Docstoc

pauvreté - CPAS Bxl 2006 Congrès

Document Sample
pauvreté - CPAS Bxl 2006 Congrès Powered By Docstoc
					 La pauvreté,
un fait d’hiver ?
 Pratiques de la pauvreté urbaine




                                                         U n e i n i t i a t i v e d u C PA S d e B r u xelle s



   E.R. : Yvan Mayeur, rue Haute, 298a, 1000 Bruxelles - V.U. : Yvan Mayeur, Hoogstraat; 298a, 1000 Brussel - Conception/Vormgeving : Tournesol conseils, 02/210.89.50
Table des matières
Discours d’introduction ........................................................................................................................................ 3

Sans-abri, solidarité post-fordiste et urbanisme disciplinant............................................................................ 9

    Introduction........................................................................................................................................................ 9

    Comment le post-fordisme et l’extrême droite remettent-ils en cause le concept universaliste de solidarité .. 13
        Solidarité, objet d’étude............................................................................................................................... 13
        Le passage d’un modèle de société fordiste à un modèle de société post-fordiste ...................................... 14
        L’ascension et la percée de l’extrême droite ............................................................................................... 15

    Méthode d’analyse ........................................................................................................................................... 17

    Jeunes familles urbaines et la gentrification subtile du quartier des Marolles à Bruxelles............................. 20

    La catégorisation de la solidarité et l’urbanisme disciplinant......................................................................... 27
        Solidarité conditionnelle et espace public comme dernier refuge ............................................................... 27
        Pratiques de solidarité conditionnelle et d’urbanisation disciplinante......................................................... 31

    Conclusion........................................................................................................................................................ 41

    Références ........................................................................................................................................................ 43

Mon pays, ce n’est pas un pays c’est l’hiver… Pauvreté et Santé Mentale.................................................... 45

    Introduction...................................................................................................................................................... 45

    « L’homme est un animal malade ».................................................................................................................. 46

    Échange et coopération.................................................................................................................................... 46

    Solidarité ? ....................................................................................................................................................... 48

    « La démocratie en Amérique »........................................................................................................................ 48

    « Pauvre » ........................................................................................................................................................ 50

    Marchandisation .............................................................................................................................................. 50

    Spéculation....................................................................................................................................................... 51

    Rationalité économique ?................................................................................................................................. 52

    Un discours biaisé............................................................................................................................................ 54

    Une fabrique de pauvreté ................................................................................................................................. 55

    Un gène du chômage ? ..................................................................................................................................... 56
    La nudité des chiffres ....................................................................................................................................... 56

    Perdre la face, perdre la vie............................................................................................................................. 59

    En bref.............................................................................................................................................................. 60

Le travail social territorialisé ............................................................................................................................. 62

    Introduction...................................................................................................................................................... 62

    Quelques évolutions notoires. Rappel .............................................................................................................. 62

    De multiples précarités .................................................................................................................................... 64
        Le premier axe............................................................................................................................................. 65
        Le deuxième axe.......................................................................................................................................... 66
        Le troisième axe .......................................................................................................................................... 67

La débrouille des familles : « Des hommes sur le fil » ..................................................................................... 70

    Introduction...................................................................................................................................................... 70

    Enquêtes sur l’amour ....................................................................................................................................... 71

    Les hommes sur le fil. La construction des identités masculines en milieux précaires .................................... 72
        Et le logement ? ........................................................................................................................................... 74
        Les prises de risques comme répliques aux politiques de la honte.............................................................. 75
        L’exemple des « Mimosas » pour raconter le processus de disqualification sociale ................................... 77
        Les phénomènes de disqualification spatiale............................................................................................... 80
        Identité « négative » et discrimination spatiale ........................................................................................... 80
        Difficile d’être un père aujourd’hui ? .......................................................................................................... 81

Intervention de clôture ....................................................................................................................................... 85




                                                                                                                                                                    2
                                 Discours d’introduction

                                                                                   Yvan Mayeur1


Le CPAS de Bruxelles a voulu organiser un colloque, une journée de réflexion, consacrée à la
pauvreté urbaine, autour plus précisément de 4 chercheurs issus des universités belges, et en
vous invitant, vous, les intervenants sociaux, les travailleurs des institutions sociales ou de
l’associatif, vous les professionnels du secteur. Et je tiens tout d’abord à saluer votre réponse
positive et nombreuse à notre invitation, je vous en remercie.


Trop peu souvent en effet, nous avons l’occasion de prendre du recul, de jeter un regard
critique sur nos actions, d’interpeller le système qui est le nôtre et qui, s’il fonctionne bien,
s’il a bien réagi jusqu’ici à la crise de transformation de la société que nous connaissons
depuis 30 ans, n’est cependant pas exempt de défaut.


Nous ne pouvons pas en 2005, en Belgique, estimer que la situation de misère est comparable
à ce que notre pays a connu au cours du 19e siècle et dans la première partie du 20e siècle, du
moins quant à l’ampleur et au nombre de personnes touchées par elle.
Et pourtant, la Belgique connaît plus de 580 000 chômeurs, 88 000 personnes vivant du
revenu d’intégration sociale, parfois activé, et une masse considérable de « working poors »,
des travailleurs à temps partiel involontaire, alternant périodes d’emploi et de non-emploi, de
travail précaire ou de pseudo statut d’indépendant, etc. Toute cette population constitue la
classe sociale des « plus défavorisés », des « exclus », des pauvres en réalité.
Notre pays occupe la 6 ème place du classement mondial sur le développement humain des
Nations Unies, mais 13 % des Belges vivent sous le seuil de pauvreté (774 €).


Et la pauvreté augmente, les chiffres en Région bruxelloise indiquent une croissance
constante du nombre de personnes à charge des CPAS, et ce, alors que nous développons

 1
     Président du CPAS de Bruxelles




                                                                                            3
depuis quelques années déjà une politique d’activation, de mise au travail des personnes
aidées par nous.


Pourquoi les mécanismes de réinsertion sociale souffrent-ils d’efficience ou d’efficacité ?
Pierre Rosanvallon nous donne des éléments de réponse dans son ouvrage consacré à la
Nouvelle question sociale :


« Dans un contexte de chômage de masse et de croissance de l’exclusion, cette vision des
droits comme droits compensateurs d’un dysfonctionnement passager (maladie, chômage de
courte durée, etc.) devient inadaptée.      Conçue pour traiter des situations appréhendées
comme des risques conjoncturels, elle ne convient plus pour gérer des états hélas plus stables.


Les phénomènes actuels de l’exclusion ne renvoient pas aux catégories anciennes de
l’exploitation. Une nouvelle question sociale a ainsi fait son apparition. »


Cette situation vécue par les citoyens pauvres engendre des phénomènes nouveaux ou font
réapparaître d’anciennes pratiques.
Cela s’appelle : la crise du logement, le non-emploi, la sous-qualification, l’absence parfois de
formation de base, le surendettement des ménages ; et cela produit : les ruptures familiales,
les ruptures de solidarité, l’isolement, le repli sur soi ou le repli identitaire, la violence vécue
par les pauvres, la violence rendue par les exclus, l’absence de repères et de perspectives
d’avenir, la dépression, etc.


Au-delà donc de l’aspect financier, c’est un bouleversement social et culturel que doivent
affronter les personnes « exclues ».
Ce que nous appelons l’exclusion sociale c’est cela. C’est ce sentiment de ne plus appartenir
au monde qui tourne autour de nous. C’est ce que Robert Castel appelle plus justement la
« désaffiliation », c’est à dire ne plus appartenir à la société telle qu’elle fonctionne, avec ses
codes, ses groupes, ses appartenances identitaires souvent liées à un emploi, une place dans le
processus de production ou d’administration.




                                                                                               4
Au CPAS de Bruxelles, depuis 10 ans, nous nous sommes interrogés sur notre rôle, notre
travail, nos outils. Nous avons tenté de transformer notre action sociale.
Et nous avons décentralisé le service social, nous avons développé des services transversaux
pour aider au logement, à la médiation de dettes, à l’insertion professionnelle. L’accueil des
personnes, l’écoute aussi ont été améliorés. Le travail communautaire, en lien avec
l’associatif et d’autres intervenants sociaux a permis d’ouvrir cette administration qu’est le
CPAS. Et tous les jours, des travailleurs sociaux dont le dévouement à la cause sociale est
évident, aident des milliers de Bruxellois.


Mais, cela suffit-il ?
Car, comment faire en effet, lorsque le montant du Revenu d’Intégration Sociale pour une
personne isolée est de 625 € par mois et que le loyer moyen à Bruxelles est de 450 € et qu’il
n’y pas de place disponible dans les logements sociaux ?
Comment ne pas imaginer que nous sommes contraints de déployer toutes sortes de
mécanismes d’interventions complémentaires pour soulager les factures d’énergie, d’eau, de
loyer, payer les soins médicaux, la scolarité des enfants, etc.
Comment ne pas s’interroger sur le retour à une forme d’assistanat, qui consiste à prendre en
charge les besoins des personnes et ne plus leur donner, ce qui était l’ambition de la réforme
des CPAS, les outils, les moyens pour les individus de se prendre en charge eux-mêmes ?


A l’évidence, le meilleur travail social, ne pourra jamais combler le trou béant qui sépare
désormais beaucoup de pauvres, de la nouvelle société qui s’érige sous nos yeux.
Il faut donc que des réformes plus structurelles soient mises en œuvre, pour le logement, pour
la consommation, pour la santé.
C’est aux politiques à prendre les mesures qui s’imposent en ces matières.
Mais le pouvoir économique aussi a une part de responsabilité à assumer pour ne pas créer
des bataillons entiers de personnes « inutiles », « improductives », et donc sans utilité sociale.


Et l’avenir sera selon notre analyse, fait de 5 facteurs déterminants qui transformeront encore
radicalement notre travail social :




                                                                                              5
Ce que sera notre avenir :


          1) La diversification et l’éclatement de nos publics :


Il n’existe pas, nous le savons, de profil sociologique type de la personne aidée par le CPAS.
Mais les personnes que nous aidons vivent de plus en plus des situations sociales, culturelles,
économiques ou politiques, qui sont à ce point diversifiées, que nous devrons à l’avenir
encore plus ajuster nos interventions aux cas particuliers que nous connaissons aujourd’hui.
Les cas particuliers deviendront la règle de demain.


          2) Le largage social de catégories de populations : jeunes/vieux, non éduqués, etc.:


Des catégories nouvelles de populations seront exposées au risque de la précarité et au largage
social.
La modernité galopante de l’économie, les mutations gigantesques de la société, affecteront
indifféremment les jeunes comme les vieux, les Belges comme les étrangers, etc. Seuls s’en
sortiront ceux qui auront accès à l’information, à l’éducation, aux outils de compréhension de
la société.
L’absence de perspectives d’avenir, la dualisation de la société, la perte des valeurs
essentielles qui fondent la vie en commun (la solidarité notamment) seront les caractéristiques
de ces situations sociales nouvelles que nous aurons à affronter.


          3) L’internationalisation :


Il n’y a pas que via l’Internet que le monde devient un village global. L’internationalisation
de nos sociétés a des répercussions sur la pauvreté dans notre région et sur la mission que le
CPAS devra remplir. Que cela soit en provenance de l’Europe ou du monde, des individus de
plus en plus nombreux en recherche de paix, de sécurité pour eux-mêmes ou leurs enfants, de
survie économique, culturelle ou politique, ou simplement en quête d’un avenir, seront tentés
de bouger et d’aller voir ailleurs, l’ailleurs étant parfois ici.    Nous aurons nous aussi
l’opportunité d’apprendre et de découvrir grâce à d’autres, des pratiques nouvelles, des




                                                                                          6
réponses différentes aux problèmes auxquels nous faisons face. L’internationalisation des
échanges sera à la fois un défi et une chance pour notre institution.


        4) La complexité institutionnelle et l’affaiblissement des pouvoirs publics
        (enjeu européen) :


La mutation du monde s’accompagne bien évidemment de modifications des instruments de
sa régulation. Aujourd’hui les pouvoirs publics et donc y compris le CPAS subissent les
contre-coup de ces évolutions.
A la diversité de plus en plus grande des publics et des situations sociales correspondra une
complexité plus grande aussi des réponses que nous tenterons d’apporter.
L’Europe institutionnelle et sa « pesante inexistence sociale » actuelle ne contribue pas à
solutionner les problèmes que son élargissement induit.           De même, la complexité des
institutions belges et des modes de relations entre les différents niveaux de pouvoir ne nous
facilite pas la tâche.
Il nous faudra donc rechercher l’efficacité au travers de cette complexité.


        5) Le néo-libéralisme versus social (enjeu mondial) :


Le modèle économique dominant est responsable des situations de détresses sociales
nouvelles qui apparaissent et ce à un double titre. D’abord par l’impact des restructurations
économiques qui sont en cours et qui touchent massivement et durement des individus
transférés de la sphère de la société incluse à celle de l’exclusion. Ensuite le système
capitaliste international impose la dérégulation des systèmes de protection sociale et de
solidarités et renvoie dans la précarité des couches nouvelles de populations. Défendre et
rétablir la nécessité et la pertinence d’une intervention sociale de qualité et qui rend la dignité
aux individus est une mission désormais aussi essentielle pour notre institution publique.


A la suite de ces constats en forme de prévision, nous avons tenté de définir le concept suivant
qu’il faudra mettre en œuvre, après la charité, l’assistance, l’aide et l’intégration sociale.




                                                                                              7
Nous pensons que l’émancipation sociale sera la prochaine étape et l’exigence que nous
devons nous fixer en faveur des personnes qui viennent frapper à notre porte.
Il ne s’agit pas là bien entendu d’une revendication nouvelle
Il s’agit donc pour nous d’établir une autre manière de voir et de comprendre la situation des
pauvres d’abord, et ensuite de proposer des réponses qui tiennent compte de la diversité des
situations, tout en tendant vers l’égalité de traitement qui doit rester la règle. Le tout avec
l’ambition de donner à la personne les moyens de son émancipation qui ne pourra se situer
exclusivement sur les plans social ou économique comme nous pensions devoir aider les gens
jusqu’à présent.


C’est pourquoi nous avons adopté une autre méthode d’approche.
Cette méthode consiste, devant chaque situation, chaque cas particulier, à se poser les
questions qui touchent les personnes et qui portent sur 5 éléments : social, économique,
culturel, écologique et politique.
Parce que les inégalités aujourd’hui n’affectent pas seulement les niveaux de revenus, le fait
d’avoir ou non un emploi, mais aussi l’accès à la formation, la qualité sanitaire et
environnementale des lieux de vie, et bien sûr les types de participation à la vie sociale et
politique. Cela signifie que nous devons nous baser sur ces cinq paramètres pour évaluer
l’intervention que nous proposerons aux personnes pour les aider à sortir de leur situation.
Méthode qui vaut aussi bien pour les projets que nous devrons mettre en œuvre, avec d’autres,
pour répondre en amont lorsque c’est possible aux problèmes rencontrés par les personnes
que nous voulons aider.


Et bien évidemment, pour répondre aux questions soulevées, il est indispensable de travailler
en liens étroits avec d’autres acteurs publics et privés ou associatifs.


Et enfin, ces changements que nous appelons de nos vœux, ne pourront intervenir que si les
pauvres eux-mêmes interviennent dans le débat, structurent leurs revendications et
parviennent à se lancer dans des combats sociaux et politiques. Les droits ne sont pas donnés
aux peuples, ils se conquièrent.




                                                                                          8
           Sans-abri, solidarité post-fordiste et urbanisme
                                            disciplinant

                                                                            Henk Meert & Karen Stuyck2
                                                                 ISEG - Katholieke Universiteit Leuven
                                                                                        W. De Croylaan 42
                                                                                            B-3001 Leuven
                                                                                                    Belgique
                                                                                    Tél. 00 32 16 32 24 33
                                                              E-mail : henk.meert@geo.kuleuven.ac.be




                                            Introduction


Depuis le milieu des années quatre-vingt, le monde occidental est le théâtre d’innombrables
changements d’attitude politique à l’égard des sans-abri. Ces changements laissent clairement
suggérer une tendance davantage orientée sur la répression. C’est ainsi qu’à New York City,
vers la fin des années quatre-vingt, d’aucuns étaient fortement enclins à établir un lien entre la
situation des sans-abri et les affections psychiques, débat sur lequel la presse prit d’ailleurs
plaisir à renchérir (Mathieu 1993). Cette médicalisation devait détourner l’attention des
racines socio-économiques du problème et devait justifier la suppression des sans-abri de
l’image de la rue. Maas (2004, pp. 27) souligne également l’accès limité des sans-abri aux
espaces publics dans la capitale du Luxembourg. Or, les espaces publics ne sont-ils pas, dit-il,


 2
   Remerciements: Ce texte a notamment vu le jour grâce à la Politique scientifique fédérale belge (dans le
cadre d’une étude plus vaste, en collaboration avec Jan Blommaert (Ugent), Kristel Beyens (VUB) et Kristof
Verfaillie (VUB). Nous voulons adresser nos remerciements aux collaborateurs de ce service ainsi qu’aux
membres du comité de direction pour leurs observations et opinions utiles au fil des différentes étapes de
l’analyse. Nous remercions également Bruno Meeus pour les remarques constructives qu’il a formulées par
rapport à la première version de ce texte.




                                                                                                          9
les seuls espaces dont disposent les sans-abri. Aussi est-il des plus logique qu’ils les utilisent
ou même en prennent possession pour en faire un espace de vie et de rencontre. Il s’agit après
tout de leur « terre d’asile ». Maas évoque également les véritables expéditions punitives
destinées à faire régner sur la ville ordre et tranquillité. C’est ainsi que les espaces publics
font régulièrement l’objet d’opérations de « déblaiement » afin de faire disparaître les sans-
abri de l’image de la rue. Les immeubles squattés sont rendus inaccessibles et les agents de
sécurité privés affichent une présence massive dans les grandes surfaces et autres centres
névralgiques de la ville (Maas 2004, p. 24).
Tout aussi digne d’intérêt, l’analyse de Cabrera (2004), qui décortique les articles parus dans
les journaux El Mundo et El País concernant les sans-abri dans les grandes villes espagnoles
(publiés entre le 1er janvier 2003 et le 30 juin 2004) met en avant le changement d’attitude de
la population par rapport aux sans-abri. Il a pu dresser le constat suivant : les deux journaux
rapportaient systématiquement des faits dans lesquels les victimes de la violence semblaient le
plus souvent être des personnes exclues et sans abri. Dans 31 des 35 articles de journaux
traitant d’événements tragiques, les victimes semblaient être des sans-abri, et dans 4 articles
tout au plus, les attaquants étaient des sans-abri ; même dans ces rares cas, leur victime était
alors généralement un autre sans-abri. Cabrera souligne que ces cas sont loin d’être isolés vu
qu’on peut lire dans un autre article du journal El Mundo que « chaque année, plus de 4.000
actes de violence sont perpétrés en Espagne par des groupes néonazis et fascistes, pour la
plupart dirigés contre des immigrés, des plus démunis, des homosexuels, des prostituées et
des jeunes marginaux (hippies, longs cheveux, etc.) ». Cabrera ajoute que le plus grave
incident rapporté par les journaux au cours de la période étudiée concernait un groupe de
jeunes gens « aisés » arrêtés à Barcelone « pour avoir humilié des mendiants et filmé ces
humiliations », … juste pour rire (2004, p. 21).
Les exemples précités indiquent que les sans-abri se trouvent continuellement confrontés à un
environnement (urbain) hostile qui ne les montre pas seulement du doigt du fait qu’ils
séjournent dans les espaces publics mais qui, au pire, peut même constituer une menace pour
leur vie. A première vue, ces exemples renvoient à l’interprétation revanchiste de la nouvelle
urbanisation de Smith. Cette nouvelle urbanisation va de pair avec un paysage urbain
postindustriel qui :




                                                                                            10
      « présage une réaction haineuse à l’égard des minorités, de la classe populaire, des sans-abri,
      des chômeurs, des homosexuels et lesbiennes et des immigrés » (Smith 1996 p. 211 - citation
      traduite de l’anglais).

En l’occurrence, nous devons nous attacher spécifiquement au concept de revanchisme tel que
Smith l’utilise et le comprend :

      Le terme français « revanche » a inspiré le nom des revanchistes, à l’origine d’un mouvement
      politique qui a émergé durant les trois dernières décennies du dix-neuvième siècle en France.
      Encouragés par le libéralisme montant de la Deuxième République, par la défaite sans gloire
      face à Bismarck et - la goutte qui a fait déborder le vase -par la Commune de Paris (1870-
      1871), où la classe ouvrière parisienne fit tomber le gouvernement de Napoléon III et prit la
      ville en otage durant de longs mois - les revanchistes mirent sur pied un mouvement et une
      réaction à la fois contre la classe ouvrière et contre les membres compromis de la maison
      royale (Smith 1996, p. 45 - citation traduite de l’anglais).
Le revanchisme suppose donc un conquérant qui doit être vaincu. Dans le contexte actuel,
Smith renvoie davantage au libéralisme des années soixante et septante, contre lequel
s’élèvent, depuis le début des années nonante, surtout des réactions de l’aile droite aux Etats-
Unis (1996, p. 45).
D’après Smith (2002), le revanchisme est indissociable d’une culture urbaine spécifique,
laquelle donne naissance à une ville revanchiste. Il associe l’émergence d’une urbanisation
revanchiste à deux mécanismes sociospatiaux imbriqués l’un dans l’autre. Tout d’abord,
l’actuelle globalisation et la flexibilité des stratégies d’accumulation capitalistes incitent les
autorités locales à stabiliser le climat social dans les villes. Elles entendent ainsi maintenir le
bien-être de la ville et de ses habitants et éviter que des entreprises ne veuillent pas s’établir
sur leur territoire au nom d’une lutte des classes et d’une lutte raciale. Cette nouvelle stratégie
politique implique bien entendu que l’état va intervenir de manière plus active en termes de
contrôle social et campera ainsi sur une position plus autoritaire. Ensuite, la plupart des
grandes métropoles qui baignent dans une atmosphère de néolibéralisme observent une
importance croissante de la gentrification. Comme l’indique Smith, l’actuelle vague de
gentrification repose sur la conjonction des administrations et des capitaux privés, si bien
qu’aujourd’hui, les autorités publiques subventionnent également des transformations
urbanistiques dirigées par le marché privé (2002, p. 440). Smith voit en ce sens aussi un
rapport évident entre le revanchisme urbain et le maintien du processus de gentrification
actuel dans les villes occidentales. Ces interventions revanchistes semblent, comme l’indique
MacLeod, « revendiquer à nouveau les espaces publics pour ces groupes qui ont une valeur




                                                                                               11
économique en qualité de producteurs ou de consommateurs, au détriment des plus démunis
qui se retrouvent pour ainsi dire exclus » (2002, p. 606 - citation traduite de l’anglais).
Dans ce texte, nous tenons à jeter un œil critique sur cette nouvelle urbanisation revanchiste.
Notre raisonnement repose sur les modèles changeants en termes de solidarité avec les sans-
abri. Sur la base d’une étude de terrain menée au cœur de la ville de Bruxelles (Belgique),
nous allons d’abord mettre en avant le fait que la solidarité avec les sans-abri doit, depuis peu
(depuis le milieu des années quatre-vingt), se plier à davantage de conditions que ce n’était le
cas auparavant. Cette tendance donne lieu à de nouvelles formes d’exclusion sociale,
d’informalisation et de nouvelles catégories de nuisances. La solidarité conditionnelle est
assujettie à des pratiques contraignantes à l’égard des sans-abri. Notre étude de terrain va
ensuite montrer que le concept de « revanche » est trop spécifique dans ce contexte et ne
s’applique dès lors pas aux sans-abri de notre groupe cible. Les sans-abri que nous avons
étudiés n’ont en effet gagné aucune guerre et ne reflètent nullement ce qu’on appelle le
libéralisme des années soixante et septante. La revanche n’a en l’occurrence pas vraiment sa
place. En ce qui concerne les villes d’Europe occidentale, le sans-abrisme n’est pas nouveau
et dans le cas du quartier des Marolles, objet de notre étude, cela fait des siècles que les sans-
abri se trouvent relégués dans ce quartier populaire bien défini de Bruxelles. Il n’est dès lors
nullement question de vengeance, aucun conquérant ne doit être remis à sa place, et
certainement pas pour des raisons territoriales. Une analyse met en lumière le fait que de
nombreux acteurs associent les pratiques de solidarité à l’égard des sans-abri à des pratiques
disciplinantes. Or, les pratiques disciplinantes que nous avons rencontrées sont en premier
lieu associées à de nouvelles formes de solidarité avec les sans-abri. Elles n’ont pas tant
l’esprit de vengeance mais tendent à « corriger » et au pire à « expulser » un groupe
spécifique qui a, depuis toujours, été relégué à ce quartier défavorisé. Nous introduirons dès
lors ici le concept d’urbanisation disciplinante qui se réfère à un ensemble bien précis de
pratiques humaines dans l’environnement urbain. Ces pratiques tendent à corriger et -si
nécessaire - à expulser les habitants normaux de quartiers spécifiques. Les gens qui ont
recours à ces pratiques disciplinantes sont aujourd’hui délogés car ils ne correspondent plus à
l’image des nouvelles valeurs et normes des nouveaux arrivants dans le quartier.
Notre étude s’attache donc en tout premier lieu à analyser les nouvelles formes et expressions
de solidarité et met ensuite l’accent sur des expressions plus concrètes de solidarité avec les




                                                                                              12
sans-abri dans un quartier bien précis de Bruxelles, qui connaît à l’heure actuelle un processus
rapide de gentrification (appauvrissement inversé ou « embourgeoisement »). Nos résultats
reposent sur des interviews que nous avons tenues avec de multiples acteurs impliqués :
représentants d’instances publiques et de ministères ; services pour les sans-abri, agents de
sécurité, gentrifyers et commerçants désireux de s’approprier les espaces publics des sans-abri
et enfin, les sans-abri eux-mêmes. Notre étude souligne clairement que la solidarité post-
fordiste s’accompagne de nouveaux mécanismes d’exclusion, de nouvelles catégories de
nuisances et d’une urbanisation disciplinante.
L’étude suit le canevas suivant : dans le prochain paragraphe, nous abordons le contexte
socio-économique plus large au sein duquel il convient de placer l’organisation actuelle de la
solidarité avec les sans-abri. Nous nous référons spécifiquement à la restructuration post-
fordiste de la société et à l’émergence y afférente des discours d’extrême droite sur la
solidarité. Le troisième paragraphe est consacré à la présentation de la méthode d’analyse
tandis que le quatrième paragraphe dresse le portrait de notre terrain d’étude, à savoir le
quartier des Marolles à Bruxelles. Avant de tirer nos conclusions, nous développons en détail
dans un cinquième paragraphe le rapport entre les nouvelles formes de solidarité et la
visibilité des sans-abri dans les espaces publics. Nous explorons également dans ce
paragraphe la combinaison des pratiques de solidarité avec l’urbanisation disciplinante pour 6
acteurs clés dans le quartier bruxellois des Marolles.




   Comment le post-fordisme et l’extrême droite remettent-ils en
                 cause le concept universaliste de solidarité



Solidarité, objet d’étude

La compréhension de la solidarité ne repose pas sur des catégories absolues,
unidimensionnelles et statiques (Van Oorschot 1997). Il convient toujours de situer la
solidarité dans un contexte social plus étendu. Aborder le problème de la solidarité requiert
donc que l’on tienne compte d’un vaste éventail d’événements et de processus sociaux




                                                                                          13
(appartenant au passé ou au présent). En même temps, dans une microperspective, la réalité
sociale peut être considérée comme un cadre qui est formé par les relations interpersonnelles.
Ce qui explique pourquoi la solidarité est immuablement liée à un ensemble dynamique et
extrêmement complexe de relations humaines. Ces relations, disposées clairement dans le
temps et l’espace, surgissent toujours dans un contexte concret d’événements et de thèmes
spécifiques. Voilà pourquoi les interprétations de la solidarité peuvent être antagonistes,
confuses et chaotiques. Ce qui ne veut cependant pas encore dire que les gens qui traitent de
solidarité sont antagonistes, confus et chaotiques. Mais cela souligne l’importance de
méthodes d’analyse qualitatives telles que l’ethnographie (voir chapitre suivant consacré à la
méthodologie) pour comprendre la réalisation et l’altération de la solidarité au niveau
microéconomique. La solidarité est donc un objet d’étude concret qui ne peut être abordé que
comme un élément de la réalité actuelle et passée qui se produit au niveau microéconomique
mais qui reflète abondamment des influences macrosociales.
Deux évolutions d’ordre social ont joué un rôle particulièrement important dans le contexte
empirique de cette étude : premièrement, le passage à une société post-fordiste qui a
notamment conduit à une importante redéfinition de l’État-providence et, deuxièmement,
l’ascension et la percée de l’extrême droite dans la politique. Ces évolutions macrosociales
ont des répercussions diffuses et extrêmement profondes. Elles influencent non seulement le
principe de solidarité mais imprègnent aussi fortement d’innombrables domaines sociaux tels
que l’enseignement, l’accès au marché de l’emploi, la démocratie, etc.

Le passage d’un modèle de société fordiste à un modèle de société post-
fordiste

En quelques mots, ce changement peut être décrit comme le passage d’un modèle basé sur la
productivité et sur les équipements collectifs où le rôle principal revient à l’État, à un modèle
qui met en avant le commerce, les services et le savoir et qui prône l’individualisation du
bien-être et de la répartition du bien-être. Dans ce nouveau modèle post-fordiste, l’État
n’occupe plus le devant de la scène dans la répartition du bien-être mais intervient de plus en
plus comme un acteur qui pose des conditions et qui ébauche un cadre de référence auquel se
raccrochent les divers acteurs sociaux pour répartir le bien-être. Ce transfert de modèle a de
profondes répercussions qui touchent l’ensemble du monde occidental et qui entraînent une




                                                                                           14
transformation des objectifs que s’imposent les autorités : d’une égalité réelle à une égalité
des chances latente. L’accent n’est ainsi plus mis sur l’efficacité des autorités qui prônent une
approche universaliste de la solidarité, mais bien sur les qualités de l’individu appelé à veiller
sur sa propre personne. L’État ne garantit plus l’emploi et introduit une série de conditions
indispensables : enseignement, formation (continue), encadrement, etc. Pour atteindre ces
objectifs, les autorités ont recours à des pratiques punitives à l’encontre de tous ceux qui ne
mettent pas tout en oeuvre pour éviter l’exclusion sociale. En ce sens, le passage au post-
fordisme ne veut pas encore dire que l’État abandonne l’idée d’égalité (voir De Decker 2004)
mais que le passage de l’égalité des chances à l’égalité réelle relève désormais de la
responsabilité de l’individu.

L’ascension et la percée de l’extrême droite

D’un point de vue historique, la percée de l’extrême droite est liée à la profonde crise
économique des années septante et quatre-vingt. Même si cette tendance a été observée dans
toute l’Europe, p. ex. avec le « Front National » en France, le FPÖ en Autriche et le Vlaams
Blok en Flandre (Belgique, voir De Decker et al. 2005), sa propagation géographique est plus
limitée que le passage au modèle de société post-fordiste dont nous avons parlé
précédemment. Mais en Belgique, les deux évolutions concordent parfaitement. L’un des
effets de cette radicalisation politique est un envenimement de toute une série de débats
portant sur la solidarité. La solidarité fait ainsi l’objet de discussions et de remises en question
ouvertes entre les deux plus grandes régions (la Wallonie et la Flandre) dans un état fédéral
comme la Belgique. Il en va de même pour la solidarité entre les autochtones et les
allochtones. De cette manière, l’extrême droite à une nette influence sur les débats concernant
les critères d’attribution de solidarité. Elle opte pour des dispositions très strictes en termes
d’éligibilité (« eligibility »), qui ont toutes trait à des identités catégoriques spécifiques
comme l’ethnicité, la religion et la nationalité. Cela veut dire que l’idée d’égalité définie par
le modèle de bien-être fordiste s’en trouve encore davantage ébranlée. Qui plus est, l’extrême
droite a aussi une profonde influence formatrice sur le développement de domaines politiques
spécifiques : l’immigration et la sécurité ont toujours été des thèmes importants dans le
programme de l’extrême droite (Demaesschalck et Loopmans 2003).




                                                                                              15
Ces deux tendances sociales ont des conséquences considérables. Nous établissons une
distinction entre les deux impacts essentiels. Premièrement, le nouveau rôle de l’État entraîne
le développement de ce qu’il est convenu d’appeler le « troisième secteur » (Mingione 1991) :
un enchevêtrement d’initiatives civiles (souvent subventionnées) et d’acteurs individuels,
parmi lesquels des entreprises privées (également au niveau non officiel), des groupes de
bénévoles, des organisations religieuses ou philosophiques, etc. qui jouent un rôle clé dans
l’organisation actuelle de la solidarité. Deuxièmement, eu égard à la manière dont l’État
définit les critères d’éligibilité, il apparaît une situation complexe qui fait entre autres que les
critères d’éligibilité qui s’appliquent à un domaine social spécifique ne coïncident pas
nécessairement toujours avec les critères d’éligibilité appliqués à un autre domaine social. Les
immigrés illégaux ne peuvent ainsi pas demander l’asile politique. On pourrait pourtant
considérer que les foyers pour sans-abri devraient leur être ouverts, alors que la réalité
quotidienne montre que ce n’est pas toujours le cas. Cela prouve que les critères d’éligibilité
pour un domaine peuvent neutraliser voire même contrecarrer les critères pour un autre
domaine.




                                                                                              16
                                   Méthode d’analyse
L’approche ethnographique de l’étude qui étaie ce texte repose principalement sur une série
d’interviews approfondies avec divers acteurs clés qui prennent part au débat actuel sur la
solidarité avec les sans-abri et sur son organisation au quotidien : acteurs politiques,
organisations du troisième secteur (comme les comités de quartier, l’Armée du Salut, les
assistants sociaux, etc.), les citoyens individuels (jeunes gentrifyers), les commerçants
(branchés) locaux, les agents de sécurité et les sans-abri eux-mêmes. Le tableau 1 fournit un
aperçu des diverses personnes interrogées et du nombre d’interviews correspondant. Toutes
les interviews (hormis celles avec les agents de sécurité) ont été faites dans les Marolles, un
des quartiers défavorisés les plus connu de Bruxelles qui traverse aujourd’hui un processus
subtil de gentrification (voir paragraphe suivant). Afin d’examiner le rôle joué par les agents
de sécurité (semi-)privés dans la solidarité avec et les activités disciplinantes contre les sans-
abri, nous avons encore étendu notre analyse de terrain au quartier de la Gare du Midi à
Bruxelles, un espace public dans l’environnement immédiat des Marolles où les sans-abri
s’établissent depuis bien longtemps.




                                                                                            17
Tableau 1 : Aperçu des interviews passées dans les Marolles

Acteurs                              Personnes interrogées               Nombre total d’interviews

Acteurs politiques et organismes     Gouvernement de la Région                       1
publics                              bruxelloise
                                     Ville de Bruxelles                              1
                                     Centre Public d’Action Sociale de               1
                                     Bruxelles
                                     Agents de police                                2
Agents de sécurité                                                                   3
Organisations du troisième secteur   Services pour sans-abri                         4

                                     Agences immobilières sociales                   3

                                     Assistants sociaux - ONG                        3
                                     Services de gardiennage privé                   3
Citoyens (gentrifyers), âgés de 25   Isolés                                          4
à 40 ans et sans enfants

                                     Avec partenaire                                 3
Commerçants                          Commerces branchés                              2
                                     (antiquaire et pub)
                                     Alimentation courante                           2
                                     Supermarché                                     1
Sans-abri (tous belges)              Hommes                                          9
                                     Femmes                                          3
TOTAL                                                                               45


Au début, les interviews n’étaient généralement pas très structurées. C’est la raison pour
laquelle les gens ont d’abord été invités à raconter leur histoire : ils ont parlé de leurs
expériences et de leurs sentiments, donné leur avis et raconté des anecdotes sur le quartier
dans lequel ils vivent et/ou travaillent, tout cela à leur manière en y incluant une foule
d’ingrédients, de caractéristiques et d’associations. Vers la fin, les interviews ont suivi une
trame plus stricte et chaque personne interrogée a dû aborder un même ensemble de thèmes.
On a utilisé à cet effet un questionnaire sous-jacent afin de récolter des informations
comparables auprès de chaque personne interrogée, méthode qui a permis d’établir une
comparaison mutuelle sur une base heuristique.




                                                                                                18
Le    questionnaire      comprenait      des    thèmes     sur    le   quartier     (p.   ex.    l’évolution
sociodémographique du quartier, la gentrification, …) ; des aspects de territorialité et
l’utilisation concrète de l’espace (par les sans-abri et les autres gens qui vivent et travaillent
dans le quartier) ; la solidarité (définitions émiques3 et subdivision en catégories, rôle des
autorités et des organismes privés, …) ; le marché immobilier bruxellois (prix, seuils d’accès,
qualité, …) et enfin aussi le fonctionnement des services de police (prévention versus
répression, services de sécurité privés versus publics, …). Les interviews avec les sans-abri
ont surtout mis l’accent sur leur vie au quotidien et sur l’utilisation de l’espace public. Dans
ce contexte, nous nous sommes essentiellement penchés sur les discours de solidarité
(conditionnelle) qui - comme nous le montrerons plus loin pour certains acteurs urbains clés -
reflètent et étayent souvent le discours dominant d’une urbanisation disciplinante.




 3
   Le terme « émique » est emprunté à l’anthropologie et signifie que les gens eux-mêmes vont exprimer des
« choses » (définitions émiques en opposition à définitions éthiques)




                                                                                                        19
  Jeunes familles urbaines et la gentrification subtile du quartier
                              des Marolles à Bruxelles
Le quartier des Marolles se situe dans la partie méridionale du centre historique de Bruxelles,
juste au sud de ce qu’on appelle le Pentagone bruxellois qui correspond au quatorzième
rempart de la ville moyenâgeuse (illustration 1). Le quartier se trouve aussi à environ
500 mètres de la Grand Place (au nord) et à quelque 300 m de la Gare du Midi (au sud, avec
des liaisons ferroviaires internationales vers la France et le Royaume-Uni - Eurostar).

Illustration 1 : emplacement du quartier des Marolles




Depuis le Moyen Age, les Marolles sont une porte vers la ville où les immigrés et les
déshérités trouvent asile (le quartier compte encore de nombreuses congrégations religieuses
et un grand hôpital) (Mistiaen 2002). Les rejetés de la société (les Marolles ont par exemple
abrité les lépreux de la ville) ou les dissidents y ont également trouvé un endroit pour vivre.
Cette altérité se reflète encore toujours dans l’infrastructure du quartier. Voici trois exemples




                                                                                           20
éclairants : premièrement, c’est toujours ici que se tient le plus grand marché d’occasion de
Bruxelles. Deuxièmement, le quartier est toujours surplombé par le Palais de Justice, une
intervention de la ville du dix-neuvième siècle appelée à discipliner et à contrôler le
comportement déviant des habitants du quartier (Guldentops et al 2001, p. 17). Dans ce même
contexte sociohistorique, deux rues linéaires ont été tracées à travers ce quartier (la rue Haute
et la rue Blaes dans le style Haussmannien) afin de rompre le modèle d’aménagement des
rues, chaotique et difficile à contrôler durant les soulèvements de la classe ouvrière au dix-
neuvième siècle (Smets, 1985a et 1985b).
Troisièmement, une autre infrastructure particulière reflète également le manque d’intérêt
croissant et perpétuel pour le quartier des Marolles, à savoir l’infrastructure d’accueil
séculaire pour les sans-abri (qui a souvent été reprise dans un contexte de bienfaisance
religieuse). L’illustration 2 indique une nette concentration de diverses infrastructures dans ce
quartier. Mais cette même carte montre aussi que les initiatives les plus récentes n’ont pas été
implantées dans cette partie des Marolles ; les nouveaux projets ont clairement été déplacés
vers la partie ouest du centre historique de la ville. Cette évolution peut mettre en lumière
deux tendances étroitement liées : la revalorisation subtile des Marolles et la marginalisation
croissante de la partie ouest du centre-ville (accueil d’une série de familles qui ont été
expulsées des Marolles), sur la frontière avec Molenbeek (ill. 1), l’une des zones les plus
défavorisées de Bruxelles (Demeulder 1996, Meert 2000). L’augmentation des services va, à
son tour, de pair avec une réduction générale des interventions directes des pouvoirs publics
(Edgar et al 1999).

D’après le recensement de 2001, le quartier des Marolles abrite quelque 4750 habitants. Ce
chiffre ne tient bien entendu pas compte des gens qui ne sont pas officiellement inscrits,
comme les sans-abri et les immigrés illégaux sans-papiers (à ce jour, nous ne disposons pas
encore d’estimation précise du nombre de personnes appartenant à cette catégorie dans le
quartier). Malgré le processus actuel d’appauvrissement inversé, la situation socio-
économique désespérée du quartier se traduit toujours dans les données de recensement.
L’illustration 3 montre l’évolution des revenus imposables par habitant entre 1996 et 2001
(après correction pour inflation) en ce qui concerne la Région de Bruxelles-Capitale.
Nonobstant l’actuelle gentrification, le quartier se caractérise par une augmentation modérée




                                                                                           21
voire négative des revenus moyens. L’explication à ce phénomène se situe dans le fait que le
processus de « gentrification » des Marolles doit être attribué en grande partie à de jeunes
pionniers urbains qui viennent de découvrir les atouts de la ville. Entre 1991 et 1998, le
quartier a connu une augmentation significative de jeunes adultes, ce qui donne un profil bien
plus jeune que pour toute la Région de Bruxelles Capitale en 1998 (le nombre de jeunes gens
âgés de 20 à 34 ans est passé de 19 % en 1991 à 25 % en 1998 (Guldentops et al 2001)). Dans
cette partie sud du centre de Bruxelles, une population jeune fait baisser la moyenne d’âge
(De Clercq et al, 2000, pp. 76-78). Vu leur position spécifique dans le cycle de vie, leur
rémunération sur le marché de l’emploi est relativement modérée, ce qui explique leur impact
limité sur le revenu moyen dans le quartier entre 1996 et 2001. Par ailleurs, il faut savoir que
près de 50 % des habitants du quartier n’ont pas la nationalité belge4, vivent dans des grandes
familles et sont victimes des chiffres élevés du chômage (en 19915, moins d’une personne sur
trois âgée entre 15 et 64 ans était active sur le marché de l’emploi). Les revenus annuels
moyens ne s’élevaient qu’à 5040 euros par habitant en 1996, contre 10460 euros par habitant
dans la Région de Bruxelles-Capitale6.




 4
   Because of naturalisations (people of a non-Belgian origin receiving the Belgian nationality, the real share
may be considerably higher).
 5
   Les données les plus récentes ne sont malheureusement pas disponibles
 6
   Le fossé entre ces revenus par habitant doit principalement être imputé au fait que les familles d’immigrés
dans les Marolles sont plus nombreuses par rapport à la part prépondérante de célibataires au niveau régional.




                                                                                                            22
Illustration 2 : évolution des structures d’accueil 1996 – 2003




                                                                  23
Illustration 3 : évolution des revenus entre 1996 et 2001 (après correction pour inflation)




La qualité générale du logement souligne également la situation défavorisée des Marolles.
L’illustration 4 montre qu’environ 15 % des logements ne disposent pas du confort de base
(absence de toilette intérieure et/ou absence de salle de bains privée dans la maison). Le fait
que la situation ne soit ici pas aussi dramatique qu’elle ne l’est par exemple dans les quartiers
ouest autour du centre-ville médiéval s’explique par le nombre relativement élevé de
logements sociaux dans les Marolles (25 %), par rapport à seulement 10 % pour l’ensemble
de la Région de Bruxelles Capitale (Guldentops et al 2001). Depuis les années septante, le
quartier des Marolles a en effet vu se développer un programme de rénovation urbaine
impliquant notamment la construction de logements sociaux. En comparaison avec les
logements privés et les maisons en location dont la construction date du XIXe siècle et du
début du XXe, le secteur immobilier social de l’après-guerre affiche un degré de confort
supérieur. Mais cette proportion relativement importante de logements sociaux à louer
explique aussi les revenus généralement bas de ce quartier.
Le mélange de vieux logements privés, de logements sociaux et de maisons récemment
remises en état révèle dans l’ensemble une configuration spatiale d’habitats misérables




                                                                                              24
(composés de logements privés et de maisons à louer conjugués au secteur immobilier social),
dans laquelle émergent de petits îlots de richesse occupés par les gentrifyers (voir aussi
illustration 5).



Illustration 4 : logements sans aménagement de base (confort) en 2001




Mais la gentrification des Marolles n’est pas seulement une histoire de jeunes habitants, pour
la plupart célibataires, qui ont, début des années nonante, jeté leur dévolu sur ce marché de
logement relativement avantageux. Depuis la fin des années quatre-vingt, les antiquaires, bars
et restaurants branchés plus coûteux ont été de plus en plus nombreux à venir s’installer dans
le quartier. En réalité, il ne s’agit que d’un prolongement en direction des Marolles des
infrastructures nettement plus onéreuses qui se taillent la part du lion dans le quartier adjacent
(« le Sablon »7). Par ailleurs, la Région de Bruxelles capitale a encouragé cette tendance en
subventionnant ces initiatives commerciales par le biais de ce qu’il convient d’appeler les




 7
  . Aujourd’hui, on utilise même le terme de « sablonisation » pour désigner le processus de « gentrification »
qui s’accompagne de l’établissement de magasins, de bistrots et de restaurants branchés.




                                                                                                           25
« contrats commerciaux » dans des axes de magasins traditionnels (comme la rue Haute et la
rue Blaes dans les Marolles) qui ont connu une période de dégradation.

Illustration 5 : le bâtiment Jacquemotte dans la rue Haute : une ancienne usine de torréfaction
rénovée en espaces de logement et en bureaux (Photos : Mistiaen 2002)




Ces deux composantes de la gentrification (résidentielle et commerciale) font que les espaces
publics ne sont plus recherchés par les seuls sans-abri, autochtones et consommateurs
démunis, qui sont venus dans ce quartier pour son infrastructure de survie (p. ex. marché aux
puces). Dans le prochain paragraphe, nous examinons si, et dans quelle mesure, les
gentrifyers et les consommateurs de classe moyenne revendiquent eux aussi une place de
choix dans les Marolles, à l’instar des commerçants et bistrotiers branchés qui installent par
exemple leurs terrasses sur les trottoirs. Ce dernier exemple met bien sûr en avant une
privatisation subtile de l’espace public dans les Marolles. Dans le prochain paragraphe, nous
montrerons d’abord que les sans-abri en sont encore toujours principalement réduits à
l’espace public des Marolles pour ce qui est de leurs activités quotidiennes.




                                                                                         26
    La catégorisation de la solidarité et l’urbanisme disciplinant

Solidarité conditionnelle et espace public comme dernier refuge

Jusqu’en 1993, le sans-abrisme belge présentait deux particularités essentielles très simples :
l’antiurbanisation et la répression. Jusqu’alors, une loi de 1891 ordonnait en effet que tous les
vagabonds (le terme de sans-abri n’était pas encore d’usage) que l’on retrouvait en train de
dormir ou de mendier dans les espaces publics et qui n’étaient pas en possession d’une
somme d’argent de base devaient être emmenés vers ce qu’on appelait des colonies dans la
périphérie rurale de Belgique (p. ex. la Campine du Nord en Flandre ou l’Ardenne wallonne).
Ces établissements pénitentiaires spéciaux devaient non seulement les éloigner des villes
malsaines mais devaient aussi les discipliner et leur inculquer les normes sociales, les valeurs
et l’ordre (dans leur vie quotidienne). Ces colonies étaient considérées comme des prisons :
les gens ne pouvaient pas les quitter avant d’avoir purgé leur peine. Elles prenaient la forme
d’institutions qui, grâce à l’élevage et à l’agriculture, survenaient à leurs propres besoins pour
la communauté de vagabonds qui devaient y séjourner pendant une période spécifique en
guise de punition pour leur vie de vagabondage (Depreeuw 1996).
Mais la profonde crise économique et le besoin de logement y afférent au milieu des années
quatre-vingt ont engendré une augmentation du nombre de sans-abri expulsés de leur maison
ou ayant glissé entre les mailles d’autres réseaux ou mécanismes d’intégration sociale
(comme le marché de l’emploi). Les centres urbains en particulier ont dû faire face à un
nombre croissant de vagabonds/sans-abri. Cette situation a généré un déséquilibre structurel
entre l’offre et la demande dans les colonies, ce qui donna lieu en 1993 à la promulgation
d’une nouvelle loi fédérale. Cette loi fit pour la première fois mention du sans-abrisme : il
n’était plus question de vagabonds mais de sans-abri. Contrairement au vagabondage, le sans-
abrisme ne devait plus, d’après le législateur, être puni. Les gens qui avaient autrefois été
envoyés dans les colonies devaient maintenant être admis dans des centres d’accueil spéciaux
appelés à les préparer à une réintégration dans la société. Alors que les colonies étaient
établies dans la périphérie rurale de Belgique, les organisations du troisième secteur se sont




                                                                                            27
nichées dans des quartiers où vivaient en réalité la plupart des sans-abri (voir aussi illustration
1 dans le cas de Bruxelles), c’est-à-dire, dans tous les quartiers défavorisés, datant pour la
plupart du dix-neuvième siècle. Mais les propos suivants recueillis lors d’une interview avec
un sans-abri de sexe masculin et d’un certain âge montrent que les espaces publics dans les
centres urbains restent encore toujours le coin de prédilection de nombreux sans-abri :

      « Mais si vous dormiez dans la rue ou dans la gare, on vous demandait : pouvons-nous voir
      votre passeport [= carte d’identité]. Ils vous réveillaient, vous demandaient votre carte d’identité et
      aussi : avez-vous de l’argent sur vous ? « Oui, j’ai de l’argent. Ok, disaient-ils. Mais sans
      argent, vous étiez arrêté comme un vagabond et étiez directement envoyé à Wortel [= nom d’une
      colonie dans la Campine du Nord en Belgique]. J’y ai passé plus de treize années. Maintenant, Wortel
      n’existe plus. Voilà pourquoi autant de gens vivent dans la rue. Ils ne peuvent aller nulle part.
      Peut-être une seule nuit dans un asile de nuit mais ça s’arrête là. Les centres d’accueil aussi
      sont surchargés ».
La présence de sans-abri dans les rues de Bruxelles ne résulte pas seulement de la sous-
capacité des centres d’accueil. Le fait que la grande majorité des services pour sans-abri
soient situés près du centre-ville signifie que de nombreux sans-abri utilisent les espaces
publics la journée pour mendier ou simplement se reposer sur un banc ou discuter avec
d’autres gens (Rollinson, 1998, Heuts 2001). Pour toutes ces raisons, ils deviennent un groupe
extrêmement visible dans l’espace public.
La suppression des colonies pour vagabonds s’est accompagnée de la création d’innombrables
types de services pour sans-abri qui ne relèvent plus directement du contrôle et de la
responsabilité des autorités mais qui sont subventionnés. L’un de ces services spéciaux à
Bruxelles est un centre de services spécialisé dans le travail de rue avec les sans-abri. Durant
notre interview avec ce service, il est apparu clairement que cette ONG ne cessait de
subdiviser les sans-abri en plusieurs catégories8. C’est ce qui ressort du discours suivant tenu
par un travailleur de rue :

          Q : Avez-vous à l’époque fait quelque chose pour le groupe d’Afghans qui séjournait devant
          l’Eglise de Molenbeek ?
          A : Non. Nous l’avons appris par la presse. Vous savez, nous constatons que le problème est
          toujours double : nous voyons que certains illégaux qui sont en pleine procédure rencontrent
          des problèmes et qu’ils continuent à sombrer vers une vie dans la rue et alors, vous pouvez


 8
   Le contexte de l’interview a, en l’occurrence, toute son importance : peu avant notre entretien avec les
éducateurs de rue, les médias nationaux avaient braqué leurs projecteurs sur un groupe de quelque 15 Afghans
qui devaient dormir quelques nuits en plein air dans le centre de la commune bruxelloise de Molenbeek.




                                                                                                         28
         vous dire soit : nous sommes le secteur des sans-abri et nous devons donc recueillir ces
         gens, soit c’est aux autorités à prendre leurs responsabilités. (…) Ces gens ont droit à un lit,
         mais je trouve qu’il n’est pas juste qu’ils revendiquent les lits des sans-abri. Le problème de
         ces gens n’est pas qu’ils sont sans-abri. Ces gens ont un problème financier en raison de
         leur situation administrative et donc j’estime que ce n’est pas au secteur des sans-abri de les
         accueillir. Il y a pour ainsi dire un manque permanent de lits à Bruxelles, et si les autorités
         prenaient leurs responsabilités par rapport à ces gens, la pénurie de lits pour les sans-abri
         ne serait pas aussi importante. Aujourd’hui, on entend le secteur des sans-abri clamer
         qu’« il devrait y avoir plus de lits ». On pourrait construire dix asiles de nuit
         supplémentaires, ils seront toujours pleins d’illégaux.
Ces propos sont riches en enseignement car ils montrent clairement que les travailleurs de rue
distinguent deux catégories pour les gens qu’ils rencontrent la nuit dans les rues de Bruxelles
(les gens qui sont réellement et littéralement sans abri) : les sans-abri ayant droit et les sans-
abri n’ayant pas droit, cette dernière catégorie étant aussi littéralement décrite comme celle de
ceux qui n’ont « pas de problème de sans-abrisme ». Pour faire cette distinction, on se réfère
implicitement à la politique générale en matière d’immigration et d’asile prônée par les
autorités. Le fait que les autorités reconnaissent à peine à ces gens le titre de citoyens est pour
eux un argument pour leur refuser l’accès à leur service. Ce raisonnement est pour le moins
équivoque : d’une part, les autorités ne leur permettent pas de s’occuper de ces gens (comme
nous l’avons indiqué plus haut, il s’agit d’une question de critères d’éligibilité contradictoires
dans divers domaines : politique d’asile et politique des sans-abri) ; d’autre part, leur discours
témoigne d’une forme d’opposition à la politique publique et leur refus de prendre ces gens en
charge est aussi une manière de confronter les autorités avec leur politique « sans cœur » vis-
à-vis des sans-abri ; mais d’un autre côté, leur raisonnement s’appuie aussi sur la requête
évidente des sans-abri « autochtones » qui se plaignent souvent de la présence d’immigrés
dans les services pour sans-abri bruxellois. Les propos suivants tenus par une femme belge
sans-abri rejoignent singulièrement ceux de l’éducateur de rue :
         Je ne sais pas mais ces étrangers viennent de toutes sortes de pays et peut-être qu’il y a des
         problèmes dans leur pays, ça je veux bien le croire, mais ils doivent d’abord se préoccuper
         de nous tous qui sommes dans le besoin. Et ensuite, ils peuvent s’occuper des autres, là je ne
         suis pas contre. Mais nous avons aussi des problèmes et ils sont bien plus nombreux qu’on
         ne le pense.
Par ailleurs, un collaborateur haut placé du cabinet d’un Ministère bruxellois (qui relève du
gouvernement de la Région de Bruxelles capitale) avance aussi des arguments spécifiques
pour établir une distinction entre les groupes de sans-abri qui doivent ou non être aidés :
         Il y a bel et bien des difficultés financières étant donné que Bruxelles doit faire face à toute
         une série de problèmes qui relèvent de la responsabilité financière de l’État fédéral. Nous ne




                                                                                                   29
           sommes pas satisfaits de cette manière de repousser les solutions. L’ouverture de centres
           d’accueil accessibles à tous engendrerait de graves conflits entre les autochtones et les
           immigrés. C’est par exemple le cas à Pierre d’Angle [= centre d’accueil dans le centre de Bruxelles], et à
           CASU où se pose le même problème [CASU = un autre centre dans Bruxelles]. Les gens s’y rendent la
           nuit pour dormir et pour s’organiser en groupe. Et à un moment donné, les groupes qui
           pensent que cela [il désigne les centres de services] doit leur être réservé s’affrontent.
Dans ces propos, le collaborateur du cabinet, qui peut se targuer d’une longue expérience en
matière de sans-abrisme à Bruxelles, esquisse explicitement une construction de solidarité : il
exclut en effet un groupe de gens qui, d’après lui, n’ont pas droit au confort offert par les
centres d’accueil (en dépit du fait qu’ils vivent dans la rue). Pour étayer son discours, il
invoque une logique institutionnelle : selon lui, le gouvernement bruxellois ne doit pas
subventionner les services pour sans-abri pour accueillir des gens qui sont en réalité sans abri
en raison d’une mauvaise politique de l’état fédéral en ce qui concerne les immigrés sans-
papiers.
Il ressort ici clairement que tous les acteurs présents sur la scène de la politique du sans-
abrisme produisent, reproduisent et gèrent des catégories d’éligibilité spécifiques en matière
de solidarité. Si ces catégories procèdent d’un mélange complexe d’arguments, elles ont en
tout cas une conséquence évidente : cette catégorisation contribue à l’attribution continue de
l’espace public en tant qu’espace de vie à des catégories spécifiques de sans-abri (comme les
immigrés sans-papiers).
En résumé, malgré la création et le fonctionnement ininterrompu de divers services pour sans-
abri dans le centre-ville de Bruxelles depuis le milieu des années quatre-vingt, l’espace public
est continuellement confirmé comme le seul et dernier refuge pour les sans-abri. Cela fait des
sans-abri une catégorie de gens qui sont en permanence extrêmement visibles dans les rues,
sur les marchés, sur les places, dans les gares et autres espaces publics. Dans le paragraphe
suivant, nous analysons les définitions et les pratiques de la solidarité par rapport aux sans-
abri, telles que formulées durant les interviews par divers groupes sociaux qui travaillent et
vivent dans les Marolles. Par ailleurs, il est essentiel que nous comprenions comment ces
manifestations de solidarité sont liées à la visibilité des sans-abri et aux perceptions de
nuisances qui en découlent et comment ces manifestations mettent en lumière des aspects
d’une urbanisation disciplinante.




                                                                                                              30
Pratiques de solidarité conditionnelle et d’urbanisation disciplinante

Nous avons analysé la solidarité (et ses nouvelles formes) ainsi que les pratiques
disciplinantes spécifiques à l’égard des sans-abri à la lumière de divers acteurs clés présents
dans le quartier étudié : initiatives du troisième secteur (agences immobilières sociales - AIS),
gentrifyers résidentiels, commerçants (gentrifying) traditionnels et branchés (y compris un
grand supermarché de solidarité guidée par le marché) et agents de sécurité qui travaillent à la
Gare du Midi. L’un des principaux constats de cette étude est que le critère de solidarité,
décliné dans toutes ses variations possibles, coïncide avec l’usage ou non de pratiques
disciplinantes. Cette pratique disciplinante est, comme nous le disions dans notre introduction,
double : correction de l’altérité, dans la mesure du possible, et exclusion si cette correction
paraît impossible.




                                                                                           31
Illustration 6 : combinaisons de solidarité et de pratiques disciplinantes

               Explicite
                    oui                       Donneurs             Donneurs             Donneurs
                                                                  corrigeant           corrigeant
                                             conditionnels
                                                              institutionnellement    lucrativement

                                             Commerçants
                                                                   Agences            Industrie de
                      CONDITIONNELLE




                                             et bistrotiers
                                                                immobilières         consommation
         SOLIDARITE




                                             traditionnels
                                                                   sociales             à grande
                                                                                        échelle
                                               Tolérants       Opportunistes           Expulseurs




                                                Jeunes        Commerçants et           Agents de
                      non
                                              gentrifyers         bistrotiers        sécurité privés

                                                                   branchés


                                       non                        PRATIQUES                           Explicites oui
                                                               DISCIPLINANTES

Il s’agit d’un constat important car il remet en question la thèse de Smith d’une urbanisation
revanchiste qui est fortement ancrée dans un discours de violence contre l’altérité. Nos
constats montrent que la combinaison de solidarité et de pratiques disciplinantes annule l’effet
d’altérité. La culture urbaine actuelle au sein de laquelle les sans-abri sont recueillis et
approchés par les divers acteurs clés urbains n’est donc pas simplement hostile et revanchiste
mais embrasse aussi des pratiques de solidarité soumises à davantage de conditions que ce
n’était le cas auparavant. Mais tous les acteurs clés n’associent pas de la même manière la
solidarité à des pratiques disciplinantes. Comme le résume l’illustration 6, on rencontre dans
le monde réel toutes les combinaisons théoriquement possibles de solidarité et de pratiques




                                                                                                                32
disciplinantes. Nous détaillons ci-après davantage ce schéma en passant en revue les pratiques
et discours que nous avons recueillis durant notre étude de terrain dans les Marolles.




« Partie du contrat » : jeunes gentrifyers résidentiels dans les Marolles (les « tolérants »)

Comme nous l’avons déjà expliqué plus haut, les gentrifyers des Marolles sont principalement
des jeunes célibataires justifiant d’une formation de niveau supérieur ou des couples sans
enfants qui ont récemment jeté leur dévolu sur le quartier. La plupart d’entre eux ont fait
l’acquisition d’une habitation qui leur a été proposée par la Société de développement pour la
Région de Bruxelles-Capitale. Ils apprécient l’ambiance multiculturelle des Marolles et
considèrent les incommodités qui peuvent surgir du fait qu’ils vivent dans ce quartier
spécifique comme faisant partie du contrat (« ils tolèrent »). Leurs habitations sont regroupées
en petites initiatives de logement. Ces logements de qualité supérieure ne permettent pas
d’éviter que le quartier souffre d’un manque d’attention considérable. Si on demande aux
nouveaux venus dans les Marolles leur appréciation générale du quartier, on obtient dans les
grandes lignes le discours suivant :
         Mais vous pouvez voir le contraste avec ces endroits, comme dans la rue des Tanneurs, où
         vous avez toujours un quartier de logement social des années septante. Vous rencontrez la
         même situation dans les environs du Palais de Justice et autour de la rue Blaes. Vous savez,
         ces endroits sont en fait des îlots de marginalité car ce quartier ne sera jamais rénové. Et je
         le regrette. Cela me fait peur. Cela me donne aussi un sentiment d’insécurité (femme en
         possession d’un diplôme universitaire, avec partenaire).
Ces propos illustrent la manière dont les nouveaux venus considèrent leur nouvel
environnement et font la distinction entre le « chez nous » et le « chez eux ». On remarque
aussi qu’ils associent le concept d’îles aux parties plus anciennes et nettement plus
nombreuses du quartier, au lieu de se référer aux petits îlots de richesse qu’ils occupent
personnellement. A la question de savoir ce qu’il en était de l’éventuelle solidarité avec les
pauvres dans le quartier, ils répondaient le plus souvent que c’était le devoir des autorités et
non celui des habitants ou des bénévoles :
         Le mieux qu’on puisse faire, c’est défendre l’intérêt de notre quartier. Et aussi dans une
         certaine mesure solutionner les problèmes de notre quartier. Mais comme vous pouvez le
         constater, c’est impossible. Les gens n’agissent plus comme ça. Je veux dire que c’est la
         responsabilité des autorités et qu’à ce niveau-là, elles ne sont pas à la hauteur (homme
         célibataire, diplôme d’humanités).




                                                                                                  33
Nous constatons donc que ces nouveaux venus développent une attitude passive par rapport
au manque d’intérêt social pour leur quartier. Ils ne contribuent pas activement à la
redistribution de la richesse dans les Marolles. Le fait qu’ils plaident pour des autorités
responsables traduit en réalité une pensée fordiste : une redistribution des impôts doit
remédier au manque d’intérêt pour le quartier. Même si certains ont exprimé des sentiments
d’insécurité, aucun jeune gentrifyer n’a associé l’altérité au besoin de davantage de
répression. Cela illustre aussi leur tolérance par rapport à l’altérité dans leur quartier.



Commerçants et bistrotiers traditionnels : donneurs conditionnels

Les commerçants et bistrotiers traditionnels considèrent que la solidarité avec les pauvres fait
partie des tâches qu’ils ont à remplir dans les Marolles. Tous les commerçants et bistrotiers
traditionnels que nous avons interrogés ont apporté un soutien direct (sous la forme de
nourriture ou même d’argent) aux sans-abri. En voici pour preuve la déclaration suivante faite
par un bistrotier :
         Ces gens sont toujours présents ici. Nous nous trouvons à proximité de l’Armée du Salut et
         pas très loin de la Gare du Midi et de la Gare centrale. Nous nous situons juste au milieu.
         (…).Il arrive qu’ils viennent demander quelque chose. Si nous avons des restes, nous les leur
         donnons. Ou certaines personnes ne viennent parfois pas chercher leur commande. Dans ce
         cas, nous avons le choix. S’ils ne viennent pas chercher leur commande avant une ou deux
         heures du matin, nous pouvons soit la jeter à la poubelle soit la donner aux pauvres.
Mais leur solidarité est exclusivement conditionnelle. Il y a nettement moins voire même pas
du tout de soutien pour les étrangers, les sans-abri souffrant de problèmes d’alcool et ceux qui
affichent une altérité par rapport à ce qui est considéré comme normal par ces donneurs de
solidarité. Ce boucher parle de sa clientèle en ces termes :
         Q : Viennent-ils [= les sans-abri] dans le magasin pour demander à manger par exemple ?
         R : Oui, ils viennent tous les jours demander quelque chose.
         Q : Et quelle est votre réaction ?
         R : Je ne leur donne pas d’argent mais bien de la nourriture, même si ça dépend aussi de qui
         il s’agit. Oui, vous les connaissez, n’est-ce pas ? Vous savez qui devrait et qui ne devrait pas
         recevoir quelque chose. Je ne donne pas à manger à quelqu’un qui se promène saoul tous
         les jours. S’il a de l’argent pour boire, il a aussi de l’argent pour s’acheter à manger. Mais
         oui, oui, nous avons nos clients habituels. Egalement beaucoup de gens avec des enfants.




                                                                                                   34
Commerçants et bistrotiers branchés : les opportunistes

Le refus presque généralisé de parler du quartier et de ses habitants (comme nous avions
annoncé l’interview) en dit long sur les commerçants et les bistrotiers interpellés qui sont
récemment venus s’installer dans le quartier et qui donnent corps au « processus de
sablonisation » dans les Marolles. Quant aux personnes disposées à parler, elles n’avaient que
peu de temps devant elles. Les propos les plus éloquents concernant les nouveaux
commerçants, leur disposition à organiser la solidarité avec les pauvres et leurs idées sur
l’approche de la présence de sans-abri dans les rues des Marolles nous viennent d’interviews
avec des assistants sociaux dans le quartier. L’un d’entre eux nous a décrit comment les
restaurants branchés s’appropriaient de plus en plus l’espace public au détriment des plus
démunis socialement :
         La semaine dernière, je passais devant l’église. Il y a des bancs que de nombreux sans-abri
         utilisent, avec leurs chiens, pour boire, etc. Il y a deux petits restaurants branchés et
         apparemment les gens sur les bancs les dérangent car ils ont aussi une terrasse. Et il arrive
         que ces gens crient, chantent ou jouent avec leurs chiens. Alors, maintenant, ils ont placé sur
         ces bancs des poubelles noires qu’ils ont fixées à l’aide de chaînes afin d’empêcher
         quiconque d’encore s’y asseoir.
Cet exemple de manifestation de force est symptomatique de l’attitude de ces nouveaux
commerçants : dans l’ensemble, ils ne se soucient guère des heurs et malheurs du quartier. Ils
font leur travail et répondent habilement aux contrats commerciaux qui ont été introduits par
la Région de Bruxelles-Capitale pour insuffler une nouvelle vie au quartier. Cette attitude
opportuniste s’accompagne d’un refus de solidarité avec les pauvres, même pas de manière
conditionnelle. Dans un même temps, ils n’hésitent pas à utiliser leur statut de rénovateurs
urbains pour chasser les sans-abri des espaces publics car ils estiment qu’ils sont néfastes pour
leur image et partant, pour leurs activités commerciales.



Agences immobilières sociales : donneurs corrigeant institutionnellement

A la fin des années quatre-vingt, des organisations sociales introduisirent les premières
Agences immobilières sociales (AIS) en Belgique (voir De Decker, 2002). Les AIS relèvent
d’une approche qui entend garantir un logement convenable et abordable aux familles plus
démunies à travers la socialisation du marché de location privé. Dans le courant des années
nonante, ces initiatives ont progressivement été institutionnalisées. Dans la Région de




                                                                                                  35
Bruxelles-Capitale, les logements de location privés sont le plus souvent gérés
« socialement » par une organisation du troisième secteur. En échange de prix de location
quelque peu inférieurs à la normale, le bailleur privé reçoit la garantie que les logements sont
correctement entretenus par le sous-bailleur médiateur et que l’argent de la location est
toujours versé à temps.
Quoique reconnues officiellement par les autorités, les AIS sont libres d’appliquer divers
critères leur permettant d’accepter ou non d’éventuels locataires. La plupart des AIS
développent leur propre vision, leur propre groupe cible et leur propre interprétation de leur
mission. Les deux AIS que nous avons interrogées dans le cadre de cette étude, ont clairement
déclaré que tous les futurs locataires devaient s’affilier à un service spécifique chargé
d’encadrer individuellement leur budget. Tels sont entre autres les propos recueillis auprès
d’un porte-parole de l’AIS bruxelloise « IRIS » :
         Mais la condition est qu’ils soient encadrés et que cet encadrement soit pris en charge par
         un service agréé. Personne n’entre chez nous s’il n’est pas encadré. Ce système permet
         d’éviter d’importants problèmes. (…) Notre mission consiste à attribuer des logements. Par
         le passé, cela se passait de la manière suivante : le centre d’accueil venait chez IRIS et IRIS
         donnait un logement. A l’époque, il s’agissait d’une situation transitoire pour passer ensuite
         à un circuit normal. Ils pouvaient essayer, examiner la situation, épargner un peu d’argent
         vu que les prix de location ne sont pas tellement élevés et espérer épargner suffisamment
         pour louer ultérieurement dans le secteur privé. (…) En réalité, nous sommes passés d’une
         phase intermédiaire à un modèle de logement bien établi : vous avez ainsi aujourd’hui le
         secteur privé, le secteur des logements sociaux et les agences immobilières sociales.
Il ressort de ces propos que l’accès au logement adéquat auquel doivent pourvoir les AIS, est
soumis à de plus en plus de conditions et que ces établissements visent à rectifier et à corriger
le comportement des sans-abri par rapport au logement. Les conditions qu’elles imposent ont,
sans conteste, un impact plus disciplinant. Elles vont clairement plus loin que l’attitude neutre
des commerçants et bistrotiers traditionnels que nous avons décrits précédemment en tant que
donneurs conditionnels et qui n’associent pas leur solidarité à une urbanisation disciplinante.
En outre, les conditions posées par les AIS s’entremêlent avec des conditions liées à divers
autres problèmes sociaux : le fait que les immigrés sans-papiers n’aient pas accès à
l’assistance reconnue officiellement peut également directement les exclure de l’une des
initiatives de logement les plus accessibles. La raison qui se cache derrière de tels critères
pourrait être le souhait d’éviter les loyers impayés. Mais un motif au moins tout aussi
important est la volonté de discipliner les sans-abri et de les obliger à épargner de l’argent afin




                                                                                                  36
de le dépenser correctement. Ceux qui ne sont pas en mesure de remplir ces conditions en
sont toujours réduits aux divers services pour sans-abri.



Solidarité guidée par le marché : les donneurs corrigeant lucrativement

Jusqu’à la fin des années nonante, la plupart des familles les plus démunies des Marolles
faisaient leurs courses dans un supermarché « lowbudget » situé en plein cœur du quartier.
Aussi la fermeture de ce magasin a-t-elle été, pour bon nombre d’entre elles, une véritable
catastrophe. Elles ont dû rechercher des alternatives en dehors des Marolles ou se contenter de
produits alimentaires de piètre qualité provenant d’autres petits magasins de quartier. Mais
l’année 2003 vit l’installation d’un nouveau supermarché à très bas prix dans les Marolles
(illustration 7). L’emplacement de ce supermarché fut déterminé par le biais d’une procédure
bien précise dans le cadre de laquelle tous les CPAS des communes belges et les ONG
sociales du troisième secteur purent « présenter leur candidature » pour se voir attribuer un tel
supermarché social. Carrefour (la grande chaîne française de supermarchés qui possède le
supermarché social dans les Marolles) organisa une « offre publique » lors de laquelle les
bureaux d’aide sociale des autorités locales et les ONG sociales devaient présenter un dossier
consistant dans lequel ils montraient dans la mesure du possible qu’une telle supérette sociale
serait effectivement la bienvenue dans un quartier spécifique sur leur territoire ou sur leur
terrain d’action. Les clients de cette supérette sociale spécifique doivent ensuite être
sélectionnés et proposés par le partenaire local. Cette procédure est décrite comme suit par le
responsable en communication de Carrefour :
         Ces gens reçoivent donc une carte de membre, mais cela ne veut pas dire qu’ils peuvent
         venir faire leurs emplettes aussi longtemps qu’ils le souhaitent. Nous fixons une certaine
         limite pour leur apprendre à gérer leur budget. La limite que nous posons est de six mois ou
         un an (…). Notre partenaire [le bureau d’aide sociale ou l’ONG sociale du troisième secteur] doit nous
         transmettre une liste des gens qui, d’après eux, doivent avoir accès au magasin. Ils peuvent
         choisir eux-mêmes à qui ils veulent donner une carte de membre.




                                                                                                         37
Illustration 7 : supermarché social dans les Marolles : solidarité corrigeant lucrativement

(photos : Karen Stuyck)




Cette initiative illustre véritablement la nouvelle interprétation post-fordiste de la solidarité
avec les pauvres. Seuls quelques habitants privilégiés peuvent faire leurs courses dans ce
qu’on appelle le « supermarché social ». Et encore une fois, on a affaire à une approche
disciplinante : des clients potentiels doivent promettre qu’ils apprendront à gérer leur budget
pour éviter de futurs déboires financiers. Carrefour impose également des règles strictes en ce
qui concerne le montant que les gens peuvent dépenser dans le supermarché : 4 euros par
semaine pour les adultes et 3 euros par semaine pour les enfants. Les prix sont extrêmement
bas et s’élèvent à environ 20 % des prix courants dans les magasins Carrefour normaux. Les
produits proposés varient de semaine en semaine et ne sont jamais comme il faut9, ce qui les
rend invendables dans leurs magasins normaux. Par ailleurs, Carrefour ne court aucun risque
si les produits n’étaient pas vendus aux clients individuels et aux familles : leur partenaire
local rachète en effet toutes les marchandises (dans le cas des Marolles : une ONG locale du
troisième secteur), toute implication des clients est inexistante.
Les gens qui sont employés dans les supermarchés locaux sont des chômeurs peu instruits. Ils
entrent en service pour une durée d’un an, ce qui fait que les salaires sont très bas et que les
cotisations patronales à la sécurité sociale (une composante de base de la solidarité) se
limitent à un minimum.



 9
   La date de conservation ne peut jamais poser de problème. La plupart des marchandises qui sont vendues
dans ce supermarché social présentent des défauts d’emballage.




                                                                                                       38
Les pratiques de solidarité de cette initiative d’envergure guidée par le marché diffèrent
clairement de la solidarité conditionnelle dont font preuve les commerçants de quartier
traditionnels (illustration 6). Avec son supermarché, Carrefour entend corriger le
comportement des pauvres et les remettre sur le droit chemin en leur infligeant un
comportement plus discipliné. Il est évident que c’est au moins aussi important voire même
plus important pour Carrefour de pouvoir encore écouler la majeure partie des marchandises
qui sont invendables selon les normes normales.



Agents de sécurité privés : les expulseurs

La gentrification commerciale et résidentielle limitée et réduite du quartier explique l’absence
d’agents de sécurité voyants dans le quartier. Le contrôle du respect de la loi est en majeure
partie effectué par des services de police traditionnels. C’est pourquoi, comme évoqué plus
haut dans le paragraphe sur la méthode d’analyse, nous avons interrogé des agents de sécurité
dans la Gare du Midi avoisinante.
B-Security est le service de gardiennage interne de la Société nationale des chemins de fer
belges qui a été créé en 1999 et qui occupe aujourd’hui 160 personnes. Elles affichent une
présence extrêmement visible à la Gare du Midi, à l’instar d’une série d’autres services de
police comme la société privée Group 4. Ce nouveau navetteur vers Bruxelles dépeint la
situation avec ironie :
         Jusqu’à ce que je vienne à Bruxelles, jamais je n’avais vu autant d’uniformes. C’est
         incroyable. C’est comme s’ils avaient trouvé un uniforme pour tout ce qu’il était possible de
         faire ici (…). Les uniformes des agents qui vous tiennent à l’œil diffèrent selon que vous
         achetez à manger ou que achetez un ticket.
Le devoir de ces agents consiste pour ainsi dire littéralement à exclure toute altérité
potentielle et effective afin d’éviter que la présence de comportement déviant et un sentiment
d’insécurité ne viennent troubler et léser les intérêts des navetteurs, des hommes et femmes
d’affaires et des commerçants. Cela explique aussi pourquoi on rencontre les sans-abri surtout
dans la périphérie de la Gare du Midi, près des entrées latérales et suffisamment loin des
magasins de la gare. Un des agents de B-Security qui était disposé à parler de son travail a
subdivisé les sans-abri en catégories, lesquelles justifient des interventions ou l’exclusion :
         Les voyageurs n’aiment pas quand quelqu’un est couché par terre ou sur un banc dans la
         salle des pas perdus, n’est-ce pas ? Cela leur donne un sentiment d’insécurité, pas vrai ? Je




                                                                                                39
            n’ai rien contre ces gens, certains sont bons et d’autres sont mauvais, c’est comme ça. A
            l’entrée de la gare, vous rencontrez certains d’entre eux avec un chien et il arrive que ces
            chiens errent ou, même parfois, mordent des voyageurs. Il y a aussi ceux qui importunent les
            voyageurs. Voilà donc le type de gens qu’on trouve.
Ces acteurs ne se préoccupent guère de solidarité. Et un agent de sécurité de Group 4 de
déclarer :
            La seule chose qui m’intéresse, c’est le travail qu’on me demande de faire.
Les interventions sans cœur des agents de sécurité à la Gare du Midi ont récemment mené à la
création du « Collectif du Midi », une vaste collaboration entre organisations locales,
associations de bienfaisance et services pour sans-abri. Ils veulent agir contre les mesures
d’oppression actuelles à l’encontre des sans-abri dans la Gare du Midi. Ils ont récemment
réussi à négocier avec les parties responsables de ce traitement des sans-abri et à introduire
des notions de solidarité dans leur discours général sur la sécurité10.




 10
      Mais il est encore trop tôt pour évaluer avec précision l’impact général de cette initiative.




                                                                                                      40
                                         Conclusion
Comme l’a montré cette étude, la solidarité est devenue, dans notre société actuelle, une
sphère de plus en plus complexe et de plus en plus sélective. Cette complexité découle de la
régression des relations de solidarité linéaires et automatiques, caractéristiques de l’État-
providence fordiste dans lequel l’individu et les pouvoirs publics entretenaient ensemble une
relation sans équivoque de fournisseur et de client. La tendance d’une interprétation post-
fordiste de la solidarité a entre autres généré une augmentation du nombre d’acteurs impliqués
dans la dotation de solidarité, qui se traduit notamment par une prolifération de critères et de
mécanismes. Pour le sans-abri, cela signifie qu’il doit chercher sa voie dans l’enchevêtrement
de fournisseurs qui utilisent tous leurs propres critères, souvent contradictoires.
En ce sens, l’éligibilité devient un trait essentiel de la solidarité : certaines personnes ont
davantage de droits que d’autres, certaines personnes doivent se plier à des règles différentes
que d’autres. Il en résulte qu’il est, pour certaines personnes, quasi impossible d’avoir droit à
toute forme de solidarité. Les fournisseurs peuvent définir leurs critères d’accessibilité de
manière de plus en plus autonome et partant, introduire de nouvelles formes d’éligibilité. Les
Agences immobilières sociales qui sont des institutions reconnues officiellement et
subventionnées peuvent, par exemple, exclure des gens qui refusent un encadrement en
termes de budget. Quant aux grandes entreprises lucratives, elles peuvent dorer leur blason en
fournissant, sous le couvert de la solidarité, des produits alimentaires extrêmement bon
marché à un groupe de démunis qui sont sélectionnés sur la base de leur acceptation ou non
de stratégies disciplinantes spécifiques qui leur sont imposées par les fournisseurs.
De ce fait, tous les nécessiteux n’ont pas accès à ces institutions de solidarité officielles plus
ou moins post-fordistes. Même les services pour sans-abri renvoient à la rue certains groupes
bien précis de sans-abri. C’est la raison pour laquelle certaines familles en sont réduites à
toutes sortes d’assistance non officielle en vue d’obtenir quelque forme de soutien. Si les
pauvres peuvent aussi s’apporter un soutien mutuel (mais que peuvent-ils se donner d’autre
que de la pauvreté ?), ils sont cependant aussi souvent victimes de relations de pouvoir dans
lesquelles ils se retrouvent imbriqués. Ce processus inhérent de marginalisation progressiste




                                                                                            41
des « toujours inéligibles » commence par leur exclusion de l’assistance publique, suivie de
leur renvoi vers des ONG du troisième secteur où ils sont également exclus. Finalement, ils
atterrissent dans des formes non officielles et souvent exploitantes de solidarité, cette dernière
phase du processus s’accompagnant d’une utilisation massive de l’espace public. Dans ce
contexte, notre typologie de diverses combinaisons de solidarité et de pratiques disciplinantes
(illustration 5) perd son caractère statique pour devenir dynamique : en réalité, les expulseurs
tels que les agents de sécurité privés luttent contre les nuisances occasionnées par des
mécanismes d’exclusion qui sont inhérents à l’organisation post-fordiste de la solidarité. En
somme, on note une interaction entre la polarisation sociale, la restructuration de la solidarité
et les nuisances. A défaut d’interventions structurelles dans les deux processus précités, le
problème de nuisance est insoluble. De cette manière, l’urbanisation disciplinante qui combat
les nuisances dans les espaces publics branchés n’est que la dernière phase d’une suite de
mécanismes d’exclusion qui font que les gens deviennent des fauteurs de troubles. Le post-
fordisme est ainsi continuellement source de nuisances, lesquelles alimentent les formes
actuelles d’urbanisation disciplinante.




                                                                                            42
                                       Références


o   Cabrera P. (2004), The image of the homeless in two Madrid newspapers. In Meert H. (ed.)
    The changing profiles of homeless people. Homelessness in the Written Press : a Discourse
    Analysis. Brussels : Feantsa, pp. 15-22.
o   De Clercq E., Guldentops F., Kesteloot C., Mistiaen P., Van Nieuwenhuyze I. En Vranken, J.
    (2000), Comparative Statistical Analysis at National, Metropolitan, Local and Neighbourhood
    Level. Belgium : Brussels and Antwerp. Urbex Series No. 2. Amsterdam : AME.
o   De Decker P. (2002), On the genesis of social rental agencies in Belgium, Urban Studies 39
    (2) : 297-326
o   De Decker P., Kesteloot C., De Maesschalck F. and Vranken J. (2005), Revitalizing the city in
    an anti-urban context : extreme right and the rise of urban policies in Flanders, Belgium.
    International Journal of Urban and Regional Research 29 (1) : 152-171
o   De Decker, P. (2004), Dismantling or Pragmatic Adaptation ? On the Restyling of Wefare and
    Housing Policies in Belgium. European Journal of Housing Policy, 4(3), pp. 261-281
o   De Maesschalck, F., Loopmans, M. (2003) « Electoral geography and manifestoes of new
    ‘urban’ parties from 1977-1999 : how urban are they really ? », Belgeo, 2003, nr. 3, pp. 329-
    342
o   Demeulder B. (1996), Molenbeek : exercitieterrein van de nieuwe planning. Stedelijkheid en
    Stedebouw in de rauwe jaren ‘90. Planologisch Nieuws, 16, 112-124.
o   Depreeuw W. (1986), Landloperij, bedelarij en thuisloosheid. Een socio-historische analyse
    van repressie, bijstand en instellingen (Vagrancy, Begging and Homelessness. A Socio-
    Historical Analysis of Repression, Assistance and Institutions). Non-pubished PhD thesis,
    Faculty of Law, Catholic University of Leuven.
o   Edgar B., Doherty J. and Mina-Coul A. (1999), Services for Homeless People. Bristol : The
    Policy Press.
o   Guldentops F., Kesteloot K. and Mistiaen P. (2001), Spatial Dimensions of Urban Social
    Exclusion and Integration. The case of Brussels, Belgium. Urbex Series No. 13. Amsterdam :
    AME.
o   Hammett, C. (1998), The new urban frontier : gentrification and the revanchist city (book
    review). Transactions of the Institute of British Geographers 23 (3) : 412-416




                                                                                                 43
o   Heuts, W. (2001), De alledaagse geografie van straatbewoners in Brussel : een ruimtelijke
    analyse van de overlevingsstrategieën (The Everyday Geography of rough Sleepers in
    Brussels : a spatial analysis of survival strategies). Non-published Masters’ thesis. Leuven :
    Institute for Social and Economic Geography, Catholic University of Louvain.
o   Maas R. (2004), The profile of the homeless in the Luxembourg press. In : Meert H. (ed.) The
    changing profiles of homeless people. Homelessness in the Written Press : a Discourse
    Analysis. Brussels : Feantsa, pp. 23-30.
o   MacLeod G. (2002), From Urban Entrepreneurialism to a « Revanchist City » ? On the Spatial
    Injustices of Glasgow’s Renaissance. Antipode 34(3), pp. 602-624
o   Mathieu, A. (1993), The Medicalization of Homelessness and The Theater of Repression.
    Medical Anthropology Quarterly 7 (2) : 170-184.
o   Meert H. (2000), L’intérêt supérieur du bas Molenbeek. Het hogere belang van Laag-
    Molenbeek. In : E. Corijn en W. De Lannoy (eds.) : La qualité de la différence. De kwaliteit
    van het verschil. Brussel : VUBPRESS, pp. 86-100
o   Mingione E. (1991), Fragmented Societies, a Sociology of Economic Life beyond the Market
    Paradigma. Cambridge : Basil Blackwell.
o   Mistiaen P. (2002), Brussels, Visual lab of Eurex
    (http://www.shakti.uniurb.it/eurex/visual_lab/visual_lab.htm)
o   Papayanis, M.A. (2000), Sex and the revanchist city : zoning out pornography in New York.
    Environment and Planning D-Society & Space 18 (3) : 341-353
o   Rollinson P.A. (1998), The Everyday Geography of the Homeless in Kansas City.
    Geografiska Annaler, 80b (2), pp. 101-115.
o   Smets M. (1985a), De Marollen : het veranderend inzicht over sociale disciplinering. Wonen
    TABK, 21-22, pp. 10-14
o   Smets M. (1985b), De doorbraak van de Blaesstraat te Brussel, 1853-1860 : een onafgewerkt
    décor van vermeende degelijkheid. Wonen TABK, 21-22, pp. 15-26
o   Smith N. (1996), The New Urban Frontier. Gentrification and the Revanchist City. London
    and New York : Routledge.
o   Smith N. (2002), New Globalism, New Urbanism : Gentrification as Global Urban Strategy.
    Antipode 34 (3), pp. 427-450.
o   Van Oorschot W. (1997), Rechten, Plichten en Bijdragen. Een meetinstrument voor het
    draagvlak van solidariteit in de sociale zekerheid. Utrecht : Onderzoeksschool AWSB.




                                                                                               44
              Mon pays, ce n’est pas un pays c’est l’hiver…
                                Pauvreté et Santé Mentale

                                                                                     par Francis Martens11




                                             Introduction
Belle trouvaille que cet intitulé : « La pauvreté, un fait d’hiver ? » ! Un fait divers... quelque
chose qui reste marginal, latéral, en dernière rubrique de la presse en été. Mais, en hiver,
quand il fait froid, quand on trébuche par hasard sur la mort d’un sans-abri, la réalité
réapparaît. Une mise en commun comme celle d’aujourd’hui atteste que, pour nous tous, la
pauvreté n’est pas un fait divers. Yvan Mayeur d’emblée a rappelé des chiffres effrayants.
Surtout si l’on se souvient que la Belgique apparaît comme le sixième pays le mieux classé au
niveau du bien-être dans l’univers connu. N’empêche qu’il y a cette pauvreté, jadis
concentrée pas très loin d’ici puisque Les Marolles - que les «promoteurs» veulent effacer
sous l’appellation « Quartier Bruegel » - sont à un jet de pierre. Par parenthèse, cette volonté
de débaptiser, pour des raisons strictement vénales, est gravissime d’un point de vue
symbolique. Et tragiquement cohérente d’un point de vue prédateur. Mais il y a surtout cette
autre pauvreté qu’on aperçoit tous les jours, vaguement gênés, à la porte de nos téléviseurs :
ces gens accrochés aux clôtures des pays nantis, à Ceuta ou à Melilla, et qui rappellent
étrangement ceux du film de John Boorman « Zardos » (1973). Il y avait là d’un côté, l’élite
de l’univers encore existant rassemblée dans le « Vortex », une sorte d’Eden chlorotique pour
nantis avec les vestiges rassemblés de la culture universelle. Et de l’autre, se dressait une sorte
de clôture technologique invisible autant qu’infranchissable où « les autres », réduits à la
barbarie, venaient s’écraser sans accès à la prospérité où s’anéantissaient les premiers. C’est
tout à fait l’anticipation de Ceuta et Melilla, sauf qu’à l’intérieur - c’est là toute la beauté et la

 11
      Président de l’Association des Psychologues Praticiens de Formation Psychanalytique (APPPsy)




                                                                                                     45
pertinence du film - les gens crèvent d’être coupés du brassage de la vie et, en tant qu’êtres
humains, ils s’éteignent malgré leur immortalité technologique. « Mon pays, ce n’est pas un
pays, c’est l’hiver. Ma maison, ce n’est pas une maison, c’est froidure », dit la belle chanson
de Gilles Vignault... Être pauvre, ce n’est pas seulement une privation matérielle, c’est aussi
une grave désolation psychique. Du moins dans nos parages.




                       « L’homme est un animal malade »
Aux côtés de Gilles Vignault, c’est une autre Québécoise, Linda Lemay, qui pourrait illustrer
cette problématique. Elle a écrit une chanson qui parle d’une famille un peu délabrée, issue du
quart monde québécois - « Les Torchons et les Guenilles » - avec un couplet magnifique qui
rappelle que « Les grands remèdes à nos grands maux, on les trouve pas en pharmacie ».
Même s’il faut des réponses pratiques, sociales, bien articulées, il n’y aura jamais aucune
réponse simplement technique à la pauvreté. Une autre citation, du philosophe catalan Miguel
de Unamuno celle-ci, affine la problématique : « L’homme est un animal malade ». Par
définition, nous le sommes tous, « malades », parce qu’humains. « Animaux dénaturés »,
disait Sartre. En cette faiblesse paradoxalement gît le ressort de notre créativité. Néanmoins,
lorsqu’on est trop blessé dans son humanité, s’envole aussi la créativité. Si l’on est exclu de
l’échange interhumain, si l’on n’est plus « donneur » de quoi que ce soit dans la vie sociale,
on finit par s’effondrer, passer du mauvais côté de la santé mentale. Heureusement, à la
maxime d’Unamuno avait déjà répondu, par anticipation, le proverbe wolof (Sénégal, Afrique
de l’Ouest) « L’homme est le remède de l’homme ».




                                Échange et coopération
Il y a, depuis les 19ème et 20ème siècles, trois grands systèmes anthropologiques qui nous aident
à penser. Le système de Marx (plutôt marxien que marxiste) qui est tout... - il faut le dire, le
répéter, le marteler - qui est tout, sauf dépassé. On prend prétexte bien sûr des abus totalitaires
pour dire que Marx n’est plus qu’une vieille barbe, toxique de surcroît. Pourtant, une bonne
part de ses analyses reste on ne peut plus contemporaine. D’une certaine façon, c’est même




                                                                                             46
beaucoup plus criant – bien que mieux dissimulé - dans le monde néolibéral qu’à l’époque de
Germinal. Le deuxième grand système anthropologique de référence est celui de Freud,
notamment quand il s’interroge sur la santé. Il a cette réponse, d’une simplicité extraordinaire
quand on connaît le jargon habituel des psychanalystes : « La santé ? C’est être capable
d’aimer et de travailler ». Cela paraît simpliste, mais signifie qu’il n’est point de santé pour lui
concevable, sans qu’on soit inscrit dans un mouvement d’échange économique, langagier,
culturel, sexuel, amoureux, etc. Le troisième modèle anthropologique est celui de Lévi-
Strauss qui, à partir d’études pointues sur les systèmes de parenté de populations lointaines,
débouche sur une conclusion bibliquement simple quant à la condition sine qua non à toute
vie en société. Pour lui, société égale échange. Il n’y a pas de société humaine sans
coopération, ni donc sans le minimum de réciprocité qui la rend possible. L’être humain est
trop fragile pour cela. Il lui faut trois, quatre ans, de vie biologique, pour arriver à se
débrouiller tant soit peu par lui-même. Sans assistance, entraide, au sein du groupe, il meurt
tout simplement — et la société s’éteint. Il est, à ce sujet, fort étonnant que les darwiniens et
les néodarwiniens n’aient jamais planché (à ma connaissance) sur le côté paradoxalement
adaptatif de l’extraordinaire fragilité humaine, si l’on compare celle du petit d’homme à celle
de toute autre progéniture animale (en réalité, quand il vient au monde, le petit être humain
possède une bonne part des caractéristiques et de la vulnérabilité d’un fœtus de primate venu
au monde avant terme). Cette contrainte d’assistance prolongée - qui a fait que nous ayons
contre toute vraisemblance survécu - amène à constater qu’au cœur de la notion même
d’humanité, il y a l’exigence de coopération et de réciprocité. Il y a là comme le cœur
éthologique de l’éthique universelle. Lévi-Strauss insistera donc sur l’équation « société =
échange ». Il attirera l’attention sur la nécessaire réciprocité dans l’échange si on veut en
assurer la pérennité. Un pas plus loin, on peut affirmer que sans bénéficier de la solidarité, il
est impossible de survivre en tant qu’être humain individuel aussi bien que sociétal. Aucun
individu, en réalité, ne peut se passer de société humaine.




                                                                                              47
                                       Solidarité ?
Mais qu’englobe-t-on d’essentiel sous le vocable usé de « solidarité » ? Il s’agit en fait d’une
réciprocité particulière où l’on accepte de miser dans le jeu social sans espérer de retour
rapide ni visible de son investissement. Il s’agit de consentir à ce que la réciprocité soit
différée. On parie sur une éventuelle réciprocité, en sachant que le retour escompté ne viendra
pas directement, ni même sans doute de son vivant. Ce seront peut-être mes petits-enfants, ou
certaines personnes peuplant un ailleurs très lointain, à jamais inconnues de moi, qui en
bénéficieront. La solidarité, autrement dit, c’est un investissement non directement rentable
dans l’espèce humaine et dans ses conditions de survie. On peut bien sûr – et on n’y manque
pas - transgresser cette exigence de solidarité qui découle de la fragilité de l’espèce humaine.
Celle-ci ayant stocké sur des millénaires un immense patrimoine de coopération, coulé dans
les institutions, l’effet délétère de prime abord passe inaperçu. Inéluctablement pourtant, si
l’on grignote trop ce patrimoine éthologique autant qu’éthique, l’édifice qui nous protège ne
peut que s’écrouler. Dès lors, promouvoir la solidarité n’est pas une affaire de belles âmes
mais bien plutôt de sain réalisme au vu de la précarité de l’univers humain. Il s’agit tout
simplement d’assurer nos arrières et de léguer un avenir vivable à nos enfants.




                         « La démocratie en Amérique »
Une autre source de réflexion nous est offerte par l’œuvre d’Alexis de Tocqueville. Cet
homme de l’Ancien Régime est entraîné bon gré mal gré dans les conséquences immédiates
de la Révolution de 1789. Il devient juriste et s’interroge avec passion et sagacité sur les
diverses implications du système démocratique. Dans deux volumes absolument
extraordinaires consacrés à la démocratie en Amérique, Tocqueville nous explique en réalité
comment nous vivons, aujourd’hui, dans le monde néolibéral... Il le fait suite à un voyage de
six mois aux Etats-Unis, à l’âge de 27 ans. Sa mission officielle était d’étudier le système
pénitentiaire américain. Véritable révélation ! Le jeune juriste en revient transformé en
politologue et en anthropologue de la jeune réalité démocratique. Il s’intéresse au
fonctionnement des gens autant qu’à celui des institutions et du système social dans son




                                                                                          48
ensemble. À titre d’échantillon, voici un extrait, faussement banal, du volume 2 de « La
démocratie en Amérique ». Le titre annonce : « Pourquoi les Américains se montrent t-ils si
inquiets au milieu de leur bien-être ? » :   On rencontre encore quelquefois, dans certains
cantons retirés de l'ancien monde, de petites populations qui ont été comme oubliées au
milieu du tumulte universel et qui sont restées immobiles quand tout remuait autour d'elles.
La plupart de ces peuples sont fort ignorants et fort misérables; ils ne se mêlent point aux
affaires du gouvernement et souvent les gouvernements les oppriment. Cependant, ils
montrent d'ordinaire un visage serein, et ils font souvent paraître une humeur enjouée. J'ai vu
en Amérique les hommes les plus libres et les plus éclairés, placés dans la condition la plus
heureuse qui soit au monde; il m'a semblé qu'une sorte de nuage couvrait habituellement
leurs traits; ils m'ont paru graves et presque tristes jusque dans leur plaisir. La principale
raison de ceci est que les premiers ne pensent point aux maux qu'ils endurent, tandis que les
autres songent sans cesse aux biens qu'ils n'ont pas.


Tocqueville explique en outre pourquoi il y a beaucoup de suicides en Europe et fort peu aux
États-Unis. Aux Etats-Unis, la religion interdit le suicide : on ne se suicide pas, on devient
fou. En Europe, la religion est moins opprimante : le suicide est déjà une épidémie considérée
comme préoccupante en 1833 ! Ce que Tocqueville pointe, dans le texte qui précède, est une
composante cruellement absente du monde néolibéral (où nous occupons, rappelons-le, la
sixième position au tableau de l’excellence du niveau de vie). L’insertion dans un tissu social
de bonne qualité, où chaque être humain trouve sa place, où il peut se voir reconnu dans le
visage de l’autre et partager avec lui son pain, peut compenser la rareté et la dureté de ce pain.
Il est ainsi des humains qui sont dans l’être, même si leur avoir est exigu. Dans nos sociétés,
anticipées par Tocqueville dès 1840, il y a prévalence angoissée de l’avoir tandis que l’être se
réduit comme une peau de chagrin. Dans un monde marqué par le détricotage du tissu social
et l’érosion de la solidarité, l’être se réduit peu à peu à l’avoir. Glissement sémantique et
existentiel radical : progressivement, il semble que n’avoir rien équivaille subjectivement à
n’être rien. L’effondrement guette. Dans 15 % des cas, la dépression grave mène au suicide.




                                                                                            49
                                         « Pauvre »
Dans le Robert, le « pauvre » est défini comme : celui qui manque du nécessaire, qui n’a que
le strict nécessaire, est dénué, dépourvu. Mais qu’entend-on par nécessaire ? C’est là que « La
pauvreté, un fait d’hiver ? » s’avère un excellent titre, car certes le nécessaire apparaît un peu
plus à la faveur du froid réel. N’apparaît néanmoins à ce moment que la partie émergée de
l’iceberg. Car il y a le nécessaire invisible qu’on vient d’évoquer, qui peut maintenir l’être
malgré les lézardes de l’avoir. Le mot « pauvre » étymologiquement remonte à pauper,
adjectif latin venant lui-même de paucus qui veut dire «peu», et à pario qui veut dire
« produire ». En latin, un pauvre est donc quelqu’un qui ne possède pas beaucoup, qui produit
peu ou rien. Il y a là un aspect fondamental. On retrouve Freud et Lévi-Strauss dans leur
accentuation des nécessités de l’échange. Il faut avoir quelque chose à miser dans le circuit
interhumain. Sans cela, plus de place, hors-jeu, moins que rien. Mourir ou se laisser mourir ne
fait que ratifier physiquement un vécu psychologique d’isolement et de dépréciation
mortifère.




                                    Marchandisation
La santé comme absence de troubles, de maladies ? ... Depuis un certain temps, l’OMS
(Organisation Mondiale de la Santé) promeut une définition plus en positivité où la santé
mentale ne consiste pas seulement en une absence de troubles mentaux : « La santé est un état
de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence
de maladie ou d’infirmité. La santé mentale est un état de bien-être dans lequel la personne
peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et
fructueux et contribuer à la vie de sa communauté. » On voit d’emblée que la santé mentale
se définit ici par la capacité à créer du lien social et à surmonter les conflits inhérents à la
condition humaine, tout autant que par une productivité marquée par la créativité. Être partie
prenante de sa vie au fil du quotidien est aussi vital que non spectaculaire. Chaque partenaire
ne peut qu’en profiter, chaque tissu social ne peut qu’y gagner en souplesse et en solidité.




                                                                                            50
Beaucoup de choses hélas viennent compromettre cet indispensable processus. Notamment,
dans le décours de la réflexion marxienne, le «fétichisme de la marchandise». Qu’est-ce à
dire ? En principe, en contexte non pathologique, les êtres humains produisent et échangent
leurs produits au gré de leurs besoins et désirs respectifs. Il y va d’une dimension essentielle
car, outre ses bénéfices immédiats, l’échange ouvre sur le monde extérieur et permet d’élargir
participation et coopération. Dans l’histoire de nos sociétés, l’échange - basé initialement sur
un donnant-donnant sans étape intermédiaire – élargit spectaculairement ses réseaux via
l’invention d’un médium beaucoup plus souple que le troc : la monnaie. Marx va noter que les
produits, devenus «marchandises» (et non plus seulement objets de consommation
immédiate) dans les circuits élargis de l’échange, se définissent encore initialement par leur
valeur d’usage. Ainsi, je produis du raisin, je le consomme, c’est mon usage. Mais peut-être,
m’étant sali les mains en cueillant le raisin de ma vigne, ai-je besoin de savon ? Je vais donc
échanger une grappe de raisin contre un pain du savon que produit mon voisin de gauche. Je
me savonne les mains, c’est mon usage. Il se fait, pour un autre usage, que j’ai en outre besoin
de beurre alors que le voisin de droite, qui en a produit, n’a lui nul besoin de raisin. Mais
peut-être un savon l’intéresserait-il ? Dieu merci ! de nature prévoyante, j’avais échangé deux
grappes de raisins contre deux savons à mon premier voisin, bien que n’ayant l’usage
immédiat que d’un seul. Je n’ignorais pas que moyennant – monnayant- le second savon, je
pourrais obtenir une motte de beurre de mon voisin de droite. Et ainsi de suite.




                                       Spéculation
Le savon, dans cette histoire, outre sa valeur d’usage acquiert celle de valeur – de moyen -
d’échange. Plus prévoyant encore, je peux avoir par anticipation vendu 100 grappes de mes
éphémères raisins contre 100 savons ne se gâtant pas, sachant qu’il me faudrait l’hiver venu
des «moyens» pour opérer d’autres trocs, assouvir d’autres besoins. Par la suite, le savon –
doté désormais autant d’une valeur d’échange que d’une valeur d’usage – pourra se voir
remplacé par un médium plus aisé dont la valeur d’usage se réduira en fait à celle d’un objet
propre à servir d’intermédiaire conventionnel pour toutes sortes possibles d’échanges (allant
de l’achat d’une cornemuse à celui du silence de quelqu’un, et de l’obtention des services




                                                                                          51
d’une marchande de caresses à ceux d’un tueur à gages). Cette «monnaie» pourra prendre des
formes multiples et de plus en plus abstraites : or, argent, billets de banque, chèques, titres au
porteur, jusqu’à ces étranges objets dématérialisés, gravitant sur Internet, capables sous
l’impulsion d’une « souris » de faire croître ou vaciller des empires boursiers. Car bien sûr,
l’histoire du savon et de la grappe de raisin ne s’arrête pas en si bon chemin. En effet, des
petits malins n’auront manqué de constater qu’en telle saison les gens manquent de savon, le
suif se faisant rare et limitant la production. Il serait dès lors profitable de se procurer mille
savons, de les stocker, et de les remettre sur le marché en période de pénurie. Quand les gens
se mettront à en manquer, il ne sera pas difficile de les marchander chacun contre 2, 3, voire
10 mottes de beurre. Tout à coup, par-delà leur élémentaire valeur d’usage et leur simple
valeur d’échange, le produit et la marchandise «savon» auront acquis un pouvoir
multiplicateur sans plus de rapport avec la réalité du travail impliqué dans la fabrication.
Autrement dit, ils se seront mués en un moyen quasi magique de production de richesse. De
produit de consommation, le savon sera devenu moyen de spéculation. Chemin faisant, la
marchandise se sera progressivement détachée, non seulement de sa valeur d’usage mais de
toute empreinte humaine liée à son élaboration : sorte d’ustensile abstrait mais
redoutablement efficace, dont la seule valeur désormais est d’engendrer de la «plus value».




                              Rationalité économique ?
Un des soldes de l’opération, c’est que le réseau humain, le travail et le travailleur (dont le
produit est censé garder la trace et répercuter un écho de la valeur) n’ont plus aucune
importance. Lorsque la marchandise est devenue pur produit spéculatif, peu importe sa
nécessité et son usage spécifique (l’utilité en soi du raisin, du beurre, du savon, ...). Peu
importe le savoir-faire, le projet des hommes et des femmes qui marquent son origine. Peu
importe son inscription dans un réseau de réciprocité. Il s’agit seulement de la voir circuler et
rapporter. Elle n’est plus, en fait, que le « fétiche » d’une possibilité de profit sans rapport
désormais avec une valeur intrinsèque. Le sociologue Lucien Goldman a remarqué que
lorsque la marchandise tendait à se fétichiser de cette façon, que son utilité glissait du côté de
la production «magique» (car indépendante de tout travail) de plus value, elle acquérait




                                                                                            52
comme une étrange dignité se répercutant dans le langage de tous les jours. Ainsi, alors que le
réseau d’échange et de travail qui permet d’avoir chaud l’hiver participe pour moi de la plus
totale abstraction, lorsque j’attends une livraison de mazout, j’annonce par contre : « Le
mazout va venir »... Plutôt que de dire : « J’attends le livreur » ou « Paul va arriver d’un
instant à l’autre ». Mine de rien, dans cette façon de parler, le livreur – désubjectivé,
déshumanisé- se voit réduit au rang d’accessoire anonyme du produit livré, tandis que ce
dernier - fétichisé, anthropomorphisé – bénéficie des attributs linguistiques d’une miraculeuse
autonomie : « Le mazout va venir ». L’ennui, dans ce tour de passe-passe, c’est que si la
marchandise n’a pas d’états d’âme, le travailleur probablement si.


Plus fort que le fétichisme ordinaire de la marchandise, fils d’un capitalisme industriel et
entrepreneurial concret, s’avère le culte du «pur produit financier». Au nom de ses seuls
intérêts, à la faveur de la latitude offerte par le néolibéralisme, un quidam doté de titres
financiers qu’il n’a jamais touchés de sa main peut, en surfant sur le web, faire se mouvoir des
millions d’un côté du globe à l’autre et engranger, le soir venu, de substantiels bénéfices —
pour peu qu’il connaisse les règles de cet étrange monopoly. On pourrait parler de «super
magie» du produit purement financier. Mais non moins magique bien sûr est ce qui se passe
sur le terrain, du côté de l’autre réalité. Lorsque le titulaire de « valeurs » fait glisser ses
investissements d’un endroit à l’autre (passant, par exemple, d’une clinique à un institut
d’enseignement, pour aboutir à une fabrique d’armes), cela se traduit tout en bas par «
dégraissage », « rationalisation », « réorganisation », « délocalisation »... Le tout assorti d’un
discours attristé sur l’inévitabilité mathématique des décisions de licenciement, et de quelques
propos rassurants sur le fait que « les délocalisations d’aujourd’hui sont les emplois de
demain » (ce qui serait peut-être vrai dans le cadre d’un capitalisme entrepreneurial, mais
participe de la mystification dans celui d’un jeu purement financier). En réalité, dans cette
vision du monde le travail, devenu marchandise, est comme toute marchandise jetable après
usage. Si depuis Germinal le paysage semble s’être grandement amélioré, il reste que sur le
fond la dynamique de l’instrumentalisation et de l’objectivation n’a pas changé. Même
technocratiquement « clean » et imperturbablement souriante, la férocité reste la férocité.




                                                                                              53
                                   Un discours biaisé
Sur chaque terrain concret, la situation apparaît évidemment moins simple. C’est de bonne foi
que beaucoup de décideurs, face à l’inextricable du moment, se voient obligés d’effectuer une
sale besogne. Ce ne sont pas eux après tout qui ont décidé d’un modèle mondial basé sur la
stimulation de l’économie par l’immédiateté du profit, dans un environnement peu régulé,
plutôt que sur le respect, le développement durable et le partage des ressources. N’empêche
que l’analyse de
l’« inévitable » pèche souvent par omission. Avec une grande constance, dans l’inventaire qui
doit mener au maintien ou à la liquidation d’une entreprise, sa productivité en « humanité »
apparaît comme une variable non pertinente. Dans une logique de pure spéculation, il n’est de
ressort que le profit à court terme et de régulateur que la concurrence. Qu’une entreprise,
outre ses produits et ses bénéfices, puisse s’avérer rentable en tant que productrice de travail,
de compétence, de créativité, d’identité, de lien social, de projet de vie et d’estime de soi n’a
strictement, à ce niveau, aucun sens. Il n’y a là, parmi d’autres, qu’objets jetables après usage.
C’est bien pourquoi, sous ses habits d’impérieuse rationalité, la motivation des choix qui
mènent aux délocalisations excelle en faux semblants. Considérons, par exemple, le
délabrement des conditions de vie de nombre de travailleurs chinois (au regard des critères
européens), et en même temps l’irrésistible compétitivité du textile produit en République
Populaire de Chine. Dans un cadre privilégiant la libre concurrence, la cause semble
entendue. À y regarder mieux pourtant, on s’aperçoit que les délocalisations justifiées- en tant
que «moindre mal» - au regard des impératifs de l’économie locale, ne reposent en vérité que
sur les intérêts privés d’une petite minorité. Ainsi, d’après une récente étude de Febeltex
(Fédération belge du Textile), le produit fini ne représente en lui-même qu’un tiers du prix de
vente, les deux tiers restants allant à la distribution. Dans ces conditions, faire réaliser la
confection à moindre prix en Chine ne se solde jamais que par un gain de 4,5% pour le
consommateur. En outre, on sait que l’actuelle compétitivité chinoise ne peut à terme que
s’amenuiser, ce qui ne manquera de raboter ces 4,5%. Dans ce contexte, il apparaît crûment
que la logique des délocalisations, dites « vitales pour l’économie », ne participe que de la
maximisation des gains pour quelques-uns — au prix de la production de chômage, de
pauvreté, et de misère psychique pour un plus grand nombre.




                                                                                            54
Un des moindres crimes commis au nom de l’économie de marché n’est pas celui du
démantèlement du service public, sous prétexte de productivité financière. Tout récemment,
en Belgique et sans réel débat, la poste danoise et le groupe financier britannique CVC sont
entrés dans le capital de La Poste. « Il y aura beaucoup à faire pour améliorer la productivité
des employés de La Poste », a remarqué Helge Israelsen, le patron de Post Danmark.
Pratiquement, cela veut dire qu’à court terme 25% d’emplois auront disparu, de même que les
facteurs et de nombreux bureaux de poste. Heureusement, La Poste en contrepartie sera
devenue un « opérateur compétitif » sur le marché européen. Cela vaut bien un petit sacrifice
et quelques chômeurs en plus. Peu importe la mise à mal du maillage social dont les bureaux
de poste et les facteurs sont un élément non négligeable. La variable délibérément ignorée par
le néolibéralisme mondialisé, c’est bien le monde du travail en tant qu’espace de vie et
producteur de relations humaines. Les ravages intimes liés à la privatisation des chemins de
fer britanniques ont été décrits de façon bouleversante par Ken Loach, dans le film «The
Navigators» (2002).




                               Une fabrique de pauvreté
Le chômage comme outil d’accroissement de la compétitivité, qu’est-ce donc ? sinon une
production systématique de pauvreté et de souffrance psychique. Bien que notre système
social permette de s’en tirer vaille que vaille au niveau alimentaire, il faut parfois déménager,
quitter son milieu de vie. Il arrive que le couple explose, que tout projet soit cassé net.
Rationaliser, dégraisser, délocaliser, au nom d’impératifs exclusivement financiers, c’est
s’attaquer à la part d’humanité générée par le travail : à la reconnaissance mutuelle dans la
collaboration, à la créativité qu’on peut instiller au sein des tâches les plus banales, au statut
d’acteur dans la vie sociale, aux liens qui se tissent là où l’on vit tant de jours par an. Force est
de le constater, la conception du travail en tant que producteur de sens et de valeur humaine
n’inquiète pas les «décideurs». Du point de vue de l’objectivation des hommes et des femmes,
le monde financier néolibéral n’est pas différent qualitativement de celui du capitalisme décrit
par Marx. Entre la pauvreté et la santé mentale, le maillon de la perte du travail est décisif car




                                                                                               55
il fragilise autant la sécurité matérielle que l’identité, l’intégrité physique que l’équilibre
psychique.




                                 Un gène du chômage ?
Il n’est pas inutile de faire appel à certaines données statistiques. Les plus récentes projections
épidémiologiques estiment que, dès l’an 2020, tous continents confondus, la dépression sera
devenue la seconde cause d’invalidité au monde, après les maladies cardiovasculaires. C’est
le moment de redire encore ce que tous les psychiatres savent, et que confirment toutes les
statistiques : à savoir que 15 % des dépressions graves mènent au suicide. Une étude française
tout à fait récente montre, en outre, que la dépression est corrélée à deux situations
existentielles précises non sans rapport avec l’espace social : tout d’abord, la solitude (deuil,
rupture, veuvage, célibat), ensuite le chômage. Ces statistiques portent sur des éléments
purement factuels. Quand certains chercheurs, de bonne foi mais de moins bon sens, s’en vont
traquer « le gène de la dépression », ils risquent – sans doute non par hasard – de faire
l’impasse sur l’aspect socio-économique du phénomène. Il y a peut-être une composante
génétique dans la plus ou moins grande résistance au stress. Ce dernier, il est clair, favorise
l’éclosion de toutes sortes de maladies, tant psychiques que somatiques. Avec son corrélat
fréquent de glissement dans la pauvreté relationnelle et matérielle, le chômage est
évidemment générateur de stress. Mais le gène du chômage n’existe pas ! Le chômage est une
production de pauvreté, de stress et de fragilité psychique, induite par un système socio-
économique donné. En l’occurrence, un type de société qui a choisi comme aiguillon la
course au profit plutôt l’aménagement équitable des ressources — ce qui impliquerait une tout
autre vision du politique, donnant à l’État le pas sur les intérêts privés.




                                 La nudité des chiffres
Si la production du chômage et de la pauvreté n’est pas en soi irrémédiable, le traitement de
celle-ci sur le modèle des soins palliatifs ne l’est pas moins. Certes, il faut remédier d’urgence
aux carences matérielles qui menacent la vie à court terme, mais l’assistance «hivernale» ne




                                                                                             56
suffit pas. Si l’on veut aider nos concitoyens piégés par la pauvreté à s’en affranchir, cela
passe surtout par une offre discrète mais insistante de remaillage actif de leur tissu social. En
effet, si les gens sont ou se sentent radicalement exclus de la société, si l’assistance aux
pauvres – même souriante – les met un peu plus hors du jeu de l’échange et de la réciprocité,
s’ils se vivent en fin de compte comme des déchets passifs, stockés dans le cul-de-sac de la «
bienfaisance », ils ne peuvent alors que sombrer dans la haine de soi et des autres —
désastreuse au plan intime, comme à celui de comportements qui ne pourront, en retour, que
resserrer la nasse de l’exclusion.


Certes, il est des cas rares où c’est la pathologie mentale qui débouche sur la pauvreté. Un
grand psychotique a peu de chance d’y échapper s’il ne bénéficie pas d’un environnement
familial tant soit peu privilégié. Par ailleurs, certains trajets de clochardisation (et la pauvreté
qui les accompagne) procèdent de conduites « en rupture » qui participent activement d’un
refus du cul-de-sac et d’une tentative d’autonomisation. Mais pour le reste, le lien entre santé
mentale et pauvreté va toujours dans le même sens. Ici, le côté un peu grossier des chiffres
s’accorde bien au peu de nuance dans les destinées. Une recherche – jamais démentie - menée
dans la ville de New Haven (USA, Hollingshead et Redlich, 1958) montre que 40% des
consultations dans le domaine de la santé mentale ont lieu à partir du cinquième le moins
favorisé de la population : le milieu des travailleurs non qualifiés ou sans emploi. Deux fois
plus donc que la moyenne locale. De même, dans une très grande enquête effectuée dans l’Est
du Québec, en Estrie, au début des années 70 (Denis et collaborateurs, 1973), on constate un
lien absolument linéaire entre le revenu et la santé mentale. Plus le revenu est grand, moins on
consulte. Le pic de problèmes identifiés en santé mentale correspond précisément, dans cette
étude, au creux le plus net de pauvreté (région de Thetford Mines). De façon générale,
diverses recherches attestent que, du point de vue de l’effondrement mental, à dénuement
matériel identique, c’est la déchirure du tissu social qui fait la différence. Ainsi, les quartiers
pauvres culturellement hétérogènes sont-ils plus pathogènes pour leurs habitants que les
quartiers pauvres culturellement homogènes (Levy et Rowitz, 1973). Dans une région rurale
démunie de Nouvelle Écosse, on observe une meilleure santé mentale dans les villages
organisés sous un leadership fort que dans ceux qui apparaissent socialement désorganisés
(Leighton, 1963). De même, dans les quartiers des villes anglaises les plus pauvres, la




                                                                                              57
délinquance est peu élevée si le sens de l’appartenance culturelle n’a pas été entamé
(Wedmore et Freeman, 1984).
« La pauvreté », note Michel Tousignant (Université du Québec à Montréal), « ne conduit pas
à une détérioration de la santé mentale si le tissu social demeure relativement intact et si une
solidarité peut se maintenir à l’intérieur des réseaux »12. Le malheur, ajouterais-je, c’est que
l’hypercompétitivité prônée et imposée par le «grand marché néolibéral» est basée de facto
sur la destruction des solidarités : à court terme dans les entreprises, à moyen terme dans
l’enseignement13. « Les indices socio-économiques », souligne Michel Tousignant, «
correspondent amplement avec les indices de santé mentale. Mais ce sont souvent les
personnes en chômage – temporaire ou continu – qui sont les plus susceptibles de présenter
des problèmes de santé mentale ». Le stress individuel lié à la perte ou à la crainte de perdre
son l’emploi, l’effondrement du statut professionnel qui suit le licenciement, le
bouleversement du rythme de vie, le bris des projets, de l’estime de soi, de l’identité, la mise
en danger consécutive de la position parentale et de la vie en couple, ne sont pas sans éroder
progressivement les valeurs qui donnent un sens à la vie. Un indice socio-clinique inquiétant
vient de faire son apparition, remarque Christophe Dejours : le suicide sur le lieu du travail
(quasiment réduit jadis à la pendaison du fermier dans sa ferme). Dans «Souffrance en
France»14, ce psychiatre et psychanalyste, qui dirige au CNAM (Conservatoire National des
Arts et Métiers, Paris) un laboratoire d’«Étude du travail et de l’action» décrit, dans un
univers professionnel de plus en plus précarisé, l’érosion des solidarités. Ainsi, la crainte de
faire partie de la prochaine « charrette » peut-elle amener à fermer les yeux sur le sort de
collègues malmenés, pour aboutir à un véritable déni de leur souffrance proche, et culminer
dans le déni de sa propre souffrance — avec les dégâts psychiques qu’on imagine. Quand le
maintien de l’emploi passe par le consentement au « sale boulot » (celui, par exemple, menant
au licenciement des autres), la préservation de l’image de soi peut se payer d’un inquiétant
clivage de la personnalité.


 12
     Michel Tousignant : « Les origines sociales et culturelles des troubles psychologiques », PUF, Paris, 1992.
Cet ouvrage est truffé de renvois à des enquêtes précises et factuelles. On y trouvera les références précises aux
recherches évoquées ci-dessus.
  13
     Voir, par exemple, la manière assassine dont est traité en Belgique le problème du numerus clausus au sein
des facultés de médecine.
  14
     Christophe Dejours : «Souffrance en France», Seuil, paris, 1998.




                                                                                                             58
                               Perdre la face, perdre la vie
L’appréciation clinique des incidences psychiques de la pauvreté demande quelque empathie.
Un événement heureux, un « heureux événement », une grossesse, un accouchement, est
souvent angoissant, voire catastrophique, en situation de grand dénuement. De plus, ne pas se
reconnaître en tant qu’homme ou femme à part entière dans le regard du voisin, n’est pas
moins grave que le pire des dénuements matériels. Diverses enquêtes mettent en évidence le
lien entre l’écroulement du statut social et l’effondrement intime qui s’en suit. C’est ainsi que
les petites populations misérables mais heureuses, décrites par Tocqueville, semblent
promises, s’il en reste, à une disparition aussi inéluctable que celle des bonobos. Pris dans leur
ensemble, les « natives » du Canada présentent de nos jours un risque de suicide 2,5 fois plus
élevé que la moyenne de la population canadienne15. Dans une collectivité indienne du Nord
du Canada, le taux de suicide s’élève à 77 par an pour 100.000 habitants, contre 11 dans le
reste de la population. Les adolescents apparaissent particulièrement vulnérables. Une étude
sur la mortalité dans 35 réserves de l’Alberta montre que la violence est à la source de
presque la moitié des décès. Dans 90% des morts violentes, les victimes étaient à divers
degrés sous l’influence de l’alcool. La plupart des auteurs insistent sur les ravages psychiques
créés par la déculturation, l’absence de projets, le statut d’assisté, le sentiment d’impuissance,
la perte ressentie de dignité, le racisme, le naufrage de l’identité. Dans ces études, la pauvreté
apparaît moins toxique en tant que précarité économique qu’en tant que rupture du lien social,
avec perte consécutive d’une image de soi suffisamment bonne. D’après les régions et les
configurations socio-économiques, les « Premières Nations » du Canada présentent un taux de
suicide de zéro à quinze fois supérieur à celui de la moyenne nationale. Les populations qui
s’en tirent le mieux, de ce point de vue, sont celles qui, malgré l’érosion par la culture
dominante, réussissent à maintenir un bon niveau de solidarité et de cohésion communautaire.
La situation des Inuits est par contraste désolante. Alors que cette population du grand froid
était particulièrement bien adaptée aux rigueurs de l’environnement, qu’elle était réputée pour


 15
    «Le suicide au Canada», Direction générale des programmes et des services de santé, Santé Canada, 1994.
Les données reprises ci-dessous sont extraites de ce rapport.




                                                                                                       59
sa joie de vivre, sa richesse culturelle, sa vie sexuelle inventive, la voilà aujourd’hui
particulièrement touchée par le fléau de l’alcoolisme, de la violence et du suicide. Peu à peu,
les Inuits perdent leurs croyances, leurs savoir-faire, leur identité. Leur destin a changé de
mains. Leur avenir n’est plus pensable. Leur colère éclate à contretemps. Leur goût de vivre a
sombré. Leur existence ne tient plus qu’à un fil. Pourtant, comparativement à la majorité des
populations d’Afrique, leur niveau de vie apparaît remarquable. En effet, ces « autochtones »
bénéficient de la prise en charge de la plupart de leurs besoins fondamentaux (alimentation,
logement, soins de santé), sur un mode proche de ce qu’on appelle au Québec le « Bien Être
Social ». Mais il semble que, du point de vue de la santé mentale, « être sur le Bien Être » ne
suffise pas. Qu’à tout prendre, il vaut mieux crever de faim pour peu qu’on participe aux
grandes luttes sociales qui créent du lien et donnent un sens à la vie.




                                           En bref
La réalité du manque d’avoir, tout comme celle du manque de statut, débouchent l’une
comme l’autre sur le sentiment du manque à être, puis sur celui de n’être rien. Il est
impensable de parler de la pauvreté en faisant l’impasse sur la perte du lien social et de
l’estime de soi. Il n’est de santé mentale concevable hors d’un vivier d’échange et de
réciprocité. Pauvreté, autrement dit, mérite solidarité et non pas assistance. Sans parole,
l’aumône n’est qu’humiliation. Sans capacité de donner en retour, le pain laisse un goût amer.


Dès lors, une politique prenant en compte le phénomène croissant de la pauvreté se devrait, au
plan individuel, de ne jamais dissocier l’aide matérielle du remaillage social. Au plan sociétal,
elle aurait à se montrer intraitable quant à la nature du travail en tant que facteur essentiel
d’humanisation, plutôt qu’en tant que produit jetable dans une logique de profit à court terme.
Secourir la pauvreté n’a pas de sens si l’on ne cesse de la fabriquer.


La santé mentale enfin, est indissociable de la santé sociale. Elle ne fait pas bon ménage avec
la marchandisation de l’existence. Sur le grand marché néolibéral, la réduction de la valeur à
la compétitivité, le ravalement de l’échange à l’interaction prestataire-usager, la dégradation




                                                                                           60
du visage de l’autre en celui du concurrent, minent l’éthique de la solidarité sans laquelle
l’humanité court à sa perte. Confondue avec « profit sans frontières », la libre circulation des
flux financiers participe de la fin du monde plutôt que de la mondialisation.




                                                                                          61
                              Le travail social territorialisé
                                                                          Par Mejed Hamzaoui16




                                               Introduction
Le travail social territorialisé est considéré comme une approche neuve, axée non seulement
sur le marketing social, mais également sur des questions des logiques d’ensemble qui
gouvernent les transformations du travail social. Il est intéressant de déterminer les cadres
référentiels, et principalement idéologiques, qui font qu’il y a un nouveau travail social qui se
différencie du travail social « classique ». Dans ce cadre, on peut distinguer trois logiques.
La première logique de ce travail social territorialisé est la création d’une zone intermédiaire
où il y a des différentes populations qui sont prises en charge depuis presque vingt ans. Ces
populations font presque figure d’insérés permanents.
Le deuxième axe concerne la démarche systématique qui consiste à territorialiser le social.
La troisième logique, à partir du moment où l’on a créé une zone plus précise, implique que
les travailleurs sociaux sont investis d’outils de type managérial.


                          Quelques évolutions notoires. Rappel


Généralement, le discours sur la nouvelle question sociale, apparu fin des années 80, est
devenu une quasi-référence, non seulement au niveau du discours mais également au niveau
des pratiques sociales. Qui dit nouvelles questions sociales sous-entend qu’il y avait une
ancienne question sociale. Or, si on a parlé de question sociale au 19ème siècle, c’était une
question ouvrière liée principalement aux conditions de travail, et non pas à l’absence du
travail. C’était une époque de grandes grèves dans les années 1886 en Belgique, et plus
particulièrement à Charleroi. La France, comme d’autres, avait déjà connu de pareils


 16
      Chargé de cours à l’institut des Sciences du Travail (ULB)




                                                                                             62
événements en 1848. C’était une période où le capitalisme n’était pas régulateur. Dans ce
cadre, la question n’était pas l’absence de travail, mais bien la protection du travailleur. Ce
n’est pas un hasard si suite à ces enquêtes sociales, les médecins sont les premiers travailleurs
sociaux à être intervenus. La législation commence à prendre le pas et se met en place une
politique sociale dont la réparation des risques est la pierre angulaire. Il s’agit de réparer le
risque quand il y a un dysfonctionnement économique ou un dysfonctionnement de croissance
économique. Il faut envisager de réparer le risque parce que le travail lui-même est par
définition un risque de perte de l’emploi. A côté de la question du travail, il y a toujours une
question d’assistance qui repose sur deux dispositifs de protection sociale, la sécurité sociale
et l’assistance sociale.


Jusqu’en 1945, on constate l’édification d’un état social, d’un état providence comme certains
essaient de l’appeler. Cet état social fait suite à des mouvements sociaux, à de multiples
souffrances. L’aide n’arrive pas par providence mais bien par l’action de terrain et la lutte de
tous les jours. Après cette mise en place de la sécurité sociale en 1945, la politique sociale
s’est graduellement axée sur l’assistantiel, une logique assistantielle qui vise l’ensemble de la
population. Le principe régulateur de ces deux pôles est la question de la lutte contre
l’inégalité socio-économique et culturelle. C’est dans cette optique que tous les projets ont
pris depuis lors en considération presque toute la population. Cela ne veut pas dire que
l’inégalité a été réduite à néant. Pour exemple, l’Université de Liège a publié en 1996 une
étude qui fait réfléchir. En Wallonie, sans la sécurité sociale, 40 % de la population tomberont
en dessous du seuil de la pauvreté.


La sécurité sociale, tout comme le travail, a un rôle important pour procurer certains biens et
services mais elle permet également pour vivre dignement. Depuis les années 80, la nouvelle
question sociale ne s’inscrit pas dans la logique du travail, ni dans la logique de la société
salariale. En effet, elle est elle-même déstabilisée tant au niveau des conditions du travail
qu’au niveau de la protection sociale (de plus en plus remise en cause) et au niveau des
individus. Il y a donc affaiblissement du lien social, puisque le travail n’existe pas simplement
pour rapporter de l’argent mais aussi pour créer un lien et des échanges avec les autres. Nous
vivons dans une société salariale malgré le chômage. La question ne se pose plus en termes du




                                                                                           63
travail mais elle soulève principalement le problème de l’organisation d’un traitement social
exempt du chômage. Ce qui équivaut à se demander comment traiter territorialement les
problèmes sociaux.




                               De multiples précarités


S’il est vrai qu’il y a une multiplication des intervenants sociaux, il y a aussi une
multiplication des figures de précarité. Aux côtés de ce qu’on appelle les héritiers
d’assistance, il a de plus en plus d’autres types de profils de population que les assistants
sociaux des années 60 et 70 des CPAS n’ont jamais rencontrés. Une multiplicité de profils dont
il faut gérer l’hétérogénéité, c’est à dire gérer différents types de problèmes sociaux. Or, le
traitement social peut-il prendre en charge cet ensemble de problèmes. Depuis les années 80,
il y a un processus qui se fait en parallèle entre la mondialisation de l’économie et la
territorialisation du social. Depuis le 19ème siècle et l’apparition de cette question sociale, le
social a un statut orthopédique de l’économie mais pas simplement orthopédique. Il est
également régulateur des inégalités socio-économiques puisqu’il est réparateur des inégalités
sociales. Or, quand l’économie se mondialise et quand les problèmes sociaux se
territorialisent, il n’y a qu’un traitement social des problèmes sociaux. Lorsque Renault
Vilvoorde a fermé, c’était une décision dictée par le marché international du secteur de
l’automobile. Mais les problèmes sociaux, de la reconversion jusqu’à l’insertion
socioprofessionnelle des employés, a eu des répercussions sur le plan local. Rappelez-vous
qu’à l’époque le Premier Ministre Dehaene a dit : « Moi, je n’ai aucun pouvoir sur une
multinationale ». Cet exemple emblématique permet de comprendre que le social n’est plus
l’orthopédie de l’économie. Le social est de plus en plus renvoyé au social. Nous allons traiter
la question du chômage par le traitement du social au lieu d’un traitement économique du
chômage. Cela veut dire que la question de l’exclusion est un débat qui n’a pas de sens, du
moins en termes scientifiques. Il n’y a pas d’exclus en dehors de la société. Puisque qu’on
part de l’échange, on est toujours dans la société. Toutes les personnes, des pauvres aux
travailleurs précarisés, sont à l’intérieur de la société. Ils vivent un processus de




                                                                                            64
disqualification et de relégation. On les retrouve dans la gare centrale, dans les      CPAS      ou
encore dans les salles de pointage. Ils ne sont pas en dehors de la société. On sait ce qu’il y a
dedans mais on ne sait pas ce qu’il y a dehors. Sinon on parlerait d’une société duale. S’il y a
un problème, c’est l’ébranlement de la société salariale. C’est à l’intérieur de cela qu’on peut
comprendre exactement les problèmes sociaux.


J’en reviens à ces trois logiques qui donnent l’architecture de travail social.

Le premier axe

Premièrement, l’on constate, depuis la fin des années 80 en Belgique et en France, une mise
en place d’une zone intermédiaire entre la sécurité sociale et l’aide sociale. Une zone qui
catégorise un certain type de population qui ne représente ni les ayants droits de la sécurité
sociale ni les assistés de l’aide sociale. Je me rappelle avoir effectué une étude à la demande
du ministère de l’intégration sociale il y a quelques années. L’origine en était que les    CPAS

disaient avoir de plus en plus de chômeurs de longue durée, que l’ONEM leur renvoyait une
partie de la population et que, de plus, la population subissait un rajeunissement significatif.
L’ONEM disait que de plus en plus d’assistés sociaux venaient chez eux via les articles 60 et
61. Ces mouvements de balancier font que nous sommes devant une nouvelle configuration
d’un certain profil de public. A un certain moment, on va voir apparaître un profil qui n’est
pas celui de l’assisté social au sens classique du terme ni celui de chômeur. La question de
frontière devient de plus en plus floue. Pour en revenir à la question de la sécurité sociale
depuis fin 1944, il s’agissait de réduire la pauvreté dans l’idée non seulement de réparation
mais également d’émancipation sociale. Cette idée d’émancipation sociale revient à dire que
les personnes d’un statut peu élevé ont un jour l’espérance de monter de statut. Cela veut dire
que l’assisté social s’adresse au chômage et, peut-être ensuite, s’oriente vers un emploi. Ce
que l’on constate actuellement, c’est que le mouvement de balancier a fait qu’à un certain
moment le nombre de minimexés a augmenté dans le années 1990. En 1994, il y avait
100.000 minimexés en Belgique. Cette question de l’augmentation du nombre de minimexés
fait partie de l’ingénierie sociale qui permet à un certain type de population d’être balancée.




                                                                                            65
En termes d’ingénierie sociale, citons, pour exemple, le cas de la Hollande. Le taux des
handicapés y est le plus élevé d’Europe avec l’Angleterre. On pourrait croire que c’est parce
qu’il n’y a pas de politique préventive sanitaire en Hollande. Or, à ma connaissance, ils ont
les mêmes conditions qu’en Belgique. Pourquoi se fait-il qu’il y ait plus de handicapés ? Ils
représentent 8 % de la population néerlandaise. Bien plus qu’en Belgique ou en France qui
ont les mêmes capacités de prise en charge. N’est-ce pas parce que la notion de handicapé a
changé également ? Et qu’une grande partie des chômeurs de longue durée ou des assistés
vont glisser vers le type d’assistance pour handicapés. Surtout ceux qui ont une allocation
plus ou moins supérieure à l’assistance elle-même. Par ailleurs, on ne les retrouve plus dans
les statistiques du chômage. C’est une idée ingénieuse, apparue à l’époque de Thatcher,
ensuite récupérée par la Hollande dont le taux de chômage était fort élevé à l’époque.


Quant au taux de population en marge de l’emploi, il existe une autre façon de calculer. Cette
zone intermédiaire, floue, est de plus en liée à une conditionnalité. C’est la contrepartie aux
droits sociaux. C’est la question du donnant-donnant. Pas des questions d’échanges comme
pour les anthropologues mais plutôt une question de mérite. Toute forme de contractualisation
est liée à la conditionnalité forte. Il y a toujours des conditions pour obtenir l’allocation de
chômage, minimex ou d’autres types de droits. Il y a toujours des enquêtes sociales, il y a
toujours certains critères. Le problème qui se pose est de conditionnaliser systématiquement
l’aide. C’est devenu un repère essentiel dans la mise en place d’un travail social territorialisé.



Le deuxième axe

Le social est également territorialisé parce que c’est une démarche qui se définit avant tout à
partir des territoires. Ça ne veut pas dire que le travail social classique et moderne n’a jamais
travaillé en matière de territoire. L’histoire des CPAS est un levier local de la politique sociale.
Historiquement, le cas de la Belgique, depuis l’instauration d’un travail social moderne fin du
19ème siècle en passant par l’assistance publique jusqu’à l’action sociale, a toujours été inscrit
sur le plan local. Ça veut dire qu’elle est décentralisée. La démarche de territorialiser le social
est complètement différente. Celle-ci équivaut à se dire que la question sociale et les
problèmes sociaux ne peuvent être traités que sur le plan local. C’est complètement différent,




                                                                                              66
il faut cibler certains territoires, certaines zones, certains quartiers pour intervenir. Il faut un
ciblage de territoire. La territorialisation est devenue elle-même davantage une technique
qu’une politique sociale. Or, lors de son instauration, la sécurité sociale était probablement
territoriale, car définie ceinturée par des frontières nationales. Mais en tout état de cause, elle
était universelle car elle touchait l’ensemble du public, non seulement les salariés mais
également d’autres personnes. Or, le social territorialisé est avant tout discriminant dans la
mise en place de cette politique. Le ciblage implique des tris relatifs à une zone. C’est le
territoire qui est devenu le lieu par excellence de définition des types de population
bénéficiaires de l’aide sociale. Ce n’est plus à partir de la population qu’on essaie de
comprendre les problèmes sociaux mais c’est à partir des territoires. Il est vrai qu’on peut
territorialiser certaines démarches. Un problème de conflit entre voisinage est
« territorialisable ». Vous n’allez pas faire appel au bourgmestre, ni au ministre. On peut créer
une médiation. Mais la question du chômage n’est pas une question de territoire. Il est certain
que les territoires qui sont ciblés sont les moins aptes à fournir de l’emploi et à favoriser un
maximum l’intégration de cette population. Réduire la question sociale à une question de
territoire, localiser le social, génère simplement l’écartement d’un ensemble de dimensions et
de facteurs qui déterminent les conditions de la pauvreté jusqu’à la précarisation des
travailleurs salariés. La limite de cette territorialisation est de redire que le territoire est le seul
élément à donner des réponses adéquates à ce type de population. Or, les problèmes sociaux,
la plupart du temps, ne dépendent pas uniquement de ces territoires, ni de ces quartiers, mais
d’autres logiques (voir exemple Vilvoorde).



Le troisième axe

Il s’avère que l’on a une catégorisation de plus en plus hétérogène des profils composites
inscrite territorialement tout en mettant des dispositifs territorialisés, des missions locales et
en mettant sur pied des types d’interventions bien ficelées : contrats de sécurité, etc. Par
ailleurs, les travailleurs sociaux sont demandeurs d’outils. Puisque c’est un nouveau type de
social, un social basé sur la proximité, on a besoin d’autres méthodes d’intervention. Nous
avons besoin de personnes capables de gérer un environnement avec l’aide d’outils qui, la




                                                                                                  67
plupart du temps, ne sont pas nés dans le secteur du social mais bien dans le secteur des
entreprises, d’où le qualificatif de managérial (voir supra).


Pour exemple, la mise en place de l’application de l’usager. Depuis les années 1980, dans les
entreprises, c’est devenu le discours pour impliquer les collaborateurs. « Les collaborateurs »,
c’est une manière de désigner tout le monde. Mais elle est vide juridiquement car les
collaborateurs ont soit signé un contrat de travail ouvrier, soit signé un contrat de travail
employé. Et en cas de problème, on les renvoie à la catégorie juridique pour lui dire : « le
préavis d’un ouvrier est de… ; le préavis d’un employé est de… ». La question de
l’implication des ouvriers dans l’entreprise est basée sur l’évaluation. C’est un deuxième
élément important et perturbant. Le troisième élément est la mise en place systématique de
types de partenariats. Certes, le partenariat a été un moyen pour redynamiser le secteur public
y compris au niveau local et particulièrement le secteur du social. La désectorisation a été un
élément positif mais on se rend compte sur le terrain de l’écart entre le changement souhaité
et la réalisation. Il y a toujours un écart. Les évaluations montraient la plupart du temps, au
niveau belge ou au niveau européen, un décalage entre le travail prescrit, la conception
managériale, et la réalité du terrain qui est de plus en plus complexe. Souvent, le terrain est
plus innovateur que les discours managériaux.


Voici un exemple sur la question de l’implication. Beaucoup de travailleurs sociaux suivent
parfois des formations continues pour mettre en place des méthodes de récits de vies. Or, au
delà de la méthode elle-même, qui est une méthode ethnologique, ce type de technique se
confine de plus en plus dans un cadre seulement administratif. « Racontez-moi votre histoire,
je vous dirai quel type d’allocation, quel type de formation ou quel type d’intervention est
nécessaire pour vous. » C’est comme si les caractéristiques individuelles, en dévoilant son
intimité, étaient la seule possibilité de lecture de la question de la précarité. Sans être
psychanalyste, on perçoit qu’il y a beaucoup à faire dans ce cadre-là. Ces personnes ayant
vécu beaucoup de souffrances, de discriminations, de disqualifications. Elles sont dans des
relations d’échanges inégalitaires. Et si le récit de vie devient une manière d’énumérer
simplement les caractéristiques individuelles sans le mettre dans leur contexte, il peut aussi
devenir un stratagème pour l’interlocuteur. Il ne dira que ce qu’il veut bien dire. Vous ne




                                                                                          68
répondez pas à sa demande au départ. La vie intime pose une question d’ordre éthique.
Jusqu’où peut-on aller, pousser ces personnes à dévoiler leur vie intime ? Il y a une inégalité
au niveau de la société. Une personne dépositaire d’un certain pouvoir ne répondra jamais. En
revanche, celui qui est en demande d’aide devra raconter ce qu’il a fait hier soir dans sa vie,
d’un point de vue affectif, sexuel, économique…. La question éthique qui se pose est « Que
peut-on réellement déduire à partir de ces caractéristiques ? Jusqu’où peut-on raconter son
histoire comme une sorte de preuve ? ». Les conditions réelles ne s’expriment pas par la
parole mais par des situations concrètes. Quand le travail social vous demande si vous êtes
propriétaire ou non, pour savoir si vous avez besoin d’argent. Quand on vous demande si vous
avez un diplôme. Voilà quand même des caractéristiques et des facteurs qui peuvent
déterminer la situation des ces individus. Raconter l’histoire comme obligation, c’est une
manière de faire le social sans respecter la vie des personnes et les droits de l’homme. Le
management a peut-être ses solutions mais le travail social lui-même doit inventer ses propres
outils.




                                                                                          69
        La débrouille des familles : « Des hommes sur le fil »

                                                                                      par Pascale Jamoulle17




                                               Introduction
Mon questionnement sur les prises de risque des hommes et des pères des mondes populaires
est le résultat d’une longue enquête, commencée il y a dix ans, auprès de professionnels
hennuyers du secteur « toxicomanie ». Ils mirent en évidence les dimensions sociales des
activités liées aux drogues dans cette région ainsi que la nécessité d’une enquête
ethnographique auprès des groupes les plus marginalisés qui se tiennent à distance de
l’intervention sociale. J’enquêtai alors, les deux années suivantes, dans un « quartier chaud »,
auprès de personnes prostituées et de jeunes gens impliqués dans les drogues et les micro-
trafics.18 Leurs liens familiaux étaient souvent fragiles, incertains et en souffrance. Ils vivaient
aussi des échanges et des solidarités de première importance avec leurs parents, leurs beaux-
parents, leur fratrie ou leur famille élargie. Pour réfléchir aux drogues, me disaient-ils, il faut
comprendre la vie de cité et prendre en compte l’expérience des familles.
La notion de « toxicomanie » a rapidement montré ses limites. Relevant d’une catégorie
judiciaire, elle stigmatisait mes interlocuteurs et faisait le vide autour de moi. Elle n’était pas
un bon support de rencontre sur le terrain. Le plus souvent, un enchaînement de conduites à
risque avait fragilisé mes interlocuteurs et les avait mis en danger sur les plans sanitaire,
social, psychologique et judiciaire. Plutôt qu’aux seules toxicomanies, je m’intéressai alors
plus largement à la notion générique de « conduites à risque ».
Les deux années suivantes, je dirigeai mes recherches vers les familles de cité débordées par
les conduites à risque d'un des leurs. De fait, je n’eus pratiquement que des femmes comme

17
     Docteur en anthropologie
SSM Le Méridien et Laboratoire d’anthropologie prospective de l’Université catholique de Louvain
18
     JAMOULLE P ., Drogues de rue. Récits et styles de vie, Bruxelles-Paris, De Boeck, col. Oxalis, 2000, 240p.




                                                                                                           70
interlocuteurs. Dans leurs récits, l’insatisfaction conjugale, l’érosion de la place des pères et
leurs disqualifications étaient quasi constantes.19 Les pères étaient le point aveugle de
l’enquête. Comment vivaient-ils les conduites à risque de leurs enfants ? Beaucoup de mères
avaient trouvé du sens dans l’éducation et, parfois, l’appropriation de leurs enfants. Où ces
pères avaient-ils trouvé du sens ? Comment leur place s’était-elle fragilisée ? Qu'est-ce qui les
avait fait fuir ? Pourquoi avaient-ils laissé les mères se débrouiller ? Avaient-ils investi
d'autres enfants ? Autant de questions que je souhaitais approfondir. Aussi hommes et pères
des mondes populaires furent-ils mes interlocuteurs pour cette dernière phase de trois années
d’enquête (2003-2005). Ils sont souvent les grands inconnus des chercheurs et des travailleurs
sociaux de terrain. Ce sont généralement les femmes que l’on voit quand il y a un problème.
Ce sont elles qui gèrent aussi les relations avec les institutions. Il semblait donc essentiel de
recueillir le point de vue des jeunes gens et des pères précarisés sur leur situation et sur leur
condition.


                                      Enquêtes sur l’amour
Après avoir abordé au fil des enquêtes successives les problèmes de drogues, les problèmes
liés à la famille en général, les problèmes des hommes, peut-être le fond de la question est-il
simplement l’amour au sens large. Est-il possible dans les expériences de vie de grande
précarité ? Que deviennent les relations hommes/femmes dans ces contextes ? On a entendu
ce matin que « La santé mentale, c’est notamment pouvoir travailler et aimer. » Est-ce qu’on
peut aimer quand on ne travaille pas ? Où plutôt : « Comment peut-on aimer quand on ne
travaille pas ? »




19
  JAMOULLE P . , La débrouille des familles. Récits de vie traversés par les drogues et les conduites à risques,
Bruxelles-Paris, De Boeck, col. Oxalis, 2002, 230p.




                                                                                                           71
Les hommes sur le fil. La construction des identités masculines en
                                     milieux précaires
Mon dernier ouvrage : « Des hommes sur le fil. La construction des identités masculines
en milieux précaires», s’intéresse à la figure masculine dans les milieux où la précarité
s’étend. Il est issu d’une enquête de terrain de trois années. Il vient d’être publié aux éditions
La découverte, dans la collection Alternatives sociales. Il montre comment « prises de
risque » et « conduites décalées » permettent aux jeunes gens de poser les bases de leur
identité virile et de construire leur réputation sur un territoire. Mais aussi, plus avant dans leur
vie d’hommes, de gagner leur vie dans les réseaux souterrains, de diversifier leurs relations et
de répliquer à la honte de vivre dans des lieux stigmatisés. Explorer les transformations des
prises de risque, de la masculinité et de la paternité dans la vie sociale, l’intimité des foyers et
les parcours permet de réfléchir, au plus près du vécu des gens, à des modes d’action publique
adaptés.
Comme le thème du colloque inclus entre autre la précarité urbaine, j’ai décidé de relater plus
particulièrement les résultats de l’enquête dans les grandes cités de logements sociaux. Quel
est le sens des conduites à risques dans des contextes de vie extrêmement discriminées
comme le sont certaines cités. Je n’ai pas travaillé à Bruxelles mais dans des villes ouvrières
des environs de Charleroi et La Louvière. Bien qu’hors de Bruxelles, certaines choses sont
extrapolables, d’autres non.


La condition des hommes et des pères se transforme dans toute la société, et pas uniquement
dans le logement social. J’ai essayé de comprendre comment elle se transformait à cet
endroit-là. Pères et fils racontent leurs apprentissages relationnels. J’ai cherché à comprendre
comment ils vivaient ces évolutions, le sens qu’ils donnaient aux prises de risque extrêmes
dans leurs lieux de vie, leur construction identitaire mais aussi dans leur parcours. Les
conduites à risques sont souvent des passages dans la vie des gens. Ils ont des hauts et des bas.
Les constructions identitaires ne sont pas figées. D’autant plus dans un monde qui connaît tant
de changement. Un monde où des gens vivent la crise au quotidien. Quand le 6 du mois, il n’y
a plus d’argent, la crise devient perpétuelle. Les gens doivent constamment se rebricoler tant
sur le plan économique que sur le plan identitaire. Surtout quand ils sont confrontés à des




                                                                                              72
conduites graves de leurs enfants. C’est ce qui les met en mouvement quand ils ont peur pour
ce qui compte vraiment, leurs enfants.


Ma manière de travailler a été celle d’une ethnologue. L’ethnologue localise souvent ses
problématiques dans des groupes restreints (un quartier, une rue …). Il essaye d’aller au plus
loin dans les relations. Tout ce qu’il apprend, c’est en partageant la vie des gens. Il cherche à
mettre à jour les processus et les codes culturels à l’œuvre dans les relations sociales. En
allant au plus loin dans le local, il essaye de saisir l’universel. Pendant trois années, je me suis
immergée dans les relations sociales de deux cités ouvrières, dénommées ici « Les Mimosas »
et « Les Amazones ». Ce dernier pseudonyme étant significatif de la dimension tout à fait
féminine de la démographie des cités, de la perte de la place des hommes dans ces lieux.
J’ai aussi travaillé dans un cercle d’épargne populaire. Ces cercles d’épargne sont très
importants dans nos régions. Ils recomposent des liens, le maillage social. De nouveau, on
part des mêmes problèmes, le manque d’argent. Pour épargner, on doit se mettre ensemble.
On a un président. On applique des règles. On ramène le plus de gens possible et on épargne.
Si l’on n’épargne pas, on a une amende qui revient à la collectivité et, à la fin de l’année, c’est
redistribué. Dans ces cagnottes, on croit qu’on vient pour l’épargne mais en fait on dépense
beaucoup plus qu’on ne gagne puisqu’on offre des pots à tout le monde. On y va parce que
l’on y trouve l’essentiel. Des petits boulots nécessaires à la survie. Ce sont également des
lieux de rencontre hommes/femmes. On y trouve des substitutions quand le père vient à
manquer, lorsqu’il faut trouver quelqu’un qui puisse parler au fils ou à la fille en passe de
déraper. Cette forme de parenté sociale devient importante quand la famille biologique fait
défaut. On cherche une parenté sociale de substitution élective dans l’entourage. La cagnotte
n’est certainement pas un lieu d’appauvrissement… même si on y dépense beaucoup d’argent.
C’est un lieu où l’on gagne beaucoup.


Je n’ai jamais rencontré de professionnel, dans aucune cagnotte où j’ai travaillé. Quand je
disais à mes collègues que ce serait intéressant qu’ils aillent travailler là parce que là on ne
parlait que des histoires de famille, ils me disaient que c’était hors cadre. J’étais une des
seules personnes de ma cagnotte à travailler et à avoir une voiture. C’est dommage d’être
toujours en intra-muros parce qu’on travaille parfois beaucoup mieux en extra-muros. Surtout




                                                                                              73
quand on s’aperçoit à quel point les populations précarisées ont perdu confiance dans les
agents de l’état et le système en général.


J’ai également travaillé avec un groupe de pères sans abri. On appelait l’espace de circulation
de ce groupe le « Toxland ». Non parce que c’était un lieu géographique déterminé mais parce
que c’était un groupe qui n’arrêtait pas de bouger, de circuler. Le matin ils se réveillaient, ils
allaient dans les structures de bas seuil, à midi au restaurant du cœur. Dans l’après-midi, dans
les lieux de microbizness et au comptoir d’échange. Puis, ils terminaient leur journée dans les
abris de nuit ou dans les squats et les caches des environs. Il s’agissait toujours qu’ils
circulent, qu’ils ne restent pas au même endroit parce que Charleroi se doit de rester une ville
propre. Donc, on ne doit pas trop voir la pauvreté. Ces gens habitent donc une espèce de non-
lieu que les professionnels appellent le « Toxland ». Cela s’accorde parfois très bien avec
leurs blessures internes. Quand on bouge sans cesse, on ne pense plus, on vit au présent. Ces
gens disent souvent que c’est quand ils s’arrêtent de bouger, entre les murs des hôpitaux, par
exemple, qu’ils sentent revenir des souffrances intra-psychiques énormes dues à leur passé et
à leurs conditions sociales.

Et le logement ?

En sachant qu’elle n’est évidemment pas la seule dimension des conduites à risques et de la
précarité des personnes, je vais aborder la problématique du logement. D’abord parce que les
problèmes de travail et de logement constituent la première chose que les gens mettent en
avant pour expliquer ce qui génère les conduites à risques. Il faut donc suivre simplement leur
déroulement, leur manière de juger les choses et il faut comprendre aussi leurs contextes de
vie particulier. Dans l’ancien bassin minier où j’ai travaillé des immenses cités ont été
construites, un peu à la française, autour des mines et des usines sidérurgiques. Ce qui a
donné naissance à des lieux particulièrement enclavés. Je ne dis pas qu’à Bruxelles on n’a pas
d’enclavement, mais on a plutôt des dynamiques de quartiers populaires tandis que, dans ces
régions-là, on a un enclavement encore plus grand. Ces immenses cités sont parfois très
excentrées des centres urbains.




                                                                                            74
On a affaire à des micro mondes qui territorialisent tout à fait les relations sociales. II y a 30%
de chômage dans certaines villes de notre région20. Quand on voit l’habitat social, on imagine
quel pourcentage de désemploi il doit y avoir là puisque quelqu’un qui travaille ne va pas
rester en habitat social en raison de l’augmentation de son loyer. Avec l’octroi des logements
sociaux sur base des points de précarité, on a réellement fabriqué des lieux particuliers où les
gens cumulent les difficultés. Ce ne sont pas les gens qui veulent cumuler les difficultés, ils
ont juste été placés là parce qu’ils cumulaient les difficultés. C’est donc une agrégation de
problématiques. Un certain nombre de personnes disent donc que les politiques de logement
actuelles, les politiques de logement social sont d’abord des politiques de la honte. On crée de
la honte dans le chef des personnes et dans le chef des adolescents qui y grandissent. Aucun
adolescent n’a envie de rester dans la honte. Il va donc essayer de produire trente six mille
contre affects qui vont lui redonner de l’honneur.

Les prises de risques comme répliques aux politiques de la honte

Le logement en cité sociale donne aux jeunes un cadre de vie, un réseau de relations et,
surtout, une carte d’identité sociale. Quand on demande : « Et vous qui vous êtes ? », ils ne
répondent pas : « nous, on est des ouvriers », ils disent : « nous, on est des jeunes de la cité ».
Certains essayent de biaiser, en disant « On est des jeunes de la rue « machin ». Mais tout le
monde sait que c’est la cité.


Si les habitants ont honte de leur logement, ils s’isolent. Le phénomène de repli territorial est
défensif. A l’intérieur de la cité ils essaient d’être quelqu’un, lorsqu’à l’extérieur, ils se
sentent « rien du tout ». Le logement social devient comme une seconde peau pour les gens
qui y grandissent. Il est le support spacialisé de leur construction identitaire. C’est ce qui va
les façonner. « Même quand tu pars de la cité, cela reste à l’intérieur de toi. » La cité c’est une
façon de regarder, c’est une façon de marcher, c’est une façon de parler.


Deux exemples particuliers




 20
      A Saint-Josse, il y en a 36%. Nous ne sommes donc pas hors contexte.




                                                                                             75
Le parc des Mimosas est un très très vaste parc de plus ou moins 4.000 habitants très excentré
du centre urbain d’une des grandes villes du Hainaut, au pied d’un site industriel en friche. Le
parc a la particularité d’avoir un marquage social très lourd dans la région.


La cité des Amazones, est une petite cité de 700 personnes, où il fait relativement bon vivre
même si à l’extérieur on dit que c’est une cité « quart monde ». Elle a la particularité d’être un
lieu où l’on trouve surtout les familles monoparentales. En général les tris, les sélections qui
créent des hiérarchises à l’intérieur de la cité ou entre cités sont opérés par les sociétés de
logements de manière tout à fait inconsciente. Il n’y a pas de volonté délibérée de créer des
zones où l’on retrouve les mêmes types de familles. Même si de fait, on met plutôt les Turcs à
tel endroit et on met plutôt les familles monoparentales à un autre endroit. Ne dit-on pas « qui
se ressemble, s’assemble ». De plus, on pense aller au devant des problèmes si on met ces
personnes ailleurs. C’est un peu ces petites choses du quotidien, ces violences invisibles qui
touchent les gens sans que les acteurs aient vraiment conscience de ce qu’ils sont en train de
fabriquer.


Aux Amazones, on regroupe les familles monoparentales. C’est très frappant. Il reste, un
exemple parmi d’autres, deux pères d’adolescents par blocs de 72 appartements. Cela vous
donne une idée de la démographie. Il reste beaucoup plus de pères de jeunes enfants mais en
fait les pères tiennent peu dans ces cités-là. C’est rare que les couples y tiennent. Plus,
l’adolescent est âgé, plus fréquents sont les pères qui sont partis. J’ai essayé de montrer
comment les conditions sociales fabriquent l’attitude des jeunes, l’attitude des pères envers
les conduites à risques mais également l’attitude des populations en général quand elles vivent
dans ces lieux discriminés. Ce sont ces processus-là que je vais mettre en valeur par les
méthodes du récit de vie.


Les gens sont les premiers à me dire : « tu n’en n‘as pas marre, Pascale, de faire des récits
avec les gens du bloc ? On a tous les mêmes histoires dans ce bloc ». Ces observations qu’ils
font montrent bien les enchaînements de processus qui créent les mêmes trames sociales dans
les multiplicités des destinées humaines. Pourquoi les gens auraient-ils les mêmes histoires ?
Ce serait donc que ces histoires font l’objet d’une fabrique. Et si elles font l’histoire d’une




                                                                                            76
fabrique, elles peuvent aussi faire l’objet d’une fabrique de prévention ou d’une fabrique
d’aide.


C’est très intéressant pour nous de comprendre ces enchaînements parce que l’on sait alors où
on doit mettre le poids de l’intervention. Les récits de vie sont magnifiques pour comprendre
les trajectoires parce qu’ils ne cassent pas les gens en morceaux. Ils les racontent dans
l’ensemble, dans leur milieu de vie, dans leur milieu social et dans leurs histoires de vie.



L’exemple des « Mimosas » pour raconter le processus de disqualification
sociale


Dans cette cité, il y avait une forte tension entre les jeunes et des responsables de la société de
logement social parce qu’elle avait fait fermer le local rap. Les jeunes traînaient apparemment
un peu trop et certains locataires s’étaient plaints. Le foyer est très lié politiquement (Qui
vote ? Ce sont les gens plus âgés). Les jeunes sont bien moins entendus. Dans le conflit, le
foyer a eu une réaction tout à fait myope, c’est à dire qu’il a paré au plus pressé et a fait
fermer le local des jeunes. Les jeunes se sont retrouvés au 10ème étage du bloc le plus
stigmatisé dans des conditions sanitaires absolument épouvantables. Ils y passaient toutes
leurs soirées. Les femmes de charge y ont même trouvé des seringues. Un mélange a donc
commencé à s’opérer entre des populations qui avaient des conduites à risques tout à fait
différentes. Ils ont aussi utilisé la chaudière comme toilette pour bien montrer qu’ils
souhaitaient avoir une infrastructure, un lieu à eux. Je ne vous dis pas dans quel état cela se
trouvait ce 10ème étage. Mais effectivement, on ne les voyait plus. L’espace était relativement
pacifié. On en est à cette politique d’invisibilité qu’ont les pouvoirs publics avec les sans-abri
mais aussi avec certains groupes de jeunes qui expriment leur malaise par des conduites de
défi à l’autorité.


La cité des Mimosas a été construite dans les années 70 à l’époque où « l’urbanisme
utopique » de Le Corbusier était tout à fait à la mode. Il avait pour principes de segmenter la
ville en fonctions : des lieux pour habiter, des lieux pour travailler, des lieux pour des loisirs



                                                                                               77
et des lieux pour se déplacer. A cette époque, on a construit ces immenses cités dortoirs où il
n’y a absolument pas de commerces. Il n’y a pas de vie de ville, il n’y a pas de lieux culturels
et, parfois, il n’y a même plus d’associations. Il n’y a même dans certains cas plus rien du
tout. On est alors dans une situation d’abandon à l’Américaine. Ces politiques urbanistiques
ont préfiguré les ghettos urbains. Nous en sommes encore tributaires aujourd’hui.


Pour bâtir la cité des Mimosas, les autorités communales de l’époque ont sélectionné le projet
Rega. Il a été considéré comme novateur parce qu’il était très rationnel. On fragmentait la cité
en 4. Les blocs des veuves, puisque à l’époque il y avait beaucoup d’accidents dans la mine.
Les maisons de retraite qui concentraient tous les vieux. Les unifamiliales au centre et les
grands blocs des célibataires ou jeunes travailleurs sans enfants. Il s’agissait donc de naître, de
vivre et de mourir dans la cité avec de grands espaces verts entre chaque bloc. Evidemment,
ces cités ouvrières ne le sont plus restées. Elles sont devenues des cités sociales avec la
désindustrialisation. Les populations se sont retrouvées captives de territoires qui n’avaient
pas du tout été conçus pour y habiter. Ils avaient été conçus uniquement pour y dormir.
L’ennemi numéro 1 des gens est d’abord le bruit. Il est vrai que, si vous restez toute la journée
dans ces appartements, vous devenez littéralement fous. Le bruit vous envahit et vous enlève
toute capacité de subjectivation. La plupart des récits ont d’ailleurs été faits à l’extérieur. Cela
donne une idée de l’infraction par le bruit et des problèmes de santé mentale produits par ce
type d’organisation spatiale.


Autre évolution supplémentaire. Plus personne ne travaille. Les familles monoparentales ont
envahi les cités puisque les mères seules avec enfants accumulent les points de précarité.
Comme on donne rarement la garde au père, le logement social revient à la mère. Quand le
père demande un logement social pour pouvoir voir ses enfants, on lui dit que ce n’est pas
possible. Il doit donc louer un studio en ville. A tous les étages, vous imaginez l’image des
hommes. Quand on discute sur les paliers, on rencontre des femmes qui ont eu plein de
problèmes avec les hommes en général. Des femmes à qui on ne paye pas leur pension
alimentaire etc. Vous pouvez aussi imaginer l’influence que ça a sur les gamins qui doivent
grandir dans ces contextes là. Ils doivent se construire des images d’homme dans des lieux où




                                                                                              78
les hommes ne sont plus considérés comme des gens qui assurent. La première chose que l’on
vous dit dans la cité c’est : « ici les hommes n’assument pas ».


La réadaptation constante des loyers aux revenus des ménages empêche toute mixité sociale.
Les populations non qualifiées vivent dans des cadres de travail insécurisé. Ils trouvent de ci
de là un « petit » boulot dans un établissement Horeca, par exemple, où ils sont déclarés deux
heures alors qu’ils en font beaucoup plus. Mais rien de stable ou de sûr. Ils peuvent être virés
du jour au lendemain. Certains collent des enveloppes à la pièce ou travaillent dans un atelier
clandestin… Ils trouvent 36.000 solutions, au jour la journée. C’est complètement
insécurisant de nourrir des gosses dans de telles conditions. En quand, votre loyer est
lourdement augmenté lorsque vous déclarez un salaire aléatoire, vous préservez les équilibres
de la survie par le travail informel et clandestin.


A cela, s’ajoute la clandestinité de résidence puisque avec notre système de politique sociale,
le taux du cohabitant et le taux de l’isolé différèrent de 200 €. Les gens sont par la force des
choses près de leurs sous. Comme ils n’arrivent pas à boucler leur budget, ils imaginent des
systèmes où ils trouvent des boîtes aux lettres de domiciliation. Ceux qui s’enrichissent
évidemment ce sont les propriétaires véreux. De plus, ces politiques urbaines tendent à créer
des cages à poules un peu partout dans des habitats aux trois-quarts inhabitées et aux trois-
quarts délabrées. C’est 150 €/mois pour une boîte aux lettres à domiciliation. Les gens y
gagnent 50€/mois. Vous imaginez ce qu’ils y perdent. Un père, à l’intérieur d’un appartement
qui est clandestin sur le plan du travail et qui est clandestin sur le plan du logement, quelle
place peut-il encore tenir comme père au niveau de ses enfants ? Quelle considération peut-il
encore avoir ? On peut le balancer comme rien. Ses voisins peuvent le balancer. On dit
d’ailleurs à la cité des Mimosas « Ne faites pas l’amour dans votre jardin parce que l’amour
est aveugle mais pas votre voisin ». On a donc cassé toutes les solidarités ouvrières. Moins on
en sait sur la vie privée d’autrui, plus on peut se préserver et préserver ses stratégies de survie.
Je ne dis pas qu’il faut renforcer les contrôles. Ce sont les propriétaires qui en sortent
gagnants. Ce ne sont certainement pas les assistants sociaux qui se trouvent parfois dans des
positions où ils doivent contrôler et donc sortir tout à fait de leur mission d’aide. On se trouve
devant un dispositif absolument absurde auquel on ne veut pas toucher. C’est




                                                                                              79
incompréhensible. Peut-être, me manque-t-il des éléments de compréhension politique parce
que je me dis que si on maintient un système, c’est que l’on a des raisons de le maintenir.
Mais ce n’est certainement pas dans l’intérêt des gens qu’on le maintient. J’ai fait une enquête
de 3 ans. J’ai vu comment les familles le vivaient. Une catastrophe. Cela a des conséquences
quand la paternité n’est plus encodée dans la personnalité sociale des pères, parfois sur
plusieurs générations. Comment être père quand on ne l’a pas connu ? Comment assumer
quand on ne vous a jamais assumé ? Comment assumer quand vous pensez fondamentalement
que, de toute façon les femmes, s’en sortent mieux seules ? On est là dans des problèmes
actuels mais dans des problèmes aussi à long terme qu’on est en train de créer.

Les phénomènes de disqualification spatiale

Les Mimosas sont des tours très mal vues en ville. Mais les jeunes inversent les stigmates
spatiaux. Ils disent « Nous, on vient du Bronx ». Ils roulent des épaules. Ils veulent « se faire
un nom » et « faire le nom » de leur cité en ville. Leurs conduites à risque sont souvent des
conduites d’honneur qui répliquent à la honte de vivre dans des lieux discriminés. D’ou
évidemment, tous ces tags et ces grafs. C’est identitaire, ce sont des noms, des lieux
d’appropriation, des territoires, cela marque le nom. Cela marque la fierté retrouvée à travers
les comportements de défi à l’autorité.



Identité « négative » et discrimination spatiale

On le voit même dans des choses très matérielles. Au bloc Z par exemple, je n’ai jamais vu
une boîte aux lettres qui tenait. Toutes les boîtes aux lettres sont démolies. Les gens n’y
mettent pas leur nom mais des numéros. Signe que les gens ne sont absolument pas fiers
d’habiter là. Cela va jusqu’au courrier. On préfère ne pas recevoir son courrier que de mettre
son nom au bloc Z. Il y a là des atteintes profondes. Il n’y a plus de relation de solidarité entre
voisins. Pour se préserver, il faut s’isoler. Qu’est-ce qu’on va faire ? On ne va plus s’inviter et
les gens ont la nostalgie du bon vieux temps. Le temps où on jouait aux cartes ensemble, où
on pouvait aller chercher le sel chez le voisin, où on gardait la petite fille du voisin etc.…
Maintenant, on ne vous laisse plus entrer dans l’intimité des foyers. Je pense aux assistants
sociaux qui doivent aller dans des territoires où ils ne sont absolument pas les bienvenus, où




                                                                                             80
tout représentant du système n’est pas le bienvenu. J’imagine comme les relations doivent être
difficiles et comme ce métier doit être difficile.



Difficile d’être un père aujourd’hui ?

Pour ma part, j’ai pu rentrer dans les familles à travers la question de la paternité. En quoi la
place du père a-t-elle changé ? On a besoin que les pères prennent la parole, qu’ils
transmettent leur expérience de la paternité parce que beaucoup de jeunes n’arrivent plus à
être père. Les hommes se mobilisent sur la transmission. Ils donnent facilement, parce que
cette position est digne, mais ils sont gênés de demander. Il est donc normal que l’on
n’atteigne pas les pères quand on a par exemple un décrochage scolaire d’un môme ou bien
un problème de conduite à risque. Ce genre de situation suscite la honte du père. Le père est
déjà hyper humilié. Si en plus on ne le contacte que quand il y a un problème autour de
l’enfant, on l’accable d’autant plus. C’est pourquoi souvent le père, interpellé au sujet des
conduites à risque de ses enfants, va d’abord envoyer sa femme en avant-garde. Il reste en
arrière-garde s’il y a vraiment un très gros clash. Le père a déjà tellement connu de situations
d’humiliations. Si, en plus, on lui dit que son gosse traîne et qu’il n’est pas maître chez lui, on
l’atteint sur ce qui lui reste, son identité de père. Parfois, on n’a pas les bonnes méthodes avec
ces pères. On ne les contacte pas là ou ils peuvent nouer des relations.


Quant aux jeunes, ils disent que, dans la cité, on a l’étiquette : « l’étique de dégénérés ». Ils
sont atteints dans leur construction identitaire. On a l’impression qu’ils se construisent à
travers une identité négative avec les traits de quartiers mal vus. Eux-mêmes s’insultent
beaucoup, ils se traitent de « dégénérés », « de handicapés mentaux », de « cas sociaux ». Ils
mettent leurs étiquettes en scène. Ils foutent le bordel. Ils vident les extincteurs, crient pour
que tout le monde les entende. Ils vont prendre des « dallages », ils vont boire avec beaucoup
d’ostentation sur le parking devant tout le monde et fumer leurs pétards quand les flics entrent
dans la cité. C’est le jeu, « l’étique », comme ils disent. Que ce soit le chauffeur de bus ou
l’assistant social, tout ce qui représente l’Etat, et principalement le foyer de logement social,
est mal considéré. C’est évidemment sur le proche que se cristallise l’hostilité de proximité.
C’est sur le plus proche qu’on va projeter sa colère. Les assistants sociaux des logements




                                                                                             81
sociaux, et surtout les représentants des foyers, vont en prendre plein la figure. Par exemple,
parce qu’ils ne font pas les réparations. Evidemment, ce qui se passe actuellement dans la
Région de Charleroi et de La Louvière au niveau de la gestion de ces logements ne fait
qu’amplifier ce phénomène. Tous pourris et ainsi de suite… On risque d’avoir des effets de
vérités supplémentaires. Jusqu’à présent on était encore dans le champ des représentations.
Maintenant on est dans autre chose. Des gens sont en prison. Vous imaginez comment les
gens de cité vont se représenter l’instance publique à partir des événements. Quand
j’enquêtais sur le terrain, les affaires n’avaient pas encore été révélées par la presse. Pourtant,
les gens étaient déjà dans un rapport d’hostilité important. Ces rapports d’hostilités sont tout à
fait dramatiques. Cela veut dire qu’ils provoquent des replis à l’intérieur de la cité et des
sociabilités qui sont entièrement centrées sur la culture de la rue et la bande de jeunes.
Beaucoup de jeunes de cité s’en sortent mais quand ils ont multiplié leurs réseaux sociaux.
Par exemple, quand ils ont leurs places dans un club de sport, à l’école, chez des voisins de la
cité, quand les réseaux sont multiples, les gens prennent la cité comme cadre de référence à un
moment donné. Ensuite, ils prennent autre chose quand ils rencontrent une femme, quand les
choses se mettent à changer dans leur vie. Ils font un peu de business. Ils décalent cet
apprentissage-là qu’ils l’utilisent au mieux et se légalisent peu à peu. Ce sont les trajectoires
de 3 jeunes sur 4. Mais, plus la cité est enclavée, plus l’hostilité de proximité est forte, plus
l’image des représentants de l’ordre publique est négative, plus court devient le réseau. Si le
réseau devient ultra court, la socialisation se passera uniquement là et les gens n’auront pas
les ressources pour pouvoir développer d’autres compétences.


Dans ce contexte, les jeunes et parfois leurs familles ont un rapport d’autoprotection,
d’opposition et d’instrumentalisation par rapport aux services publics plutôt qu’une relation
de confiance. D’autant plus qu’ils savent que les assistants sociaux ont bien compris que ce
n’est pas avec 625 euros qu’ils peuvent vivre. La seule scène de rencontre est une scène de
faux-semblant. Comment est-ce que les relations peuvent se construire à partir de là ? Ca
explique l’importance de toutes les initiatives communautaires qui restaurent le sens de
l’action politique dans la cité. Les initiatives communautaires consistent simplement à créer
des délégations (des délégués d’étage, des délégués d’immeubles, des comités d’habitants, des
cadres aux revendications collectives….) et à retisser du lien entre les groupes et les




                                                                                             82
générations. Attendre la demande, attendre que ces gens entrent dans les codes et les
conditions pour passer les portes de l’institution devient de plus en plus difficile dans certains
quartiers.


Cette « éthique » de dégénérés au niveau des jeunes est d’autant plus considérée comme la
seule façon d’être avec les adultes qu’ils ont l’impression que ce n’est qu’en la mobilisant, en
la mettant en scène, en montrant qu’ils sont une cité dure, qu’ils vont arriver à capter l’argent
public. Quand il y a émeute ou bagarre, que les choses deviennent très violentes, on
commence à les investir. On investit la jeunesse ou on investit les cités. On ne les investit pas
à partir d’autre chose. Quand ils veulent un local rap à eux, on le ferme. Il y a gros à parier
que s’ils font une émeute on leur donnera leur salle de rap. L’action publique en se mobilisant
sur les conduites à risques incite les jeunes à en avoir. Jeunes et agents publics se font des
incivilités réciproques. C’est une chose que j’ai apprise en travaillant avec ces jeunes dans la
cité. On parle beaucoup d’incivilités ou de nuisances mais, avec ces populations, l’incivilité
est réciproque. Il est vrai que ces jeunes se rendent coupables d’incivilités. C’est leur façon de
réagir quand ils sont furieux contre leur bailleur ou contre l’assistante sociale, c’est une
manière de passer à l’acte et de s’exprimer. Je trouve aussi que les institutions ont envers ces
jeunes et envers ces familles des comportements totalement incivils en les dénigrant, en
stigmatisant leurs lieux de vie, en les pointant comme des individus négatifs, en favorisant la
clandestinité des hommes dans les familles par des primes à la solitude. La destruction de la
place des hommes dans les familles est en grande partie orchestrée par une conjonction de
politiques sociales.


On parle beaucoup de la violence des jeunes. On parle peu de la violence des institutions
envers eux. On parle peu de la violence du dispositif social envers les familles. Mes enquêtes
ethnographiques ne font que confirmer cela. On est face à des populations qui sont tout le
temps soumises à des violences et qui réagissent parfois par la fermeture, le repli ou la
violence réciproque. Des situations comme le local de rap, où la solution est l’invisibilité des
populations, sont nocives sur le plan de la santé des jeunes. Nocives sur le plan de leur
développement mais également nocives sur le plan sanitaire. On en paiera les conséquences
un jour ou l’autre. Je plaide pour que les politiques cessent d’être myopes. Les personnes qui




                                                                                            83
font l’expérience de la disqualification spatiale produisent des conduites d’honneurs, donc des
comportements à risques. Ils mettent les institutions au défi. Ils se mettent eux-mêmes au défi
pour construire de l’honneur. Ils construisent aussi leur position dans la bande de la cité en se
distinguant les uns des autres. Ils sont en quête de respect. Ils recherchent de la
reconnaissance, ils cherchent à se faire un nom. Je pense que c’est cette lecture-là de leurs
comportements qu’on doit avoir et c’est peut être à partir de cette lecture-là qu’on peut
éventuellement penser la prévention. Il est évident qu’une des priorités, dans ce contexte, est
de tenter de repenser la démographie des logements sociaux. D’avoir des politiques qui
permettent de lutter contre la féminisation des zones. Des politiques qui permettent de
remettre des hommes dans la cité. Si des pères impliqués vivent dans les cités, ils seront des
modèles pour les jeunes. Pour le moment, certains groupes prennent leurs modèles de
masculinité dans les films américains. Ils les prennent à l’extérieur. On arrive à des
comportements virilistes bien plus que des comportements impliqués. Je plaide aussi pour
qu’on réfléchisse autrement à ce taux cohabitant et taux isolé. Il y a là dans cette politique
sociale les germes de drames à venir, même si les drames sont déjà actuels. Ceux qui vont
arriver dans l’avenir seront pires. Je plaide aussi pour qu’on lance des passerelles entre les
institutions et les publics précarisés au lieu d’attendre leurs demandes et d’attendre qu’ils
soient en condition d’entrer dans nos dispositifs. Au lieu de les assujettir, il faut créer des
liens qui leur permettent de reconstruire de l’échange social et de retrouver une dignité
autrement que par des conduites à risques.




                                                                                           84
                                               Intervention de clôture
                                                                                      Par Christian Dupont21


Mesdames,
Messieurs,




Il y a 10 ans, Madame Céline Saschs-Jeantet rédigeait, dans le cadre du programme MOST de
l’UNESCO, un document de discussion et de synthèse intitulé Villes et gestion des
transformations sociales.


Son texte disait ceci :


Réalité complexe, la ville est confrontée à de redoutables défis dont les données ne cessent de se
modifier sous l’effet des changements politiques, économiques, sociaux, culturels, environnementaux,
scientifiques et technologiques.
Les défis et les options sont multiples, plaçant la ville devant un dilemme : soit réaffirmer la foi
aveugle dans la force de la croissance économique, synonyme de modernisation et de progrès, en
partant implicitement de l’hypothèse que les bienfaits de cette croissance rejailliront sur les pauvres
et rendront la ville vivable ; soit œuvrer explicitement pour un développement sociétal subordonné
aux valeurs de l’équité sociale, de la rationalité écologique, de l’efficacité économique, de la
participation politique, du pluralisme culturel et de l’intégration.
Le spectre de la fracture sociale, politique et psychologique hante nos sociétés : enrayer cette
tendance, voilà le véritable défi à l’aube du XXIème siècle.


Ces quelques lignes, qui datent de 1995, n’ont rien perdu de leur actualité et soulignent
l’importance des enjeux auxquels nous sommes tous confrontés.


Notre pays, c’est vrai, a patiemment construit un système de protection sociale que bien des
pays lui envient.



 21
      Ministre fédéral Ministre de la fonction publique et de l'Intégration sociale




                                                                                                       85
Depuis 10 ans, à la suite du Rapport général sur la pauvreté, la Belgique a pris une série de
mesures pour améliorer son action :


    •   nous avons renforcé les instruments qui permettent aux CPAS d’intervenir activement
        dans l’établissement de liens avec le marché du travail,

    •   un accord de coopération nous a permis de développer sensiblement les moyens
        budgétaires dévolus au secteur de l’économie sociale,

    •   en matières de crédits, la centrale négative a été transformée en centrale positive afin
        de lutter contre le surendettement,

    •   nous avons instauré un maximum à facturer en matière de soins de santé,

    •   la prime d’installation en faveur des sans abri a été élargie,

    •   nous avons prévu une allocation pour renforcer la participation sociale, culturelle et
        sportive des personnes émargeant au CPAS,

    •   une nouvelle loi sur l’intégration sociale a renforcé les droits des utilisateurs,

    •   l’Etat, les Communes et les Régions ont signé un Accord de coopération relatif à la
        politique de lutte contre la pauvreté,

    •   nous avons créé un Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion
        sociale qui développe et garantit le suivi au quotidien du dialogue entamé avec les
        différents acteurs de terrain.

On le voit, les CPAS et les pouvoirs locaux se trouvent au centre de la plupart de ces
initiatives.


D’abord, parce qu’ils sont présents partout, proches des gens, qu’ils connaissent les réalités de
terrain, dont je m’aperçois combien elles peuvent être différentes dans chacune de nos villes
et communes.




                                                                                             86
Ensuite, parce que leur champ d’action est très large puisqu’il s’étend à tout ce que le
législateur a appelé l’aide sociale (assistance traditionnelle, insertion socioprofessionnelle en
partenariat, surendettement, énergie, logement, lutte contre la violence conjugale…).


C’est en fait une formidable - et difficile - mission de coordination des efforts des différents
niveaux de pouvoir qui leur est confiée avec une responsabilité complémentaire, celle de
réussir avec le monde associatif un indispensable partenariat.


Bien sûr, ces actions initiées par les Pouvoirs publics n’ont pas permis d’éradiquer la
pauvreté, d’autant que celle-ci a évolué, que ce soit dans le domaine du logement, de l’énergie
ou de la fracture numérique.


Aujourd’hui, 15% de la population vivent toujours dans la pauvreté.


C’est pourquoi, à l’occasion des 10 ans du RGP, nous avons décidé de mener un travail de
fond et de renforcer la nouvelle approche que ce Rapport avait proposée : approfondir le
dialogue entre les gens qui vivent dans la précarité et les professionnels en charge de la
problématique.


De janvier à juin dernier, 11 rencontres provinciales organisées par la Fondation Roi
Baudouin et le Service de Lutte contre la Pauvreté, en collaboration avec mes services et les
acteurs de terrain, ont permis, en effet, de mieux cerner la réalité de l’exclusion sociale.


La rencontre finale, en juin, a rassemblé plusieurs centaines de personnes actives dans le
secteur et a permis de mettre en évidence plusieurs conclusions transversales qui devraient
baliser notre action.


Je pointerai d’abord ce que l’on pourrait appeler la fracture mentale, c’est-à-dire ce mur que,
consciemment ou non, la société dresse entre elle et les personnes précarisées. Un mur qui
nous empêche de voir ce qui est, d’entrer en contact, de comprendre, un mur sur lequel




                                                                                               87
viennent buter les personnes vivant dans la pauvreté et qui voudraient qu’au moins on entende
leur souffrance


Un mur qui rassure, qui déculpabilise le corps social, qui rend l’exclu seul responsable de sa
situation et qui le renvoie, inexorablement, à sa solitude, à son isolement.


Isolement d’autant plus lourd qu’il prédispose davantage la personne précarisée aux
problèmes psychiques, psychiatriques.


Les CPAS sont de plus en plus confrontés à des demandes d’aide liées à ces problèmes de
santé mentale.


La méthodologie de l’assistance sociale doit donc évoluer afin de répondre à ces besoins. Il
faut investir davantage dans la valeur-clé qu’est le dialogue dans le but de renforcer les gens,
de leur redonner une image positive d’eux-mêmes et, par là, une maîtrise de leur existence.


C’est le principe de l’empowerment que nous diffuserons, dès l’an prochain, par le biais d’un
manuel destiné aux CPAS.


Deuxième conclusion : la nécessité de concevoir la politique en matière de lutte contre la
pauvreté de manière plus globale, comme une question qui non seulement touche tous les
niveaux de pouvoir mais aussi comme une question qui touche toutes les politiques : les
politiques fiscales autant que les politiques sociales, les politiques d’éducation, de culture, de
sport autant que les politiques d’énergie et de logement, la politique d’accès à la justice
comme les mesures qui devraient bannir ces publicités racoleuses et honteuses en faveur de
pseudo crédits gratuits que l’on voit fleurir sur nos écrans…


Troisième conclusion, enfin, avant les mesures concrètes qui seront proposées dans le
nouveau Rapport, en décembre, la nécessité d’assurer l’accompagnement des mesures
positives que l’on prend : nos rencontres nous l’apprennent, quelques-unes des mesures
législatives que les autorités diverses ont prises ont manqué leur cible parce qu’elles ont été




                                                                                            88
mal pensées : il y a toujours un pas entre l’intention généreuse, la loi, la règle et son
application. Pour y remédier, nous engageons aujourd’hui seize « médiateurs de terrain ».


Ces médiateurs de terrain sont des hommes et des femmes issus de la précarité, formés, et qui
mettront leur expérience de vie, leur connaissance du terrain au service, à la fois des
administrations et des publics en difficulté.


Tel document d’information est-il accessible à tous ? Pourquoi les renseignements apportés
n’ont-ils pas satisfait le demandeur ? L’accueil tient-il compte de la spécificité de l’usager
fragilisé ? Comment convaincre de pousser une porte, de mener à bien une démarche
administrative ? Comment accompagner efficacement cette démarche ? Comment faciliter les
contacts ? Pourquoi la communication s’est-elle interrompue ? Sur quel malentendu, sur
quelle incompréhension culturelle ? Comment faire pour que l’on se parle, vraiment, d’égal à
égal ?


Autant de questions, parmi d’autres, auxquelles ces médiateurs de terrain essayeront
d’apporter des réponses concrètes.


Là aussi, l’approche est nouvelle : elle privilégie le dialogue, la mixité sociale et la
participation.


Fin décembre, un nouveau Rapport présentera ses conclusions, conclusions qui seront mises
en œuvre sans tarder.




                                                                                         89
***


Mesdames, Messieurs,


On le sait, les villes concentrent tout particulièrement les problèmes de pauvreté, d’exclusion,
d’insécurité et de dégradation de l’environnement.


C’est pourquoi le Gouvernement, dès 1999, a décidé d’initier une Politique des Grandes
Villes basée, dans un premier temps, sur les Contrats de ville et sur les Contrats logement.


Ce faisant, le gouvernement fédéral faisait un choix clair, face à l’alternative proposée par
Madame Sachs-Jeantet, que je citais en introduction.


Ce choix, c’est celui du travail dans un ensemble urbain global et intégré, qui ne soit pas
centré sur l’objectif univoque de la croissance économique.


Cette vision, privilégiée d’ailleurs également par le gouvernement régional, notamment au
travers des contrats de quartier, c’est celui aussi de la politique participative, d’une politique
construite avec le local.




Au fondement de cette politique, on trouve de grandes lignes conductrices, par exemple :

       •   le développement intégré des quartiers dans la ville,
       •   une cohésion sociale forte dans les quartiers,
       •   et une ville en santé, dans un logement sain.

Mais chaque ville – il y en a 15 – peut choisir ses priorités.


Objectifs globaux, déclinaison locales : cela peut aller de l’aménagement de lieux publics à
l’installation d’une antenne communale de quartier, de l’accueil des toxicomanes à l’offre de




                                                                                            90
soins de santé pour les prostituées, de la création de guichets d’économie locale à l’ouverture
d’un hôtel social.


On m’a rapporté les propos de Monsieur Hamzoui sur les dérives possibles des politiques
territoriales. Je le rejoins pour refuser de conditionner des droits sociaux au territoire. Mais je
pense que le lien avec la logique territoriale développée ici, permet, au niveau de la mise en
œuvre des politiques fédérales, ou régionales, une prise en compte des conditions de terrain,
qui renforce ces politiques.


Il y a là quelques éléments pour nourrir les nouvelles synergies que décideurs politiques,
acteurs de terrain, chercheurs, habitants, doivent créer afin de faciliter les échanges, de
diffuser les acquis de la recherche sur les questions urbaines, de développer de nouvelles
méthodologies de travail.


***


Mesdames, Messieurs,


Ce colloque vient nous rappeler, avec beaucoup de pertinence, qu’à côté des mesures
concrètes qui ont été prises, et que nous prendrons, de nouvelles approches sont toujours à
inventer pour qu’une étape de plus soit réellement franchie dans la lutte que nous menons tous
contre la pauvreté.


L’écoute, l’empowerment, la participation sont des exemples de ces nouvelles voies que nous
avons décidé d’emprunter.


Pour qu’au-delà des difficultés plus strictement matérielles, les hommes et les femmes qui
vivent l’exclusion reprennent confiance en elles, redécouvrent dans le dialogue le plaisir de se
dire et retrouvent, dans notre société, la place qui redonnera du sens.




                                                                                             91
Charles Péguy écrivait :


Une seule misère suffit à condamner une société.
Il suffit qu’un homme soit tenu, ou sciemment laissé dans la misère pour que le pacte civique
tout entier soit nul.
Aussi longtemps qu’il y a un homme dehors, la porte qui lui est fermée au nez ferme une cité
d’injustice et de haine.


Ouvrir les yeux, donc, pour ouvrir les portes.
Portes refermée sur l’exclu des écoles : plus qu’une porte, la barrière de la langue.
Porte qui sépare la ville qui se montre de la ville cachée : ruelle ou avenue.
Porte des institutions, parfois lourde à pousser, parce qu’il faut se raconter.
Portes des musées, des théâtres : porte-miroir qui renvoie à soi-même.
Ne pas oser.
Porte de l’indifférence, des mains fermées, des oreilles closes.
Porte de la peur et de la solitude.


Ce n’est pas un hasard si les deux journées consacrées dès demain aux CPAS ont repris le
symbole des portes ouvertes.


Je vous remercie




                                                                                        92

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:98
posted:3/27/2008
language:French
pages:93