Docstoc

Le pronom démonstratif CELUI-CI dans les propositions subordonnées

Document Sample
Le pronom démonstratif CELUI-CI dans les propositions subordonnées Powered By Docstoc
					Le pronom démonstratif celui-ci dans les propositions (non-)subordonnées.

1. Cadre et limites

Selon plusieurs auteurs (e.a. Gundel, Hedberg & Zacharsky 1993, Himmelmann 1997,
Kleiber 1991), celui-ci marquerait un changement de topique, alors que il marquerait la
continuité topicale. Or, il n'est pas clair si les subordonnées, ou au moins certains types de
subordonnées, ont une structure informationnelle propre. Ne faut-il pas chercher une autre
explication aux emplois de il et celui-ci dans les subordonnées : leur sens linguistique
varierait-il d'après le type de proposition ?

2. Objectifs

L'objectif de ma communication consistera à examiner en quelle mesure le contexte
linguistique, et plus particulièrement le type de proposition, influence les raisons d'emploi de
celui-ci.

3. Méthodologie

L’emploi de celui-ci et de il sera examiné dans 862 et 813 exemples tirés du Monde et dans un
corpus oral (e.a. Corpaix, Valibel). Cette double perspective me permettra aussi de vérifier
l'impact éventuel du registre sur l'emploi du démonstratif. L'analyse quantitative et qualitative
des exemples sera fondée sur le cadre théorique développé par Lambrecht (1994).

4. Résultats (provisoires)

D'après ce dernier le topique des phrases non-marquées correspond au sujet syntaxique. De
plus, les expressions topicales préférées sont des pronoms. Dans mon corpus journalistique les
antécédents ont la fonction sujet dans seulement 10,09% des exemples de celui-ci et dans
58,43% des exemples de il. Par ailleurs, ces sujets sont répartis différemment pour les deux
pronoms: ils apparaissent dans la majorité des exemples de celui-ci dans des subordonnées
alors qu'ils figurent le plus souvent dans des non-subordonnées dans le cas de il. En outre,
l'antécédent est un pronom dans seulement 3,25% des occurrences du démonstratif et dans
40,96% des occurrences de il. Ainsi, il reprend dans (1) un référent topical qu’il continue à
désigner, tandis que celui-ci reprend un référent non-topical devenant topical :

(1) Et l'auditeur de s'identifier à des voix. Il est à plat ventre rue d'Isly, à Alger, lors de la
    fusillade de 1962, avec Julien Besançon. IL/CELUI-CI entend Pierre Bellemarre lui
    confier qu’il est vraiment formidable. (Le Monde, 2 janvier 1995, page 8 ; exemple
    manipulé)

En prenant en compte l'ensemble des paramètres discutés par Lambrecht (1994), j'ai pu
démontrer que dans les propositions non-subordonnées et dans les subordonnées adverbiales1
il marque la continuité topicale dans 63% des exemples et celui-ci un changement topical
dans 60% des cas.


1
 Lambrecht (1994) estime que les subordonnées adverbiales peuvent contenir un topique. Il ne fournit pas
d'informations pour les autres types de subordonnée.
22% des exemples restants de il et 35% des exemples restants de celui-ci font partie de la
catégorie des subordonnées (autres qu'adverbiales). A première vue, les deux pronoms
semblent se substituer plus facilement dans les subordonnées2 [cf. (2) et (3)], suggérant que
l'opposition entre continuité/changement topical(e) y est moins décisive:

(2) A la fin de l'année dernière, le magistrat de Nanterre avait déjà surpris, lorsqu'elle avait
       mis en examen Gérard Colé sans ordonner une incarcération à laquelle CELUI-CI/IL
       s'était pourtant préparé. (Le Monde, 28 avril 1995, page 12)

(3) Lorsqu'il a localisé sa proie, l'automate ne lâche pas prise. Quitte à bloquer la ligne, la
       mémoire informatique compose indéfiniment le numéro jusqu'à ce que CELUI-CI/IL soit
       libre. (Le Monde, 28 avril 1995, page 1)

Cependant, la substitution n'est pas toujours possible:

(4) - Fort bien, fit Maigreti.
       - L’inspecteur lei regarda vivement pour savoir s'ili/#celui-cii ne plaisantait pas.
       (Tasmowski-De Ryck, 1990 : 378)


5. Bibliographie

Himmelmann, N. (1997) Deiktikon, Artikel, Nominalphrase : Zur Emergenz syntaktischer
   Struktur. Tübingen : Niemeyer.
Kleiber, G. (1991) Celui-ci/-là ou comment montrer du nouveau avec du déjà connu. In :
 Revue québécoise de linguistique 21/1, pp. 123-170.
Lambrecht, K. (1994) Information structure and sentence form. Cambridge: Cambridge UP.
Gundel, J.K. ; Hedberg, Nancy & Zacharski, Ron (1993) Cognitive Status and the Form of
   Referring Expressions in Discourse. In : Language 62/2, pp. 274-307




2
    Il faut évidemment une analyse plus fine des différents types de subordonnées.

				
DOCUMENT INFO