Avaient donné pouvoir Monsieur MERCIER Jean-Marie à Madame GUYON by sus16053

VIEWS: 36 PAGES: 53

									       COMPTE RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 23 OCTOBRE 2009


L’an deux mille neuf, le vendredi 23 octobre, le Conseil Municipal de
CABOURG, dûment convoqué, s’est réuni au lieu habituel de ses
séances sous la présidence de Monsieur le Docteur Jean-Paul HENRIET,
Maire.


Etaient présents : Monsieur HENRIET Jean-Paul, Maire, Madame
LEGUEDOIS Nadine, Monsieur PORCQ Jacques, Madame SICARD
MARTIN Catherine, Monsieur LE GALL Alain, Madame GUYON Nicole,
Adjoints, Monsieur LE GENDRE Michel, Madame BALD Jeannette,
Monsieur LANGLOIS Marc, Madame LARCHER Jacqueline, Madame
MELNICK Diana, Monsieur SOURBE Pascal, Madame FENDEL Armelle,
Madame L’HEVEDER Nadine, Monsieur LEBLANC Jean-Pierre, Monsieur
DUVAL Tristan, Madame BEAUFILS Catherine, Monsieur DELANOE
Sébastien, Monsieur CESSELIN Damien, Madame BALDANZA Marie-
Laure, Monsieur GILLES Gérard, Madame LEPENNETIER Florence,
Monsieur MOINAUX Laurent, Monsieur GUESDON Patrick, Madame
POTET Delphine.

Avaient donné pouvoir : Monsieur MERCIER Jean-Marie à Madame
GUYON Nicole, Madame DEFOUR Patricia à Monsieur SOURBE Pascal.

Monsieur DELANOE Sébastien est élu Secrétaire de séance.



                                 -o-o-o-o-o-o-



SOMMAIRE

Administration Générale :

      Fixation des tarifs de la taxe de séjour 2010.
      Octroi d’une subvention.
      Avenant n°7 au cahier des charges de la concession d’exploitation du
       Grand Hôtel.
      Prise en charge de frais de déplacement à Chambord.
      Attribution d’un emplacement sous la Halle du Marché.
      Tarif de location pour emplacements du 7 è m e Salon de la Carte Postale.
      Rapport annuel sur l’activité de la Communauté de Communes de
       l’Estuaire de la Dives.
      Octroi d’une subvention pour participation aux frais de formation.
      Autorisation de défendre à l’action.
      Compte rendu du Maire sur les décisions prises en application de la
       délégation qui lui a été consentie.


                                                                          1
Affaires Scolaires :

        Tarifs pour un déplacement du Centre de Loisirs.

Services techniques :

        Subvention ARIM.
        Approbation de la modification n°1 du Plan Local d’Urbanisme.

Communication :

        Tarifs animations de Noël.


                                                   -o-o-o-o-o-o-

       M on s ie ur le Ma ir e o uv re la sé anc e : « Vo us a llez tr ouve r dev an t vo us un re lev é
       en date du 19 octobre 2009 des fr ais engagés po ur le Poste de secour s n° 2
       p o ur l e quel c er ta i ns c h i f fre s s on t p ar fo i s e n te n du s da n s Ca b o ur g . J e pr éfère
       v o us f a ir e u n r e l evé e x ac t d es fr a is en g agé s p ou r la c o ns tr u ct i o n d e c e P o s te
       q u i , j e l e r a p p e l le , v ie n t a c h e v e r l e d i s pos i ti f de s ur v e i l l an ce de la plage. Un
       P os te de sec o ur s que n o us attendio n s de puis 32 an s ! ».

       M on s ie ur C ES SE L IN : « C ’e s t vra i q ue l ’on es t t r è s s o uv en t in te r p e l lé pa r d e s
       C a bo ur g eais q u i s e d is en t e s tom a q u és par le co û t et do n c no u s av o ns par t i ci p é
       a ve c G ér ar d G I LL ES à l ’ e ns em b le d es Com m i ss i on s ; o n sa i t le s d i f f i c u l té s lié es
       à l a p as sa ti o n des m a r c hé s p u bl i c s da ns la pé r io de e n q u es t ion . J e cro i s q u e
       c e la m o ntr e e nc or e u n e f o is l e f a i t que l ’ on n’ e ss a ie p as d e f a ire d e
       l ’ o p p os i t i on s ys tém a ti q u e m a i s q u ’ en l ’oc c ur r en ce n o us r é pon d on s la m êm e
       c h ose q ue v ou s r é po n de z a u x C a bo ur gea i s : i l y a e u un e p ér i o de o ù l e s
       e n tre pr en eu r s é ta ie n t d é b or dé s d e de m a nde s e t do nc p r at i q u a ie nt d e s p r ix très
       é lev és o blige ant les Comm unes à pa ss er s o us le ur s f o urc he s c a u d in es et j e
       pense que l’ensem ble des Elus m unicipaux sont d’accord sur le fait que les
       c h ose s on t é t é f a i te s de f aç on r ég u l i èr e. T ou t s im p l em e n t i l y a eu u n e pér io de
       plus difficile po ur le s Collectivités Terr itoriales et maintena nt on e s t d an s un e
       pér iode plus facile ».

       M on s ie ur le M a ire : « Me rc i de v o tre int erv en t ion , c ’e s t t out à f a it le ca s. D e
       plus, nous indiquons sur les panneaux d’ information les montants TT C ; bien
       e n te n du , n o u s r é c u pér o n s la T .V . A . I l faut do nc rev enir à la ré a lité de s c hos es
       e t v o us avez , a in s i q ue l a p r es se, l e s ch i f fr es e xa ct s . J ’e n pro f i te p o ur vo u s d i r e
       que la str uctur e de la table d’or ie ntation a é t é m i se en p l ace e t q u e c et t e ta b le
       devrait êtr e installée soit pour la fin de décem br e, soit plutôt en janvie r 2010 ».

       M on s ie ur G I LL ES : « E n C om m iss i o n de F i na n ce s , n o us av i on s dem a n dé d ’av o ir
       le bilan prévis ionnel sur l’association « D éc o uv r ir l’Huma n i té ». Il me semble
       q u e le Do cte ur J ac q ues P O R CQ l ’a va i t auss i d em an d é ».

       M on s ie ur le M a ire : « Oui e t n ous a llon s vo us f a ire pa s ser un pe t it dos s ie r. Je
       n e vo u dr a is pa s oublie r de v ou s r a ppe l er , dans un autre domain e, que, après
       a vo i r c on su l t é b on nom b r e d ’en tr e vo us , n o us or ga nis o ns , p our t o u te s ce l le s e t
       t o u s ce u x q u i s o n t i nt ér es sé s p ar l e d os s ier d u G o lf d u H om e , u n e v is i te s ur
       p l a ce as sez t ar d da ns l a jo ur née , le j e u d i 2 9 o c to bre à 1 8 h 3 0 ; l e r e nde z -
       v o us e s t f ixé à l’e n trée du Go lf du H ome sur la RD 514 . Ave c le s mem bres du
       S y n dic a t i nt er comm u na l , n ou s v is i t ero ns le s bâ timen t s de la S C I e t n o us vous
       d o nn ero n s d e s e x p l i cat i o ns co nc r è t es sur l ’ét a t d ’a va ncem en t de ce d os s ier ; u n


                                                                                                                   2
              d o c um e nt v o us s er a r em is . De rn ière ch ose , v o ic i la ph oto pr is e par Arna ud
              GUERIN et Philippe PLISSON, photographe d e l a m a r in e , da n s l e c a dr e d u liv r e
              « La Fr ance vue de la mer » ; nous la faisons passer par m i v o us . »


               Fixation des tarifs de la taxe de séjour 2010.

              M ons ie ur Tr is ta n DUVAL pr ésente la dé libération suivante : « Les ta r if s de la
              taxe de séjo ur 2010 sont ré glementés au niveau de l’ensem ble des hôtels et
              d e s r é s i de nc es d e t ou r i s m e » .


       Pour à l’unanimité


Monsieur Le Maire rappelle que le montant de la taxe de séjour est actuellement
de :



                        Type d’hébergement                                  Tarif par personne et
                                                                             par nuitée de séjour
       Hôtels    non classés                                                           0,30    €
       Hôtels    et Résidences       de   tourisme                                    0,60    €
       Hôtels    et Résidences       de   tourisme                                   0,75    €
       Hôtels    et Résidences       de   tourisme                                  0,95    €
       Hôtels    et Résidences       de   tourisme                                 1,25    €

       Campings  et                                                                 0,20 €
       Campings  et                                                             0,50 €

       Chambres d’hôtes – Villages vacances                                            0,75 €
       (Sweet Home)

       Meublés      non classés                                                        0,20    €
       Meublés                                                                        0,40    €
       Meublés                                                                       0,55    €
       Meublés                                                                      0,70    €
       Meublés                                                                     0,85    €

Le Maire propose de maintenir ce tarif pour les hôtels, les campings et les
chambres d’hôtes et de l’augmenter pour les meublés à compter du 1 e r janvier
2010 comme suit :

       Meublés      non classés                                                        0,30    €
       Meublés                                                                        0,60    €
       Meublés                                                                       0,75    €
       Meublés                                                                      0,95    €
       Meublés                                                                     1,25    €

                                                                                                       3
Vu le Code Général des Collectivités Territoriales et notamment les articles L.
2333-30, L. 2333-31 et D. 2333-45,

Vu l’avis de l’EPIC de l’Office de Tourisme en date du 14 septembre 2009,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en
date du 16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, fixe comme ci-dessus le montant
de la taxe de séjour perçue par l’Office de Tourisme à compter du 1 e r janvier
2010.

Conformément à la Loi sont exemptés :

   les enfants de moins de treize ans,
   les personnes qui sont uniquement attachées aux malades (compte tenu
    du classement de la Commune en station climatique),
   les mutilés, les blessés et les malades du fait de guerre.


               Octroi d’une subvention à l’association « Découvrir l’Humanité ».

              M on s ie ur le Ma i r e : « V ou l ez - vous , Mo ns i eu r G I L LES , a f i n q ue v o us a ye z l e
              t em ps de c o ns u l ter le doc um ent e n que st io n , q ue l ’o n p as se p l u s t ar d ce t te
              délibération ? Oui, et bien on y reviendr a tout à l’heur e ».

               Avenant n°7 au Cahier des Charges de la Concession d’exploitation du
                Grand Hôtel.


              M on s ie ur l e G A LL p r é se n te ce t te d é l i bé ra t i o n : « D e p u i s t o u jo u r s la V i l le de
              C a bo ur g as s ur a it le p a i em e n t d e l ’a ss ur a n ce des r i s q ues l oca t i f s p o ur l e
              com pte du Gr and H ôtel, le quel r em bour sait ensuite la Ville, ce qui paraissait
              c om p l i q ué . Ce t a ven a nt pro po se q ue le Gr an d H ô t e l p a ie d or é na van t
              d i r ec tem ent l ’ as s ur a nc e r e l a t ive a u x r i s qu es l o ca t i f s » .


       Pour à l’unanimité


La concession du Grand Hôtel prévoit que le Grand Hôtel est assuré par le biais d’un
contrat souscrit par la Ville de Cabourg pour couvrir les risques locatifs de l’Hôtel, la
Ville refacturant la prime d’assurance au Grand Hôtel.

Il est apparu qu’il était préférable que le Grand Hôtel puisse bénéficier de ses propres
couvertures d’assurances. Le projet d’avenant n° 7 au cahier des charges de la
concession d’exploitation avec la Société Accor permet de réaliser cet objectif.

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l’avenant n° 7 au cahier des charges de la concession d’exploitation,
                                                                                                                       4
Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

Autorise la signature de l’avenant ci-dessus désigné.



              Prise en charge des frais de déplacement à Chambord.

             Monsie ur le Maire présente la dé libérati on s u i v an te : « N o u s s om m e s un p e t i t
             g r o u p e à n o us êt r e r en d us à C ha m b or d , d a ns l e c a dre d e la p r é pa r a ti on
             éventuelle d’un son et lum ièr e à Cabo ur g durant l’été 2010 . Je vous r a ppelle
             que le verdict du Comité org a n is a te ur d e l a m a n i fe s ta t ion « N or m an d ie
             i m pr es s io n is t e » a ur a lie u l e 2 6 d e c e m o is ; n o u s sa uro n s a l or s s i n o tr e d os si er
             e s t r e te n u e t , da ns ce c as , le m on t an t de l a s u b ve nt i on q u i n ou s se r a i t a cc or d é .
             N o u s é t io ns a l lé s v o ir, i l y a q uelq u e s s em ai n es , u n s pe c ta c le pr opo sé p ar un e
             a u tr e So c iét é à Na nc y. A u j ou r d’ hui i l s ’a g i t d e s fr a i s de dé p l ac eme n t p o ur u n
             s o n e t l um i è r e a u quel n o u s av on s d on c ass i s té l e 9 s e p tem br e d er n ie r s ur l a
             façade du Château de Cham bor d ».


      POUR : 24
      Messieurs DUVAL, SOURBE, DELANOE et moi-même ne prenons pas part au
      vote

Monsieur le Maire, Tristan Duval, Vice-Président de l’Office de Tourisme, Pascal
Sourbé, Délégué à la Sécurité, Sébastien Delanoë, Délégué à la Communication,
Patrice Boulais, Directeur de l’Office de Tourisme, et Stéphanie Dumoulin, Assistante
du Directeur de la Communication, se sont rendus à Chambord le 9 septembre 2009
dans le cadre de la manifestation « Normandie Impressionniste » qui pourrait avoir
lieu en 2010 à Cabourg, afin de découvrir le spectacle « Son et Lumière » projeté sur
la façade du Château.

Il est précisé que les frais inhérents aux représentants de l’Office de Tourisme seront
couverts par cet Etablissement public.

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

Décide de prendre en charge les frais de participation et de déplacement
inhérents à ce déplacement qui s’élèvent à la somme de 91,60 euros T.T.C.




                                                                                                                       5
               Attribution d’un emplacement sous la Halle du Marché.


              M ons ie ur SOURBE prés ente ce tte dé libé ra t io n : « La fle ur is te qui é ta it pr ése n te
              s o us l a H a l l e a so uh a i té r és i l ie r so n c on tr a t . C ’e st u ne m o da l i t é p r é vue à
              l ’ ar t i c le 1 1 d u r è g l eme n t i n tér ieur de la Halle du Marché : « La résiliation du
              contrat de concession sans indemnité peut intervenir dans deux cas ». L à i l
              s ’ a g it d u 2 è m e c as : « Résiliation par le bénéficiaire de la concession à tout
              moment par lettre recommandée et adressée au Maire. Tout mois commencé est
              dû » . E l le a s o uh a i té ce ss er a u 1 e r o c to br e. U n a p pe l à c a n d ida t ure a é té l anc é
              et la Commission d‘attributio n de s em pla cem ents de la H a lle du Marché de
              C a bo ur g s ’e s t r éu n ie l e 1 2 o c to br e po ur é t udi e r le s d os s ie r s . Ce t te C om m is s ion
              a r e te n u le d o s s ier d e Mm e D E LA H E R MO SA M é la n ie q u i e s t la pr o pr ié ta i r e d u
              m a g as i n « F K om F le ur » en en tré e de C a bo ur g , s ur la r o u te d e C ae n , q u i n o us
              a p r é se n té u n d o s s ier s o l i d e d on t o n p eu t r e te n ir l es é l ém en ts s u i va n ts : Mm e
              D E L A H E RM OS A Mé la n ie t ra va ille de puis 25 ans dans le commerce des fleur s ;
              e lle s’en gage à ê tr e pr ése n te 4 jo ur s par sema ine e t à é quiper son s t an d ave c
              d e s l um i nai r es co n for m e s à l a co n ven t i on . E lle fera te n ir so n sta n d pa r un e
              v en d e use q u i t r av a i l le a c tue l lem e n t d an s s o n m a gas i n , ce t te d er n iè r e aya nt
              l o n g t e m ps t r a v a i l l é dan s le k i o s que a u x f le ur s , à C a e n , q u i a é t é s u p pr im é lo r s
              de l’ arr ivée du tr amwa y. E lle a fa it un budge t pré v i s io n ne l q u i p a r a î t s o l ide et
              s i n cèr e. E l le s ’e n ga ge à p r o po ser u ne o f fre s e ns i b l em e n t d i f fér en t e pa r r appo r t
              à l a f l e ur is t e pr écé de n te . Da ns u n p r em ie r tem p s, e l l e ne p r o p os e p as d e
              n o uv e l amé na ge m en t d e s on s t an d . Don c , a p r ès e n av o ir d é b a tt u , l a
              C om m i ss i on a déc i d é d e r et en i r ce d os s ier » .


       Pour à l’unanimité


Suite à la vacance de l’emplacement réservé à la vente de fleurs sous la Halle du
Marché, la Commission d’attribution réunie le 12 octobre dernier a retenu la
candidature de « F Kom Fleurs ».

En conséquence, il est proposé d’attribuer l’emplacement de fleurs de la Halle du
Marché à « F Kom Fleurs » à compter du 1 e r novembre 2009 et d’autoriser la signature
de la convention ci-annexée.

Le Conseil Municipal,

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l’avis de la Commission d’Attribution des Emplacements sous la Halle du Marché
en date du 12 octobre 2009,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009,

Décide d’attribuer le stand pour la vente de fleurs sous la Halle du Marché à « F Kom
Fleurs » et autorise Monsieur le Maire à signer la Convention.



                                                                                                                             6
               Tarif de location des emplacements du 7 è m e Salon de la Carte Postale.


              M a dam e S IC A R D pré se n te la d é lib é r a t io n sui v an t e : « L e 6 dé cem br e p r o ch a in
              a ur a l ie u le 7 è m e Sa lon d e la Ca r te Po sta le a n c ie n n e e t du v i e u x pa pi e r e t n o us
              v o to ns a ujo ur d’ h ui le t a r if de lo ca t ion des em placements dans la Salle des
              Fêtes ».


       Pour à l’unanimité


Vu le Code Général des Collectivités territoriales,

Vu le Budget Primitif 2009,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en
date du 16 octobre 2009,

Considérant l’impact sur Cabourg d’organiser la manifestation « Le 7 è m e Salon
de la Carte Postale ancienne et du vieux papier » le dimanche 6 décembre
2009,

Considérant la nécessité de louer des emplacements à des exposants pendant la
manifestation,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, DECIDE :

De louer ces emplacements au tarif suivant : 60 euros les 4 mètres linéaires.


               Rapport annuel sur l’activité de la Communauté de Communes de
                l’Estuaire de la Dives.


              M o n s ie ur J a c q ue s P OR C Q pré s e n t e la dé l ib é r a t io n s u i v a n t e : « I l s ’a g i t d u
              r a ppor t d’activité 2008 de la Comm unauté de Comm unes. Je voudrais faire
              deux dé clar ations. La pr em ièr e, c’est que la Communauté de Comm unes a fait
              l ’ o b j et d ’ un r e no u ve l lem en t i m po r t an t d e se s E l us s u it e a u x é lect i o ns d u m o i s
              de mars 2008 et, la deuxième, c’est que ce r a ppor t est, comme tous les
              r a ppor ts, décalé par r a ppor t à la réalité d’ a u j ou r d’ hui ; o n es t p r a t i q uem e n t
              fin 2009 et je vais vous lire un rappor t d’activité 2008 , si bien que vous verrez
              d e s dé ca l ag e s im por ta n ts , de s ch o ses q u i o n t é vo l ué ; c e n ’e s t p a s la r éa li t é
              d’aujourd’hui m a is celle de 2008 ».

       Monsie ur PORCQ pr ésente le r appo rt d’activité 2008 ci-dessous de la page 8 à la
       page 40 .




                                                                                                                        7
          RAPPORT D’ACTIVITÉ 2008




Communauté de Communes de l’Estuaire de la Dives
  Auberville   Cabourg   Dives-sur-Mer Gonneville-sur-Mer   Houlgate
                                Varaville



                                                                 8
C.C.E.D.
Communauté de Communes de l’Estuaire de la Dives
BP 10056
14165 DIVES-SUR-MER


Tél. 02 31 28 39 97


accueil@cc-estuairedeladives.fr


www.cc-estuairedeladives.fr




                                                   9
   Communauté de Communes de l’Estuaire de la Dives

                      Rapport d’activité 2008




Sommaire :


Elus communautaires                             p.   4

Organigramme du personnel                       p.   5

Ressources humaines                             p.   6

Finances                                        p.   8

Urbanisme                                       p. 11

Assainissement                                  p. 13

Collectes                                       p. 15

Développement économique                        p. 17

Pôle nautique                                   p. 19

Station Nautique                                p. 21

Relais Assistantes Maternelles                  p. 23

Petite Enfance                                  p. 25

Ecole de musique                                p. 27

Communication                                   p. 29

Aire permanente des gens du voyage              p. 31




                                                         10
                        LES ELUS COMMUNAUTAIRES


      LE BUREAU
      Président             Olivier COLIN
        er
      1 vice-président Pierre MOURARET, chargé du développe-
                            ment économique et touristique.
        ème
      2      vice-président Jean-Paul HENRIET, chargé de l’aména-
                            gement de l’espace, de l’urbanisme et de
                            l’environnement.
      3 è m e vice-président Joseph LETOREY, chargé de la petite
                            enfance, des équipements culturels et
                            sportifs.
        ème
      4      vice-président Bernard HOYÉ, chargé des finances et de
                            l’administration générale.
        ème
      5      vice-président Antoine GRIEU, chargé du service collectes
                            déchets.
        ème
      6      vice-président Jean-Claude PUPIN, chargé de l’assainis-
                            sement.


   COMMUNES                      TITULAIRES                   SUPPLEANTS
                     B IANC H I A lp ho ns e          C H I RO T B er t ra nd
    AUBERVILLE       G R I E U A n toi ne             MATHIEU Ma rie-L aure
                     L E MA RC HAN D P a u l e t te   TA RGA T Benoî t

                     DELANO E Sé bastien              DEFO UR Patricia
                     HENRIET Jea n -Paul              L EG U EDO IS Na di ne
                     LANGLO IS Marc                   F EN D EL A r m e l l e
     CABOURG         L E GALL A lai n                 SOURBE Pascal
                     MERCIER Jean-Mari e              L' HEVEDER Nadi ne
                     PORCQ Jacques                    S I C A R D - MAR T IN
                                                      C at h eri n e

                     CABA RISTE Barbara               EVE J ocelyne
                     H A N SE G h i s l a i n e       Q UA GL IA Ma r ys a
                     H A RAN T C la ud e              CA IGNA ERT Benoî t
                     LAB IGN E De ni s                M A S S I EU C h a nt a l
  DIVES-SUR-MER
                     L E CALLONEC Chris ti ne         TO UC HA IS O livi er
                     BAZEILL E René                   MA RA IS Mar ie -C h ris tin e
                     M A RT IN G ér a r d             DESBOIS Jacques
                     MO URA R ET Pierre               HUET Monique

                     H O Y E B e r na r d             GO DDI Jeanne
GONNEVILLE-SUR-MER   BO SQ UA IN J ea n-C la ude      L EC O E U R Isa b e l l e
                     C HA UV IN L u c i en            EXMEL IN Hugues

                     P U P IN J ea n- C la u de       LA ËML E Laurent
                     COL IN O li vier                 PINCEPOCHE Agnè s
    HOULGATE         DUBOS A n nie                    MA ER TEN S Denis
                     MO ISSON Jean-François           HENAUL T Na di ne
                     V E RNO C H ET Ma r ys e         JA RR Y T h ér ès e



                                                                                   11
            J EAN P at ric e                G RO SJ EA N V i n c e n t
            L EB EG U E Je a n              LABA RR IERE St ép ha n e
VARAVILLE
            L EGUILLO U A nne-Margueri te   W E I B EL N a th a li e
            L ETO R EY Jos ep h             LA MB ERT Domi ni que




                                                                     12
13
RESSOURCES HUMAINES

 MOUVEMENTS DE PERSONNEL


                Entrées
              Budget général                10
              Ordures ménagères              6
                  Total                     16

 Budget général :
    aire d’accueil : 1 remplacement (démission) ;
    urbanisme :    2   remplacements    (démission et congé
 parental) ;
    école de musique : 3 remplacements (congé maternité et
 suspension) ;
    relais assistantes maternelles : 2 remplacements (congé
 maternité) ;
    administration générale : 2 (création).

 Ordures ménagères :
 Reprise du S.I.T.O.M. : 5 ;
 Collectes : 1 remplacement (mutation 2007).


                      Sorties
                 Budget général              8
                 Assainissement              1
                 Ordures                     2
                 ménagères
                      TOTAL                 11


 Budget général :
    aire d’accueil : 1 démission ;
    école de musique : 1 mutation ;
    relais assistantes maternelles : 2 fins de remplacement ;
    urbanisme : 1 démission + 1 congé parental + 1 fin de
     remplacement ;
    administration générale : 1 fin de remplacement.

 Assainissement :
    1 fin de remplacement ;

 Ordures ménagères :
    1 retraite ;
    1 fin de contrat.

                                                            14
      Balance au 31 décembre 2008 : 71 agents permanents.

      Soit une hausse de 7,58 % de l’effectif par rapport à 2007

      Jours de formation : 243.

      Recrutement de personnel saisonnier : 38 :
         23 pour l’école de voile,
         1 pour le port,
         12 pour la collecte des déchets,
         1 pour le contrôle des branchements,
         1 pour le service administratif.



MASSE SALARIALE


   BUDGET                   SERVIC ES           2007            2008         Evo lutio n

   G E NE RA L         Ad. Générale          210 790 ,72 €   247 882 ,95 €    17 ,60 %

                       Comm unic atio n      34 972 ,08 €    17 513 ,66 €    - 4 9 ,92 %

                       T o u ri s m e                        17 513 ,66 €
                       Ecole de
                                             212 137 ,69 €   209 081 ,85 €   - 1 ,44 %
                       m usi qu e
                       Urba nism e           216 763 ,46 €   200 297 ,91 €   - 7 ,60 %

                       G . D . V.                            28 365 ,79 €

                       R.A .M.               33 802 ,75 €    28 101 ,27 €    - 1 6 ,87 %

                       Elus                  70 733 ,20 €    75 767 ,79 €      7 ,12 %

                 T O TA L                    779 199 ,90 €   824 524 ,88 €     5 ,82 %



ASSA INISSEMENT                              176 422 ,98 €   192 171 ,65 €    8 ,93 %



  S.P.A.N.C.                                                 11 336 ,25 €


   ORDURES
                       Co llec tes           784 619 ,46 €   770 521 ,10 €   - 1 ,80 %
  MENA GERES
                       D é c h e tt er i e                   155 101 ,31 €

                 T O TA L                    784 619 ,46 €   925 622 ,41 €    17 ,97 %



      ZAC                                    29 777 ,12 €    41 102 ,21 €     38 ,03 %



                                                                                           15
               Services
P O RT                               70 229 ,30 €    72 189 ,82 €    2 ,79 %
               comm uns
               Eco l e de voi l e    140 336 ,25 €   153 280 ,94 €   9 ,22 %

               Port                  98 226 ,18 €    104 609 ,86 €   6 ,50 %

         T O TA L                    308 791 ,73 €   330 080 ,62 €   6 ,89 %



COMPTE ADMINISTRATIF
 Les investissements importants réalisés par la C.C.E.D. en
 2008 sont :

 2 552 248,53 € TTC pour la construction de l’espace
 sportif polyvalent à Dives sur Mer.

 2 221 443,28 € TTC pour la construction de la nouvelle
 station d’épuration à Cabourg.

 601 281,87 € TTC pour la construction du bassin tampon à
 Houlgate.

 2 273 858,15 € TTC pour les différentes interventions sur
 les réseaux d’assainissement.




 BUDGET GENERAL 2008


                                    BUDGET GENERAL
                       Section investissement
                        Dépenses              2 933 017,91 €
                        Recettes              4 204 900,38 €



                        DEPENSES DE FONCTIONNEMENT
                               4 358 221,14 €




                                                                               16
    - Personnel administratif : 20 %

    - Elus : 2 %
    - Amortissements : 1 %
    - Attribution de compensation : 65
    %
    - Intérêts de la dette : 0,40 %
    - Charges exceptionnelles : 5 %
    - Petite enfance (RAM, halte
    garderie, halte de jeux, bébés
    lecteurs, bébés nageurs) : 2,14 %
    - Ecole de musique : 0,26 %
    - Administration générale : 4,20 %




          RECETTES FONCTIONNEMENT
               4 577 255,37 €
- Impôts et taxes : 59 %
- Dotations et participations : 39 %
- Divers (produits de gestion courante et
exceptionnels, inscriptions Ecole de mu-
sique, aire d’accueil Gens du voyage : 2 %




                                             17
                          ■ D o t a t io ns e t pa rt ic ipa t io ns : 3 9 %




                                                                  ■ D iv e rs : 2 %




                             ■ Im pô t s e t t a xe s : 5 9 %




        ■ Attribution de compensation: 65 %




                                                             ■ Intérêts de la dette : 0,4
                                                             %
                                                                ■ Charges except, : 5 %

                                                                 ■ Petite Enfance : 2,14
                                                                ■ Ecole de musique :
                                                                         0,26 %
                                                                ■ Administration
                                                                Générale : 4,20 %




                                                       ■ Personnel administratif et élus
                                                                         22%

                        ■ Amortissements : 1 %




BUDGETS ANNEXES 2008


                    BUDGET ASSAINISSEMENT
               Section fonctionnement
              Dépenses                      1 157 501,47 €
              Recettes                      2 635 623,81 €

               Section investissement
              Dépenses                      6 510 528,60 €
              Recettes                      5 508 786,44 €




                                                                                            18
                 BUDGET ORDURES MENAGERES
                 Section fonctionnement
                Dépenses       3 310 033,08 €
                Recettes       3 324 723,22 €

                 Section investissement
                Dépenses         142 090,90 €
                Recettes         192 202,26 €


                            BUDGET ZAC
                  Section fonctionnement
                 Dépenses        545 416,39 €
                 Recettes         64 511,16 €

                  Section investissement
                 Dépenses        133 651,32 €
                 Recettes        300 000,00 €


                         BUDGET PORT
                 Section fonctionnement
                Dépenses         442 971,65 €
                Recettes         455 445,94 €

                 Section investissement
                Dépenses         54 491,17 €
                Recettes         53 918,01 €




URBANISME

 INSTRUCTION DU DROIT DES SOLS

 En 2008 le service a traité plus de 900 dossiers, en constante
 augmentation depuis la mise en place du Service instructeur.On
 constate une baisse dans le nombre de permis de construire
 mais une forte hausse des déclarations préalables et surtout
 des certificats d’urbanisme.

 L’augmentation des permis d’aménager (13 contre 8 en 2007)
 laisse augurer d’un nombre important de permis de construire
 pour 2009.

                                                          19
L’équipe de trois Instructeurs a été en grande partie
renouvelée en juillet, suite au départ de Stéphane LEGENDRE
et à la prolongation du congé parental de Sylvie AGOUILLAL. Ils
ont été remplacés par Luc LEGRAND et Virginie DOUBLET qui
ont donc rejoint Anne CLOUZET. Il y a toutefois eu une
transition difficile avec une vacance des postes de deux mois
en moyenne, ce qui a mis le Service en difficulté à une période
chargée de l’année, entraînant des retards dans le traitement
des dossiers. Malgré cela, nous avons pu dès l’automne
retrouver un rythme normal.

Une permanence au service des demandeurs qui rencontrent
des difficultés d’ordre réglementaire avec leur projet est
assurée par un Instructeur les 1 e r et 3 è m e lundis de chaque
mois, en alternance avec celle de l’Architecte-conseil du CAUE.


TRAVAUX DE CONSTRUCTION

Espace sportif polyvalent :

                                 Le   chantier,   démarré    en
                                 octobre 2007, s’est poursuivi
                                 tout au long de l’année. La
                                 mise en œuvre d’une solution
                                 technique pour remédier à un
                                 problème de fissuration du
                                 dallage probablement dû à un
                                 apport   d’eau    excessif  au
                                 coulage a provoqué un retard
                                 important dans le planning.
                                 De ce fait, en fin d’année, il
                                 restait encore à réaliser le
revêtement de sol sportif.
Par ailleurs, les demandes du Contrôleur technique au bureau
d’études de l’entreprise de charpente n’étaient toujours pas
satisfaites.

HABITAT

Programme local de l’habitat :

Après la première phase de
diagnostic validée en février,
et    la    deuxième     phase
d’orientations présentée en
septembre, la troisième phase
consistant   à   élaborer   un
programme d’actions a été

                                                           20
   entamée par le Bureau d’études.

   Le Conseil communautaire, en grande partie renouvelé suite
   aux élections municipales, a cependant voulu réexaminer les
   deux premières phases de l’étude avant de s’engager sur les
   actions à mener dans le cadre de ce programme. L’étude se
   poursuivra donc sur l’année 2009.



   ETUDES

   Pôle culturel :

   A l’issue du concours d’Architectes engagé à l’automne 2007,
   un projet a été retenu par le jury au mois de février.

   Le marché de maîtrise d’œuvre n’a cependant pas été signé à
   la suite, et il a été décidé de surseoir au projet dans l’attente
   d’une solution de financement de l’opération et d’une probable
   réduction du programme.

   Centre aquatique :

   Après la réalisation des études de faisabilité et de pré-
   programmation achevées en début d’année, la réflexion s’est
   poursuivie sur le programme, et notamment, en fin d’année,
   par la visite d’équipements similaires à celui qui peut être
   envisagé sur le territoire communautaire.




ASSAINISSEMENT


Les chiffres-clefs du service sont :


   CONTROLES DES BRANCHEMENTS
   242 contrôles primaires de branchements de particuliers dont
   137 conformes.

   Visites pour vente de bien et nouveaux branchements (6 % du
   coût des travaux) : facturées à hauteur de 10.152,78 €.
   52 mises en conformité de particuliers,
   5 contrôles de professionnels,
   2 mises en conformité de professionnels.


                                                               21
SUIVI ASSAINISSEMENT
64    demandes    traitées   pour    réduction   de    redevance
assainissement suite à des fuites d’eau potable (6 sur le plateau
d’Heuland, 15 sur Houlgate, 19 sur Cabourg et 24 sur Dives-
sur-Mer) ;
101 instructions du droit des sols dans le domaine
assainissement. La P.R.E., participation de raccordement à
l’égout, a rapporté 279.800,00 € ;
707 courriers hors contrôle des branchements.



BUREAU D’ÉTUDES
Travaux principaux réalisés
sous maîtrise d’ouvrage et
maîtrise    d’œuvre    (pour
certains) de la CCED pour un
montant global H.T de 1 579
000,00 €

CABOURG :      boulevard   des
Belges, avenue de Troarn,
avenue de la Cigogne, avenue
de Sallenelles, avenue des Tamaris, station d’épuration ;
DIVES SUR MER : rues Doumer, Zola, Jaurès, d’Hastings, avenue
des Résistants ;
GONNEVILLE SUR MER : route neuve, chemin des Carpentiers ;
HOULGATE : rue du Stade, rue Pillu, bassin tampon ;
VARAVILLE : le Grand Large I.

La maîtrise d’œuvre propre à la CCED a permis de ne pas avoir
à engager 5 % du coût global des affaires suivies soit
68.492,80 € pour 2008.

MISE AUX NORMES             EUROPÉENNES        DU       SYSTEME
D’ASSAINISSEMENT

                                Depuis       juillet        2008,
                                construction de la       nouvelle
                                station d’épuration :

                                1 786 000,00 € ont été enga-
                                gés.

                                Construction du Bassin tampon
                                d’Houlgate : 128 000 € engagés.



                                                            22
 SUIVI  TECHNIQUE           ET      FINANCIER    DE     NOTRE
 EXPLOITANT POUR :
 - le contrat de DSP assainissement et épuration (40 fiches de
 liaison pour   interventions – prime pour épuration),
 - le plan de management environnemental pour ISO 14001 et
 AQUEX (gain 45 000,00€),
 - le plan d’épandages des boues (coût 65 000,00 €) et suivi du
 co-compostage,
 - la qualité des eaux de baignades.



COLLECTE DES DECHETS


 ORDURES MÉNAGERES

 Les ordures ménagères collectées par la C.C.E.D. sont
 acheminées à l’unité de transfert située à Périers-en-Auge puis
 emportées dans des caissons de compactage à Billy pour
 enfouissement.

 C’est l’entreprise VEOLIA, prestataire de la C.C.E.D., qui se
 charge du transport et de l’enfouissement de nos déchets.

 L’année 2008 a été marquée
 par la reprise du SMITOM par
 la    C.C.E.D.    qui   assume
 maintenant     entièrement   sa
 compétence      « Traitement ».
 Le SMITOM réunissait deux
 Communautés de communes ;
 COPADOZ l’ayant quitté en
 2007 pour adhérer au SIVEDAC,
 le SMITOM n’avait plus de
 raison d’être.


 Collectes en 2008

 - ordures ménagères :     9 706 tonnes collectées,
 - déchets verts :         2 122 tonnes ramassées      en   sacs
                           plastique réutilisables,

 - encombrants :           689 tonnes ramassées en porte à
                           porte.

                                                            23
TRI SÉLECTIF

En 2008, par apport volontaire       des   emballages   dans        les
conteneurs de quartier.

La C.C.E.D. a signé un contrat avec la société Eco-Emballages,
agréée par les pouvoirs publics, afin de percevoir un soutien
financier proportionnel aux tonnages effectivement recyclés.

La filière « déchets » dans sa globalité fait l’objet d’une étude
sur le territoire de la C.C.E.D. Le tri sélectif en porte à porte
sera mis en place en 2009.




DÉCHETTERIE

La déchetterie principale de la C.C.E.D. est implantée à
Périers-en-Auge. Deux mini-
déchetteries    sont   à    la
disposition des particuliers à
Varaville.

Le service est assuré par
deux agents qui évaluent et
comptabilisent les tonnages
de    déchets      permettant
d’établir la facturation.

C’est le prestataire VEOLIA
qui gère les rotations de bennes et les transports vers les
filières de recyclage et de traitements spécifiques.




                                                               24
DEVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE


 EXTENSION ZAC DE LA VIGNERIE

 Aménagements
                                 Les entreprises Toffolutti et
                                 Eurovia ont terminé la tranche
                                 conditionnelle des travaux de
                                 viabilisation engagés le 27 juin
                                 2005. Dans l’ensemble, ces
                                 travaux se sont bien déroulés
                                 sur l’année 2008 ; seule la
                                 voirie d’entrée du bâtiment
                                 OM fût à reprendre. Compte
                                 tenu       des      nombreuses
 difficultés rencontrées durant le chantier (arrêt des travaux
 suite à la pose d’un fourreau EDF, gel…), la CCED a pris en
 charge une partie de ces travaux qui s’avéraient nécessaires
 afin d’éviter que les camions bennes ne touchent le sol en
 rentrant.

 Vente des parcelles
 Durant l’année 2008, des compromis de vente ont été signés
 avec deux entreprises : les Etablissements VÉDRY (ferronnerie
 d’art, serrurerie de précision) (parcelle AD n°89) et le
 menuisier GODEFROY (parcelle
 AD n°78). Par ailleurs, la CCED
 s’est engagée avec la CCI du
 Pays d’Auge sur le PAC Immo
 Entreprise sur les parcelles AD
 n°90, AD n°91, AD n°92 et AD
 n°93.

 Enfin, la société MECA MARINE
 SERVICE (parcelle AD n°64) a construit un bâtiment pour son
 activité d’hivernage.




                                                            25
Extension (terrains « Le pré carré »)

Les négociations engagées depuis 2006 avec les consorts
QUIDOR-BELLENGER pour l’acquisition des parcelles AD n°17 et
AD n°18 ont abouti en décembre 2008. Un prix d’achat global
de 200 000 € a été proposé pour ces deux parcelles d’une
surface totale de 9,6 hectares. Ce nouveau terrain permettra
de prolonger l’extension de la ZAC de la Vignerie.



ZONE D’ACTIVITÉ DE CABOURG

Le problème de maîtrise foncière, rencontré en 2006, perdure ;
la CCED ne détient toujours pas les terrains nécessaires à la
réalisation de ce projet. Les négociations avec les nouveaux
directeurs de l’usine Normandie Ondulé du groupe OTOR, MM.
TRUCHY et LE CANN, ont repris. Cette entreprise cherche à
étendre son activité et souhaite revoir l’échange de terrain
initialement prévu. Pour le reste, la famille DENIS, propriétaire
d’une partie des terrains sur lesquels doit être implantée la
future Zone d’Activité, ne semble pas consentir à une vente
dans l’immédiat.



HOTEL COMMUNAUTAIRE

Le projet d’Hôtel Communautaire, tel qu’il a été élaboré par le
cabinet d’Architectes BIENVENU et ses bureaux d’études
associés, est arrêté. Par conséquent, le terrain sur lequel il
devait se trouver est remis à nouveau disponible pour
l’implantation d’une entreprise.

Toutefois, la construction d’un nouveau siège administratif
pour les services de la CCED s’avère nécessaire. Après avoir
étudié trois options (achat des locaux loués à Eurocel,
intégration dans le bâtiment du Beffroi à Dives-sur-Mer,
construction en modulaire dans la ZAC de la Vignerie), un
nouveau projet plus sobre sera vraisemblablement réalisé sur la
parcelle plus petite jouxtant celle qui accueille le bâtiment du

                                                            26
 service technique des ordures ménagères de la CCED. Compte
 tenu des contraintes financières et de temps, la CCED penchera
 pour une construction industrialisée ou modulaire. Un cahier
 des charges est en cours de réalisation pour lancer ce marché
 début 2009.



POLE NAUTIQUE


 ECOLE DE VOILE


 Nous avons, en 2008, accueilli au Pôle
 Nautique :

 - 370 élèves en activité voile scolaire et
 classe de mer soit 1.850 embarquements
 (classes de Dives-sur-Mer, Houlgate,
 Cabourg et Bernay),
 - 45 jeunes et adultes en animation
 sportive qui pratiquent toute l’année
 (entrainements et régates départemen-
 tales/régionales) soit 765 embarque-
 ments,
 - 206 stagiaires groupe et formations
 soit 412 embarquements,
 - 537 stagiaires « été » à Dives soit
 3.222 embarquements,
 - 143 clients sur les Points Plage du Home et d’Houlgate soit 165
 embarquements.

 Au total, 1.386 personnes ont pratiqué la voile à l’Ecole de Voile
 du Pôle Nautique de l’Estuaire de la Dives en 2008 (6.839
 embarquements).

 Les recettes de l’ Ecole de Voile sont supérieures à celles de 2007
 (117.023 € en 2008 contre 106.998 € en 2007).



 PORT D’ECHOUAGE

 Les recettes du port sont sensiblement identiques même en
 légère hausse par rapport à celles de 2007(138.422 € en 2008
 contre 136.166 € en 2007).

                                                             27
Fréquentation :

-   239 mouillages,
-   51 cales et parkings.

Soit 290 usagers accueillis en 2008.
Environ 4.000 rotations de navettes portuaires.


Fonctionnement :

Un service de navettes portuaires, au départ de Dives et Cabourg,
permet l’accès des usagers à leur navire 3 heures avant et après
la pleine mer d’avril à fin novembre.

Ces navettes sont déclarées aux
Affaires Maritimes comme navires
de    charge     permettant    le
transport    de    8    passagers
maximum.

Les marins sont inscrits maritime
et disposent de tous les diplômes
requis pour le pilotage de ces
navires.

L’aménagement      futur   du   port   suscite   l’intérêt   de   nouveaux
usagers.

300 mouillages neufs sur corps morts ont été installés en 2007.




                                                                   28
STATION NAUTIQUE

 Le label « France Station Nautique »
 a été obtenu par la C.C.E.D. en
 décembre 2005.

 Par ce label, la C.C.E.D. s’engage à
 fédérer les acteurs nautiques locaux
 (voile, plongée, kite-surf, char à
 voile, ports, voile traditionnelle…),
 à    promouvoir     l’ensemble    des
 activités nautiques de son littoral, à
 organiser des manifestations (telle
 la Fête du Nautisme en mai chaque
 année) et à entrer dans la démarche qualité de France Station
 Nautique.

 La Station Nautique de l’Estuaire de la Dives réunit près de 20
 acteurs nautiques différents sur le territoire.

 La C.C.E.D. assure la coordination de la Station Nautique par
 un poste à temps non complet (environ un quart temps).

 En 2008, un nouveau Conseil de Station a été formé après les
 élections municipales. Il est composé de 6 Elus communautaires
 et de tous les acteurs nautiques locaux. Il est présidé par
 Pierre Mouraret, vice-président de la C.C.E.D.

 Les activités nautiques de la Station sont présentées dans
 chaque magazine trimestriel de la C.C.E.D. et sur le site
 internet de la Communauté de communes.

 La démarche est faite auprès des Communes pour la promotion
 de la Station dans leurs brochures touristiques et sur leurs
 sites.

 Les différentes offres nautiques locales sont aussi mises en
 ligne sur le site de France Station Nautique.

 La Fête du Nautisme a été organisée les 17 et 18 mai 2008. Son
 objectif est de faire découvrir à la population locale, grâce à
 des baptêmes gratuits, l’ensemble des activités que l’on peut
 pratiquer toute l’année sur place. Tous les acteurs ont
 participé.




                                                           29
Une journée a réuni le personnel des Offices de Tourisme de la
C.C.E.D. et des environs le 23 mai, pour une présentation
générale de la Station Nautique et une découverte de quelques
activités sur l’eau.

Le 26 juin, la Station Nautique a été présentée par un
diaporama lors de la journée organisée pour le personnel
saisonnier des Offices de Tourisme de la région.

Le directeur et le président de France Station Nautique sont
venus sur place le 5 août.

Fin 2008 a commencé la préparation d’un guide nautique,
devant sortir en avril 2009 tiré à 10.000 exemplaires,
présentant en 20 pages toutes les activités de la Station
Nautique de l’Estuaire de la Dives.




                                                         30
RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES


Le bureau d’accueil du R.A.M. se situe à Cabourg au 4, avenue
Charles de Gaulle.

FREQUENTATION DU RAM

Les Assistantes maternelles :

                                   Potentiel          En activité
AUBERVILLE                             7                   6
CABOURG                               31                  26
DIVES-SUR-MER                         45                  40
GONNEVILLE-SUR-MER                     3                   3
HOULGATE                              14                  13
VARAVILLE                              4                   4
                                     104                  92

Assistantes maternelles en activité :                     92
Assistantes maternelles inscrites au Relais :             80

Les parents :

Actuellement, il y a 140 familles inscrites au Relais :
       Recherchant une Assistante maternelle : 25
       Ayant trouvé une Assistante maternelle : 115


FONCTIONNEMENT DU RELAIS

Le Relais fonctionne avec une           répartition   des      heures
d’ouvertures entre :
    - des temps de travail
      administratif,
    - des temps d’accueil au
      public      (permanence
      téléphonique           et
      rendez-vous),
    - des temps d’activités
      pour     les      enfants
      accompagnés de leur
      Assistante     maternelle
      ou de l’un de leurs
      parents (ateliers d’éveil),
                                                                31
    -   des    temps   d’informations pour les         Assistantes
        maternelles avec ou sans les parents           employeurs
        (soirées à thèmes).

Les contacts : depuis le début de l’année 2008, le Relais a
dénombré 635 contacts : 305 de la part des parents et 330 pour
les Assistantes maternelles.

Les ateliers d’éveil : ils ont été organisés de 9 h 30 à 11 h 30 le
lundi à la halte jeux de Dives-sur-Mer, le mardi au Centre de
loisirs de Cabourg.

Les activités d’éveil proposées sur l’année sont           variées :
collage, peinture, comptines, baby gym, jeux, etc.

Un professeur de l’école de
musique de la CCCED est
intervenu une fois par mois,
les     bénévoles    de     la
Bibliothèque pour Tous de
Cabourg ont reçu le Relais une
fois par mois ainsi que la
médiathèque de Dives-sur-Mer.

914 personnes, adultes et
enfants compris, ont fréquen-
té les ateliers d’éveil et les manifestations du Relais.

Soirées à thème :

    -   Les soirées de bilan trimestriel et de réunion de
        rentrée.
    -   Les soirées thématiques : sur le thème de la santé, du
        sommeil ; formation aux premiers secours, au mois
        d’avril pour 14 Assistantes maternelles.
    -   Les soirées Briconounou, réservées aux Assistantes
        maternelles, pour se retrouver en dehors du contexte
        des ateliers d’éveil et de leur travail. En outre,
        l’objectif pédagogique est de leur proposer des
        exemples d’activité, de bricolage qu’elles pourront
        refaire chez elles avec les enfants.

Spectacle de Noël : spectacle et goûter musical accompagné
d’un musicien dans la Salle des Fêtes de Gonneville-sur-Mer




                                                               32
PETITE ENFANCE

 Jusqu’en     septembre    2008,    l’association   ABRI-COTIER
 comprenait la halte-garderie, située à Cabourg, et la halte-
 jeux, située à Dives-sur-Mer, toutes deux ouvertes aux familles
 quelle que soit la Commune de résidence.

 En raison des difficultés à gérer deux structures au
 fonctionnement et aux objectifs différents, les deux lieux se
 sont séparés fin 2008.


 HALTE GARDERIE

 Elle a pris le nom de « Vent d’éveil », reste une association,
 soutenue financièrement par
 la CAF et la CCED, avec la
 participation financière des
 familles.

 Elle accueille les enfants de 9
 mois à 6 ans, sans restriction
 géographique.

 130 enfants ont fréquenté la
 halte-garderie en 2008, soit
 109 familles adhérentes.

 En 2008, la structure a proposé des contrats de mensualisation
 dont le double objectif est de garantir une garde régulière aux
 parents et de faciliter la gestion du lieu. Ces contrats ont
 remporté un franc succès puisque 50 ont été signés par les
 familles, la moitié pour plus de 9 heures par semaine.


 HALTE JEUX

 La halte-jeux, créée en 2001, est devenue             en 2008
 indépendante de l’association l’Abri-Côtier et        s’appelle
 désormais « Espace Jeux Les Petites Marmouilles ».

 Elle accueille les enfants de 0 à 4 ans accompagnés d’un
 adulte.

 Elle est financée par la DDASS, le Conseil Général, l’UDAF et la
 CCED.


                                                            33
Les parents sont les acteurs de ce lieu de rencontre entre
adultes et d’éveil pour les petits. La majorité des familles est
d’origine modeste, parfois en grande difficulté.

Elle est située 24, rue Pierre Sémard à Dives-sur-Mer, dans le
bâtiment Salomon qui doit être démoli. Elle sera relogée dans
le bâtiment voisin.



BEBES NAGEURS


Cette activité financée par la CCED se déroule à la piscine de
Cabourg tous les samedis matin en période scolaire. Elle
accueille des enfants de 6 mois à 5 ans, accompagnés d’un ou
des deux parents, dans un espace ludique spécialement chauffé
à 32°.

En 2008, 85 familles ont été inscrites.

30 séances ont eu lieu proposant chacune trois créneaux
horaires pour répartir les classes d’âges : 6 - 18 mois ; 18 - 36
mois ; 3 - 5 ans.



BEBES LECTEURS

La Bibliothèque pour Tous de Cabourg organise, le deuxième
jeudi de chaque mois, une animation « Bébés Lecteurs ». Elle
est ouverte aux enfants de moins de trois ans, accompagnés
                              d’un adulte résidant dans la
                              Communauté de Communes.

                                 Des livres adaptés à chaque
                                 tranche d’âge sont mis à la
                                 disposition   des  petits  qui
                                 écoutent aussi les histoires
                                 racontées par les bénévoles de
                                 la Bibliothèque.



Le Relais Assistantes maternelles et         la   Halte-Garderie
participent régulièrement à ces séances.

Cette animation est soutenue financièrement par la CCED.



                                                            34
ECOLE INTERCOMMUNALE DE MUSIQUE


 L’Ecole de Musique    de   la   C.C.E.D.   a   mené   les   activités
 suivantes en 2008 :

 Janvier

 *Animation musicale pour la Cérémonie des vœux du Maire de
 Cabourg : ensemble « les Cîmes Sonnent » ;
 *Animation musicale pour la Cérémonie des vœux du Président
 de la Communauté de Communes : ensemble guitares jazz
 manouche.

 Février

 *Réunion de travail : préparation du projet pédagogique ;
 *Audition : heure musicale à Cabourg.

 Mars

 *Réunion de travail : classes de formation musicale : bilan –
 programme – suivi des élèves.

 Avril

 *Audition des classes de piano à Gonneville-sur-Mer ;
 *Audition : heure musicale à Cabourg.

 Mai

 *Cérémonie au monument à Dives-sur-Mer ;
 *Examen d’instruments.

 Juin

 *Animation musicale du spectacle de l’école de danse au
                              Conservatoire     National   de
                              région de Caen et à Cabourg ;
                              *Examens      de      formation
                              musicale et d’instruments ;
                              *Participation au spectacle de
                              l’école Colleville de Dives-sur-
                              Mer ;
                              *Fête    de   la    musique    à
                              Varaville ;

                                                                 35
*Concert de la chorale classique à Cabourg (Petite messe
Solennelle de Rossini).


Septembre

*Inscriptions ;
*Réunion de rentrée ;
*Reprise des cours.

Octobre

*Animations    musicales      pour
l’ouverture de l’espace son à la
médiathèque de Dives-sur-Mer.

Décembre

*Audition au profit du Téléthon à
Cabourg ;
*Concert de Noël à l’église de
Varaville.




                                                   36
COMMUNICATION


La mission du Service Communication de la C.C.E.D. est
d’assurer la promotion de tous les Services communautaires par
des moyens internes (magazine, site internet, affiches,
brochures…) et externes (sites internet des Communes,
bulletins municipaux, guides touristiques, communiqués de
presse, etc).

Une personne est affectée à ce Service. Son temps de travail (4
jours/semaine) est partagé entre la communication de la
C.C.E.D. et la coordination de la Station Nautique.


MAGAZINES

4 magazines trimestriels ont été réalisés en 2008, les n° 9-10-
11-12. Chaque édition présente l’activité
des différents Services et les projets de
la collectivité.


SITE INTERNET DE LA C.C.E.D.

Le   site  internet   est   mis    à  jour
régulièrement,     en     particulier   le
défilement des « Actualités de la
C.C.E.D. » en page d’accueil.

MANIFESTATIONS

La cérémonie des vœux de la C.C.E.D. a eu lieu le 25 janvier
2008 sous les Halles de Dives.

L’extension de la ZAC de la Vignerie et le chantier de l’Espace
Sportif ont été inaugurés le 25 février 2008.

Une cérémonie de remise de médailles du travail s’est déroulée
le 27 mars.

En septembre, Les Virades de l’Espoir ont bénéficié d’un appui
de la C.C.E.D. pour la diffusion des affiches format abri-bus
auprès des Communes.




                                                          37
COLLECTE DES DECHETS

Sacs déchets verts : un fléchage pour le retrait des sacs a été
mis en place aux abords de la ZAC de la Vignerie ; communi-
qués de presse et affiches en Mairies ont apporté à la
population les nouvelles informations.

Déchetterie : un dépliant sur les nouvelles conditions d’accès a
été réalisé et diffusé ; affiches et communiqués de presse ont
précisé les modalités de retrait de la nouvelle carte
déchetterie.

RELAIS ASSISTANTES MATERNELLES

Un nouveau dépliant pour faire connaître le R.A.M. a été
réalisé.

ECOLE DE MUSIQUE

Communiqués de presse, invitations, affiches et programmes
ont annoncé les auditions, les heures musicales, la Fête de la
musique et les concerts.

POLE NAUTIQUE

Deux nouveaux dépliants sur les mouillages et sur l’Ecole de
Voile.

Les activités à l’année de l’Ecole de Voile et les stages en
période de vacances sont annoncés par voie de presse, affiches
et sur différents sites internet.

ASSAINISSEMENT

Une brochure de 12 pages a informé du règlement du SPANC.
Environ 500 logements sont concernés.

Les chantiers de la station d’épuration et du bassin-tampon ont
été régulièrement suivis en photos.

URBANISME

L’évolution de la construction de l’espace sportif a été
régulièrement suivie par des articles et des prises de vues
photographiques.




                                                           38
 TOPOGUIDE DE RANDONNÉE

 En 2008, le balisage des chemins du topoguide a été refait et
 l’entretien annuel des circuits effectué (débroussaillage et
 taille).




AIRE D’ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

 L’aire d’accueil permanente des gens du voyage, située 15,
 ruette du Gaillon à Dives-sur-Mer, a été ouverte en février
 2008. Les travaux d’aménagement ont été réalisés par la
 C.C.E.D. afin de respecter le schéma départemental faisant
 suite à la loi de juillet 2000.

 Cette aire comprend 10 emplacements de 2 caravanes, soit 20
 caravanes.

 Ce lieu accueille les Gens du voyage avec leurs caravanes, en
 fonction des places vacantes, et met à leur disposition eau et
 électricité à régler chaque semaine.

 Sur l’aire d’accueil de Dives-sur-Mer, une gardienne, logée sur
 place, est présente afin de gérer l’affluence et assurer
 l’entretien des locaux. Cependant, une part importante de sa
 mission consiste à renseigner, informer, orienter, conseiller
 afin de créer des liens sociaux et des relations harmonieuses
 sur l’aire d’accueil.

 Le bilan de cette première année d’ouverture est plutôt
 concluant puisque l’aire d’accueil a pratiquement toujours été
 occupée en totalité.

 Bilan annuel :
      Nbre de famille :    84,
      Nbre d’enfants :     38,
      Durée du séjour :    entre 2 semaines à 6 mois.

                                 Les enfants sont dans les jours
                                 suivant leur arrivée inscrits à
                                 l’école ainsi qu’à la cantine
                                 par les familles elles-mêmes.

                                 Depuis le mois d’octobre 2008,
                                 le   bus   des   Chemins     de
                                 Traverse,           association

                                                           39
départementale dont le rôle est d’aider les Gens du voyage
dans les démarches administratives, tient une permanence sur
l’aire d’accueil un jour par mois.

Au niveau départemental, l’aire d’accueil permanente de la
C.C.E.D. jouit d’une très bonne réputation, tant au niveau de
sa fréquentation qu’au niveau de la qualité des installations et
des services proposés. La présence d’une gardienne logée sur
place fait qu’aucune détérioration majeure n’a été à déplorer
en 2008 contrairement à d’autres aires d’accueil dans la région
qui ferment plusieurs fois par an pour travaux.




                                                           40
M on s ie ur C ES SE L IN : « C ’e s t vra i q ue ce n ’ es t pa s tr ès in t ér e ss a nt ce c om p te
rendu qui a lieu un an après la fin de l’exe r c i ce e n que st i o n ; ce l a s er a i t p l u s
i n t ér e ss an t s i l ’ o n pou v a i t dé b att r e a u pr em ie r tr ime st r e d e l ’a nn ée n + 1 p a r
r a ppor t au rappor t. Cela dit, cet exercice p r é se nt e d e u x a va nta g es : d é jà c e la
nous permet d’entendr e un texte d’une qualité littéraire qui fait concurrence à
M ar c e l Pr ous t e t p u is , d e u x ièm eme n t , ce la per met d’avoir un débat génér al sur
l a Com m un a u té de C om m un es. C ’e s t u n p e u l ’o cc as i o n an n uel l em en t d ’a vo i r
un dé bat au delà de s donn ée s d e l ’ a nné e pré cé d en te qui s on t m a in t en an t b ien
a n c ien ne s . D e plus , com pte t e nu du mo de d’ é le c t ion a u Co n se il
c om m un a uta i r e , l ’ oppo s i t io n n ’es t p a s r e pr ése n tée ; c ’ es t l a se u l e m e s ur e
p o s i t iv e à n o t r e s e n s d u p r é - p r o j e t d e Loi de réforme terr ito r i a le . I l e s t pré v u
dans le texte actuellement que, dè s le p r o ch a in s cr ut i n m un i c i pa l , l e s
Conseillers communautair es s e r a i e n t é ga l e m e n t dé s i gn é s à l a p r o po r t i o n n e lle
s u i va n t u n m o d e de s cr u t in q u i r es t e en co r e à d ét er m ine r pr éc i séme n t .

C a bo ur g po ur T o us a q u e l q ue s r em ar q ue s à pr és en te r . T o u t d’ a bo r d, s ’a g iss a nt
du gymnase, c’est un équipem ent qui a pr i s du r e tar d, qu i a e u des m a l f a ç on s ;
j e p e ns e q u e c ’e s t l e c o n tr e -e x em p le de gestio n de constr uc tion d’un
é qu i pem en t publ i c ; j e cr o is que l e r et ar d va at t e in dr e de u x an s e t dem i par
r a p po r t a u p r o je t in it i a l . C e r t e s i l y a eu une négo ciation de laquelle la
C omm un a ut é de Comm un es se s or t positivement puisque les conditio ns
fin an c ièr es de la né go c iation son t po s itiv es ma is c ’e s t la mo in dre de s c ho se s e t
quelque par t cela devr ait être la r ègle générale quand il y a des erreur s de
b u r e a ux d ’é t u de s e t d’ A r c h i te ct es. J e m e r é fè r e a u ss i à c e q u i nou s a co nc er né
à C ab o ur g a ve c l a H a l l e d u M ar ch é e t le s d é p as seme n ts d e c oû t s , je ne s a is
p a s d ’ a i l l e u r s c e qu’ il e n a é t é , s i l a ga r a n t ie d é c e n n a le po urr a jo ue r , p a r
r a p por t a ux er r e urs c om m i ses n o tam m en t p a r le s A r ch i te c tes . C e la ser a i t
in tére ss an t que l’o n a it de s nouv e lle s à ce s ujet là . Je cr o is que le n om de
D a v i d D OUI L L ET a é t é p r é em p té p a r l a C om m un e de Do z u lé po ur u n g ym na se .
E n ce qui co n cer ne celui de D ives , o n po urra l’appe ler GODOT pe ut être par ce
q u ’ o n l ’ a t e l l em en t a t te n d u . De u x ièm e po i n t , s ’a g is s an t du ve s t ia ir e e t d e s
d o u ch es de l ’ E co le d e v o i le , c ’e s t vra i q ue c e s on t d e s é qu i p em e n ts vé t us t es
pour ne pas em ployer des mots plus durs, aussi bien pour le s usagers que pour
le pers on ne l ; ce n ’ est pa s de s co n ditio ns de tr av a il agré a ble s. Vo us n o us av ez
par lé de l’été 2008 , l’été 2009 il en était de m ême. Ce serait intéressant de
s a vo ir s’ i l y a u n pro j e t a u n iv ea u de l a C om m un aut é de Com m un es po ur
mettre ces équipements à des norm es plus c or r e c te s, p l u s adaptées pour un
équipement accueillant du public ».

M on s ie ur P O R C Q : « J e v o us r a ssur e : o u i, i l y a u n p r oje t a vec d es s u b ve nt i on s
du Conseil Général ».

M on s ie ur C ES SE L IN : « E n ce q u i c on cerne le personnel du r amassage des
o r dur es m én a gèr es , i l y a u n acc or d d ’ an nua l i sa t i on q u i a é té p a ss é m a i s e n
t h éor i e c et a c cor d ava i t en co n tr epar t ie des h ora ir es r ég u l i ers . O r , i l a ppa ra î t
q u e le s a ge n ts s on t so um i s à des hor a ire s a l éa t o ire s , d é ca l és , trè s t ô t l e m a t i n .
C e u x q u i o n t tra va i l lé d e n u i t o u en hor a i r e s déc a lé s s av en t c om b ie n c ’e s t
d i f f i c i l e d e s ’ ada p ter . N or m a leme n t l ’ an n ua l i s a t i o n do i t a v o ir une contrepa rtie
q u i e s t l e f a i t q ue l e s h o r a ir e s s o ie n t re la t i vem en t r ég u l i ers sur to u t s ur de s
e f fe c t i fs ass ez im p or ta n ts com m e ce u x du Service des or dur es ménagères. J e
pense que cela serait poss i b l e d e r é f lé c h i r à d e s h o r a ire s de t r a v a i l p l u s
c or r ec t s v is - à- v is d es s a lar i és . A c et é g ard j e pe ns e q u e le c ha n gem en t d e
m a na g em en t a dm in i st r a t i f q u i se pr o f i le à l a CC ED s er a p l u s p r o p ice à l a
r en a is sa nce d ’ un d ia lo g ue so c ia l q u i a f ait beaucoup défaut de puis la création
de la CCED ».

Monsie ur P O RC Q : « Le d i a lo gue so c ia l pa sse d’abor d par l e CT P » .

                                                                                                            41
    M on s ie ur C ES SE L IN : « O u i , m ai s v ou s le s a vez b i en, i l p a ss e é g a leme n t a u
    quotidie n par le m anagement de contact qui doit êtr e pr éoccupé du dialogue
    q u o t i d ie n av ec l e s agen t s . S ’ agi s sa n t d u s i te d e s or d ur e s m én ag èr es à P ér ier s,
    i l y a e u un é qu i p e m e n t m a l c o n ç u , u n e bal an ce sur l e q ua i de t r a ns f er t, i l y a
    e nv i r o n 2 m o i s , à l a f o i s tro p ha u te , sur la q u e l le i l n ’ y av a it pa s de r am b a r de
    q u i o b l i g ea i t l e s con d u c te urs à f a ir e de s m an œ uv r e s sur la r ou t e trè s
    pa ss a gèr e ; il a fa llu, que lques jo ur s a prè s l’am énageme n t de cette ba la nc e, la
    dé tr uir e pour en co n str uir e un e autre ; ce la s er a it in té re ss an t que l’o n a it de s
    i n f orm at i on s s ur le s ur co û t g é nér é par c et t e e rr eu r. P ar ra ppor t à la
    s ec t or is a t ion d u r am a s sa ge d es or d ur es m én ag èr e s , q u i es t en co r e f a i t
    C om m un e p a r C om m u n e, a us s i p r o por t i onn e l lem en t à l a par t com m u na l e d e la
    t a xe d ’ ha b it a t i on , i l se r a i t in té r es s an t de r ev en i r s ur ce s ys tè m e d e f aç on à c e
    q u e d e s h a b i t a n t s e t c i t o y e n s de l a C omm unauté de Com munes qui habitent à
    q u e l q ue s m a i s on s les u ns d es a u tr es a ie nt l e m êm e s er v ic e de r am a ss age d e s
    o r dur es m én a gèr es , m a i s b ien é vi d emm en t c ’ es t u n a cc or d à trouv er en tr e l e s
    d i f f ér en ts e x éc u t i fs de s s i x C om m un es de no tre Com m u na u té . Les b ass i ns
    t am p on s , no u s s av on s q u e ce son t d es é qu i p em en t s c oû t e u x, m a i s o n sa i t aus s i
    que, par rappor t à l’exigenc e d’ un tr a iteme n t c on f orme aux norm es actuelles,
    c e s on t d es ch os es auj o ur d ’ hui i n co nt o ur n a b le s p ou r u ne s t at i o n b a ln éa i r e
    comme Cabour g, qui doit r ester au niveau où elle est aujo ur d’hui. Cela dit, il
    s er a it i n tér e ss an t q ue v o us no us d o nn i ez de s in f or m at i o ns s ur la co ns tr u ctio n
    d u b as s i n tam p on d e C a bo ur g qui m a n if es tem en t v a né ce ss i te r de s t r a va u x d e
    g r a n de amp l e ur , n o tam m e n t a u n i ve au de l ’ E g l is e de Ca bo ur g, r is q ua n t d e
    n e ut r a l i ser l a c i r c u la t io n s ur l a r o u te d e Cae n à D i ve s . I l s e r a i t i nt ér es sa n t que
    l e C o n s e i l M u n ic i p a l p u i s s e a v o ir u n e i nformation et surtout les r iverains par
    r a p por t aux p ér i o de s s u r le s que l l es , s i vou s l e co nf irm ez , le s tr av au x a ur o n t
    l i e u . J e pe n s e q ue c e la p e ut a p p o r te r de gr os se s n u i sa nc es e n ter m es d e
    circulation pour le s riverains. Je pens e qu’une information d o i t l e ur ê t r e
    do nn ée . Je v ou s remer c ie de pou v o ir n ou s a ppor ter les r é po nse s pré c is es , so i t
    c e so ir , so i t é v idem m e n t da ns l e s C om m i ss i on s ult ér i e ur e s o u l or s de s
    prochains Conseils Municipa ux ».

    M on s ie ur PORC Q : « J e vo ula is v o us in diquer que je n e s uis que C on se ille r
    c om m un a uta i r e . J e n ’a i p as f or cém en t a ccè s à to u tes l es r é pon se s q ue vo u s
    d e m an d e z m a i s M on s ie ur l e M a ir e pe ut , peut-être, vous donner deux ou trois
    r épon se s » .

    M on s ie ur l e M a ire : « T o ut e s c e s r é p on se s vo n t ê tr e a p p or té e s d an s le s
    semaines ou mois à venir par la Comm unauté de Comm unes ».




En application de l’article L 5211-39 du Code Général des Collectivités
Territoriales, le Président de l’Etablissement Public de Coopération
Intercommunale adresse en Mairie de chaque Commune membre un
rapport retraçant l’activité de l’établissement.
Ce rapport fait l’objet d’une communication par le Maire au Conseil
Municipal en séance publique au cours de laquelle les délégués de la
Commune sont entendus.

Le Président remet aux Conseillers Municipaux copie du rapport qu’il a
reçu.



                                                                                                                    42
       Le Conseil Municipal entend les délégués de la Commune à la
       Communauté de Communes et prend note de la communication du
       rapport retraçant l’activité de l’Etablissement Public de Coopération
       Intercommunale.



               Octroi d’une subvention pour participation aux frais de formation.


              M on s ie ur D E L ANOE pré se n te la dé libér a t io n s uiv an te : « A c haque f o is qu’ un
              je une C a bo ur gea is s’in sc r it dan s un e formation un peu particulière qui
              n éc es s i te l ’i n s cr i p t io n d a n s u n é t a b l is sem e n t, l a V i l le so u t ie n t f i n an c ièr e m e nt
              l’inscript ion de ce jeun e si la dem a n de e s t f a i t e p ar la famille ».


       Pour à l’unanimité


Monsieur Le Maire expose au Conseil Municipal qu’il a reçu une demande de
subvention de la part de la Maison Familiale de Vimoutiers. Joris ROCHER,
domicilié sur la Commune de Cabourg, est scolarisé dans cet établissement
pour y suivre une formation dans le domaine hippique.

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu la demande de l’établissement,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en
date du 16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

Octroie une subvention de 100 euros pour participation aux frais de formation
de l'élève.



               Autorisation de défendre à l’action.


              M on s ie ur le Ma ir e pré se n te la dé libéra t io n s u i v a n t e : « J e v o u s r a p p e l l e q ue j ’ a i
              é t é am ené à p r e n dre c e t é té , à la d em an de d e M on s ieu r l e Pr é fe t, c om p te t en u
              d’un rappor t accablant de la Com m ission d e S é c ur i té con ce r n an t la séc ur i t é
              dans cet établissement, un arrêté de fer m e t ur e d’ un h ô t e l à C a bo ur g . C e la
              n’empê che pas bien sûr la propriétaire d’attaquer la Ville s ur c e t a r r ê t é . C e t
              h ô te l es t e nc or e f er m é p u i s q ue l es tr ava u x i n d is pe ns a b le s d e m i se e n
              c o nf orm ité n ’ on t pa s f a it l’o bjet d’ une n ouv e lle dema n de de pa s sa ge de la
              Commission, seule habilitée à permettre de lever ce tte mesure ».




                                                                                                                                 43
       Pour à l’unanimité


Monsieur Le Maire informe le Conseil Municipal d’une requête présentée par la SARL
« L’Hôtellerie de l’Oie qui fume », représentée par Madame Teeraya Blais, enregistrée
le 7 octobre 2009 au Tribunal Administratif de Caen demandant :

 « Annuler l’arrêté en date du 8 août 2009 par lequel le Maire de Cabourg a
prononcé la fermeture de l’établissement dénommé « L’Oie qui fume »,

Condamner la Commune de Cabourg à verser à l’exposante la somme de 1.500,00
euros en application des dispositions de l’article L 761-1 du Code de Justice
Administrative ».

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

Prend acte de l’information de Monsieur le Maire et confirme en tant que de besoin la
délégation qui lui a été accordée par délibération du 28 mars 2008 en matière
d’actions en justice et notamment, au cas d’espèce, faire assurer la défense de la Ville
suite au recours formé par la SARL « L’Oie qui Fume ».



             Compte rendu du Maire sur les décisions prises en application de la
              délégation qui lui a été consentie.




Monsieur le Maire rappelle que, par délibération du 25 mars 2008, le Conseil
Municipal lui a donné délégation pour prendre des décisions dans les domaines de
compétences visés par l’article L 2122-22 du Code Général des Collectivités
Territoriales.

Monsieur le Maire rend compte au Conseil Municipal des décisions suivantes :

              -   Signature d’un devis de Monsieur Andy Paice, traducteur
                  indépendant, concernant la traduction du site Internet de la Ville du
                  français vers l’anglais pour un montant total de 627 euros TTC.
              -   Cession d’un ordinateur Optilex à Monsieur Jacky Rault au prix de
                  80 euros.




                                                                             44
               -    Signature d’une convention avec la Ville de Trouville décidant de la
                    prise en charge par moitié pour chaque commune des frais de
                    transport de Monsieur Carter à l’occasion du 3 è m e Balbec Normand
                    de Marcel Proust pour un montant de 617 euros.



              Tarifs pour un déplacement du Centre de Loisirs.


             Monsie ur DELANOE présente la dé libération suivante : « Au mois de juillet, une
             d é l i b éra t i on a va i t dé j à é té p as sé e c on cer nant ce pr ojet qui consistait à fixer
             d e s t ar i fs p o ur un e a c t iv i t é org a n is ée par la s tr u c tu r e « P l anè t e j eu ne s » a u
             n i ve a u d u C en tr e de lo i s ir s . D onc , ce t te f o is , i l s ’a g i t d e s tar i f s r em i s à j o ur p a r
             r a p por t a ux a ct i v i té s o r g an i sé es p o ur b a is se r ce co ût de r ev ien t pa r fam ille ».




      Pour à l’unanimité



Vu la délibération en date du 24 juillet 2009 créant un tarif spécifique pour « Planète
Jeunes »,

Considérant qu’il y a lieu de la modifier suite aux opérations menées par les jeunes
inscrits à Planète Jeunes afin de diminuer le coût de leur séjour à Paris qui a eu lieu
du 4 au 7 août 2009,

Le coût du séjour demandé aux familles est rapporté à 100 euros par jeunes, à
l’exception des jeunes n’ayant pas participé aux diverses actions d’autofinancement ;
le coût pour ces familles est de 117 euros.

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,
Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009.

Le Conseil Municipal décide :

- de créer deux tarifs spécifiques pour ce séjour : 100 euros et 117 euros applicables
dans les conditions ci-dessus exposées.



              Subvention ARIM.

             M on s ie ur P O RC Q pré se n te la d é l i b éra tio n s u i va n te : « A va nt d e l ir e l a
             délibération, je voudrais vous dire qu’à la Commission des F i nan ce s u n e sp r it
             t a q u i n m ’a va i t dem a n dé ce que vo u la i t d i r e P A CT A RI M . J e n ’a i pa s p u
             r épondre. Alors que je donne des subv entions , je ne sa va is plus c e que vo ula it
             dir e le s a br év i at i on s P A CT A R IM. Je m e s u is don c r ens e i gn é e t PACT ve u t dir e :
             Protection et Amélioration Contre les Taudis du Calvados e t A R IM : Association
                                                                                                                             45
              de Restauration Immobilière des Pays Normands . Ce so n t de ux As s oc iation s qui
              é t a ie nt l ié es au dé p ar t ; e l l es n e l e so n t p lu s ; e l le s so n t sé p ar ée s m a in t ena n t,
              d i f f ér en te s , s a uf q u ’e lle s o nt l e m êm e s iè ge so c ia l a u 8 , b o u leva r d W e ygan d à
              C ae n . Do nc on fa it to ujo urs le pa ra llè le entr e le PACT et l’ARIM . Je po urr a is
              v o us p ar ler a u ss i de s c l és d u P a ys N or m a nd puisqu’ils sont logés dans le même
              immeuble mais ce n’est pa s l’obje t de la c o n v e n t io n que j ’avais signée en 2003
              a ve c l ’A R IM e t no n pa s a ve c P AC T na t ur e l lem en t » .




       Pour à l’unanimité


Le Conseil Municipal,

VU le Code Général des Collectivités Territoriales,

VU la délibération en date du 28 février 2003, modifiée,

VU l'avis favorable de la Commission des Finances et de l’Administration Générale en
date du 16 octobre 2009,

VU l'avis favorable de la Commission Urbanisme, Environnement et Cadre de Vie du 16
octobre 2009,

DECIDE l'octroi de subventions de :

-   1.500 euros à Madame GOUBARD-JACOB Corinne pour une aide à la « pierre
    façade » sur des travaux à réaliser 8, rue du Port à Cabourg.
-   400 euros à Monsieur et Madame PERRAUDIN pour une aide à la pierre « éléments
    divers » sur des travaux à réaliser 26, avenue de la Paix à Cabourg.



               Approbation de la modification n°1 du Plan Local d’Urbanisme.


              M on s ie ur le Ma ire : « C et t e dé libé ra t io n se ra pr és ent é e a u pr oc h a in Co ns e il
              M u n ic i p a l ».




               Tarifs animations de Noël.


              Monsie ur SOURBE pr ésente la délibératio n s u i va n te : « I l s ’agi t d e f i xer le s
              tar ifs d’une par t des em placements de droit d’occupa tion du dom a ine public
              p o ur l es ch a le t s qui c on s t i tuero n t le v i l la g e d e No ë l , qui se r a r e cr éé c e tte
              a n née da n s l e s J ar d i ns d u Ca s in o, e t d’ a ut r e p ar t de l ’en tr ée a u v i lla g e d e je ux
              qui ser a r éa l i s é d a ns le s J a r din s de l’Hôtel de Ville ».




                                                                                                                        46
           M on s ie ur M OINAUX : « J e so uha ite juste ra ppe ler que la c ommun ica tion a é té
           fa ite s ur ce t év ènement là , m a is é ga lem ent s ur la ta ille e t la bea uté du s apin
           d e p l u s d e 1 5 m è t r e s e t j e v o u dr a i s a t t ir er l ’ a t te n t io n d e s or ga n is a te ur s et d e l a
           M u n ic i p a l i té p ou r q ue ce s a p in a i t un a tt r a i t de co l or at i on e t d ’é c la ira g e
           s u sc e p t i b le d e f a ire ve n ir le s p er so nn es e t n o n p as c om m e l ’a nné e d er n i èr e o ù
           c ’ é ta i t t r is to u n e t » .

           M on s ie ur SOU R BE : « I l y a e u d e s en ga gem en t s de p r i s s ur la q u a l i té d e s
           d é cor s . L ’a n née der n i èr e no u s a v io ns m i s à d is p os i t i on gr aci e u seme n t l e
           dom a in e public . C e tte an née on es t pa ssé à 40 e uro s e t l’on e s pèr e que le s
           dé cor a t io ns ser on t super bes » .

           M on s ie ur D E L AN OE : « S ac ha n t q u ’ i l s on t f a i t a p pe l à u ne s ocié t é s p éc i al i s ée
           po ur la déc or ation de c e sa pin, on pe ns e que ce la de vra it ê tre m ie ux. L’a n
           der n ie r, pour la prem iè re an né e, c ’e s t no us qui a v io ns a ss uré la dé cor a t io n d u
           s a p i n, c ’ét a i t u n p e u ar t i sa na l ; ce tt e a nné e c e d ev r a i t ê tr e p l u s
           p r of es s io nne l » .

           M on s ie ur SOU R BE : « O n p eu t aus s i pré c ise r q u e, p ou r l ’ in s ta nt, i l d e vra i t y
           a vo i r 1 2 cha l e ts do n t 9 s on t a t tr ibu é s à de s C a bo ur g eais » .

           M on s ie ur M O I NA U X : « I l fa u t r a p pe ler en tr e a u tre s q u e l’ an i m a t i on de f in
           d ’ a nn ée pa r u n M ar c hé d e No ë l q ue de nom br e us es v i l le s o r g an i se n t ou
           parrainent par un e voie pr iv ée, il est im portant que cette voie pr iv ée soit
           e nc a dré e po ur q ue ces ch a le t s so i en t at tr ac t i f s e t r e pr ése n te nt de s M ar c hé s d e
           N o ë l e t non p as un m a r c hé s u p pl ém en t a ir e h a b i t ue l » .

           Monsie ur SOURBE : « Je vous lis la liste des attributions par chalet qui
           c o nce r ne b i e n l e c a dre d ’ u n M ar c hé d e N oë l : v in c ha u d , crê p es , s au c i ss ons,
           n o u ga t , j ou e ts , no uno ur s , f o ie g r a s , c hamp a g ne , ar ts d e l a tab l e et pr odu i t s
           Hollandais ».




       Pour à l’unanimité

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l'avis de la Commission des Finances et de l'Administration Générale en date du 16
octobre 2009,

Dans le cadre des festivités de Noël, la Ville de Cabourg accueille, dans les
Jardins du Casino, un Marché de Noël, le week-end du 12 et 13 décembre
2009 et tous les jours du 19 décembre 2009 au 3 janvier 2010.

Considérant la nécessité de louer des emplacements, il est proposé d’appliquer
pour cette période un tarif forfaitaire par chalet de 40 euros.

La Ville organise également pour ces festivités un village de jeux dans les
Jardins de l’Hôtel de Ville, du 26 décembre 2009 au 3 janvier 2010. L’entrée
du village est de 3 euros pour les enfants et de 1 euro pour chaque
accompagnant.


                                                                                                                              47
Le Conseil Municipal

DECIDE

- d'appliquer ces tarifs.


               Octroi d’une subvention à l’association « Découvrir l’Humanité »


              M a dam e LE G UE DO IS p r é se n te l a d é l i bér at i o n s u i va nt e : « N o us a vo n s d eu x
              C a bo ur geais , Mo ns ie ur H ube rt DAN e t M a dam e J ac que line GOUT , qui pa rte n t
              le 6 dé cembre 2009 faire le tour du m onde durant 2.000 jours dans 60 pa ys
              d a n s u n b u t h um an i t a i r e , c u lt ure l e t p é dag o g i q ue . C e s d e u x p e r so n n e s o n t
              d e m an d é dif f é r e n ts pa r t e n ar ia t s : l e C on seil Général, le Conseil Régional, Go
              V o ya ge s , un e im pr imer i e, d i f fé r en t es e n tre pr i se s. I l s on t a us s i p r is d es co n tac t s
              a ve c d i ff ére n ts j ou r na u x : O u es t F r a nce , P a ys d ’ Aug e , L i b er t é , L’ Ev e i l d e
              Lisie ux , F r a n c e B leu po ur l a r adio e t i l s o n t fa it un par te nar ia t av ec diffé ren tes
              E co l es , don t un e E cole de Ca bo ur g . I ls fe r o nt de s r en de z -v ous u ne fo i s p ar
              m o i s v i a i nt er ne t av ec l e s E co l es e n q u es t io n . J e vo us d o nn e l ec t ur e de l eu r s
              motivations : « Le but de ce pér iple et de la dé co uvert e e n dir ect de l’ a utr e e t
              d e l ’ a i l le ur s , po ur bo n nom br e d ’ e n tre no u s , dé co ule e nc or e b e a uc ou p d e
              m é f i a n c e , d ’ i d é e s pr é c o n ç ue s à l ’ é ga r d de ces autres et de ces ailleur s. Il nous
              f a u t é lar g ir n otr e hor i zo n , v o ir l ’ H um an i té c omme s o ur ce d’en r ic h is seme n t.
              C e tt e av ent u r e h um a in e co n tr i buer a à é l ev er l e n iv ea u d e co nn a i ss an ces , d e
              conscience et de sociabilité de tous, pe tits et gr ands ». L’idée est donc d’aider
              des enfants dans diffé r e n t s v i l l a g e s pui s q ue 6 0 p a ys v e u le n t d ir e 6 0 v i l la ge s
              p a r t i c u l ièr em e n t e t i ls a i der on t l e s E co l es p ar de s f o ur n i tur es s co la i r e s, de
              s a nt é, de n o urr i t ur e q u i se r o nt a c he té s che z des vende ur s lo cau x . V o i là l ’i d é e
              d e c e c o u pl e q u i n o us d e m an de u n e a i de ; l ’ a i d e q ue l ’ o n a ima g i né d e le ur
              appor ter est une subvention afin qu’ils puissent acquér ir du matér iel
              informatique et ph otographique qui es t indispensable pour leur pé r iple ».

              M on s ie ur LAN G LOIS : « J ’a dm e ts q u e ce s br av es ge ns v e u le n t fai r e un vo ya g e
              h um an i t a ire e t je l es c om pr en d s. L a s ub ve n tio n q u e l ’on no us propo se de v ot er
              c’est 2 .734,98 €. C e la p e u t p a r a î tr e u n peu c u r ie u x d e v o ter de s s u bve n t io n s
              a u c entim e d’e uro prêt. C’es t une chose que l’on ne fait jamais. Pour ma pa rt,
              j ’ a ur a is pré f érer q ue n o us , V i l le d e Ca b o ur g , n o us ac he t i on s du m a té r ie l q u e ,
              p a r c on vent i o n , n ou s m e t t io n s à d i s p os i t i on d e c es de u x per so nn es en co nt r e
              p a r t i e d’ u n é ch an ge av ec l es E cole s » .

              M on s ie ur le M a ire : C’ e s t exac t eme n t ce qui est fait. En fait il s’agit de matériel
              ( or d i na te ur , a p p ar e i l p h o to n um é r i que) q ue l a So c ié té A p p l e con se n t à n ou s
              vendre da ns des conditions exceptionnelles puisque c’est au tar if univer sitair e.
              D e p l u s, l e D i r e c te ur d ’ Apple Basse Norm andie ne prend aucun bénéfice. C’est
              p o ur ce l a q u e l a s om m e en q u es t i on v ou s e s t pro p osé e a u ce n t ime p r è s. En f i n
              l e s tr o is d i s q u es d ur s e x te r ne s son t o f fer t s pa r A p p le F r a n ce . No u s n e d on non s
              p a s un cen t im e de p l u s . Ce t te s u b ve n t ion se r a ver s ée , s i v ou s l a v o tez , à
              l ’ A s so c ia t i on « Dé co uvr ir l ’H um a nit é » q u i ent o ur e ce s de u x C a bo urg e a is » .

              M on s ie ur LANG LOIS : « Je com pr en ds qu’ ils vont l’acheter mais je reste sur ma
              p o s i t io n : j’ a ur a is pr éf ér é q u e ce s o i t l a V i l le q u i s o i t p r o pr ié ta i r e d u m a tér i e l ,
              q u e la V i l le a ch èt e le m a t ér ie l et le mettre à disposition ».

              M on s ie ur le M a ir e : « P ou r quo i p a s , c ’e s t un e t r è s b onn e r em ar q ue » .



                                                                                                                                  48
           M on s ie ur LANG LOIS : « Je me tour ne ve rs Alain LE GALL : on pourr a récupérer
           la TVA ? ».

           M on s ie ur le M a ire : « Trè s bien . Je              v ous pr o po se don c de m o dif ier la f in de
           c e tt e dé l i bé r a t io n : « … Dé c i de que       l a V i l le a ch è ter a l e m a tér ie l p r é c i té : u n
           o r d in at e ur p o r ta b le , t r o is d i squ e s     d urs et un appareil photo num érique,
           m a t ér ie l que la V i l le m e t tr a à              d i s po s i t io n de l ’ As s oc i at i on « Dé co u vr ir
           l ’ H um a n i té » p e n d an t 2 .0 0 0 jo urs » .




       Pour : 18

       Abstentions : 9 : Mesdames GUYON, SICARD, BALDANZA, LEPENNETIER,
       Messieurs LE GENDRE, MERCIER, MOINAUX, GILLES, CESSELIN.



Monsieur Le Maire indique que Monsieur Hubert DAN et Madame Jacqueline GOUT,
Cabourgeais, ont le projet de partir 2.000 jours dans 60 pays dans un but
humanitaire, culturel et pédagogique.

Ils ont sensibilisé des Ecoles primaires avec lesquelles ils resteront en contact via leur
site www.découvrirlhumanité.fr.

Il est proposé d’aider à la réalisation de ce projet en versant une subvention en
matériel de 2.734,98 euros à l’Association « Découvrir l’Humanité », en acquérant
une partie du matériel informatique et photographique nécessaire à ce périple.

Vu le Code Général des Collectivités Territoriales,

Vu l’avis de la Commission de l’Administration Générale et des Finances en date du
16 octobre 2009,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,

Décide d’acheter du matériel à hauteur de 2.734,98 euros et de le mettre à
disposition de l’Association « Découvrir l’Humanité » durant 2.000 jours.




       Monsieur le Maire : « L’ordre du jour est épuisé, avez-vous des questions ? ».




                                                                                                                        49
Questions diverses


Monsie ur LE GENDRE : « J’ai été sollicit é, M o n s ie ur le M a ire , p a r d e s C a bo urg e a is e s
e t d es Cab o ur g ea i s p o ur v ou s r em e tt r e un e pé t i t io n c o nc ern ant l ’ ar r ê té que vo u s
a ve z pr i s p o ur l a p la g e in t er d is a nt l es c he va u x s ur l a p l a ge . J e s a is , vou s a l le z
p o u vo ir m e p a r ler d ’Eur o p e , m a is ce t ar r ê té q u e vo us a ve z pr i s et a ve z la po s s i b i l it é
d e l e p r e nd r e e n vo tre âm e e t co n sc ie nc e a é té p r i s sa n s c on ce r ta t i on a u cun e . C’ es t
ce que déplorent les pr ofessionnels du ch ev a l p u isq u e l ’ ét é C a bo ur g de v ie n t la
c a p i ta l e d u t r o t p u i s que V i nc en ne s es t fer m é e t i ls v ou s dem an de n t d e r eve n ir s ur
votre dé cision po ur qu’en 2010 ils aient à nouv eau la possibilité de galoper ou de
t r o t te r s ur l a p l a ge d e C a bo ur g e n t ou t e s éc ur i t é a ux h or a ire s e t à m ar ée b a sse
c om m e c ’é ta i t ac cor d é j u s q u ’à pré se n t » .

M on s ie ur le Ma ir e : « A v otr e r em a r qu e i l y a u ne r ép o ns e é v i de n te : je vo u s fer a i
parvenir , da ns le nombre d’exemplaires que v o us vo u dr ez , le s pho t os pr i se s p ar les
C.R.S. M.N. S. à 19 h 30 le 19 août 2009 je crois. Vous verrez si, en votre âme et
c o ns c ien ce p o ur r e pre n dre v o s te r m es , v o us n’ a ur ie z p a s du tem p s où vo us a v ie z l a
r e s po n s a b i lit é d e l a s é c u r it é de c e t t e V i l l e pr is l’arrêté en que s t io n . A C a bo ur g n o u s
s om m e s ava n t t ou t p r é oc c u pé s pa r un e ch os e : la s écur i té . I l e st h o r s d e que st i o n
que durant l es m o i s d e j u i l l et et a oû t, alors qu’il y a encore des dizaines de
bam bins, de papas, de m amans, de grand s - p are nt s q u i s o nt à 1 9 he ure s 3 0 e n
b a ss e m er p r è s de l’ e au , i l est h or s d e question qu’il y ait des gens parfois
i n c o m pé t e n t s q u i ga l o p e n t a u milieu d’eux. Les chevaux, et tout le monde le sait,
sont le s bienvenus sur la plage de Cabour g les autre s mo is tan t que l’ Euro pe le
voudra bien. J’ai d’ailleur s à ce propos fa i t c e q u e j ’ a v a is pro m i s : j ’ a i d e m a n dé
a u x Par l eme n ta ir es d e vo i r s i c e pr o b lèm e p o uv a it ê tr e é v ité , c ’e st -à -d i r e qu’ en
2012 ou 2013 , l’accès des plages soit, pa r dé cision de l’Europe, totalement et
e n tièr ement inter dit aux c he va ux c omme po ur les chiens main tenant. Je le répè te,
nous sommes très heur eux d’accueillir les chevaux et le s cavaliers dix mois sur
do u ze . M ai s i l e s t h or s de que st i o n de r ev en ir sur ce t arrê t é. Ce se ra i t de
l ’ i n co ns c ie n ce . P ar c on tr e n ou s av o ns r e nc on tr é Mo n s ie ur J os e ph L ET O RE Y , M a ire d e
V ar a v i l le , n o tre Com m un e s œu r à l ’ oues t d e Ca b ou r g , q u i a un e fré q ue nt a t i on sur
s a p la ge b ie n m o i n dre q u e la n ô tr e. I l n o us a pr éc i sé que c e tt e a nn ée e nc or e, e t je
p e ns e l ’a nn ée pr oc ha i ne a us s i , i l p e r m e t tr a l ’a ccè s d e s c he va ux s ur l a p la g e du
H o m e s a u f d i s p o s it i on e ur o p éen ne co n tr ai r e. N ou s n o to ns u ne f r é q u en ta ti o n de l a
p l a g e à Ca b o ur g q u i p e u t a t te in d r e c er ta in s jo ur s 6 0 à 7 0 .0 0 0 per so nn es . I l s ne
sont pas pa rtis tous, loin de là, à 19 heure s 3 0 ou à 2 0 he ure s. J ’e n pr of it e p o ur
v o us d i r e que n o u s p o u v o n s nous féliciter parce qu’avec l a fré q ue n ta t io n que no u s
a vo n s e ue c e t é té , n o u s n’ av o ns enr eg i s tr é aucun a cc i d en t g r a ve : n o y a de,
c i r c u l at i on , a g r e ss i on o u a u tre . J e pe ns e à u n e C om m un e s i tué e pa s loi n d ’ i c i ,
Trouville -su r - M er , d o nt j ’ a i eu le M air e au téléph one et qui est encore traumatisé
p a r le s n o yé s q u ’ i ls on t e us . P o ur r ev en ir au x c he va u x e t a u x c ava l i er s, c ’e st u n tr ès
b e a u s pe c ta c le q u i no u s en ch an t e m a is un e pra t i q ue tr o p d anger euse l ’é t é. P ar
c o ntr e , je l e r é p èt e , i ls s on t l e s b i e nv en u s à C a bo ur g l e r es te d e l ’ a n née , com m e i l s
l ’ é ta i en t dim an che d e r n ie r : no u s av on s p u s a l u er 1 7 c ava l i er s q u i é t a ie nt
a c com pa g né s d ’ un p r o f es s io nn e l. D o nc v o us v o ye z q u’ i l s s on t c he z eu x à Ca b o urg
mais l’été, priori té a ux e nf an t s ».

M on s ie ur LE GE N D RE : « V ou s aur ie z pe u t -ê tr e p u le s r en co nt r er a v an t de p r e n dre
une décision ».




                                                                                                                    50
M on s ie ur l e M a ire : « V ou s p ar lez d e s pr o fes s i on ne l s. J ’a i h é la s a u ss i r e nc on tr é d es
g e ns q u i é ta i en t d es i n c om p é te nts . Pa r e xemp l e u n ca va l i er q u i se p r ome na i t e n ao û t
s u r u n é no rme pe rch er on qu’ i l n ’ é ta i t pas c a pa ble de m en er ; c ’ é ta i t v er s 16 h
a ve n ue de l a Brè c he B uh ot un d i m a nc he . J ’ a i a us s i ét é a pp e l é par la P o l i ce
M un ic ipa le ce t é té pour 4 ca va liè res qui ven a ie n t de l’ E ur e ; il ét a it 18 h 55 ; e lles
é t a ie nt d ans l e ha u t de l a Br èc he B uh ot ; apr è s de s m a nœ u vr e s b i e n d i f f ic i le s po ur
g ar er le urs d eu x véh i c u le s qui t r a c ta ie n t d e s d o u bl e - va ns , e ll e s s ’a p p r ê t a ie nt à
d e s c e n dr e à c h e v a l p a r l a de s c e n t e à ba t e au x e n p l e in c œ ur d e l a p l a ge , a u m i l i e u
d e s e st i van t s e t de s e n fa nt s . In c on sc ie n te s ! D ’a u ta n t que leu r s q u at r e c he va u x
p a r a i ss a ie nt p l u t ô t éne r vé s e t d i ff i c i l es à m a î tr i se r . Voi l à . I l y a d e s m om ent s o ù i l
f a u t ê tr e r es p on sa b l e . C e t ar r ê té , j e l ’ a i p r i s à l a d e m an d e d es C RS M NS e t du C h e f
d e p l a ge . C h a c un d o i t p r e n dr e s e s r e s ponsabilités. Puisque vous me parlez de s
p r of es s io nne l s , j ’a i e u l ’ o c ca s io n d ’ e n p ar ler a u x d ir i ge an t s d u Ch ev a l F r a nç a i s ; i l s
m ’o n t d i t qu’ i l s c om pr e na i en t tr ès b i e n m a p o s i t io n . N’ o u b l ie z p as q u e l es ch ev a ux
s o nt de p l us d es a n ima u x trè s peu r e u x . A l ors m a in te nan t , q ue de s g en s in com pé te n ts
o u irr es p ons a b le s v eu il l e n t f a ire d e l a m é d ia t i sa t i on s ur ce s u je t , c ’ es t a u tre c h ose » .

M on s ie ur LE GE ND R E : « Cer t a ins C l u bs h i ppi q u e s d e C a bo ur g se t r o u ven t lés és » .

M on s ie ur le Ma ire : « No n, a ucun eme nt, vo us vo us tr om pe z. Ils pe uve n t to ujo urs
em p r u n ter l ’ a ve n ue de s D ev i ses c om m e d ’ha b i t u de , tou r ner à gau c he v er s l’ o ue s t e t
a l l e r s ur la p l a ge du H o m e – Varaville. Ils ne sont aucunement lé sés car il leur suffit
d ’ a l l er a u m êm e en dro i t p u is de t o urn er à g a u che au l i e u de to ur ner à dr o it e . C ’e s t
a b so l um en t f a u x . J e vo u s r a p pe l le a us s i , à v o us q u i co n na i sse z b i e n l e m on d e d u
cheval, qu’ils pe uvent alle r dans le marais ou ut iliser la piste d’entraînement de
l ’ H i p po dr om e q u i le ur e s t o uve r te ch a qu e m a t i n jus qu ’ à 1 2 h 3 0 je cro i s ».

M on s ie ur LE GE ND RE : « C omme v o us le r a ppe liez , j’ai é t é pe n dan t se pt an s Adjo in t
à l a s éc ur i té e t j e n’ a i d é p l or é auc u n ac c i de n t e t t an t m ie u x po ur m o i et j ’ e spèr e que
c e la co n t inuer a ».

M on s ie ur le M a ir e : « N o us pr eno n s l es m es u r es p ou r q u e c e la con t i n ue » .

M a dam e POTET : « Vo us pa r lez d’une bo nne sa iso n qui s ’ es t pa s sée sa ns a c c ide nt,
mais il n’y en a jamais eu jusqu’alors ; donc comme d’habitude il n’y a pas eu
d’accidents cette année ».

M on s ie ur le M a ir e : « V ou s par l ez d es che va u x , o u i b ie n s ûr , m ai s no u s p r en o ns le s
me s ure s qu’ il c on v ie nt de pre n dre pour la sé c ur ité ».

M a dam e P O T ET : « I l n ’ y e n a p as e u av an t , i l n ’ y a va i t p a s de m es u r es à p r en d r e » .

M on s ie ur le Ma ir e : « S auf qu’ il y a plus de chevaux mainte nant. Vous ne regardez
pas la fréquentatio n. La sécurité de la V i lle e s t u n e t r è s lo ur de r e s po n s a bi l i t é du
M a ire . J e pr en d s m es r es po n sa b i lit é s e t a ss ur e l a s éc ur it é po ur to ut l e m o n de » .

M a dam e POT ET : « Pre n dre m a lhe ur e usem en t l es dé c isio n s se u l » .

M on s ie ur le Ma i r e : « S au f q u e c es d éc i s i on s so n t pr is es à l a dem a n de d u C he f d e
p l a g e, q u e v o u s n’ ê te s p as à m a c on na is s an ce , e t d e s C . R .S . M .N . S. L ’ a nn ée
p r oc ha i ne , v o us v i end r e z a ve c m o i vo ir l es C RS M NS e t le s MNS c i v i l s qui m ’ on t
é g a leme n t d em an d é de p r e n dre c e t ar r ê té . C e so n t e ux q u i o n t un s o ir ve r s 1 9 h 3 0
p r i s le s p ho t os s i p ar la n te s m on tr an t l a fr équ e nt a t io n s u r la p l a ge . S i vo u s a v ie z l es
r es po n sa b i lit é s qui son t l es m i enn es , j e ne d o u te p as u n i ns t an t q u e vo us aur ie z pr i s
e n v o tre âme et co nsc i en ce l a m êm e déc is i o n. I l s ’ agi t d e pro té g er les enf a n ts , le s
p a r en t s e t le s fam i l le s q u i s on t le s r o i s de la p l a g e » .


                                                                                                                         51
M on s ie ur DU V A L : « I l n ’ y a p as que de s in com pé te n ts pa r m i les gen s q u i s ’o cc u p en t
des chevaux, m a is je pense que l’on aurait pu r é gler le pro blème en am énage ant les
h or a ire s , c' es t -à - d ir e q u ’ a u ta n t j e p e u x c om pr en dr e l es p r o bl èm es d e s éc ur i t é,
a u t an t e f fec t i vem en t vo u s av ez r a i s on , c ’e st d es c ho se s a vec le squ e l l es o n n e p e ut
p a s tr an s ige r . E n r e van c he i l y a d e s amé na g eme nt s h or a ire s qui a ur a ie n t p u ê tr e
e f fe c t ués no t am m e nt l e m a t in , pa r c e q ue l ’o n sa i t b i en q u e l a f i liè r e pr o fess i o nne l l e
a b es o in ess en t i e l lemen t l e m a t i n d e t r a va i l le r , p ar ce que ce n ’e st p a s a pr è s 1 9 h o u
18 h que les professionnels utilisent les chevaux ou la marée basse pour se
p r o m e n e r a v e c le s c h e v a u x, m a i s e n r e v a n c h e j e pe n se qu’ a v e c une m e i l l e ure
c o nce r t a t ion e t no t am m e n t e n amé na g ea nt l e s h or a ire s p ou r le s p r o fe ss i onn e ls , o n
a ur a i t p u é v i ter ce qui é ta i t là , e t je pe ns e que l a s a i so n pr oc h a ine on p o ur r a it
envisager un e meilleure concertation po ur aménager ces horaires ».

M on s ie ur le M a ire : « S i c e so n t d es pr o fess i o nne l s , i ls pe u ve nt a l l er c ha q ue m a t i n
t r è s t ô t s ur l ’ H i p po dr om e q u i le ur e s t o uve r t j u s q ue ver s 1 2 h 3 0 je c r o i s » .

M on s ie ur G U ESD O N : « J ’ i n ter v ie ns s i m pleme n t pou r dire que c ’ es t par ra ppor t à
l ’ i m a g e q ue l ’o n a du ch ev a l . S i vo us voy e z a u ta nt d e t a b le au x d e l a pla g e d e
C a bo ur g av ec d es che va u x , c ’e st q u ’ i l y a u n e r a i so n . J e p en se q u e ce tt e ima g e q ue
l ’ o n a ne d o i t p as ê tr e e n ta ch ée d ’ u n ar r êt é m un i c i p a l q u i a r r iv e e n co ur s de s a is on,
je dirai presque dé but du m o is d’août, et qui tom be d’ un seul coup. C’est vr ai qu’il
y a u n e q ue s t io n de sé c ur i té . J ’ en s u i s co nsc i en t , m a i s j e p e n se , a va n t d e pr en dr e
l ’ ar r ê té , qu’ i l y a va it d e s c on ce r t a t io ns , d e s d is c uss i o ns à m e ner p o ur é v i ter d e
c h oqu er le m o n de d u c he va l sur c e t arr êt é b r u ta l . C ’es t un pe u ce l a que j e m e t s en
a va n t , e t qui n éc es s i ta i t p r o b a b lem en t d e tr ouve r de s s o l u t io ns , s o i t s ur l ’e s pa ce,
d ’ i n t e r d ire u n e s pa c e o ù i l y a d u m o n d e , ca r r ém en t l ’é t é o u d e revoir les horair es
d e c es gen s là , m a is j e pe n se q u ’ i l do i t y av o ir dis c us s io n là - de s sus av a nt de
p r e n dre l ’ arr ê té ».

M on s ie ur le Ma ir e : « J e p r é fèr e a v o ir pr is l ’ ar r ê té et n e pa s a voir d ’a c c i den t p l u tô t
q u e de d i sc u te r et q u’ i l y a i t u n a c c i den t . Le s ch ev a ux s on t l es b i e nv en u s à C a bo ur g
dix mois sur do uze. Si ce sont des professionnels, ils ont l’é té l es in s tal l a t i on s
profe ssionn el l es a déqu a t es et é v e n tu e l lement la plage du H ome – Varaville
v o i s ine » .

Monsie ur CESSELIN : « C’est vrai que Cabour g e s t u n e V i l l e de cheval. Je ramènerai
c e la a us s i s u r le ter r a in d e to u te s le s s u b ve n t io ns q u e l ’o n v o te p ou r d i v er ses
m a n i fe s ta t io n s é q ue s tr es o u h i ppi q u e s. C ’e s t vra i q u’ i l y a b e auc o u p d ’arg e nt d e
c o ns acr er à de s m a n if e s ta t io ns u n pe u é l i ti s t es o u pur em en t pr iv ée s . La p lu p ar t d u
t em p s, on le s v o te c ar c e la pa r t ic i p e a uss i a u dynam isme éc on om ique de C a bo ur g.
M a is j e pen s e q ue c e l a n ’ a de sens que si l’on a aussi la possibilité d’une vraie
pr atique po pulaire dévelo ppée notamment sur l a plage qu i tr a di ti on n e l lem e n t e s t u n
e n dro i t o ù l e s che va u x p e u ve nt ga l o per . J e p e ns e q u’ ef f e ct i vem ent c ’ es t un e d é c is i on
qui a é t é pr ise e n ca tas tr o phe, incom pr ise , ce la es t le pr em ier as pe c t . De uxième
a s pe c t, ce la m e t a uss i en év i de nc e le m a n q ue de c o nce r t a t ion s ur be auc o u p de
chose s ; ça ne m a n g e p a s d e pa i n de mettre autour d’une ta ble le s a c te ur s
intéressés par un dossier et d’ essayer de travailler avec eux, non p a s e n m i l ie u de
s a iso n quan d ils so nt dé bor dé s pa r le tra va il et c’est là qu’ils fo n t le ur rec e tte m a is
e n amo n t. D on c i l a ur a it é té p l u s p er t i ne nt d e d e m a nder à c e qu’ i l y a i t u n e f fo r t
p a r t i c u l ier q u i s o it fa it p ar le s pr of es s io nn el s s ur l’ aspe c t sé c ur it é e t de d ir e q ue ,
p e n da n t l a s a is on b ass e , on va r é f l éc h ir à m e t tr e en p l a ce q ue lq u e c ho se p o ur l ’é t é
2010 . Tr oisième remar que, il faut aussi arr êter de toujour s br andir le spectre de la
sécur ité. Je m e r a ppelle un exemple concret en 2001 . Lor s du prem ier m andat ou
C a bo ur g po ur T o u s av a i t e u d es E l u s , on av a i t m i s e n a v an t l a vo l on t é de cr éer u n
s k a te p ar k e t à l ’ é po qu e Mo ns i e ur P OR C Q qui é t a i t Ma ir e, n o us a va i t d i t : « Ce n’est
pas possible, il y a la responsabilité du Maire ; en mon âme et conscience, je ne
peux pas me permettre de construire un skate park, cela va être trop dangereux, il
va y avoir des problèmes de sécurité » . F ina l em e n t l ’ idé e a c hemi n é e t l ’o n e s t arr i vé

                                                                                                                    52
à vo ter un an i m eme n t l’ am én ageme n t d ’ un s k a te par k q u i a u jo urd ’ h u i e st un e g r o sse
r éu ss i t e à C a bo ur g . J e p en se q u e l a sé cur i té b ie n é v i demm ent , o n en es t t ou s
c o ns c ien t s , c ' es t im por ta n t , per so n ne n’ a en v ie q u ’ i l y a i t u n ac cid e n t q u i se p as se
s u r l a p l age a ve c l es ch ev au x . Ma i s je pe ns e q u e ce n’ es t pas en bra n dis s an t le
spectre de la sécurité qu’il y a r ée l l eme nt un r i s que de s éc ur i té e t qu’ av an t to u t c ’ es t
u n e q ue s t io n de d ia lo g ue , d ’amé na g emen t d ’hora ire s , de co nc er ta tion et que l’on
peut ar r iver pe ut-être à tr ouver de s am énagem ents pour la saison 2010 ».

M on s ie ur le M a ire : « Je ne le cr o is pas c ar le s C . R.S . M .N. S . on t dé jà f a it
publiqueme nt un c ompte -re n du e xtr êmement c l a ir s ur c e p o i nt en f i n d e sais o n, l or s
d e la m an if e s ta t io n à l ’ oc ca s i on d e le ur dé p ar t , se fé l i c i ta n t d e c et a r r ê té e t no us
d em an d an t d e le r en ou v e ler le s p r oc ha i ne s s a is on s » .




L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée.




                                                                                                                53

								
To top