Rapport relatif à la pollution atmosphérique by zie20290

VIEWS: 0 PAGES: 30

									      Impact de la
consommation du Gas-oil
  sur l’Environnement
La dégradation de l’état de l’environnement
 est marquée par la pollution urbaine ainsi,
  que la pollution industrielle. Menaçant la
santé du citoyen et le cadre de vie général,
      aujourd’hui elle fait partie de nos
          préoccupation majeure.

       Conscient du champ d’action
 environnementale et de la nécessité d’un
développement durable, le ministère chargé
       de l’environnement a réalisé
 Le rapport national sur l’état
      de l’environnement :
Il porte sur les principaux problèmes,
leurs causes directes et indirectes,
il met en évidence l’impact des
différentes nuisances et pollutions
affectant le citoyen
 •une stratégie nationale pour
 l’environnement. Elle a pour objectif:
  •La mise en place d’outils institutionnels :
  - Centre national des technologies de production plus
  propres dénommé « CNTPP ».

  - Observatoire national de l’environnement et du
  développement durable « ONEDD »
• Le renforcement et mise en conformité du cadre
  législatif et réglementaire, avec les objectifs de
  l’environnement dans toutes ces composantes.
La loi 03-10 du 19 juillet 2003, relative à la
protection de l’environnement dans le cadre du
développement durable. Elle stipule :
* Les immeubles, les établissements industriels,
commerciaux, ou agricoles ainsi que, les véhicules
ou autres objets mobiliers sont construits, exploités
ou utilisés selon les exigences de protéger
l’environnement, d’éviter et de réduire les pollutions
atmosphériques
* les émissions polluantes de l’atmosphère
constituent une menace pour les personnes et
l’environnement; leurs auteurs doivent mettre en
oeuvre toutes les dispositions nécessaires, pour les
supprimer ou les réduire.
- décret exécutif n°06-198 du 31 mai 2006 définissant la
réglementation applicable aux établissement classées
pour la protection de l’environnement .
- décret exécutif n°06-138 du 15 avril 2006 réglementant
l’émission dans l’atmosphère de gaz, fumée, vapeurs,
particules liquides ou solides ainsi, que les conditions
dans lesquelles s’exercent leur contrôle.

- décret exécutif n°06-02 du 07 janvier 2006 définissant
les valeurs limites, les seuils d’alertes et les objectifs de
qualité de l’air en cas de pollutions atmosphériques.

 - décret exécutif n°90-78 du 27 février 1990 relatif
 aux études d’impact sur l’environnement
La pollution atmosphérique est engendrée
par :
- les unités industrielles qui en grande partie,
sont vétustes et sont dépourvues d’équipement
servant à minimiser les rejets dans l’atmosphère.

 - la combustion à l’air libre des déchets
 municipaux, dans les décharges non contrôlées

 - le développement du parc automobile, associé à
 l’âge avancé d’une bonne partie des véhicules en
 circulation.
La répartition du parc automobile par tranche
d’âge, a relevé que 62% des véhicules ont plus de 20
ans, en décembre 2005.
                                  ente 0 et 4 ans
                                  entre 5 et 9 ans
                                  entre10 et 14 ans
                15%
                                  Entre 15 et 19 ans
         8%                       Plus de 20 ans



      6%
                             62%
          9%
Le trafic automobile présente une dépendance vis-
à-vis des produits pétroliers (essences, gas-oil ),
constituant l’une des principales source de
pollution atmosphérique dans les zones urbaines .

L’essence est la principale source d’énergie pour
70% de véhicules, dont 53% sont des véhicules
de tourisme. A cela sont ajoutés 30% de véhicules
roulant au gas-oil.
Il est à savoir que le nombre de véhicules convertis
au GPL, est évalué à 120.000 seulement, ce qui
représentent 4% des véhicules du parc .
 Répartition du Parc National Automobile
       selon l’Energie consommée

             4%
                                      30%




                                   GPL
                                   Gasoil
66%
                                   Essence
Les statistiques de ventes des différents carburants
montrent que la consommation en essence super et
normal, ont diminué de 7,8% et ce malgré, la
hausse de 30% de véhicules de tourisme. Ceci est
du à :



- une évolution importante des prix de ce carburant
- une plus grande diésélisation du parc entraînant une
augmentation des ventes de gas-oil
- une consommation appréciable du GPL en raison de
son prix attractif fixé à 9DA/L
La charge de pollution générée par la
consommation des différents
carburants, est évaluée dans le cadre
de l’inventaire national des
émissions à partir de :
- la structure du parc
- la distance moyenne parcourue
- la quantité annuelle du carburant
consommée
Les principaux polluants générés sont :
- les oxydes d’azotes (NOx)
- l’oxyde de carbone (CO)
- les composés organiques volatils ( COV)
- les matières en particules (MP )
- le plomb



              il en résulte :
      Impact de la pollution atmosphérique
                   sur la santé
 Le Rapport National sur l ’Etat de l ’Environnement(RNE)
a montré que :
* 30 % des consultations concernent des maladies
respiratoires.
* 40% de la mortalité infantile (enfants de moins de 1 an) est
 causée par des maladies respiratoires.
* 600.000 asthmatiques souffrent d ’une façon permanente.

pour ces raisons, il est impératif de surveiller la qualité de
l’air, en évaluant le degré réel de pollution générée dans le
milieu urbain, .
   Le ministère chargé de l’environnement a mis en
                        place un
   réseau de surveillance de la qualité de l’air et de
        mesure de la pollution (SAMASAFIA) .
Actuellement l’installation de ce réseau a été réalisée dans
quatres wilaya :
ALGER: Un réseau composé de 4 stations reliées à un poste central.

ANNABA: Un réseau composé de 4 stations reliées à un poste central.

ORAN : un réseau composé de 3 stations.

SKIKDA: un réseau composé de 3 stations.
   le projet de loi sur l’air prévoit
l’équipement des villes de plus de
 500.000 habitants d’un réseau de
 surveillance de la qualité de l’air
  Les missions du réseau de surveillance
                  sont:
- Surveiller en continu les niveaux de
pollution atmosphérique,
- Analyser et expliquer les phénomènes
      de pollution atmosphérique,
- Alerter la population et les décideurs
 en cas de pic de pollution,
- Rendre accessible les données à toute
personne (mise en ligne sur Internet : indice de qualité de l’air
quotidien et alerte en cas de pic de pollution ).
• Fais marquant en 2006 dans la vie du Réseau
                      SAMASAFIA
 Dans le but d’informer le citoyen sur la qualité de
  l’air, le Ministère de l’Aménagement du
  Territoire et de l’Environnement a doté le réseau
  Samasafia d’Alger de panneaux d’affichage
  électronique.
           Ces réseaux mesurent:
1/ Les Polluants atmosphériques (gaz et
     poussières) : Oxyde de carbone, Oxydes
     d ’azote, Oxyde de soufre Hydrocarbures,
     Ozone et poussières.
 ( Ces polluants affectent à des degrés divers, la santé, la végétation et
 l’environnement d ’une manière générale).


2/   Les Facteurs climatiques : Température
     ambiante, degré d ’humidité, Vitesse et
     Direction du vent.
Les mesures des principaux polluants
  nous permettent d’identifier à tout
  moment les épisodes de pollution
durant lesquelles est mise en place une
   procédure d’information et une
    procédure d’alerte du public.
                 Seuil d’information   Seuil d’alerte
Dioxyde d ’azote :   400 µg/Nm3         600 µg/Nm3
Dioxyde de soufre : 350 µg/Nm3         600 µg/Nm3
           Ozone: 180 µg/Nm3           360 µg/Nm3
Evolution mensuelle du Dioxyde d’Azote

                       2004
                      Evolution mensuelle du dioxyde d’azote

140                                                                                                   1er MAI
                concentration
120               en µg/m3                  2006                                                      Ben Aknoun
                                                                                                      Bab El Oued

100

 80

 60

 40                                                       evolution


 20

  0
                                             mai




                                                                                                            novembre



                                                                                                                       décembre
                                                   juin
      janvier



                   février



                             mars




                                                                         août
                                                               juillet




                                                                                            octobre
                                                                                septembre
                                    avril
Les grapheses indiquent une augmentation
  des teneurs en NO2 pendant la période
   hivernale, et printanière (les mois de
  décembre, janvier et février). La reprise
  d’activité du mois de septembre induit
 également une augmentation des taux de
                   NO2.
  L’hiver, les conditions météorologiques
sont plus pénalisantes et l’activité humaine,
 notamment le trafic routier, est maximale.
                                    Evolution mensuelle des concentrations en poussières durant
                                                            l'année 2006



                          100
concentrations en µg/m3




                          80

                          60

                          40                                                                      1er MAI

                                                                                                  Ben Aknoun
                          20

                           0
                                                 r




                                                                           dé br e
                                   er




                                                                                      e
                                                        ril




                                                                                      e
                                                                     in




                                                                                      e
                                                                                     ût
                                                                                      t
                                                              ai
                                              ie

                                               s




                                                                                  ille




                                                                                   br



                                                                                   br
                                                                                   br
                                            ar
                                     i




                                                     av




                                                                   ju
                                                              m
                                           vr




                                                                                 ao
                                  nv




                                                                                 m

                                                                                m
                                                                               em

                                                                                to
                                          m




                                                                                ju
                                         fé
                                ja




                                                                              ve

                                                                             ce
                                                                             oc
                                                                            pt



                                                                           no
                                                                          se
• L’évolution mensuelle montre que les
  concentrations en poussières ont été la
  plupart du temps au dessous de la
  valeur limite: 80 µg/Nm3.

•

•
                                Evolution annuelle des concentrations en poussières dans
                                                 l'agglomération d'Alger
                         60
concentration en µg/m3




                         50

                         40

                         30
                                                                                           2004
                         20
                                                                                           2005
                         10
                                                                                           2006
                         0
                              1er MAI      BEN AKNOUN       EL HAMMA        BAB EL OUED
De 2004 à 2005, une diminution des concentrations
est constatée dans les agglomérations de Bab-El-
Oued et El Hamma respectivement de 32 % et
                       29%.
Une augmentation des teneurs est ensuite
observée de l’ordre de 14 % en 2006 au niveau
                  Bab-El-Oued.
En effet les niveaux de particules affichent une
légère tendance à la hausse sur la station urbaine.

Cette situation peut être expliqué par les travaux
d’aménagement du front de mer au niveau de Bab
El Oued .
La consommation plus élevée en gazoil
entraine :

     - des rejets plus importants en matière
     particulaires


      - une baisse substantielle des rejets d’oxydes de
      carbone (CO) et des matières organiques
      volatils ( COv)
• - une augmentation des émissions dioxydes
  d’azotes (NO2)
• une baisse des émissions de plomb dû à
  une baisse des teneurs en plomb, dans les
  essences sont passées de 0,6 à 0,4g/l

• - le gasoil émet 10 fois plus de soufre et 50
  fois plus de particules que l’essence.
 Les mesures envisageables:
• Favoriser le transport collectif
• Améliorer la combustion du carburant
  (équipement des véhicules en pots
  catalytique, ce qui permet une combustion
  complète).
• Augmenter la proportion de véhicules
  propres du parc automobile dans le milieu
 urbain
• Instituer une taxe sur le carburant « gasoil » .

								
To top