Brochure de présentation du M2 recherche Economie des ressources by tfo34034

VIEWS: 31 PAGES: 18

									          Université Paris I – Panthéon – Sorbonne
              Année universitaire 2007 – 2008

                    _______________________




            MASTER D’ÉCONOMIE

Mention « Entreprises, Stratégies, Ressources Humaines »




       Master 2 : spécialité « Recherche »

   Economie des Ressources Humaines
       et des Politiques Sociales

                                                       Responsable
                                        Professeur Bernard GAZIER




                    _______________________
                                Présentation générale


Objectifs de la formation :
        L’analyse économique des ressources humaines, combinant les points de vue du
travail et de l’emploi avec celui de la protection sociale et des politiques sociales, constitue le
champ scientifique de la deuxième année de ce Master « Recherche » (MR2), spécialité
« Economie des Ressources Humaines et des Politiques Sociales » (ERHPS). L’intérêt
d’articuler ces deux dimensions est de considérer dans leur ensemble les processus qui
déterminent le traitement de la main-d’œuvre dans l’économie et la société : emploi,
rémunération, protection sociale, éléments qui sont trop souvent disjoints ou analysés
séparément en des domaines de spécialisation peu reliés les uns aux autres.

       Deux exemples sont parlants à cet égard :
       - d’une part les transformations des carrières (salariales et non salariales), dont les
discontinuités s’accroissent, combinant, de manière variable et durant des périodes spécifiées,
des sources composites de rémunération : privées, publiques, parapubliques, non
marchandes…
       - d’autre part les processus de négociations collectives sur les conditions d’emploi, qui
prennent de plus en plus en compte les conditions de vie, articulant salaires, horaires,
formations et mobilités, gestion de la famille…

       Le MR2 ERHPS part ainsi des liens étroits qu’entretiennent l’économique et le social
à propos des trajectoires des travailleurs, et souhaite approfondir dans ce domaine l’étude du
jeu conjoint des acteurs, de leurs stratégies, des institutions et des régulations.

         L’objectif est de former, par l’apprentissage de la recherche, des économistes capables
d’adapter les outils, tant conceptuels que statistiques, de l’analyse économique à des domaines
qui comportent des dimensions monétaires et non monétaires : sociales, organisationnelles et
institutionnelles.
         Avec une attention particulière portée aux méthodes et pratiques d’évaluation tant
microéconomiques que macroéconomiques, cette formation entend approfondir les points
suivants : étude des stratégies et institutions du marché du travail (stratégies des ressources
humaines menées par les entreprises, politiques publiques de l’emploi et de la formation,
relations professionnelles) ; économie de la santé, de la pauvreté et de la protection sociale
(organisations et politiques de santé, fiscalité et transferts, insertion), économie des ressources
humaines au sein des processus de développement (formation et pauvreté dans les PVD).



Une formation originale de haut niveau :

      Le MR2 ERHPS est un diplôme de formation à la recherche inscrit dans le cadre du
Master « Entreprises, Stratégies, Ressources Humaines » (ESRH), dans le domaine
« Economie et Gestion » proposé par l’Université Paris I.




                                                                                                 1
        Quelques Masters spécialisés dans la microéconomie des ressources humaines et
l’analyse du marché du travail sont proposés à Paris ou dans certaines universités de province
et correspondent à une partie du champ concerné.
        L’originalité de cette formation réside d’abord dans son champ plus vaste : elle
envisage de manière construite et développée le lien, devenu essentiel, entre travail et
protection sociale. Elle repose ensuite sur la diversité des approches proposées, et notamment
la confrontation des analyses en termes de marché et en termes d’institutions, et enfin dans la
pratique des comparaisons internationales. Ces apports visent à former aussi bien des
chercheurs que des professionnels de haut niveau en prise avec les transformations actuelles,
notamment en Europe.



Débouchés et poursuite d’études :

        Le MR2 ERHPS peut conduire à la préparation d’une thèse en économie. Il permet en
outre à des économistes de niveau bac + 5 de trouver des débouchés au sein d’entreprises et
d’administrations, par exemple en tant qu’analyste ou chargé d’études. Plus généralement,
cette formation prépare à des postes d’encadrement dans les entreprises, les organisations de
la protection sociale ou encore les organismes sans but lucratif.

        L’association d’anciens élèves « TransitionS », créée il y a une vingtaine d’années
pour le DEA « Economie des Ressources Humaines et des Politiques Sociales », à l’origine
du présent diplôme, entretient des liens entre les étudiants des différentes promotions. Elle
relaye des offres d’emploi par le biais de son site Internet (http://transitions.univ-paris1.fr) et
organise chaque année des rencontres entre étudiants, anciens et professionnels ainsi que des
tables rondes.



Conditions d’admission et modalités d’inscription :

       Ce Master 2 s’adresse en priorité aux étudiants en sciences économiques de
l’Université Paris I ayant suivi en Master 1 le cursus « Entreprise, Stratégies, Ressources
Humaines » les préparant à cette orientation scientifique et professionnelle.

       En outre, tous les étudiants ayant suivi un cursus universitaire français en économie
peuvent postuler à cette spécialité après avoir obtenu un niveau Master 1, ainsi que les
étudiants en provenance d’autres institutions (universités étrangères, IEP, Grandes Ecoles…)
ayant un niveau jugé équivalent. Les étudiants ayant validé un Master 1 en AES pourront
également être admis selon leur niveau en économie.

       La formation accueille ainsi chaque année environ 25 étudiants.

        Les dossiers d’inscription 2007 devront être retirés à partir du mois de mai sur le site
de l’Université Paris I (http://univ-paris1.fr). La procédure de recrutement comporte deux
étapes : sélection sur la base des dossiers présentés, puis audition de candidatures début juillet
et début septembre. Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter le secrétariat
du MR2 par mail à Dominique.Gemain-Haguy@univ-paris1.fr ou jerome.josien@univ-
paris1.fr. ou


                                                                                                 2
Equipe pédagogique :


Bernard GAZIER,     Directeur   Professeur à l’Université de Paris I,

Bruno AMABLE                    Professeur à l’Université Paris I
Dominique ANXO                  Professeur à l’Université de Växjö (Suède)
Florence AUDIER                 Ingénieur de recherches CNRS
Pierre CONCIALDI                Chargé de recherches IRES
Patrick DIEUAIDE                Maître de conférences à l’Université de Paris I
Christine ERHEL                 Maître de conférences à l’Université de Paris I
Jérôme GAUTIE                   Professeur à l’Université Paris I
Rémy HERRERA                    Chargé de recherches CNRS
Isabelle HIRTZLIN               Maître de conférences à l’Université de Paris I
Liêm HOANG NGOC                 Maître de conférences à l’Université de Paris I
Ahmet INSEL                     Maître de conférences à l’Université de Paris I
Monique KERLEAU                 Chargée de recherches CNRS
Arnaud LECHEVALIER              Maître de conférences à l’Université de Paris I
Monique LE GUEN                 Ingénieur de recherches CNRS
François MICHON                 Directeur de recherches CNRS
Jean-Marie MONNIER              Professeur à l’Université de Paris I
Jean-Luc OUTIN                  Chargé de recherches CNRS
Muriel PUCCI                    Maître de conférences à l’Université de Paris I
Christophe RAMAUX               Maître de conférences à l’Université de Paris I
Dominique SAGOT-DUVAUROUX       Professeur à l’Université d’Angers
Nadine THEVENOT                 Maître de conférences à l’Université du Havre
Bruno TINEL                     Maître de conférences à l’Université Paris I
Julie VALENTIN                  Maître de conférences à l’Université de Paris I




                                                                                  3
Modalités pédagogiques :

      Les étudiants devront suivre et valider dix séminaires de 18 heures tout en rédigeant
un mémoire de recherche qui sera soutenu en fin de formation.

        Dans le cadre de la mention « Entreprises, Stratégies, Ressources Humaines » (ERSH),
le Master comporte des enseignements fondamentaux communs à toutes les spécialités et dont
l’ambition est de créer des synergies entre formation, recherche et professionnalisation.
Chaque étudiant de la mention (ESRH), quelle que soit la spécialité dont il relève, devra ainsi
choisir deux enseignements parmi la liste suivante :

       -   Réformes du marché du travail : théories et expériences
       -   L’entreprise du XXIème siècle
       -   Economie des transports
       -   Economie de la petite entreprise
       -   Droit de l’emploi : le contrat de travail
       -   Analyse économique des produits culturels et des industries de la créativité

     Outre ces deux séminaires, les étudiants devront choisir trois enseignements du tronc
commun de la spécialité « Economie des Ressources Humaines et des Politiques Sociales »
(ERHPS) :

       -   Réformes du marché du travail : théories et expériences
       -   Travail, formation et diversité du capitalisme
       -   Macroéconomie de l’emploi et de la protection sociale
       -   Dynamique des régimes d’emploi et de protection sociale
       -   Les marchés internes et leurs mutations
       -   Techniques quantitatives et statistiques appliquées

      Le séminaire « Réformes du marché du travail » sera considéré, au choix de l’étudiant,
comme appartenant au tronc commun de la spécialité ERHPS ou aux enseignements
fondamentaux de la mention ESRH.

        Les étudiants devront également suivre au moins quatre séminaires de la filière qu’ils
auront choisie parmi les deux proposées :
- Filière 1. Marché du travail et politiques de l’emploi
- Filière 2. Protection sociale, pauvreté et processus de développement

       Le cas échéant, le dixième séminaire pourra être choisi parmi tous les enseignements
proposés par la spécialité ERHPS (y compris la seconde filière), les enseignements
fondamentaux de la mention ESRH, ou encore parmi une série d’enseignements ouverts au
sein de l’Ecole doctorale de l’Université Paris I et d’autres institutions, dont l’ENS – Ulm, les
universités Paris X et Paris XIII, et l’ENSAE.


        L’initiation à la recherche est l’activité principale de cette spécialité. Elle s’effectue
notamment par la préparation du mémoire de recherche, qui correspond à la moitié de la
note finale.



                                                                                                4
                      Organisation des enseignements

        Intitulé des UE et des enseignements                  CM    Coeff. Crédits
Semestre 1
UE n° 1 :

 Séminaires du tronc commun de la mention ESRH (2 parmi 6)    36      2       6
 Réformes du marché du travail                                18      1       3
 Travail, formation et diversité du capitalisme               18      1       3
 Macroéconomie de l’emploi et de la protection sociale        18      1       3
                                                              18      1       3
 Dynamique des régimes d’emploi et de protection sociale
                                                              18      1       3
 Les marchés internes et leurs mutations
                                                              18      1       3
 Techniques quantitatives et statistiques appliquées
 Mémoire de recherche : étape 1 (préparation)                  0      3       9
UE n° 2 :
Filière 1. Marché du travail et politiques de l’emploi
 Analyses économiques de la relation de travail               18      1       3
 Relations professionnelles, travail et emploi                18      1       3
 Dynamiques institutionnelles et marché du travail            18      1       3

Filière 2. Protection sociale, pauvreté et processus de
développement
 Economie comparative de la pauvreté                          18      1       3
 Méthodes d’évaluation des politiques sociales                18      1       3

Volume semestriel indicatif par étudiant                      126            30

Semestre 2
UE n° 1 :
 Mémoire de recherche : étape 2 (rédaction et soutenance)      0      7      21
UE n° 2 :
Filière 1. Marché du travail et politiques de l’emploi
 Politiques de l’emploi : théories et évaluations comparées   18      1       3
 Economie du changement organisationnel                       18      1       3
 Les modèles de rémunération de la création artistique        18      1       3
Filière 2 : Protection sociale, pauvreté et processus de
développement
 Inégalités et transferts                                     18      1       3
 Economie de la santé                                         18      1       3
 Education, Etat et développement                             18      1       3

Volume semestriel indicatif par étudiant                      54             30

                                                                                     5
Sous réserve d’habilitation par le ministère


                          Descriptif des enseignements

Enseignements de tronc commun
            Réformes du marché du travail : théories et expériences
Bernard GAZIER

Depuis une trentaine d’années, de multiples critiques ont été adressées aux marchés du travail
des pays européens, supposés être trop rigides et trop protecteurs. Les prescriptions répétées
de l’OCDE en faveur de davantage de flexibilité ont depuis quelques années laissé la place à
des formulations qui conservent cet objectif mais intégreraient l’objectif d’une sécurité
renouvelée, ce qui rejoint la thématique de la « flexicurité », qui peut être entendue de
diverses manières. D’autres propositions de réforme plus partielles ont été faites, parmi
lesquelles l’instauration d’un contrat de travail unique et divers dispositifs visant à assurer l’
« activation » des chômeurs. Enfin, d’autres perspectives de réformes visent à mieux gérer un
ensemble plus vaste de mobilités tant au sein de l’entreprise et du marché du travail qu’autour
de ce dernier, c’est le cas des « droits de tirage sociaux » et des « Marchés Transitionnels du
Travail ».
Le but de ce séminaire est de présenter ce débat de politique économique et sociale tant dans
ses justifications que dans ses applications.

Plan :

On présentera et discutera d’abord les arguments en faveur de la flexibilisation, avant
d’examiner les perspectives plus larges de réforme, et on terminera par une étude du débat en
cours sur la « flexicurité » et la sécurisation des parcours.

                                  _______________________

                   Travail, formation et diversité du capitalisme
Bruno AMABLE

Les économies développées se différencient entre autres par les institutions encadrant
leurs marchés du travail, les rapports entre travail et formation ainsi par les
institutions de la protection sociale. Le cours se propose de présenter les différents
modèles que l'on peut identifier parmi les économies de l'OCDE et de les analyser à
l'aide des théories de la variété ou diversité du capitalisme. Ces théories permettent
d'analyser les complémentarités entre institutions qui sont au fondement de la cohérence
des modèles. Les liens entre institutions et « performances » du marché du travail seront
aussi étudiés. On examinera notamment de façon critique les liens entre chômage, activité
et la protection de l'emploi.




                                                                                                 6
Plan :
   1.   Introduction. La problématique de la diversité du capitalisme
   2.   Eléments de théorie des institutions
   3.   Le concept de complémentarité des institutions
   4.   La « cohérence » des modèles : complémentarité, hiérarchie des institutions ; crises
        économique, politique, systémiques
    5. Les différentes conceptions des « modèles » de capitalisme, LME & CME vs.
        Diversité nationale…
    6. Les « modèles de capitalisme », quelles caractérisations empiriques ?
    7. Les transformations des modèles : convergence, hybridation… ?
    8. Qui soutient le(s) modèle(s) européen(s) ? fondements micro-sociaux et micro-
        politiques
    9. La protection sociale dans les modèles de capitalisme
    10. Les pactes sociaux : un renouveau du corporatisme ?
    11. Les transformations du marché du travail
    12. Institutions et performance du marché du travail

                                    _______________________


              Macroéconomie de l’emploi et de la protection sociale
Muriel PUCCI

Objectifs :
- Etudier l'évolution de la théorie macroéconomique pour analyser les causes d'un
   chômage durable et proposer des remèdes au sous-emploi ;
- décrypter la manière dont s'est constitué le modèle théorique de référence pour
   analyser négociations collectives et l'influence des syndicats sur le chômage ;
- comprendre comment la théorie orthodoxe analyse les conséquences de la
   protection sociale en termes d'emploi, ou encore les problèmes de sélection ou
   d'incitation, les effets d'aubaine ou autres effets induits de la protection sociale.

Plan :
I.     Macroéconomie de l'emploi et changements de point de vue sur le chômage
       A. De la Théorie Générale de Keynes à IS/LM : le chômage est déterminé sur le marché des
            biens ; l'Etat peut le réduire en stimulant la demande adressée aux entreprises nationales
       B. De IS/LM au modèle "quasi offre-quasi demande" : la détermination du chômage bascule
            sur le marché du travail ; la stimulation de la demande est inflationniste ; les politiques de
            baisse des coûts sont privilégiées
       C. De la Courbe de Phillips aux anticipations rationnelles : comment les néoclassiques ont
            retiré petit à petit du modèle de référence toute possibilité d'efficacité des politiques de
            relance.
       D. Chômage structurel et modèles WS-PS : présentation générale du modèle de référenceet
            de ces limite. Focus sur la manière dont s'est constitué le modèle théorique de référence
            pour analyser négociations collectives et l'influence des syndicats sur le chômage.
II.    Protection sociale et politiques de l'emploi
       A. Minima sociaux et trappes à pauvreté : la PPE était-elle utile pour inciter les bénéficiaires
       de minima sociaux à reprendre un travail ?
       B. L’impact des coûts de licenciements sur l’emploi : Les coûts de licenciements freinant à la
       fois les embauches et les licenciements, quel est leur impact sur l’emploi ? Le recours au CDD

                                                                                                        7
         est-il créateur d’emploi ? Une régulation fiscale serait-elle préférable à la protection
         juridique de l’emploi ?

III.     Les problèmes d'information et d'incitation dans le champ de la protection sociale
         A. Le problèmes d'anti-sélection et de risque moral liés à l'assurance maladie : les exclus du
         marché des mutuelles, les sur-dépenses en soin induites par l'assurance maladie.
         B. Le marché de l'assurance vieillesse : inefficacité du marché des rentes viagères, l'exemple
         du Royaume Uni


                                    _______________________

             Dynamique des régimes d’emploi et de protection sociale
Arnaud LECHEVALIER


       Cet enseignement a pour contenu l’analyse économique de la dynamique et des enjeux
qui caractérisent les régimes d’emploi et de protection sociale dans les Etats membres de
l’Union Européenne.

Plan :
1. Histoire et institutions de l’UE et de l’Europe Sociale
2. Emploi et protection sociale en Europe : diversité et défis communs
3. Union économique et monétaire, stratégie européenne pour l’emploi et méthode ouverte de
coordination
4. Fédéralisme et dynamique des systèmes de protection sociale : quelle voie pour l’Europe
Sociale ?

                                    _______________________


         Economie des ressources humaines : les marchés internes et leurs
                                   mutations
Jérôme GAUTIE

  La notion de « marché interne » (MI) du travail a été popularisée par Doeringer et ¨Piore au
  début des années 1970. Ce travail invitait à ouvrir la « boîte noire » que constituaient les
  entreprises dans l’approche économique standard, pour étudier les politiques de formation,
  de rémunérations et de carrières de ces dernières. L’approche néo-classique et ses
  prolongements contemporains s’est attachée à donner des fondements micro-économiques à
  au fonctionnement des MI. Cette « économie du personnel » privilégie l’approche en termes
  de contrats et d’incitation. Depuis peu, ces travaux s’intéressent aussi à des aspects tels que
  les problèmes d’équité. Ils commencent aussi à recourir à de nouvelles méthodes empiriques
  (comme l’économie expérimentale). Au-delà de cette approche micro-économique,
  l’approche institutionnaliste, dans la lignée plus directe Doeringer et Piore, s’intéresse à la
  construction des qualifications et des compétences, et par là aux fondements institutionnels
  des rémunérations et des carrières – aussi bien dans que hors de l’entreprise.



                                                                                                     8
 Le séminaire étudie successivement les deux approches, en essayant de les faire dialoguer. Il
 articule approches théoriques (mais sans formalisation excessive) et travaux empiriques.
 Seront privilégiés les travaux récents et la thématique de la formation des salaires.
 Plan
 1) Les fondements micro-économique des rémunérations et des carrières
            Le salaire comme prix : la théorie des différences compensatrices et ses
             implications
            Information, sélection et salaire
            La prise en compte de l’incitation : salaire à la performance, salaires d’efficience,
             paiements différés, tournois…
            Les facteurs psycho-sociologiques (équité, goût pour la compétition…)
 2) Les soubassements institutionnels des rémunérations et des carrières
            Classification d’emplois et construction des qualifications
            La logique de compétence
            Relation formation-emploi et fonctionnement du marché du travail



                                  _______________________


                     Techniques Quantitatives & Statistiques Appliquées

Florence AUDIER et Monique LE GUEN

Ce cours propose une formation qui combine statistique et informatique, permettant aux
étudiants de mettre en œuvre et d’interpréter des données statistiques issues de grandes
enquêtes nationales ou des données plus spécifiques, avec le logiciel SAS. Ce cours est axé
sur l’Analyse Exploratoire des Données (EDA). Priorité est donnée à la visualisation
graphique avec le module SAS/INSIGHT pour faciliter l’apprentissage, la compréhension des
concepts de base de la statistique classique, ainsi que les nouveaux courants de la Statistique.


Plan :
Florence Audier : 4 cours de 1h30.
Sensibilisation aux bases de données et aux grandes enquêtes nationales sur l’emploi :
contenu, méthodologie, résultats, limites, modes d’utilisation et difficultés rencontrées à
l’occasion des exploitations, notamment pour la construction de séries longues….
Etude des paradigme et concepts sous jacents, des questionnaires et des nomenclatures
associées
i) des recensements de la population : annuels (depuis l’origine) et en continu (recensement
        en cours)
ii) de l’Enquête emploi de l’INSEE : dans sa version annuelle (depuis l’origine) et en continu
        (depuis 2003).




                                                                                                 9
Monique Le Guen : 4 cours de 3h.
 1 Initiation à SAS
Environnement d’une session SAS : Fenêtres , Menus, Icônes, Fonctionnalités
Initiation au langage SAS, on n’abordera que les instructions indispensables et les procédures
élémentaires de gestion de données : Proc Contents, Proc Print, Proc Sort
 2 Réflexions sur la Statistique Pratique
Positionnement de : la Statistique Classique (théorie des tests), l’Analyse Exploratoire des
Données, Exploratory Data Analysis de J. W. TUKEY, l’Analyse de données de J. P.
BENZECRI, et les nouveaux courants du Datamining.
 3 Initiation à SAS/INSIGHT et EDA
Présentation du Tableur et des Manipulations dans le tableur
Graphiques dans SAS/INSIGHT, Histogramme et Bar Chart, Box PLOT, Scatter PLOT,
Rotating PLOT, Line PLOT, QQPLOT etc.
 4 Estimation et théorie des tests, Etude d’une distribution
Comparaison d’une moyenne à une valeur donnée, comparaisons de 2 moyennes avec les Box
Plots juxtaposés en utilisant SAS/insight et les procédures MEANS, TTEST, UNIVARIATE,
REG.
Les étudiants bénéficient de la version SAS V9 à installer chez eux. Après chaque cours des
exercices d’entraînement au logiciel seront donnés, pour travailler chez soi.

                                  _______________________


Filière 1: Marché du travail et politiques de l’emploi


                  Analyses économiques de la relation de travail
Nadine THEVENOT, Bruno TINEL, Julie VALENTIN


         Ce séminaire a pour objet d’étudier les différentes approches de la relation d’emploi
et, plus généralement, de la relation de travail en économie afin d’en confronter les
méthodologies et les résultats. Il s’agit en outre de prendre la mesure des mutations de la
relation de travail ces vingt dernières années : contrats temporaires, extériorisation de la main
d’œuvre, et toutes les formes de mobilisation de la main d’œuvre que recouvre le contingent
work. Pour saisir les déterminants de cette évolution, nous mobiliserons les théories micro-
économiques et macro-économiques centrées sur l’incertitude, qu’elles soient propres à la
relation de travail ou aux fluctuations de l’environnement, aussi bien que les fondements
institutionnels où s’interpénètrent l’encadrement du droit du travail et les rapports de force
impliqués dans les ajustements de l’emploi par les entreprises.

Plan :
1. La dimension interindividuelle de la relation de travail
2. La dimension collective de la relation de travail
3. La dimension subordonnée de la relation de travail



                                                                                               10
                                  _______________________

                    Relations professionnelles, travail et emploi
François MICHON

        L’objectif de ce séminaire est de travailler sur les instruments pertinents pour l’analyse
des systèmes de régulation de la relation salariale : les acteurs parties prenantes de cette
relation, les règles qui l’encadrent, les opérations qui se déroulent sur le marché du travail et
dans l’emploi. Dans ce but, le séminaire fait dialoguer approches économiques et diverses
disciplines concernées : relations industrielles, sociologie du travail, droit du travail. Le
dialogue est mis en œuvre sur deux « entrées » empiriques : la précarité de l’emploi et le
temps de travail. La comparaison internationale est une méthodologie privilégiée.

Plan :
1. Les instruments théoriques de l’analyse de la relation salariale et de ses règles : information
imparfaite et incomplétude du contrat de travail, marchés internes et segmentation, régulation,
conventions, marchés transitionnels, système de relations professionnelles.
2. La montée de la précarité : formes d’emploi, types de précarité, inégalités face à la
précarité.
3. Les politiques de temps de travail – aménagement et réduction du temps de travail,
intensification du travail, inégalités de conditions de travail.

                                  _______________________


                 Dynamiques institutionnelles et marché du travail
Liêm HOANG-NGOC et Christophe RAMAUX

        Le séminaire aborde deux principales questions :
- Quels sont les ressorts structurels et la dynamique macroéconomique du capitalisme
actionnarial et quelles sont les conséquences de ce nouveau capitalisme sur le rapport
salarial ?
- Comment peut-on penser les institutions en économie et comment peut-on, sur cette base,
penser la cohérence de l’Etat social et de ses quatre piliers (protection sociale, droit du travail,
services publics et politique keynésienne de soutien à la croissance et à l’emploi) ?

Plan :
1. Rapport salarial et mutations du capitalisme.
- Les économies monétaires et salariales : approches en termes de régulation
- La crise du fordisme est-elle une crise du rapport salarial ?
- Le capitalisme actionnarial (I) : caractéristiques structurelles
- Le capitalisme actionnarial (II) : dynamique macroéconomique
- Travail et mutations du capitalisme : Analyse positive et débat normatif

2. Comment penser les institutions et l’Etat social ?
- Comment penser les institutions ? (I) Le programme de recherche conventionnaliste
- Comment penser les institutions ? (II) Le programme de recherche régulationniste



                                                                                                 11
- Comment penser l’Etat social ? (I) Logique institutionnelle et régime de politique
économique
- Comment penser l’Etat social ? (II) L’Etat social par-delà le risque et l’assurance




           Politiques de l’emploi : théories et évaluations comparées
Dominique ANXO, Christine ERHEL


        L’objectif de ce séminaire est de présenter les débats autour des politiques de l’emploi
et de leur évaluation. Dans cette perspective, on s’appuiera à la fois sur une analyse historique
et comparative de la naissance de ces mesures et de leurs évolutions, sur une analyse
théorique dans le champ de l’économie du travail et de la macroéconomie, et sur une réflexion
méthodologique autour des principaux outils utilisés par les évaluateurs.
        Le séminaire traitera principalement des effets des mesures ciblées de la politique de
l’emploi (création d’emplois, subventions, formation, aide à la recherche d’emploi et
placement). Il intégrera également une réflexion sur des mesures d’ordre général, comme la
réduction du temps de travail ou les mesures d’allègement du coût du travail (dispositifs de
baisses de charges). Dans une perspective comparative, on cherchera à identifier les
dynamiques de réforme en cours dans les pays européens, en s’interrogeant sur le rôle joué
par la coordination européenne des politiques de l’emploi telle qu’elle a été mise en place
dans le cadre de la Stratégie Européenne pour l’Emploi.

Plan :

   1. Objectifs et instruments des politiques de l’emploi

1.1 L’approche comptable et la nomenclature de l’OCDE
1.2 L’approche économique
Rappel des principaux fondements théoriques des politiques de l’emploi : WS-PS, modèles
d’appariement…


   2. Les modèles nationaux et leur dynamique

2.1 Approche historique : La naissance des politiques de l’emploi dans les pays européens
2.2 Approche comparative : L’hétérogénéité des modèles nationaux
2.3 Les réformes récentes (activation, individualisation, externalisation…) et le rôle de la
Stratégie Européenne pour l’Emploi

   3. Les effets des politiques de l’emploi

3.1 L’impact des politiques de l’emploi sur les individus : les évaluations d’ordre
microéconomique
Fondements théoriques / méthodes et exemples
3.2 L’impact macroéconomique des politiques de l’emploi
Méthodes et exemples (dont la réduction du temps de travail en France)
3.3 Les évaluations de processus et évaluations de mise en œuvre


                                                                                               12
                                  _______________________


                     Economie du changement organisationnel
Patrick DIEUAIDE

I. L’émergence de l’organisation comme objet d’analyse.
       1. Organisation et marché
       2. L’organisation ou la firme substitut au marché
       3. Les buts et les comportements de la firme en tant qu’organisation

II. Diversité des formes organisationnelles des entreprises
         1. Les structures organisationnelles « internes »
                 Division verticale et division horizontale du travail
                 Configurations structurelles et mécanismes de coordination
         2. Les structures organisationnelles « externes »
                 Les relations de sous-traitance et de coopération
                 Les organisations « en réseau »
III. Efficacité des formes organisationnelles
         1. Le critère de structure d’échange d’information : le débat firme A/firme J
         2. Structures d’incitation et contrôle des performances au travail

IV. Le changement organisationnel comme processus séquentiel
       1. Organisation et système productif : la notion de modèle
       2. Du modèle de la « grande entreprise » au modèle de la « firme flexible »

V. Le changement organisationnel comme « régime d’évolution permanent »
       1. Organisation et apprentissage : le rôle central des connaissances
       2. La firme comme système d’accumulation de connaissances et de compétences

                                  _______________________


              Les modèles de rémunération de la création artistique
Dominique SAGOT-DUVAUROUX


Sur la base des spécificités économiques des industries de la création mises en évidence par
R. Caves (2000), le séminaire a pour objectif de présenter trois modèles alternatifs de
rémunération de la création artistique : le modèle du salariat avec le système de
l’intermittence, le modèle des droits d’auteur, dominant dans les industries culturelles et le
modèle de la vente dominant sur le marché de l’art.
La comparaison de ces « modèles » permet de mettre en avant la diversité des solutions
organisationnelles apportées à la question de la rémunération du travail artistique dans un
secteur où les questions de risque et de flexibilité sont depuis longtemps centrales. Elle
débouche sur une réflexion sur le statut social de l’artiste et des systèmes de protection sociale
des artistes./auteurs.


                                                                                               13
Plan :

Intro : Les spécificités des industries de la création
Séances 1 et 2 : La rémunération par la vente, Le modèle du marché de l’art
Séances 3 et 4 : La rémunération sous forme de droit d’auteur : l’économie de l’édition
Séance 5 et 6 : La rémunération sous forme de cachets : l’économie du spectacle

                                  _______________________



Filière 2 : Protection sociale, pauvreté et processus de développement

                            Economie comparative de la pauvreté
Ahmet INSEL (sous réserve pour 2007 – 2008, cet enseignant étant en disponibilité à
l’étranger)


       Depuis les tentatives récentes d'unification des problématiques de croissance et de
développement, les approches dynamiques de la pauvreté et les analyses des politiques
sociales ont fait l'objet de nombreux travaux. Par ailleurs la prise en considération plus
ouverte des dimensions institutionnelles a permis d'éclairer d'un jour nouveau les différences
de performance par pays en matière d'inégalités, de développement et de persistance de la
pauvreté.
       Une approche comparative sera esquissée avec deux objectifs : vérifier le degré
d'universalité des hypothèses constitutives des nouvelles théories de la croissance et de la
pauvreté ; dégager des cas types susceptibles d'illustrer les effets institutionnels des politiques
sociales sur le développement et leurs limites.

         Dans un second temps, en profitant des bilans récents qui ont été faits sur les
conséquences sociales des politiques d'ajustement structurel, notamment par l'OCDE sur
« l'ajustement et l'équité », on s'appuiera sur des études nationales susceptibles d'éclairer des
situations divergentes en matière de pauvreté, pour en rechercher les déterminants internes et
externes.

                                  _______________________


                   Méthodes d’évaluation des politiques sociales
Monique KERLEAU, Jean-Luc OUTIN


       Le séminaire poursuit deux objectifs principaux : introduire à une réflexion générale
sur l’évaluation des politiques publiques ; présenter différentes méthodes d’évaluation,
notamment dans le domaine des politiques sociales.

       Dans cette perspective, trois grands thèmes sont abordés : la constitution du champ de
l’évaluation, les démarches d’évaluation, l’usage de l’évaluation. Pour chacun de ces thèmes,

                                                                                                14
les questions générales abordées sont articulées à des illustrations tirées d’évaluations
réalisées, notamment dans le domaine des politiques de lutte contre la pauvreté (RMI, CMU,
etc.).

Plan :
1. Le champ de l’évaluation
    - Les différentes approches de l’évaluation : de la mesure au jugement, contrôle et
    évaluation
    - Le développement des pratiques évaluatives : de la RCB à la Lolf
    - Objectifs, moyens et effets d’une politique sociale : les difficultés de l’imputation
    causale

2. Les méthodes
       - Problèmes généraux : la méthode quasi expérimentale, biais de sélection, non-recours
       - Données administratives et indicateurs physico-financiers
       - Enquêtes quantitatives, enquêtes qualitatives, panels et cohortes
       - Cas-types et micro simulation

3. Les usages de l’évaluation
        - La concordance des temps de l’évaluation et de la décision
        - Les interactions évaluateurs/décideurs


                                  _______________________


                                   Inégalités et transferts
Pierre CONCIALDI, Jean-Marie MONNIER

        Ce séminaire porte sur les effets du système de transferts sur les inégalités. II s'agit de
permettre aux étudiants de se familiariser avec un certain nombre de concepts et d'outils
couramment utilisés dans l'analyse des inégalités et des transferts. Sur cette base, trois
dimensions seront privilégiées : les objectifs et les fonctions du système de transferts, les
formes d'inégalités que les transferts contribuent à réduire (effets infra et intergénérationnels
notamment), et les niveaux ainsi que les formes d'intervention (individus/ménages, prestations
universelles ou sélectives, prestations et prélèvements,…). L'approche combinera à la fois des
éléments d'analyse empirique et théorique et s'efforcera de faire ressortir les interdépendances
entre les formes d'organisation du système de transferts et le fonctionnement du marché du
travail. L'approche en termes de cycle de vie, et ses prolongements contemporains, contribue
à mettre en évidence l'ampleur et les enjeux de la redistribution qu'opèrent les systèmes de
transferts sociaux entre les différentes périodes de l'existence de chaque individu, mais aussi
entre les cohortes successives. En s'appuyant sur les comparaisons internationales et sur les
développements théoriques récents, cette partie du séminaire a pour finalité d'évaluer les
fondements, les fonctions et l'impact des systèmes de transferts ascendants et descendants à
partir de quelques questions clés (transferts publics et privés entre générations, choix d'un
système d'assurance-vieillesse : approches normatives et positives ; réforme des retraites,
efficacité et équité intergénérationnelle la controverse sur les prestations familiales).




                                                                                                15
                                  _______________________



                           Éducation, Etat et développement
Rémy HERRERA

Ce séminaire étudie les interactions existant entre l’éducation, l’Etat et le développement.

         Il propose dans un premier temps une analyse critique de la littérature néoclassique
consacrée :
- à la théorie microéconomique du capital humain (Becker) ;
- à la théorie macroéconomique de la croissance endogène (Romer, Lucas) ;
- à l’économétrie des effets de l’éducation sur la croissance (en coupes transversales, séries
temporelles et données de panel), avec les exemples de l’Inde et du Pakistan ;
- aux approches néo-institutionnalistes du rôle de l’Etat dans la croissance (North, Stiglitz) et
à des applications de théorie des jeux aux pays en développement (Akerloff) ;
- et aux modèles d’équilibre général calculable et à la conception du « marché du savoir » de
la Banque mondiale.

        Il examine dans un second temps, après un rappel des théories hétérodoxes
(notamment théories de l’Etat et du développement chez Marx, du système mondial
capitaliste…), une série de travaux élargissant l’analyse de la relation dépenses publiques –
croissance à la relation Etat – développement, à partir d’études de cas des effets sur
l’éducation, l’Etat et le développement :
- de la dette au Nigeria ;
- de la crise financière en Corée du Sud ;
- de l’investissement direct étranger en Papouasie–Nouvelle-Guinée et en Papua (Irian Jaya
indonésien) ;
- de la politique économique et des réformes institutionnelles du gouvernement Lula au Brésil
(comparaison avec la France et l’intégration européenne) ;
- des stratégies de développement adoptées par les pays du Sud « en transition » : Chine,
Vietnam et Cuba.

                                  _______________________



                                   Economie de la santé
Isabelle HIRTZLIN

        Le séminaire en économie de la santé vise à approfondir les notions de base de
l’analyse économique appliquée à la santé acquises en M1 en prenant comme champs
d'investigation particuliers les stratégies d'acteurs et la question de l'accès aux soins (pour les
populations défavorisées ou dans le cadre des processus de développement). A travers
l'analyse de la littérature, on cherche à montrer comment certains principes théoriques sont
utilisés pour résoudre des questions précises de recherche conduisant à la prise de décision.

Plan:


                                                                                                16
Introduction : Les champs d'investigation en économie de la santé, spécificités de la santé
comme bien économique

1. La demande de santé
- Demande de santé ou demande de soins : modèle de Grossman et ses prolongements
- Pauvreté et santé : déterminants des inégalités, définition multifactorielle du besoin de soins

2. Connaissance du secteur et régulation macroéconomique
- Les systèmes de santé dans le monde
- Croissance économique et dépenses de santé : les modélisations récentes, le rôle de la santé
dans les processus de développement durable

3. Les offreurs de soins
- Stratégies d'acteurs : conventions médicales, concertation et décisions publiques
- Allocation des ressources hospitalières
- Analyse économique du médicament : enjeux industriels et politiques de santé publique

4. Méthodologie de l’évaluation économique dans le secteur de la santé
- Principes théoriques (coût/efficacité, coût/bénéfice, coût/utilité)
- Modélisation et prise de décisions



                         ____________________________________




                                     Pour nous contacter :
                                      Secrétariat du MR2

                                jerome.josien@univ-paris1.fr




                                                                                               17

								
To top