COMPTE RENDU DU CONSEIL D'ADMINISTRATION_1_

Document Sample
COMPTE RENDU DU CONSEIL D'ADMINISTRATION_1_ Powered By Docstoc
					            COMPTE RENDU DU CONSEIL D’ADMINISTRATION
                        du jeudi 2 mars 2000


Présents : A. BEN KHEDER, M. BENICHOU, F. BONNAUD, Ch. BRAMBILLA, Ph. CAMUS,
J.F. CORDIER, J.C. DALPHIN, B. DAUTZENBERG, L. DELAUNOIS, P. DUROUX, B.
HOUSSET, F.X. LEBAS, E. LEMARIE, P. MEEKEL, J.F. MUIR, J.P. ORLANDO, J. PIQUET, R.
POIRIER, A. PRUD'HOMME, O. ROQUE D'ORBCASTEL, B. WALLAERT, P. ZUCK,

Excusés : Ph. CARRE, Ph. DELAVAL, M. FOURNIER, A. GERAADS, Ph. GODARD, J.P.
GRIGNET, J.C. GUERIN, E. WEITZENBLUM



Avant d'envisager les différents points à l'Ordre du Jour, Jean-François CORDIER informe les
membres présents du déroulement de ce Conseil d'Administration : après un bref bilan provisoire du
Congrès de Nice, on procèdera aux élections des membres du Bureau. Une présentation des
objectifs principaux de la SPLF sera ensuite faite par le Président. Puis un tour de table sera effectué
pour connaître les souhaits et objectifs de chacun des membres du Conseil d'Administration.

1°) - Bilan provisoire du Congrès de Nice :

Il est clair que le Congrès a été un succès, avec un nombre d'inscrits de l'ordre de 2800 (1700
médecins, dont 929 intervenants ; 114 internes ; 214 infirmières ; 85 kinésithérapeutes ; 110
représentants de l'ANTADIR ; 1053 exposants). On rappelle que les exposants représentent un tiers
des inscriptions et ne règlent pas d'inscription individuelle (5 badges gratuits étant offerts aux
exposants par module de 9m2).

Sur le plan quantitatif, ce Congrès est donc un succès. Il apparaît de plus que le nombre des inscrits
effectivement présents dans les salles était très important, ce qui témoigne de la qualité du
programme élaboré par le Conseil Scientifique que l'on remercie.

La qualité de l'organisation a été soulignée. Il faut remercier les membres du COC, et en particulier
le coordinateur (Christian BRAMBILLA), du travail effectué pour parvenir à ce succès.

Un certain nombre de points destinés à améliorer la qualité des Congrès est évoqué.

Il est nécessaire de revoir la synchronisation des sessions, pour éviter des chevauchements ou des
temps de déplacement insuffisants.

La question a été soulevée une nouvelle fois de limiter le nombre de présidents de séance à 2 au lieu
de 3 ; ce point reste débattu. Il n'apparaît pas fondamental de réduire le nombre de Présidents de
séance.

Certains conférenciers ne sont pas venus assurer leur présentation ; il en est de même de certains
présidents de séance (cela sans prévenir le Comité d'organisation). On s'efforcera d'identifier les
conférenciers et présidents non assidus, afin d'éviter de les inviter pour de prochains Congrès.

Le cours de perfectionnement sur la Biologie n'a pas été un succès et ne sera donc pas renouvelé
pour les prochains Congrès. Il faut plutôt faire porter les efforts sur l'intégration de la biologie dans
les séances cliniques.

Concernant les jours de tenue du Congrès, les membres du Conseil d'Administration sont favorables
à l'incorporation du dimanche (le Congrès débutant le samedi).
La pause du matin (1h30) a été jugée par certains trop longue. Toutefois, il est noté que les
laboratoires apprécient une pause permettant aux participants de visiter les stands. D'autre part, pour
les réunions des groupes de travail, cette pause évite d'empiéter sur les séances plénières.

La question est soulevée de l'adaptation du matériel de projection ; en effet, les diapositives
classiques seront amenées à disparaître au profit de matériel audiovisuel numérique ; il nous faudra
réfléchir à cette évolution.

Enfin, le Président souhaite que le programme pour les kinésithérapeutes et les infirmières soit
encore amélioré et dynamisé afin d'obtenir une participation plus grande de leur part.


2°) - Elections des membres du Bureau

      Vice-Président :

Le Président souhaite que le Vice-Président ait un rôle plus important que par le passé ; en effet sa
fonction a été insuffisamment définie jusqu'à maintenant. Le Vice-Président pourrait prendre en
main un certain nombre d'actions spécifiques, et notamment en relation avec le Trésorier et le
Trésorier élu : flux financiers avec les différentes structures et relations avec le COC ; opération
immobilière ; financement des actions de la SPLF ; relation avec Masson (en accord évidemment
avec le futur Rédacteur en Chef de la Revue des Maladies Respiratoires).

Un seul candidat s'est présenté pour ce poste : Jean-François MUIR. Ce dernier rappelle son
expérience professionnelle au sein de la pneumologie, son rôle dans l'organisation du Congrès de
Deauville, son action à la direction de la Revue des Maladies Respiratoires, et ses objectifs au sein
de la SPLF.

Jean-François MUIR est élu Vice-Président de la SPLF (20 votants ; 18 voix pour ; 2 bulletins nuls).

      Secrétaire Général à la Formation Médicale :

Par un accord général, aucun candidat ne s'est présenté à ce poste cette année. Jean-Pierre
GRIGNET assume sa fonction jusqu'au début de l'année prochaine ; ce poste sera pourvu par une
élection au début de l'année prochaine.

      Secrétaire Général chargé des Relations Internationales :

Le Président remercie, au nom du Bureau et du Conseil d'Administration, Etienne LEMARIE pour
l'excellent travail réalisé, et les qualités relationnelles qu'il a développées. Il serait d'ailleurs
dommage qu'il cesse toute relation internationale en particulier vis à vis des pays du pourtour
méditerranéen et des pays asiatiques. Avec les membres du Conseil d'Administration, le Président
propose qu'Etienne LEMARIE accepte une activité en tant "qu'ambassadeur", pour des missions
spécifiques, en accord évidemment avec le Secrétaire Général chargé des Relations Internationales.

Un seul candidat s'est présenté pour ce poste : François BONNAUD (absent au moment de
l'élection).

Il est élu Secrétaire Général chargé des Relations Internationales (19 votants ; 16 voix pour ; 3
bulletins nuls).

      Trésorier :
Le Président remercie, au nom du Bureau et du Conseil d'Administration, Jacques PIQUET pour
son travail excellent effectué depuis trois ans. Il propose que le futur Trésorier s'implique dès cette
année dans le dossier de la rénovation immobilière, en collaboration avec Jacques PIQUET et Jean-
François MUIR.

Un seul candidat s'est présenté pour ce poste : François-Xavier LEBAS. Son objectif est de
travailler dans la continuité de ce qui s'est fait jusqu'à maintenant, en profitant d'une expérience
acquise de longue date comme Trésorier de la Société de Pneumologie de l'Ouest et Trésorier du
CPHG.

François-Xavier LEBAS est élu Trésorier (18 votants ; 18 voix pour).

      Rédacteur en Chef de la Revue des Maladies Respiratoires :

Compte tenu de son élection comme Vice-Président, Jean-François MUIR quitte ses fonctions de
Rédacteur en Chef de la Revue des Maladies Respiratoires, et ce poste est donc vacant.

Le Président souligne l'ambiguïté des Statuts de la SPLF (article 7) quant à l'élection du Rédacteur
en Chef. Le Conseil d'Administration tranche et décide que les textes doivent être interprétés ainsi :
le Rédacteur en Chef est élu par le Conseil d'Administration, mais n'en fait pas obligatoirement
partie.

Un appel à candidature paraîtra donc dans le prochain numéro d'Info-Respiration.


3°) - Objectifs généraux de la SPLF

Jean-François CORDIER développe les deux objectifs qu'il considère comme prioritaires pour le
proche avenir : l'information des patients et l'unité de la pneumologie (cf. éditorial d'Info-
Respiration n° 36, mars 2000).

      Information des patients

L'information des patients va bouleverser profondément l'exercice médical dans les années à venir.

Cette information est d'abord générale, par la presse (rubrique médicale des quotidiens, revues
médicales spécialisées pour le grand public, émissions de radio et des chaînes de télévision). Enfin
et surtout Internet offre des sites médicaux à des millions de navigateurs, dont certains sont de
qualité. Le contrôle de l'information diffusée aux patients est important. La SPLF doit réfléchir pour
participer à cette information générale, en développant les relations avec les médias, et en
développant un site Internet pouvant fournir une information fiable et de qualité sur les maladies
respiratoires (en collaboration avec le CNMRT pour l'information au grand public).

L'information est également individuelle, et l'obligation déontologique d'informer s'est transformée
en obligation légale dont la charge de la preuve incombe aux médecins. L'information sur les
risques des examens mais aussi des traitements doit être améliorée, dans un sens positif et non plus
seulement défensif.

Une action de la SPLF est donc nécessaire dans le domaine de l'information, à la fois générale et
individuelle, dans l'intérêt des patients. Cette information permettra aux patients de participer à la
décision, et d'exprimer leurs valeurs et leurs préférences. L'information des patients va retentir sur la
formation initiale et continue des médecins, s'ils veulent maintenir avec les patients un différentiel
de savoir, base de leur métier.
      Réforme des Statuts

La SPLF est une société démocratique : tout pneumologue peut en être membre, vote et peut être
élu. Il n'empêche qu'actuellement le Conseil d'Administration de la SPLF ne reflète pas le tissu
pneumologique français.

Le Congrès unique de Pneumologie de Langue Française a permis de réunir l'ensemble de la
communauté pneumologique, prouvant la possibilité de réaliser l'unité de la pneumologie lors de ce
Congrès.

Il faut donc réfléchir à une modification des statuts de la SPLF, et en particulier à une recomposition
du Conseil d'Administration. Une hypothèse de travail serait que le Conseil d'Administration soit
composé de 4 quarts, répartis ainsi : 1/4 d'hospitalo-universitaires ; 1/4 de médecins des hôpitaux
généraux ; 1/4 de médecins libéraux ; 1/4 de membres de droit (Président du CNMRT, représentants
de la Francophonie européenne et nord-américaine, représentant de la Francophonie non-
européenne, etc…) et personnalités élues à titre individuel.

Il pourrait y avoir trois Vice-Présidents, chacun représentant une composante de la pneumologie
(hospitalo-universitaires, hôpitaux généraux, libéraux). Le Président serait hospitalo-universitaire.
Les Vice-Présidents pourraient exercer ou non une fonction spécifique.

Il ne s'agit là que d'une orientation générale, pouvant servir de base à la réflexion mais qui sera
évidemment affinée par une réflexion collective du Conseil d'Administration.

Jean-François CORDIER passe ensuite rapidement en revue un certain de nombre de chantiers en
cours :

- Conseil Scientifique :
    - Information des patients (sur les risques, sur les maladies et leur traitement)
    - Groupes de travail de la SPLF
    - Recommandations, conférences de consensus
    - Modification éventuelle des dates du Congrès
    - Charte de parrainage

- Revue des Maladies Respiratoires :
    - Augmentation du professionnalisme rédactionnel médical au sein du Comité de Rédaction
    - Mesures pour augmenter l'Impact Factor

- Info-Respiration
    - Mise en ligne
    - Diffusion d'informations scientifiques urgentes

- Relations Internationales :
    - Développement d'une collaboration plus étroite avec les pays francophones

- Communication et informatique
    - Information des patients
    - Modes de communication : CD-Rom / DVD - Internet
    - Sites de la SPLF

- FMC : actions en cours (BPCO, asthme, pathologie infectieuse)

- DIU (sommeil)

- Accréditation
- Evaluation (dont évaluation comparative des services)
- Interface INSERM
- Relations avec les autres Sociétés savantes
- Relations avec les différentes structures publiques (nomenclature, IPP…)
- Actions en partenariat avec les laboratoires pharmaceutiques (définition des partenariats)
- Démographie pneumologique
- Politique d'admission à la SPLF, politique tarifaire
- Dépistage du cancer bronchique par tomodensitométrie

Ces différents points font l'objet d'échanges constructifs entre les membres du Conseil
d'Administration, et permettent de lancer le débat sur les actions à entreprendre.


4°) - Proposition de thème du Congrès de 2002

Le thème principal décidé à l'unanimité est : Poumon et pathologie infiltrante. Le sous-thème
pourrait être Poumon et Environnement.


5°) - Tour de table

Le Président souhaite que le Conseil d'Administration puisse intervenir de façon plus importante
dans la réflexion et l'action de la SPLF.

Pour cela, un tour de table est organisé, qui permet à chacun d'exprimer en toute liberté des points
qu'il souhaite développer. D'autre part, les réunions du Conseil d'Administration commenceront
dorénavant le matin à 10h00 pour se terminer à 16h30 (horaires qui seront précisément respectés).

Il n'est pas possible de reprendre en détail les différents points évoqués lors de ce tour de table qui a
été particulièrement riche, et qui ont fait l'objet d'une discussion générale. On mentionnera
simplement quelques réflexions particulières.

Jean-Pierre ORLANDO est d'accord pour continuer à travailler sur l'espace culture et pneumologie
qui est apprécié de tous.

Bertrand DAUTZENBERG souhaite une ouverture plus grande de la SPLF vers les autres sociétés
savantes, et suggère aussi une plus grande synergie entre le CNMRT et la SPLF.

Pierre ZUCK se réjouit de l'évolution de la SPLF. Il rappelle le dossier FMC-Infectiologie, et
informe sur la révision des recommandations pour la prise en charge des infections des voies
respiratoires inférieures ; ces recommandations seront présentées aux Journées Nationales
d'Infectiologie à Lyon en juin prochain. Il importe que la place de la SPLF dans ce travail soit
respectée (après le Conseil d'Administration, Jean-François CORDIER a joint Gérard HUCHON qui
est le représentant de la SPLF dans le groupe de travail qui a procédé à l'actualisation de ces
recommandations. Alors que la Conférence de Consensus de Lille en 1991 n'avait accordé qu'une
place modeste aux pneumologues, la présente actualisation leur a laissé beaucoup plus d'initiative. Il
sera important que l'exploitation médiatique de cette actualisation ne se fasse pas au seul bénéfice
de la SPILF, mais que le rôle des pneumologues en infectiologie puisse apparaître clairement.)

Jean-Charles DALPHIN souhaite continuer le développement des relations entre la SPLF et la
Société de Médecine du Travail ; il sera donc le responsable de cette relation, en collaboration avec
François BONNAUD, Philippe CAMUS et Etienne LEMARIE. La déclaration des cancers
bronchiques d'origine professionnelle pourrait être un des domaines de collaboration avec la SMT.
Jean-Charles DALPHIN souhaite travailler sur l'élaboration d'un annuaire de la recherche et de
l'expertise clinique. Une évaluation de la compétence des équipes sera nécessaire (mais ne devra pas
déboucher sur une censure).

Luc DELAUNOIS s'interroge sur les sous-spécialités pneumologiques (immuno-allergologie,
oncologie). Il est effectivement important de favoriser le développement de la compétence des
pneumologues dans ces sous-spécialités. Luc DELAUNOIS regrette la faible présence canadienne
ou suisse lors des Congrès de Pneumologie. Une réflexion pour tenter d'y remédier sera entreprise
avec François BONNAUD et Etienne LEMARIE. Luc DELAUNOIS est intéressé à participer à la
réflexion sur l'information aux patients (et à la validation des fiches qui leur sont destinées).

Marie BENICHOU est également intéressée à participer à un groupe de travail sur les fiches
d'information aux patients. Il est en de même de François-Xavier LEBAS (qui souligne l'intérêt qu'il
y aurait à faire participer des juristes, des juges, des procureurs à la rédaction des documents) ;
Roland POIRIER également intéressé, souligne le rôle que peuvent jouer les groupes de patients
dans l'évaluation des fiches.

Jacques PIQUET rappelle des objectifs importants de la SPLF : rendre service aux adhérents ;
participer de manière active aux procédures d'accréditation ; élaborer des protocoles.

Anne PRUD'HOMME souhaiterait que le Conseil d'Administration participe davantage à
l'alimentation d'Info-Respiration en articles ; elle souhaite favoriser le développement du site
Internet de la SPLF en l'élargissant à un espace grand public.

Philippe CAMUS souligne l'intérêt du développement d'interface avec les autres spécialités, et de
l'importance de faire passer un message "politique" sur la pneumologie vis à vis du public en
harmonie avec le CNMRT.

François BONNAUD souhaite que la pneumologie retire plus de bénéfice des actions qu'elle
entreprend, et est favorable au renforcement des relations avec la Société de Médecine du Travail.

Etienne LEMARIE exprime le souhait qu'Info-Respiration soit mis en ligne de façon à être
accessible à tous, au plan international.

Christian BRAMBILLA souhaite qu'un groupe de liaison centré sur la médecine infectieuse soit mis
en place. Il indique par ailleurs qu'il a créé un programme local de dépistage tomodensitométrique
du cancer bronchique à Grenoble. Le débat est lancé sur un projet national de dépistage TDM du
cancer bronchique. Un groupe se mettra en place pour définir le projet. Pour la SPLF, il comprendra
Etienne LEMARIE, Christian BRAMBILLA, Jean-Charles DALPHIN, Philippe CAMUS et d'autres
collègues intéressés ; pour le GOLF, Bernard MILLERON sera contacté ; pour la Société Française
de Radiologie, Philippe GRENIER et Guy FRIJA sont impliqués ; la Société de Médecine du
Travail (Jacques AMEILLE, Jean-Claude PAIRON, Marc LETOURNEUX) et le CNMRT (Pierre
DUROUX) seront contactés pour participer à ce projet.

Paul MEEKEL souhaite d'abord que les membres du Bureau soient plus présents lors des réunions
du Conseil d'Administration. Etant responsable du groupe Evaluation, il aimerait que ce groupe soit
modifié et relancé. Bruno HOUSSET propose d'associer Huguette LIOTE et Alain
VERGNENEGRE à cette réflexion. Paul MEEKEL souhaite également participer au groupe de
réflexion sur les fiches destinées aux patients.

Jean-François MUIR souhaite une bonne programmation à l'avance des réunions du Bureau et du
Conseil d'Administration. Il rappelle l'intérêt de la mise en ligne d'Info-Respiration et de la Revue
des Maladies Respiratoires. Il souligne également la nécessité de relancer le projet de DIU du
sommeil.
François-Xavier LEBAS souligne l'importance de cette table ronde qui permet à chacun de
s'exprimer. Il souhaite le développement de la communication, avec une ouverture vers des
professions extra-médicales et notamment pour la validation des fiches patients.

Olivier ROQUE D'ORBCASTEL (Représentant de l'ANTADIR) souhaite renforcer la relation entre
SPLF/ANTADIR ; concernant les fiches destinées aux patients, l'ANTADIR a créé des fiches
d'utilisation de matériel et documents sur la matériovigilance qu'il nous transmettra. Il souhaite que
ces fiches soient diffusées auprès des pays francophones et des francophiles isolés.

Ali BEN KHEDER exprime sa satisfaction que le Conseil d'Administration soit dynamique. Il
regrette que la relation nord-sud s'effectue trop souvent que dans un seul sens. Il témoigne de son
intérêt pour le développement de l'espace culturel et/ou des conférences culturelles lors des
Congrès. Il fait état de sa réflexion dans les relations médecins/malades, et cette réflexion dans la
culture arabo-musulmane pourrait être très utile pour les pneumologues Français, compte tenu de la
communauté d'origine maghrébine dans notre pays qui représente une part importante des patients.

Roland POIRIER regrette que les fiches pour les patients soient souvent incompréhensibles, et
suggère que ces fiches soient relues avant leur validation par les patients.

Au total, ce tour de table, qui a permis à chacun de s'exprimer, montre une communauté d'objectifs
cohérente, et laisse augurer d'un travail efficace du Conseil d'Administration pour l'avenir.

Bien entendu, chacun des points évoqués sera développé. En particulier, les membres du Conseil
d'Administration seront sollicités sur les thèmes de l'information aux patients et de la modification
des statuts. Chacun est invité à transmettre des propositions concrètes de collaboration dans ces
domaines.


La prochaine séance du Conseil d'Administration aura lieu le jeudi 15 juin 2000 de 10h00 à
16h30.

				
DOCUMENT INFO