Docstoc

La grande passe à tarpons

Document Sample
La grande passe à tarpons Powered By Docstoc
					FLORIDE




                   Boca Grande
                    La grande passe à tarpons
          Peu de destinations permettent de pêcher
          à vue des tarpons de 80 à 120 livres avec
             une canne à mouche. Si tel est votre
          but, la côte ouest de la Floride est tout
          indiquée car au printemps la densité
               de tarpons y est tout
           simplement fantastique et les
          guides feront tout leur possible
            pour vous mettre à portée de
                ces formidables poissons.
46   VOYAGES DE PÊCHE - FEVRIER - MARS 2005
         TONNERRE MÉCANIQUE                                    Moins de 10 minutes plus tard, Robert tend le bras :
                                                               « Tarpons, devant, ils viennent »
Six heures du matin sur le ponton du Tarpon Lodge. J’ai        Je les vois, il y en a au moins quatre qui nagent tran-
fait l’erreur de laver ma chemise de pêche préférée avant      quillement un mètre sous la surface, à une quinzaine de
de me coucher et elle est encore humide. Il fait un peu        mètres du bateau. S’ils continuent, ils vont passer légè-
frais, le soleil n’est pas levé, j’hésite à retourner me       rement sur notre gauche. « Cast ! ». Ok, je lâche la «
changer mais j’entend un bruit de moteur. Robert Reed          black & purple » et lance. Allez savoir quelle créature
arrive au ralenti dans l’obscurité. Il amarre son petit «      cette mouche noire et mauve est sensée imiter, mais à
flat skiff » 16’ qui porte à l’arrière une monstrueuse         peine posée devant ce mini banc de tarpons, celui de
excroissance noire, brillante, un Yamaha V-Max 225 ch          tête dévie de sa route, s’approche doucement puis l’as-
qui pour l’instant ronronne sourdement. Rapides pré-           pire « en direct live » juste devant nous. Comme dans
sentations avec celui qui sera mon guide durant deux           les films. Sauf que, au lieu de tourner la tête pour m’ai-
jours puis nous ressortons par le mini chenal balisé sur       der à le ferrer, il continue sur sa trajectoire et vient
200 mètres, le temps de rejoindre des fonds plus impor-        jusque dans mes pieds, c’est à dire droit sous le bateau
tants. Robert jette un coup d’œil circulaire, me demande       ! Je strippe à mort, il n’y a plus rien au bout. Les trois
si tout est OK, et, un petit sourire aux lèvres, met les gaz   autres tarpons passent rapidement en éventail autour
à fond. En 5 secondes ma chemise est sèche !                   de la coque, je les vois gros, en tout cas gros lorsqu’on a
Les yeux qui pleurent, j’arrive à peine à lire l’écran du      en main une canne à mouche!
GPS : 59 nœuds !                                               Pas mal pour une première « séquence émotions », un
Quelques minutes plus tard, le film en accéléré s’arrête,      quart d’heure après avoir quitté l’hôtel.
« Là on avait le courant de face, sinon j’arrive à accro-
cher 62, 63 nœuds. » précise Robert. Si les Américains         Robert garde la même dérive, il est sûr que nous allons
sont bridés sur la route, sur l’eau, ils se lâchent !          voir d’autres tarpons…. et il les repère encore avant
Il éteint le gros V-Max et déploie un moteur électrique        moi. Ils sont quatre ou cinq, nous allons nous croiser à
situé à l’avant, le fait marcher quelques instants et          une vingtaine de mètres. D’un coup de moteur élec-
coupe tout. On y est. Nous n’avons pas échangé dix             trique Robert remonte sur eux, et, arrivé à une quin-
mots depuis le départ mais le gars a l’air sérieux, il ne
quitte pas l’eau des yeux même lorsqu’il me tend une
canne à mouche GLoomis soie de 10 équipée d’une soie
intermédiaire et au bout une mouche noire et violette,
une « black & purple » d’EP Flies.
Il me demande d’envoyer la mouche assez vite et loin
en direction d’une balise encore éclairée qui marque un
haut fond. Ma prestation ayant l’air de lui convenir, il se
poste à l’avant et se remet à scruter, ou plutôt à scanner
l’eau qui est assez claire pour que nous puissions voir le
fond trois mètres sous la coque. Pour l’instant nous
sommes les seuls dans le coin, il n’y a pas un bruit et
pas le moindre bateau en vue. Cela me change des deux
derniers jours passés en compagnie du sympathique
guide Allen Hall plus au sud à Fort Myers Beach, où
nous avons recherché le tarpon avec des parachutes
ascensionnels et des jet ski passant à 500 mètres à
peine… Je n’y croyais pas du tout avant de voir le bateau
d’à côté nous sortir sous le nez un tarpon estimé à 60
kilos !
Ici, sur ce flat qui borde l’île de North Captiva, l’am-
biance est tout à fait différente. On se croirait presque
en face d’un Cay perdu au large du Belize ne serait-ce les
deux ou trois somptueuses propriétés au bord d’une
plage.

                                                                                                              VOYAGES DE PÊCHE - FEVRIER - MARS 2005   47
FLORIDE
                                                                                             autres skiffs empruntent désormais la même dérive que
       CONTACTS DE                                                                           nous, à deux cents mètres les uns des autres, en toute
     GUIDES OPÉRANT                                                                          cordialité. Un petit coup de portable à ses deux
     À BOCA GRANDE,                                                                          confrères et Robert apprend qu’un des bateaux a pris ce
      FORT MYERS ET                                                                          matin deux tarpons au crabe vivant dans la passe de
        ENVIRONS :                                                                           Boca Grande mais qu’il y a maintenant trop de monde
                                                                                             dans ce secteur.
     Capt. Robert Reed
     Tel : (001) 239-                                                                        Bientôt midi. Le soleil cogne et la réverbération est
     633-10-99                                                                               intense. À force de scruter l’eau je commence à avoir des
     Email :                                                                                 visions, je vois des écailles briller partout ! Robert est
     doubletroublefsh@                                                                       toujours aussi concentré et motivé. Un représentant de
     aol.com                                                                                 la presse halieutique française est sur son bateau, son
                                                                                             honneur est semble t-il en jeu, et le mien aussi par la
     Capts. Mike and                                                                         même occasion !
     Joyce Rehr                                                                              La chance est avec nous, une « daisy chain » de 6 ou 7
     Tel : (001) 239-                                                                        tarpons se présente, une petite bande qui nage en rond
     472-33-08                                                                               à la queue leu leu juste devant le bateau. « Lance sur le
     E-mail:                                                                                 côté », je m’exécute, envois la mouche sur leur gauche et
     Joycmay@aol.com                                                                         instantanément le plus proche quitte le groupe d’un
                                                                                             rapide coup de caudale et vient avaler la « black &
     Capt. Van Hubbard                                                                       purple » avant de faire demi tour.
     Tel : (001) 941-                                                                        Je crois bien n’avoir jamais ferré un poisson comme ça
     697-69-44                                                                               ! Mais il est au bout, et il va y rester !
     www.captvan.com                                                                         Un gros quart d’heure de combat entrecoupé de sauts
                                                                                             extraordinaires et finalement le poisson est contre la
     Capt. Allen Hall                                                                        coque, superbe, « 90 pounds, nice fish » annonce sobre-
     Tel : (001) 239-                                                                        ment Robert. Je lui demande de l’embarquer pour la
     765-59-99                                                                               photo mais je ne le sens pas très « chaud ». Il m’explique
                               zaine de mètres, me donne l’ordre de lancer dans le tas.      rapidement qu’il ne vaut mieux pas, il ne veut pas le gaf-
     Capt. Steve Bailey        Aussitôt dit, aussitôt fait et 100 livres d’écailles argen-   fer par la mâchoire pour ne pas le blesser inutilement et
     Tel: (001) 239-489-       tées jaillissent et réalisent un salto arrière deux mètres    s’il le monte à la main le poisson risque de se blesser en
     1379                      au dessus de l’eau. Je tiens le tarpon trois secondes         s’énervant une fois dans le fond du bateau. Bon, je
     E-mail:                   avant qu’il ne me fausse compagnie. J’avais pourtant          m’incline et tente un ou deux clichés le poisson encore
     swffishing@aol.com        tout bloqué et ferré bien fort scion au ras de l’eau, mais    dans l’eau, c’est peut être mieux ainsi finalement.
                               ça n’a pas suffit.                                            Robert attrape le bas de ligne et tire lentement, le pois-
     Capt. Paul Hobby          À vue d’œil pas vilain non plus, un bon mètre 70 ou 80.       son réagit et donne un bon coup de tête ce qui a pour
     Tel: (001) 239-433-       Robert est tout sourire, deux jolis tarpons touchés en        effet d’ouvrir légèrement l’hameçon et libérer le poisson
     1007                      une heure de pêche, d’après lui nous ne sommes pas            qui s’éloigne tranquillement.
     E-mail:                   loin du but.                                                  Bilan : une excellente sortie, trois tarpons touchés pour
     fishinghobbyist@          En tout cas, cette « black & purple » semble plaire aux       un de pris. Il est 13 heures, j’ai encore largement le
     msn.com                   tarpons et ce n’est donc pas pour rien que Robert en          temps de me faire servir un plat de gambas au restau-
                               possède une cinquantaine dans ses boîtes à mouches !          rant de la marina de Pine Island avant d’aller me bala-
     Capt. Kirk                                                                              der en kayak dans les petits chenaux bordés de man-
     SanCartier                Dans les deux heures qui suivent nous repérons trois          grove où nichent une multitude d’oiseaux, et, je le
     Tel: (001) 239-283-       autres bancs de tarpons mais ils passent trop vite et trop    constaterais à la tombée de la nuit, des milliards de
     9340                      loin pour pouvoir les attaquer correctement. Deux             moustiques !
     E-mail:
     Fishingcaptain@
     yahoo.com                                                                                                              PINE ISLAND

     Capt. Mike Smith                                                                                  Dans le genre décors de rêve
     Tel: (001) 239-573-                                                                               pour pêcheurs, Pine Island
     3474                                                                                              est le prototype même du
     E-mail:                                                                                           coin où l’on aimerait
     flafish@coconet.com                                                                               posséder un petit pied à
                                                                                                       terre. Les routes se
     Capt. Steve Waugh                                                                                 nomment « Tarpon Road », «
     Tel: (001) 239-337-                                                                               Cobia Road », « Grouper
     1118                                                                                              Avenue »… Devant chaque
     E-mail:                                                                                           maison ou presque, un skiff
     captsw@comcast.net                                                                                sur sa remorque sauf lorsque
                                                                                                       la maison est construite au
                                                                                                       bord d’un canal, là le bateau
                                                                                                       est « garé »
                                                                                                       Un peu partout on peut
                                apercevoir des hérons, des canards… et sur les toits ou les lampadaires nichent des balbuzards …
                                Chaque ponton est le repaire de plusieurs snooks qui ont vu passer toutes sortes de leurres des
                                centaines de fois, autrement dit ce ne sont pas « des lapins de trois semaines » et avant d’en
                                piquer un, il vous faudra vous lever tôt, ou vous coucher tard !


48   VOYAGES DE PÊCHE - FEVRIER - MARS 2005
        LES SECONDS COUTEAUX
En dehors du tarpon qui reste la « star » locale, il y a
trois autres espèces à rechercher à la mouche ou au lan-
cer dans le secteur de Pine Island, le snook, le fameux
redfish (Scianops ocellatus) et la « seatrout »
(Cynoscion nebulosus) qui est un genre de petite oto-
lithe dotée de superbe canines et à la défense très ner-
veuse. Eux aussi s’aventurent régulièrement sur les flats
et certains y passent d’ailleurs les trois quarts de leur
temps. Même s’ils dépassent rarement 4 livres pour la
seatrout et une douzaine de livres pour les snooks et les
redfish rencontrés sur les flats, on reste dans le domaine
de la pêche à vue, à très courte distance, un petit jeu ter-
riblement excitant. Là, on ne vous demande pas d’en-
voyer un leurre, une mouche ou un vif de l’autre côté
du flat mais sous une branche de palétuvier, à 7 ou 8
mètres, dans un espace sombre qui vous semble aussi
grand que votre poche. Il vous faut donner le meilleur
de vous même si vous ne voulez pas rester dans l’his-
toire locale comme « le Français qui passait son temps
à s’accrocher dans les branches » !
Avec les snooks, ne vous attendez pas à faire un carton.
Ils sont très pêchés, discrets et méfiants par nature et si
vous en prenez un sur cinq de repérés, ce sera déjà un
bon score. Ils sortent rarement de la mangrove en
pleine journée surtout s’ils sentent la présence d’un
bateau, mais avec un peu de chance on peut les inter-
cepter lorsqu’ils s’aventurent sur les flats pour chasser
en pleine eau. Cela nous est arrivé, seulement ils étaient
vraiment trop nerveux pour se laisser approcher à dis-
tance de lancer.
Tous ceux que nous avons pris, des poisons de 5/6
livres, l’ont été sous les branches de palétuviers après
avoir repéré une ombre grise immobile ou glissant très
lentement entre les branches…
 Les redfish eux se baladent près de la mangrove et se
pêchent comme le snook, on envoie un petit vif ou une
mouche imitant un crabe ou un alevin environ 1 mètre
devant leur nez. Généralement, « wouff ! » ils foncent
dessus ! Ceux que nous avons attrapé étaient petits,
environ deux kilos, mais ce sont des poissons absolu-
ment magnifiques. Si vous voulez attraper de plus gros
spécimens à la mouche, c’est entre décembre et mars,
lorsque l’eau est plus fraîche sur les flats que vous aurez
le plus de chances (idem pour le snook). On ne parle
pas ici des gros « Bull reds » de 15 à plus de 20 kilos qui
se prennent à soutenir dans les chenaux profonds, mais
de spécimens entre 3 et 6 kilos, ce qui est déjà pas mal
pour des poissons pêchés encore une fois à vue dans
très peu d’eau. En effet, on les repère comme les bone-
fish grâce à leur caudale qui émerge lorsqu’ils basculent
tête en bas pour attraper un crabe ou autre nourriture
sur le fond et on tente alors de lancer juste devant.

  COUP DU SOIR À BOCA GRANDE
En face de Pine Island se trouve une barrière d’îles,
Sanibel, Captiva, Cabbage Cay, Cayo Costa, et
Gasparilla island. À la pointe sud de cette dernière, au
pied du vieux phare s’ouvre Boca Grande, la « grande
bouche », l’un des plus célèbres spot de pêche au tar-
pon de Floride avec Homosassa et les Keys.
Lorsque les tarpons entament leur migration de prin-
temps et longent la côte ouest de la Floride, côté Golfe
du Mexique, ils se concentrent pour on ne sait quelle
raison entre les îles Cayo Costa et Gasparilla, et ce par
milliers. Selon les statistiques, il s’y capture en
moyenne chaque saison entre avril et juin environ 5000
tarpons ! Si la grande majorité pèsent de 70 à130 livres,

                                                               VOYAGES DE PÊCHE - FEVRIER - MARS 2005   49
FLORIDE
                                                                                           devrait pas tarder car les tarpons sont surtout actifs à la
                                                                                           tombée de la nuit car trop dérangés durant le jour.
                                                                                           Il y a encore pas mal de monde autour de nous, une
                                                                                           vingtaine de bateaux en pêche dans un rayon de 5 ou
                                                                                           600 mètres mais tout le monde garde ses distances.
                                                                                           Alors que nous dérivons, je vois passer juste à côté du
                                                                                           bateau un crabe qui patine en surface, emporté par le
                                                                                           courant. « Un blue crab, ils ne peuvent y résister »
                                                                                           d’après Robert, et justement notre vivier est plein de
                                                                                           crabes vivants.
                                                                                           Robert en sort un, lui enlève deux pattes, et passe par les
                                                                                           deux orifices un circle hook Eagle Claw 5/0 monté sur
                                                                                           un fin bas de ligne pour le tarpon puisqu’il s’agit de
                                                                                           fluorocarbone 80 lb.
                                                                                           Ensuite de quoi il lance le crabe délicatement, sans
                                                                                           plombée, à une quinzaine de mètres du bateau avant de
                                                                                           mettre la canne dans son porte-canne.
                                                                                           Pour le tarpon, Robert utilise des petites cannes Okuma
                                                                                           de 2,50m de puissance 20/80 g équipées de moulinets
                                                                                           Okuma Inspira 40 ISX garni de tresse 30 livres. Des
                                                                                           ensembles relativement « light » avec lesquels je serais
                                                                                           plutôt parti pêcher le bar !
                                                                                           J’ai tout juste le temps de me dire ça que la canne plie à
                                                                                           mort pendant qu’un tarpon nous fait un double salto
                                                                                           arrière! Ziiiiiiiiiiiiiiii le petit moulinet fume ! ça n’a pas
                                                                                           traîné !
                                                                                           En quelques secondes j’ai plus de 100 mètres de tresse
                                                                                           dehors, la bagarre qui s’engage est géniale, il n’y a pas
                                                                                           d’autre mot pour décrire les sensations offertes par un
                                                                                           petit lancer léger et un tarpon en pleine forme à l’autre
                                                                                           bout. Une fois au bateau, Robert saisit la mâchoire infé-
                                                                                           rieure du tarpon et cette fois ci veut bien l’embarquer
                                                                                           quelques instants pour la photo souvenir en compagnie
                                                                                           de sa « girl friend ».
                                                                                           Et l’opération va se répéter quatre fois de suite ! Je loupe
                               il se prend chaque année de bien plus gros spécimens.       un départ mais le bilan est plus que bon, quatre touches
                               En 2004, le plus gros pris et relâché a été estimé à 280    pour trois tarpons de plus ou moins 80 livres pris en un
                               livres, soit plus de 125 kilos et le plus gros capturé en   peu plus d’une heure !
                               concours, tué pour être pesé a bloqué la balance sur 208    Le plus fabuleux de l’histoire, c’est qu’autour de nous il
                               livres soit 94 kilos.                                       y avait chaque fois une dizaine d’autres bateaux en prise
                               Et aujourd’hui, nous y sommes, il est 17 heures, c’est le   simultanément avec un ou même deux tarpons !
                               début de la descendante et selon Robert l’action ne         Unique !

                                                                             Adresse : 13771 Waterfront Drive, Pineland FL 33945
                                                                             Accès en seulement 45 mn de voiture depuis l’aéroport
                                                                             international de Fort Myers.
                                                                             www.tarponlodge.com demandez Rob Wells le manager.
     Accès : Paris-Fort Myers (SouthWest Florida Airport) avec US            - À Fort Myers : le très confortable hôtel Pink Shell Resort
     Airways (Tel : 0810 63 22 22), location                                                    qui peut se charger de réserver un guide
     de voiture Avis (www.avis.com)                                                             pour vous. Pendant que vous serez à la
     Hébergement                                                                                pêche, femme et enfants profiteront des
     - Sur Pine Island : Le Tarpon Lodge est                                                    piscines, de la plage et de toutes les
     un hôtel relativement ancien selon les                                                     animations généralement offertes par les
     standards américains puisqu’il fut                                                         resorts de Floride : tennis, jet ski, volley
     construit en 1926. C’est l’adresse                                                         ball, golf à proximité…
     idéale pour séjourner le plus près                                                         www.pinkshell.com demandez la
     possible des meilleurs coins de pêche                                                      charmante Dony Bruder.
     des alentours. Idéalement situé à                                                          - Pour tout savoir sur la région de Fort
     seulement 10 mn en bateau rapide de                                                        Myers, Sanibel et Pine Island :
     Boca Grande Pass, c’est le rendez-vous                                                     www.FortMyers-Sanibel.com
     des pêcheurs fanatiques venant                                                             Vous y trouverez tous les contacts des
     d’autres Etats des USA qui sert de base                                                    hôtels, des guides de pêche (plus des
     pour des séminaires de pêche à la                                                          renseignements précis sur les saisons de
     mouche orchestrés par des «                                                                pêche, les différents poissons et les
     pointures », notamment le fameux                                                           techniques pouvant être pratiquées) ainsi
     Chico Fernandez qui lors de mon                                                            qu’une multitude d’informations sur les
     passage accompagnait une dizaine de                                                        activités sportives et culturelles. Sur
     traiders New Yorkais venus là pour une                                                     demande, il est possible de recevoir une
     formation accélérée de double traction !                                                   très belle et très instructive brochure en
                                                                                                français.

50   VOYAGES DE PÊCHE - FEVRIER - MARS 2005

				
DOCUMENT INFO
Shared By:
Categories:
Stats:
views:39
posted:5/1/2010
language:French
pages:5