L'homme des passions Tome I Analytique Tome II Canonique by grapieroo10

VIEWS: 0 PAGES: 4

									                             L'homme des passions
                               Tome I : Analytique
                              Tome II : Canonique
                              Denis Kambouchner



Sommaire


TOME I
INTRODUCTION
I. Pourquoi relire les Passions de l'âme
II. L'émergence d'un problème
III. La difficulté la plus générale
IV. Les passions avant le traité
V. Les exigences de l'œuvre

CHAPITRE I : LA DÉFINITION
• Intentions et axiomatique
• Les passions parmi les pensées
• Descartes et l'art de définir

CHAPITRE II : L'EXPLICATION PHYSIQUE
• De la psycho-physiologie de l'Homme à celle des Passions
• La rencontre de l'objet
L'ARTICLE 36 : ESSAI D'EXPLICATION
I. La «première causalité»
1. L'intervention de la mémoire
2. La part de l'habitude
3. Le «tempérament du corps»
4. La «force de l'âme»

II. La «seconde causalité»
1. La «disposition du cerveau»
2. Le commencement d'action
3. La boucle cardio-cérébrale
4. La passion comme sentiment

III. Avec quoi commence la passion
1. De la crainte à la peur
2. Premier mouvement et première pensée
Conclusion : la concurrence des causes

CHAPITRE III : LA SPÉCIFICATION
L'examen particulier des passions, nouveau départ de l'entreprise cartésienne

• Première approche : problèmes de forme
1. Difficultés de la transition
2. L'éclipse du physiologique
3. Un dénombrement sans principes ?
4. L'apparence du schématisme

• Seconde approche : Solution des problèmes précédents
I. Sens et caractères du dénombrement des passions
II. La théories des passions primitives
1. Le statut de l'admiration
2. Les trois sens de la primitivité
3. Le poids du physiologique
4. Le formel et l'objectif
5. L'indifférenciation du composé

• Troisième approche : Problèmes fondamentaux
I. La constitution du rapport à l'objet
1.Les «premières passions de notre vie»
2. Convenance pathologique et convenance esthétique
3. Raisons et mystères de la convenance : le modèle de l'aliment

II. La constitution du vécu affectif : passions primitives et passions particulières
1. Le système des isx primitives et les catégories de l'affectivité
2. Le simple et la composition du vécu
3. Le système des particulières

CHAPITRE IV : Le problème de l'institution
I. Une question dispersée
II. Cinq difficultés et leur devenir
III. Fonction des passions et autonomie de l'âme
IV. La question des émotions «intellectuelles»
V. La complexité de l'«usage»
VI. Où l'institution s'efface

Notes

TOME II
CHAPITRE V : La passion mise à la raison
• Première partie : du pouvoir de l'âme à l'égard de sa passion présente
I. Le conflit de l'âme et du corps
II. La liberté de la volonté par rapport à la passion
1. L'hypothèque nécessitariste
2. Conséquences du nécessitarisme
3. L'exercice de la volonté
4. La solution topique
5. La «force de l'âme» : conclusions


• Seconde partie : Du principe d'un règlement de la fonction passionnelle
I. Du règlement à promouvoir
II. Du désir en général
III. La réduction du désirable
IV. L'embarras du possible
V. Action et détachement

CHAPITRE VI : La résolution générale
• Deux remarques liminaires :
1. Sur le régime original de la prescription cartésienne
2. Sur la disposition cartésienne en général

• Première partie : De la joie comme émotion la plus intérieure de l'âme
I. De la nature des émotions intérieures
1. Le «veuf joyeux»
2. Le plaisir du théâtre

II. Le privilège de la joie

• Seconde partie : De la générosité comme disposition fondamentale
I. L'estime et son objet
II. Du principe au sujet
III. L e problème de la vertu
IV. La pratique du généreux

Trois questions générales sur la doctrine de la générosité
V. Unité et réalité de la disposition généreuse
VI. Le problème de la passion
VII. Les origines de la résolution
VIII. Conclusions sur la morale cartésienne

CONCLUSION
I. La dernière question
Les Passions et la distinction réelle de l'âme et du corps
Récapitulation des analyses précédentes

II. La distinction conservée
1. L'antinomie de la réflexion
2. L'indépendance du Cogito

III. La distinction oubliée
1. L'autre figure de l'âme
2. «Je pense», «je sens», «je veux»
3. L'absence des premières vérités

Notes




4° de couverture


Le «dualisme cartésien», aujourd'hui combattu par le matérialisme des sciences
cognitives, est devenu un mythe de la pensée moderne. On ne saurait pourtant
comprendre la distinction que Descartes établit entre l'âme et le corps sans avoir
examiné l'état de sa pensée sur leur union, et en particulier sa dernière œuvre, le
Traité des passions de l'âme.
L'analyse minutieuse de ce texte difficile que Denis Kambouchner, professeur de
philosophie à l'université de Clermont-Ferrand, a menée ne comble pas seulement
une lacune de la tradition critique. En faisant surgir du Traité des paysages
thématiques ignorés, elle rend au dualisme cartésien toute sa subtilité. La
distinction de l'âme et du corps n'est pas un acte de fermeture dogmatique : elle
s'inscrit dans le projet d'une réforme de l'entendement à partir de laquelle peuvent
se déployer toute une science de l'homme et toute une éthique, dont les passions
fournissentl'ultime articualtion.
Inversant la perspective habituelle sur l'œuvre de Descartes, l'ouvrage de Denis
Kambouchner rend à la pensée du «cavalier français» sa complexité et sa force
intacte. En même temps qu'il témoigne du dynamisme des études cartésiennes, il
est exemplaire d'une manière nouvelle d'aborder les textes classiques.

								
To top