INTRODUCTION DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE LA MICRO by gts10563

VIEWS: 115 PAGES: 56

									INTRODUCTION DES ENERGIES
  RENOUVELABLES ET DE LA
 MICRO-COGENERATION DANS
    LES HEBERGEMENTS
   TOURISTIQUES RURAUX




   Numéro du projet: EIE/04/252/S07_38608


            GUIDE REGIONAL FRANCAIS
                                                                                                           Guide Régional




                                                       Sommaire




INTRODUCTION ............................................................................................................... 5

INFORMATION SUR LES PARTENAIRES....................................................................... 7

DEFINITION DE L’HEBERGEMENT TOURISTIQUE RURAL ........................................ 23

LES SOURCES D’ENERGIES ........................................................................................ 27

SCENARIOS ÉNERGÉTIQUES TYPES ......................................................................... 39

CARACTERISTIQUES DE LA REGION.......................................................................... 45

LES BARRIERES ADMINISTRATIVES........................................................................... 49

LES ETAPES A SUIVRE POUR EQUIPER SON ETABLISSEMENT............................. 53

ANNEXES........................................................................................................................ 55




                                                             3
    Guide Régional




4
INTRODUCTION
                                                             Guide Régional




Green Lodges est un projet co-financé par l’Union Européenne dans le
cadre du Programme Energie Intelligente pour l’Europe. Ce projet est
mené dans sept pays européens par neuf organisations différentes.

L’objectif du projet est de créer un guide qui permettra aux propriétaires
ou gérants d’établissements d’hébergement ruraux de réaliser des
installations utilisant des énergies renouvelables ou la micro-
cogénération.

Au cours du projet, des scénarios type de besoins énergétiques seront
définis afin d’y répondre avec la meilleure offre d’énergies renouvelables
disponibles localement. Ces scénarios seront définis grâce à des audits
énergétiques réalisés au préalable dans plusieurs établissements
d’hébergement et dans chaque région.

Les barrières administratives et légales, ainsi que les aides financières,
seront identifiées afin d’aider les propriétaires ou gérants à la décision.
Ces informations seront diffusées par le biais d’ateliers régionaux et
nationaux, d’un guide régional (pour chaque région du projet) et multi-
régional (en anglais, à destination des autres régions européennes). Ces
informations seront disponibles sur le site web du projet en anglais,
espagnol, grec, portugais et français.




                                   6
INFORMATION SUR LES
       PARTENAIRES
                                                                           Guide Régional




Les partenaires impliqués dans ce projet sont les suivants :


BESEL, S.A. (Coordinateur): est une entreprise privée (PME) fondée en 1983 et qui
réalise des missions d’ingénierie et de consultance. Actuellement, BESEL emploie 60
personnes réparties dans cinq départements..
Le champs de ses activités couvre la production d’énergie et son utilisation (Utilisation
Rationnelle de l’Energie et des Sources Renouvelables d’Energies), l’environnement, la
gestion d’innovation, l’ingénierie financière, la recherche et développement dans le
domaine de l’énergie.

BESEL, S.A. a pour clients aussi bien le secteur privé que le public.

Parmi les Entreprises et Institutions qui sont des clients de BESEL, S.A. on retrouve:

Enterprises:IBERDROLA, S.A., EBRO AGRICOLA, FASA RENAULT, VICASA,
GALLETAS GULLÓN, URALITA, LINGOTES ESPECIALES, CASA SANTIVERI, RENFE,
GRUPO TECMED, TÉCNICAS REUNIDAS, DRAGADOS Y CONSTRUCCIONES,
CRISTALERÍA ESPAÑOLA, CADAGUA, GRUPO ITURRI, CONSTRUCCIONES
AERONÁUTICAS.

Administrations Régionales et Nationales :

              -    Département de l’Industrie, de l’Energie et des Mines
              -    Conseil Régional de Castille-et-León
              -    Institut Régional d’Energie de Castille-et-León (EREN)
              -    Agence pour le Développement Economique de Castille-et-León
          (ADE)
              -    Institut d’Economie d’Energie et de Diversification (IDAE)
              -    Mairie de Valladolid
              -    Gouvernement de Navarre
              -    Gouvernement des Canaries
              -    Conseil d’Estrémadure
              -    Geomining Technological Institute of Spain
              -    ICONA



                                           8
                                                              Guide Régional




    -    Institut d’Economie d’Energie et de Diversification (IDAE)
    -    Mairie de Ténériffe
    -    Communauté Autonome de Madrid
    -    Conseil de la Galice
    -    Centre pour le Développement de l’Industrie et de la Technologie
(CDTI)

Dans le domaine de l’énergie, les clients principaux sont des services publics
et des producteurs indépendants d’énergie, des consommateurs (secteur
tertiaire, industrie) et des organismes publics.

Les types de missions sont très larges : informations, campagnes de diffusion
et de promotion, préparations des publications, formations, audits, études de
faisabilité, planification, études de marché, conseil technique, recherches,
approvisionnement s énergétiques, contrats de fourniture et facturation.

Depuis sa création, BESEL s’est impliqué en tant que membre dans différentes
associations :

    -     AEDIE, Association Espagnole pour la Recherche en matière
         d’Energie et Diagnostic
    -     ASENSA, Association Espagnole pour le Solaire et les Sources
         d’Energies Alternatives
    -     ENEBC, Equipe Nationale Espagnole pour les Pompes à Chaleur,
         Agence Internationale
    -     EUFORES, Forum Européen pour les Sources Renouvelables
         d’Energies
    -     EHEN, Réseau Européen du Logement Ecologique
    -     Comité Espagnol de Normalisation pour les Biocarburants
    -     Comité Espagnol de Normalisation pour l’Energie Solaire Thermique


ENERNALÓN a été fondé par le Conseil Municipal de Langreo et le
Gouvernement des Asturies, avec l’aide des entreprises Electra de Carbayín,
Iberdrola, Bayer et Cajastur. L’Agence a été créée sous l’impulsion du
programme SAVE II comme outil de promotion pour l’Utilisation Rationnelle de




                               9
                                                                   Guide Régional




l’Energie.

EL’objectif de l’Agence, comme il s’agit d’une association sans but lucratif, est
de nature philanthropique orienté vers l’utilisation des énergies renouvelables
et l’efficacité énergétique.

L’Agence est principalement active sur la région de Nalón Valley, incluant les
municipalités suivantes : Caso, Sobrescobio, Laviana, San Martín del Rey
Aurelio y Langreo, mais permet également aux entités extraterritoriales de
s’associer avec elle. Elle peut également étendre ses activités à la
Communauté Autonome des Asturies.

L’Agence est à caractère privé et garde un statut absolument indépendant de
toute autre entité publique ou privée. Ces buts sont de :

     -       Contribuer dans la région à la diffusion des moyens de
             développement pour des installations d’énergies renouvelables et
             pour l’utilisation rationnelle de l’énergie.
     -       Faciliter la coopération avec d’autres agences ou entités juridiques à
             tous les niveaux et de tous horizons géographiques.
     -       Maintenir un contact constant avec les organismes publics en
             collaborant avec eux dans le respect de ses buts et objectifs
             énoncés précédemment.
     -       Participer, à l’élaboration des lois dans les organismes et entités
             publiques.
     -       Promouvoir les économies d’énergie par l’utilisation rationnelle de
             celle-ci et par le recours aux sources renouvelables d’énergie, afin
             de réduire les émissions de CO2, améliorer l’impact environnemental
             et tenter de prévenir le changement climatique.

L’Agence a la capacité de développer ses propres ressources financières et
est indépendante économiquement de tout autre groupe économique.

Dans cet optique, Enernalón est à la recherche de contacts avec les différents
acteurs de la région de Nalon (citoyens, PME, universités, politiciens de la
municipalité de Langreo et du Gouvernement Régional de la Principauté des



                                   10
                                                                   Guide Régional




Asturies).

Enernalón organise des réunions, des ateliers et tout autre moyen
d’information avec des sociétés de logement, PME et écoles. Le but étant de
les informer à propos des différentes options qui s’ouvrent à elles quant à
l’utilisation d’énergies renouvelables et d’implémenter les programmes y
afférant pour améliorer l’efficacité énergétique et générer d’importantes
économies. Les compagnies qui prennent part à ces programmes,
bénéficierons d’une reconnaissance auprès du public comme entreprise
«verte».

AGENER est l’agence de gestion de l’énergie de la province de Jaén. Son
objectif principal est d’améliorer l’efficacité énergétique, de tirer profit des
ressources énergétiques locales et de chercher les meilleures conditions
d’approvisionnement énergétique en tant qu’élément local de développement.

Accords régionaux de collaboration

     -       Collaboration entre AGENER et la "Fundación Estrategias" pour
             élaborer des diagnostics énergétiques et pour définir des projets
             stratégiques pour le Plan Stratégique de la province de Jaén.
     -       Programme d’audits énergétiques dans les administrations locales.
     -       Planification de l’introduction d’usage des énergies renouvelables
             dans les bâtiments publics de la Députation Provinciale de Jaén,
             financée par cette institution et développée en 2000 et 2001. Celle-ci
             est maintenant dans la phase de mise en œuvre des mesures
             recommandées (sur une base pluriannuelle).

Promotion et projets solaires

     -       Conseil pour les questions relatives au programme PROSOL dans le
             but de promouvoir les installations solaires thermiques et
             photovoltaïques.
     -       Promotion d’un projet “Solaire thermique” consistant à la connexion
             réseau d’une centrale photovoltaïque de 15 kW à Larva.




                                   11
                                                                 Guide Régional




     -    Evaluation d’une installation solaire photovoltaïque de 5kWc
          autonome dans un nouveau bâtiment destiné à devenir un centre de
          conférence et de formation (bâtiment bioclimatique du Congrès) pour
          la mairie de Puente Genave.

Activités de diffusion et d’information

     -    Elaboration d’un guide d’économies d’énergie pour le secteur
          domestique.
     -    Campagnes annuelles sur les économies d’énergie et les énergies
          renouvelables dans les hautes écoles
     -    Semaine de l’écologie dans des petites villes, "Ambientalia 99".
     -    Collaboration pour le « 5ème atelier environnemental à Jaén »
          organisé par l’Université Populaire Municipale.
     -    Plan d’action pour l’introduction de mesures d’efficacité énergétique
          dans les administrations locales, développé par SODEAN pour les
          municipalités de notre province qui présente un potentiel d’économie
          d’énergie important.

   Activités de formation

     -    Cours « Exploitation et gestion des résidus d’olives en industrie»
     -    Atelier « Economies d’énergie et diversification énergétique dans
          l’industrie de la céramique»
     -    Cours « Utilisation des énergies renouvelables dans les bâtiments »
     -    Cours « Conception et calcul des installations solaires thermiques et
          solaires photovoltaïques »
     -    Atelier « Economies d'énergie et diversification dans les industries du
          bois»
     -    Événement « Economies d'énergie et diversification dans l'industrie
          de l'huile d'olive »
     -    Conférence sur la gestion d'énergie dans le secteur public
     -    Événement « Valorisation des résidus de tailles d'oliviers dans la
          province de Jaén. Réalités et perspectives ».




                                  12
                                                                 Guide Régional




    -    Organisation d'une démonstration internationale de machine pour le
         meulage et le transport des résidus de tailles d'oliviers, en
         collaboration avec le Ministère de l’Agriculture et l'AEMO.
    -    Projet de “faisabilité technico-économique d’exploitation des résidus
         de tailles oliviers”, financé par Diputación Provincial de Jaén, dont les
         résultats ont été établis sur base d’un grand nombre d'expériences
         de terrain dans différentes typologies d’oliveraies pendant les
         campagnes agraires de 2000 et 2001.
    -    Conférences régionales « Règlementation thermique solaire dans les
         bâtiments »
    -    Cours « Architecture et énergies renouvelables »
    -    Cours « Gestion locale de l'énergie »
    -    Atelier « Utilisation des sous-produits dans l’industrie de l’huile
         d’olive comme source renouvelable d’énergie ».


EDV ENERGIA (Association pour l’Energie d’Entre Douro et Vouga) est une
association sans but lucratif, fondée en 2003 par un groupement d’institutions
publiques et privées de la région d’Entre Douro.

EDV ENERGIA a été constitué sous l’impulsion du programme SAVE en
partenariat avec AGEAS, l’Agence de l’Énergie de Salerno.

L'agence rassemble actuellement seize institutions de la région. EDV
ENERGIA a comme associés : 4 municipalités, 1 université, 1 institut
supérieur, 6 associations d'industriels, 1 association de forêt, 1 agence de
développement régional et 2 sociétés anonymes.

La mission d’EDV ENERGIA est d'intégrer le concept de développement
durable dans le développement de la région d'Entre et Douro, faisant de celle-
ci un exemple de développement économique et de protection de la qualité de
vie des ses citoyens.

L'agence focalise actuellement ses efforts sur les secteurs municipaux et
industriels.




                                13
                                                                  Guide Régional




Cette ligne stratégique de travail est complétée avec le but principal de
favoriser et de soutenir l'utilisation de la biomasse et de l'énergie solaire.




PRIORITERRE Fondée en 1983, prioriterre est une association locale
traitant de l’énergie et fonctionnant sous contrat avec l'Union Européenne
(programmes européens comme EIE, INTERREG, etc.), l'État français
(ADEME : Agence nationale pour Environnement et Utilisation Rationnelle de
l’Energie et la DDE : Direction Départementale de l'Equipement), la Région
Rhône-Alpes et le Département de Haute-Savoie.

L’équipe de prioriterre regroupe 19 employés. Ses activités sont
l'information, l’éducation, le conseil pour le grand public, les autorités locales,
fermiers, industriels…

Energies renouvelables:

     -    Formation technique et financière d’étude sur les énergies : solaire,
          biomasse (bois-énergie) et hydraulique
     -    Organisation et mise en œuvre de centrales au bois, de centrales
          hydroélectriques, de systèmes de chauffage solaire et d’installations
          solaires photovoltaïques dans des sites isolés
     -    Organisation d’une filière départementale d’approvisionnement en
          bois-énergie.

Utilisation Rationnelle de l’Energie (URE):

     - Organisation et réalisation d’une action départementale «
      Ambassadeur énergie dans les logements sociaux »
     - Réalisation d’études énergétiques

Environnement:




                                 14
                                                               Guide Régional




    - Organisation de conférences et de cours sur le développement
     durable et les énergies renouvelables.

    Information et communication :

    - Centre d’information sur l’énergie en Haute-Savoie (conseils sur les
     énergies renouvelables, les énergies fossiles, l’efficacité énergétique et
     les matériaux de construction écologiques dans les bâtiments,
     transport...)
    - Organisation de journées d’information, de conférences, visites de
     sites où l’on valorise des énergies renouvelables, séminaires, ateliers...
    - Rédaction de guides, de documents et CD-ROM éducatifs,
     informatifs et méthodologiques.

ASTER Scienza Tecnologia Impresa fut fondé en 1985 en tant qu’Agence de
Développement Technique de l'Émilie-Romagne afin de promouvoir la
compétitivité du système de production régional en valorisant le transfert et
l’innovation technologique.

Son rôle et sa mission ont récemment subi un changement perceptible étant
donné qu’Aster est devenu un consortium incluant le Gouvernement Régional
de l’Emilie-Romagne, 4 universités, 2 centres de recherches (CNR et ENEA)
ainsi que les principales associations d’entreprises de la région.

Avec un chiffre d'affaires annuel d'environ 4 millions d'euro et d'un staff
permanent d'environ 35 employés, les trois objectifs stratégiques d’ASTER
sont les suivants :

    -    Établir un réseau encourageant la création et l'échange du savoir-
         faire entre les centres de recherches et disséminer leurs résultats
         dans toutes les entreprises de la région de l'Émilie-Romagne
    -    Encourager la participation et la collaboration des centres et des
         entreprises de recherches dans toute la région au travers de la mise
         en œuvre de projets nationaux et pan-européens visant le
         développement de l'innovation technologique




                               15
                                                               Guide Régional




     - Exploiter entièrement la recherche régionale en Italie et partout dans
le monde

L'ASTER est membre du réseau d'OPET (Organisations pour la Promotion des
Technologies Energétiques Efficaces) depuis 1991 et a réalisé plusieurs
projets consacrés à l'efficacité énergétique et aux sources renouvelable
d'énergie. ASTER entretient de très bons contacts avec des structures de
recherches, des centres de services et des acteurs du marché de l’énergie au
niveau régional, national et international. De ce fait, Aster est donc capable,
par divers moyens, de disséminer des résultats de projets et de stimuler la
reproduction de ceux-ci.


ICEDD Fondé en 1961, sous forme d'une association sans but lucratif, l’Institut
Wallon de développement économique et social et d’aménagement du
territoire (Institut Wallon en abrégé) est un bureau indépendant d'études et de
recherches. En décembre 2003, l’Institut Wallon change de nom et devient
l’Institut de Conseil et d’Etudes en Développement Durable ASBL en abrégé
ICEDD.

L’Institut de Conseil et d’Etudes en Développement Durable ASBL s'intéresse,
en priorité, à l’utilisation et à la valorisation des ressources spatiales,
énergétiques et matérielles, en y intégrant les dimensions économiques,
environnementales, sociales et institutionnelles.

Les services offerts se présentent sous la forme d’études, d’expertises,
d’élaboration d’outils de suivi et de gestion, d’actions de sensibilisation, de
formations, d’information ou de conseil.

L'équipe permanente du bureau se compose d'une trentaine d'experts dont les
qualifications couvrent un vaste champ pluridisciplinaire : ingénierie,
agronomie, environnement, économie, sociologie, informatique, architecture,
géographie, urbanisme.




                                16
                                                                  Guide Régional




Ses activités consistent à développer des outils d'analyse et de gestion dans
les domaines de :

    -    La valorisation et l'utilisation rationnelle des             ressources,
         spécialement de l'énergie
    -    La protection et l'amélioration de l'environnement
    -    L'aménagement du territoire et la mobilité.

    Une description des projets réalisés au cours de ces dernières années est
    reprise sur le site internet.

    Dans ces domaines, l'ICEDD s'est progressivement spécialisé en tant
    qu'organe de conseils et de services auprès des instances publiques qui
    constituent l'essentiel de sa clientèle, au niveau local, régional, national et
    international.

    -     L'ICEDD exécute ainsi des contrats pour :
    -     La Commission européenne
    -     l'Etat Belge, la Communauté française, la Région de Bruxelles-
          Capitale, la Région wallonne, les Villes et Communes
    -    les entités parapubliques belges ou internationales et les
          associations privées d'intérêt général (fondations, organismes à
          caractère non gouvernemental, intercommunales de développement,
          etc.)

Depuis ses commencements, l’ICEDD a développé une forte expertise dans
différents domaines touchant à l'énergie non-nucléaire : formation et aide des
responsables énergie dans le secteurs tertiaires, statistiques de consommation
d'énergie et élaboration de bilans énergétiques pour des autorités régionales et
européennes, promotion des technologies innovatrices (par exemple
cogénération),                                                            etc…

L’ICEDD a été impliqué dans le réseau OPET depuis son commencement en
1991. Pendant toutes ces années, l’ICEDD a pu établir et maintenir de très




                                17
                                                                 Guide Régional




bons rapports avec les différents acteurs de marché de l'énergie, mais aussi
les services publics et décideurs.


Austrian Energy Agency (A.E.A) Energieverwertungsagentur, l'agence
autrichienne de l’énergie (A.E.A) a été fondée en 1977 en tant qu’association
sans but lucratif. A.E.A. est un institut autrichien de recherche et de politique
en matière d’énergie dans lequel l'administration fédérale et provinciale («
Bund » et « Länder » respectivement) et environ quarante instituts et sociétés
d’horizons divers collaborent. Le conseil d'administration (« Präsidium ») inclus
le ministre fédéral chargé des affaires environnementales, le ministre fédéral
chargé des affaires énergétiques et le Président des gouverneurs provinciaux.
A.E.A. est le membre autrichien du réseau européen énergie EnR.

A.E.A. est le partenaire principal du gouvernement fédéral dans son effort
d’atteindre les objectifs de sa politique énergétique, qui visent principalement
une production d’énergie macro-économique efficace et une utilisation
rationnelle de l’énergie, un stimulant pour l’utilisation des sources
renouvelables d'énergie et les technologies innovatrices. A.E.A. agit, pour tous
ses membres, comme bureau central et plateforme de coordination pour toutes
les activités nationales et internationales.

Le mandat global d'A.E.A. est de faire des « économies d'énergie » une source
d'énergie qui peut concurrencer avec succès des sources conventionnelles
d'énergie.

A.E.A.

     -    Assiste les administrations fédérales et provinciales en définissant
          des politiques en matière d'énergie, de technologie et de recherches.
     -    Analyse des problèmes énergétiques de nature technique,
          structurelle et comportementale ; élabore des recommandations de
          mise en œuvre ; offre des informations aux décideurs, et s'adresse
          au public approprié.
     -    Développe des stratégies à long terme pour le développement
          durable. Ceci inclut l'analyse des interactions présentes et futures de



                                18
                                                                Guide Régional




         l'Autriche avec la Communauté européenne ainsi qu'avec les pays
         d’Europe centrale et les pays d’Europe de l’Est.
    -    Évalue les résultats des expériences pilotes et favorise la diffusion
         d'informations concernant de nouveaux développements.
    -    Coopère avec des établissements et des organismes existants ayant
         des programmes et des missions semblables en vue d’améliorer
         l'efficacité énergétique.
    -    Offre son appui pour des expériences positives dans le domaine de
         l'efficacité énergétique - au niveau de la technologie, de
         l'organisation, de la politique, de l'information, de la consultance et
         de l'évaluation – tout cela dans des contextes nationaux et
         internationaux.
    -    Offre un appui scientifique au processus de diffusion des
         technologies efficaces et fournit un forum d’analyses détaillées sur
         des matières controversées.

A.E.A. emploie un staff d'environ 40 personnes, incluant également le
secrétariat. L'expertise des membres de son personnel s'étend sur plusieurs
disciplines : technique, écologie, économies, statistiques et sciences sociales.
L'organisation interne est basée selon trois secteurs d'activité : analyse,
consultance, mise en œuvre /diffusion.


The Centre for Renewable Energy Sources (CRES) Le centre pour les
sources renouvelables d'énergie (CRES) est le centre national grec pour les
Sources Renouvelables d'Énergie (SRE), l'Utilisation Rationnelle de l'Énergie
(URE) et les Économies d’Énergie (EE). CRES a été fondé en septembre 1987
par le décret présidentiel 375/87 comme centre national de coordination dans
ses régions d’activité. Il est dirigé par le ministère du développement, le
secrétariat général de la recherche et la technologie et est financièrement et
administrativement indépendant. Son objectif principal est la promotion des
applications SRE/URE/EE à l’échelle nationale et internationale, comme l'appui
des activités liées prenant en compte les impacts environnementaux dans
l'approvisionnement énergétique et son utilisation. Le financement du CRES
trouve principalement son origine dans des projets nationaux, européens et




                                19
                                                                Guide Régional




internationaux ; mais également dans des projets menés dans l'industrie, les
hôtels, le secteur de la construction, etc.

Avec sa compétence de Centre de Recherche et de Technologie, le CRES
établit le lien entre la recherche fondamentale et l'industrie, visant le
développement des produits technologiques locaux et des services. Par cette
activité, le CRES a acquit un savoir-faire important, participant à beaucoup de
projets de recherche et actifs dans beaucoup de réseaux. En parallèle, en
coordonnant et en participant à un nombre important de projets pilotes et de
démonstration, le centre a préparé le marché en acceptant et en adoptant de
nouvelles technologies relatives à l'énergie.

Le CRES a fourni des services importants aux tiers-investisseurs
(investisseurs privés) et aux autorités locales, à propos de des possibilités de
l’exploitation techno-économique pour des projets SRE/URE/EE. Il a poursuivi
des projets d'investissement nationaux, européens et internationaux pour les
SRE/URE/EE, contribuant sensiblement à l'évaluation des propositions
d'investissement, à la supervision technique des projets, au briefing des
investisseurs, des organismes publics, de l’industrie et d'autres secteurs
appropriés, ainsi qu’à l’éveil de la conscience du public en matière de
SRE/URE/EE.

Le CRES est un conseiller actif pour l'État grec en matière de politique
énergétique, particulièrement pour les SRE/URE/EE, pour le développement et
la mise en œuvre des initiatives d'affaires et des entreprises d'investissement,
participant à la planification, à la coordination et à la surveillance des
programmes et des projets intégrés aux niveaux nationaux, régionaux et
locaux.

Internationalement, le CRES a favorisé les intérêts grecs dans le secteur de
l'énergie pour des régions d'intérêts spécifiques pour le pays comme la
Méditerranée, les Balkans et la Mer Noire. Développant un réseau de
communication et de coopération avec les organismes traitant e l’énergie dans
ces régions et a participé aux projets, aux forum et aux réseaux internationaux,
nationaux, régionaux et locaux.




                                20
                                                              Guide Régional




Depuis sa création, le CRES a participé à plus de 500 projets européens,
nationaux et internationaux. Parmi ceux-ci on retrouve des projets de
recherche et développement, des projets de démonstration, des études sur la
politique énergétique, le développement des systèmes d'information sur
l’énergie, des études de rentabilité, des études techno-économiques, des
études d’incidences, de la prospection de marché ainsi que des activités pour
la promotion des SRE/URE/EE. A travers ces projets, le CRES a développé
une coopération avec un nombre important d’organismes publics et privés
nationaux, européens et internationaux.

Le CRES compte un staff de plus de 120 scientifiques et d’ingénieurs
hautement qualifiés et spécialisés. La structure organisationnelle du CRES se
compose de divisions : Division des sources d'énergie renouvelable, Division
des économies d'énergie, Division de la politique énergétique, Division des
systèmes d'information d'énergie, diffusion et développement du marché,
Division des services financiers et administratifs, Bureau de l’assurance
qualité.

Dans le cadre sa mission, le CRES :

    -    Est le consultant officiel du Gouvernement grec en matière de
         SRE/URE/EE dans sa politique, sa stratégie et sa planification
         nationale
    -    Effectue de la recherche appliquée et développe des technologies
         innovantes qui sont toutes deux techniquement et économiquement
         viables et bénéfiques pour l'environnement
    -    Organise, supervise et effectue des démonstrations et des projets-
         pilotes, pour promouvoir les technologies mentionnées ci-dessus
    -    Implémente des applications commerciales pour les SRE/URE/EE
         dans des projets du secteur privé, des autorités locales, des
         associations professionnelles, etc
    -    Fournit des services et des conseils techniques, sous forme de
         savoir-faire et d'information spécialisés, aux tiers
    -    Fait la promotion des technologies dans ses domaines d’expertise et
         fournit des informations fiables et de l’appui aux organismes et
         investisseurs ; organise et/ou participe aux séminaires techniques et



                               21
                                                   Guide Régional




scientifiques, aux programmes éducatifs, aux sessions de formations
spécialisées, aux conférences, etc




                     22
DEFINITION DE L’HEBERGEMENT
          TOURISTIQUE RURAL
                                                                             Guide Régional




Pour aider les gestionnaires d’hébergements touristiques ruraux à établir une typologie,
les différents types d’hébergements touristiques ont été défini grâce aux observations
faites au cours du projet.

Un hébergement touristique rural est un bâtiment situé en campagne. Les constructions
peuvent être rénovées ou neuves et doivent respecter l’environnement et s’intégrer à
l’architecture locale.

Ils peuvent être localisés dans des zones isolées, en compagne à proximité d’une ville
ou dans un petit village. Dans tous les cas le lieu à un haut potentiel environnemental, il
est silencieux et plaisant.

Il est possible de louer le bâtiment complet ou une seule chambre. L’hébergement
touristique peut être un bâtiment unique avec plusieurs chambres ou de multiples petites
constructions (ex : Chalets sur les pistes de ski). Les chambres/lits sont intégrés ou
séparés de l’habitation du propriétaire, la location se réalise sur plusieurs jours, un week-
end, plusieurs semaines, un mois, etc.

En fonction de leur utilisation, du régime d’occupation, de la capacité et de la demande
en énergie, les hébergements touristiques se classifient par les groupes suivants :

          Fermes d’Agrotourismes et centres religieux/monastères:

          Leurs principales caractéristiques résident dans le fait qu’ils sont utilisés pour
          de l’hébergement mais également pour des activités parallèles organisées par
          l’établissement. (Par exemple : labourer à la ferme, tester les produits de la
          ferme, prier ou prendre part aux activités des moines, etc.)

          Ce type d’hébergement touristique présente une capacité d’accueil variée (les
          fermes qui ont subit l’audit ont une capacité d’accueil de 8 à 88 clients). Ils sont
          ouverts toute l’année avec une occupation maximale pendant les week-ends,
          vacances nationales et religieuses (surtout pâques), le printemps et l’été. Le
          taux de réservation dans ce type d’hébergement se situe entre 30 et 40%




                                            24
                                                                 Guide Régional




Maisons de repos :

Ils ont différentes capacités d’accueil (les établissements qui ont subit l’audit
possèdent 12 à 55 lits), ils ouvrent toute l’année et possède un taux important
d’occupation (90 à 100%).

Maisons rurales:

Petites maisons ou complexe de maisons à louer. La capacité d’accueil varie
de 6 à 38 (complexe de maisons). La plupart d’entre eux ouvrent toute l’année,
certain d’entre eux ferment quelques jours par an. Cependant, le taux
d’occupation varie parce qu’ils sont principalement loués pendant les week-
ends d’été. Le taux de remplissage annuel ; similaire à celui de l’agrotourisme,
est d’environ 30%.

Pensions:

La plupart d’entre eux sont ouverts toute l’année et le nombre de clients est
variable en fonction de la période de l’année.

Hôtels:

Ces établissements possèdent plus de places que les petits hôtels, ils
proposent également plus de services aux clients. Dans ce type d’hébergement
on retrouve certains hôtels et chalets des Alpes Autrichiennes qui ne sont pas
isolés. Le taux de remplissage est identique à celui des petits hôtels.




                                 25
                                                             Guide Régional




Refuges :

Les refuges se situent en zone de montagne isolée. Ils ne sont pas reliés au
réseau électrique. Ils ouvrent quelques mois, soit pour la saison d’hiver ou
d’été en fonction de l’établissement.

.




                              26
LES SOURCES D’ENERGIES
                                                                          Guide Régional




Les sources d’énergies pouvant être utilisées en milieu rural qui ont été envisagées tout
au long du projet sont les énergies renouvelables ainsi que la microcogénération.

Une courte description de chacune de ces sources est reprise ci-dessous:

Les énergies renouvelables

         La biomasse est la matière organique constituée par les plantes et les
         animaux. Cette matière organique est produite à partir de l'énergie solaire
         transformée par les plantes selon un processus appelé photosynthèse.

         L’énergie chimique contenue dans ces plantes passe dans les animaux et les
         personnes qui les mangent. La biomasse est une énergie renouvelable tant
         que sa consommation ne dépasse pas l'accroissement biologique. Quelques
         exemples de carburants à base de biomasse sont issus de bois, de céréales,
         d’effluents d’élevage et de déchets organiques.

         Une fois brûlée, l'énergie chimique de la biomasse est libérée sur forme de
         chaleur. Si vous avez une cheminée, le bois que vous brûlez dans celle-ci est
         un carburant biomasse. Les déchets de bois ou les ordures ménagères
         peuvent être brûlés afin de produire la vapeur qui servira soit à produire de
         l'électricité, soit à fournir de la chaleur pour des processus industriels ou pour
         chauffer des maisons.

         Brûler la biomasse n'est pas la seule manière de libérer cette énergie. La
         biomasse peut être convertie sous d'autres formes d’énergie utilisables
         comme le méthane ou les biocarburants utilisés dans les transports (bioéthanol
         et biodiesel). Le méthane est l’élément constitutif principal du gaz naturel. Les
         substances fermentescibles, comme les ordures en décomposition, les
         effluents d’élevage (lisiers, purins) ou les excréments dégagent du méthane
         également appelé " gaz de décharge" ou "biogaz". Des récoltes comme le maïs
         et la canne à sucre peuvent être fermentées pour produire de l’éthanol. Le




                                          28
                                                                Guide Régional




biodiesel, un autre biocarburant, peut être produit à partir des produits
alimentaires dérivés comme les graisses et huiles animales ou végétales.

La biomasse ne peut pas être utilisée directement pour produire de l'énergie. Il
est nécessaire d’effectuer une transformation intermédiaire avant de pouvoir
convertir la biomasse en énergie. Ce processus peut prendre 4 formes
différentes :

    −    Physique: processus qui agissent physiquement sur la biomasse et
         qui sont associés aux phases primaires de transformation
         (préparation, broyage, compactage, séchage...).

    −    Chimique: processus liés à la digestion chimique, généralement par
         hydrolyse, pyrolyse ou gazéification.

    − Biologique: processus effectués par une action directe des micro-
         organismes ou de leurs enzymes (fermentation).

Quand la biomasse a subi la première transformation, celle-ci peut être
employée pour la production d’'énergie. Les utilisations de cette biomasse sont
les suivantes :

    −    Génération d'énergie électrique: pour utiliser la biomasse afin de
         produire de l'énergie électrique dans des usines à vapeur en cycle
         simple, par gazéification ou biodigestion. Elle peut être combinée à
         d'autres formes d'énergies renouvelables et/ ou traditionnels.

    −    Production de chaleur: la biomasse sera employée comme
         combustible pour chauffer un fluide thermique qui sera utilisé dans un
         processus industriel, pour la production d’eau chaude ou de
         chauffage.




                                29
                                                                Guide Régional




     −    Production de biocarburants: ils peuvent être employés pour
          substituer de l'essence (bioéthanol) ou du gasoil (biodiesel).

     − Production de biogaz: il sera employé comme substitut du gaz
          naturel.

Le solaire thermique utilise l'énergie du soleil accumulée par un capteur
solaire plan. Ce collecteur peut chauffer directement de l'eau ou un fluide
caloporteur intermédiaire.

Les systèmes solaires thermiques fonctionnent grâce à l’effet de serre. Le
rayonnement solaire traverse la couverture transparente du capteur, et touche
le système d'absorption qui transmet la chaleur au fluide caloporteur. La
chaleur captée par le système absorbant ne peut s’échapper de la partie
couverte du capteur.

Le système d'absorption se compose d'un ensemble de tuyaux contenant un
fluide réchauffé par l'action du soleil. Ce fluide peut être employé directement
ou être stocké pour produire l'énergie nécessaire.

Il y a deux systèmes solaires thermiques différents :

     −    Systèmes solaires passifs: Dans ce cas l'eau se déplace
          naturellement par thermo-siphon (convection naturelle)

     − Systèmes solaires actifs: le mécanisme de pompage déplace l'eau
          de chauffage au travers du bâtiment. Ils sont subdivisés en:

               o     Énergie solaire basse température, jusqu’à 80ºC. Celui-
                     ci est basé sur un système de capteurs (qui chauffent un
                     fluide), un système de stockage et un système de
                     distribution.




                                 30
                                                              Guide Régional




              o   Énergie solaire température moyenne, jusqu'à 350ºC. Il
                  est nécessaire d’utiliser des concentrateurs de
                  rayonnement.

              o Energie solaire haute température, au-dessus de
                  350ºC. Il est nécessaire d’utiliser des concentrateurs
                  d’énergie sur un seul point.

Dans presque tous les cas, le chauffe-eau solaire fonctionne en tandem avec
une énergie d’appoint (gaz, fioul, électricité, bois); ces systèmes
conventionnels assurent un appoint fiable en eau chaude, indépendamment
des conditions climatiques.

Une centrale solaire thermique en circuit fermé se compose des éléments
suivants :

    −    Capteurs solaires: La fonction de cet élément est de capturer
         l'énergie contenue dans le rayonnement solaire afin de transférer la
         chaleur au fluide.

    − Système d'échangeur de chaleur: Ce système est composé des
         éléments suivants:

              o   Circuit primaire: Ce circuit transporte le fluide du capteur
                  solaire à l'échangeur de chaleur

              o   Échangeur de chaleur: La chaleur est échangée entre le
                  circuit primaire et le circuit secondaire

              o   Circuit secondaire: Celui-ci contient l'eau chaude pour
                  l'usage final.




                              31
                                                                  Guide Régional




               o Réservoir de stockage: L’eau chaude est stockée
                    jusqu'au moment de l'utilisation.

Les différentes utilisations de l'énergie solaire thermique sont les suivantes:

     −    Production d'eau chaude sanitaire

     −    Systèmes de chauffage

     −    Chauffage de piscine



L'énergie éolienne utilise le vent comme source d’énergie pour produire de
l'électricité grâce à des turbines. Ces turbines peuvent être de différents types,
tailles et puissances. L’installation d’une éolienne monoturbine ou d’un parc
éolien dépend de l'utilisation finale et de l’énergie que l’on souhaite produire.

On classe les éoliennes en deux groupes:

     − Turbines à axe horizontal: Généralement, ces turbines se composent
          d'un rotor qui concentre l'énergie éolienne et d’un système de
          conversion d'énergie, qui à l'aide d'une boîte de vitesse et d'une
          génératrice transforment l'énergie mécanique en électricité
          (alternateur).

     − Turbines à axe vertical: Ce type de turbines a l'avantage de ne pas
          avoir nécessairement un mécanisme d'orientation, mais elles ont une
          faible production électrique et doivent démarrer des générateurs pour
          leurs mises en route.

Dans les lignes suivantes sont décrits les principaux éléments qui composent
une éolienne à axe horizontal:




                                 32
                                                                Guide Régional




    −    Rotor: C'est l'élément qui capture le vent et transfère sa puissance à
         la boîte de vitesse. Le rotor se compose d’un axe de révolution et de
         pales.

    −    Boîte de vitesse: Elle adapte l'axe de rotation du rotor aux vitesses
         nécessaires les plus élevées pour l’alternateur.

    −    Alternateur: Il convertit l'énergie mécanique en énergie électrique.

    −    La nacelle contient les composantes clés de la turbine, y compris la
         boîte de vitesse et l’alternateur.

    −    Le mat de l’éolienne supporte la nacelle et le rotor. Les mats des
         grandes éoliennes sont généralement en acier tubulaire, en treillis,
         ou en béton.




L'énergie géothermique provient de la chaleur de la terre. Elle peut être
utilisée directement, par des pompes à chaleur géothermiques, ou pour la
production de courant électrique. Presque partout, le sous-sol peu profond (au
delà de 3 mètres) est maintenu à une température presque constante de 10° à
16°C. Dans les endroits contenant des eaux souterraines à haute température
et à de faibles profondeurs, des puits sont forés dans des fissures naturelles.
L'eau chaude ou la vapeur remonte à travers les puits grâce à un pompage ou
par résurgence.

L'énergie géothermique est donc une exception puisqu’elle ne tire pas son
origine du rayonnement solaire, mais bien d’une chaîne de réactions chimiques
qui se produisent au centre de la terre et qui dégagent de grandes quantités de
chaleur.




                                33
                                                              Guide Régional




Nous pouvons définir quatre types de gisements géothermiques, selon la
température de l'eau, mais les gisements géothermiques de température
élevée et intermédiaire sont les plus intéressants pour la production
d'électricité.

    −    Énergie géothermique à haute température: existant dans des
         secteurs actifs de la croûte terrestre (volcans, rifts, limites des
         plaques tectoniques). En couches aquifères, la température est
         comprise entre 150 et 400ºC, de la vapeur est produite en surface, et
         celle-ci est envoyée aux turbines afin de produire de l'électricité.

    −    Énergie géothermique à température intermédiaire: les fluides des
         couches aquifères atteignent 70 à 150ºC. La production électrique
         est moins importante, et on emploie souvent un fluide caloporteur
         intermédiaire.

    −    Énergie géothermique à basse température: elle provient du gradient
         géothermique. Les fluides atteignent 60 à 80ºC, et peuvent être
         employés pour le chauffage domestique.

    − Énergie géothermique à très basse température: les fluides
         atteignent 20 à 60ºC. Ils peuvent être employés pour des utilisations
         domestiques, urbaines ou agricoles.

L'avantage principal de la géothermie est d’être une source d'énergie
inépuisable. En outre, l'écoulement de la production est constant sur toute
l’année, puisqu'il ne dépend pas des changements saisonniers.




                               34
                                                                   Guide Régional




L’énergie hydraulique est l'électricité obtenue par l'exploitation de l'énergie
potentielle ou cinétique de l'eau des rivières ou des réservoirs.

Les centrales électriques micro-hydrauliques sont conditionnées par les
caractéristiques de l’implantation. La topographie influence le génie civil et le
choix du type de machine.

Selon la manière d'implanter ces centrales électriques, elles peuvent être
classées en :

     −    Les centrales au fil de l’eau: Les centrales au fil de l'eau utilisent une
          partie du débit des rivières pour produire de l'énergie électrique. Elles
          tournent en continu, car il n'existe pas de bassin d’accumulation
          pouvant retenir l’eau.

     − Barrages: Ce sont des centrales où l’on stocke l’eau de la rivière au
          d’un barrage. Dans ces centrales, l'écoulement de sortie est régulé
          afin de l'employer lorsque ceci est requis.

Suivant le lieu, le type d'écoulement et la pente ; on détermine la puissance et
le type de microturbine. Il y a plusieurs types de microturbines:

     −    Turbines de réaction (pression). La pression de l'eau change pendant
          qu'elle traverse les pales du rotor de turbine. Les plus utilisés sont les
          Kaplan et les Francis.

     − Turbines d'impulsion (vitesse). Ces turbines transforment
          l'écoulement en un jet à vitesse élevée. L'impulsion résultante fait
          tourner la turbine et laisse moins d’énergie cinétique au fluide utilisé.
          Il n'y a aucun changement de pression du fluide dans les pales du
          rotor de la turbine. Le modèle Pelton est le modèle le plus utilisé.




                                 35
                                                                Guide Régional




Les systèmes photovoltaïques (PV) peuvent convertir l'énergie solaire en
électricité. Un système classique PV se compose d’un module PV ou
générateur solaire et de systèmes électroniques qui contrôlent l'électricité
produite par le module. Dans les systèmes autonomes, il y a également un
système de stockage d'énergie : des batteries.

L'effet photoélectrique est le processus physique de base par lequel une cellule
PV convertit la lumière du soleil en électricité. Quand la lumière illumine une
cellule, elle peut se refléter, être absorbée, ou passer à travers. Seule la
lumière absorbée produit de l'électricité.

L'énergie de la lumière absorbée est transférée aux électrons dans les atomes
de la cellule solaire. Grâce à cette énergie, ces électrons s'échappent de leurs
positions naturelles pour se retrouver dans les atomes du silicium semi-
conducteur et se transforment alors en courant dans un circuit électrique.

Les équipements solaires photovoltaïques sont classés généralement en deux
catégories :

    − Équipements isolés du réseau électrique

         Ces équipements sont utilisés dans les zones qui n'ont pas d’accès
         au réseau de distribution d’électricité. Ce type de systèmes
         photovoltaïques se compose des éléments suivants :

              o    Générateur photovoltaïque: il transforme l'énergie solaire
                   en électricité.

              o    Contrôleur de charge: il contrôle le flux de courant et la
                   charge des batteries.

              o    Batteries: elles accumulent l'énergie fournie par les
                   panneaux afin de la restituer à la demande.




                                36
                                                          Guide Régional




         o Onduleur: il convertit le courant continu en courant
              alternatif pour les systèmes autonomes ou pour une
              certaine puissance si connecté au réseau d'électricité.

− Équipements reliés à un réseau.

    Cette installation fonctionne comme une centrale électrique, injectant
    l'électricité produite dans le réseau.

         o    Générateur photovoltaïque: il transforme l'énergie solaire
              en électricité.

         o    Onduleur: il convertit le courant continu en courant
              alternatif pour les systèmes autonomes ou pour une
              certaine puissance si connecté au réseau d'électricité.

         o Compteur: il mesure l'énergie produite injectée dans le
              réseau.




                          37
     Guide Régional




38
SCENARIOS ÉNERGÉTIQUES TYPES
                                                                        Guide Régional




De part l’inventaire des établissements d’hébergement, les audits énergétiques et les
études de préfaisabilité en microcogénération réalisés dans le cadre du projet « Green
Lodges », les établissements furent caractérisés et regroupés en fonction de leur profil
de consommation énergétique, afin de déterminer un nombre de scénario pour lesquels
des solutions types peuvent être appliquées que ce soit en microcogénération ou pour
l’utilisation des sources d’énergies renouvelables.

Sur base des informations collectées dans les différentes étapes du projet « Green
Lodges » (disponibilité des sources d’énergies renouvelables, base de données
fournisseurs des technologies, etc.), les schémas énergétiques les plus appropriés ont
été sélectionnés pour correspondre aux différents profils de consommation identifiés.

Donc, pour chaque scénario, une ou plusieurs solutions types ont été proposées afin de
sensibiliser le public à l’utilisation de microcogénération ou de sources d’énergies
renouvelables. Ce travail a été accompli scénario par scénario et pas seulement région
par région.

Chacun d’entre eux présente différents modèles de demande énergétique, influencés
non seulement par l’usage du bâtiment, mais aussi par les conditions climatiques de la
région dans laquelle l’établissement d’hébergement se situe. Finalement, on trouve des
similitudes entre les établissements soumis à une même climatologie.

Dans le tableau ci-dessous, les différentes catégories d’établissements d’hébergement
sont reprises ainsi que les usages énergétiques correspondants :




                                         40
                                                                                   Guide Régional




                                   Catégories d’établissements d’hébergement

                      Hébergement
     Usages            à la ferme /      Maisons                                             Refuges
                                                       Maisons
                         Centres            de                      Hôtels     Pensions       alpins
                                                       rurales
                        religieux         repos                                               isolés
                      (monastères)
 Electricité                 X               X             X           X            X            X
 Eau chaude
                             X               X             X           X            X            X
 sanitaire (ECS)
 Chauffage                  X(1)            X(1)          X(1)        X(1)         X(1)         X(1)
 Refroidissement            X(1)            X(1)          X(1)        X(1)         X(1)         X(1)
 Simultanéité
 des besoins en
 électricité, en            X(2)            X(2)          X(2)        X(2)         X(2)         X(2)
 chauffage et/ou
 ECS
    (1)   Selon la climatologie
    (2)   Selon la climatologie, mais le nombre d’heures pour lesquelles la demande est simultanée est
          fortement dépendent de l’établissement et doit être pris en compte


Les conclusions, issues du projet en terme de faisabilité pour les solutions types
microcogénération et énergies renouvelables, sont explicitées ci-dessous :

Solaire thermique

La solution solaire thermique a été envisagée comme une solution type quant à
l’utilisation des sources d’énergies renouvelables dans la plupart des établissements
d’hébergement étant donné qu’ils présentent tous des besoins en eau chaude sanitaire.

La quantité d’énergie consommée par l’établissement n’est pas restrictive quant à la
possibilité d’installer des panneaux solaires pour produire l’eau chaude. Les facteurs




                                               41
                                                                             Guide Régional




pris en compte dans la faisabilité d’une telle installation sont l’existence d’une demande
en eau chaude sanitaire, idéalement cette demande doit être continue (toute l’année)
pour être profitable, et la place disponible pour l’installation des panneaux solaires et
d’un réservoir de stockage.

Solaire photovoltaïque

Le solaire photovoltaïque peut être utilisé dans tous les établissements d’hébergement
pour autant que l’installation soit connectée au réseau électrique afin d’augmenter les
gains financiers (revente de l’électricité non consommée) et de suppléer au solde des
besoins électriques.

Par contre, si l’établissement est isolé, sans la moindre opportunité de se connecter au
réseau électrique, le solaire photovoltaïque est la solution énergie renouvelable
préconisée pour subvenir aux besoins minimaux et nécessaires en électricité de
l’établissement.

Biomasse

L’utilisation de la biomasse comme combustible alternatif aux combustibles fossiles pour
les chaudières a été envisagée pour les établissement ayant l’opportunité de se procurer
facilement cette biomasse ; établissements situés dans des espaces naturels où cette
biomasse abonde. Pour les régions males desservies en biomasse, des fournisseurs de
combustibles alternatifs existent mais l’offre reste toutefois timide et doit encore
amplifiée.

Sur base du travail réalisé (tâche 4.1 du projet), il a été conclu qu’il n’y a pas de relation
entre la possibilité d’installer une chaufferie alimentée en biomasse et la consommation
de combustible de l’établissement.




                                            42
                                                                          Guide Régional




Éolien et micro-hydraulique

Pour les cas particuliers de l’éolien et de la petite hydraulique, le facteur déterminant
n’est pas le profil de consommation de l’établissement mais plutôt la disponibilité locale
de ces énergies renouvelables (rivières avec chute d’eau suffisante,... ).

Comme pour le solaire photovoltaïque, ces énergies peuvent être utilisées dans les
établissements isolés où il n’y a pas la possibilité de se connecter au réseau électrique.
Pour les autres établissements, connectés au réseau électrique, ces énergies peuvent
être exploitées non pas pour couvrir la demande en électricité de l’établissement mais
plutôt pour réinjecter le courant produit sur le réseau de distribution électrique.

Microcogénération

Installer une microcogénération dans un établissement d’hébergement peut être
envisagé pour autant qu’il y ait des besoins simultanés d’électricité et de chaleur ainsi
qu’un nombre minimum d’heures de fonctionnement.             La faisabilité d’une telle
installation doit être étudiée au cas par cas. Pour plus d’information sur cette
technologie, un document a été développé dans le cadre de ce projet et peut être
consulté sur le site internet (www.greenlodges.net).

Suite aux travaux réalisés dans le cadre de ce projet, on peut conclure que les
principales raisons visant à implanter une unité de microcogénération ou à exploiter une
source d’énergie renouvelable, sont le type d’usage (chauffage, refroidissement, eau
chaude sanitaire, etc.), la climatologie de la région, le taux d’occupation de
l’établissement et l’existence d’une ressource naturelle proche.

Ainsi, le choix d’une technologie ou de plusieurs technologies considérées dans le projet
« Green Lodges » pouvant être appliquée(s) à un établissement spécifique doi(ven)t être
conditionnée(s) principalement par l’usage selon le tableau ci-dessous :




                                          43
                                                                                         Guide Régional




                                                 Quelle technologie ?
    Usage                             Solaire                                     Micro-        Micro
                        Solaire
                                      photo-       Biomasse        Éolien        hydrau-      cogénérati
                      thermique
                                     voltaïque                                    lique          on

Electricité
(établissement                          X                            X               X            X
isolé du réseau)
Eau chaude
                          X                            X
sanitaire (ECS)
Chauffage                 X                            X
Refroidissement         X(1)                          X(2)
Simultanéité
des besoins en
électricité, en           X             X              X             X               X            X
chauffage et/ou
ECS
    (1) en combinaison avec une machine à absorption et un système auxiliaire (par
    exemple microcogénération, biomasse ou chaudière conventionnelle).
    (2) en combinaison avec une machine à absorption.




                                                 44
CARACTERISTIQUES DE LA REGION
                                                                        Guide Régional




Département de la Haute-Savoie

Région: Rhône-Alpes

Création: 1860 (la Haute-Savoie fut déjà
française, dans le département du Mont-
Blanc de 1792 à 1815, et en partie dans
celui du Léman de 1798 à 1814)

Préfecture: Annecy 50 348 hab. (aggl.
136 815)

Sous-préfectures: Bonneville 10 463 hab.
(aggl. Cluses 56 906), Saint-Julien-en-Genevois 9 140 hab. (aggl. Genève-Annemasse
106 673), Thonon-les-Bains 28 927 hab. (aggl. 58 834)

Divisions administratives: 4 arrondissements, 34 cantons, 294 communes

Population: 631 679 hab. [les Haut-Savoyards] (144 hab./km²) dont urbaine 471 886
(75%), rurale 159 793 (25%)

Superficie: 4 388 km²

Communes: la plus étendue Sixt-Fer-à-Cheval 11 907 ha, la moins étendue Ambilly 125
ha, la moins peuplée Novel 58 hab.

Climat : La Haute-Savoie a un climat tempéré, teinté de caractéristiques continentales,
mais aussi quelque fois d'influences méditerranéennes. L'hiver y est plutôt froid, mais
connaît aussi de nombreuses journées ensoleillées. Les températures sont déterminées
par l'altitude et surtout l'exposition.

La saison pluvieuse se situe principalement au printemps et à l'automne. Les
précipitations sont abondantes sur les Préalpes et sont moins marquées sur les hauts




                                         46
                                                                            Guide Régional




massifs montagneux de l'extrême Est du territoire, dont l'altitude permet un important
enneigement de décembre jusqu'en avril.

Les étés sont en général chauds et ensoleillés, avec des épisodes orageux qui peuvent
être localement d'une extrême violence.

Tourisme : Le secteur du tourisme représentait fin décembre 2000, 635 000 lits répartis
en :

     •    1 250 gîtes ruraux
     •    803 hôtels
     •    453 chambres d'hôtes
     •    191 campings
     •    70 gîtes d'étapes-séjours
     •    40 refuges de haute-montagne

Le chiffre n'est plus que de 612 600 lits en 2004, dont 70 % peuvent être occupés aussi
bien l'hiver que l'été.

En 2004, la fréquentation a été de 38 millions de nuitées, dont 56 % sur la seule saison
d'hiver. Les villes touristiques ayant la plus grande capacité d'accueil en nombre de lits
sont : Chamonix, Morzine, Megève et La Clusaz.

La Haute-Savoie vit de trois types de tourisme :

     •    un tourisme d'été en quête des grands espaces

Les lacs Léman (le plus grand d'Europe) et d'Annecy (le plus pur d'Europe) donnent à la
Haute-Savoie cet environnement exceptionnel de plages avec vue panoramique sur la
haute montagne… 21 communes sont équipées de ports de plaisance qui permettent de
s'adonner aux plaisirs nautiques ; le département compte 47 plages.
Le massif du Mont-Blanc attire les alpinistes et grimpeurs du monde entier. Deux stations
thermales de renommée internationale, Evian-les-Bains et Thonon-les-Bains, ainsi que
celle de Saint-Gervais-les-Bains, accueillent de nombreux curistes.




                                           47
                                                                          Guide Régional




     •    un tourisme d'hiver

Situées au cœur de quatre grands domaines skiables - Portes du Soleil, Grand Massif,
Aravis et Mont-Blanc -, 49 stations de sports d'hiver couvrent toute la gamme des sports
d'hiver. Les plus prestigieuses, Chamonix, Megève, Morzine, La Clusaz, Saint-Gervais-
les-Bains reçoivent une clientèle étrangère qui trouve une hôtellerie de haut niveau. Les
plus familiales, Les Carroz d'Arâches, Les Contamines-Montjoie, Les Gets, Les
Houches, Châtel, Samoëns, Le Grand-Bornand, Combloux et les plus contemporaines,
Flaine et Avoriaz, offrent toutes des domaines skiables de grande qualité.

     •    un tourisme d'affaires qui connaît une forte progression




                                          48
 LES BARRIERES
ADMINISTRATIVES
                                                                              Guide Régional




Le principal obstacle au développement des énergies renouvelables est la lenteur des
procédures administratives. Dans certains cas, la réticence des personnes habitant
autour du site touristique à voir émerger une installation (micro hydraulique, éolien ou
solaire) pouvant présenter un impact visuel ou environnemental freine ou stoppe le
projet.

Les barrières s’appliquant à tous types d’énergies renouvelables

Deux organismes peuvent fournir des aides lorqu’un site touristique souhaite s’équiper
en énergie renouvelable : l’ADEME et la Région Rhône-Alpes. Le temps minimum entre
le dépôt des dossiers (fiche descriptive, devis et courrier de demande de subvention
rempli) et la réponse fixant le montant des aides est approximativement de 6 mois. Dans
la plupart des cas, les installations réalisées sont d’une puissance importante, et cela
nécessite de réaliser une étude de faisabilité, qui est également subventionnée et qui
nécessite une autre démarche administrative, qui prend 6 mois supplémentaires.

L’autre type de barrière administrative qui peut se présenter, dans certains cas, est le
refus du permis de construire ou de travaux pour des motifs d’intégration architecturale,
d’impact sur le milieu naturel, ou des conflits politiques entre les élus et le maître
d’ouvrage.

Les barrières spécifiques

Le photovoltaïque

    •    Suite au récent mecanisme incitatif, adopté en juillet 2006 (tarif de rachat à
         0.55 centimes d’euros le KWH lorsque le matériel est intégré à l’architecture),
         la demande en phovoltaïque a augmenté considérablement mais les délais
         pour la procédure d’autorisation de raccordement au réseau restent toujours
         longs.
    •    Le manque de transparence des coûts pour se raccorder au réseau.
    •    L’incertitude sur le tarif d’achat selon le matériel utilisé. L’ensemble de la filière
         (installateurs, espaces info énergie, fabricants…) sont toujours en attente d’ un
         décret précisant la liste de matériels éligibles au tarif de 0.55 centimes d’euros.
    •    Les différents organismes responsables du raccordement (EDF, DRIRE,
         DIDEME) ne sont pas tenus de respecter des impératifs de délais. Le




                                           50
                                                                             Guide Régional




           fournisseur d’électricité local (EDF ou une régie), doit installer, dans le cas
           d’une vente de surplus ou de la totalité d’électricité au réseau, un compteur
           supplémentaire. Obtenir l’installation de ce compteur demande également un
           délai assez long (jusqu’à six mois).

L’éolien

    •      Les délais dans la procédure d’autorisation de raccordement au réseau
    •      L’acceptation du permis de construire ou de travaux si le mât de l’éolienne
           dépasse 12 mètres. Les riverains vont généralement tout faire pour empêcher
           le développement du projet, en bloquant le permis, car les éoliennes en France
           ont une image très négative (bruit, impact visuel, dangereux pour les
           oiseaux…).
    •      Le manque de transparence dans les coûts de raccordement au réseau. Le
           coût d’achat, par les fournisseurs d’électricité (seulement EDF jusqu’en juillet
           2007) lorsque l’établissement touristique, souhaite vendre l’électricité est de 13
           centimes d’euros le Kwh.

L’hydroélectrique

    •      Le principal obstacle est le temps d’obtention du droit d’utiliser la ressource en
           eau, qui peut nécessiter une étude d’impact simplifiée ou détaillée. La
           procédure peut prendre plusieurs années et peut se solder, dans certains cas,
           par un refus de l’administration à utiliser le milieu naturel.

Le bois

    •      Outre les barrières administratives s’appliquant à tous les types d’énergies
           renouvelables, la principale difficulté est la complexité de la méthode de calcul
           de l’ADEME, qui freine, dans certains cas, les sites touristiques à se lancer
           dans cette filière. Les aides financières potentielles sont très lisibles (ex : 20%
           du matériel) au début du projet sauf pour le bois, où un calcul de temps de
           retour doit être réalisé et comparé à une énergie classique, en utilisant
           diffférents scénarios.




                                            51
                                                                      Guide Régional




La géothermie

    •    Le temps des procédures administratives (DRIRE, DDASS, DDAF ou SMNLR
         suivant le milieu naturel) lors d’un forage.


Les barrières financières

    •    Les coûts bruts, sans aides, qui sont plus élevés que les énergies fossiles.
         Ceci peut représenter un frein à l’investissement.
    •    Les outils de financement des banques qui sont peu développés et peu
         connus.
    •    Au niveau des collectivités, les aides disponibles sont peu connues par les
         sites touristiques et dans certains cas sur de courtes périodes.
    •    Block 3 : Dispositifs favorisant les énergies renouvelables
    •    L’ensemble des lois françaises qui évolue vers des outils de développement
         des énergies renouvelables : plans climats locaux, agendas 21, politiques de
         l’habitat (ex : Réglementation Thermique RT2005, Diagnostic de Performance
         Energétique), programmes européens FEDER, SAVE, ALTENER…
    •    La sensibilité de plus en plus forte des clients des sites touristiques au
         développement durable. Ils sont demandeurs d’une offre de « tourisme vert ».




                                       52
  LES ETAPES A SUIVRE POUR
EQUIPER SON ETABLISSEMENT
                                                                               Guide Régional




Afin d’installer un système de production de chauffage, d’eau chaude ou d’électricité
utilisant des énergies renouvelables, l’établissement touristique doit passer par de
nombreuses étapes pour finaliser son projet.

1/ Contacter l’espace Info Energie de son territoire afin d’avoir l’ensemble des
informations pour débuter le projet : installateurs, aides disponibles, exemples
d’établissements déjà équipés, dossier de demande de subventions, procédure à suivre.

2/ Prendre rendez-vous avec les installateurs afin d’obtenir des devis. Dans le cas
d’installation importante (puissance chaudière ou nombre de m2 de capteurs élevés)
l’intervention d’un bureau d’étude est nécessaire. Un dossier de demande de subvention
pour une étude de faisabilité est alors monté. Des autorisations administratives sont
également nécessaires (exemple : hydro électrique, éolien, géothermie sur eau…)
lorsque l’installation influe sur le milieu naturel.

3/ Se renseigner auprès des banques pour des prêts spécifiques en faveur du
développement durable ou auprès de la collectivité locale pour des financements
supplémentaires.

4/ Elaborer les dossiers de demande de subventions, environ 4 mois avant le démarrage
des travaux, avec l’aide de l’espace info énergie et les envoyer aux organismes
concernés (ADEME et Région).

5/ Réception des arrêtés qui fixent le montant des subventions.

6/ Démarrage des travaux.

7/ Envoyer aux organismes la facture certifiée acquittée par l’installateur.

8/ Après vérification des pièces, les organismes procèdent au versement des
subventions.

9/ Dans certains cas, le site touristique établit un contrat d’achat de son énergie (par
exemple, le photovoltaïque) avec un fournisseur d’énergie.




                                            54
ANNEXES
     Guide Régional




56

								
To top