vue;

- toute connaissance prend sa vraie dimension si les concepts sont construits dans une approche sys-
  témique;

- tout parcours de formation complémentaire trouve son efficacité dans une approche transdiscipli-
  naire;

- toute pratique pédagogique prend tout son sens lorsqu’elle se situe dans des cadres théoriques et
des hypothèses de recherche qui se confrontent;

- tout développement personnel se construit de manière spiralaire et chacun construit son parcours.


                                               QUOI ?

Quatre pierres d’angle fondent une formation complémentaire dont l’objectif vise la construction
d’un professionnalisme des enseignants et par conséquent une bonne intégration dans
l’environnement social, économique et culturel et une meilleure reconnaissance de la société : les



                                                  2
approches philosophiques de l’éducation, les courants psychologiques qui en découlent, les applica-
tions pédagogiques que ceux-ci impliquent et les didactiques qui les concrétisent.

Tout enseignant qui vise en tout premier lieu un développement personnel solide se doit d’aborder
ces quatre axes.

PHILOSOPHIE DE L’ÉDUCATION :

U.P. 71 : Philosophie de l’Education : Ecole - société - valeurs.
U.P. 48 : Philosophie et éducation dans leurs contextes socio-économiques.
U.P. 66 : Philosophie de l’Education et grands courants de la psychologie moderne.
U.P. 54 : Socio-économie de l’Education.
U.P. 72 : Socio-économie de l’Education - Quel établissement dans quel environnement.
U.P. 80 : Sociologie de l’éducation : analyse de l’environnement scolaire.
U.P. 81 : Vivre la démocratie par quelles valeurs : dialectique, individu collectif dans l’école.
U.P. 100 : Gestion et profils des ressources humaines, sociales, économiques, pour quelles va-
leurs d’école.
U.P. 105 : Sociologie et éducation : tous égaux face à l’école ? Mise en perspective de cette
question par la sociologie et la pratique.
U.P. 117 : Histoire de la pédagogie – Evolution des pratiques pédagogiques en relation avec les
grands pédagogues.

PSYCHOLOGIE DE L’ÉDUCATION :

U.P. 50 : Psychologie génétique et prolongements socio-cognitifs.
U.P. 51 : Démarches cognitives et apprentissage.
U.P. 63 : Les différentes théories de l’apprentissage.
U.P. 67 : Cohérence dans l’apprentissage et analyse de dysfonctionnements.
U.P. 70 : L’apprentissage en continu par les cycles dans l’organisation du temps scolaire.
U.P. 78 : Continuité dans le processus d’apprentissage.
U.P. 79 : Psychologie, cognition et métacognition.
U.P. 85 : Défi socio-cognitif et apprentissage.
U.P. 92 : La continuité de l’apprentissage dans une autre organisation scolaire.

PÉDAGOGIE :

U.P. 45 : Défi cognitif et apprentissage.
U.P. 46 : Lire et écrire au cycle 5-8 ans.
U.P. 58 : Evaluation dans l’apprentissage.
U.P. 60 : Le développement global de l’enfant de 3 à 8 ans.
U.P. 61 : L’Education à la santé à l’école fondamentale.
U.P. 64 : Eveil par les compétences... transversales, disciplinaires.
UP. 68 : Construction du langage et pédagogies.
U.P. 75 : Des compétences par l’interdisciplinarité.
U.P. 76 : Rythmes individuels et différenciation.
U.P. 91 : L’évaluation des compétences : le nouveau défi de l’école d’aujourd’hui.
U.P. 97 : Les socles de compétences : une obligation décrétale. Programmer une autonomie
cohérente.



                                                3
U.P. 98 : Quelles évaluations pour quel niveau de compétences, des savoirs accumulés, des
savoirs transférables parce que significatifs.
U.P. 103 : Pratiques psychopédagogiques et interdisciplinarité .
U.P. 107 : Continuité de l’apprentissage par la pédagogie différenciée.
U.P. 112 : L’appropriation du langage, apprentissage de la langue. Quelles étapes par quelles
pédagogies ?
U.P. 114 : La mobilisation des acquis – une question pédagogique trop longtemps négligée.
U.P. 115 : Savoir conjuguer compétences et contenus disciplinaires … cela s’apprend.
U.P. 121 : Eveil interdisciplinaire et compétences.
U.P. 122 : Evaluer, qu’est-ce que c’est ? Des acquis fonctionnels, des compétences organisées :
trois niveaux d’utilisation des connaissances, trois niveaux de développement des compé-
tences.

DIDACTIQUE :
U.P. 5 : Mathématique I : Formation logique et étude des nombres.
U.P. 28 : Mathématique III : Mathématiser des situations-problèmes.
U.P. 34 : Psycholinguistique : comprendre et produire des messages écrits.
U.P. 46 : Lire et écrire au cycle 5-8 ans.
U.P. 59 : Lire et écrire au cycle 9-12 ans / 12-14 ans.
U.P. 53 : Communiquer par l’image / Grammaire de l’image.
U.P. 64 : Eveil par les compétences...transversales, disciplinaires.
U.P. 73 : Grammaire textuelle : comprendre et produire des messages écrits.
U.P. 82 : La séquence didactique, unité méthodologique où se vivent continuité
         et différenciation
U.P. 87 : Mathématique appliquée
U.P. 86 : Initiation à la création filmique
U.P. 88 : Apprendre à communiquer
U.P. 89 : Construire son savoir-lire – savoir-écrire
U.P. 96 : Mathématique II : Géométrie.
U.P. 93 : Construire l’évaluation de mon établissement pour s’auto-évaluer en équipe pédago-
           gique.
U.P. 99 : Mathématique par la résolution de problèmes.
U.P. 101 : Construire son savoir-lire et écrire à l’aide de quelle conjugaison et quel lexique.
U.P. 108 : La résolution de problèmes et l’analyse de l’erreur considérée comme message af-
            fectif de l’élève.
U.P. 110 : Construire les mathématiques et pédagogie de la résolution de problèmes.
U.P. 111 : L’analyse disciplinaire et psychologique de l’erreur en mathématique pour une éva-
            luation formative.
U.P. 118 : Mathématique – géométrie.
U.P. 120 : Lire – Ecrire avec quelle conjugaison, quel vocabulaire, quelle grammaire-analyse ?
U.P. 123 : Savoir-lire, savoir-écrire : les indicateurs de temps et d’espace en conjugaison,
grammaire, analyse, orthographe

RECHERCHE :
U.P. 18 : Recherche en éducation.
U.P. 69 : Recherche-action en éducation - Tous chercheurs...
U.P. 77 : L’établissement, première unité pédagogique de base.
U.P. 90 : Travailler en équipe pédagogique – animation – participation et régulation : plu-
sieurs aspects d’une même problématique.


                                              4
U.P. 93 Construire l’évaluation de mon établissement pour s’auto-évaluer en équipe pédago-
gique.
U.P. 94 : Gérer une école : coordonner ressources humaines, espace institutionnel et règles
administratives au profit de l’éducation.
U.P. 95 : Les socles de compétences : une reconnaissance fondamentale et universelle du sys-
tème scolaire.
U.P. 104 : Techniques de communication : l’outil informatique comme le Power-Point, un
complément pédagogique.
U.P. 106 : Construire son savoir-écrire en complémentarité avec le savoir-lire.
U.P. 113 : Gérer l’école, par quelles organisations de l’établissement ? Pour quel leadership de
l’enseignant ?
U.P. 116 : Apprendre à communiquer à l’oral et à l’écrit selon les publics.
U.P. 119 : La violence à l’école : que faire et comment ?

U.P. 109 : Actions de recherche en éducation : les pratiques de classe face à la notion de com-
           pétences

                                             AVEC QUI ?

Avec la collaboration d’une cinquantaine de Chargés de cours aux compétences multiples renfor-
çant l’affirmation des personnalités par la confrontation des points de vue et des expériences entre
adultes.

  CHARGÉS DE COURS                    FONCTIONS                                ADRESSES
BAYENET Benoît              Maître en économétrie               Rue de Purnode, 14 – 5501 Dinant –
                                                                082/22.97.54
CAPACCHI Françoise          Docteur en Sciences de              Route de Mons, 719 – 7130 BRAY –
                            l’Education                         064/33.77.33
CARETTE Vincent             Docteur en Sciences de              Rue du Bosquet, 3 – 6181 Gouy-lez-Piéton
                            l’Education                         – 071/84.00.71
COLLARD Christine           Licenciée en communication so-      Rue de Senzeille, 7 – 5650 Fontenelle –
                            ciale, archéologie et histoire de   065/65.02.49
                            l’art
CREMER Victor               Inspecteur cantonal primaire –    Rue Emile Tréfois, 7 – 5190 Mornimont –
                            Licencié en psychopédagogie       071/78.10.89
DE BRIER Fabien             Licencié en Psychopédagogie       Rue de la Presse, 12 bte 1 – 1000 Bruxelles
                                                              – 02/465.63.64
DELORY Christian            Docteur en Psychopédagogie        Rue de Tillier, 27 – 5380 Marchovelette –
                                                              081/21.57.16
DEWART Gilberte             Inspectrice cantonale primaire    Rue de l’Eglise, 4 – 5100 Wépion –
                                                              081/46.20.84
DOCQ Christine              Docteur en Mathématiques          Drève du Bonheur, 16 – 1150 Woluwé-
                                                              Saint-Pierre – 02/779.14.09
DONNAY Jean                 Directeur - Département pédagogie Rue de Rangnet, 11 – 5024 Marche-les-
                            FUNDP                             Dames – 081/58.86.54
DONEUX André                Inspecteur cantonal primaire      Rue Bon Air, 3 – 5500 Dinant –
                                                              082/22.34.37
GAUTHIER Jean-Marie         Psychanalyste – psychothérapeute Sur les Ternes, 20 – 5020 Malonne -
GILBERT Thérèse             Docteur en sciences               Rue de la Limite, 89 – 1490 Court-Saint-
                                                              Etienne – 010/61.14.75
GILLET Marie-France         Lic. Politique économique et so-  Rue des Roches, 53 – 5563 Hour –
                            ciale – Inspectrice cantonale ma- 082/66.62.74
                            ternelle
GREGOIRE Jacques            Inspecteur principal              Rue Saumont, 6 – 6900 Aye – 084/31.35.79



                                                     5
Cécile HAYEZ               Docteur en Philosophie et Lettres   Rue de Villers, 55 – B-1490 Court-St-
                                                               Etienne (Tangissart) – 010/61.61.54
HERMAL Francis             Inspecteur cantonal primaire        Haie Collaux, 2 – 5530 Spontin –
                                                               083/69.93.46
JOACHIM André              Inspecteur cantonal primaire        Rue Saint-Jacques, 105 – 6060 Gilly –
                                                               071/38.61.07
KOEKS Jannique             Inspectrice cantonale maternelle    Chaussée de Mons, 657 – 1480 Tubize –
                                                               02/355.28.21
LAMBERT Roland             Inspecteur de l’éducation nationale Rue Charles Bruneau, 32
                           – Licencié en Science de            08000 Charville-Mézières
                           l’Education – Maîtrise en Sciences Tél. : 00 33 /324.33.08.45
                           de l’Education                      GSM : 00 33/612.37.57.91
LEGRAND Gérard             Inspecteur cantonal primaire        Avenue du Parc d’Andoye, 8 – 5100
                                                               Wierde – 081/.40.08.68
LEROY Albert               Licencié en philologie romane –     Champs de Malonne, 28 – 5020 Malonne –
                           Directeur Ecole normale             081/44.56.43
LODOMEZ André              Inspecteur cantonal primaire        Rue de la Vacheresse, 5 – 4500 Ben Ahin –
                                                               085/25.50.69
LOBET Jean-Marie           Directeur                           Rue du Presbytère, 45 – 6900 Hargimont
                                                               Tél. : 084/21.09.65
MAHIEU Céline              Sociologue, doctorante en sociolo- Rue de Flines, 43 – 7604 Callenelle –
                           gie de l’éducation                  065/32.32.74
MAQUOI Joseph              Inspecteur cantonal primaire        Rue de l’Argoté, 10 – 6941 Izier –
                                                               086/40.04.69
MARIAGE Benoît             Licencié en droit – Diplômé         Rue Goffioul, 23 – 5170 Lustin –
                           INSAS – Réalisateur                 081/41.41.42
MARTELLO Florindo          Inspecteur cantonal primaire        Rue Vivaldi, 79 – 4100 Seraing –
                                                               04/337.23.61
MARTINEZ DE LEON Mitzila   Psycho-pédagogue - doctorante       Chemin des Sages, 16 bte 431
                                                               GSM : 0497/45.97.27
MILIS Marie                Licenciée en Mathématique           Rue Montagne-Saint-Job, 90 – 1180 Uccle
                                                               – 02/375.48.11
PETIT Véronique            Licenciée en psychopédagogie –      Rue de la Fontaine, 35 – 5022 Cognelée –
                           Coordinatrice CERTNEF               081/21.14.53
ROUSSELET Daniel           Docteur en biologie – professeur    Rue du Fond de Malonne, 110 – 5020 Ma-
                           d’université                        lonne – 081/44.52.00
SERVAIS Micheline          Inspectrice cantonale primaire      Rue de la Providence, 21 – 6041 Gosselies
                           Licenciée en sciences de            Tél. : 071/35.19.20
                           l’éducation
SIMONIS Michel             Licencié en psychologie – Direc-    Rue Chainaye, 18 – 4500 HUY –
                           teur CPMS                           085/21.67.06
TONNEAU Joseph             Inspecteur principal – Directeur    Rue Dachelet, 27 – 5380 Fernelmont –
                           ISPN                                081/83.34.76
TONNEAU Stéphane           Psychologue – Clinicien             Chemin des Sages, 16 bte 431
                                                               1348 Louvain-La-Neuve – GSM :
                                                               0498/37.73.39
van ELMBT Richard          Licencié en psychologie – profes- Clos Marcel Ancion, 13 – 1342 Limelette –
                           seur école normale                  0476/23.03.58
VANDENSCHRIK Nicolas       Licencié en communication RTBF Avenue de Juillet, 85 bte 3
                                                               1200 Etterbeek – GSM : 0472/83.29.32
VAN HOECKE Patrick         Licencié en sciences de communi- Basses Calenges, 23 – 5020 Malonne –
                           cation – Animateur en chef du       081/44.08.36
                           secteur audio-visuel SCPN
ZECCA-CREPIN Christiane    Inspectrice cantonale primaire –    Rue de Coumagne, 28 – 6280 Gougnies –
                           Licenciée en formation d’adultes    071/50.25.77

B. RECONNAISSANCE OFFICIELLE DES TRAVAUX :



                                                   6
Agréé par l’État, l’I.S.P.N. délivre :
- des attestations provinciales de participation aux Unités de Perfectionnement (U.P.),
- le certificat et le diplôme d’études supérieures de pédagogie respectivement après 8 U.P. et 12
U.P. conformément à l’Arrêté Royal du 08 octobre 1929 (Allocations annuelles officielles).

C. SECTIONS ORGANISÉES :

 PERFECTIONNEMENT PÉDAGOGIQUE : U.P.

    Séances organisées en-dehors des heures de classe. Unités de perfectionnement (U.P.).
    (sur base volontaire)

 FORMATION CONTINUÉE DE MAINTENANCE : F.C.M.

    Séances organisées en-dehors des heures de classe (mercredi après-midi).
    Candidats à la Direction d’école fondamentale et à l’animation pédagogique (CDEF).
    Candidats à l’Inspection de l’Enseignement maternel (CIM),
    Candidats à l’Inspection de l’Enseignement primaire (CIP).
    (sur base volontaire).

 FORMATION CONTINUÉE : DIRECTEUR D’ÉCOLE (D.E.F.).


 DÉFI LECTURE EN EUROPE.

Partage de pratiques enseignantes entre les enseignants français et belges participant au défi lecture
franco-wallon.
     Comment lire, faire lire, comprendre, interroger des textes littéraires ou documentaires cons-
        tituant un fonds de travail commun ?
     Comment faire rédiger, sélectionner, tester des échanges épistolaires ?
     Réaliser des épreuves ludiques pouvant être proposées aux élèves lors de rencontres finales ?
Mener une réflexion sur les pratiques pédagogiques favorisant l’apprentissage et la maîtrise de la
lecture en France et en Belgique.

D. PROGRAMME PROPOSE DURANT L’ANNÉE SCOLAIRE 2006-2007 :

Section FORMATION CONTINUEE : F.C.

L’Institut Supérieur de Pédagogie de Namur étant reconnu comme organisme proposant des forma-
tions interréseaux, tout enseignant et tout établissement peuvent faire appel aux offres de formation
et en particulier à des formations qui répondent aux besoins de l’équipe éducative.

Modules proposés pour l’année scolaire 2006-2007 :

FORMATION CONTINUÉE : F.C.

      Pour les Directeurs d’école en fonction dans l’enseignement fondamental (D.E.F ) :




                                                  7
              Observation, analyse critique et constructive de situations
                      d’apprentissage à l’école fondamentale.

Contexte :

L’examen des responsabilités actuelles de la fonction de direction met en évidence la nécessité et
l’importance d’un « savoir observer » les élèves au travail dans le cadre du bon pilotage d’un éta-
blissement scolaire fondamental et ce, quels que soient le niveau d’enseignement (maternel ou pri-
maire) et le réseau auquel chaque établissement appartient.

Objectifs spécifiques :

Contribuer au développement de compétences pédagogiques à :

 lire la réalité scolaire d’une classe (maternelle et/ou primaire) par l’observation active des élèves
  et du dispositif didactique dans lequel ils sont engagés ;
 en faire une analyse critique et constructive à la lumière des référents cités ci-dessous ;
 dégager et proposer des stratégies, des pistes d’intervention concrètes pour assurer un conseil de
  qualité.

Dispositif méthodologique :

Dispositif constructiviste comprenant des temps :

 d’observation d’élèves au travail (en situation réelle) ;
 d’identification, de confrontation et de clarification des représentations individuelles des direc-
  tions en matière de faits nécessaires à prélever ;
 d’analyse collective et « objective » des faits prélevés à divers niveaux et ce, à l’aide d’outils
  proposés ;
 de rédaction collective de projets d’actions concrètes, en prenant appui sur les éléments analysés
  (situations simulées).
 Les codes culturels (B. BERNSTEIN) ;
 Les niveaux de la réalité éducative (J. ARDOINO) ;
 Grille d’auto-évaluation d’un établissement scolaire (M-G. THURLER) ;
 Grille de LESNE et PAQUETTE ;
 La motivation (modèle de R. VIAU)
 Décret école de la réussite de 1995, décret-missions de 1997, (principalement les articles 6, 8,
  16, 20), les socles de compétences ;
 Projet éducatif (valeurs, culture scolaire), projet pédagogique (programme, orientations métho-
  dologiques du réseau, du P.O.), projet d’établissement (actions concrètes, zone de liberté de
  l’école, de l’équipe, de l’enseignant).

    Tout autre(s) réferent(s) jugé(s) utile(s) en cours de formation.

Horaire : 5 mercredi après-midi de 13 h à 16 h – 3 mercredi après-midi de 11 h à 12 h et de 13 h à
15 h (horaire spécifique aux séances d’observation prévues en situation réelle dans une classe).




                                                    8
CHARGEES DE COURS : Christiane ZECCA-CREPIN – Marie-France GILLET

                  1ère séance le mercredi 4 octobre 2006 de 13 à 16 heures


                                  DEFI LECTURE EN EUROPE


Objectif pédagogique :

Partage des pratiques enseignantes entre des enseignants français et belges participant au défi lecture
franco wallon.
     Comment lire, faire lire, comprendre, interroger des textes littéraires ou documentaires cons-
       tituant un fonds de travail commun ?
     Comment faire rédiger, sélectionner, tester par des élèves des échanges épistolaires ?
     Mener une réflexion concrète sur les pratiques pédagogiques favorisant l’apprentissage et la
       maîtrise de la lecture en France et en Belgique.

Contenu :

       Etude et analyse des livres sélectionnés pour le défi lecture 2006 – 2007 en fonction des be-
        soins des lecteurs de nos classes.
       Mener une réflexion concrète et directement réutilisable sur les pratiques pédagogiques.

Forme :

Travail en groupes d’enseignants français et belges.

Public-cible :

Des enseignants français et belges engagés dans le défi lecture franco-wallon.

Durée en heures :

2 fois 2 jours

Inscription au choix et selon les besoins personnels de formation :

     au premier module
     au second module
     aux deux modules

Liste des intervenants :

Roland Lambert : inspecteur départemental

Accompagnant belge : Jacques Grégoire, inspecteur délégué des relations internationales.




                                                  9
Gestionnaire belge : Stéphane Coulonvaux, directeur du Centre Culturel de Doische.

Dates et lieux :

   23 et 24 octobre 2006 à l’Institut Supérieur de Pédagogie de la Province de Namur – Campus
    Provincial, rue Henri Blès n° 188 – 190 à 5000 Namur.

   23 et 24 novembre 2006 à Charleville-Mézières.




      COMPÉTENCE PROFESSIONNELLE ET EPANOUISSEMENT PERSONNEL :


L’enseignant demeure acteur de son propre perfectionnement ...

... une formation continuée ou complémentaire tend à favoriser le développement de l’enseignant
face à l’enfant, aux groupes d’enfants, à l’équipe éducative, à tous les partenaires et agents de
l’éducation...

... tout membre du personnel doit pouvoir s’engager dans un processus de formation continuée ou
complémentaire qui lui convient. Son engagement personnel constitue une condition première de
profit.

... C’est donc lui qui choisit la fréquence et le type d’activités parmi un éventail de formations
d’autant plus riches qu’elles sont différenciées.


                                      MEMOIRE : U.P. I.

Tout enseignant admis au mémoire et désireux de le finaliser pourra disposer d’un accompa-
gnement de dix journées.

Objectifs :
- cerner l’hypothèse de recherche,

- développer une méthodologie de vérification,

- produire des applications pédagogiques conséquentes à l’hypothèse de recherche,

- respecter les codes de formalisation d’une telle recherche.

Les journées se dérouleront essentiellement de manière individuelle. Une équipe pluridiscipli-
naire de promoteurs accompagnera selon les besoins les mémorants jusqu’à la production
écrite finale (à la demande).

ACCOMPAGNATEURS - PROMOTEURS :



                                               10
Françoise CAPACCHI                                   Francis HERMAL
André DONEUX                                         André JOACHIM
Christiane ZECCA-CREPIN                              Albert LEROY
Vincent CARETTE                                      Daniel ROUSSELET
Christian DELORY                                     Thérèse GILBERT
Richard van ELMBT                                    Cécile MAHIEU


                 SECTION PERFECTIONNEMENT PEDAGOGIQUE : PP.


Chaque participant constitue son programme en choisissant 1, 2, 3 ou 4 Unités de perfectionnement
(U.P.).

                                    PREMIER SEMESTRE.

                            LE SAMEDI MATIN (de 9 à 12 heures)
                        (13 séances à partir du samedi 09 septembre 2006)

                                           AU CHOIX

                  UNE U.P. parmi les QUATRE U.P. organisées simultanément :

U.P. 51     DEMARCHES COGNITIVES ET APPRENTISSAGE
U.P. 90     ANIMER, GERER, VIVRE L’EQUIPE PEDAGOGIQUE
U.P. 119    LA VIOLENCE A L’ECOLE : QUE FAIRE ET COMMENT ?
U.P. 122    EVALUER, QU’EST-CE QUE C’EST ? DES ACQUIS FONCTIONNELS, DES
            COMPETENCES ORGANISEES : TROIS NIVEAUX D’UTILISATION DES
            CONNAISSANCES, TROIS NIVEAUX DE DEVELOPPEMENT DES
            COMPETENCES.

                       LE SAMEDI APRES-MIDI (de 13 H 30 à 16 H 30)
                        (13 séances à partir du samedi 09 septembre 2006)

                                           AU CHOIX

                   UNE U.P. parmi les DEUX U.P. organisées simultanément :

U.P. 121    EVEIL INTERDISCIPLINAIRE ET COMPETENCES
U.P. 123    SAVOIR-LIRE, SAVOIR ECRIRE : LES INDICATEURS DE TEMPS ET
            D’ESPACE EN CONJUGAISON, GRAMMAIRE, ANALYSE,
            ORTHOGRAPHE

Samedis : 9/09, 16/09, 23/09, 30/09, 07/10, 14/10, 21/10, 11/11, 18/11, 25/11, 02/12, 09/12,
          16/12/2006

Evaluations : samedi 20 janvier 2007



                                                11
                                    DEUXIEME SEMESTRE

                            LE SAMEDI MATIN (de 9 à 12 heures)
                          (13 séances à partir du samedi 27 janvier 2007)

                                           AU CHOIX

                  (UNE U.P. parmi les QUATRE U.P. organisées simultanément)

U.P. 99      MATHEMATIQUE PAR LA RESOLUTION DE PROBLEMES
               MATHEMATIQUE PAR LA RESOLUTION DE PROBLEMES
U.P. 105    SOCIOLOGIE ET EDUCATION : TOUS EGAUX FACE A L’ECOLE ? MISE EN
            PERSPECTIVE DE CETTE QUESTION PAR LA SOCIOLOGIE ET LA
            PRATIQUE
U.P. 107    CONTINUITE DE L’APPRENTISSAGE PAR LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE
U.P. 115    SAVOIR CONJUGUER COMPETENCES ET CONTENUS DISCIPLINAIRES
            …CELA S’APPREND

                       LE SAMEDI APRES-MIDI (de 13 H 30 à 16 H 30)
                         (13 séances à partir du samedi 27 janvier 2007)

                                           AU CHOIX

                   (UNE U.P. parmi les DEUX U.P. organisées simultanément)

U.P. 114    LA MOBILISATION DES ACQUIS – UNE QUESTION PEDAGOGIQUE TROP
            LONGTEMPS NEGLIGEE
U.P. 116    APPRENDRE A COMMUNIQUER A L’ORAL ET A L’ECRIT SELON LES
            PUBLICS

Samedis : 27/01, 03/02, 10/02, 03/03, 10/03, 17/03, 24/03, 21/04, 28/04, 05/05, 12/05, 19/05,
           26/05/2007

Evaluations : samedi 23 juin 2007

Deuxième session : samedi 25 août 2007


U.P. 109 : ACTIONS DE RECHERCHE EN EDUCATION : LES PRATIQUES DE CLASSE
                    FACE A LA NOTION DE COMPETENCES.




                                                12
                           CONTENU DES COURS SELON LES U.P. :



                U.P. 51 : DÉMARCHES COGNITIVES ET APPRENTISSAGE.


Objectifs :

-   Réfléchir ensemble et de manière approfondie sur les démarches et processus engendrant le dé-
    veloppement des compétences de l’enfant.

-   Comprendre la place des processus, cognitifs dans les apprentissages mis en oeuvre, les difficul-
    tés rencontrées par les enfants. Construire des situations à exploiter pour favoriser la continuité,
    la gestion cohérente des contenus et la différenciation des rythmes et des approches.

-   Pouvoir appliquer les outils issus de cette réflexion dans la pratique quotidienne.

Contenus :

A partir de l’observation des pratiques quotidiennes, repérer les cheminements mentaux des enfants
et construire des instruments d’analyse centrés sur les processus d’apprentissage.

Recueillir et analyser des informations concernant les processus psychologiques mis en œuvre par
l élève lorsqu’il effectue une tâche d’apprentissage.

Par des aller-retours entre théorie et pratique, confronter les observations recueillies sur le terrain de
la classe avec les grandes conceptions de l’apprentissage et du développement cognitif de l’enfant.

Observer le développement des structures mentales autour des démarches de résolution de pro-
blèmes, des conflits cognitifs et de la métacognition.

Porter sa réflexion sur l’acte d’apprendre et sur les conditions d’une action pédagogique pertinente
et efficace.

Percevoir et marquer les indices de continuité ou de rupture cognitive et concevoir les stratégies de
remédiation adéquates.

Évaluation :

Au terme de l’U.P., il sera demandé aux étudiant(e)s d’exposer une démarche d’apprentissage, ex-
périmentale et originale, qu’ils auront réalisée avec leur classe et d’en expliciter les étapes en pre-
nant appui sur le contenu du cours.

CHARGÉS DE COURS : Christian DELORY – Joseph MAQUOI – Jannique KOEKS




                                                   13
              U.P. 90 : ANIMER, GERER, VIVRE L’EQUIPE PEDAGOGIQUE


1. Contexte de l’U.P.

« Équipe, projet d’école, continuum pédagogique, conseil de participation »… autant de termes ré-
cemment apparus dans la vie de l’école. Définis par le Décret-Missions de juillet 1997, ils sont
considérés comme des moyens nécessaires pour viser les objectifs généraux assignés au système
éducatif.
Or, de nombreux constats effectués sur le terrain convergent vers la mise en évidence de difficultés
liées au travail collectif et ce, à divers niveaux.

2. Objectif

Compte tenu des besoins contextuels, cette U.P visera le développement de compétences « outil-
lées » à : l’animation, la participation, la régulation voire l’accompagnement d’une équipe pédago-
gique .

3. Dispositif méthodologique

Inspiré de la méthodologie de la « recherche-action », le dispositif prévu consistera en :
- la description de situations insatisfaisantes de travail en équipe vécues sur le terrain matière ;
- l’analyse de ces situations et la recherche de solutions concrètes à la lumière de référents théo-
    riques claires et précis.

4. Référents théoriques

Les référents théoriques relèveront de :
       - la méthodologie de la résolution de problèmes ;
       - la gestion de projet ;
       - la gestion de compétences collectives ;
       - la théorie des Organisations apprenantes ;
       - notions élémentaires de conduite de réunion

5. Public–ciblé

Enseignant(e)s mat./prim. ; directeur(trice)s de l’école fondamentale ; animateur(trice)s de réseau.

CHARGÉS DE COURS : Christiane ZECCA-CREPIN – Florindo MARTELLO




                                                  14
                     U.P. 99 : Mathématique par la résolution de problèmes


Les enjeux :

De quoi s’agit-il ?
En son article 8, le « Décret définissant les missions prioritaires de l’enseignement fondamental et
de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre », signale que les
savoirs et savoir-faire, qu’ils soient construits par les élèves eux-mêmes ou qu’ils soient transmis,
sont placés dans la perspective de l’acquisition de compétences.
Le document « Socles de compétences » précise : « La formation mathématique s’élabore au départ
d’objets, de situations vécues et observées dans le réel, de questions à propos de faits mathéma-
tiques (…) Solliciter l’imagination, susciter la réflexion et développer l’esprit critique, esprit à pro-
pos des observations conduisent l’élève à comprendre et à agir sur son environnement ».

Comment faire ?
« C’est par la résolution de problèmes que l’élève développe des aptitudes mathématiques, acquiert
des connaissances profondes et se forge une personnalité confiante et active ».

Le problème est ainsi le point de départ et le point d’arrivée de l’apprentissage.

Les objectifs :

-   La résolution de problèmes en tant que source et méthode d’apprentissage.
-   La recherche et le traitement des informations pertinentes.
-   La modélisation des structures de résolution de problèmes.

Les contenus :

Les problèmes pour construire et s’approprier des savoirs mathématiques.
Les problèmes comme déclencheurs d’une activité intellectuelle.
Les problèmes considérés comme obstacles au déroulement habituel du comportement.
Les problèmes qui exigent de se représenter des situations, d’anticiper des démarches, d’émettre des
hypothèses, de chercher des informations pertinentes et de les traiter.
Les problèmes pour dégager des structures permanentes sous-jacentes à des situations différentes.
Les problèmes pour utiliser des démarches connues, choisies en fonction de la situation, ou pour
découvrir les limites de la connaissance.

Méthodologie :

Exposés – articles d’auteurs.
Analyse de situations présentées par les participants (chargés de cours et étudiants).
Mises en situations de recherche et exercices.
Analyses des représentations et des démarches mathématiques des élèves.
Applications didactiques.



                                                   15
Évaluation :

A l’issue de l’U.P., les participants produiront un document écrit à présenter oralement. Ce docu-
ment, dont le contenu précis sera négocié, contiendra nécessairement des références aux contenus
du cours et les aspects continuité et/ou différenciation des apprentissages.

CHARGÉS DE COURS : Victor CREMER – Joseph MAQUOI – Jannique KOEKS




         U.P. 105 : « TOUS ÉGAUX FACE À L’ÉCOLE ? MISE EN PERSPECTIVE
DE CETTE QUESTION PAR LA SOCIOLOGIE, LA PHILOSOPHIE DE L’EDUCATION
                              ET LA PRATIQUE »




Objectifs :    Apporter des éléments de compréhension relatifs à la question de l’égalité à l’école
               et issus de la pratique et des modèles sociologiques et philosophiques.
               Construire une réflexion sur l’intégration des valeurs d’égalité au niveau de la clas-
               se et de l’école. Construire le concept d’égalité : illusion, réalité …

Contenu : Une double approche
 Les cours de sociologie de l’éducation au cours desquelles seront présentés et discutés des mo-
  dèles sociologiques (Bourdieu, Bourdon, Bernstein,…) éclairant sous différents angles (organi-
  sationnel, culturel,…) la question de l’inégalité entre élèves.
 Ces apports seront développés par des analyses et des interrogations concernant tant le "politi-
  que" que le "pédagogique" (c'est-à-dire que nous nous permettrons d'interroger tant le système
  scolaire que la culture pédagogique actuelle). Ce travail envisagera dès lors des pistes de pen-
  sées et d'actions en vue d'affronter au mieux ces inégalités. Une réflexion dirigée par ces modè-
  les sociologiques et philosophiques induiront des apports empiriques et des échanges sur la ré-
  alité contemporaine de l’inégalité ou l’égalité scolaire.

Méthode :      Débat avec les participants sur la base des éléments théoriques abordés et mise en
               relation avec leur expérience propre, analyse de cas, exploitation de documents au-
               dios et vidéos,…


Évaluation : Le travail d’évaluation fera la preuve de la mise en relation avec la réalité de terrain
             de l’une ou l’autre des différentes lectures de la question de l’égalité qui auront été
             évoquées au cours de l’unité.


CHARGES DE COURS : Françoise CAPACCHI - Céline MAHIEU – Cécile HAYEZ




                                                 16
                        U.P. 107 : CONTINUITE DE L’APPRENTISSAGE
                             PAR LA PEDAGOGIE DIFFERENCIEE


Objectifs :
- La formation aidera les participants à gérer leur classe en fonction des exigences actuelles et des
potentialités de chaque élève.
- Elle visera à analyser les représentations et démarches des enfants.
- Elle incitera les enseignants à aider les élèves à découvrir des régularités, à monter à la généralisa-
tion.

La continuité :

- dans une activité ;
- dans une séquence didactique ;
- dans la construction solide de concepts ;
- dans le cycle, dans le cursus scolaire.
Il y aura lieu de distinguer la tâche ( ce que l’élève doit faire) et l’objectif ( ce qu’il doit apprendre)

La différenciation :

- Il s’agit d’abandonner l’enseignement frontal par L’OBSERVATION de ce que l’élève apprend (
quels contenus, quels concepts) et par l’analyse du comment il apprend ( quelles démarches, quels
processus, quelles stratégies)

EN FRANÇAIS

- Les différents profils de lecteur : comment intervenir ?
- Complexification et décomplexification d’une situation d’apprentissage en français ?
- Continuité dans une séquence didactique de la lecture/écriture avec différenciation sur les items.
- Continuité et différenciation dans l’acquisition de concepts linguistiques.

EN MATHEMATIQUE
- Complexification et décomplexification d’une situation mathématique.
- Continuité et différenciation dans la construction des nombres et opérations de 3 à 12 ans.
- Continuité et différenciation dans la construction du concept « parallélogramme ».
- Continuité et différenciation dans la construction de quelques grandeurs.
DE L’ACTION A L’OPERATION EN PASSANT PAR LA FIGURATION.

EN EVEIL
- Différencier en sciences : le cahier d’expériences, un outil pour différencier au départ de traces
écrites.
- Différencier en histoire : lire des traces du passé, construire des lignes du temps.
- Différencier en géographie : lire et commenter des photos, apprendre à légender des images.




                                                     17
Evaluation
Au terme de l’U.P., il sera demandé à chaque participant de présenter une séquence didactique, une
suite d’activités qu’il aura réalisée dans sa classe et d’en expliciter la progression personnelle de
quelques élèves.

CHARGES DE COURS : Francis HERMAL - Gilberte DEWART - Françoise CAPACCHI



U.P. 109 : ACTIONS DE RECHERCHE EN EDUCATION : LES PRATIQUES DE CLASSE
                    FACE A LA NOTION DE COMPETENCES.


Rassembler dans un lieu des enseignants de terrain, des directeurs et des chercheurs pour partager et
s’interroger sur les pratiques de classe est l’objectif de cette UP. De manière plus précise, cette UP
a comme but de mener conjointement, durant une année scolaire, une recherche qui interrogera les
pratiques de classe au regard du concept de compétence.

Peu de recherches sont menées conjointement par des chercheurs et des praticiens de terrain et cette
réalité entraîne des incompréhensions et une distance souvent dénoncées par les enseignants. Cette
UP veut relever le défi d’un rapprochement entre ces deux univers. Sans nier la spécificité des en-
seignants et des chercheurs, il manque d’après nous d’actions de recherches conjointes. Cette UP
est une tentative de palier à ce manque. Relevons ensemble ce défi.

Concrètement, nous proposons aux participants de cette UP de mener une action de recherche qui
devrait amener chacun à s’interroger sur les réalités de sa pratique de classe au regard du concept de
compétence.

La notion de compétence présentée dans le décret « Mission » de 1997 comme l’aptitude à mettre en
œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir faire et d’attitudes permettant d’accomplir une
tâche interroge directement nos pratiques. Si l’on désire amener nos élèves à maîtriser des compé-
tences, il est nécessaire de construire des procédures, des savoirs susceptibles d’être mobilisés,
d’être transférés. Actuellement, la recherche en éducation apporte peu de réponses quant à la ma-
nière de faire pour rejoindre cet objectif. Certes, certaines pratiques pédagogiques – situations-
problèmes, travail de groupe, projet – sont défendues mais leur prétendue efficacité ne repose pas
toujours sur des réelles analyses scientifiques.

L’objectif de cette UP est de tenter d’apporter des éléments de réponses à cette question difficile
mais sans nul doute fondamentale. En toute humilité, mais en respectant les principes de la re-
cherche scientifique, nous proposons aux participants de construire conjointement une action de
recherche qui interroge cette question en partant de leur réalité quotidienne vécue dans leur classe.

Huit journées de travail sont programmées sur l’année. Elles permettront de définir précisément
l’objet de recherche, les questions qui en découlent, de construire une méthodologie réaliste et ri-
goureuse, de partager et d’analyser des pratiques, de s’interroger sur nos croyances et d’analyser des
actions pédagogiques et didactiques. Bref, ces journées se veulent un lieu de rencontre et de travail
qui devrait conduire chaque participant à interroger « sa vérité », à partager ses expériences et à
s’affronter à la réalité de la recherche.



                                                 18
Cette UP qui trouve sa source dans des demandes répétées de participants lors d’autres UP est ou-
verte à tout le monde. Sa réussite et son intérêt dépendront de l’intérêt et de l’investissement de
chacun des participants.

Objectifs :

 Mener conjointement avec des enseignants et des chercheurs une recherche respectant les prin-
  cipes de la recherche scientifique
 Partager et interroger les pratiques de classe au regard du concept de compétence.
 Préparer et analyser des activités pédagogiques et didactiques susceptibles d’amener les élèves à
  devenir compétents.

Contenus :

 Les contenus seront définis conjointement en lien avec la définition précise de la problématique.

Evaluation :

 A la fin de l’UP, idéalement, un rapport de recherche ou un article susceptible d’être publié sera
  réalisé par le groupe. La participation à la rédaction de ce document, la participation aux actions
  de recherche et l’analyse critique du travail réalisé seront la base de l’évaluation de fin d’UP.

CHARGÉS DE COURS : Vincent CARETTE – André DONEUX – Gilberte DEWART

 1ère journée le samedi 14 octobre 2006 de 9 à 16 heures La suite de l’horaire du
 programme sera établie selon les désidérats des participants à savoir : modula-
                   tion de la fréquence, demi-journée ou journée



U.P. 114 : LA MOBILISATION DES ACQUIS – UNE QUESTION PEDAGOGIQUE TROP
                          LONGTEMPS NEGLIGEE


Objectif de la formation :

Une des principales difficultés rencontrée par les élèves de l’école primaire dans l’apprentissage des
compétences est sans aucun doute leur difficulté à interpréter les situations nouvelles et à choisir et
à organiser les procédures pour les résoudre. Des recherches sur les compétences et de manière plus
spécifique sur l’évaluation des compétences, ont montré que la maîtrise des procédures nécessaires
à la résolution de tâches complexes était une condition nécessaire, mais non suffisante. Ainsi, s’il
est nécessaire que les élèves maîtrisent les procédures de base pour résoudre les problèmes propo-
sés, nombre d’entre eux qui maîtrisent effectivement ces procédures sont incapables de les mettre en
œuvre, de les mobiliser.

La mobilisation des acquis est la pierre angulaire d’une approche de l’apprentissage par compé-
tences. En d’autres termes, il est impossible de parler de compétences de base sans s’interroger sur


                                                  19
la capacité qu’ont les élèves de choisir et d’organiser des procédures lors de la réalisation de tâches
complexes et inédites. Si de nombreuses recherches dans les didactiques des disciplines essayent, à
partir, entre autres, de l’analyse des erreurs des élèves, de proposer des pistes concrètes pour aider
les enseignants à organiser des apprentissages performants, aucun de ces travaux, d’après nous, ne
s’intéresse directement au problème de la mobilisation.

De fait, la mobilisation des acquis, ce que certains appellent également le transfert, reste actuelle-
ment fort mystérieuse. Pourquoi des élèves arrivent-ils à mobiliser correctement les procédures de
base lorsqu’ils sont face à une tâche complexe ? Les élèves qui mobilisent correctement dans une
situation arrivent-ils à mobiliser dans une autre situation ? Quelles sont les caractéristiques de ces
élèves ? Quelles sont les erreurs que font les élèves lorsqu’ils sont confrontés à ce genre de tâches ?
… Telles sont des questions qui restent actuellement sans réelles réponses.

Les journées de formation seront consacrées à l’analyse de ce processus de mobilisation que nous
appelons « le cadrage ». Pour ce faire, en dehors de ces journées qui seront consacrées à un partage
de pratiques en rapport avec des actions réalisées par les participants dans leur classe, les formateurs
(chercheurs) se rendront très régulièrement dans les écoles pour observer les élèves.

Durant cette formation basée sur les principes de la recherche-action, plusieurs activités sont envi-
sageables :

      L’observation collective et individuelle des élèves lors d’activité de situations nouvelles et
       complexes.
      L’analyse des erreurs des élèves dans les situations proposées.
      L’analyse de la progression des élèves durant l’année scolaire.
      La création et la programmation d’activités didactiques susceptibles de favoriser la mobilisa-
       tion.
      La mise à l’épreuve et l’analyse de l’efficacité de ces activités didactiques.
      L’analyse de l’influence du contexte sur l’interprétation des situations proposées.
      L’analyse de la longueur de la tâche sur la réussite des élèves aux tâches proposées.

Pour la réussite de ce module de formation, chaque participant s’engage à suivre l’ensemble des
journées proposées et accepte la présence régulière de chercheurs dans sa classe.

CHARGÉS DE COURS : Vincent CARETTE – André DONEUX – Richard van ELMBT



    UP 115 : MARIER COMPETENCES ET CONTENUS : RELIER LES SOCLES DES
                     COMPETENCES ET LES PROGRAMMES


Contexte et objectif général de cette UP

Malgré la multiplicité des sources et des formes d’informations relatives à la pédagogie des compé-
tences à l’école fondamentale, il apparaît que « faire la classe au quotidien », en sachant articuler
compétences et contenus, reste encore un des principaux soucis de beaucoup d’enseignants, con-
frontés à une exigence décrétale qui transforme radicalement leurs pratiques.


                                                  20
Aussi, cette U.P. a-t-elle pour objectif d’aider chaque participant(e) à trouver des éléments de solu-
tion à cette situation problématique et à les mettre en œuvre.

Dispositif méthodologique

Etant donné que l’objectif de cette U.P. vise la pratique professionnelle, le dispositif de formation
s’inspirera de la « recherche pour et par l’action » (nombreuses mises en situation directement trans-
férables) et de la méthodologie du travail en équipe (recherches, travaux collectifs …).

Contenus

« Faire la classe au quotidien en conjuguant compétences et contenus », cela signifie savoir ensei-
gner, planifier et évaluer en ces termes.
C’est pourquoi, socles de compétences et programme en main, en tenant compte de la psychologie
de l’enfant, nous nous exercerons ensemble à :

« Préparer des leçons » c’est-à-dire à concevoir des tâches en identifiant finement la (les) compé-
tence(s) visée(s) et le contenu « matière ».
« Planifier » des compétences et contenus (inter)disciplinaires pour une semaine, un mois, une an-
née … un cycle …
« Evaluer » pour apprendre et pour certifier …

Eléments théoriques

Clarification des concepts de compétence et de contenu (nécessité d’un langage commun).

Public cible

Enseignants des cycles 5-8 ans et 8-12 ans

CHARGÉS DE COURS : Christiane ZECCA – André LODOMEZ



           U.P. 116 : APPRENDRE A COMMUNIQUER A L’ORAL ET A L’ECRIT
                                SELON LES PUBLICS


L’U.P. « apprendre à communiquer » vise des comportements et des attitudes qui ouvrent et qui facili-
tent la communication.
Elle concerne les enseignants, les directions et les candidats à une promotion, susceptibles d’être con-
frontés à diverses situations de communication.
Autour du « qu’est-ce que je dis quand je parle » et « à qui je m’adresse », l’unité replacera les concepts
de base de la communication.

Par conséquent, certaines compétences relationnelles seront envisagées :

      dire et communiquer un contenu cohérent

                                                  21
      structurer un exposé
      identifier les communications pathogènes : agressives, paradoxales
      développer des attitudes d’empathie de par la fonction de la communication (quoi ? à qui ? pour-
       quoi ?)
      passer du « tu » au message « je »
      dire ses sentiments et ses émotions dans la réserve
      utiliser le feed-back
      défendre un point de vue en présentant des arguments en adéquation avec le sujet et le public
       concerné
      reconnaître les talents et les freins des profils de communication
      intégrer dans sa communication des éléments pertinents et des données référentielles en fonction
       de la situation de communication (textes institutionnels, données pédagogiques, philosophiques
       …)
      nuancer sa pensée
      accrocher et maintenir l’attention du récepteur

Par l’analyse de situations concrètes, l’U.P. envisagera divers aspects pratiques : mise en commun, mise
en relations, résolution de problèmes …
Par l’analyse de situations issues du vécu professionnel, par des simulations, par des échanges, par des
modèles théoriques, la formation cherchera à approcher les enjeux éthiques et professionnels de la com-
munication en milieu scolaire et dans le domaine de l’enseignement.
Enfin, la formation abordera des questions plus ponctuelles relatives à l’écoute active, à la technique de
l’entretien, à l’attitude congruente et empathique ainsi qu’à la technicité de l’entretien.

La formation alternera jeux de rôle, exercices en situations, présentation d’exposés, découverte des idées
essentielles d’un discours, apports théoriques.
De plus, elle envisagera les compétences plus disciplinaires du « savoir parler » présentes dans les do-
cuments officiels.

CHARGÉS DE COURS : Marie-France GILLET – Nicolas VANDENSCHRICK – Stéphane
                   TONNEAU



                     UP 119 : LA VIOLENCE A L’ECOLE : Que faire et comment ?


La violence dans le contexte de l’école

La violence dans la classe et à l’école est à l’origine de bien des difficultés des enseignants. C’est
aussi, pour beaucoup, un signe d’échec de l’éducation. C’est, en réalité, aujourd’hui un phénomène
de société que chacun s’accorde à reconnaître comme préoccupant mais en face duquel les ensei-
gnants, dans la plupart des cas, se sentent désarmés, pris dans un dilemme inextricable.
Lutter contre la violence à l’école, c’est, d’abord et avant tout, améliorer la qualité de la relation et
de la communication entre toutes les personnes concernées par l’école.
Les causes de l’irruption de la violence à l’école sont diverses et leur étude relève d’une approche
pluridisciplinaire.




                                                   22
Pour sortir de cette impasse, il convient d’analyser plus précisément cette réalité complexe qu’est la
violence à l’école. Celle-ci est à la fois le fruit et la graine de la violence sociétale. Celles-ci sont de
fait très difficiles, voire impossibles à isoler. Il convient d’approcher l’une et l’autre dans des pers-
pectives systémiques et transactionnelles.

D’une part, la question de la violence semble être difficilement abordable en dehors du cadre théo-
rique systémique qui donne un autre regard sur les sources de conflits et leur aboutissement violent.
L’approche systémique deviendrait un nouveau support pour analyser le phénomène de la violence à
l’école, vu que celle-ci est un problème complexe, ne pouvant être appréhendé que de façon globale.
En effet, l’analyse systémique envisage les éléments d’une conformation complexe, les faits, non
pas isolément mais globalement, en tant que parties intégrantes d’un ensemble dont les différents
composants sont dans une relation de dépendance réciproque.

D’autre part, l’analyse transactionnelle, qui a pour objet d’analyser les échanges ou transactions,
permet tout d’abord de mieux se connaître afin de pouvoir aider, accompagner les personnes dans
une situation de violence. Ensuite, elle donnera des techniques ou des outils adéquats pour gérer le
stress et la violence.

Affronter le problème et prévenir le processus ou proposer une réponse qui ne soit pas en soi une
autre violence est un des paris des enseignants de la décennie à venir.

Objectifs de la formation

 Envisager l’analyse de la violence à l’école à travers l’analyse transactionnelle (autoestime,
  modes de communication).
 Connaître et comprendre les causes de la violence à partir d’une perspective systémique.
 Analyser le concept et des effets de « la violence » sur base des situations vécues, ainsi que des
  réflexions théoriques.
 Connaître des méthodes pour prévenir et traiter la violence à l’école.
 Développer des outils de communication efficaces et pertinents afin de faciliter les interactions
  dans un groupe.

Méthodologie

     Interactive, dans laquelle les participants sont amenés à découvrir les thèmes par eux-
mêmes, par des jeux, des échanges verbaux, des apports de situations vécues et/ou personnelles.

Evaluation

     Présentation d’un travail écrit et sa défense orale qui consistera à une analyse d’un cas de
      violence réelle sur base des connaissances acquises lors de l’U.P.

CHARGÉS DE COURS : Stéphane TONNEAU – Mitzila MARTINEZ DE LEON – Marie-France
                   GILLET




                                                    23
U.P. 121 : UNE REALITE COMPLEXE DECRYPTEE PAR LES DISCIPLINES D’EVEIL
OU : L’INTERDISCIPLINARITE COMME MOYEN DE COMPRENDRE UNE REALITE
COMPLEXE



Contexte.

Le temps, l’espace, la matière constituent les fondements de l’environnement de l’être humain dans
une réalité complexe, mouvante et évolutive. Les trois domaines s’interpénètrent et interagissent.
Dès lors, les socles de compétences réservent une place importante aux activités de formation histo-
rique, géographique, scientifique qui incluent la formation à la vie sociale et économique.
En effet, ces activités concourent, tout au long de la scolarité fondamentale, au développement de la
formation à la citoyenneté responsable, c’est-à-dire à la prise de conscience des interactions entre
l’être humain et son environnement et des conséquences qui en découlent.

Objectifs.

       Construire des projets en approche interdisciplinaire permettant à l’élève de comprendre son
        environnement et d’y inscrire son action.
       Construire et utiliser les compétences globales transversales d’intégration, telles les dé-
        marches de recherches documentaires et expérimentales.
       Construire des situations permettant d’aborder les savoirs et savoir-faire spécifiques liés à la
        formation historique, géographique et scientifique et les outils de représentation et de repé-
        rage.
       Apprendre à construire une modélisation des découvertes.

Contenus.

       Les concepts d’espace, de temps, de matière.
       La place des disciplines d’éveil dans la formation, en articulation avec les autres disciplines :
        le français, les mathématiques, l’expression artistique, l’éducation physique.
       L’interdisciplinarité comme moyen d’appréhender une réalité mouvante.
       Les compétences transversales et les compétences spécifiques à viser, à utiliser, à maîtriser.
       Les situations globales mobilisatrices et les situations de structuration incluses dans des pro-
        jets interdisciplinaires.
       La recherche documentaire et l’expérimentation.
       La continuité des apprentissages d’éveil de l’école maternelle à l’entrée dans le secondaire.
       Les outils de représentation et de repérage utilisés dans la formation historique, géogra-
        phique, scientifique (construction et évolution).

Méthodologie.

   Analyse des pratiques des participants.
   Analyse de séquences didactiques (histoire, géographie, sciences).
   Analyse du document « Socle de Compétences ».


                                                   24
   Présentation de documents de recherche, de représentation, de repérage.
   Mise en situation de recherches et exercices.
   Références théoriques.

Evaluation.

Les participants présenteront un document écrit relatant une activité d’éveil originale menée dans
une classe et réinvestissant les contenus du cours.
L’objectif est de montrer les richesses, les limites, les liens … de l’activité et, éventuellement, d’en
proposer un réajustement.


CHARGÉS DE COURS : Victor CREMER – Daniel ROUSSELET – Micheline SERVAIS-
                    DELVAUX



U.P. 122 : EVALUER, QU’EST-CE QUE C’EST ? DES ACQUIS FONCTIONNELS, DES
COMPETENCES       ORGANISEES :  TROIS     NIVEAUX   D’UTILISATION  DES
CONNAISSANCES, TROIS NIVEAUX DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES.


Objet de l’UP :

Depuis un peu moins d’une année, des épreuves d’évaluation sont diffusées à titre informatif (via le
site enseignement.be) auprès des enseignants de l’école primaire de la Communauté française de
Belgique. Ces épreuves qui sont mises à la disposition des enseignants pour les aider à évaluer les
compétences énoncées dans le référentiel « Socles de compétences » sont construites sur la base
d’un modèle d’évaluation développé entre autres par Vincent Carette. Le modèle composé de trois
phases distinctes propose une autre manière d’évaluer en se concentrant sur l’aspect diagnostique de
l’évaluation des compétences.

A partir d’une analyse de ces épreuves, l’UP aura comme objectif de mener une réflexion en pro-
fondeur sur l’évaluation des apprentissages. Qu’est-ce qu’évaluer ? Pourquoi évaluer ? Comment
évaluer ?

Cet UP s’intéressera en particulier à l’évaluation des compétences et aux conséquences pédago-
giques de l’introduction de cette notion. En effet, depuis le décret « Missions » de 1997, la Com-
munauté française de Belgique a modifié ses référentiels. De programmes rédigés en termes
d’objectifs, nous sommes progressivement entrés dans l’ère de la compétence. Comprendre les rai-
sons de cette modification ainsi que ses conséquences seront au centre de nos réflexions.

L’analyse d’autres épreuves d’évaluation (externe, PISA) permettra de débattre sur les enjeux de
l’évaluation et sur ses conséquences directes ou indirectes sur les pratiques des classes. Elle condui-
ra chaque participant à se construire une grille d’analyse d’épreuves d’évaluation.

Méthodes :

        Exposés théoriques ;

                                                   25
        Ateliers d’analyse d’ épreuves ;
        Ateliers de construction de grilles d’analyse d’épreuves ;

La volonté de vouloir débattre des problèmes exposés ci-dessus est la seule condition pour partici-
per à cette UP.

Evaluation :

Les participants par groupes de 2 ou 3 seront invités à construire une grille d’analyse d’épreuves
d’évaluation et à la tester.

CHARGÉS DE COURS : Vincent CARETTE – André DONEUX – Gilberte DEWART



    U.P. 123 : SAVOIR-LIRE, SAVOIR ECRIRE : LES INDICATEURS DE TEMPS ET
     D’ESPACE EN CONJUGAISON, GRAMMAIRE, ANALYSE, ORTHOGRAPHE


Objectifs :

Cette U.P. vise à repenser l’apprentissage de la conjugaison, du vocabulaire, de la grammaire, de
l’analyse, de l’orthographe dans le cadre de la lecture et de l’écriture et cela, de la maternelle à 12
ans voire au-delà (14 ans) dans l’esprit proposé par les documents « socles de compétences » et «
missions de l’école ».
Les participants apprendront essentiellement à aménager des séquences didactiques en relation
avec les écrits lus ou produits.

La formation visera à permettre aux participants de :
-s’informer des apports de la recherche dans le domaine de la psycholinguistique, de la psychologie
de l’enfant et de l’apprentissage ;
-les traduire dans la pratique quotidienne en privilégiant une approche globale de la langue ( activi-
tés fonctionnelles et activités de structuration) ;
-rendre à la lecture et à l’écriture la place essentielle qui leur revient et au vocabulaire, grammaire,
conjugaison, orthographe… leur rôle d’outils.

Contenus théoriques et pratiques :

-prendre conscience du concept de séquence didactique ;
-analyser les productions enfantines aux plans global, thématique, sémantique et syntaxique pour
affiner l’évaluation du maître, guider une action pédagogique adaptée aux besoins de l’enfant ;
-découverte du programme conçu comme une relation dynamique entre des activités significatives
vécues par l’enfant et l’utilisation fonctionnelle de la langue française dans une optique de commu-
nication ;
-appréhender la grammaire comme un outil au service de la lecture et de la production d’écrit ;
- construire une séquence didactique d’écriture : de l’activité fonctionnelle de départ aux activités de
structuration en vue d’une évaluation formative de l’écrit.

LIRE et ECRIRE


                                                  26
              Dans quel contexte ( intention, émetteur, récepteur, communication différée, temps,
               espace) ?
            Avec quels textes ( types, genres, structures,…) ?
            A l’aide de quelle conjugaison (repérage temporel, indicateurs de temps, réseaux
               verbaux, traits sémantiques des temps,…) ?
            Avec quelle grammaire-analyse ( cohérence référentielle, progression de
               l’information de phrase à phrase, opérations phrastiques, indicateurs de temps,
               d’espace, de causalité, …) ?
            Avec quelle orthographe… ?
-analyse d’outils référentiels

Evaluation

L’évaluation portera sur la construction d’une séquence didactique clairement définie tout en début
de formation et s’inscrivant dans les orientations définies par la suite.

CHARGES DE COURS : Francis HERMAL -Albert LEROY –André JOACHIM



          SECTION « FORMATION CONTINUÉE DE MAINTENANCE » : F.C.M.


Le TROISIEME MERCREDI de chaque mois, de 14 à 18 heures, des séances de travail sont or-
ganisées en préparation immédiate à des épreuves de promotion.

Les objectifs et les contenus de ces séances seront en adéquation avec les nouveaux décrets
régissant la direction d’établissement et l’inspection scolaire, l’animation scolaire.

Candidats à la Direction d’école fondamentale et à l’animation pédagogique.
Candidats à l’Inspection de l’enseignement maternel.
Candidats à l’Inspection de l’enseignement primaire.

Objectifs :

Sur base d’activités scolaires :
déterminer les didactiques en cohérence avec :
- les philosophies de l’éducation
- les tendances psychologiques actuelles
- les pédagogies résultantes
- les didactiques afférentes
- considérer des valeurs à différentes représentations des fonctions envisagées et construire une
  identité professionnelle projective.

Contenus :

Apprendre à interpréter des indices dans des activités scolaires montrant :
- l’activité cognitive des enfants selon des points de vue différents :


                                                  27
        - intellectuel
        - affectif
        - social
- apprendre à structurer une analyse critique d’activités scolaires
  mettre en mouvement des pédagogies permettant d’établir des relations entre des philosophies de
  l’éducation, des psychologies, des contenus.
- établir une cohérence entre la didactique et ces trois paramètres.

        PREMIERE SÉANCE : LE MERCREDI 18 OCTOBRE 2006 à 14 HEURES

Le programme de chaque séance est envoyé aux inscrits qui en font la demande.

Les CONDITIONS D’ACCES à la section F.C.M. sont l’obtention :

- du CERTIFICAT d’études supérieures de pédagogie

                                              OU

- la RÉUSSITE à l’évaluation à HUIT U.P.

                                              OU

- TOUTE AUTRE COMPÉTENCE acquise à présenter à la Direction de l’I.S.P.N.

CHARGÉS DE COURS : Joseph TONNEAU – Gilberte DEWART – Marie-France GILLET




                                               28
                    RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

SIEGE DES COURS :

Les cours se donnent à l’adresse suivante :
                                              CAMPUS PROVINCIAL
                                              Rue Henri Blès, 188-190
                                              5000 NAMUR
                                              Téléphone : 081/719.322

CENTRE DE DOCUMENTATION :

Un centre de documentation est ouvert à tous les inscrits de l’I.S.P.N.
Libre accès et gratuité aux rayons.

HORAIRE : il peut être obtenu sur simple demande au Secrétariat.

INSCRIPTION :

A l’aide des bulletins ci-joints à renvoyer au Secrétariat de l’I.S.P.N. – Campus provincial –
Rue Henri Blès, 188-190 – 5000 NAMUR (Monsieur Mani BROUX).

Le droit d’inscription est de 15 euros par Unité de perfectionnement choisie OU pour la Formation con-
tinuée de maintenance OU par module de Formation continuée (inscription et frais de photocopies.

Le paiement se fait sur place lors de l’inscription.

                                         DIRECTEUR

        Joseph TONNEAU - Rue Dachelet, 27 - 5380 FERNELMONT
        Téléphone : privé : 081/83.34.76
                    I.S.P.N. : 081/719.321

                                        SECRÉTAIRE

        Brigitte SERVAIS-WARNON – Rue d’Auby, 23 – 5060 SAMBREVILLE
        Téléphone : privé : 071/74.02.57 – GSM : 0473/25.17.06
                    I.S.P.N. : 081/719.321

                                       SECRÉTARIAT

        Mani BROUX : Rue Julie Billiart, 3 bte 2 à 5000 Namur
        Téléphone I.S.P.N. : 081/71.93.22
        FAX : 081/71.93.23
           Adresse E-Mail : mani.broux@province.namur.be



                                                  29
Pour obtenir de plus amples renseignements, vous consulter le site de l’Institut Supérieur de
Pédagogie de Namur : www.epnam.be

Vous devez cliquer sur la rubrique : « Enseignement spécifique »

Puis sur la rubrique : « Institut Supérieur de Pédagogie »




                                                30
                                                                                                                         F.C.M.

                                                                                                                       ANNÉE 2006- 2007

                                              BULLETIN D’INSCRIPTION.
                                      (Section Formation continuée de maintenance)

Je soussigné(e) :

Nom/Prénom : ....................................................... épouse de : ................................

Lieu et date de naissance ..........................................................................................

Domicile : Rue : ................................................................................... N° :................

Code postal : ................................... LOCALITE : .....................................................

Téléphone : ............/.........................

Profession : ................................................................................................................

Établissement scolaire : ............................................................................................

Diplôme d’ : ........................................... délivré par : ................................................
Sollicite mon inscription à l’Institut Supérieur de Pédagogie de la Province de Namur.
Je m’inscris : aux séminaires de Formation continuée de maintenance (F.C.M.) comme candi-
dat(e) :


- à la fonction de directeur(trice) d’école fondamentale


- à la fonction d’inspecteur(trice) de l’enseignement maternel


- à la fonction d’inspecteur(trice) de l’enseignement primaire


- à la fonction d’animateur(trice) pédagogique


Je remettrai la somme de 15 euros AU SECRETARIAT DE L’I.S.P.N. comme droit
d’inscription pour l’année scolaire 2006-2007

Date : .....................................          Signature : .....................................................

Bulletin d’inscription souhaité avant le 30 septembre 2006
Première séance : MERCREDI 18 OCTOBRE 2006 à 14 HEURES.



                                                                         31
                                                                                                                        ANNÉE 2006-2007

                                                  BULLETIN D’INSCRIPTION
                                                 (Perfectionnement pédagogique)

Je soussigné(e) :

Nom/Prénom : ....................................................... épouse de : .................................

Lieu et date de naissance : .......................................................................................

Domicile : Rue : ............................................................ N° : ......................................

Code postal : ................................ LOCALITE : ........................................................

Téléphone : ............./.....................

Profession : ................................................................................................................

Établissement scolaire : ............................................................................................

Diplôme d’.................................... délivré par : ..........................................................
Sollicite mon inscription à l’Institut Supérieur de Pédagogie de la Province de Namur. Je
m’inscris à 1, 2, 3 ou 4 Unité(s) de perfectionnement parmi les U.P. proposées cette année. En-
tourer les U.P. choisies. UNE SEULE U.P. PAR GROUPE DE QUATRE (Matin) – UNE
SEULE U.P. PAR GROUPE DE DEUX (Après-midi).

                                                   PREMIER SEMESTRE
                                  MATIN                                                             APRES-MIDI
     U.P. 51                 U.P. 90   U.P. 119                      U.P. 122                  U.P. 121     U.P. 123

                                                             DEUXIEME SEMESTRE
                                  MATIN                                                             APRES-MIDI
     U.P. 99                U.P. 105   U.P. 107                      U.P. 115                  U.P. 114     U.P. 116

                      Unité Pédagogique : U.P. 109 : Actions de recherche en éducation :
                            les pratiques de classe face à la notion de compétences

Je remettrai la somme de ................ € (15 euros)au SECRETARIAT de L’I.S.P.N. comme droit
d’inscription pour l’année scolaire 2006-2007

Date : ....................................       Signature : .................................................

Premier semestre : bulletin d’inscription souhaité avant le 5 septembre 2006.
Deuxième semestre : bulletin d’inscription souhaité avant le 15 janvier 2007.




                                                                         32
                                                                                                                                 D.E.F.

                                                                                                                        ANNÉE 2006-2007
                                            BULLETIN D’INSCRIPTION.
                                      (Formation continuée pour Directeurs d’école)
Je soussigné(e) :

Nom/Prénom : ..................................................... épouse de : ...................................

Lieu et date de naissance : .......................................................................................

Domicile : Rue : ................................................................. N° : .................................

Code postal : ....................................... LOCALITE : .................................................

Téléphone : ............/.............................

Profession : ................................................................................................................

Établissement scolaire : ............................................................................................

Diplôme d’:.............................................. délivré par : ...............................................

Sollicite mon inscription à l’Institut Supérieur de Pédagogie de la Province de Namur.

Je m’inscris au module proposé cette année :

DEF               Observation, analyse critique et constructive de situations d’apprentissage à
                  l’école fondamentale.

Je remettrai la somme de 15 euros AU SECRETARIAT DE L’I.S.P.N. comme droit
d’inscription pour l’année scolaire 2006-2007

Première séance : le MERCREDI 04 OCTOBRE 2007 à 13 HEURES

Date : .............................................      Signature : ...................................................

Bulletin d’inscription souhaité avant le 20 septembre 2006




                                                                         33
                                                                                                                                2006-2007

                                                                                                                       U.P. I : MÉMOIRE

                                                  BULLETIN D’INSCRIPTION.

                                               PREPARATION AU MEMOIRE.

Je soussigné(e) :

Nom/prénom : ................................................... épouse de : ....................................

Lieu et date de naissance : ........................................................................................

Domicile : Rue : ......................................................................... N° : ............................

Code postal : .................................. LOCALITE : .....................................................

Téléphone : ............/........................

Profession : ................................................................................................................

Établissement scolaire : ............................................................................................

Diplôme d’ : ....................................... délivré par : ......................................................

Sollicite mon inscription à l’Institut Supérieur de Pédagogie de la Province de Namur.

Il est demandé aux enseignants mémorants déjà inscrits de se réinscrire pour l’année 2006-
2007

Je m’inscris au module d’accompagnement à l’élaboration du mémoire, après avoir capitalisé
12 Unités de Perfectionnement.




Première séance : à déterminer en fonction des demandes.




Date :.............................................     Signature : .....................................................




                                                                         34