Réforme du cycle ingénieur à l'ISEP Introduction de la by variablepitch340

VIEWS: 0 PAGES: 2

									Réforme du cycle ingénieur à l’ISEP : Introduction de la pédagogie par projet et des parcours académiques
Paris, septembre 2008. Les nouveaux entrants à l’ISEP sont les premiers à bénéficier du cursus ingénieur de l’ISEP nouvelle formule. Fini l’enseignement par option, place désormais aux parcours ! À partir de la 2ème année, 12 parcours offriront à l’étudiant davantage de souplesse pour se former en accord avec son projet professionnel. A cette nouvelle architecture s’ajoute l’introduction d’une pédagogie moderne, qui rompt avec les formes classiques d’enseignement : la pédagogie par projet. L’idée est de permettre à l’élève d’acquérir des connaissances non plus par une simple transmission des savoirs mais grâce un cheminement intellectuel propre à l’élève, associé à une mise en situation. Cette nouvelle pédagogie, dynamique, doit permettre d’assurer une plus grande implication des élèves dans le processus d’apprentissage. Enfin, les nouveaux programmes intègrent l’approche par compétences, consolidant ainsi le caractère professionnel des formations assurées par l’ISEP. Introduction d’une pédagogie novatrice : la pédagogie par projet A l’ère du numérique et des réseaux sociaux, la pratique enseignante montre que les nouvelles générations d’élèves adhèrent de moins en moins au schéma classique cours-TDTP. Depuis deux ans, l’ISEP et son corps enseignant mènent ainsi une réflexion pour faire évoluer les méthodes d’enseignements. S’appuyant sur des expériences internationales qui ont fait leurs preuves (Université de Laval au Canada, Louvain La Neuve en Belgique, etc.), les réflexions de l’ISEP aboutissent aujourd’hui à un projet pédagogique novateur, mettant en œuvre la fameuse pédagogie par projet. La pédagogie par projet doit permettre à l’étudiant d’acquérir les connaissances nécessaires, non pas via les approches classiques de transmission des savoirs mais via un processus de construction des savoirs. Les élèves, réunis en groupe de 6 à 8, auront un projet à mener à bien. Le projet, à finalité pédagogique, fait appel à plusieurs disciplines pour favoriser l’apprentissage. Il revêt également un caractère professionnalisant, s’inspirant en effet d’une réalité industrielle. Dans ce contexte, la confrontation d’idées entre les élèves doit susciter l’émergence du savoir nécessaire pour avancer dans le projet. L’élève est ainsi l’acteur principal de la construction de ses propres connaissances. Le groupe sera épaulé dans ce processus à la fois par un professeur tuteur, une sorte de guide qui n’interviendra que pour orienter le travail du groupe sur des pistes pertinentes, et par un expert, qui interviendra lui pour répondre à un besoin conceptuel précis et structurer les connaissances acquises. La pédagogie par projet appelle également une plus grande implication de la part des professeurs, qui doivent eux aussi intégrer de nouvelles méthodes d’enseignements. Par ailleurs, l’ISEP a introduit cette rentrée la « coupure pédagogique », pont entre la fin de la classe préparatoire et l’entrée dans l’école d’ingénieurs. Pendant un mois, en septembre, les élèves de première année sont invités à se familiariser avec leur nouvel environnement de travail. Au programme : présentation de l’établissement et de son offre pédagogique, découverte de l’univers professionnel avec des visites d’entreprises, des conférences métiers, la présence lors de soutenances de stage en entreprise et l’approche par compétence. Confronté à la réalité des métiers de l’ingénieur, l’élève pourra ainsi choisir son parcours en toutes connaissances de cause. Cette coupure pédagogique constitue une rupture avec le passé. Jusqu’alors, on préparait les élèves à des métiers qu’ils ne connaissaient pas, ou mal. Pendant la coupure pédagogique, les élèves sont également initiés à l’informatique et aux nouveaux outils numériques mis en place cette année pour les besoins du « travail collaboratif » et du e-learning. L’ISEP a en effet opté pour un espace numérique, Moodle, qui

sert de plateforme pédagogique interactive. Elèves et professeurs peuvent échanger, en dehors des heures de cours, ajouter un post dans le blog de l’école, intervenir dans des forums, etc. L’e-learning, jusqu’alors limité aux langues vivantes, sera quant à lui généralisé à d’autres disciplines, réduisant ainsi le nombre de cours magistraux et permettant à chacun de travailler efficacement à son rythme. Enfin, dernière nouveauté, le processus d’évaluation ne se limite plus aux connaissances acquises mais s’applique également aux compétences, avec l’introduction d’un outil original : le portfolio de compétences. Il repose sur une auto-évaluation (vérifiable) de l’élève, qui doit identifier et consigner les compétences capitalisées et son degré d’expertise dans les domaines choisis. Ce document doit permettre d’identifier clairement la progression de chaque élève depuis la coupure pédagogique jusqu’à la fin du cycle ingénieur, en passant par les stages et les projets. Nouvelle architecture académique : les parcours et les domaines La réorganisation du cycle ingénieur à l’ISEP limite désormais le tronc commun à la première année. En seconde année, l’étudiant choisit un parcours à finalité professionnelle, construit à partir des 5 grands domaines d’enseignement : - Informatique - Electronique - Signaux et Images - Télécoms et Réseaux - Sciences et Technique de l’entreprise La construction des parcours est régie par une approche par compétence, c’est-à-dire la traduction du souci d’adéquation entre les profils formés à l’ISEP et les profils attendus sur le marché du travail. Outre les connaissances, l’accent est mis également sur le développement des compétences. Cette approche détermine le contenu et l’organisation des programmes : chaque module vise le développement de compétences bien spécifiques. Les différents modules choisis par l’élève vont lui permettre de se créer son propre portefeuille de compétences. Ainsi, le couplage connaissances/compétences sera au cœur de tous les enseignements. Dans le cadre du parcours, l’étudiant devra choisir un certain nombre de modules fondamentaux, avancés et adaptés (adaptation du contenu à l’attention d’élèves intéressés par d’autres domaines) issus des 6 grands domaines d’enseignement. Ainsi, 12 parcours standard sont proposés aux élèves : - télécommunications et réseaux sans fils - administrateur réseaux - réseaux et services - architecture des systèmes d’information - conception et développement - recherche - systèmes embarqués - électronique pour les communications - électronique des systèmes - intelligence ambiante - multimédia - entreprenariat Cela n’exclut pas de personnaliser davantage son choix en construisant de nouveaux parcours, à portée professionnelle évidente.


								
To top