Généralement l'obésité résulte d'une inégalité chronique entre l by klutzfu62

VIEWS: 10 PAGES: 1

									    Appréciation de la leptinémie comme marqueur du suivi du couplage
             régime alimentaire-protocole d’activité physique
                   ZUNQUIN G *, THEUNYNCK D *, VERLET E * *, FICHEUX J ***
                    *Recherche Littoral en activités Corporelles et Sportives RELACS, ULCO
                                      ** Centre Hospitalier de Dunkerque
                               *** SELARL Ficheux-Lecerf-Callens, Dunkerque



Introduction :
L’obésité résulte d’une inégalité chronique entre l’anabolisme et le catabolisme 1. Cependant
les mécanismes biologiques, à part les altérations de la balance d’énergie, sont peu définis.
L’isolement du gène Ob chez la souris par Friedman et coll. 2 a redonné de l’intérêt aux
recherches portant sur la régulation du poids du corps ainsi que sur la physiopathologie de
l’obésité humaine . La leptine est sécrétée par les adipocytes et ses niveaux de plasma sanguin
sont fortement corrélés avec le BMI (Body Mass Index) et la masse grasse 3,4,5.
Matériel et méthode :
    A partir d’une cohorte de personnes obèses volontaires (n=16), nous avons retenu les
    individus (n=7) qui ont suivi l’ensemble du protocole et des prélèvements, distinguant
    ainsi deux groupes :
     le premier groupe a effectué un régime alimentaire de 1800 kcal.
     Le deuxième groupe a effectué en complément du même régime alimentaire un
        programme d’activité physique en endurance (2 séances hebdomadaires de 45
        minutes)
Résultats :
Le programme d’entraînement a permis un développement moyen de la VO2 max. de 85 %
[+ 61,91 %- + 104,4 %] . On constate une baisse de la leptinémie après 3 mois pour les deux
groupes. Les pertes de poids occasionnées par le régime alimentaire varient fortement selon
les individus ( de – 4,55 % à – 18,1 % du BMI ). Cette perte de poids est autant plus
importante que le BMI de départ est élevé. La création d’un index I = BMI / Leptinémie
nous a permis de vérifier la corrélation décrite entre le BMI et la leptinémie et nous a permis
de mettre en relation le niveau d’activité physique et le niveaux de leptine.
Conclusion :
Le nombre de sujets limité ne nous permet pas d’affirmer avec certitude une relation entre le
niveau d’activité physique et la leptinémie. Cependant, nous avons pu constater une baisse
générale de la leptinémie des sujets inclus dans le protocole. Les dosages de leptine, dans le
cadre d’un bilan hormonal et métabolique complet, sembleraient être un paramètre biologique
intéressant dans les démarches d’amaigrissement et de remise progressive à l’activité
physique. Cette étude constitue un point de départ en vue d’une expérience à plus grande
échelle dans le cadre d’une étude multicentrique incluant des critères complémentaires.
1
  Weinser RL, Hunter GR, Heini AF, Goran MI, Sell SM. The etiology of obesity : relative contribution of
metabolic factors, diet, and physical activity, Am J Med ,1998, Aug ,105(2) ,145-50
2
  Zhang Y, Proenca R, Maffei M, Leopold L & Friedman JM .Positional cloning of the mouse obese gene
and its human homologue.Nature,1994, 372, 425-431.
3
   Considine RV, Sinha MK, Heiman ML, Kriauciunas, Stephens TW, Nyce MR et al. Serum
immunoreactive-leptin concentration in normal - weight and obese humans, New England Journal of Medicine,
1996, 334, 292-295.
4
  Keim NL, Stern JS, Havel PJ. Relation between circulating leptin concentrations and appetite during a
prolonged, moderate energy deficit in women. Am J Clin 1998 Oct, 68(4),794-801.
5
  Lönnqvist F, Arner P, Nordfors L & Schalling M. Over expression of the obese (ob) gene in adipose tissue
of human obese subjects. Nature Medicine,1995, 1, 950-953.

								
To top