Docstoc

DÉLIBÉRATION 4

Document Sample
DÉLIBÉRATION 4 Powered By Docstoc
					               Conseil municipal de Nice du 15/09/06 – notes AdN


Une modification d’effectif annoncée par le maire : « nous avons nommé un 4ème directeur
général car l’Inspection des services a recommandé de nommer un fonctionnaire responsable
de la commande publique et c’est M. Guevel l’heureux élu. »

L’argent des casinos
Le casino Rhul a rapporté 6.990.000 € à la ville, mais c’est un mauvais élève car la
participation a baissé de 12% par rapport à l’an passé. Heureusement, le nouveau Palais de la
Méditerranée a rapporté 1.367.000 €, « ce qui équilibre » nous dit-on, inquiets pour le futur.

No futur pour ACROPOLIS
J. Peyrat ne semble pas aimer ACROPOLIS, œuvre de J. Médecin, et aimerait bien s’en
débarrasser.
En fin d’année, la délégation de service donnée à l’Association Nice Acropolis se termine, et
il n’y a toujours pas de repreneur. « Deux candidats avaient été retenus. L’un a changé d’avis
et le second, CCI Cari (celui du stade, travaux MAMAC..), demandait des compensations
financières exorbitantes. » Le maire noircit le tableau : « c’est un outil de plus en plus
obsolète, les résultats sont sujets à caution et le délégataire doit assurer les risques (voilà qui
ne va pas attirer beaucoup de repreneurs !)»
A la suggestion de R. Injey (PC) de gestion en régie municipale, le maire pas très chaud « on
ne sait pas faire, on y sera peut être obligés mais je veux explorer tous les moyens avant.
Cela soulagerait les finances de la ville des risques et des réparations. Le rôle de la ville n’est
pas a d’aller chercher des marchés dans l’ensemble du monde pour faire marcher le
tourisme » (pourquoi voyagent-ils tant dans le monde ces gens ?). Trois solutions :
     1. Il faut revoir tous les candidats qui s’étaient présentés, négocier avec la possibilité de
         revoir le cahier des charges.
     2. Accorder une nouvelle prolongation d’un an à l’association Nice Acropolis
     3. La gestion directe

Qui va nous sauver des inondations ?
Mme Hernandez Nicaise (VERTS) rappelle que Nice n’a plus de délégataire assurant les
interventions en cas d’inondations.
Un appel d’offres a été lancé et personne n’y répond, décidément personne ne veut travailler
avec la ville de Nice ce matin. Le maire est chagrin « il y avait 12 sociétés qui avaient retiré
le dossier et aucune n’a répondu, même pas celle qu’on réquisitionne ».

CapitaleS européenneS de la culture
En 2013, la France et la Slovaquie devront désigner une ville qui sera capitale européenne de
la culture. Le maire ne cache pas son ambition de ravir ce trophée mais la concurrence est
rude et Nice, moins sûre de l’emporter, accepterait un compromis. « Pour faire face à la
concurrence de villes comme Marseille, Lyon, Toulouse, Bordeaux. La direction des affaires
culturelles a émis l’idée qu’au lieu d’une lutte contre Marseille, capitale de région, l’on
pourrait unir une conjonction de 3 départements méditerranéens (06-83-13). Gaudin n’était
pas enthousiaste, Falco scotché à Marseille, mais nous progressons dans ce sens. J’ai écrit à
tous les maires qui sont favorables. Il vaut mieux faire un package pour que l’on puisse
l’emporter sur Lyon, et si on arrive à un accord tel qu’on ne nous donne pas les restes et si
on ne nous traite pas par le mépris on ira, sinon... Et puis comment faire, avec des journaux
comme Libération qui ont fait une chronique de Grenoble sous le titre « déception culturelle
à Nice » basée sur ce que les associations que nous avons installées à Spada ont déclaré ?

Le gala de ses femmes.
Peyrat s’était essayé à honorer « la femme » un 8 mars tout en déclarant « qu’il se carrait l’os
du combat de la femme », et les femmes n’avaient pas apprécié et le lui avaient fait savoir
bruyamment, lui gâchant sa fête à neu-neu. Il se moque de ce que l’on peut penser, et rappelle
toutes les femmes choisies par le passé comme « femme de l’année », dont Mme Taittinger,
très utile car dit-il « elle est dans la direction de Partouche, cela m’a permis de refaire le
Palais de la Méditerranée … » Il a abandonné le 6 mars et choisit le 6 octobre pour en faire
« Le gala de la femme ». A cette occasion, une femme est élue « femme de l’année ». Et cette
année la nominée est Bernadette Chirac, qui a ramassé plein de pièces jaunes à Nice.
Cette manifestation est organisée chaque année par la femme du maire qui préside
l’association Nice Présence, dont le slogan est « faire du social avec prestige et élégance » et
qui, d’après Nice Magazine, a « des affinités caritatives au plus haut niveau ».
Cette association est hébergée dans les locaux de l’Entente Républicaine, parti créé par le
maire.
Réaction de B. Della Sudda (Alternatif) : « …votre délibération assimile la cause des
femmes à de la charité, alors que pour nous, la cause des femmes se rattache à la solidarité et
à la mobilisation citoyenne pour les droits des femmes, comme par exemple à l’occasion du 8
mars (journée internationale pour les droits des femmes). Il est vrai qu’il y a cette année un
élément nouveau dans la délibération que vous nous proposez : un hommage à Bernadette
CHIRAC, dont la contribution à la cause des femmes est totalement inexistante, du moins à ce
jour ».

Terrain à enjeu stratégique et national
La Plaine du Var attire toutes les convoitises, 2500 ha de terrains plats encore disponibles à
Nice, 16 communes sont concernées dont 11 de la CANCA. Territoire stratégique. Le maire
fait des projets « nous ne devons pas nous tromper, Médecin, Bailet ont fait études sur études
pour les 600 ha qui appartiennent à Nice. Nous réfléchissons sur les 2500 ha avec 10
communes. Nous sommes en train d’achever l’Arénas par la construction du multiplex et le
terrain vendu pour des bureaux et hôtels qui sont en voie d’achèvement.
Nous faisons à la CANCA un saut de mouton, on saute le MIN (Marché d’Intérêt National) et
la voie ferroviaire.
Le MIN, c’est 10 ha qui ne répondent plus à la vocation imaginée en 1959, la distribution a
changé…on fera une gare multimodale car Gayssot nous y avait obligés, mais ce sera pour le
TRAM et gardons 3 ha pour la cour d’Appel si un jour on nous l’accorde. Nous voulons un
projet innovant, pour cela nous avons confié l’étude à un cabinet belge et un hollandais afin
d’être sûrs. On a eu des projets originaux et choquants dont il faudra débattre ».

Rythme scolaire
Nice n’a pas encore opté pour la semaine des 4 jours dont le maire n’est pas un adepte. La
ville a fait effectuer une enquête auprès des personnes concernées et l’ensemble des catégories
s’est exprimé à 63,24% pour. Le dossier sera soumis à l’Inspection d’Académie pour une
application de 3 ans.
B de La Sudda (Alternatif) : « L’expérience de la semaine des quatre jours pratiquée dans
d’autres communes de notre département et dans d’autres régions apporte un élément
nouveau, en plus des critiques déjà exprimées par la majorité des chronobiologistes, des
chercheurs et des pédagogues : la semaine de quatre jours a tendance à creuser davantage
encore les inégalités qui pénalisent les enfants et les jeunes des milieux modestes et des
quartiers populaires qui n’ont pas le même accès aux loisirs, aux activités et aux vacances.
C’est pourquoi il y a depuis deux ans, là où l’expérience de la semaine des quatre jours a été
tentée, un mouvement inverse : dans certaines communes, elle est remise en cause et dans
certains cas des communes l’ont abandonnée pour revenir à la semaine de cinq jours. »
(Le groupe Nice Plurielle s’est partagé sur cette délibération : l’élu alternatif et les élus
communistes ont voté contre, tandis que les élus socialistes et verts se sont abstenus).
En réponse à cette intervention, un conseiller nous affirme que le monde associatif accueillera
les enfants le mercredi et le samedi. Cela signifie-il qu’enfin les associations vont avoir les
moyens d’un véritable travail de terrain avec les enfants des quartiers et que la mairie enverra
de nombreux bénévoles ???

Les cyclistes ignorés
Mme Nicaise Hernandez fait part d’une réclamation de VIVA 06 (Association Vélo) qui
s’insurge contre le fait que, à cause une fois d’un rallye, une autre fois d’une expo
automobile, la piste cyclable de la Promenade des Anglais ait été sacrifiée.
et cela en pleine semaine européenne de la mobilité à l’appui du développement des
déplacements en mode doux et que les 23km dont se targue la ville ne sont en fait que des
morcellements sans fin d’itinéraires cyclables « là où il y avait de la place ». Un peu limite
pour une ville qui fait du « développement durable » un de ses chevaux de bataille.
Un peu dommage au passage que les travaux du tram n’aient pas été l’occasion de créer un
réseau cyclable digne de ce nom, dans cette ville qui a tout pour plaire à pied comme à vélo,
et où la voiture prend de plus en plus de place, jusque sur la prom !
Le maire s’énerve : le sujet n’est pas digne de lui faire perdre son temps et l’évacue
rapidement « on ne peut pas refuser des manifestations, la ville en fait beaucoup, il y a
parfois des choix à faire ».
Les cyclistes avaient compris depuis longtemps que Nice n’était pas le paradis pour les vélos.
Nous partageons la même inquiétude que VIVA pour le développement du vélo à Nice.
 cf leur forum de discussions http://viva06.free.fr/article.php3?id_article=25 , point de vue
largement relayé par la presse.

L’attitude du Maire est d’autant plus inacceptable que c’est un réel problème L’attitude du Maire est d’autant
plus inacceptable que c’est un réel problème

La ville tenue au secret
Une élue FN se fait la porte parole de commerçants inquiets. En effet, suite aux dossiers
d’indemnisation constitués par la mairie en vue d’indemniser les commerçants perturbés par
les travaux du Tram, ces derniers craignent un contrôle fiscal.
M. Spinelli, adjoint en charge des dossiers, la remercie d’avoir posé cette question et la
rassure « il n’y a aucun contrôle fiscal dans la commission et nous sommes tenus au secret ».
Pourquoi craignent-ils un contrôle ces pauvres commerçants ruinés par les travaux du Tram ?

La nouvelle mairie
Il en rêvait, on l’en a empêché longtemps, mais plus rien ne l’arrêtera désormais !
SA MAIRIE enfin en bonne voie et en 4 phases :
    1. Aménagements de surface (rue Malausséna et alentours) ; début travaux 4ème trimestre
        2006 ; durée : moins d’un an.
    2. démolition de la villa Thiole et construction d’une médiathèque - 4ème trimestre 2006 ;
        durée : 14 mois.
    3. démolition et repose de la halle de la gare du sud - début 1er trimestre 2007 ; durée : 5
        mois.
    4. Rénovation extension bâtiment administratif - 1er trimestre 2007 ; durée : 15 mois.
Ce sujet a été l’objet de 42 séances au Conseil Municipal et de 79 délibérations.

A noter que les travaux de construction du parking souterrain qui devaient avoir lieu au début
de l’année ne sont toujours pas réalisés faute encore une fois de trouver des délégataires qui
répondent aux appels d’offres.
Eh bien, le maire annonce que ce sera la ville qui fera les travaux à son compte. Il n’a pas
indiqué la durée de ces travaux souterrains.

Pas d’amiante à Pasteur
Le maire hurle dans l’enceinte qu’il n’y a pas d’amiante dans les gravats à Pasteur, hormis
les colles qui ne présentent aucun danger.
Les travaux de déblaiement commenceront le 25 septembre et se termineront le 25 décembre.
A Simone Monticelli qui avait posé la question « vous nous aurez empoisonné la vie ». Il
vocifère contre Michel Abada, à l’origine selon lui de tous ces tracas et annonce la visite de
l’Inspection du Travail le lundi, qui vérifiera la conformité du chantier.
Et il ajoute « tout se fera sous réserve que les jeunes des quartiers ne vienne pas caillouter
les gens… »
Drôle d’utilisation de la démocratie participative
P. Mottard (PS) casse en fin de séance la belle assurance du maire en lui montrant un courrier
daté du 14 juillet, plus que compromettant.
 « Monsieur,
Les deux années à venir, marquées par les élections présidentielles, législatives, municipales,
cantonales et sénatoriales seront décisives pour la France et pour Nice.
« Voilà pourquoi j’entends réunir à moi toutes celles et ceux qui, réunis par une même idée de
la Nation refusent l’immobilisme, les solutions du passé, le déclin !
« Les travaux que je conduis, avec ma Majorité municipale, procèdent de cet état d’esprit ils
concrétisent une vision commune que nous partageons : Nice métropole régionale du XXI°
siècle… Je sais que vous partagez ce défi majeur.
« Les Conseils de quartiers, outils, de proximité, de démocratie locale, en sont un élément
important. Membre du collège « C », c'est-à-dire des personnalités nommés par le Maire,
vous êtes celles et ceux que j’ai choisis pour me représenter et soutenir notre politique.
« Vous, à qui je confie mes convictions et mes espérances, sachez : « Que vous pourrez
compter sur moi, comme je compte sur vous. ».
« C’est pourquoi il me serait agréable de vous compter parmi les adhérents de mon parti :
« L’Entente Républicaine ».
« Vous pourriez y œuvrer dans le cadre d’une organisation territoriale destinée à me faire
connaître le attentes de nos concitoyens (afin de préparer le programme de la prochaine
mandature), à identifier et résoudre les problèmes de vie quotidienne, à préparer mes visites
« de terrain », à organiser un dîner débat, des rencontres…
« En vous adressant votre bulletin d’adhésion je vous invite de me rejoindre à la permanence
de l’Entente Républicaine, à 18h00, où j’aurai plaisir à vous renouveler mes instructions et
ma confiance.
« Je vous prie de croire Monsieur, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Jacques PEYRAT de l’Entente Républicaine

Le maire, qui est du reste aussi un excellent comédien, prends la mine honteuse de
circonstance et jure qu’on ne l’y reprendra plus « c’est une erreur que je n’aurais pas du
faire, c’est un tort et je ne le referais plus ».

Mise à mort politique
Le patron se rebiffe. La honte s’est vite effacée pour laisser la place au mépris.
Le maire demande à son conseil de voter à main levée la confiscation du poste d’adjoint à M.
Vérola qui était sur la touche depuis quelques temps. Sa majorité silencieuse a levé la main
sans un mot. Assemblée qui a été et restera muette devant son chef, celles et ceux qui se sont
opposés ont été « liquidés »avec le même mépris et toujours avec l’assentiment silencieux des
autres.
M Verola, avant de sortir, a fait une déclaration :
« Qui peut dire que je n’ai pas servi la ville avec honnêteté ? Vous ne pouvez pas me
reprocher de vous avoir averti des excès de M. Delage, de Vialatte, des dépenses de Mme
Vaille et de certaines manoeuvres du nettoiement dans mon canton.
Le maire ne m’a jamais répondu, vous venez d’exprimer l’exclusion d’un Conseiller Général
UMP alors que nous avons perdu 7 cantons.
Une pétition spontanée en ma faveur, a recueilli déjà 788 signatures et j’ai reçu de
nombreuses lettres d’encensement.
Après Bellone , Mme Mathieu Obadia, Stellardo, J Masséna, c’est mon tour, vous jouez
contre votre camp. Je continuerai à dénoncer la malhonnêteté. Je regrette cette parodie de
démocratie. »
Et il est sorti sans attendre la réponse du maire dans l’indifférence générale.
Peyrat l’achève : « il est un peu facile de recueillir des héritages en oubliant ceux à qui on les
doit. Il a été élu sur ma liste, s’est présenté au Conseil Général contre Rivière de l’UMP ( ?),
je ne le soutenais pas (c’est pour cela qu’il a été élu).
Je l’avais pris sur ma liste en me souvenant de son grand-père. Nous avons des difficultés
avec M Vérola qui dit qu’il travaille et qu’il est intègre, nous le sommes tous ici. C’est ce que
nous sommes et le resterons.
Un jour à l’inauguration d’un centre sportif et de loisir, sa critique du maire a été telle, que
P. Allemand de l’opposition, avant de faire son discours, a dit qu’il était inutile de dire quoi
que ce soit car tout avait été dit.
J’aurais du sévir à ce moment là. Il était hostile au Tram dans son canton. J’ai souhaité la
rupture, je ne l’ai pas provoquée. Certains de mes collègues disaient « qu’est ce que vous
attendez ? ». Comme Chevènement qui, lorsque qu’il n’était pas d’accord avec Mitterand,
avait démissionné en disant « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne ». C’est la
même chose, il y a un patron dans cette équipe, si on n’est pas d’accord on démissionne.
Il attaque la nouvelle mairie, la Buffa, il est ami d’une députée dont il ne voulait pas
entendre parler et part en laissant planer le doute sur l’honnêteté de ceux qui restent. »

ET …
Il a été question aussi de l’Autoroute Urbaine Sud, de l’attribution du terrain Raiberti pour
empêcher le centre de tri de la poste de partir de Nice, de la décrépitude du Palais Jean Bouin,
des prochains travaux pour une vraie gare routière et du désir du maire de reprendre le projet
d’agrandissement du port de Nice…

AdN


Prochain conseil municipal : vendredi 13 octobre

				
DOCUMENT INFO