Docstoc

Groupe ad hoc _ ARTEMIS _

Document Sample
Groupe ad hoc _ ARTEMIS _ Powered By Docstoc
					Groupe ad hoc “ ARTEMIS ” Compte rendu de la réunion du 9 mai 2005 Présents : Maurice Arnold ; Edouard Bard ; Elsa Cortijo ; Evelyne Cottereau, Bruno Hamelin ; Yann Klinger ; Jean Luc Michelot ; Martine Paterne ; Jean Louis Turon Invité : Luc Ortlieb 1. Bilan de la campagne 2004 (21 avril 2004 au 9 mai 2005) : Compte tenu de divers problèmes techniques rencontré sur l’accélérateur ou sur les lignes de préparation, 261 âges ont été obtenus, comparés aux 940 envisagés en 2004. Le bilan d’activité entre les différents partenaires institutionnels, considéré sur la même période, s’établit comme suit : CNRS/SDU CNRS/SHS CEA IRD IRSN MCC 261 80 286 107 47 0 Pour information, 114 échantillons test ont été préparés et mesurés au LMC14 ainsi que 67 échantillons de calibration et 764 blancs. 434 standards ont été mesurés pendant la même période. 2. Point technique : Le niveau de blanc obtenu sur le marbre C1 sur ARTEMIS est actuellement de : 0.110 pMC avec un écart type de 0.027 pMC ( 25%) (65 analyses réalisées sur le même stock de CO2 extrait de C1) Par comparaison, le niveau obtenu antérieurement au TANDETRON était de 0.06 pMC avec un écart type de 0.02 pMC (28 analyses réalisées sur des échantillons discrets de C1 préparés sur le banc automatique et réduit sur les lignes manuelles (N.Tisnérat-Laborde et al, Radiocarbon vol 43, Nr 2A, 2001, p 299-304) Le niveau de blanc obtenu actuellement permet donc de réaliser de manière satisfaisante la plupart des projets proposés sur ARTEMIS, hormis les besoins en chronologies précises au delà de 35 Ky, pour lesquels le niveau et la reproductibilité actuelle des blancs reste pénalisante. Il est rappelé que ce niveau de blanc cumule deux facteurs : - la contamination effective de l’échantillon analysé par des atomes de 14C introduit au cours de l’extraction et/ou de la préparation des cibles. - un niveau d’interférence isobarique résiduel généré dans l’accélérateur (espèce polyatomique mal résolue ? artefact généré sur le détecteur ?). Ces deux facteurs ont fait respectivement l’objet d’améliorations très significatives durant l’année écoulée. Le second facteur reste à l’heure actuelle le facteur limitant, le niveau de blanc (% pmc) observé étant corrélé au signal de basse énergie à la masse 14 après l’aimant. 3. Moratoire ?

Après discussion des avantages et inconvénients de l’hypothèse d’un moratoire sur les analyses actuellement possibles en routine au profit d’une période de tests à temps plein pour avancer dans la résolution des problèmes techniques qui subsistent, la solution du maintien de l’activité de production de données de routine, en parallèle à des campagnes de tests, est retenue. 4. Proposition de programmation 2005. Le groupe ad hoc recommande, à échéance de la fin 2005, une liste de 791 analyses, comprenant 446 en vue d’apurement des projets 2004, et 345 sélectionnées dans les réponses à l’appel d’offres 2005 (cf. tableaux joints). Le groupe ad hoc suggère un point d’étape en octobre 2005 pour le suivi et l’actualisation éventuelle de cette programmation. Les 446 analyses recommandées au titre de 2004 se ventilent en 77 échantillons prêts à mesurer au 9 mai 2005, 148 reçus par l’UMS et pour lesquels la séparation et la graphitisation reste à faire, et 221 qui doivent encore être adressés à l’UMS par les demandeurs. Les 345 analyses nouvelles correspondent à 12 projets de proposant principaux ne figurant pas dans la liste 2004, hormis deux projets venant de l’UMR IDES, pour lesquels les échantillons sont fournis sous forme de graphite. Un projet est placé en position d’attente, sous réserve de la démonstration de l’expertise du laboratoire proposant pour l’extraction du CO2 des échantillons de matière particulaire fluviale envisagés. 5. Réflexion sur la préparation des échantillons de matière organique. Le rythme d’extraction du CO2 à partir des échantillons de matières organique est actuellement de 25 échantillons / quinzaine. Un nouveau banc à 7 échantillons entre en phase de test et permettra d'augmenter la production à 30 échantillons / semaine. Un facteur limitant reste le taux d'échec pour la préparation de certains échantillons (i.e. sols ou charbons “ disséminés ”). En attendant l'installation d'un CHN prêté par le LRME (IRSN), la teneur en carbone organique de ces échantillons est mesurée à l'ICSN (Gif sur Yvette).

6. Coordination inter-partenaires. L’information sur l’affectation des analyses réalisées sur ARTEMIS dans le cadre de la répartition contractuelle entre les partenaires institutionnels reste insuffisante (cf. compte rendu 2004). Cette transparence est indispensable pour une évaluation équitable des projets soumis par des laboratoires mixtes CNRS-CEA, CNRS-IRD, ou dans le cadre de programmes inter-départements (SHS/SDU par exemple).


				
DOCUMENT INFO