Docstoc

DOC N°1 A Bout de Souffle découpage de la bande-annonce PLAN

Document Sample
DOC N°1  A Bout de Souffle  découpage de la bande-annonce PLAN Powered By Docstoc
					         DOC N°1 : A Bout de Souffle : découpage de la bande-annonce


                                          1ère séquence

                    PLAN                                             VOIX OFF
1. Jean Seberg se coiffant                         La jolie fille
2. Belmondo fumant et faisant son geste « à la     Le vilain garçon
Bogart »
3. Revolver « de profil »                          Le revolver
4. Belmondo torse nu, fumant                       Le gentil monsieur
5. Seberg faisant la longue vue avec son           La méchante femme
affiche
6. Ecran noir (A BOUT DE SOUFFLE)                  Scénario de François Truffaut (voix de
                                                   JLG)


                                          2ème séquence

                    PLAN                                              VOIX OFF
1. Homme accidenté étendu sur le dos,              La mort
Belmondo s’approche et l’observe
2. Seberg, lunettes noires, mordillant son stylo   La petite Américaine
3. Belmondo arrivant dans sa voiture volée         Le voleur d’autos
devant la terrasse (Seberg assise de dos)
4. Disque tournant sur un tourne-disque            Le concerto pour clarinette
5. Les deux policiers ; l’un des deux tirant       La police
avec son pistolet
6. Ecran noir (A BOUT DE SOUFFLE)                  Supervision de Claude Chabrol (JLG)


                                          3ème séquence

                    PLAN                                              VOIX OFF
1. Jeune fille de dos, dansant face à un           La pin-up
appareil photo
2. L’écrivain (Melville)                           Le romancier
3. Jeune fille en pyjama, sur un lit, la tête      La boniche
cachée sous les draps
4. Photo de Bogart                                 Humphrey Bogart
5. Le port de Marseille, plan large (plan          Marseille
absent du film)
6. Gaby parlant                                    Mon ami Gaby
7. Portrait de femme de profil par Picasso (ce     Picasso
n’est pas le tableau que l’on voit dans le film)
8. Homme regardant dans le viseur d’un             Le photographe italien
appareil photo, la Gazzetta sous le bras
9. Seberg s’assoit sur le lit, Belmondo fume,      Les anarchistes
couché dans le lit
10. Magnétophone en marche                         Le magnétophone
11. Ecran noir (A BOUT DE SOUFFLE)                 Un film de Jean-Luc Godard (JLG)

                                          4ème séquence
                    PLAN                                           VOIX OFF
1. Seberg souriant et regardant vers la droite     La tendresse
2. Voiture (Belmondo au volant) en doublant        L’aventure
une autre
3. Belmondo enlève ses lunettes tout en            Le mensonge
parlant, et regarde vers le bas (plan absent du
film)
4. Photos de nus                                   L’amour
5. Belmondo et Seberg sur les Champs, il lui       Les Champs Elysées
saisit le poignet et regarde l’heure à sa montre
6.Policier à moto, sifflant et faisant signe à     La peur
son collègue
7. Ecran noir (A BOUT DE SOUFFLE)                  Avec Jean Seberg et Jean-Paul Belmondo
                                                   (JLG)


                                          5ème séquence

                    PLAN                                           VOIX OFF
1. Belmondo embrassant Seberg, qui est             Le Diable au corps
couchée
2. Belmondo donnant un coup sur la nuque à         Du Rififi chez les hommes
un homme
3. Belmondo et Seberg de dos en voiture,           Et Dieu créa la Femme
s’embrassant
4. Les deux policiers sortant de leur voiture,     Scarface
avec mitraillette et pistolet
5. Seberg et Belmondo s’embrassant                 A Bout de Souffle
6. Ecran noir (A BOUT DE SOUFFLE)                  Le meilleur film actuel (JLG)


Environ 3 secondes par plan, sans bande-son.
Durée des séquences : 15, 15, 30, 19 et 15 secondes.
       La bande-annonce d’A Bout de Souffle : une exploitation possible

Peut-être peut-on partir des éléments qui risquent de choquer les élèves, surtout si on
leur dit auparavant qu’il s’agit là d’un film que l’on peut qualifier (dans un sens certes
très large) de « film policier » :
       •   L’absence de toute bande-son autre que la voix-off pour accompagner les images.
       •   Le choix des images : aucune scène longue mais uniquement des plans brefs,
           parfois sans intérêt (cf le magnétophone qui, dans le film, enregistre les propos du
           cinéaste pendant son interview).
       •   La voix-off, qui ne peut que choquer ceux qui ont vu le film puisqu’il lui arrive de
           « mentir » (le « photographe italien » qui est en fait un escroc, la « boniche » qui
           est dans le film la jeune femme à laquelle Belmondo vole de l’argent au début,
           « les anarchistes » pour évoquer Belmondo et Seberg…).
       •   Toujours pour la voix-off, le fait que ce qu’elle exprime semble souvent très
           obscur (« le mensonge », « mon ami Gaby » qui reste obscur si on ne sait pas que
           le personnage à l’écran s’appelle effectivement Gaby dans le film, « le concerto
           pour clarinette » dont on ne voit pas très bien ce qu’il vient faire dans cette
           histoire…), voire contradictoire (Seberg qualifiée à la fois de « gentille fille » et de
           « méchante femme », Belmondo « vilain garçon » et « gentil monsieur », comme si
           Godard voulait montrer l’ambiguïté morale de ses personnages). Le contraste entre
           l’image à l’écran et la voix-off correspondante peut même créer un effet
           comique (« l’amour » avec à l’écran les photos érotiques que regarde Belmondo
           dans la chambre de Seberg, « Scarface »…)

Se pose la question suivante : est-ce que Godard apparaît alors comme un cinéaste
« révolutionnaire », refusant de livrer une bande-annonce traditionnelle afin de bien
monter que le succès public ne l’intéresse pas, qu’il n’a aucune volonté de rendre son
film attrayant ?
Les choses ne sont pas aussi simples : la bande-annonce est certes foncièrement originale,
mais en cela elle est finalement tout à fait conforme au film qu’elle illustre, et elle est
également très accrocheuse par bien des aspects : le mélange entre romance et violence qui
apparaît clairement ici, le fait que les deux acteurs principaux soient omniprésents dans la
bande-annonce ,le côté mystérieux et décousu lui-même qui, loin de repousser le spectateur,
doit lui donner l’envie de « posséder la clé » de la bande-annonce en allant voir le film…
Pour finir, il peut être intéressant de confronter la bande-annonce d’A Bout de Souffle à
celle d’un film français « ancienne vague ». Ainsi, la b-a de Gervaise de René Clément
(en bonus sur le DVD du film) est totalement à l’opposé de celle du film de Godard,
jusqu’à la caricature : longues scènes issues des passages clés du film, voix-off très
explicite, large résumé de l’intrigue puisque même la fin est livrée au spectateur…
Le visionnage de la b-a d’un film policier plus traditionnel peut également être éclairant.
On peut par exemple montrer celle d’un chef-d’œuvre comme La Mort aux Trousses (qui
a l’avantage d’être de 1959, exactement comme ABDS). On voit clairement que c’est ce
type de bande-annonce qui survit aujourd’hui : scènes spectaculaires mais ne révélant
que les gros traits de l’intrigue, voix-off et textes en incrustation insistant sur le suspense
et la performance technique…

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Tags:
Stats:
views:71
posted:5/11/2010
language:French
pages:3