Passeports énergie en Allemagne Lyon PROMENLAB Promotion de labels by sleepnow

VIEWS: 39 PAGES: 10

									Passeports énergie en Allemagne              1                                Lyon 15.12.2004




PROMENLAB: Promotion de labels énergies sur des bâtiments existant
Hans Hertle, ifeu institut de recherche appliqué environnement et énergie à
Heidelberg

I. PASSEPORTS ENERGIE EN ALLEMAGNE

Depuis plus d’une dizaine d’années, certaines
communes et Länder proposent, de manière
facultative, des passeports énergie pour des
habitations construites en Allemagne. Au début des
années       90,     les    premiers   passeports   étaient
généralement des passeports chaleur. La perte
d’énergie (énergie utile) des bâtiments et, par voie
de conséquence, la qualité de l’isolation thermique
ont été analysées dans le but d’entraîner une
baisse du niveau de consommation d’énergies dans
les bâtiments neufs et dans les bâtiments existant
déjà. Les passeports énergie, incluant les systèmes
de chauffage, ont également pris en compte les per-
tes de chauffe, étant donné que le consommateur
s’intéresse essentiellement à la consommation d’énergie finale. Le décret allemand sur
l’économie d’énergie (2002) prend comme base les besoins en énergies primaires. Ainsi,
outre la consommation d’énergie dans les bâtiments, cette nouvelle approche prend égale-
ment en compte les pertes réalisées lors de la production d’énergie, avant que l’énergie ne
soit distribuée dans les ménages (utilisation d’énergies au sein des centrales électriques
pour la production d’énergie électrique, par exemple).
ifeu Heidelberg                            2                                              Hans Hertle




Le nombre de passeports énergie établis a
sensiblement varié en fonction de la taille,
des possibilités de financement et de
l’engagement des communes et des Länder.
Dans certaines communes (celles de
Hambourg et de Hanovre, par exemple), près
de 5.000 passeports ont été établis au cours
des dernières années. Dans les Länder de
Hesse, Rhénanie du Nord - Westphalie,
Bade -Württemberg et Saxe, près de 10.000
passeports ont été établis. Contrairement
aux passeports énergie établis sur la base
des directives européennes en matière de
bâtiments, ces passeports énergie sont des
instruments facultatifs, c’est à dire qu’ils ne
sont pas soumis à des dispositions légales,
et ils concernent essentiellement des
bâtiments existant déjà. Néanmoins, dans la plupart des cas, le passeport énergie a consti-
tué une condition à la promotion, sur le plan communal ou régional, de mesures en faveur
d’une économie d’énergies dans les bâtiments. Ces passeports ont été essentiellement initi-
és par des services de l’environnement pour promouvoir des mesures en faveur de la protec-
tion climatique. Dans ce contexte, les services concernés ont mis l’accent sur le caractère
simple et clair du design des passeports. Le propriétaire du bâtiment devait avoir un aperçu
global des éléments essentiels, sur une page. De même que dans le cadre des directives eu-
ropéennes en matière de bâtiment, des mesures concrètes étaient proposées. Dans la plu-
part des cas, des typologies de bâtiment ont servi de bases de données et des logiciels
standardisés ont été utilisés pour l’établissement des passeport, ceci afin d’en réduire leurs
coûts.




Les coûts d’élaboration de ces passeports se sont chiffrés entre 25 et 200 euros, selon le
nombre de visites sur place (aucune, une ou deux), qui ont eu lieu. Pour le propriétaire d’un
bâtiment, le passeport était soit gratuit, ou se chiffrait à une participation d’environ 25 euros.
Passeports énergie en Allemagne           3                                        Lyon 15.12.2004




La pénétration de ces passeports sur le
marché a été très variable. Chaque année,
environ 2 % des bâtiments existants sont
entièrement réhabilités. La plupart des
passeports volontaires n’ont même pas
atteint un quart de ce potentiel. Des projets
moins vastes et solides financièrement tels
que la campagne de passeports énergie
lancée à Hanovre ainsi que les passeports énergie de Saxe correspondent en fait à plus de
50 % de ce potentiel.




Passeport énergie : instrument de conseil et de coordination

La mise en œuvre des passeports énergie en Allemagne a révélé que ceci implique un
processus d’accord complexe de l’ensemble des acteurs participant au projet. Pour obtenir
des résultats notables, la qualification des conseillers énergies doit être élevée et uniforme.
La qualité du conseil, et si possible ensuite la mise en pratique des mesures, doit être garan-
tie dans le cadre d’une assurance qualité. L’établissement de passeports énergie devrait être
toujours, dans le cadre de mesures de soutien financier, une condition sine qua non à
l’obtention des subventions.


L’ensemble des projets passeports énergie, menés à bien jusqu’à présent par l’institut ifeu, a
démontré que le passeport énergie représente un vecteur idéal pour favoriser la
communication des acteurs impliqués dans le projet. Il est suffisamment concret pour
s’imposer comme instrument majeur et reflète clairement la corrélation entre les avantages
écologiques et économiques pour l’offre (emplois, commandes), pour la demande (réduction
des coûts) et également pour l’économie nationale (réduction des frais externes à long ter-
me, garantie d’emplois).



Le passeport énergie volontaire représente donc un paramètre important au niveau des me-
sures de protection de l’environnement dans le domaine du bâtiment. Dans quelques an-
ifeu Heidelberg                                     4                                                           Hans Hertle


nées, il devra parallèlement devenir un passeport obligatoire au niveau des directives euro-
péennes afin que les objectifs en matière de protection climatique puissent être atteints.


II.   PASSEPORT ENERGIE EN SAXE

Grâce aux divers moyens mis à disposition par la Commission Européenne, dans le cadre du
                   1
projet SAVE            , par le Ministère Public pour l’environnement et l’agriculture de Saxe
(Staatsministeriums für Umwelt und Landwirtschaft (SMUL)) et grâce à des fonds propres,
l’institut ifeu de Heidelberg a lancé au cours des années 2003 et 2004 un projet de recherche
pour la création d’un soutien scientifique permettant d’évaluer les possibilités de mise en
place d’un passeport énergie dans le Land de Saxe.



Il ne s’agissait pas d’un projet qui partait
de zéro. Outre les expériences relatives
aux projets de passeports énergie
volontaires, réalisés en Allemagne, ce
projet a pu également se baser sur les
opérations        réalisées    au     cours     des
phases de pilotage et de mise en place
des passeports énergie en Saxe.



Le Land de Saxe ayant mis des moyens financiers considérables dans le projet de passeport
énergie (chaque passeport recevait une subvention de 175 euros par maison individuelle),
environ 10.000 passeports énergie ont été établis au cours des années 2003 et 2004.



Les opérations de coordination ont été réalisées par le biais de quatre bases de transfert, si-
tuées dans les villes de Dresde, Chemnitz, Leipzig et Zwickau, auxquelles furent attribuées
des régions d’une dimension a peu près identique. Des maîtres artisans (y compris des
ramoneurs), des ingénieurs et des architectes ont été admis comme conseil-lers énergie. Se-
lon leur niveau de formation, ils ont été obligés de suivre une formation complémentaire de
trois à sept jours afin d’être reconnus comme ayant la qualité de conseiller énergie. Les
passeports énergie ont été établis sur la base d’une typologie des bâtiments dans la région
de Saxe, en partant notamment d’éléments de construction de bâtiments de Saxe. Les
1
         Specific for Vigorous Energy Efficiency = actions spécifiques renforçant l’efficience énergétique . Confère
         également http://europa.eu.int/comm/energy/library/save2000.pdf
Passeports énergie en Allemagne          5                                       Lyon 15.12.2004


Saxe, en partant notamment d’éléments de construction de bâtiments de Saxe. Les particula-
rités des bâtiments ainsi que les souhaits des propriétaires ont été recueillis lors d’une pre-
mière visite sur place. La version informatique du passeport énergie a été présentée puis
expliquée dans le cadre d’un deuxième rendez-vous.



Au cours de la phase de test, le passeport énergie a été établi sur la base d’une nouvelle
mise en forme conçue pour 60 propriétaires de maison en Saxe. Les propriétaires (le retour
se chiffra à 34 %) ont ensuite été invités à donner leur opinion sur la campagne de passe-
ports énergie.



Les questions particulièrement intéressantes, dans le cadre de la campagne, ont été les sui-
vantes :

    •    Quelles sont les attentes des
         propriétaires de maisons
         individuelles concernant le
         passeport énergie ?

    •    Comment sera évalué le concept
         global de conseil ?

    •    Quelles répercutions a la
         campagne sur la mise en place de
         mesures de réhabilitation ?

    •    Comment le concept de passeport d’énergies peut il être amélioré ?



Motivation des propriétaires


Trois critères ressortent notamment de la question concernant les motivations effectives en
faveur de l’établissement de passeports énergie. La possibilité de pouvoir évaluer les éven-
tuels effets du décret relatif à l’économie d’énergie sur sa propre construction constitue un
élément particulièrement important (important ou très important : 80%). De même,
l’augmentation de la valeur de la maison individuelle (50 %) et la confirmation selon laquelle
ifeu Heidelberg                          6                                              Hans Hertle


la maison montre une bonne qualité énergétique (55 %) constituent des éléments de motiva-
tion importants. Les éléments « lutte contre l’effet de serre » et « être à la pointe de la
technique » constituent des éléments secondaires, c'est-à-dire, qu’eu égard à la minorité des
personnes interrogées, ces paramètres constituent des éléments de motivation non
négligeables.



Réalisation des mesures

Dans le cadre du projet PROMENLAB, 59
passeports énergie ont été établis. Si
l’ensemble des mesures proposées est
réalisé, environ 55 % de l’énergie et 60 %
des émissions de CO2 (c’est à dire 10
tonnes par année et par bâtiment)
pourront en moyenne être évitées. Le
potentiel de diminution varie
considérablement par bâtiment. Il varie pour chaque cas entre 13 % et 92 %. Ceci s’explique
par le fait que dans le cas des nouveaux bâtiments, ou des bâtiments réhabilités (20 % des
bâtiments ont déjà été ultérieurement isolés), les émissions sont déjà basses. Dans certains
cas, l’ensemble des mesures possibles n’a pas encore été proposé. Dans la majorité des
cas, aucun système de chauffage efficace n’a été suggéré lorsque l’installation de chauffage
était assez récente. Et par exemple, dans aucun des cas, un changement complet pour un
chauffage au granulé de bois n’a été suggéré, alors que ce système permet une forte réduc-
tion de CO2. Il a seulement été proposé, dans 40 % des bâtiments, une isolation du mur exté-
rieur, et dans 35 % des habitations une amélioration de l’isolation du toit et du plafond de la
cave. La mise en pratique effective des mesures pourra seulement être évaluée dans quel-
ques années. Pour autant, les propriétaires d’habitation indiquent qu’ils envisagent de mettre
en œuvre 40 % des mesures proposées. Il est intéressant de constater que seulement 17 %
des mesures envisagées concernent un remplacement classique de la chaudière. Cette
mesure s’applique très certainement aux nouveaux Länder car la majorité des bâtiments ont
été équipées de nouvelles chaudières, après la « chute du mur ». Quand bien même, 22%
des mesures envisagées concernent une installation solaire pour la préparation d’eau chau-
de. 55% des mesures concernent des mesures d’isolation.
Passeports énergie en Allemagne          7                                         Lyon 15.12.2004


Satisfaction donnée par le passeport énergie

95 % des propriétaires de maisons individuelles interrogés considèrent le passeport énergie,
selon la mise en forme nouvellement mise au point, comme étant “très recommandable” ou
“largement recommandable”. La compréhension des éléments représentés sur le passeport
énergie est globalement très appréciée. Dans 90 % de tous les cas, il permet à des non-
spécialistes de comprendre sommairement les paramètres énergétiques et de les classer.


70 % des personnes interrogées indiquent “comprendre entièrement” les domaines “évalua-
tion isolation du bâtiment” et “évaluation production de la chaleur”. Seulement 40 % des per-
sonnes interrogées considèrent “comprendre entièrement” le paramètre “évaluation de
l’ensemble des besoins en énergies primaires”.


Disposition à payer pour un passeport énergie

Le passeport énergie a été subventionné à hauteur de 175 € par le Land Saxe. 25 euros
supplémentaires devaient encore être payés par les propriétaires. La question quant à la dis-
position des propriétaires à payer un passeport énergie a révélé qu’environ 70 % des per-
sonnes interrogées seraient disposées à payer 50 euros pour un passeport énergie. 40 %
seraient prêtes à le payer 75 euros et 30 %, 100 euros.


Recommandations et possibilités d’amélioration

La question relative aux recommandations du passeport énergie et aux diverses possibilités
d’amélioration concernant son utilisation, en tant que futur instrument, fait apparaître une
série de points de réflexion et de suggestions de la part des personnes interrogées.
Le souhait que le passeport énergie s’impose encore davantage au niveau du public et dans
les media recueille près de 70 % des voies exprimées. L’accès aux informations ainsi que la
qualité des documents d’information nécessiteraient des améliorations, selon 40 % à 50 %
des personnes interrogées. “L’établissement d’un passeport comme condition pour promou-
voir des mesures de réhabilitation” constitue pour environ 75 % des personnes interrogées
une exigence. Les conseils relatifs au passeport énergie nécessiteraient, tout de même pour
30 % des personnes interrogées, des améliorations.
ifeu Heidelberg                             8                                             Hans Hertle


Outil Internet pour un contrôle qualité énergé-
tique en Saxe

Etant donné qu’on ne peut encore actuellement pas
déterminer si des subventions pour le passeport
énergie seront accordées en Saxe, l’institut ifeu de
Heidelberg a mis au point un système de contrôle
rapide pour le passeport énergie qui figure sur la
page Internet, en plus des prestations de conseil
sur     le    passeport   énergie.   Ceci   permet   au
propriétaire une évaluation sommaire de la qualité
énergétique de sa construction. Cet instrument,
basé sur le logiciel EXCEL, prendra en compte les
mesures d’isolation réalisées ultérieurement. Cet
instrument prend en compte la qualité d’isolation
par rapport à la typologie du bâtiment, et l’installation de chauffage selon une typologie de
systèmes de chauffage simplifiée. Il n’est procédé à aucune évaluation globale de la con-
sommation d’énergie primaire. L’établissement d’un passeport énergie est toujours nécessai-
re. La page Internet du ministère (Ministère Public pour l’environnement et l’agriculture de
Saxe) contient des liens vers des plates-formes de conseil.



                                     L’évaluation de l’enveloppe du bâtiment (contrôle rapide
                                     isolation) s’effectue par le biais des besoins en chaleur
                                     pour le chauffage du bâtiment, par rapport à la surface
                                     d’habitation chauffée.

                                     Les bâtiments anciens non isolés sont classés dans la
                                     catégorie G (supérieur à 200 kWh/m2*a énergie utile). Les
                                     bâtiments qui disposent d’un
                                     bon niveau énergétique
atteignent la catégorie C ou B.

Les nouveaux bâtiments, ou les bâtiments anciens dans
lesquels des éléments énergétiquement très performants ont
été installés peuvent atteindre la catégorie A (inférieur à 50
kWh/m2*a).
Passeports énergie en Allemagne           9                                        Lyon 15.12.2004




Pour évaluer le système de chauffage, on prend pour base le rapport entre les dépenses
nécessaires d’énergie et les besoins en énergie (énergie primaire / énergie utile) pour le
chauffage et l’eau chaude. Les systèmes qui comprennent des dépenses élevées en éner-
gies primaires (tels que les chauffages électriques à accumulation nocturne) sont classés
dans la catégorie G, les nouveaux systèmes de chauffage utilisant des ressources fossiles
sont répertoriés à la catégorie C, et les installations avec énergies renouvelables (solaire et
bois) figurent à la catégorie A ou B.



Une nouvelle structure a également été élaborée pour le site Internet « Passeport énergie »
du ministère SMUL (Ministère Public pour l’environnement et l’agriculture de Saxe), et cette
structure comprend les modules suivants :



     •    Exemple de passeport énergie pour le Land de
          Saxe
     •    Informations sur les conseils relatifs au passeport
          énergies
     •    Contrôle rapide de la qualité énergétique d’un
          bâtiment et calcul en ligne (feuille EXCEL)
     •    Sommaire des typologies de bâtiment (de ebök –
          Tübingen )
     •    Totalité des informations sur les éléments de
          construction de bâtiments types de Saxe.
     •    Résultats du projet PROMENLAB



Et le futur ?
Les passeports énergie sont devenus une tradition depuis plusieurs années en Allemagne.
Sans une uniformisation au niveau national et l’application à venir de la directive européen-
ne, seuls quelques projets auraient pu se réaliser dans une large mesure. L’évaluation de la
campagne de passeports énergie réalisée en Saxe a révélé que les propriétaires
d’habitations ont largement apprécié les conseils relatifs aux passeports énergie. La sépara-
tion au niveau de l’évaluation du label isolation et du label chauffage a contribué à une meil-
leure transparence du passeport. L’évaluation de la performance au niveau de l’énergie pri-
ifeu Heidelberg                           10                                           Hans Hertle


maire reste encore pour beaucoup obscure. Si l’ensemble des mesures proposées est ré-
alisé, ceci engendrera une économie d’énergie d’environ 55 %. En moyenne, 10 tonnes de
CO2 par maison seront chaque année évitées. Etant donné notamment qu’en Allemagne
l’offre de logements sera, à l’avenir, supérieure à la demande, le passeport énergie
obligatoire en vertu de la directive européenne en matière de bâtiments risque d’être un
paramètre décisif dans le cadre d’acquisitions et de locations de logements. Etant donné que
de nombreuses maisons individuelles ne sont pas, dans un premier temps, concernées par
la directive européenne, les passeports volontaires doivent continuer à être proposés.



Lorsque des projets de passeports énergie sont liés à une stratégie régionale, le passeport
énergie peut apparaître comme étant un instrument clé en matière de la lutte contre l’effet de
serre sur le plan communal et régional.




Contacts : Hans Hertle: hans.hertle@ifeu.de (ingénieur)
Informations supplémentaires sur le site :
http://www.ifeu.de/energie/seiten/e_epass_sachsen.htm

								
To top