Collectif pour la Sauvegarde des Ecoles maternelles et - MARCHE

Document Sample
Collectif pour la Sauvegarde des Ecoles maternelles et - MARCHE Powered By Docstoc
					      COLLECTIF POUR LA SAUVEGARDE DES ECOLES MATERNELLES ET PRIMAIRES
                            LAS COBAS – PERPIGNAN




SOMMAIRE
p2    Marche 18 février 2006
p 3-4 Dernières informations
p 5-7 Historique et Appel à soutien
p8    Compte-rendu de la réunion du 10 janvier 2006


                                                *******
                                                 ****
                                                      *




                                                                         1
                            MARCHE POUR LA DEFENSE
                         DES PETITES ECOLES DE PROXIMITE
Les écoles maternelle et primaire de Las Cobas, aujourd’hui menacées de disparition, sont
l’exemple d’une mixité sociale parfaitement réussie, prouvant que l’intégration de chaque personne
est possible.
Par de nombreuses activités, elles participent activement à la vie du quartier, rassemblant ainsi les
écoliers, les habitants, les enseignants et commerçants.
                         Ici, on vit comme dans un village au cœur de la ville.
Depuis novembre 2005, les parents d’élèves s’opposent à la fermeture de leurs écoles, soutenus par
les commerçants et les habitants du quartier ainsi que par de nombreuses associations, écoles,
syndicats, instances politiques et citoyens (plus de 3000 signatures ont été récoltées). Malgré cette
forte mobilisation, Monsieur Alduy et son équipe maintiennent imperturbablement leur décision de
fermer les écoles de Las Cobas.
Cette politique de fermeture des petites écoles de proximité n’en est qu’à ses débuts, nous n’en
doutons plus. Elle a déjà porté ses fruits avec les fermetures des écoles Fons Godail et Bouchor. En
plus de la fermeture des écoles Las Cobas, elle se poursuit avec celle de l‘école Muchart, ainsi que
la suppression de 3 classes sur 5 au groupe scolaire Château Roussillon, pour septembre 2006.
La mairie ne dévoilera jamais en bloc l’ensemble de ses projets et continuera à s’attaquer à chacune
des petites écoles de la ville, allant à l’encontre du lien et de la cohésion sociale.
Chaque fois la population et les parents d’élèves concernés disent NON mais se trouvent dans
l’obligation de subir les décisions que leur impose la mairie.

                                     Cela ne peut plus durer !!!
               Une réponse collective s’impose pour mettre un terme à cette politique !

                EXIGEONS LA SAUVEGARDE DE NOS PETITES ECOLES
    EXIGEONS L’ABANDON IMMEDIAT DE CE QUI EST UNE ENTREPRISE CONCERTEE DE
                  DEMOLITION DU SERVICE PUBLIC DE PROXIMITE

Ces écoles sont notre patrimoine commun, un élément structurant de nos quartiers et de l’avenir de
nos enfants ! Nos mémoires y sont attachées.

Nous tous parents d’élèves, enseignants et citoyens nous devons dire NON !
                                           DIGUEM NO !!!
 Pour cela participons massivement à la marche pour la défense des petites écoles de proximité et
                          contre la politique scolaire de Monsieur Alduy,

                                        SAMEDI 18 FEVRIER 2006
                         rendez-vous à 14 h 30 devant l’école primaire Las Cobas.
                               Départ 15 h vers la mairie, place de la Loge.

Déjà de nombreux signataires : Association de parents d’élève Autonome, Association de Parents d’Elèves Indépendants (APEI),
APEX, Angelets de la Terra, Christian BOURQUIN Président du Conseil Général, Colette Tignères Conseillère régionale et
municipale, Directrice d’école maternelle honoraire, Collectif pour la Défense de l’école publique de proximité, Collectif Droits des
Femmes, école maternelle Jules Ferry, écoles maternelle et primaire Las Cobas, école élémentaire Château Roussillon, école
Condorcet, école élémentaire de Banyuls sur Mer, école maternelle de Villemolaque, écoles Vertefeuille, école du Boulou, école
maternelle la Miranda, école Jules Ferry de Thuir, école maternelle Jeanne Hachette, école élémentaire Torcatis de saint Estève,
Françoise Fiter Secrétaire de la Section de Perpignan du Parti Communiste Français, FERC CGT des PO (Fédération Education
Recherche Culture CGT), FCPE 66, FSU, Ligue Communiste Révolutionnaire, « Les amis de l’école émancipée » la Ligue des Droits
de l’Homme, Le Travailleur Catalan, Nicole Gaspon Conseillère Municipale de Perpignan Groupe Communiste, Parti socialiste
section Perpignan SDEN CGT des PO (Syndicat Départemental de l’Education Nationale CGT) , SNUIPP (Syndicat National
Unitaire des Instituteurs Professeurs des écoles et Pegc), Sud Education 66…. Et plus de 200 signataires individuels ainsi que 2300
signatures de la pétition.

                                                                                            Ne pas jeter sur la voie publique, 13/2/06

                                                                                                                                    2
13 Feb 2006 19:53, Collectif Lascobas" <coll.lascobas@hotmail.fr>

AVIS:
Les parents d'élèves des écoles de Las Cobas
Les élèves
Le corps enseignant
Parents, Amis et Aliés


ont la tristesse de vous faire part de la mort de leurs écoles
primaire et
maternelles


Regret
Une pensée pour les écoles de Chateau Roussillon et de Muchart


Nous remercions toutes les personnes qui se sont associées à notre combat
par la pensée et par les actes.


INFORMATION
Nous poursuivons le combat contre la fermeture des petites écoles car nous
pensons ne pas être les dernières. Pour cela nous vous rappelons qu'une
Marche pour la sauvegarde des petites écoles est organisée samedi 18
février. Rassemblement à 14h30 à l'école primaire de Las Cobas, avenue
Grand Large, départ à 15 heures vers la mairie place de la loge.
Soyez nombreux à ce rassemblement!C'est l'occasion de manifester notre refus
des fermetures des petites écoles quelles soient rurales ou urbaines.


Mercredi à 10 heures nous nous réunissons devant l'école maternelle pour une
conférence de presse, puis pour ditribuer les tracts afin d'informer la
population de notre marche de samedi.
Nous avons besoin de vous! penser à diffuser ce message autour de vous!
encore merci!
Le collectif


                                  URGENT : DERNIERE MINUTE
Vendredi 10 février 2006 à 9 heures aura lieu le Comité départemental de l’Education
Nationale à l’inspection académique. Lors de cette réunion, la décision définitive concernant le
devenir des écoles de Las Cobas et de Château Roussillon sera prise. Nous nous rassemblerons
ce jour là, à l’Inspection Académique, venez nombreux pour soutenir nos écoles et l’avenir des
enfants !!!

07 Feb 2006 18:26: Collectif Lascobas" <coll.lascobas@hotmail.fr>
Nous vous rappelons que vendredi 10 février aura lieu la réunion du Comité

                                                                                               3
Départemental de l'Education nationale, à 9 heures à l'inspection
académique. Nous avons décidé de nous rassembler ce jour là, à l'inspection
académique afin de manifester une fois de plus, notre refus de fermeture des
écoles de Las cobas. Des décisions concernant d'autres écoles seront aussi
prises ce jour là. nous pensons à mucahrt, aux écoles de Château Roussillon
par exemple... Venez nombreux pour nous soutenir!!!

En pièce jointe, vous trouverez le tract concernant la Marche du 18 février
2006 que nous avons décidé d'organiser pour la défense des petites écoles de
proximité. Nous nous rassemblons devant l'école maternelle de Las cobas à
14h30 pour partir à 15 heures direction la mairie, place de la loge.
venez nombreux. L'avenir de nos enfants est en jeu!!

Afin d'informer la population de cette manifestation, nous avons prévu de
distribuer des tracts le dimanche 12 février 2006 à 10 h et le mercredi 15
février 2006 à 10 heures. Rendez-vous devant l'école maternelle de Las
cobas. Si ces jours ne vous conviennent pas vous pouvez prendre contact avec
nous afin que nous vous donnions des tracts à distribuer.

Il vous est aussi possible de diffuser le tract en pièce jointe autour de vous.

Le collectif vous remercie de votre soutien.



29 Jan 2006 16:45 Collectif Lascobas" <coll.lascobas@hotmail.fr>
Lors de la réunion du collectif, le 27 janvier 2006, nous avons décidé de poursuivre notre combat:

-en se rendant au conseil municipal du 30 janvier 2006, dernier conseil municipal avant le Comité Départemental de l'Education
Nationale (CDEN) du 10 février 2006

-en se joignant à la manifestation de la fonction publique le 2 février 2006 à 11 heures à la place Catalogne

-en se rassemblant le 10 février devant les locaux où se tiendra le CDEN. La
date et le lieu vous seront communiqués ultérieurement.

Par ailleurs, Nous avons aussi prévu une manifestation le 18 février 2006 à 15 heures
place Arago. Nous vous donnerons de plus amples informations dans les jours qui suivent. Cette manifestation "Contre la politique
scolaire de Monsieur Alduy,
Pour la défense des petites écoles de proximité" élargit notre action au delà des écoles de Las Cobas.
Pour cela nous appelons les différentes associations, partis politiques, organisations qui ont signé notre collectif à nous contacter si
elles ne souhaitent pas être cosignataires du texte préparé par le collectif pour cette manifestation.

Soutenez-nous, nous avons besoin de vous, les enfants ont besoin de nous pour construire leur avenir dans de bonnes conditions

ENCORE MERCI
LE cOLLECTIF




                                                                                                                                           4
 COLLECTIF POUR LA SAUVEGARDE DES
  ECOLES MATERNELLES ET PRIMAIRES
       LAS COBAS – PERPIGNAN
       En 1999, Monsieur Alduy Sénateur Maire de Perpignan adresse un courrier à
tous les parents de l’école Las Cobas dans lequel il mentionne : « aucune décision
de fermeture n’est prise et nous poursuivons le débat ».

       Le 4 novembre 2005, les parents délégués des écoles Las Cobas sont
conviés par Mme Sanchez-Schmid, adjointe au Maire, à une réunion dont l’objet cité
est le suivant : « dans le cadre de la construction de l’école située au Mas Vermeil, il
est indispensable de revoir les périmètres scolaires des écoles suivantes : Château
Roussillon, Simon Boussiron, Fénelon, Pierre de Coubertin et Las Cobas. »

     De fait, il est annoncé la fermeture des écoles maternelle et primaire Las
Cobas pour la rentrée scolaire 2006.

       Malgré la très forte mobilisation et l’opposition argumentée des parents
d’élèves, des associations, des commerçants et des habitants du quartier, la
fermeture des écoles sera confirmée lors de la réunion organisée par la Mairie le 15
Novembre 2005 avec les parents d’élèves.
       Lors d’un entretien avec Monsieur le Maire le 21 Novembre 2005, les
délégués de parents d’élèves se heurtent à la même fin de non recevoir.
       Ce même jour la fermeture des écoles est votée en Conseil Municipal.

      Ces écoles sont l’exemple d’une mixité sociale parfaitement réussie,
prouvant que l’intégration de chaque personne est possible.
       Elles participent activement à la vie de quartier : Fête des quartiers, Marché
de Noël, Carnaval, fête des associations, la kermesse, la fête de la Saint Jean. Ces
animations rassemblent les écoliers, les habitants et commerçants du quartier.

          ICI ON VIT COMME DANS UN VILLAGE AU CŒUR DE LA VILLE DE
                              PERPIGNAN.

       Il est donc clair que les écoles Las Cobas répondent parfaitement aux
objectifs de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine dont Mr ALDUY,
sénateur Maire, est le Président.

      -   Offrir un cadre de vie digne aux populations,
      -   Maintenir le lien et la cohésion sociale,
      -   Créer des relations de proximité,
      -   Favoriser le développement économique,
      -   Replacer les écoles dans les quartiers.

      Pour ces raisons, les parents d’élèves sont et restent fortement opposés à la
      fermeture de leurs écoles, encouragés par les 2000 signatures récoltées, en
      15 jours, lors de leur pétition.


                                                                                      5
       La fermeture de notre école n’est pas une première, on se souvient de
Muchart et Bouchor. Quelle autre école est prochainement menacée ?

       Le collectif pour la sauvegarde des écoles maternelle et primaire de Las
Cobas est né. Vous vous reconnaissez dans les valeurs de mixité sociale,
d’intégration qu’il défend, vous souhaitez le soutenir, le renforcer, merci de nous
renvoyer ce courrier avec vos coordonnées qui seront rajoutées à celles déjà
existantes.

Adresse e-mail :
N° de téléphone :
Dénomination :
Adresse

Nos coordonnées pour réponse:
e-mail :        coll.lascobas@hotmail.fr

Adresse postale:      Collectif LAS COBAS
                      27 Rue Claude Ledoux
                      66000 PERPIGNAN


                    AIDEZ-NOUS à sauver nos écoles de proximité !

       Nous, soussignés, premiers signataires, appelons tous ceux qui sont concernés par la
fermeture des écoles Las Cobas, à s’associer à ce manifeste, en le diffusant largement autour
d’eux et en rejoignant le Collectif « Pour la sauvegarde des écoles maternelle et primaire Las
Cobas »



                   Organisations membres du Collectif
    « Pour la sauvegarde des écoles maternelle et primaire Las Cobas »


   Mouvement syndical : SDEN CGT des PO (Syndicat Départemental de
    l’Education Nationale CGT), FERC CGT des PO (Fédération Education
    Recherche Culture CGT), SNUIPP (Syndicat National Unitaire des Instituteurs
    Professeurs des écoles et Pegc), FCPE 66, Sud Education 66, FSU

   Les écoles : école maternelle Jules Ferry, les écoles maternelle et primaire Las
    Cobas, école élémentaire Château Roussillon, école Condorcet, école
    élémentaire de Banyuls sur Mer, école maternelle de Villemolaque, écoles
    Vertefeuille, école du Boulou, école maternelle la Miranda, Ecole Jules Ferry de
    Thuir, école maternelle Jeanne Hachette, école élémentaire Torcatis de saint
    Estève, école Buffon de Cabestany, école maternelle de coubertin

   Les collectivités territoriales, les associations et autres organismes : « Les
    amis de l’école émancipée », Association de parents d’élève Autonome, la Ligue
    des Droits de l’Homme, angelets de la Terra, APEX, Le Travailleur Catalan,
    Collectif pour la Défense de l’école publique de proximité, Collectif Droits des


                                                                                            6
    Femmes, Monsieur BOURQUIN Président du Conseil Général, Association de
    Parents d’Elèves Indépendants (APEI)


   Les instances politiques : Colette Tignères Conseillère régionale et municipale,
    Directrice d’école maternelle honoraire, Françoise Fiter Secrétaire de la Section
    de Perpignan du Parti Communiste Français, Nicole Gaspon Conseillère
    Municipale     de    Perpignan    Groupe      Communiste,Ligue       Communiste
    Révolutionnaire, Parti socialiste section Perpignan, Jacques Cresta premier
    secrétaire du PS des PO et conseiller Régional, Nicole Sabiols Conseillère
    Municipale Conseillère Régionale

    . Signataires individuels : Christine Guillaumes, Olivier Marty, Yann Lautrou,
Muriel Guillaumes, Hélène Ferragu, Françoise Jouan, Danie Jaricot, Jean
Guillaumes, Josette Balaguer, Geneviève Massines, Rosa Balaguer, Isabelle Paris,
Muriel Fuentes, Angèle Garrido, Francis Adam, Anne Grosjean, Michel Paris, Antoine
Fuentes, Yves Grosjean, Elisabeth Saint Aubin, Jean Torres, Valérie Fontimpe,
Michel Balat, Fabrice Turquin, Marie Noel Fréchinos, Armelle Bourquin, Monsieur et
Madame Badar, Monsieur et Madame Negache, Sandrine Tremen, Monsieur et
Madame Thizon, Christian Jammes, Monsieur et Madame Da Costa Thierry,
Monsieur Léonardo, Joséphine Espada, Mohamed Benlahbib, Catherine Czyborra,
Monsieur et Madame Mickael Deswaene, Katia Segaufueldo, Jeanne Mules, Muriel
Gaillardet, Philippe Gaillardet, Alain Clément, Sylvain Taus, Nathalie Taus, Magda
Stegner, Christophe Vaudelin, Eva Plaza, Christian Tannes, M’ahmed Amrou,
Christelle Garrigue, Luc Drengo, Gwénola Adam, Mireille Flury, Michel Manciet,
Karine Manciet, Sandra Neel, Katia Lorthios, Stéphane Ulivucci, Chantal Ulivucci,
Myroslava Fil, Marie Josée Olmos, Michelle Marty, Monsieur Paillous, Jacqueline
Saint-Jours, Yves saint-Jours, Floréal Deixomme, cécile Mathéo, Philippe Pirlot,
Emma chazarenc, Sabine Gommes, Henri Gommes, georges Bosch, michèle
Benezet,Dominique Poli, Jacques Lancon, véronique Grabulos, Docteur Jacques
Mesple, Catherine Bret, Eric Bret, Hélène Mellet, Sébastien Mellet, Patrick Ros,
Lucie Ros, Bernadette Izern, Maguy Aumont, Monsieur et Madame Bille, Viviane
Cozar-Ciss, Michèle Leger, Anne Marie Giol, Mélodia Sirvent, Pascal Blanchon,
Natahlie De Cecco, Véronique Busson, Martine Valentin, Josiane Segarizzi, Roger
Hillel, Patrick De Guardia, Marie-Josée Molina,Thierry Lefevre, Claude Micouin,
Sandrine Le Guen, Véronique Vidal, Mondy Lambert, Monsieur et Madame José
Diogo, Renaud Couté, Audrey Ouillastre, Monsieur Amrou, Maria Rocamora, Magalie
Aubert,Yves Zenone, Cécile Macary,Muriel Bord, Patrick Laclare, Guillemette
Rouillon Salmon, Elisabeth Casas, Bertran Sala, Martine Giuliani, Armelle Poirrier,
Claudie Kloplenstein, Marie Christine Arabia, Sophie Vidal, Carole Ingarao, Marie
Hélène Torredeme, MarieFrance Bertucci, Josette Casadessus, Natja Darhou,Marie
France Jampy, Fabienne Mélusson, Gérard Alexandre, Caterine Ponset, Chritine
Normand, Gilles Brimbaum, Isabelle Andriessens, Jean-Hugues Roca, Mercedes
Castellano, Michèle beaunieux, Claude Bégué, Roger Douat, Marie Douat, christine
Gourbal, Madame Campos, Madame Espinet, Madame Fagede, Madame Royer,
Madame Maroselli, Madame Figuerola, Madame Sève




                                                                                   7
   COLLECTIF POUR LA SAUVEGARDE DES ECOLES MATERNELLES ET PRIMAIRES DE LAS COBAS-PERPIGNAN


                           COMPTE RENDU DE LA REUNION DU MARDI 10 JANVIER 2006


Présents : 39 personnes.

1 ) OU EN SOMMES-NOUS ?

         A) nos réflexions et actions depuis début janvier :

         Notre analyse de la situation des écoles concernées par l’ouverture du groupe scolaire du Mas Vermeil nous a
montré la précipitation et le manque de concertation de la mairie de Perpignan dans cette affaire. L’ensemble des
pistes possibles ne nous a pas semblé être traité.
          Une répartition comptable différente des postes d’enseignants nous paraît possible et plus satisfaisante pour
la rentrée de septembre 2006.
          C’est pourquoi nous avons occupé notre groupe scolaire les mardi 3 et jeudi 5 janvier afin de relancer le
débat qui semblait clos.
          Nous avons demandé des rendez-vous avec le Maire, l’Inspecteur d’Académie et organisé différents rendez-
vous avec la presse.

        B) les résultats :
        Le rendez-vous avec le Maire (le 3 après-midi) nous a montré que si la situation est grave, elle n’est pas
désespérée : le Maire a été sensible à nos arguments et semble prêt à prendre en compte nos remarques sur la
dangerosité de la situation à la rentrée : dès lors, peut-on imaginer un report de la décision de fermeture pour la rentrée
2007-2008 ?
        Le rendez-vous avec l’Inspecteur d’Académie (le 5 après-midi) nous a confirmé que le Maire détient seul le
pouvoir dans cette affaire.
        Les différents organes de presse (l’Indépendant, le Travailleur Catalan, France Bleue Roussillon) nous ont
permis d’exposer sereinement nos arguments et de faire taire les fausses rumeurs (dérogations, transfert de nos enfants
au Mas Vermeil, …). FR3 n’a jamais répondu à nos sollicitations.

2) LES AUTRES ECOLES CONCERNEES :

         A) Château Roussillon :
         Au vu de la nouvelle carte scolaire, il semblerait que l’on se dirige vers la fermeture de 3 postes
d’enseignants en septembre. Ceci revient à condamner ce groupe scolaire car les parents d’élèves restants refusent
l’idée d’une école à 2 classes (1classe regroupant maternelle et CP, 1 classe regroupant les autres niveaux ) …. !

        B) Boussiron :
        Aucun contact direct avec les parents délégués, aucune information chiffrée sur les transferts éventuels, la
fréquentation de la cantine.

3) LA SUITE DU MOUVEMENT :

        A) Lundi 16 janvier à 18h00, Salle des Libertés, rue Bartissol (en centre ville)
        Les parents d’élèves de Boussiron et de Château Roussillon concernés par l’ouverture du groupe au Mas
Vermeil sont invités à une présentation de la nouvelle école.
        Les parents d’élèves de Las Cobas s’invitent à la réunion et souhaitent une présence massive afin de faire
entendre leur opposition à la fermeture.
Cela permettra aussi de prendre un vrai contact avec les parents d’élèves de Boussiron.

        B) Vendredi 20 janvier à 13h30, Mairie, place de la Loge
        Si nous n’avons pas obtenu satisfaction d’ici là, manifestation avec les enfants. Il faut être nombreux et
bruyants…

         Nous vous remercions à tous pour votre soutien.

                                                     RESTONS MOBILISES
e-mail : coll.lascobas@hotmail.fr




                                                                                                                    8

				
DOCUMENT INFO